Navigation – Plan du site

AccueilNuméros60La sépulture préhistorique des ...

La sépulture préhistorique des Hoteaux (Rossillon, Ain) : nouvelles données anthropologiques, chronologiques et discussion sur le contexte archéologique

Dominique Henry-Gambier, Gérald Béreiziat, Ludovic Mevel, Romain Malgarini et Carolyn Barshay-Szmidt
p. 123-148
Traduction(s) :
The prehistoric burial of the Hoteaux (Rossillon, Ain): new anthropological and chronological data and discussion of the archaeological context (abridged version) [en]

Résumés

Résumé. Découvert en 1894, « l’Homme des Hoteaux » est l’une des rares sépultures du Paléolithique supérieur connues depuis la fin du xixsiècle. Dès sa découverte, elle suscita débats et polémiques entre chercheurs et ne cessa d’agiter le spectre des ambiguïtés quant à son exhumation et son attribution à l’« âge du Renne ». Tombé dans l’oubli et victime d’une histoire mouvementée, le crâne et la mandibule ayant disparu lors d’une exposition, ce document fait l’objet d’un réexamen de l’état de conservation du squelette, de l’âge au décès et du type de sépulture ainsi que d’une réévaluation de l’attribution chronoculturelle à travers l’analyse des composantes archéologiques entourant le squelette, et d’une datation 14C en SMA obtenue récemment sur un fragment de côte humaine. Cette datation (12410 ± 50 BP/OxA-31474) exclut l’association classiquement admise du défunt avec un bâton percé en bois de renne daté en 2000 (12830 ± 75 BP/LYON-1132). Elle interroge de ce fait une stricte attribution au Magdalénien supérieur d’autant plus que la révision chronologique et typo-technologique de l’industrie lithique et osseuse soulève l’hypothèse d’une appartenance à l’Azilien ancien.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Séance à la Société d’Anthropologie de Paris, 6 juin 1895.

1En 1894, l’abbé J. Tournier et Ch. Guillon découvrent dans la grotte des Hoteaux, dans l’Ain (fig. 1 et 2), un squelette humain (Tournier et Guillon 1895). E. d’Acy (1895) décrit une fouille exemplaire dont rien ne permet de douter de la contemporanéité du squelette avec l’« âge du Renne » selon la terminologie de l’époque. Une version qui sera vérifiée par une délégation de la Société d’histoire naturelle de l’Ain après l’apparition des membres inférieurs du squelette dans la coupe. Surtout, la présence d’ocre indiquait une sépulture analogue à celles découvertes aux Balzi-Rossi en Italie, à Chancelade et Laugerie-Basse en Dordogne (Cartailhac 1872, Rivière 1887, Hardy 1891). On émet la possibilité d’un « décharnement » en référence à l’hypothèse de E. Cartailhac (1886, 1889). G. de Mortillet (d’Acy 1895)1 conteste l’ancienneté du dépôt, arguant de l’imprécision des fouilles, de la coupe stratigraphique et des informations sur l’environnement du squelette. Il insiste sur l’importance de l’enjeu : établir la preuve de pratiques funéraires au Paléolithique. Les critiques de G. de Mortillet sont fondées. Les techniques de fouilles de J. Tournier et Ch. Guillon sont analogues à celles mises en œuvre alors : fouille réalisée par des ouvriers, creusement de tranchées, coupes dessinées a posteriori, sélection des objets (non vus ou non identifiés lors des fouilles), pas d’enregistrement de la position des objets (y compris des os du squelette) et absence de tamisage. Dans ces conditions, la contemporanéité du squelette avec le « 6e foyer » attribué au Magdalénien et les caractéristiques décrites de cette possible sépulture ne sont pas assurées.

Fig. 1. Localisation des sites mentionnés et de la grotte des Hoteaux (Ain) – vue actuelle.

Fig. 1. Localisation des sites mentionnés et de la grotte des Hoteaux (Ain) – vue actuelle.

(DAO et photo G. Béreiziat)

Fig. 2. Fouilles des Hoteaux avec J. Tournier et Ch. Guillon en 1895.

Fig. 2. Fouilles des Hoteaux avec J. Tournier et Ch. Guillon en 1895.

(cliché Musée de Brou)

  • 2 Une étude anthropologique détaillée est en cours.
  • 3 Cette révision a été financée par l’ANR dans le cadre du programme de recherche Magdatis « Les cha (...)

2Cet article rend compte d’une première étape des recherches autour de ce document unique, oublié depuis de nombreuses années. Il concerne la datation 14Cobtenue sur un échantillon d’os humain ainsi qu’une réévaluation de certaines conclusions anthropologiques2, du contexte archéologique et du matériel (lithique, industrie osseuse et éléments de parure) préservé3.

Localisation et importance du gisement

3La grotte est située sur la commune de Rossillon (Ain), dans la vallée du Furans, affluent du Rhône (fig. 1). Elle est ouverte au sud et creusée dans une falaise de calcaire jurassique à 350 m d’altitude.

4J. Tournier et Ch. Guillon la découvrent en mai 1894. Ils décrivent une « plateforme » de 15 m de long sur 8 à 10 m de large, limitée latéralement par des parois (fig. 1, 2 et 3). La voûte de l’abri n’est pas conservée sur la partie avant. À droite et au fond s’ouvre une petite grotte aussi longue que large et de faible hauteur. Elle communique avec deux autres cavités par un couloir étroit et bas. J. Tournier effectue plusieurs sessions de fouille entre 1896 et 1897 puis de 1917 à 1919 (Tournier et Guillon 1895, 1903, Tournier 1924). Ces fouilles concerneront essentiellement l’abri et la terrasse. En 1951, Ch. Crétin et Y. Ménéroud recherchent par sondages des couches encore en place, mais rien de concluant ne découle de cette entreprise (Gautier 1955, Ménéroud et Crétin 1955). En 2000, M. Cartonnet obtient une autorisation pour mener de nouvelles recherches, mais là encore, les résultats se sont avérés négatifs. À ces opérations « officielles » s’ajouteront, au fil des années, des prélèvements ponctuels au hasard des visites d’amateurs ou de promeneurs. Afin d’enrayer cette disparition de matériel, une campagne de tamisage et de lavage des déblais a été entreprise en 2019 (Cartonnet et al. 2019), tâche qui sera poursuivie en 2020, associée à la réalisation d’un sondage à l’intérieur de la grotte, sous un plancher stalagmitique.

  • 4 Musée d’Ethnographie de Genève, département d’Anthropologie de Genève, musée de Lyon, musée d’Anne (...)

5Selon les inventeurs, les habitats paléolithiques atteignaient 60 m2. Outre le squelette humain, les niveaux archéologiques étaient riches en vestiges intéressants tous les domaines de la vie d’un groupe de chasseurs-cueilleurs. Il est difficile d’en évaluer l’importance exacte. E. Chantre (1901) mentionne le chiffre de 5 000 pièces pour l’industrie lithique, entre 8 000 et 10 000 pour M. Rouch-Zurcher (1991). Actuellement, le matériel est réparti dans plusieurs collections et dispersé dans divers musées4. Le squelette humain et une partie de la collection Tournier sont conservés à Bourg-en-Bresse, dans le Musée de Brou (donation dès 1896) où nous les avons examinés.

La stratigraphie

6J. Tournier et Ch. Guillon n’ont laissé, à notre connaissance, ni note, ni dessin, ni photographie de terrain permettant de compléter les informations publiées. Les recherches de Ch. Crétin et Y. Ménéroud (cf. supra) n’ont pas apporté d’éléments complémentaires.

7La description et la coupe publiées par les inventeurs constituent les seules informations sur la stratigraphie (Tournier et Guillon 1895, Tournier 1903, 1924, fig. 3). L’emplacement de la coupe est approximatif. Elle est relevée dans la tranchée sagittale ouverte du fond de l’abri au centre de la terrasse par les ouvriers en mai 1894. D’après cette coupe, le substrat rocheux est atteint. La fouille concerne alors une surface limitée autour de la tranchée (Tournier 1924, p. 26). Le remplissage atteint 2,35 m. Six « foyers » – qui correspondent à des « niveaux » – séparés par des couches stériles (p. 27, A à G) sont distingués sous la voûte (fig. 3). Près de l’entrée, à 2 m de la paroi du fond, les auteurs annoncent la disparition des « foyers 1 et 2 » (Tournier 1924, p. 26 et 27). Un pendage des couches vers l’intérieur est signalé et leur formation est discutée brièvement. Elles sont constituées selon eux de matériaux « d’origine humaine » et « d’alluvions provenant des grottes intérieures », de l’érosion de la voûte et des parois ainsi que d’un apport éolien. La description évoque de possibles structures (ex. arrangement de plaques et de blocs, p. 30) difficiles à valider en l’absence de relevé de terrain ou de photographie.

  • 5 Pas de relevés au-dessus du squelette, ou plus exactement là où les pieds sont apparus.

8Sur la coupe publiée par J. Tournier (Tournier et Guillon 1895 ; Tournier 1924), les couches sont horizontales en dépit des remarques sur leur pendage (cf. supra). Tout suggère des coupes idéalisées, comme le souligne Rouch-Zurcher (1991) ; schématiques selon de Mortillet (d’Acy 1895) et sans doute assez éloignées de la réalité du terrain qu’elles prétendent résumer5.

Fig. 3. Plan et coupes stratigraphiques de la grotte

Fig. 3. Plan et coupes stratigraphiques de la grotte

(DAO R. Malgarini ; Tournier et Guillon 1903, 1895, Tournier 1924, p. 26-27, Rouch-Zurcher 1991, p. 244)

9En 1991, Rouch-Zurcher (1991, p. 244) Fig. une coupe où, sous le niveau stérile G jusqu’alors représenté comme reposant sur le substrat, trois nouveaux « foyers » 7, 8 et 9 se développent et le socle sous-jacent est décrit à 4 m. Cet ajout découlerait, selon Rouch-Zurcher, des dernières fouilles effectuées entre 1917 et 1919 par J. Tournier.

10Pour les auteurs (Tournier et Guillon 1895, Tournier 1924), les foyers 1 et 2 sont pauvres et le renne n’y est plus attesté, contrairement aux foyers 3, 4, 5 et 6, riches en restes de rennes. Excepté des objets jugés exceptionnels comme le second bâton percé gravé, le matériel n’est pas traité par couche, mais globalement. L’ensemble est rapporté au Magdalénien. Cette interprétation de la séquence culturelle est acceptée (d’Acy 1895).

  • 6 M. Rouch-Zurcher a repris les interprétations initiales des fouilleurs qui se basaient sur la prés (...)

11Rouch-Zurcher (1991) attribue le premier foyer à une période historique, le deuxième à l’Azilien, les foyers 3 à 8 au Magdalénien final et le neuvième à l’Aurignacien sur la base d’une seule lame6. Il semblerait toutefois que la séquence azilienne soit plus importante, la période ancienne étant possiblement représentée dans les foyers 5 et 4, et récente dans les foyers 3 et 2 (Cartonnet et al. 2019).

La datation du squelette

12Le squelette se trouvait selon les inventeurs dans le « 6e foyer » épais de 10 cm, sous une couche stérile (F) épaisse de 20 cm donc entre 1,70 m et 2 m de profondeur (fig. 3 et 4). L’ensemble de la séquence ayant été attribué au Magdalénien, le squelette fut donc rattaché à cette période (Tournier et Guillon 1895, Tournier 1924). Cette interprétation fut acceptée sans trop d’opposition sauf par G. de Mortillet (ex. Vallois 1972, Riquet 1973, Bouvier 1971, Oakley et Campbel 1971). Le « bâton de commandement », interprété comme un élément majeur du mobilier, fut évidemment décisif dans cette conclusion. Sa datation, réalisée dans le cadre du PCR « La fin du Paléolithique supérieur dans les Alpes du Nord et le Jura méridional » (G. Pion dir.), renforça cette opinion (Bridault et al. 2000, Oberlin et Pion 2009 – LYON-1132, 12830 ± 75 BP – 15605-15090 cal. BP).

Fig. 4. Restitution de la sépulture découverte dans le « foyer » 6.

Fig. 4. Restitution de la sépulture découverte dans le « foyer » 6.

(Tournier 1924)

13Pour tester cette hypothèse, un fragment de côte humaine a été choisi avec l’accord de la conservatrice du Musée de Brou et envoyé pour datation 14C en SMA au laboratoire de datation d’Oxford (ORAU) dans le cadre du programme MAGDATIS.

14Un test préalable a été effectué (nitrogène test) pour vérifier la présence de collagène. L’échantillon a été traité selon le protocole standard de ORAU appliqué à l’os et au bois de cervidé, incluant l’ultrafiltration comme prétraitement (Bronk-Ramsey et al. 2004, Higham et al. 2006, Brock et al. 2007, 2010, Wood et al. 2010).

Le résultat

  • 7 Les dates sont calibrées à 95,4 % de probabilité, sous le logiciel OxCal 4.2 © Christopher Bronk R (...)

15L’âge conventionnel obtenu est 12410 ± 50 BP (OxA-31474). La quantité et le pourcentage de collagène, le rapport C/N, le % de carbone ainsi que les valeurs δ13C et δ15C sont normaux, indiquant une bonne fiabilité de la date (tabl. 1). Cette date calibrée7 se place dans l’intervalle 14163-14867 cal. BP à 2 sigmas qui correspond à la fin du Dryas ancien — début du Bølling. Ce résultat appelle deux remarques. D’une part, l’ancienneté du squelette est avérée et d’autre part ce dernier apparaît plus récent que le bâton percé supposé lui être associé.

Tabl. 1. Datations radiocarbone du fragment de côte humaine et du bois de renne perforé.

Tabl. 1. Datations radiocarbone du fragment de côte humaine et du bois de renne perforé.

Le squelette

État actuel

  • 8 En 1990, à la demande de Mme Nivière, conservatrice du Musée, l’une d’entre nous (D. Henry-Gambier (...)

16Le matériel examiné au Musée de Brou comprend 155 éléments osseux8 numérotés appartenant à un sujet immature. Le crâne et la mandibule ont disparu en 1959 alors qu’ils étaient exposés (fig. 5).

Fig. 5. Les Hoteaux : crâne et mandibule, disparus lors d’une exposition à la fin des années 1950.

Fig. 5. Les Hoteaux : crâne et mandibule, disparus lors d’une exposition à la fin des années 1950.

(Musée de Brou)

17Toutes les régions anatomiques sont représentées, mais la quasi-totalité des os des mains et des pieds ainsi que la plupart des points d’ossification qui devaient être formés manquent (tabl. 2). Beaucoup d’os sont incomplets. Les cassures sont toutes survenues sur os sec et rares sont celles qui pourraient être consécutives, par exemple, au poids du sédiment. La photographie (Pl. VI, Tournier 1924, fig. 4) où le squelette est en décubitus dorsal membres étendus est une présentation après extraction du squelette. Elle montre que la plupart des cassures constatées en 2014 sur les os existaient déjà (cf. scapulas, clavicules, humérus gauche, radius, ulnas, ilions, ischions, tibias, fémur gauche). Leur aspect actuel signe sans aucun doute des fouilles énergiques avec un impact fort sur les os les plus fragiles. En revanche, l’extrême fragmentation actuelle des côtes et des vertèbres thoraciques et lombaires, la disparition de la partie antérieure du frontal, ainsi que celle de certains os des mains, des pieds et du tibia gauche sont manifestement postérieures à la fouille et liées aux aléas d’une restauration antérieure à 1951 pour le crâne, et de la conservation pour les autres os.

Tabl. 2. Inventaire descriptif des os du squelette.

Tabl. 2. Inventaire descriptif des os du squelette.

18Les os n’ont pas été complètement nettoyés. Du sédiment gris et de l’ocre recouvrent certaines zones. La lisibilité reste cependant assez bonne. L’examen de la surface à la loupe démontre qu’il n’y a pas de trace de carnivore, de rongeur ou de racine. Il n’y a pas non plus de modification anthropique ancienne (des stries par exemple). Quelques traces d’outils de fouille sont observées (par exemple, le fémur droit n° 21, face inférieure du corps vertébral de la vertèbre n° 120). L’altération de la surface corticale est inégale selon les os et le segment de l’os. Ainsi, les extrémités des métaphyses et les zones métaphysaires connues pour leur fragilité sont plus altérées (fig. 6). Une grande part de cette altération correspond à une abrasion récente qui expose le tissu spongieux ou des surfaces très blanches de la corticale. Des cupules de dissolution, de desquamation et une fissuration longitudinale sont aussi visibles, mais de faible ampleur. Deux os sont plus affectés. L’humérus gauche (n° 10) cassé en trois tronçons et dont la corticale se desquame dans la zone proximale, le radius n° 15 avec une fissuration plus marquée des extrémités. Mais dans l’ensemble, la conservation des os est bonne.

Fig. 6. Les Hoteaux : Exemples d’os humains

Fig. 6. Les Hoteaux : Exemples d’os humains

1 : humérus gauche ; 2 : fémur gauche ; 3 : clavicule gauche avec ocre ; 4 : axis ; 5 : côte : fragment avec ocre ; 6 : basioccipital et fragment de condyle occipital.

(Photos, D. Henry-Gambier).

19La comparaison entre la description du squelette au moment de la découverte, la photographie de la restitution (pl. VI, fig. 4) et les inventaires réalisés en 1990 et 2014, montrent que les destructions et pertes ne se sont pas trop aggravées après la fouille. In fine, manquent le crâne (sauf le basi-occipital) et la mandibule, des cunéiformes et le tronçon de tibia gauche actuellement représenté par un moulage.

20Si on ne peut totalement écarter quelques pertes post-fouille d’os des mains et des pieds, le déficit déjà visible sur la planche VI (fig. 4) est très certainement imputable à leur non-reconnaissance et à leur oubli dans un sédiment qualifié par Tournier de « collant » et non tamisé.

21Le taux de conservation actuel et ce que l’on peut « imaginer » de la fouille suggèrent que lors de la découverte le squelette devait être presque complet. L’absence de toutes traces d’origine animales sur les os et leur état de conservation indiquent un corps protégé donc un enfouissement rapide.

Âge au décès et sexe

Âge dentaire

22Tournier et Guillon (1895), Vallois (1972) et Riquet (1973) attribuaient au défunt un âge compris entre 15 et 18 ans. Verger-Pratoucy (1977) retenait un âge situé entre 11 et 13 ans. Ce rajeunissement reposait sur une lecture différente des données dentaires fournies par ses prédécesseurs telles que la calcification supposée de la M3 supérieure, l’absence de dents temporaires, l’éruption incomplète de C, P2, M2 supérieures et la faible usure occlusale. Il faut cependant noter que la reconstitution réalisée juste après la découverte (fig. 5) n’est pas conforme à l’anatomie. En particulier, la mandibule est décalée vers l’avant, le condyle ne s’articule pas avec la cavité glénoïde ; l’articulé dentaire est faux. Ces observations avaient conduit H. Vallois (1972) à procéder à une nouvelle reconstitution dans les années cinquante. Nouvelle reconstitution que R. Riquet qualifiait de « médiocre » (Riquet 1973) ce que confirme l’observation des photographies publiées par H. Vallois (1972, p. 13 et 15, fig. 2 et 3). Sur la première reconstitution (fig. 5), on observe une évolution de la denture qui indique que les premières molaires permanentes supérieure et inférieure ainsi que la seconde molaire inférieure avaient terminé leur éruption tandis que la seconde molaire supérieure était en cours d’éruption et que la troisième molaire était encore incluse. Ce que ne contestent pas ni Vallois, ni Verger-Pratoucy, ni Riquet en dépit de l’état du document. En se basant sur le stade annoncé d’éruption de la M2 supérieure et le développement de la couronne de la M3 supérieure (couronne à demi formée ? Vallois 1972, p. 18, fig. 6), un âge se situant entre les stades 12,5-14,5 ans en référence aux standards d’Al Quahtani et al., (2010) peut être proposé.

23Toutefois, en l’absence de radiographies montrant l’état réel des racines dentaires, il est impossible vu l’iconographie disponible et la disparition du crâne et de la mandibule d’établir avec plus de précision l’âge dentaire du squelette des Hoteaux.

Maturation osseuse

24La synchondrose sphéno-occipitale est ouverte et les sutures intra-occipitales sont fermées. Les points d’ossification des grands os longs (épiphyses proximale et distale), l’épiphyse du tubercule des côtes, l’épiphyse distale du métatarsien, la base des phalanges de mains et celle du métacarpien 1 ne sont pas fusionnés. Les points coracoïdes sont libres. L’ilium, le pubis, l’ischium ne sont pas fusionnés. Les constituants de l’atlas, axis et des autres vertèbres sont soudés, y compris ceux des vertèbres sacrées. En revanche, chaque vertèbre sacrée est libre. De plus la longueur estimée de l’humérus gauche (235 mm) et celle du fémur gauche (330 mm) correspondent à un âge (Scheuer et Black 2000) d’au plus 10 ans.

25Dans les populations actuelles, la variation individuelle de l’âge des apparitions et fusions des divers points d’ossification du squelette et de croissance des os longs est importante (Scheuer et Black 2000). Ceci conduit à une estimation approximative de l’âge. L’erreur est d’autant plus grande pour les individus fossiles que les standards de référence sont établis à partir de populations actuelles alors que la variation interpopulationnelle des phénomènes de croissance est forte. Pour l’enfant des Hoteaux, les observations suggèrent que la maturation osseuse du squelette concorde avec un âge situé dans l’intervalle 10-17 ans (Scheuer et Black 2000).

Sexe

26Selon Vallois (1972) et Riquet (1973), l’adolescent des Hoteaux est de sexe masculin d’après la morphologie du crâne. On sait aujourd’hui que les méthodes de détermination du sexe à partir de la morphologie du crâne ne sont pas fiables, et ce quel que soit l’âge au décès. Plus généralement, la fiabilité des méthodes de diagnose du sexe des sujets immatures à partir de la morphologie du squelette est faible (Scheuer et Black 2000). Aussi nous n’avancerons aucune hypothèse sur le sexe.

Pathologie, cause de la mort

27Nous n’avons pas trouvé de lésions ou traces convaincantes d’origine pathologique ou de trace (type traumatisme) à mettre en relation avec la mort. Leur étude est en cours.

  • 9 N° 121 : Sur la face supérieure du corps du côté gauche, on observe une trace linéaire allant du b (...)

28Deux vertèbres (n° 121, n° 133)9 thoraciques de rang sans doute inférieur encore en partie englobées dans du sédiment et très ocrées présentent des stigmates qui affectent le corps vertébral. Statuer sur leur étiologie est pour l’instant impossible.

Description du dépôt

29Il n’existe aucun relevé ou photographie du squelette en place et des objets supposés lui être associés. La planche VI (Tournier 1924, p. 60-61, fig. 4) est une présentation a posteriori. D’après Tournier (1924, p. 61),

« le squelette, étendu sur le dos et incliné légèrement d’avant en arrière, était orienté du nord au sud, les pieds du côté de l’entrée de l’abri et la tête du côté de la paroi. Les vertèbres, les côtes et le bassin étaient à leur place naturelle, les bras disposés latéralement et allongés le long du corps. Les fémurs étaient écartés en dehors de l’axe du bassin ce qui indiquerait que les jambes étaient repliées en dedans. N’ayant pas les tibias complets ni leur position par suite de la façon imprévue dont fut faite la première découverte nous ne les avons pas figurées dans la photographie ».

30Le fémur droit aurait été à gauche, le gauche à droite (cf. pl.VI, fig. 4). Le corps était au milieu du « foyer » et des cendres. Le remplissage contenait des os de renne, des silex. De l’ocre colorait le sédiment sous le corps, tous les os en étaient imprégnés, mais il était particulièrement abondant au niveau de la tête, des vertèbres et des côtes. Une grosse pierre était située en arrière de la tête. La description ne mentionne pas de fosse ; l’emprise de l’ocre au sol ou au-dessus du squelette n’est pas spécifiée.

31Tournier (1924) décrit, associé au corps, une dent de cerf percée à gauche et à côté de la tête ; un silex gris clair zoné sur le pourtour d’un des côtés à hauteur des vertèbres cervicales à gauche ; un silex de 9 cm à droite à côté de la scapula ; un silex à surface inférieure plane et à bords soigneusement retouchés, à droite vers l’extrémité distale de l’humérus.

32L’élément majeur est un bâton percé trouvé à côté d’un tibia. Mais vu les conditions de découverte, les auteurs refusaient de se prononcer sur le côté, tibia droit ou gauche !

33La fouille a été trop peu précise et l’enregistrement des données sur le terrain inexistant pour affirmer l’association intentionnelle de ces objets avec le corps. Hormis la crache de cerf et le bâton percé qui « sortent de l’ordinaire », les silex n’ont apparemment rien de particulier. D’ailleurs, leur proximité spatiale supposée ne permet certainement pas de les considérer comme contemporain de l’individu.

34En outre, la date du « bâton de commandement » est plus ancienne que celle du squelette (tabl. 1). Un test de χ2 montre que nous pouvons rejeter l’hypothèse nulle (Ho) que ces deux dates appartiennent à la même population statistique (χ2 0.05 [1 df] = 20,7 [5 % 3,8]). Ces dates sont donc statistiquement différentes.

35Ceci ouvre sur plusieurs hypothèses :

  1. La date du bâton percé n’ayant pas été obtenue sur un échantillon ayant subi une préparation identique à celle de l’échantillon d’os humain, elle ne serait ni comparable ni fiable ! En faveur de cette hypothèse, une publication de Higham et al. (2007, p. 1-2) indique : « The laboratory has used an ultrafiltration method in the purification of gelatin extracted from bones since 2000 (Brown et al. 1988, Arch. List 30). In late 2002 it was realized that the original method used left traces of a humectant (glycerine) in the collagen that could affect the ages significantly, particularly for Holocene samples where pretreatment yields are low (<40–50 mgs collagen). This effect is relevant for all bone samples with OxAs numbers in the range OxA-9361 to -11851 and OxA-12214 to -12236. Subsequent research at ORAU resulted in changes to the methodology, which is fully reported in Bronk Ramsey et al. (2004b). Rigorous cleaning of the ultrafilters is required in order to effectively remove small amounts of glycerine, which is applied during the manufacturing of the filters to keep them moist prior to use. Analysis of the radiocarbon content of the glycerine showed it to be of infinite age (although due to changes in the manufacturing processes for these filters this is not always the case). Given that Holocene-aged samples with low collagen pretreatment yields are most likely to be significantly affected, many samples falling into this category have been redated, with results on average being about 120 years younger with the new method, thereby confirming the findings published in Bronk Ramsey et al. (2004) ». La date du bâton percé fait donc partie des dates (OxA-9361 à 11851) affectées par cette contamination. Le reste de l’échantillon ayant été remis au laboratoire de Lyon, aucune nouvelle date du bâton n’a donc été faite. Selon Higham et al. (2007), cette erreur ne rajeunirait les échantillons que de 120 ans, en moyenne, pour les échantillons holocènes (moins pour ceux du Magdalénien). Si cette estimation de l’erreur est fiable, le bâton resterait plus ancien que le squelette. Même si la date du bâton était artificiellement trop vieille de 120 ans à cause de ce problème et qu’ainsi les dates se rapprocheraient (même si pour le Magdalénien l’effet de rajeunissement serait moins fort), il est toujours statistiquement plus vieux que le squelette (χ2 0.05 [1 df] = 10,5 [5% 3,8]).
  2. La date « rajeunie » du bâton étant malgré tout plausible pour le Magdalénien régional, elle peut être retenue. Dans ce cas elle suggère que : soit le squelette est plus récent et était intrusif dans le niveau 6 où se trouvait le bâton, l’association avec le squelette est alors fortuite. Cela suppose que les couches au-dessus du squelette n’étaient pas intactes (défaut d’observation ?). Il faut alors admettre l’existence d’une fosse creusée dans le niveau 6 à partir d’un niveau plus récent ; Soit le bâton percé est un objet ancien transmis et déposé à côté du corps, hypothèse très lourde de sens…

36Il faut cependant noter que l’état de conservation du bâton est différent de celui du squelette, suggérant une histoire taphonomique distincte. De plus, il ne semble pas avoir été ocré, ce qui appuie aussi l’hypothèse d’une non-contemporanéité. Toutefois une nouvelle date du bâton serait utile pour vérifier sa position chronologique.

Bilan

37Les données suggèrent que nous aurions un dépôt intentionnel du corps d’un adolescent âgé de 11-17 ans de sexe inconnu. Allongé sur le dos, les membres supérieurs en extension ; la position des membres inférieurs, comme celle de la tête, reste difficile à préciser sans faire appel à des hypothèses invérifiables.

38L’intentionnalité repose sur la présence d’ocre qui a subsisté sur beaucoup d’os et notamment sur les côtes. Une fosse est possible mais sa démonstration repose en fait sur l’hypothèse de l’ancienneté du bâton percé.

39Le maintien de connexions anatomiques (souligné sur au moins la moitié supérieure du corps, la présence de petits os, phalanges des mains et de points d’ossification comme le point coracoïde) sont en faveur d’un dépôt primaire. L’hypothèse ancienne d’un corps « décharné » ailleurs avant son enfouissement dans l’abri n’est pas validée. D’une part, il n’y a aucune trace sur les os d’un tel traitement (ex. traces de découpe), d’autre part, la présence d’ocre sur les os n’implique pas non plus ce type d’intervention. La décomposition naturelle du cadavre suffit à permettre la coloration des os.

40La pierre en arrière de la tête et l’association de mobilier au squelette restent très problématiques comme nous l’avons vu. Selon les informations disponibles, l’état du squelette (ex. les cassures) témoigne d’une fouille peu soignée et source d’incertitudes reconnues par les inventeurs eux-mêmes pour statuer.

41Ce dépôt très probablement funéraire n’a pas d’équivalent dans la région où pour la fin du Paléolithique supérieur ne sont connus que de très rares vestiges humains fragmentaires découverts en position détritique (ex. Grotte des Romains et Abri Gay, Ain). Plus à l’Est, l’Allemagne n’a pas livré non plus de sépulture indiscutable exceptée(s) celle(s) de Bonn-Oberkassel dont certaines dates sont très proches de celle des Hoteaux (Orschiedt et al. 2017). Toutefois, là aussi, en dépit de récents travaux, le contexte de la découverte au début du xxe siècle laisse beaucoup d’incertitudes y compris en ce qui concerne l’ancienneté. Le même type d’incertitudes existe pour les squelettes de Neuwied-Irlich (Street et al. 2006) découverts dans les années soixante par des carriers.

42En dépit des lacunes d’information, la sépulture des Hoteaux apparaît donc comme un des documents anthropologiques les mieux conservés dans cette région et pour l’intervalle de datation concerné. Plus généralement, il faut en effet souligner la rareté des sépultures indiscutables en France et en Europe pour le Paléolithique final (Barshay-Szmidt et al. 2016, Henry-Gambier 2018, Henry-Gambier et al. 2019).

Les vestiges lithiques

43Le matériel lithique analysé correspond à l’intégralité de la collection actuellement déposée au musée de Brou à Bourg-en-Bresse. Il comprend 40 vestiges associés à la sépulture paléolithique et 980 vestiges provenant des différentes fouilles réalisées dans la grotte. L’objectif de cette analyse était de réaliser un diagnostic général de l’assemblage afin d’en déterminer le degré d’homogénéité, sachant qu’à l’exception du matériel présumé de la sépulture, aucun vestige ne peut être attribué à l’un des niveaux décrits par les fouilleurs. Par ailleurs, aucune archive de terrain n’est associée à ce matériel, sauf de rares documents d’inventaires provenant du musée du Haut-Rhône (Brégnier-Cordon) digitalisés par R. Malgarini.

44Selon les recherches de M. Rouch-Zurcher (1991), la collection lithique Tournier comprenait 8 000 à 10 000 vestiges (Rouch-Zurcher 1991, p. 247). Les réserves du musée de Brou ne conservent qu’une série de 1 311 pièces, dont les 40 artefacts lithiques, qui ont été associés à la sépulture par Tournier. Évidemment, aucun document ou argument ne vient confirmer cette présumée association. Comme le soulignait M. Rouch-Zurcher, aucun des autres artefacts n’est rattaché à l’un des « foyers » des fouilles Tournier. On notera en revanche d’autres mentions lisibles sur le matériel : quelques vestiges provenant d’une « récolte Corcelle » ou d’une fouille datant de 1917 ne portant aucune référence (certainement rattachée aux dernières années de J. Tournier sur le site). Aussi, sauf pour le matériel provenant de la sépulture, on ne peut aborder ce matériel que de manière globale.

Les vestiges lithiques supposés associés à la sépulture

45Si l’ancienneté de l’individu inhumé dans la grotte des Hoteaux est désormais assurée (cf. supra), son attribution à une tradition technique de la fin du Paléolithique reste problématique. En effet, la datation du bâton percé (Bridault et al. 2000, Oberlin et Pion 2009), censé avoir été disposé à côté du corps, s’avère plus ancienne que celle du squelette. Surtout, cette dernière se situe dans un intervalle de temps où la distinction entre le Magdalénien supérieur et l’Azilien ancien se pose de manière très explicite (Bodu dir. 1998, Valentin 2008, Mevel 2013, Naudinot et al. 2017). En dépit des incertitudes sur l’association de ce matériel au squelette, il est apparu pertinent d’évaluer ces vestiges d’un point de vue typo-technologique.

46Parmi eux, on dénombre sept outils retouchés. Soulignons d’emblée que deux vestiges remontent entre eux : une lame à retouche écailleuse scalariforme et une lame brute (fig. 7). Cette lame retouchée est bien visible sur la photographie ancienne de reconstitution de la sépulture tout comme la lame avec laquelle elle remonte (fig. 7). Cette catégorie d’outil est un vestige évocateur de la phase ancienne de l’Azilien (Bodu et Mevel 2008, Mevel 2013). On la connaît dans plusieurs sites de la région, en particulier dans les niveaux aziliens ancien de l’abri de La Fru (C3-1 et C3-2 : Pion dir. 1990, Mevel 2013 et 2017). Le point d’impact bien lisible sur le talon de l’objet indique d’ailleurs que cette lame de plein débitage a été débitée à l’aide d’un percuteur tendre minéral. L’emploi de cette technique est un argument supplémentaire en faveur de « l’hypothèse azilienne ». Selon J. Tournier (1924), deux pièces à dos seraient également associées à la sépulture (fig. 7, n° 4 et 5). La première est une pièce aménagée sur une lamelle de faible régularité dont la retouche marginale et abrupte envahit la totalité du bord droit. On manque cependant d’éléments pour caractériser culturellement cet objet. La seconde pièce à dos (de gabarit sensiblement identique) a été aménagée par une retouche directe abrupte plus envahissante que sur le premier exemplaire. Surtout, elle présente deux fracturations à ses extrémités qui lui confèrent la valeur d’armature de projectile. Sa partie proximale présente une fracture « pseudo-burinante » de près d’un centimètre d’amplitude et son extrémité distale montre une fracture « en marche ». Ces deux catégories de fractures permettent d’affirmer que cette pièce a été utilisée comme projectile. Au vu de sa morphologie et de la disposition des stigmates d’impacts, nous serions tentés de classer cet objet du côté des pointes à dos aziliennes. Le support est en effet une petite lame de profil rectiligne qui ne déparerait pas dans des contextes du début de l’Azilien. Toutefois, cet indice reste ténu. Le reste de l’outillage est composé d’un perçoir de facture plutôt magdalénienne, un burin d’angle sur troncature malheureusement ubiquiste tout comme l’éclat retouché et celui présentant des « mâchures » sur l’un de ses bords.

Fig. 7. Remontage d’une lame à retouche écailleuse scalariforme et d’une lame brute.

Fig. 7. Remontage d’une lame à retouche écailleuse scalariforme et d’une lame brute.

Ces éléments étaient associés au squelette selon les inventeurs.

(Photo et DAO L. Mevel)

47Aussi, hormis la lame à retouche écailleuse scalariforme, qui évoque fortement l’Azilien ancien, et un perçoir plutôt magdalénien, l’outillage supposé contemporain de la sépulture est peu diagnostic et finalement ambigu d’un point de vue chronoculturel.

48Le reste du matériel « associé » (n = 33) ne permet malheureusement pas de lever les doutes quant à l’attribution culturelle. Les éclats constituent la classe de support la mieux représentée (n = 22). Ils correspondent à des supports d’entretien variés : éclats de réaménagement de plan de frappe (n = 2) ou éclat d’entretien divers. Autant dire que ces vestiges sont peu pertinents. Les dix produits lamino-lamellaires sont vraisemblablement des produits de second choix ou d’entretien. Parmi ces objets, quatre possèdent un talon qui présente les stigmates de l’utilisation de la percussion tendre minérale : talon lisse abrasé et présence d’un point d’impact bien marqué. Ces maigres indices nous orienteraient plutôt vers l’Azilien, période durant laquelle se généralise l’utilisation de ce percuteur pour la production de lames (Bodu 2000, Pelegrin 2000, Valentin 2000, Mevel 2013).

49Au final, il faut bien admettre l’ubiquité des vestiges lithiques « associés » selon les inventeurs à la sépulture. Aucun d’entre eux ne peut assurément relever du Magdalénien supérieur. Au contraire, les maigres indices collectés tendent à un rapprochement avec l’Azilien et en particulier avec sa phase ancienne. Cependant, l’absence de certitude concernant l’association des vestiges avec l’individu ne permet pas d’apporter des arguments supplémentaires concernant la tradition technique auquel l’homme des Hoteaux appartenait.

Les autres vestiges lithiques

50Le reste de l’industrie lithique est composé de 25 lots de pièces classés au gré des études et déplacements des collections. Ils étaient conservés en sac, en cartons numérotés, en cartons classés par types d’outils (burins, grattoirs…) ou par collection (Corcelle) ou par tri (I. Margerand). Nous avons appréhendé cet ensemble comme nous aurions abordé une série issue d’un ramassage de surface.

51Parmi ces objets, on retrouve la dichotomie entrevue à partir du matériel supposé provenir de la sépulture. Une vingtaine de lamelles à dos simples signent, par exemple, la présence d’une composante magdalénienne significative (fig. 8, n° 1 à 14). Les armatures aziliennes sont nettement plus discrètes puisque nous n’avons identifié que six candidats potentiels, parmi lesquels une bipointe, pointe emblématique de l’Azilien ancien (fig. 8, n° 15). Les autres pointes à dos ne sont pas incompatibles avec d’autres catégories aussi connues dans des contextes similaires (Mevel et Bressy 2009, Béreiziat 2011 et 2013, Mevel 2013 et 2017). Parmi les boîtes contenant les outils ou les vestiges considérés comme tels (« grattoirs », « burins », « lames utilisées »), nous noterons qu’ils sont majoritairement aménagés sur des supports laminaires de régularités variables. La fréquence, trop peu importante, des talons conservés sur ces supports interdit cependant un diagnostic pièce par pièce. Si des talons présentent les stigmates de la percussion tendre organique (présence de lèvre, abrasion soignée de la corniche…) d’autres évoquent la percussion tendre minérale. Aussi, il est très probable que ces outils témoignent également d’une présence conjointe de vestiges azilien et magdalénien. Nous aurions cependant tendance à voir une plus forte composante magdalénienne dans la série. Elle se matérialise notamment par une bonne représentation des lames débitées à l’aide d’un percuteur tendre organique et de nucléus à lames et à lamelles de factures plutôt magdaléniennes.

Fig. 8. Composante magdalénienne : n° 1-14 – lamelles à dos simple/composante azilienne : n° 15 – bipointe.

Fig. 8. Composante magdalénienne : n° 1-14 – lamelles à dos simple/composante azilienne : n° 15 – bipointe.

(Photo et DAO L. Mevel et R. Malgarini)

Bilan

52Des vestiges lithiques magdaléniens et aziliens composent la série provenant du gisement des Hoteaux. Ces indices ont été recensés aussi bien dans le matériel supposé associé à la sépulture que dans celui trouvé par ailleurs. Bien que cela repose sur des éléments ténus, il apparaît que les indices magdaléniens sont plus particulièrement bien représentés dans la collection hors sépulture. En revanche, quelques vestiges (prétendument) associés à la sépulture orientent plutôt vers une attribution à la phase ancienne de l’Azilien. La date obtenue à partir du squelette n’est d’ailleurs pas en contradiction avec une corrélation de l’individu avec cet épisode culturel (fig. 9).

Fig. 9. Datations disponibles pour l’Azilien ancien dans le Jura méridional, les Alpes du Nord, le Plateau suisse, le Bassin parisien, l’Aquitaine et les Pyrénées et comparaison avec la date de l’individu des Hoteaux pour la fin du Magdalénien dans les Alpes du Nord et le Jura méridional.

Fig. 9. Datations disponibles pour l’Azilien ancien dans le Jura méridional, les Alpes du Nord, le Plateau suisse, le Bassin parisien, l’Aquitaine et les Pyrénées et comparaison avec la date de l’individu des Hoteaux pour la fin du Magdalénien dans les Alpes du Nord et le Jura méridional.

(Simmonet 1967, Lorblanche 1996, Célérier 1998, Bodu 2000, Leesch et al. 2004, Oberlin et Dujardin 2005, Bodu et al. 2006, Oberlin et Pion 2009, Naudinot et al. 2017). Calibrations réalisées avec le logiciel Chronomodel 2.0 (Lanos et Dufresnes 2019)

53Cependant, si l’on compare cette date avec celles qui proviennent des niveaux indubitablement attribués à l’Azilien ancien sur les sites les plus proches de la grotte des Hoteaux (Abri Gay, Abri de La Fru, Monruz : Pion dir. 1990, Bullinger et al. 2006, Béreiziat 2011 et 2013, Mevel 2013 et 2017), on constate qu’elle se situe dans un intervalle de temps probablement plus ancien que la majorité des datations disponibles, de surcroit plus lissées par le phénomène de plateau qui affecte la majorité d’entre elles. Ce constat est peut-être moins vrai à une échelle géographique élargie (Nord-Ouest de la France, Bassin parisien, Sud-Ouest de la France), mais il pose cependant, de façon explicite, la question de la contemporanéité de l’ensemble des niveaux attribués à l’Azilien ancien sur tout l’espace géographique où il a été identifié (France et Suisse essentiellement). En effet, la complexité des phénomènes de transition culturelle et de la question de leur diffusion dans l’espace pourrait induire des décalages temporels de quelques siècles. Pour mémoire, l’Azilien ancien est d’abord entrevu comme une réponse des sociétés magdaléniennes aux transformations des écosystèmes pendant le Bølling (Pelegrin 2000, Mevel 2013). Ainsi, dans le Jura méridional et les Alpes, ces adaptations pourraient s’être mises en place plus tardivement que dans d’autres secteurs géographiques (Mevel 2013). D’ailleurs, il existe de nombreuses datations de niveaux réputés magdaléniens dans ces deux régions (fig. 9) et qui s’inscrivent dans le même intervalle de temps que la datation de l’individu des Hoteaux. Aussi, la question de l’attribution culturelle de la « sépulture » des Hoteaux reste plus que jamais sujette à caution. Enfin, la datation obtenue aux dépens du seul vestige véritablement magdalénien de la sépulture, le bâton percé, pose question. Est-ce un artéfact ajouté à la sépulture, a posteriori, par les découvreurs au regard de son caractère exceptionnel ou, comme suggéré plus haut, un objet transmis pendant plusieurs générations ? Il est évidemment impossible de statuer.

L’industrie osseuse et la parure

54L’industrie osseuse des Hoteaux se compose de 49 pièces dispersées actuellement entre le Musée de Brou à Bourg-en-Bresse et le musée du Haut-Rhône à Brégnier-Cordon. Même si la description de la stratigraphie du gisement est ancienne, l’Abbé Tournier (1924) fournit des références sur la position stratigraphique de certaines pièces, dont celles issues de la sépulture. D’après l’auteur (id.), la sépulture comptait seulement deux éléments : un bâton percé et une crache de cervidé perforée. En 1924, Tournier situait aussi une aiguille entière dans le « foyer 6 » (couche F). Mais aucun objet de ce type n’a été retrouvé dans les collections malgré nos tentatives de raccorder divers fragments.

Le bâton percé

55La position stratigraphique de l’objet est indiquée près de 30 ans après sa découverte :

« la tranchée d’exploration n’était plus qu’à trois mètres environ de la paroi du fond, lorsque la pioche des ouvriers découvrit, au niveau du 6e foyer, à la profondeur de deux mètres, des ossements humains, parmi lesquels deux fragments de tibias et des os du pied et deux tronçons de bâton de commandement » (Tournier 1924, p. 318).

56Malgré ces deux fragments qui se raccordent à partir d’une fracture, provoquée probablement lors de la fouille (cf. supra), ce bâton percé est complet (fig. 10). C’est à partir de cette fracture qu’un prélèvement avait été effectué, par G. Pion et L. Chaix en 1999, dans le cadre du PCR « La fin du Paléolithique supérieur dans les Alpes du Nord Françaises et le jura méridional » (coord : G. Pion) pour réaliser une datation 14C (Bridault et al. 2000, Pion 2000, Oberlin et Pion 2009).

Fig. 10. Les Hoteaux : bâton percé daté associé au squelette selon les inventeurs.

Fig. 10. Les Hoteaux : bâton percé daté associé au squelette selon les inventeurs.

(Photo et DAO R. Malgarini)

57L’état de surface de l’objet est plutôt moyen. La quasi-intégralité de la pièce est recouverte par de fines concrétions brunes qui affectent en partie les stries. Les pans de fractures, les pans de sillon et les négatifs d’enlèvements sont toutefois encore perceptibles. Le bois a également subi des restaurations anciennes (pâte brune à grains grossiers) au niveau du manche, de part et d’autre de la fracture.

58La morphologie et les parties anatomiques du support d’origine ainsi que le tissu compact (dont l’épaisseur au niveau de la fracture fraîche varie de 6,5 à 7 mm sur les faces latérales ; 5,5 mm sur la face postérieure et 6,5 mm sur la face antérieure), indiquent que l’objet a été confectionné dans un bois de renne de gros module (Averbouh 2000, Malgarini 2014). La courbure naturelle du bois montre qu’il s’agirait d’un bois droit.

59En ce qui concerne la description des caractères généraux du bâton percé, nous avons repris la méthode et les termes employés issus des fiches typologiques de l’industrie osseuse préhistorique (Peltier 1992).

Forme générale

60D’après la morphologie générale de la pièce, ce bâton est associé au type des « bâtons percés à branches courtes ou sans branches ». Il n’est pourvu que d’une seule perforation.

61Selon sa forme anatomique, la partie distale (là où se situe la perforation) est réalisée sur la partie basilaire de la pièce (entre les deux andouillers et la base du bois). Quant aux parties mésiale et proximale (le manche du bâton), elles sont réalisées sur la perche A.

62Le bâton est relativement robuste et présente des dimensions conséquentes, soit 296 mm de longueur pour 55 mm de largeur et 20 mm d’épaisseur distale (tabl. 3).

Tabl. 3. Dimensions du bâton percé associé selon les inventeurs au squelette.

Tabl. 3. Dimensions du bâton percé associé selon les inventeurs au squelette.

63Si, a priori, aucun décor n’est visible, un examen attentif de la pièce en lumière rasante révèle quelques tracés linéaires et géométriques. On distingue, d’une part, des tracés courbes autour de la perforation (face latérale externe, fig. 10), et des incisions recouvertes par les concrétions et, d’autre part, un motif en dents de scie (face latérale interne en partie distale du manche (fig. 10), sous forme d’incisions très légères.

64Si la question d’un décor peut être posée (l’Abbé Béroud signalait en 1895 des « traits circulaires »), il pourrait s’agir là de traces techniques parasites survenues lors des phases d’élagage (andouiller et base du bois), lors de la réalisation de la perforation ou encore lors de la finition de la pièce. Durant ces opérations, les outils peuvent tout aussi bien déraper et marquer malencontreusement la surface du bois comme nous pouvons l’observer parfois sur des supports ou des déchets (Malgarini 2014). En ce qui concerne la finition de la pièce, celle-ci est peu aboutie si on la compare à d’autres bâtons de la même période, où les stigmates techniques peuvent être en grande partie complètement absents ou en grande partie, comme c’est le cas pour « l’autre bâton au cerf bramant », situé entre le 4e et le 5e foyer (Malgarini 2014).

Partie distale

65La partie distale de la pièce n’est donc marquée par aucune branche. Les andouillers et la base du bois ont été élagués.

66La partie correspondante à l’andouiller de glace est marquée par un pan de fracture en W qui affecte la face latérale externe et la face antérieure. L’amenuisement du tissu compact sur la face latérale interne indique clairement l’action d’un outil pour préparer au détachement. Si les négatifs d’enlèvements (produits par la percussion directe et tranchante) sont en partie absents (quelques négatifs sont encore visibles), ceux-ci ont pu être estompés par raclage ou autres techniques visant à les effacer (pas de stigmates notables). L’andouiller d’œil a, quant à lui, subit un tronçonnage bifacial (les négatifs sont identifiables sur les deux faces). Enfin, le détachement de la base du bois a probablement été réalisé par rainurage bifacial. On distingue encore un pan de sillon et le fond de celui-ci sur la face latérale interne, tandis qu’il est absent sur l’autre face. Là encore, les stigmates sont quasiment effacés par une phase de finition qui n’a pas laissé de macro traces.

67La perforation présente une forme plutôt ovalaire et similaire sur les deux faces. Les parois sont régulières sur toute sa périphérie et sont légèrement concaves. La forme des lèvres varie sur une même face même si elles sont globalement émoussées et arrondies. En face latérale externe, les lèvres sont surtout émoussées et arrondies à l’extrémité distale de la perforation, tandis qu’elles le sont en partie proximale sur l’autre face (légèrement vive sur les bords).

68Une fois de plus on retrouve un bâton percé avec une perforation réalisée au cœur du bois, là où le tissu compact est le plus épais et probablement là où les fibres sont les plus denses. La réalisation d’une perforation à ce niveau a probablement comme objectif de répondre à des contraintes physiques (mécaniques) sur le plan fonctionnel. La question de la morphologie de la perforation avec notamment une partie des lèvres plus émoussées que sur le reste de la périphérie peut être en relation avec sa fonction, comme cela a été démontré (avec un lien qui passerait au travers par exemple, Rigaud 2001, Lompré 2003). Les stigmates techniques qui ont été produits lors de la préparation du support sont en partie effacés, recouverts par des traces de raclage (en partie perceptibles) venues atténuer les angles des pans de fractures (sectionnement de l’andouiller par exemple). À juger de l’état de cette partie (et par extension de l’intégralité de la pièce), la phase de finition ne semble pas avoir été poussée à un stade avancé.

Partie mésiale

69En partie mésiale, les bords sont parallèles et courbes et de section ovalaire (sur la partie distale du manche) et sub-ovalaire (sur le reste du manche), marquée par un méplat sur la face postérieure. Ce méplat, non naturel, est la conséquence de deux pans de rainurage situés sur le même plan et marqués par le tissu spongieux entre eux. Ceci s’expliquerait par l’extraction, via le double rainurage longitudinal, d’une fine baguette aux bords convergents (dont les pans sont conservés sur 157 mm de longueur et de 4 à 10 mm de largeur (mesures prises à partir des fonds de sillons, fig. 10). Deux rainures profondes complètent ces traces, à l’extrémité et sous le support extrait. Celles-ci ont probablement participé à son détachement. La position du négatif se situe dans la partie inférieure du manche sous la fracture fraîche.

70Il est difficile d’identifier la chronologie des faits concernant l’extraction de ce support : avant ou après la réalisation du bâton percé ? Cependant, il est certain qu’il n’y a pas eu la volonté de façonner cette partie. Les stigmates sont encore bien lisibles et aucun autre ne les recouvre. Certes les bords des pans de sillons son légèrement émoussés, mais cela pourrait être dû à des problèmes de préservation.

Partie proximale

71La partie proximale ne se dissocie pas de la partie mésiale par un signe particulier. On caractérise davantage une extrémité proximale qui se distingue par des bords émoussés et qui pourraient être le fait d’une altération post-dépositionnelle. Toutefois, on distingue quelques négatifs d’enlèvement sur la face antérieure et la face latérale interne qui seraient le résultat d’une percussion directe tranchante. Sur cette zone, on observe bien une modification du volume. Mais là encore ces stigmates sont altérés. Ils correspondraient au sectionnement et à l’élagage de la partie supérieure du bois (à extrémité de la perche A).

Autres éléments de l’industrie osseuse

72D’autres éléments d’industrie osseuse Fig.nt dans les collections. Certains sont décrits avec le numéro de « foyer » dont ils sont issus. Parmi les pièces susceptibles de caractériser une attribution chronoculturelle nous comptons 25 objets finis et ébauches. Cependant, tous ne peuvent être classés selon un type bien défini en raison du manque de caractères typologiques (biseau ou extrémité apicale) ou selon leur état de conservation (pièces souvent fracturées). Nous les considérons comme « objets finis » en fonction de leur état de finition. C’est le cas par exemple de cinq fragments mésiaux d’objets finis sur supports plats, dont l’un est pourvu de rainures longitudinales bifaciales, et dont la morphologie se rapproche de celle des pointes. Les déchets et les supports étudiés font état de l’utilisation du procédé du double rainurage pour leur extraction et la réalisation des objets finis.

73Plus ordinaire dans l’équipement, nous observons aussi trois pièces appointées en os auxquels s’ajoutent cinq fragments d’aiguilles à chas et une ébauche.

74À ces éléments s’ajoute un second bâton percé en bois de renne décoré d’un cerf bramant (non daté, fig. 11). Ce bâton se situait selon l’Abbé Tournier (1924) dans la couche G, entre les « foyers 5 et 4 ». Il serait donc, d’après sa position stratigraphique, plus récent que la sépulture. Il se distingue du bâton de la sépulture par un bon état de conservation, mais aussi par son aspect plus gracile (250 mm de longueur, 21 mm de largeur et 18 mm d’épaisseur). L’épaisseur du tissu compact atteint les 5 mm et se rapprocherait donc d’un moyen module.

Fig. 11. Bâton percé décoré d’un cerf.

Fig. 11. Bâton percé décoré d’un cerf.

(Photos R. Malgarini)

75Ce bâton percé est relativement similaire à celui de la sépulture. Comme lui, il est associé au type des « bâtons percés à branches courtes ou sans branches » et n’est doté que d’une seule perforation de 14 mm de diamètre dont la morphologie interne est biconique (Malgarini 2014). Les similitudes ne s’arrêtent pas à ce stade puisque la partie distale se situe au niveau de la partie basilaire du bois et ses parties mésiale et proximale sont réalisées sur la perche A. L’andouiller d’œil et la base du bois ont également été sectionnés par rainurage bifacial. Le manche, marqué par de grandes plages de stries de raclage, est pourvu d’une figuration réaliste représentant un cerf bramant, gravé dans le sens longitudinal de l’objet et « enroulé » sur celui-ci. Il en occupe près de la moitié de sa longueur (100 mm).

La parure

76Les collections comptent quatre éléments de parure dont deux craches et une canine de petit carnivore conservés au musée de Brou, et une crache conservée au musée du Haut-Rhône (fig. 12). Initialement, Béroud (1895) indique la présence de « dents perforées », Hutinel (1913) mentionne « une dent de cerf percée d’un trou de suspension » dans le mobilier décrit à côté du squelette tandis que Tournier ne relève que « deux dents percées d’un trou de suspension » dans le mobilier de la grotte dont « une dent de renne » dans la sépulture. Celle-ci a d’abord été indiquée comme « trouvée à gauche à côté de la tête » (Tournier 1924, p. 321) puis « placée à droite au niveau des vertèbres cervicales » et sans précisions pour l’autre élément (Tournier 1924, p. 339). Si l’on se fie aux éléments publiés par Tournier (fig. 12, n° 1), cette crache Fig. toujours dans la collection de Brou et se trouve dans le même état de conservation, entière et présentant de bons états de surface. Des trois craches connues dans les collections, il s’agirait de la pièce qui se rapproche morphologiquement le plus de celle publiée (fig. 12, n° 4), sans en être totalement certain. La racine a été amincie par un raclage appuyé (ou abrasion ?) sur les deux faces et se distingue par une perforation bifaciale (fig. 12, n° 1a et 1b).

Fig. 12. Éléments de parure sur craches de cerf. La crache n°1 serait celle de la sépulture.

Fig. 12. Éléments de parure sur craches de cerf. La crache n°1 serait celle de la sépulture.

(n° 1 à 3 : Photos et DAO R. Malgarini, n° 4, Tournier 1924, n° 6).

Bilan

77Les bâtons percés connus à l’échelle locale et contemporains de la pièce étudiée ici ne sont pas rares en contexte magdalénien. Comme les deux exemplaires des Hoteaux, ils sont de types « à branches courtes ou sans branches ». On les retrouve à Etrembières (Haute-Savoie, Stahl-Gretch 2006) et aux Romains (Ain, Malgarini 2014). Quant à celui des Douattes (Haute-Savoie), il est trop incomplet pour être défini (Malgarini 2014). Ces bâtons magdaléniens sont plus graciles et réalisés sur des modules de bois inférieurs. En revanche, les techniques et les procédés mis en œuvre demeurent les mêmes (procédés de sectionnement pour supprimer la base des bois et les andouillers à partir de percussions directes tranchantes unifaciales ou par rainurage bifacial et de percussions directes diffuses pour le détachement final).

78Dans une zone étendue au Massif du Jura français et suisse, les bâtons percés Fig.nt à Rochedane (Doubs, Malgarini, 2014), ou en Suisse au Kesslerloch (Bandi et al. 1977), Schweizersbild (Höneisen et Prayer, 1994) et Monruz (Bullinger et al. 2006), avec notamment la présence de bâtons à double perforation ou gravés de motifs figuratifs et réalistes comme le second bâton des Hoteaux et celui de Veyrier.

79En outre, des bâtons percés en bois de renne ne sont pas connus dans l’Azilien ancien de la région. Toutefois les industries osseuses aziliennes sont particulièrement mal connues en raison du peu de sites dans la région, il est difficile de reconnaître parmi les vestiges trouvés « hors » de la sépulture, des éléments attribuables à l’Azilien ancien comme cela a été fait pour l’industrie lithique d’autant plus que le matériel en matières osseuses provenant des couches supérieures est attribuable au Magdalénien. Il faut aussi rappeler que le bois de renne est la matière première majoritaire dans la série. Sachant que le renne disparaît de la région à la fin du 13e millénaire (Oberlin et Pion 2009), il semblerait difficile d’admettre que des objets de ce type persistent au-delà de 12000-11500 BP.

Conclusion

80L’« Homme des Hoteaux » a été un acteur majeur dans la controverse qui opposa notamment, à la fin du xixe siècle, E. d’Acy et G. de Mortillet sur l’existence de pratiques funéraires au Paléolithique supérieur. Si les découvertes du siècle suivant donnent raison au premier, il aura fallu attendre plus d’un siècle pour assoir la sépulture des Hoteaux dans un cadre chronologique précis. La datation SMA 14C place en effet cet adolescent dans la deuxième moitié du Bølling. Bien qu’elle fut attribuée au Magdalénien dès son exhumation, le contexte de découverte, les méthodes de fouille et les péripéties entourant les différentes collections ne permettaient pas de valider l’attribution culturelle proposée par l’inventeur du site.

81Si nous faisons le point sur les restes humains magdaléniens de la région, ceux-ci sont rares, représentés notamment par un fragment de mandibule provenant de la grotte de Rigney dans le Doubs (Cupillard et al. 2015) et des éléments crâniens de la grotte des Romains dans l’Ain (Gambier 1983). Le premier constitue un point de comparaison « chronologiquement lointain » daté au début du 13e millénaire (fig. 13). Mal défini stratigraphiquement, le matériel associé se rapproche en outre davantage du Magdalénien moyen (Malgarini 2014, Malgarini et al. 2017). Le second peut être plus proche si l’on se base sur une datation 14C du niveau d’origine.

Fig. 13. Comparaison des datations des vestiges humains tardiglaciaires de la grotte des Hoteaux, de la Grotte du Bichon, de Rigney 1, de Bonn-Oberkassel, de Neuwied-Irlich et de Rochedane

Fig. 13. Comparaison des datations des vestiges humains tardiglaciaires de la grotte des Hoteaux, de la Grotte du Bichon, de Rigney 1, de Bonn-Oberkassel, de Neuwied-Irlich et de Rochedane

(Morel 1993, Street et al. 2006, Drucker et al. 2011, Cupillard et al. 2015, Janssens et al. 2018). Calibration réalisées avec le logiciel Chronomodel 2.0 (Lanos et Dufresnes 2019).

82La datation du bâton percé annoncé au côté du défunt semblait conforter l’appartenance de l’individu au Magdalénien de la fin du Dryas ancien, épisode contemporain d’une nouvelle dynamique de peuplement en provenance de la vallée rhodanienne reconnue notamment à la grotte des Romains (niveaux III et IIb) et à l’abri Gay (niveau F2d, Béreiziat 2011, Malgarini 2014).

83Si des composantes typo-technologiques magdaléniennes stricto sensu sont bien attestées, une partie du matériel lithique, notamment quelques éléments prétendument associés au défunt et le résultat de la datation radiocarbone, interroge une possible attribution à l’Azilien ancien ou au Magdalénien terminal. Concernant cette dernière hypothèse, il faut reconnaitre que nos connaissances actuelles sur la fin du Magdalénien ne nous permettent pas d’identifier un épisode qui aurait valeur de Magdalénien final, qui reposerait d’une part sur un registre archéologique singulier et d’autre part sur un cadre qui permettrait de le sérier dans la chronologie. Sur ce point, nous restons malheureusement tributaires de l’imprécision des mesures radiométriques entre la fin du Dryas ancien et le début du Bølling.

84Pour l’Azilien ancien, le cadre chronologique est à peine plus fiable, puisqu’une partie des datations disponibles se situent aussi dans le plateau radiocarbone. La date de l’individu des Hoteaux est, malheureusement, à classer parmi les nombreuses dates qui se placent dans le plateau radiocarbone. Nous l’avons évoqué, dans le contexte régional c’est à la fois le cas d’assemblages réputés magdaléniens et aziliens. À partir de la seule datation radiocarbone, il est donc impossible de statuer sur son attribution culturelle. L’association entre des vestiges lithiques assurément aziliens ne peut, à l’instar du bâton percé magdalénien, être considérée comme des éléments nous permettant d’affirmer que l’individu des Hoteaux est azilien. La question de son attribution à l’une ou l’autre des traditions culturelles n’atténue toutefois en rien le caractère exceptionnel de ce document puisque c’est l’un des rares exemples de sépulture pour cette période en Europe de l’Ouest.

  • 10 Dans le Jura souabe (Burghöhle, Burkhardtshöhle et Petersfels), plusieurs restes humains ont égale (...)

85Si l’on admet une attribution à l’Azilien, des analogies pourraient être recherchées en Allemagne, dans la vallée du Rhin, où les datations d’une sépulture double associant un homme et une femme à Bonn-Oberkassel et les restes épars de deux individus à Neuwied-Irlich placent ces individus dans un intervalle de temps presque contemporain de l’individu des Hoteaux (Baales 2006, Street et al. 2006, Orschiedt et al. 2017, Janssens et al. 2018, fig. 13)10.

86À Bonn-Oberkassel, le mobilier se composait d’une sculpture animale, d’un poinçon portant une tête animale sur l’extrémité. Un chien accompagnait également les défunts et de l’ocre comme à la grotte des Hoteaux était présent (Baales 2006, Street et al. 2006). À Irlich, une incisive de cerf percée, un fragment de lamelle à dos et une chute de burin seraient associés aux squelettes. Les données étant lacunaires et très incertaines (découvertes anciennes en contexte de carrières), y compris les datations, il est difficile d’apporter des éléments de discussion pertinents sur une phase culturelle encore peu maîtrisée qui nécessite une attention particulière et un cadre archéostratigraphique irréprochable.

87D’autres exemples d’individus humains datés en contextes tardiglaciaires sont connus dans des secteurs assez proches des Hoteaux (Grotte du Bichon, Suisse, Rochedane, Doubs, Morel 1993, Cupillard et al. 2015) et sont des témoins non funéraires et clairement plus jeunes à rattacher à une phase plus récente de l’Azilien.

88Ce contexte favorable que nous évoquions plus haut n’est malheureusement pas présent aux Hoteaux et entretient toujours le mystère de l’appartenance culturelle d’un des documents archéologiques les plus emblématiques de la Préhistoire et de l’historiographie de la discipline. Ceci nous prive d’informations fiables sur les gestes funéraires déployés autour de cet adolescent. Sa datation au moment d’une transition majeure de la Préhistoire européenne - après près de 4000 ans de relative stabilité culturelle – constitue toutefois un résultat important et sa contemporanéité relative avec d’autres sépultures notamment découvertes en Allemagne interroge sur la (ré)apparition de pratiques méconnues pendant la dernière partie du Magdalénien.

Nous remercions Mme Magali Briat-Philippe, conservatrice au musée de Brou de Bourg-en-Bresse, qui nous permet de venir régulièrement étudier les collections archéologiques, ainsi que le personnel du musée pour leur accueil toujours bienveillant. Nous tenons également à remercier Gallia Préhistoire ainsi que les relecteurs pour leurs conseils.

Haut de page

Bibliographie

Acy (d’) E. 1895 – La station des Hoteaux, Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, 6, p. 388-395.

Alqahtani S.J., Hector M.P., Liversidge H.M. 2010 – Brief Communication: The London Atlas of Human Tooth Development and Eruption, American Journal of Physical Anthropology, 142, p. 481-490.

Baales M. 2006 – Environnement et archéologie durant le Paléolithique final dans la région du Rhin moyen (Rhénanie, Allemagne) : conclusions des 15 dernières années de recherches, L’Anthropologie, volu. 110, 3, p. 418-444.

Bandi H.G., Bürgi J., Gerhardt K., Müller-Beck H., Schmid E. 1977Die Kultur der Eiszeitjäger aus dem Kesslerloch, Seekreis Verlag Konstanz, 164 p.

Barshay-Szmidt C., Costamagno S., Henry-Gambier D., Laroulandie V., Pétillon J.-M., Boudadi-Maligne M., Kuntz D., Langlais L., Mallye J.-B. 2016 Upper Magdalenian of the Western Aquitaine/Pyrenean Region of France (ca. 19-14 kA cal BP): Proposing a New Model for Its Chronological Phases and for the Timing of Occupation, Quaternary International, 414, p. 62-91.

Béreiziat G. 2008Actualisation des données des sites tardiglaciaires du Jura méridional. Inventaire et bilan sanitaire des gisements, Direction Régionale des Affaires Culturelles Auvergne-Rhône-Alpes, 183 p.

Béreiziat G. 2011Variabilité des comportements techniques du Dryas ancien à la fin du Bølling. Analyse technoéconomique comparée du matériel lithique de cinq gisements tardiglaciaires du Jura méridional, thèse de doctorat, université Bordeaux I, inédit, 790 p.

Béreiziat G. 2013 – Quoi de neuf à l’Est ? Une séquence tardiglaciaire du Jura méridional revisitée : l’abri Gay à Poncin (Ain), L’Anthropologie, 117 (1), p. 94-119.

Béroud Abbé J.-M. 1895 – La grotte des Hoteaux, Bulletin de la Société des Sciences Naturelles de l’Ain, 3, p. 26-35.

Bodu P. (dir.) 1998 « Le Closeau », deux années de fouille sur un gisement azilien et belloisien en bord de Seine. Document Final de Synthèse de sauvetage urgent, A.F.A.N., S.R.A d’Île-de-France, inédit, 3 vol., 470 p.

Bodu P. 2000 – Que sont devenus les Magdaléniens du Bassin parisien ? Quelques éléments de réponse sur le gisement azilien du Closeau (Rueil-Malmaison, France), in Valentin B., Bodu P., Christensen M. (dir.), L’Europe centrale et septentrionale au Tardiglaciaire. Confrontation des modèles régionaux de peuplement. Actes de la table ronde internationale de Nemours, 14 au 16 mai 1997, Nemours, APRAIF (Mémoires du musée de Préhistoire d’Île-de-France 7), p. 315-339.

Bodu P., Mevel L. 2008 – Enquête autour des lames tranchantes de l’Azilien ancien. Le cas du niveau inférieur du Closeau (Rueil-Malmaison – Hauts-de-Seine – France), L’Anthropologie, 112, p. 509-543.

Bouvier J. M. 1971 Les mandibules humaines du Magdalénien français, Thèse de 3e cycle, université Paris VII, inédit, 322 p.

Bridault A., Chaix L., Pion G., Oberlin C., Thiebault S., Argand J. 2000 – Position chronologique du Renne (Rangifer tarandus L.) à la fin du Tardiglaciaire dans les Alpes du nord françaises et le Jura méridional, in Pion G., Le Paléolithique supérieur récent : nouvelles données sur le peuplement et l’environnement, Actes de la table ronde de Chambéry, mars 1999, Paris, Société préhistorique française (Mémoire 28), p. 47-57.

Brock F., Bronk Ramsey C., Higham T.F.G. 2007 – Quality Assurance of Ultra filtered Bone Dating, Radiocarbon, 49 (2), p. 187-92.

Brock F., Higham T.F.G., Ditchfield P., Bronk Ramsey C. 2010 – Current pretreatment methods for AMS radiocarbon dating at the oxford radiocarbon accelerator unit (ORAU). Radiocarbon 52 (1), p. 103-112.

Bronk Ramsey C., Higham T.F.G., Leach P. 2004 – Towards High-Precision AMS: Progress and Limitations, Radiocarbon, 46 (1), p. 17-24.

Bullinger J., Leesch D., Plumettaz N. 2006Le site magdalénien de Monruz. Premiers éléments pour l’analyse d’un habitat de plein air, Archéologie neuchâteloise, 33, Service et musée cantonal d’Archéologie, Neuchâtel, 227 p.

Cartailhac E. 1872 – Un squelette de l’âge du renne à Laugerie-Basse (Dordogne), Extrait du Bulletin de la Société d’Histoire Naturelle de Toulouse, p. 23.

Cartailhac E. 1886 – Ossements et squelettes humains dans les cavernes et les stations quaternaires, Revue d’Anthropologie, 1, p. 448-470.

Cartailhac E. 1889 La France préhistorique d’après les sépultures et les monuments, Paris, Félix Alcan, 336 p.

Cartonnet M., Béreiziat G, (dir) 2019 – Campagne de tamisage des déblais 2019 à la grotte des Hoteaux (Rossillon). Rapport d’opération archéologique, Direction Régionale des Affaires Culturelles Auvergne-Rhône-Alpes, 116 p.

Chantre E. 1901 – L’Homme Quaternaire dans le bassin du Rhône. Étude géologique et anthropologique, Annales Universitaires de Lyon, 4, p. 6-16.

Célérier G. 1998 – L’abri-sous-roche de Pont d’Ambon à Bourdeilles (Dordogne, France). Perspective synthétique, Paléo, 10, p. 233-264.

Cupillard C., Magny M., Bocherens H., Bridault A., Bégeot C., Bichet V., Bossuet G., Drucker D.G., Gauthier É., Jouannic G., Millet L., Richard H., Rius D., Ruffaldi P., Walter-Simonnet A.V. 2015 – Changes in Ecosystems, Climate and Societies in the Jura Mountains Between 40 and 8 kA cal BP, Quaternary International, 378, p. 40-72.

Drucker D.G., Kind C.J., Stephan E. 2011 – Chronological and Ecological Information on Late-Glacial and Early Holocene Reindeer from Northwest Europe Using Radiocarbon (14C) and Stable Isotope (13C, 15N) Analysis of Bone Collagen: Case Study in Southwestern Germany, Quaternary International, 245, p. 218-224.

Gambier D. 1983 – Eude des fragments de calotte crânienne humaine provenant d’un des niveaux magdaléniens de la grotte des Romains (commune de Virignin, Ain), C.R. Acad. Sc. Paris, 297, série II, p. 379-381.

Gauthier H. 1955 – Antiquités préhistoriques. Informations : VIIIe circonscription, Gallia, 13, 2, p. 109-116.

Hardy M. 1891 – La station quaternaire de Raymonden à Chancelade (Dordogne) et la sépulture d’un chasseur de Rennes, Bulletin de la Société Historique et Archéologique du Périgord, 18, p. 65-89, p. 121-135, p. 193-212.

Henry-Gambier D. 2018 – Les populations du Paléolithique supérieur de la France. Biologie et pratiques funéraires, in Djinjian F. (dir.), La Préhistoire de la France, vol. 2, Paris, Hermann (Histoire et Archéologie), p. 184-20.

Henry-Gambier D., Rocher Ph., Drucker D. 2019 – Étude et description de la sépulture de l’enfant de l’abri Labattut (vallon de Castelmerle, Sergeac, Dordogne, France), Paleo, 30, p. 2-35.

Higham T.F.G., Jacobi R.M., Bronk Ramsey C. 2006 – AMS Radiocarbon Dating of Ancient Bone Using Ultrafiltration, Radiocarbon, 48, p. 179-195.

Higham T.F.G., Bronk Ramsey C., Brock F, Baker D, Ditchfield P. 2007 – Radiocarbon Dates from the Oxford AMS System Archaeometry Datelist 32, Archaeometry, 49, S1-S60.

Hutinel F. 1913Préhistoire de la région lyonnaise, Lyon, A. Rey, 1913, 179 p.

Höneisen M., Peyer S. 1994Schweizersbild – ein Jägerlager der Späteiszeit, Schaffhausen, Cantonal Archaeological Service Schaffhausen, 236 p.

Janssens L., Giemsch L., Schmitz R., Street M., Van Dongen S., Crombé P. 2018 – A New Look at an Old Dog: Bonn-Oberkassel Reconsidered, Journal of Archaeological Science, 92, p. 126-138.

Lanos P., Dufresne P. 2019 – ChronoModel version 2.0: Software for Chronological Modelling of Archaeological Data using Bayesian Statistics [URL : https://chronomodel.com/].

Leesch D., Cattin M.-I., Müller W., (dir.) 2004 – Hauterive-Champréveyres et Neuchâtel-Monruz. Témoins d’implantations magdaléniennes et aziliennes sur la rive nord du lac de Neuchâtel, Hauterive, musée cantonal d’Archéologie, Archéologie Neuchâteloise, 31, 237 p.

Lompré A. 2003 – Une nouvelle approche techno-fonctionnelle appliquée à un ensemble magdalénien de bâtons percés, Préhistoires méditerranéennes, 12, p. 147-163.

Lorblanchet M. 1996 – Du Magdalénien à l’Azilien en Quercy, in La Vie préhistorique, Dijon, Archéologia, Société préhistorique française, p. 282-285.

Malgarini R. 2014 Les gisements magdaléniens dans le Jura et les Alpes du nord et leurs industries osseuses, thèse de doctorat, Université de Franche-Comté, Besançon, 2 vol., 484 et 182 p.

Malgarini R., Mevel L., Bodu P., Béreiziat G., Debout G., Cupillard C., Carquigny N. 2017Navettes entre les sites : discussions sur la presence des facies du Magdalénien moyen dans l’Est de la France. L’essor du Magdalénien. Aspects culturels, symboliques et techniques des faciès à Navettes et à Lussac Angles Actes de la séance de la Société préhistorique française de Besançon, 17 au 19 octobre 2013, Paris, Société préhistorique française, 2016 (Séances de la Société préhistorique française 8), p. 139-156.

Ménéroud Y., Crétin C. 1955 – La grotte des Hoteaux (Ain). Étude complète, Bulletin de l’Association Scientifique de Lyon, 19.

Mevel L. 2013 – Les premières sociétés aziliennes. Nouvelle lecture de la genèse du phénomène d’azilianisation dans les Alpes du Nord à partir de deux niveaux d’occupation de l’abri de La Fru (Saint-Christophe-la-Grotte, Savoie), Bulletin de la Société préhistorique Française, 110 (4), p. 657-689.

Mevel L. 2017 Des sociétés en mouvement. Évolution des sociétés magdaléniennes et aziliennes des Alpes du nord françaises, Paris, Éditions du CTHS (Documents préhistoriques 34), 336 p.

Mevel L., Bressy C. 2009 – Comportements techniques et économiques des groupes humains du Paléolithique final dans les Alpes du nord : l’exemple de l’Azilien ancien de l’abri de La Fru (Savoie), in Pion G., Mevel L. (dir.), La fin du Paléolithique supérieur dans les Alpes du nord et le Jura méridional. Approches culturelles et environnementales, Paris, Société préhistorique française (Mémoire 50), p. 117-137.

Morel P. 1993 – Une chasse à l’ours il y a 12 000 ans : nouvelle découverte à la grotte du Bichon (La Chaux-de Fonds), Archéologie Suisse, 16 (1), p. 110-117.

Naudinot N., Bourdier C., Laforge M., Paris C., Bellot-Gurlet L. 2017 – Divergence in the evolution of Paleolithic symbolic and technological systems: The shining bull and engraved tablets of Rocher de l'Impératrice, PLoS ONE, Public Library of Science,

Oakley K.P., Campbell B.G. 1971Catalogue of fossil hominids. Part II Europe, Londres British Museum (Natural History), 379 p.

Oberlin C., Dujardin V. 2005 – Les datations sur os du Bois-Ragot, in Chollet A., Dujardin V., (dir.), La Grotte du Bois-Ragot à Gouex (Vienne) – Magdalénien et Azilien. Essais sur les hommes et leur environnement, Paris, Société préhistorique française (Mémoire 38), p. 401-404.

Oberlin C., Pion G. 2009 – Le corpus des datations radiocarbone et la disparition du renne, in Pion G., Mevel L. (coord.), La fin du Paléolithique supérieur dans les alpes du nord, le jura méridional et les régions limitrophes. Approches culturelles et environnementales, Paris, Société préhistorique française (Mémoire 50), p. 51‑57.

Orschiedt J., Kierdorf U., Schultz M., Baales M., von Berg A., Flohr S. 2017 – The Late Upper Palaeolithic human remains from Neuwied-Irlich, Germany. A rare find from the Late Glacial of Central Europe, in Costamagno S. et al., Internationales Yearbook for Ice Age and Stone Age Research, Quartär 64, p.203-216

Pelegrin J. 2000 – Les techniques de débitage laminaire au Tardiglaciaire : critères de diagnose et quelques réflexions, in Valentin B., Bodu P., Christensen M. (dir.), L’Europe centrale et septentrionale au Tardiglaciaire. Confrontation des modèles régionaux de peuplement, actes de la Table-ronde de Nemours, mai 1997, Nemours, APRAIF, Mémoire du Musée de Préhistoire d’île de France, 7, p. 73-86.

Peltier A. 1992 – Fiche générale bâtons percés, in Camps-Fabrer H. (dir.), Fiche typologique de l’industrie osseuse préhistorique, Cahier 5 : bâtons percés, baguettes, Treignes, CEDARC, p. 7‑34.

Pion G. (dir.) 1990 – L’abri de la Fru à Saint-Christophe (Savoie), Gallia Préhistoire, 32, p. 65-123.

Pion G. 2000 – Le Magdalénien des deux Savoie et du Jura méridional : synthèse préliminaire des données accessibles ; proposition d’une chronologie pour les principaux gisements, in Pion G. (dir.), Le Paléolithique supérieur récent: nouvelles données sur le peuplement et l’environnement, Actes de la table ronde de Chambéry, 12-13 mars 1999, Paris, Société préhistorique française (Mémoire 28), p. 147-164.

Reimer P. J., Bard E., Bayliss A., Beck J. W., Blackwell P. G., Bronk Ramsey C., Grootes P. M., Guilderson T. P., Haflidason H., Hajdas I., Hattž C., Heaton T. J., Hoffmann D. L., Hogg A. G., Hughen K. A., Kaiser K. F., Kromer B., Manning S. W., Niu M., Reimer R. W., Richards D. A., Scott E. M., Southon J. R., Staff R. A., Turney C. S. M., Van der Plicht J. 2013 – IntCal13 and Marine13 Radiocarbon Age Calibration Curves 0-50,000 Years cal BP, Radiocarbon, 55, 4, p. 1869-1887.

Rigaud A. 2001 – Les bâtons percés, décors énigmatiques et fonction possible, Gallia Préhistoire, 43, p. 101-151.

Riquet R. 1973 – Le crâne magdalénien des Hoteaux, Bulletin de la Société d’Anthropologie du Sud-Ouest, 9 (2), p. 15-23.

Rivière E. 1887 De l’Antiquité de l’Homme dans les Alpes Maritimes, Paris, J.-B. Baillière, 336 p.

Rouch-Zurcher M. 1991 Paléolithique et Mésolithique du bassin supérieur du Rhône, Paris, Mémoire de diplôme de l’école du Louvre, inédit, 3 vol., 595 p.

Scheuer L., Blacks S. 2000Developmental juvenile osteology, London, Academic Press, 587 p.

Simmonet R. 1967 – L’abri sous roche Rhodes II et la question de l’Azilien dans les Pyrénées françaises : note préliminaire, Bulletin de la Société préhistorique française, 64 (1), p. 175-186.

Stahl Gretsch L.-I. 2006Les occupations magdaléniennes de Veyrier : histoire et préhistoire des abris-sous-blocs, Cahiers d’archéologie romande 105 (Lausanne), Comité des travaux scientifiques et historiques 20 (Paris).

Street M., Terberger T., Orschiedt J. 2006 – A Critical Review of the German Paleolithic Hominin Record, Journal of Human Evolution, 51, p. 551-579.

Tournier Abbé J. 1924 – La grotte des Hoteaux (suite et fin), Le Bugey, 18, p. 306‑352.

Tournier Abbé J., Guillon C. 1895 Les hommes préhistoriques dans l’Ain, Bourg, J. M. Villefranche éditions, 103 p.

Tournier Abbé J., Guillon C. 1903 Les abris de Sous-Sac et les grottes de l’Ain à l’époque néolithique, Courrier de l’Ain, 48 p.

Valentin B. 2000 – L’usage des percuteurs en pierre tendre pour le débitage des lames. Circonstances de quelques innovations au cours du Tardiglaciaire dans le Bassin parisien, in Pion G. (dir.), Le Paléolithique supérieur récent. Nouvelles données sur le peuplement et l’environnement. Actes de la table ronde de Chambéry, 12-13 mars 1999, Paris, Société préhistorique française (Mémoire 28), p. 253-260.

Valentin B. 2008 – Productions lithiques magdaléniennes et aziliennes : disparition d’une économie programmée, The Arkeotek Journal, 2 (3) [URL : http://www.thearkeotekjournal.org/tdm/Arkeotek/fr/archives/2008/3Valentin.xml].

Vallois H.-V. 1972 – Le crâne magdalénien des Hoteaux. Notes anthropologiques, Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, 9 (12), p. 7-25.

Verger-Pratoucy J.-C. 1977 – Considération sur la détermination de l’âge du fossile magdalénien des Hoteaux, L’Anthropologie, 81 (1), p. 129-136.

Wood R. E., Bronk Ramsey C., Higham T. F. G. 2010 – Refinning Background Corrections for Radiocarbon Dating of Bone Collagen at ORAU, Radiocarbon, 52, 2-3, p. 600-611.

Haut de page

Notes

1 Séance à la Société d’Anthropologie de Paris, 6 juin 1895.

2 Une étude anthropologique détaillée est en cours.

3 Cette révision a été financée par l’ANR dans le cadre du programme de recherche Magdatis « Les chasseurs-cueilleurs face aux changements environnementaux : le Magdalénien de la façade atlantique au Tardiglaciaire (18-14 kyr cal. BP) » sous la direction de J.-M. Pétillon (CNRS-UMR5608 TRACES).

4 Musée d’Ethnographie de Genève, département d’Anthropologie de Genève, musée de Lyon, musée d’Annecy, musée de Belley (aujourd’hui Musée Escale Haut-Rhône de Brégnier-Cordon) et de Brou, université Lyon I Sciences de la terre (Rouch-Zurcher 1991, Béreiziat 2008).

5 Pas de relevés au-dessus du squelette, ou plus exactement là où les pieds sont apparus.

6 M. Rouch-Zurcher a repris les interprétations initiales des fouilleurs qui se basaient sur la présence d’une lame d’allure aurignacienne à retouche écailleuse scalariforme. Ce type d’outil, inconnu en contexte magdalénien stricto sensu, est par contre un fossile directeur de l’Azilien ancien (Bodu et Mevel 2008)

7 Les dates sont calibrées à 95,4 % de probabilité, sous le logiciel OxCal 4.2 © Christopher Bronk Ramsey 2013 et la courbe IntCal 13, Reimer et al. 2013) avec référence à la date conventionnelle publiée antérieurement.

8 En 1990, à la demande de Mme Nivière, conservatrice du Musée, l’une d’entre nous (D. Henry-Gambier) a réalisé, avec M. Pichon, un inventaire manuscrit du squelette. Les os numérotés de 1 à 146 avaient été conditionnés dans des sachets « minigrip » et ultérieurement regroupés dans des cartons (XXI-XXII). L’objectif était de préparer l’étude du squelette. Objectif abandonné faute de crédits (archives D. Henry-Gambier). Sur les 155 éléments osseux, 32 restes osseux indéterminés de taille inférieure à 2 cm² ont été décomptés.

9 N° 121 : Sur la face supérieure du corps du côté gauche, on observe une trace linéaire allant du bord antérieur au bord postérieur du corps vertébral selon un axe oblique de dehors en dedans. Sa largeur et sa profondeur semblent être constantes, en forme de 1/2 cylindre. Cette trace paraît ancienne (ocre et sédiment sur la surface) et évoque un « enfoncement ». Le fond de la trace semble analogue au reste de la surface du corps vertébral. N° 133 : Sur la face inférieure du corps du côté gauche, on observe le même type de trace que celle observée sur la vertèbre n° 121. Son obliquité est comparable, mais sa forme est différente, elle est plus large et moins régulière.

10 Dans le Jura souabe (Burghöhle, Burkhardtshöhle et Petersfels), plusieurs restes humains ont également été datés dans le même intervalle chronologique que la sépulture des Hoteaux, mais les liens sont difficiles à établir.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Localisation des sites mentionnés et de la grotte des Hoteaux (Ain) – vue actuelle.
Crédits (DAO et photo G. Béreiziat)
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1986/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Fig. 2. Fouilles des Hoteaux avec J. Tournier et Ch. Guillon en 1895.
Crédits (cliché Musée de Brou)
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1986/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 182k
Titre Fig. 3. Plan et coupes stratigraphiques de la grotte
Crédits (DAO R. Malgarini ; Tournier et Guillon 1903, 1895, Tournier 1924, p. 26-27, Rouch-Zurcher 1991, p. 244)
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1986/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Fig. 4. Restitution de la sépulture découverte dans le « foyer » 6.
Crédits (Tournier 1924)
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1986/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 173k
Titre Tabl. 1. Datations radiocarbone du fragment de côte humaine et du bois de renne perforé.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1986/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Fig. 5. Les Hoteaux : crâne et mandibule, disparus lors d’une exposition à la fin des années 1950.
Crédits (Musée de Brou)
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1986/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Tabl. 2. Inventaire descriptif des os du squelette.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1986/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Titre Fig. 6. Les Hoteaux : Exemples d’os humains
Légende 1 : humérus gauche ; 2 : fémur gauche ; 3 : clavicule gauche avec ocre ; 4 : axis ; 5 : côte : fragment avec ocre ; 6 : basioccipital et fragment de condyle occipital.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1986/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Titre Fig. 7. Remontage d’une lame à retouche écailleuse scalariforme et d’une lame brute.
Légende Ces éléments étaient associés au squelette selon les inventeurs.
Crédits (Photo et DAO L. Mevel)
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1986/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Fig. 8. Composante magdalénienne : n° 1-14 – lamelles à dos simple/composante azilienne : n° 15 – bipointe.
Crédits (Photo et DAO L. Mevel et R. Malgarini)
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1986/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 211k
Titre Fig. 9. Datations disponibles pour l’Azilien ancien dans le Jura méridional, les Alpes du Nord, le Plateau suisse, le Bassin parisien, l’Aquitaine et les Pyrénées et comparaison avec la date de l’individu des Hoteaux pour la fin du Magdalénien dans les Alpes du Nord et le Jura méridional.
Crédits (Simmonet 1967, Lorblanche 1996, Célérier 1998, Bodu 2000, Leesch et al. 2004, Oberlin et Dujardin 2005, Bodu et al. 2006, Oberlin et Pion 2009, Naudinot et al. 2017). Calibrations réalisées avec le logiciel Chronomodel 2.0 (Lanos et Dufresnes 2019)
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1986/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 242k
Titre Fig. 10. Les Hoteaux : bâton percé daté associé au squelette selon les inventeurs.
Crédits (Photo et DAO R. Malgarini)
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1986/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 245k
Titre Tabl. 3. Dimensions du bâton percé associé selon les inventeurs au squelette.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1986/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 213k
Titre Fig. 11. Bâton percé décoré d’un cerf.
Crédits (Photos R. Malgarini)
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1986/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Titre Fig. 12. Éléments de parure sur craches de cerf. La crache n°1 serait celle de la sépulture.
Crédits (n° 1 à 3 : Photos et DAO R. Malgarini, n° 4, Tournier 1924, n° 6).
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1986/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Fig. 13. Comparaison des datations des vestiges humains tardiglaciaires de la grotte des Hoteaux, de la Grotte du Bichon, de Rigney 1, de Bonn-Oberkassel, de Neuwied-Irlich et de Rochedane
Crédits (Morel 1993, Street et al. 2006, Drucker et al. 2011, Cupillard et al. 2015, Janssens et al. 2018). Calibration réalisées avec le logiciel Chronomodel 2.0 (Lanos et Dufresnes 2019).
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/1986/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Henry-Gambier, Gérald Béreiziat, Ludovic Mevel, Romain Malgarini et Carolyn Barshay-Szmidt, « La sépulture préhistorique des Hoteaux (Rossillon, Ain) : nouvelles données anthropologiques, chronologiques et discussion sur le contexte archéologique »Gallia Préhistoire, 60 | -1, 123-148.

Référence électronique

Dominique Henry-Gambier, Gérald Béreiziat, Ludovic Mevel, Romain Malgarini et Carolyn Barshay-Szmidt, « La sépulture préhistorique des Hoteaux (Rossillon, Ain) : nouvelles données anthropologiques, chronologiques et discussion sur le contexte archéologique »Gallia Préhistoire [En ligne], 60 | 2020, mis en ligne le 17 novembre 2020, consulté le 01 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/galliap/1986 ; DOI : https://doi.org/10.4000/galliap.1986

Haut de page

Auteurs

Dominique Henry-Gambier

Université Bordeaux, UMR 5199 PACEA, Bâtiment B8, Allée Geoffroy Saint Hilaire, 33615 Pessac – dominique.gambier@u-bordeaux.fr

Gérald Béreiziat

Université Bordeaux, UMR 5199 PACEA, Darsbergerstr. 21, 69239 Neckarsteinach, Allemagne – gerald_bereiziat@web.de

Ludovic Mevel

UMR 7041 ArScAn - Ethnologie Préhistorique, Maison de l’archéologie et de l’ethnologie, 21 allée de l’université, 92023 Nanterre cedex – ludovic.mevel@cnrs.fr

Articles du même auteur

Romain Malgarini

UMR 7041 ArScAn - Ethnologie Préhistorique, Maison de l’archéologie et de l’ethnologie, 21 allée de l’université, 92023 Nanterre cedex – romain.malgarini@gmail.com

Carolyn Barshay-Szmidt

University of Pennsylvania Museum of Archaeology and Anthropology, 3260 South Street, Philadelphia, PA, 19104-6324 USA et Archaeology Centre, University of Toronto, 19 Russell Street, Toronto, ON, M5S 2S2, Canada – carolyn_szmidt22@yahoo.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Gallia Préhistoire

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Logo CNRS
  • Logo Maison des sciences de l'Homme Mondes
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search