Navigation – Plan du site

AccueilNuméros76-1Au plus près de la ville : monume...Un mausolée circulaire en context...

Au plus près de la ville : monumentalité des nécropoles suburbaines

Un mausolée circulaire en contexte suburbain à Narbonne/Narbo Martius (Aude)

A circular mausoleum in a suburban context in Narbonne/Narbo Martius (Aude)
Olivier Ginouvez et Sandy Gualandi
p. 45-54

Résumés

La découverte d’un monument circulaire lors de la fouille préventive de l’Hôtel-Dieu à Narbonne, en 1996, permet aux archéologues de rouvrir le dossier de l’architecture funéraire monumentale dans la capitale de la Gaule Narbonnaise. Les fondations identifiées comme étant celles d’un mausolée ont été mises au jour au sein de la nécropole Sud, à proximité immédiate de la voie Domitienne. Si la destination funéraire de l’édifice relève de l’interprétation en l’absence de rites attestés, sa localisation même répond à tous les critères d’implantation déjà bien connus pour ce type de monument. Par ailleurs, son parti pris architectural en fait l’un des rares témoins d’une élévation originale. La découverte de Narbonne constitue donc une opportunité pour alimenter le dossier des mausolées circulaires encore peu identifiés en Gaule romaine.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Rappelons simplement le rôle économique de la ville qui constituait un comptoir commercial bien ava (...)
  • 2 Ces blocs ont fait l’objet d’un inventaire réalisé par Henri Cotard, ancien conservateur du musée d (...)

1Capitale provinciale à partir de 22 av. J.-C., Narbonne/Narbo Martius a joué un rôle administratif, politique et économique majeur1 qui motiva la mise en place d’une parure monumentale publique remarquable (Gayraud 1981 ; Agusta-Boularot et al. 2014). Cette opulence laisse présager l’existence d’un programme architectural funéraire structurant les périphéries de la ville et contribuant à mettre en valeur les trois principales nécropoles, dont peu de vestiges nous sont parvenus. Le mausolée de l’Hôtel-Dieu, qui fait l’objet du présent propos, constitue l’unique témoignage d’une tombe monumentale, qui plus est circulaire, dont les substructions ont été mises au jour. Comme beaucoup de villes des Gaules romaines, Narbonne a fait l’objet, dès la fin du iiie s. apr. J.-C., d’un vaste chantier de récupération de matériaux issus pour la plupart d’édifices en grand appareil. Le démontage partiel des remparts de la ville, au xixe s., a ainsi livré environ 1 700 blocs d’architectures privées et publiques, parfois inscrits et sculptés2, qui seront prochainement présentés au sein du futur musée Narbo Via. Cette collection lapidaire représente une réserve exceptionnelle pour l’étude des ouvrages ayant constitué la panoplie architecturale de la capitale provinciale. Certains, provenant d’édifices funéraires à caractère monumental, ont fait l’objet de recherches attentives fondées sur la modénature des blocs ou leur décor sculpté (Rosso 2006). Leur examen permet d’envisager l’existence de tombeaux en forme d’autels, de monuments à édicule sur podium et de mausolées de plan circulaire (Janon 2002). Étant donnée la rareté de ce type de vestiges exhumés in situ, la découverte de l’Hôtel-Dieu constitue une opportunité de nous renseigner non seulement sur la forme que devaient revêtir certaines élévations, mais aussi sur l’organisation interne des nécropoles.

Contexte de la découverte

2De 1991 à 2007, la restructuration du Centre hospitalier de Narbonne (ancien Hôtel-Dieu mentionné en 1149) a justifié la prescription de fouilles préventives, dont les résultats cumulés documentent l’évolution d’un cimetière urbain utilisé durant près de dix-huit siècles. L’opération la plus importante a couvert une surface de 1 500 m2 et a permis de reconnaître cinq « couches » de sépultures, parmi lesquelles une phase initiale comprenant, notamment, trois tombes à crémation ainsi que les vestiges d’un grand bâtiment circulaire identifié comme un mausolée (Ginouvez et al. 1996-1997).

Les nécropoles de Narbonne

3La configuration actuelle de la ville de Narbonne, de part et d’autre d’un canal tardivement substitué à un bras de l’Aude, est la conséquence d’une longue évolution et non le fait d’un choix originel. Jusqu’à preuve du contraire, la colonie romaine, fondée en 118 av. J.-C., est restée cantonnée sur la rive gauche du cours d’eau antique et ne s’est développée ultra pontem qu’après la fin du premier millénaire.

  • 3 Maryse et Raymond Sabrié ont dressé un état de la question : voir Sabrié, Sabrié 2002, p. 185.

4Durant les cinq premiers siècles de notre ère, trois grands quartiers funéraires existent à la périphérie de l’agglomération3 (fig. 1). Les deux premiers sont placés aux extrémités du parcours urbain de la voie Domitienne. La nécropole du boulevard de 1848 est au nord et tire son nom d’une large rue dont le percement, postérieur à la Seconde Guerre mondiale, est à l’origine de la découverte des premiers dépôts du Haut-Empire et de l’Antiquité tardive.

Fig. 1 – Plan parcellaire de la ville de Narbonne : localisation des trois principales nécropoles répertoriées à ce jour aux abords de la ville antique

Fig. 1 – Plan parcellaire de la ville de Narbonne : localisation des trois principales nécropoles répertoriées à ce jour aux abords de la ville antique

Sur fond cadastral.

DAO : O. Ginouvez (Inrap Méditerranée).

5Les tombes méridionales sont établies, quant à elles, près du carrefour de la même voie Domitienne et de l’itinéraire dirigé vers Toulouse et l’Aquitaine. Les occurrences sont ici également nombreuses et elles rendent compte d’une activité funéraire dont la continuité est remarquable. Jusqu’à la fin de l’époque moderne, un cimetière avoisinera le lieu de culte, précocement construit sur la tombe supposée de saint Paul, mort au milieu du iiie s. et considéré comme le fondateur de l’église locale.

6Le dernier espace funéraire se trouve au sud-est, de part et d’autre de la route – aujourd’hui route de Gruissan – qui reliait, et relie encore, la ville à son littoral immédiat (Sabrié, Sabrié 2002, p. 185).

  • 4 Le bâtiment est toujours en activité et conserve des élévations datées du xiie et du xiiie s.

7C’est l’occupation située en « rive droite » du canal de la Robine qui va retenir notre attention. En effet, c’est dans cette partie de la ville actuelle que l’Hôtel-Dieu a été fondé, au xiie s., aux abords de l’église d’origine paléochrétienne dédiée au premier évêque de Narbonne4.

8Le lieu est connu des archéologues narbonnais depuis le milieu du xixe s. Dès 1842, il est question de tombes à crémation dans l’enceinte de l’établissement de soins (Sigal 1943, p. 68). En 1929, des « restes de vases et de cendres » sont observés au sein d’une tranchée, creusée le long du mur gouttereau sud de la nef romane voisine (Gayraud 1981, p. 316). Les mentions sont par ailleurs nombreuses d’inhumations attribuées à la fin de l’Antiquité – dans les murs et à l’extérieur du sanctuaire – et considérées comme les témoins d’une importante tumulatio ad sanctos (Dellong 2002, p. 304).

La fouille de l’Hôtel-Dieu

9La fouille de l’Hôtel-Dieu a permis de recenser cinq phases funéraires au sein d’une stratigraphie épaisse d’environ 2 m.

10Les éléments les plus anciens sont au contact de la terrasse alluviale (fig. 2). Il s’agit tout d’abord de trois sépultures à crémation, dont deux bûchers en fosses. Ces sépultures rendent difficilement compte d’une trame d’implantation, dont on peut penser qu’un nombre important de composantes a pâti de la continuité de l’occupation durant l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge. Elles sont mal conservées et la seule ayant livré du mobilier peut être datée de la seconde moitié du ier s. apr. J.-C.

Fig. 2 – Plan général de la fouille de l’Hôtel-Dieu : localisation des constructions et des tombes relevant de la phase 1

Fig. 2 – Plan général de la fouille de l’Hôtel-Dieu : localisation des constructions et des tombes relevant de la phase 1

DAO : O. Ginouvez (Inrap Méditerranée).

11S’y ajoutent des constructions maçonnées. C’est le cas d’un bâtiment dont l’extrémité orientale coïncide, au nord-ouest, avec la limite de la fouille. Trois pièces y sont identifiables, et deux d’entre elles (A et B sur la fig. 3) sont équipées de sols construits (béton sur radier de galets), dont les cotes sont inférieures d’un demi-mètre à celle du substrat reconnu à l’entour. Mises en œuvre au sein d’une excavation préparatoire, et délimitées par des murs aux parements soigneusement assisés (opus vittatum), les deux surfaces n’ont conservé aucun élément lié à leur fréquentation. Il en est de même pour la troisième pièce (C sur la fig. 3) qui devait, quant à elle, communiquer de plain-pied avec l’extérieur et dont aucune trace du niveau de sol n’a subsisté. La vocation de l’ensemble reste indéterminée. Des murs et des dolia, découverts au xixe s. sous l’église Saint-Paul, à 50 m vers l’ouest, laissent présager la présence d’un établissement périurbain dont l’extension demeure méconnue. Le bâtiment nord-ouest peut être funéraire, mais il peut également relever de cette exploitation agricole occupée durant le Haut-Empire.

Fig. 3 – Plan et coupe (a-b) du bâtiment partiellement mis au jour dans l’angle nord-ouest de la fouille

Fig. 3 – Plan et coupe (a-b) du bâtiment partiellement mis au jour dans l’angle nord-ouest de la fouille

L'édifice compte au moins trois espaces : A, B et C.

DAO : O. Ginouvez (Inrap Méditerranée).

12D’autres ouvrages appartiennent à la première phase d’occupation du site, dont un angle de mur et une fondation, longue d’au moins 10 m. Or, ici encore, les constructions sont incomplètes et il est difficile de leur attribuer une fonction. L’identification d’enclos funéraires est tentante, mais aucun argument, autre que le contexte de l’occupation, ne permet d’étayer cette thèse.

13L’objet de cette publication est la fondation monumentale localisée dans la partie est du site. Elle est le dernier élément constituant de la première phase et il est proposé d’y reconnaître la partie inférieure d’un mausolée circulaire.

Le monument

  • 5 Si l’on compare la cote de son plan supérieur à celle des tombes localisées plus au nord, on peut p (...)

14Il mesure 7,55 m de diamètre et sa structure, ce qu’il en reste tout au moins, remplit une vaste fosse, de même plan et de mêmes dimensions, dont la profondeur conservée n’excède pas 1,10 m5 (fig. 4).

Fig. 4 – Vues de la fondation du mausolée circulaire depuis le nord et le sud

Fig. 4 – Vues de la fondation du mausolée circulaire depuis le nord et le sud

Clichés : O. Ginouvez (Inrap Méditerranée).

Description

15Il s’agit d’un ouvrage de type radier, autrement dit d’une « dalle unique » chargée de pallier la faible capacité portante du sol, les charges du bâtiment devant être également réparties sur une superficie maximale, de sorte qu’elles réduisent au maximum les pressions exercées sur la surface de la fondation.

16Le béton utilisé n’a pas été coffré d’un seul volume. Là réside la particularité de la mise en œuvre : on compte, en effet, une série de « banchées » sub-circulaires, cinq au total, emboîtées les unes dans les autres suivant un plan concentrique, visiblement conçu de la périphérie vers le centre (fig. 5).

Fig. 5 – Plan (A) et coupe schématique (B) du mausolée

Fig. 5 – Plan (A) et coupe schématique (B) du mausolée

DAO : O. Ginouvez (Inrap Méditerranée).

17Il faut relever d’emblée la cohésion et l’homogénéité de la construction. Le mortier est fait d’un mélange de chaux et de sables fins à grossiers, dans lequel des fragments de calcaire lacustre d’origine locale ont été inclus (étang de Bages-Sigean). Aucun remploi n’a été observé. Les pierres sont brutes, ne présentent aucune trace de taille et ont des dimensions variables (0,10 m de long pour les plus petites, 0,35 m pour les plus grosses). Les faces des murs concentriques sont simplement soulignées par des pierres qui esquissent un parement chargé de contenir le béton, avant que le nouvel anneau ne vienne contrebuter le précédent.

18La raison de ce parti pris architectural mérite d’être discutée. Un temps considérée, l’hypothèse d’une fondation composée de « cercles » préfigurant une élévation à degrés est aujourd’hui écartée. Cette solution n’est pas valide techniquement et les anneaux sont trop irréguliers pour qu’on envisage de les projeter vers le haut en autant d’étages décroissants.

19Il est plutôt proposé de reconnaître dans cette morphologie une réponse donnée au problème posé par l’importance du volume à bétonner. Ainsi, les emboîtements correspondraient à des étapes de travail permettant de contrôler la répartition homogène des matériaux et leur enrobage optimal, afin d’éviter la formation de vides d’air et de fissures induits par les reprises de bétonnage – une forme de mise en œuvre difficilement gérable si l’on remplit la fosse sans interruption et sans cloisonnement au seul moyen de seaux ou de pelletées. Le but était d’aboutir à une résistance mécanique idéale, telle qu’elle peut être obtenue de nos jours à l’aide de vibrateurs thermiques.

Chronologie

20La construction ne peut être datée sur la seule foi de sa structure encaissée dans le terrain naturel, aucun décor d’architecture n’ayant été retrouvé. Les seuls indices viennent donc du contexte environnant. Le mausolée appartient à la première phase du site, laquelle réunit une série de maçonneries ainsi que trois tombes, dont une datée de la seconde moitié du ier s. apr. J.-C.

21La fouille n’a pas révélé, par ailleurs, d’aménagement ni de mobilier antérieurs au changement d’ère. De même, aucune tombe du iiie s. n’a été répertoriée. Sur cette base fragile, la réalisation et le fonctionnement du mausolée pourraient s’inscrire dans le courant du Haut-Empire. Il est impossible d’être plus précis à partir des données disponibles.

22Le monument circulaire de l’Hôtel-Dieu disparaît avant la fin de l’Antiquité. Le contexte stratigraphique dans lequel sont inscrits les vestiges décrit sans ambiguïté cette situation. Le plan supérieur de la maçonnerie a d’abord révélé la présence d’une inhumation dont le logement est intrusif à l’opus caementicium. L’aménagement funéraire consiste en un coffre de tegulae dont ne subsiste que le fond, matérialisé par trois tuiles aboutées. Lorsque la sépulture a été installée, le monument était non seulement invisible, mais son existence même avait de toute évidence été oubliée, car il eut été sinon facile d’éviter son emprise afin de s’épargner l’effort qu’a dû demander le creusement de la fosse. Le constat vaut pour le deuxième aménagement postérieur, à savoir un puits dont le conduit a également entamé la structure circulaire. On peut penser, une nouvelle fois, que les travaux n’auraient pas été entrepris au même emplacement si la position du bâtiment avait été connue. Relativement tôt, l’ouvrage circulaire a donc perdu non seulement son élévation, mais la partie supérieure de sa semelle de fondation a été également dérasée sur une épaisseur d’au moins 1 m.

  • 6 La fouille partielle du remplissage a révélé la présence d’un dépotoir contenant des céramiques loc (...)

23Sur le plan chronologique, le puits et la tombe en tegulae renvoient à la fin de l’Antiquité. Le conduit, dépourvu de cuvelage, est comblé à la fin du premier quart du ve s.6

Comparaisons et essai de restitution

Les mausolées circulaires de Gaule romaine

  • 7 On mentionnera à titre d’exemple l’opération programmée menée depuis 2016 à Saint-Bertrand-de-Commi (...)
  • 8 Réalisée à partir du dépouillement des Cartes archéologiques de la Gaule.

24L’architecture funéraire monumentale fait désormais l’objet d’une attention particulière (Moretti, Tardy 2006) et le dossier dans lequel s’insère cet article en témoigne. Pourtant, rares sont les vestiges mis au jour in situ en Gaule romaine. Les recherches sont aujourd’hui soumises au hasard de découvertes issues d’opérations préventives et peu de fouilles programmées traitent du sujet7. Peu d’entre elles, enfin, ont concerné des tombeaux monumentaux revêtant une forme circulaire, bien que le dossier se soit enrichi au fil des années (tabl. I). En observant leur carte de répartition8 (fig. 6), on distingue au moins deux ensembles homogènes : l’un regroupant les tombes monumentales reconnues sur la frange est de la Narbonnaise, l’autre remontant d’Autun/Augustodunum au territoire Trévire. La capitale de cité des Éduens, notamment, a livré les vestiges des plus grands tombeaux circulaires connus. Leurs dimensions atteignent près de 30 m de diamètre et permettent d’entrevoir une filiation directe avec les grands sépulcres impériaux d’Auguste et d’Hadrien à Rome, entre autres (Balty 2006, p. 46). Leur destination ostentatoire, qu’elle soit transmise à travers un parti pris architectural, sociopolitique ou symbolique, rend ce type d’édifice très singulier.

Tabl. I – Inventaire des monuments funéraires de forme circulaire avérée, mentionnée ou supposée, hors lapidaire

Tabl. I – Inventaire des monuments funéraires de forme circulaire avérée, mentionnée ou supposée, hors lapidaire

Fig. 6 – Carte de répartition des vestiges de bâtiments funéraires monumentaux revêtant une forme circulaire avérée, mentionnée ou supposée, hors lapidaire

Fig. 6 – Carte de répartition des vestiges de bâtiments funéraires monumentaux revêtant une forme circulaire avérée, mentionnée ou supposée, hors lapidaire

DAO : S. Gualandi (SRA Occitanie).

Critères d’implantation

  • 9 La fouille préventive menée depuis la fin de l’année 2017 par une équipe de l’Inrap sur les berges (...)

25Quelle que soit la multiplicité des formes architecturales adoptées par les monumenta, la recherche d’une position topographique avantageuse demeure un préalable à toute implantation. Les points de vue remarquables constituent par exemple des sites privilégiés, tout comme les domaines fonciers de grandes villae : les piles funéraires d’Occitanie en sont d’illustres exemples (Clauss-Balty dir. 2016). Les monuments circulaires se retrouvent aussi bien en contexte rural, en témoigne le mausolée de Mackwiller (Hatt 1967), que périurbain, tel l’exemple narbonnais. Ce dernier est d’autant plus intéressant que les fouilles entreprises sur les nécropoles de Narbonne n’ont que rarement permis d’avoir une vue globale de leur organisation interne ou de leur rôle structurant dans le paysage périurbain de la cité. En effet, la fouille de l’Hôtel-Dieu a jusque très récemment constitué la seule opportunité d’avoir un aperçu du paysage funéraire de la nécropole Sud9. Son emplacement, aux abords immédiats de la ville et de la voie Domitienne, en fait un espace propice à l’établissement d’une tombe monumentale. Ainsi, la combinaison de ces deux critères topographiques permet de mieux comprendre les raisons qui ont poussé son commanditaire à faire édifier son tombeau en ce lieu. Cette proximité, choisie avec soin, est à la fois gratifiante du point de vue environnemental, assurant ainsi, presque sans rupture, une continuité avec les monuments civiques et religieux de la ville, mais aussi sur le plan symbolique, l’individu quittant la ville passant alors d’un monde vers un autre.

Élévation du monument

  • 10 Au-delà de la référence augustéenne, certains auteurs proposent d’attribuer aux tumulus à tambour u (...)

26Les mausolées de forme circulaire constituent une variante originale de tombe monumentale. Deux formes ont été principalement reconnues en Gaule romaine : le monoptère, dont l’élévation est vraisemblablement destinée à mettre en valeur la statue du défunt, et le tumulus, qui nous intéresse ici tout particulièrement. Celui de Narbonne constitue, par sa taille, la plus petite manifestation de ce type d’architecture funéraire monumentale, loin derrière les monuments d’Autun (Duval 1954 ; Rebourg 1993), Naix-aux-Forges/Nasium (Meuse) (Castorio, Maligorne 2007), Saillans (Drôme) (Planchon, Charpentier 2006), Saint-Paul-Trois-Châteaux (Drôme) (Bel 2009) ou encore de Fourches-Vieilles à Orange (Vaucluse) (Mignon, Zugmeyer 2006). Cette forme du tumulus remonte clairement aux modèles italiques du ier s. av. J.-C., dont le plus emblématique demeure le mausolée d’Auguste à Rome10. Ce dernier a, sans doute, favorisé la perpétuation et la diffusion de ce modèle dans les provinces de l’Empire (Kremer 2016).

27La plupart des vestiges connus sont des constructions pleines qui, le plus souvent, présentent un imposant mur extérieur délimitant un massif de maçonnerie maintenu par des murs rayonnants. C’est par exemple le cas à Autun, à Saint-Paul-Trois-Châteaux et à Saillans, entre autres. À Narbonne, nulle architecture de ce type. La construction est faite de murs concentriques, dont l’effet d’emboîtement correspondrait à des étapes de travail liées à la conception même du monument. En l’état, ce parti pris ne fait apparemment écho à aucun autre édifice de ce type. Étant donnés les éléments dont nous disposons, on peut néanmoins envisager une restitution de sa hauteur aux alentours de 3,80 m, soit 13 pieds romains, correspondant à la moitié de son diamètre. Ce calcul a été réalisé en suivant l’exemple fourni pour la restitution du mausolée D de Titus Pompéius Phrixus Longus à Orange (Mignon, Zugmeyer 2006). De taille modeste, l’élévation du monument devait tout de même produire son effet au sein de la nécropole, surtout si son ornementation était identique à celle de certains exemples connus (Moretti, Tardy dir. 2006).

Destination du monument

28Le lieu d’implantation et l’architecture du monument circulaire de Narbonne ont rapidement conduit à l’interpréter comme un mausolée. Pourtant, aucune sépulture ne peut lui être associée, si bien que la destination même de l’édifice n’est pas totalement certaine. En outre, aucun aménagement interne n’a été reconnu, une fois encore, du fait de l’extrême dérasement des vestiges. On peut d’ailleurs généraliser cet état de fait à la plupart des vestiges de tombeaux circulaires pour lesquels les sépultures attestées sont rares. Étrangement, tenant compte de la monumentalité et de la massivité de certaines architectures, tumulaires notamment, peu semblent dotées d’agencements dédiés aux restes du ou des défunts. Cette remarque fait écho à celle formulée par Pierre Gros selon qui les rites n’ont eu que de faibles incidences sur le choix des édifices eux-mêmes (Gros 2006).

29Deux dispositifs sont à ce jour connus. Le premier consiste en l’édification du monument sur une tombe-bûcher. Il semblerait que les monuments de Mackwiller (Bas-Rhin) (Hatt 1967) et de Varen (Tarn-et-Garonne) (Izac-Imbert 2007) aient ainsi été construits non pas dans le but de recevoir une sépulture mais d’en recouvrir une. Au milieu de chacune des constructions circulaires maçonnées, une fosse a en effet été creusée pour servir de tombe-bûcher. Celle de Mackwiller présentait deux niveaux de calcination qui correspondaient à une phase antérieure à la construction de la fondation circulaire. Ce premier dispositif n’est pas envisagé dans le cas de Narbonne. En tenant compte de la profondeur du creusement de la fosse de fondation (soit plus de 1,50 m), toute trace antérieure aurait en effet nécessairement disparu.

30Dans la seconde configuration, le tombeau, souvent imposant, abrite une véritable chambre funéraire. Les modèles italiques ne manquent pas. Le sépulcre d’Hadrien comportait ainsi une chambre accessible par un long corridor de 12 m, faisant de cet espace un lieu isolé (Amand 1987). On retrouve le même type de couloir, aussi appelé dromos, dans le mausolée de Cecilia Metella à Rome également. À Narbonne, on est loin d’entrevoir ce type de situation mais, si chambre funéraire il y avait, ses dimensions devaient être très modestes. Outre ces deux possibilités évoquées, il est, par ailleurs, tout à fait envisageable de restituer la présence d’un ossuaire noyé dans la maçonnerie ou éventuellement placé dans un loculus aménagé au sein du noyau central. Cette hypothèse, proposée pour le mausolée de Fourches-Vieilles à Orange (Mignon, Zugmeyer 2006, p. 289), semble applicable à la plupart des architectures reconnues sur le territoire français. Si bien des rites ont été attestés et font des monuments funéraires de véritables sépulcres, il n’en demeure pas moins que beaucoup d’entre eux n’en adoptent que la forme et non la destination. Faute de preuves, ils restent pour la plupart des monumenta au sens propre du terme. Élevés à la gloire du défunt, ils en sont alors le cénotaphe. Cette hypothèse n’est pas à exclure dans le cas du monument de Narbonne.

*

* *

31Le mausolée de l’Hôtel-Dieu constitue donc l’un des rares témoignages de l’architecture funéraire monumentale de Narbonne dont les vestiges ont fait l’objet d’une fouille. La variante architecturale adoptée par son commanditaire manifeste le souhait de se rattacher à une tradition ancienne et de grand prestige dans la capitale de l’Empire. Cet écho aux empereurs justifie donc d’y voir le signe d’une romanité affirmée et pose une fois encore la question de l’adoption de modèles italiques.

32Si les choix qui ont présidé à sa construction en ce lieu expriment des velléités d’autocélébration, manquent malheureusement des traces de revêtement ou de décor pour prendre la pleine mesure de son caractère ostentatoire.

Haut de page

Bibliographie

Pour consulter la liste des abréviations et des acronymes, cliquer ici.

Agusta-Boularot S., Ginouvez O., Lassalle A., Mathieu V., Sanchez C. 2014 : Modalités du démantèlement des lieux de culte et politique de grands travaux de l’Antiquité tardive à Narbo Martius, in Van Andringa W. (dir.), Dossier : La fin des dieux. Les lieux de culte du polythéisme dans la pratique religieuse du iiie au ve s. apr. J.-C. (Gaules et provinces occidentales), Gallia, 71-1, p. 65-77.

Amand M. 1987 : La réapparition de la sépulture sous tumulus dans l’Empire romain, L’Antiquité Classique, 56, p. 162-182.

Balty J.-C. 2006 : Des tombeaux et des hommes : à propos de quelques mausolées circulaires du monde romain, in Moretti J.-C., Tardy D. (dir.) 2006, p. 41-54.

Bel V. 2009 : Pratiques funéraires du Haut-Empire dans le Midi de la Gaule : la nécropole gallo-romaine du Valladas à Saint-Paul-Trois-Châteaux (Drôme), Lattes, Association pour le développement de l’archéologie en Languedoc-Roussillon (coll. Monographies d’archéologie méditerranéenne, 11), 539 p.

Castorio J.-N., Maligorne Y. 2007 : Une tombe monumentale d’époque tibérienne à Nasium (cité des Leuques), Paris, de Boccard (coll. Études lorraines d’Antiquité Nationale, 4), 104 p.

Clauss-Balty P. (dir.) 2016 : Les Piles funéraires gallo-romaines du Sud-Ouest de la France, Pau, Presses universitaires de Pau et des pays de l’Adour (coll. Archaia, 3), 231 p.

Dellong E. 2002 : Narbonne et le Narbonnais, Paris, AIBL (coll. CAG, 11-1), 704 p.

Duval P.-M. 1954 : Les portes et les mausolées d’Augustodunum, Bulletin de la Société nationale des antiquaires de France, p. 81-87.

Gayraud M. 1981 : Narbonne antique, des origines à la fin du iiie siècle, Paris, de Boccard (coll. Suppl. à la RAN, 8), 591 p.

Ginouvez O., Amandry M., Belbenoit V., Durant G., Feugère M., Foy D., Gardeisen A., Manniez Y., Pradries C., Richier A. 1996-1997 : Les fouilles de l’Hôtel-Dieu de Narbonne, Bulletin de la Commission archéologique et littéraire de Narbonne, 47-48, p. 115-186.

Gros P. 2001 : L’Architecture romaine du début du iiie siècle avant J.-C. à la fin du Haut-Empire, 2. Maisons, palais, villas et tombeaux, Paris, Picard, 527 p.

Gros P. 2006 : Aspects sociaux et monumentaux des alignements funéraires à l’entrée des villes romaines, in Dauphin N., Guilhembet J.-P., Michaud-Fréjaville F. (dir.), Entrer en ville, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 39-52.

Hatt J.-J. 1967 : Mausolée et four crématoire gallo-romains à Mackwiller (Bas-Rhin), Gallia, 25-1, p. 75-85.

Izac-Imbert L. 2007 : Varen, Al Claus – 2007, Rapport final d’opération de fouille, Toulouse, Service régional de l’archéologie d’Occitanie, 139 p.

Janon M. 2002 : Le lapidaire de l’église Lamourguier, in Dellong E. (dir.) 2002, p. 150-163.

Kremer G. 2016 : Monuments funéraires de la cité des Trévires occidentale : réflexions sur les commanditaires, in Castorio J.-N., Maligorne Y. (dir.), Mausolées et grands domaines ruraux à l’époque romaine dans le nord-est de la Gaule, Bordeaux, Ausonius, p. 75-92.

Mignon J.-M, Zugmeyer S. 2006 : Les Mausolées de Fourches-Vieilles à Orange (Vaucluse), in Moretti J.-C., Tardy D. (dir.) 2006, p. 289-320.

Moretti J.-C., Tardy D. (dir.) 2006 : L’Architecture funéraire monumentale : la Gaule dans l’Empire romain, Actes du colloque organisé par l’IRAA du CNRS et le musée archéologique Henri-Prades, Lattes, 11-13 octobre 2001, Paris, Comité des travaux historiques et scientifiques (coll. Archéologie et histoire de l’art, 24), 522 p.

Planchon J., Charpentier G. 2006 : Le Monument funéraire d’Aulus Pompeius Fronto à Saillans (Drôme), in Moretti J.-C., Tardy D. (dir.) 2006, p. 312-335.

Rebourg A. 1993 : Autun, Paris, AIBL (coll. CAG, 71-1), 238 p.

Rosso E. 2006 : Le Décor sculpté des mausolées de Narbonne : problèmes d’interprétation. À propos de l’auto-représentation des « élites » narbonnaises sous les Julio-Claudiens, in Moretti J.-C., Tardy D. (dir.) 2006, p. 253-271.

Sabrié M., Sabrié R. 2002 : Nécropoles et pratiques funéraires, in Dellong E. 2002, p. 185-194.

Sanchez C., Jézégou M. P. (dir.) 2016 : Les ports dans l’espace Méditerranéen antique. Narbonne et les systèmes portuaires fluvio-lagunaires, Actes du colloque de Montpellier, 22-24 mai 2014, Montpellier, Presses universitaires de la Méditerranée (coll. Suppl. à la RAN, 44), 408 p.

Sigal L. 1943 : Les Premiers temps chrétiens à Narbonne (iiie-ive siècle) d’après l’archéologie, Narbonne, Secrétariat de la Commission archéologique, 92 p.

Haut de page

Notes

1 Rappelons simplement le rôle économique de la ville qui constituait un comptoir commercial bien avant la mise en place de la colonie romaine. Les ports antiques de Narbonne font aujourd’hui l’objet d’un Programme collectif de recherche coordonné par Corinne Sanchez (UMR 5140 Lattes/Montpellier) et ont bénéficié de publications récentes (voir, entre autres, Sanchez Jézégou dir. 2016).

2 Ces blocs ont fait l’objet d’un inventaire réalisé par Henri Cotard, ancien conservateur du musée de Narbonne.

3 Maryse et Raymond Sabrié ont dressé un état de la question : voir Sabrié, Sabrié 2002, p. 185.

4 Le bâtiment est toujours en activité et conserve des élévations datées du xiie et du xiiie s.

5 Si l’on compare la cote de son plan supérieur à celle des tombes localisées plus au nord, on peut penser que l’épaisseur originelle de la fondation devait être comprise entre 1,50 et 2 m.

6 La fouille partielle du remplissage a révélé la présence d’un dépotoir contenant des céramiques locales et d’importation.

7 On mentionnera à titre d’exemple l’opération programmée menée depuis 2016 à Saint-Bertrand-de-Comminges par William Van Andringa, dont le monument d'Herrane est présenté dans cette publication.

8 Réalisée à partir du dépouillement des Cartes archéologiques de la Gaule.

9 La fouille préventive menée depuis la fin de l’année 2017 par une équipe de l’Inrap sur les berges de la Robine, sous la direction de Valérie Bel, amènera son lot d’informations sur la structuration interne de la nécropole et la nature des constructions présentes dans les enclos.

10 Au-delà de la référence augustéenne, certains auteurs proposent d’attribuer aux tumulus à tambour une origine étrusque, voire hellénique (Gros 2001).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan parcellaire de la ville de Narbonne : localisation des trois principales nécropoles répertoriées à ce jour aux abords de la ville antique
Légende Sur fond cadastral.
Crédits DAO : O. Ginouvez (Inrap Méditerranée).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4549/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 379k
Titre Fig. 2 – Plan général de la fouille de l’Hôtel-Dieu : localisation des constructions et des tombes relevant de la phase 1
Crédits DAO : O. Ginouvez (Inrap Méditerranée).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4549/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Titre Fig. 3 – Plan et coupe (a-b) du bâtiment partiellement mis au jour dans l’angle nord-ouest de la fouille
Légende L'édifice compte au moins trois espaces : A, B et C.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4549/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 4 – Vues de la fondation du mausolée circulaire depuis le nord et le sud
Crédits Clichés : O. Ginouvez (Inrap Méditerranée).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4549/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 194k
Titre Fig. 5 – Plan (A) et coupe schématique (B) du mausolée
Crédits DAO : O. Ginouvez (Inrap Méditerranée).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4549/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Titre Tabl. I – Inventaire des monuments funéraires de forme circulaire avérée, mentionnée ou supposée, hors lapidaire
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4549/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 699k
Titre Fig. 6 – Carte de répartition des vestiges de bâtiments funéraires monumentaux revêtant une forme circulaire avérée, mentionnée ou supposée, hors lapidaire
Crédits DAO : S. Gualandi (SRA Occitanie).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4549/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Ginouvez et Sandy Gualandi, « Un mausolée circulaire en contexte suburbain à Narbonne/Narbo Martius (Aude) »Gallia, 76-1 | 2019, 45-54.

Référence électronique

Olivier Ginouvez et Sandy Gualandi, « Un mausolée circulaire en contexte suburbain à Narbonne/Narbo Martius (Aude) »Gallia [En ligne], 76-1 | 2019, mis en ligne le 04 mars 2020, consulté le 13 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/gallia/4549 ; DOI : https://doi.org/10.4000/gallia.4549

Haut de page

Auteurs

Olivier Ginouvez

Inrap Méditerranée, UMR 5140 Archéologie des sociétés méditerranéennes, 561 rue Étienne Lenoir, Kilomètre Delta, F-30900 Nîmes

Sandy Gualandi

Direction régionale des affaires culturelles d’Occitanie, UMR 5608 Traces, 32 rue de la Dalbade, BP 811, F-31080 Toulouse Cedex 6

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search