Navigation – Plan du site

AccueilNuméros62La grotte de Laà 2 à Arudy (64)

La grotte de Laà 2 à Arudy (64)

Les occupations du Mésolithique et du Néolithique final dans leurs contextes chronoculturels
Patrice Dumontier, Patrice Courtaud, Catherine Ferrier, Dominique Armand, Fabien Convertini, Bui Thi Mai, Michel Girard, Adriana Soto Sebastián et Nicolas Valdeyron
Édité par Stéphanie Bréhard et Pablo Marticoréna
Traduction(s) :
The Laà 2 cave in Arudy (64). The Mesolithic and Final Neolithic occupations within their chrono-cultural contexts [en]

Résumés

Le bassin d’Arudy, du fait du nombre important de sites archéologiques étudiés, est un lieu privilégié pour actualiser nos connaissances sur les dynamiques de peuplement et les caractéristiques culturelles des populations qui ont occupé ces lieux depuis le Paléolithique. Ici, ce sont les niveaux du Mésolithique et du Néolithique final de la salle 5 de la grotte de Laà 2 qui seront analysés puis replacés dans le cadre des vallées béarnaises et, plus largement, au niveau des Pyrénées nord-occidentales. Quatre niveaux mésolithiques permettent d’aborder certains aspects de la mobilité de petits groupes avec des campements peu développés ce qui offre de nouvelles données pour l’analyse des modes d’occupation et des stratégies de mobilité des dernières sociétés de chasseurs-cueilleurs des Pyrénées françaises et de leurs marges. Pour le Néolithique final ce sont également quatre ou cinq phases d’occupations qui illustrent également des campements de courtes durées. Le mobilier céramique, rapproché de ce que l’on connaît actuellement dans les Pyrénées nord-occidentales permet de souligner des influences avec le Véraza tel qu’il existe dans la région toulousaine.

Haut de page

Plan

Haut de page

Notes de la rédaction

Avec la collaboration de : Stéphanie Bréhard [contributeur], UMR 7209 Archéozoologie, archéobotanique : sociétés, pratiques et environnements, Muséum national d’Histoire naturelle, CNRS, Paris | France Pablo Marticoréna [contributeur], UMR 5608 – TRACES, université Populaire du Pays Basque, Saint-Étienne-de-Baïgorry | France.

Texte intégral

Introduction

1Dans la grotte de Laà 2, la salle 5 correspond à l’une des deux entrées de la cavité. Cette petite salle a été occupée à plusieurs reprises par des petits campements installés autour de foyers qui ont tous fait l’objet de datations radiométriques. Quatre occupations du Mésolithique ont été suivies, après un hiatus de plus de deux millénaires, par un minimum de quatre occupations du Néolithique final. Nous sommes devant des instantanés d’occupations brèves pour au moins cinq niveaux archéologiques. On remarquera également la présence d’un défunt au Néolithique final, sans qu’il puisse formellement être rattaché à l’une des occupations. Avant le colmatage de l’entrée par des effondrements de la paroi externe, une ultime séquence appartient à la fin de l’âge du Fer.

2Pour le Mésolithique, la présence de plusieurs niveaux du Mésolithique final, constituait un axe de recherche important pour les Pyrénées occidentales. Le contexte local était encore mal connu et de ce point de vue, la fouille des ensembles mésolithiques pouvait se révéler d’un intérêt tout à fait particulier. Nous avions donc prévu d’étudier la totalité de la surface de cette petite salle, ce qui devait permettre de clarifier la chronologie et les statuts d’occupations des différents niveaux archéologiques et de réactualiser les données anciennes.

3Pour le Néolithique, un premier cadre chronologique des rythmes d’anthropisation se dessinait notamment à travers les analyses environnementales (Galop 2006). Mais quelles sont les origines de ce Néolithique, quelles sont ses évolutions et ses relations avec les cultures que nous connaissons dans les régions voisines ? La nécessité d’un cadre chronologique précis associé à une analyse des cultures matérielles était et est encore aujourd’hui indispensable.

4Si, depuis la cartographie des sites néolithiques de la façade atlantique réalisée par Serge Cassen, qui illustrait le désert que constituait le sud aquitain (Cassen 1993a, 1993b), nous avons enregistré des avancées significatives pour certaines périodes – Néolithique ancien à Apons (Dumontier et al. 2016a) ; Néolithique final à Uzein (Elizagoyen et al. 2012) – ou dans le domaine funéraire : structures mégalithiques du Néolithique moyen et final à Ithé, à Aussurucq (Ebrard 1993), à Peyrecor 1 et 2 à Escout (Dumontier et al. 1997), ou encore avec les niveaux supérieurs d’Apons à Sarrance (Dumontier et al. 2016a), nous en étions toujours, à la fin des années 1990, à tenter de caractériser ce néolithique sud-aquitain à partir d’une culture matérielle sous-représentée.

5Avec la grotte du Phare à Biarritz (Marembert et al. 2000), la grotte de Laà 2 semblait avoir un potentiel permettant d’avancer dans cette démarche.

Présentation générale du site

6La grotte de Laà 2 se trouve au sud-ouest du village d’Arudy, dans l’une des collines calcaires qui prolonge le premier chaînon nord des Pyrénées au débouché du gave d’Ossau (fig. 1). Ce premier chaînon est constitué, sur sa face nord, de calcaires subrécifaux à Toucasia de l’Aptien supérieur (Ternet et al. 2004). Au débouché de la vallée d’Ossau, ce massif s’épaissit en un assez grand nombre de collines calcaires sur les communes de Louvie-Juzon (rive droite), d’Izeste et d’Arudy (rive gauche du gave d’Ossau).

Fig. 1 – Localisation de la cavité dans le cadre des Pyrénées nord-occidentales. En médaillon : situation du Bassin d’Arudy dans l’isthme pyrénéen sur la carte de France, IGN 2012 – Licence ouverte.

Fig. 1 – Localisation de la cavité dans le cadre des Pyrénées nord-occidentales. En médaillon : situation du Bassin d’Arudy dans l’isthme pyrénéen sur la carte de France, IGN 2012 – Licence ouverte.

Base cartographique P. Dumontier, DAO M. Le Couédic et B. Pace.

7Au nord, le bassin d’Arudy est presque fermé par la moraine frontale du dernier glacier d’Ossau.

8La grotte de Laà 2 se situe dans un environnement riche en grottes et abris-sous-roche occupés depuis le Paléolithique supérieur : Houn de Laà, Espalungue, Saint-Michel, Poeymaü, Malarode 1 (fig. 2).

Fig. 2 – Les sites archéologiques du Magdalénien au Néolithique final du Bassin d’Arudy (64).

9[Image non convertie]

Sites paléolithiques : Espalungue, Laà 2, Malarode 1, Poeymaü, Sainte-Colome, Saint-Michel ; Sites mésolithiques : Bignalats, Malarode 1, Laà 2, Poeymaü ; Sites néolithiques : Bignalats, Bordedela 1 à 3, Espalungue, Garli, Houn de Laà, Laà 2, Laplace, Larrun 1, Malarode 1 et 2, Poeymaü.

Fond de carte Lidar réalisé pour le PCR PAVO « Préhistoire Ancienne de la Vallée d’Ossau », avec l’accord de J.-M. Pétillon et B. Marquebielle (coord.) ; fond de carte finalisé par X. Muth et F. Lacrampe-Cuyaubère, MNT Get In Situ, DRAC Nouvelle-Aquitaine.

10Pour ce secteur, les travaux anciens (xixe siècle et première moitié du xxsiècle) n’ont fait que peu de place à la Préhistoire récente qui ne rentrait pas vraiment dans la problématique de l’époque en Béarn. Il faudra attendre les travaux de Georges Laplace au Poeymaü (Laplace 1953, Marsan 1979) puis de Geneviève Marsan dans l’abri-sous-roche du Bignalats (Marsan 1988) pour que le Mésolithique et le Néolithique soient abordés. Ce contexte historique renforce l’intérêt que constitue une grotte intacte (ou presque) pour l’ensemble des niveaux du Paléolithique supérieur au début du Moyen-Âge.

  • 1 Du nom du propriétaire et non de l’archéologue.
  • 2 Topographie réalisée en 1980 par la Société de Spéléologie et de Préhistoire des Pyrénées Occident (...)

11Dans les collines calcaires d’Arudy, plusieurs petites grottes, souvent sépulcrales, ont également été fouillées ou sondées (fig. 2) : Larroun, Houn de Laà, Garli (Laplace 1984, Dumontier et al. 2016b), l’abri du Bignalats déjà évoqué et la Grotte Laplace1 (Blanc 1989). Dernièrement, à l’occasion des fouilles de deux nouvelles grottes sépulcrales (Bordedela 1 et 2), une synthèse des dépôts funéraires du Néolithique moyen et final dans le bassin d’Arudy a été réalisée (Dumontier et al. 2016b, Courtaud et al. 2018). Malgré l’importance des recherches anciennes sur le massif calcaire d’Arudy, la grotte de Laà 2 n’a pas attiré l’attention des différents chercheurs et nous ne la trouvons pas dans les inventaires de G. Laplace (Laplace 1984). Connue des spéléologues et enregistrée sous le nom de grotte Garli2, elle n’a été « redécouverte » par l’un d’entre-nous (P. Dumontier) qu’en mars 1983 dans le cadre d’une prospection du massif.

12Laà 2 est une cavité de 43 m de longueur avec une galerie d’une largeur moyenne de 7 m (fig. 3, 4). Son entrée principale s’ouvre au nord-est du massif de Garli, à 457 m d’altitude. La présentation générale du site a déjà fait l’objet d’une publication. Rappelons simplement qu’il s’agit d’une galerie composée de cinq secteurs différents, avec des occupations s’étageant du Magdalénien à l’Antiquité tardive. Nous ne présenterons ici que les données de l’entrée sud-est (fig. 5), qui seule contenait des occupations mésolithiques et néolithiques (Pétillon et al. 2017).

Fig. 3 – Plan de la cavité.

13[Image non convertie]

Relevé M.-C. et M. Douat, M. Lauga et P. Dumontier, DAO M. Douat.

Fig. 4 – Profil de la cavité

Fig. 4 – Profil de la cavité

Relevé M.-C. et M. Douat, M. Lauga et P. Dumontier, DAO M. Douat.

Fig. 5 – La petite entrée de la salle 5 de Laà 2 au début des travaux en 2006.

14[Image non convertie]

Cliché P. Dumontier.

15Pour cette salle, les méthodes de fouille ont été adaptées en fonction du contexte archéologique. Un niveau zéro de référence a été positionné contre la paroi nord-ouest, à l’intersection des carrés B14/C14, à 38 cm sous le plafond, dans l’axe C/D et 134 cm sous le point haut du plafond dans l’axe B/C (fig. 7, 30). Toutes les altitudes présentées dans cet article sont négatives par rapport à ce niveau de référence. Pour les niveaux supérieurs, la fouille a été conduite par mètre carré avec des décapages de 1 à 3 cm d’épaisseur, en distinguant les différentes unités stratigraphiques et, à partir de l’US 21, par ¼ de mètre carré. Tous les sédiments ont été tamisés à l’eau (maille de 1,6 mm) et les refus de tamis ont été triés pour les niveaux archéologiques. Toutes les phases de décapages ont fait l’objet d’un relevé en plan au 1/10e ou au 1/5e en fonction de la complexité et ont été photographiées. Les différentes structures ont été décrites et ont fait l’objet d’un relevé en plan et en coupe. Des prélèvements de sédiments ont été effectués pour toutes les strates et les charbons de bois ont été systématiquement prélevés à la fouille et au tamisage.

Contexte : stratigraphie, datations et palynologie

Description de la stratigraphie

16Dans la salle 5, les dépôts ont été étudiés principalement à partir de trois coupes stratigraphiques (fig. 6) :

Fig. 6 – Emplacement des coupes stratigraphiques et des colonnes de prélèvements palynologiques présentées dans le texte.

17[Image non convertie]

Coupe 1 : ligne C/D – 9 à 13 – axe central ; coupe 2 : ligne B/C 11 et partie 12 ; coupe 3 : carré E11, axe nord/sud, US 24 à 40 ; coupe 4 : carré C13 – structure de fermeture du passage vers la salle 4 de Laà 2 ; colonnes de prélèvements palynologiques : séries D (SD), E (SE) et F (SF).

DAO P. Dumontier.

  • La coupe des carrés C/D 9 à 13 (coupe 1) correspond à une section longitudinale, du porche vers l’intérieur de la cavité qui recoupe la partie terminale du comblement de l’entrée. Sur cette section, les dépôts sont en contact avec la voûte en raison du net plongement de cette dernière vers le nord-nord-est.
  • La coupe des carrés B11/12-C11/12 (coupe 2) se trouve à environ 3 m en avant de l’ouverture du conduit qui mène à l’intérieur de la grotte. Elle a permis d’étudier la partie moyenne de la séquence fouillée, qui comprend notamment les phases d’occupations néolithiques.
  • La coupe située le long de la paroi, au fond de la salle, dans la bande E (coupe 3) a donné accès à la partie inférieure du remplissage et plus particulièrement aux niveaux mésolithiques.

18L’ensemble de la stratigraphie accuse un léger pendage, de l’entrée vers le fond de la cavité. La coupe principale C/D-9/13 (fig. 7) ainsi que le diagramme de Harris (fig. 8) permettent de visualiser la succession des dépôts.

Fig. 7 – Coupe stratigraphique 1.

19[Image non convertie]

Ligne C/D, orientée sensiblement nord-sud. Elle a été complétée en 2010 sur l’axe D/E (encadré rouge), sans que les US puissent être raccordées très précisément avec la coupe C/D. Les niveaux archéologiques correspondent aux US 4, 9,10/16, 18, 20base/30, 21/22, 32/33 et 35/36.

DAO P. Dumontier.

Fig. 8 – Diagramme stratigraphique réalisé à partir de la coupe 1 sur la ligne C/D.

20[Image non convertie]

La présentation permet de distinguer les variations des US entre les bandes 9 à 13.

DAO P. Dumontier.

Tabl. 1 – Liste des unités stratigraphiques identifiées dans la salle 5 de la grotte de Laà 2.

Tabl. 1 – Liste des unités stratigraphiques identifiées dans la salle 5 de la grotte de Laà 2.

21À partir de l’aspect macroscopique des dépôts (texture, couleur, organisation des fractions fines et grossières, structures sédimentaires), quatre ensembles lithostratigraphiques ont été identifiés, de haut en bas du remplissage :

Ensemble 1 : US 1 à 4

22Il s’agit d’un éboulis colmaté, épais d’un mètre, avec, à sa base un niveau de la fin de l’âge du Fer. Il a été alimenté par le démantèlement de la corniche calcaire et l’apport de fraction fine par ruissellements depuis l’extérieur (tabl. 1).

Ensemble 2 : US 5, 6, 8, 9 et 10

23L’hétérométrie plus faible de la fraction grossière ainsi que l’abondance de la fraction fine suggèrent que ces unités appartiennent à la partie distale d’un cône d’éboulis, dont l’apex pouvait se situer plus au nord. Dans ce secteur, l’érosion des dépôts pourrait être liée au recul de la corniche calcaire, lors de la mise en place de l’ensemble 1. Les lentilles observées au sein de cet ensemble peuvent résulter de ruissellements ou bien correspondre à des zones lavées, sous des égouttements provenant de la voûte. Les occupations de l’US 10 se sont donc déroulées dans un intervalle de temps au cours duquel la dynamique sédimentaire était dominée par les apports gravitaires et les ruissellements.

Ensemble 3 : US 11, 17, 18, 20, 21, 24, 32, 35, 38 et 40

24La nature calcaire des cailloux ainsi que la pente de la limite supérieure de l’US 20 indiquent que les éléments proviennent de l’extérieur par gravité, depuis le versant. La calibration du cailloutis suggère la remobilisation d’un dépôt de pente formé par l’action de la gélifraction secondaire en condition périglaciaire (dernière période froide ?), à un moment où le versant n’était pas ou peu stabilisé par la végétation. Les apports dans le porche ont pu également être favorisés par les piétinements dus aux passages des hommes et des animaux. Au sein de cette dynamique, les US 24 et 40 correspondent à un épisode de démantèlement du calcaire encaissant, phénomène à l’origine des blocs hétérométriques apparaissant au sein des éboulis. Leur extension, pour l’US 24, semble indiquer qu’ils résultent de l’effondrement de la partie est de la corniche. La fraction fine qui a colmaté les vides entres les cailloux provient des ruissellements. Localement, ces derniers sont également à l’origine du lessivage de la fraction grossière, par exemple le long de la paroi sud pour l’US 20.

25Des égouttements d’eau depuis le plafond ont provoqué soit un entraînement localisé de la fraction fine et la genèse de lentille à structures ouvertes, soit une cristallisation de carbonate de calcium dans la porosité, à l’origine d’une cimentation des dépôts. Ces phénomènes expliquent les variations latérales de faciès au sein des US 20, 21, 24 et 32.

26La coloration grisâtre des US 20, 32 et 38 semble correspondre à une plus forte densité de micro-charbons de bois et donc à une anthropisation plus marquée. Celle-ci a également permis d’individualiser les US 21, 32 et 35.

Ensemble 4 : US 39

27La texture limoneuse du dépôt indique que l’accumulation résulte principalement de ruissellements. Les apports gravitaires sont réduits, contrairement aux US sus-jacentes. Au sommet, l’abondance des graviers pourrait traduire un processus de résidualisation.

Datations radiométriques des occupations

28La chronologie absolue des niveaux archéologiques a été établie par dix dates 14C par AMS (tabl. 2, fig. 9). Cinq ont été réalisées sur un charbon de bois unique prélevé dans chaque structure de combustion pour les foyers F4, F5 et F6 du Mésolithique et pour les foyers F1 et F2 du Néolithique. Trois datations ont été réalisées sur un charbon de bois associé à un épandage de cendres pour l’US 20b, l’US 18 et le foyer F3 où les charbons se trouvaient à proximité de la sole de combustion. Une datation a été effectuée sur un os humain et un vestige osseux de faune mis au jour dans le foyer F2 a également été daté. Tous les échantillons présentaient également une bonne fiabilité physico-chimique.

Fig. 9 – Graphiques des différentes dates radiométriques obtenues dans la salle 5 de la grotte de Laà 2.

29[Image non convertie]

En gris, les dates réalisées sur charbons de bois, en jaune, celles effectuées sur os. Calibration effectuée avec OxCal 4.4.4.

D’après Bronk Ramsey 2020, courbe IntCal20, DAO P. Courtaud.

30Huit de ces analyses ont été traitées par le Physikalisches Institut Abt. IV à Erlangen en Allemagne et les deux autres ont été réalisées par le Centre de datation par le radiocarbone de l’Université de Lyon 1.

31Tous ces résultats sont conformes à la chronologie relative.

Tabl. 2 – Datations par le radiocarbone obtenues pour les niveaux archéologiques de la grotte de Laà 2. Les dates ont été calibrées à l’aide du programme OxCal 4.4.4.

Tabl. 2 – Datations par le radiocarbone obtenues pour les niveaux archéologiques de la grotte de Laà 2. Les dates ont été calibrées à l’aide du programme OxCal 4.4.4.

D’après Reimer et al. 2020.

32Pour le Mésolithique, avec quatre niveaux d’occupations reconnus, dont trois avec des structures de combustion conservées (F4, F5 et F6), on observe une relative proximité entre les deux occupations les plus récentes (US 21/22 et 20b/30) autour de 5980-5560 av. n.è. Elles concernent toutes deux le Mésolithique final, la dernière pouvant également être contemporaine des premières occurrences de céréales, datées au Gabarn (basse vallée d’Ossau) de 5750 av. n.è. environ (Galop 2016).

33Pour le Néolithique, les occupations s’inscrivent entre 3325 et 2290 av. n.è.

34Une incohérence a été observée entre les résultats concernant le gros charbon du foyer F2 prélevé au fond de la cuvette, sous les pierres chauffées, et ceux concernant un os de faune contenu dans ce même foyer. L’ossement de bœuf a donné un résultat plus ancien que le bois utilisé pour la combustion. Nous avons donc retenu dans nos propositions, pour le foyer F2, les résultats obtenus sur charbon de bois, comme pour les autres foyers, sans occulter pour autant la date réalisée sur os de faune (tabl. 2).

Les analyses polliniques

35Les analyses anthracologiques n’ayant pas été réalisées, l’approche de l’environnement reposera sur les seules analyses polliniques et exclusivement pour les niveaux du Néolithiques et de l’âge du Fer. Les prélèvements concernant les niveaux mésolithiques (prévus en 2011) n’ont pu être effectués du fait du refus de prolongation de l’autorisation de fouille par la propriétaire.

Échantillonnage

36Les prélèvements ont été réalisés dans l’entrée de cette petite cavité à trois endroits distincts (fig. 6) :

  • Série D : E/F-9/10 (huit éch.). Elle se situe dans une zone non abritée soumise aux illuviations.
  • Série E : C/D-11/12 (19 éch.). Elle comprend, de bas en haut : les US du Néolithique final, US 18, 16, 10 et 9 (entre + 2 et + 65 cm) ; l’US 4 (âge du Fer) et un dépôt supérieur, archéologiquement stérile (qui se situent entre + 65 et + 95 cm).
  • Série F : C/D-12/13 (neuf éch.) Distante d’un mètre environ, cette série comprend de bas en haut : les US 20 sup (antérieure au Néolithique) et l’ensemble du Néolithique final avec les US 18, 16, 10 et 9 (fig. 10).

Fig. 10 – Colonne de prélèvements palynologiques dans la coupe C-D/12-13.

37[Image non convertie]

Les points 1 et 2 correspondent à l’US 20 supérieure, le point 4 à l’US 18 (occupation 5), les points 7 et 8 à l’ensemble US 10/16 (occupations 7 et 8), le point 8 à l’US 9 (occupation 8). L’étiquette est marquée Laa 3, ancienne dénomination de cette salle à l’époque.

Cliché M. Girard.

Résultats

38Les analyses qui sont présentées dans cette étude, ne concernent que les séries F et E, situées toutes deux à l’abri des intempéries (fig. 11, 12).

39Ces deux diagrammes sont en partie équivalents puisque les US 18, 16/10 et 9, qui concernent le Néolithique final, se trouvent dans chacun d’eux. La série F commence par un horizon antérieur au Néolithique final (US 20 sup non datée) tandis que la série E, au contraire comporte deux horizons postérieurs au Néolithique : l’US 4 (âge du Fer) et un dépôt sédimentaire postérieur.

40L’ensemble permet ainsi d’envisager une séquence qui commence avant le Néolithique final et qui se termine par des sédiments de l’âge du Fer et au-delà.

Fig. 11 – Diagramme pollinique synthétique de la série E – coupe C-D/11-12.

41[Image non convertie]

Réalisation et DAO Bui Thi Mai et M. Girard.

Fig. 12 – Diagramme pollinique synthétique de la série F – coupe C-D/12-13.

42[Image non convertie]

Réalisation et DAO Bui Thi Mai et M. Girard.

Phase antérieure au Néolithique final (série F-US 20 sup.)

43Le faible taux de pollen (voisin de 32 % env.) indique qu’il y a eu des défrichements antérieurs à l’occupation du Néolithique final, dans la région. Les arbres les mieux représentés dans la strate arborée subsistante sont les pins (Pinus) et le noisetier (Corylus) qui sont accompagnés par de l’aulne (Alnus), du saule (Salix), du frêne (Fraxinus) et du bouleau (Betula) ; ces quatre derniers étant caractéristiques d’endroits frais et humides.

