Navigation – Plan du site

Vingt années de recherches à Oedenburg (Biesheim et Kunheim, Haut-Rhin) : un bilan

Twenty years of research in Oedenburg (Biesheim and Kunheim, Haut-Rhin): an overview
Michel Reddé
p. 15-44

Résumés

Cet article dresse le bilan des recherches menées par une équipe française, suisse et allemande sur le site d’Oedenburg (Biesheim et Kunheim, Haut-Rhin, France) depuis 1998. Ces travaux ayant été, pour leur plus grande part, publiés dans trois monographies, il s’agit ici de replacer ce site dans son contexte environnemental, archéologique et historique et d’orienter le lecteur dans la bibliographie disponible. Situé au bord du Rhin, en face de l’ancien oppidum de Breisach, abandonné, Oedenburg apparaît dans la première décennie apr. J.-C. et se développe sous Tibère autour d’un camp militaire. L’agglomération civile qui émerge alors aura une longue vie, même après le départ des soldats, en 70. Son existence est en effet attestée jusqu’au début du ve s. au moins, malgré une déprise temporaire vers la fin du iiie s. Au milieu du ive s., une nouvelle et importante fortification protège de nouveau ce secteur de la frontière rhénane. Contrairement à une opinion courante, il n’est pas certain qu’il s’agisse de l’agglomération d’Argentovaria.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le nom d’Oedenburg (« le village déserté »), qui correspond à un toponyme ancien, a été réattribué (...)

1Commencées en 1998, les recherches entreprises sur le site antique d’Oedenburg sur les communes de Kunheim et de Biesheim (Haut-Rhin) viennent de s’achever, en 2018, avec la publication d’une troisième et dernière monographie. Dans la mesure où la bibliographie, parfois rédigée en allemand, est désormais très abondante, étalée dans le temps et due à des auteurs divers, il a paru utile de dresser, pour les lecteurs de Gallia, un bilan des résultats, puis d’exposer les positions scientifiques du responsable de cette fouille internationale, sans pour autant entrer dans le détail des faits archéologiques, ce qui constituerait une entreprise démesurée et sans doute superflue. On se contentera donc de renvoyer sur ce point aux ouvrages récemment publiés1.

Le site antique dans son environnement naturel et humain

2Oedenburg est situé à peu près au milieu du fossé rhénan, au bord du fleuve, juste en face du volcan du Kaiserstuhl, environ à mi-distance entre Strasbourg, au nord, et Augst (Augusta Raurica) à l’est de Bâle (fig. 1). L’environnement naturel de ce secteur a été étudié par Christophe Petit et Vincent Ollive dans une série de publications (Petit, Ollive in Reddé dir. 2005, p. 218-220 ; Ollive et al. 2006 ; 2008 ; Oedenburg I, p. 17-36 ; Oedenburg II, 21, avec une contribution d'Hervé Richard pour la palynologie ; Petit et al. 2014), qui doivent être complétées par une étude palynologique effectuée à l’échelle régionale (Oedenburg I, p. 37-43).

Fig. 1 – Carte de localisation d’Oedenburg sur les communes de Biesheim et Kunheim (Haut-Rhin)

Fig. 1 – Carte de localisation d’Oedenburg sur les communes de Biesheim et Kunheim (Haut-Rhin)

Reddé dir. 2005, p. 217.

3Pour résumer rapidement cette importante masse d’informations, il suffira de rappeler que le paysage actuel de la plaine rhénane, très colmaté, est de formation toute récente. Il est une conséquence de l’endiguement et de la régularisation du Rhin entre le milieu du xixe s. et les travaux menés après la Seconde Guerre mondiale pour l’électrification de la région. Le paysage traditionnel est en revanche celui d’un fleuve caractérisé par des méandres en tresse, dont les chenaux multiples, en perpétuel mouvement, créent un fond de vallée humide et marécageux, parsemé d’îles nombreuses qui facilitent grandement le passage d’une rive à l’autre, comme le montrent les cartes anciennes, notamment celle d'Antoine Cestre, levée en 1877 (fig. 2). Celles-ci marquent en outre l’ampleur de la zone inondable lors des crues historiques, notamment celles de 1852 et 1876. Le site antique proprement dit est installé à la limite occidentale de ces débordements du Rhin, pour partie sur la terrasse weichsélienne, mais aussi au milieu des premiers petits chenaux du fleuve. Les recherches de terrain ont permis d’en reconstituer certains qui étaient actifs à l’époque antique, mais dont l’hydrodynamisme a baissé entre le début et la fin de l’Antiquité, provoquant un colmatage progressif et la formation d’un bas-marais. Elles ont aussi montré que la nappe phréatique avait monté d’environ 1 m entre l’époque julio-claudienne et celle de Valentinien, condamnant par là même l’utilisation des parties basses du site et contraignant la population à se regrouper à l’ouest, autour de la butte naturelle d’Altkirch et sur le bord de la terrasse weichsélienne.

Fig. 2 – Plan du secteur d’Oedenburg

Fig. 2 – Plan du secteur d’Oedenburg

Levé par A. Cestre en 1877 (musée d’Altkirch, inv. PD 2), déposé au musée de Biesheim par le musée sundgauvien d’Altkirch, reproduit avec l’aimable autorisation de ce dernier.

4Du point de vue géomorphologique, le contraste entre les deux rives est significatif : aux graves peu fertiles et recouvertes d’une mince couche humique peu propice aux cultures, sans doute partiellement boisée, du côté français, s’oppose, du côté allemand, une couverture épaisse de loess sur le piémont du Kaiserstuhl (Oedenburg I, p. 19). Le fond de vallée est parsemé de prairies, avec une végétation – et une faune – inféodée aux petits cours d’eau qui le parcourent.

5Les différentes études palynologiques menées tant à l’échelle régionale que locale montrent une ouverture du milieu sensible vers le début de l’époque romaine, probablement contemporaine des premiers aménagements humains et d’une mise en culture qu’attestent par ailleurs les analyses archéobotaniques (infra). On constate durant l’Antiquité une exploitation de plus en plus forte des forêts proches, mais non véritablement localisées, qui se traduit par l’abattage en coupes de chênes de plus en plus jeunes et la déstructuration progressive de l’état forestier (Girardclos, Petit 2011).

  • 2 En allemand « Oberrhein », par opposition à « Hochrhein », qui désigne le cours du fleuve en amont (...)

6Que sait-on de l’environnement humain dans la partie sud de la plaine rhénane2, aux alentours de la conquête ? Une carte et une étude récentes (fig. 3) viennent nous en proposer une image contrastée (Blöck et al. 2012). On constate en effet différentes zones de concentration de l’occupation : autour de l’oppidum de Tarodunum-Kirchzarten (no 59) ; tout autour du Kaiserstuhl, avec notamment l’oppidum de Breisach (no 42) ou celui de Sasbach (no 18) ; dans la vallée de l’Ill, autour de Colmar ; dans le Sundgau, ou, bien sûr, au coude du Rhin, autour de Bâle (nos 114-124). On notera toutefois que cette carte associe à la fois des découvertes isolées et de grands sites. À Oedenburg même, les artefacts signalés sont des monnaies de surface qui n’impliquent pas, en soi, une occupation de La Tène D2. D’une manière générale, et malgré des connaissances récentes en net progrès, on maîtrise encore mal la réalité de l’occupation humaine de cette région dans le courant du ier s. av. J.-C. Une carte toute récente, limitée à l’Alsace (fig. 4), permet de se convaincre aisément que cette faible densité apparente du peuplement doit n’être qu’un artefact de la recherche (Nüsslein et al. 2017). On considère en général que la limite entre Rauraques et Triboques est située nettement au nord d’Oedenburg, notamment depuis la thèse de Muriel Roth-Zehner qui a mis en évidence le contraste entre la céramique de ce secteur et celle de l’Alsace du Nord (Roth-Zehner 2010). Cette hypothèse reste la plus vraisemblable à l’heure actuelle mais elle doit naturellement être considérée avec quelque prudence, dans la mesure où elle est sous-tendue par le postulat – jamais véritablement démontré – qu’un groupe ethnique peut être identifié par un faciès céramique.

Fig. 3 – Découvertes de La Tène D2 dans la partie méridionale de la région du Rhin supérieur

Fig. 3 – Découvertes de La Tène D2 dans la partie méridionale de la région du Rhin supérieur

Carte : N. Spichtig (Archäologische Bodenforschung Basel-Stadt) pour Blöck et al. 2012, p. 382, avec l’aimable autorisation de l’auteur.

Fig. 4 – Carte oro-hydrographique des établissements ruraux laténiens (à gauche) et romains (à droite) en plaine d’Alsace

Fig. 4 – Carte oro-hydrographique des établissements ruraux laténiens (à gauche) et romains (à droite) en plaine d’Alsace

Carte : A. Nüsslein pour le programme européen Rurland, Nüsslein et al. 2017, p. 659.

  • 3 Deux tumuli sont visibles sur les photographies aériennes de René Goguey, au sud du site. Leur chro (...)

7À Oedenburg même, la présence d’une occupation de La Tène finale ou de la période augustéenne précoce n’est, à l’heure actuelle, pas attestée3. Le site le moins mal connu est celui de l’oppidum de Breisach, juste au sud-est, où Holger Wendling identifie une occupation de La Tène D1-D2 qui s’arrête au plus tard vers 40-30 av. J.-C. Les traces de cette occupation restent cependant limitées, faute de fouilles étendues (Wendling 2012).

8Dans ce contexte général, il faut naturellement considérer le nœud routier important qui se dessine autour d’Oedenburg à l’époque romaine, même si la carte (fig. 5) est volontairement limitée aux éléments archéologiques assurés. Oedenburg est en effet situé au croisement d’un axe nord-sud bien attesté à la fois par sa persistance dans le paysage moderne et par les Itinéraires antiques, notamment celui d’Antonin. Ce dernier mentionne la route de Windisch/Vindonissa à Mayence, via Mons Brisiacus et Strasbourg (Itinerarium Antoninum, éd. Cuntz, 238-239, 252, 350). Cette « voie du limes » longe en effet le Rhin à quelque distance du cours d’eau pour éviter les secteurs inondables. À Oedenburg même débouchent deux chaussées venant de l’intérieur de l’Alsace, l’une d’Horbourg-Wihr, à l’ouest, l’autre du sud-ouest depuis Niederhergheim. De ce carrefour d’Oedenburg où l’on devait aisément traverser le fleuve, on pouvait gagner la zone de Kirchzarten/Tarodunum puis le Sud de l’Allemagne, en empruntant, au sud du Kaiserstuhl, l’itinéraire ancien entre les deux oppida celtiques de Breisach et Tarodunum (Oedenburg I, p. 411-417 ; Blöck 2016, p. 194-195).

Fig. 5 – Carte de la région d’Oedenburg

Fig. 5 – Carte de la région d’Oedenburg

Publiée dans Oedenburg I, p. 412 ; DAO : M. Reddé.

La topographie du site

9La topographie d’Oedenburg a été commentée en détail dans Oedenburg II-1, p. 9-36. Elle est essentiellement connue par une vaste prospection géomagnétique de 87 ha, qui couvre pratiquement toute l’agglomération (fig. 6). Les différentes couvertures aériennes (Otto Braasch, René Goguey, Jean-Jacques Wolff, IGN) ont été publiées en annexe (CD-Rom) de ce même volume d’Oedenburg II, mais les informations qu’elles apportent sont le plus souvent ponctuelles. On se contentera de commenter ici le plan topographique (fig. 7) établi à partir du relevé géophysique et des fouilles qui ont été menées.

Fig. 6 – Plan de prospection géophysique d’Oedenburg

Fig. 6 – Plan de prospection géophysique d’Oedenburg

Posselt & Zickgraf Prospektionen, publié dans Oedenburg II, pl. h.t. 2.

Fig. 7 – Plan général du site d’Oedenburg

Fig. 7 – Plan général du site d’Oedenburg

M. Reddé, publié dans Oedenburg II, pl. h.t. 1.

  • 4 Sa trace n’est toutefois pas visible dans la forêt qui sépare les deux sites, même sur les couvertu (...)

10On observe aisément le tracé linéaire des voies, sauf celui de la grande rocade nord-sud (2), en usage depuis l’Antiquité et toujours enfoui sous la chaussée actuelle. Cet axe est rejoint par une autre voie (1), provenant probablement d’Horbourg-Wihr4, et il est possible qu’elle continue vers l’est, avant de faire un retour vers le nord-est (6), en direction des camps, mais il ne s’agit là que d’une hypothèse que les fouilles n’ont pu vérifier. On constate que, malgré un semblant d’orthogonalité, cette voirie ne répond pas au schéma classique d’un plan orthonormé. La fouille a montré que la voie (1) était installée au plus tôt en 15 av. J.-C. grâce à la présence d’un as des Monétaires (RIC I2, 382) pris dans la couche la plus ancienne de la chaussée, mais l’examen des premières structures liées à celle-ci plaide pour une occupation plus tardive, sous Tibère, ce qui laisse dans l’incertitude la date réelle de sa construction (Oedenburg III, p. 11-15). Il est très probable, en revanche, que la voie nord-sud (2) soit la plus ancienne car elle est liée aux déplacements militaires à longue distance, entre Augst et Mayence, depuis l’Italie ; elle ne peut malheureusement être fouillée dans ce secteur où elle est recouverte par la route moderne. La chaussée (9) est datée avec beaucoup de probabilité par une série de pieux de bois de la fin du ier s. apr. J.-C., tandis que la voie (6) semble plutôt tibérienne, car associée à des séries de structures de cette époque. Sans qu’on puisse l’affirmer de manière absolue, l’hypothèse d’une création progressive de ce réseau viaire paraît donc la plus probable, ce qui exclut l’hypothèse d’un schéma orthonormé préétabli et construit de manière homogène. Toutefois, à l’ouest du gisement, des traces de voirie sont visibles, mais les chaussées ne semblent pas avoir été bordées de constructions, si l’on en croit l’image géophysique qui ne révèle aucune trace d’occupation. Des vérifications par le biais de sondages seraient malgré tout nécessaires.

11Le site est en outre traversé par au moins trois chenaux : le plus important, à l’est, borde sans doute les camps julio-claudiens, qu’il sépare du reste de l’agglomération. Il est actuellement partiellement occupé par un canal moderne. Deux autres petits rus, le « Riedgraben », sont encore visibles dans la topographie actuelle et sont bien identifiés grâce aux photographies verticales anciennes de l’IGN. La fouille de l’un d’eux a permis à l’équipe française d’identifier une succession de quais de bois dont le premier état est daté par dendrochronologie du printemps 19 apr. J.-C. (Oedenburg II-1, p. 37-48 ; texte en allemand).

