Navigation – Plan du site
Études de cas

Les agglomérations de Sarrebourg/Pons Saravi (Moselle) et de Saverne/TabernisTres Tabernae (Bas-Rhin) : deux destins de part et d’autre des Vosges durant l’Antiquité tardive

The agglomeration of Sarrebourg-Pons Saravi (Moselle) and Saverne-Tabernis-Tres Tabernae (Bas-Rhin): two fates of both sides of the Vosges during Late Antiquity
Nicolas Meyer
p. 209-221

Résumés

Cet article fournit un premier bilan des recherches effectuées sur deux agglomérations antiques comparables, Pons Saravi (Sarrebourg, Moselle) et Tabernis‑Tres Tabernae (Saverne, Bas-Rhin), toutes deux situées sur la voie impériale ouest-est reliant les provinces de Gaule et de Germanie et ce, de part et d’autre du principal col des Vosges du Nord. Au milieu du iiis. apr. J.-C., les deux bourgades sont de taille comparable (entre 12 et 14 ha) et assurent des activités qui dépassent largement leur fonction routière. Dans l’Antiquité tardive, la situation est bien différente : l’agglomération de TabernisTres Tabernae est dotée d’une importante fortification, point fort de la défense de la route impériale et ne subit qu’une déprise modeste. Pons Saravi est, elle, au mieux protégée par un burgus et se voit réduite de deux tiers. L’agglomération conserve pourtant un certain dynamisme attesté par de nouvelles constructions publiques autour d’une source pérenne de la ville, mise en évidence par l’archéologie préventive, par la présence d’une communauté chrétienne, mais aussi par un mithræum.

Haut de page

Texte intégral

1À 413 m d’altitude, le col de Saverne constitue l’un des passages privilégiés entre le plateau lorrain et la vallée rhénane. À cet endroit, l’axe de circulation majeur ouest-est que constitue la voie impériale DivodurumMetz/ArgentorateStrasbourg franchissait les 220 m de dénivelé des derniers reliefs du massif montagneux des Vosges (fig. 1). De part et d’autre du col, la ligne de crête sud-ouest - nord-est de cette montagne est considérée comme la limite au Haut-Empire des provinces de Gaule Belgique et de Germanie Supérieure, démarcation maintenue dans l’Antiquité tardive entre la Belgique et la Germanie Première.

2Deux agglomérations antiques se trouvaient sur la voie impériale à proximité du col (fig. 1). La première, à 15 km au sud-ouest, dans la cité des Médiomatriques, province de Gaule Belgique, est identifiée à la ville mosellane de Sarrebourg. Dénommée Ponte Saravi sur la Table de Peutinger, Ponte Sarvix dans l’Itinéraire d’Antonin (372, 1), il s’agit vraisemblablement du vicus Saravus mentionné par une borne milliaire découverte à Grandfontaine (Bas-Rhin), au col Entre les Deux-Donons à une trentaine de kilomètres de l’agglomération (CIL, XIII, 4549).

Fig. 1 – Carte de localisation des sites évoqués et des principaux passages autour du col de Saverne

Fig. 1 – Carte de localisation des sites évoqués et des principaux passages autour du col de Saverne

DAO : N. Meyer (Inrap).

3La seconde, du côté est, est située directement au pied du col de Saverne, à moins de 3 km. Localisée dans la cité des Triboques et dans la province de Germanie, elle a précédé la ville bas-rhinoise de Saverne. Elle est dénommée Tabernis sur la Table de Peutinger et dans l’Itinéraire d’Antonin (240, 1) et Ammien Marcellin la nomme tour à tour Tabernae (Histoire romaine, XVI, 2, 12) et Tres Tabernae (XVI, 11,4). La Cosmographie de l’Anonyme de Ravenne mentionne quant à elle Ziaberna (IV, 26, 37‑46). Enfin, des Vicani sont signalés par une inscription découverte en remploi dans le rempart tardif de l’agglomération (CIL, XIII, 11 648).

4Dans la très jeune région administrative du Grand-Est, les petites villes de Sarrebourg, la lorraine, et de Saverne, l’alsacienne, de superficie et de population comparables, offrent bien des similitudes, notamment celle d’exister en tant qu’agglomérations depuis le Haut-Empire au moins. Les chercheurs explorant les deux sites les ont trop rarement comparés, en raison de leur séparation par un massif montagneux, mais aussi d’une gestion par deux services régionaux de l’archéologie (SRA) distincts (SRA Lorraine et SRA Alsace).

5Le Strasbourgeois Robert Forrer, au premier tiers du xxe s., fait figure d’exception, avec son travail sur les fortifications tardives (Forrer 1918a ; 1918b). Il est aujourd’hui possible de réactualiser ce dossier presque centenaire et de s’intéresser aux destins de ces deux agglomérations dans l’Antiquité tardive.

Les agglomérations au milieu du iiie s. : deux entités similaires

6Les vestiges antiques de Pons Saravi et de TabernisTres Tabernae présentent les mêmes difficultés quant à leur étude car ils sont enfouis sous les villes actuelles. Selon les municipalités, les prises en compte du patrimoine archéologique n’ont en outre pas été comparables. À Sarrebourg, depuis la fin des années 1980, la plupart des nouvelles constructions ont été précédées de diagnostics et de fouilles préventives. À l’inverse, à Saverne, jusqu’en 2014, les interventions n’ont été qu’exceptionnelles (2 fouilles) et seules des observations ponctuelles ont été effectuées lors des travaux. Cette disparité de traitement induit forcément des difficultés dans les comparaisons.

7Pour les deux bourgades antiques, il est possible d’estimer leur superficie à partir de la répartition spatiale des découvertes de mobiliers et de structures. Elle est à son apogée dans la première moitié du iiie s. apr. J.-C., avec un peu plus de 12 ha pour TabernisTres Tabernae et de 14 ha pour Pons Saravi (fig. 2 et 3). Les deux agglomérations présentent des situations topographiques proches, à savoir un développement sur le flanc d’une colline, à proximité du franchissement d’une rivière (la Sarre et la Zorn), de part et d’autre de la voie impériale. Cette dernière constituerait dans les deux cas de figure l’axe majeur de la bourgade, cette hypothèse vraisemblable restant cependant à démontrer. Des indices permettent d’envisager également pour chacune de ces agglomérations une voie de contournement la longeant sur son flanc occidental à TabernisTres Tabernae et/ou sur son côté septentrional ou méridional à Pons Saravi. Pour ce qui concerne cette dernière, le franchissement de la rivière a été étudié en 1996 (fig. 3 et 4) : il s’agit d’un pont en bois de 8 m de large (Meyer et al. 1998). Son dernier état mis en évidence a été daté précisément par dendrochonologie de 246 ou plus probablement de 247 apr. J.-C. (bois coupés durant l’hiver 246).

Fig. 2 – Plan général de Saverne/TabernisTres Tabernae au milieu du iiie s. apr. J.-C.

Fig. 2 – Plan général de Saverne/Tabernis‑Tres Tabernae au milieu du iiie s. apr. J.-C.

DAO : N. Meyer (Inrap).

Fig. 3 – Plan général de Sarrebourg/Pons Saravi au milieu du iiie s. apr. J.-C.

Fig. 3 – Plan général de Sarrebourg/Pons Saravi au milieu du iiie s. apr. J.-C.

DAO : N. Meyer (Inrap).

Fig. 4 – Pons Saravi, la base du pont en bois du milieu du iiie s. apr. J.-C. dans le lit asséché de la Sarre

Fig. 4 – Pons Saravi, la base du pont en bois du milieu du iiie s. apr. J.-C. dans le lit asséché de la Sarre

Cliché : N. Meyer (Inrap).

8Les emplacements de zones funéraires ont été repérés aux extrémités des deux agglomérations, tandis que trois quartiers périphériques ont été reconnus à Pons Saravi (fig. 3), éventuellement un à TabernisTres Tabernae à l’emplacement du faubourg médiéval de Saint-Nicolas (fig. 2). À cette dernière bourgade, l’habitat de l’Usspann est généralement associé (fig. 1). D’une superficie minimale d’un demi-hectare, il occupe, à moins de 3 km, le col de Saverne même, au centre de l’ancien oppidum gaulois du Fossé des Pandours (Lafon 1990). Il est souvent désigné comme l’emplacement de l’une des trois Tabernae éponymes de TabernisTres Tabernae. Son statut est imprécis mais la petite bourgade assure quoi qu’il en soit la fonction de halte en haut du col.

9L’organisation interne précise des deux agglomérations reste inconnue pour TabernisTres Tabernae et est tout juste ébauchée pour Pons Saravi où quatre rues perpendiculaires ou parallèles à la supposée rue principale permettent d’envisager la présence d’îlots (fig. 3). La fouille partielle de l’un d’entre eux a permis de montrer son découpage interne en parcelles initiales lanièrées, d’une dizaine de mètres de large sur un minimum de 90 m de long. Au iiis. apr. J.-C., les maisons privées qui s’y sont développées sont de véritables habitations urbaines d’au moins 70 m de profondeur, parfois installées sur deux parcelles. Elles disposaient de nombreuses pièces à hypocauste et étaient richement décorées. Des jardins avec des puits et des bassins agrémentaient l’arrière des bâtiments.

10Dans les deux agglomérations, l’existence d’espaces architecturaux publics tels que des places, des thermes ou des sanctuaires est plus soupçonnée que réellement prouvée. Seule exception à la règle, à Pons Saravi, un mithræum a été fouillé en 1895 en bordure extérieure sud‑ouest de l’agglomération (fig. 3 et 5). Le style du relief mithraïque principal a incité les archéologues de l’époque à faire remonter son édification au iis. apr. J.-C., sachant que le dossier n’a pas été davantage instruit depuis la publication de la découverte à la fin du xixe s. (Fisenne 1896). Cette proposition de datation doit donc être prise avec avec d’autant plus de prudence que, parmi les 274 monnaies recueillies, l’une remonte au ier s. apr. J.-C., 3 au iie s., 20 à la seconde moitié au iiie s. apr. J.-C. et la majorité à l’Antiquité tardive. Ce numéraire évoque ainsi davantage une circulation monétaire postérieure au milieu du iiie s. apr. J.-C. qu’une circulation du iie s. L’environnement du mithræum reste lui aussi mal connu. Il est bordé sur deux côtés d’un empierrement qui suggère l’existence d’une rue. La découverte de deux autels votifs dédiés aux divinités Sucellus et Nantosuelta, ainsi que la présence d’une source ayant livré des monnaies à proximité ont davantage fait penser à une zone cultuelle publique, mais là encore l’hypothèse appelle nuance, le culte à Mithra n’appartenant pas à la sphère publique.

Fig. 5 – Le mithræum de Pons Saravi lors de sa découverte en 1895

Fig. 5 – Le mithræum de Pons Saravi lors de sa découverte en 1895

Cliché : Archives musée du Pays de Sarrebourg.

Une mutation topographique majeure de l’Antiquité tardive : la construction d’enceintes

11Depuis le début du xxe s., l’existence d’une fortification de l’Antiquité tardive dans chacune des deux agglomérations a été considérée comme acquise, mais ce dossier a été repris récemment (Giuliato et al. 2008 ; Meyer 2015).

12À TabernisTres Tabernae, l’enceinte a fait l’objet d’une publication remarquable par Robert Forrer en 1918 et ses observations topographiques n’ont jamais été mises en défaut depuis (fig. 6). Elle reste le vestige antique le plus étudié dans la ville et est considérée comme bien connue au point de ne plus nécessiter de fouilles (Ring 1996). Sa chronologie en trois moments proposée par Jean-Jacques Hatt a rapidement été admise : une première fortification érigée sous Maximin en 236 a probablement été détruite entre 270 et 280 ; une nouvelle enceinte a été construite pendant la période constantinienne et a fait l’objet d’une éventuelle réfection en 388 (Fichtl, Schnitzler dir. 2003, p. 49). La reprise critique des données disponibles nuance fortement ces affirmations (Meyer 2015). Il n’existe en effet aucune preuve archéologique de l’existence d’une fortification au iiis. apr. J.-C.

Fig. 6 – Plan général de l’enceinte tardive de TabernisTres Tabernae

Fig. 6 – Plan général de l’enceinte tardive de Tabernis‑Tres Tabernae

DAO : N. Meyer (Inrap).

13Sur les fronts méridional, occidental et septentrional du rempart, des quantités importantes de céramiques ont été recueillies dans des couches interprétées comme des dépotoirs ou des remblais antérieurs à la construction de l’enceinte. Elles permettent de proposer un terminus post quem du dernier tiers du iiie ou du début du ive s. apr. J.-C. Par la suite, selon Ammien Marcellin, en 357, l’empereur Julien « se tourna vers Tres Tabernae pour remettre en état cette forteresse qui, il n’y a pas si longtemps avait été détruite par une violente attaque de l’ennemi ; cette forteresse réédifiée garantissait l’impossibilité pour les Germains de pénétrer comme ils en avaient l’habitude à l’intérieur des Gaules » (Ammien Marcellin, Histoire, XVI, 11-11 et 55).

14Les réfections éventuelles et l’abandon de la fortification antique restent également à préciser. L’enceinte médiévale s’appuie encore en de nombreux endroits sur le mur et sur les bases des tours romaines et ce n’est qu’au xive s. qu’une extension occidentale du rempart vers la ville moyenne est entreprise.

15L’importance de cette fortification antique pour une agglomération routière doit être soulignée : 7,4 ha protégés par un mur d’un kilomètre de long et trente-neuf tours circulaires pressenties, réparties tous les 25 à 35 m. Les emplacements de dix-sept d’entre elles ont été confirmés. Les diamètres annoncés des tours sont variables et difficiles à comparer car ils ont rarement été pris à la même hauteur sur l’élévation. Les tours d’angles sont plus massives avec un diamètre de 8,24 m pour la tour Q mesurée au niveau de la semelle et de 9,80 m pour la tour D pris sur l’élévation. Les autres tours sont de dimensions plus modestes : 4,90 m pour la tour F, 5,50 m pour la tour M, 5,70 m pour la tour T mesurée au socle, proche de 6 m pour les tours H et J à hauteur supposée du socle et 6,90 m estimés pour la tour I en partie haute et à l’intérieur. Pour les parties reconnues de la courtine, le mur repose sur un radier de fondation de 3,85 m de large, haut de 0,40 à 0,70 m, constitué d’une tranchée contenant des lits superposés de pierres calcaires placées de chant sans liant. Cette fondation est recouverte d’une couche d’argile sur laquelle se trouve une unique rangée de blocs de grès en remploi posés à plat. Le mur de la courtine de 3,30 m de large est maçonné à l’extérieur en petits moellons réguliers de calcaire et de grès de 8 à 9 cm de haut, larges de 0,15 à 0,30 m, profonds au maximum de 0,60 m, avec des joints de 2 cm. En façade, la base du mur présentait un socle chanfreiné de 0,45 m de hauteur réalisé avec des blocs remployés et retaillés. Le parement du mur antique n’a que rarement pu être observé sur une grande hauteur (fig. 7). Régulièrement, seul le noyau interne de la maçonnerie antique a survécu, les parements ayant été repris. L’enceinte, qui atteint 8,18 m à l’angle de la rue des Murs et de la Grand’rue est préservée ailleurs sur des hauteurs inférieures variables.

Fig. 7 – Détail de l’élévation de la courtine de l’enceinte tardive à Tabernis-Tres Tabernae

Fig. 7 – Détail de l’élévation de la courtine de l’enceinte tardive à Tabernis-Tres Tabernae

Cliché : N. Meyer (Inrap).

16Aucune information n’a été recueillie sur les portes ou sur la présence d’un éventuel fossé devant les courtines et les tours.

17À Pons Saravi, la mise en évidence, au début du xxs., d’un mur antérieur à la courtine de l’enceinte de la première moitié du xiiie s. a été à l’origine de l’hypothèse selon laquelle une enceinte romaine tardive aurait existé (Reusch 1910, p. 330-331 ; 1911). La restitution proposée par Robert Forrer à partir de l’état médiéval sarrebourgeois comparé à l’enceinte de l’Antiquité tardive de Sens couvre alors une superficie de 16 ha protégés par un mur d’1,6 km de long flanqué de 26 tours (Forrer 1918b). La taille de l’enceinte est progressivement revue à la baisse avec l’exclusion de 4 ha à l’ouest, à l’emplacement du château des Évêques de Metz, et la remise en cause de l’existence des tours (Demarolle, Lutz 1981, p. 23-53). Dominique Heckenbenner est la première à rappeler la fragilité de ces hypothèses (1997, p. 278, texte rédigé en 1989). En 1994, la fouille préventive, avenue Poincaré, d’une partie de la courtine et d’une tour a permis d’étudier les deux murs successifs et de dater par dendrochronologie l’édification de la première enceinte de la première moitié du xiie s. (Giuliato et al. 2008, p. 269-270).

18En l’état actuel des connaissances, on ne peut donc plus affirmer qu’une fortification de l’Antiquité tardive existait dans l’agglomération de Pons Saravi. Seule une certitude demeure : le nom de l’agglomération change entre le ivs. apr. J.-C. et la fin du viie s. pour devenir Saraburgum. En 713, la ville est qualifiée de Castrum Saraburgum (Doll, Glöckner, 1979, charte 247). À l’époque mérovingienne, l’élément onomastique important n’est plus le pont sur la Sarre, mais le fortin sur la Sarre.

19En l’absence de découverte de ce fortin, Pons Saravi doit donc être pour l’instant considérée comme une agglomération ouverte dans l’Antiquité tardive. S’il existe une fortification à cette période, il s’agit plus probablement d’un petit burgus sans commune mesure avec l’enceinte proposée antérieurement et celle avérée de TabernisTres Tabernae.

20La question de la présence d’une seconde fortification au col de Saverne même, dans l’ancien oppidum gaulois du Fossé des Pandours à 3 km de l’agglomération de TabernisTres Tabernae, doit également être posée (fig. 1 et 8). Robert Forrer est le premier à l’avoir envisagée et signale avoir « trouvé en 1921 du côté est du rempart principal » laténien, à l’emplacement d’une redoute autrichienne du xviiie s., « quelques tessons du Bas-Empire » (Forrer 1926, p. 32-33). La partie fouillée de la bourgade du Haut-Empire de l’Usspann, au col même, à 100 m de cette redoute, n’a cependant pas livré d’indices d’occupation postérieurs au second tiers du iiie s. apr. J.-C. L’existence d’un point fortifié tardif sur la croupe du Koepfel, à 500 m au sud du col de Saverne, a été proposée par Stephan Fichtl. La découverte d’un chaperon d’enclos funéraire du Haut-Empire dans l’un des remparts dits « intermédiaires » de l’ancien oppidum gaulois est ainsi interprétée comme un relèvement du mur postérieur au iiie s. apr. J.-C., sans qu’il soit possible d’être plus précis quant à sa datation (Fichtl 2000, p. 437). La partie protégée par cette enceinte du Koepfel couvrirait 35 ha, soit cinq fois celle de l’agglomération contemporaine de TabernisTres Tabernae. Faute d’éléments significatifs, ce possible retranchement du col doit être envisagé avec d’autant plus de prudence qu’aucun mobilier de l’Antiquité tardive n’a été retrouvé à l’intérieur.

Fig. 8 – Carte du secteur du col de Saverne dans l’Antiquité tardive

Fig. 8 – Carte du secteur du col de Saverne dans l’Antiquité tardive

DAO : N. Meyer (Inrap).

21Récemment, deux fortifications de hauteur, proches du col de Saverne, ont livré des informations qui tendent à confirmer le relèvement partiel d’une partie de leur système défensif ancien ou de constructions postérieures au Haut-Empire sans qu’il soit possible d’être plus précis (fig. 1). Stratégiquement, il s’agit de deux points forts contrôlant les passages sud du seuil de Saverne. La Römerschantz d’Haselbourg (Moselle), d’origine protohistorique, domine le carrefour stratégique de la croisée des vallées de la Zorn et du Rehthal ainsi que le Wustenberg à Reinhardsmunster (Bas-Rhin), le passage par la vallée du Baerenbach, un affluent de la Zorn (Ring 2006 ; Meyer 2017).

Les agglomérations de l’Antiquité tardive

22À TabernisTres Tabernae, en l’absence d’étude exhaustive du mobilier recueilli, seule la répartition des monnaies permet d’envisager l’emprise de l’espace fréquenté dans l’Antiquité tardive (fig. 9). Hors zone funéraire, il est de l’ordre de 9,5 ha, soit une réduction de moins d’un quart de la superficie occupée au milieu du iiie s. apr. J.-C. Aucune construction n’a été identifiée, seuls quelques trous de poteaux ont été repérés en 2003 à l’intérieur de la fortification dans une phase datée entre le ive et le xe s. apr. J.-C. (Jodry Baudoux 2003, p. 13). Jean-Joseph Ring a proposé de reconnaître une via sagularis large de 6,50 m ceinturant intérieurement la ville fortifiée, à 12 m du mur d’enceinte, à partir des stratigraphies observées lors des destructions liées à l’extension de l’école maternelle en 1995 (Ring 1996, p. 10). Cette hypothèse est toutefois à prendre avec prudence car il pourrait aussi s’agir d’une voie du Haut-Empire contournant l’agglomération, à l’ouest à proximité d’une zone funéraire (Goubet et al. 2015, p. 93 et p. 94).

Fig. 9 – Plan général de TabernisTres Tabernae dans l’Antiquité tardive

Fig. 9 – Plan général de Tabernis‑Tres Tabernae dans l’Antiquité tardive

DAO : N. Meyer (Inrap).

23À Pons Saravi, la superficie de la zone ayant livré des indices d’occupation ou des structures postérieures au iiie s. est bien plus réduite et est de l’ordre de 4 ha (fig. 10). Les deux tiers de l’agglomération du Haut-Empire n’ont pas fourni d’indices d’occupation pour les ive et vs. apr. J.-C. Seul du mobilier du dernier tiers du iiie s. a été observé dans les niveaux d’abandon et de destruction (Meyer dir. 2015, p. 88-100). Même s’il existe un problème de conservation lié à l’oblitération régulière des niveaux supérieurs antiques par les constructions médiévales postérieures au xie s., à l’absence de fosses ou de structures en creux de l’Antiquité tardive et à la quasi absence de mobilier (3 tessons) en position résiduelle dans les couches postérieures, il apparaît que le secteur n’est plus habité à partir du ivs. apr. J.-C. Une monnaie de la fin du iiis. et un tesson tardif attestent la fréquentation épisodique des deux rues de cet ancien quartier. Ce n’est qu’entre le xe et le xiie s. que l’espace est réinvesti par de nouvelles constructions.

24Les découvertes de l’Antiquité tardive se concentrent sur la rue principale supposée de l’ancienne agglomération et au sud-est de celle-ci. Dans ce dernier secteur, deux fouilles et deux diagnostics ont livré du mobilier ou des constructions du ive s. apr. J.-C. Les éléments mis au jour en 1996, rue des Remparts, sont les plus significatifs (Meyer et al. 1999). Sur les 500 m2 ouverts, la fouille préventive a permis de mettre en évidence une esplanade desservie par un empierrement jouxtant une rue orientée est-ouest existant au Haut-Empire (fig. 11). Cette placette en forme de fer à cheval de 250 m2 a été en partie creusée à même le versant de la colline (fig. 12) et son sol terreux était délimité en bas de talus par une ligne de blocs taillés en grès. À l’ouest, en limite de fouille, un mur de bâtiment construit en pierres a été dégagé et comportait, côté esplanade, une galerie soutenue par des poteaux en bois. L’emprise de ce bâtiment n’a pas été étudiée et il a été détruit en 1992, lors de la construction sans fouille archéologique du parking des Capucins ; seuls de rares vestiges ont alors été positionnés par Dominique Heckenbenner (1992). Son emplacement correspond toutefois à l’une des sources pérennes de la ville au Moyen Âge et à la période moderne. Par ailleurs, l’évaluation en 2008 d’une parcelle à bâtir, à 30 m à l’ouest, a permis de repérer une aire empierrée de type rue ou cour comparable à celle dégagée en 1996, recouvrant des vestiges du Haut-Empire (fig. 12).

Fig. 10 – Plan général de Pons Saravi dans l’Antiquité tardive

Fig. 10 – Plan général de Pons Saravi dans l’Antiquité tardive

DAO : N. Meyer (Inrap).

Fig. 11 – Pons Saravi, les structures de l’Antiquité tardive mises au jour en 1996, rue des Remparts

Fig. 11 – Pons Saravi, les structures de l’Antiquité tardive mises au jour en 1996, rue des Remparts

Cliché : N. Meyer (Inrap).

Fig. 12 – Pons Saravi, le secteur au sud de la ville dans l’Antiquité tardive

Fig. 12 – Pons Saravi, le secteur au sud de la ville dans l’Antiquité tardive

DAO : N. Meyer (Inrap).

25Le niveau d’installation de cette esplanade et le sol primitif de la galerie en bois ont livré de la céramique du ivs. apr. J.-C. et quatre monnaies frappées entre 348 et 378 permettant de placer sa réalisation au plus tôt dans le troisième quart du ive s. Les sols ont été rehaussés à la fin du ivs. ou au début du vs. apr. J.-C. et vingt-huit monnaies ont été perdues lors de la fréquentation de la partie fouillée de l’esplanade, dont deux bronzes au 1/252e de livre de type VICTORIA AUGGG frappés entre 388 et 402. L’abandon de cet espace reste difficile à déterminer en l’absence de quantité suffisante de céramique. Cette dernière se limite à de rares fragments de bols du type des sigillées Chenet 320, de gobelets en terra nigra tardive Chenet 334 et de pots de céramique commune rugueuse de Mayen de type Alzey 27. Ils ne paraissent pas dépasser le premier quart du vs. apr. J.-C. L’absence de céramique du vis. apr. J.-C. permet d’exclure le maintien de cet espace à l’époque mérovingienne.

26L’interprétation qui a été proposée pour ce bâtiment et pour cette esplanade est celle de l’arrière d’un espace public aménagé ou réaménagé à proximité de la source dans le troisième quart du ivs. apr. J.-C.

27Pour ce qui concerne les autres secteurs de la ville, les données dont nous disposons sont plus modestes. On peut raisonnablement penser que le pont en bois sur la Sarre réalisé en 246/247 apr. J.-C. (Meyer et al. 1998) est resté praticable jusqu’à l’Antiquité tardive à condition que son tablier ait été entretenu a minima.

28Le mithræum est encore fréquenté tout au long du ivs. apr. J.-C. d’après les monnaies et la céramique recueillis en 1895 (Chenet 339 en terra nigra tardive contenant des ossements et des cendres). 74 monnaies sur 274 sont des bronzes au 1/252e de livre de type VICTORIA AUGGG (56 exemplaires) ou SALUS REIPUBLICAE (18 unités) frappés entre 388 et 402.

29Dans les deux agglomérations, la comparaison des zones funéraires offre un panorama contrasté. À Pons Saravi, la nécropole orientale du Marxberg du Haut-Empire est maintenue. La nécropole occidentale, au niveau du pont de chemin de fer, détruite en 1922 sans observation archéologique, n’a pas livré d’indices d’une utilisation tardive. Un nouveau cimetière a pu la remplacer et se développer plus à l’est, sur la rive droite et au-delà du pont au détriment d’une zone construite du Haut-Empire (fig. 10). Dans ce secteur, les travaux suivis d’assainissements sur la place du Marché ou à proximité ont en effet livré des couvercles de sarcophages, de nombreux tessons de l’Antiquité tardive et mérovingiens associés à des inhumations. Les observations archéologiques restent toutefois lacunaires et la chronologie d’autant plus floue que l’endroit a servi de cimetière jusqu’au xviiie s.

30À TabernisTres Tabernae, la nécropole sud-est de Saint-Florent, la zone funéraire du lycée-collège ainsi que celle potentielle située au pied de la Steige au nord-ouest se maintiennent tous au ivs. apr. J.-C. Un nouveau cimetière se développe également à l’ouest autour de l’ancienne porte du Griffon et est encore utilisé aux périodes mérovingienne et carolingienne. La partie fouillée de ce cimetière en 2014, au 22 rue de l’Oignon, a montré qu’il succédait à un secteur artisanal du Haut-Empire (information Actual Foncier Topographie). La présence d’un dernier cimetière est envisagée à l’est, à l’emplacement de l’ancienne prison. En l’absence de mobilier signalé, il reste cependant hypothétique et pourrait être plus récent (fig. 9).

Quels habitants dans ces agglomérations ?

31Depuis la publication de Robert Forrer en 1918, l’hypothèse selon laquelle une garnison militaire de la VIIIe légion aurait stationné de façon permanente, dès le Haut-Empire, dans l’agglomération de TabernisTres Tabernae, est régulièrement avancée, malgré l’absence de preuves tangibles. Deux inscriptions dans des carrières de pierre, à quelques kilomètres de la ville de Saverne, attestent l’intérêt de la Légion pour le matériau local : le grès. Les sites n’ont pas été fouillés, mais d’après des chaperons d’enclos funéraires abandonnés près des fronts de taille, l’exploitation de la carrière du Koepfel à Saverne daterait a minima du iie et du iiie s. apr. J.-C. La seconde carrière au Moulin de Champagne à Rheinhardsmunster (Bas-Rhin), hormis son inscription, n’a pas fourni d’informations précises qui permettraient sa datation (fig. 1). On sait cependant que le grès est utilisé à ArgentorateStrasbourg aussi bien au Haut-Empire que dans l’Antiquité tardive (Collectif 2010, p. 218 par exemple). Au demeurant, ces carrières modestes n’ont pas été exploitées en permanence mais, plus vraisemblablement, occasionnellement par de petits détachements légionnaires envoyés du camp de Strasbourg. Elles ne nécessitaient pas de cantonnement permanent sur place. Une troisième inscription découverte en remploi dans la base de la courtine de la fortification savernoise concerne un autel offert par un légionnaire à titre privé aux divinités d’un carrefour et en l’honneur de son épouse, probablement dans la première moitié du iiie s. (CIL, XIII, 11 647). Mais cet autel ne témoigne pas davantage que du passage d’un légionnaire dans cette agglomération routière située à 26 milles du camp principal d’Argentorate.

32Aucune inscription ne nous renseigne donc pour le moment sur la garnison de l’enceinte de l’Antiquité tardive de TabernisTres Tabernae et aucun militaria n’y a été découvert.

33À Pons Saravi, malgré l’absence de fortification reconnue, les fouilles récentes ont livré quelques accessoires et pièces de vêtements traditionnellement considérés comme des militaria (fibules, boucle de ceinture, écailles de cuirasse) de la seconde moitié du ive s. (fig. 13). Rien qui ne soit exceptionnel pour une agglomération située sur un axe de communication majeur entre deux provinces et rien qui ne soit suffisant pour envisager la présence de militaires stationnés dans la bourgade. Toutefois, l’existence d’un mithræum en son sein contribue à peser en faveur d’une présence militaire car le culte de Mithra est généralement considéré comme bien implanté dans les milieux militaires et parmi les élites.

34La fouille du mithræum en 1895, avec la découverte d’un corps humain enchaîné les mains dans le dos, reposant sur les débris de la base du relief principal du lieu de culte, a fortement participé à promouvoir l’idée selon laquelle les chrétiens auraient violemment détruit les sanctuaires païens (fig. 14). Elle a d’autant plus rencontré d’échos que l’auteur de l’opération de fouille, Friedrich von Fisenne, a fixé le monnayage découvert dans le lieu de culte à la mort de Théodose en 395 (Fisenne 1896, p. 160). Selon lui, la destruction du sanctuaire païen aurait suivi de peu les interdictions des cultes et le corps serait celui du prêtre de Mithra. Depuis leur publication à la fin du xixs., le mobilier et les données disponibles n’ont fait l’objet d’aucun réexamen et cette hypothèse doit donc être prise avec la plus grande prudence. Le monnayage découvert dans le mithræum pourrait d’ailleurs indiquer une destruction plus tardive (voir supra, p. 218).

Fig. 13 – Pons Saravi, fibule tardive découverte dans la tombe 1081 du cimetière du Marxberg

Fig. 13 – Pons Saravi, fibule tardive découverte dans la tombe 1081 du cimetière du Marxberg

Cliché : C. Baillif-Ducros (Inrap).

Fig. 14 – Pons Saravi, la tombe « du prêtre de Mithra exécuté par les Chrétiens », 1895

Fig. 14 – Pons Saravi, la tombe « du prêtre de Mithra exécuté par les Chrétiens », 1895

Le défunt, les mains enchaînées, reposait sur l’unique bloc en place de la base du relief principal du mithræum. Stratigraphiquement parlant, la sépulture est postérieure au démantèlement du lieu de culte.

Cliché : Archives musée du Pays de Sarrebourg, photographie Bruère, Saarburg.

35La fouille récente d’une partie de la zone funéraire orientale du Marxberg en 2016 a permis de situer à la fin du ive s. trois sépultures présentant des objets à décors chrétiens (coupe en verre avec la représentation de la résurrection de Lazare) ou marqués de croix (fig. 15). Il s’agit de la première preuve tangible d’une présence chrétienne dans la bourgade de Pons Saravi d’autant plus remarquable que les découvertes liées à cette religion dans les agglomérations autres que les chef-lieux de cité restent exceptionnelles.

Fig. 15 – Pons Saravi, fragment de coupe en verre gravé lors de sa découverte dans la tombe 1127 du Marxberg

Fig. 15 – Pons Saravi, fragment de coupe en verre gravé lors de sa découverte dans la tombe 1127 du Marxberg

Lazare sortant du tombeau. Deuxième moitié du ive s.

Cliché : Y. Milerski (Inrap).

*

* *

36Au terme de cette étude, on constate que les deux agglomérations de Pons SaraviSarrebourg et de TabernisTres TabernaeSaverne restent encore méconnues, mais que l’archéologie préventive a cependant permis d’importantes avancées.

37Au milieu du iiis. apr. J.-C., les deux bourgades sont de taille comparable, comprise entre 12 et 14 ha, et font montre d’activités qui dépassent largement leur fonction routière. Elles ont bénéficié d’un développement de type urbain et possèdent au moins un quartier de grandes demeures urbaines. Une troisième agglomération de petite taille (un demi-hectare a minima), l’Usspann, assure vraisemblablement le rôle de relais au col de Saverne même.

38Durant l’Antiquité tardive, la situation est bien différente : la mise en défense du principal col entre la vallée rhénane et le plateau lorrain demeure plus qu’hypothétique. L’existence d’une enceinte de 35 ha reprenant pour partie les fortifications de l’ancien oppidum gaulois du Fossé des Pandours (180 ha) reste à démontrer. L’agglomération de TabernisTres Tabernae au pied oriental du col se voit en revanche dotée d’une importante fortification de 7,40 ha.

39C’est TabernisTres Tabernae qui constitue le point fort de la défense de la route impériale principale. Vers l’ouest, la ville fortifiée suivante et de taille comparable est Decempagi-Tarquimpol (Moselle), à 57 km. Dans le massif même des Vosges, des enceintes de hauteur assuraient vraisemblablement la sécurité des axes de passage de part et d’autre de la voie principale, tout en servant de refuge aux populations locales (Meyer 2017).

40La date d’édification de l’enceinte de TabernisTres Tabernae dont on sait qu’elle existe en 357, reste discutée : la seule information quant à sa construction est un terminus post quem du dernier tiers du iiie ou du début du ivs. apr. J.-C. Topographiquement, la surface de l’agglomération tardive est réduite seulement d’un quart par rapport au Haut-Empire mais en l’absence de fouilles, exception faite des murs de courtine et des tours, son organisation reste inconnue.

41À l’opposé, Pons Saravi voit sa superficie se réduire considérablement et des quartiers entiers d’habitation, notamment en périphérie, semblent tomber en désuétude. La bourgade ne doit plus être considérée comme munie d’une importante fortification, car il n’existe aucune trace de celle-ci. Seul son changement de nom entre la fin du ive et le viiapr. J.-C. permet d’émettre l’hypothèse d’un burgus qui reste toutefois à découvrir.

42Si la superficie de l’agglomération dans l’Antiquité tardive est réduite de plus de deux tiers, l’agglomération demeure cependant occupée et un secteur montre des signes de dynamisme.

43À proximité d’une des sources pérennes de la ville, rue des Remparts, des opérations de fouille limitées ont permis de mettre en évidence une nouvelle construction vraisemblablement publique datée du troisième tiers du ive s.

44Quant au mithræum, d’après le numéraire et la céramique recueillis, il n’est pas désaffecté. Sa violente destruction à la fin du ive s. doit être considérée avec la prudence de rigueur, bien qu’une communauté chrétienne soit maintenant reconnue dans l’un des cimetières de la ville pour la deuxième moitié de ce siècle.

Haut de page

Bibliographie

Pour consulter la liste des abréviations et des acronymes, cliquer ici.

Sources anciennes

Ammien Marcellin : Histoire, tome I : Livres XIV-XVI, éd et trad. É. Galletier avec la collaboration de J. Fontaine, Paris, Les Belles Lettres (coll. CUF, série latine, 190), 2002 (1re éd. 1968).

Anonyme de Ravenne : Ravennatis Anonymi Cosmographia et Guidonis Geographica, éd. Schnetz J., Leipzig, Teubner, 1940.

Itinéraire d’Antonin : Itineraria Romana, vol I., Itineraria Antonini Augusti et Burdigalense, éd. O. Cuntz, Stuttgart, B. G. Teubner, 1990 (1re édition 1929).

Table de Peutinger : Desjardins E. 1869 : Géographie de la Gaule d’après la Table de Peutinger, Paris, Hachette.

Références

Collectif 2010 : Strasbourg-Argentorate. Un camp légionnaire sur le Rhin (ier au ive siècle après J.-C.), Catalogue d’exposition, Strasbourg, musée archéologique, 2010 (coll. Fouilles récentes, 8), Strasbourg, musée archéologique, 154 p.

Demarolle J.-M., Lutz M. 1981 : Aux origines de Sarrebourg, in Le Moigne F.-Y. (dir.), Histoire de Sarrebourg, Metz, éd. Serpenoises, p. 23-53.

Doll A., Glöckner K. 1979 : Traditiones Wizenburgenses. Die Urkunden des Klosters Wissenburg, 664-864, Darmstadt, Hessische Historische Kommission Darmstadt, XI-653 p.

Fichtl S. 2000 : 437 - Saverne. I Col de Saverne, in Flotté P., Fuchs M. (dir.), Le Bas-Rhin, Paris, Académie des inscriptions et belles-lettres (coll. Carte archéologique de la Gaule, 67/1), p. 551‑562.

Fichtl S., Schnitzler B. dir. 2003 : Saverne dans l’Antiquité. Périodes gauloise et gallo-romaine (ier siècle avant J.-C.-ve siècle après J.-C.), Saverne, Société d’histoire et d’archéologie de Saverne et environs, hors série (coll. Pour une histoire de Saverne, 1), 65 p.

Fisenne F. von 1896 : Das Mithreum zu Saarburg in Lothringen, Jahrbuch der Gesellschaft für lothringische Geschichte und Altertumskunde, 8, p. 119-175.

Forrer R. 1918a : Das römische Zabern.Tres Tabernae, Strasbourg, W. Kohlhammer, 153 p., 19 planches.

Forrer R. 1918b : Neue Pläne der Römerfesten Horburg und Saarburg, Anzeiger für Elsässische Altertumskunde, 33-36, p. 892-902.

Forrer R. 1926 : Des enceintes fortifiées préhistoriques, romaines et anhistoriques d’Alsace, Bulletin de la société pour la conservation des monuments historiques d’Alsace, IIe série, 26, p. 1-73.

Giuliato G., Jeandemange S., Meyer N., Schoeser B. 2008 : Sarrebourg, Moselle, in Henigfeld Y., Masquilier A. (dir.), Archéologie des enceintes urbaines et de leurs abords en Lorraine et en Alsace (xiie-xve siècle), Dijon, Revue archéologique de l’Est (coll. Suppl. à la Revue archéologique de l’Est, 26), p. 261‑274.

Goubet F., Jodry F., Meyer N., Weiss N. 2015 : Au « grès » du temps. Collections Lapidaires celtes et gallo-romaines du musée archéologique de Saverne, Drulingen, Société d’histoire et d’archéologie de Saverne et environs, 371 p.

Heckenbenner D. 1992 : Sarrebourg. Parking des Capucins, Rapport de la surveillance archéologique, Sarrebourg, Service régional de l’archéologie Lorraine, 14 p.

Heckenbenner D. 1997 : Sarrebourg. Pons Saravi, un bourg sur la Sarre, in Massy J.-L. (dir.), Les agglomérations secondaires de la Lorraine romaine, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté (coll. Annales littéraires de l’université de Franche-Comté, 161), p. 271-284.

Jodry F., Baudoux J. 2003 : Saverne « Collège Poincaré », 17 rue Poincaré, RFO de fouille préventive, Dijon, Inrap, 125 p.

Lafon X. 1990 : Recherches en cours au Col de Saverne : La statio gallo-romaine de l’Usspann, Pays d’Alsace, Cahier de la Société d’histoire et d’archéologie de Saverne et environs, 153, p. 20-30.

Meyer N., Morand E., Rohmer P., Paiman Z., Glad A. 1998 : Sarrebourg, parcours de Canoë (site no 57630 89 AH - Moselle), 16 septembre 1996 au 29 septembre 1996, DFS de fouille préventive, Afan, Metz, 77 p.

Meyer N., Morand E., Epie G., Etrich C., Gauvain F., Paiman Z., Glad A. 1999 : Sarrebourg, rue des Remparts (site no 57630 82 AH - Moselle), 18 novembre 1996 au 23 décembre 1996, DFS de fouille préventive, Afan, Metz, 121 p.

Meyer N. 2015 : L’agglomération antique, in Goubet F. et al. 2015, p. 9-17.

Meyer N., Froeliger N., Delaunay L., Mondy M., Wiethold J. dir. 2015 : Sarrebourg, Moselle, rue du Sauvage, Îlot de la Paix, tranche 2. Archéologie d’une partie d’un quartier antique et médiéval de Sarrebourg. « De la ciguë aux myrtilles », RFO de fouille préventive, Inrap, Metz, 207 p.

Meyer N. 2017 : Première approche de l’occupation du massif des Vosges au nord du Donon de la fin de l’Antiquité à la fin du premier millénaire, in Kraemer C., Koch J. (dir.), Vivre dans la montagne vosgienne au Moyen Age. Conquête des espaces et culture matérielle, Nancy, Presses universitaires de Nancy (coll. Archéologie, Espaces, Patrimoines), p. 119-130.

Reusch A. 1910 : Funde in Saarburg (Lothringen), Jahrbuch der Geselschaft für lothringische Geschichte und Altertumskunde, 21, p. 315-331.

Reusch A. 1911 : Alt Saarburg, Sarrebourg, éd. Knorr, 13 p., 2 pl.

Ring J.-J. 1996 : Vestiges gallo-romains de l’antique Tres Tabernae : À la décharge, Pays d’Alsace, Cahier de la Société d’histoire et d’archéologie de Saverne et environs, 174, p. 4-8.

Ring J.-J. 2006 : Les murs païens du Wustenberg, Pays d’Alsace, Cahier de la Société d’histoire et d’archéologie de Saverne et environs, 214, p. 3-10.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Carte de localisation des sites évoqués et des principaux passages autour du col de Saverne
Crédits DAO : N. Meyer (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/2430/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 397k
Titre Fig. 2 – Plan général de Saverne/TabernisTres Tabernae au milieu du iiie s. apr. J.-C.
Crédits DAO : N. Meyer (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/2430/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 835k
Titre Fig. 3 – Plan général de Sarrebourg/Pons Saravi au milieu du iiie s. apr. J.-C.
Crédits DAO : N. Meyer (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/2430/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 731k
Titre Fig. 4 – Pons Saravi, la base du pont en bois du milieu du iiie s. apr. J.-C. dans le lit asséché de la Sarre
Crédits Cliché : N. Meyer (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/2430/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 5 – Le mithræum de Pons Saravi lors de sa découverte en 1895
Crédits Cliché : Archives musée du Pays de Sarrebourg.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/2430/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 678k
Titre Fig. 6 – Plan général de l’enceinte tardive de TabernisTres Tabernae
Crédits DAO : N. Meyer (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/2430/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 700k
Titre Fig. 7 – Détail de l’élévation de la courtine de l’enceinte tardive à Tabernis-Tres Tabernae
Crédits Cliché : N. Meyer (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/2430/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 907k
Titre Fig. 8 – Carte du secteur du col de Saverne dans l’Antiquité tardive
Crédits DAO : N. Meyer (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/2430/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 848k
Titre Fig. 9 – Plan général de TabernisTres Tabernae dans l’Antiquité tardive
Crédits DAO : N. Meyer (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/2430/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 872k
Titre Fig. 10 – Plan général de Pons Saravi dans l’Antiquité tardive
Crédits DAO : N. Meyer (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/2430/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 630k
Titre Fig. 11 – Pons Saravi, les structures de l’Antiquité tardive mises au jour en 1996, rue des Remparts
Crédits Cliché : N. Meyer (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/2430/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 12 – Pons Saravi, le secteur au sud de la ville dans l’Antiquité tardive
Crédits DAO : N. Meyer (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/2430/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 521k
Titre Fig. 13 – Pons Saravi, fibule tardive découverte dans la tombe 1081 du cimetière du Marxberg
Crédits Cliché : C. Baillif-Ducros (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/2430/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 14 – Pons Saravi, la tombe « du prêtre de Mithra exécuté par les Chrétiens », 1895
Légende Le défunt, les mains enchaînées, reposait sur l’unique bloc en place de la base du relief principal du mithræum. Stratigraphiquement parlant, la sépulture est postérieure au démantèlement du lieu de culte.
Crédits Cliché : Archives musée du Pays de Sarrebourg, photographie Bruère, Saarburg.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/2430/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 595k
Titre Fig. 15 – Pons Saravi, fragment de coupe en verre gravé lors de sa découverte dans la tombe 1127 du Marxberg
Légende Lazare sortant du tombeau. Deuxième moitié du ive s.
Crédits Cliché : Y. Milerski (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/2430/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Meyer, « Les agglomérations de Sarrebourg/Pons Saravi (Moselle) et de Saverne/TabernisTres Tabernae (Bas-Rhin) : deux destins de part et d’autre des Vosges durant l’Antiquité tardive », Gallia, 74-1 | 2017, 209-221.

Référence électronique

Nicolas Meyer, « Les agglomérations de Sarrebourg/Pons Saravi (Moselle) et de Saverne/TabernisTres Tabernae (Bas-Rhin) : deux destins de part et d’autre des Vosges durant l’Antiquité tardive », Gallia [En ligne], 74-1 | 2017, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 21 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/gallia/2430 ; DOI : 10.4000/gallia.2430

Haut de page

Auteur

Nicolas Meyer

Inrap Grand-Est-Nord, 90 impasse Becquerel, F-54710 Ludres

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Gallia est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Maison Archéologie & Ethnologie
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals