Navigation – Plan du site

Ibère, grec et latin à Toulouse à la fin du iie s. av. J.-C. : nouvelles inscriptions sur céramique du site de la ZAC Niel

Pierre Moret, Coline Ruiz Darasse et Guillaume Verrier
p. 403-416

Résumés

Le site de la ZAC Niel à Toulouse (Haute-Garonne), fouillé au cours des années 2009-2011, a livré un ensemble épigraphique à la fois varié et original. Faisant écho aux trouvailles issues des fouilles menées dans l’agglomération toulousaine au début des années 1980, les inscriptions sur céramique récemment mises au jour attestent l’utilisation à Tolosa, à la fin du iie s. av. J.-C., de trois écritures : paléohispanique, latine et grecque, témoins d’une diversité exceptionnelle des pratiques d’écriture. Un des graffites étudiés a particulièrement retenu notre attention car il pourrait s’agir soit d’un exercice révélant l’existence sur le site toulousain d’une école d’apprentissage de l’écriture paléohispanique soit d’un nom celte écrit en ibère.

Haut de page

Texte intégral

1Les fouilles réalisées à Toulouse en 2009-2011, lors des travaux d’aménagement de l’ancienne caserne Niel, ont mis au jour un lot d’inscriptions sur céramique en ibère, en grec et en latin, quantitativement réduit mais remarquable par la variété des langues et des écritures utilisées.

  • 1 Sur cet épisode mi-historique mi-légendaire, voir en dernier lieu Moret 2012.

2Ce site archéologique fait partie d’un ensemble de gisements de dimensions variées, tous occupés à la fin du iie s. av. J.-C. dans un rayon d’une demi-douzaine de kilomètres autour de Toulouse et du coude de la Garonne (fig. 1). Nous n’entrerons pas ici dans le débat qui se prolonge depuis de longues années autour de la question de la localisation de Tolosa, la capitale des Volques Tectosages dont le consul Caepio s’empara en 106 av. J.-C. et dont il pilla le trésor sacré1. Il suffira de rappeler que deux agglomérations se distinguent dans ce complexe proto-urbain encore imparfaitement connu. Celle de Vieille-Toulouse est la plus connue : établie sur les coteaux qui dominent la rive droite du fleuve, à 4 km au sud de Toulouse, elle a connu une longue occupation débutant dans le courant du iie s. jusqu’à l’époque augustéenne. Celle du quartier Saint-Roch, dans le sud de la ville actuelle, a été abandonnée plus tôt, au début du ier s. ; son extension, comparable à celle de Vieille-Toulouse, est peu à peu dévoilée par les fouilles urbaines. Ces deux sites ont livré de nombreux témoignages de liens commerciaux avec l’Italie (via Narbonne), avec Marseille et avec le nord-est du monde ibérique (Gorgues 2010 et 2013). Poser la question d’une éventuelle hiérarchie ou d’un partage des fonctions urbaines, comme cela a été fait ces dernières années (Boudartchouk et al. 2006 ; Moret 2008 ; Gardes, Vaginay 2009, pour ne citer que quelques titres), est sans incidence sur notre propos.

Fig. 1 – Les sites des iie et ier s. av. J.-C. à Toulouse et dans ses environs

Fig. 1 – Les sites des iie et ier s. av. J.-C. à Toulouse et dans ses environs

Tracé de la Garonne et de ses affluents, d’après la carte de Cassini (1769-1771), recalé sur le fond IGN actuel ; polygone en gris foncé : emprise de la ZAC Niel.

DAO : P. Moret (université de Toulouse).

3La ZAC Niel se trouve au cœur du site gaulois du quartier Saint-Roch, vaste agglomération à trame lâche qui s’étend sur environ 70 ha sur la basse terrasse de la Garonne (fig. 1). Connu depuis le xviiie s. (Montégut 1782), ce site fit l’objet de fouilles au début du xxe s. par Léon Joulin, à l’occasion de la construction d’une caserne militaire (Joulin 1912, p. 5-21). Après la construction de la caserne Niel, l’urbanisation rapide du quartier va révéler l’importance de l’occupation de la fin de l’âge du Fer. De nombreuses découvertes ont été publiées par G. Fouet (Fouet, 1964 et 1968), M. Labrousse (1968, p. 95-99, fig. 9), M. Vidal (1973 et 1987) et G. Baccrabère (1991 et 1993). À partir des années 2000, les interventions de l’Institut national de recherches archéologiques préventives vont permettre de mieux planifier les fouilles (Arramond et al. 2007 ; Benquet, Grizeaud 2009). Mais, au sein d’un quartier déjà densément bâti, la plupart des opérations archéologiques ont été limitées à de petites surfaces. C’est dans ce contexte qu’eut lieu, d’octobre 2009 à juillet 2011, une fouille de grande ampleur à l’emplacement de l’ancienne caserne, à la suite de sa reconversion en quartier résidentiel. Réalisée par la société Archeodunum sur plus de 2,5 ha, elle permet de mieux comprendre l’organisation de cette agglomération du iie s. av. J.-C.

4Les fouilles de la ZAC Niel ont permis de périodiser une occupation qui se développe pendant tout le iie s. av. J.-C. Si les premières traces d’installation sont de faible ampleur, c’est dans le dernier quart du siècle que l’agglomération connaît sa plus forte expansion. L’occupation périclite rapidement par la suite, puisque aucun mobilier du ier s. av. J.-C. n’a été reconnu sur le site. Les fouilles n’ont pas livré d’indices permettant d’identifier les causes de cet abandon qui semble rapide, mais sans traces de destruction violente.

  • 2 Dans la reconstitution graphique qu’il propose, Joulin associe ce fond à plusieurs fragments d’épau (...)

5Les sites toulousains ont déjà livré de nombreuses inscriptions ibères. Dès 1912, Léon Joulin publiait le dessin d’un fond de céramique locale du site de la caserne Niel portant à l’extérieur, au bas de la panse, quatre caractères qu’il interprétait comme étant ibériques : il s’agissait pour lui « d’un nom de potier (?) en caractères ibériques de la région Tarraconnaise » (Joulin 1912, p. 18 et planche G, 27’ et 27’’). Ce fragment inscrit n’a pu être retrouvé2 et l’examen des deux dessins de Joulin, dont certains tracés diffèrent, ne permet ni de confirmer ni d’infirmer son interprétation. D’autres graffiti sur céramique campanienne provenant des fouilles Joulin ont été publiés par Alexis Gorgues : il s’agit de signes isolés (ou fragmentaires) dont l’un pourrait correspondre au te ibérique (Gorgues 2010, p. 318 et fig. 110, 2-5). Les fouilles de la deuxième moitié du xxe s., à Saint-Roch et à Vieille-Toulouse, ont également livré une dizaine d’inscriptions sur céramique campanienne ou indigène, récemment étudiées par le même auteur (Gorgues 2010, p. 318 et fig. 109-110). La plus longue comporte trois signes qu’il propose de lire n.te.n en écriture ibérique. Toutes les autres se limitent à un seul signe et peuvent avoir plusieurs interprétations, en latin, en grec ou en ibère, sauf un monogramme formé des lettres latines V et A ligaturées.

  • 3 Vidal, Magnol 1983, avec une étude complémentaire de Lejeune 1983 ; mises au point récentes dans Go (...)
  • 4 La plupart de ces noms sont latins : Curtius (curti), Sestius (seste), Vinucius (binugi), mais cert (...)

6La découverte épigraphique la plus importante, publiée il y a maintenant plus de trente ans mais qui reste l’objet de vifs débats3, est celle d’une série d’inscriptions ibériques peintes à l’encre rouge sur des amphores gréco-italiques provenant de six puits de Vieille-Toulouse. Outre un nom latin (Q. Ofelius) associé à des signes numéraux ibériques, elles ont livré des noms transcrits en ibère – mais d’origines diverses4 –, suivis d’une série métrologique qui a pu être interprétée comme un numéro de lot ou comme une date (Gorgues 2010, p. 317). La signification de ces marques est controversée. Il s’agit pour les uns d’inscriptions désignant le destinataire, résidant à Toulouse, d’un lot d’amphores vinaires provenant d’Italie ; il est alors supposé qu’elles ont été réalisées au port de débarquement, à Narbonne ou dans ses environs, avant portage (Vidal, Magnol 1983 ; Lejeune 1983 ; Bats 1988). Pour d’autres, ce sont les noms de négociants établis à Narbonne (Domergue et al. 2001, p. 195) ou à Ampurias (Tchernia 1999), ce qui impliquerait que les amphores aient été marquées en Italie. On a aussi proposé d’y voir une pratique fiscale liée à la perception d’un droit de péage à Toulouse (Gorgues 2010, p. 317). Dans tous les cas, ce lot exceptionnel, sans équivalent à l’heure actuelle en Gaule méridionale comme en Espagne, témoigne du rôle joué par des négociants parlant et écrivant en ibère dans le grand commerce du vin, et de la place qu’occupait Toulouse dans ce réseau entre 175 et 130 av. J.-C., environ un quart de siècle, si ce n’est plus, avant la rédaction des inscriptions que nous publions ici (Gorgues 2010, p. 309, n. 1077).

7Les nouvelles fouilles menées à l’emplacement de l’ancienne caserne Niel viennent de livrer huit inscriptions, dévoilant un peu plus la richesse et l’originalité graphique du site. Ces inscriptions ont été trouvées en divers endroits du site, sans que l’on puisse définir un secteur privilégié qui concentrerait la pratique scripturale. Elles représentent une petite partie d’un ensemble plus vaste de marques gravées à la pointe sèche, faites sur des fragments de céramique ou sur des vases entiers. En tout, ce sont 62 marques diverses qui ont été reconnues lors de ces fouilles, provenant surtout de la partie occidentale du site, dans les zones dévolues aux activités domestiques (fig. 2). Une grande partie (23) est constituée de signes simples (croix à quatre ou six branches, voire simples traits). Parmi les représentations plus complexes, la plupart sont des formes géométriques, et deux seulement peuvent être interprétées comme des représentations figurées (en l’occurrence, un oiseau et une fibule). Si cette pratique est bien attestée sur le site, elle reste néanmoins très minoritaire : sur 205 356 fragments étudiés, ces 62 graffiti ne représentent en effet que 0,03 % de l’ensemble.

Fig. 2 – Répartition des graffites sur céramique sur le site de la ZAC Niel

Fig. 2 – Répartition des graffites sur céramique sur le site de la ZAC Niel

DAO : G. Verrier (Archeodunum).

8On notera par ailleurs que tous les fragments présentés ici et dont le contexte peut être daté précisément appartiennent à la dernière période d’occupation du site, entre 125 et 100 av. J.-C. Si, comme pour les périodes précédentes, on note la présence de nombreuses importations méditerranéennes, c’est à ce moment que l’on voit apparaître dans nos fouilles une intense activité artisanale avec à la fois des travaux des alliages cuivreux, mais également les restes d’une activité bouchères de grande envergure avec une estimation d’au moins 5 000 bœufs abattus. C’est également à cette période d’un quart de siècle, relativement brève dans la vie du site, que l’on peut attribuer la majorité des monnaies trouvées dans les fouilles de la ZAC Niel (113 sur 194). Ces monnaies témoignent à la fois de connexions avec la côte méditerranéenne (nombreux bronzes ibéro-languedociens) et avec l’aire atlantique (émissions de l’ouest de la Gaule).

9Quatre inscriptions livrent des noms propres latins ou grecs, deux inscriptions sont à considérer comme des pratiques graphiques ludiques ou décoratives, une autre est une simple marque. Enfin, un tesson porte, si l’on suit une des deux interprétations proposées, un exercice d’écriture d’un type jusqu’à présent inédit. Les écritures utilisées sont l’alphabet grec, l’alphabet latin et le semi-syllabaire ibérique. Toutes ces inscriptions ont été gravées après cuisson.

Catalogue

Amphore 2164-3 (no ISO : 2164-3) (fig. 3)

Fig. 3 – Inscription sur amphore Dressel 1A, US 2164, fossé FO2160 (no ISO : 2164-3)

Fig. 3 – Inscription sur amphore Dressel 1A, US 2164, fossé FO2160 (no ISO : 2164-3)

Cliché : G. Verrier (Archeodunum).

Support : Amphore italique républicaine de la côte tyrrhénienne. Typologie : Dressel 1A.

Localisation de l’inscription : Face externe, sur le col, sous le bord, entre les deux anses. Lettrage parallèle au plan de pose de l’amphore. Les lettres sont grandes (dimensions : 1,4 cm de hauteur en moyenne pour une inscription dont la longueur conservée est d’un peu plus de 8 cm) et profondément incisées.

Provenance de l’objet : US 2164, FO2160 : fossé. Niveau constitué par un rejet massif de fragments d’amphore, pris dans une matrice argileuse hydromorphe. Certainement déposé pendant que le fossé était encore en eau.

Datation : -125 / -100.

  • 5 Ce signe n’est présent qu’une fois en Languedoc, à Ensérune (MLH II, B.1.80), sur une coupe en camp (...)

Écriture : Celtibère orientale ou levantine. La présence du signe « m » incite à privilégier la première option5.

Lecture : De gauche à droite.

Lecture proposée : oś + bam ou oś + śn

Il pourrait s’agir de deux éléments ligaturés placés de part et d’autre d’un signe central qui reste problématique. La lecture de la seconde ligature n’est pas assurée.

  • 6 En écriture levantine, on le trouve par exemple sur les plombs d’Ullastret (MLH III, C.2.3), de Mon (...)

Inventaire des signes et paléographie : MLH IV (table des signes p. 443) : o1 ; s36 : ba ; m1. Rodríguez Ramos 2004 : O-1.

  • 7 Dans ce cas, nous laissons de côté l’hypothèse d’une « fin de syntagme » également suggérée par Lui (...)
  • 8 Ferrer i Jané 2014, p. 238. Ce signe non identifié pourrait constituer la variante d’un autre signe (...)

Pour le signe central, on retrouve un signe identique sur une fusaïole d’El Palomar à Oliete, Teruel (Silgo Gauche 2001) qui porte une inscription ibère. Nous pouvons penser, comme Luis Silgo Gauche, qu’il s’agit d’un séparateur ou d’un « ornement »7, bien que dans un récent article, J. Ferrer i Jané ait considéré qu’on a affaire à un signe à part entière8. J. A. Correa l’a rapproché d’un signe apparaissant sur le plomb de Palamós : Image (MLH III, C.4.1). On retrouve enfin un signe similaire, mais avec des angles plus aigus, sur un fragment de céramique campanienne A trouvé à Contrebia Belaisca (Díaz Sanz,Jordán Cólera 2001, n° 16, figure p. 325).

  • 9 ośiobaŕenḿi (MLH II, B.1.59 Ensérune, = Oxiomaros, nom gaulois) ; ośain (MLH II, B.1.58 Ensérune, n (...)
  • 10 ośortarbanen (MLH III, E.13.1, Caspe) : Untermann précise que le début en oś- n’ayant pas de parall (...)

Interprétation : Le premier élément () est attesté sans ligature comme marque simple sur un fragment de céramique campanienne de Solsona (Lérida, MLH III, D.5.9). On le retrouve en début de syntagme dans des graffites correspondant à des noms gaulois ou obscurs à Ensérune9 et dans une inscription ibérique de Caspe (Teruel) dont la segmentation est discutée10. On retrouve enfin une association similaire sur une tessère d’hospitalité celtibère, de provenance inconnue, mais inscrite en écriture orientale (MLH IV, K.0.10).

  • 11 À propos de cette inscription, J. Untermann souligne le caractère surprenant, dans la langue ibère, (...)

Pour le second élément qui, à cause de la présence d’un possible signe « m », inciterait à chercher dans le domaine celtibère, la première lecture proposée (bam) n’a aucun parallèle connu dans l’anthroponymie. La seconde lecture (śn) trouve un parallèle dans deux marques lacunaires : l’une à Azaila (MLH III, E.1.279) sur fragment de céramique campanienne et l’autre à Ensérune sur céramique commune (MLH II, B.1.303 : ]iśnti[11). Dans ces deux cas cependant, les signes ś et n ne sont pas ligaturés.

Lot 32 (no ISO : 2515-05) (fig. 4)

Fig. 4 – Inscription sur coupe en campanienne A, US 2515, puits PT2196 (lot 32, no ISO : 2515-05)

Fig. 4 – Inscription sur coupe en campanienne A, US 2515, puits PT2196 (lot 32, no ISO : 2515-05)

a et b, clichés : P. Moret (université de Toulouse) ; c, DAO : G. Verrier (Archeodunum).

Support : Coupe en campanienne A. Typologie : Lamb 28ab.

Localisation de l’inscription : Face externe, haut de panse sous le bord. Lettrage légèrement oblique vers le bas par rapport au plan de pose du vase. Les signes sont profondément incisés.

Provenance de l’objet : US 2515, PT2196 : puits. Niveau situé au fond du puits, déposé durant la phase d’utilisation de la structure avant sa fermeture définitive, pendant que le puits était encore en eau.

Datation : -125 / -100.

Écriture : Alphabet grec.

Lecture : De gauche à droite.

Lecture proposée : ERM[-

Inventaire des signes et paléographie : Le graffite montre l’usage d’un epsilon lunaire, utilisé dans l’écriture gallo-grecque et dans les alphabets grecs en usage dans le sud de la Gaule. Michel Lejeune (RIG I, tableau des signes, p. 432) relève son utilisation aussi bien sur pierre (e1) que sur céramique (e27).

  • 12 Avec un développement en –a : Ερμαιος à Kamarina en Sicile (LGPN III.A, p. 152) ; Ερμαις en Calabre (...)
  • 13 Ἕρμος (à l’Acapte) ; Ἑρμός(τρα)τος ; Ἑρμιπος ; Ἑρμόθεμις (deux à l’Acapte et un à Naucratis) ; Ἑρμό (...)

Interprétation : L’inscription semble complète à gauche. S’il y avait eu une lettre avant l’epsilon, là où le vernis a sauté, la profondeur d’incision la laisserait voir. On peut donc considérer que nous disposons du début d’un nom. Les composés en ERM- sont courants dans le monde grec12. Comme le soulignent Antoine Hermary et Henri Tréziny, il y toujours une équivoque possible sur l’origine du nom : soit la divinité, Hermès, soit un fleuve, l’Hermos qui coule au sud de Phocée en Asie mineure (Hermary, Tréziny 2000). Plusieurs noms attestés à Marseille même ou dans ses alentours présentent une formation en ερμo-, que ce soit en début13 ou en fin de composé (Salviat 1969, reprenant Robert 1968). De l’autre côté du golfe du Lion, sur une petite plaque de plomb trouvée à Ampurias en 1949, on trouve un Ἑρμόκαϊκος (Almagro Basch 1952, no 20, p. 32-34 [l. 5]) dont le second élément (καϊκος) est aussi le nom de l’un des Marseillais honorés par la charge de proxène à Delphes en 196-195 (Robert 1968, p. 198). Cette defixio, trouvée dans un remblai hellénistique daté entre le iiie et le ier s. av. J.-C. (De Hoz, García-Bellido 1997, p. 44) énumère d’autres noms parmi lesquels on notera un Posidônax dont le début pourrait correspondre à une autre inscription des fouilles de la ZAC Niel (voir infra, lot 159). Bien qu’incomplet, l’épigraphe de Toulouse paraît donc pouvoir s’insérer dans un contexte onomastique massaliète.

Lot 159 (no ISO : 2371-6) (fig. 5)

Fig. 5 – Inscription sur assiette en campanienne A, US 2371, fosse FS2257 (lot 159, nISO : 2371-6)

Fig. 5 – Inscription sur assiette en campanienne A, US 2371, fosse FS2257 (lot 159, no ISO : 2371-6)

Cliché : P. Moret (université de Toulouse).

Support : Assiette en campanienne A. Typologie : Lamb 6 ou Lamb 36.

Localisation de l’inscription : Face externe, haut de panse, sous le bord. Lettrage parallèle au plan de pose du vase.

Provenance de l’objet : US 2371, FS2257 : fosse liée à la métallurgie du bronze. Niveau situé au milieu du comblement, d’origine détritique.

Datation : -125 / -100.

  • 14 L’écriture grecque serait possible mais le sigma à trois branches, caractéristique de l’alphabet eu (...)

Écriture : Alphabet latin ou grec14.

Lecture : De gauche à droite.

Lecture proposée : POS[

  • 15 Voir par exemple l’inscription sur bronze CIL, I, 555 ou CIL, I, 558.
  • 16 Dans les inscriptions latines, pos est très fréquemment une abréviation pour posuit. Mais cette exp (...)

Inventaire des signes et paléographie : La première lettre pourrait être un P archaïque à boucle ouverte, bien attesté aux ive et iiie s. av. J.-C. (Wachter 1987)15 dans le domaine italique et qui se maintient jusqu’au ier siècle, surtout dans l’écriture cursive. L’espacement des lettres rend possible l’existence d’une quatrième lettre qui aurait disparu dans la cassure du tesson. Il est toutefois envisageable qu’un nom ait été abrégé en POS16 et que nous disposions de l’inscription complète.

  • 17 Epigraphik-Datenbank Clauss/Slaby.
  • 18 Noms attestés et nombre d'occurrences (entre parenthèses) d'après Kajanto (1982), Solin (1994) et L (...)
  • 19 Narbonnaise : Posidonius (CIL, XII, 869 =  CAG, 13-05, p. 512, Arles) ; Possilla (CIL, XII, 299, Fr (...)
  • 20 À Lectoure (CAG, 32, p. 223), à Montans (CAG, 81, p. 188) ou encore à Albias près de Montauban (CAG(...)
  • 21 Par exemple CIL, II, 5746, inscription trouvée non loin d’Oviedo mais qui mentionne peut-être la pr (...)
  • 22 29 occurrences dans la base de données Hispania Epigraphica (Online database of Roman inscriptions (...)

Interprétation : Il peut s’agir d’un nom latin abrégé. Postumus et Postumius sont les anthroponymes commençant par Pos- les plus fréquemment attestés (Postumus : 91 occurrences dans Clauss-Slaby17 ; Postumius : 275 occurrences). D’autres noms sont également possibles, mais avec un nombre d’occurrences plus faible18 dont seulement onze en Gaule Narbonnaise, en Hispania ou en Aquitaine19. Postumus n’est attesté en Gaule qu’à une date plus tardive durant la période romaine impériale, en Aquitaine sur des estampilles de céramique sigillée20 mais aussi sur pierre en Hispanie21. Aucun Postumius n’est connu en Gaule Narbonnaise ou en Aquitaine ; en revanche, plusieurs Hispani portent ce nom22.

  • 23 CIL, XII, 445. Elle est répertoriée dans le catalogue de la collection du musée de Marseille par Wi (...)
  • 24 Nom porté deux fois par des Marseillais : en Sicile à Lilybée (Manni Piraino 1963) et à Lindos sur (...)
  • 25 Ce nom est identifié comme celui d’un voyageur de commerce marseillais à Thèbes, voir Baillet 1919, (...)
  • 26 Le ξ final est une correction de Pericay 1974, p. 241.

Pour trouver des parallèles contemporains et relativement proches, c’est vers le domaine grec qu’il faut se tourner. Une inscription en caractères latins, trouvée au xixe s. à Marseille dans le quartier de la Bourse, livre le nom POSIDE[....23. François Salviat propose une restitution en Poside[rmus], écartant Poside[s] (proposé dans CIL XII, 445) et Poside[us] (proposé par Froehner 1897, p. 65, n° 49 et par Clerc 1929, p. 33). On connaît en effet à Marseille une série d’anthroponymes formés sur le nom du dieu Poséidon, tout particulièrement Poseidermos24 et Posidônax25. Ce dernier nom est l’un de ceux qui apparaissent sur le plomb en écriture grecque provenant d’Ampurias mentionné plus haut26. Le rapprochement entre les deux noms du plomb et ces deux graffites de notre site est trop tentant pour ne pas être souligné. Ces parallèles anthroponymiques nous orientent de préférence vers le domaine grec et plus particulièrement phocéen (Marseille ou Ampurias). Dans cette hypothèse, nous aurions dans la série étudiée deux inscriptions relevant de la sphère massaliète, l’une en alphabet grec (ERM-), l’autre en alphabet latin (POS-).

Lot 5083 (no ISO : 6150-04) (fig. 6)

Fig. 6 – Inscription sur bol en céramique commune, US 6150, puits PT6149 (lot 5083, no ISO : 6150-04)

Fig. 6 – Inscription sur bol en céramique commune, US 6150, puits PT6149 (lot 5083, no ISO : 6150-04)

a, cliché : P. Moret (université de Toulouse) ; b, DAO : G. Verrier (Archeodunum).

Support : Bol en céramique commune cuite en mode oxydo-réducteur et fumigée.

Localisation de l’inscription : Face externe, haut de panse, sous le bord. Lettrage parallèle au plan de pose du vase.

Provenance de l’objet : US 6150, PT6149 : puits. Niveau détritique déposé alors que le puits est comblé et sert de dépotoir.

Datation : -125 / -100.

Écriture : Semi-syllabaire paléohispanique levantin. Lecture de gauche à droite.

Lecture proposée : lakei+[

  • 27 Datation proposée pour ce signe : 225-50 av. J.-C., ce qui cadre parfaitement avec notre inscriptio (...)
  • 28 Datation proposée pour ce signe : 250-50 av. J.-C.

Inventaire des signes et paléographie : Selon les MLH II : l-1 (69 fois à Ensérune) ; a-5 (1 fois à Ensérune) ; ke-8 (2 fois à Ensérune) ; i-1 (36 fois à Ensérune). Selon Rodríguez Ramos 2004 : L-2 (fig. 12,1, p. 144)27 ; A-4-A (fig. 11,2, p. 143)28 ; proche de KE-4-B (fig. 13,2, p. 145).

  • 29 Que ce soit le terme poétique λάγειος désignant une variété de vigne : lăgēos, i, f., (=  lageios(...)
  • 30 Respectivement dans Orduña Aznar 2013, p. 526 et De Hoz 2011, p. 197.

Interprétation : Même si la lettre finale n’est pas nettement identifiée, un parallèle intéressant est à signaler avec une inscription sur une tasse en céramique ibérique à deux anses provenant d’Alloza (Teruel, MLH III, E.4.6 : lakeitor). Malheureusement, le dernier signe de notre inscription ne semble pas être ti. Un autre parallèle, lakeiśei du plomb de Yátova (MLH III, F.20.1, B 5-6), correspondrait mieux avec le départ du dernier signe tronqué. J. Untermann ne précise pas la nature de cet élément. L’ibère n’indiquant pas la distinction entre les sourdes et les sonores, une forme reconstruite en  lagei- serait également envisageable. Les parallèles en latin ou en grec29 ne sont pas convaincants et il reste probable qu’il s’agisse donc d’un élément ibérique. En effet, dans deux travaux récents, la séquence lakei est interprétée comme un numéral ibérique, signifiant quarante ou quatre-vingts30.

Lot 774 (no ISO : 7081-04) (fig. 7)

Fig. 7 – Inscription sur coupe en campanienne A, US 7081, puits PT7047 (lot 774, no ISO : 7081-04)

Fig. 7 – Inscription sur coupe en campanienne A, US 7081, puits PT7047 (lot 774, no ISO : 7081-04)

a, cliché : P. Moret (université de Toulouse) ; b, DAO : G. Verrier (Archeodunum).

Support : Coupe en campanienne A. Typologie : Lamb 27B.

Localisation de l’inscription : Face externe, haut de panse, sous le bord. Lettrage parallèle au plan de pose du vase.

Provenance de l’objet : US 7081, PT7047 : puits. Niveau situé au fond du puits, déposé alors que le puits est comblé et sert de dépotoir.

Datation : -125 / -100.

Écriture : Alphabet latin, grec ou étrusque, ou simple motif décoratif.

Lecture : Dans les deux sens. Effet de miroir.

Lecture proposée : Deux B opposés.

Inventaire des signes et paléographie : Cette forme de lettre, avec des angles aigus imposés par la gravure, est connue dans les inscriptions gallo-grecques sur pierre (b5) et sur céramique (b30). On trouve également un B au tracé identique sur l’un des deux abécédaires grecs de Lattes (Bats 1988, fig. 5, p. 127).

Interprétation : Il peut s’agir d’une marque de propriété ou, compte tenu de l’effet de miroir, d’un simple motif décoratif.

Lot 1111 (no ISO : 7214-06) (fig. 8)

Fig. 8 – Inscription sur coupe en campanienne A, US 7214, fossé FO7137 (lot 1111, no ISO : 7214-06)

Fig. 8 – Inscription sur coupe en campanienne A, US 7214, fossé FO7137 (lot 1111, no ISO : 7214-06)

Face interne (a) et externe (b).

Clichés : P. Moret (université de Toulouse).

Support : Coupe en campanienne A. Pas de forme reconnue.

Localisation de l’inscription : Face interne et externe, bas de panse, au dessus du pied.

Provenance de l’objet : US 7214, FO7137 : fossé. Comblement supérieur de fossé. Niveau de remblaiement du fossé.

Datation : -125 / -100.

Écriture : indéterminée.

Il s’agit d’une série de signes formant un motif décoratif répété à plusieurs reprises. On peut le considérer comme un exercice d’écriture (un brouillon), ou, plus probablement, comme un griffonnage relevant d’une pratique graphique d’ordre ludique.

Lot 1936 (no ISO : 4643-01) (fig. 9)

Fig. 9 – Inscription sur jatte en céramique commune, US 4643 (lot 1936, no ISO : 4643-01)

Fig. 9 – Inscription sur jatte en céramique commune, US 4643 (lot 1936, no ISO : 4643-01)

Cliché : P. Moret (université de Toulouse).

Support : Jatte en céramique commune cuite en mode oxydo-réducteur et fumigée.

Localisation de l’inscription : Face externe, sur le col, sous le bord. Lettrage parallèle au plan de pose du vase.

Provenance de l’objet : US 4643 : niveau d’épandage d’amphore servant de support à un sol en gravier.

Datation : -125 / -100.

Écriture : Semi-syllabaire levantin ou alphabet latin.

Lecture proposée : En semi-syllabaire levantin : A. En alphabet latin : R.

Inventaire des signes et paléographie : Selon les MLH II : a-1 (44 occurrences à Ensérune). Selon Rodríguez Ramos 2004 : A-4-A. La cassure montre le départ possible d’une autre lettre mais aucune hypothèse valable ne peut être proposée pour ce graffite.

Lot 3840 (no ISO : 12800-08) (fig. 10)

Fig. 10 – Inscription sur fragment de campanienne A, US 12800 (lot 3840, no ISO : 12800-08)

Fig. 10 – Inscription sur fragment de campanienne A, US 12800 (lot 3840, no ISO : 12800-08)

Cliché : P. Moret (université de Toulouse).

Support : Campanienne A. Pas de forme reconnue.

Localisation de l’inscription : Face externe, sur la panse, à proximité du pied. Lettrage parallèle au plan de pose du vase.

Provenance de l’objet : US 12800 : remblai hétérogène situé en haut de la stratigraphie.

Datation : -200 / -100.

Écriture : Semi-syllabaire paléohispanique levantin.

Lecture : De gauche à droite.

Lecture proposée : -]iou[

Inventaire des signes et paléographie : Inscription incomplète à gauche et peut-être aussi à droite. On observe un espace très légèrement plus grand entre le o et le u qu’entre les deux autres signes. Premier signe à gauche : la cassure ne permet pas de voir comment est formé le signe à gauche de la haste oblique qui se termine en bas par un angle droit ou obtus. Il pourrait s’agir tout aussi bien d’un e que d’un ki- (peu probable), d’un l ou d’un n. Trois restitutions sont donc envisageables :

e]io u[
l
]io u[
n
]io u[

  • 31 Untermann 1990, MLH III.1, éléments 136- ulti (4 occurrences mais aucune en seconde position) ; 139 (...)

Interprétation : Il n’existe aucun parallèle connu pour les séquences -iou- et -lio- dans les inscriptions paléohispaniques. Si le premier signe était un n, les parallèles possibles sont rares. On peut cependant mentionner les deux estampilles sur amphore (Dressel 1B pour l’une et de forme inconnue pour l’autre) de production locale trouvées à Tarraco : nio (*X.0.121 et *X.0.122 dans Panosa 2001, p. 528 = Carreté et al. 1995, p. 81-82) qui n’ont pas de parallèle connu et qui semblent être la marque d’un fabricant ou l’abréviation d’un nom (baisenios [MLH III, C.0.2, sans localisation], proposé par M. I. Panosa, ou encore : kanio [MLH II, B.1.328, Ensérune]). Elles sont datées de -75/-25 (Gorgues 2010, p. 296). À cause de l’espacement des lettres, on pourrait envisager une fin de syntagme en -io et le début d’un autre élément commençant par -u[, mais seuls quatre éléments anthroponymiques ibériques commencent par cette lettre31. En dehors de ces données onomastiques, le lexique d’inscriptions ibériques de Noemí Moncunill (Moncunill 2007) ne présente que peu de termes commençant par « u- » dont la lecture soit assurée.

  • 32 Aurelious [AE, 1971, 486 ; CIL, 03, 10055].
  • 33 Le dieu Jupiter, par exemple dans CIL, VI, 02305.
  • 34 ioure, ioudices, ioudicium, ioudicatio [AE, 2001, 64 et 206 ; AE, 1989, 191 ; CIL, X, 416], adioudi (...)
  • 35 Pour l’Hispanie, la Narbonnaise et l’Aquitaine, citons : Adgubiouni [AE, 1978, 604 ; CIL, XII, 3042 (...)
  • 36 Ateioucus [CIL, XII, 4006, Nîmes] et Taliounus, -a [CIL, XIII, 4246 et 4293, tous deux en Gaule Bel (...)
  • 37 Citons parmi la cinquantaine de noms identifiés dans les inscriptions publiées dans les MLH II : ab (...)
  • 38 botuoŕis B.7.34.SUP = PM I = Boduorix.

Deux interprétations sont possibles. La plus simple serait de lire dans cette séquence une partie d’un nom non ibère écrit en écriture ibérique. Une recherche dans la base de donnée Clauss-Slaby de la séquence « i-o-u » donne 61 résultats. Si nous laissons de côté les noms aux graphies tardives32, les transcriptions de Iou(is)33 et la variante ious du substantif latin ius ou ses dérivés34, il pourrait s’agir d’un nom celte. La séquence vocalique « i-o-u » est en effet fréquente dans la notation latine de l’anthroponymie celtique35, et on connaît en Occident au moins deux cas de séquences e-i-o-u et l-i-o-u36 ; de plus, la transcription de noms gaulois en ibère est un phénomène bien attesté dans le sud de la Gaule au iie-ier s. av. J.-C., par exemple à Ensérune37 ou à Pech Maho38. Néanmoins, l’exemple d’Axiounos, rendu Axiounus en latin (CIL, XII, 3215, à Nîmes) et aśune en ibère (MLH II B.1.45, à Ensérune), montre clairement que la langue et l’écriture ibères ne se prêtaient pas à la reproduction littérale de ces séquences vocaliques. Sans fermer la piste de l’onomastique, nous proposerons donc une autre hypothèse.

  • 39 L’objet lui-même est une trouvaille occasionnelle et dépourvue de contexte archéologique. Mais la c (...)

Si le premier signe, dans la lacune, est un « e », on aurait la suite de quatre des cinq voyelles connues en écriture levantine : -e-i-o-u, ce qui ne peut manquer de faire penser à un exercice d’apprentissage de l’écriture. Jusqu’à récemment, on connaissait peu d’exemplaires d’« abécédaire » dans l’épigraphie paléohispanique. Le plus connu, publié en 1993, provient d’Espanca (Castro Verde, Baixo Alentejo, Portugal)39. Plusieurs inscriptions ibériques de Cerdagne, de Catalogne et de Valence ont été récemment interprétées comme des syllabaires en écriture paléohispanique (Ferrer 2014), mais elles ne sont pas de même nature : on n’y trouve jamais de série de voyelles. En dépit de ces découvertes récentes, nous ne connaissons rien de l’apprentissage de l’écriture (ou des écritures) paléohispanique(s). Nous ne pouvons donc pas savoir si les voyelles recevaient un traitement à part dans l’enseignement de la graphie.

En Gaule méridionale, la découverte à Lattes de deux abécédaires grecs, étudiés par Michel Bats, laisse entrevoir l’existence d’écoles d’écriture (Bats 2003). Le premier suit l’ordre canonique grec ; le second est lacunaire mais présente sous la liste des lettres le substantif grec knax, un mot rare dont on sait qu’il était utilisé, parmi d’autres, pour l’apprentissage des combinaisons de lettres inhabituelles et à la prononciation difficile.

  • 40 Deux autres documents scolaires sont conservés, qui sont moins élémentaires : des tablettes provena (...)
  • 41 Deuxième tableau : syllabe formée par rho-syllabe-sigma (lunaire) ; troisième tableau : groupe « vo (...)
  • 42 On notera cependant qu’aucun document grec ou latin conservé ne présente séparément la liste des vo (...)

Le mot knax se retrouve précisément dans un manuel pour écolier daté du iiie s. av. J.-C. conservé sur un papyrus égyptien (Guéraud, Jouguet 1938). C’est l’un des documents qui nous apprennent avec le plus de détails comment se déroulait l’apprentissage de l’écriture dans le monde hellénistique alexandrin40. Il s’agissait avant tout de « connaître ses lettres », γράμματα γιγνώσκειν : l’enfant apprenait les lettres seules d’abord, dans l’ordre alphabétique croissant puis inverse (Marrou 1960, p. 211-212) ; ensuite « après avoir appris les lettres, on passe aux syllabes rangées par ordre de difficulté croissante » (Guéraud, Jouguet 1938, p. XIX). Le papyrus en question comporte une série de tableaux de sept lignes chacun, une par voyelle (α ε η ι ο ω υ), qui correspondent à autant d’étapes dans la progression de l’apprentissage. Le premier tableau conservé contient des syllabes formées par une consonne répétée avant chacune des voyelles41. La lacune qui précède ce tableau était probablement occupée par la liste complète des lettres de l’alphabet ou par celle des voyelles, comme dans notre inscription toulousaine. Dans ce système, hormis la distinction de la longueur de la voyelle [ε/η et ο/ω], l’ordre est le même que celui que nous connaissons encore aujourd’hui42. L’alphabet grec a été emprunté par les Étrusques en Grande Grèce vers le viie s. av. J.-C. puis adapté à l’écriture latine. Il est tout à fait probable, puisque l’enseignement de l’écriture est décrit de la même manière chez les auteurs latins et chez les auteurs grecs (Marrou 1960, p. 339), que la méthode d’apprentissage était la même.

Revenons à notre tesson du lot 3840. La suite proposée, -e-i-o-u, est une liste de voyelles, inscrites en écriture paléohispanique. Nous proposons deux hypothèses pour comprendre cette séquence de lettres. On pourrait d’abord penser que la liste constitue le premier exemple connu dans la région d’un exercice d’apprentissage de l’écriture levantine par des Ibères. Les scripteurs seraient des individus ibères, installés à Toulouse, et s’entraînant à la graphie dans une zone où plusieurs langues sont parlées et où coexistent plusieurs traditions d’écriture. Cet exercice, conformément aux échanges et aux contacts ayant cours dans la région, serait ainsi calqué sur une méthode connue dans le monde hellénistique et romain et illustrerait à la fois la présence d’écoles d’écriture et les liens étroits entre les pratiques graphiques ibériques et gréco-latines.

Autre hypothèse, moins économique mais plus séduisante. Comme les signes ibériques suivent strictement l’ordre gréco-latin, il est possible de comprendre cette suite comme l’exercice d’un individu latin s’essayant à la graphie paléohispanique, tout en conservant ses méthodes d’apprentissage romaines. Dans ce cas de figure, le scripteur serait latin et chercherait à s’initier à une écriture non alphabétique, telle que le semi-syllabaire levantin, en commençant par l’apprentissage des signes des voyelles. Cette hypothèse irait bien dans le sens du rôle majeur tenu par l’écriture paléohispanique dans le sud de la Gaule à la fin du second âge du Fer.

En somme, qu’il s’agisse d’un nom celtique écrit en ibère ou d’un exercice d’écriture, cette inscription reflète la variété graphique et linguistique du site de la ZAC Niel qui a fourni, comme on vient de le voir, des graffites en écriture latine, grecque et paléohispaniques (celtibère comme levantine). Dans un cas comme dans l’autre, il s’agit d’un document tout à fait exceptionnel, même si son état fragmentaire invite à garder toute la prudence nécessaire et à ne pas le surinterpréter.

*

* *

  • 43 À l’exception probable de lakei.
  • 44 Gorgues 2010, p. 318 et p. 324, fig. 110, 11 : lettres latines ligaturées VA sur un fragment de cam (...)

10Malgré le petit nombre d’inscriptions mises au jour, la documentation épigraphique issue des fouilles de la ZAC Niel révèle des pratiques d’écriture d’une grande diversité. Ces choix graphiques laissent supposer des pratiques linguistiques multiples, même s’il n’est pas possible d’identifier la langue utilisée dans chaque cas, étant donné l’état fragmentaire des inscriptions étudiées et le fait qu’il s’agit, dans la plupart des cas, de noms de personnes et non d’éléments du lexique commun43. Si, à cette date, l’utilisation du semi-syllabaire levantin ibérique domine sur le site, on trouve également des inscriptions en alphabets grec et latin. Des inscriptions en alphabet latin de cette époque étaient déjà connues à Toulouse44, mais aucune en alphabet grec.

  • 45 Elles semblent absentes d’un grand site comme Lattes (aucune mention dans Py et al. 2001), et deux (...)

11Les parallèles que nous proposons pour les noms Herm[- et Pos[- viennent à nouveau illustrer la place importante occupée par Tolosa dans un réseau d’échanges commerciaux qui, avant la fondation de Narbonne et la création de la province de Narbonnaise, étaient contrôlés, au moins en partie, par Marseille. J.-M. Séguier et M. Vidal avaient déjà noté la présence d’importations de vaisselle culinaire massaliète dans la région toulousaine (Séguier, Vidal 1992, p. 438). Pour A. Gorgues, la présence en nombre de ces céramiques culinaires, associée à d’autres marqueurs, trahit la présence de marchands grecs installés au sein de la communauté gauloise à Toulouse Saint-Roch et à Vieille-Toulouse au iie s. av. J.-C. (Gorgues 2013, p. 742-744). Alors que ces céramiques semblent très rares en dehors de la sphère massaliète45, les fouilles de la ZAC Niel à elles seules ont livré 126 fragments pour au moins 22 vases qui se répartissent entre des lopades CNT-MAS 4c et des chytrai CNT-MAS 6. En outre, la grande majorité de ces tessons (111 sur 126) proviennent d’une seule et même zone située au nord de nos fouilles et marque peut-être la présence à proximité immédiate d’un « quartier » où se seraient installés de façon privilégiée des marchands grecs. Or, c’est précisément dans cette zone qu’ont été trouvés des vases campaniens (lots 32 et 159) marqués aux noms de deux individus dont on a tout lieu de croire qu’ils étaient grecs, Herm[- et Pos[- (fig. 10).

12Nous insisterons pour finir sur l’importance de l’inscription du lot 3840 (n° ISO 12800-08) comportant la séquence iou : dans les deux hypothèses proposées, qu’il s’agisse d’un nom celtique ou d’un exercice d’écriture, ce court graffite témoigne encore une fois de la complexité de la situation linguistique sur le site de Toulouse à la fin du iie s. av. J.-C., et de la richesse des interactions entre locuteurs et scripteurs ibères, gaulois, latins et grecs.

Haut de page

Bibliographie

Pour consulter la liste des abréviations et des acronymes, cliquer ici.

Sources épigraphiques

LGPN III.A : Fraser P. M. et al. (dir.), A Lexicon of Greek Personal Names, vol. 3, Oxford, Clarendon Press, 1987.

MLH II : Untermann J., Monumenta Linguarum Hispanicarum, Band II : Die Inschriften in Iberischer Schrift aus Südfrankreich, Wiesbaden, L. Reichert, 1980.

MLH III : Untermann J., Monumenta Linguarum Hispanicarum, Band III : Die Iberischen Inschriften aus Spanien, Wiesbaden, L. Reichert, 1990.

MLH IV : Untermann J., Monumenta Linguarum Hispanicarum, Band IV : Die Tartessischen, Keltiberischen und Lusitanischen Inschriften, Wiesbaden, L. Reichert, 1997.

N.B. : les inscriptions portant un astérisque sont celles publiées hors MLH mais dont la numérotation a été poursuivie et dont on peut consulter la liste dans De Hoz 2011, p. 595-607.

Références

Almagro Basch M. 1952 : Las inscripciones ampuritanas griegas, ibéricas y latinas, Barcelone, Departamento de Barcelona del Instituto Rodrigo Caro de arqueología del C.S.I.C., 278 p.

Arramond J.-C., Requi C., Vidal M. 2007 : Les recherches anciennes et les fouilles en cours sur les sites de Vieille-Toulouse, Toulouse-Estarac et Toulouse Saint-Roch, aux iie et ier siècle av. J.-C., in Les Âges du Fer dans le Sud-Ouest de la France, Actes du XXVIIIe colloque de l’AFEAF, Toulouse, 20-23 mai 2004, Bordeaux, Fédération Aquitania (coll. Suppl. à Aquitania 14-1), p. 385-409.

Baccrabère G. 1991 : Les anciennes fouilles de l’archéologue Léon Joulin à la caserne Niel, à Toulouse, Mémoires de la Société archéologique du Midi de la France, 51, p. 9-60.

Baccrabère G. 1993 : Puits et fosses funéraires toulousains de Saint-Roch des iie et ier s. av. J.-C., Mémoires de la Société archéologique du Midi de la France, 53, p. 75-132.

Baillet J. 1919 : Les Marseillais dans le Levant aux temps romains, Séances et travaux du Congrès français de la Syrie, II, p. 148-150.

Bats M. 1988 : La logique de l’écriture d’une société à l’autre en Gaule méridionale protohistorique, RAN, 21, p. 121-149.

Bats M. 2003 : Les Gaulois et l’écriture aux iie-ier s. av. J.-C., in Les marges de l’Armorique à l’âge du Fer : archéologie et histoire : culture matérielle et sources écrites, Actes du XXIIIcolloque de l’AFEAF, Nantes, 1999, Rennes, Association pour la diffusion des recherches archéologiques dans l’ouest de la France, (coll. Suppl. à la Revue archéologique de l’Ouest, 10), p. 369-380.

Benquet L., Grizeaud J.-J. 2009 : Découvertes récentes dans le quartier Saint-Roch à Toulouse, in Actes du congrès de la SFECAG, 20-24 mai 2009, Colmar, Marseille, SFECAG, p. 655-670.

Blinkenberg C.S., Kinch K.F. 1941 : Lindos, fouilles de l’Acropole, 1902-1914, Berlin, De Gruyter, 1247 p.

Boudartchouk J.-L., Cabau P., Gardes P., Molet H., Quantin F. 2006 : Les « lacs sacrés » et l’or des Tectosages de Toulouse, Mémoires de la Société archéologique du Midi de la France, 66, p. 15-40.

Carreté J.-M., Keay S., Millett M. 1995 : A Roman Provincial Capital and its Hinterland : the Survey of the Territory of Tarragona, Spain, 1985-1990, Ann Arbor, (coll. Journal of Roman Archaeology Supplementary Series, 15), 310 p.

Clerc M. 1929 : Massalia, histoire de Marseille dans l’Antiquité des origines à la fin de l’Empire romain d’Occident, 476 ap. J.-C., Marseille, Tacussel, 489 p.

Díaz Sanz M.A., Jordán Cólera C. 2001 : Grafitos procedentes de Contrebia Belaisca, Palaeohispanica, 1, p. 301-333.

Decourt J.-C. 2004 : Inscriptions grecques de la France, Lyon, Maison de l’Orient et de la Méditerranée (coll. Travaux de la maison de l’Orient et de la Méditerranée), 363 p.

Domergue C., Hesnard A., Passelac M. 2001 : Les échanges commerciaux dans le Toulousain : l’exemple de Vieille-Toulouse, in Pailler J.-M. (dir.), Tolosa : nouvelles recherches sur Toulouse et son territoire dans l’Antiquité, Toulouse, Rome, École française de Rome, (coll. de l’École française de Rome, 281), p. 193-197.

Ferrer i Jané J. 2014 : Ibèric kutu i els abecedaris ibèrics, Veleia, 31, p. 227-259.

Fouet G. 1964 : Un nouveau puits funéraire gaulois rue Saint-Roch à Toulouse, Mémoires de la Société archéologique du Midi de la France, 30, p. 9-57.

Fouet G. 1969 : Les nouvelles fouilles de la caserne Niel à Toulouse, RAN, 2, p. 65-94.

Froehner W. 1897 : Catalogue des antiquités grecques et romaines, Paris, Imprimerie Nationale, 379 p.

Gardes P., Georges P. 2009 : Toulouse : les Gaulois de Saint-Roch, Archeologia, 469, p. 38-45.

Gardes P., Vaginay, M. 2009 : Aux origines de Toulouse (Haute-Garonne) : Tolôssa à l’âge du Fer, in Buchsenschutz O. et al. (dir.), L’Âge du Fer dans la boucle de la Loire : les Gaulois sont dans la ville, Actes du XXXIIe colloque de l’AFEAF, Bourges, 2008, Paris, FERACF (coll. Suppl. à la Revue archéologique du Centre de la France, 35), p. 359-382.

Gorgues A. 2010 : Économie et société dans le nord-est du domaine ibérique (iiie-ier s. av. J.-C.), Madrid, CSIC, Archivo español de arqueología (coll. Anejos de AEspA, 52), 498 p.

Gorgues A. 2013 : Une communauté de marchands méditerranéens à Tolosa au iie s. a.C., in Colin A., Verdin F. (dir.), L’Âge du fer en Aquitaine et sur ses marges : mobilité des hommes, diffusion des idées, circulation des biens dans l’espace européen à l’âge du fer, Actes du XXXVe colloque international de l’AFEAF, Bordeaux, 2-5 juin 2011, Bordeaux, Fédération Aquitania (coll. Suppl à Aquitania, 30), p. 737-745.

Guéraud O., Jouguet P. (dir.) 1938 : Un livre d’écolier du iiie siècle avant J.-C., Le Caire, Institut français d’archéologie orientale, 60 p.

Hermary A., Tréziny H. 2000 : Les cultes massaliètes : documentation épigraphique et onomastique, in Hermary A., Tréziny H. (dir.), Les Cultes des cités phocéennes, Actes du colloque international, Aix-en-Provence, Marseille, 4-5 juin 1999, Aix-en-Provence, Édisud, Centre Camille-Jullian (coll. Études massaliètes, 6), p. 147-157.

Hoz Garcia-Bellido M.P. de 1997 : Epigrafía griega en Hispania, Epigraphica, 49, p. 29-95.

Hoz J. de 2011 : Historia lingüística de la Península Ibérica en la Antigüedad II : el mundo ibérico prerromano y la indoeuropeización, Madrid, Consejo Superior de Investigaciones Científicas (coll. Manuales y Anejos de Emerita, 51), 850 p.

Jouguet P. 1906 : Le Papyrus Bouriant no 1: un cahier d’écolier grec d’Égypte, Leipzig, E. Avenarius, 14 p.

Joulin L. 1912 : Les sépultures des âges protohistoriques dans le sud-ouest de la France, Revue archéologique, 1912-1, p. 1-59 et p. 235-254.

Kajanto I. 1982 : The Latin cognomina, Rome, G. Bretschneider, 417 p.

Labrousse M. 1968 : Toulouse antique, Paris, De Boccard (coll. Bibliothèque des Écoles Françaises d’Athènes et de Rome, 212), 641 p.

Lejeune M. 1983 : Vieille-Toulouse et la métrologie ibérique, RAN, 16, p. 28-37.

Lörincz B. 1994 : Onomasticon provinciarum Europae latinarum (OPEL), Budapest, Archaeolingua Alapítvány (vol. 1, 153 p.), Forschungsgesellschaft Wiener Stadtarchäologie (vol. 2, 232 p., 3, 190 p., 4, 210 p.).

Manni Piraino M. T. 1963 : Due iscrizioni inedite di Marsala, Kokalos, 9, p. 157-162.

Marrou H.-I. 1960 : Histoire de l’éducation dans l’Antiquité (5e éd.), Paris, Le Seuil, 594 p.

Moncunill N. 2007 : Lèxic d’inscripcions ibèriques (1991-2006), Barcelone, Universitat de Barcelona, 509 p.

Montégut J.-F. de 1782 : Recherche sur les Antiquités de Toulouse, Mémoires de l’académie royale des sciences, inscriptions et belles-lettres de Toulouse, 1, p. 65-110.

Moret P. 2008 : Tolosa, 106-47 av. J.-C. : topographie et histoire, Pallas, 76, p. 295-329.

Moret P. 2012 : L’histoire de deux défaites : Tolosa et Caepio (106-105 av. J.-C.), in Marco F., Pina F., Remesal J. (dir.), Vae victis ! Perdedores en el mundo antiguo (9-10 de junio de 2011, Zaragoza), Barcelone, Universitat de Barcelona (coll. Instrumenta, 40), p. 141-151.

Orduña Aznar E. 2013 : Los numerales ibéricos y el vascoiberismo, Palaeohispanica, 13, Acta Palaeohispanica XI (Valencia), Actas del XI coloquio internacional de lenguas y culturas prerromanas de la península Ibérica, Valencia, 24-27 de octubre de 2012, Saragosse, Institución Fernando el Católico, p. 517-529.

Panosa Domingo M. 2001 : Novedades de epigrafía ibérica en Cataluña y algunos aspectos metrologicos, in Villar F., Fernandez Alvarez M.-P. (dir.), Religión, lengua y cultura prerromanas de Hispania: actas del VIII Coloquio sobre lenguas y culturas prerromanas de la Península Ibérica, Salamanca, 1999, Salamanque, Universidad de Salamanca, p. 511-540.

Pericay P. 1974 : Lengua griega y lengua ibérica en sus contactos en le nordeste penínsular y sudeste de Francía, in Ripoll Perello E., Sanmarti Grego E. (dir.), Simposio internacional de Colonizaciones, Barcelona, 1971, Barcelone, Diputacion provincial de Barcelona, Instituto de Prehistoria y Arqueología, p. 223-245.

Py M., Adroher Auroux A.-M., Sanchez C. 2001 : DICOCER2 : corpus des céramiques de l’âge du Fer de Lattes (fouilles de 1963-1999), Lattes, Éditions de l’ADALR (coll. Lattara, 14), 2 vol.

Robert L. 1968 : Noms de personnes et civilisation grecque, Journal des savants, p. 197-213.

Ruiz Darasse C. 2010 : Les Ibères en Languedoc : l’onomastique celtique d’Ensérune en écriture paléohispanique, Palaeohispánica, 10, p. 335-354.

Salviat F. 1969 : Un Marseillais à Narbonne : Xanthermus, RAN, 2, p. 193-196.

Sanchez C. 2009 : Narbonne à l’époque tardo-républicaine : chronologies, commerce et artisanat céramique, Paris, De Boccard (coll. Suppl. à la RAN, 38), 492 p.

Seure G. 1927 : Touristes anciens aux tombeaux des Rois, Journal des Savants, 7, p. 307-318.

Silgo Gauche L. 2001 : Grafitos ibéricos de El Palomar (Oliete, Teruel), Palaeohispanica, 1, p. 347-352.

Solin H. 1994 : Repertorium nominum gentilium et cognominum Latinorum, Hildesheim, New York, Olms-Weidmann (coll. Alpha-Omega. Reihe, 80), 508 p.

Tchernia A. 1999 : Une autre hypothèse sur les inscriptions peintes en caractères ibériques de Vieille-Toulouse, Pallas, 50, p. 101-107.

Vidal M. 1973 : Nécropole toulousaine de Saint-Roch : le puits funéraire no 27, RAN, 6, p. 73-86.

Vidal M. 1987 : La nécropole Saint-Roch à Toulouse, in De l’Âge du Fer aux temps barbares : dix ans de recherches archéologiques en Midi-Pyrénées, Catalogue d’exposition, Toulouse, musée Saint-Raymond, oct. 1987-janv. 1988, Toulouse, éd. du musée Saint-Raymond, p. 36-43.

Vidal M., Magnol J.-P. 1983 : Les inscriptions peintes en caractères ibériques de Vieille-Toulouse, RAN, 16, p. 11-28.

Vidal M., Séguier J.-M. 1992 : Les rapports commerciaux le long de l’axe Aude-Garonne aux Âges du fer, in Bats M. (dir.), Marseille grecque et la Gaule, Lattes/Aix-en-Provence, ADAM-PUP (coll. Études massaliètes, 3), p. 431-476.

Wachter R. 1987 : Altlateinische Inschriften: sprachliche und epigraphische Untersuchungen zu den Dokumenten bis etwa 150 v. Chr, Berne, P. Lang, 551 p.

Haut de page

Notes

1 Sur cet épisode mi-historique mi-légendaire, voir en dernier lieu Moret 2012.

2 Dans la reconstitution graphique qu’il propose, Joulin associe ce fond à plusieurs fragments d’épaulement portant des dessins d’animaux gravés après cuisson. Or, dans son état actuel, la partie haute à décor animalier s’insère dans un vase partiellement reconstitué dont le fond est anépigraphe et présente un profil différent de celui que Joulin avait représenté (Baccrabère 1991 p. 46, fig. 7, h-i). Ce recollage est sans doute postérieur à l’entrée de la collection Joulin au musée du Vieux-Toulouse vers 1920. Nous n’avons pas retrouvé le fragment inscrit dans ce qui subsiste du matériel des fouilles Joulin, aujourd’hui conservé au musée Saint-Raymond.

3 Vidal, Magnol 1983, avec une étude complémentaire de Lejeune 1983 ; mises au point récentes dans Gorgues 2010, p. 309-317, et De Hoz 2011, p. 195.

4 La plupart de ces noms sont latins : Curtius (curti), Sestius (seste), Vinucius (binugi), mais certains sont probablement gaulois (anbi), celtibères (karbi) ou ibères (sakar) : voir Vidal, Magnol 1983 ; Gorgues 2010, p. 309 et suiv. ; De Hoz 2011, p. 195 et p. 245-246 à propos de seste.

5 Ce signe n’est présent qu’une fois en Languedoc, à Ensérune (MLH II, B.1.80), sur une coupe en campanienne A.

6 En écriture levantine, on le trouve par exemple sur les plombs d’Ullastret (MLH III, C.2.3), de Montlaurès (Untermann 2002), de Palamós (MLH III, C.4.1), d’Orleyl (MLH III, F.9.6 et F.9.7), d’Ampurias (*C.1.24), d’Ensérune (*B.1.373), les plombs ibériques de Pech Maho (*B.7.32-36), etc.

7 Dans ce cas, nous laissons de côté l’hypothèse d’une « fin de syntagme » également suggérée par Luis Silgo Gauche.

8 Ferrer i Jané 2014, p. 238. Ce signe non identifié pourrait constituer la variante d’un autre signe en forme de T présent à Can Rodon (Ferrer i Jané 2014, p. 244) auquel il attribue une valeur de nasale liée au signe ḿ des inscriptions levantines (Ferrer i Jané 2014, p. 253).

9 ośiobaŕenḿi (MLH II, B.1.59 Ensérune, = Oxiomaros, nom gaulois) ; ośain (MLH II, B.1.58 Ensérune, nom dont l’origine est encore obscure, appartenant peut-être au « substrat »).

10 ośortarbanen (MLH III, E.13.1, Caspe) : Untermann précise que le début en oś- n’ayant pas de parallèle dans le stock onomastique ibère, il préfère y voir un préfixe en o- suivi d’un élément anthroponymique en śor- (élément no 108) que l’on trouve en première position à Vich (MLH III, D.2.1), à Yátova (MLH III, F.20.2) ou encore à Palamós (MLH III, C.4.1).

11 À propos de cette inscription, J. Untermann souligne le caractère surprenant, dans la langue ibère, de la suite śnt.

12 Avec un développement en –a : Ερμαιος à Kamarina en Sicile (LGPN III.A, p. 152) ; Ερμαις en Calabre et en Sicile (LGPN III.A, p. 152) ; Ερμας : 9 en Campanie et 4 en Sicile (LGPN III.A, p. 152). Avec un développement en –o : Ερμοκρίτω (Decourt 2004, no 13, Marseille). Mentionnons encore une inscription peinte sur une urne ébusitaine du site de Na Guardis (Majorque), datée de 150-30 av. J.-C., qui a livré la signature d’un artiste : Ἑρμίας. La chronologie pourrait concorder en partie avec celle proposée pour notre inscription.

13 Ἕρμος (à l’Acapte) ; Ἑρμός(τρα)τος ; Ἑρμιπος ; Ἑρμόθεμις (deux à l’Acapte et un à Naucratis) ; Ἑρμόχαρις ; Ἑρμόναξ ; Ἑρμαγόρης ; Ἑρμαγαθένης ; Ἑρμόνανδρος ; Ἑρμοφάνης (à Naucratis) : Hermary, Tréziny 2000, p. 155.

14 L’écriture grecque serait possible mais le sigma à trois branches, caractéristique de l’alphabet eubéen, n’est pas courant en Occident. L’écriture gallo-grecque préfère les formes de sigma lunaire.

15 Voir par exemple l’inscription sur bronze CIL, I, 555 ou CIL, I, 558.

16 Dans les inscriptions latines, pos est très fréquemment une abréviation pour posuit. Mais cette expression n’aurait pas de sens pour un vase.

17 Epigraphik-Datenbank Clauss/Slaby.

18 Noms attestés et nombre d'occurrences (entre parenthèses) d'après Kajanto (1982), Solin (1994) et Lörincz (1994) : Posurn[ius], Pos(s)ide(n)s, Posaulio, Posides, Posidonius (40), Posilla (59), Posimarus, Posineis, Posio, Posis, Possenius, Possessa, Possessor (7), Possessus, Possidentius, Possidenus, Possidius (2), Post[ (9), Postemius, Posterius (3), Posterus, Posticus, Postifanius, Postimius (11), Postimus (15), Postina, Postinius, Postu[ (4), Postum[ (5), Postumianus (11), Postumilla (1), Postumina (9), Postuminula (2), Postuminus (12), Postumuleius (2), Postumulenius, Postumulenus (10).

19 Narbonnaise : Posidonius (CIL, XII, 869 =  CAG, 13-05, p. 512, Arles) ; Possilla (CIL, XII, 299, Fréjus, 3506 Nîmes, 3834, Nîmes), Postumina (CIL, XII, 5202, Narbonne) ; Hispania : Possilla (Hep-14, 64, Palma de Majorque), Possessor (CIL, II, 1180, Séville), Possidius (Hep-10, 497, Salvatierra de Tormes), Postuminus (CIL, II, 5957, Elche) ; Aquitaine : Postumina (CIL, XII, 40, Francon), Postuminula (CAG, 46, p. 109, Cahors ; CIL, XIII, 1540, La Bastide de Penne).

20 À Lectoure (CAG, 32, p. 223), à Montans (CAG, 81, p. 188) ou encore à Albias près de Montauban (CAG, 82, p. 64).

21 Par exemple CIL, II, 5746, inscription trouvée non loin d’Oviedo mais qui mentionne peut-être la provenance du défunt : Uxama.

22 29 occurrences dans la base de données Hispania Epigraphica (Online database of Roman inscriptions from the Iberian Peninsula : http://eda-bea.es) dont la majeure partie provient d’Andalousie.

23 CIL, XII, 445. Elle est répertoriée dans le catalogue de la collection du musée de Marseille par Wilhelm Froehner en 1897 (Froehner 1897). À l’époque, l’inscription était le no 159 dans la salle des sarcophages.

24 Nom porté deux fois par des Marseillais : en Sicile à Lilybée (Manni Piraino 1963) et à Lindos sur l’île de Rhodes (Blinkenberg, Kinch 1941, p. 184).

25 Ce nom est identifié comme celui d’un voyageur de commerce marseillais à Thèbes, voir Baillet 1919, cité d’après Seure 1927.

26 Le ξ final est une correction de Pericay 1974, p. 241.

27 Datation proposée pour ce signe : 225-50 av. J.-C., ce qui cadre parfaitement avec notre inscription. Pour les exemples de Toulouse, la chronologie proposée par Jésus Rodríguez Ramos est de 170-140 av. J.-C., soit très légèrement supérieure à celle ici envisagée.

28 Datation proposée pour ce signe : 250-50 av. J.-C.

29 Que ce soit le terme poétique λάγειος désignant une variété de vigne : lăgēos, i, f., (=  lageiosa Greek species of vine: et passo Psithia utilior, tenuisque Lageos, Verg. G. 2, 93 ; Isid. Orig. 17, 5, 16. lăgēos, a, um, adj. : vitis, Plin. 14, 3, 4, 39 : Macr. S. 2, 16, 7) ou un hypocoristique à partir de la forme λαγώς, ώ, m., lièvre, forme non répertoriée dans le LGPN.

30 Respectivement dans Orduña Aznar 2013, p. 526 et De Hoz 2011, p. 197.

31 Untermann 1990, MLH III.1, éléments 136- ulti (4 occurrences mais aucune en seconde position) ; 139- uni (13 occurrences dont 8 en seconde position) ; 140 : urkar (14 occurrences mais aucune en seconde position) et 141- ustar (4 occurrences mais aucune en seconde position).

32 Aurelious [AE, 1971, 486 ; CIL, 03, 10055].

33 Le dieu Jupiter, par exemple dans CIL, VI, 02305.

34 ioure, ioudices, ioudicium, ioudicatio [AE, 2001, 64 et 206 ; AE, 1989, 191 ; CIL, X, 416], adioudicatio [AE, 2001, 206], iousit [AE, 1953, 216 ; AE, 1927, 144] etc. Ces variantes orthographiques sont tardives.

35 Pour l’Hispanie, la Narbonnaise et l’Aquitaine, citons : Adgubiouni [AE, 1978, 604 ; CIL, XII, 3042] ; Amikiou [CIL, XII, 5367, Amélie-les-Bains] ; Ariounae, -is [Hep-12, 358] ; Titiouni [CAG, 74, p. 175, Annecy-le-Vieux] ; Axiounus [CIL, XII, 3215] et Ucious [CIL, XII, 4053]. On mentionnera également le dieu indigène *Heliougmounus attesté à Martres-Tolosane (CAG, 31-01, p. 230, sur un vase aujourd’hui perdu et considéré comme suspect par de nombreux chercheurs).

36 Ateioucus [CIL, XII, 4006, Nîmes] et Taliounus, -a [CIL, XIII, 4246 et 4293, tous deux en Gaule Belgique].

37 Citons parmi la cinquantaine de noms identifiés dans les inscriptions publiées dans les MLH II : aboko, B.1.21 = Adbogius, anetilike B.1.39 = Anectlicos, aśune B.1.45 = Axiounus, auetiŕiś B.1.15 = Aduectirix ; ośiobaŕ B.1.59 = Oxiomaros. Voir Ruiz Darasse 2010.

38 botuoŕis B.7.34.SUP = PM I = Boduorix.

39 L’objet lui-même est une trouvaille occasionnelle et dépourvue de contexte archéologique. Mais la chronologie probable des signes inscrits se rapproche de celle des inscriptions dites du Sud-Ouest (de la péninsule Ibérique) et sont à dater plutôt du vie s. av. J.-C. L'ordre suivi par cet abécédaire est proche de celui de l'alphabet phénicien. On ne saurait donc comparer le document que nous présentons ici avec la pierre d’Espanca. Le seul parallèle à établir entre ces deux inscriptions relève du type même de l’épigraphe : un exercice d’écriture.

40 Deux autres documents scolaires sont conservés, qui sont moins élémentaires : des tablettes provenant du British Museum (Journal of Hellenic Studies, 29, 1929, p. 29-40) qui présentent au recto une phrase type avec plusieurs variations de nombre (passage au pluriel, etc.) et au verso le verbe νικάω à l’optatif et au participe. Un autre cahier d’écolier, le papyrus Bouriant no 1 (Jouguet 1906), ne présent pas de syllabaire mais plutôt une anthologie littéraire.

41 Deuxième tableau : syllabe formée par rho-syllabe-sigma (lunaire) ; troisième tableau : groupe « voyelle + N » précédé par les consonnes (B-AN, B-EN…, Γ-AN, Γ-EN etc.). Les autres tableaux sont des noms de trois, puis quatre, puis cinq syllabes.

42 On notera cependant qu’aucun document grec ou latin conservé ne présente séparément la liste des voyelles.

43 À l’exception probable de lakei.

44 Gorgues 2010, p. 318 et p. 324, fig. 110, 11 : lettres latines ligaturées VA sur un fragment de campanienne.

45 Elles semblent absentes d’un grand site comme Lattes (aucune mention dans Py et al. 2001), et deux fragments seulement proviennent des ensembles narbonnais (Sanchez 2009, p. 344).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Les sites des iie et ier s. av. J.-C. à Toulouse et dans ses environs
Légende Tracé de la Garonne et de ses affluents, d’après la carte de Cassini (1769-1771), recalé sur le fond IGN actuel ; polygone en gris foncé : emprise de la ZAC Niel.
Crédits DAO : P. Moret (université de Toulouse).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/986/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 2 – Répartition des graffites sur céramique sur le site de la ZAC Niel
Crédits DAO : G. Verrier (Archeodunum).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/986/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 828k
Titre Fig. 3 – Inscription sur amphore Dressel 1A, US 2164, fossé FO2160 (no ISO : 2164-3)
Crédits Cliché : G. Verrier (Archeodunum).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/986/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 4 – Inscription sur coupe en campanienne A, US 2515, puits PT2196 (lot 32, no ISO : 2515-05)
Crédits a et b, clichés : P. Moret (université de Toulouse) ; c, DAO : G. Verrier (Archeodunum).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/986/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 712k
Titre Fig. 5 – Inscription sur assiette en campanienne A, US 2371, fosse FS2257 (lot 159, nISO : 2371-6)
Crédits Cliché : P. Moret (université de Toulouse).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/986/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 485k
Titre Fig. 6 – Inscription sur bol en céramique commune, US 6150, puits PT6149 (lot 5083, no ISO : 6150-04)
Crédits a, cliché : P. Moret (université de Toulouse) ; b, DAO : G. Verrier (Archeodunum).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/986/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre Fig. 7 – Inscription sur coupe en campanienne A, US 7081, puits PT7047 (lot 774, no ISO : 7081-04)
Crédits a, cliché : P. Moret (université de Toulouse) ; b, DAO : G. Verrier (Archeodunum).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/986/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Titre Fig. 8 – Inscription sur coupe en campanienne A, US 7214, fossé FO7137 (lot 1111, no ISO : 7214-06)
Légende Face interne (a) et externe (b).
Crédits Clichés : P. Moret (université de Toulouse).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/986/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 582k
Titre Fig. 9 – Inscription sur jatte en céramique commune, US 4643 (lot 1936, no ISO : 4643-01)
Crédits Cliché : P. Moret (université de Toulouse).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/986/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 809k
Titre Fig. 10 – Inscription sur fragment de campanienne A, US 12800 (lot 3840, no ISO : 12800-08)
Crédits Cliché : P. Moret (université de Toulouse).
URL http://journals.openedition.org/gallia/docannexe/image/986/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 414k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Moret, Coline Ruiz Darasse et Guillaume Verrier, « Ibère, grec et latin à Toulouse à la fin du iie s. av. J.-C. : nouvelles inscriptions sur céramique du site de la ZAC Niel », Gallia, 72-2 | 2015, 403-416.

Référence électronique

Pierre Moret, Coline Ruiz Darasse et Guillaume Verrier, « Ibère, grec et latin à Toulouse à la fin du iie s. av. J.-C. : nouvelles inscriptions sur céramique du site de la ZAC Niel », Gallia [En ligne], 72-2 | 2015, mis en ligne le 01 avril 2019, consulté le 21 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/gallia/986 ; DOI : 10.4000/gallia.986

Haut de page

Auteurs

Pierre Moret

Université de Toulouse, UMR 5608 du CNRS : « TRACES », Maison de la Recherche, 5 allées Antonio-Machado, F-31058 Toulouse Cedex 9

Coline Ruiz Darasse

Université Bordeaux Montaigne, UMR 5607 du CNRS : « Ausonius », Maison de l'Archéologie, 8 esplanade des Antilles, F-33607 Pessac Cedex

Guillaume Verrier

Archeodunum, Base Sud-Ouest, 8 allée Michel-de-Montaigne, F-31770 Colomiers

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Gallia est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Maison Archéologie & Ethnologie
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals