Navigation – Plan du site

AccueilNuméros58Haches fusiformes et analyses géo...

Haches fusiformes et analyses géochimiques : deux nouvelles pistes pour l’étude des haches néolithiques en dolérite

Antoine Chancerel, Jean Le Gall, Nicolas Le Maux, Charles-Tanguy Le Roux et Laure Dédouit
p. 217-275
Traduction(s) :
Fusiform axes and geochemical analyses: two new avenues of research for the study of Neolithic axes in dolerite [en]

Résumés

Parfois signalées depuis la fin du xixe siècle, les haches polies à section ronde, en forme de fuseau ou de boudin, ont été réexaminées après la découverte de fragments en contexte daté sur des sites du Néolithique moyen II de Basse-Normandie. Elles sont façonnées dans des dolérites, voire dans d’autres roches de massif ancien proches d’aspect. Leur répartition est propre au quart nord-ouest de la France et est paradoxalement concentrée dans les régions sédimentaires péri-armoricaines. Le poids des plaines de Caen et d’Alençon paraît ainsi surreprésenté mais les données y ont été davantage recherchées. Si la plupart des pièces ont servi et ressortissent aux haches de travail, plusieurs convergences avec les pièces en jade permettent d’y voir également des objets-signes. Elles pourraient être une déclinaison tardive des haches de type Bégude, voire dans une moindre mesure des herminettes danubiennes, ou un syncrétisme des deux, ces deux familles d’objets étant aujourd’hui attestées sur le Massif armoricain.

Haut de page

Notes de la rédaction

Reçu le 21/04/2018 — Accepté le 10/06/2018

Texte intégral

1Lors d’un programme collectif de recherche (PCR) consacré au Néolithique en Normandie au début des années 1990, deux thématiques de recherche, l’une portant sur un type de haches polies, dites fusiformes, et l’autre sur la géochimie des dolérites, s’étaient recoupées lors de l’étude d’une hache recueillie dans le Pas-de-Calais, sur la commune de La Calotterie. Cette pièce, tout à fait remarquable, nous avait alors été aimablement communiquée par Y. Défossé, coordinateur à l’époque des travaux autoroutiers liés au projet Trans-Manche. Découverte hors de tout contexte en prospection de surface par M. Martel, cette hache a été déposée par la suite au musée de Berk.

2C’est l’intersection de ces deux thématiques qui est présentée ici. Le projet d’article qui en découlait à l’époque n’a jamais été achevé et a été entièrement repris à partir de 2016, en intégrant les données issues du renouveau des études de haches polies intervenu depuis lors.

Les haches fusiformes : un faciès régional des longues haches en pierre polie

3La fréquence en Basse-Normandie de haches très massives à section ronde, souvent retrouvées entières dans les labours, et la découverte de fragments typiques lors de fouilles dans des contextes bien définis sont à l’origine du travail de recherche entrepris sur ce type de matériel. Dans un premier temps, celui-ci a consisté à en établir l’inventaire, présenté en détail en annexe. La définition du type a été effectuée à partir de pièces entières jugées représentatives. Des critères morphologiques principaux ont ainsi été mis en évidence, auxquels ont été rajoutés des critères secondaires, moins fréquents et semble-t-il moins discriminants. Ces critères ont ensuite servi à la sélection des pièces retenues dans l’inventaire. La recherche, d’abord limitée aux seules sources bibliographiques dépouillées par J.-L. Dron et L. Dédouit, a par la suite bénéficié d’un apport déterminant de la part de C.-T. Le Roux qui a bien voulu trier dans son important fichier, les haches conformes à la définition. Dans un second temps, l’inventaire a fait l’objet d’une transcription cartographique.

Historique

4Les premières mentions de haches fusiformes remontent à la fin du xixe siècle. Sans pousser particulièrement la recherche historiographique, on peut citer pour la Normandie notamment, les grands inventaires départementaux des années 1890 de L. Coutil, un des fondateurs de la Société préhistorique française. Le caractère distinctif de ces pièces était suffisamment patent au sein des haches en diabase ou en diorite – comme on disait alors – pour que cette précision soit apportée. Les mentions « fusiformes », « en forme de fuseau », « à section presque ronde », « quasi cylindriques », reviennent fréquemment sous sa plume (Coutil 1895, 1896a, 1896b, 1897, 1903 et 1918). Plus tard, ces notations seront reprises et abondées par les auteurs, notamment A. de Mortillet qui évoque dès 1899 pour la hache de Berjou dans l’Orne, un type dit « en boudin ». L. Coutil, lors d’une intervention à la Société préhistorique française (SPF) en complément de la présentation d’une ébauche de Quélaine (Mayenne) par H. Chapelet recense les grandes haches en forme de fuseau arrondi de l’Eure et l’Orne et conclut que cette forme devait même être générale pour les haches en diorite de grande dimension (Chapelet 1908b, p. 182). A.-L. Harmois dans son inventaire des grandes haches trouvées en France mentionne lui aussi les haches en forme de fuseau et d’autres en forme de boudin, voire également de « type » boudin (Harmois 1928, p. 117 et 131). De même, l’abbé Nouel en 1939 précise le caractère fusiforme de certaines pièces de la région d’Orléans tandis que C.-T. Le Roux note le caractère boudiné ou en forme de boudin de nombre de pièces parmi les 7 200 qu’il a examinées dans le cadre de son travail sur la métadolérite de type A après la découverte du site de Plussulien en 1965 (Le Roux 1999).

5On peut noter également que le dépouillement d’un recensement d’envergure nationale comme celui de A.-L. Harmois en 1928 montre que ces mentions renvoient toujours aux provinces situées dans le quart nord-ouest du pays. Elles n’apparaissent jamais dans toute la moitié sud ni dans les régions de l’Est.

6Ces haches polies un peu particulières ne sont donc pas à proprement parler une nouveauté. Pour autant, aucune étude spécifique n’en a encore été réalisée. Elles étaient sans doute moins emblématiques que les haches à bouton, également en dolérite, ou a fortiori que les haches en jade, et ne semblent pas avoir retenu l’attention des néolithiciens de l’aire concernée. Pour notre part, le déclic s’est produit lors de la découverte du tranchant d’une telle hache en stratigraphie lors de la fouille du tumulus allongé de Colombiers-sur-Seules en 1992. Ce simple adjectif, utilisé de façon anodine pour qualifier des pièces souvent remarquables mais provenant de labours ou présentes au sein de collections anciennes, prenait tout à coup le relief attirant d’une problématique nouvelle à défricher.

Définition et caractéristiques

7L’analyse de quelque 230 haches entières ou fragmentaires retenues pour cette étude a permis d’en dégager les caractéristiques principales. Celles présentées dans les figures 1 et 2 sont assez emblématiques du type.

Fig. 1. Hache de Louvigny (Calvados)

Fig. 1. Hache de Louvigny (Calvados)

Dessin A. Bavent

Fig. 2. Hache de Garcelles-Secqueville (Calvados)

Fig. 2. Hache de Garcelles-Secqueville (Calvados)

Dessin SRA Caen

8Les haches fusiformes se définissent par :

  • une section ronde ou presque ronde de la lame, sauf au tranchant ;
  • un tranchant plus étroit ou de même largeur que le corps de la lame ;
  • un talon effilé ou pointu ;
  • une roche tenace, essentiellement la dolérite.

9Ces critères volontairement élastiques dessinent avant tout une silhouette. Il serait illusoire en effet de chercher à en faire un stéréotype enfermé dans une norme définie par des mesures. Pour un néolithique, la typologie était en effet uniquement une affaire d’œil. Elle n’est science exacte que pour le préhistorien.

10Toutefois, le travail de sélection de pièces opéré en amont de l’étude a permis de préciser au moins une de ces valeurs, celle se rapportant à la section. À un indice d’aplatissement (Ia = l / e) déjà utilisé pour la métrique d’objets lithiques – comme le macro-outillage sur galets par exemple – et qui croît à mesure que la pièce devient plate, a été préféré ici un indice dit « de rondeur » (Ir = e / l) qui a l’avantage de croître à mesure que la section de la pièce s’approche du cercle (pour lequel Ir est alors égal à 1).

11Cet indice a pu être déterminé sur 205 pièces dont la largeur et l’épaisseur étaient connues ou mesurables. L’histogramme obtenu montre qu’un seuil peut être arrêté autour de 0,7, ce qui représente déjà une épaisseur relative importante (fig. 3A). À tout le moins, il ne devrait pas être inférieur à 0,65. Dans ce cas, les rares pièces retenues l’ont été en raison de la présence d’autres critères de silhouette, comme le rétrécissement du tranchant, ou parce que correspondant à des fragments non situés à l’endroit le plus épais de la pièce.

Fig. 3. Histogrammes des valeurs d’Ir (A : indice de rondeur = épaisseur / largeur) et des longueurs (B)

Fig. 3. Histogrammes des valeurs d’Ir (A : indice de rondeur = épaisseur / largeur) et des longueurs (B)

A. Chancerel

12Il est également intéressant de constater l’aspect gaussien dessiné par l’histogramme. La sélection des pièces ayant été faite a priori sur un critère purement visuel avant toute mesure, il est assez étonnant d’y retrouver malgré tout un pic aussi marqué. La moitié de l’effectif se situe entre 0,7 et 0,8 et près de trois quarts entre 0,7 et 0,85. Compte tenu du mode de sélection et des biais qui ont nécessairement dû en découler, il n’est guère possible, à ce stade, d’inférer la totale autonomie de ces haches au sein de l’ensemble des pièces en roches tenaces. Il est envisageable que la mesure exhaustive de ces dernières aboutisse en effet à une série continue unimodale, depuis les haches les plus plates jusqu’à celles parfaitement rondes.

13Sur les 158 pièces de longueur mesurable, la plus grande est celle de Heilles dans l’Oise avec 380 mm tandis que 23 haches mesurent plus de 300 mm. À l’autre extrémité, 11 font moins de 150 mm. Sur les pièces de petite taille, le rétrécissement du tranchant tend en effet à ne plus être sensible, les pièces rentrant alors dans la production commune, même si leur rondeur peut être encore marquée. La courte hache de Sainte-Maure-de-Touraine en Indre-et-Loire (L = 143 mm), nettement rétrécie, apparaît comme une exception. Celle d’Edern dans le Finistère (L = 133 mm) a manifestement été reprise au tranchant, peut-être à la suite d’une cassure ayant entraîné son raccourcissement. Contrairement à l’histogramme de l’indice de rondeur, celui des longueurs (fig. 3B) est aplati avec un contingent plus fourni entre 170 mm et 275 mm de longueur, soit 63 %. La moyenne des longueurs se situe à 230 mm, mais 36 % mesurent plus de 250 mm et 14,5 % plus de 300 mm.

14Le dessin de 197 haches révèle également le caractère finalement un peu abusif du terme fusiforme. Nombre de pièces sont en fait simplement boudinées ou épaisses, bien plus que réellement en fuseau avec un beau rétrécissement du tranchant. Celui-ci n’est de toute façon jamais très prononcé, la différence entre largeur maximum et largeur au tranchant se mesurant en millimètres. Les haches fusiformes vraies existent cependant bel et bien et représentent, sur un total de 118 haches entières, 72 pièces, soit 61 %. Leur longueur a tendance à être plus grande que pour l’ensemble des pièces avec une moyenne de 244 mm. Le segment compris entre 170 mm et 275 mm cité ci-dessus descend à 54 % en raison d’une représentation plus forte dans les classes plus longues. Les haches de plus de 250 mm comptent en effet pour près de la moitié de l’effectif (45 %) et 18 % font plus de 300 mm.

15Par commodité de langage, le terme historique de fusiforme, par ailleurs passé dans le langage courant, est appliqué ici à l’ensemble des pièces de section ronde ou sub-arrondie. F. Giligny, F. Bostyn et N. Le Maux ont proposé de les qualifier de « haches-ciseaux armoricaines » (Giligny et al. 2012, p. 1158). N. Le Maux a depuis réintroduit le qualificatif de fusiforme pour les haches de forme triangulaire à talon pointu au sein de cette famille (Le Maux 2014, p. 131-132). L’appellation haches-ciseaux armoricaines, qui met en avant le rétrécissement de la largeur vers le tranchant, préjuge également de leur fonction. Le terme fusiforme paraît plus neutre tout en donnant le primat à la rondeur de la section qui permet d’inclure les haches boudinées, sans rétrécissement.

16Sur le plan pétrographique, la détermination fine n’était pas le propos. La dolérite lato sensus, c’est-à-dire incluant la métadolérite (type A) mais aussi d’autres roches magmatiques en petit nombre comme l’épidiorite, voire certains gabbros, constitue le matériau utilisé. On trouve également, lorsque les déterminations ont pu être faites, quelques roches métamorphiques grenues d’aspect proche telles que l’amphibolite (quatre haches dont deux dans le Finistère) et les cornéennes (quatre haches, toutes en Normandie). N. Le Maux a montré l’origine locale de ce dernier matériau en limite orientale du Massif armoricain, à cheval sur l’Orne et le Calvados (Le Maux 2014, p. 123-124). Les produits finis ont assez peu circulé en dehors de la Basse-Normandie.

17Quelques très rares pièces confectionnées dans d’autres roches ont également été retenues en raison de leur parenté morphologique avec les haches fusiformes. C’est le cas de la fibrolite pour une pièce dans le Calvados, de l’éclogite pour une autre en Vendée, des grès indéterminés ou grauwackes sur quelques fragments dans le Calvados et d’un quartzite légèrement micacé dans le Finistère.

  • 1 Voir infra, la hache de La Calotterie en particulier.

18Sur le plan technologique, peu de données ont été recueillies. Le dernier stade de façonnage observable est le bouchardage. La régularisation n’est pas toujours parfaite et peut même être rudimentaire sur certaines pièces avec des stigmates de taille encore visibles. Le polissage est lui aussi inégal. Il est prononcé au niveau du tranchant mais peut être plus sommaire sur le corps de la lame et réduit alors à un simple égrisage. Des finitions remarquables existent aussi. Un piquetage postérieur peut affecter le tiers proximal de certaines au niveau de l’emmanchement1.

19Sur le plan fonctionnel, aucune analyse précise n’a été effectuée. Certaines haches ont le tranchant usé qui suggère qu’il puisse s’agir de pièces au rebut. Quelques-unes ont même une partie active complètement mousse, par exemple les haches de Pleslin (Côtes-d’Armor ; fig. 15, no 1), Jersey (fig. 20, no 5), Céaucé et Monnai (Orne ; fig. 22, no 14 et 15). Là encore, on peut se demander si ce ne sont pas des pièces réemployées en dernier usage à d’autres fins, par exemple en houe ou en araire. Pareille hypothèse a été avancée pour la hache en grès de Mareau-au-Bois dans le Loiret (Richard 1988b) en raison de ses faces striées et lustrées. Les haches de Céaucé et de Monnai sont des outils lourds (3,1 kg et 2,3 kg), simplement piquetés sans aucun polissage et qui sont peut-être des ébauches. Mais celle de Céaucé, retrouvée isolée dans une lentille d’argile blanche très pure entre la couche de terre végétale et les sables tertiaires sous-jacents, pourrait aussi correspondre à un outil de creusement. C.-T. Le Roux signale comme araire un outil de La Butte-aux-Pierres (Loire-Atlantique), au tranchant mousse très épais et sévèrement esquillé, et deux autres de même morphologie mais sans traces d’usage (Le Roux 1999, p. 154-155).

Les grandes haches : un sujet en voie de disparition ?

20La découverte de grandes haches entières (supérieures à 25 cm) est devenue un fait exceptionnel, au moins en Normandie, et celles qui ont été portées à notre connaissance au cours de trente dernières années sont extrêmement rares : Épron, Louvigny (fig. 1) et Garcelles-Secqueville (fig. 2). La plupart des trouvailles sont anciennes et figurent aujourd’hui dans des collections de musées. Beaucoup ont été perdues ou sont devenues anonymes et ne sont plus connues que par des mentions, elles aussi anciennes, du moins lorsque celles-ci sont assez détaillées. L’archéologie préventive, pourtant à l’origine d’un accroissement sans précédent des objets mobiliers issus de fouille, n’en livre pas. Tout au plus peut-on citer celle moyennement longue (20,5 cm) de Cambes-en-Plaine dans le Calvados (fig. 20, no 13). La même situation prévaut ailleurs dans un autre champ géographique comme le Sud-Ouest. Par exemple, les collections issues de prospections dans le Bergeracois, qui fut un important foyer de fabrication de haches polies en silex, n’en montrent pas non plus. Au Musée national de Préhistoire (MNP) aux Eyzies-de-Tayac, dans plusieurs fonds constitués à partir de la fin des années 1960 et représentant plus de 100 000 objets, une seule hache mesure plus de 20 cm (collection Martial) alors que de grandes haches existent dans les séries anciennes du musée d’Aquitaine et de celui du Périgord. La fragmentation, devenue systématique, a affecté particulièrement le silex. Elle a très certainement pour cause la mécanisation intensive du travail des sols. Elle se superpose, en l’aggravant, à l’écrémage dont ont été l’objet les sites depuis le milieu du xixe siècle. En ce sens, la ressource archéologique, qui par nature est finie, montre ici une limite inquiétante : celle-ci est souvent déjà quasi atteinte.

Répartition

21La cartographie des lieux de trouvaille est particulièrement significative (fig. 4). Elle confirme l’intuition de départ d’une répartition du type centrée sur le quart nord-ouest de la France. Les haches fusiformes conformes à la définition sont absentes des séries méridionales et de l’Est. Dans le Sud-Ouest, par exemple, il n’en existe aucune dans les grandes collections publiques des musées d’Aquitaine à Bordeaux et du Périgord à Périgueux, ou du MNP aux Eyzies-de-Tayac. Il suffit également pour se convaincre de cette régionalisation marquée, de consulter les travaux de synthèse régionaux ou nationaux sur les haches polies (Harmois 1928, Cordier et Bocquet 1973, Pétrequin et Jeunesse 1995, Ricq de Bouard 1996, Pétrequin et al. 2012b, Marticorena 2014, Maillé et al. 2016).

Fig. 4. Répartition des haches fusiformes

Fig. 4. Répartition des haches fusiformes

Les tiretés rouges délimitent les massifs anciens. Les numéros renvoient aux communes de découverte et les noms de localités à l’inventaire des haches en annexe. 
Haches figurées
 : 1. Châteauneuf-du-Faou, 2. Crozon, 3. Edern, 4. Huelgoat, 5. Plobannalec, 6. Plomeur, 7. Plouézoch, 8. Plougasnou, 9. Riec-sur-Belon, 10-11. sans provenance (Finistère), 12. Fréhel, 13. Moncontour-de-Bretagne, 14. Pleslin-Trigavou, 15. Plestan, 16. Plonevez-Moedec, 17. Pluzunet, 18. Quévert, 19. Trégrom, 20. Bécherel, 21. Dourdain, 22. Pipriac, 23. Saint-Malo, 24. Trévéreien, 25. Arradon, 26. Lannouée, 27. Saint-Jean-de-Brévelay, 28. Seglien, 29. Ancenis, 30. Barbechat, 31. Donges, 32. La Plaine-sur-Mer, 33. Saint-Michel-Chef-Chef, 34. Cholet, 35. Montrevault, 36. Jublains, 37. Coulombiers, 38. Les Brouzils, 39. Les Herbiers, 40. Mormaison, 41. Sablonceaux, 42. Ceaux-en-Loudin, 43. Les Ormes, 44. Jersey, 45. Barneville-Carteret, 46. Réville, 47. Saint-Désir, 48. Saint-Martin-de-Fontenay, 49. Saint-Gabriel-de-Brécy, 50. Louvigny, 51. Fleury-sur-Orne, 52. Tourville-sur-Odon, 53. Ernes, 54. Cabourg, 55. Dozulé, 56. Reviers, 57. Amblie, 58. Banville, 59. Colombiers-sur-Seulles, 60. Creully, 61. Tierceville, 62. Garcelles-Secqueville, 63. Grentheville, 64. Gavrus, 65. Cairon, 66. Cambes-en-Plaine, 67. Cagny, 68. Russy, 69. Mathieu, 70. Joué-du-Plain, 71. Montgarroult, 72. Saint-Brice-sous-Rânes, 73. Sentilly, 74. Bailleul, 75. Montabard, 76. Rônai, 77. Argentan, 78. Commeaux, 79. Occagnes, 80. Sévigny, 81. Habloville, 82. La Fresnaye-au-Sauvage, 83. Putanges-Pont-Écrepin, 84. Colombiers, 85. Sémallé, 86. Céaucé, 87. Athis-de-l’Orne, 88. La Courbe, 89. Berjou, 90. Monnai, 91. Sées, 92. La Vacherie, 93. Les Andelys, 94. Ormes, 95. Pont-Audemer, 96. Saint-Pierre-de-Bailleul, 97. Angerville-Bailleul, 98. Harfleur, 99. Le Havre, 100. Saint-Aubin-Routot, 101. Trémeauville, 102. Cherizy, 103-104. Civry, 105. Laons, 106. Orgères-en-Beauce, 107. Andoinville, 108-109. Autruy-sur-Juine, 110. Chateaurenard, 111. Charmont-en-Beauce, 112. La Selle-sur-le-Bied, 113. Saint-Hilaire-les-Andresis, 114. Sandillon, 115. Villeneuve-aux-Bois, 116-117. Assay, 118. Barrou, 119-123. Chinon, 124. Chouzé-sur-Loire, 125. Civray-de-Touraine, 126. La Celle-Guénand, 127. Sainte-Maure-de-Touraine, 128. Saint-Quentin-sur-Indrois, 129. Vallères, 130. Vou, 131-132. Verdes, 133. Boinville-le-Gaillard, 134. Estouches, 135. Nucourt, 136. La Calotterie, 137. Cramoisy, 138. Lacroix-Saint-Ouen, 139. Lavilletertre, 140. Heilles, 141-143. Amigny-Rouy, 181. Dreux, 182. Écots, 183. Moulhard, 184. Outarville, 185. Coëtmieux, 186. Bréhan, 187. La Croix-Hélléan, 188. Rennes, 189. Fougères, 190. Pluherlin, 191. Moustoirac, 192. Locminé, 193. Cléguérec, 194. Quimperlé, 195. Guidel, 196. Ploemeur, 197. Plouhinec, 198. Quiberon, 199. Ploemel, 200. Carnac, 201. Crach, 202. La Trinité-sur-Mer, 203. Baden, 204. Larmor-Baden, 205. Auray, 206. Vannes, 207. Surzur, 208. Paris, 209. Champigny-sur-Marne. 
Haches connues par la bibliographie
(voir la liste en annexe 2) : 144-145. Annebault, 146. Bretteville-le-Rabet, 147. Épron, 148. Rots, 149. Bazincourt-sur-Epte, 150. Chauvaincourt, 151. Fontaine-sous-Jouy, 152. Pont-Audemer, 153. Saint-Pierre-du-Bailleul, 154. Sainte-Barbe-sur-Gaillon, 155. Serquigny, 156. Suzay, 157. Tilleul-Dame-Agnès, 158. Tosny, 159. La Godefroy, 160. Boissy-Maugis, 161. Boitron, 162. Condé-sur-Sarthe, 163. Joué-du-Plain, 164. Le Mesnil-Guyon, 165. Loucé, 166. Macé, 167. La Chapelle-Forainvillier, 168. Rouvray-Saint-Florentin, 169. Saint-Amand-Longpré, 170. Cravant, 171. Patay, 172. Étampes, 173. Saint-André-des-Eaux, 174. Le May-sur-Èvre, 175. Thouarcé, 176. Vihiers, 177. Saint-Hilaire-du-Maine, 178. Thenac, 179. Saint-Pierre-de-Maillé, 180. Les Mesneux.

DAO A. Chancerel, MNP

22Dans l’état actuel des recherches, la répartition couvre une aire armoricaine et péri-armoricaine allant principalement du Havre à Saint-Nazaire. Elle vient buter au sud sur le bocage vendéen, le seuil du Poitou, la Champagne berrichonne et les collines du Sancerrois, à l’est sur le Sénonais, la région parisienne et le Beauvaisis, et au nord sur le Pays de Bray. Une extension vers le nord-est suit la vallée de l’Oise. Les points extrêmes sont ceux de La Calotterie dans le Pas-de-Calais et de Sablonceaux en Charente-Maritime.

23Dans son état actuel, l’inventaire révèle également des disparités à l’intérieur de la zone occupée. Ainsi, ce n’est pas un hasard si la Normandie se trouve avantageusement représentée puisque la bibliographie ancienne où figurent nombre de mentions y a été mieux exploitée qu’ailleurs et que l’enregistrement systématique des pièces y a débuté dès les années 1990. Des concentrations existent également dans l’Orléanais, entre Blois et Étampes, principalement autour de Pithiviers, ainsi que dans le Chinonais, entre Châtellerault, Loches et Saumur, mais aussi dans une moindre mesure dans le Choletais. Un grand vide souligne la frange orientale du Massif armoricain depuis le nord de l’Anjou, le Maine, la Mayenne, jusqu’au seuil du Cotentin. Ce déficit est à l’évidence imputable à l’occupation bocagère, sinon exclusivement herbagère, du sol de cette vaste aire peu propice aux découvertes dans les labours. Le même « blanc » se retrouve d’ailleurs sur les cartes de répartition des haches polies en jade (Pétrequin 2012, p. 21).

24En dehors du littoral morbihannais, le poids relativement modéré de la Bretagne péninsulaire, où le nombre de haches observées a été pourtant très important, est plus inattendu. Il correspond vraisemblablement à une réalité archéologique. La concentration autour du Golfe du Morbihan paraît relever uniquement de la quantité hors norme de haches présentes dans les collections des musées de Vannes et de Carnac (plus d’un millier à chaque fois). On a l’impression, en effet, que le centre de gravité de l’aire d’utilisation de ces haches a été davantage périphérique.

25La poursuite des dépouillements et de l’inventaire, notamment la thèse en cours de N. Le Maux, permettra à l’avenir de densifier cette première carte, mais il est peu probable, eu égard à la bibliographie et aux fonds déjà consultés qu’elle la modifie radicalement. Elle fournit d’ores et déjà un argument géographique fort pour valider l’origine armoricaine de ces haches. On voit mal comment une provenance autre, centralienne ou ardennaise pour ne prendre que les plus rapprochées, pourrait dessiner la répartition observée.

Compétitions et convergence de formes

26À l’échelle du territoire national, la répartition montre aussi une forme d’expansion sans doute en butte à des résistances fortes. À l’est, par exemple, la région parisienne et ses ressources en grès-quartzites tertiaires utilisés pour la fabrication de haches polies, a fait l’objet de nouvelles recherches par N. Le Maux depuis 2005. La comparaison des cartes montre que les haches fusiformes en dolérite semblent éviter l’Île-de-France et ses marges où se concentrent ces pièces en grès (Le Maux et al. 2012, p. 183). En l’état, les seules interférences nettes se manifestent au sud, dans le Loiret notamment, où figure une concentration secondaire de pièces fusiformes en dolérite. Un autre point renforce l’impression de parenté, ou de concurrence, entre ces productions. Au sein des haches en grès s’individualise en effet un modèle de haches proche des fusiformes de l’Ouest et de section ovalaire moyenne à très épaisse, à talon arrondi ou pointu, et produites par bouchardage avant d’être polies plus ou moins finement. Cette morphologie particulière a conduit à les rassembler sous un type éponyme « Vigny » (Le Maux et Jammet-Reynal 2009, p. 31) et à voir dans leur origine un impact possible des types Bégude en jades alpins.

27La convergence morphologique frappante (fig. 5) entre ces pièces réalisées en grès et celles en dolérite lato sensus pourrait être vue comme une réponse technique à un mode de mise en forme par bouchardage : l’épaisseur importante permettant alors de réduire le risque de bris à cette étape. Dans leur état fini, nombre de haches présentent les stigmates de cette phase de travail, le polissage n’ayant été soigné que sur la zone active du tranchant (par exemple, pour les grès, voir Vintrou 1978). La dominance de haches aplaties dans les deux aires dément cependant ce point de vue et incite à voir dans la rondeur de ces objets un caractère culturel délibéré.

Fig. 5. Convergence des formes : exemples de haches à section ronde en grès-quartzite

Fig. 5. Convergence des formes : exemples de haches à section ronde en grès-quartzite

1. Griselle, Les Chesneaux (Loiret). Hache à section ronde en grès. Dimensions : L = 138, l = 55, e = 41, Ir = 0,75. Lieu de conservation : privé (coll. A. Daveau). Sources : fichier C.-T. Le Roux. 
2.
 Sandillon, Les Grands Marais (Loiret). Hache fusiforme en grès. Dimensions : L = 175, l = 67, e = 50, Ir = 0,74. Lieu de conservation : privé (coll. J. Aller). Sources : fichier C.-T. Le Roux.
3.
 Sigloy, Corneboeuf (Loiret). Hache fusiforme en grès blanc à talon pointu et tranchant émoussé, trouvée en surface dans un site néolithique. Dimensions : L = 183, l = 60, e = 52, Ir = 0,86. Lieu de conservation : privé (coll. J.-P. Chabrier). Sources : fichier C.-T. Le Roux.
4.
 Chateaudun (Eure-et-Loir). Hache fusiforme en grès (voir Fontainebleau). Dimensions : L = 178, l = 64, e = 52, Ir = 0,81. Lieu de conservation : privé (coll. De Layre, no 342). Sources : C.-T. Le Roux, réf. SRA (DRAP, no 28 500 82).
5.
 Environs de Dreux (Eure-et-Loir). Hache fusiforme en grès. Dimensions : L = 184, l = 69, e = 62, Ir = 0,89. Lieu de conservation : Musée archéologique département du Val-d’Oise (no P.3837 ; don Frusca). Sources : thèse en cours N. Le Maux.
6.
 Mareau-aux-Bois (Loiret). Hache fusiforme grès, interprétée comme une houe véritable en raison de sa forme et des traces d’usage. Dimensions : L = 226, l = 65, e = 61,5, Ir = 0,94. Lieu de conservation : inconnu. Sources : Richard 1988b, p. 17, fig. 1.
7.
 Courcy-aux-Loges (Loiret). Hache fusiforme grès. Dimensions : L = 197, l = 72, e = 59, Ir = 0,82. Lieu de conservation : inconnu. Sources : Richard 1988a, fig. 6.
8.
 Vigny, Les Terres Noires (Val-d’Oise). Hache fusiforme éponyme en grès. Dimensions : L = 211,5, l = 62, e = 48, Ir = 0,77. Lieu de conservation : Musée archéologique département du Val-d’Oise (no P.1572). Sources : Le Maux et Jammet-Reynal 2009, p. 31.
9.
 Ouzouer-le-Marché (Loir-et-Cher). Grande hache boudinée en grès saccharoïde grisâtre. Dimensions : L = 198, l = 70, e = 58, Ir = 0,8. Lieu de conservation : musée des sciences naturelles d’Orléans (coll. Bigoteau, no 206). Sources : fichier C.-T. Le Roux.

DAO A. Chancerel, MNP

28Ailleurs, ces phénomènes de compétitions sont moins patents. Vers le sud et le sud-est, il est difficile de se prononcer, mais en direction de la Garonne, les haches en silex du Bergeracois ont connu une expansion elle aussi assez massive dans l’ensemble du Sud-Ouest et remontant jusqu’à la Charente (Prodéo et al. 2015, p. 81). Dans le Massif central où des haches en dolérites ont été là aussi produites, il ne semble pas y avoir de pièces fusiformes ou de grande longueur. Les collections consultées, notamment en Limousin, n’en contiennent aucune. Les rapports éventuels avec les ressources de cette région sont une question qui reste cependant à approfondir, comme pour celles du Massif ardennais. Vers l’est, la pélite-quartz vosgienne paraît déjà un peu trop lointaine pour interférer de façon sensible avec les dolérites du Nord-Ouest.

29Les haches rondes ou épaisses ne sont pas non plus l’apanage du seul Nord-Ouest français. Il en existe de rares exemplaires en silex dans le Bergeracois, comme celle légèrement fusiforme de Saint-Médard d’Eyrans en Gironde conservée au musée d’Aquitaine (inv. 60.1181.1) dont l’Ir est de 0,88. Plus au sud encore figurent des imitations en roches locales de haches du type Bégude. C’est le cas dans l’Aude avec les grands ciseaux en jade néphrite du musée de Narbonne, trouvés pour deux d’entre eux dans les Corbières et dans l’arrondissement de Limoux (Servelle et Vaquer 2012, p. 1095 et 1101-1103), ou de l’atelier du Cèdre à Andorre-la-Vieille qui a livré plusieurs préformes en schiste tacheté (ibid., p. 1096 et 1099), voire de quelques points de la Haute-Garonne ou du Tarn où ont été recueillies des haches en grauwacke ou en schistes tachetés (ibid., p. 1097). Encore plus loin, le musée archéologique de Lisbonne en conserve au moins une provenant d’Évora. Cette massivité, qui augmente le poids, contraste avec la volonté d’aplatissement qui caractérise les pièces les plus prisées que sont les haches en jade et a fortiori celles du type carnacéen.

30L’intuition de Coutil (in Chapelet 1908b, p. 182) n’était peut-être pas si dépourvue de justesse : sur les pièces les plus longues en roches tenaces autres qu’en jade (roche de loin la plus résistante), la massivité a pu être un artifice de robustesse et de résistance à la cassure. Elle a été déclinée par la suite sur des pièces de gabarit plus modeste.

Datation et attribution culturelle

31L’attribution chronologique et culturelle des haches fusiformes est malheureusement encore imprécise. C’est le point où la documentation est la plus indigente. Dans leur presque totalité, ces haches trouvées en surface sont dépourvues de contextes archéologiques. Les seuls éléments un tant soit peu solides disponibles à l’heure actuelle sont les exemplaires trouvés en fouilles sur le site d’habitat de Barneville-Carteret dans la Manche et sur les sites mégalithiques de Colombiers-sur-Seulles, Ernes, et Cairon dans le Calvados. À chaque fois, il s’agit malheureusement de fragments (fig. 6). Leur attribution au type repose donc sur une partie seulement des critères et intègre une dose d’extrapolation.

Fig. 6. Haches datées

Fig. 6. Haches datées

1. Cairon, cairn de la Pierre Tourneresse ; 2. Colombiers-sur-Seulles, tumulus de la Commune-Sèche ; 3. Ernes, cairn de Derrière-les-prés ; 4. Grentheville, ZI de Mondeville Sud ; 5-7. Barneville-Carteret, camp du Castel

Dessins E. Ghesquière, Inrap ; G. San Juan, MCC ; C. Billard, MCC

32La pièce de Colombiers est la moins sujette à caution. Le fragment possède un tranchant resserré et montre une tendance à l’arrondissement dans sa partie proximale qui laisse peu de doute sur son appartenance (fig. 6, no 2). C’est aussi la pièce dont le contexte est le plus sûr. Elle a été trouvée lors des fouilles encore inédites de A. Chancerel et I. Kinnes, à la base des éboulis grossiers du cairn, un peu au-dessus du vieux sol, dans une couche qui correspond à la phase d’utilisation du monument. La couche a été datée par le 14C sur os de 4233-3992 av. J.-C. (Ly-4672). L’édifice est un long tumulus en terre et pierraille possédant une petite chambre mégalithique unique reliée à l’extérieur par un couloir véritable mais d’une longueur extrêmement courte. Un cloisonnement en panneaux de bois orthogonaux divisait la masse du tertre. La construction paraît s’inscrire dans une fourchette comprise entre les bornes 4366-4236 av. J.-C. (Ly-3848, Ly-4395 et Ly-4394), soit une étape relativement haute dans le mégalithisme atlantique.

33À Ernes, l’objet un peu moins typique (fig. 6, no 3) a été recueilli sous le massif délimité par le parement externe, au contact du paléosol. Ce massif est vraisemblablement un rajout à l’architecture primaire de ce cairn classique. Un tel contexte est ambigu et laisse malheureusement ouverte l’alternative entre une attribution au Néolithique moyen I Cerny du paléosol et au Néolithique moyen II lors de la construction du cairn, puisque les deux étapes semblent présentes dans la série issue de l’horizon pré-mégalithique. La seule date 14C sous le monument, malheureusement large, est de peu de secours ici : 4740-4070 av. J.-C. (San Juan et Dron 1997, p. 162). Un terminus post-quem à partir de 3950 av. J.-C. est en revanche donné par les deux dates obtenues pour l’utilisation du monument.

34À Cairon, le fragment est malheureusement trop petit pour une attribution indiscutable (fig. 6, no 1). Il a été recueilli à l’extérieur du cairn dans le paléosol à proximité d’un foyer en cuvette au sud-est de l’entrée. Ce contexte correspond à la même fourchette ambiguë qu’à Ernes. Le paléosol a livré une riche série attribuable à la fin du Néolithique moyen I ou au tout début du Néolithique moyen II dans une étape encore dépourvue de coupes à socle et de gobelets à anses internes (Ghesquière et Marcigny 2011, p. 143). Il est daté de 4222-3943 av. J.-C. par deux mesures sur os très fiables (Ly-11310 et Ly-11312). La position du fragment sous la couronne d’éboulis laisse ouverte la possibilité d’un âge contemporain du début de la ruine du monument soit un terminus ante quem de 3700 av. J.-C.

35À Grentheville, toujours dans le Calvados, un fragment mésial de hache à section ronde (fig. 6, no 4) était mêlé à une importante série essentiellement lithique issue d’un silo recoupé par le creusement du fossé d’une enceinte de l’âge du Bronze (Chancerel et al. 2006, p. 69). L’ensemble des silos fouillés sur le site, très homogène, se rapporte au Néolithique moyen II à vase support et gobelets à anses internes, en dépit d’une date 14C sur os un peu haute de 4511-4267 av. J.-C. (GIF-10188).

36Enfin, une série de fragments a été recueillie en fouilles sur le site d’éperon littoral du Castel à Barneville-Carteret (Billard et al. 2014). Trois d’entre eux appartiennent très certainement à des haches fusiformes en raison de la rondeur de leur section (fig. 6, no 5-7). L’un provient d’une fosse silo (st. 308) dont le mobilier abondant renvoie au Néolithique moyen II de type Auzay-Sandun davantage que Castellic récent, avec quelques éléments repris d’une possible occupation antérieure Cerny. La datation de ce silo par le 14C a d’ailleurs donné un âge de 3966-3781 av. J.-C. (Ly-6922). Les autres fragments de haches proviennent de contextes stratigraphiques malheureusement moins établis.

37Ces quelques indications convergent, pour l’instant, pour situer la datation de ces haches au Néolithique moyen, dans une fourchette comprise entre 4300 et 3700 av. J.-C., avec une préférence pour le début du Néolithique moyen II vers 4250-3950 av. J.-C. Leur très faible nombre global à l’échelle du territoire concerné (2 % des haches du fichier de C.-T. Le Roux) suggère une période d’usage relativement brève. On voit mal, en effet, comment une grande longévité étirée sur différents segments chronologiques et culturels du Néolithique, alliée à une matière première commune et autochtone, aurait pu laisser une si faible proportion d’objets.

Contexte de découverte

38Sur ce point, les données ne sont guère abondantes car la plupart de ces haches fusiformes ont été ramassées en tant qu’objets isolés dans les champs en raison de leur aspect très remarquable. La présence d’outillage lithique plus diagnostique éventuellement associé est rarement facile à apprécier.

39On note malgré tout dans certaines grandes collections issues de prospections aujourd’hui déposées à la Drac de Basse-Normandie (collections J. Barge, C. Escolano et P. Lorren) que nombre de haches fusiformes figurent, sous forme de fragments, dans des stations de surface importantes, attestant ainsi de leur présence et de leur usage dans la sphère domestique.

40Quelques cas spécifiques dérogent cependant à cette règle. Ainsi la hache de Cambes-en-Plaine (Calvados) découverte lors d’un diagnostic portant sur trois hectares est intéressante en ce qu’elle constitue l’unique vestige mobilier recueilli lors de l’opération (Hérard 2011). Cette très belle hache fusiforme de moyen module (20,5 cm) et en très bon état de conservation (fig. 20, no 13), provient d’un terrain plat sans particularité notable autre qu’une très légère pente. Parler d’une tête de vallon (qui existe cependant) est un bien grand mot tant les dénivelés dans ce secteur de la Plaine de Caen sont à peine perceptibles. Elle a été recueillie malheureusement à la base du labour, vers 35 cm de profondeur, et sa surface présente quelques traces de rouille. Son isolement total est cependant manifeste et peut avoir plusieurs causes : abandon sur le lieu d’utilisation (forêt ?) ou enfouissement à faible profondeur. Les observations de terrain ne permettent pas de trancher. Une station est mentionnée à 1 km de là ainsi qu’un menhir christianisé détruit en 1944.

41La hache de Berjou dans l’Orne (fig. 22, no 13) bénéficie d’un compte rendu de découverte soigneux qui mérite d’être reproduit ici : « Elle a été trouvée par un ouvrier en défrichant à l’emplacement occupé par un buisson garni de broussailles et de gros cailloux de granite qui gênaient le labour d’un champ. En cet endroit, la terre arable avait une épaisseur de 40 cm et reposait sur l’arène granitique. C’est sur cette dernière que l’ouvrier a rencontré la hache, qui se trouvait, dit-il, dans une position verticale, la pointe en bas. Celui-ci n’a vu dans le voisinage aucun autre objet, aucun ossement[s], aucune trace de cendres ». A. de Mortillet ajoute qu’il « ne faut pas accorder trop d’importance à la position bizarre qu’avait, au dire de l’ouvrier, la hache, car la constatation n’a pas été faite d’une façon rigoureuse » (Mortillet 1899, p. 500).

42À la lumière des travaux récents, il faut au contraire la retenir, cette position singulière fichée en terre et tranchant tourné vers le ciel apparaissant de façon récurrente (Pétrequin et al. 2012a, p. 1376). Pour ne citer que des observations récentes, elle a été rencontrée pour des pièces en jade à Petit Rohu à Quiberon (Morbihan) où figuraient deux paires plantées (Cassen et al. 2010, p. 56-57), à Vendeuil (Aisne ; Pétrequin et al. 2009), mais aussi sur les lieux même de l’extraction de cette roche au Mont Viso, Lu-Murel, point 8bis (Pétrequin et al. 2012d, p. 95).

43Un dernier cas de figure est donné par l’ensemble d’Amigny-Rouy (Aisne ; fig. 28). Trois haches fusiformes entières et intactes ont été recueillies au même endroit, deux en même temps – la première dans la herse et la deuxième non loin – et la troisième quelque temps après par une tierce personne. La parcelle a alors fait l’objet d’une prospection par G. Naze, sans succès. Seuls quelques artefacts en silex ont été recueillis à plus de 100 m de distance dans les parcelles voisines. Cet ensemble inédit tout à fait remarquable correspond sans grand doute à un dépôt démantelé. Il est à ce jour le seul connu. Sa localisation très excentrée par rapport à l’aire de diffusion des haches fusiformes renvoie explicitement au changement de statut qui affecte les objets lorsque les transferts dépassent une certaine distance par rapport aux régions d’origine, sous réserve, bien entendu, d’une confirmation par l’analyse d’une origine pétrographique armoricaine. Par exemple, les haches vosgiennes en pélite-quartz extraites des carrières de Plancher-les-Mines (Haute-Saône) et qui sont des haches de travail, ont connu une diffusion ne dépassant pas 200-250 km. En revanche, les grandes haches alpines en jade, socialement survalorisées et dévolues à des fonctions symboliques, ont été diffusées sur des distances pouvant aller jusqu’à 1 700 km à vol d’oiseau (Pétrequin et al. 2009). Dans un autre registre, le silex bédoulien du versant nord du Mont Ventoux a été utilisé dans la sphère domestique dans un rayon de 300 km où il a fourni des outils et se retrouve dans les habitats. Au-delà de cette distance, les phénomènes de compétition avec d’autres matières premières interviennent, sauf en Catalogne, où ce silex acquiert une tout autre valeur et se retrouve dans les sépultures sous forme de lames, voire de nucléus thésaurisés (Vaquer 2012, p. 567). Le même seuil d’éloignement semble être à l’œuvre ici puisque, passé ce dernier (300 km pour les filons les plus orientaux de la Mancellia ou 500 km pour les carrières de Plussulien), ces pièces prennent manifestement une autre valeur que celle de leur fonction première d’outils.

Classement typologique : première approche

44Le caractère plus ou moins fusiforme ou boudiné, allié à quelques caractères secondaires du tranchant, a permis d’élaborer une première typologie. Celle-ci s’est construite par tâtonnements sur le long terme avec des prémices sous la forme d’un découpage taxinomique en quatre types fondés sur des différences souvent ténues mais, néanmoins, importantes (Le Maux 2015, p. 125-138). Un tel classement n’a bien sûr été possible qu’à partir d’exemplaires complets ou de fragments suffisamment volumineux et représentatifs, ou au moins de leur partie mésio-distale.

45Le premier type a été baptisé « Heilles » (fig. 7) en référence au dépôt de l’Oise (Baudon 1907) dont la découverte fut citée à de nombreuses reprises (Harmois 1928, p. 145 ; Coutil 1918, p. 275 ; Cordier et Bocquet 1973, p. 10 et 1998, p. 229-230), avant que l’objet ne soit retrouvé au musée de Beauvais et nouvellement documenté (Giligny et al. 2012, p. 1156). Cette grande hache est exceptionnelle à plus d’un titre : par ses dimensions tout d’abord, par sa silhouette harmonieuse due à une largeur maximale située à la moitié de sa longueur et à un fort rétrécissement du tranchant, mais aussi par son mode de dépôt. Elle a en effet été mise au jour enveloppée « d’une gaine brune » non conservée (éventuellement un cuir, comme déjà suggéré pour les haches du dépôt du Petit Rohu à Saint-Pierre-Quiberon, Morbihan ; Cassen et al. 2010). Elle était associée à un sphéroïde de quartz à sommets sensiblement aplanis et l’ensemble était enfoui à 1 m de profondeur, protégé sous de petites pierres plates disposées de telle manière qu’elles pourraient correspondre à un coffre écroulé sous les pioches au moment de sa découverte. La disposition de ce dépôt et le type de sa structure exact restent cependant énigmatiques.

Fig. 7. Première classification typologique des haches fusiformes

Fig. 7. Première classification typologique des haches fusiformes

DAO N. Le Maux

46Les haches de ce type se singularisent par une silhouette fusiforme, marquée par un rétrécissement sensible du tranchant à partir d’une largeur maximale située globalement dans le troisième quart distal de la lame.

  • 2 Dans son compte-rendu détaillé, A. de Mortillet est formel quant à la commune de Berjou (Orne ; Mo (...)

47Le second type est celui « Berjou – Sainte-Honorine » (fig. 7)2. Il provient là aussi d’un dépôt intentionnel, la lame retrouvée plantée verticalement renvoyant à certaines dispositions de haches alpines (voir supra). Il s’agit d’un type souvent longiligne dont la largeur maximale se situe globalement dans le quatrième quart distal de la lame, voire parfois simplement au-dessous du tranchant. Les côtés sont alors plus ou moins parallèles ou légèrement asymétriques. Ce type présente le plus souvent un talon appointé de forme triangulaire.

48La différence entre ces deux types porte sur le mode d’inflexion des côtés vers le tranchant : long et progressif pour le type Heilles, court voire inexistant pour le type Berjou – Sainte-Honorine. Pour schématiser, le premier regroupe en fait les fusiformes vraies et le second, les boudinées.

49On peut encore distinguer parmi ces types un ou plusieurs sous-types et des variantes. Certains exemplaires fusiformes (type Heilles) présentent un étranglement du corps de la lame sous le tranchant et sont alors rapprochés du modèle éponyme « Russy » (fig. 7). Ce caractère secondaire crée une extension de la partie coupante, subtilement dégagée par le développement de renflements latéraux. Ils peuvent affecter les deux côtés du tranchant ou un seul. Ces ergots ou bourrelets sont plus ou moins prononcés et donnent à la hache une silhouette très spécifique à tranchant dégagé. Sur plusieurs pièces, cet étranglement est peu prononcé et s’assimile à un ensellement doux qui n’aboutit qu’à dégager un tranchant à bords parallèles à l’extrémité de la lame fusiforme. Le tranchant ainsi dégagé peut mesurer 2 à 3 cm de hauteur dont le meilleur exemple est donné par la hache de Garcelles-Secqueville (fig. 2). Le polissage de l’étranglement ou de l’ensellement est toujours aussi soigné que le reste du tranchant. Un fragment de la collection P. Lorren (Sévigny 2, annexe 1, fig. 24, no 1) montre cependant un dégagement des ergots par percussion, non suivie de polissage. Les haches appartenant à ce sous-type « Russy » sont assez rares, mais l’intentionnalité de la forme très originale du tranchant est indéniable. Il paraît pour le moment spécifique de la Basse-Normandie.

50Un autre sous-type dénommé « Banville » s’inscrit dans le type « Berjou – Sainte-Honorine ». Il est ubiquiste et assez fréquent parmi les assemblages polis (fig. 7). Il a été défini à partir de nombreux exemplaires découverts sur cette commune au sein des séries issues de prospection ou de fouilles sur le camp de « La Burette » (Kerdivel et al. 2010 et com. pers.). Si le tranchant présente toujours une largeur moindre que le corps de l’outil, la particularité du sous-type réside dans une allure ramassée, trapue et avec une section à tendance ovoïde ou ellipsoïdale. Les indices de rondeur ont tendance à être parmi les moins élevés et les largeurs sont proportionnellement parmi les plus importantes. Elles se singularisent également par des talons larges, convexes ou droits, quelques fois aplatis.

51Au-delà de ces types et sous-types, quelques variantes rares paraissent exister. Il en est ainsi d’exemplaires surdéveloppés en largeur, à tranchant très rétréci sans véritable fil coupant, et assimilés au type Banville, comme à Vieux-Villez (Eure ; collection Coutil, musée d’Évreux, no 3078, documentée dans Giligny et al. 2012, fig. 29, no 2, p. 1159) ou à Moulins-sur-Orne « La Baronnie » (collection privée Aupois, documentée dans Le Maux et Billard 2016, p. 169 et p. 174, fig. 105, no 14). Ils se rapprochent des haches en jade de type Durrington dont ils constituent de probables imitations. D’autres cas, apparentés au type Berjou – Sainte-Honorine, sont très étroits et longilignes, comme le fragment de hache d’Ernes, Derrière-les-Près (Calvados ; fig. 6, no 3). Quelques modèles diminutifs ont également été rencontrés.

52Enfin, un petit nombre de haches fusiformes de grande taille ont été repolies à outrance (fig. 8), à l’image des haches alpines de type Bégude repolies et amincies sur toute leur longueur (Pétrequin et al. 2012c, p. 632 et fig. 73). Les sections aplaties qui en résultent ont alors une allure plano ou bi-convexe, qui conduit à les considérer comme un critère secondaire face à la forme fuselée de la lame.

Fig. 8. Haches fusiformes de type Berjou – Sainte-Honorine, intensément repolies (1) ou légèrement (2)

Fig. 8. Haches fusiformes de type Berjou – Sainte-Honorine, intensément repolies (1) ou légèrement (2)

Les sections plano ou bi-convexes résultent de l’amincissement lors du polissage. 
1. Outarville
(Loiret). Hache fusiforme en dolérite. Dimensions : L = 270, l = 58,5, e = 45, Ir = 0,76. Lieu de conservation : privé (coll. V. David). Sources : thèse en cours N. Le Maux.
2. Moulhard
(Eure-et-Loir). Hache fusiforme en dolérite. Dimensions : L = 250, l = 62, e = 49, Ir = 0,79. Lieu de conservation : privé (coll. V. David). Sources : thèse en cours N. Le Maux.

Photos V. David ; DAO N. Le Maux

La détermination pétrographique et géochimique des haches en dolérite

L’exemplaire de La Calotterie

53La hache mesure 32,5 cm de longueur et pèse 2,16 kg (fig. 9). Il s’agit donc d’un objet particulièrement lourd, mais l’émoussé et les stries visibles sur le fil du tranchant indiquent qu’il a servi. De même, l’angle très obtus (75°) du tranchant signale un probable ré-affûtage.

Fig. 9. Hache de La Calotterie

Fig. 9. Hache de La Calotterie

Les hachures indiquent les plages piquetées

DAO A. Chancerel

54Le polissage, très soigné sur la partie tranchante, n’a pas fait disparaître les traces de mise en forme par bouchardage. Les faces supérieures et inférieures présentent également, sur leur tiers distal, des plages re-piquetées après coup et ne débordant pas sur les flancs latéraux. Ces zones rugueuses (fig. 10) signalent en général l’emplacement de l’emmanchement en mortaise. Leur position très près du talon, et loin du centre de gravité, laissait dépasser du manche près des deux tiers de la lame, à l’image de certaines pièces encore utilisées par les populations actuelles (Pétrequin et Pétrequin 1992).

Fig. 10. Hache de La Calotterie

Fig. 10. Hache de La Calotterie

Détail des plages piquetées

Clichés F. Decaens, inv. gén. SPADEM

55La dissymétrie observable dans la position des plages piquetées entre les faces supérieures et inférieures, détermine un angle légèrement fermé (82 à 84°) dont il est difficile d’envisager qu’il n’ait pas été délibéré. Si tel est le cas, il pourrait suggérer que la pièce a été utilisée en herminette. De plus, comme il apparaît souvent, le tranchant présente une légère obliquité. Ce caractère discret ne peut aucunement être mis au compte d’une usure quelconque, mais relève d’une mise en forme intentionnelle. Il faut peut-être y voir un moyen de compensation de l’angle d’attaque en percussion lancée. Ce raffinement ergonomique semble surtout approprié dans le cas d’un usage en herminette, l’utilisateur imprimant à l’outil emmanché un mouvement légèrement oblique, déporté vers la gauche s’il est droitier et inversement. En position de travail, l’herminette est, en effet, relevée au-dessus de l’épaule et abattue à hauteur d’homme sur le devant du buste, c’est-à-dire en suivant une course légèrement oblique.

L’analyse pétrographique et géochimique des dolérites

56Les dolérites se présentent sous l’aspect de filons verticaux, d’épaisseur et de longueur variables, concentrés sous la forme d’essaims dans plusieurs secteurs de la partie septentrionale du Massif armoricain, au nord d’une limite géologique majeure (zone broyée nord-armoricaine) s’étendant de Brest au bassin de Laval (fig. 11). Quatre secteurs principaux ressortent (Le Gall 1999) :

  • le secteur oriental, qualifié de mancellien ou « Mancellia », entre le synclinal de la Zone bocaine au nord et le bassin de Laval au sud, dans lequel les filons s’organisent en un essaim d’orientation sub-méridienne qui recoupe le socle précambrien constitué de terrains sédimentaires (le Briovérien) et de granites intrusifs, type granite de Vire ;
  • le secteur occidental, plus précisément entre Guingamp et Saint-Brieuc ainsi que dans la région de Saint-Malo où les filons de dolérites, orientés également nord-sud, sont injectés dans les terrains précambriens ;
  • le secteur du Nord-Cotentin et des îles anglo-normandes (Jersey, Guernesey) où les filons se disposent selon plusieurs directions : N-S, E-W, NW-SE ;
  • le secteur du Trégor, enfin, compris entre le granite de Ploumanac’h et Paimpol et dans lequel les filons orientés surtout est-ouest recoupent des granites fini-précambriens.

Fig. 11. Carte géologique simplifiée du domaine nord-armoricain avec emplacement des filons de dolérite et des laves basiques de la limite dévono-carbonifère

Fig. 11. Carte géologique simplifiée du domaine nord-armoricain avec emplacement des filons de dolérite et des laves basiques de la limite dévono-carbonifère

DAO J. Le Gall

57En dehors de ces quatre domaines, des filons plus épars se rencontrent localement comme dans le secteur s’étendant de Saint-Lô à Caen par exemple.

58La mise en place de ces cortèges filoniens s’est effectuée au cours de quelques grandes périodes d’activité magmatique appartenant au cycle varisque (i.e. hercynien). Ainsi, l’ensemble des filons mancelliens et de Bretagne nord, Trégor excepté, s’est injecté lors d’une période située à la limite dévono-carbonifère, vers 330-340 millions d’années (Le Gall et Mary 1983, Perroud et al. 1986). Il faut remarquer que cet hypovolcanisme est contemporain d’une activité magmatique (coulées de laves et filons) enregistrée aussi bien dans les séries sédimentaires paléozoïques du bassin de Laval que dans celles du bassin de Châteaulin. C’est d’ailleurs précisément dans l’extrémité orientale de ce dernier bassin que se localise le site d’extraction de dolérite de Plussulien (Le Roux 1999).

59Si on ne dispose pas, dans l’immédiat, de données radiométriques sur les cortèges de dolérites du Nord-Cotentin, de telles données révèlent que les filons du Trégor appartiennent à deux générations, d’âges probablement ordovicien et silurien (Lahaye et al. 1995).

Caractères pétrographiques des dolérites

60Les textures des dolérites sont contrôlées par la vitesse de refroidissement du magma basique et varient en fonction de l’épaisseur du filon, des bordures (épontes du filon) vers le cœur. Les bordures refroidies rapidement sont à grain fin (bordure figée) avec des textures qui évoquent parfois celles des laves (textures microlitiques fluidales). En revanche, plus le filon est épais (plurimétrique) et plus son cœur développe une texture à gros grains qui confère à la roche un aspect grenu de roche basique (gabbroïque).

61Les filons de dolérite se caractérisent par une minéralogie assez constante composée de lattes de plagioclases dessinant une charpente dont les interstices sont comblés par des pyroxènes et des minéraux opaques de nature ferro-titanée. Les minéraux accessoires les plus fréquents sont l’apatite en aiguille et surtout le quartz, cristallisé tardivement, en association fréquente avec l’orthose (micropegmatite). Partant de cette composition moyenne, certains types s’en démarquent par l’absence de quartz et l’apparition de cristaux d’olivine. Ce faciès se rencontre spécifiquement dans les filons du secteur compris entre Saint-Lô et Caen.

62Cet assemblage minéralogique primaire est habituellement affecté par des transformations plus ou moins intenses qui résultent soit d’une altération hydrothermale en fin de cristallisation du magma, soit des effets du métamorphisme varisque, lui-même de degré variable à l’échelle du Massif armoricain. Les dolérites acquièrent un faciès de diabase. Les plagioclases sont envahis de micas blancs et de grains d’épidotes. Les pyroxènes se transforment partiellement en amphibole fibreuse qui, à son tour, est altérée en un mélange de chlorite, épidote et calcite. Les minéraux opaques sont remplacés par du leucoxène tandis que l’olivine ne subsiste que sous la forme de prismes totalement garnis de minéraux secondaires. Seul le quartz particulièrement résistant échappe à ces transformations.

63Ainsi, la variabilité des textures au sein d’un même filon (à l’échelle décimétrique au moins) comme le caractère progressif et relativement aléatoire des transformations minéralogiques sont autant d’obstacles dans les essais de classification des dolérites en plusieurs types pétrologiques bien tranchés (Cogné et Giot 1952). Il en découle des conséquences directes dans la recherche des sources potentielles des matériaux doléritiques ayant servi à confectionner l’outillage préhistorique.

Caractères géochimiques

64Compte tenu des difficultés de caractérisation des dolérites à partir de leur seule pétrographie, il est nécessaire de faire appel à l’utilisation des données géochimiques pour s’affranchir des critères de texture, ainsi que du rôle des transformations minéralogiques secondaires (tabl. 1). En possession des seules analyses chimiques en éléments majeurs, il est théoriquement possible d’envisager un classement des dolérites en plusieurs types, mais cette démarche se heurte au fait que tous ces filons possèdent une même affinité géochimique (tholéiites continentales) et donc des compositions voisines. À cela s’ajoute le problème de la mobilité de certains éléments (Na, K, Ca…) lors des processus d’altération et/ou de métamorphisme. Dès lors, seule une typologie basée sur des éléments réfractaires face à ces processus est envisageable, comme c’est le cas, par exemple, de certains éléments traces. Parmi ces éléments, les terres rares sont souvent utilisées (Vuaillat et al. 1995) bien que leurs teneurs et l’allure de leurs spectres soient voisines lorsque l’on s’adresse, comme ici, à des magmas d’affinité géochimique très voisine (fig. 12). Dans ces conditions, l’accent est surtout mis sur les concentrations en thorium (Th), niobium (Nb) et lanthane (La) dont les valeurs permettent de remonter aux sources de ces magmas basiques situées dans le manteau terrestre à plus ou moins grande profondeur.

Table 1. Concentrations en éléments chimiques majeurs (en %), traces (ppm) et terres rares (ppm) de la dolérite de la hache étudiée et des dolérites du Massif armoricain

Hache Mancellia Saint-Malo Cotentin Trégor Plussulien
SiO2 47,49 48,26 48,45 47,55 49,87 47,72
Al2O3 14,27 13 13,64 15,78 15,34 14,1
Fe2O3 12,14 15,25 14,83 12,29 10,41 11,58
MnO 0,15 0,21 0,21 0,2 0,17 0,15
MgO 6,59 4,75 5,83 5,14 7,4 6,37
CaO 10,38 7,88 9,11 6,1 10,26 11,04
Na2O 2,41 3,11 2,79 4,44 2,43 1,97
K2O 0,48 1,03 0,69 0,65 0,79 0,52
TiO2 2,69 3,55 3,37 2,71 1,22 2,34
P2O5 0,4 0,63 0,39 0,61 0,16 0,33
PF 2,74 2,06 0,89 4,27 2,1 3,62
Total 99,74 99,73 100,32 99,7 100,15 99,74
Ba 100 180 126 317 280 119
Co 38,7 65 47 42 36,9
Cr 139 92 109 52 274 268
Cu 73,3 34 68 36 59 108
Nb 19,9 29,6 23 13,4 7 17,19
Ni 74 60,6 56 41,8 81 88,3
Rb 23,71 28,5 24 20,5 33 14,32
Sr 323 306 356 348 288 318
Th 2,1 3,54 1,99 3,13 0,99 1,49
V 289 358 379 260 256 266
Zr 226 373 199 301 99 179
La 19,36 25,13 27,5 24,45 10,4 16,13
Ce 45,1 62,12 48,7 58,43 19,9 39
Nd 26,33 37,27 35,95 21,96
Sm 6,92 9,98 9,42 8,94 4,6 5,72
Eu 2,15 3,42 2,84 1,84
Gd 7,11 9,44 8,7 5,59
Tb 1,02 1,07 0,65 0,89
Dy 6,16 8,36 8,64 5,11
Er 2,85 4,07 4,9 2,44
Yb 2,65 3,62 3,07 4,66 2,6 2,29
Lu 0,38 0,55 0,47 0,71 0,45 0,35
Y 32,1 46,6 40 52,18 29 27,3

Les analyses ont toutes été réalisées au CRPG (Centre de recherches pétrographiques et géochimiques) de Nancy, à l’exception de celles concernant les dolérites des secteurs de Saint-Malo et du Trégor (Lahaye et al. 1995)

J. Le Gall

Fig. 12. Courbes de concentrations normalisées en terres rares des dolérites du Massif armoricain septentrional ainsi que de la dolérite ayant servi à la confection de la hache de La Calotterie (normalisation par rapport aux chondrites)

Fig. 12. Courbes de concentrations normalisées en terres rares des dolérites du Massif armoricain septentrional ainsi que de la dolérite ayant servi à la confection de la hache de La Calotterie (normalisation par rapport aux chondrites)

À l’exception des dolérites du Trégor, les courbes sont rigoureusement parallèles entre elles

DAO J. Le Gall

65À l’échelle du Massif armoricain septentrional, deux types principaux de dolérite se dégagent :

  • un type issu de la cristallisation d’un magma d’origine mantellique profonde (asthénosphère) et qui se singularise surtout par des concentrations élevées en Nb par rapport au Th et au La. Il s’agit des dolérites mancelliennes et de celles de la région de Saint-Malo (Lahaye et al. 1995). Ces caractéristiques se retrouvent également dans les laves basiques de la base du Carbonifère du bassin de Laval, ce qui confirme le lien étroit existant entre ces magmatismes ;
  • un type dérivant de liquides basiques plus superficiels (manteau lithosphérique sous-continental) se démarquant du précédent par un net appauvrissement en Nb comparé aux concentrations en Th et La. Cette spécificité concerne les dolérites du nord du Cotentin ainsi que celles du Trégor (Lahaye et al. 1995).

66L’analyse chimique effectuée sur la dolérite ayant servi à confectionner la hache recueillie à La Calotterie dans le Pas-de-Calais révèle des caractéristiques relevant du premier type (fig. 13), permettant d’envisager une origine armoricaine et plus spécifiquement mancellienne pour le matériau doléritique. Cette conclusion se trouve renforcée si l’on en juge les caractéristiques géochimiques des dolérites du Massif ardennais (André et al. 1986) qui auraient pu également servir à la fabrication de la hache. L’anomalie négative en tantale (Ta), élément de même comportement géochimique que le Nb, rapproche sans ambiguïté les dolérites ardennaises de celles du second type.

Fig. 13. Courbes des concentrations normalisées en éléments traces des dolérites du Massif armoricain septentrional de la hache de La Calotterie (normalisation par rapport manteau primitif)

Fig. 13. Courbes des concentrations normalisées en éléments traces des dolérites du Massif armoricain septentrional de la hache de La Calotterie (normalisation par rapport manteau primitif)

Une anomalie négative bien marquée en Nb et plus discrète en Ti caractérise les dolérites du Trégor et du nord du Cotentin

DAO J. Le Gall

67En résumé, compte tenu des caractères pétrographiques (tabl. 2) et surtout géochimiques (éléments en traces) de la dolérite ayant servi à fabriquer la hache fusiforme de La Calotterie, il est certain que l’origine du matériel est à rechercher dans le Massif armoricain, plus précisément en domaine mancellien. Une étude géochimique récente (Kerdivel et al. 2016) effectuée sur les dolérites de deux sites d’extraction datant du Néolithique, l’un à Plussulien, l’autre à Beulin en Mayenne, révèle la signature spécifique des roches de ces deux sites, d’où l’intérêt de cette démarche analytique pour cerner les lieux de production de certaines haches.

68Cette identification illustre un cas d’exportation sur une distance de 300 à 400 km à partir des sources de matière première, alors que les premiers gisements de dolérite de l’Ardenne ne sont éloignés que d’un peu plus de 50 km. Le transfert à longue distance d’un objet isolé au Néolithique n’est pas surprenant en soi, pas plus d’ailleurs que son importation dans une autre zone d’influence économique éventuellement concurrente. Ce qui importe davantage ici est la reconnaissance des limites intrinsèques du matériau lui-même sur l’étude de ces transferts et les outils d’analyse qu’il faut développer pour les appréhender.

Tabl. 2. Comparaison entre d’une part, la composition minéralogique de la dolérite ayant servi à confectionner la hache de La Calotterie et, d’autre part, la composition minéralogique moyenne des dolérites mancelliennes

Hache (La Calotterie) Dolérites mancelliennes
Plagioclases 47,2 45,6 (41 – 51)
Clinopyroxène 26,4 23,5 (16 – 30)
Opaques 10,7 11,6 (10 – 14)
Quartz 3,3 5,5 (4,5 – 6)
Chlorite 5,1 6,7 (4 – 8)
Épidotes 7,3 3,8 (0,8 – 4,8)
Amphibole 0 3,3 (0 – 10)

Les chiffres entre parenthèses indiquent les valeurs extrêmes des variations des minéraux dans les dolérites de la Mancellia

J. Le Gall

Conclusion

69Depuis quelques décennies, l’étude des haches polies a fait l’objet d’un formidable renouveau en France dont la conséquence la plus notable a été de révéler leur fort potentiel de restitution des sociétés néolithiques. Si une immense part d’entre elles relève de l’outillage commun nécessaire au travail du bois, certaines ont été détournées, voire façonnées, dans le but de servir d’autres fins, notamment l’affichage de statuts ou le décorum de pratiques symboliques. Parmi ces dernières, les longues haches en jade alpin sont les plus emblématiques. Sous le prisme de leur nature de biens exceptionnellement valorisés, dits objets-signes, elles ont rendu possible une nouvelle lecture sociale qui révèle non seulement le rang de leurs détenteurs, mais atteste de l’existence de sociétés foncièrement inégalitaires. Leur diffusion à travers toute l’Europe atlantique a connu un point d’acmé avec les grands tertres carnacéens du Morbihan.

70Le partage, par les haches fusiformes, d’une même aire géographique et culturelle impose de creuser la question des correspondances éventuelles entre les deux familles d’objets. Les haches de type Bégude sont les plus étroites et les plus épaisses des haches en jade. Elles sont les seules à être presque dépourvues de séparation franche entre leurs faces supérieures et inférieures (Pétrequin et al. 2012c) et pourraient composer un modèle ou du moins un ancêtre aux fusiformes. C. Servelle et J. Vaquer (2012) ont montré que ce type a pu être décliné dans d’autres roches au nord des Pyrénées, notamment la néphrite pour laquelle la technologie du sciage a même été empruntée. Rien ne s’opposerait à une semblable déclinaison pour la dolérite armoricaine. Les haches de type Bégude sont bien représentées en Italie du Nord où elles sont attestées à la fin du 4e et au début du 5e millénaire. Une sorte de couloir de diffusion le long de l’axe de la Seine visible sur les cartes (Pétrequin et al. 2012c, p. 637, fig. 66) rendrait possible cette ascendance par imitation dans une roche locale. En Bretagne, ce type est présent de façon minime où il se corrèle au moins en partie aux grands tertres carnacéens du milieu du 5e millénaire (voir la hache déjà très aplatie en éclogite de Tumiac : ibid., fig. 43, no JADE2008_384 et p. 714). Pour le moment cependant, les haches fusiformes datées se placeraient non pas en regard de ces pièces anciennes, mais au moment où se développent les types plus récents, Puy ou Pauilhac, dont la morphologie paraît déjà inspirée des premiers prototypes européens en métal. Un hiatus sépare donc sans doute ces deux productions, les haches fusiformes pouvant par ailleurs correspondre à une vogue relativement brève.

71Une autre différence éloigne également les haches en jade des haches fusiformes. Le jade alpin est une roche quasi magique, d’une dureté extrême, disponible en un seul point d’Europe situé en dehors du monde des hommes, en haute montagne vers 2 000 m d’altitude et accessible seulement une partie de l’année. Les roches vertes impliquées dans la fabrication des haches fusiformes sont au contraire accessibles aisément, abondamment et localement. La dolérite, roche filonienne abondante strie en effet le paysage sur près de 200 km en dessinant des crêtes de résistance où elle affleure parfois largement. Mettre en parallèle leur valeur de signe paraît certainement abusif, mais pour autant, les haches fusiformes ressortissent aux objets impliqués dans des réseaux de diffusion à longue distance. Elles étaient donc très prisées. Cette caractéristique les distingue des productions locales d’usage commun et les renvoie malgré tout à la sphère des biens impliqués dans les échanges et les fonctions symboliques.

72Une autre paternité que le jade est également envisageable, celle des herminettes du monde danubien où existent des longs ciseaux épais, pouvant même être parfois plus hauts que large, et parfois fusiformes dans leur silhouette. Quelques exemplaires d’herminettes plates, il est vrai, jalonnent le Bassin parisien jusqu’à la Normandie (Giligny et al. 2012, p. 1143) et un exemplaire du musée de Carnac, malheureusement sans provenance, est façonné en métadolérite de type A (Pailler et al. 2008). Une autre de ces pièces a également atteint l’Atlantique à Commequiers en Vendée (Le Roux 1999, fig. 41 A). Sur ce point, on peut constater que les haches en grès-quartzite du Bassin parisien, dont nombre affectent une rondeur marquée, semblent diminuer de façon notable au cours du Néolithique moyen II, marquant en cela une autre forme de hache massive également ancienne (Le Maux et al. 2012, p. 184).

73À ce jour, hormis les pièces isolées qui sont le cas de figure majoritaire, elles sont attestées en habitat (Barneville-Carteret et Grentheville) et dans des sépultures mégalithiques, mais toujours hors des dotations funéraires, c’est-à-dire dans des contextes finalement non distinctifs. Elles sont, de plus, à chaque fois fragmentaires mais rien ne permet de dire que leur bris est un acte délibéré. Leur contexte est alors essentiellement détritique (remplissage, sol, éboulis). Il est possible qu’il en soit de même sur le site cultuel d’Er Lannic, où quatre fragments figurent dans le mobilier des fouilles anciennes (annexe 1, fig. 18, no 3-6) parmi plus de 120 fragments de haches diverses.

74Il est difficile de se prononcer quant à leur fonction précise. Si elles ont servi de marqueurs sociaux, c’est peut-être avant tout en tant que longues haches, plutôt qu’en tant que haches fusiformes, leur particularité typologique étant alors essentiellement identitaire et régionale. On peut remarquer la mise en place, dès le tournant des 5e et 4e millénaires, d’une mosaïque de provinces de haches en roches diverses dont les aires paraissent se juxtaposer : la dolérite en Armorique, la pélite-quartz dans les Vosges, le silex du Bergeracois dans le Sud-Ouest, le grès-quartzite en Île-de-France, etc., tandis que d’autres se superposent franchement. Ainsi, la même dolérite d’Armorique interfère avec le silex bathonien des plaines de Caen et d’Alençon, le même grès-quartzite avec le silex Bartonien du Bassin parisien, etc., on pourrait multiplier les exemples. La complexité de la diffusion des haches polies au Néolithique et l’ampleur inouïe de la production, notamment dans certaines minières, en font un phénomène difficile à appréhender, qui passe par des analyses par secteurs, par matières premières et par types.

75Dans la région concernée, un cas de superposition paraît plus aisément explicable. La carte des haches fusiformes présente une forte similarité géographique avec un autre grand type de haches en dolérite que sont les haches à bouton. Elles épousent peu ou prou la même répartition, mais avec le même avantage méridional au sein de l’aire occupée (Leroux 1999, p. 187). Ces haches à bouton ne sont guère mieux datées que les fusiformes. Les exemplaires retrouvés dans des sépultures mégalithiques en allée ou sur l’habitat de Machecoul (Loire-Atlantique) orientent cependant leur usage vers le Néolithique récent et final (ibid., p. 146-147). Sous réserve qu’elles n’aient pas une ancienneté plus grande, une succession par remplacement – plus que par filiation que rien n’atteste à ce jour – pourrait représenter le maintien d’une production originale et distinctive en Armorique et le maintien des traditions d’usage associées. Dans les deux types en effet, nombre de haches ont été trouvées hors contexte, parfois groupées, et finalement assez rarement dans les viatiques.

76Les haches fusiformes pourraient donc relayer, dans un système de compétitions individuelles accrues, les pièces d’apparat que sont les haches en roche d’origine alpine retrouvées dans les tumulus carnacéens attribués au Castellic ancien et dont l’importation en Bretagne se réduit avec le Castellic récent à coupes à socle (Pétrequin et al. 2012c). Le domaine péri-armoricain pourrait alors avoir été le lieu d’élection d’un type de longues haches autochtones à plus faible valeur ajoutée, diffusées à l’échelle interrégionale et avant tout fonctionnelles, et ce en remplacement de pièces survalorisées non destinées à un travail.

Nous sommes redevables, pour l’achèvement de cette étude, de l’aide apportée de façon naturelle et désintéressée par de nombreux collègues. Nous les en remercions ici très chaleureusement. Pierre Pétrequin a été, par ses encouragements, le promoteur de la reprise de ce travail abandonné pendant plus de vingt ans. Mikaël Guiavarc’h n’a pas ménagé son temps pour rendre accessible, et surtout scanner, les fiches utiles au projet dans l’importante documentation laissée par Charles-Tanguy Le Roux au CreAAH de l’université de Rennes. Malgré des déplacements sur place pour contrôler les pièces, une partie de l’acquisition des données a en effet été réalisée à distance par voie dématérialisée. Christophe Le Pennec et Emmanuelle Vigier ont également sélectionné, dans leurs fonds respectifs des musées de Vannes et de Carnac, les haches susceptibles de rentrer dans la définition, ce qui a permis d’étoffer singulièrement le corpus dans le Morbihan. Dans le fichier de C.-T. Le Roux, les collections de ces établissements présentaient en effet un déficit en dessins dû principalement à la quantité hors norme de pièces (plus de mille à chaque fois). Dominique Cliquet et Cyrille Billard ont eux aussi recherché les haches conformes dans les collections de prospecteurs locaux déposées au service régional de l’archéologie de la DRAC de Caen. Parmi ces prospecteurs, Jean Barge a accepté de prendre toute une série de mesures sur un lot de pièces issues de ses recherches et Pierre Lorren nous a donné libre accès à son fonds encore privé. Enfin les deux rapporteurs anonymes de la revue ont permis d’améliorer le manuscrit par leurs remarques constructives.

Haut de page

Bibliographie

Anonyme (1914) : Note on a Neolithic Axe found at Trinity, Bulletin de la Société jersiaise, 7 (39), p. 460-461.

André L. Hertogen J., Deutsch S. (1986) : Ordovician-Silurian magmatic provinces in Belgium and the Caledonian orogeny in middle Europe, Géology, 14, p. 879-882.

Bastien G., Geslin M., Le Roux C.-T. (1971) : Quelques haches d’importation trouvées en Indre-et-Loire. Note 2, Bulletin des amis du musée de Préhistoire du Grand-Pressigny, 22, p. 23-30.

Bastien G., Geslin M., Le Roux C.-T. (1976) : Quelques haches d’importation trouvées en Indre-et-Loire. Note 4, Bulletin des amis du musée de Préhistoire du Grand-Pressigny, 27, p. 40-47.

Baudon T. (1907) : Trouvaille de l’époque carnacéenne à Heilles (Oise). Casse-tête naviforme robenhausien à Bury (Oise), Bulletin de la Société préhistorique française, 4 (6), p. 311-317.

Bernouis P. (1991) : Rapport de prospection : étude d’impact archéologique. Avant-projet sommaire de l’autoroute Rouen-Alençon A28. Section Orne : Monnai-Alençon, document final de synthèse, SRA Normandie, Inrap, inédit, 3 vol., 180 p.

Bigot A. (1938) : Découvertes préhistoriques aux environs de Sées (Orne) d’après la collection du Dr Joseph Hommey, Bulletin de la Société normande d’Études préhistoriques, 32 (1), p. 17-21.

Billard C., Delrieu F., Le Maux N., collab. Ganne A., Quevillon S., Ropars A. (2014) : Premières reconnaissances du site du Castel à Barneville-Carteret (Manche) et de ses structures internes, in Joussaume R, Large J.-M., Corson S., Le Meur N., Tortuyaux J.-P. (dir), Enceintes néolithiques de l’Ouest de la France, de la Seine à la Gironde, Chauvigny, Association des publications chauvinoises (Mémoire 48), p. 29-50.

Cassen S., Boujot C., Errera M., Menier D., Pailler Y., Pétrequin P., Marguerie D., Veyrat E., Vigier E., Poirier S., Dagneau C., Degez D., Lorho T., Neveu-Derotrie H., Obeltz C., Scalliet F., Sparfeld Y. (2010) : Un dépôt sous-marin de lames polies néolithiques en jadéitite et sillimanite, et un ouvrage de stèles submergé sur la plage dite du Petit Rohu près Saint-Pierre-Quiberon (Morbihan), Bulletin de la Société préhistorique française, 107 (1), p. 53-84.

Chancerel A., Marcigny C., Ghesquière E. (dir.) [2006] : Le plateau de Mondeville (Calvados) du Néolithique à l’âge du Bronze, Paris, Éditions de la MSH (Documents d’archéologie française 99), 207 p.

Chapelet H. (1908a) : Présentation d’une ébauche de hache, de grande dimension, trouvée dans le département de la Mayenne, Bulletin de la Société préhistorique française, 5 (4), p. 176-177.

Chapelet H. (1908b) : Complément à la présentation d’une ébauche de hache de grande dimension préparée pour le polissage, Bulletin de la Société préhistorique française, 5 (4), p. 178-183.

Chapelet H. (1908c) : Notes préhistoriques. Présentation d’une ébauche de hache, de grande dimension, trouvée dans le département de la Mayenne, Bulletin de la Commission historique et archéologique de la Mayenne, 24, p. 301-313.

Cogné J., Giot P.-R. (1952) : Étude pétrographique des haches polies de Bretagne, Bulletin de la Société préhistorique française, 49 (8), p. 388-395.

Cordier G. (1982) : Haches remarquables du Loiret et de l’Eure-et-Loir, Revue archéologique du Loiret, 8, p. 3-5.

Cordier G., Bocquet A. (1973) : Le dépôt de la Bégude-de-Mazenc (Drôme) et les dépôts de haches néolithiques en France, Études préhistoriques, 6, p. 1-17.

Cordier G., Bocquet A. (1998) : Le dépôt de la Bégude-de-Mazenc (Drôme) et les dépôts de haches néolithiques en France. Note complémentaire, Bulletin de la Société préhistorique française, 95 (2), p. 221-238.

Coutil L. (1895) : Résumé des recherches préhistoriques en Normandie, Bulletin de la Société normande d’Études préhistoriques, 2, p. 65-145.

Coutil L. (1896a) : Inventaire des découvertes d’archéologie préhistorique de Normandie. Département de l’Orne, Bulletin de la Société normande d’Études préhistoriques, 3, p. 37-100.

Coutil L. (1896b) : Inventaire des découvertes d’archéologie préhistorique en Normandie. Département de la Manche, Bulletin de la Société normande d’Études préhistoriques, 3, p. 101-169.

Coutil L. (1897) : Ateliers et stations humaines néolithiques du département de l’Eure, Bulletin de la Société normande d’Études préhistoriques, 4, p. 123-205.

Coutil L. (1903) : Haches géantes de l’époque néolithique trouvées en Normandie comparées à celles de la Bretagne et du Bocage, Bulletin de la Société normande d’Études préhistoriques, 10, p. 128-130.

Coutil L. (1918) : Haches néolithiques de grandes dimensions trouvées en Normandie, Bulletin de la Société préhistorique française, 15 (5), p. 275-279.

Escolano C. (1996) : Plaine de Caen, rapport de prospection thématique, SRA Normandie, inédit [n.p.].

Fradin G., Bastien G. (1993) : Une grande hache polie à Vou (Indre-et-Loire), Bulletin des amis du musée de Préhistoire du Grand-Pressigny, 44, p. 16-17.

Gachina J. (1979) : Haches polies en roches dures de types particuliers trouvées en Charente-Maritime, Bulletin de la Société préhistorique française, 76 (9), p. 284-288.

Gachina J. (1990) : Note sur quelques haches polies en roches importées, Roccafortis, 5, p. 7-13.

Ghesquière E. (2015) : Tourville-sur-Odon (Calvados) – Sous Mondrainville, document final de synthèse, SRA Normandie, Inrap, inédit, 46 p.

Ghesquière E., Marcigny C. (2004) : Carrières de calcaire du Néolithique moyen II à Argentan (Orne), in Internéo 5, Actes de la journée d’information de Paris, 20 novembre 2004, Saint-Germain-en-Laye et Paris, Internéo et Société préhistorique française, p. 45-62.

Ghesquière E., Marcigny C. (dir.) [2011] : Cairon. Vivre et mourir au Néolithique. La pierre Tourneresse en Calvados, Rennes, Presses universitaires de Rennes (Archéologie et Culture), 200 p.

Giligny F., Bostyn F., Le Maux N. (2012) : Production et importation de haches polies dans le Bassin parisien : typologie, chronologie et influences, in Pétrequin P., Cassen S., Errera M., Klassen L., Sheridan A., Pétrequin A.-M. (dir.), JADE. Grandes haches alpines du Néolithique européen. Ve et IVe millénaires av. J.-C., Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté (Cahiers de la MSHE Ledoux, Dynamiques territoriales 17), t. 2, p. 1136-1167.

Givenchy P. de (1903) : Les silex du Valois et les haches néolithiques au point de vue de leur densité et de leurs couleurs, L’Homme préhistorique, 10, p. 289-296.

Givenchy P. de (1917) : La grande hache polie de Nucourt, provenant du Chemin de la Pierre qui tourne (Seine-et-Oise), Bulletin de la Société préhistorique française, 14 (6), p. 304-306.

Gondouin M.-N. (1998) : Rots – La Croix-Vautier, document final de synthèse, SRA Normandie, Inrap, inédit, 36 p.

Harmois A.-L. (1912) : Inventaire des haches polies, marteaux et polissoirs trouvés dans le Département de la Manche, L’Homme préhistorique, 10, p. 47-56.

Harmois A.-L. (1928) : Inventaire des grandes haches en pierre trouvées en France, L’Homme préhistorique, 15 (6-8), p. 113-171.

Hérard A. (2011) : Cambes-en-Plaine, Calvados – RD 79, document final de synthèse, SRA Normandie, Inrap, inédit, 43 p.

Hubert G. (1966) : L’âge du Bronze dans le département de l’Orne, Le Pays Bas-Normand, 2 (124), p. 82-106.

Jahier I. (2015) : Cagny (Calvados) – Le Haut du Parc, document final de synthèse, SRA Normandie, Inrap, inédit, 102 p.

Kerdivel G., Bézos A., La C., Tsobgou Ahoupe R. (2016) : Geochemical analysis of Massif Armoricain (France) sources for Neolithic dolerites axes, Archaeometry, 59 (4), p. 593-611.

Kerdivel G., Hamon C., collab. Barge J., Bohard B., Desloges J., Lepaumier H. (2010) : Un site du Néolithique moyen, du Néolithique final et de l’âge du Fer à la Burette à Banville, in Billard C., Legris M., Premiers néolithiques de l’Ouest. Culture, réseaux, échanges, des premières sociétés néolithiques à leur expansion, Rennes, Presses universitaires de Rennes (Archéologie et Culture), p. 211-235.

Lahaye Y., Blais S., Auvray B., Ruffet G. (1995) : Le volcanisme fissural paléozoïque du domaine nord-armoricain, Bulletin de la Société géologique de France, 166 (5), p. 601-612.

Leclerc G. (1994) : Prospection-inventaire dans la périphérie d’Alençon, document final de synthèse, SRA Normandie, inédit, 224 p.

Le Gall J. (1999) : Les dolérites et basaltes tholéiitiques varisques du domaine nord-est armoricain, Géologie de la France, 4, p. 3-26.

Le Gall J., Mary G. (1983) : Place et signification du complexe basique de Brée et des autres venues gabbroïques et doléritiques dans l’histoire cadomo-varisque de l’est du Massif armoricain, Bulletin de la Société géologique et minéralogique de Bretagne, 15 (2), p. 169-180.

Le Maux N. (2014) : Produire des haches polies néolithiques en cornéennes en Basse-Normandie : premières données, in Louboutin C., Verjux C. (dir.), Zones de production et organisation des territoires au Néolithique. Espaces exploités, occupés, parcourus, Tours, FERACF (Suppl. Revue archéologique du Centre de la France 51), p. 117-136.

Le Maux N. (2015) : Les lames de haches taillées et polies néolithiques en roches tenaces de Basse-Normandie. Typologie, production, minéralogie, circulations et chronologie. Rapport pluriannuel d’activité scientifique de la région Basse-Normandie. Années 2011 à 2015. Section inventaires, prospections thématiques et analyses. Synthèse régionale, rapport d’étude, DRAC Basse-Normandie, SRA Normandie, Conseil départemental de l’Orne, inédit, 351 p.

Le Maux N., Billard C. (2016) : Une contribution à l’étude des occupations néolithiques dans l’environnement proche du site de Goulet, Le Mont, in Billard C. (dir.), Goulet « Le Mont », rapport de fouille programmée, SRA Normandie, Conseil départemental de l’Orne, CReAAH, inédit, p. 158-181.

Le Maux N., Griselin S., collab. Badou A., Fröhlich F. (2012) : L’exploitation des grès-quartzite au Mésolithique et au Néolithique en Île-de-France. Caractérisation des industries et des matériaux, in Marchand G., Querré G., Roches et sociétés de la préhistoire. Entre massifs cristallins et bassins sédimentaires, Presses universitaires de Rennes (Archéologie et Culture), p. 179-194.

Le Maux N., collab. Jammet-Reynal L. (2009) : Logique d’approvisionnement en grès-quartzite pour la confection d’outils d’abattage au Néolithique. Du matériel archéologique aux raisonnements sociaux, Bulletin du Centre de recherches archéologiques de la région mantaise, 18, p. 21-58.

Le Maux N., collab. Piel-Desruisseaux J.-L. (2014) : Grandes haches en « Jades » d’origine alpine en Basse-Normandie. État des lieux, interprétations et relations sociales, in Arbogast R.-M., Grefffier-Richard A. (dir.), Entre archéologie et écologie, une Préhistoire de tous les milieux, Mélanges offerts à P. Pétrequin, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté (Annales littéraires 928, Environnement, sociétés et archéologie 18), p. 173-186.

Lemoine J. (1886) : L’époque de la pierre polie dans le département des Côtes-du-Nord, VII. Haches diverses, L’homme, journal illustré des sciences anthropologiques, 7, 3ᵉ année, p. 193-211.

Le Roux C.-T. (1977) : Les haches polies en roches dures de la région pressignienne, Bulletin des amis du musée de Préhistoire du Grand-Pressigny, 28, p. 12-14.

Le Roux C.-T. (1999) : L’outillage de pierre polie en métadolérite du type A. Les ateliers de Plussulien (Côtes-d’Armor). Production et diffusion au Néolithique dans la France de l’ouest et au-delà, Rennes, Laboratoire d’anthropologie de Rennes (Travaux 43), 244 p.

Le Roux C.-T., Cordier G. (1974) : Étude pétrographique des haches polies de Touraine, Bulletin de la Société préhistorique française, Étude et travaux, 71 (1), p. 335-354.

Maillé M., Vaquer J., Rodrigues A., Recoules A., Defranoult E. (2016) : La cinérite de Réquista. Production et diffusion, Toulouse, Archives d’écologie préhistorique, 335 p.

Marticorena P. (2014) : Les premiers paysans de l’ouest des Pyrénées, synthèse régionale à la lumière des haches de pierre polie, thèse de doctorat, Université populaire du pays basque, inédit, 192 p.

Mortillet de A. (1899) : Grande hache polie en diorite trouvée dans l’Orne, Bulletin de la Société d’anthropologie de Paris, 10, p. 499-500.

Nouel A. (1939) : [sans titre], Bulletin de la Société préhistorique française, 34 (4), p. 190-191.

Pailler Y., Marchand G., Blanchet S., Guyodo J.-N., Hamon G. (2008) : Le Villeneuve-Saint-Germain dans la péninsule Armoricaine : les débuts d’une enquête, in Burnez-Lanotte L., Ilett M. Allard P. : Fin des traditions danubiennes dans le Néolithique du Bassin parisien et de la Belgique (5100-4700 av. J.-C.). Autour des recherches de Claude Constantin, Paris, Société préhistorique française (Mémoire 44), p. 91-111.

Perroud H., Auvray B., Bonhommet N., Macé J., Van der Voo R. (1986) : Paleogenitsm and K-Ar dating of Lower Carboniferous dolerite dykes from northern Brittany, Geophysical Journal of the Royal Astronomical Society, 87, p. 143-154.

Pétrequin P. (2012) : Problématique, in Pétrequin P., Cassen S., Errera M., Klassen L., Sheridan A., Pétrequin A.-M. (dir.), JADE. Grandes haches alpines du Néolithique européen. Ve et IVe millénaires av. J.-C., Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté (Cahiers de la MSHE Ledoux, Dynamiques territoriales 17), t. 1, p. 16-24.

Pétrequin P., Cassen S., Errera M., Gauthier E., Klassen L., Pailler Y. Pétrequin A.-M., Sheridan A. (2009) : L’Unique, la Paire, les Multiples. À propos des dépôts de haches polies en roches alpines en Europe occidentale pendant les Ve et IVe millénaires, in Bonnardin S., Hamon C., Lauwers M., Quilliec B., Du matériel au spirituel. Réalités archéologiques et historiques des « dépôts » de la préhistoire à nos jours, Actes des XXIXe rencontres internationales d’archéologie d’Antibes, 16-18 octobre 2008, Antibes, ADPCA, p. 417-427.

Pétrequin P., Cassen S., Errera M., Klassen L., Sheridan A. (2012a) : Des choses sacrées… fonctions idéelles des jades alpins en Europe occidentale, in Pétrequin P., Cassen S., Errera M., Klassen L., Sheridan A., Pétrequin A.-M. (dir.), JADE. Grandes haches alpines du Néolithique européen. Ve et IVe millénaires av. J.-C., Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté (Cahiers de la MSHE Ledoux, Dynamiques territoriales 17), t. 2, p. 1354-1423.

Pétrequin P., Cassen S., Errera M., Klassen L., Sheridan A., Pétrequin A.-M. (dir.) [2012b] : JADE. Grandes haches alpines du Néolithique européen. Ve et IVe millénaires av. J.-C., Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté (Cahiers de la MSHE Ledoux, Dynamiques territoriales 17), 2 tomes, 1518 p.

Pétrequin P., Cassen S., Gauthier E., Klassen L., Pailler Y., Sheridan A., collab. Desmeulles J., Gillioz P.-A., Le Maux N., Milleville A., Pétrequin A.-M., Prodéo F., Samzun A., Fábregas Valcarce R. (2012c) : Typologie, chronologie et répartition des grandes haches alpines en Europe occidentale, in Pétrequin P., Cassen S., Errera M., Klassen L., Sheridan A., Pétrequin A.-M. (dir.), JADE. Grandes haches alpines du Néolithique européen. Ve et IVe millénaires av. J.-C., Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté (Cahiers de la MSHE Ledoux, Dynamiques territoriales 17), t. 1, p. 574-727

Pétrequin P., Jeunesse C. (dir.) [1995] : La hache de pierre. Carrières vosgiennes et échanges de lames polies pendant le Néolithique (5400-2100 av. J.-C.), Paris, Errance, 130 p.

Pétrequin P., Pétrequin A.-M. (1992) : Écologie d’un outil : la hache de pierre en Irian Jaya (Indonésie), Paris, CNRS Éditions (Monographies du CRA 12), 464 p.

Pétrequin P., Pétrequin A.-M., Errera M., Prodéo F. (2012d) : Prospections alpines et sources de matière première. Historique et résultats, in Pétrequin P., Cassen S., Errera M., Klassen L., Sheridan A., Pétrequin A.-M. (dir.), JADE. Grandes haches alpines du Néolithique européen. Ve et IVe millénaires av. J.-C., Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté (Cahiers de la MSHE Ledoux, Dynamiques territoriales 17), t. 1, p. 46-183.

Prodéo F., Delage J.-P., Fouéré, Marticorena P. (2015) : Les haches en silex du Bergeracois, in Signes de Richesses. Inégalités au Néolithique, catalogue d’exposition (Musée national de Préhistoire, Les Eyzies-de-Tayac, 27 juin-15 novembre 2015), Paris, RMN Grand Palais, p. 77-83.

Richard G. (1988a) : Introduction à la préhistoire de la forêt d’Orléans et de ses bordures, Bulletin des naturalistes orléanais et de la Loire moyenne, 7, p. 49-64.

Richard G. (1988b) : Une houe en grès poli à Mareau-au-Bois (45), Revue archéologique du Loiret, 14, p. 17.

Ricq De Bouard M. (1996) : Pétrographie et sociétés néolithiques en France méditerranéenne. L’outillage en pierre polie, Paris, CNRS Éditions (Monographies du CRA 16), 272 p.

Rousseau X. (1958) : Dictionnaire du Pays d’Argentan. Joué du Plain, Le Pays d’Argentan, 4 (110), p. 232-252.

Rousseau X. (1964) : Notes d’archéologie. Hache fusiforme à Loucé (Orne), Le Pays d’Argentan, 2 (133), p. 61.

San Juan G. (1990) : Fleury-sur-Orne – Périphérique sud, document final de synthèse, SRA Normandie, inédit, 2 vol., 146 p.

San Juan G., Dron J.-L. (dir.) [1997] : Le site néolithique moyen de Derrières-les-Prés à Ernes (Calvados), Gallia Préhistoire, 39, p. 151-237.

Servelle C., Vaquer J. (2012) : Imitations et contrefaçons de longues haches polies d’origine alpine dans le Néolithique du sud-ouest de la France et de l’Andorre, in Pétrequin P., Cassen S., Errera M., Klassen L., Sheridan A., Pétrequin A.-M. (dir.), JADE. Grandes haches alpines du Néolithique européen. Ve et IVe millénaires av. J.-C., Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté (Cahiers de la MSHE Ledoux, Dynamiques territoriales 17), t. 2, p. 1088-1107.

Vaquer J. (2012) : Réflexions sur les échanges de biens matériels lithiques entre le midi de la France et le nord de la péninsule Ibérique au Néolithique et au Chalcolithique, Rubricatum, 5, p. 565-574.

Verron G. (1967) : Haches polies de la région d’Argentan. À propos de quelques découvertes récentes, Le Pays d’Argentan, 4 (148), p. 145-155.

Verron G. (1974) : Athis : les données de la Préhistoire, Le Pays Bas-Normand, 4 (136), p. 2-8.

Verron G. (1975) : Informations archéologiques. Circonscription de Haute et Basse Normandie, Gallia Préhistoire, 18 (2), p. 471-510.

Verron G. (1977) : Informations archéologiques. Circonscription de Haute et Basse Normandie, Gallia Préhistoire, 20 (2), p. 357-406.

Vintrou J. (1978) : Inventaire des haches de grès à talon piqueté découvertes dans la région de Puiseaux, Revue archéologique du Loiret, 4, p. 5-22.

Vuaillat D. Santallier D. Ploquin A., Floc’h J.-P. (1995) : Les haches néolithiques limousines. Étude géochimique des matériaux méta-doléritiques. Conséquences archéologiques et géologiques, Revue d’Archéométrie, 19, p. 63-78.

Haut de page

Annexe

Annexe. Corpus des haches fusiformes

Beaucoup de pièces ne sont pas sous le toit d’institutions publiques (dépôts de fouilles, musées) mais sont conservées par des personnes privées. Aux fins de traçabilité, leur nom est mentionné à chaque fois que cela est possible. La plupart des indications relatives aux détenteurs sont celles qui étaient disponibles à l’époque de l’étude ou du recensement. Leur réactualisation n’a pas été entreprise ici.

La désignation et les caractéristiques de chaque pièce reprennent le plus fidèlement possible les mentions originelles, que celles-ci soient bibliographiques, reprises des rapports scientifiques d’opération ou issues des fiches de travail de l’un d’entre nous (C.-T. Le Roux). Sur ces dernières, la pétrographie a fait l’objet d’une détermination valide, souvent appuyée par une lame mince. Ces fiches sont déposées à l’UMR 6566 CreAAH de l’université de Rennes 1 (campus de Beaulieu).

Les dimensions sont données en mm ; Ir (ou indice de rondeur) correspond au rapport : épaisseur maxi / largeur maxi.

Haches observées (figures 14 à 28)

Fig. 14. Haches du corpus

Fig. 14. Haches du corpus

DAO A. Chancerel

1. Edern, au bord de la voie romaine (Finistère). Hache fusiforme corrodée en amphibolite (lame mince). Dimensions : L = 133, l = 73, e = 46, Ir = 0,77. Lieu de conservation : privé (coll. Scao Briec). Sources : fichier C.-T. Le Roux. 

2. Plobannalec, Kerist (Finistère). Grande hache boudinée en dolérite (type A). Dimensions : L = 194, l = 59, e = 40, Ir = 0,68. Lieu de conservation : inconnu (coll. part.). Sources : fichier C.-T. Le Roux. 

3. Riec-sur-Belon, Kerspern (Finistère). Hache légèrement fusiforme au profil en long irrégulier, polie sauf sur une bande piquetée annulaire très large, en dolérite (type A). Dimensions : L = 216, l = 70, e = 49, Ir = 0,70. Lieu de conservation : école publique du Trévoux (classe de M. Siochon). Sources : fichier C.-T. Le Roux. 

4. Plougasnou, Kernennou (Finistère). Grande hache fusiforme irrégulière, piqueté, avec des éclats visibles et ébréchée en dolérite très fine (type A). Dimensions : L = 213, l = 65, e = 53, Ir = 0,81. Lieu de conservation : musée de Morlaix (coll. S. Poise, no 57). Sources : fichier C.-T. Le Roux. 

5. Huelgoat (Finistère). Hache fusiforme en dolérite grossière, desquamée plutôt que piquetée. Dimensions : L = 260, l = 70, e = 55, Ir = 0,78. Lieu de conservation : musée de Morlaix (coll. Lukis, no 56). Sources : fichier C.-T. Le Roux. 

6. Plouézoch, à 5 km au sud du bourg (Finistère). Grande hache fusiforme en dolérite grossière (type A), trouvée isolée dans un talus arasé. Poli partiel sur ébauche taillée. Dimensions : L = 255, l = 66, e = 52, Ir = 0,78. Lieu de conservation : Musée préhistorique finistérien (no MPF 70 3 1). Sources : fichier C.-T. Le Roux. 

7. Quimperlé, Beaubois (Finistère). Talon de hache polie en dolérite à grain fin. Dimensions : L = non-restituable, l = 58, e = 40,7, Ir = 0,70. Lieu de conservation : musée de Vannes (coll. Société polymathique du Morbihan, no MS 179, fonds L. Marsille). Sources : inédit. 

8. Finistère (sans précision). Hache fusiforme épaisse et à section elliptique en dolérite de type A. Dimensions : L = 240, l = 65, e = 51, Ir = 0,78. Lieu de conservation : Musée préhistorique finistérien (no MPF135). Sources : fichier C.-T. Le Roux. 

9. Finistère (sans précision). Grande hache, longue et étroite, en dolérite de type A probable, à talon ébréché et tranchant arrondi légèrement rétréci. Dimensions : L = 321, l = 64, e = 46, Ir = 0,72. Lieu de conservation : Musée préhistorique finistérien (no MPF11). Sources : fichier C.-T. Le Roux. 

10. Châteauneuf-du-Faou, Park Brug (Finistère). Hache fusiforme en dolérite corps bouchardé et tranchant poli. Dimensions : L = 289, l = 83, e = 58, Ir = 0,70. Lieu de conservation : privé (coll. F. Legall). Sources : fichier C.-T. Le Roux et Le Roux 1999, p. 126, fig. 38C. 

11. Crozon (Finistère). Hache boudinée en dolérite. Dimensions : L = 285, l = 78, e = 52, Ir = 0,66. Lieu de conservation : Musée préhistorique finistérien (no MPF C32 1894). Sources : fichier C.-T. Le Roux. 

Non figurée : Plomeur, Lestiagat (Finistère). Grande hache boudinée en dolérite. Dimensions : L = 330, l = 87, e = 52. Ir = 0,66. Lieu de conservation : Musée des antiquités nationales. Sources : fichier C.-T. Le Roux. 

Fig. 15. Haches du corpus

Fig. 15. Haches du corpus

DAO A. Chancerel

1. Pleslin, Trigavou, près La Pelletrie, nord du bourg (Côtes-d’Armor). Talon de hache fusiforme en belle dolérite, trouvée isolée. Dimensions : L = non restituable, l = 67, e = 48, Ir = 0,71. Lieu de conservation : privé (coll. Rebuffe). Sources : fichier C.-T. Le Roux. 

2. Pleslin-Trigavou, Vallée de l’Orient, à 500 m au sud-est du bourg de Trigavou (Côtes-d’Armor). Grosse hache polie boudinée, massive au tranchant émoussé, réutilisée comme affûtoir, en dolérite à grain moyen sub-ophitique (lame mince), trouvée isolée en surface 500 m des alignements. Dimensions : L = 170, l = 72, e = 61, Ir = 0,84. Lieu de conservation : privé (coll. Rebuffe). Sources : fichier C.-T. Le Roux. 

3. Pluzunet, aux environs de Kerverner (Côtes-d’Armor). Grande hache fusiforme bouchardée à talon brisé et tranchant ébréché, en dolérite (type A). Dimensions : L = 166, l = 56, e = 45, Ir = 0,8. Lieu de conservation : privé (coll. Geffroy). Sources : fichier C.-T. Le Roux et Le Roux 1999, p. 126, fig. 38B. 

4. Environs de Moncontour-de-Bretagne (Côtes-d’Armor). Grande hache fusiforme en dolérite, tranchant ébréché. Dimensions : L = 217, l = 67, e = 48, Ir = 0,77. Lieu de conservation : mairie de Moncontour (no 3). Sources : fichier C.-T. Le Roux. 

5. Fréhel (Pléhérel), Le Clos Avoine (Côtes-d’Armor). Hache fusiforme en dolérite (type A). Dimensions : L = 243, l = 53, e = 36, Ir = 0,68. Lieu de conservation : privé (coll. P. Gauthier). Sources : fichier C.-T. Le Roux. 

6. Plestan (Côtes-d’Armor). Grande hache en diorite. La section et le profil ne sont pas renseignés, mais la vue de face donnée dans la publication montre une silhouette caractéristique. Dimensions : L = 290. Lieu de conservation : privé (coll. J. Lemoine, no 99). Sources : Lemoine 1886, p. 240 et fig. 90. 

7. Coëtmieux (Côtes-d’Armor). Hache fusiforme irrégulière en dolérite. Dimensions : L = 329, l = 76, e = 63, Ir = 0,82. Lieu de conservation : inconnu. Sources : Le Roux 1999, p. 126, fig. 38A. 

8. Saint-Malo (Paramé), Le Colombier, Le Tertre Busard (Ille-et-Vilaine). Hache fusiforme en dolérite (type A) trouvée isolée dans un filon de pierre au cours d’un décapage. Dimensions : L = 222, l = 63, e = 57, Ir = 0,9. Lieu de conservation : privé (coll. Lescop). Sources : fichier C.-T. Le Roux et Le Roux 1999, p. 126, fig. 38 F. 

9. Plounevez-Moëdec, Coat-an-Picard (Côtes-d’Armor). Hache fusiforme en dolérite à grain fin (type A ?) au poli incomplet, trouvée isolée dans un champ à proximité d’un menhir. Dimensions : L = 305, l = 87, e = 64, Ir = 0,73. Lieu de conservation : inconnu (coll. part.). Sources : fichier C.-T. Le Roux. 

10. Quévert, près du château du Bois-Riou (Côtes-d’Armor). Grande hache boudinée en dolérite à grain fin (type A). Dimensions : L = 289, l = 68, e = 53, Ir = 0,78. Lieu de conservation : musée de Rennes (no 1364, tiroir 7). Sources : fichier C.-T. Le Roux. 

11. Trégrom, Kerhor (Côtes d’Armor). Grande hache fusiforme en dolérite (type A), trouvée dans un talus. Dimensions : L = 289, l = 81, e = 56, Ir = 0,69. Lieu de conservation : inconnu (coll. part.). Sources : fichier C.-T. Le Roux.

Fig. 16. Haches du corpus

Fig. 16. Haches du corpus

DAO A. Chancerel

1. Environs de Fougères (Ille-et-Vilaine). Hache polie en dolérite à grain moyen et tranchant dissymétrique. Dimensions : L = 218, l = 65,2, e = 52, Ir = 0,79. Lieu de conservation : musée de Vannes (coll. Société polymathique du Morbihan, no IM 1063 ; don du comte de la Monneraye). Sources : inédit. 

2. Environs de Rennes (Ille-et-Vilaine). Hache polie en dolérite à grain moyen, corps bouchardé et tranchant poli. Dimensions : L = 152, l = 57,8, e = 43,2, Ir = 0,74. Lieu de conservation : musée de Vannes (coll. Société polymathique du Morbihan, no IM 1064 ; don du comte de la Monneraye). Sources : inédit. 

3. Bécherel (Ille-et-Vilaine). Grande hache fusiforme en dolérite à corps bouchardé et tranchant poli. Dimensions : L = 292, l = 75, e = 54, Ir = >0,72. Lieu de conservation : musée de Rennes (no 4832). Sources : fichier C.-T. Le Roux. 

4. Dourdain, La Normandaie (Ille-et-Vilaine). Hache fusiforme en dolérite (type A) trouvée isolée. Dimensions : L = 288, l = 72, e = 52. Ir = 0,72. Lieu de conservation : privé (coll. Dufleur). Sources : fichier C.-T. Le Roux. 

5. Pipriac, Le Plessis-Bas (Ille-et-Vilaine). Hache fusiforme en dolérite. Don Merlet via Poulain. Dimensions : L = 245, l = 67, e = 51, Ir = 0,76. Lieu de conservation : dépôt archéologique du SRA Bretagne (no 235). Sources : fichier C.-T. Le Roux. 

6. Trévérien (Ille-et-Vilaine). Grande hache fusiforme en grès quartzite légèrement micacé, tranchant poli. Dimensions : L = 301, l = 72, e = 73, Ir = 0,98. Lieu de conservation : musée de Rennes. Sources : fichier C.-T. Le Roux. 

Note : pièce non carottée, initialement noté « Quartzite ? ». En Ille-et-Vilaine, figurent trois principaux niveaux de quartzites avec, dans chacun d’eux, certains bancs compatibles : les « Grès armoricains » de l’Ordovicien moyen où des bancs micacés (voire par endroits franchement psammitiques) sont bien connus, les « Grès du Châtellier » de l’Ordovicien supérieur, les « Grès de Gahard » du Dévonien. Tréverien étant situé dans le nord du département, les premiers et troisièmes ont les affleurements les plus proches (entre la vallée de l’Ille et la forêt de Saint Aubin-du-Cormier). 

7. Pluherlin (Morbihan). Hache polie en dolérite à grain fin et beau poli. Dimensions : L = 185, l = 65,7, e = 51,2, Ir = 0,78. Lieu de conservation : musée de Vannes (coll. Société polymathique du Morbihan, no IM 965 ; don d’E. de Lamazelle). Sources : inédit. 

8. La Croix-Hélléan, La Mi-Voie (Morbihan). Hache polie en dolérite à grain moyen. Tranchant aménagé sur un ancien grand éclat axial d’un côté et sans doute aussi sur l’autre, mais repoli. Polissage poussé sur une face et un côté, bouchardage encore visible ailleurs. Dimensions : L = 160, l = 57,7, e = 40,9, Ir = 0,71. Lieu de conservation : musée de Vannes (coll. Société polymathique du Morbihan, no IM 965 ; don R. P. Michel). Sources : inédit. 

9. Vannes, camping de Conleau, coin nord-est (Morbihan). Hache polie en dolérite de type A. Tranchant bien poli, bouchardage fin ailleurs Dimensions : L = 201, l = 64, e = 50, Ir = 0,75. Lieu de conservation : musée de Vannes (coll. Société polymathique du Morbihan, fonds Rolando, no RL 66.04.1 ; dons des ouvriers de l’entreprise Groleau). Sources : inédit. 

10. Baden, Locmiquel (Morbihan). Herminette polie en dolérite de type A. Beau poli quasi intégral. Dimensions : L = 183, l = 56,5, e = 40,4, Ir = 0,72. Lieu de conservation : musée de Vannes (coll. Société polymathique du Morbihan, fonds Rolando, no RL 26.10.1 ; don A. C. Le Roux). Sources : inédit. 

11. Environs de Carnac (Morbihan)). Herminette polie en dolérite de type A. Très beau poli sur une face, piquetage apparent sur l’autre, sauf au tranchant. Réutilisation en marteau (boucharde) au talon et sur les côtés. Dimensions : L = 213, l = 72,1, e = 56,5, Ir = 0,78. Lieu de conservation : musée de Vannes (coll. Société polymathique du Morbihan, no IM 913 ; anc. coll. abbé Collet). Sources : inédit. 

12. La Trinité-sur-Mer (Morbihan). Hache polie en dolérite à grain fin. Corps de la lame, piqueté, tranchant semi-circulaire. Dimensions : L = 161, l = 68,8, e = 53,1, Ir = 0,77. Lieu de conservation : musée de Vannes (coll. Société polymathique du Morbihan, no IM 920 ; anc. coll. abbé Lavenot). Sources : inédit.

Fig. 17. Haches du corpus

Fig. 17. Haches du corpus

DAO A. Chancerel

1. Moustoir-Ac (Morbihan). Talon de hache polie en dolérite à grain fin, bouchardée avec polissage sommaire. Cassure reprise et retaillée. Dimensions : L = non-restituable, l = 71,7, e = 63,1, Ir = 0,88. Lieu de conservation : musée de Vannes (coll. Société polymathique du Morbihan, fonds Rolando, no RL 23.08.3 ; don Hilary). Sources : inédit. 

2. Cléguérec, Castel Dour (Morbihan). Talon de hache polie en dolérite, entièrement piqueté avec polissage sommaire. Dimensions : L = non-restituable, l = 45,5, e = 38,6, Ir = 0,85. Lieu de conservation : musée de Vannes (coll. Société polymathique du Morbihan, no 2009.007.111 ; don G. Tournay). Sources : inédit. 

3. Pays d’Auray, sans précision (Morbihan). Hache polie trapue en dolérite à grain fin (type A ?). Polissage total, tranchant réutilisé en percuteur. Dimensions : L = 146 : l = 58,7, e = 44, Ir = 0,75. Lieu de conservation : musée de Vannes (coll. Société polymathique du Morbihan, no MT 082 ; anc. coll. A. Martin). Sources : inédit. 

4. Environs de Surzur (Morbihan). Hache polie en dolérite à grain fin. Beau poli. Talon et tranchant émoussés (marteau). Dimensions : L = 152, l = 58, e = 51,6, Ir = 0,89. Lieu de conservation : musée de Vannes (coll. Société polymathique du Morbihan, no IM 0974 ; don Drouart). Sources : inédit. 

5. Saint-Jean-de-Brevelay, La Mare au Sel (Morbihan). Hache fusiforme en dolérite. Dimensions : L = 244, l = 69, e = 45, Ir = 0,65. Lieu de conservation : musée de Vannes (coll. Société polymathique du Morbihan, fonds Grielet). Sources : fichier C.-T. Le Roux. 

6. Brehan-Loudéac (Morbihan). Hache fusiforme en dolérite. Dimensions : L = 230, l = 61, e = 48,5, Ir = 0,79. Lieu de conservation : inconnu. Sources : Le Roux 1999, p. 131, fig. 42B. 

7. Carnac, tumulus Passage du Lac (Morbihan). Talon de hache polie en dolérite. Dimensions : L = non-restituable, l = 37,1, e = 31,7, Ir = 0,85. Lieu de conservation : musée de Carnac (no 2017 0 42). Sources : inédit. 

8. Ploemeur, Kergane (Morbihan). Tranchant resserré de hache polie en dolérite. Dimensions : L = non-restituable, l = 66,5, e = non-restituable, Ir = non-restituable. Lieu de conservation : musée de Carnac (no D36 1 740). Sources : inédit. 

9. Larmor-Baden, île de Gavrinis, aux abords du monument (Morbihan). Talon de hache polie en dolérite à grain fin. Dimensions : L = non-restituable, l section complète = 63,4, e section complète = 51,5, Ir = 0,81. Lieu de conservation : musée de Vannes (coll. Société polymathique du Morbihan, fonds Closmadeuc, no IM 0439). Sources : inédit. 

10. Séglien, Kerlan, ZB39 (Morbihan). Grande hache boudinée en dolérite (MT) à surface grenue, trouvée isolée dans un labour en terrain humide. Dimensions : L = 273, l = 82, e = 50, Ir = 0,62. Lieu de conservation : privé (coll. P. Stephan). Sources : fichier C.-T. Le Roux. 

11. Arradon (Morbihan). Grande hache boudinée et mousse, en dolérite (type A). Dimensions : L = 273, l = 67, e = 53, Ir = 0,79. Lieu de conservation : musée de Vannes (don Cadic, légataire de M. Perio). Sources : fichier C.-T. Le Roux et Harmois 1928, p. 131. 

12. Carnac (Morbihan). Hache polie irrégulière en dolérite. Dimensions : L = 270, l = 55, e = 56, Ir = 1. Lieu de conservation : musée de Carnac, no R82.88.20. Sources : inédit. 

13. Lannouée, route de Bagatelle, isolée en surface entre la Rougeraie et la Ville du Haut (Morbihan). Hache fusiforme en dolérite probable. Dimensions : L = 353, l = 90, e = 69, Ir = 0,76. Lieu de conservation : privé (coll. Mauguin). Sources : fichier C.-T. Le Roux.

Fig. 18. Haches du corpus

Fig. 18. Haches du corpus

DAO A. Chancerel

1. Carnac, Le Lizo (Morbihan). Tranchant de hache polie en dolérite à grain fin. Dimensions : L = non restituable, l = 61, e = 50,4, Ir = 0,82. Lieu de conservation : musée de Carnac (no R91 11 37). Sources : inédit. 

2. Carnac, Kerlescan (Morbihan). Talon de hache polie en dolérite de type A. Poli intégral. Dimensions : L = non restituable, l = 47,3, e = 37,4, Ir = 0,79. Lieu de conservation : musée de Carnac (no R83 19 368). Sources : inédit. 

3. Carnac, Er Lannic 1 (Morbihan). Tranchant de hache polie en dolérite. Corps bouchardé, tranchant poli seul. Dimensions : L = non restituable, l = 49,8, e = 45,5, Ir = 0,91. Lieu de conservation : musée de Carnac (no R82 14 2192). Sources : inédit. 

4. Carnac, Er Lannic 3 (Morbihan). Talon de hache polie en dolérite à grain fin. Dimensions : L = non restituable, l = 49,8, e = 37,9, Ir = 0,76. Lieu de conservation : musée de Carnac (no R82 14 2207). Sources : inédit. 

5. Carnac, Er Lannic 2 (Morbihan). Fragment mésial de hache polie en dolérite. Poli intégral. Dimensions : L = non restituable, l = 43,1, e = 33,6, Ir = 0,78. Lieu de conservation : musée de Carnac (no R82 14 2204). Sources : inédit. 

6. Carnac, Er Lannic 4 (Morbihan). Fragment mésial de hache polie en dolérite à grain fin. Corps bouchardé, tendance à méplats latéraux. Dimensions : L = non restituable, l = 37,9, e = 28,2, Ir = 0,74. Lieu de conservation : musée de Carnac (no R82 14 2216). Sources : inédit. 

7. Locminé (Morbihan). Herminette polie en dolérite à grain fin (type A ?). Corps bouchardé, sauf au tranchant et au talon qui sont bien polis. Tranchant très dissymétrique avec une face bombée, et l’autre plane. Dimensions : L = 200, l = 50,9, e = 43, Ir = 0,84. Lieu de conservation : musée de Carnac (no D36 1 567). Sources : inédit. 

8. Larmor-Baden, île de Berder, île Longue (Morbihan). Talon de hache polie en dolérite à grain fin. Poli intégral. Dimensions : L = non-restituable, l = 37,2, e = 28,9, Ir = 0,78. Lieu de conservation : musée de Vannes (coll. Société polymathique du Morbihan, fonds Rolando, no RL 47.1.06.6 ; don du comte Dillon). Sources : inédit. 

9. Plouhinec (Morbihan). Talon de hache polie en dolérite à grain fin. Corps bouchardé incomplètement poli, tendance à méplats latéraux. Dimensions : L = non-restituable, l = 47,1, e = 39,6, Ir = 0,84. Lieu de conservation : musée de Carnac (no D36 1 728). Sources : inédit. 

10. Guidel, La Villeneuve (Morbihan). Tranchant de hache polie en dolérite à grain moyen. Poli intégral, tranchant très émoussé. Dimensions : L = non restituable, l = 67,8, e = 52,6, Ir = 0,77. Lieu de conservation : musée de Carnac (no D36 1 691). Sources : inédit. 

11. Carnac (Morbihan). Talon de hache polie en dolérite à grain fin. Beau poli, réutilisation moderne en affûtoir sur les deux côtés. Dimensions : L = non-restituable, l = 53,8, e = 40,5, Ir = 0,75. Lieu de conservation : musée de Vannes (coll. Société polymathique du Morbihan, no IM 903 ; anc. coll. abbé Collet). Sources : inédit. 

12. Crach (Morbihan). Hache polie en dolérite à grain fin. Poli intégral avec irrégularités résiduelles. Dimensions : L = 200, l = 57,5, e = 51,7, Ir = 0,90. Lieu de conservation : musée de Carnac (no R82 87 157). Sources : inédit. 

13. La Trinité-sur-Mer (Morbihan). Hache polie irrégulière (ou herminette) en dolérite à grain moyen. Tranchant légèrement dissymétrique, talon cassé. Dimensions : L >180, l = 58,2, e = 47,7, Ir = 0,82. Lieu de conservation : musée de Carnac (no hache polie SN1). Sources : inédit. 

14. Carnac, Kerfraval (Morbihan). Grande hache polie en dolérite à grain fin. Corps entièrement bouchardé, sauf sur le fil du tranchant. Dimensions : L = 327, l = 89, e = 70, Ir = 0,79. Lieu de conservation : musée de Carnac (no R82 56 73). Sources : inédit. 

15. Quiberon, Toul Bras (Morbihan). Belle hache polie en dolérite à grain moyen. Poli intégral, tranchant court peut-être repris (angle 90°). Dimensions : L = 249, l = 63,8, e = 45,6, Ir = 0,71. Lieu de conservation : musée de Carnac (no R84 1 1). Sources : inédit. 

16. Bretagne, sans précision. Hache polie en dolérite de type A. Très beau poli intégral. Dimensions : L = 252, l = 55,5, e = 46,1, Ir = 0,83. Lieu de conservation : musée de Vannes (coll. Société polymathique du Morbihan, no IM 1023 ; don Kéranflec’h). Sources : inédit. 

17. Ploemel, Saint-Méen (Morbihan). Hache polie irrégulière en dolérite à grain moyen. Poli intégral, soigné au tranchant et plus sommaire ailleurs. Nombreuses irrégularités résiduelles. Dimensions : L = 262, l = 83, e = 58, Ir = 0,70. Lieu de conservation : musée de Carnac (no R82 88 10). Sources : inédit. 

Non figurée : Remungol, Pont Mein (Morbihan). Belle hache fusiforme (un peu mince) en dolérite de type A et appartenant à un dépôt enfoui en terrain humide, à la confluence de deux ruisseaux, à 10 m d’une source. La hache était associée à deux autres haches de même roche : une herminette à méplats latéraux et une petite hache réemployée en outil à double méplat distal biseauté et dissymétrique. Dimensions : L = 271, l = 78,5, e = 53, Ir = 0,675. Lieu de conservation : musée de Carnac (no 2016 2 1). Sources : inédit.

Fig. 19. Haches du corpus

Fig. 19. Haches du corpus

DAO A. Chancerel

1. Barbechat, ferme de la Bordaye (Loire-Atlantique). Hache fusiforme partiellement polie en dolérite (lame mince). Dimensions : L = 136, l = 62, e = 49, Ir = 0,79. Lieu de conservation : privé (coll. R. Secher). Sources : fichier C.-T. Le Roux. 

2. La Plaine-sur-Mer, Chante-Pie (Loire-Atlantique). Fragment de hache fusiforme en dolérite (type A). Dimensions : L = non-restituables, l = 79, e = 50, Ir = 0,63. Lieu de conservation : privé (coll. Tessier). Sources : fichier C.-T. Le Roux. 

3. Saint-Michel-Chef-Chef, La Mainguinière (Loire-Atlantique). Talon de hache fusiforme en dolérite, trouvé en surface. Dimensions : L = non-restituables, l = 49, e = 41, Ir = 0,83. Lieu de conservation : privé (coll. Tessier). Sources : fichier C.-T. Le Roux. 

4. Ancenis, dragage de la Loire (Loire-Atlantique). Tranchant de hache fusiforme réalisée dans un gabbro en voie d’éclogitisation (lame mince). Dimensions : L = non-restituable, l = 55, e = 39, Ir = 0,71. Lieu de conservation : dépôt de fouilles de Nantes. Sources : fichier C.-T. Le Roux. 

5. Donges (Loire-Atlantique). Hache fusiforme en dolérite (type A). Dimensions : L = 270, l = 73, e = 56, Ir = 0,76. Lieu de conservation : dépôt de fouilles de Nantes. Sources : fichier C.-T. Le Roux. 

6. Montrevault, Gagnerie (Maine-et-Loire). Fragment de hache fusiforme abîmée en métadolérite grossière altérée. Dimensions : non-restituables. Lieu de conservation : musée de Cholet. Sources : fichier C.-T. Le Roux. 

7. Cholet, rue des Brosses (Maine-et-Loire). Fragment de hache fusiforme en métadolérite altérée (lame mince I.L. 2). Dimensions : non-restituables. Lieu de conservation : musée de Cholet. Sources : fichier C.-T. Le Roux. 

8. Les Brouzils, Le Chêne (Vendée). Hache fusiforme en éclogite trouvée lors de la construction du sous-sol d’une maison, (lame mince P.-R. Giot), tranchant étroit très émoussé. Dimensions : L = 156, l = 53, e = 36, Ir = 0,68. Lieu de conservation : Muséum d’histoire naturelle de Nantes (32 = Mignien 672). Sources : fichier C.-T. Le Roux. 

9. Les Herbiers (Vendée). Hache fusiforme en métadolérite. Dimensions : L = 179, l = 54, e = 42, Ir = 0,77. Lieu de conservation : Muséum d’histoire naturelle de Nantes (240 = Mignien 539). Sources : fichier C.-T. Le Roux. 

10. Mormaison (Vendée). Hache fusiforme en dolérite (type A). Dimensions : L = 253, l = 63, e = 51, Ir = 0,8. Lieu de conservation : Musée des antiquités nationales (no 21988, coll. Ballereau). Sources : fichier C.-T. Le Roux et Harmois 1928, p. 168. 

11. Sablonceaux, La Pièce du Canal (Charente-Maritime). Grande hache fusiforme en dolérite (peut-être de type A), façonnée par piquetage dont les traces sont incomplètement supprimées par le polissage sauf au tranchant. Dimensions : L = 260, l = 76,5, e = 57, Ir = 0,74. Lieu de conservation : privé (coll. Lecurou). Sources : Gachina 1979, p. 287, fig. 1, no 5. 

12. Ceaux-en-Loudun (Vienne). Hache fusiforme en dolérite (lame mince). Dimensions : L = 210, l = 63, e = 47, Ir = 0,74. Lieu de conservation : privé (coll. M. Morenand). Sources : C.-T. Le Roux et Le Roux et Cordier 1974, fig. 4, no 7. 

13. Les Ormes, La Belle Indienne (Vienne). Talon pointu de hache fusiforme en dolérite franche (lame mince : probablement faciès grossier de I.L. 3). Dimensions : L = non restituable, l= 35, e = 30, Ir = 0,85. Lieu de conservation : inconnu. Sources : fichier C.-T. Le Roux.

14. Jublains, Carré Coutel, dans une tranchée de drainage (Mayenne). Hache fusiforme en dolérite (type A). Dimensions : L = 159, l = 50, e = 37, Ir = 0,74. Lieu de conservation : privé (coll. part.). Sources : fichier C.-T. Le Roux. 

Non figurée : Coulombiers, La Haute Touche (Sarthe). Hache fusiforme en dolérite. Dimensions : L = 254, l = 47, e = 40,5, Ir = 0,86. Lieu de conservation : inconnu. Sources : fichier C.-T. Le Roux.

Fig. 20. Haches du corpus

Fig. 20. Haches du corpus

DAO A. Chancerel

1. Barneville-Carteret, Le Castel (Manche). Fragment brûlé de hache fusiforme en dolérite recueilli lors du décapage du toit du substrat schisteux du site. Dimensions : L = non restituable, l = 60, e = 53, Ir = 0,88. Lieu de conservation : dépôt archéologique du SRA. Sources : Billard et al. 2014, p. 40 et 44-46, fig. 12, no 7. 

2. Barneville-Carteret, Le Castel (Manche). Talon de hache fusiforme en dolérite recueilli dans un sondage au nord du silo daté (st. 308) sur le tracé probable du fossé d’enceinte du NMII. Dimensions : L = non restituable, l = 54, e = 45, Ir = 0,83. Lieu de conservation : dépôt archéologique du SRA. Sources : Billard et al. 2014, p. 40, 44-46, fig. 12, no 6. 

3. Barneville-Carteret, Le Castel (Manche). Grand fragment de hache fusiforme en dolérite recueilli en deux éléments se recollant et issus : l’un d’un silo (st. 308 sup.) daté par le C14 (3966-3781 av. J.-C.) dans une phase déjà avancée du NMII, lequel silo a livré aussi des éléments évoquant clairement le NMI ; l’autre d’une tranchée à quelque distance (TI, st. 6). Dimensions : L = non restituable, l = 70, e = 57, Ir = 0,81. Lieu de conservation : dépôt archéologique du SRA. Sources : Billard et al. 2014, p. 40 et 44-46, fig. 12, no 9. 

4. Réville, plage du Dranguet (Manche). Talon de hache fusiforme. Dimensions : L = non restituable, l = 39, e = 35,8, Ir = 0,91. Lieu de conservation : dépôt archéologique du SRA (coll. M. Audouard). Sources : archives SRA Basse-Normandie. 

5. La Trinité, Jersey, Moulin de Bas (îles anglo-normandes). Hache fusiforme trouvée en janvier 1914 par C. J. Le Quesne sous les fondations d’une vieille maison en cours de démolition. Elle était prise dans une argile jaune sous les pierres du foyer. Dimensions (converties depuis des inches et arrondies) : L = 368, l = 88, e = 80, Ir = 0,91. Lieu de conservation : inconnu. Sources : Anonyme 1914. 

6. Saint-Gabriel-Brécy 1 (Calvados). Talon de hache polie fusiforme en dolérite de type A, trouvé en surface. Dimensions : L = non restituable, l = 45, e = 42, Ir = 0,93. Lieu de conservation : dépôt archéologique du SRA (coll. J. Barge). Sources : archives SRA Basse-Normandie. 

7. Saint-Gabriel-Brécy 2 (Calvados). Talon de hache polie fusiforme en dolérite, trouvé en surface. Dimensions non restituables. Lieu de conservation : dépôt archéologique du SRA (coll. J. Barge). Sources : archives SRA Basse-Normandie.

8. Banville 3, Camp de la Burette (Calvados). Talon de hache polie fusiforme en grauwacke (détermination N. Le Maux), trouvé en surface. Dimensions : L = non restituable, l = 42, e = 36, Ir = 0,85. Lieu de conservation : dépôt archéologique du SRA (coll. J. Barge). Sources : archives SRA Basse-Normandie. 

9. Banville 1, La Fougère (Calvados). Tronçon de hache polie fusiforme en dolérite, trouvé en surface en 1990. Dimensions : L = non restituable, l = 59, e = 51, Ir = 0,86. Lieu de conservation : dépôt archéologique du SRA (coll. J. Barge). Sources : archives SRA Basse-Normandie. 

10. Grentheville, ZI Sud de Mondeville Grentheville (Calvados). Tronçon médian de hache fusiforme en dolérite grise issu du remplissage du fossé d’une enceinte du Bronze moyen dont le tracé a recoupé (au moins) un silo d’une une série six datés du NMII. Dimensions : L = non restituable, l = 41, e = 33, Ir = 0,8. Lieu de conservation : dépôt archéologique du SRA. Sources : Chancerel et al. 2006, p. 68, fig. 46, no 1. 

11. Creully 2 (Calvados). Talon de hache polie fusiforme, chauffé et réutilisée en percuteur, en grauwacke (détermination N. Le Maux), trouvé en surface. Dimensions : L = non restituable, l = 44,5, e = 36, Ir = 0,81. Lieu de conservation : dépôt archéologique du SRA (coll. J. Barge). Sources : archives SRA Basse-Normandie. 

12. Colombiers-sur-Seules 2, Les Houx (Calvados). Hache polie fusiforme en fibrolite (détermination C.-T. Le Roux) recueillie dans un labour en 1963. Elle porte une bande rugueuse vers le talon et des stries anciennes au tranchant. Dimensions : L = 221, l = 60,5, e = 47,5, Ir = 0,78. Lieu de conservation : privé (coll. Chesnel). Sources : Verron 1975, p. 472. 

13. Cambes-en-Plaine, RD 79 (Calvados). Hache polie fusiforme en dolérite verte trouvée lors d’un diagnostic archéologique préventif. Elle a été recueillie hors de tout contexte archéologique à la base du labour et représente le seul objet néolithique recueilli sur les 3 ha sondés. Son corps est soigneusement bouchardé, sauf au tiers distal et au tranchant qui sont polis. Dimensions : L = 205, l = 60, e = 45, Ir = 0,75. Lieu de conservation : dépôt archéologique du SRA. Sources : Hérard 2011, p. 35-37. 

14. Dozulé (Calvados). Hache polie fusiforme en dolérite trouvé lors de l’extension d’un bâtiment par un inventeur ayant souhaité rester anonyme. Dimensions (d’après photo) : L = 207, l = 65, e = 54, Ir = 0,83. Lieu de conservation : inconnu (coll. part.). Sources : archives SRA Basse-Normandie, n° carte archéologique 14 229 0006. 

15. Saint-Désir, Pommeraies Desfrièches (Calvados). Hache fusiforme en roche verte. Dimensions : L = 240, l = 63,7, e = 57,5, Ir = 0,90. Lieu de conservation : dépôt archéologique du SRA (coll. J. Barge). Sources : archives SRA Basse-Normandie. 

Non figurée : Amblie, devant la Croix Rouge (Calvados). Tranchant de hache polie fusiforme en métadolérite de type A (détermination N. Le Maux). Dimensions : L = non restituable, l = 43, e = 33, Ir = 0,76. Lieu de conservation : dépôt archéologique du SRA (coll. J. Barge). Sources : inédit. 

Non figurée : Banville 4, La Fougère (Calvados). Tranchant de hache polie fusiforme en dolérite, à tranchant très resserré. Dimensions : non restituables. Lieu de conservation : dépôt archéologique du SRA (coll. J. Barge). Sources : inédit. 

Non figurée : Colombiers-sur-Seules 3, Les Houx (Calvados). Tranchant hache polie de forme hyperbolique en dolérite grossière. Dimensions : non restituables. Lieu de conservation : dépôt archéologique du SRA (coll. J. Barge). Sources : inédit.

Fig. 21. Haches du corpus

Fig. 21. Haches du corpus

DAO A. Chancerel

1. Creully 1 (Calvados). Tranchant de hache polie fusiforme en dolérite trouvée en surface en 1980. Dimensions : L = non restituable, l = 63, e = 45, Ir = 0,71. Lieu de conservation : dépôt archéologique du SRA (coll. J. Barge). Sources : archives SRA Basse-Normandie. 

2. Fleury-sur-Orne, CD 120 (Calvados). Hache fusiforme à tranchant mousse en dolérite trouvée lors de la fouille préventive d’un site protohistorique. Dimensions : L = 173, l = 49, e = 35, Ir = 0,71. Lieu de conservation : dépôt archéologique du SRA. Sources : San Juan 1990, p. 46, fig. 10, no 3. 

3. Saint-Martin-de-Fontenay (Calvados). Tranchant de hache fusiforme en dolérite. Dimensions : L = non restituable, l = 69, e = 56, Ir = 0,81. Lieu de conservation : privé (coll. J. Ladjadj). Sources : archives SRA Basse-Normandie. 

4. Cagny, Le Haut du Parc (Calvados). Deux fragments de haches fusiformes en dolérite recueillis lors d’un diagnostic archéologique préventif, hors structure dans un remblai sous la terre végétale. Dimensions : non restituables. Lieu de conservation : dépôt archéologique du SRA. Sources : Jahier 2015, p. 28-29, fig. 9, no 3. 

5. Colombiers-sur-Seules 1, La Commune Sèche (Calvados). Tranchant de hache polie fusiforme en dolérite recueilli à la base de l’éboulis du parement extérieur du cairn, à l’est du couloir de la chambre A, datation NMII. Dimensions : non restituables. Lieu de conservation : dépôt archéologique du SRA. Sources : inédit. 

6. Banville 2, La Fougère (Calvados). Tranchant de hache polie fusiforme en dolérite, avec ensellement sous le tranchant (type Russy). Dimensions : non restituables. Lieu de conservation : dépôt archéologique du SRA (coll. J. Barge). Sources : inédit. 

7. Tierceville, La Couture Houard (Calvados). Tranchant de hache fusiforme en dolérite. Dimensions : L = non restituable, l = 65, e = 45, Ir = 0,69. Lieu de conservation : dépôt archéologique du SRA (coll. J. Barge). Sources : inédit. 

8. Saint Gabriel-de-Brécy 3 (Calvados). Tranchant de hache polie fusiforme en dolérite grossière. Dimensions : L = non restituable, l = 57, e = 43, Ir = 0,75. Lieu de conservation : dépôt archéologique du SRA (coll. J. Barge). Sources : inédit. 

9. Cairon, La Pierre Tourneresse (Calvados). Tranchant de hache fusiforme en roche grenue bleutée (grès ou grauwacke) mis au jour dans le vieux sol à l’extérieur du monument près d’un foyer en cuvette. Son tranchant a fait l’objet d’un ravivage par polissage. Dimensions : L = non restituable, l = 44, e = 35, Ir = 0,79. Lieu de conservation : dépôt archéologique du SRA. Sources : Ghesquière et Marcigny 2011, p. 121-122 et 127. 

10. Gavrus 2 (Calvados). Tranchant de hache polie fusiforme en grauwacke. Dimensions : L = non restituable, l = 55, e = 39, Ir = 0,71. Lieu de conservation : dépôt archéologique du SRA (coll. J. Barge). Sources : inédit. 

11. Ernes, Derrière les Près (Calvados). Tranchant de hache fusiforme en dolérite de l’est de la Mancellia, trouvé au contact cairn/paléosol du dolmen à couloir, datation au NMI ou NMII. Dimensions : L = non restituable, l = 44, e = 35, Ir = 0,79. Lieu de conservation : dépôt archéologique du SRA. Sources : San Juan et Dron 1997, p. 185. 

12. Gavrus 1 (Calvados). Talon de hache polie fusiforme en grauwacke (détermination N. Le Maux), trouvé en surface en 1990. Dimensions : L = non restituable, l = 53, e = 48, Ir = 0,90. Lieu de conservation : dépôt archéologique du SRA (coll. J. Barge). Sources : archives SRA Basse-Normandie. 

13. Louvigny, Le Champ Varin (Calvados). Hache fusiforme en dolérite trouvée en surface. Dimensions : L = 294, l = 70, e = 61, Ir = 0,87. Lieu de conservation : privé (coll. C. Lepeletier). Sources : archives SRA Basse-Normandie. 

14. Tourville-sur-Odon, Sous Mondrainville (Calvados). Fragment de hache fusiforme découverte lors d’un diagnostic archéologique préventif en 2015 dans une fosse appartenant à un ensemble de structures attribuées au Néolithique moyen I et surtout II. Dimensions : L = 174, l = 77, e = 55 (restitué), Ir = 0,71. Lieu de conservation : dépôt archéologique du SRA. Sources : Ghesquière 2015, p. 32-35. 

15. Saint-Martin-de-Fontenay, Verrières, près de la Chapelle (Calvados). Hache fusiforme en dolérite. Dimensions (d’après photos) : L = 318. Lieu de conservation : privé (coll. Mme Lefebvre). Sources : archives SRA Basse-Normandie. 

16. Garcelles-Secqueville, à l’ouest du bourg (Calvados). Hache fusiforme en dolérite trouvée dans un labour. Dimensions : L = 360, l = 69, e = 58, Ir = 0,84. Lieu de conservation : inconnu. Sources : archives SRA Basse-Normandie. 

17. Mathieu, Le Pavillon (Calvados). Hache fusiforme en dolérite, à talon brisé. Dimensions : L = 244, l = 60, e = 50, Ir = 0,83. Lieu de conservation : musée de Normandie, Caen (dépôt de la Société des antiquaires de Normandie, anc. coll. R. Doranlo). Sources : inédit. 

Non figurée : Colombiers-sur-Seules 4, Le Champ Robin (Calvados). Talon de hache polie fusiforme en grauwacke (détermination N. Le Maux) ; le fragment a fait l’objet d’un début de perforation bilatérale par piquetage aboutissant à deux cupules opposées dans le sens de la largeur ; le même objet a été recueilli à Gavrus (voir infra). Dimensions : L = non restituable >124, l = 65, e = 47,5, Ir = 0,80. Lieu de conservation : dépôt archéologique du SRA (coll. J. Barge). Sources : inédit. 

Non figurée : Gavrus 3 (Calvados). Talon de hache polie fusiforme en dolérite (détermination N. Le Maux) ; le fragment a fait l’objet d’un début de perforation bilatérale par piquetage aboutissant à deux cupules opposées dans le sens de l’épaisseur ; le même objet a été recueilli à Colombiers-sur-Seules (voir supra). Dimensions : L = non restituable >122, l = 62, e = 48, Ir = 0,77. Lieu de conservation : dépôt archéologique du SRA (coll. J. Barge). Sources : inédit. 

Non figurée : Reviers, Le Val d’Amblie (Calvados). Tranchant resserré de hache fusiforme en dolérite. Dimensions : non restituables. Lieu de conservation : dépôt archéologique du SRA (coll. J. Barge). Sources : inédit. 

Voir fig. 7 : Russy (Calvados). Hache fusiforme en dolérite à ensellement sous le tranchant. Dimensions : L = 227, l = 69. Lieu de conservation : inconnu (coll. part.). Sources : thèse en cours N. Le Maux. 

Non figurée : Cabourg (Calvados). Hache fusiforme en dolérite à ensellement sous le tranchant. Lieu de conservation : inconnu (coll. part.). Sources : thèse en cours N. Le Maux. 

Non figurée : Banville, Le Parc (Calvados). Hache fusiforme en cornéenne. Dimensions : L = 182, l = 61,5, e = 40,5, Ir = 0,66. Lieu de conservation : privé (coll. M. Legallo). Sources : thèse en cours N. Le Maux. 

Voir fig. 7 : Banville (Calvados). Hache fusiforme. Lieu de conservation : inconnu (coll. part.). Sources : thèse en cours N. Le Maux.

Fig. 22. Haches du corpus

Fig. 22. Haches du corpus

DAO A. Chancerel

1. Bailleul (Orne). Hache fusiforme en dolérite à assez gros grains (détermination P.-R. Giot), simplement piquetée avec un tranchant indécis. Dimensions : L = 170, l = 55, e = 42 : Ir = 0,7. Lieu de conservation : privé (coll. L. Radigue). Sources : Verron 1967, p. 153-154. 

2. Putanges-Pont-Écrepin, La Billardière (Orne). Hache fusiforme en roche grenue patinée brunâtre trouvée en 1966 par M. Graffet ; le talon est entièrement piqueté et le tranchant accidenté. Dimensions : L = >180, l = 55, e = 46, Ir = 0,83. Lieu de conservation : privé (coll. P. Lorren). Sources : inédit. 

3. Sées, Granlay (Orne). Talon pointu de hache fusiforme en cornéenne quartzeuse à biotite (lame mince). Dimensions : L = non restituable, l = 40, e = 40, Ir = 1. Lieu de conservation : université de Caen, laboratoire de géologie. Sources : fichier C.-T. Le Roux. 

4. Sées, La Mare Ameline (Orne). Talon pointu de hache fusiforme en belle dolérite à grain moyen. Dimensions : L = non restituable, l = 47, e = 38, Ir = 0,8. Lieu de conservation : université de Caen, laboratoire de géologie. Sources : fichier C.-T. Le Roux. 

5. Colombiers, Le Champ de la Tourte (Orne). Fragment mésial de hache fusiforme en pierre dure recueilli en prospection de surface. Dimensions : L = non restituable, l = 50, e = 45, Ir = 0,90. Lieu de conservation : dépôt archéologique du SRA (coll. G. Leclerc). Sources : Leclerc 1994, p. 147-151 bis. 

6. Sémallé, La Vêquerie, les Terres Noires (Orne). Tranchant de hache fusiforme en dolérite recueillie en prospections de surface. Dimensions : L = non restituable, l = 55, e >36, Ir >0,65. Lieu de conservation : dépôt archéologique du SRA (coll. G. Leclerc). Sources : inédit. 

7. Sées, Les Brislets (Orne). Hache fusiforme en dolérite recueillie en surface. Dimensions : L = 220. Lieu de conservation : privé (coll. P. Bréart). Sources : Bernouis 1991, p. 17-18, fig. 58. 

8-9. Athis, carrière des Avenages (Orne). Deux belles haches à légers méplats latéraux en diabase trouvées en décapant la terre végétale d’une carrière de granit entre Poirier et Avenages entre 1950 et 1957. À l’origine trois haches ont été trouvées à quelques mètres de distance, mais seules deux ont été conservées. Elles sont remarquablement polies avec un tranchant est rétréci par rapport au centre de la pièce. L’une présente une bande piquetée à son tiers proximal. Dimensions hache 1 : L = 208, l = 56, e = 43 : Ir = 0,76 ; hache 2 : L = 172, l = 46,6, e = 34,5, Ir = 0,74. Lieu de conservation : privé (coll. L. Drouelle). Sources : Hubert 1966, p. 89-90 ; Verron 1967 ; Verron 1974, p. 4, fig. 1. 

10. Montgaroult (Orne). Fragment de hache fusiforme en dolérite. Dimensions : L = non restituable ; l = 58 ; e = 40 ; Ir = 0,69. Lieu de conservation : musée de Flers (no 16). Sources : fichier C.-T. Le Roux. 

11. Argentan, Le Grand Beaulieu (Orne). Tranchant de hache fusiforme en dolérite, recueilli avec d’autres fragments dans un ensemble de fosses-carrières attribuées au Néolithique moyen II à coupes à socle, autour de 4000-3700 av. J.-C. Dimensions : L = non restituable, l = 59, e = 49,5, Ir = 0,83. Lieu de conservation : dépôt archéologique du SRA. Sources : Ghesquière 2004, fig. 6, no 1. 

12. La Fresnaye-au-Sauvage, village de la Fresnaye (Orne). Hache fusiforme en roche gris foncé, très corrodée (ou piquetée ?) sur sa plus grande partie sauf au tranchant, ce dernier très arrondi. Dimensions : L = 190, l = 52, e = 40, Ir = 0,77. Lieu de conservation : privé (coll. Pottier à La Fresnaye). Sources : archives SRA Basse-Normandie (d’après T. Mercier). 

13. Berjou (Orne ; voir Sainte-Honorine-la-Chardonne). Hache en diorite appartenant au type dit en boudin, découverte en 1896 non loin du confluent du Noireau et de l’Orne, presque à la limite du département du Calvados, sous la terre arable, sur le sable granitique, dans une position verticale la pointe en bas. Dimensions : L = 345, l = 80, e = 60, Ir = 0,75. Lieu de conservation : inconnu. Sources : Mortillet 1899 ; Baudon 1907, p. 317 ; Harmois 1928, p. 160. 

14. Céaucé, carrière du Bordage (Orne). Hache fusiforme en dolérite, trouvée vers 1955 sous la couche de terre végétale, dans une lentille d’argile blanche, sans autre mobilier. Hache simplement piquetée comme celle de Monnai. Dimensions : L = 300, l = 80, e = 57, Ir = 0,71. Lieu de conservation : privé (coll. Mauger). Sources : Verron 1967, p. 150-151. 

15. Monnai, Champ Picot, sur le plateau de Ternant, à mi-distance entre la résurgence du Guiel et le hameau de Ternant (Orne). Grande hache fusiforme en dolérite à assez gros grain (détermination P.-R. Giot). Sa surface est rugueuse sans que ce travail ait été suivi de polissage. Dimensions : L = 317, l = 83, e = 78,3, Ir = 0,94. Lieu de conservation : privé (coll. J. Vigouroux). Sources : Verron 1967, p. 147-148.

Fig. 23. Haches du corpus

Fig. 23. Haches du corpus

DAO A. Chancerel

1. Montabard 3, Les Longues Raies, champ 7 (Orne). Tranchant de hache fusiforme en dolérite avec un méplat sur l’un des côtés, tranchant émoussé. Dimensions : L = non restituable, l = 43, e = 40, Ir = 0,93. Lieu de conservation : privé (coll. P. Lorren). Sources : inédit. 

2. Occagnes 4, Sources du Meillon, champ 20 (Orne). Tronçon médian hache fusiforme en dolérite, fendu dans le sens de la longueur et réutilisé en percuteur sur les côtés. Dimensions : L = non restituable >180, l = 68, e = 53, Ir = 0,78. Lieu de conservation : privé (coll. P. Lorren). Sources : inédit. 

3. Commeaux 1, Le Gouffre, champ 13 (Orne). Talon de hache fusiforme en dolérite très fine très bien polie. Dimensions : L = non restituable >113, l = 44, e = 37, Ir = 0,84. Lieu de conservation : privé (coll. P. Lorren). Sources : inédit. 

4. Montabard 4, Les Sceaux, champ 6 (Orne). Tronçon distal de hache fusiforme en dolérite bien polie avec piquetage encore visible sous l’égrisage. Dimensions : L = non restituable, l = 49, e = 48, Ir = 0,98. Lieu de conservation : privé (coll. P. Lorren). Sources : inédit. 

5. Ronai 2, La Marche, champ 6 (Orne). Talon de hache fusiforme en dolérite altérée (traces de bouchardage ?). Dimensions : L = non restituable, l = 49, e = 46, Ir = 0,93. Lieu de conservation : privé (coll. P. Lorren). Sources : inédit. 

6. Sentilly 1, Les Jardins, champ 6 (Orne). Talon de hache fusiforme en dolérite grossière très bien polie. Dimensions : L = non restituable, l = 56, e = 45, Ir = 0,80. Lieu de conservation : privé (coll. P. Lorren). Sources : inédit. 

7. Habloville 2, Les Terriers, champ 5 (Orne). Tranchant de hache fusiforme en dolérite grossière altérée ou bouchardée, tranchant abîmé. Dimensions : L = non restituable >111, l = 57, e = 50, Ir = 0,87. Lieu de conservation : privé (coll. P. Lorren). Sources : inédit. 

8. Argentan 2, Le Grand Beaulieu, champ 8 (Orne). Tranchant de hache fusiforme en dolérite grossière, bien polie, tranchant repris sur les deux faces. Dimensions : L = non restituable, l = 54, e = 41, Ir = 0,76. Lieu de conservation : privé (coll. P. Lorren). Sources : inédit. 

9. Montabard 2, Les Longues Raies, champ 4 (Orne). Tranchant de hache fusiforme en dolérite grossière, avec ensellement sous le tranchant (type Russy) et tranchant abîmé. Dimensions : L = non restituable, l = 76, e >52, Ir >0,68. Lieu de conservation : privé (coll. P. Lorren). Sources : inédit. 

10. Habloville 1, Les Terriers, champ 7 (Orne). Tranchant de hache fusiforme en dolérite bien polie avec reprise par bouchardage sur un côté près de la cassure. Dimensions : L = non restituable >111, l = 51, e = 40, Ir = 0,78. Lieu de conservation : privé (coll. P. Lorren). Sources : inédit. 

11. Sévigny 1, Ruisseau des Fontaines Thiot, champ 2 (Orne). Tranchant de hache fusiforme en dolérite avec ensellement sous le tranchant (type Russy) ; fragment bien poli avec amincissement sous la cassure. Dimensions : L = non restituable, l = 63, e = 46, Ir = 0,73. Lieu de conservation : privé (coll. P. Lorren). Sources : inédit. 

12. Occagnes 2, Les Quatre Chemins, champ 3 (Orne). Tranchant de hache fusiforme en dolérite fine très beau poli avec facette de repolissage sur les deux faces. Dimensions : L = non restituable, l = 59, e = 45, Ir = 0,76. Lieu de conservation : privé (coll. P. Lorren). Sources : inédit. 

13. Sées, Pont Gédouin (Orne). Tranchant de hache fusiforme en dolérite recueillie en prospections de surface. Dimensions : L = non restituable, l = 54, e = 42, Ir = 0,77. Lieu de conservation : dépôt archéologique du SRA (coll. G. Leclerc). Sources : inédit. 

14. Occagnes 1, Les Droulis, champ 19 (Orne). Hache fusiforme en dolérite (surface piquetée ou altérée). Dimensions : L = 180, l = 52, e = 38,5, Ir = 0,74. Lieu de conservation : privé (coll. P. Lorren). Sources : inédit. 

15. Ronai 1, La Marche, champ 6, et Le Fresne sud, champ 2 (Orne). Tronçon médian de hache fusiforme en dolérite (à grains noirs altérés) composé de deux fragments se recollant recueillis dans deux parcelles éloignées de 600 m. Dimensions : L = non restituable >165, l = 60, e = 54, Ir = 0,90. Lieu de conservation : privé (coll. P. Lorren). Sources : inédit. 

16. Montabard 1, Les Longues Raies, champ 6 (Orne). Tranchant de hache fusiforme en dolérite bien polie avec reprise d’amincissement à l’endroit de la cassure. Dimensions : L = non restituable >139, l = 61, e = 51, Ir = 0,83. Lieu de conservation : privé (coll. P. Lorren). Sources : inédit. 

17. Ronai 3, Les Longues Raies, champ 3 (Orne). Talon de hache fusiforme en dolérite altérée. Dimensions : L = non restituable >160, l = 60, e = 50, Ir = 0,83. Lieu de conservation : privé (coll. P. Lorren). Sources : inédit. 

Non figurée : Argentan 3, Le Grand Beaulieu, champ 8 (Orne). Tronçon de hache fusiforme en dolérite grossière, à l’approche du talon. Dimensions : L = non restituable, l = 48, e = 40, Ir = 0,83. Lieu de conservation : privé (coll. P. Lorren). Sources : inédit. 

Non figurée : Commeaux 2, L’Épine ronde sud, champ 19 (Orne). Tranchant de hache fusiforme en dolérite grossière avec cassure par flexion. Dimensions : non restituables. Lieu de conservation : privé (coll. P. Lorren). Sources : inédit. 

Non figurée : Commeaux 3, Rive de l’Houay, champ 9 (Orne). Tranchant de hache fusiforme en dolérite très altérée et bouchardée même au tranchant (ébauche ?). Dimensions : L = non restituable, l = 55, e = 43, Ir = 0,78. Lieu de conservation : privé (coll. P. Lorren). Sources : inédit. 

Non figurée : Commeaux 4, Le Gouffre, champ 1 (Orne). Tranchant de hache fusiforme en dolérite grossière avec cassure par flexion. Dimensions : non restituables. Lieu de conservation : privé (coll. P. Lorren). Sources : inédit. 

Non figurée : Commeaux 5, Le Gouffre, champ 1 (Orne). Talon de hache fusiforme en dolérite avec une zone repiquetée annulaire en avant du talon. Dimensions : L = non restituable >115, l = 53, e = 40, Ir = 0,75. Lieu de conservation : privé (coll. P. Lorren). Sources : inédit. 

Non figurée : Habloville 3, Les Terriers, champ 5 (Orne). Tranchant de hache fusiforme en dolérite très fine (type A ?) bien polie. Dimensions : non restituables. Lieu de conservation : privé (coll. P. Lorren). Sources : inédit. 

Non figurée : La Courbe (Orne). Hache fusiforme en gabbro ou métagabbro vert kaki au tranchant délimité par deux légers renflements latéraux. Dimensions : L = 304, l = 75, e = 59, Ir = 0,78. Lieu de conservation : inconnu (coll. part.). Sources : Le Maux et Piel-Desruisseaux 2014, p. 184 et fig. 2, no 9. 

Non figurée : Montabard 5, Les Sceaux, champ 6 (Orne). Tranchant de hache boudinée en dolérite altérée bien polie à grain très fin. Dimensions : L = non restituable, l = 47, e = 40, Ir = 0,85. Lieu de conservation : privé (coll. P. Lorren). Sources : inédit. 

Non figurée : Occagnes 3, Les Droulis, champ 19 (Orne). Petit fragment mésial de hache fusiforme en dolérite. Dimensions : L = non restituable, l = 60, e = 49, Ir = 0,81. Lieu de conservation : privé (coll. P. Lorren). Sources : inédit. 

Non figurée : Ronai 4, La Marche, champ 6 (Orne). Tranchant de hache fusiforme en dolérite fine bien polie. Dimensions : L = non restituable, l = 64, e = 45, Ir = 0,70. Lieu de conservation : privé (coll. P. Lorren). Sources : inédit. 

Non figurée : Ronai 5, La Marche, champ 6 (Orne). Tranchant de hache fusiforme en dolérite fine au tranchant très bien poli et égrisage poussé sur la lame ; fragment brûlé endommagé sur un côté. Dimensions : L = non restituable, l = 58, e = 42, Ir = 0,72. Lieu de conservation : privé (coll. P. Lorren). Sources : inédit. 

Non figurée : Ronai 6, Les Longues Raies, champ 1 (Orne). Extrémité de tranchant de hache fusiforme en dolérite bien polie avec une facette de repolissage d’un côté du tranchant. Dimensions : non restituables. Lieu de conservation : privé (coll. P. Lorren). Sources : inédit. 

Non figurée : Sévigny 3, Ruisseau des Fontaines Thiot, champ 2 (Orne). Tronçon médian de hache fusiforme en dolérite bien polie. Dimensions : L = non restituable, l = 54, e = 49, Ir = 0,90. Lieu de conservation : privé (coll. P. Lorren). Sources : inédit. 

Non figurée : Sévigny 4, Ruisseau des Fontaines Thiot, champ 2 (Orne). Hache fusiforme irrégulière (ébauche ?) en dolérite piquetée ; une des faces est accidentée par une large écaille et seul le tranchant est poli. Dimensions : L = 151, l = 55, e = 41, Ir = 0,74. Lieu de conservation : privé (coll. P. Lorren). Sources : inédit. 

Non figurée : Sévigny 5, Ruisseau des Fontaines Thiot, champ 2 (Orne). Tronçon médian de hache fusiforme en dolérite bien polie, fendu dans le sens de la longueur avec début de repolissage sur les reliefs de la face d’éclatement. Dimensions : L = non restituable >122, l = 61, e = 50, Ir = 0,82. Lieu de conservation : privé (coll. P. Lorren). Sources : inédit. 

(Sainte-Honorine-la-Chardonne ; Orne). Hache en forme de fuseau bien rond et régulier en diorite grise, issue d’un défrichement. Dimensions : L = 345, l = 80, e = 60, Ir = 0,75. Lieu de conservation : musée d’Évreux, no 3087 (coll. L. Coutil). La commune de Sainte-Honorine-la-Chardonne est mitoyenne de celle de Berjou. Pour L. Coutil et G. Verron, cette hache est en fait celle de Berjou (voir supra fig. 22, no 13). Sources : Coutil 1903, p. 128-129 ; Coutil 1918 ; Harmois 1928, p. 161 ; Verron 1967, p. 149. 

Fig. 24. Haches du corpus

Fig. 24. Haches du corpus

DAO A. Chancerel

1. Sévigny 2, Ruisseau des Fontaines Thiot, champ 2 (Orne). Tranchant de hache fusiforme en dolérite avec ensellement sous le tranchant (type Russy) mais obtenu ici par bouchardage ; fragment bien poli à tranchant abîmé. Dimensions : non restituable. Lieu de conservation : privé (coll. P. Lorren). Sources : inédit. 

2. Sées, Les Noittes (Orne). Hache fusiforme en dolérite recueillie en surface lors du remembrement en 1970 avec une autre non conservée. Le corps de la hache est bouchardé sauf au tranchant qui est poli. Dimensions : L = 168, l = 58, e = 44, Ir = 0,75. Lieu de conservation : privé (coll. Lesecq). Sources : Bernouis 1991, vol. 1, p. 18, fig. 60. 

3. Saint-Brice-sous-Rânes, Le Bisson, champ 3 (Orne). Hache boudinée en dolérite bien polie avec une facette de repolissage d’un côté du tranchant. Dimensions : L = 145, l = 45, e = 34. Ir = 0,75. Lieu de conservation : privé (coll. P. Lorren). Sources : inédit. 

4. Joué-du-Plain, Sausseaux (Orne). Fragment de hache fusiforme en dolérite grossière altérée. Dimensions : L = non restituable, l = 59, e = 47, Ir = 0,79. Lieu de conservation : musée de Flers (no 41). Sources : fichier C.-T. Le Roux. 

5. Trémauville (Seine-Maritime). Fragment de hache fusiforme en dolérite (type A) à bords très légèrement facettés. Dimensions : L = non restituable, l = 62, e = 38, Ir = 0,6. Lieu de conservation : privé (coll. J.-P. Watté). Sources : fichier C.-T. Le Roux. 

6. Angerville-Bailleul, Enfer, gisement B (Seine-Maritime). Talon de hache fusiforme en dolérite grossière (lame mince). Dimensions : L = non restituable, l = 54, e = 53, Ir = 1. Lieu de conservation : privé (coll. J.-P. Watté). Sources : fichier C.-T. Le Roux. 

7. Le Havre, Caucriauville (Seine-Maritime). Grande hache fusiforme piquetée en amphibolite massive, noire, à tranchant roulé et talon pointu. Dimensions : L = 186, l = 53, e = 45, Ir = 0,85. Lieu de conservation : privé (coll. J.-P. Watté). Sources : fichier C.-T. Le Roux. 

8. Saint-Aubin-Routot, Le Four à Chaux (Seine-Maritime). Hache fusiforme trouvée hors contexte par M. Vivier. Dimensions : L = 234, l = 64, e = 50, Ir = 0,78. Lieu de conservation : inconnu. Sources : archives SRA Basse-Normandie. 

9. Ormes (Eure). Hache boudinée en dolérite. Dimensions : L = 178, l = 56, e = 45, Ir = 0,8. Lieu de conservation : privé (coll. J.-P. Watté). Sources : fichier C.-T. Le Roux. 

10. Pont-Audemer (Eure). Hache en roche métamorphique à deux micas et phénocristaux rougeâtres (lamprophyre ? cornéenne ?), corrodée et à bords arrondis, trouvée en surface. Dimensions : L = 191, l = 63, e = 43, Ir = 0,68. Lieu de conservation : privé (coll. J.-P. Watté). Sources : fichier C.-T. Le Roux. 

11. La Vacherie (Eure). Hache fusiforme en roche de massifs anciens trouvée en prospection. Dimensions : L = 232, l = 58, e = 42,5, Ir = 0,74. Lieu de conservation : inconnu. Sources : Verron 1977, p. 365-366. 

12. Les Andelys (Eure). Hache boudinée en métadolérite (type A). Dimensions : L = 274, l = 65, e = 49,5, Ir = 0,76. Lieu de conservation : musée d’Évreux (coll. L. Coutil). Sources : Giligny et al. 2012, fig. 28, no 2. 

13. Saint-Pierre-de-Bailleul, près de Notre-Dame de Grâce (Eure). Hache fusiforme en métadolérite (type A). Dimensions : L = 333, l = 67, e = 62, Ir = 0,92. Lieu de conservation : musée d’Évreux (coll. L. Coutil). Sources : Coutil 1897, p. 170 ; Coutil 1918, p. 276 (où figurent les dimensions) ; Giligny et al. 2012, fig. 27, no 1. 

Non figurée : Écos (Eure). Hache fusiforme en dolérite. Lieu de conservation : inconnu. Sources : thèse en cours N. Le Maux. 

Non figurée : Harfleur, Colmoulins, gisement III (Seine-Maritime). Tranchant de hache fusiforme en dolérite. Dimensions : L = non restituable, l = 53, e = 39, Ir = 0,73. Lieu de conservation : privé (coll. J.-P. Watté). Sources : fichier C.-T. Le Roux.

Fig. 25. Haches du corpus

Fig. 25. Haches du corpus

DAO A. Chancerel

1. Orgère-en-Beauce (Eure-et-Loir). Hache fusiforme en dolérite (lame mince). Dimensions : L = 146, l = 55, e = 42, Ir = 0,76. Lieu de conservation : privé (coll. De Layre, no 358). Sources : C.-T. Le Roux ; réf. SRA (DRAP, no 28 498 82). 

2. Laons (Eure-et-Loir). Hache fusiforme en dolérite à grain fin, ébréchée au talon, tranchant dissymétrique. Dimensions : L = 209, l = 59, e = 45, Ir = 0,76. Lieu de conservation : musée de Chartres (no 761 ; don Deshaulles). Sources : C.-T. Le Roux. 

3. Environs de Dreux (Eure-et-Loir). Hache fusiforme en dolérite, à section ovale épaisse et bouchardage du corps. Dimensions : L = 222, l = 67, e = 53, Ir = 0,79. Lieu de conservation : Musée des antiquités nationales (no 24209). Sources : fichier P. Pétrequin. 

4. Chérisy, Les Ormeaux (Eure-et-Loir). Hache fusiforme recueillie lors de dragages de l’Eure en 1892 ; tranchant ébréché. Dimensions : L = 247, l = 60, e = 52, Ir = 0,86. Lieu de conservation : musée de Chartres (no 110373, 4e vitrine). Sources : C.-T. Le Roux. 

5. Autruy-sur-Juine (Loiret). Hache fusiforme en dolérite (type A) trouvée en surface. Dimensions : L = 170, l = 54, e = 42. Ir = 0,77. Lieu de conservation : privé (coll. P. Barrier). Sources : fichier C.-T. Le Roux. 

6. La Selle-sur-le-Bied, Les Mollets (Loiret). Hache fusiforme en tuf doléritique (?), au tranchant rond, étroit et dissymétrique (herminette). Dimensions : L = 185, l = 61, e = 45, Ir = 0,73. Lieu de conservation : privé (coll. L. Ducoin). Sources : fichier C.-T. Le Roux. 

7. Environs de Saint-Hilaire-les-Andresis (Loiret). Hache fusiforme en dolérite trouvée en surface. Dimensions : L = 190, l = 62, e = 46, Ir = 0,75. Lieu de conservation : privé (coll. L. Champé). Sources : fichier C.-T. Le Roux. 

8. Châteaurenard (Loiret). Hache fusiforme en dolérite (détermination G. Richard) trouvée en surface. Dimensions : L = 179, l = 51, e = 41,5, Ir = 0,81. Lieu de conservation : syndicat d’initiative de Chateaurenard. Sources : fichier C.-T. Le Roux. 

9. Sandillon, Gamereau (Loiret). Hache fusiforme en dolérite à talon plat, trouvée en surface. Dimensions : L = 182, l = 59, e = 42, Ir = 0,71. Lieu de conservation : privé (coll. L. Blot). Sources : fichier C.-T. Le Roux. 

10. Villeneuve-aux-Bois (en fait soit Villeneuve-sur-Conie ou Neuville-au-Bois ; Loiret). Grande hache fusiforme entièrement polie en dolérite, anciennement utilisée en poids d’horloge ; tranchant très émoussé et un peu ébréché. Dimensions : L = 293, l = 76, e = 59, Ir = 0,77. Lieu de conservation : Ashmolean Museum (coll. J. Evans, no 1927.5630). Sources : Cordier 1982, p. 3. 

11. Autruy-sur-Juine (Loiret). Hache fusiforme en dolérite à grain fin (lame mince : I.L. 4) trouvée en surface. Dimensions : L = 217, l = 67, e = 56, Ir = 0,8. Lieu de conservation : privé (coll. P. Barrier). Sources : fichier C.-T. Le Roux. 

12. Andonville (Loiret). Hache fusiforme à talon pointu en dolérite grossière subophitique (lame mince) trouvée en surface en 1972. Dimensions : L = 227, l = 66, e = 50, Ir = 0,75. Lieu de conservation : privé (coll. J. Richard, no 17). Sources : fichier C.-T. Le Roux. 

13. Charmont-en-Beauce (Loiret). Hache fusiforme en dolérite à grain moyen (lame mince : I.L. 13) trouvée en surface. Dimensions : L = 269, l = 70, e = 53, Ir = 0,75. Lieu de conservation : privé (coll. P. Barrier). Sources : fichier C.-T. Le Roux.

Non figurée : Civry (Eure-et-Loir). Fragment de hache fusiforme en belle dolérite à grain moyen très corrodée (lame mince) trouvée en 1976 (Civry 3). Dimensions : L = non restituable, l = 53, e = 38, Ir = 0,71. Lieu de conservation : inconnu (coll. part.). Sources : C.-T. Le Roux. 

Non figurée : Civry, Chantelée (Eure-et-Loir). Hache fusiforme en dolérite grossière (lame mince) à tranchant oblique. Dimensions : L = 245, l = 61, e = 48. Ir = 0,78. Lieu de conservation : privé (coll. G. Parys). Sources : C.-T. Le Roux.

Fig. 26. Haches du corpus

Fig. 26. Haches du corpus

DAO A. Chancerel

1. Chinon 2 (Indre-et-Loire). Hache en dolérite de type A (détermination C.-T. Le Roux) en forme d’herminette ou houe. Dimensions : L = 199, l = 64, e = 48, Ir = 0,75. Lieu de conservation : musée du Grand Pressigny (coll. AGP). Sources : Bastien et al. 1971, p. 28 et fig. 2, no 8. 

2. Chouzé-sur-Loire, Le Plessis, parcelle 271 (Indre-et-Loire). Grande hache boudinée en dolérite (lame mince) à tranchant émoussé. Dimensions : L = 213, l = 58, e = 48, Ir = 0,83. Lieu de conservation : privé (coll. M. Couteau). Sources : Bastien et al. 1971, p. 24 et fig. 2, no 7. 

3. Civray-de-Touraine, La Taille Carrée (Indre-et-Loire). Hache en dolérite à grain assez fort, au tranchant et au talon ébréchés. Dimensions : L = 151, l = 60, e = 48, Ir = 0,8. Lieu de conservation : privé (coll. G. Bastien). Sources : Bastien et al. 1971, p. 24 et fig. 2, no 7. 

4. Assay, Bel Ébat (Indre-et-Loire). Hache fusiforme en dolérite à talon brisé (lame mince). Dimensions : L = non restituable, l = 65, e = 48, Ir = 0,74. Lieu de conservation : musée archéologique du Vieux Chinon (coll. Tourlet). Sources : fichier C.-T. Le Roux. 

5. Sainte-Maure-de-Touraine, Chanterenne (Indre-et-Loire). Petite hache fusiforme en dolérite de type A trouvée en 1901. Dimensions : L = 143, l = 49, e = 36,5, Ir = 0,74. Lieu de conservation : école de Noyant (coll. Lesains). Sources : fichier C.-T. Le Roux et Bastien et al. 1971, p. 28, fig. 5, no 23. 

6. Barrou, Parc des Ayez (Indre-et-Loire). Hache fusiforme piquetée, au tranchant ébréché peu poli, en ortho-amphibolite (lame mince : I.L. 14). Dimensions : L = 155, l = 60, e = 43, Ir = 0,71. Lieu de conservation : musée du Grand Pressigny (anc. coll. Chauveau, no C.V. 11.1153). Sources : fichier C.-T. Le Roux ; Bastien et al. 1976, p. 41-42, fig. 2, no 15 ; Le Roux 1977, p. 13, tabl. 1. 

7. Assay (Indre-et-Loire). Hache fusiforme en dolérite (lame mince : I.L. 10). Dimensions : L = 222,5, l = 68, e = 44, Ir = 0,65. Lieu de conservation : inconnu. Sources : Le Roux et Cordier 1974, p. 352, fig. 4, no 4. 

8. Chinon 3, quartier Saint-Maurice (Indre-et-Loire). Hache en cornéenne à biotite (publiée en premier examen comme migmatite en 1974) trouvée dans une cave (voir Normandie). Dimensions : L = 225, l = 61, e = 43, Ir = 0,70. Lieu de conservation : musée archéologique du Vieux Chinon (anc. coll. Tourlet). Sources : Le Roux et Cordier 1974, p. 352 et fig. 4, no 9. 

9. Chinon 1 (Indre-et-Loire). Fragment mésial de grande hache en dolérite de type A (détermination C.-T. Le Roux). Dimensions : L = non restituable, l = 72, e = 56,5, Ir = 0,78. Lieu de conservation : musée du Grand Pressigny (coll. AGP ; anc. coll. Deschamps, no 40). Sources : Bastien et al. 1971, p. 28 et fig. 4, no 24. 

10. La Celle-Guénand, Bréviande (Indre-et-Loire). Hache en forme de boudin en dolérite de type A (lame mince), piquetée, reprise, tranchant double biseau poli. Dimensions : L = 119, l = 39, e = 34, Ir = 0,87. Lieu de conservation : privé (coll. Mme Robin, Bréviande). Sources : fichier C.-T. Le Roux ; Le Roux et Cordier 1974, fig. 3, no 5. 

11. Environs de Chinon (Indre-et-Loire). Hache fusiforme en dolérite (lame mince) ; tranchant écrasé. Dimensions : L = 138,5, l = 55, e = 44, Ir = 0,8. Lieu de conservation : musée archéologique du Vieux Chinon, no 9-A. Sources : fichier C.-T. Le Roux. 

12. Vou, Le Bourg (Indre-et-Loire). Grande hache fusiforme en roche trouvée anciennement dans le village, entièrement bouchardée avec un léger polissage plus prononcé au tranchant. Dimensions : L = 235, l = 68, e = 52, Ir = 0,76. Lieu de conservation : privé (coll. G. Fradin). Sources : Fradin et Bastien 1993, fig. 7, p. 17. 

13. Chinon (Indre-et-Loire). Hache en forme de boudin en dolérite à grain moyen (lame mince : groupe I.L. 13). Dimensions : L = 264, l = 66, e = 51, Ir = 0,77. Lieu de conservation : musée archéologique du Vieux Chinon (coll. Tourlet). Sources : Le Roux et Cordier 1974, fig. 4, no 1. 

14. Vallères (Indre-et-Loire). Hache en forme de boudin en dolérite (lame mince). Dimensions : L = 255, l = 68, e = 56, Ir = 0,82. Lieu de conservation : musée archéologique du Vieux Chinon (coll. Tourlet). Sources : Le Roux et Cordier 1974, fig. 4, no 3. 

15. Saint-Quentin-sur-Indrois, Les Danges (Indre-et-Loire). Hache légèrement fusiforme en dolérite trouvée au sud des tumulus halstatt de Sublaines. Dimensions : L = 230, l = 75, e = 5, Ir = 0,87. Lieu de conservation : privé (coll. G. Cordier). Sources : fichier C.-T. Le Roux ; Le Roux et Cordier 1974, p. 352, fig. 4, no 5.

Fig. 27. Haches du corpus

Fig. 27. Haches du corpus

DAO A. Chancerel

1. Verdes, Saintainville (Loir-et-Cher). Hache fusiforme en dolérite altérée à grain moyen (lame mince) au tranchant ébréché étroit, trouvée isolée en surface. Dimensions : L = 152, l = 51, e = 37, Ir = 0,72. Lieu de conservation : musée des sciences naturelles d’Orléans (no 206, coll. Lee). Sources : fichier C.-T. Le Roux. 

2. Verdes (Loir-et-Cher). Hache fusiforme en dolérite à grain moyen (lame mince : I.L. 13) au tranchant abîmé étroit, trouvée isolée en surface. Dimensions : L = 193, l = 61, e = 46, Ir = 0,75. Lieu de conservation : musée des sciences naturelles d’Orléans (no 139, coll. Lee). Sources : fichier C.-T. Le Roux. 

3. Paris, île Saint-Louis (Paris). Hache polie en roche noirâtre. Corps bouchardé sommairement poli, sauf au tranchant. Flancs légèrement équarris avec bande bouchardée déprimée au centre. Concrétions calcaires brun-ocre sur un côté et traces de mortier de chaux sur une face (céraunie prise dans une maçonnerie ?). Dimensions : L = 244, l = 67, e = 54, Ir = 0,80. Lieu de conservation : musée de Vannes (coll. Société polymathique du Morbihan, no IM 2363 ; don comte de la Monneraye). Sources : inédit. 

4. Champigny-sur-Marne, Le Buisson Pouilleux, carrière du Haut-Perreux (Val-de-Marne). Talon de hache polie dolérite grossière découvert en 1876. Beau poli, tendance à méplats latéraux, cassure reprise en pilon. Dimensions : L = non-restituable, l = 65,1, e = 47,5, Ir = 0,78. Lieu de conservation : musée de Vannes (coll. Société polymathique du Morbihan, no IM 2435 ; don Le Roy des Closages). Sources : inédit. 

5. Boinville-le-Gaillard (Yvelines). Tranchant arrondi et rétréci de grosse hache fusiforme en dolérite. Dimensions : L = non restituable, l = 60, e = 45, Ir = 0,75. Lieu de conservation : privé (coll. Lapergue). Sources : fichier C.-T. Le Roux. 

6. Estouches, Chemin de Corbeil (Essonne). Hache fusiforme en dolérite, trouvée en surface (section A5B8, 1975). Dimensions : L = 153, l = 50, e = 32, Ir = 0,64. Lieu de conservation : Société historique et archéologique de Méréville (no 91222). Sources : fichier C.-T. Le Roux. 

7. Nucourt, Les Vieux Hêtres, près du chemin de la Pierre qui tourne (Val-d’Oise, anc. Seine-et-Oise). Grande hache en diorite grise de forme renflée en boudin à tranchant arrondi, longue de 330 mm, trouvée en 1893 par M. Lesueur, géomètre, à 2 m de profondeur dans la terre de découverte d’une sablière. Cette hache a été offerte à la SPF en 1917 (séance du 28 juin) par P. de Givenchy. Une photo (en couleur) est donnée dans Givenchy 1903. Dimensions : L = 325. Lieu de conservation : coll. SPF. Sources : Givenchy 1903, p. 295 et pl. V, no 22 ; Givenchy 1917 ; Coutil 1918, p. 277. 

8. La Calotterie (Pas-de-Calais). Grande hache fusiforme en dolérite mancellienne (analyse géochimique J. Le Gall) trouvée en prospection par M. Martel. Plages piquetées légèrement décalées sur les deux faces. Dimensions : L = 325, l = 69, e = 64, Ir = 0,92. Lieu de conservation : musée de Berk (coll. Martel). Sources : fichier C.-T. Le Roux. 

9. Lacroix-Saint-Ouen (Oise). Petite hache fusiforme en dolérite (type A faciès grossier) trouvée isolée. Dimensions : L = 151, l = 47, e = 34, Ir = 0,72. Lieu de conservation : musée Vivenel (no 6176, coll. Blanchet). Sources : fichier C.-T. Le Roux. 

10. Cramoisy (Oise). Hache fusiforme en dolérite. Dimensions : L = 268, l = 70, e = 56 (d’après photo), Ir = 0,80. Lieu de conservation : musée de Beauvais. Sources : Giligny et al. 2012. 

11. Heilles (Oise). Hache fusiforme, dite en diorite ou en aphanite, et qualifié de roche indéterminée (peut-être une métadolérite de type A très fraîche) par N. Le Maux. Elle a été trouvée lors de travaux de déblais dans un talus haut de 3 m, en même temps qu’un galet de quartz sphérique de 83 mm de diamètre. Les deux objets étaient recouverts des pierres plates non taillées placées en forme de toit et formant un espace de 50 cm2. Une sorte de gaine brune de 1 cm d’épaisseur qui s’est désagrégée lors de la découverte, enveloppait la hache. Dimensions : L = 380, l = 80, e = 59, Ir = 0,73 (l et e d’après photo et dessin). Lieu de conservation : musée de Beauvais (anc. coll. M. Petit). Sources : Baudon 1907, p. 311-312 ; Harmois 1928, p. 145 ; Coutil 1918, p. 275 ; Giligny et al. 2012, p. 1158 et fig. 26, no 1. 

Non figurée : Lavilletertre (Oise). Longue hache boudinée à talon pointu et tranchant poli ébréché, en cornéenne à cordiérite typique de la Mancellia (lame mince J.-P. Camuzard, centre de géomorphologie du CNRS Caen). Dimensions non précisées. Lieu de conservation : privé (coll. GERA). Sources : fichier C.-T. Le Roux.

Fig. 28. Haches du corpus

Fig. 28. Haches du corpus

DAO A. Chancerel

1-3. Amigny-Rouy, Le Chemin Vert (Aisne). Trois haches fusiformes en dolérite de très belle facture, trouvée au même endroit dans une parcelle labourée, deux en même temps et une postérieurement (très probablement un dépôt). Pas de mobilier néolithique associé, quelques éléments (une dizaine de pièces) dans la parcelle contiguë. Toutes sont en dolérite de type A probable (C.-T. Le Roux). Dimensions hache 1 : L = 293, l = 71,5, e = 52, Ir = 0,73 ; hache 2 : L = 253, l = 63,5, e = 53,5, Ir = 0,84 ; hache 3 : L = 225, l = 60, e = 44,5, Ir = 0,74. Lieu de conservation : privé (coll. A. Maurois). Sources : fichier C.-T. Le Roux (dessin G. Naze).

Haches (non figurées, mais cependant pointées sur la fig. 4) connues par des mentions bibliographiques

Calvados

Annebault, près de l’Église, à l’altitude de 141 m. Deux haches polies, rondes, épaisses, en forme de fuseau en roche noire ressemblant au porphyre de Voutré (Mayenne). L’une de ces haches mesure 220 mm de long, l’autre dont le tranchant avait été brisée a été ensuite retaillée. Sources : Coutil 1895, p. 121 ; Harmois 1928, p. 155.

Bretteville le Rabet, La Fordelle sud – La Couture. Hache polie fusiforme en dolérite recueillie en prospection-inventaire par C. Escolano. Sources : Escolano 1996.

Épron, site Bance. Grande hache polie fusiforme entière en dolérite, longue de 270 mm, au tranchant très étroit (35 mm), plus étroit que le corps de la lame et de section très ronde. Pas de dessin. Sources : archives A. Chancerel, SRA Basse-Normandie.

Rots, La Croix Vautier. Talon de hache polie fusiforme recueilli lors d’un diagnostic archéologique préventif (secteur V), sous la terre végétale, dans une couche de limon brun contenant des charbons de bois, des fragments de terre cuite et des tessons érodés de petite taille. Sources : Gondouin 1998, p. 10.

Charente-Maritime

Thenac, Les Faudières. Grande hache fusiforme en roche dure, semblable à celle de Sablonceaux. Dimensions : L = 254, l = 83, e = 63, Ir = 0,76. Lieu de conservation : musée de préhistoire du château de La Roche Courbon (coll. Moreau). Sources : Gachina 1979, p. 287.

Eure

Bazincourt-sur-Epte, sur les terres du hameau de Tierceville. Quelques ciseaux fusiformes (de pétrographie non indiquée) parmi des petites haches taillées et certaines polies. Sources : Coutil 1897, p. 153.

Chauvaincourt. Belle hache polie, presque ronde, en forme de fuseau à tranchant arrondi de 250 mm de longueur et de 50 mm de diamètre. Sources : Coutil 1897, p. 153 ; Harmois 1928, p. 157.

Fontaine-sous-Jouy, au triage des Grès, entre Jouy et Cocherel. Hache fusiforme en diorite, longue de 180 mm. Lieu de conservation : inconnu (coll. Durand, dispersée à sa mort en 1897). Sources : Coutil 1897, p. 161.

Environs de Pont-Audemer. Hache en diorite en forme de fuseau longue de 320 mm, la plus grande connue selon Coutil. Lieu de conservation : privé (coll. M. Montier). Sources : Coutil 1897, p. 131.

Sainte-Barbe-sur-Gaillon. Belle hache presque ronde avec le tranchant très obtus, longue de 200 mm. Lieu de conservation : privé (coll. Faugas). Sources : Coutil 1897, p. 170 ; Harmois 1928, p. 159.

Serquigny, Les Marais des Terriers. Hache polie fusiforme trouvée en 1821, longue de 240 mm. Lieu de conservation : Musée des antiquaires de Normandie (bombardé en 1944). Aucune pièce correspondante n’existe aujourd’hui dans l’inventaire du musée de Normandie de Caen. Sources : Coutil 1897, p. 156.

Suzay. Hache en forme de fuseau. Sources : Coutil 1897, p. 145.

Tilleul-Dame-Agnès. Hachette polie fusiforme, longue de 180 mm. Lieu de conservation : musée d’Évreux (coll. L. Coutil). Sources : Coutil 1897, p. 157.

Tosny, Les Tuilets. Hache polie en forme de fuseau. Lieu de conservation : musée d’Évreux (coll. L. Coutil). Sources : Coutil 1897, p. 171.

(Trouville-la-Haule). Hache fusiforme utilisée par son premier propriétaire pour enfoncer les pieux de ses vaches ! Aussi porte-t-elle sur le milieu de nombreuses traces de percussion. Cette pièce longue de 320 mm de la collection Montier est très certainement la même que celle des environs de Pont-Audemer mentionnée supra. Lieu de conservation : privé (coll. M. Montier). Sources : Coutil 1903, p. 129 et 1918, p. 277.

Eure-et-Loir

La Chapelle-Forainvillier. Hache polie en diorite à surface piquetée presque de la forme dite boudin, longue de 240 mm, épaisse de 40 mm, ébréchée au talon. Lieu de conservation : musée de Mantes-la-Jolie (coll. Philippe). Sources : Harmois 1928, p. 163-164.

Rouvray-Saint-Florentin. Hache en sorte de diorite polie et repiquée partout sauf au tranchant, en forme dite boudin à tranchant droit, longue de 210 mm, épaisse de 83 mm. Lieu de conservation : privé (coll. Fouju, no 12.993). Sources : Harmois 1928, p. 163-164.

Essonne

Environs immédiats d’Étampes. Hache polie en forme de boudin, longue de 230 mm. Lieu de conservation : musée d’Étampes. Sources : Harmois 1928, p. 148.

Loir-et-Cher

Saint-Amand-Longpré, Longpré. Hache en diorite polie de forme cylindrique à tranchant droit, longue de 330 mm et d’un diamètre de 76 mm. Lieu de conservation : privé (coll. J. de Saint-Venant). Sources : Harmois 1928, p. 166.

Loire-Atlantique

Saint-André-des-Eaux, à la vallée d’Ust à 3,5 km du bourg. Hache polie presque cylindrique de forme, en diorite d’un gris bleuâtre, brisée, devant avoir une longueur de 250 mm. Trouvée par des ouvriers en 1880 en extrayant de la pierre, dans une cachette qui en contenait sept (quatre grandes et trois petites). Seules deux ont été conservées dans la collection de P. Lisle, celle en diorite et une en aphanite très fine et très luisante de 230 mm de long avec un large tranchant droit. Sources : Harmois 1928, p. 129.

Loiret

Cravant. Hache longue en forme de fuseau, de type breton, avec une section presque ronde. Sources : Nouel 1939, p. 190.

Patay. Hache très longue en forme de fuseau renflé au milieu, presque ronde. Sources : Nouel 1939, p. 191.

Maine-et-Loire

Le May-sur-Evre. Hache polie en forme dite boudin en diorite noire, longue de 254 mm mais à contours irréguliers, au tranchant légèrement oblique. Lieu de conservation : privé (coll. M. Fiévré). Sources : Harmois 1928, p. 115.

Thouarcé. Hache polie en forme de boudin en diorite, très grossière, à contours irréguliers, au tranchant presque rond mais par suite d’usure un peu oblique. Dimensions : L = 266, l = 64, e = 52, Ir = 0,81. Lieu de conservation : privé (coll. Bessonneau). Sources : Harmois 1928, p. 117.

Environs de Vihiers. Hache polie du type boudin en diorite, brisée à la crosse et longue encore de 200 mm. Lieu de conservation : privé (coll. L. Marsille). Sources : Harmois 1928, p. 117.

Manche

La Godefroy, dans le parc du Plessis. Hache polie fusiforme en diorite donnée au musée d’Avranches qui, selon Harmois, a été détruit par un incendie en 1899. Sources : Coutil 1896b, p. 102 ; Harmois 1912, p. 47.

Marne

Les Mesneux. Dépôt de cinq haches en forme de boudin, de 220 mm de long trouvées par M. Pistat dans un foyer avec un grand polissoir en grès. La roche n’étant pas précisée, leur attribution est donc douteuse. Sources : Harmois 1928, p. 139 ; Cordier et Bocquet 1973, p. 11.

Mayenne

(Quélaines-Saint-Gault), La Charnière. Très grande ébauche en dolérite à structure ophitique et au piquetage très soigné. Dimensions : L = 488, l = 68, e = 59, Ir = 0,86, poids 4,76 kg. Ses dimensions hors-normes et son absence totale de tranchant lui ont valu de longs débats (repris dans Chapelet 1908b et 1908c). Elle est figurée dans Chapelet 1908c et n’est donc pas prise en compte ici. Lieu de conservation : musée de Laval. Sources : Chapelet 1908b, p. 178 ; Chapelet 1908c, p. 303 ; Harmois 1928, p. 154 ; Verron 1967, p. 149.

Saint-Hilaire-du-Maine, La Roche au Lard. Hache en dolérite. Dimensions : L = 307, l = 75, e = 53, Ir = 0,7. Lieu de conservation : musée de Laval. Dans la bibliographie, elle est attribuée à Saint-Hilaire-des-Landes (qui est en Ille-et-Vilaine). Sources : Chapelet 1908b, p. 178 ; Harmois 1928, p. 154 ; Verron 1967, p. 149.

(Saint-Gemmes-Le-Robert), Longuelaine, butte de Rochard près la butte de Montaigu. Hache en dolérite. Dimensions : L = 260, l = 62, e = 51, Ir = 0,82. C.-T. Le Roux, pour cette même pièce, donne les dimensions suivantes, confirmées par le dessin : L = 260, l = 85, e = 44, Ir = 0,5. Elle n’est donc pas prise en compte ici. Lieu de conservation : musée de Laval. Sources : fichier C.-T. Le Roux ; Chapelet 1908b, p. 178 ; Harmois 1928, p. 154 ; Verron 1967, p. 149.

Oise

(Mouy). Grande hache fusiforme avec traces de piquetage (en roche non précisée). Dimensions : L = 450, l = 80, e = 60, Ir = 0,75. Lieu de conservation : musée de Beauvais (coll. E. Petit). Cette mention incomplète et un peu surprenante du moins par la longueur est certainement une redondance avec celle de Heilles. Elle n’est donc pas prise en compte ici. Sources : Harmois 1928, p. 145.

Orne

Boissy-Maugis, près du dolmen du Bois de la Pierre. Instrument poli fusiforme trouvé en 1860. Lieu de conservation : musée d’Alençon. Sources : Coutil 1896a, p. 79-80.

Boitron. Hache en diorite fusiforme dont le sommet est brisé, longue (avant la cassure) d’environ 180 mm. Lieu de conservation : privé (coll. J. Hommey). Sources : Coutil 1896a, p. 45.

Condé-sur-Sarthe, La Guépinière. Hache polie fusiforme incomplète (tranchant) recueillie en prospection de surface. Sources : Leclerc 1994, p. 32-35.

Joué-du-Plain, ferme de l’Aunay. Hache en diabase polie longue de 200 mm, très étroite, quasi cylindrique en son milieu, découverte par M. Pichonnier d’Argentan en 1958. Sources : Rousseau 1958, p. 234 ; Verron 1967.

Le Menil-Guyon. Hache en diabase de forme très allongée, irrégulière (fusiforme ?), longue de 260 mm. Lieu de conservation : privé (coll. J. Hommey). Sources : Bigot 1938, p. 18 ; Verron 1967, p. 152, n. 13.

Loucé, Le Hamel, dans un jardin. Hache fusiforme en roche verdâtre (diabase ?) érodée en surface, trouvée à fleur de sol par M. G. Bisson de Tanques. Elle se rétrécit au tranchant et son talon est pointu. Dimensions : L = 112, l = 37, e = 24, Ir = 0,65. Sources : Rousseau 1964.

Macé, Les Ernées. Hache polie en diabase à section presque ronde. Lieu de conservation : privé (coll. abbé Gatry). Sources : Coutil 1896a, p. 45 ; Bigot 1938, p. 19-20.

Vienne

Saint-Pierre-de-Maillé. Hache polie en diorite (?) assez étroite pour sa longueur de 225 mm, épaisse, à section presque circulaire et de forme boudin. Polissage irrégulier en raison de l’inégalité de la pierre. Lieu de conservation : privé (coll. L. Gobillot). Sources : Harmois 1928, p. 169.

Autres haches (non pointées sur la fig. 4)

Saint-Victor (Cantal). Grande hache fusiforme en quartzite grossière (lame mince A30). Dimensions : L = 180, l = 62, e = 49, Ir = 0,79. Lieu de conservation : inconnu (coll. L. Tixier). Sources : fichier C.-T. Le Roux.

Environs de Semur-en-Auxois (Côte-d’Or). Hache fusiforme en roche éruptive (?). Dimensions : L = 183, l = 60, e = 47, Ir = 0,78. Lieu de conservation : musée de Semur (no 180). Sources : fichier C.-T. Le Roux.

La Plaine-sur-Mer, La Rue (Loire-Atlantique). Talon de hache boudinée très corrodée en grès micacé et ferrugineux (lame mince). Dimensions : L = non restituable, l = 50, e = 46, Ir = 0,92. Lieu de conservation : inconnu. Sources : fichier C.-T. Le Roux.

Sainte-Gemme, Le Treuil Bannin (Charente-Maritime). Talon corrodé en lamprophyre à biotites sub-aciculaires qui diffère des kersantites bretonne (lame mince). Dimensions : L = non restituable, l = 52, e = 37, Ir = 0,71. Lieu de conservation : inconnu (coll. P. Bertrand). Sources : fichier C.-T. Le Roux et Gachina 1990, p. 7 et fig. 1, no 6.

Haut de page

Notes

1 Voir infra, la hache de La Calotterie en particulier.

2 Dans son compte-rendu détaillé, A. de Mortillet est formel quant à la commune de Berjou (Orne ; Mortillet 1899, p. 499-500 ; discussion faisant suite à Baudon 1907, p. 317). On ne sait pour quelles raisons L. Coutil attribue par la suite la hache à la commune voisine de Sainte-Honorine-la-Chardonne (Coutil 1903, p. 128-129 ; discussion faisant suite à Chapelet 1908b, p. 182). Le même L. Coutil mentionne plus tard que les haches de Berjou et de Sainte-Honorine correspondent à un seul et même objet (Coutil 1918, p. 275). A.-L. Harmois cite, quant à lui, deux haches distinctes (1928, p. 160-161). Le croquis livré par A. de Mortillet est inhabituellement imprécis et est peut-être de seconde main. Le talon n’y est pas tronqué et la largeur donnée dépasse de 2 cm celle mesurée lors du réexamen au musée d’Évreux (enregistrée au no 3087, Saint-Honorine-la-Chardonne ; Giligny et al. 2012, fig. 27, p. 1157). L. Coutil signale qu’une autre hache de grande dimension (24 cm de long) aurait été recueillie dans le même défrichement. Ces deux pièces du fonds Coutil du musée d’Évreux ayant été acquises auprès du même M. Bazin, il ne peut s’agir que de la hache sans provenance no 3106 du registre d’inventaire, documentée en 2012 (Giligny et al. 2012, fig. 26, p. 1156). Également de type Berjou, elle pourrait avoir composé un dépôt détruit par les labours, que rien n’atteste formellement pour autant.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Hache de Louvigny (Calvados)
Crédits Dessin A. Bavent
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1006/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 580k
Titre Fig. 2. Hache de Garcelles-Secqueville (Calvados)
Crédits Dessin SRA Caen
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1006/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 363k
Titre Fig. 3. Histogrammes des valeurs d’Ir (A : indice de rondeur = épaisseur / largeur) et des longueurs (B)
Crédits A. Chancerel
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1006/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Titre Fig. 4. Répartition des haches fusiformes
Légende Les tiretés rouges délimitent les massifs anciens. Les numéros renvoient aux communes de découverte et les noms de localités à l’inventaire des haches en annexe. Haches figurées : 1. Châteauneuf-du-Faou, 2. Crozon, 3. Edern, 4. Huelgoat, 5. Plobannalec, 6. Plomeur, 7. Plouézoch, 8. Plougasnou, 9. Riec-sur-Belon, 10-11. sans provenance (Finistère), 12. Fréhel, 13. Moncontour-de-Bretagne, 14. Pleslin-Trigavou, 15. Plestan, 16. Plonevez-Moedec, 17. Pluzunet, 18. Quévert, 19. Trégrom, 20. Bécherel, 21. Dourdain, 22. Pipriac, 23. Saint-Malo, 24. Trévéreien, 25. Arradon, 26. Lannouée, 27. Saint-Jean-de-Brévelay, 28. Seglien, 29. Ancenis, 30. Barbechat, 31. Donges, 32. La Plaine-sur-Mer, 33. Saint-Michel-Chef-Chef, 34. Cholet, 35. Montrevault, 36. Jublains, 37. Coulombiers, 38. Les Brouzils, 39. Les Herbiers, 40. Mormaison, 41. Sablonceaux, 42. Ceaux-en-Loudin, 43. Les Ormes, 44. Jersey, 45. Barneville-Carteret, 46. Réville, 47. Saint-Désir, 48. Saint-Martin-de-Fontenay, 49. Saint-Gabriel-de-Brécy, 50. Louvigny, 51. Fleury-sur-Orne, 52. Tourville-sur-Odon, 53. Ernes, 54. Cabourg, 55. Dozulé, 56. Reviers, 57. Amblie, 58. Banville, 59. Colombiers-sur-Seulles, 60. Creully, 61. Tierceville, 62. Garcelles-Secqueville, 63. Grentheville, 64. Gavrus, 65. Cairon, 66. Cambes-en-Plaine, 67. Cagny, 68. Russy, 69. Mathieu, 70. Joué-du-Plain, 71. Montgarroult, 72. Saint-Brice-sous-Rânes, 73. Sentilly, 74. Bailleul, 75. Montabard, 76. Rônai, 77. Argentan, 78. Commeaux, 79. Occagnes, 80. Sévigny, 81. Habloville, 82. La Fresnaye-au-Sauvage, 83. Putanges-Pont-Écrepin, 84. Colombiers, 85. Sémallé, 86. Céaucé, 87. Athis-de-l’Orne, 88. La Courbe, 89. Berjou, 90. Monnai, 91. Sées, 92. La Vacherie, 93. Les Andelys, 94. Ormes, 95. Pont-Audemer, 96. Saint-Pierre-de-Bailleul, 97. Angerville-Bailleul, 98. Harfleur, 99. Le Havre, 100. Saint-Aubin-Routot, 101. Trémeauville, 102. Cherizy, 103-104. Civry, 105. Laons, 106. Orgères-en-Beauce, 107. Andoinville, 108-109. Autruy-sur-Juine, 110. Chateaurenard, 111. Charmont-en-Beauce, 112. La Selle-sur-le-Bied, 113. Saint-Hilaire-les-Andresis, 114. Sandillon, 115. Villeneuve-aux-Bois, 116-117. Assay, 118. Barrou, 119-123. Chinon, 124. Chouzé-sur-Loire, 125. Civray-de-Touraine, 126. La Celle-Guénand, 127. Sainte-Maure-de-Touraine, 128. Saint-Quentin-sur-Indrois, 129. Vallères, 130. Vou, 131-132. Verdes, 133. Boinville-le-Gaillard, 134. Estouches, 135. Nucourt, 136. La Calotterie, 137. Cramoisy, 138. Lacroix-Saint-Ouen, 139. Lavilletertre, 140. Heilles, 141-143. Amigny-Rouy, 181. Dreux, 182. Écots, 183. Moulhard, 184. Outarville, 185. Coëtmieux, 186. Bréhan, 187. La Croix-Hélléan, 188. Rennes, 189. Fougères, 190. Pluherlin, 191. Moustoirac, 192. Locminé, 193. Cléguérec, 194. Quimperlé, 195. Guidel, 196. Ploemeur, 197. Plouhinec, 198. Quiberon, 199. Ploemel, 200. Carnac, 201. Crach, 202. La Trinité-sur-Mer, 203. Baden, 204. Larmor-Baden, 205. Auray, 206. Vannes, 207. Surzur, 208. Paris, 209. Champigny-sur-Marne. Haches connues par la bibliographie (voir la liste en annexe 2) : 144-145. Annebault, 146. Bretteville-le-Rabet, 147. Épron, 148. Rots, 149. Bazincourt-sur-Epte, 150. Chauvaincourt, 151. Fontaine-sous-Jouy, 152. Pont-Audemer, 153. Saint-Pierre-du-Bailleul, 154. Sainte-Barbe-sur-Gaillon, 155. Serquigny, 156. Suzay, 157. Tilleul-Dame-Agnès, 158. Tosny, 159. La Godefroy, 160. Boissy-Maugis, 161. Boitron, 162. Condé-sur-Sarthe, 163. Joué-du-Plain, 164. Le Mesnil-Guyon, 165. Loucé, 166. Macé, 167. La Chapelle-Forainvillier, 168. Rouvray-Saint-Florentin, 169. Saint-Amand-Longpré, 170. Cravant, 171. Patay, 172. Étampes, 173. Saint-André-des-Eaux, 174. Le May-sur-Èvre, 175. Thouarcé, 176. Vihiers, 177. Saint-Hilaire-du-Maine, 178. Thenac, 179. Saint-Pierre-de-Maillé, 180. Les Mesneux.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1006/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 5. Convergence des formes : exemples de haches à section ronde en grès-quartzite
Légende 1. Griselle, Les Chesneaux (Loiret). Hache à section ronde en grès. Dimensions : L = 138, l = 55, e = 41, Ir = 0,75. Lieu de conservation : privé (coll. A. Daveau). Sources : fichier C.-T. Le Roux. 2. Sandillon, Les Grands Marais (Loiret). Hache fusiforme en grès. Dimensions : L = 175, l = 67, e = 50, Ir = 0,74. Lieu de conservation : privé (coll. J. Aller). Sources : fichier C.-T. Le Roux. 3. Sigloy, Corneboeuf (Loiret). Hache fusiforme en grès blanc à talon pointu et tranchant émoussé, trouvée en surface dans un site néolithique. Dimensions : L = 183, l = 60, e = 52, Ir = 0,86. Lieu de conservation : privé (coll. J.-P. Chabrier). Sources : fichier C.-T. Le Roux. 4. Chateaudun (Eure-et-Loir). Hache fusiforme en grès (voir Fontainebleau). Dimensions : L = 178, l = 64, e = 52, Ir = 0,81. Lieu de conservation : privé (coll. De Layre, no 342). Sources : C.-T. Le Roux, réf. SRA (DRAP, no 28 500 82). 5. Environs de Dreux (Eure-et-Loir). Hache fusiforme en grès. Dimensions : L = 184, l = 69, e = 62, Ir = 0,89. Lieu de conservation : Musée archéologique département du Val-d’Oise (no P.3837 ; don Frusca). Sources : thèse en cours N. Le Maux. 6. Mareau-aux-Bois (Loiret). Hache fusiforme grès, interprétée comme une houe véritable en raison de sa forme et des traces d’usage. Dimensions : L = 226, l = 65, e = 61,5, Ir = 0,94. Lieu de conservation : inconnu. Sources : Richard 1988b, p. 17, fig. 1. 7. Courcy-aux-Loges (Loiret). Hache fusiforme grès. Dimensions : L = 197, l = 72, e = 59, Ir = 0,82. Lieu de conservation : inconnu. Sources : Richard 1988a, fig. 6. 8. Vigny, Les Terres Noires (Val-d’Oise). Hache fusiforme éponyme en grès. Dimensions : L = 211,5, l = 62, e = 48, Ir = 0,77. Lieu de conservation : Musée archéologique département du Val-d’Oise (no P.1572). Sources : Le Maux et Jammet-Reynal 2009, p. 31. 9. Ouzouer-le-Marché (Loir-et-Cher). Grande hache boudinée en grès saccharoïde grisâtre. Dimensions : L = 198, l = 70, e = 58, Ir = 0,8. Lieu de conservation : musée des sciences naturelles d’Orléans (coll. Bigoteau, no 206). Sources : fichier C.-T. Le Roux.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1006/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 552k
Titre Fig. 6. Haches datées
Légende 1. Cairon, cairn de la Pierre Tourneresse ; 2. Colombiers-sur-Seulles, tumulus de la Commune-Sèche ; 3. Ernes, cairn de Derrière-les-prés ; 4. Grentheville, ZI de Mondeville Sud ; 5-7. Barneville-Carteret, camp du Castel
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1006/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 455k
Titre Fig. 7. Première classification typologique des haches fusiformes
Crédits DAO N. Le Maux
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1006/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Fig. 8. Haches fusiformes de type Berjou – Sainte-Honorine, intensément repolies (1) ou légèrement (2)
Légende Les sections plano ou bi-convexes résultent de l’amincissement lors du polissage. 1. Outarville (Loiret). Hache fusiforme en dolérite. Dimensions : L = 270, l = 58,5, e = 45, Ir = 0,76. Lieu de conservation : privé (coll. V. David). Sources : thèse en cours N. Le Maux. 2. Moulhard (Eure-et-Loir). Hache fusiforme en dolérite. Dimensions : L = 250, l = 62, e = 49, Ir = 0,79. Lieu de conservation : privé (coll. V. David). Sources : thèse en cours N. Le Maux.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1006/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 565k
Titre Fig. 9. Hache de La Calotterie
Légende Les hachures indiquent les plages piquetées
Crédits DAO A. Chancerel
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1006/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 563k
Titre Fig. 10. Hache de La Calotterie
Légende Détail des plages piquetées
Crédits Clichés F. Decaens, inv. gén. SPADEM
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1006/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 291k
Titre Fig. 11. Carte géologique simplifiée du domaine nord-armoricain avec emplacement des filons de dolérite et des laves basiques de la limite dévono-carbonifère
Crédits DAO J. Le Gall
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1006/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 403k
Titre Fig. 12. Courbes de concentrations normalisées en terres rares des dolérites du Massif armoricain septentrional ainsi que de la dolérite ayant servi à la confection de la hache de La Calotterie (normalisation par rapport aux chondrites)
Légende À l’exception des dolérites du Trégor, les courbes sont rigoureusement parallèles entre elles
Crédits DAO J. Le Gall
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1006/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Titre Fig. 13. Courbes des concentrations normalisées en éléments traces des dolérites du Massif armoricain septentrional de la hache de La Calotterie (normalisation par rapport manteau primitif)
Légende Une anomalie négative bien marquée en Nb et plus discrète en Ti caractérise les dolérites du Trégor et du nord du Cotentin
Crédits DAO J. Le Gall
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1006/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Titre Fig. 14. Haches du corpus
Crédits DAO A. Chancerel
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1006/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 299k
Titre Fig. 15. Haches du corpus
Crédits DAO A. Chancerel
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1006/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Fig. 16. Haches du corpus
Crédits DAO A. Chancerel
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1006/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 434k
Titre Fig. 17. Haches du corpus
Crédits DAO A. Chancerel
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1006/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 433k
Titre Fig. 18. Haches du corpus
Crédits DAO A. Chancerel
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1006/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Titre Fig. 19. Haches du corpus
Crédits DAO A. Chancerel
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1006/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 355k
Titre Fig. 20. Haches du corpus
Crédits DAO A. Chancerel
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1006/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 375k
Titre Fig. 22. Haches du corpus
Crédits DAO A. Chancerel
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1006/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 485k
Titre Fig. 23. Haches du corpus
Crédits DAO A. Chancerel
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1006/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 465k
Titre Fig. 24. Haches du corpus
Crédits DAO A. Chancerel
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1006/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 395k
Titre Fig. 25. Haches du corpus
Crédits DAO A. Chancerel
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1006/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 481k
Titre Fig. 26. Haches du corpus
Crédits DAO A. Chancerel
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1006/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 485k
Titre Fig. 27. Haches du corpus
Crédits DAO A. Chancerel
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1006/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 319k
Titre Fig. 28. Haches du corpus
Crédits DAO A. Chancerel
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1006/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antoine Chancerel, Jean Le Gall, Nicolas Le Maux, Charles-Tanguy Le Roux et Laure Dédouit, « Haches fusiformes et analyses géochimiques : deux nouvelles pistes pour l’étude des haches néolithiques en dolérite »Gallia Préhistoire, 58 | 2018, 217-275.

Référence électronique

Antoine Chancerel, Jean Le Gall, Nicolas Le Maux, Charles-Tanguy Le Roux et Laure Dédouit, « Haches fusiformes et analyses géochimiques : deux nouvelles pistes pour l’étude des haches néolithiques en dolérite »Gallia Préhistoire [En ligne], 58 | 2018, mis en ligne le 19 novembre 2018, consulté le 29 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/galliap/1006 ; DOI : https://doi.org/10.4000/galliap.1006

Haut de page

Auteurs

Antoine Chancerel

Musée national de Préhistoire, 1 rue du musée, 24620 Les Eyzies-de-Tayac — antoine.chancerel@culure.gouv.fr

Jean Le Gall

6 rue de Rots, 14610 Cairon — jflegall2@wanadoo.fr

Nicolas Le Maux

Doctorant en préhistoire, UMR 8215 MAE René-Ginouvès, 21 allée de l’Université, 92000 Nanterre — nicolasarcheo@gmail.com

Charles-Tanguy Le Roux

27 rue de Porsmoguer, 29600 Morlaix — ct.le-roux@wanadoo.fr

Laure Dédouit

SRA Normandie, 13 rue Saint-Ouen, 14000 Caen — laure.dedouit@culture.gouv.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Gallia Préhistoire

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Logo CNRS
  • Logo Maison des sciences de l'Homme Mondes
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search