Navigation – Plan du site

AccueilNuméros en texte intégral7Comptes rendusFrédéric Mège, Le fait urbain en ...

Comptes rendus

Frédéric Mège, Le fait urbain en Sicile hellénistique. L’habitat à Mégara Hyblaea aux ive et iiie siècles av. J.‑C.

Nicolas Genis
Référence(s) :

Frédéric Mège, Le fait urbain en Sicile hellénistique. L’habitat à Mégara Hyblaea aux ive et iiie siècles av. J.‑C., Naples, Centre Jean Bérard, Collection du Centre Jean Bérard 55, 2021, 292 p., EAN (édition imprimée) : 978-2-38050-027-1

Texte intégral

1Le livre publié par Frédéric Mège, Le fait urbain en Sicile hellénistique. L’habitat à Mégara Hyblaea aux ive et iiie siècles av. J.‑C., reprend, dès son titre, l’ambition de la thèse de doctorat soutenue en 2015 dont il est issu : partir de l’exemple de Mégara Hyblaea pour aboutir à des conclusions plus générales et plus vastes sur les rapports entre habitat et urbanisme en Sicile à l’époque hellénistique. Traiter du « fait urbain » situe immédiatement cet ouvrage dans les champs de l’histoire et de l’archéologie urbaines et le contenu des chapitres ne déçoit pas.

2Le propos est organisé en trois grandes parties. La première partie (« Histoire et archéologie de la Sicile entre la fin du ve et la fin du iiie siècle av. J.‑C. », p. 9-30) définit le contexte historique et historiographique, en analysant l’histoire de la Sicile et des villes siciliennes à l’époque hellénistique et en présentant non seulement l’histoire de la recherche sur le fait urbain, mais aussi les principaux débats historiographiques actuels sur certains édifices de Sicile. La deuxième partie (« Mégara Hyblaea et son habitat à l’époque hellénistique », p. 31‑185) constitue le cœur de l’ouvrage, avec la présentation, l’analyse et l’interprétation de tous les vestiges archéologiques permettant de connaître l’habitat de Mégara Hyblaea à l’époque hellénistique, des matériaux de construction aux plans des maisons, en passant par les différents types de pièces et leurs fonctions. Dans la troisième et dernière partie (« Habitat et urbanisme en Sicile aux ive et iiie siècles av. J.-C. », p. 187‑258), Fr. Mège présente un panorama de villes siciliennes qui offrent des éléments comparables à ceux étudiés à Mégara Hyblaea, avant de formuler une série de « nouvelles propositions » pour l’interprétation et la chronologie de certains faits archéologiques liés à l’habitat et l’urbanisme.

3L’ouvrage dans son ensemble témoigne d’une excellente maîtrise des enjeux de la question par l’auteur : Fr. Mège fait preuve d’un remarquable sens de la synthèse, servi par une langue limpide et une écriture impeccable. Le propos est par conséquent très informé et aborde tous les aspects de l’étude du fait urbain.

  • 1 Henri Tréziny, Mégara Hyblaea 7. La ville classique, hellénistique et romaine, Rome, École françai (...)

4Le texte est accompagné d’une documentation graphique abondante et variée : le lecteur trouvera de nombreuses photographies ou des orthophotographies illustrant des éléments de description ponctuels, mais aussi de très nombreux plans et relevés, qui sont d’une grande précision et qui apportent un complément indispensable au texte. On regrettera néanmoins que la légende des tracés ne soit pas systématiquement présente, laissant supposer au lecteur que la légende du premier plan donné pour Mégara Hyblaea (fig. 4, p. 36, tiré de Mégara 71) est valable pour d’autres plans plus resserrés. Il en est de même pour les relevés, qui présentent systématiquement une échelle graphique, ce qui est appréciable (par exemple pour les puits, fig. 27, p. 75, ou encore pour les latrines, p. 90‑93), mais on aurait apprécié de voir indiquer une échelle graphique – ou au moins un ordre de grandeur – pour les relevés/restitutions lors de l’établissement d’une typologie, comme c’est le cas pour les seuils (p. 48‑51), d’autant que l’inventaire complet des vestiges permet sans nul doute d’avoir des dimensions (moyennes ou courantes). En outre, la documentation graphique et photographique pourrait être plus présente dans certains chapitres : c’est tout particulièrement le cas dans le chapitre 2, qui aborde la recherche archéologique sur le fait urbain en Sicile. Le lecteur n’est pas forcément armé pour repérer et se représenter tout ce dont il est question dans les propos de l’auteur et la carte donnée au chapitre précédent (fig. 1, p. 12) ne suffit pas. Ces quelques réserves sur les légendes ou la présence des illustrations dans certains chapitres n’enlèvent rien à leur grande qualité et leur excellente reproduction : les plans, les relevés, les photographies, les orthophotographies constituent une documentation graphique d’une grande qualité, à la fois matériellement dans le volume imprimé et épistémologiquement par leur contribution aux démonstrations de l’auteur.

5Sur le fond, l’articulation entre l’analyse archéologique et les interprétations synthétiques est excellemment menée. Dans la deuxième partie, l’étude minutieuse des vestiges archéologiques et des sources disponibles sur l’habitat et l’urbanisme de Mégara Hyblaea est exemplaire. Les termes architecturaux sont précis et utilisés à bon escient. Les descriptions sont assez détaillées pour que l’archéologue des méthodes de construction ou des maisons antiques y trouve de quoi confirmer ou discuter les interprétations proposées, et elles évitent l’écueil d’un trop-plein d’informations qui ne serait plus profitable. En somme, l’auteur a réussi à trouver l’équilibre entre l’administration de la preuve archéologique et la synthèse historique, comme en témoigne, entre autres, le chapitre consacré aux plans des maisons et à leurs évolutions (chapitre 6). Après un traitement détaillé de plusieurs îlots d’habitat, pour lesquels la dimension chronologique est fondamentale pour percevoir les évolutions des maisons depuis l’époque archaïque jusqu’à la période hellénistique, l’auteur dresse un tableau des plans en vigueur à Mégara Hyblaea, dans des pages de conclusion qui tissent adroitement des liens avec des maisons grecques connues ailleurs, ce qui conduit à l’identification des spécificités mégariennes (la rareté du plan à pastas, pourtant généralement considéré comme le plus caractéristique de l’architecture domestique grecque) ou au contraire de certains traits communs et banals (la large domination du plan à cour centrale, ici comme ailleurs).

6À ce titre, cet ouvrage fera office de référence pour le traitement d’une documentation archéologique hétérogène (en raison d’époques et de méthodes de fouille différentes) au service du traitement d’une question transversale, comme en témoigne le chapitre 7, livrant des conclusions sur « le fait urbain à Mégara Hyblaea à l’époque hellénistique ».

7L’autre niveau d’articulation, entre l’exemple particulier de Mégara Hyblaea et un élargissement à l’échelle de la Sicile, ou au moins de certaines villes de Sicile, donne des résultats plus contrastés. L’auteur n’explicite pas, par exemple, la place et le but du chapitre 8, sur les « villes grecques, puniques et indigènes » : même si l’on comprend l’objectif comparatif de ce recensement, on n’en perçoit pas toujours l’intérêt, d’autant que plusieurs de ces sites ne présentent pas des formes d’habitat ou d’urbanisme comparables à celles identifiées à Mégara Hyblaea, comme l’auteur lui-même le constate lorsqu’il pointe la rareté ou le caractère trop disparate des vestiges disponibles (à l’exception de Morgantina et d’Agrigente, le manque de sources ou de publications se répète pour chacun des sites présentés dans ce chapitre). Ce panorama des villes siciliennes importantes pour l’étude de l’habitat et de l’urbanisme trouve tout son sens dans le chapitre suivant, qui formule de nouvelles propositions sur quelques questions précises, mais l’on peut s’interroger sur la forme de ce panorama. Dans d’autres pages, l’articulation entre les vestiges de Mégara Hyblaea et ce qui est connu sur d’autres sites vient renforcer les interprétations, parfois nouvelles, proposées par l’auteur. Pour les salles d’eau, par exemple, le contraste entre les installations trouvées à Mégara Hyblaea et celles qui sont connues ailleurs à l’époque hellénistique (Morgantina, Monte Iato...) permet à l’auteur de conclure que Mégara Hyblaea présentait sur ce plan « un niveau d’équipement minimal » (p. 102).

8Quoi qu’il en soit, l’ensemble de l’ouvrage témoigne d’une connaissance approfondie des sites antiques de Sicile et des publications qui les concernent, ce qui donne beaucoup de profondeur aux arguments qui sont avancés et aux associations qui sont faites. Les maigres défauts pointés plus haut sont plutôt d’ordre rhétorique, et la lecture par un non-spécialiste de la Sicile hellénistique pourrait gagner en facilité.

9Le dernier – mais non le moindre – apport de l’ouvrage concerne les rapports entre les sources archéologiques et l’histoire. Jamais Fr. Mège ne conduit son lecteur en erreur : il s’agit bien d’une étude du « fait urbain », ce qui signifie que l’analyse des sources archéologiques domine largement le propos. Mais cette proximité aux vestiges matériels n’interdit nullement de prendre de la hauteur et de parvenir à des conclusions sur l’histoire urbaine, comme réussit à le faire Fr. Mège, avec toutes les réserves et les précautions qui s’imposent. Dans la conclusion, il revient sur les relations entre « événements historiques et faits archéologiques » (p. 266-269), reprenant les constats faits habituellement : concordance, dissonance ou impossibilité de dire s’il existe un quelconque rapport. Mais surtout il met en œuvre cette confrontation entre les différentes sources au long de son ouvrage, et tout particulièrement pour trois questions qu’il reprend dans les « Nouvelles propositions » (chapitre 9) : l’origine et la datation des bétons de tuileau en Sicile (p. 243‑250) ; les mobiliers dits « de l’époque de Timoléon » (p. 250‑253) ; la « Sicile de Timoléon » (p. 253‑257).

10Les deux premiers points sont assez techniques, mais se rejoignent dans la troisième question. Car c’est bien à propos de l’importance de Timoléon, surévaluée d’un point de vue historiographique d’après les travaux de Fr. Mège (les traces dans l’historiographie sont « inversement proportionnelles » [p. 15] à la durée du passage de Timoléon en Sicile, de 344 à 337), que l’on perçoit tout l’intérêt d’une analyse fine du matériel archéologique, sans idées préconçues à partir de la lecture des sources anciennes. Car ce sont bien les sources écrites qui attribuent à Timoléon des actions et des influences sur les villes de la Sicile hellénistique que l’étude archéologique ne peut pas confirmer, voire qu’elle infirme. Au contraire, les recherches de Fr. Mège montrent que la période du règne de Timoléon ne constitue pas, pour l’urbanisme et l’habitat, une rupture majeure avec la période précédente, si bien qu’il faut réévaluer l’attribution à Timoléon de certaines évolutions dans l’urbanisme hellénistique en Sicile : c’est le cas à Géla, dont les quartiers présentent « une évidente continuité » (p. 253), mais aussi à Camarine, Morgantina ou Agrigente. Tout cela amène à « repenser la Sicile au ive siècle » (p. 253), rien de moins.

11Toutes ces observations montrent combien l’ouvrage de Fr. Mège est riche et excellemment mené, soutenu par une documentation graphique de grande qualité. Nul doute qu’il deviendra une lecture incontournable pour toutes les études à venir sur l’urbanisme, en Sicile, mais pas seulement, et que certaines de ses hypothèses ou conclusions enrichiront les discussions sur l’histoire urbaine de la Grèce antique.

Haut de page

Notes

1 Henri Tréziny, Mégara Hyblaea 7. La ville classique, hellénistique et romaine, Rome, École française de Rome, 2018, p. 7.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Genis, « Frédéric Mège, Le fait urbain en Sicile hellénistique. L’habitat à Mégara Hyblaea aux ive et iiie siècles av. J.‑C. »Frontière·s [En ligne], 7 | 2022, mis en ligne le 15 décembre 2022, consulté le 24 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/frontieres/1539 ; DOI : https://doi.org/10.4000/frontieres.1539

Haut de page

Auteur

Nicolas Genis

Maître de conférences, Université de Lille, HALMA (UMR 8164)

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search