Skip to navigation – Site map

Les datations radiocarbone du Tardigravettien ancien à crans de l’abri de Chinchon 1 à Saumane‑de‑Vaucluse et la chronologie du Paléolithique supérieur récent provençal

Jacques Élie Brochier
p. 8-27
Translation(s):
Radiocarbon dates for the early shouldered Tardigravettian from the rockshelter of Chinchon 1 at Saumane-de-Vaucluse and the chronology of the recent Provençal Upper Palaeolithic

Abstracts

The lithic industry with shouldered points and truncated backed bladelets from the rockshelter of Chinchon 1 in the Vaucluse has been variously interpreted over the past few decades : some authors clearly see it as belonging to an ultimate, classic, phase of the final Magdalenian, whereas others link it just as clearly to an early, Italic, phase of the Tardigravettian. The results of stratigraphic, sedimentological and palaeontological analyses speak for an early date for this complex, a date that had hitherto eluded absolute dating. Here we present a series of new chronological markers for this episode, subjected to Bayesian analysis and modelling. We examine the chronological relationship between these new data and the Salpetrian Tardisolutrean of Languedoc as well as the recent phase of activity in Cosquer Cave and show that the (early) Salpetrian Tardisolutrean and early Tardigravettian with shouldered points are partly synchronous ; further, that in the Tardigravettian region where Cosquer Cave is located, it is in the early phase of the Tardigravettian with shouldered points that the paintings and engravings of the second period of activity at Cosquer were created.

Top of page

Editor's notes

Reçu le 16 juillet 2012 - Accepté après révision le 23 février 2014

Full text

1Le niveau C de l’abri 1 de Chinchon à Saumane‑de‑Vaucluse, a fait couler beaucoup d’encre. Une soixantaine d’années après sa découverte par Léon Germand en 1956 les avis restent toujours aussi partagés, les interprétations résolument opposées : l’industrie qui en provient est du Magdalénien final pour les uns, du Tardigravettien ancien à crans pour les autres. Ces deux options taxinomiques ne sont évidemment pas sans conséquences, aussi bien archéologiques et environnementales que chronologiques. L’histoire des propositions est suffisamment complexe pour qu’il ne soit pas inutile d’en rappeler brièvement les principales étapes.

  • 1 « … il contient [le niveau C] une industrie assez abondante, de type magdalénien classique, avec e (...)

2Signalées dès 1959, ce n’est qu’en 1961 que Maurice Paccard présente succinctement les différentes unités archéologiques de l’abri. Il reconnaît dans les pointes à cran du niveau C les pointes caractéristiques des niveaux magdaléniens les plus récents de la région classique, tout en soulignant la « position stratigraphique insolite » de tels objets sous les deux niveaux B1 et B, qu’il attribue respectivement au Magdalénien V et VI. Dès 1962, dans un compte-rendu de lecture, Denise de Sonneville-Bordes, sans avoir examiné l’industrie, conteste les rapprochements typologiques proposés par Maurice Paccard et reconnaît dans les pointes à cran du niveau C de typiques pointes de Laugerie-Basse1. Malgré sa position sous un niveau azilien (le niveau A) et deux niveaux Magdalénien supérieur (les niveaux B et B1), le niveau C est attribué à une phase finale de l’évolution du Magdalénien supérieur (fig. 1).

Fig. 1. Objets à cran du niveau tardigravettien ancien de l’abri de Chinchon 1,Vaucluse (1 à 13) et « fléchettes » (14 à 19)

Fig. 1. Objets à cran du niveau tardigravettien ancien de l’abri de Chinchon 1,Vaucluse (1 à 13) et « fléchettes » (14 à 19)

D’après Paccard, 1964 et Paccard & Dumas, 1977

  • 2 Le terme Tardigravettien (et non pas Épipérigordien ou Épigravettien), forgé en 1963, ne doit rien (...)
  • 3 La position de Max Escalon de Fonton, adoptée en 1976 par Gérard Onoratini, ne changera plus dans (...)
  • 4 Max Escalon de Fonton occulte de niveau B1 qui a livré le harpon à un rang de barbelures qu’il att (...)

3L’année 1964 est l’année de la publication des subdivisions du Leptolithique italien par Georges Laplace ; c’est aussi celle de son analyse de la totalité de l’industrie lithique recueillie à l’époque à Chinchon 1, dont on trouve l’interprétation dans sa thèse, publiée en 1966. Pointes à cran et lamelles à dos tronquées (une association caractéristique) lui permettent de rapprocher l’industrie du niveau C de celle de la phase ancienne, à crans, du Tardigravettien2 italique résolvant, du même coup, le problème de son étrange position stratigraphique sous trois niveaux clairement magdaléno-aziliens. Maurice Paccard, convaincu, adoptera cette interprétation dans sa publication de 1964 et, plus tard, dans celle de 1977 (Paccard et Dumas, 1977). Denise de Sonneville-Bordes, dans une large synthèse, réitère en 1966 son interprétation. Elle est suivie, la même année, par Max Escalon de Fonton qui ne fait pas allusion à des pointes de Laugerie-Basse mais à des « pointes à cran typiquement magdaléniennes » en proportions très normales. Pour lui3, la diagnose est la suivante : niveau C, Magdalénien VIa ; niveau B, Magdalénien VIb4, niveau A, Azilien typique. Compte tenu de ces attributions, il refuse naturellement tout rapprochement entre l’industrie à crans de Chinchon 1 et celle de la grotte de La Salpêtrière, comme l’avait suggéré Georges Laplace (fig. 2).

Fig. 2. Salpêtrien. Objets à cran de La Rouvière, Ardèche (1 à 5) et de La Salpêtrière (Salpêtrien ancien, couche 6 et d)

Fig. 2. Salpêtrien. Objets à cran de La Rouvière, Ardèche (1 à 5) et de La Salpêtrière (Salpêtrien ancien, couche 6 et d)

D’après Gallet, 1973 et Onoratini, 1982

  • 5 « Nous avons déjà noté qu’un outillage à pointes à cran, qu’il est impossible d’assimiler à un M (...)

4Dans son monumental « Paléolithique de l’Ardèche » paru en 1967, Jean Combier analyse en détail l’ensemble des données relatives aux industries à crans provençales et languedociennes et n’hésite pas à paralléliser les séquences (et les industries) d’Oullins, de Chinchon 1 et de La Salpêtrière5. Pour lui, le niveau C de Chinchon 1 ne saurait être assimilé à un Magdalénien terminal. Plus de trente ans plus tard, en 2003, il fait cependant une courte allusion au niveau C de Chinchon (et à ses pointes à cran) qu’il qualifie (p. 138), sans aucune justification, de « Magdalénien d’affinités imprécises ».

5Dernier en date des chercheurs qui se sont exprimés sur les affinités du niveau C de Chinchon 1, Guillaume Boccaccio (2005) ne suit pas l’opinion la plus récente de Jean Combier. L’attribution à un « Épigravettien ancien » lui semble ne faire aucun doute même s’il rapproche (bien qu’elles soient différentes et sans doute plus tardives) les pointes à crans du niveau C de celles du Magdalénien de Fontgrasse.

  • 6 Le saïga est particulièrement rare dans la région. Il n’a été reconnu que dans la grotte de La Sal (...)

6Les éléments stratigraphiques et sédimentologiques réunis par Eugène Bonifay (1964), puis par moi-même (Brochier, 1977 ; Brochier et Livache, 1978), valident les observations effectuées pendant la fouille et soulignent l’existence, lors du dépôt du niveau C, de faciès et de phénomènes (forte composante loessique, déformations liées au gel) inconnus dans les dépôts Tardiglaciaire de la région. La révision de la faune de grands mammifères par Évelyne Crégut‑Bonnoure (Crégut‑Bonnoure et Paccard, 1997) conclut à une association « froide » incompatible avec celles qui caractérisent les épisodes récents du Tardiglaciaire. On retiendra, dans cette association aussi pauvre que diversifiée (Brochier, 2004), la présence de Saïga tatarica6, Rangifer tarandus, Marmota marmota, Equus sp., Equus hydruntinus, ainsi que de taxons plus « tempérés » comme Cervus elaphus, Capreolus capreolus et, d’après Thérèse Poulain Josien (1964), Oryctolagus cuniculus. Géologie et Paléontologie plaident donc pour une certaine ancienneté du niveau C.

  • 7 Ce problème pourrait sans doute être surmonté en mesurant l’activité radiocarbone d’un acide aminé (...)

7Celle-ci n’a cependant pas été confirmée par l’unique tentative de datation radiocarbone du niveau C à partir d’un lot d’esquilles du niveau 15 : LY‑597, 12000 ± 420 BP (Évin et al., 1973). Nous avons rejeté cette mesure à la fois pour des raisons stratigraphiques évidentes et pour des raisons biochimiques puisque des analyses ultérieures (Bernard Saint‑Martin, non publié) ont montré l’état de dégradation extrême du collagène des ossements provenant de cet horizon (Brochier et Livache, 2003, p. 52). Malgré la disparition des charbons de bois des collections Paccard, malgré l’impossibilité, actuelle, d’obtenir une date fiable à partir du collagène des os7, de nouvelles déterminations radiocarbone, obtenues à partir d’un matériau peu utilisé en Europe – la coquille d’œuf d’oiseau – sont aujourd’hui disponibles. Nous les commenterons en les replaçant dans le contexte chronologique et archéologique régional.

Matériaux et modèle chronologique

8Les quelques déterminations radiocarbone obtenues pour l’horizon tardigravettien ancien à pointes à cran de l’abri de Chinchon 1 sont intégrées dans un ensemble de dates provençales et languedociennes que des informations a priori, de nature stratigraphique et archéologique, permettent d’organiser sous forme d’un modèle chronologique. La calibration simultanée des 28 déterminations, par le biais de l’analyse bayésienne, nous permet, au-delà de la détermination des dates calendaires des différents événements, d’apporter des éléments neufs dans l’interprétation de l’évolution des différents techno-complexes (Buck et al, 1994, 1996 ; Litton et Buck, 1995, Zeidler et al., 1998).

9Quelques précisions sont cependant nécessaires, en préalable à l’analyse, sur les différentes déterminations utilisées.

Tardigravettiens anciens et magdalénien supérieur de provence

10Neuf déterminations radiocarbone, seulement, permettent de caler dans le temps l’évolution des techno-complexes tardigravettiens ancien puis magdaléniens (fig. 3, tabl. I). Ne sont pas incluses dans cette analyse les quelques données radiométriques relatives à la fin du processus tardigravettien, dans le secteur littoral et oriental de la Provence, ainsi qu’à la fin du processus magdaléno-azilien dans le secteur vauclusien.

Fig. 3. Position géographique des sites mentionnés dans le texte

Fig. 3. Position géographique des sites mentionnés dans le texte

La ligne noire grossièrement nord-sud marque la limite approximative entre le domaine épigravettien, à l’ouest, et tardigravettien, à l’est

Tabl. I. Âges radiocarbone utilisés et modèle chronologique soumis à l’analyse bayésienne

Tabl. I. Âges radiocarbone utilisés et modèle chronologique soumis à l’analyse bayésienne

Les événements ne sont pas ordonnés à l’intérieur des phases. Les sept déterminations obtenues à partir des peintures de la grotte Cosquer (période récente) forment une phase sans aucune information a priori. Les valeurs du δ13C suivies d’un astérisque sont mesurées en SMA sur le graphite produit à partir de l’échantillon. Elles ne sont donc qu’approchées (mais suffisantes pour le calcul de la date) puisque biaisées par la graphitisation et la mesure en SMA. Elles ne sauraient être comparées aux mesures obtenues dans d’autres champs disciplinaires (étude des spéléothèmes ou des paléo–diètes par exemple) par spectrométrie de masse ; ÂRC : âge radiocarbone conventionnel ; v.n.c. : valeur non communiquée. La colonne outlier donne les probabilités a priori (a) et a posteriori (b) pour qu’une détermination ait besoin d’être translatée sur l’échelle radiocarbone de façon à être en cohérence avec les autres déterminations. C/N : rapport carbone/azote de l’os. Notre ignorance des résultats de mesure d’un éventuel dosage du carbone et de l’azote de l’os des échantillons de Chinchon 1, de Charasse 1 et de quelques échantillons de La Salpêtrière, en préalable à la mesure d’activité 14C, ne permet pas de juger de la validité des résultats obtenus (n.m. : non mesuré).

11Une seule détermination est disponible pour le Tardigravettien ancien à pointes à face plane. Il s’agit d’une mesure effectuée par Jean et Yolande Thommeret à Monaco, à la demande d’Évelyne Bazile‑Robert, à partir de charbons de bois issus de la couche 5 de la Baume Rainaudes 1. Le taxon dominant dans l’échantillon est Pinus t. sylvestris ; il est accompagné de Pinus pinea (Bazile‑Robert, 1981). Le code de laboratoire utilisé dans les publications à partir de 1981, MC‑2335, est différent de celui que l’on trouvera dans la base de données Banadora : MC‑2355. La rareté des charbons de bois dans les niveaux sus et sous-jacents à la couche 5 (Bazile-Robert, 1981) a probablement limité l’incorporation de charbons intrusifs dans l’échantillon.

12Le Tardigravettien ancien à crans n’a pu être daté qu’à l’abri de Chinchon 1. Les mesures ont été faites à partir de fragments de coquille d’œuf d’oiseaux indéterminés (Paccard et Dumas, 1977) conservés dans les collections Paccard au musée Calvet d’Avignon. Trois des quatre déterminations sont retenues dans le modèle. Le résultat obtenu pour le niveau G (LY‑5077 SacA 11041 : 13990 ± 50 BP), antérieur aux niveaux à crans, est manifestement incompatible avec les trois autres dates obtenues sur le même matériau. Plusieurs explications peuvent être proposées sans qu’il soit possible de privilégier l’une d’entre elles : un nettoyage insuffisant qui aurait laissé subsister d’éventuels carbonates pédogénétiques, une recristallisation de la calcite ou, beaucoup plus simplement, un problème d’étiquetage puisque existe ici une couche G, ancienne, et une couche g, beaucoup plus récente, intercalée entre les horizons ayant livré le Tardigravettien ancien à crans et l’ensemble des niveaux magdaléno‑aziliens (Paccard et Dumas, 1977).

  • 8 Les coquilles d’œuf d’oiseau sont abondantes, en fragments millimétriques, dans les horizons mésol (...)

13Les contraintes environnementales ont, depuis longtemps déjà, poussé les paléontologues et les archéologues travaillant en Australie, en Nouvelle Zélande ou en Afrique à utiliser la coquille d’œuf d’oiseau comme matériau de datation. Les recherches méthodologiques de Long et al. (1983) et de Freundlich et al. (1989), discutées par Higham (1994), ont montré que la proportion de 14C présent dans la calcite formant la coquille reflète fidèlement l’activité 14C de la nourriture et du gaz carbonique atmosphérique. L’effet vieux calcaire que l’on pouvait craindre, puisque les oiseaux herbivores ingèrent des grains minéraux – éventuellement calcaires et dépourvus de radiocarbone – qu’ils utilisent dans leur gésier pour le broyage des aliments et comme source du calcium nécessaire à la formation de la coquille, est inexistant (Long et al., 1983). La coquille d’œuf d’oiseau apparaît donc comme un matériau fiable (Magee et al., 2009), suffisamment commun dans les terres archéologiques8 pour être utilisé lorsque les matériaux plus classiques sont absents ou trop mal conservés.

  • 9 Il n’est sans doute pas inutile de rapporter ici l’avis de Tom Higham (2006) à ce sujet: « Over ma (...)

14Cinq déterminations, enfin, concernent les niveaux les plus anciens connus qui soient postérieurs à la phase du Tardigravettien ancien à crans. Toutes sont des datations récentes effectuées en SMA sur un objet unique, os ou charbon de bois ; toutes se rapportent à la phase classique du Magdalénien supérieur. À Chinchon I, le niveau B1, stratigraphiquement postérieur aux niveaux à crans (contrairement aux niveaux les plus anciens du site, la matière organique semble suffisamment bien conservée pour qu’il soit possible de produire une date). Du Grand abri de Charasse à Entrechaux (connu également comme abri Charasse 1) nous avons pu faire dater deux esquilles de diaphyse d’un grand mammifère indéterminé, provenant des parties inférieure et moyenne de la couche (Ci et Cm), conservées dans les collections Paccard au Musée Calvet d’Avignon (Laplace, 1966b). Pour ces trois mesures, obtenues à partir du collagène des os, nous ne disposons cependant pas des teneurs en carbone et en azote de l’os ni des teneurs en collagène qui nous permettraient de les accepter sans réserve9 (Ambrose, 1990 ; Bocherens et al., 2005 ; Higham et al., 2006 ; Yizhaq et al., 2005). Les deux dernières déterminations ont été obtenues à partir de deux charbons de bois de Pinus t. sylvestris des couches Cn et Bn du Grand abri de Venasque dans le Vaucluse (Brochier, 2008).

Solutréen et salpêtrien ancien du Languedoc

15Huit déterminations radiocarbone permettent de préciser la position chronologique du Salpêtrien ancien de La Salpêtrière ; six résultent de mesures anciennes (Bazile, 1980), deux ont été obtenues plus récemment et ne sont mentionnées que dans la banque de données radiocarbone Banadora (tabl. 1). Bien que la première estimation (LY‑939) ait été rejetée par M. Escalon de Fonton, qui la jugeait trop ancienne (Escalon de Fonton in Evin et al., 1976), elle a été confirmée par les sept mesures effectuées par la suite. Nous n’avons pas tenu compte dans notre analyse du rappel des dates publié par Frédéric Bazile et Guillaume Boccaccio en 2007 qui comporte à la fois des références, des attributions culturelles et des résultats de mesure erronés. Les déterminations radiocarbone qui correspondent au Salpêtrien ancien sont jugées très cohérentes par Frédéric Bazile qui voit le Salpêtrien ancien se développer entre 19000 et 18000 (Bazile, 1990) ou entre 19000 et 17000 années radiocarbone avant le présent (Bazile et Boccaccio, 2008).

16Les huit déterminations correspondantes au Salpêtrien ancien méritent cependant un examen plus approfondi avant de pouvoir les utiliser dans le modèle chronologique bayésien. Il nous faut bien reconnaître que nous ne disposons que de bien peu d’information sur ces déterminations et que ce que nous avons pu savoir nous incite à une certaine prudence. La date LY-939 a été obtenue à partir de nombreux ossements (600 g) pour lesquels nous ne disposons pas du dosage du carbone et de l’azote (de l’os). La correction nécessaire due au fractionnement isotopique ne semble pas reposer sur une mesure du δ13C mais sur une estimation du fractionnement (Évin et Marien, 1974). Rares étaient en effet les laboratoires qui, dans les années 70‑80, mesuraient et tenaient compte des valeurs du δ13C dans le calcul des dates (Lerman, 1972 ; Évin et al., 1973 ; Delibrias et al., 1974 ; Marchand et al., 2007). Si la correction est relativement faible lorsque sont datés des restes de ligneux européens (Bowman, 1990) elle devient non négligeable lorsque la mesure repose sur le collagène extrait d’ossements. Les deux déterminations les plus récentes (LY‑4442 et 4443), issues de mesures en accélération (SMA) à partir du collagène d’un seul fragment osseux (Equus ?), sont corrigées pour le fractionnement isotopique mais ne sont pas accompagnées d’un dosage du carbone et de l’azote de l’os qui permettrait de les valider pleinement.

17Non seulement les précisions concernant les dates réalisées par Jean et Yolande Thommeret à Monaco à partir de charbons de bois sont absentes mais des erreurs apparaissent dans leur utilisation. Nous ne savons pas, par exemple, quel pré‑traitement chimique était utilisé à l’époque et la façon dont était calculée l’erreur sur la mesure. Mais une fois encore, et de façon plus sérieuse que pour les ossements, il est clair que l’analyse a porté sur de nombreux fragments de charbons de bois dont il est bien difficile d’affirmer, malgré le soin pris à la fouille, que tous soient associés à un même événement. Le problème, général dans les sites archéologiques, est ici amplifié par le caractère sableux des dépôts et le peu de distance qui sépare les différents horizons archéologiques (Escalon de Fonton, 1964 ; Bazile, 1980).

  • 10 Les taxons bien représentés dans le Solutréen et le Salpêtrien ancien sont Pinus t. sylvestris, Be (...)

18Frédéric Bazile, dès 1980, a proposé de combiner les déterminations radiocarbone MC‑2168 et MC‑2083 d’une part et MC‑2084 et MC‑2186 d’autre part, considérant que, dans chaque cas, les mesures avaient été effectuées sur une fraction d’un même échantillon. L’intérêt était évidemment de réduire la très large incertitude sur les mesures individuelles. Même si l’on ne peut considérer, en toute rigueur, les couples d’échantillons comme strictement identiques, puisqu’ils sont constitués d’un mélange de nombreux fragments provenant de taxons variés10 dans des proportions qui n’ont que peu de chance d’être rigoureusement identiques (Bazile‑Robert, 1979), nous suivrons la même démarche. Nous remarquerons tout d’abord que les déterminations MC‑2168 et MC‑2083 d’une part et MC‑2084 et MC‑2186 d’autre part ne sont pas significativement différentes (Ward et Wilson, 1978) : T = 3,2 ; ν = 1 ; p = 0,072 pour le premier couple, T = 3,1 ; ν = 1 ; p = 0,079 pour le second. Ces tests sont faits dans l’espace des F14C, et non des âges radiocarbone conventionnels (ÂRC), en raison du caractère approximativement gaussien des erreurs sur l’échelle radiocarbone. La combinaison peut donc être réalisée. Les résultats, qui sont ceux qui seront utilisés dans le modèle chronologique, sont les suivants : MC‑2168/2083 : 19230 ± 200 BP ; MC‑2084/2186 : 18700 ± 220 BP. Les valeurs mentionnées dans Bazile (1980), reprises ensuite par Georgette Delibrias et Jacques Évin (1980), sont erronées.

19Six déterminations radiocarbone obtenues sur des lots de charbons ou des lots d’ossements provenant d’horizons solutréens sont prises en compte dans le modèle chronologique (tabl. I et fig. 4). Les mêmes remarques qui ont été faites précédemment à propos des échantillons salpêtriens peuvent être faites ici. Nous nous sommes limités aux horizons, ayant une provenance claire – par exemple, MC‑1179 cité par Bazile en 1990, absent dans Bazile 1980, absent de la base Banadora, n’est pas pris en compte – et stratigraphiquement proches de ceux qui ont livré le Salpêtrien ancien. Le but n’est pas d’établir la moins mauvaise des chronologies du Solutréen de La Salpêtrière, mais simplement d’utiliser l’information stratigraphique pour contraindre les dates calendaires des échantillons salpêtriens ancien.

Fig. 4. Schéma des relations chronologiques entre les différentes phases du modèle

Fig. 4. Schéma des relations chronologiques entre les différentes phases du modèle

Elles reposent à a fois sur la connaissance des stratigraphies et sur celle des processus évolutifs des différents complexes. Les αj et βj représentent respectivement les dates calendaires de début et de fin de phase

20Les quatorze déterminations radiocarbone prises en compte ne présentent pas, nous l’avons vu, toutes les garanties requises pour conduire une analyse en toute sérénité. Elles sont à la fois peu précises – ce qui n’a rien d’anormal pour des mesures effectuées il y a déjà plusieurs décennies – et, probablement dans quelques cas, peu exactes. Les problèmes éventuels proviennent cependant essentiellement ici d’une association peu solide entre le matériel daté et le fait archéologique. C’est pour ces raisons que nous avons affecté à l’ensemble des dates réalisées dans ce site une probabilité a priori de 0,40 d’être aberrante (colonne outlier [a] du tableau I).

Les peintures de la grotte Cosquer

21Des nombreuses mesures directes effectuées sur les peintures de la grotte Cosquer (Valladas et al., 2001, 2005), nous avons retenu les sept mesures qui définissent la seconde période picturale de la grotte (tabl. I). La datation Gif‑A 96101 d’un signe en forme de « méduse », bien que souvent citée (Bahn et Vertut, 1997 ; Renault-Miskovsky et Onoratini, 1997 ; Amormino, 2000) malgré la mise en garde rappelée par Clottes et Courtin (1997), n’est naturellement pas prise en compte.

La structure du modèle

22Le modèle chronologique soumis à l’analyse bayésienne est présenté dans le tableau 1 et la figure 4. Il est simple et relativement peu contraint dans la mesure où les évènements ne sont généralement pas ordonnés dans les phases. Les αj et βj (tabl. I) représentent, suivant la notation de Caitlin E. Buck, les dates calendaires du début et de la fin des phases. Il est en effet fort peu probable que la date calendaire de l’évènement i de la phase j (θij) soit précisément la date calendaire du premier (ou du dernier) événement de la phase. L’évolution du Paléolithique supérieur provençal est structurée en trois phases successives à l’intérieur desquelles les dates calendaires des différents événements ne sont pas ordonnées. L’information a priori utilisée repose sur notre connaissance de l’évolution des complexes industriels, β1>α2, par exemple, et sur des arguments stratigraphiques, β23. De la même manière, dans la grotte de La Salpêtrière, les données stratigraphiques permettent d’écrire que les âges calendaires des occupations solutréennes sont plus grands que les âges calendaires des occupations du Salpêtrien ancien (β56). Enfin, le dernier ensemble de déterminations qui concerne les peintures de la seconde phase de fréquentation de la grotte Cosquer, n’est naturellement pas ordonné. Aucune information chronologique a priori ne relie les trois séquences entre elles.

23Le calcul des αj et des βj implique la prise en compte d’une information a priori supplémentaire : on considère que les dates calendaires des évènements θij sont également probables à l’intérieur des phases. D’autres a priori, moins neutres, peut-être plus réalistes (Buck et Bard, 2007 ; Lee et Bronk Ramsey, 2012), seraient également possibles. Ceci est certainement une des difficultés de l’analyse bayésienne des données radiocarbone tant il est difficile, pour ne pas dire impossible, de justifier de tels choix.

24Nous soulignions plus haut les réserves que nous avions quant à l’exactitude de certaines déterminations. Plutôt que de les éliminer, avec pour seul argument le manque d’informations que nous avons à leur sujet, nous avons préféré affecter à chacune d’entre elles une probabilité a priori pi d’être aberrante et de réaliser ensuite la calibration bayésienne simultanée. La procédure proposée par Christen (1994), modifiée dans le détail par Buck et al. (2003) nous donne, pour chaque probabilité a priori pi, la probabilité a posteriori Pi pour que la détermination yi ait besoin d’être translatée sur l’échelle radiocarbone de façon à être cohérente avec les autres déterminations de la phase. On traduit la proposition a besoin d’être translatée par est une détermination aberrante. La détection des outliers et la calibration font partie d’un même processus de calcul et il n’est pas besoin d’éliminer les outliers puisque les informations chronologiques qui en découlent subissent une pondération inverse.

25Les calculs ont été réalisés à l’aide du logiciel de simulation mexcal via l’interface web BCal (Buck et al., 1999). Une conséquence de l’utilisation de cette technique de calcul est que les résultats obtenus en calculant deux fois le même modèle ne sont pas nécessairement identiques. De nombreuses simulations, effectuées avec des paramètres initiaux différents, nous ont cependant montré que les paramètres d’intérêt convergent sur des valeurs proches. Les différentes HPD (Highest Posterior Density regions ou intervalles formés des années ayant les plus fortes densités de probabilité postérieures) et les modes des distributions des densités de probabilité a posteriori sont stables dans des marges décennales. Nous avons également vérifié la sensibilité du modèle (sensitivity analysis) à différentes valeurs des probabilités a priori pour que certaines déterminations radiocarbone soient aberrantes.

  • 11 La différence entre les estimations chronologiques obtenues dans la période 12500 – 14500 14C BP à (...)

26Il pouvait paraître naturel d’utiliser dans ce travail la courbe de calibration la plus récente, IntCal 09, malgré les problèmes potentiels qui pouvaient subsister autour de la période Heinrich 1 (Reimer et al., 2009, p. 1116). Cependant, depuis la publication d’IntCal 09, des datations couplées 234U – 230Th et 14C de coraux (Durand et al., 2010) et de spéléothèmes (Southon et al., 2012) ont fait apparaître avec de plus en plus de netteté que les mesures obtenues sur les foraminifères des sédiments varvés du Bassin de Cariaco, largement utilisées dans la construction de la courbe de 2009, prenaient en compte un effet réservoir temporairement trop important et devaient être exclues de la courbe de référence dans la période 12500 – 14500 14C BP (Shakun et al., 2012 ; Paula Reimer in letteris). Pour cette courte période, il est clair aujourd’hui que l’utilisation de la courbe IntCal 04 (Reimer et al., 2004) est de beaucoup préférable11. Dans l’attente de la publication prochaine d’une version d’IntCal améliorée, toutes les estimations ont été obtenues en utilisant la courbe de référence IntCal 09, à l’exception des quatre déterminations magdaléniennes les plus anciennes qui ont été calibrées en référence à IntCal 04 (Tabl. II).

Tabl. II. Âges radiocarbone du Gravettien et du Tardigravettien ancien des Arene Candide

référence
échantillons
référence
laboratoire
matériau C/N delta 13C ÂRC
P 1-2
P 3
P 4

Tardigravettien ancien
à crans
R 745
R 2546
R 2550
charbons charbons charbons

v.n.c.
v.n.c.
v.n.c.
18560 ± 210
18950 ± 245
18820 ± 260
 
P 7.3
P 8
P 9

Tardigravettien ancien
à pointes à face plane
R 2533
Beta 48684
R 2541
charbons charbons charbons

v.n.c.
v.n.c.
v.n.c.
19400 ± 230
19630 ± 250
20470 ± 320
 
P 10
P 11-12
P 13

Gravettien
OxA 10700
Beta 53983
Beta 53982
os charbons charbons 3,2

– 17,6
v.n.c.
v.n.c.
23440 ± 190
23450 ± 220
25620 ± 200

C/N : rapport carbone/azote du collagène ; ÂRC : âge radiocarbone conventionnel

Résultats chronologiques, conséquences archéologiques

27Les estimations chronologiques obtenues à partir de fragments de coquilles d’œuf d’oiseaux associés au Tardigravettien ancien à pointes à cran de Chinchon 1 ne laissent aucun doute sur le fait que cet horizon soit très antérieur à la séquence magdaléno-azilienne B1, B et A de ce site (tabl. I). Elles ne font que retranscrire les observations stratigraphiques, en invalidant les rapprochements que quelques préhistoriens avaient cru pouvoir faire entre les pointes à cran du niveau C et les pointes dites de Rochereil et de Laugerie-Basse, attribuant ipso facto le techno‑complexe de Chinchon C à un épisode très récent du Magdalénien.

28Inversement, elles valident les observations et les interprétations de Georges Laplace (1966a, p. 318), de Maurice Paccard (1964, 1977) et le processus évolutif mis en évidence dès 1976 (Livache, 1976 ; Brochier et Livache, 1978 ; Livache, 2000). Les résultats du traitement factoriel du tableau de contingence croisant 12 descripteurs typologiques et 13 (puis 12) séries vauclusiennes sont résumés sur la figure 5. Dans un premier temps (fig. 5a), l’ensemble des séries est pris en compte. Deux groupes d’échantillons s’opposent sur le premier axe factoriel : côté négatif, les éléments du processus tardiglaciaire magdaléno‑azilien, côté positif les échantillons tardigravettiens, très différents les uns des autres (Tardigravettien ancien à pointes à face plane (LFP), Tardigravettien ancien à crans (CC), Tardigravettien évolué à lames à dos tronquées (S6)), qui ont en commun de fortes fréquences de lames à dos tronquées (LDT). La ségrégation sur le premier axe factoriel a valeur chronologique. La série de La Font-Pourquière (fig. 6), aux fréquences exceptionnelles des groupes Foliacé (F) et Lame à dos tronquée (LDT), a une contribution écrasante de 0,82 au premier axe factoriel. En la retirant du tableau de données, il devient possible de préciser, de façon plus claire, le processus évolutif qui caractérise le Paléolithique supérieur récent vauclusien (fig. 5b).

Fig. 5. Résultats graphiques (plans F1.F2) des analyses factorielles des correspondances appliquées aux tableaux de contingence croisant groupes typologiques et niveaux archéologiques

Fig. 5. Résultats graphiques (plans F1.F2) des analyses factorielles des correspondances appliquées aux tableaux de contingence croisant groupes typologiques et niveaux archéologiques

a : La Font-Pourquière (LFP), Chinchon 1 (C), Soubeyras (S), Sabon-Ayme (SAy) ; b : sans La Font-Pourquière. Entre crochets, les classes modales des dates calendaires BCE. Descripteurs. G : grattoir, R : racloir, PD : pointe à dos, T : troncature, D : denticulé, Bc : bec, B : burin, LD : lame à dos, P : pointe, Cr : lame et pointe à cran, LDT : lame à dos tronquée, F : foliacé.

Fig. 6. Outils retouchés du gisement de plein air de La Font-Pourquière (Vaucluse)

Fig. 6. Outils retouchés du gisement de plein air de La Font-Pourquière (Vaucluse)

Tardigravettien ancien à pointes à face plane. 1 à 6 : pointes à retouches simples et plates, 9 à 12 : pointes et bi-pointes à dos, 13 lamelles à dos bitronquées. D’après Livache & Carry, 1975

29Ce faisant, notons dès à présent, que nous retirons la série la plus ancienne du référentiel que l’on se fie aux stratigraphies italiques (Laplace, 1966a ; Livache et Carry, 1975 ; Palma di Cesnola, 1993), varoises (Livache et Brochier, 2003) ou à l’unique détermination radiocarbone provençale disponible pour une telle industrie (Rainaudes 1, C5) que l’on considérera, faute de mieux, comme une estimation de l’âge du niveau de La Font-Pourquière. Cette estimation chronologique n’est pas en contradiction avec les mesures obtenues sur charbon de bois (R et Beta) et sur os (OxA), plus à l’est, dans la grotte des Arene Candide à Finale Ligure, pour la phase ancienne du Tardigravettien à pointes à face plane (Macphail et al., 1994) : R 2533 [niveau P7.3] 19400 ± 230 BP ; Beta 48684 [niveau P8] 19630 ± 250 BP ; R 2541 [niveau P9] 20470 ± 320 BP, et pour la fin de la phase gravettienne OxA 10700 [niveau P10, mesure directe sur « le Prince », Pettitt et al., 2003] 23440 ± 190 BP (tabl. II).

  • 12 D’après le bilan établi par Bietti (1994), les niveaux P1 à P6 livrent 239 objets retouchés et les (...)

30La détermination OxA 10700, pour laquelle nous disposons de toutes les informations nécessaires (Pettitt et al., 2003), se rapporte à l’extrême base de l’unité P10 et n’est, en apparence, guère compatible avec la diagnose proposée par Georges Laplace pour les « foyers F6 à F4 », équivalents des unités P7 à P12. En apparence seulement, puisque aussi bien les quelques éléments géoarchéologiques exposés par Richard Macphail et ses collègues (Macphail et al., 1994) que les observations typologiques de Cardini – Taschini (1994) et Bietti (1994) montrent que les horizons antérieurs à P7, essentiellement constitués de guano, n’ont livré que de très rares outils. Même s’ils ont été pris en compte par Georges Laplace, ils ne sauraient remettre en cause son analyse et son interprétation12. Nous considérons donc que les déterminations R 2533, Beta 48684 et R 2541 permettent, à elles seules, d’estimer l’âge du Tardigravettien ancien à pointes à face plane de la grotte des Arene Candide.

31Nous traiterons, en préalable à l’analyse chronologique du Tardigravettien ancien à crans, objet principal de cette étude, celle du Tardigravettien ancien à pointes à face plane. Les précisions sur ce problème proviennent de l’analyse d’un modèle chronologique limité aux Arene Candide, à la phase à crans de Chinchon 1 et à la couche 5 de Rainaudes 1 (tabl. I et II, fig. 7).

Fig. 7. Schéma des relations chronologiques entre les différentes phases du modèle

Fig. 7. Schéma des relations chronologiques entre les différentes phases du modèle

Elles reposent à la fois sur la connaissance des stratigraphies et sur celle des processus évolutifs des différents complexes. Les αj et βj représentent respectivement les dates calendaires de début et de fin de phase

32La figure 8, issue de l’analyse bayésienne des 13 déterminations radiocarbone concernant l’ensemble P des Arene Candide et les déterminations tardigravettiennes provençales, montre que la date calendaire de Rainaudes 1– C5 [HPD 95 % : 24030 – 21770 cal. BCE] est extrêmement proche de celle du début de la phase tardigravettienne à pointes à face plane des Arene Candide (HPD 95 % du début et de la fin : [24560 – 21460 cal. BCE], [21730 – 20510 cal. BCE]). Il y a une chance sur deux (p = 0,45) pour que la date de la couche 5 de Rainaudes 1 soit incluse dans la phase, une chance sur deux (p = 0,55) pour qu’elle soit de peu antérieure et 9,5 chances sur 10 pour qu’elle soit postérieure à la phase « gravettienne » des Arene Candide. On ne peut que regretter que les préhistoriens en charge de la fouille des sites de la Provence orientale (dont la grotte de La Bouverie, dans laquelle l’industrie de la couche 1f est un des rares exemples de Tardigravettien ancien à pointes à face plane et lamelles à dos bitronquées qui soit très proche de celui de La Font-Pourquière) n’aient pas jugé bon de construire un cadre chronologique absolu.

Fig. 8. Distributions des probabilités a posteriori des dates calendaires du début et de la fin du Tardigravettien ancien à pointes à face plane des Arene Candide, tel qu’il est défini par Georges Laplace (1964), et du Tardigravettien ancien à pointes à face plane de la couche 5 de la grotte Rainaude 1 dans le Var

Fig. 8. Distributions des probabilités a posteriori des dates calendaires du début et de la fin du Tardigravettien ancien à pointes à face plane des Arene Candide, tel qu’il est défini par Georges Laplace (1964), et du Tardigravettien ancien à pointes à face plane de la couche 5 de la grotte Rainaude 1 dans le Var

33Après ces quelques éclaircissements sur la chronologie de la phase initiale du Tardigravettien ancien, nous pouvons à présent revenir à la question centrale de cette étude.

34Les résultats de l’analyse factorielle du tableau croisant les 12 descripteurs typologiques et les niveaux du Paléolithique supérieur récent vauclusien ont été présentés et commentés à maintes reprises (Brochier et Livache, 1978 ; Livache, 2000 par exemple). Nous en rappellerons seulement les faits les plus saillants (fig. 5). Dans le premier plan factoriel, les niveaux se projettent suivant un croissant parabolique caractéristique des séries ordonnées a priori. Le premier axe apparaît comme un axe chronologique sur lequel les niveaux se succèdent en suivant la stratigraphie. Dans ce référentiel, tout se passe comme si l’on passait du niveau C à crans et dos tronqués (association caractéristique du Tardigravettien ancien à cran) aux niveaux du Magdalénien supérieur (à lamelles à dos et burins abondants) évoluant vers l’Azilien (à grattoirs, racloirs et pointes à dos) par l’intermédiaire de l’original niveau 6, base de la stratigraphie de Soubeyras. En d’autres termes, rien ne s’oppose à ce que la séquence magdaléno-azilienne vauclusienne, pourtant très classique, trouve son origine non pas dans d’éventuels magdaléniens moyens ou anciens, clairement absents de la région, mais dans le Tardigravettien ancien (Brochier et Livache, 1978 ; Livache et Brochier, 2003). L’analyse radiocarbone valide, on le voit, pleinement le sens chronologique que nous donnions au premier axe factoriel.

35Les principaux résultats de l’analyse chronologique sont rassemblés dans les tableaux III et IV et illustrés par les figures 9 à 11. Au-delà des estimations des dates calendaires des différents événements, la calibration simultanée nous permet de préciser les bornes et la durée des différentes phases, mais également l’ampleur des hiatus qui les séparent.

Fig. 9. a. Distributions des probabilités a posteriori des dates calendaires du début (α2) et de la fin (β2) du Tardigravettien ancien à cran de Chinchon 1 et du début (α3) de la phase magdalénienne ; b. Distributions des probabilités a posteriori des dates calendaires du début (α6) et de la fin (β6) du Salpêtrien ancien de La Salpêtrière ; c. Distributions des probabilités a posteriori des dates calendaires du début (α4) et de la fin (β4) de la phase récente d’utilisation de la grotte Cosquer. Les deux bandes grises verticales sont centrées sur les modes des distributions de α2 et β2

Fig. 9. a. Distributions des probabilités a posteriori des dates calendaires du début (α2) et de la fin (β2) du Tardigravettien ancien à cran de Chinchon 1 et du début (α3) de la phase magdalénienne ; b. Distributions des probabilités a posteriori des dates calendaires du début (α6) et de la fin (β6) du Salpêtrien ancien de La Salpêtrière ; c. Distributions des probabilités a posteriori des dates calendaires du début (α4) et de la fin (β4) de la phase récente d’utilisation de la grotte Cosquer. Les deux bandes grises verticales sont centrées sur les modes des distributions de α2 et β2

Fig. 10. Estimation bayésienne de la durée qui sépare le Tardigravettien ancien à pointes à face plane de Rainaudes 1 du Tardigravettien ancien à cran de Chinchon 1 (θ1 – α2)

Fig. 10. Estimation bayésienne de la durée qui sépare le Tardigravettien ancien à pointes à face plane de Rainaudes 1 du Tardigravettien ancien à cran de Chinchon 1 (θ1 – α2)

Fig. 11. Estimation bayésienne de la durée qui sépare le Tardigravettien ancien à cran des premiers complexes industriels à structure magdalénienne (β2 – α3)

Tabl. III. Résultats de la calibration bayésienne des déterminations radiocarbone du θ Paléolithique supérieur récent vauclusien et varois, du Salpêtrien ancien et du Solutréen de la grotte de La Salpêtrière, et des peintures de la phase récente de la grotte Cosquer

Tabl. III. Résultats de la calibration bayésienne des déterminations radiocarbone du θ Paléolithique supérieur récent vauclusien et varois, du Salpêtrien ancien et du Solutréen de la grotte de La Salpêtrière, et des peintures de la phase récente de la grotte Cosquer

Les αj et βj sont les dates calendaires de début et de fin de phase, les θi les dates calendaires de chaque événement. Les valeurs entre parenthèses correspondent aux déterminations qui apparaissent aberrantes à l’issue du calcul. La colonne HPD 95 % cal. BCE donne les intervalles calendaires BCE dans lesquels les αj, βj et θi ont 95 chances sur 100 de se trouver. La colonne mode(s) cal. BCE précise la position de la (ou des) valeur(s) modale(s) de la distribution des probabilités a posteriori des dates calendaires. Courbes de référence : IntCal04 et IntCal09 (Reimer et al., 2004, Reimer et al., 2009)

Tabl. IV. Estimations bayésiennes du début, de la fin et de la durée des phases archéologiques

HPD 95 % mode
durée de la phase tardigravettienne à crans [alpha2 – bêta2 2 100 – 6 550 2 950
durée séparant le tardigravettien ancien à pointes à face plane de Rainaudes 1 de la phase tardigravettienne à crans [thêta1 – alpha2] 50 – 2 450 650
durée séparant la phase tardigravetienne à crans
phase magdalénienne [bêta2 – alpha3]
400 – 4 800 3 850
durée séparant le Solutréen du Salpêtrien ancien [bêta5 – alpha6] 0 – 620 50
durée de l'épisode Salpêtrien ancien [alpha6 – bêta6] 50 – 1950 50
durée de la fréquentation (récente) de la grotte Cosquer [alpha4 - bêta4] 1 300 – 4960 2650
HPD 95 % cal. BCE mode
premières structures typologiques magdaléniennes (alpha 3) 16 520 – 14 230 14 700
bornes de la phase récente de Cosquer bêta 4 20 250 – 17 450 19 250
alpha 4 23 450 – 20 850 21 700

36La phase tardigravettienne à crans reconnue à Chinchon 1 semble longue [HPD 95 % : 2100 ‑ 6550 ans] entre [HPD 95 % : 22870 – 21230 cal. BCE] et [HPD 95 % : 19460 – 16300 cal. BCE], beaucoup plus longue que l’épisode salpêtrien ancien de La Salpêtrière [HPD 95 % : 50 –1950 ans] qui y est clairement inclus (p = 0,98). Le Tardisolutréen salpêtrien succède sans surprise rapidement [HPD 95 % (β5-α6) 0 -620 ans] au Solutréen. Ce dernier prendrait fin, à La Salpêtrière, alors que le complexe de Chinchon 1– C est en place depuis quelques siècles (p = 0.99). Quelques siècles seulement [HPD 95 % : 50 – 2450 ans] séparent le Tardigravettien ancien à crans de Chinchon 1 du Tardigravettien ancien à pointes à face plane des Rainaudes 1 (fig. 10) et sans doute également de celui de La Font-Pourquière et de La Bouverie 1f, compte tenu de l’extrême originalité de ce faciès (Livache et Carry, 1975). Un long hiatus [HPD 95 % : 400 – 4800 ans] sépare le Tardigravettien ancien à pointes à cran de Chinchon 1 des premiers complexes industriels à structure magdalénienne (fig. 11). Il pourrait être partiellement comblé par l’épisode à lamelles à dos tronquées Soubeyras 6 (S6) que les analyses factorielles (fig. 5) conduisent à considérer comme le terme de passage entre la phase tardigravettienne à pointes à cran et la phase magdaléno-azilienne (Livache, 1976 ; Brochier et Livache, 1978). Ces données chronologiques nouvelles montrent que l’homodynamisme maintes fois souligné (Laplace, 1966a ; Livache et Brochier, 2004) entre la série épigravettienne atlantique (phase à retouche plate solutréenne, phase à crans salpêtrienne) et la série tardigravettienne italique (phase à retouche plate puis phase à crans du Tardigravettien ancien) ne s’accomplit pas, de part et d’autre du Rhône, de façon totalement synchrone.

37Nous n’avons pas pris en considération dans cette synthèse chronologique les données obtenues à la suite des fouilles de sauvetage de l’abri du Rouet à Carry‑le-Rouet (Brochier et Livache, 2003) malgré la présence, dans les niveaux les plus anciens du site (9B et Loc1), de pointes à cran (de facture tardigravettienne) et de lamelles à dos tronquées. Le niveau 9B, fouillé dans la partie distale du talus de l’abri, daté de 12520 ± 130 BP (Gif-A 93082) sur un charbon de Larix decidua (détermination Michel Thinon, IMEP), regroupe très probablement des objets d’âges différents, pour partie en position secondaire, selon un mécanisme décrit par Arnaud Lenoble (2005, p. 182-183). La datation Gif‑A 93082 est de toute évidence en relation avec l’événement « mise en place de l’unité sédimentaire » même si un « effet vieux bois » ne peut être écarté ; on ne peut cependant affirmer, avec toute la certitude nécessaire, qu’il en soit de même de tous les objets qu’elle contient. Le contexte sédimentaire du niveau Loc1 est beaucoup plus favorable mais il n’a pas été possible de le dater, faute de matériel approprié. Nous savons seulement que sa mise en place est antérieure à 13820 ± 120 BP (Gif-A 93081, date obtenue à partir d’un charbon indéterminé), âge d’un niveau sub-stérile largement sus-jacent. L’indétermination demeure donc quant à l’âge du Tardigravettien à crans de l’abri du Rouet. Un âge comparable à celui du Tardigravettien de Chinchon est une des hypothèses possibles.

38Très rapidement après la découverte de la grotte Cosquer et la datation directe de nombreuses peintures (Clottes et al., 1992, 1997 ; Valladas et al., 2001, 2005), ces dernières ont été reliées aux « cultures » solutréennes ou salpêtriennes (Clottes et Courtin, 1994 ; Onoratini, 1992), deux complexes industriels dont on a jamais observé la moindre trace à l’est du Rhône (Brochier et al., 1993 ; Livache et Brochier, 2003), domaine du Tardigravettien d’affinité italique. Tout ce qui pouvait être remarqué était que l’âge des peintures de la phase récente de la grotte Cosquer (phase 2) trouvait des correspondances dans ceux du Solutréen et du Salpêtrien ancien du Languedoc.

39L’analyse du modèle chronologique complet permet de cerner le laps de temps pendant lequel des chasseurs-cueilleurs ont fréquenté la grotte et de proposer un lien entre complexe industriel et représentations pariétales (tabl. III et IV). Nous constatons que la fréquentation de la grotte Cosquer se prolonge sur de très nombreux siècles [HPD 95 % : 1300 – 4960 ans] entre 21700 cal. BCE (valeur modale, [HPD 95 % : 23450 – 20850 cal. BCE]) et 19250 cal. BCE (valeur modale, [HPD 95 % : 20250 – 17450 cal. BCE]). Ce laps de temps correspond précisément à celui dans lequel se développe le Tardigravettien ancien à pointes à cran de Chinchon 1 (tabl. III, fig. 9). Les probabilités pour qu’une des peintures de la phase 2 de Cosquer ait une date calendaire comprise entre les bornes de la phase tardigravettienne sont comprises entre 0,95 et 0,99. La seule exception concerne le Cheval 7 (815) pour lequel la probabilité n’est que de 0,86.

40Il semble ainsi plus conforme aux données typologiques, géographiques et chronologiques de relier la grotte peinte et gravée de Cosquer, pendant la phase 2, au monde tardigravettien ancien italique qu’au monde épigravettien ancien atlantique. À ces époques reculées, entre 21700 et 19250 années avant notre ère environ, les témoins d’une présence tardigravettienne sont certes rares, encore mal calés dans la chronologie, mais ils sont dispersés sur l’ensemble de la région provençale, du Vaucluse au littoral, de l’axe rhodanien à la Ligurie.

Ce travail n’aurait pu voir le jour sans le soutien du Service Régional de l’Archéologie de la région PACA et du Service Départemental d’Archéologie de Vaucluse qui ont financé les mesures radiocarbone. La lecture attentive et critique de deux rapporteurs anonymes nous a permis d’améliorer la version initiale ; les imperfections qui pourraient subsister restent cependant de mon entière responsabilité. Enfin, je voudrais remercier Caitlin Buck (University of Sheffield), Paula Reimer (Queen’s University Belfast) pour leur disponibilité sans faille, ainsi que Sandrine Cabut, statisticienne à l’UMR 7269, pour nos discussions fructueuses et hautement significatives.

Top of page

Bibliography

Ambrose S.H.
1990: « Preparation and characterization of bone and tooth collagen for isotopic analysis », Journal of Archaeological Science, 17(4), p. 431-451.

Amormino V.
2000 : « L’art paléolithique et le carbone 14 », L’Anthropologie, 104, p. 373-381.

Bahn P.G., Vertut J.
1997: Journey through the ice age, University of California Press, 240 p.

Bazile F.
1980 : « Précisions chronologiques sur le Salpêtrien, ses relations avec le Solutréen et le Magdalénien en Languedoc oriental », Bulletin de la Société Préhistorique Française, 77(2), p. 50-56.

Bazile F.
1990 : « Le Solutréen et l’Épisolutréen dans le sud-est de la France » in Les industries à pointes foliacées du Paléolithique supérieur européen, ERAUL 42, p. 393-423.

Bazile F., Boccaccio G.
2007 : « Du Solutréen supérieur au Magdalénien en Languedoc rhodanien : ruptures et continuités », Bulletin de la Société Préhistorique Française, 104(4), p. 787-796.

Bazile F., Boccaccio G.
2008 : « Le Salpêtrien ancien : un technocomplexe épisolutréen redéfini », Gallia Préhistoire, 50, p. 103-141.

Bazile-Robert É.
1979 : Flore et végétation du sud de la France pendant la dernière glaciation d’après l’analyse anthracologique, Thèse de 3ème cycle, Université des Sciences et Techniques du Languedoc, Montpellier, 154 p.

Bazile-Robert É.
1981 : « Le pin pignon (Pinus pinea) dans le Würm récent de Provence », Géobios, 14(3), p. 395-397.

Bietti A.
1994: « A re-examination of the lithic industries of the P layers (1940-42 excavations) of the Arene Candide cave (Savona, Italy). Discussion and general conclusions », Quaternaria Nova, IV, p. 341-370.

Boccaccio G.
2005 : Les industries lithiques du Solutréen supérieur et du Salpêtrien ancien en Languedoc : ruptures et continuités des traditions techniques, Université de Provence, Aix-Marseille I, 528 p.

Bocherens H., Drucker D., Billiou D., Moussa I.
2005 : « Une nouvelle approche pour évaluer l’état de conservation de l’os et du collagène pour les mesures isotopiques (datation au radiocarbone, isotopes stables du carbone et de l’azote) », L’Anthropologie, 109(3), p. 557-567.

Bonifay E.
1964 : « Rapport sur l’étude stratigraphique et géologique du gisement préhistorique de Chinchon », in Paccard M. L’abri n° 1 de Chinchon (Commune de Saumanes-de-Vaucluse), Cahiers ligures de Préhistoire et d’Archéologie, 13, p 5-10.

Bonifay M.F., Lecourtois-Ducgoninaz A.
1977 : « La faune des niveaux inférieurs de l’abri Cornille à Istres (Bouches du Rhône) », in Escalon de Fonton M. (dir.), Congrès Préhistorique de France, XXe session, Provence, Paris, Société Préhistorique Française, p. 228-247

Bowman S.
1990 : Radiocarbon dating, London, British Museum Publications, 64 p.

Brochier J.É.
1977 : Évolution des climats et des paysages vauclusiens au cours du Würmien récent et du Postglaciaire, C.N.R.S. éd., 180 p.

Brochier J.É.
2004 : « Chasses paléolithiques » in Buisson-Catil J., Guilcher A., Pagni M., Hussy C. Olive M. (dir), Vaucluse préhistorique, le territoire, les hommes, les cultures et les sites, Barthélemy, p. 103.

Brochier J.É.
2008 : Plus c’est long, plus c’est large mais encore ? Sur quelques caractères métriques des lames de plein débitage. in Brochier J.É., Guilcher A. Pagni M. (dir.), Archéologies de Provence et d’ailleurs. Mélanges offerts à Gaétan Congès et Gérard Sauzade (volume Hors-Série n° 5 du Bulletin Archéologique de Provence), p. 75-86.

Brochier J.É., Livache M.
1978 : « Le niveau C de l’abri n° 1 de Chinchon à Saumanes de Vaucluse : analyse des correspondances et ses conséquences quant à l’origine des complexes du Tardiglaciaire en Vaucluse », Géologie Méditerranéenne, V(4), p. 359-369.

Brochier J.É., Livache M., Sauzade G.
1993 : « De la précipitation à l’incohérence. À propos de l’article de G. Onoratini : « La grotte sous-marine du cap Morgiou (Marseille), premier sanctuaire peint et gravé salpêtrien », Bulletin de la Société Linnéenne de Provence, 44, p. 61-64.

Brochier J.É., Livache M.
2003 : « Les niveaux à crans de l’abri du Rouet (Carry‑le‑Rouet, Bouches-du-Rhône) et les industries pléni‑tardiglaciaires du bassin bas-rhodanien », in Ladier E. (dir.), Les pointes à cran dans les industries lithiques du Paléolithique supérieur récent de l’oscillation de Lascaux à l’oscillation de Bölling (Préhistoire du sud-ouest, supplément 6, Actes de la table-ronde de Montauban), p. 47-66.

Brochier J.É., Livache M.
2007 : « Le Mas des Taillades à Fontvieille Bouches-du-Rhône). Sériation des complexes industriels tardigravettiens évolués dans la basse vallée du Rhône », Rivista di Scienze Preistoriche, LVII, p. 67-82.

Buck C.E., Christen J.A., Kenworthy J.B., Litton C.D.
1994: « Estimating the duration of archaeological activity using 14C determinations », Oxford Journal of Archaeology, 13, p. 229-240.

Buck C.E., Cavanagh W.G., Litton C.D.
1996: Bayesian Approach to Interpreting Archaeological Data (Statistics in Practice, V. Barnett éd.), Chichester, Wiley & Sons, 382 p.

Buck C.E., Christen J.A., James G.N.
1999: « Bcal: an on-line Bayesian radiocarbon calibration tool », Internet Archaeology, 7.

Buck C.E., Higham T.F.G., Lowe D.J.
2003: « Bayesian tools for tephrochronology », The Holocene, 13(5), p. 639-647.

Buck C.E., Bard É.
2007: « A calendar chronology for Pleistocene mammoth and horse extinction in North America based on Bayesian radiocarbon calibration », Quaternary Science Reviews, 26(17-18), p. 2031-2035.

Cardini L., Taschini M.
1994 : « Le industrie dei livelli mesolitici e paleolitici della caverna delle Arene Candide (Savona) », Quaternaria Nova, IV, p. 29-78.

Christen J.A.
1994: « Summarizing a Set of Radiocarbon Determinations: A Robust Approach », Journal of the Royal Statistical Society, Series C (Applied Statistics), 43(3), p. 489-503.

Clottes J., Courtin J., Valladas H., Cachier N., Mercier N., Arnold M.
1992 : « La grotte Cosquer datée », Bulletin de la Société Préhistorique Française, 89(8), p. 230-234.

Clottes J., Courtin J.
1994 : La grotte Cosquer. Peintures et gravures de la caverne engloutie, éd. du Seuil, 197 p.

Clottes J., Courtin J., Collina-Girard J., Arnold M., Valladas H.
1997: « News from Cosquer cave: climatic studies, recording, sampling, dates », Antiquity, 71, p. 321-326.

Clottes J., Courtin J., Vanrell L.
2005 : « Nouvelles recherches à la grotte Cosquer (Marseille) », Munibe, 57, p. 9-22. de Bölling (Préhistoire du sud-ouest, supplément 6, Actes de la table-ronde de Montauban), p. 129-143.

Combier J.
1967 : Le Paléolithique de l’Ardèche dans son cadre paléoclimatique, Bordeaux, éd. Delmas, 462 p.

Combier J.
2003 : « Pointes à cran du sud-est de la France (du Gravettien au Magdalénien final) », in Ladier E. (dir.), Les pointes à cran dans les industries lithiques du Paléolithique supérieur récent de l’oscillation de Lascaux à l’oscillation de Bölling (Préhistoire du sud-ouest, supplément 6, Actes de la table-ronde de Montauban), p. 129-143.

Crégut.Bonnoure É., Gagnière S.
1981 : « Sur la présence de Saïga tatarica (Mammalia, Artiodactyla) dans le dépôt pléistocène supérieur de la grotte de la Salpêtrière à Remoulins (Gard, France) », Nouvelles Archives du Muséum de Lyon, 19, p. 37-42.

Crégut-Bonnoure É., Paccard M.
1997 : « La faune à Saïga tatarica de Chinchon I (Saumanes, Vaucluse) », Quaternaire, 8(4), p. 391-407.

Délibrias G., Guillier M.T., Labeyrie J.
1974 : « Gif natural radiocarbon measurements VIII », Radiocarbon, 16(1), p. 15-94.

Délibrias G., Évin J. 1980 : « Sommaire des datations 14C concernant la préhistoire en France. II -Dates parues de 1974 à 1978 », Bulletin de la Société préhistorique française, 77(7), p. 215-224.

Durand N., Deschamps P., Bard É., Hamelin B., Camoin G., Thomas A.L., Henderson G.M., Yokoyama Y.
2010: « New insights into the radiocarbon calibration based on 14C and U‑Th dating of corals drilled offshore Tahiti (IODP Expedition #310) », Geophysical Research Abstracts, 12(EGU2010-12689-1).

Escalon de Fonton M.
1964 : « Un nouveau faciès du Paléolithique supérieur dans la grotte de la Salpêtrière (Remoulins, Gard) », Miscelanae en homenaje al abate Henri Breuil, Barcelona, p. 405-421.

Escalon de Fonton M.
1966 : « Du Paléolithique supérieur au Mésolithique dans le Midi méditerranéen », Bulletin de la Société Préhistorique Française, LXIII(1), p. 66-180.

Escalon de Fonton M., Onoratini G. 1976 : « Les civilisations du Paléolithique supérieur en Provence littorale », in de LUMLEY H. (dir.), La Préhistoire Française, Paris, éd. CNRS, I , p. 1145-1156.

Évin J., Marien G., Pachiaudi Ch.
1973 : « Lyon natural radiocarbon measurements IV », Radiocarbon, 15(3), p. 514-533.

Évin J., Marien G.
1974 : « Essai de datage par le radiocarbone des couches paléolithiques supérieures du gisement de la Salpétrière (Gard) », in Escalon de Fonton M. (Dir.), Congrès Préhistorique de France, XXe session, Provence, Paris, Société Préhistorique Française, p. 248-250.

Évin J., Marien G., Pachiaudi Ch.
1976 : « Lyon natural radiocarbon measurements VI », Radiocarbon, 18, p. 60-88.

Freundlich J.C., Kuper R., Breunig P., Bertram H.‑G.
1989 : « Radiocarbon dating of ostrich eggshells », Radiocarbon, 31, p. 1030-1034.

Higham T.
1994: « Radiocarbon dating New Zealand prehistory with moa eggshell: Some preliminary results », Quaternary Science Reviews, 13(2), p. 163-169.

Higham T.F.G., Jacobi R.M., Bronk Ramsey C.
2006: « AMS radiocarbon dating of ancient bone using ultrafiltration », Radiocarbon, 48, p. 179-195.

Laplace G.
1964 : « Les subdivisions du Paléolithique italien. Étude de typologie analytique », Bullettino di Paletnologia Italiana. Nuova serie, 73, p. 25-63.

Laplace G.
1966a : Recherches sur l’origine et l’évolution des complexes leptolithiques, Paris, École Française de Rome (coll. Mélanges d’Archéologie et d’Histoire, supplément 4), éd. de Broccard, 586 p.

Laplace G.
1966b : « Le Magdalénien du Grand Abri Charasse à Entrechaux (Vaucluse) », Revista da Faculdade de Letras de Lisboa, III série, 10, p. 3-30.

Laplace G.
1997 : « Gravettien, Épigravettien et Tardigravettien », Rivista di scienze preistoriche, XLVIII, p. 223-237.

Lee S., Bronk Ramsey C.
2012: « Development and application of the trapezoidal model for archaeological chronologies », Radiocarbon 54(1), p. 107-122.

Lenoble A.
2005 : Ruissellement et formation des sites préhistoriques. Référentiel actualiste et exemples d’application au fossile, BAR International Series 1363, 216 p.

Lerman J.C.
1972: « Carbon 14 dating: origin and correction of isotope fractionation errors in terrestrial living matter », Proc. 8th Int. Conf. Radiocarbon Dating, New Zealand, p. 612-624 (H16-H28).

Litton C.D., Buck C.E.
1995: « The Bayesian approach to the interpretation of archaeological data », Archaeometry, 37, p. 1-24.

Livache M.
1976 : Les civilisations du Paléolithique supérieur en Haute-Provence et dans le Vaucluse, La Préhistoire Française, I , CNRS éd., p. 1157-1162.

Livache M.
2000 : « Le continuum évolutif magdaléno‑azilien en Vaucluse », Bulletin Archéologique de Provence, 29, p. 7-19.

Livache M., Carry A.
1975 : « Le gisement de La Font Pourquière (Lacoste, Vaucluse) et le Tardigravettien ancien », Origini, IX, p. 7-62.

Livache M., Brochier J.É.
2003 : « L’évolution des industries pléni et tardiglaciaires en Provence et dans le bassin bas-rhodanien, lignées et convergences », Rivista di Scienze Preistoriche, LIII, p. 37-55.

Livache M., Brochier J.É.
2004 : « Le Paléolithique supérieur en Vaucluse : aux confins des mondes atlantique etd italique, in Buisson-Catil J., Guilcher A., Pagni M., Hussy C. Olive M. (ir), Vaucluse préhistorique, le territoire, les hommes, les cultures et les sites, éd. Barthélemy, p. 95-110.

Long A., Hendershott R.B., Martin P.S.
1983: « Radiocarbon dating of fossil eggshell », Radiocarbon, 25(2), p. 533-539.

Macphail R.I., Hather J., Hillson S., Maggi R.
1994: « The Upper Pleistocene deposits at Arene Candide: soil micromorphology of some samples from the Cardini 1940-42 excavation », Quaternaria Nova, IV, p. 79-100.

Magee J.W., Miller G.H., Spooner N.A., Questuaux D.G., Mcculloch M.T., Clark P.A.
2009: « Evaluating Quaternary dating methods: radiocarbon, U-series, luminescence and amino acid racemisation dates of a late Pleistocene emu egg », Quaternary Geochronology, 4, p. 84-92.

Marchand G., Dupont C., Oberlin C., Delque-Kolic E.
2007: « Entre “effet réservoir” et “effet de plateau”: la difficile datation du Mésolithique de Bretagne », in Crombé Ph., Van Strydonck M., Sergant J., Bats M., Boudin M. (dir.), Chronology and Evolution in the Mesolithic of NW Europe, Cambridge Scholar Publishing, p. 297-324.

Marom A., McCullagh J.S.O., Higham T.F.G., Sinitsyn A.A., Hedges R.E.M.
2012: « Single amino acid radiocarbon dating of Upper Paleolithic modern humans », Proceedings of the National Academy of Sciences, www.pnas.org/ cgi/doi/10.1073/pnas.1116328109.

Onoratini G.
1992 : « La grotte sous-marine du Cap Morgiou (Marseille). Premier sanctuaire peint et gravé salpêtrien », Bulletin de la Société linnéenne de Provence, 43, p. 29-34.

Paccard M. 1959 : « Rares harpons en os du Vaucluse », Bulletin de la Société Préhistorique Française, 56(1-2), p. 58-60.

Paccard M.
1961 : « L’abri n° 1 de Chinchon (commune de Saumanes de Vaucluse) », Bulletin de la Société Préhistorique Française, 58(1-2), p. 40-44.

Paccard M.
1964 : « L’abri n° 1 de Chinchon (commune de Saumanes, Vaucluse) », Cahiers Ligures de Préhistoire et d’Archéologie, 13(1), p. 3-67.

Paccard M., Dumas C.
1977 : « Nouvelles recherches dans l’abri n° 1 de Chinchon à Saumanes (Vaucluse). I -étude archéologique », Gallia Préhistoire, 20(1), p. 45-81.

Palma di Cesnola A. 1993 : Il Paleolitico superiore in Italia, éd. Garlatti & Razzai, 575 p.

Pettitt P.B., Richards M., Maggi R., Formicola V. 2003: « The Gravettian burial known as the Prince (Il Principe): new evidence for his age and diet », Antiquity, 77(295), p. 15-19.

Poulain Josien TH.
1964 : « La faune de l’abri de Chinchon », in L’abri n° 1 de Chinchon (commune de Saumanes, Vaucluse), Cahiers Ligures de Préhistoire et d’Archéologie, 13(1), p. 64-66.

Reimer P. J., Baillie M.G.L., Bard É., Bayliss A., Warren Beck J., Bertrand C.J.H., Blackwellp.G., Buck C.E., Burr G.S., Cutler K.B., Damon P.E., Edwar DS R.L., Fairbanks R.G., Friedrich M., Guilderson T.P., Hogg A.G., Hughen K.A, Kromer B., McCormac G., Manning S., Bronk Ramsey C., Reimer R.W., Remmele S., Southon J.R., Stuiver M., Talamo S., Taylor F.W., Van Der Plicht J., Weyhenmeyer C.E.
2004 : « Intcal04 terrestrial radiocarbon age calibration, 0–26 cal kyr BP », Radiocarbon, 46(3), p. 1029-1058.

Reimer P., Baillie M., Bard É., Bayliss A., Beck J.W., Blackwell P.G., Bronk Ramsey C., Buck C.E., Burr G.S., Edwards R.L., Friedrich M., Grootes P.M., Guilderson T.P., Hajdas I., Heaton T.J., Hogg A.G., Hughen K.A., Kaiserk.F., Kromer B., McCormac F.G., Manning S.W., Reimer R.W., Richards D.A., Southon J.R., Talamo S., Turney C.S.M., Van Der Plicht J., Weyhenmeyer C.E.
2009 : « IntCal09 and Marine09 Radiocarbon Age Calibration Curves, 0 -50,000 Years cal BP », Radiocarbon, 51(4), p. 1111-1150.

Renault-Miskovsky J., Onoratini G.
1997 : « Les sites du Paléolithique moyen et supérieur dans le sud-est de la France ; préhistoire et environnement, nouvelles données », Préhistoire Européenne, 10, p. 91-106.

Shakun J.D., Clark P.U., F., Marcott S.A., Mix A.C., Liu Z., Otto- Bliesner B., Schmittner A., Bard É.
2012: « Global warming preceded by increasing carbon dioxide concentrations during the last deglaciation », Nature, 484, p. 49-55.

Southon J., Noronha A.L., Cheng H., Edwards R.L., Wang Y.
2012: « A high-resolution record of atmospheric 14C based on Hulu Cave speleothem H82 », Quaternary Science Reviews, 33, p. 32-41.

Sonneville-Bordes de D.
1962 : « Mouvement scientifique, Préhistoire, (compte rendu de lecture de l’abri n° 1 de Chinchon par M. Paccard) », L’Anthropologie, 66(3-4), p. 344-346.

Sonneville-Bordes de D.
1966 : « Évolution du Paléolithique supérieur en Europe occidentale et sa signification », Bulletin de la Société Préhistorique Française, LXIII, Études et Travaux 1, p. 3-34.

Valladas H., Tisnerat-Laborde N. Cachier H., Arnold M., Bernaldo De Quiros F., Cabrera-Valdes V., Clottes J., Courtin J., Fortea-Perez J.J., Gonzales-Sainz C., Moure-Romanillo A.
2001 : « Radiocarbon AMS dates for Paleolithic cave paintings », Radiocarbon, 43(2), p. 977-986.

Valladas H., Tisnérat N., Kaltnecker E., Arnold M. 2005 : « Les datations de la grotte Cosquer ». in Clottes J., Courtin J., Vanrell L. (Dir.) Cosquer redécouvert, éd. du Seuil, p. 56-57.

Ward G.K., Wilson R.
1978: « Procedures for comparing and combining radiocarbon age determination: a critique », Archaeometry, 20(1), p. 19-34.

Yizhaq M., Mintz G., Cohen I., Khalaily H., Weiner S., Boaretto E.
2005: « Quality controlled radiocarbon dating of bones and charcoal from the Early Pre-Pottery Neolithic B (PPNB) of Motza (Israel) », Radiocarbon, 47(2), p. 193-206.

Zeidler J. A., Buck C.E., Litton C.D.
1998: « Integration of Archaeological Phase Information and Radiocarbon Results from the Jama River Valley, Ecuador: a Bayesian Approach », Latin American Antiquity, 9(2), p. 160-179.

Top of page

Notes

1 « … il contient [le niveau C] une industrie assez abondante, de type magdalénien classique, avec en nombre des pointes que M. Paccard appelle « pointes à cran », mais qui, d’après les figurations qu’il donne, ne sont autre chose que de belles et très typiques pointes de Laugerie-Basse (L’anthropologie, 1959, p. 32, et fig. 36, n° 8 à 12), pièces foliacées à retouches semi-abruptes, caractéristiques du Magdalénien supérieur : les exemplaires de Chinchon sont identiques à ceux de la grotte de Rochereil (fouilles Jude)... ».

2 Le terme Tardigravettien (et non pas Épipérigordien ou Épigravettien), forgé en 1963, ne doit rien au hasard ou à la fantaisie (Laplace, 1997 ; Brochier et Livache, 2003, p. 49 ; Livache et Brochier, 2003, p. 43). À l’approche du dernier maximum glaciaire, le Gravettien de l’ouest du Rhône voit se développer rapidement l’usage de la retouche plate : c’est ce qu’il est convenu d’isoler comme phase solutréenne, phase initiale de l’Épigravettien (atlantique). Cet épisode original, véritable solution de continuité, sépare ainsi le Gravettien évolué sensu stricto du Salpêtrien (Tardisolutréen). Sans qu’une filiation puisse être aujourd’hui décelée, les horizons paléolithiques supérieurs récents qui lui succèdent poursuivent le processus épigravettien. Du côté est du Rhône, comme dans la péninsule italique, en l’absence de la solution de continuité solutréenne, le Gravettien poursuit synchroniquement son évolution en divers complexes qui sont dits alors tardigravettiens. Les termes Tardigravettien et Épigravettien ont tous deux une connotation évolutive où la mutation technique et structurale des complexes solutréens et post-solutréens peut être considérée comme le point de divergence de l’évolution du Gravettien. Le qualificatif tardigravettien indique une continuité évolutive depuis le Gravettien ; le terme Épigravettien souligne, à l’inverse, l’évolution survenue après la rupture qualitative, à un certain niveau d’analyse, d’avec le Gravettien.

3 La position de Max Escalon de Fonton, adoptée en 1976 par Gérard Onoratini, ne changera plus dans les années suivantes.

4 Max Escalon de Fonton occulte de niveau B1 qui a livré le harpon à un rang de barbelures qu’il attribue au niveau B.

5 « Nous avons déjà noté qu’un outillage à pointes à cran, qu’il est impossible d’assimiler à un Magdalénien terminal en raison de sa position stratigraphique, existait dans les couches les plus profondes aujourd’hui fouillées dans ce gisement (foyer D sans doute, et surtout C).Il semble très admissible de le paralléliser avec les industries à pointes à cran de La Salpêtrière (Salpêtrien) et d’Oullins (niveau 10), dont la position sous des niveaux de Magdalénien à harpons est identique » p 337.

6 Le saïga est particulièrement rare dans la région. Il n’a été reconnu que dans la grotte de La Salpêtrière, probablement dans la couche 3 (Salpêtrien supérieur, 13100 ± 200 BP, MC-919, Crégut-Bonnoure et Gagnière, 1981), dans la couche 12 de l’abri Cornille, d’âge indéterminé (Bonifay et Lecourtois-Ducgoninaz, 1977 ; Brochier et Livache, 2007) et sur les parois de la grotte Cosquer (Clottes et al., 2005).

7 Ce problème pourrait sans doute être surmonté en mesurant l’activité radiocarbone d’un acide aminé spécifique, unique et débarrassé de toute pollution, l’hydroxyproline (Marom et al., 2012).

8 Les coquilles d’œuf d’oiseau sont abondantes, en fragments millimétriques, dans les horizons mésolithiques de l’abri de Roquefure (Vaucluse) ou dans ceux du Clos de Poujol (Aveyron) par exemple.

9 Il n’est sans doute pas inutile de rapporter ici l’avis de Tom Higham (2006) à ce sujet: « Over many years, it has become apparent that the characterization of the quality of the extracted “collagen” is crucial to validate the accuracy of the obtained 14C determinations.

Several methods of achieving this have been described ..., but few 14C laboratories regularly apply the range of analytical measurements necessary to provide minimum assurance for submitters of bone samples (e.g. C to N ratios) even when the samples are of crucial importance to studies of late human evolution... ».

10 Les taxons bien représentés dans le Solutréen et le Salpêtrien ancien sont Pinus t. sylvestris, Betula verrucosa, Hippophae rhamnoides et Salix/Populus (Bazile-Robert, 1979). La longévité de ces taxons, qui ne sont parfois connus qu’au niveau générique, peut être de l’ordre du siècle.

11 La différence entre les estimations chronologiques obtenues dans la période 12500 – 14500 14C BP à l’aide des versions 04 et 09 d’IntCal est loin d’être négligeable : pour un âge radiocarbone conventionnel de 13500 BP, par exemple, les dates calendaires sont susceptibles d’être artificiellement vieillies de trois à dix siècles si l’on utilise IntCal 09.

12 D’après le bilan établi par Bietti (1994), les niveaux P1 à P6 livrent 239 objets retouchés et les niveaux P7 à P12 en livrent 535 dont 8 dans les couches P10 à P12. Georges Laplace, qui a utilisé ce découpage, décompte quant à lui 217 types primaires en P1-P6 et 488 en P7-P12, des chiffres que l’on peut considérer comme très proches compte-tenu des principes méthodologiques de chacun. Dans le pire des cas, Georges Laplace aurait inclut dans son échantillon Tardigravettien ancien à pointes à face plane (F6-F4) 8 objets gravettiens soit 1,6 % de l’échantillon...

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1. Objets à cran du niveau tardigravettien ancien de l’abri de Chinchon 1,Vaucluse (1 à 13) et « fléchettes » (14 à 19)
Credits D’après Paccard, 1964 et Paccard & Dumas, 1977
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/290/img-1.jpg
File image/jpeg, 1.7M
Title Fig. 2. Salpêtrien. Objets à cran de La Rouvière, Ardèche (1 à 5) et de La Salpêtrière (Salpêtrien ancien, couche 6 et d)
Credits D’après Gallet, 1973 et Onoratini, 1982
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/290/img-2.jpg
File image/jpeg, 1.4M
Title Fig. 3. Position géographique des sites mentionnés dans le texte
Caption La ligne noire grossièrement nord-sud marque la limite approximative entre le domaine épigravettien, à l’ouest, et tardigravettien, à l’est
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/290/img-3.jpg
File image/jpeg, 1.4M
Title Tabl. I. Âges radiocarbone utilisés et modèle chronologique soumis à l’analyse bayésienne
Caption Les événements ne sont pas ordonnés à l’intérieur des phases. Les sept déterminations obtenues à partir des peintures de la grotte Cosquer (période récente) forment une phase sans aucune information a priori. Les valeurs du δ13C suivies d’un astérisque sont mesurées en SMA sur le graphite produit à partir de l’échantillon. Elles ne sont donc qu’approchées (mais suffisantes pour le calcul de la date) puisque biaisées par la graphitisation et la mesure en SMA. Elles ne sauraient être comparées aux mesures obtenues dans d’autres champs disciplinaires (étude des spéléothèmes ou des paléo–diètes par exemple) par spectrométrie de masse ; ÂRC : âge radiocarbone conventionnel ; v.n.c. : valeur non communiquée. La colonne outlier donne les probabilités a priori (a) et a posteriori (b) pour qu’une détermination ait besoin d’être translatée sur l’échelle radiocarbone de façon à être en cohérence avec les autres déterminations. C/N : rapport carbone/azote de l’os. Notre ignorance des résultats de mesure d’un éventuel dosage du carbone et de l’azote de l’os des échantillons de Chinchon 1, de Charasse 1 et de quelques échantillons de La Salpêtrière, en préalable à la mesure d’activité 14C, ne permet pas de juger de la validité des résultats obtenus (n.m. : non mesuré).
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/290/img-4.jpg
File image/jpeg, 1.6M
Title Fig. 4. Schéma des relations chronologiques entre les différentes phases du modèle
Caption Elles reposent à a fois sur la connaissance des stratigraphies et sur celle des processus évolutifs des différents complexes. Les αj et βj représentent respectivement les dates calendaires de début et de fin de phase
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/290/img-5.jpg
File image/jpeg, 372k
Title Fig. 5. Résultats graphiques (plans F1.F2) des analyses factorielles des correspondances appliquées aux tableaux de contingence croisant groupes typologiques et niveaux archéologiques
Caption a : La Font-Pourquière (LFP), Chinchon 1 (C), Soubeyras (S), Sabon-Ayme (SAy) ; b : sans La Font-Pourquière. Entre crochets, les classes modales des dates calendaires BCE. Descripteurs. G : grattoir, R : racloir, PD : pointe à dos, T : troncature, D : denticulé, Bc : bec, B : burin, LD : lame à dos, P : pointe, Cr : lame et pointe à cran, LDT : lame à dos tronquée, F : foliacé.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/290/img-6.jpg
File image/jpeg, 322k
Title Fig. 6. Outils retouchés du gisement de plein air de La Font-Pourquière (Vaucluse)
Caption Tardigravettien ancien à pointes à face plane. 1 à 6 : pointes à retouches simples et plates, 9 à 12 : pointes et bi-pointes à dos, 13 lamelles à dos bitronquées. D’après Livache & Carry, 1975
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/290/img-7.jpg
File image/jpeg, 1.7M
Title Fig. 7. Schéma des relations chronologiques entre les différentes phases du modèle
Caption Elles reposent à la fois sur la connaissance des stratigraphies et sur celle des processus évolutifs des différents complexes. Les αj et βj représentent respectivement les dates calendaires de début et de fin de phase
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/290/img-8.jpg
File image/jpeg, 308k
Title Fig. 8. Distributions des probabilités a posteriori des dates calendaires du début et de la fin du Tardigravettien ancien à pointes à face plane des Arene Candide, tel qu’il est défini par Georges Laplace (1964), et du Tardigravettien ancien à pointes à face plane de la couche 5 de la grotte Rainaude 1 dans le Var
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/290/img-9.jpg
File image/jpeg, 271k
Title Fig. 9. a. Distributions des probabilités a posteriori des dates calendaires du début (α2) et de la fin (β2) du Tardigravettien ancien à cran de Chinchon 1 et du début (α3) de la phase magdalénienne ; b. Distributions des probabilités a posteriori des dates calendaires du début (α6) et de la fin (β6) du Salpêtrien ancien de La Salpêtrière ; c. Distributions des probabilités a posteriori des dates calendaires du début (α4) et de la fin (β4) de la phase récente d’utilisation de la grotte Cosquer. Les deux bandes grises verticales sont centrées sur les modes des distributions de α2 et β2
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/290/img-10.jpg
File image/jpeg, 759k
Title Fig. 10. Estimation bayésienne de la durée qui sépare le Tardigravettien ancien à pointes à face plane de Rainaudes 1 du Tardigravettien ancien à cran de Chinchon 1 (θ1 – α2)
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/290/img-11.jpg
File image/jpeg, 147k
Title Tabl. III. Résultats de la calibration bayésienne des déterminations radiocarbone du θ Paléolithique supérieur récent vauclusien et varois, du Salpêtrien ancien et du Solutréen de la grotte de La Salpêtrière, et des peintures de la phase récente de la grotte Cosquer
Caption Les αj et βj sont les dates calendaires de début et de fin de phase, les θi les dates calendaires de chaque événement. Les valeurs entre parenthèses correspondent aux déterminations qui apparaissent aberrantes à l’issue du calcul. La colonne HPD 95 % cal. BCE donne les intervalles calendaires BCE dans lesquels les αj, βj et θi ont 95 chances sur 100 de se trouver. La colonne mode(s) cal. BCE précise la position de la (ou des) valeur(s) modale(s) de la distribution des probabilités a posteriori des dates calendaires. Courbes de référence : IntCal04 et IntCal09 (Reimer et al., 2004, Reimer et al., 2009)
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/290/img-12.jpg
File image/jpeg, 1.3M
Top of page

References

Bibliographical reference

Jacques Élie Brochier, « Les datations radiocarbone du Tardigravettien ancien à crans de l’abri de Chinchon 1 à Saumane‑de‑Vaucluse et la chronologie du Paléolithique supérieur récent provençal », Gallia Préhistoire, 56 | 2016, 8-27.

Electronic reference

Jacques Élie Brochier, « Les datations radiocarbone du Tardigravettien ancien à crans de l’abri de Chinchon 1 à Saumane‑de‑Vaucluse et la chronologie du Paléolithique supérieur récent provençal », Gallia Préhistoire [Online], 56 | 2016, Online since 30 October 2017, connection on 22 May 2018. URL : http://journals.openedition.org/galliap/290 ; DOI : 10.4000/galliap.290

Top of page

About the author

Jacques Élie Brochier

UMR 7269 – LAMPEA, Aix-Marseille Université, CNRS, Ministère de la culture et de la communication, 5 rue du Château de l’Horloge, BP 647, F-13094 Aix-en-Provence, cedex 2 – jacques.brochier@univ-amu.fr

Top of page

Copyright

Gallia Préhistoire

Top of page
  • Logo CNRS Éditions
  • OpenEdition Journals