Navigation – Plan du site

Les marques sur les récipients en verre découverts en Gaule : indices de production et de relations commerciales (milieu du ier s.-ve s. apr. J.-C.)

Danièle Foy
p. 351-401

Résumés

Les verres romains marqués ont fait l’objet de plusieurs travaux anciens et récents. Nous tentons ici de rassembler la documentation la plus significative concernant les bouteilles et les flacons afin de mettre en exergue les productions et les importations gauloises. Ces conteneurs utilisés entre le milieu du ier s. et le ve s. apr. J.-C. n’ont guère attiré l’attention des non-spécialistes du verre. Pourtant, au même titre que d’autres emballages de plus grande capacité, ces vases de diverses formes, marqués dans des proportions différentes, permettent de situer des aires productives et de cerner des flux commerciaux de courte et longue distances. La signification de ces marques donne lieu à plusieurs interprétations, mais il semble que la plus grande partie d’entre elles se réfère au contenu ou à ceux qui en tirent profit.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

Je remercie tous les auteurs et collaborateurs des trois volumes du Corpus des signatures et marques sur verres antiques qui ont permis le croisement de toutes les données publiées et ceux qui m’ont apporté une documentation nouvelle. Mes remerciements vont aussi aux rapporteurs pour leurs remarques constructives.

1À l’instar de nombreux artefacts dont les céramiques, les verres de l’Antiquité romaine pouvaient être marqués au moment de leur fabrication. Ces marques, obtenues par impression ou par un moule, concernent deux catégories de verre : la vaisselle et les vases conteneurs, et appartiennent à trois séries principales.

  • La première est celle d’estampilles portées sur les verres d’un service de table, en particulier sur les manches de patères et les anses de skyphos. Ces signatures du ier s. apr. J.-C., pourraient être mises en parallèle avec celles qui apparaissent sur les assiettes en céramique.

  • La seconde série, dont aucun exemplaire n’est attesté en Gaule, est celle de petits récipients à fond épais sur lequel se trouve l’empreinte de monnaies frappées sous les règnes de Néron à Sévère Alexandre. Ces vases, vraisemblablement fabriqués en Italie, ont donné lieu à de multiples études (Hellmann 1986 ; Taborelli 1982 et 1992a ; Ravagnan, Asolati 2000) et ont été le plus souvent considérés comme des pyxides pour contenir des onguents dont la production et le commerce étaient contrôlés par le pouvoir impérial, ou comme des vecteurs de l’idéologie impériale, au même titre que d’autres objets en terre ayant reçu la même ornementation (Desbat 2006) ; peut-être pourrait-on y voir aussi des mesures dont la capacité était garantie par l’état. D’autres fonds plus précoces, portent des cachets inspirés des décors monétaires (Del Vecchio, Petrianni 2000).

  • La troisième catégorie à laquelle on s’intéressera ici, de loin la plus abondante, comprend les marques diversifiées qui apparaissent sur les fonds de plusieurs récipients destinés au transport ou à la conservation ; elles ont pu jouer un rôle comparable à celui des cachets sur les amphores et, bien que leur signification ne soit pas évidente, elles nous renseignent sur les lieux de production et sur les circuits commerciaux. Elles apparaissent principalement dans les provinces occidentales entre le milieu du ier s. apr. J.-C. et le ive s. Nous en connaissons d’autres, plus tardives et peu nombreuses, qui proviennent de Méditerranée orientale. Le marquage était obtenu par estampage ou soufflage dans un moule dont seuls quelques exemplaires ont été retrouvés (Amrein, Nenna 2006 ; Follmann-Schulz 2010 et 2011).

2Les marques sur verre ont été observées et commentées dès le xviie s. (Taborelli 1993 ; Foy 2009), mais c’est à la fin du xixe s. et au tout début du xxe s. qu’elles ont fait l’objet d’inventaires (Deville 1873 ; Froehner 1879 ; Kisa 1908 ; Doranlo 1934-1935) et ont été réunies dans le Corpus Inscriptionum Latinarum. Elles attirent ensuite assez peu l’attention des chercheurs si on excepte l’étude en 1961 de M. Chassaing sur les barillets. Le mobilier exhumé hors de la France a suscité davantage d’intérêt, matérialisé par les travaux de J. Alarcão (1975) sur les bouteilles carrées du Portugal et surtout par ceux des chercheurs italiens. Leurs contributions ponctuelles ou de portée générale ont relancé les études sur cet instrumentum (Frova 1971 ; Roffia 1981, 1983 et 1994 ; Taborelli 1983, 1992b, 1996 ; Sternini 1993, 1994a, et 1994b ; Sternini et al. 1997 ; Paternoster 2000 ; Del Vecchio 2004).

3Depuis plusieurs décennies, les découvertes de marques sur verre se sont multipliées. Inédites ou bien publiées de manière éparse, parfois non illustrées, ces données restaient difficilement accessibles à l’ensemble de la communauté scientifique. Au regard de ce constat, est né, au sein de l’Association française pour l’archéologie du Verre, le projet de constituer un corpus. Il a abouti à la publication de trois volumes (CSMVA I et II, 2006 et CSMVA III, 2011) rassemblant une grande partie de la documentation recueillie dans le monde romain, à l’exception du volumineux dossier de la péninsule italique qui commence à être exploité (Diani, Mandruzzato dir. 2013). Depuis la parution de ces trois volumes, d’autres mobiliers ont été mis au jour et ont fait l’objet de notes ou d’ouvrages qui ont repris et complété les données publiées, si bien que nous disposons d’une documentation qui tend vers l’exhaustivité pour ce qui concerne plusieurs régions. Dans la partie occidentale du monde romain, nous sommes bien renseignés sur les marques mises au jour en France, en Grande-Bretagne (Price 2011 qui enrichit le RIB II), en Belgique, dans les Pays-Bas (Hanut 2006 ; Sablerolles 2006), en Autriche (Glöckner 2006), en Suisse (Amrein 2006 ; Fünschilling 2011) et en Hongrie (Lazar 2006c), sur la côte septentrionale de l’Adriatique (Lazar 2006a et 2006b ; Buljevi´c 2011 ; Nenna 2011a ; Fadić, Štefanac 2012), dans la péninsule Ibérique (Price 2006 ; Cruz 2006 ; Sanchez de Prado 2006 ; Cruz et al. 2011) et le Maghreb (Foy 2006b). La documentation collectée en Allemagne ne nous est que partiellement connue, mais le mobilier conservé dans les musées de Bonn, de Mayence, de Cologne en grande partie et d’autres découvertes dispersées nous permettent d’avoir une image fiable des verres utilisés dans la région rhénane et le sud de l’Allemagne (Fremersdorf 1961, p. 46-50 et 60-62 ; Follmann-Schulz 2006 ; Baumgarten, Follmann-Schulz 2011 ; Klein 2006a et 2006b ; Rottloff 2006 ; Höpken 2011 ; Pfahl 2012, p. 212-225). Bien que les enquêtes italiennes soient loin d’être terminées, il est légitime de vouloir dresser un premier bilan de l’ample documentation disponible.

4Porter à la connaissance des chercheurs non familiers du verre l’existence de ces marques et des problématiques qui s’y rattachent est le but de cet article. La présentation générale que nous proposons du mobilier découvert sur le territoire français vise à donner un aperçu des échanges à courte et moyenne distances et du commerce interprovincial des denrées contenues dans les récipients en verre.

5Après une présentation générale de l’ensemble des contenants marqués, on examinera les marques en tenant compte de la morphologie, de la fonction et de la datation des récipients qui les portent. Les premiers (bouteilles ansées de diverses formes et pots) étaient probablement destinés à contenir des denrées comestibles. Les verres de capacité plus réduite renfermaient des produits cosmétiques et pharmaceutiques. On terminera par les récipients les plus tardifs qui, contrairement aux précédents, sont fabriqués dans la partie orientale de l’Empire. Il conviendra de mettre en évidence la diversité des marques et d’étudier la distribution des plus intéressantes, celles qui se répètent et qui offrent une concentration ou au contraire une dispersion significatives à partir d’une aire productrice ou de courants commerciaux. Les deux questions fondamentales touchant à la signification des marques et à la nature du contenu des récipients marqués ne pourront être qu’effleurées. Notre propos n’est pas de discuter le sens de tous ces timbres, ce qui relèverait avant tout d’une étude épigraphique, mais cette question complexe doit être évoquée dans la mesure où des marques comparables semblent provenir d’ateliers installés dans des provinces différentes. Elle doit également être abordée parce que ces marques multiples et diverses sur un même type de récipient n’ont certainement pas toutes le même sens. Elles peuvent faire référence au fabricant du contenant ou du contenu, ou à celui qui en assure la diffusion, mais elles pourraient aussi se rapporter au contenu lui-même ; ces timbres peuvent également refléter l’implication d’entreprises privées, du pouvoir impérial et peut-être des villes dans la production ou dans la commercialisation des contenus.

Les principaux types de récipients marqués et leur distribution

  • 1 Ces comptages ont été réalisés à partir des travaux suivants : Fontenay 1874 ; Grosjean 1988 ; Ray (...)

6Grâce à un réseau d’enquêteurs actifs dans toutes les régions, 1 176 fonds de verre marqués provenant du territoire français ont été inventoriés1. Ces marques présentent une grande variété : motifs géométriques simples ou complexes, décors figurés (végétaux, animaux, objets divers, éléments d’architecture, images de divinités…), inscriptions (lettres, noms, abréviations), ou encore conjugaison de motifs figurés et de lettres. Toutes ne revêtent pas la même importance et les plus simples ne font sans doute pas sens. Les fonds marqués appartiennent principalement à une dizaine de contenants pour la plupart répertoriés dans les typologies de référence (Isings 1957 ; Rütti 1991 ; Goethert-Polaschek 1977) :

  • les bouteilles à une anse dont la panse est de section carrée (type Isings 50), rectangulaire (type Isings 90), hexagonale (type Rütti 158) ou plus rarement dodécagonale, et les pots carrés (type Isings 62) ;

  • les barillets à une ou deux anses (types Isings 89 et 128) ;

  • les flacons étroits de section carrée, dits bouteilles Mercure (type Isings 84) en raison de la présence fréquente de l’effigie du dieu Mercure ;

  • les flacons à parfum qui relèvent de trois formes principales (types Isings 82b2 ; Goethert-Polaschek 74 ; Isings 28b) ;

  • les petits pots à onguent (type Rütti 113) ;

  • les vases de l’Antiquité tardive importés de Méditerranée orientale ;

  • de très rares récipients de forme inhabituelle pouvant porter une marque.

7La proportion des récipients estampillés dans chaque série de formes est variable. Bien qu’il n’ait pas été possible de quantifier précisément le mobilier marqué, on peut donner une estimation qui repose sur de nombreuses observations. Lorsque l’usage du moule est nécessaire à l’élaboration de l’objet, celui-ci est très souvent marqué : c’est le cas pour de nombreuses bouteilles carrées, toutes les bouteilles rectangulaires et hexagonales ainsi que pour les barillets et les flacons Mercure. Les unguentaria, soufflés sans l’aide d’un moule, sont estampillés dans des proportions inférieures.

8La distribution de ces marques sur le territoire français n’est pas homogène et reflète celle des contenants qui les portent. Si on divise l’espace étudié en cinq grandes zones géographiques (fig. 1 et tabl. I), on note des disparités qui ne s’expliquent pas uniquement par leurs superficies inégales. Les zones les plus riches sont le nord-ouest (40,8 %) et le sud-est du pays (26,8 %) qui sont, on le verra, des régions productrices et/ou des régions qui importent des produits conditionnés dans du verre.

Fig. 1 – Répartition générale des marques sur verres collectés sur le territoire français divisé en 5 aires

Fig. 1 – Répartition générale des marques sur verres collectés sur le territoire français divisé en 5 aires

Tabl. I – Répartition des marques apposées sur les verres découverts en France

Tabl. I – Répartition des marques apposées sur les verres découverts en France

Bouteilles ansées et pots

  • 2 Fouille de l’Îlot Camelin dirigées par P. Excoffon : 11 récipients tous marqués : 2 timbres figuré (...)

9Les bouteilles carrées, souvent de petit format, fabriquées sans moule, sont rarement estampillées. Les récentes études sur le mobilier de Pompéi montrent que les deux tiers de ces récipients sont soufflés à la volée ; 15 % de l’ensemble des bouteilles carrées de ce site sont marquées (Scatozza Höricht 2012). En revanche, dans les contextes funéraires d’Avenches du iie s. toutes les bouteilles carrées (37 pièces) sont moulées et marquées (Martin-Pruvot 1999, p. 218-210). Le même constat peut être fait à Fréjus à partir du mobilier d’un dépotoir de même époque2.

10Les bouteilles et les pots carrés ne peuvent être étudiés séparément car les comptages, reposant le plus souvent sur les fonds fragmentés, ne permettent pas toujours de les différencier. Ces verreries banales, répandues dans toutes les provinces occidentales et utilisées depuis le milieu du ier s. apr. J.-C. jusque dans le courant du iiie s., sont les premières à recevoir une marque. Ces cachets sont aussi les plus variés, et les plus simples sont de loin les plus fréquents. Les cercles concentriques (qui n’ont pas été répertoriés dans les enquêtes) sont les plus communs et n’ont probablement pas de signification particulière. Il en est peut-être de même pour d’autres motifs géométriques. La longévité et la large répartition de ces contenants expliquent leur abondance et la très grande variété des marques qu’ils offrent. Leur distribution n’est cependant pas parfaitement équilibrée : leur prépondérance dans le Midi s’explique en partie par le fait qu’ils n’ont pas été concurrencés au iie s. par les bouteilles rectangulaires et hexagonales et au iiie s. par les barillets.

11Les bouteilles rectangulaires sont presque exclusivement utilisées dans le nord et l’ouest de la France et les marques inscrites sont fréquentes (40 % des timbres). Les récipients hexagonaux sont essentiellement présents dans le Nord-Ouest. Les marques inscrites sont peu nombreuses (un quart) et les motifs les plus fréquents, très simples (losanges et combinaisons de points), n’ont sans doute pas plus de sens que les cercles concentriques des vases à panse carrée. Ces récipients de formes différentes (bouteilles rectangulaires, hexagonales et carrées), presque tous collectés dans la région nord-ouest, portent souvent des marques présentant des points communs qui les distinguent des productions des autres parties du territoire français.

  • 3 Le catalogue du musée de Picardie compte 327 pièces dont 36 barillets (Dilly, Mahéo 1997). Les mêm (...)

12Les barillets, à l’exception des exemplaires de petit format, portent presque toujours des timbres épigraphiques. Très inégalement répartis, ils sont les contenants en verre les plus fréquents dans le nord de la Gaule aux iiie et ive s. (fig. 1). En Picardie comme en Haute-Normandie, ils représentent environ 10 % des verres retrouvés et cette proportion est beaucoup plus grande si on ne prend en compte que le mobilier du iiie s. et de la première moitié du ive s.3 Leurs marques représentent 28 % de l’ensemble collecté en France et près de la moitié (42 %) des timbres figurés ou inscrits.

13La technique du moulage a favorisé la standardisation des formes. Bouteilles et pots se déclinent dans plusieurs formats, mais les pièces robustes et de plus grande capacité sont l’apanage des régions nord-ouest et ouest-centre. Les analogies entre ces contenants sont en fait plus grandes que celles qui pourraient rapprocher les bouteilles à panse carrée de ces régions avec leurs homologues du sud-est de la France. Dans les terres méditerranéennes, ces bouteilles, souvent de petit format et parfois soufflées à la volée, s’éloignent beaucoup des exemplaires septentrionaux.

Flacons et contenants tardifs

14Dépourvus d’anse et de capacité nettement plus réduite, des flacons timbrés ont été fabriqués dans plusieurs formes et formats.

15Les bouteilles Mercure estampillées se répartissent à peu près équitablement, mais ne se rencontrent pas en aussi grand nombre que les bouteilles précédemment listées. Marquées probablement dans les mêmes proportions que les autres contenants soufflés dans un moule, elles offrent des cachets moins diversifiés : certains se réduisent à un motif géométrique, mais les plus nombreux (plus de 71 %) comportent des lettres ou combinent motifs figurés et inscriptions.

16Trois types de vases à parfum et un type de petit pot à onguent sont marqués par estampage. Utilisés depuis le début du iie s. jusqu’au milieu du iiie s., ils ne représentent que 15,3 % de l’ensemble des verres marqués ; les trois quarts sont concentrés dans la région sud-est :

  • un quart environ des unguentaria « chandelier » à panse écrasée et long col cylindrique sont marqués. Leur estampille, souvent complexe, est mal imprimée du fait de la minceur du verre ;

  • l’unguentarium « bobine », plus court et doté d’une embouchure aussi large que son fond, est timbré dans des proportions un peu plus grandes ;

  • le petit flacon à panse triangulaire, à long col cylindrique et embouchure évasée pourvue d’une lèvre ourlée ou non ourlée est très rarement doté d’une estampille ;

  • les petits pots sont rarement timbrés et originaires du nord-est de la Gaule.

Les contenants tardifs

17Alors que la pratique du marquage était peu vivace dans les provinces orientales durant l’époque impériale, apparaissent à la fin de l’Antiquité, entre le ve s. et le viie s., plusieurs récipients marqués qui émanent de centres distincts implantés en Méditerranée orientale. Des bouteilles carrées et des flacons bicéphales ont été importés au ve s. et ne se retrouvent que sur les sites littoraux méditerranéens.

Les marques sur les contenants ansés et sur les pots

Les bouteilles et les pots carrés

18Les marques à motif géométrique sont les plus fréquentes. Outre les cercles concentriques, les combinaisons de cercles avec des points et/ou des croix, des équerres ou des peltes sont habituelles sur des récipients de taille diverse. Les rouelles ou les rosettes, les figures géométriques juxtaposées, combinées et emboîtées, les quadrillages, les quadrilobes et motifs tréflés sont également nombreux et d’une grande diversité. Ces estampilles trouvent de multiples parallèles dans toutes les provinces occidentales et parfois même au-delà, jusqu’au Proche-Orient. À la fois banales et presque jamais parfaitement identiques, ces marques émanent probablement de plusieurs centres de fabrication, mais ne constituent que rarement des séries impliquant la présence d’une aire productrice.

19Plus faciles à individualiser et donc plus intéressantes, les marques figurées ou inscrites, ou encore celles qui combinent emblème et lettres peuvent être révélatrices de centres producteurs et de circulations ; elles représentent environ 40 % des timbres apposés sur les vases à panse carrée. Si leur répartition est à peu près homogène, le rapport entre marques géométriques et marques composées de symboles ou de lettres varie d’une région à l’autre (tabl. II) ; ces dernières sont plus nombreuses dans le Nord-Ouest (48,2 %) que dans le Sud-Est (35 %). Cependant, les estampilles figurées et celles qui associent symboles et inscriptions sont proportionnellement plus abondantes dans les régions méditerranéennes (fig. 2). En corollaire, en Normandie comme dans le nord et le centre du territoire français, les marques formées uniquement de lettres sont présentes dans des proportions remarquables, surtout si on prend en compte l’ensemble des pots et des récipients ansés car ces contenants partagent souvent les mêmes timbres.

Fig. 2 – Distribution des marques figuratives, avec ou sans inscription, sur les bouteilles et les pots carrés découverts en France

Fig. 2 – Distribution des marques figuratives, avec ou sans inscription, sur les bouteilles et les pots carrés découverts en France

Tabl. II – Répartition par type des marques apposées sur les bouteilles et les pots carrés découverts en France

Tabl. II – Répartition par type des marques apposées sur les bouteilles et les pots carrés découverts en France
  • 4 Les références aux verres estampillés renvoient principalement aux CSMVA I, II et III dans lesquel (...)

20Les représentations figuratives et surtout celles d’êtres animés (animaux, personnages, divinités) apparaissent principalement sur le mobilier de la Gaule méditerranéenne (fig. 3, nos 1-12)4. En dehors de cette aire, une image de dauphins est connue à Poitiers et probablement en Bourgogne (fig. 3, nos 13-14). Ce constat n’est peut-être dû qu’au hasard des découvertes, mais on observe que les figurations sont quasiment absentes dans le nord de la Gaule où seuls sont représentés un canthare et un autel en plusieurs exemplaires et variantes (fig. 6, nos 33-43) ; ces images sont également peu fréquentes en Germanie (Follmann-Schulz 2006) et en Grande-Bretagne où sont visibles, sur deux fonds, un gladiateur et un poisson (Price 2011, nos GB-CAR 009, 008). En revanche, dans les péninsules Ibérique et italienne, oiseaux, chevaux, ânes, renards, écureuils, sangliers, dauphins et poissons sont fréquemment reproduits, tout comme les images de Sol, de Mercure ou de la Gorgone ou encore celles de boucliers ou d’enseignes militaires.

Fig. 3 – Principales marques figuratives sur les bouteilles et pots carrés découverts dans le sud et le centre de la France

Fig. 3 – Principales marques figuratives sur les bouteilles et pots carrés découverts dans le sud et le centre de la France

1, 2, Nice, Cimiez (Alpes-Maritimes), CSMVA I, F-CAR. 157 et 158 ; 3, Marseille (Bouches-du-Rhône), d’après Foy 2013, fig. 2, no 3 ; 4, Béziers (Hérault), CSMVA III, F-CAR. 309 ; 5, Arles (Bouches-du-Rhône), CSMVA II, F-CAR. 263 ; 6, Fréjus (Var), CSMVA III, F-CAR. 311 ; 7, Cavalaire (Var), CSMVA I, F-CAR. 154 ; 8, Les Arcs (Var), CSMVA I, F-CAR. 172 ; 9, Marseille (Bouches-du-Rhône), CSMVA I, F-CAR. 161 ; 10, Nice, Cimiez (Alpes-Maritimes), CSMVA I, F-CAR. 162 ; 11, Marseille (Bouches-du-Rhône), d’après Foy 2013, fig. 2, no 4 ; 12, Fréjus (Var), inédit (dessin D. Foy) ; 13, ? (Saône-et-Loire), CSMVA I, F-CAR. 173 ; 14, Poitiers (Vienne), CSMVA I, F-CAP. 016.

21De grandes différences apparaissent également dans la configuration des marques inscrites (fig. 4). On se bornera ici à présenter les principales combinaisons :

  • les noms disposés en cercle (développés ou abrégés) sont connus peu avant l’époque flavienne et perdurent encore au début du iie s. Ces estampilles sont attestées à la fois en Europe septentrionale comme le prouvent les trouvailles à Xanten (Follmann-Schulz 2006, no D-BN 60 ; Baumgarten, Follmann-Schulz 2011, no D-BN 81), en Grande-Bretagne (Price 2011, nos GB-CAR. 010-013 ; ici fig. 4, no 16), dans le nord (Cabart et al. 2006, nos F-CAR. 233 à 236 ; nos F-CAP. 028 et 029) et le sud de la Gaule (id., no F-CAP. 030), comme ailleurs en Méditerranée occidentale, à Pompéi ou en Catalogne espagnole (Price 2006, nos E-CAR. 048, 052 et 053). Ces noms sont parfois complets, tels L ARLENI.IAPIDIS découvert à Apt (Cabart et al. 2006, no F-CAP. 030), GN ASINIVS MARTIAL(is) apparu en Espagne et en Grande-Bretagne (Price 2006, no E-CAR. 048 ; Price 2011, nos GB-CAR. 012, GB-REC. 001 et 002) ou bien P GESSI. AMPLIATI. (ou P. GESSIVS AMPLIATVS P F) qui se remarque sur plusieurs contenants issus de l’aire vésuvienne (fig. 4, no 15) ;

  • les inscriptions placées sur les côtés, en carré (fig. 4, no 17), semblent caractéristiques des régions septentrionales (Rhénanie, Follmann-Schulz 2006, nos D-BN 39, 59 ; régions d’Utrecht et de Nimègue, Sablerolle 2006, nos NL 64-66). Cependant, la seule marque qui se répète deux fois, découverte en Croatie et Slovénie, ne permet pas d’exclure d’autres provenances (Lazar 2006b et 2006c, nH 29 et no CRO 2 : ALCIM|PACCI| ALCIM|PACCI) ;

    • 5 La marque EX OF(ficina) |TITIEN(ni) |YACIN(thi) trouvée à Cosa proviendrait d’un contexte daté des (...)

    en revanche, les inscriptions sur trois lignes superposées (fig. 4, nos 18 et 19) sont principalement présentes dans le midi de la France (Cabart et al. 2006 : nos F-CAR. 243, 244, 245 ; Foy 2011 : no F-CAR. 327 ; Fontaine, Tran 2014), en Espagne (Price 2006, nos E-CAR. 057 et 059) et en Italie (CN|POMPEI|CASSIANI : Fogolari, Scarfi 1970, fig. 66 ; Bonomi 1996, p. 132, no 299 et p. 139 ; Rottloff 2006, no D-RA. 128 ; EX.O[F]| [I]|HYAC[I] : CIL XV, 6997). Ces estampilles qui sont peut-être les plus précoces5, ne sont pas très fréquentes ;

    • 6 Ces productions sont parfois datées de la fin du ier s., mais les découvertes les plus nombreuses (...)

    en Italie du Nord, probablement dans la première moitié du iie s.6, plusieurs séries de contenants carrés portent une marque reproduisant un nom sur deux lignes horizontales séparées par un ou plusieurs cercles concentriques, ou plus rarement par une rosace, lesquels sont souvent encadrés par deux palmes (fig. 4, no 20). Parmi de très nombreuses attestations retrouvées en Italie, mais aussi plus au nord sur les bords de l’Adriatique et au-delà, en Suisse, en Allemagne du Sud et en Autriche principalement, certains noms se répètent avec de nombreuses variantes : les plus communs sont CSALVI|GRATI ; CSALVI| THEODOR ; BLASII|LAEMILI ; CLAVDIA| ITALIA ; C.CESIDIS|CERDONIS ; TITI.FLAVII|FELICIS. Cette syntaxe décorative particulière permet de repérer les nombreuses importations ou de supposer l’existence de plusieurs fabriques reproduisant ces mêmes marques, principalement au nord de l’Adriatique et sur le cours supérieur du Danube ; ces importations sont beaucoup moins abondantes en Gaule ;

  • les inscriptions sur deux lignes, placées au centre d’une couronne, moins fréquentes, pourraient être d’origine méditerranéenne (CREI|PAI : fig. 4, no 21) ; on les connaît en Italie, dans le sud de la France et en Espagne citérieure.

Fig. 4 – Configurations diverses des marques épigraphiques sur récipients carrés

Fig. 4 – Configurations diverses des marques épigraphiques sur récipients carrés

15, Pompéi (Campanie, Italie), d’après Scatozza Höricht 1986, pl. XXX, no 2362 ; 16, Usk (Gwent, Pays de Galles), CSMVA III, GB-CAR. 010 ; 17, Nimègue (province de Guelde, Pays-Bas), CSMVA II, NL 66 ; 18, Adria (Vénétie, Italie), d’après Fogolari, Scarfì 1970, fig. 66 ; 19, Nice, Cimiez (Alpes-Maritimes), CSMVA I, F-CAR. 243 ; 20, Acqui Terme (Piémont, Italie), d’après Gabucci, Spagnolo Garzoli 2013, fig. 10 ; 21, Luni (Ligurie, Italie), d’après Roffia 1983 ; 22, Bassenge (province de Liège, Belgique), CSMVA II, W18 ; 23, Cramond (Edimbourg, Écosse), CSMVA III, GB-CAR. 077 ; 24, Brumath (Bas-Rhin), CSMVA II, F-CAR 268 ; 25, Niherne (Indre), CSMVA I, F-CAR. 190 ; 26, Houppeville (Seine-Maritime), d’après Adrian 2014.

22D’autres configurations de marques avec inscription relèvent d’ateliers installés, dans le courant du iie s., dans les régions nord-occidentales :

  • les très nombreux exemplaires formés de quatre lettres disposées dans les angles (fig. 4, no 22) ont été principalement découverts dans l’aire rhénane, en Allemagne, en Belgique et aux Pays-Bas. Des importations sont notables, mais n’atteignent pas la Méditerranée ;

  • les séries composées d’une, de deux (fig. 4, no 24) ou de trois lettres centrales émanent principalement des centres fixés dans le nord-ouest et le centre-ouest de la Gaule et probablement en Britannia. Ces marques, en particulier celles qui ne comportent qu’une seule lettre toujours inscrite dans un cercle, un carré ou un losange, se retrouvent à la fois sur les bouteilles carrées, rectangulaires et hexagonales spécifiques de ces régions (fig. 4, nos 25-26). Les cachets formés de trois lettres alignées à l’horizontale ou placées en triangle pourraient être des abréviations de tria nomina (fig. 4, no 23 ; fig. 5, nos 27-28).

23Toutes ces catégories de marque, même celles qui se réfèrent à un même nom, offrent des variantes.

24Malgré la minceur de ce corpus (157 marques figuratives et/ou inscrites), des aires productrices se dessinent de manière plus ou moins assurée et des liens apparaissent entre régions ou provinces voisines. En revanche, ces verreries marquées ne laissent deviner que très peu de connexions entre les terres septentrionales et méridionales. Les marques présentées ci-dessous, en se répétant une ou plusieurs fois dans une même région ou dans deux régions voisines sont des éléments souvent fragiles, parfois un peu mieux assurés, pour témoigner de relations à courte, moyenne et longue distances.

Les échanges régionaux

25Les échanges au sein d’une même région ou à moyenne distance (moins de 200 km d’écart à vol d’oiseau) sont perceptibles dans les exemples suivants (fig. 5) :

  • la marque formée des lettres PTV, placées entre les pétales d’une rosette, ne se trouve que sur deux pièces, mais toutes deux proviennent de Bretagne où ne sont répertoriés que très peu de contenants estampillés (fig. 5, no 27) ;

  • les mêmes remarques valent pour la marque CEA ou CEV, lisible sur deux verres collectés dans un périmètre restreint en Normandie (Cabart et al. 2006, nos F-CAR. 210 et 211, ici fig. 5, no 28), ou encore pour l’inscription en cercle MANUSSO ou NASSOMA, observable sur deux pots carrés du nord de la France (id. : nos F-CAP. 028 et 029 ; ici fig. 5, no 29) ;

  • une série plus abondante de sept pièces (bouteilles et pots carrés) qui partagent la même marque formée des lettres C|NA|I|O ou C|VA|I|O (lettres parfois ligaturées et placées dans les angles : fig. 5, no 30) constitue un exemple plus probant pour situer dans la région poitevine un centre de fabrication de récipients destinés à un commerce de proximité : tous les exemplaires ont été collectés sur des sites très proches les uns des autres (id. : nos F-CAR. 230 à 232 et F-CAP. 023 à 026) ;

  • dans le midi de la France, une seule marque retrouvée en deux exemplaires porte un nom féminin qui n’a aucun autre parallèle hors de cette région. Les deux variantes (fig. 5, nos 31 et 32), recueillies sur deux sites séparés d’une centaine de kilomètres, se présentent sur trois lignes où sont mentionnés le nomen Iulia et le cognomen Soteris (IVLIAE| SOTE|[R]IDIS et ([E]X OF(ficina) IV/|LIAE SO|TERI[DIS] : id. : no F-CAR. 244 et Foy 2011, no F-CAR. 327). Cette mention enrichit la petite liste de noms féminins portés sur des verres. Ces deux attestations ne suffisent pas à préciser l’aire d’implantation (au pied des Pyrénées ?), de cette officine, sans doute active dans la seconde moitié du ier s.

Fig. 5 – Circulations des bouteilles et pots carrés au sein d’une même région

Fig. 5 – Circulations des bouteilles et pots carrés au sein d’une même région

27, Carhaix-Plouguer (Finistère), CSMVA I, F-CAR. 208 ; 28, Poses (Eure), CSMVA I, F-CAR. 211 ; 29, Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais), CSMVA I, F-CAP. 028 ; 30, Poitiers (Vienne), CSMVA I, F-CAP. 024 ; 31, Perpignan (Pyrénées-Orientales), CSMVA I, F-CAR. 244 ; 32, Palleville (Tarn), CSMVA III, F-CAR. 327 (dessin d’après photo).

Les échanges entre provinces voisines

26La circulation des récipients en verre entre les provinces septentrionales est également observable (fig. 6 à 9).

27Les principales marques figuratives, rencontrées dans la moitié nord de la France, reproduisent les images d’un autel ou d’une architecture et de canthares ; elles datent du iie s. Plusieurs variantes sont attestées et la même figuration peut être ou non flanquée des lettres « C » et « F » (fig. 6, nos 33 à 37). Ces représentations d’autel, connues dans la partie occidentale de la Gaule Belgique et au nord-est de la Gaule lyonnaise, sont de frêles indications d’échanges au sein d’une aire géographique étendue. Les canthares circonscrits dans un double cercle (fig. 6, nos 40 à 42) et les vases portant les lettres C.A.C (fig. 6, nos 38 et 39) dénotent des circulations sur de plus longues distances entre la Britannia (Price 2011, p. 36-37) et la Gaule.

Fig. 6 – Marques figuratives et épigraphiques sur les récipients à panse carrée ou rectangulaire originaires de la moitié nord de la Gaule et de Grande-Bretagne

Fig. 6 – Marques figuratives et épigraphiques sur les récipients à panse carrée ou rectangulaire originaires de la moitié nord de la Gaule et de Grande-Bretagne

33, Bréauté (Seine-Maritime), CSMVA I, F-CAR. 169 ; 34, Courtrai (province de Flandre-Occidentale, Belgique), CSMVA II, BV 28 ; 35, Caudebec-lès-Elbeuf (Seine-Maritime), CSMVA I, F-CAR. 155 ; 36, Breny (Aisne), CSMVA I, F-CAP. 017 ; 37, Châteaubleau (Seine-et-Marne), CSMVA III, F-CAR. 310 ; 38, Grand (Vosges), CSMVA I, F-CAR. 170 ; 39, Silchester (Hampshire, Grande-Bretagne), CSMVA III, GB-CAR. 022 ; 40, Pérignat-sur-Allier (Puy-de-Dôme), CSMVA I, F-CAR. 150 ; 41, Catterick (North Yorkshire, Grande-Bretagne), CSMVA III, GB-CAR. 006 ; 42, Puckeridge (Hertfordshire, Grande-Bretagne), CSMVA III, GB-CAR. 007 ; 43, Bourges (Cher), CSMVA I, F-REC. 037 ; 44, York (Grande-Bretagne), CSMVA III, GB-CAR. 016 ; 45, Riemst (province de Limbourg, Belgique), CSMVA II, BV 27 ; 46, Mâlain (Côte-d’Or), d’après Grosjean 1988, p. 127, no 397.

  • 7 Les récipients découverts en France (Cabart et al. 2006, nos F-CAR. 213 et 326) ne sont pas conser (...)

28L’inscription SIL (fig. 6, nos 44 et 45) est également présente de part et d’autre de la Manche, puisqu’elle est mentionnée dans la vallée de la Loire, dans le nord de la Gaule à Amiens7 et à Riemst ainsi que sur plusieurs sites dispersés en Grande-Bretagne (Price 2011, p. 37). À l’intérieur de la Gaule, des échanges sont également perceptibles : le symbole phallique imprimé sur une bouteille trouvée en Vendée, dans une tombe de la seconde moitié du iie s. (Cabart et al. 2006, no F-CAR. 166), est reproduit sur un pot carré découvert à Mâlain, en Bourgogne (Grosjean 1988, p. 124 et p. 127, no 397 ; ici fig. 6, no 46).

29La documentation réunie ne laisse aucun doute sur des échanges à longue distance, mais le petit nombre d’occurences n’autorise pas à déterminer le mouvement de ce commerce qui a pu se faire aussi bien d’ouest en est que dans l’autre sens.

30Les timbres formés d’une lettre unique placée sur des récipients à panse carrée, rectangulaire ou hexagonale (fig. 7 et tabl. III) proviennent d’ateliers actifs dans le courant du iie s. et fixés dans le nord et le centre-ouest de la Gaule. Les lettres sont généralement inscrites dans des figures géométriques ; certaines sont rétrogrades (fig. 8). Les plus fréquentes, sont les « M » (sur 10 récipients trouvés en France), « B » et « P » (8 récipients), « D » (5 récipients) et « S » et « T » (3 et 5 récipients). Certaines d’entre elles sont largement dispersées, mais d’autres plus concentrées doivent traduire des zones de fabrication. La lettre « S » n’est attestée que dans le mobilier exhumé en Grande-Bretagne et dans le nord-ouest de la France. La lettre « T » est uniquement visible en Normandie ; on note également que la marque « A » ou « V » n’est jamais reconnue au sud de la Normandie ; l’exemplaire découvert à Strasbourg doit être considérée comme un apport normand. Enfin, bien que la lettre « P » soit signalée en Normandie, il semble qu’elle soit surtout cantonnée aux régions comprises entre la Loire et le Limousin. La marque « M » a été utilisée par des verriers de Normandie, mais peut-être aussi par les artisans du centre de la France. Ces récipients timbrés ont vraisemblablement fait l’objet d’importations en Grande-Bretagne (Price 2011, no GB-CAR. 034), mais aussi jusqu’en Espagne (voir infra).

Fig. 7 – Distribution des marques formées d’une seule lettre centrale et apposées sur des pots et des bouteilles de diverses formes

Fig. 7 – Distribution des marques formées d’une seule lettre centrale et apposées sur des pots et des bouteilles de diverses formes

Fig. 8 – Exemples de marques formées d’une seule lettre et apposées sur les récipients à panse carrée, rectangulaire ou hexagonale

Fig. 8 – Exemples de marques formées d’une seule lettre et apposées sur les récipients à panse carrée, rectangulaire ou hexagonale

47, Strasbourg (Bas-Rhin), CSMVA I, F-CAR. 176 ; 48, Cambronne-lès-Ribécourt (Oise), CSMVA I, F-CAR. 189 ; 49, Lyons-la-Forêt (Eure), CSMVA II, F-CAR. 265 ; 50, Caudebec-lès-Elbeuf (Seine-Maritime), CSMVA I, F-CAR. 186 ; 51, Grainville-Ymauville (Seine-Maritime), CSMVA III, F-CAR. 314 ; 52, ? (Loir-et-Cher), CSMVA I, F-CAP. 018 ; 53, Suèvres (Loir-et-Cher), CSMVA I, F-CAP. 019 ; 54, Périgueux (Dordogne), CSMVA III, F-REC. 093 ; 55, Morienval (Oise), CSMVA I, F-REC. 050 ; 56, Caudebec-lès-Elbeuf (Seine-Maritime), CSMVA I, F-HEX.0 37 ; 57, Pîtres (Eure), d’après Adrian 2014.

Tabl. III – Distribution des marques formées d’une seule lettre centrale et apposées sur les bouteilles et pots carrés (indiqués par la lettre C), rectangulaires (indiqués par la lettre R) et hexagonaux (indiqués par la lettre H)

Tabl. III – Distribution des marques formées d’une seule lettre centrale et apposées sur les bouteilles et pots carrés (indiqués par la lettre C), rectangulaires (indiqués par la lettre R) et hexagonaux (indiqués par la lettre H)
  • 8 La seule collection du musée de Bonn en compte une vingtaine : Follmann-Schulz 2006.

31De toutes les marques apposées sur les bouteilles carrées des provinces nord-occidentales, il en est une, composée des lettres « AF » souvent placées à l’intérieur ou plus rarement de part et d’autre d’un « Q » ou encore au centre d’un cercle, qui traduit le mieux les échanges à longue distance, mais uniquement dans le cadre des régions septentrionales. De longue date, la large distribution de cette estampille a été mise en exergue (Price 1978 et 2011), mais on peut aujourd’hui la circonscrire un peu mieux : 24 exemplaires sont dénombrés en Britannia, Gaule Belgique, Gaule lyonnaise et Germanie (fig. 9). L’origine de cette marque n’est pas assurée : bien qu’elle soit très présente en Grande-Bretagne (près de la moitié des trouvailles), elle a pu tout aussi bien sortir des officines du nord ou du nord-est de l’Europe, peut-être de la vallée du Rhin, ce qui aurait favorisé sa diffusion. Il existe cependant en Grande-Bretagne des marques spécifiques (en particulier le timbre « SAI » : Price 2011, p. 72, carte 3) qui prouvent bien l’existence d’ateliers producteurs de bouteilles estampillées. Une dernière grande catégorie de marques, originaire de la vallée du Rhin, est composée de quatre lettres placées sur le pourtour du fond, généralement dans les angles. Plusieurs séries ont été mises en évidence ; les plus fréquentes sont CCAA et CCPC avec leurs variantes (ACAC, CCCP, CCCC…) ; on les retrouve à la fois sur les bouteilles carrées et rectangulaires. Nombreuses en Allemagne8, en Belgique (fig. 4, no 22) et aux Pays-Bas, ces marques sont aussi attestées en Grande-Bretagne et restent étonnamment rares parmi les découvertes françaises : deux exemplaires très incomplets ont été mis au jour dans la région lyonnaise (Foy 2011, nos F-CAR. 319 et 320).

Fig. 9 – Distribution des récipients carrés marqués AFQ

Fig. 9 – Distribution des récipients carrés marqués AFQ

58, Mandeure (Doubs), CSMVA II, F-CAR. 266.

Les échanges dans les régions méridionales

32Les marques des bouteilles carrées sont nombreuses dans le sud-est de la France, mais 35 % seulement offrent une estampille figurative, avec ou sans inscription. Ces cachets ne forment pas de série, au mieux ils se répètent deux ou trois fois, mais certains présentent des similitudes avec le mobilier italien ou hispanique.

Les exportations italiennes

  • 9 Les enquêtes dans la province romaine de Rhétie ont dénombré au moins 80 exemplaires (en plusieurs (...)

33D’Italie du Nord, sont parvenus jusqu’en Provence trois fonds se référant à Caius Salvius Gratus. Cette marque est la plus abondamment attestée en Vénétie (Larese 2004, p. 58-60) comme en Lombardie (Corpus Verre Lombardie, 1, 2004, nos 243 à 247 ; id., Lombardie 2, n. d., p. 190, nos 278-279 ; p. 265, no 408 ; Diani, Invernizzi 2013, p. 83-84), mais aussi plus au nord, surtout dans le bassin du Danube9, où elle apparaît sous diverses formes (fig. 11). On s’accorde pour situer la zone productive dans la région d’Aquilée ou dans la plaine du Pô, mais il n’est pas impossible, au vu des nombreuses trouvailles extérieures, que d’autres ateliers aient été en activité dans le bassin du Danube (Rottloff 2006). Faute de trouvailles explicites de restes d’atelier, on ne sait si les nombreuses occurrences de Rhétie signifient l’existence d’une officine (succursale des centres italiens ou fabrique imitatrice ?) ou traduisent un commerce florissant. Les trois trouvailles provençales, qui illustrent trois variantes de la marque, prouvent qu’il existait également un courant commercial moins important vers le sud-ouest. Les deux fragments découverts à Marseille et Aix-en-Provence peuvent facilement être restitués : l’inscription CSALVI|GRATI flanquée de palmes ou encadré par des hederae était sur deux lignes, de part et d’autre de cercles (fig. 10, nos 60 etw 61) ; à Fréjus, sur un fond de petite taille, en verre mince et mal imprimé, on distingue un oiseau entouré des lettres CS|C (fig. 3, no 12). Sans doute faut-il y voir une variation de la même marque portant l’abréviation CSCR comme cela a déjà été suggéré pour les nombreuses marques comparables mises au jour en Italie (Diani, Invernizzi 2013, p. 78) et au-delà des Alpes et de l’Adriatique (Rottloff 2006, p. 146 ; Amrein 2006, p. 210). L’importation la plus lointaine de la marque CSALVI|GRATI est en Grande-Bretagne (voir infra).

Fig. 10 – Marques sur bouteilles carrées d’Italie, d’Espagne et sur les importations en Gaule

Fig. 10 – Marques sur bouteilles carrées d’Italie, d’Espagne et sur les importations en Gaule

59, Marseille (Bouches-du-Rhône), CSMVA I, F-CAR. 241 ; 60, Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône), CSMVA I, F-CAR. 242 ; 61, Toulon (Var), inédit ; 62, Ampurias (Gérone, Espagne), CSMVA II, E-CAR. 055 ; 63, Bolsena (Italie) d’après Bloch 1950, p. 115, fig. 29 ; 64, Badalone (Barcelone, Espagne), CSMVA II, E-CAR. 059 ; 65, Astorga (León, Espagne), CSMVA III, E-CAR. 138 ; 66, Salé (Maroc), CSMVA II, MAG-M 33 ; 67, Badalone (Barcelone, Espagne), CSMVA II, E-CAR. 033 ; 68, Toulon (Var), CSMVA I, F-CAR. 012 ; 69, Villasabariego (León, Espagne), CSMVA III, E-CAR. 103 ; 70, Alcalà de Henares (Madrid, Espagne), CSMVA III, E-CAR. 125 (dessin D. Foy d’après photo publiée in Nogales, Basarrate et al. 2002, p. 211, no 33) ; 71, Saragosse (Saragosse, Espagne), CSMVA III, E-CAR. 124 ; 72, Badalone (Barcelone, Espagne), CSMVA II, E-CAR. 043.

Fig. 11 – Circulations de quelques bouteilles et pots carrés d’origine italienne

Fig. 11 – Circulations de quelques bouteilles et pots carrés d’origine italienne

Les trouvailles italiennes marquées C. Salvius Gratus ne sont pas indiquées.

34La marque sur trois lignes se référant à Titienus Iacinthus, connue par 7 ou 8 exemplaires, et sous diverses formes, a voyagé principalement autour de la Méditerranée depuis l’Italie centrale, d’où elle est probablement originaire, puisque trois trouvailles à Rome, Bolsena (CIL XV, 6997 ; Bloch 1950, p. 118-119 et fig. 29 ; ici fig. 10, no 63) et Cosa (Grose 1973-1976, p. 181) portent ce nom ; un quatrième exemplaire, issu de Fiesole, a également été rapproché du même timbre (C.TITI|ENI|FAVST : CIL XI, 6710.10). À cette série se rapportent un fragment anciennement découvert aux alentours de Badalone (fig. 10, no 64) dans le nord-est de l’Espagne (Flos Travieso 1987, fig. 66 ; Price 2006, no E-CAR. 059) et un nouvel exemplaire sorti des fouilles du Rhône, à Arles (Fontaine, Tran 2014). Une exceptionnelle exportation vers le Rhin supérieur, à Oedenburg dans un contexte riche, mais ne contenant pratiquement pas d’importations italiennes (Reddé 2011, p. 489-490, no 112), laisse pressentir une aire de distribution très large qui s’explique sans doute par la qualité du contenu de ces bouteilles. Une dernière pièce, dans une collection privée, est sans provenance (Whitehouse 2003).

35Les timbres formés d’inscriptions placées sur 2 ou 3 lignes à l’intérieur d’une couronne, moins fréquents, ont cependant fait l’objet d’échanges sur tous les rivages de la Méditerranée. L’exemplaire le plus complet trouvé à Luni et sur lequel on lit CREIV|PAI (Roffia 1983 ; ici fig. 4, no 21) se retrouve à Ampurias (Price 2006, no E-CAR. 055 : ici fig. 10, no 62 et fig. 11). D’autres fragments de fonds exhumés en Espagne, à Barcelone (id., no E-CAR. 056) et à Segobriga (Sánchez de Prado 2006, nos E-CAR. 088 et 089), mais aussi à Tipasa (Foy 2006b, no MAG-A 34) et à Toulon (fig. 10, no 61) ont une composition analogue ; bien que les inscriptions diffèrent, on peut raisonnablement penser que ces pièces sont originaires d’Italie ou d’Espagne.

36Cette documentation, bien que réduite, permet d’entrevoir des échanges depuis l’Italie vers le sud de la Gaule et l’Espagne. Ce courant commercial est également illustré par les fonds marqués P GESSIVS AMPLIATVS P.F : retrouvés en plusieurs exemplaires dans la région vésuvienne (P.GESSI.AMPLIATI : Scatozza Höricht 1986, p. 46 et 80), ces bouteilles ont été commercialisées vers l’ouest au-delà de la Méditerranée, jusqu’à Salé, au Maroc (fig. 10, no 66 et fig. 11) et Astorga, au nord-ouest de la péninsule Ibérique (Cruz et al. 2011, no E-CAR.138 ; ici fig. 10, no 65 et fig. 11).

Les exportations hispaniques

37Les échanges entre la péninsule Ibérique et la Gaule méridionale sont documentés par un mobilier peu abondant, mais pertinent (fig. 12).

Fig. 12 – Circulations de quelques bouteilles carrées d’origine hispanique, et échanges Nord-Sud

Fig. 12 – Circulations de quelques bouteilles carrées d’origine hispanique, et échanges Nord-Sud

38L’ancre, représentée sur un fond mis au jour à Fréjus (Foy 2011, no F-CAR. 311, ici : fig. 3, no 6), trouve un parallèle exact dans une trouvaille de Tarraconaise (Price 2006, no E-CAR. 033 ; ici fig. 10, no 67). Les importations d’Hispanie sont également attestées par deux autres marques découvertes en Provence orientale. On doit sans doute voir dans les deux motifs entrecroisés et de forme grossièrement ovale ou rectangulaire l’image de boucliers (fig. 10, nos 68 et 69) présente sur des trouvailles de Toulon (Cabart et al. 2006, no F-CAR. 012), de Mérida et de Léon (Price 2006, no E-CAR. 035 ; Cruz et al. 2011, no E-CAR. 103). Un fond, décoré d’un personnage et d’un cheval séparés par une palme et surmontés de l’inscrition PIVS, représente sans doute un aurige ou un cheval vainqueur : cette estampille connue sur le site de Complutum, au cœur de la péninsule Ibérique (Nogales Basarrate et al. 2002, no 33 ; ici fig. 10 no 70) et à Saragosse (Cruz et al. 2011 no E-CAR. 124-125 ; ici fig. 10, no 71) se retrouve en Provence orientale (Cabart et al. 2006, no F-CAR. 172 ; ici fig. 3, no 8). L’image du cheval, thème récurrent sur les bouteilles trouvées au Portugal (Cruz 2006, nos P-CAR. 069 et 70), pourrait signifier que ces bouteilles viennent de Lusitanie. Enfin, il est possible que l’inscription « MAT », visible sur deux pots carrés provenant d’une nécropole proche de Bordeaux (nos F-CAP. 020 et 032), signe un apport du nord-ouest de l’Hispanie car cinq fonds trouvés à Braga, à Lugo et Astorga sont décorés de ces trois lettres placées en triangle, parfois entre les feuilles d’un motif trilobé (fig. 12) : l’inscription peut aussi bien être lue « MLT » que « MAT » (Cruz 2011, no P-CAR. 092 ; Cruz et al. 2011, nos E-CAR. 132 à 135).

Les échanges sur longues distances

39Très peu de marques peuvent témoigner de relations entre les pays méditerranéens et les contrées septentrionales comme on a pu le voir avec le timbre Titienus Iacinthus (voir supra). Nous retiendrons quelques exemples qui apparaissent sur les cartes des importations italiennes (fig. 11) et hispaniques (fig. 12) et d’autres qui pourraient illustrer des échanges avec l’Afrique ou la Méditerranée orientale, ou encore des apports vers le sud depuis le nord de la Gaule ou de la Britannia.

40Le seul indice assuré d’une importation de bouteille italienne en direction du nord-ouest réside dans un fragment de fond découvert à Birdoswald, sur le mur d’Hadrien. Bien que ténu, ce fond porte les cercles concentriques flanqués d’une palme, un agencement décoratif propre aux ateliers du nord de l’Italie qui ont émis les marques CSALVI|GRATI, BLASII|LAEMILI et bien d’autres encore (Price 2011, no GB-CAR. 003).

41Le motif de dauphins entrecroisés qui se décline en plusieurs variantes, avec l’adjonction d’un trident ou de deux lettres, se retrouve aussi bien dans le nord-est de l’Espagne (Price 2006, nos E-CAR. 043 et 077, ici fig. 10, no 72) qu’en Bourgogne et Poitou (fig. 3, nos 13 et 14). Le décor de cornes d’abondance croisées et cantonnées des lettres « C T C » observé à Marseille (Foy 2013, no 4 ; ici fig. 3, no 11) pourrait être de même provenance ; celle-ci n’est pas assurée, mais on peut raisonnablement supposer que ces récipients avec empreintes de dauphins ou de cornes d’abondance croisés viennent de l’Espagne Citérieure puisque c’est là que sont localisées deux pièces. De cette série peut être rapprochée une marque conservée à Berlin portant les mêmes lettres « C T C », déjà visibles sur le fond de Marseille, mais cette fois-ci associées à des dauphins et un thryse (CIL XV, 7000).

  • 10 À titre d’exemple : les cadres en plomb des miroirs fabriqués à Arles, vraisemblablement au iie s. (...)

42Au sein des trouvailles du littoral méditerranéen de la Gaule, trois bouteilles qui présentent plusieurs points communs ne trouvent aucun autre parallèle ailleurs. Ces récipients de même morphologie sont affublés d’une marque comparable : un animal exotique, éléphant ou dromadaire, accompagné d’un nom en grec (fig. 13). Découverts à Nîmes, Antibes et Marseille (Cabart et al. 2006, nos F-CAR. 159 et 171 ; Foy 2011, no F-CAR. 328), ils sont datés du tout début du iie s. grâce à la trouvaille la plus récente, dans l’épave Tiboulen de Maïre au large de Marseille (Fontaine 2013). La concentration de ces trois pièces dans le midi de la Gaule et l’absence de parallèle feraient penser en toute logique à une origine régionale. Cependant, l’origine du bateau (Bétique) coulé près de Marseille et surtout le choix de la figuration et la graphie grecque évoquent naturellement une provenance plus lointaine, proche-orientale ou africaine, mais ne sont pas des arguments décisifs pour étayer une origine. Bien que peu fréquentes, des inscriptions en grec sur l’instrumentum ont été émises par des artisans fixés en Narbonnaise10.

Fig. 13 – Marques en grec sur des bouteilles carrées

Fig. 13 – Marques en grec sur des bouteilles carrées

73, Vidauban (Var), CSMVA I, F-CAR. 172, inscription tronquée ; 74, Nîmes (Gard), CSMVA I, F-CAR. 171 ; 75, Marseille (Bouches-du-Rhône), CSMVA III, F-CAR. 328.

43Pour illustrer des liens Nord-Sud sur de longues distances, nous disposons des récipients marqués au nom de CN ASINIVS MARTIAL (fig. 12). Leur origine reste incertaine, mais l’hypothèse la plus probable est la Grande-Bretagne. Deux ou trois bouteilles carrées (Price 2011, inscription en cercle no GB-CAR.012) et rectangulaires (id. inscription sur deux lignes : GB-REC.001-002), bien datées des décennies centrales du iie s., ont été mises au jour dans le fort de Caerleon, à York et plus au nord sur le mur d’Antonin, à Bearsden. Elles ont peut-être voyagé jusqu’en Espagne où un fond carré portant le même nom a été anciennement découvert (Price 2006, no E-CAR. 048). On mentionnera aussi un fragment trouvé à Saragosse et marqué d’une lettre centrale, « M » (id., no E-CAR. 126), qui serait, pour l’heure, le seul indice d’un apport de bouteille carrée du nord ou du centre de la Gaule au-delà des Pyrénées (fig. 12).

Les bouteilles rectangulaires et hexagonales

44Ces vases, presque exclusivement présents dans la moitié nord de la Gaule, ne sont pas datés avant le second tiers du iie s. et ne peuvent être considérés comme l’apanage des régions nord-occidentales (Grande-Bretagne, Pays-Bas, Belgique) : en Italie du Nord (Taborelli, Mennella 1999) et dans les terres qui ont reçu les productions italiennes, plusieurs pièces rectangulaires de grand format sont dénombrées et sur quatre d’entre elles, trouvées à Linz en Autriche (Glöckner 2006, nos AUS 68 et 69), à Ribnica en Slovénie (Lazar 2006a, no SI 67) et à Grado (Giacobelli 2002, no 55) apparaît la ville d’Aquilée et par trois fois le nom de Sentia Secunda. Ces productions italiennes du début du iie s. offrent des marques très différentes de celles que nous connaissons habituellement sur le territoire français.

45L’aire d’utilisation des bouteilles hexagonales recoupe la précédente. Ce type, très rare en Méditerranée, apparaît pourtant dès l’époque flavienne à Pompéi où un exemplaire est marqué (Scatozza Höricht 2012, p. 228, pl. LXIV).

46L’enquête menée sur la documentation collectée en France montre que la marque habituelle des bouteilles rectangulaires est un simple losange, mais la part des estampilles figurées et/ou inscrites est loin d’être négligeable (41 % pour la région nord-ouest ; 60,4 % pour la région centre-ouest ; tabl. IV). Ces proportions sont très différentes pour les bouteilles hexagonales dont la marque se résume souvent à des motifs géométriques (22 % de marques inscrites).

Tabl. IV – Répartition des marques apposées sur les bouteilles rectangulaires découvertes en France

Tabl. IV – Répartition des marques apposées sur les bouteilles rectangulaires découvertes en France

47Bouteilles rectangulaires et hexagonales partagent entre elles et avec les récipients carrés un certain nombre d’estampilles. Outre la lettre centrale, commune à toutes ces verreries, l’emblème du canthare est visible sur les contenants carrés et rectangulaires (fig. 6, no 43) et l’inscription SAB (rétrograde dans un cas) sur deux bouteilles, rectangulaire et hexagonale (fig. 14). Ce répertoire commun laisse penser que dans les mêmes ateliers se fabriquaient différents types de récipients. Les mêmes observations ont été faites à propos des marques CCPC des officines du Rhin et des inscriptions SAA et GN ASINIVS MARTIALIS issus peut-être des ateliers de Grande-Bretagne (voir supra, cette page, colonne de gauche). Les timbres épigraphiques des bouteilles rectangulaires du nord de la Gaule comprennent au maximum quatre lettres : on peut y voir parfois les abréviations de plusieurs tria nomina (SAB, TCT, VOL, MAR, SCE, ALM, CAR), mais jamais un nom développé, ni la mention EX OF ou FECIT.

Fig. 14 – Bouteilles hexagonale et rectangulaire partageant la même marque

Fig. 14 – Bouteilles hexagonale et rectangulaire partageant la même marque

76, Provenance inconnue (Normandie ?), CSMVA III, F-HEX. 045 ; 77, Lillebonne (Seine-Maritime), CSMVA I, F-REC. 072.

Les ateliers producteurs

48La lettre centrale constitue la moitié des marques non géométriques des bouteilles rectangulaires mais, détail propre à ce récipient, la lettre est parfois placée à l’intérieur d’un cadre simple, rectangle ou surtout losange, ou sophistiqué, constitué de volutes ; c’est également le cas pour des inscriptions comprenant plusieurs lettres comme le démontre une découverte à Tourouvre (Orne) datée de la fin du iiie s., grâce au trésor monétaire qu’elle contenait (Guihard 2012 ; Marie 2013). Ces encadrements élaborés sont signalés principalement en Normandie et dans les terres voisines (fig. 15, nos 78 et 79). Une tabula ansata peut aussi faire office de cartouche pour plusieurs inscriptions : à titre d’exemple on présente ici un récipient marqué VOL trouvé dans le département du Loiret (fig. 16, no 83) où une seconde trouvaille porte une estampille comparable (Moirin 2006a, nos F-REC. 073 et 074) ; les autres témoignages sont plus dispersés.

Fig. 15 – Marques épigraphiques de bouteilles rectangulaires

Fig. 15 – Marques épigraphiques de bouteilles rectangulaires

78, Avezé (Sarthe), CSMVA I, F-REC. 048 ; 79, Tourouvre (Orne) d’après Marie 2013, p. 61.

Fig. 16 – Distribution de quelques marques apposées sur des bouteilles rectangulaires

Fig. 16 – Distribution de quelques marques apposées sur des bouteilles rectangulaires

80, Poitiers (Vienne), CSMVA I, F-REC. 042 ; 81, Arles (Bouches-du-Rhône), CSMVA II, F-REC. 076 ; 82, Poitiers (Vienne), CSMVA I, F-REC. 064 ; 83, Briarres-sur-Essonne (Loiret), CSMVA I, F-REC. 074 ; 84, Tours (Indre-et-Loire), CSMVA I, F-REC. 056 ; 85, Vichy (Allier), CSMVA I, F-REC. 053.

49D’autres timbres sont assurément spécifiques de l’Ouest gaulois. (fig. 16). Deux proviennent du territoire des Pictons : le motif du double foudre qui est la marque la plus fréquente (six ou sept exemplaires) et l’inscription TA|PP (fig. 16, nos 80 et 82). Plus au sud, le cachet MAR, présent sur quatre pièces issues d’une aire restreinte, est probablement dû à des artisans Turons (fig. 16, no 84). Enfin, l’inscription DI|RV ou DI|IV (fig. 16, no 85) semble relever des ateliers des Bituriges Cubes (Moirin 2006a, no F-REC. 053 à 055)

Les échanges

50Ces récipients rectangulaires ont été pour la plupart destinés à un commerce de proximité. Un exceptionnel témoignage de la circulation des bouteilles poitevines timbrées du foudre est notable en Provence, à Arles (fig. 16, no 81). Une seconde manifestation du commerce de ces mêmes bouteilles réside peut-être dans une trouvaille ancienne à Ashdon, en Grande-Bretagne (Price 2011, no GB-REC. 014).

  • 11 Fragment inédit provenant de niveaux de surface de la fouille de l’Îlot Camelin à Fréjus, conduite (...)

51Rares sont les attestations d’échanges à longues distances. Les deux fonds timbrés d’une tabula ansata découverts à Rodez et Strasbourg (Moirin 2006a, no F-REC. 030 ; Foy 2011, no F-REC. 094) viennent sans doute d’ateliers implantés entre la Loire et la Seine et la marque « P », sur un vase exhumé à Augst (Amrein 2006, no CH 41), signe une provenance du nord de l’Aquitania. Des productions de l’Italie du Nord, nous n’avons qu’un maigre témoignage à Fréjus où a été découvert un fragment de fond de plus d’une quinzaine de centimètres de côté11. De la marque, il ne subsiste que le haut de quatre ou cinq lettres indéchiffrables, mais dont la disposition laisse raisonnablement penser que l’inscription se développait sur deux ou trois lignes selon la configuration connue à Linz, à Ribnica et à Grado (voir supra).

52Les timbres inscrits des bouteilles hexagonales découvertes en Gaule ne forment pas de série (tabl. V) ; les seuls à se répéter deux fois sont l’inscription en cercle VETAIR autour d’un « T » (fig. 17) et la lettre « A » dans un cercle entouré de points. Le premier, présent en Picardie et Haute-Normandie, n’est pas antérieur au iiie s. (Moirin 2006b, no F-HEX-042 ; Adrian 2014). La seconde marque est un rare témoignage de la circulation de ces contenants hors de la région d’origine : une trouvaille bourguignonne à Curgy (Fontenay 1874, p. 94-95, no 599), semble la réplique d’une marque normande (Cabart et al. 2006, no F-HEX.040).

Fig. 17 – Marque VETAIR sur des bouteilles hexagonales

Fig. 17 – Marque VETAIR sur des bouteilles hexagonales

86, Ognon (Oise), CSMVA I, F-HEX. 42 ; 87, Rouen (Seine-Maritime), d’après Adrian 2014.

Tabl. V – Répartition des marques apposées sur les bouteilles hexagonales découvertes en France

Tabl. V – Répartition des marques apposées sur les bouteilles hexagonales découvertes en France

Le sens des marques des bouteilles carrées, rectangulaires et hexagonales

53L’extrême variété des marques, surtout sur les bouteilles carrées, suscite diverses interprétations. Les symboles variés observables sur de nombreux fonds étaient-ils uniquement l’enseigne d’une entreprise ou faisaient-ils allusion au contenu ? Si les images de poisson et d’ancre visibles sur des récipients provenant en particulier de la péninsule Ibérique évoquent les produits de la mer, beaucoup d’autres (représentation d’objets, d’animaux et de divinités) restent incompréhensibles. Les lettres uniques placées au centre du fond, les abréviations ou les noms développés renvoient à un personnage qui peut tout aussi bien être l’exploitant de la verrerie que le producteur du contenu. La question du rôle ou de la fonction de ce personnage mentionné sur les contenants, qu’il s’agisse d’amphores (Berni Millet 2012) ou de verres (Stern 1999, p. 467-469) fait débat. Dans certains cas, il pourrait s’agir d’un individu impliqué à la fois dans la fabrication de l’emballage et dans la production de la marchandise conditionnée. Cette double fonction est souvent proposée pour les estampilles des amphores produites dans les ateliers implantés près des domaines vinicoles, des oliveraies ou des fabriques de garum. Une interprétation semblable peut être avancée à titre d’hypothèse : elle résulte du fait que le timbre LIT, visible sur des amphores à huile de Bétique, datées entre 160 et le premier tiers du iiie s. (Berni Millet 2008, p. 343-344), se retrouve sur des bouteilles carrées produites également dans le sud de l’Espagne (Price 2006, nos E-CAR. 070 à 074). Ces deux contenants étaient probablement destinés à contenir de l’huile en provenance d’un même domaine agricole. LIT pourrait être l’abréviation des tria nomina du propriétaire foncier, également propriétaire des fabriques d’amphores et de verre, exploitées directement ou mises en fermage, plutôt que les tria nomina de l’officinator desdites fabriques. On notera que, si les amphores portant ce timbre ont beaucoup voyagé en Gaule, en Italie, en Germanie et Britannia, les bouteilles pareillement marquées ne se rencontrent pas hors d’Espagne.

54D’autres rapprochements sont plus hasardeux : CBL sur une bouteille de Merida (Price 2006, no E-CAR. 064) pourrait évoquer le timbre amphorique CLB (Pascual i Guasch 1991, pl. VI, no 133). Ces liens certains ou plus hypothétiques entre amphores et bouteilles d’origine hispanique laissent penser que l’huile était le contenu le plus habituel de ces bouteilles ; proposition qui n’est confortée que par de très rares analyses (Scatozza Höricht et al. 1993). Parmi d’autres timbres communs entre conteneurs en terre et en verre, on relève la marque SIL visible sur des bouteilles très vraisemblablement fabriquées dans des terres septentrionales (Britannia ?) ou encore SAB sur des contenants probablement normands mais cette parenté serait insuffisante pour imaginer un reconditionnement de l’huile arrivée dans des amphores de Bétique ou de Tarraconaise timbrées SIL ou SAB.

55Sur de rares fonds, découverts hors de la Gaule, le nom peut être suivi de la lettre « F » ou de FECIT en toutes lettres. Précoces, ces timbres visibles sur des bouteilles carrées, rectangulaires et exceptionnellement hexagonales, issues sans doute d’ateliers septentrionaux, portent un nom au nominatif qui est généralement considéré comme celui de l’exploitant ou de l’exploitante de la verrerie. On peut par exemple lire CHRESIMUS ▼ FECIT ▼ sur trois fonds datés des années 60-70 et découverts sur des places militaires, à Xanten (Follmann-Schulz 2006, no D-BN 60 ; Baumgarten, Follmann-Schulz 2011, no D-BN 81) et en Grande-Bretagne, à Usk (Price 2011, p. 19-20, no GB-CAR. 010 ; ici fig. 4, no 16). On connaît également AMA|RAN|THVS|F (Nimègue : Sablerolles 2006, no NL 66 ; ici fig. 4, no 17) ou GIAM|ILL|VS.|F (Bornheim-Sechtem : Follmann-Schulz 2006, no D-BN 39). La mention FECIT ou F est plus rare encore sur les produits italiens, puisqu’on ne l’observe que sur les bouteilles rectangulaires au nom de SENTIA SECVNDA et sur une plaque de marbre, identifiée à un moule, portant MISCENVS| AMPLIATVS|FACIT|SALONA (Buljevíc 2011, no CRO-M1).

56Les noms précédés de EX OF, apposés sur des récipients vraisemblablement d’époque flavienne, ont été découverts en Espagne (Price 2006, nos E-CAR. 052 et 053), en Italie et dans le sud de la Gaule. Plusieurs moules ont été utilisés pour un même nom comme le montrent les dissemblances dans le nom de Titienus Iacinthus ; quant au nom de Iulia Soteris, auquel se rapportent deux fonds de bouteilles, on voit qu’il n’est qu’une seule fois précédé de EX OF, c’est pourquoi cette mention ne peut pas être un argument décisif pour penser que le personnage mentionné est plutôt l’exploitant de la verrerie que le fabricant du contenu. Il est vrai, comme beaucoup l’ont fait remarquer, que le nom porté sur toutes sortes d’objets qui ne sont pas des contenants se rapporte très vraisemblablement à l’atelier qui l’a produit ; dans le cas de ces contenants en verre sur lesquels il n’était pas possible de porter des graffitis ou des tituli picti qui, dans les amphores, servent souvent à différencier les différents protagonistes (Berni Millet 2012), plusieurs hypothèses pour expliciter la marque sont recevables. Il reste à mentionner celle qui prévaut pour les quatre lettres CCAA, CCPC apposées sur les récipients carrés ou plus rarement rectangulaires, nombreux dans la vallée du Rhin. On y voit l’abréviation de Colonia Claudia Ara Agrippinensium (Sablerolles 2006, p. 18-19 et 29-30 ; Follmann-Schulz 2006, p. 82). Cette interprétation impliquerait que la production ou le commerce des denrées conditionnées dans ces emballages étaient sous le contrôle non pas d’un individu ou d’une firme privée, mais d’une cité. À moins que la référence à la ville ne soit qu’une mention certifiant l’origine et, par voie de conséquence, l’authenticité du produit. D’autres marques, plus rares, mais agencées pareillement (par exemple PA|AA) se réfèreraient alors à d’autres villes ou renverraient à des personnages.

Les barillets

  • 12 De rares fragments ont cependant été mis au jour à Alba, en Ardèche (Roussel-Ode 2006, p. 4, fig.  (...)

57Utilisés pendant deux siècles ou plus, ces vases cylindriques sont absents au sud d’une ligne allant approximativement de Poitiers à Lyon12. Des découvertes en Grande-Bretagne, aux Pays-Bas, en Belgique, en Allemagne et en Suisse sont signalées, mais aucune encore en Italie du Nord. La répartition de ces récipients assure donc qu’ils sont utilisés dans une grande aire géographique qui va de la Grande-Bretagne à la Suisse. L’examen des marques qui figurent sur leurs fonds permet de distinguer plusieurs zones productives ; ce travail de cartographie initié par H. Cabart (2006) peut être complété et affiné par une plus ample documentation.

58Les 302 marques trouvées en France et déchiffrées portent toutes des inscriptions et appartiennent à plusieurs séries qui peuvent se décliner en de nombreuses variantes. La multiplicité de ces variantes et les difficultés de lecture dues à la graphie des lettres mal formées, ligaturées ou rétrogrades ont parfois fait séparer des marques qui renvoient en fait au même nom. On s’attachera ici à présenter celles qui sont les plus communes ou qui paraissent spécifiques d’une aire de production plus ou moins bien définie.

Les productions du nord-ouest de la Gaule

59Plus de 80 % des marques sur les barillets collectés en Gaule comprennent les lettres FRO et se trouvent principalement dans le nord et le nord-ouest. Les mêmes ateliers normands qui fabriquaient les bouteilles carrées, rectangulaires et hexagonales ont pu mettre au répertoire de leurs productions ces récipients en forme de tonnelet. La vitalité des centres normands, bien reconnue (Sennequier 2013, p. 49), apparaît dans la masse de mobilier retrouvée, la multiplication des marques observées et dans la longévité des productions. Il est difficile de se faire une idée de l’organisation de cet artisanat verrier, mais la variété des marques émanant de cette région pourrait refléter la présence de petits ateliers indépendants. La cartographie permet de distinguer les marques des ateliers du nord-ouest de la Gaule et celles de Gaule Belgique.

Les ateliers du nord-ouest de la Gaule lyonnaise

60La plus simple de ces marques, composée uniquement des trois lettres FRO, parfois rétrogrades, mises côte à côte, est aussi la plus fréquente et celle qui est la plus concentrée : l’aire de production se trouve assurément dans le nord-ouest de la Gaule lyonnaise (les deux tiers des découvertes se situent en Haute-Normandie, fig. 18) et ces produits ne sont guère diffusés hors de cette région, sauf dans les terres immédiatement voisines et en Grande-Bretagne (5 pièces au minimum, Price 2011). Des exportations vers la Germanie ne sont pas totalement exclues, mais le seul exemplaire, conservé à Cologne et de provenance incertaine (Cabart 2006, p. 155 ; Klein 2006a, p. 116). Une variante de cette marque consiste dans la disposition des lettres en triangle (fig. 18, no 90) ; sa distribution est remarquable car elle épargne la Normandie.

Fig. 18 – Distribution des barillets marqués FRO

Fig. 18 – Distribution des barillets marqués FRO

88, Beauvais (Oise), CSMVA I, F-BAR. 002 ; 89, Ourville-en-Caux (Seine-Maritime), CSMVA I, F-BAR. 039 ; 90, Bourges (Cher), CSMVA I, F-BAR. 035.

61En revanche, d’autres inscriptions, telles FRONT ASIATC, FRONT SCF, ou encore FRONT ℵ II (avec, au centre, des lettres difficiles à déchiffrer, AVO ou AVOT ?) peuvent aussi être rattachées sans hésitation aux officines normandes du iiie s. ; ces marques, qui pourraient sortir des mêmes fours, n’ont guère fait l’objet de diffusion à longue distance, mais une attestation à Tongres doit être relevée (Sablerolles 2006, no BV7). La trouvaille de Junglinster, au Luxembourg, est plus incertaine (fig. 19). Bien d’autres inscriptions formant de petites séries sont sans doute encore à mettre à l’actif des mêmes artisans (marques SMV, FRODS ; marque formée des lettres « N » et « D » diamétralement opposées et retrouvée à Évreux et à Val-de-Reuil : Adrian 2014). Dans une seule nécropole de Vatteville-la-Rue, laquelle a fourni 17 barillets (Sennequier 2013, p. 180), se côtoient – dans divers contextes qui se sont pas forcément parfaitement contemporains – les marques suivantes : FRO, FRON RFC, FRONTI F P, FRONT feuille ASIATC (4 ex.), FRONTℵII, SMV et MIHF qui émanent sans doute de fours normands. Le timbre FRON, sur lequel on reviendra, est également présent en Normandie, mais pourrait avoir une provenance autre ou multiple (fig. 25).

Fig. 19 – Distribution des barillets marqués FRONT ASIACT et FRONT$ II

Fig. 19 – Distribution des barillets marqués FRONT ASIACT et FRONT$ II

91, Vatteville-la-Rue (Seine-Maritime), CSMVA I, F-BAR. 118 ; 92, Lisieux (Calvados), CSMVA I, F-BAR. 125 ; 93, Lillebonne (Seine-Maritime), CSMVA I, F-BAR. 162.

62Il est plus difficile de se prononcer sur l’origine de la marque PROMEΘEV FROTI, connue seulement par cinq exemplaires datés du iiie s. ou du ive s. et retrouvés en Normandie et plus au nord (fig. 20). Nous sommes dans la même incertitude pour la marque FRONTI, un peu plus abondante et diffusée jusque dans les vallées du Rhin et du Main (fig. 21). Datée du iiie s., elle pourrait sortir des ateliers de la Gaule Belgique. Dans le quadrilatère grossièrement délimité par Boulogne, Vermand, Amiens et Dieppe, il est en effet raisonnable de cerner une autre zone productive.

Fig. 20 – Marque PROMEΘEV FROTI, originaire du nord-ouest de la Gaule lyonnaise ou de Gaule Belgique

Fig. 20 – Marque PROMEΘEV FROTI, originaire du nord-ouest de la Gaule lyonnaise ou de Gaule Belgique

94, Amiens (Somme), CSMVA I, F-BAR. 205.

Fig. 21 – Distribution des barillets marqués FRONTI

Fig. 21 – Distribution des barillets marqués FRONTI

95, Amiens (Somme), CSMVA I, F-BAR. 140.

Les ateliers de l’ouest de la Gaule Belgique

63De ces officines, actives aux iiie s. et ive s., sont sortis des barillets aux timbres multiples. Les marques FRONT SEXTIN et COM FOR FRON ne sont pas retrouvées uniquement en Picardie, mais c’est là qu’elles sont les plus nombreuses (fig. 22). Elles ont été diffusées dans les terres méridionales voisines (Normandie, Île-de-France) et un seul exemplaire marqué FRONTSEXTIN est connu hors de la Gaule, en Britannia (Price 2011, no GB-BAR 002). Avec plus de certitude, on peut attribuer aux ateliers de la frange littorale de la Gaule Belgique la douzaine de barillets marqués FRONTIN M M (fig. 23). Cette marque, apposée le plus souvent sur des barillets à deux anses, ne semble pas apparaître avant la fin du iiie s. ou le début du siècle suivant, comme le prouvent plusieurs découvertes funéraires. D’autres timbres, tels FROT, FROTI ou encore FROT BIS qui est moins abondant, sont certainement produits dans les mêmes ateliers ou dans d’autres sis dans les actuels départements de la Somme, de l’Aisne ou du Pas-de Calais, d’où proviennent plus de 90 % des découvertes (fig. 24). Leur concentration remarquable autour d’Amiens et de Vermand autorise à localiser, à titre d’hypothèse, leur production près de ces agglomérations. Hors de cette région, trois pièces ont été collectées en Normandie et trois autres trouvées à Trèves et Mayence. Il semble que l’on puisse attribuer à ces mêmes fabriques la marque FRONTINO (fig. 23) dont une importation est mentionnée à Cologne (Klein 2006a).

Fig. 22 – Marques de barillets originaires de Gaule Belgique (?)

Fig. 22 – Marques de barillets originaires de Gaule Belgique (?)

96, Londres (Grande-Bretagne), CSMVA III, GB-BAR. 002 ; 97, Nempont-Saint-Firmin (Pas-de-Calais), CSMVA III, F-BAR. 309.

Fig. 23 – Distribution des barillets marqués FRONIIN MM (ou FRONTIN MM) et FRONINO (ou FRONTINO)

Fig. 23 – Distribution des barillets marqués FRONIIN MM (ou FRONTIN MM) et FRONINO (ou FRONTINO)

98, Nempont-Saint-Firmin (Pas-de-Calais), CSMVA III, F-BAR. 310 ; 99, Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais), CSMVA I, F-BAR. 093 ; 100, Amiens (Somme), CSMVA I, F-BAR. 087.

Fig. 24 – Distribution des barillets marqués FROT, FROT BIS et FROTI

Fig. 24 – Distribution des barillets marqués FROT, FROT BIS et FROTI

101, ? (Somme), CSMVA I, F-BAR. 173 ; 102, Amiens (Somme), CSMVA I, F-BAR. 201 ; 103, Yvrench (Somme), CSMVA I, F-BAR. 186 ; 104, Ailly-sur-Noye (Somme), CSMVA I, F-BAR. 178.

Ateliers du nord de la Gaule ou de Rhénanie ?

64Deux marques dispersées, FRONT et FRON, peuvent tout aussi bien être attribuées à des centres actifs dans le nord de la Gaule qu’installés en Germanie. Elles sont dans des contextes de la fin du iiie s et du ive s. :

    • 13 Trouvailles non comptabilisées, car souvent incomplètes et pouvant renvoyer à FRO, FRON ou FRONT.

    l’inscription FRON dont les quatre lettres peuvent être alignées en arc de cercle ou bien placées en croix est une des plus dispersées (fig. 25). Connue aussi bien sur les vases à une ou à deux anses, cette inscription est mentionnée en Normandie et dans le nord de la France, mais des trouvailles isolées existent en Bretagne et en Bourgogne. Aux 29 exemplaires répertoriés en France, il faut ajouter les trouvailles en Grande-Bretagne13, sur une île anglo-normande, en Belgique et aux Pays-Bas et surtout en Allemagne (34 exemplaires dont une quinzaine concentrés à Cologne). Cette distribution permet d’imaginer une ou deux aires de production. Les découvertes dans la forêt de Hambach, située entre Cologne et Aix-la-Chapelle, zone où sont localisés plusieurs ateliers de verriers, constitue un argument non décisif mais supplémentaire pour fortifier l’hypothèse d’une fabrication dans cette région. Sur ces pièces, la graphie particulière de la lettre « F » a été remarquée : les deux barres horizontales sont remplacées par un petit arc de cercle (Follmann-Schulz 2006, p. 81 et nos D-BN 19 et 22 ; ici fig. 25, fréquents en Germanie (Klein 2006a), proviennent de cette aire. Ils sont totalement absents en Normandie ;

  • les marques FRONT et FRONI ont parfois été distinguées, mais ne forment probablement qu’une seule et même marque qu’il convient de lire FRONT. Bien que moins abondant que le précédent (21 à 23 exemplaires), ce timbre, le plus dispersé, offre une problématique comparable (fig. 26). Un atelier en Germanie supérieure produisait probablement la marque FRONT rétrograde : cinq exemplaires proviennent de Worms (Klein 2006a). On ne peut se prononcer sur l’origine des autres découvertes en Gaule et en Britannia (Price 2011, no BAR-GB. 003, ici fig. 26, no 110).

Fig. 25 – Distribution des barillets marqués FRON

Fig. 25 – Distribution des barillets marqués FRON

105, Vermand (Aisne), CSMVA I, F-BAR. 057 ; 106, Elsdorf-Heppendorf (forêt de Hambach, Rhénanie-du-Nord-Westphalie, Allemagne), CSMVA II, D-BN 19 ; 107, Mouzon (Ardennes), CSMVA III, F-BAR. 308.

Fig. 26 – Distribution des barillets marqués FRONT ou FRONI

Fig. 26 – Distribution des barillets marqués FRONT ou FRONI

108, ? (Marne), CSMVA I, F-BAR. 102 ; 109, ? (probablement Seine-Maritime), CSMVA I, F-BAR. 103 ; 110, Bexhill (Kent, Grande-Bretagne), CSMVA III, GB-BAR. 003.

Ateliers rhénans

65Avec un peu plus d’assurance, on peut porter au crédit des ateliers de Germanie trois marques émises au ive s. Le timbre FRON TITROF (les trois dernières lettres toujours rétrogrades ; autre lecture possible FRON FORTIT : fig. 27, no 111) est connu sur cinq ou six barillets datés du ive s., comme l’indiquent les découvertes funéraires de Oudenburg et de Bâle (Sablerolles 2006, no BV 6 ; Amrein 2006, no CH 5). Quatre pièces ont été mises au jour sur des sites distants, mais tous dans la vallée du Rhin ; deux autres sont en Gaule Belgique, à Oudenburg et peut-être à Vermand (fig. 27). Peu abondantes et éparpillées, souvent difficiles à lire, ces marques proviennent probablement de Germanie. Plus rare encore, le timbre FRO REM, n’apparaît que sur deux barillets découverts à Mayen (Grünewald 2012, fig. 4) et à Toul (Cabart 2006, no F-BAR. 046 ; ici fig. 27, no 112) ; contrairement à la plupart des fonds, ceux-ci ne portent pas de cercles concentriques : pour l’heure on ne peut qu’imaginer un atelier sis en Germanie Supérieure ou dans l’ouest de la Gaule Belgique.

Fig. 27 – Distribution des barillets marqués FRON, TITROF et FRO REM

Fig. 27 – Distribution des barillets marqués FRON, TITROF et FRO REM

111, Remagen (Rhénanie-Palatinat, Allemagne), CSMVA II, D-BN 25 ; 112, Toul (Meurthe-et-Moselle), CSMVA I, BAR-F. 046.

  • 14 Les cartes de répartition de ces marques sont faites à partir des travaux de Follmann-Schulz 1999a (...)

66À ces fabriques rhénanes, très actives durant le ive s., on attribue depuis une quinzaine d’années les deux marques suivantes qui sont les plus fréquentes en Allemagne14. L’origine de la première peut être discutée ; en revanche, la seconde appartient sans ambiguïté à ces ateliers.

67La localisation précise des officines à l’origine de la marque CEREI ATTICI (parfois lue CEBEI YLLICI) dont 23 exemplaires sont connus (10 en Allemagne sur le Rhin et 12 principalement dans l’est de la France) n’est pas identifiée (fig. 28). Les découvertes de Worms, Brumath et Strasbourg laissent penser que les barillets portant cette inscription émanent d’ateliers installés en Germanie Supérieure, mais les trouvailles distantes et nombreuses de Reims et de Vermand n’excluraient pas un second centre de fabrication dans ces régions (Klein 2006a). Cependant, cette même documentation pourrait être utilisée pour témoigner de la vitalité de ces fabriques rhénanes exportant leurs produits vers l’ouest, mais aussi vers le sud : à Lyon, un fragment sur lequel sont les lettres [---] TIC [---] est l’unique manifestation d’un commerce vers le Midi (Foy 2011, no F-BAR. 313).

Fig. 28 – Distribution des marques CEREI ATTICI, ECVA et variantes sur les barillets

Fig. 28 – Distribution des marques CEREI ATTICI, ECVA et variantes sur les barillets

113, Florange (Moselle), CSMVA I, F-BAR. 246 ; 114, Fontoy (Moselle), CSMVA I, F-BAR. 238 ; 115, Cologne (Rhénanie-du-Nord-Westphalie, Allemagne), CSMVA II, D-BN 16 ; 116, Amiens (Somme), CSMVA I, F-BAR. 149.

D’après Gaitzch et al. 2000 et Cabart 2006.

68La seconde marque, ECVA, plus abondante (une trentaine d’exemplaires) présente davantage de variantes que la précédente ; elle a été magistralement étudiée à l’occasion de la publication des fouilles des ateliers de la forêt de Hambach d’où elle provient certainement (Follmann-Schulz 1999a, 1999b, 2006 ; Baumgarten, Follmann-Schulz 2011 ; Gaitzsch et al. 2000). Hors de l’aire de fabrication sise entre Cologne et Aix-la-Chapelle, l’égrènement des découvertes le long des vallées du Rhin et de la Moselle illustre bien une diffusion régionale par voies fluviales, mais seule la variante FRONTINIANA EQVA, présente à Amiens (Cabart 2006, no F-BAR. 149; ici fig. 28, no 115), rend compte d’un échange à longue distance ; on notera pourtant que si la marque EQVA signe une production germanique, d’autres marques FRONTINIANA ou greffées sur FRONTINIANA sont attestées dans le nord de la Gaule (Boulogne, Wancourt, Amiens), mais aussi à Poitiers et en Normandie. Sur les timbres normands, les lettres « S C » sont associées à FRONTINIANA, or d’autres timbres SC, SCF, FRONT SC sont très certainement aussi issus de Normandie. En Suisse, apparaissent encore des marques différentes se rattachant à FRONTINIANA (Amrein 2006, nos CH 1 à 4). On voit donc qu’il y a un dénominateur commun entre toutes ces marques d’origines certainement différentes. En revanche, la marque EQUALVPIO FEC (fig. 28, no 116) n’est pas signalée hors de la Rhénanie.

Ateliers du nord-est de la Gaule

69Plusieurs marques paraissent spécifiques de l’est de la Gaule, mais ne forment que de petites séries de 6 à 9 exemplaires. Ce nombre réduit laisse penser à l’existence d’ateliers dont la force productive n’égale pas celle des centres précédemment évoqués.

70La marque M Q CASI NOCTVRNI ponctuée de hederae (fig. 29, nos 117-118) est depuis longtemps reconnue comme une production bourguignonne (Sennequier 1977, p. 260-262) ; les six exemplaires retrouvés proviennent tous d’une aire restreinte et reflètent probablement les produits d’ateliers éduens ou lingons destinés à une consommation locale ou régionale. La datation précoce attribuée, la première moitié du iie s., ne repose que sur une seule découverte dont le contexte de datation n’est pas du tout assuré. Issu d’une nécropole utilisée principalement au cours du iie s., mais encore au début du iiie s. (monnaie de Commode ; céramiques métallescentes), le barillet n’est pas lié à une tombe datée. Cette marque du iie ou du début du iiie s. pourrait cependant être antérieure aux suivantes.

Fig. 29 – Distribution des barillets marqués, originaires de l’est de la France

Fig. 29 – Distribution des barillets marqués, originaires de l’est de la France

117, Meuilley (Côte-d’Or), CSMVA I, F-BAR. 267 ; 118, Vertault (Côte-d’Or), CSMVA I, F-BAR. 268 ; 119, Port-sur-Saône (Haute-Saône), CSMVA I, F-BAR. 262 ; 120, Alise-Sainte-Reine (Côte d’Or), CSMVA I, F-BAR. 242 ; 121, Avenches (Canton de Vaud, Suisse), CSMVA II, CH 7 ; 122, Saint-Germain-en-Montagne (Jura), CSMVA I, F-BAR. 273 ; 123, Luxeuil-les-Bains (Haute-Saône), CSMVA I, F-BAR. 239.

71Les inscriptions G. LEVPONI. BORVONICI. (fig. 29, no 119) et CARANTO A V ou bien CARANTIVS CARANTODIVS CI LEVCUS séparés par quatre hederae (fig. 29, nos 120-121), sont parmi celles qui reviennent le plus. La distribution de la première laisse penser à une production dans le territoire des Séquanes, peut-être à Mandeure ou à Besançon où ont été exhumés, ou localisés, des ateliers de verriers (Jacob, Jeannin 1986, p. 238-242 ; Munier, Brkojewitsch 2003 ; Munier 2003 ; Leblond 2010). Des trouvailles en Suisse et en Bourgogne prouvent une diffusion à moyenne distance. La seconde marque, attestée dès le milieu du iiie s. (Munier 2013, p. 63) est un peu plus éparpillée. Ces productions de Carantius Carantodius, originaire de la cité des Leuques, avaient un rayon de distribution plus large.

72Un timbre moins fréquent : RSL ET SATVRNI (fig. 29, no 122) témoigne de relations entre les Séquanes et les Helvètes, mais on ne saurait dire de quelle région il provient précisément. Rare, la marque APPIAPINOSSI/ AVR ECL C, disposée sur deux cercles concentriques, pourrait émaner d’un atelier de l’est de la Gaule ou de Germanie Supérieure (fig. 29, no 123). Il reste à signaler la découverte récente d’un petit fragment à Besançon (Munier 2013, fig. 2, no 4) qui pourrait se rattacher à une marque connue uniquement en Normandie (M DOMIT PATERNVS FEC).

73Enfin, des timbres rares, qui se retrouvent dans des régions où le barillet n’est pas un contenant très fréquent, cachent sans doute des centres de moindre envergure (marques AE, ARM et FRO en triangle).

Le sens des marques des barillets

74La longévité du barillet a certainement été surestimée. De très rares pièces, un peu différentes dans leur forme et portant l’inscription FELIX, apparaissent au tout début du iie s., mais en Gaule, bien que quelques exemplaires soient datés de la seconde moitié du iie s., la très grande majorité de ces vases a été utilisée durant les iiie et ive s. Ce tonnelet est probablement né en Haute-Normandie ou en Bourgogne ; des corrélations fragiles entre les marques de ces deux régions pourraient laisser penser qu’il existait des liens entre ces deux aires productrices, mais aucune circulation n’a pu être fermement établie.

75Concernant la signification de ces marques, plusieurs hypothèses ont été proposées (Van Geesbergen 1999, p. 106 ; Cabart 2006, p. 164 ; Sennequier 2013, p. 187), mais on s’accorde à présent pour penser que le radical FRO, présent durant un très long temps, dériverait du nom de l’artisan à l’origine de la forme du contenant. Ce nom, diversement abrégé, qui désignerait le contenant en forme de barillet, expliquerait que les marques dérivées de FRO aient été reprises dans des ateliers extérieurs à la zone géographique d’origine. Les inscriptions associés à FRO (ASIATC, REM, PROMEΘEV…) pourraient être les noms des exploitants des ateliers producteurs de conteneurs « frontiniens » ou « à la façon de Frontinus ».

76La mention EX OF est inexistante sur les timbres de barillet ; en revanche de très rares noms sont suivis de la lettre « F » et dans un seul cas de FECIT, mais cette mention directe d’atelier n’apparaît pas sur les marques forgées autour de FRO (Cool, Price 1995, p. 205). Comme dans le cas des bouteilles carrées, ce sont les barillets les plus précoces qui portent la mention FECIT, « F » ou FEC. FELIX est le seul nom suivi de FECIT ; cinq exemplaires présentant deux variantes sont connus en Allemagne, aux Pays-Bas et en Grande-Bretagne (Klein 2006a, p. 111-112 ; ici fig. 30, no 124). Sur des fonds de Normandie (fig. 30, nos 125-126) et de Rhénanie (EQVA LVPIO FEC : fig. 28, no 116), « F » ou FEC ont été interprétées comme l’abréviation de FECIT. En revanche, les lettres RFC, SCF ou « F » qui suivent FRON ou FRONT (Cabart 2006 : nos BAR-F. 160-163, 100-101 ; ici fig 19, no 93 et fig. 30, no 127) pourraient se rapporter à un nom, d’autant plus que les lettres SCF constituent à elles seules une marque, probablement un nom abrégé (id. : nos F-BAR. 165 à 167). Ces conteneurs facilement reconnaissables étaient-ils dédiés à un seul et même contenant ? La morphologie des barillets évoque naturellement une boisson. Les rares analyses effectuées sur les contenus conservés montrent pourtant qu’il ne s’agit pas de vin, ni même d’un autre breuvage alcoolisé (Mahéo 1990, p. 276) et les substances oléagineuses qui ont été détectées sont diffi-cilement interprétables (Gaitzsch et al. 2000, p. 128). Cet emballage abondant, mais singulier par sa forme et sa fragilité, semble marquer une volonté d’identifier un produit spécifique, une denrée communément consommée en Gaule Belgique, en Grande-Bretagne et dans les Germanies, mais qui n’a pas eu la faveur des populations méridionales.

Fig. 30 – Marques de barillets portant l’inscription F, FEC ou FECIT

Fig. 30 – Marques de barillets portant l’inscription F, FEC ou FECIT

124, Nimègue (province de Guelde, Pays-Bas), CSMVA II, NL 1 ; 125, Amiens (Somme), CSMVA I, F-BAR. 257 ; 126, Pîtres (Eure), CSMVA I, F-BAR. 66 ; 127, Vatteville-la-Rue, (Seine-Maritime), CSMVA I, F-BAR. 101.

77Au terme de la présentation des grands contenants marqués, on ne peut que relever leur abondance et la diversité de leurs formes et de leurs marques, surtout dans le nord-ouest de la Gaule lyonnaise qui est de loin la zone la plus pourvue, et qui offre la plus grande variété de formes. Utilisés dans un second temps comme urnes cinéraires, ces récipients ont été bien conservés ce qui explique en partie leur abondance. Ce mode de conditionnement et de transport dans du verre n’a pas d’équivalent dans d’autres régions en Gaule. Faut-il voir dans ces emballages en verre de grand format un conditionnement original pour des denrées diverses, locales ou importées qui, ailleurs, seraient contenues, protégées, transportées et conservées autrement ?

Les marques sur les petits flacons

Les bouteilles Mercure

  • 15 Les bouteilles Mercure de l’Italie du Nord ont cependant été étudiées (Facchini 1998) et les verre (...)

78Ces récipients en verre épais et de faible capacité étaient probablement réservés à contenir et à protéger un produit assez coûteux. Leur distribution et l’étude des marques suggèrent plusieurs aires productrices dans la vallée rhénane, la région de Reims, l’Italie du Nord et autour de Rome. La mise en évidence de ces zones productives est une entreprise difficile, car ces contenants sont moins nombreux que les barillets ou les bouteilles carrées, et surtout parce que nous n’avons pas encore l’inventaire de toutes les marques découvertes en Italie15 et en Allemagne.

79Les marques géométriques sont variées (points dans les angles, croix, rouelles, svastika...), mais nous ne nous intéresserons ici qu’aux impressions épigraphiques qui forment des séries se déclinant en plusieurs variantes. On les rencontre en France, en Belgique, en Allemagne, en Suisse, en Italie et dans les pays qui bordent l’Adriatique. Elles sont moins abondantes en Grande-Bretagne et très rares dans la péninsule Ibérique.

80Les 45 marques inscrites collectées sur le territoire français entrent dans cinq catégories principales.

Des marques communes aux ateliers septentrionaux et italiens ?

Marques FI|RM ; FIRM|HYLARI|ETYLAE et autres variantes

81Les inscriptions de cette première série se divisent en quatre sous-types qui présentent chacun des variantes dues à la graphie, à la taille ou à la disposition des lettres parfois rétrogrades. Le dénominateur commun de ce groupe sont les lettres « F » « M » ou « H L », abréviations de FIRM et de HYLARI. Une palme est habituellement imprimée sur les parois.

  • 16 Certaines pièces du musée de Reims, disparues en 1914, étaient très vraisemblablement régionales ; (...)

82La marque FI|RM est une des plus présentes en Gaule ; une dizaine d’exemplaires dont la provenance est parfaitement ou approximativement connue16 sont principalement disséminés dans sa partie septentrionale (fig. 31). Cette distribution n’infirme pas l’hypothèse traditionnelle qui place en Germanie l’origine de ces flacons, mais il est un peu étonnant d’observer qu’ils ne sont pas plus nombreux aux marges nord-orientales de la Gaule qu’en Normandie. En Rhénanie, deux ou trois pièces sont signalées à Cologne (Fremersdorf 1961, p. 61). Ces contenants ont voyagé puisqu’ils se rencontrent à Arles, peut-être sur le littoral des Alpes-Maritimes (fragment portant une palme) et en Italie, à Rome (CIL XV 6977, c ; Facchini 1998, p. 142, no 16), aux alentours de Vérone (CIL XV 6977, a ; Facchini 1999, no 309) et peut-être à Ferrare (CIL XV 6977, b). Des fragments de paroi décorée d’une palme, découverts en Grande-Bretagne (Price 2011, nos GB-MER. 012 et 013), indiquent une ou deux importations de ces bouteilles timbrées ou des suivantes.

Fig. 31 – Distribution des bouteilles Mercure portant les marques FIRM, FIRM|HYLARI|ETYLAE et leurs variantes

Fig. 31 – Distribution des bouteilles Mercure portant les marques FIRM, FIRM|HYLARI|ETYLAE et leurs variantes

128, Italie, collection Campana, CSMVA I, F-MUS. 043 ; 129, Sassoferrato, Sentinum (Italie), d’après Taborelli 1983, fig. 5 ; 130, San Vittorino, Amiternum (Italie), d’après Taborelli 1983, fig. 6 ; 131, Rome (Italie), d’après Sternini et al. 1997, p. 93, no 4 ; 132, Rome (Italie), d’après Sternini et al. 1997, p. 94, no 24 ; 133, Raldon, commune de San Giovanni Lupatoto (Vérone, Italie), d’après Facchini 1999, no 309 ; 134, Arles (Bouches-du-Rhône), CSMVA II, F-MER. 053.

  • 17 Vase faisant partie du riche mobilier des tombes dites des « Dames de Naintré » datées de la secon (...)
  • 18 Une dizaine de pièces, mentionnées dans le CIL XV 6976 et/ou conservées dans divers musées peuvent (...)

83La répartition du second type, formé de l’inscription FIRM| HYLARI|ETYLAE (ou plus rarement FIRM|HYLAR|TYLA) développée sur trois lignes, est très différente (fig. 31, nos 128-130) Peu de découvertes sont mentionnées en Germanie et quatre exemplaires seulement apparaissent en Gaule : un se trouve en Aquitaine17 ; les autres proviennent du Nord (Trèves : Goethert-Polaschek 1977, pl. 24 ; Amiens, Reims). En Italie, grâce à la recension de L. Taborelli (1983) et aux nouvelles découvertes, on compte de nombreuses attestations dans le Latium (Rome18, Nemi), en Toscane (Torrita), en Ombrie (Pérouse, Orvieto-Volsinii, Todi), dans les Abruzzes (l’Aquila, site d’Amiternum) et dans les Marches (Sassoferrato, site de Sentinum). Une découverte récente à Milan complète la moisson (Uboldi, Mentasti 2013, p. 69, fig. 4,9). Cette géographie inciterait à placer au cœur de l’Italie la fabrication de ces flacons. La disposition sur trois lignes n’est pas sans rappeler celle des bouteilles carrées, certes plus ancienne, mais assurément d’origine méditerranéenne. On notera aussi que la même marque existe sur une bouteille Mercure hexagonale, sans provenance (Whitehouse 2001, no 586).

84Les lettres HY|LA encadrant un bélier constituent le troisième modèle de cette série (fig. 31, no 132). Nous n’en avons pas de trace en Gaule, mais il est mentionné à Mayence par un seul exemplaire (Harter 1999, p. 255, pl. 34 ; Klein 2006b, no D-MZ 28) et en Italie (Pérouse, Rome : Sternini et al. 1997, p. 65) avec moins de fréquence que le type précédent.

85Une dernière marque composée des lettres FM|H|IL autour d’un personnage (fig. 31, no 131) entre dans la même série, mais les attestations rares et distantes (Biesheim : Arveiller 2006, no F-MER. 036 ; Rome : Sternini et al. 1997, p. 94, no 24) n’autorisent pas à proposer d’hypothèse d’origine.

86Ces marques FI|RM et FIRM|HYLARI|ETYLAE sont indubitablement corrélées : les parentés dans les inscriptions et les deux palmes visibles sur les côtés de la panse en sont la preuve. Elles sont pourtant probablement produites dans des provinces différentes : FI|RM vient d’un centre installé dans le nord de la Gaule ou en Germanie ; les flacons FIRM|HYLARI|ETYLAE et HY|LA associés au bélier ont vraisemblablement été fabriqués en Italie.

Marques CM|HR et MC|HR

  • 19 La marque a été lue CM|HIR, mais le I n’est sans doute qu’une patte de l’animal placé au pied de l (...)

87L’étude de ces deux marques d’apparence très proche soulève des problématiques comparables à celles des marques FI|RM et FIRM|HYLARI|ETYLAE. Les lettres CM|HR et MC|HR encadrant l’image de Mercure constituent deux cachets qui ont attiré l’attention de E. M. Stern (1977, p. 68-70). Cet auteur a fait remarquer que, malgré leurs similitudes, ces estampilles pourraient provenir de deux aires de fabrication distinctes et successives. Leur distribution a fait attribuer la paternité de la première de ces marques aux ateliers italiens et celle de la seconde aux officines de Germanie. De fait, CM|HR se rencontre principalement et en abondance en Italie, surtout à Rome, comme semble le prouver l’examen des collections et des trouvailles anciennes (CIL XV, 6982 ; Sternini et al. 1997, nos 11 à 15 ; Del Vecchio 2004, p. 40-42, tableau 4), mais il faudrait pouvoir disposer de l’ensemble des découvertes dont l’origine est certaine pour reconsidérer l’hypothèse de provenance assurée. Celle-ci ne peut être confortée par les occurrences gauloises, peu nombreuses, mais toutes situées dans la partie septentrionale et offrant les deux types de marques. Les découvertes d’Ailly-sur-Noye (fig. 32, no 138)19, de Cernay-lès-Reims de Trèves (Goethert-Polaschek 1977, no 1142) et celle plus récente de Rommerskirchen (Baumgarten, Follmann-Schulz 2011, no D-BN 72), qui portent toutes l’inscription CM|HR, devraient alors être considérées comme des importations.

88La seconde marque MC|HR (fig. 32, no 135) a été collectée en Rhénanie (Fremersdorf 1961, p. 60, pl. 42 et Nenna 2006, no F-MUS. 055), dans le nord-est de la France, à Pontpierre, en Moselle et à Reims (associée à une monnaie de Commode), mais d’autres attestations sont notables en Italie, à Padoue et à Claterna en Émilie-Romagne (Facchini 1998, p. 140) et peut-être à Bologne (Meconcelli Notarianni 1979, p. 68-69, no 62), ainsi que sur la côte dalmate (Fadić, Štefanac 2012, no 243). Aucune documentation nouvelle ne permet réellement de rediscuter l’idée d’un transfert d’atelier vers le Rhin prudemment émise par E. M. Stern. Cette supposition, qui repose sur la chronologie, reste peu assurée faute de documents archéologiques datés avec précision. Les marques CM|HR ne semblent pas antérieures aux marques MC|HR, comme tend à le démontrer la trouvaille de Rommerskirchen dans un contexte clos du milieu du iiie s.

Fig. 32 – Distribution des bouteilles Mercure en Gaule, portant les marques CM|HR et MC|HR

Fig. 32 – Distribution des bouteilles Mercure en Gaule, portant les marques CM|HR et MC|HR

135, Reims (Marne), CSMVA I, F-MER. 042 ; 136, Pula (Croatie), CSMVA II, CRO 31 ; 137, Rome (Italie) ?, d’après Sternini et al. 1997, p. 94, no 13 ; 138, Ailly-sur-Noye (Somme), CSMVA I, F-MER. 035.

89La distribution des trouvailles en Gaule plaide pour l’existence d’un atelier septentrional, mais n’exclut pas une seconde fabrique italienne, sans pour autant imaginer des liens entre les deux centres. L’hypothèse la plus vraisemblable est toujours celle de l’existence de deux aires productives, mais toutes les deux auraient émis les deux types de marques qui se rencontrent parfois sur le même site et dans des contextes contemporains (Eterovi´c, Štefanac 2013) et qui peuvent être apposées indifféremment sur des bouteilles Mercure hexagonales, telles celles qui furent découvertes à Cologne, en Croatie (MC|HR : fig. 32, no 136) et probablement en Italie (CM|HR : Sternini et al. 1997, p. 94, no 16). On sait que le contenu de ces vases, probablement très apprécié, a transité jusque dans les provinces orientales comme en témoigne une exceptionnelle découverte à Éphèse (Czurda-Ruth 1989, p. 138-139, fig. 7, no 91 ; Triantafyllidis 2006, no TR 72 : marque restituée MC|HR).

Les marques des ateliers de Germanie

Marque CEV|HO|DIA ou EV|HO|DIA

  • 20 L’objet conservé au Civico Museo archeologico G. Rossi à Vintimille n’a pas de provenance précise, (...)

90La marque EV|HO|DIA, la plus élaborée, associe inscription, symboles et motifs décoratifs (fig. 33). De nombreuses variantes tiennent à la disposition des lettres, au cadre ornemental et au choix du symbole (Fortune : fig. 33, no 144 ; Chimère ; coqs affrontés : fig. 33, nos 141-142). Une série qui comprend plus de la moitié des découvertes se distingue par l’ajout de la lettre « C » (CEV|HO|DIA) ainsi que des lettres « CR » à l’intérieur d’un cartouche dans lequel est inscrit le symbole (quadrupèdes difficilement identifiables : lion, lièvre, bélier, cheval... et coqs ; fig. 33, nos 139-141). La concentration des marques CEV|HO|DIA dans le nord de la Gaule et en Germanie Inférieure induit la présence d’ateliers. Douze exemplaires au moins sont mentionnés en Gaule ; deux seulement sont dans la partie méridionale du sillon rhodanien. Ils illustrent le commerce de ces bouteilles qui ont également été retrouvées en Italie, dans une nécropole des Marches (Mercando 1982, p. 353-354, fig. 223-224) et, de longue date, à Vintimille20 (Gandolfi 2002).

Fig. 33 – Distribution des bouteilles Mercure portant la marque EVHODIA

Fig. 33 – Distribution des bouteilles Mercure portant la marque EVHODIA

139, Arles (Bouches-du-Rhône), CSMVA I, F-MER. 014 ; 140, Besançon (Doubs), d’après Munier et al. 2015 ; 141, Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais), CSMVA I, F-MER. 013 ; 142, Simpelveld (province de Limbourg, Pays-Bas), CSMVA II, NL 86 ; 143, Cologne (Rhénanie-du-Nord-Westphalie, Allemagne), d’après Boeselager 2012, p. 180, fig. 258 ; 144, Merzenich-Girbelsrath (Rhénanie-du-Nord-Westphalie, Allemagne), CSMVA II, D-BN 37.

Marque GF|HI

  • 21 La moitié, ou plus de la moitié des bouteilles Mercure conservées aux musées de Bonn (Follmann-Sch (...)

91Les lettres GF|HI dans les angles d’un fond où figure un personnage drapé tenant de la main droite une corne d’abondance forment également une marque fréquente. En Gaule, six exemplaires égrenés sur toute la hauteur du territoire ont été recensés (fig. 34). Cette marque se retrouve en Germanie Inférieure sur autant de sites, mais en plus grand nombre d’exemplaires21. Bien que le recensement complet des marques italiennes ne soit pas achevé, on peut assurer que l’inscription GF|HI est bien représentée en Italie, surtout à Rome ; de nombreux exemplaires sont dispersés dans les musées étrangers (Louvre, collection Campana : Nenna 2006, nos F-MUS. 047 et 048 ; Metropolitan Museum of Art de New York : Lightfoot 2006, no EU-MET 18) et les établissements italiens, à Rome (Sternini et al. 1997, nos 19 à 22), Parme, Pérouse (Ceselin 1996, p. 42, note 14 et fig. 3), Turin et Ferrare (Gabucci, Spagnolo Garzoli 2013, no 31). On ajoutera à cet inventaire une attestation isolée sur le Danube en Pannonie, sur le site de Brigetio (Lazar 2006c, no H 31). L’éparpillement de cette marque, une des plus abondantes (une trentaine de pièces attestées), ne facilite pas la détermination d’origine, mais témoigne de manière éloquente de la circulation de ces flacons. L’hypothèse d’un centre de fabrication en Rhénanie est la plus probable. Faut-il imaginer un autre foyer en Italie, où de rares variantes GF|HA et GF|HR ont été notées (Gabucci, Spagnolo Garzoli 2013, fig. 18 ; Sternini et al. 1997, p. 70 et p. 94, no 17) ?

Fig. 34 – Distribution des bouteilles Mercure portant la marque GF|HI

Fig. 34 – Distribution des bouteilles Mercure portant la marque GF|HI

145, Saint-Rémy-de-Provence (Bouches-du-Rhône), CSMVA I, F-MER. 038 ; 146, Bonn (Rhénanie-du-Nord-Westphalie, Allemagne), CSMVA II, D-BN 29.

92Une corrélation entre cette marque et les précédentes a été proposée par L. Taborelli (1983, p. 113) en développant la marque ainsi : G(ai) F(irmi) H(ilari) I ().

Marques SC|V et feuille et H F (rétrogrades) | feuille T

  • 22 Le verre, découvert en 1875, figurait dans la collection Louis-Gabriel Bellon, vendue en avril 200 (...)

93Les trois lettres SC|V et une feuille placées dans les angles d’un fond au centre occupé par l’image d’un arbre sur lequel est un oiseau, constituent une marque un peu moins commune que la précédente. Les variantes qui ont été notées tiennent à la position ou au remplacement (ou seulement à la mauvaise impression) de la lettre « C », mais le symbole figuré demeure. Trois exemplaires ont été collectés en Gaule, à Arles22, à Reims et plus récemment à Pontpierre dans la même nécropole que la bouteille marquée MC|HR (fig. 35, no 147). En Germanie, on connaît cette marque dans au moins trois lieux (Cologne : Fremersdorf 1961, p. 62 ; Rommerskirchen et Rheinbach-Flerzheim : Follmann-Schulz 2006, n° D-BN 36 ; ici fig. 35, no 148 ; Baumgarten, Follmann-Schulz 2011, no D-BN 73). Une demi-douzaine de pièces ou plus sont conservées à Rome et deux d’entre elles, dont une hexagonale, ont été assurément découvertes dans cette cité (voie Tiburtine ; Esquilin : CIL XV 6987, 6988 ; Galli, Pisani Sartorio 2009, p. 234). Cette marque a été imitée en Grande-Bretagne (voir infra).

Fig. 35 – Distribution des bouteilles Mercure portant la marque SCV, hedera et arbre avec oiseau

Fig. 35 – Distribution des bouteilles Mercure portant la marque SCV, hedera et arbre avec oiseau

147, Pontpierre, Faulquemont (Moselle), CSMVA II, F-MER. 055 ; 148, Rheinbach-Ferzheim (Rhénanie-du-Nord-Westphalie, Allemagne), CSMVA II, DB-N 36 ; 149, Colchester (Essex, Grande-Bretagne), petite bouteille carrée, CSMVA III, GB-CAR. 70 ; 150, Le Pouzin (Ardèche), CSMVA I, F-MER. 021 ; 151, Bonn (Rhénanie-du-Nord-Westphalie, Allemagne), CSMVA II, D-BN 33.

94La distribution équilibrée de cette marque ne permet guère de favoriser une aire d’origine. Elle pourrait provenir des provinces septentrionales : deux de ces marques ont été trouvées sur le même site, voire dans le même contexte que les flacons estampillés CM|HR (Rommerskirchen, Rhénanie-du-Nord-Westphalie) ou MC|HR (Pontpierre). Ces découvertes conjointes constituent une sorte de lien entre ces deux marques qui pourraient provenir d’un même centre.

95Au nombre des bouteilles Mercure estampillées, sorties des ateliers de Germanie, il faut rajouter celle qui présente les lettres « H F » (rétrogrades) | feuille T dans les angles d’un fond portant un médaillon au centre (fig. 35, nos 150-151). Une dizaine d’exemplaires sont recensés, dont cinq en Gaule. Ce récipient n’a pas été beaucoup exporté : en dehors des régions septentrionales, on ne le retrouve que dans la partie inférieure du sillon rhodanien, dans une riche sépulture ardéchoise (Arveiller 2006, no F-MER. 021 ; ici fig. 35, no 150).

Marques italiennes à diffusion restreinte

96À l’opposé des flacons présentés ci-dessus, il en est d’autres qui sont réservés à une clientèle plus restreinte. En effet, plusieurs marques, très certainement originaires d’officines italiennes et du littoral de la Croatie, ne se remarquent ni dans les Gaules ni dans les Germanies ou alors de manière exceptionnelle. On ne fera donc que les évoquer. Les enquêtes entreprises par G. M. Facchini (1998) révèlent une forte concentration en Lombardie et dans les provinces voisines d’un timbre formé d’une palme souvent accostée des lettres « I V » (fig. 36, no 152). Hors d’Italie, cette estampille est seulement reconnue en Slovénie (Drnovo/Neviodunum : Lazar 2006a, no SI 82). Les ateliers du Latium ont également émis des marques apparemment peu diffusées : le symbole de l’amphore pansue, dont l’aspect évoque davantage les productions de Bétique (Dressel 20) que les productions italiques, n’apparaît que sur le mobilier des collections italiennes (Sternini et al. 1997, nos 35 à 39 ; Nenna 2006, no F-MUS. 042).

Fig. 36 – Marques de bouteilles Mercure italiennes à diffusion restreinte

Fig. 36 – Marques de bouteilles Mercure italiennes à diffusion restreinte

152, Angera (Lombardie, Italie), d’après Facchini 1998, p. 142, pl. XXXVI, 4 ; 153, Prozor (Dalmatie, Croatie), d’après Fadić, Štefanac 2012, no 259 ; 154 à 156, Rome (Italie) ? d’après Sternini et al. 1997, p. 93, no 7 ; p. 95, no 32 ; p. 96, no 36 ; 157, Arles (Bouches-du-Rhône), CSMVA III, F-MER. 059 (photo Jacot-Descombes, Musée d’Art et d’Histoire, Genève).

97De la même manière, on peut imputer aux centres italiens la création de la marque formée des lettres MA|CN entourant une figure féminine assise (Sternini et al. 1997, nos 6 à 10 ; ici fig. 36, no 154) et peut-être aussi celle composée des lettres OATO ou CATO qui se répètent sur les parois : hors de l’Italie (fig. 36, no 156), elle est mentionnée une seule fois à Zülpich-Enzen dans un contexte funéraire de la seconde moitié du iiie s. (Follmann-Schulz 2006, no D-BN. 35). On signalera enfin une marque rare portant un « S » ou un serpent, uniquement signalée à Rome et à Arles (fig. 36, no 157). En Dalmatie, des flacons hexagonaux portant un cachet spécifique (palme stylisée, entourée des lettres « P » rétrograde et « A » ; ici fig. 36, no 153) signent sans ambiguïté la présence d’un atelier ayant peu diffusé (Fadić, Štefanac 2012, p. 26-29).

Des marques révélatrices d’un contenu ?

98Peu de contextes précis de découverte de ces flacons nous sont connus, mais suffisent pour penser que le produit conditionné était précieux. Les tombes dans lesquelles ont été déposées ces bouteilles ont souvent un mobilier funéraire luxueux. Dans la sépulture du Pouzin, le flacon était accompagné de deux vases en onyx et d’un coffret à bijoux en ivoire (Michon 1915, p. 76-80) ; les trois récipients de la nécropole de Pontpierre-Almert ont été trouvés avec des verres à décor gravé et un aryballe d’origine égyptienne (partiellement publié : Cabart 2005). Le dépôt funéraire de la fillette inhumée dans des tissus somptueux à Naintré indique un rang social élevé (Duday, Farago-Szekeres 2008). Dans plusieurs tombes de Rhénanie, ces flacons appartenaient à des ensembles de mobiliers exceptionnels (Boeselager 2012, p. 353-360 ; Loesch 2012).

  • 23 Déjà Deville 1873, p. 78 note que les divers savants de son époque qui polémiquent à propos du sen (...)

99Les marques inscrites renvoient-elles aux hommes qui ont élaboré le flacon ou le produit contenu, ou bien évoquent-elles directement le contenu ? On remarquera que l’idée du renvoi à l’exploitant de la verrerie n’est que rarement proposée23 ; et de fait, sur aucun de ces flacons n’apparaît de mention directe à un atelier (EX OF ou F[ecit]). Les essais d’interprétation se sont principalement portés sur les inscriptions FI|RM, FIRM|HYLARI|ETYLAE et EV|HO|DIA.

100On a proposé de voir dans l’inscription FIRM| HYLARI|ETYLAE les noms d’un personnage (Firmus : Conestabile 1862) ou de deux peronnages (Firmus et Etyla : Deville 1873, p. 78-79) ou encore les noms d’associés, de membres d’une même famille ou d’affranchis (Hilarus et Hylas) appartenant à la gens Firmia (Detlefsen 1863). Ces interprétations suggéreraient alors un lien économique entre des ateliers septentrionaux émettant la marque FIRM et les officines italiennes qui seraient à l’origine de la marque FIRM|HYLARI|ETYLAE.

101L’hypothèse de la mention d’un collyre a été autrefois avancée, à propos d’une trouvaille de Reims (Loriquet, 1861-1862 ; dessin reproduit dans Chossenot et al. 2010, p. 418, fig. 707), sur la base d’une mauvaise lecture transformant ETYLAE en ATYLAR, ce qui évoquerait un médicament pour traiter la tylosis des yeux. Bien que cette interprétation ne puisse être retenue, l’idée d’un produit à vertu thérapeutique n’est pas à exclure. Dix bouteilles Mercure estampillées ont été exhumées à Reims, localité où fut découvert le plus grand nombre de cachets à collyres (Gourevitch, Labonnelie-Pardon 2010, p. 118-119) ; dans cette même ville, des restes de collyres secs ont été par trois fois mis au jour ainsi que tout l’attirail d’un chirurgien-oculiste dans un coffret daté par deux monnaies d’Antonin et de Marc Aurèle. Le cachet d’oculiste contenu dans ce coffret porte l’inscription GFIRMSEVERDIASMY. Il devait servir à estampiller un collyre – ou une autre préparation médicamenteuse sous forme de pâte – contenant de la myrrhe (collyre DIASMYRNES) ; le nom abrégé qui précède le médicament, G(aius) Firm(us ou inus) Sever(us), pourrait être celui du praticien, du préparateur, ou encore celui de l’inventeur dudit médicament (Voinot 1999, p. 155 ; Gourevitch 2011, p. 145). Ce nom évoque celui qui apparaît dans les marques FI|RM et FIRM|HYLARI|ETYLAE, et qui transparaît dans le cachet GF|HI.

102Depuis la découverte de la bouteille d’Arles au xviie s., la signification de la marque EV|HO|DIA a fait couler beaucoup d’encre. Hormis les premières interprétations fantaisistes, on a proposé d’y voir soit une allusion à un personnage qui pourrait être l’exploitant de la verrerie, le fabricant ou le négociant du produit conditionné (Gandolfi 2002 ; Gandolfi et al. 2013, p. 24), soit l’identification du produit contenu : EVHODIA serait la translittération approximative du mot grec εύωδία, substance odorante (Taborelli 1992b, p. 314). Ce même mot apparaît dans des noms de collyres inscrits sur de nombreux cachets : COLLYRIVM EVODES (Voinot 1999, p. 46).

103Les analogies relevées entre cachets de collyre et de bouteille Mercure, mobiliers qui sont parfois rassemblés dans des tombes de médecins (découvertes à Reims et Amiens : Dilly, Mahéo 1997, p. 121), laissent donc penser que les préparations conditionnées dans ces verreries avaient des vertus thérapeutiques. EV|HO|DIA et FIRM seraient des appellations commerciales faisant référence au produit contenu. Les flacons timbrés EV|HO|DIA renfermaient vraisemblablement une préparation pharmaceutique odoriférante ; et ce qualificatif devenu substantif suffisait pour l’identifier.

104Le nom du produit FIRM dériverait de celui de son inventeur. Les bouteilles estampillées FI|RM – probablement conditionnées dans le nord de la Gaule, peut-être dans la région de Reims – et les bouteilles GF|HI venant sans doute de Rhénanie, ainsi que les flacons italiens estampillés FIRM|HYLARI|ETYLAE, devaient renfermer un produit comparable ou qui se voulait comparable. Cette hypothèse expliquerait les liens entre des marques semblables inscrites sur des flacons fabriqués dans différentes aires géographiques.

105Les timbres MC|HR et CM|HR, apposés sur des flacons qui émanent d’une seule aire ou de deux aires éloignées l’une de l’autre, pourraient aussi faire référence à une substance médicamenteuse composée de quatre ingrédients désignés par une lettre. Les autres marques devaient identifier des liquides ou onguents censés traiter diverses affections : peut-être l’image de la déesse-mère allaitant, entourée des lettres MA|CN, symbolisait-elle un médicament pour soulager les femmes enceintes, fortifier les nouveau-nés ou combattre la stérilité. La morphologie très particulière des bouteilles Mercure permettait d’identifier immédiatement des substances pharmaceutiques et les marques définissaient la nature de ces préparations ou en garantissaient les propriétés.

106La cartographie de ces marques met en évidence le dynamisme des ateliers de Germanie et probablement du nord de la Gaule qui exportent leurs produits et suscitent des imitations. En Grande-Bretagne, une marque imprimée sur des petites bouteilles carrées est à l’évidence une copie de l’estampille SC|V et feuille (Price 2011, nos GB-CAR. 070-072 ; ici fig. 35, no 149) pour contenir une préparation proche de celle des bouteilles Mercure, ou le laisser croire.

107La circulation des bouteilles Mercure dans la partie méridionale de la Gaule appelle une remarque. Elles sont principalement présentes dans la vallée du Rhône (Lyon, Le Pouzin, Alba-la-Romaine, Saint-Rémy-de-Provence et surtout Arles) et ne portent que des marques attribuées aux centres septentrionaux, hormis peut-être le flacon présentant un serpent, qui ne trouve qu’un seul parallèle dans les collections romaines.

108La datation de ces flacons est habituellement comprise entre le milieu du iie et le courant du ive s., mais la majorité des pièces sont dans des contextes du iiie s. comme le prouvent les trouvailles funéraires à Reims, Biesheim (Arveiller 2006, nos F-MER. 036 et 042) ou en Allemagne, à Eschweiler-Laurenzberg-Lürken, Grafschaft-Gelsdorf, Zülpich-Enzen, Rheinbach-Flerzheim (Follmann-Schulz 2006, nos D-BN 28, 31, 35), mais aussi à Rommerskirchen (Baumgarten, Follmann-Schulz 2011, nos D-BN 72-74), et à Cologne dans la nécropole de la Luxemburger Strasse (Boeselager 2012, p. 179-182) ainsi que de plus rares contextes d’habitat à Villiers-sur-Seine, Alba-la-Romaine et dans des niveaux d’incendie à Arles (Arveiller 2006 ; Foy 2006a : nos F-MER. 039, 052, 053). Certains sont encore déposés dans les tombes au début du siècle suivant. Les timbres GF|HI, SCV feuille, CEV|HO|DIA, CM|HR, MC|HR et peut-être HF|T feuille ont sans doute été façonnés avant le milieu du iiie s. dans les officines germaniques. La marque FI|RM du nord de la Gaule ou de Germanie doit être datée de la même manière. Toutes ces marques sont probablement contemporaines ou se succèdent de peu, ce qui explique leur présence parfois conjointe dans les mêmes contextes. Certaines proviennent peut-être des mêmes fours de verriers.

109La documentation prise en compte pour cette étude des bouteilles Mercure est relativement peu abondante, mais reflète sans doute assez bien la réelle utilisation de ces récipients qui sont beaucoup moins communs que les unguentaria examinés ci-après, surtout dans les provinces méridionales, mais aussi en Britannia et en Gaule Belgique.

Les Unguentaria

110Le plus grand nombre de ces objets, marqués ou non, se trouve en Italie. Il n’y a pas à s’étonner de l’hétérogénéité de la carte de distribution de ces vases en Gaule : la Narbonnaise est la mieux lotie.

Marques étatiques

111Une série de marques traduit l’intérêt que portait l’Empire à la fabrication ou au commerce lucratif des huiles parfumées. Elle induit que les préparations odoriférantes pouvaient provenir des domaines impériaux ou qu’une part des revenus tiré du commerce de ces baumes et huiles parfumées entrait dans le fiscus impérial.

  • 24 Par exemple, on comptabilise à Arles 19 marques sur unguentaria dont 17 lisibles : six se rapporte (...)
  • 25 Dans la collection Gorga à Rome, 104 marques d’unguentaria sont recensées, dont 35 avec PATRIMONI  (...)

112PATRIMONI est la marque plus abondante et la plus dispersée de cette catégorie (fig. 37). Ce timbre constitue plus de 20 % de l’ensemble des estampilles sur unguentaria recueillies en Gaule24. Ces proportions sont encore plus élevées en Grande-Bretagne (Price 2011 : 9 marques sur 30) ou en Croatie (Fadić, Štefanac 2012, p. 137-139 : 9 marques sur 25) et très vraisemblablement en Italie25. PATRIMONI est toujours disposé en cercle, mais plusieurs variantes peuvent être distinguées :

  • le cachet le plus petit (fig. 37, no 158) porte un emblème de forme grossièrement rectangulaire qui a été assimilé à la lettre « E » ou à une cuirasse (lorica) ou encore à une main (manus porrecta). Ce timbre se trouve sur des récipients de profil et de format divers : des unguentaria à panse écrasée dits « chandeliers » qui n’apparaissent pas avant le second quart du iie s. et des petits flacons à panse triangulaire déjà en usage dans le dernier quart du ier s., mais les rares pièces de ce type qui sont timbrées se trouvent dans des contextes postérieurs au premier quart ou au premier tiers du iie s. : c’est le cas pour une trouvaille dans une nécropole d’Albenga (Massabò 1999, p. 126, no 94 et pl. XIV) ;

  • les variantes les plus fréquentes sont formées d’une figure centrale (Victoire, personnage faisant une libation ?) entourée de l’inscription développée PATRIMONI ou, plus rarement, réduite à PAT. Deux types de flacons contemporains sont concernés : les unguentaria « chandeliers » et les flacons « bobine » à large embouchure (fig. 37, nos 159 et 160) ;

  • l’inscription plus longue et souvent mal imprimée, VECTIGAL PATRIMO(ni) entourée d’une couronne végétale et encerclant une sorte de vase, donne tout son sens à la marque puisque la redevance (vectigal) est littéralement exprimée (fig. 37, no 161) ;

    • 26 Ces timbres ne sont pas formellement reconnus sur le territoire français, cependant quelques marqu (...)

    d’autres timbres plus complexes signifieraient plus claire-ment que les produits étaient propriété de l’empereur ou que la fabrication et la commercialisation des huiles parfumées se faisaient sous l’autorité impériale. Disposés sur un ou sur deux cercles concentriques séparés ou entourés de guirlande ou de couronne végétales, ils se réfèrent à un empereur et mentionnent Ravenne. Sur ces estampilles, découvertes en Italie26, dans la région de Parme (Frova 1971), d’Adria, de Vérone (Roffia 1972 et 1994) et à Quarto d’Altino en Vénétie (Cipriano, Sandrini 2013, p. 93-94, nos 5 à 8), on lit : VEC(tigal) MONOPOLIVM P(atrimoni) IMP(eratoris) CAES(aris) M(arci) ANTONINI entourant le monogramme de Ravenne, ou bien PATRIMONI (fisci) RAT(ionis).|REG(ionis).RAVEN(natium) encerclant l’image d’un vase (fig. 38). Datées du début du iiie s. (Roffia 1994, p. 392), ces inscriptions mettent en exergue Ravenne qui pourrait abriter des ateliers de verrier ou un centre important de fabrication de substances odoriférantes (Roffia 1994, p. 389-390). On voit ici que l’estampille, faite au moment de la fabrication de l’objet, porte l’équivalent des tituli picti des amphores du iiie s. : Fiscis Rationis Patrimoni, suivi du nom de la province ;

  • les timbres PATRIMONI, souvent dissemblables dans les détails, renvoient certainement à plusieurs centres de production ou à plusieurs bureaux de contrôle de l’administration impériale et resteront difficilement utilisables pour retracer les routes commerciales tant qu’ils n’auront pu être étudiés minutieusement. Beaucoup viennent certainement d’Italie où l’artisanat du parfum était florissant grâce aux plantations locales et à l’arrivée de diverses substances aromatiques. Cependant, d’autres estampilles apparaissent spécifiques d’une région. Ainsi, PATRIvMONIVM associé à un petit personnage en mouvement (fig. 37, no 162), ne se rencontre que dans les aires non méditerranéennes (Nimègue, Xanten, Vorsen, Thérouanne, Autun).

Fig. 37 – Distribution des unguentaria marqués PATRIMONI

Fig. 37 – Distribution des unguentaria marqués PATRIMONI

158, Arles (Bouches-du-Rhône), CSMVA II, F-UNG. 128 ; 159, Arles (Bouches-du-Rhône), CSMVA I, F-UNG. 024 ; 160, Lucciana (Corse), CSMVA I, F-UNG. 009 ; 161, Nin (Croatie), d’après Fadić, Štefanac 2012, no 296 ; 162, Vorsen (province de Limbourg, Belgique), CSMVA II, BV 54.

Fig. 38 – Marques étatiques sur des unguentaria italiens

Fig. 38 – Marques étatiques sur des unguentaria italiens

163, Vérone, d’après Roffia 1994, p. 395, fig. 1 ; 164, Milan, d’après Paternoster 2000, p. 105, fig. 1.

  • 27 Par exemple : les unguentaria des sépultures de l’avenue Clemenceau à Béziers, conservés au musée (...)

113Dans la péninsule Ibérique où la marque PATRIMONI est absente (à l’exception d’un exemplaire à Tarragone), le timbre AVG – qui n’est pas sans rappeler celui des amphores de Bétique – apposé sur une centaine de flacons essentiellement concentrés dans la vallée du Rio Tinto, est celui qui prévaut au milieu du iie s. (Price 1977 et 2006). Les deux variantes attestées (fig. 39) ne circulent pas en dehors du sud de la péninsule et de la Maurétanie césarienne. Pourtant des balsamaires à panse conique, très probablement d’origine hispanique, ont été importés au moins en Narbonnaise. Le lot, protégé dans un panier, découvert dans l’épave de Saint-Gervais 3 en prove-nance de Bétique (Liou, Gassend 1990 ; Foy, Nenna 2001, p. 109), en fournit un des meilleurs témoignages, mais d’autres découvertes dans les nécropoles languedociennes trahissent les mêmes apports27.

Fig. 39 – Distribution des marques AVG sur les unguentaria

Fig. 39 – Distribution des marques AVG sur les unguentaria

165, Minas de Riotinto (Huelva, Espagne), CSMVA II, E-UNG. 074 ; 166, Séville, Italica (Espagne), CSMVA II, E-UNG. 014.

D’après Price 2006, p. 285 et Cruz 2006.

  • 28 Une pièce ou deux proviendraient de Cologne : Fremersdorf 1961, p. 49 ; Price 1977, note 29.
  • 29 La résolution des lettres « A » et « R » est, de l’aveu même de l’auteur, à reconsidérer (Price 20 (...)

114L’inscription PR.MANC.AR exprime encore une mainmise de l’administration impériale. Elle est essentiellement connue dans les terres méridionales28, surtout en Italie (Taborelli 1983, p. 36-38 ; Pasqualucci 1998, p. 116 ; Del Vecchio 2004, p. 37-39 et p. 89) et en Espagne où elle se distingue des autres principalement par l’ajout de lettres (PRO MANC B C AR) et parfois une ponctuation sophistiquée (fig. 40, no 171). J. Price (1977) a proposé de lire PRO(curatoris) MANC(cipiorum ex) B(onis) C(aducis) AR(uccis) ou AR(vae)29. Sur les estampilles italiennes l’inscription est réduite (PR.MANC.AR) et une petite figure aux bras ouverts est placée au centre (fig. 40, nos 168 et 169). L’exemplaire mis au jour à Aix-en-Provence offre une nouvelle variante : la lettre « O » suit « PR » comme dans les modèles hispaniques, mais les lettres « BC » sont absentes (fig. 40, no 170). Quant à la marque PATEVAN dont la résolution suivante : PAT(RIMONIVM) E(X) V (ECTIGAL) ANT (ONINI) a été proposée par D. Brenchaloff, elle est seulement attestée par deux exemplaires provençaux (fig. 40, no 167). Nous ne savons pas s’il s’agit d’une forme propre à la Narbonnaise.

Fig. 40 – Distribution des unguentaria marqués PATEVAN et PR.MANC.CAR

Fig. 40 – Distribution des unguentaria marqués PATEVAN et PR.MANC.CAR

167, Fréjus (Var), CSMVA I, F-UNG. 026 ; 168, Rome (Italie) ?, d’après Del Vecchio 2004, no 110 ; 169, Lucciana (Corse), CSMVA I, F-UNG. 166 ; 170, Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône), CSMVA III, F-UNG. 166 ; 171, Minas de Riotinto (Huelva, Espagne), CSMVA II, E-UNG. 090.

115Un groupe de marques, datées de la fin du iie ou du début du iiie s., semble faire des flacons qui les portent des objets commémoratifs ou de propagande, mais les acclamations d’adhésion à l’Empire qui y sont inscrites masquent sans doute encore une forme d’emprise étatique. L’inscription VICTORIAE AVGVSTORVM ou VICTORIAE AVGVSTOR FEL entourant une Victoire accostée des lettres « V P » a été résolue, par analogie avec des monnaies, de manière suivante : VICTORIAE AVGVSTOR(um) FEL(iciter) V(ictoriae) P(arthicae) ; elle se réfèrerait aux victoires conjointes de Septime Sévère et de Caracalla ou à celles, antérieures, de Marc Aurèle et Lucius Verus (Calvi 1968, p. 139 ; Frova 1977, p. 41 ; Taborelli 1983, p. 35, note 37 ; Sternini 1993, p. 86). Ces estampilles sont signalées en Italie, au moins à Rome (CIL XV, II 6964 ; Nenna 2006, nos F-MUS. 079, 080 et 082), à Bologne (Meconcelli Notarianni 1979, no 194 ; CIL XI, II, 1, 6710), et en Ligurie (Gandolfi et al. 2013, fig. 12 et 13 ; ici fig. 41, no 173) ; en Croatie, deux pièces viennent des nécropoles de Golobrig (Buljevíc 2011, no CRO-SP 24) et de Zadar (Fadić, Štefanac 2012, no 299).

Fig. 41 – Marques avec Victoire sur les unguentaria

Fig. 41 – Marques avec Victoire sur les unguentaria

172, Strasbourg (Bas-Rhin), CSMVA I, F-UNG. 097 ; 173, Vado Ligure (Ligurie, Italie), d’après Gandolfi et al. 2013, p. 30, fig. 12 ; 174, Vorsen (province de Limbourg, Belgique), CSMVA II, BV 057 ; 175, Apt (Vaucluse), CSMVA I, F-UNG. 072 ; 176, Épiais-Rhus (Val-d’Oise), CSMVA I, F-UNG. 074.

116D’autres estampilles plus laconiques ne portent que les lettres « V » ou AVI ou AVP accompagnant une Victoire (fig. 41, nos 175 et 176) et jouent probablement le même rôle que les précédentes. Si on admet qu’elles ont toutes été fabriquées en Italie, la carte de répartition (fig. 41) reflète des importations dans l’ensemble de la Gaule (9 exemplaires si on prend en compte la figure ailée sur un fond trouvé en Languedoc : Raynaud 1990, fig. 76, no 160) et jusqu’en Grande-Bretagne (Price 2011, no GB-UNG. 020).

Marques italiennes, d’entreprises privées (?)

117La seconde série, dont on retrouve plusieurs attestations en Gaule, comprend des estampilles que l’on suppose raisonnablement d’origine italienne et dans lesquelles on voit généralement la marque d’entreprises privées. Très peu portent un nom développé et les abréviations que l’on peut y lire pourraient signifier tout autre chose. On note aussi la présence du symbole de la victoire qui pourrait faire référence à l’Empire. Quoi qu’il en soit, ces marques que l’on retrouve hors de l’Italie témoignent de la vitalité des officines italiennes.

118Au sein des estampilles portant clairement des tria nomina, celles qui reviennent le plus sont C. LVCRETI.FESTIVI et surtout A VOLVMNI IANVARI (fig. 42). Ce denier timbre est répandu dans toute l’Italie, principalement dans le centre et la vallée du Pô (De Tommaso 1990, p. 95-96 ; Del Vecchio 2004, p. 38 et p. 90-91). Au milieu de l’inscription, une Victoire est dans de rares cas accostée de lettres : « C » et « L » sont visibles sur une trouvaille croate (Fadić, Štefanac 2012, no 300) ; un « S » se trouve sur un flacon découvert dans le mausolée de Castel Bevons, dans les Alpes provençales (fig. 42, no 177). Sur les 13 pièces dénombrées sur le territoire français, 10 viennent de Narbonnaise ; les exportations les plus lointaines sont en Grande-Bretagne (Price 2011, nos GB-UNG. 08, 09). Aucun exemplaire n’est signalé dans la péninsule Ibérique.

Fig. 42 – Distribution des unguentaria marqués A VOLVMNI IANVNARI et C. LUCRETI.FESTIVI

Fig. 42 – Distribution des unguentaria marqués A VOLVMNI IANVNARI et C. LUCRETI.FESTIVI

177, Bevons (Alpes-de-Haute-Provence), CSMVA I, F-UNG. 063 ; 178, Apt (Vaucluse), CSMVA I, F-UNG. 068 ; 179, Épiais-Rhus (Val-d’Oise), CSMVA I, F-UNG. 104.

119Probablement originaire de l’aire médio-adriatique (Taborelli 2012), C. LVCRETI.FESTIVI, marque reconnue tout aussi anciennement (Kisa 1908, vol. 3, p. 929), mais beaucoup moins fréquente que la précédente, est également très exportée puisque on connaît autant d’exemplaires hors d’Italie que dans la Péninsule. Les trouvailles les plus éloignées de leur lieu d’origine sont en Grande-Bretagne (Price 2011, no GB-UNG. 026) et à Trèves (CIL XIII, 10025.8). Les découvertes dans les nécropoles d’Épiais-Rhus (Vanpeene 1993, p. 32-33, no 021 ; Foy, Nenna 2006a, no F-UNG. 104 ; ici fig. 42, no 179), de Porto Recanati dans les Marches (Mercando 1974, p. 162-166 ; Taborelli, 2012, p. 53, fig. 1) et à Arles (Foy 2010c, p. 28) permettent de proposer une datation dans les décennies centrales du iie s. La datation fournie par le flacon de Zadar, la première moitié du iie s., n’est pas argumentée (Fadić, Štefanac 2012, no 305), ce qui n’interdit pas de penser que ces flacons étaient en usage avant le milieu du iie s.

120Les estampilles les plus communes, toujours originaires d’Italie, sont constituées d’un symbole et de plusieurs abréviations dont le sens est inconnu ou discuté.

121Les trois marques les plus fréquentes en Gaule (une quarantaine d’exemplaires attestés) ont une configuration comparable : l’inscription, formée de trois lettres ou de deux groupes de trois lettres, entoure le symbole central. Deux d’entre elles, très semblables, portent respectivement les lettres S.P.S. C.A.F. et S.P.S. C.P.D. autour de l’image de Minerve pour la première (fig. 43, nos 180 et 181) et de Mercure pour la seconde (fig. 43, no 182). Bien qu’une concentration soit notable dans la partie orientale de la Narbonnaise, des importations dans l’ouest de la Gaule, en Britannia (Price 2011, no GB-014-17) et en Germanie Inférieure (Sablerolles 2006, nos NL 92 à 94 ; BV 55 ; Follmann-Schulz 2006, no D-BN 65) sont bien attestées.

Fig. 43 – Distribution des unguentaria marqués S.P.S. C.A.F. et S.P.S. C.P.D.

Fig. 43 – Distribution des unguentaria marqués S.P.S. C.A.F. et S.P.S. C.P.D.

180, Vivoin (Sarthe), CSMVA I, F-UNG. 049 ; 181, Montbrun-les-Bains (Drôme), CSMVA I, F-UNG. 050 ; 182, Lucciana (Corse), CSMVA I, F-UNG. 052.

122La diffusion de la troisième estampille présentant un coq accompagné des lettres « C S C » et d’une feuille est comparable : les 17 occurrences françaises sont toujours essentiellement regroupées en Provence, mais le cachet est également connu dans l’ouest et le nord du pays (fig. 44). Il est aussi signalé par deux fois en Grande-Bretagne (Price 2011, nos GB-011 et 012) et au moins deux ou trois fois en Rhénanie (Follmann-Schulz 2006, no D-BN 66 ; Boesegaler 2012, p. 130-133) ainsi qu’en Afrique proconsulaire (Foy 2006b, no MAG-T 48). Mentionnées de très nombreuses fois à Rome (CIL XV, 6971, 1-4 ; 6972, 1-2 et 6973, 1 ; Sternini et al. 1997 ; Del Vecchio 2004), et abondantes dans de nombreuses collections muséales constituées dans cette ville (Whitehouse 2001, nos 558, 559 et 565 ; Nenna 2006, nos F-MUS. 065-067), ces marques qui ne sont pas présentes au nord de l’Italie (Dalmatie, Rhétie) sont vraisemblablement d’origine méditerranéenne (Latium ?) et ont été diffusées en Gaule par voie maritime. Une variante de l’estampille S.P.S. C.P.D., due aux lettres rétrogrades, observée à Esch-Hoogkeiteren (Sablerolles 2006, no NL 92) et à Cologne (Fremersdorf 1961, p. 49-50), a laissé penser à l’existence d’un autre centre de production hors de l’aire méditerranéenne, mais aucune autre trouvaille n’est venue appuyer cette proposition avancée avec prudence (Sternini 1994a, p. 578). La signification des inscriptions S.P.S. C.A.F. et S.P.S. C.P.D a été débattue. Les lettres « S P S » pourraient renvoyer à la nature du produit contenu, le seplasium, parfum de Capoue (Van den Hurk 1975, p. 81) ; pour d’autres, elles seraient l’abréviation des noms de plusieurs personnages successivement associés ; le « P », commun à SPS et CPD, indiquerait un même gentilice (Taborelli 1983, p. 65). De rares éléments de datation permettent de voir l’apparition de ces estampilles au plus tôt dans le second quart du iie s. Deux exemplaires marqués S.P.S. C.P.D. proviennent d’une tombe de Mariana (Lucciana, Corse) dans laquelle était une monnaie frappée en 144-145 (Moracchini-Mazel 1971, p. 21-23). Dans une fosse-dépotoir de Harlow, dont le comblement est daté autour des années 160-170, se trouvaient réunis un fond de bouteille carrée marqué « AF » dans un « Q » et deux fonds d’unguentaria respectivement estampillés C.S.C. autour d’un coq et CN.A.ING.V.A.V.M (Price 1987). De même, la trouvaille de la nécropole de la Luxemburger Strasse à Cologne (S.C.S autour d’un coq) était dans une tombe de la première moitié du iie s. (Boeselager 2012, p. 130-131 et p. 309-311).

Fig. 44 – Distribution des unguentaria marqués CSC avec un coq

Fig. 44 – Distribution des unguentaria marqués CSC avec un coq

183, Bevons (Alpes-de-Haute-Provence), CSMVA I, F-UNG. 039 ; 184, Saint-Paul-Trois-Châteaux (Drôme), CSMVA II, F-UNG. 130.

123CN.A.ING.V.A.V.M., bien que moins attestée que les estampilles précédentes en Italie (CIL XV, 2, 6965.1-2 ; Nenna 2006, no F-MUS. 077), est très diffusée. Elle est très vraisemblablement originaire de la Péninsule, peut-être de la région de Rome. Plus d’une quinzaine d’exemplaires répertoriés en France (fig. 45) sont principalement dans le Midi, mais des attestations dans l’Ouest (Nalliers), le Sud-Ouest (Auch) et les régions alpines (Annecy : Guérit 2014), sont remarquables. Quatre ou cinq pièces sont en Grande-Bretagne (Price 2011, nos GB-UNG. 021 à 025) et deux, au moins, en Allemagne (CIL XIII, 10025.6d-6e ; Goethert-Polaschek 1977, p. 117-118). Contrairement aux estampilles précédentes, ce timbre est attesté, en un seul exemplaire, dans l’ouest de la péninsule Ibérique. Plusieurs variantes se distinguent par la lettre centrale : « V », « S » ou « AF ». La distribution de cette marque en fonction de la lettre centrale, qui pourrait se référer à une ville, n’est guère significative. On observe seulement que les unguentaria les plus nombreux et les plus dispersés sont ceux qui portent la lettre « V », mais en Allemagne, où cette estampille est peu fréquente, seul le timbre avec la lettre « S » est présent. En Italie, en revanche, les exemplaires sont dotés des lettres centrales « AF ». Ces observations reposent sur une documentation trop réduite pour en tirer des conclusions. Aucune résolution complète de cette marque complexe (Froehner 1879, p. 24, no 32 ; Borréani, Brun 1990, note 5) vraisemblablement apparue dans le second quart ou le milieu du iie s., n’est convaincante.

Fig. 45 – Distribution des unguentaria marqués CN.A.ING.V.A.V.M.

Fig. 45 – Distribution des unguentaria marqués CN.A.ING.V.A.V.M.

185, Saint-Paul-Trois-Châteaux (Drôme), CSMVA II, F-UNG. 135 ; 186, Hyères (Var), CSMVA I, F-UNG. 077 ; 187, Nîmes (Gard), CSMVA I, F-UNG. 086.

124L’inscription CAPNVMDIAT (ou I) LL entourant une étoile est encore une marque signalée de longue date (CIL XII, 5696.4 ; Froehner 1897, nos 530-531), mais incomplètement déchiffrée (lettres centrales non lisibles). Peu abondante, elle est présente en Italie (Sternini et al. 1997, p. 89-90, p. 98, no 76 ; Nenna 2006, no F-MUS. 078 ; ici fig. 46, no 188), sur la côte Croate (Buljevi´c 2011, no CRO-SP 25) et en Narbonnaise, uniquement à Arles (Foy, Nenna 2006a, nos F-UNG. 093 et 094). Elle est probablement italienne, mais pas forcément romaine.

Fig. 46 – Unguentarium marqué CAPNVMDIAILL

Fig. 46 – Unguentarium marqué CAPNVMDIAILL

188, Rome (Italie) ?, Musée du Louvre, coll. Campana, CSMVA I, F-MUS. 078.

125Un certain nombre de marques, probablement issues d’ateliers du nord de l’Italie ou de la plaine du Pô, actifs dans la seconde moitié du iie s. ou au début du iiie s., n’ont pas connu la même diffusion. Elles ne sont exportées que vers le nord de l’Adriatique et des Alpes. Les estampilles les plus fréquentes sont constituées des lettres « V.D » (Bassi et al. 2013, fig. 1) ou MMT (Sannazaro et al. 1998, p. 80-81) ou encore des tria nomina QDE parfois suivies de LPF ou de la seule lettre « M » (Taborelli 1996 ; Diani, Invernizzi 2013, fig. 19 et 20) ; d’autres présentent des arabesques formant une sorte de lyre (Gabucci, Spagnolo Garzoli 2013, fig. 12 à 14). Une palme est souvent intégrée dans la marque et tous ces flacons ont en commun une panse campaniforme spécifique.

Marques non italiennes

126Outre les marques « étatiques » mises en évidence en Bétique (AVG ; PRO.MANC.B.C.AR), dans le nord de la Gaule (PATRIvMONIVM) et peut-être en Narbonnaise (PATEVAN), d’autres dont on ignore la signification ont sans doute été produites hors de l’Italie.

Fabrications du nord de la Gaule ou de Rhénanie (?)

127Une douzaine d’unguentaria dotés du cachet M.I.S.C.M.V. imprimé en cercle autour d’un caducée est dispersée en Gaule et en Germanie Inférieure, mais la moitié des découvertes est en Rhénanie et dans le nord de la Gaule (fig. 47). Malgré le faible nombre d’occurences, de minces indices suggèrent que cette marque a été émise en Gaule Belgique ou en Germanie Inférieure. Dans deux nécropoles, à Autun (fig. 47, no 189) et à Vorsen, cette marque était associée à la marque PATRIvMONIVM qui n’est probablement pas italienne (voir supra). On remarquera que les doubles découvertes d’exemplaires estampillés M.I.S.C.M.V. proviennent de Tongres et de Vorsen (Massart, Fontaine-Hodiamont 2003). L’inscription n’est pas résolue ; il a été prudemment proposé d’y voir la mention du contenu, un mélange de divers aromates, les lettres MISC pouvant évoquer le radical miscere ou miscellaneus (ibid. 2003, p. 132). Cette proposition serait recevable sans la présence des séparateurs bien marqués entre chacune des lettres ; il faut sans doute y voir les abréviations de plusieurs mots. Le mobilier funéraire joint aux unguentaria mis au jour à Lyon (Mège, Robin 2009 ; ici fig. 47, no 190), à Cologne (Boeselager 2012, p. 129 et p. 346-350) et à Vorsen (Massart, Fontaine-Hodiamont 2003, p. 119) permet de dater le dépôt de ces flacons dans la seconde moitié du iie s. ou au début du iiie s. Les unguentaria timbrés M.I.S.C.M.V, PATRIvMONIVM et VICTORIAE AVGVSTORVM, trouvés assemblés dans le tumulus de Vorsen, pourraient être parfaitement contemporains.

Fig. 47 – Distribution des unguentaria marqués M.I.S.C.M.V

Fig. 47 – Distribution des unguentaria marqués M.I.S.C.M.V

189, Autun (Saône-et-Loire), CSMVA III, F-UNG. 163 ; 190, Lyon (Rhône), CSMVA III, F-UNG. 162.

128Peu fréquente, la marque formée d’une Victoire et des lettres C.CA est d’origine inconnue. Elle est répertoriée en Rhénanie, en Grande-Bretagne (Price 2011, no GB-UNG. 013) et en Provence (fig. 48, no 191), Il a été proposé de la développer en Colonia Claudia Ara (Fremersdorf 1961, p. 49). L’interprétation est d’autant plus incertaine que l’inscription, mal imprimée, est peut-être plus longue que ce qu’on en voit. On peut aussi se demander si ce type de marque est une variante des estampilles présentant une Victoire et les lettres « V » ou AVI.

Fig. 48 – Unguentarium marqué d’une Victoire et des lettres C.AA

Fig. 48 – Unguentarium marqué d’une Victoire et des lettres C.AA

191, Nice (Alpes-Maritimes), CSMVA I, F-UNG. 044.

Fabrications de Narbonnaise

129Quatre marques sur unguentaria, répertoriées en deux exemplaires au moins, ne se rencontrent qu’en Narbonnaise. Les trois premières ont été mises au jour essentiellement dans la basse vallée du Rhône. Contemporaines, ces estampilles, parfois découvertes dans le même contexte funéraire, ont pu être produites dans les décennies centrales du iie s., dans le même centre probablement implanté dans un quadrilatère délimité par Valréas, Orange, Arles et Apt (fig. 49).

Fig. 49 – Marques sur unguentaria originaires de la Narbonnaise

Fig. 49 – Marques sur unguentaria originaires de la Narbonnaise

192, Arles (Bouches-du-Rhône), CSMVA I, F-UNG. 090 ; 193, Orange (Vaucluse), CSMVA II, F-UNG. 141 ; 194, Arles (Bouches-du-Rhône), CSMVA I, F-UNG. 07 ; 195 et 196, La Serpent (Aude), CSMVA III, F-UNG. 168-169.

130L’estampille la plus fréquente est composée d’une large feuille pennée, autour de laquelle se développe, sur trois quarts de cercle, une longue inscription de 18 lettres au moins dont seul le mot VALERIAN ou VALERIANI a pu être déchiffré. Les sept pièces dénombrées sont toutes des unguentaria « chandeliers » de grande taille (fig. 49, no 192).

131La seconde série d’estampilles, formée de trois éléments seulement, et tout aussi difficile à déchiffrer est portée par le même type de flacon et se rencontre à Arles et Orange. Au centre du cachet, apparaît une sorte de vase à fond pointu entouré d’une couronne végétale. De l’inscription en cercle, on ne lit que les lettres CORICO qui occupent les deux tiers de la longue inscription (fig. 49, no 193). Il s’agit peut-être d’une marque étatique : les emblèmes du vase et de la couronne sont ceux qui figurent sur plusieurs marques reconnues comme telles (fig. 37, no 161 et fig. 38, no 163).

132Les deux dernières séries d’estampilles offrent une configuration originale. Connue en deux exemplaires, l’inscription LIZA|MAM ou LIZM|MAM disposée sur deux lignes provient d’Arles (fig. 49, no 194) et de Vaison-la-Romaine. Le dernier cachet, apposé sur trois flacons issus de sépultures languedociennes de la seconde moitié du iie s. ou du iiie s., est formé d’une petite palme verticale accostée des lettres « MA » et « MV » et, sous la palme, de la lettre « V » ; l’ensemble est inscrit dans une couronne (fig. 49, nos 195 et 196). Cette marque est probablement issue d’un atelier régional ou bien d’une officine installée au-delà des Pyrénées. La palme évoque celle qui figure sur les estampilles de Bétique (fig. 39), mais n’autorise pas à conclure à la présence certaine d’une marque étatique.

Petits pots

133Beaucoup moins fréquents que les bouteilles Mercure et les unguentaria, les pots miniatures, sans doute destinés à contenir des onguents cosmétiques ou pharmaceutiques, sont rarement timbrés. La seule estampille révélée en cinq exemplaires est celle de deux palmes réunies en couronne (fig. 50) ; elle est signalée à Tongres (Sablerolles 2006, no BV 46), à Reims (Foy 2011, no F-RAR. 004) et surtout à Augst (Amrein 2006, no CH 148 ; Fünfschilling 2011, nos CH 162 et 163) où l’on pourrait imaginer un centre producteur.

Fig. 50 – Marques sur pots miniatures

Fig. 50 – Marques sur pots miniatures

197 et 198, Augst (Suisse), CSMVA II, CH 148 et CSMVA III, CH 162.

Les marques sur les récipients tardifs importés

134Les barillets ne sont pas tout à fait les derniers verres marqués en Occident. Les découvertes en Croatie (Lazar 2006b, nos CRO 13-16 ; Fadić, Štefanac 2012, nos 203-210) d’un petit groupe de bouteilles carrées portant sous le fond des symboles chrétiens (croix, chrismes) pourraient signaler un atelier installé en Istrie ou sur la côte dalmate. Les marques signifient-elles que le contenu provient d’un domaine d’Église ? Aucun de ces vases n’est répertorié hors de cette aire géographique.

135Dans l’Antiquité tardive, la pratique du marquage des récipients en verre s’exerce principalement dans la partie orientale de l’Empire. De ces productions, sont parvenues en Occident des bouteilles carrées portant des estampilles en grec sorties très vraisemblablement des ateliers fixés sur la côte méridionale de l’Asie Mineure. Ces récipients qui se différencient de ceux que nous connaissons en Occident durant le Haut-Empire constituent de bons indices de la circulation d’est en ouest, durant le ve s., des denrées emballées dans des bouteilles. Ces apports restent cependant peu abondants et circonscrits aux franges maritimes. Sur la cinquantaine de ces bouteilles carrées répertoriées dans le monde romain, essentiellement en Turquie (Tek 2003), à Chypre et en Grèce (Nenna 2011b), une dizaine a été retrouvée sur les sites littoraux de l’Adriatique et de la Méditerranée occidentale (fig. 51) . Parmi les noms qui reviennent le plus, on relève ΑΛΕΞΝΔΡΟΥ trouvé en Occident, à Rome (Lehrer Jacobson 1992, no 1-1 ; Sternini 1994b, no 2), à Aquilée (Calvi 1968, p. 86 et pl. E.2 ; Mandruzzato, Marcante 2005, no 95) et à Resnik sur l’Adriatique (Fadić 2006 ; Fadić, Štefanac 2012, no 221 ; reproduit ici fig. 51, no 199) et ΤΙΒΕΡΙΝΟΥ découvert à Rome (Lehrer Jacobson 1992, no 13 ; Sternini 1994b, no 14), à Tharros en Sardaigne (Stern 2006, p. 404, fig. 1) et plus récemment à Portus Socratem, au sud de Valence, dans un contexte bien daté de la première moitié du ve s. par l’abondant mobilier associé (Hurtado et al. 2008, no 30, p. 124 et fig. 31 ; ici fig. 51, no 200).

Fig. 51 – Récipients du ve s., estampillés et originaires de Méditerranée orientale

Fig. 51 – Récipients du ve s., estampillés et originaires de Méditerranée orientale

199, Resnik (Croatie), CSMVA III, CRO 57 ; 200, Cullera (Valence, Espagne), d’après Hurtado et al. 2008, fig. 31, no 30 ; 201, Marseille (Bouches-du-Rhône), CSMVA I, F-TAR. 002 ; 202, Marseille (Bouches-du-Rhône), d’après Foy 2013, p. 57, fig. 4 ; 203, Marseille (Bouches-du-Rhône), CSMVA I, F-TAR. 003 ; 204, Nice, Cimiez (Alpes-Maritimes), CSMVA I, F-TAR. 001 ; 205, Arycanda (Turquie), CSMVA II, TR 47 ; 206, Arles (Bouches-du-Rhône), CSMVA II, F-TAR. 005.

136Les découvertes en Gaule sont toutes sur le littoral provençal et les trois exemplaires marseillais, trop mal conservés pour que l’on puisse déchiffrer le nom qui y est inscrit, forment la seule petite concentration (Foy, Nenna 2006c ; Foy 2013, no 7 ; ici fig. 51, nos 201-203) ; on remarquera néanmoins les similitudes entre l’un de ces fonds et une trouvaille d’Arycanda (Tek 2003, fig. 3-6 ; Triantafyllidis 2006, no TR 47 ; ici fig. 51, no 205) dues à la disposition des lettres et à la présence de palmes dans les angles de l’inscription. Une quatrième pièce provient du site de Cimiez, à Nice (fig. 51, no 204). Plus rarement, la marque est composée de lettres placées entres les branches d’une croix. Cette disposition sera reprise dans les marques des bouteilles hexagonales fabriquées plus tard encore, au viie s., dans les ateliers du Proche-Orient dont celui de Beyrouth (Foy 2000, fig. 29, no 19).

137Un second récipient, très rarement estampillé et contemporain du précédent, vient aussi de Méditerranée orientale. Ce petit flacon bicéphale, soufflé dans un moule, peut porter un symbole chrétien. Sur le littoral de la Méditerranée occidentale, de nombreux exemplaires sont répertoriés, en particulier en Croatie, à Zadar et Salone, en Italie à Aquilée et Rome, à Marseille, Arles, Saint-Mitre-les-Remparts, Narbonne et Alicante (Foy 2010a, p. 263-264), mais seuls deux d’entre eux sont estampillés : on lit un oméga sur un flacon arlésien (fig. 51, no 205) et sur une découverte de Salone en Croatie (Barovier Mentasti et al. 2003, p. 92, n° 15). D’autres contenants, exhumés à Karanis en Égypte (Harden 1936, no 629) ou de provenance inconnue (Saldern et al. 1974, p. 170-171, no 465), sont estampillés d’une croix monogrammatique. Plutôt que de voir dans ces flacons fabriqués en Égypte ou en Syrie les emballages d’huiles parfumées, on a proposé de les identifier à des ampoules de pèlerinage (Foy 2010b).

*

* *

138Au regard de la céramique et des amphores en particulier, les conteneurs en verres timbrés dont nous disposons pour contribuer à une étude économique forment un corpus mince qui ne permet guère de quantifier et de périodiser les fabrications et les flux commerciaux. Néanmoins, la mise en perspective de l’ensemble de la documentation fait apparaître plusieurs aires de productions et des échanges qui sont indiscernables à la seule étude des mêmes conteneurs non estampillés. La configuration de ces marques et les symboles et inscriptions qui les composent signent de manière plus ou moins précise leur origine. Aucune marque ne peut cependant être mise au crédit d’une officine gauloise particulière.

139Premiers conteneurs marqués, les bouteilles carrées produites dès le milieu du ier s. portent des marques très diverses. De Campanie et du Latium sans doute, partent dès l’époque flavienne des bouteilles vers la Narbonnaise, l’Hispanie Citérieure, la Maurétanie Tingitane, la Galice et plus exceptionnellement vers des terres septentrionales. Quelques importations hispaniques sont également attestées sur le littoral de la Narbonnaise et peut-être dans le centre de la Gaule. En revanche, nous n’avons aucune trace en Gaule des bouteilles émanant des ateliers septentrionaux (peut-être sis en Germanie) à l’origine des timbres Chresimus émis vers le milieu du ier s. Les nombreux conteneurs sortis des officines de Vénétie ou de la plaine du Pô, très actives au début du iie s., sont essentiellement diffusés vers le nord, principalement par la vallée du Danube, empruntant les mêmes voies que les autres produits élaborés en Italie du Nord ou reçus dans les ports de l’Adriatique. La force productive et importatrice de ces fabriques se manifeste aussi par des importations plus ponctuelles en Narbonnaise et jusqu’en Britannia. En Narbonnaise, où se trouve un grand nombre de bouteilles carrées marquées, aucun timbre ne révèle une production spécifique.

140C’est aux limites occidentales de la Gaule Lyonnaise et Belgique que se situent les officines les plus importantes qui, durant les iie et iiie s., ont fabriqué des bouteilles carrées, rectangulaires et hexagonales souvent de grande taille. Leurs marques sont variées, mais une grande partie est composée d’une seule lettre. Les territoires des Véliocasses et des Calètes sont les plus dynamiques, mais d’autres foyers importants sont clairement perceptibles dans le centre de la Gaule. Tous ces produits sont essentiellement destinés à une clientèle régionale, mais des échanges entre régions voisines sont clairement avérés, ainsi que des relations commerciales entre le nord-ouest de la Gaule lyonnaise, la Gaule Belgique, la Britannia et le centre de la Gaule. Ces contenants de grand format en verre robuste ou plus fragile (barillets) traduisent un mode de conditionnement et de transport de conserves et de liquides probablement alimentaires qui n’a pas d’équivalent dans les autres régions. Ils reflètent sans doute des activités de transformation de produits agricoles ou de la mer qui ne transparaissent pas de manière aussi forte au travers du restant de la documentation archéologique.

141Les bouteilles marquées « AF », peut-être fabriquées en Grande-Bretagne, sont celles dont les débouchés commerciaux semblent les plus larges. Elles ne pénètrent pas dans les aires productrices précédentes, mais sont répandues suivant un arc de cercle qui couvre les Germanies Inférieure et Supérieure pour atteindre le territoire des Helvètes. La carte de répartition des productions de Rhénanie, bien identifiées par les lettres CC|CP ou CC|CC ou encore CA|CA, est comparable. En revanche, les échanges de longue distance entre régions méditerranéennes et septentrionales restent rares, dans un sens comme dans l’autre.

142Les unguentaria pour les huiles parfumées ont été fabriqués principalement au iie s. dans les régions où étaient produites les substances odoriférantes ou dans celles qui voyaient arriver des parfums ou les ingrédients entrant dans leur élaboration. Au sein des provinces occidentales, ces fioles sont les verreries marquées qui ont le plus voyagé, mais seuls les produits élaborés ou conditionnés en Italie ont fait l’objet d’un commerce interprovincial qui touche au premier chef la Gaule, mais aussi la Britannia et les provinces au nord des Alpes. Il semble que ce soit les régions centrales de l’Italie qui aient importé le plus de parfums vers les Gaules et en Britannia. Ce sont, en effet, les marques répertoriées dans les collections de Rome que l’on retrouve le plus dans ces provinces.

143La péninsule Ibérique reste en dehors de ces échanges. La Bétique produit en grande quantité ses propres flacons pour conditionner les huiles parfumées élaborées sur place ou peut-être pour embouteiller les parfums parvenus dans les bateaux qui viennent chercher les métaux du Rio Tinto. Les marques spécifiques et peu variées, AVG et PRO.MANC.B.C.AR, traduisent une propriété ou un contrôle étatiques ; elles circulent abondamment, mais ne sont guère vouées à l’exportation.

144Plus modestes, des officines installées en Narbonnaise émettent des flacons pour des parfums probablement concoctés avec des fleurs et des plantes locales, afin de satisfaire une clientèle strictement régionale. Les parfums des provinces orientales exportés jusqu’aux rives occidentales de l’Adriatique et de la Méditerranée sont dans des unguentaria de formes spéci-fiques mais jamais timbrées, aussi peut-on imaginer qu’une part des flacons soufflés et estampillés dans les ateliers d’Italie, d’Espagne et dans une moindre mesure de Narbonnaise, ont servi à reconditionner des parfums arrivés dans de plus grands conteneurs provisoires.

145L’origine des bouteilles Mercure, que l’on rencontre en Gaule, est tout autre. Ces contenants sont principalement produits au cours du iiie s. en Germanie et en Italie ; le territoire de Rèmes pourrait être le berceau de ceux qui portent la marque FIRM. Les ateliers septentrionaux, les plus entreprenants, envoient leurs produits jusqu’aux rives de la Méditerranée en empruntant les axes fluviaux. En revanche, les fabrications italiennes, du nord de la Péninsule comme de la région de Rome, ne se retrouvent guère en Gaule.

146Derniers conteneurs marqués et fabriqués en Occident entre la fin du iie s. et le courant du ive s., les barillets, dont certains sont les contemporains des récipients déjà évoqués, sortent principalement des ateliers du nord de la Gaule et de Germanie, où se situent les productions de bien d’autres bouteilles timbrées. Les officines de verriers ne se cantonnaient sans doute pas à la réalisation d’un seul type de verre ; on peut donc penser que la forme spécifique du barillet était dédiée à un contenu particulier, différent de celui des autres conteneurs en verre. Ce contenu, qui reste énigmatique, était réservé aux populations septentrionales.

147Au iiie s., la production normande est probablement la plus puissante, mais au siècle suivant, l’émergence de nouvelles estampilles témoigne de la vigueur des officines de Gaule Belgique et de Germanie dont les produits voyagent davantage. La vallée du Rhin aux iiie et ive s. est une zone verrière de très grande importance donc les produits extrêmement variés, vaisselle et contenants, font l’objet d’exportations étendues et volumineuses. D’autres foyers de production sont perceptibles dans l’est de la Gaule.

148Au delà du ive s., la production de conteneurs en verre moulé cesse presque totalement en Occident. Les importations de bouteilles orientales timbrées qui parviennent sur le littoral de la Narbonnaise au ve s. sont les témoignages ténus, mais évidents, d’échanges avec la côte méridionale de la Turquie déjà bien attestés par les amphores.

149Pas plus que nos prédécesseurs, ne sommes-nous en mesure d’expliciter avec certitude la signification des marques moulées ou estampillées sur les différents contenants au moment même de leur fabrication, mais il semble qu’elles puissent en revêtir plusieurs car la surface lisse et non perméable du matériau ne permettait pas d’ajouter directement sur le récipient, comme c’était le cas pour les amphores et les tonneaux, des indications pérennes relatives au contenu. Bien que l’existence d’étiquettes ou d’estampages sur les opercules de chaux, de bois ou de cire ou encore d’inscriptions peintes sur les caisses dans lesquelles pouvaient être rangés bouteilles ou flacons soit possible, il fallait que les renseignements indispensables et infalsifiables demeurent dans la marque incorruptible imprimée lors du façonnage du récipient.

150Une partie de ces marques se rapporte directement ou indirectement au contenu ou au récipient destiné à un produit spécifique, ce qui revient au même. Plusieurs arguments sont en faveur de cette hypothèse. La perduration, sur plusieurs générations, d’une marque ou de son radical, l’onomastique (EUHODIA ; ou, plus incertains, SPS pour seplasium et MISC comme radical de miscere), le rapprochement que l’on peut faire avec d’autres inscriptions (FIRM imprimé sur des cachets à collyre) et certains symboles (poissons, trident) pourraient traduire la nature des denrées. Les inscriptions comparables, forgées autour de FRO sur les barillets ou les lettres FM|HL ou FIRM sur les bouteilles Mercure, peuvent dériver du nom de l’artisan à l’origine de la morphologie du contenant ou du produit embouteillé. Les analogies, observées entre les marques SCV des bouteilles Mercure et celles des petites bouteilles carrées fabriquées en Grande-Bretagne, traduisent des imitations impliquant la volonté de profiter du succès rencontré par l’original. L’existence de marques semblables, en des lieux éloignés les uns des autres, n’induit pas forcément des liens entre plusieurs ateliers.

151Les estampilles étatiques, qu’elles s’apparentent ou non aux timbres (AVG) ou aux tituli picti des amphores (Fiscis Rationis), concernent de toute évidence le contenu et non le contenant. Victoire, palmes et couronne sont les symboles qui reviennent le plus et pourraient laisser penser que les marques étatiques sont en plus grand nombre que ce qui est généralement admis ; une grande partie de la production et du commerce des huiles parfumées, particulièrement lucratifs, devait être à la fin du iie s. et au début du iiie s. propriété étatique ou impériale, ou bien soumise au contrôle impérial.

152Les villes, dont le nom semble transparaître dans les initiales placées aux angles des bouteilles carrées ou au centre des marques des flacons à parfum, ont pu être impliquées dans l’élaboration des contenus, mais leur nom n’est peut-être qu’une « garantie d’origine ».

  • 30 Sur les unguentaria, QDE est parfois suivi de LPF (Fremersdorf 1961, p. 49 ; Taborelli 1998, p. 290 (...)

153Il est plus difficile d’interpréter les lettres uniques ou les noms, abrégés ou développés, qui paraissent sur divers récipients. Un petit nombre seulement de ces noms, le plus souvent sur des bouteilles carrées, est précédé de EX OF ou suivi de FECIT. Ils sont considérés comme ceux des producteurs du conteneur ou du contenu. Les noms apposés sur les unguentaria sont généralement interprétés comme ceux des parfumeurs ou des négociants qui tirent profit du précieux contenu. Très rarement, des marques de bouteilles carrées et d’unguentaria d’origine italienne ont été rapprochées. C’est le cas pour les trois lettres Q|DE présentes sur de nombreux unguentaria découverts dans le nord de l’Italie (Taborelli 1998, p. 290, fig. 3 et 4) et importés au nord des Alpes (Glöckner 2006, no 71) : ils pourraient être l’abréviation de Quintus Danius Euhelpistus dont le nom est développé sur les bouteilles carrées (Q.DANI|EVHELPISTI : Gabucci 1996, p. 86-87, pl. XVIII, 2 ; Taborelli 1998, p. 291, fig. 2 ; Diani, Invernizzi 2013, fig. 9). Ces analogies peuvent être diversement interprétées. Faut-il voir dans cette marque, qui comporte des variantes30, le nom de l’officinator d’une verrerie produisant à la fois des flacons pour les huiles parfumées et des bouteilles de plus grande capacité pour des denrées alimentaires ou bien le propriétaire d’oliveraies dont l’huile, selon sa qualité, pouvait être utilisée pour un cosmétique de prix ou une denrée comestible, ou encore celui de personnages contrôlant toute la chaîne de production (Brun 1998, p. 445) ? Il est impossible de dire si les noms inscrits sont ceux d’artisans verriers indépendants qui fournissaient les domaines producteurs d’huile, de vin, les fabriques de bière ou de garum, ou bien ceux des propriétaires fonciers qui avaient inclus dans leur patrimoine une verrerie, schéma qui reprendrait ce que l’on connaît pour les fabriques d’amphores associées aux domaines agricoles. Les marques communes entre certaines bouteilles carrées et amphores, toutes fabriquées en Bétique, iraient dans le sens d’une imbrication des productions artisanales et agricoles, mais cette explication ne peut être généralisée.

154Seules les marques sur verre les plus fréquentes ont été présentées ici et beaucoup de questions restent ouvertes. Bien que peu volumineuse, cette documentation fait partie des sources permettant d’appréhender divers secteurs de l’artisanat et divers intervenants économiques de la société romaine. Les enquêtes italiennes en cours et de nouvelles découvertes, complétant les séries déjà constituées ou faisant surgir d’autres types d’estampilles, permettront sans doute de préciser les aires de fabrication de ces récipients qui peuvent recouvrir celles des produits conditionnés. Mais le sens des inscriptions, associées ou non à des symboles, ne pourra être véritablement discuté que par l’intervention des épigraphistes.

Haut de page

Bibliographie

Pour consulter la liste des abréviations et des acronymes, cliquer ici.

Sources épigraphiques

Corpus Inscriptionum Latinarum

CIL XII : Inscriptiones Galliae Narbonensis Latinae, éd. O. Hirschfield, Berlin, 1888.

CIL XIII : Inscriptiones trium Galliarum et Germaniarum Latinae - Pars III, fasc 2 - Instrumentum Domesticum, éd. É. Espérandieu, O. Bohn, O. Hirschfield et K. F. W. Zangemeister, Berlin, 1906.

CIL XV : Inscriptiones Urbis Romae latinae - Pars II, fasc. 1 - Instrumentum domesticum, éd. H. Dressel, Berlin, 1899.

Corpus des signatures et marques sur verres antiques

CSMVA I : Foy D., Nenna M.-D. (dir.), La France, vol. 1, Aix-en-Provence, Lyon, AFAV, 2006, 248 p.

CSMVA II : Foy D., Nenna M.-D. (dir.), Pays-Bas, Belgique, Luxembourg, Allemagne, Autriche, Suisse, Slovénie, Hongrie, Croatie, Espagne, Portugal, Maghreb, Grèce, Chypre, Turquie, mer Noire, Proche-Orient, Égypte, Soudan, Cyrénaïque, France (Addenda), vol. 2, Aix-en-Provence, Lyon, AFAV, 2006, 507 p.

CSMVA III : Foy D., Nenna M.-D. (dir.), Grande-Bretagne et addenda : Pays-Bas, France, Allemagne, Suisse, Croatie, Espagne, Portugal, Grèce, Turquie, mer Noire, Proche-Orient, vol. 3, Aix-en-Provence, Lyon, AFAV, 2011, 323 p.

RIB

Collingwood R. G., Wright R. P., Instrumentum domesticum (Personal Belongings and the Like), vol. 2, fasc. 2, Haverfield, éd. S. S. Frere et R. S. O. Tomlin, legs d’Alan Sutton, 1991.

Références

Adrian Y.-M. 2014 : Note sur les marques récemment découvertes en Haute-Normandie, Bull. AFAV, p. 152-153.

Alarcão J. de 1975 : Bouteilles carrées à fond décoré du Portugal romain, JGS, 17, p. 47-53.

Amrein H. 2006 : Marques sur verre attestées en Suisse, in CSMVA II, p. 209-243.

Amrein H., Nenna M.-D. 2006 : Inventaire des moules destinés à la fabrication des contenants en verre, in CSMVA II, p. 491-504.

Arveiller V. 2006 : Les bouteilles Mercure, in CSMVA I, p. 125-132.

Barat S. 2014 : Une nouvelle inscription sur un fond de bouteille hexagonale issue du site antique de Grand (Vosges), Bull. AFAV, p. 151-152.

Barovier Mentasti R., Mollo R., Framarin P., Sciaccaluga M., Geotti A. 2003 : Les Âges du verre. Histoire et techniques du verre de l’Antiquité à nos jours, Catalogue d’exposition, Musée archéologique régional d’Aoste, 15 juin-27 octobre 2002, Milan, Skira, 287 p.

Barruol G. 1985 : Miroirs votifs découverts en Provence et dédiés à Sélènè et à Aphroditè, Revue archéologique de Narbonnaise, 18, p. 343-373.

Bassi C., Cavada E., Endrizzi L. 2013 : Vetri bollati rinvenuti in Trentino : aggiornamento, in Diani M. G., Mandruzzato L. (dir.), Per un corpus dei bolli su vetro in Italia. Atti delle XIV Giornate Nazionali di Studio sul Vetro, Trento, 16-17 ottobre 2010, Crémone, Association internationale pour l’histoire du verre (coll. AIHV – Atti delle Giornate Nazionali di Studio sul Vetro), Comitato Nazionale Italiano, p. 97-102.

Baumgarten S., Follmann-Schulz A.-B. 2011 : Römische Gläser mit Bodenmarken im Rheinischen Landesmuseum Bonn, Nachtrag, in CSMVA III, p. 149-153.

Ben Redjeb T. 2013 : Somme, Paris, Académie des inscriptions et belles-lettres (coll. CAG, 80/2) 840 p.

Berni Millet P. 2008 : Epigrafía anfórica de la Bética, nuevas formas de análisis, Barcelone, Universitat de Barcelona (coll. Instrumenta, 29), 638 p.

Berni Millet P. 2012 : Autopsie du timbre sur amphore, in Fuchs M. E., Sylvestre R., Schmidt Heidenreich C. (dir.), Inscriptions mineures : nouveautés et réflexions, Actes du 1er colloque Ductus, 19-20 juin 2008, Lausanne, Berne, Berlin, Francfort, New York, Oxford, Vienne, éd. Peter Lang, p. 152-163.

Bloch R. 1950 : Volsinies étrusque et romaine : nouvelles découvertes archéologiques et épigraphiques, Mélanges d’Archéologie et d’Histoire, 62, p. 53-123.

Boeselager D. von 2012 : Römische Gläser aus Gräbern an der Luxemburger Straße in Köln. Typologie, Chronologie, Grabkontexte, Kölner Jahrbuch, 45, p. 7-526.

Bonomi S. 1996 : Vetri antichi del Museo archeologico nazionale di Adria (coll. Corpus delle Collezioni archeologiche del Vetro nel Veneto, 2), Venice, Murano, Comité national italien de l’Association internationale pour l’histoire du verre, 252 p.

Borréani M., Brun J.-P. 1990 : Une exploitation agricole antique à Costebelle (Hyères, Var) : huilerie et nécropole (ier s. av. J.-C.-vie s. apr. J.-C.), Revue archéologique de Narbonnaise, 23, p. 117-146.

Brun J.-P. 1998 : Une parfumerie romaine sur le forum de Paestum, Mélanges de l’École française de Rome. Antiquité, 110-1, p. 419-472.

Buljević Z. 2011 : Imprints on the Bottoms of Glass Bottles from Dalmatia Held in the Archaeological Museum in Split, in CSMVA III, p. 179-195.

Cabart H. 2005 : Les verres gallo-romains de Pontpierre (Moselle) - contournement de Faulquemont, Bull. AFAV, p. 18-22.

Cabart H. 2006 : Les barillets, in CSMVA I, p. 149-189.

Cabart H., Foy D., Nenna M.-D. 2006 : Les bouteilles et les pots carrés, in CSMVA I, p. 73-107.

Calvi M. C. 1968 : I vetri romani del Museo di Aquileia, Aquilée, Associazione nazionale per Aquileia, 287 p.

Ceselin F. 1996 : Vetri romani del Museo archeologico nazionale di Parma, Atti della prima giornata di studio. Il vetro dall’Antichità all’età contemporanea, Venise, 2 dec. 1995, Venise, Camera di Commercio, Industria, Artigianato ed Agricoltura di Venezia, p. 41-44.

Chassaing M. 1961 : Les barillets frontiniens, Revue Archéologique de l’Est, 12, p. 89-106.

Chossenot R., Estéban A., Neiss R. 2010 : Reims, Paris, Académie des inscriptions et belles-lettres (coll. CAG, 51/2), 480 p.

Cipriano S., Sandrini G. M. 2013 : Vetri bollati del Museo archeologico nazionale di Altino (VE) : lo stato degli studi, in Diani M. G., Mandruzzato L. (dir.), Per un corpus dei bolli su vetro in Italia, Atti delle XIV Giornate Nazionali di Studio sul Vetro, Trento, 16-17 ottobre 2010, Crémone, Association internationale pour l’histoire du verre (coll. AIHV – Atti delle Giornate Nazionali di Studio sul Vetro), Comitato Nazionale Italiano, p. 91-96.

Colombier-Gougouzian A. 2014 : Le Verre gallo-romain en Gaule du Centre-Est du iie s. av. n. è. au ive s. de n. è. : production, circulation, usages en contexte urbain et rural, Thèse de l’université Lumière Lyon-II.

Conestabile G. 1862 : Quelques mots à propos de la fiole en verre du musée de Reims, Revue Archéologique, 1, p. 378-383.

Cool H. E. M., Price J. 1995 : Roman Vessel Glass from Excavations at Colchester 1971-1985, Colchester, Colchester Archaeological Trust (coll. Colchester Archaeological Reports, 8), 256 p.

Cornardeau S. 2015 : Deux marques sur verre découvertes à Toulouseç, Bull. AFAV, p. 144-145.

Corpus verre Lombardie 1 2004 : Corpus des Collections de verre en Lombardie, vol. I, Crémone et sa province, Crémone, Comité national italien de l’Association internationale pour l’histoire du verre, 249 p.

Corpus verre Lombardie 2 n. d. : Corpus des Collections du verre en Lombardie, vol. II, t. 1, Pavie. Antiquité, Pavie, Comité national italien de l’Association internationale pour l’histoire du verre, 351 p.

Cruz M. Da 2006 : Marques sur verres du Portugal, in CSMVA II, p. 325-347.

Cruz M. Da, Ortiz Palomar E., Peralda J. A. 2011 : Marques sur verres découvertes en Espagne : addenda, in CSMVA III, p. 203-214.

Czurda-Ruth B. 1989 : Zu den römischen Gläsern aus den Hanghäusern von Ephesus, Kölner Jahrbuch für vor- und Frühgeschichte, 22, p. 129-140.

Del Vecchio F. 2004 : Le Produzioni della prima e media età imperiale soffiate con l’ausilio di matrici, Florence, ed. All’Insegna del Giglio (coll. Gorga Vetri, II), 127 p.

Del Vecchio F., Petrianni F. 2000 : Vasi di vetro con bollo monetale, Annales du 14e congrès de l’Association internationale pour l’histoire du verre (Milan-Venise 1998), Amsterdam, Association internationale pour l’histoire du verre, 2000, p. 82-85.

Desbat A. 2006 : La céramique comme vecteur de l’idéologie impériale : l’exemple des gobelets d’Aco et des médaillons d’applique de la vallée du Rhône, in Navarro Caballero M., Roddaz J. M. (dir.), La Transmission de l’idéologie impériale dans l’Occident romain, Bordeaux, Paris, CTHS, Ausonius (coll. Études), p. 297-305.

Detlefsen D. 1863 : Les marques de fabrique sur la verrerie romaine, Revue Archéologique, 2, p. 215-230.

De Tommaso G. 1990 : Ampullae vitreae : contenitori in vetro di unguenti e sostenze aromatiche dell’Italia romana (i sec. a.C.-iii sec. d.C.), Rome, G. Bretschneider, 133 p.

Deville A. 1873 : Histoire de l’art de la verrerie dans l’Antiquité, Paris, A. Morel et Cie Librairies-éditeurs, 108 p.

Diani M. G, Invernizzi R. 2013 : Per una sintesi delle attestazioni di bolli su vetro nel territorio dell’attuale provincia di Pavia, in Diani M. G., Mandruzzato L. (dir.), Per un corpus dei bolli su vetro in Italia. Atti delle XIV Giornate Nazionali di Studio sul Vetro, Trento, 16-17 ottobre 2010, Crémone, Association internationale pour l’histoire du verre (coll. AIHV - Atti delle Giornate Nazionali di Studio sul Vetro), Comitato Nazionale Italiano, p. 77-89.

Diani M. G., Mandruzzato L. (dir.) 2013 : Per un corpus dei bolli su vetro in Italia, Atti delle XIV Giornate Nazionali di Studio sul Vetro, Trento, 16-17 ottobre 2010, Crémone, Association internationale pour l’histoire du verre (coll. AIHV - Atti delle Giornate Nazionali di Studio sul Vetro), Comitato Nazionale Italiano, 148 p.

Dilly G., Mahéo N. 1997 : Verreries antiques du Musée de Picardie, Amiens, Musée de Picardie, Éditions d’art Somogy, 129 p.

Doranlo R. 1934-1935 : Inventaire des marques de verriers gallo-romains trouvés en Normandie, Bulletin Archéologique, 29, p. 537-559.

Duday H., Farago-Szekeres B. 2008 : Les tombes fastueuses de Naintré (Vienne), Les Dossiers d’Archéologie, nov.-déc., n° 330, p. 120-127.

Eterović A., Štefanac B. 2013 : Mercury Bottles from the Site of Vrt Relja in Zadar, in Diani M. G., Mandruzzato L. (dir.), Per un corpus dei bolli su vetro in Italia. Atti delle XIV Giornate Nazionali di Studio sul Vetro, Trento, 16-17 ottobre 2010, Crémone, Association internationale pour l’histoire du verre (coll. AIHV – Atti delle Giornate Nazionali di Studio sul Vetro), Comitato Nazionale Italiano, p. 133-137.

Facchini G. M. 1998 : La bottigliette mercuriale, in Vetro Vetri. Preziose iridescenze, Catalogue d’exposition, Museo Civiche Raccolte Archeologiche e Numismatiche di Milano, Milan, Electa, p. 139-146.

Facchini G. M. 1999 : Vetri antichi del Museo archeologico al Teatro romano di Verona e di altre collezioni veronesi, Venise, Association internationale pour l’histoire du verre (coll. Corpus delle collezioni archeologiche del vetro nel Veneto, 5), Comitato Nazionale Italiano, 304 p.

Fadić I. 2006 : Staklar Alexandros, Vjesnik za arheologiju i povijest dalmatinsku, 99, p. 153-161

Fadić I., Štefanac B. 2012 : Rimsko staklo hrvatske. Radionički reljefni žigovi. Roman Glass in Croatia. Workshop Relief Stamps, Zadar, Muzej Antičkog Stakla, 208 p.

Flos Travieso N. 1987 : Batuelo : Els vidres, Barcelone, Museu de Badalona (coll. Monografies Badalonines, 10), 218 p.

Fogolari G., Scarfi B. M. 1970 : Adria antica, Venise, Alfieri, 91 p.

Follmann-Schulz A.-B. 1999a : Quadratisch, praktisch, gut – aber es geht auch zylindrisch. Zu den ECVA-gestempelten Faßkrügen, in Klein M. (dir.), Römische Glaskunst und Wandmalerei, Mayence, Ausstellung des Landesmuseums, p. 106-112.

Follmann-Schulz A.-B. 1999b : Atelier et production du maître verrier (?) ECVA, Bull. AFAV, p. 4-6.

Follmann-Schulz A.-B. 2006 : Römische Gläser mit Buchstaben-marken im Rheinischen Landesmuseum Bonn, in CSMVA II, p. 81-110.

Follmann-Schulz A.-B. 2010 : Formen für Vierkantgefäße aus dem römischen Legionslager in Bonn, i jahrhundert n. Chr. », in Fontaine-Hodiamont C. (dir.), D’Ennion au Val Saint-Lambert, le verre soufflé-moulé, in « Actes des 23e Rencontres de l’AFAV, Bruxelles-Namur, 17-19 octobre 2008 », Scientia Artis, 5, Bruxelles, Institut royal du patrimoine artistique, p. 235-240.

Follmann-Schulz A.-B. 2011 : Moules de bouteilles carrées découverts à Bonn, in CSMVA III, p. 155-169.

Fontaine S. 2013 : Les verres de l’épave romaine de Tiboulen de Maïre (Marseille) : dotation de bord ou vestiges d’une cargaison complémentaire ?, JGS, 55, p. 235-240.

Fontaine S., Tran N. 2014 : Une marque d’atelier sur une bouteille en verre découverte à Arles, Gallia, 71-2, p. 121-124.

Fontenay H. de 1874 : Inscriptions céramiques gallo-romaines découvertes à Autun suivies des inscriptions sur verre, bronze, plomb et schiste de même époque, trouvées au même lieu, Autun, Michel Dejussieu imprimeur, 224 p.

Foy D. 2000 : Un atelier de verrier à Beyrouth au début de la conquête islamique, Syria, 77, p. 239-290.

Foy D. 2006a : Marques sur verres antiques trouvées en France : addenda, in CSMVA II, p. 467-489.

Foy D. 2006b : Marques sur verres découvertes dans le Maghreb, in CSMVA II, p. 349-368.

Foy D. 2009 : La bouteille Mercure CEVHODIA d’Arles : cheminements et vicissitudes d’une documentation archéologique, JGS, 51, p. 134-153.

Foy D. 2010a : Fioles bicéphales de la fin de l’Antiquité en Narbonnaise, in Fontaine-Hodiamont C. (dir.), D’Ennion au Val Saint-Lambert, le verre soufflé-moulé, in « Actes des 23e Rencontres de l’AFAV, Bruxelles-Namur, 17-19 octobre 2008 », Scientia Artis, 5, Bruxelles, Institut Royal du Patrimoine Artistique, p. 261-266.

Foy D. 2010b : Souvenirs de pèlerinages dans l’Antiquité tardive : vaisselle, ampoules et breloques de verre découvertes en Narbonnaise, in Delestre X., Marchesi H. (dir.), Archéologie des rivages méditerranéens: 50 ans de recherche, Actes du colloque d’Arles, 28-30 octobre 2009, Paris, Errance, p. 303-311.

Foy D. 2010c : Verres des iie et iiie siècle à Arles : les fouilles de la place Jean-Baptiste Massillon 2009, Bull. AFAV, p. 27-32.

Foy D. 2011 : Signatures et marques sur verres antiques trouvés en France : second addenda, in CSMVA III, p. 83-148.

Foy D. 2013 : Nouvelles marques sur verres antiques à Marseille, Bull. AFAV, p. 54-58.

Foy D., Nenna M.-D. 2001 : Tout feu tout sable, mille ans de verre dans le sud-est de la France, Catalogue d’exposition, Musée d’Histoire, Marseille, mai-septembre 2001, Aix-en-Provence, Edisud-Musées de Marseille, 255 p.

Foy D., Nenna M.-D. 2006a : Les unguentaria, in CSMVA I, p. 133-148.

Foy D., Nenna M.-D. 2006b : Formes rares et indéterminées, in CSMVA I, p. 191-194.

Foy D., Nenna M.-D. 2006c : Les contenants tardifs, in CSMVA I, p. 195-200.

Fremersdorf F. 1961 : Römisches geformtes Glas in Köln : die Denkmäler des römischen Köln, vol. VI, Cologne, Der Lowe, 79 p.

Froehner W. 1879 : Nomenclature des verriers grecs et romains (inclus dans La Verrerie antique : description de la Collection Charvet), Paris, J. Charvet, 62 p.

Froehner W. 1897 : Musée de Marseille, Catalogue des antiquités grecques et romaines, Paris, Imprimerie nationale, 379 p.

Frova A. 1971 : Vetri romani con marchi, JGS, 13, p. 38-44.

Fünschilling S. 2011 : Marques sur verre découvertes en Suisse : addenda, in CSMVA III, p. 175-177.

Gabucci A. 1996 : Una necropoli romana presso Almese, Quaderni della Soprintendenza Archeologica del Piemonte, 14, p. 75-88

Gabucci A., Spagnolo Garzoli G. 2013 : Vetri bollati dal Piemonte romano (Transpadana occidentale e Liguria interna), in Diani M. G., Mandruzzato L. (dir.), Per un corpus dei bolli su vetro in Italia, Atti delle XIV Giornate Nazionali di Studio sul Vetro, Trento, 16-17 ottobre 2010, Crémone, Association internationale pour l’histoire du verre (coll. AIHV - Atti delle Giornate Nazionali di Studio sul Vetro), Comitato Nazionale Italiano, p. 43-58.

Gaitzsch W., Follmann-Schulz A.-B., Wedepohl K. H., Hartmann G., Tegtmeier U. 2000 : Spätrömische Glashütten im Hambacher Forst – Produktionsort der ECVA-Fasskrüge, Bonner Jahrbücher, 200, p. 83-240.

Galli M., Pisani Sartorio G. 2009 : Machina : Tecnologia dell’antica Roma, Catalogue d’exposition, Rome, Museo della Civiltà Romana, déc. 2009-avril 2010, Rome, Palombi, 294 p.

Gandolfi D. 2002 : Una bottiglia-mercuriale Isings 84 con bollo C.EVHODIA dal Civico Museo Archeologico di Ventimiglie (Liguria, Italia), in Rivet L., Sciallano M. (dir.), Vivre, produire et échanger : reflets méditerranéens. Mélanges offerts à Bernard Liou, Montagnac, Monique Mergoil (coll. Archéologie et Histoire romaine, 8), p. 295-302.

Gandolfi D., Bulgarelli F., Gervasini L. 2013 : Prime riflessioni per un corpus dei vetri bollati in Liguria, in Diani M. G., Mandruzzato L. (dir.), Per un corpus dei bolli su vetro in Italia, Atti delle XIV Giornate Nazionali di Studio sul Vetro, Trento, 16-17 ottobre 2010, Crémone, Association internationale pour l’histoire du verre (coll. AIHV - Atti delle Giornate Nazionali di Studio sul Vetro), Comitato Nazionale Italiano, p. 23-51.

Giacobelli M. 2002 : Nuovo « bolli » su contenitori vitrei dalla nave romana di Grado, in Gianfrotta P. A., Pelagatti P. (dir.), Archeologia subacquea Studi, ricerche e documenti, III, Rome, Istituto Poligrafico dello Stato, p. 255-273.

Glöckner G. 2006 : Signs, Inscriptions and other Designs on Roman Glass Vessels in Austria, in CSMVA II, p. 187-208.

Goethert-Polaschek K. 1977 : Katalog der römischen Gläser des Rheinischen Landesmuseums Trier, Mainz, Philipp von Zabern, 352 p.

Gourevitch D. 2011 : Pour une Archéologie de la médecine romaine, Paris, De Boccard (coll. Pathographie, 8), 251 p.

Gourevitch D., Labonnelie-Pardon M. 2010 : Santé, maladies et médecine, in Chossenot R., Estéban A., Neiss R. (dir.), Reims, Paris, Académie des inscriptions et belles-lettres (coll. CAG 51/2), p. 114-119.

Grose D. 1973-1976 : The Glass from the Roman “Colonia” of Cosa, Bulletin de l’Association internationale pour l’histoire du verre, 7, p. 175-182.

Grosjean B. 1988 : La vaisselle de verre, in Roussel L. (dir.), Mediolanum une bourgade gallo-romaine : 20 ans de recherches archéologiques, Catalogue d’exposition, Musée archéologique de Dijon, Dijon, p. 123-129.

Grünewald M. 2012 : Étude typo-chronologique du verre de l’Antiquité tardive trouvé à Mayen : les bouteilles Isings 132 (Allemagne), in Arveiller V., Cabart H. (dir.), Le Verre en Lorraine et dans les régions voisines, Actes du colloque de l’AFAV, 18-19 novembre 2011, Metz, Montagnac, Monique Mergoil (coll. Monographies Instrumentum, 42), p. 197-210.

Guérit M. 2014 : Un unguentarium marqué découvert à Annecy (Haute-Savoie), Bull. AFAV, p. 152.

Guihard P.-M. 2012 : Le trésor double de Tourouvre (Orne) : bijoux et monnaies de Domitien à Victorin, Jahrbuch des Römisch-Germanischen Zentralmuseum Mainz, 57, p. 151-220.

Hanut F. 2006 : Marques sur verre en Wallonie et dans le Grand-Duché du Luxembourg, in CSMVA II, p. 69-80.

Harden D. B. 1936 : Roman Glass from Karanis Found by the University of Michigan Archaeological Expedition in Egypt 1924-1929, Ann Arbor, University of Michigan Press, 349 p.

Harter G. 1999 : Römische Gläser des Landesmuseums Mainz, Mayence, éd. Reichert, 393 p.

Heijmans M., Rothé M.-P., Piton J., Bremond J., Robin N. 2012 : Données nouvelles sur la nécropole dite des Alyscamps à Arles (Bouches-du-Rhône) : fouilles de Rochefleur (1976) et de l’ancien cinéma l’Odéon, Bd Victor-Hugo (1999-2000), Revue archéologique de Narbonnaise, 45, p. 165-219.

Hellmann M.-C. 1986 : Empreintes de monnaies romaines sur verre, Bulletin de la Société française de Numismatique, 41, 4, p. 33-35.

Höpken C. 2011 : Bodenmarken eckiger Glasgefässe aus Straubing, Raetien (Deutschland), in CSMVA III, p. 171-174.

Hurtado T., Mas P., Ramón M. A., Rosselló M. 2008 : Un nivel de destrucción del siglo V d.C. en el Portus Sucronem (Cullera, Valencia) : contexto material, Quaderns de Prehistòria i Arqueologia de Castelló, 26, p. 95-141.

Isings C. 1957 : Roman Glass from Dated Finds, Groningen-Djakarta, J. B. Wolters (coll. Archaeologica Traiectina, 2), 185 p.

Jacob J.-P., Jeannin Y. 1986 : Informations archéologiques. Circonscription de Franche-Comté : Doubs, Jura, Haute-Saône, Territoire de Belfort, Gallia, 44-2, p. 235-259.

Kisa A. 1908 : Das Glas im Altertume, Leipzig, Hiesemann Kunckel, 3 vol., 841 p.

Klein M. 2006a : Les marques sur les barillets trouvés en Allemagne : relations entre la Rhénanie et la Gaule, in CSMVA II, p. 111-131.

Klein M. 2006b : Les marques des verres antiques conservées à Mayence (Rhénanie-Palatinat), in CSMVA II, p. 133-144.

Larese A. 2004 : Vetri antichi del Veneto, s.l., Comité national italien de l’Association internationale pour l’histoire du verre (coll. Corpus delle Collezioni archeologiche del Vetro nel Veneto, 8), 294 p.

Lazar I. 2006a : Base Marks on Glass Vessels Found on the Territory of Modern Slovenia: Commentary and Catalogue, in CSMVA II, p. 245-261.

Lazar I. 2006b : Base Marks on the Glass Vessels in Croatia: Catalogue, in CSMVA II, p. 273-282.

Lazar I. 2006c : Base Marks on the Glass Vessels in Hungary: Catalogue, in CSMVA II, p. 263-271.

Leblond C. 2010 : La présence d’un atelier de verrier à Mathay au lieu-dit « Les Ouchottes » (Doubs), Bull. AFAV, p. 101-105.

Lehrer Jacobson G. 1992 : Greek Names on Prismatic Jugs, JGS, 34, p. 35-43.

Lightfoot C. 2006 : Roman Mould-Blown Stamped Bottles in the Metropolitan Museum of Art, in CSMVA II, p. 453-466.

Liou B., Gassend J.-M. 1990 : L’épave Saint-Gervais 3 à Fos-sur-Mer (milieu du ier siècle ap. J.-C.) : inscriptions peintes sur amphores de Bétique. Vestiges de la coque, Archaeonautica, 10, p. 157-264.

Loesch C. 2012 : Exquisite Roman Glass at the Frontiers of the Roman Empire. Early 3rd century Glass from Tomb 7 of the Rheinbach-Flerzheim Necropolis in Germany, in Arveiller V., Cabart H. (dir.), Le Verre en Lorraine et dans les régions voisines, Actes du colloque de l’AFAV, 18-19 novembre 2011, Metz (coll. Monographies Instrumentum, 42), Montagnac, Monique Mergoil, p. 63-74.

Loriquet C. 1861-1862 : Marque pharmaceutique sur une fiole en verre du musée de Reims, Travaux de l’Académie impériale de Reims, 36, p. 1-13.

Mahéo N. 1990 : Les Collections archéologiques du musée de Picardie, Amiens, éd. Trois Cailloux, 331 p.

Mandruzzato L., Marcante A. 2005 : Vetri antichi del Museo archeologico nazionale di Aquileia : il vasellame da mensa, s.l., Comité national italien de l’Association internationale pour l’histoire du verre (coll. Corpus delle Collezioni archeologiche del Vetro in Friuli Venezia Guilia, 2), 173 p.

Marie A. 2013 : Les contenants en verre du trésor de Tourouvre (Orne), Bull. AFAV, p. 60-61.

Martin Pruvot C. 1999 : Le verre, in Castella D., Martin Pruvot C., Amrein H., Duvauchelle A., Koenig F. E., La Nécropole gallo-romaine d’Avenches « En Chaplix », fouilles 1987-1992, vol. 2, Étude de mobilier (Cahiers d’archéologie romande, 78 ; série Aventicum, X), Lausanne, p. 167-295.

Massabò B. 1999 : Magiche Trasparenze : i vetri dell’antica Albingaunum, Catalogue d’exposition, Palazzo Ducale, Gênes, 17 déc. 1999-15 mars 2000, Milan, Mazzotta, 314 p.

Massart C., Fontaine-Hodiamont C. 2003 : Les unguentaria du tumulus gallo-romain de Vorsen (com. de Montenaken, prov. de Limbourg) : restauration, marques et contenus, Bulletin de l’Insti-tut royal du Patrimoine artistique, 30, Bruxelles, p. 119-142.

Meconcelli Notarianni G. 1979 : Vetri antichi nelle collezioni del Museo Civico Archeologico di Bologna, Bologne, Istituto per la storia di Bologna, 182 p.

Mège C., Robin L. 2009 : Un unguentarium-chandelier à fond marqué du iie s. ap. J.-C. découvert à Lyon, Revue Archéologique de l’Est, 58, p. 453-459.

Mercando L. 1974 : Portorecanati (Macerata) : la necropoli romana di Portorecanati, Notizie degli Scavi di Antichità, 28, p. 142-430.

Mercando L. 1982 : Urbino (Pesaro). Necropoli Romana : Tombe al Bivio della Croce dei Missionari a san Donato, Notizie degli Scavi di Antichità, 36, p. 103-374.

Michon E. 1915 : Le trésor gallo-romain du Pouzin (Ardèche), Bulletin archéologique du Comité des travaux historiques et scientifiques, p. 71-82.

Moirin A. 2006a : Les bouteilles rectangulaires, in CSMVA II, p. 109-117.

Moirin A. 2006b : Les bouteilles hexagonales et dodécagonales, in CSMVA II, p. 119-124.

Moracchini-Mazel G. 1971 : Les fouilles de Mariana (Corse) I : la nécropole de Palazzetto-Murtondo, Bastia, Fédération des associations et groupements pour les études corses (coll. Cahiers Corsica, 4-7), 60 p.

Munier C. 2003 : Un atelier de verrier du iie  siècle à Besançon, in Foy D. (dir.,) Cœur de verre, production et diffusion du verre antique, Catalogue d’exposition, Musée gallo-romain de Lyon-Fourvière, 19 déc. 2003-25 avril 2004, Gollion, éd. Infolio, p. 46-51.

Munier C. 2013 : Aperçu des verres de l’Antiquité au xixe siècle découverts à Besançon-Zac Pasteur (fouilles 2010-2011), Bull. AFAV, p. 62-66.

Munier C. à paraître : Nouvelles marques sur verre antique dans le nord-est de la France, Bull. AFAV.

Munier C., Brkojewitsch G. 2003 : Premiers éléments relatifs à la découverte récente d’un atelier de verrier antique à Besançon, in Foy D., Nenna M.-D. (dir.), Échanges et commerce du verre dans le monde antique, Actes du colloque international de l’AFAV, Aix-en-Provence et Marseille, juin 2001, Montagnac, Monique Mergoil (coll. Monographies Instrumentum, 24), p. 321-337.

Munier C., Wawrzyniak G., Bolly A., Alberti G., Simonin O. 2015 : Marques et inscriptions moulées sur fonds de récipients du nord-est de la France, Bull. AFAV, p. 146-148.

Nenna M.-D. 2006 : Marques de provenance inconnue ou étrangère conservées dans les musées français, in CSMVA I, p. 201-213.

Nenna M.-D. 2011a : Marques sur verre découvertes en Croatie : addenda, in CSMVA III, p. 197-201.

Nenna M.-D. 2011b : Marques en grec, in CSMVA III, p. 257-273.

Nogales Basarrate T., Castillejo Gorraiz M., Jurado Nunez F., Huertas Munoz J. E. 2002 : Ludi romani espectáculos en Hispania Romana, Catalogue d’exposition, Museo nacional de Arte romano, Merida juillet-octobre 2002, Mérida, Museo nacional de Arte romano, 268 p.

Pascual i Guasch R. 1991 : Índex d’estampilles sobre àmfores catalanes, Barcelone, Servei del Llibre l’Estaquirot (coll. Cuadernos de Arqueologia, 5), 221 p.

Pasqualucci R. 1998 : Contributi sulla collezione Gorga : gli unguentari bollati, in Il Vetro dall’Antichità all’età contemporanea ; aspetti tecnologici, funzionali e commerciali, Atti 2e Giornate Nazionali di Studio AIHV – Comitato Nazionale Italiano, 14-15 dic. 1996, Milano, Milan, Comité italien de l’Association internationale pour l’histoire du verre, p. 115-120.

Paternoster A. M. 2000 : Contenitori vitrei bollati dalla necropoli dell’Università Cattolica di Milano, Annales du 14e Congrès de l’Association internationale pour l’histoire du verre (Milan-Venise 1998), Amsterdam, Association internationale pour l’histoire du verre, p. 104-107.

Pfahl S. F. 2012 : Instrumenta Latina et Græca Inscripta des Limesgebietes von 200 v. Chr bis 600 n. Chr, Weinstadt, BAG Verlag, 334 p.

Price J. 1977 : Roman Unguent Bottles from Rio Tinto (Huelva) in Spain, JGS, 19, p. 30-39.

Price J. 1978 : Trade in Glass, in Plat Taylor J. du, Cleere H. (dir.), Roman Shipping and Trade : Britain and the Rhine Provinces, Londres, Council for British Archaeology Research, Report no 24, p. 70-78.

Price J. 1987 : Glass from Felmongers, Harlow in Essex: a dated Deposit of Vessel Glass Found in an Antonine Pit, Annales du 10e congrès de l’Association internationale pour l’histoire du verre (Madrid-Ségovie 1985), Amsterdam, Association internationale pour l’histoire du verre, p. 185-201.

Price J. 2006 : Mould-Blow and Impressed Designs and Names on Vessels in Spain, in CSMVA II, p. 283-320.

Raux S. avec la collab. de Breuil J.-Y. et Houix B. 2014 : Vaisselle en verre et vitrages antiques sur le site “parking Jean-Jaurès” à Nîmes (Gard), Bull. AFAV, p. 58-69.

Ravagnan G. L., Asolati M. 2000 : Considerazione a proposito di un manufatto vitreo con impressione monetale da Campagna Lupia (Venezia), Quaderni di Archeologia del Veneto, 16, p. 128-132.

Raynaud C. 1990 : Le Village gallo-romain et médiéval de Lunel-Viel (Hérault) : la fouille du quartier ouest (1981-1983), Paris, Les Belles Lettres (coll. Centre de recherches d’histoire ancienne, 97, Annales littéraires de l’Université de Besançon, 422), 353 p.

Reddé M. 2011 : Oedenburg : fouilles françaises, allemandes et suisses à Biesheim et Kunheim Haut-Rhin, France, vol. 2, L’Agglomération civile et les sanctuaires. 1 - Fouilles, Mayence, Römische-Germanisches Zentralmuseum (coll. Monographien des Römisch-Germanischen Zentralmuseums, 79, 2, 1) p. 489-490.

Roffia E. 1972 : Vetri romani conservati all’Academia dei Concordi e al Museo del seminario di Rovigo, Padusa, 3-4, p. 87-122.

Roffia E. 1981 : Osservazioni su alcune bottiglie in vetro con marchio di C. Salvius Gratus, Rivista Archeologica dell’Antica Provincia e Diocesi di Como, 163, p. 115-128.

Roffia E. 1983 : Marchi di fabbrica su bottiglie in vetro da Luni, Quaderni del Centro Studi Lunensi, 8, p. 89-100.

Roffia E. 1994 : Balsamari vitrei con bolli dalla necropoli di Porta Palio a Verona, in Scarfi B. M. (dir.), Studi di archeologia della X Regio in ricordo di Michele Tombolani, Rome, L’Erma di Bretschneider (coll. Studia Archaeologica, 70), p. 385-397.

Rottloff A. 2006 : Bodenmarken auf halbformgeblasenen Gläsern aus Raetien, in CSMVA II p. 145-185.

Roussel-Ode J. 2006 : Le verre collecté dans les caniveaux du centre monumental d’Alba-la-Romaine, Bull. AFAV, p. 2-6.

Rütti B. 1991 : Die römischen Gläser aus Augst und Kaiseraugst, Augst, Römermuseum Augst (coll. Forschungen in Augst 13/1-2), 2 vol., 433 p. et 370 p.

Sablerolles Y. 2006 : Marks on Glass Vessels from the Netherlands and Flanders (Belgium), in CSMVA II p. 15-68.

Saldern A. von, Nolte B., La Baume P., Haevernick T. E., 1974 : Gläser der Antike Sammlung Erwin Oppenländer, Catalogue d’exposition, Römisch-Germanisches Museums, Hambourg, Cologne, 4 oct.-17 nov. 1974, Hambourg, Mainz am Rhein Museum für Kunst und Gewerbe, 260 p.

Sánchez de Prado M. D. 2006 : Quelques marques de bouteilles carrées provenant de Ségobriga (Cuenca, Espagne), in CSMVA II, p. 321-324.

Sannazaro M., Airoldi F., Perassi C., Paternoster A. M. 1998 : Corredi dalla necropoli dell’Università Cattolica di Milano, in Vetro Vetri : preziose iridescenze, Catalogue d’exposition, Museo Civiche Raccolte Archeologiche e Numismatiche di Milano, 1998, Milan, Electa, p. 77-96.

Scatozza Höricht L. A. 1986 : I vetri romani di Ercolano, Rome, L’Erma di Bretschneider, 119 p.

Scatozza Höricht L. A. 2012 : L’Instrumentum Vitreum di Pompei, Rome, Aracne, 407 p.

Scatozza Höricht L. A., Chianese L., Piccioli C., Sacchi R. 1993 : Prime osservazioni ed analisi sul contenuto di alcuni recipienti in vetro rinvenuti nell’area archeologica di Pompei, in Franchi dell’Oro L. (dir.), Ercolano 1738-1988: 250 anni di ricerca archeologica, Atti del Convegno Internazionale Ravello-Ercolano-Napoli-Pompei 30 oct.-5 nov. 1988), Rome, L’Erma di Bretschneider, p. 551-566.

Sennequier G. 1977 : La verrerie, in Ratel R. (dir.), « La nécropole gallo-romaine de “Gratte-Dos” à Meuilley, Côte-d’Or (suite) », Revue archéologique de l’Est, XXVIII, 3 et 4, chap. VI, p. 255-262.

Sennequier G. 2013 : La Verrerie romaine en Haute-Normandie, Montagnac, Monique Mergoil (coll. Monographies Instru-mentum, 45), 374 p.

Stern E. M. 1977 : Ancient Glass at the Fondation Custodia (Collection Frits Lugt), Groningen, Wolters-Noordhoff (coll. Archaeologia Traiectina, XII), 218 p.

Stern E. M. 1999 : Roman Glassblowing in a Cultural Context, American Journal of Archaeology, 103, p. 441-484.

Stern E. M. 2006 : Base Marks from the American Excavations in the Athenian Agora, in CSMVA II, p. 403-411.

Sternini M. 1993 : I vetri, in Harris W. V. (dir.), The Inscribed Economy: Production and Distribution in the Roman Empire in the Light of the Instrumentum Domesticum, Ann Arbor, Society for the Promotion of Roman Studies (coll. Suppl. au Journal of Roman Archaeology, Ser. VI), p. 81-94.

Sternini M. 1994a : Marques sur verre au musée archéologique de Nîmes, in Epigrafia della produzione e della distribuzione, Actes de la VIIe rencontre franco-italienne sur l’épigraphie du monde romain, Rome, 5-6 juin 1992, Rome, École française de Rome (coll. EFR, 193), p. 575-599.

Sternini M. 1994b : Bottiglie in vetro con bolli greci, in Epigrafia della produzione e della distribuzione, Actes de la VIIe rencontre franco-italienne sur l’épigraphie du monde romain, Rome, 5-6 juin 1992, Rome, École française de Rome (coll. EFR, 193), p. 567-574.

Sternini M., Agricoli G., Mazzei C. 1997 : Unguentari in vetro con bollo nelle collezioni del Museo nazionale romano, Annali della Facoltà di Lettere e Filosofia dell’Università di Siena, XVIII, p. 55-100.

Taborelli L. 1982 : Vasi di vetro con bollo monetale : note sulla produzione, la tassazione e il commercio degli unguenti aromataci nella prima età imperiale, Opus, 1, p. 315-340.

Taborelli L. 1983 : Nuovi esemplari di bolli già noti su contenitori vitrei dall’area centro-italica, Picus, 3, p. 86-136.

Taborelli L. 1992a : Vasi di vetro con bollo monetale : addenda 1, Opus, 11, p. 93-99.

Taborelli L. 1992b : Sulle “ampullae Vitreae” spunti per l’approfondimento della loro problematica nell’ottica del rapporto tra contenitore e contenuto, Archeologia Classica, XLIV, p. 309-328.

Taborelli L. 1993 : Il contributo di Bernard de Montfaucon alla conoscenza dell’instrumentum epigrafico vitreo, Latomus, 52, p. 151-157.

Taborelli L. 1996 : Contenitori di vetro con bollo : un caso esemplare della loro problematica, Rivista Archeologica dell’Antica Provincia e Diocesi di Como, 177, p. 71-86

Taborelli L. 1998 : Riflessioni sul caso di un bollo vitreo con tria nomina forse ridotti a sigla, Athenaeum - Studi di Lettertura e Storia dell’ Antichità, 86, 1, p. 286-291.

Taborelli L. 2012 : Medicamenta e aromata in “area marchigiana”, Picus, XXXII, p. 51-63.

Taborelli L., Mennella G. 1999 : Un contenitore in vetro per il trasporto e la conservazione : l’Isings 90, sottotipo “grande”, Atti e memorie della Società istriana di archeologia e storia patria, 47, p. 7-25.

Tek A. T. 2003 : Prismatic Glass Bottles with Greek Inscriptions from Arycanda in Lycia, Annales du 15e congrès de l’Association internationale pour l’histoire du verre, New York-Corning, 2001, Nottingham, Association internationale pour l’histoire du verre, p. 82-87.

Triantafyllidis P. 2006 : Base Marks from Greece, Cyprus and Turkey, in CSMVA II, p. 269-402.

Uboldi M., Mentasti M. 2013 : Nuovo frammenti di bottiglie con bollo dagli scavi nell’area dell’Università Cattolica di Milano, in Diani A.-M., Mandruzzato L. (dir.), Per un corpus dei bolli su vetro in Italia, Atti delle XIV Giornate Nazionali di Studio sul Vetro, Trento, 16-17 ottobre 2010, Crémone, Association Internationale pour l’histoire du verre (coll. AIHV - Atti delle Giornate Nazionali di Studio sul Vetro), Comitato Nazionale Italiano, p. 67-75.

Van den Hurk L. J. A. M. 1975 : The Tumuli from the Roman Period of Esch, Province of North Brabant, II, Berichten van de Rijksdienst voor het Oudheidkundig Bodemonderzoek in Nederland, 25, p. 69-92.

Van Geesbergen D. 1999 : Les ateliers de verriers dans le nord de la Gaule et en Rhénanie (ier-ive siècle ap. J.-C.), in Polfer M. (dir.), Artisanat et productions artisanales en milieu rural dans les provinces du nord-ouest de l’Empire romain, Actes du colloque d’Erpeldange, mars 1999, Montagnac, Monique Mergoil (coll. Monographies Instrumentum, 7), 287 p.

Vanpeene N. 1993 : Verrerie de la nécropole d’Épiais-Rhus (Val-d’Oise), Guiry-en-Vexin, Centre de recherches archéologiques du Vexin français, 103 p.

Voinot J. 1999 (2e éd.) : Les Cachets à collyres dans le monde romain, Montagnac, Monique Mergoil (coll. Monographie Instrumentum, 7), 376 p.

Whitehouse D. 2001 : Roman Glass in the Corning Museum of Glass, vol. 2, Corning, The Corning Museum of Glass, 368 p.

Whitehouse D. 2003 : A Mold-Blown Bottle from the Workshop of Titianus Hyacinthus, JGS, 45, p. 179-180.

Haut de page

Notes

1 Ces comptages ont été réalisés à partir des travaux suivants : Fontenay 1874 ; Grosjean 1988 ; Raynaud 1990 ; Arveiller 2006 ; Cabart 2006 ; Cabart et al. 2006 ; Cornardeau 2015 ; Moirin 2006a et b ; Foy, Nenna 2006a, b et c ; Foy 2006a 2011 et 2013 ; Ben Redjeb 2013, p. 730 ; Marie 2013 ; Munier 2013 et Munier et al. 2015 ; Sennequier 2013 ; Adrian 2014 ; Guérit 2014 ; Barat 2014 ; Colombier-Gougouzian 2014 ; Fontaine, Tran 2014 ; complétés par des marques inédites. Outre les personnes citées ci-dessus, de nombreux autres enquêteurs ont participé au recensement des marques du territoire français, en particulier : H. Chew, A. Colombier, G. Dilly, I. Huchin-Godin, F. Labaune, Y. Labaune, C. Leblond, S. Lelarge, A. Louis, N. Mahéo, M.-T. Marty, N. Nin, L. Robin, J. Roussel-Ode, L. Simon, N. Vanpenne.

2 Fouille de l’Îlot Camelin dirigées par P. Excoffon : 11 récipients tous marqués : 2 timbres figurés ou épigraphiques, 5 timbres géométriques et 4 à cercles concentriques.

3 Le catalogue du musée de Picardie compte 327 pièces dont 36 barillets (Dilly, Mahéo 1997). Les mêmes proportions apparaissent dans l’étude des verreries de Haute-Normandie : 80 à 85 barillets sur 736 vases (Sennequier 2013). Les 256 barillets marqués qui viennent de ces régions représentent plus de la moitié de l’ensemble des barillets marqués (73 proviennent du restant du territoire français ; 120 environ d’Allemagne ; 16 de Belgique et des Pays-Bas ; 16 de Suisse et 23 de Grande-Bretagne).

4 Les références aux verres estampillés renvoient principalement aux CSMVA I, II et III dans lesquels on trouvera la bibliographie antérieure à la parution des trois corpus.

5 La marque EX OF(ficina) |TITIEN(ni) |YACIN(thi) trouvée à Cosa proviendrait d’un contexte daté des années 40/45 : Grose 1973-1976, p. 181.

6 Ces productions sont parfois datées de la fin du ier s., mais les découvertes les plus nombreuses sont un peu plus tardives. Dans l’épave de la Julia Felix, coulée au large de Grado vers le milieu du iie s., plusieurs verres portent ces marques : Giacobelli 2002.

7 Les récipients découverts en France (Cabart et al. 2006, nos F-CAR. 213 et 326) ne sont pas conservés. L’inscription est mentionnée dans le CIL XIII, 10025.83 et 83b.

8 La seule collection du musée de Bonn en compte une vingtaine : Follmann-Schulz 2006.

9 Les enquêtes dans la province romaine de Rhétie ont dénombré au moins 80 exemplaires (en plusieurs variantes) dont environ 35 dans la seule ville d’Augsbourg (Rottloff 2006, et quelques autres mentionnés dans Pfahl 2012, p. 212-217). Les trouvailles en Suisse, Autriche, Slovénie et Croatie sont respectivement mentionnées dans Amrein 2006, nos CH 31, 127 et 128 ; Glöckner 2006, nos AUS 58, 62 et 63 ; Lazar 2006a, no SI 81 ; Fadić, Štefanac 2012, nos 216 à 218.

10 À titre d’exemple : les cadres en plomb des miroirs fabriqués à Arles, vraisemblablement au iie s., portent une inscription en grec : Barruol 1985, p. 360 et 371-373.

11 Fragment inédit provenant de niveaux de surface de la fouille de l’Îlot Camelin à Fréjus, conduite en 2013 par P. Excoffon. La bribe d’inscription est sur une ligne parallèle au bord, probablement le côté long du fond.

12 De rares fragments ont cependant été mis au jour à Alba, en Ardèche (Roussel-Ode 2006, p. 4, fig. 4 et 52) et à Nîmes (Raux et al. 2014, p. 65).

13 Trouvailles non comptabilisées, car souvent incomplètes et pouvant renvoyer à FRO, FRON ou FRONT.

14 Les cartes de répartition de ces marques sont faites à partir des travaux de Follmann-Schulz 1999a et 1999b ; Gaitzsch et al. 2000 ; Cabart 2006 et Klein 2006a.

15 Les bouteilles Mercure de l’Italie du Nord ont cependant été étudiées (Facchini 1998) et les verres marqués du Museo Nazionale Romano (Sternini et al. 1997), de la collection Gorga à Rome (Del Vecchio 2004) et de la Ligurie (Gandolfi et al. 2013 ; Gabucci, Spagnolo Garzoli 2013) ont fait l’objet d’une publication. Des découvertes en Italie centrale sont également connues (Taborelli 1983) et plusieurs marques de ces flacons sont dans les CIL XI, XII et XV. La collection Campana comprend aussi plusieurs bouteilles Mercure. La carte a été dressée à partir de ces données.

16 Certaines pièces du musée de Reims, disparues en 1914, étaient très vraisemblablement régionales ; l’origine précise des pièces de la Côte-d’Or (Seurre, Vertault) est également ignorée. La provenance de l’exemplaire conservée à Sèvres est inconnue.

17 Vase faisant partie du riche mobilier des tombes dites des « Dames de Naintré » datées de la seconde moitié du iiie s. Renseignement fourni par Dominique Simon-Hiernard.

18 Une dizaine de pièces, mentionnées dans le CIL XV 6976 et/ou conservées dans divers musées peuvent être comptabilisées à Rome (Sternini et al. 1997 ; Nenna 2006).

19 La marque a été lue CM|HIR, mais le I n’est sans doute qu’une patte de l’animal placé au pied de la divinité, animal identifié comme un bélier.

20 L’objet conservé au Civico Museo archeologico G. Rossi à Vintimille n’a pas de provenance précise, mais il a certainement été trouvé à Vintimille ou aux alentours avant la fin du xixe s. Il est décrit dans les carnets du collectionneur Louis-Gabriel Bellon, mort en 1899 (archives du musée de la Côte d’Opale, Berck).

21 La moitié, ou plus de la moitié des bouteilles Mercure conservées aux musées de Bonn (Follmann-Schulz 2006) et de Cologne (Fremersdorf 1961, p. 61), porte cette marque. Une autre provient de Mayence : Harter 1999, p. 255, no 807.

22 Le verre, découvert en 1875, figurait dans la collection Louis-Gabriel Bellon, vendue en avril 2009. Dans le catalogue de vente, l’objet no 135 est décrit ainsi : « Le fond est orné en relief d’un oiseau et aux angles de quatre lettres ».

23 Déjà Deville 1873, p. 78 note que les divers savants de son époque qui polémiquent à propos du sens à donner au timbre FIRM|HYLARI|ETYLAE « sont tous d’accord pour reconnaître un caractère mercantile ».

24 Par exemple, on comptabilise à Arles 19 marques sur unguentaria dont 17 lisibles : six se rapportent à des timbres PATRIMONI (il faut rajouter à la documentation publiée dans les CSMVA une marque de la nécropole de Rochefleur jusqu’ici non lue : Heijmans et al. 2012, p. 194, fig. 29, n° 3).

25 Dans la collection Gorga à Rome, 104 marques d’unguentaria sont recensées, dont 35 avec PATRIMONI (Del Vecchio 2004, p. 37).

26 Ces timbres ne sont pas formellement reconnus sur le territoire français, cependant quelques marques provençales, non lisibles, mais qui occupent le même espace sur les fonds des flacons, pourraient appartenir à la même série.

27 Par exemple : les unguentaria des sépultures de l’avenue Clemenceau à Béziers, conservés au musée du Biterrois.

28 Une pièce ou deux proviendraient de Cologne : Fremersdorf 1961, p. 49 ; Price 1977, note 29.

29 La résolution des lettres « A » et « R » est, de l’aveu même de l’auteur, à reconsidérer (Price 2006, p. 286). Les « B C » propres à la Bétique pourraient signaler une ville (Baelo Claudia ?)

30 Sur les unguentaria, QDE est parfois suivi de LPF (Fremersdorf 1961, p. 49 ; Taborelli 1998, p. 290, fig. 1 et 2) ou abrégé en DE|PF (Bassi et al. 2013, fig. 1, no 8).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Répartition générale des marques sur verres collectés sur le territoire français divisé en 5 aires
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4498/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 334k
Titre Tabl. I – Répartition des marques apposées sur les verres découverts en France
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4498/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 303k
Titre Fig. 2 – Distribution des marques figuratives, avec ou sans inscription, sur les bouteilles et les pots carrés découverts en France
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4498/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 932k
Titre Tabl. II – Répartition par type des marques apposées sur les bouteilles et les pots carrés découverts en France
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4498/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Titre Fig. 3 – Principales marques figuratives sur les bouteilles et pots carrés découverts dans le sud et le centre de la France
Légende 1, 2, Nice, Cimiez (Alpes-Maritimes), CSMVA I, F-CAR. 157 et 158 ; 3, Marseille (Bouches-du-Rhône), d’après Foy 2013, fig. 2, no 3 ; 4, Béziers (Hérault), CSMVA III, F-CAR. 309 ; 5, Arles (Bouches-du-Rhône), CSMVA II, F-CAR. 263 ; 6, Fréjus (Var), CSMVA III, F-CAR. 311 ; 7, Cavalaire (Var), CSMVA I, F-CAR. 154 ; 8, Les Arcs (Var), CSMVA I, F-CAR. 172 ; 9, Marseille (Bouches-du-Rhône), CSMVA I, F-CAR. 161 ; 10, Nice, Cimiez (Alpes-Maritimes), CSMVA I, F-CAR. 162 ; 11, Marseille (Bouches-du-Rhône), d’après Foy 2013, fig. 2, no 4 ; 12, Fréjus (Var), inédit (dessin D. Foy) ; 13, ? (Saône-et-Loire), CSMVA I, F-CAR. 173 ; 14, Poitiers (Vienne), CSMVA I, F-CAP. 016.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4498/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 457k
Titre Fig. 4 – Configurations diverses des marques épigraphiques sur récipients carrés
Légende 15, Pompéi (Campanie, Italie), d’après Scatozza Höricht 1986, pl. XXX, no 2362 ; 16, Usk (Gwent, Pays de Galles), CSMVA III, GB-CAR. 010 ; 17, Nimègue (province de Guelde, Pays-Bas), CSMVA II, NL 66 ; 18, Adria (Vénétie, Italie), d’après Fogolari, Scarfì 1970, fig. 66 ; 19, Nice, Cimiez (Alpes-Maritimes), CSMVA I, F-CAR. 243 ; 20, Acqui Terme (Piémont, Italie), d’après Gabucci, Spagnolo Garzoli 2013, fig. 10 ; 21, Luni (Ligurie, Italie), d’après Roffia 1983 ; 22, Bassenge (province de Liège, Belgique), CSMVA II, W18 ; 23, Cramond (Edimbourg, Écosse), CSMVA III, GB-CAR. 077 ; 24, Brumath (Bas-Rhin), CSMVA II, F-CAR 268 ; 25, Niherne (Indre), CSMVA I, F-CAR. 190 ; 26, Houppeville (Seine-Maritime), d’après Adrian 2014.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4498/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 793k
Titre Fig. 5 – Circulations des bouteilles et pots carrés au sein d’une même région
Légende 27, Carhaix-Plouguer (Finistère), CSMVA I, F-CAR. 208 ; 28, Poses (Eure), CSMVA I, F-CAR. 211 ; 29, Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais), CSMVA I, F-CAP. 028 ; 30, Poitiers (Vienne), CSMVA I, F-CAP. 024 ; 31, Perpignan (Pyrénées-Orientales), CSMVA I, F-CAR. 244 ; 32, Palleville (Tarn), CSMVA III, F-CAR. 327 (dessin d’après photo).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4498/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 982k
Titre Fig. 6 – Marques figuratives et épigraphiques sur les récipients à panse carrée ou rectangulaire originaires de la moitié nord de la Gaule et de Grande-Bretagne
Légende 33, Bréauté (Seine-Maritime), CSMVA I, F-CAR. 169 ; 34, Courtrai (province de Flandre-Occidentale, Belgique), CSMVA II, BV 28 ; 35, Caudebec-lès-Elbeuf (Seine-Maritime), CSMVA I, F-CAR. 155 ; 36, Breny (Aisne), CSMVA I, F-CAP. 017 ; 37, Châteaubleau (Seine-et-Marne), CSMVA III, F-CAR. 310 ; 38, Grand (Vosges), CSMVA I, F-CAR. 170 ; 39, Silchester (Hampshire, Grande-Bretagne), CSMVA III, GB-CAR. 022 ; 40, Pérignat-sur-Allier (Puy-de-Dôme), CSMVA I, F-CAR. 150 ; 41, Catterick (North Yorkshire, Grande-Bretagne), CSMVA III, GB-CAR. 006 ; 42, Puckeridge (Hertfordshire, Grande-Bretagne), CSMVA III, GB-CAR. 007 ; 43, Bourges (Cher), CSMVA I, F-REC. 037 ; 44, York (Grande-Bretagne), CSMVA III, GB-CAR. 016 ; 45, Riemst (province de Limbourg, Belgique), CSMVA II, BV 27 ; 46, Mâlain (Côte-d’Or), d’après Grosjean 1988, p. 127, no 397.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4498/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 639k
Titre Fig. 7 – Distribution des marques formées d’une seule lettre centrale et apposées sur des pots et des bouteilles de diverses formes
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4498/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 8 – Exemples de marques formées d’une seule lettre et apposées sur les récipients à panse carrée, rectangulaire ou hexagonale
Légende 47, Strasbourg (Bas-Rhin), CSMVA I, F-CAR. 176 ; 48, Cambronne-lès-Ribécourt (Oise), CSMVA I, F-CAR. 189 ; 49, Lyons-la-Forêt (Eure), CSMVA II, F-CAR. 265 ; 50, Caudebec-lès-Elbeuf (Seine-Maritime), CSMVA I, F-CAR. 186 ; 51, Grainville-Ymauville (Seine-Maritime), CSMVA III, F-CAR. 314 ; 52, ? (Loir-et-Cher), CSMVA I, F-CAP. 018 ; 53, Suèvres (Loir-et-Cher), CSMVA I, F-CAP. 019 ; 54, Périgueux (Dordogne), CSMVA III, F-REC. 093 ; 55, Morienval (Oise), CSMVA I, F-REC. 050 ; 56, Caudebec-lès-Elbeuf (Seine-Maritime), CSMVA I, F-HEX.0 37 ; 57, Pîtres (Eure), d’après Adrian 2014.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4498/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 367k
Titre Tabl. III – Distribution des marques formées d’une seule lettre centrale et apposées sur les bouteilles et pots carrés (indiqués par la lettre C), rectangulaires (indiqués par la lettre R) et hexagonaux (indiqués par la lettre H)
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4498/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 963k
Titre Fig. 9 – Distribution des récipients carrés marqués AFQ
Légende 58, Mandeure (Doubs), CSMVA II, F-CAR. 266.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4498/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 254k
Titre Fig. 10 – Marques sur bouteilles carrées d’Italie, d’Espagne et sur les importations en Gaule
Légende 59, Marseille (Bouches-du-Rhône), CSMVA I, F-CAR. 241 ; 60, Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône), CSMVA I, F-CAR. 242 ; 61, Toulon (Var), inédit ; 62, Ampurias (Gérone, Espagne), CSMVA II, E-CAR. 055 ; 63, Bolsena (Italie) d’après Bloch 1950, p. 115, fig. 29 ; 64, Badalone (Barcelone, Espagne), CSMVA II, E-CAR. 059 ; 65, Astorga (León, Espagne), CSMVA III, E-CAR. 138 ; 66, Salé (Maroc), CSMVA II, MAG-M 33 ; 67, Badalone (Barcelone, Espagne), CSMVA II, E-CAR. 033 ; 68, Toulon (Var), CSMVA I, F-CAR. 012 ; 69, Villasabariego (León, Espagne), CSMVA III, E-CAR. 103 ; 70, Alcalà de Henares (Madrid, Espagne), CSMVA III, E-CAR. 125 (dessin D. Foy d’après photo publiée in Nogales, Basarrate et al. 2002, p. 211, no 33) ; 71, Saragosse (Saragosse, Espagne), CSMVA III, E-CAR. 124 ; 72, Badalone (Barcelone, Espagne), CSMVA II, E-CAR. 043.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4498/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 517k
Titre Fig. 11 – Circulations de quelques bouteilles et pots carrés d’origine italienne
Légende Les trouvailles italiennes marquées C. Salvius Gratus ne sont pas indiquées.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4498/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 719k
Titre Fig. 12 – Circulations de quelques bouteilles carrées d’origine hispanique, et échanges Nord-Sud
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4498/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 546k
Titre Fig. 13 – Marques en grec sur des bouteilles carrées
Légende 73, Vidauban (Var), CSMVA I, F-CAR. 172, inscription tronquée ; 74, Nîmes (Gard), CSMVA I, F-CAR. 171 ; 75, Marseille (Bouches-du-Rhône), CSMVA III, F-CAR. 328.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4498/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 202k
Titre Tabl. IV – Répartition des marques apposées sur les bouteilles rectangulaires découvertes en France
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4498/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Titre Fig. 14 – Bouteilles hexagonale et rectangulaire partageant la même marque
Légende 76, Provenance inconnue (Normandie ?), CSMVA III, F-HEX. 045 ; 77, Lillebonne (Seine-Maritime), CSMVA I, F-REC. 072.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4498/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Titre Fig. 15 – Marques épigraphiques de bouteilles rectangulaires
Légende 78, Avezé (Sarthe), CSMVA I, F-REC. 048 ; 79, Tourouvre (Orne) d’après Marie 2013, p. 61.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4498/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Titre Fig. 16 – Distribution de quelques marques apposées sur des bouteilles rectangulaires
Légende 80, Poitiers (Vienne), CSMVA I, F-REC. 042 ; 81, Arles (Bouches-du-Rhône), CSMVA II, F-REC. 076 ; 82, Poitiers (Vienne), CSMVA I, F-REC. 064 ; 83, Briarres-sur-Essonne (Loiret), CSMVA I, F-REC. 074 ; 84, Tours (Indre-et-Loire), CSMVA I, F-REC. 056 ; 85, Vichy (Allier), CSMVA I, F-REC. 053.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4498/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 385k
Titre Fig. 17 – Marque VETAIR sur des bouteilles hexagonales
Légende 86, Ognon (Oise), CSMVA I, F-HEX. 42 ; 87, Rouen (Seine-Maritime), d’après Adrian 2014.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4498/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Titre Tabl. V – Répartition des marques apposées sur les bouteilles hexagonales découvertes en France
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4498/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Titre Fig. 18 – Distribution des barillets marqués FRO
Légende 88, Beauvais (Oise), CSMVA I, F-BAR. 002 ; 89, Ourville-en-Caux (Seine-Maritime), CSMVA I, F-BAR. 039 ; 90, Bourges (Cher), CSMVA I, F-BAR. 035.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4498/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Fig. 19 – Distribution des barillets marqués FRONT ASIACT et FRONT$ II
Légende 91, Vatteville-la-Rue (Seine-Maritime), CSMVA I, F-BAR. 118 ; 92, Lisieux (Calvados), CSMVA I, F-BAR. 125 ; 93, Lillebonne (Seine-Maritime), CSMVA I, F-BAR. 162.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4498/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Fig. 20 – Marque PROMEΘEV FROTI, originaire du nord-ouest de la Gaule lyonnaise ou de Gaule Belgique
Légende 94, Amiens (Somme), CSMVA I, F-BAR. 205.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4498/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Titre Fig. 21 – Distribution des barillets marqués FRONTI
Légende 95, Amiens (Somme), CSMVA I, F-BAR. 140.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4498/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 174k
Titre Fig. 22 – Marques de barillets originaires de Gaule Belgique (?)
Légende 96, Londres (Grande-Bretagne), CSMVA III, GB-BAR. 002 ; 97, Nempont-Saint-Firmin (Pas-de-Calais), CSMVA III, F-BAR. 309.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4498/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 302k
Titre Fig. 23 – Distribution des barillets marqués FRONIIN MM (ou FRONTIN MM) et FRONINO (ou FRONTINO)
Légende 98, Nempont-Saint-Firmin (Pas-de-Calais), CSMVA III, F-BAR. 310 ; 99, Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais), CSMVA I, F-BAR. 093 ; 100, Amiens (Somme), CSMVA I, F-BAR. 087.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4498/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 298k
Titre Fig. 24 – Distribution des barillets marqués FROT, FROT BIS et FROTI
Légende 101, ? (Somme), CSMVA I, F-BAR. 173 ; 102, Amiens (Somme), CSMVA I, F-BAR. 201 ; 103, Yvrench (Somme), CSMVA I, F-BAR. 186 ; 104, Ailly-sur-Noye (Somme), CSMVA I, F-BAR. 178.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4498/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 322k
Titre Fig. 25 – Distribution des barillets marqués FRON
Légende 105, Vermand (Aisne), CSMVA I, F-BAR. 057 ; 106, Elsdorf-Heppendorf (forêt de Hambach, Rhénanie-du-Nord-Westphalie, Allemagne), CSMVA II, D-BN 19 ; 107, Mouzon (Ardennes), CSMVA III, F-BAR. 308.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4498/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 407k
Titre Fig. 26 – Distribution des barillets marqués FRONT ou FRONI
Légende 108, ? (Marne), CSMVA I, F-BAR. 102 ; 109, ? (probablement Seine-Maritime), CSMVA I, F-BAR. 103 ; 110, Bexhill (Kent, Grande-Bretagne), CSMVA III, GB-BAR. 003.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4498/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 322k
Titre Fig. 27 – Distribution des barillets marqués FRON, TITROF et FRO REM
Légende 111, Remagen (Rhénanie-Palatinat, Allemagne), CSMVA II, D-BN 25 ; 112, Toul (Meurthe-et-Moselle), CSMVA I, BAR-F. 046.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4498/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 282k
Titre Fig. 28 – Distribution des marques CEREI ATTICI, ECVA et variantes sur les barillets
Légende 113, Florange (Moselle), CSMVA I, F-BAR. 246 ; 114, Fontoy (Moselle), CSMVA I, F-BAR. 238 ; 115, Cologne (Rhénanie-du-Nord-Westphalie, Allemagne), CSMVA II, D-BN 16 ; 116, Amiens (Somme), CSMVA I, F-BAR. 149.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4498/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 438k
Titre Fig. 29 – Distribution des barillets marqués, originaires de l’est de la France
Légende 117, Meuilley (Côte-d’Or), CSMVA I, F-BAR. 267 ; 118, Vertault (Côte-d’Or), CSMVA I, F-BAR. 268 ; 119, Port-sur-Saône (Haute-Saône), CSMVA I, F-BAR. 262 ; 120, Alise-Sainte-Reine (Côte d’Or), CSMVA I, F-BAR. 242 ; 121, Avenches (Canton de Vaud, Suisse), CSMVA II, CH 7 ; 122, Saint-Germain-en-Montagne (Jura), CSMVA I, F-BAR. 273 ; 123, Luxeuil-les-Bains (Haute-Saône), CSMVA I, F-BAR. 239.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4498/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 697k
Titre Fig. 30 – Marques de barillets portant l’inscription F, FEC ou FECIT
Légende 124, Nimègue (province de Guelde, Pays-Bas), CSMVA II, NL 1 ; 125, Amiens (Somme), CSMVA I, F-BAR. 257 ; 126, Pîtres (Eure), CSMVA I, F-BAR. 66 ; 127, Vatteville-la-Rue, (Seine-Maritime), CSMVA I, F-BAR. 101.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4498/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Fig. 31 – Distribution des bouteilles Mercure portant les marques FIRM, FIRM|HYLARI|ETYLAE et leurs variantes
Légende 128, Italie, collection Campana, CSMVA I, F-MUS. 043 ; 129, Sassoferrato, Sentinum (Italie), d’après Taborelli 1983, fig. 5 ; 130, San Vittorino, Amiternum (Italie), d’après Taborelli 1983, fig. 6 ; 131, Rome (Italie), d’après Sternini et al. 1997, p. 93, no 4 ; 132, Rome (Italie), d’après Sternini et al. 1997, p. 94, no 24 ; 133, Raldon, commune de San Giovanni Lupatoto (Vérone, Italie), d’après Facchini 1999, no 309 ; 134, Arles (Bouches-du-Rhône), CSMVA II, F-MER. 053.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4498/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 631k
Titre Fig. 32 – Distribution des bouteilles Mercure en Gaule, portant les marques CM|HR et MC|HR
Légende 135, Reims (Marne), CSMVA I, F-MER. 042 ; 136, Pula (Croatie), CSMVA II, CRO 31 ; 137, Rome (Italie) ?, d’après Sternini et al. 1997, p. 94, no 13 ; 138, Ailly-sur-Noye (Somme), CSMVA I, F-MER. 035.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4498/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Fig. 33 – Distribution des bouteilles Mercure portant la marque EVHODIA
Légende 139, Arles (Bouches-du-Rhône), CSMVA I, F-MER. 014 ; 140, Besançon (Doubs), d’après Munier et al. 2015 ; 141, Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais), CSMVA I, F-MER. 013 ; 142, Simpelveld (province de Limbourg, Pays-Bas), CSMVA II, NL 86 ; 143, Cologne (Rhénanie-du-Nord-Westphalie, Allemagne), d’après Boeselager 2012, p. 180, fig. 258 ; 144, Merzenich-Girbelsrath (Rhénanie-du-Nord-Westphalie, Allemagne), CSMVA II, D-BN 37.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4498/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 590k
Titre Fig. 34 – Distribution des bouteilles Mercure portant la marque GF|HI
Légende 145, Saint-Rémy-de-Provence (Bouches-du-Rhône), CSMVA I, F-MER. 038 ; 146, Bonn (Rhénanie-du-Nord-Westphalie, Allemagne), CSMVA II, D-BN 29.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4498/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 415k
Titre Fig. 35 – Distribution des bouteilles Mercure portant la marque SCV, hedera et arbre avec oiseau
Légende 147, Pontpierre, Faulquemont (Moselle), CSMVA II, F-MER. 055 ; 148, Rheinbach-Ferzheim (Rhénanie-du-Nord-Westphalie, Allemagne), CSMVA II, DB-N 36 ; 149, Colchester (Essex, Grande-Bretagne), petite bouteille carrée, CSMVA III, GB-CAR. 70 ; 150, Le Pouzin (Ardèche), CSMVA I, F-MER. 021 ; 151, Bonn (Rhénanie-du-Nord-Westphalie, Allemagne), CSMVA II, D-BN 33.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4498/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 546k
Titre Fig. 36 – Marques de bouteilles Mercure italiennes à diffusion restreinte
Légende 152, Angera (Lombardie, Italie), d’après Facchini 1998, p. 142, pl. XXXVI, 4 ; 153, Prozor (Dalmatie, Croatie), d’après Fadić, Štefanac 2012, no 259 ; 154 à 156, Rome (Italie) ? d’après Sternini et al. 1997, p. 93, no 7 ; p. 95, no 32 ; p. 96, no 36 ; 157, Arles (Bouches-du-Rhône), CSMVA III, F-MER. 059 (photo Jacot-Descombes, Musée d’Art et d’Histoire, Genève).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4498/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 249k
Titre Fig. 37 – Distribution des unguentaria marqués PATRIMONI
Légende 158, Arles (Bouches-du-Rhône), CSMVA II, F-UNG. 128 ; 159, Arles (Bouches-du-Rhône), CSMVA I, F-UNG. 024 ; 160, Lucciana (Corse), CSMVA I, F-UNG. 009 ; 161, Nin (Croatie), d’après Fadić, Štefanac 2012, no 296 ; 162, Vorsen (province de Limbourg, Belgique), CSMVA II, BV 54.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4498/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 537k
Titre Fig. 38 – Marques étatiques sur des unguentaria italiens
Légende 163, Vérone, d’après Roffia 1994, p. 395, fig. 1 ; 164, Milan, d’après Paternoster 2000, p. 105, fig. 1.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4498/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Titre Fig. 39 – Distribution des marques AVG sur les unguentaria
Légende 165, Minas de Riotinto (Huelva, Espagne), CSMVA II, E-UNG. 074 ; 166, Séville, Italica (Espagne), CSMVA II, E-UNG. 014.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4498/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 219k
Titre Fig. 40 – Distribution des unguentaria marqués PATEVAN et PR.MANC.CAR
Légende 167, Fréjus (Var), CSMVA I, F-UNG. 026 ; 168, Rome (Italie) ?, d’après Del Vecchio 2004, no 110 ; 169, Lucciana (Corse), CSMVA I, F-UNG. 166 ; 170, Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône), CSMVA III, F-UNG. 166 ; 171, Minas de Riotinto (Huelva, Espagne), CSMVA II, E-UNG. 090.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4498/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 358k
Titre Fig. 41 – Marques avec Victoire sur les unguentaria
Légende 172, Strasbourg (Bas-Rhin), CSMVA I, F-UNG. 097 ; 173, Vado Ligure (Ligurie, Italie), d’après Gandolfi et al. 2013, p. 30, fig. 12 ; 174, Vorsen (province de Limbourg, Belgique), CSMVA II, BV 057 ; 175, Apt (Vaucluse), CSMVA I, F-UNG. 072 ; 176, Épiais-Rhus (Val-d’Oise), CSMVA I, F-UNG. 074.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4498/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 454k
Titre Fig. 42 – Distribution des unguentaria marqués A VOLVMNI IANVNARI et C. LUCRETI.FESTIVI
Légende 177, Bevons (Alpes-de-Haute-Provence), CSMVA I, F-UNG. 063 ; 178, Apt (Vaucluse), CSMVA I, F-UNG. 068 ; 179, Épiais-Rhus (Val-d’Oise), CSMVA I, F-UNG. 104.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4498/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 394k
Titre Fig. 43 – Distribution des unguentaria marqués S.P.S. C.A.F. et S.P.S. C.P.D.
Légende 180, Vivoin (Sarthe), CSMVA I, F-UNG. 049 ; 181, Montbrun-les-Bains (Drôme), CSMVA I, F-UNG. 050 ; 182, Lucciana (Corse), CSMVA I, F-UNG. 052.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4498/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre Fig. 44 – Distribution des unguentaria marqués CSC avec un coq
Légende 183, Bevons (Alpes-de-Haute-Provence), CSMVA I, F-UNG. 039 ; 184, Saint-Paul-Trois-Châteaux (Drôme), CSMVA II, F-UNG. 130.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4498/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 331k
Titre Fig. 45 – Distribution des unguentaria marqués CN.A.ING.V.A.V.M.
Légende 185, Saint-Paul-Trois-Châteaux (Drôme), CSMVA II, F-UNG. 135 ; 186, Hyères (Var), CSMVA I, F-UNG. 077 ; 187, Nîmes (Gard), CSMVA I, F-UNG. 086.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4498/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 469k
Titre Fig. 46 – Unguentarium marqué CAPNVMDIAILL
Légende 188, Rome (Italie) ?, Musée du Louvre, coll. Campana, CSMVA I, F-MUS. 078.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4498/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 47 – Distribution des unguentaria marqués M.I.S.C.M.V
Légende 189, Autun (Saône-et-Loire), CSMVA III, F-UNG. 163 ; 190, Lyon (Rhône), CSMVA III, F-UNG. 162.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4498/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Fig. 48 – Unguentarium marqué d’une Victoire et des lettres C.AA
Légende 191, Nice (Alpes-Maritimes), CSMVA I, F-UNG. 044.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4498/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Titre Fig. 49 – Marques sur unguentaria originaires de la Narbonnaise
Légende 192, Arles (Bouches-du-Rhône), CSMVA I, F-UNG. 090 ; 193, Orange (Vaucluse), CSMVA II, F-UNG. 141 ; 194, Arles (Bouches-du-Rhône), CSMVA I, F-UNG. 07 ; 195 et 196, La Serpent (Aude), CSMVA III, F-UNG. 168-169.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4498/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 387k
Titre Fig. 50 – Marques sur pots miniatures
Légende 197 et 198, Augst (Suisse), CSMVA II, CH 148 et CSMVA III, CH 162.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4498/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 167k
Titre Fig. 51 – Récipients du ve s., estampillés et originaires de Méditerranée orientale
Légende 199, Resnik (Croatie), CSMVA III, CRO 57 ; 200, Cullera (Valence, Espagne), d’après Hurtado et al. 2008, fig. 31, no 30 ; 201, Marseille (Bouches-du-Rhône), CSMVA I, F-TAR. 002 ; 202, Marseille (Bouches-du-Rhône), d’après Foy 2013, p. 57, fig. 4 ; 203, Marseille (Bouches-du-Rhône), CSMVA I, F-TAR. 003 ; 204, Nice, Cimiez (Alpes-Maritimes), CSMVA I, F-TAR. 001 ; 205, Arycanda (Turquie), CSMVA II, TR 47 ; 206, Arles (Bouches-du-Rhône), CSMVA II, F-TAR. 005.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4498/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 549k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Danièle Foy, « Les marques sur les récipients en verre découverts en Gaule : indices de production et de relations commerciales (milieu du ier s.-ve s. apr. J.-C.) », Gallia, 72-2 | 2015, 351-401.

Référence électronique

Danièle Foy, « Les marques sur les récipients en verre découverts en Gaule : indices de production et de relations commerciales (milieu du ier s.-ve s. apr. J.-C.) », Gallia [En ligne], 72-2 | 2015, mis en ligne le 01 avril 2019, consulté le 19 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/gallia/4498 ; DOI : 10.4000/gallia.4498

Haut de page

Auteur

Danièle Foy

Directrice de recherche, UMR 7299 du CNRS, Centre Camille-Jullian, Maison méditerranéenne des sciences de l’homme, 5 rue du Château-de-l’Horloge, BP 647, F-13094 Aix-en-Provence Cedex 20

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Gallia est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Maison Archéologie & Ethnologie
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals