Skip to navigation – Site map

HomeIssues74-1Études de casL’agglomération de Briga (Eu, Boi...

Études de cas

L’agglomération de Briga (Eu, Bois-l’Abbé, Seine-Maritime) : premières données sur l’occupation durant l’Antiquité tardive

The town of Briga (Eu, Bois-l’Abbé, Seine-Maritime): first data about the occupation during Late Antiquity
Étienne Mantel and Stéphane Dubois
p. 181-193

Abstracts

Briga was an important roman small town at least 65 ha wide in the south-western province of Gallia Belgica. It was largely deserted in the last decades of the 3rd c. AD, maybe in an organised way especially with several deposits that may mark the official closing of public monuments. During the Late Antiquity, human presence maintained only around the monument called Bâtiment Est, on a small area of ca. 0.25 ha. It was linked with the dimantling of the monumental complex, the recovery of buildings materials. Such an activity gradually declines and seems very tenuous after the middle of the 4th c., even if it survives punctually until the 8th or 9th c. The crisis observed on this site in the 280’s is not limited to Briga: this phenomenon concerns during during Late Antiquity the french coast of the Channel from the Seine to the Bresle estuary, where the previous network of roman occupation (small towns and rural establishments) is disorganised by massive abandonment of settlements.

Top of page

Full text

Présentation de la ville antique

  • 1 La désignation du site sous le nom de Briga reste discutée. Elle est admise par Ginette di Vita-Évr (...)

1Le site du Bois-l’Abbé à Eu (Seine-Maritime) est aujourd’hui identifié comme une ville « secondaire » antique, qui couvrait une superficie d’environ 65 ha à son apogée au iiie s (Mantel et al. 2006 ; Mantel dir. 2010 ; Mantel, Dubois à paraître). Elle était située sur le territoire de l’une des deux cités du sud-ouest de la province de Gaule Belgique : celui des Ambiens, ou plus probablement celui des Bellovaques (fig. 1). Son nom antique est avéré par quatre découvertes épigraphiques, trois dédicaces à Mercurio Brigensis, et une indication discrète en écriture cursive, probablement Briga, gravée sur l’arrière du socle d’une statuette de Mercure en tôle d’argent1.

Fig. 1 – Localisation de Briga, ville secondaire présumée de la cité des Bellovaques

Fig. 1 – Localisation de Briga, ville secondaire présumée de la cité des Bellovaques

2À partir de l’époque flavienne, la ville se développa au sein d’îlots irréguliers encadrés par un réseau de rues plus ou moins axé sur les points cardinaux, du moins pour le quartier nord-ouest actuellement en cours d’exploration (fig. 2). Des actes d’évergésie l’ont dotée progressivement durant le Haut-Empire d’une riche parure monumentale, comprenant à partir de l’époque sévérienne un temple principal sur podium, cinq temples à plan centré groupés autour du temple principal et reliés par un quadriportique, un sixième fanum implanté dans l’îlot voisin, une longue basilique à trois nefs (attestée en plan et par une plaque dédicatoire), une grande place publique bordée d’échoppes et de boutiques, un théâtre et un (ou deux) établissements thermaux.

Fig. 2 – Constructions et aménagements du complexe monumental au cours du iiie s.

Fig. 2 – Constructions et aménagements du complexe monumental au cours du iiie s.

Plan : Mantel dir. 2016 ; DAO : J. Parétias.

3Dans l’état actuel des connaissances, il apparaît clairement que la majeure partie de la ville antique est abandonnée autour des dernières décennies du iiie siècle, peut-être dans les années 280-290. La question d’une pérennité de l’occupation durant l’Antiquité tardive s’est posée dès les premières fouilles du xixe s., sur la base de monnaies recueillies dans l’emprise du sanctuaire principal. Louis Estancelin signale en effet deux petits bronzes de Constantin et un troisième exemplaire à l’effigie de Valentinien Ier, trouvés dans les niveaux supérieurs du Grand temple (Estancelin 1825, p. 8). Les campagnes de fouilles successives menées par Michel Mangard entre 1965 et 1980 ne leur ont toutefois ajouté que deux monnaies tardives supplémentaires, des nummi émis au début des années 330 (Mangard 2008, nos 297 et 298).

4Des interprétations assez divergentes se sont appuyées sur ce bien modeste corpus. L’abbé Cochet, et plus récemment Laurent Cholet, ont envisagé une pérennité de la fréquentation du sanctuaire que « nulle destruction ne semble affecter » et « dont l’utilisation est attestée jusqu’à l’abandon du site, à la fin du ive siècle » (Cholet 2003, p. 10). Michel Mangard opte quant à lui pour une position beaucoup plus réservée : « Les témoins monétaires […] attestent une présence postérieure à la reconquête des Gaules et jusqu’au début du ve siècle. Nous ne sommes pas en mesure de savoir si alors subsistaient ou non les monuments élevés sur les hauteurs du Bois-l’Abbé et si la fréquentation éventuelle du site y perpétuait les cultes anciens. La poursuite des fouilles apportera sans doute des réponses à ces interrogations » (Mangard 2008, p. 195).

5La reprise de fouilles autour du centre monumental à partir de 2002 a livré depuis des témoignages d’une occupation tardive sur deux secteurs voisins. Il s’agit d’une part de la zone cultuelle elle-même, où les traces de l’Antiquité tardive s’avèrent fugaces et très superficielles. Elles ne paraissent plus liées à une fréquentation religieuse du sanctuaire et doivent sans doute être associées avec une transformation du lieu en vaste carrière de matériaux. Il s’agit d’autre part de l’environnement du « Bâtiment Est » où le mobilier est a contrario singulièrement abondant et signale manifestement dans son voisinage un habitat dont le Bâtiment Est semble être le point d’ancrage central.

La fin du iiie s. : une phase de désertion massive de Briga

6Une série de découvertes sensiblement contemporaines et strictement limitées à l’environnement des monuments publics nous amène à envisager des cérémonies ou des actes symboliques destinés à les désacraliser, dans les dernières décennies du iiie s. (Mantel, Dubois 2014).

7Il en est ainsi dans l’emprise du quadriportique qui enceint le sanctuaire principal. Quelques dépôts découverts au fil des campagnes paraissent correspondre à des rituels de clôture de tout ou partie du lieu de culte, que le mobilier numismatique place dans le dernier quart du iiie s., peut-être dans les années 275-280/290. L’interprétation ici est fondée sur la nature des pratiques reconnues, sans équivalent parmi les rituels antérieurs observés dans l’enceinte sacrée ainsi que leur chronologie resserrée qui correspond en parallèle à l’abandon massif de la ville. Bois-l’Abbé ne constitue pas en la matière un cas isolé, mais s’inscrit dans un phénomène qui semble concerner plusieurs sanctuaires à la même période (Aubin et al. 2014, p. 233-234).

8Parmi ces possibles rites de fermeture du sanctuaire de Briga, citons tout d’abord un petit dépôt monétaire, constitué de 73 antoniniens de bas aloi, aux effigies de Gallien, Postume, Victorinus et des deux Tetricus, qui a été retrouvé répandu sur la fondation du mur du fanum 1, après son démontage partiel. L’absence de contenant et l’insertion des monnaies dans la maçonnerie du temple distinguent cet ensemble d’une cachette de type « trésor » et l’apparentent plutôt à un geste compensatoire destiné à apaiser la divinité du lieu, à l’occasion du démantèlement de sa résidence sur place. Daté sensiblement de la même période, un autre enfouissement monétaire a été découvert en 1863 dans l’environnement de la basilique : il comprenait 1 040 monnaies enfouies dans une lagène en alliage cuivreux, qui pourrait appartenir à l’instrumentum liturgique du sanctuaire (récipients destinés aux libations ?). La série monétaire comprenait quelques antoniniens de bon aloi des années 250 (Trébonien Galle, Volusien, Salonine, Salonin) et s’achevait par des monnaies de bas aloi des années 260, aux effigies de Postume et de Gallien seul (Cochet 1866, p. 323).

9Sensiblement à la même période, deux carcasses de jeunes bœufs ont été ensevelies probablement simultanément à l’intérieur de l’area sacra, entre le fanum 1 et la basilique, dans deux petites fosses voisines (fig. 3), séparées simplement par l’épaisseur d’un mur plus ancien totalement arasé et enfoui depuis près de deux siècles.

Fig. 3 – Fosses comblées avec des restes de bovidés dans l’area sacra : restes d’une cérémonie de fermeture du sanctuaire vers 270-280 ?

Fig. 3 – Fosses comblées avec des restes de bovidés dans l’area sacra : restes d’une cérémonie de fermeture du sanctuaire vers 270-280 ?

Cliché : É. Mantel 2009.

10La première (2.23.10), est très exigüe, 1 m sur 0,52 m. À l’intérieur ont été disposés les ossements décharnés d’une jeune vache avec encore quelques connexions anatomiques qui attestent de la présence partielle des tendons lors de l’enfouis-sement. Au fond de la fosse ont été déposés la mandibule, les bas de pattes et une partie des os longs des membres ; au-dessus, la colonne vertébrale a été courbée pour rentrer dans l’espace étroit de la fosse ; la couche supérieure enfin était constituée du crâne et du reste des os longs. Quelques éléments d’un crâne de cochon ont également été recueillis dans le comblement.

  • 2 Étude d’Alice Bourgois, doctorante à l’université de Picardie Jules-Verne.

11La seconde fosse (2.6bis.10) est un peu plus grande et mesure 1,20 m sur 0,80 m. Les ossements ont là aussi été déposés à plat, sommairement « rangés ». Au fond se trouvaient le crâne, les omoplates et les bas de pattes puis, au-dessus, le rachis, tandis que les os longs des membres constituent la couche supérieure. Les ossements portent des traces de découpe bouchère, mais également des marques de coups répétés avec un objet contondant. De multiples restes de poissons (vertèbres et arêtes) accompagnent cette jeune vache âgée de 17 à 27 mois, ainsi que quelques fragments provenant d’au moins une tête de cochon2.

12La chronologie de ces deux sacrifices est donnée par le second dépôt, avec parmi les restes osseux, un petit gobelet en céramique métallescente du iiie siècle et six antoniniens dont la série s’achève là encore avec les émissions de Tetricus (271-274). Le premier dépôt ne comprend aucun mobilier datant, mais la similitude des deux enfouissements et leur proximité immédiate au sein de l’area sacra nous conduit à les rapprocher dans une même phase, sinon lors d’un même événement.

13On notera enfin que deux monnaies signalées par Michel Mangard, l’une de Tacite frappée en 275-276 et trouvée sur le fanum 2, l’autre de Probus datée de 277 et provenant de l’intérieur de la cour du sanctuaire, au sud, pourraient constituer les ultimes traces datables de la vie du sanctuaire, aux alentours de sa déconsécration.

  • 3 Examinant au cas par cas les « dépôts de fondation » supposés, Gérard Aubin décide d’exclure celui (...)

14Peut-être faut-il aussi associer à ces rituels de fermeture le dépôt monétaire trouvé par Laurent Cholet en 1995 dans le théâtre (Rogeret 1998), à la base d’un piédroit de l’accès sud du proscænium ? Interprété par le fouilleur comme un « dépôt de fondation » lié à une phase tardive de réfection, cet enfouissement monétaire dans un vase comprenait 1 616 antoniniens dont la série s’achève sous Probus, vers 280 (Hollard 2000, p. 33). Cette coïncidence chronologique, à notre sens, ne saurait être fortuite, et une interprétation de ce dépôt comme un enfouissement précipité dans une phase d’insécurité, ou comme une offrande lors d’une cérémonie de clôture paraît plus vraisemblable qu’une très hypothétique réfection du théâtre au moment de la désertion massive de l’agglomération3.

15On notera également que la monnaie la plus récente trouvée sur les « petits thermes » est un aurelianus de Probus frappé à Lyon en 278/279 (M. Amandry, in Cholet 2002, vol. II, p. 164), qui corrobore là encore la thèse d’un abandon au tournant des années 270/280.

16Dans différents îlots d’habitats en partie explorés au nord, au nord-ouest et à l’est du centre public, aucune trace de présence humaine de l’Antiquité tardive n’a été relevée. Le monnayage (simplement examiné) et le mobilier céramique particulièrement abondant, témoignent d’une occupation qui reste dense jusque dans la seconde moitié du iiis., pour s’interrompre ensuite de manière radicale à la fin de cette période, sans que l’on perçoive quelque trace de violence que ce soit (Mantel et al. 2015).

17Si les causes probablement multiples qui ont conduit à cette désertion de Briga restent à déterminer, ce phénomène ne semble pas lié à un événement historique brutal, que ce soit aux destructions causées par l’incursion germanique de 276-277, ou aux raids répétés de pirates saxons sur les rivages de la Manche dans les années 280, évoqués à travers le récit de l’usurpation de Carausius par diverses sources latines (Panégyriques, Aurelius Victor, Eutrope, Orose). Au contraire, l’abandon paraît avoir été planifié, avec des rituels organisés pour rendre au monde profane les espaces consacrés, et un départ de la population de manière simultanée ou sur le laps de temps très court d’une ou de deux décennies (vers 275/280-290).

Des indices d’une occupation de faible ampleur au cours de l’Antiquité tardive

Dans l’emprise de la zone cultuelle

18Toutefois, de manière incontestable, et dans la continuité des cinq monnaies tardives recueillies anciennement dans le sanctuaire, un petit ensemble de mobilier tardif a été recueilli devant le Grand temple et à ses abords (fig. 4). Ce mobilier se rencontre de manière systématique soit dans le niveau superficiel de terre végétale, au-dessus de la démolition, soit mêlé à cette dernière, soit encore en lien avec des creusements destinés à la récupération des matériaux (tranchées linéaires et grandes fosses).

19Ce lot de mobilier, très modeste en quantité, nous paraît lié à la transformation du centre public en carrière de matériaux, plutôt qu’à une fréquentation du sanctuaire.

Fig. 4 – État des connaissances sur l’occupation de Briga durant l’Antiquité tardive : persistance d’une occupation dans l’environnement du Bâtiment Est qui en constitue l’épicentre, jusqu’au milieu du ive s.

Fig. 4 – État des connaissances sur l’occupation de Briga durant l’Antiquité tardive : persistance d’une occupation dans l’environnement du Bâtiment Est qui en constitue l’épicentre, jusqu’au milieu du ive s.

Plan : Mantel dir. 2016 ; DAO : J. Parétias.

20Cette activité de démantèlement et de récupération est associée à un four à chaux, implanté contre le mur sud du sacellum. Ce four présente un alandier long et étroit menant à un gueulard circulaire, qui était vraisemblablement surmonté d’un dôme, dont seuls les aménagements inférieurs subsistaient. Il contenait encore, au moment de sa découverte, une partie de la dernière charge : des éléments architecturaux rubéfiés (éléments de corniche et de chapiteaux), du charbon de bois et de la chaux (fig. 5). En l’absence de mobilier, la datation de sa dernière combustion sera prochainement établie par la méthode du radiocarbone, sur des charbons prélevés dans l’alandier. Dans cette attente, l’hypothèse la plus vraisemblable est celle d’un atelier de chaufournier lié au démantèlement des monuments durant l’Antiquité tardive ou peut-être durant le haut Moyen Âge, car le démontage des monuments et d’une partie des fondations du centre public s’est poursuivi jusqu’au tournant des viiie-ixe s. au moins.

Fig. 5 – Four à chaux tardif avec une partie de son dernier chargement constitué de blocs architecturaux

Fig. 5 – Four à chaux tardif avec une partie de son dernier chargement constitué de blocs architecturaux

Cliché : É. Mantel 2006.

Aux abords de la basilique et du Bâtiment Est

21Si la présence humaine durant l’Antiquité tardive dans la zone cultuelle paraît très limitée, les découvertes à l’extrémité est du complexe monumental s’avèrent en revanche importantes. Des témoins matériels, qui attestent une occupation significative, ont été relevés, depuis 2010, au niveau du tiers oriental de la basilique et sur une quarantaine de mètres autour du Bâtiment Est (ancienne salle de conseil présumée de l’agglomération), principalement au sud et au sud-ouest. La zone actuellement délimitée couvre ainsi à peine un quart d’hectare, et se présente comme un épandage de mobilier archéologique assez dense, mis en évidence juste sous le décapage, à l’interface entre la couche de terre arable et les niveaux de démolition de la fin du iiie s.

22Seul un petit creusement a été observé en lien avec ces vestiges de l’Antiquité tardive ; la nature du terrain, très peu propice ici à une lecture en plan de structures peu ancrées dans le sol, en est peut-être pour partie la cause. Dans ce cadre, des constructions hors sol, sur sablières basses, peuvent également être envisagées. Mais, comme l’épicentre de cette concentration se situe autour du Bâtiment Est, il est possible qu’il ait été réhabilité en habitation à cette période tardive, en lien ou non avec l’exploitation comme carrière des monuments voisins. L’intérieur de la construction ayant été en grande partie fouillé en 1872 par l’équipe de l’abbé Cochet (Cochet 1873 ; Varambaux 1873), avant de servir partiellement de soue à cochons jusque dans les années 1970, toute trace d’occupation tardive a malheureusement disparu.

23Le petit mobilier typique de cette période comprend un peigne en os, triangulaire et décoré d’ocelles ainsi qu’une fibule en arbalète en alliage cuivreux, un modèle présumé être un attribut distinctif des détenteurs de fonctions officielles (administratives ou militaires). Cette fibule pose, entre autres, la question du statut du site à cette période, et notamment de sa place éventuelle dans le dispositif de surveillance des côtes de la Manche (litus saxonicum). Cependant, en l’attente d’autres témoignages matériels, son caractère pour le moment très isolé conduit à ne pas mettre outre mesure cet objet en exergue (Ferdière 2012, p. 309).

24Près de 200 monnaies divisionnaires ont été recueillies dans cette zone, dont la majeure partie se rattache à l’époque constantinienne. Quelques monnaies de la Tétrarchie dans le même environnement (notamment des folles de Dioclétien et Licinius) peuvent toutefois conduire à envisager une implantation dans ce secteur dès l’extrême fin du iiie s. ou au tout début du ive s., au moment de la rétraction drastique de l’emprise de Briga.

25Le lot est en cours d’étude et, dans la mesure où la fouille se poursuit dans ce secteur, ce corpus s’étoffera dans les années à venir. Un premier examen montre une prédominance des nummi aux effigies de Constantin Ier (fig. 6a), de sa femme et de ses fils (fig. 6b), et des monnaies commémoratives de Rome et de Constantinople. Les émissions proviennent des divers ateliers de l’occident romain (Trèves, Lyon, Arles, Londres, Rome et Siscia), à l’exception d’une monnaie de Constance II César frappée à Constantinople (RIC VII, 75).

Fig. 6 – a, Nummus de Constantin Ier, Londres, 323-324 ; b, Nummus de Constant, Siscia, 347

Fig. 6 – a, Nummus de Constantin Ier, Londres, 323-324 ; b, Nummus de Constant, Siscia, 347

Clichés : D. Viennot.

26À partir du milieu du ive s., les témoins numismatiques s’amenuisent de manière radicale, avec pour seules monnaies actuellement recensées deux centenionalis de Magnence émis en 350-353 (RIC VIII, Trier, 264 et RIC VIII, Aquileia, 158-163) et quelques aes – trois d’époque valentinienne.

27Le même niveau a livré quelques centaines de tessons de céramiques, qui relèvent pour partie du service de table et pour l’autre, de la batterie de cuisine. Au premier groupe appartient une belle série de sigillées originaires d’Argonne, au répertoire de formes assez réduit : plats Alzey 9/11 et Chenet 304, bols Chenet 319 et 320 (fig. 7, nos 2-8). Ces derniers portent des décors de molettes, qui comprennent essentiellement des petits casiers ou des hachures obliques alternées (Hübener 1968, groupes 2 et 3). Ces séries se rattachent ainsi aux styles en vigueur durant l’époque constantinienne, l’essentiel des molettes du groupe 3 (fig. 8, nos 16-19) relevant des années 320-350 et celles du groupe 2 (fig. 8, nos 9-15) de la période 330-370 environ (en dernier lieu : Bayard 2006, p. 93). Le seul autre récipient importé du service de table est un bol à collerette marbré de type Raimbault VI, sans doute d’origine carnute (fig. 7, no 1).

Fig. 7 – Service de table en terre cuite de l’Antiquité tardive : céramique marbrée carnute (?) et sigillées argonnaises

Fig. 7 – Service de table en terre cuite de l’Antiquité tardive : céramique marbrée carnute (?) et sigillées argonnaises

Dessins : S. Dubois.

Fig. 8 – Service de table en terre cuite de l’Antiquité tardive : molettes sur sigillées argonnaises d’époque constantinienne

Fig. 8 – Service de table en terre cuite de l’Antiquité tardive : molettes sur sigillées argonnaises d’époque constantinienne

Clichés : J. Debure, S. Dubois.

28Quelques molettes argonnaises (fig. 9, nos 20-23) se démarquent toutefois du lot majoritaire, et témoignent, comme pour les monnaies, d’une présence humaine qui se poursuit de manière déclinante jusqu’à la fin de l’Antiquité. Examinés par Paul Van Ossel, ces décors correspondent à des molettes en usage au premier quart sinon dans la première moitié du ve s. (UC 114, UC 293, NS 3032 ?) Les plats Alzey 9/11 doivent également être associés à cette phase tardive, une datation de la forme après 420 étant envisagée (Brulet et al. 2010, p. 226).

Fig. 9 – Service de table en terre cuite de l’Antiquité tardive : molettes sur sigillées argonnaises d’époques valentinienne et théodosienne

Fig. 9 – Service de table en terre cuite de l’Antiquité tardive : molettes sur sigillées argonnaises d’époques valentinienne et théodosienne

Clichés : J. Debure, S. Dubois.

29De la même manière, la vaisselle culinaire (fig. 10) correspond à un faciès qui couvre l’intégralité du Bas-Empire, avec une prédominance des éléments « classiques » du nord et de l’ouest de la province de Belgique II, les céramiques grises sableuses d’Artois, du Cambrésis et un troisième groupe à nodules calcaires dont l’origine reste conjecturale, peut-être le territoire bellovaque (Bayard 1994, groupe à « points de chaux »). Les formes relèvent de typologies bien caractéristiques des contextes régionaux entre la fin du iiie s. et les premières décennies du ve s. (Brulet 1990, formes E4 et E5 ; Bayard 1980, forme 33 ; bouilloire, couvercles). Ces groupes régionaux sont complétés par des apports de Rhénanie et de Bretagne. De Germanie Supérieure proviennent quelques récipients tardifs, que l’on peut rattacher à la période valentino-théodosienne, et qui correspondent aux céramiques « rugueuses » ou « granuleuses » de l’Eifel (Brulet et al. 2010, p. 407-422). Deux individus ont été identifiés comme originaires des ateliers de Speicher, un plat Alzey 29 et une marmite Alzey 28, de variante K, tous deux datables de la fin du ive s. D’autres proviennent du centre potier de Mayen, aux inclusions volcaniques très caractéristiques : deux pots Alzey 27 de variante K, datables de la fin du ive s., et une marmite à bord mouluré Alzey 33, plutôt attribuable au ve s. De rares tessons s’apparentent à des copies régionales de ces céramiques « granuleuses », à grosses inclusions de quartz ; on note en particulier un pot Alzey 27, de variante H/I.

Fig. 10 – Vaisselle culinaire de l’Antiquité tardive : importations et productions régionales

Fig. 10 – Vaisselle culinaire de l’Antiquité tardive : importations et productions régionales

Dessins : S. Dubois.

30Les importations romano-britanniques, fréquentes à Briga dans la dernière phase d’occupation des quartiers d’habitation (seconde moitié du iiie s.), sont encore avérées dans cet ensemble de l’Antiquité tardive, en petite quantité. On relève notamment un pot tourné à bord déjeté, dans une pâte de type Black Burnished Ware 2 à quartz (BB2 du Kent ?), une marmite à collerette et un plat ansé modelés du groupe des Black Burnished Ware 1 (BB1 du sud-est Dorset).

31L’ensemble de ce mobilier céramique couvre l’ensemble des époques constantinienne et valentinienne, qui traduit une occupation plus soutenue jusqu’au milieu ou au troisième quart du ive s., puis qui décline ensuite en quantité jusque dans les premières décennies du ve s. Il conforte ainsi la chronologie induite par le corpus monétaire. Le mobilier du haut Moyen Âge débutant dans la seconde moitié du ve s., il faut sans doute envisager une présence humaine en continu, bien que de faible ampleur, autour du complexe monumental antique ; le mobilier médiéval se concentre toutefois davantage dans l’emprise du sanctuaire qu’autour du Bâtiment Est.

32Cette concentration autour du Bâtiment Est constitue actuellement l’unique trace tangible d’une pérennité d’occupation à Briga. Le site antique, dans l’état actuel des connaissances, paraît s’être rétracté de 65 hectares à un quart d’hectare environ, en l’espace de quelques décennies : s’il est impossible en l’état de statuer sur la nature de cette occupation, le terme d’agglomération ne paraît plus adapté. L’activité ne paraît toutefois pas se limiter à la seule récupération de matériaux ; l’étude archéozoologique suggère en effet qu’un artisanat de tabletterie existait à cette période, en particulier sur des ossements de chevaux, dont la peau paraît en outre avoir été prélevée (Bourgois 2010, p. 101).

Le repli de l’occupation au Bois-l’Abbé dans son contexte régional

33Le destin du Bois-l’Abbé à cette période s’inscrit, sur la zone littorale de la Manche, dans un contexte un peu particulier. Les effets de la « crise du iiie siècle » sont peut-être ici exacerbés par un impact marqué des raids de la piraterie saxonne sur la Manche, à partir des années 280, et par des phénomènes climatiques pluvieux répétitifs, aux effets particulièrement dramatiques – au moins au sein de l’agglomération de Briga où une partie de l’habitat et des aménagements monumentaux semble lourdement touchée par des glissements de terrain.

34La plupart des maisons fouillées a en effet subi ces phénomènes, liés à l’imperméabilité du sous-sol argileux. Lors d’épisodes de forte pluviosité, les eaux de ruissellement se sont infiltrées dans les niveaux de remblais meubles, d’origine anthropique, sur lesquels les constructions avaient été édifiées ; l’eau ne pouvant s’infiltrer plus profondément a alourdi et fluidifié ces matériaux qui ont alors glissé sur la légère déclivité du rebord de plateau. Dans certains secteurs à la déclivité un peu plus marquée (fig. 11), maintenir l’habitat semble avoir nécessité une lutte répétée, dont témoignent les traces multiples de poteaux de soutènements et d’étais (notamment en façade du bâtiment 21), l’installation de chantepleures dans les soubassements et le creusement de drains. Malgré ces efforts, les effets des glissements et du ravinement sont nettement perceptibles : le sol de la cour W a été emporté à deux reprises, se déposant sur la chaussée et contre la façade de la maison en contrebas ; la galerie du bâtiment 30 (espace 4) s’est affaissée quand les remblais de la terrasse qui la soutenaient ont été emportés ; la ruelle AP axée sur la pente s’est peu à peu transformée en ravine sous l’effet de pluies torrentielles et a entraîné la dislocation du pignon est du bâtiment 19. Il est évident que dans ce quartier de la ville, les conditions de vie ont été rendues précaires par une dégradation climatique que les éléments de datation incitent à placer au iiie s.

Fig. 11 – Exemple de glissements de terrain dans le quartier nord de Briga

Fig. 11 – Exemple de glissements de terrain dans le quartier nord de Briga

Tentative de blocage et d’étayage des constructions : mouvements affectant à deux reprises la cour W et rangées de calages devant le bâtiment 1/21.

Plan : Mantel dir. 2016 ; relevé : G. Blein, L. Deschamps et J. Parétias ; DAO : J. Parétias.

  • 4 Le secteur a fait l’objet d’un programme intense de prospection-inventaire conduit par Étienne Mant (...)

35Ce phénomène ne suffit toutefois pas à lui seul à expliquer un contexte de désertion général de la région. En effet, le dernier tiers du iiie s. voit autour de Briga un abandon massif des exploitations agricoles, qui touche dans son ensemble l’ouest de la cité de Beauvais : 90 % des 550 établissements ruraux reconnus entre les vallées de la Béthune et de la Bresle sont abandonnés avant le ive s.4 Ce mouvement de désertion touche également l’ensemble du réseau des agglomérations secondaires qui émaillaient ce même territoire au Haut-Empire. La dizaine de bourgades antiques reconnues entre Dieppe, Eu et Aumale, outre le Bois-l’Abbé, a fait depuis vingt ans l’objet d’importantes campagnes de prospections pédestres (couplées pendant un temps à une politique d’encadrement et de suivi des prospections métalliques). Les abondantes séries mobilières de surface collectées à cette occasion livrent un témoignage de premier ordre : aucune d’entre elles ne subsiste au ive s. avec une occupation qui puisse être qualifiée d’agglomération. Quelques-unes semblent définitivement abandonnées dès la fin du iiis., tandis que les autres, comme à Briga, livrent ponctuellement des indices matériels de l’Antiquité tardive.

36La partie occidentale du territoire de la cité de Beauvais semble ainsi foncièrement déstructurée à partir des dernières décennies du iiie s. Une conclusion similaire peut être proposée pour le pays de Caux, dont les établissements ruraux fouillés, à examiner les notices du volume de la Carte Archéologique de la Gaule consacré à la Seine-Maritime (Rogeret 1998), sont pratiquement tous abandonnés dans la seconde moitié du iiie s. Cette désertion massive a sans doute contribué à la suppression de la cité calète, rattachée depuis cette période à celle de Rouen.

37Seuls subsistent durant l’Antiquité tardive quelques sites essentiellement localisés en fond de vallée. Les indices perceptibles d’une tentative de reconquête de ces territoires ruraux concernent deux établissements très particuliers : celui de Saint-Ouen-du-Breuil correspond à une implantation germanique au cœur de l’ancien territoire calète au milieu du ive s. (Gonzalès et al. 1999 ; Ferdière 2012), celui de Canehan (en vallée de l’Yères, à une dizaine de kilomètres au sud-ouest du Bois-l’Abbé) paraît indiquer l’implantation d’un petit groupe humain d’origine britannique (Dubois et al. 2002). Pour le moment, la place de la modeste occupation observée à Briga dans ce contexte régional n’est pas clairement définie.

38Une présence sur place, liée surtout à la récupération de matériaux, est avérée jusqu’au début de l’époque carolingienne par des fosses d’extraction, des tranchées d’épierrement et divers éléments mobiliers (perle en verre, fibule ansée symétrique, ardillon scutiforme de boucle de ceinture, vaisselle). Un modeste habitat sur place est pressenti, mais aucune structure tangible n’en a été relevée ; il peut avoir été pérenne ou occasionnel, lors des phases d’activité sur le centre public transformé en carrière. Les dernières traces de présence humaine à Briga seraient ainsi plus ou moins contemporaines de la fortification implantée au-dessus d’Eu, à l’autre extrémité du plateau de Beaumont, au lieu-dit du Bois des Combles. Cette dernière correspondrait à un site défensif lié soit aux raids vikings du ixe s., soit au siège de la ville d’Eu au début du xe s. Cette dernière, sous le nom d’Augum ou Auga, est attestée comme castrum en 925, mais son existence dès le vie ou le viie s. est présumée par la découverte d’un cimetière mérovingien au lieu-dit Cayenne. Le centre urbain paraît ainsi avoir été déplacé de quelques kilomètres, depuis le plateau vers la vallée : la ville d’Eu aurait ainsi succédé à Briga, démantelée puis peu à peu enfouie sous le couvert forestier, et remplacée par un site défensif de fond de vallée (le castrum implanté sur une île de la Bresle), doublé d’un établissement portuaire de fond d’estuaire.

Top of page

Bibliography

Pour consulter la liste des abréviations et des acronymes, cliquer ici.

Sources numismatiques

The Roman Imperial Coinage (RIC)

RIC VII, Bruun P. M., 1966 : The Roman Imperial Coinage, Volume VII : Constantine and Licinius, AD 313-337, Londres, Spink & Son, 778 p., 24 pl.

RIC VIII, Kent J. P. C. 1981 : The Roman Imperial Coinage, Volume VIII : The Family of Constantine I, AD 337-364, Londres, Spink & Son, 608 p, 28 pl.

Références

Aubin G. 2007 : Les trésors (monétaires) antiques : le mot, les choses et les chercheurs, in Baratte F., Joly M., Béal J.-C. (dir.), Autour du trésor de Mâcon : Luxe et quotidien en Gaule romaine, Mâcon, Institut de recherches en Mâconnais et Val-de-Saône, p. 49-74.

Aubin G., Monteil M., Éloy-Épailly L., Le Gaillard L. et al. 2014 : Sanctuaires et pratiques religieuses du iiie au ve siècle apr. J.-C. dans l’ouest de la province de Lyonnaise et de ses marges, in Van Andringa W. (dir.), Dossier : La fin des dieux : les lieux de culte du polythéisme dans la pratique religieuse du iiie au ve s. apr. J.-C. (Gaules et provinces occidentales), Gallia, 71-1, p. 219-248.

Bayard D. 1980 : La commercialisation de la céramique commune à Amiens (Somme) du milieu du iie siècle à la fin du iie siècle, Cahiers Archéologiques de Picardie, 7, p. 147-210.

Bayard D. 1994 : La céramique de la fin du iiie siècle et de la première moitié du ive siècle apr. J.-C. et ses contextes en Picardie, in Tuffreau-Libre M., Jacques A. (dir.), Céramique du Bas-Empire en Gaule Belgique et dans les régions voisines, Actes de la table-ronde de céramologie gallo-romaine d’Arras, 8-10 octobre 1991, Lille, université Charles-De-Gaulle (coll. hors-série à la RN, Archéologie, 4), p. 65-79.

Bayard D. 2006 : Les apports de la sigillée d’Argonne décorée à la molette (ive-vie siècles) à la connaissance de la ville romaine tardive de Reims, in Neiss R., Sindonino S. (dir.), Ciuitas Remi : Reims et son enceinte au ive siècle, Reims, Société archéologique champenoise (coll. Archéologie urbaine, 6), p. 92-94.

Bérard F. 2011 : Épigraphie latine du monde romain II : Nouvelles inscriptions dans les sanctuaires de la Gaule romaine, in Annuaire de l’École pratique des hautes études – Section des sciences historiques et philologiques, 142 [2009-2010], p. 97-102.

Bourgois A. 2010 : Étude de la faune de l’espace II du site archéologique du « Bois l’Abbé » (Eu - 76), mémoire de Master, Amiens, université de Picardie Jules-Verne, 2010, 1 volume dactylographié.

Brulet R. 1990 : La Gaule septentrionale au Bas-Empire : Occupation du sol et défense du territoire dans l’arrière-pays du Limes aux ive et ve siècles, Trèves, Selbstverlag des Rheinischen Landesmuseums (coll. Trierer Zeitschrift für Geschichte und Kunst des Landes und seiner Nachbargebiete, Supplément 11), 432 p., 99 fig., 27 pl.

Brulet R., Vilvorder F., Delage R., Laduron D. 2010 : La céramique romaine en Gaule du Nord, in Dictionnaire des céramiques. La vaisselle à large diffusion, Turnhout, Brepols, 462 p.

Cholet L., 2002 : Le sanctuaire gallo-romain du « Bois l’Abbé » (Eu, Seine-Maritime) : Études archéologiques préalables à la mise en valeur du site, Document final de synthèse de fouille, Eu, Service municipal d’archéologie de la ville d’Eu, 3 volumes dactylographiés.

Cholet L., 2003 : Le sanctuaire gallo-romain du « Bois-l’Abbé » : 200 ans de fouilles en forêt d’Eu, Dieppe, ville d’Eu, 30 p.

Cochet Abbé J.-B.-D. 1866 : Eu, in La Seine-Inférieure historique et archéologique, Paris, Derache, p. 318-323.

Cochet Abbé J.-B.-D. 1873 : Fouilles du Bois-l’Abbé, à Eu, RA, nouvelle série, 25, p. 59-69.

Di Vita-Évrard G., Bérard F. 2007 : Mercure à Ribemont-sur-Ancre (Somme), Bulletin de la société d’études épigraphiques sur Rome et le monde romain, p. 419-421.

Dubois S., Mantel É., Devilliers S. 2002 : La diffusion des céramiques romano-britanniques entre Dieppe et Boulogne-sur-Mer (du iie au début du ve siècle), Nord-Ouest Archéologie, 12, p. 49-85.

Estancelin L. 1825 : Mémoire sur les antiquités de la ville d’Eu et de son territoire, in Mémoires de la Société des Antiquaires de Normandie, 2, p. 1-24.

Ferdière A. 2012 : Militaires, Barbares en Gaule intérieure : Interprétations, surinterprétations et effets de mode dans la recherche en archéologie, in Cavalieri M. (dir.), Industria Apium, L’archéologie : une démarche singulière, des pratiques multiples, Hommages à Raymond Brulet, Louvain, Presses universitaires de Louvain, p. 283-329.

Gonzalès V., Ouzoulias P., Van Ossel P. 1999 : Saint-Ouen-du-Breuil : Un habitat germanique du ive siècle apr. J.-C. en Haute-Normandie, RA, nouvelle série, 1, p. 203-210.

Hollard D. 2000 : Le dépôt monétaire du théâtre du sanctuaire gallo-romain d’Eu « Bois-l’Abbé » (Seine-Maritime), Trésors monétaires, 19, p. 33-56.

Hübener W. 1968 : Eine Studie zur spätrömischen Rädchensigillata (Argonnen-sigillata), in Bonner Jahrbücher des Rheinischen Landesmuseums in Bonn (in Landschaftsverband Rheinland) und des Vereins von Altertumsfreuden im Rheinlande, Bonn, Böhlau, vol. 168, p. 241-298.

Lot F. 1905 : Mélanges carolingiens III : Le nom ancien de la Bresle, Le Moyen Âge – Bulletin mensuel d’Histoire et de Philologie, 2-9, p. 27-33.

Mangard M. 2008 : Le sanctuaire gallo-romain du Bois-l’Abbé à Eu (Seine-Maritime), hors-série à la RN, 12, 301 p.

Mantel É., Devillers S., Dubois S. 1998 : L’occupation du Nord de la Seine-Maritime, in Rogeret I. 1998, p. 75-78.

Mantel É., Dubois S., Devillers S. 2006 : Une agglomération antique sort de l’anonymat (Eu, « Bois l’Abbé », Seine-Maritime) : Briga ressuscitée, RAP, 3-4, p. 31-50.

Mantel É. (dir.) 2010 : Briga ou l’histoire d’une bourgade antique peu à peu dévoilée en forêt d’Eu, Berck-sur-Mer, Fédération des archéologues du Talou et des régions avoisinantes, 76 p.

Mantel É. (dir.), Dubois S., Deschamps L., Jonvel R., Parétias J. 2016 : Agglomération antique de Briga, « Bois l’Abbé », Eu, Seine-Maritime, Rapport de fouille programmée, campagne 2015, Rouen, Service régional de l’archéologie de Haute-Normandie.

Mantel É., Dubois S. 2014 : Eu (Seine-Maritime) : Bois l’Abbé (Gaule Belgique). Sanctuaire public situé au sein d’une agglomération, in Van Andringa W. (dir.), Dossier : La fin des dieux : les lieux de culte du polythéisme dans la pratique religieuse du iiie au ve s. apr. J.-C. (Gaules et provinces occidentales), Gallia, 71-1, p. 246-247.

Mantel É., Dubois S., Jonvel R. 2015 : Briga antique (Eu, « Bois-l’Abbé », Seine-Maritime) : Exploration archéologique d’îlots d’habitation au nord du complexe monumental, in Journées Archéologiques de Haute-Normandie 2013 (Alizay, 20 au 22 juin 2014), Rouen, Presses universitaires de Rouen et du Havre, p. 21-32.

Mantel É., Dubois S. (dir.) à paraître : Briga I : L’agglomération antique de Briga. Bilan de 50 ans de recherches sur le Bois-l’Abbé, RAP, numéro spécial 33 / Fatra no 4.

Rogeret I. 1998 : La Seine-Maritime, Paris, Académie des inscriptions et belles-lettres (coll. Carte archéologique de la Gaule, 76-1), 662 p.

Varambaux E. 1873 : Notes sur les découvertes faites dans le canton d’Eu, in Annuaire des Cinq Départements de la Normandie, 39e année, Caen, Association Normande, p. 437-443.

Vipard P. 2009 : À propos de la dédicace de la basilique du sanctuaire du pagus Catuslouius par P. Magnius Belliger à Bois-l’Abbé (Eu, Seine-Maritime, France), Latomus, 68-4, p. 972-980.

Top of page

Notes

1 La désignation du site sous le nom de Briga reste discutée. Elle est admise par Ginette di Vita-Évrard et François Bérard (di Vita-Évrard, Bérard 2007, p. 421 ; Bérard 2011, p. 101), tandis que Pascal Vipard reste plus réservé (« c’est très possible mais… »), et envisage d’autres possibilités : le nom de l’éminence sur laquelle est bâtie la ville antique, le nom du pays de Bray, ou encore celui de la Bresle qui coule au pied du site (Vipard 2009, p. 978). Cette dernière proposition doit être exclue, ce petit fleuve côtier n’étant désigné sous ce nom que depuis le xiiie s., après avoir porté les noms de Auva ou Auga fluvium au début de l’époque normande, et probablement celui de Vintlana sous la dynastie mérovingienne (Lot 1905). Le pays de Bray correspond pour sa part à une subdivision territoriale d’époque mérovingienne ; si filiation il y a, la chronologie suggère que le nom se soit plutôt transmis de la ville antique au pagus médiéval, devenu pagus de Briga.

2 Étude d’Alice Bourgois, doctorante à l’université de Picardie Jules-Verne.

3 Examinant au cas par cas les « dépôts de fondation » supposés, Gérard Aubin décide d’exclure celui d’Eu, en raison d’une incompatibilité chronologique patente entre la date de construction supposée du monument, début iiie s., et celle de l’enfouissement monétaire (Aubin 2007, p. 58). En faveur de dépôts liés à des cérémonies de clôture, il faut souligner que la quasi totalité des dépôts monétaires provient des monuments publics (sanctuaire, basilique et théâtre).

4 Le secteur a fait l’objet d’un programme intense de prospection-inventaire conduit par Étienne Mantel entre 1988 et le début des années 2000, avec arpentage systématique des terres en labour sur près de 150 communes selon un maillage de 40 m, resserré en cas de découvertes d’indices archéologiques (Mantel et al. 1998).

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1 – Localisation de Briga, ville secondaire présumée de la cité des Bellovaques
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/2427/img-1.jpg
File image/jpeg, 163k
Title Fig. 2 – Constructions et aménagements du complexe monumental au cours du iiie s.
Credits Plan : Mantel dir. 2016 ; DAO : J. Parétias.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/2427/img-2.jpg
File image/jpeg, 753k
Title Fig. 3 – Fosses comblées avec des restes de bovidés dans l’area sacra : restes d’une cérémonie de fermeture du sanctuaire vers 270-280 ?
Credits Cliché : É. Mantel 2009.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/2427/img-3.jpg
File image/jpeg, 520k
Title Fig. 4 – État des connaissances sur l’occupation de Briga durant l’Antiquité tardive : persistance d’une occupation dans l’environnement du Bâtiment Est qui en constitue l’épicentre, jusqu’au milieu du ive s.
Credits Plan : Mantel dir. 2016 ; DAO : J. Parétias.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/2427/img-4.jpg
File image/jpeg, 451k
Title Fig. 5 – Four à chaux tardif avec une partie de son dernier chargement constitué de blocs architecturaux
Credits Cliché : É. Mantel 2006.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/2427/img-5.jpg
File image/jpeg, 730k
Title Fig. 6 – a, Nummus de Constantin Ier, Londres, 323-324 ; b, Nummus de Constant, Siscia, 347
Credits Clichés : D. Viennot.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/2427/img-6.jpg
File image/jpeg, 191k
Title Fig. 7 – Service de table en terre cuite de l’Antiquité tardive : céramique marbrée carnute (?) et sigillées argonnaises
Credits Dessins : S. Dubois.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/2427/img-7.jpg
File image/jpeg, 162k
Title Fig. 8 – Service de table en terre cuite de l’Antiquité tardive : molettes sur sigillées argonnaises d’époque constantinienne
Credits Clichés : J. Debure, S. Dubois.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/2427/img-8.jpg
File image/jpeg, 1.6M
Title Fig. 9 – Service de table en terre cuite de l’Antiquité tardive : molettes sur sigillées argonnaises d’époques valentinienne et théodosienne
Credits Clichés : J. Debure, S. Dubois.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/2427/img-9.jpg
File image/jpeg, 943k
Title Fig. 10 – Vaisselle culinaire de l’Antiquité tardive : importations et productions régionales
Credits Dessins : S. Dubois.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/2427/img-10.jpg
File image/jpeg, 369k
Title Fig. 11 – Exemple de glissements de terrain dans le quartier nord de Briga
Caption Tentative de blocage et d’étayage des constructions : mouvements affectant à deux reprises la cour W et rangées de calages devant le bâtiment 1/21.
Credits Plan : Mantel dir. 2016 ; relevé : G. Blein, L. Deschamps et J. Parétias ; DAO : J. Parétias.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/2427/img-11.jpg
File image/jpeg, 1.7M
Top of page

References

Bibliographical reference

Étienne Mantel and Stéphane Dubois, “L’agglomération de Briga (Eu, Bois-l’Abbé, Seine-Maritime) : premières données sur l’occupation durant l’Antiquité tardive”Gallia, 74-1 | 2017, 181-193.

Electronic reference

Étienne Mantel and Stéphane Dubois, “L’agglomération de Briga (Eu, Bois-l’Abbé, Seine-Maritime) : premières données sur l’occupation durant l’Antiquité tardive”Gallia [Online], 74-1 | 2017, Online since 01 December 2018, connection on 24 May 2024. URL: http://journals.openedition.org/gallia/2427; DOI: https://doi.org/10.4000/gallia.2427

Top of page

About the authors

Étienne Mantel

Drac de Normandie, Service régional de l’archéologie, UMR 7041 ArScAn (équipe GAMA). 140 Grande Rue, F-80540 Camps-en-Amiénois

Stéphane Dubois

Inrap Grand-Est Sud, UMR 7041 ArScAn (équipe GAMA). Centre archéologique de Franche-Comté, 9 rue Lavoisier, F-25000 Besançon. 2 rue du Séchal, F-25000 Besançon

By this author

Top of page

Copyright

CC-BY-NC-ND-4.0

The text only may be used under licence CC BY-NC-ND 4.0. All other elements (illustrations, imported files) are “All rights reserved”, unless otherwise stated.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search