Navigation – Plan du site

AccueilNuméros74-1Études de casL’agglomération secondaire de Fam...

Études de cas

L’agglomération secondaire de Famars/Fanum Martis (Nord) durant l’Antiquité tardive : d’un pôle commercial au centre militaire

The Roman small town of Famars/Fanum Martis (Nord) during Late Antiquity: from a trade centre to the military site
Raphaël Clotuche, Bérangère Fort, Julie Donnadieu, Nicolas Tisserand et Annick Thuet
p. 223-234

Résumés

Fanum Martis, actuelle Famars, est une agglomération secondaire inconnue de l’Itinéraire d’Antonin ou de la Table de Peutinger, mais importante dans l’économie du territoire nervien et des régions voisines. Les premiers indices d’occupation antique importants datent de l’époque tibéro-claudienne, bien qu’existent des traces plus anciennes. Les matières premières de son sous-sol (argile, grès, minerai de fer) ont permis son développement au détriment de la capitale Bavay dès la fin du ier s. apr. J.-C. Les troubles de la fin du iiie s. apr. J.-C. ont entraîné dans le nord de la Gaule une campagne de fortification des agglomérations, qui s’amplifie au cours du ive s. et concerne Famars. Sa position stratégique, permettant un contrôle de l’Escaut et des voies Bavay-Cambrai et Bavay-Tournai, peut expliquer pourquoi elle accueille, au ve s., un praefectus laetorum Nerviorum Fanomantis Belgicae Secundae comme indiqué dans la Notitia Dignitatum, pars Occidentalis Occ. XLII. Le castrum, dont la construction est simultanée au démantèlement très rapide de la ville, est édifié vers 320 apr. J.-C. Toutefois, divers artefacts attestent une fréquentation militaire antérieure à cette période. Le secteur de la fortification sera occupé jusqu’à l’époque carolingienne, au cours de laquelle le centre urbain est transféré à Valenciennes.

Haut de page

Texte intégral

1Famars est une petite bourgade située à 5 km au sud de Valenciennes. Son origine antique était connue dès le Moyen Âge grâce aux fortifications encore partiellement en élévation ainsi qu’aux nombreux objets découverts sur l’ensemble de la commune, notamment ceux fournis au comte de Caylus (Caylus 1759).

2À la limite des territoires nervien et atrébate, Fanum Martis est localisée entre deux cours d’eau navigables, l’Escaut et un de ses affluents, la Rhonelle, et entre deux voies majeures, Bavay-Cambrai et Bavay-Tournai (fig. 1). Cette position, associée à la proximité de différentes ressources en matières premières, peut expliquer son fort développement économique durant le Haut-Empire.

Fig. 1 – Localisation de Famars dans son contexte antique

Fig. 1 – Localisation de Famars dans son contexte antique

DAO : R. Kaddèche (Inrap).

3Cette agglomération secondaire, absente de la Table de Peutinger ou de l’Itinéraire d’Antonin, est citée pour la première fois dans la Notitia Dignitatum, pars Occidentalis XLII, où elle est recensée comme le siège d’un praefectus laetorum Neruiorum. Sa superficie couvre à son apogée, de la seconde moitié du iie s. au début du ive s., plus de 150 ha. Vers 320 apr. J.-C., elle est entièrement démantelée et les matériaux sont récupérés pour la construction de la fortification alors édifiée au centre de l’agglomération. Elle n’occupera plus à partir de cette date qu’un espace de 2,2 ha (fig. 2).

Fig. 2 – Localisation de la fortification tardive dans la ville du Haut-Empire

Fig. 2 – Localisation de la fortification tardive dans la ville du Haut-Empire

DAO : R. Clotuche (Inrap).

Le développement urbain

4L’importante surface explorée depuis le début du xixe s. au cœur de la zone urbaine antique (environ 10 %) a permis d’y reconnaître une organisation particulière, difficile à rapprocher d’autres connues en Gaule. Ces nombreuses campagnes de fouille ont précisé son développement et sa trame urbaine, même si elles concernent principalement les quartiers septentrionaux.

5Fanum Martis se développe dès la période claudienne bien que des indices laténiens récoltés en plusieurs endroits de l’agglomération laissent supposer une occupation antérieure (Clotuche dir. 2013). Le centre-ville actuel, au carrefour de plusieurs chemins gallo-romains, semble être le point de départ de l’extension de la ville, englobant des occupations satellites au cours de son élargissement.

6Dès le début du iie s., différents artisanats y sont développés, Famars prenant le relais, avec Pont-sur-Sambre (Nord) (Willems et al. à paraître). Sans doute du fait d’une ville grandissante et de plus en plus opulente, plusieurs établissements publics sont installés dès cette époque dont un théâtre et des thermes.

7Cette importance de l’artisanat ne va pas s’estomper jusqu’au début du ive s. Les lieux de production vont se déplacer, mais les activités vont se maintenir en plusieurs endroits de la ville.

Les ressources du développement du iie s. au début du ive s.

8Du minerai de fer (limonite) associé à des scories coulées, au nord de l’agglomération sur le site même d’extraction, indique que ce minerai a bien été travaillé sur place (Clotuche dir. 2015), même si les réductions de cette matière première en archéologie expérimentale sont peu probantes. En plusieurs endroits de la ville, à des époques synchrones, des forges témoignent du travail du fer. Il est associé à celui du bronze. Bien qu’aucun moule ne permette de caractériser une production, la présence de creusets atteste d’une fabrication locale.

9Les fouilles récentes du Technopôle ont également prouvé l’existence de gestion des produits animaux qu’il est coutume de rencontrer dans les agglomérations (Lepetz 2007). Le traitement des peaux est attesté par les fosses de pelanage ou les traces de dépiautage sur les ossements de chevaux notamment. La fabrication de colle est confirmée par plusieurs dépotoirs comblés d’os de bovidés fracturés (Clotuche 2010). La présence de nombreuses cornes découpées montre également l’existence d’un tabletier sur place, ou à proximité, bien qu’une organisation artisanale ne soit pas facile à mettre en évidence. Paradoxalement, les objets de tabletterie demeurent rares à Famars (un peu moins de 200 objets en matières dures animales).

10À la fin du iiie s. ou au début du ive s., la production d’objets de verre est également avérée par les déchets qu’elle génère (Clerget 2013).

11L’activité potière, matérialisée jusqu’alors par quinze fours, va se développer dans l’ouest de la ville dès la fin de l’époque flavienne jusqu’à son rétrécissement. Les productions céramiques locales sont maintenant bien connues par l’examen technique et, typologique ainsi que par l’analyse pétrographique et chimique des pâtes, et l’association avec des artefacts caractéristiques notamment durant la dernière phase d’occupation de tous les quartiers de la ville (260-320 apr. J.-C.) (Willems et al. à paraître). L’observation de leur distribution, régionale voire supra-régionale (Clotuche et al. 2010), permet d’apprécier l’importance commerciale du lieu qui peut sans doute être transposée à d’autres productions de l’agglomération telles que les produits animaux.

Une production céramique variée à la fin du iiie s.

12Quelques travaux fondamentaux (Tuffreau-Libre, Jacques 1994 ; Van Ossel et al. 2011 ; Bayard et al. 2011) ont permis d’esquisser une image de la céramique durant l’Antiquité tardive. Malgré le caractère résiduel de la sigillée au iiie s. (Delage 2003), certaines céramiques incarnent des marqueurs chronologiques pertinents pour cette période.

13C’est le cas du mortier en sigillée Dragendorff 45 (Delage in Brulet et al. 2010) fabriqué dans les ateliers du nord-est de la Gaule, et des imitations de sigillées, nommées « pseudo-sigillées ». Ces dernières apparaissent en Gaule Belgique au milieu du iiie s. Régionalement, leur production est attestée à l’atelier des Rues-des-Vignes (Nord) (Routier, Thuillier 1998 ; Brulet et al. 2010), dans le Cambrésis et sur le site même de Famars (fig. 3).

  • 1 Fouilles dirigées par Jennifer Clerget (Inrap), Géraldine Teysseire (Inrap), Arnaud Tixador (Servic (...)

14Ces datations de la céramique locale sont également basées sur des structures de référence dont un four à chaux ayant servi à la construction du castellum, contenant un ensemble monétaire dont la date de perte est estimée à 321-323 apr. J.-C. L’absence de sigillées décorées à la molette atteste que les quartiers hors fortification sont abandonnés avant 325, date d’apparition de cette catégorie de céramique dans notre région (Van Ossel et al. 2011). Enfin, les tests magnétiques réalisés sur les fours du Technopôle1 ont révélé que les plus tardifs avaient subi leur dernière cuisson entre 285 et 305 apr. J.-C. (Warmé, Alligri 2017).

Fig. 3 – Lot de vases en pseudo-sigillée

Fig. 3 – Lot de vases en pseudo-sigillée

Cliché : A. Tixador (SAV).

La caractérisation des indices chronologiques céramiques

15La connaissance des productions permet d’estimer l’importance de leur diffusion, mais également la quantité d’importations dans l’agglomération. Deux fours de la fin du iiie s. ou du début du ive s., l’un en charge, ont livré un répertoire spécifique, large et varié de céramique commune sombre (fig. 4). Celui-ci comprend quelques gobelets à dépressions et à guillochis, imitant des types importés, témoignant de relations commerciales dynamiques.

Fig. 4 – Les productions en céramique réductrice de Famars

Fig. 4 – Les productions en céramique réductrice de Famars

DAO : J. Donnadieu (Inrap).

16Aucun four produisant des céramiques oxydantes n’a pu être attribué à cette période d’occupation de la ville. C’est donc l’analyse de contextes particuliers qui a contribué à dessiner son répertoire local. Daté par deux monnaies (dont un as coulé de Gordien III, postérieur à 241), un dépotoir a livré un mobilier céramique exceptionnel, bien conservé et diversifié, composé entre autres d’un mortier d’Argonne Drag. 45 et d’un gobelet métallescent Niederbieber 33 trévire. Les céramiques claires locales sont techniquement semblables à celles issues des fours des périodes antérieures, mais leurs formes sont évidemment différentes (fig. 4). Les analyses pétrographiques et chimiques ont révélé un même procédé de fabrication pour les céramiques savonneuses d’un four du iie s. et les vases à bustes du Bas-Empire (Willems, Borgers et al. 2015). Ces derniers incarnent avec les coupes et mortiers en pseudo-sigillée les productions les plus caractéristiques (fig. 5 et 6). La fabrication de ces céramiques cultuelles est attestée à Famars, grâce à la découverte d’un fragment de moule utilisé pour réaliser l’empreinte des visages (Flahaut et al. 2014).

Fig. 5 – Les productions en céramique oxydante de Famars

Fig. 5 – Les productions en céramique oxydante de Famars

DAO : J. Donnadieu (Inrap).

Fig. 6 – Vase à visages produit à Famars (fin iiie s. - début ive s.)

Fig. 6 – Vase à visages produit à Famars (fin iiie s. - début ive s.)

Cliché : S. Lancelot (Inrap).

La diffusion des productions céramiques

17L’activité potière de Famars débute dès la fin du ier s. ou le début du iie s. Elle s’intensifie lorsque les ateliers de Bavay puis de Pont-sur-Sambre, qui fournissaient la plupart des cruches et mortiers dans le nord de la Gaule Belgique, s’essoufflent et cessent leurs productions. L’officine sarrasine domine ainsi peu à peu le marché régional dès le iiie s., en diffusant ses cruches et mortiers à pâte savonneuse, attestés sur de nombreux sites de consommation de Gaule Belgique (Willems, Borgers à paraître) (fig. 7).

18A contrario, la diffusion des productions réductrices est nettement plus limitée (Clotuche et al. 2010). Elles sont distribuées autour du centre de production, principalement en territoire nervien, jusqu’à Bavay (Loridant 1994) et se rencontrent le long de la voie Bavay-Boulogne et jusqu’en territoire ménapien (Donnadieu, Willems 2015).

Fig. 7 – Diffusion des productions de Famars à la fin du iiie s. - début ive s.

Fig. 7 – Diffusion des productions de Famars à la fin du iiie s. - début ive s.

DAO : J. Donnadieu (Inrap).

La représentation des objets en métal

19Si la vocation économique de l’agglomération antique de Famars est connue, voire reconnue, l’étude des petits objets permet de préciser cette image.

20La masse même du « petit mobilier » métallique recueilli sur le site pour l’époque romaine, toutes opérations confondues, est un indice en soi de la consommation considérable de produits manufacturés. Ce sont en effet 1 454 objets isolés en métal (et parfois en pierre et en terre cuite) représentant plus de 100 kg ainsi que 19 185 clous de menuiserie, clous de chaussure et objets inclassables d’usage polyvalent ou indéterminé qui ont été mis au jour (223 kg au total). Il convient d’ajouter à ces ensembles les objets en os et en verre qui font l’objet d’études spécifiques. De telles quantités d’objets sont le signe d’une économie dynamique où les échanges – voire la production – sont variés.

21L’examen plus détaillé des domaines sociofonctionnels des « petits objets » isolés (d’après le classement établi dans Fort, Tisserand dir. 2013) montre une forte variété des objets. Tous les domaines sont représentés témoignant du dynamisme économique de l’agglomération.

  • 2 Nombre minimum d’individus.

22Le domaine personnel domine largement le corpus (535 NMI2) au sein duquel on dénombre 325 fibules. Ces dernières, dont le spectre chronologique couvre essentiellement la période comprise entre le milieu du ier s. et le milieu du iiie s. apr. J.-C., sont souvent de bonne qualité et décorées bien que demeurant des objets de consommation courante. Les schémas de consommation de ces objets de parure s’inscrivent dans un réseau régional, les types locaux dominant le corpus. On peut éventuellement proposer, considérant les quantités de fibules consommées sur l’agglomération, la présence d’ateliers de bronziers à Famars. De même, le nombre élevé (NMI = 121) d’objets liés aux soins du corps dont près de la moitié est constituée de cure-oreilles pourrait également indiquer une production sur place.

23Le domaine domestique, avec 207 objets isolés, est très bien représenté. Il correspond bien entendu à ce que l’on peut attendre de quartiers d’habitation. Le seul domaine faiblement illustré est celui de la vie sociale regroupant les objets liés au divertissement et à la musique.

24Le domaine de la production apporte des informations complémentaires sur le rôle économique de l’agglomération. Il est représenté par 136 objets répartis en objets artisanaux (NMI = 78) et indices d’activités agropastorales (NMI = 22).

25Le travail du textile est le mieux représenté (NMI = 31, hors aiguilles en os). C’est un type d’activité facile à mettre en œuvre et dont le caractère parfois domestique ne peut être écarté. Le travail du cuir est quant à lui peu illustré avec seulement deux alènes, ce qui est surprenant dans la mesure où les industries liées aux animaux sont avérées.

26Le travail du bois est attesté lui aussi (NMI = 7) par des ciseaux, scie, rabots et mèche à cuiller, outils recommandés pour la menuiserie « d’intérieur ».

27Les travaux liés au gros œuvre (maçonnerie et peinture) sont illustrés (NMI = 6), image correspondant bien à celle d’une agglomération dynamique.

28Le travail du métal est finalement peu représenté (NMI = 5) par les « petits objets ». Au sein des outils identifiés comme étant rattachés à la métallurgie, on note la prépondérance de ceux liés aux travaux de finition (tôlerie, brunissoirs, ciselet et pierre de touche). Enfin, deux anilles de meule sont à mettre en lien avec des activités de meunerie.

29Au sein du corpus des objets liés aux activités agropastorales, on trouve 10 sonnailles ou clarines, ces cloches que l’on pend au cou des animaux, généralement des bœufs, dont on ne peut exclure qu’il s’agisse d’animaux employés plus pour le transport que pour les travaux agricoles. Néanmoins, ces dix objets proviennent tous de zones situées en périphérie de l’agglomération (fouilles de la Rhonelle et du Technopôle) ; par conséquent l’hypothèse agricole peut être retenue. La présence de divers outils utilisés pour la découpe des végétaux (serpes, serpette, faux, faucille, haches d’abattage) s’explique par des activités d’entretien de jardin (on compte également une dent de râteau) ou de fente du bois.

30Deux domaines d’activités peuvent enfin être cités comme marqueurs du dynamisme économique de l’agglomération ; il s’agit de celui des transports (NMI = 157) et celui des échanges (NMI = 52 en plus des 439 monnaies). Ce dernier regroupe les éléments liés à la pesée, et ceux liés à l’écriture, essentiellement les stylets et quelques couteaux à affûter les calames.

31Les « petits objets » découverts à Famars, par leur nombre et leur variété, brossent donc le portrait d’une agglomération vivante où la consommation et les échanges sont florissants jusqu’au début du ive s. au moins et où la vocation commerciale semble dominer. L’image change sensiblement dans le courant de la seconde moitié du iiie s. avec l’apparition de quelques objets à caractère militaire, quasiment absents jusque-là, qui contribuent à modifier notre perception de l’agglomération.

La fortification tardive

32Vers 320 apr. J.-C., les bâtiments de la ville sont systématiquement démontés et les matériaux des différents édifices récupérés ou transformés en chaux pour la construction de la fortification. Elle ne s’inscrit en aucune manière dans la trame urbaine préexistante, confirmant ainsi une modification générale de l’occupation urbaine. Les constructeurs profitent de la matière première déjà travaillée pour élever les remparts. Les quartiers, du moins ceux qui ont fait l’objet d’observations, ainsi que les thermes monumentaux sont démontés pour fournir les matériaux nécessaires. D’immenses fours sont construits pour produire la chaux nécessaire au béton.

33L’enceinte forme un quadrilatère irrégulier mesurant du nord au sud, 150 m de long à l’est pour 190 m à l’ouest et d’est en ouest, 140 m au sud et 145 m au nord pour une largeur maximale de 176 m. Elle couvre donc une superficie légèrement supérieure à 2,2 ha pour un périmètre de 580 m (fig. 8).

34À l’extérieur, un habitat occupe le secteur nord-est, en bordure du fossé, jusqu’à la restructuration de la fortification après 355. Des ensembles d’inhumations sont localisés plus loin à environ 60 m à l’est, au sud et à l’ouest. Certaines des sépultures dépourvues de mobilier laissent supposer qu’il s’agit de tombes de la fin du Bas-Empire. D’autres, avec dépôt funéraire, peuvent être attribuables à la période mérovingienne (Leriche 2013), montrant l’étendue de la nécropole mise au jour lors des fouilles dans l’église (Leman, Beaussart 1975).

Fig. 8 – Plan de la fortification tardive (phases 1 et 2)

Fig. 8 – Plan de la fortification tardive (phases 1 et 2)

DAO : R. Kaddèche et R. Clotuche (Inrap).

Le mode de construction de la fortification

35La fondation, posée à environ 0,80 m sous le niveau du terrain naturel, consiste en un simple blocage de gros moellons de grès et de calcaire noyés dans un agrégat de mortier. Elle est large de 4,30 m pour une épaisseur maximale du mur de 3,60 m.

36La première courtine, large de 1,20 m, est liée de mortier blanc et comporte un chaînage de tuiles. Le mur de la seconde phase, joint de mortier rose, est épais de 2,30 m et adossé au premier mur.

37La muraille est flanquée, sur les tracés rectilignes, de tours semi-circulaires distantes d’environ 24 m permettant d’estimer qu’il en existait vingt sur l’ensemble du tracé. Elles sont creuses au cours de la première phase et pleines durant la seconde.

38La seule entrée identifiée est localisée sur le côté septentrional. Une voie composée d’énormes blocs de grès et de « pierre bleue » traverse une tour profonde de 9,50 m et large de 7 m.

39L’entrée dans la fortification est marquée par une rangée de blocs surélevés de 0,20 m, dispositif servant également au blocage des portes (fig. 9).

40Du côté extérieur, la tour est débordante d’environ 1,50 m, peut-être un peu plus si on ajoute le parement de blocs de grès. Ce type d’entrée n’a pas d’équivalent dans les fortifications étudiées à ce jour.

41Trois fossés enserrent la fortification. Le plus proche, situé à 10 m du rempart et profond de 3,25 m appartient à la première phase de fortification. Les deux autres, creusés à environ 20 m et 32,50 m, profonds respectivement de 3,75 m et 4 m, se rapportent à la seconde si on considère toutefois que la deuxième phase de fortification correspond à un programme de renforcement des murailles concomitant au creusement de nouveaux fossés.

Fig. 9 – L’entrée septentrionale de la fortification

Fig. 9 – L’entrée septentrionale de la fortification

DAO : R. Kaddèche et R. Clotuche (Inrap).

Les petits objets comme marqueurs de la présence militaire

42Les militaria sont considérés comme de bons marqueurs de la présence de l’armée durant l’époque romaine et plus particulièrement pour le Haut-Empire. En effet, l’armée romaine étant une armée professionnelle dont l’équipement est relativement standardisé et donc facilement identifiable, la découverte de militaria est porteuse de sens. Pour l’Antiquité tardive, si l’équipement militaire est moins normalisé et la fonction de certains objets (garnitures de ceinturon par exemple) ubiquiste, voire ambiguë, de nombreux objets demeurent caractéristiques de l’armée (Fort, Kasprzyk à paraître) et leur présence est donc signifiante.

  • 3 À ce jour, tous les objets issus des fouilles menées à Famars et conservés au Musée de Valenciennes (...)
  • 4 Bien que non examinée, la spatha conservée à Bruxelles sous le numéro d’inventaire B 273 a été inté (...)

43Sur les près de 1 454 objets métalliques isolés étudiés à ce jour et provenant des différentes opérations menées sur l’agglomération de Fanum Martis3, on compte, pour quatre siècles d’occupation, seulement 21 objets à caractère militaire auxquels il convient d’ajouter une épée – spatha – conservée à Bruxelles4 et un élément de spatha en os élevant à 23 le nombre de militaria antiques (fig. 10).

Fig. 10 – Sélection de militaria mis au jour à Famars

Fig. 10 – Sélection de militaria mis au jour à Famars

Clichés : S. Lancelot (Inrap).

44On peut qualifier ce nombre de faible puisqu’il représente à peine 1,5 % du corpus des objets isolés. On peut toutefois nuancer cette vision en gardant à l’esprit que les zones les plus fouillées sont relativement éloignées du centre monumental et de la fortification.

45L’examen détaillé des différentes catégories d’objets militaires n’offre qu’un éclairage minime sur cet ensemble dans la mesure où les objets sont peu nombreux et la période concernée, longue. Tout au plus pouvons-nous remarquer la bonne représentation de l’armement offensif et celle des objets personnels.

46Un examen chronologique plus fin montre que, pour la période comprise entre le ier s. apr. J.-C. et le milieu du iiie s., seuls huit objets à caractère militaire ont été identifiés. Ce lot compte trois pointes de lance (M-120, M-130 et M-1266) dont on ne peut exclure un usage pour la chasse et dont l’attribution militaire est incertaine. En revanche, le doute n’est pas permis pour les trois boucles de ceinture (M-273 et M-274) ou d’équipement divers (M-1231). Ces petits objets ont pu être perdus par des soldats de passage, comme c’est également le cas pour l’éventuelle barrette de suspension de fourreau de glaive (M-1325). La découverte d’un coupe-bordure (M-853), outil atypique et caractéristique des légions qui l’utilisent pour monter des remparts en terre, est plus intéressante. Elle témoigne soit du passage d’une troupe, soit de l’utilisation civile, après réforme, d’un objet initialement militaire très spécifique.

47À partir du milieu du iiie s., le nombre d’objets militaires augmente sensiblement. On dénombre neuf objets dans les niveaux datés de la seconde moitié du iiie s. Même si on ne peut exclure, comme pour les périodes précédentes, une utilisation pour la chasse des trois pointes de lance (M-48, M-806 et M-831), on peut les supposer militaires dans la mesure où deux pointes de pilum (M-51 et M-815), assurément militaires, enrichissent le lot. Une cotte de mailles complète découverte dans une fosse datée de cette période est le seul élément défensif découvert à Famars. Une plaque-boucle de ceinturon (M-1232) a également été mise au jour. On trouve enfin deux fibules « en arbalète » (M-530 et M-531) de type Riha 6.4, dont le port est généralement réservé aux soldats ; on estime par ailleurs que la variante à laquelle appartient la fibule M-531 est utilisée après 260 et jusqu’à la fin du iiie s.

48En se gardant de surinterpréter ces découvertes, il est néanmoins tentant et sans doute juste, de les percevoir comme les indices des mouvements militaires liés aux troubles de la seconde moitié du iiie s. ; on perçoit en effet, non pas la présence ferme de l’armée, mais le passage plus important de soldats à cette période.

49Trois objets, un trait d’artillerie (M-199), une bouterolle en os de fourreau de spatha (MDA-3) et une fibule germanique (M-675), sont datés de la seconde moitié du iiie s. et de la première moitié du ive s. Le type auquel appartient la fibule M-675 est considéré comme l’équivalent germanique des fibules cruciformes. Il est très fréquent en Germanie libre et caractérise le groupe des Germains de l’Elbe. Il est particulièrement représenté dans les tombes masculines. Émilie Riha propose que les Bügelknopffibeln découvertes à Augst dans le Castrum Rauracense aient été portées par des soldats résidant sur place (Riha 1994, p. 75). Suivant cet auteur, nous considérons notre fibule comme liée à la présence de soldats, peut-être d’origine germanique ou ayant tout simplement réutilisé un objet pour sa parenté symbolique avec les fibules cruciformes.

50Pour le ive s., on compte seulement trois objets ; la spatha conservée à Bruxelles (B273), un crochet de ceinturon (M-1128) et une fibule cruciforme (M-529). Cette dernière provient de la fouille de la Rhonelle et caractérise la fin de l’occupation de ce secteur dans les années 300 à 340. Les deux autres objets (spatha et crochet) ont été découverts dans l’enceinte fortifiée et sont donc à mettre en relation avec son occupation.

51Les six objets à caractère militaire provenant des niveaux de la fin du iiie s. et du ive s. confirment l’image déjà évoquée, celle d’une présence diffuse, mais bien perceptible, de soldats dès la période qui précède l’édification du réduit défensif, mais également au moment de sa construction dans les années 320, deux d’entre eux qualifiant même directement son occupation, confirmant ainsi son caractère militaire. Les informations manquent néanmoins quant à cette dernière, faute de fouilles récentes dans la fortification.

*

* *

52Il est difficile d’expliquer la rétraction d’une agglomération prospère dans une période aussi courte.

53Les données concernant la céramique, matériel le plus facilement traçable, attestent une ville bénéficiant d’une économie florissante, jouissant de la distribution de ses productions dès le iie s. jusqu’au ive s. Le choix des formes exportées permet de présumer que, non seulement, les vases étaient vendus, mais que leur contenant l’était sans doute également. Il faut de plus supposer qu’ils étaient convoyés avec d’autres produits dont la nature est difficile voire impossible à établir.

54Aucun espace de production contemporain de l’occupation de la fortification n’a été mis au jour. Mais l’analyse des céramiques mérovingiennes montrant l’utilisation des mêmes argiles et des mêmes techniques semble démontrer que des zones artisanales ont subsisté durant l’Antiquité tardive et le premier Moyen Âge. Les sites du Bas-Empire sont rares dans la région et il est impossible d’estimer l’importance commerciale que pouvait encore avoir Fanum Martis à cette époque.

55La « disparition » de la population a cependant sans aucun doute mis un coup d’arrêt à la dynamique économique du centre urbain. Une seule concentration humaine (petite agglomération ?) est connue pour cette époque sur l’autre rive de l’Escaut à La Sentinelle (Nord). L’augmentation de la densité des sites ruraux au ive s. autour de la nouvelle capitale de cité, Cambrai/Camaracum, semble corroborer l’idée d’une migration de la population vers celle-ci (Clotuche et al. à paraître).

56Plusieurs objets suggèrent une fréquentation militaire avant la construction de la fortification, dès la seconde moitié du iiie s. Les indices ne sont pas nombreux mais néanmoins suffisants pour garantir la présence de soldats sans pour autant connaître leur rôle ni leur lieu de stationnement. L’édification et la restructuration de l’enceinte sont tardives par rapport à d’autres (Amiens, Arras, Senlis, Noyon…) dont la datation, souvent mal documentée (Boudeau 2009), peut être placée dès la seconde moitié du iiie s., période durant laquelle les militaires étaient déjà présents à Famars.

57Quelle est donc la fonction de cette fortification installée seulement au ive s. ? Aucun texte ne permet de lui attribuer le statut juridique d’un castrum, mais la rareté de ce type de découvertes dans le nord de la Gaule peut expliquer cet état de fait. La présence plus importante de l’armée dès la seconde moitié du iiie s., suite aux troubles de la fin de ce siècle, laisse entrevoir le devenir militaire de l’agglomération. Ce n’est cependant qu’un demi-siècle plus tard que la ville est détruite, remplacée par une fortification, bâtie au cœur d’un espace totalement démantelé, laissant autour de l’enceinte un espace inhabité. Ceci suppose un programme d’installation raisonné, plus important que l’économie florissante au début du ive s. Les similitudes des deux modes de construction des ouvrages défensifs de Famars et Bavay (Thollard, Denimal 1998) évoquent des constructions simultanées, confortant l’idée d’un « programme » défensif pour la région. Les datations de la fortification de Bavay, basées sur des fouilles anciennes, sont plus précoces, mais peu étayées. La présence du préfet des Lètes nerviens au ve s. laisse à penser que des troupes importantes étaient stationnées en permanence. Ceci confère à cette fortification un statut différent de celui des petits castella ou fortins installés le long de la voie Bavay-Cologne et vers Bononia (Boulogne-sur-Mer) sans qu’il soit toutefois possible de lui attribuer la condition de castrum.

58Toutefois, sa mention dans la Notitia Dignitatum en tant que siège d’un préfet, ainsi que la présence de riches sépultures mérovingiennes attestent d’un rôle notable durant l’Antiquité tardive et le premier Moyen Âge. S’il n’est plus économique, ce rôle est au moins en partie militaire.

Haut de page

Bibliographie

Pour consulter la liste des abréviations et des acronymes, cliquer ici.

Source ancienne

Notitia dignitatum : Notitia dignitatum accedunt, Notitia urbis Constantinopolitanae et latercula prouinciae, éd. O. Seeck, Berlin, 1876 (réed. Francfort, 1962), p. 102-225.

Références

Bayard D., Chaidron C., Dubois S., Flutre-Mille F., Pissot V. 2011 : La céramique de l’Antiquité tardive en Picardie, état des lieux, in Van Ossel P. et al. 2011, p. 161-190.

Boudeau J. 2009 : La réorganisation spatiale de cinquante-cinq villes de Gaule remparées au Bas-Empire, Thèse de doctorat, École doctorale SHS, Laboratoire archéologie et territoires, Tours, université François-Rabelais, 839 p.

Brulet R., Vilvorder F., Delage R. 2010 : La céramique romaine en Gaule du Nord, Dictionnaire des céramiques. La vaisselle à large diffusion, Turnhout, Brepols, 464 p.

Caylus A.-C.-P. de Tubières de Grimoard de Pestels de Lévis de 1759 : Recueil d’antiquités égyptiennes, étrusques, grecques romaines et gauloises, vol. 3.

Clerget J. 2013 : Le travail du verre, in Clotuche R. dir. 2013, p. 164-169.

Clotuche R. 2010 : Famars et Maing : Projet d’aménagement du technopôle-Extension phase 1 et tranche 2 du Weichselien aux sièges de Valenciennes (Préhistoire, Protohistoire, Gallo-Romain et période moderne), Amiens, 210 p.

Clotuche R., Chaidron C., Comont A., Dubois S., Willems S. 2010 : Les productions septentrionales (Nord-Pas-de-Calais et Picardie) : détermination des faciès culturels et analyses des diffusions, in SFECAG, Actes du congrès de Chelles, 13-16 mai 2010, Marseille, SFECAG, p. 171-187.

Clotuche R. (dir.) 2013 : La ville antique de Famars, Catalogue d’exposition, Musée des beaux-arts de Valenciennes, 12 avril-16 septembre 2013, Valenciennes, ville de Valenciennes, 135 p.

Clotuche R. (dir.) 2015 : FANUM MARTIS, Une agglomération à vocation religieuse, commerciale et militaire à la frontière du territoire nervien/Pagus Fanomartensis : un terroir spécifique ? Campagne 2014, Rapport de PCR, Lille, SRA Nord-Pas-de-Calais, 341 p.

Clotuche R., Derreumaux M., Pigière F., Preiss S., Jouanin G., Yvinec J.-H. à paraître : Les campagnes du territoire nervien : approches croisées, in Reddé M. (dir.), Gallia Rustica, Les campagnes du nord-est de la Gaule, de la fin de l’Âge du fer à l’Antiquité tardive -1- Études régionales, Bordeaux, Ausonius, p. 179-210.

Delage R. 2003 : Les sigillées du centre de la Gaule. Peuvent-elles contribuer à la datation des niveaux du iiie s. ?, in SFECAG, Actes du Congrès de Saint-Romain-en-Gal, 29 mai-1er juin 2003, Marseille, SFECAG, p. 183-190.

Donnadieu J., Willems S. 2015 : Faciès céramique en contexte d’ateliers de saunier : comparaison du mobilier des sites ménapiens de Steene, Pitgam et Looberghe (59), in SFECAG, Actes du Congrès de Nyon, 14-17 mai 2015, Marseille, SFECAG, p. 315-342.

Flahaut J., Willems S., Borgers B. 2014 : Les vases à visages et à bustes dans le nord de la Gaule : nouvelles données à Fanum Martis, in SFECAG, Actes du Congrès de Chartres, 29 mai-1er juin 2014, Marseille, SFECAG, p. 703-718.

Fort B., Tisserand N. (dir.) 2013 : Le mobilier métallique et l’instrumentum : approches méthodologiques, Les Nouvelles de l’Archéologie, 131, 64 p.

Fort B., Kasprzyk M. à paraître : Le mobilier lié à la présence de la militia dans le nord et l’Est de la Gaule (env. 260-400 apr. J.-C.), in Fort B., Hostein A., Janniard S., Kasprzyk M., Nouvel P. (dir.), L’Antiquité tardive dans l’Est de la Gaule, 3. La présence de l’État dans l’Est de la Gaule durant l’Antiquité tardive, Actes du colloque international de Dijon, 8-10 novembre 2012, à paraître.

Leman P., Beaussart P. 1975 : Une riche tombe mérovingienne à Famars, Archéologia, 81, p. 34-40.

Lepetz S. 2007 : Boucherie, sacrifice et marché à la viande en Gaule romaine septentrionale : l’apport de l’archéozoologie, Food and History, 5-1, p. 73‑105.

Leriche B. 2013 : Famars, Rue Roger Salengro, BSR Nord-Pas-de-Calais, Lille, SRA Nord-Pas-de-Calais, p. 58.

Loridant F. 1994 : La céramique commune dans la région de Bavay au Haut-Empire : bilan des connaissances, in Tuffreau-Libre M., Jacques A. (dir.), La céramique du Haut-Empire en Gaule Belgique et dans les régions voisines : faciès régionaux et courants commerciaux, Actes de la table ronde d’Arras organisée par le Centre de céramologie gallo-romaine, 12-14 octobre 1993, Berck-sur-Mer, CRADC (coll. Nord-Ouest Archéologie, 6), p. 29-41.

Riha E. 1994 : Die römischen Fibeln aus Augst und Kaiseraugst : Die Neufunde seit 1975, Augst, Römermuseum (coll. Forschungen in Augst, 18), 206 p.

Routier J.-C., Thuillier F. 1998 : Des imitations de sigillée Drag. 45 (Chenet 328-330) dans la villa gallo-romaine de Zouafques (Pas-de-Calais), Histoire et Archéologie du Pas-de-Calais, Bulletin de la Commission départementale d’histoire et d’archéologie du Pas-de-Calais, 16, p. 3-12.

Thollard P., Denimal C. 1998 : Fouilles sur le forum de Bavay (1993-1998) II. Le Bas-Empire, Revue du Nord, 80, 328, p. 153-221.

Tuffreau-Libre M., Jacques A. 1994 : La céramique du Bas-Empire à Arras (Pas-de-Calais), in Tuffreau-Libre M., Jacques A. (dir.) : La céramique du Bas-Empire en Gaule Belgique et dans les régions voisines, Lille, Revue du Nord, (coll. Revue du Nord, Hors-Série, Archéologie, 4), p. 9-19.

Van Ossel P., Bertin P., Séguier J.-M. 2011 : Les céramiques de l’Antiquité tardive en Île de France et dans le Bassin parisien -II- Synthèses, Nanterre, Dioecesis Galliarum (coll. Documents de travail, 9), 408 p.

Warmé N., Alligri A. 2017 : Famars, Technopôle, étude archéomagnétique des fours de potier, in Clotuche R. (dir.), Clerget J., Teysseire G., Tixador A., Un quartier antique de Fanum Martis : résultats de la fouille du Technopôle Transalley, phase 1,3 et 4a, campagnes 2011 à 2014, Rapport de fouilles, Glisy, Inrap NP, t. IV vol. 2, p. 233-241

Willems S., Borgers B. et al. 2015 : Pottery Workshops at Fanum Martis, Northern France: Analysis of Pottery Production and Consumption, Poster presented at the 29th Congress of the Rei Cretariae Romanae Fautores, Xanten.

Willems S, Borgers B. à paraître : Les transferts de techniques potières chez les Nerviens : les officines de Bavay, Pont-sur-Sambre et Famars (Nord), Archéopages, 45.

Willems S., Borgers B., Clerget J., Clotuche R., Teysseire G. à paraître : Fanum Martis (Famars, Nord) : atelier de potiers au cœur de l’agglomération, in Actes du congrès de Rennes : Fouiller et comprendre les gestes des potiers, Archéologie des espaces artisanaux, Rennes, université de Rennes-II.

Haut de page

Notes

1 Fouilles dirigées par Jennifer Clerget (Inrap), Géraldine Teysseire (Inrap), Arnaud Tixador (Service Archéologique de Valenciennes) ; coordination assurée par Raphaël Clotuche (Inrap).

2 Nombre minimum d’individus.

3 À ce jour, tous les objets issus des fouilles menées à Famars et conservés au Musée de Valenciennes ont été étudiés, ainsi que tous ceux conservés dans les réserves du Service archéologique municipal de la ville de Valenciennes et tous ceux issus des récentes opérations Inrap ; seuls les objets découverts anciennement conservés aux Musées royaux d’Art et d’Histoire de Bruxelles (Belgique) n’ont pu être examinés.

4 Bien que non examinée, la spatha conservée à Bruxelles sous le numéro d’inventaire B 273 a été intégrée au corpus.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Localisation de Famars dans son contexte antique
Crédits DAO : R. Kaddèche (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/2415/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 2 – Localisation de la fortification tardive dans la ville du Haut-Empire
Crédits DAO : R. Clotuche (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/2415/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 449k
Titre Fig. 3 – Lot de vases en pseudo-sigillée
Crédits Cliché : A. Tixador (SAV).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/2415/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 4 – Les productions en céramique réductrice de Famars
Crédits DAO : J. Donnadieu (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/2415/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 242k
Titre Fig. 5 – Les productions en céramique oxydante de Famars
Crédits DAO : J. Donnadieu (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/2415/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 185k
Titre Fig. 6 – Vase à visages produit à Famars (fin iiie s. - début ive s.)
Crédits Cliché : S. Lancelot (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/2415/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 437k
Titre Fig. 7 – Diffusion des productions de Famars à la fin du iiie s. - début ive s.
Crédits DAO : J. Donnadieu (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/2415/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 909k
Titre Fig. 8 – Plan de la fortification tardive (phases 1 et 2)
Crédits DAO : R. Kaddèche et R. Clotuche (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/2415/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 382k
Titre Fig. 9 – L’entrée septentrionale de la fortification
Crédits DAO : R. Kaddèche et R. Clotuche (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/2415/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 753k
Titre Fig. 10 – Sélection de militaria mis au jour à Famars
Crédits Clichés : S. Lancelot (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/2415/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Raphaël Clotuche, Bérangère Fort, Julie Donnadieu, Nicolas Tisserand et Annick Thuet, « L’agglomération secondaire de Famars/Fanum Martis (Nord) durant l’Antiquité tardive : d’un pôle commercial au centre militaire »Gallia, 74-1 | 2017, 223-234.

Référence électronique

Raphaël Clotuche, Bérangère Fort, Julie Donnadieu, Nicolas Tisserand et Annick Thuet, « L’agglomération secondaire de Famars/Fanum Martis (Nord) durant l’Antiquité tardive : d’un pôle commercial au centre militaire »Gallia [En ligne], 74-1 | 2017, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 30 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/gallia/2415 ; DOI : https://doi.org/10.4000/gallia.2415

Haut de page

Auteurs

Raphaël Clotuche

Inrap, UMR 7041. Centre archéologique Inrap, 32 avenue de l’Étoile du Sud, F-80440 Glisy

Bérangère Fort

Inrap, UMR 6298. Centre archéologique Inrap, 5 rue Fernand-Holweck, F-21000 Dijon

Julie Donnadieu

Inrap. Centre archéologique Inrap, rue du Commandant Gérard, F-02200 Soissons

Nicolas Tisserand

Inrap, UMR 6298. Centre archéologique Inrap, 5 rue Fernand-Holweck, F-21000 Dijon

Annick Thuet

Inrap. Centre archéologique Inrap, 32 avenue de l’Étoile du Sud, F-80440 Glisy

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Gallia est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo CNRS
  • Logo MSH Mondes
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search