Navigation – Plan du site

Un casque romain à Sainte-Colombe-lès-Vienne (Rhône)

Daniel Frascone
avec la collaboration de Christine Vermeulen, Christian Cécillon, Catherine Plantevin et Jean-Louis Bellurget
p. 343-349

Résumés

Un casque de type Niederbieber a été mis au jour dans un caniveau gallo-romain lors de sondages effectués près de Vienne. Quoique incomplet, mais dans un état de conservation remarquable, cet objet constitue une découverte peu commune.

Haut de page

Texte intégral

Contexte de découverte

1Le casque faisant l’objet de cette présentation a été découvert lors de sondages archéologiques au 435 rue du Docteur-Trénel à Sainte-Colombe-lès-Vienne (Rhône), une ville qui prolonge Saint-Romain-en-Gal vers le sud, en rive droite du Rhône (Vermeulen 2014) (fig. 1). Il se trouvait en position secondaire dans le comblement d’un caniveau. Le mobilier céramique associé est peu abondant puisque seuls 4 tessons proviennent du comblement de ce même caniveau. Ces fragments ne permettent pas de proposer une datation postérieure au début du iie s. apr. J.-C.

Fig. 1 – Localisation du site sur fond de carte au 1/25 000e

Fig. 1 – Localisation du site sur fond de carte au 1/25 000e

Source : carte IGN ; DAO : G. Macabéo (Inrap).

Caractéristiques

2Il s’agit d’un casque en bronze auquel sont associés des rivets en fer pour l’assemblage des différentes parties.

3Les dimensions sont les suivantes :

Hauteur de la calotte : 26 cm.
Largeur maximale de la calotte : 20 cm.
Hauteur orthogonale du protège-nuque : 7 cm.
Hauteur linéaire du protège-nuque : 8 cm.
Diamètre axial : 20,6 cm.
Diamètre transversal : 19,6 cm.
Déport vers l’extérieur des échancrures auriculaires : 1,1 cm.
Largeur maximale du protège-nuque : 24 cm.
Hauteur maximale des renforts cintrés : 1,5 cm.
Poids : 746 g.

Description

4Le casque est composé d’une calotte prolongée par un protège-nuque oblique, le tout composant une seule pièce marquée par la rupture de courbe à la jonction des deux éléments (fig. 2). De profil, le protège-nuque descend dans l’axe de la découpe de l’oreille, ne laissant aucune zone vierge de protection entre cette partie et les paragnathides, ici absentes. Cette pièce de grande dimension présente une finition soignée, puisque les traces d’un éventuel martèlement de la pièce sont inexistantes, et quelques fines lignes témoignent d’un ponçage de surface pour rendre l’aspect extérieur uniformément lisse.

Fig. 2 – Vues du casque sous plusieurs angles

Fig. 2 – Vues du casque sous plusieurs angles

(cliché : J.-L. Bellurget).

5À l’arrière du protège-nuque est fixée une anse arquée en « Ω » à quatre facettes, certainement destinée à faciliter le transport du casque (fig. 3). Cette poignée s’insère, en se recourbant, dans les orifices circulaires de deux attaches semblables aux attaches parisiennes actuelles, repliées sur l’intérieur du casque (fig. 4).

Fig. 3 – Crochet de préhension du casque

Fig. 3 – Crochet de préhension du casque

Cliché : J.-L. Bellurget.

Fig. 4 – Attaches de l’anse sous le casque

Fig. 4 – Attaches de l’anse sous le casque

Cliché : J.-L. Bellurget.

6La tôle est légèrement repliée vers l’intérieur sur le pourtour du protège-nuque et sur les échancrures auriculaires qu’elle renforce en formant une bordure saillante en baïonnette (fig. 5).

Fig. 5 – Détail d’une échancrure auriculaire

Fig. 5 – Détail d’une échancrure auriculaire

Cliché : J.-L. Bellurget.

7Deux renforts cintrés se croisent orthogonalement au sommet du casque (fig. 6), le renfort latéral s’enchâssant dans l’axial par des incisions respectives permettant l’encastrement des deux parties (fig. 7). Les extrémités des renforts cintrés, de section fine et rectangulaire, sont aplaties en forme de losange pour le renfort latéral et en forme de cercle ou demi-cercle pour le renfort frontal. Chacune d’entre elles est fixée par un rivet à tête arrondie, alors que plusieurs exemplaires de casques similaires sont pourvus de rivets formant une pointe saillante (Vujovic 2008). Ces rivets sont en fer, comme en témoignent les traces d’oxydation orangé-brun visibles à l’emplacement de chacun d’eux. Il est possible qu’au-delà de la composante ferrique, une tête pointue en bronze ait pu être présente, mais les éléments conservés ne permettent pas de l’assurer (fig. 8).

Fig. 6 – Les deux renforts cintrés

Fig. 6 – Les deux renforts cintrés

Cliché : J.-L. Bellurget.

Fig. 7 – Assemblage des deux renforts cintrés

Fig. 7 – Assemblage des deux renforts cintrés

Cliché : J.-L. Bellurget.

Fig. 8 – Détail de fixation d’un renfort par un rivet de fer

Fig. 8 – Détail de fixation d’un renfort par un rivet de fer

Cliché : J.-L. Bellurget.

8Deux trous de part et d’autre du temporal, en avant des découpes auriculaires, pourraient avoir servi à la fixation des charnières des paragnathides, ici absentes – des protège-joues, souvent de forme très large, pour laisser un minimum de prise aux attaques latérales. Ces fixations auraient également pu jouer un rôle dans la mise en place de pièces décoratives dont certains casques sont dotés. Une corrosion particulière pourrait témoigner dans ce sens : elle forme un bandeau horizontal de 3 à 4 cm de hauteur sur l’avant du casque, d’un rivet à l’autre, voire entre les deux échancrures auriculaires (fig. 9).

Fig. 9 – Détail de la partie frontale ayant pu recevoir un renfort de métal

Fig. 9 – Détail de la partie frontale ayant pu recevoir un renfort de métal

Cliché : J.-L. Bellurget ; DAO : D. Frascone (Inrap).

9Quatre autres trous répartis deux à deux de part et d’autre du front, en avant des fixations du renfort cintré transversal, sont sûrement destinés à recevoir les rivets de fixation d’une visière placée ici assez haut sur le casque.

10Une dégradation, due à plusieurs chocs, est visible sur la partie frontale (fig. 10). Serait-elle le résultat d’impacts ayant eu lieu durant l’utilisation du casque, de marques de sacrifice faites après coup, ou encore de chocs reçus lors de son enfouissement, par un élément contondant ?

Fig. 10 – Détail des parties abîmées par un ou plusieurs chocs

Fig. 10 – Détail des parties abîmées par un ou plusieurs chocs

Cliché : J.-L. Bellurget.

Typologie

11Ce type appartient clairement à la catégorie dite Niederbieber I dont un exemple assez proche a été mis au jour à Hönnepel (Waurick 1988, p. 339 ; Feugère 1994, p. 116). La morphologie de ce casque permet de considérer qu’il est très semblable à celui découvert ici, à Sainte-Colombe. Un exemplaire plus rudimentaire (en bronze martelé), mais complet, est également présent au musée de Sombor, en Serbie (Vujovic 2008). La différence la plus notable entre ce dernier et le nôtre réside dans la disposition de la visière, plus haute sur notre exemplaire, ainsi que sur la fixation de l’anse de préhension à l’arrière, qui ne dispose que d’un seul point d’attache contre deux pour les exemplaires d’Hönnepel et Sainte-Colombe. Ce casque, découvert à Sivac, est en outre pourvu d’une inscription sur deux lignes, en lettres dessinées au moyen de trous successifs, indiquant probablement la cohorte et la manipule du soldat (ibid., p. 45-47).

12Malgré de légères différences, les caractéristiques de ces trois casques permettent donc de les rattacher à une même typologie dont quelques autres exemples sont parvenus jusqu’à nous, notamment le long du limes. Le plus proche géographiquement a été mis au jour au xixe s. à Ouroux-sur-Saône (Bonnamour et al. 2002), ville située 160 km environ plus au nord, le long de la Saône. Il était moins bien conservé et associé à une cotte de maille, mais les deux renforts de la partie supérieure subsistaient, ce qui tend à confirmer qu’il s’agit bien d’un casque de type Niederbieber. D’après M. Feugère, en s’appuyant sur le modèle de Rainau-Buch trouvé dans un puits (Greiner 2008, p. 95-97 et 2010, pl. 74-77), ce casque aurait pu être utilisé dans la cavalerie en raison de la grande surface de protection des paragnathides (Feugère 1994, p. 120).

13Concernant le casque de Sainte-Colombe-lès-Vienne, les couvre-joues sont absents, mais tout porte à croire qu’ils ont été retirés préalablement à son enfouissement car les points d’attaches existent et sont disposés de la même manière que ceux du casque de Rainau-Buch. Cependant, l’utilisation de ce type de casques chez les fantassins ne peut être formellement exclue.

Datation

14Conventionnellement, les casques de ce type sont datés de la fin du iie s. au milieu du iiie s. apr. J.-C. Il est regrettable que la découverte de ce casque lors d’une intervention archéologique n’ait pas fourni davantage de mobilier associé susceptible d’en donner une datation plus précise. A contrario, la datation proposée par la céramique de l’ensemble du site ne s’étend pas au-delà du début du iie s.

Parallèles avec d’autres supports

15Les éléments lapidaires de ces époques représentant des faits militaires sont trop rares et peu pertinents pour permettre des rapprochements typologiques avec ces casques. De même, les supports plus petits tels que les intailles représentent souvent Mars ou Minerve coiffé(e) d’un casque qui peut s’apparenter au type corinthien, dont les représentations initiales étaient pourvues. Il en est généralement de même pour les monnaies, même si, dès le règne de Marc Aurèle et jusqu’à celui de Sévère Alexandre, on voit apparaître des protège-nuques marqués par une inclinaison et une longueur proche de celle des casques de type Niederbieber (fig. 11). Cependant, la petitesse de ces supports ne permet pas d’assurer de tels parallèles même si les chronologies pourraient correspondre.

Fig. 11 – Représentations de casques sur des monnaies des règnes de Septime Sévère et Caracalla

Fig. 11 – Représentations de casques sur des monnaies des règnes de Septime Sévère et Caracalla

a et c, Minerve ; b et d, Mars ; e et f, soldats ; g, trophée.
Conservées au musée des Beaux-Arts de Lyon.

Clichés et DAO : D. Frascone (Inrap).

Restitution du casque dans son intégralité

16Grâce à l’ensemble des éléments décrits précédemment, aux traces apparaissant sur l’ensemble de la calotte (fig. 12-13) et aux éléments visibles sur d’autres exemplaires mieux conservés, il est possible de proposer une restitution de la totalité du casque, paragnathides, visière et renfort frontal inclus (fig. 14).

Fig. 12 – Profil gauche du casque

Fig. 12 – Profil gauche du casque

Dessin et DAO : C. Plantevin (Inrap).

Fig. 13 – Vue de dessus du casque

Fig. 13 – Vue de dessus du casque

Clichés et DAO : C. Plantevin (Inrap).

Fig. 14 – Proposition de restitution des parties manquantes du casque

Fig. 14 – Proposition de restitution des parties manquantes du casque

Cliché : J.-L. Bellurget ; DAO : D. Frascone (Inrap).

17L’absence des pièces manquantes reste inexpliquée car s’il s’était agi d’une refonte des pièces en vue d’en réutiliser le métal, il est incompréhensible de ne pas avoir également fondu la calotte et les renforts cintrés, qui sont les parties les plus volumineuses du casque. Les pièces ont pu être perdues lors de l’utilisation du casque – les coups ayant déformé et troué la partie frontale pourraient alors provenir de chocs avec des armes ennemies –, et un impact frontal, du haut vers le bas, ayant arraché le bout du renfort cintré axial, la visière puis la plaque de renfort sur l’avant aurait également pu, par tension sur les rivets latéraux, faire tomber les couvre-joues dont ils tenaient également les charnières. Des fissures sur le métal, à proximité du rivet pariétal gauche, pourraient témoigner de ces tensions et de l’arrachage des couvre-joues.

*

* *

  • 1 Aucun autre casque romain n’a été mis au jour sur le territoire de Vienne (Adjadj 2013 ; Faure-Bra (...)
  • 2 Le seul ensemble d’armes connu à Vienne provient du même endroit, le sommet de la colline de Sainte (...)

18La raison de la présence de ce casque à Sainte-Colombe-lès-Vienne, dans un caniveau d’un quartier urbain de la ville antique de Vienne, sur la rive droite du Rhône, demeure énigmatique. Même si ce modèle de casque est généralement associé à la soldatesque, on sait qu’il a pu également être détourné pour des combats de gladiateurs. Ce type de trouvaille est rare1 et les vestiges de militaria2 sont peu représentés en général, quelle que soit la période chronologique, et plus rarement encore pour une période précise comme celle à laquelle est rattachée l’utilisation de ce casque. Il serait tentant d’imaginer que ce soit celui d’un soldat ayant participé, en 197, à la bataille localisée près de Lyon, sans plus de précisions géographiques, entre les armées de Clodius Albinus et de Septime Sévère. Ce soldat aurait pu voir son casque endommagé lors des combats et, revenu à Vienne où il a pu résider ou être affecté (?), il l’aurait ensuite jeté, soit parce qu’une nouvelle dotation lui aurait été allouée, soit parce que le casque n’aurait pas pu être réparé. Néanmoins, il est assez invraisemblable de rejeter volontairement un casque dans un caniveau en usage au risque d’en obstruer partiellement le passage, d’autant que dans l’hypothèse de son abandon, il aurait pu être refondu pour la fabrication d’autres objets. Le caniveau ayant été en partie arasé après son abandon, pour la récupération partielle des matériaux de construction, le casque aurait alors pu être repéré et récupéré, au moins pour la quantité de bronze qu’il représente. D’autre part, la sédimentation du comblement du caniveau semble s’apparenter davantage à un remblaiement volontaire qu’à un dépôt sédimentaire. Il est alors possible de supposer que le casque ait été rejeté dans le caniveau lors de la récupération des éléments de construction de ce dernier, ce qui permettrait de dater la récupération au plus tôt de la fin du iie s.

19Une fouille a été prescrite sur la parcelle où a eu lieu cette découverte ; peut-être apportera-t-elle quelques réponses à ces interrogations.

Haut de page

Bibliographie

Pour consulter la liste des abréviations et des acronymes, cliquer ici.

Adjadj F. (dir.) 2013 : Vienne, Paris, AIBL (coll. CAG, 38/3), 555 p.

Bonnamour L., Gros A.-C., Gros O. avec la collab. de Feugère M. 2002 : « Une étonnante découverte d’armes romaines effectuée à Ouroux-sur-Saône (Saône-et-Loire) à la fin du xixe siècle », Revue archéologique de l’Est, 51, p. 481-487.

Faure-Brac O. 2006 : Le Rhône, Paris, AIBL (coll. CAG, 69/1), 611 p.

Feugère M. 1994 : Les Casques antiques : visages de la guerre de Mycène à l’Antiquité tardive, Paris, Errance (coll. Les Hespérides), 174 p.

Greiner B. A. 2008 : Rainau-Buch II : Der römische Kastellvicus von Rainau-Buch (Ostalbkreis), Die archäologischen Ausgrabungen von 1976 bis 1979 -I- Text, Stuttgart, Theiss, 255 p.

Greiner B. A. 2010 : Rainau-Buch II : Der römische Kastellvicus von Rainau-Buch (Ostalbkreis), Die archäologischen Ausgrabungen von 1976 bis 1979 -II- Katalog und Tafeln, Stuttgart, Theiss, 143 p.

Vermeulen C. 2014 : Sainte-Colombe, Rhône, Rue du Docteur Trénel, Rapport de diagnostic, Bron, Inrap Rhône-Alpes-Auvergne, 131 p.

Vujović M. 2008 : Rimski Šlem iz Sivca, Roman Helmet from Sivac, Sombor, Gradski Muzeij Sombor, 64 p.

Waurick G. 1988 : « Römische Helme », in Bottini A., Egg M., von Hase F.-W., Pflug H., Schaaf U., Schauer P., Waurick G., Antike Helme. Sammlung Lipperheide und andere Bestände des Antikenmuseums Berlin, Mainz, Verlag des Römisch-Germanischen Zentralmuseums, p. 327-364.

Haut de page

Notes

1 Aucun autre casque romain n’a été mis au jour sur le territoire de Vienne (Adjadj 2013 ; Faure-Brac 2006).

2 Le seul ensemble d’armes connu à Vienne provient du même endroit, le sommet de la colline de Sainte-Blandine où se situe un sanctuaire (Adjadj 2013, p. 373).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Localisation du site sur fond de carte au 1/25 000e
Crédits Source : carte IGN ; DAO : G. Macabéo (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/946/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 882k
Titre Fig. 2 – Vues du casque sous plusieurs angles
Crédits (cliché : J.-L. Bellurget).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/946/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Titre Fig. 3 – Crochet de préhension du casque
Crédits Cliché : J.-L. Bellurget.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/946/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Titre Fig. 4 – Attaches de l’anse sous le casque
Crédits Cliché : J.-L. Bellurget.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/946/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Fig. 5 – Détail d’une échancrure auriculaire
Crédits Cliché : J.-L. Bellurget.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/946/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 347k
Titre Fig. 6 – Les deux renforts cintrés
Crédits Cliché : J.-L. Bellurget.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/946/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 391k
Titre Fig. 7 – Assemblage des deux renforts cintrés
Crédits Cliché : J.-L. Bellurget.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/946/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 225k
Titre Fig. 8 – Détail de fixation d’un renfort par un rivet de fer
Crédits Cliché : J.-L. Bellurget.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/946/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 933k
Titre Fig. 9 – Détail de la partie frontale ayant pu recevoir un renfort de métal
Crédits Cliché : J.-L. Bellurget ; DAO : D. Frascone (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/946/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 411k
Titre Fig. 10 – Détail des parties abîmées par un ou plusieurs chocs
Crédits Cliché : J.-L. Bellurget.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/946/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 378k
Titre Fig. 11 – Représentations de casques sur des monnaies des règnes de Septime Sévère et Caracalla
Légende a et c, Minerve ; b et d, Mars ; e et f, soldats ; g, trophée.Conservées au musée des Beaux-Arts de Lyon.
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/946/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 12 – Profil gauche du casque
Crédits Dessin et DAO : C. Plantevin (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/946/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 858k
Titre Fig. 13 – Vue de dessus du casque
Crédits Clichés et DAO : C. Plantevin (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/946/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 793k
Titre Fig. 14 – Proposition de restitution des parties manquantes du casque
Crédits Cliché : J.-L. Bellurget ; DAO : D. Frascone (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/946/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 623k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel Frascone, « Un casque romain à Sainte-Colombe-lès-Vienne (Rhône) », Gallia, 72-2 | 2015, 343-349.

Référence électronique

Daniel Frascone, « Un casque romain à Sainte-Colombe-lès-Vienne (Rhône) », Gallia [En ligne], 72-2 | 2015, mis en ligne le 01 avril 2019, consulté le 23 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/gallia/946 ; DOI : 10.4000/gallia.946

Haut de page

Auteur

Daniel Frascone

Inrap Rhône-Alpes Auvergne, 11 rue d'Annonay, F-69675 Bron Cedex

Haut de page

Collaborateurs

Christine Vermeulen

Inrap Rhône-Alpes Auvergne, 11 rue d'Annonay, F-69675 Bron Cedex

Christian Cécillon

Inrap Rhône-Alpes Auvergne, 11 rue d'Annonay, F-69675 Bron Cedex

Catherine Plantevin

Inrap Rhône-Alpes Auvergne, 11 rue d'Annonay, F-69675 Bron Cedex

Jean-Louis Bellurget

Prestataire de service pour l'Inrap Rhône-Alpes Auvergne, 11 rue d'Annonay F-69675 Bron Cedex

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Gallia est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Maison Archéologie & Ethnologie
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals