Navigation – Plan du site

AccueilNuméros76-1ÉpilogueLes mausolées de la fin de l’Anti...

Épilogue

Les mausolées de la fin de l’Antiquité au Moyen Âge central : entre gestion d’un héritage et genèse de nouveaux modèles

Mausoleums from the end of Antiquity to the Central Middle Ages: between the curation of a heritage and the genesis of new models
Thomas Creissen
p. 257-274

Résumés

Évoquer la question des mausolées au cours du Moyen Âge revient à envisager plusieurs réalités distinctes : le devenir de ces édifices païens d’une part, l’appropriation puis l’abandon progressif du mausolée par les chrétiens de l’autre, et enfin, la conversion d’un certain nombre de mausolées païens en églises. Entre spoliation et conservation, leur devenir n’est pas partout le même, en fonction notamment de l’intérêt que présentaient les monuments dans la perspective d'un éventuel remploi. Un nombre non négligeable de ces monuments a toutefois survécu jusqu’à une période avancée du Moyen Âge. Les mausolées chrétiens connus sont surtout ceux qui ont plus tard été transformés en églises. Leurs formes et dimensions sont variées. La plupart sont situés dans des nécropoles publiques, mais certains sont isolés à la périphérie de grands domaines privés. Progressivement, la formule est abandonnée au profit d’annexes funéraires greffées sur les églises, voire d’églises-mausolées ou bien encore de tombes anonymes implantées dans ou autour des édifices cultuels. Ces évolutions marquent l’apparition d’un nouveau traitement social de la mort. Enfin, le cas des mausolées païens transformés en églises engendre des problèmes d’interprétation : sont-ils le signe d’une christianisation d’anciennes familles païennes ou s’agit-il de remplois purement utilitaires visant à recycler des monuments désaffectés ?

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour une définition plus précise du terme, voir Laubry 2016 ; Van Andringa 2018.

1Les mausolées sont généralement associés à l’Antiquité et au paganisme. Ils perdurent toutefois avec l’avènement du christianisme et l’entrée dans le Moyen Âge. Les adeptes de la nouvelle religion se sont appropriés certaines pratiques funéraires de la société antique – nécropoles hors les murs, rituels de commémoration, types de contenants funéraires et même répertoire iconographique, etc. Il n’est donc guère surprenant que les chrétiens adoptent également la pratique courante d’expression matérielle de la mémoire gentilice en érigeant des monuments funéraires, les plus fortunés ayant recours au modèle du mausolée, ici entendu comme la forme la plus ostentatoire du monument funéraire1.

2S’intéresser à la fortune des mausolées au cours de la période médiévale revient d’abord à distinguer deux points principaux : le devenir des mausolées païens d’une part, la construction et l’évolution des mausolées chrétiens de l’autre. Ces deux réalités se recoupent parfois, principalement lors de la transformation en église de certains mausolées non-chrétiens. Ce cas particulier constitue le troisième axe de cet article.

3Pour l’essentiel, l’enquête se limitera à une Gaule arbitrairement cantonnée aux limites de la France actuelle, en s’autorisant toutefois quelques excursions dans les marges. Quant à la période envisagée, elle s’étale, approximativement, de la reconnaissance officielle du christianisme en 313 jusqu’au Moyen Âge central.

Le devenir des mausolées de l’époque romaine au cours du Moyen Âge : entre abandon, exploitation et conservation

4C’est une évidence : le paysage funéraire de l’Antiquité tardive comme celui d’une bonne partie du Moyen Âge est resté fortement marqué par le legs antique. À côté des bâtiments publics, religieux ou non, des ouvrages d’art, des enceintes comme des habitats, les mausolées concentrés aux abords des villes ou implantés au cœur des grands domaines ruraux n’ont pas brutalement disparu. Leur progressive évanescence est le fruit d’une lente évolution et le processus d’effacement, quand il existe, a pu revêtir différentes formes.

5Quand leur forme architecturale le permet, ils peuvent se voir attribuer une nouvelle fonction, certains étant transformés en églises.

6Un peu partout, il est probable que les monuments abandonnés aient été progressivement ruinés selon des rythmes qui varient en fonction de différents facteurs : nature de la construction originelle, position géographique, conditions climatiques. Une partie des matériaux de construction a éventuellement été récupérée au cours de cette lente dégradation.

7Enfin, dans certains cas, ces mausolées ont été méthodiquement spoliés et ont fait l’objet de récupérations plus ou moins systématiques.

Un processus de spoliation incessant

8En Gaule, les phénomènes de spoliation des mausolées antiques sont précoces. Les deux grands mausolées d’En Chaplix, à Avenches (Suisse), construits dans le second quart du ier s., sont méthodiquement démantelés et récupérés dès la seconde moitié du iiie s., ce qui atteste l’existence d’une véritable industrie du remploi (Flutsch, Hauser 2006, p. 415-418). Pour l’Antiquité tardive toujours, l’utilisation fréquente de matériel funéraire – dont des éléments de mausolées – pour construire les murailles des villes rétractées des iiie et ive s. est un phénomène bien connu. Un cas particulièrement spectaculaire a pu être mis en évidence lors d’une fouille préventive réalisée à Rouen (Seine-Maritime) : plusieurs éléments d’un même mausolée ont été découverts dans l’enceinte érigée aux environs de 300 (Collectif 1995). Vers la même date, un phénomène identique est attesté à Saintes (Charente-Maritime), à Angers (Maine-et-Loire) ou à Nantes (Loire-Atlantique) (Ferdière 2012, p. 19). À Cucuron (Vaucluse), la récupération du mausolée est probablement intervenue dès le ive s. (Moretti, Tardy 2002, p. 38)2 et, toujours en Provence, les fouilles réalisées sur la nécropole méridionale d’Arles (Bouches-du-Rhône) ont permis d’identifier plusieurs mausolées richement ornés, largement spoliés au cours de l’Antiquité tardive (Heijmans 2008). Il est également possible de mentionner le cas du grand mausolée récemment découvert à Carcassonne (Aude), dont toute une partie des blocs de grand appareil a été récupérée pendant la même période3. Dans les fondations du premier lieu de culte identifié sur le site de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), daté du vie s., plusieurs blocs provenant d’un mausolée ont été retrouvés (Lavagne 2004 ; Wyss 2015). À La Souterraine (Creuse), un mausolée du iiie s. a été largement spolié au cours du haut Moyen Âge pour la construction d’un nouvel édifice, vraisemblablement cultuel (Roger, Boulesteix 2012, p. 297-301).

9En définitive, le phénomène de spoliation se manifeste sans discontinuité entre la fin de l’Antiquité et le premier Moyen Âge.

  • 4 Lors de la fouille, plusieurs blocs brisés ainsi que des fragments ont été retrouvés : ceci indique (...)

10En dehors des blocs découverts dans les murailles ou les fondations d’édifices cultuels, d’autres usages sont attestés pour les remplois. De nombreux sarcophages du haut Moyen Âge ont ainsi été sculptés à partir de blocs provenant d’anciens monuments funéraires (Creissen, Roger 2011). Le cas est notamment bien attesté au sein de la nécropole des Dunes de Poitiers (Vienne) où plusieurs mausolées – et/ou enclos ? – ont été partiellement démantelés pour y tailler des sarcophages, enfouis ensuite à proximité. Certains blocs, en cours de taille mais abandonnés sur place, ont été découverts lors des dernières fouilles archéologiques (Vigot 2008 ; 2012)4.

11Dans tous ces cas précoces, l’essentiel des monuments a été spolié, seules les fondations ou les premières assises étant généralement épargnées.

  • 5 Voir l’article de W. Van Andringa dans le présent dossier.
  • 6 L’ensemble a finalement été dynamité à la fin du xixe s.
  • 7 La datation de ces récupérations n’est toutefois pas connue.

12Aux abords de Saint-Bertrand-de-Comminges (Haute-Garonne), les fouilles archéologiques récemment menées sur le site du grand mausolée d’Herrane illustrent un autre cas de figure5. Ce monument est resté en partie conservé jusqu’à la fin du xixe s., mais il a vraisemblablement été spolié dès l’Antiquité tardive, époque à laquelle les éléments du décor plaqué, au moins pour partie en marbre, ont été récupérés (pour être transformés en chaux ?). Le noyau en blocage a été laissé en place, car plus difficile à exploiter6. Un phénomène apparenté peut être envisagé pour la pyramide de Couhard, à Autun (Saône-et-Loire), ou bien encore pour la pile funéraire d’Authon-Ébéon (Charente-Maritime) : dans les deux cas, le blocage a été laissé sur place tandis qu’étaient récupérés le revêtement de calcaire tendre dans le premier cas et le parement en grand appareil dans le second (Moretti, Tardy 2002, p. 33)7.

13Malgré ces attestations précoces, tous les mausolées n’ont pas été spoliés au cours de l’Antiquité tardive ou du haut Moyen Âge. Certains sont restés inscrits dans le paysage jusqu’à une période plus ou moins avancée, dans un état de conservation difficile à apprécier et avec un statut juridique inconnu. Preuve en est que plusieurs sont mentionnés ou représentés dans les sources textuelles médiévales ou modernes.

  • 8 Cité par P.-A. Février, dans Duval dir. 1995, p. 119.
  • 9 « […] à chaque angle de son carré (il) est bâti de grosses pierres de taille de la longueur et port (...)

14Ainsi, au xiie s., le Guide du pèlerin de Saint-Jacques de Compostelle évoque, à propos de la nécropole des Alyscamps d’Arles, les « […] tombes de marbre […] si grandes, alignées sur la terre. Elles sont d’un travail varié, portant d’antiques inscriptions sculptées en lettres latines, mais dans une langue inintelligible »8. Cette description semble se rapporter à certains mausolées. Ceux attribués aux évêques d’Autun sont mentionnés dans plusieurs sources du xvie s9. À Autun toujours, jusqu’au xviiie s., un grand mausolée connu sous le nom de « temple de Pluton » se dressait à proximité de la porte d’Arroux (Moretti, Tardy 2002, p. 33). Ce n’est qu’en 1778 que la « Tour de l’Horloge », grand mausolée du ier s. implanté contre l’enceinte d’Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône), a finalement été démantelé (Moretti, Tardy 2002, p. 31).

  • 10 Dès 1080, il est évoqué dans une source qui mentionne l’« ecclesiam Sancti Petri quae dicitur ad Ma (...)

15Enfin, certains de ces monuments funéraires sont toujours visibles : le cénotaphe de Glanum (Bouches-du-Rhône) est bien conservé10 et il en va de même pour le monument de Cinq-Mars-la-Pile (Indre-et-Loire) avec une pile funéraire haute de 29 m, qui domine encore la vallée de la Loire (Marot 2008). Plusieurs constructions semblables à cette dernière – parfois assez bien conservées – marquent encore le paysage du Sud-Ouest de la France (Clauss-Balty 2016). Quant au mausolée de Lanuéjols, bien que partiellement ruiné, il demeure assez largement préservé (Moretti, Tardy 2002, p. 42).

16En dehors de ces témoignages épars, ce sont également les nombreux remplois provenant de mausolées que l’on trouve dans les églises romanes ou gothiques qui, indirectement, paraissent attester cette « bonne conservation » d’une partie de la parure funéraire antique jusqu’à une période avancée du Moyen Âge. En effet, pour que des matériaux provenant d’un même monument aient pu être réutilisés en aussi grande quantité, il faut concevoir que les bâtiments dont ils proviennent étaient encore au moins visibles, sinon bien conservés, à la veille de cette réutilisation. Une enquête – non exhaustive – réalisée dans les limites du Limousin actuel a montré que plus de 30 édifices romans ou gothiques incorporent des éléments antiques remployés, très probablement issus de mausolées (Creissen, Roger 2011). Dans certains édifices, plusieurs dizaines de blocs sont présents : c’est le cas au xie s. pour l’église Saint-Thyrse de Châteauponsac (Haute-Vienne). Pour une période comprise entre les xie et xiie s., il est possible de citer les cas de Rancon (Haute-Vienne) (fig. 1), Lupersat, Glénic, Saint-Moreil (Creuse), etc. Au total, une petite dizaine d’édifices limousins sont concernés par ce phénomène. Dans le cas de Rancon, comme de Chateauponsac, certains éléments de mausolées sont également remployés en grand nombre au sein des ponts médiévaux. À Chateauponsac, des éléments d’un mausolée semblent incorporés à l’une des portes monumentales de la cité médiévale.

Fig. 1 – Détail du chevet de l’église Saint-Pierre à Rancon (Haute-Vienne)

Fig. 1 – Détail du chevet de l’église Saint-Pierre à Rancon (Haute-Vienne)

Cliché : T. Creissen (Éveha International, université de Tours).

17Dans la même région, deux mausolées-temples des iie-iiie s. construits en grand appareil, largement démantelés, sont encore présents sur le site des Cars (Corrèze), mais certains blocs manquent (Paillet, Tardy 2006). Il a été possible de constater que les monuments ont fait l’objet d’un démontage systématique. Une partie des pierres était soigneusement alignée au moment de la redécouverte du site, ce qui atteste un travail de tri. D’autres ont probablement été transportés pour être remployés en des lieux non encore identifiés. Cette entreprise de récupération a pu intervenir durant le Moyen Âge (Paillet, Tardy 2006), époque au cours de laquelle l’ancien coffre cinéraire semble avoir été transféré dans l’église voisine de Barsanges pour y servir de bénitier (Creissen, Roger 2011, p. 70).

  • 11 Dans la commune voisine de Saint-Bertrand-de-Comminges, des éléments antiques sont remployés au che (...)

18La présence de remplois antiques, dont certains provenant de mausolées, s'observe dans d’autres régions : une enquête réalisée dans le Velay montre que le phénomène y est assez fréquent (Foulquier, Nectoux 2012) et plusieurs autres cas s’observent autour de Saint-Étienne (Loire), notamment en façade de l’église de Saint-Just-Saint-Rambert. À Saint-Romain-le-Puy (Loire), l’édifice imite les procédés de constructions antiques et quelques éléments anciens paraissent remployés (Raynaud, Parron 2012) (fig. 2). Enfin, dans la région pyrénéenne, il est possible d’évoquer l’église romane de Saint-Just-de-Valcabrère (Haute-Garonne) dont les maçonneries intègrent nombre de remplois, en particulier une impressionnante quantité de fragments de cuves et de couvercles de sarcophages, mais aussi de possibles vestiges de mausolées romains (Schenk-David 2003)11. Il ne fait guère de doute que la multiplication des enquêtes permettrait d’étoffer le corpus de manière importante.

Fig. 2 – Église de Saint-Romain-le-Puy (Loire), détail du chevet

Fig. 2 – Église de Saint-Romain-le-Puy (Loire), détail du chevet

Cliché : T. Creissen (Éveha International, université de Tours).

  • 12 Dans son enquête consacrée à la ville de Limoges (Haute-Vienne), J.-P. Loustaud distinguait trois p (...)

19En l’état actuel, deux grands moments semblent se dessiner pour les récupérations : le premier concerne l’Antiquité tardive, principalement du ve jusqu’au viie s. si l’on prend en considération les remplois destinés à la confection de sarcophages ; l’autre englobe une vaste période allant du début du xie s. jusqu’au xiiie s.12. Après cette date, les remplois paraissent plus rares, probablement parce que l’évolution de l’économie de la construction les rendait moins utiles mais aussi, peut-être, parce que la matière première en était venue à se raréfier.

Des mausolées pour les chrétiens : quelle réalité matérielle en Gaule ?

  • 13 Saint Jérôme loue la simplicité du sépulcre de Paul de Thèbes, en insistant par ailleurs sur le fai (...)
  • 14 Le plus ancien mausolée de plein air chrétien pourrait être le monument M de la nécropole du Vatica (...)
  • 15 L’époque est notamment marquée par la construction des grands mausolées circulaires commandités par (...)

20Commençons par un rappel très général. Si plusieurs auteurs chrétiens soulignent l’inutilité de la pompe funèbre et condamnent le luxe des tombeaux13, certains chrétiens se sont assez rapidement affranchis de ces interdits. Dès le iiie s., les catacombes romaines attestent l’existence de riches tombeaux chrétiens (Fiocchi Nicolai et al. 2000) et, dans la même ville, les premiers mausolées chrétiens identifiés de manière certaine appartiennent au début du ive s.14, le phénomène prenant de l’ampleur après la Paix de l’Église de 31315. L’apparition des mausolées chrétiens en Gaule s’inscrit bien évidemment dans ce mouvement plus général.

Mausolées chrétiens de Gaule

  • 16 Sur ce point, pour une présentation rapide, voir Young, Perrin 1991.
  • 17 Pour un premier aperçu sur le sujet, voir les différents volumes de la Topographie chrétienne des c (...)

21Sans entrer dans le détail des particularismes régionaux depuis longtemps relevés en matière de pratiques funéraires16, il est possible de présenter à grands traits un état des connaissances relatif à la question des mausolées chrétiens ou considérés comme tels au sein de l’espace gaulois. Précisons d’emblée que le propos étant centré sur la réalité matérielle de ces mausolées, les sources textuelles ne sont guère exploitées, une synthèse sur la question restant à faire17.

22L’énumération, fastidieuse et nécessairement succincte, s’efforce d’être la plus exhaustive possible de manière à établir un corpus permettant de servir de base à des recherches futures. Il s’agit également de dégager des caractéristiques communes à ces monuments éparpillés en divers endroits du territoire national.

23Pour l’essentiel, les mausolées considérés comme chrétiens sont ceux qui ont plus tard été transformés en églises. Ils seront évoqués dans une première partie au sein de laquelle seront distinguées les constructions érigées dans des nécropoles collectives et celles associées à des nécropoles familiales, le plus souvent implantées à la périphérie de grands domaines ruraux ; la distinction n’étant pas toujours évidente, comme on le verra. Ce tour d’horizon sera finalisé en évoquant la progressive confusion entre édifice cultuel, monument funéraire et mausolée à travers l’évocation de certaines annexes funéraires et de chapelles funéraires pour lesquelles il est difficile de savoir si le terme de mausolée est encore approprié.

Mausolées « chrétiens » transformés en églises au sein des nécropoles publiques et privées

24En suivant une progression géographique aléatoire, ce rapide tour d’horizon commence par les cas les mieux assurés pour se clore sur les cas plus problématiques.

Le cas des nécropoles publiques

25Dans l’espace aquitain, sur le site de Saint-Seurin à Bordeaux (Gironde), les fouilles archéologiques ont révélé l’existence d’une structure modeste prenant place au sein d’une ancienne nécropole, localisée sous l’église actuelle (fig. 3). Il s’agit d’un édicule quadrangulaire mesurant 3,50 x 4,50 m et terminé par une sorte d’abside à pans coupés profonde de près de 0,80 m (Michel 2012). Son élévation peut difficilement être restituée. Plusieurs inhumations sont présentes dans le sous-sol ; l’ensemble pourrait remonter au ive s.

Fig. 3 – Saint-Seurin de Bordeaux (Gironde), le mausolée primitif

Fig. 3 – Saint-Seurin de Bordeaux (Gironde), le mausolée primitif

Michel 2012, fig. 3.

26Dans cette même région, un secteur anciennement urbanisé de Limoges est transformé en nécropole dans le courant du iiie s. En son sein, le mausolée attribué à saint Martial correspond à un grand bâtiment semi-hypogée de 14 m de long comportant plusieurs espaces funéraires (Perrier in Collectif 1995, p. 139-145 ; Loustaud 2007) (fig. 4). Sa construction est située aux alentours de 300 et l’ensemble a plus tard été intégré au complexe monastique de Saint-Martial. À proximité, des vestiges pouvant appartenir à d’autres mausolées sont conservés dans la crypte archéologique et associent quelques blocs de grand appareil à des murs en petit appareil.

Fig. 4 – Restitution du paysage funéraire de Limoges/Augustoritum (Haute-Vienne) au ive s.

Fig. 4 – Restitution du paysage funéraire de Limoges/Augustoritum (Haute-Vienne) au ive s.

Le mausolée de Saint-Martial est en 16, celui de la Courtine en 18. Les monuments se dressent à la périphérie de la ville, à l’emplacement d’un ancien quartier désaffecté.

DAO : Studio Différemment.

27Dans l’Ouest toujours, mais plus au nord, plusieurs mausolées ont été retrouvés au sein de la nécropole de Saint-Hilaire de Poitiers, dont l’un est daté du ve s. (Boissavit-Camus, Alexis-Moury 2012, p. 310-311). Mesurant 5 x 5 m, il contenait 3 sarcophages. Plusieurs sépultures ont été implantées autour par la suite. Un lieu de culte chrétien pourrait avoir été assez tôt associé à cet ensemble, ce qui pourrait indiquer que les commanditaires du premier monument étaient déjà chrétiens.

28Dans la partie orientale de la France cette fois, les fouilles réalisées à l’intérieur comme aux abords de l’église Saint-Pierre de Vienne (Isère) sont d’interprétation complexe car publiées de manière très incomplètes (M. Jannet-Vallat, in Duval dir. 1995, p. 254-266). Un premier mausolée quadrangulaire – 4 x 4,30 m – aurait existé dès le ive s. (bâtiment E), aménagé dans une possible nécropole. Peu après (?), un oratoire a pu être construit plus à l’ouest avant que la grande église – pour partie encore conservée – ne soit érigée dans le courant du ve s. Le mausolée d’origine aurait alors été incorporé au chevet de la basilique sous la forme d’une crypte hors œuvre (fig. 5). Mais la datation comme l’interprétation de tous ces éléments sont loin de faire l’unanimité. Il est en tout cas avéré que l’ensemble du complexe continue à être un lieu d’inhumation privilégié une fois la grande église construite. Dans ce contexte, un bâtiment à abside reconnu au chevet de l’église est interprété comme le lieu de sépulture de l’évêque Pangathius (vers le milieu du vie s. ?) : il s’agirait d’un mausolée-oratoire commandité par ce dernier. Fonction cultuelle et fonction funéraire se confondent ainsi au sein d’un même édifice, qui devient à son tour un espace d’inhumation (voir infra, § 51-55).

Fig. 5 – Proposition de restitution du chevet de Saint-Pierre de Vienne (Isère) au ve s.

Fig. 5 – Proposition de restitution du chevet de Saint-Pierre de Vienne (Isère) au ve s.

F. Joubert, d’après M. Jannet-Vallat, in Duval 1995, p. 259.

29Dans cette même région, à Lyon (Rhône), plusieurs mausolées dont la construction s’échelonne entre les iie et viie s. ont été identifiés au sein des nécropoles de Saint-Just et Saint-Irénée (Raynaud 2012, p. 341). S’ils sont parfois présentés comme chrétiens, ceci ne peut être totalement démontré : l’hypothèse est fragile pour les iie-iiie s., hautement probable pour les ve-viie s., incertaine entre ces périodes. À Saint-Just, l’un des mausolées, daté des environs de 380 et plus tard surmonté par l’église éponyme, était très certainement chrétien. Il consiste en une « nef » de 5,30 m de long pour 6,50 m de large coiffée par une abside semi-circulaire (fig. 6). Il était probablement précédé par un portique. Dans un second temps, une grande basilique a été construite à proximité. Enfin, dans le courant du ve s., cet édifice cultuel comme le mausolée sont finalement intégrés au sein de la grande église Saint-Just, connue par des sources textuelles anciennes et révélée par des fouilles archéologiques.

Fig. 6 – Le mausolée de Saint-Just à Lyon (Rhône), plan du monument initial

Fig. 6 – Le mausolée de Saint-Just à Lyon (Rhône), plan du monument initial

Reynaud et al. 1989, p. 1492, fig. 9.

30Plus à l’est, le site de Saint-Laurent, à Grenoble (Isère), offre un autre cas de figure particulièrement remarquable. Il correspond à une nécropole péri-urbaine dans laquelle plusieurs mausolées du ive s. ont été retrouvés, concentrés dans ce qui pourrait être la partie aristocratique de la nécropole (Colardelle 2012). Les monuments, quadrangulaires, mesurent 3 x 4 m pour le plus vaste et ils peuvent être chrétiens comme païens. Au début du ve s., un grand monument de 12 x 13 m est érigé dans ce même secteur. Son plan est complexe : il est semi-hypogée et comporte un vestibule (fig. 7). Plusieurs fois remanié, cet édifice est à l’origine de la construction d’une église cruciforme au cours du vie s. L’interprétation du monument initial est à vrai dire délicate : est-ce un mausolée « tardif », appartenant à un membre éminent de la communauté chrétienne qui serait à l’origine de la construction d’une succession de lieux de culte, ou bien faut-il au contraire y reconnaître, dès sa création, un martyrium destiné à exalter le souvenir d’un martyr non identifié qui aurait été inhumé auparavant dans la nécropole ?

Fig. 7 – Saint-Laurent-de-Grenoble (Isère), axonométries du mausolée B

Fig. 7 – Saint-Laurent-de-Grenoble (Isère), axonométries du mausolée B

T. Pio, in Colardelle 2012, fig. 3.

  • 18 La description des vestiges n’est pas toujours facile à suivre. Ces monuments sont encore décrits a (...)

31En Bourgogne, il est possible que le secteur dans lequel est implantée l’église Saint-Pierre-l’Estrier d’Autun ait été occupé par une nécropole de l’Antiquité tardive dans laquelle plusieurs mausolées auraient été construits, certains ayant abrité les dépouilles des premiers évêques de la ville (Sapin 2012, p. 332 ; voir supra, n. 9)18. Les fondations de l’un d’eux ont été reconnues à l’ouest de l’église à laquelle il aurait été associé. Il mesure 8,50 x 6,50 m et comporte deux espaces distincts.

32Toujours dans la même région, Grégoire de Tours rapporte que Bénigne, martyr de Dijon (Côte-d’Or), avait été inhumé dans un hypogée abritant son sarcophage (Sapin 1998, p. 56). Par la suite, l’évêque Grégoire de Langres fait restaurer la voûte de cet hypogée et construire un lieu de culte au-dessus en 535. Si la véracité du récit n’est pas attestée, il semble envisageable qu’un mausolée implanté dans l’une des nécropoles péri-urbaines de Dijon ait été considéré comme le sépulcre de Bénigne, et avait de ce fait été magnifié au cours du vie s. Une étude récente a permis de mettre en évidence un mausolée localisé à l’est de la rotonde de Guillaume de Volpiano, daté par ses inventeurs du ve ou du vie s. et donc très probablement chrétien (Sapin 2012, p. 333-334). Il mesure 4,40 x 4,18 m. Son implantation cadre mal avec ce que les sources textuelles nous disent du tombeau de Bénigne. Ce monument correspond vraisemblablement à un autre mausolée chrétien, peut-être « attiré » là par la présence voisine du corps saint.

33Plus au nord, dans les abords d’Alésia (Côte-d’Or), une église dont la construction paraît remonter aux environs de 500 surmonte un mausolée quadrangulaire mesurant 3,50 x 5 m (C. Sapin, P. Walhen, in Barruol dir. 1998, p. 49-54). Ce dernier, probablement pour partie en bois (Sapin 2012, p. 331), est implanté le long d’une voie antique. Le site a conservé sa vocation funéraire après la construction de l’édifice cultuel.

34À Tavers (Loiret), une grande nécropole paraît se développer à partir du ive s. (J.-F. Baratin, in Barruol dir. 1996, p. 122-124). Elle serait associée à une série de villae disséminées dans les environs et fonctionnerait comme une nécropole publique. Un mausolée semi-enterré pourrait y avoir été aménagé dès le ive s. (fig. 8). Il mesure 7 x 4,80 m, ses murs sont épais de 0,60 m et il était couvert d’une voûte en berceau. Par la suite, il continue à servir de lieu d’inhumation avant d’être possiblement transformé en édifice cultuel au cours du vie s., ce qui se traduit par l’adjonction d’une abside semi-circulaire à l’est.

Fig. 8 – Le mausolée de Tavers (Loiret), proposition de restitution du monument d’origine

Fig. 8 – Le mausolée de Tavers (Loiret), proposition de restitution du monument d’origine

P. Premillon (Service départemental d’archéologie du Loiret), in Barruol 2016, p. 124.

35L’exemple le plus septentrional de ce premier inventaire est celui de Saint-Quentin (Aisne) où a pu être documentée l’évolution du site depuis la construction du mausolée primitif (milieu ive s. ?) jusqu’à la grande église, en passant par une memoria des environs de 400 (Sapin 2012, p. 331-332). Le premier mausolée semble avoir été bien modeste. À l’époque carolingienne, il a été intégré à un système de cryptes.

36Quelques autres cas d’interprétation plus complexe pourraient appartenir à la catégorie des mausolées chrétiens implantés dans des nécropoles publiques préexistantes. En Aquitaine, il est possible d’évoquer le monument construit au-dessus de la tombe de saint Martin de Brive (Corrèze), martyrisé au début du ve s. Les fondations du monument évoqué par Grégoire de Tours auraient été retrouvées lors de fouilles réalisées dans les années 1980. Il mesurait 5 m de large pour une longueur de 11 m, mais la publication n’est pas toujours très claire (G. Cantié, in Barruol dir. 1996, p. 134-138). Si l’existence en ce lieu d’une nécropole associée à l’agglomération antique ne peut être totalement écartée, les fouilles archéologiques récemment réalisées sur ce site ont montré que l’occupation funéraire semble en réalité se développer après l’établissement de ce premier « mausolée » (Barbier et al. 2013).

37Les résultats des fouilles du site de la Gravette, à l’Isle-Jourdain (Gers), demeurent un peu confus (J.-P. Cazes, in Barruol dir. 1996, p. 155-159). Deux aires funéraires antiques ont été identifiées à proximité d’une voie qui desservait cette petite agglomération routière. Un grand enclos funéraire qui pourrait remonter au iie s. est agrémenté d’une « memoria » – comprendre un mausolée ? – à une date mal cernée. Par la suite, ce bâtiment qui mesure 6,10 x 3,30 m est doté d’une abside, puis transformé en église entre les ve et vie s. La vocation funéraire se maintient à l’issue de ces réaménagements.

38Toujours dans le sud, un édifice pouvant correspondre à un mausolée a été découvert dans l’une des nécropoles de Narbonne (Aude) (Y. Solier, in Duval dir. 1995, p. 39-42). Sa nef mesure 6 x 5,30 m et se termine par une abside semi-circulaire inscrite dans un chevet droit (fig. 9). Les murs latéraux sont très épais – 1,50 m –, ce qui paraît excessif, même pour un monument voûté. Le sol est recouvert de mosaïques à décor géométrique et de nombreux sarcophages, dont certains à décor chrétien, sont présents. Le monument, un temps considéré comme un mausolée païen réutilisé, pourrait être une construction chrétienne des environs de 400, martyrium ou mausolée familial.

Fig. 9 – Narbonne (Aude), interprétation des vestiges archéologiques du monument à abside de la place Dupleix

Fig. 9 – Narbonne (Aude), interprétation des vestiges archéologiques du monument à abside de la place Dupleix

H. Delhumeau, d’après D. Garcia, in Duval 1995, p. 40.

  • 19 Il est en fait possible que le couple royal ait commandité du vivant même de la sainte un édifice c (...)

39Pour le nord de la Gaule, la basilique des Saints-Apôtres de Paris, commanditée par Clovis et Clotilde, pourrait avoir été créée autour de la tombe de Geneviève, elle-même érigée dans une nécropole préexistante (P. Perrin, in Barruol dir. 1998, p. 159-164). Mais les sources textuelles ne sont pas claires et aucune donnée matérielle ne conforte l’hypothèse de l’existence d’un mausolée primitif19.

40En Alsace, une « nécropole » utilisée dès le iie s. paraît attestée sur le site de Marmoutier (Bas-Rhin). En son sein ont été retrouvés les vestiges d’une memoria datée de l’« époque romaine », sans plus de précisions cependant (E. Kern, in Barruol dir. 1998, p. 35). Il est difficile de savoir à quoi correspondait l’occupation antique liée à la nécropole et surtout quel lien unit la possible memoria au monastère fondé à la fin du vie s.

  • 20 Leur implantation à la périphérie d’agglomérations antiques rend probable leur appartenance à des n (...)

41Pour terminer ce tour d’horizon, signalons que dans un article récent C. Sapin énumère quelques autres cas (Sapin 2012) : des mausolées « antiques » seraient incorporés dans l’église Saint-Gervais de Rouen (10 x 5 m) et à Saint-Pierre-le-Jeune de Strasbourg (Bas-Rhin) (8,55 x 4 m). Une étude critique reste à leur consacrer, et leur datation comme leur contexte d’implantation originel sont mal connus20. De même, le petit monument (2,20 x 2,50 m) identifié sous l’église Saint-Lazare d’Avallon (Yonne) reste difficile à interpréter. Le cas de Mende (Lozère) est un peu particulier : le mausolée, en moyen appareil et voûté, n’a été redécouvert qu’au xiie s. et alors incorporé à la cathédrale. Son caractère chrétien est en outre loin d’être assuré.

  • 21 Merci à Jean-Luc et à Kitterie Schenk-David pour m’avoir laissé consulter le rapport de fouilles re (...)

42Il reste maintenant à évoquer un dernier ensemble dont l’interprétation est, là encore, problématique. L’église Saint-Just-de-Valcabrère a déjà été mentionnée au sujet des remplois qu’elle incorpore. Des fouilles archéologiques anciennes ont permis de démontrer que le bâtiment actuel a été construit au-dessus d’une succession de constructions antérieures, un premier édifice cultuel ayant pu exister au cours du haut Moyen Âge (Schenk-David 2003). Le plus ancien bâtiment est une construction quadrangulaire aux murs puissants : près de 0,90 m de large pour un ensemble mesurant 9,80 x 7,15 m. Le massif de maçonnerie greffé sur son flanc oriental, longtemps considéré comme un ajout, appartient à la construction d’origine et pourrait correspondre à un escalier monumental de 5 x 3 m (Schenk-David 2013)21. La datation de ce monument reste très mal déterminée, et sa fonction encore débattue (voir infra, § 43).

  • 22 Programme dirigé par William Van Andringa. Le secteur de Valcabrère a été fouillé en 2017, 2018 et (...)
  • 23 Le travail de prospection a été réalisé par l’Institut archéologique de Vienne (Autriche). La campa (...)

43Tout récemment, les fouilles archéologiques réalisées à quelques dizaines de mètres à l’ouest de l’édifice y ont révélé l’existence d’une zone funéraire (fig. 10)22. Cinq monuments au moins – dont l’un est hypogée – ont été partiellement reconnus, fouillés et pourraient remonter au ive s. Trois présentent à peu près les mêmes dimensions, environ 7 x 5,50 m. Des inhumations sont attestées tout autour, dont la datation oscille entre Antiquité tardive et bas Moyen Âge. Enfin, les prospections géophysiques réalisées dans ce secteur révèlent l’existence d’autres maçonneries, mais leur interprétation demeure problématique23.

Fig. 10 – Saint-Just-de-Valcabrère (Haute-Garonne), la basilique romane et les monuments funéraires dégagés en 2018

Fig. 10 – Saint-Just-de-Valcabrère (Haute-Garonne), la basilique romane et les monuments funéraires dégagés en 2018

Cliché : T. Creissen (mission archéologique de Saint-Bertrand-de-Comminges).

44En l’état actuel, il est possible de confirmer l’existence dans ce secteur d’une zone funéraire de l’Antiquité tardive contenant au moins trois grands monuments funéraires et d’une église romane édifiée au-dessus de maçonneries plus anciennes. Deux grilles de lectures peuvent alors être retenues : le site correspond à une nécropole publique de l’Antiquité tardive au sein de laquelle existaient plusieurs monuments funéraires, dont l’un – certainement chrétien – aurait été transformé en église au cours du haut Moyen Âge, cet édifice cultuel étant ensuite remplacé par l’église romane. C’est l’hypothèse la plus communément admise. Il est toutefois surprenant de constater l’absence de tout axe de circulation majeur en lien avec la nécropole publique et son éloignement des limites urbaines. La seconde lecture peut alors être avancée : les monuments prenaient place à la périphérie d’une grande villa suburbaine et appartenaient à une nécropole privée. Les maçonneries identifiées en prospection étaient celles de la villa et c’est dans l'une des pièces de cette dernière qu’un édifice cultuel aurait été aménagé, l’ensemble étant par ailleurs progressivement converti en zone d’inhumation. Toutefois, l’épaisseur des murs du monument primitif comme la présence de l’augment oriental cadrent assez mal avec cette lecture. Seule la poursuite des investigations archéologiques permettra de trancher.

Le cas des nécropoles privées : des monuments à la périphérie ou au cœur de grands domaines

45À côté de ces mausolées dont la plupart semblent s’être implantés dans des nécropoles collectives plus ou moins importantes, le cas de Valcabrère permet d’envisager un second cas de figure : les mausolées peuvent avoir été construits sur des terrains privés, isolés, souvent aux confins de grands domaines ruraux. Ces usages sont attestés chez les païens (Castorio, Maligorne 2016, p. 9-34 ; Gualandi 2016) comme chez les chrétiens, et certains de ces monuments ont, là encore, été transformés en églises.

46À une dizaine de kilomètres de Saint-Bertrand-de-Comminges, le site de Valentine (Haute-Garonne) offre un exemple tout à fait remarquable (P.-A. Février, in Barruol dir. 1996, p. 207-209 ; Codou, Colin 2007, p. 75 ; Colin 2008, p. 55-88 ; Schneider 2014, p. 449-452). Il a été possible d’y retrouver un mausolée construit aux abords d’une grande villa (fig. 11), qui s’étendait sur près de 190 m2 et était entouré d’un portique. Une épitaphe semble attester qu’il était destiné à Nymfius, éminent personnage mort dans la seconde moitié du ive s. Ce dernier était païen, mais sa femme aurait été chrétienne. Au cours du haut Moyen Âge, l’ensemble du complexe est remanié et une grande église est implantée sur le site au cours du viie ou du viiie s.

Fig. 11 – Valentine (Haute-Garonne), évolution du mausolée primitif vers l’église

Fig. 11 – Valentine (Haute-Garonne), évolution du mausolée primitif vers l’église

A, plan général des vestiges  ; B, le mausolée primitif et ses abords ; C, l'église préromane.

Schneider 2014, p. 452, fig. 9.

47Un autre cas bien connu est localisé dans l’espace provençal. Il s’agit du complexe de Saint-Maximin-la-Sainte-Baume (Var). Le noyau originel est probablement un mausolée voûté mesurant 4,48 x 4,25 m. Ce monument était destiné à une riche famille chrétienne, comme en témoignent la qualité des sarcophages ainsi que leur iconographie (J. Guyon, in Guyon, Heijmans 2001, p. 196). Il aurait été construit vers la fin du ive s à la périphérie d’un grand domaine rural. Les fouilles réalisées dans les années 1990 ont révélé que, dès le ve s., une église avait été construite au sud du mausolée, bientôt suivie par un baptistère. Le nouveau complexe ne surmonte pas le mausolée d’origine, mais se développe à proximité.

48À Brioude (Haute-Loire), les fouilles réalisées en 1972 à l’initiative de Gabriel Fournier auraient permis de retrouver les restes du mausolée de saint Julien qui daterait du ive s. et serait implanté au cœur de la grande église romane (G. Fournier, in Barruol dir. 1996, p. 66-68). Aux dires de Grégoire de Tours, le monument funéraire fut surmonté d’une église dès le ve s. Les fouilles réalisées récemment autour de l’église n’ont pas permis d’identifier une occupation antérieure (Gauthier, Thomas 2010) : ce mausolée primitif prenait-il place dans une nécropole privée ?

49Dans quelques cas, les mausolées sont implantés non pas à la périphérie mais dans les parties désaffectées d’anciennes villae rurales. Cela serait le cas à Griselles (Côte-d’Or), où un premier bâtiment carré a été repéré dans les limites d’un établissement préexistant. Il s’agirait de la tombe de Valentin, mort au milieu du vie s. Ce monument mesure environ 4,10 de large pour 5 m de long au moins (Sapin 2012, p. 335).

  • 24 L’interprétation des fouilles n’est pas évidente. Voir la mise au point de N. Duval, in Barruol dir (...)

50À Monségur (Gironde), des fouilles réalisées à partir des années 1960 ont permis d’identifier les vestiges d’une villa romaine dans laquelle s’est plus tard implantée une église. La construction de cette dernière a été précédée par l’aménagement d’un bâtiment quadrangulaire mesurant environ 8 x 7,20 m qui est daté du milieu du ive s. Sa fonction n’est pas assurée, mais il pourrait s’agir d’un ancien mausolée, implanté dans une construction préexistante et transformé en église à une époque mal déterminée24.

Mausolées accolés à des églises, chapelles et oratoires à vocation funéraire, annexes funéraires, basiliques funéraires : une imbrication de plus en plus étroite entre lieux de culte et espaces funéraires

51Les incertitudes relatives à l’origine de l’église des Saints-Apôtres à Paris ont déjà été évoquées : celle-ci a-t-elle été construite à l’emplacement d’un mausolée destiné à abriter la dépouille de sainte Geneviève, qui aurait accueilli les corps de Clovis et Clotilde après la construction de l’église ou, à l’inverse, cette annexe à vocation funéraire a-t-elle été accolée à l’édifice cultuel dès ses origines (P. Perrin, in Barruol dir. 1998, p. 159-164) ? Autrement dit, s’agit-il d’un mausolée progressivement transformé en église ou de la partie annexe d’une église ayant fonctionné comme une sorte de mausolée ? S’il n’est pas possible de trancher dans le cas présent, l’existence d’annexes à vocation funéraire est en revanche parfaitement documentée ailleurs.

52Sur le site de la Gayole, à La Celle (Var), la présence d’un bel ensemble de sarcophages – l’un certainement chrétien – avait été relevée dès le xviie s. Différentes campagnes de fouilles ont permis d’y retrouver plusieurs maçonneries dont l’interprétation reste débattue (fig. 12). Yann Codou envisage l’existence d’un édifice cultuel – dont seul un pan de mur serait conservé –, contre lequel aurait été greffée une annexe funéraire mesurant 12 m de long pour environ 3 m de large (Codou 2012, p. 321-323). C’est dans celle-ci qu’auraient pu prendre place les sarcophages. Cette annexe est qualifiée de mausolée, ici entendu comme un espace funéraire privilégié à vocation familiale, et l’ensemble aurait été mis en place au cours des ve-vie s. Des exemples proches seraient attestés à Salagon (Mane, Alpes-de-Haute-Provence) et peut-être à Saint-Pantaléon (Vaucluse), où l’église est en vérité mal datée. Dans tous ces cas, l’auteur reconnaît des fondations privées établies sur de grands domaines ruraux qui ont attiré de nombreuses sépultures, certaines regroupées dans des mausolées.

Fig. 12 – La Gayole (La Celle, Var), plans évolutifs par états

Fig. 12 – La Gayole (La Celle, Var), plans évolutifs par états

Y. Codou, d’après G. Démians d’Archimbaud et M. Fixot, in Codou 2012, p. 322, fig. 11.

  • 25 « † Illustre par ses titres et par ses mérites en rien inférieur à ses aïeux, Pantagathus, lorsqu’i (...)
  • 26 Voir Sapin 2012, p. 335-336, avec renvoi à l’abondante bibliographie antérieure.
  • 27 L’hypothèse d’un hypogée plus ancien en partie remployé ne peut être totalement écartée. Une synthè (...)

53Ces bâtiments ou annexes sont alors rapprochés d’une autre forme de construction privée à usage funéraire, les mausolées-oratoires. L’inscription de Pantagathus, datée de 515 et découverte dans la cathédrale de Vaison-la-Romaine (Vaucluse), en fournit un exemple marquant : il y est clairement indiqué que le commanditaire a fait construire un édifice spécifique sur ses terres pour accueillir sa dépouille 25. Autre exemple : à l’origine de Saint-Germain d’Auxerre (Yonne) se trouve également un « mausolée-oratoire » bâti à l’initiative du prélat sur son domaine26, en l’occurrence un édicule de 7 x 10 m terminé par une abside semi-circulaire (fig. 13). L’ensemble peut également être rapproché du monument construit à Vienne à l’initiative de Pangathius (voir supra, § 28), même si ce dernier prenait place dans une nécropole publique. Cette implantation au sein d’une nécropole préexistante se retrouve avec l’hypogée des Dunes, un monument exceptionnel découvert en 1878 à la périphérie de Poitiers (X. Barral I Altet, in Barruol dir. 1996, p. 302-309 ; Palazzo-Bertholon et al. 2010)27. Le bâtiment est singulier à bien des égards : par sa position isolée dans une ancienne nécropole déconnectée de tout édifice cultuel majeur d’abord ; par sa datation tardive (viie s. ?) aussi ; par la richesse de son décor (fig. 14) surtout. Il s’agit d’une construction semi-hypogée mesurant 4,80 m de long pour 4,50 à 3,50 m de large. On y accède par un escalier dont plusieurs marches sont ornées de sculptures. La chambre funéraire est divisée en deux espaces et ses côtés accueillent 3 arcosolia, tandis que les parois comme les plafonds sont ornés de peintures et d’inscriptions. Le mur du fond est ajouré d’une fenêtre. Plusieurs sarcophages figuratifs et des dalles gravées y ont été retrouvés, qui attestent que le monument n’a pas été utilisé pour un seul individu. Au total, plus d’une quinzaine de tombes ont été identifiées. Un autel dont le piètement est peint occupe la partie est, ce qui indique que le monument avait une fonction cultuelle.

Fig. 13 – Saint-Germain d’Auxerre (Yonne), plan archéologique et restitution de l’état originel

Fig. 13 – Saint-Germain d’Auxerre (Yonne), plan archéologique et restitution de l’état originel

Sapin 2012, p. 336, fig. 8a.

Fig. 14 – L’hypogée des Dunes à Poitiers (Vienne), vue générale

Fig. 14 – L’hypogée des Dunes à Poitiers (Vienne), vue générale

Cliché : T. Creissen.

54Tous ces exemples sont emblématiques de la collusion de plus en plus étroite entre fonctions cultuelle et funéraire. Selon Y. Codou, ils trahiraient une forme de « revalorisation du “mausolée” ou d’une forme de monument proche des mausolées » (Codou 2012, p. 324) qui se manifesterait au cours du vie s. Toutefois, progressivement, « l’église privée, pensée aussi comme une memoria, prend la suite du mausolée et va assez tôt rassembler les sépultures » (Codou 2012).

55Pour ces types de constructions, à la charnière entre fonction cultuelle et fonction funéraire, le terme de mausolée ne semble pas vraiment approprié (ceci expliquant qu’ils soient tout juste évoqués dans cette synthèse). Rappelons que dans certains cas, comme à Auxerre, ils donnent naissance à d’importants complexes ecclésiastiques qui conservent une fonction funéraire : la crypte carolingienne érigée autour du monument originel est devenue nécropole épiscopale.

Un rapide excursus hors de France : le cas de la Suisse

  • 28 Entretemps, de nouvelles découvertes ont eu lieu en Suisse ; elles ne sont pas intégrées au présent (...)

56Pour compléter cet inventaire sommaire des différents types de mausolées chrétiens attestés en Gaule, la synthèse publiée par H. R. Sennhauser à propos d’exemples identifiés en Suisse reste utile (Sennhauser 1989, p. 1515-1534)28. Au sein de ce territoire, plusieurs mausolées transformés en églises sont bien attestés (fig. 15). Ils sont le plus souvent quadrangulaires, exceptionnellement accostés d’une abside comme à Domdidier. Toutefois, les constructions d’origine comme les églises ajoutées dans un second temps ne sont pas toujours bien datées et les exemples ne sont pas faciles à interpréter. Dans cet espace, il faut relever l’existence de quelques mausolées très tardifs, comme ceux de Vuippens (viie s.), Hettlingen (même datation) ou bien encore d’Oberdorf, sous la chapelle Saint-Michel (viiie s.). Enfin, plusieurs cas d’églises-mausolées sont évoqués par H. R. Senhauser : à Schiers, Lyss, ou bien encore Einigen. En définitive, la diversité des formules rencontrées, comme les difficultés d’interprétation d’un bon nombre de monuments, reflète assez fidèlement la situation qui prévaut pour la Gaule.

Fig. 15 – Exemples de mausolées transformés en églises reconnus sur le territoire suisse

Fig. 15 – Exemples de mausolées transformés en églises reconnus sur le territoire suisse

Sennhauser 1989, p. 1517, fig. 2.

Quelques éléments de synthèse

57Résumons. Dans un premier temps, les chrétiens s’approprient des pratiques courantes : les plus fortunés n’hésitent pas à se faire construire des mausolées. Ceux-ci, rares au nord de la Loire, se développent principalement à partir du ive s. Ils sont implantés dans les nécropoles extra-urbaines des villes et des agglomérations d’une certaine importance, ou bien encore au sein de grands domaines ruraux. Progressivement, certains chrétiens cherchent avant tout à se faire inhumer au plus près des corps saints ou dans des édifices cultuels, ce qui peut amener à abandonner les pratiques de regroupement familial au sein d’un même monument au profit de logiques plus individualistes. Les mausolées ne sont pas abandonnés pour autant : ils vont être regroupés autour de certains sanctuaires, voire former des annexes directement greffées à ceux-ci. La forme du mausolée perdure, mais son rôle premier d’expression de la mémoire gentilice au sein de l’espace public semble passer au second plan. Au-delà du vie s., à de rares exceptions près, on ne trouve plus guère de mausolées dissociés d’églises. Après le viiie s., tous les types de mausolées sont délaissés pour un temps : ceci marque une rupture évidente dans le rapport social à la mort.

58L’imbrication croissante entre églises et sépultures se manifeste par un autre phénomène : à partir du ve s. pour l’essentiel, certains mausolées antérieurs sont associés à des lieux de culte construits au-dessus d’eux ou à proximité immédiate. Ce mouvement se prolonge tout au long de l’Antiquité tardive et pendant une partie du haut Moyen Âge. Les tombes ainsi honorées sont celles de personnages importants qui attirent de nouvelles concentrations de sépultures, voire de nouveaux mausolées.

  • 29 Sur ce sujet, voir notamment Duval, Picard (dir.) 1986. E. Lorans résume ainsi l’évolution des prat (...)

59Les plus riches commanditaires peuvent se faire construire des oratoires funéraires associant fonctions liturgiques et funéraires sur leur domaine ou au sein de grandes nécropoles, mais d’autres n’hésitent pas à s’affranchir des logiques familiales pour prendre place dans les édifices jugés les plus prestigieux. Certaines églises peuvent en fait avoir joué un rôle de « mausolées dynastiques » : cela semble avoir été en partie le cas à Saint-Denis notamment (Delle Rose 1997). L’époque est en fait marquée par un profond bouleversement de la notion de « tombe privilégiée », le mausolée n’étant plus nécessairement la forme la plus recherchée29.

Les formes architecturales

60Pour ce qui concerne les modèles retenus, la plupart des mausolées sont de format quadrangulaire. Leurs dimensions varient énormément, d’un peu plus de 15 m2 pour les plus modestes (Alesia, Vienne, Saint-Seurin de Bordeaux...), à plus de 70 m2 pour Valcabrère, et même 140 m2 à Grenoble (celui de Valentine mesurerait 190 m2, mais il est d’origine païenne). La plupart sont compris entre 20 et 30 m2. Un certain nombre possède une abside (Saint-Just de Lyon, Narbonne, la Gravette...). Plusieurs sont précédés de portiques ou de vestibules (Saint-Laurent-de-Grenoble, Saint-Just...). Les constructions sont souvent semi-enterrées et l’épaisseur des murs varie de 0,40 m environ à plus d’1,50 m à Narbonne, ce qui paraît totalement disproportionné.

61Les élévations sont rarement conservées, mais nombre de ces monuments étaient manifestement couverts d’une voûte, généralement un berceau. Un tel système de couvrement paraît toutefois difficilement envisageable pour les exemples les plus monumentaux.

62L’accès s’y faisait souvent par des escaliers et il était possible de se tenir debout dans la plupart d’entre eux. De petites ouvertures pouvaient assurer un éclairage mesuré de l’espace comme à l’hypogée des Dunes ou à Saint-Laurent de Grenoble. La présence d’un décor – sol en mosaïque, sculptures... – est attestée dans quelques rares cas et plusieurs de ces mausolées abritaient – ou ont pu abriter – des sarcophages richement décorés comme à Saint-Maximin-la-Sainte-Baume ou à la Gayole (s’il s’agit bien d’un mausolée).

La christianisation des mausolées antiques : de fortes disparités régionales

63Ce tour d’horizon se conclue par un troisième cas de figure : celui de mausolées commandités par des païens et qui ont plus tard été transformés en églises. Ces monuments sont généralement antérieurs à la seconde moitié du iiie s.

Quelques exemples de mausolées antiques transformés en églises

  • 30 Deux autres exemples sont également évoqués avec prudence, car l’interprétation des découvertes ser (...)

64Dans une synthèse récente consacrée à la question du passage du mausolée à l’église, Y. Codou cite plusieurs exemples de mausolées isolés transformés en églises au sein de l’espace provençal : la Trinité à Callas (Var), l’église Sainte-Marie de Palayson à Roquebrune-sur-Argens (Var) ou bien encore Saint-Julien-lès-Martigues (Bouches-du-Rhône) (Codou 2012)30. Tous sont d’origine païenne. Tous semblent construits à la périphérie de grands domaines ruraux. Leur datation oscille entre le premier tiers et la fin du ier s. Faute de sources textuelles comme matériels probants, la transformation en église est située entre Antiquité tardive et haut Moyen Âge, sans plus de précision.

  • 31 Le chantier est dirigé par J. Roger (Inrap, SRA Nouvelle-Aquitaine).

65Des cas de figures apparentés sont attestés en Limousin. L’un des cas les mieux documentés est maintenant celui du mausolée de Moutier-Rozeille (Creuse), qui fait l’objet d’un programme de recherche archéologique depuis de nombreuses années (Creissen, Roger 2011, p. 68 ; Roger, Boulesteix 2012, p. 301-305)31. Il s’agit d’un monument de 7 x 8,70 m construit en grand appareil de granit (fig. 16). Il semble maintenant établi que la transformation en église est intervenue entre le ve et le milieu du viie s. et a été suivie par l’utilisation du lieu en tant qu’espace d’inhumation privilégié.

Fig. 16 – Moutier-Rozeille (Creuse), vue générale des vestiges

Fig. 16 – Moutier-Rozeille (Creuse), vue générale des vestiges

Le mausolée apparaît en partie orientale.

Cliché : J. Roger (Inrap, SRA Nouvelle-Aquitaine).

  • 32 Mes remerciements à Xavier Lhermite pour avoir accepté de me transmettre cet article avant sa parut (...)

66Récemment, des fouilles réalisées une cinquantaine de mètres plus au nord ont révélé l’existence d’un autre mausolée, cette fois-ci implanté en contexte urbain, au sein d’une nécropole publique. Il est situé sous l’ancienne église Sainte-Marie-de-la-Courtine (Lhermite 2017)32. De grandes dimensions – 11,35 x 6,90 m –, il était particulièrement somptueux (fig. 17). Le monument comprend un podium auquel on devait accéder par un escalier monumental implanté à l’est. La partie occidentale, terminée par une exèdre quadrangulaire, est majoritairement hypogée et devait comporter deux niveaux. Deux absidioles flanquent l’ensemble. Réalisée en blocs de grand appareil et agrémentée d’un décor architectural partiellement préservé, il s’agit incontestablement d’une construction de prestige. Elle pourrait dater des environs de 300 – sa transformation en église demeure mal située, mais ne semble pas postérieure à la première moitié du viie s.

Fig. 17 – Le mausolée de Sainte-Marie-de-la-Courtine à Limoges (Haute-Vienne)

Fig. 17 – Le mausolée de Sainte-Marie-de-la-Courtine à Limoges (Haute-Vienne)

Lhermite 2017, fig. 5.

67Dans la même région, l’église de Parsac (Creuse) pourrait également s’inscrire dans cette catégorie (Leblanc 1988 ; Creissen, Roger 2011, p. 68). La conversion serait intervenue pendant la « période mérovingienne », plusieurs tombes étant attestées à ses abords, mais l’hypothèse est contestable. L’église est finalement reconstruite au cours du xiiie s., le nouveau bâtiment intégrant une partie de l’« église-mausolée » antérieure. Un même phénomène peut être envisagé à Nedde (Haute-Vienne), mais cela semble moins assuré.

68La relative fréquence de ces exemples amène à s’interroger sur la provenance des nombreux éléments de mausolées antiques remployés dans les églises romanes et gothiques. Ont-ils été récupérés sur des bâtiments abandonnés depuis l’Antiquité ou sur des mausolées qui avaient déjà été transformés en église au cours du haut Moyen Âge ? Le fait est que la plupart des « paroisses » où sont implantées les églises en question sont plus anciennes que les monuments utilisant les remplois. Cela semble vouloir dire que des lieux de culte y existaient avant les reconstructions romanes et gothiques. Dans ces conditions, l’existence de plusieurs autres « églises-mausolées » du haut Moyen Âge peut être raisonnablement envisagée. En faveur de cette hypothèse, on peut rappeler que la crypte de La Souterraine, toujours en Limousin, enchâsse un probable édifice cultuel du haut Moyen Âge largement construit avec des blocs provenant d’un ancien mausolée (voir supra, § 8).

69La concentration de tels cas de figure dans quelques régions privilégiées – Provence, Limousin – peut s’expliquer par les hasards de l’enquête et il ne fait guère de doute que d’autres exemples existent, qui soit nous ont échappé, soit n’ont pas encore été publiés ni même identifiés.

  • 33 Pour se faire une idée de cette diversité, voir Darles 2002 et les différentes contributions rassem (...)

70Mais cette répartition inégale se justifie aussi par les fortes disparités régionales qui existaient durant l’Antiquité pour la typologie des monuments33. Il est évident que les piles funéraires, fréquentes dans le sud-ouest et dans une partie de la vallée de la Loire, se prêtaient mal à une conversion en église. De la même manière, les monuments pleins faits d’un blocage revêtu de marbre ou d’un parement de pierre n’étaient pas les plus propices à une réutilisation.

Les remplois de mausolées antiques : quel sens donner au phénomène ?

71Dans la première partie, le cas des mausolées supposés chrétiens transformés en églises a été abordé. La démarche intellectuelle en œuvre semble assez simple à restituer : un personnage chrétien particulièrement vénéré – martyr ou non – fait l’objet d’un culte important – public ou privé – qui entraîne l’institution ecclésiastique ou les représentants de l’aristocratie chrétienne à lui consacrer une église, érigée sur son sépulcre ou à proximité de ce dernier. Souvent, le nouvel édifice devient à son tour un pôle d’attraction pour les inhumations. Cette évolution est parfois très rapide (premier monument sur la tombe de saint Martin deux décennies après sa mort seulement), voire contemporaine de l’évènement dans certains cas (sainte Geneviève à Paris ?, saint Germain d’Auxerre...).

72Toutefois, la redoutable efficacité de ce schéma d’interprétation en fait aussi la faiblesse, en amenuisant en quelque sorte notre esprit critique. Qu’est-ce qui permet d’être sûr que le mausolée sur lequel se dresse une église abrite nécessairement le sépulcre d’un éminent représentant de la communauté chrétienne, voire celui de la personne à laquelle l’édifice est consacré ? Autrement dit, la construction d’une église sur un mausolée signifie-t-elle nécessairement que ce dernier était destiné à un ou à des chrétien(s) ? Pour ne citer que l’exemple de Limoges, qu’est-ce qui pourrait justifier que Martial, évangélisateur de la région vers 300 (?), ait pu être inhumé dans un mausolée aussi prestigieux que celui qui lui est attribué ? On peut tout à fait supposer qu’un riche représentant de la communauté chrétienne ait accepté de l’accueillir, avec ses compagnons (?), dans son mausolée, mais comment l’assurer ?

  • 34 Il s’agit du témoignage de Gaïus : « Je peux évidemment te désigner les trophées des apôtres. Si tu (...)
  • 35 Voir la mise au point de Y. Codou 2012, p. 320.

73L’attribution à un saint – ou à un éminent représentant de la communauté chrétienne – de mausolées situés sous les églises évoquées précédemment ne peut-elle pas être, au moins dans certains cas, le fruit d’une construction mémorielle ? Deux exemples. Les fouilles réalisées sur le site de Saint-Pierre à Rome ont permis de retrouver le fameux trophée évoqué vers 200 dans un témoignage transcrit par Eusèbe de Césarée34, corroborant ainsi la véracité des sources textuelles. Mais le monument retrouvé, daté du troisième quart du iie s., se dresse dans une partie de la nécropole où aucune tombe antérieure aux années 120-130 n’a jamais été retrouvée (Liverani, Spinola 2010). Difficile dans ce cas d’accepter sans réserve le principe de la superposition entre le monument commémoratif et la tombe d’origine. Autre exemple, cette fois très tardif : même en y mettant la meilleure volonté du monde, il semble difficile de croire que le tombeau « miraculeusement découvert » à la fin du xiiie s. à Saint-Maximin-la-Sainte-Baume ait jamais abrité le sépulcre de Marie-Madeleine. Le récit ressortit davantage d’une entreprise de construction mémorielle autour d’un monument qui présentait un intérêt plus politique que religieux pour Charles d’Anjou35.

74En définitive, si dans bien des cas la construction d’un édifice chrétien au-dessus d’un mausolée daté de l’Antiquité tardive semble signifier qu’un chrétien a été inhumé dans le monument, il est rarement possible de le démontrer.

  • 36 Yann Codou considère que cette transformation est le signe d’une conversion au christianisme des pr (...)

75Dans ces conditions, il serait bien hasardeux de supposer que l’aménagement d’églises dans des mausolées païens de l’Antiquité tardive trahirait nécessairement l’existence d’une quelconque mémoire chrétienne associée à ces lieux. L’hypothèse n’est pas inconcevable36, mais elle paraît bien difficile à démontrer, d’autant que, dans la plupart des cas archéologiquement documentés, un hiatus entre la construction du monument et sa transformation s’observe. La récupération de mausolées antiques pourrait alors répondre à des exigences très pragmatiques : disposer, à moindre coût, d’un monument d’une certaine tenue architecturale. Ceci correspondrait à ce que nous avons appelé des « remplois utilitaires » (Creissen, Roger 2011, p. 63) ou, pour reprendre l’expression de Laura Foulquier et Élise Nectoux, à un simple « recyclage » de monuments désormais largement désaffectés (Foulquier, Nectoux 2011, p. 85). Ce ne sont pas tant des mausolées qui sont transformés en églises que des bâtiments qui n’ont plus d’usage.

76Plus globalement, ces transformations sont à mettre en relation avec le vaste mouvement de réinvestissement des bâtiments antiques par des édifices cultuels chrétiens qui se met en branle principalement à partir des ve-vie s. Des villae, des nymphées, des thermes ou bien encore des temples ont également été investis, sans qu’il soit nécessairement utile de chercher des intentions symboliques derrière ce phénomène (Creissen 2014, p. 286-287). La transformation des mausolées antiques en églises au cours de l’Antiquité tardive comme du haut Moyen Âge semble s’inscrire dans cette mouvance.

77Il est bien sûr possible que la réutilisation des mausolées se soit accompagnée de la construction d’un nouveau récit mémoriel associant le mausolée à une quelconque tradition chrétienne, mais il s’agirait dans ce cas-là d’une mémoire recréée, inventée, et non d’une mémoire perpétuée.

78Pour ce qui concerne la vague de remplois attestée à partir de la période romane, il ne fait guère de doute que la dimension utilitaire, économique, a largement joué. Dans bien des cas, le mausolée spolié a pu se situer à proximité ou le long d’une voie d’échange, ce qui permettait de disposer de matériaux à moindre coût et de limiter le travail de manutention, particulièrement pénible dans le cas de constructions en granit. Le remploi d’éléments antiques n’a pas de valeur symbolique particulière, comme en témoigne le fait que, dans bien des cas, ces blocs ont été utilisés pour les fondations, et n’étaient donc plus visibles. À Rancon et Châteauponsac, il est en outre possible de constater qu’ils sont indifféremment utilisés pour des églises ou des constructions civiles, en l’occurrence des ponts et une porte monumentale.

79Toutefois, dans certains cas, ces blocs sont soigneusement mis en scène dans les nouvelles constructions : comment interpréter ce phénomène ?

Reviviscence paléochrétienne et mausolées au cours du Moyen Âge central

80Parfois, la mise en scène de blocs antiques semble avoir valeur de manifeste et revêtir une dimension symbolique. En effet, dans certains édifices, ils sont disposés de manière à être le plus visible possible. En Limousin, le phénomène n’est guère prononcé, en dehors peut-être de la crypte de l’église de La Souterraine, du chevet de l’église de Rancon ou des églises incorporant des pans de mausolées. Mais dans le Velay – à la cathédrale du Puy notamment – ce souci de visibilité est manifeste. De même, il est criant à Saint-Just-de-Valcabrère.

  • 37 Sur la signification symbolique ou politique des remplois, voir le numéro consacré aux spolia de la (...)

81Sans qu’il soit possible de trop s’attarder ici sur ce phénomène, ce mouvement semble s’inscrire dans la continuité du renouveau paléochrétien qui caractérise le Moyen Âge central (Toubert 1990)37. En résumant à l’extrême, il s’agissait, en s’appropriant des formes rattachées aux temps apostoliques ou à l’époque constantinienne, d’insister sur l’ancienneté de l’implantation chrétienne, de se référer à ce qui était considéré comme un âge d’or de l’Église dans le contexte de la réforme grégorienne. Plus simplement, ce serait une forme d’autolégitimation du pouvoir ecclésiastique, qui justifiait ses prétentions par l’ancienneté de sa présence dans un territoire face à un pouvoir temporel dont l’ancrage historique était souvent moins dense. Ceci peut expliquer cette appropriation des éléments antiques – qu’ils proviennent de mausolées ou d’autres monuments –, mais aussi la réalisation de véritables « pastiches » néo-antiques : outre le cas, déjà évoqué, de Saint-Romain-le-Puy (Haute-Loire), il faut peut-être renvoyer à l’exemple de la crypte de Jouarre (Seine-et-Marne) dont l’un des murs, longtemps considéré comme mérovingien, est vraisemblablement une imitation romane d’un appareil romain (Mecquenem 2002).

82Dans cette optique, un dernier monument, emblématique d’une autre forme d’appropriation de ces modèles anciens, peut être signalé. Il s’agit de l’édicule construit dans l’église Saint-Lazare d’Autun (Collectif 1985). La nouvelle église est mise en chantier vers 1120, probablement pour servir d’église de pèlerinage. Au sein de celle-ci, les reliques de Lazare étaient surmontées d’un monument, sans doute achevé vers le milieu du xiie s., qui se présentait sous la forme d’un bâtiment miniature dans lequel il était possible de pénétrer. Ce « mausolée » prenait place dans le chœur de l’église. Démantelé en 1766, il est néanmoins connu grâce à des descriptions anciennes et d’abondants vestiges matériels, ce qui rend une proposition de restitution possible (fig. 18). Il mesurait environ 3,50 m de long pour une largeur maximale de 2,80 m et une hauteur de plus de 5 m. Le modèle paraît être celui des châsses en forme d’église, mais l’influence des mausolées antiques est également d’autant plus probable que, depuis la période paléochrétienne, la tradition iconographique associait étroitement l’histoire de Lazare à la représentation de mausolées. Ici, l’influence des modèles antiques se vérifie par la présence de nombreux pilastres cannelés – un motif à vrai dire courant dans l’architecture comme dans la sculpture romane de la région –, mais aussi par la forme même du bâtiment : le couronnement n’est pas sans évoquer les descriptions qui se rapportent aux mausolées « antiques » attribués aux premiers évêques d’Autun, encore visibles à l’époque de la construction de ce monument (voir supra, § 31-34) : une influence directe est-elle possible ?

Fig. 18 – Proposition de restitution du tombeau de saint Lazare

Fig. 18 – Proposition de restitution du tombeau de saint Lazare

Rollier 1985, fig. 43, p. 95.

83Une fois encore, l’iconographie propre au personnage de Lazare peut expliquer ce traitement particulier, mais il n’en reste pas moins que la volonté d’associer la « tombe » du saint à un édicule monumental atteste une bonne connaissance des formes de l’architecture funéraire qui prévalaient dans l’Antiquité, Ce monument est aussi le signe de l’actualité que conservaient ces modèles au cours du Moyen Âge central.

*

* *

84Il faut, avant toute chose, souligner la richesse et la complexité du sujet étudié. La présentation reste de ce fait très sommaire, et l’enquête demanderait à être largement complétée. Par ailleurs, l’imbrication de plus en plus étroite entre édifices funéraires et lieux de culte fait qu’il n’est pas toujours facile de savoir dans quelle catégorie les ranger. Par conséquent, il est impossible d’être exhaustif ; la synthèse reste incomplète et les caractérisations, discutables.

85Pour ce qui concerne les mausolées païens, ils connaissent des fortunes diverses au cours de la période envisagée. Certains ont subsisté tout au long de celle-ci, mais nombre d’entre eux ont été méticuleusement démantelés à partir de l’Antiquité tardive, dans un mouvement qui s’est maintenu, à des rythmes variés, tout au long du Moyen Âge. D’autres ont été convertis en églises, pour des raisons qui nous échappent souvent mais où les considérations purement pratiques ont dû jouer un rôle non négligeable. Enfin, certains mausolées antiques ont servi de modèles ou de références pour de nouvelles réalisations (Autun), tandis que d’autres deviennent des marqueurs territoriaux (Saint-Rémy-de-Provence) manifestant l’émergence d’un embryon de conscience patrimoniale.

86Si les chrétiens se sont tout d’abord appropriés le modèle du mausolée, les changements des pratiques funéraires privées et publiques amorcés dès les temps paléochrétiens aboutissent à un abandon progressif de ce type de monument à caractère familial, implanté dans une nécropole hors les murs ou aux confins des grands domaines privés. Quelques ultimes avatars se maintiennent bien jusqu’au haut Moyen Âge, mais la période carolingienne semble marquer leur disparition. Ils sont progressivement abandonnés au profit des inhumations dans ou à proximité des églises, lesquelles s’imposent comme la nouvelle forme de sépulture privilégiée, et cela même si des inhumations dissociées de tout édifice cultuel se maintiennent jusqu’à une époque avancée.

  • 38 Sur ces deux monuments, voir Delle Rose 1997, p. 279.

87Pour la période romane, le petit monument construit sur les reliques de Lazare à Autun pourrait attester que les mausolées conservaient un certain prestige et, en ce sens, il est également possible de mentionner quelques rares cas de mausolées romans situés hors du territoire national. Le plus célèbre est celui de Bohémond († 1111) à Canosa (Apulie). Un autre était accolé au bras nord de l’abbatiale de Vreta, en Suède et était destiné à accueillir les membres de la famille royale38.

88Ce type de monument funéraire connaît un – très relatif – regain d’intérêt au cours de la période romane, mais ce sont d’autres modèles de tombeaux de prestige qui vont finalement s’imposer au cours du bas Moyen Âge.

Haut de page

Bibliographie

Pour consulter la liste des abréviations et des acronymes, cliquer ici.

Sources anciennes

Eusèbe de Césarée, Histoire Ecclésiastique, II, texte grec et trad. de É. Grapin, Paris, Alphonse Picard et fils, 1911.

Saint Augustin, La Cité de Dieu [éd. et trad. sur le site www.abbaye-saint-benoit.ch].

Saint Jérôme, Vie de saint Paul, éd. et trad. de P. de Labriolle, Vie de Paul de Thèbes et vie d’Hilarion par saint Jérôme, Paris, Bloud et Cie, 1907.

Références

Barbier E., Lagorsse K., Duneufjardin P. 2013 : Brive (Corrèze). Places Charles-de-Gaulle et Latreille, Archéologie médiévale, 43, p. 288-289.

Barruol G. (dir.) 1996 : Les premiers monuments chrétiens de la France, 2. Sud-Ouest et Centre, Paris, Picard, 327 p.

Barruol G. (dir.) 1998 : Les premiers monuments chrétiens de la France, 3. Ouest, Nord et Est, Paris, Picard, 366 p.

Brandenburg H. 2005 : Ancient Churches of Rome. From the fourth to the seventh century, Turnhout, Brepols, 336 p.

Caillet J.-P. 2012 : Du grand mausolée à l’église : les cas de Rome, Hortus Artium Medievalium, 18-2, p. 245-251.

Castorio J.-N., Maligorne Y. (dir.) 2016 : Mausolées et grands domaines ruraux à l'époque romaine dans le nord-est de la Gaule, Bordeaux, Ausonius (coll. Scripta Antiqua, 90), 190 p.

Clauss-Balty P. (dir.) 2016 : Les piles funéraires gallo-romaines du Sud-Ouest de la France, Pau, Presses universitaires de Pau et des pays de l’Adour, 231 p.

Codou Y. 2012 : Du mausolée à l’église dans l’espace rural provençal : les cadres de la mort des potentes, Hortus Artium Medievalium, 18-2, p. 317-327.

Codou Y., Colin M.-G. 2007 : La christianisation des campagnes, in Heijmans M., Guyon J. (dir.), Dossier : Antiquité tardive, haut Moyen Âge et premiers temps chrétiens en Gaule méridionale, Gallia, 64, p. 57-83.

Colardelle R. 2012 : Grenoble : mausolées et églises, Hortus Artium Medievalium, 18-2, p. 273-281.

Colin M.-G. 2008 : Christianisation et peuplement des campagnes entre Garonne et Pyrénées (ive -xe siècle), Carcassonne, Centre d’archéologie médiévale du Languedoc, 312 p.

Collectif 1985 : Le tombeau de saint Lazare et la sculpture romane à Autun après Gislebertus. Ville d’Autun. Musée Rolin, 8 juin – 15 septembre 1985, Autun, Pelux, 143 p.

Collectif 1995 : Le mausolée antique de Rouen. Fouilles de l’espace du Palais, Maromme, Musées et monuments départementaux de la Seine-Maritime, 55 p.

Creissen T., Roger J. 2011 : Quelques réflexions sur les remplois antiques en Limousin au cours du Moyen Âge, Hortus Artium Medievalium, 17, p. 61-76.

Creissen T. 2014 : La christianisation des lieux de culte païens : « assassinat », simple récupération ou mythe historiographique ? in Van Andringa W. (dir.), Dossier : La fin des dieux. Les lieux de culte du polythéisme dans la pratique religieuse du iiie au ve s. apr. J.-C. (Gaules et provinces occidentales), Gallia, 71-1, p. 279-287.

Crubézy E., Masset C., Lorans É., Perrin F., Tranoy L. 2007 (2e éd.) : L’archéologie funéraire, Paris, Errance, 208 p.

Delestre X., Salviat F. 2015 : Le mausolée de Saint-Rémy-de-Provence, Arles, Errance, 176 p.

Duval N. 1991 : L’architecture cultuelle, in Duval. N. (dir.), Naissance des Arts Chrétiens, Paris, Imprimerie nationale, p. 186-219.

Duval N. (dir.) 1991 : Naissance des Arts Chrétiens, Paris, Imprimerie nationale, 434 p.

Duval N. (dir.) 1995 : Les premiers monuments chrétiens de la France, 1. Sud-Est et Corse, Paris, Picard, 382 p.

Duval Y., Picard J.-C. (dir.) 1986 : L’inhumation privilégiée du ive au viiie siècle en Occident, Actes du colloque tenu à Créteil, 16-18 mars 1984, Paris, de Boccard, 260 p.

Ferdière A. 2012 : Mausolées et sépultures privilégiées dans le Centre-Ouest à l’époque romaine, in Simon-Hiernard D. (dir.), Amor à mort. Tombes remarquables du centre ouest de la Gaule, Poitiers, éd. des musées de Poitiers, p. 17-19.

Fiocchi Nicolai V., Bisconti F., Mazzoleni D. 2000 : Les catacombes chrétiennes de Rome. Origine, développement, décor, inscriptions, Turnhout, Brepols, (traduction par J. Guyon de l’édition italienne parue en 1999).

Flutsch L., Hauser P. 2006 : Les mausolées d’Avenches-en-Chaplix : mythologie et démolition, in Moretti J.-C., Tardy D. (dir.) 2006, p. 407-418.

Foulquier L., Nectoux E. 2011 : Les pratiques de récupération en Velay, Hortus Artium Medievalium, 17, p. 85-93.

Gauthier F., Thomas A. 2010 : Réorganisation spatiale et transferts fonctionnels dans le sanctuaire de Saint-Julien de Brioude au début du viie s., in Dubreucq A., Lauranson-Rosaz C., Sanial B. (dir.), Brioude aux temps carolingiens, Yssingeaux, Phil’print, p. 369-383.

Gualandi S. 2016 : Périurbains ou ruraux : critères d’implantation de quelques mausolées lingons, in Castorio N., Maligorne Y. (dir.), Mausolées et grands domaines ruraux à l’époque romaine dans le nord-est de la Gaule, Bordeaux, Ausonius, 190 p.

Guyon J., Heijmans M. 2001 : D’un monde à l’autre. Naissance d’une chrétienté en Provence. ive-vie siècle, Arles, éd. du musée de l’Arles antique, 243 p.

Heijmans M. 2008 : L’évolution topographique : l’apogée de la ville romaine, in Rouquette J.-M. (dir.), Arles, histoire, territoires et cultures, Paris, Actes Sud, p. 171-178. 

Laubry N. 2016 : Les lieux funéraires dans la Rome ancienne : désignations et configurations (iie s. av. n. è. – iiie s. de n. è.), in Lauwers M., Zemmour A. (dir.) 2016, p. 75-93.

Lauwers M. 2016 : Sépulcre, Sépulture, cimetière. Lexique, idéologie et pratiques sociales dans l’Occident médiéval, in Lauwers M., Zemmour A. (dir.) 2016, p. 95-111.

Lauwers M., Zemmour A. (dir.) 2016 : Qu’est-ce qu’une sépulture ? Humanités et systèmes funéraires de la Préhistoire à nos jours. XXXVIe rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes, Antibes, APDCA, 495 p.

Lavagne H. 2004 : Les blocs sculptés remployés dans la crypte, Dossiers d’archéologie, 297, p. 14-15.

Leblanc R. 1988 : Aux origines de la Paroisse de Parsac (Creuse), Travaux d’archéologie Limousine, 8, p. 133-137

Lhermite X. 2017 : Le mausolée du 1, rue de la Courtine à Limoges, Bulletin de l’association pour l’Antiquité tardive, p. 80-87.

Liverani P., Spinola G. 2010 : Vatican. La nécropole et le tombeau de Saint-Pierre, Paris, Hazan, 351 p.

Loustaud J.-P. 2007 : À la recherche des composantes architectoniques de grand appareil d’Augustoritum/Limoges, Travaux d’archéologie Limousine, 27, p. 63-102.

Marcoux R. 2016 : La présence du mort ou les enjeux mémoriels du tombeau médiéval, in Lauwers M., Zemmour A. (dir.) 2016, p. 311-325.

Marot E. 2008 : La pile gallo-romaine de Cinq-Mars-la-Pile (Indre-et-Loire) : réexamen du dossier à la lumière des récentes découvertes, Revue archéologique du Centre de la France, 47, 2008 [mis en ligne le 19/05/2009].

Mecquenem C. de 2002 : Les cryptes de Jouarre (Seine-et-Marne). Des indices pour une nouvelle chronologie, Archéologie Médiévale, 32, p. 1-30.

Menna M. R. 2006 : Il mosaico con Cristo-Helios nel sepolcro dei Giulii nella necropoli Vaticana, in Andaloro M. (dir.), L’orizzonte tardoantico e le nuove immagini, Corpus della pittura medievale a Roma. 312-1431, 1, Milan, Turnhout, Brepols, p. 126-130.

Michel A. 2012 : Autour de l’identification des mausolées : le cas de Saint-Seurin de Bordeaux, Hortus Artium Medievalium, 18-2, p. 283-292.

Moretti J.-C., Tardy D. 2002 : Inventaire des monuments funéraires de la France gallo-romaine, in Landes C. (dir.), La mort des notables en Gaule romaine, Lattes, Imago, p. 27-102.

Moretti J.-C., Tardy D. (dir.) 2006 : L’architecture funéraire monumentale : la Gaule dans l’Empire romain. Actes du colloque organisé par l’IRAA du CNRS et le musée archéologique Henri-Prades, Lattes, 11-13 octobre 2001, Paris, Comité des travaux historiques et scientifiques, 522 p.

Palazzo-Bertholon B., Treffort C., Grégor T., Bourgueil B., Linlaud M. 2010 : Pour une relecture de l’hypogée des Dunes de Poitiers. Approche méthodologique et interdisciplinaire, in Bourgeois L. (dir.), Wisigoths et Francs autour de la bataille de Vouillé (507). Recherches récentes sur le haut Moyen Âge dans le Centre-Ouest de la France, Actes des XXVIIIe Journées internationales d’archéologie mérovingienne, Vouillé et Poitiers (Vienne, France), 28-30 septembre 2007, Saint-Germain-en-Laye, Association française d’archéologie mérovingienne, p. 151-169.

Paillet J.-L., Tardy D. avec la collab. de Pontet A. 2006 : Les monuments funéraires des Cars en Corrèze : premier bilan des recherches, in Moretti J.-C., Tardy D. (dir.) 2006, p. 445-472.

Reynaud J.-F., Colardelle R., Jannet-Vallat M., Perinetti R., Privati B. 1989 : Les édifices funéraires et les nécropoles dans les Alpes et la Vallée du Rhône, in Duval N. (dir.), Actes du XIe congrès international d’Archéologie Chrétienne. Lyon, Vienne, Grenoble, Genève et Aoste (21-28 septembre 1986), Vatican, EFR, vol. 2, p. 1475-1514.

Raynaud J.-F., Parron I. 1992 : L’église de Saint-Romain-le-Puy (Loire), Bulletin de la société nationale des antiquaires de France, p. 294-237.

Raynaud J.-F. 2012 : Du mausolée à la basilique funéraire à Lyon : Saint-Just, Saint-Irénée, Hortus Artium Medievalium, 18-2, p. 341-352.

Roger J., Boulesteix L. 2012 : Le pouvoir attractif des mausolées antiques sur la christianisation du monde rural : l’exemple de la partie septentrionale du Limousin, Hortus Artium Medievalium, 18-2, p. 293-307.

Schneider L. 2014 : Les églises rurales de la Gaule (ve-viiie siècles). Les monuments, le lieu et l’habitat : des questions de topographie et d’espace, in Gaillard M. (dir.), L’empreinte chrétienne en Gaule du ive au xie siècle, Brepols, Turnhout, p. 419-468.

Schenk-David J.-L. 2003 : Démêler le vrai du faux : un peu de nouveau sur l’évolution du site de Saint-Just à Valcabrère (Haute-Garonne), Aquitania, 19, p. 253-266.

Schenk-David J.-L. 2013 : Valcabrère, Église Saint-Just : court bilan d’une fouille préventive, Bilan scientifique régional Midi-Pyrénées 2011, Toulouse, p. 89.

Sennhauser H. R. 1989 : Recherches récentes en Suisse. Édifices funéraires, cimetières et églises, in Actes du XIe congrès international d’Archéologie Chrétienne, Lyon, Vienne, Grenoble, Genève et Aoste (21-28 septembre 1986), vol. 2, Vatican, EFR, p. 1515-1534.

Toubert H. 1990 : Un art dirigé, Paris, Cerf, 496 p.

Van Andringa W. 2018 : Le monument et la tombe : deux façons de mourir à l’époque romaine, in S. Huber, M.-D. Nenna, W. Van Andringa (dir.), Constituer la tombe, honorer les défunts en Méditerranée hellénistique et romaine, Alexandrie, Centre d’études alexandrines, p. 381-402.

Vigot A.-S. 2008 : Poitiers – Nécropole des Dunes, Archéologie de la France – Informations, Poitou-Charentes, 2008 [mis en ligne le 01/03/2008].

Vigot A.-S. 2012 : Mausolées de la Nécropole des Dunes à Poitiers, in Simon-Hiernard D. (dir.), Amor à mort. Tombes remarquables du centre ouest de la Gaule, Poitiers, éd. des musées de Poitiers.

Wyss M. 2015 : Saint-Denis : de l’hypothétique mausolée antique à l’ensemble monumental du premier Moyen Âge, in Pain M.-L. (dir.), Groupes cathédraux et complexes monastiques. Le phénomène de la pluralité des sanctuaires à l’époque carolingienne, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 11-25.

Young B. K., Perrin P. 1991 : Les nécropoles (iiie-viiie siècle), in Duval N. (dir.), Naissance des Arts chrétiens, Paris, Imprimerie nationale, p. 94-121.

Haut de page

Notes

1 Pour une définition plus précise du terme, voir Laubry 2016 ; Van Andringa 2018.

2 Yann Codou situe la récupération dès la seconde moitié du iie s. (Codou 2012, p. 324).

3 Site Inrap : Une villa et un mausolée antique découverts à Carcassonne ; voir aussi, dans le présent dossier, l’article de R. Pellé.

4 Lors de la fouille, plusieurs blocs brisés ainsi que des fragments ont été retrouvés : ceci indique que les blocs ont été en partie débités et façonnés sur place. Ces informations se trouvent dans les rapports de fouille. Une publication complète du site est en cours.

5 Voir l’article de W. Van Andringa dans le présent dossier.

6 L’ensemble a finalement été dynamité à la fin du xixe s.

7 La datation de ces récupérations n’est toutefois pas connue.

8 Cité par P.-A. Février, dans Duval dir. 1995, p. 119.

9 « […] à chaque angle de son carré (il) est bâti de grosses pierres de taille de la longueur et portée qu’est la largeur de son carré, laquelle largeur est seulement de neuf pieds et demi, et en tout sens de quarante pieds. Quant à la hauteur, elle est peut-être de quinze pieds, mais est aisé de voir, qu’elle a été notamment diminuée... au-dedans de la chapelle il se voit un tombeau de marbre fait de la même façon que ceux du cimetière relevé en bosse dessus » ; à propos de ce même monument, un autre auteur indique qu’il devait à l’origine être coiffé d’une pyramide (Sapin 2012, p. 332).

10 Dès 1080, il est évoqué dans une source qui mentionne l’« ecclesiam Sancti Petri quae dicitur ad Mausoleum » : Delestre, Salviat 2015, p. 27.

11 Dans la commune voisine de Saint-Bertrand-de-Comminges, des éléments antiques sont remployés au chevet de l’église Saint-Julien comme pour le soubassement de la cathédrale romane, mais leur provenance n’est pas connue.

12 Dans son enquête consacrée à la ville de Limoges (Haute-Vienne), J.-P. Loustaud distinguait trois phases : Antiquité tardive, environs de l’an Mil et xive s., la dernière phase étant liée à un chantier bien particulier, la reconstruction de la partie effondrée du clocher de la cathédrale (Loustaud 2007, p. 96).

13 Saint Jérôme loue la simplicité du sépulcre de Paul de Thèbes, en insistant par ailleurs sur le fait que le luxe dans la mort peut même constituer un obstacle pour l’entrée au paradis : « Paul gît enseveli sous une vile poussière, mais il ressuscitera pour la gloire ; vous, sur qui pèsent de laborieux mausolées, vous brûlerez [dans la géhenne] avec vos richesses » (saint Jérôme, Vie de saint Paul, p. 29). Saint Augustin paraît défendre des idées proches. Dans un passage de La Cité de Dieu, il exalte la modestie des sépultures, jugeant que la richesse du sépulcre importe peu au bon chrétien (saint Augustin, De Civitate Dei, I, 12). Poussant le raisonnement à l’extrême, Augustin affirme que les chrétiens n’ont à vrai dire pas besoin de tombe : « Les fidèles ne perdent rien lorsque la sépulture est refusée à leur corps » et il estime que la pompe des funérailles comme la construction de monuments splendides n’ont rien à voir avec la foi chrétienne (De cura pro mortuis gerenda, cap. 9 ; cité dans Lauwers 2016, p. 96). Pourtant, en désaccord apparent avec Jérôme, le même concède que si ces « coutumes » ne sont d’aucune utilité, elles ne nuisent pas aux défunts et servent avant tout de consolation aux vivants, justifiant de ce fait leur existence : extrait du Sermo 172, cité dans Lauwers 2016, p. 96. Voir cet ouvrage ainsi que celui de R. Marcoux, 2016, sur l’évolution de la notion de tombeau au cours du Moyen Âge.

14 Le plus ancien mausolée de plein air chrétien pourrait être le monument M de la nécropole du Vatican : voir Menna 2006.

15 L’époque est notamment marquée par la construction des grands mausolées circulaires commandités par et pour des membres de la famille impériale : Brandenburg 2005 ; Caillet 2012.

16 Sur ce point, pour une présentation rapide, voir Young, Perrin 1991.

17 Pour un premier aperçu sur le sujet, voir les différents volumes de la Topographie chrétienne des cités de la Gaule des origines au milieu du viiie s. publiés depuis 1972.

18 La description des vestiges n’est pas toujours facile à suivre. Ces monuments sont encore décrits au cours de la période moderne et les témoignages soulignent la richesse de leur décor, laissant envisager l’existence d’un couronnement pyramidal pour l’un d’eux.

19 Il est en fait possible que le couple royal ait commandité du vivant même de la sainte un édifice cultuel doté d’une annexe funéraire spécifique, destinée à accueillir leurs trois dépouilles.

20 Leur implantation à la périphérie d’agglomérations antiques rend probable leur appartenance à des nécropoles périurbaines.

21 Merci à Jean-Luc et à Kitterie Schenk-David pour m’avoir laissé consulter le rapport de fouilles relatif à la dernière intervention qu’ils ont effectuée sur le site en 2008.

22 Programme dirigé par William Van Andringa. Le secteur de Valcabrère a été fouillé en 2017, 2018 et 2019. Il fait actuellement l’objet d’une opération triennale (2018-2020).

23 Le travail de prospection a été réalisé par l’Institut archéologique de Vienne (Autriche). La campagne de fouille de 2018 a révélé que certaines des maçonneries repérées appartiennent au Moyen Âge central (rapport réalisé sous la direction de W. Van Andringa).

24 L’interprétation des fouilles n’est pas évidente. Voir la mise au point de N. Duval, in Barruol dir. 1996, p. 47-50.

25 « † Illustre par ses titres et par ses mérites en rien inférieur à ses aïeux, Pantagathus, lorsqu’il a abandonné la jouissance fragile de la vie, a préféré confier ici son corps à cette terre qui lui est propre plutôt que de prier pour demander une concession. Si c’est au patronage des martyrs qu’il faut demander le grand repos, voici le très saint Vincent, ses compagnons et ses pairs, qui veillent sur cette enceinte, gardent l’édifice et protègent le maître contre les ténèbres, en lui apportant la lumière issue de la vraie lumière [...] », cité dans Codou 2012, p. 321.

26 Voir Sapin 2012, p. 335-336, avec renvoi à l’abondante bibliographie antérieure.

27 L’hypothèse d’un hypogée plus ancien en partie remployé ne peut être totalement écartée. Une synthèse décisive consacrée à ce monument exceptionnel devrait prochainement (?) voir le jour.

28 Entretemps, de nouvelles découvertes ont eu lieu en Suisse ; elles ne sont pas intégrées au présent panorama.

29 Sur ce sujet, voir notamment Duval, Picard (dir.) 1986. E. Lorans résume ainsi l’évolution des pratiques funéraires : « D’une manière générale, on peut opposer, pour les tombes visibles, la coutume de l’Antiquité, païenne comme chrétienne, privilégiant la construction de monuments au-dessus de la tombe (stèle, sarcophage ou mausolée), à l’adoption de la plate-tombe au Moyen Âge et à l’époque Moderne : simple dalle nue ou portant une épitaphe, la plate-tombe, partie intégrante du sol des églises, et donc foulée sous les pas des fidèles, exprimait l’humilité des défunts » (Crubézy et al. 2007, p. 202).

30 Deux autres exemples sont également évoqués avec prudence, car l’interprétation des découvertes serait à reprendre : l’église paroissiale de Saint-Raphaël et Saint-Vincent à Trans (Var) (Codou 2012, p. 320-321).

31 Le chantier est dirigé par J. Roger (Inrap, SRA Nouvelle-Aquitaine).

32 Mes remerciements à Xavier Lhermite pour avoir accepté de me transmettre cet article avant sa parution.

33 Pour se faire une idée de cette diversité, voir Darles 2002 et les différentes contributions rassemblées dans Moretti, Tardy dir. 2006.

34 Il s’agit du témoignage de Gaïus : « Je peux évidemment te désigner les trophées des apôtres. Si tu veux aller au Vatican ou sur la route d'Ostie, tu trouveras les trophées de ceux qui ont fondé cette Église » (Eusèbe de Césarée, Histoire Ecclésiastique, 2, 25, 7).

35 Voir la mise au point de Y. Codou 2012, p. 320.

36 Yann Codou considère que cette transformation est le signe d’une conversion au christianisme des propriétaires, mais il ne dit pas clairement si dans son esprit ces propriétaires sont les descendants des personnes pour lesquelles ces mausolées avaient été construits (Codou, Colin 2007, p. 75 ; Codou 2012, p. 324).

37 Sur la signification symbolique ou politique des remplois, voir le numéro consacré aux spolia de la revue Hortus Artium Medievalium (17, 2011).

38 Sur ces deux monuments, voir Delle Rose 1997, p. 279.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Détail du chevet de l’église Saint-Pierre à Rancon (Haute-Vienne)
Crédits Cliché : T. Creissen (Éveha International, université de Tours).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4560/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 338k
Titre Fig. 2 – Église de Saint-Romain-le-Puy (Loire), détail du chevet
Crédits Cliché : T. Creissen (Éveha International, université de Tours).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4560/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 385k
Titre Fig. 3 – Saint-Seurin de Bordeaux (Gironde), le mausolée primitif
Crédits Michel 2012, fig. 3.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4560/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Titre Fig. 4 – Restitution du paysage funéraire de Limoges/Augustoritum (Haute-Vienne) au ive s.
Légende Le mausolée de Saint-Martial est en 16, celui de la Courtine en 18. Les monuments se dressent à la périphérie de la ville, à l’emplacement d’un ancien quartier désaffecté.
Crédits DAO : Studio Différemment.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4560/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 5 – Proposition de restitution du chevet de Saint-Pierre de Vienne (Isère) au ve s.
Crédits F. Joubert, d’après M. Jannet-Vallat, in Duval 1995, p. 259.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4560/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 191k
Titre Fig. 6 – Le mausolée de Saint-Just à Lyon (Rhône), plan du monument initial
Crédits Reynaud et al. 1989, p. 1492, fig. 9.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4560/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Titre Fig. 7 – Saint-Laurent-de-Grenoble (Isère), axonométries du mausolée B
Crédits T. Pio, in Colardelle 2012, fig. 3.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4560/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 183k
Titre Fig. 8 – Le mausolée de Tavers (Loiret), proposition de restitution du monument d’origine
Crédits P. Premillon (Service départemental d’archéologie du Loiret), in Barruol 2016, p. 124.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4560/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 9 – Narbonne (Aude), interprétation des vestiges archéologiques du monument à abside de la place Dupleix
Crédits H. Delhumeau, d’après D. Garcia, in Duval 1995, p. 40.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4560/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Fig. 10 – Saint-Just-de-Valcabrère (Haute-Garonne), la basilique romane et les monuments funéraires dégagés en 2018
Crédits Cliché : T. Creissen (mission archéologique de Saint-Bertrand-de-Comminges).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4560/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Fig. 11 – Valentine (Haute-Garonne), évolution du mausolée primitif vers l’église
Légende A, plan général des vestiges  ; B, le mausolée primitif et ses abords ; C, l'église préromane.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4560/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Fig. 12 – La Gayole (La Celle, Var), plans évolutifs par états
Crédits Y. Codou, d’après G. Démians d’Archimbaud et M. Fixot, in Codou 2012, p. 322, fig. 11.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4560/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 310k
Titre Fig. 13 – Saint-Germain d’Auxerre (Yonne), plan archéologique et restitution de l’état originel
Crédits Sapin 2012, p. 336, fig. 8a.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4560/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 253k
Titre Fig. 14 – L’hypogée des Dunes à Poitiers (Vienne), vue générale
Crédits Cliché : T. Creissen.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4560/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Fig. 15 – Exemples de mausolées transformés en églises reconnus sur le territoire suisse
Crédits Sennhauser 1989, p. 1517, fig. 2.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4560/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Titre Fig. 16 – Moutier-Rozeille (Creuse), vue générale des vestiges
Légende Le mausolée apparaît en partie orientale.
Crédits Cliché : J. Roger (Inrap, SRA Nouvelle-Aquitaine).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4560/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 17 – Le mausolée de Sainte-Marie-de-la-Courtine à Limoges (Haute-Vienne)
Crédits Lhermite 2017, fig. 5.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4560/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Titre Fig. 18 – Proposition de restitution du tombeau de saint Lazare
Crédits Rollier 1985, fig. 43, p. 95.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4560/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thomas Creissen, « Les mausolées de la fin de l’Antiquité au Moyen Âge central : entre gestion d’un héritage et genèse de nouveaux modèles »Gallia, 76-1 | 2019, 257-274.

Référence électronique

Thomas Creissen, « Les mausolées de la fin de l’Antiquité au Moyen Âge central : entre gestion d’un héritage et genèse de nouveaux modèles »Gallia [En ligne], 76-1 | 2019, mis en ligne le 04 mars 2020, consulté le 13 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/gallia/4560 ; DOI : https://doi.org/10.4000/gallia.4560

Haut de page

Auteur

Thomas Creissen

Éveha International, UMR 7324 CITERES, Laboratoire archéologie et territoires, université François-Rabelais, 35 allée Ferdinand de Lesseps, F-37200 Tours

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Gallia est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search