Navigation – Plan du site

AccueilNuméros60Au milieu des flots, l’abri-sous-...

Au milieu des flots, l’abri-sous-roche de Roc’h Santeg Leton (Santec, Finistère)

Une fouille d’urgence d’occupations du Paléolithique moyen à l’âge du Fer en stratigraphie
Grégor Marchand, Marie-Yvane Daire, Chlöe Martin, Caroline Mougne, Anne-Lyse Ravon, Pau Olmos Benlloch, Caroline Hamon et Marylise Onfray
avec la collaboration de Yann Bernard, Laurent Quesnel et Daniel Roué
p. 67-122
Traduction(s) :
Amidst the waves, the Roc’h Santeg Leton rock shelter (Santec, Finistère) [en]

Résumés

La fouille d’urgence menée en 2015 et 2016 dans l’abri-sous-roche de Roc’h Santeg Leton (Santec, Finistère) est née de réflexions convergentes sur les abris-sous-roche (programme « Tous aux abris ! ») et sur l’érosion du patrimoine littoral (programme « ALeRT »). Le site est installé sur un îlot rocheux à 1 300 m de la côte et a été découvert par D. Roué en 1985. Neuf moments d’occupation ont été enregistrés dans une stratigraphie de 1,10 m d’épaisseur. Relativement modique, le mobilier archéologique recueilli lors de la fouille comprend des tessons, des charbons, des rares coquilles de noisette et des pièces lithiques (silex, quartz, macro-outils en granite). Le Paléolithique moyen est attribuable à une phase récente, soit pendant le MIS 5 (5d/5a), soit durant le Weichselien récent (MIS 4 à 3). Le mobilier lithique mésolithique est rapportable au groupe de Bertheaume (Premier Mésolithique) et au Téviecien de faciès Beg-er-Vil (Second Mésolithique). En sommet de stratigraphie, un petit foyer en cuvette est daté par le radiocarbone de la fin de la période gauloise (La Tène) et accompagné de tessons attribués au début/milieu du second âge du Fer. Une petite fosse contemporaine était remplie de coquilles, essentiellement des patelles. L’analyse géoarchéologique montre que le signal « littoral » n’est pas perçu à travers la dynamique pédo-sédimentaire qui est largement contrôlée par des apports colluviaux et des ruissellements concentrés. Cette opération de sauvetage a permis de valider des méthodes d’intervention rapide, dont n’est jamais exclu le tamisage à l’eau, seul moyen d’échantillonner correctement des sites préhistoriques.

Haut de page

Plan

Haut de page

Notes de la rédaction

Article reçu le 14 mai 2020 – Accepté le 30 juin 2020

Texte intégral

Ces travaux sont dédiés à notre ami Jean-Claude Le Goff, historien et archéologue de Santec

Préhistoire et Protohistoire au péril de l’océan

1À cause des grandes difficultés d’accès à quelques encablures de la côte bretonne de la Manche, l’îlot granitique de Roc’h Santeg Leton (Santec, Finistère) est resté longtemps un site préhistorique et protohistorique non exploité par les archéologues. Son état de dégradation avancée sous les assauts des tempêtes a motivé les interventions d’urgence en 2015 et 2016, dont les résultats sont restitués dans cet article. Mais, celles-ci découlent tout autant des questionnements scientifiques sur le long terme soulevés par les prospections de D. Roué et J.-C. Le Goff depuis les années 1980, dont les fructueux résultats furent rapidement communiqués aux services de gestion du patrimoine archéologique (service archéologique du Finistère, service régional de l’Archéologie). Trente ans plus tard, une convergence des réflexions et de divers programmes de recherche explique les regards jetés sur ces sédiments préservés autour de chicots granitiques balayés par les tempêtes.

Cavités du Paléolithique et du Mésolithique en Bretagne

2Les plus beaux référentiels stratigraphiques bretons du Paléolithique se situent dans les abris-sous-roche et grottes au pied des falaises marines (fig. 1) : dans le sud de la région pour le Paléolithique ancien, à Menez-Dregan (Plouhinec, Finistère) et à Saint-Colomban (Carnac, Morbihan ; Monnier 1980a, 2006, Monnier et Le Cloirec 1985, Hallégouët et al. 1992, Monnier et al. 2016, Ravon 2017, Ravon et al. 2017, Ravon et Laforge 2019), ou sur les côtes nord pour le Paléolithique moyen, à Grainfollet (Saint-Suliac, Ille-et-Vilaine), Karreg-ar-Yellan (Ploubazlanec, Côtes-d’Armor), Piégu (Pleneuf-Val-André, Côtes-d’Armor) ou le Goaréva (île de Bréhat, Côtes-d’Armor ; Monnier 1980a, 1988). Cette répartition littorale s’explique d’abord par une recherche orientée vers des contextes d’accumulations sédimentaires favorables, en particulier grâce aux lœss épais qui nappent le nord de la région et protègent les sols préhistoriques. L’érosion marine est venue ensuite dégager des coupes stratigraphiques aisément repérables et accessibles aux préhistoriens. Dans les modèles de peuplement paléolithique qu’il promeut, J.-L. Monnier souligne également l’attractivité particulière de ces zones en période de régression marine, alors que l’ouverture de plaines steppiques parcourues par les grands mammifères et les accumulations naturelles de galets de silex dans les cordons fournissaient des ressources essentielles (Monnier 2006).

Fig. 1 – Localisation de Roc’h Santec Leton (Santec, Finistère) et des principaux abris-sous-roche préhistoriques dans l’Ouest de la France

Fig. 1 – Localisation de Roc’h Santec Leton (Santec, Finistère) et des principaux abris-sous-roche préhistoriques dans l’Ouest de la France

1. Roc’h Santec Leton (Santec, Finistère) ; 2. Pont-Glas (Plounéour-Ménez, Finistère) ; 3. Kerbizien (Huelgoat, Finistère) ; 4. Le Rocher-de-l’Impératrice (Plougastel Daoulas, Finistère) ; 5. Roc’h Toul (Guiclan, Finistère) ; 6. Roc-en-Pail (Chalonnes, Maine-et-Loire) ; 7. Grainfollet (Saint-Suliac, Ille-et-Vilaine) ; 8. Goaréva (Bréhat, Côtes-d’Armor) ; 9. Ménez Dregan (Plouhinec, Finistère) ; 10. Grottes de l’Erve (dont Rochefort et Margot ; Thorigné-en-Charnie, Mayenne) ; 11. Saint-Colomban (Carnac, Morbihan) ; 12. Les Roches du Diable (Locunolé, Finistère) ; 13. La Jupinerie (Omonville-la-Petite, Manche) ; 14. Le Rozel (Manche).

DAO G. Marchand

3C’est une tout autre dynamique de recherche qui a engendré les travaux menés dans d’autres cavités de Bretagne à partir de 2007, cette fois dans un contexte continental et dans des dépôts sédimentaires déposés de la fin du Pléistocène à l’Holocène. À la suite d’une période d’études concentrée sur de vastes habitats de plein-air du Mésolithique, les recherches se sont portées sur des sites de plus petites dimensions, qui n’avaient pu abriter que des groupes humains restreints, engagés – par hypothèse – dans des activités particulières. Une fouille totale de l’abri en chaos granitique de Pont-Glas (Plounéour-Ménez, Finistère) et de nombreux sondages au pied des rochers alentour avaient lancé cette dynamique en 2007 (Marchand et Le Goffic 2009, Marchand et al. 2011, 2017), qui s’est prolongée par les sondages dans l’abri-sous-roche de Kerbizien en 2011 (Huelgoat, Finistère ; Marchand et al. 2014). De semblables interrogations concernant cette fois les groupes du Tardiglaciaire sont venus l’enrichir, qui ont incité à la fouille à partir de 2013 de l’abri azilien du Rocher-de-l’Impératrice (Plougastel-Daoulas, Finistère ; Naudinot et al. 2017). Le programme de recherche « Tous aux abris ! Inventaire et sondages dans les cavités naturelles de Bretagne », débuté en 2015, donne désormais un cadre scientifique commun à ces travaux (Marchand et Naudinot 2015). Les premières synthèses montrent une composition très particulière des outillages, dominés par des armatures fabriquées ou réparées sur place ; ces cavernes ont hébergé des groupes de chasseurs ou de guerriers en expédition logistique au Mésolithique ou bien peut-être des groupes pionniers marqués par une grande mobilité au Paléolithique final (Naudinot et Marchand 2020).

4Parce qu’elles se sont déroulées dans un abri-sous-roche ravagé par l’érosion marine et qu’elles ont concerné une stratigraphie allant du Paléolithique moyen à l’époque actuelle, les fouilles de sauvetage menées à Roc’h Santeg Leton bénéficient de ces deux courants de recherche en Bretagne. De manière assez emblématique, c’est d’ailleurs la première fois dans l’Ouest qu’est fouillée une stratigraphie dont la partie préhistorique comprend des occupations du Paléolithique moyen au Second Mésolithique. Se posent ici plus particulièrement des questions concernant les paysages contemporains de ces occupations, modifiés de manière drastique par la position de l’océan. Le statut du site a nécessairement changé selon les configurations chronologiques, insulaires, littorales ou continentales. La fouille d’urgence de Roc’h Santeg Leton est aussi l’occasion de réfléchir aux méthodes et aux outils actuels d’intervention sur un site préhistorique en contexte de marée dynamique.

Des réflexions spécifiques sur l’âge du Fer en contexte littoral

5Du point de vue quantitatif, la bande côtière est largement aussi bien dotée en sites de l’âge du Fer que l’intérieur des terres. Mais, les recherches en milieu littoral s’effectuent généralement sur des aires assez réduites, en dehors du cas exceptionnel d’Ouessant, où la surface fouillée au cours des 25 ans de fouilles de sauvetage puis programmées atteint près de 2 ha (Daire et al. 2015). L’environnement et les circonstances de découverte de ces sites éclairent également leurs conditions d’étude. En effet, l’érosion du trait de côte est à l’origine de la découverte de la plupart de ces établissements côtiers, qu’ils se trouvent sur les rivages continentaux ou sur celui des îles. Paradoxalement, pour vulnérables qu’ils soient, les sites littoraux de l’âge du Fer sont souvent aussi parmi les plus informatifs par la qualité de conservation des vestiges. Les îlots comme Roc’h Santeg Leton recèlent souvent des vestiges ayant bénéficié d’une conservation optimale, liée à leur isolement et donc au faible impact d’activités humaines récentes. De plus, la présence de coquillages sous forme d’amas contribue à diminuer l’acidité du sol et permet la conservation des restes organiques.

6Le littoral breton, au sens large (îles et côtes actuelles), apparaît comme une zone d’occupation dense sur laquelle on rencontre des « éperons barrés » sur promontoires à falaise, des villages « ouverts » regroupant des structures domestiques associées, dans certains cas, à des installations artisanales de production de sel, des sépultures isolées, liées à des habitats, ou bien des nécropoles, voire enfin des lieux de culte avérés (Daire 2003, 2004, Daire et al. 2015). Les vestiges les plus fréquents sont les sites domestiques et artisanaux datés du second âge du Fer. Concernant l’architecture et l’organisation de ces habitats côtiers, on peut souligner l’absence de différenciation entre architecture domestique et architecture artisanale dans les plans et dans les matériaux, le caractère pérenne des constructions, dont l’occupation s’inscrit dans la durée, ainsi que l’intégration des ateliers artisanaux à des structures plus larges de type hameaux ou villages.

7Outre la production de sel, les études les plus récentes révèlent la diversité des formes d’exploitation des ressources littorales, avec la pratique de la pêche à pied, de la capture via les barrages de pêcheries implantés dans la bande intertidale, mais aussi de la pêche à la ligne et probablement au filet, pratiquées à partir de la côte sans usage manifeste de la pêche embarquée.

8L’ensemble du littoral peut être considéré comme une interface potentielle d’échanges à plus ou moins grande échelle, dans lesquels les estuaires et rias occupent ici une place privilégiée, à l’interface des routes terrestres, maritimes et fluviales, même si les ports préromains demeurent largement méconnus. Généralement abordés sous l’angle de la circulation de biens particuliers, les contacts entre l’Ouest de la Gaule et les régions méditerranéennes sont illustrés par la distribution d’objets importés d’origine méditerranéenne (principalement grecque et étrusque) pour les phases les plus anciennes, tandis que, pour les phases les plus récentes, des « circuits du sel » s’imposent au regard de la distribution des ateliers artisanaux et des importations d’amphores vinaires synchrones, impliquant la navigation à longue distance et/ou le cabotage, ces routes maritimes étant bien entendu complémentaires des voies terrestres.

Contexte géographique

Un îlot au milieu des flots

9Baigné par les flots de la Manche, l’îlot de Roc’h Santeg Leton se trouve à l’ouest de la baie de Morlaix, à 3 km au sud-ouest de l’île de Batz. Cette portion de côte est caractérisée par un relief peu élevé, dont le substrat géologique ressortit du domaine cristallophyllien, plus particulièrement ici un granite porphyroïde du complexe plutonique de Roscoff (Chauris et al. 1998). Il s’agit d’un granite blanc grisâtre clair, qui compose aussi une partie du substrat de l’île de Batz.

10De larges baies nappées de dunes sont bordées d’avancées rocheuses, qui se prolongent loin avant dans un large estran (fig. 2). Ce platier granitique est bordé d’élévations en permanence exondées, dont les principales sont les îles de Roc’h Croum (14 m niveau géodésique français [NGF]), Enez Glaz (9 m NGF) et Roc’h Santeg Leton (15 m NGF). À marée basse, il fait partie de l’estran rocheux du Tevenn et constitue un même ensemble avec Enez Glaz (île Verte), à 350 m à l’est. Roc’h Santeg Leton se trouve aujourd’hui à environ 1 300 m du continent et de la plage du Tevenn (ou Theven). L’accès à pied est seulement possible lors des épisodes de grandes marées, avec un coefficient d’au moins 90 pour y accéder, ce qui correspond à un marnage d’environ 7 m, dans une zone où la variation de la hauteur d’eau oscille entre 3 et 10 m. Il n’y a pas de moyen aisé pour l’aborder en bateau, à cause des accumulations de blocs granitiques de toutes dimensions et de la vigueur des courants alentours.

Fig. 2 – Position sur l’estran de l’îlot de Roc’h Santeg Leton (Santec, Finistère), en rouge sur l’image

Fig. 2 – Position sur l’estran de l’îlot de Roc’h Santeg Leton (Santec, Finistère), en rouge sur l’image

La courbe bathymétrique du 0 NGF (mi-marée) est indiquée en noir. La courbe bathymétrique des plus basses mers de vives eaux est signalée en vert

Fonds topographique de l’IGN, carte H. Duval et G. Marchand

11L’îlot de Roc’h Santeg Leton signale en langue bretonne la présence d’un couvert végétal (Leton signifie « herbage », Santeg est l’orthographe bretonne du nom de la commune), ce qui aujourd’hui laisse songeur dans un contexte aussi minéral, mais qui permet d’évoquer l’intensité récente de l’érosion marine qui a réduit le sol comme peau de chagrin. Long à marée haute d’environ 50 m pour 30 m de large, pour une altitude maximale de 15 m NGF, ce grand ensemble rocheux présente une superficie d’environ 1 000 m² (fig. 3-5). Dans sa partie supérieure, il est scindé par une faille ancienne d’orientation est-ouest, qui forme une sorte de « gouffre » ou de « couloir » fort identifiable depuis l’est ou l’ouest ; ce caractère a peut-être joué un rôle de marqueur territorial intéressant à divers moments de l’histoire. Les dépôts éoliens d’âge pléistocène se sont accumulés aux différents cycles glaciaires autour de ces chicots granitiques, tandis que l’érosion des granites apportait plus modestement des apports sableux, une dynamique sédimentaire qui fut à l’évidence primordiale à l’Holocène.

Fig. 3 – Vue générale de l’îlot de Roc’h Santeg Leton (Santec, Finistère), prise depuis l’est à mi-marée

Fig. 3 – Vue générale de l’îlot de Roc’h Santeg Leton (Santec, Finistère), prise depuis l’est à mi-marée

Le site est au milieu du rocher au centre de l’image

Cliché G. Marchand

Fig. 4 – Topographie du site

Fig. 4 – Topographie du site

En haut, position du carroyage de la zone 1 (en bleu, la zone immergée durant les marées, en brun et gris, les zones exondées en permanence) ; en bas, l’île de Roc’h Santeg Leton sur le fond IGN (courbes espacées d’1 m)

DAO H. Duval, P. Olmos Benlloch et G. Marchand

Fig. 5 – Vue en plan du nuage de points produit par le lever scanner-laser du site et sections longitudinales de l’îlot de Roc’h Santeg Leton, à hauteur de la plateforme et de la zone 1, établies par Y. Bernard et L. Quesnel en septembre 2015

Fig. 5 – Vue en plan du nuage de points produit par le lever scanner-laser du site et sections longitudinales de l’îlot de Roc’h Santeg Leton, à hauteur de la plateforme et de la zone 1, établies par Y. Bernard et L. Quesnel en septembre 2015

Les lignes roses correspondent au sommet des dépôts archéologiques

DAO Y. Bernard

12Le site archéologique est installé sur une sorte de plateforme naturelle perchée à environ 8 m NGF, une altitude insuffisante pour échapper aux effets des fureurs océanes. Les effets des tempêtes sont particulièrement visibles sur le site (fig. 6-7). Les vagues empruntent alors la faille orientée est-ouest et elles ont totalement balayé les niveaux archéologiques pour laisser à nu la roche érodée en boules pluri-décimétriques. La houle puissante venant du large explose également sur le « rocher ouest », dont le surplomb orienté au sud-est forme quelque peu un abri qui a protégé les sédiments. Ces assauts continuels peuvent expliquer la chute de deux énormes pans de roche sur le site archéologique, situation en théorie favorable à une bonne préservation… si les ruissellements n’avaient pas vidangé ensuite les sédiments pris sous les blocs. Ce n’est qu’en gardant en tête cette puissance érosive si intense que l’on pourra comprendre les choix de fouille réalisés en 2015 et 2016 (Olmos Benlloch et al. 2015, Marchand et al. 2016).

Fig. 6 – État de la zone 4 en juillet 2014, avant les fouilles

Fig. 6 – État de la zone 4 en juillet 2014, avant les fouilles

La couverture végétale a été arrachée par les vagues qui submergent l’îlot de Roc’h Santeg Leton lors des plus grandes tempêtes. Les blocs rocheux angulaires dans le petit abri-sous-roche (entre le rocher ouest et le bloc N) ont été projetés récemment par ces vagues et couvrent les résidus de stratigraphie

Cliché M. Monros

Fig. 7 – Vue générale du site de Roc’h Santeg Leton, prise en fin de campagne 2016 depuis le rocher sud-est

Fig. 7 – Vue générale du site de Roc’h Santeg Leton, prise en fin de campagne 2016 depuis le rocher sud-est

La zone 1 est à gauche et l’on voit le foyer gaulois dégagé, ainsi que le sommet de l’US 1106 (Mésolithique). Le bloc N, détaché du rocher ouest, est au centre de l’image

Cliché G. Marchand

Questions autour des niveaux marins : une île ou un rocher continental ?

13Au dernier maximum glaciaire, le niveau de la mer a atteint entre 100 et 120 m sous le niveau actuel (Ters 1973, 1986, Pirazzoli 1991, Lambeck 1997), voire davantage selon des modélisations plus récentes (Lambeck et al. 2014). Le nord de la Bretagne bordait alors le gigantesque estuaire de la Paléo-Manche à plusieurs dizaines de kilomètres au nord de Santec. Le réchauffement progressif au Tardiglaciaire va provoquer la déglaciation et une remontée du niveau marin pour atteindre environ 60 m sous l’actuel à la fin du Dryas récent (ca. 9700 av. n.è.). À partir de l’Holocène, l’augmentation des températures va provoquer une accélération de la transgression marine. Le niveau de la mer atteindrait la côte des -25/-30 m des courbes bathymétriques du service hydrographique de la Marine (SHOM) vers 8000 av. n.è., soit un peu avant l’occupation du Premier Mésolithique de Roc’h Santeg Leton. Les données deviennent vraiment consistantes localement à partir de 6000 av. n.è. Les études des variations holocènes en Bretagne nord et occidentale affichent cependant des différences significatives dans le positionnement du niveau marin (Morzadec-Kerfourn 1974, Stéphan 2011, García-Artola et al. 2018). Cela tient bien sûr à l’obtention de nouvelles données sédimentaires et à un calage supérieur de ces prélèvements à partir de GPS différentiels, mais aussi à une meilleure prise en compte de la compaction des sédiments, qui avait souvent conduit à sous-estimer la position du niveau marin relatif (Stéphan et Goslin 2014, García-Artola et al. 2018). Désormais, ce sont les points prélevés directement au contact avec le substratum à la base des dépôts tourbeux, qui sont privilégiés pour marquer le début de la séquence holocène. À partir de l’analyse pollinique des dépôts de tourbes sur plusieurs plages du Léon, M.-T. Morzadec-Kerfourn proposait une importante transgression au début du 4e millénaire av. n.è., qui aurait amené la mer à un niveau proche à l’actuel (Morzadec-Kerfourn 1974). Un épisode de régression marine à la fin du 2e millénaire aurait provoqué une descente du niveau de 2 à 3 m. Ces oscillations sont désormais remises en question au profit d’un modèle de progression continue (Stéphan et Goslin 2014), avec des infléchissements autour de 4000, 2500 et probablement 1000 av.  n.è. (Goslin 2014, p. 274).

14Les niveaux du Paléolithique moyen en partie inférieure de stratigraphie dénoncent une dynamique froide et humide correspondant au début de la dernière glaciation, que les analyses typo-technologiques confirment. La régression marine est déjà bien entamée et, d’après les courbes bathymétriques du SHOM (carte no 7095), on peut estimer que l’îlot de Roc’h Santeg Leton était rattaché au continent. Il en allait de même lors de l’occupation du Premier Mésolithique (9e millénaire av. n.è.). Avec un niveau à -30 m sous l’actuel et un marnage de 10 m, il faut considérer la courbe actuelle des -20 m SHOM pour avoir une idée de la position des plus hautes mers, accessibles à environ 1,5 km au nord-ouest du site. L’abri-sous-roche est encore continental au 6e millénaire av. n.è., période estimée des occupations du Second Mésolithique, alors que le niveau marin est inférieur de 10 à 15 m sous l’actuel (Stéphan et Goslin 2014). L’interrogation principale concerne l’insularité du site lors de son occupation à l’âge du Fer, dans la seconde moitié du 1er millénaire av. n.è. Sans une étude plus précise des conditions bathymétriques locales, il est difficile d’émettre un avis définitif, mais, si l’on estime le niveau de la mer plus bas d’un mètre pour le début du second âge du Fer (Goslin 2014, p. 311), l’île devait être connectée au continent et former une avancée rocheuse entourée d’eau. L’insularisation du site dut se produire donc de manière progressive à partir de la fin de la période gauloise, quand la mer atteignit son niveau actuel.

De la découverte du site à sa fouille en urgence

Les prospections de D. Roué (1985-2010)

15Les occupations archéologiques sur l’îlot de Roc’h Santeg Leton ont été découvertes par D. Roué en 1985. Lors de ses passages ultérieurs sur le site, un ensemble de mobilier archéologique comprenant des tessons et des pièces lithiques a été recueilli puis déposé au centre départemental d’Archéologie du Finistère au Faou. Au moment de la découverte, le site comportait une « petite terrasse (mur de terrassement) de galets portant encore un couvert herbeux et quelques mètres carrés de limons logés dans un couloir orienté ouest-est entre deux hauts rochers » (Le Goff et Roué 1999, p. 15). En effet, sur le plateau supérieur du site, correspondant à l’occupation de l’âge du Fer, une structure en pierres sèches était bien visible, au moins dans la partie orientale du plateau ainsi que d’autres traces de murs possibles à l’ouest de la structure. Dans le mobilier archéologique alors recueilli, un tesson avec un décor estampé réalisé à l’aide d’un poinçon portant un motif qui dérive de la croix de Saint-André permettait de proposer une datation ve siècle av. n.è. (Le Goffic 2011). On retrouve en effet ce type de décoration sur les stèles comme celle de Kerviguerou à Melgven (Finistère ; Villard-Le Tiec 2011) et surtout sur la panse des urnes cinéraires en forme de bandes et frises parallèles, comme l’urne globulaire de la nécropole de Bagatelle (Saint-Martin-les-Champs, Finistère). La présence, parmi le mobilier, de quelques tessons de vases réalisés au tour rapide faisait penser aussi à une occupation de la période de La Tène finale (Le Goffic 2011). Les prospections de D. Roué avaient montré aussi des traces d’occupation datant du Paléolithique final, matérialisées par une pointe à dos courbe de la période azilienne et des éléments d’une industrie lithique attribuable au Mésolithique (Le Goff et Roué 1999, Le Goffic 2011).

À partir de 2014, intégration dans le programme ALeRT

  • 1 Création en 1988 de l’AMARAI (Association Manche Atlantique pour la recherche archéologique dans l (...)
  • 2 Ce programmes est soutenu successivement par la fondation Langlois, la Fondation de France et la r (...)

16Dans le prolongement de la démarche lancée à la fin des années 19801, le programme ALeRT (Archéologie, littoral et réchauffement terrestre) s’est progressivement développé depuis une quinzaine d’années pour conduire une démarche participative impliquant un réseau de « veilleurs » sur le littoral et accompagner la « protection par l’étude » des sites archéologiques côtiers menacés de destruction, du fait d’aléas climatiques et anthropiques (Daire et al. 2012, López-Romero et al. 2013)2. Ainsi, de manière régulière, plus spécialement après les épisodes de tempêtes, les prospecteurs bénévoles découvrent des sites nouvellement dégagés par l’érosion ou assurent un suivi de l’évolution de gisements déjà localisés (Barreau et al. 2013). Après expertise, en fonction de l’intérêt scientifique du site et de son degré de vulnérabilité, des opérations archéologiques comme celle conduite sur Roc’h Santeg Leton sont programmées, que le projet ALeRT accompagne par des moyens financiers, logistiques et scientifiques.

Méthode d’étude mise en œuvre en 2015-2016

Organisation spatiale des travaux archéologiques

17En 2015, la zone d’étude sur la « plateforme » protégée entre les rochers a été divisée en quatre zones, qui correspondaient à des sondages en des contextes sédimentaires très différents. Ils servent de base à la numérotation des unités stratigraphiques.

  • Zone 1. La zone 1 est installée en partie sud-ouest de la plateforme principale de l’îlot. Elle correspond au dernier reste en place des niveaux limoneux, dont la surface était encore végétalisée lors de la découverte du site en 1985, le long du rocher sud (point culminant de l’îlot ; fig. 8-9). Elle a aussi été protégée du large par le rocher ouest, qui forme un abri-sous-roche de 2 m de profondeur pour environ 6 m de haut ; l’abri-sous-roche correspond à la large faille mentionnée plus haut, qui sépare le rocher ouest du rocher sud. À l’origine partie prenante du rocher ouest et donc éléments de la paroi de l’abri, le « bloc N » s’est effondré sur les niveaux pléistocènes (on voit encore nettement son négatif dans la paroi), suivi du « bloc T ». Ce dernier est posé en équilibre sur le bloc N et le rocher ouest, constituant une petite cavité de quelques mètres carrés, au sol très pentu et presque intégralement lessivée (zone 4). Cette partie du site devait être centrale ; le surplomb et l’orientation au sud et au sud-est devaient en faire un endroit plaisant ; le lessivage brutal de cet endroit nous prive d’informations pour étayer cette observation de bon sens, qu’il convient de garder en mémoire. La zone sédimentaire intègre la zone 1 et mesure 3 m de large pour 11 m de long. Les travaux ont concerné environ 19 m², mais la fouille préhistorique et protohistorique proprement dite s’est appesantie sur les bandes 14-17 et L à N, soit 11 m² en place. Dans les bandes 10-13, une troncature sédimentaire des niveaux holocènes est notable. Seul le foyer gaulois, inséré dans les limons éoliens pléistocène très indurés, a résisté à l’érosion. Cette troncature, de même d’ailleurs que l’induration des niveaux du Pléistocène, est directement liée à une fissure dans le rocher sud, qui assure un rôle permanent de rigole drainant, dans le carré N10, les eaux tombant sur les rochers. Ces eaux imprègnent par la suite les sédiments alentour, en profitant d’une pente légère du substrat en direction du nord. Cette fissure permet d’ailleurs l’accès aisé au sommet de l’îlot. Le secteur 1 de la zone 1 (bandes 10-13) est défini par la présence d’un empierrement, dont un mur d’orientation nord-sud (MR1005). Dans la partie est du secteur, dans la zone en contact avec le rocher sud, une autre accumulation de pierres avait été identifiée comme un possible mur accolé au rocher, mais elle correspond très probablement en fait à une accumulation de pierres projetées par la mer, qui ont pu être légèrement agencées ou juste déplacées au gré des humeurs des êtres humains. Ces structures témoignent d’occupations plus récentes de l’île à l’époque moderne (xxe siècle) pour y installer un poste de chasse aux oiseaux marins, qui a perturbé toute la stratigraphie du secteur 1. Grâce à des informations obtenues des pêcheurs de Santec, nous savons que l’île a été fréquentée comme lieu de chasse jusqu’aux années 1960-1970.

Fig. 8 – Vue générale du site en juillet 2016 depuis la « plateforme » avec, au premier plan, les travaux sur la zone 2 (coupe est) et, à droite, la faille qui sépare le rocher sud (à gauche) et le rocher ouest (à droite )

Fig. 8 – Vue générale du site en juillet 2016 depuis la « plateforme » avec, au premier plan, les travaux sur la zone 2 (coupe est) et, à droite, la faille qui sépare le rocher sud (à gauche) et le rocher ouest (à droite )

Le gros bloc en bas à droite de l’image est le bloc N, qui s’est détaché au Pléistocène du rocher ouest

Cliché G. Marchand

Fig. 9 – Plan du site, avec indication des structures archéologiques, des zones et des coupes

Fig. 9 – Plan du site, avec indication des structures archéologiques, des zones et des coupes

Les altitudes sont en mètres NGF

Relevé de terrain et DAO G. Marchand

  • Zone 2. La zone 2 est au nord-est de la précédente et correspond aux travaux sur la coupe principale dans les bandes K et J, d’une épaisseur totale de 110 cm. Une « marche » a été installée dans la bande K, au milieu des niveaux du Pléistocène, car l’induration des niveaux réclamait un travail de redressement de la coupe presque impossible sans moyens mécaniques. Cette induration protège d’ailleurs les niveaux préhistoriques sous-jacents. Il n’y a pas de plage fossile sous les niveaux pléistocènes, mais des gros blocs granitiques roulés liés à une phase de mise à nu du rocher lors d’une transgression marine.
  • Zone 3. Cette petite zone de moins d’un mètre carré correspond à la coupe sud-ouest entre l’abri-sous-roche et la zone 1. Le dépôt coquillier gaulois, prélevé et étudié en 2015, provient de cet endroit.
  • Zone 4. En dernière instance, la zone 4 correspond aux restes de niveaux conservés dans l’abri-sous-roche formé par le surplomb du rocher ouest et les rochers effondrés dans sa partie nord (blocs N et T). Ils ont livré des traces du Mésolithique et du Paléolithique final très dégradées. Les niveaux de Head (dépôt de solifluxion sur un versant d’un matériel sédimentaire grossier emballé dans une matrice plus fine, formé sous climat périglaciaire) à la base de la séquence sédimentaire ne contiennent aucune industrie du Pléistocène.

Déroulement des fouilles

18Il n’y a pas de protocole d’intervention standardisé en contexte de Préhistoire maritime, tant les situations diffèrent suivant la position du site sur l’estran, sa nature sédimentaire ou son degré d’insularité. Le battement quotidien de la marée est une donnée essentielle à prendre en compte sur les littoraux de l’Atlantique et de la Manche, où le marnage peut atteindre 13 m. Il s’étage entre 3 et 10 m à Santec et a directement commandé aux opérations de fouille entreprises sur l’îlot de Roc’h Santeg Leton, en imposant parfois des accélérations de procédure.

19L’objectif de la première campagne d’intervention archéologique en mars 2015 était la réalisation de différents sondages diagnostiques, afin de constater les différents types d’occupation sur l’îlot : le principe d’une coupe longitudinale, parallèle à la paroi avait été acté plutôt qu’une tranchée orthogonale. Celle-ci aurait en effet fragilisé les dépôts archéologiques en créant une large rigole qui aurait été ravagée lors des tempêtes. Une autre coupe avait permis de travailler sur un petit dépôt coquillier en phase avancée d’érosion. Enfin, deux petits sondages ont aussi été ouverts dans la masse du sédiment pour documenter la nature de la couche protohistorique. Un relevé par scanner-3D de tout l’îlot avait pu être réalisé (par Y. Bernard et L. Quesnel ; fig. 5). Ces brefs travaux ont mis en évidence la richesse et le potentiel archéologique du site de Roc’h Santeg Leton et aussi le bon état de conservation des niveaux d’occupation mésolithique et gaulois. Les travaux de rectification de la coupe dans la partie est de l’îlot ont aussi permis de mieux comprendre la séquence stratigraphique de l’occupation du site, en identifiant des niveaux d’occupation attribuables au Paléolithique moyen qui n’étaient pas connus jusqu’à présent. Cinq composantes culturelles avaient alors été identifiées sur le terrain (Paléolithique moyen, Premier Mésolithique de type Bertheaume, Second Mésolithique, La Tène moyenne), auxquelles il faut ajouter l’Azilien, sur la foi d’une bipointe à dos courbe découverte en surface dans l’abri par D. Roué.

20La campagne de juillet 2016 a consisté en une fouille de la totalité des niveaux attribuables à l’Holocène, en s’arrêtant au sommet de lœss du Pléniglaciaire. Les occupations moustériennes ont été documentées, mais uniquement en coupe. La fouille a été réalisée à la houe pour le niveau supérieur de la zone 1, puis entièrement à la truelle. Pour gagner du temps et parce qu’il y avait peu à espérer de l’analyse spatiale sur un espace aussi dégradé, l’enregistrement des vestiges a été réalisé par mètre carré et par unité stratigraphique. Ces dernières n’étaient guère plus épaisses que 5 cm dans les zones en place. Le tamisage à l’eau de mer – sans rinçage à l’eau douce des sédiments – a été réalisé dans des bassines posées sur la plateforme sommitale et remplies régulièrement d’eau de mer remontée à l’aide d’une chaîne de seaux. La maille fine de 2 mm n’a été utilisée que pour l’US 1103, attribuable à un niveau mésolithique en place, tandis que la maille moyenne (4 mm) était jugée suffisante ailleurs. Le tamisage n’a pas été mis en œuvre pour les niveaux pléistocènes explorés en zone 2, à l’exception d’un test à 4 mm dans le carré J15 (US 2007), en bas de stratigraphie. Il a été réalisé en revanche à 4 mm pour toutes les unités stratigraphiques de la zone 4.

21Le mobilier archéologique recueilli lors de la fouille comprend des tessons, des charbons, de rares fragments de plusieurs coquilles de noisette et des pièces lithiques (silex, quartz, macro-outils en granite). Il est relativement modique : aux 176 pièces lithiques découvertes par D. Roué lors de ramassage de surface entre 1985 et 2010, sont venus s’ajouter 73 objets en 2015 et 890 en 2016. L’industrie lithique est pour moitié en zone 1 (53 % ; fig. 10-11), pour un tiers en zone 2 (32 %) et à l’état de relique pour l’abri-sous-roche de la zone 4 (10 %).

Fig. 10 – Matériaux archéologiques recueilli lors des campagnes 2015 et 2016

Fig. 10 – Matériaux archéologiques recueilli lors des campagnes 2015 et 2016

DAO P. Olmos Benlloch et G. Marchand

Fig. 11 – Répartition des tessons de l’âge du Fer et de l’industrie lithique suivant les quatre zones de fouille lors des campagnes 2015 et 2016

Fig. 11 – Répartition des tessons de l’âge du Fer et de l’industrie lithique suivant les quatre zones de fouille lors des campagnes 2015 et 2016

DAO G. Marchand

Stratigraphie et contexte sédimentaire

Établissement de la stratigraphie

Stratigraphie de la zone 1

22En mars 2015, deux sondages d’1 m² avaient été implantés pour tester le potentiel de la zone 1, le sondage 1 en M12 (en bordure ouest de la structure de combustion gauloise) et le sondage 2 en M16. On voit aujourd’hui qu’une érosion différentielle s’est produite de part et d’autre d’un alignement de pierres visible en surface dans la bande 14 (qualifié de mur ou MR1005). La partie sud de cet alignement de galets a été nommée secteur 1 et sa partie nord appelée secteur 2.

23Dans le secteur 1, une troncature sédimentaire a détruit les niveaux holocènes anciens dans les bandes 7 à 13. On y observe alors seulement deux couches superposées (fig. 12).

Fig. 12 – Coupe longitudinale dans les niveaux supérieurs de la zone 1 (coupe 1 de la fig. 9)

Fig. 12 – Coupe longitudinale dans les niveaux supérieurs de la zone 1 (coupe 1 de la fig. 9)

DAO P. Olmos Benlloch et L. Quesnel

  • L’US 1000, en partie sommitale, est peu compacte, sableuse et de teinte noire. Elle est épaisse de 20 à 30 cm. Elle nappe la partie sud du site jusqu’à la bande 14, tandis qu’elle a été érodée au nord du mur (bandes 15-17). Elle est nommée US 2006 dans la coupe principale de la zone 2. Elle est très récente, comme en témoignent des morceaux de plastique et des étuis de cartouche.
  • L’US 1003 est immédiatement sous l’US 1000 et se compose d’un lœss très induré, chargé en sables arénacés, avec une teinte rouge brique (elle correspond à l’US 2005 décrite dans la coupe de la zone 2). Sa surface supérieure est creusée de petites ravines, qui sont le témoignage d’un ruissellement lors d’une mise à nu de cette partie du site, ce qui explique l’absence de matériel archéologique protohistorique ou préhistorique. Elle plonge vers le nord sous les niveaux archéologiques de l’Holocène. Totalement vierge, elle n’a pas été fouillée au-delà d’une reconnaissance rapide.

24Dans le secteur 2, la séquence stratigraphique n’a pas subi les mêmes outrages et montre un développement sur 20 cm, décrit ici de haut en bas (fig. 12).

  • L’US 1001 est conservée uniquement sous l’US 1000 dans la partie ouest du secteur (bandes 13-14). Elle est épaisse de 20 cm et également perturbée par les niveaux plus récents, mais a livré le principal ensemble céramique du site, en relation avec l’occupation gauloise.
  • L’US 1100, affleurant directement dans les bandes 14 à 17, est épaisse de 5 cm environ, avec une nature limoneuse et une teinte brune. Elle recouvre la zone 1 dans sa partie nord (bandes 14 à 17). Elle est presque vierge aussi d’un point de vue archéologique.
  • L’US 1101, présente dans les bandes 15 à 17, est un lœss pédogénéisé gris, soyeux (sans fraction grossière), épais de 5 à 10 cm. Il correspond à l’US 2000 de la zone 2 et à l’US 3001 de la zone 3. C’est l’un des niveaux archéologiques principaux du site. On y trouve 16,5 % de l’industrie lithique, en position remaniée. On note par exemple, une lamelle étroite à bord abattu (Premier Mésolithique) ou un trapèze symétrique (Second Mésolithique), mais aussi un nucleus Levallois très patiné. La quasi-totalité des tessons (tous attribuables à la Protohistoire) provient également de cette US. Sa nature mixte n’a pas incité à un tamisage systématique mais seulement à un échantillonnage par tamisage à l’eau (4 mm) d’un seau de 10 l/m2.
  • L’US 1102 sous-jacente est une inter-strate de faible épaisseur (2-3 cm) caractérisée par la présence de plusieurs tessons de poterie modelée de petite taille qui ont été probablement cassés délibérément. Elle se rapporte peut-être à un niveau d’abandon sur un niveau de circulation, mais on est tenté de l’associer au niveau sous-jacent dans son fonctionnement (US 1103). Elle se matérialisait aussi par la présence de micro-charbons épars. Une date du Premier Mésolithique réalisée sur coquille de noisette y avait été obtenue en 2015.
  • L’US 1103 est placée en dessous de l’US 1102. De même texture que l’US 1101 (limon mêlé d’arène), elle semble un peu plus sombre en surface. Elle a été entièrement tamisée à l’eau au tamis de 2 mm. Épaisse de parfois 7 cm, elle a pu être subdivisée en 1103A et 1103B dans certains carrés. Un foyer apparaissait à ce niveau-là par des charbons et quelques pierres rubéfiées éparses dans le carré M16 (creusement : US 1105 et remplissage : US 1104). Des blocs de granite y gisent à plat, sans regroupement particulier (3-4/m2). La fouille a été stoppée à la base de ces pierres, sur ce que l’on peut imaginer être un niveau de circulation et de fonctionnement. L’industrie lithique de cette US représente 21 % de l’ensemble de l’industrie lithique. Il y a également vingt tessons épars.
  • L’US 1106 est un limon plus gris glissé sous l’US 1103, avec davantage de sables arèniques. Épaisse de 5 cm, elle commence à la base des pierres et se termine lorsqu’est atteint le toit de l’US 1113. Elle a été tamisée à 4 mm et a livré 10 % des restes lithiques totaux. L’industrie lithique y est encore abondante, avec une nette concentration en M17, le long du bloc 2, et on y note un triangle scalène à bord légèrement convexe. Il n’y avait plus de tessons. C’est à ce niveau-là qu’apparaissaient trois auréoles de limons gris-brun de 17 à 20 cm de diamètre pour 8-9 cm de profondeur, avec des bords verticaux et un fond en bol : US 1107 (creusement 1108) en M17, US 1109 (creusement 1110) en N15, US 1111 (creusement 1112) en N14. Il n’y a pas de surplomb qui aurait pu « goutter » sur le sol d’habitat et il n’y a aucun élément minéral susceptible d’avoir servi de calage. Aucune fonction ne peut être assignée à ces petites cuvettes.
  • L’US 1113 est un limon gris-beige d’origine lœssique à nombreuses tâches d’oxyde de fer. Il est vierge archéologiquement et correspond au nappage du Pléniglaciaire bien visible dans la coupe principale de la zone 2 (US 2001).
  • L’US 1006, épaisse d’environ 20 cm, est préservée par l’US 1002 dans les bandes 11 et 12, et équivaut au niveau de comblement intérieur du foyer/tombe. Elle a livré uniquement une urne de céramique modelée prélevée en 2015, qui était complètement enfouie dans une couche de charbons de bois de grande taille.

25Les 20 cm de cette stratigraphie coïncident avec les occupations de l’Holocène, d’abord gauloises (US 1101), puis mésolithiques (US 1103 et 1106). Les apports sédimentaires montrent des sables grossiers qui ont dû être apportés par la desquamation des parois, tandis que la fraction principale provient des limons lœssiques remobilisés. Ces limons déposés lors du dernier maximum glaciaire sont bien identifiés sous cette séquence sédimentaire et ils sont totalement vierges archéologiquement.

Stratigraphie de la zone 2

26La zone 2 recoupe les bandes J et K, fouillées essentiellement pour établir la coupe principale (fig. 13). C’était à l’origine une pente à 45°, bien visible sur les clichés de D. Roué. Nous avons été obligés d’installer à mi-hauteur une « marche » d’environ 70 cm de large, tant l’US 2004 était indurée et se refusait aux assauts pourtant violents de la pioche. Cette « marche » et les gros blocs accumulés à la base de la stratigraphie gênent évidemment l’établissement de la coupe en son entier, mais elle a l’avantage de protéger les niveaux moustériens sous-jacents. L’érosion marine se traduit en particulier par le ruissellement des vagues qui explosent sur le grand rocher ouest et s’évacuent en cheminant sous le rocher N : les niveaux pléistocènes n’y sont alors plus que résiduels. Les principales unités stratigraphiques sont (fig. 14, tabl. 1) décrites de haut en bas.

Fig. 13 – Vue de la coupe de la zone 2 depuis l’est. Le jalon est posé sur la « marche »

Fig. 13 – Vue de la coupe de la zone 2 depuis l’est. Le jalon est posé sur la « marche »

L’induration exceptionnelle de cette dernière apparait bien au premier plan à gauche. Le niveau sombre en sommet de coupe est l’US 2006, d’âge très récent

Cliché G. Marchand

Fig. 14 – Relevé de la partie basale de la coupe, sous la « marche » (coupe 3 de la fig. 9)

Fig. 14 – Relevé de la partie basale de la coupe, sous la « marche » (coupe 3 de la fig. 9)

DAO L. Quesnel, P. Olmos Benlloch et G. Marchand

Tabl. 1 – Répartition du mobilier lithique selon les différentes US attribuées au Paléolithique moyen dans la zone 2

Tabl. 1 – Répartition du mobilier lithique selon les différentes US attribuées au Paléolithique moyen dans la zone 2

A.-L. Ravon

  • L’US 2000, épaisse de 20 cm, est caractérisée par un sédiment de limon brun d’origine lœssique remanié. Il s’agit du sol de l’Holocène mis en place sur les limons éoliens et elle regroupe la totalité de la stratigraphie décrite plus haut pour la zone 1 (à savoir les US 1100-1103), ou les US 3001 et 3003 de la zone 3.
  • L’US 2001 est un lœss beige en place de 40 cm d’épaisseur, qui nappait probablement tout le paysage au Pléistocène, qui a été induré en partie sud de la zone 1 (US 2005 du secteur 1).
  • L’US 2002 est composée de sables grossiers. Ce Head de 60 cm d’épaisseur couvrait aussi toute cette zone et s’avère très induré par les oxydes de fer. La « marche » est d’ailleurs installée dans sa partie supérieure. Elle se prolonge au sud en US 2004 encore plus indurée. Le sédiment intègre également trois énormes blocs, tombés probablement du rocher sud durant l’occupation. L’US 2002 a livré de rares pièces moustériennes (n = 4).
  • L’US 2004, épaisse de 60 cm au maximum, prolonge l’US 2002 vers le sud-est et repose soit directement sur le plateau granitique à l’est, soit sur l’US 2003 à l’ouest. Il s’agit d’un niveau de Head très induré avec une consistance de béton armé, impossible à fouiller en l’état de nos moyens.
  • L’US 2003 est constituée de sable fin et de limons, avec peu d’éléments grossiers, avec une teinte rouge prononcée. Épaisse de 3 cm en K15, elle pourrait se subdiviser en deux (2003 et 2003 bis dans les 10 cm du bas). On la trouve dans les bandes J, K et L, mais avec une répartition discontinue à cause des gros rochers du substrat (érodés d’ailleurs par les flots et correspondant donc à une ancienne plage ou un ancien récif).
  • L’US 2007 n’apparaît en bas de coupe que dans les carrés J15, J16 et K16. Épaisse de 10 cm, elle est constituée de sables arénacés grossiers, assez proches par leur texture des US 2002 et 2004, mais avec une teinte noire prononcée, liée aux dépôts de fer et de manganèse. Elle est déposée directement dans des anfractuosités du rocher. Il est donc possible que cette position topographique basse ait joué le rôle de collecteur des eaux, ce qui n’assure en rien la position primaire de cette formation sédimentaire. Mentionnons cependant que les pièces lithiques recueillies ne sont aucunement roulées et que les esquilles sont nombreuses (un test de tamisage à l’eau et à 4 mm a été réalisé dans le carré J15). On y a collecté également des charbons, ce qui traduit aussi sa très bonne préservation.

27Même si l’induration des niveaux n’a pas permis l’établissement d’une coupe continue, on perçoit l’organisation sédimentaire générale, avec un premier volet sédimentaire constitué sous condition froide et humide (US 2007 et 2002), entrecoupé d’un niveau mis en place sous des conditions tempérées humides avec un apport massif de sables dunaires et donc une structure contemporaine d’une phase de remontée du niveau de l’océan (US 2003). Le nappage par des limons éoliens se fait au Pléniglaciaire et un sol s’y forme au cours de l’Holocène.

Stratigraphie de la zone 3

28Cette zone est restreinte à une coupe d’1 m de large en partie nord de la zone 1, entre le bloc N et le bloc 2, légèrement à l’extérieur de l’auvent de l’abri-sous-roche du rocher ouest (carrés L17 et M18). Elle porte en son sommet un muret à deux assises de galets, probablement récent. Cette coupe est bien entendu totalement connectée à la grande coupe de la zone 2, par-delà le bloc N, et nous ne mentionnerons que les éléments originaux (fig. 15).

Fig. 15 – Relevé de la coupe de la zone 3 (coupe 4 de la fig. 9)

Fig. 15 – Relevé de la coupe de la zone 3 (coupe 4 de la fig. 9)

DAO L. Quesnel

29L’US 3002 est un dépôt coquillier dans une fosse ou un creusement naturel aux dépens du sol holocène, d’une profondeur de 30 cm, partiellement conservé en partie nord du sondage sous le rocher N. L’ouverture de cette poche de coquillages (essentiellement des patelles) prise dans un limon noir est observée très haut dans la stratigraphie (probablement dans l’US 3001), ce qui dénoterait une datation récente (âge du Fer ou plus récent).

30Autre élément à noter : sous le lœss du Pléniglaciaire (US 3004-3005), on ne retrouve pas, comme ailleurs, un sable arénacé, mais directement un niveau très hétérogène et grossier d’altération du substrat granitique, avec des blocs de granite et des quartz anguleux dans une matrice argileuse de teinte jaune. En d’autres termes, il n’y a pas à cet endroit, ni d’ailleurs dans l’abri-sous-roche de la zone 4, de possibilité de préservation des niveaux du Paléolithique moyen.

Stratigraphie de la zone 4

31Si l’on en croit les photos de D. Roué et les marques sur la paroi du rocher, le remplissage sous le surplomb du rocher ouest atteignait entre 70 et 80 cm au-dessus du niveau actuel dans les années 1980. Il ne restait plus que des lambeaux de sédiments en 2015, sous le bloc T, sur moins d’1 m2 (fig. 16). La stratigraphie est composée de six US (fig. 17).

Fig. 16 – Plan du lambeau de niveau fouillé en 2016 en zone 4, entre le rocher ouest et le bloc N, en contrebas du bloc T

Fig. 16 – Plan du lambeau de niveau fouillé en 2016 en zone 4, entre le rocher ouest et le bloc N, en contrebas du bloc T

Un profil est donné de la cuvette découverte, peut-être un foyer en fosse

Relevé H. Gandois, DAO L. Quesnel

Fig. 17 – Zone 4, mars 2015, vue de la coupe en fin de fouille

Fig. 17 – Zone 4, mars 2015, vue de la coupe en fin de fouille

Les galets de silex apparaissent alignés dans l’US 4002

Cliché F. Le Gall

  • L’US 4000 qui surmonte ce lambeau est de nature très organique et meuble, avec de nombreux charbons. Tout ce niveau superficiel était très remanié à cause de l’érosion et le déplacement des sédiments. Nous y avons récupéré des nucléus et des éclats mésolithiques, déplacés d’autres niveaux.
  • L’US 4001 sous-jacente est constituée de limons meubles, de teinte noire, d’environ 10 cm d’épaisseur, où sont associés des éclats de silex et des tessons de poterie de l’âge de Fer, suite au déplacement des sédiments, comme dans le niveau US 4000.
  • L’US 4002 correspond à une accumulation de blocs et nucléus de silex, certains dans une phase initiale du débitage, sous les US 4000 et 4001.
  • L’US 4003 est un niveau de sables et de limons bruns, d’environ 20 cm d’épaisseur, équivalent aux US attribuées ailleurs au Mésolithique (US 3003, 1103 et 1106). Il a livré des éclats et des lamelles de silex mésolithiques.
  • L’US 4004 est constituée de sables bruns avec des cailloutis, qui reposent directement sur le plateau granitique. Il ne contient pas de vestiges du Paléolithique moyen.
  • L’US 4005, incisée dans l’US 4004, est une cuvette dont on ne peut jurer qu’elle était d’origine anthropique, car la zone est en contrebas d’une pente du rocher (sous le bloc T) et ce creusement pourrait résulter de ruissellements. Elle était remplie de charbons de bois tandis que la paroi rocheuse était très marquée par le feu. L’hypothèse d’un foyer en cuvette est, sur ces bases, mieux étoffée. Le remplissage était recouvert par l’US 4003.

Un éclairage supplémentaire sur les dépôts holocènes et leur évolution

Objectifs et présentation de la démarche géoarchéologique (analyse micromorphologique)

32Les recherches géoarchéologiques menées sur l’abri-sous-roche de Roc’h Santeg Leton se sont concentrées dans la partie ouest de la zone 1, secteur présentant les plus fortes concentrations de mobilier lithique attribuées au Mésolithique. La séquence attribuée à l’Holocène (du Mésolithique à la Protohistoire) est ici épaisse d’à peine plus de 20 cm (fig. 13 et 18, tabl. 2). Les questionnements géoarchéologiques visent à caractériser le degré d’anthropisation des enregistrements sédimentaires entre la fin du Paléolithique supérieur et la Protohistoire dans un contexte environnemental où la remontée de la mer conduit à terme à l’insularité de l’îlot de Roc’h Santeg Leton. Il s’agit de préciser le contexte pédologique et de discriminer la part de l’activité humaine dans le processus de formation de la séquence sédimentaire, selon la nature des occupations et les rythmes de passage en lien avec le milieu littoral.

Fig. 18 – Relevé de la partie supérieure de la coupe de la zone 2 (coupe 2 de la fig. 9), au-dessus de la « marche » (limon induré), informant sur les différents états du lœss supérieur

Fig. 18 – Relevé de la partie supérieure de la coupe de la zone 2 (coupe 2 de la fig. 9), au-dessus de la « marche » (limon induré), informant sur les différents états du lœss supérieur

Les US 2010 à 2024 ont été créées pour subdiviser celles utilisées par les archéologues et affiner la description. Les prélèvements sont signalés par la mention PR. La légende des US est donnée dans le tableau 4

Relevé M. Onfray et C. Hamon ; DAO L. Quesnel

Tabl. 2 – Description des niveaux limoneux supérieurs de la coupe principale de la zone 2 par M.-L. Onfray et C. Hamon (voir fig. 18)

Tabl. 2 – Description des niveaux limoneux supérieurs de la coupe principale de la zone 2 par M.-L. Onfray et C. Hamon (voir fig. 18)

M. Onfray

33Les observations et l’enregistrement des dépôts sédimentaires sur le terrain ont conduit à la mise en place d’une stratégie d’échantillonnage en vue d’une analyse micromorphologique (Courty et al. 1989, Stoops et al. 2010, Nicosia et Stoops 2017). Elle s’appuie sur les critères de détermination en lames minces (constituants élémentaires, assemblage, microstructure, traits sédimentaires et pédologiques ; Bullock et al. 1984) qui vise à caractériser la dynamique sédimentaire (Bertran et Texier 1999, Mücher et al. 2010), les conditions de milieu (Wattez et al. 1998), les activités humaines (Gé et al. 1993, Cammas et Wattez 2009) et les processus taphonomiques. Elle s’appuie sur la description d’organisations sédimentaires appelée micro-faciès qui sont définis par une chaîne de caractères relevant d’une combinaison de mécaniques contrôlées par les interactions entre les facteurs naturels et anthropiques (Cammas et Wattez 2009, tabl. 1-2). L’analyse micro-stratigraphique permet de phaser ces microfaciès dans le temps pour reconstituer l’évolution temporelle de l’occupation de l’abri.

Dynamique de formation de la séquence holocène (zone 2)

34L’évaluation précise des altérations post-dépositionnelles a nécessité un relevé plus précis de la partie supérieure des limons qui contenaient les vestiges de l’Holocène. Les US 2000, 2001, 2005 et 2006 décrites plus haut ont été alors subdivisées (fig. 18, tabl. 2). La démarche géoarchéologique fondée sur une analyse de micromorphologie des sols s’est concentrée en deux points du secteur 1. La première séquence est localisée dans la partie ouest de la coupe 4 (carré M18), où l’échantillonnage a porté sur la partie supérieure de la stratigraphie, depuis la transition entre la séquence holocène et la partie supérieure (US 2014) de la période pléniglaciaire-tardiglaciaire (US 2013 et 2012 ; fig. 19, PR 16.4 et PR 16.5). La seconde séquence étudiée est au cœur de la zone 1 (carré L17). Elle comprend l’épisode holocène, contenant le mobilier archéologique, et la transition avec la phase pléniglaciaire-tardiglaciaire, sans vestige archéologique (fig. 20, PR 16.2 et 16.3).

Fig. 19 – Partie ouest de la coupe 4 de la zone 1 avec description de la stratigraphie et localisation des prélèvements en blocs orientés

Fig. 19 – Partie ouest de la coupe 4 de la zone 1 avec description de la stratigraphie et localisation des prélèvements en blocs orientés

DAO M. Onfray

Fig. 20 – Berme témoin conservée au cœur de la zone 1 avec description de la stratigraphie et localisation des prélèvements en blocs orientés

Fig. 20 – Berme témoin conservée au cœur de la zone 1 avec description de la stratigraphie et localisation des prélèvements en blocs orientés

DAO M. Onfray

La partie ouest de la coupe 4 : séquence 1

35La partie supérieure de l’US 2012 correspond à une formation lœssique de limons esquillés légèrement argileux avec quelques sables issus de l’arène granitique, qui est constituée de grandes plages massives bien accommodées (tabl. 3, « microfaciès µf » Ap. 1 ; fig. 19, 21 et 22a). L’intégration de quelques plages de limons lavés souligne le fait qu’elle a subi quelques remaniements post-sédimentaires. La dynamique sédimentaire est rythmée par des apports compris entre 3 et 4 cm d’épaisseur. L’arrêt temporaire de la sédimentation se traduit par un lit de sable grossier anguleux issu de l’arène granitique et des croûtes argilo-poussiéreuses discontinues (tabl. 3 µf Hz.S. 1 ; fig. 21). Des ruissellements de surface sont enregistrés par des griffes d’érosion. La présence de ségrégations ferrugineuses en forte proportion dans la masse sédimentaire souligne des conditions humides temporaires prolongées.

Tabl. 3 – Caractères pédo-sédimentaires des micro-faciès naturels

Tabl. 3 – Caractères pédo-sédimentaires des micro-faciès naturels

M. Onfray

Fig. 21– Mise en séquence de la colonne d’échantillons localisée dans la partie ouest de la coupe 4 (carré M18)

Fig. 21– Mise en séquence de la colonne d’échantillons localisée dans la partie ouest de la coupe 4 (carré M18)

Scan de lames et DAO M. Onfray

Fig. 22 – Photographie des lames-minces de la partie supérieure de la séquence sédimentaire de la zone 1

Fig. 22 – Photographie des lames-minces de la partie supérieure de la séquence sédimentaire de la zone 1

a : formation lœssique chargée en sables grossiers anguleux issus de l’arène granitique (US 2012, MPol, LPNA) ; b : horizon de surface marqué par une croûte texturale argilo-poussiéreuse qui est cassé par une griffe d’érosion en V comblée par des sables grossiers issus de l’arène granitique (US 1113, MPol, LPNA) ; c : développement de la porosité polyconcave conduisant à une microstructure grumeleuse (US 1106, MPol, LPNA) ; d : horizon de surface marqué par une croûte texturale argilo-poussiéreuse (US 1106, MPol, LPNA) ; e : surface d’activité marquée par l’intégration d’un agrégat de limons lavés anguleux (US 1103, MPol, LPNA) ; f : surface d’activité caractérisée par une croûte structurale (US 1103, MPol, LPNA,

Scan de lames et DAO M. Onfray

36La dynamique sédimentaire se poursuit à la base de l’US 2012 par un premier apport colluvial boueux et massif de limons esquillés et peu sableux, fortement enrichis en plages de limons lavés (tabl. 3 µf Ap. 2) puis, par une succession de plus d’une dizaine d’apports d’origine colluviale rythmés de 1 à 2 cm d’épaisseur (fig. 21). Parallèlement à la diminution de l’intensité de l’activité colluviale, la porosité d’origine biologique se développe très légèrement, soulignant l’installation d’une faible couverture végétale discontinue. La stabilité des dépôts est également marquée par la présence de quelques traits d’illuviations argilo-poussiéreux dans la porosité polyconcave. Néanmoins, des ruissellements concentrés lors d’épisodes de pluies sont également enregistrés au niveau des horizons de surface comme l’attestent les nombreuses griffes d’érosion (tabl. 3 µf Hz.S. 2).

37Cette dynamique d’accrétion de colluvions fines issues des formations lœssiques se poursuit également à la base de l’US 2014 que l’on peut corroborer avec l’US 1103 de la séquence située au cœur de la zone 1 (fig. 20 et 23). Les caractères pédo-sédimentaires reconnus pour chacun des apports sont proches de ceux décrits pour l’US 2012 (tabl. 3 µf Ap. 3). Néanmoins, l’évolution du milieu tend à une relative stabilité des dépôts par l’augmentation des revêtements argilo-poussiéreux et le développement de la porosité racinaire associé à des plages excrémentielles de faune de subsurface (enchytréides/oribatides) qui souligne une extension partielle de la couverture végétale (tabl. 3 µf Hz.S. 3). Par ailleurs, les conditions du milieu sont très humides comme en témoignent la masse sédimentaire chargée en imprégnations ferrugineuses, la porosité spongieuse et les quelques fibres végétales en cours de décomposition qui indiquent des engorgements temporaires des sols. De même, les horizons de surface sont également incisés par des griffes d’érosion comblées par des sables grossiers ou des limons argileux qui indiquent des ruissellements concentrés.

Fig. 23 – Mise en séquence de la colonne d’échantillons située au cœur de la zone 1 (carré L17)

Fig. 23 – Mise en séquence de la colonne d’échantillons située au cœur de la zone 1 (carré L17)

Scan de lames et DAO M. Onfray

Le cœur de la zone 1 : la séquence 2

38Les vestiges des occupations mésolithiques ont été identifiés au sein des US 1106 et 1103 dans un contexte où la dynamique d’accrétion sédimentaire ralentit. L’US 1106 est constituée d’une succession de cinq apports d’origine colluviale peu épais (5 à 15 cm d’épaisseur), de courtes distances de limons esquillés fortement chargés en sables grossiers issus de l’arène granitique (fig. 23). Bien que les conditions humides soient toujours persistantes comme le montrent les ruissellements enregistrés au niveau des horizons de surface par la présence de griffes d’érosion comblées par des sédiments fins (fig. 22b), ainsi que la microstructure grumeleuse (fig. 22c), les dépôts sédimentaires deviennent plus stables, comme l’attestent le développement de l’activité biologique et l’installation de croûtes texturales et structurales au niveau des horizons de surface (tabl. 3 µf Hz.S 4, fig. 22d). La formation de ces dernières pourrait résulter du piétinement à l’occasion de l’occupation du site. Les caractéristiques pédo-sédimentaires de l’US 1103 traduisent la poursuite de cette même dynamique sédimentaire, puisqu’elle est constituée d’une accumulation de cinq apports colluviaux peu épais de limons esquillés plus fortement chargés en sables grossiers (tabl. 3 µf Ap. 4, fig. 23). Le sommet de ces apports correspond ici à une surface d’activité structurée par le piétinement comme l’attestent l’intégration d’agrégats anguleux de limons lavés (fig. 22e), la structure lamellaire associée à une fermeture de la porosité grumeleuse et à des croutes structurales plus grandes et plus épaisses (tabl. 3µf Sf.A 1, fig. 22f). En revanche les micro-vestiges sont absents, seule une esquille de silex a été identifiée.

39La transition entre les US 1103 et 1102 se caractérise par une nette troncature de près de 2 cm de profondeur, marquée par une limite quasi-verticale de sables très grossiers et de graviers quartzeux anguleux (fig. 23). Elle est comblée par des agrégats anguleux hétérogènes de limons argileux et de limons lavés, ainsi que des sables grossiers et des graviers en fortes proportions. L’origine naturelle ou anthropique de ces remaniements interroge. Dans l’hypothèse d’une troncature naturelle liée à une érosion, la profondeur et la largeur de l’incision induiraient des conditions très humides à boueuses, or aucun trait sédimentaire correspondant n’a été identifié. Au contraire, le contexte plutôt sec conduit à privilégier l’hypothèse de remaniements d’origine anthropique lors d’une réoccupation du site (tabl. 2). Ceux-ci semblent associés à une accumulation de 1,5 cm environ d’épaisseur de plages de matériaux hétérogènes mélangés à des sables grossiers et des graviers répartis de manière aléatoire, résultant d’un apport volontaire en condition sèche (tabl. 4). Le sommet de cet apport est fortement structuré par les effets mécaniques du piétinement, comme l’attestent l’organisation litée des sables et des graviers et le développement de croûtes structurales. La séquence se poursuit par une succession de deux surfaces d’activité piétinée installées sur des apports latéraux de courtes distances (tabl. 3 µf Ap. 4). Elles sont partiellement colonisées par un couvert végétal bas et des ruissellements concentrés reprennent, comme le montrent les griffes d’érosion. La dynamique d’accrétion d’apports latéraux de courtes distances se poursuit jusqu’en haut de la séquence échantillonnée. Les horizons de surface semblent peu ou pas structurés par le piétinement, excepté l’UMS 2, tandis que la couverture végétale basse tend à se développer progressivement.

Tabl. 4 – Caractères pédo-sédimentaires des micro-faciès anthropiques

Tabl. 4 – Caractères pédo-sédimentaires des micro-faciès anthropiques

M. Onfray

Bilan des dynamiques sédimentaires

40Les résultats de l’analyse micromorphologique permettent de préciser que la partie supérieure de la séquence de lœss (US 2014 et 1013) est constituée de limons argileux intégrant des sables issus de l’érosion de l’arène granitique qui ont été remobilisés sous les effets de l’eau. Si cette remobilisation semble peu intense en bas de séquence (US 2014), elle est par la suite plus marquée par des accumulations répétées. Ces dépôts sont mis en place à l’état boueux, témoignant de milieux très humides. De même, l’absence de traits liés au gel suggérerait que ces dépôts soient datés du début du Préboréal, période qui connaît une augmentation des températures et de l’humidité (Magny et al. 2007). Cette idée est également confortée par les nombreuses griffes d’érosion qui attestent de ruissellements concentrés sur des sols pas ou très peu végétalisés. Aucune trace d’activité humaine n’est ici enregistrée, seuls quelques rares charbons de bois sont identifiés. Les premiers signes de l’activité humaine ont été reconnus à la fouille dans l’US 1106. La diminution de l’alimentation sédimentaire, le développement d’un couvert végétal bas et discontinu, ainsi que la présence de revêtements argileux indiquent une condition de milieu plus stable. La faible structuration des horizons de surface par le piétinement suggère une fréquentation peu intense. Des griffes d’érosion toujours régulières marquent la présence de ruissellements concentrés de surface, qui peuvent conduire à la remobilisation spatiale des vestiges archéologiques, en particulier les microlithes datés du Mésolithique. Ce n’est qu’à partir de l’US 1103 que les premiers signes de l’anthropisation des sols apparaissent avec la formation de surfaces d’activité structurées par le piétinement et l’intégration d’agrégats de limons lavés. Les micro-vestiges sont absents dans cette séquence, ce qui limite l’interprétation de la fonction de l’occupation. Tout comme l’US 1106, la présence de quelques griffes d’érosion au niveau des surfaces d’activité conduit à l’hypothèse d’un déplacement spatial potentiel des plus petites pièces lithiques du fait des ruissellements.

41L’anthropisation des sols se fait plus forte dans la partie supérieure de l’US 1103 par la troncature des surfaces d’activité associée à un apport de matériaux légèrement compactés à son sommet. Ils indiqueraient un aménagement volontaire de l’espace lors d’une des réoccupations du site. Il semble difficile de l’attribuer chronologiquement à la période mésolithique ou à la période néolithique. Les processus d’érosion et d’accumulation résultant de ces remaniements mécaniques profonds ont pu entraîner un mélange et une redistribution du mobilier archéologique des périodes mésolithiques avec ceux des périodes les plus récentes. Pour conclure, l’insularisation de l’abri-sous-roche de Roc’h Santeg Leton au cours de l’Holocène n’est pas perçue à travers la dynamique pédo-sédimentaire.

Temporalités

42L’épaisseur des dépôts sédimentaires en zone 1 est d’un peu plus d’un mètre. La partie basale a pu être établie il y a plus de 100 000 ans à l’Éemien, tandis que le dépôt des limons éoliens est à créditer au Pléniglaciaire, soit il y a 20 000 ans. Le sol tardiglaciaire puis holocène s’est établi sur ces limons très fins. Les occupations humaines y ont été enregistrées à la faveur de la remobilisation de ces sédiments. Mais 20 cm d’épaisseur pour écrire une dizaine de millénaires (davantage encore si l’on tient compte de la composante azilienne détectée en prospections dans la zone 4), c’est fort peu. Cela suffit toutefois à expliquer que l’on a bien deux composantes culturelles principales – gauloise et mésolithique –, mêlées en partie supérieure (US 1101).

43Les enregistrements stratigraphiques de la moitié sud de la zone 1 ont été rabotés par l’érosion, nous privant d’informations sur l’Holocène ancien. Un autre évènement stratigraphique important a été noté dans le sol holocène, sous la forme d’un niveau mince compacté et chargé en petits charbons (US 1102). La lecture microstratigraphique est venue documenter cet évènement, en montrant qu’il existait une troncature sédimentaire entre cette unité stratigraphique et l’unité inférieure (US 1103). Elle pourrait signer un aménagement du site ou, à tout le moins, une certaine intensité des piétinements et de l’occupation. Elle interviendrait après le Premier Mésolithique. Quatre dates par le radiocarbone éclairent un peu la temporalité des occupations dans la partie supérieure de la stratigraphie, au-dessus de cette troncature (tabl. 5). La première, autour de 7590 av. n.è. a été extraite de l’US 1102 et elle est cohérente avec une part du mobilier lithique, celle qualifiée de Premier Mésolithique. On notera que cette qualification est relativement rare dans les datations en Bretagne et correspond souvent au large intervalle 8200-7600 av. n.è. (Marchand et al. 2009, Nicolas et al. 2012). Un plateau majeur dans la courbe de calibration explique cette imprécision, qui affecte particulièrement la compréhension du groupe de Bertheaume. La seconde date est issue d’un foyer en fosse et se place autour de 4700 av. n.è., soit une phase évoluée du Néolithique ancien régional, postérieure aux développements locaux du Villeneuve-Saint-Germain, par exemple à Kervouric (Lannion, Côtes-d’Armor), occupé dans l’intervalle 4900 et 4800 av. n.è. (Juhel 2015). Les deux dernières dates intriguent : la plus ancienne se trouve dans l’intervalle 200-120 av. n.è. et elle est issue d’un charbon de bois à la base d’un foyer (US 1006), tandis que l’autre désigne la phase 155-45 av. n.è., mais provient d’un charbon de bois dans une urne placée elle aussi dans ce foyer. Après calibration à 95,4 % de probabilité, la période s’étalerait de 360 à 0 av. n.è. Une réutilisation de cette structure de combustion est possible, avec un curage partiel des charbons antérieurs. Mais on doit peut-être aussi incriminer la courbe de calibration particulièrement instable et affectée de plusieurs plateaux dans la seconde moitié du 1er millénaire av. n.è.

Tabl. 5 – Dates par le radiocarbone obtenues lors des opérations archéologiques sur le site de Roc’h Santeg Leton en 2015 et 2016

Tabl. 5 – Dates par le radiocarbone obtenues lors des opérations archéologiques sur le site de Roc’h Santeg Leton en 2015 et 2016

G. Marchand

Les occupations du Paléolithique moyen

Origine des pièces lithiques

44La fouille de Roc’h Santeg Leton ainsi que les ramassages de surface effectués lors d’une sortie de terrain en mars 2017 ont permis de recueillir une série de 274 pièces lithiques pouvant être attribuées au Paléolithique moyen (fig. 24). Cet assemblage se compose principalement de débris ou d’esquilles de taille éclatés thermiquement (n = 173), puis de produits de débitage (n = 101). L’ensemble de la série est assez frais, et non émoussé, éolisé ou roulé. Les patines de surface sont absentes, mis à part un éclat laminaire en silex qui présente une patine jaunâtre (fluviatile ?), une lamelle et un petit fragment d’éclat avec une patine blanchâtre. Le reste de la collection est intact.

Fig. 24 – Répartition spatiale des pièces lithiques découvertes en zones 1 et 2

Fig. 24 – Répartition spatiale des pièces lithiques découvertes en zones 1 et 2

Le plan compile toutes les pièces lithiques recueillies lors des fouilles 2015-2016, sans prise en compte de la stratigraphie

DAO G. Marchand

45Tout le mobilier lithique étudié ici provient de la zone 2 et plus précisément des US 2007 (65 % des pièces), 2003 (25 %) et 2000 (7 %, considérés comme remaniés). Seules deux pièces sont issues de la zone 3 (tabl. 6). Les éclats thermiques sont pour la plupart concentrés au sein du carré J15 dans l’US 2007 (84,3 %), mais ils sont également présents dans l’US 2003. La présence d’un reste de foyer en J15 est donc envisageable, même si une possible migration de ces petits éléments brûlés et leur concentration suite au ruissellement ne sont pas à exclure.

Tabl. 6 – Répartition des artefacts de la zone 2 selon leur provenance

Tabl. 6 – Répartition des artefacts de la zone 2 selon leur provenance

A.-L. Ravon

46La répartition du mobilier archéologique parmi les différentes US du site indique une concentration dans les US 2007 et 2003, qui sont donc deux niveaux d’occupation clairement distincts avec des matrices sédimentaires bien différentes. Cependant, le mobilier ne présente pas de caractéristiques différentes au sein de ces deux US. Les deux niveaux d’occupation semblent avoir eu lieu dans un contexte d’accentuation d’un climat froid, s’achevant par un dépôt de lœss qui remanie le sommet des dépôts sous-jacents, ce qui expliquerait la présence de mobilier dans les US 2002, 2001 et 2000. La nature sédimentaire des dépôts, les légères oscillations climatiques mises en évidence par chaque US, l’accentuation du froid, ainsi que la position littorale du site (qui indique un niveau marin plus bas que l’actuel lors de son occupation) nous permettent ainsi de proposer un calage chronologique post-éemien pour cette occupation. En effet, le premier témoin de conditions tempérées interglaciaires conservé sur le site après l’occupation du Paléolithique moyen est l’US 2000, un niveau de sol établi dans un lœss, correspondant au réchauffement holocène.

Les matières premières

47Trois matières premières différentes ont été mises en œuvre : le silex (n = 202), le quartz (n = 70), et le quartzite (n = 1). S’y ajoute un petit galet de microgranite, non taillé, mais qui présente un début de gélifraction. Le silex est donc la matière première la plus mise en œuvre dans cet assemblage et représente 73,7 % des roches utilisées. Toutefois, sur les 202 pièces que comporte cette série, seules 47 sont issues de débitage, le reste étant composé de débris dont les dimensions n’excèdent pas 1,5 cm de longueur, et éclatés thermiquement par une exposition prolongée au feu. Le quartz représente 25,5 % de la série, et est ainsi la deuxième matière première la plus utilisée, après le silex. Sur les 70 pièces en quartz que comporte cet assemblage, 52 sont des produits du débitage, 17 sont des débris de taille ou des petits fragments et enfin un fragment de percuteur complète cette série. Ainsi le quartz semble toutefois davantage mis en œuvre que le silex, si l’on ne prend pas en compte les nombreux petits fragments thermiques. La série en quartz compte ainsi 52 produits de débitage contre seulement 47 pour le silex. Enfin, le quartzite ne comporte qu’une seule pièce, un petit nucléus bifacial. L’étude qui suit porte donc sur 101 artefacts : 53 en quartz, 47 en silex et 1 en quartzite.

Composition de l’assemblage

48Toutes les phases de la chaîne opératoire sont attestées. Les éclats et fragments d’éclats représentent 87,1 % de l’assemblage, suivis par les nucléus (7,1 %) et l’outillage retouché (4,9 %). Seul un percuteur en quartz est référencé au sein de cette série (tabl. 7). La percussion directe dure est de loin la plus employée tandis que les stigmates de la percussion tendre, tant sur le silex que sur le quartz, restent très douteux : en l’absence dans ce corpus de pièces bifaciales aménagées par ce biais, cette technique ne semble pas non plus développée pour la production de support. Les plans de frappe sont parfois préparés par un procédé d’abrasion de la corniche.

Tabl. 7 – Composition de la série lithique attribuée au Paléolithique moyen de Roc’h Santeg Leton

Tabl. 7 – Composition de la série lithique attribuée au Paléolithique moyen de Roc’h Santeg Leton

A.-L. Ravon

49Seuls sept nucléus figurent au sein de l’assemblage : cinq en quartz, un en silex et un en quartzite (tabl. 7). Aucun nucléus Levallois n’a été identifié, mais il est tout à fait probable que le débitage se soit poursuivi après la production d’éclats Levallois jusqu’à épuisement, ou bien que les éclats Levallois aient été introduits sur le site depuis l’extérieur (ce qui semble être le cas pour le silex).

50La quasi-absence de nucléus en silex, par rapport au nombre d’éclats, de fragments d’éclats, ainsi que de débris dans cette matière tend à indiquer que le débitage s’est produit sur place, puis que les nucléus ont été emportés hors du gisement. L’examen des surfaces corticales des silex semble plaider en faveur de deux sources différentes d’approvisionnement : si les petits galets marins sont bien présents, d’autres ne montrent a contrario aucune guillochure ou coup d’ongle en surface, traduisant une origine certainement différente. L’unique nucléus en silex révèle un enlèvement longitudinal unipolaire sur deux faces et n’a pratiquement pas été exploité.

51Le quartz exploité à Roc’h Santeg Leton a lui aussi deux sources différentes et provient surtout de galets côtiers (n = 4) mais aussi de filons (n = 1). Le nucléus unifacial ne possède que deux enlèvements longitudinaux et unipolaires. Deux des nucléus bifaciaux en quartz ont été exploités de manières différentes : le premier a été débité selon une organisation longitudinale unipolaire sur chaque face, avec un total de sept enlèvements ; le second offre un schéma orthogonal sur une face, et longitudinal unipolaire sur l’autre, avec six enlèvements. Il a été impossible de lire le schéma d’organisation du troisième nucléus bifacial en quartz. Un fragment de nucléus, lui aussi bifacial, complète cette série.

52Le nucléus en quartzite est sans aucun doute celui qui a été le plus exploité, avec un total de treize enlèvements sur l’ensemble de ses deux faces, débitées selon un schéma convergent. Il a également été extrait d’un galet et semble avoir été amené à exhaustion, comme en témoignent ses petites dimensions (38 × 32 × 21 mm) ainsi que la faible longueur du plus grand négatif d’enlèvement visible (22 mm). L’absence de produits de débitage ou de débris dans ce matériau suggère soit leur emport hors du site après débitage, soit une conservation différentielle des artefacts (les plus petits éléments ayant pu être lessivés par le ruissellement), soit un mélange de matériels entre les différentes zones. Toutefois, les niveaux du Paléolithique moyen sont encore conservés sur une surface non fouillée de 12 à 20 m2 en zone 1sur le site et peuvent avoir conservé des artefacts en quartzite.

53Les éclats et fragments d’éclats sont principalement en quartz (n = 46), puis en silex (n = 42). Ces deux roches semblent donc avoir été utilisées aussi fréquemment l’une que l’autre pour le débitage. Toutefois, une plus grande variété de méthodes a été mise en œuvre lors du débitage du silex, puisque cinq éclats Levallois, deux éclats lamellaires et un éclat laminaire ont été produits dans ce matériau alors que seul un éclat Levallois a été réalisé en quartz et a d’ailleurs servi de support à la fabrication d’un racloir (tabl. 7). Les éclats non retouchés en quartz ont des dimensions légèrement supérieures à celles des éclats en silex (tabl. 8), pour un nombre de négatifs d’enlèvements restants inférieur (1,8 en moyenne pour le quartz, 2,5 pour le silex), traduisant une exploitation plus poussée du silex par rapport au quartz. Leur forme générale est peu variable : principalement pentagonale (n = 42), trapézoïdale (n = 5), hexagonale (n = 2), triangulaire (n = 1) ou ovale (n =1). L’examen des talons fait ressortir une nette prépondérance des surfaces lisses (n = 21) sur les surfaces corticales (n = 8). Les talons sont ensuite punctiformes (n = 6), linéaires (n = 5), dièdres (n = 4) et facettés (n = 3).

Tabl. 8 – Dimensions moyennes des éclats entiers en silex et quartz

Tabl. 8 – Dimensions moyennes des éclats entiers en silex et quartz

A.-L. Ravon

54L’observation de l’organisation des enlèvements sur la face supérieure des éclats non retouchés reflète la difficulté de lire les directions d’enlèvement sur le quartz, mais également une gestion sensiblement différente des deux matériaux : le silex semble être mis en œuvre de façons plus variées que le quartz (tabl. 9), confirmant ce qui a pu être noté auparavant.

Tabl. 9 – Organisation des enlèvements en face supérieure des éclats non retouchés

Tabl. 9 – Organisation des enlèvements en face supérieure des éclats non retouchés

IND : indéterminée ; LU : longitudinale unipolaire ; CTX : corticale ; LB : longitudinale bipolaire ; OR : orthogonale ; CONV : convergente ; 3DIR : 3 directions ; TU : transversale unipolaire ; TB-DIV : transversale bipolaire divergente.

A.-L. Ravon

55Le nombre de négatifs d’enlèvements en face dorsale est assez peu variable : si on en décompte entre 0 et 9, avec une moyenne de 2,2, la plupart se concentrent entre 1 et 3, avec un fort nombre d’indéterminés (fig. 25). Plusieurs entames ont été identifiées. Les supports retouchés sont quasi exclusivement en silex (n = 4) et seul un racloir sur éclat Levallois en quartz complète cette catégorie (fig. 26, no 7) Ainsi, si le quartz et le silex sont presque débités à parts égales, le silex reste le support le plus transformé. Les outils retouchés (n = 5) se composent de quatre racloirs et d’une pièce aux retouches irrégulières. Les racloirs sont droits et retouchés sur une seule face.

Fig. 25 – Roc’h Santeg Leton. industries du Paléolithique moyen

Fig. 25 – Roc’h Santeg Leton. industries du Paléolithique moyen

Répartition du nombre de négatifs d’enlèvements visibles en face dorsale des éclats non retouchés

DAO A.-L. Ravon

Fig. 26 – Roc’h Santeg Leton, industrie lithique du Paléolithique moyen

Fig. 26 – Roc’h Santeg Leton, industrie lithique du Paléolithique moyen

1-2 : éclats Levallois en silex ; 3 : éclat laminaire en silex ; 4-5 : éclats lamellaires en silex ; 6 : racloir à retouche inverse sur éclat Levallois en silex ; 7 : racloir sur éclat Levallois en quartz

Dessins et DAO A.-L. Ravon

Proposition d’attribution typo-chronologique

56Cette petite série présente des caractères typo-chronologiques assez forts, comme une utilisation de la méthode Levallois assez bien marquée, l’absence de denticulés, de macro-outillage et d’outils bifaciaux, et enfin la mise en œuvre de silex et de quartz à parts presque égales. La méthode Levallois n’apparaît qu’à la toute fin du MIS 7 dans la région (Ravon 2017, Ravon et Laforge 2017, 2019), sur le site de Piégu (Pléneuf-Val-André, Côtes-d’Armor). Elle ne se généralise ensuite qu’au cours du MIS  6, jusqu’à la fin des MIS 4 et 3. L’utilisation bien maîtrisée de cette méthode à Roc’h Santeg Leton plaide ainsi en faveur d’une phase plutôt récente du Paléolithique moyen, tout comme l’utilisation de silex et de quartz renvoie aux concepts de complémentarité et de supplémentarité mis en évidence au cours de la phase récente du Paléolithique moyen dans le Massif armoricain (Huet 2006). L’absence de macro-outillage permet également d’évincer une datation trop ancienne, car les choppers et chopping-tools disparaissent des séries lithiques bretonnes dès la phase ancienne du Paléolithique moyen, à la fin du MIS 7 (Ravon 2017). Enfin, l’absence de bifaces, d’outils à retouches bifaciales envahissantes et d’outils sur supports bifaciaux permet d’exclure une appartenance au groupe moustérien à outils bifaciaux (Bourdin-Launay 2006). Tous ces éléments indiquent plutôt une occupation datant de la phase récente du Paléolithique moyen, soit pendant le MIS 5 (5d/5a), soit durant le Weichselien récent (MIS 4 à 3). L’implantation littorale du site de Roc’h Santeg Leton pourrait laisser penser à un calage chronologique dans le seul MIS 5, si l’on considère que les occupations du MIS 4 et 3 prenaient davantage place dans l’intérieur des terres, notamment sur de grands gisements de matières premières comme le grès lustré (groupe du Bois-du-Rocher ; Cliquet et Monnier 1993). Mais, évidemment, le risque de raisonnement circulaire est important et il est préférable de rester prudent et de ne pas utiliser ces arguments géographiques dans le raisonnement chronologique.

Les occupations du Mésolithique

Organisation spatiale des occupations mésolithiques

57Sous une troncature sédimentaire très manifeste, tant sur le terrain qu’en lames minces, se développait un niveau attribué au Mésolithique, composé de deux unités superposées, les US 1103 et 1106. La base de l’US 1103 a été définie par la partie inférieure des pierres, qui semble constituer un moment de stabilisation de la sédimentation et une surface de fonctionnement (ou de circulation ; fig. 27-28). Les tessons protohistoriques sont presque absents et, en tout état de cause, ils peuvent être considérés comme des intrus. On notera la présence d’un bloc granitique de 65 cm de long pour 25 cm d’épaisseur, à cheval sur les carrés M15 et N15, posé sur sa face plane à la surface de l’US 1103. Soit il est tombé du sommet du rocher sud, soit il a été ramené par des humains à des fins d’organisation de leur habitat. Le creusement d’une cuvette (US 1105) et son remplissage (US 1104) ont été détectés dans l’US 1103 (Fy 1104 – carré M16), mais il est possible qu’il ait été creusé à l’origine un peu plus haut, justement dans ce niveau de remaniement (US 1102). Le creusement prend une forme grossièrement quadrangulaire (70 × 70 cm), avec une profondeur de 15 cm et une forme en bol (fig. 29). Il était rempli de charbons et de cendres, et bordé de blocs de granite rubéfiés dans sa partie est, avec un pendage très marqué vers l’ouest et non pas exactement vers le centre de la structure. Le charbon daté provenait de la partie médiane du foyer ; le résultat de la date a fait apparaître une composante jusque-là inconnue sur ce site, la fin du Néolithique ancien ou le début du Néolithique moyen 1 régional, dans l’intervalle 4770-4610 av. n.è.

Fig. 27 – Surface de l’US 1103, premier niveau attribué au Mésolithique, vue du nord

Fig. 27 – Surface de l’US 1103, premier niveau attribué au Mésolithique, vue du nord

Un bloc granitique de 65 cm de long pour 25 cm d’épaisseur est posé sur sa face plane à la surface du sol

Cliché G. Marchand

Fig. 28 – Base de l’US 1103 (niveau mésolithique)

Fig. 28 – Base de l’US 1103 (niveau mésolithique)

DAO G. Marchand, P. Olmos Benlloch et L. Quesnel

Fig. 29 – Foyer en cuvette Fy-1104 creusé dans l’US 1103, zone 1, carré M 16

Fig. 29 – Foyer en cuvette Fy-1104 creusé dans l’US 1103, zone 1, carré M 16

En haut à gauche : fouillé dans sa moitié sud ; en haut à droite : coupe du foyer ; en bas : fouille définitive

Cliché G. Marchand

58L’US 1106 présente moins de pierres granitiques éparses que le niveau supérieur (fig. 30-31). C’est à ce niveau qu’apparaissent les trois cuvettes numérotées par leur remplissage (US 1107, 1109 et 1111). On pourrait, à partir de ces trois points, imaginer les points d’appui d’une paroi fragile, inclinée vers la paroi du rocher ouest : mais, sans calage, cette hypothèse ne dispose d’aucun élément de démonstration. Le foyer a été vidé à ce niveau (il s’imprime aussi donc dans les US inférieures). Cette unité stratigraphique ne contient plus que des éléments lithiques, parmi lesquels un triangle scalène de grandes dimensions, avec des troncatures convexes. On a également un fragment de molette en granite, chose plus intrigante pour un niveau mésolithique car on les connaît d’ordinaire au Néolithique ou à la Protohistoire. Une enclume sur galet de granite doit être signalée en N16. Ces deux macro-outils apparaissaient déjà dans l’US 1103 sus-jacente.

Fig. 30 – Vue générale de la fouille à la base de l’US 1106 (niveau mésolithique inférieur), avec le foyer 1104 et les cuvettes 1107, 1109 et 1111 vidées

Fig. 30 – Vue générale de la fouille à la base de l’US 1106 (niveau mésolithique inférieur), avec le foyer 1104 et les cuvettes 1107, 1109 et 1111 vidées

À gauche de l’image, on peut voir la fosse du foyer 1004 imprimée dans les limons lœssiques indurés et ravinés

Cliché G. Marchand

Fig. 31 – Base de l’US 1106 (niveau mésolithique)

Fig. 31 – Base de l’US 1106 (niveau mésolithique)

DAO G. Marchand, P. Olmos Benlloch et L. Quesnel

59En zone 1, près de la moitié de l’industrie lithique provient de l’US supérieure remaniée (31 %), 8 % ont été découvert dans l’US 1102. Les deux niveaux du Mésolithique regroupent 39 % (US 1103) et 19 % (US 1106) des pièces lithiques, soit 301 éléments. La répartition horizontale de l’industrie lithique ne montre pas de concentration particulière d’outils ou d’amas de débitage (fig. 24). Il y a en revanche une augmentation progressive de leur nombre à mesure que l’on va vers l’ouest et l’abri-sous-roche : si, en US 1103, les pièces sont assez bien réparties dans l’espace (avec tout de même 23 % des pièces issues de la couche dans le carré N16), dans l’US inférieure, 1106, l’industrie lithique est clairement regroupée dans les carrés M17 (45 % des pièces de cette US), N17 (20 %) et N16 (14 %). Cela donne une idée de ce que l’éradication du remplissage de l’abri-sous-roche nous a fait perdre ! Une composante du Second Mésolithique est observée (trapèzes symétriques) et une autre du Premier Mésolithique (lamelles étroites à bord abattu), mais on ne peut les séparer en stratigraphie. Aucun élément caractéristique du Néolithique n’a été en revanche détecté, mais les pièces esquillées et les fragments de molette sont des types d’outil ambigus, peu représentés d’ordinaire au Mésolithique. Pour l’essentiel, les tessons, tous protohistoriques, proviennent de la zone 1 (95 %) et leur répartition montre des concentrations qui correspondent à des fracturations en place.

Les industries lithiques

Caractères généraux

60Même si 58 % du mobilier lithique de la zone 1 provient des deux unités stratigraphiques en place (US 1103 et 1106), il est impossible d’en livrer une étude systémique, l’examen typologique ayant révélé d’emblée l’association de composantes du Premier et du Second Mésolithique, ce qui signifie un étalement chronologique de deux millénaires. Sur les 651 pièces de la série trouvée dans les fouilles des limons holocènes (zones 1 et 3-4 ; tabl. 10-11), il y a seulement 41 outils en silex et 1 en quartz. Si l’on concentre le discours sur les deux unités proprement mésolithiques (US 1103 et 1106), il y a 301 pièces lithiques, dont 285 pièces débitées, avec 22 outils en silex. Cette dernière matière représente 95,5 % de cette partie de la collection, avec 3,5 % seulement au quartz (galets) et 1 % de roches non identifiées. Les galets de silex d’origine côtière ont des petites dimensions – d’ordinaire jusqu’à 12 cm – que leurs convexités et certains angles aigus rendent aisés à entamer et débiter. Certains d’entre eux s’avèrent être gélifs, mais la plupart sont des matières homogènes et de bonne qualité. Toutes les surfaces débitées sont recouvertes par un voile blanc, voire une patine plus prononcée pour les pièces du Paléolithique. Les macro-outils sont au nombre de 16 dans les US 1103 et 1106. Il s’agit de galets de quartz percutés rapidement pour une production lithique probable et de galets fracturés de manière longitudinale.

Tabl. 10 – Décompte de l’industrie lithique des unités stratigraphiques de l’Holocène (zones 1 et 3-4)

Tabl. 10 – Décompte de l’industrie lithique des unités stratigraphiques de l’Holocène (zones 1 et 3-4)

G. Marchand

Tabl. 11 – Classement typologique des outils des niveaux holocènes (zones 1 et 3-4)

Tabl. 11 – Classement typologique des outils des niveaux holocènes (zones 1 et 3-4)

G. Marchand

Le Premier Mésolithique

61Le Premier Mésolithique est attesté par des armatures et par des nucleus aux caractères désormais bien identifiés à l’échelle régionale (fig. 32-34). Dans la fosse contenant un dépôt de patelles, attribué au second âge du Fer (L17, US 3002), une pointe à deux bords abattus et base oblique retouchée a été découverte (fig. 33, no 1). Mesurant 16 × 5 mm, elle est réalisée sur une lamelle en silex et a été très affectée par des impacts thermiques. Trois lamelles étroites à un bord abattu, larges de 3 à 5 mm, ont aussi été trouvées, soit en place dans la zone 1 (M16, US 1103A), soit en position secondaire dans la zone 4 (US 4005), soit en place dans la rectification de la coupe principale (US 2000). Ces armatures de petites dimensions sont caractéristiques du groupe de Bertheaume (Kayser et al. 1990, Blanchet et al. 2006, Nicolas et al. 2012). Une armature plus étonnante doit être signalée en N17, US 1106, qui ne rentre dans aucune case typologique jusque-là définie (fig. 32, no 4). Il s’agit d’une lamelle semi-corticale, dont le talon lisse et abrasé a été préservé comme une sorte de base. Le bord gauche cortical a connu des retouches abruptes directes, avec une délinéation selon trois axes différents, ce qui entraîne une forme anguleuse de ce bord abattu continu. Une ligne de retouches partielles directes rectifie la partie proximale du bord opposé. Longue de 21 mm pour une largeur de 7 mm, cette « lamelle à dos » est assurément une armature particulière, peut-être mésolithique. À la base du remplissage de l’abri-sous-roche (zone 4), on doit signaler un autre outil original, une sorte de pic sur éclat cortical épais, mis en forme par deux faces retouchées, avec une pointe écrasée par l’usage (fig. 33, no 6). Dans une région où le macro-outillage est si rare (Marchand et al. 2019), on peut trouver une comparaison dans l’abri-sous-roche de Pont-Glas (Marchand et al. 2017) et dans le Retzien de Loire-Atlantique (Marchand 1999, p. 137). À Roc’h Santeg Leton, il pourrait s’agir d’un outil de fortune, récupérant de manière opportune un nucleus à éclats. On décrira dans la même unité un éclat à troncature convexe, outil assez ubiquiste cette fois dans le Mésolithique de Bretagne (fig. 33, no 5).

Fig. 32 – Roc’h Santeg Leton, outils lithiques de la zone 1 (silex)

Fig. 32 – Roc’h Santeg Leton, outils lithiques de la zone 1 (silex)

1 : éclat retouché ; 2 : monotroncature ; 3 : trapèze symétrique ; 4 : « lamelle à dos » ; 5 : fragment proximal de lamelle à dos ; 6 : perçoir sur éclat semi-cortical ; 7-9 : pièces esquillées (no 7 sur un cristal de quartz)

Dessins G. Marchand

Fig. 33 – Roc’h Santeg Leton, outils lithiques en silex des zones 2 (no 1, 3 et 4) et 4 (no 3, 5 et 6)

Fig. 33 – Roc’h Santeg Leton, outils lithiques en silex des zones 2 (no 1, 3 et 4) et 4 (no 3, 5 et 6)

1 : pointe à deux bords abattus et base retouchée ; 2-3 : fragments de lamelle à dos ; 4 : trapèze symétrique ; 5 :  troncature oblique sur un éclat semi-cortical à néo-crête (pointe cassée) ; 6 : pic sur éclat cortical épais, mis en forme par deux faces retouchées, avec une pointe écrasée par l’usage

Dessins G. Marchand

Fig. 34 – Roc’h Santeg Leton, nucleus de l’US 1106 (zone 1)

Fig. 34 – Roc’h Santeg Leton, nucleus de l’US 1106 (zone 1)

1 : nucleus discoïde à éclats ; 2 : nucleus unipolaire sur éclat cortical épais (la face inférieure de l’éclat sert de plan de frappe)

Dessins G. Marchand

62Des nucleus témoignent des principes volumétriques caractéristiques du Premier Mésolithique régional, avec notamment une exploitation unipolaire et semi-tournante, avec une abrasion plus ou moins fine de la corniche et un débitage au percuteur direct dur sur des plans de frappe lisses (fig. 34). Certains profitent d’un éclat cortical épais, la face inférieure servant alors de plan de frappe pour un débitage périphérique (fig. 34, no 2), une modalité bien décrite désormais dans les industries du groupe de Bertheaume, notamment dans le sud de la région (Nicolas et al. 2012). En fin d’exploitation, ces nucleus mesurent entre 30 et 40 mm de long et visent la production d’éclats corticaux aussi longs que larges, compris entre 10 et 15 mm (fig. 34). Cette production des plus parcimonieuses ne doit pas être rapportée à une pénurie de matériaux, mais à des principes plus largement partagés dans tout le Premier Mésolithique.

Le Second Mésolithique

63Le Second Mésolithique est attesté par trois trapèzes et une petite pièce à troncatures concaves trouvée en L17 (US 1101), dont la petite base est cassée ainsi qu’une de ses pointes (fig. 32, no 3). En M17 (US 1103A), une troncature concave à retouches abruptes a été implantée sur une de lamelle régulière à trois pans, au profil très convexe, en opposition avec l’extrémité naturelle distale du support (fig. 32, no 2). La silhouette de cette monotroncature et son support très régulier sont compatibles avec une attribution au Second Mésolithique. Enfin, lors d’une rectification de coupe en zone 2 (US 2000), un autre trapèze symétrique à troncatures concaves a été découvert. On signalera aussi un perçoir sur éclat cortical (fig. 32, no 6), qui évoquerait aussi bien les types mésolithiques que néolithiques dans la région. Il n’y a pas, en revanche, d’éléments caractéristiques dans le débitage, comme les lamelles régulières ou l’usage de la percussion indirecte, mais l’échantillon est restreint.

Pièces esquillées et débitage sur enclume

64On doit mentionner ici cinq pièces esquillées dont quatre proviennent de l’US 1101 (fig. 32, no 7-9). Ce type d’outil a posteriori résulte de l’usage d’un éclat comme d’un coin à fendre, les percussions répétées engendrant une forme quadrangulaire et des multiples négatifs d’enlèvements vibrés. L’une d’elles utilise un éclat de quartz. Ce sont des outils presque absents du Mésolithique régional, mais fort communs au Néolithique. Un nucleus percuté sur enclume dans l’US 1101 doit aussi être signalé.

65Enfin dans le carré N17 (US 1103B), une enclume sur galet ovoïde de granite entier (12,6 × 86 × 5,5 cm ; 829 g) présente une face supérieure plane émoussée et porte une cupule oblongue de fines percussions vers son extrémité (fig. 35). La cupule peu profonde est formée d’une série d’impacts punctiformes, distribués de façon linéaire et associés à une incision tranchante en fond de cupule. Microscopiquement, les grains bien individuels sont microfracturés et présentent des microstries d’égrisage attestant du contact avec une matière minérale. Son extrémité opposée porte une série d’impacts circulaires, moins denses, qui témoignerait d’un usage alternatif comme percuteur. D’après les critères proposés dans Donnart et al. 2009, la localisation des plages actives aux deux extrémités d’une face plane sur un galet ovoïde allongé d’une quinzaine de centimètres de long, préhensible à une main, suggère son usage comme enclume, potentiellement pour le débitage lithique. Sur la foi de ces objets percutés sur enclume ou utilisés en percussion bipolaire, un passage au Néolithique est donc éventuellement possible, sans que l’on puisse davantage appuyer la démonstration. En effet, O. Rault avait montré un mode de percussion identique dans l’industrie téviecienne de Beg-an-Dorchenn (Plomeur, Finistère ; Rault 1992), pratique jusque-là cantonnée à ce site.

Fig. 35 – Roc’h Santeg Leton, enclume sur galet ovoïde de granit du Second Mésolithique (carré N17 US 1103B)

Fig. 35 – Roc’h Santeg Leton, enclume sur galet ovoïde de granit du Second Mésolithique (carré N17 US 1103B)

Dessin et cliché C. Hamon

En zone 4, une « cache » de galets de silex ?

66La fouille de ce lambeau de niveau archéologique dans l’abri-sous-roche sur la zone 4 a permis d’exhumer 18 blocs de silex taillés dans l’US 4002 (voir supra, fig. 17). Il s’agit d’une véritable accumulation d’origine anthropique, que l’on pourrait assimiler à une « cache » de blocs à débiter, en grande majorité dans une phase initiale de la production. Aucun d’entre eux n’est affecté par la chauffe ou le feu. D’une longueur maximale de 5 à 8 cm, ces galets testés portent un ou deux coups au percuteur dur, donnés sur une surface corticale, avec un ou des enlèvements sur une table en général étroite. Il n’y a pas de critères dimensionnels particuliers pour cette première phase (tabl. 11-12). Le paramètre d’implantation le plus important pour cette entame est un angle de 70° environ entre la future table et le plan de frappe, qui permet d’extraire un éclat épais et d’évaluer la qualité du matériau. Dans la plupart des cas, l’abandon n’est pas consécutif à une mauvaise qualité, mais davantage à une mise en réserve.

Tabl. 12 – Dimensions des onze blocs testés de l’US 4002

Tabl. 12 – Dimensions des onze blocs testés de l’US 4002

L’orientation est donnée par l’axe de la table. La longueur est celle de l’axe de la table (c’est-à-dire la surface de débitage potentiel) ; la largeur est celle de la table ; l’épaisseur correspond à un axe orthogonal au plan de la table

G. Marchand

67Trois nucleus au débitage peu développé témoignent de la suite du processus, dans un enchaînement assez logique. Le débitage reste unipolaire et s’étend peu sur les flancs. Ils mesurent respectivement 47,5 × 37 × 33,5 ; 49 × 53,2 × 40,1 et 61 × 57, 3 × 34, 5 mm. Leur plan de frappe est cortical dans deux cas et facetté à partir de la table pour l’un d’entre eux. Cette fois, l’arrêt des opérations est lié à des inclusions rédhibitoires dans la matière. Deux autres nucleus sont à rattacher à des phases plus avancées de débitage. Le premier mesure 34,4 × 25,5 × 27,80 mm. Il porte deux tables lamellaires orthogonales, avec pour chacune un débitage envahissant peu les flancs. L’abrasion intense de la corniche est à noter, au service d’un percuteur dur. Les plans de frappe sont lisses. Les produits escomptés étaient des lamelles courtes (inférieures à 30 mm), larges (une dizaine de millimètres), aux nervures régulières. Parmi les trois galets fendus, deux remontent entre eux pour former le volume initial : c’est un galet de 66,6 mm de long sur 64,4 mm de large à la matière trop gélive pour prolonger l’exploitation. Le second nucleus est de forme grossièrement parallélépipédique, quatre tables se recoupant à peu près de manière orthogonale. Ses faibles dimensions (31 × 25 × 20 mm) témoignent également de cette phase terminale. L’exploitation au percuteur dur également est moins soigneuse que pour le précédent volume ; il s’agit d’une fin d’exploitation pour l’obtention d’éclats minces de 20 mm de longueur, sans abrasion de la corniche, en enchaînant des tables plates orthogonales aux précédentes.

68Cette concentration de blocs tout juste testés n’est absolument pas usuelle dans le contexte mésolithique régional et témoigne d’un comportement d’accumulation à l’écart des plages et des cordons de galets pour un débitage ultérieur (qui évidemment n’a pas eu lieu). Il faut bien admettre que ce genre de comportement est compliqué à identifier et dater, lorsqu’il intervient hors d’un habitat fouillé. De telles pratiques ont été aussi identifiées pour le Paléolithique, que ce soit comme réserve de matière ou comme dépôts (ou cachettes) de pièces terminées (Groenen 1996).

Complément d’enquête : le mobilier lithique découvert en surface

69Riche de 176 pièces lithiques (4 éclats de quartz, le reste en silex), cette série provient des ramassages en coupe et en surface depuis 1985. Les découvertes de surface avaient fait l’objet d’une étude inédite en 1999 de P. Gouletquer, qui s’accompagnait de dessins (fig. 36). Plusieurs composantes culturelles et chronologiques sont perceptibles dans ce mobilier examiné à nouveau pour notre étude, ce qui rend non pertinent une analyse systémique. Les éléments marquants sont décrits ci-après. Parmi les 16 nucleus, on distingue deux nucleus à lamelles, à exploitation unipolaire, circulaire pour l’un, semi-tournant pour l’autre. Les supports de ces nucleus étaient peut-être des éclats, mais l’exploitation en a gommé les traces. Les plans de frappe sont lisses et les corniches soigneusement abrasées ; un percuteur dur a servi à l’obtention des produits. Ceux-ci mesuraient 8-9 mm en phase terminale. Ces nucleus atteignent 31,5 et 29 mm dans leur plus grande longueur (c’est aussi la dimension de la table). Ils s’intègrent bien à une production du Premier Mésolithique, ce qui est cohérent avec la présence d’un triangle scalène étroit, latéralisé à gauche, dessiné par P. Gouletquer (fig. 1, sans numéro, en bas à gauche). Il y a treize outils, dont trois armatures et trois outils aménagés. Parmi les armatures, une pointe azilienne est à noter (fig. 36, no 2), qui avait été d’ailleurs publiée par M. Le Goffic en 2011. Son extrémité apicale correspond à la partie proximale de la lamelle support (à deux ou trois pans) ; on distingue d’ailleurs encore la présence du bulbe malgré la retouche. Cette pièce porte des traces d’usage et des esquillements, mais elle n’est pas cassée. À l’autre extrémité, une fine retouche directe forme un arrondi. Le bord abattu est réalisé par retouches abruptes directes, sauf au milieu de la pièce, dans sa plus grande largeur, où un pan brut abrupt est à noter. Cette monopointe est latéralisée à gauche et mesure 35 mm de long, 10,5 mm de large et 3 mm d’épaisseur. Elle peut être assignée sans aucune ambiguïté à l’Azilien (Marchand et al 2004).

Fig. 36 – Croquis des outils de Roc’h Santeg Leton par P. Gouletquer (échelle 1/1)

Fig. 36 – Croquis des outils de Roc’h Santeg Leton par P. Gouletquer (échelle 1/1)

Gouletquer 1996, « fichier Gouletquer »

70Un fragment de trapèze est également à noter. Une de ses extrémités apicales est cassée : il devait mesurer 13 mm de long (si on prolonge les bords) pour 9 mm de large et 1,7 mm d’épaisseur (la petite base mesure 3,9 mm). Le support est une lamelle à quatre pans. Une des troncatures est directe abrupte, mais l’autre est inverse abrupte : cette dernière orientation des retouches est extrêmement rare parmi les trapèzes du Téviecien en Bretagne. L’outillage aménagé comprend une troncature transverse rectiligne sur l’extrémité distale d’une lame régulière à trois pans. Les bords portent de nombreuses traces d’usage (esquillements, usures ; fig. 36, no 4). L’outil mesure 27 × 15 × 5,3 mm. Un fragment d’éclat à troncature (no 6) et un fragment d’éclat denticulé (no 7) complètent le tableau. Les outils a posteriori comprennent trois pièces esquillées, trois éclats à fil ébréché (no 3-5) et une lamelle à fil ébréché (no 8).

Les occupations du second âge du Fer

La structure de combustion gauloise

71La fouille du carré M12 lors de la campagne 2015 avait permis d’identifier les traces d’une structure de plan circulaire (US1004 ; fig. 37). Il s’agit d’une fosse légèrement ovale d’environ 45 cm de long pour 30 cm de large. Profonde de 10 cm, elle fut creusée aux dépens des lœss indurés (US 1003), puis ses bords furent entourés de petits blocs de granite placés de chant. La fosse présente une ouverture dans le bord allongé au sud-est, qui configure une sorte de tunnel latéral creusé dans le lœss de l’US 1003 et, à son tour, rempli de charbons. Un vase entier était posé sur le fond, à proximité d’une des parois, puis la structure avait été remplie d’un lit de charbons de bois sur une épaisseur de 10 à 20 cm. Une analyse anthracologique préliminaire de D. Marguerie réalisée en 2015 montre une formation de cette couche à partir de branches et de brindilles carbonisées, ayant d’un à trois ans et une couverture végétale de genêts, bruyères et chênes, ce qui est très cohérent avec ce que l’on sait du fort développement de la lande régressive anthropique de cette période en Bretagne (Van Beek et al. 2018). La question des deux dates par le radiocarbone a été évoquée plus haut.

Fig. 37 – Structure de combustion gauloise (US 1004) avec ses pierres de chant et l’évent latéral (à gauche sur l’image)

Fig. 37 – Structure de combustion gauloise (US 1004) avec ses pierres de chant et l’évent latéral (à gauche sur l’image)

L’US 1003, dans laquelle la fosse est creusée, est ravinée par l’érosion

Cliché P. Olmos Benlloch

72La principale hypothèse fonctionnelle est celle d’une structure de combustion, soutenue par la grande quantité de charbons trouvée à l’intérieur et par la présence d’un tunnel qui aurait pu servir pour alimenter le feu. En même temps, la découverte d’un pot à anses entier déposé à l’intérieur du foyer permet de supposer un mode de cuisson avec la suspension du vase au-dessus des flammes (Daire et Hamon 2013, p. 139). Cette structure était totalement couverte par l’US 1002, ce qui a permis de bien la protéger des aménagements modernes sur l’île. Les blocs latéraux qui entourent la fosse étaient recouverts d’autres blocs de granite déplacés, mais qui pouvaient faire partie de l’agencement original. Parmi les blocs, il faut souligner la collecte dans la partie sud de la couche, d’un fragment de meule en granite.

La céramique du second âge du fer

73Le mobilier étudié pour cette campagne de fouilles s’insère parfaitement dans les contextes déjà définis lors de prospections pédestres et de sondages (Le Goffic 2011, Olmos Benlloch et al. 2015). Un total de cinq individus a été reconnu (nombre minimum d’individus [NMI]), pour 234 tessons, dont 223 restes (nombre de restes [NR], soit 95 % du lot) proviennent de la zone 1, partie identifiée comme habitat protohistorique (fig. 38). Quatorze fragments sont des lèvres, six des bases, cinq tessons présentent un décor et deux sont des départs d’anses ou d’excroissances. Ces tessons sont principalement à pâte brune sableuse, avec un dégraissant fin (moins de 1 mm) quartzeux avec quelques inclusions de mica, qui dénoterait une cuisson majoritairement en atmosphère réductrice. Aucun tesson ne montre des traces de montage au tour. Il est cependant à regretter la fragmentation générale du lot (la plupart des tessons ne faisant pas plus de 2 cm), qui ne permet pas une bonne observation et une identification formelle des céramiques. Seuls cinq tessons sont clairement individualisables à partir des quatorze fragments de bords découverts, certains appartenant au même vase, les autres étant trop fragmentés pour autoriser leur attribution à une ou plusieurs céramiques.

Fig. 38 – Céramiques de l’âge du Fer de Roc’h Santeg Leton

Fig. 38 – Céramiques de l’âge du Fer de Roc’h Santeg Leton

En haut, gobelet à lèvre en bourrelet (dessin et DAO C. Martin) ; à gauche, céramique présentant de l’hématite en surface (cliché J. Jacquier) ; à droite, tessons décorés au poinçon ; a : découvert durant la fouille de 2016 ; b : découvert en prospection

DAO C. Martin et P. Olmos Benlloch ; Olmos Benlloch et al. 2015

74La majorité de ce mobilier est attribuable au début/milieu du second âge du Fer (Daire 1992, D’Anna et al. 2003). Les formes s’intègrent dans le contexte armoricain pour cette période, comme un gobelet à lèvre en bourrelet avec une forme plutôt droite, légèrement ouverte et probablement haute, découvert dans l’US 4003N-1 (fig. 38 ; Daire 1992). La mise au jour au sein de l’US 1101 d’un fragment avec une enduction de graphite, décor typique du second âge du Fer dans le contexte armoricain, renforce cette datation, tout comme les trois tessons de l’US 4003 enduits d’hématite sur la surface externe (fig. 38, gauche ; Daire 1992). À noter qu’un fragment de panse découvert dans l’US 1100 possède un décor estampé au poinçon présentant un « motif élémentaire dériv[ant] de la croix de Saint-André » (Le Goffic 2011, p. 177) apparu dans la région dès le ve siècle av. n.è. (fig. 38a). Il est semblable au tesson découvert par D. Roué lors de prospections pédestres (fig. 38b).

75Enfin, bien qu’un foyer néolithique ait été découvert durant cette campagne de fouille, aucun fragment de céramique n’est actuellement rattachable à cette période. Il faut également remarquer une absence de tessons de céramiques datables de l’Antiquité, ainsi que de mobilier romain (type amphore italique), ce qui dénote l’abandon du site avant la conquête romaine.

Le macro-outillage de l’âge du Fer

76Six macro-outils ou éléments anthropiques ont été identifiés (fig. 39). Il s’agit globalement d’outils sur galets de granit, très peu investis. D’utilisation occasionnelle, ils sont principalement employés pour des actions ponctuelles de broyage ou de percussion. L’altération des surfaces a limité les observations pour la plupart des pièces.

Fig. 39 – Macro-outillage gaulois de Roc’h Santeg Leton

Fig. 39 – Macro-outillage gaulois de Roc’h Santeg Leton

a : table de broyage sur bloc de granit (carré L17, US 1100), b : outil de mouture sur galet de granite (carré 11, US 1000), c : broyeur-percuteur sur galet de granite (carré M12, FY1004)

Dessin et cliché C. Hamon

77Dans l’US 1100 (carré L17), une table de broyage a été confectionnée sur un bloc de granite entier (12,5 × 21 × 7 cm ; 2 260 g). La forme triangulaire de l’outil a été modelée par une série d’enlèvements périphériques (fig. 39a). Sa surface active plano-concave présente une série d’aspérités polies. La forte altération de la roche, en particulier au niveau de la surface active, ne permet pas de préciser sa fonction. Un fragment de petite molette semi-circulaire montre une surface active rendue concave par l’usage, portant de micro-impacts et un émoussé couvrant des aspérités. Enfin, dans la même US, mais dans le carré U11, un quart d’outils de mouture sur galet de granit ovoïde présente un microrelief arasé très irrégulier portant des grains arrondis aux surfaces altérées qui rappellent le traitement de matières animales (fig. 39b).

78Dans la structure de combustion gauloise (US 1004, carré M12), un objet sur galet ovoïde de granit (12,5 × 6,7 × 4,5 cm ; 430 g) pourrait être un percuteur : ses deux extrémités portent de possibles impacts circonscrits, mais la surface fortement altérée ne permet pas de trancher sur la nature réellement anthropique de ces traces. Un broyeur-percuteur a été confectionné sur galet de granit à base plane et tranche convexe (8 × 7,5 × 5,5 cm ; 442 g). Sa base plane présente plusieurs plages émoussées, caractérisées par un arrondi du microrelief avec des grains contigus aux faces bosselées (fig. 39c). Cette combinaison de traces indiquerait un usage pour du broyage animal dont la nature précise serait à déterminer. Trois autres éléments ont été retrouvés dans ce carré, dont un galet de granite et deux fragments de plaques en granite de grandes dimensions. De dimensions similaires (20 à 23 × 16 × 7 cm), elles pèsent respectivement 2 840 g et 3 930 g. Elles présentent des traces de mises en forme (enlèvements) sur leurs bords.

Indices de consommation de coquillages marins dans les niveaux gaulois

79Les résultats présentés ici proviennent du sondage réalisé en 2015 dans la zone 3 (US 3002), établies à partir de prélèvements sédimentaires (20 l). Ceux-ci ont été tamisés à l’eau douce à une maille de 2 mm, au laboratoire d’Archéosciences à l’Université Rennes 1. Les lots coquilliers présentés ici sont attribués chronologiquement au second âge du Fer, sans que l’on puisse en préciser la phase.

Méthodes

  • 3 Voir en ligne : http://www.marinespecies.org/.

80La détermination des mollusques a été réalisée à partir d’ouvrages de biologie marine (Tebble 1966, Poppe et Goto 1991, 1993, Quéro et Vayne 1998, Audibert et Delemarre 2009). Les identifications ont été vérifiées et précisées à partir d’une collection de référence. Dans le cadre de cette étude, les appellations scientifiques utilisées pour les mollusques marins correspondent aux normes internationales du World Register of Marine Species3. Afin de comptabiliser la proportion relative de chaque espèce, plusieurs méthodes de quantification ont été employées (Dupont 2006, Mougne 2015). Le décompte du nombre de restes a permis de comptabiliser tous les fragments des pièces squelettiques. Le nombre minimum d’individus a aussi été utilisé.

  • Pour les gastéropodes turbinés, le décompte du NMI est associé à la présence du péristome.
  • Pour les gastéropodes coniques, telles les patelles, un individu est comptabilisé si le test présente un apex et une partie de l’empreinte musculaire située à l’intérieur de la coquille.

Taphonomie

81Globalement, le matériel coquillier est assez bien conservé. Cela est sans doute dû aux concentrations de coquilles qui agissent sur le pH du sol et favorisent ainsi la préservation des matières organiques composées de carbonate de calcium. La fragmentation des coquilles est assez élevée, comme l’indique une étude sur la patelle (fig. 40). Ces observations ont été établies à partir de six types, de la coquille intacte (type 0) à la plus dégradée (type 5 ; d’après Gruet 1991, Dupont 2003, 2006). Cette typologie se base sur les ralentissements de croissance de forme concentrique qui sont chez la patelle les zones les plus fragiles de la coquille. Généralement, la dégradation des patelles se traduit par des cassures progressives depuis le bord de la coquille, provoquant la séparation des différentes couches du test en anneaux ou en arcs de cercle. Cette méthode permet de connaître l’état d’altération général des coquilles. Globalement, les coquilles de patelles sont altérées et très fragmentées, et correspondent aux types 4 (92 % du NR) ou 5 (5,7 % du NR ; fig. 40). Seul 0,6 % est intact (type 0).

Fig. 40 – Typologie de fragmentation de la patelle (Patella sp.) dans la zone 3, US 3002

Fig. 40 – Typologie de fragmentation de la patelle (Patella sp.) dans la zone 3, US 3002

DAO C. Mougne

82Le rapport entre le NR et le NMI (NR/NMI) appuie nos propos. En effet, une patelle est représentée par une moyenne de 51 fragments (13219/261), soit un taux de fragmentation très important. Cette fragmentation pourrait être due à plusieurs facteurs isolés ou combinés. Les coquilles, après la consommation de la chair du mollusque, ont pu être jetées volontairement sur le sol d’occupation, par exemple pour l’assainir. Elles ont alors pu faire l’objet de piétinement par les humains ou les animaux domestiques, amplifiant leur fragmentation. Lors de leur enfouissement dans le sol, les coquilles subissent également des modifications taphonomiques physico-chimiques et biologiques pouvant accroître le phénomène. La compaction ou la pression mécanique du sol peuvent éventuellement augmenter la fragmentation. Enfin, durant la fouille et la post-fouille, à l’occasion du lavage, du tamisage, du conditionnement, de la manipulation des objets et des prélèvements, cette fragmentation peut s’amplifier, particulièrement si les coquilles ont été fragilisées lors de l’enfouissement. Au vu du matériel, aucune piste n’est privilégiée ou écartée.

Spectre archéomalacologique

83Au total, cinq espèces de coquillages marins ont été identifiées, dont quatre gastéropodes et un bivalve (fig. 41-42, tabl. 13). Le NR total est égal à 13 247 fragments, le NMI à 268 individus et le PR (poids de restes) à 1 187,41 g. Les patelles sont les coquillages marins les plus consommés. Elles sont largement majoritaires quel que soit le type de quantification utilisé (99,8 % du NR, 97,4 % du NMI et 99,6 % du PR ; fig. 42) Patella vulgata est l’espèce la plus collectée (97,5 %), suivie de P. depressa (2,5 % ; fig. 43). Les longueurs des patelles sont comprises entre 23 et 45 mm pour une moyenne de 32 mm (fig. 44). La gibbule Steromphala sp. et la monodonte Phorcus lineatus sont également représentées, mais uniquement par trois individus chacune. Deux monodontes, dont l’état de conservation a permis de réaliser des mesures, possèdent une taille suffisante pour avoir été collectées afin d’être consommées (longueur no 1 = 21 mm ; longueur no 2 = 24 mm). Quatre fragments de moule ont aussi été identifiés, mais aucune valve n’a été décomptée. Aucune mesure n’a donc pu être réalisée sur ce bivalve. Il est difficile de dire si ces trois derniers coquillages (gibbule, monodonte et moule commune) ont été consommés au vu du faible nombre de fragments. D’après les résultats, seule la patelle semble avoir été collectée dans un but alimentaire.

Fig. 41 – Espèces de mollusques marins présents dans la zone 3, US 3002

Fig. 41 – Espèces de mollusques marins présents dans la zone 3, US 3002

1 : patelle Patella vulgata (L = 38 mm), 2 : patelle Patella depressa (L = 32 mm), 3 : monodonte Phorcus lineatus (L = 25 mm), 4 : moule commune Mytilus edulis (L = 9 mm), 5 : gibbule Gibbula sp. (L = 4 mm). Nom commun suivi du nom latin selon le CLEMAM 2015 ; L : longueur maximale du reste de coquille en millimètre

Cliché C. Mougne

Fig. 42 – Distribution des coquillages marins (en % NR, % NMI et % PR) dans la zone 3, US 3002

Fig. 42 – Distribution des coquillages marins (en % NR, % NMI et % PR) dans la zone 3, US 3002

DAO C. Mougne

Tabl. 13 – Bilan quantitatif des invertébrés marins identifiés dans la zone 1, US 3002

Tabl. 13 – Bilan quantitatif des invertébrés marins identifiés dans la zone 1, US 3002

NR : nombre de restes, VD : valves droites, VG : valves gauches, NMI : nombre minimum d’individus, PR : poids des restes

C. Mougne

Fig. 43 – Distribution des différentes espèces de patelles Patella sp. dans la zone 3, US 3002

Fig. 43 – Distribution des différentes espèces de patelles Patella sp. dans la zone 3, US 3002

DAO C. Mougne

Fig. 44 – Distribution des longueurs de patelles Patella sp. dans la zone 3, US 3002

Fig. 44 – Distribution des longueurs de patelles Patella sp. dans la zone 3, US 3002

DAO C. Mougne

Territoires de collecte

84Chaque mollusque marin est inféodé à un biotope particulier. Le type de substrat et la position altitudinale des espèces le long de la côte sont deux caractéristiques qui peuvent être prises en compte pour évaluer et déterminer le territoire de collecte de l’homme et ainsi reconstituer une partie des paléoenvironnements exploités par celui-ci. Dans cet objectif, les mollusques sont classés selon la nature du substrat dans ou sur lequel ils vivent et où ils peuvent potentiellement être ramassés vivants par les hommes. Les habitants de Roc’h Santeg Leton semblent avoir exploité majoritairement les milieux rocheux stricts pour la collecte de la patelle (99,6 % du NMI). Ce choix peut s’expliquer par l’environnement entourant le site, composé actuellement d’une zone rocheuse dense. Il est fort possible que cela ait également été le cas durant l’époque gauloise.

85La position altitudinale, où vit chaque espèce de coquillage présente à Roc’h Santeg Leton, a également été étudiée. Elle permet de savoir si les hommes ont exploité des coquillages accessibles à pied sec, pouvant être collectés quotidiennement quel que soit le coefficient de marée, ou au contraire exceptionnellement pendant les marées de fort coefficient. La côte est divisée en deux catégories distinctes : la zone intertidale, appelée aussi estran, et la zone subtidale. L’estran est la partie du littoral qui est découverte à marée basse et immergée à marée haute. Il est donc accessible à pied sec temporairement et régulièrement. La zone subtidale est, quant à elle, toujours immergée. Elle se situe sous le niveau des plus basses mers de vive-eau (BMVE). Cette partie de la côte n’est accessible que les pieds dans l’eau, par le biais d’une embarcation et par la plongée en apnée. L’estran peut être divisé lui-même en trois ensembles accessibles selon les coefficients de marée (haut, moyen et bas). Les deux espèces de patelle identifiées, P. vulgata et P. depressa, sont strictement intertidales. Elles se collectent sur l’estran pendant les marées basses, même à faible coefficient. P. vulgata est abondante sur le haut estran rocheux, tandis que P. depressa vit dans des niveaux plus bas de l’estran. Cette dernière espèce est donc moins accessible quotidiennement. Le nombre plus important de P. vulgata pourrait alors illustrer une collecte éventuellement journalière des coquillages par les occupants du site. Ces derniers ont sans doute choisi en partie ce coquillage en fonction de son abondance sur l’estran et de son accessibilité.

Conclusion

86Les résultats issus de cette analyse archéomalacofaunique sont à prendre avec précaution, dans la mesure où nous n’avons accès qu’à une vision très partielle de ce site archéologique. En effet, ce dernier a fortement été endommagé par l’érosion marine et nous ne disposons que d’un échantillon au volume modeste. Toutefois, ces informations nous donnent des indices sur le régime alimentaire des habitants de Roc’h Santeg Leton à l’époque gauloise. L’accumulation des coquilles semble bien correspondre à un dépotoir anthropique. L’exploitation des coquillages marins y est caractérisée par une forte représentation de la patelle qui est de loin le coquillage le plus consommé. Les habitants ont sélectionné des patelles d’une taille moyenne d’environ 32 mm. La moule et la monodonte pourraient potentiellement aussi avoir été consommées, mais dans des quantités beaucoup moins importantes. Les habitants du rocher durant l’époque gauloise ont axé leur recherche de coquillages sur un milieu spécifique, à savoir les milieux rocheux moyennement à très battus où se collectent les patelles, les monodontes et les moules. Le choix de ces espèces peut s’expliquer par l’environnement entourant le site, composé probablement d’une zone rocheuse dense, comme c’est le cas aujourd’hui. En effet, il est fort probable que le paysage côtier protohistorique ressemblait à l’actuel. Les patelles ont sans doute été ramassées sur l’estran en face du site ou à seulement quelques mètres.

87Globalement, d’après les résultats obtenus sur plusieurs autres sites, les habitants vivant sur le littoral breton durant l’époque gauloise semblent consommer essentiellement des patelles (Mougne 2015). Les autres espèces comme la monodonte ou la moule sont anecdotiques. Le site de Roc’h Santeg Leton s’intègre très bien dans ce schéma. Le choix des patelles pourrait être dû à un facteur d’accessibilité. En effet, elles se collectent à pied sec quasi quotidiennement dès le haut estran. Les populations gauloises auraient ainsi sélectionné une espèce pouvant être collectée quotidiennement et disponible abondamment sur les côtes. De plus, sa collecte demande un investissement technique faible car ces coquillages sont visibles à l’œil nu. Enfin, des préférences culturelles (gustatives) ne sont pas à sous-estimer, même si leur influence est difficilement quantifiable.

Les occupations de Roc’h Santeg Leton dans leurs paysages et leurs réseaux

Bilan des occupations préhistoriques et protohistoriques enregistrées

88Neuf moments d’occupation ont été identifiés sur l’îlot de Roc’h Santeg Leton, enregistrés dans une stratigraphie de 1,10 m d’épaisseur. L’occupation la plus ancienne date du Paléolithique moyen (120 000-40 000 av. n.è.) et se matérialise par un débitage Levallois bien caractérisé. Une seconde occupation du Paléolithique moyen est également bien représentée. Ces deux couches subsistent sur une surface comprise entre 12 et 20 m², en zone 1 exclusivement, dans des limons et des sables très indurés, sous un nappage de 40 à 50 cm de limon éolien pléistocène. Sauf évènement climatique exceptionnel, ces niveaux sont donc protégés et peuvent attendre qu’une équipe d’archéologues se mobilise pour les explorer, demain comme dans plusieurs années. La présence d’une occupation datant de l’Azilien (12 000-11 000 av. n.è.) a été reconnue uniquement par une pointe à dos courbe en surface, mais elle n’a jamais été relocalisée lors des fouilles. Le plus ancien passage de l’Holocène correspond au Premier Mésolithique, autour de 7600 av. n.è. avec une affiliation au groupe de Bertheaume. Un campement du Second Mésolithique est bien caractérisé par la présence de quatre trapèzes symétriques, d’une monotroncature et d’une lame à troncature. Notons qu’il n’y a pas de trapèzes asymétriques et qu’il s’agit donc du faciès Beg-er-Vil. Dans la région, cette phase est datée de la fin du 7e ou du début du 6e millénaire av. n.è. (Marchand et Schulting 2019). C’est donc un point intéressant sur la côte nord de la Bretagne, où pour l’instant les habitats de cette période sont fort mal connus (au contraire du Léon continental et du littoral sud armoricain : Marchand 2014). Un passage à la fin du Néolithique ancien semble attesté par une date obtenue dans un foyer en fosse. L’existence d’un niveau d’occupation datant du début/milieu du second âge du Fer (ve-ive siècle av. n.è.) est seulement observable à partir de la présence de mobilier céramique caractéristique (urnes à col haut, anses et carènes marqués et un fragment de vase en frise à décor incisé). Les sondages réalisés sur la zone 1 en 2015 ont livré une date par le radiocarbone issue de l’intérieur du foyer attribuable à La Tène finale (iie-ier siècle av. n.è.), même si certains éléments du mobilier céramique apparaissent plus anciens et peut-être résiduels, comme c’est fréquemment de cas dans les ensembles de cette période. Enfin, la neuvième occupation doit être créditée à des chasseurs ou pêcheurs contemporains, qui établirent ici un petit poste avancé pour leurs activités prédatrices.

89La question de l’insularité du site se pose pour toutes ces occupations, hormis la plus récente, pour laquelle cela ne fait pas de doute. Pour le Pléistocène, la dynamique sédimentaire en climat froid et humide indiquerait une phase de régression marine et une position continentale fort probable de l’abri. L’estuaire du fleuve, qui associait deux cours d’eaux actuels, le Guilliec et l’Horn, était à environ 2 km au sud-ouest et les données disponibles ne permettent pas d’imaginer l’aspect des paysages alentour (lagunes ? dunes ?). Il faut attendre le 6millénaire av. n.è. et les occupations de la fin du Mésolithique pour que l’on puisse envisager un lien économique avec l’océan, qui se trouve alors à environ 500 m de l’abri-sous-roche. De manière plus tangible, on doit constater que c’est un surplomb orienté au sud et à l’ouest qui a attiré ces chasseurs-cueilleurs, les sommets du rocher ouest et du rocher sud offrant une très large perspective sur le paysage dans toutes les directions. Nous n’avons qu’un reflet indirect de ces installations elles-mêmes, puisque l’océan a raboté les sédiments au pied de ce rocher. Aucune information fonctionnelle saillante ne ressort non plus des études lithiques menées ici ; l’orientation économique des activités est impossible à préciser.

90Concernant les occupations du Néolithique et du second âge du Fer, le questionnement sur la position du rocher dans le paysage devient plus complexe et tout dépend notamment du déblaiement par l’océan des dépôts sédimentaires meubles qui empâtaient les côtes rocheuses ; si, au début du Néolithique, on sait que le niveau des plus hautes mers correspond aux plus basses actuelles, l’ampleur du marnage intervient aussi comme un élément perturbateur. Enfin, durant la période gauloise, l’insularité de Roc’h Santeg Leton est fortement envisageable, mais il est possible que, comme dans d’autres îles actuelles du plateau nord-finistérien, elle était reliée au continent par un tombolo (cordon de sédiments reliant deux étendues terrestres), à l’instar de l’île Guennoc, l’île d’Yoc’h, l’île du Bec ou des îles Trevorc’h (Daire et Quesnel 2008, Daire et al. 2011, 2015). Quoi qu’il en soit, la nature de l’occupation est différente, en particulier à cause de l’absence complète d’éléments de briquetage, plutôt localisés sur la bande littorale actuelle de Santec (sites de Cougn ar Zac’h ou Roc’h Croum, Finistère), mais aussi à cause de la faible superficie du site, à la différence des habitats ouverts comme celui de l’île Guennoc (Daire et Quesnel 2008). Une petite occupation domestique est attestée ici, avec une consommation de produits marins, peut-être sur une base saisonnière ? L’hiver rend en effet les lieux malcommodes lorsque la mer est aussi proche.

Éléments de compréhension à proximité immédiate

91La côte de Santec bénéficie d’un large estran parsemé d’îlots propices à la pêche et à l’activité humaine, que les dépôts éoliens du Pléistocène et les formations dunaires de l’Holocène ont permis de bien préserver. Il s’agit d’une des communes les mieux connues en termes de sites littoraux, surtout grâce aux travaux de prospection et d’inventaire de J.-C. Le Goff et D. Roué depuis les années 1970 (Le Goff et Roué 1999) qui ont permis de documenter une vingtaine de sites archéologiques côtiers de différentes époques (fig. 45). Avant la fouille de Roc’h Santeg Leton, la seule intervention réalisée sur cette commune a concerné la nécropole de l’âge du Bronze de l’îlot de Roc’h Croum, sous la direction de Y. Lecerf (Lecerf 1981 ; fig. 2). Les traces les plus anciennes d’occupation de l’actuel littoral de Santec correspondent à des découvertes ponctuelles de restes de débitage et d’outils découverts sur l’estran ou au pied de la falaise, datant du Paléolithique inférieur et du Paléolithique moyen (Moustérien). Ainsi sur l’île de Sieck, un chopper sur galet de quartzite a été découvert par D. Roué dans une falaise au sud de l’île (Le Goff et Roué 1999, p. 7). Des pointes et des bifaces en silex moustériens ont été trouvés sur le vieux sol argileux du Tevenn et de la plage du Prat, mais aussi au pied de la falaise des « reyers » (roches) à l’extrémité de la plage du Tevenn. Cette concentration de découvertes ponctuelles, mais plus ou moins régulières, montre la fréquentation du territoire par l’homme de Neandertal. L’industrie datant du Paléolithique supérieur est moins abondante, avec cependant une attestation au Gravettien (29000-22000 BP) en partie occidentale de l’île de Sieck (Le Goff et Roué 1999, p. 10). La fin de la dernière glaciation et la remontée du niveau de la mer à partir du Tardiglaciaire vont permettre de dessiner un très large estran qui aura été exploité par les dernières communautés de chasseurs-cueilleurs-pêcheurs. Pour en témoigner, les occupations mésolithiques sont identifiées sur l’île de Sieck, à Roc’h Santeg Leton et à Cougn ar Sac’h. Les trois sites présentent de caractéristiques similaires : des positions élevées proches du littoral avec une possibilité d’abri. Le site le mieux connu est celui de Toul-an-Naouc’h (Plougoulm, Finistère) à 3,2 km au sud-est de Roc’h Santeg Leton, qui apparaît en pied de dune dans l’estuaire du Guillec. Il a été découvert par D. Roué et J.-C. Le Goff dans les années 1980 et étudié par O. Kayser (Kayser et al. 1990). Il s’agit d’un habitat attribuable au groupe de Bertheaume, daté de l’intervalle 8200-7500 av. n.è.

Fig. 45 – Occupations principales du littoral de Santec entre le Paléolithique et l’époque antique

Fig. 45 – Occupations principales du littoral de Santec entre le Paléolithique et l’époque antique

DAO P. Olmos Benlloch

92Pour le Néolithique, les principales occupations sur le littoral de Santec se concentrent entre l’île de Sieck et l’anse de Tevenn, où un vieux sol apparaît de temps à autre selon les conditions de démaigrissement de la plage. À cet endroit et lors de conditions exceptionnelles de courants et du vent, un foyer circulaire contenait aussi des dépôts domestiques (patelles, débris de poterie et des fragments d’une hache en dolérite ; Le Goff et Roué 1999, p. 12). Il peut être mis en relation avec un large fossé creusé dans le substrat et comblé de tessons de poterie du Néolithique final (3200-2500 av. n.è.). Sur l’estran du Tevenn, l’érosion de la falaise de l’île de Roc’h Croum avait mis en évidence en 1976 toute une série de coffres funéraires de l’âge de Bronze, qui ont fait l’objet d’une fouille de sauvetage entre 1978 et 1979 (Lecerf 1981). Des sépultures similaires ont été dégagées par l’érosion tout le long du littoral de Santec, ainsi à Beg ar Bilou dans la partie sud de l’anse de Tevenn (Le Goff et Roué 1999) et plus récemment dans la falaise de Cougn ar Sac’h, au nord de la commune (Olmos Benlloch et al. 2015).

93L’occupation de l’âge du Fer sur l’anse de Tevenn est également importante. Ainsi, les restes d’un atelier de bouilleurs de sel sont visibles dans la falaise nord de l’île de Roc’h Croum (Le Goff et Roué 1999), il s’agit principalement d’un four à sel et d’une fosse pour le stockage de la saumure, détruits pour l’essentiel lors des tempêtes hivernales de 2013 et 2014. À quelques mètres de l’atelier, l’érosion de la couverture végétale a fait apparaître une terrasse de limon avec des traces d’habitat associé sans doute à l’atelier de bouilleurs de sel. Au sud de l’anse de Tevenn, un dépôt coquillier de l’âge du Fer a été mis au jour en 1976 (Le Goff et Roué 1999). Enfin, le très large estran de Tevenn a été propice à l’installation de barrages à poissons (Roué et Le Goff 2008 ; fig. 46). L’implantation optimale de ces murets de pierre doit permettre de profiter des deux marées quotidiennes. Le barrage de pierre est donc installé en milieu d’estran pour que la base des murs se trouve au-dessus du niveau de basse mer lors des marées de morte-eau (les plus faibles). Le sommet de ces barrages doit se placer sous les hautes mers des périodes de morte-eau pour toujours laisser entrer les flots. Sur ces principes d’optimisation économique et en tenant compte de la montée des niveaux marins au cours du temps, M.-Y. Daire et L. Langoüet ont proposé une méthode pour dater approximativement ces ouvrages (Langouët et Daire 2009, Daire et Langouët 2010). Aux alentours immédiats de l’île de Roc’h Croum ont été localisés six barrages, qui ont pu être exploités par les habitants de l’île à l’époque protohistorique puisqu’ils se situent au voisinage du zéro des cartes marines et qu’ils ont donc été construits lorsque le niveau marin était entre -2 et -3 m, soit pendant le début du second âge du Fer. D’autres barrages à poisson se situent au sud de l’île de Roc’h Santeg Leton, dans le secteur de Bilou Staol, notamment le barrage no 6 de l’inventaire des pêcheries de la commune de Santec (Roué et Le Goff 2008), dont la base est à -2,30 m/0 SHOM et que pourrait avoir été en fonctionnement lors de l’occupation gauloise de Roc’h Santeg Leton. Les barrages préhistoriques (probablement néolithiques, en rouge sur la fig. 46) se situent pour leur part au nord de Santec. Ils sont perpendiculaires au reflux de la marée et, toujours immergés actuellement, ils ont été construits quand le niveau de la mer était au minimum de -5 m par rapport à l’actuel.

Fig. 46 – Distribution des principaux barrages de pêcherie sur le littoral de Santec

Fig. 46 – Distribution des principaux barrages de pêcherie sur le littoral de Santec

DAO P. Olmos Benlloch

94Cette évocation du potentiel archéologique soigneusement inventorié montre une « littoralisation » de l’espace proche de Roc’h Santeg Leton, qui devient évidente à partir de la Protohistoire mais qui est peut-être déjà entamée au Néolithique final si l’on en croit le dépôt du Tevenn. Pêcheries, dépôts coquilliers et ateliers de production de sel traduisent l’orientation très particulière de l’économie littorale, mais une dimension funéraire de ces espaces ne doit pas être oubliée à l’âge du Bronze : il n’est pas anodin d’installer un cimetière sur un îlot comme Roc’h Croum.

Roc’h Santeg Leton et le Paléolithique moyen régional

95La fouille du site de Roc’h Santeg Leton a permis de mettre en évidence deux occupations du Paléolithique moyen, dans deux unités stratigraphiques distinctes et superposées. Elles sont identiques et correspondent à un Moustérien de type Levallois sans outils bifaciaux ni denticulés, avec une production de racloirs simples, et une légère tendance laminaire. Par hypothèse, elles pourraient être datées d’une phase récente du Paléolithique moyen, probablement post MIS 5e, soit entre 120 et 75 ka (fig. 47). Le site de Roc’h Santeg Leton pourrait ainsi être contemporain pour le MIS 5d du site du Mont-Dol (Ille-et-Vilaine ; Monnier 1980a, 1980b) ou du site de la Heussaye à Erquy (Bigot 1987) pour le MIS 5c, des gisements de Saint-Pabu 1 et 2 et de Barnenez dans le Finistère, de l’îlot Saint-Michel à Erquy et du Squewel à Ploumanac’h dans les Côtes-d’Armor (Giot et al. 1977, 1998, Laforge 2012), du site du Rozel dans la Manche (Van Vliet-Lanoë et al. 2006), de Port-Racine (Saint-Germain-des-Vaux ; Cliquet et Lautridou 2000), et pour la fin du MIS 5, du site de l’Anse du Croc à Fréhel (Laforge 2012). L’occupation du Paléolithique moyen du site de Roc’h Santeg Leton s’inscrit ainsi dans un Moustérien typique à racloirs dominant l’outillage retouché et de technologie Levallois, comme de nombreux sites du Massif armoricain (Cliquet et Monnier 1993).

Fig. 47 – Sites mentionnés dans le texte, du Paléolithique moyen, du premier Mésolithique (avec les points verts qui signalent les sites du groupe de Bertheaume), du second âge du Fer (points jaunes numérotés) et du Second Mésolithique (avec des carrés rouges qui marquent les sites du Téviecien)

Fig. 47 – Sites mentionnés dans le texte, du Paléolithique moyen, du premier Mésolithique (avec les points verts qui signalent les sites du groupe de Bertheaume), du second âge du Fer (points jaunes numérotés) et du Second Mésolithique (avec des carrés rouges qui marquent les sites du Téviecien)

961. Roc’h Santeg Leton ; 2. La Heussaye et îlot Saint-Michel (Erquy, Ille-et-Vilaine) ; 3. Saint-Pabu 1 et 2 (Finistère) ; 4. Barnenez (Plouézoc’h, Finistère) ; 5. Le Squewel (Ploumanac’h, Côtes-d’Armor) ; 6. Anse du Croc (Fréhel, Ille-et-Vilaine) ; 7. Toul an Naouc’h (Plougoulm, Finistère) ; 8. Bertheaume (Plougonvelin, Finistère) ; 9. Le Bilou (Le Conquet, Finistère) ; 10. Quillien (Le Cloître-Saint-Thégonnec, Finistère) ; 11. Penhoat-Salaün (Pleuven, Finistère) ; 12. Ar Roc’h Moguériec (Sibiril, Finistère) ; 13. Roc’h Igou (île de Batz, Finistère) ; 14. Ploumanac’h (Perros-Guirec, Côtes-d’Armor) ; 15. Beg-er-Vil (Quiberon, Finistère) ; 16. Mez Notariou (Ouessant, Finistère) ; 17. Port-Blanc (Hoedic, Morbihan)

97DAO G. Marchand

Roc’h Santeg Leton et le Mésolithique régional

98Même fortement dégradés, les travaux menés dans l’abri-sous-roche de Roc’h Santeg Leton viennent irriguer trois problématiques régionales concernant le Mésolithique. En premier lieu, la nature des occupations dans les cavernes et au pied des falaises sur le Massif armoricain fait l’objet de travaux spécifiques, dans le cadre du programme « Tous aux abris ! Inventaire et sondages dans les cavités naturelles de Bretagne » depuis 2015. La fouille présentée ici vient s’ajouter aux travaux menés sur trois autres cavités du Finistère : Pont-Glas à Plounéour-Ménez, Kerbizien à Huelgoat et le Rocher-de-l’Impératrice à Plougastel-Daoulas, avec évidemment ici une composante maritime qui a imposé un tempo particulier à l’intervention. Même si les dépôts sédimentaires de l’Holocène restent peu importants, il semble y avoir dans ces cavités des modalités particulières d’occupation, en contraste évident avec les sites de plein-air. Du fait même de la modestie de leurs surfaces (quelques mètres carrés couverts par un surplomb rocheux), ces sites ont abrité de petits groupes humains seulement, qui étaient engagés dans des activités de chasse préférentielles (Naudinot et Marchand 2020). Du fait des destructions anthropiques à Kerbizien et naturelles à Roc’h Santeg Leton, il n’est pas possible d’y aborder ces considérations. Il faut à l’évidence prolonger les enquêtes de terrain, pour valider, infirmer ou moduler ces premières conclusions sur le statut de ces petits abris et les pratiques de mobilité dans lesquelles ils s’insèrent.

99En second lieu, une part de l’industrie lithique trouvée à Roc’h Santeg Leton est rapportable à un Premier Mésolithique, daté autour de 7600 av. n.è. Les lamelles étroites à bord abattu et une pointe à deux bords retouchés s’intègrent dans le groupe de Bertheaume (fig. 47). La référence régionale pour cette entité stylistique et technique n’est pas issue d’une fouille, mais d’une rectification de coupe. En effet, le site de Toul an Naouc’h à Plougoulm apparaît comme une couche noire d’environ 25 cm d’épaisseur, posée sur le substrat granitique altéré et visible sur une dizaine de mètres sous plus de 3 m de massif dunaire. Ce dernier a empêché une fouille, mais la rectification du profil s’est accompagnée d’un tamisage à l’eau et à maille fine, qui a permis de récupérer l’industrie lithique, des charbons et d’innombrables coquilles de noisettes brûlées (Kayser et al. 1990). Elles ont permis d’obtenir en 1990 une date par le radiocarbone à Gif-sur-Yvette de 8830 ± 180 BP (Gif-TAN-89), avec donc une marge d’erreur très importante qui donne, après une calibration par OxCal 4.3 et la courbe IntCal13, l’intervalle 8418-7544 av. n.è. à 95,4 % de probabilité ou 8214-7741 av. n.è. à 68,2 %. Ce positionnement très lâche est également dû à une des principales oscillations de la valeur de l’isotope 14 du carbone dans l’atmosphère durant l’Holocène ancien, qui étale irrémédiablement les datations. Les dates obtenues plus récemment sur les sites du Bilou au Conquet (Finistère ; Blanchet et al. 2006), de Quillien au Cloître-Saint-Thégonnec (Finistère ; Blanchet et al. 2006) et de Penhoat-Salaün à Pleuven (Finistère ; Nicolas et al. 2012) devaient désigner également la fin du 9e et le début du 8e millénaire av. n.è. La date de Roc’h Santeg Leton appartient donc à la frange la plus récente de cet intervalle, mais il n’y a pas assez d’éléments pour permettre des raffinements chrono-typologiques. Le site de Toul an Naouc’h (Finistère) se trouve à un peu plus de 3 km au sud-ouest de l’abri de Roc’h Santeg Leton, dans l’actuelle embouchure du Guillec. Durant le 8e millénaire av. n.è., le campement mésolithique était installé au sommet d’un versant peu incliné en rive droite d’un fleuve qui trouvait l’océan à plus de 3 km au nord-ouest. L’abondance du mobilier lithique, la très forte anthropisation des sédiments (charbons, coquilles de noisette brûlées) ou encore la présence d’une petite fosse doivent être interprétées comme des signaux de longues occupations de plein-air, en contraste évident avec celles, plus éphémères, de l’abri-sous-roche examiné ici. D’autres stationnements humains attribuables au Premier Mésolithique sont connus alentour. À ceux mentionnés plus haut à Santec, on ajoutera le site d’Ar Roc’h Moguériec (Sibiril) en face de Toul an Naouc’h, ou Roc’h Igou (enregistré comme le C’heb sur la Carte archéologique nationale) sur l’île de Batz, à 3,5 km au nord-est (Dietsch 1991), autant de petites séries lithiques qui signalent l’emprise humaine sur ces paysages sans permettre de développements sur la nature des économies.

100En troisième lieu, le Téviecien de faciès Beg-er-Vil tient ici une de ses rares occurrences sur la côte septentrionale de la Bretagne. À plus de 40 km à l’est, les sites de Ploumanac’h à Perros-Guirec (Côtes-d’Armor) ont aussi livré quelques trapèzes symétriques, notamment dans les ensembles J et A à D découverts par M. Le Goffic (1975). Mais, ces quelques trapèzes symétriques ne pèsent guère en regard des assemblages issus des vastes habitats de plein-air découverts dans le nord du Finistère, loin des côtes (Gouletquer et al. 1996, 1997). Ils n’aident pas à comprendre la nature réelle des occupations côtières. On peut poser l’hypothèse que des habitats pérennes de plus grande ampleur étaient disposés sur les niveaux de limons éoliens qui nappaient le bord de la Manche et qu’ils ont été alors balayés par la transgression marine de l’Holocène. Au passage, on notera qu’aucun matériau autochtone, tels les microquartzites de la Forest-Landerneau, les phtanites, les calcédoines ou les grès éocènes, n’est présent dans le mobilier lithique, à l’exception du quartz qui est d’origine très locale (galets et filons dans le granite). L’observation est la même sur la côte sud de la Bretagne, où les fouilles étendues dans les niveaux coquilliers donnent évidemment plus de poids aux données (Marchand 2014, 2020). L’hypothèse de comportements économiques divergents entre la zone littorale et la zone continentale, au moins au 7e et au 6e millénaire av. n.è. a été émise, mais tout reste à écrire sur le littoral de la Manche.

Roc’h Santeg Leton et le second âge du Fer en Bretagne

101Les vestiges du second âge du Fer identifiés sur l’îlot de Roc’h Santeg Leton demeurent relativement difficiles à interpréter du fait de leur caractère assez lacunaire. Leur étude révèle cependant l’existence d’une installation, probablement saisonnière ou temporaire, de type domestique, le grand foyer identifié ne pouvant être attribué à une fonction artisanale manifeste. La pratique de la pêche à pied et de la collecte d’invertébrés marins, notamment de patelles consommées sur place, est attestée par les restes archéozoologiques. Parmi les éléments céramiques significatifs, qui scellent la datation de cette occupation vers le milieu du second âge du Fer, la présence d’une céramique à anses de suspension indique une fonction de stockage et de préparation des aliments. Dès lors, au regard de ce faisceau d’informations, la fonction du site peut être envisagée sous différents angles : poste de surveillance avancé dans le cadre des relations maritimes à plus ou moins longue distance ? Campement de pêcheurs-cueilleurs protohistoriques exploitant des pêcheries environnantes au profit d’un groupe implanté sur la côte ? Les témoignages d’occupations humaines au second âge du Fer sont effectivement très nombreux dans cette zone géographique (Giot et al. 1979, Daire et al. 2011, 2015, Galliou 2014). Au regard du caractère relativement limité des indices archéologiques, la question reste entière. Mais, cette étude vient, du moins, documenter le dense réseau des occupations littorales de cette période déjà identifiées sur le littoral Manche-Atlantique

102Cette opération de sauvetage, liée à un péril naturel davantage qu’anthropique, vient apporter des éléments importants pour diverses problématiques de recherche régionales. Elle a également permis de mettre en œuvre et de valider des méthodes de fouille adaptées à la fois aux contraintes d’accès et au climat parfois rigoureux, toujours changeant. Le tamisage à l’eau n’a jamais été sacrifié, seul moyen de tenir ensuite un discours pertinent sur les industries lithiques mésolithiques et néolithiques.

Crédits scientifiques et remerciements

L’équipe scientifique réunie ici s’est réparti le travail comme suit : Grégor Marchand (coresponsable, archéologie de la Préhistoire et étude lithique du Mésolithique), Pau Olmos Benlloch (coresponsable, archéologie de la Protohistoire), Yann Bernard (relevés par scan 3D), Marie-Yvane Daire (programme ALeRT et âge du Fer), Caroline Hamon (macro-outillage), Chloë Martin (céramique de l’âge du Fer), Caroline Mougne (archéomalacologie), Marylise Onfray (géoarchéologie), Laurent Quesnel (dessins assistés sur ordinateur), Anne-Lyse Ravon (étude lithique du Paléolithique), Daniel Roué (prospections).

Nous souhaitons remercier Olivia Hulot pour l’autorisation du DRASSM et l’obtention des crédits de fouille, Marie-Yvane Daire pour le soutien du programme ALeRT, les fouilleurs habiles (Loréna Audouard, Louis Dutouquet, Henry Gandois, Caroline Hamon, Jean-Luc Lamache, François Le Gall, Michel Le Goffic, Meritxell Monrós González, Nicolas Naudinot, Diana Nukushina, Laurent Quesnel, Daniel Roué), ainsi que les appuis logistiques maritimes incontournables (Louis Dutouquet pour les entreprises LITTO et Help SARL, Michel Bourgeon et Alain Gadiou). Dans ce registre, nous avons une gratitude toute particulière pour Jean-Paul Nicol, président de la Société nationale de sauvetage en mer (SNSM) de Santec et toute l’équipe de sauveteurs bénévoles, qui ont assuré avec sagesse le transport du matériel et des fouilleurs sur le site, dans les conditions météorologiques très compliquées de la campagne de mars 2015. Nous remercions Dominique Marguerie (UMR 6553 Écobio) et David Aoustin (UMR 6566 CReAAH) pour leur identification des charbons de bois, ainsi qu’Hervé Duval (UMR 6566 CReAAH) pour le traitement Lidar de la fig. 2. Au terme de ce long processus, deux rapporteurs anonymes de la revue ont proposé des corrections fort utiles à la restitution de cette fouille et nous les en remercions.

Haut de page

Bibliographie

Audibert C., Delemarre J.-L. 2009 – Guide des coquillages de France, Atlantique et Manche, Paris, Belin, 225 p.

Barreau J.-B., Sachet M., Lopez-Romero E., Daire M.-Y., Olmos Benlloch P. 2013 – ALeRT mobile: managing coastal archaeological heritage in Western France, in Digital heritage international congress, Marseille, 28 octobre-1er novembre 2013, Marseille, Institute of Electrical and Electronics Engineers, p. 611-614.

Bertran P., Texier J.-P. 1999 – Facies and microfacies of slope deposits, Catena, 35 (2), p. 99-121.

Bigot B. 1987 Le site paléolithique moyen de la Pointe de la Heussaye (Erquy, Côtes-du-Nord), Revue archéologique de l’Ouest, 4, p. 29-33.

Blanchet S., Kayser O., Marchand G., Yven E. 2006 – Le Mésolithique moyen en Finistère : de nouvelles datations pour le groupe de Bertheaume, Bulletin de la Société préhistorique française, 103 (3), p. 507-518.

Bourdin-Launay S. 2006Le Moustérien à outils bifaciaux du Massif armoricain au Pléistocène récent dans son contexte européen : vers la définition d’un faciès régional, thèse de doctorat, Université Rennes 1, inédit, 434 p.

Bullock P., Fedoroff N., Jonguerius A., Stoops G., Tursina T., Babel U. 1985 – Handbook for soil thin section description, Albrighton, Waine Research, 152 p.

Cammas C., Wattez J. 2009 – Approche micromorphologique : méthodes et applications aux stratigraphies archéologiques, in Ferdières A. (dir.), La géologie, les sciences de la Terre, Paris, Errance (Archéologiques), p. 181-218.

Chauris L., Le Goff É., Marcoux É., Thiéblemont D., Chauris L. 1998 – Saint-Pol-de-Léon, Orléans, Éditions du BRGM (Carte géologique de la France à 1/50 000), 167 p.

Cliquet D., Lautridou J.-P. 2000 – Lœss et Paléolithique en Normandie (France du Nord-Ouest), Praehistoria, 1, p. 31-46.

Cliquet D., Monnier J.-L. 1993 – Signification et évolution du Paléolithique moyen récent armoricain, Bulletin de la Société préhistorique française, 90 (4), p. 275-282.

Courty M.-A., Goldberg P., MacPhail R. 1989 – Soils and micromorphology in archaeology, Cambridge, New York, Cambridge University Press (Cambridge Manuals in Archaeology), 344 p.

D’Anna A., Desbat A., Garcia D., Schmitt A., Verhaeghe F. 2003 – La céramique. La poterie du Néolithique aux Temps modernes, Paris, Errance (Archéologiques), 286 p.

Daire M.-Y. 1992Les céramiques armoricaines de la fin de l’âge du Fer, Rennes, Université de Rennes (Travaux du laboratoire d’Anthropologie 39), 314 p.

Daire M.-Y. 2003 – Le sel des Gaulois, Paris, Errance, 160 p.

Daire M.-Y. 2004 – Architecture littorale à l’âge du Fer : ateliers artisanaux et autres constructions, Bulletin de l’AMARAI, 17, p. 55-70.

Daire M.-Y., Hamon G. 2013 – L’île aux moutons (Fouesnant, Finistère) : un établissement gaulois dans son contexte atlantique. Étude pluridisciplinaire, Rennes, Centre régional d’Archéologie d’Alet, 234 p.

Daire M.-Y., Langoüet L. 2010Les anciens pièges à poissons des côtes de Bretagne. Un patrimoine au rythme des marées…, Rennes, Centre régional d’Archéologie d’Alet, 165 p.

Daire M.-Y., Le Bihan J.-P., Lorho T. 2015 – Les modes de l’occupation du littoral de la Bretagne continentale à l’âge du Fer. Une première approche, in Les Gaulois au fil de l’eau. Actes du 37e colloque international de l’AFEAF, Monpellier, 8-11 mai 2013, Bordeaux, Ausonius Éditions, vol. 1, p. 143-166.

Daire M.-Y., López-Romero E., Proust J. N., Regnauld H., Pian S., Shi B. 2012 – Coastal changes and cultural heritage: Towards an assessment of vulnerability through the Western France experience, Journal of Island and Coastal archaeology, 7, p. 168-182.

Daire M.-Y., Marguerie D., Fily M., Baudry A., Arbousse-Bastide T., Quesnel L. 2011 – Le plateau littoral du Bas-Léon au Ier millénaire avant notre ère : perspectives pour une lecture croisée sur les dynamiques du peuplement et du paysage, Norois, 220, p. 95-119.

Daire M.-Y., Quesnel L. 2008 – Des Gauloises sur l’île Guennoc (Landéda, Finistère), Revue d’archéologie de l’Ouest, 25, p. 93-137.

Dietsch M.-F. 1991– Le Mésolithique ancien et moyen dans le nord de la Bretagne, mémoire de maîtrise, Université Paris 10, inédit, 210 p.

Donnart K., Naudinot N., Le Clézio L. 2009 – Approche expérimentale du débitage bipolaire sur enclume : caractérisation des produits et analyse des outils de production, Bulletin de la Société préhistorique française, 106 (3), p. 517-533.

Dupont C. 2003 – Les coquillages alimentaires des dépôts et amas coquilliers du mésolithique récent/final de la façade atlantique de la France : de la fouille à un modèle d’organisation du territoire, Préhistoire, Anthropologie méditerranéennes, 12, p. 221-238.

Dupont C. 2006 – La malacofaune de sites mésolithiques et néolithiques de la façade atlantique de la France. Contribution à l’économie et à l’identité culturelle des groupes concernés, Oxford, Archaeopress (BAR Int. Ser. 1571), 438 p.

Galliou P. 2014 – Les Osismes, peuple de l’Occident gaulois, Spézet, Coop Breizh, 458 p.

García-Artola A., Stéphan P., Cearreta A., Kopp R. E., Khan N. S., Horton B. P. 2018 – Holocene sea-level database from the Atlantic coast of Europe, Quaternary Science Reviews, 196, p. 177-192.

Gé T., Courty M.-A., Matthews W., Wattez J. 1993 – Sedimentary formation processes of occupation surfaces, in Goldberg P., Pétraglia M. D. (dir.), Formation processes in archaeological context, Madison, Prehistory Press (Monographs in World Archaeology 17), p. 149-163.

Giot P.-R., Briard J., Pape L. 1979 – Protohistoire de la Bretagne, Rennes, Éditions Ouest France, 443 p.

Giot P.-R., Le Goffic M., Monnier J.-L. 1977 – Le Paléolithique du Trégor (Bretagne) du Jaudy à la rivière de Morlaix, Bulletin de la Société préhistorique française, 74 (1), p. 327-342.

Giot P.-R., Monnier J.-L., L’Helgouac’h J. 1998 – Préhistoire de la Bretagne, Rennes, Éditions Ouest France, 589 p.

Goslin J. 2014 – Reconstitution de l’évolution du niveau marin relatif holocène dans le Finistère (Bretagne, France) : dynamiques régionales, réponses locales, thèse de doctorat, Université de Bretagne occidentale, Brest, inédit, 355 p.

Gouletquer P., Kayser O., Le Goffic M., Léopold P., Marchand G., Moullec J.-M. 1996 – Où sont passés les Mésolithiques côtiers bretons ? Bilan 1985-1995 des prospections de surface dans le Finistère, Revue archéologique de l’Ouest, 13, p. 5-30.

Gouletquer P., Kayser O., Le Goffic M., Marchand G. 1997 – Approche géographique du Mésolithique de la Bretagne, in Fagnard J.-P., Thévenin A. (dir.), Le tardiglaciaire en Europe du Nord-Ouest. Actes du 119e congrès national des Sociétés historiques et scientifiques, Amiens, 26-30 octobre 1994, Paris, Éditions du CTHS, p. 279-292.

Groenen M. 1996 – Dépôts et cachettes : permanence et valeur dans la Préhistoire paléolithique, in Groenen M. (dir.), La Préhistoire au quotidien. Mélanges offerts à Pierre Bonenfant, Grenoble, Jérôme Million, p. 143-199.

Gruet Y. 1991 – Stades de destruction des coquilles de Patella sur l’estran et en milieu terrestre, in Aspects récents de la biologie des mollusques. Actes du 8e colloque de la Société française de malacologie, Brest, 7-8 novembre 1990, Plouzané, Institut français de recherche pour l’Exploitation de la mer, 183 p.

Hallégouët B., Hinguant S., Gebhardt A., Monnier J.-L. 1992 – Le gisement paléolithique inférieur de Menez Drégan 1 (Plouhinec, Finistère). Premiers résultats des fouilles, Bulletin de la Société préhistorique française, 89 (3), p. 77-81.

Huet B. 2006 – De l’influence des matières premières lithiques sur les comportements techno-économiques au Paléolithique moyen : l’exemple du Massif armoricain (France), thèse de doctorat, Université Rennes 1, inédit, 528 p.

Juhel L. (dir.) 2015 – Bretagne, Côtes-d’Armor, Lannion, Kervouric. Un habitat du Néolithique ancien, rapport final d’opération de fouille archéologique, Inrap Grand Ouest, 333 p.

Kayser O., Le Goff J.-C., Roué D. 1990 – Le site mésolithique de Toul-an-Naouc’h (Plougoulm, Finistère), Revue archéologique de l’Ouest, 7, p. 23-29.

Laforge M. 2012 – Le cadre chronostratigraphique des peuplements pléistocènes de l’Ouest de la France. Eustatisme, changements climatiques et occupations humaines, thèse de doctorat, Université Rennes 1, inédit, 266 p.

Lambeck K. 1997 – Sea-level change along the French Atlantic and Channel coast since the time of the Last Glacial Maximum, Palaeogeography, Palaeoclimatology, Palaeoecology, 129 (1), p. 1-22.

Lambeck K., Rouby H., Purcell A., Sun Y., Sambridge M. 2014 – Sea level and ice volume since the glacial maximum, Proceedings of the National Academy of Sciences, 111 (43), p. 15296-15303.

Langouët L., Daire M.-Y. 2009 – Ancient maritime fish-traps of Brittany (France): A reappraisal of the relationship between human and coastal environment during the Holocene, Journal of Maritime Archaeology, 4 (2), p. 131-148.

Lecerf Y. 1981 – Une nécropole à l’âge du Bronze à Roc’h Croum en Santec (Finistère), Bulletin de la Société archéologique du Finistère, CIX, p. 35-48.

Le Goff J.-C., Roué D. 1999 – Inventaire archéologique du littoral de la commune de Santec (29), Bulletin de l’AMARAI, 12, p. 5-28.

Le Goffic M. 1975 – Le Mésolithique de Ploumanac’h (Perros-Guirec, Côtes-du-Nord), Bulletin de la Société préhistorique française,. Comptes rendus des séances mensuelles, 72 (6), p. 174-183.

Le Goffic M. 2011 – Santec, îlot de Roc’h Santec, in Notices d’archéologie finistérienne (année 2010), Bulletin de la Société archéologique du Finistère, CXXXIX, p. 176-177.

López-Romero E., Daire M.-Y., Proust J.-N., Regnauld H., Pian S., Schaeffer E. 2013 – Le projet ALeRT : une analyse de la vulnérabilité du patrimoine culturel côtier dans l’Ouest de la France, in Daire M. Y., Dupont C., Baudry A., Billard C., Large J. M., Lespez L., Normand E., Scarre C. (dir.), Anciens peuplements littoraux et relations homme/milieu sur les côtes de l’ Europe atlantique. Actes du colloque HOMER 2011, Vannes, 28 septembre-1er octobre, Oxford, Archaeopress (BAR Int. Ser. 2570), p. 127-136.

Magny M., Vannière B., Beaulieu J.-L. de, Bégeot C., Heiric O., Millet L., Peyrona O., Simonnet A.-V. 2007 – Early-Holocene climatic oscillations recorded by lake-level fluctuations in west-central Europe and in central Italy, Quaternary Science Reviews, 26 (15-16), p. 1951-1964.

Marchand G. 2014Préhistoire atlantique. Fonctionnement et évolution des sociétés du Paléolithique au Néolithique, Paris, Errance, 520 p.

Marchand G. 2020 – Mesolithic networks of Atlantic France: The two faces of Brittany (7th and 6th millennia cal BC), in Schülke A. (dir.), Coastal landscapes of the Mesolithic: Human engagement with the Coast from the Atlantic to the Baltic Sea, Londres, Routledge, p. 202-226.

Marchand G., Blanchet S., Chevalier G., Gallais J.-Y., Le Goffic M., Naudinot N., Yven E. 2004 – La fin du Tardiglaciaire sur le Massif armoricain : territoires et cultures matérielles, Paléo, 16, p. 137-170.

Marchand G., Calvo Gómez J., Cuenca Solana D., Henin A., Nukushina D. 2019 – Le macro-outillage en pierre du Mésolithique atlantique : un référentiel bien daté sur l’habitat littoral de Beg-er-Vil (Quiberon, Morbihan), Bulletin de la Société préhistorique française, 116 (4), p. 615-656.

Marchand G., Dupont C., Oberlin C., Delque-Kolic E. 2009 – Entre « effet réservoir » et « effet de plateau » : la difficile datation du Mésolithique de Bretagne, in Crombé P., Van Strydonck M., Sergant J., Bats M., Boudin M. (dir.), Chronology and evolution in the Mesolithic of North-West Europe. Proceedings of the international congress of Brussels, 30th May-1st June 2007, Cambridge, Cambridge Scholar Publishing, p. 297-324.

Marchand G., Le Goffic M. 2009 – Give us some small sites please! Report on the first year of excavations in the rock shelter of Pont-Glas (Plouneour-Menez, Finistère, France), Mesolithic Miscellany, 19 (2), p. 12-16.

Marchand G., Le Goffic M., Donnart K., Marcoux N., Quesnel L. 2017 – Comprendre les systèmes de mobilité au Mésolithique : l’abri-sous-roche de Pont-Glas à Plounéour-Ménez (Finistère), Gallia Préhistoire, 57, p. 3-66.

Marchand G., Le Goffic M., Marcoux N. 2011 – Occupations mésolithiques fugaces dans l’abri-sous-roche de Pont-Glas : une analyse de la segmentation des chaînes opératoires dans l’espace pour évoquer la mobilité des groupes préhistoriques en Bretagne, P@lethnologie, 3, p. 313-333.

Marchand G., Monnier J.-L., Pustoc’h F., Quesnel L. 2014 – Un visage original du Tardiglaciaire en Bretagne : les occupations aziliennes dans l’abri-sous-roche de Kerbizien à Huelgoat, Paléo, 25, p. 125-168.

Marchand G., Naudinot N. 2015 – Tous aux abris ! Les occupations du Paléolithique final et du Mésolithique dans les cavités naturelles du Massif armoricain, Bulletin de la Société préhistorique française, 112 (3), p. 517-542.

Marchand G., Olmos Benlloch P., Martin C., Quesnel L., Onfray M.-L. 2016 – Île de Roc’h Santeg Leton, rapport final d’opération, UMR 6566 CReAAH, DRASSM, inédit, 81 p.

Marchand G., Schulting R. 2019 – Chronologie du Second Mésolithique dans le Nord-Ouest de la France, in Arbogast R.-M., Griselin S., Jeunesse C., Séara F. (dir.), Le Second Mésolithique des Alpes à l’Atlantique (7e-5e millénaire). Actes de la table-ronde internationale de Strasbourg, 3-4 novembre 2015, Strasbourg, Association par la valorisation de l’archéologie du Grand Est (Mémoires d’Archéologie du Grand Est 3), p. 109-125.

Monnier J.-L. 1980a Le Paléolithique de la Bretagne dans son cadre géologique, Rennes, Université de Rennes (Travaux du laboratoire d’Anthropologie), 607 p.

Monnier J.-L. 1980b La station paléolithique du Mont-Dol (Ille-et-Vilaine), Les dossiers du Centre régional d’Archéologie d’Alet, C, p. 3-20.

Monnier J.-L. 1988 Organisation de l’espace des habitats paléolithiques en Bretagne, in Tuffreau A. (dir.), Cultures et industries lithiques en milieu lœssique. Actes du colloque international d’Amiens, 9-11 décembre 1986, Amiens, Direction des Antiquités de Picardie (No spécial de la Revue archéologique de Picardie), p. 81-89.

Monnier J.-L. 2006 – Les premiers peuplements de l’Ouest de la France. Cadre chronostratigraphique et paléoenvironnemental, Bulletin du musée préhistorique de Monaco, 46, p. 3-20.

Monnier J.-L., Le Cloirec R. 1985 – Le gisement paléolithique inférieur de La Pointe de Saint-Colomban, Carnac (Morbihan), Gallia Préhistoire, 28 (1), p. 7-36.

Monnier J.-L., Ravon A.-L., Hinguant S., Hallégouët B., Gaillard C., Laforge M. 2016 – Menez-Dregan 1 (Plouhinec, Finistère, France) : un site d’habitat du Paléolithique inférieur en grotte marine. Stratigraphie, structures de combustion, industries riches en galets aménagés, L’Anthropologie, 120, p. 237-262.

Morzadec-Kerfourn M.-T. 1974 – Variations de la ligne de rivage armoricaine au Quaternaire, Rennes, Société géologique et minéralogique de Bretagne (Mémoire 17), 208 p.

Mougne C. 2015 – Exploitation et utilisation des invertébrés marins durant la Protohistoire sur le territoire continental et littoral Manche-Atlantique français, thèse de doctorat, Université Rennes 1, inédit, 707 p.

Mücher H., Van Steijn H., Kwaad F., 2010 – Colluvial and mass wasting deposits, in Stoops G., Marcelino V., Mees F. (dir.), Interpretation of micromorphological features of soils regoliths, Amsterdam, Oxford, Elsevier, p. 37-48.

Naudinot N., Bourdier C., Laforge M., Paris C., Bellot-Gurlet L., Beyries S., Théry-Parisot I., Le Goffic M. 2017 – Divergence in the evolution of Paleolithic symbolic and technological systems: The shining bull and engraved tablets of Rocher-de-l’Impératrice, PLoS One, 12 (3), e0173037.

Naudinot N., Marchand G. 2020 Take shelter! Short-term occupations of the Late Palaeolithic and the Mesolithic in the French far West, in Picin A., Cascalheira J. (dir.), Short-term occupations in Paleolithic archaeology, definition and interpretation, Cham, Springer (Interdisciplinary Contribution to Archaeology), p. 121-146.

Nicolas E., Marchand G., Deloze V., Juhel L., Vissac C. 2012 – Les occupations mésolithiques de Pen Hoat Salaün en Bretagne : premiers résultats de la fouille préventive et retour d’expérience sur les méthodes employées, Bulletin de la Société préhistorique française, 109 (3), p. 457-494.

Nicosia C., Stoops G. (dir.) 2017 – Archaeological soil and sediment micromorphology, 1re éd., Hoboken, Wiley-Blackwell, 496 p.

Olmos Benlloch P., Marchand G., Daire M.-Y., Monrós M. 2015 – Projet ALeRT – Vulnérabilité du patrimoine culturel côtier, rapport d’opération, Rennes, Service régional de l’Archéologie de Bretagne, inédit, 151 p.

Pirazzoli P. A. 1991 – World atlas of Holocene sea level changes, Amsterdam, Elsevier (Oceanography Series 58), 300 p.

Poppe G. T., Goto Y. 1991 – European seashells: Polyplacophora, Caudofoveata, Solenogastra, Gasteropoda I, Wiesbaden, Verlag Christa Hemmen, 252 p.

Poppe G. T., Goto Y. 1993European seashells: Scaphopoda, Bivalvia, Cephalopoda II, Wiesbaden, Verlag Christa Hemmen, 221 p.

Quéro J.-C., Vayne J.-J. 1998 – Les fruits de la mer et plantes marines des pêches françaises, Lausanne, Delachaux et Niestlé (Les encyclopédies du naturaliste), 256 p.

Rault O. 1992 – L’économie du débitage sur le site mésolithique récent/final de Beg-an-Dorchenn (Plomeur, Finistère), mémoire de maîtrise, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, inédit, 115 p.

Ravon A.-L. 2017 – Originalité et développement du Paléolithique inférieur à l’extrémité occidentale de l’Eurasie : le « Colombanien » de Menez-Dregan (Plouhinec, Finistère, Bretagne), thèse de doctorat, Université Rennes 1, inédit, 416 p.

Ravon A.-L., Laforge M., Jung M.-P., Martin C., Dutouquet L., Toularastel J.-P., Poulhazan T. 2017 – Les premiers peuplements dans l’Ouest de la France : dépôts pléistocènes et occupations paléolithiques de la région Bretagne, rapport triennal de PCR, UMR 6566 CReAAH, ministère de la Culture et de la Communication, Éveha, inédit, 127 p.

Ravon A.-L., Laforge M. 2019 – Du Paléolithique inférieur au Paléolithique moyen ancien en péninsule armoricaine : une revue des occupations saaliennes de Bretagne, in Préhistoire de l’Europe du Nord-Ouest : mobilité, climats et identités culturelles. Actes du 28e congrès préhistorique de France, Amiens, 30 mai-4 juin 2016, vol. 1 : Historiographie. Paléolithique inférieur et moyen, Paris, Société préhistorique française (Congrès préhistoriques de France 28), p. 201-214.

Roué D., Le Goff J.-C. 2008 – Barrages à poissons et pêcheries à Santec (Nord-Finistère), in Daire M. Y., Langouët L. (dir.), Les pêcheries de Bretagne. Archéologie et histoire des pêcheries d’estran, Rennes, Centre régional d’Archéologie d’Alet, AMARAI, p. 97-111.

Stéphan P. 2011 – Colmatage sédimentaire des marais maritimes et variations relatives du niveau marin au cours des 6 000 dernières années en rade de Brest (Finistère), Norois, 220, p. 9-37.

Stéphan P., Goslin J. 2014 – Holocene relative sea-level rise along the Atlantic and English channel coasts of France: reassessment of existing data using “Sea-level index points” method, Quaternaire, 25 (4), p. 295-312.

Stoops G., Marcelino V., Mees F. 2010 – Interpretation of micromorphological features of soils and regoliths, Amsterdam et Oxford, Elsevier, 720 p.

Tebble N. 1966 – British bivalve seashells: A handbook for identification, Londres, British Museum, p. 212.

Ters M. 1973 – Les variations du niveau marin depuis 10 000 ans, le long du littoral atlantique français, in Le Quaternaire, géodynamique, stratigraphie et environnement : travaux français récents. Actes du 9e congrès international de l’INQUA, Christchurch, décembre 1973, Paris, Comité national français de l’INQUA, p. 114-135.

Ters M. 1986 – Variations in Holocene sea level on the french Atlantic coast and their climatic significance, in Rampino M. R., Sanders J. E., Newman W. S., Königsson L. K. (dir.), Climate: History, periodicity and predictability, New York, Van Nostrand Reinhold, p. 204-237.

Villard-Le Tiec A. 2011 – Stèles armoricaines de l’âge du Fer et organisation de l’espace funéraire. Les exemples de Melgven et de Paule, Documents d’archéologie méridionale, 34, p. 323-337.

Van Beek R., Marguerie D., Burel F. 2018 – Land use, settlement, and plant diversity in Iron Age Northwest France, The Holocene, 28 (4), p. 513-528.

Van Viet-Lanoë B., Cliquet D., Auguste P., Folz E., Keen D. H., Schwenninger J.-L., Mercier N., Alix P., Roupin Y., Meurisse M., Seignac H. 2006 – L’abri-sous-roche du Rozel (France, Manche) : un habitat de la phase récente du Paléolithique moyen dans son contexte géomorphologique, Quaternaire, 17 (3), p. 207-258.

Wattez J., Cammas C., Courty M.-A. 1998 – Marqueurs spatio-temporels des ambiances pédo-climatiques dans les sols archéologiques, in Archivages dans les sols, des changements de leur environnement naturel ou anthropique. Actes du 16e congrès mondial des sciences du sol, Montpellier, août 1998, Montpellier, Imprimerie Arceaux [URL : http://natres.psu.ac.th/Link/SoilCongress/bdd/symp16/676-t.pdf, mis en ligne le 8 novembre 2013].

Haut de page

Notes

1 Création en 1988 de l’AMARAI (Association Manche Atlantique pour la recherche archéologique dans les îles) qui conduit, depuis, des programmes réguliers de prospections thématiques et d’inventaires.

2 Ce programmes est soutenu successivement par la fondation Langlois, la Fondation de France et la région Bretagne, en partenariat avec le ministère de la Culture (DRAC/SRA et DRASSM).

3 Voir en ligne : http://www.marinespecies.org/.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Localisation de Roc’h Santec Leton (Santec, Finistère) et des principaux abris-sous-roche préhistoriques dans l’Ouest de la France
Crédits 1. Roc’h Santec Leton (Santec, Finistère) ; 2. Pont-Glas (Plounéour-Ménez, Finistère) ; 3. Kerbizien (Huelgoat, Finistère) ; 4. Le Rocher-de-l’Impératrice (Plougastel Daoulas, Finistère) ; 5. Roc’h Toul (Guiclan, Finistère) ; 6. Roc-en-Pail (Chalonnes, Maine-et-Loire) ; 7. Grainfollet (Saint-Suliac, Ille-et-Vilaine) ; 8. Goaréva (Bréhat, Côtes-d’Armor) ; 9. Ménez Dregan (Plouhinec, Finistère) ; 10. Grottes de l’Erve (dont Rochefort et Margot ; Thorigné-en-Charnie, Mayenne) ; 11. Saint-Colomban (Carnac, Morbihan) ; 12. Les Roches du Diable (Locunolé, Finistère) ; 13. La Jupinerie (Omonville-la-Petite, Manche) ; 14. Le Rozel (Manche).
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1972/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
Titre Fig. 2 – Position sur l’estran de l’îlot de Roc’h Santeg Leton (Santec, Finistère), en rouge sur l’image
Légende La courbe bathymétrique du 0 NGF (mi-marée) est indiquée en noir. La courbe bathymétrique des plus basses mers de vives eaux est signalée en vert
Crédits Fonds topographique de l’IGN, carte H. Duval et G. Marchand
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1972/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Fig. 3 – Vue générale de l’îlot de Roc’h Santeg Leton (Santec, Finistère), prise depuis l’est à mi-marée
Légende Le site est au milieu du rocher au centre de l’image
Crédits Cliché G. Marchand
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1972/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 4 – Topographie du site
Légende En haut, position du carroyage de la zone 1 (en bleu, la zone immergée durant les marées, en brun et gris, les zones exondées en permanence) ; en bas, l’île de Roc’h Santeg Leton sur le fond IGN (courbes espacées d’1 m)
Crédits DAO H. Duval, P. Olmos Benlloch et G. Marchand
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1972/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Fig. 5 – Vue en plan du nuage de points produit par le lever scanner-laser du site et sections longitudinales de l’îlot de Roc’h Santeg Leton, à hauteur de la plateforme et de la zone 1, établies par Y. Bernard et L. Quesnel en septembre 2015
Légende Les lignes roses correspondent au sommet des dépôts archéologiques
Crédits DAO Y. Bernard
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1972/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Fig. 6 – État de la zone 4 en juillet 2014, avant les fouilles
Légende La couverture végétale a été arrachée par les vagues qui submergent l’îlot de Roc’h Santeg Leton lors des plus grandes tempêtes. Les blocs rocheux angulaires dans le petit abri-sous-roche (entre le rocher ouest et le bloc N) ont été projetés récemment par ces vagues et couvrent les résidus de stratigraphie
Crédits Cliché M. Monros
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1972/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 7 – Vue générale du site de Roc’h Santeg Leton, prise en fin de campagne 2016 depuis le rocher sud-est
Légende La zone 1 est à gauche et l’on voit le foyer gaulois dégagé, ainsi que le sommet de l’US 1106 (Mésolithique). Le bloc N, détaché du rocher ouest, est au centre de l’image
Crédits Cliché G. Marchand
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1972/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Fig. 8 – Vue générale du site en juillet 2016 depuis la « plateforme » avec, au premier plan, les travaux sur la zone 2 (coupe est) et, à droite, la faille qui sépare le rocher sud (à gauche) et le rocher ouest (à droite )
Légende Le gros bloc en bas à droite de l’image est le bloc N, qui s’est détaché au Pléistocène du rocher ouest
Crédits Cliché G. Marchand
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1972/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Fig. 9 – Plan du site, avec indication des structures archéologiques, des zones et des coupes
Légende Les altitudes sont en mètres NGF
Crédits Relevé de terrain et DAO G. Marchand
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1972/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 541k
Titre Fig. 10 – Matériaux archéologiques recueilli lors des campagnes 2015 et 2016
Crédits DAO P. Olmos Benlloch et G. Marchand
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1972/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Titre Fig. 11 – Répartition des tessons de l’âge du Fer et de l’industrie lithique suivant les quatre zones de fouille lors des campagnes 2015 et 2016
Crédits DAO G. Marchand
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1972/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Titre Fig. 12 – Coupe longitudinale dans les niveaux supérieurs de la zone 1 (coupe 1 de la fig. 9)
Crédits DAO P. Olmos Benlloch et L. Quesnel
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1972/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Titre Fig. 13 – Vue de la coupe de la zone 2 depuis l’est. Le jalon est posé sur la « marche »
Légende L’induration exceptionnelle de cette dernière apparait bien au premier plan à gauche. Le niveau sombre en sommet de coupe est l’US 2006, d’âge très récent
Crédits Cliché G. Marchand
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1972/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 14 – Relevé de la partie basale de la coupe, sous la « marche » (coupe 3 de la fig. 9)
Crédits DAO L. Quesnel, P. Olmos Benlloch et G. Marchand
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1972/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Tabl. 1 – Répartition du mobilier lithique selon les différentes US attribuées au Paléolithique moyen dans la zone 2
Crédits A.-L. Ravon
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1972/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Fig. 15 – Relevé de la coupe de la zone 3 (coupe 4 de la fig. 9)
Crédits DAO L. Quesnel
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1972/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 262k
Titre Fig. 16 – Plan du lambeau de niveau fouillé en 2016 en zone 4, entre le rocher ouest et le bloc N, en contrebas du bloc T
Légende Un profil est donné de la cuvette découverte, peut-être un foyer en fosse
Crédits Relevé H. Gandois, DAO L. Quesnel
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1972/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 17 – Zone 4, mars 2015, vue de la coupe en fin de fouille
Légende Les galets de silex apparaissent alignés dans l’US 4002
Crédits Cliché F. Le Gall
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1972/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 18 – Relevé de la partie supérieure de la coupe de la zone 2 (coupe 2 de la fig. 9), au-dessus de la « marche » (limon induré), informant sur les différents états du lœss supérieur
Légende Les US 2010 à 2024 ont été créées pour subdiviser celles utilisées par les archéologues et affiner la description. Les prélèvements sont signalés par la mention PR. La légende des US est donnée dans le tableau 4
Crédits Relevé M. Onfray et C. Hamon ; DAO L. Quesnel
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1972/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 243k
Titre Tabl. 2 – Description des niveaux limoneux supérieurs de la coupe principale de la zone 2 par M.-L. Onfray et C. Hamon (voir fig. 18)
Crédits M. Onfray
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1972/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 357k
Titre Fig. 19 – Partie ouest de la coupe 4 de la zone 1 avec description de la stratigraphie et localisation des prélèvements en blocs orientés
Crédits DAO M. Onfray
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1972/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 677k
Titre Fig. 20 – Berme témoin conservée au cœur de la zone 1 avec description de la stratigraphie et localisation des prélèvements en blocs orientés
Crédits DAO M. Onfray
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1972/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 707k
Titre Tabl. 3 – Caractères pédo-sédimentaires des micro-faciès naturels
Crédits M. Onfray
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1972/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 869k
Titre Fig. 21– Mise en séquence de la colonne d’échantillons localisée dans la partie ouest de la coupe 4 (carré M18)
Crédits Scan de lames et DAO M. Onfray
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1972/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 22 – Photographie des lames-minces de la partie supérieure de la séquence sédimentaire de la zone 1
Légende a : formation lœssique chargée en sables grossiers anguleux issus de l’arène granitique (US 2012, MPol, LPNA) ; b : horizon de surface marqué par une croûte texturale argilo-poussiéreuse qui est cassé par une griffe d’érosion en V comblée par des sables grossiers issus de l’arène granitique (US 1113, MPol, LPNA) ; c : développement de la porosité polyconcave conduisant à une microstructure grumeleuse (US 1106, MPol, LPNA) ; d : horizon de surface marqué par une croûte texturale argilo-poussiéreuse (US 1106, MPol, LPNA) ; e : surface d’activité marquée par l’intégration d’un agrégat de limons lavés anguleux (US 1103, MPol, LPNA) ; f : surface d’activité caractérisée par une croûte structurale (US 1103, MPol, LPNA,
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1972/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Titre Fig. 23 – Mise en séquence de la colonne d’échantillons située au cœur de la zone 1 (carré L17)
Crédits Scan de lames et DAO M. Onfray
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1972/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 607k
Titre Tabl. 4 – Caractères pédo-sédimentaires des micro-faciès anthropiques
Crédits M. Onfray
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1972/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Titre Tabl. 5 – Dates par le radiocarbone obtenues lors des opérations archéologiques sur le site de Roc’h Santeg Leton en 2015 et 2016
Crédits G. Marchand
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1972/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Titre Fig. 24 – Répartition spatiale des pièces lithiques découvertes en zones 1 et 2
Légende Le plan compile toutes les pièces lithiques recueillies lors des fouilles 2015-2016, sans prise en compte de la stratigraphie
Crédits DAO G. Marchand
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1972/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 455k
Titre Tabl. 6 – Répartition des artefacts de la zone 2 selon leur provenance
Crédits A.-L. Ravon
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1972/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Tabl. 7 – Composition de la série lithique attribuée au Paléolithique moyen de Roc’h Santeg Leton
Crédits A.-L. Ravon
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1972/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Titre Tabl. 8 – Dimensions moyennes des éclats entiers en silex et quartz
Crédits A.-L. Ravon
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1972/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Titre Tabl. 9 – Organisation des enlèvements en face supérieure des éclats non retouchés
Légende IND : indéterminée ; LU : longitudinale unipolaire ; CTX : corticale ; LB : longitudinale bipolaire ; OR : orthogonale ; CONV : convergente ; 3DIR : 3 directions ; TU : transversale unipolaire ; TB-DIV : transversale bipolaire divergente.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1972/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Titre Fig. 25 – Roc’h Santeg Leton. industries du Paléolithique moyen
Légende Répartition du nombre de négatifs d’enlèvements visibles en face dorsale des éclats non retouchés
Crédits DAO A.-L. Ravon
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1972/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Titre Fig. 26 – Roc’h Santeg Leton, industrie lithique du Paléolithique moyen
Légende 1-2 : éclats Levallois en silex ; 3 : éclat laminaire en silex ; 4-5 : éclats lamellaires en silex ; 6 : racloir à retouche inverse sur éclat Levallois en silex ; 7 : racloir sur éclat Levallois en quartz
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1972/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 546k
Titre Fig. 27 – Surface de l’US 1103, premier niveau attribué au Mésolithique, vue du nord
Légende Un bloc granitique de 65 cm de long pour 25 cm d’épaisseur est posé sur sa face plane à la surface du sol
Crédits Cliché G. Marchand
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1972/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M
Titre Fig. 28 – Base de l’US 1103 (niveau mésolithique)
Crédits DAO G. Marchand, P. Olmos Benlloch et L. Quesnel
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1972/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 330k
Titre Fig. 29 – Foyer en cuvette Fy-1104 creusé dans l’US 1103, zone 1, carré M 16
Légende En haut à gauche : fouillé dans sa moitié sud ; en haut à droite : coupe du foyer ; en bas : fouille définitive
Crédits Cliché G. Marchand
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1972/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Fig. 30 – Vue générale de la fouille à la base de l’US 1106 (niveau mésolithique inférieur), avec le foyer 1104 et les cuvettes 1107, 1109 et 1111 vidées
Légende À gauche de l’image, on peut voir la fosse du foyer 1004 imprimée dans les limons lœssiques indurés et ravinés
Crédits Cliché G. Marchand
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1972/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 31 – Base de l’US 1106 (niveau mésolithique)
Crédits DAO G. Marchand, P. Olmos Benlloch et L. Quesnel
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1972/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 649k
Titre Tabl. 10 – Décompte de l’industrie lithique des unités stratigraphiques de l’Holocène (zones 1 et 3-4)
Crédits G. Marchand
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1972/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Tabl. 11 – Classement typologique des outils des niveaux holocènes (zones 1 et 3-4)
Crédits G. Marchand
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1972/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 191k
Titre Fig. 32 – Roc’h Santeg Leton, outils lithiques de la zone 1 (silex)
Légende 1 : éclat retouché ; 2 : monotroncature ; 3 : trapèze symétrique ; 4 : « lamelle à dos » ; 5 : fragment proximal de lamelle à dos ; 6 : perçoir sur éclat semi-cortical ; 7-9 : pièces esquillées (no 7 sur un cristal de quartz)
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1972/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 293k
Titre Fig. 33 – Roc’h Santeg Leton, outils lithiques en silex des zones 2 (no 1, 3 et 4) et 4 (no 3, 5 et 6)
Légende 1 : pointe à deux bords abattus et base retouchée ; 2-3 : fragments de lamelle à dos ; 4 : trapèze symétrique ; 5 :  troncature oblique sur un éclat semi-cortical à néo-crête (pointe cassée) ; 6 : pic sur éclat cortical épais, mis en forme par deux faces retouchées, avec une pointe écrasée par l’usage
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1972/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Fig. 34 – Roc’h Santeg Leton, nucleus de l’US 1106 (zone 1)
Légende 1 : nucleus discoïde à éclats ; 2 : nucleus unipolaire sur éclat cortical épais (la face inférieure de l’éclat sert de plan de frappe)
Crédits Dessins G. Marchand
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1972/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 227k
Titre Fig. 35 – Roc’h Santeg Leton, enclume sur galet ovoïde de granit du Second Mésolithique (carré N17 US 1103B)
Crédits Dessin et cliché C. Hamon
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1972/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 199k
Titre Tabl. 12 – Dimensions des onze blocs testés de l’US 4002
Légende L’orientation est donnée par l’axe de la table. La longueur est celle de l’axe de la table (c’est-à-dire la surface de débitage potentiel) ; la largeur est celle de la table ; l’épaisseur correspond à un axe orthogonal au plan de la table
Crédits G. Marchand
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1972/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Titre Fig. 36 – Croquis des outils de Roc’h Santeg Leton par P. Gouletquer (échelle 1/1)
Crédits Gouletquer 1996, « fichier Gouletquer »
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1972/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Fig. 37 – Structure de combustion gauloise (US 1004) avec ses pierres de chant et l’évent latéral (à gauche sur l’image)
Légende L’US 1003, dans laquelle la fosse est creusée, est ravinée par l’érosion
Crédits Cliché P. Olmos Benlloch
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1972/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 38 – Céramiques de l’âge du Fer de Roc’h Santeg Leton
Légende En haut, gobelet à lèvre en bourrelet (dessin et DAO C. Martin) ; à gauche, céramique présentant de l’hématite en surface (cliché J. Jacquier) ; à droite, tessons décorés au poinçon ; a : découvert durant la fouille de 2016 ; b : découvert en prospection
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1972/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 421k
Titre Fig. 39 – Macro-outillage gaulois de Roc’h Santeg Leton
Légende a : table de broyage sur bloc de granit (carré L17, US 1100), b : outil de mouture sur galet de granite (carré 11, US 1000), c : broyeur-percuteur sur galet de granite (carré M12, FY1004)
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1972/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Titre Fig. 40 – Typologie de fragmentation de la patelle (Patella sp.) dans la zone 3, US 3002
Crédits DAO C. Mougne
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1972/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Titre Fig. 41 – Espèces de mollusques marins présents dans la zone 3, US 3002
Légende 1 : patelle Patella vulgata (L = 38 mm), 2 : patelle Patella depressa (L = 32 mm), 3 : monodonte Phorcus lineatus (L = 25 mm), 4 : moule commune Mytilus edulis (L = 9 mm), 5 : gibbule Gibbula sp. (L = 4 mm). Nom commun suivi du nom latin selon le CLEMAM 2015 ; L : longueur maximale du reste de coquille en millimètre
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1972/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 704k
Titre Fig. 42 – Distribution des coquillages marins (en % NR, % NMI et % PR) dans la zone 3, US 3002
Crédits DAO C. Mougne
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1972/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Titre Tabl. 13 – Bilan quantitatif des invertébrés marins identifiés dans la zone 1, US 3002
Légende NR : nombre de restes, VD : valves droites, VG : valves gauches, NMI : nombre minimum d’individus, PR : poids des restes
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1972/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Titre Fig. 43 – Distribution des différentes espèces de patelles Patella sp. dans la zone 3, US 3002
Crédits DAO C. Mougne
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1972/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Titre Fig. 44 – Distribution des longueurs de patelles Patella sp. dans la zone 3, US 3002
Crédits DAO C. Mougne
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1972/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Fig. 45 – Occupations principales du littoral de Santec entre le Paléolithique et l’époque antique
Crédits DAO P. Olmos Benlloch
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1972/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 46 – Distribution des principaux barrages de pêcherie sur le littoral de Santec
Crédits DAO P. Olmos Benlloch
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1972/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 47 – Sites mentionnés dans le texte, du Paléolithique moyen, du premier Mésolithique (avec les points verts qui signalent les sites du groupe de Bertheaume), du second âge du Fer (points jaunes numérotés) et du Second Mésolithique (avec des carrés rouges qui marquent les sites du Téviecien)
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1972/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 493k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Grégor Marchand, Marie-Yvane Daire, Chlöe Martin, Caroline Mougne, Anne-Lyse Ravon, Pau Olmos Benlloch, Caroline Hamon et Marylise Onfray, « Au milieu des flots, l’abri-sous-roche de Roc’h Santeg Leton (Santec, Finistère) »Gallia Préhistoire, 60 | -1, 67-122.

Référence électronique

Grégor Marchand, Marie-Yvane Daire, Chlöe Martin, Caroline Mougne, Anne-Lyse Ravon, Pau Olmos Benlloch, Caroline Hamon et Marylise Onfray, « Au milieu des flots, l’abri-sous-roche de Roc’h Santeg Leton (Santec, Finistère) »Gallia Préhistoire [En ligne], 60 | 2020, mis en ligne le 31 août 2020, consulté le 26 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/galliap/1972 ; DOI : https://doi.org/10.4000/galliap.1972

Haut de page

Auteurs

Grégor Marchand

UMR 6566 CReAAH Centre de recherche en Archéologie Archéosciences Histoire, Campus Beaulieu, 35000 Rennes — gregor.marchand@univ-rennes1.fr

Articles du même auteur

Marie-Yvane Daire

UMR 6566 CReAAH Centre de recherche en Archéologie Archéosciences Histoire, Campus Beaulieu, 35000 Rennes — marie-yvane.daire@univ-rennes1.fr

Chlöe Martin

UMR 6566 CReAAH Centre de recherche en Archéologie Archéosciences Histoire, Campus Beaulieu, 35000 Rennes — martin.chloe.26@gmail.com

Caroline Mougne

UMR 6566 CReAAH Centre de recherche en Archéologie Archéosciences Histoire, Campus Beaulieu, 35000 Rennes — caroline.mougne@gmail.com

Anne-Lyse Ravon

UMR 6566 CReAAH Centre de recherche en Archéologie Archéosciences Histoire, Campus Beaulieu, 35000 Rennes  — anne-lyse.ravon@univ-rennes1.fr

Pau Olmos Benlloch

Institut catalan d’Archéologie classique, Plaça d’en Rovellat, s/n, 43003 Tarragona — polmos@icac.cat

Caroline Hamon

UMR 8215 Trajectoires, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, MSH Mondes, 21 allée de l’Université, 92000 Nanterre — caroline.hamon@cnrs.fr

Articles du même auteur

Marylise Onfray

UMR 8215 Trajectoires, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, MSH Mondes, 21 allée de l’Université, 92000 Nanterre — marylise.onfray@yahoo.fr

Haut de page

Collaborateurs

Yann Bernard

Virtual-Archeo, membre associé UMR 6566 CReAAH, Campus Beaulieu, 35000 Rennes — ybernard64@gmail.com

Laurent Quesnel

UMR 6566 CReAAH, Campus Beaulieu, 35000 Rennes — laurent.quesnel@univ-rennes1.fr

Daniel Roué

264 rue Plaine, 29250 Santec — daniel2.roue@orange.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Gallia Préhistoire

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Logo CNRS
  • Logo Maison des sciences de l'Homme Mondes
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search