Navigation – Plan du site

AccueilNuméros74-1Études de casL’établissement du Runde Berg et ...

Études de cas

L’établissement du Runde Berg et les sites de hauteur en territoire alaman (ive-ve s. apr. J.-C.)

The Runde Berg and hilltop settlements in the territory of the Alamanni (4th-5th c. AD)
Dieter Quast
p. 249-259

Résumés

Le site du Runde Berg (Allemagne, Bade-Wurtemberg) est implanté sur un sommet du versant nord du Jura souabe. Cette région, partie de la province romaine de Germanie Supérieure au Haut-Empire, est progressivement abandonnée par l’administration romaine dans la seconde moitié du iiie s. apr. J.-C., alors que s’installent de nouveaux arrivants appartenant à la culture des Germains de l’Elbe : les Alamans. La région prend le nom d’Alamannia au ive s. Situé au cœur de cet espace, le Runde Berg devient une occupation de hauteur à partir de la seconde moitié de ce siècle. Durant une première phase, soit jusque vers le milieu du ve s., les occupants semblent entretenir des contacts économiques et culturels avec la moyenne vallée du Danube, le Centre de l’Allemagne actuelle et les provinces romaines de l’Est de la Gaule, illustrés par les éléments de culture matérielle trouvés sur le site. Dans la seconde moitié du ve s., alors que la plupart des sites de hauteur d’Alamannia sont abandonnés, l’occupation du Runde Berg se développe et atteint son apogée. Une partie du sommet est délimitée par une double palissade, alors que les découvertes de mobilier montrent le haut niveau social des occupants et la poursuite des contacts à longue distance de l’époque précédente. Le site est brutalement abandonné vers 500, peut-être en lien avec la conquête franque de l’Alamannia.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Je tiens à remercier cordialement Émilie Millet et Michel Kasprzyk pour la traduction de ce texte.

1Si l’on a longtemps supposé que l’invasion et le franchissement du limes par les Alamans autour de 260, puis l’occupation des Champs Décumates (le sud-ouest de l’Allemagne actuelle), avaient entraîné un retrait immédiat de la frontière romaine sur le Rhin, le Danube et l’Iller, la question se pose aujourd’hui différemment1. Les traces tangibles de destructions des années 250-260 se rencontrent principalement sur le limes, dans quelques forts seulement, et l’on ne peut écarter qu’elles soient dues à des troubles internes liés à l’apparition de l’Empire gaulois de Postumus (Nuber 1990 ; 1997 ; Unruh 1993 ; Steidl 2000, p. 116-126). Les historiens envisagent par ailleurs que la formation des tribus des Alamans se soit effectuée sur le sol romain, lieu d’ethnogenèse de différents groupes immigrés. Les anciens Champs Décumates sont mentionnés pour la première fois sous le nom d’Alamannia en 289 (Geuenich 1997, p. 9-27 ; Keller 2001, p. 192-227 ; Drinkwater 2007, p. 43-79).

2Les sources archéologiques ne fournissent pas de preuves d’une immigration massive (Schach-Dörges 1997 ; Schach-Dörges, 1998, p. 639-647, fig. 10-12). On connaît très peu de tombes des années 260 à 300, et elles sont étonnamment proches de l’ancien limes. Ce n’est vraiment qu’à partir du ive s. que de nouveaux groupes d’occupants semblent s’être installés au sud-ouest de l’actuelle Allemagne.

3La question du devenir des populations d’origine gallo-romaine reste ouverte : sont-elles restées en Alamannia ou bien ont-elles disparu voire émigré ? Dans le périmètre de Lauffen (région du Neckar Moyen), densément peuplé avant les années 260, les diagrammes polliniques mettent en évidence une baisse significative des pollens de céréales sur plusieurs horizons, ainsi qu’une reprise forestière sur des terres anciennement cultivées (Smettan 1990, p. 464-467 ; 1999 ; 2000, p. 114), ce qui semble indiquer une forte baisse de la population dans l’intervalle 260-450 apr. J.-C. (fig. 1). Il est cependant difficile de croire que la zone ait été complètement dépeuplée. Il est probable que les élites locales aient fui et qu’ait cessé, avec la disparition de groupes sociaux favorisés, l’approvisionnement ou la production de marchandises typiques de la culture romaine. Ainsi, bien qu’intensément recherchés par l’archéologie, les « Romains restants » sont à peine détectables, car on pense que bon nombre d’entre eux sont restés dans les anciens Champs Décumates.

Fig. 1 – Analyse pollinique de sites du sud-ouest de l’Allemagne

Fig. 1 – Analyse pollinique de sites du sud-ouest de l’Allemagne

a, pollens de céréales, indicateurs d’agriculture ; b, pollen indicateurs de terrains défrichés. Les deux montrent une réduction massive des surfaces cultivées autour de la fin de l’occupation romaine. Les pourcentages les plus bas correspondent à la période alamanique précoce. Voir particulièrement la « Lauffener Neckarschlinge », à Lauffen (Neckar Moyen), qui était densément occupée aux iie-iiie s. Autres courbes : Rauhe Wiesen, village de Bartholomä (Jura souabe oriental) ; Breilried à Haigerloch (Neckar Supérieur) ; Hasenwirtsweiher à Rottweil (Neckar Supérieur).

DAO : D. Quast, d’après Smettan 1999.

4C’est dans ce contexte que la question des occupations de hauteur des Alamans s’envisage. Une cinquantaine sont actuellement connues (fig. 2), mais la plupart ne le sont que grâce à des trouvailles de surface issues de prospections. Rares sont celles qui ont été fouillées (Steuer 1990 ; dernière synthèse : Eger 2014). Jusque dans les années 1980, on a supposé que l’occupation de ces sites débutait directement après la « chute du limes » en 260 et qu’il s’agissait de lieux de résidence des rois et roitelets alémaniques (par exemple Fingerlin 1974, p. 79 ; Christlein 1978, p. 171 ; Steuer 1990, p. 196 ; Steuer 1994, p. 88). Ces dernières années, la réévaluation des sources historiques et de sites archéologiques phares comme le camp de Niederbieber (Neuwied, Lkr. Neuwied) ou le Runde Berg ont modifié ces interprétations de façon significative.

Fig. 2 – Occupations de hauteur des ive et ve s. dans le sud-ouest de l’Allemagne

Fig. 2 – Occupations de hauteur des ive et ve s. dans le sud-ouest de l’Allemagne

DAO : D. Quast, d’après Hoeper 2003, p. 15 fig. 1.

Le site du Runde Berg

5Le site du Runde Berg, situé à environ 2,5 km à l’ouest de Bad Urach (fig. 3), apporte plus de précisions. Niché dans une vallée latérale de l’Erms, il se trouve sur un plateau en forme de goutte, qui mesure 50 par 300 m et s’élève à 250 m au-dessus de la vallée. Les flancs du Runde Berg sont très raides et le seul accès est au point le plus étroit, une crête large de 3 m au sud-ouest. L’ensemble du plateau a fait l’objet de 18 campagnes de fouille, par l’Institut de Pré- et Protohistoire de l’université de Heidelberg, sous la direction de Vladimir Milojčić (fig. 4) (Christlein 1974 ; 1979 ; Kaschau 1976 ; Stadelmann 1981 ; Koch 1984 ; 1987 ; 1991 ; 1994 ; Roth-Rubi 1991 ; Pauli 1994 ; Spors-Gröger 1997 ; Quast 2008 ; Kurz 2009). Bien que ce site ait été occupé à plusieurs reprises aux époques préhistorique et protohistorique (Stadelmann 1981 ; Pauli 1994), l’occupation alamanique, datable entre 350/360 apr. J.-C. et le début du vie s. reste la plus importante.

Fig. 3 – Vue aérienne du Runde Berg (en bas au milieu)

Fig. 3 – Vue aérienne du Runde Berg (en bas au milieu)

Cliché : Landesamt für Denkmalpflege, Dienstsitz Tübingen.

Fig. 4 – Le plateau du Runde Berg au moment des fouilles

Fig. 4 – Le plateau du Runde Berg au moment des fouilles

Cliché : Landesamt für Denkmalpflege, Dienstsitz Tübingen.

6La grande difficulté dans l’étude des découvertes effectuées sur le Runde Berg est sans doute le manque de stratigraphie, car seule une très mince couche de terre est conservée sur le plateau. Le mobilier et les sols ont été à plusieurs reprises perturbés par la reconstruction des bâtiments. Les trous de poteaux de maisons en bois ont été creusés à même la roche (fig. 5) – souvent sans stratigraphie apparente.

Fig. 5 – Runde Berg. Aspect des structures. Trous de poteaux creusés dans le substrat calcaire

Fig. 5 – Runde Berg. Aspect des structures. Trous de poteaux creusés dans le substrat calcaire

Cliché : Landesamt für Denkmalpflege, Dienstsitz Tübingen).

7Plusieurs chronologies, fondées sur le mobilier qu’ils étudiaient, ont été employées par nos prédécesseurs (Koch 1984, p. 188-190 ; Roth-Rubi 1991 p. 27-28 ; Spors-Gröger 1997 ; Quast 2008 p. 267-268) (tabl. I). Je subdiviserai l’occupation des ive et ve s. en deux phases, basées sur la chronologie des découvertes funéraires du sud-ouest de l’Allemagne (Koch 2001 p. 70-88). La phase alamanique précoce (« frühalamannisch ») couvre la période allant du milieu du ive au milieu du ve s. Le terme « frühalamannisch » (alamanique précoce) ne recouvre selon moi qu’une partie de ce que Silvia Spors-Gröger attribue à cet intervalle chronologique. La deuxième phase est celle que j’appelle l’étape Flonheim-Gültlingen, c’est-à-dire, en chronologie absolue, la seconde moitié du ve s. Cette subdivision n’est pas établie grâce aux trouvailles du Runde Berg, mais résulte de l’application de chronologies extérieures, afin de mieux évaluer la « première phase d’occupation ».

Tabl. I – Comparaison des différentes chronologies utilisées sur le site du Runde Berg

Tabl. I – Comparaison des différentes chronologies utilisées sur le site du Runde Berg

D’après Quast 2008, p. 268, fig. 5.

Le Runde Berg durant la phase alamanique précoce

8Peu de bâtiments peuvent être restitués pour la phase alamanique précoce et il faut sans doute envisager la présence de constructions sur solins (Kurz 2009 p. 33, n. 89).

  • 2 Il n’est pas possible pour l’instant de donner des pourcentages des différentes productions, car ce (...)

9Sans surprise, la céramique est le mobilier le plus abondant sur le Runde Berg. Pour la phase qui nous intéresse, la prépondérance des productions tournées est remarquable pour un site germanique. Silvia Spors-Gröger (1997, p. 9) estime que la proportion de céramique modelée représente seulement 10-15 % de la production totale2. L’appartenance des occupants au complexe culturel des Germains de l’Elbe est attestée par la typologie et par le décor de la vaisselle (fig. 6). À côté des bols à pied, on trouve des gobelets à décor d’impression, des coupes et des bouteilles parfois décorées de cannelures obliques (Spors-Gröger 1997), mais aussi des pots, coupes et écuelles non décorés. Pour ce qui concerne d’éventuels indices marquant le début de l’occupation, il est important de s’intéresser à la céramique modelée. Des productions céramiques comparables se rencontrent dans les fortifications militaires romaines construites sur le Rhin par Valentinien Ier, de sorte que le début de l’occupation sur le Runde Berg ne peut être envisagé avant la seconde moitié du ive s. (Spors-Gröger 1997, p. 113-115).

Fig. 6 – Runde Berg. Types de céramique non tournée

Fig. 6 – Runde Berg. Types de céramique non tournée

Dessin : d’après Spors-Gröger 1997, modifié.

10Une proportion considérable de céramique tournée de l’Antiquité tardive appartient au groupe dit « de Mayen » (fig. 7). L’analyse minéralogique et chimique a démontré qu’elle était importée de la région de l’Eifel (Bücker, Maus 1992, p. 209 ; Bücker 1999, p. 152, n. 436). Sont également présentes des productions de vaisselle peinte en rouge (la rotgestrichene Keramik), de sigillée d’Argonne et de Terra Nigra tardive et dérivées respectives (non publiées, voir Bernhard 1991a). Parmi les autres importations en provenance de l’Empire, on compte au moins trente récipients en verre : bouteilles, cruches et gobelets de formes différentes, en particulier les types à parois épaisses, dont certains à décor gravé (Koch 1987, p. 299-301).

Fig. 7 – Runde Berg. Types de céramique tournée granuleuse « de Mayen »

Fig. 7 – Runde Berg. Types de céramique tournée granuleuse « de Mayen »

Sans échelle.

Cliché : Landesamt für Denkmalpflege, Dienstsitz Tübingen.

11L’occupation alamanique précoce a livré de nombreux éléments en bronze appartenant à ce que l’on a coutume d’appeler le « ceinturon militaire romain tardif » (Koch 1984, p. 54-62). L’interprétation de ces ceinturons a suscité une controverse ces dernières années, entre ceux qui y voient des ceinturons militaires romains portés par des Germains et ceux qui y voient le reflet d’une mode générale commune aux Romains et aux Germains (voir Quast 2008, p. 287, n. 58 et 59). Il est en tout cas frappant de constater que le port de ces ceinturons disparaît des sites de hauteur alamans ainsi que des régions à l’est du Rhin, où ils étaient fréquemment portés, au moment précis où la frontière romaine sur le Rhin s’est effondrée, d’où un probable lien de causalité.

Le Runde Berg durant la phase Flonheim-Gültlingen

12Contrairement à de nombreux sites de hauteur alamans abandonnés au milieu du ve s., le Runde Berg est toujours occupé dans la seconde moitié du siècle, période durant laquelle l’aristocratie locale réussit à développer le centre administratif le plus important connu jusqu’à présent en Alamannia. La quantité de mobilier double presque par rapport à celle de la phase alamanique précoce et l’occupation se densifie (Quast 2008, p. 295-301 ; Kurz 2009, p. 181-183).

13Une moitié du plateau est ceinte d’une palissade d’environ 85 paires de poteaux (fig. 8), une porte est reconstruite au nord-ouest (fig. 9) (Spors-Göger 1998 ; Filgis 1998). La datation de l’enceinte dans la seconde moitié du ve s. peut difficilement être mise en doute suite à l’analyse détaillée de Silvia Spors-Gröger (1998, p. 712-718 ; Kurz 2009). Des palissades similaires, constituées de paires de poteaux, sont connues à Castiel-Carschlingg (Grisons) (Martin 2008, p. 407-409, fig. 12) et au Großer Berg à Kindsbach (Palatinat) (Bernhard 2001, p. 174-175, fig. 143), deux sites à l’intérieur de l’Empire. Il est peu probable que la palissade du Runde Berg ait un caractère purement défensif, car elle ne délimite que la moitié de la surface du plateau, ce qui n’est guère optimal. Les agresseurs éventuels avaient ainsi la possibilité de se regrouper directement devant l’ouvrage défensif : il aurait été plus judicieux de barrer l’étroit accès au sommet du plateau (Schiek 1991). À cet endroit, à une distance d’à peine 130 m, on trouve deux fossés profonds, mais ils n’ont pas été fouillés et ne sont, par conséquent, pas datés. La double palissade possède probablement un « caractère de prestige » et matérialiserait une « séparation sociale » au sein de la société alamane, d’autant que, vue depuis la vallée, elle devait être impressionnante (Quast 2008, p. 270-272). Elle est construite au moment précis où des changements importants ont lieu dans l’ensemble du Runde Berg.

Fig. 8 – Palissade double entourant la moitié nord-occidentale du plateau

Fig. 8 – Palissade double entourant la moitié nord-occidentale du plateau

Dessin : d’après Spors-Gröger 1998, p. 660, fig. 3.

Fig. 9 – Restitution de l’angle nord-ouest de la palissade et de la porte d’accès

Fig. 9 – Restitution de l’angle nord-ouest de la palissade et de la porte d’accès

Dessin : d’après Spors-Gröger 1998, p. 681, fig. 18.

14Dans la seconde moitié du ve s., les occupants et leurs familles sont désormais de riches guerriers. Dans le mobilier du site, on retrouve de nombreux fragments d’épées (fig. 10) (Christlein 1971 ; Quast 2008, p. 288). La comparaison avec le mobilier funéraire contemporain montre qu’ils appartiennent à des objets de prestige, seulement connus dans les plus riches tombes (Christlein, 1971 ; en dernier lieu : Brather 2014 p. 579-584).

Fig. 10 – Runde Berg. Fragments de fourreaux d’épée

Fig. 10 – Runde Berg. Fragments de fourreaux d’épée

Sans échelle. La bouterolle dorée avec grenats à droite mesure 7,8 cm.

Cliché : d’après Collectif 1997, p. 152, fig. 149.

15La richesse particulière des occupants est illustrée par de nombreux récipients en verre de la phase Flonheim-Gültlingen. Une excellente étude d’Ursula Koch (1987) a porté sur cet abondant mobilier, constitué de fragments de 165 vases. Dans leur ensemble, ils couvrent à peu près tout le spectre des formes connues dans les tombes contemporaines : cornets, coupes hémisphériques, gobelets à trompe, gobelets en forme de cloche, etc.

16Durant la phase Flonheim-Gültlingen, on observe par ailleurs une augmentation qualitative et quantitative de la production artisanale sur le Runde Berg. Des modèles en plomb et des semi-produits attestent la présence de métallurgie fine (Quast 2008, p. 293, fig. 24 ; en général Steuer 1990, p. 177-195). Quelques années durant, des potiers se sont installés à proximité du site et ont produit de la céramique tournée de haute qualité à pâte rugueuse et à cuisson réductrice, typologiquement dérivée de productions de la région du Moyen Danube (fig. 11) (Spors-Gröger 2000), mais que des analyses chimiques et minéralogiques attribuent à l’environnement immédiat du Runde Berg (Schneider 2000). Quatre fours de potiers et leurs ratés de cuisson découverts dans l’établissement de Sülchen, à proximité de Rottenburg sur le Neckar, confirment l’existence de telles productions à 30 km du Runde Berg (fig. 12 et 13) (Gross, Schmidt 2003).

Fig. 11 – Runde Berg. Récipients céramiques dont la typologie évoque des prototypes de la moyenne vallée du Danube

Fig. 11 – Runde Berg. Récipients céramiques dont la typologie évoque des prototypes de la moyenne vallée du Danube

Dessin : d’après Spors-Gröger 2000, modifié.

Fig. 12 – Sülchen (Rottenburg am Neckar). Four de potier

Fig. 12 – Sülchen (Rottenburg am Neckar). Four de potier

Cliché : d’après Gross, Schmidt 2003.

Fig. 13 – Sülchen (Rottenburg am Neckar). Productions de typologie méso-danubienne

Fig. 13 – Sülchen (Rottenburg am Neckar). Productions de typologie méso-danubienne

Cliché : d’après Gross, Schmidt 2003.

17Il faut aussi signaler la présence de céramiques lustrées dont les prototypes sont issus de la région du Moyen Danube, mais qui, selon les analyses chimiques et minéralogiques, sont fabriquées dans les environs immédiats du Runde Berg (fig. 14) (Bernhard 1991a, p. 190-191 ; Fischer 1989, p. 169 ; Gross 1992, p. 314). Celles-ci, présentes en grandes quantités, sur le site n’ont fait l’objet que d’une publication partielle (Kaschau 1976, p. 66, tabl. 2 : « 1 569 tessons »).

Fig. 14 – Runde Berg. Types de céramique à décor lustré

Fig. 14 – Runde Berg. Types de céramique à décor lustré

Dessin : d’après Kaschau 1976, modifié.

  • 3 Berndt Kaschau a divisé ces céramiques en quatre groupes, mais les différences entre les groupes 1 (...)

18Des potiers originaires des ateliers de Mayen, en rive gauche du Rhin, se sont probablement installés au Runde Berg ou dans ses environs immédiats, car la céramique dite « de Mayen » a été retrouvée en très grandes quantités sur le site (fig. 7). Cette dernière doit être divisée en deux groupes3.

19Le premier correspond à des céramiques cuites en mode réducteur, à pâte très dure et presque grésée. Le second correspond à des productions à pâte moins dure et cuites en mode oxydant. Les deux productions ont été trouvées en quantités similaires. La minéralogie et les analyses chimiques ont clairement montré que le premier groupe est importé de l’Eifel et quele deuxième correspond à des imitations locales (Bücker 1999, p. 152 et n. 436 ; Bücker, Maus 1992 ; Quast 2008, p. 281). Ce résultat est important en termes d’interprétation du site.

20On dispose de peu d’indices pour aborder la chronologie des productions importées et de leurs imitations locales (Quast 2008, p. 282). En guise de première approche, on peut se demander si les deux groupes ont été produits en même temps, car pourquoi imiter localement des productions importées et manifestement disponibles en grandes quantités ? Autrement dit : pourquoi chercher à importer des céramiques quand il est possible de les produire soi-même ? Christel Bücker et H. Maus (1992, p. 210) ont montré que les céramiques de l’Eifel présentes au Runde Berg appartiennent aux types les plus anciens et il faut donc envisager que la production locale ait pris le relais des importations. Bien que la transition de l’importation à la fabrication locale ne soit pas datée avec précision, elle semble s’être produite dans le deuxième tiers du ve s.

*

* *

21La topographie régionale constitue un critère d’interprétation important pour comprendre les occupations de hauteur alamaniques (fig. 15). Dans le sud-ouest de l’Allemagne, le relief représente un obstacle à la circulation et nécessite de grands travaux d’ingénierie (Quast 2008, p. 261). À l’ouest se trouve la Forêt-Noire, qui se développe sur près de 160 km, parallèlement au Rhin supérieur, sur une largeur pouvant atteindre 60 km au sud. Certains sommets y culminent à plus de 800 m et elle n’est traversée que par quelques vallées. Plus à l’est se trouve le Jura souabe, qui est très marqué au nord où il s’élève à 300-400 m. Au sud, le plateau descend doucement vers la vallée du Danube. L’escarpement septentrional est fortement structuré par plusieurs vallées qui sont, par nature, des moyens de pénétration sur le plateau et qui ont donc été utilisés comme telles depuis des temps immémoriaux, notamment par les voies romaines. À proximité de ces routes, les occupations de hauteur alamaniques précoces sont réparties à intervalles réguliers (Steuer 1990, p. 144, fig. 1a ; Quast 2008, p. 305, fig. 28) (fig. 2).

Fig. 15 – Topographie du sud-ouest de l’Allemagne et localisation du Runde Berg en bordure septentrionale du Jura souabe

Fig. 15 – Topographie du sud-ouest de l’Allemagne et localisation du Runde Berg en bordure septentrionale du Jura souabe

DAO : D. Quast.

22Malgré des sources souvent insuffisantes et devant être interprétées avec prudence, il semble que l’occupation des sites de hauteur ait débuté à la période valentinienne, c’est-à-dire à l’époque où de nombreux forts et burgi sont construits sur la frontière romaine du Rhin supérieur, en réaction aux raids germaniques du milieu du ive s. (Stribrny 1989, p. 407 ; Wigg 1991 ; en dernier lieu Hanemann 2014, p. 19-21 et 529-532). Au Runde Berg, comme dans d’autres occupations de hauteur du sud du pays de Bade ayant fait l’objet de programmes de recherches récents (Geißkopf à Berghaupten, Kügeleskopf à Ortenberg et Zähringer Burgberg près de Fribourg) (Steuer, Hoeper 2002 ; Hoeper 2003), les études archéologiques indiquent qu’aucun des sites de hauteur alaman ne paraît antérieur au milieu du ive s. Les découvertes sont caractérisées par un pourcentage élevé de matériel militaire, en particulier des éléments de ceinturons tardifs en bronze à décor excisé (« Kerbschnittbronzen »). Le mobilier céramique comprend une forte proportion de productions romaines importées qui dépasse, sur de nombreux site, celle modelée de type germanique. Cette situation offre un contraste saisissant avec les sites de plaine, où les importations de céramique romaine ne sont pas attestées. Ainsi, les agglomérations de hauteur étaient sans aucun doute intégrées dans un espace économique encore irrigué par le commerce romain (Teichner 1999, p. 146). Tout ceci suggère un changement des structures sociales : tandis qu’à l’époque romaine, la couche sociale supérieure était constituée de riches propriétaires de villae, elle est, à l’époque valentinienne, constituée de « seigneurs de la guerre » germaniques.

23Si l’on compare l’équipement militaire et la culture matérielle des occupants des sites de hauteur avec ceux des Germains fédérés des occupations militaires du limes, on constate qu’ils sont analogues (Steuer, Hoeper 2002, p. 47 ; Hoeper 2003, p. 160). Toutefois, la quasi-absence de monnaies (Bernhard, 1991b ; Quast 2008, p. 291) sur les sites alamans les distingue des occupations de hauteur attestées dans l’Empire romain tardif. En outre, les découvertes archéologiques démontrent clairement l’intégration des occupations de hauteur de l’Alamannia à la culture des Germains de l’Elbe (Bernhard 1987, p. 60-62 ; Quast 2008, p. 312 et n. 126).

24Il est cependant utile d’appréhender ces sites alamans dans un contexte plus large. Les occupations de hauteur de l’Empire romain tardif sont, en Gaule du Nord, probablement dues à une évolution du concept de défense des provinces. Les incursions continuelles de groupes de guerriers barbares et les conflits intérieurs rendaient nécessaires une mise en défense de l’espace concerné et divers dispositifs de protection des civils (Hunold 2011, p. 381-382). La concentration des troupes le long de la frontière à elle seule ne suffisait donc plus. Les réformes de l’armée de l’Antiquité tardive voulues par Dioclétien et Constantin, qui distinguent des troupes frontalières (appelées ripensis ou limitanei après 363), et l’épine dorsale de l’armée, constituée des unités mobiles du comitatus, accompagnent probablement cette évolution. La sécurisation de la frontière du Rhin par l’empereur Valentinien dans le dernier quart du ive s. (364-375) est fondée sur cette division spatiale (Gilles 1985 p. 87 ; Hunold 2011, p. 381-382 ; Böhme 2012, p. 14-15). Il est évident que les occupations de hauteur alémaniques doivent être comprises dans le contexte d’un « périmètre de défense avancée », car leur emplacement en Alamannia, à l’ouest de la Forêt-Noire et sur le bord septentrional du Jura souabe, permettait de prendre le contrôle des principaux itinéraires menant aux vallées du Rhin et du Danube.

25On a longtemps soupçonné que le retrait des unités d’élite du comitatus de la frontière du Rhin vers 400 et leur transfert en Italie avaient précipité la fin du limes, illustrée par l’entrée en Gaule des Vandales, Suèves et Alains en 406 (en résumé, Grünewald 2012). Cette thèse fait désormais l’objet d’une interprétation plus nuancée. L’archéologie, notamment les fouilles du camp d’Alzey (Rhénanie-Palatinat), a clairement montré qu’il y avait des phases d’occupation plus tardives dans les forts du limes et que la défense de la frontière romaine a donc sans aucun doute été maintenue jusqu’au milieu du ve s. (Oldenstein 1994 ; Oldenstein 2009, p. 309-352).

26Il est frappant de constater que c’est à ce moment-là que sont abandonnées la plupart des occupations de hauteur des Alamans, peut-être en raison de l’arrêt du paiement de tributs par les Romains (Quast 2008, p. 312-315 ; Böhme 2012, p. 21-22). Rares sont celles qui survivent à cette rupture, qui est un changement important, car l’effondrement final du limes le long du Rhin et du Danube supérieur a entraîné une restructuration des sociétés locales germaniques mitoyennes de l’Empire.

27Le milieu du ve s. constitue donc une période charnière. Jusqu’à cette époque, les guerriers du Runde Berg sont intégrés au système économique de l’Empire tardif et consomment des productions romaines en grandes quantités. Passée cette période et le déclin du limes, nombre d’occupations de hauteur germaniques sont désertées. Les rares qui subsistent deviennent de véritables centres régionaux (Quast 2008, p. 314-315).

28C’est à ce moment-là qu’est érigée la fortification sur le plateau du Runde Berg et que l’occupation double en intensité comparée à celle de la période précédente, s’accompagnant d’une production artisanale sur le site comme dans ses environs immédiats (métallurgie, production céramique) (Quast 2008, p. 295-301, particulièrement fig. 26).

29Cependant, la richesse des occupants n’est pas uniquement fondée sur les produits de l’artisanat local. Elle est également due aux actions guerrières des Alamans sur une vaste aire géographique qui s’étend de Troyes à Passau, actions connues notamment grâce aux mentions répétées des rois Gibuldus et Gebavult (Geuenich 1997, p. 74-75 ; Drinkwater 2007, p. 331-335). Après l’effondrement de la frontière romaine, ces derniers ont profité de la vacance du pouvoir entre le Rhin supérieur et le nord du Danube.

30Au début du vie s., l’occupation du Runde Berg connaît une fin violente. Des fragments fondus de gobelets en verre suggèrent une destruction du site par un incendie. Des dépôts ou trésors, qui n’ont jamais été récupérés par leurs anciens propriétaires, ont été enterrés à flanc de colline (fig. 16) (Christlein 1974, p. 15-21 ; Koch 1991, p. 13-14). La violence qui caractérise la fin du site est probablement liée à l’intégration de l’Alamannia au royaume franc (Quast 2008, p. 315-319 ; Brather 2014, p. 591). Comme pour les autres sites de hauteur du sud de l’Allemagne, la réoccupation du site n’a eu lieu que vers le milieu du viie s., au moment de l’intégration administrative effective de l’Alamannia au royaume franc (Quast 2006, p. 133-134).

Fig. 16 – Runde Berg. Bijoux provenant de dépôts du début du vie s.

Fig. 16 – Runde Berg. Bijoux provenant de dépôts du début du vie s.

Sans échelle. La fibule ansée en bas au milieu mesure 11 cm.

Cliché : d’après Collectif 1997, p. 193, fig. 200.

Haut de page

Bibliographie

Pour consulter la liste des abréviations et des acronymes, cliquer ici.

Bernhard H. 1987 : Die spätantike Höhensiedlung « Großer Berg » bei Kindsbach, Kreis Kaiserslautern – ein Vorbericht zu den Grabungen 1985-1987, Mitteilungen des Historischen Vereins der Pfalz, 85, p. 37-77.

Bernhard H. 1991a : ImportKeramik, in Der Runde Berg bei Urach, Stuttgart, Konrad Theiss Verlag (Führer zu archäologischen Denkmälern in Baden-Württemberg, 14), p. 188-191.

Bernhard H. 1991b : Die Münzen, in Der Runde Berg bei Urach, Stuttgart, Konrad Theiss Verlag (coll. Führer zu archäologischen Denkmälern in Baden-Württemberg, 14), p. 192-195.

Bernhard H. 2001 : Die spätantike Höhensiedlung « Großer Berg » bei Kindsbach, Kreis Kaiserslautern, Archäologie in der Pfalz. Jahresbericht 2000, p. 174-176.

Böhme H. W. 2012 : Der « Altkönig » im Taunus als Höhenstation des 4./5. Jahrhunderts, in Krohn N., Koch U. (dir.), Grosso Modo. Quellen und Funde aus Spätantike und Mittelalter. Festschrift für Gerhard Fingerlin zum 75. Geburtstag, Weinstadt, Verlag Bernhard Albert Greiner, p. 7-24.

Brather S. 2014 : Lokale Herren um 500. Rang und Macht im Spiegel der Bestattungen, in Meier M., Patzold S. (dir.), Chlodwigs Welt, Organisation von Herrschaft um 500, Stuttgart, Franz Steiner Verlag (coll. Roma Æterna, 3), p. 567-607.

Bücker C. 1999 : Frühe Alamannen im Breisgau, Sigmaringen, Jan Thorbecke Verlag (coll. Archäologie und Geschichte, 9), 392 p.

Bücker C., Maus H. 1992 : Compte rendu de Roth-Rubi 1991, Zeitschrift für Archäologie des Mittelalters, 20, p. 209-213.

Christlein R. 1971 : Spathascheidenbeschläge des fünften und frühen sechsten Jahr-hunderts vom Runden Berg bei Urach, Archäologisches Korrespondenzblatt, 1, p. 179-184.

Christlein R. 1974 : Der Runde Berg bei Urach, I, Die frühgeschichtlichen Kleinfunde außerhalb der Plangrabungen, Heidelberg, Carl Winter Universitätsverlag (coll. Abhandlungen der Heidelberger Akademie der Wissenschaften, Philosophisch-historische Klasse, 1), 49 p.

Christlein R. 1978 : Die Alamannen, Archäologie eines lebendigen Volkes, Stuttgart, Aalen, Konrad Theiss Verlag, 180 p.

Christlein R. 1979 : Der Runde Berg bei Urach, III, Kleinfunde der frühgeschichtlichen Perioden aus den Plangrabungen 1967-1972, Sigmaringen, Jan Thorbecke Verlag (coll. Heidelberger Akademie der Wissenschaften, Kommission für Alamannische Altertumskunde, Schriften, 4), 43 p.

Collectif 1997 : Die Alamannen, Catalogue d’exposition, Südwest LB-Forum, Stuttgart, Süddeutsche Verlagsgesellschaft, 529 p.

Drinkwater J. F. 2007 : The Alamanni and Rome 213-496 (Caracalla to Clovis), Oxford, Oxford University Press, 408 p.

Eger C. 2014 : Early Migration Period Hillforts in Southern Germany, in Catalán R., Fuentes P., Sastre J. C. (dir.), Las fortificaciones en la tardoantigüedad. Élites y articulación del territorio (siglos vviii d. C.), Madrid, La Ergastula ediciones, p. 21-41.

Filgis M. N. 1998 : Zur Rekonstruktion des Nordwesttores, Phase 2, der Doppelpfostenbefestigung auf dem Runden Berg bei Bad Urach, Kr. Reutlingen, Fundberichte aus Baden-Württemberg, 22-1, p. 721-727.

Fingerlin G. 1974 : Zur alamannischen Siedlungsgeschichte des 3.-7. Jahrhunderts, in Hübener W. (dir.), Die Alemannen in der Frühzeit, Bühl/Baden, Verlag Konkordia (coll. Veröffentlichungen des Alemannischen Instituts Freiburg, 34), p. 45-88.

Fischer T. 1989 : Spätrömische Siedlungsfunde aus Künzing / Quintanis, Bayerische Vorgeschichtsblätter, 54, p. 153-187.

Geuenich D. 1997 : Geschichte der Alemannen, Stuttgart, Kohlhammer, 168 p.

Gilles K.-J. 1985 : Spätrömische Höhensiedlungen in Eifel und Hunsrück, Trier, Selbstverlag des Rheinischen Landesmuseums Trier (coll. Trierer Zeitschrift, Beiheft 7), 296 p.

Gross U. 1992 : Zur einglättverzierten Keramik des 5. und frühen 6. Jahrhunderts in Süddeutschland, Bayerische Vorgeschichts-blätter, 57, p. 311-320.

Gross U., Schmidt E. 2003 : Neue Untersuchungen im Bereich der Wüstung Sülchen auf Gemarkung Rottenburg am Neckar, Kreis Tübingen, Archäologische Ausgrabungen in Baden-Württemberg, p. 172-174.

Grünewald M. 2012 : Die vermeintliche Völkerlawine der Neujahrsnacht 406/407, in Krohn N., Koch U. (dir.), Grosso Modo. Quellen und Funde aus Spätantike und Mittelalter. Festschrift für Gerhard Fingerlin zum 75. Geburtstag, Weinstadt, Verlag Bernhard Albert Greiner, p. 1-6.

Hanemann B. 2014 : Die Eisenhortfunde der Pfalz aus dem 4. Jahrhundert nach Christus, Speyer, Generaldirektion Kulturelles Erbe, Direktion Landesarchäologie, Aussenstelle Speyer (coll. Forschungen zur Pfälzischen Archäologie, 5), 721 p.

Hoeper M. 2003 : Völkerwanderungszeitliche Höhenstationen am Oberrhein. Geißkopf bei Berghaupten und Kügeleskopf bei Ortenberg, Sigmaringen, Jan Thorbecke Verlag (coll. Archäologie und Geschichte, 12), 268 p.

Hunold A. 2011 : Die Befestigung auf dem Katzenberg bei Mayen und die spätrömischen Höhenbefestigungen in Gallien, Mainz, Verlag des Römisch-Germanischen Zentralmuseums (coll. Monographien des Römisch-Germanischen Zentralmuseums, 88), 440 p.

Kaschau B. 1976 : Der Runde Berg bei Urach, II,Die DrehscheibenKeramik aus den Plangrabungen 1967-1972, Sigmaringen, Jan Thorbecke Verlag (coll. Heidelberger Akademie der Wissenschaften, Kommission für Alamannische Altertumskunde, Schriften, 2), 78 p.

Keller H. 2001 : Germanische Landnahme und Frühmittelalter, in Handbuch der Baden-Württembergischen Geschichte -1- Allgemeine Geschichte : 1, Von der Urzeit bis zum Ende der Staufer, Stuttgart, Klett-Cotta (coll. Veröffentlichungen der Kommission für Geschichtliche Landeskunde in Baden-Württemberg), p. 191-296.

Koch U. 1984 : Der Runde Berg bei Urach ‑V- Die Metallfunde der frühgeschichtlichen Perioden aus den Plangrabungen 1967-1981, Heidelberg, Carl Winter Universitätsverlag (coll. Heidelberger Akademie der Wissenschaften, Kommission für Alamannische Altertumskunde, Schriften, 10), 75 p.

Koch U. 1987 : Der Runde Berg bei Urach, VI, Die Glas- und Edelsteinfunde aus den Plangrabungen 1967-1983, Sigmaringen, Jan Thorbecke Verlag (coll. Heidelberger Akademie der Wissenschaften, Kommission für Alamannische Altertumskunde, Schriften, 12), 360 p.

Koch U. 1991 : Der Runde Berg bei Urach, VII, Frühgeschichtliche Funde von den Hängen und Terrassen und Nachträge zu Urach V und VI, Sigmaringen, Jan Thorbecke Verlag (coll. Heidelberger Akademie der Wissenschaften, Kommission für Alamannischen Altertumskunde, Schriften, 13), 88 p.

Koch U. 1994 : Der Runde Berg bei Urach, VIII, Frühgeschichtliche Funde aus Bein, Geräte aus Ton und Stein aus den Plangrabungen 1967-1984, Sigmaringen, Jan Thorbecke Verlag (coll. Heidelberger Akademie der Wissenschaften, Kommission für Alamannische Altertumskunde, Schriften, 14), 231 p.

Koch U. 2001 : Das alamannisch-fränkische Gräberfeld bei Pleidelsheim, Stuttgart, Kommissionsverlag Konrad Theiss Verlag (coll. Forschungen und Berichte zur Vor- und Frühgeschichte in Baden-Württemberg, 69), 647 p.

Kurz S. 2009 : Die Baubefunde vom Runden Berg bei Bad Urach, Stuttgart, Konrad Theiss Verlag (coll. Materialhefte zur Archäologie in Baden-Württemberg, 89), 214 p.

Martin M. 2008 : Höhensiedlungen der Spätantike und des frühen Mittelalters in der Raetia I und in angrenzenden Gebieten der Maxima Sequanorum, in Steuer H., Bierbrauer V. (dir.), Höhensiedlungen zwischen Antike und Mittelalter von den Ardennen bis zur Adria, Berlin, New York, Walter de Gruyter (coll. Reallexikon der Germanischen Altertumskunde, Ergänzungsband, 58), p. 389-425.

Nuber H. U. 1990 : Das Ende des Obergermanisch-Raetischen Limes – Eine Forschungsaufgabe, in Nuber et al. (dir.) 1990, p. 51-68.

Nuber H.U., Schmid K., Steuer H., Zotz T. (dir.) 1990 : Archäologie und Geschichte des ersten Jahrtausends in Südwestdeutschland, Sigmaringen, Jan Thorbecke Verlag (coll. Archäologie und Geschichte, 1), 486 p.

Nuber H. U. 1997 : Zeitwende rechts des Rheins. Rom und die Alamannen, in Die Alamannen, Catalogue d’exposition, Südwest LB-Forum, Stuttgart, Süddeutsche Verlagsgesellschaft, p. 59-68.

Oldenstein J. 1994 : Die letzten Jahrzehnte des römischen Limes zwischen Andernach und Selz unter Berücksichtigung des Kastells Alzey und der Notitia Dignitatum, in Staab F. (dir.), Zur Kontinuität zwischen Antike und Mittelalter am Oberrhein, Sigmaringen, Jan Thorbecke Verlag (coll. Oberrheinische Studien, 11), p. 69-112.

Oldenstein J. 2009 : Kastell Alzey: archäologische Untersuchungen im spätrömischen Lager und Studien zur Grenzverteidigung im Mainzer Dukat, Habilitationsschrift Universität Mainz 1992, 371 p. [En ligne : urn:nbn:de:hebis:77-20703]

Pauli J. 1994 : Der Runde Berg bei Urach, -X- Die urgeschichtliche Besiedlung des Runden Berges bei Urach, Sigmaringen, Jan Thorbecke Verlag (coll. Heidelberger Akademie der Wissenschaften, Kommission für Alamannische Altertumskunde, Schriften, 16), 253 p.

Quast D. 2006 : Die frühalamannische und merowingerzeitliche Besiedlung im Umland des Runden Berges bei Urach, Stuttgart, Kommissionsverlag Konrad Theiss Verlag (coll. Forschungen und Berichte zur Vorund Frühgeschichte in Baden-Württemberg, 84), 345 p.

Quast D. 2008 : Der Runde Berg bei Urach. Die alamannische Besiedlung im 4. und 5. Jahrhundert, in Steuer H., Bierbrauer V. (dir.), Höhensiedlungen zwischen Antike und Mittelalter von den Ardennen bis zur Adria, Berlin, New York, Walter de Gruyter (coll. Reallexikon der Germanischen Altertumskunde, Ergänzungsband, 58), p. 261-322.

Roth-Rubi K. 1991 : Der Runde Berg bei Urach, ix, Die scheibengedrehte GebrauchsKeramik vom Runden Berg, Sigmaringen, Jan Thorbecke Verlag (coll. Heidelberger Akademie der Wissenschaften, Kommission für Alamannischen Altertumskunde, Schriften, 15), 222 p.

Schach-Dörges H. 1997 : « Zusammenges­pülte und vermengte Menschen ». Suebische Kriegerbünde werden sesshaft, in Die Alamannen, Catalogue d’exposition, Südwest LB-Forum, Stuttgart, Süddeutsche Verlagsgesellschaft, p. 79-102.

Schach-Dörges H. 1998 : Zu süddeutschen Grabfunden frühalamannischer Zeit. Versuch einer Bestandsaufnahme, Fundberichte aus Baden-Württemberg, 22-1, p. 627-654.

Schiek S. 1991 : Zur Topographie des Runden Berges, Stuttgart, Konrad Theiss Verlag (coll. Führer zu archäologischen Denkmälern in Baden-Württemberg, 14), p. 54-55.

Schneider G. 2000 : Archäometrische Untersuchungen zur reduzierend gebrannten rauhwandigen DrehscheibenKeramik (Gruppen 5, 8, 9) vom Runden Berg, Fundberichte aus Baden-Württemberg, 24, p. 453-460.

Smettan H. W. 1990 : Naturwissenschaftliche Untersuchungen in der Neckarschlinge bei Lauffen am Neckar, Fundberichte aus Baden-Württemberg, 15, p. 437-473.

Smettan H. W. 1999 : Besiedlungs-schwankungen von der Latènezeit bis
zum frühen Mittelalter im Spiegel südwestdeutscher Pollen-diagramme, Fundberichte aus Baden-Württemberg, 23, p. 779-807.

Smettan H. W. 2000 : Vegetations-geschichtliche Untersuchungen am oberen Neckar im Zusammenhang mit der vorund frühgeschichtlichen Besiedlung, Stuttgart, Konrad Theiss Verlag (coll. Materialhefte zur Archäologie in Baden-Württemberg, 49), 149 p.

Spors-Gröger S. 1997 : Der Runde Berg bei Urach -XI- Die handgemachte frühalamannische Keramik aus den Plangrabungen 1967-1984, Sigmaringen, Jan Thorbecke Verlag (coll. Heidelberger Akademie der Wissenschaften, Kommission für Alamannische Altertumskunde, Schriften, 17), 200 p.

Spors-Gröger S. 1998 : Die Befestigungsanlagen auf dem Plateau des Runden Berges, Fundberichte aus Baden-Württem-berg, 22-1, p. 655-719.

Spors-Gröger S. 2000 : Die donauländische GebrauchsKeramik des 4./5. Jahrhunderts und ihre Beziehungen zu den Gruppen 5, 8, 9 vom Runden Berg, Fundberichte aus Baden-Württemberg, 24, p. 369-452.

Stadelmann J. 1981 : Der Runde Berg bei Urach -IV- Funde der vorgeschichtlichen Perioden aus den Plangrabungen 1967-1974, Sigmaringen, Jan Thorbecke Verlag (coll. Heidelberger Akademie der Wissenschaften, Kommission für Alamannische Altertumskunde, Schriften, 7), 109 p.

Steidl B. 2000 : Die Wetterau vom 3. bis 5. Jahrhundert n. Chr., Wiesbaden, Selbst-verlag des Landesamtes für Denkmalpflege Hessen (coll. Materialien zur Vor- und Frühgeschichte von Hessen, 22), 282 p.

Steuer H. 1990 : Höhensiedlungen des 4. und 5. Jahrhunderts in Südwestdeutschland, in Nuber H.U. et al. (dir.) 1990, p. 139-205.

Steuer H. 1994 : The Hierarchy of Alamannic Settlements in the former Limes Region in South-Western Germany to AD 500, Journal of European Archaeology, 2-1, p. 82-96.

Steuer M., Hoeper M. 2002 : Germanische Höhensiedlungen am Schwarzwaldrand und das Ende der römischen Grenzverteidigung am Rhein, Zeitschrift für die Geschichte des Oberrheins, 150, p. 41-72.

Stribrny K. 1989 : Römer rechts des Rheins nach 260 n. Chr. Kartierung, Strukturanalyse und Synopse spätrömischer Münzreihen zwischen Koblenz und Regensburg, Berichte der Römisch-Germanischen Kommission, 70, p. 351-505.

Teichner F. 1999 : Kahl a. Main. Siedlung und Gräberfeld der Völkerwanderungszeit, Kallmünz, Verlag Michael Lassleben (coll. Materialhefte zur Bayerischen Vorgeschichte, A, 80), 252 p.

Unruh F. 1993 : Kritische Bemerkungen über die historischen Quellen zum Limesfall in Südwestdeutschland, Fundberichte aus Baden-Württemberg, 18, p. 241-252.

Wigg D. 1991 : Münzumlauf in Nordgallien um die Mitte des 4. Jahrhunderts n. Chr., Berlin, Gebr. Mann Verlag (coll. Studien zu Fundmünzen der Antike, 8), 544 p.

Haut de page

Notes

1 Je tiens à remercier cordialement Émilie Millet et Michel Kasprzyk pour la traduction de ce texte.

2 Il n’est pas possible pour l’instant de donner des pourcentages des différentes productions, car certains types de céramique tournée (Terra Nigra tardive et ses dérivés, rotgestrichene Keramik, sigillée d’Argonne et céramique lustrée) ne sont pas encore publiés (Quast 2008, p. 276-278).

3 Berndt Kaschau a divisé ces céramiques en quatre groupes, mais les différences entre les groupes 1 à 3 ne sont pas compréhensibles. C’est à ce titre qu’ils sont ici regroupés et confrontés au groupe 4 (Kaschau 1976, p. 10-14 ; Roth-Rubi 1991, p. 11-12 ; Bücker, Mauss 1992, p. 209 ; Quast 2008, p. 279-281).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Analyse pollinique de sites du sud-ouest de l’Allemagne
Légende a, pollens de céréales, indicateurs d’agriculture ; b, pollen indicateurs de terrains défrichés. Les deux montrent une réduction massive des surfaces cultivées autour de la fin de l’occupation romaine. Les pourcentages les plus bas correspondent à la période alamanique précoce. Voir particulièrement la « Lauffener Neckarschlinge », à Lauffen (Neckar Moyen), qui était densément occupée aux iie-iiie s. Autres courbes : Rauhe Wiesen, village de Bartholomä (Jura souabe oriental) ; Breilried à Haigerloch (Neckar Supérieur) ; Hasenwirtsweiher à Rottweil (Neckar Supérieur).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/2344/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 2 – Occupations de hauteur des ive et ve s. dans le sud-ouest de l’Allemagne
Crédits DAO : D. Quast, d’après Hoeper 2003, p. 15 fig. 1.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/2344/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 563k
Titre Fig. 3 – Vue aérienne du Runde Berg (en bas au milieu)
Crédits Cliché : Landesamt für Denkmalpflege, Dienstsitz Tübingen.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/2344/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 503k
Titre Fig. 4 – Le plateau du Runde Berg au moment des fouilles
Crédits Cliché : Landesamt für Denkmalpflege, Dienstsitz Tübingen.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/2344/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 637k
Titre Fig. 5 – Runde Berg. Aspect des structures. Trous de poteaux creusés dans le substrat calcaire
Crédits Cliché : Landesamt für Denkmalpflege, Dienstsitz Tübingen).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/2344/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 599k
Titre Tabl. I – Comparaison des différentes chronologies utilisées sur le site du Runde Berg
Crédits D’après Quast 2008, p. 268, fig. 5.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/2344/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Titre Fig. 6 – Runde Berg. Types de céramique non tournée
Crédits Dessin : d’après Spors-Gröger 1997, modifié.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/2344/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 475k
Titre Fig. 7 – Runde Berg. Types de céramique tournée granuleuse « de Mayen »
Légende Sans échelle.
Crédits Cliché : Landesamt für Denkmalpflege, Dienstsitz Tübingen.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/2344/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 729k
Titre Fig. 8 – Palissade double entourant la moitié nord-occidentale du plateau
Crédits Dessin : d’après Spors-Gröger 1998, p. 660, fig. 3.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/2344/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 9 – Restitution de l’angle nord-ouest de la palissade et de la porte d’accès
Crédits Dessin : d’après Spors-Gröger 1998, p. 681, fig. 18.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/2344/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 10 – Runde Berg. Fragments de fourreaux d’épée
Légende Sans échelle. La bouterolle dorée avec grenats à droite mesure 7,8 cm.
Crédits Cliché : d’après Collectif 1997, p. 152, fig. 149.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/2344/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 11 – Runde Berg. Récipients céramiques dont la typologie évoque des prototypes de la moyenne vallée du Danube
Crédits Dessin : d’après Spors-Gröger 2000, modifié.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/2344/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Fig. 12 – Sülchen (Rottenburg am Neckar). Four de potier
Crédits Cliché : d’après Gross, Schmidt 2003.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/2344/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 882k
Titre Fig. 13 – Sülchen (Rottenburg am Neckar). Productions de typologie méso-danubienne
Crédits Cliché : d’après Gross, Schmidt 2003.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/2344/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 14 – Runde Berg. Types de céramique à décor lustré
Crédits Dessin : d’après Kaschau 1976, modifié.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/2344/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 190k
Titre Fig. 15 – Topographie du sud-ouest de l’Allemagne et localisation du Runde Berg en bordure septentrionale du Jura souabe
Crédits DAO : D. Quast.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/2344/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 234k
Titre Fig. 16 – Runde Berg. Bijoux provenant de dépôts du début du vie s.
Légende Sans échelle. La fibule ansée en bas au milieu mesure 11 cm.
Crédits Cliché : d’après Collectif 1997, p. 193, fig. 200.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/2344/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dieter Quast, « L’établissement du Runde Berg et les sites de hauteur en territoire alaman (ive-ve s. apr. J.-C.) »Gallia, 74-1 | 2017, 249-259.

Référence électronique

Dieter Quast, « L’établissement du Runde Berg et les sites de hauteur en territoire alaman (ive-ve s. apr. J.-C.) »Gallia [En ligne], 74-1 | 2017, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 01 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/gallia/2344 ; DOI : https://doi.org/10.4000/gallia.2344

Haut de page

Auteur

Dieter Quast

Römisch-Germanisches Zentralmuseum, Ernst-Ludwig-Platz 2, D-55116 Mainz

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Gallia est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo CNRS
  • Logo MSH Mondes
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search