Navigation – Plan du site

AccueilNuméros35RecensionsAlain Corbin, Terra Incognita. Un...

Recensions

Alain Corbin, Terra Incognita. Une histoire de l’ignorance, xviiie-xixe siècle, Paris, Albin Michel, 2020.

Guillaume Debat

Texte intégral

  • 1 Jacques Bénigne Bossuet, Œuvres complètes, Paris, Antoine Boudet, 1778, p. 642.
  • 2 Alain Corbin, Terra Incognita. Une histoire de l’ignorance, xviiie-xixe siècle, Paris, Albin Michel (...)

1Bossuet, à propos de l’ignorance, écrivait : « Nous nous plaignons de notre ignorance ; mais c’est elle qui fait presque tout le bien du monde : ne prévoir pas, fait que nous nous engageons1 ». L’ignorance serait-elle ainsi un ressort pour comprendre les choix et les actions des hommes et des femmes du passé ? Dit autrement, l’ignorance est-elle un objet d’histoire ? C’est à cette question que tente de répondre Alain Corbin dans son dernier ouvrage2.

  • 3 Alain Corbin, Jean-Jacques Courtine et Georges Vigarello (dir.), Histoire des émotions, 3 volumes, (...)
  • 4 Alain Corbin (dir.), La pluie, le soleil et le vent. Une histoire de la sensibilité au temps qu'il (...)
  • 5 Alain Corbin et Hélène Richard (dir.), La mer. Terreur et fascination, Paris, Seuil, 2004.
  • 6 Alain Corbin, La douceur de l'ombre : l'arbre, source d'émotions, de l'Antiquité à nos jours, Paris (...)
  • 7 Alain Corbin, Les Cloches de la terre : paysage sonore et culture sensible dans les campagnes au xi (...)
  • 8 Alain Corbin, Histoire du silence, de la Renaissance à nos jours, Paris, Albin Michel, 2016.

2L’ignorance demeure encore un objet d’histoire neuf. Alain Corbin s’attache à investir ce champ d’études à travers un cas précis, celui de la Terre et de ses secrets, de la seconde moitié du xviiie siècle à la fin du xixe siècle. Terra incognita s’inscrit dans la droite ligne des travaux de l’auteur qui tente depuis de nombreuses années de comprendre les sensibilités et affects des individus3 du passé face à des réalités diverses telles que les aléas climatiques4, les réalités géographiques5, la flore6 ou le paysage sensoriel des sociétés passées7. L’historien s’était également déjà intéressé, en 2016, aux zones d’ombres du passé, à ce qui ne laisse pas ou peu de traces en explorant l’histoire du silence8. Cet ouvrage s’insère donc pleinement dans les recherches d’Alain Corbin, l’ignorance de la Terre abordée aux prismes des sensibilités constituant la nouvelle pierre à l’édifice historiographique que bâtit depuis plus de quatre décennies l’auteur du Miasme et de la Jonquille.

1. Le savoir sur l’ignorance

3L’originalité fondamentale de l’ouvrage est qu’il ne s’agit pas d’une histoire de la connaissance de la Terre, mais bien d’une histoire de l’ignorance de cette même Terre. En d’autres termes, Alain Corbin procède à un décentrement du regard qui n’a rien de purement théorique : en s’attardant sur ce qui n’est pas connu, et non sur les connaissances et savoirs en cours de construction, il effectue un pas de côté par rapport à l’historiographie des sciences. Dès lors, il s’agit moins d’étudier la structuration sociale des savoirs et des savants, l’importance des réseaux ou encore les évolutions des théories scientifiques mais bien les perceptions, les représentations et les sensibilités des sociétés européennes face à l’inconnu du monde.

4La forme de l’ouvrage n’en demeure pas moins résolument classique : trois parties chronologiques, découpées en sous-parties thématiques, structurent l’ensemble. Une partie est consacrée à la seconde moitié du xviiie siècle et à une connaissance de la Terre que l’auteur considère faible. Une seconde s’attache à montrer en quoi la première moitié du xixe siècle voit le recul progressif mais lent des « ignorances » quant à la connaissance qu’ont les Occidentaux du monde. Enfin, une troisième partie souligne l’accélération de ce recul à partir des années 1860. Chacune de ces grandes scansions chronologiques est ponctuée d’un « bilan des ignorances », sorte de conclusion qui, en synthétisant l’ensemble des thématiques abordées dans les sous-parties, permet au lecteur de se figurer un tableau général des ignorances accumulées.

  • 9 Edward Palmer Thompson, dans La formation de la classe ouvrière anglaise, Paris, Le Seuil, 1988, ap (...)
  • 10 Alain Corbin, Terra Incognita., opcit., p. 13-23.
  • 11 Ibid., p. 75.

5Par ailleurs, Alain Corbin se refuse à toute entreprise positiviste : l’ignorance n’est a priori pas destinée à reculer. La compréhension, ou plutôt l’incompréhension, du monde n’est pas abordée en miroir de nos connaissances actuelles, ce qui aurait placé le lecteur dans une position de condescendance9 de la supériorité par rapport aux individus du xviiie ou du xixe siècle. Bien au contraire, chaque thématique de l’ignorance de la Terre est abordée pour elle-même et par elle-même. Il en ressort donc moins une comparaison peu flatteuse entre les individus du passé ignorants, voire ignares, et nous autres, forts de nos nombreuses connaissances, qu’un tableau nuancé de ce qui n’est pas connu dans une société donnée et la manière dont cette société, inégale, disparate, diverse, investit cette ignorance pour lui donner un sens. Cette tentative de compréhension de l’ignorance par les acteurs du passé passe par l’analyse de leurs réactions affectives et émotionnelles – ainsi pour le séisme de Lisbonne en 175510 –, approche chère à Alain Corbin. À travers les ignorances, émergent donc les croyances, les efforts, les tentatives, fructueuses comme infructueuses, des individus, en somme « leurs tâtonnements en vue de satisfaire leur libido sciendi11 ».

2. Portraits croisés et nuancés des ignorances

  • 12 Ibid., p. 23.
  • 13 Ibid., p. 23.

6Au-delà, le tableau des ignorances que brosse Alain Corbin permet de relativiser quelque peu la vision qui a parfois cours à propos des sociétés passées, notamment celle de la seconde moitié du xviiie siècle. Durant ce siècle de l’Encyclopédie, les ignorances demeurent encore grandes et de nombreux phénomènes terrestres restent inexplicables. De même, si la seconde moitié du xviiie siècle, époque associée au triomphe de la raison, est certes au cœur d’un processus de séparation des aires scientifiques et religieuses, accompagnant plus largement un phénomène de sécularisation des sociétés européennes, les théories scientifiques demeurent encore imprégnées de religion : Bernardin de Saint-Pierre, dans ses Études de la nature, ne remet ainsi pas en cause l’existence du Déluge12. Même à la fin du xviiie siècle, « en matière d’histoire de la Terre, tout répond à la permission de Dieu13 ». Alain Corbin puise ici dans une bibliographie détaillée et des travaux récents qui ont déjà souligné que la construction des savoirs sur le monde prend du temps et que cette dernière n’est pas totalement détachée des querelles religieuses. Il synthétise ces travaux et participe de leur diffusion, faisant œuvre de vulgarisation.

  • 14 Ibid., p. 108.

7Un constat tout en nuances est également posé à propos de la première moitié du xixe siècle. Si l’auteur reconnait bien des évolutions scientifiques, une meilleure connaissance du monde et une meilleure diffusion de celle-ci, appuyée notamment sur des progrès, quoiqu’encore très limités, de l’alphabétisation, il souligne les profondes disparités entre les individus ainsi que les zones d’ombre encore nombreuses. Là où la géologie de la Terre est mieux connue, les abysses marins sont encore inconnus et les tremblements de terre comme les volcans sont inexplicables : « En un mot, il faut bien comprendre, qu’à nos yeux, les plus grands noms de la littérature et de l’art de ce temps auraient semblé fort peu savants, pour ne pas dire ignares, à propos de tout ce qui concernait la Terre14 ». En somme, à l’orée des années 1860, dans le contexte de la Révolution industrielle, le recul des ignorances connait une accélération qui ne doit pas masquer la masse des mystères entourant encore la Terre.

  • 15 Ibid., p. 200.

8La seconde moitié du xixe siècle, quant à elle, est marquée par un net recul des ignorances. Les phénomènes géologiques sont connus avec précision, de même que l’âge de la Terre et d’Homo sapiens se précisent. Cette accélération du recul des ignorances est notamment permise par l’amélioration des moyens de transports et par une diffusion de plus en plus grande des évolutions scientifiques du fait de l’intérêt de la presse, spécialisée et généraliste, pour ces questions comme par l’action de quelques vulgarisateurs à l’image, par exemple, de Camille Flammarion. Cependant, Alain Corbin souligne bien que ce recul ne doit pas occulter la persistance d’ignorances fortes, ainsi à propos des pôles ou des fonds marins toujours inexplorés, et la forte inégalité sociale sur cette question. Si l’ignorance a reculé, elle a reculé au profit d’un public cultivé et urbain15.

3. Faire de l’ignorance un objet d’histoire

  • 16 Ibid., p. 76.
  • 17 Ibid., p. 118.

9Alain Corbin montre adroitement, tout au long de l’ouvrage, que cette plongée dans les ignorances et dans les évolutions scientifiques demeure malgré tout marquée par un biais de sources. Les documents concernent en effet, dans la plupart des cas, l’évolution de l’ignorance de l’élite. Ainsi, si l’ignorance, à la fin du xviiie siècle, a reculé dans certains domaines, c’est avant tout pour une élite savante en nombre infime : « […] l’élite savante était étroite. Les institutions qui regroupaient ses membres, les écrits qui diffusaient leurs débats ne concernaient qu’une faible minorité16. » Car, « le feuilletage social des ignorances demeurait resserré17 », il convient de garder en tête que l’ignorance, et de fait la connaissance, peuvent, elles aussi, se lire au prisme des inégalités sociales et économiques. Il en va de même pour le milieu du xixe siècle au cours duquel les écarts entre une élite savante et la majeure partie de la population occidentale demeurent très importants.

  • 18 Ibid., p. 108.

10Si ce biais et cette alerte peuvent paraitre évidents aux yeux des chercheurs et chercheuses, leur présence dans un ouvrage à vocation « grand public » est à saluer. En soulignant la difficulté à pénétrer des ignorances diversement réparties dans des sociétés profondément inégalitaires, en alertant sur le danger de trop projeter notre somme de connaissances sur les ignorances des hommes et femmes du passé, Alain Corbin donne à voir la complexité de toute entreprise de recherche en histoire. Au-delà, il invite, à travers son étude de la mauvaise connaissance de la Terre, les historiens et historiennes à se saisir, dans leurs recherches, de cette question de l’ignorance, à penser les acteurs du passé avec leurs ignorances car ces dernières aussi permettent de comprendre et d’expliquer leurs choix : « Que de contresens, que d’incompréhension risque l’historien d’aujourd’hui à négliger – sinon à totalement oublier – cette ignorance, le plus souvent partagée18 ». L’ouvrage est donc aussi un appel à poursuivre cette recherche et à pousser plus avant le travail historique sur cet objet d’études.

11Si le but clairement affiché de faire de l’ignorance un objet d’histoire est atteint, d’aucuns pourraient regretter que l’ouvrage ait fait le choix de se concentrer sur les ignorances occidentales sur le monde. Certes l’Occident est, des années 1750 à la fin du xixe siècle, dominant. Cependant, appréhender les ignorances des sociétés dominées ou mettre en miroir les connaissances de la Terre des sociétés colonisées et les ignorances des acteurs coloniaux auraient peut-être permis d’enrichir encore le propos et de brosser un portrait plus nuancé de cette « Terra incognita ». De même, les exemples sont essentiellement pris dans l’histoire de l’Europe de l’Ouest (France, Grande-Bretagne et Allemagne), faisant regretter le faible nombre d’exemples nord et sud-américains, ibériques ou italiens.

12Par ailleurs, l’auteur n’aborde que peu l’ignorance dans une perspective politique. La question de l’ignorance n’est ainsi pas, par exemple, réinscrite dans les rapports entre savoir et pouvoir étudiés par Michel Foucault :

  • 19 Michel Foucault, Surveiller et punir, Paris, Gallimard, 2003 (1975), p. 36.

Il faut plutôt admettre que le pouvoir produit du savoir (et pas simplement en le favorisant parce qu’il le sert ou en l’appliquant parce qu’il est utile) ; que pouvoir et savoir s’impliquent directement l’un l’autre ; qu’il n’y a pas de relation de pouvoir sans constitution corrélative d’un champ de savoir, ni de savoir qui ne suppose et ne constitue en même temps des relations de pouvoir19.

13Si la dialectique foucaldienne entre savoir et pouvoir ne saurait résumer l’étude politique de l’ignorance de la Terre, l’instrumentalisation de celle-ci, son potentiel entretien comme le fait de la combattre constituent néanmoins des enjeux de pouvoir qui gagneraient à être étudiés. Reconnaissons cependant que l’objectif d’Alain Corbin est ici d’ouvrir la voie à de nouveaux travaux sur l’ignorance et non d’épuiser la question.

14Conclusion

15Alain Corbin a ainsi le mérite de mettre au cœur de son ouvrage un objet historique neuf, d’investir une nouvelle fois un champ d’études peu travaillé, le tout sans jamais perdre de vue une volonté vulgarisatrice. Terra incognita semble, de ce fait, chercher à atteindre un objectif double en participant de la diffusion des connaissances historiques sur les savoirs sur la Terre de la fin de l’époque moderne à la fin du xixe siècle, tout en ouvrant un nouveau chemin à la recherche en proposant un objet d’histoire inédit, invitant historiens et historiennes à s’en saisir. Ce double objectif est en outre servi pas une écriture concise qui a le mérite de convoquer parfois l’humour pour servir le propos.

16Cette histoire de l’ignorance de cette Terre mal connue s’impose in fine comme une histoire des angles morts du savoir des sociétés du passé, mais des angles morts qui font sens, socialement et sensiblement investis, en somme, comme une ignorance qui nous informe et qui doit continuer à le faire :

  • 20 Alain Corbin, Terra incognita, op. cit., p. 202.

Connaître, comprendre les hommes du temps jadis suppose de prendre en compte ce qu’ils ne savaient pas. Une telle démarche éclaire leurs décisions et leurs cadres de pensées. C’est pourquoi j’ai conçu ce petit livre comme un plaidoyer en faveur d’une histoire de l’ignorance20.

Haut de page

Notes

1 Jacques Bénigne Bossuet, Œuvres complètes, Paris, Antoine Boudet, 1778, p. 642.

2 Alain Corbin, Terra Incognita. Une histoire de l’ignorance, xviiie-xixe siècle, Paris, Albin Michel, 2020.

3 Alain Corbin, Jean-Jacques Courtine et Georges Vigarello (dir.), Histoire des émotions, 3 volumes, Paris, Seuil, 2016-2017.

4 Alain Corbin (dir.), La pluie, le soleil et le vent. Une histoire de la sensibilité au temps qu'il fait, Paris, Aubier, 2013.

5 Alain Corbin et Hélène Richard (dir.), La mer. Terreur et fascination, Paris, Seuil, 2004.

6 Alain Corbin, La douceur de l'ombre : l'arbre, source d'émotions, de l'Antiquité à nos jours, Paris, Fayard, 2013 ; Alain Corbin, La fraîcheur de l’herbe. Histoire d’une gamme d’émotions de l’Antiquité à nos jours, Paris, Fayard, 2018.

7 Alain Corbin, Les Cloches de la terre : paysage sonore et culture sensible dans les campagnes au xixe siècle, Paris, Fayard, 1994.

8 Alain Corbin, Histoire du silence, de la Renaissance à nos jours, Paris, Albin Michel, 2016.

9 Edward Palmer Thompson, dans La formation de la classe ouvrière anglaise, Paris, Le Seuil, 1988, appelait déjà les historiens et historiennes à sauver les acteurs et actrices du passé « de l’immense condescendance de la postérité ».

10 Alain Corbin, Terra Incognita., opcit., p. 13-23.

11 Ibid., p. 75.

12 Ibid., p. 23.

13 Ibid., p. 23.

14 Ibid., p. 108.

15 Ibid., p. 200.

16 Ibid., p. 76.

17 Ibid., p. 118.

18 Ibid., p. 108.

19 Michel Foucault, Surveiller et punir, Paris, Gallimard, 2003 (1975), p. 36.

20 Alain Corbin, Terra incognita, op. cit., p. 202.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Debat, « Alain Corbin, Terra Incognita. Une histoire de l’ignorance, xviiie-xixe siècle, Paris, Albin Michel, 2020. »Les Cahiers de Framespa [En ligne], 35 | 2020, mis en ligne le 30 octobre 2020, consulté le 19 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/framespa/9577 ; DOI : https://doi.org/10.4000/framespa.9577

Haut de page

Auteur

Guillaume Debat

Guillaume Debat est agrégé d’histoire, doctorant en histoire moderne à l’Université Toulouse Jean-Jaurès, sous la direction de Valérie Sottocasa, et rattaché au laboratoire Framespa (UMR 5136). Sa thèse porte sur les usages et les représentations de la guillotine dans la France révolutionnaire (1789-1804). guillaume.debat@univ-tlse2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search