Navigation – Plan du site

AccueilNuméros77-2Un nouveau fragment du cursus du ...

Un nouveau fragment du cursus du procurateur impérial M. Aemilius Laetus découvert à Lyon

A new fragment of the curriculum of the imperial procurator M. Aemilius Laetus discovered in Lyon
Catherine Bellon, François Bérard, Patrice Faure et Nicolas Laubry
p. 33-43

Résumés

Cet article concerne un fragment d’inscription inédit, découvert en 2018 dans le secteur de l’Antiquaille, sur la colline de Fourvière à Lyon. Joint à un fragment déjà connu (CIL XIII, 1809), il permet de reconstituer une partie de la carrière du chevalier romain M. Aemilius Laetus, également attesté à Lyon par une dédicace à Silvain (CIL XIII, 1779). Celle-ci ayant été découverte à l’Antiquaille, on peut envisager une même localisation originelle pour les deux monuments. Le dossier épigraphique révèle que Laetus fut promu au poste d’a studiis dans la chancellerie impériale, après avoir assumé deux procuratèles provinciales, dont celle de Lyonnaise et d’Aquitaine. Il s’inscrit bien dans la série des titulaires connus de ce poste important, qu’il a dû occuper entre le règne d'Hadrien et le début du iiie  s.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nous remercions tous ceux qui nous ont aidés dans cette étude, les collègues de l’Inrap, Hugues Sav (...)
  • 2 Bellon et al. 2018, p. 40-44. Sur l’ensemble des phases 1 et 2 du diagnostic (décembre 2018-janvier (...)

1Capitale de la province romaine de Gaule lyonnaise, Lugdunum fut sous le Principat le lieu de résidence de sénateurs et de chevaliers qui y exercèrent diverses fonctions au service de l’empire. À côté des personnels issus de l’ordre sénatorial, gouverneurs de province, légats du cens ou curateurs de cité, la colonie accueillit des personnages de rang équestre chargés de l’administration financière et, notamment, le procurateur des provinces de Lyonnaise et d’Aquitaine (procurator prouinciarum Lugudunensis et Aquitanicae), regroupées en une seule et unique circonscription1. Ces procurateurs sont principalement connus par une documentation épigraphique dans laquelle les nouveautés sont rares. Un fragment d’inscription découvert en mai 2018, lors d’un diagnostic archéologique conduit sous la direction de Catherine Bellon par l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap), au 1 rue de l’Antiquaille dans la partie orientale de la colline de Fourvière (fig. 1 et 2), permet toutefois de réexaminer la carrière de l’un d’entre eux2.

Fig. 1 – Situation générale de la région Auvergne-Rhône-Alpes, du département du Rhône, de la ville de Lyon et de son 5e arrondissement

Fig. 1 – Situation générale de la région Auvergne-Rhône-Alpes, du département du Rhône, de la ville de Lyon et de son 5e arrondissement

DAO : C. Bellon (Inrap).

Fig. 2 – Localisation des sondages de 2018 et 2019

Fig. 2 – Localisation des sondages de 2018 et 2019

DAO : C. Bellon, sur fond de l’atlas topographique de Lyon, Lenoble dir. 2018, feuille 10.

M. Aemilius Laetus et l’épigraphie lyonnaise : anciens et nouveaux éléments

  • 3 En dehors des sénateurs Ti. Claudius Quartinus (CIL XIII, 1802 et AE 1976, 427 ; voir PIR2, C 990) (...)
  • 4 Dim. : h. : 138,50 cm ; l. : 54 cm ; ép. : 45 cm. Champ épigraphique : 83 x 43. H. d. l. : 5,20 à 5 (...)

2Le chevalier M. Aemilius Laetus, procurateur de Lyonnaise et d’Aquitaine, avait jusqu’à présent le privilège, peu commun à Lyon3, d’être connu par deux inscriptions conservées et topographiquement bien localisées. La première est un autel en calcaire portlandien du Bugey dédié à Silvain, qui fut signalé en 1845 dans le jardin de l’Antiquaille et qui est aujourd’hui exposé au musée Lugdunum (CIL XIII, 1779 = AD, 26 ; fig. 3)4 :

Siluano

Augusto

M(arcus) Aemilius

Laetus,

5a studiis

Augusti, 

dicauit.

3« À Silvain Auguste Marcus Aemilius Laetus, chargé des études de l’empereur, a dédié (ce monument) ».

Fig. 3 – Dédicace de M. Aemilius Laetus à Silvain

Fig. 3 – Dédicace de M. Aemilius Laetus à Silvain

Cliché : J.-M. Degueule, C. Thioc (Lugdunum - musée et théâtres romains).

4La seconde est une plaque de marbre portant un fragment de cursus, découverte en 1892 lors de travaux de canalisation rue Saint-Jean, au pied de la colline de Fourvière et aujourd’hui dans les réserves du musée (CIL XIII, 1809 = AD V, 21 bis ; fig. 4, partie droite). Le texte conservé est le suivant :

[- - -]lio C(aii) [fil(io) - - -]

[Quir]in(a) La[- - -]

[- - - a] stud[iis - - -]

[proc(uratori) pr]ouin[ciarum ?]

5 [Lugudu]n(ensis) et [Aquitanic(ae)]

[- - -]ui[- - -]

- - - - - -

5L. 1 : [C. Iu]lio Allmer et Dissard ; [M. Aemi]lio Stein, Pflaum et cet.

6L. 2 : La[tino] Allmer et Dissard ; La[eto] Stein, Pflaum et cet.

7L. 3 : [ - - - a] stud[iis Aug(usti)]  Allmer et Dissard, Hirschfeld, Pflaum, Wuilleumier etc ; [mag(istro) a] stud[iis Aug(usti)] Domaszewski.

8L. 6 : [praef(ecto)] ui[gilum ?] Hirschfeld, renvoyant à Allmer et Dissard, beaucoup plus hésitants ; [subpraef(ecto)] ui[gilum] Domaszewski ; [proc(uratori) pro]ui[nciae - - -], Pflaum, Wuilleumier etc.

  • 5 Voir Allmer 1898, p. 196, no 923.
  • 6 A. Stein dans PIR2, A 357 ; Wuilleumier 1948, p. 46 ; Pflaum 1960-1961, I, p. 559-561, no 213 et Pf (...)

9Le rapprochement entre les deux inscriptions n’avait pas été fait par le premier éditeur de ce dernier fragment, Auguste Allmer. Bien qu’il ait noté dans la notice du supplément du tome V des Inscriptions du Musée de Lyon (no 21 bis) la ressemblance des lettres de la plaque avec celles de la dédicace à Silvain, il restituait, comme Paul Dissard, le gentilice Iulius et le cognomen Latinus dans le cursus fragmentaire5. Le rapprochement n’avait pas été fait non plus par Otto Hirschfeld, qui s’était contenté de signaler en note les restitutions de A. Allmer et P. Dissard, en ajoutant seulement une relation possible avec le préfet du prétoire de Commode Q. Aemilius Laetus. C’est en fait Arthur Stein qui a le premier suggéré que le demi-anonyme du cursus de Saint-Jean n’était autre que l’a studiis Augusti qui offrit la dédicace à Silvain, identification qui sera reprise par Pierre Wuilleumier, Hans-Georg Pflaum ou, plus récemment, Marcel Le Glay et Michel Tarpin6.

  • 7 Becker 2018, p. 411-413 ; Hofmann, Mani dir. 2019.

10Le fragment découvert en 2018 vient apporter une confirmation décisive à ce rapprochement. Provenant d’une couche de remblai de démolition (marbres, blocs de gneiss et granite, antéfixe) accumulé au sud d’une domus fouillée en 2011-2012 par Étienne Hofmann (Service archéologique de la ville de Lyon)7, il conserve la partie supérieure d’une plaque avec un morceau de la moulure et six lignes de texte. Les autres côtés sont brisés. Le texte est le suivant (fig. 4, partie gauche) :

[- - -] Ạemi[lio - - -]

[- - -] Quir[ina - - -]

[- - -p]roc(uratori) a ṣ[tudiis - - -]

[- - - p]roc(uratori) pr[ouinciarum ?]

5 [- - - L]ugudu[nensis et Aquitanicae - - -]

[- - - p]ṛọc̣(uratori) p̣ṛ[ouinciae - - -]

- - - - - -

11Par une heureuse coïncidence, ce fragment est parfaitement jointif avec celui qui avait été découvert en 1892 et vient le compléter à gauche pour les six lignes conservées. Leur association permet ainsi de reconstituer une belle plaque de marbre blanc, brisée à gauche, à droite et en bas, mais dont le bord supérieur, orné d’une moulure, est partiellement conservé (fig. 4 et 5). Cette plaque, qui se caractérise par une épaisseur remarquable, devait appartenir à un monument honorifique, vraisemblablement au revêtement d’une base portant la statue du personnage.

Fig. 4 – Cursus de M. Aemilius Laetus : photographie des deux fragments

Fig. 4 – Cursus de M. Aemilius Laetus : photographie des deux fragments

Cliché : M. Jallais (Lugdunum - musée et théâtres romains).

Fig. 5 – Cursus de M. Aemilius Laetus : proposition de restitution

Fig. 5 – Cursus de M. Aemilius Laetus : proposition de restitution

DAO : É. Bayen (Inrap).

12Dimensions : 41,50 (14,20 pour la bordure supérieure, dont 6,50 pour la moulure) x 28 x 14 cm ; champ épigraphique : 27,50 x 28 cm.

13Lettres très belles, larges et régulières : l. 1 : 3,70 cm ; l. 2 : 3,70-3,90 cm ; l. 3 : 3 cm ; l. 4-5 : 2,70-2,90 cm ; interligne entre la moulure et la l. 1 : 2,30 cm ; entre les autres lignes : 1,10-1,70 cm. Empattements marqués et soigneusement gravés, notamment pour les A, les E et les R, avec des extrémités finement recourbées pour les G, les L ou la haste droite des V ; traces de fines réglures aux l. 3-6. Ponctuation régulière sous forme de petites hederae faites d’un triangle pointe en bas et d’une fine tige incurvée vers la droite, mais absente l. 3 après A.

[M(arco)] Ạemilio C(aii) [filio]

Quirin(a) Lạ[eto,]

[p]roc(uratori) a ṣtudị[is Aug(usti),]

[p]roc(uratori) prouin[ciarum]

5 [L]ugudun(ensis) et [Aquitan(icae ?),]

[p]ṛọc̣(uratori) p̣ṛ[o]ụị[nciae ?]

- - - - - -

14« À Marcus Aemilius Laetus, fils de Gaius, de la tribu Quirina, procurateur impérial aux études, procurateur des provinces de Lyonnaise et d’Aquitaine, procurateur de la province (…) ».

Les apports du nouveau fragment

15En confirmant le gentilice Aemilius à la ligne 1 et la tribu Quirina à la ligne 2, le nouveau fragment vérifie la pertinence de l’identification admise depuis A. Stein. Mais il apporte surtout de nouvelles et précieuses informations sur la carrière du procurateur (lignes 3-6), les dimensions de l’inscription et la localisation du monument, dans le secteur de l’Antiquaille.

  • 8 Pour un parallèle à Lyon, voir la plaque de Ti. Aquius Apollinaris découverte à l’odéon (AE 1966, 2 (...)

16Les lignes 1 et 2 permettent ainsi de mieux évaluer la largeur du texte, puisqu’on sait désormais que les lacunes étaient de seulement une lettre à gauche et environ trois à cinq à droite. Même si les lignes suivantes sont écrites avec des lettres un peu plus petites, ces lacunes relativement réduites ne permettent pas de restituer d’autres fonctions que celles qui sont mentionnées dans la partie conservée du texte, la principale incertitude concernant l’abréviation éventuelle du mot placé en fin de ligne. Au total, on peut estimer la largeur du champ épigraphique à environ 50 à 60 cm et celle de la plaque à 50-85 cm, selon qu’il y avait ou non une moulure, dimensions qui conviennent parfaitement pour une base de statue (fig. 4 et 5)8.

  • 9 Si le mot est fréquemment écrit en entier sur les bases du sanctuaire des Trois Gaules (voir CIL XI (...)

17À la fin de la ligne 1, filio était vraisemblablement écrit en entier, plutôt qu’avec l’abréviation classique fil(io), en raison du probable centrage de la ligne 2, qui invite à supposer un vacat d’environ une lettre après le cognomen Laeto9.

  • 10 Ainsi à Lyon même a libellis et censibus pour C. Iulius Celsus dans CIL XIII, 1808 (Pflaum 1960-196 (...)

18La principale surprise est venue de la ligne 3, où avant a studi[is Aug(usti)] apparaît le mot [p]roc(uratori). Sa restitution n’avait jusqu’à présent pas été envisagée, sans doute parce que ce mot ne figure pas dans la dédicace du même Laetus à Silvain et que cette fonction est en général simplement formulée a studiis Augusti. S’il n’y a pas de nouveauté à la fin de la ligne 3, la restitution du génitif Aug(usti), qui était généralement admise, se trouve néanmoins confortée. L’éventualité d’une ligne centrée autour du seul titre a studiis, comme on en a d’autres exemples, notamment pour souligner une promotion10, peut en effet être désormais écartée, le mot proc(uratori) appelant naturellement un symétrique en fin de ligne.

  • 11 CIL XIII, 1808 = ILS, 1454 ; voir Pflaum 1960-1961, no 106.

19Aux lignes 4-5, la restitution de la procuratèle des provinces de Lyonnaise et d’Aquitaine est logiquement confirmée, la seule incertitude concernant l’abréviation des désinences, possible mais assez peu probable pour prouin[ciarum], qui pouvait être écrit en entier, nécessaire en revanche pour [Aquitan(icae ?)]. La succession des fonctions implique ainsi que la carrière de M. Aemilius Laetus fut transcrite en ordre chronologique inverse ou descendant, comme l’avaient déjà vu Alfred von Domaszewski et Hans-Georg Pflaum. La procuratèle de Lyonnaise et d’Aquitaine se trouvait en effet au sommet de la hiérarchie des postes ducénaires – ainsi dénommés car leurs titulaires percevaient un salaire de 200 000 sesterces – et son obtention ouvrait la voie à une promotion à des postes prestigieux au sein de la chancellerie impériale à Rome, comme celui d’a studiis : ce fut le cas également, sous Antonin, de C. Iulius Celsus, déjà cité, qui devint quant à lui a libellis et censibus, c’est-à-dire chargé des requêtes et des recensements11.

  • 12 Voir A. Allmer ad AD, 21bis, qui jugeait la restitution téméraire ; on comprend mal qu’elle ait été (...)
  • 13 Domaszewski 1908, p. 144 et p. 159 ; Domaszewski, Dobson 1967, p. XXXIX et p. 273.
  • 14 Ainsi Q. Baienus Blassianus : CIL XIV, 5341 = AE 1972, 70 = EDR110159 ; voir Pflaum 1960-1961, no 1 (...)
  • 15 Ainsi Cn. Pompeius Homullus : CIL VI, 1626 = ILS, 1385 = EDR100472 ; voir Pflaum 1960-1961, no 89 e (...)
  • 16 Ainsi C. Minicius Italus : CIL V, 875 ; voir Pflaum 1960-1961, no 59 et PIR2, M 614.
  • 17 Voir le tableau dressé par Le Glay, Tarpin 1989, p. 248.
  • 18 Voir supra, n. 10, avec les références.

20Les restitutions sont moins évidentes pour la ligne 6. Avant même la découverte du nouveau fragment, on pouvait exclure la préfecture des vigiles ([praef(ecto)] ui[gilum ?]), suggérée avec une grande prudence par A. Allmer et O. Hirschfeld12, mais impossible dans un cursus descendant. Pour des raisons inverses, la sous-préfecture des vigiles, envisagée par A. von Domaszewski13, était également à écarter, car trop modeste pour donner ensuite accès directement à la procuratèle ducénaire de Lyonnaise. Comme l’avait déjà vu H.-G. Pflaum, à cette place, il ne pouvait s’agir que d’une autre procuratèle provinciale et cette restitution se trouve pleinement confirmée par le nouveau fragment, qui permet de lire [p]ṛọc̣(uratori) p̣ṛ[o]ụị[nciae - - -]. Pour cette ligne aussi, la question de l’abréviation éventuelle du mot prouincia se pose, mais elle ne peut être tranchée, d’autant qu’on ignore le nom de la province concernée. Parmi les nombreuses procuratèles ducénaires susceptibles d’avoir été exercées avant celle de Lyonnaise et d’Aquitaine, on trouve des procuratèles-gouvernements de provinces, comme les Maurétanies et la Rétie14, la direction des finances d’autres provinces impériales, comme la Bretagne15, ou celle du patrimoine dans d’importantes provinces publiques comme l’Asie16, pour s’en tenir aux exemples déjà attestés17. Rien ne permet de choisir entre ces différentes possibilités. La suite du texte qui, comme dans les inscriptions de C. Iulius Celsus et de L. Marius Perpetuus, devait poursuivre l’énoncé de la carrière en ordre descendant jusqu’aux premières fonctions procuratoriennes, est perdue18.

21Le ou les dédicants, dont les noms ont également disparu, pouvaient être, comme pour ces deux dernières bases, un ou plusieurs subordonnés du procurateur, mais aussi la colonie de Lyon ou toute autre cité placée ou non sous son autorité, un collège ou un corps de métier avec lequel il aurait été en relation, ou encore des particuliers. Il est très probable, comme pour C. Iulius Celsus, que la statue fut élevée à l’occasion de la nomination de M. Aemilius Laetus dans la chancellerie impériale, au moment où le nouvel a studiis s’apprêtait à quitter Lyon pour Rome. La dédicace à Silvain, dans laquelle la seule fonction signalée est précisément celle d’a studiis, a dû être gravée à peu près au même moment.

  • 19 Pflaum 1960-1961, p. 560.
  • 20 CIL XII, 103 et p. 805 = ILS, 3528 = CLE, 19 ; voir Pflaum 1950, p. 310-316. Pour d’autres dédicace (...)
  • 21 Sur la sphère d’action de Silvain, voir Dorcey 1992, p. 14-32.

22H.-G. Pflaum avait ainsi suggéré que ce monument témoignait de la gratitude de Laetus pour la divinité à laquelle il aurait été redevable de sa promotion19. Même si les motifs pouvant conduire à invoquer Silvain sont nombreux, un rapprochement avec le célèbre carmen composé par le chevalier T. Pomponius Victor au moment où il quittait sa procuratèle alpine pour Rome peut être éclairant : le dieu, qui était associé aux forêts et aux espaces sauvages en marge de la civilisation, y est non seulement remercié pour avoir protégé le procurateur au cours des voyages qu’il a accomplis dans l’exercice de ses fonctions, mais également prié de veiller sur son retour en Italie20. Bien que Silvain soit également invoqué pour protéger des espaces, en particulier domestiques, et plus généralement pour la préservation (pro salute) des dédicants ou de leur entourage, c’est une explication plausible à la dédicace lyonnaise, malgré l’incertitude que fait peser le laconisme de son formulaire21.

  • 22 Voir Audin 1959, p. 109-110, qui plutôt qu’un sanctuaire à Silvain préférait une statue élevée à l’ (...)
  • 23 Hofmann 2018, p. 117-137 ; Becker 2018, p. 408-409, p. 411-412 et p. 418.
  • 24 Bellon et al. 2019, p. 38-41.

23Du point de vue topographique, il faut souligner que le nouveau fragment du cursus a été trouvé dans la même zone que l’autel dédié à Silvain. Cela laisse penser que les deux monuments se trouvaient peut-être dans un même contexte originel et indique en revanche que le fragment découvert rue Saint-Jean en 1892 a dû, comme beaucoup d’autres, « descendre » de la colline de Fourvière. Cela pose aussi d’intéressantes questions sur la topographie du quartier : faut-il localiser dans la zone de l’Antiquaille (fig. 2) le siège de la procuratèle, ou plutôt une résidence, éventuellement privée, du procurateur22 ? L’hypothèse ancienne qui situait une résidence impériale dans ce secteur est obsolète depuis longtemps. La fouille menée en 2011-2012 par É. Hofmann un peu au-dessus du lieu où a été découvert le nouveau fragment a mis au jour deux maisons établies chacune sur une terrasse, ainsi que, sur la terrasse inférieure, un grand édifice pourvu d’une abside. Ce dernier pourrait être un bâtiment public ou bien éventuellement un sanctuaire, appartenant ou non à la domus voisine, qui reste en activité après sa construction, au iie s.23 En dessous de l’édifice, lors de la seconde phase du diagnostic, menée par l’Inrap en décembre 2018 - janvier 2019, ont été dégagés un ensemble de murs et deux bassins qui existaient depuis l’époque augustéenne, mais ont été recouverts dans le courant du iiie s., comme l’ensemble du secteur, par un épais remblai dans lequel a été trouvé le fragment de cursus24. En l’état de nos connaissances, il est donc impossible de préciser le cadre dans lequel pouvait se trouver la base du procurateur, d’autant que ce type de monument honorifique pouvait aussi être élevé dans un espace public, comme un sanctuaire ou encore le théâtre tout proche.

De Lyon à Rome : la charge d’a studiis

  • 25 Outre C. Iulius Celsus (voir supra, n. 11), Cn. Pompeius Homullus (CIL VI, 1626 = ILS, 1385 = EDR10 (...)

24M. Aemilius Laetus est l’un des six procurateurs de Lyonnaise et d’Aquitaine pour lesquels nous connaissons une promotion dans la chancellerie impériale : outre C. Iulius Celsus, déjà cité et nommé a libellis et censibus, quatre autres devinrent a rationibus, tous dans le courant du iie s.25

  • 26 Voir Millar 1977, p. 205-206, qui insiste sur la préparation des discours et l’exercice rhétorique.
  • 27 Voir en ce sens Wallace-Hadrill 1995, p. 83-84, qui voit même en lui, de manière assez hypothétique (...)
  • 28 Ainsi déjà Hirschfeld 1905, p. 332-333 ; Pflaum 1960-1961, p. 761 et p. 890.
  • 29 Voir la liste de Pflaum 1960-1961, III, p. 1022-1023 (à compléter par M. Cn. Licinius Rufinus, voir (...)
  • 30 Voir respectivement AE 1953, 73 (Pflaum 1960-1961, no 96 ; PIR2, S 959) ; IG, XIV, 1085 (Pflaum 196 (...)
  • 31 Sur la procuratèle a bibliothecis, voir Pflaum 1960-1961, p. 1023 ; van’t Dack 1963, p. 177-184 ; B (...)

25On discute toujours des compétences de l’a studiis. Selon les avis, il s’occupait en premier lieu des discours de l’empereur26, de ses lectures et de sa bibliothèque personnelle27, mais surtout en réalité des recherches nécessaires à l’exercice de sa juridiction28. Parmi la douzaine de titulaires équestres connus pour la fonction, trois peuvent être datés du iie s.29 : Suétone, L. Iulius Vestinus et L. Volusius Maecianus30. On remarquera que pour aucun d’entre eux le titre de procurator n’accompagne l’intitulé a studiis et qu’en revanche ces trois personnages célèbres ont également exercé la procuratèle des bibliothèques, qui ne figure pas dans le cursus de M. Aemilius Laetus31.

  • 32 Outre CIL XIV, 5347, voir 5348 = EDR110166 et AE 1955, 179.
  • 33 Voir en ce sens van’t Dack 1963 et Wallace-Hadrill 1995, p. 82 ; voir Fein 1994, p. 155-166.
  • 34 Pflaum 1950, p. 254 et p. 256.
  • 35 Voir Pflaum 1960-1961, p. 246, à propos de Iulius Vestinus (no 105).

26La question du cumul des procuratèles a studiis et a bibliothecis est un dossier très compliqué, qu’il n’est donc pas utile d’ouvrir ici. On rappellera qu’il est seulement attesté pour L. Volusius Maecianus, que plusieurs inscriptions désignent comme a studiis et proc(urator) bibliothecarum32, et que c’est uniquement par analogie qu’on l’envisage parfois pour L. Iulius Vestinus et pour Suétone33, ce qui n’était pas l’avis de H.-G. Pflaum et reste contesté. Il ne faut pas oublier que ces trois personnages sont les premiers titulaires équestres connus pour ces deux postes, dont la hiérarchie n’était peut-être pas encore bien fixée, ce qui expliquerait qu’ils ne sont pas mentionnés dans le même ordre dans les deux inscriptions de Suétone et de Vestinus. Ce constat doit donc nous inviter à une certaine prudence en ce qui concerne la place de la procuratèle a studiis dans la hiérarchie : elle apparaît comme la première fonction ducénaire pour Maecianus, dont la fonction immédiatement précédente fut celle, centenaire, de préfet des véhicules. Mais celui-ci a une carrière particulièrement rapide et, inversement, Vestinus avait revêtu auparavant une fonction ducénaire, celle d’archiereus d’Alexandrie et directeur du Musée, et avait par conséquent une plus grande ancienneté. H.-G. Pflaum lui-même témoigne de quelque hésitation sur le sujet, puisqu’il situe la charge tantôt au deuxième échelon de la carrière ducénaire34, tantôt parmi les postes « hors-cadre » au sommet de celle-ci35.

  • 36 CIL VI, 3839a = 31776a = 41190 = ILS, 1329 = EDR093454 et CIL VI, 3839b = 31776b + 3861 = 31875 = 4 (...)
  • 37 AE 1977, 171.

27Les lacunes de la documentation ne permettent pas de suivre l’évolution du poste d’a studiis dans la seconde moitié du iie s. Mais pour le début du iiie s., deux carrières nous fournissent de précieuses indications, même si elles pourraient l’une comme l’autre avoir été un peu exceptionnelles (tabl. I). La première est celle de l’anonyme de deux bases romaines, identifié depuis H.-G. Pflaum avec T. Messius Extricatus, le préfet du prétoire et ami d’Élagabal36. Si la suite de la carrière continue à poser de redoutables problèmes, que nous n’envisagerons pas ici, la procuratèle a studiis peut être située dans la première décennie du iiie s., avant la préfecture de l’annone datée de 21037 et l’admission au Sénat, et sans doute après un début de cursus procuratorien qui a dû être passé sous silence. Cela montre que la fonction – surtout si elle a précédé immédiatement la préfecture de l’annone – se situait toujours à un niveau très élevé et sans doute tricénaire.

Tabl. I – Les a studiis au iie s. et au début du iiie s. apr. J.-C.

Nom Poste antérieur a studiis Poste ultérieur Date Référence
C. Suetonius Tranquillus (Pflaum, 96) [---] a studiis a bibliothecis ab epistulis fin Trajan ou début Hadrien AE 1953, 73
L. Iulius Vestinus (Pflaum, 105) ἐπὶ τῶν ἐν Ῥώμη̣ βιβλιοθηκῶν, Ῥωμαϊκῶν τε καὶ Ἑλληνικῶν ἐπὶ τῆς παιδείας Ἁδριανοῦ τοῦ αὐτοκράτορος ἐπιστολεὺς τοῦ αὐτοῦ αὐτοκράτορος Hadrien IG, XIV, 1085
L. Volusius Maecianus (Pflaum, 141) praef uehiculorum a studiis et proc bibliothecarum a libellis et censibus 142-145 ? CIL XIV, 5347
M. Aemilius Laetus (Pflaum, 213) proc prov Lugud et Aquit a studiis Aug     CIL XIII, 1779 et 1809
T. Messius Extricatus (Pflaum, 293) ? a s]tudis praef ann(onae) avant 210 CIL VI, 41190-41191
M. Cn. Licinius Rufinus πράξας τὰς Ἑλληνικὰς ἐπιστολάς ἐπὶ παιδείας Σεβ(αστοῦ) ἐπὶ τῶν καθόλου λόγων ἐπὶ τῶν ἀποκριμάτων Caracalla ? SEG, 47, 1656 AE 1997, 1425
  • 38 AE 1997, 1425 = SEG, 47, 1656 ; voir déjà, pour la carrière sénatoriale, Robert 1948, p. 29-34 ; po (...)

28La seconde carrière est, une ou deux décennies plus tard, celle du célèbre juriste M. Cn. Licinius Rufinus, dont une inscription de Thyatire a révélé le cursus équestre, et qui a enchaîné les postes d’ἐπὶ τῆς παιδείας, ἐπὶ τῶν καθόλου λόγων et ἐπὶ τῶν ἀποκριμάτων (c’est-à-dire a studiis, a rationibus et, peut-être, a libellis) entre 212 et 225-230 avant d’être lui aussi promu au sénat et nommé gouverneur du Norique38. La fonction semble là encore de niveau élevé, bien qu’elle soit suivie par deux autres postes de chancellerie. Mais le début de carrière, avec les postes de consiliarius et d’ab epistulis Graecis, montre un type de cursus un peu différent, celui des juristes et des intellectuels, qui se développe au début du iiie s., et on pourrait là encore avoir affaire à un parcours un peu exceptionnel. Néanmoins, et même s’il serait imprudent d’en tirer des règles trop strictes, la carrière de Licinius Rufinus confirme, comme celle de Messius Extricatus, que le poste d’a studiis se situait toujours, dans les premières décennies du iiie s., à un niveau très élevé de la hiérarchie procuratorienne.

  • 39 Pflaum 1960-1961, p. 1022-1023 ; Christol 1981, p. 67-74.
  • 40 Par exemple A. Voconius Zeno (AE 1915, 51 ; voir Pflaum 1960-1961, no 348) et plus tard M. Asidoniu (...)

29Vers le milieu du iiie s., on observe une nette évolution, le bureau a studiis étant désormais dirigé par un magister, secondé par des procurateurs de rang sexagénaire ou centenaire qui sont considérés comme des adjoints ou attribués à des membres plus jeunes du collège impérial39. C’est donc un assez bon terminus ante quem pour l’inscription lyonnaise, même si l’on peut encore trouver à cette époque des chevaliers de niveau ducénaire ou tricénaire qui sont désignés simplement comme a studiis, sans le titre de magister ni celui de procurator40.

  • 41 Pflaum 1950, p. 91, p. 256 et p. 290, ainsi que Pflaum 1960-1961, p. 761 ; dans le même sens Christ (...)
  • 42 Voir par exemple les réflexions menées par Demougin 2001.

30Désormais un peu mieux connue, mais difficile à dater, la carrière de M. Aemilius Laetus est un jalon supplémentaire dans l’histoire complexe de la procuratèle a studiis. Comme l’avait noté H.-G. Pflaum, elle place cette fonction à un niveau très élevé, puisqu’elle la situe au-dessus de la procuratèle de Lyonnaise et d’Aquitaine, elle-même au quatrième échelon de la carrière ducénaire. La procuratèle « aux études » paraît donc comparable aux autres grandes directions de la chancellerie impériale et elle est probablement devenue, comme celles-ci, tricénaire à la fin du iie s.41 Mais cette indication ne fournit pas de critère chronologique très précis, puisque cette position hiérarchique élevée est attestée depuis le règne d’Hadrien, avec L. Iulius Vestinus, jusqu’à l’époque sévérienne. Le débat est au demeurant peut-être un peu vain, car divers exemples montrent aujourd’hui que les fameux échelons de la carrière procuratorienne étaient sans doute moins rigides que ne le pensaient O. Hirschfeld et H.-G. Pflaum et qu’il y avait de toutes façons des nominations atypiques, en fonction des relations personnelles ou des compétences professionnelles42.

  • 43 Voir supra, n. 40 et Hirschfeld 1905, p. 333, qui signale le même usage pour les a cognitionibus (p (...)
  • 44 AE 2008, 1428, complétant IK, 54, 24, à Pergè ; voir ILS, 8848 et PIR2, P 1087.
  • 45 CIL XI, 5028 = ILS, 1447 = EDR157689 ; voir Pflaum 1960-1961, no 37 et PIR2, C 204.
  • 46 CIL VI, 798 = ILS, 1448 = EDR121875 ; voir Pflaum 1960-1961, no 60 et PIR2, O 62.
  • 47 CIL XI, 5213 = ILS, 1338 = EDR166721 ; voir Pflaum 1960-1961, no 95 et PIR2, H 30.
  • 48 CIL VI, 1625a-b = 31834a-b et p. 4722 = EDR111434 et CIL XIV, 4458 = EDR072626 ; voir Pflaum 1960-1 (...)

31Un autre indice de datation de la carrière pourrait cependant être cherché dans le titre de proc(urator) a studiis qui est apparu sur le nouveau fragment de cursus de l’Antiquaille. Même si, comme on l’a signalé, le terme procurator est utilisé pour désigner les postes de la chancellerie impériale à une époque assez tardive43, on le trouve aussi pour des procurateurs beaucoup plus anciens, souvent les premiers de rang équestre, avant que la forme simplifiée ne se généralise. C’est le cas notamment pour L. Pupius Praesens, procurator diui Claudi et Neronis Claudi Caesaris Aug(usti) Germanici prouinciae Galaticae et Pamphyliae et a loricata44, pour Sex. Caesius Propertianus, proc(urator) Imp(eratoris) a patrim(onio) et heredit(atium) et a libellis dès la deuxième moitié du ier s.45, pour C. Octauius Titinius Capito, proc(urator) ab epistulis et a patrim(onio) sous Domitien et Nerva46, ou encore pour T. Haterius Nepos, proc(urator) heredit(atium) et a censibus47. Dans tous ces exemples, on peut penser que le titre procurator est en facteur commun et s’applique à chacune des fonctions, mais on trouve aussi quelques inscriptions dans lesquelles il porte sur un seul poste : à défaut d’exemple probant pour les a studiis, on peut citer pour les a rationibus le cas de M. Petronius Honoratus, dans des textes de la décennie 140 apr. J.-C. 48 Ces parallèles pourraient plaider pour une date haute de l’inscription de M. Aemilius Laetus, à partir par exemple du règne d’Hadrien, sinon de Trajan. Mais c’est aussi un indice fragile, d’autant plus que la dédicace à Silvain porte quant à elle la formule simplifiée a studiis Augusti, ce qui montre que les deux titulatures pouvaient parfaitement coexister et interdit d’en tirer une datation trop rigide.

L’homme et son temps

  • 49 AE 1963, 64 ; Pflaum 1960-1961, no 282 bis et Pflaum 1982, p. 72.
  • 50 CIL XVI, 90 = IDR, I, 14. Sur cet officier équestre, voir PME, I, V, A 79.
  • 51 PIR2, A 358 ; voir Pflaum 1960-1961, p. 560-561 ; récemment Kłodziński 2012, p. 32-33, no 10 ; Carb (...)
  • 52 AE 1949, 38.
  • 53 Q. Aemilius Laetus : voir supra, n. 51 ; Q. Maecius Laetus : PIR2, M 54 ; sur le général de Septime (...)

32La chronologie est d’autant plus difficile à établir qu’en dehors des inscriptions lyonnaises, M. Aemilius Laetus reste un parfait inconnu. La tribu Quirina est trop diffusée, en Italie ou en Espagne comme en Afrique, pour permettre d’identifier ses origines géographiques. Le gentilice Aemilius est tout aussi fréquent, et rien ne permet de rapprocher l’a studiis du M. Aemilius [- - -] qui fut procurateur du vingtième des héritages en Ombrie et Picenum et reçut une dédicace à Tuzag, en Proconsulaire49, ni du M. Aemilius +[- - -] préfet de la cohors II Gallorum Pannonica de Dacie Supérieure qui est connu par un diplôme militaire daté du 23 février 14450. A. Allmer, suivi par H.-G. Pflaum, avait suggéré d’éventuels liens de parenté avec Q. Aemilius Laetus, préfet du prétoire qui participa à l’assassinat de Commode, puis à celui de Pertinax, avant d’être mis à mort sur ordre de Didius Iulianus51. La piste semble plus intéressante, le préfet pouvant être par exemple un fils ou un descendant du procurateur a studiis. Mais originaire de Thaenae (Tina, en Proconsulaire), il appartenait vraisemblablement, comme son frère, à la tribu Papiria52 : un lien de parenté avec le personnage de l’inscription lyonnaise paraît donc assez hypothétique. Quant au surnom Laetus, on rappellera que parmi les élites impériales de la fin du iie s. et du début du iiie s., il fut porté non seulement par deux préfets du prétoire, Q. Aemilius Laetus, évoqué précédemment, sous Commode, et Q. Maecius Laetus, sous Septime Sévère, mais encore par l’un des grands généraux des guerres civiles de 193-197, (Iulius) Laetus53.

  • 54 Wuilleumier 1948, p. 46 ; Pflaum 1960-1961, no 213 ; Le Glay, Tarpin 1989, p. 248. La date haute pr (...)
  • 55 Comme le notent, entre autres, Bruhl, Audin 1965 et Jacques 1984, p. 389-390 et n. 38, à propos de (...)

33En l’absence de repère chronologique précis, la datation des deux textes lyonnais ne peut donc être qu’approximative, et la fin du iie s., qui est la plus généralement retenue54, est une fourchette peut-être un peu trop étroite. Les données paléographiques ne sont malheureusement pas d’un plus grand secours. Le cursus de Laetus est gravé avec un soin extrême et présente en particulier de très fins empattements, auxquels on ne trouve guère d’équivalents à Lyon. Il faut cependant tenir compte du matériau, le marbre, pour lequel on manque de parallèles, et la forme des lettres ne semble pas particulièrement ancienne. Surtout, on sait qu’à Lyon une grande monumentalité et une remarquable qualité de gravure se maintiennent à l’époque sévérienne55, ce qui interdit d’en faire un critère chronologique opératoire. On remarquera enfin que l’autel à Silvain (fig. 3), qui ne présente pas la même qualité de gravure, laisse une impression un peu différente, peut-être aussi à cause de sa forme élancée, qu’on retrouve dans des monuments assez tardifs.

34Dans ces conditions, il serait hasardeux de demander à la paléographie les critères que la prosopographie et l’histoire administrative n’ont pu nous donner, et il paraît prudent de conserver pour ce procurateur de Lyonnaise et d’Aquitaine une datation assez large, depuis le règne d’Hadrien jusqu’à celui de Septime Sévère ou de Caracalla, avec peut-être une légère préférence pour la seconde moitié du iie s., pour laquelle il pourrait être le premier a studiis connu.

35Quelle que soit sa date exacte, la carrière de M. Aemilius Laetus confirme le rang élevé du bureau a studiis, qui fait partie des grandes directions de la chancellerie impériale. Elle confirme aussi que les procurateurs de Lyonnaise et d’Aquitaine, dont l’un est connu comme a libellis et censibus et plusieurs comme a rationibus, étaient assez régulièrement promus dans l’entourage de l’empereur. S’il ne permet pas de localiser exactement le siège de la procuratèle, le nouveau fragment de l’Antiquaille ouvre du moins des pistes de réflexion qu’on espère pouvoir prolonger par de nouvelles découvertes.

Haut de page

Bibliographie

Pour consulter la liste des abréviations et des acronymes, cliquer ici.

Sources épigraphiques et recueils prosopographiques

AD

Inscriptions antiques du Musée de Lyon, éd. A. Allmer, P. Dissard, Lyon, L. Delaroche & Cie, 1888-1893, 5 vol.

Corpus Inscriptionum Latinarum (CIL)

CIL III, Inscriptiones Asiae, provinciarum Europae Graecarum, Illyrici Latinae, éd. T. Mommsen et al., Berlin, 1873-1902.

CIL V, Inscriptiones Galliae Cisalpinae, éd. T. Mommsen, Berlin, 1872-1877.

CIL VI, Inscriptiones urbis Romae Latinae, éd. G. Henzen, I. B. De Rossi et al., Berlin, 1876 —.

CIL XI, Inscriptiones Aemiliae Etruriae Umbriae Latinae, éd. E. Bormann, Berlin, 1888.

CIL XII, Inscriptiones Galliae Narbonensis Latinae, éd. O. Hirschfeld, Berlin, 1888.

CIL XIII, Inscriptiones trium Galliarum et Germaniarum Latinae, éd. O. Hirschfeld, K. Zangmeister et al., Berlin, 1889-1943, 4 tomes.

CIL XIV, Inscriptiones Latii veteris Latinae, éd. H. Dessau, L. Wickert, Berlin, 1887-1933.

CIL XVI, Diplomata militaria, éd. H. Nesselhauf, Berlin, 1936-1955.

CLE

Carmina Latina epigraphica, éd. F. Bücheler et E. Lommatzsch, Leipzig, Teubner, 1895-1926.

IDR

Inscriptiones Daciae Romanae, Bucarest, 1975 —.

I.Ephesos

Die Inschriften von Ephesos, Bonn, Rudolf Habelt (coll. Inschriften griechischer Städte aus Kleinasien, 11-17) 1979-1984.

IG

IG, XIV, Inscriptiones Graecae Siciliae et Italiae, additis graecis Galliae, Hispaniae, Britanniae, Germaniae inscriptionibus, éd. G. Kaibel, Berlin, G. Reimer, 1890.

ILS

Inscriptiones latinae selectae, éd. H. Dessau, Berlin, Weidmann, 1892-1916.

ILTG

Inscriptions Latines des Trois Gaules, éd. P. Wuilleumier, Paris, CNRS (coll. Suppl. à Gallia, 17), 1963.

InscrAq

Inscriptiones Aquileiae, éd. G. B. Brusin, Udine, Deputazione di storia patria per il Friuli, 1991-1993, 3 vol.

I. Pergè

Die Inschriften von Perge, éd. S. Șahin, Bonn, Rudolf Hablet (Inschriften griechischer Städte aus Kleinasien, 54 et 61), 1999-2004.

PIR2

Prosopographia Imperii Romani. Saec. I. II. III., 2e ed., éd. E. Groag, A. Stein et al., Berlin, De Gruyter, 1933-2015, 8 vol.

PME

Prosopographia militiarum equestrium quae fuerunt ab Augusto ad Gallienum, éd. H. Devijver et al., Louvain, Universitaire Pers Leuven, 1976-2001, 6 vol.

Références

Alföldy G. 1984 : Römische Statuen in Venetia et Histria, Heidelberg, Winter, 170 p.

Allmer A. 1898 : Revue épigraphique du Midi de la France, 3, Vienne, 570 p.

Audin A. 1959 : Essai sur la topographie de Lugdunum, Lyon, Audin, 178 p.

Becker C. 2018 : L’Antiquaille, in Lenoble M. (dir.), Atlas topographique de Lugdunum. 1. Lyon Fourvière, Dijon, Société archéologique de l’Est (coll. Suppl. à la Revue archéologique de l’Est, 47), p. 393-418, feuille 10.

Bellon C., Bonnet C., Faure P., Savay-Guerraz H. 2018 : Lyon 5e, Rhône, Auvergne-Rhône-Alpes 1 rue de l’Antiquaille, Phase 1, Rapport de fouilles archéologiques, Inrap.

Bellon C., Bonnet C., Franc O. 2019 : Lyon 5e, Rhône, Auvergne-Rhône-Alpes 1 rue de l’Antiquaille. Phases 1 et 2, Rapport de diagnostic archéologique, Bron, Inrap, 90 p.

Bowie E. 2013 : Libraries for the Caesars, in König J., Oikonomopoulou K., Woolf G. (dir.), Ancient Libraries, Cambridge, Cambridge University Press, p. 237-260.

Bruhl A., Audin A. 1965 : Inscription du Lyonnais Tiberius Aquius Apollinaris, Gallia, 23-2, p. 267-272.

Carboni T. 2017 : La parola scritta al servizio dell’imperatore e dell’impero: l’ab epistulis e l’a libellis nel II secolo d. C., Bonn, Rudolf Habelt (coll. Antiquitas, 70), 289 p.

Christol M. 1981 : Observations complémentaires sur les carrières de Marcus Aurelius Hermogenes et de Pontius Eglectus Iulianus : procurator a studiis et magister a studiis, Zeitschrift für Papyrologie und Epigraphik, 43, p. 67-74.

Christol M. 1998 : La carrière d’un procurateur anonyme de Lyon (AE 1989, 522), Cahiers du Centre Gustave-Glotz, 9, p. 229-235.

Demougin S. 2001 : Considérations sur l’avancement dans les carrières procuratoriennes équestres, in De Blois L. (dir.), Administration, Prosopography and Appointment Policies in the Roman Empire. Proceedings of the First Workshop of the International Network ‘Impact of Empire’ (Roman Empire, 27 B.C. – A.D. 406), Leiden, June 28 – July 1, 2000, Amsterdam, J. C. Gieben, p. 24-34.

Demougin S. 2007 : À propos des conseillers de l’empereur, in XII Congressus internationalis epigraphiae Graecae et Latinae: provinciae imperii Romani inscriptionibus descriptae, Acta, Barcelona, 3-8 septembris 2002, Barcelone, Institut d’estudis catalans, p. 357-361.

Domaszewski A. von 1908 : Die Rangordnung des römischen Heeres, Bonn, A. Marcus und E. Weber, 278 p.

Domaszewski A. von, Dobson B. 1967 : Die Rangordnung des römischen Heeres. 2. durchgesehene Auflage, Cologne, Böhlau, LXII-375 p.

Dorcey P. 1992 : The Cult of Silvanus. A Study in Roman Folk Religion, Leyde, New York, Cologne, Brill (coll. Columbia studies in the classical tradition, 20), 193 p.

Eck W. 2006 : Der Kaiser und seine Ratsgeber, in Kolb A. (dir.), Herrschaftsstrukturen und Herrschaftspraxis. Konzepte, Prinzipien und Strategien der Administration im römischen Kaiserreich, Berlin, Akademie Verlag, p. 67-78.

Fein S. 1994 : Die Beziehungen der Kaiser Trajan und Hadrian zu den Litterati, Berlin, De Gruyter (coll. Beiträge zur Altertumskunde, 26), 404 p.

Haensch R. 1997 : Capita provinciarum. Statthaltersitze und Provinzialverwaltung in der römischen Kaiserzeit, Mayence, Philipp von Zabern (coll. Kölner Forschungen, 7), 863 p.

Herrmann P. 1997 : Die Karriere eines prominenten Iuristen aus Thyateira, Tychè, 12, p. 111-123.

Hirschfeld O. 1905 : Die kaiserlichen Verwaltungsbeamten bis auf Diocletian. Zweite neuearbeitete Auflage, Berlin, Weidmann, 514 p.

Hofmann E. 2018 : Les domus de l’îlot central de l’Antiquaille, in Bérard F., Poux M. (dir.), Lugdunum et ses campagnes. Actualité de la recherche, Montagnac, Drémil Lafage, Monique Mergoil (coll. Archéologie et histoire romaine, 38), p. 117-137.

Hofmann E., Mani C. (dir.) 2019 : La fouille de l’îlot central de l’Antiquaille, 1 rue de l’Antiquaille, 69005 Lyon, Rapport de fouille d’archéologie préventive, SRA Auvergne-Rhône-Alpes, 8 vol. et 1 annexe.

Jacques F. 1984 : Le privilège de liberté. Politique impériale et autonomie municipale dans les cités de l’Occident romain (161-244), Rome, EFR (coll. de l’EFR, 76), 867 p.

Jones C. 2007 : Juristes romains dans l’Orient grec, Comptes rendus des séances de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, p. 1331-1359.

Kłodziński K. 2011 : Sekretarze ab epistulis i a libellis w kancelarii cesarzy od Augusta do Hadriana, Toruń, Wydawnictwo Naukowe Uniwersytetu Mikołaja Kopernika, 140 p.

Kłodziński K. 2012 : Prefekci pretorianów cesarza Kommodusa, Klio. Czasopismo poświęcone dziejom Polski i powszechnym, 20, p. 32-33.

Le Glay M., Tarpin M. 1989 : Trois nouvelles inscriptions de Lyon, Gallia, 46, p. 245-251.

Le Mer A.-C., Chomer C. (dir.) 2007 : Lyon, Paris, Académie des inscriptions et belles-lettres (coll. Carte archéologique de la Gaule, 69-2), 883 p.

Millar F. 1977 : The Emperor in the Roman World: 31 BC-AD 337, Londres, Duckworth, 656 p.

Millar F. 1999 : The Greek East and Roman Law: The Dossier of M. Cn. Licinius Rufinus, Journal of Roman Studies, 89, p. 90-108.

Pflaum H.-G. 1950 : Essai sur les procurateurs équestres sous le Haut-Empire romain, Paris, A. Maisonneuve, 357 p.

Pflaum H.-G. 1960-1961 : Les carrières procuratoriennes équestres sous le Haut-Empire romain, Paris, P. Geuthner (coll. Bibliothèque archéologique et historique, 57), 3 vol., 1469 p.

Pflaum H.-G. 1982 : Les carrières procuratoriennes équestres sous le Haut-Empire. 4, Supplément, Paris, P. Geuthner (coll. Bibliothèque archéologique et historique, 112), 183 p.

Robert L. 1948 : Un juriste romain dans une inscription de Beroia, in Robert L. (dir.), Hellenica, Recueil d’épigraphie, de numismatique et d’antiquités grecques 5, Paris, A. Maisonneuve, p. 29-34.

Sablayrolles R. 1996 : Libertinus miles. Les cohortes de vigiles, Rome, EFR (coll. de l’EFR, 224), 875 p.

van’t Dack E. 1963 : A studiis, a bybliothecis, Historia, 12, p. 177-184.

Wallace-Hadrill A. 1995 (1re éd. 1983) : Suetonius, Londres, Bristol Classical Press, 216 p.

Wuilleumier P. 1948 : L’administration de la Lyonnaise sous le Haut-Empire, Paris, Les Belles Lettres (coll. Annales de l’Université de Lyon, 3e série Lettres, 16), 73 p.

Haut de page

Notes

1 Nous remercions tous ceux qui nous ont aidés dans cette étude, les collègues de l’Inrap, Hugues Savay-Guerraz, l’équipe du musée Lugdunum et sa photographe Milène Jallais, ainsi que Ségolène Demougin pour ses corrections et ses conseils éclairés.

Sur l’administration de la Lyonnaise, voir l’étude vieillie mais toujours utile de Wuilleumier 1948.

2 Bellon et al. 2018, p. 40-44. Sur l’ensemble des phases 1 et 2 du diagnostic (décembre 2018-janvier 2019), voir Bellon et al. 2019. Sur le secteur archéologique de l’Antiquaille, voir Becker 2018.

3 En dehors des sénateurs Ti. Claudius Quartinus (CIL XIII, 1802 et AE 1976, 427 ; voir PIR2, C 990) et L. Fuluius Aemilianus (CIL XIII, 1806, 1801 et 1805 ; voir PIR2, F 527), c’est par exemple le cas du grand négociant trévire C. Apronius Raptor (CIL XIII, 1911 et 11179), mais pas du célèbre procurateur C. Iulius Celsus (CIL XIII, 1808 = ILS, 1454), auquel l’inscription ILTG, 218, découverte dans l’amphithéâtre, ne doit plus être attribuée (voir AE 2000, 946).

4 Dim. : h. : 138,50 cm ; l. : 54 cm ; ép. : 45 cm. Champ épigraphique : 83 x 43. H. d. l. : 5,20 à 5,40 cm. Voir Hirschfeld 1905, p. 333, n. 5.

5 Voir Allmer 1898, p. 196, no 923.

6 A. Stein dans PIR2, A 357 ; Wuilleumier 1948, p. 46 ; Pflaum 1960-1961, I, p. 559-561, no 213 et Pflaum 1982, p. 149 ; Le Glay, Tarpin 1989, p. 246-248. Sur ce texte, voir aussi Domaszewski 1908, p. 144 et p. 159, n. 3 et Haensch 1997, p. 464.

7 Becker 2018, p. 411-413 ; Hofmann, Mani dir. 2019.

8 Pour un parallèle à Lyon, voir la plaque de Ti. Aquius Apollinaris découverte à l’odéon (AE 1966, 252), elle aussi en marbre, mais de dimensions légèrement supérieures (119 x 92 x 21 cm) ; à Vérone, celles de C. Attius Alfianus (98 x 59 x 19 cm) ou de P. Baebius Tuticanus (68 x 66 x 31 cm), également en marbre et également destinées au revêtement d’une base de statue : voir CIL V, 3358 et 3334 = Alföldy 1984, nos 215 et 216, avec de nombreux autres exemples.

9 Si le mot est fréquemment écrit en entier sur les bases du sanctuaire des Trois Gaules (voir CIL XIII, 1683, 1689, 1702, 1704, 1706, 1708), les exemples sont bien moins fréquents dans le reste de l’épigraphie lyonnaise ; pour un parallèle possible, voir cependant CIL XIII, 1918.

10 Ainsi à Lyon même a libellis et censibus pour C. Iulius Celsus dans CIL XIII, 1808 (Pflaum 1960-1961, no 106) et pontifici pour L. Marius Perpetuus dans CIL XIII, 1810 (Pflaum 1960-1961, no 168) ; voir Christol 1998, p. 229-230 ; voir aussi ab epistulis à la fin du cursus ascendant de Suétone : AE 1953, 73.

11 CIL XIII, 1808 = ILS, 1454 ; voir Pflaum 1960-1961, no 106.

12 Voir A. Allmer ad AD, 21bis, qui jugeait la restitution téméraire ; on comprend mal qu’elle ait été reprise, même avec un point d’interrogation, par O. Hirschfeld, ad CIL XIII, 1809, et qu’elle figure encore dans Le Mer, Chomer (dir.) 2007, p. 470, no 406, ainsi que dans la banque de données Clauss-Slaby (EDCS-10500764, consultée le 24 avril 2019). En revanche, Laetus est logiquement absent de l’ouvrage de Sablayrolles 1996.

13 Domaszewski 1908, p. 144 et p. 159 ; Domaszewski, Dobson 1967, p. XXXIX et p. 273.

14 Ainsi Q. Baienus Blassianus : CIL XIV, 5341 = AE 1972, 70 = EDR110159 ; voir Pflaum 1960-1961, no 126.

15 Ainsi Cn. Pompeius Homullus : CIL VI, 1626 = ILS, 1385 = EDR100472 ; voir Pflaum 1960-1961, no 89 et PIR2, P 617.

16 Ainsi C. Minicius Italus : CIL V, 875 ; voir Pflaum 1960-1961, no 59 et PIR2, M 614.

17 Voir le tableau dressé par Le Glay, Tarpin 1989, p. 248.

18 Voir supra, n. 10, avec les références.

19 Pflaum 1960-1961, p. 560.

20 CIL XII, 103 et p. 805 = ILS, 3528 = CLE, 19 ; voir Pflaum 1950, p. 310-316. Pour d’autres dédicaces de procurateurs à Silvain, voir CIL VI, 611 ; CIL XIV, 20 = ILS, 372 = EDR143973 ; AE 1990, 451 et 2013, 1289 ; et peut-être CIL III, 3249 = 6439 ; Dorcey 1992, p. 115 et n. 56.

21 Sur la sphère d’action de Silvain, voir Dorcey 1992, p. 14-32.

22 Voir Audin 1959, p. 109-110, qui plutôt qu’un sanctuaire à Silvain préférait une statue élevée à l’intérieur d’une demeure, mais envisageait aussi la présence de bâtiments administratifs.

23 Hofmann 2018, p. 117-137 ; Becker 2018, p. 408-409, p. 411-412 et p. 418.

24 Bellon et al. 2019, p. 38-41.

25 Outre C. Iulius Celsus (voir supra, n. 11), Cn. Pompeius Homullus (CIL VI, 1626 = ILS, 1385 = EDR100472 ; Pflaum 1960-1961, no 89 et PIR2, P 617), Ti. Claudius Secundinus L. Statius Macedo (CIL V, 867 = ILS, 1339 = InscrAq, 846b = EDR093909 ; Pflaum 1960-1961, no 109 et PIR2, C 1015), C. Iunius Flauianus (CIL VI, 1620 = ILS, 1342 = EDR111423 ; voir CIL XIII, 1812 ; Pflaum 1960-1961, no 134 et PIR2, I 753) et C. Baienus Blassianus (CIL XIV, 5341 = AE 1972, 70 = EDR110159 ; Pflaum 1960-1961, no 126) ; voir Le Glay, Tarpin 1989, p. 248.

26 Voir Millar 1977, p. 205-206, qui insiste sur la préparation des discours et l’exercice rhétorique.

27 Voir en ce sens Wallace-Hadrill 1995, p. 83-84, qui voit même en lui, de manière assez hypothétique, une sorte de conseiller littéraire.

28 Ainsi déjà Hirschfeld 1905, p. 332-333 ; Pflaum 1960-1961, p. 761 et p. 890.

29 Voir la liste de Pflaum 1960-1961, III, p. 1022-1023 (à compléter par M. Cn. Licinius Rufinus, voir infra, n. 38) et tabl. I.

30 Voir respectivement AE 1953, 73 (Pflaum 1960-1961, no 96 ; PIR2, S 959) ; IG, XIV, 1085 (Pflaum 1960-1961, no 105 ; PIR2, I 623) et CIL XIV, 5347 = EDR110165 (Pflaum 1960-1961, no 141 ; PIR2, V 973).

31 Sur la procuratèle a bibliothecis, voir Pflaum 1960-1961, p. 1023 ; van’t Dack 1963, p. 177-184 ; Bowie 2013, p. 244-260.

32 Outre CIL XIV, 5347, voir 5348 = EDR110166 et AE 1955, 179.

33 Voir en ce sens van’t Dack 1963 et Wallace-Hadrill 1995, p. 82 ; voir Fein 1994, p. 155-166.

34 Pflaum 1950, p. 254 et p. 256.

35 Voir Pflaum 1960-1961, p. 246, à propos de Iulius Vestinus (no 105).

36 CIL VI, 3839a = 31776a = 41190 = ILS, 1329 = EDR093454 et CIL VI, 3839b = 31776b + 3861 = 31875 = 41191 = EDR093455 : voir Pflaum 1960-1961, no 293 et Pflaum 1982, p. 72-75 ; voir W. Eck, dans Realencyclopädie der classischen Altertumswissenschaft, Suppl., 15, 1978, col. 289-290 ; PIR2, M 518 ; en dernier lieu G. Alföldy, ad CIL VI, p. 4978.

37 AE 1977, 171.

38 AE 1997, 1425 = SEG, 47, 1656 ; voir déjà, pour la carrière sénatoriale, Robert 1948, p. 29-34 ; pour l’inscription de Thyatire, Herrmann 1997, p. 111-123 ; Millar 1999, p. 90-108 ; Eck 2006, p. 71-72 ; Jones 2007, p. 1337 et no 14 ; Demougin 2007, p. 357-359 ; Kłodziński 2011 (non vidimus) ; Carboni 2017, p. 84-85 et p. 94.

39 Pflaum 1960-1961, p. 1022-1023 ; Christol 1981, p. 67-74.

40 Par exemple A. Voconius Zeno (AE 1915, 51 ; voir Pflaum 1960-1961, no 348) et plus tard M. Asidonius Verus Fauentinus (AE 1930, 150 ; PIR2, A 1217), dont selon Christol 1981, p. 72, les fonctions peuvent être respectivement datées des règnes de Gallien et d’Aurélien lorsqu’ils étaient seuls empereurs.

41 Pflaum 1950, p. 91, p. 256 et p. 290, ainsi que Pflaum 1960-1961, p. 761 ; dans le même sens Christol 1981, p. 71, n. 22 et Herrmann 1997, p. 116-117.

42 Voir par exemple les réflexions menées par Demougin 2001.

43 Voir supra, n. 40 et Hirschfeld 1905, p. 333, qui signale le même usage pour les a cognitionibus (p. 329).

44 AE 2008, 1428, complétant IK, 54, 24, à Pergè ; voir ILS, 8848 et PIR2, P 1087.

45 CIL XI, 5028 = ILS, 1447 = EDR157689 ; voir Pflaum 1960-1961, no 37 et PIR2, C 204.

46 CIL VI, 798 = ILS, 1448 = EDR121875 ; voir Pflaum 1960-1961, no 60 et PIR2, O 62.

47 CIL XI, 5213 = ILS, 1338 = EDR166721 ; voir Pflaum 1960-1961, no 95 et PIR2, H 30.

48 CIL VI, 1625a-b = 31834a-b et p. 4722 = EDR111434 et CIL XIV, 4458 = EDR072626 ; voir Pflaum 1960-1961, no 117 et PIR2, P 281. Voir aussi L. Vibius Lentulus, sous Trajan, avec l’équivalent grec ἀπὸ τῶν λόγων (I.Ephesos, 736, 2061 et 3046 ; voir Pflaum 1960-1961, no 66 et PIR2, V 553).

49 AE 1963, 64 ; Pflaum 1960-1961, no 282 bis et Pflaum 1982, p. 72.

50 CIL XVI, 90 = IDR, I, 14. Sur cet officier équestre, voir PME, I, V, A 79.

51 PIR2, A 358 ; voir Pflaum 1960-1961, p. 560-561 ; récemment Kłodziński 2012, p. 32-33, no 10 ; Carboni 2017, p. 75-76.

52 AE 1949, 38.

53 Q. Aemilius Laetus : voir supra, n. 51 ; Q. Maecius Laetus : PIR2, M 54 ; sur le général de Septime Sévère : PIR2, I 373 et L 69 (Iulius Laetus et Laetus ne sont probablement qu’un seul et même personnage).

54 Wuilleumier 1948, p. 46 ; Pflaum 1960-1961, no 213 ; Le Glay, Tarpin 1989, p. 248. La date haute proposée par A. Allmer, ad AD, 26, ne reposait que sur un rapprochement arbitraire avec l’empereur Claude et semble abandonnée dans AD, 21 bis.

55 Comme le notent, entre autres, Bruhl, Audin 1965 et Jacques 1984, p. 389-390 et n. 38, à propos de deux carrières municipales discutées (AE 1966, 252 et CIL XIII, 1921).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Situation générale de la région Auvergne-Rhône-Alpes, du département du Rhône, de la ville de Lyon et de son 5e arrondissement
Crédits DAO : C. Bellon (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/5157/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 218k
Titre Fig. 2 – Localisation des sondages de 2018 et 2019
Crédits DAO : C. Bellon, sur fond de l’atlas topographique de Lyon, Lenoble dir. 2018, feuille 10.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/5157/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 715k
Titre Fig. 3 – Dédicace de M. Aemilius Laetus à Silvain
Crédits Cliché : J.-M. Degueule, C. Thioc (Lugdunum - musée et théâtres romains).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/5157/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Fig. 4 – Cursus de M. Aemilius Laetus : photographie des deux fragments
Crédits Cliché : M. Jallais (Lugdunum - musée et théâtres romains).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/5157/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 285k
Titre Fig. 5 – Cursus de M. Aemilius Laetus : proposition de restitution
Crédits DAO : É. Bayen (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/5157/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 358k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Bellon, François Bérard, Patrice Faure et Nicolas Laubry, « Un nouveau fragment du cursus du procurateur impérial M. Aemilius Laetus découvert à Lyon »Gallia, 77-2 | 2020, 33-43.

Référence électronique

Catherine Bellon, François Bérard, Patrice Faure et Nicolas Laubry, « Un nouveau fragment du cursus du procurateur impérial M. Aemilius Laetus découvert à Lyon »Gallia [En ligne], 77-2 | 2020, mis en ligne le 31 juillet 2020, consulté le 24 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/gallia/5157 ; DOI : https://doi.org/10.4000/gallia.5157

Haut de page

Auteurs

Catherine Bellon

Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap), 12 rue Maggiorini, F-69500 Bron

François Bérard

(ENS - EPHE, PSL), Département des sciences de l’Antiquité, École normale supérieure, 45 rue d’Ulm, F-75230 Paris Cedex 05

Patrice Faure

Université de Lyon, HiSoMA (CNRS, UMR 5189), 18 rue Chevreul, F-69007 Lyon

Nicolas Laubry

École française de Rome, Piazza Farnese, 67, I-00186 Rome - Italie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Gallia est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo CNRS
  • Logo MSH Mondes
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search