Navigation – Plan du site

Les inscriptions du mithraeum d’Angers-Iuliomagus (Maine-et-Loire) : nouvelles données sur le culte de Mithra

Michel Molin, Jean Brodeur et Maxime Mortreau
p. 417-433

Résumés

Les fouilles préventives effectuées par les archéologues de l’Inrap, sous la direction de J. Brodeur, sur le site de l’ancienne clinique Saint-Louis dans le quartier de la gare Saint-Laud à Angers, entre novembre 2009 et septembre 2010, ont mis au jour les vestiges d’un îlot d’habitat de la trame viaire de l’agglomération antique, élaborée au début de notre ère. La découverte d’ex-voto dédiés à Mithra, graffités sur céramique et notamment sur un vase Déchelette 72, à l’emplacement de la cave remblayée d’une domus, a permis de conclure à la pratique d’un culte voué à ce dieu avant la fin du iie s. apr. J.-C., dans un premier mithraeum aux traces mal conservées. Au milieu du iiie s. apr. J.-C., une reconstruction d’ensemble a pu être identifiée, avec cette fois, un spelaeum au plan et décor stéréotypés dont de nombreux fragments sculptés ont pu être retrouvés. Ses niveaux d’occupation ont révélé les reliefs caractéristiques des banquets mithriaques avec, notamment, parmi les nombreux restes de faune, une présence majoritaire de coqs. Le culte, inattendu dans cette partie de la Gaule, est pratiqué sur le site du dernier quart du iie s. au début du ve s. apr. J.-C., époque à laquelle le mithraeum semble avoir été volontairement détruit de façon brutale. Le mobilier épigraphique, exhumé en contexte et non en remploi, hormis deux pièces, comprend huit courtes inscriptions dont sept en rapport avec le culte de Mithra, fournissant des indications précieuses sur les dévots de ce dieu jusqu’alors ignoré dans cette partie occidentale de la province de Lyonnaise.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cet article doit beaucoup aux relectures de nos collègues Marie-Thérèse Raepsaet-Charlier et Willia (...)

1Une importante fouille d’archéologie préventive a été menée par l’Inrap à l’emplacement de l’ancienne clinique Saint-Louis, de novembre 2009 à septembre 2010, dans le quartier de la gare ferroviaire Saint-Laud, au sud-ouest de la ville d’Angers (fig. 1)1. Un projet de construction de résidences sur près de 9 000 m2 par la société Eiffage immobilier (80 % de la surface) et par le Val de Loire pour la partie sociale (20 % restant) a motivé cette intervention. Son emprise affectait les trois quarts d’une insula de la trame viaire urbaine antique. Cet îlot, délimité par un cardo et un decumanus et mis en place dès la fin de la période augustéenne, a accueilli un habitat de type domus dans le courant du règne de Tibère (fig. 2). Ce quartier à vocation résidentielle connaît au milieu du iie s. apr. J.-C. un véritable essoufflement urbain à l’image d’autres îlots de ce secteur de la ville, comme celui situé au sud-est du même decumanus, près de la gare Saint-Laud, et dans lequel a été installée une nécropole à inhumations au sein même de la trame viaire.

Fig. 1 – Trame viaire générale d’Angers-Iuliomagus dans l’Antiquité

Fig. 1 – Trame viaire générale d’Angers-Iuliomagus dans l’Antiquité

DAO : J. Brodeur, D. Pfost (Inrap).

Fig. 2 – Plan cumulatif des structures antiques du site de la clinique Saint-Louis

Fig. 2 – Plan cumulatif des structures antiques du site de la clinique Saint-Louis

État avril 2010.

DAO : D. Fillon, M. Mortreau, D. Pfost (Inrap).

2Sur le site de la clinique Saint-Louis, les bâtiments sont ainsi en partie déconstruits à cette époque. Les substructions de l’un d’eux, à l’angle nord de la fouille, ont été réutilisées dans le cadre d’un culte mithriaque, révélé essentiellement par la présence d’ex-voto sur des tessons de céramique, en particulier sur un vase de type Déchelette 72 daté du dernier quart du iie s. apr. J.-C.. Un incendie au cours de la première moitié du iiie s. touche une partie du quartier. Il est difficile de savoir s’il engendre directement les transformations sur le reste de l’îlot. Quoiqu’il en soit, un nouveau mithraeum est alors reconstruit, oblitérant presque en totalité le précédent (seuls les soubassements des anciennes banquettes ont été réutilisés) au milieu de ce siècle. Le spelaeum, au plan et au décor stéréotypés, dont de nombreux fragments de sculptures, a pu être clairement identifié. À l’intérieur et à l’extérieur de l’édifice, un important mobilier faunique faisant écho aux reliefs de banquets cultuels a été mis en évidence : la consommation du coq y est majoritaire, comme elle a été constatée dans la plupart des contextes mithriaques. Ont également été découverts 765 monnaies, des céramiques à usage rituel ainsi que des objets métalliques en dépôts volontaires. L’environnement de ce lieu de culte connaît d’autres transformations à la fin du iiie s. ou au début du suivant : le decumanus est plus ou moins désaffecté alors qu’une nouvelle voie globalement orientée est-ouest est créée. Elle devait appartenir à un nouveau réseau viaire qui se substitua dans ce quartier à l’organisation urbaine du Haut-Empire.

3La découverte d’Angers rejoint le petit nombre de mithraea connus dans l’Occident romain : Rome, Ostie, Bordeaux, Strasbourg, Biesheim, Septeuil, Mandelieu, les Bolards, Tienen/Tirlemont (Belgique), Martigny (Suisse), Riegel (Allemagne), Londres et Carrawburgh en Angleterre, sur le mur d’Hadrien, et Lambèse en Afrique, pour ne citer que les plus célèbres (fig. 3). Pour l’heure, elle constitue l’attestation la plus occidentale du culte de Mithra en Gaule.

Fig. 3 – Carte des trouvailles mithriaques

Fig. 3 – Carte des trouvailles mithriaques

D’après Turcan 1993. État avril 2010.

DAO : D. Pfost (Inrap).

4Depuis les travaux de Franz Cumont (1896-1899 et 1913), vieux de plus d’un siècle, et de Maarten Josef Vermaseren (CIMRM 1956-1960), les connaissances sur le mithriacisme ont considérablement progressé, notamment grâce aux synthèses de Robert Turcan dans les années quatre-vingt-dix (Turcan 1992 et 1993), et peuvent à présent s’appuyer sur des répertoires iconographiques plus complets (Vollkommer 1992). Le culte de Mithra pénètre en Occident par l’Italie grâce aux armées romaines revenant de la partie orientale de l’Empire au cours de la seconde moitié du ier s. apr. J.-C. Ces quatre dernières décennies, les fouilles des mithraea de Bordeaux (Gaidon 1986 et 1987-1988), de Septeuil (Barat 2007, p. 329-335) et de Tienen/Tirlemont (Martens 2004 et 2009) ont montré que la liturgie mithriaque différait peu des rites des autres religions antiques. En 2001, le congrès international de Tienen en Belgique a ainsi donné une première synthèse autour des apports du petit mobilier issu des fouilles de mithraea. Les actes parus en 2004 (Martens, De Boe 2004) ont ouvert de nouvelles perspectives.

5Rejetant désormais catégoriquement l’appellation de « culte oriental » jusqu’alors utilisée (Scheid 2013, p. 205), les recherches récentes sur le mithriacisme dues aux travaux de Manfred Clauss (1992 et 2012), William Van Andringa (2002), William Van Andringa et Françoise Van Haeperen (2009), Corinne Bonnet (2009), Richard Lindsay Gordon (2007 et 2009) ont mis en évidence l’intégration de ces cultes étrangers dans le panthéon romain et provincial, venant enrichir le « marketplace of religions » de J. North (2000).

Le mithraeum d’Angers

6Les structures visibles du mithraeum d’Angers, notamment son spelaeum, appartiennent donc à une phase de « reconstruction » qui intervient au milieu du iiie s. apr. J.-C. Le plan rectangulaire convient au modèle type des mithraea (fig. 4). L’édifice, légèrement encavé dans le sol, est globalement orienté nord-sud. La cella de 10,05 m sur 5,88 m à l’intérieur est prolongée au sud par un vestibule restreint de 3,94 m sur 2,90 m. De cette pièce, un accès latéral semble s’ouvrir vers l’ouest sur un espace libre. La communication entre la cella et le vestibule s’effectue par un passage axial dont il reste un emmarchement.

Fig. 4 – Plan du mithraeum

Fig. 4 – Plan du mithraeum

DAO : D. Pfost (Inrap).

7Sur les côtés longitudinaux du spelaeum, on trouve deux banquettes, l’une à l’est (1,46 × 8,55 m) et l’autre à l’ouest (0,92 × 8,86 m), destinées à accueillir les adeptes, notamment lors des banquets rituels. La fouille du mois de septembre 2010 a permis de mettre en évidence une structure quadrangulaire aux parois enduites (bassin ?) à l’extrémité orientale de la banquette ouest. Celle-ci, entre autres mobiliers, contenait la tête du dieu Mithra arrachée au haut-relief évoqué ci-après. Au sud, des socles circulaires en calcaire, un à l’ouest, deux à l’est, supportaient les statues des dadophores comme l’indique la découverte d’une tête mutilée gisant au pied du socle occidental. À l’est, une sorte de petite vasque en grès s’intercale devant les deux socles. Au nord, un premier podium (3,18 x 2,39 m), doté d’un escalier accolé à la banquette orientale, montre le négatif d’un dallage composé de remplois de tegulae. Un second podium maçonné, en forme de trapèze dont les bases mesurent 0,88 m (contre le mur nord de la cella) et 0,66 m, accueillait à l’origine, dans une sorte d’alcôve, le bas-relief représentant Mithra immolant le taureau.

8La fouille a révélé divers mobiliers associés au culte. Ainsi, d’innombrables fragments de calcaire appartenant aux statues des dadophores et du Mithra tauroctone sont apparus dans les niveaux de démolition. Le nombre de 765 monnaies attachées à l’activité cultuelle, découvertes pour l’essentiel à l’extérieur ouest, montrent le maintien des dons monétaires jusqu’au début du ve s.

9Parmi les dépôts mobiliers, on note également la présence de deux fibules cruciformes en bronze, caractéristiques des fonctionnaires impériaux du ve s., et d’armements (hache et pointe de flèche germaniques, ainsi qu’une multitude d’anneaux en fer et en bronze appartenant à une cotte de maille). Plusieurs lampes à huile en céramique, en particulier des exemplaires moulés en forme de tête de Nubien, ainsi que des lustres suspendus permettaient l’éclairage du spelaeum, reflet de la grotte originelle du culte. Enfin, près des socles et de la vasque à l’est, un vase zoomorphe au corps de cervidé a été trouvé au milieu d’un assemblage de bois carbonisé. Des gobelets à boire en verre, le manche en os d’un couteau et la clef probable du meuble dans lequel étaient rangés ces objets, ont été retrouvés dans le vase. Le museau de cerf percé de trois petits trous qui permettaient de verser un liquide en de fins filets n’est pas sans faire penser à un rite de purification. La fouille des espaces extérieur et intérieur a permis de recueillir les restes osseux (ou fauniques) de banquets rituels composés, majoritairement à Angers comme à Tienen/Tirlemont, de coqs et de poulets, connus pour leur haute valeur symbolique (Lentacker et al 2004), et de poissons.

10L’abandon du site, que la présence de plusieurs monnaies émises entre 388 et 402 dans la couche concernée permet de dater, est marqué par des traces d’incendie sur les parties de sol visibles et sur les maçonneries, ainsi que par la destruction volontaire du mithraeum (martèlement des statues et dispersion des fragments, récupération d’une partie des matériaux).

  • 2 On peut rappeler la présence à Angers, avant l’interdiction des cultes païens par l’empereur Théodo (...)

11Cette découverte ouvre aussi de remarquables perspectives de recherche sur l’implantation et le développement du culte de Mithra dans les provinces occidentales de l’Empire et, parallèlement, sur les transformations religieuses du ive s. Les actes du colloque La fin des dieux, tenu à Lille en 2013 (Van Andringa dir. 2014), montrent des cas de périodes plus ou moins longues de cohabitation entre deux communautés mithriaque et chrétienne2.

12Plus localement, la période de l’Antiquité tardive, mal connue à Angers, va bénéficier d’une avancée majeure. C’est, par ailleurs, la première fois que des inscriptions sont trouvées en contexte à Iuliomagus, les autres ayant été extraites, pour la majorité au xixe s. ou au xxe s., des fondations de l’enceinte urbaine du Bas-Empire en position de remploi.

13Les études toujours en cours devraient permettre d’affiner les datations relative et absolue du monument.

Les inscriptions

14Les huit inscriptions traitées dans le cadre de cet article ont donc été exhumées en contexte original et non en remploi excepté deux d’entre elles. Sept sont dédiées à Mithra et proviennent des couches stratigraphiques liées à deux mithraea successifs, trois d’entre elles étant des ex-voto au sens strict du terme. La huitième, comme l’indique la dédicace aux dieux Mânes, renvoie à un contexte funéraire étranger au site (la nécropole antique se trouve à 150 m au sud du chantier de la clinique Saint-Louis).

15Quatre inscriptions sont gravées sur un support lapidaire en tuffeau, en calcaire dur ou en marbre, les quatre autres les plus significatives étant des graffiti sur des vases en céramique, de la sigillée essentiellement du Centre de la Gaule, mais aussi en provenance d’Argonne ou du Poitou (céramique dite « à l’éponge »), qui nous sont parvenues plus ou moins fragmentées. Les textes ont été réalisés à la pointe sèche après cuisson à l’exception du seul vase de type Déchelette 72 produit à Lezoux, gravé avant enfournement.

16Les sept inscriptions mithriaques sont classées par ordre chronologique, de la plus ancienne à la plus récente, l’inscription funéraire apparaissant en dernier.

Inscription no 1 (fig. 5)

17Lieu de découverte : isolation 123, US 1089.

Fig. 5 – Inscription no 1, plat Lezoux 043

Fig. 5 – Inscription no 1, plat Lezoux 043

a, fragment du plat (cliché : M. Molin, EA 7338 « Pléiade », Inrap) ; b, dessin céramique et relevé de l’inscription.

DAO : P. Pihuit (Inrap).

L’objet

18Fragment de plat caréné en céramique sigillée type Lezoux 043 dont le bord et le fond sont manquants, provenant des ateliers de Gaule centrale (Lezoux).

19La pâte fine, orangé clair, contient de très fines inclusions de mica et montre un vernis rouge orangé écaillé sur la carène. Ces caractéristiques techniques correspondent à la description de la phase 5 de Lezoux datée des années 110-140 apr. J.-C. (Bet, Delor 2000) ou à la fabrique 3 de Lezoux (TS-LX3) définie récemment (Delage 2010, p. 115). Le graffito a été tracé à la pointe sèche après cuisson à l’intérieur du plat, à l’origine peut-être déjà brisé et réduit à l’état de tesson.

20La grande taille indique un plat de présentation ou de service compatible avec un usage collectif.

21H. : 10 cm. ; diamètre interne restituable : 22 cm.

L’inscription

22La dédicace incomplète se situe sur le fragment de bord intérieur du plat et se lit en le retournant.

23Hauteur des lettres : 6 mm.

… INVICTI
… dei] inuicti [Mithrae

« … du dieu invaincu Mithra »

24On note un défaut de gravure sur le C de INVICTI.

25Le génitif indique que le plat est désormais la propriété exclusive du dieu et qu’il ne peut plus servir à un usage quotidien.

26Datation : années 110-140 apr. J.-C. : le plat porte l’inscription la plus ancienne de la série et remonte donc à la première période d’utilisation du mithraeum.

Inscription no 2 (fig. 6)

27Lieu de découverte : isolation 777, US 1326 (remblai de démolition).

Fig. 6 – Inscription no 2, plaque de marbre blanc

Fig. 6 – Inscription no 2, plaque de marbre blanc

Cliché : M. Mortreau (Inrap).

L’objet

28Plaque de marbre blanc.

29H. : 16 cm ; l. : 13,5 cm.

L’inscription

30Hauteur des lettres : 17 mm.

AVG·DEO·INVICTO
MITHRAE·PYLADES
FELICIS·AVG·SER
AGATHANGELIANI
V · S · L · M

31L 2 : nexus des trois lettres THR

Aug(usto). Deo Inuicto
Mithrae Pylades
Felicis Aug(usti) ser(ui)
Agathangeliani (seruus)
u(otum) s(oluit) l(ibens) m(erito).

« À Auguste. En l’honneur du dieu invaincu Mithra, Pylades, esclave de Felix Agathangelianus, lui-même esclave d’Auguste, s’est acquitté de son vœu de bon gré à juste titre. »

32La formule Augusto. Deo xxx, « À Auguste. Au dieu xxx », qui solidarise culte impérial et dévotion à une ou plusieurs divinités du panthéon, est fréquente en Gaule (Fishwick 1991, p. 436-445 ; Raepsaet-Charlier 1993, p. 20-21 ; Van Andringa 2002, p. 162 et tableau p. 294), notamment dans les cités de l’ouest de la Lyonnaise comme au sanctuaire des Provenchères, près de Craon, précisément aux confins de la cité des Andécaves : Aug(usto)./ Marti Mullon(i)./ Tauricus Tauri f(ilius)/ u(otum) s(oluit) l(ibens) m(erito), CIL XIII, 3096 = ILS 4578. Mais elle est très rarement utilisée pour Mithra, qui est donc invoqué à Iuliomagus comme les autres dieux.

  • 3 À Rome, vingt-cinq esclaves portant ce nom ont été recensés de l’époque d’Auguste au milieu du iiie(...)

33Pylades est un des noms grecs courants pour les esclaves même s’ils n’étaient pas d’origine grecque3. À Iuliomagus, on connaît déjà un Duronius Pilagus (= Pelagos) : CIL XIII, 3092, et au iie s., un Agathocles Aug(usti) disp(ensator), époux d’une Aelia Epicarpia : CIL XIII, 3089. Ce Pylades est esclave de Felix Agathangelianus, lui-même esclave d’Auguste. Il est donc le uicarius de ce personnage, quoique le terme ne soit pas employé.

34Son maître, Felix Agathangelianus, est désigné par une séquence fournissant le curriculum du personnage. Elle associe deux cognomina disparates : le premier, Felix, est l’un des plus répandus qui soient en latin et se rencontre dans toutes les classes sociales (Kajanto 1965, p. 13, 22, 26, 29-30, 57, 71-73, 134, 272) alors que le second Agathangelianus, dérivé du grec Άγαθάγγελος à l’aide du suffixe caractéristique -ianus, était jusqu’à présent inédit, absent par exemple des répertoires de H. Solin (1996 et 2003). Il indique qu’il a d’abord été lui-même esclave d’un certain Agathangelos/Agathangelus, nom au contraire répandu, par exemple à Rome, à l’époque d’Auguste (Solin 2003, vol. 1, p. 3-4), notamment chez les esclaves (Solin 1996, vol. 2, p. 3 ; AE 2001, 279) ou les affranchis : un certain T. Sextius (ou Sestius) Agathange[lus] consacre sur le Janicule, à l’emplacement de l’ancienne villa Sciarra, un monument à Jupiter Maleciabrudes, divinité souveraine (malek), de Iabruda, localité à l’est d’Heliopolis/Baalbek (CIL VI, 36792 = ILS 9282), tandis que l’inscription CIL VI, 25144 = ILS 8104 mentionne un T. Flauius Agathangelus, l’inscription AE 1967, 24 un P. Aelius Agathangelus et l’inscription CIL VI, 17565 = ILS 7925 l’affranchie Fabia Agathangelis. Agathangelus se rencontre même chez les affranchis impériaux, comme M. Ulpius Agathangelus à Ostie (CIL XIV, 5175 = AE 1981, 166), où un seuir Augustalis quinquennalis se nomme aussi A. Liuius Agathangelus (CIL XIV, 4655).

35Felix est ensuite devenu seruus Augusti, esclave impérial, ce passage d’une familia privée à la domesticité impériale représentant une promotion sociale (Weaver 1964, p. 126) qui intègre le personnage dans les classes moyennes de la capitale d’une petite cité comme celle des Andécaves (Pline, Histoire naturelle, IV, 107, 8 ; Tacite, Annales, III, 41, 2 ; Ptolémée, Géographie, II, 8, 8).

36Un parallèle peut être effectué à Carialis (Sardaigne) avec le cippe funéraire de Diadumenus Epaphroditianus (AE 1979, 299 = CIL X, 7588), dont la chaîne onomastique indique qu’il a d’abord été l’esclave d’un certain Epaphroditos/Epaphroditus, peut-être l’a libellis de Néron (PIR2 E 69), maître du philosophe Épictète, exilé puis mis à mort par Domitien en 95 (Dion Cassius, 67, 14, 4 ap. Xiphilin, 637, 37 Boissevain), avant de devenir Aug(usti) ser(uus) disp(ensator).

37Un certain P. Aelius Polybianus (CIL VI, 9055) atteste que cet usage du curriculum rappelant l’ancien maître, bien connu à l’époque républicaine et au début du principat, notamment chez les serui publici tel Menophilus Lucretianus (CIL I2,1337 = CIL VI, 2339 = ILLRP 828 = ILS 1929) ou Philoxenus Iulianus (CIL VI, 2348 = ILS 1972), se pratiquait encore à Rome au milieu du iie s., époque à partir de laquelle il tombe en désuétude selon J.-M. Lassère (2007, p. 149), avant de disparaître un peu plus tard dans les provinces, ce qui pourrait être un argument pour dater l’inscription de Pylades de la seconde moitié du iie s.

  • 4 La notice de Ch. Lécrivain (Daremberg, Saglio dir. 1881-1919, DAGR, V, s. v. « vicarius », p. 823-8 (...)

38L’institution des uicarii, les esclaves d’un esclave, est bien présentée par J.-M. Lassère (2007, p. 149-150) qui souligne le décalage entre le droit qui privait l’esclave de toute personnalité morale, et la pratique qui lui laissait l’usage d’un peculium reconnu par la loi et qui pouvait comprendre un ou plusieurs esclaves appelés peculiaris ou uicarius4. Cette possibilité était notamment le fait des esclaves de l’État, des cités, puis des esclaves impériaux. Il s’agissait là d’un avantage pour l’Augusti seruus qui, ajouté à la garantie de la rémunération et au statut de chef de bureau dans l’administration impériale, explique que certains préféraient rester esclaves pour ne pas perdre une charge spécifiquement servile tout en ayant les moyens de se procurer des serviteurs pour afficher leur rang d’autant plus élevé que, dans les capitales de cité de moyenne importance comme Iuliomagus, ils disposaient d’un réel pouvoir administratif de chef de bureau.

39Ce document est à agréger au dossier des fonctionnaires, affranchis ou esclaves impériaux, présents lors de la seconde moitié du iie s. ou de la première moitié du iiie s., dans les capitales des cités gallo-romaines. Pour la province de Belgique, une dizaine ont été dénombrés (Raepsaet-Charlier 1991, p. 282), tantôt dans les cités importantes comme le ]ns Aug(usti) li[b(ertus), connu par un graffito (ILB2 172) découvert en 1979 sur le site du uicus de Vieux-Virton à Saint-Mard (Luxembourg), qui « appartenait sans doute à un des bureaux financiers qui étaient installés à Trèves » (Raepsaet-Charlier 1991, p. 279), tantôt dans les capitales de cités de rang secondaire, comme à Soissons l’Expect[atus Her]metis Aug(usti) d[isp(ensatoris) uicarius], « uicarius d’Hermès, lui-même dispensator d’Auguste », qui est en quelque sorte l’homologue de notre Pylades d’Angers, mais qui, à sa différence, réserve ses dévotions non à Mithra mais à Isis Myrionyme et à Sérapis (CIL XIII, 3461 = ILS 4376a). Le seul problème est de savoir, dans le cas des deux derniers, s’ils étaient envoyés en mission par le titulaire du poste pour quelque contrôle, comme le pense M.-T. Raepsaet-Charlier à propos d’Expectatus qu’elle incorpore au personnel du tabularium de Trèves (Raepsaet-Charlier 1991, p. 283), ou s’ils étaient détachés à demeure dans ces chefs-lieux de moindre importance.

40Cette inscription nous met donc en relation avec le milieu des fonctionnaires impériaux de rang intermédiaire, esclaves ou affranchis, déjà connus par l’épigraphie à Iuliomagus au iie s. : Agathocles Aug(usti) disp(ensator), époux d’une Aelia Epicarpia (CIL XIII, 3089), de condition servile puisque le statut d’affranchi n’est pas mentionné, ou T. Flauius Asiaticus, Aug(usti) lib(ertus) (CIL XIII, 3090). Les uns et les autres, chez qui se recrutaient souvent les dévots civils de Mithra, comme le fait remarquer R. Turcan (1992, p. 236), à Poetouio, en Norique, à Aquilée ou en Dalmatie, étaient en mesure de se faire connaître par des inscriptions.

41Datation : seconde moitié du iie s. Cette inscription appartient sans doute au premier mithraeum.

Inscription no 3 (fig. 7)

42Lieu de découverte : isolation 491, US 1324.

Fig. 7 – Inscription no 3, fragment de plaque de calcaire

Fig. 7 – Inscription no 3, fragment de plaque de calcaire

Cliché : C. Poupin (Inrap).

L’objet

43Fragment de plaque de calcaire gris.

44H. : 12 cm ; l. : 11 cm.

L’inscription

45Hauteur des lettres : 21 mm.

---]G · I M[---
---]IS · MA[---
] D · [D

46L. 1 : la lettre M, à droite, est peu reconnaissable mais identifiée par le contexte de découverte.

Au]g(usto). I(nuicto) M[ithrae
]is Ma[
d(ono) [d(edit)

« À Auguste. À Mithra invaincu, ]is Ma[ a offert par un don ».

47La plaque était fixée sur un objet donné en offrande à Mithra. Les initiales I et M sont fréquemment utilisées dans les dédicaces à Mithra : CIMRM 1097, 1846, 1918, 1940. Le donateur était un pérégrin dont le nom était suivi de celui de son père au génitif.

48Datation : seconde moitié du iie s. ou premier tiers du iiie s., en raison de la qualité de la gravure. Remploi dans les marches du podium.

Inscription no 4 (fig. 8 et 9)

49Lieux de découverte : isolations 124, 125, 131, 192, 194 et 207, US 1227 et US 1287.

Fig. 8 – Inscription no 4, gobelet Déchelette 72 (a-b)

Fig. 8 – Inscription no 4, gobelet Déchelette 72 (a-b)

Clichés : M. Molin (EA 7338 « Pléiade », Inrap).

Fig. 9 – Relevé de l’inscription no 4, gobelet Déchelette 72

Fig. 9 – Relevé de l’inscription no 4, gobelet Déchelette 72

DAO : M. Mortreau (Inrap) ; relevé du graffito : P. Pihuit (Inrap).

L’objet

50Gobelet sphérique de type Déchelette 72, au bord manquant.

51La pâte fine, rose, comportant de très fines inclusions blanches et de fines paillettes de mica, est revêtue d’un vernis rouge brillant écaillé sur une partie de la panse et à l’intérieur du fond. Cette description correspond aux productions de la phase 7 de Lezoux datée des années 170-240 apr. J.-C. (Bet, Delor 2000).

52L’évolution du gobelet à boire de type Déchelette 72 a été bien mise en évidence par R. Delage : « Il apparaît à Lezoux vers le milieu du iie s., peut-être dès les années 140/150 sous la forme d’un petit gobelet à boire aux parois toujours très minces et parfois décorées d’excisions » (Delage 2003, p. 185 et 2010, p. 124). L’évolution de ce gobelet au cours du iie s. apr. J.-C. va vers une augmentation des proportions qui s’accentuent durant le iiie s. À cette époque, les formes sont plus lourdes et possèdent une décoration en relief moulé, appliqué ou barbotiné.

53La morphologie générale, le profil du pied ainsi que la petite taille du gobelet incitent à placer la fabrication du vase et la réalisation du graffito au plus tôt vers le dernier quart du iie s. mais ne pouvant guère dépasser le début du iiie s. apr. J.-C. (communication orale de R. Delage). La paroi lisse et non décorée de ce vase a été particulièrement prisée pour être le support du texte dédicatoire gravé ante cocturam à l’aide d’un instrument pointu de type stylet. La petite taille du vase induit une bonne prise en main dans le cas d’un usage individuel, les gobelets de plus grande dimension semblent avoir eu un usage plus collectif (stockage de denrées liquides et distribution dans le cadre de repas partagés).

54H. : 7,5 cm.

L’inscription

55La panse du vase présentant de fortes lacunes, l’inscription gravée avant cuisson est fragmentaire.

56Hauteur des lettres : entre 3 mm et 3,7 mm.

---]M [---]DEO[ -----]TO MYTRH[--
---]S GENIALIS CIVES AMBIAN[IC]VS EXVOTO D[---
----]RIBVS • OMNI • LOCO • [----N] AMA

57L. 2 : les lettres BIAN sont partiellement conservées.

58L. 3 : les mots sont séparés par une marque cursive, sorte de développement du point triangulaire de l’épigraphie lapidaire.

---]M [---]Deo[ inuic]to Mytrh[ae
]s Genialis ciues Ambian[in]us (ou Ambian[ic]us) exuoto d[edit
frat]ribus, omni loco, [  N]ama !

« --- Au dieu invaincu Mytrha, […]s ( ? fils de) Genialis, citoyen ambien, a donné conformément à son vœu, pour ses frères (, ) en tout lieu […]. Gloire ! »

59En tête du texte, est conservée la lettre M qui devait appartenir à une formule préliminaire du type IN honoreM Domus Diuinae (association fréquente mais généralement abrégée fortement en INHDD), ou IN honoreM (----) suivi d’autres contextes comme le lieu, des compagnons etc. Dans le culte de Mithra, on peut citer par exemple in honorem sta/tionis Lucensis (AE 2007, 781) ou in hono/rem amic(orum) / suorum (AE 1989, 601). Rien de précis ne peut être toutefois avancé ici sur la base de cette seule lettre.

60Pour l’orthographe MITRHA, quatre parallèles (trois romains et un italien : ILS 1264, 4196, 4226, 4238). Mais ici, c’est MYTRHA, avec une graphie très particulière pour le Y. La substitution du Y au I prouve que les deux lettres étaient prononcées de la même façon. Le Y se retrouve en Bretagne (ILS 4230) ou à Aquinum (ILS 4260).

  • 5 OPEL (II, 1999, s. v. « Genialis », p. 164-165) totalise 69 occurrences : Aquitaine : 1, Gaule Belg (...)

61GENIALIS est soit le nom du père du dédicant au génitif, s’il s’agit de pérégrins à nom unique, soit un cognomen (Kajanto 1965, p. 260), le mot précédant et se terminant par S étant alors le gentilice s’il s’agit d’un citoyen romain, ce qui est le plus probable car les dédicaces de pérégrins à Mithra sont rares. Il est largement répandu dans l’ensemble des provinces européennes d’expression latine, mais est plus rare en Lyonnaise et en Aquitaine qu’en Narbonnaise et en Belgique5.

62La forme CIVES est fréquente en épigraphie à la place de CIVIS.

  • 6 Sur un vase de Banassac - La Canourgue : Lambert 1995, p. 39, 140. Le gaulois et le latin ont en co (...)
  • 7 Sulpice Sévère, Vie de saint Martin, 9, 1.
  • 8 Concilium Aurelianense, a. 511 (de Clercq, p. 15, l. 23) ; Grégoire de Tours, Des vertus de saint M (...)
  • 9 Par exemple sur le pilier des Nautes de Lutèce (Inscriptions antiques de Paris, no 1, p. 4-10).

63AMBIANVS est trop court pour la place libre. AMBIANICVS (formé sur Ambianus comme Rutenicus6 sur Rutenus ou Turonicus7 sur Turonus), AMBIANINVS (comme Andicauinus8 sur Andicauus) voire AMBIANACVS (comme Parisiacus9 sur Parisius) pourraient mieux s’insérer. On peut restituer AMBIAN[IN]VS ou AMBIAN[AC]VS à la place d’AMBIAN[IC]VS.

64Le terme fratres peut être employé à propos des deux dadophores Cautès et Cautopatès (à Ostie : CIL XIV, 4315 = CIMRM 308), mais il est souvent attesté dans les inscriptions mithriaques pour désigner la confrérie des initiés (par exemple CIMRM 1243, 1256, 1477, 1773), ce qui n’a rien de surprenant au sein de tels petits groupes de fidèles exclusivement masculins, « où l’on se connaissait personnellement, où les liens étaient très serrés et renforcés par la pratique peut-être quotidienne du repas communautaire » (Turcan 1992, p. 216).

65La formule omni loco, « en tout lieu », n’est pas particulière au contexte mithriaque. On peut éventuellement penser que l’expression fratribus omni loco doit être comprise de manière globale, « pour ses frères en tout lieu », qui ferait allusion à la distance entre le lieu de fabrication et le lieu du don, peut-être même aussi au lieu du vœu qui pourrait avoir été encore différent puisque le dédicant est ambien.

66Le mot sanscrit ou avestique Nama est une acclamation de louange « Gloire ! » fréquente sur les monuments mithriaques d’époque romaine (Cumont 1896-1899, p. 539 ; Turcan 1993, p. 94 ; Clauss 2012, p. 102-104).

67Il faut donc supposer que cet Ambien s’est rendu à Lezoux où il s’est fait confectionner et graver à son nom ce petit vase avant de le laisser en ex-voto au mithraeum de Iuliomagus, au terme d’un voyage effectué pour des raisons professionnelles ou privées. Il y a d’autres exemples de vases mithriaques fabriqués à Lezoux (Vertet 1984) où se fournissait une clientèle variée comprenant des fonctionnaires de l’ensemble de l’Empire romain, sans que l’on puisse toutefois y garantir l’existence d’une communauté de dévots de Mithra.

68On peut se demander si l’offrande ne concerne que ce vase.

69Datation : seconde moitié du iie s. ou premier tiers du iiie s.

Inscription no 5 (fig. 10)

70Lieu de découverte : isolation 166, US 1258.

Fig. 10 – Inscription no 5, fragment d’un petit édicule (?) en tuffeau blanc (a-d)

Fig. 10 – Inscription no 5, fragment d’un petit édicule (?) en tuffeau blanc (a-d)

Clichés : M. Molin (EA 7338 « Pléiade », Inrap).

L’objet

71Fragment d’un petit édicule (?) dont ne subsiste que la toiture au faîtage rainuré reposant sur quatre colonnes torsadées. Sur les faces postérieure et latérale, des motifs en forme de branches de pin attestent que la largeur du champ épigraphique est complète.

72Tuffeau blanc très friable.

73H. : 5,5 cm ; l. : 5 cm ; p. : 4 cm.

L’inscription

74Un des pans du toit comporte une inscription dont il manque la ou les premières lignes.

75Hauteur des lettres : 6 mm.

-------------]
-------]EL•L[
-]OTOFELI
CITERRETI
TVITDEOIM

76L. 4 : ligature des lettres I et M.

[…………]
…]el(…) L[
u]oto feli-
citer re<s>ti
tuit Deo I(nuicto) M(ithrae)

« […………]el(…) L[…] a restauré selon son vœu avec bonheur pour le dieu invaincu Mithra. »

  • 10 À titre d’hypothèse, on pourrait retenir dans Delamarre 2007 les idionymes masculins Abicelius, Alb (...)

77Gravure de très mauvaise qualité. On ne sait quelle est l’importance de ce qui manque au début de l’inscription. La première ligne conservée pouvait indiquer l’identité du dédicant qui comprenait deux éléments impossibles à reconstituer avec sûreté, le premier étant un idionyme s’achevant de façon globale ou abrégée par les lettres E et L, précédées d’au moins quatre ou cinq caractères10. En revanche, la fin de l’inscription, qui est complète, peut être lue Deo I(nuicto) M(ithrae), avec une ligature des lettres I et M. La formule largement abrégée D(eo) I(nuicto) M(ithrae) est courante, mais beaucoup plus rare avec le mot deus en entier. Sur l’inscription de Vieu-en-Valromey (CIL XIII, 2540 = ILS 4214 = ILAin 103 [avec photo]), du territoire des Séquanes, datée du iiie s., on lit Dei I(nuicti) M(ithrae).

78On ne connaît que deux autres feliciter en contexte mithriaque : CIMRM 138F à Lambèse et CIMRM 1821 à Intercisa.

79Le verbe re<s>tituit dont la lecture s’impose soulève un problème : s’agit-il seulement de l’offrande concernée par le panneau inscrit ou d’une phase de restauration de l’ensemble du mithraeum que rien ne semble attester par ailleurs ?

80Datation : iiie s. par la graphie.

Inscription no 6 (fig. 11)

81Lieux de découverte : isolations 295 et 886, US 1288 et US 1326.

Fig. 11 – Inscription no 6, bord de gobelet de type Raimbault VIII

Fig. 11 – Inscription no 6, bord de gobelet de type Raimbault VIII

a, fragments du gobelet ; b, essai de restitution du gobelet Raimbault VIII.

a, cliché : M. Molin, EA 7338 « Pléiade », Inrap) ; b, Dessin : M. Mortreau (Inrap) ; DAO : D. Pfost, E. Rubington (Inrap).

L’objet

82Fragment de bord de gobelet de type Raimbault VIII appartenant au groupe des céramiques dites « à l’éponge ».

83La pâte fine, beige ocré à cœur plus sombre, présente de très fines inclusions de mica, de rares grains d’oxyde de fer brun foncé et de quartz blanc laiteux. La panse de ces vases s’orne généralement d’un décor étoilé en marguerite obtenu par apposition de la main sur l’engobe liquide.

84Identifiées pour la première fois en 1973 (Raimbault 1973), ces productions d’origine poitevine dont Civaux (Vienne) est le principal centre, constituent des imitations des productions de sigillée d’Argonne comme l’a récemment démontré D. Guitton (2012). Même si une datation de la fin du iie s. apr. J.-C. a pu être avancée pour ce type de production (Simon-Hiernard 1991, p. 66), l’examen des contextes angevins stratifiés ne permet pas de vérifier l’apparition de ces céramiques avant la fin du iiie s. apr. J.-C. (Morera, Mortreau, 1997). Sa diffusion est importante durant tout le ive s. et les tessons découverts dans les niveaux de la fin ve s. pourraient apparaître comme résiduels. Cette chronologie rejoint les observations faites par D. Guitton (2012, p. 320).

85H. : 2,5 cm ; diamètre : 10 cm.

L’inscription

86La dédicace sur le col du gobelet devait se développer sur la totalité du pourtour comme en atteste la présence dans l’US 1288 d’autres fragments de la liaison entre le col et le bord du même vase, mais non jointifs et trop abîmés pour restituer les portions de lettres manquantes.

87Hauteur des lettres : 6 mm.

-]YTHRAE DIVIXTIA[---

M]ythrae Diuixtia[nus

« À Mythra, Diuixtianus (a fait ce don). »

88Notons l’orthographe MYTHRA qui se retrouve au moins à Aquinum (ILS 4260).

89Diuixtia[nos/Diuixtia[nus est un anthroponyme gaulois dérivant du radical diuic-, « venger », « punir » (Delamarre 2003, p. 145-146) : « le vengeur ». X. Delamarre (2007, p. 87) identifie Diuixta, Diuixtilla, Diuixtos sur des inscriptions, Diuixtullus sur des graffiti de vases, Diuixtus, -ius, -o, sur des inscriptions et des graffiti. En revanche, ni Diuixtia ni Diuixtianos/Diuixtianus ne sont répertoriés dans OPEL II, p. 103. Peut-être porté par un Iulius à Bordeaux (CIL XIII, 666), Diuixtianos/Diuixtianus est une forme hybride, associant à un nom de personne celtique le suffixe latin -ianus. La datation tardive permet d’envisager qu’à cette époque, un citoyen romain ne fait plus usage de son gentilice, mais seulement de son cognomen.

90Datation : il y a légère discordance entre la fin du iiie s. ou le début du ive s. proposée par la céramologie et le formulaire de la dédicace privée, émanant des couches inférieures et moyennes de la population, qui s’estompe rapidement dans l’ensemble de l’Empire après les années 250 (Raepsaet-Charlier 1993, p. 83-84).

Inscription no 7 (fig. 12)

91Lieux de découverte : isolations 1241, 1318, 1332, 1386 et 1642, US 1343 et US 1648.

Fig. 12 – Inscription no 7, bol Chenet 320

Fig. 12 – Inscription no 7, bol Chenet 320

a, fragments du bol ; b, dessin céramique ; c, relevé de l’inscription et du décor.

a, cliché : M. Molin (EA 7338 « Pléiade », Inrap) ; b, DAO : R. Delage (Inrap) ; c, DAO : P. Pihuit (Inrap).

L’objet

92Bol caréné en sigillée de type Chenet 320 dont le pied annulaire est manquant.

93La pâte fine, orangée, contient de très fins grains de quartz blanc, de plus rares grains de calcite et d’oxyde de fer brun.

94Les fragments autorisent une restitution assez fiable de son diamètre d’ouverture et de la molette (env. 6,4 cm de diamètre) qui se développe sur la carène. Le bas de la panse, recouverte d’un vernis orangé, correspond aux fabrications des ateliers d’Argonne.

95Une recherche approfondie a permis de rassembler treize fragments de ce vase disséminés sur le site. La présence d’un tesson resté en place à l’intérieur du mithraeum, tandis que d’autres étaient dispersés à une quinzaine de mètres de là, dans une zone proche interprétée comme un dépotoir constitué des matériaux provenant de la démolition de la chapelle, atteste de sa fonction d’ex-voto remisé ou disposé à l’entrée du mithraeum.

  • 11 Interrogé à ce sujet, P. Van Ossel nous a répondu que « ce type de molette se rencontre le plus sou (...)

96La molette qui l’orne, de construction simple, composée d’une alternance de casiers hachurés obliques disposés en chevrons appartient au Groupe 3 défini par Hübener en 1968 et daté par lui des années 340-370 apr. J.-C. (Hübener 1968). Même complète, elle ne correspond pas aux molettes déjà publiées par G. Chenet (1941). Depuis 1996, un travail de recension de grande envergure est mené notamment par P. Van Ossel à qui nous avons déjà confié l’identification et l’étude de nombreux documents depuis 1997 (Bakker et al. 1996)11.

97S’il existe un relatif consensus sur l’apparition des molettes (vers 310-320 apr. J.-C.), la fabrication de vases ornés suivant ce dispositif semble persister jusqu’au début du deuxième quart du ve s. apr. J.-C. (Brulet 2010), mais notre vase ne présente toutefois pas les caractéristiques techniques du ve s.

L’inscription

98La dédicace lacunaire se trouve sur le col fragmentaire du bol Chenet 320 avec une palmette en tête du texte.

99Hauteur des lettres : 6 mm.

AVG · DE[-] INVIC [---] ENTIN [---] NA

100Le relevé et le développement de l’inscription par P. Pihuit (Inrap Grand-Ouest) sur le dessin de R. Delage (Inrap Grand-Ouest) permet de compter six ou sept lettres entre INVIC et ENTIN, quatre ou cinq entre ENTIN et NA. La présence du point entre AVG et DE vérifie la nécessité de séparer dans la traduction, comme ci-dessus pour l’inscription no 2 : « À Auguste. Au dieu invaincu… », et d’observer cette nouvelle occurrence, en Gaule, de l’association du culte impérial et de celui de Mithra, qui ne peut être guère postérieure au milieu du iiie s. apr. J.-C.

101Pour le premier intervalle entre INVIC et ENTIN, la présence du nom de Mithra au datif sous sa forme développée est impossible et l’on doit donc admettre une réduction à une simple initiale M(ithrae), après INVIC[TO] complété. La formule Deo Inuicto M(ithrae) est rare, mais se rencontre par exemple à Tanzenberg, près de Virunum (CIL III, 4796 = ILS 4197).

  • 12 Sur la fréquence de Valentinus ou Valentinius, voir OPEL IV, 2002, p. 140-141.

102Ici encore, à cette époque, il pourrait s’agir d’un citoyen romain ne faisant plus usage de son gentilice mais seulement de son cognomen, d’où la nécessité de rechercher la tête d’un nom, gentilice mais aussi cognomen ou nom unique à trois ou à quatre lettres pour compléter la lacune. On peut proposer, pour trois lettres, les gentilices Adv]entin[ius, Pot]entin[ius, Val]entin[ius et le cognomen ou nom unique Val]entin[ius12, pour quatre lettres les gentilices Clem]entin[ius ou Flor]entin[ius, tous attestés dans OPEL.

  • 13 Delamarre 2007, p. 65.

103Pour la seconde lacune de quatre ou cinq lettres, selon que l’on adopte un nom unique en -us ou un gentilice en -ius, il reste respectivement trois ou deux lettres à insérer avant ]NA. Dans le premier cas, le mot uerna, au sens de « indigène », « d’ici », est possible. Dans le second cas, les cognomina latins de quatre lettres se terminant par -na étant rares, il faut donc se rabattre sur les noms gaulois ou celtes masculins attestés dans l’épigraphie comme Ci]na13.

104On peut donc proposer :

Aug(usto). De[o] Inuic[to M(ithrae) Val]entin[us uer]na

« À Auguste. Au dieu invaincu Mithra, Valentinus, d’ici (a fait ce don). »

105ou

Aug(usto). De[o] Inuic[to M(ithrae) Adu]entin[ius Ci]na

« À Auguste. Au dieu invaincu Mithra, Aduentinius Cina (a fait ce don). »

106On constate que d’autres combinaisons sont possibles et il est évidemment illusoire de vouloir trancher.

107Datation : l’écart chronologique entre le formulaire votif (dernier tiers du iiie s. au plus tard) et les données de l’étude céramologique (premier quart du ive s. au plus tôt) est encore plus important que dans le cas précédent.

Inscription no 8 (fig. 13)

108Lieux de découverte : isolation 76, US 1260.

Fig. 13 – Inscription no 8, plaque funéraire provenant d’un columbarium

Fig. 13 – Inscription no 8, plaque funéraire provenant d’un columbarium

Cliché : H. Paitier (Inrap).

L’objet

109Plaque funéraire provenant d’un columbarium, découverte en surface d’un mur détruit dans l’angle sud-est de la pièce nord-ouest de la domus, sans rapport avec le mithraeum.

110H. : 14 cm ; l. : 21 cm.

L’inscription

111Hauteur des lettres : 6 mm.

D · M
SENECIONIS
SENECIANI

112Nexus : à deux reprises, le I suivant un N est gravé au-dessus de la seconde haste de celui-ci (Cagnat 1914, p. 25, tableau).

D(is) M(anibus)
Senecionis,
Seneciani (filii).

« Aux dieux Mânes de Senecio, fils de Senecianus. »

  • 14 OPEL (IV, 2002, s. v. « Senecianus », p. 65) compte 21 occurrences : Aquitaine : 3, Gaule Belgique (...)
  • 15 OPEL (IV, 2002, s. v. « Senecio », p. 65) dénombre 72 occurrences : Gaule Belgique et Germanies : 1 (...)

113Nous avons ici affaire à deux pérégrins à nom unique. Senecio est courant, connu notamment en Narbonnaise, à Nîmes et à Vienne, et chez les Trévires ; en revanche, il était jusqu’alors inconnu en Lyonnaise14. Le nom de son père Senecianus15 est au génitif « nu », sans l’indication f(ilius) pour indiquer la relation ; beaucoup moins fréquent en général, il était cependant déjà attesté deux fois en Lyonnaise. À Oehringen, en Germanie supérieure, sans rapport avec le culte de Mithra, l’inscription CIL XIII, 6544 mentionne au contraire un Senecian<i>us Senecio citoyen romain.

114L’ordre est ici étonnant puisque c’est le père qui porte le dérivé : l’inscription fournit donc un exemple de lignage pérégrin portant au moins sur trois générations des idionymes de même racine. En raison de leur consonance avec des noms celtiques, ils conféraient une double identité gauloise et romaine.

115Datation : seconde moitié du iie s. ou première moitié du iiie s. apr. J.-C.

Conclusion

116Cette étude des inscriptions mises au jour sur le site de la clinique Saint-Louis souligne l’importance considérable de la découverte d’Angers pour la connaissance des cultes et des pratiques religieuses dans le monde romain, attestant de la diffusion, jusque dans les cités les plus occidentales de la Gaule, de dévotions originaires du Proche-Orient, quel qu’ait été leur mode de propagation.

117En matière d’épigraphie, l’Ouest de la France fait figure de parent pauvre : les découvertes sont peu nombreuses, anciennes ou incomplètes, et rarement comme ici en contexte stratigraphique. Même lorsque les fouilles concernent des bâtiments à vocation cultuelle bien attestée par leur plan, il est souvent bien difficile de déterminer la divinité faisant l’objet de la dévotion. Ici, le lieu de culte est parfaitement identifié comme un mithraeum, à la fois par le plan, le décor, la statuaire, les inscriptions, et d’autres mobiliers et dépôts caractéristiques de l’activité d’une communauté mithriaque.

118Quoique fragmentaires pour la plupart, les inscriptions rattachent le site d’Angers à ceux de Bordeaux, des Bolards ou encore de Martigny (Suisse), ainsi qu’à la première génération des sanctuaires de Mithra dans l’Occident romain, en dehors de Rome, de l’Italie centrale et des secteurs militaires de la frontière germanique et des provinces danubiennes. Elles en accompagnent la fréquentation de la seconde moitié du iie s. au début du ve s., ce qui prouve la permanence du culte à Angers pendant toute cette période et son maintien concurremment à l’installation du christianisme.

  • 16 CIMRM 1414 (393 apr. J.-C.), 113 (400 apr. J.-C.).
  • 17 Voir Van Andringa dir. 2014.

119Les monnaies les plus tardives retrouvées sur le site, quelques exemplaires contemporains de l’interdiction par Théodose des cultes païens dans l’ensemble de l’Empire et des dernières dédicaces à Mithra16, avec des émissions de 402, permettent de dater la fermeture du mithraeum sans doute dans la ou les premières décennies du ve s. À Iuliomagus comme ailleurs17, une destruction volontaire et brutale est suggérée par le bris des statues et des images du dieu et des dadophores.

120Le recrutement des dévots de Mithra dans les villes sans garnison est ainsi mieux connu. Sous le Haut-Empire, à Iuliomagus, capitale d’une cité au territoire de moyenne importance, il s’effectuait notamment chez les petits fonctionnaires impériaux civils, tel Pylades, qui, sans faire figure de notables, étaient les représentants de l’État et du pouvoir romain au sein de la population provinciale. Il faut cependant bien prendre en compte que cette inscription mentionnant Pylades, antérieure à 200 apr. J.-C., appartenait au premier édifice dont on ne possède qu’une très infime partie de ce qu’il a pu contenir à l’origine. La même réflexion concerne l’édifice qui lui a succédé et dont la destruction, apparemment volontaire et brutale, ne nous a laissé que ce qui lui a échappé. Le lot présenté est très significatif de cette situation : les quatre premières inscriptions, datées entre la première moitié du iie s. apr. J.-C. pour la plus ancienne et la première moitié du iiie s., appartiennent au premier mithraeum alors que pour les trois dernières, au delà des divergences entre spécialistes sur les datations, sont de toute manière attribuables au second édifice.

121La question qui ne paraît pas clairement résolue est celle de la composition du peuple des dévots dans l’Antiquité tardive. Le seul examen des inscriptions indique des civils, ce qui conforte l’intuition de R. Gordon (2009) que les liens entre le mithriacisme et l’armée ont été considérablement surestimés par les historiens, d’après leur conviction, que seuls des militaires venus d’Orient ont pu diffuser une religion « orientale ». Une fois cette interprétation battue en brèche par la réévaluation de la romanité de ces cultes, il est évident que d’autres facteurs et d’autres vecteurs civils doivent être pris en compte. À Iuliomagus, les cadres de l’administration, peut-être en partie étrangers à la région et venus de Rome, ont pu apporter un culte structuré de Mithra avec un temple dès le iie s. apr. J.-C. Il faut cependant rappeler les autres vestiges archéologiques associés sur le site de la clinique Saint-Louis où des militaria apparaissent dès la période augustéenne et se succèdent pendant tout le Haut-Empire (Mortreau 2014). Le monnayage, les dépôts d’armement (cotte de maille, hache, fer de lance, etc.) et les remarquables fibules cruciformes caractéristiques des parures de dignitaires de l’armée romaine du Bas-Empire indiquent bien la fréquentation du lieu par un groupe militaire dans le courant des iiie s. et ive s. De même, dans la nécropole de la gare Saint-Laud toute proche et qui a fonctionné durant la même période, ont été retrouvées des tombes de Germains orientaux qui étaient au service de l’Empire (Mortreau 2001). Si Angers est une ville sans garnison permanente, la mise en évidence de militaria datables à partir du iiie s. est rémanente lors des fouilles. Le site de la clinique Saint-Louis n’y échappe pas avec de nombreux éléments présents dans le reste de l’îlot urbain.

Haut de page

Bibliographie

Pour consulter la liste des abréviations et des acronymes, cliquer ici.

Sources anciennes non littéraires

L’Année épigraphique

AE, Presses universitaires de France, Paris, 1940-.

Corpus Inscriptionum Latinarum

CIL, Berlin, 1863-2005, 17 vol.

Corpus Inscriptionum et Monumentorum Religionis Mithriacae

CIMRM, éd. M. J. Vermaseren, La Haye, 1956-1960, 2 vol.

Inscriptions antiques de Paris

Les Inscriptions antiques de Paris, éd. P.-M. Duval, Paris, Imprimerie Nationale (coll. Histoire générale de Paris), 1960, 2 vol.

Inscriptions latines de l’Ain

ILAin, éd. F. Bertrandy, F. Kayser, B. Rémy, A. Buisson, Chambéry, Université de Savoie (coll. Corpus, 2), 2005, 1 vol.

Inscriptiones Latinae Liberae Rei Publicae

ILLRP, éd. A. Degrassi, Florence, La Nuova Italia (coll. Biblioteca di studi superiori, Storia antica ed epigrafia, 23 et 40), 1957-1963, 2 vol.

Inscriptiones Latinae Selectae

ILS, éd. H. Dessau, Berlin, 1892-1916, 3 t. en 5 vol. (réimpr. Zurich, 1997).

Nouveau recueil des inscriptions latines de Belgique

ILB2, éd. A. Deman, M.-Th. Raepsaet-Charlier, Bruxelles, Latomus (coll. Latomus, 264), 2002 (2e éd.), 1 vol.

Onomasticon Provinciarum Europae Latinarum

OPEL, II, C-I, éd. B. Lörincz, Vienne, 1999, 1 vol.

Onomasticon Provinciarum Europae Latinarum

OPEL, IV, Q-Z, éd. B. Lörincz, Vienne, 2002, 1 vol.

Prosopographia Imperii Romani. Saec. I. II. III

PIR2, éd. E. Groag, A. Stein, L. Petersen, Berlin, Walter de Gruyter, 1933-, 8 vol.

Sources anciennes littéraires

Concilium Aurelianense : Concilium Aurelianense, a. 511, Concilia Galliae a. 511-a. 695, éd. de Clercq, Turnhout (coll. Corpus Christianorum Series Latina, 148A), 1963, p. 3-19.

Dion Cassius : Cassii Dionis Cocceiani historiarum romanorum quae supersunt, éd. U.-Ph. Boissevain, Berlin, Weidmann, 1901, 3 vol.

Grégoire de Tours : Historia Francorum, Gregorii Turonensis opera, éd. W. Arndt, Hanovre (coll. SRM, MGH, I, 1), 1884, 450 p.

Grégoire de Tours : Liber de virtutibus S. Martini, Gregorii episcopi Turonensis. Miracula et opera minora, éd. W. Arndt, B. Krusch, Hanovre, 1885 (coll. SRM, MGH, I, 2), p. 607-630.

Pline l’Ancien : Naturalis Historia, éd. K. F. T. Mayhoff, Leipzig et Stuttgart, Teubner, 1892-1909.

Ptolémée : Geographia, éd. K. F. A. Nobbe, Leipzig, 1843-1845, 3 vol. (réimpr. 1990).

Sulpice Sévère : Vita Martini, éd. et trad. J. Fontaine, Paris, éd. du Cerf (coll. Sources chrétiennes, 133-135, série des textes monastiques d’Occident, 23), 1967-1969.

Tacite : Annales, livres I-III, trad. et éd. P. Wuilleumier, reéd. J. Hellegouarc’h, Paris, Les Belles Lettres (réimpr. 2003).

Références

Bakker L., Dijkman W., Van Ossel P. 1996 : Corpus de la céramique sigillée d’Argonne de l’Antiquité tardive, in Rivet L. (dir.), Les Productions céramiques gallo-romaines en Bourgogne, Actes du congrès de la SFECAG, Dijon, 16-19 mai 1996, Marseille, éd. de la SFECAG, p. 423-426.

Barat Y. avec la collab. de Dufaÿ B., Renault I. 2007 : Les Yvelines, Paris, Académie des inscriptions et belles-lettres (coll. CAG, 78), 429 p.

Bet P., Delor A. 2000 : La typologie de la sigillée lisse de Lezoux et de la Gaule Centrale du Haut-Empire. Révision décennale, in Rivet L. (dir.), Productions régionales et importations en Aquitaine, Actes du congrès de la SFECAG, Libourne, 1-4 juin 2000, Marseille, éd. de la SFECAG, p. 461-483.

Brulet R. 2010 : La sigillée du Bas-Empire d’Argonne, in Brulet R., Vilvorder F., Delage R., La Céramique romaine en Gaule du Nord : dictionnaire des céramiques : la vaisselle à large diffusion, Turnhout, Brepols, p. 216-227.

Cagnat R. 1914 (4e éd.) : Cours d’épigraphie latine, Paris, Calepinus, 503 p. (réimpr. 2002).

Chenet G. 1941 : La Céramique gallo-romaine d’Argonne du ive siècle et la terre sigillée décorée à la molette, Mâcon, Protat Frères (coll. Fouilles et documents d’archéologie antique en France, 1), 194 p.

Clauss M. 1992 : Cultores Mithrae : die Anhängerschaft des Mithras-Kultes, Stuttgart, Franz Steiner (coll. Heidelberger althistorische Beiträge und epigraphische Studien, 10), 335 p.

Clauss M. 2012 (2e éd.) : Mithras : Kult und Mysterium, Darmstadt et Mayence, Philipp von Zabern, 192 p.

Cumont F. 1896-1899 : Textes et monuments relatifs aux mystères de Mithra, Bruxelles, Lamertin, 2 vol. (377 p., 554 p.).

Cumont F. 1913 (3e éd.) : Les Mystères de Mithra, Bruxelles, Lamertin, 258 p.

Daremberg C., Saglio E. (dir.) 1881-1919 (3e éd.) : DAGR, Paris, Librairie Hachette, 1881-1919, 5 t. en 10 vol.

Delage R. 2003 : Les sigillées du centre de la Gaule peuvent-elles contribuer à la datation des niveaux du iiie s. ?, in Rivet L. (dir.), Le mobilier du iiie s. dans la cité de Vienne et à Lyon, Actes du congrès de la SFECAG, Saint-Romain-en-Gal, 1-4 juin 2000, Marseille, éd. de la SFECAG, p. 183-190.

Delage R. 2010 : La sigillée de Lezoux, in Brulet R., Vilvorder F., Delage R., La Céramique romaine en Gaule du Nord : dictionnaire des céramiques : la vaisselle à large diffusion, Turnhout, Brepols, p. 95-125.

Delamarre X. 2003 (2e éd.) : Dictionnaire de la langue gauloise : une approche linguistique du vieux-celtique continental, Paris, Errance (coll. Les Hespérides), 440 p.

Delamarre X. 2007 : Noms de personnes celtiques dans l’épigraphie classique, Paris, Errance, 240 p.

Erman H. 1896 : Servus Vicarius : l’esclave de l’esclave romain, Lausanne, réimpr. Naples, Jovene, (coll. Antiqua, 37), 532 p.

Fabre G. 1981 : Libertus : patrons et affranchis à Rome, Rome, EFR (coll. de l’EFR, 50), 428 p.

Fabre G. 1992 : Mobilité et stratification : le cas des serviteurs impériaux, in Frézouls E. (dir.), La Mobilité sociale dans le monde romain, Actes du colloque de Strasbourg, nov. 1988, Strasbourg, Association pour l’étude de la civilisation romaine (coll. Contributions et travaux de l’Institut d’histoire romaine, 5), p.123-159.

Fishwick D. 1991 : The Imperial Cult in the Latin West -II, 1- Studies in the Ruler Cult of the Western Provinces of the Roman Empire, Leyde, Brill (coll. études préliminaires aux religions orientales, 108), 867 p.

Gaidon M.-A. 1986 : Bordeaux : sous un couvent des carmes, un mithraeum, Archéologia, 219, 12/1986, p. 44-51.

Gaidon M.-A. 1987-1988 : Parunis, Gallia informations, Préhistoire et Histoire, 1, p. 103-109.

Gordon R. L. 2007 : «nstitutionalized Religious Options: Mithraism, in Rüpke J., A Companion to Roman Religion, Oxford, Wiley-Blackwell, p. 392-405.

Gordon R. L. 2009 : The Roman Army and the Cult of Mithras: a Critical View, in Wolff C., Le Bohec Y. (dir.), L’Armée romaine et la religion sous le Haut-Empire romain, Actes du IVe congrès de Lyon, 26-28 oct. 2006, Lyon, CEROR (coll. du CEROR, 33), p. 379-450.

Guitton D. 2012 : À propos de la production de vases de type « Argonne » au sein des ateliers du groupe des céramiques dites « à éponge » du sud du territoire picton (Vienne) : note préliminaire, in Rivet L. (dir.), Échanges et société en Gaule : les céramiques en territoire picton (iie s. av. J.-C.-vie s. apr. J.-C.), Actes du congrès de la SFECAG, Poitiers, 17-20 mai 2012, Marseille, éd. de la SFECAG, p. 313-346.

Hübener W. 1968 : Eine Studie zur Spätrömischen Rädchensigillata (Argonnensigillata), Bonner Jahrbücher, 168, p. 241-298.

Kajanto I. 1965 : The Latin Cognomina, Helsinki, Societas Scientiarum Fennica (coll. Commentationes Humanarum Litterarum, 36, 2), 418 p.

Lambert P.-Y. 1994 : La Langue gauloise, Paris, Errance (coll. Les Hespérides), 240 p.

Lassère J.-M. 2007 (2e éd.) : Manuel d’épigraphie romaine, Paris, Picard (coll. Antiquité-synthèses, 8), 2 vol. (560 p., 602 p.).

Lentacker A., Ervynck A., Van Neer W. 2004 : The Symbolic Meaning of the Cock: the Animal Remains from the Mithraeum at Tienen (Belgium), in Martens M., De Boe G. (dir.), Roman Mithraism: the Evidence of the Small Finds, Actes du colloque international de Tienen, 7-8 nov. 2001, Bruxelles, Museum Het Toreke (coll. Archeologie in Vlaanderen. Monografie, 4), p. 57-80.

Martens M. 2004 : The Mithraeum in Tienen (Belgium): Small Finds and What They Can Tell to Us, in Martens M., De Boe G. (dir.), Roman Mithraism: the Evidence of the Small Finds, Actes du colloque international de Tienen, 7-8 nov. 2001, Bruxelles, Museum Het Toreke (coll. Archeologie in Vlaanderen. Monografie, 4), p 25-56.

Martens M. 2009 : The Mithraeum in Tienen (Belgium): the Remains of a Feast in Honour of Mithras, in Bonnet C., Pirenne-Delforge V., Praet D. (dir.), Les Religions orientales dans le monde grec et romain : cent ans après Cumont (1906-2006), bilan historique et historiographique, Actes du colloque de Rome, 16-18 nov. 2006, Bruxelles et Rome, Institut historique belge de Rome (coll. études de philologie, d’archéologie et d’histoire anciennes, 45), p. 215-232.

Martens M., De Boe G. 2004 : Bibliography of Mithraic Studies since 1984, in Martens M., De Boe G., (dir.), Roman Mithraism: the Evidence of the Small Finds, Actes du colloque international de Tienen, 7-8 nov. 2001, Bruxelles, Museum Het Toreke (coll. Archeologie in Vlaanderen. Monografie, 4), p. 363-385.

Morera I., Mortreau M. 1997 : Château d’Angers : fouilles des jardins du quadrilatère et de la terrasse du Logis Royal, étude des élévations de la Grande Salle -IV- Étude céramologique, DFS de fouille préventive 1993-1996, Angers, Afan, SRA Pays-de-la-Loire, 64 p.

Mortreau M. 2001 : Catalogue provisoire du mobilier recueilli dans les tombes de la nécropole de la Gare Saint-Laud (49.007.055.AH), in Brodeur J. (dir.), Angers-Gare Saint-Laud : fouille de l’entrepôt SERNAM -II- étude archéologique, synthèse, DFS de fouille de sauvetage programmée, Angers, Afan, SRA Pays-de-la-Loire, 2001, p. 51-69.

Mortreau M. 2014 : Catalogue provisoire des militaria découverts sur le site du mithraeum d’Angers, in Brodeur J. (dir.), Pays-de-la-Loire, Maine-et-Loire, Angers (49 007) « clinique Saint-Louis » -II- Les études, rapport d’opération de fouille archéologique, Inrap Grand-Ouest, p. 297-313.

North J. A. 2000 : Roman Religion, Oxford, Oxford University Press (coll. Greece & Rome, New Surveys in the Classics, 30), 108 p.

Raepsaet-Charlier M.-T. 1991 : Un affranchi impérial à Saint-Mard (pr. Luxembourg), L’Antiquité classique, 60, p. 276-286.

Raepsaet-Charlier M.-T. 1993 : Diis deabusque sacrum : formulaire votif et datation dans les trois Gaules et les deux Germanies, Paris, De Boccard (coll. Gallia Romana, 1) 98 p.

Raimbault M. 1973 : La céramique gallo-romaine dite « à l’éponge » dans l’ouest de la France, Gallia, 31, p. 185-206. DOI : 10.3406/galia.1973.2629

Reduzzi Merola F. 1990 : Servo parere : studi sulla condizione giuridica degli schiavi vicari e dei sottoposti a schiavi nelle esperienze greca e romana, Naples, Juvene (coll. Pubblicazioni della Facoltà di giurisprudenza della Università di Camerino, 35), 305 p.

Scheid J. 2013 : Les Dieux, l’État et l’individu, Paris, Seuil (coll. Les livres du nouveau monde), 215 p.

Simon-Hiernard D. 1991 : Du nouveau sur la céramique « à l’éponge », in Rivet L. (dir.), Productions et importations dans la région Poitou-Charentes, Actes du congrès de la SFECAG, Cognac, 8-11 mai 1991, Marseille, éd. de la SFECAG, p. 61-76.

Solin H. 1996 : Die stadtrömischen Sklavennamen : ein Namenbuch, Stuttgart, Steiner (coll. Forschungen zur antiken Sklaverei, 2), 3 vol. (184 p., 409 p., 125 p.).

Solin H. 2003 (2e éd.) : Die griechischen Personennamen in Rom : ein Namenbuch, Berlin et New York, Walter de Gruyter (coll. Corpus inscriptionum latinarum, Auctarium, Series nova, 2), 3 vol., 1 716 p.

Turcan R. 1992 : Les Cultes orientaux dans le monde romain, Paris, Les Belles Lettres (coll. Histoire, 2), 397 p.

Turcan R. 1993 : Mithra et le mithriacisme, Paris, Les Belles Lettres (coll. Histoire, 24), 191 p.

Van Andringa W. 2002 : La Religion en Gaule romaine : piété et politique, Paris, Errance (coll. Les Hespérides), 336 p.

Van Andringa W. (dir.) 2014 : Dossier : La fin des dieux : les lieux de culte du polythéisme dans la pratique religieuse du iiie au ve s. apr. J.-C. (Gaules et provinces occidentales), Gallia, 71-1, 328 p.

Van Andringa W., Van Haeperen F. 2009 : Le Romain et l’étranger : formes d’intégration des cultes étrangers dans les cités de l’Empire romain, in Bonnet C., Pirenne-Delforge V., Praet D. (dir.), Les Religions orientales dans le monde grec et romain : cent ans après Cumont (1906-2006), bilan historique et historiographique, Actes du colloque de Rome, 16-18 nov. 2006, Bruxelles et Rome, Institut historique belge de Rome (coll. études de philologie, d’archéologie et d’histoire anciennes, 45), p. 23-42.

Vertet H. 1984 : Quel sens donner au vase mithriaque fabriqué dans l’atelier de potiers de Lezoux ?, in Walter H. (dir.), Hommages à Lucien Lerat, Besançon, éd. de la faculté de Lettres et Sciences humaines (coll. Annales littéraires de l’université de Besançon, 294), p. 849-862.

Vollkommer R. 1992 : Mithras, LIMC, Munich, Zurich, Artemis Verlag, VI, 1, p. 583-626 et VI, 2, pl. 325-368.

Weaver P. R. C. 1964 : Vicarius and vicarianus in the Familia Caesaris, Journal of Roman Studies, 54, 1964, p. 117-128.

Haut de page

Notes

1 Cet article doit beaucoup aux relectures de nos collègues Marie-Thérèse Raepsaet-Charlier et William Van Andringa qui ont permis de le compléter et de l’enrichir. Qu’ils trouvent ici l’expression de toute notre gratitude.

2 On peut rappeler la présence à Angers, avant l’interdiction des cultes païens par l’empereur Théodose en 392, d’une communauté chrétienne sans doute déjà dirigée par un évêque, comme celle de Tours dès 337-338, même si le Defensor présent à l’élection de Martin (Sulpice Sévère, Vie de saint Martin, 9), « la huitième année (du règne de) Valens et de Valentinien », en 371 (Grégoire de Tours, Histoire des Francs, X, 31 dans Arndt, p. 443, l. 21-22), ne peut être tenu avec certitude, ni pour le titulaire du siège angevin ni même peut-être pour autre chose qu’une figure littéraire destinée à mettre en lumière le caractère surnaturel de l’élection de Martin.

3 À Rome, vingt-cinq esclaves portant ce nom ont été recensés de l’époque d’Auguste au milieu du iiie s. (Solin 1996, vol. 2, p. 344). À Ostie, où une petite vingtaine de mithraea ont été localisés (Turcan 1993, p. 33), un esclave du même nom est attesté dans le dernier quart du iie s. au mithraeum della Planta Pedis (CIMRM 275 ; Clauss 1992, p. 37).

4 La notice de Ch. Lécrivain (Daremberg, Saglio dir. 1881-1919, DAGR, V, s. v. « vicarius », p. 823-825) donne les références des textes juridiques, notamment de ceux du Digeste qui cherchent à savoir si le peculium, et donc le uicarius, appartenait au dominus ou à l’ordinarius ou aux deux à la fois : Fabre 1981, p. 275-276. L’ouvrage fondamental à ce sujet reste Erman (1896), que l’on peut compléter par Reduzzi Merola 1990 (recension par J.-C. Dumont, Revue des Études latines, 68, 1990, 1990, p. 226-227) et pour la familia Caesaris par Weaver 1964 et Fabre 1992.

5 OPEL (II, 1999, s. v. « Genialis », p. 164-165) totalise 69 occurrences : Aquitaine : 1, Gaule Belgique et Germanies : 19, Bretagne : 3, Dacies : 3, Dalmatie : 7, Hispanies : 4, Cisalpine : 10, Lyonnaise : 2, Narbonnaise : 9, Norique : 3, Pannonies : 6, Rhétie : 2.

6 Sur un vase de Banassac - La Canourgue : Lambert 1995, p. 39, 140. Le gaulois et le latin ont en commun un suffixe -(i)ko- indiquant l’appartenance.

7 Sulpice Sévère, Vie de saint Martin, 9, 1.

8 Concilium Aurelianense, a. 511 (de Clercq, p. 15, l. 23) ; Grégoire de Tours, Des vertus de saint Martin, 1, 22 (dans Arndt, Krusch, p. 600, l. 3-4).

9 Par exemple sur le pilier des Nautes de Lutèce (Inscriptions antiques de Paris, no 1, p. 4-10).

10 À titre d’hypothèse, on pourrait retenir dans Delamarre 2007 les idionymes masculins Abicelius, Albinceuelus, Butcelus, Butelus, Cemenelenus, Cenouelius, Cicorellius, Cumielus, Cunobelinus, Demencelo, Dumnouellaunos, Eborellius, Intamelus, Leudelinus, Minomelus, Moltelius, Multelius, Nectouelius, Ordumeles, Pennelus, Sucaelo, Sucaelus, Tarbucelis, Trebellius, Vasselius, Velabellius, Vercellius, Vercello, Vernacellus, Vindelicius, Vindelio, Vintelius, Vitiocelus, Vitumelius, Vnicellus où les lettres EL sont précédées d’au moins quatre ou cinq caractères.

11 Interrogé à ce sujet, P. Van Ossel nous a répondu que « ce type de molette se rencontre le plus souvent dans des contextes du deuxième quart-milieu du ive s. » (courrier du 26 mars 2015 pour lequel nous le remercions chaleureusement).

12 Sur la fréquence de Valentinus ou Valentinius, voir OPEL IV, 2002, p. 140-141.

13 Delamarre 2007, p. 65.

14 OPEL (IV, 2002, s. v. « Senecianus », p. 65) compte 21 occurrences : Aquitaine : 3, Gaule Belgique et Germanies : 7, Bretagne : 2, Hispanies : 3, Cisalpine : 1, Lyonnaise : 2, Mésie supérieure : 1, Norique : 1, Pannonies : 1.

15 OPEL (IV, 2002, s. v. « Senecio », p. 65) dénombre 72 occurrences : Gaule Belgique et Germanies : 11, Bretagne : 3, Dacies : 3, Hispanies : 12, Cisalpine : 19, Narbonnaise : 7, Norique : 5, Pannonies : 10, Rhétie : 2.

16 CIMRM 1414 (393 apr. J.-C.), 113 (400 apr. J.-C.).

17 Voir Van Andringa dir. 2014.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Trame viaire générale d’Angers-Iuliomagus dans l’Antiquité
Crédits DAO : J. Brodeur, D. Pfost (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/1002/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Fig. 2 – Plan cumulatif des structures antiques du site de la clinique Saint-Louis
Légende État avril 2010.
Crédits DAO : D. Fillon, M. Mortreau, D. Pfost (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/1002/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 972k
Titre Fig. 3 – Carte des trouvailles mithriaques
Légende D’après Turcan 1993. État avril 2010.
Crédits DAO : D. Pfost (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/1002/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 533k
Titre Fig. 4 – Plan du mithraeum
Crédits DAO : D. Pfost (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/1002/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 661k
Titre Fig. 5 – Inscription no 1, plat Lezoux 043
Légende a, fragment du plat (cliché : M. Molin, EA 7338 « Pléiade », Inrap) ; b, dessin céramique et relevé de l’inscription.
Crédits DAO : P. Pihuit (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/1002/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 329k
Titre Fig. 6 – Inscription no 2, plaque de marbre blanc
Crédits Cliché : M. Mortreau (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/1002/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 835k
Titre Fig. 7 – Inscription no 3, fragment de plaque de calcaire
Crédits Cliché : C. Poupin (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/1002/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 507k
Titre Fig. 8 – Inscription no 4, gobelet Déchelette 72 (a-b)
Crédits Clichés : M. Molin (EA 7338 « Pléiade », Inrap).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/1002/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 697k
Titre Fig. 9 – Relevé de l’inscription no 4, gobelet Déchelette 72
Crédits DAO : M. Mortreau (Inrap) ; relevé du graffito : P. Pihuit (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/1002/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 214k
Titre Fig. 10 – Inscription no 5, fragment d’un petit édicule (?) en tuffeau blanc (a-d)
Crédits Clichés : M. Molin (EA 7338 « Pléiade », Inrap).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/1002/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 11 – Inscription no 6, bord de gobelet de type Raimbault VIII
Légende a, fragments du gobelet ; b, essai de restitution du gobelet Raimbault VIII.
Crédits a, cliché : M. Molin, EA 7338 « Pléiade », Inrap) ; b, Dessin : M. Mortreau (Inrap) ; DAO : D. Pfost, E. Rubington (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/1002/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 267k
Titre Fig. 12 – Inscription no 7, bol Chenet 320
Légende a, fragments du bol ; b, dessin céramique ; c, relevé de l’inscription et du décor.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/1002/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre Fig. 13 – Inscription no 8, plaque funéraire provenant d’un columbarium
Crédits Cliché : H. Paitier (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/1002/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 358k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Molin, Jean Brodeur et Maxime Mortreau, « Les inscriptions du mithraeum d’Angers-Iuliomagus (Maine-et-Loire) : nouvelles données sur le culte de Mithra », Gallia, 72-2 | 2015, 417-433.

Référence électronique

Michel Molin, Jean Brodeur et Maxime Mortreau, « Les inscriptions du mithraeum d’Angers-Iuliomagus (Maine-et-Loire) : nouvelles données sur le culte de Mithra », Gallia [En ligne], 72-2 | 2015, mis en ligne le 01 avril 2019, consulté le 22 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/gallia/1002 ; DOI : 10.4000/gallia.1002

Haut de page

Auteurs

Michel Molin

Professeur d’Histoire romaine et directeur de l’UFR Lettres, Langues, Sciences humaines et des Sociétés, EA 7338 « Pléiade », université Paris-XIII Paris-Nord Sorbonne-Paris-Cité, 99 avenue Jean-Baptiste-Clément, F-93430 Villetaneuse

Jean Brodeur

Responsable de l’opération, chargé de cours et doctorant, université d’Angers, 4 boulevard de Lavoisier, F-49000 Angers

Maxime Mortreau

Céramologue, Inrap et UMR 6566 « LARA », 2 rue de la Houssinière, BP 92208, F-44322 Nantes

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Gallia est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Maison Archéologie & Ethnologie
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals