Navigation – Plan du site
Pratiques de simulation et de dissimulation religieuses (nicodémisme) en Espagne et en Italie (XVe-XVIIe siècles)

Édition et nicodémisme dans l’Italie du xvie siècle

Edición y nicodemismo en Italia en el siglo XVI
Edition and nicodemism in Italy in the 16th century
Dominique Fratani

Résumés

Ce travail entend présenter un aspect de l’édition italienne au xvie siècle, à savoir les relations existantes dans les années 1542-1560 entre le clergé intéressé par une renovatio ecclesiae et le monde de l’édition. Après la Réforme, la répression de l’Église s’abat promptement sur les présumés hérétiques dans la Péninsule, mais en dépit de cela, les partisans d’une réforme de l’institution ecclésiastique parviennent à s’exprimer grâce à l’émergence des recueils épistolaires. Ce nouveau genre, qui connaît un succès certain, permet de publier des textes proches des thèses évangélistes et parfois ouvertement hétérodoxes. Cela représente un véritable phénomène auquel participent des éditeurs et des intellectuels célèbres ainsi que de grands protagonistes de la vie culturelle et mondaine de l’époque. Ces parutions se prolongent sous des formes plus ou moins nicodémites jusqu’en 1559 environ, c’est-à-dire jusqu’au moment de la publication de l’Index Librorum Prohibitorum.

Haut de page

Texte intégral

1. La diffusion du valdésianisme

  • 1 Qui avait exprimé l’exigence d’une réforme conçue comme un retour à un christianisme nourri de vale (...)
  • 2 Delio Cantimori, Eretici italiani del Cinquecento : ricerche storiche, Florence, Sansoni, p. 24.
  • 3 Ibid., p. 19.
  • 4 Le terme « nicodémisme » avait été forgé par Calvin pour désigner l’attitude de ces protestants qui (...)

1Le phénomène religieux, historique et social connu sous le nom de Réforme prend sa source dans la crise de l’Église et dans la rupture du rapport de confiance originel entre la société et l’institution ecclésiastique. Déjà perceptible dans les époques précédentes, l’aspiration à un renouvellement de l’Église romaine se fit sentir de façon plus intense à partir de la deuxième moitié du xve siècle et atteignit son apogée avec la protestation de Martin Luther en 1517. La circulation des livres mettant à la portée de tous la possibilité de se forger une opinion sur les conflits de religion et sur l’incendie théologique qui faisait rage en Allemagne, de nombreux Italiens cultivés purent s’initier aux doctrines protestantes dès les années 1520-1530. Dans la plupart des couches de la société et jusque dans les rangs des hommes d’Église, nombreux furent ceux qui envisagèrent un retour à la morale évangélique telle qu’elle était pratiquée par les apôtres et par les premiers chrétiens. Parmi les cercles religieux concernés figure au xvie siècle celui des disciples de Juan de Valdès, érudit et humaniste espagnol né en 1499 à Cuenca et mort à Naples en 1541. Influencé par les écrits d’Érasme1 et de Luther, il revendiquait une religion intérieure illuminée par le Saint-Esprit et par la lecture des Écritures, et publia un ouvrage, le Dialogue de la doctrine chrétienne, qui vilipendait la corruption de l’Église romaine, en attirant de la sorte sur lui l’attention de l’Inquisition espagnole. Se sentant menacé, il quitta l’Espagne pour se rendre en Italie en 1529, d’abord auprès du pape Clément VII, puis en 1534 à Naples. Il y organisa des rencontres spirituelles auxquelles participaient les personnes les plus influentes de la société napolitaine, tant hommes que femmes, ecclésiastiques que laïcs, et de nombreux évêques italiens. Aucune Église valdésienne à proprement parler ne se constitua, en raison de la pensée de Valdés qui, en mettant l’accent sur le principe d’une réforme intérieure, menait à une religiosité purement individuelle ou s’étendant à de petits groupes, inapte à la conduite d’un mouvement plus large2. Cependant, les idées du valdésianisme se diffusèrent grâce à un réseau de connaissances partout en Italie et dans le Saint-Empire romain germanique. Leur notoriété provient probablement de leur ancrage dans un besoin et dans un sentiment diffus et vague à la fois de refus des pratiques extérieures du christianisme et d’aspiration à la pureté de la religion. De fait, jusqu’au concile de Trente, beaucoup de croyants cherchaient non pas à créer une nouvelle Église, mais simplement à améliorer celle qui existait déjà, à moraliser les comportements, notamment ceux du clergé. Tant et si bien que, tout en lisant et en commentant à ses fidèles les Épîtres aux Romains à la base de la réflexion de Luther, Valdés prêchait certes les principaux préceptes de la Réforme mais, à la différence des protestants, il n’incitait aucunement ses auditeurs à se détacher de l’Église car, pour lui, seules comptaient la vie spirituelle, la dévotion et la méditation mystique. Contrairement aux protestants, il ne se souciait pas de réformer l’Église ou la vie ecclésiastique : il préférait amender l’homme3. Dans un début de siècle où la situation était encore confuse, Valdès déconseillait la fuite en terre protestante, sauf cas de péril immédiat, et prônait plutôt le nicodémisme4, c’est-à-dire la dissimulation des convictions religieuses sous des apparences officielles convenues et conventionnelles, tout en continuant à propager ses idées et à pratiquer sa foi en secret, et ce afin d’éviter les polémiques inutiles et de ne pas encourir les foudres de l’Inquisition.

2. Nicodémisme et évangélisme dans la péninsule italienne

  • 5 Après la diète de Worms, ces rencontres étaient voulues par Charles Quint qui prit ainsi acte de la (...)
  • 6 Ibid., p. 165.
  • 7 Delio Cantimori, Eretici italiani del Cinquecento…, op. cit., p. 33-57, consacre presque deux chapi (...)
  • 8 Carlo Ginzburg, Il Nicodemismo : Simulazione e dissimulazione religiosa nell’Europa del '500, op. c (...)
  • 9 Anne Jacobson Schutte, «The ‘Lettere Volgari’ and the Crisis of Evangelism in Italy», Renaissance Q (...)
  • 10 Fra Paolo Sarpi, 1552-1623. Servite, théologien de cour des Gonzague. Partisan d’une Église sans in (...)

2Cette nouvelle attitude se répandit vers 1542 dans la Péninsule alors même que la faillite des colloques de Ratisbonne5 marquait à la fois la fin des espoirs de résorption du schisme ouvert par la protestation de Luther et le début de l’ère de la Contre-réforme. Le nicodémisme était alors un problème considéré comme entièrement italien : puisque la Réforme n’avait pas eu le dessus dans la Péninsule, la question qui se posait était celle de savoir s’il fallait affronter le martyre ou se sauver par la fuite, ou encore s’il ne convenait pas plutôt de rester dans son pays et d’échapper aux inquisiteurs par le biais de la dissimulation6. Cela constitua un véritable sujet de polémique parmi les émigrés, entre les tenants de la dissimulation religieuse d’un côté et les partisans de la fuite à l’étranger ou du martyre de l’autre7. À partir de ce moment-là, ceux qui optèrent pour le nicodémisme8 décidèrent de dissimuler leurs sentiments et de ne s’exprimer franchement qu’avec d’autres esprits choisis, usant ainsi d’un langage codé en présence de tiers9. Les exemples les plus flagrants sont ceux d’Ochino avant sa fuite ou, quelques années plus tard, de Fra Paolo Sarpi10 qui déclarait :

  • 11 Paolo Sarpi, Lettere ai protestanti, Manlio Duilio Busnelli (dir.), Bari, Laterza, 1931, vol. II, p (...)

Je fais bien des choses contre ma volonté, comme dire la messe : je la dis le plus rarement possible… Nous avions une méthode pour bien délivrer la vérité de l’Évangile, mais sans dire « l’Église romaine dit le contraire » ou sans la condamner ; mais en parlant simplement de telle sorte que seuls les protestants s’en rendaient compte tandis que les autres se contentaient de nos prêches. Je ne dis jamais le faux, mais la vérité n’est pas pour tout le monde11.

  • 12 Marcantonio Flaminio, 1498-1550. Réformateur valdésien auteur de l’Alphabet chrétien et correcteur (...)

3En 1541, Valdès s’éteignit et ses disciples se retrouvèrent alors à Viterbe autour du cardinal Pole et de Flaminio12 en raison de la répression qui commençait à s’abattre sur tous ceux qui professaient des opinions religieuses déviantes par rapport au dogme catholique, qu’ils soient protestants ou évangélistes. Il convient d’ailleurs de distinguer ces deux termes : tandis que le protestantisme a une origine historique bien précise et bien définie, puisqu’il naît en Allemagne en 1517, l’évangélisme, lui, représente un phénomène à la fois plus complexe et moins facile à délimiter. Il indique un effort de retour à la simplicité, à la pureté de l’enseignement du Christ, et des tentatives dans ce sens ont eu lieu depuis que l’Évangile est apparu.

  • 13 La doctrine de la justification par la foi est présente dans les Épîtres de Paul qui passe d'une ju (...)
  • 14 Delio Cantimori, Eretici italiani del Cinquecento…, op. cit., p. 33.
  • 15 Qui se manifeste par la naissance de nouveaux ordres religieux, dont celui des capucins qui était d (...)

4Au xvie siècle, l’évangélisme comporte, à travers la lecture et la méditation des Épîtres de Paul et des Évangiles, une recherche de réponses aux problèmes fondamentaux de la justification13, une certaine indifférence aux disciplines, formes et dogmes, un désir d’unité de tous les chrétiens sur la base de la morale évangélique14 ainsi qu’un mouvement de retour à l’observance stricte des règles15. On voit donc par-là que le terme « évangéliste » est loin d’être univoque. Cependant, par commodité, l’on nommera ainsi ces hommes de lettres ou ces ecclésiastiques, parfois tentés par les thèses luthériennes, qui aspiraient à une réforme de l’institution dans le sens qui a déjà été indiqué. Toute définition univoque apparaît d’autant plus délicate que certains d’entre eux, comme Juan de Valdés par exemple, se confondent avec ceux que l’on nomme les « spirituels », vocable par lequel on désignait alors des personnes ayant un rapport particulier avec Dieu, capables d’enseigner à leur prochain, de révéler la volonté divine et d’avoir des visions et des illuminations.

3. Évangélisme, littérature et édition

  • 16 Carlo Dionisotti, «La letteratura italiana nell’età del Concilio di Trento», Geografia e storia del (...)
  • 17 Paolo Simoncelli, «Evangelismo e lettere volgari», Evangelismo italiano del Cinquecento, questione (...)
  • 18 Dont rendait déjà compte Carlo Dionisotti, «La letteratura italiana nell’età del Concilio di Trento (...)
  • 19 Anne Jacobson Schutte, «The ‘Lettere Volgari’ and the Crisis of Evangelism in Italy», op. cit., p. (...)

5Étant donné la complexité et la diversité des mouvements issus de la protestation de Martin Luther – outre les réformateurs catholiques et les luthériens, il y a eu aussi des calvinistes, des zwingliens, des anabaptistes, des antitrinitaires ou encore des sociniens – la plus grande prudence s’impose pour évoquer les rapports entre la Contre-Réforme et les intellectuels italiens, autrement dit entre le concile de Trente (ou les années immédiatement précédentes) et la production littéraire de la période correspondante. Le lien étroit qui existait un peu avant le milieu du XVIe siècle entre l’évangélisme italien et la nouvelle littérature en langue vernaculaire a été mis en exergue, notamment par le critique Carlo Dionisotti16. Depuis, certains de ses successeurs ont rouvert le débat en analysant à leur tour les connexions éventuelles entre littérature et évangélisme17 et ils ont démontré qu’en dépit d’une censure accrue et de persécutions individuelles, ce lien perdura, dans l’épistolographie en langue vulgaire tout comme. À partir des années 1550 environ, ces lettres où dominait une certaine liberté de ton et d’écriture18 : « furent remplacées […] par la correspondance religieusement très orientée des membres de la génération montante, par des lettres exprimant une piété tridentine tout à fait orthodoxe »19.

6En ce qui concerne le mouvement valdésien en particulier et ses rapports avec les hommes de lettres, un fait au moins semble avéré, à savoir qu’après l’arrivée de Valdés à Naples en 1534, en ces années où les doctrines luthériennes se propageaient et où on découvrait le contenu spirituel potentiellement subversif des Épîtres de Paul, nombre d’hommes de lettres vinrent grossir les rangs des tenants d’une réforme de l’institution ecclésiastique. Ainsi, plusieurs initiatives éditoriales jalonnèrent la trame des liens entre culture religieuse et culture littéraire. Ces publications comprenaient surtout des recueils épistolaires, car après l’exploit arétinien de 1537 et ses nombreuses rééditions, ce nouveau genre connut un franc succès, lié à la fois à l’existence d’un lectorat en expansion croissante depuis l’invention de l’imprimerie et au nombre presque illimité de thèmes pouvant être traités dans les lettres. Cette conjoncture favorable fit que ce genre acquit peu à peu des caractéristiques autonomes et produisit des œuvres liées aux problèmes contemporains, au point d’être utilisées comme des moyens d’information sur les événements politiques et religieux de ces années-là et non plus seulement comme des modèles de langue et d’écriture. Les lieux de l’hérésie correspondant bien souvent à ceux de la culture laïque et du savoir livresque, dans les années 1540 à 1560 environ, les anthologies de lettres se firent ainsi l’écho de la crise religieuse en cours par des inflexions doctrinales hétérodoxes qui n’allaient pas tarder à susciter d’abord les soupçons, puis la répression des autorités ecclésiastiques.

  • 20 Anne Jacobson Schutte, op. cit., p. 16.

7La réflexion religieuse n’est presque jamais éloignée de la pratique littéraire puisque la plupart des épistoliers étaient à la fois des humanistes et des poètes, comme Marcantonio Flaminio, des médecins cultivés comme Orazio Brunetto ou encore des éditeurs comme Paul Manuce20. D’autres hommes encore comme Ochino, Carnesecchi et Vergerio faisaient partie de ces lettrés qui, par la tonalité des textes qu’ils livraient à la publication, notamment sur la justification ex sola fide, attirèrent l’attention du Saint-Office.

8À la veille du concile de Trente, la première anthologie à accueillir des contenus religieux douteux, sous forme de doctrines iréniques et de souhaits de changement de l’Église romaine, fut l’œuvre du fils du célèbre Alde, Paul Manuce, qui, en 1542, publia les Lettere volgari di diversi nobilissimi huomini et eccellentissimi ingegni, libro primo, dont les termes de la dédicace sont bien connus :

  • 21 Lettere volgari di diversi nobilissimi huomini et eccellentissimi ingegni scritte in diverse materi (...)

J’ai imaginé de recueillir et de faire imprimer quelques lettres d’hommes avisés, écrites avec éloquence, dans notre langue italienne [...]. Je suis convaincu que les auteurs de ces lettres ne m’en voudront pas de montrer au monde la fine fleur de leur pensée pour le bien de tous, parce que de la sorte ils donneront de l’audace à ceux qui savent écrire, et ceux qui ne savent pas leur seront redevables, car grâce à ces exemples, ils pourront étudier comment se forme la belle écriture21.

9D’après les termes de la dédicace, ce n’était donc apparemment qu’un simple recueil de textes destiné à promouvoir la langue vulgaire pour encourager les hommes de lettres à l’utiliser davantage et pour fournir des modèles à tous ceux qui en avaient besoin. En réalité, le contenu de cette édition dément la présentation qui en était faite en raison des prises de position religieuse affirmées qui s’y rencontrent : on peut y lire des louanges de Fra Bernardino [Ochino] de Sienne, l’éloge de Valdès, des commentaires hostiles à l’Église romaine à l’occasion de la mort de Contarini, ou encore des critiques au cardinal Reginald Pole pour son attitude à Ratisbonne. Qui plus est, parmi les auteurs des lettres figurent des personnages aussi étroitement mêlés à l’histoire de l’évangélisme que Vergerio et Paleario et, parmi les destinataires, des figures bien connues comme Luigi Alamanni22, Vittoria Colonna ou encore Marguerite de Navarre

  • 23 Paolo Simoncelli, op. cit., p. 286 : «Appare subito dunque, come dietro la questione della lingua s (...)
  • 24 Lodovica Braida, op. cit., p. 56.
  • 25 Au moins treize, d’après Anne Jacobson Schutte, op. cit., p. 651.
  • 26 Comme celle de l’éditeur Paolo Gherardo, Novo libro di lettere scritte da i più vari auttori e prof (...)
  • 27 Nicolò Franco, Le pistole vulgari, Venezia, Gardane, 1542.
  • 28 Lettera [sic] di M. Antonfrancesco Doni fiorentino, Piacenza, Giovanni Maria Cremonese, 1543.
  • 29 Niccolò Martelli, Il primo libro delle lettere di Nicolo Martelli, Fiorenza, Martelli, 1546.
  • 30 La première édition des lettres de Claudio Tolomei a été effectuée en 1547 par Gabriel Giolito de F (...)
  • 31 Lettere di Messer Horatio Brunetto, Venezia, A. Arrivabene, 1548. Orazio Brunetto, 1521-1587, médec (...)
  • 32 Bernardo Tasso, Li due libri delle lettere di M. Bernardo Tasso, intitolati a Monsig. d'Aras, Vineg (...)

10Sous le couvert de la question de la langue, se dissimulait ainsi vraisemblablement une intervention d’un certain milieu culturel en faveur de l’évangélisme23. Cette hypothèse est corroborée par le contenu des lettres : des problèmes de langue certes, mais aussi des sujets religieux liés aux inquiétudes du présent24. De plus, à un moment où, après l’érogation de la bulle Licet ab initio, la situation était déjà tendue, dans ces écrits, Manuce donnait la parole à des hommes et des femmes qui, peu de temps après seraient soupçonnés, voire poursuivis par l’Inquisition. Le succès de l’initiative est attesté par de nombreuses rééditions25 et par un véritable flot de publications de lettere volgari, qu’il s’agisse d’anthologies26 ou de recueils individuels de la plume de Nicolò Franco27, Anton Francesco Doni28, Nicolò Martelli29, Claudio Tolomei30, Orazio Brunetto31 ou Bernardo Tasso32.

  • 33 Paolo Simoncelli, op. cit., p. 287.
  • 34 Sur le florilège épistolaire publié par les Manuce en 1545, voir Lodovica Braida, op. cit., p. 75-9 (...)

11C’est dans cette continuité que se situe le deuxième florilège épistolaire des Manuce, édité cette fois-ci en 1545 par Antoine, dans lequel les intentions de cette famille et derrière elle de toute une classe d’intellectuels, se dévoilent clairement. Outre le préambule de Paul Manuce sur la beauté et l’utilité de la langue italienne, ce volume présente entre autres trois grands écrits à la gloire de la doctrine de la justification par la foi, dont l’un retranscrit même des passages du Bénéfice du Christ33, ainsi que plusieurs lettres aux sous-entendus religieux perceptibles34. L’analyse de ce deuxième livre des Lettere volgari permet de découvrir un projet complexe par lequel le lecteur était mis en contact avec des thématiques religieuses de façon peut-être encore plus explicite que dans le précédent.

  • 35 Si le thème de la justification ex sola fide était bien évoqué, un autre écrit lui faisait pendant (...)
  • 36 Dans une lettre de Bartolomeo Scala qui semble se faire l’écho du deuxième chapitre du Bénéfice du (...)

12Un peu plus tard, dans les années 1564-67, paraissait le troisième volume des Lettere volgari di diversi nobilissimi huomini, publié par Alde le jeune, qui explicitait pleinement la signification de ces recueils. En effet, à un moment où la question de la langue était désormais résolue, voire dépassée, ce Libro terzo, mis sur le marché plus de vingt ans après le second proposait de nouveau, non sans prudence35, une position religieuse évangéliste36.

  • 37 Lodovica Braida, op. cit., p. 96.
  • 38 Selon certains, il est à ranger dans la catégorie des livres abritant une profonde polémique anti-r (...)
  • 39 Massimo Firpo, «Riforma religiosa e lingua volgare nell’Italia del ‘500», Belfagor, LVII, 2002, fas (...)
  • 40 Pour quelques renseignements biographiques sur G.A. Clario, humaniste du xvie siècle, originaire d’ (...)
  • 41 Lodovico Domenichi, 1515-1564. Polygraphe italien, il travailla à Florence à l’imprimerie officiell (...)

13Paul et Antoine Manuce ont donc ouvert la voie dès le début des années 1540 à un rapprochement entre intellectuels et « spirituels », et leurs volumes se sont bien faits l’écho d’une véritable propagande valdésienne tout en rendant compte du tournant incarné par Flaminio et par la création de l’Ecclesia Viterbiensis37. D’autres auteurs ont exploité ce nouveau filon linguistique et religieux, à l’instar de Paul Gherardo qui édita en 1544 (donc avant le troisième volume des Manuce) un Novo libro di lettere volgari de i più rari autori e professori della lingua volgare italiana [Nouveau livre de lettres des plus rares auteurs et maîtres de la langue vulgaire italienne]. Quelles que soient les réserves qu’il a suscitées38, ce florilège participe aussi, même a minima, à cette saison éditoriale bien particulière, ne serait-ce que par le lien qui existait de facto entre réforme religieuse et affirmation de la langue vulgaire39, et par la contribution au Nuovo libro (sa deuxième édition) de Giovanni Antonio Clario40, lui aussi proche des évangélistes, victime d’un procès de l’Inquisition en 1547, et de Ludovico Domenichi41, qui fut arrêté quelques années plus tard.

  • 42 Lodovica Braida, op. cit., p. 16.
  • 43 C’est le cas par exemple de la Nuova scielta, anthologie épistolaire anonyme imprimée en 1574 à Ven (...)
  • 44 Il s’agit entre autres des lettres de Vergerio, évêque de Capo d’Istria, accusé de comportement amb (...)

14L’étude des anthologies de lettres du Cinquecento met donc bien en évidence une étroite corrélation entre réflexions religieuse et littéraire42 et démontre comment cette nouvelle mode des livres de Lettere volgari commençait en ces années d’après Ratisbonne, à dissimuler des contenus religieux surprenants sous couvert de la fameuse question de la langue. La preuve a contrario en est fournie par les profonds remaniements que ces mêmes ouvrages subirent après la publication de l’Index librorum prohibitorum43 et même parfois dès 1544, comme le prouvent au demeurant les rééditions déjà autocensurées du premier livre des Lettere volgari de Paul Manuce44.

  • 45 Pour reconstruire le profil de cet homme de lettres, voir Lodovica Braida, op. cit., p. 101-109, et (...)
  • 46 Giberti Gian Matteo, 1495-1543. Prêtre dans l’ordre des théatins, puis dataire et évêque de Vérone. (...)
  • 47 Jacopo Sadoleto, 1477-1547. Ėvêque de Carpentras en France. Nommé cardinal en 1536. En décembre de (...)
  • 48 Paolo Sadoleto, 1508-1572. Né à Modène, il était le cousin germain du cardinal Jacopo Sadoleto. Il (...)
  • 49 Lodovica Braida, op. cit., p.109.
  • 50 Pour une analyse plus complète de la réelle portée de cette anthologie, voir Lodovica Braida, op. c (...)
  • 51 Claudio Tolomei : 1492-1556. Homme de lettres, critique et philologue. Évêque de Curzola.

15Dix ans plus tard, alors que le renforcement de la puissance de l’Inquisition conditionnait désormais l’activité des imprimeurs et plus largement des polygraphes italiens, voyait le jour un nouveau recueil de Dionigi Atanigi45 intitulé Lettere volgari di XIII huomini illustri, [Lettres vulgaires de treize hommes illustres] organisé en treize chapitres contenant chacun les lettres d’un seul auteur. Ce volume présentait des écrits de Gian Matteo Giberti46, de Jacopo47 et Paolo Sadoleto48, ainsi que de Flaminio ; autant d’hommes sur lesquels les soupçons d’hétérodoxie pesaient déjà lourdement et qui, au cours des années 1550-1560, furent visés par des enquêtes et des procès. Dans tous les cas, il s’agissait de personnalités connues faisant presque toutes partie de la hiérarchie ecclésiastique, dont les noms apparaissaient déjà (pour certains d’entre eux) dans les recueils des années 1540, et dont les textes étaient devenus des modèles épistolaires recherchés et attendus49. Cette nouvelle anthologie, qui paraissait douze ans après la grande saison des années 1542 et suivantes, n’atteignait pas, pour les raisons mentionnées plus haut, la tonalité polémique des recueils précédents. Elle offrait cependant à nouveau une possibilité de discussion aux intellectuels et des textes qui, en dépit d’une certaine résignation perceptible dans leurs contenus, ne relevaient pas uniquement d’une volonté de proposer des modèles d’écriture. Il n’est pas indifférent, par exemple, que, sur les treize hommes illustres évoqués dans le titre de l’ouvrage, quatre aient été des amis de Giberti et qu’Atanigi ait inséré dans son anthologie pas moins de vingt-et-un écrits inédits de Flaminio50. La prudence et le nicodémisme semblaient toutefois de mise, comme en témoigne la présence d’une lettre de l’érudit et très catholique siennois Claudio Tolomei51 qui marquait implicitement les limites de cette édition.

4. Le cas de Bernardo Tasso

  • 52 Claudio Murini, «Atanigi Dionigi», op. cit.
  • 53 Pier Paolo Vergerio, Giudicio sopra le lettere di tredeci huomini illustri pubblicate da M. Dionigi (...)

16L’ambiguïté du recueil de D. Atanigi est mise en avant par un Giudicio sopra le lettere di tredeci huomini illustri52[Jugement sur les lettres de treize hommes illustres], de Pier Paolo Vergerio qui, depuis son exil transalpin, semble avoir ressenti la nécessité d’exercer un droit de réponse. Ses critiques portaient non pas sur la qualité de l’écriture, mais sur celle de la foi des treize auteurs sélectionnés. Dans cet ouvrage, les épistoliers totalement orthodoxes sont balayés d’un revers de main et Vergerio s’acharne surtout contre ceux qui n’avaient pas pu ou pas su aller jusqu’au bout des principes théologiques qu’ils avaient professés. Ainsi certains sont-ils désavoués et d’autres, censés avoir eu connaissance de la vérité évangélique, durement condamnés. Si Flaminio échappe à sa vindicte, le cardinal Reginald Pole fait l’objet d’une attaque virulente, au demeurant justifiée par la violente répression antiprotestante qu’il avait déclenchée en Angleterre. Il est donc étonnant que, outre Flaminio, de tous ces personnages connus de l’évangélisme, n’échappe partiellement à ces critiques qu’un seul homme de lettres, dont l’appartenance au valdésianisme n’est pas démontrée, Bernardo Tasso. À son propos Vergerio écrit : « parmi celles-ci [les lettres], il y en a une au seigneur Bernardin Rota, qui présente quelque senteur et quelque espoir que son auteur ait connaissance [de la « vraie » foi]53 ».

  • 54 Dionigi Atanigi, De le lettere di Tredici hvomini illvstri libri tredici, Venezia, [presso Vincenzo (...)
  • 55 Bernardo Tasso, Li tre libri delle lettere di M. Bernardo Tasso. Alli quali nuouamente s’è aggiunto (...)
  • 56 Le mot grazia par exemple, qui pourrait renvoyer au lexique de l’évangélisme, semble ici employé da (...)

17Le choix de la lettre en question se révèle surprenant dans la mesure où cette brève missive du secrétaire de Ferrante Sanseverino, tout d’abord publiée parmi les lettres de Dionigi Atanigi54 et récupérée par Bernardo en 155955, en un moment donc où la récente actualité religieuse et sa situation personnelle ne lui permettaient guère de s’exposer, ne contient que quelques phrases apparemment conventionnelles. De fait, si l’on exclut tout contexte et toute hypothèse de nicodémisme, les notions dont Bernardo traite, comme le vocabulaire utilisé56, semblent a priori orthodoxes :

  • 57 Bernardo Tasso, Li tre libri delle lettere di M. Bernardo Tasso. Alli quali nuouamente s’è aggiunto (...)

L’infinie piété du Christ, mon très respectable seigneur, rappelle à lui et fait se repentir de leurs erreurs certains pécheurs par des fléaux et des malheurs, d’autres en leur accordant grâce et prospérité. Il ne nous appartient pas de rechercher pourquoi il recourt à des moyens ̶ les grâces et les malheurs ̶ si différents et si variés. Il est toute la providence et sait ce qu’il fait ; si je voulais établir une comparaison entre les choses divines et les profanes, je dirais peut-être que tel un cavalier habile et réfléchi qui connaît la nature des chevaux qu’il a à dresser, il recourt aux éperons et à la verge avec l’un et au seul talon et à la main avec un autre pour obtenir un même résultat chez tous deux57.

18L’image de la verge et des éperons présente dans ce passage renvoie au demeurant à une tonalité fort pragmatique qui se retrouve dans une lettre de ce même Tasse destinée à exiger l’encaissement d’un crédit :

  • 58 Bernardo Tasso, Li tre libri delle lettere di M. Bernardo Tasso. Alli quali nuouamente s’è aggiunto (...)

Mes débiteurs et en particulier cet ami fort aimant sont comme des chevaux qui, sans éperon, n’avancent pas. Donc, puisque mon besoin l’exige et que cela s’accorde à leur lenteur naturelle, éperonnez-les et si l’éperon ne suffit pas, utilisez les verges et le bâton58.

  • 59 Pour une analyse approfondie de la question, voir Federico Zuliani, «Annotazioni per lo studio dell (...)

19En dépit de cela, une recherche plus approfondie sur le lexique de l’évangélisme59 autorise une interprétation nicodémite de ce passage, peut-être ambigu. Cependant, comme pour rétablir un équilibre, le commentaire de l’ancien évêque ne se terminait pas sur cet éloge, mais poursuivait par une diatribe qui en dit long sur la connaissance publique des opinions religieuses des uns et des autres :

  • 60 On sait que Vergerio choisit de se réfugier en exil dans le canton protestant des Grisons en 1549. (...)

Mais si on lit ensuite celle qui est écrite à son prince on voit que ce brave Tasse se fourvoie là où en parlant de Naples, il dit ; « Quelle est cette ville, non seulement en Italie, mais dans toute l’Europe où il y a autant d’églises bien constituées et administrées » et moi j’affirme que quelqu’un connaissant la vérité, ne pourrait laisser échapper de sa bouche que les églises napolitaines sont bien constituées et bien administrées, car celles des prêtres tout comme celles des frères sont comme toutes les autres d’Italie de France et d’Espagne. Elles sont pleines et regorgent d’hypocrisies et de faux cultes. Le Tasse ne peut non plus s’excuser en disant qu’il n’a pas voulu révéler sa pensée à son maître, dans la mesure où, de toute part, on entend dire que son excellence ne refuse aucunement de prêter l’oreille pour entendre la vérité de l’Évangile60.

  • 61 On trouve la lettre à laquelle Vergerio fait allusion dans un deuxième temps en ouverture du troisi (...)

20D’après Vergerio, Le Tasse n’aurait peut-être pas souhaité révéler ses opinions en matière de foi à son protecteur, en dépit des sympathies que celui-ci professait assez ouvertement pour la Réforme. En réalité, il est plus vraisemblable que, dans un cadre totalement différent de celui des quelques lettres transmises à Dionigi Atanigi, le secrétaire se limite à exposer des arguments qu’il estime particulièrement aptes à convaincre à la fois son prince et l’empereur. S’agissant d’une lettre politique, volontairement placée en ouverture de partie en raison de son importance, elle ne pouvait étayer la démonstration du théologien61.

  • 62 Bernardo Tasso n’a pas été vraiment inquiété par le Saint-Office, mais sa proximité avec le prince (...)
  • 63 Bernardo Tasso, op. cit. Dans la lettre LXVI à la marquise de Pescara, comme dans celle de Marcanto (...)
  • 64 Andrea Barbieri, «Bernardo Tasso in odore d’eresia», Studi tassiani, 2000, XLVIII, p. 7-71 ; Vercin (...)

21D’autres écrits du Bergamasque auraient cependant pu éveiller les soupçons de l’Inquisition62 et recueillir l’assentiment de Vergerio ; ceux qu’il adressait à Marcantonio Flaminio, à sa sœur Donna Affra de’ Tassi, à la marquise de Pescara et à l’abbé Peres, car ils comportaient, de façon plus ou moins voilée, des thèses proches du valdésianisme, voire de l’anabaptisme63. Or, si l’on considère que l’adhésion du secrétaire de F. Sanseverino aux cercles valdésiens a certes fait l’objet d’hypothèses insistantes64, mais n’a pas été démontrée à ce jour, il en résulte surtout que la diffusion des idées évangélistes parmi les intellectuels devait être assez importante et, sans exclure le moins du monde une réelle aspiration spirituelle des épistoliers, devait faire partie sinon des topiques récurrentes du moins de sujets de discussions et de débats très courants.

5. Vers la fin d’une résistance

  • 65 Paolo Simoncelli, op. cit., p. 301 : «Ma quest’intervento di cucitura [la pubblicazione delle tre l (...)

22En 1555 est publiée l’anthologie de Lettere de Ludovico Dolce, inspirée de celle de Dionigi Atanigi, dans laquelle figurent des textes de Flaminio qui n’avaient plus été proposés au public depuis une dizaine d’années. L’ambiguïté de cette publication se manifeste dans la coexistence de choix courageux – certaines des lettres de Flaminio contiennent de longues citations du Bénéfice du Christ – et de présentations prudentes et vagues. Au-delà de la portée commerciale de l’opération, la circonspection et probablement le nicomédisme sont de règle, puisque les écrits à teneur spirituelle sont noyés dans un flot de lettres sinon insignifiantes du moins peu significatives en termes d’hétérodoxie65.

  • 66 Ibidem, p.150.

23Deux ans plus tard, en 1556, c’était au tour de Girolamo Ruscelli de prendre une initiative analogue en publiant à Venise la reproduction de l’édition de D. Atanigi et en y ajoutant un quatorzième et un quinzième livre, très probablement afin d’exploiter le succès commercial d’une œuvre déjà connue tout en la faisant passer pour une nouveauté, une sorte de summa des anthologies précédentes66. Son intention était manifestement de proposer au public un nouveau florilège qui inclurait également des textes évangélistes, car non seulement il maintenait dans le huitième livre l’intégralité ou presque des lettres de Flaminio, mais il y ajoutait cinq autres épîtres et non des moindres, puisque certaines reproduisaient des passages entiers du Bénéfice du Christ et traitaient de la justification par la foi.

24Conclusion

  • 67 Amadeo Quondam, Le « carte messaggiere ». Retorica e modelli di comunicazione epistolare : per un i (...)
  • 68 Le premier Index romain fut publié par le pape Paul IV en 1559 à la demande de l'Inquisition, et co (...)
  • 69 Paolo Simoncelli, op. cit., p. 301
  • 70 Ibid., p. 303 : «Davvero ora le nuove antologie, quasi tutte prudentemente e ossequiosamente ristam (...)

25Ainsi, ce bref panorama de l’édition italienne entre 1542 et 1560 met en exergue le grand nombre67 de recueils épistolaires parus en langue vulgaire, leur capacité à accueillir des contenus très divers, à aborder des sujets concernant l’actualité du moment, notamment religieuse, et, pour certains auteurs ou éditeurs, leur instrumentalisation à des fins hétérodoxes, via le recours au nicodémisme. Celui-ci peut recouvrir des formes différentes : des missives prenant prétexte de la défense de la langue vulgaire et de la diffusion d’un modus scribendi pour proposer parfois benoîtement des contenus quelque peu sulfureux ; un grand nombre de lettres, fort utiles pour noyer des textes « douteux » au sein d’une multitude d’autres ; des passages reflétant des opinions peu orthodoxes suivis de vigoureuses dénonciations de l’hérésie. Ces pratiques éditoriales de dissimulation permirent de garantir un minimum de liberté d’expression religieuse, avant l’index de Paul IV, outre qu’elles donnèrent à de nombreux épistoliers le moyen d’échapper tant bien que mal aux foudres de la Congrégation du Saint-Office. D’ailleurs, si le moindre doute pouvait encore subsister sur la dimension religieuse des florilèges épistolaires de ce milieu de siècle et sur leur fonction cachée, une simple comparaison entre les éditions effectuées avant et après l’Index librorum prohibitorum de 155968 est à ce titre révélatrice, puisque toutes les lettres de Flaminio, mais aussi d’autres évangélistes, disparurent des rééditions, voire des éditions précédentes69. Après 1559, ne sont publiés que des textes soigneusement expurgés où demeurent quelques rares formes raffinées de nicodémisme70. Ces coupes faites (parfois au sens premier du terme puisque certains exemplaires étaient matériellement privés de leurs textes par la découpe des pages incriminées), ces anthologies pouvaient effectivement passer pour de simples volumes tendant à défendre et à diffuser la langue italienne.

  • 71 Lodovica Braida, op. cit., p. 17.

26Vers le milieu du xvie siècle, censure et autocensure se conjuguèrent ainsi pour une production orthodoxe où la seule discussion n’était même plus concevable. Le contrôle de l’institution ecclésiastique sur la production littéraire devint total ou presque, car le triomphe des positions intransigeantes du concile de Trente et le pouvoir toujours plus incontesté du Saint-Office conduisirent à l’élimination de textes devenus inacceptables. Cette intransigeance contraignit progressivement les réformateurs à adopter une stratégie de défense et provoqua un tarissement de la veine qui réunissait les milieux littéraires et religieux, ainsi que la disparition d’une certaine liberté de ton. Abandonnant toute référence aux événements contemporains, le livre de lettres devint alors une simple compilation de formules et de concepts utiles en différentes occasions. Il ne recouvrit plus qu’une valeur normative et modélisante, sans danger pour l’Église issue de la Contre-Réforme71 dans la Péninsule, à un moment où le protestantisme avait conquis tout le nord de l’Europe.

Haut de page

Notes

1 Qui avait exprimé l’exigence d’une réforme conçue comme un retour à un christianisme nourri de valeurs évangéliques, de culture et d’intelligence, puisé à la source des Saintes Écritures et hostile à la dévotion superstitieuse des saints. Adriano Prosperi, Tribunali della coscienza, Inquisitori, confessori, missionari, Turin, Einaudi, 1996, p. 239.

2 Delio Cantimori, Eretici italiani del Cinquecento : ricerche storiche, Florence, Sansoni, p. 24.

3 Ibid., p. 19.

4 Le terme « nicodémisme » avait été forgé par Calvin pour désigner l’attitude de ces protestants qui, pour éviter les persécutions, feignaient en public d’être catholiques, participant même aux offices religieux, tout en conservant leur foi. Pour une définition du nicodémisme et une présentation historiographique du concept, voir dans ce même dossier thématique, Vincent Parello, Pratiques de simulation et de dissimulation religieuse (nicodémismes) dans l’Europe méridionale moderne, dans "Pratiques de simulation et de dissimulation religieuses (nicodémisme) en Espagne et en Italie (XVe-XVIIe siècles)", in Les cahiers de Framespa, 34, 2020. Delio Cantimori, Eretici italiani del Cinquecento…, op. cit., p. 199 ; Carlo Ginzburg, Il Nicodemismo : Simulazione e dissimulazione religiosa nell’Europa del '500, Torino, Einaudi, 1970.

5 Après la diète de Worms, ces rencontres étaient voulues par Charles Quint qui prit ainsi acte de la volonté de réforme exprimée par le pape Paul III et de l’accession au cardinalat d’un groupe d’hommes aux sympathies érasmiennes sensibles aux problèmes religieux du moment et qui souhaitaient des rencontres entre catholiques et protestants. Adriano Prosperi, Tribunali della coscienza, Inquisitori, confessori, missionari, op. cit., p. 234.

6 Ibid., p. 165.

7 Delio Cantimori, Eretici italiani del Cinquecento…, op. cit., p. 33-57, consacre presque deux chapitres aux raisons de la diffusion du nicodémisme et aux positions divergentes que le phénomène suscita.

8 Carlo Ginzburg, Il Nicodemismo : Simulazione e dissimulazione religiosa nell’Europa del '500, op. cit.

9 Anne Jacobson Schutte, «The ‘Lettere Volgari’ and the Crisis of Evangelism in Italy», Renaissance Quarterly, XXVIII, 1975, p. 639-689 [p. 646-647].

10 Fra Paolo Sarpi, 1552-1623. Servite, théologien de cour des Gonzague. Partisan d’une Église sans intérêts matériels et politiques et sympathisant des idées réformées, il fut excommunié en 1607. Son œuvre la plus célèbre, publiée à Londres en 1619, est son Histoire du concile de Trente.

11 Paolo Sarpi, Lettere ai protestanti, Manlio Duilio Busnelli (dir.), Bari, Laterza, 1931, vol. II, p. 122-123 : « Io fo molte cose contro il mio volere, come dir messa : la dico al più di rado ch’io posso… Noi tenemo il metodo di dir bene la verità dell’Evangelio, ma senza dir « la chiesa romana dice il contro », o di condannarla ; ma semplice dicendo, talmente che i soli protestanti se n’avvidero, e gli altri si contentarono di nostre prediche. La falsità non dico mai, ma la verità non a ogni uno ». Voir aussi l’explication que donne Delio Cantimori, Eretici italiani del Cinquecento…, op. cit., p. 33-57.

12 Marcantonio Flaminio, 1498-1550. Réformateur valdésien auteur de l’Alphabet chrétien et correcteur du célèbre Trattato utilissimo del beneficio di Giesù Christo crocefisso verso i christiani.

13 La doctrine de la justification par la foi est présente dans les Épîtres de Paul qui passe d'une justice fondée sur la Loi et acquise avec l'observance des œuvres prescrites, à une justice, et donc un salut éternel, fondée sur la foi dans le Christ.

14 Delio Cantimori, Eretici italiani del Cinquecento…, op. cit., p. 33.

15 Qui se manifeste par la naissance de nouveaux ordres religieux, dont celui des capucins qui était directement inspiré des spirituels franciscains. Voir Adriano Prosperi, Tribunali della coscienza, Inquisitori, confessori, missionari, op. cit., p. 241-242.

16 Carlo Dionisotti, «La letteratura italiana nell’età del Concilio di Trento», Geografia e storia della letteratura italiana, Torino, Einaudi, 1967, p. 227-254 [p. 233].

17 Paolo Simoncelli, «Evangelismo e lettere volgari», Evangelismo italiano del Cinquecento, questione religiosa e nicodemismo politico, Roma, Istituto storico italiano per l’età moderna e contemporanea, 1979, p. 282-329 ; voir aussi Lodovica Braida, I libri di lettere, le raccolte epistolari del Cinquecento tra inquietudini religiose e “buon volgare”, Laterza, Bari, 2009, p. 21-99.

18 Dont rendait déjà compte Carlo Dionisotti, «La letteratura italiana nell’età del Concilio di Trento», op. cit., p. 234-235.

19 Anne Jacobson Schutte, «The ‘Lettere Volgari’ and the Crisis of Evangelism in Italy», op. cit., p. 676 ; Jeanine Basso, « Quelques réflexions sur les fonctions des lettres en langue italienne publiées entre 1538 et 1562 », dans La Correspondance, l’édition des correspondances, correspondance et politique, correspondance et création littéraire, correspondance et vie littéraire, Actes du colloque international d’Aix-en-Provence, 5-6 octobre 1983, Aix-en-Provence, Université de Provence, 1985, vol.1, p. 37-47 ; Francesca Romana De' Angelis (dir.), Le pistole vulgari, Bologne, A. Forni, 1986.

20 Anne Jacobson Schutte, op. cit., p. 16.

21 Lettere volgari di diversi nobilissimi huomini et eccellentissimi ingegni scritte in diverse materie, Libro primo, Vinegia, casa de’ figliuoli di Aldo, 1543, 2 : « Mi sono imaginato di raccogliere et far stampare alcune lettere d’huomini prudenti, scritte con eloquentia in questa lingua volgare italiana […] E certo con ragione perché se ne i rinchiusi concetti dell’animo è posto il fondamento del sapere, senza dubbio chi con parole o con la penna bene gli spiega, possede una bellissima parte di prudentia. Et questa lingua è bella et nobile et nostra ; et questa parte di scrivere cade ogni dì in uso. Però mi persuado che gli auttori di queste lettere non havranno a male ch’io dimostri al mondo i fiori dell’ingegno loro con utilità comune, perché così porgeranno ardire all’industria di quei che sanno : et quei che non sanno gli haveranno obligo, potendo da questi essempi ritrar la vera forma del ben scrivere ».

22 Luigi Alamanni, 1495-1556. Homme d’Église et poète.

23 Paolo Simoncelli, op. cit., p. 286 : «Appare subito dunque, come dietro la questione della lingua si celasse una sorta di intervento a sostegno delle soccobenti posizioni politico-religiose dell’Evangelismo […] mediante quelle forze non ancora bruciate su questo piano, come appunto quelle culturali del Manuzio e della sua cerchia di letterati».

24 Lodovica Braida, op. cit., p. 56.

25 Au moins treize, d’après Anne Jacobson Schutte, op. cit., p. 651.

26 Comme celle de l’éditeur Paolo Gherardo, Novo libro di lettere scritte da i più vari auttori e professori della lingua volgare italiana, Venezia, 1544.

27 Nicolò Franco, Le pistole vulgari, Venezia, Gardane, 1542.

28 Lettera [sic] di M. Antonfrancesco Doni fiorentino, Piacenza, Giovanni Maria Cremonese, 1543.

29 Niccolò Martelli, Il primo libro delle lettere di Nicolo Martelli, Fiorenza, Martelli, 1546.

30 La première édition des lettres de Claudio Tolomei a été effectuée en 1547 par Gabriel Giolito de Ferrari, à Venise. Plusieurs autres éditions de Ferrari et d’autres éditeurs suivront. Anne Jacobson Schutte, op. cit., p. 652.

31 Lettere di Messer Horatio Brunetto, Venezia, A. Arrivabene, 1548. Orazio Brunetto, 1521-1587, médecin cultivé dont les Lettere volgari éditées en 1548 revendiquent son appartenance à l’évangélisme et affichent des positions à la limite de l’apostasie.

32 Bernardo Tasso, Li due libri delle lettere di M. Bernardo Tasso, intitolati a Monsig. d'Aras, Vinegia, Vincenzo Valgrisi, 1549.

33 Paolo Simoncelli, op. cit., p. 287.

34 Sur le florilège épistolaire publié par les Manuce en 1545, voir Lodovica Braida, op. cit., p. 75-99.

35 Si le thème de la justification ex sola fide était bien évoqué, un autre écrit lui faisait pendant par un véritable hymne à l’unité de l’Église contre toute forme d’hérésie. Paolo Simoncelli, op. cit., p. 290.

36 Dans une lettre de Bartolomeo Scala qui semble se faire l’écho du deuxième chapitre du Bénéfice du Christ. Ibidem, p. 290.

37 Lodovica Braida, op. cit., p. 96.

38 Selon certains, il est à ranger dans la catégorie des livres abritant une profonde polémique anti-romaine et professant des opinions hétérodoxes, tandis que pour le curateur de la nouvelle et récente édition de l’ouvrage (Novo libro di lettere scritte da i più rari auttori e professori della lingua volgare italiana, Giacomo Moro (dir.), ristampa anastatica delle edd. Gherardo, 1544 e 1545, Sala Bolognese (BO), Arnaldo Forni ed., 1987, p. XXXV-XXXVI, [LXXVII-LXXXI]) il contient certes quelques lettres à la dimension religieuse et non conventionnelle bien réelle, mais pas d’intention explicite de propagande réformée et se borne à témoigner de la richesse et de la diversité des cercles intellectuels vénitiens.

39 Massimo Firpo, «Riforma religiosa e lingua volgare nell’Italia del ‘500», Belfagor, LVII, 2002, fasc. 341, p. 517.

40 Pour quelques renseignements biographiques sur G.A. Clario, humaniste du xvie siècle, originaire d’Eboli, voir Novo libro di lettere scritte da i più rari auttori e professori della lingua volgare italiana, op. cit., p. LXXIII-LXXVI.

41 Lodovico Domenichi, 1515-1564. Polygraphe italien, il travailla à Florence à l’imprimerie officielle de la cour de Cosme et prépara les éditions des œuvres d’auteurs proches des idées réformées.

42 Lodovica Braida, op. cit., p. 16.

43 C’est le cas par exemple de la Nuova scielta, anthologie épistolaire anonyme imprimée en 1574 à Venise, qui reprenait notamment les écrits déjà publiés dans le Novo libro de Paul Gherardo mais en éliminant les auteurs prohibés par l’Index ou ceux dont les contenus pouvaient déplaire aux autorités religieuses. Novo libro di lettere scritte da i più rari auttori e professori della lingua volgare italiana, op. cit., p. XXXV-XXXVI.

44 Il s’agit entre autres des lettres de Vergerio, évêque de Capo d’Istria, accusé de comportement ambigu dès 1541, pour lesquelles Paul Manuce se livre à un travail d’autocensure dans les éditions de 1544 et de 1548 de son anthologie. Lodovica Braida, op. cit., p.74 et 75.

45 Pour reconstruire le profil de cet homme de lettres, voir Lodovica Braida, op. cit., p. 101-109, et Claudio Murini, « Atanigi Dionigi », Dizionario Biografico degli Italiani, vol. IV, 1962, p. 503-506.

46 Giberti Gian Matteo, 1495-1543. Prêtre dans l’ordre des théatins, puis dataire et évêque de Vérone. D’un point de vue doctrinal, Giberti fut un érasmien et un évangéliste qui tenta d’opérer une réforme de l’Église catholique de l’intérieur.

47 Jacopo Sadoleto, 1477-1547. Ėvêque de Carpentras en France. Nommé cardinal en 1536. En décembre de cette même année, il fit partie avec Carafa et Reginald Pole de la commission qui rédigea le célèbre Consilium de emendanda ecclesia. Pendant presque toute sa carrière, il incarna un courant partiellement évangéliste, soucieux de réforme interne de l’Église.

48 Paolo Sadoleto, 1508-1572. Né à Modène, il était le cousin germain du cardinal Jacopo Sadoleto. Il lui succéda sur le siège épiscopal de Carpentras de 1541 à 1569. Il laisse des lettres, au nombre de vingt-sept, et des poésies latines.

49 Lodovica Braida, op. cit., p.109.

50 Pour une analyse plus complète de la réelle portée de cette anthologie, voir Lodovica Braida, op. cit., p. 118-121.

51 Claudio Tolomei : 1492-1556. Homme de lettres, critique et philologue. Évêque de Curzola.

52 Claudio Murini, «Atanigi Dionigi», op. cit.

53 Pier Paolo Vergerio, Giudicio sopra le lettere di tredeci huomini illustri pubblicate da M. Dionigi Atanigi et stampate in Venetia nell’anno 1554, s.l., 1555, fol. 31-32 : « tra le quali [lettere] ve n’è una al signor Bernardin Rota, la quale porge qualche odore et qualche speranza che nell’autore vi sia la cognitione [della « vera » dottrina].

54 Dionigi Atanigi, De le lettere di Tredici hvomini illvstri libri tredici, Venezia, [presso Vincenzo Valgrisi], 1554.

55 Bernardo Tasso, Li tre libri delle lettere di M. Bernardo Tasso. Alli quali nuouamente s’è aggiunto il quarto libro, Venezia, Appresso P. Gironimo Giglio e compagni, 1559, p. 253.

56 Le mot grazia par exemple, qui pourrait renvoyer au lexique de l’évangélisme, semble ici employé dans une acception parfaitement canonique.

57 Bernardo Tasso, Li tre libri delle lettere di M. Bernardo Tasso. Alli quali nuouamente s’è aggiunto il quarto libro, op. cit., p. 522 : « L’infinita pietà di Cristo, Signor mio osservandissimo, alcuni peccatori co’ flagelli e con le pene, alcuni con le prosperità e con le grazie richiama a sé e gli fa rivedere de gli error loro. Perché usi questi così diversi e vari modi di grazia e di pena non si conviene a noi di cercare. Egli è somma providenza e sa ciò che fa ; se io volessi far paragone de le cose divine a le profane, forse direi ch’a guisa di dotto e d’avveduto cavalcatore che conosce la natura de’ cavalli ch’egli ha ad insegnare, con uno usando gli sproni e la verga, con l’altro il calcagno solo e la mano fa un medesimo effetto in tutti due ».

58 Bernardo Tasso, Li tre libri delle lettere di M. Bernardo Tasso. Alli quali nuouamente s’è aggiunto il quarto libro, op. cit., p. 172 : « Questi miei debitori e massimamente quello amorevole amico mio, sono come cavalli che senza sprone non caminano. Però, poiché la mia necessità lo richiede e alla loro tarda natura si conviene, spronateli, e se non basta lo sprone, operate la verga e il bastone ».

59 Pour une analyse approfondie de la question, voir Federico Zuliani, «Annotazioni per lo studio delle convinzioni religiose di Bernardo Tasso», Rivista di Storia e Letteratura religiosa, XLIX, 1, 2013, p. 237-250.

60 On sait que Vergerio choisit de se réfugier en exil dans le canton protestant des Grisons en 1549. Or, son ouvrage parut en 1554. De Suisse, il semble donc tout à fait informé des opinions de ses anciennes connaissances, même cinq ans après son départ pour l’exil. Voir Vergerio 1555, fol. 31-32 ; « Ma poi chi legge quella che è scritta al suo principe vede che il buon Tasso dà nelle scartate là ove, parlando di Napoli, egli dice ; ‘Quale è quella città non pur in Italia, ma in Europa dove sieno tante chiese bene instituite e governate’ e io affermo che uno il quale avesse la cognizione del vero, non potrebbesi acconciar la bocca a dire che le chiese napoletane fossero bene instituite e governate, perciò che sì quelle de’ preti come quelle de’ frati sono come tutte le altre d’Italia, Francia e Spagna, piene e colme di ipocrisie e culti falsi. Ne puossi scusare il Tasso con dire di non aversi voluto scoprire al suo patrone, conciosia che da ogni banda risuona che sua eccellenza non ha le orecchie schiffe né aliene dall’udire la verità dell’Evangelio ».

61 On trouve la lettre à laquelle Vergerio fait allusion dans un deuxième temps en ouverture du troisième livre du premier volume des lettres, pour convaincre le prince de se rendre à la cour impériale afin d’y plaider la cause des insurgés napolitains lors des tumultes de 1547.

62 Bernardo Tasso n’a pas été vraiment inquiété par le Saint-Office, mais sa proximité avec le prince de Salerne, accusé d’hérésie après le soulèvement populaire de 1547 à Naples et converti à la religion réformée après son passage en France, l’a rendu suspect. Pour les détails de cet épisode, voir Edward Williamson, Roma, Edizio­ni di storia e letteratura, 1951, p. 30-31.

63 Bernardo Tasso, op. cit. Dans la lettre LXVI à la marquise de Pescara, comme dans celle de Marcantonio Flaminio à Giulia Gonzaga (Massimo Firpo, «Juan de Valdés tra Alumbrados e ‘spirituali’, note sul valdesianesimo in Italia», dans Dal Sacco di Roma all’Inquisizione, Alessandria, Dell’Orso,1998), résonne l’écho des théories de Michel Servet, condamné au bûcher par Calvin : «Il passaggio dalla carne allo spirito (l’ingresso nel regno di Cristo per mezzo della cognizione e della fede, al quale segue il vivere in esso regno per mezzo della carità) avviene senza partecipazione dell’uomo […] la rigenerazione in ispirito è un fatto della misericordia divina, non della volontà umana». Delio Cantimori, op. cit., p. 47-48.

64 Andrea Barbieri, «Bernardo Tasso in odore d’eresia», Studi tassiani, 2000, XLVIII, p. 7-71 ; Vercingetorice Martignone, «Tra Ferrara e il Veneto : l’apprendistato poetico di Bernardo Tasso», Gigliola Fragnito, Massimo Firpo Susanna Peyronel Rambaldi (dir.), Olimpia Morata : cultura umanistica e Riforma protestante tra Ferrara e l’Europa, Ferrare, Schifanoia, 2005, p. 303-313.

65 Paolo Simoncelli, op. cit., p. 301 : «Ma quest’intervento di cucitura [la pubblicazione delle tre lettere dottrinali] veniva accompagnato da una buona dose di cautela e circospezione». Lodovica Braida, op. cit., p. 135-143, souligne les relations de L. Dolce avec nombre de sympathisants de la cause évangéliste et son attitude de réprobation officielle de l’hérésie luthérienne.

66 Ibidem, p.150.

67 Amadeo Quondam, Le « carte messaggiere ». Retorica e modelli di comunicazione epistolare : per un indice dei libri di lettere del Cinquecento, Roma, Bulzoni, 1981, p. 36 ; p. 40.

68 Le premier Index romain fut publié par le pape Paul IV en 1559 à la demande de l'Inquisition, et confirmé en 1564. La Congrégation de l'Index fut instituée en 1571 par Pie V.

69 Paolo Simoncelli, op. cit., p. 301

70 Ibid., p. 303 : «Davvero ora le nuove antologie, quasi tutte prudentemente e ossequiosamente ristampate nello stesso 1560 potevano passare per testi di esclusiva diffusione del volgare, costringendo i curatori ormai solo a qualche piccolo sotterfugio di nicodemismo raffinato»; p. 304-305.

71 Lodovica Braida, op. cit., p. 17.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Fratani, « Édition et nicodémisme dans l’Italie du xvie siècle », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 34 | 2020, mis en ligne le 10 juin 2020, consulté le 15 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/framespa/9236 ; DOI : https://doi.org/10.4000/framespa.9236

Haut de page

Auteur

Dominique Fratani

Dominique Fratani est MCF HDR en Italien à l’Université Bordeaux-Montaigne.Thèse de doctorat sur le Cieco de Ferrare (XVe siècle), HDR sur Bernardo Tasso (xve-xvie siècles). Publications récentes : « La construction d’un modèle : le premier recueil de Bernardo Tasso » in Studi Tassiani, n° 56, 2013, p. 205-235 ; « Exemplum e controesempio nelle lettere di Bernardo Tasso », in Chroniques italiennes, web 27 (1/2014), p. 49-81 ; « L’impact de la Réforme sur les lettres de Bernardo Tasso », Revue d’Études Italiennes, t. 61, n° 3-4, juillet-décembre 2015, p. 21-44. Bibliografia di Bernardo Tasso,  in Lineaditoriale, 10, 2018, p. 1-53, (http://revues.univ-tlse2.fr/pum/lineaeditoriale/index.php?id=1233) Contact : dominique.fratani@u-bordeaux-montaigne.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals