Navigation – Plan du site

AccueilNuméros72-1Saintes/Mediolanum, cité des Sant...

Saintes/Mediolanum, cité des Santons et Bordeaux/Burdigala, cité des Bituriges Vivisques : destins croisés

The shared destinies of Saintes/Mediolanum, the civitas of the Santons, and Bordeaux/Burdigala, the civitas of the Bituriges Vivisques
Louis Maurin, Alain Bouet, Eneko Hiriart, Guilhem Landreau, Christophe Sireix et Dominique Tardy
p. 53-77

Résumés

En raison de leurs « destins croisés », une seule étude réunit Saintes/Mediolanum et Bordeaux/Burdigala pour présenter leur passage sous la domination romaine. Depuis un quart de siècle, les recherches archéologiques et numismatiques ont permis de croire qu’au moment où éclata la guerre des Gaules, leur histoire était liée, ce qu’ont paru confirmer certaines interprétations des silences de César dans les causes du conflit qui l’opposa aux Helvètes. Divers indices ont conduit à avancer qu’à l’époque les Santons ambitionnaient d’exercer leur mainmise sur Bordeaux, considéré comme le débouché de l’isthme gaulois, mais ils sont encore fragiles. Les recherches archéologiques récentes montrent que les deux villes avaient des origines bien différentes : Bordeaux apparaît depuis 600 av. J.-C. environ comme un comptoir commercial sur la rive gauche de la Gironde ; Mediolanum est peut-être née, et dès avant la guerre, du déplacement sur la rive gauche de la Charente de l’oppidum des Santons, sans doute situé jusqu’alors à Pons. Ce peuple figure parmi les grands vaincus de la conquête césarienne : l’étendue de son territoire aurait été amoindrie vers le sud et – ce qui peut être tenu pour très vraisemblable – les Romains constituèrent de ce côté une puissance nouvelle, celle des Bituriges Vivisques déracinés du Berry et déplacés sur l’estuaire ; le petit emporium de Bordeaux fut leur capitale. Auguste constitua en cité les Bituriges Vivisques comme les Santons, et leurs chefs-lieux furent ornés d’un sanctuaire du culte impérial. Les institutions politiques y sont semblables ; les inscriptions montrent que, marquées pour la forme d’un cachet gaulois, elles assurent le pouvoir de l’ancienne classe dominante ralliée à Rome.
Dans la génération qui suit la guerre, Mediolanum et Burdigala connaissent un brusque développement sous des aspects voisins. Les deux villes s’épanouissent à l’époque augustéenne, et leur essor est parallèle dans la première moitié du ier s. apr. J.-C. pour ce que nous en savons, avant tout dans l’établissement d’un plan d’urbanisme et la construction d’équipements pour le confort et la salubrité (aqueducs, fontaines) ; cela n’a rien d’original dans la Gaule romaine. L’empreinte culturelle de l’époque de l’Indépendance est nettement plus prononcée à Saintes, alors que cette ville jouit, des deux dernières décennies avant notre ère jusqu’au milieu du ier s., d’une importante parure architecturale proprement romaine qui lui donne un éclat incomparable par rapport à sa voisine et aux autres cités de la nouvelle province d’Aquitaine.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sur Saintes, un bilan des questions évoquées ici a été publié dans Tranoy 2004 ; pour Bordeaux, Bar (...)

1Jusqu’à la paix romaine consécutive à la guerre des Gaules, les sources textuelles ne donnent pas le nom du chef-lieu des Santons, pas plus qu’elles ne mentionnent les Bituriges Vivisques et leur capitale. Strabon est le premier à faire connaître les deux villes et il semble donner à celle des Santons un lustre plus grand qu’au comptoir de commerce (emporion) de Bourdigalla (Bordeaux) ; à suivre sa description du sud-ouest de la Gaule, les Santons forment une sorte de trait d’union entre les Aquitains (les peuples du sud de la Garonne) et les Gaulois, et il précise alors que « la ville des Santons est Mediolanion » (4.2.1-C189-190,25). De fait, les inscriptions, le décor d’architecture, les monuments, donnent à Saintes un éclat incomparable à l’époque julio-claudienne par rapport à sa voisine, même s’il faut tenir compte de la relativité des témoignages livrés par l’archéologie1. Ces derniers sont cependant de premier ordre et c’est aussi à eux que l’on doit de connaître un peu du passé pré-romain de chacune des deux villes, et les liens qu’elles semblent avoir tissés entre elles. Les recherches actuelles révèlent peu à peu ces origines, si importantes pour tenter d’éclairer le contexte historique dans lequel naquirent les agglomérations que Rome choisit comme capitales des deux grands peuples de l’estuaire girondin.

Saintes et Bordeaux : les origines

2Quelles sont les origines de Saintes ? Sur cette question se sont opposées deux problématiques. L’une, plus traditionnelle, fait de Mediolanum la capitale des Santons de l’époque de La Tène ; plus récemment, on a pu avancer qu’elle avait succédé comme telle à Pons dans la première moitié du ier s. av. J.-C. Selon l’autre, Saintes est une création proprement romaine, intervenue au lendemain de la conquête césarienne.

3Quelles sont les origines de Bordeaux ? Ici, l’enquête a mis en évidence, surtout depuis un demi-siècle, que vers la fin de la Protohistoire le destin de cette agglomération, déjà ancienne, semblait étroitement lié à ses voisins du nord, les Santons.

Pons et Saintes : les données archéologiques

4Poser la question des origines de Saintes, c’est s’interroger sur le rôle de capitale des Santons durant l’Indépendance qu’on lui a traditionnellement attribué parce qu’elle l’a tenu sous l’Empire romain. Plusieurs agglomérations pré-romaines ont été identifiées en pays santon et leur connaissance progresse, surtout grâce à l’archéologie préventive (fig. 1). On recense ainsi des villages ouverts, à Muron (La Couture), Barzan (le Fâ), Le Chay (Pompierre) et des agglomérations fortifiées à Vil-Mortagne (commune de Mortagne-sur-Gironde) et à Pons. Vil-Mortagne correspond sans doute à un oppidum à dominantes artisanale et commerçante, dont la vocation maritime s’affiche comme une des composantes majeures (Landreau, Maratier 2008 ; Lemaître, Sanchez 2009). En raison de ses fortifications, l’oppidum de Pons, situé au cœur de la Saintonge, retient davantage l’attention dans le cadre de la présente recherche.

Fig. 1 – Les agglomérations de la fin de l’âge du Fer (La Tène D) en Saintonge

Fig. 1 – Les agglomérations de la fin de l’âge du Fer (La Tène D) en Saintonge

DAO : G. Landreau (Inrap).

L’oppidum de Pons

  • 2 Voir aussi Maurin 1999, p. 219-223. L. Julien-Laferrière a attiré le premier l’attention sur la lev (...)

5L’agglomération protohistorique de Pons a été présentée de longue date comme la place centrale possible des Santons (Maurin 1978, p. 27 n. 1 et p. 36-41)2. Les travaux actuels vont dans ce sens. À la fin du second âge du Fer, l’éperon naturel au confluent de la Seugne et de la Soute est le siège d’un oppidum d’une centaine d’hectares. Il est fermé vers le nord par un rempart encore perceptible par endroits sous la forme d’une levée de terre monumentale (Maurin 1999, p. 220-221). L’occupation dans la ville gauloise est connue par des découvertes anciennes, essentiellement mobilières (Lassarade 1986 ; Landreau 2009) et quelques opérations récentes à l’emplacement du Château (fig. 2, no 1) ou plus au nord, rue d’Aquitaine (fig. 2, no 4) et avenue Gambetta (fig. 2, no 7). L’habitat aggloméré ainsi délimité devait occuper une superficie d’environ 15 ha à l’intérieur de l’oppidum. Sa chronologie couvre une grande partie du iie s. et les premières décennies du ier s. av. J.-C. (Landreau 2012).

Fig. 2– Plan général de l’oppidum de Pons et localisation des principales découvertes pour la fin de l’âge du Fer

Fig. 2– Plan général de l’oppidum de Pons et localisation des principales découvertes pour la fin de l’âge du Fer

En gris foncé, les opérations récentes, de 2005 à 2014.

DAO : G. Landreau (Inrap).

6Les fouilles préventives réalisées à l’angle des avenues de l’Assomption et de Versailles (fig. 2, no 6) ont permis d’appréhender précisément l’architecture de la fortification et sa chronologie (Landreau, Houdusse 2009). Un premier rempart a été érigé au cours de La Tène D1b (vers 120-90 av. J.-C.). C’est un mur en terre mesurant 6,50 m d’épaisseur, armé de poutres de bois disposées à l’horizontale et possédant un parement en pierre sur ses deux faces. Il est doublé par un fossé extérieur de 8 m de largeur pour 3,50 m de profondeur. Cette fortification est réaménagée durant LT D2a (vers 90-60 av. J.-C.) : une rampe d’accès est implantée contre le parement arrière tandis que le fossé est en grande partie comblé. Ce second rempart, plus épais que le précédent, est doté d’un nouveau parement avant empiétant sur l’ancien fossé. Des inhumations sont alors mises en place extra muros, au pied de la fortification (Houdusse, Landreau 2010).

7D’après la documentation actuellement disponible, cet oppidum apparaît comme la plus importante agglomération fortifiée du territoire santon, du milieu du iie s. jusque dans les premières décennies du ier s. On peut donc envisager d’y voir le chef-lieu des Santons à cette époque. La faiblesse des données à l’approche du milieu du ier s. av. J.-C. (LT D2b) suggère que le centre de pouvoir avait été déplacé de Pons vers Saintes au moment de la conquête, ou même un peu auparavant.

Saintes

  • 3 Communication au Congrès international de Nyon, 14-17 mai 2015 (voir infra, bibliographie). Cette é (...)

8S’il en a été ainsi, on devrait alors trouver à Saintes la preuve d’une occupation pendant le deuxième quart du ier s. av. J.-C. Précisément, des témoignages du ier s. antérieurs à la guerre des Gaules ont été identifiés sur plusieurs sites, mais les données chronologiques restent encore limitées. On en fait cependant mention ici en attendant la publication des contextes les plus précoces qui ont été reconnus, notamment à l’école Émile-Combes (étude par J.-L. Hillairet) et « Ma Maison » (G. Landreau à paraître3) (fig. 3). Le site naturel, où l’on verrait volontiers le dessin d’un oppidum, invitait depuis longtemps les Santons de l’époque contemporaine à donner à leur ville des origines gauloises ; ces études reprennent cette hypothèse en la fondant sur un examen approfondi des sources archéologiques.

Fig. 3 – Saintes, localisation des découvertes de l’âge du Fer (jusque vers 30 av. J.-C.) sur fond de carte topographique de la ville

Fig. 3 – Saintes, localisation des découvertes de l’âge du Fer (jusque vers 30 av. J.-C.) sur fond de carte topographique de la ville

1, « Ma Maison », établissement des Petites Sœurs des Pauvres ; 2, école Émile Combes ; 3, 10 rue Port-la-Rousselle ; 4, ateliers municipaux ; 5, site Saint-Louis (ancien hôpital) ; 6, rue Pallu-de-la-Barrière ; 7, rue Bourignon ; 8, Collège René Caillé (ancien hôpital de la Marine) ; 9, le Bastion ; 10, place du 11 Novembre ; 11, la Providence.

D’après Landreau 2009, p. 277, fig. 32.

Le site naturel

9Les découvertes relatives aux périodes protohistorique et augustéenne précoce sont toutes localisées sur un plateau d’environ 35 ha, situé au cœur de la ville antique. Cet éperon en forme de botte, qui domine la Charente à une altitude comprise entre 45 et 20 m NGF, est limité au sud par un profond ravin, le vallon des Arènes, dans lequel sera implanté l’amphithéâtre romain. Le plateau borde ensuite la Charente à l’est, depuis les falaises de l’ancien hôpital (aujourd’hui site Saint-Louis) au sud, jusqu’à l’extrémité du coteau de Saint-Vivien. Au nord, il est ensuite limité jusqu’à la hauteur de la rue des Petits-Champs par un relief en creux très encaissé que, pour cette raison, on appelait autrefois le ravin de Saint-Saloine. Il se prolongeait vers l’ouest, encore au xviiie s., par une rupture de pente rectiligne. Il forme un obstacle naturel bien visible sur le plan général de la ville dressé par Claude Masse en 1715 (Maurin dir. 2007, p. 38, fig. 4 et p. 59, fig. 22). Il était alors sensiblement plus accentué qu’à l’heure actuelle, car sa profondeur a été réduite du fait de l’urbanisation. À l’ouest, il bifurque à angle droit vers le sud pour former un abrupt peu accentué. On n’a identifié aucune trace de fortification d’époque pré-romaine qui aurait protégé le site naturel aux points les plus sensibles, au nord-est et au nord-ouest.

De l’âge du Bronze à La Tène B : des indices d’occupation épars et sporadiques

  • 4 Ces découvertes nous ont été signalées par les deux responsables des interventions, J.-P. Nibodeau (...)
  • 5 Maurin, Tilhard 1987. Le fragment a été signalé par M. Rouvreau en 1985 : selon lui, il l’avait ext (...)

10Malgré ce site favorable, peu de témoignages d’occupation ont été relevés à Saintes depuis l’âge du Bronze. Le sol a livré quelques traces ténues de la fin de l’âge du Bronze (Maurin 2007a, p. 209, C. Vernou). Pour les époques suivantes, en 2013 et 2014, deux chantiers de fouille proches l’un de l’autre, à l’ouest de la rue Bernard et dans le jardin de la Providence (fig. 3, nos 5 et 6), ont amené la mise au jour dans les deux cas, directement sur le substrat, de niveaux d’occupation et de structures en creux contenant de la céramique de la fin du premier âge du Fer ou des débuts de La Tène4. Ces découvertes ont eu lieu dans un secteur très sensible, car il est situé à l’est du plateau qui domine par une hauteur abrupte la vallée de la Charente ; leur importance vient aussi de ce qu’elles redonnent du crédit à la trouvaille qui aurait eu lieu en 1965, au voisinage de la seconde intervention, d’un fragment d’assiette « précampanienne » à vernis noir, orné d’une palmette estampée, et datable de la seconde moitié du ive s.5 Il règne ensuite un quasi-vide de plusieurs siècles dans la documentation qui n’est que faiblement occupé par des trouvailles isolées et dont le contexte archéologique et historique reste obscur.

11Mais, au fait, les Santons sont-ils concernés jusqu’alors ? À l’hypothèse qui envisageait leur présence en Saintonge, de préférence au début de La Tène moyenne (Gomez de Soto 2007, p. 87-103), J. Hiernard en a opposé une autre qui verrait leur installation dans la Saintonge actuelle seulement vers la fin du ier s. av. J.-C. (Hiernard 1999, p. 117-119 ; Maurin 2007b, p. 120) ; cette proposition hardie a mis en relief les incertitudes dans lesquelles on se trouve sur le peuplement de ces régions océaniques à l’époque de La Tène (Gomez de Soto 2007, p. 103).

Autour du milieu du ier s. av. J.-C.

  • 6 Hiernard 1999, p. 114 : iie s. ou première moitié du ier s. (Hiernard note que de telles parures po (...)

12Nous avons évoqué la faiblesse des indices d’une occupation à Pons à l’approche du milieu du ier s. av. J.-C. Les témoignages d’une occupation à Saintes pour cette époque sont également ténus, mais ils semblent en voie d’être mieux assurés. Tel est le cas à l’école Émile-Combes, où les deux niveaux les plus anciens pourraient remonter à LT D2a (fig. 3, 2). Directement sur le paléosol, la première occupation, assez diffuse, se présente sous la forme d’aménagements de sols en calcaire damé associés à des trous de poteau, à des fosses, ainsi qu’à des empierrements de fragments d’amphores et de pierres calcaires. La découverte de fragments de moules à alvéoles oriente vers des activités métallurgiques. Rapidement, de nouveaux aménagements assez similaires, mais décrits comme plus soignés, vont recouvrir cette occupation (Maurin 2007a, p. 209, C. Vernou). Des espaces sont exhaussés par la mise en place d’empierrements plus réguliers qui participent, à côté d’un caniveau d’orientation nord-sud, à une première structuration de l’espace. Le mobilier (vaisselle indigène et d’importation, amphores vinaires italiques) est caractéristique des assemblages de LT D2 régionale ; mais il est très proche, en fait, de celui qui a été recueilli dans le niveau le plus ancien de « Ma Maison », considéré jusqu’ici, quant à lui, comme postérieur à la guerre des Gaules (Collectif 1988, p. 14-18). Ce niveau à vocation artisanale est scellé par un remblai terreux daté par un abondant mobilier d’importation de la décennie 40-30 av. J.-C. On voit les hésitations qui règnent encore, même si certains assemblages de mobilier semblent désormais antérieurs à LT D2b ; on les rapprochera alors d’un lot d’objets découverts en 1868, aujourd’hui perdus, peut-être datables de LT D2a : outre une broche ou pic à feu en fer, on avait recueilli deux pièces de harnachement en alliage cuivreux décorées, dont un pendentif discoïde ajouré, et des parures chatoyantes de montures d’aristocrates. Exhumés non loin de l’église Saint-Vivien, dans un contexte archéologique mal élucidé, ces objets peuvent être datés de la première moitié du ier s.6.

Bordeaux : un passé protohistorique révélé tardivement

Les fouilles de « La France »

13Bordeaux a tenu longtemps discrète son origine protohistorique (fig. 4) ; c’est seulement en 1983, lors de la fouille de l’immeuble appartenant à l’ancien journal La France, rue Porte-Dijeaux (Barraud, Berthault et al. 1988), que des niveaux d’occupation attribuables aux deux âges du Fer ont été formellement identifiés. Cependant, certaines découvertes ponctuelles antérieures laissaient supposer l’existence d’une agglomération gauloise, notamment des sondages réalisés en 1971 lors de la fouille de sauvetage des allées de Tourny, mais ce n’est qu’en 1985, puis en 1990, que les publications de certaines catégories de mobilier (céramiques à vernis noir et amphores) provenant de ce site permirent de mesurer sa précocité (Bats 1985 ; Laubenheimer, Watier 1991).

Fig. 4 – Burdigala, localisation des fouilles de « La France », du Grand Hôtel de Bordeaux et du cours du Chapeau-Rouge

Fig. 4 – Burdigala, localisation des fouilles de « La France », du Grand Hôtel de Bordeaux et du cours du Chapeau-Rouge

DAO : C. Sireix (Ausonius).

Un site naturel privilégié

14Implantée à moins de 100 km de l’océan, juste en amont de la confluence entre la Garonne et la Dordogne qui donne naissance à l’estuaire de la Gironde, Burdigala s’étend à la croisée de deux axes importants : l’un, à l’extrémité de l’isthme aquitain qui relie l’Atlantique à la Méditerranée, et l’autre, sur le passage le plus septentrional qui permet la jonction entre les pays de Loire et du centre-ouest de la Gaule, et le sud de l’Aquitaine jusqu’aux Pyrénées.

  • 7 Au sens césarien du terme.

15Burdigala occupe, en territoire aquitain7, le creux d’un large méandre sur la rive gauche de la Garonne. La marée remonte quotidiennement le fleuve, et ses effets se font ressentir bien au-delà de la ville, jusqu’à plus de 50 km à l’intérieur des terres.

16Localement, de petits cours d’eau venus des landes girondines – comme le Peugue et la Devèze – entaillent les terrasses alluviales graveleuses et forment des vallons. C’est sur le talus bien drainé de l’une de ces terrasses, bordée au sud par la vallée de la Devèze et au nord par le palus (marais) des Chartrons, que se fixent durablement, à partir du début du vie s. av. J.-C., les premiers occupants de ce site.

17Aujourd’hui, l’espace sur lequel s’étend l’agglomération protohistorique – le « noyau ancien » – couvre une superficie estimée à 4 à 5 ha au cœur de la ville actuelle (fig. 4).

L’apport récent de l’archéologie préventive à Bordeaux

Le Grand Hôtel de Bordeaux

18Vingt ans après la fouille de « La France », la fouille préventive du parking souterrain du Grand Hôtel de Bordeaux a été l’occasion d’observer un nouvel espace au sein de la zone considérée comme le siège de l’habitat protohistorique.

19Malgré un terrain miné par de nombreuses perturbations modernes, la stratigraphie de ce site témoigne d’une occupation pérenne et structurée entre le premier âge du Fer et le milieu du second. Les phases postérieures au milieu du second âge du Fer (iiie-ier s. av. J.-C.) ne sont représentées que par des fonds de trous de poteau (fig. 5) et du mobilier peu abondant, souvent en position secondaire dans des remblais augustéens. Les sols de la fin du second âge du Fer ont été totalement rabotés par la réalisation d’importants travaux de terrassements effectués entre 30-20 av. J.-C. et 5-10 apr. J.-C.

Fig. 5 – Bordeaux, fouille du Grand Hôtel

Fig. 5 – Bordeaux, fouille du Grand Hôtel

Trous de poteau des iie-ier s. av. J.-C., perforant des sols d’habitats du premier âge du Fer.

Cliché : C. Sireix (Ausonius).

20La fouille du Grand Hôtel de Bordeaux permet, avant tout, de constater qu’une occupation structurée a été établie sur le site de Burdigala dès le début du vie s. av. J.-C. (voire la fin du viie s.). Des constructions à vocation domestique se succèdent ensuite sans interruption notable durant une bonne partie de l’âge du Fer.

21Au vie s. av. J.-C., les relations entre Burdigala et les peuples aquitains voisins sont bien marquées, principalement grâce à la présence de productions céramiques relevant des groupes arcachonnais ou landais. Mais, dès le début de La Tène (LT A et LT B1), le mobilier exhumé, aussi bien métallique que céramique, témoigne de relations très précoces avec les peuples celtes. Ce constat repose avant tout sur la présence d’une série d’objets de parure, notamment de fibules datées de la phase de transition premier/second âge du Fer (milieu du ve s. av. J.-C.), qui trouvent des parallèles dans le Centre-Ouest de la Gaule (Sireix 2009, p. 18-21).

Cours du Chapeau-Rouge

  • 8 Diagnostic et fouille Inrap (2000-2004, resp. : C. Sireix).

22Parmi les principaux résultats issus des fouilles du cours du Chapeau-Rouge, celui qui nous intéresse ici concerne la phase d’occupation la plus ancienne reconnue sur ce site. Cette phase, dénommée « Phase I » (Sireix 2009), correspond à la colonisation d’une zone humide de plusieurs hectares, située entre le talus bien drainé – siège de l’ancienne agglomération protohistorique – et la Garonne8.

23La Phase I de Chapeau-Rouge est datée entre 50-40 av. J.-C. et 5-10 apr. J.-C., soit entre la fin de la guerre des Gaules et le début de la construction du nouveau chef-lieu de cité des Bituriges Vivisques, à la fin du règne d’Auguste. En quelques années, l’agglomération va se développer sur les dépôts argileux et humides de la plaine alluviale de la Garonne, et atteindre la berge du fleuve.

24La progression de la ville vers le fleuve, qui s’est déroulée en plusieurs étapes de courte durée, correspond à une phase d’urbanisation très importante. Ces différentes étapes bénéficient de datations très fines, à la fois grâce à des ensembles céramiques homogènes, à la présence de monnaies et à des pièces de bois datées par dendrochronologie.

Les débuts de Burdigala

25Le passé protohistorique de Bordeaux est donc aujourd’hui un peu mieux connu grâce aux résultats complémentaires livrés par ces deux fouilles préventives.

26En premier lieu, on sait désormais qu’un habitat groupé s’est formé sur un petit promontoire à partir du tout début du vie s. av. J.-C. Dès le milieu du ve s., on note la précocité des relations entre Burdigala et les territoires celtiques, en particulier ceux du centre-ouest de la Gaule (les Santons notamment). Par contre, durant cette période, les contacts avec la sphère méditerranéenne sont encore très discrets. L’absence de découvertes significatives paraît bien confirmer l’hypothèse de l’existence d’un axe commercial nord-sud qui longerait la bordure ouest du Massif Central et qui relierait directement la région du Languedoc à la Gaule Centrale, sans emprunter l’axe garonnais (Gomez de Soto, Milcent 2000, p. 361 ; Sireix, Prodeo et al. 2007, p. 73). Il faut attendre le milieu du iie s. av. J.-C. pour constater l’arrivée significative des importations italiques à Bordeaux, avec les amphores Dressel 1 et les céramiques campaniennes à vernis noir (Sanchez, Sireix 2006).

L’apport des sources littéraires : le Bellum Gallicum

La Guerre des Gaules

  • 9 L’adhésion de cette région se fit sans bruit, en 56 ; les Pictons et les Santons sont les seuls nom (...)

27Dans le Bellum Gallicum, César ne cite aucune agglomération chez les Santons. Cela n’a rien d’étonnant, puisqu’il note seulement le nom de celles qui sont liées au déroulement des opérations ; or la conquête des peuples du centre-ouest de la Gaule s’est faite sans aucun témoignage d’hostilité9.

28On s’attendrait pourtant à quelques précisions sur la capitale des Santons, puisqu’ils ont été à l’origine de la guerre. En effet, leur territoire avait été l’objectif des Helvètes, les fauteurs du conflit ; dès 60 av. J.-C., ils avaient conçu un plan de trois ans pour l’atteindre et s’y installer et ils s’étaient ébranlés dans ce but le 24 mars 58 av. J.-C. Pour eux, la Saintonge était le domaine « le plus propice et le plus fertile de toute la Gaule » (La Guerre des Gaules, 1.30.3). César ne pouvait, explique-t-il, tolérer que les Helvètes, « peuple belliqueux, hostile au peuple romain », s’établissent sur le territoire des Santons « qui n’est pas loin de celui des Tolosates dont la cité se trouve dans la Province [la Narbonnaise] », dont il était le proconsul (La Guerre des Gaules, 1.10.2).

Les silences de César : Bordeaux sous la coupe des Santons ?

29César donne ainsi quelques informations sur les causes de la guerre mais, dans le même temps, ses silences sont surprenants. Il ne dit mot ni de Burdigala, ni des Bituriges Vivisques. Sur la migration des Helvètes, il est muet sur le point de vue des Santons, alors qu’il donne celui des Romains et des Helvètes, comme s’ils étaient les seuls à avoir de l’intérêt, comme si les Santons devaient être considérés dans l’orbite des uns ou des autres : là est précisément la question. Les historiens ont suppléé à cette lacune, principalement R. Dion et J. Hiernard.

Roger Dion

30Le point de vue de R. Dion a longtemps emporté l’adhésion. Selon lui, la migration n’a pu être préparée qu’en vertu d’un accord entre les Helvètes et les Santons. Ces derniers dominaient l’estuaire de la Garonne jusqu’au Bordelais, sur les terres ingrates duquel ils avaient prévu d’établir les Helvètes. Cette avancée vers le sud justifiait les craintes de César concernant la Narbonnaise (Dion 1963, p. 391-393).

Jean Hiernard

31J. Hiernard a donné à cette thèse des développements nouveaux (Hiernard 1997 et 1999 ; Goudineau 1990, p. 136 et p. 141-148). Après la guerre, les Romains auraient repris à leur compte le projet élaboré par les Helvètes ; ils auraient appelé ou déporté dans le Bordelais les Bituriges Vivisques, une des composantes de la puissante nation biturige du centre de la Gaule, pour l’affaiblir, car elle avait été une des dernières à mener le combat contre César. Auparavant, c’était les Santons qui dominaient Bordeaux, ce qui leur assurait le contrôle du commerce – avant tout de celui du vin – importé à travers l’isthme gaulois puis, à partir de Toulouse, par la voie fluviale. Cette hypothèse trouve une nouvelle vigueur à la suite de découvertes archéo­logiques qui, comme on va le voir, semblent montrer l’influence, sinon la présence, des Santons à Bordeaux après la guerre des Gaules. Par conséquent, il a paru possible de leur attribuer avant la conquête, voire peut-être dès le début du second âge du Fer, le territoire qui borde la partie méridionale de la rive droite de l’estuaire de la Gironde ; dans ces conditions, on tend à considérer l’emporium de Burdigala, implanté sur la rive gauche de la Garonne, comme une place de commerce avancée des Santons en territoire aquitain. Burdigala n’aurait été promu au rang de chef-lieu de cité qu’après la Conquête, tout ou partie de son territoire estuarien étant formé de la partie méridionale que l’on suppose avoir appartenu au territoire santon d’avant la guerre.

32Le texte de César, comme ces hypothèses, montrent que, pour le conquérant comme pour les historiens modernes, les Santons étaient dans la Gaule un peuple qui comptait, ce qui devait donner un grand lustre à leur capitale, alors que la réalité de celle-ci nous échappe encore presque entièrement.

Des interprétations improbables

  • 10 Comment les Santons auraient-ils pu accepter de leur plein gré, sinon même avec empressement, d’int (...)

33Bien des arguments de cette reconstitution de l’Histoire prêtent à discussion (ILA, Bordeaux, p. 20). Si les Santons, proches de la Province selon César, s’étaient entendus avec les Helvètes, cette alliance lui aurait fourni un argument de poids dans sa stratégie d’intervention en Gaule et l’on peut tenir pour certain qu’il n’aurait pas manqué de le mettre en avant10. Et tout autant si les Santons avaient été les victimes annoncées d’un impérialisme helvète. Supposer qu’après la guerre, les Bituriges Vivisques ont été substitués aux Helvètes, reviendrait à croire que leur migration aurait touché plusieurs centaines de milliers d’individus.

34La mainmise des Santons sur le Bordelais – territoire exigu et au demeurant déjà peuplé – à l’époque de La Tène reste encore à démontrer, comme leur participation active aux grands courants commerciaux de La Tène D1b. Le récit de César n’oriente pas dans cette direction : pour lui, les Helvètes étaient à la recherche d’une terre nourricière. Un contre-argument à la domination des Santons sur Bordeaux tient aussi à une indication de Strabon selon laquelle Bordeaux, sur la rive gauche de la Gironde, se trouvait en territoire aquitain (Strabon, 4.2.1).

35La question du poids régional des Santons peut être précisée grâce aux renseignements que livrent l’un des attributs majeurs du pouvoir : les frappes monétaires. L’analyse du faciès girondin permet d’isoler trois grandes périodes qui correspondent à l’évolution des pratiques monétaires.

Les régions de l’estuaire à travers la monnaie

Les premiers temps des monnayages (iiie s.-fin du iie s. av. J.-C.)

36Dans les régions bordées par l’estuaire girondin, les premiers monnayages indigènes apparaissent au cours du iiie s. av. J.-C. à l’instar du reste de la Gaule. Le recours à la monnaie demeure néanmoins très marginal.

37Lors de cette phase initiale, les rivages girondins se rattachent à une mouvance celtique continentale et intègrent pleinement l’aire de diffusion des statères imités de Philippe II de Macédoine (fig. 6, no 1), qui se trouvent exclusivement au nord de la Garonne (Callegarin, Geneviève et al. 2013, p. 188). Plus précisément, les émissions régionales se singularisent par l’adoption au revers d’un trident comme symbole distinctif (Barrandon, Aubin et al. 1994, p. 81-100 ; Gruel 2012, p. 142-143) ; la récurrence de cet élément souligne la cohésion de l’espace géographique compris entre l’embouchure de la Loire, l’ouest du Massif central et le Médoc. L’estuaire s’inscrit alors dans une influence septentrionale, et se situe en retrait des dynamiques que l’on observe autour de l’axe Aude-Garonne.

Fig. 6 – Monnayages de l’estuaire girondin et de ses marges

Fig. 6 – Monnayages de l’estuaire girondin et de ses marges

1, imitation de statère de Philippe II ; 2, monnaie « à la croix », série cubiste ; 3, statère picto-santon, série A ; 4, statère picto-santon, série B ; 5, statère picto-santon, série C ; 6, série à « l’aurige frelon » ; 7, série au cheval « à jambes multiples » ; 8, série « à la couronne laurée » ; 9, bronze Contoutos ; 10, fraction girondine au cheval.

1, d’après Gorphe 2009 ; 2, 7 à 10, cliché : E. Hiriart (Ausonius) ; 3 à 6, d’après Delestrée, Tache 2006.

L’émergence de singularités locales (fin du iie s.-milieu du ier s. av. J.-C.)

  • 11 On doit cette découverte à J. Hiernard, alors qu’en 1986 il se voyait dans l’impossibilité, faute d (...)
  • 12 Sur les monnaies de cette série, une petite tête remplace – sous le cheval androcéphale – l’habitue (...)

38À partir de la fin du iie s. av. J.-C., l’usage de la monnaie s’accroît, à l’image du monnayage « à la croix » (fig. 6, no 2) qui circule abondamment depuis la Méditerranée jusqu’à la presqu’île médocaine. Très rares en Saintonge, ces monnaies en argent ne se diffusent en fait pas au-delà de l’estuaire, qui marque la limite septentrionale de leur circulation (Landreau 2009, p. 286). Par ailleurs, l’usage de l’or demeure cloisonné au nord de la Garonne et au Médoc, avec notamment les statères traditionnellement dénommés « à la main » (fig. 6, nos 3 et 4). Autrefois attribués aux Pictons, ces statères sont maintenant subdivisés en deux groupes (Scheers 1975, p. 53-54 ; Hiernard 1993, p. 658-661) : avec une série A (fig. 6, no 3), de mouvance poitevine, et une série B (fig. 6, no 4), que l’on retrouve plus communément en Saintonge et qui, pour cette raison, a été attribuée aux Santons11. Il semble désormais pertinent d’isoler une nouvelle série12 (série C ; fig. 6, no 5), qui connaît une diffusion limitée, probablement axée autour du site de Barzan. Cette circulation concorde avec celle d’une autre série, jusqu’ici méconnue, dite à « l’aurige-frelon » (fig. 6, no 6), typologi­quement liée à la précédente. Enfin, deux types inédits (fig. 6, nos 7 et 8) ont été identifiés. Découverts sur les deux rives de l’estuaire, ces monnayages suggèrent qu’elles appartiennent à un même horizon ethnique (Hiriart 2014, p. 336-344).

39L’état des lieux dévoile une réalité monétaire complexe et confirme l’existence de plusieurs monnayages propres dans les pays de l’estuaire. Selon toute vraisemblance, certaines de ces frappes sont attribuables aux Santons, mais la présence d’autres entités émettrices ne peut être écartée. À nouveau, l’on s’éloigne des dynamiques observées le long de la Garonne, car, stylistiquement et morphologiquement, les monnaies en question s’insèrent dans une influence septentrionale caractéristique du centre-ouest de la Gaule. La typologie très variée des monnayages exprime l’affirmation de tendances locales centrifuges sur le territoire attribué aux Santons dans les décennies qui précèdent la guerre des Gaules.

  • 13 Cette connexion privilégiée se ressent à travers la prédominance des monnaies « à la croix » dans l (...)
  • 14 Les opérations archéologiques ont montré jusqu’ici que Bordeaux s’avère faiblement occupée à la vei (...)

40La numismatique révèle donc une étroite parenté entre les territoires que traverse la Gironde. Toutefois, le site de Soulac-sur-Mer, l’un des rares établissements de l’estuaire qui possède une économie monétaire pleinement affirmée avant les années 50 av. J.-C., démontre que la réalité s’avère davantage contrastée et métissée. En effet, le faciès soulacais témoigne de relations prédominantes avec le Languedoc occidental13, ainsi que de contacts maritimes – moindres – avec le littoral atlantique. À la veille de la guerre des Gaules, c’est certainement Soulac qui offre un débouché maritime à l’axe Aude-Garonne, et non Bordeaux comme on l’a souvent supposé14.

41En somme, la numismatique ne permet pas plus que l’archéologie de donner de la capitale des Santons de la fin de l’Indépendance une image qui corresponde à celle d’un grand peuple, tel qu’on l’imagine malgré les silences de César ; elle ne livre pas non plus de véritables informations sur Burdigala et son rôle.

L’après-guerre : l’intégration au monde romain

Sur le plan monétaire : rupture et renouveau (de 50 av. J.-C. à 20 av. J.-C.)

  • 15 L’épigraphie va dans le même sens en mettant en scène un Santon, C. Julius Macer, cavalier d’une ai (...)

42Révélateur des modifications structurelles que subissent les sociétés gauloises, le monnayage postérieur à la guerre des Gaules rompt de manière drastique avec la tradition monétaire précédente. Parallèlement à l’abandon des espèces antérieures, apparaissent de petits bronzes à l’iconographie romanisée (fig. 6, no 9), frappés au cours des années 40-20 av. J.-C., comme le suggèrent les contextes stratigraphiques. Ces émissions arborent le nom de roitelets locaux (comme Anniccoios, Atectori, Contoutos), probablement mis en place ou maintenus par l’administration romaine15. Désormais, il ressort clairement que chaque série possède une aire de circulation singulière (Hiriart 2009, p. 385-386) : les bronzes Contoutos circulent préférentiellement entre Saintes, Bordeaux et le Médoc, alors que les bronzes Atectori se retrouvent majoritairement en Poitou et les Anniccoios, autour de la moyenne vallée de la Garonne. Ces petites dénominations circulent abondamment durant quelques décennies ; elles pallient la pénurie de numéraires et servent de transition entre la tradition monétaire celtique et le monnayage romain impérial.

43L’examen des faciès de Saintes et de Bordeaux révèle que, dans ces deux agglomérations, l’arrivée massive de numéraire est tardive et n’intervient qu’après la Conquête (Geneviève 2013, p. 157). Bien que très minoritaires, les monnayages antérieurs ne sont pas totalement absents, mais leur présence anecdotique relève davantage d’une circulation résiduelle. En ce qui concerne plus particulièrement le sud de l’estuaire et la région bordelaise, les modifications profondes que l’on observe sur les plans commercial, urbain, démographique et monétaire ont été mises en relation avec l’arrivée d’une nouvelle autorité gestionnaire : celle des Bituriges Vivisques (Hiernard 1984 ; Geneviève 2007, p. 62-64). L’apparition à cette période de petites fractions en argent (fig. 6, no 10), stylistiquement proches des monnaies des Bituriges Cubes du Berry, pourrait également plaider en faveur de cette hypothèse (Hiriart 2009, p. 386). Toutefois, en l’absence d’études approfondies sur ces monnayages, il serait imprudent de se livrer à une assimilation prématurée.

44La numismatique révèle l’ampleur et la rapidité des transformations apportées dans les deux principales agglomérations des pays de l’estuaire par la conquête romaine. Il en est de même pour l’archéologie.

À Saintes, un camp militaire romain

45Dans les mois qui suivirent la défaite de Vercingétorix, l’agitation qui gagna à nouveau diverses cités de la Gaule n’atteignit point les Santons, à notre connaissance. Néanmoins, le vainqueur a craint alors que l’esprit de résistance qui les avait animés en 52 ne se manifestât à nouveau chez eux, puisqu’il leur imposa une occupation militaire, si l’on suit une indication de Lucain : en 49, lorsque César rappela toutes les légions stationnées en Gaule pour engager la guerre civile, « le Santon se réjouit du départ de l’ennemi » (Pharsale, 1.422), ce qui signifie qu’une garnison romaine avait stationné en Saintonge ; cette allusion du poète est particulièrement bienvenue, puisqu’il est le seul à évoquer la présence d’un corps d’occupation après la guerre des Gaules ; en effet, les Santons ne figurent pas parmi les peuples chez lesquels, en 51, César fit prendre leurs quartiers d’hiver aux dix légions qu’il commandait (La Guerre des Gaules, 8.46.3-6). Aucun cantonnement militaire n’apparaissait donc à cette date dans le centre-ouest et le sud-ouest de la Gaule, mais, dans l’année qui suivit, de nouveaux lieux de garnison furent attribués à travers la Gaule aux troupes, ou à certaines d’entre elles ; en effet, Lucain nomme les Santons, les Pictons et les Tarbelles dans une liste de dix-sept peuples gaulois chez lesquels se trouvait, en 49, un corps d’occupation romain (Pharsale, 1.420-445).

  • 16 Cette identification ne peut donc être encore que du domaine de la probabilité ; il faudra attendre (...)

46Mais où placer celui qui avait été envoyé chez les Santons ? La réponse fut apportée en 2006, quand une découverte d’un grand intérêt est venue donner corps à l’allusion de Lucain. On mit au jour au nord-ouest de Saintes, à Saint-Rémy, deux vastes fossés de parfaite section triangulaire, séparés par une berme de 2 m environ. Le plus important (côté ville = côté intérieur) de 7 m de largeur et 3 m de profondeur, le plus petit de 4 m de largeur et 2 m de profondeur (fig. 7). Ces ouvrages ne pouvaient appartenir qu’à un ouvrage militaire romain, très probablement un camp que, d’après leur position, ils bordaient à l’ouest. Sa typologie, une enceinte au tracé irrégulier, sans doute commandé par la topographie, peut se rapporter à l’époque pré- ou proto-augustéenne, antérieurement à l’adoption générale du plan orthogonal (Reddé, Brulet et al. dir. 2006, p. 68-72). Le choix du site de Saintes a dû être dicté par une nécessité militaire : ce camp pouvait efficacement contrôler un point de passage de la Charente depuis l’emplacement favorable qu’offrait la topographie : s’il s’agissait, comme c’est vraisemblable, d’un camp légionnaire, il lui fallait pour se développer, une vaste surface, et le plateau en retrait par rapport à la Charente lui permettait de s’étendre largement vers l’est ; les fossés qui ont été découverts se trouvent à un peu plus d’un kilomètre de la berge du fleuve. Leur extension vers le nord-est a été reconnue sur 500 m environ (Nibodeau 2008, p. 96, fig.). Au premier abord – on ne saurait s’aventurer plus loin avant l’étude que donneront les archéologues16 – il semble que cette phase d’occupation militaire ait été brève, mais on ne peut exclure le rétablissement d’un cantonnement militaire à Saintes, comme ailleurs en Gaule, pour soutenir les transformations apportées par Rome, une fois le pouvoir de César assuré dans la capitale.

Fig. 7 – Saintes, profil des deux fossés de Saint-Rémy

Fig. 7 – Saintes, profil des deux fossés de Saint-Rémy

DAO : J.-P. Baigl (Inrap).

47Les progrès dans la recherche et l’étude de ces fossés donneront sans aucun doute un nouvel éclairage, d’une part sur le poids des Santons dans la guerre des Gaules, d’autre part, sur les origines de Saintes. Déjà se dessine l’hypothèse que ce camp, établi en ce lieu en raison de la géographie et de la topographie, fut un élément décisif dans le développement de la ville. La présence de militaires a dû entraîner, comme souvent, un afflux de paysans des alentours qui aurait créé la première agglomération civile ; on leur doit les aspects traditionnels de la vie quotidienne dans les quartiers nord ; de plus, dès l’époque médio-augustéenne, la fondation a été consolidée par le développement d’un important cadre monumental, qui doit correspondre au choix définitif du chef-lieu de la cité par l’autorité romaine.

48Pour Bordeaux, le développement urbain est dû à un apport de population qui fut sans aucun doute important.

À Bordeaux, l’implantation des Bituriges Vivisques

  • 17 Comme les pots de type Besançon, extrêmement fréquents durant cette période en territoire biturige (...)

49De la restitution des projets élaborés en 60 av. J.-C. par les Helvètes, on retient le transfert des Bituriges Vivisques dans le Bordelais à l’issue de la guerre, fait majeur pour l’histoire politique et économique des régions riveraines de l’estuaire girondin. L’archéologie montre que l’activité de Bordeaux démarre véritablement vers le milieu du ier s. av. J.-C., date que l’on pense vraisemblable pour cette implantation des Bituriges Vivisques. L’apparition à cette époque de petites fractions en argent (fig. 6, no 10), dont la circulation s’étend précisément au Bordelais, est un signe qui pourrait également plaider en faveur de leur installation, mais leur attribution à ce peuple n’est encore qu’une hypothèse (Hiriart 2009, p. 386). Si bien qu’aujourd’hui, aucun témoin archéologique incontestable ne permet d’identifier l’arrivée d’une population originaire du Berry à Bordeaux, à l’exception de monnaies dont l’attribution est encore hypothétique. On aurait pu s’attendre à recueillir quelques vestiges caractéristiques du faciès culturel biturige, quelques céramiques17, en raison du mobilier abondant rassemblé pour la même époque au cours du Chapeau-Rouge et sur d’autres sites bordelais, mais il n’en est rien.

  • 18 Il semble en effet que sous l’empire la frontière qui séparait les territoires des deux cités ait c (...)

50Néanmoins, l’installation dans le Bordelais, au lendemain de la guerre des Gaules, de ce rameau des Bituriges semble aujourd’hui un acquis indiscutable. Ils furent installés sur un territoire pris avant tout aux Aquitains, et donc sur la rive gauche de la Garonne et de l’estuaire de la Gironde, particularité qu’a notée Strabon ; il est cependant possible que les Bituriges Vivisques aient reçu à une date indéterminée, peut-être dès leur installation, une extension sur la rive droite aux dépens des Santons, punis ainsi de leur engagement très actif dans la grande révolte anti-romaine de 5218.

L’influence santonne dans le développement de l’agglomération bordelaise

51L’arrivée dans la ville de populations exogènes à cette époque est manifeste sur le terrain. À partir du milieu du ier s. av. J.-C., la ville double sa superficie en très peu de temps et elle atteint rapidement plus de dix hectares (voir fig. 4 et Barraud, Berthault et al. 1988, fig. 51). De nouveaux quartiers s’étendent vers le fleuve dans des espaces gagnés sur des terrains humides.

52On ne peut s’empêcher de remarquer les nombreux parallèles qui existent entre certaines données issues de la Phase I du cours du Chapeau-Rouge et celles obtenues à partir des résultats des fouilles réalisées à Mediolanum, le chef-lieu de cité des Santons. Le début de la période d’expansion de Burdigala (50-40 av. J.-C., LT D2b) coïncide en effet chronologiquement avec celui du développement de Mediolanum et ce n’est certainement pas le fait du hasard. La croissance rapide de Mediolanum peut s’expliquer par le développement du pôle urbain implanté au point de passage de la voie d’Agrippa sur la Charente.

53Autre point commun entre Mediolanum et Burdigala pour cette période : la technique de construction des maisons et leur organisation générale. L’architecture et les espaces domestiques de LT D2b et de la période augustéenne du site de « Ma Maison » (Lauranceau, Maurin 1988, p. 7-51) présentent, en effet, de nombreuses similitudes avec les découvertes du cours du Chapeau-Rouge : ruelles encadrant des maisons dont les soubassements de pierres sont destinés à supporter des élévations de terre massive, sols d’argile, de terre ou de calcaire damé, nombreux foyers sur plaques d’argile implantés au centre des pièces.

54D’autres points de convergence sont encore à noter : la majorité des émissions pré-augustéennes des monnaies de Chapeau-Rouge est attribuable aux Santons (Geneviève 2007), mais aussi et surtout la culture matérielle céramique présente un répertoire typologique très comparable. En effet, les formes des céramiques de Chapeau-Rouge datées entre 50 av. J.-C. et 10 apr. J.-C., sont, à de nombreux égards, très proches de celles des Santons, surtout pour le répertoire de certaines céramiques fines comme les terra nigra (Sireix 2009, p. 34-38). La majorité de ces vases, qu’ils proviennent de Saintes ou de Bordeaux, est d’ailleurs produite dans les ateliers saintais, même si le centre potier de Vayres/Varatedo, agglomération secondaire des Bituriges Vivisques située près de Libourne (Gironde), a également fabriqué ce type de vaisselle à la même période.

55Cette homogénéité culturelle semble bien démontrer l’existence, au lendemain de la Conquête, de liens très étroits entre gaulois de Burdigala et gaulois de Mediolanum, déjà pressentis entre Burdigala et le centre-ouest de la Gaule dès le ve s. av. J.-C. L’afflux supposé de populations à Bordeaux, que l’on situe chronologiquement à partir de 50-40 av. J.-C., ne pourrait-il pas être, au moins pour une part, issu de la zone méridionale du territoire santon ?

  • 19 L’étude pétrographique de cette sculpture a été réalisée par J.-P. Platel du BRGM à Bordeaux : « Le (...)

56La découverte à Chapeau-Rouge d’une petite statue de chef gaulois en cours de façonnage (d’un style très romanisé), découverte en réemploi dans une construction mise en œuvre sous le règne de Tibère (fig. 8), peut constituer, dans le cadre de cette hypothèse, un argument complémentaire, car cet objet a été réalisé dans un bloc venant d’un banc calcaire19 situé à proximité de l’oppidum de Pons qui fut sans doute pendant un temps la place centrale du peuple santon.

Fig. 8 – Bordeaux, cours du Chapeau-Rouge, grande statuette du ier s. av. J.-C. en calcaire provenant de la région de Pons (Charente-Maritime)

Fig. 8 – Bordeaux, cours du Chapeau-Rouge, grande statuette du ier s. av. J.-C. en calcaire provenant de la région de Pons (Charente-Maritime)

Hauteur : 35 cm. La sculpture est inachevée.

Cliché : P. Ernaux (Inrap).

  • 20 Hiriart 2009, p. 385-386. Une étape serait marquée par l’apparition dans le centre-ouest de la Gaul (...)

57Durant son premier séjour en Gaule, Agrippa a pu mettre de l’ordre dans les nouveautés apportées par la domination romaine depuis la fin de la guerre (Maurin 2007b, p. 115 et 123). Il est possible que l’intégration des cadres romains ait connu des étapes dont la numismatique a pu donner une idée20. Dès les années 40-30 av. J.-C., Saintes et Bordeaux ont manifesté, sous l’impulsion de l’autorité romaine, un essor urbanistique sans précédent comme le montrent les découvertes archéologiques.

La ville romaine

Le carroyage urbain

À Bordeaux

  • 21 Des explorations récentes ont néanmoins démontré que ce carroyage n’avait pas toute la rigueur qu’o (...)

58Élément primordial, à la base de toute organisation urbaine gallo-romaine, le plan orthonormé va structurer la ville antique durant plusieurs siècles (fig. 9). Dans le troisième quart du ier s. av. J.-C., l’habitat, qui se développe considérablement, s’insère dans un réseau de ruelles obéissant à une première trame orthonormée. Le carroyage définitif est mis en place dans la première décennie du ier s. apr. J.-C. (Sireix, Chuniaud 2005, p. 225 ; Charpentier, Doulan et al. 2013, p. 48-49), de façon uniforme sur l’ensemble de la surface lotie, soit une soixantaine d’hectares, parfois au détriment des constructions antérieures21. Il est constitué d’îlots de dimensions voisines mais non strictement identiques, 123 m à 127 m du nord au sud et 126 m à 141 m d’est en ouest. Le decumanus maximus correspond vraisemblablement à la rue retrouvée dans la fouille du cours du Chapeau-Rouge, dont la bande de roulement est large de 6,85 m. Le cardo maximus serait à rechercher sous la rue Sainte-Catherine ou, comme l’hypothèse en a été proposée récemment, plus à l’ouest, sous la rue de Cheverus (Jean-Couret 2011, p. 320-323). Les autres axes, à l’exception des dessertes internes aux îlots, sont proches de 5,50 m. Dans cette organisation orthonormée, deux axes se distinguent, orientés en biais par rapport à la trame générale : celui qui a été repéré au 16-18 rue du Palais-Gallien (Auditorium), qui relie le mont Judaïque et la place des Grands-Hommes ; celui, plus au nord, qui rejoint le Palais Gallien depuis le decumanus au nord du decumanus maximus. De façon générale, les bandes de roulement sont constituées de gravier damé que bordent parfois des fossés (cours du Chapeau-Rouge ; Sireix, Chuniaud 2005, p. 225) ou des espaces de circulation étroits qui préfigurent les trottoirs postérieurs (16-18 rue du Palais-Gallien, Auditorium ; Doulan 2013, p. 111, K. Chuniaud).

Fig. 9 – Plan de Bordeaux et noms de lieux cités dans l’étude

Fig. 9 – Plan de Bordeaux et noms de lieux cités dans l’étude

D’après É. Jean-Courret, Atlas historique de Bordeaux.

À Saintes

  • 22 Cette dimension des deux espaces libres sous les baies doit indiquer la largeur de la chaussée ; en (...)
  • 23 Maurin 2007a, p. 143 : la voie primitive a été établie dans une tranchée de 0,50 m de hauteur, et d (...)

59Rares jusqu’au milieu du xxe s., les observations sur la voirie de Saintes ont été nombreuses depuis 1970, mais, dans l’état actuel des publications, elles sont en général insuffisantes pour ce qui concerne l’orientation, la datation et la structure des rues pour les époques augustéenne et julio-claudienne (Maurin 2007a, p. 389-390, tableau). Elles ont d’abord été fondées sur la date de l’arc dit « de Germanicus », construit en 18-19, qui devait son architecture d’un arc routier à deux arcades – une rareté dans l’Empire romain – à sa situation (Maurin 2007a, p. 67-68). Il se dressait au terminus de la voie de Lyon sur la rive droite de la Charente, à l’entrée du pont conduisant à la ville qui s’étendait sur la rive gauche (Maurin 2011). De ce côté, depuis le pont s’étirait une grande voie décumane qui fut la principale artère de l’agglomération, la Grand’Rue (aujourd’hui rue Victor-Hugo), jusqu’à la destruction du pont en 1843 (fig. 10). Elle conservait la même orientation que la dernière section de la route venant de Lyon (rue Arc-de-Triomphe). Si sa structure est mal connue sur ce parcours, la largeur des passages sous l’arc donne celle de la bande de roulement, soit environ 7 m22. Après un parcours d’un kilomètre à l’ouest du pont, elle oblique vers le sud-ouest jusqu’à sa sortie de Saintes. Sur ce dernier trajet, une coupe a donné sa structure, celle d’une chaussée de 7 m de largeur bordée de fossés, comme une route de la campagne23, et sa date : la céramique de la couche d’occupation augustéenne sous-jacente permet de fixer à cet endroit l’établissement de la voie à la fin du principat d’Auguste ou au début de celui de Tibère. Sur le début du parcours, depuis le pont, on ignore la date du premier état de la voie, celle de l’arc ne donnant qu’un terminus ante quem. Il est possible qu’un carroyage ait été établi auparavant au sud de ce decumanus, où l’on a des témoignages sur des monuments publics dès la deuxième décennie avant J.-C. ; des rues actuelles (Victor-Hugo, de la Comédie, Desiles) conserveraient la trace de ce premier maillage, de même que l’orientation de la cathédrale, qui obéit à celle de grandes constructions romaines dégagées en 1976 sur son côté nord (Maurin 2007a, p. 309-312).

Fig. 10 – Saintes jusqu’au milieu du ier s. apr. J.-C., plan schématique et sanctuaires (présumés)

Fig. 10 – Saintes jusqu’au milieu du ier s. apr. J.-C., plan schématique et sanctuaires (présumés)

En gris, la ville actuelle.
a, relief Espérandieu, 1319 ; b, sanctuaire des ateliers municipaux ; c, statues impériales.

DAO : L. Maurin.

  • 24 Sur le réseau viaire, Maurin 1978, p. 63-70 ; sur la part d’hypothèse, Maurin 2007a, p. 66-69.
  • 25 Maurin 1978, p. 65-66 (structures de rues antiques) ; Maurin 2007a, p. 389-390 : tableau récapitula (...)
  • 26 Au moins pour cette haute époque. Les données plus abondantes sous les Flaviens et les premiers Ant (...)

60Au nord, le decumanus venu du pont a été d’autre part l’axe directeur pour l’établissement d’un quadrillage orthonormé qui est attesté depuis le règne de Tibère (Maurin 2007a, p. 155, cardo ; p. 201, decumanus) dans les quartiers au nord du cours Lemercier, où ne manquent pas les témoignages d’occupation dès l’époque proto-augustéenne24. Malgré des données qui restent approximatives, il semble que les chaussées aient eu de préférence 7 m ou 4 m de largeur, suivant leur importance25. Les dimensions des îlots (insulae) déterminés par cette trame orthogonale sont encore problématiques26. D’autre part, le réseau de voirie de Saintes a été tributaire du relief qui lui impose des directions variables à la périphérie du plateau, ce qui est particulièrement sensible au sud, vers le vallon très encaissé de l’amphithéâtre (vallon des Arènes), et au nord-est, sur les pentes qui descendent vers la Charente, par exemple sur un site de la rue Port-la-Rousselle (Maurin 2007a, p. 219-224). C’est au sud qu’il fallait assurer la sortie de Saintes vers Bordeaux ; dans ce but, on barra le vallon des Arènes par un vaste remblai qui portait la voie ; conçu sous le principat de Tibère, ce grand travail de terrassement portait en germe la construction de l’amphithéâtre qui fut achevé sous Claude, et dont le côté occidental s’appuyait sur ce remblai (Doreau, Golvin et al. 1982, p. 10-11). Vers le milieu du ier s., la surface urbanisée pouvait atteindre une cinquantaine d’hectares.

Le forum

61Les recherches n’ont pas réussi à situer les fora de Saintes et de Bordeaux, et cette incertitude sur la situation et la configuration du centre monumental est un obstacle majeur à toute tentative de restitution de l’image de ces villes. La localisation de celui de Saintes au sud du decumanus issu du pont sur la Charente et à l’est de l’actuel cours Reverseaux doit être considérée comme provisoire ; elle n’est actuellement assurée par aucun vestige archéologique en place (Maurin 2007a, p. 66) ; cependant ceux d’un monument du Haut-Empire aux murs puissants (épaisseur 1,50 m) mis au jour en 2000 à la limite sud du Bastion et datables de la première moitié du ier s., ont été, par hypothèse, mis en relation avec le forum (Maurin 2007a, p. 292-293, L. Grimbert). À Bordeaux, C. Jullian situait le forum place de la Comédie (Jullian 1890, p. 554), mais cette hypothèse a été ruinée par des fouilles récentes ; R. Étienne avait envisagé la place Gambetta (Étienne 1962, p. 87), mais aucun vestige ne peut appuyer cette proposition ; il avait aussi évoqué, plus à l’ouest, le Mont Judaïque ; c’est le choix qu’a fait M. Navarro-Caballero en étudiant les témoignages livrés par ce dernier site (Navarro-Caballero 2008, p. 217-226) ; nous sommes cependant peu favorables à cette interprétation en raison de la position trop excentrée de ces vestiges (Barraud, Dominique et al. 2009, p. 27-28), comme l’avait d’ailleurs déjà noté R. Étienne.

Monuments du culte impérial

À Bordeaux : le Mont Judaïque

62Si la recherche du forum a conduit au Mont Judaïque, c’est que le site attire particulièrement l’attention ; c’est là qu’a été mis au jour en 1594, avec d’importants vestiges de constructions probablement antiques qui demeurent anonymes, un groupe de statues de marbre d’époque julio-claudienne, en rapport avec des plaques de marbres inscrites entre 29 apr. J.-C. et l’époque de Claude, qui garnissaient des bases de statues. Le dossier a été récemment entièrement renouvelé par M. Navarro-Caballero (2008). L’ensemble comprend deux statues de togati et une statue féminine, une inscription à Drusus II, une autre à Claude (ILA, Bordeaux, nos 32 et 33) ; en même temps ont été découverts d’autres morceaux de statues de marbre et un fragment d’inscription, sans doute encore en hommage à un prince julio-claudien (ILA, Bordeaux, no 34). Les statues représentent des personnages en position debout, deux togati et une femme en matrone ; l’analyse a montré qu’il ne pouvait s’agir que de membres de la famille impériale. On aurait ici les témoignages de deux séries d’hommages à cette famille, l’une sous Tibère (Tibère, Germanicus et Drusus le jeune ?), l’autre sous Claude (avec Claude, et peut-être Antonia Minor ?). Offertes par des notables locaux ou par la cité, ces statues appartenaient vraisembla­blement, comme l’a déjà suggéré R. Étienne, à un sanctuaire du culte impérial aménagé aux limites orientales de la ville antique, sur le point culminant de l’agglomération bordelaise.

À Saintes : l’arc de Germanicus et le site Saint-Louis

63On retrouve à Saintes les mêmes hommages à la famille julio-claudienne et l’on connaît les lieux où ils ont été rendus. D’abord, sur l’arc de Germanicus, à Tibère, Germanicus et Drusus II, dont les inscriptions gravées sur l’attique étaient surmontées de statues au sommet du monument (fig. 11). Son décor montre le soin qui fut apporté à son exécution, en particulier les chapiteaux composites qui, aux angles de l’étage des voûtes, couronnent des colonnes cannelées ; le type est rare, et ces chapiteaux témoignent de l’attention aux nouveautés car ils sont les plus anciens dans les séries de la Gaule (Maurin 1978, p. 77-79 ; Tardy 1989, p. 83-84). L’arc était avant tout un monument à la gloire de la famille impériale ; dans cette optique l’emplacement avait été bien choisi, puisque l’arc était un passage obligé à l’entrée principale de la ville. Le donateur, C. Julius Rufus, avait aussi voulu que l’arc fût érigé au terminus de la voie venue de Lyon où il construisit, à la suite de son élection comme prêtre des trois Gaules, l’amphithéâtre du sanctuaire fédéral des Gaules (ILTG, 217) ; les noms du donateur sont gravés sur les deux faces de l’arc (C.1036 ; ILA, Santons, no 7), vers Saintes et vers Lyon, et le choix d’un arc à deux baies ne pouvait que renforcer l’attraction qu’exerçait sur les grands notables santons la ville de Lyon, en même temps lieu du pouvoir et du sanctuaire du Confluent.

Fig. 11 – L’arc de Germanicus

Fig. 11 – L’arc de Germanicus

À gauche, schéma de la face occidentale ; à droite, la face orientale.

DAO : C. Laroche ; cliché : L. Maurin.

  • 27 Rosso 2000 et 2006. On note cependant que l’identification et la date de la statue de Drusus III et (...)
  • 28 Éléments que l’on peut considérer à peu près à leur place d’origine : statue d’un prince julio-clau (...)
  • 29 Mais les deux monuments ne se faisaient pas face ; une ligne reliant le lieu de découverte des stat (...)

64À la phase tibérienne des hommages aux princes représentée par l’arc, correspondrait une phase caliguléenne, avec des statues en marbre de Carrare d’Auguste et des enfants de Germanicus, Drusus III et Livilla, le frère (décédé) et la sœur de Caligula : telles sont les identifications séduisantes proposées par E. Rosso, pour une tête d’Auguste du type Prima Porta, une statue acéphale drapée rapprochée d’une base portant un hommage à Drusus III, et une tête qui serait celle de Iulia Livilla. Enfin, encore extraite du rempart, la base d’une statue de l’empereur Claude27 ; au règne de Caligula ou à celui de Claude pourrait être attribué un jupon de cuirasse en marbre de Carrare, élément de la statue d’un prince impérial. Le lieu de trouvaille des fragments caliguléens et claudiens est connu28 : à part l’un d’entre eux (Livilla), ils sont attachés au sud de la rue Bernard, dans sa partie orientale ; ils ont été découverts lors d’agrandissements de l’ancien hôpital (actuel site Saint-Louis) le long de la rue Bernard et, trouvés loin du rempart, les morceaux de sculpture peuvent être considérés à peu près à leur place d’origine ; les inscriptions ont été extraites du rempart du Bas-Empire. Il y a lieu de penser que le monument – un temple du culte impérial ? – qui abritait ces fragments se dressait près du centre du plateau de l’hôpital et de la Providence, non loin du bord de la falaise abrupte qui domine la ville basse. De là, la vue portait directement vers l’arc de Germanicus sur lequel les titulatures des princes et leurs statues étaient tournées du côté de la ville29. On retiendra dans les deux cas le choix de sites insignes ; à Saintes, celui de Saint-Louis répond à l’arc qui occupait lui aussi une situation singulière, non pas dans la ville, mais à l’entrée du pont qui conduisait à la rive gauche de la Charente, comme pour bien marquer son attachement à la route de Lyon. L’unité de tous ces témoignages est assurée par le fait que, de Tibère à Claude, ils ont été offerts par les membres de la même famille, véritable dynastie détentrice du pouvoir local, que l’on suit sur cinq générations, de la guerre des Gaules au règne de Claude (Maurin 2007b, p. 152-153).

Autres sanctuaires ou monuments de type romain

Les blocs remployés dans le soubassement du rempart du Bas-Empire

65Les fouilles du rempart du Bas-Empire ont livré un grand nombre de blocs de décor d’architecture appartenant principalement au ier s. apr. J.-C. Ils proviennent avant tout du mur occidental, celui qui bordait à l’ouest le plateau de Saint-Louis et de la Providence ; pour cette raison, on a cru traditionnellement que sur ce plateau, plutôt au centre et au nord (secteurs du mur les plus anciennement explorés), avaient été construits le forum et divers monuments publics d’époque romaine. En effet, on pourrait penser qu’en principe les blocs des monuments démontés, souvent d’un grand poids, ont été remployés dans la muraille le plus près possible de leur emplacement d’origine. Mais en vérité cela n’a guère été vérifié jusqu’à l’heure présente. Ainsi, le rempart a aussi livré un très grand nombre de blocs remployés dont beaucoup provenaient de mausolées imposants d’époque julio-claudienne. Il s’élevaient dans des nécropoles situées à la périphérie de la ville (Maurin 1978, p. 127-128), peut-être plus particulièrement le long de la grande voie mise au jour à la sortie de Saintes vers l’ouest, qui était bordée d’enclos funéraires (Maurin 2007a, p. 345-348, J.-P. Baigl).

  • 30 Ainsi le montrent des photographies anciennes avec des alignements de blocs décorés des mêmes moulu (...)
  • 31 Ces chapiteaux sont présentés plus loin par D. Tardy. Pour les deux premiers : Maurin 2007a, p. 343 (...)
  • 32 Tardy 1994, p. 99-107 ; on connaît de nombreuses séries de frises doriques en Italie, en Espagne, e (...)
  • 33 Maurin 1978, p. 82 ; Tardy 1989, p. 26 (et voir infra, § 70). Il a été découvert lors de travaux ef (...)

66On a trouvé dans le parement du rempart des ensembles de blocs provenant d’un même monument30, mais ceux qui appartiennent aux ensembles les plus significatifs sont dispersés dans la muraille, ce qui fait obstacle à toute localisation, même approximative. Ainsi, dans le mur occidental, pour un groupe de sept chapiteaux du type du Second Triumvirat appartenant à coup sûr au même monument, probablement un temple (fig. 12), deux ont été découverts au nord-ouest du plateau, un autre vers le centre et les derniers proviennent du sud-ouest31. Il en est de même pour des frises doriques dont on possède 16 blocs en trois séries de même module32. Seul pourrait éventuellement faire exception un angle d’un grand chapiteau (voir infra, § 70 et fig. 13) qui appartenait à un monument public33. C’est donc essentiellement sous la forme de blocs remployés, dispersés dans le rempart du Bas-Empire, que l’on peut aborder l’équipement monumental de la ville, sans pouvoir le restituer dans la topographie urbaine.

Fig. 12 – Saintes, chapiteau du style du Second Triumvirat

Fig. 12 – Saintes, chapiteau du style du Second Triumvirat

Cliché : D. Tardy (CNRS).

Fig. 13 – Saintes, fragment de l’abaque d’un grand chapiteau augustéen

Fig. 13 – Saintes, fragment de l’abaque d’un grand chapiteau augustéen

Cliché : L. Maurin.

Vestiges de constructions publiques en place

67À Bordeaux, des établissements de bains seront évoqués plus loin. À Saintes, les constructions massives découvertes au sud de la rue Bernard étaient vraisemblablement publiques. Certaines peuvent être d’époque julio-claudienne : elles bordent le côté nord d’une grande rue de direction est-ouest de direction oblique par rapport au grand axe de la rue Victor-Hugo (Maurin 2007a, p. 281-287) qui était établie sur un niveau de constructions augustéennes en petit appareil. Les vestiges de ces grandes constructions ne sont pas identifiables ; ils semblent n’avoir guère dépassé le ier s. Même constatation à l’extrémité nord du plateau, au nord de La Providence, à l’emplacement du Bastion, avec les restes d’un monument de la première moitié du ier s. déjà mentionné et sans doute tôt remplacé au cours du iie s. (Maurin 2007a, p. 292-293, L. Grimbert). C’est donc par le décor d’architecture que l’on peut évoquer avec le plus de sûreté la splendeur de la parure monumentale de Saintes.

Le décor d’architecture à Saintes : l’importance de l’époque augustéenne…

68Parmi les villes d’Aquitaine qui ont conservé des vestiges des programmes monumentaux de leur passé romain, Saintes se distingue par l’importance des ensembles de composantes architecturales attribuables au début de l’Empire. Ils témoignent d’une remarquable phase de monumentalisation d’époque augustéenne et julio-claudienne, exceptionnelle dans le contexte des chefs-lieux de cités de la province.

  • 34 Sur les niveaux d’intervention des ateliers provinciaux, l’étude la plus efficace est celle de Pens (...)
  • 35 Cinq, anciennement trouvés dans le rempart, sont exposés au musée Archéologique de Saintes (nos inv (...)
  • 36 On l’observe sur les chapiteaux de la frons scaenae du théâtre d’Arles, voir Roth-Congès 1983, fig. (...)

69Bien que sculptées dans des calcaires locaux qui signalent l’intervention probable d’équipes de sculpteurs régionaux34, les plus anciennes réalisations de composantes architecturales témoignent de liens étroits avec les productions romaines et de la proximité des cartons urbains. Ces derniers sont en effet immédiatement identifiables dans la plus ancienne série de composantes architecturales conservée, soit sept chapiteaux corinthiens libres qui pourraient appartenir à un temple35 (fig. 12). Caractérisés par la mise en œuvre d’une feuille d’acanthe à découpage symétrique spécifique des plus anciennes expressions du corinthien, ces chapiteaux se distinguent toutefois par la présence de rosettes d’écoinçons entre volutes et hélices qui désignent sans ambiguïté la parenté avec les modèles romains dits du Second Triumvirat. En effet, si ce type de feuille d’acanthe est largement diffusé par les ateliers régionaux au début de l’Empire du fait de son dessin géométrique et de son modelé très plat, aisément reproductible, en revanche, la citation explicite qu’évoque l’association avec les rosettes d’écoinçon est beaucoup plus rare36.

70C’est également dans l’héritage des productions romaines (celles de la ville de Rome) qu’il convient de situer le fragment d’abaque (fig. 13) d’un grand chapiteau corinthien (H. 1,20 m à 1,40 m) dont l’élégant rinceau de tige qui orne le cavet rappelle un court moment de l’architecture métropolitaine, illustré par le temple d’Apollo in Circo, l’arc parthique du forum d’Auguste et en dernier lieu, en 6 apr. J.-C., par les chapiteaux du temple des Dioscures. Caractérisé par un parti pris décoratif assumé, ce courant qualifié par D.E. Strong d’« early decorated period » (Strong 1963, p. 80-81) ne trouve que de rares échos dans les provinces des Gaules, en Narbonnaise, à Arles et Nîmes, et dans les Trois Gaules sur un chapiteau corinthien de Bourbonne-les-Bains (Maligorne 2011, p. 259).

71Cependant, en Aquitaine comme en Narbonnaise, c’est sous l’influence des fondations officielles médio-augustéennes que s’élabore, à partir des ensembles monumentaux du forum d’Auguste, une esthétique porteuse des valeurs du nouveau régime dont le rinceau d’acanthe devient le symbole. Il s’impose à ce titre comme l’ornement exclusif des frises d’entablement des sanctuaires et connaît une fortune plastique sans équivalent. Parmi les ensembles de grandes frises à rinceau conservées dans la capitale santonne, l’un d’eux se distingue par son grand module (H. : 87 cm) qui renvoie à un édifice public (fig. 14) et par sa composition : un rinceau à volute-pédoncule dont la multiplicité des tiges et le faible relief conservent au dessin toute sa valeur plastique. La présence d’une petite faune qui s’intègre au décor végétal sans en modifier le rythme et celle, sur la tige principale, d’une gaine végétale qui s’épanouit délicatement à la naissance du caulicole confirment son appartenance à la période augustéenne (Janon 1986, p. 39). Mais c’est peut-être la nature de son couronnement qui en précise le plus efficacement la nature. En effet, le rai-de-cœur en étrier qui couronne le rinceau trouve ses plus proches parallèles à la Maison Carrée (Amy, Gros 1979, p. 159, pl. 72-73) et la présence de ce motif dont P. Gros et J. Ganzert ont montré le lien, à cette époque, avec des constructions officielles (Gros 1987, p. 344 ; Ganzert 1983), inscrit cet ensemble dans la lignée des fondations dynastiques qui, de Nîmes à Pola, se trouvent directement associées à l’empereur ou à sa famille.

Fig. 14 – Saintes, grande frise à rinceau augustéenne

Fig. 14 – Saintes, grande frise à rinceau augustéenne

Cliché : D. Tardy (CNRS).

…et julio-claudienne

72Ainsi, les membra disjecta d’entablements de grandes dimensions (frises, architraves et corniches) susceptibles d’appartenir à des monuments de la sphère publique dessinent, dès la période augustéenne, les contours d’un patrimoine monumental fourni qui s’enrichit et se diversifie de manière décisive sous les Julio-claudiens. Le décor architectural de l’arc, où se côtoient des traditions anciennes comme celle qui s’exprime dans la mise en œuvre des modillons parallélépipédiques sur la corniche de l’attique, et des expérimentations nouvelles comme celle qui se manifeste dans la syntaxe des chapiteaux composites du second niveau, témoigne de la vitalité des ateliers de la capitale santonne durant ce premier quart de siècle. C’est aussi le moment où se fixe le répertoire ornemental santon et où l’on peut suivre sa diffusion à l’intérieur de la province, de Barzan à Bordeaux. Un répertoire original, fait de citations anciennes empruntées à la Narbonnaise et de recompositions de motifs canoniques dont le « grand entablement corinthien » (fig. 15), constitue probablement à la fin de la période julio-claudienne l’expression la plus aboutie (Tardy 1986, p. 109-123).

Fig. 15 – Saintes, fragment du « grand entablement corinthien »

Fig. 15 – Saintes, fragment du « grand entablement corinthien »

Cliché : D. Tardy (CNRS).

73Cette richesse monumentale précoce qui singularise Mediolanum parmi les villes d’Aquitaine où pourtant sont conservés des corpus importants de membra disjecta, comme à Périgueux et Bordeaux, n’est probablement pas à mettre au compte des seuls hasards de la conservation. On peut raisonnablement penser qu’elle reflète au contraire les rythmes de développement de la ville. Il en va probablement de même pour Bordeaux, où les composantes architecturales attribuables à la première moitié du ier s. sont, au contraire, exceptionnelles. On ne compte en effet qu’une corniche attribuable à la période julio-claudienne (fig. 16), dont les caractéristiques stylistiques et syntaxiques attestent la dépendance des modèles saintais, mais en revanche un important lot de blocs de grands modules signalent une brillante phase de monumentalisation urbaine d’époque antonine, caractérisée par l’introduction d’un répertoire figuré original et singulier dans le contexte de la province (Badie, Robert et al. 2014) (fig. 17).

Fig. 16 – Bordeaux, corniche corinthienne julio-claudienne

Fig. 16 – Bordeaux, corniche corinthienne julio-claudienne

On observe le cadre ciselé sur les métopes, semblable à celui des corniches saintaises.

Cliché : A. Badie (IRAA-CNRS).

Fig. 17 – Bordeaux, visages feuillus en modillon des corniches, d’époque antonine

Fig. 17 – Bordeaux, visages feuillus en modillon des corniches, d’époque antonine

Cliché : A. Badie (IRAA-CNRS).

Les bienfaits de la ville romaine

Les édifices de l’eau

74Une ville à la romaine, c’est également une ville où l’eau, qui coule en abondance, est disponible pour tous.

Aqueducs

75Bordeaux est dotée d’un aqueduc, modeste dans sa longueur comme dans ses aménagements car son tracé ne présente guère de difficultés topographiques. Long de 13 ou 14 km, il trouvait son origine dans le secteur du moulin de Vayres sur la commune de Villenave-d’Ornon et pénétrait dans la ville depuis le sud. Le dernier lieu où il a été repéré de façon assurée est l’église Sainte-Eulalie, à la limite méridionale de l’agglomération du Haut-Empire. Il est vraisemblable que la conduite ne desservait que le sud-ouest de l’agglomération ; la partie nord, au-delà de la Devèze et du port antique, devait l’être par un autre système (Charpentier 2006, p. 40 ; 2012, p. 474). Sa datation demeure malheureusement incertaine, dans l’état actuel de la recherche, et elle ne repose pas sur des indices archéologiques intrinsèques. On le met traditionnellement en rapport avec les fontaines du préteur C. Julius Secundus, datées du deuxième quart du ier s. apr. J.-C. dont les inscriptions (ILA, Bordeaux, nos 38-41b) mentionnent le don faramineux de deux millions de sesterces pour les adductions d’eau (voir infra, § 85).

  • 37 Depuis 2003, les aqueducs de Saintes font l’objet d’une importante recherche sur le terrain, condui (...)

76À Saintes, le premier aqueduc, long de 5 km, capte les eaux de la Font Morillon à Fontcouverte37 et arrive dans la ville en traversant la Charente, au prix d’un pont-siphon que l’archéologie a récemment mis en évidence de façon très partielle (Lecat 2010, p. 214-215). Il peut être attribué avec une grande vraisemblance à l’époque julio-claudienne (Maurin 2007b, p. 197).

Fontaines

77On connaît un certain nombre d’édifices grands consommateurs d’eau, corollaires de l’aqueduc. Les plus célèbres sont assurément les fontaines qui ne sont identifiées à Bordeaux qu’au travers des plaques percées d’une bouche d’eau que surmonte l’inscription dédicatoire reproduite à quatre reprises. Leur nombre, la ressemblance des documents, la précocité de leur datation permet d’imaginer que l’on est en présence du réseau originel de fontaines qui devait quadriller la ville. Leurs localisations primitives ne peuvent pas être précisées, les documents ayant été retrouvés dans les courtines nord et sud du rempart du Bas-Empire, plutôt dans leur tronçon occidental si tant est que les pierres n’aient été que peu déplacées lors de leur remploi. De même, on ne connaît pas la dimension des cuves. La taille des inscriptions et des bouches laisse envisager une certaine monumentalité (Bouet 2015, p. 36-37). On a du mal à imaginer ces plaques surmontant les modestes fontaines des rues de Pompéi ! Cet élément n’est d’ailleurs pas spécifique à Bordeaux, puisqu’un autre, anépigraphe donc non daté, se retrouve au musée lapidaire de Saintes (Maurin 2007b, p. 211) et un autre encore, voisin par sa forme, à Périgueux (ILA, Pétrucores, no 28). Il s’agit donc vraisemblablement d’un modèle assez répandu à l’époque julio-claudienne, au moins dans quelques chefs-lieux du sud-ouest de la Gaule. À Saintes, la monumentale fontaine à exèdres ornant la façade des thermes Saint-Saloine (Bouet 2006, p. 112-115), bien que non datée, est assurément postérieure aux julio-claudiens.

Thermes

78Rares sont également les témoignages des thermes. À Bordeaux, trois ensembles sont connus, attribuables à l’époque julio-claudienne. Rue des Frères-Bonie, le bâtiment compte deux états. Si le second, qui date du début du iie s., autorise la restitution du cheminement du baigneur, on ne peut pas en dire autant du premier, du milieu du ier s., dont on n’identifie très partiellement que deux pièces chauffées et un praefurnium (Bouet dir. 2003, p. 553-554). Plus à l’est, dans la rue du Hâ, un autre établissement est mis en place au milieu du ier s. apr. J.-C. On y reconnaît les vestiges d’un caldarium, d’une salle de chauffe et d’espaces indéterminés avant que la construction ne soit remaniée dans les années 70 ou au début du iie s. (Hénique 2009 ; Doulan 2013, p. 259-261, J. Hénique). Au nord-ouest de la rue des Frères-Bonie, sur l’îlot Bonnac, se rencontrent deux établissements successifs (Pons-Métois 2005 et 2007). Le premier, du milieu du ier s., est aménagé sur deux terrasses artificielles entaillées dans le versant. Dans la partie basse, se trouve une natatio d’environ 30 m2, pavée de briquettes disposées en opus spicatum. Dans la partie haute, a été retrouvé un autre bassin de 12 m2 associé à une salle chauffée essentiellement reconnaissable à son praefurnium. Une autre pièce pourrait être assimilée à des latrines.

79Tous ces bâtiments ont une vocation publique. Pour ceux de la rue des Frères-Bonie et de la rue du Hâ, il s’agit vraisemblablement de thermes de quartier. Ceux de l’îlot Bonnac, bien que très détruits, sont plus monumentaux et appartiennent à la grande parure urbaine. Le milieu du ier s. correspond à une période importante dans la mise en place du réseau de bains publics.

80Aucune donnée ne peut être fournie pour Saintes.

Les édifices de spectacle : l’amphithéâtre de Saintes

  • 38 Saintes et Bordeaux ont probablement eu un théâtre, comme les autres villes du nord de la Garonne ( (...)

81L’amphithéâtre de Saintes est le plus ancien de la province d’Aquitaine. Construit à la périphérie de la ville, il obstrue le vallon des Arènes dont les pentes ont été retaillées et complétées par de puissantes maçonneries à l’est et à l’ouest. Un égout traverse l’arène pour drainer les eaux pluviales du vallon. Comme on l’a vu, le monument s’appuie à l’ouest sur un talus artificiel permettant le passage de la voie qui, après un parcours urbain que l’on a aujourd’hui quelque peine à restituer, se dirige vers Bordeaux. Il est probable que l’amphithéâtre ait été conçu sous Tibère, en même temps que l’arc de Germanicus, dans le cadre d’un grand programme d’urbanisme, les deux monuments marquant à l’est et à l’ouest les limites de la ville. Sa construction a dû s’achever sous le règne de Claude dont le nom figure en tête d’une inscription monumentale fragmentaire trouvée à l’entrée du vomitoire oriental (ILA, Santons, no 10). Confirmation en est donnée par l’architecture de l’amphithéâtre. Elle est caractéristique de la haute époque impériale, par la structure pleine adaptée à la topographie naturelle, par l’absence de sous-sol, par les gradins directement posés sur le sol ou sur des remblais, au lieu de voûtes en blocage. En outre, à l’est et à l’ouest, l’emploi pour le grand appareil des deux entrées principales de blocs de parement ornés de gros bossages délimités par une ciselure ne semble pas, en général, avoir dépassé l’époque julio-claudienne (Golvin 1988, p. 124-125 et p. 270-273). L’amphithéâtre pouvait contenir jusqu’à 20 000 spectateurs (Doreau, Golvin et al. 1982, p. 86)38.

À Saintes, un cirque improbable

  • 39 Ces savants (Grenier 1958, p. 994-996 et Humphrey 1986, p. 407-408) ont été sans doute trompés par (...)

82La présence d’un cirque à Saintes à l’époque julio-claudienne repose sur une tradition tenace, renforcée par une exploration archéologique mal conduite et par l’interprétation erronée des vestiges découverts, consacrée enfin par les ouvrages d’A. Grenier et de J. Humphrey39. Au bout du compte, « a non-monumental circus » (Humphrey) aurait été aménagé au nord de la ville, dans le vallon de la Combe, dépression naturelle de direction est-ouest interprétée ainsi pour les besoins de la cause. En dépit de l’inconsistance des arguments archéologiques, il a semblé nécessaire qu’un cirque ait été édifié dans une ville qui passait pour être ou avoir été (car aucune datation n’a été proposée) la capitale de la province (Maurin 2007a, p. 357-363, voir ibid., p. 64).

L’ouverture au monde : quelques témoignages sur le grand commerce à Saintes et à Bordeaux

  • 40 C’est une suggestion aimablement communiquée par Isabelle Rodà, Directrice de l’Institut catalan d’ (...)

83À Saintes comme à Bordeaux, avec le développement brutal de l’agglomération dès le troisième quart du ier s. av. J.-C., les relations commerciales s’intensifient et les importations se multiplient. Sur le plan de la vie quotidienne, on les mesure avant tout par les importations de céramiques et d’amphores ; elles apparaissent ou s’amplifient dès le lendemain de la guerre des Gaules : dans les niveaux les plus anciens sont associés céramiques campaniennes B et C, gobeleterie à paroi fine, plats à engobe interne, couvercles et marmites à pâte claire. Nous avons évoqué aussi pour Saintes ces relations dans le domaine de la sculpture, où des statues de marbre des membres de la famille impériale sont importées de Rome, de même que la copie en marbre du Pentélique de la statue en bronze du doryphore de Polyclète, exécutée sous le règne d’Auguste ou sous celui de Tibère (Braemer 1954 ; Maurin 2007a, p. 247-248). À Saintes, de tels apports, qui devaient être exceptionnels, ne dépassent pas la dynastie julio-claudienne. À la même date, on trouve à Bordeaux des importations identiques ; M. Navarro-Caballero a établi que les trois grandes statues de marbre découvertes sur le Mont Judaïque étaient des portraits impériaux ; elles avaient très probablement été sculptées à Rome40.

84Sous le principat de Claude, un exemple peu ordinaire de l’intensité des relations commerciales est donné à Saintes par la tombe d’une jeune femme inhumée dans un grand sarcophage découvert en 1871 dans la nécropole du Clousi, à l’ouest de l’amphithéâtre (Maurin 2007a, p. 353-355) ; les 86 objets recueillis comprennent des amphores et une tasse à paroi fine venues d’Espagne, des vases de céramique sigillée de Montans, d’autres à glaçure plombifère produits dans l’Allier, et 34 pièces de verre provenant d’ateliers extérieurs, notamment italiens (Chew 1988).

Les traditions indigènes dans la ville

Dans les institutions, les apparences

85Ce qui précède met en exergue l’importance de la conversion à Rome principalement dans les monuments publics, le confort de la vie quotidienne, et les loisirs. Il ne pouvait en être autrement pour les notables indigènes qui se sont vu confier par l’autorité romaine le gouvernement des cités dont la ville est le chef-lieu ; les institutions municipales sont en apparence un compromis entre les traditions locales et les nouveautés romaines : elles mettent à Saintes au premier plan un vergobret (C.1048 = ILA, Santons, no 20), le magistrat suprême annuel chez les Éduens selon César (La Guerre des Gaules, 1.16.5), mais cette concession au passé gaulois n’est qu’une façade et la réalité doit être romaine, car la langue officielle est le latin, et le culte impérial a une place prépondérante dans la vie publique, à Bordeaux comme à Saintes ; on a évoqué ci-dessus la position éminente d’une grande famille santonne à travers ce culte. À la même époque, la dominante romaine est plus marquée à Bordeaux, puisque la cité est gouvernée par un préteur, titre qui est ici une traduction de vergobret (ILA, Bordeaux, p. 223-224). À Bordeaux encore, l’évergétisme municipal se manifeste avec des constructions et des modalités bien romaines dans le don d’un aqueduc et de fontaines (C.596-600 = ILA, Bordeaux, nos 38-41).

Dans les cultes

86Néanmoins, dans les cultes l’enracinement dans le passé gaulois est bien réel et les sanctuaires indigènes persistent. On le voit mieux à Saintes qu’à Bordeaux où, dans ce domaine, seul est connu le temple à cella centrale et galerie périphérique de la rue Castelnau-d’Auros, datable entre 41 et 60. Le sol de sa cella d’environ 5,50 m de côté était couvert d’un modeste opus spicatum (Lavaud dir. 2009, p. 32-33 ; Doulan 2013, p. 114-116, C. Doulan) (fig. 18).

Fig. 18 – Bordeaux, le temple de la rue Castelnau-d’Auros

Fig. 18 – Bordeaux, le temple de la rue Castelnau-d’Auros

Cliché : L. Martin (Afan).

  • 41 Un doute a cependant été émis par Hillairet 1995, p. 18 qui envisagerait éventuellement une date an (...)

87À Saintes, il ne fait guère de doute qu’à la périphérie de la ville un sanctuaire, indigène par ses aménagements et ses cultes, ait vu le jour dès l’époque augustéenne aux Ateliers Municipaux (fig. 19). Les conditions de l’exploration font que les informations qui concernent le site sont largement insuffisantes (Maurin 2007a, p. 116-133, L. Tranoy ; Maurin 2007b, p. 146-148). Pour les structures, l’élément majeur est un grand fossé circulaire creusé dans le substrat calcaire, d’un diamètre intérieur d’environ 50 m, d’une largeur proche de 5 m et d’une profondeur supérieure à 2,50 m. Les objets les plus anciens trouvés dans son comblement sont des tessons de céramique d’époque augustéenne, qui permettent de fixer son creusement plus probablement à cette date qu’à une époque antérieure41. Dès les années 20 apr. J.-C., en raison sans doute du caractère étrange de ce fossé dans une agglomération en voie de romanisation rapide, son comblement a progressé rapidement pour faire place, dès le milieu du ier s., à d’autres dispositifs. Les conditions de l’exploration et surtout la destruction du site au iie s. apr. J.-C. nous condamnent à ignorer définitivement les aménagements d’époque julio-claudienne qui accompagnaient le fossé. Mais, dans le mobilier recueilli dans le comblement du fossé ou du puits, certaines sculptures se rapportent à la haute époque du site : deux d’entre elles sont de petites statues de dieux assis en tailleur, décapitées avant d’être jetées au rebut (fig. 20). La troisième est un bloc d’une forme compliquée sur lequel apparaît une tête dont seuls les volumes sont dégagés ; le cerne des yeux en amandes est simplement gravé, de même que la bouche souriante ; ce relief remploie une pierre qui était sculptée primitivement en méplat, sur une autre face, d’une niche abritant la silhouette de Neptune brandissant un trident (fig. 21). C’est encore à la périphérie de la ville julio-claudienne qu’a été découvert le fameux groupe Espérandieu 1319 (fig. 22). Son style le fait attribuer aux années d’apprentissage de la sculpture d’un artisan santon, peut-être dès l’époque tardo-augustéenne (vers 10 apr. J.-C. ?). Il comporte deux statues principales, un dieu et une déesse assis côte à côte, mais aussi, au revers, des divinités secondaires juchées sur des socles. Les divinités principales évoquent l’époque pré-romaine : le dieu est assis en tailleur et il tient un torque ; la déesse trône sur un tabouret, engoncée dans son manteau, avec les attributs de la fécondité : un fruit, une corne d’abondance, une divinité enfant à sa gauche. Hercule figure au revers ; comme le Neptune des Ateliers municipaux, il montre bien que l’on faisait appel aux images divines gréco-romaines pour illustrer des mythes si manifestement indigènes. Les divinités réparties sur deux faces – même si la face principale était clairement indiquée – donnent une idée de l’organisation de la salle cultuelle où ce relief était exposé : les desservants du culte devaient tourner autour, suivant un rituel réglé par les différentes sculptures qui représentaient les principaux personnages d’une histoire divine (Maurin 1978, p. 246-247 ; 2007b, p. 149-150).

Fig. 19 – Saintes, ateliers municipaux, plan général des structures découvertes

Fig. 19 – Saintes, ateliers municipaux, plan général des structures découvertes

Établi d’après les données éparses à travers les publications.

Relevés : J.-J. Bégué, G. Landais, J. Seigne.

Fig. 20 – Saintes, ateliers municipaux, dieu assis en tailleur

Fig. 20 – Saintes, ateliers municipaux, dieu assis en tailleur

À gauche, trouvé dans le puits G (hauteur : 23 cm) ; à droite, trouvé dans le puits Z (hauteur : 30 cm). La facture est très différente : la sculpture sommaire et réaliste du premier s’oppose à la fluidité des formes du second.

Cliché : L. Maurin (Ausonius).

Fig. 21 – Saintes, ateliers municipaux, relief trouvé dans le puits Z

Fig. 21 – Saintes, ateliers municipaux, relief trouvé dans le puits Z

Hauteur : 28 cm. Visage souriant sur une face, haut d’une représentation de Neptune sur une autre face.

Cliché : L. Maurin (Ausonius).

Fig. 22 – Le groupe Espérandieu, 1319

Fig. 22 – Le groupe Espérandieu, 1319

h. : 84 cm, l. : 77 cm, ép. : 32 cm.

Cliché : Musée des Antiquités nationales.

Dans l’artisanat

  • 42 Fouillé en 2013, un atelier découvert au nord-est du cimetière Saint-Vivien est signalé dans une pl (...)
  • 43 Pour l’artisanat antique à Saintes, on suivra le riche mémoire d’Hillairet 1995. Sur la céramique l (...)

88Les traditions de l’époque de l’Indépendance sont bien évidentes dans le mobilier domestique des ménages, avant tout la céramique qui en constitue, pour les archéologues, la plus grande partie (Maurin 2007b, 144). La céramique modelée subsiste un temps, mais elle est de plus en plus supplantée par la céramique tournée qui a une texture souvent onctueuse et lisse au toucher, qui l’a faite qualifier de « savonneuse ». Elle conserve nombre de formes très particulières héritées de La Tène, notamment des coupes carénées à bord concaves décorées de baguettes, des vases « bobines », et des vases à ombilic qui laissent supposer la persistance d’habitudes alimentaires particulières. Ces vases étaient fabriqués sur place dans des ateliers dont les traces s’égrènent au nord de la ville (voir fig. 10). Ils ont été reconnus jusqu’ici par la découverte de fours ou de déchets de cuisson ; ceux du cimetière Saint-Vivien viennent d’être l’objet d’une nouvelle étude (Bernier 2014)42 ; les fours reprenaient des modèles simples de La Tène, avec une sole rayonnante et regroupaient plusieurs unités de production ; à l’approche du milieu du ier s., les formes traditionnelles et cette céramique « savonneuse » elle-même vont rapidement disparaître ; très rares dès le troisième quart du ier s., il n’y en aura plus de traces à la fin du siècle43. De même, on a identifié divers ateliers qui se livraient à la petite métallurgie (fer, bronze), ou à des activités moins polluantes comme l’artisanat de l’os et de la corne ou le tissage, et qui étaient imbriqués dans des habitations (Hillairet 1995) ; on l’a bien observé pour la métallurgie sur le site de « Ma Maison » (Collectif 1988, p. 225-227, N. Lauranceau). Enfin, l’artisanat du bois pour l’outillage et la vaisselle est bien attesté, et il s’étend même à la sculpture (Maurin 2007a, p. 213 et fig. 241).

89L’importance des influences romaines dans le domaine de l’architecture a entraîné l’apparition de divers métiers de la pierre qui se sont développés avec succès – la preuve en étant la construction des monuments publics avec des calcaires locaux –, surtout à l’époque augustéenne et au ier s., à côté de l’artisanat traditionnel. On note en particulier, selon D. Tardy, la création d’un atelier médiolanais de sculpture qui a exercé son activité dès l’époque médio-augustéenne.

90À Bordeaux se retrouvent les activités artisanales inhérentes au développement de toute ville à la romaine. Celles liées à la sidérurgie sont particulièrement prégnantes, tant au cours du Chapeau-Rouge au début du ier s. qu’à la Cité judiciaire entre 10-15 et 30 (Sireix dir. 2008, p. 19-22), à la Place des Grand-Hommes (Doulan 2013, p. 141), à la Rue du Hâ (Doulan 2013, p. 258, J. Hénique) ou à l’Auditorium (CAG 33/2, p. 111, K. Chuniaud). La découverte la plus importante est assurément celle réalisée sur le site de la place de la Comédie (fouilles du Grand Hôtel), où plusieurs fosses importantes (l’une atteint 10 m2) sont à mettre en relation avec la coulée de grandes pièces de bronze destinées probablement à un complexe monumental voisin. Leur datation, dans le courant du ier s., ne permet pas toutefois de savoir si elles entrent parfaitement dans l’espace chronologique pris en compte dans cette étude (Doulan 2013, p. 144, C. Sireix).

Dans l’habitat

À Saintes

  • 44 Principalement sur trois sites : L’école Émile-Combes (1987 ; Maurin 2007a, p. 208-218, C. Vernou e (...)

91À Saintes, des quartiers d’habitations n’ont été explorés que dans la partie nord de l’agglomération, où on les voit apparaître dès le lendemain de la guerre des Gaules44, c’est-à-dire une génération avant que des monuments publics soient attestés, et à la suite d’habitats antérieurs (voir supra). Dans ces quartiers, jusqu’au milieu du ier s., il y a un vif contraste entre un habitat modeste et fragile et les monuments publics au riche décor et à l’épreuve du temps. On a mis au jour les habitats successifs, toujours rapidement remplacés, sous Auguste et les Julio-Claudiens (Collectif 1988, p. 14-21) : des parois de torchis ou d’argile armées par des poteaux assez légers ; rapidement, ces parois reposent sur des alignements de blocs de pierre qui assurent leur stabilité ; d’abord non calibrés, ces blocs ont une taille de plus en plus soignée ; vers 30-50 apr. J.-C., ils sont parallélépipédiques et forment des alignements réguliers. Il semble que les demeures soient souvent réduites et comprennent une salle principale de plan quadranglaire flanquée d’une ou deux pièces, parfois divisées par des cloisons dressées sur des poutres sablières. De bonne heure (dès la troisième décennie av. J.-C.), les parois sont fréquemment recouvertes d’un enduit blanc, ou blanc et rouge, et plus tard (depuis Tibère) multicolore. Le sol est en pierruche soigneusement damée (moins souvent, en terre battue), avec, à l’occasion, des plaques-foyers que l’on trouve aussi à l’extérieur de l’habitat. Les occupants se procuraient sur place les matériaux (argile et calcaire) : ils creusaient sur le site même des fosses d’extraction, la plupart du temps de faible ampleur, qui servaient ensuite de dépotoirs, ou qui étaient comblées plus tard, quand on construisait un nouvel habitat ; le mobilier rejeté, très abondant, indique une forte densité de l’occupation. Les tuiles apparaissent dans la première décennie apr. J.-C. L’alimentation en eau est (et restera) assurée par des puits de plan circulaire. C’est seulement autour du milieu du ier s. que sont établis les premiers habitats aux murs maçonnés. Ils sont séparés par des aires de circulation faites de pierres, de rognons de silex, et de tessons d’amphores que l’on peut identifier à des rues ou des ruelles. L’une d’elles, large de 8 m et d’orientation est-ouest, est bien attestée dès les années 40-30.

92C’est à Saintes que l’on voit le mieux la vive opposition entre la parure romaine du centre civique, au fait des derniers courants artistiques romains, et l’habitat traditionnel local qui nous paraît parfois si rudimentaire. Cela vient très probablement des zones où a dû jusqu’ici être cantonnée l’exploration archéologique : ces quartiers nord où la ville moderne a progressivement reconquis depuis deux siècles l’occupation antique.

93On s’étonne ainsi de ne pas rencontrer à Saintes, dans les premières décennies de l’Empire, d’habitat à la romaine, tel qu’il est connu dans d’autres villes, comme à Limoges ou à Périgueux. Cependant, aux Sables, au nord-est de l’agglomération gallo-romaine, dans ce qui devait être un faubourg, des ruines importantes, entrevues à la fin du xixe s., pourraient être interpétées comme celles d’une demeure de haut niveau dont l’élément le plus marquant est un plafond organisé en caissons incrustés de coquillages, associés à l’opus musivum, datable du ier s., peut-être dès le second quart de ce siècle (Maurin 2007a, p. 111-116, S. Heidet). C’est, près de l’amphithéâtre, une demeure d’un standing semblable que devait décorer la copie du doryphore de Polyclète évoquée plus haut.

À Bordeaux

94À Bordeaux, les données sur l’habitat sont également disparates. On constate, au début de l’Empire, la prééminence de l’architecture dite légère, en terre sur solins de pierre. Dans la fouille du Cours du Chapeau-Rouge, deux unités d’habitation quasiment complètes des années 30 av. J.-C., aux parois de terre, ont été mises en évidence. Chacune est formée de deux pièces, disposées symétriquement de part et d’autre d’une cour intérieure dont la partie sud était occupée par une latrine sur fosse. Le centre de certaines pièces, occupé systématiquement par le foyer, confirme la fonction domestique des espaces (Sireix, Chuniaud 2005, p. 222-223). Au début du ier s., à la suite de la mise en place du decumanus qui détruisit une partie des aménagements antérieurs, les techniques de construction ne changent pas véritablement, et correspondent toujours à un quartier modeste où se développent les activités de forge. À la Cité judiciaire, un petit bâtiment constitué d’au moins deux pièces délimitées par des poutres sablières basses, édifié en retrait de la rue, est plus vraisemblablement à vocation artisanale que d’habitat. Dans la fouille de l’Auditorium, la zone est occupée par de modestes unités domestiques et artisanales en matériau périssable, que séparent de petites venelles. Il faut attendre le milieu du ier s. pour que les bases de mur maçonnées fassent leur apparition (Doulan 2013, p. 111, K. Chuniaud).

95Cette modestie apparente des matériaux et des plans n’est probablement qu’un état de la recherche. Les fouilles menées Rue du Hâ ont exhumé une partie d’une domus richement décorée, détruite vers 40-50, comprenant des sols en opus tessalatum, en opus signinum à crustae et enduits peints du troisième style pompéien posés sur des élévations de terre. La zone la plus richement décorée semble être l’oecus, orné d’une mosaïque à décor géométrique (Doulan 2013, p. 259, J. Hénique). La découverte, en plusieurs points de la ville, de mosaïques noires et blanches datées du Haut-Empire, et souvent de l’époque julio-claudienne, prouve que la construction de la Rue du Hâ ne devait pas être exceptionnelle.

Saintes et Bordeaux, destins croisés

  • 45 Cette hypothèse était liée au premier séjour d’Agrippa en Gaule (Maurin 1978, p. 50) et elle avait (...)

96À Bordeaux, l’essor du troisième quart du ier s. av. J.-C. a accompagné, selon toute vraisemblance, l’installation des Bituriges Vivisques transplantés du centre de la Gaule dans une agglomération dont le nom, Burdigala, se perd dans la nuit des temps (ILA, Bordeaux, p. 19, n. 2). Saintes a connu dès le lendemain de la guerre des Gaules des occupants d’un tout autre style, avec l’établissement d’un camp militaire, facteur décisif de son essor. Ce camp a-t-il été installé sur un site vide d’habitants, ou bien a-t-il trouvé sur place une agglomération indigène en gestation et profité de la main-d’œuvre qu’elle offrait ? La question est à l’étude, mais il semble que l’on doive dès maintenant renoncer à l’idée d’une création urbaine proprement romaine45. En effet, en l’état des connaissances, l’hypothèse de la naissance d’une agglomération à Saintes à LT D2b (60-30 av. J.-C.) mais très probablement en germe dès LT D2a (90-60 av. J.-C.) est tout à fait envisageable. Au demeurant, la naissance d’une agglomération indigène nouvelle peu de temps avant la guerre des Gaules expliquerait opportunément, d’une part le choix, pour une ville fondée au centre du pays santon, du toponyme Mediolanum (Maurin 1978, p. 131 et n. 3 ; Landreau 2009, p. 289), qu’il serait difficile d’expliquer pour une ville créée ex nihilo par Rome, et d’autre part, l’enracinement de traditions culturelles gauloises qui se perpétueront jusqu’en plein iie s.

97Les deux villes deviennent véritablement romaines lors de l’organisation administrative des espaces gaulois décidée par Auguste, probablement lors de son long séjour à Lyon en 16-13 (fig. 23) ; elles sont alors promues comme chefs-lieux des deux cités des Santons et des Bituriges Vivisques. Toutefois, il est possible que Bordeaux ait été désignée comme tel un peu plus tard que Saintes, mais encore sous le règne d’Auguste, si l’on interprète convenablement l’autel de marbre que la cité des Bituriges Vivisques consacra « à Auguste et au Génie de la cité des Bituriges Vivisques » et qui est décoré au revers du dé d’une couronne civique (C.566 = ILA, Bordeaux, p. 29 et no 1). Dans un cas comme dans l’autre, c’est sans doute à ce moment que le développement des agglomérations a été définitivement encadré par un maillage orthogonal, progressivement étendu au fur et à mesure du développement urbain.

Fig. 23 – Les Santons, les Bituriges Vivisques et leurs voisins dans l’Aquitaine augustéenne

Fig. 23 – Les Santons, les Bituriges Vivisques et leurs voisins dans l’Aquitaine augustéenne

On ne sait à laquelle des cités environnantes était rattaché l’Angoumois.

DAO : L. Maurin (Ausonius).

98Pour les deux villes, il manque encore l’emplacement du centre public qui permettrait d’avoir une vue claire de leur organisation. Sous les Julio-Claudiens, elles furent équipées de monuments publics à Saintes, avec l’arc et l’amphithéâtre, comme à Bordeaux, où l’on a noté plusieurs établissements de bains et, dans les deux villes, d’un réseau d’adduction de l’eau. Sur le plan monumental, le rempart du Bas-Empire à Saintes a livré de nombreux témoins d’une parure exceptionnelle dès l’époque médio-augustéenne, tandis qu’à Bordeaux les vestiges du décor d’architecture – notamment ceux qui sont livrés par le rempart – sont beaucoup plus tardifs. Si l’on en juge par ces vestiges, Saintes connut pendant plusieurs décennies un destin exceptionnel par rapport à Bordeaux et, plus généralement au sein de la province d’Aquitaine.

99Il apparaît que, très tôt, à Saintes, les dirigeants locaux – du moins ceux qui, comme Epotsorividius, l’ancêtre du donateur de l’arc (C. 1038 = ILA, Santons, no 7), avaient choisi pendant la guerre des Gaules le parti de Rome – ne ménagèrent pas les preuves de leur adhésion et de leur fidélité au vainqueur, principalement sous le principat de Tibère. Il en fut de même à Bordeaux, sans doute à une date plus tardive, sous Claude, avec C. Julius Secundus (C.596-600 = ILA, Bordeaux, nos 38-41).

100La primauté de Saintes fut assurée par le rôle que lui conféra Agrippa. Selon Strabon, dans la Gaule conquise par César, Agrippa fut l’initiateur, peut-être dès son premier gouvernement, en 40-37 (Roddaz 1984, p. 389), d’un nouveau réseau routier dont le centre était Lyon (fig. 24). La première voie nommée est celle qui conduisait, à travers le Massif central « chez les Santons et en Aquitaine » (Strabon, C 208-4.6.10) ; chez les Santons, elle ne pouvait aboutir – l’arc routier l’a ensuite confirmé – qu’à Mediolanum (Saintes) où elle traversait la Charente, ce qui assurait le rôle majeur de cette ville, et elle poursuivait son tracé jusqu’en Aquitaine – qui, sous la plume de Strabon, est celle de l’époque préaugustéenne – dont Bordeaux marquait l’accès. Cette partie terminale de la voie unit Saintes et Bordeaux : faut-il y voir une conclusion de l’époque protohistorique des « destins croisés » auxquels conduisent plusieurs interprétations des sources ? Certes, il faut manier celles-ci avec la plus grande prudence, mais de quelque côté qu’on les prenne pour le temps des origines, les Santons jouissent d’un prestige incomparable par rapport à l’emporium de Bordeaux, Burdigala, devenu le chef-lieu des Bituriges Vivisques. Le tracé de la voie qui traverse la Gaule d’est en ouest et aboutit à Saintes, puis à Bordeaux, montre bien le lien, qui apparaît à chaque moment de leur histoire, entre les deux villes.

Fig. 24 – Le réseau routier d’Agrippa en Gaule

Fig. 24 – Le réseau routier d’Agrippa en Gaule

D’après C. Goudineau, in Février, Fixot et al. 1980.

101On revient ici au dossier de la capitale de la province, que R. Haensch a tranché en proposant que Bordeaux ait tenu ce rôle d’un bout à l’autre de l’Empire (1997, p. 135-138 et p. 464-465), et il a été suivi, avec d’autres arguments, par P. Le Roux (2011) ; mais les sources manquent totalement pour l’époque julio-claudienne. Cette question a été examinée ailleurs (Maurin 2007b, p. 153-156) ; elle n’est pas sans incidences sur le développement de la ville élue : il fallait un palais de justice, des bureaux, des résidences pour le gouverneur, ses conseillers, ses employés, sans compter les hôtes de passage. Sous le règne d’Auguste, le pouvoir impérial s’exerce en Gaule à partir de Lyon où résident fréquemment, après l’empereur lui-même, divers princes impériaux (Maurin 2007, p. 155, n. 58) ; or l’architecture du réseau routier fait de Saintes le relais de ce pouvoir dans le grand Sud-Ouest gaulois et de Mediolanum la meilleure candidate pour être la capitale de l’Aquitaine ; Suétone souligne en effet le rôle essentiel des voies stratégiques (viae militares) « pour faire connaître (au prince) ce qui se passait dans chaque province » (Auguste, 49.5). À partir du rappel de Germanicus en 17 apr. J.-C., Lyon n’a plus été que très exceptionnellement résidence impériale. Une page politique s’est donc tournée pour la Gaule, ce qui n’a pas été sans conséquences pour son administration, puisque, même si Lyon demeure une importante métropole, les trois provinces gauloises sont dès lors gouvernées depuis Rome. La voie de l’isthme a alors été désormais privilégiée pour relier l’empereur au gouverneur de l’Aquitaine, ce qui a pu provoquer à brève échéance la promotion de Bordeaux.

Haut de page

Bibliographie

Pour consulter la liste des abréviations et des acronymes, cliquer ici.

Les références bibliographiques du dossier sont compilées en fin de volume : Bibliographie.

Haut de page

Notes

1 Sur Saintes, un bilan des questions évoquées ici a été publié dans Tranoy 2004 ; pour Bordeaux, Barraud, Sireix 2010.

2 Voir aussi Maurin 1999, p. 219-223. L. Julien-Laferrière a attiré le premier l’attention sur la levée de la Dague (Julien-Laferrière, Musset 1879-1892, t. I, p. 42, n. 2). Mais le véritable inventeur de Pons préromain est L. Lassarade qui a donné la synthèse de ses recherches archéologiques in Lassarade 1986.

3 Communication au Congrès international de Nyon, 14-17 mai 2015 (voir infra, bibliographie). Cette étude s’insère dans le Projet collectif de recherche (PCR, en cours) intitulé Limites et périphéries de Saintes antique : évolution topographique entre le ier siècle a.C. et le ve siècle p.C., coordonné par J.-P. Baigl, ingénieur Inrap, B. Maratier, conservateur du Musée Archéologique de Saintes et M. Perrin, directrice de l’Atelier du Patrimoine de Saintonge.

4 Ces découvertes nous ont été signalées par les deux responsables des interventions, J.-P. Nibodeau et J.-P. Baigl, avec les réserves d’usage, en attendant la publication qu’ils en assureront. Nous en faisons état dès maintenant en raison du jalon qu’elles introduiraient dans l’occupation ancienne de ce secteur de la ville.

5 Maurin, Tilhard 1987. Le fragment a été signalé par M. Rouvreau en 1985 : selon lui, il l’avait extrait des terres envoyées à la décharge qui provenaient des excavations faites au sud de la rue Bernard lors de la construction de la maternité de l’ancien hôpital en 1965. Le caractère unique d’une telle découverte, en réalité sans aucune provenance assurée, avait même fait douter qu’elle provînt de Saintes (Maurin 1999, p. 278).

6 Hiernard 1999, p. 114 : iie s. ou première moitié du ier s. (Hiernard note que de telles parures pouvaient être conservées longtemps ; voir aussi Hiernard, Simon-Hiernard 2000) ; ce seraient plutôt des copies régionales fabriquées dans la première moitié du ier s. selon Gomez de Soto 2007, p. 96 ; Maurin 1999, p. 237-239 et fig. 278. La perte des objets ne permet guère de trancher, puisque l’on en connaît seulement des dessins.

7 Au sens césarien du terme.

8 Diagnostic et fouille Inrap (2000-2004, resp. : C. Sireix).

9 L’adhésion de cette région se fit sans bruit, en 56 ; les Pictons et les Santons sont les seuls nommés parmi les peuples du centre-ouest de la Gaule, parce qu’ils furent mis aussitôt à contribution pour la guerre contre les Vénètes : ils fournirent des navires de charge qui rejoignirent la flotte de guerre que César avait fait construire sur la Loire (La Guerre des Gaules, 3.11.5) ; cette mention est un indice d’une ouverture des Santons sur la mer.

10 Comment les Santons auraient-ils pu accepter de leur plein gré, sinon même avec empressement, d’intégrer dans leur territoire les 368 000 individus (dont 92 000 guerriers) que comptaient, sur le chemin de la Saintonge, les Helvètes et leurs alliés (La Guerre des Gaules, 1.29), eux dont on peut estimer avec quelque vraisemblance que leur nation comptait environ 100 000 âmes (Maurin dir. 2007, p. 110-111) ? Les parallèles mis en avant par Dion (1963), ne peuvent être retenus, car ils ne concernent que des groupes beaucoup moins nombreux (Maurin 1978, p. 47).

11 On doit cette découverte à J. Hiernard, alors qu’en 1986 il se voyait dans l’impossibilité, faute de preuves concluantes, d’attribuer une série monétaire aux Santons (Hiernard 1986, p. 120). Toutefois, cette attribution d’un monnayage spécifique aux Santons avec la série B, émise peu avant la guerre des Gaules, est formulée avec une grande prudence en raison du faible nombre des attestations, en particulier sur le territoire santon proprement dit (Hiernard 1993, p. 658).

12 Sur les monnaies de cette série, une petite tête remplace – sous le cheval androcéphale – l’habituelle main. Une étude sur ce monnayage sera publiée par V. Geneviève et E. Hiriart.

13 Cette connexion privilégiée se ressent à travers la prédominance des monnaies « à la croix » dans le faciès local, et plus particulièrement de la série cubiste, très abondante dans le Toulousain.

14 Les opérations archéologiques ont montré jusqu’ici que Bordeaux s’avère faiblement occupée à la veille de la conquête césarienne (Sireix 2009, p. 32).

15 L’épigraphie va dans le même sens en mettant en scène un Santon, C. Julius Macer, cavalier d’une aile atectorigienne qui tenait son nom du picton Atectorix, un de ces petits chefs qui avaient eu l’autorisation de lever, et sans doute de maintenir un temps après la guerre, une troupe de guerriers de sa nation (CIL XIII, 1041 = ILS, 2531, cf. Maurin 2014).

16 Cette identification ne peut donc être encore que du domaine de la probabilité ; il faudra attendre l’étude qui sera faite du site pour avoir toute certitude sur ce point par J.-P. Baigl (Inrap), directeur du chantier ; voir déjà, sous sa signature, Maurin 1999, p. 85-87.

17 Comme les pots de type Besançon, extrêmement fréquents durant cette période en territoire biturige et carnute (Lallemand, Tuffreau-Libre 2005).

18 Il semble en effet que sous l’empire la frontière qui séparait les territoires des deux cités ait correspondu à peu près à celle des départements actuels de la Gironde et de la Charente-Maritime. Rappelons qu’en 52 les Santons, rompant avec plusieurs années de fidélité à Rome, s’étaient ralliés à la grande révolte des Gaulois ; il était prévu qu’ils lui apporteraient 12 000 guerriers, plus qu’aucun des autres peuples du centre ouest de la Gaule, ce qui pourrait par ailleurs témoigner de leur puissance à ce moment. Peut-être peut-on relier à cet évènement la frappe des statères tardifs de la série B, frappés des lettres « SA » (Hiernard 1993, p. 659).

19 L’étude pétrographique de cette sculpture a été réalisée par J.-P. Platel du BRGM à Bordeaux : « Les caractéristiques générales de cette roche excluent son attribution à une formation du Tertiaire du bordelais, mais évoquent sans presque aucune ambiguïté une formation du Crétacé supérieur charentais. Les roches qui sont sans conteste les plus comparables appartiennent à la Formation des Mauds du Turonien moyen de la région de Pons en Charentes-Maritime, qui existe entre Avy au sud-est de Pons et Thénac au sud de Saintes (même type de calcarénite homogène, de granulométrie et de fossiles : Protocallianassa archiaci) ».

20 Hiriart 2009, p. 385-386. Une étape serait marquée par l’apparition dans le centre-ouest de la Gaule des petits bronzes à l’iconographie romanisée, probablement frappés au cours de ces années 40-20 av. J.-C., et portant le nom de chefs locaux, comme Contoutos ou Atectorix.

21 Des explorations récentes ont néanmoins démontré que ce carroyage n’avait pas toute la rigueur qu’on lui avait d’abord attribuée (Barraud, Sireix 2010, p. 166-167).

22 Cette dimension des deux espaces libres sous les baies doit indiquer la largeur de la chaussée ; en fait, la largeur de l’arc ne permet d’apprécier que de manière approximative celle du decumanus, notamment en raison du pilier central du monument.

23 Maurin 2007a, p. 143 : la voie primitive a été établie dans une tranchée de 0,50 m de hauteur, et de 9 m de largeur, creusée à travers une couche d’occupation augustéenne ; sur 7 m de largeur, cette tranchée a été comblée par une couche de gros silex et de moellons de 0,50 m de profondeur sur les bords et 1 m au centre ; les silex forment le plus gros des matériaux, sauf sur les bords où des blocs calcaires de gros calibre limitent la chaussée. Au-dessus, une couche de silex et de pierre (0,40 m en moyenne) de petit calibre régularise le profil de la chaussée. Une mince couche (0,08 à 0,10 m) de calcaire pilé et damé forme une croûte résistante sur la partie centrale (des recharges y ont été observées), et sur les côtés une couche d’argile rouge sableuse. Le profil de la voie est bombé. Deux fossés bordaient la bande de roulement, puis des trottoirs de 3 m de largeur environ, couverts d’une couche de calcaire pilé et damé sur la pellicule d’argile rouge sableuse, elle-même jetée sur la couche d’occupation augustéenne. Voir aussi Maurin 1978, p. 64-67.

24 Sur le réseau viaire, Maurin 1978, p. 63-70 ; sur la part d’hypothèse, Maurin 2007a, p. 66-69.

25 Maurin 1978, p. 65-66 (structures de rues antiques) ; Maurin 2007a, p. 389-390 : tableau récapitulatif des données archéologiques sur les rues antiques de Saintes. Ces données se sont multipliées depuis 1970 environ, mais elles sont souvent trop vagues. Depuis les Flaviens, les fossés cèdent la place à des caniveaux en maçonnerie ; les trottoirs sont aménagés et bordés de portiques par les habitats riverains.

26 Au moins pour cette haute époque. Les données plus abondantes sous les Flaviens et les premiers Antonins, ont amené à proposer des dimensions (avec des réserves) pour la zone nord de la ville : Maurin 1978, p. 69-70.

27 Rosso 2000 et 2006. On note cependant que l’identification et la date de la statue de Drusus III et de celle de Livilla sont données sous réserve, de même que l’attribution au règne de Caligula du jupon de cuirasse. Un pied de cheval en bronze doré a été inscrit en 1870 comme trouvé près de l’arc de Saintes dans le registre des entrées du Musée d’Archéologie Nationale, puis aux « environs de Saintes » dans Reinach 1921, p. 180, ce qui le rend pour le moins suspect (Maurin 2007a, p. 307-308), d’autant plus qu’il n’y a aucune trace de cette trouvaille dans les sources locales ; or elle assure la restitution que propose E. Rosso d’une statue équestre de Tibère au sommet de l’arc (Rosso 2006, p. 228-229 et fig. 23), que l’on accepte donc avec une certaine réserve. Enfin, le donateur de la statue de Drusus se nommait vraisemblablement C. Julius Victor, et non C. Julius Cogidubnus, car ce dernier surnom appartenait à une autre inscription (ILA, Santons, nos 8 et 84 ; Maurin 2007a, p. 333 ; Maurin 2007, p. 152-153).

28 Éléments que l’on peut considérer à peu près à leur place d’origine : statue d’un prince julio-claudien (Drusus III) (1957), jupon de cuirasse + deux morceaux de la statue (1965), trouvés dans la rive sud de la rue Bernard (Maurin 2007a, p. 275-277). Inscriptions retirées du rempart : mur ouest, vers le sud, ILA, Santons, 8 = C.1040 : Drusus III (1887) ; ILA, Santons, 9 = C.1037. Noter cependant, en ce qui concerne les portraits impériaux, que la tête de marbre de Livilla aurait été extraite d’un puits rue de Laroche, à plus de 500 m du rempart, lors du percement de la rue en 1847 (Maurin 2007a, p. 228).

29 Mais les deux monuments ne se faisaient pas face ; une ligne reliant le lieu de découverte des statues du Site Saint-Louis (ancien hôpital) à l’arc fait un angle de 20° environ avec l’orientation de l’arc (à l’époque, voir Maurin 2011).

30 Ainsi le montrent des photographies anciennes avec des alignements de blocs décorés des mêmes moulures (Maurin 2007a, p. 330, fig. 418, rempart ouest en 1965) ou présentant des alignements impressionnants de colonnes venant de la même zone (ibid., p. 329, fig. 417, rempart ouest en 1928) ; on a trouvé aussi des assises constituées de blocs identiques (ibid., p. 337, fig. 424, rempart nord, fouille de 2000 : une trentaine de blocs provenant d’une corniche).

31 Ces chapiteaux sont présentés plus loin par D. Tardy. Pour les deux premiers : Maurin 2007a, p. 343, fig. 431 (en 2000) ; pour le suivant, Chaudruc de Crazanne 1820, pl. 3, 3 (en 1816) ; pour les autres, il est assuré qu’ils proviennent des fouilles conduites par L. Julien-Laferrière en 1887 : Julien-Laferrière et Musset 1879-1892, fouilles de juillet 1887, pl. de photographies.

32 Tardy 1994, p. 99-107 ; on connaît de nombreuses séries de frises doriques en Italie, en Espagne, en Provence, qui appartenaient à des monuments funéraires d’époque julio-claudienne, mais aucune n’atteint la taille de celles de Saintes (hauteur des métopes : 50/55 cm). Les blocs recueillis composent trois séries. Outre leur taille, certains décors de métopes (la louve et les jumeaux ; une chouette) orientent vers un ou des monuments publics (Maurin 2007b, p. 133-134).

33 Maurin 1978, p. 82 ; Tardy 1989, p. 26 (et voir infra, § 70). Il a été découvert lors de travaux effectués sur le terrain de la Providence (plutôt vers le nord-est), que l’on ne connaît que par des allusions dans la presse locale (Maurin 2007a, p. 331) ; on a pu croire qu’il ne provenait pas du rempart lui-même, ce qui permettait de situer dans les parages le monument auquel il appartenait. Mais, même si ce bloc a été trouvé hors du rempart, on ne peut exclure qu’il provienne d’un éboulement ou d’une réfection du mur au cours des siècles.

34 Sur les niveaux d’intervention des ateliers provinciaux, l’étude la plus efficace est celle de Pensabene 1993, p. 293-315.

35 Cinq, anciennement trouvés dans le rempart, sont exposés au musée Archéologique de Saintes (nos inv. 49.76, 49.77, 49.78, 49.79, 49.81) ; voir Tardy 1989, p. 19-23 et Maurin 1978, p. 89-90, auxquels sont venus s’ajouter deux exemplaires appartenant à la même série, découverts dans la fouille du bastion en 2000. Cf. Maurin dir. 2007, p. 342-343.

36 On l’observe sur les chapiteaux de la frons scaenae du théâtre d’Arles, voir Roth-Congès 1983, fig. 35-36 et sur un chapiteau de Bourbonne-les-Bains (Maligorne 2011, p. 259) ; sur certains exemplaires, un petit calice remplace les rosettes, sur les chapiteaux de la Porte de Langres, (Tardy 1989, pl. II) ; sur un chapiteau d’Angers (Maligorne 2006, fig. 85) et un chapiteau de Cologne (Kähler 1939, p. 22-23, pl. 1, A1).

37 Depuis 2003, les aqueducs de Saintes font l’objet d’une importante recherche sur le terrain, conduite par J.-L. Hillairet. Le plus ancien, celui de Fontcouverte est actuellement à l’étude. Sur ces travaux, J.-L. Hillaret et ses collaborateurs donnent chaque année un rapport substantiel dans le Bulletin de la SAHCM (30, 2003 à 41, 2014), et des synthèses dans les Cahiers de l’aqueduc dont trois livraisons ont été publiées par la même société.

38 Saintes et Bordeaux ont probablement eu un théâtre, comme les autres villes du nord de la Garonne (à Saintes, d’après Espérandieu 1908, mais l’emplacement même de ces monuments demeure incertain, à plus forte raison, leur date. L’amphithéâtre de Bordeaux est d’époque antonine (Doulan 2013, p. 88, D. Hourcade).

39 Ces savants (Grenier 1958, p. 994-996 et Humphrey 1986, p. 407-408) ont été sans doute trompés par la notoriété de l’ancien conservateur du musée archéologique, M. Clouet (dont la bonne foi ne saurait être mise en doute).

40 C’est une suggestion aimablement communiquée par Isabelle Rodà, Directrice de l’Institut catalan d’Archéologie classique (ICAC), selon laquelle ces statues seraient en marbre de Paros (voir Navarro-Caballero 2008, p. 211, n. 131). Le musée d’Aquitaine possède – curieuse coïncidence – une tête qui est, elle aussi, la copie du Doryphore ; elle « possède la noblesse des meilleures répliques » (Braemer 1954, p. 14 ; la provenance est inconnue, mais, selon F. Braemer, « la qualité du marbre et la finesse d’exécution nous autorisent à penser que cette réplique n’a pas été découverte dans les provinces occidentales du monde romain ».

41 Un doute a cependant été émis par Hillairet 1995, p. 18 qui envisagerait éventuellement une date antérieure pour une fosse contenant exclusivement de la céramique non tournée (donc protohistorique ?) fouillée à proximité du grand fossé circulaire ; mais son attribution chronologique reste incertaine avant un réexamen de ce mobilier.

42 Fouillé en 2013, un atelier découvert au nord-est du cimetière Saint-Vivien est signalé dans une plaquette publiée par l’Inrap. Sur celui de la Petite rue du Séminaire, voir Torchut 2014, p. 35-38. Les autres sont présentés dans Maurin 2007a, avec la bibliographie antérieure : p. 144 (D8, 52 cours Genet) ; p. 164-166 (F1, cimetière Saint-Vivien) ; p. 191 (F20, 85 rue de la Boule) ; p. 231-233 (G16, rue du Bois d’Amour, J.-P. Nibodeau).

43 Pour l’artisanat antique à Saintes, on suivra le riche mémoire d’Hillairet 1995. Sur la céramique locale d’époque julio-claudienne, l’ouvrage fondamental reste Santrot, Santrot 1979, enrichi (pour Saintes) par Lauranceau, Santrot et al. 1988 et Hillairet 1995.

44 Principalement sur trois sites : L’école Émile-Combes (1987 ; Maurin 2007a, p. 208-218, C. Vernou et J.-L. Hillairet), « Ma Maison » (1976-1981 ; Collectif 1988 et Maurin 2007a, p. 195-206) et l’extension du cimetière Saint-Vivien (Maurin 2007a, p. 164-170). Autres fouilles récentes (J.-P. Baigl, Inrap, non publiées) à signaler au nord de l’extension du cimetière (2013) ou dans le jardin de « La Providence » (2014). Vue d’ensemble : Maurin 2007b, p. 143-144).

45 Cette hypothèse était liée au premier séjour d’Agrippa en Gaule (Maurin 1978, p. 50) et elle avait même semblé être confortée par la découverte des grands fossés militaires (Maurin 2009, p. 23).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Les agglomérations de la fin de l’âge du Fer (La Tène D) en Saintonge
Crédits DAO : G. Landreau (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/1411/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 526k
Titre Fig. 2– Plan général de l’oppidum de Pons et localisation des principales découvertes pour la fin de l’âge du Fer
Légende En gris foncé, les opérations récentes, de 2005 à 2014.
Crédits DAO : G. Landreau (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/1411/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 3 – Saintes, localisation des découvertes de l’âge du Fer (jusque vers 30 av. J.-C.) sur fond de carte topographique de la ville
Légende 1, « Ma Maison », établissement des Petites Sœurs des Pauvres ; 2, école Émile Combes ; 3, 10 rue Port-la-Rousselle ; 4, ateliers municipaux ; 5, site Saint-Louis (ancien hôpital) ; 6, rue Pallu-de-la-Barrière ; 7, rue Bourignon ; 8, Collège René Caillé (ancien hôpital de la Marine) ; 9, le Bastion ; 10, place du 11 Novembre ; 11, la Providence.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/1411/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 369k
Titre Fig. 4 – Burdigala, localisation des fouilles de « La France », du Grand Hôtel de Bordeaux et du cours du Chapeau-Rouge
Crédits DAO : C. Sireix (Ausonius).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/1411/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Fig. 5 – Bordeaux, fouille du Grand Hôtel
Légende Trous de poteau des iie-ier s. av. J.-C., perforant des sols d’habitats du premier âge du Fer.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/1411/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 574k
Titre Fig. 6 – Monnayages de l’estuaire girondin et de ses marges
Légende 1, imitation de statère de Philippe II ; 2, monnaie « à la croix », série cubiste ; 3, statère picto-santon, série A ; 4, statère picto-santon, série B ; 5, statère picto-santon, série C ; 6, série à « l’aurige frelon » ; 7, série au cheval « à jambes multiples » ; 8, série « à la couronne laurée » ; 9, bronze Contoutos ; 10, fraction girondine au cheval.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/1411/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 7 – Saintes, profil des deux fossés de Saint-Rémy
Crédits DAO : J.-P. Baigl (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/1411/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Titre Fig. 8 – Bordeaux, cours du Chapeau-Rouge, grande statuette du ier s. av. J.-C. en calcaire provenant de la région de Pons (Charente-Maritime)
Légende Hauteur : 35 cm. La sculpture est inachevée.
Crédits Cliché : P. Ernaux (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/1411/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 977k
Titre Fig. 9 – Plan de Bordeaux et noms de lieux cités dans l’étude
Crédits D’après É. Jean-Courret, Atlas historique de Bordeaux.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/1411/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Fig. 10 – Saintes jusqu’au milieu du ier s. apr. J.-C., plan schématique et sanctuaires (présumés)
Légende En gris, la ville actuelle.a, relief Espérandieu, 1319 ; b, sanctuaire des ateliers municipaux ; c, statues impériales.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/1411/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 11 – L’arc de Germanicus
Légende À gauche, schéma de la face occidentale ; à droite, la face orientale.
Crédits DAO : C. Laroche ; cliché : L. Maurin.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/1411/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 877k
Titre Fig. 12 – Saintes, chapiteau du style du Second Triumvirat
Crédits Cliché : D. Tardy (CNRS).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/1411/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 13 – Saintes, fragment de l’abaque d’un grand chapiteau augustéen
Crédits Cliché : L. Maurin.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/1411/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 358k
Titre Fig. 14 – Saintes, grande frise à rinceau augustéenne
Crédits Cliché : D. Tardy (CNRS).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/1411/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 678k
Titre Fig. 15 – Saintes, fragment du « grand entablement corinthien »
Crédits Cliché : D. Tardy (CNRS).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/1411/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 571k
Titre Fig. 16 – Bordeaux, corniche corinthienne julio-claudienne
Légende On observe le cadre ciselé sur les métopes, semblable à celui des corniches saintaises.
Crédits Cliché : A. Badie (IRAA-CNRS).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/1411/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Titre Fig. 17 – Bordeaux, visages feuillus en modillon des corniches, d’époque antonine
Crédits Cliché : A. Badie (IRAA-CNRS).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/1411/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 542k
Titre Fig. 18 – Bordeaux, le temple de la rue Castelnau-d’Auros
Crédits Cliché : L. Martin (Afan).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/1411/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 989k
Titre Fig. 19 – Saintes, ateliers municipaux, plan général des structures découvertes
Légende Établi d’après les données éparses à travers les publications.
Crédits Relevés : J.-J. Bégué, G. Landais, J. Seigne.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/1411/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 318k
Titre Fig. 20 – Saintes, ateliers municipaux, dieu assis en tailleur
Légende À gauche, trouvé dans le puits G (hauteur : 23 cm) ; à droite, trouvé dans le puits Z (hauteur : 30 cm). La facture est très différente : la sculpture sommaire et réaliste du premier s’oppose à la fluidité des formes du second.
Crédits Cliché : L. Maurin (Ausonius).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/1411/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 466k
Titre Fig. 21 – Saintes, ateliers municipaux, relief trouvé dans le puits Z
Légende Hauteur : 28 cm. Visage souriant sur une face, haut d’une représentation de Neptune sur une autre face.
Crédits Cliché : L. Maurin (Ausonius).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/1411/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 549k
Titre Fig. 22 – Le groupe Espérandieu, 1319
Légende h. : 84 cm, l. : 77 cm, ép. : 32 cm.
Crédits Cliché : Musée des Antiquités nationales.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/1411/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 23 – Les Santons, les Bituriges Vivisques et leurs voisins dans l’Aquitaine augustéenne
Légende On ne sait à laquelle des cités environnantes était rattaché l’Angoumois.
Crédits DAO : L. Maurin (Ausonius).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/1411/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Fig. 24 – Le réseau routier d’Agrippa en Gaule
Crédits D’après C. Goudineau, in Février, Fixot et al. 1980.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/1411/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Louis Maurin, Alain Bouet, Eneko Hiriart, Guilhem Landreau, Christophe Sireix et Dominique Tardy, « Saintes/Mediolanum, cité des Santons et Bordeaux/Burdigala, cité des Bituriges Vivisques : destins croisés »Gallia, 72-1 | 2015, 53-77.

Référence électronique

Louis Maurin, Alain Bouet, Eneko Hiriart, Guilhem Landreau, Christophe Sireix et Dominique Tardy, « Saintes/Mediolanum, cité des Santons et Bordeaux/Burdigala, cité des Bituriges Vivisques : destins croisés »Gallia [En ligne], 72-1 | 2015, mis en ligne le 30 avril 2020, consulté le 02 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/gallia/1411 ; DOI : https://doi.org/10.4000/gallia.1411

Haut de page

Auteurs

Louis Maurin

Professeur honoraire des universités, UMR 5607 du CNRS : « Ausonius », Maison de l’Archéologie, Domaine universitaire, 8 esplanade des Antilles, F-33607 Pessac Cedex

Alain Bouet

Directeur de la Fédération Aquitania, UMR 5607 du CNRS : « Ausonius », Maison de l’Archéologie, Domaine universitaire, 8 esplanade des Antilles, F-33607 Pessac Cedex

Eneko Hiriart

Doctorant, UMR 5607 du CNRS : « AUSONIUS », Maison de l’Archéologie, Domaine universitaire, 8 esplanade des Antilles, F-33607 Pessac Cedex

Guilhem Landreau

Inrap Grand-Sud Ouest, 210 cours Victor-Hugo, F-33130 Bègles

Christophe Sireix

Membre associé de l’UMR 5607 du CNRS : « AUSONIUS », Maison de l’Archéologie, Domaine universitaire, 8 esplanade des Antilles, F-33607 Pessac Cedex

Dominique Tardy

USR 3155 du CNRS : « IRAA », IRSAM, Domaine universitaire, avenue du Doyen-Poplawski, F-64000 Pau

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Gallia est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo CNRS
  • Logo MSH Mondes
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search