Navegación – Mapa del sitio

InicioNuméros79-1Reims antique

Reims antique

Avant-propos au dossier 79-1 de Gallia
Martial Monteil
p. 1-3

Texto completo

  • 1 Citons, pour les plus récents, Berthelot et al. 2010 ; 2013 ; Neiss et al. 2014 ; 2015 ; Balmelle e (...)

1Ce dossier de Gallia entièrement consacré à la ville antique de Reims s’inscrit dans le prolongement d’un projet collectif de recherche initié en 2002 et intitulé Publications archéologiques de Reims, synthèses et monographie. Il a d’abord été coordonné par Robert Neiss, qui s’est ensuite associé à François Berthelot, lequel a pris le relais en 2012. C’est cette année-là qu’a émergé l’idée de réunir pour Gallia plusieurs contributions donnant à voir toute la richesse des résultats des grandes opérations urbaines les plus récentes. Ce projet, initialement construit avec William Van Andringa, alors directeur de Gallia, était censé constituer une nouvelle étape forte dans un processus de publication dont il faut saluer l’importance qualitative et quantitative, avec plusieurs articles de synthèse1, neuf monographies de sites et études thématiques parues entre 2001 et 2016 dans la série « Archéologie urbaine à Reims » du Bulletin de la Société archéologique champenoise, ainsi qu’une Carte archéologique de la Gaule entièrement consacrée à l’agglomération (Chossenot et al. 2010). L’ensemble, prenant appui sur une archéologie de la ville développée dès les années 1960 et qui a généré de multiples interventions (Balmelle et al. 2021), témoigne d’une réelle dynamique collective et d’un souci louable de diffusion régulière des connaissances, que bien d’autres équipes d’archéologues œuvrant en ville devraient prendre en exemple.

2Le décès prématuré de F. Berthelot en 2017 a failli mettre un terme à ce dossier de Gallia « Reims antique, capitale de province », dont la coordination a été heureusement reprise, à l’instigation d’Agnès Balmelle, par Magalie Cavé. Cette dernière a pu compter sur le soutien des archéologues de l’équipe rémoise et sur des moyens en temps mis à disposition par l’Institut national de recherches archéologiques préventives. Il en ressort un florilège de 21 articles rédigés par 27 auteurs qui, au-delà de la diversité des contenus, rend bien compte des acquis les plus récents et renouvelle considérablement notre connaissance de la grande ville romaine que fût Reims.

3Sans doute faut-il, pour ouvrir ce dossier, insister sur l’importance de cette ville qui constitue un cas tout à fait singulier à l’échelle des Gaules et des Germanies, voire au-delà, par sa superficie hors norme. Le site urbain de la fin de la Protohistoire, doté d’une enceinte à talus massif de type Fécamp et d’un fossé dans les années 80-70 av. J.-C., s’étendait déjà sur 90 ha, ce qui en fait l’un des plus grands oppida du nord-est de la Gaule et, assurément, le plus important du territoire des Rèmes ainsi que sa très probable capitale (Fichtl 2004a, p. 298-301 ; Neiss, Rollet 2008 ; Neiss et al. 2015, p. 170). Dans ce dossier de Gallia, R. Neiss avance même, en se fondant principalement sur les résultats de deux opérations conduites au nord-est de la ville antique, rues de Sébastopol et Charlier, l’hypothèse d’une première vaste fortification complémentaire, conçue sur le même modèle que celle du cœur de ville et qui en serait peu ou prou contemporaine. D’après lui, elle délimiterait déjà une surface de près de 600 ha, tout comme celle que l’on considère traditionnellement comme étant la « grande enceinte augustéenne » et qui ne serait dès lors qu’une reprise du contour de la précédente, en léger retrait vers l’intérieur et avec un fossé de dimensions plus modestes. Cette hypothèse, à laquelle les futures opérations apporteront des arguments supplémentaires ou non, change en tout cas la donne et suscite quelques interrogations en un temps où Reims et son territoire sont alors supposés être assujettis à leurs puissants voisins Suessions.

4Et il semble bien qu’il en soit ainsi si l’on s’en tient au récit que fait César selon lequel les Rèmes, désireux de s’affranchir de cette tutelle et de ne pas rejoindre la coalition des Belges, décident, en 57 av. J.-C., de se placer « sous la protection de Rome et sous son autorité » (La Guerre des Gaules, II, 3, 2). D’autres peuples deviennent alors leurs clients et ils sont considérés comme les plus puissants derrière les Éduens (Ibid., VI, 12, 7). C’est dans leur capitale, Durocortorum Remorum, uniquement citée à ce titre, que César réunira l’une des assemblées des Gaules en 53 av. J.-C. (Ibid., VI, 44, 1-2). La décision politique de s’allier aux Romains est considérée, à juste titre, comme la raison principale du statut privilégié de Reims au Haut-Empire (Fichtl 2004a, p. 295-298 ; Neiss, Rollet 2008, p. 49-50 ; Neiss et al. 2015, p. 170).

5Entre 22 et 16-15 av. J.-C., sous Auguste, les Rèmes bénéficient du statut privilégié de cité fédérée, qui leur accorde en théorie l’indépendance (Pline l’Ancien, Histoire Naturelle, IV, 106) et, tout au moins jusqu’au règne de Tibère, une exemption de charges. Mieux encore, la ville de Reims est alors désignée non seulement comme caput civitatis, mais aussi comme capitale de la nouvelle province de Gaule Belgique, comme en témoigne Strabon : « le plus important des peuples de cette région est celui des Rêmoi ; leur “mètropolis” Dourikortora regroupe une très importante population et accueille les gouverneurs de Rome » (Géographie, IV, 3, 5). Concrètement, sur le terrain, ces privilèges se caractérisent par la création d’une vaste « enceinte augustéenne », matérialisée non pas par une fortification honorifique à l’exemple d’autres villes (Nîmes, Arles, Autun…), mais par le creusement d’un fossé probablement associé à un talus massif, qui prend appui à l’ouest sur un cours d’eau, la Vesle. Cet ensemble, englobant environ 600 ha, serait le signe tangible de la promotion de l’agglomération, voire aussi la reproduction, à peu de chose près et si l’on admet l’hypothèse de R. Neiss, du rempart gaulois. Qualifiée parfois de pomœrium, au sens où l’entendent les mensores, c’est-à-dire une limite définissant l’emprise urbaine (Van Andringa 2015, p. 32-33), elle a été attribuée à l’époque augustéenne du fait qu’elle est ponctuée à l’extérieur par plusieurs aires funéraires, limite le réseau viaire et marque le départ des grandes routes interrégionales qui partent de la ville. Très rapidement en tout cas, cette vaste superficie est urbanisée et gagnée par de multiples constructions publiques ou privées, associant habitat modeste, domus et lieux d’activités commerciales et artisanales, dont rendent compte plusieurs fouilles évoquées dans ce dossier. La surface densément bâtie est estimée « a minima à 300 ha », mais l’espace enclos de 600 ha semble bien entièrement couvert, même si certains secteurs sont occupés de manière relativement lâche et qu’existent des étendues vides dont la zone marécageuse située au nord-ouest ou encore au sein de certains îlots situés en périphérie. Cet ensemble est quoi qu’il en soit tout à fait considérable et le terme de « gigantisme » a même été employé (González Villaescusa 2010a, p. 202).

6Il faut dès lors bien prendre la mesure des choses : c’est une ville surdimensionnée dont il est question à son apogée, à la fin du iie s., d’autant que s’y ajoute la démesure de ses espaces publics. Dans l’emprise du cœur de l’oppidum gaulois, par exemple, le forum constitue l’épicentre d’un vaste ensemble monumentalisé qui couvrirait près de 70 ha, accueillant aussi les domus des honorati, et dont les limites seraient ponctuées symboliquement par les quatre arcs monumentaux érigés dans la seconde moitié du iie s. ou au début du iiie s. (Berthelot, Poirier 2010, p. 35-37). Il faut en outre y ajouter d’autres édifices publics, notamment un amphithéâtre et les sanctuaires des rues Belin et Lecointre au nord, également évoqués dans ce dossier.

  • 2 Ces surfaces doivent être considérées comme moyennes, et peuvent d’ailleurs fluctuer d’un article à (...)

7Sans que la ville atteigne la superficie des grandes mégapoles que sont Rome, Carthage ou encore Alexandrie, il y a là cependant une réelle singularité. En se référant aux seules Gaules et Germanies, Reims est en effet la plus grande agglomération de Gaule Belgique (Coquelet 2011), mais elle dépasse aussi de loin les autres capitales provinciales du Haut-Empire : Narbonne (124 ha), Bordeaux (120-140 à 180 ha) et/ou Saintes (100 à 120 ha), Cologne (96 ha enclos et environ 165 ha au total), Mayence (98 ha) et même la capitale des Gaules, Lyon (330 ha)2. Si l’on s’en tient à la limite que marque son rempart, et même si le caractère ostentatoire est moins notable, il en est d’ailleurs de même par rapport aux plus grandes enceintes du Haut-Empire que sont celles de Trèves (285 ha), de Nîmes (220 ha) ou encore de Vienne et d’Autun (200 ha). On pourrait ajouter que l’émergence de la parure monumentale y est très précoce, si l’on en juge par l’imposant autel funéraire dédié à titre posthume aux princes de la Jeunesse, fils adoptifs d’Auguste, érigé entre 4 et 14 apr. J.-C. (CIL XIII, 3254 ; AE 1982, 715 ; Rosso 2009, p. 101-102 ; Moine, Morin 2016, notice no 2, p. 28-31 ; Neiss 2016). Ce type d’hommage, qui relève de l’installation du culte impérial, est toutefois identifié aussi à Sens et à Trèves et invite à se demander si, finalement, ces inscriptions ne sont pas les seules conservées à ce jour d’une série d’hommages plus générale et qui aurait concerné la plupart des nouveaux chefs-lieux de cité des Trois Gaules et du district des Germanies (Reddé 2022, p. 298-299).

8À l’autre extrémité de l’arc chronologique, entre 330 et 350 apr. J.-C. sans doute, une nouvelle enceinte réduite reprend pour partie la localisation centrée de celle de La Tène finale et adopte une forme ovalaire qui enclot l’essentiel du centre civique du Haut-Empire (Balmelle et al. 2019 ; Neiss 2019 ; Van Andringa 2020). Elle englobe ainsi une surface de 55 ha qui, là encore, la classe parmi les plus grands castra des nouvelles provinces des Gaules et des Germanies, juste après Metz (60 ha) (Bayard 2019) et si l’on excepte les enceintes plus précoces de Cologne, Mayence, Tongres et Trèves. En parallèle, l’importance de son rôle dans l’organisation initialement mise en place sous l’égide de Dioclétien et de Constantin ressort bien des multiples mentions qui la concernent dans la Notitia Dignitatum avec plusieurs fabriques, ateliers et représentants de l’administration publique et de l’armée (I, 74 ; IX, 36 ; XI, 34, 56, 76 ; XLII, 42, 62 ; Esmonde-Cleary 2020, p. 30 et p. 35).

9Les raisons de cette singularité rémoise – vaste surface avec comme corollaire une population importante en nombre – tiennent fort vraisemblablement et principalement à des raisons d’ordre économique, qui transparaissent aussi dans l’équipement monumental – forum, arcs, amphithéâtre, temples, thermes… –, ou encore dans la mise en évidence de plusieurs domus souvent luxueusement ornées de sols en mosaïque et de revêtements en enduits peints de belle facture, qui trahissent évidemment l’existence d’une riche élite. Des indices allant dans le sens d’une économie florissante ressortent aussi, tout au long de l’époque romaine, du commerce, pour lequel les fouilles récentes évoquées dans ce volume ont révélé des produits exotiques importés (amandes, grenades, pêches, nèfles, cumin, etc.), auxquels il faut ajouter du vin en tonneaux (Mille, Rollet 2020). L’artisanat local est également très dynamique, notamment le long de la rive droite de la Vesle, avec plusieurs productions là encore détaillées dans ce dossier : métallurgie, textile, matière dure animale, verre, chaussures en cuir, etc.

10Les recherches menées dans les campagnes de la cité des Rèmes témoignent quant à elles d’une culture intensive d’orge vêtue et, dans une moindre mesure, d’épeautre et de blé amidonnier qui s’accommodent bien des sols pauvres de la Champagne crayeuse, laquelle occupe l’essentiel du territoire. Ce sont là, cependant, des productions peu lucratives, auxquelles il faut toutefois ajouter un élevage du mouton assez important semble-t-il et en lien avec l’artisanat textile. En périphérie de la ville, un semis assez dense de petits et moyens établissements est en outre à relier à l’exploitation de blés nus et à de nombreux vergers, ces cultures plus rentables étant rendues possibles par l’utilisation des boues de la ville pour fertiliser les sols (Achard-Corompt et al. 2017). Il faut y ajouter une importante production de fromages, sans doute de brebis et de chèvre, si l’on en juge par une forte concentration en faisselles de terre cuite à Reims même et dans la cité, la ville ayant d’ailleurs pu jouer un rôle moteur dans ce domaine (Ferdière, Séguier 2020).

11Une majorité de ces productions artisanales et agricoles étaient certes orientées vers un commerce local ou régional, mais il est plus que probable aussi qu’une autre partie ait été exportée en profitant de la position clé de la ville. Celle-ci s’inscrit en effet dans un « couloir » de fort développement économique qui la relie, via Langres, à la vallée du Rhône vers le sud, puis vers le nord-est au couloir rhénan avec Metz, Trèves et Cologne (Leveau 2007 ; et, pour un examen critique, Ouzoulias 2011a). À ce titre, la carte des most developped area produite par Philippe Leveau (2007, fig. 24, p. 665) a été reprise par Michel Reddé dans sa conclusion des deux volumes publiés du projet Rurland consacré aux campagnes du nord-est de la Gaule (Reddé 2018, fig. 3, p. 646). Il y expose un point de vue plus précis et à plus grande échelle, mais aussi plus pondéré, fondé sur les résultats du programme de recherche, et identifie autour de Reims une zone qu’il considère, en raison notamment d’une densité peu importante de villae, comme relativement périphérique par rapport au couloir rhénan plus dynamique. Ce dernier, avec notamment Metz et Trèves, constituerait un secteur plus productif et un centre d’attraction à mettre au compte de la nécessité d’alimenter la population civile et militaire agrégée le long du limes (Reddé 2018, p. 645-646).

12On ne doit pas exclure pour autant que les Rèmes aient aussi été acteurs d’un commerce important en direction du limes, via par exemple la large voie publique directe entre Reims et Trèves (Jemin 2012). En outre, d’autres marchés étaient aussi facilement accessibles depuis Reims, notamment en direction de la vallée du Rhône ainsi que de la Manche et donc de la Britannia, par une voie nord-sud d’origine ancienne, reprise dans le réseau d’Agrippa et formant avec la précédente un carrefour remarquable au cœur de la ville. Un autre itinéraire était en outre envisageable par voies navigables cette fois, en direction de la Seine en suivant l’Aisne depuis la Vesle, le long de laquelle des aménagements portuaires ont été retrouvés en lien direct avec des quartiers à vocation artisanale de la ville (Gucker 2020).

13Avec ce nouveau dossier multivarié de la revue Gallia, qui ne peut que s’en féliciter, Durocortorum, capitale de la Gaule Belgique, est appelée à devenir encore davantage une référence incontournable pour toutes les études consacrées aux villes romaines de la partie occidentale de l’Empire romain.

Inicio de página

Bibliografía

Pour consulter la liste des abréviations et des acronymes, cliquer ici.

Les références bibliographiques du dossier sont compilées en fin de volume : Bibliographie.

Inicio de página

Notas

1 Citons, pour les plus récents, Berthelot et al. 2010 ; 2013 ; Neiss et al. 2014 ; 2015 ; Balmelle et al. 2019 ; Neiss 2019.

2 Ces surfaces doivent être considérées comme moyennes, et peuvent d’ailleurs fluctuer d’un article à l’autre. On a cherché ici à fournir les indications les plus récentes : Narbonne (Sanchez et al. 2011, p. 213) ; Bordeaux (Charpentier et al. 2016, p. 430 ; Sireix et al. 2019, p. 16-17) ; Saintes (Maurin 2007) ; Cologne (Otten, Trier 2021) ; Mayence (Klee 2013, p. 127-128) ; Lyon (Lenoble dir. 2019).

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia en papel

Martial Monteil, «Reims antique»Gallia, 79-1 | 2022, 1-3.

Referencia electrónica

Martial Monteil, «Reims antique»Gallia [En línea], 79-1 | 2022, Publicado el 05 enero 2023, consultado el 24 julio 2024. URL: http://journals.openedition.org/gallia/6404; DOI: https://doi.org/10.4000/gallia.6404

Inicio de página

Autor

Martial Monteil

Directeur de Gallia

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Derechos de autor

CC-BY-SA-4.0

Únicamente el texto se puede utilizar bajo licencia CC BY-SA 4.0. Salvo indicación contraria, los demás elementos (ilustraciones, archivos adicionales importados) son "Todos los derechos reservados".

Inicio de página
Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search