Navigation – Plan du site
Recensions

Anne Rolland-Boulestreau, Guerre et paix en Vendée 1794-1796, Paris, Fayard, 2019, 335p.

Valérie Sottocasa

Texte intégral

1Guerre et paix en Vendée s’inscrit dans un ensemble de travaux qu’Anne Rolland-Boulestreau consacre à l’histoire de la Vendée. L’historienne propose une lecture du mouvement révolutionnaire soucieuse d’articuler finement une histoire « vue d’en bas » à celle de la nation en Révolution. Dans cet ouvrage, elle s’interroge sur un processus fondamental mais encore peu connu, celui de la pacification des régions insurgées, ici à travers l’exemple de la Vendée. Elle rappelle que les acteurs de la Révolution étaient des hommes – et des femmes – pourvus d’une solide culture classique qui leur enseignait que sortir des guerres civiles passe par une amnistie. Mais comment la mettre en œuvre et sur qui en faire reposer l’application dans une région où les civils étaient déchirés et les armées de la République omniprésentes, et pas toujours sous contrôle ? Comment faire entendre la nécessité de la paix là où les voix de la guerre se sont imposées durant de longs mois, laissant de profonds stigmates dans le pays et le cœur des populations ?

2L’originalité de l’ouvrage d’Anne Rolland-Boulestreau est là : rechercher dans le détail des sources locales et nationales la trace des hommes qui ont fait la paix, et qui pour beaucoup avaient fait la guerre ; montrer leurs hésitations, leurs réticences, le retour à la guerre en pleine négociation de paix. Il s’agit là d’un sujet complexe et délaissé par une communauté historienne qui s’est penchée sur la guerre et non sur la fabrique de la paix, dans un pays en proie à la guerre civile. Or, la pacification de la Vendée a été un enjeu majeur de la France révolutionnaire. La guerre civile de Vendée oppose non pas deux ennemis de nature égale mais l’État et une population insurgée ; elle témoigne d’un État faible : la pacification fait partie du processus de renforcement de l’État qui passe par une redéfinition et une requalification de l’ennemi.

3Trois chapitres structurent l’ouvrage : le premier se consacre à la fabrique de la pacification ; le second, à ses fragilités et aux reprises des combats dans la paix ; le troisième au rôle de la société vendéenne et de l’Église dans la dynamique pacificatrice.

4En 1793, lors de l’insurrection, les républicains excluent les Vendéens du champ politique et juridique en adoptant la procédure de la mise hors-la-loi qui normalise la répression sanglante et légitime les colonnes infernales (janvier-avril 1794). À partir du printemps 1794, la terreur judiciaire recule en province. C’est aussi le cas en Vendée où s’enclenche un processus de pacification, long et incertain. Le premier texte de pacification est un arrêté du comité de salut public diffusé le 21 juin 1794 auprès de la population, date symbolique rappelant la fuite de Louis XVI en 1791 et son exécution le 21 janvier 1793 : le message vise à faire comprendre qu’après le cycle de la guerre vient celui de la paix et de la vie, en ce premier jour de l’été. Le ton de l’arrêté reste cependant martial : la Vendée est un grenier à blé dont il faut reprendre le contrôle, ce qui passe aussi par la reprise en main de l’armée de l’Ouest. Désarmement et réquisitions ne peuvent être mis en œuvre si l’armée de la République poursuit pillages et massacres. Or, c’est bien ce qui se produit mi-juillet dans la forêt de Grasla : plus de cinq cents personnes, hommes, femmes et enfants employés à la moisson, sont massacrées par les hommes du général Huché. Les Vendéens rejettent massivement la paix. À l’automne, la Convention envoie six représentants en mission sur place dont le rapport, remis à la Convention le 1er décembre, établit l’histoire de la guerre civile, expose les faiblesses de l’armée de l’Ouest et dénonce les excès commis, notamment par Jean-Baptiste Carrier, mis en accusation en novembre 1794 ; l’indiscipline des soldats est montrée du doigt.

5La Convention suit les préconisations du rapport et propose aux Vendéens un décret d’amnistie ramassé en trois articles, suivi d’une longue proclamation, en mai 1794. Les rebelles sont pardonnés mais ils doivent rendre les armes et oublier les atrocités commises de part et d’autre. Des négociations s’engagent sur cette base avec Charrette et vingt autres chefs insurgés, mais Stofflet, l’autre grande figure de la guerre de Vendée, ne vient pas. Le 17 février 1795, les deux parties signent un texte court (le traité de La Jaunay) qui introduit la liberté de culte pour les curés réfractaires et l’exemption des jeunes gens de la conscription, deux des causes fondamentales de l’insurrection populaire du printemps 1793. Stofflet participe à d’autres négociations qui aboutissent aussi à un traité de paix, signé à Saint-Florent le 2 mai suivant. Dans la forme comme sur le fond, ces deux textes sont plus soignés que le premier décret de mai et ils accordent plus d’importance à la reconstruction du pays. Dans un contexte européen où la paix progresse, la République doit impérativement prouver sa capacité à pacifier son territoire. Néanmoins, l’autonomie politique de la Vendée n’est pas reconnue dans ces traités, ce qui explique leur rejet.

6Anne Rolland-Boulestreau entreprend ensuite de faire un portrait précis des acteurs de la pacification : qu’ils soient membres des commissions de la Convention, plus spécialement de la Commission d’Agriculture et des Arts, ou représentants en mission après thermidor, tous rédigent des rapports, proposent des solutions. Les généraux sont remplacés, tant l’image noire de Turreau semble condamner toute tentative d’instaurer la paix et de permettre l’oubli des combats dans la région. À la fin de l’été 1795, la Convention parie sur un jeune général, Hoche, bien décidé à imposer la pacification et un changement d’état d’esprit et de pratiques au sein de l’armée de l’Ouest. Pour cela, il préconise non seulement la discipline à l’armée mais aussi la pratique de la « petite guerre », qu’il décrit dans ses rapports. Il s’agit d’une stratégie connue et présente dans les manuels militaires depuis le milieu du xviiie siècle, qui ressemble à ce que l’on a ensuite appelé la « guérilla » : Hoche est le « prototype du pacificateur armé » (p. 93), chef d’une armée qui se met de nouveau au service du pouvoir politique civil, permettant ainsi la restauration de l’État en Vendée.

7Le second chapitre, intitulé « Blancs et bleus à l’épreuve de la pacification », complète le portrait des acteurs de la guerre civile et de la pacification, tant du côté des rebelles que de celui des républicains. Le travail mené finement permet de comprendre la complexité des situations politiques, les rivalités entre des hommes promus au rang de chefs, et les éléments qui entretiennent leur légitimité ou créent leur discrédit. Du côté des blancs, Charrette est le seul crédible aux yeux des Anglais qui soutiennent le débarquement d’une troupe d’émigrés à Quiberon et restent en observation sur l’île d’Yeux. L’opération est un fiasco sanglant qui montre aux Anglais qu’une opération ne peut être menée sans l’appui des forces locales. Or, Charrette et Stofflet sont rivaux ; ce dernier, roturier mais valeureux soldat, ne bénéficie pas de la même reconnaissance que Charrette de la part des princes émigrés. L’armée de l’Ouest n’est pas plus épargnée par les rivalités : Hoche a des ennemis parmi les généraux, qui exploitent ses failles, le dénoncent auprès de la Convention, ne respectent pas ses ordres. L’autrice présente une enquête fouillée sur ces généraux et leurs rivalités, à rebours de la légende selon laquelle Hoche aurait fait l’unanimité.

8Cet intéressant chapitre descend ensuite d’un cran dans l’observation du terrain et montre que la guerre civile est génératrice de criminalité (p. 127). Des soldats pillent le pays sous couvert de réquisitions, des bandes criminelles profitent de la déréliction de l’État, transformant certains espaces en zones de non-droit. La restauration de l’ordre est un véritable enjeu de la politique de pacification mais le maillage judiciaire est affaibli par la guerre civile. Des commissions extraordinaires – commissions militaires puis conseils militaires – se déplacent avec les troupes pour juger les pillards, les déserteurs, les rebelles « pris les armes à la main » ; une catégorie délicate à manier dans un pays en proie à la guerre civile et où l’armée veut restaurer les conditions de la paix civile. Les derniers mois de 1794 sont importants : le procès de Jean-Baptiste Carrier délie les langues et montre que la question des pillages par les armées de la République n’est plus taboue.

9La pacification n’est pas linéaire : c’est ce que montre aussi l’ouvrage d’Anne Rolland-Boulestreau. Si les acteurs tendent vers la paix, des résurgences violentes les en détournent un temps, menaçant le processus dans son ensemble. Espions et déserteurs troublent les lignes. La situation des républicains qui ont fui les zones de combats et sont réputés « réfugiés » ne va pas sans soulever des problèmes parfois insolubles. Comment sont-ils regardés par ceux qui sont restés ? Peuvent-ils retrouver leurs biens, exploités ou occupés par d’autres ? Ces réfugiés sont d’ailleurs mal connus du fait de sources défaillantes, mais on sait que leur sort a parfois été si dur qu’ils ont cherché à créer, pour échapper aux vengeances, des compagnies franches ; Hoche, d’abord favorable à ces milices, craint ensuite qu’elles alimentent une reprise de la guerre civile (p. 164).

10Le troisième chapitre traite de la pacification et de la reconstruction qui se déroulent sur au moins deux années en Vendée (1794-1796). En finir avec la guerre civile passe d’abord par l’exécution des chefs rebelles : Stofflet, arrêté dans la nuit du 24 février 1796, est exécuté le 25 ; Charrette, cible d’une traque très dure, tombe le 24 mars suivant. Ce sont ensuite des chefs républicains qui sont suspendus pour leur conduite brutale (Turreau, Huché) : Carrier est le seul responsable exécuté, la Convention ayant beaucoup à perdre dans des procès tournés contre ceux qui ont exécuté ses ordres. Le désarmement des populations n’est pas chose facile : en 1796, toutes les armes n’ont pas été déposées. Remettre le pays au travail et, en particulier, relancer la production agricole sont un impératif, car les capacités productives de la région restent importantes. Les populations civiles, quant à elles, rattrapent les années de guerre : les mariages sont plus nombreux, mais les orphelins aussi. L’Église et les clercs ont un rôle essentiel dans la pacification car leur crédibilité est intacte auprès des populations. Ils deviennent les « faiseurs de paix » (p. 232).

  • 1 Anne Rolland-Boulestreau, Les notables des Mauges. Communautés rurales en Révolution (1750-1830), R (...)

11Le chemin vers la paix n’a donc pas été linéaire, unanimement approuvé et facile. Les traités de paix ne sont que l’un des aspects de cette pacification qui a vu peu à peu des ennemis apprendre à échanger, dialoguer à nouveau, se réapprivoiser. La paix suppose qu’il y ait un vainqueur et un vaincu, mais cela n’a pas été le cas en Vendée. La « sortie de guerre » élaborée par la Convention puis le Directoire a ainsi constitué un laboratoire pour les conflits politiques et sociaux du xixe siècle. Après son étude de la mobilisation des notables des Mauges (2004), puis des colonnes infernales et leur cohorte de violences civiles et militaires (2015), Anne Rolland-Boulestreau poursuit son œuvre d’historienne des guerres de Vendée en l’inscrivant dans une réflexion plus générale et conceptuelle sur les processus de guerres civiles et de pacifications dans des contextes particulièrement complexes1. Avec ce volet consacré à la Guerre et la paix en Vendée, elle démontre toute la valeur d’un travail empirique appuyé sur une lecture fine des sources et articulé à une réflexion d’ensemble sur les dynamiques révolutionnaires. Cet ouvrage enrichit ce faisant une historiographie en plein renouvellement.

Haut de page

Notes

1 Anne Rolland-Boulestreau, Les notables des Mauges. Communautés rurales en Révolution (1750-1830), Rennes, PUR, 2004 ; Anne Rolland-Boulestreau, Les colonnes infernales. Violences et guerres civile en Vendée militaire (1794-1795), Paris, Fayard, 2015.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Valérie Sottocasa, « Anne Rolland-Boulestreau, Guerre et paix en Vendée 1794-1796, Paris, Fayard, 2019, 335p. », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 34 | 2020, mis en ligne le 10 juin 2020, consulté le 08 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/framespa/9303

Haut de page

Auteur

Valérie Sottocasa

Professeur des universités en histoire moderne, Toulouse Jean-Jaurès, membre du laboratoire Framespa, UMR 5136 du CNRS. Elle est l’autrice de Les brigands et la Révolution. Violences politiques et criminalité dans le Midi (1789-1802), Seyssel, Champ Vallon, 2016.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals