Navigation – Plan du site

AccueilComplémentsNotes de lecture2022Richard Neer et Leslie Kurke, Pin...

2022

Richard Neer et Leslie Kurke, Pindar, Song, and Space: Towards a Lyrical Archaeology

Baltimore, Johns Hopkins University Press, 2019, 480 p.
Alice Alcaras
Référence(s) :

Richard Neer et Leslie Kurke, Pindar, Song, and Space: Towards a Lyrical Archaeology, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 2019, 480 p.

Texte intégral

  • 1 Voir par exemple les travaux de L. Athanassaki, C. Eckerman, D. Fearn, M. Pavlou et D. Steiner.
  • 2 Par exemple L. Kurke, Coins, Bodies, Games, and Gold: The Politics of Meaning in Archaic Greece, Pr (...)

1Les vingt dernières années de recherche dans le domaine de la chorale lyrique grecque et plus particulièrement des études pindariques ont mis en évidence l’intérêt, voire la nécessité d’approches interdisciplinaires pour appréhender ces textes1. L’ouvrage de Neer (Université de Chicago) et de Kurke (Université de Californie, Berkeley) s’inscrit dans cette mouvance en donnant corps à six ans de collaboration entre un historien de l’art et une spécialiste de la poésie archaïque. Les deux auteurs, animés par un même goût pour le mélange des disciplines et des sources dans leurs précédents travaux2, ont en effet commencé à construire une vision commune du sujet dès 2013 en organisant avec B. Maslov à l’Université de Chicago un séminaire intitulé « Pindar and the Monuments ».

  • 3 Pour ces titres, voir le profil de Kurke sur la page officielle du département de littérature compa (...)
  • 4 p. 2.

2Ce livre vient donc couronner un long cheminement, également perceptible à travers l’évolution du titre de l’ouvrage, qui, avant de prendre sa forme actuelle, a d’abord été présenté sous le nom de Pindar’s Material Imaginary: Things, Territories, Politics, puis de Pindar’s Sites: Song and Space in Classical Greece3. Ce changement reflète la progression de la réflexion de Neer et Kurke, qui, d’un ouvrage centré sur ce qui est depuis quelques années présenté en anglais comme la material culture, la « culture matérielle », en sont venus à écrire sur la notion de site et d’espace avant de s’orienter plus clairement vers des questions de méthodologie et de formalisation de ce qu’ils envisagent comme un nouveau champ disciplinaire, « l’archéologie lyrique » (lyrical archaeology). Cette « archéologie », qui s’entend au sens foucaldien du terme, consiste en un déplacement : plutôt que de se concentrer sur les échos entre odes pindariques, sites et monuments, elle se propose d’étudier ce qui rend ce dialogue possible, « the physical, institutional and conceptual preconditions of Greek spatiality4 ».

3Afin d’identifier ces préconditions, l’ouvrage suit une structure claire en observant une logique spatiale expansive. Dans une première partie intitulée « Orientations and Local Spaces », il se focalise d’abord sur la définition et l’organisation de l’espace à l’échelle locale, en analysant les outils, les acteurs et les mécanismes à l’œuvre dans un lieu précis et restreint. La deuxième partie, « Pindar’s Cyrene: Pythians 4, 5, and 9 », opère une transition vers une plus grande échelle spatiale, celle de la région de Cyrène, arpentée à travers plusieurs odes. Enfin, dans une dernière partie, « Pindar’s Greece: Olympian 6 and the Spaces of Tyranny », c’est le monde grec au sens large que les auteurs parcourent en analysant les ressorts de l’impressionnant rayonnement spatial de cette épinicie. Les huit chapitres qui composent ces parties foisonnent de micro-lectures d’une remarquable finesse : on retiendra par exemple l’analyse développée sur la perception de l’espace de l’agora à Athènes dans le fragment de dithyrambe 75 S.‑M. ou, dans la dernière partie, la réinterprétation de la Sixième Olympique et de son prooimion architectural à la lumière d’une nouvelle datation proposée par les auteurs du trésor de Géla à Olympie. Plutôt que de déformer ces études de cas en les condensant, on préfèrera se concentrer ici sur les différents points que les auteurs avancent sur la conception archaïque et classique de l’espace tel qu’il se présente chez Pindare.

  • 5 Par exemple E. Barker et al. (éd.), New Worlds from Old Texts: Revisiting Ancient Space and Place, (...)

4Si Neer et Kurke rejoignent de nombreux travaux antérieurs en ce qui concerne la perception spatiale des Anciens5, qui se distingue de celle actuellement donnée par les cartes, ils se démarquent des précédentes études en la matière en axant leur propos sur la nature « hodologique » et itinérante de l’espace grec, laissant de côté, à la différence de leurs prédécesseurs, la représentation du monde selon Hécatée. Ceci les amène à formuler dans le chapitre « Two Spatial Technologies: The Map and the Chorus » une réflexion sur le chœur qui émergeait déjà depuis quelques années sans être nommée, en pensant la chorale lyrique comme une « technologie » spatiale particulièrement pertinente pour concevoir (topopoiesis) et ordonner (kosmesis) l’espace. Les auteurs se proposent pour la définir de la mettre sous le signe du tornos, un compas fixé pour chaque ode à un endroit différent et redessinant le cercle de l’espace environnant par le biais de la poésie et de la danse. Neer et Kurke illustrent ce faisant la nature immédiatement transmédiale de la chorale lyrique par sa façon d’abolir la dichotomie entre pinax et logos, entre représentation graphique et verbale de l’espace. Ils montrent avec une grande clarté ce que la poésie de Pindare partage avec les repères ou landmarks — statues, bornes, stèles, autels… — que les Anciens déployaient pour mesurer, définir et organiser l’espace, les réordonnant de façon à créer un nouvel ensemble.

5Les auteurs s’attachent dès lors à définir les divers procédés de spatialisation auxquels la lyrique et ces objets ont recours. La spécificité de l’ouvrage est en effet de ne pas limiter les parallèles entre odes pindariques et culture matérielle à des rapprochements thématiques, poussant plus loin la justification d’une étude simultanée de ces corpora. Si cette démarche novatrice élargit considérablement le champ des recherches interdisciplinaires sur la poésie archaïque, elle ne justifie pas toujours la dépréciation dont les auteurs font preuve à l’égard des approches explorant le rapport des odes au corps, à l’expérience vécue ou encore à l’iconographie, qui ont encore, me semble‑t‑il, beaucoup à offrir à notre appréhension de la poésie mélique. Cette position tranchée permet néanmoins de mieux saisir ce que Neer et Kurke espèrent apporter de nouveau à la discipline en subordonnant la question des influences réciproques entre chorale lyrique, agalmata et monuments à l’analyse des diverses manières dont ces artefacts (ré)ordonnent l’espace, que l’on réduira ici à cinq procédés.

  • 6 R. T. Neer, The Emergence of the Classical Style in Greek Sculpture, Chicago, University of Chicago (...)
  • 7 N. Felson, « Vicarious Transport: Fictive Deixis in Pindar’s Pythian Four », Harvard Studies in Cla (...)
  • 8 p. 272.

6Les trois premières stratégies mises en avant par les auteurs dans les trois premiers chapitres reposent sur les théories esthétiques de Neer sur la statuaire, déjà exposées dans son livre The Emergence of the Classical Style in Greek Sculpture6. La capacité de ces artefacts à produire de l’émerveillement, thauma, de la brillance ou radiance ou encore à construire des récits, narrativisation, figurent en effet pour cet historien de l’art parmi les caractéristiques majeures qui expliquent l’évolution du style archaïque vers le style classique. Statues et lyrique auraient donc recours aux mêmes artifices pour créer et définir de nouveaux espaces en inspirant une impression de distance ou de proximité au spectateur. La mise en lumière de ces différents modes de spatialisation tient en outre ses promesses interdisciplinaires en variant les domaines utilisés à titre d’illustration. Si, dans le cas des trois précédentes méthodes de kosmesis spatiale, Neer et Kurke s’inspirent des agalmata, c’est à l’épigraphie qu’ils ont recours pour introduire dans le chapitre « Epigraphy, Architecture, Song: Olympian 6 and Other Gifts » le procédé d’« ironie épichorique » (epichoric irony), qui fait appel aux différences régionales de graphie pour faire émerger une nouvelle unité spatiale, celle de l’hégémonie des Deinoménides. Dans le dernier chapitre, « Pindar’s Transports », ils empruntent enfin aux études stylistiques de Nancy Felson7 la notion de vicarious transport pour théoriser une dernière méthode de manipulation spatiale, celle des « technologies de transport » (technologies of transport), « special objects that enact journeys or enable the superimposition of two places onto each other8 », dans lesquelles ils incluent la lyrique, de nombreux monuments et agalmata — trésors, temples, statues, inscriptions, coupes…

7Tout au long de l’exploration de ces différentes stratégies spatiales, l’ouvrage insiste sur leur dimension politique, espace et pouvoir se combinant pour réordonner le monde en accord avec la vision de l’autorité célébrée. Cette fascinante et brillante lecture des odes, en se concentrant sur les « preconditions » institutionnelles et politiques de l’espace étudié, néglige quelquefois de prendre en compte d’autres aspects du lieu ou des objets évoqués. Le caractère fréquemment religieux et cultuel des sites mentionnés, qui sont en grande partie des sanctuaires, et, par conséquent, de leur traversée, processionnaire ou circulaire, est souvent abordé de façon rapide ou immédiatement tiré vers une interprétation politique, alors qu’il mériterait un développement consacré. Cette importance de la composante religieuse des espaces évoqués s’explique peut‑être par l’orientation des premiers travaux des auteurs sur les monuments davantage que sur l’espace, la salle de banquet ou le symposion, pourtant très présents dans les odes, n’étant par exemple jamais abordés.

8Si l’investigation menée par les auteurs sur la notion d’espace mène donc à des résultats du plus grand intérêt, le principal apport de cette monographie semble résolument méthodologique, dans la mesure où la nouveauté la plus importante que Neer et Kurke introduisent au regard des précédentes études est de fonder et de promouvoir une approche rigoureusement définie. L’introduction et la coda qui encadrent le cœur du livre soulignent efficacement les trois principes qui régissent cette nouvelle « archéologie lyrique » : le va-et-vient constant entre différents types de sources sans prédominance d’un medium sur un autre, le recours systématique à la lecture détaillée et approfondie des textes, des images et des lieux, et enfin l’étude conjointe de ces corpora, de leurs relations et du système présidant à ces interactions. L’ouvrage réalise l’exploit de répondre en tout point à ces exigences, s’imposant dès lors comme un modèle à suivre pour les prochaines années.

Haut de page

Notes

1 Voir par exemple les travaux de L. Athanassaki, C. Eckerman, D. Fearn, M. Pavlou et D. Steiner.

2 Par exemple L. Kurke, Coins, Bodies, Games, and Gold: The Politics of Meaning in Archaic Greece, Princeton (NJ), Princeton University Pr., 1999 ; R. T. Neer, Style and Politics in Athenian Vase-Painting: The Craft of Democracy, ca. 530–460 B.C.E., Cambridge / New York, Cambridge University Press, 2002.

3 Pour ces titres, voir le profil de Kurke sur la page officielle du département de littérature comparée de Berkeley (<https://complit.berkeley.edu/people/faculty/leslie-v-kurke>) ainsi que son curriculum vitæ (<https://berkeley.academia.edu/LeslieKurke/CurriculumVitae>).

4 p. 2.

5 Par exemple E. Barker et al. (éd.), New Worlds from Old Texts: Revisiting Ancient Space and Place, Oxford, Oxford University Press, 2015 ; I. J. F. de Jong, Space in Ancient Greek Literature: Studies in Ancient Greek Narrative, Leiden / Boston, Brill, 2012 ; K. Gilhuly et N. Worman, Space, Place, and Landscape in Ancient Greek Literature and Culture, Cambridge, Cambridge University Press, 2014 ; J. S. Romm, The Edges of the Earth in Ancient Thought: Geography, Exploration, and Fiction, Princeton / Oxford, Princeton University Press, 1992.

6 R. T. Neer, The Emergence of the Classical Style in Greek Sculpture, Chicago, University of Chicago Press, 2010.

7 N. Felson, « Vicarious Transport: Fictive Deixis in Pindar’s Pythian Four », Harvard Studies in Classical Philology, 99, 1999, p. 1–31.

8 p. 272.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alice Alcaras, « Richard Neer et Leslie Kurke, Pindar, Song, and Space: Towards a Lyrical Archaeology »Gaia [En ligne], Notes de lecture, mis en ligne le 22 juillet 2022, consulté le 18 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/gaia/2604 ; DOI : https://doi.org/10.4000/gaia.2604

Haut de page

Auteur

Alice Alcaras

ArScAn, Université Paris Nanterre

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search