44Bien qu’ils soient peu représentés à la suite des défrichements, le tilleul (Tilia sp.) et le chêne (Quercus t. pubescens) sont normalement présents car ils appartiennent à la chênaie mixte qui caractérise les phases moyennes de l’Holocène (Atlantique et Sub-Boréal).

  • 3 Supérieures à 100 %, les proportions de fougères ont été calculées par rapport à l’ensemble formé (...)

45Abondantes (> 200 %)3, les fougères indiquent l’existence d’espaces ouverts tels que clairières et/ou lisières.

46Le cortège herbacé, qui atteint 30 % environ, est essentiellement constitué de graminées (Poaceae), de plusieurs tribus des Composées-Astéracées (Cichoriées, Anthémidées, Centaurées) et de Crucifères (Brassicaceae), auxquelles s’ajoutent diverses autres plantes ubiquistes.

Phase contemporaine du Néolithique final

47Cet épisode est représenté dans les deux diagrammes dans la série F de + 25 à + 55 cm et dans la série E de + 2 à + 55 cm.

48Le couvert arboréen présente des taux d’AP (pollens d’arbres) qui dépassent 50 % dans les US 10/16 et 9 de la fin de l’occupation du Néolithique final. Cette représentation relativement forte est essentiellement due au noisetier (Corylus : max. 27,5 %) et au tilleul (Tilia : max. 14,5 %).

49Chacun de ces taxons fournit des informations sur l’état et l’évolution du couvert forestier de l’époque.

50Le développement progressif du noisetier traduit la persistance de clairières et/ou lisières. Carole Bégeot (1998) a effectivement montré que l’extension de cet arbuste est favorisée par des espaces ouverts. Cette prolifération suggère qu’il a dû, au sein d’une formation arborée endommagée, jouer un rôle de pionnier dans le processus de reconquête forestière.

51De son côté, le tilleul livre des informations complémentaires sur la nature du milieu forestier. On sait qu’il a été le taxon dominant de la forêt atlantique et sub-boréale de nos régions tempérées ouest-européennes. Des fréquences polliniques de Tilia variant entre 20 à 50 %, ont été observées dans divers sites terrestres occupés du Néolithique à l’âge du Bronze, tels que Coufin (Isère), Baulmes (Jura suisse), Saint-Thibaud (Savoie), Abri Gay (Ain), etc. Son importance réelle au sein de la forêt du milieu de l’holocène en Europe tempérée, avait longtemps été ignorée car ses pollens, qui ne sont diffusés qu’à quelques centaines de mètres de distance de ses peuplements, n’étaient que très peu représentés au milieu des grandes tourbières trop éloignées. C’est l’étude de très petites étendues tourbeuses qui a permis de rétablir sa vraie place dans le milieu forestier (Damblon 1978, par exemple) et a, par conséquent, confirmé ce qu’avaient révélé les sites terrestres. Dans les US 18 à 9 des deux diagrammes, la notation relativement importante de ce taxon implique évidemment sa présence locale, et montre surtout que les défrichements n’ont apparemment pas réussi à l’éradiquer.

52La strate arborée correspondant à cette séquence, comprend, outre le noisetier et le tilleul, un ensemble de taxons qui montre que le couvert forestier était encore assez varié. On note, en effet, la présence de pollen d’orme (Ulmus), de charme (Carpinus betulus), de cornouiller sanguin (Cornus sanguinea), de bourdaine (Rhamnus sp.), de saule (Salix sp.), de sureau (Sambucus sp.) et de frêne (Fraxinus excelsior). Favorisées par une humidité stationnelle, ces différentes essences indiquent ainsi la présence d’un point d’eau (source, rivière…) dans les environs du site.

53Le chêne (Quercus t. pubescens) qui produit naturellement beaucoup de pollens se perçoit assez discrètement dans les US 18 à 9 des séries E et F (< à 5 %). Cette faible notation qui correspond vraisemblablement à un écho lointain, suggère que ce taxon n’était pas (ou plus) dans le voisinage de la grotte, à cette époque.

54Très nombreuses, les spores de fougères avoisinent parfois 200 %. Elles indiquent qu’il existe toujours des secteurs relativement ouverts au sein de la forêt (clairières, lisières, etc.) mais leur diminution (entre 130 et 100 %) à partir de E-US 10/16, pourrait être due à une éventuelle fermeture relative du milieu forestier mais plus vraisemblablement à une extension des espaces cultivés (présence de pollen de céréales), au détriment de leurs milieux de prédilection.

55La déforestation influence évidemment la nature et la composition de la strate herbacée naturelle. Ce changement se traduit dans les spectres par une représentation pollinique accentuée du groupe formé par les poacées (graminées) et les cichoriées, ensemble qui atteint des fréquences voisines de 40 % environ. Si l’importance numérique de la dyade graminées-cichoriées caractérise les lieux ouverts, la variation de ses composants renseigne également sur l’usage qui est fait des espaces découverts. Ce peut être l’existence d’une prairie de fauche à graminées dominantes, ou celle d’un pacage intensif ou de longue durée, qui favorisera l’expression pollinique des cichoriées.

56En effet, dans les zones de pacage, les cichoriées, plantes du type Taraxacum (pissenlit), arrivent à fleurir facilement car elles sont délaissées par le bétail en raison de leur morphologie basse et étalée. Au contraire, les graminées généralement élevées, étant broutées au fur et à mesure de leur développement, fleurissent beaucoup plus difficilement. Bien qu’elles soient majoritaires en nombre d’individus dans une prairie, ces graminées apparaissent avec un déficit pollinique dans les spectres. Ce déséquilibre en faveur des cichoriées a donc une valeur significative car il permet de démontrer l’existence de pâturages de longue durée (Mercuri et al. 2010). Il est effectivement courant d’observer, dans nos campagnes, une floraison exubérante de pissenlits dans des pacages abandonnés en raison de l’épuisement des graminées dont la raréfaction a compromis la capacité de la prairie à nourrir le bétail.

57Le plantain (essentiellement Plantago lanceolata), dont l’installation est favorisée par l’intensité du piétinement animal, informe, lui aussi, sur l’intensité de la fréquentation de la prairie par le bétail. Dans ce cas, leurs grains de pollen présenteront des pourcentages sensiblement élevés dans les spectres.

58Dans la salle 5 de Laà 2, ces aspects concernant l’existence d’un éventuel surpâturage ne se perçoivent pas clairement car les cichoriées sont presque toujours étroitement associées aux graminées et Plantago reste toujours discret. Les fréquences de ces trois taxons herbacés suggèrent, ainsi, que l’élevage n’était sans doute pas pratiqué de façon intensive dans les environs du site.

59La notation des pollens de céréales indique, en revanche, l’existence de champs cultivés dans le voisinage de la caverne, au moins depuis le Néolithique final (E-US 10/16 et F-US18). La diffusion pollinique des céréales étant strictement locale, au moins pour les blés et orges, leur notation dans la pluie pollinique naturelle est faible. Bruno Bastin (1964) a démontré que les pourcentages de ces grains de pollen n’étaient relativement élevés (entre 5 et 10 %) qu’en lisière immédiate des parcelles cultivées et qu’au-delà de mille mètres les fréquences chutaient à 1 % en moyenne.

60Observés dans l’US E-10/16 (+ 25 cm), les 4,5 % de céréales posent la question de la signification de cette importance. Elle est trop élevée pour correspondre à une expression de la pluie pollinique naturelle, à moins que l’espace emblavé ait été situé à proximité de l’entrée de la grotte. Sur ce point, si une activité agricole est peu compatible avec les versants très pentus de l’environnement immédiat, on notera la présence de deux espaces cultivables respectivement à 100 m au nord-est et 200 m à l’ouest. Cependant, cette proportion peut aussi faire penser à un apport anthropique de matériaux d’origine céréalière (graines, paille, balles, par exemple) dont on sait qu’ils emportent avec eux un bon nombre de grains de pollen (Robinson, Hubbard 1977). Introduits sous terre, ces supports végétaux en se détruisant, libèrent les grains de pollen qui se conservent dans le sol argileux des grottes.

61Ce type d’apport a d’ailleurs été mis en évidence dans les dépôts chalcolithiques de la grotte de Foissac (Aveyron) où des surfaces rubéfiées et des traces végétales imprimées dans l’argile, ont été découvertes sur les sols de fréquentation. Les analyses polliniques de ces témoins ont révélé des pourcentages élevés de pollens céréaliers (7 à 19 %) qui ne peuvent provenir que de déchets céréaliers apportés sous terre pour faire du feu et/ou s’isoler du sol froid lors de l’exploitation de l’argile (existence de carrières ; Bui Thi Mai, Girard 1988).

Phase contemporaine de l’âge du Fer (E-US4 + 85 cm)

62La strate forestière marque un net recul au moment de l’âge du Fer (AP = 20% env.). Le noisetier, le tilleul et le chêne ne sont plus représentés que par de faibles fréquences. Ces données traduisent une évidente reprise de la déforestation.

63Dans ce niveau, on remarque la présence de deux taxons particuliers : le noyer (Juglans) et le châtaignier (Castanea) dont on sait qu’ils apparaissent au Sub-Atlantique dans nos contrées et qui ont certainement une origine cultivée.

64Les fougères qui se raréfient, les cichoriées qui sont sensiblement mieux représentées que les graminées et la notation de la callune (Calluna) confirment l’ouverture du milieu, déjà évaluée par la raréfaction des pollens d’arbres.

Phase contemporaine du niveau stérile sus-jacent à l’occupation de l’âge du fer

65Dans l’horizon stérile qui termine la série E, les pollens d’arbres augmentent sensiblement. Cet événement est marqué par un nouveau départ du noisetier et un léger accroissement du nombre de taxons tels que le bouleau (Betula), l’aulne (Alnus), le lierre (Hedera).

66Les cichoriées restent encore légèrement majoritaires. Les céréales sont indiquées ainsi que certaines messicoles-compagnes comme les centaurées, les anthémidées, les armoises, etc.

67Ce spectre final donne l’impression que l’exploitation forestière a été suspendue et que ce répit lui a permis de se reconstituer en partie.

Les occupations mésolithiques

68Avant de présenter les séquences étudiées, il est nécessaire de préciser que nous n’avons pas atteint le socle rocheux de la salle 5. Notre dernière campagne de fouilles, en 2010, s’est arrêtée après enlèvement partiel des US 35 et 36 sur une couche de blocs décimétriques (US 40) sous-jacente et qui semble apparaître sur toute la surface des bandes 12 à 14. L’US 40 n’est pas entièrement colmatée, et des vides entre les blocs ont été observés dans le sondage en D13. Un alignement de blocs perpendiculaire au pendage général, repose directement sur les blocs de l’US 40 et délimite le passage vers la salle 4. Sous la première assise de cet alignement de blocs, dans le carré C14, apparaît un niveau gris brun, chargé en charbons que nous avons enregistré « US 41 » mais que nous n’avons pas étudié. Ce niveau n’a été aperçu que sur une faible surface (40 × 20 cm) en avant des blocs, au nord, lors de la préparation d’une photographie. Il peut s’agir d’infiltrations entre les blocs ou d’un éventuel niveau archéologique antérieur à l’US 40. Nous étions en fin de campagne. Ce secteur a été protégé.

69Par la suite, la propriétaire de la cavité a, pour des raisons qui lui sont personnelles, refusé de nous accorder de nouvelles autorisations ce qui a donc mis fin à l’étude des niveaux sous-jacents.

  • 4 Un numéro d’US a été attribué au niveau archéologique et/ou sédimentaire et un second, à la struct (...)

70Quatre ensembles, dont trois sols d’occupation associés à des structures de combustion, ont été étudiés4. Le quatrième niveau (US 20b/US30) n’est représenté que par une surface en partie lessivé et par une lentille correspondant à une probable vidange de foyer.

71Ce qui caractérise ces occupations, à l’exception de la première, c’est la présence d’un niveau peu épais, de 1 à 3 cm, entourant une structure de combustion, ce qui n’exclue pas la présence de quelques petits documents infiltrés dans le cailloutis. Cette configuration, associée à la pauvreté numérique des vestiges, montre qu’il s’agit d’occupations de courtes durées et renforce l’intégrité des occupations. La projection verticale des vestiges permet de visualiser la faible épaisseur des niveaux d’occupation, en dehors des zones foyères localisées dans la bande 13 (fig. 13).

Fig. 13 – Projection verticale des vestiges des niveaux mésolithiques selon la nature des pièces et les US.

72[Image non convertie]

DAO P. Dumontier.

Occupation 1 : le foyer F6 (US 36) associé à l’US 35

73Ce niveau archéologique a été étudié dans les carrés D11 et moitié ouest de E11, B et C13 ainsi que par un sondage réalisé sur la moitié ouest des carrés D12 et D13, soit près de 4 m² pour une surface d’occupation estimée à 7 m², de la bande 11 à la bande 13.

  • 5 Les figures 7 et 30 permettent de visualiser les hauteurs sous plafond, très variables du fait du (...)

74Le sol de cette occupation, brun foncé (US 35), de 8 à 12 cm d’épaisseur, apparaît à une altitude moyenne de -2 m5. Marqué par la fréquence des restes charbonneux, il est bien individualisé (fig. 14, 15). Le foyer F6, situé au fond de la salle (carré D13) correspond au point central de l’occupation. Des cendres blanches et grises associées à des sédiments rubéfiés recouvrent un espace irrégulier, ovale, de 0,70 sur 0,40 m en surface avec des sédiments noirs qui forment une poche de 12 cm de profondeur qui s’infiltre entre des blocs décimétriques qui constituent l’US 40 sous-jacente. La datation, Lyon-8998 (8660 ± 50 BP), place cette occupation entre -7815 et -7585 cal. BC (tabl. 2).

Fig. 14 – Relevé en plan de l’ensemble US 35 (sol d’occupation) et US 36 (structure de combustion F6).

75[Image non convertie]

La salle n’ayant pas été fouillée intégralement, les zones étudiées sont délimitées. Les blocs qui participent à la structure aménagée du passage vers la salle 4 sont en grisé, en haut à gauche.

DAO P. Dumontier.

Fig. 15 – Les blocs délimitant le passage vers la salle 4 sont localisés en haut à gauche de la prise de vue.

76[Image non convertie]

Le foyer se trouve à droite de la plaquette. La plaquette est marquée Laa 3, ancienne dénomination de cette salle – vue prise du sud-est.

Cliché P. Dumontier.

77La plus forte densité de vestiges se trouve autour de ce foyer, dans la bande 13. On observe également la présence d’un secteur lacunaire (carré D12) alors que nous avons rencontré quelques vestiges dans la bande 11. Une structure est matérialisée dans les carrés B et C13 par neuf blocs alignés selon un axe différent du pendage général du remplissage. Ces blocs reposent directement sur un éboulis de pierres et de blocs (US 40). Leur mise en place ne peut pas correspondre à un éboulis naturel. Il s’agit d’un aménagement qui barrait (ou fermait ?) le passage descendant vers la salle 4 (fig. 16). Cette structure est bien distincte du muret de fermeture (ST2) qui sera présenté avec l’occupation 6, la base de cette dernière se situant plus au nord dans une fosse avec un sédiment distinct.

Fig. 16 – Détail de la structure de blocs devant le passage vers la salle 4 ; vue prise du sud-ouest.

78[Image non convertie]

Cliché P. Dumontier.

79La faune provenant de ce niveau est documentée par 12 vestiges très fragmentés. Sur ce lot, sept ont pu être déterminés (tabl. 3). Cervus est l’espèce la plus représentée suivi de Capreolus et de Bos primigenius.

Tabl. 3 – La faune. Répartition des taxons des ensembles archéologiques mésolithiques.

Tabl. 3 – La faune. Répartition des taxons des ensembles archéologiques mésolithiques.

80Malgré les fouilles limitées à 4 m², ce niveau d’occupation est celui qui a été le plus riche en vestiges lithiques avec 73 pièces, la plupart récupérées au tamisage (tabl. 4). Plus de la moitié (40) sont des débris et des éclats thermiques.

Tabl. 4 – L’industrie lithique des niveaux mésolithiques. Distribution totale par US.

Tabl. 4 – L’industrie lithique des niveaux mésolithiques. Distribution totale par US.

81La présence de ces débris, de neuf petits éclats (11 × 10 × 1,6 mm en moyenne) et de deux petits fragments latéraux de corniche (fig. 17, n° 6, 7) qui peuvent répondre à la mise en forme d’un nucléus de dimensions réduites, pourraient attester d’une action de taille in situ.

82Le reste de l’ensemble se compose de sept éclats (18,6 × 17 × 3,5 mm en moyenne). Seuls deux éléments sont complets, le reste étant des fragments non corticaux mésiaux et distaux. Le degré élevé de fracture limite également l’analyse des 13 productions laminaires, avec seulement un spécimen complet (25,7 × 9 × 3 mm). Les fragments mésio-distaux-proximaux (qui représentent la moitié du lot) et non-corticaux prédominent ; seul un cortex latéral a été observé dans un cas. Ces fragments sont des petites lames étroites (8 × 2,6 mm au milieu) de morphologie irrégulière (fig. 17, n° 8, 9), avec deux-trois négatifs unidirectionnels, un seul exemplaire bidirectionnel, et talons lisses ; ils présentent sur deux exemplaires des actions d’abrasion de l’arête. Sur l’un on a observé une retouche du bulbe.

Fig. 17 – L’industrie lithique mésolithique.

Fig. 17 – L’industrie lithique mésolithique.

1. Produit de débitage (US 32/36) ; 2-4. Produits de façonnage ; 5. Fragment de lamelle à dos (US 32) ; 6, 7. Produits de façonnage ; 8, 9. Lamelles (US 35 et US 36) ; 10. Lamelle ; 11. Éclat ; 12. Lame (US 35/37) ; 13. Éclat (fragment) retouché (US 35/38) ; 14. Triangle scalène (US 35/36).

Dessins et DAO A. Soto Sebastián.

83Aucun élément retouché ou nucléus n’a été récupéré dans ces US, à l’exception du triangle scalène de l’interface US 35/37 dont nous reparlerons ci-après.

84À ce lot, nous pouvons rapprocher les pièces mises au jour à l’interface de deux US, ces documents appartenant très probablement à l’US inférieure lorsqu’il s’agit de deux niveaux d’occupations (US 32/35 ou 32/36), ou au niveau d’occupation lui-même lorsqu’il surmonte un niveau stérile (US 35/37 et 35/38).

85Dans l’interface US 20b/US 35, un fragment mésial de lamelle a été récupéré ; en US 32/35, trois éclats et un petit éclat ; en US 32/36, un débris et un fragment proximal médian d’un flanc cortical ; et en US35/38, un fragment proximal d’éclats avec de simples retouches latérales (fig. 17, n° 13).

86L’interface US 35/37, quant à elle, compte 57 documents parmi lesquels on peut souligner : une lamelle d’entame (16 × 6,7 × 1 mm) ; quatre petits éclats ; neuf éclats (trois fracturés et trois avec cortex latéral ; fig. 17, n° 11), tous de petites dimensions (20,5 × 12,4 × 3 mm en moyenne) ; huit supports laminaires de petites dimensions (8 × 2 mm en moyenne ; fig. 17, n° 10) et un, complet, plus grand (34 × 13 × 4 mm ; fig. 17, n° 12). Il y a une seule pièce retouchée, un triangle scalène déjà signalé, avec des retouches distales directes abruptes et très marginales sur les deux bords et à la base (14 × 5 × 1 mm ; fig. 17, n° 14).

Occupation 2 : Le foyer F5 (US 33) associé à l’US 32

87La surface de l’US 32 a une coloration brun foncé à gris noir, plus sombre que l’US 21 située immédiatement au-dessus. Elle occupe les deux tiers de la salle à partir du fond sur près de 6 m² à une altitude moyenne de -1,88 m au sud de la bande 11, avec un léger pendage vers le nord de la bande 13. Ce niveau archéologique, d’une épaisseur moyenne de 8 à 9 cm, est associé à ce qui reste de la structure de combustion F5 (fig. 18). Le mobilier était essentiellement localisé dans les deux premiers centimètres de l’US 32.

Fig. 18 – Relevé en plan de l’ensemble US 32 (sol d’occupation) et US 33 (structure de combustion F5), avec le mobilier enregistré en place.

88[Image non convertie]

Les pierres rubéfiées se trouvent contre la paroi au nord-ouest du foyer.

DAO P. Dumontier.

89Les concentrations de vestiges montrent une occupation répartie autour du foyer mais aussi en C/D11 et 12.

90Le foyer F5 se trouve à cheval sur les carrés C13 et D13 (fig. 19). La plus grande partie de cette structure se trouvait sous le foyer F4 pour lequel une cuvette avait été creusée, ce qui a manifestement perturbé ce foyer F5. Il reste des cendres blanches, des zones rubéfiées et un sédiment gris noir qui occupent une surface de 0,60 m sur 1 m. La datation, Lyon-8997 (7785 ± 45 BP), place cette occupation entre -6690 et -6480 cal. BC (tabl. 2).

Fig.19 – L’ensemble US 32/33 dans les bandes D-E/13-14.

91[Image non convertie]

La structure de combustion se trouve entre la mire et la paroi à gauche. On distingue les sédiments rubéfiés près de la mire à gauche. À droite, on aperçoit les placages d’argile (US 31) traces d’un comblement ancien, contre la paroi au nord-est. La plaquette est marquée Laa 3, ancienne dénomination de cette salle – vue prise du sud.

Cliché P. Dumontier.

9221 restes osseux ont été déterminés sur 50 vestiges mis au jour (tabl. 3). L’espèce la mieux représentée est Cervus, suivi de Capreolus, de Rupicapra et de Sus sp.

93Bien que ce niveau d’occupation ait été fouillé sur une surface plus importante que la précédente (près de 7 m²), il n’a livré que 57 pièces. La majorité de la documentation (tabl. 4) provenant du niveau d’occupation (hors foyer) est constituée par des débris (26).

94Pour les autres documents identifiables, on trouve cinq pièces correspondant à des produits de mise en forme de nucléus : un flanc principal, présentant des négatifs d’enlèvements laminaires unidirectionnels et un cortex latéral (35,5 × 22 × 5 mm, fig. 17, n° 1) ; un fragment de dos naturel ; deux produits de mise en forme, dont un cortical (fig. 17, n° 3) ; et un fragment mésial de crête de petites dimensions (8,6 × 6,6 mm ; fig. 17, n° 4).

95En ce qui concerne les produits de débitage, huit éclats de petites dimensions (moyenne 20 × 17 × 4 mm) ont été récupérés. Les négatifs sont unidirectionnels (dans trois cas) et deux présentent un cortex partiel. Ceux-ci sont complétés par 11 petits éclats (10 × 8,5 × 2 mm). Dans le cas des produits laminaires, il y a cinq lamelles dont deux complètes. Elles ont des dimensions similaires aux précédentes (6-8 mm de large). Un seul des fragments répondrait à un module dimensionnel différent (16 mm de large). Il n’y a pas d’exemplaires corticaux et dans tous les cas les négatifs sont unidirectionnels.

96L’un des fragments proximaux de lamelle présente une retouche abrupte profonde sur le bord gauche, avec des retouches marginales complémentaires de la partie proximale du bord opposé, formant un fragment de lamelle à dos (3,7 × 2 mm ; fig. 17, n° 5), unique pièce retouchée de cet ensemble.

97L’interface US 21/32 a livré trois petits éclats et un fragment latéral-mésial de lamelle, en plus des débris.

Occupation 3 : le foyer F4 (US 22) associé à l’US 21

98L’occupation s’organise autour du foyer F4. Elle occupe la totalité du fond de la salle (bandes 12, 13 et 14) à une altitude moyenne de -1,80 m (fig. 20). Le niveau archéologique (US 21) est marqué par la présence d’une matrice fine de 6 à 8 cm d’épaisseur, qui passe de gris clair au gris foncé ce qui permet de bien individualiser ce sol d’occupation qui recouvre une surface de près de 5 m².

99À cheval sur les carrés C13/D13, le foyer F4 a une forme ovale de 1,23 sur 0,79 m. Installé dans une cuvette, sa base, marquée par des sédiments rubéfiés se trouve à 8 cm de profondeur. Le remplissage est un sédiment charbonneux brun foncé (fig. 21).

Fig. 20 – Relevé en plan de l’ensemble US 21 (sol d’occupation) et US 22 (structure de combustion F4).

100[Image non convertie]

Les surfaces entourées de rouge correspondent aux trois poches de Cepaea nemoralis localisées autour du foyer. On remarquera également la galette de sédiment rubéfié isolée dans le carré E12.

DAO P. Dumontier.

Fig. 21 – Coupe du foyer US 22.

101[Image non convertie]

Sous les sédiments rubéfiés on distingue l’apparition du foyer sous-jacent F5 – vue prise du sud-ouest.

Cliché P. Dumontier.

102Autour du foyer se trouvaient quelques pièces de silex (lame, éclat lamellaire, éclat), des os et fragments osseux de grande faune, notamment de cerf et trois rassemblements de coquilles écrasées de Cepaea nemoralis qui formaient des poches assez importantes (deux de 40 cm sur 30 cm avec une épaisseur de 4 et 6 cm et une de 65 sur 25 cm avec une épaisseur de 3 cm). La répartition en trois « tas » autour du foyer plaide pour une origine anthropique de ces escargots. Ce mobilier est essentiellement concentré dans la tranche supérieure, entre -1,80 et -1,83 m sous le niveau de référence.

103Le tamisage du remplissage du foyer a également livré de très nombreux fragments osseux brûlés et des fragments de coques de noisettes également brûlées.

104La datation, Erl-12988 (6979 ± 50 BP), place cette occupation entre -5980 et -5740 cal. BC (tabl. 2).

105Dans le carré E12 on observe une galette de sédiment rubéfié qui provient d’une vidange ou de la présence d’un autre foyer dont la plus grande partie aurait disparu. Les données de la fouille sont cependant incompatibles avec un lessivage pour ce niveau.

106Ce niveau d’occupation est celui qui a livré le nombre le plus important de vestiges fauniques, avec soixante documents déterminés sur 237 vestiges majoritairement très fragmentés. Là encore Cervus est l’espèce la mieux représentée, suivi de Rupicapra, de Capreolus, de Capra ibex et de Sus sp. (tabl. 3).

107Pour l’un des vestiges osseux provenant de l’US 21, nous nous interrogions sur une possible présence de faune domestique. Après une deuxième analyse, ce document correspond plus précisément à la moitié caudale d’une diaphyse d’humérus gauche. En outre, l’os est très mal conservé, la surface originale a totalement disparu et l’os compact se délite en plaquettes, ne fournissant plus qu’une idée vague et a minima de l’épaisseur initiale de la diaphyse. Ces éléments ainsi que la forme générale de cette moitié caudale, c’est-à-dire l’association d’une face latéro-caudale très plate et d’une projection caudale marquée de la moitié proximale, suggèrent qu’une attribution à un jeune suidé est possible.

108Ces points, ajoutés au fait qu’aucun élément diagnostic n’atteste de la présence de caprinés domestiques (Ovis ou Capra hircus) dans ces niveaux mésolithiques et qu’aucune perturbation stratigraphique depuis les niveaux néolithiques n’a été identifiée archéologiquement, invitent à la plus grande prudence quant à l’identification spécifique de ce fragment de diaphyse.

109Sur une surface similaire à la précédente, un total de 49 restes de taille a été récupéré (tabl. 7). Parmi ceux-ci, la présence d’un nucléus en silex se remarque, bien que son lien avec l’US 21 soit douteux puisqu’il pourrait provenir de l’US 10, ayant été collecté dans une zone touchée par des glissements de terrain lors de la fouille. C’est un nucléus de petites dimensions (35 × 36 × 16 mm) destiné à l’obtention de quelques éclats (fig. 23, n° 1). Il s’agit probablement d’un fragment de silex en forme de plaquette réutilisé, comme le suggèrent sur les deux surfaces opposées les traces d’une patine antérieure. Les extractions, composées par des séries de deux à trois enlèvements unidirectionnels et parallèles, s’articulent à partir de l’exploitation des surfaces plus propices à la taille, sans suivre un ordre prédéterminé. Il n’y a pas non plus de mise en forme du nucléus. Ce manque de planification et de préparation se traduit par des extractions ratées et des fractures non contrôlées, initiées par la présence de fissures naturelles.

110En position stratigraphique plus fiable, sept pièces ont été associées à des actions de reprise et de mise en forme des nucléus : cinq flancs, dont trois sont fracturés (deux fragments proximaux et un latéral ; 33 × 17,5 × 5 mm). Ils présentent des négatifs laminaires unidirectionnels relativement réguliers (fig. 22, n° 3), avec des accidents de taille tels que des réfléchissements (fig. 22, n° 4) et un outrepassé, également à partir d’une exploitation laminaire (fig. 22, n° 8) ; un produit de reprise du plan de frappe, avec cortex secondaire et négatifs latéraux (fig. 22, n° 7).

Fig. 22 – L’industrie lithique mésolithique.

Fig. 22 – L’industrie lithique mésolithique.

1. Produit de débitage ; 2. Fragment de denticulé sur lame (US 20b) ; 3-8. Produits de débitage ; 9. Lamelle ; 10, 11. Pièces retouchées (US 21).

Dessins et DAO A. Soto Sebastián.

Fig. 23 – L’industrie lithique mésolithique.

111[Image non convertie]

1. Nucleus à éclats (US 21 avec réserves) ; 2. Nucleus à lamelles (US 20b).

Cliché et dessins A. Soto Sebastián.

112On compte aussi huit éclats (19 × 16 × 3 mm en moyenne) : trois complets, trois fragments latéraux et deux fragments mésiaux ; deux à cortex latéraux sont présents, et pour deux autres, le néocortex est observé à l’extrémité distale. Cinq petits éclats sont inférieurs à 10 × 10 mm. Parmi les huit lamelles, seules deux sont complètes, le reste étant constitué de trois fragments proximaux, deux distaux et un mésial. Elles sont petites et étroites (moyenne de 7,7 × 2 mm) et de morphologie irrégulière, bien que certains fragments puissent répondre à un modèle plus régulier. Aucune ne présente de cortex et les négatifs sont unidirectionnels dans les cas observables. La plupart ont des talons lisses et dans deux cas la formation de lèvres à la jonction talon/face inférieure a été observée.

113À cet ensemble correspondent deux des six pièces retouchées identifiées. Il y a un fragment de lame avec un bord latéral proximal qui présente des retouches simples qui forment une petite encoche (fig. 22, n° 11), et un fragment de support indéterminable, affecté par des effets thermiques, dans lequel on observe des retouches abruptes, marginales et continues (fig. 22, n° 10). Dans ce même niveau d’occupation, un fragment d’éclat avec d’éventuelles macro-traces d’utilisation a aussi été retrouvé.

Occupation 4 : l’ensemble US 20 base et l’US 30

114Contrairement aux occupations précédentes qui étaient centrées autour des foyers implantés au fond de la cavité, nous sommes très probablement ici devant une occupation dont le point central devait se trouver vers l’ouverture de la salle. En effet, dans les bandes 11 et 12, l’US 30 est matérialisée par une lentille grise (fig. 24), d’un centimètre d’épaisseur qui apparaît à une altitude de -1,60 m. Cette lentille, très chargée en particules de charbons de bois, correspond à une zone de vidange d’un foyer qui aurait pu se trouver dans les bandes 9 ou 10, plus près de l’ouverture du porche actuel, voire devant l’entrée. Elle se trouve au même niveau qu’un ensemble de restes osseux de faune, mis au jour dans les derniers centimètres de la base de l’ensemble US 20b.

Fig. 24 – Relevé en plan de l’ensemble US 20b (niveau d’occupation) et 30 (lentille de cendres et de charbons de bois).

115[Image non convertie]

Les vestiges osseux sont rassemblés contre la paroi nord-ouest au terme d’un léger pendage.

DAO P. Dumontier.

116Outre l’existence probable d’un foyer situé en dehors de la surface fouillée, nous pensons que ce niveau d’occupation a été en partie démantelé par un lessivage, ce qui pourrait expliquer le fait que la majorité des restes osseux se trouve contre la paroi du fond de la salle.

117La datation, Erl-12987 (4396 ± 50 BP), place l’occupation entre -5765 et -5560 cal. BC (tabl. 2).

118Pour la faune, sur les 13 vestiges mis au jour, toujours très fragmentés, seul un document appartenant à Cervus a pu être déterminé.

119Ce dernier niveau d’occupation mésolithique, identifié sur une surface similaire aux deux niveaux précédents, n’offre que 13 restes lithiques (tabl. 4). Cette pauvreté des éléments peut s’expliquer, comme cela a été souligné ci-dessus, par d’éventuels problèmes de conservation dus aux processus de lessivage des sédiments.

120Le mobilier lithique, en plus des débris, est composé d’un nucléus laminaire (fig. 23, n° 2). C’est un exemplaire de petites dimensions (30 × 19 × 12,8 mm), d’exploitation laminaire unipolaire avec développement frontal-latéral et postérieur, avec un des flancs restants cortical. L’angle entre la surface de taille et le plan de percussion est compris entre 75-80º. Il a favorisé, dans les dernières extractions, la formation de réfléchissements. Les produits obtenus sont des lamelles de morphologie irrégulière et de petites dimensions (20 × 9,5 mm environ), qui s’adaptent bien aux modules dimensionnels observés jusqu’à présent.

121Au-delà, ce niveau a livré : un flanc latéral, avec des négatifs parallèles opposés ; trois éclats, dont deux d’entre eux sont complets et de petites dimensions (18,5 × 15 mm) et cinq produits laminaires non corticaux (deux fragments complets, deux fragments mésiaux et un fragment distal, de morphologie irrégulière et de petite taille -9 × 2,4 mm en moyenne).

122Enfin, sur un des fragments de lame, affecté par de grands enlèvements thermiques, ont été effectués des retouches simples continues, directes sur un des bords, en alternance sur l’autre, formant des concavités qui pourraient indiquer un denticulé double. Il a une largeur de 11,95 mm et a été réalisé sur un module de lame absent dans la collection.

Interprétation et synthèse : le Mésolithique de Laà 2 dans son cadre régional

  • 6 Les fouilles de cette dernière salle ont été interrompues alors que nous avions atteint un niveau (...)

123D’une manière générale, on peut s’interroger sur le choix de cette petite salle de moins de 10 m², alors que, par l’extérieur, à 35 m de là, le grand porche de l’entrée nord-est donnait sur la salle 1 beaucoup plus grande6 (56 m²). Rien, dans les vestiges mis au jour, ne permet de répondre précisément à cette question. Peut-être faut-il y voir une question de confort (plus aménageable) lié à un volume plus réduit par exemple.

124Les surfaces occupées sont modestes, entre 5 et 7 m² pour les trois premières occupations où les activités sont concentrées autour des structures de combustion superposées, implantées près du fond de la salle, en position centrale entre les parois est et ouest. Pour la quatrième occupation (US 20b/US 30), nous sommes sur une zone de rejets alors que l’occupation principale se situait probablement en dehors de la zone fouillée, plus près du porche, voire devant celui-ci.

125Pour les quatre phases représentées par les US 36/35, 32/33, 21/22 et 20base/30, nous sommes devant des occupations de courtes durées, de faible intensité, par un ou quelques individus (pour l’occupation 3, la présence de trois tas de coquilles d’escargots répartis autour du foyer F4, pourrait suggérer la présence de trois personnes), lors de déplacements dont l’objectif nous échappe (surface disponible et faiblesse numérique des vestiges). Ces vestiges (absence d’armature par exemple) ne permettent pas de distinguer une ou des activités précises.

126Un aménagement distingue la première occupation. Il s’agit de la mise en place d’une ligne de blocs décimétriques délimitant ou fermant le passage entre les salles 4 et 5. Si l’origine anthropique de cet ensemble ne semble pas devoir être remise en cause, sa raison d’être est plus délicate à cerner : s’agit-il de la base d’une fermeture en matériaux périssables pour individualiser la petite salle 5 ou pour supprimer le fort courant d’air existant bien que nous n’ayons pas trouvé de trous de poteaux pour appuyer cette hypothèse.

La faune des niveaux mésolithiques

127La répartition des taxons en fonction des ensembles archéologiques est telle qu'indiquée dans le tableau 3.

128Le cerf est l’animal dominant dans toutes les US, viennent ensuite, et selon les US, le chevreuil, l’isard, un suidé, l’aurochs et le bouquetin. Aucun reste de carnivores n’a été déterminé.

129En ce qui concerne les taxons de suidés et de bovinés :

  • les deux restes de suidés (un fragment de crâne et une épiphyse distale de tibia d’un sujet immature) ne sont pas identifiables d’un point de vue spécifique,
  • les restes de bovinés sont plutôt à rapprocher de Bos primigenius : c’est ce que suggère un fragment d’os long, de très forte épaisseur et de grand diamètre.

130Le contexte est celui d’une faune sauvage, mêlant animaux forestiers et montagnards.

131À côté des ossements déterminés, il existe des pièces pour laquelle une attribution spécifique n’est pas possible, mais qui correspondent à des herbivores dont la taille varie entre celle du cerf et celle de l'isard.

132Au sein du matériel déterminé, 11 ossements portent des stries de découpe (fig. 25) qui, dans trois cas, sont associées à d’autres traces d’origine anthropique (raclage, encoche de percussion et point de percussion). Des restes brûlés proviennent des US 20, 21, 22, 32 et 36.

Fig. 25 – Stries de découpe sur un radius proximal de cerf.

133[Image non convertie]

Cliché P. Dumontier.

134L’action humaine est donc relativement bien attestée sur ce matériel.

135Seulement, quatre ossements d’herbivore portent des traces laissées par les carnivores. L’impact de ces derniers est plutôt faible, ce que laissait aussi supposer l’absence de restes de carnivores dans ces niveaux. Ils n’ont sans doute pas occupé les lieux, mais ils sont passés occasionnellement et ont charogné les restes laissés par l’homme.

136Dans le niveau d’occupation US 21/22, qui est le mieux documenté, et pour Cervus elaphus, le taxon dominant, on peut faire quelques remarques taphonomiques supplémentaires. Les portions squelettiques sont diverses et appartiennent aussi bien au squelette axial qu’au squelette appendiculaire. Il n’y a pas d’os entiers. Les cassures se sont majoritairement produites sur os frais. Aucun remontage ou appariement n’a été trouvé.

137En conclusion, la faune des US mésolithiques est d’origine anthropique. Les restes osseux ont sans doute été enfouis assez rapidement empêchant une attaque par des carnivores, qui, d’autre part, n’ont pas beaucoup fréquenté cette grotte.

Le mobilier lithique des niveaux mésolithiques

138Les matériaux lithiques des unités stratigraphiques US 20b, US 21, US 22, US 32, US 33, US 35 et US 36 sont peu nombreux et peu loquaces en termes d’attribution chronoculturelle. Ceci limite grandement l’étude technologique et typologique développée, et il n’est pas possible de reconstruire les stratégies de production et de gestion de l’industrie lithique. Cependant, les datations radiométriques permettent de situer ces occupations à différents moments du Mésolithique, offrant ainsi, malgré tout, de nouvelles données intéressantes pour l’étude des dernières sociétés de chasseurs-cueilleurs des Pyrénées.

139Les vestiges lithiques taillés représentent un total de 269 documents, dans lesquels près de la moitié (49 %) correspond à des produits non déterminables du processus de taille (débris et éclats thermiques). Par conséquent, nous ne disposons que de 136 restes analysables. La répartition par catégories technologiques principales (ou par types d’industries lithiques) met en évidence la présence en nombre identique de supports laminaires, d’éclats et de petits éclats (< 10 mm) et, en même temps, d’un produit façonné, de fragments isolés et de deux nucléus (tabl. 5).

Tabl. 5 – L’industrie lithique des niveaux mésolithiques. Distribution totale par types de production et restes de taille, toutes US confondues.

Tabl. 5 – L’industrie lithique des niveaux mésolithiques. Distribution totale par types de production et restes de taille, toutes US confondues.

140Si on considère le nombre minimal de pièces (supports complets et fragments proximaux), les effectifs se réduisent encore plus (tabl. 6), spécialement dans les cas des supports laminaires, 20 % des supports étant complets.

Tabl. 6 – L’industrie lithique des niveaux mésolithiques. Calcul du nombre minimal de produits par types, toutes US confondues.

Tabl. 6 – L’industrie lithique des niveaux mésolithiques. Calcul du nombre minimal de produits par types, toutes US confondues.

141Seules six pièces sont retouchées, auxquelles on pourrait ajouter un éclat de quartzite avec de possibles macro-traces d’usage, ce qui ne constitue que 5 % des restes analysables.

142Du point de vue des matières premières utilisées, la totalité des restes lithiques analysés (136) est réalisée sur des supports en silex, à l’exception de quatre pièces (un éclat, deux petits éclats et une pièce fragmentée) en quartzite. En l’absence d’une étude spécifique des variétés siliceuses, on ne peut actuellement déterminer précisément l’origine des différents types de silex utilisés. Cependant, l’observation macroscopique et celle à la loupe binoculaire suggèrent qu’une bonne partie de la collection (> 50 %) pourrait renvoyer à l’exploitation de différentes variétés de silex du Flysch pyrénéen (Tarriño et al. 2007, 2015, Sánchez de la Torre 2015), relativement abondantes à proximité du site (Barragué et al. 2001, Normand 2002, Foucher 2015). En outre, il convient de noter qu’environ 12 % des effectifs n’ont pas les caractéristiques habituelles du silex du Flysch. Ils proviennent d’autres formations. Sur l’ensemble, il y a une forte proportion (28 %) de pièces notablement altérées, présentant différentes patines ou altérations thermiques (changements de coloration, fissuration…) qui gênent leur analyse.

143Des points de vue technologique et typologique, seules quelques pièces significatives peuvent être retenues, regroupées par grand niveau d’occupation (tabl. 4, 7) :

  • US 20b : 13 documents lithiques ;
  • US 21, correspondant à un niveau d’occupation et US 22, le foyer associé : 49 documents ;
  • US 32, niveau d’occupation et US 33, le foyer associé : 57 pièces ;
  • US 35, qui correspond au dernier niveau d’occupation étudié, ainsi que l’US 36, foyer associé à ce niveau : 73 pièces.

Tabl. 7 – L’industrie lithique des niveaux mésolithiques. Répartition des types de produits et des restes de taille par US.

Tabl. 7 – L’industrie lithique des niveaux mésolithiques. Répartition des types de produits et des restes de taille par US.

144En plus de ces matériaux attribués sans réserve à l’une des US, on a considéré également et de manière indépendante les restes lithiques provenant des US de transition US20b/35 (un fragment) ; US21/32 (12) ; US32/35 (quatre) ; US 32/36 (deux) ; US35/37 (57) et US35/38 (un). Dans la plupart des cas, on dispose seulement, mises à part l’US 35/37 qui représente 21 % des matériels et l’US 21/32 qui comprend douze éléments, d’un échantillon constitué majoritairement de débris et d’éclats thermiques de peu d’intérêt. Ces derniers représentent toujours entre 60 % et 40 % du total, sauf dans l’US 30 et l’US 20b où la proportion tombe à 20 % (fig. 26). En ce qui concerne les types de produits identifiés, certaines différences sont observées (fig. 27) mais avec une pertinence limitée étant donné le faible nombre de documents disponibles. On doit signaler l’absence d’esquilles dans le niveau d’occupation constitué par les US 30 et 20b. Cela pourrait être dû à des processus post dépositionnels puisque, dans l’une des bandes (nº 13), des phénomènes de lessivage des sédiments ont été identifiés, une bonne partie des matériaux étant concentrés près de la paroi avec une disparition de la fraction la plus fine des restes lithiques.

Fig. 26 – Distribution relative des produits et déchets de taille en fonction des principales US.

145[Image non convertie]

A. Soto Sebastián.

Fig. 27 – Distribution relative des types de produits en fonction des principales US.

Fig. 27 – Distribution relative des types de produits en fonction des principales US.

A. Soto Sebastián.

146En définitive, les différents niveaux d’occupation mésolithique identifiés dans la salle 5 de Laà 2 ont une composante lithique très similaire. Ils se caractérisent principalement par la pauvreté numérique des matériaux récupérés et par la faible portée chronoculturelle de ces derniers. Excepté le dernier niveau d’occupation (US 30 et US 20b), dans lequel cette parcimonie pourrait être liée aux processus postdépositionnels de lessivage des sédiments, dans les autres occupations, il n’a pas été identifié de dynamique pouvant avoir sensiblement modifié la conservation de la collection lithique. De même, la collecte minutieuse et l’enregistrement effectué dans le processus de fouille sont bien entérinés par la présence de débris de silex millimétriques. La composition de l’industrie lithique des niveaux mésolithiques de Laà 2 est sans doute le reflet d’occupations de la cavité brèves et très spécialisées.

147Le registre lithique taillé ne semble pas varier significativement entre les différentes phases d’occupation : une courte collection d’éclats de petites tailles et de lamelles irrégulières, accompagnée éventuellement de rares nucléus (rappelons qu’un seul exemplaire appartient avec certitude à un niveau mésolithique) principalement destinés à la taille de lamelles, ainsi que des débris et des petits éclats, tous avec un très faible degré de corticalité. Les pièces retouchées sont elles aussi très peu représentées : on compte seulement en effet un triangle scalène, un fragment de lamelle à dos, un denticulé et une encoche latérale sur lame, un éclat à retouches simples continues et un fragment non identifiable à retouches abruptes.

148Tout cela montre que l’activité de taille n’a eu d’importance dans aucun des niveaux. La composition décrite reflète plutôt le développement très anecdotique d’actions de taille ponctuelles, répondant probablement à des besoins spécifiques de quelques éclats ou lames. Ceux-ci ont probablement été réalisés à partir de matériaux apportés sous la forme de petit nucléus prêts à être exploités, avec quelques pièces retouchées, dans le cadre de visites ponctuelles.

149Ainsi, le matériel analysé pourrait être symptomatique des stratégies d’anticipation de ces personnes (Mangado 2006), avec un équipement lithique minimum qu’elles transportent avec elles, comme cela a été observé dans différentes études ethnographiques sur la mobilité résidentielle mais aussi logistiques des sociétés nomades (Hayden 1976, Shalins 1983, Greaves 1997).

150La pauvreté du matériel lithique, renvoyant donc à des visites sporadiques, n’est pas singulière dans le contexte le plus immédiat du Mésolithique des Pyrénées occidentales (Soto et al. 2018). Ainsi, un cas très similaire se trouve dans la grotte voisine d’Apons à Sarrance, dans la vallée d’Aspe, parallèle à la vallée d’Ossau, toutes deux constituant des axes naturels reliant le secteur au versant sud des Pyrénées (fig. 28). La grotte d’Apons présente des niveaux mésolithiques qui, par la rareté du matériel archéologique trouvé – très semblable à celui de la salle 5 de Laà 2 –, ont été interprétés comme la conséquence de visites fugaces et ponctuelles. Ces occupations se seraient développées dans le cadre d’une mobilité individuelle, ou d’un très petit nombre d’individus, à travers la vallée d’Aspe (Dumontier et al. 2016a). Par la composition du matériel lithique (Valdeyron 2016), les deux sites semblent répondre à un modèle très similaire, dans lequel l’activité de taille est complètement anecdotique et les pièces retouchées très peu nombreuses, renvoyant en grande partie à l’équipement lithique avec lequel les visiteurs eux-mêmes arrivaient à la grotte, ceux-ci étant en mesure de supposer que les activités qui s’y dérouleraient seraient limitées.

Fig. 28 – Carte des sites mésolithiques des Pyrénées.

151[Image non convertie]

D’après Soto Sebastián et al. 2018.

152Ces caractéristiques individualisent les deux sites par rapport à d’autres occupations mésolithiques qui, bien que considérées comme temporaires, semblent répondre à une fonctionnalité différente. Ce pourrait être le cas du gisement de Bourrouilla, dans la commune d’Arancou. En nous laissant un peu en retrait du contexte pyrénéen proprement dit, cette grotte est située entre les crêtes montagneuses des Pyrénées occidentales et la plaine sableuse des Landes. Les occupations mésolithiques semblent répondre à des visites saisonnières, concentrées à la fin du printemps, et orientées vers l’exploitation de différents biotopes (Dachary et al. 2013). Bien que les éléments d’occupations mésolithiques aient été identifiés dans trois secteurs différents de la grotte (zone à l’extérieur, le hall et une fosse dans la salle arrière) sans qu’il soit possible de mettre en évidence leur interrelation, le matériel lithique recueilli démontre le développement des processus de taille in situ, les différentes phases de la chaîne opératoire étant présentes. Il existe un affleurement de silex de type flysch de Bidache à proximité du site. Celui-ci est exploité à partir de schèmes d’exploitation différents pour obtenir des lamelles visant principalement la fabrication de projectiles, les pièces retouchées étant plus nombreuses (ibid.). En ce sens, malgré l’utilisation temporaire / saisonnière de la grotte, l’organisation des processus de production de l’industrie lithique et les activités susceptibles d’y être liées suggèrent que ces occupations ont peu à voir avec ce qui a été observé à Laà 2 ou à Apons.

153Sur le versant sud des Pyrénées occidentales, le site navarrais d’Aizpea semble présenter un modèle similaire à celui du Bourrouilla. Situé dans la vallée de la rivière Irati, en Navarre, cet abri avec des occupations de la fin du Mésolithique, aurait été visité à plusieurs reprises durant la bonne saison. Une remarquable diversité d’activités y a été développée, telles que la chasse, la pêche, la cueillette des noisettes etc. (Barandiarán, Cava 2001). La production lithique est intense et diversifiée, à partir de l’exploitation des silex du Flysch local de type Artxilondo (ibid.).

  • 7 Ces références n’incluent pas d’autres témoignages d’occupations mésolithiques de la région, consé (...)

154En l’absence d’études intégrales de dépôts avec des séquences stratigraphiques étendues et denses comme au Poeymaü (Livache et al. 1984) ou à Berroberría (Barandiarán 1995-1996), il convient de noter que les données archéologiques disponibles pour le Mésolithique des Pyrénées occidentales7 semblent ne refléter qu’une très petite partie de ce qui aurait dû être le modèle de territorialité et de mobilité de ces sociétés. Les occupations saisonnières, en particulier pendant les mois chauds de l’année, avec différentes activités parmi lesquelles la taille in situ de l’industrie lithique est pratiquée (comme à Bourrouilla et à Aizpea), ne sont pas attestées, par opposition aux situations de transit dans lesquelles l’équipement lithique est amené de l’extérieur indépendamment du développement de toute action spécifique de taille, telles que le montrent les grottes de Laà 2 et d’Apons. On retrouve une situation semblable dans les Pyrénées centrales et occidentales où se ressent le manque d’établissement stable ou de camps d’hiver (Philibert 2001).

155Cependant, une variabilité notable des établissements temporaires a été reconnue (Philibert 1995). Ainsi, il existe des gisements dans lesquels une bonne partie du matériel est introduite sous forme de produits finis, comme l’Abeurador C7. Dans d’autres, comme le niveau C6c de Buholoup, la production lithique, bien que minime, est attestée sur place, avec un approvisionnement local de matière première complétée par une importation ponctuelle de produits finis en silex allochtones. Enfin, on observe également des occupations plus stables, mais toujours saisonnières, avec une grande gamme d’activités parmi lesquelles la taille lithique est importante et diversifiée, comme à la Balma Margineda (ibid.).

156Du point de vue technoculturel, comme nous l’avons indiqué plus haut, les matériels lithiques des différentes occupations analysées sont homogènes entre eux et ne sont que significatifs : il manque vraiment des éléments discriminants en termes de traditions technologiques. À cet égard, l’attribution de chacun des niveaux à une phase ou à une autre du Mésolithique à partir exclusivement de l’industrie lithique est difficile (voire impossible), mais il est également vrai que, dans cette incertitude, il n’y a pas d’éléments discordants qui remettent en question la liaison avec le Mésolithique telle que l’établissent les quatre dates radiocarbone disponibles.

157Sur la base exclusive des informations fournies par ces datations, leurs valeurs encadrent les différentes occupations dans un contexte entièrement Mésolithique correspondant possiblement à la fois au Premier et au Second Mésolithique, ces concepts ayant été définis au cours des dernières années (Marchand 2008).

  • 8 Les dates ont été calibrées à l’aide du programme CalPal et de la courbe de calibration IntCal 20 (...)

158La datation la plus ancienne8 provient de l’US 36 et situe l’occupation inférieure à la moitié du Boréal (tabl. 2, date Lyon-8998, de 8660+/-50 BP soit -7815/-7585 cal. BC), ce qui coïncide avec la chronologie proposée pour le Premier Mésolithique. Dans le contexte pyrénéen (Soto Sebastián et al. 2018 ; fig. 29), on trouve plusieurs ensembles relativement contemporains attribués au Sauveterrien moyen ou Montclusien, comme le niveau 4 de Troubat (Valdeyron 1994), les niveaux 6 et 5 de Buholoup (Briois, Vaquer 2009) et les couches 5 et × de l’Abeurador (Vaquer, Ruas 2009).

Fig. 29 – Graphiques des différentes dates radiométriques des sites du Mésolithique évoqués.

159[Image non convertie]

En rose les dates mésolithiques obtenues dans la salle 5 de la grotte de Laà 2. Calibration effectuée avec OxCal 4.4.4.

D’après Bronk Ramsey 2020, courbe IntCal20, DAO P. Courtaud.

160L’occupation composée des US 32 et US 33, fait référence à son tour à la fin du Premier Mésolithique et coïncide largement avec le niveau 2c de la grotte d’Apons (Dumontier et al 2016a), et surtout avec la datation de la fosse O16 de Bourrouilla (Dachary et al. 2013).

161Les datations des unités stratigraphiques supérieures, très proches les unes des autres, nous placent possiblement dans le contexte industriel du Second Mésolithique. Pour trouver des références relativement contemporaines, nous devons recourir aux dépôts des Pyrénées orientales, comme le niveau 2b sup de la Cova del Esperit (Martzluff, Abelanet 1987) ou le niveau 7 de Dourgne (Guilaine et al. 1993). Des résultats un peu plus anciens proviennent du niveau F6 de la zone du porche de Gazel (Barbaza et al. 1984), et du niveau 3 de Buholoup (Briois, Vaquer 2009). Pour ce dernier site, on ne considérera pas la datation correspondant au niveau 4 qui, en plus d’être plus récente que celle du niveau 3, présente des objets qui se rapportent à la fois au Premier Mésolithique et au Second Mésolithique (ibid.), ce qui interroge sur la fiabilité de l’assemblage.

162Ainsi, les dates disponibles nous renvoient à différents moments chronologiques et industriels du Mésolithique. Cependant, en accordant une attention exclusive aux matériaux lithiques, ces différences ne sont pas appréciables.

163Certes, sur le plan technologique et en termes généraux, le Premier Mésolithique se caractérise par la prédominance de la production de lamelles irrégulières et courtes, généralement développée à partir d’exploitations unipolaires frontales et/ou semi-tournantes, sur éclats, nodules ou plaquettes… La technique de taille habituellement utilisée est la percussion directe, à la pierre tendre et à la pierre dure (Marchand 2014). Ces procédures sont en grande partie modifiées avec l’arrivée du Second Mésolithique. La production laminaire continue à être centrale, mais elle présente des caractéristiques différentes, avec une plus grande régularité et une standardisation dimensionnelle. À cette fin, des débitages plus contrôlés sont développés, avec exploitations unipolaires frontales, généralisant l’utilisation de la percussion indirecte voire de la pression dans certaines régions (Marchand, Perrin 2017).

164Dans le cas de Laà 2, cependant, aucune différence significative n’a été observée entre les lames des différents niveaux d’occupation. Il est vrai que la collection est très limitée, 43 produits laminaires au total dont seulement neuf sont complets. Il est extrêmement complexe de tirer des conclusions sur la technique utilisée ou la reconstruction de débitages. De même, tous les effectifs ont une homogénéité remarquable les uns avec les autres : lamelles irrégulières et étroites (6-8 mm de large) de caractère unipolaire. En ce qui concerne la technique de débitage, malgré l’identification de certains attributs discriminants (par exemple un esquillement bulbaire au niveau inférieur, ou deux lèvres dans le premier niveau du Second Mésolithique), les quelques talons disponibles et l’absence/pauvreté des autres pièces (nucléus et produits de débitage) interdisent toute interprétation.

165Cette image d’uniformité peut être causée par la pauvreté de la collection, et/ou par le type d’occupation développé. Si, comme nous l’avons indiqué, la grotte faisait l’objet de visites très spécifiques, sans le développement de l’activité de taille au-delà de la réparation d’un outil ou l’obtention de supports limités à partir du matériel fourni, il est possible que des procédures rapides et circonstancielles n’aient pas toujours répondu aux exigences technologiques habituelles.

166Cette adaptation des procédures technologiques aux intérêts et aux circonstances particulières de nature différente (type d’occupation, stratégies de mobilité, disponibilité de la matière première…) n’est pas étonnante. Précisément, le gisement d’Aizpea en offre un bon exemple. Attribué au Mésolithique géométrique – équivalent au niveau technologique du Second Mésolithique –, il présente des lamelles irrégulières et étroites (moyenne de 7,6 mm de largueur), éloignées de la régularité et des dimensions habituelles des lames et lamelles du Mésolithique pyrénéen tardif (entre 9 et 12 mm), conséquence de l’ajustement des débitages à la qualité médiocre de la matière première exploité (Cava 2001). En ce sens, on peut raisonnablement penser que par rapport aux occupations observées à Laà 2, la collection lithique ne correspond pas aux caractéristiques technologiques attendues.

167Par ailleurs, si l’outillage retouché ne permet pas une lecture technoculturelle, il n’est pas pour autant en contradiction avec les dates et les attributions culturelles proposées :

  • le triangle scalène (fig. 17, n° 14) qui, bien qu’appartenant à l’interface de transition US 35/37, correspond bien à la datation plus ancienne. Ainsi, au cours du premier Mésolithique, les microlithes géométriques, comme les triangles isocèles et les scalènes, sont communs, accompagnés d’autres morphotypes comme des pointes à dos pygmées, des pointes à troncature très obliques et des segments (Valdeyron et al. 2008).
  • le fragment de denticulé dans le niveau US 20b (fig. 22, n° 2), en dépit de son mauvais état de conservation, pourrait se rapporter, avec beaucoup de réserves en raison de son état incomplet et d’un type de retouches difficile à apprécier mais peut-être différent de celui observé sur les pièces « Montbani » (Gassin et al. 2013), aux lames à coches qui se généralisent au cours du Second Mésolithique (Marchand, Perrin 2017), ce qui concorderait bien avec la datation disponible pour ce niveau.

Les occupations du Néolithique final

168Avant d’aborder ces occupations nous évoquerons rapidement les observations faites entre le dernier niveau du Mésolithique et la première occupation du Néolithique final.

169Entre l’US 18 qui correspond au niveau du Néolithique final le plus ancien et l’US 20b où apparaît la dernière occupation mésolithique (fig. 7), l’US 20 supérieure se distingue par la présence de charbons de bois et de quelques fragments osseux, notamment de grande faune, dispersés sur toute l’épaisseur de la couche (33 cm environ dans la bande 13). Dans la bande 12, cette même couche est très aérée avec de très nombreuses coquilles d’escargots (12 litres sur 2 m²). Ces coquilles se trouvaient à l’aplomb d’un orifice du plafond de la grotte communiquant avec l’extérieur. En l’absence de données supplémentaires il était difficile de déterminer si cette concentration avait une origine anthropique. Du fait de l’absence de niveaux apparents, cette US n’a pas été datée. Au-dessus, dans la bande 11, plusieurs strates lenticulaires de graviers, plaquettes et pierres se superposent avec un léger pendage, du sud au nord (US 25, 26, 27, 28 et 29). Certaines ont livré des petits charbons de bois (US 25) ou des poches de cendres et charbons (US 26 et 29). Aucun mobilier n’était présent dans ces ensembles. Il est probable que les cendres témoignent d’occupations qui se sont tenues plus près de l’entrée, sans qu’il y ait de rejets conservés vers le fond de la salle. Plus haut un cône éboulis (US 24) qui a pour origine l’angle externe sud-est de l’ouverture de la cavité recouvre une grande partie de l’espace.

Les niveaux archéologiques néolithiques : chronologie relative et taphonomie

170L’US 18 correspond à un niveau d’occupation très lessivé, qui n’a conservé aucune trace d’aménagement. Les vestiges, cinq restes de faune et quelques charbons de bois, ont été mis au jour à proximité de la paroi du fond de la cavité.

171Le foyer F2 se trouvait au même niveau altimétrique que l’US 18 mais, à partir des datations réalisées, il pourrait s’agir d’une structure plus récente.

172Pour les US 9, 10 et 16, lors de la lecture planimétrique des niveaux archéologiques, nous avons rencontré quelques difficultés provenant de la relative partition qui existait dans cette salle du fait du profil de la cavité.

173Au Néolithique final, le cheminement en position debout (ou presque) n’était possible que dans la moitié sud-ouest de la salle, ce qui correspond aux bandes B et C de la fouille. La hauteur sous voûte était de 220 cm en limite B/C, 140 cm au milieu de la bande C, alors qu’elle s’abaissait fortement au-dessus des lignes D/E (90 cm au milieu de la bande D, 65 cm au milieu de la bande E). Ce profil explique la conservation différentielle des sols (fig. 30). Ceux-ci (US 9 et 16) étaient bien conservés dans les bandes D et E et étaient caractérisés par deux minces niveaux de vestiges. Par contre, dans les bandes B et C, les piétinements, la mise en place du foyer F1 (le plus récent) dans le carré C11 (US 10), ont remobilisé l’ensemble des vestiges de l’US sous-jacente (US 16), initialement séparés par quelques centimètres d’épaisseur dans cette moitié ouest de la salle.

Fig. 30 – Profil de la cavité et hauteurs de circulation.

174[Image non convertie]

Les altitudes moyennes des niveaux d’occupations ont été projetées dans le profil est-ouest de la cavité, réalisé sur la ligne de séparation des bandes 11 et 12.

DAO P. Dumontier.

175L’analyse de la position de tous les documents enregistrés, a permis de dégager le mobilier associé à l’US 16 reconnue exclusivement dans les bandes D et E (fig. 31). Pour autant les vestiges céramiques de ces deux bandes ont été dispersés en surface (fig. 32). Nous n’avons que peu de tessons évoquant un bris sur place, sans déplacement (une partie du vase 8). Même si, ici, les deux niveaux (US 9 et 16) sont bien individualisés, le sol de l’US 16 montre un état probablement dégradé par les occupants de l’US 16 eux-mêmes.

Fig. 31 – Projection verticale du mobilier céramique et osseux néolithique des US 9 et 16 dans les bandes D et E/11 à 13.

176[Image non convertie]

DAO P. Dumontier.

Fig. 32 – Répartition en plan des tessons de céramique des vases 1, 3, 4 et 5 et localisation des foyers F1 et F3 appartenant à deux US proches.

177[Image non convertie]

Le mobilier céramique est essentiellement présent à l’arrière des deux foyers.

DAO P. Dumontier.

178Pour les bandes B et C, l’US 10, qui correspond en fait à l’US 9 des bandes D et E (fig. 32, 33) présente un mobilier qui contient des tessons de vases qui appartiennent à cette occupation mais également des tessons en position remaniée de vases de l’US 16.

Fig. 33 – Répartition en plan des tessons de céramique des vases 6 à 10 et localisation des foyers F1 et F3 appartenant à deux US proches.

179[Image non convertie]

Ce mobilier est essentiellement présent à l’arrière des deux foyers F1 et F3.

DAO P. Dumontier.

  • 9 L’US 23 correspond à une formation de 20 à 35 cm de largeur, dans les carrés E12 et E13, où les US (...)

180Ajoutons à cela la présence de vestiges osseux humains appartenant à un corps disloqué, répartis sur toute la surface de la cavité (fig. 53) dans les US 9, 10, 16 et 239. Cette dispersion, également verticale repose, selon nous, sur les mêmes actions des occupants de l’US 9/10. Nous reviendrons sur ce point.

Occupation 5 : l’US 18

181Sous l’US 17 stérile, se développe l’US 18 qui apparaît à une altitude moyenne de -1,07 m, dans laquelle s’ouvre la structure de combustion F2. Nous sommes ici devant une proximité stratigraphique mais il pourrait s’agir de deux occupations différentes. C’est l’hypothèse que nous retiendrons dans cette présentation.

182L’US 18 (fig. 34) a une épaisseur moyenne de 10 à 11 cm sur l’ensemble de la surface ouverte à l’exception du carré D13 où elle forme un bourrelet de 20 cm d’épaisseur, bien visible sur la coupe (fig. 7). Le mobilier mis au jour, exclusivement des restes de faune, se trouvait sur un replat dans le carré D13, prêt de la paroi nord-ouest, au terme du léger pendage affectant l’ensemble des couches. Nous sommes devant une surface lessivée et nous n’avons pas pu délimiter l’étendue de cette occupation.

Fig. 34 – Relevé en plan du niveau US 18 et de la structure de combustion F2 (ST1).

183[Image non convertie]

À l’est, l’US 18 présente des zones indurées enregistrées US 11. On remarquera que la structure de combustion F2 se trouve à proximité de l’ouverture qui mène à la salle 4.

DAO P. Dumontier.

184La faune est limitée à cinq petits fragments osseux (une dent de suidé et quatre fragments non déterminés) associés à des charbons de bois (tabl. 8).

185La datation Erl-12186 (4396 ± 50 BP) place ce niveau d’occupation entre -3325 et -2900 cal. BC (tabl. 2).

Occupation 6 : le foyer F2

186Le foyer F2 matérialise ce qui pourrait correspondre aux restes d’un sixième niveau d’occupation s’il n’est pas associé à l’US 18 (fig. 34-37). Il s’agit d’une structure de combustion circulaire de près de 0,90 m de diamètre, avec un entourage de pierres, décimétriques pour la plupart. Ces pierres ont protégé le contenu de la structure des ruissellements qui ont effacé le niveau de sol associé à son fonctionnement, qu’il s’agisse de l’US 18 ou d’un niveau plus récent. Ce niveau était antérieur aux occupations des US 10 et 16.

Fig. 35 – Le foyer F2 (ST1) en cours de fouille, au 3e niveau de décapage. On observe une partie des os d’un petit bœuf.

187[Image non convertie]

La plaquette est marquée Laa 3 ancienne dénomination de cette salle – vue zénithale.

Cliché P. Courtaud.

Fig. 36 – Le foyer F2 (ST1) au 7e décapage, après enlèvement de son contenu.

188[Image non convertie]

On constate que le fond et les parois sont recouverts de pierres. La plaquette est marquée Laa 3 ancienne dénomination de cette salle – vue zénithale.

Cliché P. Dumontier.

Fig. 37 – Coupe du foyer F2.

189[Image non convertie]

Les charbons de bois tapissent le fond et les montants de la fosse sous les pierres – vue prise du nord-ouest.

Cliché P. Dumontier.

190Ce foyer se trouve au fond de la salle, près du passage vers la salle 4, à proximité de la paroi ouest. Il bénéficiait d’une forte ventilation naturelle.

191Le démontage de cette structure (fig. 37) a montré que nous nous trouvions devant une cuvette de 0,86 sur 1,05 m de diamètre, avec une profondeur de 33 cm. Elle conservait une épaisse couche de charbons de bois qui recouvrait le fond et les parois, y compris dans leurs parties verticales. Le remplissage presque jointif des pierres calcaires sur le fond et contre la paroi, est intervenu sur un feu encore actif ou sur des braises. Les parties inférieures des pierres montrent des indices de température élevée (traces de chauffe, altération thermique).

192Ce sont les résultats des datations radiométriques qui suggèrent que pour l’US 18 et le foyer F2 nous étions devant deux états chronologiquement séparés, ce qui n’était pas apparent à la fouille. Un gros charbon de bois prélevé au fond de la structure F2 a donné un résultat – Erl-11425 (4099 ± 44 BP), qui place ce foyer entre -2870 et -2495 cal. BC (tabl. 2). Mais qu’il s’agisse ou non d’une même occupation, le ou les niveaux associés avec des sols lessivés, n’ont pas livré d’autres informations.

193Le contenu de ce foyer se compose de 53 restes (38 déterminés ; tabl. 8) dont la majeure partie du squelette céphalique d’un petit bœuf, associé à quelques côtes et vertèbres. On note également la présence d’un fragment de crâne de mouton et de cinq fragments appartenant à un suidé. Ces restes osseux, qui se trouvaient entre les parois d’un four, ne montrent pas de trace de feu.

Tabl. 8 – La faune. Répartition des taxons des ensembles archéologiques néolithiques.

Tabl. 8 – La faune. Répartition des taxons des ensembles archéologiques néolithiques.

194Cette structure de combustion apparaît complète. Elle pourrait rentrer dans la classification des « fours polynésiens » mais nous manquons d’éléments attestant un fonctionnement en structure fermée (Gilabert 1997).

Occupation 7 : le foyer F3 associé à l’US 16

195Sous l’US 9, l’US 16 apparaît à -0,85 m. Ce sédiment limoneux avec peu de petits graviers, exclusivement conservé dans les bandes D et E, a une épaisseur de 9 à 10 cm mais le mobilier est essentiellement présent dans la partie supérieure, sur un seul niveau (fig. 38). Les vestiges qui recouvraient toute la surface au nord du foyer, nous ont amenés à identifier ce sol bien individualisé. Initialement cette occupation recouvrait probablement les 10 m² correspondant aux bandes 11 à 14. Nous n’avons pu l’étudier que sur 5 m² environ, cette US ayant été remaniée par les occupants des US 9 et 10 dans les bandes B et C (fig. 39).

Fig. 38 – Relevé en plan du niveau US 16, du foyer F3 et de la structure de fermeture US 13.

196[Image non convertie]

L’ensemble du mobilier se trouve à l’arrière du foyer. Il est absent des bandes B et C où cette US a été remaniée.

Relevé et DAO P. Dumontier.

Fig. 39 – Schéma de synthèse de la superposition des US dans les bandes B à E à l’intersection des bandes 12 et 13.

197[Image non convertie]

On remarquera que la superposition des US 9 et US 16 à droite n’existe plus à gauche où l’US 10 a remobilisé ces deux US. L’US 23 à droite, contre paroi, correspond à la calcification post-dépositionnelle des sédiments.

DAO P. Dumontier.

198On observe une zone lacunaire pour la bande 10 et la moitié sud de la bande 11, plus près du porche ce qui semble indiquer que les occupants se trouvaient en retrait du foyer et de l’ouverture.

199Le foyer F3 est situé à cheval sur les carrés D11 et D12 (fig. 38). Il s’agit d’une structure de combustion en cuvette, de forme ovale, de 0,89 sur 0,44 m. Le fond et les parois de cette cuvette de 11 cm de profondeur étaient rubéfiés. Le remplissage de cendres ne contenait pas de charbons de bois exploitables ; la partie supérieure était recouverte de cendres blanches sur la moitié nord du foyer (fig. 40). Dans ces cendres, des charbons de bois ont permis une datation radiométrique – Erl-12985 (4040 ± 51 BP) qui place cette occupation entre -2855 et -2460 cal. BC (tabl. 2).

Fig. 40 – Le foyer à plat F3, associé à l’US 16, à cheval sur les carrés D11 et D12.

200[Image non convertie]

On distingue les cendres blanches et grises autour des niveaux rubéfiés. La bande claire à droite correspond aux sédiments indurés US 11. La plaquette est marquée Laa 3 ancienne dénomination de cette salle – vue oblique prise du sud-ouest.

Cliché P. Dumontier.

201Au niveau d’un étranglement de la paroi, dans les carrés B-C/13, le passage communiquant avec la salle 4 était fermé par un muret de pierres sèches (structure US 13, ST2). Ces pierres et blocs reposaient horizontalement ; leur disposition ne résultait pas d’un phénomène naturel (fig. 38, 41). Au début de la fouille il était conservé sur une hauteur de 0,80 m sur toute la largeur du conduit (1 m). Sa hauteur initiale était de 1,30 m environ. La partie supérieure avait été détruite par les spéléologues qui n’avaient pas reconnu le caractère anthropique de l’ensemble en 1983.

Fig. 41 – La structure US 13 fermant le passage communiquant avec la salle 4.

202[Image non convertie]

La plaquette est marquée Laa 3 ancienne dénomination de la salle 5 – vue prise depuis l’arrière de la structure, coté salle 4 au nord-ouest.

Cliché P. Dumontier.

203Son démontage a permis de préciser son architecture et de recueillir des informations sur sa datation relative (fig. 6, n° 4, fig. 42). Il n’y a pas, en effet, de raccordement entre la partie supérieure conservée (à -1,48 m) et les niveaux archéologiques néolithiques. Mais quelques documents s’étaient infiltrés dans les vides entre les blocs : deux fragments d’un petit vase (vase 8), huit os de faune et un métacarpien humain.

Fig. 42 – Coupe de la structure de fermeture US 13 entre les salles 4 et 5.

204[Image non convertie]

DAO P. Dumontier.

205Dans la partie conservée, on observe une première assise de blocs décimétriques posée sur le sédiment à – 2,26 m. Sur cette première ligne, trois autres assises horizontales sont montées avec un très faible retrait vers le sud. Cela conduit en façade nord (coté salle 4), à un mur presque régulier et vertical La coupe montre un creusement dans le sédiment de 30 cm de largeur et profond de près de 70 cm (US 14), destiné à aménager une base horizontale dans le pendage naturel pour élever ce muret. Cette reprise du pendage naturel dont la partie supérieure a été détruite, recoupait les US sous-jacentes.

206La présence exclusive de tessons d’un seul vase provenant de l’US 16 permet de formuler l’hypothèse d’une association avec cette occupation.

207La faune de l’US 16 n’est représentée que par quatre vestiges très fragmentés, dont deux brûlés, sans reste déterminé. La structure de fermeture (US 13) entre les salles 4 et 5, a livré huit documents infiltrés entre les blocs, appartenant à Rupicapra ou Capra ibex, à Cervus et à Capra ou Ovis (tabl. 8).

208Sur le sol de l’occupation 7, la céramique est représentée par quatre récipients dont deux vases (V1 et V8) se trouvaient à proximité du foyer (fig. 38). La céramique à parois minces (épaisseur moyenne de 5/7 mm) est documentée par un gobelet à lèvre amincie et ouverture convergente présentant un petit bouton conique sur le haut de la panse (fig. 43, n° 1), un pot cylindrique (fig. 43, n° 8 et fig. 44) et une écuelle carénée à ouverture divergente aux rebords arrondis (fig. 43, n° 9 et fig. 45).

209La céramique à paroi épaisse (épaisseur moyenne de 9/10 mm) n’est représentée que par un fond arrondi (fig. 43, n° 7).

Fig. 43 – La céramique associée au niveau US 16 et au foyer F3.

210[Image non convertie]

DAO P. Dumontier.

Fig. 44 – Détail du traitement de surface du gobelet n° 8 provenant de l’US 16, montrant un lissage sommaire.

211[Image non convertie]

Cliché P. Dumontier.

Fig. 45 – Détail du traitement de surface de l’écuelle carénée n° 9 provenant de l’US 16.

212[Image non convertie]

Lissage sommaire de la partie inférieure de la carène et macrotraces de brunissage sur la partie supérieure.

Cliché P. Dumontier.

213Seules deux pièces en silex non diagnostiques nous sont parvenues dans les bandes D et E. Il est bien sûr possible que d’autres documents aient été remobilisés par les occupants de l’US 10 dans les bandes B et C.

Occupation 8 : le foyer F1 associé aux US 9 et10

214Dans les bandes D et E, l’US 9 qui correspond au niveau d’apparition d’un sol archéologique, se superpose au niveau antérieur associé au foyer US 16 que nous venons de présenter. Ce niveau sédimentaire apparaît à une altitude moyenne de -0,79 m et a une épaisseur de cinq à dix centimètres. Il présente à sa base de grosses pièces osseuses et de la céramique en continuité sur un plan horizontal (fig. 46, 47). Les restes osseux comportent notamment une hémi mandibule de bœuf et plusieurs éléments humains répartis sans aucune connexion ni rapprochement anatomique. Le radius se trouvait dans une zone indurée (US 23), contre la paroi nord-est (fig. 46).

Fig. 46 – Relevé en plan de l’ensemble US 9/10 et du foyer F1.

215[Image non convertie]

Le mobilier céramique se trouve majoritairement à l’arrière du foyer, vers le fond de la cavité et plus particulièrement dans les bandes B et C plus confortables du fait d’une hauteur sous plafond plus grande (cependant une partie de ce mobilier est issue de la remobilisation du niveau sous-jacent US 16). On observe la large répartition des vestiges osseux humains.

DAO P. Dumontier.

Fig. 47 – Le niveau US 9 dans le carré D12.

216[Image non convertie]

La plaquette est marquée Laa 3 ancienne dénomination de cette salle – vue prise du sud-ouest.

Cliché P. Dumontier.

217La lecture est plus difficile dans les bandes B et C qui correspondent au seul axe de circulation possible. Le mobilier osseux et céramique a été ici pour partie remanié par les passages et par l’installation de la structure foyère F1. En réalite, l’US 9 bien identifiable dans les bandes D et E ne se distingue pas de l’US 10 dans les bandes B et C (fig. 39). Par ailleurs, les tessons d’un même vase se trouvent en continuité entre niveau d’apparition (base de l’US 9 dans les bandes D et E) et l’US 10 dans les bandes B et C, cette dernière US remobilisant également le mobilier associé au foyer US 16 dans ce secteur. Après réflexion, il ne s’agit en fait que d’une seule US (9/10). Les néolithiques ont donc bénéficié d’un espace de près de 10 m² avec une occupation centrée sur le devant de la salle autour du foyer F1 (fig. 46).

218Si, comme nous le proposons, la structure de fermeture du passage vers la salle 4 avait été mise en place par les occupants de l’US 16, le fond de la salle se trouvait donc fermé.

219Le foyer F1 (fig. 48, 49) apparaît dans le carré C11 à une altitude de -0,87 m. Il est de forme subcirculaire avec un diamètre moyen de 0,80 m. Il s’agit d’une structure de combustion à pierres chauffées réalisée dans une cuvette de 23 cm de profondeur. Sa base est marquée par un niveau rubéfié. Il contenait peu de vestiges, quelques tessons dont un appartenait au vase n° 3 et des os de faune, dont seulement certains montrent des traces de feu.

Fig. 48 – Apparition du foyer F1 dans l’US 10.

220[Image non convertie]

On remarque les cendres blanches (au centre) et, en bas à droite la présence d’un fémur humain. La plaquette est marquée Laa 3 ancienne dénomination de cette salle – vue zénithale. Le nord est en bas à gauche.

Cliché P. Dumontier.

Fig. 49 – Le foyer F1 à pierres chauffées, après enlèvement des cendres et vestiges.

221[Image non convertie]

Des pierres décimétriques comblent la petite fosse. La plaquette est marquée Laa 3 ancienne dénomination de cette salle – vue zénithale.

Cliché P. Dumontier.

222Dans le carré B12 est apparu un fémur humain droit complet trouvé à côté d’une phalange de la main. Ces vestiges se situent en dehors du foyer mais sur le sol d’occupation associé. C’est également au nord du foyer que le mobilier céramique était surtout localisé, ce qui nous donne un aperçu sur l’organisation du campement.

223La datation Erl-11426 (3935 ± 44) place cette occupation entre -2570 et -2290 cal. BC (tabl. 2).

224La faune est représentée par 110 vestiges dont 61 ont pu être déterminés (tabl. 8) Capra/Ovis est dominant, suivis par Bos. Les restes de boviné ne permettent pas de déterminer une espèce, ils sont trop fragmentés ou proviennent d’animaux immatures. La faune sauvage est très faiblement représentée par Capreolus, Cervus, Vulpes, Ursus et Meles.

225Le mobilier céramique associé à cette occupation est composé de cinq récipients (vases 3, 4, 5, 6 et 10 ; fig. 50). Cependant seuls les vases 3 et 10 dont certains tessons ont été mis au jour dans l’US 9 (bande D/E) appartiennent sans ambigüité à cette occupation. Les autres, mis au jour exclusivement dans les bandes B/C, peuvent aussi bien appartenir à l’occupation 8 que provenir de l’occupation 7 et avoir été remobilisés.

226Pour cet ensemble, la céramique à paroi fine est représentée par un pot d’assez grande dimension, à lèvre amincie et ouverture légèrement convergente (fig. 50, n° 3). Les autres morphologies représentées avec des parois plus épaisses appartiennent à des pots. L’un (V10) n’est représenté que par des tessons de panse (non dessiné), un autre a un profil proche du cylindre avec une ouverture légèrement convergente à lèvre amincie (fig. 50, n° 5), le troisième a un rebord équarri (fig. 50, n° 4) et le dernier est un possible bol au rebord arrondi (fig. 50, n° 6).

Fig. 50 – La céramique mise au jour dans les US 9 et 10, autre que celle appartenant à des vases provenant de l’US 16 dans les bandes D et E.

227[Image non convertie]

DAO P. Dumontier.

228L’industrie lithique est composée de six pièces en silex et d’un document en roche tenace et comprend une lamelle, deux éclats bruts et quatre déchets de débitage (débris/esquilles). Il est possible qu’une partie de ces documents provienne de l’US 16 et ait été remobilisée (fig. 57).

  • 10 Impact de percussion.

229L’industrie osseuse, représentée par une partie proximale d’une ulna de Capra ou d’Ovis, montre le bord d’une cassure régulièrement arrondi alors que la partie interne est spongieuse et légèrement en retrait : il pourrait s’agir d’un émoussé dû à l’emploi de cet os comme outil (lissoir). L’extrémité, pointue naturellement, ne montre pas de trace d’usage. On ne peut pas parler ici de la confection d’un outil mais plutôt d’une utilisation probablement ponctuelle. À mi-hauteur de la diaphyse, du côté médian, on observe quatre chopmarks10, régulièrement espacées et perpendiculaires à l’allongement de l’os. Sur la face externe, on peut voir deux chopmarks plus irrégulières (fig. 51). Ce document se trouvait dans le carré C12, au nord-ouest du foyer F1.

Fig. 51 – Diaphyse d’ulna (capra/ovis) présentant des chopmarks (impacts de percussion) et un émoussé du bord de la cassure. La pointe ne présente pas de trace d’utilisation.

230[Image non convertie]

Cliché P. Dumontier.

  • 11 Voir les dimensions en annexe 1.

231La parure est documentée par une perle discoïde en calcite11 (non dessinée) prélevée au nord-ouest du foyer F1 et une canine percée, localisée à proximité du muret US 13.

  • 12 Observation Dominique Armand.

232La dent percée est une canine inférieure droite d’ours brun subadulte (fig. 52). La racine, non fermée, a fait l’objet de deux perforations coniques et légèrement ovalaires, de chaque côté de la racine, sans préparation préliminaire12, il n’y a pas de trace de raclage préalable (Barge-Mahieu 1991).

Fig. 52 – Canine d’ours percée. La racine, non fermée, a fait l’objet de deux perforations coniques légèrement ovalaires, de chaque côté.

233[Image non convertie]

Cliché P. Dumontier.

Les vestiges humains : répartition et étude

  • 13 Un vestige en position remanié dans l’US 5 située au-dessus de l’US 9/10.

234Les vestiges humains sont majoritairement issus de l’US 10 dans laquelle avait été installé le foyer F1. Cependant, certains ont été mis au jour dans les US 513, 9, 13, 16 et 23, ce qui traduit une grande perturbation des niveaux, particulièrement dans les bandes B et C. On peut supposer que les ossements trouvés dans ces autres US, ont été remobilisés par les occupants de l’US 10. Les os se répartissent sur une surface d’environ 5 m² avec une densité un peu plus importante en C12 (fig. 53). La bande 10 est dépourvue d’ossements et la bande 11 (US 11 niveau induré) n’en a révélé que quelques unités, principalement sous la paroi ouest. Cette dispersion se traduit par l’absence totale de connexions anatomiques et également de toute logique anatomique, à l’exception d’une certaine proximité entre quelques éléments thoraciques, des côtes notamment. En revanche, on remarquera l’éloignement entre le fémur droit en C12 et l’os coxal homolatéral en E13. Une phalange de main repose à quelques centimètres du fémur mais leurs extrémités sont opposées.

Fig. 53 – Répartition en plan des vestiges osseux humain des US 9,10, 16 et 23.

235[Image non convertie]

Relevé P. Courtaud ; DAO P. Dumontier.

236La dispersion verticale s’étale entre des altitudes comprises entre 60 et 113 (voir supra). Un vestige se situe aussi parmi les éléments du muret (US 13-ST2). Soit son déplacement est ancien et suppose alors l’existence d’un espace libre entre le muret et sa position d’origine, soit ce déplacement est beaucoup plus récent. Cette dispersion, tant verticale qu’horizontale, témoigne de piétinements et de passages répétés dans cette petite cavité, principalement dans l’axe menant de la salle 5 à la salle 4.

237Les vestiges sont très bien conservés avec une matière osseuse dense et encore résistante. Les trabécules osseuses de l’os spongieux sont particulièrement démonstratives. Les os sont peu fragmentés ce qui suggère que leur dispersion a dû se produire en espace libre ou alors sous un faible enfouissement. Le défunt a été daté entre -2900 et -2630 cal. BC (Erl-11110 : 4197 ± 50 BP).

Anthropobiologie

238L’ensemble des restes humains ne représente partiellement qu’un seul et unique sujet (fig. 54). Les os pairs comme les tibias, les 5e métatarsiens, les phalanges proximales de l’hallux sont symétriques. L’absence de doublons, ainsi que la parfaite complémentarité articulaire entre le talus et le calcanéus droits constituent également des indices précieux pour étayer l’unicité du dépôt.

Fig. 54 – Fiche anthropologique. Éclaté du squelette de Laà 2.

239[Image non convertie]

DAO P. Courtaud.

  • 14 Ce fragment comporte les alvéoles vides des quatre incisives et de la canine gauche.

24058 vestiges osseux ont été découverts sur les 206 constituant théoriquement le squelette. Trois dents ont été découvertes isolées. Tous les grands segments squelettiques sont représentés. Seul un fragment de menton représente la tête osseuse, c’est peu, mais cela suffit pour affirmer que la mandibule était présente14. Toutefois, pour le neurocrâne, aucun fragment n’a été retrouvé. Pour le rachis cervical, quatre vertèbres sur sept sont présentes, notamment l’atlas dont la relation anatomique avec l’occipital subsiste relativement longtemps après le décès. Au cours de l’évolution du cadavre, la dislocation se produit habituellement entre les deux premières vertèbres cervicales, et le crâne se sépare de l’atlas dans un deuxième temps. La présence de l’atlas constitue donc un excellent indice de celle du crâne, ceci en l’absence de toute atteinte de surface suggérant une désarticulation intentionnelle opérée sur le cadavre.

241Les rachis thoracique et lombaire sont respectivement représentés par trois et un élément. Du membre supérieur droit subsistent deux métacarpiens, tandis que l’humérus complet a été retrouvé pour le membre symétrique. Sans être complets, ce sont les jambes et les pieds qui sont les plus représentés.

242Tous les restes humains s’accordent avec un même stade de maturation, celui d’un adulte jeune. Le caractère le plus pertinent est l’absence de soudure de l’extrémité médiale de la clavicule droite attestant qu’il s’agit d’un sujet décédé avant 30 ans (Scheuer, Black 2000). Cet âge est confirmé et précisé par différents autres marqueurs osseux. La limite de synostose de la crête iliaque de l’os coxal est encore visible, tout comme celles de plusieurs autres points d’ossification (extrémités proximales du radius et du tibia, listel de la 5e vertèbre lombaire), ainsi que la présence d’ondulations transversales de la symphyse pubienne. La surface auriculaire habituellement utilisée pour l’estimation de l’âge des adultes n’est cependant pas observable (Schmitt 2005).

243Les développements relatifs des différents os s’accordent également avec un seul sujet.

  • 15 PUM = longueur du pubis (Bräuer 1988).

244Une diagnose sexuelle fiable se fonde sur les caractères osseux de l’os coxal (Bruzek 2002), mais celui-ci n’est pas suffisamment complet. Le caractère le plus pertinent reste la relative longueur de la branche supérieure du pubis (PUM = 68 mm15) qui, avec l’appréciation de la gracilité du squelette, suggère une variation qui se place préférentiellement dans la variation féminine.

Tabl. 9 – Longueurs et diamètres diaphysaires des os longs du squelette humain

Tabl. 9 – Longueurs et diamètres diaphysaires des os longs du squelette humain

Humérus : M1. Longueur maximale, M5. Diamètre maximal au milieu, M6. Diamètre minimal au milieu ; Radius : M1. Longueur maximale, M4. Diamètre transversal maximal de la diaphyse, M5. Diamètre sagittal de la diaphyse ; Fémur : M1. Longueur maximale, M2. Longueur en position, M9. Diamètre sous-trochantérien transversal, M10. Diamètre sous-trochantérien sagittal, M18. Diamètre vertical de la tête, M19. Diamètre sagittal de la tête ; Tibia : M1a. Longueur maximale, M2. Longueur condylo-talienne, M8. Diamètre sagittal au milieu, M9. Diamètre transversal au milieu, M8a. Diamètre sagittal au trou nourricier, M9a. Diamètre transversal au trou nourricier.

D’après Martin 1959.

245Le tableau 9 ci-dessus regroupe les principales dimensions des grands os longs, les longueurs et les diamètres diaphysaires (Martin, Saller, 1959). Les dimensions de la tête fémorale sont particulièrement faibles. Celles de l’extrémité distale de l’humérus n’ont pas pu être quantifiées en raison de la fragmentation. En ce qui concerne les variations anatomiques et les atteintes pathologiques, on remarque une atteinte arthrosique touchant la partie supéro-antérieure du corps de la 7e vertèbre cervicale. La face diaphysaire médiale du tibia gauche montre une périostite légère habituellement interprétée comme un indicateur d’une atteinte infectieuse non spécifique. Son développement, vraiment très faible, ne témoigne pas d’une infection importante qui aurait été la cause du décès. D’après la longueur maximale du fémur, l’estimation de la stature s’élève à 153 ± 4 cm pour une femme et 157 ± 4 cm pour un homme (Trotter, Gleser 1952).

246L’examen attentif des vestiges osseux n’a révélé aucun indice de traces suspectes évoquant l’utilisation d’outils tranchants (Boulestin 1999) sur le cadavre ou bien le squelette.

Conclusion

247Les restes humains découverts dans cette petite cavité ne représentent qu’un sujet, un adulte jeune décédé entre 25 et 30 ans probablement féminin. Sa représentation n’est que partielle et avec aucune connexion anatomique conservée.

248La conservation de tous les segments squelettiques, notamment celle des éléments les plus petits des extrémités, suggère que l’évolution du cadavre s’est produite sur place. Autrement dit, il est raisonnable d’exclure l’hypothèse d’un dépôt secondaire (Duday 2009). Aucun creusement n’ayant été mis en évidence, nous supposons que la décomposition jusqu’à l’état de squelette s’est produite en surface, à l’air libre. La dispersion importante des éléments osseux, tant verticale qu’horizontale, s’est accompagnée de la disparition de la majorité des vestiges d’une manière aléatoire, tous les grands segments squelettiques (le crâne est absent) étant touchés par cette représentation partielle. L’origine de ces perturbations est probablement ancienne en raison de la faible fragmentation, cependant sans qu’il ne soit possible de la rattacher à des gestes funéraires, regroupements ou bien prélèvements de certains os. Nous ne pouvons privilégier aucune origine, animale ou humaine, ni aucune chronologie, ancienne, contemporaine de la fréquentation de la grotte. Il serait plus raisonnable de considérer que la dispersion observée résulte de tous ces facteurs.

249Enfin, on peut s’étonner que dans ce contexte et à cette période, de n’avoir exhumé qu’un seul sujet, le troisième millénaire étant l’apogée du collectivisme (Chambon 2003). On remarque que les foyers contemporains viennent tout autant mettre en doute la fonction funéraire de cette cavité. Nous ne pouvons toutefois pas exclure l’hypothèse d’une sépulture unique, mais un décès qui serait survenu sur place, dans la cavité, est également envisageable. Il ne s’agira alors pas d’un dépôt, encore moins d’une sépulture. Reconnaître une sépulture, c’est identifier un lieu où une volonté a dicté un geste funéraire (Courtaud, Duday 2008). La présence de restes humains ne suffit pas à faire la sépulture. En outre, aucun témoignage d’une quelconque attention envers le défunt, comme le creusement d’une tombe, la présence d’offrandes, n’a été identifié.

Interprétation et synthèse : le Néolithique final de Laà 2 dans son cadre régional

250Les résultats palynologiques obtenus permettent de reconstituer l’évolution du paysage environnant durant les différentes occupations du Néolithique final. Ainsi, dans la phase contemporaine du Néolithique final, pour l’ensemble US 9/10/16, le couvert arboréen relativement important, est essentiellement dû au noisetier qui a joué un rôle de pionnier dans le processus de reconquête forestière. Cet arbuste est accompagné par quelques grands feuillus qui sont les témoins de l’ancienne forêt. On note, également la présence de pollens de taxons hygrophiles favorisés par la présence la source proche du site.

251Les nombreuses spores de fougères caractérisent l’existence de secteurs relativement ouverts mais la diminution de ces espaces observés entre l’US 20 supérieure et l’ensemble US 9/10/16 pourrait être liée à une fermeture relative du milieu forestier ou à une extension des espaces cultivés

252À Laà 2, les données concernant les cichoriées et graminées suggèrent que l’élevage n’était sans doute pas pratiqué de façon intensive dans les environs du site.

253La relativement haute fréquence des céréales (4,5 %) peut être liée à l’existence de cultures présentes dans l’un des deux espaces cultivables situés non loin du site, mais peut aussi correspondre à un apport anthropique de matériaux d’origine céréalière dans le gisement (graines, paille, balles, par exemple).

254Le niveau d’occupation US 18, très lessivé, n’a conservé aucune trace d’aménagement sur la surface étudiée, à moins que, malgré les résultats distincts des deux datations, le foyer 2 (ST1) lui soit associé. L’US 18 n’a livré qu’un seul vestige osseux déterminé, une dent de suidé.

255Pour le foyer F2, si nous sommes devant une occupation différente, aucun vestige n’était conservé en dehors de l’espace protégé par la structure du foyer. Cette structure de combustion à pierres chauffées, de type four, était particulièrement bien élaborée et bien conservée.

256La faune issue de ce foyer est très différente de celles analysées jusqu’alors, qui avaient plutôt les caractéristiques de « poubelles ». Bos est quasiment la seule espèce (et n’est représentée que par des éléments anatomiques qui suggèrent la présence d’au moins deux ensembles appartenant à un même individu : crâne + mandibules et vertèbres thoraciques + côtes + vertèbres lombaires, ces restes n’étaient pas brûlés. Des traces anthropiques ont été observées sur certaines de ces côtes et de ces vertèbres. A priori, il pourrait s’agir d’un seul individu, jeune. Deux autres espèces étaient représentées par quelques vestiges (Capra/ovis et Sus).

257L’importance de l’aménagement (creusement de la fosse, choix des pierres, transport de la viande), les restes contenus dans la structure, ne semblent pas correspondre à une occupation fugace. Cependant, le niveau de sol où s’ouvre ce foyer, qu’il soit ou non contemporain de l’US 18, a été entièrement lessivé. Il est donc difficile d’avancer dans la caractérisation de cette occupation.

258L’implantation du foyer à cet emplacement pourrait être opportuniste, la présence d’un fort courant d’air étant apprécié pour le fonctionnement de ce four, alors que le secteur occupé pourrait se trouver en dehors de la fouille, devant la cavité par exemple, voire dans la salle 1, dans un secteur (ou un niveau) que nous n’avons pas étudié.

259Par la suite, entre -2855 et -2290 cal. BC, la salle 5 de la grotte de Laà 2 abrite des occupations de courtes durées et on note la présence d’un défunt.

260Le sol de l’occupation 7 associé au foyer F3, daté entre -2855 et -2460 cal. BC (Erl-12985 : 4040 ± 51 BP ; tabl. 2), n’a été conservé que sur la moitié est de la salle, la partie ouest étant remobilisée lors de la seconde phase d’occupation associée au foyer F1. Le profil de la cavité qui ne permet de circuler que du côté ouest explique cette conservation différenciée des niveaux. Les remontages du mobilier céramique ont permis de comprendre ce déroulement. Plusieurs vases ont ainsi pu être attribués au sol US 16, alors que les autres, mis au jour exclusivement dans l’US 10 peuvent, en fait, avoir été remobilisés ou appartenir aux occupants contemporains du foyer F1. On rappellera que l’occupation associée au foyer F4 (US 16) n’a pas livré de restes déterminés.

261Nous avons attribué l’élévation du muret de fermeture du passage entre les salles 4 et 5 (ST2-US 13) à cette occupation mais quelle était l’intention des bâtisseurs ?

262La mise en place d’une telle structure s’accorde-t-elle avec des occupations fugaces de type campement de courte durée ? On peut, aujourd’hui, en douter à partir de nos modes de pensée. Un muret fermant une petite salle destinée à recevoir une sépulture nous renverrait à des exemples connus et soutiendrait l’hypothèse d’un dépôt funéraire. Cependant, nous sommes ici devant une salle largement ouverte sur l’extérieur, au sud-est, et nous n’avons pas trouvé trace d’une fermeture de ce côté. Il est difficile de formuler une hypothèse qui réponde à l’ensemble des interrogations.

263L’occupation 8 (foyer F1), datée entre -2570 et -2290 cal. BC. (Erl-11426 : 3935 ± 44 BP ; tabl. 2), recouvrait la totalité du fond de la salle et, dans les bandes B et C, avait remobilisé les témoins de l’occupation sous-jacente (US 16). Le mobilier céramique et osseux était surtout réparti au nord du foyer, vers le fond de la cavité.

264Concernant la faune, des traces anthropiques ont été observées : deux stries de découpe sur des restes de capriné domestique (Capra ou Ovis) et deux os brûlés. D’autre part, une canine inférieure d’ours est percée et une partie proximale d’une ulna de Capra ou d’Ovis, semble avoir été utilisée. Enfin des traces de carnivores ont été relevées sur deux ossements de capriné domestique.

265La faune des US néolithiques de Laà 2 est aussi (comme l’étaient les US mésolithiques) majoritairement d’origine anthropique, mêlant faune sauvage et domestique.

266Enfin, la chronologie de ces occupations vient compléter les données disponibles au niveau régional (fig. 55).

Fig. 55 – Graphiques des dates radiométriques des principaux sites du Néolithique final évoqués dans le texte.

267[Image non convertie]

En rose les dates obtenues dans la salle 5 de Laà 2. Calibration effectuée avec OxCal 4.4.4.

D’après Bronk Ramsey 2020, courbe IntCal20 ; DAO P. Courtaud.

Les restes humains

268La présence des vestiges dispersés d’un défunt, sur les différents niveaux du Néolithique final, peut s’expliquer par l’existence ou non d’une sépulture individuelle, ceci en raison de l’absence de la reconnaissance d’une volonté funéraire. Dans les deux cas (sujet décédé sur place ou sépulture), les restes du corps auraient été bouleversés par les occupations successives.

269Une datation radiométrique réalisée sur un fragment de vertèbre thoracique situe le décès entre -2900 et -2630 cal. BC. Cette plage chronologique s’approche de celles du foyer F3 de l’US 16 qui correspond également au niveau archéologique le plus ancien où des vestiges humains ont été mis au jour. Cependant, bien que la majorité des restes ait été recueillie dans les US 9 et 10, il nous faut rappeler, ici, qu’un fragment de coxal a été trouvé, à plat, contre la paroi nord-est, à une altitude de -1,13 m, plus proche de l’US 18 que des US 9/10 et 16. Ce vestige est issu de l’ensemble calcité dit US 23, ce qui n’a pas permis de le rattacher véritablement à l’un des niveaux archéologiques.

270Que la présence de ce défunt soit à rapprocher du foyer F3 (US 16) ou corresponde à une phase indépendante, la répartition des ossements suggère une perturbation essentiellement due à l’occupation correspondant au foyer F1.

La culture matérielle du Néolithique final des occupations 7 et 8

Le matériel lithique

271La fouille des niveaux du Néolithique final de la salle 5 a livré neuf éléments lithiques. Plus précisément, tous ces éléments proviennent des niveaux datés de la deuxième moitié du Néolithique final 1 et Néolithique final 2, comprenant notamment deux foyers (F1 et F3) et les restes d’un individu (nous n’avons aucun reste lithique dans les US attribuées au début du Néolithique final 1. Le tamisage à l’eau et le tri des refus de tamis font que la faiblesse de la documentation ne repose pas sur une méthodologie insuffisante.

272Ce matériel paraît dans certains cas avoir été remobilisé par des passages répétés notamment dans ce qui se présente comme un axe de circulation au niveau de la bande B/C du carroyage (fig. 30). Compte tenu de ces considérations et du faible nombre de pièces, nous aborderons la série comme un ensemble.

273Les neuf éléments lithiques se composent de huit pièces en silex et d’un artefact en roche tenace. Pour cette dernière, il s’agit d’une roche légèrement carbonatée noire, probablement issue du Flysch crétacé. La pièce présente en outre un néo-cortex fluviatile témoignant d’un prélèvement en position secondaire.

274Les silex témoignent d’un approvisionnement varié. Deux pièces évoquent les faciès de Chalosse, quand deux autres pièces se tournent vers les silex du Flysch de type Bidache (fig. 56). Notons que trois éléments pourraient être à rattacher à des formations de type Artxilondo (Normand 2003, Pétillon et al. 2017). Cependant, nous devons être prudents dans nos attributions, un important travail étant en cours dans notre région, quant à la caractérisation et la localisation des gîtes de matières premières (Minet et al. 2021). Un des points en question est notamment la présence des Lepidorbitoides, caractéristiques des silex de Chalosse mais que l’on retrouve aussi par exemple dans les silex des calcaires campano-maastrichtiens autour de la Cluse de Boussens dans le Gers et dont la présence dans d’autres gîtes peut être questionnée (Minet 2016 ; ibid.). En outre, d’autres possibilités d’approvisionnement sont encore mal caractérisées et notamment au nord de Laà 2 dans les secteurs d’Oloron-Sainte-Marie ou de Meillon par exemple (Dumontier et al. 2008).

Fig. 56 – Carte des gîtes de silex des Pyrénées occidentales.

275[Image non convertie]

D’après T. Minet, 2021.

276Du point de vue technologique, la série comprend une lamelle, quatre éclats bruts et quatre déchets de débitage (débris/esquilles). Nous n’avons donc ni nucléus, ni produits caractéristiques, ni même d’outils au sens propre. Cependant, les éclats ont tout à fait pu être utilisés bruts, la lecture tracéologique macroscopique étant rendue difficile par des phénomènes de conservation post-dépositionnels (présence de calcite, esquillements récents).

277La lamelle témoigne de l’utilisation de la percussion tendre (fig. 57, n° 2) et l’un des éclats d’une possible percussion sur enclume (fig. 57, n° 4). Pour le reste l’ensemble des pièces témoigne de l’usage de la percussion dure, voir pour certaines d’une possible percussion à la pierre tendre.

Fig. 57 – Mobilier lithique des niveaux du Néolithique final.

278[Image non convertie]

1, 3 et 4. Éclats ; 2. Fragment de lamelle.

DAO P. Marticoréna.

279Si le faible nombre de pièce doit rendre prudent, cet ensemble apparaît assez « classique » dans le Néolithique final régional (Marticorena 2012, 2014). Ici plus particulièrement, la faible quantité et le type d’éléments produits, ainsi que la variété des matières premières pour certaine de qualité moyenne avec même l’utilisation de roches tenaces, semblent compatibles avec des occupations courtes à caractère plutôt domestique au sens large.

Industrie osseuse et parure

280L’industrie osseuse n’est représentée que par un document non diagnostique, une partie proximale d’une ulna de Capra ou d’Ovis utilisée (fig. 51).

281La parure est documentée par une perle discoïde en calcite et une canine d’ours percée provenant de l’US 10. Ces deux documents pourraient aussi bien être associés à l’occupation 8 qu’avoir pour origine l’occupation 7 remaniée ici.

282L’unique perle discoïde en calcite semble bien seule alors que généralement elle participe à des parures constituées de plusieurs dizaines (voire centaines) d’exemplaires. La répartition géographique et chronologique de ces perles discoïdes est trop large pour une attribution culturelle fine.

283La dent d’ours percée (fig. 52) se rencontre beaucoup plus rarement. Parmi les dents perforées mises au jour en Aquitaine (où dominent les dents de canidé), une dent d’ours provient du site de Saint Martin la Rivière, attribué à la culture d’Artenac (Roussot-Larroque 1984). Plus au nord, une canine d’ours percée provient des niveaux artenaciens de Diconche à Saintes (Burnez, Fouéré 1999).

284À proximité de Laà 2, la petite grotte sépulcrale du Turon de Garli a livré une pendeloque réalisée sur une lame obtenue sur une dent de sanglier. Pour cette sépulture qui contenait quatre individus, deux datations radiométriques ont été réalisées et ont fourni l’une une date appartenant au Néolithique moyen, l’autre au Néolithique final. Il n’a pas été possible d’associer la dent percée à l’un des individus déposés (Laplace 1984, Ebrard 2013, Courtaud et al. 2018)

285Dans les Pyrénées centrales, pour N. Rouquerol il est possible que les canines d’ours percées soient de préférence présentes dans les gisements chalcolithiques fouillés anciennement. Elle évoque la grotte chalcolithique de Gahuzère à Montmaurin et les grottes de Gouërris à Lespugue et du Tuteil à Montségur (Rouquerol 2004).

286Plus éloignées mais avec des données plus complètes, la présence de dents percées, dont des canines d’ours, est plus importante au début du Néolithique final à Clairvaux (vers -3100 av. n.è.) mais elles sont toujours présentes à Chalain autour de -2600 av. n.è. (Marechal et al. 1998).

Analyse en lames minces de neuf vases de la salle 5 de la grotte de Laà 2

287Les analyses présentées ci-dessous concernent les céramiques mises au jour dans les niveaux supérieurs du Néolithique final de Laà 2 (US 9/10, 16/13)

288Les neuf vases recueillis au cours de la fouille ont été soumis à une analyse en lame mince selon deux volets : déterminer l’origine des terres exploitées pour la confection des vases et vérifier l’éventuelle présence d’inclusions ajoutées au cours de la préparation des pâtes. Les résultats détaillés de cette étude sont présentés en annexe 1 et dans le tableau 10.

Tabl. 10 – Principaux éléments renfermés dans la pâte des céramiques analysées de la grotte de Laa 3.

Tabl. 10 – Principaux éléments renfermés dans la pâte des céramiques analysées de la grotte de Laa 3.

qz : quartz ; FK : feldspath potassique ; plagio : plagioclase ; amphib : amphibole ; épid/zoïs : épidote/zoïsite ; frag roches plut : fragments de roches plutoniques ; frag roche volc : fragment de roche volcanique ; spar : sparite ; biocl : bioclaste ; silex/calcéd : silex/calcédoine ; spic calcéd : spicule calcédonieux ; org silic : organisme silicifié ; cham : chamotte ; te : trace, + : rare à peu abondant ; ++ : moyennement abondant ; +++ : abondant.

289Les résultats du premier volet montrent que le cortège de base (quartz, feldspath potassique, plagioclase et mica noir) des inclusions naturellement présentes est partagé par toutes les terres exploitées. Il est issu d’un pluton granitique qui est présent dans la vallée d’Ossau en amont d’Arudy. La totalité ou la très grande majorité des inclusions présentes dans les terres sont donc issues de ce pluton. À ces éléments peuvent s’ajouter des particules d’origine sédimentaire et volcanique, issues de roches existant également dans la vallée d’Ossau. Les prélèvements en terres ont été effectués en divers lieux au sein des moraines présentes au pied de la cavité, au niveau d’Arudy.

290La production analysée de Laà 2 se caractérise par une grande diversité des zones de récolte des terres. Toutefois, la pâte des vases 5 et 6 est similaire et indique un unique lieu de prélèvement. Ceci implique peut-être une contemporanéité de fabrication de ces deux récipients.

291Le second volet, c’est-à-dire l’étude des inclusions ajoutées, indique que ces dernières sont représentées uniquement par la chamotte qui a été introduite dans les pâtes de quatre vases.

292Les occupants de la grotte de Laà 2 ont fabriqué leurs céramiques avec des argiles d’origine morainique présentes à quelques centaines de mètres au sud et à l’est de la cavité. Il est difficile de savoir si les vases ont été fabriqués sur le site même ou s’ils ont fait l’objet d’un transport depuis un ou des lieux localisés dans la vallée. L’hétérogénéité des pâtes semble indiquer des traitements distincts réalisés au moment de la préparation des terres. Certains vases ont été chamottés (V1, V5, V6 et V8) tandis que les autres ne le sont pas. Les récipients chamottés correspondent à la fois à des productions fines (V1 et V8) et grossières (V5 et V6).

293Que peut signifier cette différence de traitement ? Elle peut être d’au moins trois types :

  • D’ordre chronologique. À la fouille, ont été individualisés des sous-niveaux indiquant une partition (Dumontier et al. 2009). Un niveau supérieur (US 9/10) regroupe des éléments du vase 5 et d’autres des vases 3, 4, 6 et 10. Le niveau sous-jacent (US 16) contient les vases 1, 7, 8 et 9. De plus, les datations radiométriques indiquent des occupations échelonnées entre -2900 et -2300 av. n.è. avec deux périodes privilégiées : 29/25e siècle et 26/23e siècle. La répartition stratigraphique des vases chamottés ne correspond pas à ce que nous pouvions attendre au regard des analyses que nous avions réalisées sur le site de Las Areilles à Uzein, puisque l’US 16 contient à la fois des vases chamottés (V1 et V8) et non chamottés (V7 et V9), ce qui infirmerait la précédente proposition (Elizagoyen et al. 2012) situant l’apparition de la chamotte autour de 2600 av. n.è. Toutefois, les niveaux de la grotte ayant été bouleversés (zone de passage, foyer F1), il est difficile d’éliminer l’hypothèse chronologique.
  • D’ordre culturel. Les séjours dans la cavité ont pu être faits par des groupes humains distincts qui ont des pratiques différentes. Cette hypothèse se heurte au fait que les sites, et par là les productions matérielles, restent trop peu connus pour cette période de la fin du Néolithique.
  • D’ordre technologique ou fonctionnel. Les potiers réalisent des céramiques à la fois chamottées et non chamottées pour des raisons qui restent inconnues, mais qui peuvent être d’ordre technologique ou fonctionnel (meilleure résistance à la cuisson pour des pots chamottés) par exemple.

294L’interprétation de cette petite production céramique reste donc ouverte et ses liens entre les autres corpus analysés de la fin du Néolithique sont difficiles à établir. Toutefois, si l’hypothèse d’ordre chronologique était avérée, cela impliquerait que la production chamottée soit la plus ancienne et qu’elle soit suivie par des vases non chamottés. Ce résultat serait donc capital pour la discussion de l’origine chronologique de la chamotte dans les séries céramiques de l’Aquitaine du Sud.

La céramique : influences, relations et échanges

  • 16 La numérotation d’origine a été conservée, pour supprimer tout risque de confusion entre l’étude a (...)

295Le mobilier céramique est composé de 268 tessons majoritairement très fragmentés, pour un poids de 2 456 g. Sur ce nombre, 78 petits fragments n’ont pas pu être rapprochés des neuf individus16 que nous avons pu dégager et restituer au moins partiellement. Ces vases ont été montés au colombin.

296Nous sommes en présence de deux petits lots de céramiques comprenant des morphologies adaptées (gobelets, petite jatte et pots) aux besoins spécifiques des petits groupes qui ont fréquenté Laà 2 pendant de courts séjours. On remarquera l’absence de grands vases de conservation.

297Sur le sol de l’occupation 7, le mobilier céramique reconstitué (fig. 43) comporte des gobelets, une écuelle carénée ainsi qu’un fond rond et un pot subcylindrique. Le gobelet V1, de forme subsphérique à fond plat et à lèvres amincies, présente un bouton sous le rebord. Cette forme est très proche de gobelets mis au jour dans le niveau 5 de la grotte du Phare à Biarritz daté entre les 25e et 24e siècles av. n.è. (Marembert et al. 2000, Dumontier, 2019) et dans le niveau sépulcral de la grotte d’Isturitz daté entre les 29e et 23e siècles av. n.è. (Dumontier et al. 2015). Le gobelet V8, de forme cylindrique avec un fond rond ou aplati et un rebord arrondi, s’apparente à des morphologies d’affinité vérazienne, comme celles mises au jour dans une fosse de la Zac du Parc de l’Adour à Souès, dans les Hautes-Pyrénées (Pons et al. 2013), mais aussi avec la céramique de Loupiac dans le Lot (Prodéo 2003), dans un niveau daté entre le 25e et le 23e siècles av. n.è. La jatte à carène haute et fond probablement rond est nouvelle pour le sud-aquitaine dans un environnement néolithique final. En élargissant la recherche nous retrouvons des éléments de comparaison dans le Vérazien d’Ouveillan (Guilaine et al. 1980) ou de Mailhac dans l’Aude (Montécinos 2005) par exemple. Pour les autres morphologies, la présence d’un fond arrondi (V7) renvoie encore au niveau 5 de la grotte du Phare où un fond rond est associé à plusieurs vases à fonds plats.

298Sur les cinq vases associés à l’occupation 8, présents exclusivement dans les US9/10 (fig. 50), le pot de forme cylindrique à paroi fine et rebord aminci (V3), et le grand pot cylindrique à parois légèrement convergentes et à bord aminci (V5) sont en fait très proches de la morphologie du gobelet V8. On observe donc une continuité entre ces deux niveaux.

299La description individuelle de ce mobilier figure en annexe 2.

300Pour conclure sur ce mobilier et en retenant la documentation issue d’autres sites des Pyrénées nord-occidentales, les morphologies étudiées à ce jour appartiennent souvent à des formes ubiquistes, présentes dans de nombreux groupes culturels au Néolithique final. Nous n’avons pas distingué de caractéristiques spécifiques à cette région du Sud Adour. Pendant la première moitié du IIIe millénaire av. n.è., le mobilier céramique semble être le résultat d’influences multiples, l’Artenac centré sur le nord de l’Aquitaine et le Centre-ouest, la céramique de Loupiac, dans le Lot et le Veraza, notamment toulousain. Bien que certaines céramiques évoquent une influence avec l’Artenac, les formes caractéristiques de cette culture sont absentes dans les Pyrénées nord-occidentales. Par contre, des doubles languettes placées sous le rebord de grands jarres à Las Areilles à Uzein, Pyrénées-Atlantiques et à Cazères sur l’Adour, Landes, par exemple (Elysagoyen et al. 2012, Dumontier et al. 2018) ou encore l’un des vases du fossé extérieur du tumulus de Cabout 5 à Pau, Pyrénées-Atlantiques (Marembert et al. 2008), et le vase caréné (V9) de Laà 2, démontrent l’existence d’un courant d’échanges ou d’influence est-ouest au sud de la Garonne, avec le Veraza.

301Une relative partition pourrait exister entre les sites de la façade atlantique, (grotte du Phare à Biarritz, Marembert et al. 2000) où les influences de l’Artenac semblent plus présentes, alors que les sites du piémont et des vallées béarnaises ont plus de points communs avec les mobiliers de la culture Véraza, telle qu’elle existe dans la région toulousaine. À l’inverse et dans l’état actuel de la recherche, nous n’avons pas trouvé de rapprochement apparent avec le mobilier céramique du versant sud des Pyrénées en Aragon et en Navarre.

L’âge du Fer – L’occupation 9

302Nous ne ferons qu’évoquer l’âge du Fer qui a livré quelques documents céramiques et fauniques dans l’US 4. Sous plusieurs US stériles (US 1 à 3) cette couche limoneuse gris brun, contenait des pierres décimétriques ainsi que quelques tessons de poterie et ossements en position subhorizontale, sur la totalité des bandes D et E. Les pierres présentes ne montrent aucune organisation apparente. Nous n’avons aucune structure de combustion ni aménagement particulier.

303Du fait même de la hauteur disponible sous voûte (fig. 29), seules les bandes B et C pouvaient être occupées, soit une surface de 5 m² environ et curieusement elles n’ont livré aucun vestige.

304Ce niveau témoigne donc d’une occupation du deuxième âge du Fer que nous n’avons pas pu cerner. Le mobilier était susceptible de provenir de l’extérieur, à partir d’une zone située à proximité de l’entrée, que nous n’avons pas étudiée.

Conclusions

305Les collines calcaires du bassin d’Arudy en vallée d’Ossau regroupent un nombre important de sites archéologiques. Cette grande densité, de beaucoup supérieure à ce qui existe dans les autres vallées des Pyrénées nord-occidentales s’explique en partie par l’importance des recherches engagées depuis la deuxième moitié du xixe siècle, recherches toujours en cours à l’heure actuelle (Dumontier et al. 2016b, Courtaud et al. 2018, Pétillon, Marquebielle 2019). À ce jour, les cavités où des niveaux mésolithiques ont été étudiés sont au nombre de quatre et de 13 pour le Néolithique (fig. 2).

306Pour le Mésolithique, il s’agit d’occupations installées sous les porches de cavités ou sous abri-sous-roche. Une sépulture a été mise au jour dans l’un des niveaux de la grotte du Poeymaü (Laplace 1953).

307Pour le Néolithique, six cavités ont livré des occupations localisées dans les entrées de grottes et sous abris-sous-roche. D’autres cavités (sept), majoritairement de simples boyaux, ont été utilisées depuis le Néolithique moyen pour recevoir une partie des défunts des communautés occupant le bassin d’Arudy.

308Les occupations de la salle 5 de la grotte de Laà 2 s’insèrent donc dans un environnement assez bien documenté mais où, paradoxalement, les informations qui pourraient attester d’une certaine pérennité du peuplement à l’échelle du bassin font défaut, à l’exception, peut-être, des fréquentations mésolithiques du Poeymaü qui semblent s’étendre entre le Xe et le VIe millénaire av. n.è. (Livache et al. 1984).

309Le témoignage que la grotte de Laà 2 apporte sur la vie des sociétés mésolithiques, avec ces campements spécialisés qui semblent de courtes durées, est très proche de celui livré par la grotte d’Apons, dans la vallée d’Aspe (Dumontier et al. 2016a). Les deux sites, qui partagent la même indigence en termes de vestiges comme d’aménagements, illustrent sans doute des moments particuliers dans le cycle annuel de mobilité, avec des expéditions logistiques concernant probablement un nombre très réduit d’individus.

310Pour le Mésolithique régional du Bassin d’Arudy, dans la mesure où les seuls gisements sont des gisements en abri naturel, les données disponibles concernant l’habitat sont nécessairement partielles et incomplètes : on peut penser en effet que des habitats de plein air ont existé et qu’ils auraient livré, s’ils avaient été explorés, des informations différentes de celles acquises dans les cavités, au statut peut-être plus spécialisé. Malgré ces réserves, un certain nombre d’éléments intéressants peuvent être relevés. Les aménagements se limitent à peu de choses, situation en fait classique pour nombre d’habitats en grotte : de fait, sur tous les sites ont été signalés des foyers à plat ou en creux et, dans ce dernier cas, parfois à remplissage de pierres. Ces structures de combustion, intactes ou démantelées, sont associées à des épandages de cendres résultant de la vidange des foyers, l’ensemble formant des sortes de lentilles de plus ou moins grandes superficies. Ce dispositif, très fréquent en contexte mésolithique, peut traduire, lorsqu’une seule structure est identifiée par niveaux d’occupation (ce qui est le cas à Laà 2 comme à Apons), une fréquentation de courte durée et de faible intensité. Les données de la faune du Bignalats pourraient conforter cette interprétation : la détermination de l’âge au décès d’une dizaine de cerfs et de chevreuils a permis en effet de montrer non seulement que le site n’était pas fréquenté toute l’année, mais aussi d’en préciser la période d’occupation, à savoir la bonne saison, entre mai et novembre (Altuna, Marsan 1986). Sur ce dernier site cependant, les données (notamment stratigraphiques) précises manquent pour que l’on puisse avoir une idée réelle des rythmes de fréquentation durant la bonne saison, et le site pourrait aussi bien documenter des fréquentations ponctuelles étalées tout au long de cette période qu’une occupation plus ou moins permanente.

311À Laà 2, la collecte et la cueillette sont documentées par un nombre important de coquilles d’escargots (Cepaea nemoralis) autour du foyer F3, et des coques de noisettes brûlées dans ce même foyer.

312Sans prendre en compte le niveau US 20b/US 30 trop peu documenté, le cerf est l’animal dominant dans toutes les US. Viennent ensuite, et selon les US, le chevreuil, l’isard, un suidé, l’aurochs et le bouquetin. La chasse nous renseigne également sur les différents biotopes fréquentés : zones d’altitude avec le bouquetin et l’isard, zones boisées avec le sanglier et le chevreuil, peut-être plus ouverte pour le cerf et l’aurochs. Laà 2 présente donc aussi de nombreux points communs avec le site du Bignalats, ce qui l’inscrit bien dans les économies mésolithiques, mais avec une durée d’occupation de faible importance. L’absence de faune carnivore chassée à Laà 2 (à l’inverse du Bignalats) pourrait démontrer que nous sommes sur des campements de très courte durée, les vestiges conservés étant exclusivement tournés vers la nourriture.

313Les séquences du Néolithique final de Laà 2 viennent également apporter de nouvelles données et perspectives aussi bien sur le statut de certaines occupations que sur la culture matérielle de cette période, dans un secteur jusqu’alors mieux connu par ses nombreuses grottes sépulcrales (Courtaud et al. 2018, Dumontier 2019).

314Ces occupations s’inscrivent dans un paysage mettant en lumière une évolution du couvert végétal directement liée à l’activité humaine. La phase la plus ancienne des analyses polliniques montre l’existence de défrichements antérieurs à l’occupation du Néolithique final et, étonnamment, une reprise du couvert forestier au cours de ces occupations comme s’il y avait eu un certain abandon de l’exploitation de la forêt. Cette éventuelle « déprise agricole » est évidemment très relative car la notation de pollens de céréales constatée implique l’établissement de champs céréaliers.

315Après l’occupation 5 avec son sol lessivé pour laquelle il est probable que le centre de l’occupation ait été localisé plus près du porche, voire devant celui-ci, l’occupation 6 est matérialisée par le foyer F2, à moins que celui-ci soit contemporain de l’occupation 5. L’hypothèse d’une installation de ce foyer devant le passage vers la salle 4 pour bénéficier d’une forte ventilation, pourrait expliquer l’absence de mobilier associé si le centre de l’occupation se trouvait plus près du porche, en dehors de la surface fouillée, ou dans la grande salle 1 à un emplacement que nous n’avons pas étudié.

316Les occupations 7 et 8 se caractérisent chacune par l’association d’un sol d’occupation et d’un foyer. Dans les deux cas il s’agit d’occupations de courtes durées : l’occupation 7 présente un sol peu épais avec un mobilier réparti sur une seule épaisseur, pour l’occupation 8, la stratigraphie interne du foyer F1 (fond de cuvette rubéfié, remplissage charbonneux, couverture du sommet par une seule couche de cendres blanches) évoque une utilisation unique. Ces faits associés à une faible surface au sol disponible, à un mobilier céramique modeste en nombre et à un mobilier lithique indigent qui ne montre aucune taille sur place, plaident pour des séjours de courtes durées par un ou quelques individus.

317Cependant, le muret de fermeture du passage entre les salles 4 et 5, par le travail qu’il représente, semble s’opposer à ce constat, au moins pour l’occupation 7 à laquelle il semble associé. Bien que nous ne soyons pas devant la structure de condamnation d’un espace sépulcral (puisque cet espace était par ailleurs ouvert sur l’extérieur (à moins qu’il y ait eu fermeture sans qu’il ne subsiste de trace de celle-ci), les néolithiques auraient-ils condamné ce passage pour interdire une communication entre des occupants des salles 1 à 4 et un adulte (une femme ?) probablement (blessé/malade) installé dans la salle 5, sans que l’ouverture sur l’extérieur constitue un problème ?

318L’apport du mobilier, notamment céramique, malgré son nombre réduit, a permis de compléter la documentation existante dans les Pyrènes nord-occidentales et de souligner la présence de certaines morphologies dans plusieurs sites de la région (grottes du Phare à Biarritz, d’Isturitz à Saint-Martin d’Arbérou, structure fossoyée de Soues et campements de Las Arreilles à Uzein), pour des phases centrées sur les 29e/25e siècles (défunt et le foyer F3) et les 26e/24e siècle av. n.è. (foyer F1).

319Si, à ce jour, on ne distingue pas de faciès original dans les productions céramiques du Néolithique final de cette région, des influences avec des cultures plus éloignées, l’Artenac en Centre-Ouest et au nord de l’Aquitaine, la céramique de Loupiac dans le Lot, mais surtout avec le Véraza, sont bien représentées.

320Enfin, une occupation de la fin du deuxième âge du Fer difficile à cerner marque la dernière trace d’occupation humaine de la petite salle de Laà 3. Sa documentation sera publiée avec celle provenant des différents niveaux de l’âge du Fer et de l’Antiquité étudiés dans les salles 1 à 3 de Laà 2.

Nous remercions le service archéologique d’Aquitaine, plus particulièrement Dany Barraud (Conservateur régional à l’époque), Nathalie Fourment, Conservatrice régionale de l’Archéologie de la Nouvelle Aquitaine et Olivier Ferullo, pour leurs soutiens constants dans ce travail.

Les fouilles et les travaux d’analyses ont été financés essentiellement par la direction régionale des Affaires culturelles (2006/2010) et partiellement par le Conseil Général des Pyrénées Atlantiques (2006/2008).

Les fouilleurs bénévoles qui ont travaillé avec nous dans la salle 5 de Laà 2 sont : notre regretté ami Daniel Ortéga avec qui nous avons collaboré pendant plus de 30 ans, Coralie Coutaud, Joseph Durand, Pablo Marticorena, René Maza, Mathilde Miquéou et Sylvie Pasquier.

Nous remercions également Claude Blanc, Mélanie Le Couédic et Benoit Pace pour leur aide, Jean-Marc Pétillon, Xavier Muth et François Lacrampe-Cuyaubère pour nous avoir autorisés à utiliser la carte (fig. 2) développée dans le cadre du PCR Préhistoire ancienne de la vallée d’Ossau (PAVO), ainsi que la rédaction de Gallia Préhistoire et les rapporteurs pour leurs commentaires, qui ont permis d’améliorer cet article.

Haut de page

Bibliographie

Altuna J., Marsan G. 1986 – Le gisement préhistorique de la grotte du Bignalats à Arudy (P.A.), Archéologie des Pyrénées Occidentales, 6, p. 53-73.

Barandiarán Maestu I. 1995-1996 – Las cuevas de Berroberría y Alkerdi (Urdax) : Informe al final de la campaña de 1994, Trabajos de arqueología Navarra, 12, p. 263-269.

Barandiarán Maestu I., Cava A. 2001 – Cazadores-recolectores en el Pirineo navarro : el sitio de Aizpea, entre 8.000 y 6.000 años antes de ahora, vol. 10, Vitoria-Gasteiz, Universidad del País Vasco, Euskal Herriko Unibertsitatea ed.

Barbaza M., Guilaine J., Vaquer J. 1984 – Fondements chronoculturels du Mésolithique en Languedoc occidental, L’Anthropologie, 88 (3), p. 345-365.

Barge-Mahieu H. 1991 – Fiche dents diverses, in Barge-Mahieu H., Bellier C., Camps-Fabrer H., Cattelain L., Mons N., Provenzano N., Taborin Y., avec la coll. de Bidart P., Bott S., Choï S.-Y., Fiches typologiques de l’industrie osseuse préhistorique. Cahier IV. Objet de parure, Aix-en-Provence, Publication de l’Université de Provence, p. 65-74.

Barragué J., Barragué E., Jarry M., Foucher P., Simonnet R. 2001 – Le silex du Flysch de Montgaillard et son exploitation sur les ateliers du Paléolithique supérieur à Hibarette (Hautes-Pyrénées), Paléo, 13, p. 29-51.

Bastin B. 1964 – Recherches sur les relations entre la végétation actuelle et le spectre pollinique récent dans la forêt de Soignes (Belgique), Agricultura, XII (2° série, 2), p. 341-373.

Bégeot C. 1998 – Le comportement pollinique du Noisetier (Corylus avellana), son rôle comme indicateur d’impacts anthropique ? L’exemple d’un transect dans le sud du Jura, Acta botanica Gallica, 145 (4), p. 271-277.

Besson J.P., Delmasure M.C., Vogrig S. 1994 – Toute la lumière sur 40 ans d’obscurité, Quarantenaire de la SSPPO, 1952-1992, Pau, SSPPO, 280 p.

Blanc C. 1989 – Grotte Laplace (Arudy, Pyrénées-Atlantiques). Premiers résultats du sondage, Archéologie des Pyrénées Occidentales, 9, p. 103-106.

Boulestin B. 1999 – Approche taphonomique des restes humains. Le Cas des Mésolithiques de la Grotte des Perrats et le Problème du Cannibalisme en Préhistoire Récente Européenne, Oxford, BAR Publishing (International Series 776).

Boulestin B., Henry-Gambier D., Mallye J., Michel P. 2013 – Modifications anthropiques sur des restes humains mésolithiques et néolithiques de la grotte d’Unikoté, Bulletin de la Société Préhistorique Française, 110 (2), p. 281-297.

Bräuer G. 1988 – Osteometrie in anthropologie, in Knussmann R. (éd.), Anthropologie, Stuggart, Gustav Fisher Verlag, p. 160-231.

Briois F., Vaquer J. 2009 – L’abri de Buholoup. De l’Épipaléolithique au Néolithique ancien dans le piedmont central des Pyrénées, in De Méditerranée et d’ailleurs, Mélanges offerts à Jean Guilaine, Toulouse, Archives d’Écologie Préhistorique, p. 141-158.

Bruzek J. 2002 – À method for visual determination of sex, using the human hip bone, American Journal of Physical Anthropology, 117 (2), p. 157-168.

Bui Thi Mai, Girard M. 1988 – Apports actuels et anciens de pollen dans la grotte de Foissac, (Aveyron, France), Bulletin de l’Institut français Pondichéry, Travaux Sciences et techniques, 25 (2), p. 43-53.

Burnez C., Fouéré P. 1999 – Les enceintes néolithiques de Diconche à Saintes (Charente-Maritime). Une périodisation de l’Artenac, Chauvigny, Société Préhistorique Française et Association des Publications Chauvinoises (Mémoire 15), 2 vol., 1229 p.

Cassen S. 1993a – Le Néolithique le plus ancien de la façade atlantique de la France, Munibe, 45, p. 119-129.

Cassen S. 1993b – Le Néolithique récent sur la façade atlantique de la France. La différenciation stylistique des groupes céramiques, Zephyrus, 44-45 (1991-1992), p. 176-182.

Cava A. 2001 – La industria lítica, in Barandiarán I., Cava A., Cazadores-recolectores en el Pirineo navarro : el sitio de Aizpea, entre 8.000 y 6.000 años antes de ahora, Vitoria-Gasteiz, Universidad del País Vasco/Euskal Herriko Unibertsitatea ed. (Serie Maior 10), p. 63-147.

Chambon P. 2003 – Les morts dans les sépultures collectives néolithiques en France : du cadavre aux restes ultimes, Paris, CNRS éditions (Supplément Gallia Préhistoire 35).

Chauchat C. 2006 – La grotte d’Azkonzilo à Irissarry (Pyrénées-Atlantiques), in Chauchat C. (éd.), Préhistoire du Bassin de l’Adour, Éditions Izpegi de Navarre, p. 101-130.

Courtaud P., Duday H. 2008 – Qu’est-ce qu’une sépulture ? Comment la reconnaître, Première humanité : gestes funéraires néandertaliens, Paris, Réunion des Musées nationaux, p. 16-24.

Courtaud P, Dumontier P., Armand D., Convertini F., Ferrier C., Linard D., Lopez Onaindia D. 2018 – L’occupation funéraire du bassin d’Arudy (Pyrénées-Atlantiques) au Néolithique moyen et final, in Marticorena P., Ard V., Hasler A., Cauliez J., Gilabert C., Sénépart I. (dir), Entre deux mers. Actes des 12e Rencontres Méridionales de Préhistoire Récente, Bayonne du 27 septembre au 1er octobre 2016, Toulouse, Archives d’Écologie Préhistorique, p. 77-87.

Dachary M., Merlet J., Miqueou M., Mallye J., Le Gall O., Eastham A. 2013 – Les occupations mésolithiques de Bourrouilla à Arancou (Pyrénées-Atlantiques, France), Paléo, 24, p. 79-102.

Damblon F. 1978 – Études paléo-écologiques de tourbières en Haute-Ardenne, Ministère de l’Agriculture, Administration des Eaux et Forêts, Service de la Conservation de la Nature, travaux n° 10, 145 p.

Duday H. 2009 – The archaeology of the dead: lectures in archaeothanatology, vol. III, Oxford, Oxbow books.

Dumontier P. 2019 – Le Néolithique dans les Pyrénées nord-occidentales : circulation et complémentarité entre le piémont et la moyenne montagne, in Actes du 142e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Pau du 24 au 28 avril 2017, Paris, Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, p. 1-32.

Dumontier P., Bui Thi Maï et Heinz C. 1997 – Le dolmen sous tumulus n° 2 de Peyrecor et son paléoenvironnement à Escout (Pyrénées-Atlantiques), Bulletin de la Société préhistorique française, 94 (4), p. 527-550.

Dumontier P., Courtaud P., Ferrier C., Armand D., Réchin F., Normand C., Pétillon J.-M., Ortéga D., Douat M., Lauga M. 2006 – Grotte de Laa 2. Commune d’Arudy (Pyrénées Atlantiques), Rapport de fouilles programmées, SRA d’Aquitaine, inédit, 65 p.

Dumontier P., Bui Thi Maï, Convertini F., Courtaud P., Dardey G., Ferrier C., Gratuze B., Réchin F., Ortéga D. 2008 – La structure mégalithique de Darre la Peyre, commune de Précilhon (Pyrénées-Atlantiques), Archéologie des Pyrénées Occidentales et des Landes, 27, p. 43-76.

Dumontier P., Armand D., Bui Thi Maï, Callegarin L., Costamagno S., Courtaud P., Douat M., Ferrier C., Girard M., Langlais M., Marticoréna P., Pétillon J.-M., Mistrot V., Normand C., Réchin F., Vergeot H., Valdeyron N. 2009 – Grotte de Laa 2, commune d’Arudy (Pyrénées-Atlantiques), Rapport de synthèse 2007-2009, SRA d’Aquitaine, inédit, 172 p.

Dumontier P., Armand D., Birouste C., Ferrier C., Langlais M., Laroulandie V., Miqueou M., Mistrot V., Normand C., Pétillon J.-M., Valdeyron N., Vergeot H. 2010 – Grotte de Laa 2, commune d’Arudy (Pyrénées-Atlantiques), Rapport de fouille programmée, SRA d’Aquitaine, inédit, 129 p.

Dumontier P., Courtaud P., Normand C., Armand D., Bedecarrats S., Convertini F., Ferrier C., Parent G., Pétillon J.-M., Queffelec A., Vanhaeren M., Vergeot H. 2015 – Grotte d’Isturitz, commune de Saint-Martin-d’Arberoue (Pyrénées-Atlantiques), Rapport de synthèse des fouilles 2009 et 2015, SRA d’Aquitaine, inédit, 128 p.

Dumontier P., Courtaud P., Ferrier C., Armand D., Bui Thi Maï, Convertini F., Valdeyron N. 2016a – La grotte d’Apons à Sarrance (Pyrénées-Atlantiques). Des derniers chasseurs cueilleurs aux premières sociétés agro-pastorales en vallée d’Aspe (8e au IIe millénaire avant notre ère), Cabrerets, Préhistoire du Sud-Ouest (supplément 14), 138 p.

Dumontier P., Courtaud P., Armand D., Convertini F., Ferrier C. 2016b – Entre montagne et piémont, témoignages agropastoraux du Néolithique à l’âge du Fer, in Rendu C, Calastrenc C., Le Couédic M., Berdoy A. (dir.), Estives d’Ossau, 7000 ans de pastoralisme dans les Pyrénées, Toulouse, Éd. Le Pas d’Oiseau, p. 175-203.

Dumontier P., Convertini F. Defaye S. 2018 – Une trace d’occupation du Néolithique final dans la vallée de l’Adour, sur le tracé de l’A65, à Cazères-sur-l’Adour (Landes), Archéologie des Pyrénées Occidentales et des Landes, 31, p. 99-105.

Ebrard D. 1976 – Aussurucq – Abri Ithelatseta, Gallia Préhistoire, 19 (2), p. 541.

Ebrard D. 1993 – Architecture, stratigraphies et fonctionnements des dolmens I et II d’Ithé (Aussurucq, Pyrénées-Atlantiques), Bordeaux, Société d’Anthropologie du Sud-Ouest (Bulletin de la SASO 28), p. 151-178.

Ebrard D. 2013 – Les grottes sépulcrales de Soule, in Ebrard D. (coordinateur), 50 ans d’archéologie en Soule. Homage à Pierre Boucher (1909-1997), Mauléon-Licharre, Ikerzaleak, p. 155.

Ebrard D., Livache M., Neveol R. 2013 – L’escargotière d’Itelatseta à Aussurucq, Pyrénées-Atlantiques, in Ebrad D. (coordinateur), 50 ans d’archéologie en Soule. Homage à Pierre Boucher (1909-1997), Mauléon-Licharre, Ikerzaleak, p. 101-119.

Elizagoyen V., Dumontier P., Convertini F., Claud E., Fourloubey C., Vigier S. 2012 – Uzein Las Areilles : des occupations humaines sur le piémont des Pyrénées occidentales au Néolithique et à l’âge du Bronz, in Perrin T., Sénépart I., Cauliez J., Thirault E., Bonnardin S. (dir.), Dynamismes et rythmes évolutifs des sociétés de la Préhistoire récente. Actes des 9e Rencontres méridionales de Préhistoire récente, Saint-Georges-de-Didonne (17), 8 et 9 octobre 2010, Toulouse, Archives d’Écologie Préhistorique, p. 393-421.

Foucher, P. 2015 – Flint economy in the Pyrenees: A general view of siliceous raw material sources and their use in the Pyrenean Gravettian, Journal of Lithic Studies, 2 (1), p. 111-129.

Galop D. 2006 – La conquête de la montagne pyrénéenne au Néolithique. Chronologie, rythmes et transformation des paysages à partir des données polliniques, in Guilaine J. (dir.), Populations néolithiques et environnement, Paris, Éditions Errance, p. 279-295.

Galop D. 2016 – Évolutions paléo-environnementales en vallée d’Ossau, du Néolithique à l’Epoque moderne, in Rendu C, Calastrenc C., Le Couédic M., Berdoy A. (dir.), Estives d’Ossau, 7000 ans de pastoralisme dans les Pyrénées, Toulouse, Éd. Le Pas d’Oiseau, p. 161-173.

Gassin B., Marchand G., Claud E., Gueret C., Philiber S. 2013 – Les lames à coche du second Mésolithique : des outils dédiés au travail des plantes ?, Bulletin de la Société préhistorique française, 110 (1), p. 25-46.

Gilabert Ch. 1997 – Le « Four Polynésien ». Problèmes et interprétations d’un type d’aménagement, entre le Mésolithique et l’Age du Fer, Maîtrise d’Histoire, Marseille, Université de Provence, inédit.

Greaves R.D. 1997 – Hunting and multifunctional use of bows and arrows. Ethnoarchaeology of technological organization among Pumé hunters of Venezuela, in Knecht H. (ed.), Projectile technology. Interdisciplinary contributions to archaeology, New York, Plenum Press, p. 287-320.

Guilaine J., Vaquer J. Bouisset P. 1980 – Les stations véraziennes d’Ouveillan (Aude), in Guilaine J. (dir.), Le groupe de Véraza et la fin des temps néolithiques dans le sud de la France et la Catalogne. Colloque de Narbonne, 1977, Paris, CNRS Éditions, p. 22-32.

Guilaine J., Barbaza M., Gasco J., Geddes J., Coularou J., Vaquer J., Brochier J.-E., Briois F., André J., Jalut G., Vernet J.-L. 1993 – Dourgne : Derniers chasseurs-cueilleurs et premiers éleveurs de la haute vallée de l’Aude, Toulouse- Carcassonne, Centre d’anthropologie des sociétés rurales-Archéologie en terre d’Aude, 498 p.

Hayden B. 1976 – Paleolithic reflections: lithic technology of the australian western desert, Atlantic Highlands, Humanities Press.

Laplace G. 1953 – Les couches à escargots des cavernes pyrénéennes et le problème de l’Arisien de Piette, Bulletin de la Société préhistorique française, 50 (4), p. 199-211.

Laplace G. 1984 – Sépultures et rites funéraires préhistoriques en vallée d’Ossau (Ursari), in Hil Harriak, Actes du colloque international sur la stèle discoïdale, Bayonne, 8-10 juillet 1982, Bayonne, Musée Basque, p. 21-70.

Livache M., Laplace G., Evin J., Pastor G. 1984 – Stratigraphie et datations par le radiocarbone des charbons, os et coquilles de la grotte du Poeymaü à Arudy, Pyrénées-atlantiques, L’Anthropologie, 88 (3), p. 367-375.

Mangado J. 2006 – El Aprovisionamiento en materias primas líticas : Hacia una caracterización paleocultural de los comportamientos paleoeconómicos, Trabajos De Prehistoria, 63 (2), p. 79-91.

Marchand G. 2008 – Dynamique des changements techniques sur les marges du Massif armoricain de l’Azilien au Premier Mésolithique, in Fagnart J.-P., Thévenin A., Ducrocq Th., Souffi B., Coudret P. (dir.), Le début du Mésolithique en Europe du Nord-Ouest. Actes de la table ronde d’Amiens, 9 et 10 octobre 2004, Nanterre, Société Préhistorique française (Mémoire 45), p. 52-64.

Marchand G. 2014 – Premier et second Mésolithique : et au-delà des techniques ? in Henry A., Marquebielle B., Chesnaux L., Michel S. (éd.), Des techniques aux territoires : nouveaux regards sur les cultures mésolithiques. Actes de la table-ronde, 22-23 novembre 2012, Toulouse, Presses universitaires du Midi (Palethnologie 6), p. 11-22.

Marchand G., Perrin T. 2017 – Why this revolution? Explaining the major technical shift in Southwestern Europe during the 7th millennium cal. BC, Quaternary International, 428, p. 73-85.

Maréchal D., Pétrequin A.-M., Pétrequin P., Arbogast R.-M. 1998 – Les parures du Néolithique final à Chalain et Claivaux, Gallia Préhistoire, 40, p. 141-203.

Marembert F., Dumontier P., Delfour G. 2000 – Biarritz Grotte du Phare, Bilan scientifique de la région Aquitaine 1999, Bordeaux, SRA d’Aquitaine, p. 103-104.

Marembert F., Dumontier P., Davasse B., Wattez J. 2008 – Transition Néolithique final/Bronze ancien sud aquitaine à travers les tumulus Cabout 4 et 5 de Pau, Pyrénées-Atlantiques, Archéologie des Pyrénées occidentales et des Landes, 27, p. 77-112.

Marsan G. 1979 – L’occupation humaine à Arudy (Pyrénées Atlantiques) pendant la Préhistoire et le début de la Protohistoire, in 7e Rencontre d’historiens sur la Gascogne méridionales et les Pyrénées occidentales, Pau 1 oct. 1977, Pau, I.U.R.S., p. 51-98.

Marsan G. 1988 – Le gisement préhistorique de la grotte du Bignalats à Arudy (Pyrénées-Atlantiques). Deuxième partie : Les industries humaines et leur place dans la préhistoire récente des Pyrénées occidentales, Archéologie des Pyrénées Occidentales, 8, p. 31-67.

Marticoréna P. 2012 – Lames polies et sociétés néolithiques en Pyrénées nord-occidentales, synthèse régionale à la lumière d’un outil emblématique, thèse de doctorat, Paris, Université Paris I Panthéon-Sorbonne, 2 vol.

Marticoréna P. 2014 – Les premiers paysans de l’ouest des Pyrénées, Baigorri, Éditions ZTK (UPPB Connaissances), 192 p.

Martin R., Saller K. 1959 – Lehrbuch der Anthropologie in systematische Darstlling, Stuttgart, Fischer Verlang, 2 vol.

Martzluff M., Abelanet J. 1987 – La Cova del Esperit : bilan des dernières recherches et nouveaux apports sur le Mésolithique et le Néolithique des Pyrénées-Orientales, in Poisson O., Grau M. (dir.), Études Roussillonnaises offertes à Pierre Ponsich, Perpignan, Le Publicateur, p. 99-113.

Mercuri A.-M., Florenzano A., Massamba N’siala I., Olmi L., Roubis D., Sogliani F. 2010 Pollen from archaeological layers and cultural landscape reconstruction: Case studies from the Bradano valley (Basilicata, southern Italy), Plant Biosystems, 144 (4), p. 888-901.

Minet T. 2016 – Exploitation des silex au Paléolithique ancien et moyen dans l’avant-pays nord-pyrénéen : Armagnac, bassin de l’Adour, ADLFI. Archéologie de la France – Informations – Occitanie, [en ligne] https://journals.openedition.org/adlfi/17652.

Minet T., Deschamps M., Mangier C., Mourre V. 2021 – Lithic territories during the Late Middle Palaeolithic in the central and western Pyrenees: New data from the Noisetier (Fréchet-Aure, Hautes-Pyrénées, France), Gatzarria (Ossas-Suhare, Pyrénées-Atlantiques, France) and Abauntz (Arraitz-Orkin, Navarre, Spain) Caves, Journal of Archaeological Science: Reports (JASR), 36:102713.

Montécinos A. 2005 – La céramique vérazienne de Mailhac (Aude), Toulouse, Archives d’écologie préhistorique, 130 p.

Normand C. 2002 – Les ressources en matières premières siliceuses dans la basse vallée de l’Adour et ses affluents. Quelques données sur leur utilisation au Paléolithique supérieur, in Cazals N. (éd.), Comportements techniques et économiques des sociétés du Paléolithique supérieur dans le contexte pyrénéen, Toulouse, SRA de Midi-Pyrénées, p. 26-38.

Normand C. 2003 – Du bloc à l’outil au Paléolithique, Bulletin du Musée Basque, hors-série, p. 313-338.

Pétillon J.-M., Laroulandie V., Bouadi-Maligne M., Dumontier P., Ferrier C., Kuntz D., Langlais M., Mally J.-B., Mistrot V., Normand C., Rivero Vila O., Sanchez de La Torre M. 2017 – Occupations magdaléniennes entre 20 000 et 15 000 cal BP dans le piémont pyrénéen : la séquence paléolithique du sondage 4 de la grotte de Laa 2 (Arudy, Pyrénées-Atlantiques), Gallia Préhistoire, 57, p. 65-126.

Pétillon J.-M., Marquebielle B. (coord) 2019 – Préhistoire ancienne de la vallée d’Ossau. Paléoenvironnement et sociétés de chasseurs collecteurs dans le piémont pyrénéen. Projet collectif de recherche. Bilan 2019, SRA de Nouvelle Aquitaine, 566 p.

Philibert S. 1995 – Modalités d’occupation des habitats et territoires mésolithiques par l’analyse tracéologique des industries lithiques : l’exemple de quatre sites saisonniers, in L’Europe des derniers chasseurs : épipaléolithique et mésolithique. Actes du 5e colloque international UISPP, commission XII, Grenoble, 18-23 septembre 1995, Paris, Éditions du C.T.H.S. (Documents préhistoriques), p. 145-155.

Philibert S. 2001 – Temps et espaces sauveterriens : contribution de l’analyse fonctionnelle des industries lithiques à l’approche des systèmes techno-économiques, in Territoires, déplacements, mobilité, échanges pendant la Préhistoire : terres et hommes du Sud. Actes du 126e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, « Terres et hommes du Sud », Toulouse, 2001, Paris, Éditions du C.T.H.S (Actes du Congrès national des sociétés savantes 126), 2005. p. 453-461.

Pons F., Pancin S., Gandelin M. 2013 – Des traces d’occupation du Néolithique final dans la vallée de l’Adour à Souès (Hautes-Pyrénées), Archéologie des Pyrénées occidentales et des Landes, 30, p. 161-168.

Prodéo F. 2003 – La céramique des occupations du Néolithique final de Combe Nègre et de Combe Fages à Loupiac (Lot), in Gascó J., Gutherz X., de Labriffe P.-A. (dir.), Temps et Espaces culturels du VIe au IIe millénaire en France du Sud. Actes des 4e Rencontres Méridionales de Préhistoire Récente, Lattes, Éditions de l’Association pour le Développement de l’Archéologie en Languedoc-Roussillon, p. 219-234.

Reimer P.-J., Austin W.-E.-N., Bard E., Bayliss A., Blackwell P.-G., Bronk Ramsey C., Butzin M., Cheng H., Edwards R.-L., Friedrich M., Grootes P.-M., Guilderson T.-P., Hajdas I., Heaton T.-J., Hogg A.-G., Hughen K.-A., Kromer B, Manning S.-W., Muscheler R., Palmer J.-G., Pearson C., van der Plicht J., Reimer R.-W., Richards D.-A., Scott E.-M., Southon J.-R., Turney C.-S.-M., Wacker L., Adolphi F., Büntgen U., Capano M., Fahrni S.-M., Fogtmann-Schulz A., Friedrich R., Köhler P., Kudsk S., Miyake F., Olsen J., Reinig F., Sakamoto M., Sookdeo A., Talamo S. 2020 – The IntCal20 Northern Hemisphere Radiocarbon Age Calibration Curve (0-55 cal kBP), Radiocarbon, 62 (4), p. 725-757.

Robinson M., Hubbard R.-N.-L.-B. 1977 – The transport of pollen in the bracts of hulled cereals. Journal of Archaeological Science, 4, p. 197-199.

Rouquerol N. 2004 – Du Néolithique à l’Âge du Bronze dans les Pyrénées centrales françaises, Toulouse, École des Hautes Études en Sciences Sociales (Archives d’Écologie Préhistorique 16), 191 p.

Roussot-Larroque J. 1984 – Artenac aujourd’hui : pour une nouvelle approche de l’énéolithisation de la France, Revue Archéologique du Centre de la France, 23 (2), p. 135-196.

Sahlins M.D. 1983 – Economía de la Edad de Piedra, Madrid, Akal, 340 p.

Sanchez de la Torre M. 2015 – El sílex en su contexto geológico: Un corpus de datos para el Pirineo centro-oriental, Journal of Lithic Studies, 2 (2), p. 167-187.

Scheuer L., Black S. 2000 – Development and ageing of the juvenile skeleton, in Cax M., Mays S. (éd.), Human Osteology In Archaeology and Forensic Science, Cambridge, Cambridge University Press, p. 9-22.

Schmitt A. 2005 – Une nouvelle méthode pour estimer l’âge au décès des adultes à partir de la surface sacro-pelvienne iliaque, Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, 17 (1-2), p. 89-101.

Soto Sebastián A., Valdeyron N., Perrin T., Fullola J.-M. 2018 – Regards croisés sur le Mésolithique entre Èbre et Garonne : une réflexion sur la dynamique des industries lithiques autour des Pyrénées, in Marticoréna P., Ard V., Hasler A., Cauliez J., Gilabert C., Sénépart I. (dir.), Entre deux mers & Actualité de la recherche. 12e Rencontres Méridionales de Préhistoire récente, Sept. 2016, Bayonne, Toulouse, Archives d’Écologie Préhistorique, p. 13-23.

Tarriño A., Bon F., Normand C. 2007 – Disponibilidad de sílex como materia prima en la Prehistoria del Pirineo Occidental, in Cazals N., Gonzalez Urquijo J.E., Terradas X. (coord.), Fronteras naturales y fronteras culturales en los Pirineos prehistóricos, Cantabria, Editorial Universidad de Cantabria, p. 103-123.

Tarriño A., Elorrieta I., Garcia-Rojas M. 2015 – Flint as raw material in prehistoric times: Cantabrian Mountain and Western Pyrenees data, Quaternary International, 364, p. 94-108.

Ternet Y., Majeste-Menjoulas C., Canerot J., Baudin T., Cocherie A., Guerrot C., Rossi P. 2004 – Notice explicative. Carte géol. France (1/50000), feuille Laruns-Somport (1069), Orléans, Bureau de recherches géologiques et minières, 192 p.

Trotter M., Gleser G.C. 1952 – Estimation of stature from long bones of American Whites and Negroes, American journal of physical anthropology, 10 (4), p. 463-514.

Valdeyron N. 1994 – Le Sauveterrien : cultures et sociétés mésolithiques dans la France du sud durant le Xe et le IXe millénaire B.P., mémoire de doctorat nouveau régime, Toulouse, UTM, 2 vol., 584 p.

Valdeyron N. 2000 – Le gisement de Leherreko Ziloa (Larrau, Pyrénées Atlantiques). Rapport de sondage, Bordeaux, SRA d’Aquitaine, inédit.

Valdeyron N. 2016 – Les industries lithiques de la couche 3, in Dumontier P., Courtaud P., Ferrier C., Armand D., Bui Thi Maï, Convertini F., Valdeyron N., La grotte d’Apons à Sarrance (Pyrénées-Atlantiques). Des derniers chasseurs-cueilleurs aux premières sociétés agro-pastorales en vallée d’Aspe (VIIIe au IIe millénaire avant notre ère), Cabrerets, Préhistoire du Sud-Ouest (Supp. Préhistoire du Sud-Ouest), p. 57-69.

Valdeyron N., Bosc-Zanardo B., Briand T. 2008 – Évolutions des armatures de pierre et dynamiques culturelles durant le Mésolithique dans le sud-ouest de la France : l’exemple du haut Quercy (Lot – France), P@lethnologie, 1, p. 278-295.

Vaquer J., Ruas M.-P. 2009 – La grotte de l’Abeurador (Félines-Minervois (Hérault) : occupations humaines et environnement du Tardiglaciaire à l’Holocène, in De Méditerranée et d’ailleurs… Mélanges offerts à Jean Guilaine, Toulouse, Archives d’Écologie Préhistorique, p. 761-792.

Haut de page

Document annexe

  • Annexes (application/pdf – 737k)
Haut de page

Notes

1 Du nom du propriétaire et non de l’archéologue.

2 Topographie réalisée en 1980 par la Société de Spéléologie et de Préhistoire des Pyrénées Occidentales (Besson et al. 1994). À noter que cette cavité est différente de la grotte sépulcrale du même nom fouillée par G. Laplace dans la colline calcaire située à 100 m au sud (Laplace 1984).

3 Supérieures à 100 %, les proportions de fougères ont été calculées par rapport à l’ensemble formé par les arbres et les herbacées et non pas par rapport au total des déterminations car leur abondance excessive masquait trop fortement la représentation réelle des autres taxons.

4 Un numéro d’US a été attribué au niveau archéologique et/ou sédimentaire et un second, à la structure foyère. Le niveau archéologique est donc constitué de ces deux US auxquelles peuvent s’ajouter d’autres structures.

5 Les figures 7 et 30 permettent de visualiser les hauteurs sous plafond, très variables du fait du profil de la cavité.

6 Les fouilles de cette dernière salle ont été interrompues alors que nous avions atteint un niveau contenant quelques documents lithiques appartenant très probablement au Mésolithique. Ce niveau, d’une dizaine de centimètres d’épaisseur n’a été fouillé que sur 2 m².

7 Ces références n’incluent pas d’autres témoignages d’occupations mésolithiques de la région, conséquence de sondages, de références, de matériels isolés, de contextes stratigraphiques douteux ou encore d’informations limitées (par exemple Ithelatseta, Ebrard 1976, Ebrard et al. 2013, Unikoté, Boulestin et al. 2013, Leherreko-ziloa, Valdeyron 2000, Azkonzilo, Chauchat 2006).

8 Les dates ont été calibrées à l’aide du programme CalPal et de la courbe de calibration IntCal 20 (Reimer et al. 2020). Toutes sont exprimées à deux sigmas. Seules celles qui ont un écart type ≤ 100 ont été prises en compte dans cet article.

9 L’US 23 correspond à une formation de 20 à 35 cm de largeur, dans les carrés E12 et E13, où les US 9, 10, 16 et 18 ont été « imprégnées » de calcite, sur près de 45 cm d’épaisseur, sans que nous puissions distinguer la succession des US dans sa masse.

10 Impact de percussion.

11 Voir les dimensions en annexe 1.

12 Observation Dominique Armand.

13 Un vestige en position remanié dans l’US 5 située au-dessus de l’US 9/10.

14 Ce fragment comporte les alvéoles vides des quatre incisives et de la canine gauche.

15 PUM = longueur du pubis (Bräuer 1988).

16 La numérotation d’origine a été conservée, pour supprimer tout risque de confusion entre l’étude archéologique et l’analyse pétrographique. Le n° 2 a été supprimé puisqu’il s’agissait d’éléments appartenant au vase n° 8.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Localisation de la cavité dans le cadre des Pyrénées nord-occidentales. En médaillon : situation du Bassin d’Arudy dans l’isthme pyrénéen sur la carte de France, IGN 2012 – Licence ouverte.
Crédits Base cartographique P. Dumontier, DAO M. Le Couédic et B. Pace.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/2913/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 173k
Titre Fig. 4 – Profil de la cavité
Crédits Relevé M.-C. et M. Douat, M. Lauga et P. Dumontier, DAO M. Douat.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/2913/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Titre Tabl. 1 – Liste des unités stratigraphiques identifiées dans la salle 5 de la grotte de Laà 2.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/2913/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Tabl. 2 – Datations par le radiocarbone obtenues pour les niveaux archéologiques de la grotte de Laà 2. Les dates ont été calibrées à l’aide du programme OxCal 4.4.4.
Crédits D’après Reimer et al. 2020.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/2913/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 411k
Titre Tabl. 3 – La faune. Répartition des taxons des ensembles archéologiques mésolithiques.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/2913/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Tabl. 4 – L’industrie lithique des niveaux mésolithiques. Distribution totale par US.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/2913/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Fig. 17 – L’industrie lithique mésolithique.
Légende 1. Produit de débitage (US 32/36) ; 2-4. Produits de façonnage ; 5. Fragment de lamelle à dos (US 32) ; 6, 7. Produits de façonnage ; 8, 9. Lamelles (US 35 et US 36) ; 10. Lamelle ; 11. Éclat ; 12. Lame (US 35/37) ; 13. Éclat (fragment) retouché (US 35/38) ; 14. Triangle scalène (US 35/36).
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/2913/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Titre Fig. 22 – L’industrie lithique mésolithique.
Légende 1. Produit de débitage ; 2. Fragment de denticulé sur lame (US 20b) ; 3-8. Produits de débitage ; 9. Lamelle ; 10, 11. Pièces retouchées (US 21).
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/2913/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Tabl. 5 – L’industrie lithique des niveaux mésolithiques. Distribution totale par types de production et restes de taille, toutes US confondues.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/2913/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Titre Tabl. 6 – L’industrie lithique des niveaux mésolithiques. Calcul du nombre minimal de produits par types, toutes US confondues.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/2913/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Tabl. 7 – L’industrie lithique des niveaux mésolithiques. Répartition des types de produits et des restes de taille par US.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/2913/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 359k
Titre Fig. 27 – Distribution relative des types de produits en fonction des principales US.
Crédits A. Soto Sebastián.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/2913/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Titre Tabl. 8 – La faune. Répartition des taxons des ensembles archéologiques néolithiques.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/2913/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Titre Tabl. 9 – Longueurs et diamètres diaphysaires des os longs du squelette humain
Légende Humérus : M1. Longueur maximale, M5. Diamètre maximal au milieu, M6. Diamètre minimal au milieu ; Radius : M1. Longueur maximale, M4. Diamètre transversal maximal de la diaphyse, M5. Diamètre sagittal de la diaphyse ; Fémur : M1. Longueur maximale, M2. Longueur en position, M9. Diamètre sous-trochantérien transversal, M10. Diamètre sous-trochantérien sagittal, M18. Diamètre vertical de la tête, M19. Diamètre sagittal de la tête ; Tibia : M1a. Longueur maximale, M2. Longueur condylo-talienne, M8. Diamètre sagittal au milieu, M9. Diamètre transversal au milieu, M8a. Diamètre sagittal au trou nourricier, M9a. Diamètre transversal au trou nourricier.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/2913/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Titre Tabl. 10 – Principaux éléments renfermés dans la pâte des céramiques analysées de la grotte de Laa 3.
Légende qz : quartz ; FK : feldspath potassique ; plagio : plagioclase ; amphib : amphibole ; épid/zoïs : épidote/zoïsite ; frag roches plut : fragments de roches plutoniques ; frag roche volc : fragment de roche volcanique ; spar : sparite ; biocl : bioclaste ; silex/calcéd : silex/calcédoine ; spic calcéd : spicule calcédonieux ; org silic : organisme silicifié ; cham : chamotte ; te : trace, + : rare à peu abondant ; ++ : moyennement abondant ; +++ : abondant.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/2913/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 209k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrice Dumontier, Patrice Courtaud, Catherine Ferrier, Dominique Armand, Fabien Convertini, Bui Thi Mai, Michel Girard, Adriana Soto Sebastián et Nicolas Valdeyron, « La grotte de Laà 2 à Arudy (64) »Gallia Préhistoire [En ligne], 62 | 2022, mis en ligne le 27 janvier 2023, consulté le 29 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/galliap/2913 ; DOI : https://doi.org/10.4000/galliap.2913

Haut de page

Auteurs

Patrice Dumontier

Groupe Archéologique des Pyrénées Occidentales | France

Articles du même auteur

Patrice Courtaud

CNRS – UMR 5199 – PACEA, université de Bordeaux, Pessac | France

Articles du même auteur

Catherine Ferrier

CNRS – UMR 5199 – PACEA, université de Bordeaux, Pessac | France

Articles du même auteur

Dominique Armand

UMR 5199 – PACEA, université de Bordeaux, Pessac | France

Fabien Convertini

INRAP Midi-Méditerranée, UMR 5140 – ASM, Centre archéologique de Nîmes, Nîmes | France

Bui Thi Mai

Chercheur associé au CEPAM-CNRS, SJA3, Nice | France

Michel Girard

Chercheur associé au CEPAM-CNRS, SJA3, Nice | France

Adriana Soto Sebastián

Université du Pays Basque, Vitoria-Gasteiz, Araba | Espagne

Nicolas Valdeyron

UMR 5608 – TRACES, université de Toulouse 2 Jean Jaurès, Maison de la Recherche, Toulouse | France

Haut de page

Éditeurs scientifiques

Stéphanie Bréhard

UMR 7209 Archéozoologie, archéobotanique : sociétés, pratiques et environnements, Muséum national d’Histoire naturelle, CNRS, Paris | France

Pablo Marticoréna

UMR 5608 – TRACES, université Populaire du Pays Basque, Saint-Étienne-de-Baïgorry | France

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search