Navigation – Plan du site

Des éléments de charronnerie gallo-romaine à Châteaumeillant (Cher)

Alicia Torrado Alonso
p. 321-342

Résumés

La fouille du puits 269, sur l’habitat laténien de Châteaumeillant (Cher), a mis au jour un important ensemble de mobilier datable de la fin du iie s. apr. J.-C. au début du iiie s. apr. J.-C., parmi lequel le mobilier en fer est particulièrement remarquable. Outils, éléments de construction ou éléments de foyer sont quelques-uns des objets identifiés, mais c’est la concentration élevée de pièces en relation avec le transport qui donne un caractère particulier à cette série. Des éléments de la structure interne d’un char ont ainsi pu être identifiés : système de traction, éléments de roue, pièces de renfort de l’armature, etc. L’étude technique et les comparaisons avec d’autres pièces retrouvées ailleurs dans l’Empire, notamment à Neupotz (Allemagne), en Italie ou dans les provinces romaines de Thrace et de Pannonie, ont permis de proposer une première approche de ce type de véhicule. Leur identification présente un grand intérêt pour l’étude des techniques de transport à la période romaine, notamment en Gaule où une telle concentration reste inédite.

Haut de page

Texte intégral

Un lot de mobilier dans le comblement d’un puits

1Le puits 269 est placé à la limite sud-est du secteur C du site du Paradis, sur l’oppidum de Châteaumeillant (Cher) où trois autres puits ont également été identifiés. La fouille de ce puits s’inscrit dans une problématique développée dans le cadre du programme de recherche mené par S. Krausz (UMR 5607 du CNRS) sur l’oppidum. Repéré en 2011, il a fait l’objet d’une fouille complète en 2012 par une équipe spécialisée de la société Éveha. Cette opération, réalisée sur 14 m de profondeur, a permis de recueillir un mobilier très abondant dont certains éléments présentent des caractéristiques très particulières. Cinq monnaies, trouvées entre les dernières unités stratigraphiques, ont été étudiées par K. Gruel (UMR 8546 du CNRS), mais seules deux d’entre elles ont pu être identifiées. Il s’agit d’émissions frappées sous Marc Aurèle (160-180 apr. J.-C.), ce qui donne une date approximative pour le début du comblement du puits : vers la fin du iie s. apr. J.-C. et au début du iiie s. L’étude de la céramique confirme cette date (Krausz 2013, p. 67 ).

2Bien que la présence de mobilier diversifié ne soit pas exceptionnelle dans ce type de structure, la nature inédite de certains objets et leur qualité technique obligent à se poser des questions sur la signification de ces objets retrouvés au fond d’un puits. C’est le cas notamment du mobilier en bronze qui constitue l’exemple le plus exceptionnel des objets recueillis1. Quelques informations issues des études carpologiques et archéozoologiques permettent en fait de privilégier l’hypothèse d’un ou de plusieurs dépôts réalisés au fil du temps, en alternance avec une utilisation plus « classique » du puits comme dépotoir (Krausz 2012 et 2013, p. 56-142). Cette interprétation reste toutefois hypothétique, et seule la confrontation des résultats obtenus pour l’ensemble de la structure permettra d’avancer dans les interprétations. Quoi qu’il en soit, le mobilier gallo-romain découvert révèle plusieurs particularités qui en justifient d’ores et déjà la présentation partielle. Il vient en outre compléter le dossier, jusque-là peu étoffé, de l’éventuelle pérennité de l’agglomération laténienne de Châteaumeillant après la période augustéenne.

Le mobilier en fer du puits 269

  • 2 Le laboratoire Arc’Antique a mis à notre disposition ses installations ainsi que le matériel nécess (...)

3Suite à la fouille du puits, les objets en fer ont été dûment conditionnés dans des bacs et envoyés au laboratoire Arc’Antique (Nantes) pour bénéficier d’un traitement de stabilisation. En raison des caractéristiques anaérobiques du puits, le traitement s’est avéré inutile et l’étude a pu débuter. À ce stade, le mobilier était divisé en 81 lots différents, suivant la classification faite au cours de la fouille. Bien que l’état général de l’ensemble soit assez bon, quelques éléments se trouvaient dans un état assez fragmentaire ou constituaient des ensembles soudés par la corrosion, ce qui empêchait leur observation précise. Une première phase de l’étude a donc porté sur la séparation des éléments, le nettoyage partiel et le remontage des objets2. Cette étape, loin d’être anecdotique, a favorisé une meilleure lecture de l’ensemble et permis de constater une corrélation entre les unités stratigraphiques 15 et 16 qui avaient été différenciées lors de la fouille du puits.

  • 3 La séparation du mobilier en domaines ou catégories fonctionnelles a été réalisée à partir de la pr (...)

4Par la suite, un décompte a pu être effectué : 199 objets sont en fer, dont une trentaine d’éléments de charronnerie constituent la partie la plus originale. Les objets ont été classés ensuite en six grands domaines ou catégories fonctionnelles selon la fonction la plus habituellement attribuée3.

5Sur le plan des datations, l’ensemble est relativement hétéroclite mais cohérent avec l’intervalle chronologique proposé par la céramique pour le comblement du puits. Les éléments de huisserie et ceux liés à la construction sont très nombreux, notamment sous la forme de clous et d’anneaux, mais aussi de quelques pentures ou encore de clés. Les outils sont peu représentés mais restent assez bien documentés, principalement en raison du bon état dans lequel se trouve l’essentiel des éléments. On peut citer, à titre d’exemple, deux faux dont l’une conserve encore une partie de sa douille en bois. Le domaine domestique reste minoritaire. On peut noter la présence de quelques éléments de foyer (poêlon à manche pliable, barres de crémaillère) ou un fond de seau probablement en relation avec le puisage. Enfin, les éléments indéterminés ne sont pas très nombreux mais leur masse est importante, elle s’explique par la présence d’une série de barres massives et lourdes dont la fonction n’est pas encore déterminée.

Les pièces de char

  • 4 Ce chiffre est indicatif. Quelques objets complets et de forme bien particulière n’ont en effet pas (...)

6Elles sont constituées d’une vingtaine de pièces bien identifiées, auxquelles il faut ajouter une série d’éléments, notamment des ferrures diverses et des clous de grande taille, dont l’appartenance au char reste encore hypothétique. Ces pièces de charronnerie constituent 32,6 % du mobilier en fer4.

7Il convient, en préambule, de rappeler que les chars à l’époque romaine sont des assemblages très complexes, avec une structure interne essentiellement en bois, renforcée par des armatures en fer. Le plus souvent, les découvertes de ce type se réduisent à des restes isolés de bandages de roue, de renforts de timon, de clavettes, etc. Les chars complets, conservant leur structure en bois et/ou l’essentiel de leurs pièces métalliques, sont rares. L’étude des techniques de transport à l’époque romaine a ainsi longtemps reposé sur l’iconographie et les textes, révélant l’existence d’une grande variété de véhicules pour cette période (Boube-Piccot 1980, p. 1-10 ; Molin 1996 ; Zinn 2001 ; Raepsaet 2002 et 2008). Cela a permis de différencier les types de véhicule en fonction de leur usage (véhicules liturgiques, officiels, de charge, etc.). Cependant, ces sources (iconographie et textes) ne s’avèrent guère suffisantes pour la compréhension technique du fonctionnement des chars ou pour l’identification des éléments qui les composent. Les premières études à s’intéresser à la restitution des chars en tenant compte des aspects techniques, grâce à l’apport de l’archéologie, remontent à la fin du xixe s. Des érudits, comme G. Seure ou K. Gaul, se sont penchés sur l’interprétation de ces pièces à partir de nombreuses découvertes de véhicules complets dans les provinces romaines de Thrace et de Pannonie (Gaul 1889 ; Seure 1901, p. 180-199 ; 1904, p. 210-237 et 1925, p. 347-437 ; Palágyi 1981 ; Palágyi, Nagy 2000, p. 150-168 ; Mráv 2005, p. 21). L’étude des chars thraces a été poursuivie par de nombreux auteurs, parmi lesquels il faut retenir I. Venedikov qui a réalisé un inventaire des chars exhumés dans cette région et proposé de nombreuses restitutions (Venedikov 1960). Malgré le fait que certaines de ses analyses soient aujourd’hui contestées (Mráv 2005, p. 28), celles-ci ont permis d’identifier toute une série de pièces métalliques appartenant au « squelette » des chars et qui étaient jusqu’alors inconnues (ibid., p. 21).

8D’autres découvertes ont fait progresser la compréhension de la structuration de l’armature interne des véhicules antiques comme, par exemple, la restitution proposée pour le char de Kozármisleny en Hongrie (Kiss 1989, p. 193-205) ou pour les chars découverts dans la villa d’Arianna à Stabies en Italie (Miniero 1987, p. 178-206). Ces derniers, ensevelis par l’éruption du Vésuve, étaient dans un état de conservation exceptionnel : des restes de bois associés à des armatures en fer complètes, le tout dans leur position d’origine. Les découvertes des pièces de chars à Neupotz (Allemagne), dans les années 1980, ont également apporté beaucoup d’informations. Au moins quatre chars provenant de Gaule, à en juger par le mobilier associé, et datés du iiie s. apr. J.-C., ont été récupérés dans le Rhin et ont fait l’objet d’une étude très détaillée qui reste à ce jour une référence en la matière (Visy 1993, p. 257-328).

9En France, le char romain de Saintes (Charente-Maritime), daté du ier s. apr. J.-C., a pu être ajouté à l’inventaire, mais sa structure paraît répondre à des traditions encore gauloises (Bouchette et al. 1998). Plus récemment, dans un dépôt daté du iiie s. et provenant de la villa de Bartringen (Luxembourg), une trentaine de pièces de char ont été identifiées et apportent de nouveaux éléments comparatifs à l’échelle des Germanies romaines (Hanemann 2012).

10Cette liste non exhaustive montre que les avancées de la recherche se sont faites lentement et en partant de cas géographiquement très dispersés. Malgré tous ces exemples, et comme on le verra par la suite, il reste encore bien des interrogations sur la position de certaines pièces ou même sur leur appartenance assurée à des véhicules.

11En ce qui concerne les exemplaires de Châteaumeillant, quelques-unes des pièces disposent ainsi de nombreuses comparaisons, nous permettant d’être assurés de leur fonction. En revanche, d’autres restent encore hypothétiques, sur le plan de leur interprétation tout comme de leur fonction précise.

Éléments de la structure interne du char

Les éléments associés à l’avant et/ou à l’arrière-train

12Un premier objet est une cheville ouvrière constituée d’un corps massif, de forme cylindrique, de 48,2 cm de longueur et de 2,8 cm de diamètre maximal (fig. 1, no 1). Les véhicules à quatre roues sont dotés de deux exemplaires de ce type (un placé dans l’avant-train et l’autre dans l’arrière-train). De manière générale, les premiers sont plus longs que les seconds, entre 45 cm et 70 cm (Pflaum 2007, p. 309) ; l’exemple de Châteaumeillant peut s’inscrire dans cette classe.

Fig. 1 – Éléments associés au train

Fig. 1 – Éléments associés au train

1, cheville ; 2, axe d’essieu. Échelle : ¼.

Dessins et DAO : A. Torrado Alonso.

13Lorsque la cheville est placée dans l’avant-train, elle est clouée dans la caisse traversant le plancher, l’hyperteria – structure en bois qui surmonte l’essieu – et, en règle générale, dans l’axe central du char (fig. 7). D’ailleurs cette pièce peut servir aussi à fixer les barres placées sur l’axe central, qui supportent le poids de la caisse, comme cela est proposé dans les restitutions des chars de Stabies et de Neupotz (Miniero 1987, p. 185 et 189 ; Visy 1993, p. 287-289).

14Généralement, elle est munie d’un trou dans sa partie inférieure, destiné à accueillir une goupille, pour empêcher son soulèvement (Miniero 1987, p. 185 ; Pflaum 2007, p. 309). Avec un avant-train mobile, il est nécessaire que la cheville soit solidement fixée car c’est elle qui assure l’axe de rotation du char. Dans le cas de Châteaumeillant, le trou d’extrémité est absent, mais la barre est légèrement fragmentée à cet endroit. Plusieurs exemplaires similaires à celui-ci ont été identifiés ailleurs (Miniero 1987, p. 185-186 ; Mitard et al. 1993, p. 63 ; Künzl 1993b, pl. 435-437 ; Raux, Feugère 2008, p. 167), dont quelques uns sans percement à l’extrémité inférieure (Visy 1993, p. 437-436 ; Pflaum 2007, p. 309).

15Une seconde barre cylindrique, avec une longueur conservée de 87 cm et un diamètre de 3 cm, a été identifiée à Châteaumeillant (fig. 1, no 2). La radiographie réalisée sur l’une de ses extrémités montre qu’elle est percée d’un trou. Il est entouré d’une corrosion très volumineuse qui ne laisse deviner que la forme d’un possible anneau, mais qui n’est pas visible sur la radiographie, peut-être en raison d’une forte minéralisation du fer. Il est donc plus prudent de considérer l’existence de cet anneau comme hypothétique. Par ailleurs, l’autre extrémité de la barre est fortement dégradée et il est donc difficile d’établir avec certitude si elle est ou non fragmentée.

16A priori, et en raison de sa longueur, on peut écarter l’hypothèse d’une cheville de même fonction que la précédente. Il s’agit plus probablement de la barre en fer qui traverse l’essieu dans sa partie inférieure et qui constitue le châssis du véhicule. Sur le char de Stabies, une barre similaire, munie d’un anneau sur une extrémité et d’une tête circulaire légèrement plus courte (73 cm), a été identifiée (Miniero 1987, p. 183-184). Elle présentait des traces de bois correspondant aux deux poutres latérales qui partent de l’essieu et sont connectées au timon et à la poutre du timon elle-même (fig. 2, no 1). Il est donc possible d’attribuer un emplacement analogue à l’exemplaire de Châteaumeillant. Toutefois, bien que la position correspond, cette barre peut ne pas être en contact avec le timon, comme le propose Z. Mráv dans sa restitution du même char italien (fig. 2, no 4 ; Mráv 2005, p. 35). D’autres restitutions font légèrement varier la position de cette pièce, bien qu’elle soit, grosso modo, toujours la même (fig. 2).

Fig. 2 – Restitution de la barre du châssis selon différents auteurs

Fig. 2 – Restitution de la barre du châssis selon différents auteurs

1, char de Stabies (Miniero 1987, fig. 7a) ; 2, char II de Siskovci (Venedikov 1960, pl. 77) ; 3, restitution proposée par Z. Mráv pour le char de Kozármisleny (Mráv 2005, 38) ; 4, restitution proposée par Z. Mráv pour le char de Stabies (Mráv 2005, p. 35).

Les éléments associés au timon

17Les trois pièces de Châteaumeillant liées au timon présentent des différences de forme et de taille, mais leur fonction est la même. Il s’agit d’anneaux ou de bagues de serrage destinés à renforcer les endroits où les parties en bois sont connectées et exposées à une grande force (ibid., p. 23).

18La première est constituée d’une base de forme trapézoïdale, avec des bords légèrement recourbés, de 16,5 cm de longueur pour 15,3 cm de largeur (fig. 3, no 3). Trois trous de 0,5 cm de diamètre sont percés de manière asymétrique. C’est le seul des exemplaires à pouvoir être inclus dans la typologie réalisée par Z. Mráv, et correspondant au type BII (ibid.). Des éléments similaires ont été retrouvés dans la villa de Laufen-Müschhag (fig. 4, no 1) à Szomor-Somodorpustza en Hongrie (fig. 4, no 2) (Gaul 1889, pl. 27) ou encore à Kozármisleny (Kiss 1989, p. 20).

Fig. 3 – Éléments associés au timon

Fig. 3 – Éléments associés au timon

3, 4 et 5, anneaux de serrage. Échelle : ¼.

Dessins et DAO : A. Torrado Alonso.

Fig. 4 – Anneaux de serrage provenant de différents chars

Fig. 4 – Anneaux de serrage provenant de différents chars

1, villa de Laufen-Müschhag (Martin-Kilcher 1980, pl. 61) ; 2, Szomor-Somodorpustza (Gaul 1889, pl. 27) ; 3, char I de Sisckovci (Venedikov 1960, pl. 6) ; 4-5, Neupotz (Künzl 1993b, pl. 450) ; 6, Stabies (Miniero 1987, p. 182).

19L’exemplaire suivant est une bague de forme carrée, avec des angles arrondis et une largeur très irrégulière variant entre 4 cm et 9 cm (fig. 3, no 4). C’est le seul exemplaire qui soit complet. Un seul trou de fixation est observable dans le coin supérieur de la partie la plus large. À Laufen-Müschhag, deux exemplaires de même forme mais un peu moins larges ont été mis au jour (Martin-Kilcher 1980, pl. 61). Il se rapproche aussi du type NF 25 identifié par Z. Visy parmi les pièces de Neupotz, où d’autres éléments en forme de « D » ont été reconnus (Visy 1993, p. 286-287). À Bartringen, une pièce de dimension similaire à celles de Châteaumeillant a été identifiée parmi une trentaine d’objets appartenant à un char (Hanemann 2012, p. 107). Sur le char de Stabies, un exemplaire de forme ovale mais de même taille a été retrouvé (fig. 4).

20Le dernier de ces objets est constitué d’une plaque rectangulaire de 11,5 cm de longueur sur 6,2 cm de largeur, liée sur les côtés à deux tiges de section carrée qui se prolongent vers le haut (fig. 3, no 5). Quatre éléments similaires, bien que de plus petite taille, ont été identifiés sur le char I de Sisckovci (Venedikov 1960, pl. 6) (fig. 4, no 3).

21En ce qui concerne leur position, ces anneaux sont interprétés comme des renforts placés dans le timon, pour assurer la connexion avec les poutres latérales qui traversent l’hyperteria (fig. 7). La découverte du char de Stabies confirmerait cette hypothèse : cette pièce était en effet placée devant l’avant-train et conservait les traces de trois poutres en bois (Miniero 1987, p. 180). Toutefois, Z. Visy signale que la position des anneaux n’a pas de raison d’être restreinte au seul timon et qu’ils peuvent se trouver ailleurs dans le char, là où des poutres sont connectées (Visy 1993, p. 286-287). Cela pourrait expliquer l’existence d’anneaux de tailles et de formes aussi diverses, ainsi que la présence de ces trois types à Châteaumeillant.

Les éléments associés à l’axe central ou longeron

22Dans les véhicules à quatre roues, une longue poutre en bois – ou longeron – met en communication l’avant et l’arrière-train, permettant leur articulation grâce à la rotation des essieux. Le longeron peut éventuellement être associé au timon à l’aide des deux poutrelles latérales qui traversent les essieux. En conséquence, il doit être renforcé à plusieurs endroits afin de pouvoir supporter le poids de la caisse et résister à la force de traction produite par le dispositif qui tire l’essieu pour mettre en mouvement le véhicule.

23Les éléments associables au longeron sont, ici, deux plaques rectangulaires percées en leur milieu d’un gros trou, respectivement de 3,8 cm et 3,5 cm de diamètre, et de quatre petits trous de fixation de 0,4 cm à 0,6 cm de diamètre, placés à chaque angle (fig. 5, nos 6 et 7). Dans le cas de l’exemplaire no 7, la plaque est prolongée par une tige plate qui présente elle aussi des trous de fixation. L’autre exemplaire se trouve dans un état beaucoup plus fragmentaire, puisque seul le début de cette tige est conservé. La déformation du trou central indique que ces pièces ont subi une forte pression.

Fig. 5 – Éléments associés à l’axe central

Fig. 5 – Éléments associés à l’axe central

5-6, éléments de protection de l’axe central ; 7-8, barres de support de la caisse. Échelle : ¼.

Dessins et DAO : A. Torrado Alonso.

Fig. 6 – Exemples d’éléments de protection de l’axe central

Fig. 6 – Exemples d’éléments de protection de l’axe central

1, exemplaire de la province de Bayern (Garbsch 1986, p. 62) ; 2-3, pièces à position imprécise trouvés à Neupotz (Künzl 1993b, pl. 455 et 457).

Fig. 7 – Position hypothétique des pièces 1 à 9 et 19, provenant de Châteaumeillant

Fig. 7 – Position hypothétique des pièces 1 à 9 et 19, provenant de Châteaumeillant

Restitution réalisée en base aux propositions de P. Miniero (1987, fig. 7a et 7b) et de Z. Visy (1993, fig. 23).

DAO : A. Torrado Alonso.

24Ces pièces sont des spécimens assez rares. Le seul élément de comparaison identifié à ce jour provient des restes de char trouvés dans la province de Bayern (Allemagne), où un objet de forme très similaire et de même dimension a été mis au jour (fig. 6, no 1). Selon P. Garbsch, cette pièce serait placée sous l’hyperteria et clouée dans la partie inférieure de l’axe central. La cheville qui sert à faire pivoter l’avant-train passerait au travers du gros trou central et serait ensuite immobilisée par une goupille. La tige plate sur laquelle se prolongent ces pièces serait, quant à elle, fixée à l’axe central dans le sens de la longueur (Garbsch 1986, p. 61-62).

25Sur les chars trouvés à Neupotz, quelques pièces présentent des similitudes avec celles de Châteaumeillant (fig. 6, nos 2 et 3). Il s’agit de plaques en fer de même dimension, dont quelques-unes sont aussi munies d’une ouverture rectangulaire, probablement pour être insérées dans une poutre en bois (Visy 1993, pl. 26). La principale différence avec celles de Châteaumeillant réside dans la tige qui n’est pas disposée dans le même sens, elle se lève ici de façon verticale. Elle est ainsi traversée par une cheville placée verticalement, et par une seconde placée horizontalement. Aucun parallèle n’a été recensé avec les restes de chars mis au jour dans les provinces germaniques et sa fonction reste, pour Z. Visy (ibid., p. 287), énigmatique.

26Les exemplaires nos 8 et 9 sont deux barres massives de section rectangulaire et à profil légèrement courbe (fig. 5). La première, très bien conservée, munie d’un anneau à chacune de ses extrémités, est sensiblement plus longue que l’autre mais cela est sans doute dû à l’état fragmentaire de cette dernière, qui ne conserve qu’une seule extrémité.

27Elles prennent place sur l’axe central du char, dans le sens longitudinal et de manière opposée l’une à l’autre. Ainsi, elles sont associées, dans la partie supérieure, à la caisse du char grâce à la cheville qui traverse l’hyperteria et passe au travers de l’anneau (fig. 7, no 1, 8 et 9). Leur position dans le char nous est connue d’une part grâce à la découverte de ces pièces dans leur position primaire, ou encore associées aux éléments qui servent à les relier au longeron. D’autre part, la confrontation avec les données issues des analyses des bas-reliefs a permis de confirmer cette position (Zinn 2001, p. 157, 181 et 229). La partie inférieure serait reliée à l’axe central, soit au moyen de petites chevilles comme dans la restitution proposée pour les chars de Neupotz (Visy 1993, p. 287-289) ou comme dans la paire trouvée à Bartringen (Hanemann 2012, p. 119-123), soit au travers d’un système de fixation constitué d’anneaux, comme dans le char de Stabies (Miniero 1987, p. 188-189). La fonction de ces éléments est de donner de la stabilité à la caisse du char et de mieux répartir le poids qui repose sur l’axe central.

28Plusieurs exemplaires comparables à ceux de Châteaumeillant ont été identifiés bien que l’on puisse constater des différences formelles qui répondent plutôt à un critère esthétique. À Neupotz, ces pièces sont au nombre de huit. À l’exception d’une paire, toutes possèdent de petites ornementations dans leur partie inférieure, absentes à Châteaumeillant. Mais, pour le reste, elles présentent les mêmes caractéristiques et dimensions que les exemplaires présentés ici. À Laufen-Müschhag, une paire, pareille à celles de Neupotz, a également été mise au jour (Martin-Kilcher 1980, pl. 63). Les paires trouvées à Bartringen ou à Kozármisleny sont celles qui s’éloignent esthétiquement le plus de celles de Châteaumeillant, même si leur fonction reste identique (Hanemann 2012, p. 119).

Les éléments de roue

29Les roues à rayons, se composent d’une jante et d’un moyeu (Boube-Piccot 1980, p. 13). La jante est protégée par un bandage en fer qui est fixé à chaud sans clous ni autre dispositif de maintien depuis La Tène finale (Schönfelder, Perrin dir. 2003, p. 87). Le moyeu, en bois, fer ou bronze, est emboîté dans l’essieu qui est renforcé par des frettes placées à l’intérieur et à l’extérieur. L’essieu est en outre protégé par un cerclage, de forme plus ou moins cylindrique et maintenu en place grâce à une clavette placée verticalement. Jusqu’à quatre frettes de diamètre différent peuvent être nécessaires pour chacune des roues ; deux, de grand diamètre, sont placées à l’extérieur et à l’intérieur de la roue, et sont renforcées à l’intérieur par une autre frette de diamètre inférieur (Boube-Piccot 1980, p. 13).

30Les éléments de roue sont représentés à Châteaumeillant par cinq frettes de différentes tailles (fig. 8). Le trait de soudure entre les deux extrémités du cerclage en fer est encore visible sur un des exemplaires (fig. 8, no 13). Les exemplaires nos 10 et 11 sont des frettes à peu près identiques. Le no 12 possède un diamètre légèrement plus grand que les autres, mais il est aussi plus étroit. En raison de leur diamètre, ces trois éléments peuvent correspondre aux frettes externes. L’exemplaire no 13, de diamètre inférieur, peut correspondre à une frette interne. Enfin, le no 14 est réduit à un petit fragment, il est impossible de restituer ni son diamètre ni sa largeur et, donc, sa position dans la roue.

Fig. 8 – Éléments de roue

Fig. 8 – Éléments de roue

Échelle ¼.

Dessins et DAO : A. Torrado Alonso.

31Ces éléments sont fréquemment retrouvés lors des découvertes de char. Habituellement forgés en fer, leur taille varie en fonction de celle des roues. Les exemples sont très nombreux et on les retrouve dans presque tous les chars déjà mentionnés. Ainsi, à Neupotz, on retrouve un grand nombre de frettes de différents diamètres et largeurs. Elles correspondent aux frettes internes et possèdent de petites ailettes pour faciliter leur accrochage aux frettes externes (Visy 1993, pl. 22). Dans le char de la villa d’Arianna à Stabies, des frettes associées à l’essieu ont également été mises au jour (Miniero 1987, p. 192). Sur les chars thraces, un grand nombre de frettes ont été trouvées, dont on peut citer quelques exemples comme celles du char II de Siskovci (Venedikov 1960, pl. 11), celles du char V de Ljubimec (ibid., pl. 29) ou celles des chars de Jambol (ibid., pl. 38).

Les éléments de renfort

32Les objets nos 15 à 18 sont de tailles différentes, mais présentent tous une forme similaire : une tige plate munie d’un anneau de serrage de forme rectangulaire à l’une de ses extrémités et percée d’un trou de fixation à l’autre (fig. 9, nos 15-18 et fig. 10). Leur face interne présente en outre une concavité qui devait correspondre à la poutre en bois sur laquelle ils étaient placés.

Fig. 9 – Éléments de renfort

Fig. 9 – Éléments de renfort

Échelle ¼.

Dessins et DAO : A. Torrado Alonso.

Fig. 10 – Quelques exemplaires ayant des caractéristiques proches des pièces 15 à 18 de Châteaumeillant

Fig. 10 – Quelques exemplaires ayant des caractéristiques proches des pièces 15 à 18 de Châteaumeillant

1-2, types NF 26 (Künzl 1993a, pl. 26 ; 1993b, pl. 446) ; 3, type NF 23 (Künzl 1993b, pl. 448).

33Plusieurs objets de formes diverses mais aux caractéristiques semblables ont été retrouvés à Neupotz (Visy 1993, p. 446-448). Les deux premiers éléments de renforts de Châteaumeillant (fig. 9, nos 15 et 16) ont une grande ressemblance avec l’objet F 155 qui s’inscrit dans le type NF 23 proposé par Z. Visy (ibid., p. 286). La principale différence réside dans le fait que l’exemplaire allemand possède une ornementation en forme de spirale absente à Châteaumeillant. Ils se rapprochent aussi de l’exemplaire NF 26, si ce n’est que la tige de ce dernier est nettement plus étroite (ibid., p. 287). Les deux autres pièces présentent les mêmes caractéristiques mais elles sont sensiblement plus grandes (fig. 9, nos 17 et 18).

  • 5 Les exemplaires de Bartringen (incomplets) ont une longueur de 59 cm et 61 cm contre 32 cm pour l’e (...)

34Z. Visy les identifie comme des éléments de renfort, destinés à consolider une poutre en bois à laquelle elles étaient assemblées. Lors de son étude, il a pu constater que la face interne de l’objet présentait des traces d’usure, dues probablement au frottement avec la poutre. Pour cela, l’auteur a tendance à les placer à des endroits soumis à une forte traction, sous la caisse ou dans la partie de l’essieu avant par exemple (ibid., p. 309). De même, sur le site de Bartringen, B. Hanemann identifie deux pièces dont les ressemblances avec les exemplaires de Châteaumeillant sont évidentes. La différence majeure réside non seulement dans sa taille5, mais aussi dans le fait que les exemplaires luxembourgeois sont munis de bagues de serrage à leurs deux extrémités, détail absent à Châteaumeillant. Toutefois cela ne doit pas empêcher de rapprocher ces pièces. B. Hanemann, sans refuser l’interprétation de Z. Visy, signale aussi la possibilité que ces pièces soient placées le long de la caisse dans le renforcement du longeron (Hanemann 2012, p. 108-109).

35L’objet no 19 (fig. 9) est constitué d’une tige plate, percée d’un trou à l’une de ses extrémités et se terminant par une petite ouverture rectangulaire. Un anneau, en forme de « S », est placé au milieu. Un exemplaire très similaire et d’à peu près la même taille a été trouvé parmi les pièces de char provenant du dépôt de Laufen-Müschhag (Martin-Kilcher 1980, pl. 62). À Neupotz, on retrouve aussi cinq spécimens de forme similaire, bien qu’ils ne possèdent pas la petite ouverture rectangulaire que l’on observe dans ceux de Châteaumeillant ou de Laufen-Müschhag (Visy 1993, p. 305). Quatre pièces, davantage semblables à celles de Neupotz qu’à notre exemplaire, se retrouvent aussi sur le char de Jambol (Venedikov 1960, pl. 10). Z. Visy leur attribue une possible fonction décorative, soit à l’avant, soit à l’arrière du char (fig. 11). Cependant, les auteurs restent prudents dans l’attribution de ces pièces au char (Martin-Kilcher 1980, p. 66 ; Visy 1993, p. 305-306).

Fig. 11 – Exemples et position des éléments de renfort de la caisse

Fig. 11 – Exemples et position des éléments de renfort de la caisse

1, villa de Laufen-Müschhag, objet similaire au no 19 de Châteaumeillant (Martin-Kilcher 1980, pl. 62) ; 2, exemplaire provenant de Neupotz que Z. Visy identifie à l’objet 1 (Visy 1993, p. 305 ; Künzl 1993b, pl. 491) ; 3, position hypothétique des éléments de renfort de la caisse du genre 1 et 2 (Martin-Kilcher 1980, p. 66 ; Visy 1993, p. 305-306) ; 4-5, éléments similaires au no 20 de Châteaumeillant, trouvés à Laufen-Müschhag (Martin-Kilcher 1980, pl. 62) et à Neupotz (Künzl 1993b, pl. 464) ; 6, position hypothétique des éléments de renfort de la caisse du genre 4 et 5, similaires à l’objet no 20 de Châteaumeillant (fig. 9) selon Z. Visy (1993, p. 293).

36Le no 20 (fig. 9) est une barre plate de section rectangulaire de 32 cm de longueur et d’épaisseur variable (de 0,7 à 1,5 cm). Elle est repliée au centre, de telle manière qu’elle forme un anneau. Quatre gros clous, techniquement très particuliers, sont conservés en place : constitués d’une tige de 9 cm de long et de section carrée, ils se terminent par une pointe massive en forme de demi-lune, de telle sorte qu’une fois cloués sur un plancher en bois, ils devaient rester parfaitement fixés et offraient ainsi une grande résistance aux forces mécaniques. Des exemplaires similaires à celui-ci ont été identifiés à Neupotz (Visy 1993, p. 294-296), Laufen-Müschhag (Martin-Kilcher 1980, pl. 62) ou encore à Bartringen (Hanemann 2012, p. 116-117).

37Z. Visy remarque que l’intérieur de l’anneau des pièces provenant de ces deux sites présente une surface très lissée, due à une usure ou à une friction très forte. Cette usure, signalée aussi sur les exemplaires provenant de Bartringen (ibid.), ne peut pas provenir d’une tige en bois mais plutôt d’une tige ou d’une cheville en fer (Visy 1993, p. 294). Malheureusement, cette observation n’a pu être faite pour l’exemplaire qui nous concerne, parce que la face interne de l’anneau présente un très haut degré de corrosion. Par ailleurs, dans les trois exemples cités, ces pièces se retrouvent par pairs, raison pour laquelle Z. Visy en attribue deux à chaque char. Toutes présentent des mesures différentes allant de 24 cm à 89 cm. Les exemplaires de Laufen-Müschhag, de Bartringen et quelques-uns des exemplaires de Neupotz présentent des formes plus stylisées et légèrement décorées, tandis que les exemplaires de Châteaumeillant s’individualisent à nouveau par des formes plus sobres. En ce qui concerne les clous, ils mesurent entre 4,5 cm et 7 cm pour les sites évoqués (ibid., p. 295 ; Hanemann 2012, p. 117), tandis qu’à Châteaumeillant ils mesurent jusqu’à 9 cm, ce qui donne une idée de l’épaisseur de la planche à laquelle ils étaient cloués. Enfin, la position de ces renforts dans le char est plus problématique. Z. Visy propose qu’ils soient placés dans l’arrière-train ou l’avant-train pour fortifier la caisse en étant accrochés aux chevilles. Cela signifierait que les chevilles fixées dans l’hyperteria ne la traverseraient pas mais, au contraire, qu’elles seraient placées devant, ce qui demeure une solution guère satisfaisante pour l’auteur (Visy 1993, p. 296) (fig. 11, nos 4, 5 et 6).

Éléments dont l’attribution au char reste hypothétique

Des ferrures de char ?

38Le nombre de ferrures sorties du puits constitue une grande partie des éléments de la série. Avec les clous, ce sont les éléments les plus représentés (18 %). Il s’agit d’un type de ferrure assez commun, qui inclut des équerres plates (fig. 12, no 24 et no 25), constituées d’une tige plate de section rectangulaire, des équerres coudées de telle manière qu’elles devaient être utilisées pour le renforcement des angles (fig. 12, no 23) et des étriers en forme de « U », dont quelques-uns conservent un clou en place (fig. 12, no 21 et no 22). La taille de ces pièces est également variable, pouvant aller de 3,5 cm à 61,9 cm de longueur. Elles sont percées de trous de fixation placés sur l’axe longitudinal, avec une épaisseur de 0,3 cm à 1,5 cm et une largeur de 2 cm à 4 cm. Bien que la plupart des ferrures identifiées ne conservent pas leurs clous, les rebords formés autour des trous suite au martelage nous indiquent qu’elles ont bien été utilisées.

39Le choix de les inclure dans le domaine du transport relève d’une raison précise. En effet, l’existence de ferrures de divers types est régulièrement attestée dans les découvertes de pièces de char. Ainsi, à Neupotz, un grand nombre de ferrures diverses ont été mises au jour avec les restes des chars (Visy 1993, p. 272-275, p. 296-311). H. Schwab mentionne 90 exemplaires de ferrures en fer, d’une largeur comprise entre 2 cm et 3 cm, parmi les pièces de char trouvées au Rondet dans la commune du Haut-Vully en Suisse (Schwab 2003, p. 80). C’est le cas aussi des pièces de char identifiées à Bartringen (Hanemann 2012, p. 110, p. 114-115).

40À partir des pièces trouvées dans le dépôt de Bartringen, B. Hanemann signale deux types de ferrures différentes utilisées dans le renforcement de l’armature en bois du véhicule. Un premier type correspond à une longue bande plate, munie de trous de fixation et avec les extrémités repliées (ibid., p. 110, pl. 7, nos 27-29, pl. 8, no 30). Ce même type de ferrure est utilisé dans la reconstitution du char d’Inota réalisée par S. Palágyi, où huit bandes en fer sont employées pour le renfort interne des parois latérales de la caisse (Palágyi 1981, p. 33 ; Palágyi, Nagy 2000). À Magdalensberg (Autriche), des ferrures semblables, en forme d’équerre et avec une utilisation similaire sont également signalées (Dolenz 1998, p. 534). Les quatre exemplaires trouvés à Bartringen ont des mesures comprises entre 40 cm et 58 cm. À Châteaumeillant, quelques exemplaires se rapprochent de cette description (fig. 12, no 24) avec une longueur conservée de 38,6 cm.

Fig. 12 – Ferrures de char ?

Fig. 12 – Ferrures de char ?

Échelle : ¼.

Dessins et DAO : A. Torrado Alonso.

  • 6 Il convient à ce titre de signaler que la plupart des ferrures plates de Châteaumeillant sont fragm (...)

41Le second type signalé par B. Hanemann est un type de ferrure constitué d’une bande plate, assez longue, munie de trous de fixation (Hanemann 2012, pl. 8, nos 31-33). Ces ferrures sont placées dans la face inférieure des essieux avant et arrière, là où le poids du véhicule exerce une force plus élevée. Leur fonction serait de renforcer la barre de l’essieu, en l’empêchant de casser et surtout en la protégeant de l’abrasion causée par les roues (ibid., p. 114-115). Les exemplaires luxembourgeois ont une longueur comprise entre 48 cm et 52 cm. Bien qu’à Châteaumeillant, les exemplaires conservés soient légèrement plus courts, leur forme rappelle fortement les exemples cités (fig. 12, no 25)6.

42En ce qui concerne les ferrures en « U », ou étriers, quelques exemplaires ont beaucoup de similitudes avec celles de Châteaumeillant (fig. 12, nos 21-23 ; Visy 1993, p. 296-297). Des ferrures semblables ont été aussi retrouvées associées au char thrace de Siskovci (Venedikov 1960, pl. 4). Sur le char III de Tèlec et le char XII de Jambol, on peut aussi identifier des exemples de tiges plates, interprétées comme des éléments de renfort (ibid., pl. 23 et 40).

43Ainsi, même si ce type de pièces est courant dans les travaux de charpenterie et de menuiserie, les comparaisons évoquées ici justifient à nos yeux le fait de les intégrer à cette étude, même si on doit rester prudent sur leur attribution au véhicule.

Des clous de char ?

44Ces sept éléments ont été regroupés en fonction d’un critère de taille et de forme, bien qu’il soit possible de distinguer deux types différents. Leur forme est, grosso modo, celle d’un clou, mais ils sont de très grande taille et constitués d’une tige plate. Leur poids est très élevé, environ 1,2 kg en moyenne. De fait, s’ils ont été utilisés comme des clous, les éléments qu’ils assemblaient devaient offrir une grande résistance et être de dimension importante.

45Un premier type à tige plate adopte une forme triangulaire dans son tiers inférieur et se termine en pointe arrondie d’un diamètre approximatif de 1 cm. Leur section a une forme rectangulaire, bien façonnée. Leur forme peut rappeler celle des ciseaux utilisés par les tailleurs de pierre, mais elles ne possèdent ni la lame ni la forme aplatie qui caractérise la pointe de ces derniers (fig. 13, nos 26-27). Dans le second type, la pointe est coudée en forme de rivet ou de crochet (fig. 13, nos 28-29).

Fig. 13 – Éléments dont l’attribution au char reste hypothétique

Fig. 13 – Éléments dont l’attribution au char reste hypothétique

Échelle : ¼.

Dessins et DAO : A. Torrado Alonso.

46Avec cette configuration, ils pourraient correspondre à des clous de construction (Guillaumet 2003, p. 132). Mais ce type de clous mesure entre 9 cm et 28 cm seulement, tandis que les exemplaires de Châteaumeillant surpassent allégrement ces mesures, avec des longueurs comprises entre 38,5 cm et 50 cm, et un poids bien supérieur.

47Des éléments de forme proche ont été mis au jour à l’occasion de certaines découvertes de chars faites dans la province romaine de Thrace. Dans le char à deux roues trouvé dans le tumulus de Doukhova Moghila, près de Pastucha en Bulgarie (Seure 1925, fig. 181-199), trois grands clous d’une longueur comprise entre 26 cm et 44 cm – il n’y pas d’autres précisions – sont ainsi mentionnés. Selon la restitution proposée, ils sont interprétés comme des clous pour fixer la caisse à la structure interne (ibid., fig. 191). De même, à Bartringen, deux pièces semblables à celles de Châteaumeillant, mais légèrement plus courtes (35,3 cm et 29,7 cm) ont été identifiées. Leur tête est conique et non rectangulaire, mais la pointe est coudée en crochet comme les exemplaires nos 28 et 29 de Châteaumeillant. B. Hanemann leur attribue une fonction d’assemblage de la caisse (Hanemann 2012, p. 111, pl. 8, nos 35 et 36).

Éléments de support ?

48Les quatre objets rangés dans cette catégorie sont des barres massives à section arrondie (fig. 13, nos 30-33). A priori, elles ne trouvent pas de comparaison directe et leur fonction est donc inconnue. Cependant, un objet constitué de barre de taille et de section identiques est fréquent dans les autres chars connus : il présente une forme rectangulaire, avec une extrémité légèrement coudée. Sa fonction n’est cependant pas certaine et la question de savoir s’il appartient véritablement à un char est posée. À partir de l’exemplaire trouvé à Newel en Allemagne, H. Cüppers l’interprète comme un système pour le blocage des roues (Cüppers, Neyses 1971, p. 178). Cette hypothèse est reprise par S. Martin-Kilcher dans son étude des pièces provenant de Laufen-Müschhag (Martin-Kilcher 1980, p. 65-66). Pour sa part, S. Unser interprète ces pièces comme une partie des éléments constitutifs de l’attelage des chevaux (Visy 1993, p. 304). Enfin, pour les découvertes de Neupotz, E. Künzl leur attribue une fonction de support placé à l’avant, pour que les cochers puissent y appuyer leurs pieds (ibid.).

Les pièces de char de Châteaumeillant, éléments de synthèse

Chronologie

49Les évolutions techniques entre le premier âge du Fer et l’Antiquité sont loin d’être toutes appréhendées, et il est donc délicat de définir la chronologie du char de Châteaumeillant en se fondant sur les seules pièces identifiées. La diffusion des innovations techniques étant lente et sujette à des influences régionales, il est difficile de cerner le moment exact où une société adopte ou intègre un nouveau modèle. Ainsi certaines des pièces ou des systèmes techniques employés dans la restitution des chars antiques sont connues pour les périodes précédant l’Antiquité. C’est le cas du système des roues emboîtées dans l’essieu à l’aide de frettes qui est déjà répandu dans les véhicules de la période laténienne (Schönfelder 2002, p. 182-184). De même, l’utilisation de ferrures pour le renforcement interne de l’essieu en bois est attesté dans quelques exemple de véhicules datés de La Tène moyenne (ibid. ; Hanemann 2012, p. 115). En ce qui concerne le système de rotation de la caisse assuré par une cheville ouvrière, des exemples sont connus dès la période hallstattienne mais, avant l’époque romaine et sauf quelques rares exceptions (Deyber 1984, p. 210 ; Schönfelder 2002, p. 229-230 ; Schönfelder, Perrin dir. 2003, p. 92), il s’agit majoritairement de pièces en bois (Egg, France-Lanord 1987, p. 28 ; Pare 1992, p. 129-132). Au début de l’époque impériale, on connaît un plus grand nombre d’exemplaires en fer, mais cela ne permet pas d’affirmer une origine et une diffusion exclusivement méditerranéennes (Schönfelder 2002, p. 229-230 ; Schönfelder, Perrin dir. 2003, p. 91).

50Cependant, certains des éléments présents à Châteaumeillant relèvent d’une technologie qui n’a été attestée que pour l’Antiquité. L’utilisation de l’élément de renfort no 20, identifié aussi à Neupotz, Laufen-Müschhag ou Bartringen (voir dans ce volume) n’est ainsi assuré que pour les iiie-ive s. apr. J.-C. (Hanemann 2012, p. 116-117). C’est le cas aussi des pièces de support des caisses nos 8 et 9. En revanche, leur utilisation paraît un peu plus étendue que celle du cas précédent. En effet, ces pièces sont déjà présentes dans le char de Stabies, daté du ier s. apr. J.-C., tandis que l’enfouissement des chars de Neupotz est daté du iiie s. apr. J.-C., le dépôt de Bartringen et celui de l’établissement de Laufen-Müschhag sont datés entre la fin du iiie s. et le début du ive s. apr. J.-C. Ainsi, et malgré l’impossibilité de pouvoir être plus précis, les pièces retrouvées à Châteaumeillant s’inscrivent bien dans les formes connues dans le monde romain.

Le véhicule de Châteaumeillant

51Face à une concentration aussi élevée d’éléments métalliques appartenant à la structure d’un char, il est pertinent de se poser la question de savoir si ces pièces forment un ensemble attribuable à un seul et unique véhicule ou non. D’un point de vue technique, ils forment un ensemble cohérent constitué d’éléments qui peuvent fonctionner ensemble et de pièces de forme et de taille identiques.

52Cette observation peut être étayée par la comparaison de leur dimension. Dans les restitutions des chars de Neupotz et de Stabies, les barres pour le support de la caisse apparaissent associées à la cheville sur laquelle pivote l’essieu avant. La cheville trouvée à Châteaumeillant a un diamètre oscillant entre 2,3 cm et 2,8 cm (fig. 1, no 1). La barre no 8 (fig. 4), la seule à conserver l’extrémité supérieure dans laquelle la cheville est censée s’encastrer, possède une ouverture de 2,5 cm. Il semble donc que ces objets puissent fonctionner ensemble (fig. 5). De la même manière, les éléments utilisés pour le renfort de l’axe central (fig. 4, nos 6 et 7) présentent des trous pouvant être traversés par des chevilles. Ces trous mesurent respectivement 3,5 cm et 3,8 cm, ce qui permet à la cheville no 1 de traverser ces plaques de protection sans aucun problème.

53En ce qui concerne le type de véhicule, nous avons été orientés, dès le début de l’étude, vers les véhicules à quatre roues, la présence dans la série de certaines pièces en double exemplaire ne faisant que nourrir cette piste. Cette première impression s’est très rapidement confirmée : les éléments 8 et 9 (fig. 4) sont réservés au support de caisse de chars à quatre roues. D’autres pièces pour le renfort de la caisse, comme les nos 18 et 19 (fig. 9), ou les éléments de renfort de l’axe central (fig. 4), ne trouvent de comparaisons que dans les véhicules à quatre roues. Ainsi, si l’on accepte l’hypothèse que ces pièces fonctionnent ensemble, l’appartenance à un char à quatre roues est hautement probable.

54Les comparaisons établies précédemment montrent combien les éléments retrouvés à Châteaumeillant se rapprochent typologiquement des chars de Neupotz, de celui de la villa de Laufen-Müschhag et, dans une moindre mesure, de celui de la villa d’Arianna à Stabies. Dans ces trois cas, les chars ont été interprétés comme des plaustra. Il s’agit d’un type de véhicule, très lourd et massif, destiné au transport des marchandises et des matériaux de construction. Or E. Saglio souligne qu’« il ne faut pas craindre d’utiliser ce mot dans le sens large » (Daremberg, Saglio 1919, p. 509 ; Molin 1996). Apparemment, à un moment donné, leur fonction s’est un peu élargie pour une utilisation plus quotidienne comme le transport ponctuel de personnes. Selon ces critères, les pièces de Châteaumeillant peuvent donc être interprétés comme appartenant à un char à vocation plutôt économique ou, en tout cas, « domestique », mais qui ne paraît pas avoir eu d’utilisation officielle ou liturgique.

Éléments de comparaison dans les Gaules et Germanies romaines

55En ce qui concerne les éléments de comparaison à l’échelle des Gaules et des Germanies romaines, peu d’ensembles peuvent être rapprochés du mobilier issu du puits de Châteaumeillant, si l’on excepte ceux qui ont déjà été évoqués. Ainsi, les trouvailles de pièces de char, bien que nombreuses, se réduisent souvent à des découvertes isolées dans les ateliers de charrons ou dans les chemins. C’est le cas des pièces retrouvées au domaine Saint-Ulrich en Moselle (Lutz 1972, p. 71), où une cheville de forme similaire à celle de l’ensemble de Châteaumeillant a été mise au jour. À côté, un élément classé comme indéterminé pourrait être un anneau de serrage. À Alésia, au lieu-dit la Fanderolle sur le mont Auxois (Côte-d’Or), des cercles de bandage de roue, des frettes de moyeu, des ferrures de timon et d’essieu ont été découverts et mis en relation avec un dépôt de charron (Mangin, Fluzin 2006, p. 140-141). De même, à la Cité judiciaire à Bordeaux (Gironde), une cheville, déjà mentionnée, une clavette de char et une penture ont été aussi mises au jour (Raux, Feugère 2008, p. 164 et 176). Un renfort de timon a été retrouvé au domaine de Noé à Chevroches (Nièvre), dans une fosse datée du début du ive s. apr. J.-C. (Devevey, Larcelet 2006, p. 317). À Beaune-la-Rolande (Loiret), au lieu-dit la Justice, des clavettes de char ont été recueillies (Raux 2013, p. 327). À Champdivers (Jura), plusieurs pièces de char et de harnachement, provenant d’un contexte inconnu mais apparemment antique, ont été aussi mises au jour (Daubigney et al. 2007, p. 413). À Tailly (Côte-d’Or), deux clavettes de moyeux constituaient une partie d’un dépôt daté de l’époque gallo-romaine (Bonnamour 2006, p. 293-299). Sur l’établissement rural de Bois-Rosière (Bessancourt, Val-d’Oise), une clavette ainsi que d’autres pièces de harnachement ont été découvertes dans une cave dont l’enfouissement est daté entre 250 et 270 apr. J.-C. (Poyeton 2003, p. 56-57). À Arcenant (Côte-d’Or), une barre de support de la caisse est indiquée comme un possible élément d’araire (Ratel, Ratel 1996, p. 5) Cette liste, loin d’être exhaustive, montre que ces trouvailles concernent des lots peu abondants et mettent ainsi en relief l’originalité de la découverte de Châteaumeillant avec sa concentration élevée de pièces associées au transport.

56Les seules trouvailles que l’on peut rapprocher en terme d’importance sont celles du char de Saintes et, dans une moindre mesure, de la Bussière-Étable à Châteauponsac (Haute-Vienne). La comparaison avec le char de Saintes, enfoui au ier s. apr. J.-C., n’a rien apporté de significatif : ce type de véhicule paraît en effet encore s’inscrire dans la continuité des chars de la fin de l’âge du Fer (Bouchette et al. 1998 , p. 131-132). À la Bussière-Étable, des bandages de roue et d’autres garnitures de char ont été mises au jour au fond d’un puits dont le comblement est daté du iie s. apr. J.-C (France-Lanord, Salin 1949, p. 159-165 ; Picard 1952, p. 15-16). Mais le mobilier en fer, conservé aujourd’hui au Musée d’archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye, n’a jamais fait l’objet d’une publication spécifique et des comparaisons n’ont donc pas encore pu être établies.

*

* *

57Les pièces de char, dont la particularité a déjà été soulignée, constituent l’élément le plus remarquable du mobilier en fer livré par le puits 269. Elles s’inscrivent bien, avec le reste du mobilier, dans un ensemble cohérent, tant au niveau chronologique que technique, qui paraît renvoyer à une activité à caractère agricole ou commercial, réalisée plutôt dans un cadre domestique ou, à tout le moins, dans un contexte quotidien.

58Leur présentation se veut une contribution à une meilleure connaissance des véhicules de transport à l’époque romaine, particulièrement pour les Gaules romaines où les points de comparaison sont encore très peu nombreux. Elle vise aussi à présenter des illustrations susceptibles d’aider, dans l’avenir, à l’identification d’autres pièces de char, jusque-là mal interprétées ou délaissées.

59Malgré la quantité de pièces recueillies, une proposition de restitution du véhicule n’est pas encore possible. Le mobilier en bois, découvert dans le même puits, pourra éventuellement constituer un point d’appui dans cette perspective.

60Enfin, les pièces de char, tout comme le reste du mobilier en fer ou encore les objets en bronze présentés par S. Krausz et G. Coulon, ouvrent de nouvelles perspectives concernant l’oppidum de Châteaumeillant : d’une part, la concentration d’un tel mobilier au fond d’un puits, associée à la présence d’autres objets singuliers, pourrait suggérer un enfouissement non pas lié au hasard mais qui répondrait au contraire à un geste volontaire de dépôt ; d’autre part, ce mobilier pose la question des formes des objets issus de l’agglomération de Châteaumeillant, passée La Tène finale, en mettant en évidence une occupation à l’époque romaine. Seule l’analyse confrontée de toutes les données issues du puits 269 permettra de développer davantage ces deux points.

Haut de page

Bibliographie

Pour consulter la liste des abréviations et des acronymes, cliquer ici.

Bonnamour L. 2006 : La découverte de Tailly (Côte-d’Or). Un dépôt votif d’époque gallo-romaine en Bourgogne ?, in Bataille G., Guillaumet J.-P. (dir.), Les Dépôts métalliques au second âge du Fer en Europe tempérée, Actes de la table-ronde de Glux-en-Glenne, 13-14 oct. 2004, Glux-en-Glenne, Centre archéologique européen Bibracte (coll. Bibracte, 11), p. 293-299.

Boube-Piccot C. 1980 : Les Bronzes antiques du Maroc -III- Les Chars et l’attelage, Rabat, Musée des Antiquités (coll. Études et travaux d’archéologie marocaine, VIII), 446 p.

Bouchette A., Boulestin B., Bourhis J.-R., Buisson J.-F., Duffault C., Gomez de Soto J., Lemoine S., Tournepiche J.-F., Vernou C., Vieau M. 1998 : Le Char romain du musée archéologique de Saintes, Saintes, Musée de la ville de Saintes, 151 p.

Briand A., Dubreucq E., Ducreux A., Feugère M., Galtier C., Girard B., Josset D., Mulot A., Taillandier V., Tisserand N. 2013 : Le classement fonctionnel des mobiliers d’instrumentum, Les Nouvelles de l’archéologie, 131, p. 14-19.

Cüppers H., Neyses A. 1971 : Der römerzeitliche Gutshof mit Grabbezirk und Tempel bei Newel (Kreis Trier-Land), Trierer Zeitschrift, 34, p. 143-225.

Daremberg Ch., Saglio E. 1919 : Dictionnaire des Antiquités grecques et romaines d’après les textes et les monuments IV, 1, Paris, Hachette, 808 p.

Daubigney A., Barral P., Canet S. 2007 : Le dépôt laténien et romain de Champdivers dans la basse Vallée du Doubs (Jura), in Barral P., Daubigney A., Dunning C., Kaenel G., Roulière-Lambert M.-J. (dir.), L’âge du Fer dans l’arc jurassien et ses marges -2- Dépôts, lieux sacrés et territorialité à l’âge du Fer, Actes du XXIXe colloque international de l’Association française pour l’étude de l’âge du Fer, Bienne, 5-8 mai 2005, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté (coll. Annales littéraires de l’université de Besançon, 826, Environnement, sociétés et archéologie, 11), p. 405-424.

Devevey F., Larcelet A. 2006 : Des dépôts métalliques dans un contexte du vie siècle après J.-C. à Chevroches « le Domaine de Noé » (Nièvre), in Bataille G., Guillaumet J.-P. (dir.), Les Dépôts métalliques au second âge du Fer en Europe tempérée, Actes de la table-ronde de Glux-en-Glenne, 13-14 oct. 2004, Glux-en-Glenne, Centre archéologique européen Bibracte (coll. Bibracte, 11), p. 301-326.

Deyber A. avec la collab. de Dalaut M., Ladier E., Weisrock A. 1984 : L’habitat fortifié laténien de « la Pierre d’Appel » à Étival-Clairefontaine (Vosges), Gallia, 42-1, p. 175-217. DOI : 10.3406/galia.1984.1915

Dolenz H. 1998 : Das Händlerfuhrwerk aus SH/5 und ausgewählte eiserne Wagenbestandteinle, in Piccottini G. (dir.), Die Ausgrabungen auf dem Magdalensberg 1980 bis 1986, Klagenfurt, (coll. Magdalensberg-Grabungsbericht, 16), p. 529-567.

Egg M., France-Lanord A. 1987 : Le Char de Vix, Mayence, RGZM (coll. Monographien RGZM, 13), 73 p.

France-Lanord A., Salin É. 1949 : Le mobilier funéraire de La Bussière-Étable près Châteauponsac (Haute-Vienne), CRAI, 93, 2, p. 159-165.

Gaul K. 1889 : Ókori kocsi helyreállítása a somodori sírlelet alapján, Archaeologiai Értesítő, 9, p. 193-205.

Garbsch J. 1986 : Mann und Roß und Wagen: Transport und Verkehr im antiken Bayern, Catalogue d’exposition, Prähistorische Staatssammlung Museum, 11 jul.-5 oct. 1986, Munich, Prähistorische Staatssammlung Museum (coll. Ausstellungskataloge der Prähistorischen Staatssammlung, 13), 108 p.

Guillaumet J.-P. 2003 : Paléomanufacture métallique, méthode d’étude, Gollion, Infolio (coll. Vestigia), 156 p.

Hanemann B. 2012 : Ein Eisenhordfund mit Wagenteilen aus der römischen Grossvilla von Bartringen “Burmicht”, Archaeologia Mosellana, 8, p. 85-154.

Kiss A. 1989 : Das römerzeitliche Wagengrab von Kozármisleny (Ungarn, Kom. Baranya), Budapest, Magyar Nemzeti Muzeum (coll. Régészeti Füzetek, série II, 25), 143 p.

Krausz S. 2012 : L’Oppidum de Châteaumeillant (Cher). Mediolanum 2012 : l’habitat sur l’oppidum, Rapport de fouille, ministère de la Culture, conseil régional du Centre, Conseil général du Cher, 112 p.

Krausz S. 2013 : L’Oppidum de Châteaumeillant (Cher). Mediolanum 2013 : l’habitat sur l’oppidum de La Tène finale au iiie siècle après J.-C., Rapport de fouille , ministère de la Culture, Conseil régional du Centre, conseil général du Cher, 190 p.

Künzl E. 1993a : Die Alamannenbeute aus dem Rhein bei Neupotz. Plünderungsgut aus dem römischen Gallien -2- Katalog, Bonn, RGZM, Forshungsinstitut für Vor- und Frühgeschichte (coll. Monographien RGZM, 34), 223 p.

Künzl E. 1993b : Die Alamannenbeute aus dem Rhein bei Neupotz. Plünderungsgut aus dem römischen Gallien -4- Tafeln 366-702, Bonn, RGZM, Forshungsinstitut für Vor- und Frühgeschichte (coll. Monographien RGZM, 34), 336 p.

Lutz M. 1972 : Le domaine gallo-romain de Saint-Ulrich (Moselle) (II). Les fouilles depuis 1963, Gallia, 30-1, p. 41-82. DOI : 10.3406/galia.1972.2595

Mangin M., Fluzin P. 2006 : L’organisation de la production métallurgique dans une ville gallo-romaine : le travail du fer à Alésia, Revue archéologique de l’Est, 55, p. 129-150.

Martin-Kilcher S. (dir.) 1980 : Die Funde aus dem römischen Gutshof Laufen-Müschhag : ein Beitrag zur Siedlungsgeschichte des nordwestschweizerischen Jura, Berne, Staatlicher Lehrmittelverlag (coll. Schriftenreihe der Erziehungsdirektion des Kantons Bern), 161 p.

Miniero P. 1987 : Studio di un carro romano dalla Villa c.d. di Arianna a Stabia, Mélanges de l’École française de Rome, 99, 1, p. 171-209.

Mitard P.-H., Berthier G., Hofmann B., Jobelot N. 1993 : Le Sanctuaire gallo-romain des Vaux-de-la-Celle à Genainville (Val-d’Oise), Guiry-en-Vexin, Centre de recherches archéologiques du Vexin français (coll. Bulletin archéologique du Vexin français, 26), 449 p.

Mráv Z. 2005 : Die Deichselmanschette. Zugarmkonstruktion bei römischen Wagen, Archaeologiai Értesítő, 130, p. 21-52.

Molin M. 1996 : « Carrucae, plaustra ou currus » : le char à Rome à l’époque impériale, Thèse de doctorat, université de Poitiers, 6 vol, 1 550 p., 184 pl.

Palágyi S. K. 1981 : Die römischen Hügelgräber von Inota, Alba Regia, 19, p. 7-93.

Palágyi S. K., Nagy L. 2000 : Római kori halomsírok a Dunántúlon, Veszprém, Veszprém Megyei Múzeumi Igazgatóság, 283 p.

Pare C. F. E. 1992 : Wagons and Wagon-Graves of the Early Iron Age in Central Europe, Oxford, Oxford University Commitee for Archeology (coll. Monograph, 35), 382 p.

Pflaum V. 2007 : The Supposed Late Roman Hoard of Tools and a Steelyard from Vodice near Kalce, Arheološki Vestnik, 58, p. 285-332.

Picard Ch. 1952 : Note sur les mobiliers funéraires de La Bussière-Étable et de Neuvy-en-Sullias, CRAI, 96, 3, p. 415-416.

Poyeton A. avec la collab. de Auxiette G., Munoz C., Pissot V. 2003 : L’établissement rural du Bois Rosière à Bessancourt (Val-d’Oise), in Ouzoulias P., Van Ossel P. (dir.), L’Époque romaine tardive en Île-de-France, Paris, Dioecesis Galliarum (coll. Document de travail, 6), p. 49-76.

Raepsaet G. 2002 : Attelages et techniques de transport dans le monde gréco-romain, Bruxelles, Le Livre Timperman, 312 p.

Raepsaet G. 2008 : Land Transport, Part 2: Riding, Harnesses, and Vehicles, in Oleson J. P. (dir.), Handbook of Engineering and Technology in the Classical World, Oxford, Oxford University Press (coll. Oxford Handbook), p. 580-605.

Ratel D., Ratel R. 1996 : Un Site gallo-romain à Arcenant, caton de Nuits-saint-Georges (Côte d’Or), Association culturelle et Archéologique des Hautes Côtes de Nuits, 37p.

Raux É. 2013 : Approche qualitative et quantitative de l’usage du mobilier non céramique dans les agglomérations (iie s. av. J.-C.-iiie s. apr. J.-C.) : l’exemple des territoires turon, biturige et carnute, Thèse de doctorat, Université François-Rabelais de Tours, vol. 2, p. 344.

Raux S., Feugère M. 2008 : « Catalogue des objets métalliques », in Sireix Ch. (dir.) La Cité judiciaire : un quartier suburbain de Bordeaux antique, Bordeaux, éd. de la Fédération Aquitania (coll. Suppl. à Aquitania, 15), p. 154-189.

Schönfelder M. 2002 : Das spätkeltische Wagengrab von Boé (Lot-et-Garonne): Studien zu Wagen und Wagengräbern der jüngeren Latènezeit, Mayence, RGZM (coll. Monographien RGZM, 54), 442 p.

Schönfelder M., Perrin F. (dir.) 2003 : La Tombe à char de Verna (Isère) : témoignage de l’aristocratie celtique en territoire allobroge, Lyon, Association lyonnaise pour la promotion de l’archéologie en Rhône-Alpes (coll. Documents d’archéologie en Rhône-Alpes et en Auvergne, 24), 156 p.

Schwab H. 2003 : Archéologie de la 2e correction des eaux du Jura -4- Ponts et port romains sur la Broye inférieure et la Thielle moyenne, Fribourg, Academic Press (coll. Archéologie fribourgeoise, 17), 269 p.

Seure G. 1901 : Voyage en Thrace : établissements scythiques dans la Thrace, tumuli et chars thraco-scythes, BCH, 25, p. 156-220.

Seure G. 1904 : Un char thraco-macédonien, BCH, 28, p. 210-237.

Seure G. 1925 : Chars thraces, BCH, 49, p. 347-437.

Torrado Alonso A. 2013 : Les Objets en fer antiques du puits 269 de Châteaumeillant (Cher) : apports méthodologiques et étude typologique, Mémoire de Master 2, université de Nantes, 135 p.

Venedikov I. 1960 : Trakijskata kolesnica [Le Char thrace], Sofia, Éditions de l’Académie bulgare des sciences, 251 p.

Visy Z. 1993 : Wagen und Wagenteile, in Künzl E. (dir.), Die Alamannenbeute aus dem Rhein bei Neupotz. Plünderungsgut aus dem römischen Gallien -1- Untersuchungen, Bonn, RGZM, Forshungsinstitut für Vor- und Frühgeschichte (coll. Monographien RGZM, 34), p. 257-327.

Zinn F. 2001 : Untersuchungen zu Wagendarstellungen auf provinzialrömischen Grabdenkmälern, Kölner Jahrbuch, 34, p. 141-266.

Haut de page

Annexe

Catalogue

1. Cheville ouvrière (fig. 1)

Tige en forme de gros clou de section ronde. La tête est légèrement ovale. Ne présente pas de pointe ou d’œillets. L’objet semble complet mais brisé à son extrémité.
Dimensions : longueur : 48,2 cm ; diamètre max. : 2,8 cm, diamètre min. : 2,3 cm.
Dimensions de la tête : largeur : 5,7 × 5,3 cm ; hauteur : 1,5 cm.
Référence de fouille : lot 34 (US 15).

2. Axe d’essieu (fig. 1)

Longue barre massive de section circulaire. À l’une de ses extrémités, elle est munie d’un œillet, avec un possible anneau en place. L’autre extrémité est brisée.
Dimensions : longueur : 87 cm ; diamètre : 3 cm.
Référence de fouille : lot 53 (US 15).

3. Anneau de serrage (fig. 3)

Objet constitué d’une plaque de forme trapézoïdale percée de trois trous de fixation de 0,5 cm. Sur les côtés, deux tiges plates de section rectangulaire se prolongent vers le haut. Elles sont brisées mais elles devaient former une sorte de cerclage.
Dimensions : longueur : 16,5 cm ; largeur : 15,3 cm ; épaisseur : 0,3 à 0,4 cm.
Dimensions du bras : hauteur : 19,2 cm ; largeur : 3,5 à 4 cm ; épaisseur : 0,5 à 0,7 cm.
Référence de fouille : lot 11 (US 15).

4. Anneau de serrage (fig. 3)

Objet de forme carrée aux angles arrondis, de largeur irrégulière, avec un trou de fixation (?) de 0,5 cm de diamètre.
Dimensions : longueur à plat : 16 cm ; largeur max. : 9 cm, largeur min. : 4 cm ; épaisseur max. : 0,7 cm, épaisseur min. : 0,3 cm.
Référence de fouille : lot 58 (US 15) ; lot 70 (US 16).

5. Anneau de serrage (fig. 3)

Objet constitué d’une plaque rectangulaire avec deux tiges de section carrée placées sur les côtés. Celles-ci se prolongent vers le haut en formant une sorte de cerclage.
Dimensions de la plaque : longueur : 11,5 cm ; largeur : 6,2 cm ; épaisseur min. : 0,5 cm, épaisseur max. : 0,8 cm.
Dimensions des tiges : hauteur max. : 12,3 cm ; épaisseur max. : 1,8 cm, épaisseur min. : 0,6 cm.
Référence de fouille : lot 21 (US 15).

6. Élément de renfort du longeron (fig. 5)

Objet de forme rectangulaire aux bords arrondis qui se prolonge sur une barre de section rectangulaire (non conservée). La partie rectangulaire à profil un peu courbe est munie de quatre trous de fixation placés à chaque extrémité du rectangle et un trou plus grand au milieu. Objet similaire à l’élément de renfort no 7, mais très fragmenté.
Dimensions 
: longueur : 20 cm ; largeur max. : 11,7 cm, largeur min. : 3,8 cm ; épaisseur : 0,4 cm.
Diamètre des trous de fixation : 0,6 à 0,4 cm ; diamètre du trou central : 3,5 cm.
Référence de fouille
: lot 39 (US 15) ; lot 62 (US 15).

7. Élément de renfort du longeron (fig. 5)

Plaque de forme rectangulaire légèrement arrondie, munie de quatre petits trous placés à chaque extrémité et un trou plus grand placé au milieu. L’objet se prolonge par une tige plate de section rectangulaire percée d’un trou. Objet similaire à l’élément de renfort no 6.
Dimensions 
: longueur : 29,5 cm ; largeur max. : 11,2 cm, largeur min. : 3,1 cm ; épaisseur : 0,4 cm.
Diamètre des trous de fixation : 0,6 à 0,4 cm ; diamètre du trou central : 3,8 cm.
Référence de fouille : lot 56 (US 15).

8. Barre de support de la caisse (fig. 5)

Barre massive de section rectangulaire et à profil légèrement courbe. Une des extrémités adopte une forme triangulaire et est munie d’un trou de 1,6 cm de diamètre. L’autre extrémité, de forme circulaire, est également munie d’un trou plus grand, de 2,5 cm de diamètre.
Dimensions : longueur : 64,5 cm ; largeur : 1 cm ; épaisseur max. : 6,2 cm, épaisseur min. : 2,4 cm.
Référence de fouille : lot 23 (US 15).

9. Barre de support de la caisse (fig. 5)

Barre de section rectangulaire. Une des extrémités adopte une forme triangulaire et est munie d’un trou de fixation de 1,5 cm de diamètre. L’autre extrémité est brisée. Objet similaire au précédent, mais incomplet et tordu.
Dimensions 
: longueur : 55,6 cm ; largeur : 1,1 cm ; épaisseur max. : 6 cm, épaisseur min. : 2 cm.
Référence de fouille
: lot 1 (US 15).

10. Frette (fig. 8)

Gaine de forme circulaire à section rectangulaire.
Dimensions 
: hauteur : 10,6 cm ; diamètre interne : 14 cm ; épaisseur : 0,5 cm.
Référence de fouille
: lot 2 (US 15).

11. Frette (fig. 8)

Gaine circulaire formée par trois fragments dont un est associé à une tegulae. Incomplète.
Dimensions 
: hauteur : 10 cm ; diamètre interne : 14 cm env. ; épaisseur : 0,4 à 0,6 cm.
Référence de fouille
: lot 62 (US 15).

12. Frette (fig. 8)

Gaine circulaire constituée de trois fragments dont un est associé à une tôle en fer et à un fragment de tegulae. Incomplète.
Dimensions 
: hauteur : 7 cm ; diamètre : 15 cm env. ; épaisseur : 0,2 à 0,4 cm.
Référence de fouille
: lot 62 (US 15).

13. Frette (fig. 8)

Gaine de forme circulaire à section rectangulaire. Légèrement brisée, mais complète.
Dimensions 
: hauteur : 6,6 cm ; diamètre interne : 9 cm ; épaisseur : 0,5 cm.
Référence de fouille
: lot 19 (US 15).

14. Frette (fig. 8)

Fragment de gaine circulaire. Le diamètre est difficile à reconstituer parce que le fragment conservé est trop petit. Dimensions : hauteur conservée : 7 cm ; épaisseur : 0,5 à 0,3 cm.
Référence de fouille
: lot 62 (US 15).

15. Élément de renfort (fig. 9)

Barre plate de section rectangulaire aux bords arrondis. Extrémité carrée avec un léger rebord et un trou de fixation de 1,1 cm de diamètre. À son autre extrémité, elle est munie d’une ouverture rectangulaire formant une sorte de cerclage destiné à accueillir ou renforcer une tige en bois.
Dimensions 
: longueur : 31,4 cm ; largeur : 5,2 cm ; épaisseur min. : 1,2 cm.
Références de fouille
: lot 62 (US 15).

16. Élément de renfort (fig. 9)

Barre plate de section rectangulaire aux bords arrondis. Extrémité carrée avec un léger rebord et un trou de fixation de 1 cm de diamètre. À son autre extrémité, les bords s’élargissent et se plient vers le haut. Ils sont brisés mais ils devaient former une sorte de cerclage destiné à accueillir ou renforcer une tige en bois.
Dimensions 
: longueur : 25,8 cm ; largeur : 5 cm ; épaisseur : 0,6 à 1 cm.
Référence de fouille
: lot 43 (US 15).

17. Élément de renfort (fig. 9)

Barre plate de forme rectangulaire. À l’une de ses extrémités, elle est munie d’une ouverture rectangulaire formant une sorte de cerclage destiné à accueillir ou renforcer une tige en bois. L’autre extrémité, de forme rectangulaire, est percée d’un trou de fixation d’environ 1 cm.
Dimensions 
: longueur : 40,2 cm ; largeur : 7 cm ; épaisseur min. : 1,2 cm ; hauteur : 8,7 cm.
Référence de fouille
: lot 32 (US 15).

18. Élément de renfort (fig. 9)

Barre plate de forme rectangulaire. À l’une de ses extrémités, elle est munie d’une ouverture rectangulaire formant une sorte de cerclage destiné à accueillir ou renforcer une tige en bois. L’autre extrémité, de forme rectangulaire, est percée d’un trou de fixation d’environ 1 cm.
Dimensions 
: longueur : 35,4 cm ; largeur : 6,7 cm ; épaisseur min. : 1,2 cm ; hauteur : 10,5 cm.
Référence de fouille
: lot 20 (US 15).

19. Élément de renfort (fig. 9)

Barre plate de section rectangulaire aux bords arrondis. Extrémité carrée avec un léger rebord et un trou de fixation de 1 cm de diamètre. Aux deux tiers de sa longueur, les bords s’élargissent vers le bas et se plient, formant une ouverture rectangulaire. Dans sa partie supérieure, l’objet est muni d’un anneau de forme ovale.
Dimensions 
: longueur : 36 cm ; largeur max. : 5 cm ; largeur min. : 3 cm ; épaisseur max. : 2,5 cm, épaisseur min. : 0,5 cm.
Hauteur de l’anneau : 7,5 cm.
Référence de fouille
: lot 59 (US 15).

20. Élément de renfort (fig. 9)

Barre plate, de section rectangulaire, aux extrémités de forme arrondie. La barre est repliée au centre pour former un anneau d’accrochage de 1 cm d’épaisseur et de 3,5 cm de diamètre. Elle est munie de quatre trous de fixation avec quatre grands clous en place. Les clous, à tête circulaire et légèrement bombée, possèdent une tige épaisse et carrée qui s’élargit progressivement pour finir en une pointe massive, en forme de demi-cercle.
Dimensions 
: longueur : 32 cm ; largeur : 3,1 cm ; épaisseur max. : 1,5 cm, épaisseur min. : 0,7 cm.
Dimensions des clous
 : longueur : 9 cm ; section max. : 1,2 × 1,2 cm, section min. : 0,7 × 0,7 cm ; largeur de pointe : 2,2 cm ; épaisseur de pointe : 1,2 cm.
Référence de fouille
: lot 70 (US 16).

21. Ferrure (fig. 12)

Barre plate de section rectangulaire aux bords arrondis, en forme de « U », avec clou en place. Le clou présente une tige de section rectangulaire et une tête circulaire et bombée. La pointe du clou est coudée, formant une cheville.
Dimensions
 : longueur 10,5 cm ; largeur : 2,5 cm ; épaisseur : 0,5 cm.
Dimensions du clou
 : longueur 5,7 cm ; largeur : 0,3 cm, épaisseur : 0,4 cm ; diamètre de la tête : 1,5 cm.
Référence de fouille
: lot 14 (US 15).

22. Ferrure (fig. 12)

Barre plate à section rectangulaire en forme de « U », avec les extrémités arrondies. Chaque bras est percé de deux trous de fixation au diamètre irrégulier. L’objet est brisé en deux mais complet.
Dimensions 
: longueur : 25,7 cm ; largeur : 8,5 cm ; épaisseur de la base : 1,5 cm ; épaisseur des extrémités : 0,3 cm.
Référence de fouille
: lot 62 (US 15) ; lot 25 (US 15).

23. Ferrure (fig. 12)

Tige plate et coudée, de section rectangulaire et brisée à ses extrémités.
Dimensions 
: longueur : 14,9 cm ; largeur : 4,8 cm ; épaisseur : 0,4 cm.
Références de fouille
: lot 62 (US 15).

24. Ferrure (fig. 12)

Barre en forme de croix, fragmentée et incomplète. Le bras longitudinal est muni de quatre trous de fixation de 0,5 cm à 0,7 cm de diamètre. Un cinquième se situe probablement dans la zone de brisure de l’une des extrémités (manquante). Elle conserve une extrémité de forme arrondie. Le bras longitudinal possède une extrémité de forme rectangulaire, aux bords légèrement arrondis et munie d’un trou de fixation de 0,5 cm de diamètre. L’autre extrémité du bras transversal est absente.
Dimensions du bras longitudinal
 : longueur : 61,9 cm ; largeur min. : 3 cm ; largeur max. : 3,5 cm ; épaisseur : 0,5 à 0,7 cm.
Dimensions du bras transversal 
: longueur : 20,8 cm ; largeur : 3,8 cm ; épaisseur : 0,5 à 0,7 cm.
Références de fouille
: lot 62 (US 15) ; lot 31 (US 15).

25. Ferrure (fig. 12)

Barre de section rectangulaire, légèrement repliée à l’une de ses extrémités. Possède deux trous de fixation de 0,5 cm de diamètre espacés de 27 cm.
Dimensions 
: longueur : 46,6 cm ; largeur : 3,3 cm ; épaisseur : 0,9 cm.
Références de fouille
: lot 62 (US 15).

26. Clou (?) (fig. 13)

Barre plate à section rectangulaire. Dans son tiers inférieur, elle adopte une forme triangulaire qui diminue progressivement pour former une pointe de section arrondie légèrement facettée. Fragmentée dans sa partie supérieure, la tête est absente.
Dimensions 
: longueur : 43 cm ; largeur : 3,7 cm ; épaisseur : 0,9 cm ; diamètre de la pointe : 1 cm.
Référence de fouille
: lot 77 (US 15).

27. Clou (?) (fig. 13)

Barre plate de section rectangulaire et tête carrée. À son extrémité inférieure, elle adopte une forme triangulaire qui diminue progressivement pour former une pointe de section arrondie légèrement facettée.
Dimensions de la barre
 : longueur : 49 cm ; largeur : 4,3 cm ; épaisseur : 1,3 cm ; diamètre : 1 cm.
Dimensions de la tête
 : longueur : 5 cm ; largeur : 4 cm ; épaisseur : 1 cm.
Référence de fouille
: lot 39 (US 15).

28. Clou (?) (fig. 13)

Objet muni d’une tête carrée au bout d’une tige de section rectangulaire. La pointe est courbée formant une espèce de crochet ou de rivet.
Dimensions 
: longueur : 38,5 cm ; largeur : 1,6 cm ; épaisseur : 0,8 cm.
Dimensions de la tête
 : longueur : 3,6 cm ; largeur : 3,4 cm ; épaisseur : 1,2 cm.
Référence de fouille
: lot 1 (US 15).

29. Clou (?) (fig. 13)

Barre plate à section rectangulaire et tête carrée. Dans sa partie inférieure, elle diminue progressivement en largeur pour former une pointe qui se coude en formant une sorte de crochet.
Dimensions 
: longueur : 40,2 cm ; largeur : 3 cm ; épaisseur : 1,3 cm.
Dimensions de la tête
 : longueur : 4 cm ; largeur :3 cm ; épaisseur : 1,2 cm.
Référence de fouille
: lot 20 (US 15).

30. Barre arrondie (fig. 13)

Barre massive de section arrondie légèrement facettée et en forme de « U » inversé avec les deux extrémités brisées.
Dimensions 
: longueur : 21,7 cm ; largeur : 15 cm ; épaisseur : 2,2 à 2,7 cm.
Référence de fouille
: lot 10 (US 15).

31. Barre arrondie (fig. 13)

Tige de section ronde légèrement facettée, avec une extrémité coudée (en forme de « L ») et une extrémité brisée.
Dimensions 
: longueur : 34,6 cm ; largeur : 2 cm ; épaisseur : 2 cm.
Référence de fouille
: lot 67 (US 15).

32. Barre arrondie (fig. 13)

Tige de section ronde légèrement facettée, avec une extrémité coudée (en forme de « L ») et une extrémité brisée.
Dimensions 
: longueur : 37 cm ; largeur : 2,5 à 2,3 cm ; épaisseur : 2,5 à 2,3 cm.
Référence de fouille
: lot 40 (US 15).

33. Barre arrondie (fig. 13)

Longue barre de section arrondie légèrement facettée. Les extrémités coudées adoptent une section plus anguleuse presque rectangulaire.
Dimensions 
: longueur : 52 cm ; diamètre max. : 3 cm, diamètre min. : 2,5 cm.
Références de fouille
: lot 30 (US 15).

Haut de page

Notes

1 Voir l’article « Hercule, le lion et le cheval : les bronzes romains du puits 269 de Châteaumeillant/Mediolanum (Cher) » publié dans ce volume par S. Krausz et G. Coulon. Il inclut une présentation générale du site et du puits, qu’il était inutile de répéter ici.

2 Le laboratoire Arc’Antique a mis à notre disposition ses installations ainsi que le matériel nécessaire à cette étude. Cette dernière fait l’objet d’un Master 2 recherche à l’université de Nantes (Torrado Alonso 2013).

3 La séparation du mobilier en domaines ou catégories fonctionnelles a été réalisée à partir de la proposition de classification établie par J.-P. Guillaumet (2003) en l’adaptant aux particularités de la série. Cette répartition été révisée en fonction des nouvelles réflexions portant sur la classification du mobilier métallique (Briand et al. 2013).

4 Ce chiffre est indicatif. Quelques objets complets et de forme bien particulière n’ont en effet pas trouvé de comparaisons permettant de les inclure avec certitude parmi les pièces de char. À cet égard, l’étude du mobilier en bois issu du puits, incluant peut-être des éléments de char, pourrait apporter de nouvelles informations, notamment en ce qui concerne les ferrures.

5 Les exemplaires de Bartringen (incomplets) ont une longueur de 59 cm et 61 cm contre 32 cm pour l’exemplaire le plus long de Châteaumeillant (ceux-ci étant complets).

6 Il convient à ce titre de signaler que la plupart des ferrures plates de Châteaumeillant sont fragmentées et qu’on ne connaît pas leur longueur originale.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Éléments associés au train
Légende 1, cheville ; 2, axe d’essieu. Échelle : ¼.
Crédits Dessins et DAO : A. Torrado Alonso.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/920/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Titre Fig. 2 – Restitution de la barre du châssis selon différents auteurs
Légende 1, char de Stabies (Miniero 1987, fig. 7a) ; 2, char II de Siskovci (Venedikov 1960, pl. 77) ; 3, restitution proposée par Z. Mráv pour le char de Kozármisleny (Mráv 2005, 38) ; 4, restitution proposée par Z. Mráv pour le char de Stabies (Mráv 2005, p. 35).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/920/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 662k
Titre Fig. 3 – Éléments associés au timon
Légende 3, 4 et 5, anneaux de serrage. Échelle : ¼.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/920/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 461k
Titre Fig. 4 – Anneaux de serrage provenant de différents chars
Légende 1, villa de Laufen-Müschhag (Martin-Kilcher 1980, pl. 61) ; 2, Szomor-Somodorpustza (Gaul 1889, pl. 27) ; 3, char I de Sisckovci (Venedikov 1960, pl. 6) ; 4-5, Neupotz (Künzl 1993b, pl. 450) ; 6, Stabies (Miniero 1987, p. 182).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/920/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 505k
Titre Fig. 5 – Éléments associés à l’axe central
Légende 5-6, éléments de protection de l’axe central ; 7-8, barres de support de la caisse. Échelle : ¼.
Crédits Dessins et DAO : A. Torrado Alonso.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/920/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 615k
Titre Fig. 6 – Exemples d’éléments de protection de l’axe central
Légende 1, exemplaire de la province de Bayern (Garbsch 1986, p. 62) ; 2-3, pièces à position imprécise trouvés à Neupotz (Künzl 1993b, pl. 455 et 457).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/920/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
Titre Fig. 7 – Position hypothétique des pièces 1 à 9 et 19, provenant de Châteaumeillant
Légende Restitution réalisée en base aux propositions de P. Miniero (1987, fig. 7a et 7b) et de Z. Visy (1993, fig. 23).
Crédits DAO : A. Torrado Alonso.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/920/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 279k
Titre Fig. 8 – Éléments de roue
Légende Échelle ¼.
Crédits Dessins et DAO : A. Torrado Alonso.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/920/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 354k
Titre Fig. 9 – Éléments de renfort
Légende Échelle ¼.
Crédits Dessins et DAO : A. Torrado Alonso.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/920/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 10 – Quelques exemplaires ayant des caractéristiques proches des pièces 15 à 18 de Châteaumeillant
Légende 1-2, types NF 26 (Künzl 1993a, pl. 26 ; 1993b, pl. 446) ; 3, type NF 23 (Künzl 1993b, pl. 448).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/920/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre Fig. 11 – Exemples et position des éléments de renfort de la caisse
Légende 1, villa de Laufen-Müschhag, objet similaire au no 19 de Châteaumeillant (Martin-Kilcher 1980, pl. 62) ; 2, exemplaire provenant de Neupotz que Z. Visy identifie à l’objet 1 (Visy 1993, p. 305 ; Künzl 1993b, pl. 491) ; 3, position hypothétique des éléments de renfort de la caisse du genre 1 et 2 (Martin-Kilcher 1980, p. 66 ; Visy 1993, p. 305-306) ; 4-5, éléments similaires au no 20 de Châteaumeillant, trouvés à Laufen-Müschhag (Martin-Kilcher 1980, pl. 62) et à Neupotz (Künzl 1993b, pl. 464) ; 6, position hypothétique des éléments de renfort de la caisse du genre 4 et 5, similaires à l’objet no 20 de Châteaumeillant (fig. 9) selon Z. Visy (1993, p. 293).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/920/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 710k
Titre Fig. 12 – Ferrures de char ?
Légende Échelle : ¼.
Crédits Dessins et DAO : A. Torrado Alonso.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/920/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 515k
Titre Fig. 13 – Éléments dont l’attribution au char reste hypothétique
Légende Échelle : ¼.
Crédits Dessins et DAO : A. Torrado Alonso.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/920/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 971k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alicia Torrado Alonso, « Des éléments de charronnerie gallo-romaine à Châteaumeillant (Cher) », Gallia, 72-2 | 2015, 321-342.

Référence électronique

Alicia Torrado Alonso, « Des éléments de charronnerie gallo-romaine à Châteaumeillant (Cher) », Gallia [En ligne], 72-2 | 2015, mis en ligne le 01 avril 2019, consulté le 22 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/gallia/920 ; DOI : 10.4000/gallia.920

Haut de page

Auteur

Alicia Torrado Alonso

Les Écoubrillons, F-35210 Châtillon-en-Vendelais

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Gallia est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Maison Archéologie & Ethnologie
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals