Navigation – Plan du site

AccueilNuméros77-1OuverturesEntre Rhône et Rhin : les ports f...

Ouvertures

Entre Rhône et Rhin : les ports fluvio-lacustres de la Suisse romaine

Between the Rhône and the Rhine: fluvio-lacustrine ports in Roman Switzerland
Romain Guichon
p. 461-473

Résumés

Cet article propose un bilan actualisé des découvertes d’aménagements de berge et d’équipements portuaires antiques sur le territoire actuel de la Suisse. Une vingtaine de sites urbains et ruraux répartis entre le lac Léman et le lac de Constance sont pris en considération. La description typologique des structures (berges, quais, pontons, jetées, etc.), ainsi que leur position par rapport aux villes et aux territoires environnants est privilégiée. L’importance du contexte hydrographique entre les bassins rhodanien et rhénan et des réseaux d’échanges fluvio-terrestres régionaux est également rappelée. Un éclairage spécifique est porté sur les fouilles réalisées entre 2016 et 2018 lors de la construction de la Maison olympique à Lausanne, qui ont permis d’explorer sur près de 8 000 m2 différents espaces d’un quartier portuaire du vicus de Lausanne/Lousonna.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Douanes : Genève : AE, 1919, 21 ; Zurich : CIL XIII Rhône, 5244. Corporations : nautae lacu Lemanno(...)

1La position favorable du plateau suisse (Mittelland) au sein du réseau de transport et d’échange du monde occidental romain a été soulignée à plusieurs reprises (Van Berchem 1982 ; Flutsch 2010). Au débouché des passes alpines et de l’axe rhodanien, ce couloir d’environ 350 km de longueur permettait de relier, depuis l’Italie et la Gaule méridionale, le réseau fluvial rhénan et plus largement la mer du Nord et la Bretagne insulaire. Les auteurs antiques font déjà état de cette configuration de carrefour fluvio-terrestre (César, La Guerre des Gaules, I, 2 ; Strabon, Géographie, IV, 3, 3, 4 et VII, 1, 5) et l’épigraphie atteste, en outre, l’existence de postes de douane, de corporations de bateliers et de flottilles militaires sur le territoire helvète1. Au sein de ce réseau, les ports, installés sur les différentes ruptures de charges et les voies de portage, devaient jouer un rôle déterminant.

2Les aspects archéologiques de ces problématiques portuaires ont également retenu l’attention des chercheurs : la dernière synthèse sur l’époque romaine en Suisse présente notamment un chapitre sur le commerce fluvial (Flutsch et al. 2002, p. 187-196) ; plus récemment trois expositions ont donné lieu à des ouvrages collectifs traitant en partie des aspects portuaires (Delbarre-Bärtschi, Hathaway dir. 2013 ; Collectif 2017 ; Blandin 2018), et une présentation générale des ports et des relations commerciales sur les cours d’eau en Helvétie a été publiée à l’occasion du colloque de Limoges « Macellum, taberna, portus » (Abetel 2011). Cependant, les aspects typologiques de ces données n’ont pas encore fait l’objet d’une approche synthétique : c’est ce que propose la présente contribution, par une description fonctionnelle des aménagements de berges et des structures portuaires. Une vingtaine de sites présentant ces catégories de vestiges sont pris en compte sur le territoire actuel de la Suisse, entre le lac Léman et le lac de Constance (fig. 1 et tabl. I). Les fouilles récentes de la Maison olympique à Lausanne, qui synthétisent une partie des caractéristiques mises en évidence à l’échelle régionale, font l’objet d’une présentation particulière.

Fig. 1 – Cartes des sites portuaires antiques en Suisse

Fig. 1 – Cartes des sites portuaires antiques en Suisse

DAO : R. Guichon (Archeodunum).

Tabl. I – Tableau synthétique des sites portuaires antiques en Suisse

Tabl. I – Tableau synthétique des sites portuaires antiques en Suisse

Typologie des sites portuaires

Situation des ports

3La situation des ports ou des aménagements fluvio-lacustres recensés en Suisse correspond aux trois grands espaces généralement distingués par les études territoriales : urbains, périurbains et ruraux.

4À Genève, le quartier portuaire est identifié en partie nord de l’agglomération antique, au contact des zones d’habitat centrales (fig. 2a). Les recherches menées dans les Rues-Basses depuis le début duxxe s. ont révélé un ensemble d’aménagements datés entre la fin du iie s. av. J.-C. et le Bas-Empire, organisés autour d’une anse naturelle sur une surface minimale de 5 000 m2 (Bonnet et al. 1989 ; Bonnet 2002 ; Genequand 2018). Les découvertes effectuées dans le secteur de la Porte de Rive montrent que les berges étaient également renforcées au moins sur 200 m de longueur en direction de l’est (Terrier 2000) et un développement des structures portuaires jusqu’au pont supposé sur le Rhône n’est pas exclu du côté ouest. À Lausanne, les aménagements de berges sont répartis le long du vicus qui s’étire sur près d’un kilomètre au bord du lac Léman (fig. 2b). Le port du forum, exploré dès les années 1930, est prolongé à l’ouest par un autre quartier portuaire, dans le secteur du château de Vidy, ainsi qu’un faubourg de rive dans le secteur de la station d’épuration des eaux (STEP) (Berti 1992 ; Oesterlé 2018 ; Guichon 2019). À l’autre extrémité du vicus, sur la rive gauche du Flon, les rares fouilles menées dans une zone réputée moins dense de l’agglomération ont également montré des indices de renforts de berges (Dorthe, Guichon 2020).

Fig. 2 – Situations de ports antiques en contextes urbain et périurbain

Fig. 2 – Situations de ports antiques en contextes urbain et périurbain

A, Genève ; B, Lausanne ; C, Windisch ; D, Studen ; E, Avenches.

DAO : R. Guichon (Archeodunum) : A, d’après Bonnet et al., 1989, fig. 2 ; B, d’après Guichon 2019, fig. 2 ; C, d’après Trumm 2011, fig. 3 ; D, d’après Gubler 2012, fig. 2 ; E, d’après Flutsch et al. 2002, fig. 74.

5En contexte périurbain, l’établissement d’une zone portuaire en périphérie orientale de l’agglomération antique de Windisch/Vindonissa est probablement conditionné par la topographie du site, à la confluence de l’Aar et de la Reuss (Pauli-Gabi 2002) (fig. 2c). Un port fluvial suburbain est également localisé au nord-est du vicus de Petinesca, sur le site du Wydenpark à Studen, parallèlement à d’autres indices d’activités portuaires situés dans un périmètre plus large (Gubler 2012 ; Gubler, Lösch 2013 ; Zwahlen 2013 ; Buess et al. 2020) (fig. 2d). À l’échelle du plateau suisse, le port d’Avenches, fouillé entre 1978 et 1991 sur l’ancienne rive du lac de Morat, constitue le cas le mieux documenté en contexte périurbain (fig. 2e) : cette zone portuaire desservie par une route rectiligne de près d’un kilomètre entretient en effet un lien particulier avec le réseau viaire, les nécropoles et les établissements situés au nord de la ville antique (Bonnet 1982a ; 1982b ; Castella 2013) (voir infra, § 11).

6La troisième catégorie, celle des sites portuaires en milieu rural, est la moins bien représentée. Divers aménagements repérés sur le cours inférieur de la Broye (Bas-Vully, Haut-Vully) peuvent correspondre à ce type d’établissement, à l’image du site du Rondet associant un débarcadère et un pont routier militaire d’époque augustéenne (Schwab 2003, p. 67 ; Duvauchelle 2017). Au nord du lac de Neuchâtel, le site emblématique de La Tène a probablement fonctionné durant l’époque romaine de la même manière, comme un port fluvio-lacustre installé sur un point de passage (Schwab 2003, p. 253), et les établissements ruraux les plus importants devaient également être dotés d’accès privés aux voies navigables, comme la villa de Colombier dont on suppose un lien avec le débarcadère maçonné de Boudry (De Reynier, Kraese 2013). Entre Lausanne et Nyon, les découvertes récentes de Rolle s’inscrivent dans la même logique, avec un probable ponton aménagé dans une anse naturelle, en contrebas d’un établissement rural et d’un carrefour routier (Henny 2019 ; Henny, Mottas 2020).

Aménagements de berge et de quais

7Le renforcement des berges au moyen de pieux en bois est l’aménagement le plus fréquemment rencontré, aussi bien en contexte fluvial (Yverdon, Bas-Vully, Haut-Vully, Studen, Aegerten, Soleure, Windisch, Eschenz) que lacustre (Genève, Lausanne, Yverdon). Les ensembles étudiés montrent une certaine homogénéité, notamment par l’emploi généralisé du chêne, la régularité de l’espacement entre les pieux ou encore l’érosion systématique des parties sommitales. La présence de pièces horizontales, attestée à Genève, Lausanne, Yverdon et Soleure, est supposable dans la majorité des cas pour le maintien des talus ou des remblais de berge (fig. 3a et b). Ces éléments moins profondément enfouis que les pieux peuvent être conservés à l’état de traces organiques ou restitués par de simples effets de paroi, suivant un système de palplanches. Les ouvrages en bois retiennent généralement des empierrements disposés plus ou moins régulièrement le long de la rive et plus rarement des remblais sablo-graveleux. À l’exception d’un quai de Lausanne (voir infra, § 12-18), l’emploi d’éléments de fixation métalliques n’est pas clairement documenté ; le poids des blocs pourrait suffire à maintenir les planches ou madriers situés à l’arrière des pieux. En cas de pilotage serré, la présence de traverses ne paraît toutefois pas indispensable et des variantes peuvent exister, comme le double front de clayonnage disposé en avant d’une rangée de poteaux sur le site du couvent des Cordeliers de Genève (Terrier 2000, p. 172).

Fig. 3 – Aménagements de berges et de quais

Fig. 3 – Aménagements de berges et de quais

A, Soleure : berge coffrée ; B, Genève : berge empierrée ; C, Windisch : axonométrie (C1) et coupe (C2) du quai planchéié.

A : Blackman 1985, fig. 63 ; B : Bonnet et al. 1989, fig. 9 ; C : Pauli Gabi 2002, fig. 5 et 12.

8Le système des digues coffrées peut prendre la forme plus évoluée d’une plateforme de quai, comme dans le port fluvial de Windisch, où les aménagements de berges repérés sur près de 250 m au bord de la Reuss sont matérialisés par quatre rangées parallèles de pieux, considérées comme les fondations d’une seule structure planchéiée (fig. 3c) (Pauli-Gabi 2002). Cette interprétation, inspirée en grande partie de l’exemple de Xanten, est théoriquement applicable à d’autres sites du plateau suisse et pose plus généralement la question de la restitution des parties hautes, systématiquement érodées. Elle implique en outre l’existence d’un vide sanitaire drainé par les enrochements sous-jacents. Le fonctionnement de cette infrastructure pour le ravitaillement du camp légionnaire de Vindonissa, par le biais d’horrea adjacents, est une hypothèse également avancée par les fouilleurs. Cette configuration peut trouver un écho dans le port tibéro-claudien de Genève, où deux plateformes encadrent l’extrémité d’un potentiel bâtiment de stockage (Bonnet et al. 1989), ou encore à Lausanne, où deux plateformes aménagées à partir du iie s. apr. J.-C. à l’ouest du site de la Maison olympique sont restituées sous une forme similaire (voir infra, § 12-18).

9Hormis ces types de caissons récurrents, d’autres aménagements de rive peuvent être mentionnés, comme les rares murs de quais appareillés de Lausanne ou de Genève. La fouille réalisée en 2009-2011 sur le site du Wydenpark à Studen fournit un ensemble de données originales : un ancien bras de l’Aar dégagé sur près de 80 m de longueur, dans un secteur hydrographique complexe, a révélé une succession d’aménagements de rives jusqu’à la mise en place à la fin du ier s. apr. J.-C., d’une digue de 10 à 12 m de large, destinée à protéger la plaine alluviale des crues de la rivière (fig. 4). Cet ouvrage d’envergure combine différentes techniques constructives – parois latérales de pieux et de poutres, revêtements de fascines, blocage de pierres et de graviers – et fonctionne parallèlement à une route, un pont et un probable débarcadère (Gubler 2012 ; Gubler, Lösch 2013 ; Buess et al. 2020).

Fig. 4 – Port fluvial du Wydenpark à Studen : plan général des vestiges et détail du talus de la digue

Fig. 4 – Port fluvial du Wydenpark à Studen : plan général des vestiges et détail du talus de la digue

Gubler 2012, fig. 3 et 7. DAO : A. Zwahlen ; cliché : R. Wenger (Service archéologique du canton de Berne).

Pontons et jetées

10Divers aménagements évoqués ci-dessus peuvent être également rangés dans la catégorie des débarcadères, notamment les rangées de pieux perpendiculaires à la rive, généralement interprétées comme des systèmes d’appontements. Ce type de structure se retrouve aussi bien en contexte urbain (Genève, Lausanne) que rural ou routier (Rolle, Bas-Vully, Haut-Vully, Studen). Les plans inclinés repérés sur différents sites portuaires répondent probablement aussi à un besoin d’accostage des barges et des chalands. Celui du port du forum à Lausanne se présente sous la forme d’une rampe empierrée large de 12 m, permettant de rejoindre la basilique, le sanctuaire corporatif et une zone d’entrepôts adjacente (Berti 1992). À Aegerten, un bassin d’environ 15 m de large, creusé dans un bras mort de la Thielle, se termine par un pan incliné de galets, le tout formant un dispositif d’amarrage d’une trentaine de mètres, potentiellement dévolu aux opérations de déchargement (Suter 1992).

11Au moins quatre jetées de grandes dimensions sont identifiées dans les ports de Genève, Lausanne et Avenches. Dans la cité allobroge, il s’agirait d’une multitude de pieux attribués à la première phase du port, datée du dernier quart du iie s. av. J.-C. (Bonnet et al. 1989) (fig. 5a). La restitution d’un large ponton coudé au milieu de l’anse portuaire, basée sur l’observation de plusieurs segments disjoints, est toutefois sujette à caution et fait actuellement l’objet d’une relecture critique (Genequand 2018). À Lausanne, les fouilles menées sur le site du Comité international olympique (CIO) ont révélé deux longues jetées incurvées datées respectivement des ier et iie s. apr. J.-C. (fig. 5b et c) (voir infra, § 18). La jetée trapézoïdale d’Avenches est construite au début du ier s. apr. J.-C. au moyen d’une paroi de pieux et de poutres entrecroisées retenant un épais remblai de graviers et d’éclats de calcaire (fig. 5d). L’accumulation progressive de matériaux pierreux autour du môle primitif forme ensuite une grève artificielle longue d’une centaine de mètres, pouvant servir à l’échouage des barges en provenance notamment des carrières du Jura. Cet immense quai-jetée relié directement à la ville est également connecté à une villa suburbaine à partir du iie s. apr. J.-C., par l’intermédiaire d’un canal navigable long de 800 m, à l’extrémité duquel se trouvent divers éléments suggérant l’existence d’un chantier de construction navale (Arnold 2009).

Fig. 5 – Plans schématiques de jetées portuaires

Fig. 5 – Plans schématiques de jetées portuaires

A, Genève, fin iie s. av. J.-C. ; B, Lausanne, CIO est, ier s. apr. J.-C. ; C, Lausanne, CIO ouest, iie s. apr. J.-C. ; D, Avenches, début ier s. apr. J.-C.

DAO : R. Guichon (Archeodunum) : A, d’après Bonnet et al. 1989, fig. 3 ; B, d’après Guichon 2019, fig. 2 ; C, d’après ibid., fig. 2 ; D, d’après Bonnet 1982a, fig. 2 et Castella 2013, fig. 4.

Les fouilles de la Maison olympique : un quartier portuaire au cœur de Lousonna

12L’extension du siège du CIO, réalisée entre 2016 et 2018, a été l’occasion d’explorer le port antique de Lousonna sur une surface d’environ 8 000 m2. Le projet menaçait directement 180 m linéaires des berges romaines, dans un secteur partiellement exploré depuis les années 1920 (Guichon et al. 2018 ; Guichon 2019 ; Guichon dir. 2019). La présentation suivante vise à décrire les aménagements dans leur ensemble, en proposant un premier phasage chronologique et des pistes de réflexion concernant les activités portuaires (fig. 6).

Fig. 6 – Plan général des structures portuaires d’époque romaine à la Maison olympique de Lausanne

Fig. 6 – Plan général des structures portuaires d’époque romaine à la Maison olympique de Lausanne

DAO : A. Pignolet (Archeodunum).

13Au nord de l’emprise de fouille, les premiers niveaux anthropiques sont des couches sableuses contenant de la céramique datée du dernier tiers du ier s. av. J.-C., considérées comme des remblais ou des dépôts lacustres liés à l’occupation proto-urbaine du vicus.

14Autour du changement d’ère, les berges sont renforcées à l’est du site par un empierrement et une double rangée de pieux suivis sur près de 40 m de longueur. La façade d’un bâtiment en terre et en bois, fondée sur un mur-bahut, se développe à l’arrière et l’espace intermédiaire est aménagé par une série de trous de poteaux, de sablières et de solins perpendiculaires à la rive, en lien avec des foyers et un dépotoir. Ce premier quai, qui a pu fonctionner avec un état précoce de la jetée orientale, est prolongé à l’ouest par des rangées de pieux et de poteaux, ainsi que des empierrements protégeant des constructions légères.

15Le site connaît de profonds remaniements vers le milieu du ier s. apr. J.-C. À l’est de l’aire de fouille, un grand édifice maçonné de 47 x 13,50 m est installé sur les aménagements de berge augustéens, formant ainsi le nouveau mur de quai. Le bâtiment présente un plan à piliers centraux et compartiment latéral typique de certains grands horrea portuaires (Aquilée, Rezé, etc.) et les couches de démolition de l’édifice reposent directement sur un niveau de sol situé plus bas que l’arase des fondations, suivant une configuration caractéristique d’un plancher sur vide sanitaire. À l’angle sud-ouest du bâtiment, six récipients en céramique et en verre sont enterrés dans un coffre en bois, probablement en guise de dépôt de fondation, au plus tard dans les années 60 apr. J.-C.

16L’horreum est desservi au sud-est par une rampe et une longue jetée incurvée, protégées par une digue. Le plan incliné est constitué de différents niveaux de blocs et de graviers, déposés suivant une pente à 10 %. La jetée, large de 3,50 à 4 m et longue d’au moins 37 m, est composée de deux parois de pieux enserrant un imposant blocage de pierres (fig. 7a). La paroi extérieure est particulièrement dense avec quatre à cinq rangées de pieux contiguës, alors que la paroi intérieure présente deux à trois rangées de pieux renforcées par des pièces longitudinales, dont un bordage de bateau remployé. Les pierres du blocage reposent par endroits directement sur les limons naturels et laissent envisager une opération de dragage préalable à l’installation de la structure. Les couches observées à l’emplacement supposé du chenal navigable montrent une succession de sables lités reposant sur une charge de graviers et de galets.

17Au nord-ouest du bâtiment, un espace rectangulaire d’environ 8 x 10 m peut correspondre à une plateforme de déchargement, ouverte à la fois sur le lac et sur l’horreum. Quatre locaux contigus, chauffés par des hypocaustes, sont considérés comme l’aile d’un complexe thermal bordé par des latrines. Ces dernières se présentent sous la forme d’une structure semi-enterrée de 4 x 4 m, délimitée par des parois en pierre sèche et en terre banchée, ainsi que par six poteaux périphériques qui devaient soutenir un plancher disparu. Le fond et les bords de la fosse sont tapissés d’une natte végétale clouée sur trois solives de section circulaire et plusieurs amphores ont été réutilisées, probablement comme urinoirs. L’évacuation vers le lac se faisait par l’intermédiaire d’une canalisation en bois longue de 9 m. En attente d’analyses dendrochronologiques complémentaires, la datation de ce complexe associant thermes et latrines est située dans la seconde moitié du ier s. apr. J.-C.

Fig. 7 – Jetées portuaires à la Maison olympique de Lausanne

Fig. 7 – Jetées portuaires à la Maison olympique de Lausanne

A, jetée est, ier s. apr. J.-C. ; B, jetée ouest, iie s. apr. J.-C.

Clichés : R. Guichon (Archeodunum).

18De nouveaux réaménagements d’envergure interviennent autour des années 100 apr. J.-C. La portion de quai située en avant des latrines est renforcée par une digue en pierres et en bois formant un angle du côté nord-ouest. À la même époque, la partie occidentale du site est équipée d’une plateforme de 25 m liée à une deuxième jetée coudée, suivie sur une cinquantaine de mètres de longueur. Cet aménagement présente une conception proche de celle de la jetée orientale, avec deux parois de pieux et des traverses internes enserrant un puissant blocage de pierres (fig. 7b). Un empierrement pouvant faire office de brise-lames se développe à l’ouest de la structure et une rangée de pieux, probablement contemporaine, se trouve du côté est.

19Plusieurs phases de réfection et d’agrandissement des quais ont encore lieu au cours des iie s. et iiie s. apr. J.-C. Une partie des berges orientales est renforcée par une nouvelle rangée de pieux dans les années 150 apr. J.-C. et la rampe d’accès au lac est progressivement rechargée contre la façade de l’horreum. À l’ouest du site, le quai est agrandi dans les années 120, puis 150 apr. J.-C., jusqu’à former une plateforme trapézoïdale large de 33 m, dont le soubassement est assaini par une soixantaine d’amphores. Une dizaine de mètres vers l’est, un autre quai est également installé dans les années 150 apr. J.-C., puis doublé vingt ans plus tard par une plateforme rectangulaire de 16 x 6 m (fig. 8). Cet aménagement particulièrement bien conservé permet de préciser certaines techniques de construction : des traverses longitudinales se trouvent des trois côtés – notamment un demi-tronc de bois résineux installé en façade – et la masse du caisson est formée d’empierrements périphériques et de nappes de remblais internes. Des négatifs de solives et des crosses de fixation en fer, préservées in situ, suggèrent aussi la restitution d’un plancher. La rectification des parois de la jetée occidentale dans les années 220 apr. J.-C. constitue la dernière réfection attestée sur le site et la plupart des aménagements portuaires paraissent désaffectés avant la fin du iiie s. apr. J.-C. De rares indices témoignent toutefois d’une occupation du secteur au cours du ive s. apr. J.-C.

Fig. 8 – Plateforme de quai à la Maison olympique de Lausanne, iie s. apr. J.-C.

Fig. 8 – Plateforme de quai à la Maison olympique de Lausanne, iie s. apr. J.-C.

Cliché : R. Guichon (Archeodunum).

20Dans l’ensemble, ces premières données issues des fouilles de la Maison olympique confirment non seulement l’existence d’un quartier portuaire à l’ouest du forum, mais elles permettent aussi d’en appréhender le développement. Les datations dendrochronologiques réalisées à ce stade de l’étude montrent une extension des quais d’est en ouest, puis en direction du lac. La mise en place de deux longues jetées coudées à 190 m de distance, au ier s. et au iie s. apr. J.-C., confère en outre au site l’aspect progressif d’un bassin portuaire. La double fonction de ces structures comme brise-lames et débarcadère en période d’étiage est par ailleurs supposable, et la présence d’horrea de grande capacité dans le secteur interroge également sur un possible rôle de redistribution depuis le vicus vers les établissements civils et militaires rhénans. Enfin, la quasi-désertion des équipements portuaires et l’ensablement général des berges à partir du Bas-Empire constituent un élément de réflexion important concernant les dynamiques d’occupation antiques et médiévales des rives lausannoises (Hervé, Guichon à paraître).

*

* *

21La densité du réseau fluvial et les conditions de conservation favorables des éléments en bois expliquent en partie la richesse du corpus des sites portuaires du plateau suisse. La présentation typologique proposée dans cet article indique une certaine récurrence des aménagements, comme les coffrages de berges ou les plateformes de quai, sans grande variabilité chronologique. À l’échelle d’un site, les différences d’équipement semblent davantage répondre à des critères fonctionnels qu’à une évolution morphologique, à l’image des deux jetées similaires et diachroniques découvertes sur le site de la Maison olympique à Lausanne (fig. 9). Ces grands pontons ou débarcadères, également identifiés à Genève et à Avenches, montrent en outre une précocité remarquable, entre La Tène finale et l’époque augusto-tibérienne, marquant certainement une intégration de ces équipements aux trames urbaines primitives. Ils soulignent aussi le lien intrinsèque entre les infrastructures portuaires et le réseau viaire. La variabilité des structures doit plutôt être mise en relation avec leur contexte de découverte – en milieu urbain, périurbain ou rural – et avec les contraintes topographiques et hydrographiques relatives à chaque site : le port fluvial du Wydenpark à Studen en est un bon exemple. Des changements plus importants semblent intervenir durant le Bas-Empire, avec la fortification des villes et l’apparition de véritables enceintes portuaires. En définitive, tout en rappelant certaines lacunes de la recherche, notamment dans les cités d’Augst et de Nyon, dont les ports n’ont pas encore été localisés, l’intérêt de ces questions portuaires sur le territoire actuel de la Suisse peut être à nouveau souligné.

Fig. 9 – Évocation des aménagements portuaires antiques de Lausanne-Vidy

Fig. 9 – Évocation des aménagements portuaires antiques de Lausanne-Vidy

Dessin : Y. Juillerat (prestataire de l’Archéologie cantonale, Lausanne).

Haut de page

Bibliographie

Pour consulter la liste des abréviations et des acronymes, cliquer ici.

Sources anciennes

César : La Guerre des Gaules, l. I-IV, éd. et trad. L.-A. Constans, Paris, Les Belles Lettres (coll. CUF, série latine, 33), 2013 [dernière édition].

Notitia Dignitatum Notitia dignitatum accedunt notitia urbis Constantinopolitanae et laterculi provinciarum, éd. O. Seeck, Berlin, Weidmann, 1876, 339 p.

Strabon : Géographie, l. III-IV, éd. et trad. F. Lasserre, Paris, Les Belles Lettres (coll. CUF, série grecque, 172), 1966.

Strabon : Géographie, l. VII, éd. et trad. R. Balladié, Paris, Les Belles Lettres (coll. CUF, série grecque, 322), 1989.

Sources épigraphiques

Corpus Inscriptionum Latinarum (CIL)

CIL XII, Inscriptiones Galliae Narbonensis Latinae, éd. O. Hirschfeld, Berlin, Reimer, 1888.

CIL XIII, Inscriptiones trium Galliarum et Germaniarum Latinae, éd. O. Hirschfeld, K. Zangmeister et al., Berlin, Reimer, 1889-1943, 4 t.

Références

Abetel E. 2011 : Ports et relations commerciales sur les cours d’eau en Helvétie, in Bedon R. (dir.), Macella, tabernae, portus, les structures matérielles de l’économie en Gaule romaine et dans les régions voisines, Presses universitaires de Limoges (coll. Caesarodunum, 43-14), p. 147-178.

Arnold B. 2009 : A gallo-roman naval building yard at Avenches/En Chaplix, in Bockius R. (dir.), Between the Seas: Transfert and exchange in nautical technology, Proceedings of the eleventh International Symposium on Boat and Ship Archaeology, Mainz, 25-29 September 2006, Mayence, RGZM (coll. Tagungen, 3), p. 167-175.

Backman Y. 1985 : Solothurn, Vigier-Häuser, Annuaire d’archéologie suisse, 68, p. 260-261.

Ballmer M. (dir.) 2009 : Zürich in der Spätlatène- und frühen Kaiserzeit : vom keltischen Oppidum zum römischen Vicus Turicum, Zurich, Stadtarchäologie (coll. Monographien der Kantonsarchäologie Zürich, 39), 372 p.

Berti S. 1992 : Les aménagements riverains et le niveau du lac Léman à l’époque romaine. Les interventions archéologiques du CIO et de la STEP (1990-1991), Rapport de fouille, Lausanne, Archéologie cantonale, 42 p.

Blandin B. (dir.) 2018 : César et le Rhône : chefs-d’œuvre antiques d’Arles, Genève, musée d’art et d’histoire de Genève, Snoeck, 247 p.

Bonnet C., Zoller G., Broillet P., Haldimann M.-A., Baud C.-A., Kramar C., Simon C., Olive C., Billaud Y. 1989 : Les premiers ports de Genève, Archéologie suisse, 12, p. 2-24.

Bonnet C. 2002 : Aux origines du port de Genève, in Jospin J.-P. (dir.), Les Allobroges : Gaulois et Romains du Rhône aux Alpes, Gollion, Infolio, p. 34-35.

Bonnet F. 1982a : Les ports romains d’Aventicum, Archéologie suisse, 5, p. 127-131.

Bonnet F. 1982b : Le canal romain d’Avenches. Rapport sur les fouilles exécutées en 1980 et 1981, Bulletin de l’Association Pro Aventico, 27, p. 3-55.

Buchillier C., Menoud S. 2013 : Voies de communication entre Vully et Grands-Marais, in Delbarre-Bärtschi S., Hathaway N. (dir.) 2013, p. 56-65.

Buess M., Ebnöther C., Gubler R., Lanzicher A. F., avec la collab. de Bolliger M., Camenzind M., Corti A., Demierre M., Greule A., Kissling C., Peter M., Raaflaub M., Rey F., von Velten J. 2020 : *Arura – Araris – Ara : der Aare entlang durch Raum und Zeit, Archéologie suisse, 43-4, p. 4-15.

Castella D. 2013 : Aventicum, côté lac, in Delbarre-Bärtschi S., Hathaway N. (dir.) 2013, p. 48-55.

Collectif 2017 : Stadt, Land, Fluss, Römer am Bodensee, Ausstellungskatalog, Frauenfeld, Amt für Archäologie des Kantons Thurgau, 170 p.

Delbarre-Bärtschi S., Hathaway N. (dir.) 2013 : Entrelacs, Le pays des Trois-Lacs à l’époque romaine, Avenches, Association Pro Aventico, 127 p.

Dorthe A., Guichon R. 2020 : Lausanne VD, Vidy, Avenue Pierre-de-Coubertin (tranchée SIL), Annuaire d’archéologie suisse, 103, p. 117.

Duvauchelle A. 2017 : Les animaux du pont du Rondet : l’éclairage du mobilier métallique, Cahiers d’archéologie fribourgeoise, 19, p. 72-111.

Fetz H., Meyer-Freuler C., Gerig J. 2003 : Der Vicus Sursee – eine römische kleinstadt zwischen Mittelland und Alpen, Sursee, Stadtarchiv Sursee und Kantonsarchäologie Luzern (coll. Surseer Schriften. Geschichte und Gegenwart, 6), 96 p.

Flutsch L., Niffeler U., Rossi F. 2002 : SPM V, Époque romaine, Bâle, Société suisse de préhistoire et d’archéologie, 431 p.

Flutsch L. 2010 : L’époque romaine ou la Méditerranée au nord des Alpes, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes (coll. Le savoir suisse, 26), 134 p.

Genequand D. 2018 : Le port de Genève, in Blandin B. (dir.) 2018, p. 87.

Giger M. 2011 : Der vicus Tasgetium, in Collectif, Tasgetivm I. Das römische Eschenz, Veröffentlichung des Amts für Archäologie des Kantons Thurgau (coll. Archäologie im Thurgau, 17), p. 67-92.

Gubler R. 2012 : « Der Aare naa » – ein römischer Flusshafen und eine Brücke in Petinesca (Studen, BE), Archéologie suisse, 35-1, p. 24-31.

Gubler R., Lösch S. 2013 : Protection des rives et construction de ponts à Petinesca durant l’époque romaine, aspects archéologiques et anthropologiques, in Delbarre-Bärtschi S., Hathaway N. (dir.) 2013, p. 94-103.

Guichon R. 2018 : Le port de Lausanne-Vidy, in Blandin B. (dir.) 2018, p. 88-89.

Guichon R., avec la collab. de Barrier S., Bohny J., Crausaz A., Hervé C., Pignolet A., Thorimbert S. 2018 : Du nouveau sur les origines et le port de Lousonna : la tranchée SEL et le chantier Maison olympique, Archéologie vaudoise, Chroniques 2017, Lausanne, Archéologie cantonale, p. 54-69.

Guichon R. 2019 : Lausanne, “Olympic House”: discovery of new harbour structures in the vicus of Lousonna, in Foucher M., Dumont A., Werther L., Wollenberg D. (dir.), Inland harbours in Central Europe: Nodes between Northern Europe and the Mediterranean Sea, Mayence, RGZM (coll. Tagungen, 38), p. 119-130.

Guichon R. (dir.) 2019 : Lausanne-Vidy, Maison olympique, Rapport d’opération archéologique (26 janvier 2016 - 4 octobre 2018), Gollion, Archeodunum SA, 4 vol., 1257 p.

Haldimann M.-A., Curdy P., Gillioz P.-A. 1991 : Aux origines de Massongex VS : Tarnaiae, de La Tène finale à l’époque augustéenne, Annuaire d’archéologie suisse, 74, p. 129-182.

Henny C. 2019 : Rolle VD, Rue du Port 14 (parcelle 580), Annuaire d’archéologie suisse, 102, p. 195.

Henny C., Mottas F. 2020 : Rolle, archéologie et épigraphie entre lac et routes, Archéologie suisse, 43-4, p. 24-31.

Hervé C., Guichon R. à paraître : Lausanne-Lousonna (Suisse) : du vicus à la capitale d’évêché, l’apport des fouilles récentes du siège du CIO, in Actes du colloque de l’Association française d’archéologie mérovingienne, Lyon, 2017.

Menna F. 2007 : Yverdon-les-Bains VD, Parc Piguet nord, Annuaire d’archéologie suisse, 90, p. 180-181.

Oesterlé S. 2018 : Lausanne Vidy Station d’épuration, Archéologie vaudoise, Chroniques 2017, Lausanne, Archéologie cantonale, p. 117.

Pauli-Gabi T. 2002 : Ein Flusshafen in Vindonissa, Gesellschaft Pro Vindonissa, Jahresbericht 2002, p. 27-36.

Reynier C. de, Kraese J. 2013 : Entre Jura et Trois-Lacs, la rive du lac de Neuchâtel à l’époque romaine, in Delbarre-Bärtschi S., Hathaway N. (dir.) 2013, p. 76-85.

Rossi F. 1995 : Yverdon-les-Bains VD, Rue du Valentin 46, Annuaire d’archéologie suisse, 78, p. 229.

Schneider J., Gutscher D., Maggi P., Steinmann H. 1986 : Kanalisations-Sanierung : Weinplatz und Stüssihofstatt, Zürcher Denkmalpflege, 10-2, p. 27-31.

Schwab H. 2003 : Ponts et ports romains sur la Broye inférieure et la Thielle moyenne, Fribourg, éditions universitaires Fribourg Suisse (coll. Archéologie de la 2e Correction des eaux du Jura, 4 ; Archéologie fribourgeoise, 17), 269 p.

Suter P. J. 1992 : Aegerten-Tschannematte 1989. Stein-Holzstrukturen einer römischen Hafenanlage ?, Archäologie im Kanton Bern, 2, p. 237-250.

Terrier J. 2000 : Découvertes archéologiques dans le canton de Genève en 1998 et 1999, Genava, 48, p. 170-175.

Trumm J. 2011 : Vindonissa - Stand der Erforschung II. Der zivile Komplex, Gesellschaft Pro Vindonissa, Jahresbericht 2011, p. 3-22.

Van Berchem D. 1982 : Les routes et l’histoire : études sur les Helvètes et leurs voisins dans l’empire romain, Genève, Droz, 306 p.

Weidmann D. 1982 : Bex, distr. d’Aigle, Vd. Pont romain sur le Rhône, Annuaire d’archéologie suisse, 65, p. 191-193.

Wullschleger M. 2013 : Salodurum (Soleure) – Une petite ville romaine sur les bords de l’Aar, in Delbarre-Bärtschi S., Hathaway N. (dir.) 2013, p. 104-111.

Zwahlen R. 2013 : Les cours d’eau autour du vicus romain de Petinesca (Studen) – Obstacles, gageures et bienfaits, in Delbarre-Bärtschi S., Hathaway N. (dir.) 2013, p. 86-93.

Haut de page

Notes

1 Douanes : Genève : AE, 1919, 21 ; Zurich : CIL XIII Rhône, 5244. Corporations : nautae lacu Lemanno (AE, 1939, 207), ratiarii superiores (CIL XII, 2597), ratiarii Eburodunenses (AE, 1999, 1065), nautae Aruranci (CIL XIII, 5096). Flotilles : lac de Neuchâtel : Classis barcariorum Ebrudunum Sapaudiae (Notitia Dignitatum Occidentalis, 42, 15) ; lac de Constance : praefectus numeri barcariorum Confluentibus sive Brecantia (Notitia Dignitatum Occidentalis, 35, 32).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Cartes des sites portuaires antiques en Suisse
Crédits DAO : R. Guichon (Archeodunum).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/5573/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 765k
Titre Tabl. I – Tableau synthétique des sites portuaires antiques en Suisse
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/5573/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 2 – Situations de ports antiques en contextes urbain et périurbain
Légende A, Genève ; B, Lausanne ; C, Windisch ; D, Studen ; E, Avenches.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/5573/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 451k
Titre Fig. 3 – Aménagements de berges et de quais
Légende A, Soleure : berge coffrée ; B, Genève : berge empierrée ; C, Windisch : axonométrie (C1) et coupe (C2) du quai planchéié.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/5573/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 591k
Titre Fig. 4 – Port fluvial du Wydenpark à Studen : plan général des vestiges et détail du talus de la digue
Crédits Gubler 2012, fig. 3 et 7. DAO : A. Zwahlen ; cliché : R. Wenger (Service archéologique du canton de Berne).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/5573/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 531k
Titre Fig. 5 – Plans schématiques de jetées portuaires
Légende A, Genève, fin iie s. av. J.-C. ; B, Lausanne, CIO est, ier s. apr. J.-C. ; C, Lausanne, CIO ouest, iie s. apr. J.-C. ; D, Avenches, début ier s. apr. J.-C.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/5573/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 206k
Titre Fig. 6 – Plan général des structures portuaires d’époque romaine à la Maison olympique de Lausanne
Crédits DAO : A. Pignolet (Archeodunum).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/5573/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Fig. 7 – Jetées portuaires à la Maison olympique de Lausanne
Légende A, jetée est, ier s. apr. J.-C. ; B, jetée ouest, iie s. apr. J.-C.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/5573/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 8 – Plateforme de quai à la Maison olympique de Lausanne, iie s. apr. J.-C.
Crédits Cliché : R. Guichon (Archeodunum).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/5573/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 533k
Titre Fig. 9 – Évocation des aménagements portuaires antiques de Lausanne-Vidy
Crédits Dessin : Y. Juillerat (prestataire de l’Archéologie cantonale, Lausanne).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/5573/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Romain Guichon, « Entre Rhône et Rhin : les ports fluvio-lacustres de la Suisse romaine »Gallia, 77-1 | 2020, 461-473.

Référence électronique

Romain Guichon, « Entre Rhône et Rhin : les ports fluvio-lacustres de la Suisse romaine »Gallia [En ligne], 77-1 | 2020, mis en ligne le 29 avril 2021, consulté le 30 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/gallia/5573 ; DOI : https://doi.org/10.4000/gallia.5573

Haut de page

Auteur

Romain Guichon

Archeodunum, UMR 5138 ArAr, Chemin de Jolimont 2, CH-1304 Cossonay

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Gallia est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search