Navigation – Plan du site

Entre influences armoricaines et normandes : le dépôt du Bronze moyen atlantique 2 de Bais (Mayenne)

Mélin Muriel et Nordez Marilou
p. 151-180
Traduction(s) :
Between Armorican and Norman influences: the Atlantic Middle Bronze Age 2 hoard from Bais, Mayenne (abridged version) [en]

Résumés

Mis au jour en avril 2015, le dépôt du bois de Mirebeau à Bais (Mayenne) est composé de haches à talon et de parures annulaires du Bronze moyen 2. Bien qu’il s’agisse à cette période d’une association fréquente dans le Nord-Ouest de la France, l’analyse fine des caractéristiques typologiques et technologiques des objets suscite des considérations chronologiques et culturelles d’un grand intérêt. Nous discutons dans cet article aussi bien de la typologie que de la technologie des quatorze haches et des six parures annulaires, et en particulier de la création d’un nouveau type de haches à talon (type de Bais) combinant des caractéristiques des types breton et normand. Cette nouvelle découverte se trouve à la croisée d’influences armoricaines et normandes, en correspondance avec sa localisation géographique.

Haut de page

Plan

Haut de page

Notes de la rédaction

Avec la collaboration de : Grimaud Valentin [contributeur], UMR 6566 CReAAH, Équipe ARchéologie et Architecture, Chemin la Censive du Tertre, 44000 Nantes – valentin.grimaud@univ-nantes.fr.

Article reçu le 24/09/2019 – Accepté le 04/11/2019

Texte intégral

Contexte de découverte et description liminaire

1Le dépôt de Bais, commune du nord-est du département de la Mayenne, a été mis au jour en avril 2015 lors de travaux de débardage avec un engin mécanique, dans le bois de Mirebeau (fig. 1). D’après le témoignage de l’inventeur, qui a rapidement signalé sa découverte au service régional d’Archéologie des Pays de la Loire (Mélin et Nordez 2018), les vingt objets composant cet ensemble métallique sont apparus dans la coupe du talus (fig. 2). Les observations de contrôle réalisées par H. Courty, conservatrice au SRA, n’ont pas permis de retrouver la fosse du dépôt, mais un petit fragment de parure annulaire est apparu lors du passage du détecteur de métaux. Nous n’avons donc aucune information sur l’organisation des objets ou sur la présence d’un éventuel contenant. Soulignons néanmoins le choix du lieu d’enfouissement de ces objets, situé à flanc de coteau et qui surplombe la vallée de l’Aron.

Fig. 1 – Localisation du lieu de découverte du dépôt de Bais (Mayenne)

Fig. 1 – Localisation du lieu de découverte du dépôt de Bais (Mayenne)

DAO M. Mélin ; fond de carte IGN

Fig. 2 – Emplacement probable du dépôt

Fig. 2 – Emplacement probable du dépôt

Celui-ci devait se trouver au niveau du talus, mais la fosse n’a pas été retrouvée

Photo DRAC Pays de la Loire / SRA

2Grâce au SRA des Pays de la Loire, le dépôt a rapidement fait l’objet d’une étude approfondie, avant de venir enrichir la nouvelle exposition permanente du musée archéologique départemental de Jublains en Mayenne.

  • 1 Cette appellation, abrégée BMa 2, permet d’ajouter une composante culturelle à la dimension chrono (...)

3Composé de quatorze haches à talon et de six parures annulaires (fig. 3), cet ensemble peut sans aucun doute être daté du Bronze moyen atlantique 2 (xve-xive s. av. n.è.)1 : la morphologie et le décor des objets sont sans équivoque et il s’agit d’une association récurrente dans le Nord-Ouest de la France où, durant cette période, les dépôts sont largement stéréotypés (Boulud-Gazo et al. 2017). Néanmoins, l’analyse fine des caractéristiques typologiques et technologiques de ces objets suscite des considérations chronologiques et culturelles qui font de cet ensemble un dépôt d’un grand intérêt.

Fig. 3 – Vue d’ensemble du dépôt de Bais

Fig. 3 – Vue d’ensemble du dépôt de Bais

Photo département de la Mayenne / Prisma-Laval

Les bracelets et anneaux de cheville

4Les six parures annulaires peuvent être séparées en trois groupes. Tout d’abord, quatre d’entre elles sont à tige pleine massive, décorée de motifs géométriques (fig. 4, no 146, 148-150). Elles correspondraient à ce qui était considéré auparavant comme le type de Bignan, défini par J. Briard (1965). Il a depuis été démontré que cette attribution nécessitait d’être entièrement révisée car elle regroupe des productions dont les caractéristiques morphologiques et ornementales sont très différentes, et sans tenir suffisamment compte des particularités de la parure du BMa 2 (Nordez 2015, à paraître). La forme et le décor des bracelets et anneaux de cheville livrent en effet des informations culturelles et chronologiques essentielles, qui permettent notamment de discuter des échanges à plus ou moins longue distance (Nordez à paraître).

5Parmi les deux restantes, l’une est à tige concave, relativement étroite et peu épaisse, et ornée d’un décor continu (fig. 4, no 151) tandis que la dernière se distingue des autres par sa tige pleine grêle torsadée et par son système de fermeture : il s’agit ici d’un élément unique, dont nous ne connaissons aucun équivalent à ce jour (fig. 4, no 147).

Fig. 4 – Les parures annulaires du dépôt de Bais

Fig. 4 – Les parures annulaires du dépôt de Bais

146 et 148-150. Parures annulaires du type de Moutiers ; 147. Parure annulaire du type de Saint-Germain-le-Vasson, variante de Bais ; 151. Parure annulaire du type du Val-de-Reuil

Photos Arc’Antique, GPLA, K. Colonnier ; DAO M. Nordez

6La documentation des bracelets et anneaux de cheville par le dessin est souvent fastidieuse : en effet, la convexité de la tige, aussi bien longitudinale (forme générale cintrée) que latérale (face externe de la section presque toujours arrondie), combinée au fait que celle-ci est souvent décorée, complique fortement la tâche.

Méthodologie de restitution des bracelets : le protocole d’enregistrement tridimensionnel PETRA

7Afin de contourner cette difficulté, une collaboration a été établie avec V. Grimaud afin de créer des modèles 3D qui pourraient être virtuellement déroulés, à la fois pour les présenter ainsi et pour en faciliter le dessin. L’idée était également de proposer un protocole d’acquisition photogrammétrique aisément reproductible lors d’études futures de cette catégorie d’objets.

8La procédure a consisté à placer les parures annulaires sur un support conique, lui-même placé sur un plateau tournant doté d’une échelle (fig. 5). Les photographies ont été ensuite prises avec un point de vue en plongée, à l’horizontale et en contre-plongée, avec une rotation du plateau d’environ 15° afin d’assurer un taux de recouvrement optimal. À cause du contact entre l’objet et le cône support, ce dispositif a l’inconvénient de ne pas permettre une reconstruction totale de l’objet. La partie interne du bracelet n’a ainsi pas pu être modélisée, mais c’est en accord et en cohérence avec l’objectif scientifique énoncé : permettre une documentation rapide et fiable des décors présents sur la face externe.

Fig. 5 – Dispositif employé pour l’acquisition photogrammétrique des clichés ayant permis l’obtention des modèles 3D

Fig. 5 – Dispositif employé pour l’acquisition photogrammétrique des clichés ayant permis l’obtention des modèles 3D

Photos Arc’Antique, GPLA, K. Colonnier

9Le modèle 3D a été obtenu par l’utilisation du logiciel Agisoft Photoscan. Suite aux différentes étapes de reconstruction (aérotriangulation, calcul des cartes de profondeur pour chaque cliché et production d’un nuage de points dense), un maillage haute définition de plusieurs millions de triangles texturés peut être manipulé. La procédure rejoint le protocole d’exploitation des représentations tridimensionnelles en archéologie (PETRA) mise en place dans le cadre du programme collectif de recherche « Corpus des signes gravés » (dir. S. Cassen ; Grimaud 2015, Cassen et al. 2016, Grimaud et al. 2016, Grimaud et Cassen 2019). La documentation des parures annulaires a consisté à produire des déroulés de manière à obtenir une vue synoptique de tous les décors réalisés. Ces déroulés sont des cartes issues d’une retopologie de l’objet 3D ; les informations couleur (diffuse map) et relief (normal map et height map) ont été ensuite isolées pour en faciliter l’étude. Enfin, les images produites ont été superposées dans un logiciel de dessin vectoriel (Adobe Illustrator) pour cartographier les différents aspects liés à l’étude de l’objet (fig. 6).

Fig. 6 – Déroulé des parures annulaires obtenu suivant le protocole d’enregistrement tridimensionnel PETRA, permettant l’obtention de représentations photoréalistes à l’aide d’un traitement DStretch

Fig. 6 – Déroulé des parures annulaires obtenu suivant le protocole d’enregistrement tridimensionnel PETRA, permettant l’obtention de représentations photoréalistes à l’aide d’un traitement DStretch

DAO V. Grimaud

Étude morphotypologique des parures

10Le vocabulaire employé ici reprend la terminologie détaillée dans la thèse récemment publiée de l’une d’entre nous (Nordez à paraître). Trois types de parures annulaires (Moutiers, Val-de-Reuil et Saint-Germain-le-Vasson) sont représentés dans le dépôt de Bais, dont les principales caractéristiques ont été résumées dans la figure 7 et dans le tableau en annexe (tabl. 1).

Fig. 7 – Synthèse typologique des principales caractéristiques morphostylistiques des parures annulaires du dépôt de Bais

Fig. 7 – Synthèse typologique des principales caractéristiques morphostylistiques des parures annulaires du dépôt de Bais

DAO M. Nordez

Tabl. 1 – Principales caractéristiques morpho-typologiques des parures annulaires du dépôt de Bais

Tabl. 1 – Principales caractéristiques morpho-typologiques des parures annulaires du dépôt de Bais

M. Nordez

Bracelets ou anneaux de cheville ?

11D’un point de vue fonctionnel, se pose la question de la partie du corps auxquels étaient destinés ces objets : poignet, biceps, cheville ? Les parures annulaires en position fonctionnelle, et donc en contexte funéraire, sont malheureusement trop peu nombreuses pour établir des seuils métriques fiables entre ces différentes positions sur le corps, d’autant que la morphologie des parures annulaires entre en ligne de compte. Un exemplaire de forme fermée doit nécessairement posséder un diamètre suffisant pour permettre le passage du membre alors que les extrémités d’un exemplaire de forme ouverte ou à système de fermeture peuvent être écartées puis resserrées. Dans le premier cas, un obstacle physique est créé par le premier métacarpien pour la main, par le calcanéum et l’astragale pour le pied, ce qui suppose que l’objet possède un diamètre interne suffisant pour être enfilé, en sachant qu’il ne pourra ensuite pas être réajusté autour du poignet ou de la cheville (Nordez à paraître).

12Partant de ce constat, le diamètre interne des objets constitue un bon indicateur, mais qui manque de référentiel pour les parures du Bronze moyen atlantique, compte tenu de l’indigence des sites funéraires ayant livré des défunts parés pour cette période dans le Nord-Ouest de la France. En effet, seuls vingt bracelets et quatre anneaux de cheville ont pu être enregistrés comme tels pour cette période et cette zone géographique, provenant presque tous de la nécropole des Ouches à Auzay (Vendée ; Lourdaux et Gomez de Soto 1998, Nordez à paraître). Leur diamètre respectif est compris entre 52 et 67 mm pour les bracelets et entre 76 et 89 mm pour les parures de cheville (fig. 8).

Fig. 8 – Détermination de la fonction des bracelets et anneaux de cheville en fonction de leur diamètre interne

Fig. 8 – Détermination de la fonction des bracelets et anneaux de cheville en fonction de leur diamètre interne

DAO M. Nordez

13Cependant, dans le cas des exemplaires de forme ouverte, il est indispensable de tenir compte de la déformation des extrémités : c’est notamment le cas des exemplaires no 146 et 149 du dépôt qui nous occupe (fig. 4), dont l’une des extrémités est légèrement décalée pour l’un, et fortement pour l’autre. Leur diamètre interne actuel, respectivement de 83 et 88 mm, doit être pondéré par cette déformation et ainsi ramené autour de 68 mm (fig. 8). Ces deux objets sont donc très probablement des parures de poignet. Une déformation similaire est visible pour le l’anneau de cheville no 148, dont le diamètre actuel de 91 mm doit être plutôt ramené autour de 82 mm.

14Notons qu’un fermoir sommaire a été aménagé dans les extrémités de la parure à tige torsadée (no 147), permettant de l’ouvrir pour l’enfiler, indiquant plutôt un port à la cheville. En effet, les parures à tige grêle torsadée du BMa 2 possèdent toutes un diamètre interne indiquant un port au poignet (53 à 73 mm pour une moyenne de 63 mm), à l’exception de cinq d’entre elles qui possèdent un système de fermeture : la possibilité d’ouvrir et de fermer l’objet résout la difficulté du passage au niveau du calcanéum et de l’astragale, tout en assurant un bon maintien au niveau de la cheville.

15Deux parures annulaires du dépôt seraient donc des anneaux de cheville (no 147-148), deux des bracelets (no 146, 149) et les deux dernières ne permettent pas de trancher entre les deux fonctions (no 150-151). Bien qu’il ne s’agisse pas de paires strictement identiques, il est permis d’imaginer qu’elles aient pu fonctionner ensemble du fait de leur proximité morphologique.

Les bracelets et anneaux de cheville à tige pleine massive

16Quatre des six bracelets ou anneaux de cheville sont de forme ouverte, à section plano-convexe éventuellement dotée de très légers méplats latéraux à la base de la face externe, et ornés d’un décor organisé en panneaux (fig. 4, no 146, 148-150). Les différents exemplaires se distinguent les uns des autres par les dimensions de la tige et l’agencement des panneaux. Notons que tous sont uniques, comme toujours pour les parures annulaires du Bronze moyen 2.

17D’après une typologie récemment établie (Nordez à paraître), nous attribuons ces parures au type de Moutiers. L’organisation de leur ornementation permet de préciser des variantes : trois d’entre elles possèdent un décor en panneaux symétriques (A-B-C-C-B-A ou A-B-C-B-A) et appartiennent donc à la variante 1 du type de Moutiers (no 146, 149-150), alors que le dernier possède un décor en panneaux variés (A-B-C-D-A), le classant donc dans la variante 4 du type de Moutiers (no 148). Cette dernière est plus rare alors que la variante 1 est très bien représentée dans le Massif armoricain (fig. 9) : les exemplaires du dépôt de Bais se trouvent juste à l’est de la zone d’enfouissement principale du type, centrée le long du bassin inférieur et moyen de la Vilaine (Nordez à paraître).

Fig. 9 – Carte de répartition des parures annulaires des types de Moutiers, du Val-de-Reuil et à tige torsadée

Fig. 9 – Carte de répartition des parures annulaires des types de Moutiers, du Val-de-Reuil et à tige torsadée

DAO M. Nordez

Le bracelet fermé à tige concave

18L’un de ces cinq éléments se distingue des autres parures par plusieurs aspects : sa tige est plus mince que les autres (9 x 3,5 mm) ; sa face interne est concave et sa face externe triangulaire ; bien qu’incomplète, elle était très probablement de forme fermée à l’origine ; son décor est continu, composé d’un motif longitudinal se déroulant tout le long de l’objet, et non pas organisé en panneaux comme les quatre autres (fig. 4, no 151).

19Il peut être rattaché au type du Val-de-Reuil, caractérisé par une forme fermée et un décor continu. Il s’agit d’un type rare, dont seuls trois autres exemplaires sont connus à ce jour (fig. 9), tous découverts dans la vallée de la Seine ou de l’Yonne. Ces derniers sont issus des dépôts des Varennes au Val-de-Reuil (Eure ; Billard et al. 1995, fig. 15, no 1), des Clayes-sous-Bois (Yvelines ; Mohen 1977, fig. 161) et de Sermizelles (Yonne ; Fleury 1992, LXVII, no 3).

L’anneau de cheville à tige torsadée

20Enfin, la dernière parure est à tige torsadée, cette morphologie étant représentée un peu partout en France au cours du Bronze moyen (fig. 9). L’exemplaire de Bais se distingue néanmoins des autres exemplaires recensés, tout d’abord par son diamètre important, mais surtout par la présence d’un système de fermeture, par emboîtement des extrémités : l’une est légèrement effilée, alors qu’une mortaise peu profonde est aménagée dans l’autre (fig. 4, no 147).

21En effet, la plupart des parures annulaires à tige torsadée du BMa 2 sont de forme ouverte, à l’exception de quatre exemplaires de la possible sépulture du Moulin de Livet à Saint-Germain-le-Vasson (Calvados) : elles sont dotées d’un système de fermeture composé d’une extrémité en pointe s’insérant dans une autre en tôle très fine repliée de sorte à former une gouttière (dessins inédits d’A. Verney ; Marcigny et al. 2005, p. 94, no 83 ; Nordez à paraître, fig. 80, no 9-12). Ces objets sont uniques au sein du corpus et forment un type distinct des autres parures annulaires à tige torsadée, dit de Saint-Germain-le-Vasson. L’exemplaire du dépôt de Bais constitue une autre variante de parure à tige grêle torsadée et à système de fermeture, bien que sommaire.

Étude technologique et modes de fabrication envisagés

22Aucun moule de parure annulaire à tige pleine massive n’est connu pour le BMa 2, alors que des moules en pierre, en bronze et en argile sont connus pour d’autres catégories d’objets contemporains. Les modes de coulée mis en œuvre ne sont donc pas documentés par des témoins directs pour les bracelets et anneaux de cheville. De plus, il n’existe aucune paire ou aucun lot d’exemplaires parfaitement identiques enregistrés à ce jour pour cette période, alors qu’il en existe pour d’autres catégories d’objets. Ces constats indiquent que la production était plutôt individualisée et va dans le sens de l’emploi d’une technique mobilisant des moules et modèles à usage unique.

23Les techniques de coulée et de réalisation du décor sont difficilement identifiables par la seule observation macroscopique, la surface des objets ayant souvent été finement régularisée. Généralement, les indices les plus éloquents sont la morphologie des objets et la présence d’éventuels défauts recoupant le décor, indiquant sa réalisation avant la coulée et donc l’emploi de la technique de la fonte à la cire perdue : c’est par exemple le cas sur la parure annulaire no 150 (fig. 10). Pour le bracelet du type du Val-de-Reuil (no 151), l’emploi de cette technique ne fait presque aucun doute du fait de sa morphologie, impliquant la présence d’une contre-dépouille. Pour les autres parures du dépôt, les indices sont beaucoup plus ténus et ne permettent pas d’être catégorique sur les modes de fabrication mis en œuvre.

Fig. 10 – Défauts de fonderie recoupant le décor de la parure annulaire no 150, indiquant l’emploi de la technique de la fonte à la cire perdue pour sa fabrication

Fig. 10 – Défauts de fonderie recoupant le décor de la parure annulaire no 150, indiquant l’emploi de la technique de la fonte à la cire perdue pour sa fabrication

Photo Arc’Antique, GPLA, K. Colonnier ; DAO M. Nordez

24Néanmoins, sur les 58 parures annulaires du type de Moutiers étudiées de visu (Nordez à paraître), plus des deux tiers livrent des indices allant dans le sens de l’emploi de la technique de la fonte à la cire perdue, que ce soit par la présence de traces de modelage et de déformation d’un matériau malléable ou de défauts de fonderie recoupant le décor. Précisons que cette technique peut tout à fait impliquer une plus ou moins forte reprise de la surface et du décor en post-fonderie, ce qui peut en biaiser la lecture macroscopique ou métallographique.

25L’importance de cette technique a été clairement minorée jusqu’ici dans la fabrication des bracelets et anneaux de cheville massifs décorés du BMa 2. Des modalités de découpe de la cire ont été envisagées d’après des remontages identifiés entre plusieurs bracelets des types de Moutiers et de Trégueux, notamment au sein du dépôt de Kéran à Bignan, Morbihan (Nordez à paraître) : la découpe de colombins de cire est un moyen simple pour obtenir des préformes de bracelets à section plano-convexe, ensuite décorées et mises en forme de manière individualisée (Nordez à paraître). Les bracelets no 146 et 149 pourraient tout à fait correspondre à ce cas de figure.

26Les expérimentations réalisées démontent que la création d’un décor post-fonderie sur du bronze massif contenant une proportion importante d’étain (10,6 % en moyenne pour les bracelets du BMa 2 analysés) est beaucoup plus ardue que ce qui était envisagé jusqu’alors : nous n’y sommes pas parvenus, y compris avec des outils modernes en acier (Nordez à paraître). Des analyses de composition élémentaire permettraient déjà de connaître les alliages employés : si ceux-ci ne contiennent que peu d’étain, la création du décor par ciselure pourrait tout de même être envisagée. De telles analyses permettraient également d’identifier d’éventuels jumeaux de creuset (Rychner et Kläntschi 1995, p. 30), notamment pour les objets de facture très proche (no 146, 149).

27La somme de ces arguments tend à indiquer que l’emploi de la technique de la fonte à la cire perdue doit être envisagé pour au moins une partie des parures du dépôt de Bais, mais sans que cela ne puisse être généralisé à l’ensemble des objets. Une étude au cas par cas demeure indispensable afin de ne pas systématiser cette chaîne opératoire en l’absence d’arguments macroscopiques et/ou métallographiques (Lagarde-Cardona 2018).

Les haches

28Les quatorze haches mises en dépôt ont fait l’objet d’une étude typologique poussée, que nous aborderons dans un premier temps. Elles présentent en effet une morphologie relativement atypique, à cheval entre le type breton et le type normand, qu’il est nécessaire de développer. L’état général des haches plutôt correct a permis de réaliser un examen tracéologique des objets. Dans un deuxième temps, nous traiterons donc des stigmates liés à leur mise en forme, ce qui nous permettra de déduire quelques hypothèses quant à la chaîne opératoire post-fonte.

Morphologie des haches de Bais : une typologie pas si évidente

29Appartenant toutes au type à talon, les haches du dépôt de Bais, déposées entières, sont datables du Bronze moyen 2. D’une manière générale elles présentent un contour sub-rectangulaire et possèdent toutes des lames longilignes étroites (fig. 11-12). Le principal critère qui les différencie est la présence ou non d’un anneau. Elles possèdent donc une morphologie générale globalement similaire, bien qu’une seule puisse être indiscutablement attribuée au type breton. Dans le détail en effet, elles présentent une combinaison de caractéristiques particulières qui ne correspond pas strictement aux types breton ou normand. Cette particularité a nécessité de revenir sur le classement typologique de certains types de haches à talon du Nord-Ouest français. Les deux principaux types dans cet espace géographique à cette période sont bien connus : il s’agit des types breton et normand qui possèdent des caractéristiques morphologiques propres, auxquelles empruntent les haches du dépôt de Bais. Afin de pouvoir discuter plus avant de leur classement typologique, revenons sur ce qui définit ces deux types.

Fig. 11 – Haches contenues dans le dépôt de Bais

Fig. 11 – Haches contenues dans le dépôt de Bais

DAO M. Mélin

Fig. 12 – Haches contenues dans le dépôt de Bais (suite)

Fig. 12 – Haches contenues dans le dépôt de Bais (suite)

DAO M. Mélin

Les types breton et normand

30La largeur du tranchant, étroit ou large, va être la première distinction entre les haches du « groupe breton » et les haches du « groupe normand » (Briard 1965), qui deviendront ensuite « type breton » et « type normand » dans les fiches typologiques réalisées par la commission du Bronze de la Société préhistorique française (Briard et Verron 1976). Cette distinction prévaut toujours comme principal élément discriminant entre les deux types (Gabillot 2003). D’autres signes distinctifs ont permis de définir ces types. On insistera sur deux points en particulier :

  • La hache de type breton se caractérise par une forme générale longiligne : elle possède une lame à tranchant étroit, souvent ornée d’une nervure ou d’une arête médiane ou non ornée. Son talon est à gorge anguleuse et à butée rectiligne et également anguleuse.
  • La hache de type normand est, elle, caractérisée par une lame trapézoïdale : son tranchant est large. Sa lame est ornée de décors bien plus variés. Son talon est à gorge plutôt arrondie et à butée plus épaisse et présentant souvent une convexité ou des angles arrondis.

31On peut ajouter plusieurs autres critères pour distinguer ces deux types (fig. 13), notamment la hauteur de la partie libre du sommet, c’est-à-dire l’espace sommital avant les rebords, largement dégagée pour le type normand, beaucoup plus réduite pour le type breton, ou encore le rattachement des rebords du talon au sommet, d’une ligne continue pour le type normand contrairement au type breton. Un autre critère distingue également ces deux types : la présence d’une importante cavité dans les gorges de la butée, qui est un défaut de coulée très fréquent sur le type normand (voir supra fig. 23). Les principaux éléments discriminants entre le type breton et le type normand sont résumés dans la figure 13.

Fig. 13 – Principaux éléments discriminants entre les types breton et normand

Fig. 13 – Principaux éléments discriminants entre les types breton et normand

DAO M. Mélin ; d’après Bouet-Langlois 2009 (à gauche) et Briard et Onnée 1985 (à droite)

32Les haches de ces deux types, connues en très grand nombre, montrent des formes relativement standardisées, même si des variantes existent (Gabillot 2003). Récemment, ces deux formes standards ont été confirmées par une approche mathématique de morphométrie (Forel et al. 2009) et plusieurs travaux ultérieurs abordent la problématique des déviations par rapport à la forme standard, en particulier pour le type normand sans anneau (Gabillot et al. 2009, Monna et al. 2013). Les zones de concentrations de dépôts de ces objets sont également bien distinctes : le type breton standard se retrouve globalement dans le Massif armoricain ; le type normand standard est principalement répandu dans la basse vallée de la Seine, localisation préférentielle validée par les analyses statistiques (Monna et al. 2013).

À quels types appartiennent les haches de Bais ?

33Les haches de Bais ont en commun une forme générale longiligne avec une lame à tranchant étroit. Elles possèdent dans le même temps une butée nettement convexe en forme de demi-cercle (un exemplaire excepté). Six d’entre elles ont un anneau latéral. Dans le détail cependant, plusieurs groupes peuvent être établis.

34Une seule hache appartient au type breton d’après sa définition stricte (fig. 11, no 153). Toutes les autres haches possèdent une lame longiligne à tranchant étroit à l’instar de celles du type breton, combinée à une butée à convexité nettement marquée. Les décors présents sous la butée sont variables ou inexistants. Une hache (fig. 11, no 152) possède un décor formé d’une double cavité triangulaire, ou décor « de sabot fendu », typique du type normand (Gabillot 2003). Une autre hache a une nervure marquée sous la butée (fig. 11, no 154), quand trois autres ne montrent aucun décor (fig. 7, no 157-158, 165). Les huit restantes sont décorées d’une fine arête centrale (fig. 11-12, no 155-156, 159-164).

35Nous résumons dans le tableau 2, les caractéristiques que présente chaque hache, caractéristiques qui se rattachent soit au type normand, soit au type breton. On remarque que la hache no 153 possède bien, et c’est la seule, tous les caractères faisant d’elle une hache du type breton standard (une lame étroite, une butée rectiligne et gorge anguleuse ainsi que les caractéristiques secondaires mentionnées plus haut). Une hache se détache par une majorité de caractères normands, forme de la lame exceptée : la no 152, qui est la seule à posséder un décor typiquement normand sous la butée.

Tabl. 2 – Caractères morphologiques des haches du dépôt de Bais se rapportant tantôt au type breton, tantôt au type normand

Tabl. 2 – Caractères morphologiques des haches du dépôt de Bais se rapportant tantôt au type breton, tantôt au type normand

Les numéros de même couleur appartiennent au même moule

M. Mélin

36Au sein de ce groupe hétérogène, certaines pièces possèdent des caractéristiques de type normand tout en possédant une lame à tranchant étroit. D’autres montrent plus de critères du type breton que les précédentes. Six haches possèdent un anneau latéral. L’ensemble de Bais rassemble donc des formes intéressantes, non typiques des standards normand ou breton.

Une forme de hache de type breton mais avec butée en demi-cercle

37Cette forme se rattache par une majorité de critères au type breton, la seule mais importante différence par rapport au modèle standard étant la forme en demi-cercle de la butée. Très peu de variantes de ce type sont connues : M. Gabillot en 2003 n’en comptabilisait qu’une vingtaine (type 33, dit « à butée et/ou bords concaves » : p. 48 et pl. 85). Ces six nouvelles haches du dépôt de Bais viennent donc considérablement gonfler ce chiffre. Plusieurs haches d’un dépôt provenant des « environs de Tours » (Cordier 2009, p. 143) sont un intéressant parallèle pour cette forme d’outil. En effet, quatre haches presque brutes de fonte et issues d’un même moule montrent une forme globale longiligne, une lame étroite et des faces dépareillées (fig. 14) : une des faces présente une butée rectiligne et anguleuse, qui lui confère un aspect de type breton classique ; l’autre face, une butée nettement arrondie, en demi-cercle, à la manière des haches de Bais. Le profil, tout à fait similaire à celui des haches de Bais également, est typique des haches de type breton.

Fig. 14 – Hache possédant deux faces dépareillées provenant d’un dépôt trouvé « aux environs de Tours »

Fig. 14 – Hache possédant deux faces dépareillées provenant d’un dépôt trouvé « aux environs de Tours »

Une face présente une butée rectiligne, lui conférant un aspect type breton, l’autre face, à butée en demi-cercle, la distingue de ce dernier. Elle se rapproche par contre des haches du dépôt de Bais

Cordier 2009, p. 143

Une forme de hache à anneau latéral, à lame étroite et butée en demi-cercle

38Les haches à anneau latéral du dépôt de Bais sont à mettre en exergue. Elles combinent en effet une lame longiligne à tranchant étroit et une butée en demi-cercle. Si cette forme de hache est depuis longtemps connue, celle-ci est généralement classée dans le type normand (Verney 1989, Gabillot 2003), ce qui nous semble discutable puisqu’elle possède la lame étroite et longiligne qui définit les haches de type breton. On constate par ailleurs que lorsqu’elles sont trouvées hors de la zone d’extension du type normand, ces haches à anneau sont généralement classées dans le type breton (Briard 1965, p. 112 ; Pautreau 1979, p. 145 ; Gomez de Soto 1980, p. 59). Si l’on met de côté le décor sous la butée, ces haches peuvent être globalement mises en parallèle des types 50, 91, 102 de M. Gabillot (2003), possédant un anneau et une lame étroite similaire (ou en tout cas non trapézoïdale), et en particulier avec le type 50 au décor à nervure médiane.

39À bien regarder les haches à anneau classées dans le type normand, nombreuses sont celles qui possèdent une lame plus étroite que celles du type classique, ce qui a déjà été remarqué (Briard et Verron 1976, Verney 1989). Pour comparaison, observons les haches des dépôts de Saint-Germain-en-Laye (Yvelines ; Bouet-Langlois 2009), dans lesquels ont été déposées en majorité des haches de type normand et une seule hache avec anneau : celle-ci possède une lame à tranchant étroit dont la morphologie se distingue très nettement des autres haches du lot, de type normand et de formes par ailleurs homogènes (fig. 15, no 2). On retrouve la même forme que celle des haches de Bais. Le même problème d’attribution typologique s’est présenté à nous lors de l’étude d’un dépôt contemporain récemment trouvé en fouille à Rannée en Ille-et-Vilaine (Le Clézio et Mélin 2018), composé principalement de haches à talon de type breton auxquelles était associée une hache possédant un anneau latéral, avec une lame longiligne à la manière des haches de type breton, combinée avec une butée semi-circulaire à la manière des haches de type normand (avec également une grosse cavité à la butée, défaut récurrent sur ce type).

Fig. 15 – Échantillon du dépôt de Saint-Germain-en-Laye (Yvelines)

Fig. 15 – Échantillon du dépôt de Saint-Germain-en-Laye (Yvelines)

Parmi ces quatre haches, la hache à anneau est d’une morphologie très différente avec un tranchant étroit et un anneau latéral. Son attribution typologique en tant que type normand à l’instar des trois autres est par conséquent problématique

Bouet-Langlois 2009, fig. 6

40La dénomination de « type normand » pour de telles haches lorsqu’elles sont trouvées en association avec des haches du type breton ne va donc pas de soi, car elles leur ressemblent tout autant, voire plus… Lorsqu’elles sont associées avec des haches de type breton, ces haches seront en effet qualifiées de type breton à anneau. Ainsi, J. Briard et G. Verron notent que 8 % des haches de type breton portent un anneau latéral et « les haches qui en sont pourvues présentent souvent une butée légèrement convexe » (Briard et Verron 1976, p. 102). Au contraire, lorsqu’elles sont associées avec le type normand dans un dépôt, ces haches à anneau sont qualifiées de type normand. Dans la fiche typologique de ce type, J. Briard et G. Verron (1976, p. 91) remarquent que la lame est « souvent moins évasée dans les haches avec anneau ». B. O’Connor remarque également la grande proximité entre les haches de type normand à anneau et les haches de type breton à anneau, la forme de la butée exceptée : « Looped Norman palstaves are close to looped Breton palstaves in blade shape and ornament but distinct in the form of the flanges and the stop-ridge » (O’Connor 1980, p. 46). La forme à anneau latéral, lame étroite et butée en demi-cercle est en effet une forme de hache que l’on retrouve en quelques exemplaires en Angleterre (O’Connor 1980). M. J. Rowlands les plaçait lui dans une catégorie à part, les « looped-narrow bladed palstaves », insistant alors plus sur la forme de la lame (Rowlands 1976, p. 36).

41Doit-on alors conserver le terme de type normand pour cette forme de haches à anneau et à lame étroite ? Si la lame large et trapézoïdale caractérise le type normand, ce classement apparaît alors trompeur.

42L’emploi de cette appellation dissimule par ailleurs le fait que les haches des types breton et normand au sens strict comportant un anneau latéral sont en réalité très faiblement représentées, d’autant plus étant donné le grand nombre d’individus que l’on connaît de ces deux types. Quelques haches de type normand classique possèdent effectivement un anneau latéral, mais elles sont rares : elles sont classées dans les « types particuliers » au sein du type normand par M. Gabillot (2003, pl. 66). On y trouve ce qui pourrait véritablement être appelé le type normand à anneau, avec les deux exemplaires de Heuqueville (Seine-Maritime ; Gabillot 2003, pl. 66 ; fig. 16 no 1). On peut également rencontrer cette variante à anneau dans le dépôt du Gué-de-Longrois (Eure-et-Loir ; Cordier 2009, fig. 73, no 5 ; fig. 16 no 2) : on retrouve bien dans ces exemples la forme trapézoïdale de la lame du type normand. Le type breton à anneau est encore plus rare : citons par exemple la hache du dépôt de Domalain (Ille-et-Vilaine ; Briard et al. 1986, fig. 5, no 13 ; fig. 16 no 4) ou celle de Saint-Quay-Portrieux (Côtes-d’Armor ; Briard 1965, fig. 38, no 6 ; fig. 16 no 3), qui possèdent bien la butée rectiligne et anguleuse propre au type breton.

Fig. 16 – Rares exemples de haches de types normand et breton à anneau « vrai »

Fig. 16 – Rares exemples de haches de types normand et breton à anneau « vrai »

Type normand : 1. Heuqueville (Seine-Maritime) ; 2. Gué-de-Longrois (Eure-et-Loir)
Type breton : 3. Saint-Quay-Portrieux (Côtes-d’Armor) ; 4. Domalain (Ille-et-Vilaine)

1. Verney 1988 ; 2. Cordier 2009, fig. 75, no 5 ; 3. Briard 1965, fig. 38, no 6 ; 4. Briard et al. 1986, fig. 5, no 13 ; DAO M. Mélin

43D’un point de vue géographique, il a été observé, par ailleurs, que les haches à lame étroite, butée semi-circulaire et anneau latéral sont peu présentes dans la vallée de la Seine, lieu de concentration du type normand classique (Verney 1988, fig. 4 ; Gabillot 2003, cartes des types 50, 91 et 102 ; Bouet-Langlois 2009, p. 73).

44Pour finir, on mentionnera l’existence d’un moule qui permettait de couler de telles haches à lame étroite, butée en demi-cercle et anneau latéral, trouvé à Montaigu-la-Brisette (Manche ; fig. 17), publié par L. Coutil en 1934. Un moulage est également présenté en photo dans Marcigny et al. (2005, p. 85, fig. 61), où il y est désigné comme un moule pour hache de type « breton à anneau », le critère typologique premier choisi étant la forme longiligne de la lame. La position géographique de ce moule, bien que très septentrionale, dans un espace intermédiaire entre les zones d’enfouissement principales des types breton et normand est une bonne illustration du caractère mixte des haches qui nous intéressent ici et qui empruntent un répertoire morphologique à ces deux types.

Fig. 17 – Moule de Montaigu-la-Brisette (Calvados)

Fig. 17 – Moule de Montaigu-la-Brisette (Calvados)

Il devait permettre de couler des haches à lame à tranchant étroit et à butée en demi-cercle munies d’un anneau latéral comme les haches du dépôt de Bais

Coutil 1934

Pour la définition d’un type de Bais

Critères typologiques du type de Bais

  • 2 Par étroit, nous entendons une largeur moyenne similaire au type breton, c’est-à-dire d’environ 42 (...)

45À ce stade, il nous semble important de distinguer, dans le classement typologique, ces haches à anneau latéral de celles des types breton et normand. Ce qui les caractérise véritablement, ce sont les deux critères principaux suivants : une lame longiligne à tranchant étroit2 et une butée en demi-cercle. Ces deux caractéristiques excluent par conséquent une appartenance stricte aux types breton et normand, tels qu’ils ont été définis.

46Aussi, il convient de revoir une partie de l’arbre typologique des haches à talon en incluant cette distinction (fig. 18). L’existence d’une combinaison de critères que l’on retrouve d’une part sur le type breton (la lame longiligne à tranchant étroit) et d’autre part sur le type normand (une butée arrondie), place cette morphologie dans une position intermédiaire, qui se retrouve géographiquement et que résume très bien le dépôt de Bais.

Fig. 18 – Arbre typologique du type de Bais tel que défini dans cet article, type à butée semi-circulaire et lame à tranchant étroit

Fig. 18 – Arbre typologique du type de Bais tel que défini dans cet article, type à butée semi-circulaire et lame à tranchant étroit

Il se décline en deux branches, avec ou sans anneau latéral, et en différentes variantes basées sur le décor sous la butée

DAO M. Mélin

47Cette forme intermédiaire, que nous proposons d’appeler type de Bais, peut être déclinée en deux branches : l’une à anneau et l’autre sans. Chacune comporte ensuite différentes variantes marquées par le décor qui apparaît sous la butée ou qui est au contraire absent. Là encore, cette variété de décors fait à la fois penser au type breton (arête, nervure ou absence de décor) et au type normand (décor en trident, décor de « sabot fendu »). Dans le dépôt de Bais, tous les exemplaires sont du type de Bais selon cette définition, excepté une de type breton. Plusieurs de ces variantes sont présentes (matérialisées par des étoiles sur la fig. 18).

Un premier inventaire

48Nous nous sommes particulièrement intéressées au recensement des haches du type de Bais avec anneau latéral, celui qui posait des problèmes dans le classement typologique et dont les exemplaires semblent également plus nombreux que le type sans anneau. Ce premier inventaire réunit quelque 150 exemplaires, au sein desquels les différentes variantes de décor sont bien représentées, quoique dans des proportions inégales, les motifs en tridents et les arêtes médianes étant les plus fréquents. Cet inventaire a été mené à partir des monographies régionales (Coutil 1899, 1922, Briard 1965, Cordier et Gruet 1975, Mohen 1977, Pautreau 1979, Gomez de Soto 1980, Gaucher 1981, Blanchet 1984, Cordier 2009) et complété par les inventaires plus récents de M. Gabillot (2003) et C. Galinand (2007) en particulier, ainsi que divers articles et nos propres données. Nous avons recherché au sein des haches à talon du Bronze moyen 2 les formes à anneau en particulier. Dans le cas où la forme de la lame, dont la largeur du tranchant peut varier suivant son état (affûté ou brut), utilisée de manière prolongée ou non, ne permettait pas un classement assuré, l’objet n’a pas été intégré. Il est cependant possible de le discriminer la plupart du temps, même dans le cas d’un fragment de hache : les bords de la lame sont très tôt divergents sur le type normand contrairement au type de Bais.

49Il apparaît clairement que les haches à anneau avec butée en demi-cercle et lame étroite du type de Bais sont de loin les plus fréquentes. On rencontre quelques exemplaires de vraies haches de type normand à anneau, mais très rarement (une dizaine seulement), et quelques exemplaires de vraies haches de type breton à anneau, encore plus rarement (cinq individus).

Répartition géographique du type de Bais à anneau

50La répartition des haches du type de Bais à anneau est large et s’étend principalement des marges orientales du Massif armoricain à la Seine, et des côtes normandes au bassin de la Loire (fig. 19). Ainsi les occurrences de haches de ce type recouvrent en partie un espace qui livre principalement des haches de type normand mais elles se répandent également bien plus à l’ouest, jusqu’à l’espace armoricain où sont préférentiellement enfouies des haches du type breton. La place du type de Bais le long de la Loire est notable, et, à l’instar des types breton et normand, il paraît s’être largement répandu puisqu’on le trouve jusqu’en Gironde (Saint-Vivien-de-Médoc, Soulac-sur-Mer : Coffyn et Gachina 1972, Coffyn et al. 1995), mais aussi dans la Creuse (Le Chauchet : Daugas 1976), dans l’Allier (Teillet-Argentry notamment : Abauzit 1967), en Saône-et-Loire (Ouroux-sur-Saône : Bonnamour 1983, p. 104), et même jusque dans le Gard à Tavel (Roudil 1972). L’Angleterre semble également posséder quelques exemplaires (dépôts de Dewlish : O’Connor 1980, fig. 2B, no 2-3 ; dépôt de Gable Head : O’Connor 1980, fig. 5, no 7-11, par exemple). Son absence dans la partie la plus occidentale de la péninsule armoricaine est notable.

Fig. 19 – Carte de répartition des haches à talon du type de Bais à anneau latéral, sur fond de répartition des dépôts datés du Bronze moyen 2 en France

Fig. 19 – Carte de répartition des haches à talon du type de Bais à anneau latéral, sur fond de répartition des dépôts datés du Bronze moyen 2 en France

SIG M. Mélin

51On retrouve le type de Bais avec anneau, en nombre de dépôts et d’objets isolés, en particulier dans les départements de l’Eure (dix occurrences), du Calvados (huit occurrences), du Maine-et-Loire (sept occurrences), de l’Eure-et-Loir (six occurrences). Il peut être représenté par un exemplaire unique au sein de certains dépôts, ou par plusieurs. Ainsi, dans le dépôt du Gué-de-Longroi (Eure-et-Loir), on compte douze individus du type de Bais avec anneau (Cordier 2009, fig. 72, no 1-6, fig. 73, no 1-4, 6 et fig. 74, no 5), six dans celui de Longny-au-Perche (Orne ; Cordier 2009, fig. 79, no 4-6 et fig. 80, no 1-2, 5), cinq dans celui des Montils (Loir-et-Cher ; Cordier 2009, fig. 87, no 1-2, 5, 7, fig. 86, no 4), entre autres exemples (fig. 20).

Fig. 20 – Exemples de quelques haches du type de Bais avec anneau latéral

Fig. 20 – Exemples de quelques haches du type de Bais avec anneau latéral

1 et 7. Gué-de-Longrois (Eure-et-Loir) ; 2. Longny-au-Perche (Orne) ; 3. Le Lude (Sarthe) ; 4. Noellet (Maine-et-Loire) ; 5. Ménigoute (Deux-Sèvres) ; 6. Héric (Loire-Atlantique) ; 8. Curzay (Vienne)

1-3 et 7-8. Cordier 2009 ; 4. Gruet et Braguier 1979 ; 5. Pautreau 1979 ; 6. Briard 1961 ; DAO M. Mélin

Dimensions et masses des haches du dépôt de Bais

52Les haches de Bais mesurent 164 mm de longueur et pèsent 403 g en moyenne (table 3). Ces dimensions sont à considérer parallèlement à leur état de mise en forme et d’utilisation. En effet, certaines haches présentent une forme raccourcie par leur utilisation et ont donc perdu en longueur mais aussi en masse. Si l’on ne tient compte que des haches pas ou peu utilisées, leur longueur, qui montre peu de variabilité (écart-type : 1 mm seulement), est de 167 mm et leur masse moyenne de 409 g.

Table 3 – Masse (en g) et dimensions (en mm) des haches de Bais

Table 3 – Masse (en g) et dimensions (en mm) des haches de Bais

Les moyennes des dimensions de différentes parties pouvant servir à de la morphométrie plus poussée sont indiquées, ainsi que les écarts-type. Les numéros de même couleur appartiennent au même moule

M. Mélin

53Leurs tranchants sont assez étroits et mesurent en moyenne 41 mm. Cette moyenne est tout à fait conforme à ce qui est généralement établi pour le type breton (42 mm en moyenne dans Briard et Verron 1976), et contrairement à la moyenne donnée pour le type normand (environ 50 mm ; Briard et Verron 1976). Certaines ont un tranchant plus large que d’autres, ceci étant à mettre sur le compte d’une forte utilisation ayant nécessité des remartelages. Le tranchant de la hache no 154, qui présente par exemple un tranchant martelé et largement étalé, mesure 47 mm.

La fabrication des haches du dépôt de Bais

Des haches issues d’un même moule

54Parmi les quatorze haches du dépôt, nous avons pu déterminer que deux séries viennent d’un même moule : quatre exemplaires sans anneau d’une part (fig. 12, no 159, 162-164) et deux autres avec anneaux d’autre part (fig. 11, no 157, 165).

55Ce sont de petits détails, défauts issus du moule qui vont être reproduits d’une hache à l’autre (en s’accentuant éventuellement), qui vont permettre de retrouver la présence de séries de haches fabriquées dans un même moule, dans le cas où ils ne sont pas trop repris après fonte. De telles observations dépendent de l’état de conservation du métal.

Première série : deux haches issues du même moule

56Sur deux des haches du type de Bais possédant un anneau (no 157, 165), c’est la présence de quelques détails situés au niveau des bavures de coulée, qu’elles ont en commun (fig. 21), qui ont permis de déduire leur fabrication dans un même moule.

Fig. 21 – Deux haches issues d’un même moule, comme le démontrent plusieurs petits défauts qui se répètent d’une hache à l’autre (flèches)

Fig. 21 – Deux haches issues d’un même moule, comme le démontrent plusieurs petits défauts qui se répètent d’une hache à l’autre (flèches)

Photos M. Mélin

57Il est intéressant de constater qu’elles sont à deux stades de fabrication différents, puisque l’une est dans un état fonctionnel et l’autre présente seulement un premier ébarbage (voir supra fig. 26). Ce fait permet d’observer des degrés de reprise différents sur des haches au départ similaires et de mieux comprendre les travaux effectués. Nous reviendrons sur cette comparaison. Une telle observation a été faite sur deux haches du dépôt de La-Chapelle-des-Faulx (Eure), qui contenait deux haches issues d’un même moule, et qui présentaient deux stades de mise en forme différents (Verron et Verney 2005).

Deuxième série : quatre haches issues du même moule

58Sur quatre autres haches, ce sont de petits détails également situés au niveau des bavures de coulée qui indiquent l’existence d’une autre série issue d’un même moule : il s’agit des haches sans anneau, no 159, 162-164 (fig. 22).

Fig. 22 – Quatre haches issues d’un même moule, comme le démontrent plusieurs petits défauts qui se répètent d’une hache à l’autre (flèches)

Fig. 22 – Quatre haches issues d’un même moule, comme le démontrent plusieurs petits défauts qui se répètent d’une hache à l’autre (flèches)

Photos M. Mélin

59Deux autres haches sans anneau sont d’une morphologie proche, mais il n’est pas possible de préciser si elles proviennent également de ce moule, soit parce que leur état de conservation ne permet pas d’observer ces mêmes défauts, soit parce que leur reprise en post-fonderie (leur ébarbage) les a effacés. La hache no 161 a par ailleurs été coulée avec un décalage notable des valves, ce qui empêche de retrouver ces défauts.

60La présence de ces deux séries indique que les haches ont été fabriquées à partir de moules permanents. À l’époque de la constitution du dépôt de Bais, les moules employés peuvent être en pierre, souvent du grès, comme les moules pour haches à talon de type breton du dépôt de Hanvec dans le Finistère (Briard et Onnée 1985), mais également en bronze, comme le moule pour hache à talon de type normand de Monfort-l’Amaury dans les Yvelines (Mohen 1977, fig. 103-104). Il semblerait par ailleurs que des moules réutilisables en argile aient été employés : des exemplaires sont connus à Lède-du-Gurp pour des haches à rebords en Gironde (Roussot-Larroque 1989) ou dans les Landes à Ousse-Suzan (Merlet 2012). Ils sont massifs et leur forme se rapproche davantage des moules en pierre que de ceux en argile à usage unique, que l’on cassait pour récupérer l’objet et tels qu’ils sont connus, en particulier au Bronze final.

61Notons que, sur la hache no 162, un millimétrique morceau non métallique est incrusté dans la pièce. Il est possible que cet élément provienne du moule et qu’il donne une indication sur le type de moule employé, à moins qu’il ne s’agit simplement d’une impureté dans l’alliage.

62Il n’est pas rare de rencontrer au sein d’un même dépôt plusieurs pièces provenant d’un même moule. Mentionnons par exemple le dépôt de Saint-Thois dans le Finistère qui comprenait des séries de deux et trois haches provenant en tout de six moules différents (Gabillot 2001) et celui de Pleugriffet (Morbihan) composé notamment de six haches identiques (Le Roux 1979, p. 553). Il est beaucoup plus rare de retrouver des haches provenant de deux dépôts différents mais issues d’un même moule. Un tel cas est connu à La Chapelle-du-Bois-des-Faulx (Eure) sur des dépôts distants d’une vingtaine de mètres seulement (Verron et Verney 2005). Plus récemment, un autre a été observé à Saint-Germain-en-Laye (Yvelines) dans des dépôts distants de 5 km (Bouet-Langlois 2009).

État dans lequel les objets ont été déposés

63La fabrication d’un objet en bronze se décompose en différentes étapes constituant une chaîne opératoire que les recherches actuelles permettent d’appréhender avec de plus en plus de précision (Gabillot 2001 ; et pour les haches du Bronze moyen Lagarde-Cardona 2012).

64La fonderie est l’étape durant laquelle le bronze en fusion est versé dans un moule façonné au préalable. Ce moule est bivalve dans le cas des haches de Bais et plus généralement pour les haches du Bronze moyen : c’est ce qu’indique en effet l’aspect des profils, qui présentent parfois des restes de bavures à la jonction des deux valves, et quelquefois des décalages. Suite à cette étape viennent les travaux de post-fonderie, étape durant laquelle l’objet va être travaillé, régularisé voire décoré, et rendu fonctionnel.

65Ces diverses étapes sont susceptibles d’avoir été enregistrées dans le métal. L’observation des objets peut alors permettre de retrouver ces traces, lorsque l’état du métal le permet, de les interpréter et de les rattacher à tel ou tel moment de la chaîne opératoire. La lecture de ces traces concourt ainsi à retrouver les techniques et les différents gestes de l’artisan.

66L’état de conservation des haches de Bais, qui conservent une grande partie de leur surface métallique d’origine, a permis de faire de telles observations sur l’état fonctionnel des objets et de compléter nos connaissances sur les travaux de mise forme. En revanche, leur état d’utilisation ne pourra pas être abordé de manière précise, le fil des tranchants de chacune des haches n’étant jamais suffisamment conservé. Ce travail a été facilité par un nettoyage et une stabilisation des objets effectués en amont de l’étude par le laboratoire Arc’Antique.

Qualité de la coulée des haches

67Il est tout d’abord intéressant de se pencher sur les défauts de coulée qui ont pu être observés sur les pièces. En effet, ceux-ci sont une indication directe sur la qualité de la coulée et donc de l’alliage employé, de même que du savoir-faire du fondeur. Ils impliquent ensuite une reprise plus ou moins importante en post-fonderie, suivant leur ampleur. Comme il a déjà été observé par ailleurs, confronter la présence plus ou moins importante de défauts avec le degré de reprise de l’objet après fonte, voire son utilisation éventuelle avant dépôt, peut donner lieu à des surprises (Mélin 2011) : en effet, les objets les mieux coulés ne sont pas forcément ceux qui sont mis en forme jusqu’au bout et vice versa. Dans le cas du dépôt vendéen de Mouilleron-en-Pareds, un contrôle de la qualité interne du bronze à travers des radiographies de quelques haches a permis de confirmer ce constat (Mélin 2013).

68Les haches de Bais présentent quelques petits défauts de coulée, qui sont relativement fréquents sur les haches de cette époque, sans qu’ils soient assez importants pour rendre les objets inutilisables. Les défauts les plus « envahissants » sont de profondes cavités remarquées sur quelques haches du lot, situées au niveau des gorges de la butée (fig. 23). Ces cavités sont issues d’une mauvaise évacuation des gaz, qui lorsqu’ils remontent vers la surface, coincent à cet endroit et forment ces creux.

Fig. 23 – Coupe longitudinale schématique de deux haches illustrant la différence d’angulation de la butée

Fig. 23 – Coupe longitudinale schématique de deux haches illustrant la différence d’angulation de la butée

Cette différence peut être à l’origine d’un défaut courant sur le type normand, soit une grosse cavité résultant d’une mauvaise évacuation des gaz lors de la coulée

Photos M. Mélin

69Ce défaut de coulée est plutôt typique du type normand : il y est fréquemment observé la présence d’un creux, d’ampleur importante, s’insérant au cœur de la lame, visible depuis les gorges du talon au niveau de la butée, quelquefois traversant même l’objet de part en part. Pourquoi ce type de hache est-il touché en particulier ? La fréquence de ces importants défauts est en effet d’autant plus frappante que, parallèlement, le type breton, sauf exception, n’en montre pas : on trouvera quelques trous de petite taille, négatifs de petites bulles de gaz emprisonnées, créant une légère porosité à cet endroit, mais pas de défauts aussi importants. Cette différence implique donc une raison technique, qui semble par ailleurs discriminante typologiquement.

70La raison de la présence de ces cavités sur le type normand se situe sans doute dans l’angulation de la jonction entre la butée et la partie plane du talon. On remarque en effet que la ligne de la gorge est aiguë sur ce type, alors qu’elle est en angle obtus sur les exemplaires bretons (fig. 23). On peut donc s’attendre à ce que le gaz s’évacue moins facilement dans le faible espace laissé par cet angle aigu dans les moules pour haches de type normand.

71Hormis ce type d’irrégularité, peu de gros défauts fragilisants ont été observés. Les négatifs de bulles de gaz emprisonnées lors de la solidification du métal, qui semblent fréquents d’une manière générale, ont été très peu observés sur les haches de Bais. De taille plus ou moins importante, ce type de défaut est souvent visible en partie sommitale à l’œil nu, ou mieux, en radiographie (Mélin 2013). Quelques petites imperfections, irrégularités, en creux ou en relief, ont néanmoins été enregistrées.

72Les rebords sont assez souvent soumis à de petits défauts. On remarque ainsi sur le lot de haches de Bais quelques pièces avec des lacunes de coulée formant des défauts en creux sur les rebords, comme des encoches. Il s’agit bien d’un état issu de la coulée et non d’un coup : le métal n’a pas rempli tous les espaces vides du moule réservés à l’emplacement des rebords.

73Le décalage de valves est un défaut également récurrent, et qui peut être plus ou moins prononcé. À Bais, ces décalages sont présents mais restent légers, et sont souvent repris et atténués par le martelage du profil.

Stigmates de manufacture observés sur les haches

74Au sein du dépôt, aucune hache n’est brute de fonte : les bavures de coulée ont été retouchées et les masselottes n’ont pas été conservées. Toutes les haches ont subi des reprises après décochage du moule.

75On rencontre deux états principaux : bavures latérales effacées, non débordantes, laissant un profil plat, ou bavures encore débordantes mais martelées sur le dessus (fig. 24). Nous revenons plus loin sur cette différence, qui semble aller de pair avec l’état fonctionnel de l’objet. Toutes les parties de la hache peuvent être soumises à un travail de post-fonderie, que ce soit le talon, la lame, les profils, les rebords ou le sommet.

Fig. 24 – Vues sur deux états des profils des haches du dépôt de Bais

Fig. 24 – Vues sur deux états des profils des haches du dépôt de Bais

À gauche, les bavures sont soigneusement reprises et quasi effacées ; à droite, les sutures sont encore bien visibles, en relief, bien que retouchées après fonte (écrasement des bavures bien visible par endroits)

Photos M. Mélin

76À la sortie du moule, le cône de coulée est enlevé, le bord supérieur de la hache peut ensuite faire l’objet d’une régularisation. Concernant les haches de Bais, beaucoup ont un bord sommital présentant encore un aspect cassé, non régularisé.

77La reprise des rebords s’observe sous la forme de légers enfoncements, consécutifs à des coups portés sur le dessus des rebords. Un martelage important pourra même engendrer la formation de bourrelets de métal sur les côtés.

78Un martelage de la lame permet de renforcer la solidité du métal, notamment à travers des passes de recuits/martelage. Les stigmates liés à ce travail sont souvent très diffus, pas ou peu visibles. Ils s’observent parfois sous la forme de multiples enfoncements tout le long de la lame. Ce travail de mise en forme permet par ailleurs de rehausser le décor d’arête, de nervure ou d’arête centrale (c’est le cas sur la hache no 155 par exemple).

79Les lames laissées brutes sont bien distinctes par rapport aux haches mises en forme. Les premières montrent encore des irrégularités venues à la fonte qu’un martelage aurait permis de supprimer. Par ailleurs les arêtes latérales sont rendues anguleuses par le traitement en post-fonte de la lame, alors que les haches non reprises montrent des arêtes arrondies, non anguleuses. Cette différence s’observe nettement entre les deux haches à anneau venues du même moule (voir supra fig. 26).

80La mise en forme du tranchant permet de dire si l’objet a été rendu complètement fonctionnel. Un tranchant laissé brut présentera un fil irrégulier et/ou épais (suivant son état à la sortie du moule) alors qu’un fil vif et régulier indiquera un affûtage. De manière variable on peut observer, dans l’espace du tranchant, du tranchant d’affûtage par martelage (enfoncements plus ou moins diffus) ou par abrasion (stries plus ou moins fines).

81Aucune hache de Bais ne possède encore aujourd’hui un fil intact préservé de la corrosion qui nous permettrait d’observer de manière directe un état affûté ou non (hormis la hache no 158, voir fig. 11). D’autres critères peuvent être pris en compte : compte tenu de la forme rectiligne du dessin des tranchants dans les moules connus et de la forme rectiligne des objets au tranchant non mis en forme, on peut considérer que la convexité d’un tranchant et l’étalement des cornes latéralement sont des indices pour dire que l’objet a été mis forme, sans pour autant qu’il y ait de traces directes d’affûtage par abrasion ou par martelage.

82Quatre haches du dépôt de Bais montrent les stigmates directs d’un martelage de leur tranchant (fig. 25), éventuellement suivi d’un affûtage par abrasion (trois haches). Il est à noter que pour les trois haches présentant des traces d’abrasion, les stries observées sont très fines, plus fines, nous semble-t-il, que d’autres haches examinées par ailleurs ce qui indiquerait l’emploi d’un matériau abrasif à grains particulièrement fins. L’absence de stries dans le dernier état de l’objet n’implique pas forcément que l’objet n’a jamais subi d’affûtage par abrasion, ces dernières pouvant être masquées par un nouveau martelage du tranchant. Un martelage répété peut par ailleurs engendrer une plus forte convexité du tranchant avec un étalement des cornes latérales ainsi qu’un pincement des bords visible de profil (fig. 25).

Fig. 25 – Vues sur différents états des tranchants des haches de Bais

Fig. 25 – Vues sur différents états des tranchants des haches de Bais

En haut : tranchants mis en forme (stigmates de martelage bien visibles) ; au milieu : tranchants non affûtés (très épais pour celui de gauche ; aspect brut de la lame pour celui de droite) ; en bas : tranchant plusieurs fois remartelé, ce qui a provoqué son étalement en largeur et sa forte convexité, ainsi qu’un pincement des bords, visible sur les profils

Photos M. Mélin

83Deux objets du dépôt sont intéressants pour illustrer cette différence entre un tranchant affûté et un tranchant non affûté : les haches no 157 et 165 ont été coulées dans le même moule mais n’ont pas subi le même traitement après fonte, l’une étant dans un état achevé, avec tranchant affûté, l’autre n’ayant pas été préparée jusqu’à un état fonctionnel (fig. 26).

Fig. 26 – Les deux haches provenant du même moule ont été déposées à deux stades de préparation différents

Fig. 26 – Les deux haches provenant du même moule ont été déposées à deux stades de préparation différents

À gauche : tranchant non affûté (no 165), traces de martelage et stries d’affûtage par abrasion bien visibles (no 157). Cette différence d’état est également visible sur les angles des lames (à droite) : encore bruts et très arrondis sur la hache no 165, rendus bien anguleux sous l’action du martelage sur la hache no 157

Photos M. Mélin

Observations sur les opérations de mise en forme

84Nos observations concernant la reprise ou non des différentes parties des haches sont résumées dans le tableau 4.

Tabl. 4 – Résumé des observations tracéologiques concernant les travaux post-fonte réalisés sur les haches du dépôt de Bais

Tabl. 4 – Résumé des observations tracéologiques concernant les travaux post-fonte réalisés sur les haches du dépôt de Bais

Les numéros de même couleur appartiennent au même moule

M. Mélin

85Plusieurs constats peuvent être faits :

  • Le cône de coulée est systématiquement absent ;
  • Lorsqu’il est possible d’observer l’état ancien du bord supérieur du sommet, on ne constate pas de reprise de celui-ci après l’enlèvement du cône de coulée (on a pu observer ailleurs que le sommet pouvait être régularisé ; voir les haches de Mouilleron-en-Pareds) ;
  • Les rebords montrent souvent des traces de reprises, même quand l’objet n’a pas été achevé ;
  • Les gorges du talon ne semblent pas reprises quand l’objet n’est pas mis en forme totalement. Il reste cependant difficile d’être sûr de l’absence de traces, en particulier dans cette zone ;
  • Les profils sont systématiquement repris, mais à des stades différents : on rencontre ainsi, d'un côté, des haches à bavures latérales soigneusement ébarbées, générant des profils plats ou quasiment, sans reliefs apparents, et d’un autre côté des haches avec des bavures martelées mais encore en relief. Confronté avec l’état final de l’objet, il semble qu’il y ait une correspondance entre objet fini/bavures soigneusement effacées et objet non fini/bavures martelées mais encore en relief, ce qui tend à montrer l’existence de deux stades de reprise des bavures latérales ;
  • Il apparaît que, lorsque la lame est clairement retouchée, le tranchant est mis en forme dans le même temps : le martelage s’étend jusque dans la zone du tranchant (les haches no 159-160 présentent, elles, des traces postérieures à la fonte sur les angles de la lame mais qui ne correspondent pas à une mise en forme de la lame).

86Rappelons que ces observations sont faites en vue macroscopique (à l’œil nu et sous loupe binoculaire) et sont limitées par la conservation du métal. Seuls les examens métallographiques permettent, par une vue de la microstructure, de voir toutes les déformations ayant pu être réalisées sur les objets. Les études de C. Lagarde-Cardona (2012) ont ainsi montré que, sur des objets considérés bruts de fonte, les examens métallographiques pouvaient laisser voir des traces de légères reprises, de polissage et de recuits.

87La majorité des objets complètement finis présente, en plus d’une finition du tranchant qui est la dernière étape de préparation de l’objet (en dehors de son emmanchement, dont on ne peut malheureusement pas inscrire la place dans cette chaîne opératoire), une régularisation des autres parties : rebords, gorges, plat de la lame, profils. Il est à noter en particulier que lorsque l’objet est fini, les profils montrent un autre stade de finition : les sutures sont quasiment effacées et ne sont plus débordantes comme sur les haches non finies.

Hypothèses concernant la chaîne opératoire de fabrication des haches de Bais

88Même sur un échantillon réduit, ces observations nous permettent de proposer des déductions sur la chaîne opératoire de leur fabrication.

89Après décochage du moule, la première étape est l’enlèvement du cône de coulée. L’ébarbage, permettant de retirer le trop-plein de métal au niveau des sutures arrive ensuite, avant tout autre travail sur l’objet. Il s’agit alors d’un ébarbage léger qui permet d’en atténuer le relief, sur des bavures qui sont de taille variable à leur sortie du moule. Là, le travail sur l’objet peut s’interrompre. Certains objets de Bais ont été déposés à ce stade de mise en forme. Quelques-uns ont pu, en plus du profil, être martelés sur les rebords.

90Selon un ordre qui n’a pas pu être déterminé, l’objet peut subir d’autres étapes de préparation jusqu’à son achèvement complet : les plats de la lame (avec reprise du décor central éventuel, avec accentuation des arêtes latérales également), les gorges du talon et les rebords sont ensuite régularisés. Les profils peuvent faire l’objet d’une nouvelle étape de régularisation, avec une reprise plus soigneuse des sutures latérales jusqu’à effacement de leur relief. La dernière étape est vraisemblablement la mise en forme du tranchant : abordée dès la reprise de la lame par martelage (certains exemplaires montrent un martelage continu, couvrant sur l’ensemble de la hache avec une accentuation à hauteur du tranchant), celle-ci peut s’achever par un affûtage par abrasion. Trois haches sur les six complètement achevées montrent des stries d’abrasion en plus d’un martelage.

91Une première reprise des profils intervient peut-être rapidement après le décochage du moule et l’enlèvement du cône, alors qu’une deuxième reprise semble intervenir dans un deuxième temps, par un autre artisan ou un autre atelier. Il est intéressant de rappeler que, concernant les haches du BM2 de type médocain, C. Lagarde-Cardona a observé une interruption dans la chaîne opératoire après un début d’ébarbage et l’enlèvement du cône de coulée : nombreuses sont les haches déposées à l’état d’ébauche en région Aquitaine (Lagarde-Cardona 2012, p. 321-322). L’ébarbage en tant que première étape de retouche une fois le cône de coulée enlevé a été également démontré pour les haches contemporaines du dépôt finistérien de Saint-Thois (Gabillot 2001). De telles observations seraient à confirmer.

Les haches ont-elles été utilisées avant d’être déposées ?

92Déterminer l’existence d’une utilisation ou non dépend en grande partie de la bonne conservation du métal. En effet, c’est le fil du tranchant qui va révéler les stigmates les plus informatifs pour savoir si l’objet a été utilisé, mais également pour essayer de retrouver pour quelle fonction précise il a servi. Les possibilités d’emploi d’une hache sont en effet très étendues ; elles peuvent être utilisées pour de multiples travaux du bois, mais également pour le travail de l’os, voire en tant qu’arme. Les haches de Bais ne seront pas utiles pour ces problématiques étant donné que leur tranchant est trop altéré et que leur fil est aujourd’hui inexistant.

93Cependant, il est possible de déterminer l’utilisation ou non d’une hache d’une autre manière : une forte convexité du tranchant conjuguée avec la réduction de la lame est un bon indice de remartelage. On peut considérer dans ce cas que l’objet aura été utilisé de manière prolongée, engendrant trop de dommages sur le fil de la hache, qui aura nécessité alors un réaffûtage. Plusieurs remartelages concourront à une perte de matière et une réduction de la lame. La hache no 155 est très parlante en ce sens : elle possède bien les proportions d’une hache de taille normale (et non pas d’une hachette, comme on peut en rencontrer à cette période sous les mêmes formes), mais sa lame est réduite par rapport aux autres haches du lot, avec un tranchant s’évasant très rapidement et très étalé en largeur.

94L’asymétrie est également un bon indice d’une utilisation, mais la corrosion peut parfois accentuer artificiellement une perte de matière qui pourrait alors à tort être considérée comme un indice d’utilisation.

Des haches à différents états de fabrication et d’utilisation réunies pour le dépôt

  • 3 Ce terme, proposé par C. Lagarde-Cardona (2012), est employé pour désigner une hache non brute de (...)

95Des haches à différents stades de la chaîne opératoire de fabrication ont donc été rassemblées pour former le dépôt de Bais (tabl. 5). Aucune hache n’est dans un état brut de fonte, toutes ayant subi des retouches. Plus de la moitié d’entre elles (huit pièces) ont été retirées du circuit normal de consommation et déposées à l’état d’ébauche3, alors qu’elles ne présentaient pas de défauts qui indiquaient une médiocre qualité de leur coulée. Les six pièces restantes ont été complètement mises en forme. Pour deux d’entre elles qui plus est, il est possible de déterminer une utilisation poussée, qui a nécessité plusieurs remartelages. Il n’a pu être déterminé, étant donné l’état du fil du tranchant, si les quatre autres ont été déposées à l’état neuf ou utilisées. Tout au plus peut-on penser que si elles ont été utilisées cela n’aura pas été de manière prolongée (hypothèse d’une « utilisation légère » dans le tableau 5).

Tabl. 5 – État des haches de Bais lors de leur dépôt, abandonnées à différents stades de fabrication et d’utilisation

Tabl. 5 – État des haches de Bais lors de leur dépôt, abandonnées à différents stades de fabrication et d’utilisation

Les numéros de même couleur appartiennent au même moule

M. Mélin

96Le regroupement, en nombre variable, de haches à différents stades de fabrication est courant. De telles observations ont déjà été faites sur des dépôts contemporains : citons par exemple le dépôt de Saint-Germain-en-Laye dans les Yvelines (dépôt 2), qui rassemblait six haches « semi-brutes » de coulée, neuf haches fonctionnelles et deux pièces utilisées après une préparation minimum, sur les dix-sept haches au total (Bouet-Langlois 2009). Dans le dépôt de La Chapelle-du-Bois-des-Faulx (Eure), l’étude a montré que près des deux tiers des haches étaient « brutes de fonte » (on dira plutôt à l’état d’ébauche ou semi-brutes), contre un peu plus d’un tiers de haches affûtées, c’est-à-dire prêtes à l’emploi (Verron et Verney 2005). De même, notre étude des 51 haches à rebord et à talon de Mouilleron-en-Pareds (Vendée) mettait en évidence des états très variés : une majorité d’entre elles étaient préparées pour être prêtes à l’emploi (6 % seulement n’étaient pas achevées), et pour ces dernières, une grande partie a été utilisée, sans pour autant avoir été déposée parce qu’elles ne pouvaient plus servir (Mélin 2011, 2012).

97Ces états non homogènes au sein d’un même ensemble doivent être pris en compte dans l’interprétation de cette mise en dépôt, très stéréotypée à cette époque. Certaines haches sont presque intouchées après leur fonte, alors que d’autres ont été préparées, emmanchées, et éventuellement utilisées. Certains de ces outils ont eu une « vie » avant leur dépôt et ont pu servir.

98Deux haches proviennent du même moule mais appartiennent à deux étapes différentes de fabrication dans le dépôt de Bais : l’une est quasi brute de fonte, alors que l’autre a été préparée et affûtée. Ces états différents indiquent donc un décalage dans le temps. Malheureusement, il n’est pas possible de dire si la hache rendue fonctionnelle a été utilisée ou non… Si elle l’a été, cela implique un décalage temporel plus important (l’objet est sorti de l’atelier de fabrication), l’autre ayant alors été mise de côté sans avoir servi avant son dépôt final (pour quelle raison ?). Même si un tel décalage temporel est difficile à estimer, en tout cas il n’y a pas eu, ou très peu, de circulation de ces objets qui se retrouvent au sein d’un même dépôt. Par ailleurs, si elle n’a pas servi, pourquoi effectuer ces travaux de mise en forme sans s’en servir ensuite ? Aucun défaut majeur n’empêchait en effet l’emploi de ces haches. Elles ont donc été abandonnées volontairement alors qu’elles pouvaient servir.

Conclusion : un dépôt à la croisée d’influences diverses

99La découverte de cet ensemble vient apporter de nouveaux éléments à l’étude des dépôts métalliques du Bronze moyen atlantique 2. Il correspond tout à fait au modèle classique d’association haches/parures annulaires, fréquent dans le quart nord-ouest de la France, qui constitue 20 % des dépôts de cette période (Boulud-Gazo et al. 2017). Comme presque toujours dans ces ensembles, les objets sont déposés complets et non fragmentés. Seule une parure annulaire nous est parvenue incomplète, mais les cassures fraîches indiquent qu’il nous manque une partie de l’objet, non retrouvée au détecteur.

100Si nous sommes certaines que les parures annulaires ont été déposées achevées, leur utilisation est délicate à caractériser, aucune marque d’usure nette n’ayant pu être repérée. Ce n’est pas le cas des haches, qui présentent des états variés : la plupart (huit exemplaires sur quatorze) ne sont pas mises en forme, d’autres sont dans un état fonctionnel et certaines ont même nécessité un réaffûtage du fait d’une utilisation prolongée.

101En définitive, cette nouvelle découverte est intéressante à plusieurs titres : en premier lieu, les parures annulaires témoignent d’affinités culturelles à la fois occidentales (type de Moutiers) et orientales (type du Val-de-Reuil). Ensuite, la typologie des haches et les formes assez originales qu’elles présentent, ni totalement de type breton, ni totalement de type normand, permettent la mise en évidence d’un nouveau type, le type de Bais. Leur morphologie renvoie par ailleurs à la situation géographique du dépôt, entre les zones d’enfouissement préférentielles de ces deux types, renforçant le choix du dépôt de Bais en tant qu’ensemble éponyme pour un nouveau type de haches.

Remerciements

Nous tenons sincèrement à remercier Hélène Courty et le SRA des Pays de la Loire pour le soutien et la confiance accordés dans la réalisation de cette étude. Merci également au personnel du laboratoire Arc’Antique ainsi qu’au musée de Jublains.

Haut de page

Bibliographie

Abauzit P. 1967 – L’âge de Bronze en Bourbonnais : les haches à talon, Revue archéologique du Centre de la France, 6 (4), p. 339-359.

Billard C., Guillon M., Sunder F., Arbogast R.-M., collab. Bourhis J.-R., Chambon P., Évin J., Lefèbvre D., Ropars A. 1995 – La sépulture collective néolithique des Varennes à Val-de-Reuil (Eure) et ses structures funéraires associées de l’âge du Bronze, in Billard C., Lemercier M. (dir.), Actes du 20e colloque interrégional sur le Néolithique, Évreux, 1993, Rennes, Presses universitaires de Rennes (Suppl. Revue archéologique de l’Ouest 7), p. 155-182.

Blanchet J.-C. 1984 Les premiers métallurgistes en Picardie et dans le Nord de la France. Chalcolithique, âge du Bronze et début du premier âge du Fer, Paris, Société préhistorique française (Mémoire 17), 608 p.

Bonnamour L. 1983 – Une cachette d’objets de l’âge du Bronze (xiiie siècle avant notre ère) découverte anciennement dans la Saône à Ouroux, Mémoires de la Société d’histoire et d’archéologie de Chalon-sur-Saône, 52, p. 103-108.

Bouet-Langlois B. 2009 – Nouveaux dépôts de haches à talon en Île-de-France. Observations macroscopiques, techniques et typologiques, Revue archéologique d’Île-de-France, 2, p. 65-88.

Boulud-Gazo S., Mélin M., Nordez M. 2017 – De la fin du Bronze moyen au début du Bronze final : un état des lieux dans le Nord-Ouest à la lumière des dépôts volontaires, des productions métalliques et des contextes funéraires, in Lachenal T., Mordant C., Nicolas T., Véber C. (dir.), Le Bronze moyen et l’origine du Bronze final en Europe occidentale (xviie-xiiie siècle av. J.-C.), Strasbourg, Association pour la valorisation de l’archéologie du Grand-Est (Monographies d’archéologie du Grand-Est 1), p. 849-868.

Briard J. 1961Dépôts de l’âge du Bronze, Rennes, Travaux du laboratoire d’Anthropologie et de Préhistoire, 64 p.

Briard J. 1965Les dépôts bretons et l’âge du Bronze atlantique, Rennes, Travaux du laboratoire d’Anthropologie et de Préhistoire, 352 p.

Briard J., Lecerf Y., Le Roux C.-T., Meuret J.-C., Onnée Y. 1986 – L’âge du Bronze dans la région de la Guerche (Ille-et-Vilaine), Revue archéologique de l’Ouest, 3, p. 59-78.

Briard J., Onnée Y. 1985 – Le dépôt de moules de Pennavern à Hanvec, Finistère (Bronze moyen), in Paléométallurgie de la France Atlantique, âge du Bronze (2), Rennes, Travaux du laboratoire d’Anthropologie et de Préhistoire, p. 119-136.

Briard J., Verron G. 1976Typologie des objets de l’âge du Bronze en France. Fascicule 3 : Haches (1), Paris, Société préhistorique française (Commission du Bronze), 122 p.

Cassen S., Grimaud V., Paitier H., Boujot C., Vigier E., Vourc’h M., Chaigneau C., Marcoux N., Querré G., Sellier D. 2016Corpus des signes gravés néolithiques. Programme collectif de recherche (PCR) relatif à l’enregistrement et à la restitution de l’art rupestre néolithique en Armorique en vue de son étude et de sa conservation numérique. Phase de test : avril 2016/mars 2017, Nantes, LARA, Université de Nantes, 499 p.

Coffyn A., Gachina J. 1972 – Un dépôt de l’âge du Bronze à Saint-Vivien-de-Médoc (Gironde), Bulletin de la société préhistorique française, 69 (7), p. 212-217.

Coffyn A., Moreau J., Bourhis J-R. 1995 – Les dépôts de bronze de Soulac-sur-Mer (Gironde), Aquitania, 13, p. 7-31.

Cordier G. 2009L’âge du Bronze dans les pays de la Loire moyenne, Joué-lès-Tours, Édition La Simarre, 702 p.

Cordier G., Gruet M. 1975 – L’âge du Bronze et le premier âge du Fer en Anjou, Gallia Préhistoire, 18 (1), p. 157-287.

Coutil L. 1899 – L’âge du Bronze en Normandie et spécialement dans les départements de l’Eure et de la Seine-Inférieure, Bulletin de la Société normande d’études préhistoriques, 6, p. 46-114.

Coutil L. 1922 – L’âge du Bronze en Normandie, Eure, Seine-Inférieure, Orne, in Comptes rendus de l’Association française pour l’avancement des sciences, 45e session, Rouen, 1921, Paris, Masson et Cie, p. 791-810.

Coutil L. 1934 – Lances ornées et moules de l’âge du Bronze trouvés dans les cinq départements de la Normandie, Bulletin de la société préhistorique française, 31 (11), p. 505-514.

Daugas J.-P. 1976 – Les civilisations de l’âge du Bronze dans le Massif Central, in Guilaine J. (dir.), La Préhistoire française. Tome II : Civilisations néolithiques et protohistoriques, Paris, Éditions du CNRS, p. 506-521.

Fleury L. 1992Les bracelets massifs à décor incisé du Bassin de la Seine. Étude typologique et technologique, mémoire de 3e cycle, École du Louvre, inédit, 2 vol.

Forel B., Gabillot M., Monna F., Forel S., Dommergues C. H., Gerber S., Petit C., Mordant C., Chateau C. 2009 – Morphometry of Middle Bronze Age palstaves by discrete cosine transform, Journal of Archaeological Science, 36 (3), p. 721-729.

Gabillot M. 2001 – Le dépôt de haches à talon à la fin du Bronze moyen découvert à Saint-Thois (Finistère), Revue archéologique de l’Ouest, 18, p. 27-44.

Gabillot M. 2003Dépôts et production métallique du Bronze moyen en France nord-occidentale, Oxford, British Archaeological Reports (BAR Int. Ser. 1174), 471 p.

Gabillot M., Forel B., Monna F., Naudin N., Losno R., Piningre J.-F., Mordant C., Dominik J., Bruguier O. 2009 – Influences atlantiques dans les productions métalliques en Bourgogne et Franche-Comté au Bronze moyen, in Richard A., Barral P., Daubigney A., Kaenel G., Mordant C., Piningre J.-F. (dir.), L’isthme européen Rhin-Saône-Rhône dans la Protohistoire. Approches nouvelles en hommage à Jacques-Pierre Millotte, Besançon, 16-18 octobre 2006, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, p. 133-143.

Galinand C. 2007Usage social et symbolique du métal en France au Bronze ancien et moyen (2200-1350 av. J.-C. environ), thèse de doctorat, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, inédit, 507 p.

Gaucher G. 1981Sites et cultures de l’âge du Bronze dans le Bassin parisien, Paris, CNRS Éditions (Suppl. Gallia Préhistoire 15), 464 p.

Gomez de Soto J. 1980Les cultures de l’âge du Bronze dans le bassin de la Charente, Périgueux, Éditions Pierre Fanlac, 120 p.

Grimaud V. 2015Réexplorer et valoriser les architectures funéraires monumentales du Néolithique de l’Ouest de la France, étude du cairn de Gavrinis, thèse de doctorat, Université de Nantes, inédit, 2 vol., 547 p.

Grimaud V., Cassen S. 2019 – Implementing a protocol for employing three-dimensional representations in archaeology (PETRA) for the documentation of neolithic funeral architecture in Western France, Digital Applications in Archaeology and Cultural Heritage, 13, e00096.

Grimaud V., Cassen S., Rodríguez-Rellán C. 2016 – De l’usage de la représentation tridimensionnelle pour documenter les architectures funéraires monumentales ornées du Néolithique de l’ouest de la France, Les Nouvelles de l’archéologie, 146, p. 23-27.

Gruet M., Braguier A. 1979 – La cachette de haches à talon de Noellet, Gallia Préhistoire, 22 (2), p. 391-407.

Lagarde-Cardona C. 2012Production métallique en Aquitaine à l’âge du Bronze moyen. Techniques, usages et circulation, Pessac, Ausonius Éditions (Scripta Antiqua 39), 420 p.

Lagarde-Cardona C. 2018 – Étude métallographique sur un ensemble de bracelets de l’âge du Bronze moyen des Pays de la Loire, in Boulud-Gazo S. (dir.), Le Chalcolithique et l’âge du Bronze dans les Pays de la Loire, projet collectif de recherche : bilan d’activité 2016-2017, SRA Pays de la Loire, inédit, p. 157-176.

Le Clézio L., Mélin M. 2018 – De bronze, d’ambre et d’argile. L’histoire d’un dépôt sous un tracé routier (Rannée, Ille-et-Vilaine), Bulletin de l’Association pour la promotion de l’âge du Bronze, 16, p. 141-148.

Le Roux C.-T. 1979 – Informations archéologiques – Bretagne, Gallia Préhistoire, 22 (2), p. 525-556.

Lourdaux S., Gomez de Soto J. 1998 – La parure de la nécropole de l’âge du Bronze final des Ouches à Auzay (Vendée), in Mordant C., Pernot M., Rychner V. (dir.), L’atelier du bronzier en Europe du xxe au viiie siècle av. notre ère. Actes du colloque international « Bronze’ 96 », Neuchâtel et Dijon, 1996, Paris, Éditions du CTHS (Documents préhistoriques 10), vol. 3, p. 115‑128.

Marcigny C., Colonna C., Ghesquière E., Verron G. 2005 La Normandie à l’aube de l’Histoire. Les découvertes archéologiques de l’âge du Bronze 2300-800 av. J.-C., Paris, Somogy éditions d’art, 152 p.

Mélin M. 2011Étude typologique et tracéologique des haches du dépôt daté du Bronze moyen 2 de Mouilleron-en-Pareds (Vendée), rapport d’étude, SRA Pays de la Loire, inédit, 77 p.

Mélin M. 2012 – Un nouveau dépôt du Bronze moyen 2 à Mouilleron-en-Pareds (Vendée) : présentation liminaire de son étude typologique et tracéologique, Bulletin du Groupe vendéen d’études préhistoriques, 48, p. 1-17.

Mélin M., collab. Boulud-Gazo S. 2013 – Radiographies de six haches à rebords du Bronze moyen 2 provenant du dépôt de Mouilleron-en-Pareds (Vendée) : informations sur la qualité de la coulée et sur les gestes techniques, in Boulud-Gazo S. (dir.), Le Chalcolithique et l’âge du Bronze dans les Pays de la Loire, projet collectif de recherche : bilan d’activité 2012, SRA Pays de la Loire, p. 35-42.

Mélin M., Nordez M. 2018 – Un nouveau dépôt du Bronze moyen 2 à Bais (Mayenne) : entre influences armoricaines et normandes, Bulletin de l’Association pour la promotion des recherches sur l’âge du Bronze, 16, p. 171-173.

Merlet J.-C. 2012 – Une métallurgie du bronze au Bronze moyen dans les Landes de Gascogne, Bulletin de l’Association pour la promotion des recherches sur l’âge du Bronze, 10, p. 67-69.

Mohen J.-P. 1977L’âge du Bronze dans la région de Paris : catalogue synthétique des collections conservées au Musée des antiquités nationales, Paris, Éditions des Musées nationaux, 263 p.

Monna F., Jebrane A., Gabillot M., Laffont R., Specht M., Bohard B., Camizuli E., Petit C., Chateau C., Alibert P. 2013 – Morphometry of Middle Bronze Age palstaves. Part II – Spatial distribution of shapes in two typological groups, implications for production and exportation, Journal of Archaeological Science, 40 (1), p. 507-516.

Nordez M. 2015 – Parures annulaires massives à décor incisé du Bronze moyen au Nord-Ouest de la France (Bretagne, Pays de la Loire, Basse-Normandie). Pour une remise en question du type de Bignan, Bulletin de la Société préhistorique française, 112 (1), p. 75-116.

Nordez M. à paraître La parure en métal de l’âge du Bronze moyen atlantique, Paris, Société préhistorique française (Mémoire 65), 404 p.

O’Connor B. 1980Cross-channel relations in the later Bronze Age: Relations between Britain, North-Eastern France, and the low countries during the later Bronze Age and the early Iron Age, with particular reference to the metalwork, Oxford, British Archaeological Reports (BAR Int. Ser. 91), 2 vol., 858 p.

Pautreau J.-P. 1979Le Chalcolithique et l’âge du Bronze en Poitou (Vendée, Deux-Sèvres, Vienne), Poitiers, Centre d’archéologie et d’ethnologie poitevines, 432 p.

Roudil J.-L. 1972L’âge du Bronze en Languedoc oriental, Paris, Société préhistoire française (Mémoire 10), 302 p.

Roussot-Larroque J. 1989 – Le Bronze moyen d’Aquitaine et la culture des Tumulus, in Mordant C. (dir.), Dynamique du Bronze moyen en Europe occidentale. Actes du 113e congrès national des Sociétés savantes, Strasbourg, 1988, Paris, Éditions du CTHS, p. 393-427.

Rowlands M. J. 1976The production and distribution of metalwork in the middle Bronze Age in Southern Britain, Oxford, British Archaeological Reports, 218 p.

Rychner V., Kläntschi N. 1995Arsenic, nickel et antimoine : une approche de la métallurgie du Bronze moyen et final en Suisse par l’analyse spectrométrique, Lausanne, Musée cantonal d’Archéologie et d’Histoire (Cahiers d’archéologie romande 63-64), 335 p.

Verney A. 1988L’industrie des haches à talon de type normand en France, mémoire de maîtrise, Université Paris 1, inédit, 2 vol.

Verney A. 1989 – La place des haches à talon de type normand dans l’étude du Bronze moyen en France, in Mordant C. (dir.), Dynamique du Bronze moyen en Europe occidentale. Actes du 113e congrès national des Sociétés savantes, Strasbourg, 1988, Paris, Éditions du CTHS, p. 479-489.

Verron G., Verney A. 2005 – La production en série d’outils, in Marcigny C., Colonna C., Ghesquière E., Verron G., La Normandie à l’aube de l’Histoire. Les découvertes archéologiques de l’âge du Bronze, 2300-800 av. J.-C., Paris, Somogy éditions d’art, p. 72-73.

Haut de page

Notes

1 Cette appellation, abrégée BMa 2, permet d’ajouter une composante culturelle à la dimension chronologique, des décalages typochronologiques ayant pu être mis en avant entre l’Europe atlantique et continentale (Nordez à paraître).

2 Par étroit, nous entendons une largeur moyenne similaire au type breton, c’est-à-dire d’environ 42 mm en moyenne, par opposition à la largeur du type normand d’environ 50 mm (Briard et Verron 1976).

3 Ce terme, proposé par C. Lagarde-Cardona (2012), est employé pour désigner une hache non brute de fonte mais qui n’est pas encore dans un état fonctionnel. B. Bouet-Langlois (2009) emploie, elle, le terme de « semi-brut ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Localisation du lieu de découverte du dépôt de Bais (Mayenne)
Crédits DAO M. Mélin ; fond de carte IGN
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1627/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 724k
Titre Fig. 2 – Emplacement probable du dépôt
Légende Celui-ci devait se trouver au niveau du talus, mais la fosse n’a pas été retrouvée
Crédits Photo DRAC Pays de la Loire / SRA
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1627/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 844k
Titre Fig. 3 – Vue d’ensemble du dépôt de Bais
Crédits Photo département de la Mayenne / Prisma-Laval
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1627/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 828k
Titre Fig. 4 – Les parures annulaires du dépôt de Bais
Légende 146 et 148-150. Parures annulaires du type de Moutiers ; 147. Parure annulaire du type de Saint-Germain-le-Vasson, variante de Bais ; 151. Parure annulaire du type du Val-de-Reuil
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1627/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 502k
Titre Fig. 5 – Dispositif employé pour l’acquisition photogrammétrique des clichés ayant permis l’obtention des modèles 3D
Crédits Photos Arc’Antique, GPLA, K. Colonnier
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1627/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 527k
Titre Fig. 6 – Déroulé des parures annulaires obtenu suivant le protocole d’enregistrement tridimensionnel PETRA, permettant l’obtention de représentations photoréalistes à l’aide d’un traitement DStretch
Crédits DAO V. Grimaud
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1627/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 751k
Titre Fig. 7 – Synthèse typologique des principales caractéristiques morphostylistiques des parures annulaires du dépôt de Bais
Crédits DAO M. Nordez
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1627/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 346k
Titre Tabl. 1 – Principales caractéristiques morpho-typologiques des parures annulaires du dépôt de Bais
Crédits M. Nordez
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1627/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Fig. 8 – Détermination de la fonction des bracelets et anneaux de cheville en fonction de leur diamètre interne
Crédits DAO M. Nordez
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1627/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 9 – Carte de répartition des parures annulaires des types de Moutiers, du Val-de-Reuil et à tige torsadée
Crédits DAO M. Nordez
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1627/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 802k
Titre Fig. 10 – Défauts de fonderie recoupant le décor de la parure annulaire no 150, indiquant l’emploi de la technique de la fonte à la cire perdue pour sa fabrication
Crédits Photo Arc’Antique, GPLA, K. Colonnier ; DAO M. Nordez
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1627/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 415k
Titre Fig. 11 – Haches contenues dans le dépôt de Bais
Crédits DAO M. Mélin
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1627/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 301k
Titre Fig. 12 – Haches contenues dans le dépôt de Bais (suite)
Crédits DAO M. Mélin
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1627/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Titre Fig. 13 – Principaux éléments discriminants entre les types breton et normand
Crédits DAO M. Mélin ; d’après Bouet-Langlois 2009 (à gauche) et Briard et Onnée 1985 (à droite)
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1627/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 278k
Titre Tabl. 2 – Caractères morphologiques des haches du dépôt de Bais se rapportant tantôt au type breton, tantôt au type normand
Légende Les numéros de même couleur appartiennent au même moule
Crédits M. Mélin
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1627/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 361k
Titre Fig. 14 – Hache possédant deux faces dépareillées provenant d’un dépôt trouvé « aux environs de Tours »
Légende Une face présente une butée rectiligne, lui conférant un aspect type breton, l’autre face, à butée en demi-cercle, la distingue de ce dernier. Elle se rapproche par contre des haches du dépôt de Bais
Crédits Cordier 2009, p. 143
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1627/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 181k
Titre Fig. 15 – Échantillon du dépôt de Saint-Germain-en-Laye (Yvelines)
Légende Parmi ces quatre haches, la hache à anneau est d’une morphologie très différente avec un tranchant étroit et un anneau latéral. Son attribution typologique en tant que type normand à l’instar des trois autres est par conséquent problématique
Crédits Bouet-Langlois 2009, fig. 6
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1627/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 246k
Titre Fig. 16 – Rares exemples de haches de types normand et breton à anneau « vrai »
Légende Type normand : 1. Heuqueville (Seine-Maritime) ; 2. Gué-de-Longrois (Eure-et-Loir) Type breton : 3. Saint-Quay-Portrieux (Côtes-d’Armor) ; 4. Domalain (Ille-et-Vilaine)
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1627/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 209k
Titre Fig. 17 – Moule de Montaigu-la-Brisette (Calvados)
Légende Il devait permettre de couler des haches à lame à tranchant étroit et à butée en demi-cercle munies d’un anneau latéral comme les haches du dépôt de Bais
Crédits Coutil 1934
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1627/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Fig. 18 – Arbre typologique du type de Bais tel que défini dans cet article, type à butée semi-circulaire et lame à tranchant étroit
Légende Il se décline en deux branches, avec ou sans anneau latéral, et en différentes variantes basées sur le décor sous la butée
Crédits DAO M. Mélin
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1627/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 375k
Titre Fig. 19 – Carte de répartition des haches à talon du type de Bais à anneau latéral, sur fond de répartition des dépôts datés du Bronze moyen 2 en France
Crédits SIG M. Mélin
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1627/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 481k
Titre Fig. 20 – Exemples de quelques haches du type de Bais avec anneau latéral
Légende 1 et 7. Gué-de-Longrois (Eure-et-Loir) ; 2. Longny-au-Perche (Orne) ; 3. Le Lude (Sarthe) ; 4. Noellet (Maine-et-Loire) ; 5. Ménigoute (Deux-Sèvres) ; 6. Héric (Loire-Atlantique) ; 8. Curzay (Vienne)
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1627/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre Table 3 – Masse (en g) et dimensions (en mm) des haches de Bais
Légende Les moyennes des dimensions de différentes parties pouvant servir à de la morphométrie plus poussée sont indiquées, ainsi que les écarts-type. Les numéros de même couleur appartiennent au même moule
Crédits M. Mélin
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1627/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 305k
Titre Fig. 21 – Deux haches issues d’un même moule, comme le démontrent plusieurs petits défauts qui se répètent d’une hache à l’autre (flèches)
Crédits Photos M. Mélin
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1627/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 849k
Titre Fig. 22 – Quatre haches issues d’un même moule, comme le démontrent plusieurs petits défauts qui se répètent d’une hache à l’autre (flèches)
Crédits Photos M. Mélin
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1627/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 23 – Coupe longitudinale schématique de deux haches illustrant la différence d’angulation de la butée
Légende Cette différence peut être à l’origine d’un défaut courant sur le type normand, soit une grosse cavité résultant d’une mauvaise évacuation des gaz lors de la coulée
Crédits Photos M. Mélin
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1627/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Titre Fig. 24 – Vues sur deux états des profils des haches du dépôt de Bais
Légende À gauche, les bavures sont soigneusement reprises et quasi effacées ; à droite, les sutures sont encore bien visibles, en relief, bien que retouchées après fonte (écrasement des bavures bien visible par endroits)
Crédits Photos M. Mélin
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1627/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 939k
Titre Fig. 25 – Vues sur différents états des tranchants des haches de Bais
Légende En haut : tranchants mis en forme (stigmates de martelage bien visibles) ; au milieu : tranchants non affûtés (très épais pour celui de gauche ; aspect brut de la lame pour celui de droite) ; en bas : tranchant plusieurs fois remartelé, ce qui a provoqué son étalement en largeur et sa forte convexité, ainsi qu’un pincement des bords, visible sur les profils
Crédits Photos M. Mélin
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1627/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 26 – Les deux haches provenant du même moule ont été déposées à deux stades de préparation différents
Légende À gauche : tranchant non affûté (no 165), traces de martelage et stries d’affûtage par abrasion bien visibles (no 157). Cette différence d’état est également visible sur les angles des lames (à droite) : encore bruts et très arrondis sur la hache no 165, rendus bien anguleux sous l’action du martelage sur la hache no 157
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1627/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 937k
Titre Tabl. 4 – Résumé des observations tracéologiques concernant les travaux post-fonte réalisés sur les haches du dépôt de Bais
Légende Les numéros de même couleur appartiennent au même moule
Crédits M. Mélin
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1627/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Tabl. 5 – État des haches de Bais lors de leur dépôt, abandonnées à différents stades de fabrication et d’utilisation
Légende Les numéros de même couleur appartiennent au même moule
Crédits M. Mélin
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1627/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mélin Muriel et Nordez Marilou, « Entre influences armoricaines et normandes : le dépôt du Bronze moyen atlantique 2 de Bais (Mayenne) »Gallia Préhistoire, 59 | 2019, 151-180.

Référence électronique

Mélin Muriel et Nordez Marilou, « Entre influences armoricaines et normandes : le dépôt du Bronze moyen atlantique 2 de Bais (Mayenne) »Gallia Préhistoire [En ligne], 59 | 2019, mis en ligne le 25 novembre 2019, consulté le 01 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/galliap/1627 ; DOI : https://doi.org/10.4000/galliap.1627

Haut de page

Auteurs

Mélin Muriel

Service départemental d’Archéologie du Morbihan, UMR 6566 CReAAH, Équipe Archéosciences, Campus de Beaulieu, Bâtiment 25, Avenue du Général Leclerc, 35000 Rennes – muriel.melin@hotmail.fr

Nordez Marilou

UMR 5608 TRACES, Maison de la recherche, Université Toulouse Jean Jaurès, 5 allée Antonio Machado, 31000 Toulouse – marilou.nordez@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Gallia Préhistoire

Haut de page
  • Logo Maison des sciences de l'Homme Mondes
  • Logo Logo CNRS
  • Logo Ministère de la Culture
  • OpenEdition Journals