Navigation – Plan du site
Pratiques de simulation et de dissimulation religieuses (nicodémisme) en Espagne et en Italie (XVe-XVIIe siècles)

Des moines trop bavards : imprudence, simulation ou dissimulation dans les monastères hiéronymites du xve siècle. L’exemple de Santa Catalina de Talavera

Monjes demasiado habladores : descuido, simulación u ocultación en los monasterios jerónimos del siglo XV. El ejemplo de Santa Catalina de Talavera.
Too talkative monks: carelessness, simulation or concealment in 15th century Hieronymite monasteries. The example of Santa Catalina de Talavera.
Sophie Coussemacker

Résumés

Lorsque l’Ordre de Saint-Jérôme traversa une grave crise interne entre factions de vieux et de nouveaux-chrétiens, dans les années 1470-80, il dut constituer une inquisition interne traquant les moines judaïsants, jusqu’aux plus hauts sommets de l’ordre. Le cas du monastère de Talavera, surtout connu par les dénonciations des moines de Guadalupe, permet de comprendre quelques-unes des stratégies de dissimulation mises en œuvre par les moines d’origine converse, mais aussi leur relative imprudence, avant le déclenchement de la crise. Il témoigne surtout que les enjeux étaient bien plus politiques que spirituels.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Haim Beinart, « The judaizing movement in the Orden of San Jerónimo in Castille », Scripta Hierosol (...)
  • 2 On peut citer, entre autres, Ernesto García Fernández, « Los conversos y la Inquisición », Clío & C (...)
  • 3 Sophie Coussemacker, L’Ordre de Saint-Jérôme en Espagne 1371-1516, thèse de doctorat en histoire mé (...)
  • 4 Les traces d’enquêtes à Talavera sont analysées dans Sophie Coussemacker, L’Ordre de Saint-Jérôme…, (...)

1Dans les années 1480, l’Ordre de Saint-Jérôme (Ordo Sancti Hieronymi ou OSH) connut une crise majeure, à la suite de la « découverte » de nombreux moines d’origine converse, accusés de judaïser secrètement dans plusieurs couvents et, en particulier, à Guadalupe (Extrémadure), l’un des plus prestigieux1. Si la question générale des conversos dans la péninsule Ibérique a été au cœur de nombreuses études, renouvelées assez récemment2, la question plus spécifique des crypto-judaïsants dans l’OSH n’a guère fait l’objet de recherches actualisées ; elle avait été analysée depuis longtemps par Fidel Fita (dès 1893) pour les procès de Guadalupe, puis reprise par Albert A. Sicroff, Haim Beinart, Moisés Orfalí et Carlos Carrete Parrondo, entre autres, mais ils ont travaillé essentiellement sur le statut de pureté de sang de 1486, l’inquisition interne de l’ordre et les pratiques judaïsantes dénoncées (circoncision, pratiques alimentaires, mépris du saint sacrement, etc.). À l’époque de ma thèse3, en croisant les procès et dépositions conservés ? avec les actes des chapitres capitulaires de l’Ordre, c’est sous l’angle prosopographique des réseaux et des factions que j’avais analysé ces procès. C’est à présent à nouveaux frais que je voudrais les reprendre ici, par le biais du questionnement sur la dissimulation. Il m’est malheureusement impossible, dans le cadre de cet article, de développer l’ensemble des pratiques de simulation déployées par les moines hiéronymites suspectés de judaïser. J’ai donc choisi une démarche relevant de la « micro-histoire », en me centrant sur un seul couvent, Santa Catalina de Talavera (Talavera de la Reina, province de Tolède), d’une part parce que les faits sont moins bien connus qu’à La Sisla de Tolède ou à Lupiana (près de Guadalajara), mais aussi parce que les événements m’ont semblé assez révélateurs des stratégies de dissimulation – ou, au contraire, de l’imprudence de certains moines – et des enjeux4.

2Mais pour bien replacer les faits que l’on présentera ensuite, nous commencerons par quelques éléments de contextualisation, à la fois sur l’histoire de l’Ordre et sur les pratiques de dissimulation – ou, au contraire, sur l’imprudence – des moines hiéronymites d’origine converse.

1. L’OSH et la question converse

  • 5 Sophie Coussemacker, « Alonso de Oropesa et Fernando de Talavera. Deux Hiéronymites du xve siècle a (...)

3Dès les années 1450 au moins, deux factions rivales avaient commencé à créer des troubles dans plusieurs couvents hiéronymites : à Guadalupe en premier lieu, mais aussi à Talavera, La Sisla de Tolède et sans doute ailleurs aussi. Si les deux factions n’étaient pas strictement composées de vieux-chrétiens d’un côté, de convertis de l’autre, le prétexte ou la ligne de fracture était bien la question des conversos, telle qu’Alonso de Oropesa l’avait posée dans le Lumen ad revelationem gentium (1465) : pouvait-on préserver l’unité du corps de l’Église avec tolérance, ou au contraire devait-on rejeter toute trace de judaïté5 ? Mais bien des ambitions carriéristes, de part et d’autre, justifièrent l’appartenance à l’une ou l’autre faction, car l’enjeu réel était le contrôle du pouvoir dans les maisons les plus éminentes de l’Ordre (Lupiana, La Sisla, Guadalupe ou Madrid), et dans les instances centrales, constituées par le généralat et les charges de député, définiteur ou visiteur de l’Ordre.

  • 6 Fidel Fita, « La inquisición en Guadalupe », B.R.A.H., 23, 1893, p. 283-341 ; Albert A. Sicroff, «  (...)
  • 7 La politique habituelle de l’Ordre en cas de problème consistait à exiler temporairement le rebelle (...)

4Si les tensions montèrent progressivement sous le généralat de Juan de Ortega Maluenda (jusqu’en 1485), issu de la famille converse des Cartagena/Santa Maria de Burgos, elles atteignirent leur paroxysme sous son successeur, Rodrigo de Orenes, un galicien qui n’était pas un converso, mais les protégeait et favorisait indéniablement, au besoin en truquant les votes lors des chapitres généraux de l’Ordre. Le point de non-retour fut l’arrivée d’une délégation du tribunal de Ciudad Real à La Puebla de Guadalupe6. Il s’agissait d’une délégation de l’Inquisition étatique, chargée avant tout de traquer les déviances de la foi parmi les habitants de La Puebla. Des moines de l’Ordre furent requis pour seconder les inquisiteurs, à commencer par Gonzalo de Toro, prieur de Montamarta (province de Zamora), et qui apparaît dès lors comme le chef de la faction hostile aux conversos et au général Orenes. Des liens étroits furent mis à jour entre les convertis judaïsants du village et des moines qui partageaient leurs pratiques ou leurs opinions Pire encore, les dépositions s’empilèrent contre des moines d’autres maisons de l’Ordre ; ils étaient connus de ceux de Guadalupe soit parce qu’ils y avaient séjourné pour raison disciplinaire (c’est-à-dire qu’ils y avaient été envoyés en pénitence) ; soit, à l’inverse, des moines de Guadalupe avaient été envoyés dans d’autres maisons, là encore pour les punir de diverses fautes7. Le résultat, c’est que ces commères de moines savaient bien plus de choses sur les pratiques des frères d’autres couvents que si ceux-ci avaient été vraiment cloîtrés et contraints à résidence dans leur maison d’origine. Et les procès de Guadalupe « révélèrent » que les réseaux convers étaient nombreux, actifs et bien enracinés dans les maisons les plus puissantes de l’Ordre, voire les plus proches des souverains.

  • 8 Carlos Carrete Parrondo, « Los conversos jerónimos ante el estatuto de limpieza de sangre », Helman (...)
  • 9 Sur les relations entre les Rois Catholiques et l’OSH, F. Javier Campos y Fernández de Sevilla, « L (...)
  • 10 La situation ne se détendit qu’à la fin du siècle et au début du xvie siècle, du moins de façon pro (...)

5En avril 1486, ce scandale conduisit l’Ordre à adopter un statut de pureté de sang, écartant tout postulant qui ne pourrait pas prouver son ascendance « vieille-chrétienne » jusqu’à la quatrième génération, et à fermer l’accès aux charges de responsabilité à tout moine d’origine converse, même s’il n’était pas suspect a priori de judaïser8. En même temps, l’Ordre décida de mettre en place une véritable inquisition interne, dirigée par Gonzalo de Toro. Et pourtant, une grande partie des Hiéronymites, dont leur général lui-même, Rodrigo de Orenes, étaient hostiles à ce rejet des conversos. Mais il lui fut interdit de se représenter et, en août, l’élection du général conduisit au pouvoir Gonzalo de Toro, le chef de la faction vieille-chrétienne. Les Rois Catholiques, longtemps attentistes, finirent par ne plus tolérer le scandale de révélations réitérées sur le crypto-judaïsme pratiqué dans certains monastères de l’Ordre9. Mais, tout en imposant à Gonzalo de Toro, paradoxalement, de suspendre ce statut « de pureté de sang », ils donnèrent leur aval à l’inquisition interne à l’Ordre, chargée de traquer les erreurs des mauvais moines10.

6Les nombreux procès qui furent alors intentés à des moines soupçonnés de judaïser sont à manier avec la plus grande précaution. À lire ces relations de cas (ou au moins les témoignages inclus dans d’autres procès, ou les sentences, car tous les procès ne sont pas conservés dans leur intégralité), les moines hiéronymites crypto-judaïsants ne faisaient guère preuve de prudence et encore moins de dissimulation dans leur désir de revenir aux pratiques et à la foi de leurs ancêtres. On a même l’impression qu’ils parlaient et agissaient avec un sentiment d’impunité, fondé sur leur certitude que les autorités les protégeaient, que ce soit dans leur propre couvent ou au niveau des instances centrales de l’Ordre, puisque les généraux eux-mêmes étaient soit des convers, soit leur étaient favorables. C’est d’ailleurs bien le noyautage des couvents par les pro-convers qui avait suscité, avant tout, la haine et la vindicte de la faction adverse. Mais les pratiques et les croyances que les procès dénoncent ?sont, peut-être, le fruit de rumeurs propagées par des témoins à la fois monastiques et laïcs, apeurés ou pressés de parler sous la torture : plusieurs parmi eux revinrent a posteriori sur leur témoignage, affirmant qu’ils avaient menti. Il est donc difficile de mesurer ce qui relève de la dissimulation de pratiques judaïsantes, de la simulation d’une foi chrétienne, à laquelle ces moines n’auraient adhéré que par convention, et de racontars destinés à détruire la partie adverse pour des raisons strictement politiques.

2. Une parole et des actes trop libres, face à quelques rares stratégies de dissimulation

  • 11 Pour bien des moines témoins de l’accusation peu lettrés, les habitudes alimentaires étaient la seu (...)

7Les moines d’origine converse ou favorables aux convers semblent avoir fait preuve d’une certaine imprudence, pour ne pas dire plus, à la fois dans l’expression verbale de leur opinion, mais aussi dans leurs pratiques quotidiennes, notamment alimentaires11.

  • 12 Leur reproche principal était que l’Inquisition n’arrêtait des gens que pour confisquer leurs biens (...)

8Mais il y avait plus grave : beaucoup de moines, qu’ils soient convers ou pas, n’hésitèrent pas à tenir des propos, pendant longtemps, dont la teneur n’était finalement pas si différente de celle du Lumen d’Alonso de Oropesa : ils manifestèrent ainsi publiquement leur opposition à toute ségrégation religieuse et, surtout, à l’Inquisition d’État qui venait de commencer ses travaux à Séville en 147812. D’autres allaient jusqu’à affirmer que les convertis arrêtés et exécutés étaient de saints martyrs. D’autres, encore, se moquaient des légendes concernant le saint fondateur de leur couvent et des miracles que l’on y narrait. Enfin, certains ne firent pas mystère de leurs origines juives lors des procès, confessant ne pas avoir été baptisés, et surtout avoir eu un intérêt, une curiosité, pour la foi de leurs ancêtres, et avoir cherché à se renseigner auprès d’artisans juifs de leur entourage sur les cérémonies et pratiques juives, notamment les mitzvot. Peut-être se croyaient-ils à l’abri de poursuites ? En revanche, après le changement de direction et l’arrivée de l’Inquisition interne dans les couvents, si certains continuèrent à exprimer leurs idées librement, beaucoup se repentirent de leur ancienne liberté de parole, et les témoins affirment qu’ils avaient l’air désespérés, como muertos.

9Second reproche, être fautor de herejes, c’est-à-dire favoriser ouvertement les conversos dans leur couvent ou l’Ordre en général, mais aussi les Juifs à l’extérieur, dilapidant même les biens des couvents pour donner de l’argent ou de l’huile aux synagogues de leur région. D’autres accueillaient volontiers des Juifs dans leur cellule, s’enfermant en tête à tête avec eux. On les accuse aussi de divulguer des confessions. Pire encore, certains moines auraient été surpris en train de ? réciter des prières en hébreu. Certains auraient tenté de fuir le couvent à plusieurs reprises pour partir à l’étranger, quand d’autres furent accusés d’avoir monté de vraies machinations pour assassiner – par empoisonnement – des opposants politiques. Bref, beaucoup de moines semblent n’avoir quasiment pas dissimulé leurs positions idéologiques et même leurs pratiques.

  • 13 Parmi les reproches récurrents : certains ne se signaient pas correctement, élevaient l’hostie à l’ (...)
  • 14 Parmi ces stratégies, se prétendre malade pendant le grand jeûne, pour pouvoir le pratiquer dans sa (...)
  • 15 Être né juif n’était pas un crime en soi, mais quand les attaques inquisitoriales commencèrent à se (...)

10D’autres étaient à peine plus discrets, mais tout juste13. En revanche, certains semblent avoir fait preuve de plus de prudence, et avoir utilisé quelques stratégies pour respecter les fêtes juives sans que le reste du couvent le sache14, ce à quoi ils renoncèrent après l’arrivée au pouvoir de Gonzalo de Toro, car ces pratiques devenaient trop risquées. Quelques-uns essayaient de respecter le sabbat, mais devaient se résoudre à travailler le samedi pour écarter les soupçons. Comment faire, cependant, pour dissimuler que l’on était circoncis, quand on était né dans le judaïsme ? Il était impossible de cacher ce genre de fait, que ce soit en se rendant aux latrines ou aux bains15. Plusieurs moines développèrent la même stratégie : affirmer qu’ils avaient été retajados dans leur enfance à la suite d’une maladie, et déposer sur ce fait spontanément, en produisant le témoignage d’un chirurgien, dans l’espoir que cela suffirait à les dédouaner.

  • 16 Plusieurs cas, au Parral de Ségovie ou à La Sisla de Tolède, témoignent que des artisans juifs fure (...)

11La principale stratégie de dissimulation était d’éviter que les discussions sur les questions religieuses tendancieuses aient lieu en public – que ce soit avec d’autres moines ou des artisans juifs travaillant pour le couvent –. Malheureusement, les monastères semblent avoir été des nids à ragots, où tout se savait, tout se répétait, et au besoin s’inventait16. En outre, le fait même de se rencontrer et de discuter secrètement entre moines d’origine converse semblait déjà suspect, aux yeux des témoins. Enfin, des moines qui avaient eu la langue trop bien pendue, soudain conscients du danger, tentèrent de rattraper une parole malheureuse, souvent en vain, suscitant au contraire le soupçon chez leurs interlocuteurs. D’autres, dont la pratique religieuse était des plus tièdes, se mirent à célébrer la messe chaque jour dévotement. Là encore, leur changement d’attitude ne fit souvent que renforcer les soupçons pesant sur eux.

3. Le cas de Santa Catalina de Talavera

  • 17 Codex del Perpetuo Socorro, p. 91. Il ne subsiste plus aujourd’hui que de mauvaises photographies d (...)

12À Talavera, monastère situé à quelques quatre-vingt kilomètres à l’est de Tolède, et distant d’une centaine de kilomètres de Guadalupe, il ne semble pas que les tribunaux de l’Ordre se soient établis entre 1487 et 1491, mais plusieurs moines du couvent y furent suspectés de judaïser, ou du moins d’appartenir à la faction converse. Un moine de Guadalupe, Fray Agustín, estimait même que cette maison était l’une de celles qui était entièrement tombée sous la coupe des convertis, comme La Sisla de Tolède17. Cinq moines furent, au moins, suspectés d’être d’origine juive et de judaïser. Gonzalo de Toro lui-même mena une enquête approfondie, afin de réunir des preuves, notamment contre les frères Pedro et Francisco de Segovia, deux des membres mineurs de la faction converse qui avaient longtemps tenu en main le monastère.

13Tout semble en effet être parti de l’opposition farouche entre deux « couples » de frères, les uns vieux-chrétiens, Juan et Pedro de Trujillo, qui étaient en fait des profès de Guadalupe, les autres des conversos, Pedro et Francisco de Segovia. Le premier avait longtemps été prieur de Talavera, monopolisant le pouvoir entre 1459 et 1473, sans interruption. Mais c’est à Guadalupe que la haine entre les deux « couples » de frères prit racine, semble-t-il.

3a. Des carrières parallèles accidentées

  • 18 La première mention de Pedro de Segovia remonte à avril mai 1456. Archivo General del Palacio (AGP) (...)
  • 19 Dès 1452, Juan de Trujillo avait représenté son couvent au chapitre général et y avait détenu des c (...)
  • 20 En 1468, à l’extrême fin de son mandat, Alonso de Oropesa exigea qu’un frère de Guadalupe (Toribio (...)
  • 21 AGP leg. 1790 I, fol. 60, 66 vo, et 71 vo. Il tint aussi diverses charges centrales (confirmateur, (...)

14On ignore pourquoi les frères Pedro et Francisco de Segovia avaient fait profession à Talavera plutôt qu’au Parral de Ségovie, leur ville d’origine ; mais peut-être étaient-ils entrés dans l’ordre avant 1454, date de la fondation du Parral18. Les deux frères Trujillo devaient être de la même génération qu’eux, en tous cas ils commencent à être mentionnés dans les actes capitulaires de l’Ordre à la même époque, à la fin des années 145019. Dans les années 1460, pendant le généralat d’Alonso de Oropesa, les Trujillo occupaient une position de choix à Guadalupe, en dépit de quelques accidents de parcours, notamment une fronde des moines contre Oropesa, en 146820 ; pendant ce temps, les frères Segovia « tenaient » Montamarta et surtout Talavera – ou le croyaient, du moins. Pedro de Segovia fut prieur de Montamarta21, avant d’occuper cette charge pendant près de quinze ans à Talavera, tandis qu’il officiait également comme visiteur dans d’autres couvents, et comme député auprès des instances centrales.

  • 22 AGP leg. 1790 I, fol. 104 vo-107 vo : « Parece que el bien se callara e leuara en el seno todo lo q (...)
  • 23 Celui-ci faisait alors une belle carrière : dès 1473, Juan de Ortega l’avait nommé délégué de l’Ord (...)

15Sa carrière connut un premier coup d’arrêt en 1473, pour avoir laissé agir un peu trop librement son collègue visiteur, Fernando de Córdoua (alors prieur de Buenavista), dans divers monastères où leur action fit scandale. En dépit des mises en garde du général, il avait eu surtout la lâcheté de ne pas s’opposer à son collègue, lorsque celui-ci avait démis Gonzalo de Maluenda de son priorat à San Juan de Ortega (province de Burgos)22. Or, il s’agissait du propre oncle du général de l’Ordre ! Il fut ainsi privé de sa charge de prieur de Talavera, entre avril et novembre 1473, et remplacé par Juan de Trujillo23. On ne peut donc pas vraiment dire qu’à cette date, les frères convers monopolisaient le pouvoir et les charges, puisque Juan de Trujillo fit clairement une très belle carrière sous le premier généralat d’Ortega.

  • 24 « La rebellion del conuento a la qual coopero, e los insultos de los legos a los quales el pudiera (...)
  • 25 En août 1474, Juan de Trujillo fut lourdement réprimandé, inhabilité à tous les offices électifs da (...)
  • 26 AGP leg. 1790 II, fol. 16 et 23.

16En 1474, lors du second mandat de Juan de Ortega à la tête de l’Ordre, le couvent de Talavera fut secoué par une grave crise : les frères lais du couvent se rebellèrent contre les moines de chœur ; par la suite, on accusa le prieur Juan de Trujillo d’avoir encouragé la rébellion ou du moins de l’avoir laissé se développer24. Il aurait aussi envoyé au général Ortega une lettre qui fit scandale. Vu les accointances très claires, plus tard, des deux Trujillo avec le parti vieux-chrétien, les moines de chœur visés par la rébellion des frères lais de Talavera pourraient bien avoir été des conversos, tandis que les rebelles auraient eu partie liée avec les vieux-chrétiens. Quoi qu’il en soit, Ortega envoya trois moines enquêter, dont Rodrigo de Orenes, alors prieur de Montamarta, et ils démirent Juan de Trujillo, remplacé par Pedro de Segovia, l’ancien prieur de retour au pouvoir25. Celui-ci retrouva non seulement sa maison, sa charge et sa cellule, mais put aussi faire de son frère Francisco son vicaire. Maître des novices, vicaire quand son frère était prieur, ce dernier fit l’essentiel de sa carrière dans son ombre. Pedro s’efface ensuite peu à peu des sources, souffrant de problèmes de santé, l’empêchant de venir aux chapitres privés ou généraux à Lupiana, où il se fit remplacer par son frère, Francisco ; il s’agissait peut-être d’un simple prétexte pour éviter de se présenter devant les instances centrales. L’Ordre décida finalement en 1477 que Pedro de Segovia ne devrait pas être réélu à la fin de son mandat, puisque sa santé était si défaillante26, et il était sans doute décédé avant les procès de Guadalupe.

  • 27 AGP leg. 1790 II, fol. 40 vo et 44, 60 vo et 72 vo. Il y avait deux Francisco de Segovia à Talavera (...)
  • 28 AGP leg. 1790 II, fol. 111 vo et 113 vo.
  • 29 Il apparaît ensuite régulièrement dans les archives jusqu’en 1506, votant toujours contre les décis (...)

17Au début des années 1480, tandis que les rivalités entre moines vieux et nouveaux-chrétiens s’exacerbent, Francisco de Segovia d’une part, Juan et Pedro de Trujillo de l’autre, connaissent des trajectoires bien différentes. Au printemps 1480, l’Ordre décida d’envoyer Francisco à La Sisla de Tolède, son maintien à Talavera étant devenu impossible. Il semble alors avoir cherché à fuir l’ordre par deux fois27. Son droit de vote ne lui fut restitué que trois ans plus tard et, en 1486, il fut à nouveau réprimandé pour avoir parlé inconsidérément lors des dernières élections, accusant les visiteurs de son couvent d’injustice. Il fut derechef privé de la voix au chapitre et de l’office des confessions28. Il disparaît ensuite des actes pendant six ans, la période la plus critique de l’inquisition interne. Il fut exilé de son couvent, d’abord à San Juan de Ortega jusqu’en 1492, puis à Guisando (province d’Avila), et fut autorisé à rentrer avant 149729.

  • 30 AGP leg. 1790 II, fol. 51, 53, 59, 60-61, et 65 vo.

18De son côté, Juan de Trujillo mit un peu de temps à se relever des graves réprimandes subies en août 1474, après la rébellion du couvent de Talavera. Il devait disposer d’appuis efficaces à Guadalupe, car il retrouva la plupart de ses fonctions dès 1480, en tant que représentant de son couvent. À cette date, son hostilité vis-à-vis de Rodrigo de Orenes et de la faction converse devint patente. En 1484, on lui confia une opération de ségrégation préventive entre Juifs et Chrétiens à Guadalajara, mais il refusa de se présenter devant le chapitre privé, par hostilité envers le général ; celui-ci se plaignit alors que Juan de Trujillo n’avait rempli aucune des missions qui lui avaient été confiées30.

  • 31 Albert A. Sicroff, « El caso del judaizante jerónimo fray Diego de Marchena », Homenaje a Rodríguez (...)
  • 32 Codex del Perpetuo Socorro, p. 49 à 60.

19Juan de Trujillo était de nouveau à Guadalupe, l’année suivante, au moment où le tribunal inquisitorial se mit en place dans le village (La Puebla). Ce tribunal commença à enquêter en novembre 1484 et mena son action jusqu’en décembre 1485. Il fut annoncé par des prédications enflammées et enthousiastes de Juan de Trujillo. ce dernier agit comme assesseur aux côtés des juges séculiers et monastiques, et même comme fiscal dans le procès du principal accusé, Diego de Marchena31 ; tandis que son frère Pedro compte parmi les témoins ayant dénoncé les moines convers, dans des dépositions à la fois en latin et en castillan32 : l’appartenance des deux Trujillo à la faction vieille-converse ne faisait plus de doute, à cette date.

  • 33 AGP leg. 1790 II, fol. 67, 68, 71 vo et 89.
  • 34 Nécrologe de Guadalupe, ESC a-IV-10, n° 316.

20Lorsque Gonzalo de Toro prit le pouvoir, Juan de Trujillo retrouva non seulement sa charge de visiteur général pour l’Aragon, mais aussi de négociateur particulier des affaires de Guadalupe, notamment auprès de la cour33. Il semble cependant avoir connu des difficultés, y compris dans son propre camp, sans doute en raison de malversations pendant ses visites dans des couvents aragonais, et il disparaît des sources de l’Ordre à partir de 1489-90 (date probable de sa mort)34.

  • 35 AGP leg. 1790 II, fol. 87.
  • 36 En novembre 1487, le procès pour propositions suspectes (mais non pour judaïsme) de Fray Agustín fu (...)

21Son frère Pedro lui survécut quelques années. Lorsque l’Inquisition interne de l’Ordre fut réactivée en juin 1487, à sa tête se trouvait Gonzalo de Toro, cumulant cette fonction avec celle de général de l’ordre, et Pedro de Trujillo, devenu entretemps prieur de Talavera35. Toro semble avoir voulu le renvoyer dans ce couvent toujours agité par les rivalités entre vieux et nouveaux chrétiens. En tant qu’inquisiteur, il revint aussi à Guadalupe afin d’examiner de nouveau les positions hérétiques de Fray Agustín, lequel professait des opinions assez discutables sur la façon dont le Christ était venu au monde, même s’il ne fut jamais soupçonné de judaïser36.

22Pedro de Trujillo était clairement une des cibles du parti pro-conversos, certains moines continuant à parler ouvertement de leur rancœur à son égard, au mépris du danger. Ainsi, en 1487, on apprit à Lupiana la mort de Juan de San Esteban, le prieur de La Mejorada d’Olmedo qui venait d’être nommé dans l’équipe des inquisiteurs de Gonzalo de Toro ; un témoin croisa Diego de Burgos – l’un des moines de Lupiana suspecté de judaïser – dans un escalier menant au chœur ; le témoin venait lui-même de célébrer la messe et était attristé par le décès de Juan Esteban, mais quand il en parla à Diego de Burgos, celui-ci répliqua avec morgue : « À quand celle du prieur de Talavera ! ».

23Nous avons donc quatre moines aux carrières entremêlées, ayant connu des hauts et des bas (mais ils ne furent pas les seuls) et aux positions parfois ambiguës, au moins jusqu’en 1485-86 pour les deux frères Trujillo. Ces derniers étaient-ils eux-mêmes d’origine converse ou du moins furent-ils, un temps, favorables aux convers ? La déposition de Fray Agustín, de Guadalupe lui aussi, sème le trouble, car il affirme à propos de Juan de Trujillo, à l’époque où il était vicaire de Guadalupe :

  • 37 Codex del Perpetuo Socorro, p. 91.

aunque no es converso segund se dezia… es asi afficionado y favorable a los conversos que paresçe exceder las affectiones que ellos mesmos se tienen unos a otros… y paresçia estar por fazer prior converso en aquella casa37.

24Comme Agustín est le seul moine de Guadalupe à dénoncer Juan de Trujillo en tant que fautor de herejes (rappelons qu’à cette date, il était l’un des membres du tribunal inquisitorial !), il s’agit là peut-être d’une basse vengeance de sa part, face aux attaques que les frères Trujillo lui avaient fait subir. Même si initialement ils ont pu être favorisés dans leur carrière par les généraux pro-conversos, leurs pénitences successives créèrent ou renforcèrent sans doute leur hostilité au parti d’Orenes, lors de la crise ouverte entre les deux factions. Leur raidissement et leurs positions extrémistes semblent avoir été, par la suite, plus gênantes qu’utiles pour Gonzalo de Toro, d’où leur relégation finale à des charges secondaires.

25Quant aux frères Segovia, eux aussi subirent des réprimandes, aussi bien de la part des généraux pro-conversos (Ortega et Orenes) que sous le généralat de Gonzalo de Toro. Leur appartenance politique ne serait pas très claire, sans les témoignages des moines de Guadalupe et de Talavera, qui en font clairement des membres du parti converso.

3b. Des pratiques de dissimulation ?

26Les querelles de nature plus ou moins théologiques semblent avoir été très vives et même étalées en place publique, aussi bien à Talavera qu’à Guadalupe, dans les années 1470. Pour n’en donner qu’un exemple, à Guadalupe, Pedro de Trujillo fut impliqué avant 1477 (peut-être dès 1474) dans une controverse qui témoigne du fait que les moines conversos n’hésitaient pas à se lancer dans des disputes théologiques risquées. En l’occurrence, le débat opposa Pedro de Trujillo à un moine de Guadalupe, Alonso de Nogales, à propos de la nature du Christ et de la façon dont il avait été conçu. Nogales affirmait :

  • 38 Codex del Perptuo Socorro, p. 91.

que por aquel mesmo lugar por do [Christo] avia nasçido… avia entrado a ser conceuido, en lo qual denotaua que touiera cuerpo antes que se encarnara pues que guardaua logar pour do entrer en el vientre virginal38.

  • 39 AGP leg. 1790 II, fol. 20 et 21 (rôles de Guadalupe et du Prado).
  • 40 Ils s’affrontèrent de façon desonesta et desordenada, mais on ne sait pas sur quoi. On lui imposa u (...)

27Cette opinion, niant la double nature du Christ, et peut-être teintée de judaïsme, avait déclenché la colère de Pedro de Trujillo, et le prieur du temps (Diego de París) avait mandaté des moines pour examiner les positions des deux opposants. Puis, Pedro de Trujillo affirme qu’il oublia l’affaire jusqu’à ce qu’il apprenne que le général Juan de Ortega l’avait fait exiler hors de Guadalupe, sans préavis ni explication : il fut envoyé pour raison disciplinaire au Prado. Pour lui, a posteriori, c’était bien la preuve qu’« ils » se soutenaient. On comprend aussi qu’il soit devenu ensuite un partisan aussi acharné de l’autre faction. Pourtant, dès 1477, on estima qu’il avait prouvé son repentir et on le renvoya à Guadalupe, mais privé de toute voix au chapitre39. En dépit de la fragilité de sa position, il se prit de nouveau de querelle avec un autre moine de Guadalupe, Juan Say40. Les tensions, la méfiance n’empêchaient pas les débats les plus vifs.

  • 41 L’un des commissaires généraux chargés de la collecte de cette taxe extraordinaire, que la papauté (...)

28Francisco de Segovia fit partie des moines qui n’hésitaient pas à critiquer soit l’Inquisition andalouse, soit dans son cas la bulle de croisade destinée à financer la guerre contre Grenade, prétendant qu’il ne s’agissait là que d’une farce (burlería). On le sait par le témoignage d’un troisième Trujillo, Alonso, moine originaire de Guadalupe tout comme Juan et Pedro, mais dont je n’ai pu déterminer s’il était parent des deux autres. Il appartenait en tous cas à la même faction vieille-chrétienne. Lui-même affirme tenir ces mots d’un Trinitaire venu à Talavera pour placer ces bulles41. Ce dernier aurait été contacté par une vieille femme dont Francisco de Segovia était le confesseur ; il lui dit aussi qu’elle dépenserait mieux son argent en le donnant aux pauvres. La vieille, choquée, aurait rapporté les propos au Trinitaire, qui les transmit aussitôt à Trujillo. Curieusement, ni la vieille ni le Trinitaire ne semblent avoir été questionnés ensuite pour infirmer ou confirmer les propos litigieux.

  • 42 Codex del Perpetuo Socorro p. 91 sq., et AHN leg. 2.160, fol. 14-15 vo. Les enquêteurs spéciaux, ma (...)
  • 43 AGP leg. 1790 II, fol. 12 r-vo et fol. 38. Il est mentionné dans les actes de l’Ordre jusqu’en 1480
  • 44 Codex del Perpetuo Socorro, p. 91-92

29Il y eut pourtant une enquête très serrée menée à Séville, en décembre 1487, par deux juges mandatés par Gonzalo de Toro42. Ils étaient chargés de questionner Pedro Campuzano, un ex-moine de Talavera qui avait participé à la fameuse rébellion en 1474, avait été envoyé en pénitence à La Sisla à Tolède43, et enfin avait quitté le couvent et même l’Ordre pour passer aux Dominicains ou aux Franciscains (après 1480). Celui-ci semble assez ambivalent et même s’il se présente a posteriori comme un vieux-chrétien victime de la vindicte des conversos, il semble qu’il participa pendant un temps à leur groupe, en tous cas la parole semble avoir été assez « libre » devant lui. Il témoigna en effet de discussions très tendancieuses entre les deux frères Segovia et d’autres convertis notoires, à commencer par García Zapata de Toledo, un moine de La Sisla qui périt sur le bûcher à Guadalupe, dès 1485. Campuzano affirme avoir « surpris » une conversation entre Zapata et Francisco, le premier se vantant de l’avoir fait nommer vicaire aux côtés de son frère (en 1474, après l’éviction du prieur Juan de Trujillo), a pesar de los rranciosos (les anciens du couvent) ; et il lui aurait recommandé d’en profiter pour se venger des cristianillos, terme de mépris désignant dans sa bouche les vieux-chrétiens44. Francisco sembla ravi de ces conseils et les mit en œuvre, imposant maintes vexations aux vieux-chrétiens, dont le témoin lui-même. Est-il crédible que Zapata et Francisco aient parlé aussi ouvertement devant un moine de l’autre faction ? Campuzano écoutait-il aux portes ? Ou faisait-il à l’époque partie des moines de confiance de la faction converse, avant qu’il ne change de camp et quitte le couvent ?

  • 45 Codex del Perpetuo Socorro, p. 92.

30Une autre partie de son propre témoignage accrédite une telle hypothèse : quand Juan de Trujillo fut privé de sa charge de prieur en 1474, son successeur, Pedro de Segovia, envoya à Lupiana deux moines pour y colporter toutes les médisances possibles sur le prieur déchu. Ces moines étaient son propre frère, Francisco, et ce Campuzano. Ils se rendirent ensuite à Madrid, accompagnés par Diego de Zamora (autre membre de la faction converse). En chemin, Campuzano constata que les deux autres ne cessaient de parler entre eux de la loi mosaïque, mais aussi se réjouissaient du pouvoir qu’ils détenaient ou croyaient détenir sur les vieux-chrétiens. En passant le pont de Viveros, Zamora aurait même dit à Francisco : « aunque les pese, debaxo de los pies los tenemos ». Pourtant, sans doute pour se dédouaner, Campuzano répand longuement sa hargne contre « los que eran desta nación », et surtout contre ceux qui protégèrent les frères Segovia lorsqu’ils furent élus prieur et vicaire, en 1474. Ce témoignage à charge, ce qui fut confirmé par García Zapata et un autre membre patent du parti pro-convers45.

31Second reproche fait aux frères Segovia, avoir été fautor de herejes. C’est toujours à Pedro Campuzano, le rancunier ex-moine de Talavera, que l’on doit le témoignage contre Francisco de Segovia : quand celui-ci était maître des novices, 17 ou 18 postulants se présentèrent à la profession (sur trois ans), mais seuls trois furent retenus, et tous d’origine converse, alors qu’aucun vieux-chrétien ne persévéra, non par manque de foi, mais en raison des tracasseries que leur auraient fait subir les frères Segovia. Ceux-ci auraient ainsi voulu limiter le nombre de vieux-chrétiens dans un but électoral, afin que les convertis soient au moins aussi nombreux à voter que les vieux-chrétiens, mais aussi pour dissimuler plus facilement leurs pratiques aux yeux de ces derniers.

  • 46 Ibid.
  • 47 Codex del Perpetuo Socorro, p. 91. Alonso de Trujillo ajoute que bien des frères furent choqués que (...)
  • 48 Diego de Oviedo, le 1er témoin direct, avait été inhabilité (AGP leg. 1790 I fol. 42 vo) ; le secon (...)

32Pedro de Segovia fait aussi partie des moines que l’on aurait entendu réciter des prières en hébreu (« ciertos psalmos en hebraico46 »), peu avant sa mort, et devant au moins un témoin, qui n’est autre qu’Alonso de Trujillo, le moine de Guadalupe qui vécut un temps à Talavera47. Quelle que soit la vérité du fait, le plus intéressant est la façon dont l’information parvint aux inquisiteurs : un moine de ce couvent aurait assisté à la scène, il la rapporta à un autre, lequel s’empressa de tout répéter au dénonciateur, qui obtint confirmation des faits auprès d’un autre moine. Or, cette étonnante chaîne de témoins est constituée de moines qui avaient tous connu des difficultés avec les autorités de leur couvent ou de l’Ordre, au cours de leur carrière48 : il est évident que leurs témoignages pourraient n’être que des ragots haineux, motivés par des rancœurs personnelles.

33Pedro et Francisco de Segovia étaient-ils si imprudents, alors qu’ils savaient qu’une partie des frères de Talavera leur était hostile ? Ne tentèrent-ils pas de dissimuler ? Le simple fait de se rencontrer et de discuter secrètement entre moines d’origine converse semblait déjà suspect, aux yeux des témoins comme Pedro Campuzano, l’ex-moine de Talavera. Il relate ainsi que Pedro de Segovia, son ancien prieur, avait obtenu de son homologue de Guadalupe qu’il lui « prête » Diego de Marchena – le témoin parle après l’exécution de ce dernier à Guadalupe comme judaïsant – pour chanter à Talavera lors de la Semaine Sainte. Or, ce dernier n’y célébra aucune messe de la Passion et passa son temps avec Pedro de Segovia en « colloquios secretos », à l’infirmerie ou dans la cellule du prieur, avec celui-ci et son frère, Francisco. Campuzano était persuadé que les deux frères étaient tout aussi judaïsants que Diego de Marchena, et qu’ils avaient tenté de faire élire ce dernier à la tête de leur couvent, avec l’aide des frères conversos du lieu.

  • 49 Codex del Perpetuo Socorro, p. 91-92

34Pedro de Segovia invita aussi un prédicateur franciscain (Fray Alonso Enrriquez) à prêcher chez eux durant le Carême, contre une rémunération de 6.000 maravédis, une mule et un habit neuf, selon le même témoin qui estimait que c’était cher payé alors que le Franciscain avait passé son temps en « comunicaciones e colloquios » privés avec les deux Segovia49. Or, Campuzano avait entendu dire que le Franciscain avait été arrêté depuis pour hérésie. Les choses ne sont cependant pas très claires, car cet Alonso Enrríquez aurait aussi protesté devant tout le monde, dans le cloître du couvent, que Diego de Marchena – qui était alors présent – était « judio puro e persona que mal sentia de la fe cristiana ». Les frères Segovia, très gênés par l’esclandre, lui auraient alors offert « fiestas de comeres y rrecreaciones… en la hospederia y en las granjas », pour le suborner et éviter qu’il n’aille répéter en public ces opinions. On peut évidemment se demander pourquoi le Franciscain aurait dénoncé un moine judaïsant si lui-même l’était : le témoignage de Campuzano est évidemment suspect et tout dans son passé montre qu’il cherche d’abord à se couvrir.

  • 50 Sur sa riche carrière AHN cod. 1.120b, fol. 47-50, et 87 vo-93, puis 309vo-310vo, et 323-324 ; AHN (...)
  • 51 Agustín accuse aussi Villanueva d’avoir été totalement soumis à un jeune procurateur, d’origine con (...)

35Le monastère de Talavera semble avoir été le lieu de bien des conciliabules plus ou moins discrets : ainsi, le prieur qui régit la maison entre 1478 et 1483 au moins, Alonso de Villanueva, moine lui aussi originaire de Guadalupe50, accueillit plusieurs fois dans sa cellule un habitant de La Puebla de Guadalupe, Alvaro Manuel, teinturier de métier. À chaque fois, le prieur s’enfermait dans sa cellule avec cet homme, pour dîner et discuter en secret. Or, Alvaro Manuel avait depuis lors été arrêté et jugé par l’Inquisition. Mais celui qui dénonce Alonso de Villanueva est Fray Agustín, le moine de Guadalupe lui-même jugé pour hérésie, et qui ne connaît les faits que par ouï-dire (il les tenait d’un profès de Talavera, originaire pour sa part de La Puebla, Gonzalo de Guadalupe). De fait, le prieur de Talavera Alonso de Villanueva ne fut pas poursuivi ni inquiété51.

  • 52 Vraisemblablement Pessah (mars-avril), Sukkot (septembre-octobre) ou Hanukkah (novembre-décembre).

36Si beaucoup de moines semblent avoir eu la langue trop bien pendue, certains semblent aussi avoir été conscients du danger, à commencer par Francisco de Segovia, quand il était maître des novices à Talavera. C’est encore par Pedro Campuzano que nous le savons. Un jeune profès du couvent (García de Aguilar) aurait raconté à ce dernier qu’un jour, sa belle-mère et un certain Nicholas de Carrión se rendirent dans un ermitage situé dans les champs, aux environs de Talavera, pour y observer le Grand Jeûne des Juifs, mangeant de la viande toutes les nuits et récitant des « neuvaines » (sic), terme par lequel Campuzano, peu instruit des fêtes juives, semble vouloir désigner les fêtes se déroulant sur huit jours52. Le jeune moine était-il assez stupide pour révéler aussi ouvertement qu’une femme de sa famille judaïsait ? Francisco survint sur ces entrefaites et Campuzano lui répéta la conversation. Mécontent, le maître des novices convoqua García de Aguilar dans sa cellule, au prétexte de l’entendre en confession, et le réprimanda vertement : comment avait-il pu être assez sot pour révéler des faits aussi graves à un vieux-chrétien ? Puis, il le renvoya auprès de Campuzano pour tenter de rattraper son erreur, en prétendant que tout cela n’avait été qu’une plaisanterie. Pas dupe, Campuzano réussit à lui faire avouer que cette rectification lui avait été dictée par le maître des novices, pour camoufler la vérité. Évidemment, le témoin en conclut devant les enquêteurs que l’ancien maître des novices cherchait soit à protéger des judaïsants, soit à dissimuler sa propre implication, au cas où il aurait observé lui-même ces rites.

  • 53 Notamment contre García de Alcala, mais il fut dénoncé par Benito de Toledo, dont il fut prouvé par (...)

37Les dénonciations de Campuzano contre les frères Segovia et leurs liens avec García Zapata de Toledo et d’autres, auraient été largement suffisantes pour ouvrir un procès. Mais l’un des deux était déjà mort et, de façon étonnante, Gonzalo de Toro se contenta d’envoyer l’autre en exil à San Juan de Ortega. On conserve également quelques traces de dénonciations contre d’autres conversos de Talavera, ou de profès de Guadalupe ayant vécu longuement à Talavera, mais qui ne furent guère plus inquiétés53.

38Conclusion

39Que peut-on en conclure sur les pratiques de dissimulation des moines d’origine converse ? Elles restent limitées, au moins dans le cas des frères Segovia. Cependant, le fait que Gonzalo de Toro ait dû aller chercher jusqu’à Séville, et hors de l’Ordre, un témoin capable de déposer sur autant de faits suspicieux, montre surtout une chose : le réseau de Talavera se montra solidaire des frères Segovia. En dehors de Pedro Campuzano, seuls des moines de Guadalupe déposèrent contre eux, et souvent par rancune personnelle. Mais est-ce la preuve qu’ils avaient su mettre en œuvre des stratégies de dissimulation efficaces, ou bien que Gonzalo de Toro et ses inquisiteurs ne parvinrent pas, même par la pression et la menace, à faire parler les autres moines de Talavera, conversos ou non, fidèles à leur ancien prieur et leur ancien vicaire maître des novices ? Le cas de Talavera n’est pas un hapax, au sein de l’Ordre. Ailleurs aussi, même s’il y eut des moines pour parler, souvent par rancœur personnelle après des réprimandes, les témoins ne furent pas si nombreux, et les accusés parvinrent en général à solliciter des compurgatores jurant à leurs côtés qu’ils étaient de bons chrétiens. Étaient-ils pour autant des simulateurs ?

  • 54 Je renvoie de nouveau à mes travaux, notamment Sophie Coussemacker, « Convertis et judaïsants dans (...)

40En revanche, le cas de l’Ordre de Saint Jérôme ne peut se comparer à aucun autre, qu’il s’agisse des ordres bénédictins classiques ou des ordres mendiants, et d’abord parce qu’aucun autre ordre, en Espagne, ne constitua d’Inquisition interne spécifique. Était-ce parce que les moines conversos y étaient moins nombreux (la question n’a jamais été tranchée par l’historiographie), ou bien faut-il comprendre que dans les autres ordres, les moines ou les frères d’origine converse se montrèrent beaucoup plus prudents, tant dans leurs discours que dans leurs actes. D’autre part, la proximité des Hiéronymites avec les Rois Catholiques (et surtout la faveur dont jouissait à la cour Hernando de Talavera) explique sans doute que la question converse eut une telle acuité au sein de cet ordre54. Bien des ecclésiastiques de haut rang, et des nobles qui avaient subi les révisions fiscales imposées par Hernando de Talavera dans les années 1480, ne le lui avaient pas pardonné. La stigmatisation de soi-disant pratiques judéo-converses de quelques moines, au sein des couvents de l’Ordre, apparaît surtout, en fin de compte, comme une manœuvre très politique

Haut de page

Notes

1 Haim Beinart, « The judaizing movement in the Orden of San Jerónimo in Castille », Scripta Hierosolymitana, Studies in History, VII, 1961, Jerusalem, p. 168-192 ; Sophie Coussemacker, « Présence juive et conversos dans l’Ordre de Saint Jérôme. État de la question » [communication à la Société des Études Juives, le 26 juin 1989], Revue des Études Juives, CLI, janvier-juin 1992, fascicule 1-2, p. 275-282 ; Id., « Convertis et judaïsants dans l’Ordre de Saint-Jérôme. Un état de la question », Mélanges de la Casa de Velázquez, Madrid, 1991, t. XXVII-2, p. 5-27.

2 On peut citer, entre autres, Ernesto García Fernández, « Los conversos y la Inquisición », Clío & Crímen : Revista del Centro de Historia del Crimen de Durango, n° 2, 2005, p. 207-236 ; Kevin Ingram, « Historiography, historicity and the conversos », The Conversos and Moriscos in late medieval Spain and Beyond, éd. Kevin Ingram, 2009, vol. 1, p. 335-356 ; et la courte mise au point de Rafael Narbona Vizcaíno, « Los conversos », Ciudad y Reino : claves del siglo de oro valenciano, 2015, p. 200-202.

3 Sophie Coussemacker, L’Ordre de Saint-Jérôme en Espagne 1371-1516, thèse de doctorat en histoire médiévale, sous la dir. d’André Vauchez, Paris X (inédite), soutenue en 1994.

4 Les traces d’enquêtes à Talavera sont analysées dans Sophie Coussemacker, L’Ordre de Saint-Jérôme…, op. cit., 1994, t. 2, p. 177-196.

5 Sophie Coussemacker, « Alonso de Oropesa et Fernando de Talavera. Deux Hiéronymites du xve siècle au service de l’État », dans Jean-Frédéric Schaub (dir.), Recherches sur l’histoire de l’État dans le monde ibérique (xve-xxe siècle), Paris, Presses de l’ENS, Collection « Coup d’essai », 1993, p. 103-127. Voir aussi Cécile Codet, « Hernando de Talavera : de la conversion idéale à l’utopie de la conversion », Atalaya [En línea], 14 | 2014, Puesto en línea el 01 junio 2015. URL : http://journals.openedition.org/atalaya/1259

6 Fidel Fita, « La inquisición en Guadalupe », B.R.A.H., 23, 1893, p. 283-341 ; Albert A. Sicroff, « Clandestine Judaism in the hieronymite monastery of Nuestra Señora de Guadalupe », dans Izaak A. Langnas et Barton Sholod (dirs.), Studies in honor of M. J. Bernardete. Esays in Hispanic and Sephardic Culture, New York, Las Americas Publishing Company, 1965, p. 89-125.

7 La politique habituelle de l’Ordre en cas de problème consistait à exiler temporairement le rebelle dans un autre couvent pour laisser s’éteindre les rancœurs, avant de le réintégrer parmi ses frères.

8 Carlos Carrete Parrondo, « Los conversos jerónimos ante el estatuto de limpieza de sangre », Helmantica 79-81, 1974-75, p. 97-116 ; Moisés Orfalí, « Establecimiento del Estatuto de limpieza de sangre en el monasterio de los Jerónimos de Guadalupe », Actas de las Jornadas de Estudios Sefardies, Universidad de Extremadura, Caceres, mars 1980, p. 245-250.

9 Sur les relations entre les Rois Catholiques et l’OSH, F. Javier Campos y Fernández de Sevilla, « Los Reyes de España y la orden de San Jerónimo en los siglos XV-XVI », 32 p., en ligne, consulté le 16 mars 2020. URL : http://www.javiercampos.com/files/Los%20Reyes%20de%20Espana%20y%20La%20Orden%20de%20San%20Jeronimo.PDF

10 La situation ne se détendit qu’à la fin du siècle et au début du xvie siècle, du moins de façon provisoire, avant que les Hiéronymites « isidorites » de Séville ne soient à nouveau pourchassés à la fois pour crypto-judaïsme et pour réformisme. Cf. Tarsicio de Azcona, « Dictamen en defensa de los Judíos conversos de la Orden de San Jerónimo a principios del siglo XVI [1504-1507] », Yermo [s.d.], p. 89-120, repris dans Studia Hieronymiana II, 1973, p. 347-380.

11 Pour bien des moines témoins de l’accusation peu lettrés, les habitudes alimentaires étaient la seule façon qu’ils avaient de « détecter » un frère judaïsant : du moment qu’il demandait à faire préparer ses repas et à manger à part, ou ne se présentait pas au réfectoire les jours où l’on servait du porc, c’est qu’il était Juif !

12 Leur reproche principal était que l’Inquisition n’arrêtait des gens que pour confisquer leurs biens. Ils encourageaient donc d’autres moines à ne pas révéler à l’Inquisition ce qu’ils pourraient savoir.

13 Parmi les reproches récurrents : certains ne se signaient pas correctement, élevaient l’hostie à l’envers ou consacraient à la va-vite, voire avec mépris, en faisant des gestes malséants pendant la messe, lâchant des pets ou des bruits incongrus, marmonnant entre leurs dents les paroles de la consécration auxquelles ils ne croyaient pas, ou en ayant des paroles peu délicates, entendues par leur acolyte, même s’ils les marmonnaient. Ils ne se confessaient que pour la forme et ne respectaient pas toujours les jeûnes prescrits, en revanche, ils se lavaient les pieds le vendredi ou allumaient des cierges le vendredi soir, mais en assurant qu’il s’agissait de pratiques tout à fait conformes aux règles de l’Ordre.

14 Parmi ces stratégies, se prétendre malade pendant le grand jeûne, pour pouvoir le pratiquer dans sa cellule. Des moines parvinrent à construire discrètement des cabanes de branchage dans leur cellule, pour célébrer las Cabañuelas, c’est-à-dire Sukkot.

15 Être né juif n’était pas un crime en soi, mais quand les attaques inquisitoriales commencèrent à se préciser, il devint vite évident que le soupçon pèserait forcément sur les circoncis.

16 Plusieurs cas, au Parral de Ségovie ou à La Sisla de Tolède, témoignent que des artisans juifs furent payés par le tribunal pour inventer de toutes pièces des récits accusateurs contre tel ou tel moine.

17 Codex del Perpetuo Socorro, p. 91. Il ne subsiste plus aujourd’hui que de mauvaises photographies du Codex, faites en 1926 ; il fut en effet détruit pendant la guerre civile (Archivo de Guadalupe, Leg. 52, avec une introduction du père archiviste Germán Rubio).

18 La première mention de Pedro de Segovia remonte à avril mai 1456. Archivo General del Palacio (AGP) leg. 1790 (Libro de Actos de los Capitulos generales y privados de la Orden de San Jerónimo), vol. I (1415-1473), vol. II (1473-1573), voir vol. I, fol. 55.

19 Dès 1452, Juan de Trujillo avait représenté son couvent au chapitre général et y avait détenu des charges de responsabilité. Il avait été envoyé à la cour en 1459, pour éviter que les prélats castillans n’obtiennent du pape l’annulation de tous les privilèges de l’Ordre. Sur les débuts de sa carrière, AMG leg. 46 et leg. 98, et surtout AGP leg. 1790 I, fol. 49 vo-50 vo, fol. 51 r-vo et 52, fol. 61 r-vo et 61 vo, fol. 67 r-vo, fol. 72 et fol. 76.

20 En 1468, à l’extrême fin de son mandat, Alonso de Oropesa exigea qu’un frère de Guadalupe (Toribio de Bezeril) aille résider dans le tout nouveau couvent de Madrid, qu’il fallait peupler. Mais les frères de Guadalupe rechignaient toujours à être envoyés dans d’autres couvents contre leur gré, considérant qu’il s’agissait de brimades disciplinaires. Du coup, plusieurs moines se liguèrent contre le général, autour de Juan de Trujillo. Oropesa dut envoyer deux visiteurs spéciaux pour enquêter sur cette rébellion et le rôle qu’y avait joué Juan de Trujillo ; reconnu coupable par les visiteurs – dont un des futurs accusés des procès, Pedro de Córdoua, alors prieur de Montamarta – il fut exilé deux ans à Valparaiso de Cordoue, mais ne tarda pas à revenir au premier plan. AGP leg. 1790 I, fol. 78 et 80 vo.

21 AGP leg. 1790 I, fol. 60, 66 vo, et 71 vo. Il tint aussi diverses charges centrales (confirmateur, visiteur, député remplaçant etc). Ibid., fol. 81, 84 vo, 91, 98, et 102 vo.

22 AGP leg. 1790 I, fol. 104 vo-107 vo : « Parece que el bien se callara e leuara en el seno todo lo que aqui ha paresçido, e que mas paresçe que querria estar bien con fray Fernando que con Dios e con la orden ».

23 Celui-ci faisait alors une belle carrière : dès 1473, Juan de Ortega l’avait nommé délégué de l’Ordre auprès du Légat pontifical, avec Fernando de Talavera. AGP leg. 1790 II, fol. 40. Tout en étant prieur à Talavera, Juan de Trujillo continua à occuper des charges centrales éminentes, notamment procurateur de l’Ordre auprès des Rois Catholiques, toujours avec Fernando de Talavera, mais aussi visiteur général pour l’Aragon. AGP leg. 1790 I, fol. 104 vo-106 vo ; et AGP leg. 1790 II, fol. 2 et 5 r-v. Sur le procès que subit lui-même Fernando de Talavera, pourtant ancien confesseur d’Isabelle la Catholique, Tarsicio Herrero, « El proceso inquisitorial por delito de herejía contra Hernando de Talavera », Anuario de Historia de Derecho Español, 39, 1969, p. 671-706.

24 « La rebellion del conuento a la qual coopero, e los insultos de los legos a los quales el pudiera bien obuiar ». AGP leg. 1790 II, fol. 12 vo et 13.

25 En août 1474, Juan de Trujillo fut lourdement réprimandé, inhabilité à tous les offices électifs dans l’Ordre, et évidemment démis de toutes ses fonctions actuelles.

26 AGP leg. 1790 II, fol. 16 et 23.

27 AGP leg. 1790 II, fol. 40 vo et 44, 60 vo et 72 vo. Il y avait deux Francisco de Segovia à Talavera à l’époque (el primero et el secundo), il est donc possible que ces fugues concernent son homonyme.

28 AGP leg. 1790 II, fol. 111 vo et 113 vo.

29 Il apparaît ensuite régulièrement dans les archives jusqu’en 1506, votant toujours contre les décisions de son prieur, son droit de vote étant devenu la seule arme par laquelle il pouvait exprimer son opposition aux autorités du couvent, après la victoire de ses ennemis politiques. AHN cod. 14.825, fol. 3 et sq. jusqu’au fol. 15 vo ; AMG leg. 47 et AGP leg. 1790 II, fol. 96 vo et 97 vo. Pedro mourut en 1507, selon le nécrologe de Guadalupe (ESC a-IV-10 n° 400).

30 AGP leg. 1790 II, fol. 51, 53, 59, 60-61, et 65 vo.

31 Albert A. Sicroff, « El caso del judaizante jerónimo fray Diego de Marchena », Homenaje a Rodríguez-Moniño, vol. II, 1966, p. 227-233.

32 Codex del Perpetuo Socorro, p. 49 à 60.

33 AGP leg. 1790 II, fol. 67, 68, 71 vo et 89.

34 Nécrologe de Guadalupe, ESC a-IV-10, n° 316.

35 AGP leg. 1790 II, fol. 87.

36 En novembre 1487, le procès pour propositions suspectes (mais non pour judaïsme) de Fray Agustín fut révisé à Guadalupe et selon plusieurs témoins, Torquemada, prieur de Santa Cruz, avait examiné ces propositions sans rien y trouver de grave ; le seul tort de Fray Agustín aurait été de s’obstiner à défendre les deux frères Segovia. AHN leg. 1423/101 pièce 3. Parmi ces témoins, le notaire même de l’Inquisition à Guadalupe, Diego de Ecija, prieur de Madrid. Pour ces témoins, c’est l’obstination de Pedro de Trujillo à faire condamner ce frère qui explique la durée de son procès, alors que l’affaire était mineure.

37 Codex del Perpetuo Socorro, p. 91.

38 Codex del Perptuo Socorro, p. 91.

39 AGP leg. 1790 II, fol. 20 et 21 (rôles de Guadalupe et du Prado).

40 Ils s’affrontèrent de façon desonesta et desordenada, mais on ne sait pas sur quoi. On lui imposa une nouvelle série de pénitences, mais cette fois sans le renvoyer de son couvent. AGP leg. 1790 II, fol. 40.

41 L’un des commissaires généraux chargés de la collecte de cette taxe extraordinaire, que la papauté avait concédée aux Rois Catholiques, n’était autre que Fernando de Talavera, et c’était au monastère du Prado de Valladolid que les bulles étaient imprimées. Cf. Luis Fernandez, « La real imprenta del monasterio de Nuestra Señora de Prado (1481-1835) », Studia Hieronymiana, 1973, 2 vol. , t. II, p. 137-214.

42 Codex del Perpetuo Socorro p. 91 sq., et AHN leg. 2.160, fol. 14-15 vo. Les enquêteurs spéciaux, mandatés à San Lucar la Mayor, étaient Gonzalo de Cazalla, vicaire de Buenavista de Cordoue, inquisiteur de l’OSH sur commission de Torquemada, et le promotor fiscal Andrés de Bodonal, représentant de Gonzalo de Lucena, avec deux notaires de l’inquisition interne de l’Ordre.

43 AGP leg. 1790 II, fol. 12 r-vo et fol. 38. Il est mentionné dans les actes de l’Ordre jusqu’en 1480.

44 Codex del Perpetuo Socorro, p. 91-92

45 Codex del Perpetuo Socorro, p. 92.

46 Ibid.

47 Codex del Perpetuo Socorro, p. 91. Alonso de Trujillo ajoute que bien des frères furent choqués que Pedro de Segovia ait été enterré « apartado de los otros frailes, en lugar non acostumbrado, pues no murio prior ».

48 Diego de Oviedo, le 1er témoin direct, avait été inhabilité (AGP leg. 1790 I fol. 42 vo) ; le second maillon, Gonzalo de Guadalupe, profès de Villaviciosa, avait connu des démêlés avec son prieur, emprisonné à la Estrella et La Morcuera avant de refaire profession à Talavera vers 1480, mais il fut encore châtié quelques années plus tard (AGP leg. 1790 II fol. 23, 24 vo, 26 vo, 44, 124vo, 129) ; le troisième enfin, Diego de Salamanca, avait été puni en avril 1483 pour une tentative de fugue avec un autre moine (AGP leg. 1790 II, fol. 55 vo-56).

49 Codex del Perpetuo Socorro, p. 91-92

50 Sur sa riche carrière AHN cod. 1.120b, fol. 47-50, et 87 vo-93, puis 309vo-310vo, et 323-324 ; AHN cod. 1.121b fol. 18-20 ; AGP leg. 1790 II, fol. 16, 38 et 51 ; AMG leg. 98.

51 Agustín accuse aussi Villanueva d’avoir été totalement soumis à un jeune procurateur, d’origine converse, Pedro de Zalamea, « asi nuevo en la religion como avn en la christianidad », dont certains frères et cousins étaient encore juifs (CPS p. 115-116). Ce dernier semble avoir, de fait, connu certaines difficultés par la suite. Mais Alonso de Nogales est le seul autre moine de Guadalupe qui accusa fr. Alonso de Villanueva, qui ne fit donc pas l’objet d’une instruction. Cf. CPS p. 64 et AHN leg. 1.423 « testigos sacados ». Il déposa brièvement lui-même lors des procès de Guadalupe (CPS p. 141-142).

52 Vraisemblablement Pessah (mars-avril), Sukkot (septembre-octobre) ou Hanukkah (novembre-décembre).

53 Notamment contre García de Alcala, mais il fut dénoncé par Benito de Toledo, dont il fut prouvé par la suite que ses aveux lui avaient été extorqués et qu’il se rétracta. García de Alcala fut expulsé de Talavera à l’époque des enquêtes, passa par plusieurs couvents, mais il revint en 1498 et connut une carrière normale ensuite. AGP leg. 1790 II, fol. 111 vo, 125, 139, et AHN cod. 14825, fol. 4 vo à 11 vo.

54 Je renvoie de nouveau à mes travaux, notamment Sophie Coussemacker, « Convertis et judaïsants dans l’ordre de Saint-Jérôme, un état de la question », Mélanges de la Casa de Velázquez, n° 27, 2, 1991 (Ejemplar dedicado a : Époque moderne), p. 5-28.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Coussemacker, « Des moines trop bavards : imprudence, simulation ou dissimulation dans les monastères hiéronymites du xve siècle. L’exemple de Santa Catalina de Talavera », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 34 | 2020, mis en ligne le 10 juin 2020, consulté le 13 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/framespa/8988 ; DOI : https://doi.org/10.4000/framespa.8988

Haut de page

Auteur

Sophie Coussemacker

Sophie Coussemacker, Maître de conférences HDR en histoire médiévale, Bordeaux Montaigne, UFR Humanités ; Laboratoire AMERIBER (EA 3656). Mail professionnel : Sophie.Coussemacker@u-bordeaux-montaigne.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals