Navigation – Plan du site

AccueilNuméros79-1Reims, lieu de productions et d’é...Un nouveau cachet à collyres déco...

Reims, lieu de productions et d’échanges

Un nouveau cachet à collyres découvert à Reims/Durocortorum

A new eyedrop cachet discovered in Reims/Durocortorum
Muriel Pardon-Labonnelie, Magalie Cavé et Aurélie Troublard
p. 343-350

Résumés

Un nouveau cachet à collyres, découvert lors de la fouille du complexe aqualudique de Reims en 2018, présente des caractéristiques morphologiques et épigraphiques particulièrement intéressantes pour l’histoire de la médecine. Ses magnifiques séries de lettres gravées en caractères rétrogrades confirment l’inscription de la médecine romaine dans la tradition thérapeutique grecque. Elles permettent en outre de découvrir un nouveau nom de collyre et la filiation professionnelle de deux praticiens. La découverte du cachet à collyres de Lucius Iulius Verus confirme ainsi la place incomparable de Reims/Durocortorum dans l’histoire de l’ophtalmologie gréco-romaine.

Haut de page

Texte intégral

1Dans le monde gréco-romain, les collyres ne se présentent généralement pas sous une forme liquide, mais solide. Conformément au sens de leur appellation générique en grec, les « collyres » sont des « petits pains » de quelques centimètres de longueur. Ces remèdes sont composés de substances d’origines végétale, minérale et animale réduites en cendres, pulvérisées et amalgamées à l’aide de gomme. Le praticien fait sécher ces petits pains à l’ombre pour les conserver, les transporter et les utiliser aisément. Au moment voulu, il en prélève une infime partie, la délaye dans un excipient et applique l’onguent ainsi confectionné sur l’intérieur de la paupière de ses patients.

2Avant durcissement, les collyres solides sont parfois estampillés dans le monde romain à l’aide de « cachets à collyres ». Ces tampons sont le plus souvent des pierres parallélépipédiques vertes de quelques centimètres de côté, dont les petites faces présentent des inscriptions gravées en caractères rétrogrades. Ces textes formulaires, généralement composés d’abréviations, comprennent une ou plusieurs des informations suivantes : un nom propre, un nom de remède, un effet thérapeutique et un mode d’administration (Pardon-Labonnelie 2013). Les fouilles préventives des sous-sols du futur complexe aqualudique de Reims ont mis à jour un quinzième « cachet à collyres » particulièrement intéressant.

Contexte de découverte

Conditions d’intervention

  • 1 L’opération arrive en deuxième place dans le calendrier de réalisation des fouilles archéologiques (...)
  • 2 C’est le terme d’« occurrences » qui a été retenu dans le cahier des charges scientifiques et princ (...)

3Les résultats de la fouille menée en partenariat entre l’Inrap et le service archéologique du Grand Reims, préalablement à la construction du complexe aqualudique de Reims, viennent compléter nos connaissances sur le passé romain des anciens terrains du Sernam, qui occupent l’angle de l’avenue de Laon et du boulevard Jules-César sur plus de 6 ha1. Malgré l’étendue exceptionnelle du projet d’aménagement (1,3 ha au total) et sa situation en contexte urbain, l’emprise de fouille n’atteint pas le tiers de la surface globale du projet. Adapté aux modalités de construction et aux objectifs scientifiques attendus, le cahier des charges prévoit au nord l’ouverture d’une zone en fer à cheval peu profonde, et au sud une fouille complète des vestiges jusqu’à la craie géologique. Moins touché par le projet d’aménagement, le reste des terrains (un peu plus de 10 000 m2) est documenté par neuf sondages2 répartis en fonction de la trame urbaine antique et de façon à couvrir l’ensemble de la parcelle.

Environnement archéologique

4Le site se trouve à l’extérieur du fossé de l’enceinte primitive, à environ 250 m au nord de celui-ci. Au Haut-Empire, il occupe le quart nord-est de la ville, à moins d’une centaine de mètres de l’arc antique de la porte de Mars. Plus tard, les terrains se sont retrouvés à l’extérieur du rempart de l’Antiquité tardive et des fortifications médiévales situées à environ 150 m. Les 1 350 m2 de vestiges fouillés intégralement en aire ouverte sont au cœur d’un îlot urbain antique circonscrit sur son bord ouest par le cardo maximus.

  • 3 Voir par exemple les fouilles du tracé du tramway (Sindonino et al. 2022) (16cd), du boulevard Joff (...)

5Le secteur recèle un fort potentiel archéologique, comme l’attestent les opérations d’archéologie préventive réalisées à proximité3 et la documentation du xixe s. et du début du xxe s. (découvertes d’objets en bronze gallo-romains rue de la Justice, de plusieurs dépôts monétaires romains boulevard Jules-César, rue de la Justice et dans le cimetière du Nord, etc.). L’aménagement du square de la Mission, situé place de la République, à l’emplacement de l’actuel monument aux morts, a également conduit à la découverte, au cours du xixe s., d’une riche domus à péristyle décorée d’une mosaïque à décor géométrique noir et blanc équipée d’installations thermales.

6Une autre mosaïque a été mise au jour en 1860 sur les Hautes-Promenades. Il s’agit d’une grande œuvre de 35 panneaux illustrant des combats de gladiateurs et des scènes de chasse. Elle daterait de la fin du iie s. ou du iiie s. apr. J.‑C.

7L’état de conservation du site est assez remarquable, puisque les structures antiques, présentes en nombre sur la totalité de l’emprise du complexe aqualudique, indiquent un tissu urbain dense et organisé pendant toute la période du Haut-Empire. Pour cause, la particularité de ces terrains est de n’avoir pratiquement pas subi de remaniements importants, depuis l’abandon de ce secteur à la fin de l’Antiquité et la remise en culture qui a suivi jusqu’à l’arrivée du chemin de fer et la création de la gare de marchandises, dont les bâtiments ont finalement causé très peu de dégâts sur les vestiges.

8Parmi les constructions, les plus importantes appartiennent à une demeure antique urbaine de grande qualité, datée du iie-iiie s. Cette domus était parée de mosaïques polychromes à motifs géométriques, de sols en terrazzo, de fresques et d’éléments de placage de sol et de mur en roches décoratives. Des occupations du début du ier s. apr. J.‑C. sont également présentes sur la craie géologique sous la forme de petites cloisons en pierre et tuile délimitant des sols en craie, ou de trous de poteau et de fosses.

9Parmi les neuf sondages disséminés dans l’emprise de fouille, celui dont est issu le cachet à collyres (occurrence no 4 : 13,50 m de long pour 6,30 m de large environ) fait quasiment la liaison entre la zone nord en forme de fer à cheval et l’angle nord-ouest de la zone principale de fouille (zone sud fouillée jusqu’au substrat) (fig. 1), sans que l’on puisse dire si les murs gallo-romains bien conservés mis au jour dans ce sondage appartiennent ou non à la domus de la zone sud. L’objet provient de la fouille d’une tranchée de récupération de mur. L’étude du mobilier céramique associé et la découverte – dans une tranchée de récupération de mur contemporaine – d’une imitation de Constantinopolis (?) très faiblement usée et émise vers 330-337 apr. J.‑C. indiqueraient un remploi des matériaux dans une fourchette comprise entre le deuxième tiers du ive s. et la fin du ive-début du ve s.

Fig. 1 – Reims, boulevard Jules-César : localisation du cachet à collyres sur le plan des vestiges du complexe aqualudique

Fig. 1 – Reims, boulevard Jules-César : localisation du cachet à collyres sur le plan des vestiges du complexe aqualudique

DAO : P. Huard, M. Cavé (Inrap).

Description du cachet

Caractéristiques morphologiques

  • 4 Quarante-et-un nouveaux cachets à collyres ont été découverts depuis la publication du dernier inve (...)

10Ce cachet à collyres est un parallélépipède rectangle complet à section carrée (fig. 2), dont les dimensions hors-tout sont 47 mm de long, 45 mm de large et 13 mm d’épaisseur, pour un poids de 90,30 g. Ses arêtes sont chanfreinées sur les deux grands chants, mais vives sur les quatre petits : cette disparité tient vraisemblablement à la volonté de faciliter l’empreinte des inscriptions gravées sur les petits chants. Ces caractéristiques morphologiques sont tout à fait comparables à celles de la majorité des 355 cachets à collyres recensés à ce jour4.

Fig. 2 – Reims, boulevard Jules-César : cachet à collyres découvert en 2018

Fig. 2 – Reims, boulevard Jules-César : cachet à collyres découvert en 2018

Clichés et DAO : J.-J. Bigot (Inrap).

Caractéristiques minéralogiques

11Cette pierre n’a pas encore pu faire l’objet d’une analyse minéralogique en raison de la crise sanitaire de 2019-2021. Néanmoins, dans la mesure où elle est lisse, brillante et de couleur vert foncé, on peut raisonnablement penser que, comme les 32 cachets précédemment expertisés, elle a été taillée dans une roche d’autant plus coûteuse que rare et d’origine exotique, la graywacke à grain fin, probablement importée de la carrière égyptienne de Wadi Hammamat (Walter et al. 2013 ; Pardon-Labonnelie et al. 2017).

12Les caractéristiques morphologiques et minéralogiques de ce cachet à collyres sont exemplaires, mais ses inscriptions et son contexte archéologique sont surtout exceptionnels à plus d’un titre.

Caractéristiques épigraphiques

13Très rares sont d’abord les cachets dont les six chants comportent des inscriptions. Des séries de lettres gravées en caractères rétrogrades, sur deux lignes, à partir d’une double réglure préparatoire, occupent la totalité de trois petits chants épigraphiques contigus de la pierre. Une numérotation continue des petits chants dans le sens des aiguilles d’une montre a été retenue par commodité pour leur présentation. L’ordre chronologique de la gravure des chants étant impossible à reconstituer, l’inscription inachevée a été considérée comme la dernière entreprise : au vu de la cherté de la graywacke à grain fin, il est probable que le graveur ait renoncé à polir ses essais de gravure sur ce petit chant pour ne pas endommager ceux, de même taille, déjà gravés.

14Les inscriptions qui occupent la totalité des trois petits chants épigraphiques peuvent être transcrites de la façon suivante :

a LIVLVERIPENICI|LLEADIMPETLIPPI ←

b LIVLVERIDIAMỴ|SCROCOADVETECIC ←

c LIVLVERIEVODE|SVAMOMATVM ←

15La double réglure préparatoire, le calibrage du texte, la graisse, et les proportions homogènes des lettres attestent le grand soin accordé à l’exécution de la gravure. Les empattements triangulaires, la verticalité et l’horizontalité des hastes sont notamment remarquables. La qualité graphique des caractères est particulièrement sensible dans l’inscription b, qui comprend un Y ornementé sur la première ligne et un minuscule E sur la deuxième ligne. Certaines imperfections permettent d’individualiser une seule et même main pour la gravure des inscriptions a, b et c : la rotondité relative des O, gravés en deux fois, la taille disproportionnée du haut et du bas de la panse des D, la place occupée par la largeur des N et des M, la longueur irrégulière des traverses des E et la finesse ou l’absence de traverses dans la gravure des A.

16La transcription développée des trois inscriptions complètes est vraisemblablement la suivante :

a L(ucii) IVL(ii) VERI PENICI|LLE AD IMPET(um) LIP-PI(tudinis) ←

b L(ucii) IVL(ii) VERI DIAMỴ|S(us) CROCO(des) AD VETE(res) CIC(atrices) ←

c L(ucii) IVL(ii) VERI EVODE|S VAMOMATVM ←

17Les restitutions proposées sont justifiées par la fréquence des attestations de l’initiale du praenomen Lucius et du nomen Iulius, des appellations diamysus et crocodes, ainsi que des expressions ad impetum lippitudinis et ad ueteres cicatrices sur les 355 cachets recensés à ce jour.

18On peut proposer les traductions suivantes :

a « De Lucius Iulius Verus, au petit pinceau, pour un accès d’affection oculaire » ;

b « De Lucius Iulius Verus, à base de misy, couleur safran, pour les cicatrices chroniques » ;

c « De Lucius Iulius Verus, odoriférant, aromatisé à l’amome ».

19Ces textes appellent plusieurs commentaires. Ils sont d’abord composés des trois informations habituellement données dans un ordre formulaire sur les cachets : un nom de praticien, un nom de collyre et, dans deux cas sur trois, l’effet thérapeutique escompté du remède.

20L’utilisateur du cachet a ensuite tenu à faire graver ses tria nomina sur les trois petits chants du cachet : L(ucii) IVL(ii) VERI, « De Lucius Iulius Verus ». L’exiguïté des champs épigraphiques laisse à penser que cette mention systématique de ces tria nomina très courants atteste une volonté de revendiquer la citoyenneté romaine chez le commanditaire des inscriptions.

21Quatre des cinq noms de collyres attestés sur la pierre apparaissent couramment dans les inscriptions gravées sur les cachets. Le premier collyre, PENICI|LLE, « au petit pinceau », est habituellement réputé pour les vertus lénitives attribuées à de petites éponges utilisées pour soigner les affections oculaires d’après le corpus médical (Pardon-Labonnelie 2012b). Le collyre PENICI|LLE est donc particulièrement utile AD IMPET(um) LIPPI(tudinis), « pour un accès d’affection oculaire ». Les deux autres collyres portent une double appellation composée de termes grecs translittérés, qui inscrivent l’oculistique romaine dans la tradition thérapeutique grecque : DIAMỴ|SCROCO et EVODE|SVAMOMATVM. Le prestige de la culture hellénique est d’ailleurs graphiquement sensible dans l’ornementation et dans la taille disproportionnée du Y final du premier terme. Le collyre de l’inscription b porte deux appellations souvent associées, qui se complètent : DIAMỴ|SCROCO, c’est-à-dire DIAMỴ|S(us) CROCO(des), « à base de misy, couleur safran ». La première appellation évoque le principe actif du collyre, le misy (Pardon-Labonnelie 2014, p. 248-249) : ce produit d’origine égyptienne, dérivé du cuivre, est si peu connu des Anciens que la place du y que contient son nom varie selon les occurrences. La seconde appellation, CROCO(des), « couleur safran » (Pardon-Labonnelie 2021), fait allusion à la couleur du collyre obtenu en suivant l’une des nombreuses recettes de collyres « à base de misy » : ces remèdes sont souvent réputés combattre les affections palpébrales, comme ici, AD VETE(res) CIC(atrices), « pour les cicatrices chroniques ». Le collyre de l’inscription c porte la double appellation EVODE|SVAMOMATVM, c’est-à-dire EVODE|S VAMOMATVM. Alors que le premier terme est la translittération d’un nom de collyre fréquemment attesté sur les cachets, εὐῶδες, « aromatique », le second, VAMOMATVM, est à ce jour un hapax. L’unicité de cette occurence n’est pas un fait isolé : l’utilisation d’appellations rares, et par conséquent mystérieuses, avait probablement une valeur promotionnelle auprès des patients. La série de lettres VAMOM- est vraisemblablement la translittération de ἄμωμ- (le V translittérant l’esprit doux initial), suivie du suffixe -atum (Joffre 1986) : VAMOMATVM désignait probablement un collyre « aromatisé à l’amome ». Cette appellation distingue l’une des nombreuses recettes de collyres « aromatiques », puisqu’elle évoque précisément une plante odoriférante d’origine indienne (Pline l’Ancien, Histoire naturelle, XII, 48 ; XIII, 16), notamment réputée pour ses vertus oculistiques dans le corpus galénique (Galien, Composition des médicaments selon les lieux, 4,5 [= Kühn, XII, 723]). Comme le collyre « à base de misy, couleur safran », le collyre « aromatique, aromatisé à l’amome » tire sa valeur thérapeutique d’un ingrédient coûteux, d’origine exotique, dont le nom garantissait d’autant mieux l’efficacité qu’il était peu compréhensible pour les profanes.

22La qualité graphique des inscriptions a, b et c s’oppose à trois séries de caractères rétrogrades que le graveur a tracées sur deux lignes, à la pointe, à partir d’une seule réglure préparatoire, après avoir retourné la pierre. Dans le sens de la gravure, on peut lire LD et LDEN au début et à la fin de la première ligne, puis LDE dans le premier tiers de la seconde ligne. Hormis deux des trois L, toutes ces lettres sont linéales et leur tracé, irrégulier, a parfois été remanié. Ce quatrième chant a donc manifestement été gravé par une autre main.

23Ces ébauches d’inscriptions sont à mettre en relation avec celles qui ont été taillées sur les deux grands chants du cachet. En effet, sur celui surplombant les trois inscriptions complètes figurent de nombreuses traces de gravure, qui témoignent d’hésitations et de remords : des réglures préparatoires, des caractères épars et, le long des arêtes, des séries de lettres linéales. On lit notamment probablement D, N, T et H, ainsi que la série de lettres grecques Γ, Ζ et Υ. Le long de l’arête qui surplombe l’inscription a figure l’inscription LDENTIDICON[…], gravée en caractères directs (hormis les N), à partir d’une réglure inférieure. Bien que cette série de caractères résiste pour le moment à l’analyse, elle est inaugurée par la série LDEN, gravée en caractères rétrogrades sur le petit chant d. De plus, sur le bord opposé de ce grand chant, on lit une série de lettres similaires, IDLNTIDNI, gravée en caractères rétrogrades (hormis le second N) et, au-dessus des inscriptions b et d, les séries CONTIBR et CONỊ gravées en caractères directs. De même, sur le grand chant opposé figurent, outre des lettres éparses comme N, Υ et S, d’une part, LḌẸNTIDI et NẸDL en caractères directs au-dessous des inscriptions a et c et, d’autre part, CON au-dessous des inscriptions b et d. Il s’agit probablement du praenomen L(ucius) et du nomen Dentidus au génitif, suivis de l’abréviation d’un cognomen et peut-être d’un nom de collyre, malheureusement rendus illisibles par la corrosion. Il est en tout cas clair qu’un graveur a réutilisé les grands chants pour des essais de gravure rétrograde – notamment pour des caractères grecs – destinés à l’empreinte de nouvelles inscriptions à partir des chanfreins. Cette réutilisation des chanfreins pour l’empreinte d’un nouveau nom de praticien est sans équivalent à ce jour.

L’oculistique à Durocortorum

  • 5 Le premier cachet trouvé à Reims a disparu avant d’avoir été publié. Les autres portent les numéros (...)
  • 6 Pour des analyses chimiques de ces collyres, voir Aubin 2016.
  • 7 Pour la bibliographie de la trousse de Reims, voir Espérandieu 1893, p. 6-7 et p. 79.

24Le cachet à collyres étudié est la quinzième pierre exhumée à Reims5 (tabl. I). Non seulement aucune autre ville de l’Empire romain ne recèle à ce jour autant de cachets à collyres dans ses sous-sols, mais c’est également à Durocortorum qu’ont été découverts à trois reprises des collyres estampillés6, certains étant de surcroît associés à un cachet à collyres et à un matériel pharmaceutique et chirurgical jusqu’à présent sans équivalent dans l’Empire romain7.

25Cette concentration exceptionnelle de trouvailles (Loriquet 1881-1882 ; Pardon-Labonnelie 2010) est telle qu’elle a fait supposer « l’existence de centres d’instruction et de pratique, peut-être écoles et collèges[,] où se formaient les spécialistes[,] [où] les malades […] affluaient, demandaient leurs conseils et recevaient les médicaments qu’ils fabriquaient » (Guelliot 1921, p. 183). Aucun argument probant n’ayant été avancé pour établir que « les Romains ont véritablement implanté à Reims une école d’oculistes » (Jadart 1899-1900, p. 32), c’est sans doute seulement à sa densité de population que la capitale de la Gaule Belgique doit la présence de tant de praticiens. De fait, le cachet à collyres de la fouille du complexe aqualudique a été trouvé à proximité de trois autres cachets (V. 161, V. 188 et V. 230), à moins d’une centaine de mètres d’un important lieu de passage, l’arc antique de la porte de Mars.

Tabl. I – Les découvertes de cachets à collyres à Reims

26[Image non convertie]

*

* *

27Ce cachet fournit des données uniques aux historiens de la médecine romaine, tant pour l’étude de l’instrumentation médicale, de la nosographie et de la nosologie que pour la connaissance de la commercialisation des remèdes ou encore du statut socioprofessionnel des utilisateurs de cachets à collyres.

28Ainsi, il montre d’abord à quel point l’oculistique romaine s’inscrit dans la tradition thérapeutique grecque, puisque sur ses petits chants figurent des noms de collyres et des effets thérapeutiques déjà attestés dans une inscription empreinte sur un collyre estampillé ẸVO(des) (Héron de Villefosse 1897) et dans des inscriptions gravées sur plusieurs cachets découverts à proximité : PENICILLE A(d) L(ippitudinem) (V. 157 c) ; PENICILLE AD LIPP(itudinem) (V. 158 c) ; AD IMPET(um) LIPPIT(udinis) (V. 197 b) ; AD IMPET(um) LIPPIT(udinis) (V. 158 d) ; AD IMP(etum) (V. 177 b) ; AD INPETVS (V. 139 a) ; POS(t) IMPET(um) (V. 105 b) ; EVVODES (V. 173 b) ; EVODES (V. 230 b) ; DIAMIS(us) (V. 177 a) ; DIAMIS(us) A͡D CIC(atrices) (V. 230 a) ; CROCOD͡ES AD VETE͡RES CICAT ͡R(ices) (V. 161 a) ; CORCODE(s) (V. 230 c) ; AD VETE(res) C(icatrices) (V. 197 d) ; AD CICATRI(ces) (V. 60 a) ; AD CICATRI(ces) (V. 160 b).

29Ce cachet permet également de découvrir une première attestation du nom de collyre VAMOMATVM, « aromatisé à l’amome », une appellation absconse pour les patients, qui évoque une plante odoriférante d’origine exotique.

30Enfin et surtout, cette pierre permet de mieux cerner l’identité professionnelle des utilisateurs de cachets à collyres. Seschanfreins ont d’abord manifestement été utilisés pour empreindre des remèdes. Un cachet à collyres, découvert avant 1908, a ensuite été exhumé à moins de 300 m, sous le même boulevard Jules-César, au bord du cimetière du Nord. Cette pierre a notamment été utilisée, pour estampiller des collyres DIAMIS(us) A͡D CIC(atrices), EVODES et CORCODE(s), par C(aius) Censori(us) Verus. L’utilisateur de ce cachet porte donc le même cognomen que notre L(ucius) Iul(ius) Verus. Si elle n’est pas fortuite, cette coïncidence attesterait une possible filiation professionnelle d’autant plus intéressante qu’elle serait unique en son genre.

Haut de page

Bibliographie

Pour consulter la liste des abréviations et des acronymes, cliquer ici.

Les références bibliographiques du dossier sont compilées en fin de volume : Bibliographie.

Haut de page

Notes

1 L’opération arrive en deuxième place dans le calendrier de réalisation des fouilles archéologiques sur la parcelle, après les espaces publics (réseaux et voiries) (27) fouillés en 2017-2018 par le service archéologique du Grand Reims (Bontrond dir. à paraître a) et avant le parking-silo (27b) fouillé par l’Inrap en 2018 (Jouhet dir. à paraître), la grande salle événementielle (27c) fouillée par Éveha en 2019 (Mamie dir. à paraître) et l’îlot B3 (27d) fouillé par l’Inrap en 2019-2020 (Cavé dir. à paraître b). Les numéros en gras italique qui suivent les noms des sites font référence à la figure 3 de Cavé et al., en tête de ce volume. Ils sont destinés à faciliter le repérage des sites sur la carte de Reims antique.

2 C’est le terme d’« occurrences » qui a été retenu dans le cahier des charges scientifiques et principes méthodologiques annexé à l’arrêté de prescription de fouille.

3 Voir par exemple les fouilles du tracé du tramway (Sindonino et al. 2022) (16cd), du boulevard Joffre (15) (Balmelle et al. 1988 ; Garmond et al. 2013) et de la rue Lesage (25) (Charbonnier dir. à paraître b).

4 Quarante-et-un nouveaux cachets à collyres ont été découverts depuis la publication du dernier inventaire (Voinot 1999) dans le cadre d’un programme de recherche en cours d’élaboration (Pardon-Labonnelie 2012a).

5 Le premier cachet trouvé à Reims a disparu avant d’avoir été publié. Les autres portent les numéros 104, 105, 139, 157, 158, 160, 161, 173, 177, 188, 197, 215 et 230 dans le dernier inventaire publié (Voinot 1999). C’est selon les numéros de cet inventaire, précédés de l’abréviation « V. », que sont présentés les cachets à collyres cités dans cette étude.

6 Pour des analyses chimiques de ces collyres, voir Aubin 2016.

7 Pour la bibliographie de la trousse de Reims, voir Espérandieu 1893, p. 6-7 et p. 79.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Reims, boulevard Jules-César : localisation du cachet à collyres sur le plan des vestiges du complexe aqualudique
Crédits DAO : P. Huard, M. Cavé (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/6428/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 502k
Titre Fig. 2 – Reims, boulevard Jules-César : cachet à collyres découvert en 2018
Crédits Clichés et DAO : J.-J. Bigot (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/6428/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 699k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Muriel Pardon-Labonnelie, Magalie Cavé et Aurélie Troublard, « Un nouveau cachet à collyres découvert à Reims/Durocortorum »Gallia, 79-1 | 2022, 343-350.

Référence électronique

Muriel Pardon-Labonnelie, Magalie Cavé et Aurélie Troublard, « Un nouveau cachet à collyres découvert à Reims/Durocortorum »Gallia [En ligne], 79-1 | 2022, mis en ligne le 05 janvier 2023, consulté le 21 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/gallia/6428 ; DOI : https://doi.org/10.4000/gallia.6428

Haut de page

Auteurs

Muriel Pardon-Labonnelie

UFR Lettres et Philosophie, université de Bourgogne
2 boulevard Gabriel, F-21000 Dijon
UMR 8220 LAMS, laboratoire d’archéologie moléculaire et structurale
Sorbonne Université, tour 23-33, boîte courrier 225
4 place Jussieu, F-75005 Paris

Articles du même auteur

Magalie Cavé

Inrap Grand Est
28 rue Robert-Fulton, F-51689 Reims Cedex 2

Articles du même auteur

Aurélie Troublard

Service archéologique de la communauté urbaine du Grand Reims
CS 80036, F-51722 Reims Cedex

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search