  • 5 Les très gros spots blancs régulièrement alignés sont des poteaux électriques modernes…

12L’image géophysique montre très clairement des zones magnétiques très denses, caractérisées par des points, des spots ou des lignes blanches, et des zones grises uniformes, vides. Les structures magnétiques sont particulièrement visibles à Oedenburg en raison du matériau de construction utilisé – le basalte du Kaiserstuhl – et de l’abondance des tuiles. Les gros dépotoirs faits de céramiques et d’amphores sont aussi très faciles à repérer5. Comme d’habitude, les constructions en bois, notamment celles des camps, apparaissent beaucoup moins bien et ne peuvent être appréhendées qu’en négatif, grâce aux dépotoirs qui les ponctuent.

13Cette prospection géophysique révèle un plan en peau de léopard, avec une forte densité de vestiges de part et d’autre de la rocade nord-sud (2), qui apparente l’agglomération à un « village-rue ». Une autre zone au centre du plan, sur la butte d’Altkirch, révèle une grande concentration de fosses. On remarque aussi de vastes bâtiments, interprétés comme des thermes (22), ou une mansio (24), qui n’ont pas été fouillés. On connaît aussi, par les recherches anciennes de Erwin Kern, un mithraeum, non loin du canal oriental, dont nos propres recherches ont repris l’étude (Oedenburg II-2, p. 227-247). Le principal complexe religieux est situé un peu à l’écart du centre de l’agglomération, au sud-est de celle-ci ; il a constitué le principal objectif scientifique de l’équipe suisse (Oedenburg II, p. 58-286). Les camps julio-claudiens sont situés de l’autre côté du chenal principal, à l’écart de l’agglomération civile. Quant aux nécropoles du Haut-Empire, elles ne sont pour l’instant connues qu’à l’ouest du site, le long de la voie d’Horbourg-Wihr. Elles ont fait l’objet, en 1987, de fouilles programmées sous la direction de Patrick Biellmann (Biellmann 2001 ; Oedenburg II-1, p. 32-33).

  • 6 On verra ci-dessous nos remarques sur cette chronologie.

14Les principales constructions tardo-antiques, fouillées par l’équipe de l’université de Freiburg i. Breisgau sont installées sur les deux buttes naturelles du site : un praetorium routier au nord, sur l’éminence de Westergass ; la forteresse dite « valentinienne » implantée sur celle d’Altkirch, et qui a recouvert les vestiges antérieurs6. Les fouilles françaises des années 2009-2012 ont en revanche montré que cette fortification n’était pas isolée mais entourée d’un habitat dense daté du ive s., le long de la rocade (2). Ceci invite naturellement à se demander si nombre des vestiges visibles le long de cette chaussée ne sont pas eux aussi datables de cette période. Enfin, on doit signaler la présence d’un vaste fossé (20) englobant une superficie d’environ 9 ha autour d’Altkirch. Ce fossé coupe toutes les autres structures du ive s.

15Nous aurons l’occasion de revenir sur les principaux éléments de cet ensemble, dont l’image et le plan sont bien évidemment composites et ne reflètent rien d’autre que l’extension des vestiges archéologiques. Malgré des recherches très extensives, il n’est donc pas encore possible, dans l’état actuel de nos connaissances, de reconstituer des plans phasés de l’occupation humaine d’Oedenburg. Seules les fouilles effectuées de 2009 à 2012 ont permis de saisir une stratigraphie complète et de proposer un schéma global de l’évolution de l’agglomération, comme on le verra ci-dessous.

Les camps julio-claudiens

  • 7 Dans l’article de Gallia publié en 2005 (Reddé dir. 2005, p. 226), le camp B est appelé « grand cam (...)

16Il n’existe pour l’heure aucune trace d’une quelconque implantation militaire augustéenne sur le site ou dans ses parages immédiats. Deux camps successifs ont en revanche été mis au jour à l’est du complexe archéologique, sur une terrasse de graves peu élevée, séparée de la future agglomération par un chenal actif, donc dans une zone potentiellement inondable lors de fortes crues (fig. 8 et 9). La réutilisation de ce cours d’eau par le canal de décharge du Rhin, au xixe s., a détruit l’extrémité occidentale des fortifications dont la taille ne peut plus être mesurée de façon précise. Le camp B, le plus ancien des deux, a en outre été largement oblitéré par la construction du camp A, qui n’en a laissé subsister que des traces très ténues, essentiellement au nord-est. L’ensemble a fait partiellement l’objet d’une série de fouilles entre 1998 et 2006, désormais publiées (Oedenburg I)7.

Fig. 8 – Les camps julio-claudiens pendant la fouille de 1999

Fig. 8 – Les camps julio-claudiens pendant la fouille de 1999

Cliché : R. Goguey.

Fig. 9 – Les camps julio-claudiens

Fig. 9 – Les camps julio-claudiens

Plan général publié dans Oedenburg I, pl. h.t. 1 ; DAO : M. Reddé.

17Compte tenu de ces incertitudes, on peut estimer que le camp B offre une superficie de 3,24/3,78 ha (205/210 x 180 m), et que son orientation générale place la porte prétorienne au sud-ouest, par analogie avec la position des principia du camp A, qui ont recouvert ceux du camp B et observent cette disposition. Aucune porte n’a été fouillée et l’architecture même de l’enceinte reste largement hypothétique. Seuls deux fossés en forme de V, probablement successifs, ont été mis au jour. L’ensemble le mieux connu est un bloc de baraquement large de 7,20/7,80 x 43,50 m, mais cette dernière mesure est une proposition de restitution, la partie sud-ouest étant située sous le camp A et partiellement détruite. Son plan a déjà été publié dans Gallia (Reddé dir. 2005, p. 227, fig. 11). Néanmoins, cette dimension très probable permet d’envisager une baraque classique à dix conturbernia de 4 x 3,20 m sans compter les antichambres. Ces dimensions, assez réduites, pourraient plaider ici pour un cantonnement d’auxiliaires, ce qui n’exclut pas que des légionnaires aient pu être casernés avec plus d’espace dans la même enceinte. Le principal intérêt de cette fouille a été de livrer un matériel céramique homogène qui permet de proposer une chronologie d’occupation exclusivement tibérienne.

18Quelque part vers le début des années 40 apr. J.-C., ce camp B est abandonné et le site militaire semble provisoirement réduit à un enclos C, dont on sait très peu de choses, sinon qu’il se situe stratigraphiquement entre le camp B et le camp A.

19Le camp A est le mieux connu et le plus largement fouillé. Sa superficie restituée oscille entre 2,07 et 2,50 ha, selon les hypothèses liées à la destruction de sa courtine sud-ouest. La plus probable permet de restituer un camp quasi carré de 157 x 157/162 m, orienté au sud-ouest, car le plan de ses principia montre une ouverture dans cette direction. Cette disposition est logique si l’on considère que l’accès depuis la rocade nord-sud (2), qui existait nécessairement dès cette époque, se faisait de ce côté.

  • 8 On se reportera pour le détail de cette architecture complexe et pour les comparaisons archéologiqu (...)

20Le système défensif est constitué d’un rempart coffré de 3,20 à 3,40 m à l’est, de 2,80 à 3 m au nord8. Les trois portes fouillées présentent une architecture similaire : il s’agit de passages à voie unique (largeur de 4/5 m), encadrés de part et d’autre par des tours de forme carrée à quatre poteaux porteurs, qui offrent des dimensions variables (entre 3 x 3 m et 2 x 2,50 m). La présence, dans ces trois cas, d’un passage simple renforce l’hypothèse déjà avancée d’une porta praetoria à doubles vantaux au sud-ouest, face à l’axe d’entrée des principia. La courtine est précédée par deux fossés en forme de V, profonds d’environ 1,80/1,90 m.

21Les principia se présentent comme un bâtiment de 780 m2 (28,60 x 25,60 m), construit en galets rhénans assemblés sans liant, qui forment soubassement pour un bâtiment à pans de bois. Une fois la porte passée, on pénètre dans une cour d’environ 24 x 10,60 m, avec un sol de sable soigneusement damé, sans armamentaria latéraux, qui donne accès vers le nord-est à une basilique à poteaux de bois de 18 x 6 m, précédée par un portique d’accès. Cet ensemble est caractérisé, de manière tout à fait exceptionnelle, par une exèdre latérale de 7,20 x 6,30 m qui fait saillie, au nord. La rangée de pièces, au nord-est, montre quatre espaces de taille inégale, dont une petite aedes de 4,50 x 3 m, ouverte vers la basilique par un porche à deux poteaux qui encadrent l’accès. Fait remarquable, la cour a livré une petite statuette d’Isis en argent doré qui constitue, avec le double sanctuaire de Mayence à Isis et Cybèle, l’une des traces les plus précoces de la diffusion des cultes orientaux dans la vallée du Rhin (Oedenburg I, p. 395-402) (fig. 10).

Fig. 10 – Statuette d’Isis Fortuna découverte dans les principia du camp A

Fig. 10 – Statuette d’Isis Fortuna découverte dans les principia du camp A

H = 3,70 cm.

Publiée dans Oedenburg I, p. 431 ; cliché : R. Müller (RGZM).

22Près de la porte orientale a été fouillé un complexe à fonction économique qui comprend un magasin de 29 x 26 m, composé de cellules périphériques ouvrant sur une cour centrale ; un horreum de 12 x 4 m constitué d’une plate-forme reposant sur une forêt de pieux le précède vers le nord-est, du côté du rempart.

23L’ensemble a livré un matériel suffisamment abondant pour que la datation claudio-néronienne puisse être assurée. Aucun matériel flavien n’a en effet été mis au jour dans ce camp. Nous reviendrons ultérieurement sur l’occupation et la fonction de ces deux fortifications successives. Leurs abords sont vides de toute construction civile, même postérieure à leur abandon. Seule la rive occidentale du chenal qui les borde au sud-ouest, elle-même régulièrement inondable et caractérisée par des sols de branchages permettant de circuler dans ce milieu spongieux, a révélé des traces d’occupation contemporaines des deux camps. Plus que d’un habitat stricto sensu, il s’agit de dépotoirs, de latrines, mais aussi d’installations artisanales que nous identifions comme de possibles traces d’un travail de rivière, sans doute de la tannerie, même si les preuves de cette hypothèse font défaut (Reddé dir. 2005, p. 231-233 ; Oedenburg II-1, p. 378-380 et p. 386-467).

Le complexe religieux et ses abords

  • 9 On se contente ici de l’essentiel, en passant sous silence la littérature secondaire (le plus souve (...)

24La découverte d’une série de temples de type gallo-romain, observés sur le plan de prospection géophysique, a conduit à une vaste fouille qui a mobilisé à la fois l’équipe de l’université de Bâle pour les structures religieuses englobées dans l’enceinte du sanctuaire, et l’équipe française pour les annexes installées au nord de celle-ci : un ensemble thermal, des bassins et au moins un autre temple (fig. 11). On trouvera la description détaillée de ce complexe dans Oedenburg II-1, chapitre 2 (en allemand) et chapitre 3 (en français). Une synthèse en français de la fouille suisse est parue dans Bibracte 21, avec le phasage des bâtiments (Schucany, Schwarz 2011)9.

Fig. 11 – Plan général de la zone des sanctuaires et de ses abords

Fig. 11 – Plan général de la zone des sanctuaires et de ses abords

Publié dans Oedenburg II-1, p. 38 ; DAO : M. Reddé.

25Les premiers éléments datés proviennent du fossé de l’enceinte, à l’ouest du temple C : il s’agit de trois poteaux datés par dendrochronologie de l’année 3 apr. J.-C. La première phase du sanctuaire, telle qu’elle résulte du phasage établi par l’université de Bâle, s’étend jusque vers le début de l’époque flavienne. Elle englobe les niveaux précoces des temples B et D (structures de bois) et elle est caractérisée par des dépôts d’armes (dus aux soldats de la garnison) dans le temple B et des restes probables d’offrandes alimentaires. Différents troncs monétaires ont aussi été mis au jour (Laurent Popovitch, in Oedenburg II-2, p. 197-204). Un bois d’ormes semble pouvoir être restitué à cet endroit, grâce aux prélèvements palynologiques. Vers 60-70 (?) est construit au nord un grand bassin de bois de 9 x 7,25 m qui recueille les eaux de la nappe phréatique, très proche à cet endroit. On y a découvert une statue anthropomorphe de bois, remployée dans l’émissaire, fabriqué dans un chêne abattu entre 14 et 53 (fig. 12).

Fig. 12 – Ex-voto en bois découvert dans le bassin rectangulaire de bois, au nord de l’enceinte des sanctuaires

Fig. 12 – Ex-voto en bois découvert dans le bassin rectangulaire de bois, au nord de l’enceinte des sanctuaires

H = 1,20 m.

Publié dans Oedenburg II-1, p. 357 ; cliché : R. Müller (RGZM).

26C’est à partir des années 75-80 que le sanctuaire se transforme, avec un assèchement des zones marécageuses, comblées par des apports de gravier. Les temples A1 et A2 sont construits vers l’ouest, tandis que subsistent les édifices précédents. On aménage alors, au nord du sanctuaire, un nouveau bassin monumental de forme générale ovale (mais sans doute à pans coupés) de 22 x 16,50 m, probablement bâti en blocs de calcaire, qui puise lui aussi son eau directement dans la nappe phréatique. Un puits monumental octogonal a été mis en évidence au nord. Sa construction, vers 85-100 (date dendrochronologique probable), en fait un quasi contemporain de l’ensemble thermal fouillé au nord-est et dont les premiers niveaux sont postérieurs à une couche d’incendie datée de 99 par une monnaie. Cette phase 2 perdure jusque vers 120.

27La phase 3, entre 120 et 130/140 environ, est caractérisée par une reconstruction en dur du temple A et la transformation du temple A2 en soubassement pour un autel dédié au couple insolite de Mercure et Apollon (AE 2005, 1106 ; Oedenburg II-1, p. 161-162). Le temple B cessa alors d’exister, mais semble avoir été remplacé par un autre édifice à déambulatoire qui n’a pas été fouillé, quelques mètres plus à l’ouest. Dans le même temps subsistait le temple C et l’on construisait le temple E. Une fosse à offrandes particulièrement riche (S160/S219) contenait un grand nombre de vases miniatures ainsi qu’une série d’offrandes végétales (Oedenburg II-1, p. 196-220).

28Dans la phase suivante 4 (vers 130/140 - vers 160-170), ne sont plus présents que les trois temples à déambulatoire A, B, C, alors qu’on construit au moins un autre temple F, à l’extérieur de l’enclos, vers le nord.

29Enfin, dans la phase 5, au début du iiie s., est édifié le bâtiment D, dont la fonction reste mal assurée. La fin de l’utilisation de l’ère cultuelle, jusqu’aux thermes plus au nord, se situe dans la seconde moitié du iiie s.

L’agglomération civile

30On reviendra brièvement ici sur l’exposé des structures découvertes dans la zone basse du site, aux abords du complexe militaire, et déjà décrites dans Reddé dir. 2005, p. 230-235. Elles ont été ultérieurement analysées de manière exhaustive dans Oedenburg II-1, p. 375-537. Il n’est pas toujours aisé de discriminer, dans cet ensemble, ce qui est civil et ce qui est militaire lors de la première phase, antérieure à l’abandon des camps, vers 70 apr. J.-C., mais il est assuré que l’ensemble est purement civil après cette date (fig. 13). Toute cette zone est inondable et a piégé plusieurs niveaux successifs de crues, bien identifiées par les couches limoneuses qu’elles ont déposées, mais pas toujours datées avec la précision qu’on souhaiterait, car le peu de matériel qu’elles contiennent est le plus souvent issu des niveaux antérieurs, érodés et emportés par le flot.

Fig. 13 – Plan général des fouilles du quartier bas, au sud-ouest des camps julio-claudiens

Fig. 13 – Plan général des fouilles du quartier bas, au sud-ouest des camps julio-claudiens

Publié dans Oedenburg II-1, p. 378 ; DAO : M. Reddé.

31L’un des principaux résultats des fouilles menées dans ce secteur a été la mise en évidence de très nombreuses structures humides qui ont autorisé la conservation d’un lot exceptionnel de macrorestes végétaux. Ceux-ci ont été analysés par Patricia Vandorpe et Stephanie Jacomet (Oedenburg II-2, p. 3-72, en anglais) et nous aurons l’occasion d’y revenir ultérieurement.

32La voie (6) se dirige vers ce qui est probablement l’entrée sud-ouest du camp (porta praetoria). Il s’agit d’une chaussée étroite (2,40 m), simplement composée d’un lit de gravier, localement rechargé. Elle peut être datée, à partir d’éléments différents qui lui sont associés, au plus tard du deuxième quart du ier s. apr. J.-C. (Oedenburg II-1, p. 524). On constate que l’importance de cette voie décline avec le temps, après le départ de la garnison, dès le milieu du iie s. (Oedenburg II-1, p. 537), au profit de la voie (9).

33Celle-ci, beaucoup plus large et plus souvent rechargée, est datée, on l’a dit, de la fin du ier s., et elle passe par-dessus la voie (6). Dans la traversée des paléochenaux qui bordent la lisière occidentale des camps julio-claudiens, elle est fondée sur un épais remblai de gravier. Son parcours la conduit vers le sud-est, c’est-à-dire vers la lisière sud-ouest des camps, qu’elle évite.

34Ce secteur n’a pas permis de mettre en évidence un habitat organisé comme on en rencontre le long des voies dans les agglomérations secondaires, mais plutôt un nombre important de grands édifices à vocation publique. On se contentera d’en dresser ici la liste :

  • Un bâtiment à contreforts latéraux, solidement fondé sur un socle de blocs de basalte (no 4, fig. 13). Nous avons proposé d’y reconnaître un édifice de stockage (Oedenburg II-1, p. 494).
  • Une construction d’environ 50 x 50 m à cour centrale bordée d’un portique qui donne accès à des pièces périphériques (no 24, fig. 7). L’entrée est au nord. Ce bâtiment, à la signature magnétique très forte, était construit en blocs de basalte, mais il semble complètement épierré, si l’on en croit le sondage réalisé par l’équipe de l’université de Freiburg i. Breisgau. Nous l’avions identifié d’emblée comme un probable relais routier et cette interprétation semble toujours la plus vraisemblable. Sa datation n’est pas connue mais son mode de construction en blocs de basalte semble en faire une construction postérieure à l’abandon des camps.
  • Deux ensembles thermaux, dont l’un a été partiellement fouillé, avec des niveaux qui attestent une fréquentation jusqu’au milieu du iiie s. (thermes orientaux, fig. 13). Le second, beaucoup plus vaste (no 12, fig. 7), n’a pas été investigué.
  • Un mithraeum(fig. 13), fouillé par E. Kern, et dont nous avons contrôlé le peu de stratigraphie qui subsistait, semble avoir été en activité entre la seconde moitié du iie s. et la seconde moitié du iiie s. (Oedenburg II-2, p. 227-256).

35Les autres bâtiments, hormis, au sud-ouest du mithraeum, le long de la voie (6), un atelier de forge très mal conservé, fouillé par l’université de Bâle, et datable de la fin du ier s., ne présentent pas de fonction clairement identifiable (bâtiments 1 et 3, fig. 13). Il pourrait s’agir d’échoppes.

36Cette série de bâtiments à vocation publique (thermes, relais routier, grenier, mithraeum), construits après le départ des soldats et associés à une voie qui se dirige ici vers le premier bras important du Rhin, montre que cette zone est directement liée au passage du fleuve vers le sud du Kaiserstuhl. Étant donné la largeur globale du Rhin et la variabilité de son cours, l’existence d’un pont est impensable. Il est bien plus vraisemblable qu’avait lieu à cet endroit une rupture de charge et qu’on traversait le fleuve en barque, en suivant les chenaux dont le cours variait fréquemment, mais le débarcadère sur la rive droite reste pour l’instant inconnu. Ce ne saurait être, selon nous, l’ancien oppidum de Breisach, qui était toujours une île à cette époque.

37Dans tout ce secteur proche du fleuve, les traces d’une occupation tardo-antique sont complètement absentes à ce jour, et ce ne saurait être le fait d’un arasement des niveaux supérieurs, comblés au contraire par une couche tourbeuse de bas-marais qui montre les raisons pour lesquelles cette zone, de moins en moins bien drainée, a dû être abandonnée. C’est en revanche tout le contraire sur la partie haute du site, autour de la butte d’Altkirch.

38Là, en effet, les différentes fouilles menées de 2009 à 2012 ont révélé une déflation importante des niveaux archéologiques supérieurs, dont la séquence ne dépasse pas le début du iiie s. au mieux, notamment sur le sommet de la colline. Cette lacune est nette juste au nord de la fortification tardo-antique, où les niveaux conservés d’une forge, en bordure de voie, s’arrêtent à cette époque, tandis que, juste au sud, les fosses-dépotoirs liées à la forteresse du ive s. sont bien présentes (chantier 20, 2009) (fig. 14).

Fig. 14 – Plan général des structures de l’Antiquité tardive

Fig. 14 – Plan général des structures de l’Antiquité tardive

Publié dans Oedenburg III, pl. h.t. 1 ; DAO : M. Reddé.

39Mais la meilleure illustration est fournie par un diagramme des monnaies récoltées en 2011 et 2012 juste à l’ouest, de l’autre côté de la route (fig. 15). Il concerne trois niveaux et deux chantiers successifs, celui de 2011 au sommet de la butte, celui de 2012 un peu en contrebas, au sud. La surface au sol prospectée au détecteur avant le décapage montre, dans les deux cas, une grande prépondérance des monnaies du ive s. ; la surface du décapage au ras des premières structures, également prospectée au détecteur, révèle une diminution nette au nord, où aucune construction tardo-antique n’est préservée, alors qu’au sud, où elles apparaissent, même quand c’est dans un état médiocre de conservation, la prépondérance des monnaies du ive s. est écrasante ; la fouille manuelle proprement dite révèle peu de monnaies de cette période au nord, sauf dans les fosses de cette époque, mais une grande abondance au sud (Oedenburg III, p. 1-6). La prospection minutieuse au détecteur à métaux, préalable à la fouille, prouve ici sa valeur heuristique et révèle les différents biais des interprétations jusqu’ici proposées. Nous allons y revenir.

Fig. 15 – Comparaison des résultats de la récolte monétaire effectuée à différents niveaux du chantier en 2011 et 2012

Fig. 15 – Comparaison des résultats de la récolte monétaire effectuée à différents niveaux du chantier en 2011 et 2012

Diagramme : S. Martin, publié dans Oedenburg III, p. 3.

40Cette fouille n’a pu explorer que les zones arrières d’un habitat antique enfoui sous la chaussée moderne et inaccessible à la recherche. La voie antique est en effet située sous la partie orientale de la route actuelle, mais l’habitat qui la borde de ce côté est tout aussi inabordable en raison de la présence d’une ligne électrique à haute tension, enterrée récemment à la lisière de la voirie, dans un terrain classé, et sans intervention préventive. Dans la zone que nous avons pu fouiller, les premières structures sont donc localisées à environ 15/20 m en arrière des façades. Ce n’est qu’au nord, au bord de la voie (1) de Horbourg-Wihr, que nous avons pu mettre en évidence la présence d’un atelier de métallurgie du fer (fig. 16).

41La stratigraphie de cette zone montre un très petit nombre de fosses datables de la période tibérienne et contemporaines de l’occupation du camp B (fig. 16). Cette observation avait déjà été faite dans une fouille effectuée en 2009, juste au nord de la forteresse d’Altkirch (chantier 20, fig. 14). Les premières structures, construites dans le deuxième quart du ier s., sont celles de l’atelier E, qui se présente sous la forme d’un bâtiment allongé, ouvert sur la rue, au nord. Ses dimensions complètes ne sont pas connues. Nous les estimons, sur la base d’indices complexes et peu assurés, à environ 28 m dans le sens nord-sud (dépendances arrières comprises) et au moins 12 m d’est en ouest (fig. 16). Le premier niveau est composé d’un sol rubéfié (214), dans lequel est creusée une fosse, elle aussi rubéfiée et de forme ovoïde, marquée à chaque extrémité par des traces de chaleur intense. Tout autour apparaît une zone cendreuse. Plusieurs autres foyers sont connus à l’est et au sud. Une cave (190) est visible du côté de la chaussée. La construction des murs périmétraux et des divisions intérieures n’est marquée que par des sablières basses. L’analyse des scories et des culots ne laisse aucun doute sur le fait qu’on pratiquait essentiellement, dans cet atelier, des activités liées à la métallurgie du fer, mais aussi, de manière annexe, la fonte de pièces en alliage cuivreux ; il en fut ainsi durant toute la durée de vie de cette forge, qu’on suit, avec un grand nombre de réfections de détail, jusque vers le milieu du iie s. Après cette date, les niveaux supérieurs ont été arasés par les labours et l’érosion naturelle (Oedenburg III, p. 23-44 et p. 259-282). Il est probable qu’un autre atelier existait juste à l’ouest, mais son état de conservation n’a pas permis de l’analyser sérieusement.

Fig. 16 – Plan de l’état le plus ancien de l’atelier E, fouillé en 2011

Fig. 16 – Plan de l’état le plus ancien de l’atelier E, fouillé en 2011

Publié dans Oedenburg III, pl. h.t. 2 ; DAO : M. Reddé.

42On suit l’occupation de ce quartier, un peu plus au sud, à travers des séries de fosses-dépotoirs, de latrines et de puits, qui témoignent qu’on est là dans un secteur de jardins, marqué au demeurant par une terre humique très noire au-dessus du sol naturel de sable et de gravier. Une cave maçonnée a été mise au jour (bâtiment B, fig. 17) ainsi que les restes d’un bâtiment C sous le bâtiment C’ (fig. 17). Ces structures sont attribuables de manière large au iie s., mais l’analyse précise de la céramique montre une occupation ininterrompue jusque dans la deuxième moitié du iiie s.

Fig. 17 – Plan général des structures tardo-antiques et des sépultures mérovingiennes au sud-ouest de la forteresse d’Altkirch

Fig. 17 – Plan général des structures tardo-antiques et des sépultures mérovingiennes au sud-ouest de la forteresse d’Altkirch

D’après Oedenburg III, pl. h.t. 5, simplifiée ; DAO : M. Reddé.

43Un hiatus d’occupation apparaît alors dans le matériel, jusque vers l’époque constantinienne. Vers le milieu du ive s., en revanche, on perçoit de nouveau une occupation dense marquée par des sols de gravier, des bâtiments sur solins de blocs de basalte, notamment A, au nord et C’ au sud. La fonction d’autres segments de construction mal conservés juste sous la semelle du labour est souvent difficile à préciser, mais on notera la présence de deux séchoirs et d’une probable grange (ou grenier) fondée sur des plots de grès rose (bâtiment G). Il est important d’observer la présence d’une ligne de puits le long de la berme orientale du chantier. Ces puits, caractérisés sur l’image magnétique par un spot blanc circulaire, se retrouvent tout au long des structures qui bordent la chaussée, tant à l’est qu’à l’ouest. L’analyse de cette prospection montre d’ailleurs de nombreux bâtiments orthogonaux à la voirie, ce qui ne surprend guère dans une agglomération secondaire. Mais la scansion régulière des puits tardifs laisse penser que l’organisation de l’habitat de cette époque n’est pas très différente de celle du Haut-Empire, bien que les limites de parcelles ne soient pas perceptibles dans les zones de dépendances arrières que nous avons fouillées. La ruralisation de ce secteur est donc manifeste, mais ne se traduit pas, malgré l’hiatus d’occupation observé après la période 260/275-330, par une recomposition complète de la structure urbaine. Il est ainsi caractéristique que le bâtiment C’ réutilise en partie les murs antérieurs et qu’il s’appuie dessus, tout en remployant de nombreux spolia (Oedenburg III, p. 55-70). Aucune couche de destruction violente n’a été observée.

44Au nord de la butte d’Altkirch, l’université de Freiburg i. Breisgau a fouillé de 1998 à 2001 un important complexe public installé sur le bord de la terrasse weichsélienne, au lieu-dit Westergass (fig. 14). Ce dernier a fait l’objet d’une publication préliminaire dans Reddé dir. 2005, p. 241 : il s’agit d’un bâtiment de 24 x 29 m, centré sur une cour intérieure, auquel on accédait depuis l’ouest par un petit chemin qui relie l’édifice à la rocade (2). Un portique de façade flanqué de deux pavillons d’angle offrait probablement un aspect monumental à cette construction qui était accompagnée d’un petit complexe thermal extérieur. L’ensemble était entouré d’une clôture.

  • 10 H. U. Nuber développe Mart(iorum) dans Nuber et al. 2011, p. 230, sans donner ses raisons. On obser (...)

45L’attention avait depuis longtemps été attirée sur cet emplacement de Westergass par la présence de plusieurs tuiles estampillées LEGIMAR, déjà bien connues à Kaiseraugst et généralement développées en leg(io) (prima) Mar(tia)10. Leur présence tout autour du coude du Rhin (Reddé dir. 2005, p. 240, fig. 26) et le nom même de cette nouvelle unité qui évoque la réforme tétrarchique laissaient penser à la présence à cet endroit d’un poste fortifié. Les fouilles ont montré au contraire qu’il s’agissait d’un bâtiment public civil, que Hans Ulrich Nuber et Gabriele Seitz identifient comme un praetorium routier, c’est-à-dire un relais. Cette interprétation, tout à fait convaincante, repose sur la comparaison du plan avec celui d’un édifice assez voisin découvert en Sardaigne, à Muru de Bangiu, et identifié par une inscription du début du iiie s. (AE 1992, 892 =  AE 2005, 688 ; Zucca 1992 ; Leveau 2016, p. 35). Seul le matériel céramique a toutefois fait l'objet d'une publication par Marcus G. Meyer dans Oedenburg III, p. 449-485. Malgré son état de fragmentation, il permet de proposer une construction antérieure à 350, probablement entre 335 et 345, avec un fonctionnement (ou une simple fréquentation des lieux ?) jusqu’au début du ve s.

La forteresse d’Altkirch

46La découverte d’une forteresse tardive sur la butte d’Altkirch, dès le début des fouilles, en 1998, a constitué assurément une percée scientifique importante pour notre connaissance du site. H. U. Nuber en a donné une présentation liminaire dans Reddé dir. 2005, p. 241-247, reprise dans Nuber et al. 2011, p. 239-242. Le monument n’a pourtant pas fait l’objet d’une publication à ce jour et le décès de H. U. Nuber ne laisse pas présager une édition prochaine de ces travaux. Les dernières fouilles menées par l’équipe française entre 2009 et 2012 permettent toutefois d’apporter quelques réflexions complémentaires à celles de l’équipe allemande. Seul le plan de masse restitué étant connu, nous présentons ici le dernier relevé global qui figure dans le rapport triennal final de 2006 (fig. 18). On se reportera, pour sa localisation, à la figure 14.

Fig. 18 – Plan des fouilles d’Altkirch, état final

Fig. 18 – Plan des fouilles d’Altkirch, état final

Albert-Ludwig Universität, Freiburg i. Breisgau, d’après le rapport triennal de fouilles de 2006.

47Il s’agit d’un édifice d’environ 123 x 93 m, dimensions un peu incertaines qui sont en fait celles des tranchées de récupération des pierres constituant les fondations de la courtine. La singularité du plan est notable : les tours d’angle ne sont en effet pas carrées mais constituées par une saillie des casemates de chaque côté au-delà de l’alignement de la rangée perpendiculaire. On évite de la sorte tout angle mort pour l’artillerie. Un dispositif similaire n’est attesté que sur la Moselle, en aval de Trèves, à Trier-Pfalzel (Cüppers 1984). Les tours intermédiaires, carrées et saillantes, sont au nombre de deux sur les grands côtés, et d’une seule sur les petits côtés, dans l’axe central. L’édifice est centré sur une cour intérieure qui semble vide, hormis des édifices appartenant à des constructions antérieures, avec des casemates adossées à la courtine. Une église médiévale a été installée dans les ruines sud-ouest de la forteresse, donnant ainsi naissance au toponyme d’Altkirch.

  • 11 Information due à l’amabilité de Patrick Biellmann et Matthieu Fuchs, que je remercie vivement.

48Les fondations de l’enceinte sont constituées d’un semis dense de petits pieux de bois enfoncés dans le sol naturel, sur lesquels sont coulés des lits successifs de caementicium armés par des poutres de bois entretoisées (fig. 19). Cette technique est généralement considérée comme typique de la période valentinienne dans les régions du Rhin supérieur ; en réalité, elle n’est ni nouvelle ni limitée à cette dynastie, et l’on en trouvera une bonne description sous la plume de Raymond Brulet dans Reddé et al. dir. 2006, p. 169-170. À Horbourg-Wihr même, soit à quelques kilomètres d’Oedenburg vers l’ouest, les fouilles récentes du castellum tardif révèlent une pratique identique, désormais bien datée par une monnaie de 381-38311. On ne saurait donc trop préciser la chronologie de l’édifice au vu de ce seul critère architectural.

Fig. 19 – Les fondations de la courtine d’Altkirch, à l’angle nord-ouest de la forteresse

Fig. 19 – Les fondations de la courtine d’Altkirch, à l’angle nord-ouest de la forteresse

Cliché : G. Seitz (Albert-Ludwig Universität, Freiburg i. Breisgau), publié dans Reddé dir. 2005, p. 246.

49Le second argument de datation réside dans la présence de monnaies de Valentinien Ier et Valens, situées au fond de ce que H. U. Nuber considérait comme le fossé nord de la fortification, mais qu’il n’avait pu retrouver ni à l’ouest ni à l’est (fig. 18). Il s’agit d’émissions des ateliers de Siscia (RIC IX, 15a et 24b) frappées dans les années 367/375 (Nuber et al. 2011, p. 239). Cette information précieuse doit toutefois être reconsidérée depuis les fouilles que nous avons menées dans ce secteur, en 2009. Il est en effet clair qu’une partie des structures de l’atelier du Haut-Empire passe par-dessus le tracé supposé (Oedenburg III, pl. h.t. 7 ; ici fig. 20). Les monnaies proviennent en revanche de fosses-dépotoirs tardives qui ont percé ces niveaux précoces.

Fig. 20 – Position des structures identifiées en 2009 au nord de la forteresse d’Altkirch, par rapport au tracé théorique du fossé restitué sur le dessin

Fig. 20 – Position des structures identifiées en 2009 au nord de la forteresse d’Altkirch, par rapport au tracé théorique du fossé restitué sur le dessin

DAO : M. Reddé.

50Ceci n’implique évidemment pas qu’il n’y avait pas de fossé défensif – il pouvait être situé plus loin, au nord – mais laisse douter de la valeur des monnaies retrouvées dans ces fosses comme témoignage chronologique de la construction de la forteresse. Au total, celle-ci reste donc ouverte, bien que la datation valentinienne ne soit évidemment pas exclue.

  • 12 On verra par exemple les cas signalés par R. Brulet dans Reddé et al. dir. 2006, notamment p. 52-53

51D’autres questions doivent être posées : l’absence de constructions internes contemporaines de la fortification est-elle réelle ou due à l’arasement des couches supérieures ? On doit en effet se souvenir du fait que seules les tranchées d’épierrement des fondations ont été fouillées et qu’on n’a guère d’indication sur la hauteur réelle des sols tardo-antiques. Il n’est donc pas interdit d’envisager que des bâtiments sur solins aient pu être arasés sans laisser de traces, ce qui serait sans doute plus probable qu’une grande cour totalement vide pour un bâtiment militaire de cette taille. En outre, comment se faisaient les accès ? La chaussée nord, bien visible dans nos fouilles de 2009 et sur le plan de prospection géophysique, n’est sans doute pas tardo-antique : elle repose en grande partie sur une terre humique noire, vierge, et appartient sans doute aux premiers niveaux de l’occupation du site. Nous avons d’ailleurs déjà signalé l’arasement des couches archéologiques dans ce secteur, dont aucune n’est postérieure au début du iiie s., au mieux. En outre, cette trace est décalée vers l’est par rapport à la porte nord de la fortification. À l’ouest, il est certain que la forteresse a empiété sur la rocade nord-sud (2), la rendant peut-être inutilisable. De même, la voie (1) d’Horbourg-Wihr ne semble pas se diriger vers un bastion qui aurait pu servir de porte, mais elle est décalée un peu au sud (fig. 14). Sauf à envisager une poterne à cet endroit, on considérera la possibilité que les accès se soient faits seulement par les deux portes identifiées, au nord et au sud et en même temps que l’axe nord-sud avait été dévié, obligeant le trafic à pénétrer dans la fortification pour le contrôler, conformément à d’autres systèmes similaires connus ailleurs12.

Oedenburg dans le contexte régional du Rhin supérieur et la question d’Argentovaria

52Cette description rapide et volontairement condensée des principaux acquis de la recherche internationale menée à Oedenburg depuis vingt ans peut-elle aujourd’hui nous permettre d’écrire un récit ordonné, suivi et crédible de la trajectoire historique de cette agglomération, d’en comprendre la portée à l’échelle régionale de la plaine du Rhin supérieur et d’apprécier à la fois ses singularités et la leçon générale qu’on en peut tirer ?

Les débuts de l’occupation du site et l’organisation de la frontière sur le Rhin supérieur

53Cette question complexe a été fort discutée au sein de l’équipe de chercheurs français et suisses qui ont œuvré ensemble à Oedenburg. Les termes du débat sont les suivants :

  • L’oppidum de Breisach semble abandonné vers la fin de La Tène D2b et l’on ignore quels sont ensuite les pôles d’habitat autour du Kaiserstuhl.
  • Le site d’Oedenburg n’a révélé, à ce jour, aucune installation laténienne proprement dite ni non plus de niveaux augustéens. Bien entendu, l’hypothèse d’un établissement précoce situé à quelque distance de la zone fouillée ne peut être écartée.
  • Divers pieux implantés dans le Riedgraben sont datés des années 8-9, 9-10 et 12-13 apr. J.-C. (Oedenburg II-1, p. 41). Ils ne sont pourtant pas les tout premiers témoins chronologiques puisque, on l’a vu, trois pieux de la palissade du temple B1 sont datés de l’année 3 apr. J.-C. Il est vrai que des bois peuvent être remployés, parfois longtemps après leur date d’abattage.
  • La première phase identifiée du sanctuaire est longue, puisqu’elle s’étend jusque vers 70 apr. J.-C., et il n’a pas été possible de discriminer une séquence claire à l’intérieur de cette période. L’ensemble contient néanmoins un nombre significatif de vases d’arétine tardo-augustéenne, qui représentent au total 39 % de l’ensemble de la sigillée découverte dans la zone marécageuse S 53, avec des coupes Haltern 8, 11, 12 et des assiettes Haltern 2. Dans le camp B, la part du matériel italique tombe en revanche à 9 %. La terra nigra est bien présente avec des formes précoces Deru C4, Deru A1/A37, Deru A5. Sa part est en revanche réduite à 1 % dans le camp B, mais il faut remarquer que les niveaux contenant beaucoup de matériel ont été limités à la fouille d’une baraque (C. Schucany, in Oedenburg II-1, p. 107-109). Les monnaies de Germanus Indutilli n’ont pas été mises au jour dans le camp B, alors qu’elles sont relativement abondantes dans les premiers niveaux du sanctuaire.
  • La datation du camp B repose à la fois sur des arguments archéologiques et sur un raisonnement historique global. Par comparaison avec d’autres sites augustéens comme Zurzach ou les niveaux précoces de Vindonissa, antérieurs à l’arrivée de la XIIIe légion, le matériel céramique se distingue par le caractère tardif des rares produits arétins ; la faiblesse numérique des émissions de Lyon I par rapport à celles de Lyon II est tout aussi significative, ainsi que l’importance des asses des Monétaires de Rome (16,7 %), considérées comme caractéristiques du règne de Tibère, et des monnaies augustéennes contremarquées sous Tibère (M. Reddé, in Oedenburg I, p. 403). Son faciès semble donc plus « proto-tibérien » qu’augustéen et se distingue de l’ensemble du matériel ancien des sanctuaires, attribuable à la fin de l’horizon de Haltern.

54On doit aussi souligner le fait que, ni à Strasbourg ni à Windisch, les unités légionnaires ne viennent occuper leurs futurs cantonnements avant le tournant que constitue la mort d’Auguste, en 14. Ce fait est bien connu pour le camp suisse, où la XIIIe légion n’arrive guère avant cette date (Hagendorn et al. 2003). Pour Strasbourg, l’étude minutieuse du matériel précoce par Stéphane Martin aboutit à la même conclusion (Martin 2013) et la monographie de Gertrud Kuhnle consacrée au système fortifié du centre-ville vient aujourd’hui conforter ces analyses (Kuhnle 2018). On serait donc très surpris de voir le camp B d’Oedenburg occupé avant les deux castra légionnaires de la région. Sa taille plaide en effet, non pour le cantonnement d’un corps auxiliaire, même de cavalerie, mais pour celui d’un détachement, peut-être composé de légionnaires et d’auxiliaires, sans que la preuve formelle puisse en être apportée. Pour ces différentes raisons, nous avons proposé de dater la première installation militaire dans les années 15-20 apr. J.-C. Cette datation pourrait être confortée par la régularisation des berges du Riedgraben, clairement attestée par une série de pieux abattus au printemps 19 et qui témoigne, cette fois, d’une opération d’ampleur mobilisant une main-d’œuvre importante.

55Cet ensemble d’arguments laisse donc envisager le scénario suivant : à un passage du Rhin, peut-être déjà fréquenté à l’époque augustéenne, mais non occupé par un habitat permanent, quelques installations de berges et un premier sanctuaire sont datés de la première décennie apr. J.-C. Le développement du site est en revanche dû à l’arrivée d’une garnison qui construit le camp B vers 15-20, à la suite de la transformation du dispositif militaire régional au début du règne de Tibère. Avant cette date, en effet, il n’existait guère de castella augustéens implantés le long du Rhin supérieur, contrairement à une opinion longtemps répandue, mais un système de défenses locales sous contrôle de l’armée (Reddé 2005 ; 2015).

56C’est sous Claude, sans doute dans le contexte de la grande rotation des unités qu’a entraînée la conquête de la Bretagne, qu’est construit le camp A, et il est vraisemblable que ce changement se soit alors accompagné d’une mutation de la garnison. Il faut, pour analyser ce phénomène, considérer le corpus des estampilles légionnaires d’Oedenburg, assez fourni. On compte à ce jour (Oedenburg I, p. 329-354) :

  • Une tuile de la IIII Macedonica, fabriquée à Rheinzabern ; ce corps de troupe est transféré d’Espagne probablement sous Caligula.
  • 113 tuiles de la XXI Rapax, qui ne peuvent être antérieures à Claude puisque l’unité arrive à Vindonissa à cette époque.
  • 18 tuiles de la XIe légion, qui remplace la XXIe en 70.
  • 1 tuile de la XIIIIe légion, qui revient de Bretagne pendant la guerre civile de 70 et participe à la construction du camp de Mayence.
  • 85 tuiles de la VIIIe légion qui arrive à Strasbourg vers 90, depuis Mirebeau13.
  • 1 tuile de la Cohors XXVI Voluntariorum C(ivium) R(omanorum)qui faisait partie des auxiliaires de la XXI Rapax à Windisch.

57D’une manière générale, les estampilles sur tuile apparaissent rarement avant Claude, de sorte que rien ne nous indique quelle unité a construit le camp B d’Oedenburg. Le camp A, en revanche, fut très probablement édifié par la XXIe légion de Vindonissa, à un moment où Strasbourg ne comptait plus de garnison légionnaire (Kuhnle 2018). Les analyses géochimiques des tuiles de la XXI Rapax découvertes à Oedenburg ont montré qu’elles participaient de la même production que celles de Windisch, hormis un petit groupe (type 7) qui porte le signe >, caractéristique des centuries (Wiegels 1983). La répartition géographique de ces groupements de troupes confiés au commandement d’un centurion concerne toute la plaine rhénane, y compris la rive droite. Elle montre l’activité de la légion de Vindonissa jusque dans la région de Strasbourg, alors sans garnison, mais probablement depuis un autre lieu que son dépôt de Windisch. Nous suggérons qu’il s’agisse d’Oedenburg, seul cantonnement permanent connu pour l’heure en plaine d’Alsace. L’activité militaire concerne aussi la pénétration sur la rive droite, bien étudiée depuis les recherches de Rudolf Asskamp (1989), antérieurement à l’époque flavienne.

58Pendant tout le règne de Claude et de Néron, Oedenburg aura donc été dans le « Kommandobereich », la sphère de commandement du grand camp légionnaire de Windisch, ce qui laisse supposer que c’était déjà le cas depuis Tibère, même si nous n’en avons pas la preuve épigraphique. C’est encore le cas après 70, bien que la troupe qui tenait jusqu’alors garnison à Oedenburg soit partie, puisque les tuiles de la XIe légion, qui a remplacé la XXI Rapax, sont présentes sur le site alsacien. Après l’abandon du camp suisse, en 101, c’est la VIIIe légion de Strasbourg qui prend le relais. Ces différentes estampilles sur tuiles ne témoignent pas toutes, naturellement, d’une garnison sur place : celles qui sont postérieures à l’époque flavienne peuvent fort bien avoir été employées dans la construction de bâtiments publics, comme c’est souvent le cas (Reddé 2009, p. 181-183). Elles attestent en revanche le rôle ordinaire exercé par l’armée dans cette province militaire de Germanie supérieure.

Le développement du site et son empreinte romaine

59La construction du camp B ne semble pas s’être traduite par un développement immédiat et rapide de l’agglomération civile, contrairement à un scénario souvent évoqué – mais rarement prouvé de manière stricte – parmi les spécialistes des frontières romaines. Hormis aux abords directs de la forteresse, à l’ouest, où les premières traces d’occupation sont contemporaines de la période d’installation des soldats, et de rares fosses anciennes le long de la voie (1) d’Horbourg-Wihr, les deux premiers ateliers fouillés près du carrefour des deux grandes rocades (1) et (2) ne semblent pas apparaître avant, au plus tôt, la fin du règne de Tibère, soit une vingtaine d’années après la construction du camp B. Il est vrai que les niveaux profonds de la butte d’Altkirch n’ont pas été explorés, si ce n’est par quelques sondages réalisés par l’université de Freiburg, et qu’ils pourraient éventuellement révéler un autre aspect des premiers temps de la Romanité sur le site.

60La présence des soldats a en revanche introduit pendant toute la période julio-claudienne une importante mutation dans l’approvisionnement du site, qui s’est poursuivie au-delà de la période d’occupation militaire, comme l’ont fort bien montré les études archéobotaniques et archéozoologiques menées par les laboratoires de l’université de Bâle (Oedenburg II, p. 3-195, chapitres en anglais et en allemand). Divers résultats préliminaires avaient déjà été présentés dans Reddé dir. 2005. Ils restent valables, mais il est néanmoins nécessaire de les compléter ici par quelques nouveaux éléments de synthèse.

61L’étude archéobotanique de P. Vandorpe et S. Jacomet reste prudente sur la culture des céréales, considérées comme produites localement mais avec de possibles importations du monde méditerranéen, identifiables par leurs adventices (Myagrum perfoliatum, Ranunculus arvensis, Buploreum rotundifolium, Nigella arvensis), ce qui est souvent le cas sur les sites militaires. Les céréales, qui apparaissent dans tous les types de contextes, incluent l’avoine, l’orge, le seigle, les blés nus, l’engrain, l’amidonnier, l’épeautre, le millet (Panicum milliaceum et Setaria italica). Les restes les plus fréquents sont ceux de l’épeautre et de l’amidonnier. L’orge est aussi bien représentée, mais de manière moins ubiquiste. Quant aux blés nus, découverts essentiellement sous forme de grains carbonisés (5,5 % des échantillons), ils semblent nettement moins fréquents, mais les contextes favorables à leur mise au jour sont relativement rares à Oedenburg, ce qui introduit une part d’incertitude dans le raisonnement. Dans l’état actuel des connaissances, ils semblent un peu plus nombreux au iie s., dans les temples, qu’au ier s., près des camps. Il est donc probable qu’au moins une bonne partie des céréales destinées aux soldats ait été produite localement, ce qui n’implique pas nécessairement que les terrasses de la rive ouest, assez peu fertiles, aient été mobilisées. On songera davantage aux terres loessiques du piémont du Kaiserstuhl. Des importations ne peuvent toutefois être exclues, notamment pour les premiers temps de l’occupation.

62Les apports du monde méditerranéen – voire oriental – sont pourtant très significatifs, comme le montre le tableau I. Celle-ci révèle en effet l’arrivée rapide de produits exogènes à la région, que l’on a sans doute progressivement acclimatés. Le plus spectaculaire, le plus rare et le plus coûteux est le poivre, produit en Inde ; les gourdes (lagenaria siceraria) assez nombreuses découvertes sur le site ont de bonnes chances de provenir du sud-est asiatique (Schlumbaum, Vandorpe 2012). Le cortège des produits consommés est suffisamment éloquent pour ne laisser aucun doute sur l’ampleur des mutations. On notera enfin que le développement régional de la vigne semble désormais bien attesté au plus tard à la fin du ier s. apr. J.-C., grâce à une découverte ancienne d’un cuveau de bois rempli de pépins, que nous avons pu faire dater (Oedenburg III, p. 421-424).

Tabl. I – Tableau synthétique des plantes importées à Oedenburg (d’après P. Vandorpe et S. Jacomet, publié dans Oedenburg II-2, p. 59)

Importations
Nigella sativa Nigelle cultivée épice
Olea europaea Olivier fruit
Phoenix dactylifera Palmier-dattier fruit
Pinus pinea Pin parasol noix
Piper nigrum Poivrier épice
Importations, culture locale possible
Carthamus tinctorius Safran des teinturiers plante tinctoriale
Cucumis melo Melon fruit/légume
Cucumis sativus Concombre fruit/légume
Prunus persica Pêcher fruit
Vitis vinifera Vigne fruit
Ficus carica Figuier fruit
Lagenaria siceraria Gourde-calebasse légume
Plante importée, culture locale probable
Allium sativum Ail condiment
Anethum graveolens Aneth épice
Apium graveolens Céleri épice
Beta vulgaris Bette légume
Carum carvi Carvi épice
Coriandrum sativum Coriandre épice
Foeniculum vulgare Fenouil épice
Juglans regia Noyer noix
Malus domestica Pommier fruit
Morus nigra Mûrier noir fruit
Pastinaca sativa Panais légume/épice
Petroselinum crispum Persil condiment
Pimpinella anisum Anis vert épice
Prunus avium/cerasus Merisier/Griottier fruit
Prunus domestica ssp. insititia Prunier crèque fruit
Pyrus communis/pyraster Poirier domestique/sauvage fruit
Ruta graveolens Rue épice
Satureja hortensis Sarriette condiment

63La fig. 21 offre une excellente image de la diversité des espèces animales et des pratiques alimentaires observées sur les différents secteurs du site. On constate la faible consommation de bœuf dans les camps militaires, quelque peu compensée par le fait qu’il s’agit d’animaux jeunes, offrant de ce fait une viande de bonne qualité. C’est évidemment le porc qui domine, comme il convient à des légionnaires italiens, mais on est aussi surpris d’y voir une proportion non négligeable de caprinés. Dans le complexe religieux, le fait notable est la présence du cheval, qui revient à plusieurs reprises, à côté d’ensembles aux proportions variables, mais aussi du chien. Dans les contextes civils et/ou militaires proches des camps, les auteurs de l’étude notent la forte probabilité de la présence d’une boucherie industrielle et de boutiques, avec d’assez nombreuses bêtes de réforme. Au fil du temps, la consommation du porc progresse, ainsi que celle de la faune sauvage. On doit en outre noter une consommation significative de poissons locaux, dont cette zone humide regorge, mais aussi d’oiseaux (et pas seulement de basse-cour), en l’occurrence des mets rares et de qualité. Il s’agit là d’éléments peu attestés dans notre appréhension habituelle de l’alimentation. Toutefois, cette consommation d’espèces locales n’interdit pas celle de poissons méditerranéens comme le maquereau (Scomber japonicus), qui représente 2 % des restes identifiés.

Fig. 21 – Carte de répartition des ossements animaux

Fig. 21 – Carte de répartition des ossements animaux

D’après F. Ginella et J. Schibler, publiée dans Oedenburg II-2, p. 162.

64Il n’est sans doute pas inutile de rappeler ici que la céramique d’Oedenburg reflète, pour plus des deux tiers, le répertoire des formes identifiées à Augusta Raurica. Dans une étude récente qui s’appuie sur la nouvelle typologie d’Augst, Caty Schucany a en effet minutieusement comparé les deux ensembles et présenté un tableau synthétique (tabl. II), qui indique le nombre de types connus par forme de base (Oedenburg III, p. 307-386).

Tabl. II – Tableau comparatif des types de céramiques connus à Augst et à Oedenburg

Formes Augusta Raurica Oedenburg Connus seulement à Augusta Raurica Connus seulement à Oedenburg
Couvercles 11 8 73 % 3 27 0 0 %
Cruches, bouteilles 30 23 77 % 7 23 6 21 %
Dolia 12 5 42 % 7 58 0 0 %
Plats, assiettes 33 23 70 % 10 30 5 18 %
Mortiers 17 13 76 % 4 24 3 19 %
Bols, coupes, coupelles, jattes 100 61 61 % 39 39 9 13 %
Pots, gobelets, tonnelets, pots à cuire 84 64 76 % 20 24 10 14 %
Total 287 197 69 % 90 24 33 14 %

65Cette comparaison est éclairante sur la dépendance économique de l’agglomération d’Oedenburg par rapport aux ateliers de la capitale régionale et sur le processus de romanisation qu’elle implique, du centre vers la périphérie. Le modèle souffre toutefois deux exceptions : la première réside dans la céramique des camps, dépendants, on l’a dit, de Vindonissa ; celle-ci offre en effet un faciès particulier, avec des formes qui sont rares ou inconnues à Augst, site civil. La deuxième se situe au tournant des iie/iiie s. : à cette époque, l’influence des officines de l’Alsace du Nord semble l’emporter sur celles d’Augst.

66Cette empreinte de plus en plus romaine d’Oedenburg se traduit-elle dans la mise en valeur du territoire proche ? Du côté alsacien, elle est pour l’instant presque impossible à saisir, faute de données archéologiques récentes sur l’occupation du sol, hormis à Horbourg-Wihr où les fouilles de Pascal Flotté sur le quartier de Kreuzfeld montrent une première occupation vers la fin du ier s., plus tardive que celle d’Oedenburg (Flotté dir. 2012 ; Higelin 2019). En plaine de Bade, il semblait jusqu’à présent clair que la « romanisation » était en cours dès le règne de Claude, depuis les travaux de R. Asskamp (1989). Ces datations sont toutefois contestées aujourd’hui et abaissées au début de l’époque flavienne (Blöck 2016, p. 203 et p. 402-409). Plus assurée (?) semble être la datation de la première villa connue de la région, à Heitersheim, dont Hans Ulrich Nuber et, à sa suite, Gabriele Seitz et Lars Blöck, datent les premiers niveaux autour de 30 apr. J.-C. (Blöck 2016, p. 352), mais ces derniers eux non plus, n’ont pas fait l’objet d’une publication.

La question d’Argentovaria

67Dans un article qui a fait date, mais dont il faut se souvenir qu’il a été écrit bien avant les fouilles internationales d’Oedenburg, Rudolf Fellmann avait proposé d’identifier ce site avec Argentovaria, un toponyme mentionné par Ptolémée comme la seconde « polis » des Rauraques après Augusta Raurica (Fellmann 1995). Ce faisant, R. Fellmann se dressait contre une longue tradition érudite qui identifiait Argentovaria avec Horbourg-Wihr ; son raisonnement était essentiellement fondé sur la dimension exceptionnelle d’un gisement archéologique dont on savait alors peu de choses, mais dont on croyait connaître l’extension grâce à une photographie verticale prise par une société privée (SOREA). L’interprétation, en grande partie erronée, de cette prise de vue, laissait penser à un site beaucoup plus vaste qu’il ne l’est en réalité et à une succession d’enceintes. Le raisonnement de R. Fellmann était donc essentiellement de nature probabiliste : puisque nous sommes en présence, à Oedenburg, du plus vaste complexe archéologique d’Alsace du Sud, puisque nous y connaissons un complexe de camps bien attestés par les estampilles légionnaires (supra, § 58-61), et puisque Horbourg-Wihr n’est décidément pas bien attesté comme un site étendu au caractère urbain marqué, mais au contraire comme un modeste vicus au vu d’une inscription aujourd’hui perdue (CIL XIII, 5317), on doit situer Argentovaria, évidemment capitale de la cité des Rauraques, à Oedenburg.

68L’argument a aussitôt connu un succès phénoménal, porté qu’il était par le début de nos fouilles, au point de passer aujourd’hui pour évident. C’est ainsi que L. Blöck, dans sa récente monographie sur l’occupation du sol dans le sud-ouest de l’Allemagne, l’indique sur toutes ses cartes (Blöck 2016).

69Nous avons toujours, à titre personnel, laissé cette question en suspens, développant au contraire un argumentaire critique dans la conclusion de Oedenburg II-2, p. 257-283, auquel avait répondu C. Schucany (p. 284-287). Vingt ans après le début des fouilles, notre scepticisme reste intact et s’appuie sur quelques constatations à la fois archéologiques et historiques.

70Rappelons, pour commencer, que le plan de l’agglomération, tel que nous le connaissons par une prospection géomagnétique très étendue (et quasi complète) du site, laisse peu de zones d’ombre, les vides se distinguant très bien du bâti, le tracé des voies étant bien perceptible, les grands bâtiments très clairs, grâce à une signature éblouissante due à l’emploi du basalte dans leur construction. Or ce plan révèle une trame viaire qui n’est nullement orthonormée, tandis que les fouilles, on l’a rappelé, montrent qu’il s’agit d’une construction progressive. Aucun centre public monumental ne se dégage. On pourrait certes avancer qu’il se cache sous la forteresse d’Altkirch, au croisement des deux voies principales de l’agglomération, mais les sondages profonds de l’université de Freiburg n’en ont révélé strictement aucun indice. Aucun édifice de spectacle n’est connu, aucune domus.

71Le grec de Ptolémée, qui emploie le mot « polis » pour désigner les deux principales agglomérations des Rauraques (Géographie, II, 9, 9), est-il fiable et précis ? Le géographe nomme Argentovaria (Ἀργεντουαρία) au terme d’une énumération des πόλεις et appelle ainsi des agglomérations aussi diverses qu'Augst ou Cologne (colonies romaines), Argentorate ou Vetera, simples camps légionnaires avec leurs canabae, ou Mayence, qui n’est alors pas doté d’un statut civique. Cette indifférence totale aux formes juridiques est fréquente chez Ptolémée, mais interdit de se servir du terme de « polis » pour argumenter dans un sens ou dans l’autre.

72Au demeurant, aucun texte, aucune inscription ne mentionne à ce jour l’existence d’une civitas indigène et autonome des Rauraques. L’idée d’une communauté indigène cohabitant sur le même territoire avec la colonie est en elle-même douteuse et constitue une sorte d’incongruité juridique, comme l’a fort justement rappelé Hartmut Wolff (1985). Il est possible, en revanche, que les Rauriques ou Rauraques aient occupé une part du territoire colonial – dont nous ne connaissons pas l’extension –, mais sans organisation municipale propre (Raepsaet-Charlier 1999).

73Enfin, on soulignera que les fouilles récentes d’Horbourg-Wihr montrent une agglomération vaste, qui n’a certainement rien à envier à Oedenburg en termes d’organisation spatiale, même si elle reste pour l’heure moins bien connue. On conclura donc de ces considérations qu’il est urgent d’attendre pour localiser la fameuse Argentovaria et reconstituer l’organisation des itinéraires routiers de la région, malgré des tentatives multiples.

L’occupation d’Oedenburg pendant l’Antiquité tardive : un nouveau scénario

74L’année 260 est toujours considérée, dans l’histoire du limes de Germanie et celle de la Gaule, comme un tournant majeur et le début d’une période difficile. H. U. Nuber en avait depuis longtemps exposé la problématique dans un article déjà ancien mais qui garde toute son actualité (Nuber 1990). La perte des territoires de la rive droite du Rhin n’a pourtant pas été aussi totale et immédiate qu’on a pu le croire. Dans une étude consacrée à la circulation monétaire romaine dans le Sud-Ouest de l’Allemagne durant le dernier tiers du iiie s., C. Sebastian Sommer, reprenant l’enquête de Karl Stribrny (1989) a bien montré la résilience, près du Rhin, mais aussi en Rétie, d’une forme de contrôle impérial, au prix parfois d’alliances avec certains chefs Alamans (Sommer 2014).

75À Oedenburg, on l’a dit, aucune couche de destruction massive datant de ces années de crise n’a été constatée. Bien plus, un milliaire de Postume (AE 2002, 1061), identifié et publié par H. U. Nuber, montre que la rocade nord-sud (2) était encore en usage et contrôlée dans les années 260-269 (Nuber 2000). Ceci explique la présence de matériel céramique de la fin du iiie s. dans une série de latrines fouillées par nos soins, immédiatement à l’ouest de la chaussée moderne, et antérieures aux niveaux de l’Antiquité tardive. Mais c’est surtout l’évolution de la circulation monétaire qui est significative.

76Nous reproduisons ici une série de figures (fig. 22-24) montrant le résultat des prospections de surface effectuées par Patrick Biellmann, Diamantino Gil et leurs collaborateurs, dans le cadre des recherches que nous avons menées. Elles ont été publiées dans Oedenburg III, p. 521-532 et rendent compte, période par période, des fluctuations de l’occupation tardive entre la chute du limes et le début du ve s. Les monnaies des années 268-275 sont encore nombreuses sur le site, mais leur quantité diminue brutalement sous Probus et la première Tétrarchie, dont les émissions sont, il est vrai, généralement peu abondantes. Cette situation se poursuit encore dans les premières années du règne de Constantin et, même si l’on constate une augmentation des espèces frappées dans les années 317-330, ce n’est pas avant les années 330-341 que la circulation redevient significative. On considérera donc que le site, sans être détruit, a sans doute été largement déserté durant près d’un demi-siècle. Mais on constate aussi que les espèces monétaires redeviennent abondantes au moment où M. Meyer date la construction du praetorium routier de Westergass, signe certain d’une reprise d’activité sur le site et d’une occupation qui se développe de nouveau. Le début du règne de Valentinien marque une véritable explosion des émissions de cet empereur, ce qui n’a pas peu contribué à accréditer la chronologie de la forteresse qui lui a été attribuée. La circulation des années 378-395 est à peine moindre, avant qu’on ne constate une chute brutale au début du ve s.

Fig. 22 – Cartes de répartition des monnaies de surface à l’ouest de la forteresse d’Altkirch pour les années 268-275 à 317-330

Fig. 22 – Cartes de répartition des monnaies de surface à l’ouest de la forteresse d’Altkirch pour les années 268-275 à 317-330

Prospections de P. Biellmann et des membres de la Société d’archéologie et d’histoire de Biesheim.

DAO : D. Gil, d’après Oedenburg III, p. 521-531.

Fig. 23 – Cartes de répartition des monnaies de surface à l’ouest de la forteresse d’Altkirch pour les années 330-341 à 364-378

Fig. 23 – Cartes de répartition des monnaies de surface à l’ouest de la forteresse d’Altkirch pour les années 330-341 à 364-378

Prospections de P. Biellmann et des membres de la Société d’archéologie et d’histoire de Biesheim.

DAO : D. Gil, d’après Oedenburg III, p. 521-531.

Fig. 24 – Cartes de répartition des monnaies de surface à l’ouest de la forteresse d’Altkirch pour les années 378-395 à 395-455

Fig. 24 – Cartes de répartition des monnaies de surface à l’ouest de la forteresse d’Altkirch pour les années 378-395 à 395-455

Prospections de P. Biellmann et des membres de la Société d’archéologie et d’histoire de Biesheim.

DAO : D. Gil, d’après Oedenburg III, p. 521-531.

77Cette impressionnante moisson du milieu et de la seconde moitié du ive s. coïncide avec le renouveau urbain que nous avons constaté dans les fouilles menées entre 2010 et 2012 à l’ouest de la route moderne, au pied même de la forteresse d’Altkirch (fig. 17). Cette dernière n’était donc pas isolée au sein d’un paysage déserté et d’une campagne désolée. Il importe toutefois de replacer une nouvelle fois le site d’Oedenburg dans son contexte régional (Oedenburg III, p. 539-542).

78Marcus Zagermann a eu le mérite, dans sa thèse, de redonner une signification globale aux fouilles successives menées autour de la cathédrale de Breisach (Zagermann 2010). Il envisage, sans doute avec raison, l’existence d’une fortification de pourtour de l’oppidum, qu’il date de la Tétrarchie, à partir d’une tranchée continue de spoliation mise au jour dans la Kapuzinergasse, sur le rebord oriental de la butte basaltique du Münsterberg. Sans doute cette datation n’est-elle pas strictement démontrée, mais elle semble plausible ; on rappellera aussi, comme l’a fait G. Wesch-Klein, que le tracé de cette enceinte n’est strictement attesté que pour les fouilles de la Kapuzinergasse, et non sur le reste de la colline (Wesch-Klein 2014). Il nous importe en revanche de souligner que cette re-fortification d’un ancien oppidum se produit sur un site de hauteur installé sur une île au milieu du Rhin, à un moment où l’on constate une forme d’abandon quasi complet à Oedenburg, installé en plaine et non protégé en cette période d’insécurité. Vers le milieu du ive s. – la date doit rester assez imprécise car elle n’est pas fondée sur des contextes matériels suffisamment explicites – cette fortification de pourtour est remplacée par un rempart qui barre par le milieu la butte de Breisach. Il protègerait un bâtiment public interprété, à la suite de H. U. Nuber et de G. Seitz, comme un nouveau praetorium routier, dont la date reste malheureusement impossible à établir, faute de matériel archéologique daté (Zagermann 2010, p. 22-39). C’est là qu’aurait résidé Valentinien Ier lors d’une tournée effectuée en 369 et connue par un rescrit impérial consigné dans le Code Théodosien (VI, 35, 8), signé Brisiaci (locatif). C’est là aussi, selon H. U. Nuber, qu’aurait été désormais situé le cœur de la défense et de l’administration régionale, et non plus à Oedenburg même (Nuber et al. 2011).

79Les fouilles récentes que nous avons menées – et qui n’étaient pas encore publiées au moment où étaient développées ces réflexions – invitent à considérer un autre scénario. Outre le fait que, comme l’avoue lui-même M. Zagermann, la position d’un relais routier au sommet d’une colline fortifiée et au milieu d’une île du Rhin semble quelque peu insolite, même en cette époque troublée, la reconstitution – à notre sens audacieuse, vu l’état des vestiges conservés – d’un petit praetorium comme centre administratif régional en lieu et place d’une vaste agglomération de plaine protégée par une forteresse beaucoup plus importante constitue une sorte de paradoxe. Cela n’interdit évidemment pas à Valentinien de s’y être arrêté, et le toponyme de Brisiaci semble plaider en ce sens. Mais pourquoi ne pas penser que celui-ci puisse aussi s’appliquer à l’agglomération toute proche d’Oedenburg, surtout si celui-ci n’est pas Argentovaria, une identification qui doit rester hypothétique, on l’a dit ? Cette conjecture, qu’on tient désormais pour une certitude, bloque en effet toute la réflexion sur les toponymes de la région et on rappellera que Breisach est qualifié de monte Brisiaco (ablatif) dans l’Itinéraire d’Antonin (239, 252, 350). Faut-il, comme le suggérait, Helmut Bender, considérer que ce toponyme s’applique aussi par extension au site tout proche d’Oedenburg (moins de 4 km), d’autant qu’il est cité dans un texte qui s’applique à une époque où Breisach n’était pas encore réoccupé (Bender, Pohl 2005, p. 299) ? Faut-il envisager que Brisiaci et monte Brisiaco indiquent le même lieu, ou deux lieux distincts mais proches ? La réponse à ces questions est évidemment impossible et le restera tant qu’une inscription ne viendra pas nous la fournir.

80Il nous reste à dire quelques mots des structures les plus tardives : les campagnes de fouilles de 2010-2012 ont en effet permis de sonder un fossé, observé sur le plan de prospection géophysique (no 20, fig. 7) qui enserre une superficie d’environ 9 ha, coupant toutes les autres constructions observées, y compris celles de l’Antiquité tardive. La mise en évidence de deux monnaies de l’extrême fin du ive s. au fond de son comblement permet de lui attribuer une datation relative, mais pas une fonction précise (Oedenburg III, p. 99, nos 181 et 182). Ce fossé, qui était accompagné d’un rempart de terre, semble couper l’enclos du praetorium de Westergass et ne doit pas être mis automatiquement en relation avec la forteresse d’Altkirch, mais il peut avoir contribué à renforcer ses défenses à un moment de crise aigüe, comme lors de la grande invasion de 407. Nous sommes certainement face à la dernière initiative destinée à renforcer et à protéger l’édifice en même temps qu’à délimiter une surface réservée pour un habitat reconcentré.

81Quoi qu’il en soit, le matériel non numismatique du ive s. est abondant dans les ramassages de surface (fig. 25). Le christianisme commence même à être documenté à Oedenburg : bien qu’aucune église paléochrétienne ne soit connue, les prospections récentes de P. Biellmann ont permis de mettre en évidence des plombs portant un chrisme, considérés comme des scellés (Biellmann 2018).

Fig. 25 – Carte de répartition du matériel de surface à l’ouest de la forteresse d’Altkirch

Fig. 25 – Carte de répartition du matériel de surface à l’ouest de la forteresse d’Altkirch

Prospections de P. Biellmann et des membres de la Société d’archéologie et d’histoire de Biesheim.

DAO : D. Gil, publié dans Oedenburg III, p. 533.

Les vestiges post-antiques

82Quand l’abandon du site s’est-il produit ? Au ve s., aucun vestige construit et daté n’est connu, mais le matériel n’interdit pas de penser à une forme de permanence de l’occupation. C’est le cas des très nombreuses monnaies coupées du ive s. qui pourraient attester un maintien au ve s. (Kilka, Biellmann 2008-2009 ; S. Martin, in Oedenburg III, p. 300-305), des molettes d’Argonne, dont la chronologie semble descendre jusque dans le courant de ce siècle (P. Biellmann, in Oedenburg II, p. 205-225), mais aussi de nombreux artefacts dont P. Biellmann et D. Gil ont fourni plusieurs cartes (Oedenburg III, p. 533-534). Les fouilles de 2012 ont en outre révélé l’existence d’une petite nécropole mérovingienne le long de la route nord-sud, dont les armes ont été étudiées par Annette Frey (Oedenburg III, p. 487-516). Cette période est d’ailleurs assez bien documentée aujourd’hui par les prospections de surface qui montrent une concentration au sud-ouest du site, signe possible mais non certain d’un léger déplacement du centre de gravité de l’habitat (Oedenburg III, carte p. 535).

*

* *

83La richesse de ce gisement archéologique peu menacé, si ce n’est par l’érosion agricole, est loin d’être épuisée et l’on se gardera de penser que le dernier mot a été dit ici. Sa situation frontalière constitue à la fois un handicap et une chance : une chance, car elle a permis la mise en commun de moyens des trois nations modernes qui le bordent, favorisant ainsi la recherche, mais sans que l’Europe, en tant qu’institution, y apporte la quote-part qui avait été sollicitée en 1998. Pourtant, les frontières modernes sont résilientes et les traditions académiques pernicieuses : chaque fois qu’on raisonne sur une seule rive du Rhin, la réflexion se bloque. Pour conclure, on aimerait rappeler que cette petite région a fait l’objet de déplacements de population constants entre ses deux rives dans un rayon de moins de 5 km autour de Breisach : on appréhende cette population à l’est du fleuve, durant La Tène D1, à travers la nécropole d'Hochstetten, à 2,5 km à l’est de cette ville ; on la suit, à La Tène D2, à Breisach même ; si l’on perd sa trace à l’époque augustéenne, elle réapparaît à l’époque julio-claudienne, mais cette fois-ci sur la rive occidentale du Rhin, à Oedenburg, où elle s’installe durablement. Elle disparaît de ce site vers la fin du iiie s., mais on la retrouve de nouveau à Breisach, avant qu’elle ne redescende dans la plaine, encore une fois à Oedenburg, sur l’autre bord du Rhin, le Münsterberg continuant d’être fortifié dans le même laps de temps.

84On devine ces mouvements plus qu’on ne peut les démontrer. Il faudrait, pour cela, mener une vaste enquête sur l’occupation du sol de part et d’autre du Rhin. C’est une recherche ambitieuse, mais possible, qui pourrait être menée dans le cadre d’un programme transfrontalier. Une nouvelle chance pour Oedenburg.

Haut de page

Bibliographie

Pour consulter la liste des abréviations et des acronymes, cliquer ici.

Sources anciennes

Code Théodosien : Codex Theodosianus, éd. T. Mommsen, P. M. Meyer, Berlin, Weidmann, 3 vol.

Itinéraire d’Antonin : Itineraria Romana, vol I., Itineraria Antonini Augusti et Burdigalense, éd. O. Cuntz, Stuttgart, B. G. Teubner, 1990 (1re édition 1929).

Notice des Dignités : Notitia Dignitatum : accedunt notitia urbis Constantinopolitanae et laterculi provinciarum, éd. O. Seeck, Berlin, Weidmann, 1876.

Ptolémée : Géographie, trad. K. Müller, Paris, Millier, 1883.

Sources épigraphiques

Corpus Inscriptionum Latinarum (CIL)

CIL XIII, Inscriptiones trium Galliarum et Germaniarum Latinae, éd. O. Hirschfeld et K. Zangemeister, Berlin, 1899-1916, 4 tomes.

Sources numismatiques

The Roman Imperial Coinage (RIC)

RIC I², Sutherland C. H. V. 1984, The Roman Imperial Coinage, vol. I, Revised edition, from 31 BC to AD 69, Londres, Spink & Son Ltd, XXII-305 p. et 32 pl.

RIC IX, Mattingly H., Sutherland C. H. V., Carson R. A. G., The Roman Imperial Coinage, vol. IX, Valentinian I – Theodosius I, par J. W. E. Pearce, Londres, Spink & Son Ltd, XLIV-334 p. et 16 pl.

Références principales

Oedenburg I = Reddé M. (dir.) 2009 : Oedenburg I. Fouilles françaises, allemandes et suisses à Biesheim et Kunheim, Haut-Rhin, France. Les camps militaires julio-claudiens, Mayence, RGZM (coll. Monographien RGZM, 79-1), 438 p.

Oedenburg II = Reddé M. (dir.) 2012 : Oedenburg II. Fouilles françaises, allemandes et suisses à Biesheim et Kunheim, Haut-Rhin, France. L’agglomération civile, Mayence, RGZM (coll. Monographien RGZM, 79-2), 2 vol., 537 p., 294 p., pl. h.t. et CD.

Oedenburg III = Reddé M. (dir.) 2018 : Oedenburg III. Fouilles françaises, allemandes et suisses à Biesheim et Kunheim, Haut-Rhin, France. L’agglomération civile, Mayence, RGZM (coll. Monographien RGZM, 79-3), 542 p.

Références

Asskamp R. 1989 : Das südliche Oberrheingebiet in frührömischer Zeit, Stuttgart, K. Theiss (coll. Forsch. u. Ber. Baden-Württemberg, 33), 240 p.

Bender H., Pohl G. 2005 : Der Münsterberg in Breisach I, Römische Zeit und Frühmittelalter karolingisch-vorstaufische Zeit, Münich, Bayerische Akademie der Wissenschaften (coll. Münchner Beiträge zur Vor- und Frühgeschichte, 39), 402 p.

Biellmann P. 2001 : Une nécropole du Bas-Empire à Oedenburg (Biesheim-Kunheim), Annuaire de la Société d’histoire de la Hardt et du Ried, 14, p. 9-28.

Biellmann P. 2018 : Sur la trace des premiers chrétiens d’Alsace : Nouvelles découvertes sur le site d’Oedenburg-Biesheim, Annuaire de la Société d’histoire de la Hardt et du Ried, 30, p. 11-22.

Blöck L. 2016 : Die römerzeitliche Besiedlung im rechten südlichen Oberrheingebiet, Wiesbaden, L. Reichert (coll. Forsch. u. Berichte zur Archäologie in Baden-Württemberg, 1), 512 p.

Blöck L., Bräuning A., Deschler-Erb E., Fischer A., Hecht Y., Marti R., Nick M., Rissanen H., Spichtig N., Roth-Zehner M. 2012 : Die spätlatènezeitliche Siedlungslandschaft am südlichen Oberrhein, in Schönfelder M., Sievers S. (dir.), L’Âge du Fer entre la Champagne et la vallée du Rhin. 34e colloque international de l’Association française pour l’étude de l’âge du Fer du 13 au 16 mai 2010 à Aschaffenburg. Die Eisenzeit zwischen Champagne und Rheintal. 34. Internationales Kolloquium der Association française pour l’étude de l’âge du Fer vom 13. bis zum 16. Mai 2010 in Aschaffenburg, Mayence, RGZM (coll. RGZM-Tagungen, 14), p. 381-418.

Cüppers H. 1984 : Palatiolum-Pfalzel, Palastburg und Kaserne, in Trier. Kaiserresidenz und Bischofssitz : die Stadt in spätantiker und frühchristlicher Zeit, Ausstellung 4. Mai bis 10. November 1984, Trier, Rheinisches Landesmuseum, Mayence, Philipp von Zabern, p. 319-322.

Farnum J. H. 2005 : The positioning of the Roman Imperial Legions, Oxford, Archaeopress (coll. British Archaeological Reports International Series, 1458), 122 p.

Fellmann R. 1995 : Germania superior, in der Städte sind... von den Raurikern aber Augusta Raurikon und Argentovaria. Kritische Bemerkungen zu civitas und colonia im Raurikergebiet, in König F. E., Rebetez S. (dir.), Arculiana. Ioanni Boegli, anno sexagesimo quinto feliciter peracto amici, discipuli, collegae, socii dona dederunt, Avenches, LAOTT, p. 289-302.

Flotté P. 2012 (dir.) : Horbourg-Wihr, Haut-Rhin. Kreuzfeld est. Un quartier de l’agglomération gallo-romaine, Rapport final d’opération de fouille préventive, Sélestat, Pôle d’archéologie interdépartemental rhénan, 7 vol.

Girardclos O., Petit C. 2011 : L’exploitation de la forêt vue par la dendro-archéologie : l’exemple d’Oedenburg (Alsace) entre 10 et 180 apr. J.-C., in Reddé M. et al. dir. 2011, p. 361-382.

Hagendorn A., Doppler H. W., Huber A., Hüster Plogmann H., Jacomet S., Meyer-Freuler C., Pfäffli B., Schibler J. 2003 : Zur Frühzeit von Vindonissa. Auswertung der Holzbauten der Grabung Windisch-Breite 1996-1998, Brugg, Aargauische Kantonsarchäologie (coll. Veröfflentlichungen der Gesellschaft pro Vindonissa, 18), 2 vol., 734 p.

Higelin M. 2019 : Activités économiques et vie domestique d’un quartier du vicus de Horbourg-Wihr (68), Étude spatiale et fonctionnelle du mobilier (ier-iiie siècle), Autun, Monique Mergoil (coll. Monographies Instrumentum, 61), 330 p.

Kilka T., Biellmann P. 2008-2009 : Moneta fragmentata – Observations sur les monnaies du ive siècle de la campagne de prospection Unterfeld 2008 sur le site d’Oedenburg (Biesheim-Kunheim), Annuaire de la Société d’histoire de la Hardt et du Ried, 21, p. 25-34.

Kuhnle G. 2018 : Argentorate. Le camp de la VIIIe légion et la présence militaire romaine à Strasbourg, Mayence, Schnell & Steiner (coll. Monographien RGZM, 141), 513 p.

Le Bohec Y., Wolff C. dir. 2000 : Les légions de Rome sous le Haut-Empire, Actes du congrès de Lyon, 17-19 septembre 1998, Lyon, Paris, Université Jean-Moulin/de Boccard (coll. Centre d’études romaines et gallo-romaines, nouvelle série, 20), 756 p.

Leveau P. 2016 : Praetoria et tabernae en Gaule. Contribution à l’identification des établissements de bord de route, in Colleoni F. (dir.), Dossier : Stations routières en Gaule romaine. Architecture, équipements et fonctions, Gallia, 73-1, p. 29-38.

Martin S. 2013 : La première occupation militaire romaine de Strasbourg (Bas-Rhin), Gallia, 70-2, p. 59-89.

Nuber H. U. 1990 : Das Ende des Obergermanisch-Raetischen Limes — Eine Forschungsaufgabe, in Nuber H. U., Schmid K., Steuer H., Zotz T. (dir.), Archäologie und Geschichte des ersten Jahrtausends in Südwestdeutschland, Sigmaringen, J. Thorbecke, p. 51-67.

Nuber H. U. 2000 : Ein Leugensteinfragment des Postumus aus Oedenburg (Biesheim), Annuaire de la Société d’histoire de la Hardt et du Ried, 13, p. 15-18.

Nuber H. U., Seitz G., Zagermann M. 2011 : Zwischen Vogesen und Schwarzwald : die Region um Brisiacum/Breisach und Argentovaria/Oedenburg in der Spätantike, in Kasprzyk M., Kuhnle G. (dir.), L’Antiquité tardive dans l’Est de la Gaule. La vallée du Rhin supérieur et les provinces gauloises limitrophes : actualité de la recherche, Actes du colloque international de Strasbourg, 20-21 novembre 2008, Dijon, RAE (coll. Suppl. à la RAE, 30), p. 223-245.

Nüsslein A., Flotté P., Higelin M., Putelat O., Roth-Zehner M. 2017 : L’Alsace, in Reddé M. (dir.), GALLIA RVSTICA 1. Les campagnes du nord-est de la Gaule, de la fin de l’âge du Fer à l’Antiquité tardive. Projet « Rurland » financé par l’European Research Council (ERC), Bordeaux, Ausonius (coll. Mémoires, 49), p. 657-680.

Ollive V., Petit C., Garcia J.-P., Reddé M. 2006 : Rhine flood deposits recorded in the Gallo-Roman site of Oedenburg (Haut-Rhin, France), Quaternary International, 150, p. 28-40.

Ollive V., Petit C., Garcia J.-P., Reddé M., Popovitch L., Biellmann P., Château-Smith C. 2008 : Roman Rhine settlement dynamics evidenced by coin distribution in a fluvial environment (Oedenburg, Upper Rhine, France), Journal of Archaeological Science, 35, p. 643-654 (online).

Petit C., Reddé M., Girardclos O., Ollive V. 2014 : Milieux humides et aménagements anthropiques dans la plaine du Rhin : le site romain d’Oedenburg (Haut-Rhin), in Bernard V., Favory F., Fiches J.-L. (dir.), Silva et Saltus en Gaule romaine : dynamique et gestion des forêts et des zones rurales marginales, Actes du VIIe colloque AGER, Rennes, 27-28 octobre 2004, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté (coll. Annales littéraires de l’université de Besançon, 936), p. 31-44.

Raepsaet-Charlier M.-T. 1999 : Les institutions municipales dans les Germanies sous le Haut-Empire : bilans et questions, in Dondin-Payre M., Raepsaet-Charlier M.-T. (dir.), Cités, municipes, colonies. Les processus de municipalisation en Gaule et en Germanie sous le Haut-Empire romain, Paris, Éditions de la Sorbonne, p. 29-95.

Reddé M. (dir.) 2005 : Oedenburg. Une agglomération d’époque romaine sur le Rhin supérieur : fouilles françaises, allemandes et suisses à Biesheim-Kunheim (Haut-Rhin), Gallia, 62, p. 215-277.

Reddé M. 2005 : Où sont passés les castella Drusiana ? Réflexions critiques sur les débuts de l’occupation militaire romaine dans le bassin du Rhin supérieur, Revue des études militaires anciennes, 2, p. 69-87.

Reddé M. 2009 : Militaires romains en Gaule civile, Cahiers Glotz, 20, p. 173-183.

Reddé M. 2015 : Befunde und Erkenntnisse zu den römischen Militäranlagen am Oberrhein in augusteischer und tiberischer Zeit, in Lehmann G. A., Wiegels R. (dir.), Über die Alpen und über den Rhein… Beiträge zu den Anfängen und zum Verlauf der römischen Expansion nach Mitteleuropa, Berlin, De Gruyter, p. 299-311.

Reddé M., Brulet R., Fellmann R., Haalebos J. K., Schnurbein S. von (dir.) 2006 : L’architecture de la Gaule romaine. I. Les fortifications militaires, Paris, Maison des sciences de l’Homme (coll. Documents d’archéologie française, 100), 480 p.

Reddé M. Barral P., Favory F., Guillaumet J.-P., Joly M., Marc J.-Y., Nouvel P., Nuninger L., Petit C. (dir.) 2011 : Aspects de la romanisation dans l’Est de la Gaule, Glux-en-Glenne, Bibracte (coll. Bibracte, 21), 966 p.

Roth-Zehner M. 2010 : La céramique de La Tène finale et du début de l’époque romaine en Alsace, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 645 p.

Schlumbaum A., Vandorpe P. 2012 : A short history of Lagenaria siceraria (bottle gourd) in the Roman provinces: morphotypes and archaeogenetics, Vegetation history and Archaeobotany, 21-6, p. 499-509.

Schucany C., Schwarz P.-A. 2011 : Le sanctuaire d’Oedenburg (Biesheim, Haut-Rhin), in Reddé M. et al. dir. 2011, p. 575-586.

Sommer C. S. 2014 : « …a barbaris occupatae… » Bezahlte Freunde ? Zur Rolle der Germanen in Süddeutschland in den Auseinandersetzungen zwischen Gallischem Sonderreich und Rom, in Henrich P. (dir.), Der Limes in Raetien, Ober- und Niedergermanien vom 1. bis zum 4. Jahrhundert. 7. Kolloquium der deutschen Limeskommission, Aalen, 24-25 september 2013, Stuttgart, K. Theiss (coll. Beiträge zum Welterbe Limes, 8), p. 35-54.

Stribrny K. 1989 : Römer rechts des Rheins nach 260 n. Chr. Kartierung, Strukturanalyse und Synopse spätrömischer Münzreihen zwischen Koblenz und Regensburg, Bericht der Römisch-Germanischen Kommission, 70, p. 353-505.

Wendling H. 2012 : Der Münsterberg von Breisach in der Spätlatènezeit, Stuttgart, K. Theiss (coll. Materialhefte zur Archäologie in Baden-Württemberg, 94), 544 p.

Wesch-Klein G. 2014 : New work on the fort at Breisach on the Upper Rhein, Journal of Roman Archaeology, 27-2, p. 792-799.

Wiegels R. 1983 : Zeugnisse der 21. Legion aus dem südlichen und mittleren Oberrheingebiet. Zur Geschichte des obergermanischen Heeres um die Mitte des 1. Jahrhunderts n. Chr., Epigraphische Studien, 13, p. 1-42.

Wolff H. 1985 : Die regionale Gliederung Galliens im Rahmen der römischen Reichspolitik, in Gottlieb G. (dir.), Raumordnung im römischen Reich : zur regionalen Gliederung in den gallischen Provinzen, in Rätien, Noricum und Pannonien, Munich, E. Vogel (coll. Schriften der philosophischen Fakultäten der Universität Augsburg, 38), p. 1-35.

Zagermann M. 2010 : Der Münsterberg in Breisach III. Die römerzeitlichen Befunde und Funde der Ausgrabungen Kapuzinergasse (1980-1983), Rathauserweiterung/Tiefgaragenbau (1984-1986) und der Baubegleitenden Untersuchungen am Münsterplatz (2005-2007), Munich, Beck (coll. Münchner Beiträge zur Vor-und Frühgeschichte, 60), 497 p.

Zucca R. 1992 : Un iscrizione monumentale dall’Oristanese, in Mastino A. (dir.), L’Africa Romana. Atti del IX convegno di studio, Nuoro, 13-15 dicembre 1991, Sassari, Gallizzi, p. 595-636.

Haut de page

Notes

1 Le nom d’Oedenburg (« le village déserté »), qui correspond à un toponyme ancien, a été réattribué par l’auteur de ces lignes à un site antérieurement connu dans la littérature scientifique comme « Biesheim » ou parfois « camp de Kunheim ». S. Plouin a dressé l’historique des recherches antérieures aux nôtres dans Oedenburg I, p. 7-15) et il n’est pas nécessaire de revenir aujourd’hui sur les interprétations successives de nos prédécesseurs. Nos propres travaux ont associé, dans un premier temps, une équipe allemande de l’université de Freiburg i. Breisgau, dirigée par H. U. Nuber avec la collaboration de G. Seitz. Dès 1999, l’université de Bâle a commencé à prendre part aux activités de terrain, avec un sondage dirigé par G. Matter et la collaboration des laboratoires de l’IPNA (Integrative Prähistorische und Naturwissenschafliche Archäologie ; S. Jacomet pour l’archéobotanique, J. Schibler pour l’archéozoologie). L’équipe suisse a été placée en 2000 sous l’autorité de F. Siegmund, professeur à l’université de Bâle, puis, de 2002 à 2006, sous celle de C. Schucany et de P. A. Schwarz. Après une interruption pour publication, les recherches de terrain ont repris de 2009 à 2012, sous l’égide de la partie française seule. Dans le texte qu’on va lire, on renvoie de manière abrégée aux trois monographies publiées dans la collection du Römisch-Germanisches Zentralmuseum Mainz, respectivement Oedenburg I, édité en 2009, qui concerne les camps julio-claudiens, Oedenburg II, édité en 2011, qui porte sur les sanctuaires (fouilles suisses) et l’agglomération civile (fouilles françaises), Oedenburg III, édité en 2018, qui publie les recherches françaises (2009-2012) sur l’agglomération civile, mais avec des collaborations allemandes et suisses (voir la bibliographie). Les fouilles de l’université de Freiburg restent en revanche largement inédites, la documentation archéologique n’ayant pas été déposée en France, malgré des demandes réitérées. Ne sont donc accessibles que les rapports annuels ou triennaux déposés à la DRAC Alsace sous la responsabilité de l’auteur de cet article. Il s’agit, en droit français, de documents administratifs consultables, utilisables sous réserve de la mention de leur auteur. On trouvera des synthèses préliminaires, mais déjà dépassées, publiées dans Germania 80, 2002-1, p. 169-242 ou Gallia 2005 (Reddé dir. 2005). On citera au fil du texte les autres travaux indispensables à la compréhension d’un propos qui n’engage ici que nous-même.

2 En allemand « Oberrhein », par opposition à « Hochrhein », qui désigne le cours du fleuve en amont de Bâle (à ne pas confondre avec l’expression française de Haut-Rhin).

3 Deux tumuli sont visibles sur les photographies aériennes de René Goguey, au sud du site. Leur chronologie n’est pas connue.

4 Sa trace n’est toutefois pas visible dans la forêt qui sépare les deux sites, même sur les couvertures LiDAR.

5 Les très gros spots blancs régulièrement alignés sont des poteaux électriques modernes…

6 On verra ci-dessous nos remarques sur cette chronologie.

7 Dans l’article de Gallia publié en 2005 (Reddé dir. 2005, p. 226), le camp B est appelé « grand camp », le camp A « petit camp ». Nous utilisons ici la dénomination employée dans la monographie finale d’Oedenburg I.

8 On se reportera pour le détail de cette architecture complexe et pour les comparaisons archéologiques qui l’accompagnent à Oedenburg I, notamment p. 111-115.

9 On se contente ici de l’essentiel, en passant sous silence la littérature secondaire (le plus souvent en allemand) des colloques, séminaires, mélanges, hommages, publications en ligne qui réutilisent tout ou partie de ces recherches.

10 H. U. Nuber développe Mart(iorum) dans Nuber et al. 2011, p. 230, sans donner ses raisons. On observera que la legio I Martia n’est pas mentionnée dans la Notitia Dignitatum, les Martii n’étant connus qu’en Illyricum (Notitia Dignitatum, Orientalis, IX, 10). Le document signale en revanche des Martenses parmi les unités de pseudocomitatenses en Gaule (Notitia Dignitatum, Occidentalis, VII, 91). On notera une ligature LEG et une autre ligature MAR.

11 Information due à l’amabilité de Patrick Biellmann et Matthieu Fuchs, que je remercie vivement.

12 On verra par exemple les cas signalés par R. Brulet dans Reddé et al. dir. 2006, notamment p. 52-53.

13 Ce n’est pas le lieu de reprendre ici dans le détail l’histoire complexe (et parfois hypothétique) de ces mouvements de troupes. On renverra globalement aux mises au point du colloque de Lyon sur les légions de Rome sous le Haut-Empire (Le Bohec, Wolff dir. 2000) et à l’étude, parfois sommaire, de Farnum 2005.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Carte de localisation d’Oedenburg sur les communes de Biesheim et Kunheim (Haut-Rhin)
Crédits Reddé dir. 2005, p. 217.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4917/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Titre Fig. 2 – Plan du secteur d’Oedenburg
Crédits Levé par A. Cestre en 1877 (musée d’Altkirch, inv. PD 2), déposé au musée de Biesheim par le musée sundgauvien d’Altkirch, reproduit avec l’aimable autorisation de ce dernier.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4917/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 3 – Découvertes de La Tène D2 dans la partie méridionale de la région du Rhin supérieur
Crédits Carte : N. Spichtig (Archäologische Bodenforschung Basel-Stadt) pour Blöck et al. 2012, p. 382, avec l’aimable autorisation de l’auteur.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4917/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 431k
Titre Fig. 4 – Carte oro-hydrographique des établissements ruraux laténiens (à gauche) et romains (à droite) en plaine d’Alsace
Crédits Carte : A. Nüsslein pour le programme européen Rurland, Nüsslein et al. 2017, p. 659.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4917/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 929k
Titre Fig. 5 – Carte de la région d’Oedenburg
Crédits Publiée dans Oedenburg I, p. 412 ; DAO : M. Reddé.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4917/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 203k
Titre Fig. 6 – Plan de prospection géophysique d’Oedenburg
Crédits Posselt & Zickgraf Prospektionen, publié dans Oedenburg II, pl. h.t. 2.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4917/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 915k
Titre Fig. 7 – Plan général du site d’Oedenburg
Crédits M. Reddé, publié dans Oedenburg II, pl. h.t. 1.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4917/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 566k
Titre Fig. 8 – Les camps julio-claudiens pendant la fouille de 1999
Crédits Cliché : R. Goguey.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4917/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 9 – Les camps julio-claudiens
Crédits Plan général publié dans Oedenburg I, pl. h.t. 1 ; DAO : M. Reddé.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4917/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 399k
Titre Fig. 10 – Statuette d’Isis Fortuna découverte dans les principia du camp A
Légende H = 3,70 cm.
Crédits Publiée dans Oedenburg I, p. 431 ; cliché : R. Müller (RGZM).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4917/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 498k
Titre Fig. 11 – Plan général de la zone des sanctuaires et de ses abords
Crédits Publié dans Oedenburg II-1, p. 38 ; DAO : M. Reddé.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4917/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 299k
Titre Fig. 12 – Ex-voto en bois découvert dans le bassin rectangulaire de bois, au nord de l’enceinte des sanctuaires
Légende H = 1,20 m.
Crédits Publié dans Oedenburg II-1, p. 357 ; cliché : R. Müller (RGZM).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4917/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 315k
Titre Fig. 13 – Plan général des fouilles du quartier bas, au sud-ouest des camps julio-claudiens
Crédits Publié dans Oedenburg II-1, p. 378 ; DAO : M. Reddé.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4917/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 337k
Titre Fig. 14 – Plan général des structures de l’Antiquité tardive
Crédits Publié dans Oedenburg III, pl. h.t. 1 ; DAO : M. Reddé.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4917/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 223k
Titre Fig. 15 – Comparaison des résultats de la récolte monétaire effectuée à différents niveaux du chantier en 2011 et 2012
Crédits Diagramme : S. Martin, publié dans Oedenburg III, p. 3.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4917/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Titre Fig. 16 – Plan de l’état le plus ancien de l’atelier E, fouillé en 2011
Crédits Publié dans Oedenburg III, pl. h.t. 2 ; DAO : M. Reddé.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4917/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 338k
Titre Fig. 17 – Plan général des structures tardo-antiques et des sépultures mérovingiennes au sud-ouest de la forteresse d’Altkirch
Crédits D’après Oedenburg III, pl. h.t. 5, simplifiée ; DAO : M. Reddé.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4917/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 247k
Titre Fig. 18 – Plan des fouilles d’Altkirch, état final
Crédits Albert-Ludwig Universität, Freiburg i. Breisgau, d’après le rapport triennal de fouilles de 2006.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4917/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre Fig. 19 – Les fondations de la courtine d’Altkirch, à l’angle nord-ouest de la forteresse
Crédits Cliché : G. Seitz (Albert-Ludwig Universität, Freiburg i. Breisgau), publié dans Reddé dir. 2005, p. 246.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4917/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Fig. 20 – Position des structures identifiées en 2009 au nord de la forteresse d’Altkirch, par rapport au tracé théorique du fossé restitué sur le dessin
Crédits DAO : M. Reddé.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4917/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Titre Fig. 21 – Carte de répartition des ossements animaux
Crédits D’après F. Ginella et J. Schibler, publiée dans Oedenburg II-2, p. 162.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4917/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Fig. 22 – Cartes de répartition des monnaies de surface à l’ouest de la forteresse d’Altkirch pour les années 268-275 à 317-330
Légende Prospections de P. Biellmann et des membres de la Société d’archéologie et d’histoire de Biesheim.
Crédits DAO : D. Gil, d’après Oedenburg III, p. 521-531.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4917/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 305k
Titre Fig. 23 – Cartes de répartition des monnaies de surface à l’ouest de la forteresse d’Altkirch pour les années 330-341 à 364-378
Légende Prospections de P. Biellmann et des membres de la Société d’archéologie et d’histoire de Biesheim.
Crédits DAO : D. Gil, d’après Oedenburg III, p. 521-531.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4917/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 501k
Titre Fig. 24 – Cartes de répartition des monnaies de surface à l’ouest de la forteresse d’Altkirch pour les années 378-395 à 395-455
Légende Prospections de P. Biellmann et des membres de la Société d’archéologie et d’histoire de Biesheim.
Crédits DAO : D. Gil, d’après Oedenburg III, p. 521-531.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4917/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 249k
Titre Fig. 25 – Carte de répartition du matériel de surface à l’ouest de la forteresse d’Altkirch
Légende Prospections de P. Biellmann et des membres de la Société d’archéologie et d’histoire de Biesheim.
Crédits DAO : D. Gil, publié dans Oedenburg III, p. 533.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/4917/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 342k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Reddé, « Vingt années de recherches à Oedenburg (Biesheim et Kunheim, Haut-Rhin) : un bilan »Gallia, 76-2 | 2019, 15-44.

Référence électronique

Michel Reddé, « Vingt années de recherches à Oedenburg (Biesheim et Kunheim, Haut-Rhin) : un bilan »Gallia [En ligne], 76-2 | 2019, mis en ligne le 12 mars 2020, consulté le 06 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/gallia/4917 ; DOI : https://doi.org/10.4000/gallia.4917

Haut de page

Auteur

Michel Reddé

École pratique des hautes études, université PSL – UMR 8210, AnHiMa, INHA, 2 rue Vivienne, F-75002 Paris

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Gallia est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo MSH Mondes
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals