Navigation – Plan du site
Pratiques de simulation et de dissimulation religieuses (nicodémisme) en Espagne et en Italie (XVe-XVIIe siècles)

Pourquoi Barcelone ? Quelques repères sur le nicodémisme politique de Cervantès dans la Segunda parte del ingenioso caballero don Quijote de la Mancha

¿Por qué Barcelona? Algunas calas sobre el nicodemismo político de Cervantes en la Segunda parte del ingenioso caballero don Quijote de la Mancha.
Why Barcelona? On some elements about Cervantes’ political nicodemism in the Segunda part of the ingenioso caballero don Quijote de Mancha.
Pierre Darnis

Résumés

Cette étude propose de comprendre l’un des enjeux du voyage de don Quichotte à Barcelone. Il vise donc à faire percevoir les références voilées et géopolitiques des éléments qui préparent et caractérisent l’irruption du port de Barcelone dans la Segunda parte del ingenioso caballero don Quijote de la Mancha.

Haut de page

Texte intégral

« Aux armes, aux armes, monsieur le gouverneur, aux armes ! Des ennemis innombrables ont pénétré dans l’isle, nous sommes perdus si votre habileté et votre vaillance ne viennent pas à notre secours ! »(Seconde partie de Don Quichotte, chapitre 53)

1La critique s’est beaucoup interrogée sur le changement de destination de l’illustre hidalgo manchègue, qui, finalement, préfère rejoindre Barcelone plutôt que Saragosse. Dans le débat qui anime la recherche cervantiste, je voudrais proposer ici quelques repères sur certains chapitres conclusifs de la Seconde partie de Don Quichotte, ceux qui en l’occurrence conduisent don Quichotte à Barcelone. En effet, il semble que les raisons du voyage du héros à Barcelone répondent à des motifs non explicites et, comme nous proposerons de le montrer, à une forme de nicodémisme politique et militaire.

2Bien des jalons de l’aventure du héros importent, mais, faisant l’hypothèse que l’accostage méditerranéen du nobliau n’est pas sans lien avec l’ensemble de son itinéraire global au sein de la fabula de la Seconde partie, il semble nécessaire de rappeler et de préciser d’emblée plusieurs points qui préparent l’arrivée des protagonistes dans la ville portuaire.

  • 1 Les références à la Segunda parte correspondent à l’édition de Jean Canavaggioo (Miguel de Cervantè (...)
  • 2 On pense évidemment au quatrième fou de l’hôpital à la fin du « Colloque des chiens » (Miguel de Ce (...)
  • 3 Pierre Darnis, « Segunda parte de Don Quijote de la Mancha : éléments sur une satire ménippéenne (I (...)

3Le premier chapitre, trop souvent délaissé par la critique, n’est pas sans délivrer plusieurs informations précieuses sur l’itinéraire du chevalier improvisé. Que nous apprend ce seuil de l’aventure si ce ne sont des « nouvelles […] venues de la Cour », dont une en particulier, qui devrait retenir toute l’attention du discreto lector : « on tenait pour assuré que le Turc descendait avec une puissante flotte, […] dans cette crainte qui, presque chaque année, nous vaut d’être appelés aux armes, toute la chrétienté était sur le qui-vive et Sa Majesté avait fait armer les côtes de Naples et de Sicile, ainsi que l’île de Malte » (II, 1, p. 251)? En entendant ces nouvelles de la bouche du curé, le soldat de la Manche va se présenter moins comme un chevalier errant qu’avec le rôle du « donneur d’avis », celui de ces multiples arbitristas qui encombraient la Cour du roi et dont les idées de réforme s’avéraient toutes plus folles les unes que les autres2. Fou, il semble bien l’être puisqu’il souhaite que le roi « fasse proclamer sur la place publique que tous les chevaliers errants qui vagabondent à travers l’Espagne se rendent à la Cour » : « il pourrait y en avoir un parmi eux qui suffirait à lui seul à anéantir toutes les forces du Turc » (II, 1, p. 26). Ce projet rejoint, comme j’ai pu le montrer ailleurs, celui que le dieu des chrétiens inspire à Godefroy de Bouillon dans la Jérusalem libérée du Tasse (1579)3.

4Le point fondamental qui mérite d’être relevé et que l’on passe trop souvent sous silence est celui de la fonction narrative de l’avis quichottesque sur le contexte de lutte qui secoue la Monarchie hispanique. C’est littéralement cette détermination, celle de réunir une armée contre le Turc, qui déclenche le récit. Le texte de Cervantès est on ne peut plus clair sur le mobile de l’action de son héros :

Ce sont ceux-là [les vrais chevaliers que sont les chevaliers errants], ou d’autres comme ceux-là, que je voudrais pour appliquer mon conseil ; car, s’il en était ainsi, Sa Majesté s’en trouverait bien servie et s’épargnerait grand dommage, tandis que le Turc en serait réduit à s’arracher les poils de la barbe. Autant dire que je ne saurais rester à la maison […]. (II, 1, p. 33).

  • 4 Fernand Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l'époque de Philippe II, tome 2, Paris (...)

5Le projet de trouver des chevaliers compétents et de défaire l’armée turque fonde la décision de don Quichotte et signe le déclenchement, le nœud de la narration. Il reste que, bizarrement cette fois-ci, le fondement de l’action de don Quichotte n’est pas un fantasme de vieux fou. Il s’agit, faut-il le rappeler, des « nouvelles » de la Cour, c’est-à-dire des services secrets du roi. On croit entendre l’écho de bien des inquiétudes d’alors, telles celles en France de Guillaume du Vair qui, alors, affirme que le Turc est « toujours pendu dans l’air4 ». Par ailleurs, pour asseoir l’information, Cervantès, en vétéran des armées espagnoles, ne délègue pas la diffusion de « nouvelle » à son héros « ingénieux », mais au curé, qui se présente comme une figure d’autorité relativement moins contestable.

6Dans ces pages, examinons à présent le mode discursif adopté par notre auteur. Si l’on pense au moment où don Quichotte évoque la personne qualifiée pour cette mission de repérage et de commandement, on verra qu’il recourt à une figure singulière : l’aposiopèse, la réticence (« Dieu veillera sur son peuple et en enverra un qui, s’il n’est pas aussi brave que les chevaliers errants d’autrefois, ne leur será pas pour autant inférieur en courage ; enfin, Dieu m’entend et je n’en dis pas davantage », II, 1, p. 27). Plus loin, c’est au tour d’une seconde figure de l’oblique de se manifester : la significatio ou « emphase ». En provocateur, l’ami barbier qui participe au dialogue narre une histoire de fous ouvertement cryptique. Don Quichotte s’empresse alors de formuler ce que doit être un Lecteur Modèle : il doit voir « plus loin que le bout de son nez » (« por la tela de cedazo », II, 1, p. 31). En un mot, il convient de se méfier d’une lecture littérale des récits : une lecture entre les lignes de la toile textuelle est requise.

7Si l’on se penche également sur la forme de l’énonciation quichottesque, on verra que Cervantès la présente comme une confession. Le curé Pedro Pérez invite don Quichotte à dire quel est exactement son projet et, pour cela, il lui garantit une discrétion de confessionnal : « Ma profession […] est de guarder le secret » (II, 1, p. 26). Se peut-il qu’on nous invite, nous aussi, à garder le sens du Quichotte dans le secret de notre for intérieur ?

8Il s’avère évident que l’on a placé le lecteur éclairé devant un dialogue émaillé de références au secret et au voilement. On le comprend aisément : don Quichotte se donne un rôle clairement messianique, donc concurrent de la potestas du roi…

  • 5 « […] ils en vinrent à parler de ce que l’on appelle raison d’État et des modes de gouvernement, co (...)

9Le langage cervantin relève moins du nicodémisme religieux que de la pratique de la veritas fucata, ce discours oblique prisé des humanistes en raison de la gravité des sujets abordés : la politique et la gouvernance5. C’est ce mode de communication auctorial, celui de la véridiction subtile, voire d’une parrhêsia en mode mineur, que je tenterai de rendre manifeste ici.

10Avant cela, peut-être devrait-on rappeler enfin la spécificité du Quichotte de 1615, au regard, notamment, de la Première partie. Dans ce second opus, Cervantès conduit l’hidalgo devant un « défilé » d’autres caballeros, qu’il s’agisse du modeste hidalgo rural et épicurien nommé don Diego ou d’un noble titré comme le duc d’Aragon. Dans ce cadre, Cervantès joue délibérément sur la syllepse de sens du terme caballero, qui désigne aussi bien le chevalier (imaginaire et ancien) que le courtisan (le « gentilhomme » réel et actuel). De cette manière, les livres de chevalerie permettent d’évoquer de biais la réalité de la société dans son rapport avec les questions internationales et militaires.

11Ce programme narratif visant à examiner les qualités guerrières des caballeros de son temps peut sembler fantasque et risible pour nous autres « modernes » ; toutefois, si l’on veut bien s’y arrêter quelques instants, on s’aperçoit que le procédé cervantin explicite littéralement le mobile du voyage à venir :

[…] même si nous sommes tous des chevaliers, il y a une grande différence des uns aux autres […] tous ceux qui se disent chevaliers ne le sont pas tout à fait. Certains sont en or massif et d’autres seulement dorés, et s’ils ont tous les apparences du chevalier, ils ne le sont pas tous de la même façon devant la pierre de touche de la vérité. (II, 6, p. 71-72).

12Si l’on a l’impression de retrouver l’axiome du premier Lazarillo (« porque consideren los que heredaron nobles estados… »), cela n’est guère surprenant : la trame chevaleresque du Second Quichotte en conserve l’esprit et, partiellement, la structure. Aussi est-il temps maintenant de partir pour Barcelone, même si, avant d’arriver à destination, je proposerai de faire deux courtes étapes qui marquent profondément le voyage de notre héros.

1. Les étapes de Ruidera et de Saragosse

13On se gardera à l’évidence de passer outre le passage de don Quichotte et de Sancho Panza par les célèbres lagunes de Ruidera. Le rapprochement que je voudrais faire entre la topographie manchègue et le littoral catalan est moins arbitraire qu’il n’y paraît de prime abord. En effet, au moment très précis de l’arrivée des protagonistes sur la côte méditerranéenne, la narration revient sur cette zone lacustre de la Manche, comme s’il fallait évidemment souligner la différence entre les deux espaces, mais aussi, renvoyer au passage préfigurateur de la grotte de Montesinos :

[Don Quichotte et Sancho] virent la mer, qu’ils n’avaient jamais contemplée jusqu’alors ; elle leur parut très vaste et immense, bien plus que les lagunes de Ruidera qu’ils avaient vues dans la Manche ; ils aperçurent les galères au bord de la plage qui, abattant leurs tentes, se montrèrent couvertes de banderoles et de pavillons qui frissonnaient au vent et baisaient et balayaient l’eau. À l’intérieur résonnèrent clairons, trompettes et hautbois qui, de près et de loin, emplissaient l’air d’accents suaves et belliqueux. Elles commencèrent à se mouvoir et à se livrer sur les flots paisibles une sorte d’escarmouche, tandis que leur répondaient, presque au même instant, une multitude de cavaliers qui sortaient de la ville sur de beaux chevaux, porteurs de brillantes livrées. Les soldats des galères faisaient feu avec une artillerie innombrable, à laquelle répondaient ceux qui se trouvaient sur les remparts et dans les forts de la ville […]. La mer pleine d’allégresse, la terre de joie et l’air de clarté, ennuagé seulement par la fumée de l’artillerie, tout semblait répandre et engendrer une gaieté subite parmi tout le monde. (II, 61, p. 577-578)

14Quant à la destination de Saragosse, on sait l’importance qu’elle revêt. La Première partie, qui semble en réalité avoir été pensée comme un récit sans suite, expliquait qu’avant de mourir, don Quichotte était allé voir là-bas les fêtes de la saint-Georges, personnage qui, faut-il le préciser, était le modèle hagiographique du chevalier libérateur, celui qui empêcha la mort de l’infante de Libye, destinée à être offerte à un dragon, véritable Minotaure local. Faisons donc halte un instant en ces lieux pour en prendre tout à fait la mesure.

15Nous ne sommes pas sans savoir que Ruidera est pour don Quichotte le lieu d’une pseudo-descente aux Enfers. Dans le songe qu’il fait une fois arrivé sous terre, l’hidalgo rencontre des personnages du légendaire médiéval : devant don Quichotte, se présentent tour à tour Montesinos, Durandal et Belerma, tous « enchantés » dans la grotte et tous prisonniers du sombre Merlin. Quelle n’est pas la surprise du héros lorsqu’il découvre là également Dulcinée, et lorsque l’une de ses deux amies s’approche pour lui demander de l’argent : six réaux ! Malheureusement, don Quichotte ne peut lui en donner que quatre : il voudrait être un "Fugger", l’un de ces banquiers allemands et créanciers du Roi d’Espagne « pour y porter remède » (II, 23, p. 241).

16Le chapitre 23 est étrange, délibérément invraisemblable et passionnément prosaïque. En témoignent, à titre d’exemple, les lignes suivantes : les personnes enchantées retenues dans la grotte « ne mangent point, ni ne font la grosse commission, bien que l’opinion commune soit que leurs ongles, leur barbe et leurs cheveux continuent de pousser » (II, 23, p. 825).

  • 6 Silvia Longhi, Orlando insonniato: il signo e la poesia caballeresca, Milan, Angeli, 1990, p. 50.
  • 7 Évidemment, il s’agit d’une herméneutique bien différente de celle, burlesque, du cousin humaniste (...)

17Les lecteurs de l’époque étaient loin d’être candides. Le passage narre une « métamorphose », dans la veine de celles d’Ovide, comme on en lisait régulièrement sous des formes « moralisées », c’est-à-dire interprétées, accompagnées d’un ou plusieurs sens allégorique(s). La séquence mérite donc en tant que telle, et plus encore en qualité de somnium6, une interprétation ; la séquence est en attente d’exégèse7.

18Alors, avant Barcelone, pourquoi Saragosse ? Que signifie « désenchanter Dulcinée », croisée dans les profondeurs des terres de Ruidera ? Pourquoi Cervantès, après la rencontre avec les personnages du cycle de Roncevaux, a-t-il remplacé l’objectif de la réunion des vrais chevaliers (chap. 1) par celui du sauvetage de Dulcinée et des chevaliers de Charlemagne ?

  • 8 Idem.

19En réalité, les différents signaux placés par l’auteur dans la grotte de Ruidera renvoient, comme cela a récemment été montré, aux malheurs de la captivité dans les bagnes d’Alger8.

  • 9 Helena Percas de Ponseti, Cervantes y su concepto del arte: estudio crítico de algunos aspectos y e (...)

20- Notons d’abord l’argent demandé par Dulcinée. L’hypothèse de lecture la plus cohérente est probablement que les prisonniers sont, comme le fut Cervantès lui-même, membres d’une « chiourme » (« ces enchanteurs qui ont enchanté toute la troupe », « toda la chusma », p. 238), c’est-à-dire des captifs de rançon (« de rescate », comme le Cautivo dans le chapitre 40 de la Première partie). Leur survie et leur liberté dépendent de la capacité des proches à réunir assez d’argent afin de payer le prix fixé par les maîtres9. On comprend donc que Durandal conseille à Montesinos la patience (« patience et battons les cartes », II, 23, p. 243) : les captifs étaient pris entre les exigences financières des « enchanteurs », les possibilités pécuniaires des familles et les atermoiements de la politique internationale des rois espagnols ;

21- l’impossibilité pour les prisonniers affamés de faire la « grosse commission » ;

22- l’absence de soin des ongles et des cheveux, qui poussent sans fin,

  • 10 Sur la question du vêtement « mauresque » : Helena Percas de Ponseti, op. cit., p. 534-535 et Pierr (...)

23- mais aussi le port pour les femmes du « turban blanc à la turque »10.

24- Et que dire du jupon que Dulcinée veut donner en gage ? Ne sert-il pas de lien ensuite avec une autre fable : celle des marionnettes de maese Pedro ? Il s’avère en effet que le spectacle de marionnettes racontera l’emprisonnement de Melisendre, personnage carolingien comme Montesinos ou Belerma, mais, celui-ci, ouvertement retenu par des Sarrasins.

25On peut se demander pourquoi Cervantès a-t-il voulu, si ce n’est par nicodémisme littéraire et politique, juxtaposer (ou plus exactement sans doute mettre « en abyme ») cette fable légendaire et carolingienne avec celle, invraisemblable, de Dulcinée. À tout le moins, par quelques convergences thématiques et symboliques, Cervantès semble vouloir aider les lecteurs à percevoir l’homologie de situation des deux femmes.

  • 11 Pia Schwarz, «Saraceni e turchi nell’Orlando furioso», Atti X Convegno Italianisti Scandinavi, Roma (...)

26Le cadre pseudo-historique de la matière de France – celui des héros carolingiens – est destiné, comme chez Pulci, Boiardo, l’Arioste et le Tasse, à évoquer, me semble-t-il, le contexte géopolitique des Européens du xviie siècle : un contexte de tension avec la puissance turque (celui-là même du premier chapitre) mais aussi, et c’est toute l’importance des fables du songe et du retable, avec les alliés occidentaux de celle-ci, à savoir les pirates des Barbaresques11.

  • 12 Pendant le spectacle, ce sont des raisons morales que don Quichotte fournit lorsque la « lucida cab (...)

27Lorsque don Quichotte détruit le retable quand débute la fuite de Melisendre, son action n’est pas dénuée de justification. De manière voilée et sur ce sujet polémique de politique internationale et militaire, Cervantès veut probablement faire comprendre à ses lecteurs qu’il conviendrait d’aider ceux qui, comme lui, ont tenté de se libérer des bagnes algérois et qui sont, lorsqu’ils tentent de s’enfuir, poursuivis par la police de leurs geôliers12.

28Dans ce livre où les histoires enchâssées projettent leur lumière sur le récit-cadre, l’orientation de don Quichotte vers Saragosse s’explique probablement. Il suffit une fois encore de lire le texte de Cervantès au début du chapitre qui ouvre la fable des marionnettes :

Cette véridique histoire, que vous voyez ici représentée, est tirée au pied de la lettre des chroniques françaises, et des romances espagnoles qui vont de bouche en bouche par nos rues et que répètent les gamins. Elle traite de la délivrance de Mélisendre, qui était captive en Espagne au pouvoir des Maures dans la cité de Sansueña […]. (II, 26, p. 262).

29À l’intérieur du voyage lectoral, le récit de maese Pedro joue par conséquent un rôle essentiel : celui de rendre manifeste le sens voilé du voyage vers la capitale aragonaise, en projetant sur celui-ci (et donc sur la trame principale du livre) la quête de Gaiferos, un autre personnage du romancero, un saint Georges laïc. Grâce à l’histoire des marionnettes, Cervantès entend insinuer le noyau implicite dans l’arrière-plan carolingien du rêve de don Quichotte (Montesinos, Durandal, Belerme, etc.) et, par voie de conséquence, la toile de fond politique de son itinéraire : Melisendre « était captive en Espagne au pouvoir des Maures dans la cité de Sansueña, comme s’appelait alors celle qui aujourd’hui s’appelle Saragosse » (p. 262). L’explication de texte Sansueña = Saragosse vaut pour toute la fable ménippéenne de Cervantès, lequel s’autorise, avec le ridicule oblique et lucianesque des marionnettes, cet éclaircissement soudain.

30Mais notre auteur ne nous avait-il pas prévenu dès les premières lignes et les premières discussions entre les personnages ? Don Quichotte se prend pour Godefroy de Bouillon ; comme lui, il cherche la bataille contre le Levant et la solidarité de tous les chevaliers-soldats.

  • 13 La nature et le sens de la mazmorra de Merlin feront l’objet de plusieurs retardements. D’abord aux (...)

31Don Quichotte se dirige vers le nord pour mettre en exergue l’objectif dissimulé derrière le nom de la capitale aragonaise. Ce qui le préoccupe, c’est la nouvelle Saragosse : le repère bien connu pour lui des Barbaresques. Doit-on préciser alors qu’à Ruidera, don Quichotte n’était pas descendu dans les "Enfers", pas plus que la vision des chevaliers anciens ne relevait de la chimère mythologique ? Il le dit lui-même13, ce qu’il cible (et avec lui ses lecteurs progressivement), c’est l’« enfer » bien réel et terrestre qui se cache derrière la fable ovidienne, et à propos duquel la morisque Ana Felix viendra bientôt donner la localisation : « l’enfer même », c’est Alger, dit-elle, où est retenu son amoureux, don Gregorio (II, 63, p. 602).

  • 14 La critique a été inspirée lorsqu’elle a repéré que les préparatifs de don Quichotte pour descendre (...)

32Je ne pense pas qu’il soit dès lors besoin d’insister sur le symbole du fil d’Ariane qui sert à décrire la plongée de don Quichotte dans le monde prophétique des prisonniers de Merlin… Entre le libérateur saint Georges et Thésée, la différence tracée par Cervantès est ténue14.

  • 15 María Antonia Garcés, Cervantes en Árgel, Madrid, Gredos, 2005.

33On se souvient des travaux de María Antonia Garcés et de ses constatations sur l’imaginaire concentrationnaire sous-jacent dans l’oeuvre de Cervantès : par de multiples images, les œuvres manifestent la profondeur du traumatisme de la captivité15. Si ces observations sur la production cervantine méritent d’être retenues, les pièces de notre enquête invitent de la même manière à compléter le tableau. En effet, dans la Seconde partie, l’obsession de l’emprisonnement est solidaire d’un autre réseau d’images : celui de la libération, d’ailleurs associé dans la majeure partie du livre au motif de l’intervention chevaleresque, voire militaire. Certains chercheurs font ainsi observer que Cervantès est moins victime d’un trauma que conscient de sa haute responsabilité humaine. Lors de ses années de captivité, l’une de ses préoccupations fut, certes de fuir, mais aussi de donner la liberté à ses compagnons. Son imaginaire est celui d’un vouloir faire proclamé comme un devoir- et un pouvoir-faire

34La question de la libération des prisonniers est à ce point importante qu’elle se place probablement en rapport spéculaire par rapport au texte de 1605. L’emplacement textuel de la découverte des captifs de Merlin n’est peut-être pas gratuit dans la Segunda parte, et il n’est pas exclu que cette révélation ait été construite en résonance avec la séquence parallèle de la Première partie. La demande de désenchantement des captifs intervient en effet au chapitre 22 (son récit se fait au vingt-troisième). Cervantès chercherait-il à défaire ce qu’il avait construit dix ans plus tôt ? Car c’est bien à une forme d’inversion à laquelle on assiste. Si, dans le texte de 1605, don Quichotte libérait des individus troubles envoyés comme forçats sur les galères royales, c’est aussi littéralement une autre « chiourme » qu’il s’agit maintenant de délivrer (le terme chusma désignait aussi bien les forçats d’une galère que les captifs des Barbaresques). Comme un signe pour accentuer la différence avec la Première partie sur le sujet de la libération (de gueux ou de captifs), c’est à présent l’ancien personnage de Ginés de Pasamonte (« maese Pedro ») qui est chargé de revenir sur le sujet à peine deux chapitres après l’expérience des oubliettes de Ruidera, c’est à lui d’évoquer la captivité sous le voile des marionnettes.

35On pourrait penser en lisant les premiers chapitres du livre que, par rapport à la Première partie, la question semble moins celle de la défense des faibles contre les puissants que celle de la « défense des royaumes » d’Espagne. En réalité, Cervantès fusionne les deux objectifs quichottesques. En donnant à Dulcinée le rôle d’une prisonnière, il joint la protection des jeunes femmes à la défense du royaume (contre le Turc) :

les chevaliers errants prenaient en charge et portaient sur leurs épaules la défense des royaumes, la protection des pucelles, l’aide aux orphelins et aux pupilles, le châtiment des orgueilleux et la récompense des humbles. (II, 1, p. 31, nous soulignons).

36Cependant, on se tromperait si on retenait seulement de la mission montésinienne l’objectif de la libération de Dulcinée. Cervantès, il faut insister, lie le destin de don Quichotte à tous les prisonniers de la grotte :

37- à travers le discours de Montesinos au chevalier de la Manche :

Valeureux don Quichotte de la Manche, il y a bien des années que nous, qui demeurons enchantés en ces solitudes, attendons ta venue, afin que tu informes le monde de ce qu’enserre et recèle la profonde caverne en laquelle tu es entré, appelée caverne de Montesinos ; un exploit seulement réservé à ton cœur invincible et à ta merveilleuse résolution. (II, 23, p. 230-231)

38- dans le message qu’il adresse ensuite à Durandal :

sachez donc que vous avez devant vous […] le fameux don Quichotte de la Manche […] ; et il se pourrait que par son moyen et sa faveur nous fussions désenchantés, car les grands exploits aux grands hommes sont réservés. (II, 23, p. 234)

39Prompts au raccourci schématique, bien des lecteurs d’aujourd’hui se trompent sur la fonction attribuée au personnage de don Quichotte par Cervantès lorsqu’il le place dans la basse-fosse allégorique de Ruidera. La mission qui est confiée par Montesinos n’est pas de libérer Dulcinée : bien plus largement, c’est l’ensemble des personnes enchantées qui doit être sauvé.

  • 16 Aurora Egido, Cervantes y las puertas del sueño, Barcelone, PPU, 1994, p. 152 (on notera en effet q (...)

40Que don Quichotte soit porteur d’un programme politique n’est pas une nouveauté à ce niveau du récit. Dans la tradition des livres de chevalerie, non seulement le héros a vocation à gouverner mais, plus largement, les actes qui précèdent la consécration finale dessinent une voie politico-militaire souhaitable par rapport aux mauvais dirigeants qui l’entourent. On se souvient justement que la Première partie témoignait chez don Quichotte d’un désir d’atteindre le statut de roi. Sur ce plan-là, pour le moins, la Seconde partie prolonge la Première et l’amplifie même du point de vue symbolique en l’auréolant d’une série de références antiques et médiévales. Don Quichotte peut désormais représenter une forme de pouvoir non burlesque. Entre lui et le Charlemagne du retable, une même préoccupation s’affirme : sauver les captifs. Souvenons-nous de l’expérience de la grotte rapportée par don Quichotte. Depuis la célèbre étude d’Aurora Egido16, on sait à présent que la « rêverie » du chevalier manchègue est en attente d’allégorèse : la rencontre souterraine des prisonniers médiévaux est moins un « cauchemard » (insomnium) qu’une fulgurance visionnaire (oraculum). L’hypothèse du songe visionnaire est cohérente avec l’imaginaire du livre qui annonçait dès le début le fil thématique de la prophétie et, constamment ensuite, renvoie aux épopées carolingiennes. Or, on se rappelle l’importance dans les récits italiens appréciés par Cervantès des épisodes de cette nature, qu’il s’agisse du cauchemar de Roland, qui le prévient du danger que court Angélique retenue par les Irlandais et offerte à l’orque (chant VIII), ou d’un passage similaire de la Jérusalem libérée du Tasse, au chant XIV : l’expérience onirique a bien vocation à engager l’avenir et l’action, chevaleresque ou étatique.

2. Quelques repères sur les galères de Barcelone

  • 17 Les lecteurs du Siècle d’or auront noté également sans doute le jeu paronomastique entre le sorcier (...)

41Un détail qui en réalité n’en est pas un est celui de l’augure qui surgit lorsque don Quichotte débute à peine son voyage. Alors qu’il entrait dans le Toboso, le village de Dulcinée, l’hidalgo avait entendu un paysan chanter le Romance de Guarinos, chanson qu’il interprète comme un signe astrologique favorable. Nous autres universitaires « éclairés » par les Lumières pouvons mépriser l’indice narratif tel un vieux reste superstitieux, mais le lecteur d’alors sait parfaitement de quoi il retourne. Prisonnier des Sarrasins17, Guarinos parvient en effet à tromper ses gardes et à se libérer de la captivité. Le romance est un augure, qui plus est porteur d’optimiste puisqu’il place l’aventure de don Quichotte sous le signe de la libération de captivité.

  • 18 M. P. Alexeiev, «Hacia la historia literaria de un romance del Quijote», Butlletí de la Reial Acadè (...)
  • 19 Il faudrait ajouter l’histoire du Marquis de Mantoue, qui sert explicitement de modèle à don Quicho (...)

42L’intérêt du Romance de Guarinos en particulier réside précisément, par rapport aux restes des malheurs de l’armée de Charlemagne (c’est-à-dire par rapport à la défaite de Roncevaux), dans la délivrance finale du héros18. Et que dire de l’histoire de la jeune Melisendre, qui réussira également à s’échapper ? Par l’art des correspondances tissées entre les histoires médiévales qu’il convoque, Cervantès montre que le désenchantement de Dulcinée restera possible. Plus encore, que des captifs peuvent être libérés19.

43Dès lors, il est important de se demander quelle est la place du littoral catalan dans ce qui est la trame principale du livre, l’itinéraire oblique, mais non moins chevaleresco-barbaresque, du personnage principal. Je n’aborderai pas ici la question de la libération des captifs, car elle nous conduirait vers des développements multiples, qui méritent beaucoup plus d’espace. J’évoquerai simplement le nicodémisme politique de Cervantès au moment où il inscrit en creux dans son livre la controverse de la protection de la péninsule contre les attaques barbaresques.

  • 20 Fernand Braudel, op. cit, p. 190-212.
  • 21 Bartolomé Bennassar et Lucile Bennassar, Les chrétiens d’Allah : L’histoire extraordinaire des rené (...)

44Si on lit la Segunda parte jusqu’au bout, on s’aperçoit que l’enfermement et le retardement du « désenchantement » (c’est-à-dire celui de la libération des enchanteurs) ne sont pas les seuls problèmes manifestés par l’imaginaire de frontière du Quichotte. Celui, inverse, des attaques et du péril de l’enlèvement est également préoccupant, comme semblent le suggérer les différentes aventures mauresques du livre de 1615. Dans l’histoire du retable (II, 26), la fuite des amants constitue un point d’orgue manifeste. De fait, pendant leur fuite, Gaiferos et Melisendre risquent bel et bien d’être rattrapés par les armées sarrasines. Maese Pedro ne ménage pas sa peine pour durcir le suspense de l’épisode : « Je crains [que les Maures] ne les rattrapent, et ne les ramènent attachés à la queue de leur propre cheval, ce serait un horrible spectacle » (II, 26, p. 266). La tension narrative est quelque peu désamorcée par l’allure grotesque de l’histoire médiévale, mais les lecteurs savent parfaitement à quelle réalité se réfère Cervantès : celle des raids pratiqués par les corsaires nord-africains. Les Barbaresques réalisaient des prises humaines en mer lors d’« expéditions de course » sur des navires légers20, ou sur terre par des razzias – lesquelles représentaient ¼ des captures totales21. Or, c’est justement la fin du récit qui va révéler la correspondance entre les raids sarrasins imaginés et le contexte de course barbaresque.

45Rappelons la scène saisissante du chapitre 63, qui se déroule sur le port de Barcelone. Un matelot de la vigie de la galère visitée par don Quichotte et Sancho lance un cri d’alarme : « Montjuich nous signale qu’il y a un bateau à rames sur la côte, par le ponant ». Une embarcation semble menacer le port :

À ces mots, le général bondit sur la coursive en criant :

« Allez, enfants, qu’il ne nous échappe pas ! Ce doit être un brignatin d’Alger que ce bateau que la vigie nous signale. »

Les trois autres galères s’approchèrent aussitôt de la capitane pour recevoir ses ordres. Le général ordonna à deux d’entre elles de prendre la haute mer, pendant que lui, avec la troisième, longerait la côte, si bien que le navire ne leur échapperait pas. (II, 63, p. 598).

  • 22 Miguel Ángel de Bunes Ibarra, «La expulsión de los moriscos en el contexto de la política mediterrá (...)
  • 23 Michel de Montaigne, Journal de voyage de Montaigne en Italie, par la Suisse et l’Allemagne, dans Œ (...)

46Notre auteur sait dans sa chair de quoi il retourne, lui dont la galère a été prise en chasse puis capturée par les Barbaresques au moment même où il espérait trouver en Espagne la reconnaissance de ses mérites de soldat pour son engagement valeureux lors de la bataille de Lépante (nous sommes alors en septembre 1575 lorsqu’il rentre en Espagne). Mais il ne faudrait pas faire de Cervantès et de sa capture une exception. Nombreux sont les voyageurs, commerçants ou diplomates, qui évoquent le danger d’approcher les côtes orientales de la péninsule Ibérique à cause des corsaires placés en embuscade22. Il n’est que de citer Montaigne, qui note lors de son voyage sur le littoral méditerranéen : « Le 22, au point du jour, trois corsaires turcs abordèrent au rivage voisin, et emmenèrent prisonniers quinze ou vingt pêcheurs et pauvres bergers23 ».

47On ne saurait ainsi sous-estimer l’importance de l’irruption des galères dans la Barcelone du Quichotte, ces navires prêts à sortir pour défendre la ville et, plus largement, les possessions espagnoles levantines comme les Baléares, la Sicile et Malte, à la fois mises en avant dans le chapitre I du livre et, dans l’histoire espagnole, cibles de la Sublime Porte et de ses alliés barbaresques. Cervantès, après la bourle carnavalesque subie par Sancho à l’intérieur d’une des galères barcelonaises, met en avant l’enjeu sérieux de l’épisode :

deux toraquis, autrement dit deux Turcs en état d’ivresse qui venaient avec douze autres sur le brigantin, déchargèrent deux escopettes, tuant ainsi deux de nos soldats qui étaient sur nos rombades. (II, 63, p. 599).

48Après avoir référé quantité de combats chevaleresques dans son livre et observé plusieurs guerres fratricides, Cervantès précise dans ces lignes quel front concerne prioritairement l’Espagne et los caballeros verdaderos. Du reste, l’humour a déserté le récit lorsque ce dernier s’engouffre dans l’imaginaire maritime. L’auteur du Second Quichotte montre que la protection des côtes méditerranéennes est tout sauf une surveillance paisible et que « quatre » galères (« todas cuatro ») ne sont pas de trop pour limiter les risques. La « mort » ne fait pas que planer : elle s’abat littéralement sur les militaires (« deux » ici) chargés de la surveillance.

  • 24 José Antonio Martínez Torres, Prisioneros de los infieles: vida y rescate de los cautivos cristiano (...)
  • 25 María Antonia Garcés, Cervantes en Argel : historia de un cautivo, Madrid, Gredos, 2005, p. 248.
  • 26 Voir par exemple Juan Bautista Avalle Arce, Nuevos deslindes cervantinos, Madrid, Ariel, 1975, p. 2 (...)

49La fin du livre est donc une manière, après tant de représentations festives et médiévalisantes, de ramener les lecteurs à la réalité du temps et à un présent inquiétant pour les habitants de la côte et les navires européens de passage (à l’exception des Français généralement protégés par les corsaires africains depuis les accords passés entre François 1er et la Sublime Porte). Indépendamment de la défense contre les courses barbaresques, les razzias des corsaires sont assez fréquentes à l’époque pour entretenir la peur des populations situées sur le littoral oriental et méridional de la péninsule ibérique24. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, les attaques des Barbaresques ne sont pas un épiphénomène, insiste María Antonia Garcés. La chercheuse a ainsi calculé que près de 2 % de la population andalouse avait par exemple été victime de razzias à la fin du xvie siècle au début du XVIIe25. Les attaques sont donc, si l’on inclut également le groupe familial touché par ce phénomène, un problème humain (et économique – pour payer la rançon –) non négligeable. Cervantès fait d’ailleurs référence à ce danger dans ses grandes œuvres en prose, de La Galatée (II) au Persilès (II, 11), en passant par les Nouvelles exemplaires (« Novela del amante liberal » et « Novela de la española inglesa »)26.

  • 27 « Los Austrias […] al contrario de lo que clamaban los miembros más belicosos de los Consejos de Es (...)

50On comprend ainsi que, dans Don Quichotte, la vision initiale des deux héros concernant les plages catalanes (souvenons-nous : celle d’une « mer plein d’allégresse […] et l’air de clarté, ennuagée seulement par la fumée » des festivités de la Saint-Jean) était partielle et emplie de candeur. Les côtes de la péninsule sont bel et bien des lieux périlleux, au même titre que ceux qui ponctuent les livres de chevalerie marqués par l’imaginaire de la défaite carolingienne de Roncevaux, celui du « jour maudit de notre perte » (II, 23, p. 233). Le parler sotto voce de Cervantès est logique car, implicitement, il cherche à mettre en cause la politique "brouillonne" des premiers Habsbourg et les conséquences graves qu’elle continuait de produire sous les différents gouvernements de Philippe III27. La stratégie de Charles V et de Philippe II que bien des contemporains comme Cervantès jugeaient déjà comme confuse était liée à certaines priorités de politique étrangère. Dans leur défense des intérêts dynastiques du pays, la Monarchie hispanique avait concentré les efforts financiers et militaires dans le nord de l’Europe contre les rebelles hollandais et même contre l’Angleterre, que Philippe II avait tenté à ses dépens d’envahir.

  • 28 Ainsi, dans la Epístola a Mateo Vázquez, de 1577, il s’adresse au roi : « Alto señor, /despierte en (...)
  • 29 Miguel Ángel de Bunes Ibarra, op. cit., p. 923.

51Cervantès, qui a passé plusieurs mois à préparer l’approvisionnement des militaires de l’« Invincible Armada », a probablement conçu quelque amertume en constatant à la fois l’échec de la politique impériale au nord (où son frère décède) et le manque de moyens au sud (où continuent de croupir les captifs). En effet, après la victoire de la bataille de Lépante, Philippe II avait défendu la « ocupación restringida » de la Méditerranée, soit, à la fois, un reflux militaire et une diplomatie restreinte en direction des États barbaresques. À une autre occasion, Cervantès ne s’était pas privé d’incriminer cette politique, en dénonçant le manque de courage du roi28. La mer qui sépare l’Europe de l’Afrique était devenue un « lac turc » et la période qui s’étendit de 1571 aux années 30 du xviie siècle « la época dorada del corso musulmán29 ».

  • 30 On pense par exemple au Medio para defender las costas de África (c. 1612).

52Toujours est-il que, vers 1610, certains (peut-être marqués par leur passé de soldat et de captif) estiment qu’il y a toujours péril en la demeure. On ne craint pas l’invasion mais, a minima, des attaques ciblées des Ottomans et de leurs vassaux30. La fiction ménippéenne de Cervantès représente ce danger à la fois au début et dans la dernière partie du récit. Dans le chapitre 6, l’auteur avait glissé entre les lignes du discours de son héros que les destins des Ottomans et celui des Espagnols étaient en train de se croiser, laissant préfigurer l’âge d’or de la Sublime Porte et le déclin de l’Espagne :

on peut réduire, écoutez-moi bien, tous les lignages du monde à quatre sortes de lignage. Dans la première espèce, au rang de ceux qui étant d’humble origine, ont atteint à la grandeur et ont su s’y maintenir jusqu’à aujourd’hui, tu as l’exemple de la maison Ottomane, qui tire son origine d’un humble et simple berger et qui s’est élevée jusqu’au sommet où on la voit à présent […]. Quant à ceux qui ont commencé dans la grandeur et ont fini en pointe, les exemples se comptent par milliers. À preuve, tous les pharaons et Ptolémées d’Egypte, les Césars de Rome, et toute la cohorte, si l’on peut l’appeler ainsi, des innombrables princes, monarques et seigneurs, mèdes, assyriens, perses, grecs et barbares. (II, 6, p. 72-73).

53L’attaque de l’Armada espagnole par des Turcs à la fin du livre reprend le fil de cette ligne de débat et vient concrétiser les nouvelles du curé Pero Pérez sur les menaces qui pèsent sur les frontières liquides de la Monarchie hispanique : de Malte jusqu’à Barcelone. En effet, quoique membres de l’équipage du bateau d’Ana Félix, les deux Turcs sont représentés comme des assaillants assez conventionnels pour l’imaginaire espagnol :

Les deux Turcs, intéressés et insolents, au lieu d’exécuter les ordres que nous avions reçus et de nous mettre à terre sur la première plage espagnole […] voulurent auparavant longer la côte et y faire si possible quelque prise […]. (II, 63, p. 1154).

54Cette situation périlleuse n’est pas une nouveauté. Elle avait été préparée entre burlas y veras lors du gouvernement comique de Sancho Panza dans la juridiction nobiliaire de Barataria. Le duc et la duchesse d’Aragon (en réalité en l’aura compris l’esprit lucianesque de Cervantès) avaient en effet préparé contre le paysan une bourle qui, pour les oreilles du lecteur avisé, devait résonner comme un avertissement. La pseudo-attaque de l’insula Barataria (la pen-ínsula espagnole ?) préparait en vérité celle de Barcelone :

[Sancho] entendit un tel vacarme de sonneries de cloches et de cris qu’on eût dit, ni plus ni moins, que toute l’isle était précipitée dans les abîmes.

Il s’assit sur le lit, et resta à écouter attentivement pour voir s’il trouvait quelle pouvait bien être la cause de tout ce fracas ; or, non seulement il n’y parvint pas, mais, comme au bruit des cloches et des cris vint s’ajouter celui d’une infinité de trompettes et de tambours, il en resta encore plus perplexe, et fut rempli de crainte et d’effroi. […] il sortit de sa chambre au moment où arrivaient par les corridors plus de vingt personnes, tenant des flambeaux allumés, et leurs épées dégainées ; et tous criaient à pleine voix :

« Aux armes, aux armes, monsieur le gouverneur, aux armes ! Des ennemis innombrables ont pénétré dans l’isle, nous sommes perdus si votre habileté et votre vaillance ne viennent pas à notre secours ! » […]

- Pourquoi irais-je m’armer, répondit Sancho, et que sais-je, moi, des armes et des secours ? Ces choses-là, il vaut mieux les laisser à mon maître don Quichotte. (II, 53, p. 500-501).

  • 31 Voir les exemples multiples de Geoffrey Parker (La gran estrategia de Felipe II, Madrid, Alianza Ed (...)

55Sancho se contente d’en appeler au ciel (comme Philippe II dont la stratégie militaire de croyant fervent comptait, à l’inverse du réalisme de Machiavel, sur la générosité de son dieu, qui devait alors se manifester sous forme de miracles31). Sancho reste immobile pendant que d’autres miment une stratégie défensive (laquelle s’avèrera autant burlesque qu’efficace) :

[Sancho] suait sang et eau, et se recommandait à Dieu de tout son coeur, en le priant de le tirer de ce péril.

Les uns trébuchaient sur lui, d’autres lui tombaient dessus ; il y en eut même un pour monter sur lui un bon moment, et, de là, comme d’une tour de guet [como desde atalaya], il dirigeait la manœuvre des troupes […]. (II, 53, p. 503).

  • 32 L’omniprésence de la tension nourrit l’inquiétude. Il n’est que de rappeler le danger ressenti pas (...)

56Caricaturale et festive, la guerre défensive de l’armée baratarienne n’en demeure pas moins opérante. On le comprend : comme ensuite sur le port de Barcelone, elle reçoit l’appui d’une sentinelle placée « como desde atalaya » (comme si elle était postée en haut d’une tour de guet)32.

57La faiblesse burlesque et lucianesque de Sancho n’est qu’un signe voilé parmi d’autres. En effet, lorsque l’on se penche attentivement sur l’aventure quichottesque, on s’aperçoit que les chapitres qui précédaient le dénouement ont largement annoncé les conditions de l’agression de l’Armada à Barcelone. Il faut se souvenir : tout juste avant d’entrer dans la ville portuaire et militaire, quelques mots avant d’arriver, don Quichotte avait rencontré deux véritables caballeros, prisonniers des brigands de Roque Guinart. Premier signe, ces caballeros semblaient bien mal rémunérés par le roi. L’un d’eux expliqua leur problème :

nous sommes deux capitaines d’infanterie espagnole ; nos compagnies sont à Naples et nous allons nous embarquer sur quatre galères qui, dit-on, sont à Barcelone avec ordre de passer en Sicile. Nous avons deux à trois cents écus avec lesquels nous nous tenons pour riches et contents, car la gêne ordinaire des soldats ne leur permet pas de plus grands trésors. (II, 60, p. 573).

  • 33 « Vuesas mercedes, señores capitanes, por cortesía, sean servidos de prestarme sesenta escudos -exi (...)
  • 34 Voir à ce propos la fonction d’« atalaya » exposée par Mateo Alemán, qui également terminait son Gu (...)

58À cet élément troublant s’ajoute un autre plus désagréable encore : Roque, que notre vision contemporaine empreinte de romantisme a probablement trop vite magnifié, leur fait subir, en plus de la mauvaise paye dont ils pâtissaient par la faute de la politique internationale du roi, le vol de soixante écus pour sa propre armée de brigands33. Cervantès fait résonner ici la figure souriante du bandit comme une représentation symbolique des pseudo-chevaliers, ces hommes en armes à tout le moins inconscients à la fois des conséquences péninsulaires de leur activité organisée de brigandage et, plus généralement, des enjeux géopolitiques de défense territoriale confiés à l’Armada méditerranéenne pour le « bien commun »34. Rançonnés, les deux capitaines devront donc embarquer avec une solde plus atrophiée qu’elle ne l’était précédemment. Sous les couleurs du récit ménippéen et du discours oblique, on comprend qu’entre la détresse financière de l’armée méridionale et la faiblesse du soldat don Quichotte, le dispositif mis en place à Barcelone a toutes les chances d’aboutir à des déconvenues. On comprend aussi alors le sens du recours stylistique à la stratégie de la réticence lors du chapitre 1 :

Sa Majesté […] a agi en guerrier très avisé en faisant armer à temps ses États, afin que l’ennemi ne la prenne pas au dépourvu ; mais si elle m’avait demandé mon avis, je lui aurais conseillé de prendre une mesure, à laquelle, à l’heure qu’il est, elle doit être bien loin de penser. (II, 1, p. 25).

  • 35 « [Fue] uno de los Austrias que más dinero dejaron para el rescate de cautivos cristianos » (Martín (...)
  • 36 Miguel Ángel de Bunes Ibarra , «Felipe III y la defensa del Mediterráneo: la conquista de Árgel», d (...)

59La réserve est de mise pour le chevalier de la Manche car le sujet est politiquement dangereux. Certes, l’arrivée au pouvoir de Philippe III a quelque peu modifié la donne35, mais, sur le plan militaire, la faiblesse financière de l’État hispanique a conduit, après 1607, à un rétrécissement de la flotte espagnole36

  • 37 Miguel Ángel de Bunes Ibarra, op. cit., p. 46-56 : « El peligro turco es uno de los argumentos más (...)

60Au terme de son voyage jusqu’à Barcelone, le discreto lector du Second Quichotte ne peut que se demander si les nouvelles inquiétantes annoncées dans le premier chapitre par le curé n’ont pas trouvé, dans l’histoire du héros comique, et plus précisément dans l’attaque de l’Armada barcelonaise par deux turcs d’Alger, de sombres prolongements. La menace d’assauts du septentrion ibérique n’est pas une surprise. Elle intervient après de multiples références voilées au destin des prisonniers espagnols dans les bagnes algérois. On a vu que les conséquences des razzias barbaresques se lisaient allégoriquement dans le discours subreptice porté par le songe de la grotte de Montesinos. Mais cette allusion n’était pas la seule. La fable carolingienne jouée par les marionnettes de maese Pedro présentait une autre forme d’oblicuité cervantine. Le marionnettiste évoquait alors les siècles où l’Espagne était « au pouvoir des Maures » (p. 262). L’analogie avec les débuts du récit de Cervantès (les chapitres 1 et 6) interpelle. D’autant que, pour les historiens, le xviie siècle est marqué à son début par une « psicosis del terror ante los movimientos del sultán37 ».

  • 38 Michel Moner, op. cit., p. 120-121.
  • 39 On peut là aussi se demander si le refus de don Quichotte de s’éterniser chez le « caballero del ve (...)

61Michel Moner déjà avait avancé l’idée que Cervantès prend parti dans la Segunda parte en faveur d’une politique méditerranéenne double, tournée vers la défense de l’espace maritime et vers la libération des captifs38. Ne voyait-on pas naître, en Italie sous l’impulsion du duc de Florence, l’ordre militaire de Santo Stefano avec l’ambition de disposer d’une armada pour attaquer les intérêts ottomans ? Indéniablement, par le biais de l’imaginaire fictionnel qu’il développe et par la fonction alarmiste des événements imaginés à Barcelone39, Cervantès arbore une position nicodémiste mais non moins militante.

  • 40 Dans El trato de Argel, il faut se souvenir des paroles d’un certain Saavedra : « Rompeos ya, cielo (...)
  • 41 Michel Moner se demande si la « mobilisation » des « chevaliers » ne traverse pas « la totalité de (...)
  • 42 Quelques réponses sont apportées dans Pierre Darnis, Segunda parte de Don Quijote de la Mancha, op. (...)

62De là à envisager cependant que l’attaque d’Alger soit l’horizon idéologique du texte comme dans l’ancienne pièce de théâtre El trato de Argel40, il n’y a qu’un pas qui serait aventureux de franchir41. Pour comprendre ce que Cervantès propose des années après l’écriture de cette pièce de jeunesse, il convient de poursuivre les recherches et de s’intéresser, sans doute, au Chevalier de la Blanca Luna42, étonnant symbole qui apparaît juste au moment où don Quichotte estime sur la côte barcelonaise que « mieux valait le faire passer lui-même en Barbarie avec ses armes et son cheval, car lui le tirerait de là [don Gregorio, l’amant chrétien d’Ana Félix, retenu à Alger] en dépit de tous les maures, tout comme Gaiferos l’avait fait avec son épouse Mélisendre » (II, 64, p. 607).

Haut de page

Notes

1 Les références à la Segunda parte correspondent à l’édition de Jean Canavaggioo (Miguel de Cervantès, Don Quijote, Paris, Gallimard, 2010) et seront signalées dans notre travail par l’abréviation DQ I ou II, suivi du numéro du chapitre et de la page. Pour le texte espagnol, nous utilisons l’édition de Francisco Rico (Don Quijote, Barcelona, Crítica, 1998).

2 On pense évidemment au quatrième fou de l’hôpital à la fin du « Colloque des chiens » (Miguel de Cervantes, Novelas ejemplares, Éd. de Jorge García López, Barcelone, Crítica, 2001).

3 Pierre Darnis, « Segunda parte de Don Quijote de la Mancha : éléments sur une satire ménippéenne (II) », dans Pierre Darnis et Graciela Villanueva (éds.) Dossier espagnol 2016-2017. Borges, Ficciones, Cervantes, Don Quijote de la Mancha. Segunda parte, Neuilly, Altande, 2016, p. 110 ; et Pierre Darnis, « Les chapitres 1-10 de la Segunda parte del ingenioso caballero don Quijote de la Mancha, ou les bases du récit ménippéen et de sa lecture », dans Caroline Lyvet, Patricia Rochwert-Zuili, Sarah Voinier (éds.), Entre histoire et littérature : mémoires du passé dans l’Espagne médiévale et classique, , e-Spania, 23, 2016.

4 Fernand Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l'époque de Philippe II, tome 2, Paris, Armand Colin, 1966, p. 189.

5 « […] ils en vinrent à parler de ce que l’on appelle raison d’État et des modes de gouvernement, corrigeant tel abus et condamnant tel autre, réformant une coutume et en bannissant une autre, chacun des trois s’érigeant tour à tour en un nouveau législateur, un moderne Lycurgue ou un Solon flambant neuf » (II, 1, p. 24).

6 Silvia Longhi, Orlando insonniato: il signo e la poesia caballeresca, Milan, Angeli, 1990, p. 50.

7 Évidemment, il s’agit d’une herméneutique bien différente de celle, burlesque, du cousin humaniste qui apparaît avant la descente souterraine de don Quichotte (Pierre Darnis, « Segunda parte de Don Quijote de la Mancha », op. cit., p. 181-184).

8 Idem.

9 Helena Percas de Ponseti, Cervantes y su concepto del arte: estudio crítico de algunos aspectos y episodios del Quijote, Madrid, Gredos, 1975, p. 521.

10 Sur la question du vêtement « mauresque » : Helena Percas de Ponseti, op. cit., p. 534-535 et Pierre Darnis, « Segunda parte de Don Quijote de la Mancha », op. cit., p. 124-125.

11 Pia Schwarz, «Saraceni e turchi nell’Orlando furioso», Atti X Convegno Italianisti Scandinavi, Roma, Aracne, 2014, p. 261-286.

12 Pendant le spectacle, ce sont des raisons morales que don Quichotte fournit lorsque la « lucida caballería [mora] sale de la ciudad en seguimiento de los dos católicos amantes », Gaiferos et Melisendre : « por eso se me alteró la cólera, y, por cumplir con mi profesión de caballero andante, quise dar ayuda y favor a los que huían, y con este buen propósito hice lo que habéis visto » (également le narrateur : « Viendo y oyendo, pues, tanta morisma y tanto estruendo don Quijote, parecióle ser bien dar ayuda a los que huían », II, 26, p. 850-852).

13 La nature et le sens de la mazmorra de Merlin feront l’objet de plusieurs retardements. D’abord aux portes de la grotte (« ¿Infierno le llamáis? – dijo don Quijote –; pues no le llaméis así, porque no lo merece, como luego veréis », II, 22, p. 892), puis dans le récit rétrospectif du rêve (« Díjome asimesmo [Montesinos] que, andando el tiempo, se me daría aviso cómo habían de ser desencantados él, y Belerma y Durandarte, con todos los que allí estaban », II, 23, p. 903).

14 La critique a été inspirée lorsqu’elle a repéré que les préparatifs de don Quichotte pour descendre dans la grotte de Montesinos rapprochent le chevalier de Thésée : sa corde (soga) fait office de fil d’Ariane pour sortir de la prison enchantée de Merlin : voir, Maurice Molho, « Le paradoxe de la caverne (DQ II, 22, 23, 24) », Les langues Néo-Latines, 82, 1988, p. 104-108). Plutôt que de s’inspirer d’Orphée, seulement intéressé par son aimée Eurydice, Cervantès fait le choix de Thésée. Le héros mythologique était destiné à mettre un terme à l’envoi chaque année d’êtres humains que l’on enfermait dans le labyrinthe (Natale Conti, Mitologías, Murcie, Universidad de Murcia, 2006, VII, 9).

15 María Antonia Garcés, Cervantes en Árgel, Madrid, Gredos, 2005.

16 Aurora Egido, Cervantes y las puertas del sueño, Barcelone, PPU, 1994, p. 152 (on notera en effet que, d’après Macrobe, l’oraculum se caractérise par la présence d’un personnage prophète).

17 Les lecteurs du Siècle d’or auront noté également sans doute le jeu paronomastique entre le sorcier Merlín et Marsín, le roi sarrasin dans le romance de Guarinos.

18 M. P. Alexeiev, «Hacia la historia literaria de un romance del Quijote», Butlletí de la Reial Acadèmia de Bones Lletres de Barcelona 33 (1970), p. 111.

19 Il faudrait ajouter l’histoire du Marquis de Mantoue, qui sert explicitement de modèle à don Quichotte lorsqu’il découvre que Dulcinée est retenue prisonnière dans la basse-fosse de Merlin (« yo he hecho un juramento y voto -assure don Quichotte-, a modo de aquel que hizo el marqués de Mantua, de vengar a su sobrino Baldovinos, cuando le halló para espirar en mitad de la montiña, que fue de no comer pan a manteles, con las otras zarandajas que allí añadió, hasta vengarle; y así le haré yo de no sosegar, y de andar las siete partidas del mundo, con más puntualidad que las anduvo el infante don Pedro de Portugal, hasta desencantarla »).

20 Fernand Braudel, op. cit, p. 190-212.

21 Bartolomé Bennassar et Lucile Bennassar, Les chrétiens d’Allah : L’histoire extraordinaire des renégats (xvie et xviie siècles), Paris, Perrin, 2006, p. 182.

22 Miguel Ángel de Bunes Ibarra, «La expulsión de los moriscos en el contexto de la política mediterránea», dans Mercedes García Arenal et Gérard Wiegers (éds.), Los moriscos: expulsión y diáspora, una perspectiva internacional, Valence, Grenade, Saragosse, PU, 2013, p. 45-66.

23 Michel de Montaigne, Journal de voyage de Montaigne en Italie, par la Suisse et l’Allemagne, dans Œuvres complètes, Paris, Gallimard, Pléiade, 1965, p. 1303. Je remercie Philippe Billé, conservateur de la bibliothèque des études ibériques de l’université Bordeaux Montaigne, de m’avoir indiqué cette citation lors de l’un de nos entretiens informels.

24 José Antonio Martínez Torres, Prisioneros de los infieles: vida y rescate de los cautivos cristianos en el Mediterráneo musulmán (siglos xvi- xvii), Barcelone, Bellaterra, 2004, p. 140-142.

25 María Antonia Garcés, Cervantes en Argel : historia de un cautivo, Madrid, Gredos, 2005, p. 248.

26 Voir par exemple Juan Bautista Avalle Arce, Nuevos deslindes cervantinos, Madrid, Ariel, 1975, p. 279-333, et Michel Moner, Cervantès: deux thèmes majeurs (l’amour, les armes et les lettres), Toulouse, France-Ibérie Recherche, 1986.

27 « Los Austrias […] al contrario de lo que clamaban los miembros más belicosos de los Consejos de Estado, Guerra e Italia, no mantuvieron una política clara, eficaz y constante contra las ciudades corsarias del norte de África, capaz de cortocircuitar la hemorragia de soldados civiles capturados por los marinos musulmanes, sino que optaron, con la ayuda de la Iglesia, por recuperar la mayor suma posible de cautivos » (José Antonio Martínez Torres, op. cit., p. 85).

28 Ainsi, dans la Epístola a Mateo Vázquez, de 1577, il s’adresse au roi : « Alto señor, /despierte en tu real pecho el gran coraje, /la gran soberbia con que una bicoca /aspira de continuo a hacerte ultraje. /La gente es mucha, mas su fuerza es poca, /desnuda, mal armada, que no tiene /en su defensa fuerte muro o roca » (Miguel de Cervantes, Poesías, Éd. Adrián J. Sáez, Madrid, Cátedra, 2016, p. 229, v. 202-213). Voir Francisco Márquez Villanueva, Moros, moriscos y turcos de Cervantes: ensayos críticos, Barcelone, Bellaterra, 2010, p. 22-26 (avec des renvois convergents au poète Garcilaso : p. 93-95).

29 Miguel Ángel de Bunes Ibarra, op. cit., p. 923.

30 On pense par exemple au Medio para defender las costas de África (c. 1612).

31 Voir les exemples multiples de Geoffrey Parker (La gran estrategia de Felipe II, Madrid, Alianza Editorial, 1999, p. 145-203.

32 L’omniprésence de la tension nourrit l’inquiétude. Il n’est que de rappeler le danger ressenti pas les îliens de Sicile ou d’Ibiza que semble évoquer de manière burlesque le duc dans sa lettre : « A mi noticia ha llegado, señor don Sancho Panza, que unos enemigos míos y desa ínsula la han de dar un asalto furioso, no sé qué noche; conviene velar y estar alerta, porque no le tomen desapercebido. Sé también, por espías verdaderas, que han entrado en ese lugar cuatro personas disfrazadas para quitaros la vida, porque se temen de vuestro ingenio » (II, 47, p. 1008).

33 « Vuesas mercedes, señores capitanes, por cortesía, sean servidos de prestarme sesenta escudos -exige Roque- […] para contentar esta escuadra que me acompaña, porque el abad, de lo que canta yanta, y luego puédense ir su camino libre y desembarazadamente » (II, 60).

34 Voir à ce propos la fonction d’« atalaya » exposée par Mateo Alemán, qui également terminait son Guzmán de Alfarache (1604) sur ces questions de protection territoriale.

35 « [Fue] uno de los Austrias que más dinero dejaron para el rescate de cautivos cristianos » (Martínez Torres, op. cit., p. 45).

36 Miguel Ángel de Bunes Ibarra , «Felipe III y la defensa del Mediterráneo: la conquista de Árgel», dans Enrique García HernánDavide Maffi (Éds.), Vol. 1, 2006, p. 932.

37 Miguel Ángel de Bunes Ibarra, op. cit., p. 46-56 : « El peligro turco es uno de los argumentos más repetidos en la documentación que se escribe en torno a 1609 ».

38 Michel Moner, op. cit., p. 120-121.

39 On peut là aussi se demander si le refus de don Quichotte de s’éterniser chez le « caballero del verde gabán » et, plus encore, son détour par les lagunes de Ruidera ne font pas sens avant d’atteindre Saragosse. La description merveilleuse de cette zone lacustre de la Manche est digne d’intérêt : « aunque pasan de quinientos – explique Montesinos –, no se ha muerto ninguno de nosotros [los amigos de Durandarte]: solamente faltan Ruidera y sus hijas y sobrinas, las cuales llorando, por compasión que debió de tener Merlín de ellas, las convirtió en otras tantas lagunas, que ahora, en el mundo de los vivos y en la provincia de la Mancha, las llaman las lagunas de Ruidera; las siete son de los reyes de España, y las dos sobrinas, de los caballeros de una orden santísima, que llaman de San Juan » (II, 23). Passer par les lagunes de Ruidera, sous la juridiction du roi et de l’ordre de Saint Jean de Jérusalem est une action dense sur le plan symbolique. Lorsque Cervantès dirige son héros vers la grotte de Montesinos, il l’associe aux guerriers carolingiens. Ce faisant, il ramène les soldats de Charlemagne au seuil de la réalité contemporaine, puisque parmi les terres de Ruidera, certaines sont placées sous la juridiction du roi Philippe III, d’autres sous la responsabilité de l’ordre de Malte (le fort de Ruidera, en particulier, était aux mains des Hospitaliers depuis 1215). Or ces deux institutions développaient conjointement leur lutte contre la galaxie de la Sublime Porte dans la Méditerranée occidentale grâce aux galères royales et, dans la partie orientale, avec l’appui des chevaliers de Saint-Jean de Jérusalem (et de Malte) qui menaient des attaques ponctuelles contre les navires ottomans (Cf. à ce propos la escuadra de Malta dans la «Novela del amante liberal» et Eloy Martín Corrales, «La defensa de las costas, del tráfico marítimo y de los súbditos frente al corso musulmán en la España de la Edad Moderna», XVII Coloquio de Historia Canario-Americana, 2006, p. 1854-1882).

40 Dans El trato de Argel, il faut se souvenir des paroles d’un certain Saavedra : « Rompeos ya, cielos, y inviadnos presto /el librador de nuestra amarga guerra, /si ya en el suelo no le tenéis puesto.  /Cuando llegué vencido en esta tierra /tan nombrada en el mundo, que en su seno /tanto pirata encubre, acoge y cierra, /no pude al llanto detener el freno […]. Pero si el alto cielo en darme enojos /no está con mi ventura conjurado, /y aquí no lleva muerte mis despojos, /cuando me vea en más felice estado, /o si la suerte, o si el favor me ayuda /a verme ante Filipo arrodillado, /mi temerosa lengua casi muda /pienso mover en la real presencia, /de adulación y de mentir desnuda, /diciendo: “Alto señor, cuya potencia /sujetas trae las bárbaras naciones /al desabrido yugo de obediencia: /a quien los negros indios con sus dones /reconocen honesto vasallaje, /trayendo el oro acá de sus rincones, /despierte en tu real pecho coraje /la desvergüenza con que una bicoca /aspira de contino a hacerte ultraje. /Su gente es mucha, mas su fuerza es poca, /desnuda, mal armada, que no tiene /en su defensa fuerte, muro o roca. /Cada uno mira si tu armada viene, /para dar a los pies el cargo y cura /de conservar la vida que sostiene. /De la esquiva prisión amarga y dura, /adonde mueren quince mil cristianos, /tienes la llave de su cerradura. /Todos de allá, cual yo, puestas las manos, /las rodillas por tierra, sollozando, /cercados de tormentos inhumanos, /poderoso señor, te están rogando /vuelvas los ojos de misericordia /a los suyos, que están siempre llorando: /y pues te deja agora la discordia, /que tanto te ha oprimido y fatigado, /y a más andar te sigue la concordia, /haz, buen rey, que sea por ti acabado /lo que con tanta audacia y valor tanto /fue por tu amado padre comenzado. /Con sólo ver que vas, pondrá un espanto /a la bárbara gente, que adivino /yo desde aquí su pérdida y quebranto''. /¿Quién dubda que el real pecho benigno /no se muestre, en oyendo la tristeza/ donde están estos míseros contino? /¡Mas ay! cómo se muestra la bajeza /de mi tan rudo ingenio, pues pretendo /hablar tan bajo ante tan alta alteza. Mas la ocasión es tal, que me defiende. /Mas a todo silencio poner quiero, /que temo que mi plática te ofende, y al trabajo me llaman, a do muero.” » (Miguel de Cervantes, Poesías, Éd. Adrián J. Sáez, Madrid, Cátedra, 2016, p. 925-926, v. 393-462).

41 Michel Moner se demande si la « mobilisation » des « chevaliers » ne traverse pas « la totalité de l’œuvre maîtresse ».

42 Quelques réponses sont apportées dans Pierre Darnis, Segunda parte de Don Quijote de la Mancha, op. cit., p. 220-236.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Darnis, « Pourquoi Barcelone ? Quelques repères sur le nicodémisme politique de Cervantès dans la Segunda parte del ingenioso caballero don Quijote de la Mancha », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 34 | 2020, mis en ligne le 10 juin 2020, consulté le 10 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/framespa/9316 ; DOI : https://doi.org/10.4000/framespa.9316

Haut de page

Auteur

Pierre Darnis

Pierre Darnis est MCF HDR de littérature du Siècle d’or à l’Université Bordeaux Montaigne. Contact : pierre-darnis@u-bordeaux-montaigne.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals