Navigation – Plan du site

AccueilNuméros62Occupation et gestion du territoi...

Occupation et gestion du territoire bergeracois entre 250 et 35 kA : essai de synthèse techno-économique

Illuminada Ortega , Laurence Bourguignon, Émilie Claud, Emmanuelle Vieillevigne, Joseba Rios-Garaizar, Mickaël Baillet, Michel Brenet, Mila Folgado Lopez, Farid Sellami et Christelle Lahaye
Traduction(s) :
Occupation and management of Bergerac territory between 250 and 35 Kans: testing a techno-economic overview [en]

Résumés

Résumé. Cette contribution propose un bilan des activités identifiées sur 72 occupations humaines au sein d’un territoire bien délimité, le Bergeracois au cours du Pléistocène entre 250 000 et 35 000 ans. Fruit d’une compilation des données bibliographiques issues des fouilles programmées et de celles issues des travaux d’archéologie préventive sur ce secteur géographique (déviations de Bergerac est et ouest et commune de Creysse), cette synthèse met en particulier l’accent sur les différences comportementales observées vis-à-vis des stratégies d’acquisition des matériaux lithiques, des systèmes techniques mis en œuvre et des modes de fonctionnement des outillages. Il infèrera ensuite sur les stratégies de mobilité des groupes au sein de ce territoire lithologique et sur la place qu’occupe celui-ci à l’échelle régionale. Pour et avant de proposer une synthèse diachronique sur ces différents aspects, nous différencierons et détaillerons quatre ensembles au sein de cette longue période allant de la fin de l’Acheuléen jusqu’au début du Paléolithique supérieur. Cette différenciation sera établie sur la base d’intervalles chronologiques (occupations antérieures à l’Éémien de celles qui sont comprises entre l’Éémien et 40 kA environ) et sur des attributions techno-culturelles (Châtelperronien et Aurignacien ancien).

Haut de page

Texte intégral

Le Bergeracois : entité lithologique et occupations humaines

Cadre physique et lithologique

  • 1 Communes de Creysse, Lembras et limite orientale de Bergerac pour l’essentiel.
  • 2 Communes de Lanquais, Monsac, Bayac et au nord-ouest de Beaumont.

1Le Bergeracois est un secteur géographique localisé en Périgord au sud du département de la Dordogne (fig. 1), au cœur d’une région réputée pour son grand nombre d’occupations paléolithiques autour des vallées de l’Isle, la Vézère et la Dordogne. Il s’agit en effet, après le Périgord noir, du territoire le plus connu d’Aquitaine pour sa richesse en gisements paléolithiques et ce dès le début du xxe siècle quand les vestiges de surface du Bergeracois font l’objet de premières collectes. Ce n’est qu’à partir de la seconde moitié du xxe siècle que de véritables études s’amorcent en Bergeracois avec de nombreux chercheurs tels que F. Bordes, E. Boëda, J.-P. Chadelle, J. Guichard, S. Henry, A. Morala, I. Ortega, S. Soriano, J. Tixier et A. Turq. Cette richesse est retranscrite sur la carte archéologique (DRACAR) qui recense plus de 200 sites paléolithiques localisés en rive droite de la Dordogne sur le massif de Pécharmant1 et en rive gauche, plus en amont de la vallée, dans des vallées secondaires comme celles de la Couze et du Couzau2.

2Toutes les périodes du Paléolithique y sont bien représentées, depuis l’Acheuléen jusqu’à la fin du Magdalénien.

3Cette richesse est largement imputée à la présence dans cette zone d’affleurements de silex nombreux et riches toujours accessibles quel que soit les périodes. Les premières mentions du silex dit « Bergeracois » remontent au xixe siècle (Landesque 1887, Desmoulins 1984), son contenu micropaléontologique et l’âge de l’altération qui lui a donné sa spécificité sont précisés au cours des années 1960 (Combaz 1966). La zone d’affleurement a été circonscrite dans la deuxième moitié du xxe siècle (Guichard 1966, Demars 1980, Geneste 1985, Turq 2000) et affinée ces dernières années par les différents travaux d’archéologie préventive. Si sa genèse avait bien été observée par M. et M.-R. Séronie-Vivien (1987, p. 79) il restait à trouver localement les affleurements des silex dans les calcaires et à les comparer avec ceux des altérites. Dans les années 2000, le renouveau de l’approche lithologique (Turq 2003) et la création du concept de chaîne évolutive (Fernandes et Raynal 2006) ont relancé l’approche. La découverte d’affleurements de silex en place dans les calcaires préservés sur la commune de Campsegret et la comparaison avec les silex des altérites de la forêt de Monclard (Fernandes et al. 2012, 2019) ont confirmé l’observation : bien que ces silicifications ont en commun leur texture packstone et leur microfaune benthique, les altérites s’en diffèrent par la disparition de la calcite micritique présente dans les rognons en place dans le calcaire et l’apparition d’une phase argileuse à laquelle s’ajoute la deshydroxylation de la calcédoine. Ce sont probablement ces changements post-génétiques qui modifient les propriétés mécaniques de cette roche. Depuis, d’autres travaux (Morala et al. 2016, 2017, 2018) sont venus compléter ces données :

  • Les silex à l’origine du Bergeracois proviennent d’au moins de deux niveaux (Platel 2016, p. 44) de la base du Campanien et du contact campanien 5 et 6 ;
  • une différence a été notée entre les silex de la rive gauche de la Dordogne et ceux de la rive droite. Les premiers ont subi, dans les altérites des modifications moindres et moins variées que les seconds qui sont restés bien plus longtemps dans de grandes dépressions karstiques et n’ont pas été protégés par les dépôts calcaires lacustres ;
  • L’exploration des processus de formation s’est poursuivie avec l’analyse de lames minces à l’aide d’un microspectromètre confocal Raman (Dugas 2018). Elle confirme la disparition des carbonates dès les altérites. Dans celles-ci la diminution de la calcite se poursuivra dans les alluvions avec une augmentation du quartz.

4La prise en compte de prélèvements effectués lors des fouilles préventives de la déviation de Bergerac devrait, dans un avenir proche, permettre d’affiner les liens entre l’état d’évolution des silex le type de contexte dans lequel ces changements se sont produits. Les gîtes primaires – en fait secondaires si l’on considère toute l’histoire géologique de ces formations – se limitent à un secteur denviron 30 km², limité à lest et à l’ouest respectivement par les vallées de la Couze et du Caudeau. La limite méridionale correspond au rebord de plateau tertiaire marquant une transition vers les pays du Haut-Agenais. Au nord, la limite est plus difficile à cerner, mais peut être localisée vers la vallée de l’Isle. Les gîtes secondaires correspondent aux affluents dont les alluvions ont charrié ces silex.

5La notion de Bergeracois en Préhistoire repose donc implicitement sur la présence de ce silex et non pas sur une unité géographique. Néanmoins, dans le cadre de ce travail, elle recouvre en partie les deux notions, puisque nous focaliserons notre étude sur les marges nord et sud de l’agglomération de Bergerac, qui recèle plus de 70 % des affleurements de silex Bergeracois, soit un secteur d’environ 5 km de diamètre organisé en forme de plateau (plateau de Pécharmant ; fig. 1). L’assise géologique se compose d’une mosaïque de formations calcaires, d’argiles de décalcification (altérites sensu stricto) et de dépôts fluviatiles anciens, culminant à 119 m NGF et bordant au nord la moyenne vallée de la Dordogne.

6D’un point de vue structural, la topographie actuelle, relativement régulière, est totalement différente de celle des paléo-surfaces ondulées du Pléistocène comprenant des unités géomorphologiques locales parfois très étroites, tels que des replats (aux Vieux Coutets, à Cantalouette et aux Garris), des talwegs (Toutifaut Creysse I à III) et des dolines (secteur de Cantalouette, de Combe-Brune et des Rivelles). L’abondance de ces structures a nettement influencé la conservation et la répartition des sols, de même que les occupations archéologiques qu’ils comportent (Sellami 1999, Bourguignon et al. 2003a, 2003b, 2004b, Sellami et al. 2012, Folgado et al. 2014a, 2014b, à paraître). Nonobstant, cette influence varie significativement rendant difficile la continuité latérale des processus érosifs tout comme ceux de la conservation d’ailleurs. De nombreuses occupations en contexte d’anciennes terrasses ont été épargnées de l’érosion : tous les sites de la rive droite de la Dordogne (e.g. La Graulet IV et VI), le Bout des Vergnes à l’ouest de Bergerac et le site des Vieux Coutets en bordure du plateau de Pécharmant.

7Ce contexte structural et gîtologique a une influence notoire sur la répartition des sites de part et d’autre de la Dordogne et sur la richesse des sites sur le plateau de Pécharmant (fig. 1).

Fig. 1 – Carte de localisation du Bergeracois et de répartitions des sites autour de l’agglomération de Bergerac sur fond géologique simplifié.

Fig. 1 – Carte de localisation du Bergeracois et de répartitions des sites autour de l’agglomération de Bergerac sur fond géologique simplifié.

DAO L. Bourguignon.

8Cette inégalité dans la répartition des sites touche toutes les périodes concernées par ce bilan et ne peut plus être considérée comme le reflet de celle des recherches focalisées sur le plateau de Pécharmant pendant des décennies. En effet, de nombreux travaux d’archéologie préventive touchant la rive gauche et l’ouest de l’agglomération de Bergerac montrent une rareté des occupations au regard des découvertes faites en rive droite sur le plateau.

9L’évolution des terrasses de la Dordogne au cours de ces 250 kA a aussi eu un impact sur la morphologie structurale du plateau. Durant les phases anciennes du Paléolithique moyen, elles étaient à une altitude proche de 72 m NGF (Fv1 sur la carte géologique au 1/50 000, Platel 1985) a également été vue à plus de deux mètres de profondeur sur les sites de les Rigoux (Bertran 2005) et Vieux Coutets (Sellami 2017). Si l’on retient a minima l’hypothèse de cette altitude pour les stades isotopiques 6 et 7, cela sous-entend un accès à des ressources lithiques alluviales de la Dordogne possible de moins de 400 m de distance pour Cantalouette 1 et Barbas à moins de 2,5 km pour les sites les plus éloignés de la vallée tels Combe Brune 2 et 3, avec un dénivelé de 40 m au maximum.

Cadre chrono-stratigraphique et chronologique

10D’un point de vue chronologique, ces 72 occupations différentes du Bergeracois dont 24 ont été datées (cf. infra tableaux de datations par périodes) nous permettent d’établir un cadre chrono stratigraphique précis autour d’un faciès sablo-graveleux servant de repère chrono-stratigraphique : le « grain de sel » rencontré sur de très nombreux gisements.

11Cette unité tout d’abord dénommée ainsi et décrite par M. et Mme Guichard comme « résultant d’une coulée de solifluxion contenant des silex et remaniant des sables grossiers tertiaires » (Bordes 1969) existe en de nombreux points du plateau de Pécharmant et est parfois à une faible profondeur (0,80 à 2 m environ). Elle est caractérisée par « une couche » de 15 à 40 cm d’épaisseur concentrée en sédiments hétérogènes grossiers résiduels résultant du démantèlement des anciennes formations fluviatiles de l’Eocène et du Pléistocène sur le plateau (galets et graviers hétérogènes, de fragments de cuirasses ferrugineuses et comportant des artefacts en silex). L’ensemble de ces éléments est emballé dans une matrice argileuse soit sablo-limoneuse blanchâtre très lavée témoignant d’un lessivage de longue durée. Ces caractéristiques montrent qu’en plus de la dynamique érosive de forte énergie responsable du dépôt des galets, ce niveau a été longtemps affecté par des ruissellements diffus et permet de reconnaître dans cette unité un pavage résiduel. Ce type de dépôt peut aussi se développer dans des milieux désertiques soumis à la déflation ou à l’érosion par ruissellement diffus. Cette unité représente donc un hiatus sédimentaire dans les séquences où elle est présente (Sellami 1999, 2013) mais, dans la mesure où elle peut être associée à une ancienne surface du sol stable pour une longue période de temps, elle peut être assimilée à un paléosol (Lenoble 2009, Boes 2016). On retrouve régulièrement le grain de sel directement au toit des formations sableuses rubéfiées de l’Eocène mais il peut en être séparé par des intercalations d’unités sédimentaires pouvant recéler des industries : Barbas I C7, Sans Pareil n.3, Chantelouette industrie archaïque (cf. III.2. inf in Soriano 1999), Cantalouette I (Sellami 1999, Bourguignon et al. 2003a, 2003b, Brenet et al. 2006, Prodeo et Sellami 2009, Prodeo 2010).

12Par endroits et à certaines époques, ce grain de sel peut être considéré comme un gîte de matière première en position secondaire potentiel sur lequel les moustériens, les aurignaciens voire les solutréens se sont installés. Les blocs, pourtant plus hétérogènes et très souvent gélifs, ont en général un cortex beaucoup plus fin (érodé) sans zone sous corticale désilicifiée.

13D’un point de vue chronologique, J. et G. Guichard positionnent ce « grain de sel » durant le Riss (Guichard 1976a, Guichard et Guichard 1989). Les uniques datations directes de ce paléosol ont été réalisées au sein de la doline de Cantalouette II et lui donnent un âge de 165 ± 13 kA (Vieillevigne et al. 2004 ; tabl. 1). Sur tous les sites où il est présent, il sépare des industries du Paléolithique inférieur et moyen ancien plus anciennes sous-jacentes (Cantalouette I niv. V, Combe Brune 2 niv. IV et V, Combe Brune 3 et Barbas I c’4) de celles plus récentes sus-jacentes en présentant parfois de forts hiatus sédimentaires et chronologiques (aurignacien, solutréen ou néolithique à Barbas I c’3, Garris II, Combe-Brune 1, Cantalouette II par exemple).

Tabl. 1 – Datations des niveaux Acheuléens supérieurs et du Paléolithique moyen ancien.

Site Niv. archéo et/ou US Échantillon Méthode Âge (kA) Stade isotopique
Cantalouette 1 V BDX 8999 TL 223 ± 20 7
Cantalouette 2 Grain de sel BDX 8843 TL 165 ± 13 6
Combe Brune 1 2 BDX 10037 TL 207 ± 24 Fin 7
Combe Brune 2 V Bdx 11154 TL 183 ± 20 Début 6
VI Bdx 11153 TL 185 ± 23 Début 6
VIIb Bdx 11164 TL 187 ± 21 Début 6
X Bdx 11156 TL 195 ± 16 Fin 7
Sommet Unité 7 (niv V, VI, VIIb et X) OSL6 (Quartz) OSL 118 ± 13 5e/d
Base Unité 7 (niv V, VI, VIIb et X) OSL7 (Quartz) OSL 184 ± 19 Début 6
Combe Brune 3   BDX 9392 TL 156 ± 12 Milieu 6
Garris 2 3 BDX 10291 TL 134 ± 13 Extrème fin 6 à 5e
Barbas 1 C’3   TL 147 ± 28 Fin 6
C’3   TL 146 ± 29 Fin 6
C’4   TL 239 ± 44 Début 7

D’après Boëda et al. 1996a, Valladas et al. 1999, Folgado et al. 2005, Brenet et al. 2008a, 2008b, Vieillevigne et al. 2008, Frouin et al. 2014.

Les occupations humaines

  • 3 Les indices d’occupations très riches découverts en surface dans ce secteur n’ont pas été pris en c (...)

14Cette synthèse sur l’occupation humaine dans ce territoire et sur cette fourchette chronologique se fonde sur 34 sites différents découverts et fouillés en contexte programmé (10 sites) et préventif (24 opérations). Plus ponctuellement, elle inclura également ceux issus de sondages (programmés et préventifs) qui malgré des surfaces réduites d’investigations apportent de nombreuses indications chrono-stratigraphiques et chrono-culturelles (six sondages). L’essentiel des sites présente au moins deux niveaux d’occupations différents, ce qui porte à 72 le nombre d’occupations en stratigraphie3 venant alimenter nos comparaisons et synthèses technologiques, techno-économiques et fonctionnelles. Ce riche corpus de sites de plein air nous paraît suffisamment représentatif pour nous permettre des interprétations sur les modalités d’occupations de ce territoire lithologique et ses liens avec ceux, avoisinants ou lointains, qui ont participé à la mobilité des groupes à différentes périodes. Ces modalités d’occupation seront néanmoins uniquement fondées à partir de la sphère technique du lithique, puisque les matières organiques ne sont pas conservées dans ces contextes sédimentaires néanmoins abordées à partir des résultats tracéologiques.

  • 4 Projet ACR sur l’« Interaction entre milieux physiques et espaces géographiques en Bergeracois au c (...)
  • 5 Projet ACR : « Le Paléolithique moyen (35-350 kA) d’Aquitaine septentrionale : émergence, développe (...)

15Une large part des données issues de ces différents gisements a fait l’objet de travaux collectifs au sein de différents projets4 et les a alimentés5. Les nombreuses publications ou rapports de fouille constituent les sources détaillées de données fournies dans ce bilan. Nous renvoyons le lecteur à ces travaux tous cités en bibliographie pour plus de renseignements, en particulier pour leur aspect quantitatif et descriptif.

16Avant de proposer une synthèse diachronique sur les différents comportements techniques, économiques et parfois symboliques, nous différencierons et détaillerons quatre ensembles d’industries au sein de cette longue période allant de la fin de l’Acheuléen jusqu’au début du Paléolithique supérieur. Subdivision et différenciation qui sont établies soit sur base d’intervalles chronologiques avec les industries antérieures à l’Éémien puis sur celles comprises entre l’Éémien et 40 kA environ pour le Paléolithique inférieur et moyen, soit à partir des attributions techno-culturelles synonymes ici de périodes chronologiques avec le Châtelperronien et l’Aurignacien. Ces différences d’échelle chronologique, de moins de dix millénaires à près de 100 kA, induisent une schématisation extrême et heuristique qu’il convient de prendre en compte, mais qui pourra guider les travaux futurs qui à leur tour préciseront cette synthèse.

17Pour chacun de ces groupes chrono-culturels seront abordés : les modes de productions des industries (façonnage et/ou débitage), leur représentativité et leurs objectifs techniques (type de produits) et fonctionnels (modes d’utilisation). Enfin les aspects techno-économiques compileront les données obtenues sur les objectifs technologiques des productions, sur les types d’activité réalisées (issues des analyses fonctionnelles des outillages) et sur les modes d’importation et d’exportation des objets selon la provenance des matériaux (de local à lointain).

Sites paléolithiques moyens anciens anté-éémiens (MIS 7-5e)

  • 6 L’essentiel des vestiges ont été découverts en surface, seules trois pièces sont en position strati (...)

18Douze sites stratifiés pour 19 occupations implantées sur le plateau de Pécharmant représentent une ou plusieurs occupations antérieures au stade isotopique 5d : Barbas I, Les Pendus, Chantelouette 2, La Doline de Cantalouette II, Cantalouette I, Cantalouette Guichard, Cantalouette IV niv. Inf, Les Garris II (niv. 3), Combe Brune 2, Combe Brune 3, Sans Pareil et Le Saraillet (Guichard 1965, Guichard et Guichard 1966, 1976a, 1976b, Bordes 1969, Boëda 1994, 1995, 1997a, Boëda et al. 1996a, 1996b, Brenet 1996, Soriano 1999, Garreau 2000, Bourguignon et al. 2003b, 2016, 2022a, Folgado et al. 2005, Brenet et al. 2008a, 2008b, Brenet et Folgado 2009). Les industries découvertes en sondage sur Pombonne6, Les Rivelles, Toutifaut Creysse I et II et lors de la fouille de Corbiac Château M2 (Bordes 1966, Chadelle et al. 1996, Bourguignon et al. 2003, Folgado et al. 2012) pourraient constituer quatre autres sites et implantations rattachés à ce groupe (soit 23 au total).

19Au sein de ces séquences douze occupations sont datées :

  • Six, du stade isotopique 7 (Barbas I c’4 sup et base7, Cantalouette I niv. V, Combe Brune 2 niv. X, Combe Brune 2 niv. VIIb, Combe Brune 1 n. 2) ;
  • Cinq, du stade isotopique 6 (Combe Brune 2 niv. V, Combe Brune 2 niv. VI, Combe Brune 3, Barbas I c’38, et La Doline de Cantalouette II) ;
  • et une, du stade isotopique 5e ou extrême fin du 6 à Les Garris 2 (cf. tabl. 1, Valladas et al. 1987, Boëda et al. 1996a, Vieillevigne et al. 2008, Frouin et al. 2014).

20Le niveau 3 de Sans Pareil se situant sous le grain de sel, bien que comportant très peu de pièces, peut être rattaché à ce groupe d’industries antérieures à l’Éémien (Bourguignon et al. 2003a) tout comme les industries prises au sein du grain de sel à Corbiac Château M2 et Cantalouette Guichard. Enfin, les autres (Les Pendus, Le Saraillet, et Chantelouette 2) bien que plus récentes que 165 kA par leur postériorité au grain de sel, ont été rattachées à ces périodes anciennes sur la base, cette fois, de leur composante technologique (cf. infra).

21D’un point de vue technologique, ces industries illustrent une certaine variabilité dans l’utilisation de concepts de débitage et/ou de façonnage.

  • 9 . Néanmoins dans les deux cas les surfaces de fouille étaient beaucoup plus réduites que pour les a (...)

22Des chaînes opératoires de façonnage plano-convexe et/ou biconvexe sont présentes sur l’ensemble des sites et des niveaux mentionnés sauf à Cantalouette I niv. IVa et Sans Pareil9. Ces chaînes opératoires de façonnage illustrent une très grande diversité techno-fonctionnelle, bifaces-outils ou bifaces supports d’outils, appointées ou à tranchant transversal, et présentent selon les sites différents stades de façonnage, de confection ou de recyclage (fig. 2 ; Boëda et al. 1996a, 2004, Boëda 2001, Bourguignon et al. 2003a, 2003b, Brenet et al. 2008a, Bundgen et al. 2009).

Fig. 2 – Pièces façonnées.

Fig. 2 – Pièces façonnées.

1-2. Le Saraillet ; 3-4, 6-7. Cantalouette I ; 5, 8. Barbas I.

23Le débitage Levallois (type F ; Boëda 2013) est présent dans la majorité des sites et ce dès 220 kA : à Cantalouette 1 niv. V, IVa et IV base, Combe Brun 2, Chantelouette 2 c. III 2 inf, Barbas c’4 inf, Pombonne, Sans Pareil n. 2, Le Saraillet (Chadelle et al. 1996, Soriano 1999, Boëda et al. 2003, Bourguignon et al. 2003a, 2003b, 2016, Folgado et al. 2005, Brenet et al. 2008a, Bundgen et al. 2009, Brenet 2011), Les Rivelles (Folgado et al. 2012) ou encore à les Garris 2 n.3 où la méthode linéale est majoritaire (Bourguignon in Grigoletto et al. à paraître). Ces productions jamais majoritaires sont orientées vers des éclats quadrangulaires (tous les sites), triangulaires (essentiellement Cantalouette I niv. V) ou allongés (essentiellement Combe Brune 2 niv. VIIb, Cantalouette I niv. IVa et IVb, Les Rivelles et Le Saraillet). Dans ce dernier site cette modalité « laminaire » totalise 12.5 % de la composante Levallois (Bourguignon et al. 2016).

Fig. 3 – Débitage Levallois.

Fig. 3 – Débitage Levallois.

1, 6-8. Le Saraillet ; 3, 9, 13. Les Garris ; 4. Barbas I ; 2, 5, 10-12. Combe Brune 2.

24Le débitage Discoïde (fig. 4, n° 1-4) est représenté mais dans de faibles proportions à Combe Brune 2 (niv. X, VIII, VIIa, VIIb, VI, V, II) à Cantouette IV (n.3), et dans une moindre mesure sur Le Saraillet et les Rivelles (Blaser et al. 2006, Brenet et al. 2008b, Brenet 2011, Folgado et al. 2012, Bourguignon et al. 2016). La production semble préférentiellement orientée vers des éclats à tranchants périphériques et dans une moindre mesure les pointes pseudo-Levallois, à Cantalouette IV en particulier (fig. 4, n° 4).

  • 10 Où il est dénommé débitage « de modalité faciale polarisée à éclat préférentiel » par Fourloubey 20 (...)

25Des débitages algorithmiques de type SSDA (fig. 4, n° 5-7) ou de type C et D (Boëda 2013) sont présents à Barbas I niv. c’3, Combe Brune 2, Combe Brune 3, Cantalouette I niv. IV base et Le Saraillet (Brenet et al. 2008a, 2008b, Boëda 2013, Bourguignon et al. 2016). Les produits sont en règle générale épais et courts et, selon la modalité, assez souvent de section asymétrique. Parmi les débitages de type D (Boëda 2013), ceux dont l’exploitation s’effectue sur une surface préférentielle proche de celle du Levallois mais sans configuration générale du volume du nucléus (dits typo-Levallois, fig. 5) sont également bien représentés au sein des industries e.g. Combe Brune 2, Cantalouette I, Le Saraillet, Sans Pareil UA210 (Brenet et al. 2008a, 2008b, Fourloubey 2009, Bourguignon et al. 2016). Certaines de ces productions peu structurées sont orientées vers l’obtention de produits allongés voire laminaires (de type C2, Boëda 2013) à Barbas I c’3, Combe Brune 2 niv. 6500-7000, Cantalouette 1 niv. IVa et Le Saraillet (fig. 6).

Fig. 4 – Débitages Discoïdes et de type SSDA de type C.

Fig. 4 – Débitages Discoïdes et de type SSDA de type C.

1, 2, 6-7. Combe Brune 2 ; 3. Les Rivelles ; 4. Cantalouette IV niv.2 ; 5. Le Saraillet).

Fig. 5 – Débitages typo Levallois de type D1.

Fig. 5 – Débitages typo Levallois de type D1.

1, 2, 6. Le Saraillet ; 3. Cantalouette ; 1, 4. Combe Brune 2 ; 5. Sans Pareil UA2.

Fig. 6 – Débitages laminaires.

Fig. 6 – Débitages laminaires.

1. Barbas I ; 2. Combe Brune 2 ; 3-5. Le Saraillet ; 6-8. Cantaloutte 1.

26Enfin, des chaînes opératoires mixtes combinées de façonnage et débitage de type « trifacial » (Boëda 1991a, Chevrier 2006, Mathias et Bourguignon 2019) sont présentes à Barbas I C’4 sup et inf (Boëda 1990, 1991a, 1991b, 1997b, Boëda et Kervazo 1991, Chevrier 2006), à Combe Brune 2 et 3 (Bourguignon et al. 2003, 2004b, Folgado et al. 2005, Brenet et al. 2008a, Brenet et al. 2014b) et Les Pendus (Garreau 2000). Dans sa phase princeps de production les éclats obtenus sont comme dans le cas des débitages SSDA ou de type D1 courts et épais et, dans sa phase terminale de façonnage (lorsqu’elle est présente) les pièces sont appointées ou à tranchant transversal (fig. 7).

Fig. 7 – Matrices mixtes trifaciales.

Fig. 7 – Matrices mixtes trifaciales.

1. Combe Brune 2 ; 2. Combe Brune 3 ; 3. Les Pendus ; 4, 5. Barbas I.

27L’ensemble de ces gisements illustre donc la coexistence d’au moins deux de ces différents schémas de production au sein de leur industrie (Brenet et al. 2014b, Herisson et al. 2016).

28La ramification des chaînes opératoires de débitage (Bourguignon et al. 2004, Mathias et Bourguignon 2020) réalisée sur des éclats-matrices issus des modes de productions dominants semble attestée dans tous les assemblages même si les proportions et les associations diffèrent selon les industries. Ces débitages aux dépens de faces inférieures et/ou de faces supérieures d’éclats (fig. 8, n° 1-4) illustrent là aussi la coexistence de plusieurs schèmes de production : d’un unique éclat à une production récurrente souvent identique à la production dominante sur bloc.

29L’outillage retouché (fig. 8, n° 5-12) sur éclat en complément de celui sur pièces façonnées, est assez diversifié bien que peu abondant (toujours inférieur à 9 %). Il présente de nombreux racloirs, encoches, denticulés et quelques pièces amincies et couteaux à dos retouché ou outils de type Paléolithique supérieur tels que les grattoirs.

Fig. 8 – Nucléus et supports issus d’un débitage aux dépens d’éclats et outillage retouché.

Fig. 8 – Nucléus et supports issus d’un débitage aux dépens d’éclats et outillage retouché.

1-3, 7, 9, 12. Le Saraillet ; 5. Combe Brune 3 ; 8. Sans Pareil UA2 ; 4, 6, 10-11. Combe Brune 2.

30Les tests d’analyses fonctionnelles réalisés sur certaines de ces industries montrent (fig. 9), malgré une assez mauvaise conservation des traces, des tendances fonctionnelles domestiques qui pourraient être orientées vers le traitement des carcasses animales ; traces de coupe de matière tendre ou semi-dure (à Cantalouette I, Combe Brune 2, fig. 9, n° 4 et Combe Brune 3, fig. 9, n° 3), évidences de raclage de peau (à Combe Brune 3, fig. 9, n° 2) et traces liées à la percussion lancée sur des matières semi-dures à dures (bois ? os ? ; à Barbas I, Combe Brune 3, fig. 9, n° 1, Combe Brune 2, Le Saraillet, fig. 9, n° 5 ; Lemorini 1994, Rios 2005, Claud 2006, Bourguignon et al. 2016). Enfin, plusieurs pièces issues d’un façonnage et/ou d’un débitage (bifaces et nucléus) de certains sites (e.g. Cantalouette I n. V et Le Saraillet) montrent des traces témoignant de leur utilisation pour percuter des matières minérales, dont une partie correspond à des percuteurs de taille (fig. 9, n° 6 ; Brenet et al. 2006, Claud 2016).

Fig. 9 – Traces d’utilisation sur l’outillage brut et retouché des sites de Combe Brune 2 (4), Combe Brune 3 (1-3) et Le Saraillet (5, 6).

Fig. 9 – Traces d’utilisation sur l’outillage brut et retouché des sites de Combe Brune 2 (4), Combe Brune 3 (1-3) et Le Saraillet (5, 6).

1. « Hachoir » avec macro-et micro-traces de percussion sur matière dure ; 2. Racloir avec micro-traces de raclage de peau ; 3. Lame brute avec des traces de découpe d’une matière semi-dure ; 4. Biface portant des esquillements liés à la découpe de matière tendre (possible boucherie) ; 5-6. Macro-traces de percussion lancée sur matières dures.

31Les comportements techno-économiques se caractérisent tout d’abord par un approvisionnement exclusif en matières premières locales. Qu’elles soient ultra-locales (gîte in situ ou à proximité immédiate) ou péri-locales (gîtes localisés entre 1 et 5 km), elles sont acquises le plus souvent en position primaire dans les altérites (bergeracois ou calcédoine tertiaire) ou en position secondaire dans les alluvions de la Dordogne (Sénonien s.l. et quelques calcédoines ; Boëda et al. 2004, Folgado et al. 2005, Brenet et al. 2006, Bourguignon et al. 2016).

32Cette absence de matériaux avoisinants et lointains doit être ici soulignée. En effet, au sein d’autres gisements sub-contemporains régionaux comme Champs de Débats, Petit Bost, Croix de Canard, Pech de l’Aze 2, Combe Grenal c. 59 à 64 ou encore Vaufrey, les analyses pétro-archéologiques attestent la présence de matériaux exotiques d’avoisinants à lointains et en particulier l’importation de silex provenant du Bergeracois (Geneste 1985, 1988, 1989, Delpech et al. 1995, Brenet et Folgado 1997, Turq 2003, Detrain et al. 2005, Bourguignon et al. 2008a), illustrant une mobilité sur de moyennes à longues distances de ces groupes humains et leur relation avec le Bergeracois. Or, en Bergeracois, aucune occupation ne matérialise pour l’heure la connaissance ou le parcours d’un territoire d’approvisionnement au-delà de 5 km.

33Nonobstant, dans ce territoire « restreint », les analyses techno-économiques montrent l’existence d’import/export de matrices à différents stades des chaînes opératoires de façonnage ou de débitage. Ce flux et reflux d’objets sont particulièrement développés pour les pièces bifaciales de la couche C’3 de Barbas I et de Cantalouette I, et touche également la production Levallois (produits finis importés à Barbas et exportés au Garris et au Saraillet ; Boëda et al. 2004, Brenet et al. 2008a, 2008b, Brenet 2011, Bourguignon et al. 2016, Bourguignon à paraître). De même, une mobilité des lames (Levallois et non Levallois) est perceptible, elles sont introduites brutes ou retouchées au sein des occupations (Le Saraillet, Bourguignon et al. 2016). L’ensemble reflète ainsi une complémentarité des occupations au sein d’un territoire strictement local et péri-local (Bourguignon et al. 2004, 2016, Brenet et al. 2014b). Ainsi, sur le plan du statut et mode de fonctionnement des sites, on constate des occupations où l’activité dominante semble être la production, comme à Barbas I c’4 avec la confection massive de pièces bifaciales vouées à une utilisation différée et l’introduction de quelques pièces déjà façonnées. À Combe Brune 2 et à Le Saraillet, le débitage (Levallois) en partie réalisé in situ s’accompagne d’une exportation de nucléus et de supports et de l’introduction de quelques bifaces finis. Aux Garris II niv. 3, l’exportation importante d’éclats Levallois préférentiels est assortie d’une importation de supports de même nature en Sénonien.

34Les occupations de Cantalouette 1, Combe Brune 3, Barbas I c’3 seraient plutôt orientées quant à elles vers des activités mixtes de production et de consommation avec : pour Cantalouette 1, l’utilisation de nombreux bifaces façonnés sur place et de quelques pièces importées et, pour Combe Brune 3 et Barbas I, l’apport, la réfection, la production, l’utilisation et l’exportation de bifaces élaborés en parallèle à un outillage expédient sur éclat réalisé et utilisé sur place.

35Constatons cependant pour ces périodes anciennes l’absence, dans l’état actuel des recherches, de sites où la consommation occuperait une place dominante de type halte spécialisée.

Sites paléolithiques moyens récents post-éémiens (stades isotopiques 5a, 4 et 3)

  • 11 Rattaché au MTA sur la base de la présence de bifaces triangulaires (Guichard 1976b) alors que sa p (...)

36Pour ce qui concerne le Moustérien « récent », post-éémien postérieur à 110 kA, il n’est connu sur ce secteur qu’à partir de 80 kA et s’étend jusqu’à 40 kA environ, 17 sites pour 19 occupations stratifiées différentes sont identifiées : Corbiac Château, Le Combal, Toutifaut Maurens11, Combe Brune 1, Combe Brune 2 (niv. I), La Doline de Cantalouette II, Cantalouette IV, Vieux Coutets, Les Rigoux, Barbas III n. 3, Barbas V n. 3, La Graulet III n.2, Les Garris I, Les Garris 2 (niv.2), La Conne de Bergerac et Canolle ferme avec 2 niveaux (Bordes 1966, 1969, Guichard 1976b, Fitte et al. 1982, Boëda et al. 1996, Turq 2001, 2003, Bourguignon et al. 2003a, 2003b, 2022a, Brenet et Bertran 2005, Ortega et al. 2005, Blaser et al. 2006, 2012, Brenet et al. 2008b, Bourguignon et al. 2008b, Grigoletto et al. 2008, Bundgen et al. 2009, Ortega 2009, Bidard et al. 2011, Bourguignon et al. 2018, Brenet in Bourguignon et al. à paraître, Bourguignon et al. sous presse a et b). Enfin, le site du Bout des Vergnes en marge ouest de notre secteur d’étude, entre également dans cette fourchette chronologique (Ihuel 2013, Brenet et al. 2017, Michel et al. 2019, Courbin et al. 2020).

37Parmi ces occupations, huit sont datées par les méthodes radiométriques ou paléodosimétriques (tabl. 2) : Cantalouette IV et les Garris 2 occupent le stade isotopique 5a ; La Doline de Cantalouette II le stade 4 ; quant à Combe Brune 1, Barbas III, le Bout des Vergnes et Canolle Ferme, ils se positionnent durant le stade isotopique 3. Deux sites recouvriraient deux stades isotopiques différents : Vieux Coutets (stade 4 et 3) et Cantalouette IV (stade 5b et 4) en raison d’un palimpseste probable. Enfin, la datation des unités stratigraphiques encadrant le niv. 2 de Combe Brune 2 le placerait entre le stade 4 et le stade 3.

Tabl. 2 – Datations des niveaux du Paléolithique moyen récent en Bergeracois.

Site Niv. archéo et/ou US Type datation Échantillon Âge (kA avant 2000 pour TL et OSL ; kA BP et cal BP pour 14C
Cantalouette 2 Moustérien TL Bdx 8842 61,4 ± 5
Cantalouette 4   TL Bdx 9334 61 ± 5
n. 1 TL Bdx 9335 94 ± 9
Combe Brune 1 1 Moustérien TL Bdx 10033 42,1 ± 5
Garris 2 2 Moustérien TL Bdx 9622 82,0 +-5
Vieux Coutets Moustérien TL Bdx 9373 62 ± 3
Moustérien TL Bdx 9383 53 ± 5
Moustérien TL Bdx 10733 52 ± 3
Barbas III Moustérien C14 n.d. 38,3 ± 0,5 kA BP
42,0-42,8 cal BP
Moustérien C14 GIFA93050 43,5 ± 2,5 kA BP
42,4-51,8 cal BP
Bout des Vergnes Moustérien OSL   50,3 kA ± 4,5
Combe Brune 2 I entre US 4a et US 3b OSL   63,1 ± 6,5 kAa
39,2 ± 4,0 kAb
Canolle Ferme n. 60 et 55 OSL   Entre 78,5 ± 11,8
et 55,1 ± 7,8

Dates TL réalisées sur silex brûlés et à Barbas III par 14C sur charbon de bois, calibration IntCal09 et date OSL ; d’après Boëda et al. 1996b, Vieillevigne et al 2008, Frouin et al. 2014, Brenet et al. 2016, Lahaye 2018, Michel et al. 2019.

38La composition techno-typologique des assemblages moustériens « post-éémiens » traduit là aussi une assez grande diversité.

  • 12 « Localisées sur une surface d’une cinquantaine de m2, à environ un mètre de profondeur, à proximit (...)

39La présence d’une chaîne opératoire de façonnage (fig. 10) est l’élément commun à tous ces gisements (hormis Garris 2, cf. infra), autorisant leur attribution typo-culturelle à un Moustérien de tradition acheuléenne sensu lato pour la majorité d’entre eux. Contrairement aux périodes antérieures, son développement au sein des industries est discret (de deux à 15 pièces bifaciales) représentant très souvent moins de 1 % et au maximum 2 % des assemblages (au Bout des Vergnes s.5 inf.) exception faite du niv. 55 000 de Canolle Ferme et de Toutifaut Maurens sur lesquels nous reviendrons. L’occupation la plus récente de Combe Brune 2 (niv. I) constituerait avec réserve12 un cas particulier, les cinq pièces bifaciales découvertes composent en effet les uniques vestiges post-éémien découverts dans ce secteur est du gisement.

40La conception de façonnage plano-convexe est largement dominante tout en illustrant une grande diversité dans les techno-types présents (à bords convergents, à tranchant transversal, à bord oblique etc. ; fig. 10) illustrant parfois différents stades de façonnage, de confection ou de recyclage.

Fig. 10 – Pièces bifaciales.

Fig. 10 – Pièces bifaciales.

1. La Graulet III ; 2, 7, 9-10. Bout de Vergnes ; 3. La Conne de Bergerac ; 4, 12. Canolle Ferme ; 5, 6. Vieux Coutets ; 8. Barbas V ; 11. Barbas III.

41Dans l’essentiel des sites avec pièces bifaciales les déchets résultant du façonnage, confection et réaffûtage (éclat de façonnage s.l.) sont rares (moins d’une quinzaine) voire totalement absents comme à La Graulet III. Cette carence associée à l’absence de remontage avec les pièces bifaciales présentes dans les industries atteste que ces quantités sont, dans tous les cas, insuffisantes pour témoigner d’une production sur place. Seuls deux sites dérogent à ces caractéristiques et seraient le siège d’activités de façonnage intenses : Toutifaut Maurens et Canolle Ferme (Guichard 1976c, Bourguignon et al. 2018). Le niveau moustérien le plus récent de ce dernier site peut être considéré à l’image de son homologue anté-éémien Barbas c’3 comme un site de production de pièces bifaciales (sans pour autant dans les deux cas, être attribués à des ateliers s.s.).

42C’est essentiellement sur les systèmes de débitage mis en œuvre que des différenciations entre toutes ces occupations peuvent être établies.

43Ainsi, en parallèle au façonnage, l’occupation moustérienne de Barbas III illustre l’emploi exclusif du débitage Discoïde (Boëda et al. 1996b), alors qu’à Combe-Brune 1, aux Vieux Coutets, Corbiac et Toutifaut Maurens c’est le débitage Levallois (récurrent ou préférentiel) qui domine largement sans pour autant être exclusif (fig. 11).

Fig. 11 – Débitage Levallois préférentiels (1, 2, 10, 11 et 14) récurrents (3 à 5, 7 à 13 et 15) et laminaire (6).

Fig. 11 – Débitage Levallois préférentiels (1, 2, 10, 11 et 14) récurrents (3 à 5, 7 à 13 et 15) et laminaire (6).

1. Cantalouette 2 ; 2, 3, 6, 10-12. Combe Brune 1 ; 4-5. Cantalouette IV ; 7-9. Vieux Coutets ; 13-15. Canolle Ferme.

44D’autres assemblages illustrent une coexistence de plusieurs systèmes de débitage :

  • Levallois et Discoïde (fig. 11) à La Conne de Bergerac, La Graulet 3, (Brenet et al. 2016, Brenet in Bourguignon et al. à paraître) et le Bout de Vergnes s. 5inf (Brenet et al. 2016, Iwen et al. à paraître) où le Discoïde est le système de débitage dominant (se rapprochant en ce sens de Barbas III) ;
  • Levallois linéal et Algorithmique unipolaire de type D ou typo Levallois (fig. 12) à la Doline de Cantalouette II et Canolle Ferme (Bourguignon et al. 2008b, 2018, 2022a). À Canolle Ferme, quel que soit le niveau (55 ou 60) et la place tenue par le façonnage dans la production, les systèmes de débitage apparaissent beaucoup plus diversifiés que dans les autres sites bien que le débitage de type D typo-Levallois soit toujours dans de plus grandes proportions que le débitage Levallois s.s. (de type F) toujours présent (sous forme de nucléus et/ou d’éclats) et que les autres types de débitages C et D ;
  • ou encore Levallois et laminaire à Cantalouette IV (Blaser et al. 2006, 2012) où le laminaire représente 33 % de l’assemblage et dans une moindre mesure Combe Brune I et à Canolle Ferme (Bourguignon et al. 2011, 2018 ; fig. 13). Ce débitage laminaire illustre une construction volumétrique de type Paléolithique supérieur. Ainsi l’aménagement de crête antéro-latérale et une exploitation bipolaire semi-tournante à partir de deux plans de frappe asymétriques permet d’obtenir des lames au percuteur dur d’assez grands gabarits et massives (jusqu’à 17 cm) à Cantalouette IV (fig. 13, n° 1-3 ; Blaser et al. 2006, 2012) alors qu’à Combe-Brune 1 le débitage laminaire est plus gracile, mis en œuvre sur tranches d’éclats sans mise en forme (fig. 13, n° 5-6 ; Bourguignon et al. 2011, 2018). Sur les trois sites, en parallèle à ces productions de lames, la recherche de produits également allongés est renforcée par d’autres types de débitages via des schémas unipolaires convergents réalisés sur des nucléus pyramidaux (à Cantalouette IV et Combe Brune 1 ; fig. 13, n° 9-11) ou autre (Cantalouette IV ; fig. 13, n° 7-8). De même, un débitage d’éclats laminaires particuliers caractérise l’industrie des Garris 2, seule occupation de cette période dépourvue de façonnage (Bourguignon et al. 2003a, 2003b, 2004b, 2006b, Grigoletto et al. 2004, à paraître, Rios et al. 2006, Bourguignon et al. in Bidard et al. 2011). Il se caractérise par la recherche de produits allongés punctiformes dans leur tiers-distal. Pour ce faire une mise en forme spécifique est mise en place par des enlèvements prédéterminants, convergents outre-débordants et outre-passants (fig. 13, n° 12-14).

Fig. 12 – Débitages Discoïde (1-8) et de type D typo-Levallois (9-15).

Fig. 12 – Débitages Discoïde (1-8) et de type D typo-Levallois (9-15).

1-2. Bout des Vergnes ; 3-4. Barbas III ; 5-8. Vieux Coutets ; 9-10. Cantalouette 2 ; 11-15. Canolle Ferme.

Fig. 13 – Débitages laminaires (1-6) et à éclats allongés (7-14).

Fig. 13 – Débitages laminaires (1-6) et à éclats allongés (7-14).

1-3, 7, 9-10. Cantalouette IV ; 4-6, 11. Combe Brune 1 ; 8. Vieux Coutets ; 12-14. Les Garris.

45Comme pour les périodes antérieures, la ramification des chaînes opératoires de production (fig. 14) est représentée. Elle peut dans certains sites atteindre des proportions importantes (plus de 38 % des nucléus de Vieux Coutets et de Canolle Ferme niv. 55 sont réalisés sur éclat-matrice). Sur les sites où cette ramification a fait l’objet de décomptes spécifiques, elle n’est jamais inférieure à 11 % et touche tous les systèmes de production à éclats (Levallois, Discoïde, de type D ; tabl. 3). Ainsi, hormis pour les chaînes opératoires laminaires, des produits issus de différentes séquences opératoires sont sélectionnés pour devenir des matrices de production. Une seconde caractéristique de ces chaînes opératoires ramifiées est qu’elles font souvent l’objet d’une exportation des produits de type kombewa (Mathias et Bourguignon 2019). Les ratios « éclats de type kombewa/nucléus sur éclat » montrent systématiquement une sous-représentation des éclats (tabl. 3).

Fig. 14 – Ramification des chaînes opératoires nucléus sur face inférieure et supérieure d’éclat-matrice et éclats de type Kombewa.

Fig. 14 – Ramification des chaînes opératoires nucléus sur face inférieure et supérieure d’éclat-matrice et éclats de type Kombewa.

1, 7. Combe Brune 1 ; 2. Garris 2 ; 3, 5. Canolle Ferme ; 4-6, 9. Cantalouette 2 ; 8. Vieux Coutets.

Tabl. 3 – Effectifs et pourcentages des matrices et supports illustrant la ramification des chaînes opératoires.

Site Nb de nucléus Nb de nucléus/éclat Nb d’éclats de type Komb % de Nucléus sur éclat/nucléus Ratio éclat Komb /nucl/éclat Techno-complex
Canolle Ferme 60 73 8 0 11 0 Type D dominant
Canolle Ferme 55 18 7 30 38,9 4,3 Façonnage dominant
Cantalouette 2 141 39 41 27,7 1,1 Type D dominant
Vieux Coutets 78 30 14 38,5 0,5 Levallois + biface
Combe Brune 1 35 8 15 22,9 1,9 Levallois + biface
La Conne de Bergerac 73 10 12 13,7 1,2 Levallois + discoïde
Bout des Vergnes 59 9 5 15 0,5 Discoïde + biface

D’après Bourguignon et al. 2008, 2018, 2022a, Bourguignon in Bidart et al. 2011, Bourguignon in Ortega et al. 2017, Mathias et Bourguignon 2019, Courbin et al. 2020, Brenet in Bourguignon et al. à paraître.

46Dans de nombreux cas, des matrices dites mixtes (fonctionnelles et productionnelles) sont également représentées et peuvent prendre des configurations volumétriques particulières comme c’est le cas notamment sur le site de Canolle Ferme (sur support débité ou façonné ; fig. 15, n° 3-6) ou encore à Cantalouette 2 où la production s’effectue via la technique de fracturation intentionnelle et où chaque fragment devient un support utilisable (brut ou confectionné ; fig. 15, n° 4-5 ; Bourguignon et al. 2008, 2018, Pradet et al. in Bourguignon et al. 2022a).

Fig. 15 – Matrices mixtes productionnelles et fonctionnelles illustrant la ramification des chaînes opératoires.

Fig. 15 – Matrices mixtes productionnelles et fonctionnelles illustrant la ramification des chaînes opératoires.

1, 2, 7-8. Cantalouette 2 ; 3-6. Canolle Ferme.

47On notera l’exploitation (par débitage et/ou façonnage) de galets de quartzite et de granite sur le site de La Conne de Bergerac ou en grès sur le site de Canolle Ferme, selon des modalités variées : unipolaire, bipolaire et bipolaire sur enclume ou type clactonien par séries courtes (Bourguignon et al. 2018, Brenet in Bourguignon et al. à paraître). Les productions sur ces matériaux, réservés d’habitude à des outils de percussion (très souvent présents dans les occupations) sont assez rares pour ces périodes post-éémiennes en Bergeracois pour mériter d’être soulignées.

48L’outillage retouché de ces assemblages du Moustérien récent peut être assez abondant (jusqu’à 12 % à Combe Brune 1), il présente surtout un spectre typologique large avec des formes typiques : couteaux à dos retouché, pointes moustériennes, grattoirs (typiques et atypiques ; fig. 16), accompagnés d’encoches, de denticulés et bien sûr de divers types de racloirs (simples et doubles et convergents ; fig. 16, n° 16). Peu d’outils traduisent un cycle d’utilisation et de ravivage intensif (Cantalouette II, Combe Brune 1 ; Bourguignon et al. 2008) et inversement régulièrement quelques pièces amincies sont présentes dans tous les sites (fig. 16).

Fig. 16 – Outillage retouché.

Fig. 16 – Outillage retouché.

1-2. Vieux Coutets ; 2, 7, 12-13. Canolle Ferme ; 6, 9, 14, 17. Cantalouette ; 3-5, 8, 11, 18. Combe Brune 1 ; 10. La Conne de Bergerac.

49D’un point de vue fonctionnel, cet outillage semble orienté vers des tâches domestiques larges. Malgré une assez mauvaise conservation, les tests tracéologiques montrent le travail de matériaux assez diversifiés tels que le bois ou une matière semi-dure pouvant correspondre au bois (en raclage à Cantalouette II et Combe Brune 1, Corbiac, Vieux Coutets, Canolle Ferme niv. 55 ; fig. 17, n° 1), la peau (raclage de peau fraîche à Cantalouette 2 et Corbiac, et sèche aux Vieux Coutets, en association à de l’ocre à Cantalouette II) et la viande sur tous les sites (Anderson-Gerfaud 1990, Bourguignon et al. 2008, Claud in Brenet et al. 2008b, Claud et al. 2009, Rios in Bidart et al. 2011, Claud in Bourguignon et al. 2018, Rios in Bourguignon et al. à paraître ; fig. 17, n° 3-7). Ces dernières activités de boucherie s.l. ont été réalisées à l’aide d’outils sur éclats ou sur pièces bifaciales (e.g. découpe délicate de matière carnée et/ou cutanée à La Conne de Bergerac et Canolle Ferme ; fig. 17, n° 8 ; Claud 2008, Claud in Bourguignon 2018) mais aussi de tranchants bruts dont des éclats de façonnage (Canolle Ferme et Vieux Coutets ; Rios in Ortega et al. 2017, Claud in Bourguignon et al. 2018 ; fig. 17, n° 4).

50Sur certains sites, les analyses fonctionnelles suggèrent, comme pour les périodes antérieures, un emploi prononcé de la percussion lancée sur matière semi-dure à dure pouvant correspondre à du bois avec une pièce bifaciale à tranchant distal souvent transversal à Combe Brune 2 niv. I, La Graulet III et La Conne de Bergerac (Claud 2008) ou tout simplement avec des tranchants bruts d’éclats massifs à Cantalouette II qui, dans ce site, ont pu également servir à des activités bouchères (Bourguignon et al. 2006a, Bourguignon et al. 2008, Clemente in Bourguignon et al. 2022a, Bourguignon et al. 2022b ; fig. 18, n° 1). Outre des activités de raclage et de tranchage par percussion, les matières semi-dures pouvant correspondre à du bois ont également été fendues à l’aide de pièces intermédiaires utilisées en percussion indirecte (Canolle Ferme niv. 55 000 ; Claud in Bourguignon et al. 2018 ; fig. 18, n° 2).

51Tout comme pour les sites anté-éémiens, l’utilisation de bifaces dans des actions de percussion sur minéral sont présents à Bout des Vergnes s.5 inf et Canolle Ferme (Brenet et al. 2016, Claud in Bourguignon et al. 2018, Claud in Ewen et al. à paraître). Ces stigmates de percussion sont souvent associés à des traces de frottement des surfaces contre une matière dure minérale abrasive (mêmes sites) ; certaines pièces (Canolle Ferme niv. 55 et Bout des Vergnes) pourraient être l’origine de percussions répétées sur des matériaux ferreux telle la pyrite pour la fabrication de feu (Soressen et al. 2018 ; fig. 18, n° 5). D’autres pièces bifaciales montrent des usures très probablement liées à leur transport (Canolle Ferme niv. 55 ; Claud in Bourguignon et al. 2018).

52Plus rarement des éléments de « projectiles » ou d’hast (Combe Brune 1 et Cantalouette II ; Bourguignon et al. 2008, Rios in Bidart et al. 2011) ou des outils ayant pu servir au rainurage d’os (un unique outil à Cantalouette II, Bourguignon et al. 2008) ont été reconnus.

53Enfin, signalons des traces d’emmanchements sur certains outils retouchés de la doline de Cantalouette 2 (Bourguignon et al. 2019 ; Clemente in Bourguignon et al. à paraître ; fig. 18, n° 3-4) et également sur ceux de Corbiac (Anderson-Gerfaud 1990).

54L’ensemble de ces faits montrent une nouvelle fois que même si les activités de taille constituent l’essentiel des activités menées durant les occupations de plein air moustériennes récentes du Bergeracois, elles ne sont jamais exclusives et que des activités de subsistance par l’acquisition/consommation de matériaux diversifiés (issus du monde végétal et animal) sont largement représentées.

Fig. 17 – Traces d’utilisation de l’outillage du Paléolithique moyen récent.

Fig. 17 – Traces d’utilisation de l’outillage du Paléolithique moyen récent.

1. Macro-éclat fracturé du niveau moustérien de la doline de Cantalouette 2 qui présente outre des altérations post-dépositionnelles, trois fronts actifs : proximal, proximo-latéral gauche et distal. Celui qui présente les traces les plus claires est le front distal, où l’on peut observer sur la face supérieure des esquillements et sur la face ventrale (de contact) des micro-traces liées à une action transversale de type rabot (varlope ou demi-varlope) sur bois (1-4). Les deux autres bords ont également été utilisés pour la même activité mais avec beaucoup moins d’intensité (5 ; Clemente in Bourguignon et al. à paraître). 2-3. Racloirs du niveau moustérien de Combe Brune 1 illustrant le raclage de la peau (2) et du bois (3). 4. Éclats bruts de façonnage du niveau moustérien de Canolle Ferme (niv. 55) portant des traces liées à la découpe de matière tendre (trait orange), tendre à semi-dure (trait rouge foncé) et tendre à semi-dure carnée (trait rose), et traces d’utilisation macro- et microscopiques associées. a-c. Esquillements ; d. Possible micro-poli lié à la découpe de viande (Claud in Bourguignon et al. 2018). 5-7. Éclats bruts et racloirs du niveau moustérien des Vieux Coutets, montrant des traces de raclage de la peau sèche (7), de découpe de viande (5) et de travail d’une matière semi-dure (bois ?) selon une action longitudinale (6). 8. Bifaces du site de Canolle Ferme (niv. 55) portant des traces liées à la découpe de matière tendre à semi-dure, tendre à semi-dure carnée et traces d’utilisation macro et microscopiques associées. a-c. Esquillements ; d. Micro-poli de découpe carnée (Claud in Bourguignon et al. 2018).

Fig. 18 – Traces d’utilisation et d’emmanchement de l’outillage du Paléolithique moyen récent.

Fig. 18 – Traces d’utilisation et d’emmanchement de l’outillage du Paléolithique moyen récent.

1. Macro-éclat du niveau moustérien de la doline de Cantalouette 2 qui présente des esquillements sur les deux faces et des micro-traces d’utilisation (1-8) qui sont attribués au hachage de bois et/ou d’os (matière semi-dure indéterminée ; Bourguignon et al. 2019, 2022a, 2022b,). 2. Pièces intermédiaires du niveau moustérien de Canolle Ferme utilisée pour transformer une matière semi dure (haut) et fragment mésial d’une pièce pouvant également résulter d’une utilisation en pièce intermédiaire (bas). Les flèches indiquent le sens des esquillements et des fractures liées à l’utilisation et le rectangle jaune la localisation des fissurations d’impact. a, b. Fissurations d’impact ; c. Esquillement en flexion (Claud in Bourguignon et al. 2018). 3. Racloir double à base amincie du niveau Moustérien de la Doline (n° 60861) dont le tranchant latéral droit retouché est utilisé dans des activités de boucherie montrant à la fois des contacts avec une matière tendre (2, 4) et dure (3). Les macro-traces 1 et 5 pourraient être liées à un emmanchement. Les extractions d’amincissement proximo-latérale sur la face inférieure pourraient avoir été réalisées dans ce but. Une lecture techno-fonctionnelle de la confection des différentes UTF de la pièce en propose un mode en hypothèse (Bourguignon et al. 2019, Bourguignon in Bourguignon et al. 2022a, Clemente in Bourguignon et al. 2022a). 4. Racloir double à retouche biface du niveau Moustérien de la Doline (n° 67135) présentant des traces d’activité de boucherie en partie distale. Les parties 1 et 2 montrent des micro-traces de contact avec une matière tendre animale alors que la partie 3 enregistre un contact avec une matière dure (os). Les photos 4 et 5 sont des polis de type « G » qui peuvent être liés à un emmanchement. Une lecture techno-fonctionnelle de la confection des différentes UTF de la pièce illustre la conception de l’outil et une hypothèse d’emmanchement (Bourguignon et al. 2019, Bourguignon in Bourguignon et al. 2022a, Clemente in Bourguignon et al. 2022a). 5. Biface de Canolle Ferme, en jaspe, portant diverses traces d’usures macro- et microscopiques sur ces bords et ses faces, indiquant son utilisation comme briquet (faces), son utilisation possible pour découper une matière tendre à mi-dure (bord distal gauche), ainsi qu’une conservation différentielle des arêtes des surfaces (transport, conservation ?). a. Fissurations d’impact ; b, g. Macro-stries ; c, h. Micro-stries ; d, e. Esquillements ; g. Écrasements ; i. Arête intacte ; j. Arête émoussée (Claud in Bourguignon et al. 2018).

55D’une manière générale les modalités d’approvisionnement en matières premières ne dérogent pas à la règle des modes de gestion identifiés pour cette période récente du Paléolithique moyen (e.g. Geneste 1985, Turq 2000, Turq et al. 2016) à savoir, une exploitation quasi exclusive des matériaux locaux (de 96 % à 99 % des matériaux exploités).

56Les silex avoisinants, d’une provenance comprise entre 5 et 15 km sont peu représentés (0,5 %) et plus rares en moyenne que les matériaux de provenance plus lointaine qui atteignent plus de 3,5 % dans certains gisements (Combe-Brune 1 ; Bourguignon et al. 2006b, Bourguignon et al. in Bidart et al. 2011). Ces matériaux proviennent de sources d’approvisionnement assez diversifiées, tant d’un point de vue géologique (Santonien, Campanien inférieur, Sénonien s.l., Bajocien) que gîtologique avec des acquisitions en position primaire (ou sub-primaire, argiles, altérites) et secondaire (alluvions, dépôts de pente, formation du grain de sel…).

57Les ressources exotiques identifiées dans ces occupations illustrent l’emprunt d’axes de circulation d’orientations diversifiées : particulièrement d’est en ouest depuis le Périgord noir (silex du Sénonien sensu lato), voire les contreforts du Quercy localisés à 90 km (silex bajocien), mais aussi depuis le Nord, des confins sud des Charentes et la vallée de l’Isle. Les territoires méridionaux et plus largement la rive gauche de la Dordogne au-delà des contreforts de sa vallée (calcédoine tertiaire) ne sont, à l’inverse, pas exploités (ou du moins aucun de ces matériaux n’est présent dans les industries).

58Les comportements techno-économiques vis-à-vis des matériaux locaux s’expriment dans de nombreux cas (sept occurrences sur 12) de façon identique par leurs modes d’introduction et de gestion à ceux reconnus pour les matériaux d’origine avoisinante ou lointaine. Les séquences représentées illustrent un fractionnement des chaînes opératoires important ou un apport d’éléments isolés (bruts ou retouchés), ce dont témoignent l’absence ou les courtes séquences de remontages (Bourguignon et al. 2011, Turq et al. 2013). Ce comportement touche essentiellement les chaînes opératoires de façonnage et de débitages Levallois et laminaires sur tous les sites où elles sont représentées. Les états d’introduction et/ou d’exportation sont diversifiés, de l’éclat brut à l’outil retouché en passant par des nucléus ou des pièces en cours de façonnage voire fortement ravivées ou recyclées.

59Ce comportement vis-à-vis des matériaux locaux remet en cause la relation étroite de dépendance qu’il est coutume de prôner entre l’éloignement au gîte et le degré d’élaboration des produits importés qui décrit un état d’élaboration et/ou d’exhaustion augmentant proportionnellement à l’éloignement de la source (Geneste 1985, 1988, Féblot Augustin 1992, 1997, 1999a, 1999b).

60Enfin, comme pour la période précédente, une complémentarité entre les sites à l’intérieur du territoire bergeracois est perceptible : faciès de production largement dominant au Garris, mixte de production et de consommation à Canolle Ferme et Vieux Coutets et d’utilisation dominant à Combe Brune 1. Le site de Cantalouette 2, quant à lui serait, sur la base des activités réalisées (diversifiées touchant à la fois le monde végétal et animal et traduisant des chaînes opératoires complètes), corrélable à un camp de base (Bourguignon et al. 2008b, 2019). Tous illustrent, quelle que soit la distance à parcourir, une forte anticipation des besoins et probablement une intensité d’occupations dans ce territoire Bergeracois.

Sites châtelperroniens

61Sept sites appartiennent à cette période dite de transition, parmi lesquels cinq ont fait l’objet d’une fouille, programmée (Barbas III et Canaule II) ou préventive (Vieux Coutets, Canolle Ferme et Bout des Vergnes s.5, int), alors que les deux autres ont seulement fait l’objet d’un diagnostic (Les Rigoux locus 2 et Barbas V), (Guichard 1970, Guichard et Guichard 1989, Boëda et al. 1996b, Bourguignon et al. 2004, Bachellerie 2006, Bachellerie et al. 2007, Brenet et Bertran 2005, Grigoletto et al. 2008, Ortega et al. 2004, Ortega et al. 2009, Hiuel 2013, Michel et al. 2020).

62L’ensemble de ces gisements est compris dans des sols comportant des signatures pédologiques spécifiques de cette période (Sellami 1999), marquant un redoux avant le stade de Heinrich 4. Ces sols ont par ailleurs été reconnus sur trois autres sites stratifiés au sein de dépressions (Cantalouette IV, Sans Pareil et La Graulet VI) mais sans vestige associé (Sellami in Blaser et al. 2006, Sellami in Bundgen et al. 2009, Sellami in Bourguignon et al. 2022a). Deux niveaux châtelperroniens ont obtenu des datations paléodosimétriques TL Vieux Coutets et Canolle Ferme (tabl. 4) et la datation du niveau MTA de Barbas III le positionne avant 43 kA (tabl. 3). Sur Canolle Ferme les datations OSL, qui ont compris des mesures de dosimétrie Al2O3 :C et de spectrométrie gamma de terrain, ont donné un âge compris entre 39 et 35 kA soit plus jeune que l’unique autre site châtelperronien du Bergeracois daté, Vieux Coutets, situé entre 39 et 43 kA (tabl. 4), mais qui aux incertitudes près sont compatibles. Enfin les datations des deux niveaux qui encadrent le Châtelperronien au Bout de Vergnes le placent dans une fourchette comprise entre 50 kA et 31 kA (cf. tabl. 3 et 4).

Tabl. 4 – Datations du Châtelperronien à Vieux Coutets (Lahaye in Ortega et al. 2017) et Canolle Ferme (Lahaye in Bourguignon et al. 2018).

Site Niv. Archéo et ou US. Type datation Échantillon Âge (kA)
Canolle Ferme Niv. 4 Châtelperronien OSL CLF-03 et 05 34,7 ± 1,7 et 38,7 ± 1,7
Vieux Coutets TL Châtelperronien OSL   44.6 ± 4,8
TL 41 ± 2
  • 13 Entre >46 et 42 kA cal pour la couche 8 de Roc de Combe (Hedges et al. 1990) entre 42,2 ± 2,9 (OSL) (...)

63Ces dates sont en accord avec celles obtenues régionalement en milieu karstique entre 39 et 46 kA13 à Roc de Combe c 8, la Ferrassie niv. 6 et Cassenade (Hedges et al. 1990, Guérin et al. 2015, Discamps et al. 2019) mais aussi avec les âges radiocarbones obtenus récemment à la Grotte du Renne à Arcy-sur-Cure et de Saint-Césaire (Hublin et al., 2012, voir également Mercier et al. 1991) et du site de plein air des Bossats (Bodu et al. 2017). Résultats qui, comme ailleurs, ne sont pas sans poser problème en termes de recouvrement avec d’autres faciès culturels qu’il s’agisse du Paléolithique moyen récent ou du Paléolithique supérieur initial. Les sites châtelperroniens bergeracois au nombre de sept, sont incontestablement un apport majeur à la compréhension de cette période charnière et du phénomène de transition, tant d’un point de vue synchronique que diachronique. En effet sur ce territoire lithologique assez restreint et bien circonscrit neuf sites sont compris entre 55 et 33 kA.

64En ce sens, entreprendre de nouvelles mesures pour datations sur les deux sites voisins de Canolle Ferme, à Barbas III (Aurignacien et Châtelperronien) et à Canaule II (Châtelperronien et MTA) constituerait un atout majeur dans ce débat.

65Ces sept occupations châtelperroniennes (représentant plus de 10 % des sites châtelperroniens français) sont, y compris à l’échelle du secteur d’étude, inégalement réparties. Elles sont ici concentrées dans un rayon de 700 m environ, sur le rebord méridional du plateau de Pécharmant (fig. 1), un unique site se localise en marge ouest de l’agglomération de Bergerac (Bout des Vergnes).

  • 14 Où l’argument d’une probable contamination par un niveau moustérien sous-jacent que de nombreux aut (...)

66La composition techno-typologique de ces industries traduit l’emploi d’un débitage laminaire réalisé à partir de blocs et/ou d’éclats (fig. 19, 20). Bien que minoritaire, une production d’éclats sans gestion particulière est également avérée au moins sur Vieux Coutets14 et Canaule II (Grigoletto et al. 2008, Baillet 2017). Il s’agit de nucléus laminaires recyclés en nucléus à éclat et dans une moindre mesure d’une chaîne opératoire sur bloc dont l’objectif semble être l’obtention d’éclat-matriciel pour la réalisation des nucléus laminaires sur éclat et pour la fabrication d’outils « massifs » (Grigoletto et al. 2008, Grigoletto et Ortega in Ortega et al. 2017).

67La production laminaire, quel que soit le type de matrice (bloc, plaquette ou éclat), est majoritairement unipolaire (environ 92 %). Le débitage bipolaire sensu stricto est pour l’instant minoritaire (Vieux Coutets) ou est en relation avec un entretien du nucléus (Vieux Coutets, Les Rigoux, Canaule II, Canolle Ferme) à l’exception du site de Barbas III où il semble occuper une place plus importante (Boëda et al. 1996b).

Fig. 19 – Nucléus bipolaires châtelperroniens.

Fig. 19 – Nucléus bipolaires châtelperroniens.

1, 3. Barbas III ; 2, 4. Vieux Coutets ; 5-6. Canaule II.

68Le débitage aux dépens de blocs s’organise principalement sur une face large de la matrice et l’un de ses flancs selon une modalité semi-tournante (Bachellerie et al. 2007, Grigoletto et al. 2008). Les nucléus sur éclat sont quant à eux généralement débités sur tranche, à partir de l’arête d’intersection entre les deux faces du support qui peut être laissée brute ou aménagée (type crête à un pan pour l’essentiel). Progressivement la production se déplace sur une des faces de l’éclat matrice (le plus souvent la face inférieure). Ces nucléus sur éclat documentent une ramification des chaînes opératoires puisque les éclats matrices sont des sous-produits du débitage laminaire (Bachellerie 2011) ou plus rarement, nous l’avons dit, une production spécifique d’éclats-matrices (Grigoletto et al. 2008). Lorsqu’il s’agit d’une plaquette c’est sur la section la plus fine que le débitage se réalise (Les Rigoux locus II et Canaule II, Brenet et Bertran 2005, Bachellerie 2011). L’ensemble des auteurs s’accorde à dire que ces différents débitages ont été réalisés à l’aide de percussion directe dure et/ou dure-tendre en faisant varier les gestes de percussion de rentrant à tangentiel.

Fig. 20 – Nucléus et remontages partiels de séquences d’aménagement/entretien des nucléus châtelperroniens.

Fig. 20 – Nucléus et remontages partiels de séquences d’aménagement/entretien des nucléus châtelperroniens.

1. Canaule II (d’après Bachellerie 2011, Baillet 2017) ; 2-3. Canolle Ferme ; 4, 6-8. Vieux Coutets ; 5. Bout des Vergnes (d’après Ihuel 2013, Baillet 2017) ; 9. Les Rigoux.

69D’un point de vue technologique, ces débitages laminaires présentent donc les caractères techniques mis en évidence par J. Pelegrin (Pelegrin 1995) et reconnus dans l’ensemble des sites châtelperroniens (Connet 1999, Roussel 2011. 2013, Bodu et al. 2017). Même si des modalités diffèrent, l’investissement de la table de débitage sur la face la plus étroite du nucléus fonctionne de façon décalée à l’exploitation de la face la plus large.

70L’objectif de la production demeure, quelle que soit la matrice, des lames assez régulières et de profil rectiligne, pour la réalisation des pointes de Châtelperron (formant de 14 à 17,7 % de l’outillage aux Vieux Coutets et Canaulle II ; fig. 21) mais aussi, pour les lames plus « massives ». Ces dernières sont reprises en pièces à retouche abrupte mince ou discontinue (Châtelperron atypique, de Sonneville Bordes type 47 1960 ; Connet 1999), en lames à dos abattu et en troncatures (fig. 21). Les autres outils comme les grattoirs, les encoches, les éclats retouchés, les burins, les racloirs et les denticulés, sont quant à eux principalement aménagés sur éclat (allongés ou non, mais souvent rattachés à des sous-produits de débitage laminaire [Roussel 2011]) et ont des pourcentages assez variés selon les occupations (les grattoirs forment plus de 17.5 % de l’outillage à Canaulle II par ex. Baillet 2017). Dans l’ensemble, l’outillage retouché des occupations châtelperroniennes est néanmoins peu développé entre 2,7 % à Canaulle II et 8.66 % à Vieux Coutets.

Fig. 21 – Pointes de Châtelperron typiques et atypiques et autres pièces à dos abattu ou tronquées.

Fig. 21 – Pointes de Châtelperron typiques et atypiques et autres pièces à dos abattu ou tronquées.

1, 12-14. Canolle Ferme ; 2. Barbas III ; 3, 5-6. Vieux Coutets ; 9, 10, 15-16. Canaule II ; 11. Bout des Vergnes.

71Sur Canaule II, les études fonctionnelles récentes sur les grattoirs montrent que leur front a servi à amincir la peau sèche à main nue et qu’ils étaient ravivés régulièrement (Baillet et al. 2014). Aux Vieux Coutets aussi le travail de la peau sèche est présent, bien que, les activités les plus développées soient celles liées à la fabrication d’instruments en matières organiques dures (12 %), et semi-dures (20 % ; Rios in Ortega et al. 2017). Les types d’usage matérialisent diverses séquences opératoires de transformation de ces matériaux : raclage, découpe, rainurage (par ordre d’importance), parmi lesquels le travail de l’os représente 16 % sur Vieux Coutets et auxquels nous pouvons rajouter le fendage sur Canaule II (fig. 22, n° 8) et le hachage sur les Rigoux (Baillet 2017). Ces résultats confortent l’existence d’un outillage en matière organique en contexte châtelperronien (d’Errico et al. 1998, Mujika 2000, Grigoletto et al. 2008, Rios-Garaizar 2008, Bodu et al. 2017) et absent du Paléolithique moyen dans l’état des connaissances actuelles.

Fig. 22 – Traces d’utilisation sur l’outillage retouché portant des traces de raclage de peau sèche légèrement grasse (1), coupe et rainurage d’os (2), raclage matière semi dure et utilisation en percussion lancée (3), raclage d’os (4), incision d’une matière dure organique indéterminée (5), coupe de matière dure (6), raclage de peau puis percussion lancée tranchante sur matière dure organique (7), pièce intermédiaire pour fendre une matière dure organique (8).

Fig. 22 – Traces d’utilisation sur l’outillage retouché portant des traces de raclage de peau sèche légèrement grasse (1), coupe et rainurage d’os (2), raclage matière semi dure et utilisation en percussion lancée (3), raclage d’os (4), incision d’une matière dure organique indéterminée (5), coupe de matière dure (6), raclage de peau puis percussion lancée tranchante sur matière dure organique (7), pièce intermédiaire pour fendre une matière dure organique (8).

1, 5, 7-8. Canaule II, d’après Baillet et al. 2014 ; 2-4, 6. Vieux Coutets d’après Grigoletto et al. 2008, Rios in Ortega et al. 2017.

72Concernant les pointes/couteaux de Châtelperron et autres pièces à dos, leur statut fonctionnel varie d’un site à l’autre du Bergeracois, peut-être en lien avec l’aspect quantitatif de la production laminaire sur chacun des sites, et donc possiblement en lien avec des statuts de sites sensiblement différents. En effet, aux Rigoux ainsi qu’à Bout-des-Vergnes, « les supports de Châtelperron » bruts ont été produits probablement en petite quantité et en vue d’un export total, qui plus est peu ou pas retouchés sur place, une seule Châtelperron ayant été retrouvée à Bout-des-Vergnes, par ailleurs vierge de toute trace d’utilisation (Brenet et Bertran 2005, Baillet 2017, Michel et al. 2019). Au contraire, à Canaule II et aux Vieux-Coutets, la production laminaire puis la fabrication des Châtelperrons ont été quantitativement plus ou moins importantes, et nombre d’exemplaires retrouvés ont été utilisés sur place, le reste ayant été exporté (Bachellerie et al. 2007, Grigoletto et al. 2008). À Canaule II, les Châtelperrons ont presque exclusivement fonctionné en couteaux de boucherie, et seul un autre exemplaire a très probablement fonctionné en pointe de chasse (Baillet 2017 ; fig. 23). Aux Vieux-Coutets, le fonctionnement des Châtelperrons en pointes de chasse est également anecdotique (2/10 ; fig. 23), mais néanmoins exclusif puisqu’aucun couteau à découper n’a pu être diagnostiqué par ailleurs (peut-être en raison d’un biais taphonomique, les traces les plus délicates n’ayant pas été conservées, notamment les matières tendres ; Grigoletto et al. 2008).

73Du reste, un tel contraste des statuts fonctionnels des Châtelperrons s’observe sur toute l’étendue géographique du techno complexe, à la fois pour les gisements de plein-air et ceux sous abris-rocheux, sans que l’on sache, pour le moment, si ces différences s’expliquent par des fonctions de sites différentes. Ainsi, il existe des sites où le nombre de pointes de Châtelperron de chasse est supérieur aux couteaux de boucherie de Châtelperron (ex : Cassenade, Brassempouy, le Loup, Roc-de-Combe, Bos-del-Ser) ; d’autres où c’est le contraire (ex : la Côte, la grotte du Renne, Laussel, Roc-de-Combe-Capelle, la Chapelle-aux-Saints, Cueva Morín) ; d’autres encore où leurs proportions sont égales (ex : Bidart) ; pour de très rares sites, il y a uniquement des pointes de chasse (ex : Labeko Koba), ou uniquement des couteaux de boucherie (les Bossats, Font-de-Gaume, Ekain et Caminade-est ; Plisson et Schmider 1990, Rios 2008, Rios et al. 2012, Baillet 2017, 2021, Bodu et al. 2017, Discamps et al. 2019). Enfin, de la même façon que nous l’avons vu sur certains gisements du Bergeracois, il existe d’autres sites pour lesquels les Châtelperrons ne présentent aucun indice d’usage, soit en dépit de conditions de conservation très bonnes (Chauzeys ; Baillet 2017), soit qu’un biais taphonomique s’oppose à toute caractérisation fonctionnelle (ex : les Bessinaudes, le Basté, le Moustier, la Rochette, la Ferrassie ; Baillet 2017).

Fig. 23 – Traces d’utilisation sur des couteaux/pointes de Châtelperron.

Fig. 23 – Traces d’utilisation sur des couteaux/pointes de Châtelperron.

1-2. Découpe légère de deux composantes organiques indéterminées : tendre et demi-dure ; 3. Découpe de matière organique tendre faiblement abrasive ; 4. Découpe de matière organique tendre à mi-dures (boucherie ?) probablement emmanché ; 5-6. Traces d’impact. 1-5. Canaule II d’après Baillet 2017 ; 6. Vieux Coutet d’après Grigoletto et al. 2008.

74Parallèlement à ces changements dans le registre des activités techniques, à partir de cette période, il semblerait apparaître aussi des manifestations symboliques. La découverte encore inédite d’une pièce au cortex gravé sur le site des Rigoux (Brenet com. orale) attesterait de l’émergence des comportements « artistiques » qui se développeront postérieurement dans les occupations de plein air aurignaciennes (cf. infra).

75D’un point de vue techno-économique, pour l’ensemble des sites, les matériaux exploités restent, comme pour le Moustérien, majoritairement d’origine locale, dominés par les silex du Bergeracois issus des altérites (entre 60 % et 98 %) ou bien des alluvions comme pour les silex sénoniens, le grès, le quartz et le calcaire. Pour quatre occupations, Vieux Coutets, les Rigoux locus II, Canolle Ferme et Bout des Vergnes, ces alluvions ont fourni l’essentiel des matrices pour le débitage laminaire, alors que pour Canaule II ce sont les altérites bergeracoises. Comme pour les périodes antérieures moustériennes post et anté-éémiennes, les matériaux locaux ont été introduits sous des états diversifiés : des nucléus à divers stades d’exploitation et produits finis (pointes de Châtelperron) aux Vieux Coutets et sur Les Rigoux locus 2 où l’on constate aussi l’apport de blocs de silex alluviaux qui ont été testés ou mis en forme sans être exploités (Brenet et Bertran 2005, Grigoletto et al. in Ortega et al. 2017).

76L’exploitation d’un territoire environnant, représentée par des calcédoines qui proviendraient des formations tertiaires des plateaux de la rive gauche de la Dordogne (provenant d’un rayon d’une dizaine de kilomètres) est également attestée. Elles sont introduites sous forme de produits finis (grattoirs sur éclats allongés et éclats aux Vieux Coutets et à Canaule II, un éclat laminaire à Canolle Ferme ; Bachellerie et al. 2007, Grigoletto et al. 2008, Baillet et al. 2014, Ortega in Bourguignon et al. 2018).

77De même, un territoire d’approvisionnement plus lointain est représenté par les silex dits de « Belvès » (sur Vieux Coutets) à l’est plus en amont dans la vallée de la Dordogne, les silex du turonien inférieur du Fumélois (Vieux Coutets, Canaule II et Canolle Ferme) et ceux du « Gavaudun » (Vieux Coutets). Ces deux derniers sont issus des formations au nord du Lot et de la Garonne et distants d’une cinquantaine de kilomètres (Bachellerie et al. 2007, Grigoletto et al. 2008). Les sources éloignées d’approvisionnement en matières premières exploitées par les Châtelperroniens montrent donc des trajets orientés depuis le Sud et dans une moindre mesure depuis l’est.

78Les matières exogènes ont été importées sous des formes assez diversifiées de nucléus (Gavaudun aux Vieux Coutets) ou de produits finis (éclat brut en silex de Belvès aux Vieux Coutets et en fumélois à Canaulle II, aux Vieux Coutets ou encore à Canolle ferme) et/ou d’outils (calcédoine et pointes de Châtelperron en Fumélois aux Vieux Coutets (Grigoletto et al. 2008) et, probablement, deux pointes de Châtelperron en silex indéterminé sur le site de Canaule II (Bachellerie et al. 2007, Grigoletto et al. 2008, Ortega in Bourguignon et al. 2018).

79Sur le plan de la fonction des sites, là encore une complémentarité intra-territoriale semble ressortir pour les sites fouillés sur des surfaces suffisantes : un poste de débitage éphémère en bordure de cours d’eau (Bout des Vergnes ; Ihuel 2013, Michel et al. 2020) et activités mixtes de taille et de consommation à Canaulle II et aux Vieux Coutets (travail de la peau sèche et travail de l’os respectivement) sur un laps de temps également assez réduits pour ces deux derniers sites (Grigoletto et al. 2008, Bachellerie 2011, Baillet 2014).

Sites aurignaciens

80Au total, 15 occupations différentes ont pu être attribuées à l’Aurignacien (fig. 1) : Corbiac vignoble, Champ-Parel, Toutifaut Lembras, Les Garris II, La Doline de Cantalouette II, Vieux Coutets, Les Rigoux locus 1, Barbas I à III et V, La Graulet III, IV et VI et en marge ouest du secteur d’étude le Bout de Vergnes s.5 sup. Parmi elles, six sont issues de l’archéologie programmée et neuf de l’archéologie préventive (dont deux sont des sondages diagnostics ; Guichard 1976, Chadelle 1989, 1990, 2000, 2005, Tixier 1991a, 1991b, Boëda et Ortega 1993, 1994, Ortega 1996, 2001, 2005, Teyssandier 2000, Bourguignon et al. 2004b, 2022, Grigoletto et al. 2004, à paraître, Brenet et Bertran 2005, Lenoble 2005, Ortega et al. 2006, Grigoletto et al. 2008, Ihuel 2013 Ortega et al. 2017, Michel et al. 2019, Ortega à paraître).

81Leur répartition de part et d’autre de la Dordogne est, comme pour le Moustérien récent, très inégale. La quasi-totalité des occupations se localisent en rive droite sur le plateau de Pécharmant, secteur où les affleurements de silex dominent. Trois occupations, La Graulet III, IV et VI, sont implantées dans un même secteur en rive gauche sur la moyenne terrasse de la Dordogne et un seul se situe à l’ouest de l’agglomération de Bergerac le Bout de Vergnes (Ihuel 2013).

82Les analyses techno-typologiques réalisées sur ces industries les attribuent à l’Aurignacien ancien d’après de Sonneville-Bordes 1960 (Guichard 1976, Chadelle 1989, 1990, 2000, 2005, Tixier 1991a, 1991b, Boëda et Ortega 1993, 1994, Ortega 1996, 2001, 2005, Teyssandier 2000, Bourguignon et al. 2004b, Grigoletto et al. 2004, à paraître, Brenet et Bertran 2005, Ortega et al. 2006, Ortega 2007, Grigoletto et al. 2008, Ortega et al. 2017) seules les occupations de Cantalouette II (Ortega in Bourguignon et al. 2022a) et du Bout de Vergnes se rattachent à la phase récente de cet Aurignacien (Michel et al. 2019).

83D’un point de vue chronologique, seules deux occupations offrent une datation numérique : l’occupation aurignacienne ancienne de la Graulet VI et celle récente du Bout des Vergnes (tabl. 5). Sur la Graulet VI la moyenne des deux dates fiables (quartz suffisamment chauffé) donne un âge d’environ 37 kA (tabl. 5). Cette datation TL place l’occupation parmi les plus anciennes pour ce faciès chrono-culturel dans la région (Guibert et al. 2008, Vieillevigne et al. 2008) ce que confortent les dates OSL récentes obtenues sur le niveau de La Ferrassie (la couche 7 est datée de 37 ± 2 kA ; Guérin et al. 2015).

84Ces dates sont cohérentes avec l’attribution au techno complexe de l’Aurignacien ancien sur la base des industries lithiques pour la majorité de ces gisements (Chadelle 1989, 1990, 2000, 2005, Tixier 1991a, 1991b, Ortega 2007).

Tabl. 5 – Datations des sites Auriganciens de la Graulet VI (Vieillevigne et al. 2008) et du Bout des Vergnes (Michel et al. 2019).

Site Niv. archéo et/ou US Type datation Échantillon Âge (kA)
La Graulet VI Aurignacien TL Bdx 7779 (peu chauffé) 30,5 ± 3,0
Aurignacien TL Bdx 8432 36,0 ± 1,9
Aurignacien TL Bdx 8431 39,5 ± 2,6
Bout des Vergnes Aurignacien OSL   31,6 ± 3
OSL   32,7 ± 3

85La composition technologique de ces industries traduit une diversité importante dans les modes d’obtention des supports laminaires qui s’opère selon des schémas autonomes ou ramifiés en fonction des critères dimensionnels des lames recherchées (Chadelle 2005, Ortega 2005, Ortega et al. 2006).

86La présence d’une production orientée vers l’obtention de très grandes lames (25 × 6 × 2,2 cm en moyenne ; fig. 24, n° 1-3, 5), plus ou moins rectilignes avec un caractère très robuste est un trait remarquable en Bergeracois même s’il n’est jamais dominant. Cette production est particulièrement développée sur le site de Barbas III où la chaîne opératoire est représentée dans son intégralité (Ortega 1996, 2001, Teyssandier 2000, Ortega et al. 2006). Elle est également présente sur les autres sites sous forme de lames isolées (Vieux Coutets, Champ Parel). D’autres grandes lames moins robustes, de gabarit légèrement plus élancé mais également de grandes dimensions (23 × 4 × 1,5 cm en moyenne ; fig. 23, n° 4, 6), sont produites sur les sites de Cantalouette 2, Champ Parel et Corbiac (Ortega 1996, 2001, Ortega in Bourguignon et al. 2022a, Chadelle 1989, 1990, 2000, 2005, Tixier 1991a, 1991b). Les gabarits hors normes de ces productions suggèrent des niveaux de compétences des tailleurs particulièrement aboutis (Ortega 2018, 2020) que leur mode de fonctionnement renforce (cf. infra et Ortega et al. 2006).

Fig. 24 – Débitage laminaire de grandes dimensions.

Fig. 24 – Débitage laminaire de grandes dimensions.

1-3, 5. Barbas III ; 4, 6. Cantalouette II.

87Ce sont néanmoins des lames de modules inférieurs (fig. 24), plus graciles et de profil plus courbe (de 8 à 16 cm de longueur ; fig. Xa, Xb) qui constituent la production principale sur l’ensemble des occupations (entre 50 % et 70 % sur les sites où les productions ont été différenciées ; Ortega 2001, 2006).

Fig. 25 – Débitage laminaire de moyennes et petites dimensions.

Fig. 25 – Débitage laminaire de moyennes et petites dimensions.

1-2. Cantaloutte II ; 3, 6-7. Garris II ; 4, 9-12. Vieux Coutets ; 5, 8. La Graulet VI.

Logerot 2018, Ortega in Bourguignon et al. 2022a, Ortega in Griogoletto et al. à paraître.

88Hormis le gabarit des lames, les schémas opératoires sont similaires : pas ou peu d’aménagements du nucléus, débitage unipolaire très souvent semi-tournant, « frontal » et sur une des faces larges du bloc. L’aménagement du volume du nucleus par des crêtes (antérieures et/ou postéro-latérales) est rare, inversement les ravivages des plans de frappe sont très fréquents et très dispendieux en matière.

89Parallèlement à ces débitages laminaires, deux chaînes opératoires lamellaires, autonomes, complètent les productions, elles sont toutes deux réalisées aux dépens de sous-produits (éclats, ou fragments) issues des chaînes opératoires laminaires principales. Il s’agit là, comme dans le cas du Moustérien, d’exemples de ramification des chaînes opératoires (Bourguignon et al. 2004). La première chaîne lamellaire (représentant de 12 à 15 % en fonction de sites) est obtenue à partir de nucléus sur tranche d’éclat, de fragments de bloc, voire de fragments de nucléus à lames (fig. 26 ; Ortega 2005). Elle est orientée vers l’obtention de lamelles droites (fig. 26, n° 9, 10).

Fig. 26 – Nucléus à lamelles droites et lamelles.

Fig. 26 – Nucléus à lamelles droites et lamelles.

1. La Graulet VI ; 3-5. Barbas ; 6-10. Vieux Coutets.

90La seconde (de 15 à 18 % en fonction des sites ; fig. 27) ; permet d’obtenir des petites lamelles de profil courbes (de dimensions comprises entre 1 et 2 cm de longueur, 0,5 cm de largeur et inférieures à 0,4 cm d’épaisseur en moyenne) à partir des nucléus de type grattoirs carénés et/ou à museau selon l’attribution typologique caractéristique de ces périodes (Bordes et Tixier 2002, Bordes 2005, Chadelle 2005, Ortega 2005). Cette morphologie résulte de nucleus réalisés sur éclat dont la table de débitage présente une très forte carène. Ce dernier mode de production est présent sur l’ensemble des gisements cités antérieurement, hormis Cantalouette 2.

Fig. 27 – Nucléus de type grattoir caréné à lamelles torses.

Fig. 27 – Nucléus de type grattoir caréné à lamelles torses.

1-6. La Graulet VI ; 7-9. Vieux Coutets ; 10-11. Garris 2 ; 12-14. Barbas III.

Dessins P. Rouzo, 12,14. J.G. Marcillaud, 13. L. Bourguignon.

91Enfin, une production d’éclats dits « d’appoint » (Cazals et al. 2005), est également représentée dans tous les assemblages (Ortega et al. 2006) et en particulier sur Vieux Coutets (Ortega et al. 2017). Il s’agit de débitages de type D ou E (Boëda 2013), proches morphologiquement, et souvent rapprochés des débitages Discoïdes à tranchant périphérique ou de type Levallois (récurrent centripète à Corbiac Vignoble 2 ; Bordes et Tixier 2002) du Paléolithique moyen.

92Pour des gisements de plein air de cette période souvent considérés à tort comme des ateliers (Rios et Ortega 2014), l’outillage retouché peut néanmoins être assez abondant : jusqu’à 15 % aux Garris). Il présente un spectre typologique avec des formes typiques : essentiellement des grattoirs et des lames retouchées parmi lesquelles des lames aurignaciennes et des lames étranglées (Barbas III, CV2 Vieux Coutets ; fig. 28). On notera l’absence ou la rareté des lamelles retouchées, malgré le tamisage systématique (ou des tests) des sédiments sur l’ensemble des gisements.

Fig. 28 – Outillage retouché.

Fig. 28 – Outillage retouché.

1-3, 5-8. Vieux Coutets ; 4, 10-11. La Graulet VI ; 9. Barbas III. 7. Silex du Campanien inférieur de Villefranche-du-Périgord ; 8. Silex « grain de mil ».

93Il importe également de souligner la présence, rare pour des occupations en plein air, de quelques éléments faisant appel au monde symbolique (art mobilier éphémère ; fig. 29, n° 1-3) telles que des gravures sur cortex de blocs de silex, testé à Barbas III ou débités – fragments d’éclats – à Cantalouette 2 (Ortega et al. 2006, Ortega et al. 2015) et La Graulet VI (Bourguignon et Lhomme 2004, Samra-Inrap 2007, Bourguignon et al. 2022a). Ces manifestations artistiques sont également attestées au Gravettien (sur un bloc débité à Corbiac, et sur un rognon plat de silex utilisé en percuteur à Rabier (Bordes 1966, Guichard et Guichard 1985) et au Magdalénien ancien, (sur un bloc débité à La Graulet IV n.1 ; fig. 29, n° 6), prouvant une certaine pérennisation de ces comportements.

94De rares vestiges font également appel au monde du paraître, telles la perle et la pendeloque de Barbas III (fig. 29, n° 4, 5 ; Boëda et Ortega 1995, Binant 1997, Ortega et al. 1998, Ortega et al. 2006, Samra-Inrap 2007).

Fig. 29 – Éléments d’art mobilier éphémère sur cortex de bloc de silex et de parures de l’Aurignacien et du Magdalénien du Bergeracois.

Fig. 29 – Éléments d’art mobilier éphémère sur cortex de bloc de silex et de parures de l’Aurignacien et du Magdalénien du Bergeracois.

1, 4-5. Barbas III ; 2-3. Cantalouette 2 ; 6. La Gralet VI n° 1.

95Là encore les modalités d’approvisionnement en matières premières ne dérogent pas à la règle, ce sont les matériaux locaux et péri-locaux qui dominent de façon écrasante le spectre pétrographique. Acquis au sein des altérites (silex du Bergeracois) ou dans les alluvions de la Dordogne (silex sénoniens, grès, quartz, calcaire et roches métamorphiques, dolérite, basalte et grès) ils sont sélectionnés en fonction des schémas opératoires et des activités techniques mis en œuvre (Ortega 2001, 2005, Ortega et al. 2006a).

96Les calcédoines constituent l’unique matériau avoisinant pour ces occupations, hormis pour le site de la Graulet VI, localisé en rive gauche de la Dordogne où elles participent à un approvisionnement local.

97Un territoire d’approvisionnement plus lointain est attesté sous forme d’introduction de produits finis dans les sites d’habitat (Vieux Coutets, La Graulet VI et Barbas III), en silex de « Belvès », du Turonien inférieur, du Fumélois et du « Gavaudun », comme pour le Châtelperronien. S’ajoutent à ce spectre lithologique des objets en silex du Campanien inférieur de Villefranche de Périgord au sud-est et les silex dit du « grain de mil » charentais (plus de 100 km au nord-ouest).

98Enfin, sur Barbas III, la perle réalisée en stéatite témoigne de territoires encore plus éloignés au-delà de 150 km, depuis l’est (Massif central) ou depuis le Sud (Pyrénées orientales ; Ortega et al. 2006).

99Outre l’exportation de grandes lames massives de Barbas III (Ortega et al. 2006), on note celle de nucléus carénés à Corbiac Vignoble 2 (Bordes et Tixier 2002), mais ce sont surtout les lamelles qui sont fortement exportées. En effet, au regard des effectifs de nucléus les ayant produits, elles sont en très large sous-représentation dans l’essentiel des occupations (malgré les tamisages des sédiments).

100D’un point de vue fonctionnel, une meilleure préservation des traces d’utilisation sur les industries de ces périodes a permis de documenter plus de cent soixante zones actives sur un total de quatre sites (Barbas III, Vieux Coutets, Les Garris, Bout des Vergnes et Cantalouette 2). L’analyse de la fréquence des différents types de matières travaillées montre des différences significatives entre les sites (selon le test du χ2). Ainsi, le site des Vieux Coutets illustre un fort équilibre entre les différentes activités menées conjointement, avec une plus grande importance des travaux liés à la confection et à la réparation d’un outillage en matière organique semi-dure ou dure (bois, os et bois animal ; fig. 30, n° 9-15). Le site des Garris II montre, quant à lui, une prédominance des activités de boucherie et du travail de la peau, parallèlement à une sous-représentation des activités de transformation des matières dures organiques (fig. 30, n° 3, 4, 6). À Barbas III, les activités les plus significatives sont le travail de la peau aux côtés de ceux liés à la confection et à la maintenance des outils en matières semi-dures et dures organiques (l’os et les bois de cervidé en particulier par raclage et rainurage à l’aide de burins, grattage à l’aide de grattoirs et coupe à l’aide de lames retouchées ; fig. 30, n° 1, 5, 7-8, fig. 31, n° 4, 5). Enfin, l’occupation aurignacienne de Cantalouette II se différencie par une part importante de matières travaillées de nature indéterminée, très certainement en lien avec une faible intensité des activités (occupation largement orientée vers la production), bien que là encore des travaux de maintenance d’outillage organique soient attestés (Rios et al. 2002, Ortega et al. 2006, Rios et al. 2006). Bien que moins représentées, des activités de traitement de matières minérales dures et tendres (ocre, cortex de silex, calcaire, stéatite) sont également représentées ; ainsi dans différents sites (Barbas III, Garris II), le travail de la peau s’accompagne assez régulièrement de l’adjonction de l’ocre (Ortega et al. 2006, Rios 2008 ; fig. 31, n° 1, 3, 4, 13). Les activités menées au cours de l’Aurignacien récent du Bout des Vergnes (Michel et al. 2019) illustrent une certaine diversité tout en restant dans le même registre économique : taille du silex, boucherie, travail des peaux, et probablement travail des matières dures animales en percussion directe et indirecte principalement.

Fig. 30 – Travaux de traitement de matières organiques et minérales des sites aurignaciens de Barbas III (1, 5, 7-8), les Garris (3-4, 6) et Vieux Coutets (9-15).

Fig. 30 – Travaux de traitement de matières organiques et minérales des sites aurignaciens de Barbas III (1, 5, 7-8), les Garris (3-4, 6) et Vieux Coutets (9-15).

14. Grattoir caréné avec des traces de raclage de bois végétal (micro-poli c) et des écaillements (b) sur la corniche. Le poli (d) est associé à un impact avec un percuteur dur ; 15. Grattoir caréné avec des traces de raclage sur bois végétal et des impacts d’un percuteur dur (points blancs). A. Raclage de peau sèche avec ocre ; B. Action longitudinale indéterminée ; C. Raclage d’os ; D. Coupe d’os ; E. Rainurage os ; F. Coupe de matière dure ; G, H. Raclage de la peau ; I. Raclage indéterminé ; J. Raclage-rainurage de matière semi-dure (bois de cervidé ?) ? ; K. Raclage de bois ; L. Usage indéterminé ; M. Raclage et coupe d’ocre.

101On notera la spécificité sur Barbas III dans l’utilisation des grandes lames entières en percussion lancée sur du bois et/ou des matières organiques (os et bois animal ; fig. 31, n° 9). Ces lames, une fois fracturées accidentellement ou intentionnellement sont réintroduites dans la sphère de consommation de l’outillage pour d’autres activités (Ortega et al. 2006, Ortega et al. 2022 ; fig. 31, n° 4, 5). L’usage de matrices fonctionnelles sous forme de gros éclats corticaux (Garris II ; fig. 31, n° 6-8 ; Bout des Vergnes) et de grandes lames (Barbas III) en percussion lancée directe tranchante et indirecte (pièces intermédiaires, Bout des Vergnes) augmentent la diversité des activités menées sur ces occupations de plein air. Elles sont en relation avec d’autres activités extractives et productives [I1] pour la boucherie, la fracturation des ossements, le hachage de bois, et autre [I2] (Michel et al. 2019, Ortega et al. 2022).

102Enfin, seuls de rares exemplaires de lamelles suggèrent leur emploi en armature de projectile (Barbas III, Garis II et Vieux Coutets, Bout des Vergnes ; Rios et Ortega 2014, Michel et al. 2019 ; fig. 31, n° 1-3) conférant une certaine différence avec d’autres sites aurignaciens en contexte karstique où les traces relatives à leur usage comme armatures sont bien plus fréquentes (e.g. Brassempouy, Isturitz ou Castanet ; O’Farrell 2005, Normand et al. 2008, Rios-Garaizar, en préparation).

Fig. 31 – Traces d’utilisation sur des lamelles, fragments de lames, éclats et lames de l’Aurignacien des sites de Barbas (1, 2, 4, 5, 9) et Garris (3, 6, 7-8).

Fig. 31 – Traces d’utilisation sur des lamelles, fragments de lames, éclats et lames de l’Aurignacien des sites de Barbas (1, 2, 4, 5, 9) et Garris (3, 6, 7-8).

1-3. Traces dues à leur utilisation en armature ; 4. Raclage de peau avec ocre, raclage d’os et coupe d’os ; 5. Raclage de bois ; 6-9. Utilisation en percussion lancée tranchante sur matériau dur et semi-dur.

103Les divergences observées, somme toute assez minimes, dans les composantes lithiques et dans les activités réalisées, sont à mettre en relation avec la fonction du site, sa durée d’occupation et son statut dans le territoire de subsistance.

104Ainsi, sur un même territoire lithologique, des sites d’habitat de durée plus ou moins longue, où l’entretien, le ravivage ou le réemploi de nombreuses catégories d’outils sont bien développés (Vieux Coutets, La Graulet VI et Barbas III), côtoient des haltes spécialisées (Garris 2) et des sites plus spécialisés de production (Champ Parel, Corbiac vignoble 2 et la Doline) sans pour autant être des ateliers (Rios et Ortega 2014). Le statut et le mode de fonctionnement de ces sites illustrent une complémentarité économique entre eux.

  • 15 À Les Roches.
  • 16 À Isturitz, Aurignac et la Tuto de Camalhot.
  • 17 À Pair non Pair et Roc de Marcamps.
  • 18 À Régsimont-Le-Haut.

105De plus, l’intensité des occupations de cette période au nombre de 15 souligne l’importance de l’habitat en plein air au sein de modalités d’occupation des territoires aurignaciens et l’intérêt des groupes pour ce territoire lithologique. Les liens et la complémentarité des occupations entre elles tout comme ceux de ce territoire lithologique Bergeracois avec les autres régions voisines ou lointaines du sud de la France sont par ailleurs bien démontrés sur la base de la diffusion de son silex à plus de 250 km au nord15 et au sud16, de 100 km à l’ouest17 et plus de 300 km à l’est18 (e.g. Bon 2002, Bon et al. 2005, Bordes et al. 2005, pour une synthèse voir également Fernandes et al. 2012).

Synthèse et discussions

106Le Bergeracois apparaît dans l’état actuel des recherches comme un territoire occupé de façon quasi continue pendant les stades isotopiques 7 à 3. Cependant, on notera une carence d’occupation durant les sous-stades 5b à 5d, soit au cours de l’Éémien et au début du dernier Glaciaire, bien que le paléosol éémien soit présent (Combe Brune 2, datations du sol IIBT de l’unité 6, osl 6 et 7 ; Bertran in Brenet et al. 2008, Frouin et al. 2014). Cette carence est par ailleurs une caractéristique régionale y compris dans les archéoséquences de références. Ainsi, en dehors des Garris II en Bergeracois, seul le site de Pech de l’Azé II constitue un exemple d’occupation contemporaine du stade 5e dans la région. Le Bergeracois ne serait donc à ce titre que le reflet de ce qui se passe plus globalement régionalement avec une concentration d’occupations de la fin du stade 5c au stade 3 (Guibert et al. 2008, Vieillevigne et al. 2008). Il s’agit d’une situation inverse à celle rencontrée dans le nord de la France, où les occupations se concentrent au début-Glaciaire (sous-stades 5d à 5a) en particulier durant le stade 5a et où seules quelques occupations se situeraient au cours des Pléniglaciaires inférieur et moyen (stades 3 et 4 ; Locht et al. 1995, Locht 2001, Antoine et al. 2003, Locht 2006, Depaepe 2007).

107En Bergeracois, deux moments chronologiques semblent refléter des occupations plus intenses : durant le stade 6 et le stade 3.

108Pour ce qui est du stade isotopique 6, le Bergeracois apparaît comme un des territoires régionaux les plus occupés et les mieux datés à l’heure actuelle. En effet, sur neuf sites datés de façon fiable en Dordogne, six sont en Bergeracois, les trois autres se localisent à l’est en Périgord noir (Vaufrey, Pech de l’Aze I et Pech de l’Azé II ; Vieillevigne et al. 2008).

109Pour ce qui concerne le stade 3, plus de 11 stratigraphies présentent au moins un des techno-complexes dits de « transition » entre le Paléolithique moyen et supérieur, de façon isolée, en association ou en juxtaposition (pour au moins trois séquences). Cet aspect quantitatif permet de grandement rivaliser avec les archéo-séquences en grotte du sud-ouest de la France comprenant cette période charnière tant débattue. Cependant, il en diffère partiellement puisque dans tous les cas, lorsque le Châtelperronien succède à un Moustérien il s’agit d’un moustérien à biface (type MTA), et dans tous les cas lorsqu’il est précédé d’un Aurignacien il s’agit d’un Aurignacien ancien. Aucune des stratigraphies du Bergeracois, pourtant nombreuses, ne montre pour l’heure la fréquentation du territoire durant le proto-Aurignacien ou l’Aurignacien archaïque. Les particularités technologiques des industries de l’Aurignacien ancien du Bergeracois de par la coexistence des productions lamellaires droites sur tranche d’éclat et courbes sur grattoir caréné posent à ce titre la question de la pertinence d’une séparation rigide entre l’Aurignacien archaïque (Proto aurignacien) et l’Aurignacien ancien (Tafelmaier 2017, Bataille et al. 2017). Pourtant publiées, les particularités technologiques de cet Aurignacien ancien bergeracois ne sont que très rarement prises en compte dans les synthèses de ces dix dernières années sur l’Aurignacien et l’unique site Aurignacien bergeracois daté et publié, La Graulet VI (Vieillevigne et al. 2008) n’est jamais cité (ni d’ailleurs, également publiées dans le même article, les dates du Paléolithique moyen récent Bergeracois, e.g. Talamo et al. 2020).

110Quant à la période récente de l’Aurignacien, elle n’est attestée que sur le site du Bout des Vergnes et probablement sur Cantalouette II.

  • 19 Sensu Bourguignon 1996 et 1997 ce qui apparaît comme une étrangeté, puisque dans de nombreuses séqu (...)

111Pour ce qui concerne les technocomplexes moustériens s.l. on observe dès les stades les plus anciens la connaissance et l’utilisation de tous les systèmes de débitage et de façonnage définis à ce jour (Levallois, Discoïde, SSDA, trifacial, laminaire s.l.) à l’exception du débitage Quina19.

112C’est durant les périodes les plus anciennes que ces différents débitages se côtoient d’ailleurs le plus fréquemment. Aucune évolution linéaire des systèmes techniques de production ne peut donc être prônée.

113Ainsi, les débitages d’apparence archaïques tels que le SSDA ou le trifacial ne sont pas forcément les plus anciens. Le trifacial fait, de plus, figure d’exception régionale puisqu’en dehors du Périgord (Combe Grenal c. 59, La Micoque L2-3 et Vauffrey c. XII et XIb, Petit Bost) il est peu reconnu (Mathias 2018, Mathias et Bourguignon 2019) ; le Bergeracois faisant office dans ce contexte de noyau central d’où il disparaît totalement à partir de 145 kA environ.

  • 20 Sur Therdonne et Saint-Valéry-sur-Somme.
  • 21 Sans que l’on puisse déceler d’évolution technique durant toute cette période (Ortega et al. 2013).
  • 22 La filiation est également visible sur les objectifs entre le MTAb le Châtelperronien : l’obtention (...)

114De même, l’exemple du débitage laminaire s.s. (de construction volumétrique de type Paléolithique supérieur) est en ce sens très révélateur. Présent sur le site de Cantalouette IV au stade 5 (attesté dans le nord de la France dès le stade 720, avec un certain apogée durant le stade 521) mais aussi régionalement à La Mouline, Tamniès ou encore l’Abri du Musée, il n’apparaît donc pas avec les périodes de transition (Ortega et al. 2013). De plus, divers systèmes de débitage à éclats allongés (laminaires morphologiques) qu’ils soient Levallois (de type F) ou non (de type C et D) sont présents depuis le stade 7 (e.g. Cantalouette I, Le Saraillet) sans discontinuité jusqu’au stade 3 (e.g. Combe Brune 1, Canolle Ferme) même s’ils sont rarement dominants (Les Garris II). Aussi, le débitage laminaire du Châtelperronien apparaît plus comme un continuum22 qu’une rupture (du moins en Bergeracois). Son rattachement au Paléolithique supérieur sur cette unique sphère technique ne peut ainsi pas être à nos yeux retenu. D’autant que la comparaison avec le Protoaurignacien montre que la production laminaire diffère (tant sur les méthodes que sur les objectifs) rejetant l’idée d’une filiation technique (Roussel 2013).

115À l’instar du débitage Levallois, la production laminaire s.l. est donc présente régionalement dès la phase ancienne du Paléolithique moyen.

116Sur la base des sites datés de façon fiable en Périgord, et excepté le gisement de Petit Bost dans la vallée de l’Isle (où deux niveaux sont antérieurs au stade 7 et dont l’un des deux est daté de 320 kA, Guibert et al. 2006, Bourguignon et al. 2008a), le Bergeracois fait figure de précurseur (après la vallée de l’Isle) dans l’utilisation d’un débitage Levallois même s’il ne constitue pas le système de débitage dominant des assemblages. En effet, reconnu sur quatre occupations bergeracoises datant du stade isotopique 7 (Barbas c’4 sup, Cantalouette 1 n. V, Combe Brune 2 n. X et VIb) il n’apparaît à Vaufrey (c. VII et VIII) qu’au stade 6. Stade à partir duquel il va largement se développer régionalement tant en proportion dans les assemblages qu’en nombre d’occurrences (Petit Bost niv. 1, Abri Bourgeois Delaunay c. 10,9, 8’et 8, Artenac c IIB, IV et V ; Abri Suard c. 52, Coudoulous c.4).

117Les objectifs utilitaires des différentes productions réalisées in situ sont multiples et diversifiés, et ce dès les périodes les plus anciennes. Ces objectifs tendent à se spécialiser à partir du Châtelperronien, moment où apparaît une réelle chaîne opératoire de transformation des matériaux durs organiques et en particulier celle de l’os et du bois animal. Parmi les autres activités fonctionnelles, le travail de la peau, pourtant attesté dès le stade isotopique 7, se développera progressivement (du Paléolithique moyen au Châtelperronien) et deviendra peut-être dès le Châtelperronien et à l’Aurignacien une spécialisation pour certains sites. Le biais taphonomique doit néanmoins être pris en compte : plus les vestiges sont récents, mieux les traces sont conservées, ce qui permet de mieux distinguer la diversité des tâches réalisées. Une réelle complémentarité fonctionnelle des occupations (ou de zones à l’intérieur d’une même occupation) dans leur mode de fonctionnement se développe cependant. Et ce, même si depuis l’Acheuléen les études techno-économiques montrent l’existence d’import/export sur tous les sites, impliquant un réseau logistique a minima à l’échelle locale. Sites de brèves et longues durées d’occupation (ou succession de plusieurs brèves ?) se côtoient durant toutes les périodes, avec néanmoins une spécialisation de plus en plus nette de certains sites aurignaciens où sont menées en parallèle des activités domestiques et cynégétiques plus ubiquistes. Le changement semble s’effectuer au cours du Châtelperronien même si là encore les activités cynégétiques livrent peu d’indices (les pointes de Châtelperron étant pour l’essentiel des couteaux et non des éléments de projectiles). D’ailleurs, les industries lithiques aurignaciennes se caractérisent également par un faible nombre de pièces ayant servi comme pointes de chasse. C’est bien sûr dans la sphère des matériaux organiques (tels l’os et le bois de cervidé, jamais conservés en Bergeracois), qui accuse un fort développement à l’Aurignacien ancien, qu’il faut très certainement chercher celle des activités cynégétiques. Néanmoins, le travail de ces matières identifié par la tracéologie n’apparaît pas non plus de manière importante, suggérant peut-être que cet armement osseux n’a pas été fabriqué en territoire bergeracois. La seule occupation où le travail des matières dures organiques est bien représenté est celle du Châtelperronien de Vieux Coutets.

118Pour ce qui est de l’acquisition des matériaux lithiques, quelle que soit la période, l’approvisionnement est avant tout local Bergeracois voire ultra-local (gîte in situ), où les sources en position primaires et secondaires sont toujours représentées et peuvent jouer un rôle distinct en proportion. Elles suggèrent dans tous les cas des comportements techno-économiques identiques illustrant un réseau interne entre les occupations du territoire bergeracois et supposant une certaine complémentarité entre elles par un flux et reflux de matrices (fonctionnelles, productionnelles ou mixtes).

119Des territoires d’approvisionnement lointains apparaissent dès le stade isotopique 5a, faisant essentiellement intervenir des territoires lithologiques sénoniens et bajociens orientaux et, dans une moindre mesure, septentrionaux jusqu’aux premiers affleurements bajociens des Charentes. Les distances parcourues atteignent alors les 90 km.

120Au Châtelperronien, on observe un changement : les territoires lithologiques d’approvisionnement sont méridionaux et font intervenir les petits gîtes (petites surfaces d’affleurement) du Fumélois et du Gavaudun distants d’une cinquantaine de kilomètres. Ce changement dans l’orientation des trajets nous paraît assez révélateur si l’on se réfère aux modèles théoriques sur la mobilité des groupes. En effet, pour les périodes paléolithiques, lorsque les comportements d’introduction et d’exportation sont interprétés en termes de gestion de territoires de subsistance, l’hypothèse sous-jacente est que les matières premières font l’objet d’une acquisition directe aux sources et que celles-ci sont intégrées dans les déplacements liés à la recherche des ressources alimentaires (« embedded procurement », Féblot-Augustin 1992, 1997, 1999a, 1999b). Dans l’hypothèse de ce type d’acquisition intégrée, les déplacements de matières premières fournissent donc l’échelle des déplacements humains dans le milieu et permettent d’appréhender l’étendue du territoire exploité et/ou parcouru dans le cadre de la subsistance, tout comme les axes de circulation privilégiés empruntés durant cette mobilité.

121Aussi, par extension, nous pouvons inférer sur la position du Bergeracois dans les territoires de subsistance des différents groupes paléolithiques sur 215 000 ans que couvrent les stades isotopiques 7 à 3 :

  • Au Paléoltihique moyen ancien, le Bergeracois n’illustre aucune introduction de matériaux exotiques.
  • Au Paléolithique moyen récent, le Bergeracois semble se placer aux marges sud-ouest du territoire de subsistance avec des axes de circulation essentiellement est-ouest (depuis le Quercy) et plus rarement Nord/Sud (depuis la limite sud de la Charente).
  • Au Châtelperronien, le Bergeracois se localiserait en marge septentrionale du territoire de subsistance avec des parcours sud-est/nord-ouest (depuis le Lot-et-Garonne)
  • À l’Aurignacien, une place plus centrale semble être occupée par le territoire bergeracois, avec des axes de circulation essentiellement sud-est/nord-ouest (depuis le Lot-et-Garonne) et plus sporadiquement est-ouest et nord-ouest/sud-est (depuis la Charente-Maritime). Auxquels s’ajoutent, si l’on considère la perle en stéatite, des trajets beaucoup plus septentrionaux ou méridionaux selon sa provenance (depuis les confins du Massif central ou des Pyrénées).

122Les distances couvertes par chacun des territoires de subsistance induites des matériaux importés illustrent également une certaine diversité ou fluctuation entre les quatre grandes périodes (fig. 32).

123Antérieurement au stade isotopique 5d, le territoire est réduit à un périmètre péri-local. Inversement, au Moustérien récent, il apparaît très large s’étendant ponctuellement jusqu’à une centaine de kilomètres au stade 3 (distance équivalente à celles mises en évidence sur un territoire aquitain voisin, le Quercy pour la même période ; Chalard et al. 2007, Faivre et al. 2013). L’extension territoriale semble se réduire au Châtelperronien à une cinquantaine de kilomètres pour ensuite à nouveau s’élargir et franchir le cap des 200 kilomètres avec l’Aurignacien. Distances qui sont par ailleurs attestées pour ces périodes, sur d’autres sites et/ou pour d’autres matériaux comme le silex du Bergeracois en dehors de son territoire lithologique ou encore pour la stéatite et les coquillages.

124Nous pouvons en déduire une évolution non linéaire des territoires exploités, le Châtelperronien constituant une rupture importante dans une diminution des distances, cependant croissantes depuis le Paléolithique moyen ancien. Ces phénomènes d’expansion/rétraction des territoires de subsistance devront être confirmés sur d’autres secteurs géographiques, mais aussi selon une grille chrono-climatique plus fine. En effet, il a été suggéré une contraction des territoires lors des épisodes plus tempérés et une extension lors des périodes les plus froides, schéma qui pourrait s’appliquer en Bergeracois à la succession Châtelperronien/ Aurignacien. Pour les périodes plus anciennes, les ensembles définis recouvrent plusieurs cycles climatiques et ne permettent donc pas à ce stade des comparaisons fines. Aussi, un enrichissement du cadre chrono-climatique et du corpus des sites est un enjeu majeur des recherches futures.

Fig. 32 – Ressources lithiques représentées dans les sites bergeracois aux différentes périodes chrono-culturelles et matérialisation des aires de circulation jusqu’au point le plus proche de l’affleurement lithologique et comprenant au moins un affleurement des autres contextes lithologiques présents (en italique est signalé le matériau le plus éloigné).

Fig. 32 – Ressources lithiques représentées dans les sites bergeracois aux différentes périodes chrono-culturelles et matérialisation des aires de circulation jusqu’au point le plus proche de l’affleurement lithologique et comprenant au moins un affleurement des autres contextes lithologiques présents (en italique est signalé le matériau le plus éloigné).

DAO L. Bourguignon et A. Turq.

125Enfin, si l’on replace le territoire du Bergeracois dans son contexte régional, la dynamique d’apport de matériaux exogènes et d’exportation de ses propres ressources vers d’autres contextes lithologiques (attestée dès le Paléolithique moyen ancien en direction du Périgord noir, et dès le stade 4 en direction du Quercy) illustrerait des dynamiques différentes de celles que nous venons de décrire. Les flux seraient à la fois centripètes et centrifuges (le Bergeracois étant à la fois récepteur des matériaux exogènes et diffuseur de ses propres ressources) au cours du Moustérien récent, au Châtelperronien et à l’Aurignacien alors qu’ils ne seraient que centrifuges pour l’Acheuléen et le Paléolithique moyen ancien.

126Les relations entre les différents territoires lithologiques au sein des territoires de subsistance apparaissent donc complexes. Cette complexité est reflétée par les formes d’introductions (états techniques plus ou moins avancés) des matériaux transportés et introduits depuis et dans chaque territoire lithologique. Ainsi, au Moustérien, pour une même distance de circulation, les états techniques d’introduction entre les silex bergeracois en Périgord noir et les sénoniens sensu lato du Périgord noir en Bergeracois, sont totalement différents (Bourguignon et al. 2006a, Bourguignon in Bidart et al. 2011, Turq et al. 2016). Les sénoniens sont introduits en Bergeracois sous des états très diversifiés, allant du bloc testé ou nucléus en cours d’exploitation à l’éclat brut ou retouché, alors que les silex bergeracois sont introduits dans les grottes et abris du Périgord dans des états techniques traduisant un cycle d’utilisation et de ravivage intensif. Dans ces sites périgourdins, il n’est pas rare que seuls les déchets de ces ravivages d’outils ou de pièces façonnées soient abandonnés et que l’outil lui-même continue son déplacement.

Conclusion

127L’archéologie préventive menée ces dernières années en Bergeracois a considérablement renouvelé notre connaissance déjà très importante sur les populations paléolithiques de ce territoire riche en ressources minérales. Cela a permis, en doublant voire triplant le nombre de sites pour une même période chronologique, d’obtenir un total de 72 occupations différentes réparties sur près de 210 000 ans pour une surface d’à peine 5 km² et de proposer ce premier bilan comparatif et interprétatif des modes de vie des différentes populations qui se sont succédées dans ce territoire. La forte disparité de ces ensembles chronologiques nécessite cependant de mieux détailler les périodes anciennes afin d’y déceler d’autres ruptures observées par ailleurs, comme entre les MIS 5 et 3 (Locht et al. 2016). Bien que la spécificité sédimentologique de ce secteur ne nous permette pas d’obtenir une résolution des séquences chrono-culturelles aussi fines que pour d’autres régions (séquences lœssiques des régions septentrionales), la richesse des occupations et la récurrence de comportements techno-économiques dans un secteur aussi serré tout comme la multiplication des datations radionumériques et paléodosimétriques y pallient largement. De véritables archéoséquences sont d’ailleurs présentes, à l’image de celles plus largement connues en contexte karstique dans le Périgord noir.

128Ces résultats devront donc pouvoir, tout ou partie, être transposés rapidement à l’échelle régionale et plus globalement à l’histoire des peuplements humains paléolithiques en Europe occidentale.

Haut de page

Bibliographie

Anderson-Gerfaud P. 1990 – Aspects of behavior in the Middle Paleolithic: functional analysis of stone tools from southwest France, in Mellars P. (éd.), The Emergence of Modern Humans: An Archaeological Perspective, Edinburgh, Edinburgh University Press, p. 389-418.

Antoine P., Auguste P., Bahain J.-J., Coudret P., Depaepe P., Fagnart J.-P., Falguères C., Fontugne M., Frechen M., Hatte C., Lamotte A., Laurent M., Limondin-Lozouet N., Locht J.-L., Mercier N., Moigne A.-M., Munaut A.-V., Ponel P., Rousseau D.-D. 2003 – Paléoenvironnements pléistocènes et peuplements paléolithiques dans le bassin de la Somme (nord de la France), Bulletin de la Société préhistorique française, 100 (1), p. 5-28.

Bachellerie F. 2006 – Étude taphonomique, technologique et spatiale de quelques remontages lithiques de Canaule II (Creysse, Dordogne), site Châtelperronien de plein air en Bergeracois, Mémoire de Master 2, université Bordeaux I, 87 p.

Bachellerie F. 2011 – Quelle unité pour le Châtelperronien ? Apport de l’analyse taphonomique et techno-économique des industries lithiques de trois gisements aquitains de plein-air : le Basté, Bidart (Pyrénées-Atlantiques) et Canaule II (Dordogne), thèse de doctorat, université Bordeaux I, 442 p.

Bachellerie F., Bordes J.-G., Morala A., Pelegrin J. 2007 – Étude typotechnologique et spatiale de remontages lithiques de canaule II, site Châtelperronien de plein-air en Bergeracois (Creysse, dordogne), Paleo, 19, p. 259-280.

Baillet M., Bachellerie F., Bordes J.-G. 2014 – Enquête autour d’un outil : approche techno-économique, fonctionnelle et expérimentale des grattoirs châtelperroniens de Canaule II (Creysse, Dordogne), Paleo, 25, p. 7-36, [en ligne] https://paleo.revues.org/2707

Baillet M. 2017 – Éclairage de la tracéologie lithique sur le système techno-économique nomade châtelperronien, thèse de doctorat, université Bordeaux I, 539 p.

Baillet M. 2021 – Chronique d’une rencontre à couteaux-tirés entre nos ancêtres paléospéléos et des Ursus spelaeus, dans les profondeurs de la grotte de Font-de-Gaume (les Eyzies), il y a environ 40 000 ans, Spéléo Dordogne, 200, p. 1-10.

Banks W.E., d’Errico F., Zilhao J. 2013 – Human-climate interaction during the Early Upper Paleolithic: testing the hypothesis of an adaptive shift between the Proto-Aurignacian and the Early Aurignacian, J. Hum. Evol., 64, p. 39-55.

Bataille G., Bolus M., Conard N.J., Falcucci A., Peresani M., Tafelmaier Y. 2017 – The techno-typological variability of the European Aurignacian from a multi-regional anddiachronic perspective. Proceedings of the 59th meeting of the Hugo Obermaier Society 2017, Aurich, p. 15-16.

Bertran P., Mercier N., Sirieix C., Prodeo F., Naessens F. 2012 – Architecture et évolution des basses terrasses de la Dordogne à Bergerac pendant le dernier cycle climatique, in Quaternaire Continental d’Aquitaine, excursion AFEQ-ASF 2012, livret guide, p 34-44.

Binant P. 1997 – La Préhistoire en Bergeracois : les périodes paléolithiques, Bergerac, Librairie la Brèche, 46 p.

Bidart P., Bourguignon L., Lenoble A., Sellami F., Ortega I. 2004 – Combe Brune 1, Creysse, Dordogne, in Bilan Scientifique 2004, Bordeaux, DRAC Aquitaine, p. 34.

Bidart P., Bourguignon L., Ortega I., Sellami F., Lenoble A., Rios J., Vieillevigne E., Guibert P., Turq A. 2011 – Le Moustérien de tradition Acheuléenne de Combe Brune 1, rapport final d’opération, Inrap, 221 p.

Binford L.R. 1980 – Willow smoke and dog’s tails: hunter-gatherer settlement systems and archaeological site formation, American Antiquity, 45, p. 4-20.

Binford L.R. 1982 – The archaeology of place, Journal of Anthropological Archaeology, 1, p. 5-31.

Blaser F., Bourguignon L., Sellami F., Rios J., Guibert P. 2006 – Le gisement Moustérien stratifié de Cantalouette IV. Déviation nord de Bergerac, rapport final d’opération, Inrap, 87 p.

Blaser F., Bourguignon L., Sellami F., Rios J., Vieillevigne E., Guibert P. 2012 – Un site à composante laminaire dans le Paléolithique Moyen du sud-ouest de la France : le site de Cantalouette 4 (Creysse, France), Bulletin de la Société préhistorique française, 109 (1), p. 5-33.

Bodu P., Salomon H., Lacarrière J., Baillet M., Ballinger M., Naton H.G., Théry I. 2017 – Un gisement châtelperronien de plein-air dans le Bassin parisien : Les Bossats à Ormesson (Seine-et-Marne), Gallia Préhistoire, 2017, 57, p. 3-64.

Boëda É. 1991a – Approche de la variabilité des systèmes de production lithique des industries du Paléolithique inférieur et moyen : chronique d’une variabilité attendue, Techniques et cultures, 17-18, p. 37-79.

Boëda É. 1991b – La conception trifaciale d’un nouveau mode de taille préhistorique, in Bonifay E., Vandermeersch B., Les premiers européens. Actes du 114e congrès des sociétés savantes, Aubervilliers, Éditions du CTHS, p. 251-263.

Boëda É. 1994 – Creysse, Barbas, in Bilan scientifique de la région Aquitaine 1994, Bordeaux, BRAC Aquitaine, p. 25-26.

Boëda É. 1995 – Creysse, Barbas, in Bilan scientifique de la région Aquitaine 1995, Bordeaux, BRAC Aquitaine, p. 26-27.

Boëda É. 1997a – Creysse, Barbas, in Bilan scientifique de la région Aquitaine 1997, Bordeaux, BRAC Aquitaine, p. 22.

Boëda É. 1997b – Technogenèse de systèmes de production lithique au Paléolithique inférieur et moyen en Europe occidentale et au Proche-Orient, habilitation à diriger des recherches, université Paris X-Nanterre, 2 vol., 173 p.

Boëda É. 2001 – Détermination des unités techno-fonctionnelles des pièces bifaciales provenant de la couche acheuléenne C’3 base du site de Barbas I, in Cliquet D. (éd.), Les industries à outils bifaciaux du Paléolithique moyen d’Europe occidentale. Actes de la table ronde de Caen, 14-15 oct. 1999, Liège, ERAUL, 98, p. 51-75.

Boëda E. 2013 – Techno-logique et Technologie. Une Paléo-histoire des Objets lithiques, Mirebeau-sur-Bèze, Archéo-editions.com.

Boëda E., Kervazo B. 1999 – Une vieille industrie du Sud-Ouest de la France : le niveau inférieur de Barbas (Dordogne), in Bonifay E., Vandermeersch B., Les premiers européens. Actes du 114e congrès des sociétés savantes, Aubervilliers, Éditions du CTHS, p. 27-38.

Boëda E., Ortega I. 1993 – L’Aurignacien de Barbas II et Barbas III, in Bilan scientifique de la région Aquitaine 1993, Bordeaux, DRAC Aquitaine, p. 26.

Boëda E., Ortega I. 1994 – Barbas, rapport de fouille de campagnes 1992, 1993 et 1994, rapport final de synthèse triannuel, Bordeaux, DRAC Aquitaine.

Boëda E., Ortega I. 1995 – Barbas III, in Bilan scientifique de la région Aquitaine 1995, Bordeaux, DRAC Aquitaine, p. 26.

Boëda É., Bodin E., Brenet M., Soriano S. avec la collab. de Genin J., Morel P. 2003 – Les industries bifaciales pléistocènes de Bergeracois, résumé, in Données récentes sur les modalités de peuplement en Europe au Paléolithique inférieur et moyen, colloque de Rennes, [en ligne] http://colloque-paleo2003.univ-rennes1.fr/programme/pagefrance/BOEDA.pdf

Boëda É., Geneste J.-M., Meignen L. 1990 – Identification de chaînes opératoires lithiques du Paléolithique ancien et moyen, Paléo, 2, p. 43-80.

Boëda E., Kervazo B., Mercier N., Valladas H. 1996a – Barbas C’3 (Dordogne). Une industrie bifaciale contemporaine des industries du moustérien ancien : une variabilité attendue, in Bietti A., Grimaldi S., Reduction Processes for the European Mousterian, Proceedings of the international round table, Rome, 1995, Rome, Istituto italiano di paleontologia umana (Quaternaria Nova VI), p. 465-504.

Boëda É., Fontugne M., Valladas H., Ortega I. 1996b – Barbas III : industrie du Paléolithique moyen récent et du Paléolithique supérieur ancien, in Carbonell E., Vaquero M. (éd.), The last Neandertals, the first anatomically modern humans, Cultural change and human evolution: the crisis at 40 kA B.P., Tarragona, Universitat Rovira i Virgili, p. 147-156.

Boëda E., Soriano S., Soriano S. 2004 – Fonction et fonctionnement d’un site à la fin du Pléistocène moyen. Le niveau acheuléen C’3 de Barbas I (Creysse, Dordogne), in Approches fonctionnelles en Préhistoire. Actes du XXVe Congrès préhistorique de France, Nanterre, 24-26 novembre 2000, Paris, Société préhistorique française, p. 293-306.

Bordes F. 1966 – Aquitaine, Lembras, Corbiac, Gallia Préhistoire, 9 (2), p. 537-541.

Bordes F. 1969 – Livret-guide de l’excursion A4, Landes-Périgord, VIIIe Congrès INQUA, p. 38-42.

Bordes J.-G. 2005 – La séquence aurignacienne du Nord de l’Aquitaine : variabilité des productions lamellaires à Caminade-Est, Roc-de-Combe, le Piage et Corbiac-Vignoble II, in Le Brun-Ricalens F., Bordes J.-G., Bon F. (éd.), Productions lamellaires attribuées à l’Aurignacien : chaînes opératoires et perspectives techno-culturelles. XIVe congrès de l’Union internationale des sciences préhistoriques et protohistoriques, Liège (2-8 septembre 2001), Luxembourg, MNHA (ArchéoLogiques 1), p. 123-154.

Bordes J.-G., Tixier J. 2002 – Sur l’unité de l’Aurignacien ancien dans le Sud-Ouest de la France : la production des lames et des lamelles, in Bon F., Maillo Fernandez J.-M., Ortega D., Cobos I. (ed.), Autour des concepts de Protoaurignacien, d’Aurignacien archaïque, initial et ancien. Unité et variabilité des comportements techniques des premiers groupes d’hommes modernes dans le Sud de la France et le Nord de l’Espagne. Table-ronde de Toulouse (27 février-1er mars 2003), Madrid, UNED (Espacio, Tiempo y Forma 1, Prehistoria y Arqueologia 15), p. 175-194.

Bourguignon L., Lhomme V. 2004 – Le temps des chasseurs-cueilleurs : le Paléolithique et le Mésolithique de -500 000 à -6 000 ans, in Demoule J.-P. (éd.), La France archéologique. Vingt ans d’aménagements et de découvertes, Paris, Éditions Hazan/Inrap, p. 36-47.

Bourguignon L. Sellami F., Ortega I. 2003a – Bergerac Section nord. Résultats des diagnostics, Bordeaux, DFS INRAP, DRAC Aquitaine, 144 p.

Bourguignon L. Sellami F., Ortega I. 2003b – R.N.21, Bergerac, section nord, Bilan scientifique de la région Aquitaine 2002, Bordeaux, DRAC Aquitaine, p. 53-54.

Bourguignon L., Turq A., Faivre J.-Ph. 2004a – Ramification des chaînes opératoires : spécificité du Moustérien ?, Paléo, 16, p. 37-48.

Bourguignon L., Ortega I., Sellami F., Brenet M., Grigoletto F., Vigier S., Daussy A., Déchamps J.-F., Casagrande F. 2004b – Les occupations paléolithiques découvertes sur la section nord de la déviation de Bergerac : résultats préliminaires obtenus à l’issue des diagnostics, Bulletin de Préhistoire du Sud-Ouest, 11/2004-2, p. 155-171.

Bourguignon L., Bidart P., Ortega I., Turq A., Detrain L., Morala A. 2006a – Du territoire proche au territoire lointain : différences ou similitudes comportementales à partir des stratégies d’exploitations gîtologiques des matières premières lithiques au Paléolithique moyen (l’exemple de Combe Brune 1 et de l’Abri du musée, Dordogne). Workshop 23 UISPP, 2006, Lisbonne, in Moncel M.-H., Moigne A.-M., Arzarello M., Peretto C. (éd.), Aires d’approvisionnement en matières premières et aires d’approvisionnement en ressources alimentaires approche intégrée des comportements, Oxford, Archeopress.

Bourguignon L., Blaser F., Brenet M., Folgado M., Grigoletto F., Ortega I. 2006b – Le phénomène laminaire au Paléolithique moyen et au Paléolithique supérieur en bergeracois : du débitage Levallois laminaire aux débitages laminaires et lamellaires de l’Aurignacien, réflexions autour de nouvelles données, in Le phénomène laminaire au Paléolithique moyen et supérieur en Eurasie, Table-ronde, 6-7 avril 2006, Maison Lacorre, Université de Bordeaux I, Les Eyzies-de-Tayac, Dordogne.

Bourguignon L. Djema H., Bertran P., Lahaye C., Guibert P. 2008a – Le gisement Saalien de Petit-Bost (Neuvic, Dordogne) à l’origine du Moustérien d’Aquitaine ?, in Les sociétés du Paléolithique dans un grand Sud-ouest : nouveaux gisements, nouveaux résultats, nouvelles méthodes, Paris, Société préhistorique française (Mémoire XLVII), p. 41-55.

Bourguignon L., Blaser F., Rios J., Pradet L., Sellami F., Guibert P. 2008b – L’occupation moustérienne de la Doline de Cantalouette II : Spécificités technologiques et économiques premiers résultats d’une analyse intégrée, in Les sociétés du Paléolithique dans un grand Sud-ouest : nouveaux gisements, nouveaux résultats, nouvelles méthodes, Paris, Société préhistorique française (Mémoire XLVII), p. 133-150.

Bourguignon L. Boes X., Claud E. 2016 – Le Saraillet (Nouvelle Aquitaine, Dordogne, Creysse), rapport final d’opération, Bordeaux, DRAC Aquitaine, 148 p.

Bourguignon L., Ortega I., Sellami F., Clot E., Mangier C., Lahaye C. 2018 – Le site stratifié de Canolle Ferme à Creysse, rapport final d’opération, Bordeaux, DRAC Aquitaine, 364 p.

Bourguignon L., Clemente Conte I., Mozota Holguereas M. 2019 – Fonctions constituantes et schèmes d’utilisation de deux outils moustériens de Cantalouette II (France), in David É. (éd.), Anthropologie des techniques. Cahier 1 : de la mémoire aux gestes en Préhistoire, Paris, L’Harmattan, p. 187-202.

Bourguignon L., Bidart P., Clark E.E., Clemente I., Daussy A., Fondeville C., Guibert P., Mozota M., Ortega I., Rios Garaizar J., Sellami F., Lenoble A, Pradet L., Turq A. Vieillevigne E. 2022a – Le gisement de la Doline de Cantalouette 2, rapport final d’opération, Inrap.

Bourguignon L., Clemente Conte I., Mozota Holgueras M., Blaser F. 2022b – De l’utilisation en percussion lancée d’éclats bruts massifs dans les activités bouchères et du travail du bois : le niveau moustérien de la Doline de Cantalouette 2 (Dordogne-France), Comptes Rendus Palévol, 20 (37), p. 779-797, [en ligne] https://sciencepress.mnhn.fr/fr/periodiques/comptes-rendus-palevol/20/37.

Bourguignon L., Sellami F., Brenet M., Fourloubey C., Ortega I., Martin H. à paraître – Les gisements Paléolithiques de la section sud de la déviation de Bergerac, rapport final d’opération, Inrap.

Brenet M., Folgado M. 1997 – Le champ des débats (Minzac, Dordogne), DFS de sauvetage urgent, AFAN, SRA Aquitaine.

Brenet M. 2011 – Variabilité et signification des productions lithiques au Paléolithique moyen ancien. L’exemple de trois gisements de plein-air du Bergeracois (Dordogne, France), thèse de doctorat, université Bordeaux I, 480 p.

Brenet M., Bertran P. 2005 – Rapport de diagnostic, février 2005. Les Rigoux, Creysse (Dordogne). Niveaux d’occupation du Paléolithique supérieur, INRAP, SRA Aquitaine, p. 52

Brenet M., Folgado M. 2009 – Relations techno-économiques entre débitage et façonnage sur les gisements du Paléolithique moyen ancien de Cantalouette 1 et Combe Brune 3 (Creysse, Dordogne), Rivista di Scienze Preistoriche, 59, p. 49-62.

Brenet M., Folgado M., Guibert P., Lenoble A., Sellami F., Rios Garaizar J., Vieillevigne E. 2006 – Cantalouette 1 (Creysse, Dordogne). Étude inter-disciplinaire de trois niveaux du Paléolithique ancien. Bergerac, R.N. 21 section nord, rapport final d’opération, Bordeaux, DRAC Aquitaine, 156 p.

Brenet M., Folgado M., Bertran P., Lenoble A., Guibert P., Vieillevigne E. 2008a – Interprétation de la variabilité technologique de deux industries du Paléolithique moyen ancien du Bergeracois : Cantalouette 1 et Combe Brune 3 (Creysse, Dordogne). Contexte géoarchéologique et chronologique, analyse techno-économique, in Les sociétés paléolithiques d’un grand Sud-Ouest : nouveaux gisements, nouvelles méthodes, nouveaux résultats, Paris, Société préhistorique française (Mémoire XLVII), p. 57-81.

Brenet M., Folgado M., Vigier S., Claud E., Bertran P., Lahaye C. 2008b – Étude inter-disciplinaire des niveaux paléolithiques de Combe Brune 2 (Creysse, Dordogne). Bergerac, R.N. 21 section nord, rapport final d’opération, Inrap, DRAC Aquitaine, p. 254.

Brenet M., Bourguignon L., Jarry M. 2014a – Émergence et diversité des techno-complexes au Paléolithique moyen ancien. Relations entre productions de débitage et de façonnage, in Jaubert J., Fourment N., Depaepe P. (éd.), Transition, rupture et continuité en Préhistoire. XXVIIe congrès préhistorique de France-Bordeaux-Les Eyzies, 31 mai-5 juin 2010, Paris, Société préhistorique française, p. 141-178.

Brenet M., Bourguignon L., Folgado M., Turq A., Jarry M., Colonge D., Lelouvier L.-A, Mourre V. 2014b – Les techno-complexes au début du Paléolithique moyen en Aquitaine septentrionale. Complémentarité et interrelations entre productions de débitage et de façonnage. Session C : Émergence et diversité des techno-complexes au Paléolithique moyen ancien. Relations entre productions de débitage et de façonnage, in Jaubert J., Fourment N., Depaepe P. (éd.), Transition, rupture et continuité en Préhistoire. XXVIIe congrès préhistorique de France-Bordeaux-Les Eyzies, 31 mai-5 juin 2010, Paris, Société préhistorique française, p. 81-101.

Brenet M., Chadelle J.P., Claud É., Colonge D., Delagnes A., Deschamps M., Folgado M., Gravina B., Ihuel E. 2017 – The function and role of bifaces in the Late Middle Paleolithic of southwestern France: Examples from the Charente and Dordogne to the Basque Country, Quaternary International, 428, Part A, p. 151-169.

Bundgen B., Fourloubey C., Lenoble A., Rios Garaizar J., Sellami F. 2009 – Un faciès original du début du Paléolithique supérieur : Sans Pareil, Les Coutets secteur 4, rapport final d’opération, Inrap GSO, 104 p.

Cazals N., Bartoli R., Bon F., Bracco J.-P., Clemente I., Fuertes N., Gonzalez J.-E., Ibañez J.-J., Maillo J., Mangado J., Ortega I., Cobos D., Ortega I., Cordellat I., Terradas X. 2005 – Des faciès et des Hommes : réflexions sur les productions d’éclats au Paléolithique supérieur dans les Pyrénées françaises et espagnoles, in Jaubert J., Barbasa M. (éd.), Actes du 126e congrès national des sociétés historiques et scientifiques : terres et hommes du sud, Toulouse, 9-14 avril 2001, Paris, Éditions du CTSHS, p. 161-172.

Chadelle J.-P. 1989 – Les gisements paléolithiques de Champ-Parel à Bergerac, Dordogne, France. Rapport préliminaire des opérations de sauvetage, 1985-1989, Paleo, 1, p. 125-133.

Chadelle J.-P. 1990a – Les sites paléolithiques de Pécharmant à Bergerac (Dordogne), in Lenoir M., Seronie-Vivien M.-R. (éd.), Le silex de sa genèse à l’outil. Actes du 5e colloque international sur le Silex, Bordeaux, 17 septembre-2 octobre 1987, tome 1, Paris, CNRS Éditions (Cahiers de Quaternaire 17), p. 44-47.

Chadelle J.-P. 1990b – Le site de plein air de Corbiac-Vignoble à Bergerac (Dordogne). Technologie et mode d’occupation, in Lenoir M., Seronie-Vivien M.-R. (éd.), Le silex de sa genèse à l’outil. Actes du 5e colloque international sur le Silex, Bordeaux, 17 septembre-2 octobre 1987, tome 1, Paris, CNRS Éditions (Cahiers de Quaternaire 17), p. 385-390.

Chadelle J.-P. 2000 – Le gisement de Champ-Parel 3 à Bergerac (Dordogne, France). Observations taphonomiques sur un atelier de taille aurignacien en plein air, Paléo, 12, p. 409-412.

Chadelle J.-P. 2005 – Production laminaire et production lamellaire à Champ-Parel Locus 3 (Bergerac, Dordogne), in Le Brun F., Bordes J.-G., Bon F. (éd.), Productions lamellaire attribuées à l’Aurignacien : Chaînes opératoires et perspectives technoculturelles. Actes du XIVe congrès de l’UISPP, Liège, 2-8 septembre 2001, Luxembourg, Musée national d’histoire et d’art (Archéologiques 1).

Chadelle J.-P., Geneste J.-P., Texier J.-P. 1996 – Les gisements paléolithiques récemment découverts à Pombonne (Lembras, Dordogne), Paléo, 8, p. 279-291.

Chalard P., Faivre J.-Ph., Jarry M., Jaubert J., Mourre V., Turq A. 2007 – Espaces du Paléolithique moyen. Témoins d’utilisation de silex allochtones en Quercy (France), in Evin J. (éd.), Un siècle de discours scientifique en Préhistoire. Actes du XXVIe congrès Préhistorique de France, Congrès du Centenaire de la Société préhistorique Française, Avignon, 21-25 septembre 2004, vol. 3, Paris, Société préhistorique française, p. 217-235.

Chevrier B. 2006 – De l’Acheuléen méridional au techno-complexe trifacial : la face cachée des industries du Bergeracois. Apport de l’analyse technologique de l’industrie lithique de Barbas I C’4 sup (Creysse, Dordogne), Gallia Préhistoire, 48, p. 207-252.

Claud E. 2008 – Le statut fonctionnel des bifaces au Paléolithique moyen récent dans le Sud-Ouest de la France. Étude tracéologique intégrée des outillages des sites de La Graulet, La Conne de Bergerac, Combe Brune 2, Fonseigner et Chez-Pinaud/Jonzac, thèse de doctorat, université Bordeaux I, 546 p.

Claud E., Brenet M., Maury S., Mourre V. 2009 – Étude expérimentale des macrotraces d’utilisation sur les tranchants des bifaces, caractérisation et potentiel diagnostique, Les Nouvelles de l’Archéologie, 118, p. 55-60.

Combaz A. 1966 – Recherches de microfossiles organiques dans les sables et grès du Périgord ; compte rendu d’examen n° 189, Bordeaux C.E.P., exploration, laboratoire central.

Connet N. 2002 – Le Châtelperronien. Réflexion sur l’unité et l’identité techno-économique de l’industrie lithique. L’apport de l’analyse diachronique des industries lithiques des couches Châtelperroniennes de la Grotte du Renne à Arcy-sur-Cure (Yonne), thèse, université des Sciences et Technologies de Lille I, 2 vol., 445 p.

Courbin P., Brenet M., Michel A., Gravina B. 2020 – Spatial analysis of the late Middle Palaeolithic open-air site of Bout-desVergnes (Bergerac, Dordogne) based on lithic technology and refitting, Journal of Archaeological Science: Reports, 32 (102373).

Depaepe P. 2007 – Le Paléolithique moyen de la vallée de la Vanne (Yonne, France) : matières premières, industries lithiques et occupations humaines, Paris, Société préhistorique française (Mémoire 41), 298 p.

Des Moulins V. 1864 – Le bassin hydrographique du Couzeau dans ses rapports avec la vallée de la Dordogne, Actes de la Société linnéenne de Bordeaux, 3 (25), p. 5-180.

Detrain L., Bats J.-Ch., Bertran P., Colonge D., Fourloubey Ch., Grigoletto F., Lenoble A., Lhomme X. 2005 – « La Croix de Canard » A89 Section 2.3 série Evaluation-Neuvic-sur-l’Isle (Dordogne), DFS de fouille, SRA Aquitaine, 123 p.

Delpech F., Geneste J.-M., Rigaud J.-P., Texier J.-P. 1995 – Les industries antérieures à la dernière glaciation en Aquitaine septentrionale : chronologie, paléoenvironnements, technologie, typologie et économie de subsistance, Paléo, supp. 1, p. 133-163.

d’Errico F., Zilhao J., Julien M., Baffier D., Pelegrin J. 1998 – Neanderthal acculturation in western Europe? A critical review of the evidence and its interpretation, Current Anthropology, 39, suppl., p. 1-44.

Discamps E., Bachellerie F., Baillet M., Sitzia L. 2019 – The interest of spatial taphonomy for dissecting Pleistocene palimpsests: an interdisciplinary approach the Châtelperronian and carnivore occupations at Cassenade (Dordogne, France), PaleoAnthropology, p. 362-388.

Dugas P. 2018 – Analyse de l’évolution du silex du bergeracois, in Morala A., Fernandes P., Turq A., Delvigne V., Caux S., Projet collectif de Recherche, rapport d’activité 2018, Villard-de-Lans, Réeaux de lithothèques en Nouvelle-Aquitaine, p. 61-73.

Faivre J.-Ph., Turq A., Bourguignon L., Bismuth T., Colonge D., Demars P.-Y., Jarry M., Jaubert J., Mourre V., Thiébaut C. 2013 – Le Paléolithique moyen du Quercy : comportements techno-économiques et variabilités des productions lithiques, Paléo, supp. 4, p. 231-270.

Faivre J.-Ph., Gravina B., Bourguignon L., Discamps E., Turq A. 2016 – Late Middle Palaeolithic lithic technocomplexes (MIS 5-3) in the northeastern Aquitaine Basin: Advances and challenges, Quaternary International, 433, part B, p. 116-131, [en ligne] https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1040618216001944

Féblot-Augustins J. 1992 – Mobility strategies in the late middle Palaeolithic of central Europe and western Europe: elements of stability and variability, Journal of Anthropological Archaeology, 12, p. 211-265.

Féblot-Augustins J. 1997 – La circulation des matières premières au paléolithique, Liège, ERAUL (ERAUL 75), 2 tomes, 275 p.

Féblot-Augustins J. 1999a – La mobilité des groupes paléolithiques, Bulletin et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, 11 (3-4), p. 219-260.

Féblot-Augustins J. 1999b – Raw material transport patterns and settlements systems in the European Lowe rand Middle Palaeolithic: continuity, change and variability, in Roebroeks W., Gamble C. (éd.), The middle Palaeolithic occupation of Europe, Leiden, University of Leiden, p. 193-214.

Fernandes P. 2012 – Itinéraires et transformations du silex : une pétroarchéologie refondée, application au Paléolithique moyen, thèse de doctorat, université Bordeaux I, 623 p.

Fernandes P., Raynal J.-P. 2006 – Pétroarchéologie du silex, un retour aux sources, Compte rendus Palevol, 5 (6), p. 829-837.

Fernandes P., Morala A., Schmidt P., Séronie-Vivien M.-R., Turq A. 2012 – Le silex du Bergeracois : état de la question, in Bertran P., Lenoble A., Quaternaire continental d’Aquitaine : un point sur les travaux récents. Excursion AFEQ-ASF, Bordeaux, université de Bordeaux, p. 22-23.

Fernandes P., Delvigne V., Dubernet S., Le Bourdonnec F.-X., Morala A., Moreau L., Piboule M., Turq A., Raynal J.-P. 2019 – Flint sourcing revisited, the Bergerac (France) and Obourg (Belgium) cases, Anthropologica et Præhistorica, 128/2017, p. 263-269.

Folgado M., Brenet M., Sellami F., Bertran P., Rios Garaizar J., Guibert P., Vieillevigne E. 2005 – Économie de façonnage et de débitage sur le gisement du Paléolithique ancien de Combe Brune 3, rapport final d’opération, INRAP, GSO.

Folgado M., Selami F. 2012 – Les Rivelles, rapport d’opération, diagnostic archéologique, Inrap, Grand Sud-Ouest, 92 p.

Folgado M., Grigoletto F., Claud E., Selami F. à paraître – Les Rivelles, un exemple d’occupation du Gravettien dans le Bergeracois (Creysse, Dordogne), rapport final d’opération, Inrap, NAOM.

Frouin M., Lahaye C., Hernandez M., Mercier N., Guibert P., Brenet M., Folgados-Lopez M., Bertran P. 2014 – Chronology of the Middle Palaeolithic open-air site of Combe Brune 2 (Dordogne, France): a multi luminescence dating approach, Journal of Archaeological Science, 52 (2014), p. 524-534

Garreau S. 2000 – Étude technologique de l’industrie lithique acheuléenne du site des Pendus (Creysse, Dordogne), Ateliers, 20, p. 7-28.

Geneste J.-M. 1985 – Analyse lithique d’industries moustériennes du Périgord : une approche technologique du comportement des groupes humains au Paléolithique moyen, thèse de doctorat, université de Bordeaux I, 572 p.

Geneste J.-M.-1988 – Les industries de la grotte Vaufrey : technologie du débitage, économie et circulation de la matière première lithique, Mémoires de la Société Préhistorique Française, 19, p. 441-517.

Geneste J.-M.-1989 – Économie des ressources lithiques dans le Moustérien du Sud-ouest de la France, in Otte M. (éd.), L’Homme de Néandertal, vol. 6 : La subsistance, Liège, ERAUL (ERAUL 35), p. 75-97.

Grigoletto F., Ortega I., Bourguignon L., Sellami F. 2004 – Les Garris II, in Bilan Scientifique 2004, Bordeaux, DRAC Aquitaine, p. 41.

Grigoletto F., Ortega I., Rios J., Bourguignon L. 2008 – Le Châtelperronien des Vieux Coutets. Premiers éléments de réflexion, Mémoire de la Société préhistorique française, 47, p. 245-259.

Grigoletto F., Ortega I., Rios J. Bourguignon L., Sellami F., Rios J., Guibert P. à paraître – Le gisement stratifié des Garris II. Déviation nord de Bergerac, rapport final d’opération, Inrap.

Guerin G., Frouin M., Talamo S., Aldeias V., Bruxelles L., Chiotti L., Turq A. 2015 – À multi-method luminescence dating of the Palaeolithic sequence of La Ferrassie based on new excavations adjacent to the La Ferrassie 1 and 2 skeletons, Journal of Archaeological Science, 58, p. 147-166, [en ligne] https://doi.org/10.1016/j.jas.2015.01.019.

Guibert P., Lahaye C., Duttine M., Bechtel F. 2006 – TL-dating of Mousterian open air sites of the Isle valley: Les Forêts and Petit Bost (Dordogne, France), in Pérez Arantegui J. (éd.), 34th International Symposium on Archaeometry, Zaragoza, Institución Fernando el Católico, p. 67-71.

Guibert P., Bechtel F., Bourguignon L., Brenet M., Couchoud I., Delagnes A., Delpech F., Detrain L., Duttine M., Folgado M., Jaubert J., Lahaye Ch., Lenoir M., Maureille B., Texier J.-P., Turq A., Vieillevigne E., Villeneuve G. 2008 – Une base de données pour la chronologie du Paléolithique moyen dans le Sud-Ouest de la France, Mémoire de la Société préhistorique française, 47, p. 19-40.

Guichard J. 1965 – Un faciès original de l’Acheuléen : Cantalouette, L’Anthropologie, 69 (5-6), p. 413-464.

Guichard J. 1970 – Canaule, Gallia Préhistoire information, 13 (2), p. 503.

Guichard J. 1976a – Barbas, commune de Creysse, in Rigaud J.-P., Vandermeersch B., Livret-guide de l’excursion A4 : Sud-Ouest (Aquitaine et Charente), IXe congrès UISPP, Nice, Université de Nice, p. 39-44.

Guichard G. 1976b – Les civilisations du Paléolithique inférieur en Périgord, in de Lumley H. (éd.), La Préhistoire française : les civilisations paléolithiques et mésolithiques de la France, vol. I (1), Paris, CNRS Éditions, p. 909-928.

Guichard J. 1976c – Les civilisations du Paléolithique moyen en Périgord, in de Lumley H. (éd.), La Préhistoire française : les civilisations paléolithiques et mésolithiques de la France, vol. I (1), Paris, CNRS Éditions, p. 1053-1069.

Guichard G., Guichard J. 1966 – À propos d’un site acheuléen du Bergeracois (Les Pendus, commune de Creysse), bifaces-hachereaux et hachereaux sur éclat, aperçu typologique, Actes de la Société linéenne de Bordeaux, 103 (série B, 5), p. 1-31.

Guichard J., Guichard G. 1985 – Un percuteur gravé du Périgordien final à Rabier (Lanquais, Dordogne), Société d’Études et de Recherches Préhistoriques des Eyzies, 34, p. 33-39.

Guichard J., Guichard G. 1989 – À propos de Canaule et Barbas : une approche des dépôts loessiques du Bergeracois, Documents d’Archéologie Périgourdine, 4, p. 21-28.

Guichard J., Guichard G., Morala A. 1989 – Rémanence de la technique Levallois au Paléolithique supérieur ancien, Documents d’Archéologie Périgourdine, 4, p. 5-20.

González Urquijo J.E., Ibáñez Estévez J.J., Ortega I., Ríos J. 2001 – El aporte del análisis funcional para el conocimiento del yacimiento auriñaciense de Barbas III: primeros resultados, in Clemente I., Risch R., Gibaja J.F. (éd.), Análisis funcional: su aportación al estudio de sociedades prehistóricas, Oxford, Archeopress (BAR International Series 1073), p. 141-150.

Hedges R.E.M., Housley R.A., Law I.A., Bronk C.R. 1990 – Radiocarbon dates from the Oxford AMS system: Archaeometry datelist 10, Archaeometry, 32, p. 101-108.

Hublin J.-J., Talamo S., Julien M., David F., Connet N., Bodu P., Vandermeersch B., Richards M.P. 2012 – Radiocarbon dates from the Grotte du Renne and Saint-Césaire support a Neanderthal origin for the Châtelperronian, Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America, 109 (46), 18743-18748.

Ihuel E. 2013 – Bergerac. Le bout des Vergnes, in Bilan Scientifique 2013, Aquitaine, Dordogne, Bordeaux, DRAC, p. 22-23.

Keekey R.L. 1988 – Hunter-gatherer economic complexity and «population pressure»: a cross-cultural analysis, Journal of Anthropological Archaeology, 7, p. 373-411

Landesque L. (abbé) 1887 – Station préhistorique de Combe-Capelle, Bulletin de la Société Géologique de France, 3 (15), p. 866-869.

Lenoble A. 2005 – Ruissellement et formation des sites préhistoriques. Référentiel actualiste et exemples d’application au fossile, Oxford, Archeopress (BAR International Serie 1363), 215 p.

Locht J.-L. 2006 – Le Paléolithique moyen en Picardie : état de la recherche, Revue archéologique de Picardie, 3/4, p. 27-35.

Logerot E. 2018 – L’organisation spatiale du site des Garris II (Creysse, Dordogne) daté de l’Aurignacien ancien du Sud-Ouest de la France, mémoire de Master, Université Paris-Ouest-Nanterre-La Défense, 113 p.

Mathias C., Bourguignon L. 2019 – Une nouvelle utilisation du concept Trifacial durant une phase ancienne du Paléolithique moyen de la vallée de l’Isle : le niveau 2 de Petit-Bost (Neuvic, Dordogne), Bulletin de la Société préhistorique française, 116 (3), p. 423-454.

Mathias C., Bourguignon L. 2020 – Cores-on-flakes and ramification during the middle palaeolithic in Southern France: A gradual process from the early to late middle palaeolithic?, Journal of Archaeological Science: Reports, 31, 102336, [en ligne] https://doi.org/10.1016/j.jasrep.2020.102336.

Mercier N., Valladas H., Joron J.-L., Reyss J.-L., Lévêque F., Vandermeersch B. 1991 – Thermoluminescence dating of the late Neanderthal remains from Saint-Césaire (France), Nature, 351, p. 737-739.

Michel A., Ihuel E., Chadelle J.-P, Claud E., Baillet M. 2019 – Découvertes récentes en Bergeracois : les occupations châtelperronienne et aurignacienne de Bout-des-Vergnes (Bergerac, Dordogne), in XXVIIIe Congrès Préhistorique de France : Préhistoire de l’Europe du Nord-Ouest : mobilités, climats et entités culturelles. 30 mai-4 juin 2016 Amiens (France), Paris, Société préhistorique française, p. 23-42.

Morala A., Fernandes P., Turq A., Delvigne V. 2016 – Projet collectif de Recherche, rapport d’activité 2016, Villard-de-Lans et Coutras, Réseaux de lithothèques en Auvergne, 139 p.

Morala A., Fernandes P., Turq A., Delvigne V. 2017 – Projet collectif de Recherche, rapport d’activité 2017, Villard-de-Lans et Coutras, Réseaux de lithothèques en Auvergne, 265 p.

Morala A., Fernandes P., Turq A., Delvigne V., Caux S. 2018 – Projet collectif de Recherche, rapport d’activité 2018, Villard-de-Lans et Coutras, Réseaux de lithothèques en Auvergne, 113 p.

Mujika J.A. 2000 – La industria ósea del Paleolítico Superior Inicial de Labeko Koba (Arrasate, Basque Country), Munibe, 52, p. 355-376.

O’Farrell M. 2005 – Étude préliminaire des éléments d’armature lithique de l’Aurignacien Ancien de Brassempouy, in Le Brun-Ricalens F., Bordes J.-G., Bon F. (éd.), Production lamellaires à l’Aurignacien : chaînes opératoires et perspectives technoculturelles. XIVe congrès de l’UISPP, Liège 2-8 septembre 2001, Luxembourg, Musée de Préhistoire de Luxembourg, p. 395-412.

Ortega I. 1996 – Barbas III, in Bilan scientifique 1996, Bordeaux, DRAC Aquitaine, p. 26.

Ortega I. 1998 – Explotación de los recursos líticos en función de una concepción de debitage Auriñaciense: yacimiento arqueológico de Barbas, in Segunda reunión sobre “el aprovisionamiento de recursos líticos a la prehistoria”, Barcelona, Gavá, p. 105-122.

Ortega I. 1999 – Barbas III : le niveau Aurignacie, in Bilan scientifique 1999, Bordeaux, DRAC Aquitaine, p. 28.

Ortega I. 2000 – Barbas III : le niveau Aurignacien, in Bilan scientifique 2000, Bordeaux, DRAC Aquitaine, p. 28.

Ortega I. 2001 – Explotación de recursos líticos en función de una concepción de debitage laminar auriñaciense : yacimiento arqueologico de Barbas, in 2e réunio de treball sobre aprovisionament de recursos lithics a la prehistoria, Barcelona, Gava, p. 105-113.

Ortega I. 2005 – La production lamellaire du niveau aurignacien de Barbas III (Creysse, Dordogne), in Le Brun-Ricalens F., Bordes J.-G., Bon F. (éd.), Production lamellaires à l’Aurignacien : chaînes opératoires et perspectives technoculturelles. XIVe Congrès de l’UISPP, Liège 2-8 septembre 2001, Luxembourg, Musée de Préhistoire de Luxembourg, p. 211-224.

Ortega I. 2009 – Diagnostic de « Les Barbas V » (Creysse, Dordogne), rapport de diagnostic, Inrap, 40 p.

Ortega I. 2018 – Exploring the interest of identifying different levels of technical competence for the prehistorian. The example of several Aurignacian, Gravettian, and Solutrean open-air sites in the Bergerac region (Dordogne, France), Dolní Věstonice Studies, 24, p. 171-190.

Ortega I. 2019 – Niveaux de compétence et apprentissage de la taille du silex au Paléolithique supérieur : l’exemple des sites du Bergeracois, in Pion P., Schlanger N. (éd.), Apprendre. Archéologie de la transmission des savoirs, Paris, La Découverte (Recherches), p. 100-112.

Ortega I., Grigoletto F., Bourguignon L., Sellami F. 2004 – Les Vieux Coutets, in Bilan Scientifique 2004, DRAC Aquitaine, p. 24.

Ortega I., Rios J., Ibañez J.-J., Gonzalez J., Boëda É., Sellami F. 2006 – L’occupation de l’Aurignacien ancien de Barbas III (Creysse, Dordogne), pas qu’un simple atelier. Réflexions sur la fonction du site, Paléo, 18, p. 115-142.

Ortega I., Locht J.-L., Soressi M., Rios J. Bourguignon L., Blaser F., Grigoletto F., Sellier N. 2013 – La producción laminar durante el Paleolítico medio en el norte y el sur-oeste de Francia: el aporte de la experimentación, in Palomo A., Piqué R., Terradas X. (éd.), Experimentación en arqueología. Estudio y difusión del pasado, Barcelone, Musée d’Archéologie de Catalogne (Serie Monográfica del MAC-Girona 25, 1), p. 219-228.

Ortega I., Rios J., Garrate D., Arizga J., Bourguignon L. 2015 – À naturalistic bird representation from the Aurignacian layer at the Cantalouette II open-air site in southwestern France and its relevance to the origin of figurative art in Europe, Journal of Archaeological Science, 4, p. 201-209.

Ortega I., Bourguignon L., Grigoletto F., Sellami F., Rios J., Vieillevigne E., Guibert P. 2017 – Le gisement stratifié des Vieux Coutet. Déviation nord de Bergerac, rapport final d’opération, Inrap, 215 p

Ortega I., Rios-Garaizar J., Bourguignon L. 2022 – La percussion lancée dans l’Aurignacien ancien du Bergeracois : quelques exemples issus des sites de Barbas III, Vieux Coutets, Les Garris et Cantalouette II (Dordogne, France), Comptes Rendus Palevol, 21 (18), p. 363-389, [en ligne] https://doi. org/10.5852/cr-palevol2022v21a18

Pelegrin J., Soressi M. 2007 – Le Châtelperronien et ses rapports avec le Moustérien, in Vandermeersch B., Maureille B. (éd.), Les Néandertaliens. Biologie et cultures, Paris, Éditions du CTHS, p. 297-309.

Platel J.P. avec la collaboration de Geneste J.M., Kervazo B. 1984 – Carte géologique de la France (1/50 000), feuille Bergerac (806). Notice explicative, Orléans, BRGM, 41 p.

Plisson H., Schmider B. 1990 – Étude préliminaire d’une série de pointes de Châtelperron de la grotte du Renne à Arcy-sur-Cure : approche morphologique, technologique et tracéologique, in Farizy C., Combier J., Paléolithique moyen récent et Paléolithique supérieur ancien en Europe. Ruptures et transitions : examen critique des documents archéologiques, Nemours, Musée de Préhistoire d’Île-de-France (Mémoires 3), p. 313-318.

Prodeo F., Sellami F. 2009 – Creysse (24) « Les Rivelles », rapport de diagnostic, Inrap Aquitaine, 48 p.

Roussel M. 2011 – Normes et variations de la production lithique durant le Châtelperronien. La séquence de la Grande-Roche-de-la-Plématrie à Quincay (Vienne), thèse de doctorat, université Paris Ouest Nanterre-La Défense, 554 p.

Roussel M. 2013 – Méthodes et rythmes du débitage laminaire au Châtelperronien : comparaison avec le Protoaurignacien, Comptes Rendus Palevol, 12, p. 233-241.

Roussel M., Soressi M., Hublin J.J. 2016 – The Châtelperronian conundrum: Blade and bladelet lithic technologies from Quinçay, France, Journal of Human Evolution, 95, p. 13-32

Rios-Garaizar J. en préparation – The function of micro blades from Castanet Aurignacian site.

Rios-Garaizar J. 2008 – Nivel IX (Chatelperroniense) de Labeko Koba (Arrasate-Gipuzkoa) : gestión de la industria lítica y función del sitio, Munibe (Antropológica-Arkeologia), 59, p. 25-46.

Rios-Garaizar J. 2012 – Industria Lítica y Sociedad en la Transición del Paleolítico Medio al Superior en Torno al Golfo de Bizkaia, Santander, PUbliCan. Ediciones de la Universidad de Cantabria, 561 p.

Rios-Garaizar J., Ortega I. 2014 – Flint workshop or habitat? Technological and functional approaches towards the interpretation of site function in Bergerac region Ancient Aurignacian, in Marreiros J., Bicho N., Gibaja Bao J. (éd.), International Conference on Use-Wear Analysis. Use-Wear 2012, Cambridge, Cambridge Scholars Publishing, p. 162-172.

Rios J., Ortega I., Ibañez J.-J., Gonzalez J. 2002 – El aporte del análisis funcional para el conocimiento del yacimiento Auriñaciense de Barbas III : primeros resultados, BAR International Séries, 1073, p. 141-150.

Rios J., Ortega I., Grigoletto F., Bourguignon L., Blaser F. 2006b – Diversité et/ou spécificité des fonctions et fonctionnements des productions laminaires entre le Moustérien, le Châtelperronien et l’Aurignacien ancien du Bergeracois : quelques données sur la continuité et la discontinuité des objectifs, in Le phénomène laminaire au Paléolithique moyen et supérieur en Eurasie. Table-ronde, 6-7 avril 2006, Maison François Bordes, université Bordeaux I, Les Eyzies-de-Tayac, Dordogne.

Rios-Garaizar J., Arrizabalaga J., Villaluenga A. 2012b – Haltes de chasse du Châtelperronien de la Péninsule Ibérique : Labeko Koba et Ekain (Pays Basque Péninsulaire), L'Anthropologie, 116, p. 532-549.

Samra-Inrap 2007 – Expression « artistique » et symbolique en Bergeracois », in Au cœur de la Matière. Préhistoire en Bergeracois. Cinq années de sauvetage archéologique, Catalogue de l’exposition du Musée National de Préhistoire des Eyizes-de-Tayac, p. 28-29.

Séronie-Vivien M., Séronie-Vivien M.-R. 1987 – Les silex Mésozoïque nord-aquitain : approche géologique de l’étude des silex pour servir à la recherche préhistorique, Bulletin de la Société linnéenne de Bordeaux, suppl. 15, 135 p.

Sellami F. 1999 – Reconstitution de la dynamique des sols des terrasses de la Dordogne à Creysse (Bergeracois). Impact sur la conservation des sites archéologiques de plein air, thèse de doctorat, INA-PG, 255 p.

Sonneville-Bordes D. de 1960 – Le Paléolithique supérieur en Périgord, Bordeaux, Imprimerie Delmas, 2 vol., 558 p.

Sorensen A.C., Claud E., Soressi M. 2018 – Neanderthal fire-making technology inferred from microwear analysis, Scientific Reports, 8, 1065.

Soriano S. 1999 – Chante Louette 2. Commune de Creysse (24), rapport d’opération, 16 p.

Talamo S., Aldeias V., Goldberg P., Chiotti L., Dibble H, Guérin G., Hublin J.‐J., Madelaine S., Maria R., Sandgathe D., Steele T.E., Turq A., McPherron S.J.P. 2020 – The new 14C chronology for the Palaeolithic site of La Ferrassie, France: the disappearance of Neanderthals and the arrival of Homo sapiens in France, Journal of Quaternary Science, 35 (7), p. 961-973.

Tixier J. 1991a – Et passez au pays des silex : rapportez-nous des lames, in 25 ans d’études technologiques en Préhistoire, XIe rencontres internationales d’Archéologie et d’Histoire d’Antibes, Juan-les-Pins, Éditions APDCA, p. 235-243.

Tixier J. 1991b – Champ-parel, Corbiac-Vignoble 2 (cv2), Paléolithique supérieur (Aurignacien), Gallia Informations, 1999, Aquitaine, p. 8-9.

Teyssandier N. 2000 – L’industrie lithique aurignacienne du secteur II de Barbas (Creysse, Dordogne). Analyse technique et implications archéologiques, Ateliers, 20, p. 29-59.

Turq A. 2001 – Réflexion sur le biface dans quelques sites du paléolithique ancien-moyen en grotte ou abri du Nord-Est du Bassin Aquitain, ERAUL, 98, p. 141-149.

Turq A. 2003 – De la matière première lithique brute à la mise au jour de l’objet archéologique : Propositions pour une meilleure exploitation du potentiel informatif du matériel lithique illustrées par quelques exemples du Paléolithique aquitain, Habilitation à Diriger des Recherches, université de Perpignan Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, 265 p.

Turq A., Roebroeks W., Bourguignon L., Faivre J.-Ph. 2013 – The fragmented character of Middle Palaeolithic stone tool technology, Journal of Human Evolution, 65, p. 641-655.

Turq A., Faivre J.-Ph., Gravina B., Bourguignon L. in press – Management of a Neanderthal territory, the example of north-east Aquitain basin: from the facts to the model, Quaternary International, 433, p. 88-101.

Valladas H., Chadelle J.-P., Geneste J.-M., Joron J.-L., Meignen L., Texier P.J. 1987 – Datations par thermoluminescence de gisements moustériens du Sud de la France, L’Anthropologie, 91 (1), p. 211-226.

Vieillevigne E., Bourguignon L., Ortega I., Guibert P. 2008 – Analyse croisée des données chronologiques et des industries lithiques dans le grand sud-ouest de la France (OIS 10 à 3), Paléo, 20, p. 145-165.

Haut de page

Notes

1 Communes de Creysse, Lembras et limite orientale de Bergerac pour l’essentiel.

2 Communes de Lanquais, Monsac, Bayac et au nord-ouest de Beaumont.

3 Les indices d’occupations très riches découverts en surface dans ce secteur n’ont pas été pris en considération dans cette synthèse.

4 Projet ACR sur l’« Interaction entre milieux physiques et espaces géographiques en Bergeracois au cours de la Préhistoire » qui, n’ayant pas reçu l’aval administratif nécessaire à l’obtention des subventions, est resté informel. Projet ARC Inrap : « Du Paléolithique moyen à l’émergence du Paléolithique supérieur dans le sud-ouest de la France : l’apport des données récentes à la compréhension de la diversité des systèmes techniques dans leurs contextes environnementaux et économiques du dernier glaciaire au pléniglaciaire », échelonné sur trois ans sous la direction de L. Bourguignon et I. Ortega. Projet ARC Inrap : « Le Paléolithique antérieur au dernier glaciaire dans le Sud-ouest de la France : nouvelles données sur l’émergence et la diversité des systèmes techniques dans leurs contextes environnementaux et économiques », sous la coordination de M. Brenet et M. Jarry. AXE 1 des programmes de recherche Inrap : « Le Paléolithique inférieur et moyen : synthèse des données issues de fouilles récentes et comparaisons sud-ouest/nord-ouest », 2007/2009. Projet Région : « À la charnière entre Paléolithique moyen et Paléolithique supérieur dans la zone d'extension du Châtelperronien : les Mondes Cantabriques. Approche chronologique. », sous la direction de C. Lahaye et N. Mercier, CRP2A Bordeaux III, 2008-2010.

5 Projet ACR : « Le Paléolithique moyen (35-350 kA) d’Aquitaine septentrionale : émergence, développement et variabilité », sous la direction de J.-P. Texier et J. Jaubert, CNRS/PACEA, UMR 5199, 2005-2007. Projet Région : « Transitions, d’une société à l’autre : processus d’adaptation et de peuplement, région Aquitaine », volet recherche, sous la direction de J-G. Bordes et B. Maureille, CNRS/PACEA, UMR 5199, 2005-2009. Projet PCR : « Des Traces et des Hommes », projet de recherche interdisciplinaire sur l’ « Identification des modalités d’acquisition et traitement des matières végétales et animales au Paléolithique moyen en Europe occidentale », sous la direction de C. Thiébaut, E. Claud et S. Costamagno, 2007-2015 (Thiébaut et al. 2018-2019).

6 L’essentiel des vestiges ont été découverts en surface, seules trois pièces sont en position stratigraphique au sein du niveau C2 (Chadelle et al. 1996).

7 Correspond aux couches Barbas infra et médium de Guichard (Guichard 1976a, 1976b).

8 Couche nommée Barbas supra par Guichard et attribué dans un premier temps au MTA (Guichard 1976b).

9 . Néanmoins dans les deux cas les surfaces de fouille étaient beaucoup plus réduites que pour les autres sites (Brenet et al. 2008, Bundgen et al. 2009).

10 Où il est dénommé débitage « de modalité faciale polarisée à éclat préférentiel » par Fourloubey 2009.

11 Rattaché au MTA sur la base de la présence de bifaces triangulaires (Guichard 1976b) alors que sa position stratigraphique dans le grain de sel le placerait plutôt anté-éémien, ce site est d’ailleurs comparé à l’industrie de Barbas I dite en supra MTA dans ce même ouvrage (et non acheuléen supérieur).

12 « Localisées sur une surface d’une cinquantaine de m2, à environ un mètre de profondeur, à proximité de blocs de grès et mêlées à de nombreux géofacts et pièces archéologiques intrusives fortement altérées » (Brenet et al. 2008).

13 Entre >46 et 42 kA cal pour la couche 8 de Roc de Combe (Hedges et al. 1990) entre 42,2 ± 2,9 (OSL) et 42,4 ; 41,3 (14C) pour le niveau 6 de la Ferrassie (Guérin et al. 2015).

14 Où l’argument d’une probable contamination par un niveau moustérien sous-jacent que de nombreux auteurs ont coutume d’avancer (Bachellerie et al. 2007) ne peut être ici retenu, puisque le niveau sous-jacent moustérien au contact de la grave est séparé du châtelperronien par un petit horizon stérile. Cette même succession est d’ailleurs également décrite par Guichard sur Canaule II (Guichard 1976b).

15 À Les Roches.

16 À Isturitz, Aurignac et la Tuto de Camalhot.

17 À Pair non Pair et Roc de Marcamps.

18 À Régsimont-Le-Haut.

19 Sensu Bourguignon 1996 et 1997 ce qui apparaît comme une étrangeté, puisque dans de nombreuses séquences Quina du Périgord ou des Charentes, des artefacts en Bergeracois sont présents. Peut-être s’agit-il là d’un problème de différenciation de ce système au sein des industries où des débitages SSDA sensu lato (de type C ou D) sont décrits qui présentent de fortes convergences avec le Quina en particulier sur le niveau inférieur de Canaolle Ferme (Bourguignon et al. 2018).

20 Sur Therdonne et Saint-Valéry-sur-Somme.

21 Sans que l’on puisse déceler d’évolution technique durant toute cette période (Ortega et al. 2013).

22 La filiation est également visible sur les objectifs entre le MTAb le Châtelperronien : l’obtention de produits à dos guide les productions (Pelegrin et Soressi 2007).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Carte de localisation du Bergeracois et de répartitions des sites autour de l’agglomération de Bergerac sur fond géologique simplifié.
Crédits DAO L. Bourguignon.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/3169/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 322k
Titre Fig. 2 – Pièces façonnées.
Légende 1-2. Le Saraillet ; 3-4, 6-7. Cantalouette I ; 5, 8. Barbas I.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/3169/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 203k
Titre Fig. 3 – Débitage Levallois.
Légende 1, 6-8. Le Saraillet ; 3, 9, 13. Les Garris ; 4. Barbas I ; 2, 5, 10-12. Combe Brune 2.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/3169/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Titre Fig. 4 – Débitages Discoïdes et de type SSDA de type C.
Légende 1, 2, 6-7. Combe Brune 2 ; 3. Les Rivelles ; 4. Cantalouette IV niv.2 ; 5. Le Saraillet).
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/3169/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Fig. 5 – Débitages typo Levallois de type D1.
Légende 1, 2, 6. Le Saraillet ; 3. Cantalouette ; 1, 4. Combe Brune 2 ; 5. Sans Pareil UA2.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/3169/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Fig. 6 – Débitages laminaires.
Légende 1. Barbas I ; 2. Combe Brune 2 ; 3-5. Le Saraillet ; 6-8. Cantaloutte 1.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/3169/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Titre Fig. 7 – Matrices mixtes trifaciales.
Légende 1. Combe Brune 2 ; 2. Combe Brune 3 ; 3. Les Pendus ; 4, 5. Barbas I.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/3169/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 182k
Titre Fig. 8 – Nucléus et supports issus d’un débitage aux dépens d’éclats et outillage retouché.
Légende 1-3, 7, 9, 12. Le Saraillet ; 5. Combe Brune 3 ; 8. Sans Pareil UA2 ; 4, 6, 10-11. Combe Brune 2.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/3169/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Fig. 9 – Traces d’utilisation sur l’outillage brut et retouché des sites de Combe Brune 2 (4), Combe Brune 3 (1-3) et Le Saraillet (5, 6).
Légende 1. « Hachoir » avec macro-et micro-traces de percussion sur matière dure ; 2. Racloir avec micro-traces de raclage de peau ; 3. Lame brute avec des traces de découpe d’une matière semi-dure ; 4. Biface portant des esquillements liés à la découpe de matière tendre (possible boucherie) ; 5-6. Macro-traces de percussion lancée sur matières dures.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/3169/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Fig. 10 – Pièces bifaciales.
Légende 1. La Graulet III ; 2, 7, 9-10. Bout de Vergnes ; 3. La Conne de Bergerac ; 4, 12. Canolle Ferme ; 5, 6. Vieux Coutets ; 8. Barbas V ; 11. Barbas III.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/3169/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 189k
Titre Fig. 11 – Débitage Levallois préférentiels (1, 2, 10, 11 et 14) récurrents (3 à 5, 7 à 13 et 15) et laminaire (6).
Légende 1. Cantalouette 2 ; 2, 3, 6, 10-12. Combe Brune 1 ; 4-5. Cantalouette IV ; 7-9. Vieux Coutets ; 13-15. Canolle Ferme.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/3169/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 182k
Titre Fig. 12 – Débitages Discoïde (1-8) et de type D typo-Levallois (9-15).
Légende 1-2. Bout des Vergnes ; 3-4. Barbas III ; 5-8. Vieux Coutets ; 9-10. Cantalouette 2 ; 11-15. Canolle Ferme.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/3169/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 190k
Titre Fig. 13 – Débitages laminaires (1-6) et à éclats allongés (7-14).
Légende 1-3, 7, 9-10. Cantalouette IV ; 4-6, 11. Combe Brune 1 ; 8. Vieux Coutets ; 12-14. Les Garris.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/3169/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Fig. 14 – Ramification des chaînes opératoires nucléus sur face inférieure et supérieure d’éclat-matrice et éclats de type Kombewa.
Légende 1, 7. Combe Brune 1 ; 2. Garris 2 ; 3, 5. Canolle Ferme ; 4-6, 9. Cantalouette 2 ; 8. Vieux Coutets.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/3169/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Fig. 15 – Matrices mixtes productionnelles et fonctionnelles illustrant la ramification des chaînes opératoires.
Crédits 1, 2, 7-8. Cantalouette 2 ; 3-6. Canolle Ferme.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/3169/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Titre Fig. 16 – Outillage retouché.
Légende 1-2. Vieux Coutets ; 2, 7, 12-13. Canolle Ferme ; 6, 9, 14, 17. Cantalouette ; 3-5, 8, 11, 18. Combe Brune 1 ; 10. La Conne de Bergerac.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/3169/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 215k
Titre Fig. 17 – Traces d’utilisation de l’outillage du Paléolithique moyen récent.
Légende 1. Macro-éclat fracturé du niveau moustérien de la doline de Cantalouette 2 qui présente outre des altérations post-dépositionnelles, trois fronts actifs : proximal, proximo-latéral gauche et distal. Celui qui présente les traces les plus claires est le front distal, où l’on peut observer sur la face supérieure des esquillements et sur la face ventrale (de contact) des micro-traces liées à une action transversale de type rabot (varlope ou demi-varlope) sur bois (1-4). Les deux autres bords ont également été utilisés pour la même activité mais avec beaucoup moins d’intensité (5 ; Clemente in Bourguignon et al. à paraître). 2-3. Racloirs du niveau moustérien de Combe Brune 1 illustrant le raclage de la peau (2) et du bois (3). 4. Éclats bruts de façonnage du niveau moustérien de Canolle Ferme (niv. 55) portant des traces liées à la découpe de matière tendre (trait orange), tendre à semi-dure (trait rouge foncé) et tendre à semi-dure carnée (trait rose), et traces d’utilisation macro- et microscopiques associées. a-c. Esquillements ; d. Possible micro-poli lié à la découpe de viande (Claud in Bourguignon et al. 2018). 5-7. Éclats bruts et racloirs du niveau moustérien des Vieux Coutets, montrant des traces de raclage de la peau sèche (7), de découpe de viande (5) et de travail d’une matière semi-dure (bois ?) selon une action longitudinale (6). 8. Bifaces du site de Canolle Ferme (niv. 55) portant des traces liées à la découpe de matière tendre à semi-dure, tendre à semi-dure carnée et traces d’utilisation macro et microscopiques associées. a-c. Esquillements ; d. Micro-poli de découpe carnée (Claud in Bourguignon et al. 2018).
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/3169/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 278k
Titre Fig. 18 – Traces d’utilisation et d’emmanchement de l’outillage du Paléolithique moyen récent.
Légende 1. Macro-éclat du niveau moustérien de la doline de Cantalouette 2 qui présente des esquillements sur les deux faces et des micro-traces d’utilisation (1-8) qui sont attribués au hachage de bois et/ou d’os (matière semi-dure indéterminée ; Bourguignon et al. 2019, 2022a, 2022b,). 2. Pièces intermédiaires du niveau moustérien de Canolle Ferme utilisée pour transformer une matière semi dure (haut) et fragment mésial d’une pièce pouvant également résulter d’une utilisation en pièce intermédiaire (bas). Les flèches indiquent le sens des esquillements et des fractures liées à l’utilisation et le rectangle jaune la localisation des fissurations d’impact. a, b. Fissurations d’impact ; c. Esquillement en flexion (Claud in Bourguignon et al. 2018). 3. Racloir double à base amincie du niveau Moustérien de la Doline (n° 60861) dont le tranchant latéral droit retouché est utilisé dans des activités de boucherie montrant à la fois des contacts avec une matière tendre (2, 4) et dure (3). Les macro-traces 1 et 5 pourraient être liées à un emmanchement. Les extractions d’amincissement proximo-latérale sur la face inférieure pourraient avoir été réalisées dans ce but. Une lecture techno-fonctionnelle de la confection des différentes UTF de la pièce en propose un mode en hypothèse (Bourguignon et al. 2019, Bourguignon in Bourguignon et al. 2022a, Clemente in Bourguignon et al. 2022a). 4. Racloir double à retouche biface du niveau Moustérien de la Doline (n° 67135) présentant des traces d’activité de boucherie en partie distale. Les parties 1 et 2 montrent des micro-traces de contact avec une matière tendre animale alors que la partie 3 enregistre un contact avec une matière dure (os). Les photos 4 et 5 sont des polis de type « G » qui peuvent être liés à un emmanchement. Une lecture techno-fonctionnelle de la confection des différentes UTF de la pièce illustre la conception de l’outil et une hypothèse d’emmanchement (Bourguignon et al. 2019, Bourguignon in Bourguignon et al. 2022a, Clemente in Bourguignon et al. 2022a). 5. Biface de Canolle Ferme, en jaspe, portant diverses traces d’usures macro- et microscopiques sur ces bords et ses faces, indiquant son utilisation comme briquet (faces), son utilisation possible pour découper une matière tendre à mi-dure (bord distal gauche), ainsi qu’une conservation différentielle des arêtes des surfaces (transport, conservation ?). a. Fissurations d’impact ; b, g. Macro-stries ; c, h. Micro-stries ; d, e. Esquillements ; g. Écrasements ; i. Arête intacte ; j. Arête émoussée (Claud in Bourguignon et al. 2018).
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/3169/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 258k
Titre Fig. 19 – Nucléus bipolaires châtelperroniens.
Légende 1, 3. Barbas III ; 2, 4. Vieux Coutets ; 5-6. Canaule II.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/3169/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Fig. 20 – Nucléus et remontages partiels de séquences d’aménagement/entretien des nucléus châtelperroniens.
Légende 1. Canaule II (d’après Bachellerie 2011, Baillet 2017) ; 2-3. Canolle Ferme ; 4, 6-8. Vieux Coutets ; 5. Bout des Vergnes (d’après Ihuel 2013, Baillet 2017) ; 9. Les Rigoux.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/3169/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Titre Fig. 21 – Pointes de Châtelperron typiques et atypiques et autres pièces à dos abattu ou tronquées.
Légende 1, 12-14. Canolle Ferme ; 2. Barbas III ; 3, 5-6. Vieux Coutets ; 9, 10, 15-16. Canaule II ; 11. Bout des Vergnes.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/3169/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Fig. 22 – Traces d’utilisation sur l’outillage retouché portant des traces de raclage de peau sèche légèrement grasse (1), coupe et rainurage d’os (2), raclage matière semi dure et utilisation en percussion lancée (3), raclage d’os (4), incision d’une matière dure organique indéterminée (5), coupe de matière dure (6), raclage de peau puis percussion lancée tranchante sur matière dure organique (7), pièce intermédiaire pour fendre une matière dure organique (8).
Légende 1, 5, 7-8. Canaule II, d’après Baillet et al. 2014 ; 2-4, 6. Vieux Coutets d’après Grigoletto et al. 2008, Rios in Ortega et al. 2017.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/3169/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Fig. 23 – Traces d’utilisation sur des couteaux/pointes de Châtelperron.
Légende 1-2. Découpe légère de deux composantes organiques indéterminées : tendre et demi-dure ; 3. Découpe de matière organique tendre faiblement abrasive ; 4. Découpe de matière organique tendre à mi-dures (boucherie ?) probablement emmanché ; 5-6. Traces d’impact. 1-5. Canaule II d’après Baillet 2017 ; 6. Vieux Coutet d’après Grigoletto et al. 2008.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/3169/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Titre Fig. 24 – Débitage laminaire de grandes dimensions.
Légende 1-3, 5. Barbas III ; 4, 6. Cantalouette II.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/3169/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 197k
Titre Fig. 25 – Débitage laminaire de moyennes et petites dimensions.
Légende 1-2. Cantaloutte II ; 3, 6-7. Garris II ; 4, 9-12. Vieux Coutets ; 5, 8. La Graulet VI.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/3169/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Titre Fig. 26 – Nucléus à lamelles droites et lamelles.
Légende 1. La Graulet VI ; 3-5. Barbas ; 6-10. Vieux Coutets.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/3169/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Fig. 27 – Nucléus de type grattoir caréné à lamelles torses.
Légende 1-6. La Graulet VI ; 7-9. Vieux Coutets ; 10-11. Garris 2 ; 12-14. Barbas III.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/3169/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Titre Fig. 28 – Outillage retouché.
Légende 1-3, 5-8. Vieux Coutets ; 4, 10-11. La Graulet VI ; 9. Barbas III. 7. Silex du Campanien inférieur de Villefranche-du-Périgord ; 8. Silex « grain de mil ».
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/3169/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Fig. 29 – Éléments d’art mobilier éphémère sur cortex de bloc de silex et de parures de l’Aurignacien et du Magdalénien du Bergeracois.
Légende 1, 4-5. Barbas III ; 2-3. Cantalouette 2 ; 6. La Gralet VI n° 1.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/3169/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 175k
Titre Fig. 30 – Travaux de traitement de matières organiques et minérales des sites aurignaciens de Barbas III (1, 5, 7-8), les Garris (3-4, 6) et Vieux Coutets (9-15).
Légende 14. Grattoir caréné avec des traces de raclage de bois végétal (micro-poli c) et des écaillements (b) sur la corniche. Le poli (d) est associé à un impact avec un percuteur dur ; 15. Grattoir caréné avec des traces de raclage sur bois végétal et des impacts d’un percuteur dur (points blancs). A. Raclage de peau sèche avec ocre ; B. Action longitudinale indéterminée ; C. Raclage d’os ; D. Coupe d’os ; E. Rainurage os ; F. Coupe de matière dure ; G, H. Raclage de la peau ; I. Raclage indéterminé ; J. Raclage-rainurage de matière semi-dure (bois de cervidé ?) ? ; K. Raclage de bois ; L. Usage indéterminé ; M. Raclage et coupe d’ocre.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/3169/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Titre Fig. 31 – Traces d’utilisation sur des lamelles, fragments de lames, éclats et lames de l’Aurignacien des sites de Barbas (1, 2, 4, 5, 9) et Garris (3, 6, 7-8).
Légende 1-3. Traces dues à leur utilisation en armature ; 4. Raclage de peau avec ocre, raclage d’os et coupe d’os ; 5. Raclage de bois ; 6-9. Utilisation en percussion lancée tranchante sur matériau dur et semi-dur.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/3169/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Titre Fig. 32 – Ressources lithiques représentées dans les sites bergeracois aux différentes périodes chrono-culturelles et matérialisation des aires de circulation jusqu’au point le plus proche de l’affleurement lithologique et comprenant au moins un affleurement des autres contextes lithologiques présents (en italique est signalé le matériau le plus éloigné).
Crédits DAO L. Bourguignon et A. Turq.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/3169/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Illuminada Ortega , Laurence Bourguignon, Émilie Claud, Emmanuelle Vieillevigne, Joseba Rios-Garaizar, Mickaël Baillet, Michel Brenet, Mila Folgado Lopez, Farid Sellami et Christelle Lahaye, « Occupation et gestion du territoire bergeracois entre 250 et 35 kA : essai de synthèse techno-économique »Gallia Préhistoire [En ligne], 62 | 2022, mis en ligne le 20 octobre 2022, consulté le 29 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/galliap/3169 ; DOI : https://doi.org/10.4000/galliap.3169

Haut de page

Auteurs

Illuminada Ortega

Laurence Bourguignon

ArSCAN équipe AnTET/Inrap1

Émilie Claud

PACEA UMR 5199 Pessac/Inrap1

Articles du même auteur

Emmanuelle Vieillevigne

IRAMAT-CRP2A, UMR 5060 CNRS-université Bordeaux Montaigne

Joseba Rios-Garaizar

Centro Nacional de Investigación sobre la Evolución Humana, Archaeology program

Mickaël Baillet

MICROLITHEC

Michel Brenet

Inrap, Pôle mixte de recherche archéologique, PACEA UMR 5199, université de Bordeaux

Mila Folgado Lopez

Inrap – GSO, PACEA UMR 5199, université de Bordeaux

Farid Sellami

Inrap, Pôle mixte de recherche archéologique, TRACES UMR 5608, université Toulouse Jean Jaurès

Christelle Lahaye

IRAMAT-CRP2A, UMR5060 CNRS-université Bordeaux Montaigne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search