Navigation – Plan du site
Pratiques de simulation et de dissimulation religieuses (nicodémisme) en Espagne et en Italie (XVe-XVIIe siècles)

Pratiques de simulation et de dissimulation religieuse (nicodémismes) dans l’Europe méridionale moderne

Vincent Parello

Texte intégral

1Les articles qui composent ce dossier thématique sont issus du colloque « Les nicodémismes dans l’Europe méridionale moderne : pratiques de simulation et de dissimulation religieuses » qui s’est tenu les 28 et 29 mars 2018 à l’Instituto Cervantes de Bordeaux, dans la demeure où mourut le peintre Francisco José de Goya y Lucientes, dit Francisco de Goya. Le colloque a réuni des collègues de diverses disciplines, ce qui lui confère un caractère interdisciplinaire, absolument indispensable pour appréhender une notion aussi complexe et protéiforme que celle du nicodémisme.

  • 1 Jean Calvin, Œuvres, Éd. Etablie par Francis Highman et Bernard Roussel, Paris, 2009, p. 407.

2Le terme de nicodémite ou de « pseudo-nicodémite » est un néologisme forgé par Calvin dans le contexte de la Réforme dans la première moitié du xvie siècle. Il désigne l’homme fidèle connaissant la vérité de l’Évangile qui vit « prisonnier » entre les papistes, c’est-à-dire les catholiques apostoliques et romains, « là où il n’est pas licite d’adorer Dieu purement, et où chacun est contraint d’user de beaucoup de cérémonies lesquelles ont été forgées contre la parole de Dieu, et sont pleines de superstition1 ».

  • 2 Delio Cantimori, « Nicodemismo e speranza conciliari nel Cinquecento italiano », Quaderni di Belfag (...)

Le nicodémisme, entendu au sens large comme la pratique secrète d’une religion, a fait son entrée dans l’historiographie italienne dans la deuxième moitié du xxe siècle2. Carlo Ginzburg explique que le phénomène naquit vers 1526 dans les milieux humanistes strasbourgeois autour de Otto Brunfels, né près de Mayence vers 1488. Aussi le nicodémisme apparaît-il comme un acte de résistance vis-à-vis de l’intolérance des Églises officielles, et également comme l’expression d’une dissidence religieuse à part entière qui ne peut cependant être confondue avec celle des libertins, courant de pensée qui naquit au xvie siècle en Italie autour, notamment, de Cardan, Paracelse, Machiavel et Pomponazzi, et qui postulait l’autonomie morale de l’homme face à l’autorité religieuse.

  • 3 Marcel Bataillon (éd.), Aspects du libertinisme au xvie siècle. Actes du colloque international de (...)
  • 4 Massimo Firpo, Tra alumbrados e spirituali. Studi su Juan de Valdés e il valdesianismo nella crisi (...)
  • 5 Luca Andante, « Hérésies radicales et libertinage. Le valdésien Giulo Basalù et Domenico Scandella (...)
  • 6 Stefania Pastore, Un’eresia spagnola : spiritualità conversa, alumbradismo e Inquisizione, 1449-155 (...)

3Les suggestions émises par Marcel Bataillon3 lors du colloque de Sommières sur les libertinismes ont été poursuivies avec bonheur par la nouvelle historiographie italienne représentée, entre autres, par Massimo Firpo4, Luca Andante5 et Stefania Pastore6, dont les travaux portent sur le valdésianisme, le libertinisme et l’hérésie radicale dans les péninsules italienne et ibérique. En marge du libertinisme qui peut prendre la forme du libertinage spirituel, du libertinisme de Jean Bodin ou du libertinisme de Pierre Charron, qui se détache définitivement du christianisme, l’Italie connut l’essor du valdésianisme, un mouvement clandestin né à Naples dans l’entourage de l’exilé espagnol Juan de Valdés, qui finit par se répandre dans toute la péninsule dans la deuxième moitié du xvie siècle. Ce courant religieux, qui proposait une variante originale de la justification par la foi luthérienne, attira dans son orbite de hauts prélats comme les cardinaux Reginald Pole et Giovanni Morone, de célèbres prédicateurs comme Bernardino Ochino et Pier Martire Vermigli, des aristocrates issus des lignages les plus prestigieux comme les Gonzaga, Colonna, Orsini, Sanseverino, etc., ainsi que nombre de personnes ordinaires, hommes et femmes issus du peuple.

  • 7 Jean-Pierre Cavaillé, Dissimulations. Jules César Vanini, François La Mothe Le Vayer, Gabriel Naudé (...)
  • 8 Massimo Firpo, Juan de Valdés and the italian Reformation, Farnham, Ashgate, 2015.
  • 9 Miriam Eliav-Feldon et Tamar Herzig, Dissimulation and deceit in early modern Europe, Londres, Palg (...)

4En France, à l’heure actuelle, les travaux de Jean-Pierre Cavaillé renouvellent en profondeur les études sur la simulation et la dissimulation dans une perspective anthropologique et religieuse7. Signalons que deux études sont parues récemment sur le sujet : l’une sur Juan de Valdés et la Réforme en Italie8, l’autre sur la dissimulation et le mensonge en Europe au seuil de la première modernité9.

  • 10 Gianclaudio Civale, Con secreto y disimulacion : Inquisizione ed eresia nella Siviglia del secolo x (...)

5La question des nicodémismes doit être posée dans un cadre transnational, à l’échelle de l’Europe méridionale. Divers travaux ont mis en exergue les stratégies de dissimulation à l’œuvre en Castille et au Portugal, mais les liens étroits entre cercles locaux de dissidents religieux, communautés d’exilés et penseurs européens, restent à approfondir10.

  • 11 Paul Hazard, La crise de la conscience européenne (1680-1715), Paris, Boivin, 1994 (1ère éd. 1935).
  • 12 Guy Stroumsa, A new science : The Discovery of Religion in the Age of Reason, Cambridge, Harvard Un (...)

6Paul Hazard a mis en évidence le rôle joué par la crise de la conscience européenne dans la naissance d’un nouvel esprit critique, au xviie siècle, qui secouait dogmes et confessionnalismes religieux11. Le développement du scepticisme et la naissance de l’étude comparative des religions en France, Hollande et Angleterre, sont venus dessiner les contours de la sécularisation en Europe du Nord12. L’Espagne et l’Italie, malgré des reprises en main rapides par les appareils ecclésiastiques, connurent, à la fin de la Renaissance, un questionnement radical des fondements confessionnels, qui préfigurait à bien des égards des attitudes audacieuses de dissimulation et de simulation, et permettait d’interroger le rapport de la foi aux religions instituées.

  • 13 Jean-Pierre Cavaillé, « Nicodémisme et déconfessionalisation dans l’Europe de la première modernité (...)

7À la suite de Jean-Pierre Cavaillé, le nicodémisme peut être défini comme le fait des « procédures de dissimulation, transitoires ou durables, adoptées par des dissidences conséquentes en matière de religion, visant à occulter un désaccord profond à l’égard d’une partie substantielle, voire de l’ensemble du corps doctrinal, de l’appareil sacramentaire, des rituels et des cérémonies de l’Église à laquelle on continue d’appartenir publiquement ou “extérieurement13” ». Si le nicodémisme s’accompagne, bien souvent, d’un processus de reconfiguration des appartenances confessionnelles, dans d’autres cas, il peut être lié à un processus de déconfessionnalisation qui implique un désengagement des individus à l’égard de la religion et préfigure les processus de sécularisation moderne.

8On peut distinguer diverses formes de nicodémismes :

  • 14 Marcel Bataillon, Érasme et l’Espagne, op. cit. ; Vincent Parello, Les judéo-convers de Tolède (xve(...)
  • 15 Yimiyahu Yovel, Spinoza and Other Heretics. The Marrano of reason, Princeton, University Press, 198 (...)

9–Les nicodémismes liés à la pratique clandestine du judaïsme (phénomène du marranisme au sens large). Parmi les marranes d’Espagne et du Portugal, plusieurs attitudes face à la religion dominante ont vu le jour. Certains se sont convertis de façon sincère à la religion catholique ; d’autres ont été attirés par des formes de christianisme spirituel et intériorisé14 ; d’autres encore ont continué à observer clandestinement les préceptes de la loi mosaïque ; et d’autres, enfin, ont rejeté les deux religions monothéistes du Livre, basculant dans l’indifférentisme, le panthéisme, le déisme ou le rationalisme15.

  • 16 Natalia Muchnik, Une vie marrane. Les pérégrinations de Juan de Prado dans l’Europe du xviie siècle(...)

10Il va sans dire que le nicodémisme affecte non seulement le domaine de la croyance religieuse, mais aussi les champs de la pensée politique, philosophique et artistique. C’est une rhétorique de la duplicité que l’on retrouve chez certains penseurs comme Juan de Valdés, Constantino de la Fuente, Juan de Prado, Montaigne ou Spinoza, qui ont tous en commun d’avoir vécu, à des degrés divers, l’expérience marrane16.

  • 17 Mercedes García Arenal, « Introducción. Taqiyya : disimulo legal », Al-Qantara, vol. 34, n°2, 2013, (...)
  • 18 Mercedes García Arenal, « Introducción. Taqiyya : disimulo legal », op. cit.

11–Les nicodémismes liés à la pratique clandestine de l’islam (cas des morisques espagnols notamment). Dans l’Espagne moderne, la plupart des descendants de mudéjares convertis (morisques) continuaient à pratiquer l’islam en secret, trahissant par là même les promesses du baptême chrétien17. Chez les morisques, le nicodémisme n’était pas seulement une stratégie de défense face à un environnement hostile. Il pouvait être également revendiqué avec fierté comme une forme d’identité culturelle et religieuse à part entière. Mercedes García Arenal insiste sur le fait que la taqiyya fait partie de ces identités choisies (identidades escogidas18) qu’une communauté peut adopter librement. Souvent teintée d’espérances messianiques, la résistance des morisques s’apparentait parfois à des tentatives iréniques de concilier islam et révélation chrétienne, comme le révèle l’épisode des Libros plúmbeos de Grenade, ou bien à des tentatives d’adhésion à la foi luthérienne.

12Les nicodémismes liés à la pratique clandestine d’une religion réformée (illuminisme, érasmisme, valdésianisme, sébastianisme, calvinisme, irénisme, luthéranisme etc.).

  • 19 Jean Séguy, « Carlo Ginzburg. Il Nicodemismo : Simulazione e dissimulazione religiosa nell’Europe d (...)
  • 20 Elisabeth Gleason, Gasparo Contarini : Venice, Rome, and Reform, Berkeley, University Press, 1993.
  • 21 Carlos Gilly, « Erasmo, la reforma radical y los heterodoxos radicales españoles », dans Tomás Mart (...)

13Le nicodémisme désignait sous la plume de Calvin, les réformés « honteux » qui cachaient leur adhésion intime à la Réforme. Lorsque le réformateur de Genève s’en prenait aux nicodémites, il pensait à tous ces protestants qui n’avaient pas le courage d’afficher au grand jour leur adhésion aux thèses calvinistes. Tel est le cas de ces réformés français qui, à partir des années 1530, s’organisaient en sociétés secrètes pour échapper au châtiment des cours séculières et des parlements. Avec la confessionnalisation des États modernes, la mise en place de politiques religieuses répressives et la création de tribunaux de l’Inquisition en Italie, Espagne et Portugal, les membres de certaines minorités ethnico-religieuses se virent contraints d’adopter des mesures et des attitudes de dissimulation jugées, tour à tour, hérétiques ou hétérodoxes, par les sentinelles de l’orthodoxie19. On retrouve chez les alumbrados et les réformateurs castillans et portugais du xvie siècle, des individus issus des minorités de convertis de juifs et de maures. En Italie, un certain nombre de catholiques ont adhéré secrètement aux thèses d’Érasme de Rotterdam ou de Juan de Valdés20, ou épousé les doctrines propres à la Réforme radicale21. Des phénomènes similaires s’observent dans le Sud de la France et en Navarre, et invitent à interroger cette désaffection vis-à-vis des Églises instituées.

14Les huit articles qui composent ce dossier thématique abordent la question du nicodémisme à travers des sources variées (sources conventuelles, traité de théologie, dialogue littéraire, intermèdes théâtraux, épîtres, littérature de propagande anti-morisque, autobiographie fictive), et des auteurs français (Jean Calvin), italiens (Antonio Minturno, Paul Manuce, Dionigi Atanagi…) et espagnols (Juan de Valdés, Quiñones de Benavente, Cervantès, auteur anonyme du Lazarillo de Tormes). Ils sont dus à la plume d’hispanistes (Carine Herzig, Elvezio Canonica, Philippe Rabaté, Pierre Darnis), d’italianistes (Dominique Fratani, Cristina Panzera), de civilisationnistes (Youssef El Alaoui, Vincent Parello) et d’historiens (Sophie Coussemacker), travaillant sur les époques médiévale et moderne.

Haut de page

Notes

1 Jean Calvin, Œuvres, Éd. Etablie par Francis Highman et Bernard Roussel, Paris, 2009, p. 407.

2 Delio Cantimori, « Nicodemismo e speranza conciliari nel Cinquecento italiano », Quaderni di Belfagor, 1948, I, p. 12-23 ; Salvatore Caponetto, « Fisonomia del nicodemismo italiano », Movimenti ereticali in Italia e in Polonia nel secoli xvi-xvii pratica nicodemita, Rivista Storica Italiana, 1967, LXXIX, p. 991-1030 ; Carlo Ginzburg, Nicodemismo, Simulazione e dissimulazione religiosa nell’Europe del 500, Turin, Einaudi, 1970.

3 Marcel Bataillon (éd.), Aspects du libertinisme au xvie siècle. Actes du colloque international de Sommières, Paris, Librairie Vrin, 1974 ; Marcel Bataillon, Érasme et l’Espagne, Genève, Droz, 1998 (1ère éd. 1937).

4 Massimo Firpo, Tra alumbrados e spirituali. Studi su Juan de Valdés e il valdesianismo nella crisi religiosa del’500 italiano, Florence, Olschki, 1990 ; Massimo Firpo, Alfabeto cristiano. Domande e riposte. Della predestinazione. Catechismo, Turin, Einaudi, 1994 ; Massimo Firpo, Riforma protestante ed eresie nell’Italia del Cinquecento, Rome-Bari, Laterza, 2004.

5 Luca Andante, « Hérésies radicales et libertinage. Le valdésien Giulo Basalù et Domenico Scandella dit Menocchio », Les Dossiers du Grihl, 2, 2009, mis en ligne le 2 janvier 2011, consulté le 16 mars 2020. URL : https://journals.openedition.org/dossiersgrihl/3779 ; Luca Andante, Eretici e libertini nel Cinquecento, Bari, Laterza, 2010.

6 Stefania Pastore, Un’eresia spagnola : spiritualità conversa, alumbradismo e Inquisizione, 1449-1559, Florence, 2004.

7 Jean-Pierre Cavaillé, Dissimulations. Jules César Vanini, François La Mothe Le Vayer, Gabriel Naudé, Louis Machon et Torquato Acceto. Religion, morale et politique au xviie siècle, Paris, Honoré Champion, 2002 ; Jean-Pierre Cavaillé, « Nicodémisme et déconfessionalisation dans l’Europe de la première modernité », Les Dossiers du Grihl. Secret et mensonge, 2010, mis en ligne le 9 octobre 2010, consulté le 16 mars 2020. URL : https://journals.openedition.org/dossiersgrihl/4499.

8 Massimo Firpo, Juan de Valdés and the italian Reformation, Farnham, Ashgate, 2015.

9 Miriam Eliav-Feldon et Tamar Herzig, Dissimulation and deceit in early modern Europe, Londres, Palgrave Macmillan, 2015.

10 Gianclaudio Civale, Con secreto y disimulacion : Inquisizione ed eresia nella Siviglia del secolo xvi, Naples, Edizioni scientifiche italiane, 2007.

11 Paul Hazard, La crise de la conscience européenne (1680-1715), Paris, Boivin, 1994 (1ère éd. 1935).

12 Guy Stroumsa, A new science : The Discovery of Religion in the Age of Reason, Cambridge, Harvard University Press, 2009 ; Richard Pokin, The History of Scepticism from Savanarola to Bayle, Oxford, University Press, 2003.

13 Jean-Pierre Cavaillé, « Nicodémisme et déconfessionalisation dans l’Europe de la première modernité », op. cit.

14 Marcel Bataillon, Érasme et l’Espagne, op. cit. ; Vincent Parello, Les judéo-convers de Tolède (xve-xvie siècles). De l’exclusion à l’intégration, Paris, L’Harmattan, 1999 ; Vincent Parello, L’Espagne face aux hérésies : représentations et discours (Moyen-Âge et époque moderne), Les Cahiers de Framespa, 20, 2015, mis en ligne le 30 décembre 2015, consulté le 16 mars 2020. URL : https://journals.openedition.org/framespa/3449 ; Nathan Wachtel, La foi du souvenir. Labyrinthes marranes, Paris, Seuil, 2001.

15 Yimiyahu Yovel, Spinoza and Other Heretics. The Marrano of reason, Princeton, University Press, 1989 ; Yimiyahu Yovel, The Other within : the Marranos. Split Identity and Emerging Modernity, Princeton, University Press, 2009.

16 Natalia Muchnik, Une vie marrane. Les pérégrinations de Juan de Prado dans l’Europe du xviie siècle, Paris, Honoré Champion, 2005 ; Natalia Muchnik, Des paroles et des gestes. Constructions marranes en terres d’Inquisition, Paris, EHESS, 2014.

17 Mercedes García Arenal, « Introducción. Taqiyya : disimulo legal », Al-Qantara, vol. 34, n°2, 2013, p. 243-266 ; Dewin Stewart, « La disimulación en el islam sunni y la taqiyya morisca », Al-Qantara, vol. 34, n°2, 2013, p. 439-490 ; Luis Bernabé-Pons, « Taqiyya, niyya y el islam de los moriscos », Al-Qantara, vol. 34, n°2, 2013, p. 491-527 ; Diego Rubio, « La taqqya en las fuentes cristianas : indicios de su presencia entre los moriscos » , Al-Qantara, vol. 34, n°2, 2013, p. 529-546 ; Bernard Vincent et Antonio Domínguez Ortiz, Historia de los moriscos : vida y tragedia de una minoría, Madrid, Revista de Occidente, 1978 ; Bernard Vincent, El río morisco, Valence, Biblioteca de Estudios Moriscos, 2006.

18 Mercedes García Arenal, « Introducción. Taqiyya : disimulo legal », op. cit.

19 Jean Séguy, « Carlo Ginzburg. Il Nicodemismo : Simulazione e dissimulazione religiosa nell’Europe del’500 », Archives de sociologie des religions, n°33, 1972, p. 244-245.

20 Elisabeth Gleason, Gasparo Contarini : Venice, Rome, and Reform, Berkeley, University Press, 1993.

21 Carlos Gilly, « Erasmo, la reforma radical y los heterodoxos radicales españoles », dans Tomás Martínez Romero (éd.), Les lletres hispàniques als segles xvi, xvii i xviii, Castelló de la Plana, Publicacions de la Universitat Jaume I, p. 225-376.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Parello, « Pratiques de simulation et de dissimulation religieuse (nicodémismes) dans l’Europe méridionale moderne », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 34 | 2020, mis en ligne le 10 juin 2020, consulté le 11 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/framespa/8574

Haut de page

Auteur

Vincent Parello

Vincent Parello est Professeur de civilisation et de littérature de l’Espagne moderne à l’Université Bordeaux Montaigne. Il a publié, notamment, Les judéo-convers de Tolède (XVe-XVIIe siècles). De l’exclusion à l’intégration, Paris, L’Harmattan, 1999 ; La Catalogne de Cervantès, Montpellier, PULM, 2006 ; Des réfugiés espagnols de la Guerre civile dans le département de l’Hérault (1937-1939), Perpignan, PUP, 2010 ; Aux origines du roman : la littérature picaresque espagnole, Strasbourg, Université Ouverte des Humanités de Strasbourg, 2008 (ouvrage en version électronique). Contact : parellov@gmail.com.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals