Navigation – Plan du site
Recensions

Rafael Serrano García, Angel de Prado Moura, Elisabel Larriba (eds.), Dimensiones religiosas de la Europa del Sur (1800-1875), Valladolid, Ediciones Universidad de Valladolid, 2018, 350 p. 

Solange Hibbs

Texte intégral

1Au cours des dix dernières années, l’histoire culturelle et religieuse de l’Espagne s’est considérablement enrichie grâce à de nouvelles approches historiographiques qui sont à la fois le fruit de rencontres et d’un travail commun entre chercheurs français et européens (notamment espagnols) et de perspectives comparatistes favorisant le décloisonnement des enquêtes et les regards croisés d’une recherche partagée.

  • 1 Benoît Pellistrandi (dir.), L’histoire religieuse en France et en Espagne, Madrid, Casa de Velázque (...)
  • 2 Rafael Serrano García, Angel de Prado Moura, Elisabel Larriba (eds.), Dimensiones religiosas en la (...)

2Dans le sillage d’initiatives comme celles de la Casa de Velázquez en 2001 avec la mise en place d’un programme scientifique pour l’époque contemporaine et la publication postérieure d’un ouvrage collectif sous la direction de Benoît Pellistrandi en 20051, d’autres rencontres destinées à débattre des orientations de leur discipline et à faire un état des lieux historiographique ont réuni des chercheurs des Universités de Valladolid et d’Aix-en-Provence, et du CNRS, dans le cadre de différents projets européens mis en place dès 2009 et dont le dernier : « Discours et dévotions religieuses dans la Péninsule ibérique, 1780-1860 (HAR2013, janvier 2015-septembre 2017) a donné lieu à la publication du volume Dimensiones religiosas en la Europa del Sur (1800-1875)2.

  • 3 Rafael Serrano García, Angel de Prado Moura, Elisabel Larriba (eds.), Discursos y devociones religi (...)

3Cet ouvrage coordonné par Rafael Serrano García, Elisabel Larriba, et Angel de Prado Moura, s’inscrit dans la continuité d’un autre travail collectif publié en 2014 et intitulé Discursos y devociones en la Península Ibérica, 1780-18603. Le propos de l’ouvrage est d’analyser dans une perspective comparatiste et plus spécifiquement dans différentes aires méditerranéennes de l’Europe du Sud (Espagne, France, Italie et Portugal), les manifestations religieuses prises au sens large du terme (discours, dévotions) et les représentations qu’elles ont suscitées à des moments clés de l’histoire politico-religieuse du xixe siècle. La période considérée est celle qui s’ouvre dès le début du xixe siècle avec les résistances et soubresauts d’une monarchie absolue et d’une Eglise sur la défensive face aux changements induits par la Modernité issue de la Révolution et dont le système de pensée s’articule autour de la sécularisation et de l’individualisme.

4C’est dans ce contexte qu’il faut situer, pour l’Espagne, deux moments charnière et symboliques : le début de la Guerre d’Espagne en 1808 et la restauration de la monarchie d’Alphonse XII en 1875. La guerre d’Indépendance en Espagne ou Guerre d’Espagne (1808-1813), un tournant essentiel dans l’histoire espagnole, permet la lente maturation d’autres options politiques et idéologiques (la première constitution libérale de Cadix de 1812) qui, malgré les retours en arrière et la politique répressive de Ferdinand VII, ouvrent la voie aux révolutions libérales (Triennat libéral de 1820 à 1823 ) et avec elles, aux tentatives de la part de certains secteurs du catholicisme de concilier leur foi et la religion avec les nouvelles réalités sociales. Les 16 contributions proposées dans cet ouvrage reflètent les différents soubresauts politiques de la période étudiée, la fermentation des idées libérales et les tensions générées par la stratégie défensive d’institutions religieuses qui se sentent dépossédées de leurs prérogatives face aux libertés modernes et à la sécularisation de la société.

5Dans le complexe paysage religieux et politique de pays comme l’Espagne, la France, l’Italie, et le Portugal, des attitudes et des comportements différents apparaissent chez les catholiques dont les manifestations de piété et de la foi sont tributaires des orientations à la fois religieuses et politiques du Vatican et de l’Église.

6Dans un souci de cohérence à la fois chronologique et géographique, le point de départ de ce volume se situe pendant la période de la Guerre d’Indépendance en Espagne (1808-1813) avec la contribution de Emanuele Marco Omes, qui analyse l’émergence d’une nouvelle culture politique, d’institutions et de modalités de gestion inédites de la res publica ainsi que les adaptations et tensions qu’elle généra de la part des différents groupes sociaux traditionnellement associés à l’exercice du pouvoir. C’est dans ce contexte que surgissent de nouvelles représentations de la souveraineté nationale, essentiellement celles liées à l’expression et à la légitimation de la souveraineté napoléonienne, représentations qui impliquent une mise en scène du pouvoir (rituels, cérémonies) et de l’expression publique (comment s’articulent les différents discours et contre-discours produits à la fois par les instances du pouvoir napoléonien et inspirés par les Cortes de Cadix et ceux qui structurent la résistance et l’opposition des nostalgiques et partisans de la monarchie absolue de Ferdinand VII).

7Une place particulière est accordée à l’étude de la presse, véritable caisse de résonance non seulement des rapports de force entre les institutions religieuses et les pouvoirs constitués mais également des mouvements qui traversent la société en profondeur, indépendamment du politique comme l’illustrent les contributions respectives de Gérard Dufour et d’Elisabel Larriba qui s’intéressent au rôle de deux publications : le Diario Constitucional de Barcelona (1820-1823) et El Censor (1820-1822) pendant la période du Triennat libéral. Deux publications qui tentent d’analyser la rénovation politique de l’Espagne avec une certaine modération afin de ne pas compromettre le fragile équilibre entre les orientations politiques et constitutionnelles issues des Cortes de Cadix et la question religieuse. C’est également dans cette période agitée des premières révolutions libérales en Europe que le Portugal affronte les tensions politiques et religieuses suscitées par le contexte révolutionnaire de 1820. María de Fátima Sá e Melo Ferreira propose une « généalogie socio-historique de certains concepts sémantiques qui s’imposent à un moment historique particulièrement complexe du Portugal où le mouvement issu de la révolution libérale de 1820 et qui aboutit à la convocation de la première Assemblée libérale du pays, fut revendiqué et perçu comme un mouvement de « restauration » et de « régénération » par les artisans de cette nouvelle expérience politique. Il semble en effet que le terme de « révolution », surtout utilisé par les forces contre-révolutionnaires, ait été l’objet d’une subversion des concepts et à l’origine d’un discours idéologiquement marqué, comme l’attestent les sermons du père José Agostinho de Macedo (1821-1823) auxquels s’intéresse cette contribution.

8La contribution de Maximiliano Barrio Gozalo sur le rôle du Nonce Gustianini de 1820 à 1823 et pendant les deux pontificats de Pie VII (1800-1823) et de Léon XII (27-IX-1823) confirme avec force, grâce à la correspondance rassemblée dans les Archives du Vatican, l’influence prégnante de Rome sur les églises nationales. Sans aucun doute le Vatican, à la faveur de la centralisation romaine qui domine en Europe durant le XIXe siècle, a contribué à donner une ampleur toute particulière à la condamnation du libéralisme et des libertés modernes, comme le reflète la correspondance entre le Nonce Giacomo Gustianini et Léon XII. Une condamnation dont les courants ultramontains des différents pays catholiques européens surent tirer profit et qui eut des effets durables sur le comportement des catholiques. L’analyse subtile de Maximiliano Barrio dévoile les tiraillements et hésitations internes au Vatican qui alterne stratégies défensives et offensives et dont les positions doivent être nuancées en fonction des enjeux religieux mais aussi politiques de ses relations avec les nations catholiques. Ce sont ces doutes et tiraillements internes à Rome mais aussi au niveau national en Espagne sur lesquels se penche Angel de Prado Moura pendant le Triennat libéral. Dans cet enchaînement de résistances, adaptations et compromis qui constitue le socle des relations entre Rome et les instances gouvernantes de pays comme l’Espagne, la question à la fois politique, religieuse et symbolique de l’Inquisition est centrale. Cette institution abolie en 1820 après son rétablissement en 1814, est au cœur de multiples tractations et pressions sur les Cortes de la part des secteurs catholiques les plus intransigeants, et c’est en explorant l’abondante correspondance des Archives du Vatican qu’Angel de Prado Moura révèle les enjeux des médiations exercées par des Nonces comme Gustianini. La politique prudente et pragmatique de Ferdinand VII, qui avait prêté provisoirement serment à la Constitution de 1812, explique le compromis destiné à satisfaire l’épiscopat et le clergé espagnols qui, à partir de juillet 1820, purent assumer grâce à la création de Juntes diocésaines certaines des anciennes attributions du tribunal de l’Inquisition. Cette délégation de compétences fut vécue comme un renoncement aussi bien religieux que symbolique par une grande partie du clergé et de l’épiscopat, dont les représentants les plus intransigeants adoptèrent un comportement de résistance, comme l’atteste l’abondante production de sermons, prêches et pastorales étudiée dans cette contribution.

9Les études d’Ester García Moscardó, de Rafael Serrano García et d’Alexandre Dupont se situent dans la période comprise entre 1860 et 1870. Elles constituent un bloc homogène dans la mesure où elles s’attachent à l’étude des différents discours religieux. Ainsi, l’écrivain républicain Roque Barcia Martí tente de concilier foi personnelle et convictions politiques : sa pensée, très éloignée de l’orthodoxie catholique officielle, illustre le difficile compromis de beaucoup de catholiques de cette période pour pratiquer un christianisme sincère et défendre une éthique civique en accord avec leur engagement dans la sphère publique. Cette réflexion sur la pratique de la foi, la liberté individuelle et la religion officielle est également celle du poète Zorilla (1817-1894), dont le poème La inteligencia (1867) fait l’objet d’une analyse attentive de la part de Rafael Serrano García qui montre que l’œuvre de ce poète, considéré comme un écrivain fondamentalement conservateur et un représentant du courant romantique réactionnaire et nationaliste, a pu refléter, à un moment clé de l’histoire où commence à se mettre en place un nouveau modèle de société en rupture avec celui de l’Ancien Régime, une certaine sensibilité face aux changements qui se produisent. Dans sa contribution consacrée à la circulation d’un des textes emblématiques du traditionalisme, et de ce qu’il a été convenu d’appeler le néo-catholicisme, Essai sur le catholicisme, le libéralisme et le socialisme (1851) de Donoso Cortés, Alexandre Dupont démontre comment cette œuvre traduite en français et en italien dès les années 1860, a contribué à l’implantation d’une véritable internationale néo-catholique et constitué une référence idéologique incontournable pour les secteurs catholiques les plus intransigeants, regroupés dans un front européen contre-révolutionnaire. Dans une perspective qui, selon les termes d’A. Dupont, est celle de proposer une histoire sociale des idéologies contre-révolutionnaires de la seconde moitié du XIXe siècle, il s’agit de montrer comment l’agrégation des forces politiques et religieuses réactionnaires aussi bien en Espagne qu’en France et dont le socle idéologique a été le texte de Donoso Cortés, a permis d’impliquer les laïques et les masses catholiques dans la contre-offensive orchestrée par les institutions ecclésiastiques nationales et le Vatican.

10C’est cette politisation de la religion qui explique la contre-offensive catholique qui, au cours de la deuxième moitié du xixe siècle et plus précisément sous le pontificat de Pie IX, suscite des campagnes de mobilisation de grande ampleur et exploite souvent le ressentiment identitaire du monde catholique face aux commotions révolutionnaires. Les manifestations de masse comme les processions et pèlerinages qui drainent les catholiques vers des lieux de culte transnationaux comme Lourdes ou Fatima ainsi que les pratiques rituelles privées ou collectives qui s’appuient sur de nouvelles dévotions, sont les thèmes abordés dans un ensemble de contributions proposées par Francisco Javier Ramón Solans, Daniele Menozzi et Maria Paiano. F.J. Ramón Solans s’intéresse aux nouvelles formes de mobilisation et d’endoctrinement des fidèles favorisées par l’éclosion de sanctuaires consacrés à la Vierge, après son « apparition » à Lourdes en 1858. Le « modèle » de Lourdes va servir de référence pour la mobilisation de masse dans d’autres lieux comme El Pilar à Saragosse, Begoña ou Montserrat et permettre, aux yeux de l’Église, de démontrer la supériorité de la foi face aux principes du positivisme et de la science. La contribution de Daniele Menozzi, qui détaille le processus aboutissant en 1854 à la déclaration du dogme de l’Immaculée Conception par Pie IX (Bulle Ineffabilis Deus), montre opportunément comment la rénovation et le développement de ce culte marial ont servi les intérêts politiques d’un pontificat dont les orientations ultramontaines et la condamnation sans appel des libertés modernes et du libéralisme (Concile Vatican I de 1870 et le Syllabus des erreurs en 1871) ont converti la Vierge Marie en symbole de résistance face à l’hétérodoxie. Au-delà de leur signification stratégique et souvent politique, le renouvellement de certaines dévotions et l’organisation de grands rassemblements constituent un des éléments essentiels de cette pédagogie de la foi défensive comme le démontre l’étude de Maria Paiano. Son analyse du rôle de la Società della Gioventú Cattolica italiana, constituée à un moment critique pour le catholicisme italien (décennie de 1860), illustre l’investissement durable et significatif des laïques catholiques dans la tentative de reconquête de la société civile. C’est également de cette reconquête dont il s’agit dans l’étude proposée par Elena Maza Zorrilla qui ouvre un chantier intéressant sur les formes de la protection sociale, de la bienfaisance et de l’assistance publique au xixe siècle et du rôle accru de l’Etat et du secteur public dans un domaine traditionnellement réservé à l’Eglise et aux initiatives privées (associations confessionnelles). Les politiques d’assistance et de bienfaisance s’institutionnalisent lentement (surtout pendant le Triennat libéral et la monarchie d’Isabelle II de 1833 à 1856), et cette évolution s’articule autour de la constitution d’une administration centrale et publique s’appuyant sur diverses initiatives législatives (Législation générale sur la bienfaisance de 1836 et loi de 1849 qui réglemente le fonctionnement des établissements publics de bienfaisance ainsi que les décrets de 1875 et 1899). Malgré les difficultés dues à la crise économique et l’instabilité politique, ce processus de transfert des responsabilités en matière d’assistance aux pouvoirs publics et à l’Etat s’est consolidé dans les dernières décennies du siècle et les rapports entre bienfaisance privée et l’assistance publique, conflictuels par nature, ont évolué dans le sens d’une complémentarité et d’une collaboration accrues.

11Cet ouvrage collectif se termine avec plusieurs contributions qui abordent, de façon homogène, les enjeux suscités dans les pays catholiques européens (France, Italie et Espagne) par la sécularisation de la société et une vision nouvelle plus anthropocentrique et individualiste du monde. Les enjeux face à la pénétration des libertés modernes sont énormes pour une institution qui se sent dépossédée de ses principales prérogatives, comme nous le dit Mario Bedera Bravo dans son étude sur l’enseignement laïque en Espagne dans le contexte du sexenio, avec la nouvelle constitution libérale de 1871 et certaines mesures emblématiques du Bienio progresista (1854-1856). Les deux dernières contributions de Giovanni Vian et de Ramón Maruri Villanueva constituent une synthèse pour l’Italie et l’Espagne des enjeux religieux et socio-politiques que le passage de l’Ancien Régime à la modernité politique progressivement construite au fil des événements révolutionnaires et de l’essor du libéralisme a représenté pour l’Eglise, la hiérarchie catholique et les fidèles.

Haut de page

Notes

1 Benoît Pellistrandi (dir.), L’histoire religieuse en France et en Espagne, Madrid, Casa de Velázquez, 2005.

2 Rafael Serrano García, Angel de Prado Moura, Elisabel Larriba (eds.), Dimensiones religiosas en la Europa del Sur (1899-1875), Valladolid, Ediciones Universidad de Valladolid, 2018.

3 Rafael Serrano García, Angel de Prado Moura, Elisabel Larriba (eds.), Discursos y devociones religiosas en la Península Ibérica, 1780-1860, Valladolid, Universidad de Valladolid y Université Aix-Marseille, 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Solange Hibbs, « Rafael Serrano García, Angel de Prado Moura, Elisabel Larriba (eds.), Dimensiones religiosas de la Europa del Sur (1800-1875), Valladolid, Ediciones Universidad de Valladolid, 2018, 350 p.  », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 34 | 2020, mis en ligne le 10 juin 2020, consulté le 08 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/framespa/9291

Haut de page

Auteur

Solange Hibbs

Solange Hibbs, Professeure émérite (Université Toulouse-Jean Jaurès), membre de l’UMR 5136 Framespa.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals