Navigation – Plan du site
Pratiques de simulation et de dissimulation religieuses (nicodémisme) en Espagne et en Italie (XVe-XVIIe siècles)

Petit traité montrant que c’est que doit faire un homme fidèle connaissant la vérité de l’Evangile, quand il est entre les papistes (1543) : Jean Calvin et les nicodémites

Petit traité montrant que c’est que doit faire un homme fidèle connaissant la vérité de l’Evangile, quand il est entre les papistes (1543) : Juan Calvino y los nicodemitas
Petit traité montrant que c’est que doit faire un homme fidèle connaissant la vérité de l’Evangile, quand il est entre les papistes (1543) : John Calvin and the Nicodemites
Vincent Parello

Résumés

Dans son traité intitulé Petit traité montrant que c’est que doit faire un homme fidèle connaissant la vérité de l’Evangile, quand il est entre les papistes (1543), Jean Calvin définit ce qu’il entend par nicodémisme. Pour lui, les nicodémites sont des hypocrites, des lâches, des idolâtres et des individus qui forcent le sens des Ecritures pour légitimer leur conduite. Il les exhorte à suivre les voies de l’obéissance inconditionnelle à Dieu, du martyre et de l’exil à Genève. Pour Calvin, on ne peut raisonnablement être réformé et catholique à la fois, mais l’un ou l’autre.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Christian Krieger et Marc Lienhard, Martin Bucer and Sixteenth-Century Europe, Leyde, Brill, 1993, (...)

1À la différence de son collègue strasbourgeois Martin Bucer qui prônait dans son Consilium theologicum privatim conscriptum (1540) un modus vivendi avec l’Église romaine, la création d’une Église qui fût à la fois « catholique » et « réformée », et la participation des « fidèles » aux cérémonies dites papistes, Jean Calvin s’illustrait par son intransigeance, son refus radical de tout compromis avec l’idolâtrie catholique et, ce qu’il appelait, « l’Église de l’Antéchrist ». Le premier se montrait anti-schismatique, tandis que le second se positionnait clairement en faveur d’un schisme avec l’Église de Rome1.

  • 2 Nous utilisons l’édition établie par Francis Highman et Bernard Roussel (Jean Calvin, Œuvres, Paris (...)

2Le Petit traité montrant que c’est que doit faire un homme fidèle connaissant la vérité de l’Évangile, quand il est entre les papistes connut cinq éditions dans la première moitié du xvie siècle : une première en 1543, une seconde en 1544 et une troisième en 1545 (accompagnée de l’Excuse aux nicodémites), toutes trois publiées à Genève par Jean Girard. En 1546, le texte fit l’objet d’une réimpression avec l’adjonction de trois conseils de Philippe Mélanchton, de Martin Bucer et de Pierre Martyr, et une conclusion de Calvin lui-même. En 1558, enfin, une cinquième édition, qui présente quelques variantes par rapport aux précédentes, vit le jour à Genève chez Jean Bonnefoy2.

  • 3 José María de Bujanda, Index de l’Université de Paris : 1544, 1545, 1549, 1551, 1556, Genève, Droz, (...)
  • 4 Eugénie Droz, Chemins de l’hérésie. Textes et documents, Genève, Slaktine, vol. 4, 1976, p. 140-160
  • 5 José María de Bujanda, op. cit., p. 404 (Petit traicté, monstrant que c’est que doit faire un homme (...)
  • 6 Jean Calvin, Œuvres, op. cit., p. 1277.
  • 7 Ibid., p. 1278 ; Jean-François Gilmont, Jean Calvin et le livre imprimé, Genève, Droz, 1997.

3Il va sans dire que, dès sa parution, l’opuscule suscita de très vifs débats au sein des milieux catholiques et des cercles gagnés à la Réforme3. Les théologiens de Paris, auteurs des vingt-six articles de la Faculté, signés le 26 janvier 1543, soumis au roi le 6 mars et imposés par le monarque le 23 juillet 1543, jugèrent inacceptables les prises de position du pasteur de Genève et censurèrent aussitôt le traité4. L’édition de 1543 figurait dans l’Index de l’Université de Paris de 1544, et celle de 1545 dans l’Index de 15475. Pierre Viret exprima son enthousiasme dans son Épître envoyée aux fidèles conversant entre les chrétiens papistiques publiée en 1543, tandis que Valérand Poullain, pasteur à Strasbourg, et Antoine Fumée, membre du parlement de Paris, se montrèrent pour le moins sceptiques6. Ce dernier d’ailleurs n’hésita pas à écrire à Calvin que, dans son entourage, « la plupart pensent que ce que tu prêches est très déplorable. Ils se plaignent de ce que tu es sévère et très dur pour les affligés, que là-bas tu peux facilement prêcher et enseigner cela, mais si tu étais ici, tu penserais certainement autrement7 ».

4Le traité de Calvin est d’autant plus intéressant à nos yeux qu’il aborde les concepts de nicodémisme, de dissimulation et de simulation religieuse. Il pose la question des frontières et des appartenances confessionnelles, de l’attitude que doit adopter le nicodémite lorsqu’il se trouve en milieu papiste, ainsi que des limites qu’il est tenu d’observer dans sa communication avec les catholiques.

1. Définition du concept de nicodémisme chez Calvin

  • 8 Jean Calvin, Œuvres, op. cit., p. 505.
  • 9 Ibid., p. 506.

5Le terme de nicodémite ou de « pseudo-nicodémite » est un néologisme forgé par Calvin dans le contexte de la Réforme, dans la première moitié du xvie siècle. Il désigne l’homme fidèle connaissant la vérité de l’Évangile qui vit « prisonnier » entre les papistes, c’est-à-dire les catholiques apostoliques et romains, « là où il n’est pas licite d’adorer Dieu purement, et où chacun est contraint d’user de beaucoup de cérémonies lesquelles ont été forgées contre la parole de Dieu, et sont pleines de superstition8 ». Il ressort de cette citation, que le nicodémite est celui qui subit à la fois une interdiction et une contrainte, qui ne peut afficher au grand jour sa foi réformée, qui se voit obligé extérieurement d’embrasser une religion à laquelle il ne croit pas en son âme, qui est fidèle en son cœur et infidèle par ses actes, qui adore Dieu purement en privé et de façon impure en public, qui pratique avec ses « amis et familiers bien enserrés en quelque chambre9 » une religion distincte de celle qu’il observe en public, et qui dissimule sa foi réformée et simule une conduite catholique.

  • 10 Ibid., p. 539. Sur la captivité en Égypte et à Babylone : Ancien Testament, I, Édition établie par (...)
  • 11 Ibid., p. 1282.

6Dès lors, il n’est pas étonnant que les épisodes de la captivité des Juifs en Égypte, sous le règne de Psammétique Ier, et de la déportation à Babylone, sous le règne de Nabuchodonosor, aient servi de référent idéologique aux nicodémites de France, ainsi qu’à ceux d’Italie, d’Angleterre et des Flandres : « …à savoir si je condamne et réprouve tous les fidèles qui sont dispersés par la France, par l’Italie, Angleterre, Flandres et autres régions, d’autant qu’ils sont contraints de s’accommoder à beaucoup de cérémonies superstitieuses10 ». De la même façon que le peuple élu avait été assujetti à une puissance idolâtre, les membres de la communauté calviniste étaient des martyrs opprimés par l’Église romaine et papiste. C’est même l’Église de l’Évangile qui était captive de l’Église catholique, thèse qu’avait développée Luther dans l’un de ses ouvrages intitulé Prélude sur la captivité babylonienne de l’Église (152011). La ville de Paris devient ainsi le symbole de la « maison d’esclaves » égyptienne et du « creuset de fer » babylonien. En contrepoint, Genève, la cité où est réfugié Calvin, apparaît comme la ville de la liberté, de la vraie foi, voire la Jérusalem qui abrite le Temple du Dieu d’Israël :

  • 12 Ibid., p. 540.

Devant que de répondre à cette question, je proteste devant Dieu, que tant s’en faut que je me délecte à reprendre et vitupérer mes pauvres frères qui sont en telle captivité, que plutôt par pitié et compassion que j’en ai, je trouverais volontiers moyen de les excuser ; mais que j’en dis ce que ma conscience me presse d’en dire, voire même pour leur salut […]. On me demandera quel conseil donc je voudrais donner à un fidèle qui est ainsi demeurant en quelque Égypte ou en quelque Babylone, en laquelle il ne lui est permis d’adorer Dieu purement, mais est contraint selon la façon commune de s’accommoder à choses mauvaises12.

  • 13 Ibid., p. 551.

7Aux yeux du réformateur genevois, la conduite de dissimulation et de simulation des nicodémites constitue une grave atteinte à la gloire de Dieu : « un homme fidèle conversant entre les papistes ne peut communiquer à leurs superstitions, sans offenser Dieu13 ». Dans la vie privée, les réformés observent le culte évangélique, et dans la vie publique, ils pratiquent le culte catholique pour ne pas s’attirer les foudres des autorités ecclésiastiques et civiles. Ce sont, en quelque sorte, des catholiques de façade et des évangélistes dans leur for intérieur, des crypto-protestants qui constituent une société secrète en marge de la société majoritaire. Ils vivent dans un entre-deux religieux, à cheval entre deux religions. Aux yeux des catholiques, les nicodémites fleurent l’hérésie, et aux yeux de certains réformateurs intransigeants, ce sont des lâches qui n’osent pas afficher ouvertement leur adhésion aux doctrines évangéliques et dont la tiédeur, en matière religieuse, ne peut que susciter la méfiance et la réprobation.

  • 14 Ibid., p. 516.
  • 15 Jean Calvin, Institution de le religion chrestienne…, op. cit., p. 584 et suivantes.

8Cela dit, quelle est l’attitude que doit observer l’homme fidèle en milieu papiste ? Si Calvin considère que la religion catholique est une religion superstitieuse et idolâtrique, il est forcé d’admettre néanmoins qu’elle possède des points communs avec la religion réformée, catholiques et protestants étant des chrétiens qui ont en commun « l’honneur du titre de Jésus-Christ qu’ils portent et auquel nous convenons ensemble14 ». Par ailleurs, il ne prône pas pour autant une attitude militante et agressive vis-à-vis du catholicisme. Il se montre même farouchement hostile à l’iconoclasme sauvage des foules et attribue un grand rôle aux pouvoirs civils dans la police des pratiques religieuses15. La voie qu’il préconise est celle de l’ignorance et de l’abstention. Par le truchement de la voix du prophète Jérémie, Calvin adresse les conseils suivants aux nicodémites :

  • 16 Jean Calvin, Œuvres, op. cit., p. 525.

Or de moi, je ne requiers pas des fidèles que, voyant les Papistes porter leurs reliques et autres marmousets, ils leur arrachent des poings, ou jettent de la boue à l’encontre (car c’est à faire aux princes et supérieurs de corriger telles abominations) ; mais qu’ils s’abstiennent de se polluer avec eux ; et puis qu’il ne leur est licite d’adorer Dieu solennellement, qu’ils le glorifient pour le moins en leurs cœurs16.

9Le nicodémisme ainsi défini pose la question des appartenances confessionnelles, des frontières entre le cœur et les actes, le mensonge et la vérité, le corps et l’âme, le privé et le public, l’intérieur et l’extérieur.

2. L’hypocrisie des nicodémites

  • 17 Nouveau Testament, Édition établie par Jean Grosjean et Michel Léturmy, Paris, Gallimard, 1971, (NT (...)

10Comme chacun sait, Calvin, qui est responsable de la mort de l’humaniste espagnol Miguel Servet, ne s’illustrait guère par sa tolérance ni son esprit d’ouverture. Il reproche aux nicodémites de vivre dans l’hypocrisie, dans la dissimulation et la simulation, d’exprimer des sentiments et des opinions qu’ils n’approuvent pas, d’adopter une conduite qui ne correspond pas aux véritables pensées de leur cœur, de mentir contre leurs sentiments et d’être comme les Pharisiens qui honorent Jésus des lèvres mais dont le cœur est éloigné de lui, ou qui font le contraire de ce qu’ils disent, comme cela est dit dans l’Évangile de Matthieu : « Alors Jésus parla aux foules et à ses disciples, il leur dit : Les scribes et les Pharisiens sont assis sur le siège de Moïse. Tout ce qu’ils vous disent, faites-le donc et gardez-le, mais ne faites par leurs œuvres, car ils disent et ne font pas17 ».

  • 18 Quintilien, De l’institution oratoire, Paris, Firmin-Didot, 1875, Livre VIII, p. 85.
  • 19 Jean Calvin, Œuvres, op. cit., p. 511.

11Sous la plume de Calvin, l’accusation d’hypocrisie est d’autant plus grave qu’elle porte atteinte à l’ordre de la vérité, à l’ordre du monde et à l’ordre de Dieu. Cependant, il y a une différence de degrés entre la dissimulation et la simulation. Reprenant la distinction formulée par Quintilien, le pasteur de Genève explique qu’il est plus grave de dissimuler que de simuler, dans la mesure où, dans le premier cas, on dissimule une vérité et, dans le deuxième, on invente quelque chose qui n’existe pas, ce qui revient à créer un mensonge18. Le dissimulateur cache ce qu’il a dans le cœur, tandis que le simulateur feint ce qui n’est point19.

12Dans les premières lignes de son traité, Calvin explique que nombre de nicodémites s’adressent à lui, mais, qu’au final, ils ne tiennent pas vraiment compte de ses conseils :

  • 20 Ibid., p. 505.

Et même, j’en ai vu cent, sans le premier, qui nous demandait conseil sur cette affaire, tout ainsi que Balaam faisait de Dieu, voulant aller par-devers le Roi Balaac. Car il savait bien que c’était contre la volonté de Dieu qu’il entreprit le voyage ; mais si ne laissait-il pas d’en demander licence20.

  • 21 AT, Deutéronome, XXIII, 5, p. 577.

13Calvin les assimile, de façon caricaturale, à Balaam qui veut plaire à Dieu sans déplaire à Balaq. Balaam, fils de Beor, originaire de Pethor en Aram-Naharaïm, est l’image même du faux prophète, du devin et du sorcier séducteur. Il est celui qui est tiraillé entre Balaq, le roi de Moab, qui lui ordonne de maudire le peuple d’Israël à sa sortie d’Égypte, et Dieu qui lui demande de le bénir21. De ce fait, il existe une discordance entre sa bouche qui exprime la parole de Dieu, et ses actes qui tendent à faire la volonté du roi. Il veut ménager à la fois l’honneur du monde et la gloire de Dieu. Monté sur une ânesse, Balaam se rend chez Balaq, en dépit de l’interdiction divine, mais en chemin un ange, tenant une épée à la main, empêche l’animal d’avancer. En colère contre le faux prophète, Dieu lui ouvre les yeux et lui fait bénir par trois fois le peuple élu qu’il avait pour mission de maudire. L’histoire de Balaam a laissé de nombreuses traces dans la littérature vétéro-testamentaire. Elle apparaît, notamment, dans le Livre des Nombres :

  • 22 Ibid., Nombres, XXII, 22-35, p. 461-462.

Or la colère d’Elohim s’enflamma, comme il s’en allait, et l’Ange de Iahvé se tint debout sur le chemin pour s’opposer à lui, qui chevauchait sur son ânesse, ayant ses deux serviteurs avec lui. L’ânesse vit l’Ange de Iahvé se tenant debout sur le chemin, avec son épée dégainée dans sa main ; l’ânesse dévia du chemin et alla dans les champs. Balaam frappa l’ânesse, pour la ramener sur le chemin. Mais l’Ange de Iahvé s’arrêta dans un chemin creux entre les vignes où il y avait une clôture de-ci de-là […] Balaam dit à l’Ange de Iahvé : « J’ai péché, car je ne savais pas que tu étais debout au-devant de moi sur le chemin et maintenant, si cela déplaît à tes yeux, je m’en retournerai ! ». Mais l’Ange de Iahvé dit à Balaam : « Va avec les hommes, mais tu ne diras que la parole que je te dirai ! ». Balaam alla donc avec les chefs de Balaq22.

  • 23 Ibid., Apocalypse, II, 14, p. 867.
  • 24 Ibid., Nombres, XXXI, 8, p. 488.

14Balaam est accusé, par ailleurs, d’avoir incité les fils d’Israël à la débauche avec les femmes moabites et madianites et au culte de Baal-Peor. Il s’agit d’une divinité ancienne révérée sur le mont Peor que la démonologie chrétienne a repris sous la forme de Belphégor, démon qui séduit ses victimes en leur inspirant des inventions ingénieuses : « Mais j’ai un peu contre toi que tu as là des tenants de la doctrine de Balaam qui enseignait à Balac à mettre une embûche devant les fils d’Israël pour qu’ils mangent des idolothytes et se prostituent23. » Pour tous ses péchés, Balaam sera mis à mort par les israélites en même temps que les cinq rois de Madian : Ewi, Réqém, Sour, Hour et Réba24.

15Les nicodémites sont aussi semblables à Achab, présenté dans le Premier livre des Rois comme un roi impie, dans la lignée de Manassé, de Jéroboam et de Omri. En effet, son alliance avec la Phénicie est à l’origine de son mariage avec Jézabel, fille du roi des Sidoniens, qui l’initia au culte du dieu Baal, auquel il éleva un temple en Samarie :

  • 25 Ibid., I Rois, XVI, 29-33, p. 1105.

Achab, fils d’Omri, devint roi sur Israël en l’an huit d’Asa, roi de Juda, et Achab, fils d’Omri, régna sur Israël à Samarie, durant vingt-deux ans. Achab, fils d’Omri, fit ce qui est mal aux yeux de Iahvé plus que tous ceux qui furent avant lui. Ce fut trop peu pour lui de marcher dans les péchés de Jéroboam, fils de Nebat, car il prit pour femme Jézabel, fille d’Ethbaal, roi des Sidoniens, il alla servir le Baal et se prosterna devant lui. Il dressa un autel, pour le Baal, dans la Maison du Baal qu’il avait bâtie à Samarie25.

16En dépit de son impiété, Achab s’en remit à plusieurs reprises au Dieu d’Israël, notamment quand le roi d’Aram-Damas, Ben-Hadad II, entreprit d’assiéger la capitale de son royaume. Selon le prophète Élie, ardent défenseur de la Loi et véritable thaumaturge qui mobilisait les forces de la nature contre le paganisme contemporain, Achab devait choisir entre Dieu et Baal, faute de quoi il continuerait à claudiquer, à clocher des deux côtés et à danser à cloche-pied :

  • 26 Ibid., I Rois, XVII, 18-21, p. 1110-1111 ; Jean Calvin, Œuvres, op. cit., p. 505.

Il [Elie] dit : « Je n’ai pas porté malheur à Israël, mais c’est toi et la maison de ton père, parce que vous avez abandonné les commandements de Iahvé et parce que tu es allé à la suite des Baals. Et maintenant envoie rassembler près de moi tout Israël au mont Carmel, avec les prophètes de Baal, au nombre de quatre cent cinquante, et les prophètes de l’Ashérah, au nombre de quatre cents, qui mangent tous à la table de Jézabel ». Achab manda les fils d’Israël et rassembla les prophètes au mont Carmel. Alors Élie s’avança vers tout le peuple et dit : « Jusques à quand clocherez-vous des deux pieds ? Si Iahvé est Dieu, allez à sa suite, et si c’est le Baal, allez à sa suite ». Mais les gens ne lui répondirent pas un mot26.

  • 27 Ibid., II, Rois, IX, 36-37, p. 1172.
  • 28 Ibid., Jérémie, VIII, 2, p. 266 ; IX, 21, p. 271 ; XVI, 4, p. 292 ; XXV, 33, p. 326.

17En entendant la malédiction qui allait s’abattre sur sa famille, Achab finit par se repentir de ses péchés, raison pour laquelle Dieu lui accorda sa miséricorde et fit venir le malheur sur son fils et son épouse. Chargé d’accomplir la vengeance divine, Jéhu détrôna et tua Joram, fit jeter Jézabel, la fausse prophétesse, par la fenêtre du palais et livra son corps en pâture aux chiens27. N’oublions pas que, dans la Bible, le cadavre sans sépulture est assimilé au fumier répandu sur les champs28.

18Dans le même ordre d’idées, les nicodémites ressemblent au peuple d’Israël dont Dieu se plaint par l’intermédiaire du prophète Isaïe :

  • 29 Ibid., Isaïe, XXX, 9-11, p. 102 ; Jean Calvin, Œuvres, op. cit., p. 551 : « Ce peuple est un peuple (...)

Car c’est un peuple rebelle, ce sont des fils renégats, ceux qui disent aux voyants : « Ne voyez pas ! » et aux visionnaires : « ne contemplez pas pour nous des choses vraies ; dites-nous des choses agréables, ayez des visions imaginaires. Écartez-vous de la voie, obliquez loin du chemin, faites disparaître de devant vous le Saint d’Israël29.

3. La lâcheté des nicodémites

  • 30 José María de Bujanda, op. cit., p. 282. Dans une lettre de 1537 adressée à Gérard Roussel, Calvin (...)

19En marge de leur hypocrisie, les nicodémites sont considérés comme des lâches qui n’ont pas le courage de leurs idées et qui font preuve d’une prudence coupable30. Vivant dans un environnement hostile, ils n’osent pas afficher au grand jour leur adhésion aux thèses réformées. Pour échapper aux persécutions, par crainte de perdre leur réputation, leurs biens ou leur vie, ils privilégient l’honneur du monde à l’honneur de Dieu, et font passer la gloire des hommes avant la gloire divine. Par confort personnel, ils ne sont pas enclins à se mettre en danger ni à faire des sacrifices, et font ce qui leur est utile « selon la chair » et non « selon l’esprit ». Trop attachés aux biens matériels et aux choses temporelles, ils délaissent les biens spirituels et le salut de leur âme :

  • 31 Jean Calvin, Œuvres, op. cit., p. 535.

Or après que toutes ces tergiversations sont abattues, ma dame prudence charnelle s’ingère pour jouer son rôle, et produit une raison fort péremptoire. Qu’adviendra-t-il si chacun se voulait déclarer pour servir à Dieu purement ? Je réponds en un mot que, s’il plaisait à Dieu, il s’en pourrait ensuivre beaucoup de persécutions, et que les uns seraient montrés au doigt, les autres mis en prisons, les autres bannis, les autres même laisseraient la vie. J’entends, comme j’ai dit, si Dieu le permettait. Mais nous voudrions faire cet honneur à Dieu de lui commettre ce qui en pourrait advenir, espérant qu’il y donnerait tel ordre que le mal que nous craignons n’adviendrait pas31.

  • 32 NT, Jean, XII, 43, p. 316.

20C’est, en quelque sorte, comme si les nicodémites avaient honte du Christ, et ne s’acquittaient que partiellement de l’honneur envers Dieu, qui doit prendre la forme d’une double adoration interne et externe, en âme et en corps. Ils confient plus en l’homme qu’en Dieu, ce qui les rend orgueilleux et hautains et, partant, dignes de châtiment. Ce choix de l’honneur du monde, de la gloire mondaine, s’avère être un pari extrêmement risqué, comme ne manque pas de le rappeler le prophète Isaïe : « Pourtant, même parmi les chefs, beaucoup se fièrent à lui, mais à cause des Pharisiens, ils ne l’avouaient pas pour ne pas être excommuniés, car ils aimèrent la gloire des hommes plus que la gloire de Dieu32. »

21Calvin ne condamne pas tant la « faiblesse » de ceux qui se « polluent en idolâtrie » en allant à la messe et en participant aux cérémonies superstitieuses des papistes, que leur attitude qui consiste à n’y voir rien de mal et à se justifier. Au lieu de confesser leur péché, afin d’obtenir la miséricorde de Dieu, ils se réfugient dans leur bonne conscience et se condamnent de ce fait. Au lieu d’avoir honte d’eux-mêmes, ils sont fiers de leur conduite. À l’instar de ces prophétesses-sorcières de l’Ancien Testament, qui paralysent et capturent leurs victimes, probablement par les méthodes de la magie imitative, les nicodémites cherchent à se faire des coussins pour endormir leur conscience. En cela, ils croient vivre alors qu’ils ne font que précipiter leur propre mort spirituelle :

  • 33 AT, Ezéchiel, XIII, 18-19, p. 473-474 ; Jean Calvin, Œuvres, op. cit., p. 506.

Tu diras : Ainsi a dit Adonaï Iahvé : Malheur à celles qui cousent des bandelettes pour tous les poignets et qui confectionnent des voiles pour les têtes de toute taille, afin de capturer des âmes ! […] Vous me profanez auprès de mon peuple, pour des poignées d’orge et pour des morceaux de pain, en faisant mourir des âmes qui ne doivent pas mourir et en faisant vivre des âmes qui ne doivent pas vivre, tandis que vous dites des mensonges à mon peuple qui écoute le mensonge33.

  • 34 Ibid., p. 529.
  • 35 NT, Matthieu, V, 19, p. 17 ; Jean Calvin, Œuvres, op. cit., p. 530.

22À d’autres moments, les nicodémites tendent à minimiser leur péché, en disant qu’il y a au monde des vices plus graves, comme la paillardise, le vol, l’ivrognerie, l’avarice ou l’orgueil34, ce à quoi Calvin leur rétorque que même le viol d’un petit commandement entraîne l’exclusion du royaume des cieux : « Celui donc qui délie l’un des moindres des commandements et qui enseigne ainsi les hommes sera appelé le moindre dans le règne des cieux, mais celui qui le pratique et l’enseigne sera appelé grand dans le règne des cieux35. »

4. L’idolâtrie des nicodémites

23Dans l’esprit de Calvin, les nicodémites ne sont pas seulement des hypocrites et des faibles. Ce sont aussi des idolâtres, comme ont pu l’être certains personnages bibliques dans l’Antiquité ou comme peuvent l’être encore les catholiques dans la France du xvie siècle. Selon le réformateur genevois, le péché d’idolâtrie implique une remise en cause du dogme monothéiste, un transfert de l’honneur de Dieu vers une créature ou une image, et la substitution de l’adoration de Dieu par celle de l’homme. Il s’agit d’un péché extrêmement grave, comme cela apparaît dans ces quelques lignes tirées de l’Exode :

  • 36 AT, Exode, XX, 2-6, p. 233 ; Jean Calvin, Œuvres, op. cit., p. 512.

Je suis Iahvé, ton Dieu, qui t’ai fait sortir du pays d’Égypte, de la maison des esclaves : tu n’auras pas d’autres dieux en face de moi. Tu ne feras pas d’idole, ni aucune image de ce qui est dans les cieux en haut, ou de ce qui est sur la terre en bas, ou de ce qui est dans les eaux sous la terre. Tu ne te prosterneras pas devant eux et tu ne les serviras pas. Car moi, Iahvé, ton Dieu, je suis un Dieu jaloux punissant la faute des pères sur les fils, sur la troisième et quatrième génération, pour ceux qui me haïssent, et faisant grâce jusqu’à la millième pour ceux qui m’aiment et observent mes commandements36.

  • 37 Ibid., p. 516.

24Il existe, d’après Calvin, une solution de continuité entre les idolâtries païennes – Baal, veau d’or, serpent d’airain, etc. – et l’idolâtrie catholique, et à ce titre on ne peut prétendre ni affirmer que celles-là sont plus graves que celle-ci. Elles sont toutes aussi abominables et s’exercent au détriment du Dieu unique. Si Calvin prône l’absence de tout compromis avec l’« Église de l’Antéchrist », il est obligé de reconnaître que les deux églises ont des points communs, comme « l’honneur du titre de Jésus Christ qu’ils portent et auquel nous convenons ensemble37 », les sacrements du baptême et de la Cène, les fêtes de Pâques et de la Pentecôte. En revanche, le sacrifice de la messe, le sacrement du mariage, les messes pour les morts, le sacrement de la confession, la vente de messes et d’indulgences, le culte des images, les reliques des saints, etc., sont considérés comme des formes abominables de dévotion mondaine, de sacrilège et d’idolâtrie.

25Paul critique l’attitude des Corinthiens, dont certains, en dépit de leur adhésion au christianisme, continuent à croire aux idoles de l’antiquité païenne et à la vertu des « idolothytes », viandes immolées au dieu que l’on servait en partie au repas sacré dans les jardins ou les dépendances du temple :

  • 38 NT, I Corinthiens, VIII, 4-7, p. 545-546 ; Jean Calvin, Œuvres, op. cit., p. 511.

Pour ce qui est donc de manger des idolothytes, nous savons qu’une idole n’est rien dans le monde et qu’il n’est de Dieu que l’unique, quoi qu’il y ait de prétendus dieux au ciel et sur la terre. Il y a beaucoup de dieux de cette sorte et beaucoup de seigneurs, mais pour nous, il n’y a qu’un dieu, le Père de qui tout vient et pour qui nous sommes et qu’un seigneur Jésus Christ, par qui tout existe et par qui nous sommes. Mais tous n’ont pas la science. Quelques-uns, encore, accoutumés aux idoles, croient manger des idolothytes et leur conscience qui est faible est salie38.

26Le même apôtre tisse un lien étroit entre l’idolâtrie et la prostitution. Il explique qu’en s’y adonnant, l’homme souille ses membres qui sont également ceux du Christ, et transforme le corps mystique de l’Église en une « paillarde ». Celle-ci n’est que la préfiguration de la grande prostituée de Babylone qui figure dans l’Apocalypse de Jean et à laquelle les réformés font souvent référence pour qualifier l’Église romaine. Pour glorifier Dieu dans son corps, il faut que l’homme puisse se débarrasser, à tout prix, de toute forme de péché corporel :

  • 39 NT, I Corinthiens, VI, 4-7, p. 541 ; Jean Calvin, Œuvres, op. cit., p. 512.

Ne savez-vous pas que vos corps sont des membres du Christ ? J’enlèverais donc les membres du Christ pour en faire des membres de prostituée ? Que non ! Est-ce que vous ne savez pas que celui qui s’attache à la prostituée fait corps avec elle ? car, est-il dit, les deux sont une seule chair. Mais celui qui s’attache au Seigneur ne fait qu’un esprit avec lui. Fuyez la prostitution. Tout péché qu’on fait est hors du corps, mais en se prostituant on pèche dans son corps39.

5. Les nicodémites face à l’Écriture sainte

  • 40 C’est ce que dit Calvin dans son Institution de le religion chrestienne…, op. cit., p. 492.

27Les nicodémites ne sont pas seulement des hypocrites, des lâches qui se drapent dans leur bonne conscience, et des idolâtres, mais aussi des hommes qui font un usage abusif de l’Écriture. S’ils ne vont pas jusqu’à travestir le sens des textes sacrés, ce qui est le propre des hérétiques, ils en donnent parfois des interprétations douteuses pour servir leur propre intérêt et légitimer leur conduite40. L’histoire de Nicodème revêt une importance toute particulière aux yeux des nicodémites. Dans l’Évangile de Jean, il est dit que ce Pharisien, membre du Sanhédrin, « vint à Jésus de nuit », en cachette, pour ne pas se faire mal voir de ses coreligionnaires :

  • 41 NT, Jean, III, 1-5, p. 278.

Il y avait, parmi les Pharisiens, un homme du nom de Nicodème, un chef des Juifs. Il vint de nuit à Jésus : Rabbi, nous savons que tu es un maître qui vient de Dieu, car personne ne peut faire les signes que tu fais si Dieu n’est avec lui. Jésus lui répondit : Oui, oui, je te le dis, personne s’il ne naît d’en haut ne peut voir le règne de Dieu. Nicodème lui dit : Comment un homme peut-il naître, une fois vieux ? Peut-il rentrer dans le sein de sa mère et naître ? Jésus répondit : Oui, oui, je te le dis, personne s’il ne naît d’eau et d’esprit ne peut entrer dans le règne des cieux41.

28Si Nicodème est bel et bien présenté dans l’Évangile comme le disciple secret du Christ, il est celui qui n’a pas encore accédé à la « régénération », c’est-à-dire, reçu l’illumination de la grâce divine. Selon Calvin, les nicodémites ne retiennent que la facette du personnage qui les intéresse pour légitimer leur conduite, et ce au détriment de la vérité. Il existe, en effet, un autre Nicodème qui est né « d’eau et d’Esprit », et prend ouvertement parti pour Jésus. Devant l’assemblée des Pharisiens, réunis en Galilée à l’occasion de la fête juive des Tabernacles, il n’hésite pas à demander à ce qu’on juge le Christ avec justice et en toute connaissance de cause :

  • 42 Ibid., Jean, VII, 45-51, p. 298-299.

Et les gardes revinrent vers les grands prêtres et les Pharisiens. Ceux-ci leur dirent : Pourquoi ne l’avez-vous pas amené ? Les gardes répondirent : Jamais homme n’a parlé comme cet homme. Les Pharisiens leur répondirent : Est-ce que vous aussi, vous vous égarez ? Est-ce qu’un des chefs ou des Pharisiens s’est fié à lui ? Mais cette foule qui ne connaît pas la loi, ce sont des maudits ! L’un d’eux, Nicodème, qui était venu naguère vers lui, leur dit : Notre loi juge-t-elle un homme avant de l’entendre et de savoir ce qu’il a fait ? Ils lui répondirent : Es-tu de Galilée aussi ? Scrute, et vois qu’il ne se lève pas de prophète de Galilée. Chacun s’en alla à sa maison42.

29Au moment de la fête de Pâques, Nicodème et Joseph d’Arimathie viennent demander au gouverneur Pilate la permission d’enlever le corps de Jésus après la crucifixion. Ensemble, ils se chargent de lui donner une sépulture digne de sa condition :

  • 43 Ibid., Jean, XIX, 38-42, p. 336.

Après quoi, Joseph d’Arimathie, qui était disciple de Jésus, mais en secret par crainte des Juifs, demanda à Pilate à enlever le corps de Jésus. Nicodème, qui au début était venu à lui de nuit, vint aussi, apportant un mélange d’environ cent livres de myrrhe et d’aloès. Ils prirent le corps de Jésus et le lièrent de bandelettes avec les aromates, comme les Juifs ont coutume d’ensevelir. Or il y avait un jardin au lieu où Jésus avait été crucifié, et dans le jardin un tombeau neuf, où personne encore n’avait été mis. Ce fut là qu’ils déposèrent Jésus, à cause de la Préparation des Juifs, car ce tombeau était proche43.

30Pour Calvin, nul doute que les nicodémites font un usage indu de l’histoire de Nicodème et qu’ils utilisent son exemple à mauvais escient. Si Nicodème adopte une attitude de dissimulation, ce n’est pas par conviction personnelle, mais parce qu’il n’a pas encore eu pleinement accès à la vérité chrétienne. À travers une rhétorique subtile, Calvin finit par faire dire au terme nicodémisme le contraire même de ce qu’il signifiait au départ :

  • 44 Jean Calvin, Œuvres, op. cit., p. 566-567.

Le peuple est ému aussi bien ; en sorte que Nicodème était assuré, qu’en se montrant disciple ou amateur de Jésus-Christ, il suscitait la fureur de tout le monde contre soi. Néanmoins il en fait profession évidente, devant tous. Il ne craint point la honte et l’opprobre. Il ne craint point la haine. Il ne craint point le tumulte. Il ne craint point les persécutions. Voilà Nicodémiser ; si nous prenons Nicodème Chrétien, et non pas en son ignorance, devant qu’il sût que c’était Jésus-Christ44.

  • 45 AT, II Rois, V, 14, p. 1153.
  • 46 Ibid., II Rois, V, 18, p. 1153 ; Jean Calvin, Œuvres, op. cit., p. 524.

31L’histoire de Naaman figure dans le Livre des Rois ainsi que dans l’Évangile de Luc. Ce personnage biblique était à la fois général d’armée et favori du roi d’Aram. S’il avait tout pour réussir dans la vie, il était néanmoins atteint de lèpre. Une servante de sa femme, « petite fille du pays d’Israël », lui conseilla de se rendre auprès du prophète Élisée à Samarie pour qu’il le guérît de sa terrible maladie. Par l’intermédiaire d’un messager, Élisée ordonna à Naaman de se baigner sept fois dans le Jourdain. Après son immersion, celui-ci guérit miraculeusement : « Il descendit donc et se plongea sept fois dans le Jourdain, suivant la parole de Dieu. Sa chair redevint comme la chair d’un petit garçon et il fut purifié45 ». Grâce à ce miracle, Naaman eut la certitude que seul en Israël résidait le vrai Dieu, ce qui l’amena à faire une profession de foi solennelle devant « l’homme de Dieu ». Non content d’honorer Dieu en esprit, il décida de lui rendre service en corps, en emportant de la terre sainte en Aram, pour y ériger un autel où il lui offrirait le sacrifice et l’holocauste. En dépit de son zèle religieux, Naaman sollicita le pardon divin auprès d’Élisée, car il continuait à assister aux cérémonies du temple de Rimmon pour ne pas déplaire au roi d’Aram : « Mais que Iahvé pardonne à ton serviteur la chose suivante ! Quand mon maître entre dans le temple de Rimmon pour s’y prosterner et qu’il s’appuie sur ma main, je me prosterne aussi dans le temple de Rimmon46. »

  • 47 AT, I Rois, XV, 18, p. 1099.

32Rimmon, ou plus exactement Ramman, était l’un des noms du dieu syrien par excellence, Hadad, dieu du tonnerre et de la pluie. Il apparaît tantôt sous la forme Tabrimmon, qui signifie en araméen « Rimmon est bon », tantôt sous la forme Hadad-Rimmon, mélange du dieu syrien de l’orage et de la pluie, et du dieu correspondant à l’assyro-babylonien Ramman (« Tonnant47 »).

  • 48 Ibid., II Rois, V, 19, p. 1153.

33Pour les nicodémites, l’exemple de Naaman offre un cas de nicodémisme toléré. En effet, celui-ci rend hommage en public au dieu Rimmon pour ne pas tomber en disgrâce auprès du roi d’Aram, alors qu’en privé, il observe les préceptes de la loi mosaïque. Calvin n’est pas du même avis. Selon lui, rien n’est dit dans le texte qui permette d’affirmer que ce nicodémisme soit consenti. Si Élisée use d’une formule d’absolution qui est aussi un adieu, « Élisée lui dit : “ Va en paix ” !, et celui-ci s’en alla à une certaine distance de chez lui48 », elle ne vaut pas pour autant consentement. Naaman n’est pas un véritable serviteur de Dieu, car il le sert en âme et non en corps, alors que sa gloire exige le service intérieur et extérieur.

34Conclusion

  • 49 Jean Calvin, Œuvres, op. cit., p. 527.
  • 50 Ibid., p. 541.
  • 51 Ibid., Introduction, p. 1285 : « Théodore de Béze est un exemple entre des centaines d’autres de ce (...)

35Face aux nicodémites qui allèguent qu’il est suffisant d’adorer Dieu en âme et non en corps, que leur conduite constitue un péché minime eu égard à d’autres vices, qu’ils vont à la messe pour ne point scandaliser et qu’ils sont prisonniers en terres papistes comme l’étaient les fils d’Israël en Égypte et à Babylone, Calvin répond fermement qu’il faut « préférer, comme la raison le veut, sa gloire à sa propre vie49 » et que « la gloire de Dieu […] nous doit bien être plus précieuse que cette vie caduque et transitoire50 ». Il les exhorte, avec fermeté, à suivre la voie de la repentance, de l’obéissance totale à Dieu et du martyre ou, à défaut, celle de l’exil51.

36Cela dit, le réformateur genevois a beau fustiger la conduite des nicodémites, lui qui se trouve à Genève au moment où il rédige son traité. S’il était à Paris, il ne pourrait pas s’exprimer de la sorte ni agir comme il le fait. C’est là une critique qu’Antoine Fumée adressait à Calvin, comme nous l’avons déjà signalé dans l’introduction. Si le chef spirituel ne fait pas ce qu’il dit, ses fidèles ne sont pas tenus de suivre son exemple. À cette accusation, Calvin répond que chacun doit s’occuper de son cas particulier, sans observer l’exemple des autres, qu’il ne fait qu’écouter la voix de sa propre conscience et que c’est la parole de Dieu qui s’exprime à travers lui. Il va même jusqu’à dire qu’il préfère plutôt mourir en martyr que de déroger à la gloire de Dieu :

  • 52 Ibid., p. 537.

Je sais aussi qu’il y en a quelques-uns qui se pensent bien justifier en disant qu’il m’est bien facile de parler ainsi quand je suis loin du danger, mais que si j’étais en leur lieu, je ne ferais pas tant du vaillant, mais que j’en ferais comme eux. Je réponds que je ne dis autre chose sinon ce que ma conscience me presse de dire, et que si je voulais autrement parler, je blasphémerais méchamment la vérité. Parquoi, si j’étais en lieu où je ne pusse point fuir l’idolâtrie sans danger, je prierais notre Seigneur qu’il me confermât, et qu’il me donnât cette constance de préférer, comme la raison le veut, sa gloire à ma propre vie. Et espère qu’il ne me délaisserait point52.

Haut de page

Notes

1 Christian Krieger et Marc Lienhard, Martin Bucer and Sixteenth-Century Europe, Leyde, Brill, 1993, p. 645-658 ; Olivier Millet, Calvin et la dynamique de la parole. Étude de rhétorique réformée, Paris, Honoré Champion, 1992, p. 808-828.

2 Nous utilisons l’édition établie par Francis Highman et Bernard Roussel (Jean Calvin, Œuvres, Paris, Gallimard, 2009, p. 505-550). Sur le nicodémisme chez Calvin, on lira, entre autres : Carlos Eire, War against the Idols : the Reformation of Worship from Erasmus to Calvin, Londres, Cambridge University Press ; Carlo Ginzburg, Il nicodemismo, simulazione e dissimulazione religiosa nell’Europa del’500, Turin, Einaudi, 1970 ; Francis Higman, Lire et découvrir. La circulation des idées au temps de la Réforme, Genève, Droz, vol. CCCXXVI, 1998, p. 637-650 ; Thierry Waneffelen, Ni Rome ni Genève : des fidèles entre deux chaires en France au xvie siècle, Paris, Honoré Champion, 1997, p. 35-80.

3 José María de Bujanda, Index de l’Université de Paris : 1544, 1545, 1549, 1551, 1556, Genève, Droz, 1985, p. 274-275 : « Le Petit traité de Calvin, paru en 1543, avait créé une vive discussion dans les cercles évangéliques parisiens (voir Histoire ecclesiastique des eglises reformees au royaume de France…, Anvers, 1580, I, 48-59). En 1544, Calvin a donc réaffirmé sa position en publiant l’Excuse aux Nicodémites, qui condamne de nouveau ceux qui essaient de vivre un compromis entre l’Église établie et les croyances réformées. En 1545, l’imprimeur Jean Girard a regroupé ensemble les deux écrits (seconde édition de l’Excuse et troisième du Petit traité) pour en faire l’édition censurée ici. Une nouvelle émission de cette édition paraît en 1546 même page de titre, mais à la fin l’avis de certaines autres églises, et une « autre epistre de M. Jean Calvin », datée du 14 juillet 1546. Édition ultérieure, en 1551, des deux textes réunis ; ensuite l’Excuse continue de paraître, dans Conseils et advis sur le procès des temporiseurs, Genève, Jean Crespin, 1558 ».

4 Eugénie Droz, Chemins de l’hérésie. Textes et documents, Genève, Slaktine, vol. 4, 1976, p. 140-160.

5 José María de Bujanda, op. cit., p. 404 (Petit traicté, monstrant que c’est que doit faire un homme fidele congnoissant la verité de l’evangile : quand il est entre les papistes. Avec une Epistre du mesme argument. Composé par M. J. Calvin, Genève, Jean Girard, 1543, in-8°, 58 folios) et p. 274 (Petit traicté, monstrant que c’est que doit faire un homme fidele congnoissant la verité de l’evangile : quand il est entre les papistes. Avec une Epistre du mesme argument. Ensemble l’Excuse faicte sur cela aux Nicodemites. Par M. J. Calvin, Genève, Jean Girard, 1545, in-8°, 80 folios).

6 Jean Calvin, Œuvres, op. cit., p. 1277.

7 Ibid., p. 1278 ; Jean-François Gilmont, Jean Calvin et le livre imprimé, Genève, Droz, 1997.

8 Jean Calvin, Œuvres, op. cit., p. 505.

9 Ibid., p. 506.

10 Ibid., p. 539. Sur la captivité en Égypte et à Babylone : Ancien Testament, I, Édition établie par Édouard Dhorme, Paris, Gallimard, 1956 (AT), Exode, I, 1 et ss., p. 177 ; I Rois, LI, p. 1066 ; II Rois, XXIV, 10-16, p. 1244-1245 ; Deutéronome, IV, 20, p. 524 ; Deutéronome, V, 6, p. 527 ; Deutéronome, VI, 12, p. 531 ; Josué, XXIV, 17, p. 712 ; Juges, VI, 8, p. 738.

11 Ibid., p. 1282.

12 Ibid., p. 540.

13 Ibid., p. 551.

14 Ibid., p. 516.

15 Jean Calvin, Institution de le religion chrestienne…, op. cit., p. 584 et suivantes.

16 Jean Calvin, Œuvres, op. cit., p. 525.

17 Nouveau Testament, Édition établie par Jean Grosjean et Michel Léturmy, Paris, Gallimard, 1971, (NT), Matthieu, XXIII, 1-3, p. 76-77.

18 Quintilien, De l’institution oratoire, Paris, Firmin-Didot, 1875, Livre VIII, p. 85.

19 Jean Calvin, Œuvres, op. cit., p. 511.

20 Ibid., p. 505.

21 AT, Deutéronome, XXIII, 5, p. 577.

22 Ibid., Nombres, XXII, 22-35, p. 461-462.

23 Ibid., Apocalypse, II, 14, p. 867.

24 Ibid., Nombres, XXXI, 8, p. 488.

25 Ibid., I Rois, XVI, 29-33, p. 1105.

26 Ibid., I Rois, XVII, 18-21, p. 1110-1111 ; Jean Calvin, Œuvres, op. cit., p. 505.

27 Ibid., II, Rois, IX, 36-37, p. 1172.

28 Ibid., Jérémie, VIII, 2, p. 266 ; IX, 21, p. 271 ; XVI, 4, p. 292 ; XXV, 33, p. 326.

29 Ibid., Isaïe, XXX, 9-11, p. 102 ; Jean Calvin, Œuvres, op. cit., p. 551 : « Ce peuple est un peuple rebelle, et ce sont hypocrites ; gens qui refusent de ouïr la loi du Seigneur. Qui disent à ceux qui voient, Ne voyez point ; et à ceux qui considèrent, Ne vous considérez point les choses droites, mais parlez choses qui nous plaisent, et voyez les déceptions ».

30 José María de Bujanda, op. cit., p. 282. Dans une lettre de 1537 adressée à Gérard Roussel, Calvin reprochait à son ancien ami de se laisser compromettre en acceptant la dignité d’évêque d’Oloron.

31 Jean Calvin, Œuvres, op. cit., p. 535.

32 NT, Jean, XII, 43, p. 316.

33 AT, Ezéchiel, XIII, 18-19, p. 473-474 ; Jean Calvin, Œuvres, op. cit., p. 506.

34 Ibid., p. 529.

35 NT, Matthieu, V, 19, p. 17 ; Jean Calvin, Œuvres, op. cit., p. 530.

36 AT, Exode, XX, 2-6, p. 233 ; Jean Calvin, Œuvres, op. cit., p. 512.

37 Ibid., p. 516.

38 NT, I Corinthiens, VIII, 4-7, p. 545-546 ; Jean Calvin, Œuvres, op. cit., p. 511.

39 NT, I Corinthiens, VI, 4-7, p. 541 ; Jean Calvin, Œuvres, op. cit., p. 512.

40 C’est ce que dit Calvin dans son Institution de le religion chrestienne…, op. cit., p. 492.

41 NT, Jean, III, 1-5, p. 278.

42 Ibid., Jean, VII, 45-51, p. 298-299.

43 Ibid., Jean, XIX, 38-42, p. 336.

44 Jean Calvin, Œuvres, op. cit., p. 566-567.

45 AT, II Rois, V, 14, p. 1153.

46 Ibid., II Rois, V, 18, p. 1153 ; Jean Calvin, Œuvres, op. cit., p. 524.

47 AT, I Rois, XV, 18, p. 1099.

48 Ibid., II Rois, V, 19, p. 1153.

49 Jean Calvin, Œuvres, op. cit., p. 527.

50 Ibid., p. 541.

51 Ibid., Introduction, p. 1285 : « Théodore de Béze est un exemple entre des centaines d’autres de cette émigration vers Genève proposée par Calvin dans ces petits traités. C’est autour de l’année 1550 que l’on constate l’accroissement important du nombre de réfugiés français arrivant dans la ville : Jean Crespin, Laurent de Normandie, Robert Estienne, la famille de Guillaume Budé, plus d’une centaine d’imprimeurs et de libraires… Calvin était arrivé à imposer en grande partie sa vision bipolaire sur la situation religieuse où l’on ne pouvait plus choisir qu’entre adoption fervente du message évangélique et abandon de tout espoir de réforme religieuse ».

52 Ibid., p. 537.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Parello, « Petit traité montrant que c’est que doit faire un homme fidèle connaissant la vérité de l’Evangile, quand il est entre les papistes (1543) : Jean Calvin et les nicodémites », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 34 | 2020, mis en ligne le 10 juin 2020, consulté le 11 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/framespa/8581 ; DOI : https://doi.org/10.4000/framespa.8581

Haut de page

Auteur

Vincent Parello

Vincent Parello est Professeur de civilisation et de littérature de l’Espagne moderne à l’Université Bordeaux Montaigne. Il a publié, notamment, Les judéo-convers de Tolède (XVe-XVIIe siècles). De l’exclusion à l’intégration, Paris, L’Harmattan, 1999 ; La Catalogne de Cervantès, Montpellier, PULM, 2006 ; Des réfugiés espagnols de la Guerre civile dans le département de l’Hérault (1937-1939), Perpignan, PUP, 2010 ; Aux origines du roman : la littérature picaresque espagnole, Strasbourg, Université Ouverte des Humanités de Strasbourg, 2008 (ouvrage en version électronique). Contact : parellov@gmail.com.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals