Navigation – Plan du site

AccueilNuméros74-1Études de casLe castrum de l’Antiquité tardive...

Études de cas

Le castrum de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge de Mandeure et l’établissement fortifié de hauteur de Château-Julien (Doubs)

The Late antique and Early medieval castrum of Mandeure and the hilltop fortified settlement at Château-Julien (Doubs)
David Billoin et Cédric Cramatte
p. 273-287

Résumés

Les découvertes récentes ont profondément renouvelé les connaissances sur l’agglomération antique de Mandeure/Epomanduodurum, considérée comme la plus importante de la cité des Séquanes après la capitale de cité Besançon/Vesontio. Si elles ont permis de reconsidérer l’évolution de la ville entre la fin de l’âge du Fer et le haut Moyen Âge, elles ont surtout permis d’appréhender toute l’ampleur des mutations que connaît l’agglomération à la fin de l’Empire romain. Celles-ci se traduisent par la construction d’un castrum et d’une importante basilique paléochrétienne à l’emplacement d’un camp militaire édifié vers le milieu du ive s. apr. J.-C. Ces résultats remettent en cause une tradition historiographique bien ancrée qui envisageait un abandon progressif de la ville dans le courant du ive s. et font écho aux chartes du viiie s. qui citent le bourg fortifié de Mandorum. Dans le même temps, et non loin en aval, on assiste à la création de l’établissement fortifié de hauteur de Château-Julien, dans une situation stratégique de contrôle au carrefour de voies terrestres et fluviales. La présence concomitante de ces deux pôles de pouvoir pose toute la question d’une restructuration territoriale polarisée sur cette portion de la vallée du Doubs.

Haut de page

Texte intégral

1L’agglomération antique de Mandeure/Epomanduodurum bénéficie d’une implantation géographique privilégiée, à mi-chemin entre la capitale de cité Besançon/Vesontio et Bâle, sur une voie de circulation stratégique renforcée par l’axe navigable de la vallée du Doubs. Le déclin et la disparition de la ville ont longtemps été imputés aux incursions alamanes traditionnellement mises en avant par l’historiographie, dans un espace géographique particulièrement exposé à proximité du limes rhénan. « C’en est donc fait ! Elle est tombée, la grande cité qui s’élevait la tête majestueuse au-dessus de toutes les autres. Elle n’est plus la fameuse Epomanduodurum, le riche entrepôt de Rome et de l’Italie » : c’est en ces termes que s’exprime en 1862 l’abbé Bouchey, lorsqu’il rend compte de la fin de la ville romaine (Bouchey 1862, p. 151). Incendiée en 275 par les Alamans, elle n’aurait selon lui été relevée que bien plus tard, à une date incertaine, par les Burgondes. Cette version de l’histoire de l’antique Epomanduodurum est certes ancienne et éculée, mais elle a su s’imposer jusqu’à une date très récente. Une fortification tardive est pressentie dans la ville dès les années 1960, mise en corrélation avec le toponyme « Clos du Château » et les mentions de castrum du haut Moyen Âge (Jeannin 1966). Plusieurs interventions successives ont permis de valider cette hypothèse et de définir les contours d’une fortification qui arborait la forme d’une cloche (Jeannin 1986 ; Mazimann 1992 ; 1999 ; Dard 2000), à l’exemple d’autres forteresses fluviales de même plan, telles celles de Châlon-sur-Saône (Saône-et-Loire), de Brugg, d’Olten et de Soleure (Soleure, Suisse) ou encore d’Altrip (Rhénanie-Palatinat). Le retrait des troupes romaines au début du ve s., entraînant de fait la perte du rôle défensif de la fortification, laissait le sort de l’agglomération en suspens, d’autant plus qu’aucune construction postérieure au iiie s. n’était avérée. La mise en place d’un Programme collectif de recherche (2000-2011) a profondément renouvelé les connaissances sur la ville en privilégiant – à travers l’étude de la parure monumentale représentée par le complexe sanctuaire-théâtre (Barral et al. 2007 ; 2015 ; Marc et al. 2007) – la question de ses origines gauloises et la forme de son développement au Haut-Empire. L’attrait général pour la genèse et le cadre de la ville romaine se manifeste par les nombreuses contributions publiées récemment au sein du volume sur les Aspects de la romanisation dans l’Est de la Gaule (Reddé et al. 2011). Un second axe de recherche a concerné l’étude de la fortification tardive (Kuhnle et al. 2007 ; Cramatte 2015) et a abouti à la découverte d’édifices de l’Antiquité tardive, dont une importante basilique paléochrétienne (Cramatte 2015). Cette agglomération et son environnement large sont donc désormais abordés sur la durée grâce à de nouvelles données (Billoin et al. 2015 ; Billoin, Cramatte 2015).

2Cet article met l’accent sur les phases tardives de l’agglomération antique pour s’ouvrir à la genèse de la ville médiévale et, inversement, de partir du phénomène castral de ce secteur géographique pour revenir en arrière, afin de tenter de combler le vide documentaire intermédiaire. Les données acquises au sein du programme collectif de recherche portant sur « les sites de hauteur de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge en Franche-Comté (du ive au ixs.) » permettent en effet d’intégrer plusieurs occupations perchées à cette séquence chronologique au sein d’une portion de la vallée du Doubs. L’ensemble forme un dossier rendu complexe par l’indigence de la documentation archéologique et textuelle, mais susceptible de révéler des mouvements de réorganisation territoriale et administrative à plus grande échelle.

Le castrum et l’occupation de la ville dans la première moitié du ive s.

  • 1 Une grande variété de termes peut désigner une fortification du Bas-Empire, tant dans les sources é (...)

3Le castrum1 est construit au sud-ouest de la ville, entre le Doubs et le complexe religieux qui englobe un imposant théâtre (fig. 1). Son enceinte a la forme d’une cloche dont le segment rectiligne, d’une longueur approximative de 170 m, s’appuie sur la rivière (fig. 2). La courtine curviligne est rythmée tous les 50 m de tours semi-circulaires, tandis que celle qui longe la rivière devait être dotée de tours quadrangulaires, dont deux seulement sont attestées. Une troisième muraille part de l’angle sud-ouest de la forteresse et s’avance dans le Doubs. Ces fortifications ne présentent pas les mêmes modes d’édification, ce qui indique que plusieurs chantiers successifs ont été nécessaires à cette entreprise (Cramatte 2015). L’analyse de chacun de ces tronçons a permis d’identifier des constructions qui s’échelonnent entre le milieu et la fin du ivs. Cette chronologie étant établie, se pose alors la question de savoir qui étaient les commanditaires et les destinataires de cette forteresse. S’agissait-il d’une enceinte militaire ou civile ? La ville de l’Antiquité tardive s’est-elle recentrée derrière ces murs ?

Fig. 1 – Plan de l’agglomération avec situation de la fortification

Fig. 1 – Plan de l’agglomération avec situation de la fortification

DAO : Programme collectif de recherche Mandeure.

Fig. 2 – Plan de la fortification établie au bord du Doubs avec l’indication des zones fouillées entre 2006 et 2011

Fig. 2 – Plan de la fortification établie au bord du Doubs avec l’indication des zones fouillées entre 2006 et 2011

DAO : M. Glaus (Institut d’archéologie et des sciences de l’Antiquité de l’université de Lausanne).

  • 2 L’enceinte de Baden/Aquae Helveticae (Argovie, Suisse), élevée dans un coude de la Limmat, pourrait (...)
  • 3 Désignation attestée par les inscriptions CIL XIII, 5170 et RISch 2, 141.

4Mandeure n’est pas la seule ville romaine de la Maxima Sequanorum dotée d’une fortification en cloche (fig. 3). De telles enceintes sont aussi érigées à l’emplacement des agglomérations d’Olten et de Soleure/Salodurum, toutes deux établies le long de l’Aar, en Suisse2. Celle de Soleure a été élevée vers 325-330 apr. J.-C. Il est toutefois impossible de déterminer avec précision si l’habitat préexistant a été intégré ou démoli au moment de la construction (Schucany 1997 ; Wullschleger 2013). On ne connaît en effet presque rien de la trame urbaine de ce vicus3 : son emprise correspond en grande partie au centre médiéval de la ville actuelle, ce qui empêche toute fouille d’envergure. Quelques fouilles ponctuelles sont susceptibles de fournir des éclaircissements chronologiques, mais ne permettent en aucun cas d’appréhender un édifice dans sa globalité. Le rempart de Soleure, encore conservé parfois sur une hauteur de 9 m, ne dépasse pas 2,50 m d’épaisseur. La forteresse d’Olten, construite à la même époque, présente des caractéristiques tout à fait similaires (Schucany 1996). Il est communément admis qu’il s’agit là de deux ouvrages civils. Il est tentant d’interpréter la fortification mandurienne de la même manière. Toutefois, d’autres parallèles suggèrent, à l’inverse, une fonction militaire. Il en est ainsi du fortin campaniforme de Brugg-Altenburg (Argovie, Suisse), édifié lui aussi au bord de l’Aar, non pas à l’emplacement exact d’une agglomération antique mais à deux kilomètres de celle de Windisch/Vindonissa (Milosavljevic 2004). Sa superficie interne d’à peine 2 800 m2 ne permettait guère d’y loger une population, et la fortification servait à protéger un gué franchissable à cet endroit en basses eaux. Bien que cette enceinte soit de taille inférieure à celle de Mandeure, qui couvrait pas moins de 1,5 ha, les deux forteresses présentent une même particularité, à savoir l’épaisseur significative de leur rempart – celui de Mandeure mesure 4 m à sa base, celui de Brugg près de 5 m. Pour ce qui concerne l’enceinte de Mandeure, on ne peut écarter la thèse d’une fonction militaire, thèse que renforce la comparaison avec les fortifications trapézoïdales d’Altrip/Alta Ripa (Schnurbein, Köhler 1989) et de Passau/Boiotro (Bavière ; Altjohan 2012), qui s’appuient respectivement sur le Rhin et l’Inn (fig. 3). La fonction strictement militaire de ces forteresses a pu être clairement établie, car leurs aménagements internes sont pour l’essentiel connus. Tel n’est pas le cas des fortifications de la Maxima Sequanorum, dont on ne sait presque rien des constructions intra muros en raison du bâti actuel.

Fig. 3 – Plans de fortifications fluviales

Fig. 3 – Plans de fortifications fluviales

DAO : C. Cramatte (IASA-UNIL).

  • 4 Fouilles de l’Institut d’archéologie et des sciences de l’Antiquité de l’université de Lausanne dir (...)

5La situation est bien différente à Mandeure, car une bonne moitié de la fortification se trouve en zone de cultures. Les fouilles4 conduites entre 2010 et 2012, à l’angle sud-ouest du castrum, ont permis d’étudier plusieurs édifices contemporains du premier chantier de construction de la fortification. Il ne s’agit pas ici d’en donner une description détaillée, car ils ont récemment fait l’objet d’une publication (Cramatte 2015), mais d’en mettre davantage en avant les éléments qui plaideraient en faveur d’une occupation militaire ou civile. Rappelons d’abord que ce premier chantier de construction, commencé peu avant le milieu du ive s., a été interrompu brutalement par l’incursion alamane de 352. Seule la courtine campaniforme peut être rattachée à cette époque ; la construction du rempart rectiligne n’avait apparemment pas encore été engagée, ou du moins n’était pas achevée dans la partie sud. Deux bâtiments sont clairement rattachables à cette époque. Le premier, accolé à la courtine, n’a pu être fouillé que sur un seul tronçon, l’édifice s’étendant au-delà de la zone de fouille. Il était constitué d’au moins cinq pièces aux dimensions différentes. Deux d’entre elles comportaient des sols en mortier de chaux et une autre un système de chauffage par hypocauste. Ces aménagements, tout comme les quelques objets retrouvés en lien avec cette construction (intaille en or, statuette en bronze de Fortune) indiquent un certain train de vie. Ces constructions ne trouvent guère d’équivalent, si ce n’est dans le castellum fluvial d’Altrip, où les quarante pièces qui courent tout le long de la courtine arborent des dimensions variées, le bâti devant s’adapter à la forme trapézoïdale du rempart. Là aussi, certaines salles possèdent des sols maçonnés, tandis que d’autres sont chauffées par hypocauste et décorées de peintures. S’il n’existe pas d’indices permettant d’attribuer une fonction précise à chacune de ces pièces, il ne fait aucun doute que bon nombre d’entre elles sont à interpréter comme des contubernia, avec des espaces mieux aménagés réservés aux officiers et à l’administration de cette fortification militaire. Une situation similaire peut être envisagée à Mandeure, mais la portion étudiée est trop réduite pour s’en assurer. La partie du bâtiment dégagée présentait des élévations en matériaux périssables reposant sur des solins maçonnés bien fondés, mais il se peut qu’une autre partie ait simplement été aménagée sur poteaux de bois. Le secteur de la porte orientale du castellum, exploré entre 2006 et 2007, a d’ailleurs livré toute une série de trous de poteaux qui appartenaient à des constructions adossées à la courtine.

6Le second édifice marquant d’époque constantinienne est un petit ensemble thermal dont seul le caldarium a été fouillé. Son plan ne permet pas de le rattacher spécifiquement à un usage militaire ; toutefois, deux pilettes de l’hypocauste étaient estampillées au nom de la legio Prima Martia. Des dalles de suspensura frappées du sceau de cette légion avaient déjà été retrouvées au xixe s. sur la commune de Mandeure, sans autre indication de provenance. Il est très probable qu’elles aient appartenu à ce petit balnéaire. En effet, plusieurs observations de terrain laissent supposer que celui-ci avait été partiellement fouillé à une date plus ancienne. Ces éléments en terre cuite constituent une découverte majeure, car ils nous renseignent selon toute vraisemblance sur les constructeurs de cet édifice et, plus largement, sur ceux de la fortification. Quinze autres sites ont livré des tuiles estampillées de cette légion (Allemann 2015) et tous correspondent à des fortifications militaires ou à des bâtiments à caractère officiel, notamment des praetoria. Il est donc vraisemblable que l’armée ait réalisé un grand nombre de ces constructions, parmi lesquelles figurerait l’enceinte de Mandeure. Il a par ailleurs été démontré que ce chantier de construction était associé à celui du démantèlement des édifices publics et sacrés de la ville d’Epomanduodurum, dont les blocs ont servi aux soubassements du rempart (Blin, Cramatte 2014). Ces profonds bouleversements de la vie civile et religieuse de l’agglomération ne signifient pas pour autant que l’agglomération ait été abandonnée. Ainsi, des monnaies de la première moitié du ive s. retrouvées en prospection sont réparties de manière uniforme sur l’ensemble de la boucle du Doubs où se concentre l’essentiel de l’habitat romain (Bouziane 2011 ; Barral et al. 2015), ce qui tend à confirmer que l’occupation n’a pas cessé mais qu’elle s’est maintenue parallèlement à l’édification du castrum.

La ville de l’Antiquité tardive et la basilique paléochrétienne

  • 5 Les fibules cruciformes retrouvées à Mandeure sont présentées succinctement ici, mais font l’objet (...)

7Il est difficile d’évaluer les conséquences directes de l’incursion alamane de 352 sur l’occupation de la ville romaine. Cependant, il est avéré que, dès le début de l’époque valentinienne, le réseau des insulae du Haut-Empire n’est plus habité, le centre de gravité de l’agglomération se déplaçant alors au bord du Doubs, à l’emplacement de l’ancien castrum. Son enceinte est restaurée et un rempart renforcé de tours quadrangulaires est édifié face à la rivière. Les données numismatiques indiquent que la construction de cette muraille n’est pas entreprise avant 364 apr. J.-C., du moins dans sa partie méridionale. Il ne fait guère de doute que ces travaux s’inscrivent dans le programme de rénovation de la ligne de défense du Rhin exigé par l’empereur Valentinien Ier. Cette remise en état de la forteresse se justifie par la situation stratégique de Mandeure, dont le contrôle s’avère indispensable pour garantir l’approvisionnement des troupes stationnées sur le limes rhénan. Ces mesures incluent bien évidemment l’installation d’un détachement militaire, mais aussi de fonctionnaires chargés de contrôler le transbordement des marchandises qui transitent par là, et sans doute de percevoir des taxes. La meilleure traduction de la présence de cette militia, qu’elle soit civile ou militaire, est certainement la quinzaine de fibules cruciformes découvertes à Mandeure. Si les exemplaires du type Keller/Pröttel 1 et 2 sont à rattacher à la legio Prima Martia (fig. 4), ceux du type Keller/Pröttel 3 et 4 révèlent bien la présence de cette militia dans la seconde moitié du ive s.5 La présence de ces contingents militaires n’exclut pas la possibilité qu’une partie de la population ait pris place dans cette enceinte réduite. Les niveaux archéologiques de cette époque se limitent souvent à des « terres noires » riches en mobilier. Jusqu’à présent, la seule structure en dur d’époque valentinienne découverte dans la fortification se résume à un sol en mortier chauffé par un hypocauste à canaux rayonnants. Si ce terrazzo était bien délimité, il ne restait aucune trace des parois de la pièce, manifestement construites à l’aide de matériaux périssables. Sur la base de ces seuls éléments, il n’est guère possible d’établir clairement le statut de la fortification : on peut toutefois raisonnablement envisager une agglomération qui se réorganise peu à peu derrière les remparts, parallèlement au maintien de casernements militaires.

Fig. 4 – Mandeure/Epomanduodurum. Fibules en arbalète (1) et cruciformes (2-15)

Fig. 4 – Mandeure/Epomanduodurum. Fibules en arbalète (1) et cruciformes (2-15)

2-3, type Keller/Pröttel 1 ; 4-5, type Keller/Pröttel 2C ; 6-8, type Keller/Pröttel 3/4B ; 9, type Keller/Pröttel 3/4C ; 10, type Keller/Pröttel 3/4D ; 12 et 14, fragment et oignon du type Keller/Pröttel 3/4 ; 13 et 15, fragment et oignon de type indéterminé. Alliage cuivreux. Échelle : ½.

Dessins : I. Dard, R. Henry, V. Merle, J.-C. Mottaz, L. Petignat.

8Plusieurs chantiers d’envergure sont encore entrepris dans le dernier quart du ive s. Le premier concerne le renforcement de la rive du Doubs au moyen de blocs architecturaux en remploi. Cet aménagement de berge se fait conjointement à l’édification d’un rempart qui s’avance vers la rivière depuis l’angle sud-ouest du castrum. Cette enceinte devait se prolonger jusqu’au Doubs et ainsi protéger des installations portuaires. Un rempart analogue devait exister à l’extrémité nord-ouest de la fortification. Le chantier le plus emblématique de cette époque est cependant situé intra muros, à l’angle sud-ouest de l’enceinte. Il s’agit de la construction d’une basilique paléochrétienne qui peut, sur la base du numéraire et du mobilier céramique découverts, être datée de l’extrême fin du ive s. Adossée à la courtine occidentale, cette église mesure 24 m de longueur et se définit par un plan en « T » et un chevet plat (fig. 5). Une nef unique s’ouvre sur le chœur, flanqué de quatre pièces, deux au nord et deux au sud. La nef formait un grand volume unitaire et était couverte d’une charpente d’un seul tenant, puisqu’elle ne comportait aucun support intermédiaire. À son extrémité orientale, une étroite estrade court sur toute la largeur du vaisseau. Si cet « avant-chœur » constituait un prolongement de l’espace liturgique, il permettait également de desservir l’ensemble des pièces du chevet. La salle située tout au sud revêt une importance particulière, puisqu’il s’agit d’un baptistère doté, dès l’origine, d’une cuve octogonale dont l’intérieur mesurait approximativement 1 m. Par la suite, sans doute à l’époque mérovingienne, le baptistère est désaffecté pour répondre à des besoins funéraires. Le niveau des tombes ayant été atteint par les labours, les sépultures se matérialisent sous la forme d’un amas d’ossements humains entassés pêle-mêle. Au moins cinq individus ont toutefois pu être dénombrés. Cette pièce a également polarisé plusieurs sépultures qui se sont implantées aux abords immédiats de cette partie de l’édifice, phénomène qui pourrait s’expliquer par la volonté des défunts de reposer ad sanctos, soit auprès de la relique d’un saint. Deux fragments d’un couvercle en calcaire, retrouvés en position secondaire, appartiennent à un reliquaire qui aurait pu prendre place dans cet ancien baptistère. Il ne s’agit pas là du seul réaménagement tardif de l’église. Un podium surélevé de forme rectangulaire, accessible par l’avant-chœur, s’avance dans l’axe de la nef. On peut lui attribuer deux fonctions différentes, sans qu’il soit pour autant possible, en raison du mauvais état de conservation de la structure, de trancher en faveur de l’une ou de l’autre : il pouvait s’agir soit d’un couloir (solea) menant à un ambon, soit d’une schola cantorum, c’est-à-dire un espace réservé à un corps de chanteurs.

Fig. 5 – Plan de l’église paléochrétienne

Fig. 5 – Plan de l’église paléochrétienne

DAO : C. Cramatte (IASA-UNIL).

9Il faut encore relever que les constructeurs de la basilique ont apporté un soin particulier à sa décoration, puisqu’une partie des parois était recouverte de marbres, souvent précieux. Des porphyres d’Égypte et de Laconie côtoyaient du cipolin de l’île d’Eubée (Grèce), des marbres blancs et roses de la région de Carrare s’associaient à des variétés d’origine régionale, tels des marbres gris (Napoli 2015). Selon toute vraisemblance, ces éléments ont tous été prélevés dans les temples désaffectés voisins. Un certain nombre d’entre eux présentent des traces de retaille, indiquant une volonté de créer de nouvelles compositions. Ce décor marmoréen s’accompagne parfois de peintures murales dont il ne reste que très peu de fragments. Si les enduits peints du chœur imitent le marbre, ceux du baptistère relèvent d’un système décoratif plus simple, formé de bandes et de filets de différentes couleurs. La décoration prend également une place importante dans la fermeture des baies du monument. D’abord recouvertes d’un vitrage vert olivâtre, les fenêtres sont par la suite agrémentées de vitraux (Pactat 2012).

10À l’époque théodosienne, la ville renoue donc avec son prestigieux passé. Sa prospérité se traduit par la mise en place d’un port fluvial protégé par des remparts. La construction de la basilique paléochrétienne révèle également toute la vitalité d’une agglomération qu’il convient d’appeler à cette époque castrum. La présence d’une église atteste une communauté chrétienne déjà bien implantée, qui devait auparavant se réunir dans des maisons de prière. Ce monument s’inscrit également dans le paysage local comme la manifestation tangible de la splendeur de la ville maintenue par une aristocratie locale qui veut encore marquer le paysage urbain de son empreinte. Comme elle l’avait fait deux siècles auparavant, en particulier avec l’édification d’un imposant théâtre, cette élite renoue avec l’évergétisme et veut à nouveau rivaliser avec la monumentalité de la capitale de cité, Besançon/Vesontio, devenue entretemps capitale de la Maxima Sequanorum.

Vers la ville médiévale et son espace micro-régional

11Si dans l’agglomération ainsi qu’à ses marges, les vestiges d’habitat sont ténus pour les siècles suivants, la dissémination d’éléments matériels (céramiques, objets divers, monnaies) et la présence de plusieurs nécropoles attestent clairement une occupation au haut Moyen Âge (fig. 6). L’agglomération de Mandeure continue de jouer un rôle stimulant et attractif, principalement sur deux pôles axés d’une part sur le castrum et l’église paléochrétienne adossée à la fortification, et d’autre part sur l’église Saint-Martin, dont l’origine remonte vraisemblablement au haut Moyen Âge. L’environnement proche de cet édifice, reconstruit au xviiie s. à la perpendiculaire d’une église plus ancienne, livre des sépultures et des sarcophages depuis 1783. Des travaux d’adduction d’eau réalisés de 1959 à 1962 ont permis de préciser l’extension de l’aire funéraire, avec une trentaine de sépultures étudiées (Pétrequin, Odouze 1967). Une autre nécropole du haut Moyen Âge a été reconnue en 1962 sur la rive du Doubs opposée au castrum, en bordure de l’axe principal de circulation de la ville. Treize tombes en coffres de pierre calcaire et en pleine terre – vraisemblablement des coffres en bois – ont fourni quelques objets du haut Moyen Âge (Pétrequin, Odouze 1967). Cette organisation schématique en deux pôles et l’existence de cette nécropole en bordure du Doubs présentent des analogies avec le castrum Rauracense/Kaiseraugst près de Bâle (Argovie, Suisse), dont une nécropole est implantée sur l’autre rive du Rhin (Berger 2012).

Fig. 6 – Localisation du castrum et des découvertes du haut Moyen Âge sur l’emprise de la ville antique

Fig. 6 – Localisation du castrum et des découvertes du haut Moyen Âge sur l’emprise de la ville antique

L’emprise de la ville antique est représentée en blanc.

DAO : D. Billoin (Inrap), C. Cramatte (IASA-UNIL).

12L’abondant numéraire retrouvé dans l’emprise de l’ancienne agglomération antique indique une circulation monétaire de bronzes romains, non sans rognage et fragmentation, jusque dans les années 530, principalement dans le castrum. Des monnaies de Léon Ier (457-474), un solidus burgonde de Gondebaud (500-525), un Justinien (527-565), un Clotaire II (586-628), un denier d’Euparchus et deux tremissis (Rodez et Marseille) témoignent de la vitalité des courants commerciaux du haut Moyen Âge.

13Jusqu’au viiie s., le bourg de Mandeure continue de jouer un rôle important comme le suggèrent les textes. Située tantôt en Alémanie tantôt en Burgundia, la ville apparaît dans la cosmographie de l’Anonyme de Ravenne sous la forme Mandroda, sans que l’on sache si l’attribution à un peuple relève d’une réalité politique ou chronologique, ce texte étant une compilation rédigée à la fin du viie ou au début du viiie s., sur la base de divers documents. Ces mentions contradictoires marquent cependant bien la position frontalière de ce secteur géographique du nord de la vallée du Doubs et de la Porte de Bourgogne, grand couloir naturel de circulation entre Vosges et Jura où s’interpénètrent influences burgonde, franque et alamane, entre royaume de Bourgogne et d’Austrasie. La ville est successivement mentionnée dans deux chartes de la première moitié du viiie s. dans lesquelles Boronus, neveu du duc d’Alsace Adalbert, fait diverses donations au profit des abbayes de Wissembourg et d’Honau : Mandodro, castro publice en 739 et Mandouro castrum en 748 (Schoepflin 1851). Ces actes impliqueraient, par l’emploi du mot castrum, que se trouve là le siège du comté du pagus d’Ajoie/Alsegaudia. Avant 732, le castrum Mandorum, contraction d’Epomanduodurum, apparaît également dans la vita Ermenfredi, rédigée par Egilbert, prévôt de Cuisance, où il est décrit comme « un camp rendu très sûr par un retranchement ». Vraisemblable capitale du pagus, la ville perd peu à peu de son importance au profit de Montbéliard, qui hérite alors de ses fonctions. La création de ce nouveau comté est sans doute à l’origine de l’abandon du détour de la grande voie antique de Mandeure, pour un itinéraire plus direct traversant la vallée de l’Allan. Le mons Biliardae apparaît en 985 comme un site fortifié (castrum, oppidum) construit depuis quelque temps déjà d’après le rédacteur de la Vie des saints Eustaise et Valbert (Bouvard 2000). Premier attesté dans le Doubs, le site castral de Montbéliard est érigé à la fin du ixe ou au début du xe s. sur un éperon dominant la confluence de deux rivières et s’impose comme le chef-lieu du pagus d’Ajoie, le futur et puissant comté de Montbéliard.

14L’espace micro-régional autour de Mandeure est essentiellement renseigné, comme souvent, par des découvertes funéraires anciennes marquant la pérennité de l’axe de circulation reliant Besançon à la frontière du Rhin par la vallée du Doubs (fig. 7 et 8). Pratiquement toutes les nécropoles sont implantées à proximité d’établissements antiques le long de la grande voie romaine et des axes de circulation secondaires. Certaines de ces constructions sont identifiées à des villae avec sol revêtu de mosaïques, comme à Pont-de-Roide, Valentigney et Montbéliard (à tesselles de pierre et de verre séparées par des feuilles d’or et d’argent pour cette dernière, d’après la bibliographie ancienne). Elles sont occupées de manière permanente entre l’Antiquité et le haut Moyen Âge. En témoignent entre autres des points de peuplement dispersés et de rares exemples d’habitats, tous sous-représentés en raison de marqueurs chronologiques peu nombreux entre le ve et le viiie s. et de l’absence d’intervention archéologique récente. D’autres nécropoles mérovingiennes sont implantées sur des hauteurs déjà occupées durant la Protohistoire, à Lougres et à Pont-de-Roide. Les premières mentions textuelles de villages, vraisemblablement des paroisses chrétiennes, viennent se superposer au peuplement d’alors et se situent à proximité des grands axes de circulation préexistants.

Fig. 7 – Carte de l’occupation antique et du haut Moyen Âge d’une portion de la vallée du Doubs autour de Mandeure

Fig. 7 – Carte de l’occupation antique et du haut Moyen Âge d’une portion de la vallée du Doubs autour de Mandeure

DAO : D. Billoin (Inrap).

Fig. 8 – Vue aérienne de Château-Julien à Pont-de-Roide

Fig. 8 – Vue aérienne de Château-Julien à Pont-de-Roide

Quelques maisons subsistent au hameau de Châtey sur le flanc nord du mont.

Cliché : J. Aubert.

L’établissement fortifié de hauteur de Château-Julien (Mont-Julien)

15Château-Julien (Châstel Gellin au xviie s.) occupe le sommet d’une colline barrant la cluse de Pont-de-Roide, qui domine la vallée du Doubs et le débouché des vallées de la Ranceuse et du Roide, à 10 km en aval de Mandeure (fig. 7 et 8). Cette position est hautement stratégique pour le contrôle d’un carrefour routier, par la voie nord-sud se dirigeant vers Mandeure et par sa perpendiculaire en direction de Porrentruy, doublée d’un axe fluvial. La forteresse est signalée depuis le xviie s. Sa construction est attribuée à l’empereur Julien, à l’origine du nom de Château-Julien, et sa destruction est traditionnellement mise, selon la mode de cette époque, sur le compte d’Attila ou des Sarrazins (Richard 1858).

16La forteresse prend place au point culminant de la colline, offrant un large panorama sur tout le secteur et visible depuis une partie de Mandeure. Entourée d’abrupts, elle est implantée sur un replat quadrangulaire d’environ 1,5 ha, entièrement délimité par un rempart maçonné construit en limite de rupture de pente (fig. 9). Sa longueur atteint un développement de 430 m de longueur. L’important amas de pierres témoigne de la hauteur significative de cette fortification dotée de tours. L’angle nord-est est complexe, avec une avancée et des anomalies du relief associées à la présence de cônes de démolition révélant de plus amples constructions en lien avec l’accès à l’est. Un imposant mur maçonné de 1,40 m d’épaisseur semble associé à ce dispositif d’entrée et se prolonge sur le flanc occidental le long du chemin d’accès. Son tracé rectiligne se poursuit dans les pentes au nord, interrompu ponctuellement par de petites falaises, sur une longueur de 250 m. Deux pilastres en calcaire blanc en réemploi, dont un rudenté sur deux faces et l’autre avec un trou de tenon, ont été observés dans ce mur lors du creusement d’un sentier forestier (Jeannin 1987). Des anomalies du microrelief signalent des constructions reconnues dans tout l’espace interne de la fortification, à l’exception de zones à proximité du rempart, à l’est et au nord, suggérant des axes de circulation. Une fouille clandestine laisse entrevoir des pans de maçonneries conservés sur près d’un mètre d’élévation, alors que des traces d’hypocauste (tubuli) sont signalées à plusieurs reprises, ainsi qu’un fragment de base de colonne en calcaire fin. Des sarcophages trapézoïdaux en calcaire oolithique, dont un couvercle orné d’une croix « dont le pied se termine par une sorte de fourche à volutes en léger relief », ont été découverts lors d’une fouille réalisée en 1930 à l’emplacement d’une église ou d’une chapelle primitive de 15 x 20 m (Jeannin 1987). Des armes mérovingiennes ont également été signalées au xixe s., vraisemblablement dans des sépultures, peut-être en lien avec cet édifice religieux.

Fig. 9 – Les vestiges de Château-Julien et de Châtey à Pont-de-Roide

Fig. 9 – Les vestiges de Château-Julien et de Châtey à Pont-de-Roide

DAO : D. Billoin (Inrap).

17L’ensemble évoque une petite agglomération fortifiée dotée d’une église et témoigne d’un projet d’ampleur par la qualité des constructions – en particulier du système défensif – sur une hauteur jouant un rôle stratégique dès le Néolithique (Billoin 2015a). La chronologie de l’habitat fortifié est précisée par du matériel issu de prospections, principalement des monnaies et des accessoires vestimentaires qui situent le début de l’occupation au milieu de ive s., voire un peu avant (fig. 10). Une présence militaire est également confirmée par la mise au jour de deux projectiles et d’un élément de ceinture, tandis que d’autres objets évoquent une élite. L’occupation semble continue au moins jusqu’au viiis., avec notamment la présence d’un sceat, monnaie anglo-saxonne rarement attestée en Franche-Comté. On assiste ensuite à un déperchement progressif de l’occupation sur le flanc oriental de la colline, au hameau de Châtey dans un premier temps. En 1040, une charte de Hugues Ier, archevêque de Besançon, concède à l’abbaye de Baume-les-Dames l’autel de l’église Sancta Maria in Castro. Cette donation concerne l’édifice reconstruit au hameau de Châtey, celui-ci étant désigné, dans les bulles d’Innocent II et de Célestin II en 1143, par le vocable faisant référence au Châtel : loffrido de Castro Sancte Marie en 1136, esclesia de Castro Sancte Marie en 1275. L’église de Châtel-Sainte-Marie est une paroisse assez importante puisqu’elle desservait neuf villages : Pont-de-Roide, Bourguignon, Neuchâtel, les Orcières, Autechaux, Écurcey, Vermondans, La Combe d’Hyans et le Mont Pourrion (Courtieu 1986, p. 2585-2592). La fondation de cet édifice indique le transfert de l’église primitive de l’établissement fortifié, situant ainsi son abandon avant le milieu du xie s. Très sommairement décrit, cet édifice aux dimensions imposantes de 30 x 22 m disparaît au xviiie s, mais quelques-uns de ses murs continuent de se dresser dans un pré situé à proximité d’une petite chapelle construite récemment. Au début du xive s., la création par les seigneurs de Neuchâtel d’un pont enjambant le Doubs entraîne un développement économique et un glissement de l’occupation en fond de la vallée, à l’origine du village de Pont-de-Roide. Dans les textes, les seigneurs de Neuchâtel apparaissent à la fin du xie s. Ils forment l’une des plus puissantes familles de l’aristocratie comtoise, qui a pour origine un territoire autour de Pont-de-Roide (Courtieu 1986, p. 2585-2592). Leur château s’élève sur un éperon dominant un petit affluent de la Ranceuse, à 3 km à l’ouest de Château-Julien. Cette proximité suggère qu’il pourrait avoir pris le relais de l’habitat fortifié de Château-Julien, comme le nom de Neuf-Châtel semble l’indiquer.

Fig. 10 – Mobilier de Château-Julien signalant la présence d’une élite

Fig. 10 – Mobilier de Château-Julien signalant la présence d’une élite

1, fibule cruciforme de type Keller/Prötel 1 (290-320) ; 2, fibule cruciforme de type Keller/Prötel 3/4B (350-410) ; 3, applique de ceinture en forme d’amphore à décor excisé ; 4, poids monétaire (ve s.) ; 5, monnaie anglo-saxonne, sceat au porc-épic vers 710-760 ; 6, fragment de mors à aiguille damasquiné à tête d’animal fantastique (viie-viiie s.). Échelle : 1/1.

Clichés : D. Billoin (Inrap).

La Tour de Chamabon à Écurcey

18Les ruines d’une tour protégée par une levée de terre demi-circulaire implantée sur un promontoire dominant le Doubs et la cluse de Roide ont été identifiées à la tour de Chamabon, lieu mentionné dans un texte de 1285. Les terres de Camabon apparaissent dès 1147 dans une charte de confirmation par Humbert, archevêque de Besançon, de donations faites par le comte Othon Ier de la Roche, Pierre de La Salle et Thibaud de Rougemont au profit de l’abbaye Notre-Dame de Belchamp (Tardif 1866). Un petit hameau prend naissance à cet endroit et disparaît au cours du xve s. (Duvernoy 1847 ; Courtieu 1984, p. 1141-1148). Une tradition place un fortin romain à cet emplacement qui serait associé à Château-Julien pour protéger la ville de Mandeure (Bouchey 1865 ; Renard 1941). Des monnaies antiques recueillies dans les pentes de ce site témoignent de son occupation effective à partir de la seconde moitié du ive s. La modeste superficie disponible sur ce relief suggère qu’il s’agissait d’un dispositif de surveillance de type tour. Par son implantation à 500 m d’altitude, visible depuis Mandeure (8 km) et de Château-Julien (3 km), cet ouvrage semble pouvoir être lié à ces deux pôles de peuplement, affecté à la surveillance de cette portion de la vallée du Doubs. Cette situation est analogue à celle de la tour de Buvilly, qui est élevée sur une petite falaise de la bordure jurassienne et qui assure une surveillance efficace de la plaine au débouché de la reculée de Poligny, non loin d’un habitat de hauteur précédant le château Grimont (Billoin 2015b).

*

* *

19La proximité des deux pôles de peuplement de Mandeure et de Château-Julien, de la seconde moitié du ive au ixe s., permet d’envisager leur dynamique d’occupation et leur mutation spatiale sous forme d’une dissociation du pouvoir. Entre les deux, la tour de Chamabon assure, pour un temps, le lien dans la surveillance de cette portion de la vallée du Doubs. La création du site fortifié de hauteur de Château-Julien, dont les infrastructures et le mobilier témoignent visiblement d’une fonction militaire, économique et résidentielle, constitue manifestement un legs d’une partie des fonctions d’encadrement territorial de l’ancienne agglomération antique. Place forte liée à la défense de la ville de Mandeure, elle semble suivre une trajectoire plus autonome au fil du temps puisqu’elle se trouve dotée d’une église au haut Moyen Âge. Ce mouvement initie une forme de parcellisation de l’autorité publique, préfigurant l’apparition d’une aristocratie qui s’ancre peu à peu dans le territoire. Les xe-xie s. voient le déclin de ces deux pôles de pouvoir et, dans le même temps, l’apparition de l’expression dans le paysage des grandes familles seigneuriales. Le toponyme de Neuf-Châtel (novo castro), qui prend place sur un éperon saillant d’un petit affluent de la Ranceuse, laisse penser qu’il fait référence à l’ancienne forteresse de Château-Julien, située 3 km plus à l’est. Le bourg et sa chapelle castrale sont ainsi rattachés à Châtel-Sainte-Marie et à son église, à l’origine de la puissante famille des Neuchâtel-Bourgogne (Bouvard 1997). L’effacement progressif de Mandeure coïncide avec l’émergence de Montbéliard et la mise en place de nouvelles structures de commandement fondées sur le château. Distante de 8 km, Montbéliard/mons Biliardae, établie sur un promontoire rocheux dominant le confluent de l’Allan et la Lizaine, est un lieu fortifié qui apparaît sous les mentions de castrum et d’oppidum en 985, mais qui existerait depuis une époque assez ancienne aux dires de l’hagiographe des saint Eustaise et Valbert (Bouvard 2000). Ce premier site castral attesté dans le Doubs s’impose rapidement comme chef-lieu du pagus d’Ajoie, futur puissant comté de Montbéliard, au détriment de Mandeure. Ce transfert administratif est comparable à ce qui s’est passé avec le castrum de Vesoul en Haute-Saône, né aussi à la fin du ixe s. et qui se substitue à l’ancienne agglomération antique de Port-sur-Saône, comme capitale du pagus de Port (pagus Portuensis). Dans cet espace de la vallée de la Saône, la fortification de hauteur de l’Antiquité tardive ou du haut Moyen Âge édifiée sur un promontoire, mentionnée au xixe s. comme ceinte d’un rempart maçonné de 2 m d’épaisseur, interpelle d’autant plus qu’un texte de 1020 se réfère à la présence d’un ancien castrum (Suchaux 1973)6.

20Suivre la trajectoire de l’agglomération tardo-antique de Mandeure et de son devenir permet de retracer l’évolution d’un espace centré sur une portion de la vallée du Doubs. Cette approche fait apparaître une réorganisation progressive de l’ancien cadre territorial de Mandeure par l’émergence de sites de hauteur, maillons intermédiaires dans ce mouvement de mise en place d’une nouvelle géographie du pouvoir qui se cristallise sur le château à partir des xe-xie s. (Schneider 2008).

Haut de page

Bibliographie

Pour consulter la liste des abréviations et des acronymes, cliquer ici.

Sources épigraphiques

Corpus Inscriptionum Latinorum (CIL)

CIL XIII, Inscriptiones trium Galliarum et Germaniarum Latinae, éd. Hirschfeld O. et Zangemeister K., Berlin, Reimer, 1899-1933, 6 vol.

Römische Inschriften in der Schweiz (RISch)

RISch 2, Römische Inschriften in der Schweiz -2- Nordwest- und Nordschweiz, éd. Walser G., Bern, P. Haupt, 1980.

Références

Allemann M. 2015 : Neue Ergebnisse zur Produktion und Verteilung der Ziegel der Legio I Martia, in Later C., Helmbrecht M., Jecklin-Tischhauser U. (dir.), Infrastruktur und Distribution zwischen Antike und Mittelalter. Tagungsbeiträge der Arbeitsgemeinschaft Spätantike und Frühmittelalter 8 Stadt, Land, Fluss – Infrastruktur und Distributionssysteme in Spätantike und Frühmittelalter (Lübeck, 2-3 September 2013), Hamburg, Verlag Dr. Kovač, p. 129-150.

Altjohan M. 2012 : Das spätrömische Kastell Boiotro zu Passau-Innstadt, Kallmünz, Verlag Michael Laßleben, 141 p.

Barral P. (dir.), Bossuet G., Kuhnle G., Marc J.-Y., Mougin P., Arcay D., Bataille G., Blin S., Bride A.-S., Burgevin A., Camerlynck C., Dabas M., Dumont A., Fort B., Guillaumet J.P., Jaccottey L., Jeunot L., Joly M., Marmet E., Mazimann J.-P., Mouton S., Pichot V., Schönfelder M., Thivet M., Vannière B. 2007 : Epomanduodurum, une ville chez les Séquanes : bilan de quatre années de recherches à Mandeure et Mathay (Doubs), Gallia, 64, p. 353-434.

Barral P. (dir.), Billoin D., Blin S., Bossuet G., Cramatte C., Fruchart C., Laplaige C., Mamie A., Monnier J., Mougin P., Nouvel P., Piningre J.F., Thivet M., avec la participation de Bataille G., Bouziane M., Champeaux D., Glaus M., Gaston C., Huguet L., Izri S., Mamin Y., Mouton S., Perruche R., Videau G. 2015 : Nouvelles données sur l’agglomération antique d’Epomanduodurum (Mandeure et Mathay, Doubs), Gallia, 72-2, p. 11-142.

Berger L. 2012 : Führer durch Augusta Raurica, Bâle, Schwabe, 392 p.

Billoin D., Cramatte C. 2015 : La ville du haut Moyen Âge et l’abandon du castrum (du milieu du ve au ixe-xe s.), in Barral P. (dir.), Gallia, 72-2, p. 62-65

Billoin D., Bossuet G., Laplaige C., Nouvel P. 2015 : Dynamique du peuplement et formes de l’habitat dans le secteur de Mandeure, entre la fin de l’Âge du Fer et le début du Moyen Âge, in Barral P. (dir.) 2015, p. 31-34.

Billoin D. 2015a : Château Julien, Mont-Julien, in Billoin D., Gandel P. (dir.), Les sites de hauteur de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge en Franche-Comté (ive-ixe siècles), rapport de programme collectif de recherche 2015, p. 87-101.

Billoin D. 2015b : Poligny (Jura), les Marnes, in Billoin D., Gandel P. (dir.), Les sites de hauteur de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge en Franche-Comté (ive-ixe siècles), rapport de programme collectif de recherche 2015, p. 83-86.

Blin S., Cramatte C. 2014 : Du sanctuaire civique à l’église paléochrétienne: ferme-ture, sécularisation et christianisation, in Van Andringa W. (dir.), Dossier : La fin des dieux. Les lieux de culte du polythéisme dans la pratique religieuse du iiie au ve s. apr. J.-C., Gallia, 71-1, p. 51-63.

Bouchey abbé 1862 : Recherches historiques sur la ville, la principauté et la république de Mandeure (Epomanduodurum). Origines et histoire abrégée de l’ancien comté de Montbéliard, Besançon, J. Jacquin, vol. I, 1862, 370 p.

Bouchey E. A. 1865 : Mémoire historique sur l’abbaye de Belchamp, de l’ordre des prémontrés au comté de Montbéliard, Belfort, imprimerie Clerc, 1855, 76 p.

Bouziane M. 2011 : La circulation monétaire à Epomanduodurum (Mandeure-Mathay, Doubs). Faciès et approche spatio-chronologique, mémoire de master, université de Franche-Comté, 153 p.

Bouvard A. 1997 : Les peuplements castraux de la montagne du Doubs, thèse de doctorat, université de Nancy II, 4 vol., 800 p.

Bouvard A. 2000 : Le château à l’origine de la ville, in Cantrelle S., Goy C., Munier C. (dir.), Histoire d’un quartier de Montbéliard (Doubs). Le Bourg Saint-Martin (xiiie-xxe s.), Paris, MSH (coll. DAF, 83), p. 14-18.

Brulet R. 2006 : L’architecture militaire romaine en Gaule pendant l’Antiquité tardive, in Reddé M., Brulet R., Felmann R., Haalebos J. K., Von Schnurbein S. (dir.), L’architecture de la Gaule romaine. Les fortifications militaires, Paris/Bordeaux, MSH/Ausonius (coll. DAF, 100), p. 155-179.

Cramatte C. (dir.) avec la collab. de Glaus D., Mamin Y., Monnier J. 2015 : « Le castrum de l’Antiquité tardive et du haut Moyen », in Barral P. (dir.) 2015, Nouvelles données sur l’agglomération antique d’Epomanduodurum (Mandeure et Mathay, Doubs), Gallia, 72-2, p. 105-120.

Courtieu J. 1984-1986 : Dictionnaire des communes du département du Doubs, Besançon, Cêtre, 6 vol., 3566 p. ; 1984, vol. 3 ;1986, vol. 5.

Dard I. 2000 : L’Antiquité tardive en Franche-Comté. L’exemple d’Epomanduodurum (Mandeure-Mathay), mémoire de DEA d’archéologie, université de Franche-Comté, 100 p.

Doppler H. W. 1976 : Der römische Vicus Aquae Helveticae-Baden, Bâle, Schweizerische Gesellschaft für Ur- und Frühgeschichte, 48 p.

Duvernoy C. 1847 : Les villages ruinés du comté de Montbéliard, Arbois, Imprimerie d’Auguste Javel, 48 p.

Jeannin Y. 1966 : Le pagus d’Ajoie à l’époque mérovingienne, Mémoires de la société d’émulation de Montbéliard, 92, p. 21-23.

Jeannin Y. 1986 : Mandeure (Doubs), in Mangin M., Jacquet B., Jacob J.-P. (dir.), Les agglomérations secondaires en Franche-Comté, Paris, Les Belles Lettres (coll. Annales littéraires de l’université de Besançon, 337), p. 38-67.

Jeannin Y. 1987 : La Franche-Comté, in Barral i Altet X. (dir.), Le paysage monumental de la France autour de l’An mil, Paris, Picard, p. 327-364.

Kuhnle G., Burgevin A., Fort B., Mazimann J.-P., Mouton S., avec la collab. de Dard I., Gelot J., Mougin P. 2007: La fortification du Bas-Empire, in Barral P. (dir.) 2007, p. 407-426.

Marc Y. (dir.), André N., Barral P., Blin S., Bossuet G., Joly M., Mougin P., Thivet M. 2007: Le complexe du sanctuaire et du théâtre de Mandeure, de ses origines gauloises à sa monumentalisation romaine, in Belet-Gonda C., Mazimann J.-P., Richard A., Schifferdecker F. (dir.), Premières journées archéologiques frontalières de l’Arc Jurassien. Mandeure, sa campagne et ses relations d’Avenches à Luxeuil et d’Augst à Besançon, Besançon/Porrentruy, Presses universitaires de Franche-Comté/Office de la Culture, p. 13-34.

Mazimann J.-P. 1992 : Le ive siècle à Mandeure, Mémoires de la société d’émulation de Montbéliard, 115, p. 25-44.

Mazimann J.-P., avec la collab. de Mougin P., Watts D. 1999 : Mandeure Cloux du Château, programme H21, rapport d’évaluation, Besançon, 58 p.

Milosavljevic D. 2004 : Das spätrömische Kleinkastell Altenburg bei Brugg, Jahresbericht der Gesellschaft Pro Vindonissa, 2003, p. 29-44.

Napoli L. 2015 : Spolia Basilicae Epomanduoduri. Étude d’un programme ornemental de marbres, mémoire de master, université de Lausanne, 2 vol., 387 p.

Pactat I. 2012 : Le mobilier verrier, in Cramatte C. (dir.), Les fouilles du castrum d’Epomanduodurum (Mandeure, Doubs). Rapport de la campagne 2012, Lausanne, université de Lausanne, p. 87-96.

Pétrequin P., Odouze J.-L. 1967 : Fouille d’une cabane et de sépultures du haut Moyen Âge à Mandeure (Doubs), Revue archéologie de l’Est, 18, p. 177-184.

Reddé M., Barral P., Favory F., Joly M., Guillaumet J.-P., Marc J.-Y., Nouvel P., Nuninger L., Petit C. (dir.) 2011 : Aspects de la romanisation dans l’Est de la Gaule, Glux-en-Genne, Centre de recherche archéologique (coll. Bibracte, 21/1 et 21/2), 2 vol., 966 p.

Renard L. 1941 : Histoire illustrée du pays de Montbéliard, Montbéliard, Imprimerie montbéliardaise, 253 p.

Richard J.-F.-N. 1858 : Monographie de Pont-de-Roide, Besançon, Jacquin, 31 p.

Schœpflin J.-D. 1851 : L’Alsace illustrée ou recherches sur l’Alsace pendant la domination des Celtes, des Romains, des Francs, des Allemands et des Français -III- Monuments romains. L’Alsace sous les Francs, Mulhouse, François Perrin, 743 p.

Schnurbein S., Köhler H. J. von 1989 : Der neue Plan des valentinianischen Kastell Alta Ripa (Altrip), Berichte der Römisch-Germanischen Kommission, 70, p. 507-526.

Schucany C. 1996 : Olten/Hauptgasse 12/14, Archäologie und Denkmalpflege im Kanton Solothurn, 1, p. 68-77.

Schucany C. 1997 : Zur Siedlungsgeschichte von SalodurumVicus und Castrum, in Schucany C., Spycher H. (dir.), Die Ausgrabungen im Kino Elite im Rahmen der bisherigen Untersuchungen der Solothurner Altstadt, Bâle, Archäologie Schweiz, p. 145-163.

Suchaux L. 1973 : La Haute-Saône. Nouveau dictionnaire des communes -V- de Le Pont-de-Planches à Le Val-Saint-Éloi, Vesoul, Société d’agriculture, lettres, sciences et arts de la Haute-Saône, 354 p.

Schneider L. 2008 : Cité, castrum et « pays » : espace et territoires en Gaule méditerranéenne durant le haut Moyen Âge. L’exemple de la cité de Nîmes et du pagus de Maguelone (ve-xie siècles), in Cressier P. (dir.), Le château et la ville. Espaces et réseaux (vie-xiiie siècle), Madrid/Rome, Casa de Velázquez/École française de Rome (coll. de la Casa de Velázquez, 108 / de l’École française de Rome, 105/8), p. 29-69.

Tardif J. 1866 : Inventaires et documents publiés par ordre de l’Empereur, Paris, Claye, no 496, p. 34.

Wullschleger M. 2013 : Salodurum (Soleure) – une petite ville romaine sur les rives de l’Aar, in Delbarre-Bärtschi S., Hathaway N. (dir.), EntreLacs. Le Pays des Trois-Lacs à l’époque romaine, Avenches, Association Pro Aventico, p. 104-111.

Haut de page

Notes

1 Une grande variété de termes peut désigner une fortification du Bas-Empire, tant dans les sources écrites que les inscriptions antiques. De tels documents n’existant pas pour Mandeure, nous avons pris le parti d’employer l’appellation castrum qui définit une fortification de l’Antiquité tardive pouvant accueillir à la fois une population civile et un contingent militaire (Brulet 2006). La fortification de Mandeure est par ailleurs qualifiée en ces termes dans les chartes du viiie s.

2 L’enceinte de Baden/Aquae Helveticae (Argovie, Suisse), élevée dans un coude de la Limmat, pourrait avoir été elle aussi en forme de cloche, mais seuls un tronçon de la courtine et une tour semi-circulaire ont été fouillés (Doppler 1976).

3 Désignation attestée par les inscriptions CIL XIII, 5170 et RISch 2, 141.

4 Fouilles de l’Institut d’archéologie et des sciences de l’Antiquité de l’université de Lausanne dirigées par Cédric Cramatte.

5 Les fibules cruciformes retrouvées à Mandeure sont présentées succinctement ici, mais font l’objet d’une étude plus approfondie dans le cadre de la thèse de doctorat de Cédric Cramatte (en cours).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan de l’agglomération avec situation de la fortification
Crédits DAO : Programme collectif de recherche Mandeure.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/2390/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 965k
Titre Fig. 2 – Plan de la fortification établie au bord du Doubs avec l’indication des zones fouillées entre 2006 et 2011
Crédits DAO : M. Glaus (Institut d’archéologie et des sciences de l’Antiquité de l’université de Lausanne).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/2390/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 905k
Titre Fig. 3 – Plans de fortifications fluviales
Crédits DAO : C. Cramatte (IASA-UNIL).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/2390/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 403k
Titre Fig. 4 – Mandeure/Epomanduodurum. Fibules en arbalète (1) et cruciformes (2-15)
Légende 2-3, type Keller/Pröttel 1 ; 4-5, type Keller/Pröttel 2C ; 6-8, type Keller/Pröttel 3/4B ; 9, type Keller/Pröttel 3/4C ; 10, type Keller/Pröttel 3/4D ; 12 et 14, fragment et oignon du type Keller/Pröttel 3/4 ; 13 et 15, fragment et oignon de type indéterminé. Alliage cuivreux. Échelle : ½.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/2390/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 510k
Titre Fig. 5 – Plan de l’église paléochrétienne
Crédits DAO : C. Cramatte (IASA-UNIL).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/2390/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 355k
Titre Fig. 6 – Localisation du castrum et des découvertes du haut Moyen Âge sur l’emprise de la ville antique
Légende L’emprise de la ville antique est représentée en blanc.
Crédits DAO : D. Billoin (Inrap), C. Cramatte (IASA-UNIL).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/2390/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 7 – Carte de l’occupation antique et du haut Moyen Âge d’une portion de la vallée du Doubs autour de Mandeure
Crédits DAO : D. Billoin (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/2390/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 8 – Vue aérienne de Château-Julien à Pont-de-Roide
Légende Quelques maisons subsistent au hameau de Châtey sur le flanc nord du mont.
Crédits Cliché : J. Aubert.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/2390/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Fig. 9 – Les vestiges de Château-Julien et de Châtey à Pont-de-Roide
Crédits DAO : D. Billoin (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/2390/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 762k
Titre Fig. 10 – Mobilier de Château-Julien signalant la présence d’une élite
Légende 1, fibule cruciforme de type Keller/Prötel 1 (290-320) ; 2, fibule cruciforme de type Keller/Prötel 3/4B (350-410) ; 3, applique de ceinture en forme d’amphore à décor excisé ; 4, poids monétaire (ve s.) ; 5, monnaie anglo-saxonne, sceat au porc-épic vers 710-760 ; 6, fragment de mors à aiguille damasquiné à tête d’animal fantastique (viie-viiie s.). Échelle : 1/1.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/2390/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 649k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

David Billoin et Cédric Cramatte, « Le castrum de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge de Mandeure et l’établissement fortifié de hauteur de Château-Julien (Doubs) »Gallia, 74-1 | 2017, 273-287.

Référence électronique

David Billoin et Cédric Cramatte, « Le castrum de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge de Mandeure et l’établissement fortifié de hauteur de Château-Julien (Doubs) »Gallia [En ligne], 74-1 | 2017, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 06 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/gallia/2390 ; DOI : https://doi.org/10.4000/gallia.2390

Haut de page

Auteurs

David Billoin

Inrap, UMR 5140 ASM, université Paul-Valéry Montpellier-III. 29 rue de Besançon, F-25440 Buffard

Articles du même auteur

Cédric Cramatte

Université de Lausanne, Institut d’archéologie et des sciences de l’Antiquité, bâtiment Anthropole, quartier Dorigny, CH-1015 Lausanne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Gallia est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search