Navigation – Plan du site

AccueilNuméros63L’apprentissage de la taille du s...

L’apprentissage de la taille du silex sur le site aurignacien de Bourg-Charente (Charente, France) : interactions cognitives et implications sociétales

Nelly Connet, Pascal Bertran, Émilie Claud, Blandine Larmignat et Ève Boitard
Traduction(s) :
Learning how to knap flint on the Aurignacian site of Bourg-Charente (Charente, France): cognitive interactions and societal implications [en]

Résumés

Résumé. Le site de Bourg-Charente est un site stratifié de plein air occupant un versant calcaire en rive gauche de la Charente (France). Le niveau aurignacien, objet du présent article, est conservé sur une surface de 1 000 m2 et comprend 12 concentrations de vestiges lithiques qui représentent autant de postes de taille. Les analyses taphonomiques et dynamiques (dont remontages de silex taillés), préalable indispensable à l’analyse palethnologique proposée, permettent de mettre en synchronie sept d’entre eux. Les restes osseux ne sont pas conservés, mais l’analyse fonctionnelle réalisée sur les restes lithiques taillés permet d’identifier des aires d’activités spécifiques avec, d’une part des activités de boucherie en découpe réalisées en parallèle d’activités de taille du silex et, d’autre part des activités de raclage requérant des outils produits de façon anticipée. Une des concentrations de vestiges correspond à une aire d’apprentissage de taille du silex. Distincte des autres zones d’activités tout en en étant peu éloignée, elle entretient avec celles-ci les liaisons physiques qui témoignent d’interactions entre apprenants et tailleurs aguerris/tuteurs. Les relations observées entre ces zones permettent de proposer que les exercices de taille ont eu pour principal objectif l’acquisition et la maîtrise des gestes prévalant au détachement d’éclats.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1En Préhistoire, la notion d’apprentissage est un sujet fréquemment abordé qui a fait récemment l’objet de rencontres internationales avec, en 2017 à Paris, un colloque sur le thème « Apprendre. Archéologie de la transmission des savoirs » (Pion et Schlanger 2020) et, en 2013 à Campagne, un colloque sur « l’apprentissage de la taille du silex chez les chasseurs-cueilleurs du Paléolithique supérieur de l’Ouest européen » organisé par L. Klaric (2018a) mais également d’une thèse récente sur la transmission du savoir-faire dans les communautés du sud de la France (Anderson 2019). Si, depuis une quarantaine d’années, c’est un sujet fréquemment abordé dans les études techno-économiques des industries lithiques, N. Pigeot (1983, 1987, 1988) et S. Ploux (1989)furent les premières à aborder ce sujet dans les années 1980 en s’intéressant aux différents degrés de technicité observés dans un même ensemble archéologique. Elles proposèrent ainsi des critères diagnoses de l’apprentissage et abordèrent les implications de l’identification de l’apprentissage de la taille du silex sur l’organisation sociale d’un groupe. Les recherches menées par N. Pigeot lui ont ainsi permis d’écrire que « ces débitages [les débitages avec obstacles techniques difficilement surmontables] ne conduisent pas vraiment à des productions ; leur finalité est autre, elle est en soi, dans le procédé même » (Pigeot 1987, p. 61).

2Cette réflexion ne fut pas chose aisée, comme le dit elle-même N. Pigeot, avec une certaine autocensure du fait qu’elle ne taillait pas (Pigeot 1987, p. 78). Toutefois, ce qui pouvait lui apparaître comme un manque fut peut-être le moteur d’un questionnement original. En effet, les expérimentateurs actuels reproduisent et sont dans l’imitation (Boëda 2021), alors qu’en raison de cette sans doute fausse « frustration » de ne pas être « tailleur », elle n’a pas regardé ces exploitations en termes de « ratage » mais en termes d’objectifs, « débitage rapide et rudimentaire » ou « taille maladroite », ce qui sans doute lui a permis de mener, à terme, sa démonstration de l’existence de différents degrés d’apprentissage sur le site d’Étiolles (Essonne).

3Sa posture est alors plus proche de celle des ethnologues lesquels analysent les comportements de sociétés différentes de la leur, en décortiquent les principes, en observent les mécanismes et tentent de rendre compte de leur fonctionnement sans avoir besoin d’en maîtriser les techniques, mais en comprenant ces techniques et leur articulation dans le fonctionnement de la société. C’est dans une démarche similaire que ces pionnières ont observé les industries lithiques et c’est dans une telle démarche que nous nous tentons de nous inscrire ici.

L’apprentissage de la taille du silex

4Presque tous les préhistoriens qui travaillent sur les industries lithiques à travers le monde ont fait l’expérience de l’apprentissage de la taille du silex et presque tous savent que cet apprentissage est long, fastidieux et nécessite une émulation, celle créée par la volonté de reproduire un objet ancien, celle recherchée auprès d’un tailleur aguerri. Pour le préhistorien actuel, la taille permet de s’approprier physiquement les mécanismes et enchaînements techniques propres à des industries lithiques de sociétés disparues. Les recherches menées par S. Ploux (1984) ont permis d’observer que ces mécanismes et enchaînements techniques donnent lieu à des variations d’un individu à l’autre. Observées dans les modalités d’exécution de tailleurs actuels, elles relèvent de l’acquisition de processus mécaniques et méthodologiques propres à chaque individu et dépendent de l’accroissement de leurs connaissances techniques et cognitives au cours du temps, lesquelles relèvent de la société dans laquelle ils évoluent et qui est bien éloignée de celles des Hommes du Paléolithique.

5Pour l’apprenti préhistorique, tailler le silex c’est sans doute se donner les moyens de survivre, mais c’est également, plus ou moins consciemment, acquérir l’identité technique propre au groupe auquel il appartient. Le tailleur actuel cherche alors à maîtriser ces identités techniques de sociétés disparues par la reproduction, par l’imitation la plus fidèle possible des faits techniques observés mais il ne peut qu’espérer s’en approcher.

6Les recherches menées sur l’apprentissage dans les sociétés actuelles constituent une autre porte d’accès possible à l’apprentissage dans les sociétés disparues, complémentaires des expériences d’imitation de la taille du silex nécessaires à la compréhension des faits techniques observés dans les sites paléolithiques. Dans les différents processus de l’apprentissage, l’imitation ne peut fonctionner comme procédé d’apprentissage que si « l’action fait déjà partie du répertoire de l’observateur (Calvo-Merino et al. 2006) » (Bril 2020, p. 67). Autrement dit « si l’imitation joue un rôle dans l’apprentissage de toute capacité d’action, ce ne peut être qu’au niveau de la méthode. En effet, si cette dernière fait référence à une séquence d’opérations mettant en œuvre une ou plusieurs techniques, la maîtrise de la technique est primordiale, la connaissance de la méthode sans maîtrise de la (ou des) technique(s) ne pouvant conduire à la réussite de l’action. Une fois la technique maîtrisée, l’imitation peut donc jouer un rôle dans l’acquisition de la méthode » (Bril 2020, p. 67). C’est donc bien l’acquisition de la technique, par expérience et/ou enseignement, qui permettra à l’apprenant d’appliquer une méthode pour parvenir à l’objectif projeté. Ainsi, « appréhender l’apprentissage revient […] à comprendre comment l’apprenant parvient à maîtriser et à moduler les paramètres fonctionnels d’une tâche » (Bril 2020, p. 66). Afin d’accéder à ce niveau de lecture des industries magdaléniennes de l’unité U5 d’Étiolles, N. Pigeot (1987) a sérié la présence/maîtrise des principes techniques nécessaires à la production laminaire élaborée dans cette unité du site. Par cette méthode, elle a pu définir sept stades graduels de l’apprentissage allant de la recherche d’un angle de 90° pour une percussion directe (stade 1) à ce qu’elle a appelé « savoir s’arrêter » (stade 7), qui peut être compris comme la maîtrise parfaite des principes techniques et méthodologiques qui permettent au tailleur de s’arrêter avant l’erreur (fig. 1).

Fig. 1 – Acquisition graduelle des principes techno-économiques au cours de l’apprentissage du débitage laminaire (sériation de ces principes).

Fig. 1 – Acquisition graduelle des principes techno-économiques au cours de l’apprentissage du débitage laminaire (sériation de ces principes).

1. Nécessité d’opérer le long d’un dièdre inférieur ou égal à 90° ; 2. Organisation élémentaire du nucléus (conception du couple fonctionnel table/plan de frappe) ; 3. Facettage des talons des produits tabulaires, mise en place et réavivage d’un plan permanent oblique/réorientation de la taille par le plan opposé ; 4. Extraction de produits laminaires ; 5. Talons en éperon – principe de la crête –, réfection en crête de la table – réorientation complexe de la table par inversion fonctionnelle des faces du nucléus ; 6. Meilleure intégration des principes précédents ; 7. Savoir s’arrêter.

D’après Pigeot 1987, p. 79, tabl. XXIII.

7Initiées par N. Pigeot et S. Ploux, ces recherches sont maintenant incontournables dans les questionnements sur la structure sociale des groupes paléolithiques, ouvrant la voie à des recherches sur d’autres périodes de la Préhistoire. L’apprentissage est ainsi au cœur des recherches en paléosociologie menées par L. Anderson (2019) sur la transmission des savoir-faire durant l’Aurignacien.

8La plupart du temps, l’apprentissage est défini sur la base d’erreurs d’appréciation des équilibres volumétriques nécessaires à une production/construction réussie et à un faible degré de savoir-faire (pour exemples, outre ceux déjà évoqués, voir les travaux de Debout 2008, Klaric 2018b, Leroyer 2018, Michel et al. 2019) – que cela concerne la préparation des surfaces de plan de frappe, le geste, le point d’impact, etc. – ou une combinaison d’erreurs. Dans le meilleur des cas, ces erreurs aboutissent à une production peu calibrée, considérée comme de moindre qualité (rebroussement, module non respecté, profil aléatoire) par rapport aux outils et supports d’outils définis par les préhistoriens comme les objectifs recherchés.

9Sur cette question de l’apprentissage, le site de Bourg-Charente (Charente) offre la possibilité d’un regard singulier, pas tant par le fait que l’on peut y soupçonner, au moins sur un secteur, une zone d’apprentissage de taille du silex sur la base d’erreurs techniques répétées, mais plutôt parce que les remontages réalisés dans cette zone affichent des liaisons avec des zones de débitage plus abouti et ouvrent une fenêtre sur l’interaction entre apprenants et tailleurs aguerris ou expérimentés dans les processus d’apprentissage.

Les occupations du Paléolithique supérieur dans la séquence de Bourg-Charente

Fig. 2 – Localisation du site de Bourg-Charente.

Fig. 2 – Localisation du site de Bourg-Charente.

Carte É. Gaba ; fond de carte Wikimedia Commons user, Sting.

10Le site, découvert en 2010 par M. Folgado-Lopez (Folgado-Lopez 2010) à l’occasion d’un diagnostic archéologique préventif, comprend, outre des vestiges d’occupations du Paléolithique moyen (Connet et al. 2022) et récent, une sépulture du Mésolithique (Henry-Gambier et al. 2011) ainsi que des vestiges des périodes antiques et médiévales. Ces découvertes ont donné lieu à une fouille réalisée en 2012 (Connet et al. 2016 ; fig. 3).

Fig. 3 – Vue du site de Bourg-Charente en cours de fouille.

Fig. 3 – Vue du site de Bourg-Charente en cours de fouille.

Cliché P. Neury.

11Les vestiges du Paléolithique récent sont présents sur une bande de 30 m de largeur par 45 m de longueur, axée sur une pente orientée SE/NO. De part et d’autre de cette bande, d’importants phénomènes d’érosion ont balayé le sommet de l’unité sédimentaire qui contient le Paléolithique récent (Aurignacien). L’ensemble de la surface conservée du site a pu être fouillé, soit une surface totale de 1 100 m2 (800 m2 en fouille manuelle). Les vestiges, exclusivement lithiques, sont principalement répartis au sein de 12 zones de concentrations de 4 à 13 m2 chacun (notés L1 à n), séparés par des zones vides ou quasi vides de vestiges (tabl. 1 ; fig. 4 et 5). Toutes les concentrations – complétées par quelques zones tests mais dont les résultats sont peu concluants – ont fait l’objet d’un tamisage à l’eau (près de 1,50 m3 tamisés à la maille 2,50 mm).

Tabl. 1 – Effectifs et densités de vestiges lithiques par concentrations et hors concentration.

Tabl. 1 – Effectifs et densités de vestiges lithiques par concentrations et hors concentration.

La densité est arrondie au nombre entier le plus proche.

Fig. 4 – Localisation des concentrations de silex (L1 à L19) dans l’ensemble Paléolithique récent de Bourg-Charente avec figuration des liaisons des remontages (traits noirs).

Fig. 4 – Localisation des concentrations de silex (L1 à L19) dans l’ensemble Paléolithique récent de Bourg-Charente avec figuration des liaisons des remontages (traits noirs).

DAO N. Connet.

Fig. 5 – Vues de différentes concentrations de silex de l’ensemble Paléolithique récent de Bourg-Charente.

Fig. 5 – Vues de différentes concentrations de silex de l’ensemble Paléolithique récent de Bourg-Charente.

Clichés équipe de fouille.

12En l’absence de vestiges osseux, l’unique datation TL obtenue sur le niveau Aurignacien donne un âge de 38,50 ± 3 ka (Stade isotopique marin [SIM] 3). Ce résultat est conforté par les analyses effectuées sur les ensembles sédimentaires qui encadrent l’unité 4 renfermant en son sommet les vestiges aurignaciens, avec d’une part, deux dates (OSL et 14C) réalisées à la base de l’unité 3b qui scelle l’unité 4, et qui donnent des âges respectifs de 40 ± 2 ka et de 31,60-31,10 ka cal. BP (Beta-350045, dent d’équidé), et, d’autre part, des dates TL et OSL obtenues sur l’unité 5 (Paléolithique moyen récent), sous-jacente de l’unité 4, qui sont de 45,90 ± 4,10 ka (TL), 47,80 ± 3,70 ka (TL) et 40 ± 6 ka (OSL).

Géologie et taphonomie

Contexte général

13Le site est localisé en rive gauche de la Charente quelques kilomètres en amont de la ville de Cognac, près de la confluence avec le ruisseau de Gensac (fig. 6). D’après la carte géologique harmonisée à 1/50 000 (http://infoterre.brgm.fr/​), le substratum local est constitué par des calcaires crétacés (c2 : calcaires marneux, calcaires bioclastiques et calcaires à rudistes du Turonien, c3 : calcaires blancs glauconieux du Coniacien). Les calcaires bioclastiques et à rudistes, relativement durs, forment une corniche à quelques dizaines de mètres au-dessus du site, actuellement totalement masquée par la forêt. Au pied de la corniche, se développe un long versant régulier exposé au nord-ouest rejoignant un lambeau de terrasse alluviale (Fyb), qui est perché à une dizaine de mètres au-dessus de la plaine actuelle (Fz). Les occupations paléolithiques se sont implantées sur ce versant, sur une pente moyenne d’environ 6° dans la partie amont et de 3° dans la partie distale, à l’extrémité nord-ouest.

Fig. 6 – Vue aérienne du site et principales formations géologiques.

Fig. 6 – Vue aérienne du site et principales formations géologiques.

Fz : alluvions Pléistocène supérieur-Holocène ; Fyb : alluvions Pléistocène moyen ; c2 : calcaires marneux, calcaires bioclastiques et calcaires à rudistes du Turonien ; c3 : calcaires blancs glauconieux du Coniacien.

Fond de carte Google Earth, d’après la carte géologique harmonisée à 1/50 000 (http://infoterre.brgm.fr/​)

Stratigraphie

14Une grande tranchée longitudinale a été réalisée en bordure du site et a permis d’observer en détail la stratigraphie des dépôts quaternaires (fig. 7). Cette stratigraphie et les résultats des analyses sédimentologiques ont été précédemment exposés en détail dans le cadre d’un article dédié aux niveaux moustériens (Connet et al. 2022). Une coupe représentative de la partie médiane du versant, au niveau des principales concentrations de vestiges du Paléolithique récent, est illustrée sur la figure 8. De manière schématique, les unités lithostratigraphiques observées sont les suivantes, de haut en bas :

  • Unité 1 : argile sableuse humifère, partiellement décarbonatée, à petits graviers dispersés, brun foncé. Ce niveau correspond à la couche de labour (épaisseur 20 cm).
  • Unité 2 : petits graviers émoussés dans une matrice limono-argileuse brun jaune foncé partiellement décarbonatée, à structure polyédrique (épaisseur 20 à 50 cm). Des carbonatations secondaires blanchâtres forment des traînées soulignant la structure. Ce niveau, discontinu, correspond à l’horizon d’altération (S) du sol holocène.
  • Unités 3a et 3b : petits graviers calcaires dispersés dans une matrice sablo-limoneuse calcaire brun jaune pâle à stratification très rudimentaire, colmatant des chenaux de quelques mètres de largeur et peu profonds (épaisseur 100 à 130 cm). Cette unité est interprétée comme des colluvions mises en place essentiellement par ruissellement. Les âges obtenus à la base de l’unité 3b sur sédiment (OSL) et sur un fragment osseux (14C) sont respectivement de 40 ± 2 ka et de 31,60-31,10 ka cal. BP. Ils suggèrent donc que la mise en place de ces dépôts est contemporaine de la fin du SIM 3 et du SIM 2.
  • Unité 4 : limons massifs partiellement décarbonatés brun jaune, à structure prismatique mal développée (épaisseur 120 cm). À l’échelle microscopique, les seuls traits pédologiques identifiables consistent en une perforation des dépôts par l’activité biologique et en la précipitation secondaire de carbonates autour d’anciennes racines (fig. 9). Ce niveau, qui contient les vestiges du Paléolithique récent, est interprété comme des colluvions affectées par une altération synsédimentaire ménagée. La datation par TL d’une pièce en silex chauffé a livré un âge de 38,50 ± 3 ka (SIM 3).
  • Unités 5-7 : limons argileux décarbonatés brun jaune foncé, à structure polyédrique fine et ponctuations noires ferro-manganiques, avec un niveau limoneux plus clair intercalé. L’ensemble fait 120 cm d’épaisseur. À l’échelle microscopique, on note la présence de rares revêtements argilo-limoneux bruns sur les parois des cavités. Ces niveaux correspondent à deux horizons d’altération (S) de paléosols complètement décarbonatés développés sur les colluvions. Ils sont séparés par un niveau de colluvions comparable à l’unité 4. Le paléosol le plus récent (unité 5) a été daté par TL sur des vestiges lithiques provenant de la partie aval du site et par OSL sur sédiment dans la partie amont. Les âges obtenus sont respectivement de 45,90 ± 4,10 ka (TL), 47,80 ± 3,70 ka (TL) et 40 ± 6 ka (OSL). À l’aval, le paléosol inférieur (unité 7) a livré un âge OSL de 50 ± 8 ka. L’ensemble peut être placé dans la première partie du SIM 3 et reflète l’enregistrement de la succession d’interstadiaires et de stadiaires caractéristiques de cette période (e.g. Rasmussen et al. 2014).

Fig. 7 – Stratigraphie schématique de la paroi est de la tranchée.

Fig. 7 – Stratigraphie schématique de la paroi est de la tranchée.

Le semis de points correspond à la projection des vestiges du Paléolithique récent sur la paroi.

Âges indiqués tirés de Connet et al. 2022 ; dessin P. Bertran.

Fig. 8 – Stratigraphie de la coupe indiquée sur la figure 7.

Fig. 8 – Stratigraphie de la coupe indiquée sur la figure 7.

Cliché et dessin P. Bertran.

Fig. 9 – Vues de l’unité 4 en microscopie optique.

Fig. 9 – Vues de l’unité 4 en microscopie optique.

A. Colluvions limono-argileuses partiellement décarbonatées, lumière naturelle ; B. Carbonatations secondaires autour de biogaleries, lumière polarisée.

15Globalement, la coupe enregistre l’évolution de la sédimentation de versant depuis environ 50 ka. Celle-ci oscille entre des phases où l’accrétion sédimentaire est limitée et où l’altération prédomine (formation de sols), probablement dans un contexte fortement végétalisé (première partie du SIM 3), et des phases où l’érosion du talus et l’accumulation de sédiments calcaires non altérés provenant de la corniche prévaut (SIM 2). Les occupations du Paléolithique récent ont eu lieu à la fin du SIM 3 dans un contexte intermédiaire entre ces deux types de contexte. En raison de la bioturbation et de l’altération syn-sédimentaires, l’unité 4 apparaît très homogène et la variabilité climatique typique de la fin du SIM 3 est mal enregistrée dans les sédiments. Pour cette raison, il est difficile de déterminer précisément le contexte environnemental des occupations (stadiaire, interstadiaire ?). Par ailleurs, en l’absence de stratification visible sur le terrain, la géologie ne peut servir de guide pour déterminer les relations chronologiques entre les différentes concentrations de vestiges à l’échelle du site.

Données taphonomiques

16Après l’abandon du site, le sol d’occupation a été soumis à l’action des agents météoriques et des processus géomorphologiques pendant une certaine durée avant d’être totalement enfoui. Ces processus, notamment de versant typiques des environnements froids du dernier âge glaciaire, sont susceptibles d’avoir provoqué des modifications de la distribution des vestiges, voire de l’intégrité de l’assemblage lithique (e.g., Bertran et al. 2019). Pour appréhender les éventuelles modifications du niveau archéologique, une analyse détaillée de ses différentes caractéristiques reposant sur l’analyse de la répartition spatiale des vestiges et des remontages ou raccords entre pièces cassées, leur distribution granulométrique et leur fabrique (orientation et inclinaison des pièces allongées) a été entreprise. La confrontation des résultats permet de proposer un scénario général qui rend compte de l’histoire taphonomique du niveau.

Distribution des vestiges, remontages

17En plan, la distribution des vestiges fait apparaître des concentrations bien identifiables (L1-L18) entourées par des zones peu denses se développant principalement à l’aval des concentrations et formant des traînées allongées dans la pente (fig. 10). L’analyse des vestiges indique que ces concentrations correspondent à des amas de taille du silex. Par ailleurs, les projections verticales le long de différents axes (fig. 11) montrent à la fois un niveau principal qui peut être suivi sur toute l’étendue du site, avec une dispersion des pièces variable, plus importante à l’aval qu’à l’amont et atteignant 10 à 40 cm d’épaisseur, et, localement, une seconde nappe discontinue, lenticulaire. Les remontages et raccords entre pièces s’effectuent essentiellement à courte distance au sein de chaque concentration et plus rarement à grande distance entre les concentrations. Dans le secteur où la présence de deux nappes de vestiges superposées est la plus évidente (concentrations L16-L17 sup. et L16 inf.), aucun remontage n’a été trouvé entre ces nappes, le taux de remontage restant cependant faible (29 pièces sur 350, petits éléments exclus, soit 8 %). La composition de ces concentrations est, par ailleurs, différente du point de vue technique, ce qui suggère qu’elles correspondent à des occupations successives et non à une seule occupation ultérieurement déformée par la dynamique sédimentaire.

Fig. 10 – Distribution en plan des vestiges (A) et configurations expérimentales produites par le ruissellement (B) et la solifluxion (C).

Fig. 10 – Distribution en plan des vestiges (A) et configurations expérimentales produites par le ruissellement (B) et la solifluxion (C).

A, B. D’après Lenoble 2005 p. 122 ; C. D’après Lenoble et al. 2008 p. 105.

Fig. 11 – Projections verticales des vestiges selon une coupe longitudinale (A) et des coupes transversales (B, C).

Fig. 11 – Projections verticales des vestiges selon une coupe longitudinale (A) et des coupes transversales (B, C).

DAO P. Bertran.

18Le type de configuration observé en plan suggère que la distribution des vestiges a été sensiblement influencée par les processus de versant. D’après différents travaux expérimentaux (Lenoble 2005, Lenoble et al. 2008, Bertran et al. 2015, 2019), deux types de modèles peuvent rendre compte de la présence des traînées de vestiges, l’un associé au ruissellement (fig. 10B), l’autre à un processus de reptation sur le versant (ou de solifluxion en milieu périglaciaire ; fig. 10C). Dans le cas du premier modèle, seuls les vestiges situés en périphérie des concentrations sont mobiles et tendent à être entraînés à l’aval pour former une « queue de comète ». Des concentrations résiduelles persistent à leur emplacement initial et se réduisent progressivement avant de disparaître. Le matériel redistribué subit un tri hydraulique important. Dans le cas de la reptation, l’ensemble du matériel subit une translation vers l’aval et une diffusion ; la concentration des vestiges s’affaiblit progressivement. Dans les milieux naturels et notamment les milieux périglaciaires peu végétalisés, ces deux processus interviennent souvent simultanément, l’influence du ruissellement étant ponctuelle dans le temps en fonction des précipitations estivales exceptionnelles, tandis que la reptation agit plus régulièrement en relation avec les cycles de gel-dégel printaniers et automnaux (Bertran et al. 2015).

19D’autres configurations locales remarquables consistant en « figures de blocage » (petites concentrations de vestiges à l’amont de blocs ; fig. 12B) et en une disposition « imbriquée » des vestiges (fig. 12C), ont été identifiées lors de la fouille. Des figures comparables sont communes dans les milieux soumis au ruissellement (les petits objets sont temporairement bloqués par les éléments grossiers trop volumineux pour être entraînés par le courant) et à la reptation en contexte périglaciaire (les éléments volumineux sont ancrés plus profondément dans le sol et subissent une reptation plus lente que le matériel de surface).

Fig. 12 – Vues de concentrations de vestiges.

Fig. 12 – Vues de concentrations de vestiges.

A. Concentration L7, la pente est orientée vers le bas de la photo ; B. Disposition imbriquée des pièces lithiques ; C. Figure de blocage de petites pièces à l’amont d’un bloc.

Clichés P. Bertran.

Fabriques

20Au cours de la fouille, plusieurs fabriques ont été mesurées à l’aide d’une boussole et d’un inclinomètre sur les éléments allongés provenant d’aires réduites (2-3 m2). Les données ont été traitées selon la méthodologie proposée par P. Bertran et A. Lenoble (2002). Dans la partie amont du site, les niveaux du Paléolithique supérieur présentent une orientation préférentielle significative des objets allongés (p < 0,05) concordante avec la pente (fabrique linéaire ; fig. 13). Ce type de fabrique est typique de l’action de la solifluxion et suggère donc que le matériel a été soumis à l’action des phénomènes périglaciaires pendant une certaine durée avant son enfouissement complet. Les données expérimentales (Bertran et al. 2015) montrent qu’une fabrique linéaire peut être acquise plus ou moins rapidement selon le contexte ; la persistance de concentrations lithiques claires indique probablement que l’exposition aux processus périglaciaires a été relativement brève (quelques dizaines années à quelques centaines d’années). En comparaison, les niveaux du Paléolithique moyen provenant du même site ne présentent pas d’orientation préférentielle significative des vestiges (objets disposés essentiellement à plat et sans orientation privilégiée), à l’exception de la concentration L8 (Connet et al. 2022).

Fig. 13 – Fabrique des concentrations L5 et L7, diagramme de Benn.

Fig. 13 – Fabrique des concentrations L5 et L7, diagramme de Benn.

Les fabriques relevées dans les niveaux moustériens sont indiquées à titre de comparaison.

D’après Connet et al. 2022 p. 195.

Composition granulométrique de la série lithique

21Au total, 1 760 objets lithiques provenant des différentes concentrations ont été mesurés à l’aide d’un pied à coulisse. Les largeurs ont été classées en quatre catégories selon la méthode proposée par P. Bertran et al. (2012), soit 14,10-28,30 mm, 28,30-44,50 mm, 44,50-70,70 mm et supérieur à 70,70 mm. Les limites inférieures de ces catégories correspondent respectivement à celles obtenues en utilisant des tamis de maille 10, 20, 31,50 et 50 mm. La distribution des effectifs (en pourcentage) par classes met en évidence une décroissance régulière, la classe 14,10-28,30 mm étant la mieux représentée (fig. 14). La comparaison avec la distribution granulométrique de débitages laminaires expérimentaux montre que la série archéologique s’écarte assez peu de la distribution attendue, avec cependant un léger déficit en pièces de petites dimensions et, à l’inverse, une tendance à la surreprésentation des pièces de plus grandes dimensions.

Fig. 14 – Distribution granulométrique de la série lithique comparée à celle de débitages laminaires expérimentaux.

Fig. 14 – Distribution granulométrique de la série lithique comparée à celle de débitages laminaires expérimentaux.

D’après Bertran et al. 2012 p. 3152.

22L'origine du déficit en petites pièces peut être liée à deux facteurs principaux :

  1. une récolte partielle de la série (les tamisages ont toutefois été réalisés de façon systématique),
  2. un tri hydraulique de la série associé au ruissellement qui a déposé les sédiments venus recouvrir les vestiges.

23L’hypothèse d’un tri hydraulique de la série archéologique provoquée par le ruissellement apparaît comme étant la plus vraisemblable. Selon cette hypothèse, les pièces de petites dimensions ont été préférentiellement entraînées par les écoulements vers l’aval du versant et la série récoltée est appauvrie en ces éléments.

Bilan taphonomique

24La confrontation des différentes observations montre que les niveaux du Paléolithique récent ont été significativement perturbés par la dynamique de versant en contexte périglaciaire, par les processus de solifluxion et, éventuellement, de ruissellement. Ces derniers sont à l’origine d’une diffusion des vestiges sur le versant associée à une orientation préférentielle des éléments allongés et à un faible tri de la série lithique. Pour autant, l’organisation originelle du site reste encore largement identifiable et différents amas de taille du silex sont visibles. La combinaison de ces caractéristiques suggère fortement que l’exposition des niveaux à la dynamique de versant a été relativement brève en raison d’une accumulation rapide de sédiments. Ce type de configuration est probablement représentatif de nombreux sites du Paléolithique récent de plein air en France.

Analyse archéologique : sélection du corpus étudié

25Les données taphonomiques développées ci-dessus indiquent, a minima, deux moments de fréquentation du site, chacun affectés par des processus de déformation comparables et un recouvrement relativement rapide, durant le Paléolithique récent. L’identification de concentrations lithiques au sein desquelles les remontages sont parfois nombreux constitue un argument supplémentaire à l’idée d’une déformation « gérable », c’est-à-dire autorisant une analyse techno-économique de l’organisation des vestiges, et rend ainsi possible la réflexion proposée dans cet article.

26Toutefois, la contemporanéité stricte entre les différentes concentrations ne peut évidemment être établie. La problématique proposée nécessitant un maximum de précaution, l’étude est restreinte aux concentrations qui présentent non seulement des liens physiques (liaisons de remontage), mais également une continuité stratigraphique.

27Sont ainsi liées physiquement, par au moins un remontage technique, les concentrations L7 avec L13, L6 avec L10 et L12 avec les concentrations L6, L7, L13, L16 et L18 (fig. 15). Ces liaisons mettent ainsi en relation sept concentrations, L6, L7, L10, L12, L13, L16 et L18, qui forment l’ensemble principal noté « F ». Les concentrations L1, L11 et L16-17 sup. affichent, quant à elles, une discontinuité altimétrique avec les autres concentrations les plus proches (L16-17 sup : fig. 11, L1 et L11 : fig. 16). Les concentrations L5 et L19, qui sont les plus éloignées physiquement de l’ensemble F, sont toutefois en apparente continuité stratigraphique avec mes concentrations de F.

Fig. 15 – Représentation schématique des liaisons par remontages entre les différentes concentrations.

Fig. 15 – Représentation schématique des liaisons par remontages entre les différentes concentrations.

DAO N. Connet.

Fig. 16 – Projection des vestiges lithiques.

Fig. 16 – Projection des vestiges lithiques.

DAO N. Connet.

28Le tableau 2 recense de façon très synthétique les principales données technologiques pour chaque concentration du Paléolithique récent. Malgré des effectifs parfois réduits pour chaque catégorie de vestiges lithiques identifiée, des divergences se dessinent dans les objectifs comme dans les modalités de production, notamment entre les ensembles isolés altimétriquement. C’est ainsi que si dans l’ensemble F (concentrations liées physiquement) la production lamellaire apparaît relativement stable en termes d’objectifs avec une recherche de lamelles de 20 à 50 mm de longueur détachées de nucléus sur blocs ou éclats, alors exploités dans leur épaisseur comme sur leur tranche (fig. 17-19), les ensembles A, B et C s’en distinguent par des tables lamellaires toujours étroites, sur tranche d’éclat dans l’ensemble A, particulièrement longue dans un cas (fig. 20, no 1), et par des tables lamellaires significativement plus courtes (fig. 20, nos 3-6) dans les ensembles B et C. Pour les ensembles D et E, isolés physiquement de F, si l’ensemble E (L19) ne présente pas vraiment de différence avec F (fig. 20, no 8), la table lamellaire du nucléus sur éclat de l’ensemble D est nettement plus courte que celles de F et est comparable à celles de B et C (fig. 20, no 7). Un second point de divergence possible, qui concerne les ensembles B à D avec l’ensemble F, est l’unipolarité stricte des nucléus laminaires de B à D, alors que dans l’ensemble F une bipolarité d’entretien est présente sans être toutefois systématique.

Tabl. 2 – Principales données technologiques des concentrations des Bourg-Charente.

Tabl. 2 – Principales données technologiques des concentrations des Bourg-Charente.

* R : rectiligne ; SR : subrectiligne ; C : Courbe ; T : tors ; ** NR : Nombre de restes.

Fig. 17 – Lamelles des ensembles A (L1, no 7) et F (L6, nos 2-4 ; L7, nos 8-10 ; L10, nos 11 et 13 ; L12, no 5 ; L13, no 6 ; L16, no 1 ; L18, no 12).

Fig. 17 – Lamelles des ensembles A (L1, no 7) et F (L6, nos 2-4 ; L7, nos 8-10 ; L10, nos 11 et 13 ; L12, no 5 ; L13, no 6 ; L16, no 1 ; L18, no 12).

Dessins È. Boitard.

Fig. 18 – Représentation graphique des modules (longueur et largeur) des lamelles (A) et des derniers négatifs lamellaires sur les nucléus à lamelles (B) de Bourg-Charente, par concentration.

Fig. 18 – Représentation graphique des modules (longueur et largeur) des lamelles (A) et des derniers négatifs lamellaires sur les nucléus à lamelles (B) de Bourg-Charente, par concentration.

DAO N. Connet

Fig. 19 – Nucléus à lamelles.

Fig. 19 – Nucléus à lamelles.

Clichés et DAO B. Larmignat.

Fig. 20 – Nucléus à lamelles.

Fig. 20 – Nucléus à lamelles.

Clichés et DAO B. Larmignat.

29Les données technologiques confortent ainsi l’identification des ensembles définis sur des critères stratigraphiques et par les liens physiques établis. À l’intérieur de l’ensemble F, même si des différences sont également sensibles, cinq des sept concentrations partagent des productions de courtes lames/grandes lamelles, des productions lamellaires sur blocs (cinq sur sept concentrations) et des hauteurs de tables lamellaires comparables d’une concentration à l’autre (tabl. 2).

30Limités dans notre capacité à percevoir le temps durant la Préhistoire, même si les vestiges qui composent l’ensemble F ne pourront jamais être perçus dans leur réalité temporelle relative, il est proposé de considérer l’ensemble F comme relevant d’une même occupation humaine, c’est-à-dire celle d’un (ou plusieurs) groupe(s) humain(s) réalisant des activités similaires en termes de modalité de production comme d’objectifs sur un temps relativement court qui peut résulter d’une seule comme de plusieurs fréquentations du lieu.

31Si l’analyse technologique ne porte que sur les éléments de l’ensemble F, l’analyse fonctionnelle, elle, prend en compte l’ensemble des vestiges du Paléolithique récent. Ce choix est nécessaire si l’on suppose que les activités autres que la taille du silex ne se superposent pas nécessairement aux zones de taille. Les résultats de cette analyse seront évidemment discutés à l’échelle de l’ensemble F qui constitue la zone d’étude privilégiée.

Modes de fonctionnement identifiés sur l’industrie lithique : étude tracéologique

Corpus analysé, méthode et état de conservation

32L’étude tracéologique a été conduite selon une approche globale : l’ensemble des pièces, brutes ou retouchées, présentant un potentiel fonctionnel (soit plusieurs milliers de pièces) ont été examinées à faible grossissement (10 à 25 fois) grâce à une loupe binoculaire, à la recherche de macro-traces liées à l’utilisation, c’est-à-dire de fractures, d’esquillements ou d’émoussés, renseignant sur la dureté de la matière travaillée et sur le mode d’action mis en œuvre (Semenov 1964, Tringham et al. 1974, Odell et Odell-Verrecken 1980, Odell 1981). Lors de cette étape d’échantillonnage, plusieurs nucléus ont montré des traces de percussion liés à leur utilisation comme percuteurs de taille, mais n’ont pas été sélectionnés pour être documentés précisément étant donné qu’ils illustrent une activité déjà mise en évidence sur le site : la taille du silex. Les esquilles et éclats de moins de 1,50 cm ont également été exclus de l’examen, tout comme les cassons et débris. En revanche, l’ensemble des lamelles a été examiné quel que soit leurs dimensions. Les supports les plus susceptibles de livrer des informations fonctionnelles ont été sélectionnés pour faire l’objet d’un examen à fort grossissement grâce à un microscope métallographique permettant de rechercher et de décrire les micro-polis, stries et émoussés caractéristiques de la nature de la matière travaillée et du mode d’action (Semenov 1964, Keeley et Newcomer 1977, Hayden 1979, Anderson-Gerfaud 1981). Il s’agissait de pièces présentant des macro-traces d’utilisation certaines, de pièces présentant de possibles traces d’utilisation (origine douteuse) et de l’ensemble des burins dont les arêtes utilisées ne portent pas toujours de macro-traces visibles, exigeant une vérification au microscope. Au total, 69 pièces ont été échantillonnées pour être étudiées attentivement. Un tiers d’entre elles proviennent des zones hors concentrations (21 pièces), les autres des concentrations L7, L5, L10, L13, L16, L18, et, dans une moindre mesure, de L12, L6, L11, L17 et L19. Il s’agit principalement de lames brutes, de burins et de rares grattoirs.

  • 1 Brenet M. (dir.) en préparation – Le site solutréen de plein-air de Landry (Boulazac, Dordogne). B (...)

33Nos interprétations se basent sur des référentiels expérimentaux comprenant des répliques de divers outils bruts ou retouchés, constitués lors des diverses études ayant porté sur le Paléolithique moyen et récent (Claud 2008, Claud et al. 2018-2019, Brenet en prép.1). Ces référentiels comprenant peu d’outils emmanchés, nous nous sommes également basés sur les publications et les critères de déterminations de V. Rots (2002, 2004, 2010) pour la reconnaissance d’éventuelles traces de préhension. De même, les critères de reconnaissance des traces d’impact sur d’éventuelles armatures de chasse, proposés dans diverses études expérimentales, notamment celles de A. Fischer et al. (1984), M. O’Farrell (2004) ou encore K. Sano (2009), ont été mobilisés.

34L’état de conservation de l’industrie peut être qualifié de moyen. Diverses « modifications post-dépositionnelles » (Tringham et al. 1974, Rottländer 1975, Levi Sala 1986, Mansur-Franchomme 1986, Plisson et Mauger 1988) susceptibles d’imiter, de modifier ou de détruire d’éventuelles traces d’utilisation ont été observées sur le matériel de Bourg-Charente. Les altérations d’origine mécanique dominent sur les altérations d’origine chimique, même si la patine blanche, d’intensité variable, est souvent observée sur l’une ou les deux faces des objets. À faible grossissement, la lecture et l’interprétation sont parfois gênées par des fractures, des esquillements naturels et accidentels rarement intenses et une forte patine brillante parfois associée à un léger émoussé. La patine brillante, observée au microscope, consiste en des polis naturels de coalescence grenue très brillants et en des polis de coalescence dure de topographie plane ou bombée. Ils sont souvent associés à des stries et parfois à des émoussés, l’orientation des usures étant généralement parallèle à l’axe d’allongement de la pièce. Elles peuvent ainsi imiter des traces d’utilisation de découpe ou de sciage d’une matière tendre abrasive sur les bords latéraux des lames, la disposition et la distribution particulière des traces d’utilisation étant des critères indispensables pour différencier les deux origines. La présence de polis naturels de coalescence dure et de topographie plate complique la reconnaissance de spots brillants liés à l’emmanchement, l’identification de micro-traces liées à un tel dispositif exigeant de toute manière un excellent état de conservation. Les altérations naturelles étant variables d’une pièce à l’autre du point de vue de leur intensité, certaines pièces sont susceptibles de livrer des traces d’utilisation, d’autres non. De plus, selon la localisation de la zone active, des micro-traces peuvent, ou non, être préservées en raison des différents degrés d’altération sur une même pièce. Par exemple, les extrémités distales et proximales des lames sont souvent intensément patinées (patine brillante), alors que les zones en creux, peu exposées mécaniquement, sont souvent beaucoup mieux conservées, autorisant parfois la mise en évidence de traces d’origine fonctionnelle (creux d’esquillements ou de certaines retouches par ex.).

Résultats

Généralités et modes de fonctionnement identifiés

35Du fait de ces restrictions d’ordre taphonomique, des interprétations fonctionnelles ont pu être proposées pour 14 des 69 pièces sélectionnées pour étude fine. Treize pièces montrent des traces pouvant résulter, sans certitude en raison des traces naturelles modifiant ou pouvant imiter certaines usures liées à l’utilisation, d’une utilisation. C’est pourquoi elles ont été considérées comme d’origine indéterminée.

36Au sein des pièces présentant des traces d’utilisation certaines, présentées ci-dessous, on trouve sept lames, une lamelle, quatre burins et deux grattoirs. Elles proviennent pour quatre d’entre elles de zones hors concentration et, pour le reste, de L7 (N = 3), L13 (N = 2), L6, L10, L12, L17 et L18 (pour chaque locus N = 1). On décompte un total de 14 zones actives, une seule active de manière certaine ayant été identifiée par pièce.

37Plusieurs modes de fonctionnement (fig. 21) ont pu être identifiés. En considérant uniquement les interprétations certaines (fig. 21A), seulement quatre modes de fonctionnement apparaissent : la boucherie en découpe, le raclage de peau, le raclage d’une matière tendre mi-dure abrasive non cutanée, peut-être végétale, et le raclage d’une matière tendre à mi-dure abrasive indéterminée. Le raclage domine sur la découpe et les matières tendres ou tendres à mi-dures de nature indéterminée, cutanée, végétale ou carnée sont les seules représentées.

Fig. 21 – Graphiques illustrant l’importance relative des différents modes de fonctionnement identifiés.

Fig. 21 – Graphiques illustrant l’importance relative des différents modes de fonctionnement identifiés.

DAO É. Claud

38En considérant l’ensemble des interprétations fonctionnelles, certaines comme douteuses (fig. 21B), le spectre fonctionnel change légèrement. On note en particulier la présence de trois pièces ayant possiblement raclé une matière dure organique de type osseuse et de six pièces portant de probables traces de raclage de matière mi-dure pouvant correspondre à une matière végétale, augmentant ainsi l’importance relative du travail des matières végétales. Au contraire, la fréquence des couteaux de boucherie et des pièces dédiées au grattage des peaux est diminuée. Néanmoins, avec neuf zones actives dédiées à la boucherie de manière possible ou certaine, la boucherie domine le spectre d’activité.

Description des traces d’utilisation certaines et des outils par modes de fonctionnement

La découpe dans le cadre de la boucherie

39Cinq zones actives ont servi pour la découpe de matière tendre à mi-dure. Les esquillements y sont similaires à ceux présents sur les couteaux de boucherie expérimentaux (fig. 22) : bifaciaux, discontinus, orientés obliquement, de morphologie semi-circulaire, triangulaire ou trapézoïdale, de dimension millimétrique ou infra millimétrique, dont l’initiation est en flexion et la terminaison souvent en escalier (fig. 22A, 22C-22D). L’une d’entre elles présente un micro-poli caractéristique de la découpe des matières carnées, ainsi que des stries orientées parallèlement au bord, localisées près du fil, sur la surface de petits cristaux (fig. 22D).

Fig. 22 – Lames et fragments de lames portant des traces de découpe de matière tendre, tendre à mi-dure et tendre à mi-dure carnée correspondant vraisemblablement à des couteaux de boucherie.

Fig. 22 – Lames et fragments de lames portant des traces de découpe de matière tendre, tendre à mi-dure et tendre à mi-dure carnée correspondant vraisemblablement à des couteaux de boucherie.

A. Micro-esquillements ; B. Micro-polis, esquillements et stries marquant la surface d’un cristal, orientées parallèlement au bord ; C-D. Esquillements.

Clichés É. Claud.

40Les outils dédiés à cette activité sont des lames ou des fragments de lames provenant des locus L6 et L7, ainsi que de zones hors concentration. Les zones actives, toutes brutes, sont longues, convexes ou rectilignes en plan, et présentent des angles de coupant fermés (entre 30 et 40°).

Le raclage de peau

41Les pièces ayant travaillé la peau ont uniquement servi en raclage. Deux pièces montrent des traces claires (fig. 23) consistant en un émoussé et une brillance macroscopique (fig. 23A) ainsi que, au microscope, en un fort émoussé continu ou presque sur le fil et un micro-poli de coalescence douce grenue d’étendue modérée (fig. 23B-23E). Le poli est marqué par des cratères et des stries fines et courtes, orientées perpendiculairement. L’usure, bien développée en face inférieure et parfois clairement absente en face supérieure à l’exception du fil – la face supérieure du grattoir entier n’a pas pu être examinée au microscope en raison de sa grande longueur –, pourrait témoigner d’une utilisation de l’outil en position assez rasante par rapport à la surface de la peau selon une coupe positive, face inférieure en dépouille (Gassin 1996).

Fig. 23 – Grattoirs portant des traces d’utilisation liées au raclage de la peau.

Fig. 23 – Grattoirs portant des traces d’utilisation liées au raclage de la peau.

A. Macro-émoussé ; B-E. Micro-émoussés, polis, stries et cratères. La présence de résidus rouges n’est probablement pas liée à l’utilisation, de tels résidus, naturels, étant présents sur diverses pièces de la série, utilisées ou non.

Clichés É. Claud ; dessin È. Boitard.

42L’état des peaux travaillées est difficile à déterminer. D’une part, il existe un continuum entre peau fraîche et peau sèche et d’autre part, un grand nombre de facteurs influencent les caractéristiques des traces comme la présence éventuelle d’additifs (cendres, colorants, etc.) et les types de supports éventuellement utilisés (sol, pierre, cadre en bois, etc. ; Unrath et al. 1986, Gassin 1996). De plus, l’état de conservation relativement imparfait de la série peut avoir modifié l’aspect des micro-polis, notamment leur luisance.

43Les outils dédiés au raclage de la peau, des grattoirs en bout de lame, proviennent de L17 pour une pièce et d’une zone hors concentration (ouest de L10-L11). Les zones actives, convexes en plan, disposent d’angles de coupant intermédiaires dont les valeurs sont homogènes (56°).

Le raclage de matière tendre à mi-dure abrasive non cutanée (végétale ?)

44Trois zones actives montrent des macro- et micro-traces indiquant leur utilisation pour racler une matière tendre à mi-dure abrasive, distincte de la peau (fig. 24-25).

Fig. 24 – Lame et lamelle présentant des traces sur leur bord brut indiquant leur utilisation pour racler une matière mi-dure relativement abrasive de nature non cutanée, peut-être végétale.

Fig. 24 – Lame et lamelle présentant des traces sur leur bord brut indiquant leur utilisation pour racler une matière mi-dure relativement abrasive de nature non cutanée, peut-être végétale.

A, E. Esquillement(s) semi-circulaire(s) en flexion vu à la loupe binoculaire sur la face inférieure de l’outil ; B. Micro-usure abrasive présente sur cette même face ; C-D. Micro-poli de coalescence douce lisse à dure bombée et stries obliques.

Clichés É. Claud ; dessin È. Boitard.

Fig. 25 – Burin dont l’une des arêtes présente, en face inférieure uniquement, des micro-usures abrasives (A, B) témoignant d’une utilisation pour racler une matière tendre abrasive non cutanée (végétale ?). Une arête d’un autre burin pourrait avoir également servi en raclage sur une matière mi-dure à dure abrasive, en témoignent les esquillements et le micro-poli orientés perpendiculairement (C-F).

Fig. 25 – Burin dont l’une des arêtes présente, en face inférieure uniquement, des micro-usures abrasives (A, B) témoignant d’une utilisation pour racler une matière tendre abrasive non cutanée (végétale ?). Une arête d’un autre burin pourrait avoir également servi en raclage sur une matière mi-dure à dure abrasive, en témoignent les esquillements et le micro-poli orientés perpendiculairement (C-F).

Clichés É. Claud ; dessin È. Boitard.

45Les deux premières portent, en face inférieure, des esquillements semi-circulaires en flexion, orientés perpendiculairement au bord (fig. 24A). Au microscope, cette même face présente des usures abrasives prenant la forme de poli de coalescence douce grenue bien développé dans l’initiation des esquillements et parfois envahissant sur leur surface (fig. 24B). Le fil n’est pas émoussé ou très peu émoussé, contrastant l’émoussé important toujours observé sur les outils ayant raclé la peau. On observe, en face supérieure, sur la première pièce uniquement, un micro-poli de coalescence douce lisse à dure bombée, d’étendue marginale à modérée, associé à des stries abrasives orientées obliquement par rapport au bord (fig. 24C-24D). Cette association de stigmates (esquillements semi-circulaires en flexion sur une face, micro-usures abrasives sur la même face et polis de coalescence douce lisse à dure sur l’autre face) évoque les usures décrites sur plusieurs lames des sites épipaléolithiques de la Fosse et du Buhot (Mayenne et Eure ; Jacquier 2015), dont l’interprétation, problématique, aboutit à une probable utilisation de ces lames pour un travail des matières végétales, un parallèle avec les curved knives du Mésolithique étant proposé (Beugnier 2007, Guéret 2013).

46La troisième zone active, plus ouverte, ne montre pas d’esquillements mais des usures comparables à la seconde : une micro-usure bien développée sur la face inférieure et sur le fil, qui est très peu émoussé, aucune trace en face supérieure, ce qui contraste, encore une fois, avec les zones actives dédiées au raclage de la peau (fig. 25A-25B), indiquant ainsi un possible travail d’une matière tendre à mi-dure de nature végétale.

47Les pièces proviennent des locus 7, 12 et 18. Les deux premières zones actives sont des bords bruts, d’angle relativement fermé (46 et 53°), localisées d’une part sur le bord distal droit d’une lamelle dont il manque la partie distale et d’autre part sur le bord mésial droit d’une lame fracturée en son milieu et raccordée, dont la partie distale droite a été aménagée en burin. Sur ces deux pièces, la fracture recoupe les traces d’utilisation. La troisième zone est une arête de burin, d’angle de coupant 90°, aménagée sur un fragment distal de lame, raccordant avec la partie proximale de la lame, elle-même également aménagée en burin pouvant avoir servi pour racler une matière mi-dure à dure abrasive (fig. 25C-25F). Les zones actives sont rectilignes, peu convexes, concaves en plan et courtes, témoignant de l’étroitesse des matériaux traités.

Le raclage de matière tendre à mi-dure abrasive de nature indéterminée

48Quatre zones actives présentent des traces de raclage d’une matière tendre à mi-dure (voire dure) de nature indéterminée pouvant correspondre, par exemple, à la peau sèche (lanières ?) ou bien à une matière végétale comme des fibres ou des tiges de faible diamètre (fig. 26-27). Les traces qu’elles portent consistent en des émoussés du fil, souvent plus développés sur l’une des faces sur laquelle des micro-usures abrasives d’étendue modérée sont observées : poli de coalescence douce grenue, stries courtes et cratères. Cette usure est aussi bien développée dans les creux que sur les zones exposées, suggérant le travail d’une matière particulièrement souple. Néanmoins, la présence de petits esquillements a parfois été notée, trahissant une matière, au moins en partie, relativement dure. Sur l’autre face, les micro-usures sont marginales (limitées au fil), voire absentes. L’asymétrie entre les deux faces, plus ou moins marquée selon les pièces, témoigne vraisemblablement d’une utilisation avec l’une des faces très proche de la matière travaillée, en coupe positive avec un angle de dépouille fermé.

Fig. 26 – Lames utilisées pour racler une matière tendre à mi-dure de nature indéterminée, et traces correspondantes.

Fig. 26 – Lames utilisées pour racler une matière tendre à mi-dure de nature indéterminée, et traces correspondantes.

A, E. Émoussé et poli abrasif sur le fil, débordant légèrement sur la face supérieure ; B. Émoussé et esquillements du fil ; C. Détail du fil vu depuis la face inférieure, montrant un micro-poli de coalescence douce grenue associé à des stries courtes perpendiculaires au bord et à des cratères de petite dimension ; D. Brillance et émoussé visibles à la loupe binoculaire ; F-G. Émoussé et poli de coalescence douce grenue associé à des stries et des cratères se développant davantage en face inférieure.

Clichés É. Claud.

Fig. 27 – Burins utilisés pour racler une matière tendre à mi-dure de nature indéterminée et traces correspondantes.

Fig. 27 – Burins utilisés pour racler une matière tendre à mi-dure de nature indéterminée et traces correspondantes.

A-B. Émoussé du fil et micro-usures abrasives bien visibles sur le pan ; C-D. Émoussé du fil et micro-usures abrasives plus discrètes sur la face inférieure ; E-F. Émoussé du fil et micro-esquillements et micro-usures abrasives se développant en face inférieure.

Clichés É. Claud ; dessin È. Boitard.

49Deux lames brutes et deux burins provenant des locus 10 et 13 et d’une zone hors concentration sont concernés par ces usures, localisées sur un bord latéral pour les premières et une arête de burin pour les secondes. Les zones actives, courtes (mais recoupées dans un cas, voir infra) et concaves, convexes ou rectilignes en plan, présentent des angles de coupant intermédiaires pour les bords bruts (55 et 58°) et ouverts pour les arêtes des burins (80 et 90°). Sur le premier burin (fig. 27 ; L13, no 41-46), les usures sont recoupées par un enlèvement burinant plus récent et correspondent donc à une utilisation de ce burin avant son ravivage.

Traces d’origine douteuse et outils associés

50Outre quatre lames et fragments de lames ayant pu être utilisés pour des travaux de boucherie, un grattoir pour racler la peau et cinq lames pour racler une matière mi-dure (fig. 28), d’autres pièces présentent des usures qui pourraient à la fois témoigner d’une activité de raclage de matière mi-dure à dure organique et d’un emmanchement.

Fig. 28 – Lames présentant des esquillements d’origine indéterminée, possiblement liés au raclage d’une matière mi-dure, sans micro-traces associées, et grattoir possiblement utilisé pour racler la peau.

Fig. 28 – Lames présentant des esquillements d’origine indéterminée, possiblement liés au raclage d’une matière mi-dure, sans micro-traces associées, et grattoir possiblement utilisé pour racler la peau.

A. Esquillements semi-circulaires en flexion observés en face inférieure de l’une des pièces ; B. Micro-émoussé, poli, stries et cratères.

Clichés É. Claud.

Fig. 29 – Burin dont l’arête inférieure a servi à racler une matière mi-dure à dure organique, peut-être osseuse, et micro-traces associées, localisées en face inférieure.

Fig. 29 – Burin dont l’arête inférieure a servi à racler une matière mi-dure à dure organique, peut-être osseuse, et micro-traces associées, localisées en face inférieure.

A. Micro-esquillements perpendiculaires au bord ; B-C. Micro-poli de coalescence douce grenue à lisse associé à des stries orientées perpendiculairement au bord ; D-E. Fil portant un micro-poli de coalescence dure orientée perpendiculairement par quelques stries courtes.

Clichés É. Claud.

51Trois zones actives pourraient avoir servi à racler une matière mi-dure à dure organique comme un os ou un bois végétal dur puisqu’elles portent des micro-polis et parfois des esquillements orientés perpendiculairement au bord (fig. 29-30). Les usures sont ténues et leur lecture est perturbée par les altérations naturelles. Elles pourraient être d’origine fonctionnelle, avoir été modifiées par des altérations, comme résulter d’une imitation naturelle. Le micro-poli, très brillant et marginal, présente par endroits une trame unie et une coalescence douce lisse à dure bombée, parfois marquée par des stries et des craquelures (fig. 30C). Les usures sont visibles sur le fil relevé et depuis la face inférieure mais absentes sur le pan, ce qui pourrait illustrer un fonctionnement en coupe positive, avec la face inférieure en dépouille. Les zones actives, courtes et rectilignes ou concaves en plan, d’angles de coupant intermédiaires à ouverts (56-75°, 62 et 90°), se situent toutes sur des arêtes inférieures de burin aménagés sur le bord gauche de lames. Ces burins proviennent du locus 10, 16 et d’une zone hors concentration à l’ouest du locus 10 et 11.

Fig. 30 – Burins dont l’arête inférieure a servi à racler une matière mi-dure à dure organique et micro-usures associées, localisées en face inférieure.

Fig. 30 – Burins dont l’arête inférieure a servi à racler une matière mi-dure à dure organique et micro-usures associées, localisées en face inférieure.

A-C. Esquillements et micro-poli de coalescence dure orienté perpendiculairement et présentant des craquelures ; D-F. Fil portant un micro-poli de coalescence douce lisse à dure, clairement orienté perpendiculairement au bord.

Clichés É. Claud.

52Enfin, des traces d’origine indéterminée ont été attribuées, pour trois pièces, à un possible emmanchement (fig. 31 ; pièce nos 676, 684). Elles présentent des esquillements sur leurs bords latéraux, orientés perpendiculairement aux bords (fig. 31B-31C). Ces derniers sont soit petits, rasants et continus, soit isolés : ils sont alors de plus grandes dimensions, réfléchis avec une initiation très concave, ou rasants avec une forme de type balloon scar (Rots 2010). L’une des pièces présente également, sur son arête centrale, en partie mésio-distale, un large spot brillant de coalescence plate (fig. 31E), distinct des spots brillants naturels observés par ailleurs au sein de l’industrie.

Fig. 31 – Burin et lame portant des traces d’origine indéterminée, peut-être liées à un emmanchement.

Fig. 31 – Burin et lame portant des traces d’origine indéterminée, peut-être liées à un emmanchement.

A. Fracture distale en flexion recoupant des enlèvements directs à gauche (retouche ?) à partir de laquelle a été aménagé un burin (bord gauche) ; B-C. Esquillements pouvant témoigner d’une contrainte transversale (manche, ligatures ?) ; D. Fissures linéaires centrifuges associées à la fracture distale du support ; E. Large spot brillant de topographie plate localisé sur l’arête centrale.

Clichés É. Claud.

53Les pièces concernées proviennent des locus 7, 10 et d’une zone hors concentration, et sont un grattoir en bout de lame, une lame reprise en burin après une fracture distale et une lame brute également fracturée en partie distale. Les fractures des deux dernières pièces, en flexion, présentent des particularités. La première (fig. 31A) semble recouper des enlèvements directs pouvant correspondre à de la retouche, peut-être d’un front de grattoir. Ainsi, cette pièce pourrait avoir été retouchée en grattoir, peut-être utilisée emmanchée, puis, une fracture intervenant pendant l’utilisation ou bien le ravivage, recyclée en burin. La seconde présente, en face inférieure, des fissures linéaires centrifuges partant de la fracture, ce type de fissures ayant été illustré (mais non interprété) sur plusieurs grattoirs magdaléniens de la Garenne, dont une grande partie pourrait avoir été emmanchée (Indre ; Rigaud 1977).

Bilan de l’étude fonctionnelle, discussion et comparaisons

54Les pièces présentant des traces d’utilisation claires, 14 seulement, en partie au moins à cause d’une qualité de conservation imparfaite, ne nous permettent pas de reconstituer de manière très précise et réaliste les activités pratiquées sur le site. Néanmoins, l’analyse tracéologique montre que diverses activités ont été effectuées :

  • la découpe dans le cadre de la boucherie, réalisée à l’aide de bords de lames brutes ;
  • le raclage de la peau, conduite à l’aide de grattoirs ;
  • le raclage de matières tendres à mi-dures plus ou moins abrasives, probablement en partie végétales, mobilisant des burins et des bords bruts de lames et de lamelles.

55Avec moins de certitude, le raclage de matières dures organiques pourrait aussi avoir été réalisé à l’aide de burins.

56Ces données, quoique numériquement limitées, contribuent à discuter du statut fonctionnel de ce site : la pratique d’autres activités que la taille du silex ou la boucherie le rapproche, non pas d’une halte logistique mais, selon les modèles, d’un campement résidentiel, ou d’une partie d’un tel campement, ce type d’occupation semblant nettement prédominant si ce n’est exclusif à l’Aurignacien (Bon et al. 2018).

57Toutes les concentrations n’ont pas livré de pièces avec des traces d’utilisation, seules les suivantes sont concernées : L6, L7, L10, L12, L13, L17 et L18, soit principalement l’ensemble F (fig. 47). On remarque que le locus 7 se caractérise par la présence de plusieurs couteaux de boucherie, certains ou possibles, que le locus 10 et son extension ouest n’a livré que des traces de raclage – les matières traitées étant une matière tendre abrasive de nature indéterminée, des matières dures organiques et la peau –, ou encore que le locus 13 et son extension sud ainsi que la zone entre les locus 13 et 14 ont livré trois pièces sur les cinq identifiées au total comme possiblement utilisées pour racler une matière mi-dure ainsi que deux des pièces ayant raclé une matière tendre abrasive de nature indéterminée. Les locus 7, 10 et 13, situés à l’ouest ou au sud-ouest du site, sont donc ceux ayant livré le plus de pièces utilisées ou susceptibles d’avoir été utilisées, tendant à montrer qu’une plus grande diversité d’activités a été conduite dans ce secteur.

58Même si une partie des résultats est imprécise et incertaine, le spectre d’activités apparaît comme relativement original pour une industrie aurignacienne par la présence d’outils ayant travaillé des matières abrasives autres que la peau qui pourraient correspondre à des matières végétales telles que des fibres ou des tiges de faible diamètre. Ces traces étant plus ténues, donc plus difficiles à observer sur une industrie altérée que les stigmates liés à la boucherie ou au raclage de la peau, nous pensons que les activités liées au traitement des matières animales tendres (boucherie, travail de la peau) n’ont pas été sous-évaluées et que le travail d’autres matières telles que les matières végétales pourrait bien avoir dominé à Bourg-Charente. À ce sujet, un parallèle pourrait être fait avec l’Aurignacien archaïque d’Isturitz, au sein duquel cinq zones actives ont été reconnues comme ayant travaillé le bois végétal et 16 supplémentaires ayant travaillé une matière mi-dure, qui pourraient aussi avoir servi sur des matières végétales. Cependant, le caractère abrasif des matériaux travaillés n’est pas mentionné, la ou les matières travaillées pouvant ainsi être différentes de celles traitées à Bourg-Charente (Normand et al. 2007, 2008, Rios-Garaizar 2012). Les résultats issus de la thèse A. Pasquini (2013) mentionnent également, à Laouza (Gard), la présence de traces de raclage d’une matière abrasive de nature indéterminée (deux zones actives) et d’une matière mi-dure, peut-être végétale (18 zones actives) sur l’industrie, plus précisément sur les lamelles retouchées.

59En réalité, la comparaison des résultats obtenus à Bourg-Charente souffre de la rareté des données fonctionnelles disponibles sur l’outillage lithique des débuts de l’Aurignacien, voire l’absence totale de données pour ce qui est de la Charente. L’industrie aurignacienne (Proto-Aurignacien et Aurignacien ancien) du site des Cottés (Vienne) a fait l’objet d’une étude dans le cadre d’une thèse (Pasquini 2013) mais une récente reprise du matériel a mis en évidence des problèmes de détermination liés à un contexte taphonomique défavorable, seule la présence de traces de raclage de peau sur deux grattoirs étant réellement avérée (M. Baillet, comm. pers. ; Soressi 2019). Bien plus au sud, le Bergeracois a livré plusieurs sites attribués aux débuts de l’Aurignacien, des études tracéologiques globales ayant été conduites pour trois d’entre eux : Barbas III (Ortega et al. 2006), Les Garris II et Vieux Coutets (Rios-Garaizar et Ortega 2014). Le raclage de diverses matières (peau, os, bois) a été mis en évidence sur tous les sites mobilisant des lames, des grattoirs, des burins et des nucléus. Il est surtout bien représenté aux Vieux Coutets où les activités sur matières tendres animales, notamment la boucherie, sont rares, à l’inverse des deux autres sites sur lesquels travail de la peau (découpe et raclage) et boucherie dominent vraisemblablement le travail des matières dures ou mi-dures, osseuses ou végétales. En outre, Barbas III se distingue par la présence de très grandes lames utilisées en percussion contre des matières mi-dures ou dures organiques, correspondant vraisemblablement au bois végétal et à l’os ou au bois de cervidé (Ortega et al. 2022a, 2022b).

60Enfin, l’utilisation de bords bruts de petites lames et surtout d’une lamelle pour le raclage de matières tendres à mi-dures à Bourg-Charente fait écho aux résultats d’autres études réalisées sur le Proto-Aurignacien du sud de la France, voire au-delà, les industries de plusieurs sites (Isturritz, la Grotte de l’Observatoire, Laouza, Esquicho Grapaou, Fumane, Labeko Koba) ayant livré des lamelles, brutes ou retouchées (Dufour rectilignes) utilisées à la fois en armatures de chasse et selon un geste posé, en découpe, en raclage et, dans une moindre mesure, en perçage et rainurage (Brogglio et al. 2005, Normand et al. 2007, 2008, Poraz et al. 2010, Rios-Garaizar 2012, Pasquini 2013). La rareté des lamelles impactées est soulignée dans plusieurs de ces études et trouve un écho dans nos résultats puisqu’aucune lamelle, brute ou retouchée, ne porte de traces d’impact diagnostique à Bourg-Charente. Au contraire, le travail récent de M. Hesri (2019-2020) sur la Grotte Bouyssonie et l’Abri Rothschild tendrait à mettre en évidence l’utilisation exclusive des lamelles Dufour comme armatures de chasse, mais il est à noter que les lamelles brutes, qui n’ont pas été incluses dans l’étude, pourraient avoir servi selon d’autres modalités.

Productions lithiques de l’ensemble F

61L’ensemble F, constitué des concentrations L6, L7, L10, L12-13, L16 inf. et L18, comprend essentiellement de petits éléments lithiques, conséquence assez logique d’une production lamellaire prédominante. C’est ainsi que sur les 6 209 restes lithiques de F, 54 % mesurent moins de 14 mm (NR = 3 357) et que 32 % se situent entre 14 et 28 mm (NR = 2 044). Les 808 pièces restantes dépassent 45 mm dans la moitié des cas et très exceptionnellement 70 mm (NR = 33). Les taux de fragmentation sont particulièrement importants pour les lames et lamelles, avec respectivement 83 % et 67 %, contre 57 % pour les éclats de mise en forme et d’entretien et pour un taux moyen global de 61 %. Les raccords, qui rassemblent 201 pièces, sont ainsi à l’évidence largement sous-évalués.

62Les remontages rassemblent 145 pièces au sein de 28 unités et concernent tous les modules d’éclats, bien qu’ils aient été plus aisés à réaliser au sein des plus grands produits (79 pièces > 40 mm).

63Les éléments techniques et les remontages renseignent en premier lieu les productions lamellaires sur éclats (moins de 40 mm de longueur) ainsi que les productions lamino-laminaires de petit gabarit (inférieures à 60 mm de longueur, 15 mm de largeur et 5 mm d’épaisseur) sur blocs et éclats. Un troisième groupe, défini à partir des lames utilisées brutes (avec traces) ou modifiées, rassemble les lames de plus de 6 cm de longueur. Deux morphologies de lames le composent : des lames larges (> 20 mm) et épaisses (> 10 mm) qui peuvent être qualifiées de « fortes », correspondant aux lames initiatrices et de réfection alors utilisées en raclage (fig. 32, nos 1-2), et des lames fines (épaisseur < 10 mm), de moins de 30 mm de largeur, principalement utilisées en découpe (L6 et L7 : fig. 22). Ce groupe, constitué des grandes lames, affiche une composition technologique singulière dans l’ensemble F en ce que, contrairement aux autres productions lamino-lamellaires, les chaînes de production qui leur sont associées ne sont que très partiellement renseignées, et alors essentiellement au travers des nucléus laminaires et des produits de leur mise en volume réinvestis dans l’ensemble F pour notamment, après fragmentation, la production des petites lames et des lamelles.

Fig. 32 – Exemples des différentes morphologies des lames de l’ensemble F.

Fig. 32 – Exemples des différentes morphologies des lames de l’ensemble F.

1-2. Grandes lames épaisses ; 3-6. Grandes lames fines ; 7-9. Courtes lames fines (L6, no 4 ; L7, nos 1, 5, 8-9 ; L12, no 7 ; L13, no 2 ; L16, no 3 ; L18, no 6).

Dessins È. Boitard.

Matières premières

64Les vestiges sont altérés chimiquement en surface et présentent un voile blanchâtre prononcé dans 40 % des cas, gênant considérablement l’identification du matériau exploité. Dans l’ensemble, il s’agit de silex de grain fin, de structure homogène, dont les teintes varient du blond au noir en passant par des gris et des bruns (fig. 19, 34-45). Ces matériaux rentrent dans la variabilité des silex du Turonien supérieur présents à l’état natif dans la région.

65D’après les remontages les plus complets, les blocs exploités peuvent atteindre une vingtaine de centimètres et sont de morphologie régulière (non branchus).

La production des grandes lames

66Les grandes lames présentent un allongement de l’ordre de 1/3 (largeur/longueur) et ne dépassant pas 1/5 ; leur profil est le plus fréquemment rectiligne à subrectiligne, voire courbe pour les lames outrepassées et leur section est triangulaire à trapézoïdale (fig. 32, nos 1-6). Dans l’ensemble F, si les éléments de mise en volume et de réfection des nucléus afférents à ces lames sont bien présents (dont 13 tablettes et 13 crêtes à un versant), ils sont peu nombreux et documentés par des séquences partielles de remontages (fig. 33, no 2). Hors L12, qui constitue un ensemble singulier au sein de la production de F et sera largement développé plus loin, seulement trois nucléus laminaires non dénaturés, c’est-à-dire non fragmentés ou reconstruits avec réorientation des intentions de production, et pour lesquels les dernières lames extraites mesurent plus de 6 cm, sont présents dans l’ensemble F (fig. 34, no 1, fig. 35). Ils mesurent 8 à 9 cm de hauteur et leur dernier enlèvement est une lame rebroussée située au centre de la table, cause possible de l’arrêt de leur exploitation. Ces trois nucléus n’ont fait l’objet d’aucun raccord et l’un, situé en L13, a manifestement été utilisé en percussion lancée (fig. 35, no 2). La « sous-représentation » des nucléus à lames au regard des grandes lames présentes dans l’ensemble F (trois pour environ 50 lames, sur la base des lames raccordées et des fragments mésiaux) pose question. Si, d’un côté, pour les trois nucléus présents, l’absence de remontage comme d’appariement peut laisser supposer leur apport dans l’ensemble F, les éléments techniques présents, notamment en L7, montrent qu’une partie de la production laminaire a pu avoir lieu sur place. Deux causes peuvent alors être proposées pour expliquer cette rareté des nucléus ayant produit des grandes lames dans l’ensemble F. La première est une importante réduction, voire reconstruction, des nucléus, jusqu’à la production de courtes lames fines/lamelles (fig. 33, nos 3-4) ; la seconde est une dénaturation complète des volumes laminaires, notamment pour l’obtention d’éclats épais recherchés pour la production lamellaire. À l’appui de la première hypothèse, il est constaté un relatif continuum morphologique entre grandes et petites lames (fig. 37) ainsi qu’une construction et une exploitation des volumes comparables entre grandes et petites productions laminaires, voire lamellaires : volumes globalement coniques, exploitation unipolaire et plans de frappe très obliques obtenus par un unique et grand enlèvement (fig. 19, no 4, fig. 40, no 3, pour deux exemples de réduction). La dénaturation complète de volumes laminaires est attestée par au moins un remontage de L7 qui illustre la déstructuration d’un nucléus à lames pour une production de gros éclats dont certains sont alors exploités comme nucléus à lamelles (fig. 33, no 1). Ces réductions et réinvestissements techniques pourraient ainsi expliquer, au moins en partie, la faible représentation des nucléus correspondant aux grandes lames, notamment dans les concentrations L6 et L7 où ces lames sont les plus nombreuses (fig. 36, tabl. 2).

Fig. 33 – 1. Remontage de L7 illustrant la dénaturation d’un nucléus à lame (1a) pour l’extraction d’éclats exploités pour des productions de lamelles (1b) ; 2. Remontage de trois tablettes (2a) de L10 et la reprise d’une des tablettes en nucléus à petites lames/lamelles (2b) ; 3. Remontage de petites lames fines en L6 et L7 (3a) et nucléus en état d’abandon retrouvé en L3 (3b) ; 4. Nucléus de L16 exploités pour une production de courtes lames fines/lamelles.

Fig. 33 – 1. Remontage de L7 illustrant la dénaturation d’un nucléus à lame (1a) pour l’extraction d’éclats exploités pour des productions de lamelles (1b) ; 2. Remontage de trois tablettes (2a) de L10 et la reprise d’une des tablettes en nucléus à petites lames/lamelles (2b) ; 3. Remontage de petites lames fines en L6 et L7 (3a) et nucléus en état d’abandon retrouvé en L3 (3b) ; 4. Nucléus de L16 exploités pour une production de courtes lames fines/lamelles.

Clichés et DAO B. Larmignat.

Fig. 34 – 1. Nucléus à lames de L12 ; 2-3. Remontage de deux séries de lames de L7.

Fig. 34 – 1. Nucléus à lames de L12 ; 2-3. Remontage de deux séries de lames de L7.

Clichés et DAO B. Larmignat.

Fig. 35 – 1. Nucléus à lames ; 2. Nucléus à lame avec détail d’une surface utilisée en percussion.

Fig. 35 – 1. Nucléus à lames ; 2. Nucléus à lame avec détail d’une surface utilisée en percussion.

Clichés et DAO B. Larmignat.

Fig. 36 – Répartition des lames et nucléus à lames (A) et des lamelles et nucléus à lamelles (B) dans l’ensemble F de Bourg-Charente.

Fig. 36 – Répartition des lames et nucléus à lames (A) et des lamelles et nucléus à lamelles (B) dans l’ensemble F de Bourg-Charente.

DAO N. Connet

Fig. 37 – Valeurs de longueur, largeur et épaisseur des produits laminaires et lamellaires extraits de blocs (gris) et éclats (bleu) de l’ensemble F

Fig. 37 – Valeurs de longueur, largeur et épaisseur des produits laminaires et lamellaires extraits de blocs (gris) et éclats (bleu) de l’ensemble F

Croix : pièces entières ; cercles : fragments mésiaux de plus de 30 mm de longueur.

DAO N. Connet

67Sur la base des caractères techniques observés sur les produits rapportés à la production laminaire de l’ensemble F et des quelques unités de remontages, il est possible de proposer, pour l’ensemble F, une organisation de la production comme suit :

  • le choix des blocs de silex est porté sur des volumes de 15 à 20 cm de hauteur, de morphologie régulière, et qui présentent potentiellement des surfaces planes (corticales, surfaces de fracture, etc.) alors intégrées au projet ;
  • la mise en volume est, semble-t-il, partielle ; elle concerne la ou les surfaces de plan de frappe ainsi que la table laminaire et requiert deux surfaces de plans sécants (sans toutefois l’être nécessairement physiquement) qui, selon les opportunités du volume, peuvent être construites ou peuvent épouser une grande surface plane, naturelle ou accidentelle, le cintrage étant alors obtenu lors de l’aménagement de la seconde surface par crête postéro-latérale (fig. 34, no 3) ; absence de crête axiale construite ; lame d’entame de plein cintre (quatre cas), souvent partiellement corticale ; carénage de la table par outrepassement maîtrisé (fig. 34, no 2) ;
  • le plan de frappe principal est obtenu par un grand éclat très oblique sur de dos (jusqu’à 50°) qui permet, par un geste tangentiel, de détacher des lames fines et longues depuis une corniche finement abrasée ;
  • la table laminaire est large et fortement cintrée ; la production laminaire est unipolaire et les lames, convergentes en distal, assurent l’entretien de la carène de la table dont le cintre est géré par des lames et éclats débordants sur les flancs (fig. 34, no 1) ; elle permet l’extraction frontale de séries de quelques lames ;
  • l’entretien du volume laminaire peut également nécessiter la mise en place d’un plan de frappe opposé, alors décalé (fig. 35), pouvant, dans un unique exemple (fig. 35, no 1), aboutir à un plein débitage bipolaire décalé.

68Pour ces productions, la forte inclinaison du plan de frappe par rapport à la table, la préparation soignée de la corniche et la présence récurrente de lèvres en rebord des talons plaident pour une percussion tendre, tangentielle.

Les productions de lames fines de petits gabarits et lamelles

69Ce groupe rassemble les éléments d’un allongement allant de 1/2 à 1/5 (largeur/longueur ; moyenne = 3 pour 203 éléments entiers, Σ = 0,62) pour des longueurs de moins de 60 mm et plutôt situées en deçà de 36 mm (fig. 38). Il est donc principalement constitué de produits élancés, étroits et fins : largeur moyenne = 9,55 mm (Σ = 3,8), épaisseur moyenne = 2,75 mm (Σ = 1,5). Les éléments techniques relevés sur ces pièces, notamment la présence de pans revers, confortés par les remontages, indiquent que la plupart de ces productions proviennent de nucléus construits sur des éclats et sur des fragments de blocs et de nucléus. Si les pièces les plus courtes sont principalement issues de nucléus sur éclats, quatre nucléus sur blocs ont conduit à la production de lames fines, étroites et courtes (les plus longues se situent autour de 5 cm de longueur ; fig. 33, nos 3-4, fig. 40, nos 1, 3) : dans deux cas, les remontages réalisés montrent des constructions spécifiques pour l’extraction de lames courtes et de lamelles (fig. 40, nos 1, 3), les deux autres peuvent témoigner de phases ultimes de réduction de nucléus ayant produit des lames de grand gabarit (fig. 33, nos 3-4). Pour ces deux derniers nucléus, les ultimes lames extraites mesurent moins de 15 mm de largeur et entre 40 et 60 mm de longueur. Dans un cas (fig. 33, no 3), des rebroussements semblent à l’origine de l’arrêt de la production alors que dans l’autre (fig. 33, no 4), le bloc semble à exhaustion (nécessité d’une reprise de la surface de plan de frappe et d’un « nettoyage » de la partie corticale basale).

Fig. 38 – Effectifs des lamelles et petites lames fines par classes de longueur du site de Bourg-Charente (Charente).

Fig. 38 – Effectifs des lamelles et petites lames fines par classes de longueur du site de Bourg-Charente (Charente).

DAO N. Connet

Fig. 39 – Nucléus à lamelles du site Bourg-Charente (Charente).

Fig. 39 – Nucléus à lamelles du site Bourg-Charente (Charente).

Clichés et DAO B. Larmignat.

Fig. 40 – Nucléus à petites lames et lamelles du site Bourg-Charente (Charente).

Fig. 40 – Nucléus à petites lames et lamelles du site Bourg-Charente (Charente).

Clichés et DAO B. Larmignat.

70La construction volumétrique des nucléus sur éclats requiert deux plans réguliers et plats dont la ligne de convergence constituera l’arête centrale de la carène de la future table lamino-lamellaire avec, en perpendiculaire de cette arête, un plan de frappe constitué par un plan très incliné (fig. 39, 40, no 2). Les plans sécants comme la surface de plan de frappe sont fréquemment des surfaces d’éclatement qui sont obtenues soit par éclatement maîtrisé de blocs (nucléus ou blocs bruts ; fig. 39, no 1), soit choisis parmi les gros éclats de mise en forme, voire parmi des cassons (fig. 39, no 2, fig. 40, no 2). L’extraction des petites lames et lamelles est réalisée par percussion tendre tangentielle après abrasion fine de la corniche.

71L’entretien des convexités de la table est essentiellement assuré par des éclats de recadrage sur les flancs. Quant à l’arrêt de l’exploitation des tables lamellaires, elle intervient dès le premier, voire second, réfléchissement survenu sur la table.

72La production des petites lames comme celle des lamelles plus courtes partagent le plus souvent les mêmes constructions et peuvent même être présentes, de façon décalée, sur un même bloc (fig. 40, nos 1, 3).

73La construction comme l’organisation de la production de ces petites lames et lamelles se rejoignent, laissant planer le doute sur la pertinence à les dissocier ici. En l’absence d’éléments factuels permettant de documenter des modalités d’utilisation spécifiques pour chacune d’entre elles, la production lamellaire, qui constitue l’essentiel de la production documentée de F, forme un ensemble cohérent. À ses côtés, la production lamino-lamellaire apparaît très secondaire, tant en termes de volumes investis (six nucléus pour 39 à courtes lamelles) qu’en termes productionnel. Toutefois, pour ces volumes, la correspondance morphologique de certains produits qui en sont extraits avec les lames fines mais de plus grandes dimensions, alors utilisées en découpe dans les activités de boucherie, pose la question d’une production spécifique de lames fines sur des nucléus de petites dimensions, nucléus qui seront ensuite plus spécifiquement utilisés en nucléus à lamelles.

74Pour les lamelles, et ce quels que soient leur profil et leurs dimensions, la question de leur utilisation reste ouverte pour l’ensemble F. En effet, seule une grande lamelle porte des traces d’utilisation (fig. 24, L12.165) et aucune ne présente de fracture d’impact. Les manques dans les remontages ne peuvent suffire à discriminer le ou les objectifs de la production lamellaire et tout au plus peut-on proposer, d’après les états d’abandon des tables lamellaires et à travers les remontages, une recherche, sans doute plus spécifique, de lamelles d’une trentaine de millimètres de longueur, étroites (5 à 8 mm de largeur), de profil rectiligne à subrectiligne.

Hypothèse d’attribution culturelle

75La production lamellaire est au cœur des activités de taille de l’ensemble F. Les lamelles recherchées sont des pièces de 20 à 40 mm de longueur, au profil rectiligne à subrectiligne pour les plus longues à légèrement courbes pour les plus courtes, avec une faible représentation des lamelles torses alors essentiellement d’entretien. Ces lamelles ne sont pas retouchées et sur cette population plutôt conséquente de 866 pièces (tous fragments confondus), l’unique élément retouché (retouche courte directe, marginale) est un proximal de grande lamelle ou petite lame (voir supra).

76Pour la production lamellaire, il est observé une certaine diversité des volumes construits avec des tables hautes et larges sur blocs, fragments de blocs et éclats, et des tables plus courtes, étroites, sur fragments de blocs et tranches d’éclats. Quelques remontages permettent de proposer, au moins pour L6, mais sans doute également pour L7, une succession de productions laminaires de petits gabarits et lamellaires (fig. 33, no 3), schéma de réduction déjà observé dans la phase initiale de l’Aurignacien du pourtour méditerranéen (Bon 2002) mais également en Périgord (Le Piage couche K ; Bordes 2005) comme plus au nord (Grotte du Renne à Arcy-sur-Cure, Yonne ; Bon et Bodu 2002). Il est ainsi observé à Arcy-sur-Cure comme pour certains nucléus de l’ensemble F de Bourg-Charente (fig. 34, no 1, fig. 35, no 2) une construction similaire des nucléus, qu’ils soient dévolus à une production de lames ou de lamelles, dont nous reprenons ici les principes donnés par F. Bon en 2002 (Bon 2002, p. 157) : « Ces principes concernent tout d’abord une certaine architecture des nucléus, selon laquelle le plan de frappe (unique) est installé à l’extrémité la plus large du bloc (ou de l’éclat). La table exploite la plus grande longueur de celui-ci. L’extrémité opposée au plan de frappe est plus étroite, ce qui se traduit par une convergence distale de la surface d’exploitation ». Il ne nous semble toutefois pas pouvoir trouver dans l’ensemble F de Bourg-Charente de véritables productions intercalées de lames et de lamelles inscrites dans un projet construit aux objectifs clairement définis et interdépendants comme c’est le cas dans les industries protoaurignaciennes (Faltucci et Peresani 2018). Les productions laminaires et lamellaires de l’ensemble F, si elles peuvent être successives, sont le plus souvent totalement dissociées, s’inscrivant alors plus sûrement dans les schémas connus pour l’Aurignacien ancien que dans ceux du Protoaurignacien (Teyssandier et Zilhao 2018). Pour la période considérée, le site de Hui (Lot-et-Garonne) constitue un des rares exemples d’une continuité des productions lamino-lamellaires, alors illustrée par un remontage qui fait écho avec l’ensemble F de Bourg-Charente (Le Brun-Ricalens 2005). À Hui, il s’agit d’une production en continuum de lames et de grandes lamelles allant de 9 à 3 cm de longueur par abaissement progressif de la table (Le Brun-Ricalens 2005, p. 180). Dans un second temps, la production se déplace à l’autre extrémité du bloc pour une extraction de lamelles plus courtes, de moins de 3 cm de longueur. Sur ce site, les lamelles, qui sont plutôt inférieures à 24 mm de longueur, restent préférentiellement extraites de tables carénées sur éclats et ne sont qu’exceptionnellement retouchées (deux lamelles Dufour pour 466 lamelles brutes). Ce faible aménagement des lamelles paraît redondant à l’Aurignacien ancien (Bordes 2005). C’est ainsi le cas à Barbas III où sont identifiées plusieurs chaînes opératoires de production de lames comme de lamelles, lesquelles peuvent atteindre 60 mm de longueur, affichant une grande amplitude métrique (Ortega Cordellat 2005). Cette grande amplitude métrique des productions lamellaires est également signalée dans la couche K du Piage (Lot), cette dernière étant rapportée prudemment à une phase initiale de l’Aurignacien ancien (Bordes 2005).

77Les quelques éléments de l’ensemble F permettant de caractériser les modalités de la production laminaire s’intègrent tout à fait aux schémas de production reconnus de l’Aurignacien (Bon 2006). Aux productions de lames légèrement courbes en distal obtenues par séries unipolaires sur des tables larges et carénées, il est observé, dans certaines séries de l’Aurignacien ancien, deux gabarits de lames issues de schémas comparables de production avec, d’une part, des grandes lames fortes, le plus souvent introduites et, d’autre part, des lames plus courtes et plus fines, issues d’une production sur le site (notamment aux abris Blanchard et Castanet comme à Régismont-le-Haut ou encore Champ-Parel 3 ; Bon et Mensan 2007, Chiotti et al. 2015, Anderson 2019). On retrouve dans l’ensemble F de Bourg-Charente ces deux modules de lames mais, si les nucléus ayant conduit à la production des grandes lames fortes sont effectivement absents, il semble que cette absence soit au moins en partie due à leur « reconditionnement » pour une extraction d’éclats destinés à la production lamellaire. Peu d’exemples d’un tel comportement existent dans l’Aurignacien, sinon à Champ-Parel locus 3 (Dordogne), où J.-P. Chadelle (2005) a réalisé un remontage montrant la déstructuration complète d’un nucléus à lames pour l’obtention de supports de nucléus à lamelles.

78Avec 14 burins (dièdres et d’angle) et seulement un fragment de petite lame/grande lamelle retouchée, l’outillage transformé de l’ensemble F est particulièrement peu varié. Au plan fonctionnel, les lames ressortent comme l’objectif principal de l’ensemble F pour les activités de découpe et de raclage, avec des lames fines à bord aigu utilisées en découpe et à bord peu aigu pour des activités de raclage, et des lames de plus grands modules reprises en burins pour des activités de raclage (dans deux cas sur les trois) avec, sur un quatrième burin sur lame, de possibles traces d’emmanchement. L’absence de lamelles retouchée pourrait alors constituer l’un des plus sûrs éléments de rapprochement de l’ensemble F avec l’Aurignacien ancien. En effet, l’hypothèse d’une utilisation brute de ces productions lamellaires pour cette période est plus que probable et pourrait marquer une véritable différence avec les ensembles aurignaciens plus récents comme plus anciens (Le Brun-Ricalens 2005, Tartar et al. 2006).

79La datation TL obtenue sur L7, de 38,50 ± 3 ka n’est pas d’un grand secours, couvrant certes la phase ancienne de l’Aurignacien mais débordant également sur sa phase initiale comme celle plus récente (Higham et al. 2009, 2011, Higham 2011). Toutefois, les arguments développés précédemment permettent de proposer que l’ensemble F de Bourg-Charente s’inscrive plus sûrement dans l’Aurignacien ancien.

Description d’une production lithique singulière au cœur de l’ensemble F : le cas de L12

80Au sein de l’ensemble F, la concentration L12 se singularise par plusieurs aspects. Tout d’abord, en termes quantitatifs, L12 regroupe le plus grand nombre de nucléus à lames et à lamelles pour les productions effectives les plus faibles de lames et de lamelles (tabl. 2). C’est également la concentration qui renferme les remontages le plus complets, les plus nombreux et qui affiche le plus grand nombre de liaisons inter-concentrations suggérant des déplacements d’un poste de taille à l’autre. Enfin, L12 est la seule concentration pour laquelle les productions lithiques sont, tant en termes quantitatifs que qualitatifs, largement en deçà des autres concentrations de F, alors que les intentions et objectifs des lames et des lamelles, sont, quant à eux, clairement lisibles et comparables à ceux des autres concentrations de l’ensemble F.

L’exploitation des blocs de silex de grand module en L12

81Deux remontages témoignent de l’exploitation de volumes allongés de plus de 9 cm de hauteur.

82Le premier cas, l’unité de remontage L12.380, est un nucléus à lames construit dont les dernières lames extraites d’une table cintrée ne sont pas présentes dans l’espace fouillé (20 éléments remontés pour un volume de 9 × 6,50 × 6 cm ; fig. 41). Le dernier éclat remonté, situé en L18, précède directement la suite de l’exploitation du bloc en L12 (fig. 41, phase 1). Le geste ayant permis le détachement de cet éclat retrouvé en L18 est porté en retrait du bord de plan de frappe, et a, pour conséquence, la dénaturation complète de l’ancienne table. Au contact de ce qui était initialement le dos du nucléus et du négatif de cet éclat apparenté à une tablette, est généré un dièdre de l’ordre de 75°. Sont ensuite extraits, en L12 depuis cette surface (initialement le dos), des éclats dont une lame débordante, détachés en retrait de la corniche (fig. 41, phase 2). Le négatif de cette lame sert ensuite de plan de frappe pour un débitage semi-tournant de courtes lames, toujours abandonnées en L12, dans ce qui était initialement l’épaisseur du nucléus (fig. 41, phases 3 à 6). Contrairement aux phases antérieures, les rebords de corniches sont abrasés pour des angles de l’ordre de 60 à 70°. Malgré cette préparation, le point de contact est porté en retrait du bord de la table dans presque tous les cas et semble plus rentrant que tangentiel. Lors de cette étape, le flanc droit du bloc est repris par des enlèvements perpendiculaires (fig. 41, phase 4). Seule une lame ne se situe pas en L12 mais en L7. C’est, par ailleurs, la seule lame de ce remontage pour laquelle le coup est porté en rebord de la corniche selon un geste qui semble tangentiel (fig. 41, phase 5).

Fig. 41 – Développé dynamique des principales étapes de débitage de l’unité de remontage L12.380 du site Bourg-Charente (Charente).

Fig. 41 – Développé dynamique des principales étapes de débitage de l’unité de remontage L12.380 du site Bourg-Charente (Charente).

Clichés et DAO B. Larmignat.

83Contrairement aux autres concentrations de F, le nucléus L12.380 a fait l’objet de plusieurs phases d’exploitations successives de surfaces adjacentes avec évolution de l’organisation du volume, les tables devenant plan de frappe. Ces différentes phases partagent toutes une recherche de dièdres permettant l’extraction de produits allongés. Les coups sont portés de façon interne et il n’y a pas de préparation des corniches dans les premières phases de production retrouvées en L12. Seule l’étape 4 présente une préparation de la corniche. La percussion, sans doute voulue tangentielle dans cette étape, devient rapidement rentrante à mesure que l’angle de chasse s’ouvre. Les éclats et courtes lames de cette dernière étape ont toutes réfléchi et l’unique lame qui semble avoir été détachée selon un geste maîtrisé (tangentiel, en rebord de corniche, après une fine abrasion) a été abandonnée en L7, 14 m au sud de L12. Cette distance suppose deux possibilités : soit l’apport de cette lame en L7, soit l’apport du nucléus en L7 pour le détachement de cette unique lame, puis la poursuite de la production en L12 où les autres lames de cette étape ont été retrouvées. Dans le premier cas, il pourrait s’agir de la valorisation de l’unique lame de bon aloi de ce nucléus alors exploité en L12, peut-être par un unique tailleur. Dans le second, deux tailleurs peuvent expliquer la différence de maîtrise technique de cette dernière phase d’exploitation. Ainsi, dans l’enchaînement de tentatives de production laminaire, la lame retrouvée en L7 constituerait le témoin d’une explication par l’exemple des gestes et techniques, notamment l’abrasion de la corniche, nécessaires au détachement de lames de bon aloi.

84L’unité de remontage L12.24 se compose de 22 éclats et cassons (fig. 42). C’est un bloc allongé cortical (21 × 7,50 × 11 cm) de section ovalaire, exploité dans sa hauteur et dans sa portion étroite. Les éléments des différentes étapes de l’exploitation de ce bloc se situent en L12, L7 et L13.

Fig. 42 – Développé dynamique des principales étapes de débitage de l’unité de remontage L12.24 du site de Bourg-Charente (Charente)

Fig. 42 – Développé dynamique des principales étapes de débitage de l’unité de remontage L12.24 du site de Bourg-Charente (Charente)

Légende : voir figure 41.

Clichés et DAO B. Larmignat.

85Le premier élément remonté, retrouvé en L7, constitue sans doute l’un des premiers éclats extraits du bloc. Il s’agit du fragment distal d’une lame corticale, probablement une lame d’entame, sortie dans la plus grande longueur du bloc, sur sa partie la plus étroite (fig. 42, phase A). Cette lame file aux deux tiers de la longueur de la table et s’arrête sur un réfléchissement. Les éléments remontés extraits à sa suite se situent en L12 (deux tablettes et un petit éclat), ce qui pourrait suggérer la poursuite de l’exploitation du bloc dans cette concentration située 13 m plus au nord, selon la même configuration.

86Les éléments de l’étape suivante se situent dans la concentration L13. Il s’agit d’une reprise du cintre et de la carène du nucléus dans la partie basale du bloc qui porte les réfléchissements, par la mise en place d’une crête frontale partielle visant à éliminer la zone de réfléchissement de la table (fig. 42, phase B). Une zone noduleuse interne entraîne la fragmentation du bloc dont l’un des cassons sera repris en nucléus à lamelles toujours en L13 (fig. 42, éclat L13.69).

87Les éclats de ce qui apparaît comme la dernière étape d’exploitation du bloc se situent à nouveau en L12, où des éclats sont détachés de la portion supérieure du bloc initial depuis deux plans de frappe opposés. L’un des plans de frappe correspond au plan de frappe initial du nucléus et porte le négatif d’une tentative de reprise frontale par un éclat vite réfléchi. Le plan de frappe opposé épouse le négatif d’un éclat extrait lors de l’étape précédente (fig. 42, phase C). Après l’extraction de quelques éclats, la plupart réfléchis ou sinon non contrôlés dans la zone de faiblesse du bloc, le bloc est abandonné.

88Concernant la préparation des zones de percussion et les paramètres physiques qui préludent au détachement des éclats et lames, les deux tablettes de la première phase d’exploitation du volume affichent un angle de chasse de l’ordre de 70° et des contre bulbes peu marqués, ce qui pourrait aller dans le sens d’une percussion plutôt maîtrisée avec un geste tangentiel malgré les rebroussements à répétition.

89De la seconde étape (fig. 42, phase B), qui vise à reprendre le volume du bloc, jusqu’à la fragmentation du volume, les gestes sont maîtrisés, plus ou moins violents et plus ou moins internes selon l’objectif recherché (rentrants pour une réduction de la matière, tangentiels pour la préparation de la crête par exemple).

90Dans la troisième étape (fig. 42, phase C), les gestes et préparations sont nettement plus aléatoires. C’est ainsi que la reprise du plan de frappe initial du bloc est un échec : la tablette, réfléchie, ne permet pas de corriger l’angulation table/plan de frappe qui est trop ouvert (de l’ordre de 80°). De plus, aucune préparation du rebord de plan de frappe ne précède le détachement des éclats. Ces éléments entraînent des réfléchissements à répétition. Enfin, lors de cette dernière étape, un « acharnement » qui se manifeste par des coups répétés sur le rebord de plan de frappe aboutit à l’écrasement de la corniche.

91Les éléments de ce remontage lient L12 à L7 et L13. Le premier élément, sans doute une lame d’entame, est abandonné en L7. À titre d’hypothèse, L7 pourrait correspondre à l’endroit où le bloc aurait été testé/préparé. Les étapes suivantes se situent de façon alterne en L12 et L13 : L12 constituant le lieu d’abandon de tablettes et des derniers éclats extraits, L13 celui des tentatives de restructuration du nucléus. Seules les phases de « pleine production » si l’on peut dire, c’est-à-dire le détachement d’une série d’éclats depuis un plan de frappe, sont présentes en L12. En L13, en revanche, sont rassemblés les déchets issus des phases de restructuration du nucléus, phases qui nécessitent d’appréhender et de construire l’équilibre de l’ensemble du volume.

92Pour ces deux remontages, les activités de tailles dont les déchets sont abandonnés en L12 concernent la recherche de deux plans sécants selon un angle de l’ordre de 70° ayant rôles de plan de frappe et de table pour le détachement de séries d’éclats. Au regard des autres productions laminaires de Bourg-Charente, un geste souvent trop rentrant, trop vertical, l’absence de préparation des corniches, place les « productions » de L12 à part. Les produits issus des étapes représentées en L12 ne sont pas « utilisés », mais pourraient relever d’exercices de taille. Le fait que la construction initiale de ces blocs et, dans un cas, les étapes nécessaires à la reconstruction du volume aient été réalisées, au regard des éléments retrouvés en L7, L13 et L18, dans des concentrations relevant de productions laminaires et lamellaires maîtrisées, apparaît comme un argument supplémentaire pour proposer que L12 puisse constituer une zone plus spécifiquement dédiée à l’apprentissage de la taille du silex.

93Un troisième exemple lie la concentration L12 à une autre concentration, ici L16 (unité de remontage L12.42, six éléments). Il s’agit d’un nucléus à lames (crêtes postéro-latérales) sur lequel l’apparition d’un nodule cortical interne au centre de la table a conduit à une réorientation des objectifs avec production de lamelles depuis ce qui était initialement le dos du nucléus, en transversal de la table, dans sa portion distale. Seule une tablette, située en L16, témoigne de cette dernière étape d’exploitation. En L12 se trouvent les témoins de l’ultime exploitation du nucléus avant son abandon : deux éclats, dont un de recintrage et le nucléus fragmenté en trois. La fragmentation du nucléus fait suite à de nombreux rebroussés au centre de la table, à proximité de la zone de faiblesse du bloc.

94Dans un dernier cas (R.L12.156 ; fig. 43, no 2), tous les éléments constituant le remontage sont présents en L12. Le nucléus est introduit, construit et les premières étapes de l’exploitation du bloc sont absentes. Le remontage correspond à la déstructuration d’un volume cintré ayant permis l’extraction, depuis un unique plan de frappe, de lames d’une dizaine de centimètres de longueur (fig. 43, no 2, phase 0). Le premier éclat retrouvé en L12 est un éclat réfléchi, extrait du milieu de la table depuis le plan de frappe initial (fig. 43, no 2, phase 1). Suite à cet accident, deux éclats sont détachés sur le flanc droit depuis le dos. Le second, par un coup porté très en retrait de la corniche, enlève presque tout le flanc droit du nucléus et crée un important rebroussé au niveau de l’axe médian du cintre de la table (fig. 43, no 2, phase 2). Ensuite, d’épais et courts enlèvements alternes sur le médian de la table et dessinent une crête très en retrait de la table initiale (fig. 43, no 2, phases 3-4). L’épaisseur estimée du nucléus (absent) n’est alors sans doute pas de plus de 4 cm, contre le double avant. L’exploitation s’arrête à cette étape pour L12. Ce remontage constitue l’unique exemple de ce qui apparaît comme une tentative de reconstruction d’une table laminaire en L12.

Fig. 43 – Dynamique des principales étapes de débitage pour les unités de remontage L12.41 et L12.156 du site de Bourg-Charente (Charente).

Fig. 43 – Dynamique des principales étapes de débitage pour les unités de remontage L12.41 et L12.156 du site de Bourg-Charente (Charente).

Clichés et DAO B. Larmignat.

Les nucléus sur éclats de L12

95Dans la concentration L12, à l’image des autres concentrations de l’ensemble F, des éclats et gros fragments ont été exploités pour la production de lamelles. Toutefois, à la différence des autres concentrations où les nucléus à lamelles sont abandonnés après un premier accident, généralement un rebroussement survenu au centre de la table, ou lorsque la reprise des convexités n’est plus possible, les nucléus de L12 sont en leur état d’abandon dénaturés par des accidents de taille à répétition et n’ont permis la production d’aucune lamelle qui ne soit fracturée et/ou trop épaisse et/ou irrégulière. Un unique remontage, interne à L12, illustre une possible tentative de production lamellaire sur un fragment de bloc. Il s’agit d’un fragment de bloc cortical, sans doute extrait volontairement (R.L12.41 ; fig. 43, no 1). Il est introduit en L12 construit selon quatre plans sécants constitués d’une surface d’éclatement et d’un négatif de grand éclat situés sur des plans convergents, encadrés par des surfaces corticales relativement planes. En L12, sont présents les éclats ouvrant deux plans de frappe sur les surfaces corticales de façon à obtenir des plans peu inclinés d’où sont extraits quelques éclats sur les surfaces étroites du bloc (fig. 43, nos 1A-1B). Il s’agit vraisemblablement de tentatives de construction de tables lamellaires qui, dans les deux cas, ont échoué (problème d’angulation des plans, rebroussés des éclats de cintrage comme des tentatives d’extraction de lamelles).

96Le remontage le plus complet (R.L 12.191, 17 éléments) documente une phase de débitage d’éclats courts, plus ou moins épais, par percussion dure, de façon alterne, pour l’obtention de matrices de nucléus à lamelles. En cela, ce remontage est conforme à ce qui est observé dans l’ensemble F. Dans l’exemple de ce remontage de L12, la construction de la table lamellaire sur l’un de ces éclats est également comparable à celle observée dans les autres concentrations (fig. 44, no 1) : éclats larges rentrant pour former le cintre de la table et éclats convergents et courbes pour en dessiner la carène. Le choix est porté sur un éclat épais sur lequel des éclats larges en diminuent rapidement la longueur et la largeur jusqu’à atteindre une zone de la face d’éclatement de l’éclat parfaitement plane pouvant servir de plan de frappe.

Fig. 44 – Nucléus à lamelles du locus 12 du site de Bourg-Charente (Charente).

Fig. 44 – Nucléus à lamelles du locus 12 du site de Bourg-Charente (Charente).

1. Nucléus à lamelle de l’unité de remontage L12.191 ; 2. Nucléus à lamelle de l’unité de remontage L.12.270 ; 3. Nucléus à lamelle/grattoir ? de l’unité de remontage L.12.101 ; 4. Nucléus à lamelle de l’unité de remontage L.12.48.

Clichés et DAO B. Larmignat.

97Après cette réduction, des éclats rentrants dessinent le cintre de la table lamellaire. Ces éclats, fréquemment rebroussés, nécessitent de porter le coup suivant plus en retrait de la corniche afin de compenser l’erreur. Que ce soit pour les quelques éléments remontés ou par les négatifs observés (fig. 44, no 1C), les lamelles extraites sont toutes de section irrégulière et/ou réfléchies et/ou fragmentées.

98Dans un autre exemple (R.L12.270 ; fig. 44, no 2), si la corniche est préparée par une légère abrasion, la table reste en partie corticale et le cintre, déversé, n’est que partiellement dégagé. Toutes les lamelles extraites de ce nucléus portent une zone corticale.

99Dans tous les autres exemples de nucléus à lamelles de la concentration L12, les tables sont partiellement préparées et/ou de nombreux réfléchissements sont présents et aucune lamelle régulière n’en a été extraite (fig. 44, nos 3-4, fig. 45).

Fig. 45 – Tentatives de production lamellaire, locus 12 du site de Bourg-Charente (Charente).

Fig. 45 – Tentatives de production lamellaire, locus 12 du site de Bourg-Charente (Charente).

Clichés et DAO B. Larmignat.

L’articulation de la concentration L12 au sein de l’ensemble F

100L’analyse technologique de la concentration L12 ne peut prendre sens qu’au regard de celle des autres concentrations de l’ensemble F. En effet, il est difficile de quantifier le degré de réussite technique et productionnelle d’un ensemble lithique, voire de parler d’apprentissage, sans élément de comparaison directe au sein de l’occupation. Dans le cas de Bourg-Charente, la réflexion menée à partir des remontages a été particulièrement instructive, tant par les interactions physiques entre L12 et les autres concentrations de F que par les enchaînements techniques identifiés au sein de chaque remontage des différentes concentrations.

101Sur la base de la sériation des principes techno-économiques établie par N. Pigeot (1987, p. 79 ; fig. 1), il est proposé une analyse des remontages de L12 et des remontages les plus complets réalisés dans les autres concentrations de l’ensemble F (fig. 46). Les sujets d’étude de N. Pigeot et le nôtre différant, il a été évidemment nécessaire d’adapter certains principes techniques et économiques. Les remontages de L12 affichent tous un premier principe qui apparaît comme le premier à devoir être acquis avant d’accéder au second : en premier lieu, la percussion le long d’un dièdre, en second, celui d’astreindre des rôles aux deux plans créant ce dièdre (table/plan de N. Pigeot). Ces deux principes de base universels sont effectifs dans tous les remontages de L12 et constituent également les principes de base de l’apprentissage de la taille du silex dans l’exemple d’Étiolles comme dans les séries aurignaciennes analysées par Anderson (2019).

Fig. 46 – Développé graduel des principales étapes techno-économiques des productions lamino-lamellaires, proposé à partir des remontages les plus complets de l’ensemble F de Bourg-Charente (Charente).

Fig. 46 – Développé graduel des principales étapes techno-économiques des productions lamino-lamellaires, proposé à partir des remontages les plus complets de l’ensemble F de Bourg-Charente (Charente).

* : production sur bloc ; ** : production lamellaire sur face ventrale d’éclat : NR : non requis.

102Dans le cas de Bourg-Charente, les autres principes relevés dans les remontages ne sont que très partiellement représentés en L12 (fig. 46). Ainsi, la préparation des volumes (cintre et carène) n’est observée en L12 que pour les remontages des nucléus à lamelles sur éclats, sur lesquels nous reviendrons plus loin.

103Concernant le débitage sur bloc, l’entretien du plan de frappe, lequel s’entend dans le cas de Bourg-Charente par le détachement de tablettes entières, répond à la nécessité de reprise de l’angulation du dièdre table/plan de frappe. La préparation au détachement des éclats se limite, dans le cas de la pleine production laminaire et lamellaire de Bourg-Charente, à la préparation fine par abrasion du rebord de la corniche. En L12, cette préparation n’est observée que dans un cas (L12.380), à une seule étape, d’ailleurs avancée, de la production (fig. 41). Comme précisé lors de l’analyse de ce remontage, cette préparation coïncide avec un échange physique entre L12 et L7, ce qui fait planer le doute sur l’attribution de cette fine préparation aux tailleurs de L12. C’est, en outre, lors de cette phase, par une pièce retrouvée en L7, qu’est observée une lame dont la production apparaît maîtrisée dans un remontage de L12. Concernant la réfection des volumes dans l’objectif de la poursuite des mêmes productions, même si à Bourg-Charente peu d’exemples existent, il est notable qu’en L12, le seul exemple de réfection importante d’un volume corresponde à une phase qui, par la localisation des déchets, paraît avoir été réalisée en L13 (L12.24 ; fig. 42).

104Ainsi, les étapes de la production sur blocs de la concentration L12, vues au travers des principaux remontages, relèvent presque exclusivement de deux principes : percussion le long d’un dièdre de moins de 90°, lequel dièdre est créé par deux plans auxquels sont astreints des rôles définis (table et plan).

105Dans plusieurs exemples de remontages de L12, lors d’erreurs trop importantes, les tailleurs ont choisi de déplacer la production sur un autre dièdre (formé par des enlèvements précédents), et ce, parfois à plusieurs reprises (fig. 41). Aucune autre concentration de Bourg-Charente ne montre un tel comportement. Dans les autres concentrations, les cas de réorientation de la production sont rares et concernent toujours la possibilité de passer à une production lamellaire en fin d’exploitation laminaire, il ne s’agit en aucun cas d’un débitage que l’on peut qualifier de « tournant » tel que pratiqué en L12 (fig. 40, nos 1, 3). Ce comportement observé en L12 pour les productions sur blocs pourrait être interprété comme la répétition d’un même exercice ayant pour but d’extraire une série d’éclats, si possible allongés, depuis un dièdre.

106Si la réalité des faits observés en L12 semble cernée, la question du ou des objectifs attendus de ces exercices sur blocs est plus difficile à résoudre. S’il s’agit de la production en série d’éclats depuis un dièdre, sans nécessairement attendre une production calibrée, l’exercice apparaît réussi. En revanche, s’il est attendu une production calibrée, comme pourrait le suggérer la lame de bon aloi abandonnée en L7 dans l’exemple de l’unité de remontage L12.380, l’objectif paraît loin d’être atteint. Malgré tout, il est intéressant de relever, dans cet exemple, l’aisance du tailleur à trouver de nouveaux angles d’attaque au fur et à mesure du processus de taille. Dans les autres cas, cette réorientation est nettement plus limitée. Il pourrait évidemment y avoir plusieurs objectifs à atteindre en fonction de ce qui pourrait être appelé « le niveau de l’apprenant ». C’est ainsi que la mise en place/réfection du plan de frappe n’apparaît que dans deux cas (R.L12.24 et R.L12.41), pour une production laminaire dans le premier exemple et pour une production lamellaire dans le second (fig. 42, 43, no 1). Dans tous les autres cas, le volume à exploiter est introduit avec déjà des plans sécants qui forment au moins un dièdre permettant l’extraction d’éclats. Ces différences pourraient signifier plusieurs configurations qui ne s’excluent pas : la présence d’apprenants de niveaux différents, la progression d’un ou plusieurs apprenants ou encore des exercices différents adaptés à différents concepts nécessaires à acquérir pour un même apprenant.

107En outre, ce qui paraît tout à fait signifiant à relever dans la concentration L12 est la difficulté à extraire un éclat qui ne soit ni réfléchi ni de profil irrégulier. À la différence des autres concentrations, en L12, les coups sont portés en retrait de la corniche, de façon sans doute violente, avec un geste insuffisamment tangentiel entraînant des rebroussements à répétition. Même si l’emploi de la pierre comme percuteur est largement utilisé en L12 au regard des stigmates observés sur les éclats (point d’impact marqué, talon important), il semble qu’un percuteur tendre ait également été employé en L12, ne serait-ce que par l’absence de point d’impact et la présence de bulbes diffus sur quelques éclats. Il semble même possible que les deux techniques aient pu être requises lors de l’exploitation d’un même bloc, comme par exemple pour l’unité de remontage L12.380 où, outre la lame retrouvée en L7, d’autres éclats retrouvés en L12 semblent avoir été extraits par percussion tendre. En revanche, dans ce cas, seule la lame retrouvée en L7 est comparable, en termes de morphologie, aux autres lames de l’ensemble F. Ainsi, il peut être proposé que l’un des exercices réalisés en L12 pourrait être, par la percussion le long d’un dièdre formant table et plan de frappe, l’acquisition de la maîtrise du geste de percussion tendre, que ce soit dans son ampleur, son développement, sa force comme sa retenue et le point de contact du percuteur sur le bloc de silex. Les erreurs à répétition alors observées affichent clairement les difficultés à en acquérir la maîtrise.

108À Bourg-Charente, la réalisation au sein de concentrations périphériques et, plus ou moins éloignées de L12, des étapes de mise en volume comme celles de reprise de volume des nucléus exploités en L12 implique l’aide d’autres tailleurs, manifestement expérimentés, pour ces étapes. De la même manière, il peut être proposé, sur la base de la lame abandonnée en L7, alors éloignée de 13 m du reste de son unité de remontage L12.380, une « aide », par l’exemple, sur le bloc même de l’apprenant, par l’exécution des techniques (abrasion) et gestes (tangentiels) requis au détachement de cette lame de morphologie régulière. Ces éléments pourraient impliquer l’interaction, à différentes étapes de l’exploitation des blocs, des apprenants tailleurs de L12 avec les autres tailleurs, confirmés, de l’ensemble F.

109La répartition des vestiges dans l’espace étudié permet de relever que L12 occupe une position centrale entre les autres concentrations (fig. 15). Cette position, certes sans doute quelque peu faussée par la fenêtre de fouille, est indiscutable au regard des liaisons des remontages. Ainsi, à Bourg-Charente, le lieu d’exercice des apprenants apparaît distinct des zones de production des tailleurs que l’on pourrait appeler « expérimentés », mais est central au regard des activités de taille avec lesquelles ce groupe interagit, La position de la zone d’apprentissage, alors distincte tout en restant proche des pôles de production de tailleurs plus expérimentés, pourrait répondre à la nécessité de ne pas encombrer des zones de travail spécifiques, que ce soit en L6-L7 pour des activités de découpe ou dans d’autres zones pour d’autres activités tout en maintenant le contact avec les tailleurs expérimentés.

110Concernant les productions lamellaires sur éclats, d’après les remontages réalisés, l’accent est mis en L12 sur le cintrage de la table. Toutefois, les remontages rendent également compte de réelles tentatives de production lamellaires, même si celles-ci ont avorté.

111Dans le cas des nucléus sur éclats, dièdre et détermination des rôles des plans sécants sont inscrits dans le volume de l’éclat introduit en L12. Ce n’est pas la même approche volumétrique que pour les productions sur blocs. Il y a, d’une certaine manière, moins de paramètres à maîtriser. Toutefois, comme pour les nucléus sur blocs, deux facteurs principaux peuvent expliquer les erreurs à répétition : l’absence de préparation des rebords de corniche et la non-maîtrise du geste de percussion.

Fonctionnement de l’ensemble F

112Afin de proposer une réflexion d’ordre palethnologique de l’ensemble F de Bourg-Charente, il est nécessaire de poser quelques affirmations préalables qui, si elles ne peuvent être totalement démontrées, ne peuvent en tous les cas être infirmées au regard de nos capacités d’analyses actuelles. C’est ainsi que nous postulons, après en avoir vérifié la possibilité au plan taphonomique, que les concentrations de l’ensemble F, en ce qu’elles sont liées les unes aux autres par les remontages, constituent un ensemble archéologique unique.

113Sur un autre plan, l’intégration à notre réflexion des résultats de l’analyse fonctionnelle se heurte à une double difficulté d’appréciation : le temps et l’espace. En effet, la redistribution des informations selon ces deux échelles ne peut être qu’en partie hypothétique, non tant pour le mobilier présent au sein des concentrations, que pour celui situé à leur périphérie plus ou moins proche. Il est ainsi proposé de restreindre les données fonctionnelles prises en compte aux activités inscrites dans les concentrations de F et à celles dont les supports sont aux plans techniques et structurels en accord avec les données de ces mêmes concentrations.

114Sur l’appréciation de l’espace, il paraît nécessaire de rester conscients des limites artificielles de l’espace étudié et de garder à l’esprit la réalité d’un espace d’occupation beaucoup plus vaste dont les limites nous resteront à jamais inconnues.

Articulation des objectifs de la production lithique avec les activités identifiées

115En termes de production lithique, les objectifs sont, d’une part, des lames, utilisées brutes en découpe et raclage, ainsi que comme supports de burin, alors utilisés en raclage sur divers matériaux, et, d’autre part, des lamelles, sans doute utilisées brutes, avec toutefois une pièce utilisée en raclage. Si l’on met de côté la concentration L12, toutes les autres concentrations de l’ensemble F affichent une excellente cohésion technologique qui peut se définir par une production in situ, c’est-à-dire dans l’espace du site fouillé, de petites lames légères et de lamelles (tabl. 3). Si la présence de lames de grands modules est attestée dans toutes les concentrations à l’exception de celle de L12 comme à leurs abords (tabl. 3), elles relèvent pour la plupart (à l’exception de L6 et L7) d’un apport pour des utilisations spécifiques liées à des activités de découpe des matières animales et à des activités de raclage. Seules les concentrations L6 et L7 contiennent, d’après les remontages et appariements réalisés, de courtes séquences de pleine production laminaire. Cependant, seule la concentration L12, par un remontage qui la lie aux concentrations L7 et L13, atteste d’un schéma de production complet de lames, même si celui-ci n’atteint pas les objectifs définis par les morphologies des lames utilisées dans l’ensemble F. D’une façon plus globale, si les vestiges de la concentration L12 ne contiennent pas, en termes de gabarit et de régularité, les mêmes produits que ceux obtenus dans les autres concentrations de F, ils semblent toutefois relever des mêmes objectifs, ne serait-ce que par les volumes investis qui permettent la production de lames de différents gabarits comme de lamelles.

Tabl. 3 – Présence et absence des différentes phases des productions laminaires et lamellaires dans les concentrations lithiques de l’ensemble F de Bourg-Charente.

Tabl. 3 – Présence et absence des différentes phases des productions laminaires et lamellaires dans les concentrations lithiques de l’ensemble F de Bourg-Charente.

Gris foncé : présence importante ; gris clair : présence faible ; blanc : absence.

116Outre des lames qui, pour les plus grandes, semblent introduites dans l’ensemble F, il est également observé l’introduction de nucléus à lames dans une phase avancée de leur production, voire de nucléus épuisés et de grands éclats, souvent corticaux, pouvant provenir de la mise en volume de ces mêmes nucléus à lames. Leur apport semble, pour partie du moins, lié à la production lamellaire et lamino-lamellaire des concentrations de F où ces « déchets » (nucléus et éclats) sont reconfigurés pour la production de petites lames et de lamelles telles qu’en L6 et en L13 par exemple (fig. 19, no 4, fig. 40, no 3).

117Au plan dynamique, dans la portion sud-est de l’ensemble F, dans et aux abords de L6, L7 et L10, des activités de boucherie sont essentiellement identifiées (fig. 47). Dans les concentrations L6 et L7, aux côtés d’une production lamellaire, une production de lames affichant les mêmes gabarits que celles utilisées en boucherie et découpe de matière tendre à mi-dure est réalisée : lames fines de différents calibres, régulières, de profil rectiligne, non corticales, aux bords rectilignes à subrectilignes. Il pourrait ainsi y avoir, sinon une totale synchronie, du moins une unité de lieu entre la production de certains gabarits de lames et leur utilisation en activité de découpe. Cette correspondance temps/espace entre production et utilisation de ces lames pourrait répondre à la nécessité de renouveler fréquemment les outils dont les tranchants bruts s’useraient rapidement, correspondant alors « à une production de tranchants pour une utilisation immédiate » (Anderson 2019, p. 489). La concentration L10 diffère un peu par des activités de raclage, qu’elles soient avérées ou possibles, notamment sur un burin, et toujours sur des lames introduites.

Fig. 47 – Répartition des pièces retouchées et activités dans l’ensemble F du site de Bourg-Charente.

Fig. 47 – Répartition des pièces retouchées et activités dans l’ensemble F du site de Bourg-Charente.

DAO N. Connet.

118Au nord de l’ensemble F, entre et dans les concentrations L12, L13, L16 inf. et L18, ce sont les activités de raclage qui sont le mieux représentées, notamment sur des pans de burins. C’est également le secteur de F où ces outils sont les plus nombreux, notamment en L13 et L16 inf. (fig. 47). Les supports de ces pièces utilisées en raclage sont encore principalement des lames, parfois robustes, souvent épaisses, voire à dos, introduites dans et aux abords des concentrations, et, dans de rares cas, des pièces plus courtes et épaisses. La production de ces supports et leur lieu d’utilisation/abandon apparaissent ainsi dissociés dans l’espace et dans le temps. Cette dissociation peut, à l’inverse des activités de découpe vues précédemment, relever d’une utilisation plus longue de ces outils, notamment par la possibilité de réfection des burins, mais également d’une anticipation de leur production dans des secteurs différents de leurs lieux d’utilisation, et qui pourraient constituer des zones de réserve de supports pour les activités de raclage.

119À Bourg-Charente, de manière assez étonnante, la seule lamelle/petite lame ayant répondu positivement à l’analyse tracéologique est située au cœur de L12. Elle porte les stigmates de traces d’activité de raclage de matière mi-dure abrasive, peut-être végétale. Il paraît important de souligner que cette pièce, par ses caractéristiques techniques, notamment l’abrasion fine de la corniche, détonne au sein des productions lamellaires et de petites lames « mal venues » réalisées en L12. Pour les autres concentrations de F, les objectifs lamellaires, notamment au regard des manques observés dans les remontages, sont des lamelles d’une trentaine de millimètres de longueur et de profil plutôt rectiligne à subrectiligne. Quelle qu’ait été l’utilisation de ces pièces, composant d’outil pour armature et/ou autre, leur utilisation comme leur abandon apparaissent différer de leur lieu de production.

120Ainsi, l’ensemble F présente une organisation des productions lithiques articulée selon des objectifs spécifiques liés aux différentes activités identifiées. La production différée de certaines lames en dehors de la zone fouillée, c’est-à-dire conservée, du site rend parfaitement compte de la petite fenêtre d’étude qui nous est accessible au regard de la réalité physique de ce qu’a sans doute été l’occupation de F, avec, pourquoi pas, l’occupation d’abris situés plus haut sur le versant.

L’apprentissage dans l’ensemble F

121De l’analyse développée autour de l’apprentissage de l’ensemble F, trois éléments relevant de trois niveaux d’analyse, qui ont trait aux relations sociales, ont été identifiés :

  • l’interaction d’apprentis avec des tailleurs aguerris,
  • une aire d’exercice spécifique, distincte des aires de travail mais située à leur proximité immédiate,
  • des exercices de taille devant permettre de maîtriser : 1) la recherche d’un dièdre, 2) l’articulation des plans « table » et « plan de frappe » sur ce dièdre, 3) le geste de percussion.

122La distinction physique entre zones d’apprentissage et de travail (activités de taille ou autres) a déjà été mise en évidence, notamment à Étiolles, que ce soit dans l’unité G13 (Olive et al. 2019) ou dans les unités Q5 et Q31, avec alors des niveaux d’apprentissage différents : graduel en Q5, uniquement débutant en Q31 (Pigeot 1983, 1987, 2004, Olive et Pigeot 1992). Plus proches de notre période d’étude, dans le site de Camp-Parel 3 (Anderson 2019), les postes d’activités des apprentis sont également dissociés, tout en restant proches des zones de travail des tailleurs plus aguerris, les uns et les autres disposés de façon satellite à une zone de rejet de matériaux siliceux. Ce schéma ne semble toutefois pas être le seul possible : dans le cas de Régismont-le-Haut (Hérault), les activités de tailles, dont celle d’apprentis, sont concentrées dans une même aire de travail, alors à proximité d’un foyer qui joue un rôle central dans l’organisation de l’occupation (Anderson 2019). Ce rôle central des aires de combustion se vérifie dans le niveau Aurignacien récent de l’occupation du Bout-des-Vergnes (Dordogne) où les zones d’apprentissage se surimposent avec les aires de travail de tailleurs compétents (Michel et al. 2019). Sur ce site, il est intéressant de relever qu’une zone d’apprentissage attribuée plus spécifiquement à des tailleurs débutants est inscrite dans une zone de traitement des matières animales de façon légèrement excentrée aux autres aires de taille (Michel et al. 2019).

123Concernant l’exercice de taille lui-même, à Bourg-Charente comme encore dans l’unité Q31 d’Étiolles (Pigeot 2004), comme cela se vérifie maintenant dans la quasi-totalité des gisements où ces premières étapes de l’apprentissage de la taille – regroupées sous le terme de « postulants » par L. Anderson (2018, 2019) – ont été mises en évidence, les étapes 1 et 2 sont en grande partie facilitées par l’apport de blocs présentant déjà l’articulation table/plan de frappe, que ce soit par des nucléus importés ou par une initialisation réalisée en-dehors de la zone de déchets d’apprentissage, ici L12. Nous proposons, à l’instar de L. Anderson (2019), qu’à Bourg-Charente, ces deux premières étapes ne soient pas le but premier des exercices, lesquels relèveraient alors plutôt de l’acquisition du geste de percussion : bonne orientation du volume à exploiter avec le geste, ampleur, force et retenue du geste et maîtrise du point d’impact. La recherche du bloc à travailler, si celle-ci n’est pas facilitée par un choix dicté ou une mise à disposition de blocs ad hoc, constitue évidemment une partie importante de l’exercice qui fait appel aux capacités cognitives de l’apprenant, notamment en termes d’affordance. À Bourg-Charente, les blocs de L12 sont introduits avec les dièdres permettant l’extraction d’éclats (nucléus épuisés, éclats), se pose alors la question d’une quête des volumes par les seuls apprenants ou de choix dictés par des tailleurs aguerris. Dans l’exemple de L12.24, la mise en place du dièdre table/plan de frappe en L7 est réalisée dans une concentration de tailleurs expérimentés, avant son exploitation en L12, suggérant que ce paramètre est contrôlé par des tailleurs expérimentés de l’ensemble F. Dans le cas de L12.380, le dernier enlèvement qui précède son arrivée puis son exploitation en L12 se situe en L13 et modifie totalement la construction, initialement laminaire, du volume en créant un nouveau dièdre qui sera la première zone du bloc investie par les tailleurs de L12. Dans ces deux exemples, les blocs semblent avoir fait l’objet de préparations spécifiques en vue de leur exploitation par les tailleurs de L12. Il ne s’agit pas alors de « rebus » mais de volumes préparés pour des exercices particuliers. Il pourrait en être de même pour la majorité des blocs/éclats exploités de L12 dont les choix seraient alors dictés/proposés par les tailleurs plus aguerris, lesquels pourraient « mettre de côté » des blocs/éclats destinés à l’apprentissage.

124Concernant l’exercice demandé (maîtrise du geste de taille sur un dièdre définissant deux plans hiérarchisés), il apparaît que, d’un bloc à l’autre, s’expriment des différences quant à la capacité ou non à rebondir au regard d’erreurs, notamment en ce qui concerne l’abandon ou le déplacement de l’exercice sur un autre dièdre, avec, dans ce second cas, une compréhension des attentes en termes de maîtrise de certains paramètres volumétriques du nucléus. Ces différences relèvent de l’acquisition de la méthode mais, considérant les erreurs de gestes comme d’appréciation des règles d’équilibre des plans, elles sont réalisées sans la maîtrise de la technique, et n’aboutissent donc pas. D’après B. Bril et S. Roux (1993), se basant sur les notions d’apprentissage en psychologie cognitive développées par J.-F. Richard (Richard et Verstiggel 1990), l’apprentissage de la taille de pierre (dans l’exemple de B. Bril et S. Roux, pour obtenir des perles) se développe sur trois niveaux d’action : 1) le plan d’action, 2) une série d’opérations constituées d’un enchaînement d’actions élémentaires et 3) le geste. Les deux premiers niveaux (plan et déroulé de l’enchaînement d’action) relèvent du registre idéatoire, c’est-à-dire de l’assimilation théorique de l’enchaînement des paramètres nécessaires à un ou des objectifs. Le troisième niveau relève des capacités motrices à contrôler et donc à assimiler le ou les gestes. Le fait que, dans nombre de cas de la concentration L12 de Bourg-Charente, seul le troisième niveau d’action soit documenté implique que, sans l’acquisition de cette capacité motrice, les autres niveaux ne pourront être atteints. Il semble que nous trouvons ici, comme proposé par L. Anderson (2019), un élément essentiel de l’apprentissage de la taille du silex, à savoir la prévalence du geste sur la capacité intellectuelle à assimiler la théorisation de la taille. De la même façon que l’apprentissage de l’écriture aujourd’hui dépend de l’assimilation motrice complexe de la coordination de ses gestes, entre quatre et sept ans, que ce soit à travers des dessins ou d’autres apprentissages : la capacité motrice à assimiler le geste de taille semble prévaloir sur le registre idéatoire des principes premiers de la taille du silex. Des études actuelles sur la pédagogie de la compréhension des élèves/apprenants insistent sur la nécessité pour l’apprenant d’avoir le sentiment d’un certain défi mais avec la possibilité de réussir (Barth 2015). Reporté à la taille du silex, proposer à un « novice » de construire un dièdre alors qu’il ne maîtrise pas le geste de taille ne peut qu’être voué à l’échec, sans possibilité de réussite, sinon peut-être par hasard. Dans le cas de Bourg-Charente, le fait que les apprenants s’exercent sur des nucléus dont le dièdre, pré-existant, est construit spécifiquement par des tailleurs aguerris, augmente les possibilités de réussite.

125La qualité des matériaux servant aux exercices de taille est un autre élément important à discuter. À Bourg-Charente, les apprenants s’exercent sur différents matériaux qui sont, dans l’ensemble, d’égale qualité à ceux exploités dans les autres concentrations. Ce paramètre apparaît primordial dans le processus d’apprentissage. En effet, de la même façon que proposer aujourd’hui à un enfant de s’exercer à l’écriture avec un crayon qui baverait et/ou une feuille qui se déchirerait à la moindre erreur de pression apparaîtrait contre-productive, proposer de s’exercer à la taille du silex sur de mauvais matériaux (diaclasés, gélifs) apparaîtrait peu constructif, les apprenants ne pouvant intellectualiser correctement leurs possibles erreurs comme leurs réussites, les paramètres de réussite comme d’échec étant trop aléatoires et sans adéquation avec le geste du tailleur. Dans la plupart des autres exemples d’apprentissage de la taille observés à l’Aurignacien, du moins dans ses premières étapes, il est remarqué que les plus mauvaises qualités de blocs, lesquelles de fait entraînent plus fréquemment des erreurs de taille, sont réservées aux apprenants, principalement par économie de matière première (par exemple : Bordes et Bachellerie 2018, Anderson 2019). Il semble, si l’on suit l’idée que nous venons de développer, qu’il s’agirait alors d’un apprentissage d’un autre ordre que celui observé à Bourg-Charente, et constituerait alors plutôt, en accord avec l’analyse de L. Anderson (2019) et d’I. Ortega Cordella (2020), des exercices mettant en œuvre des conduites psychomotrices élémentaires. Bien qu’improprement qualifiés de jeux, ils participent au développement psychomoteur de l’enfant et en constituent une première étape essentielle.

126L’apprentissage implique ce que B. Bril (2020) appelle un « espace d’actions encouragées »lequel comprend une organisation matérielle de l’environnement par la mise à disposition d’objets ou d’opportunités d’actions, ainsi que des interactions entre tuteurs et apprenants par le guidage, l’étayage ou encore l’exemple. Dans le cas de Bourg-Charente, l’apport dans l’aire d’apprentissage de nucléus, éclats et blocs préparés présentant chacun des dièdres permettant l’extraction d’éclats, réunit les conditions nécessaires à la pratique de l’apprentissage de l’exercice de taille. L’interaction entre apprenants et tuteurs s’y manifesterait par la mobilité des apprenants, qui, au regard des remontages, iraient, au gré des problèmes rencontrés ou de leurs affinités, demander de l’aide auprès de tailleurs plus aguerris. S’il est difficile de déterminer la présence, dans l’aire d’apprentissage de Bourg-Charente, d’un tuteur épaulant à chaque instant le travail des apprenants, comme cela semble avoir été le cas dans l’unité de résidence 27-M89 de Pincevent (Julien et Karlin 2014), il est également difficile de proposer une « collaboration guidée » (Bril 2020, p. 69) laquelle implique que le tuteur intervienne pour guider ou diriger une séquence d’action. De telles interactions restent très rares et seuls deux exemples nous semblent pouvoir être cités pour l’Aurignacien, l’un à Camp-Parel 3, l’autre à Régismont-le-Haut (Anderson 2019). Dans le cas de Bourg-Charente, le ou les tuteurs semblent intervenir pour redresser des erreurs qui ne seraient pas directement liées à l’exercice mais empêcheraient la poursuite de l’exercice et ce, semble-t-il, à la demande des apprenants, les corrections ayant lieu dans les zones de travail des tailleurs aguerris. Ce serait ainsi les apprenants qui se mobiliseraient pour demander de l’aide et peut-être conseil. Les tailleurs compétents corrigeraient alors les erreurs, sans doute devant l’apprenant, jouant alors le rôle de modèle, et l’apprenant repartirait dans son espace d’apprentissage poursuivre son exercice.

Discussion

127Pour B. Bril, « Appréhender l’apprentissage revient […] à comprendre comment l’apprenant parvient à maîtriser et à moduler les paramètres fonctionnels d’une tâche » (Bril 2020, p. 66).

128Le cas développé dans le présent article de Bourg-Charente concerne les premières étapes d’apprentissage de la taille du silex que l’on pourrait résumer par l’acquisition de la maîtrise des gestes permettant l’extraction d’éclats selon des principes méthodologiques spécifiques. Le fait que ces principes méthodologiques que sont la présence d’un dièdre situé autour de 70° et la conception du volume selon deux plans sécants (table et plan de frappe) soient, dans nombre de cas, proposés aux apprenants déjà construits pourraient indiquer que le principal exercice demandé est la maîtrise du geste de percussion. Ces « postulants » précèdent alors les tailleurs « débutants » qui sont en capacité d’intégrer le projet dans son ensemble, puis les apprentis « avancés » qui accèdent à la réalisation de l’objectif demandé, quoique souvent hors de la norme souhaitée, mais sont en capacité de rectifier leurs erreurs, puis enfin les compétents, lesquels maîtrisent alors tous les paramètres de la taille (Anderson 2019).

129À Bourg-Charente, nous nous sommes concentrés sur l’analyse de la concentration L12 et nous n’avons pas soulevé la question de la possibilité de l’existence de niveaux de compétences différents au sein des autres concentrations. À l’évidence, les vestiges de ces concentrations relèvent de plusieurs tailleurs qui s’identifient dans les choix et enchaînements méthodologiques qui leur sont propres (choix du matériau, préparations, gestes) pour lesquels il n’est pas apparu clairement des différences de compétence. En effet, les vestiges lithiques de ces concentrations affichent, dans tous les cas, la réussite du projet d’extraction de lames et lamelles calibrées. En cela, même si certaines productions nous apparaissent, au regard d’un objectif que nous avons nous-mêmes théorisé, plus « performantes » que d’autres, elles sont toutes productives et, en cela, nous semblent pleinement relever de tailleurs que nous considérons comme compétents.

130Pour poursuivre sur cette notion de degré de compétence, la plupart des approches proposées sur les différentes étapes d’apprentissage sont en général appréhendées en référence à une norme attendue (par exemple : Klaric 2018b, Anderson 2019). Sans que cela relève d’un parti pris, et sans nier l’existence possible de plusieurs niveaux de compétence dans l’ensemble F de Bourg-Charente, l’exemple de la concentration L12 affiche un comportement singulier lié à la répétition d’un même exercice destiné à acquérir la maîtrise du geste de taille par le détachement d’éclats en maîtrisant les paramètres de force, de direction et de contact du geste sur le bloc et ce même s’il semble transparaître des différences sur les capacités des apprenants de L12 à réagir devant des situations d’erreurs. Si cette acquisition du geste n’est pas originale en termes d’apprentissage de la taille des matières minérales, ne serait-ce que parce que cette étape constitue la base nécessaire au développement des autres, induisant, en accord avec B. Bril (2020, p. 67), que la technique prévaut sur la méthode dans le sens où sans la maîtrise de la technique, la méthode ne peut permettre la réussite de l’action ; elle l’est dans son articulation avec le reste du groupe, affichant clairement des interactions et une implication des tuteurs jusque dans le guidage et la préparation des volumes destinés à être investis par les apprenants. À Bourg-Charente, comme dans d’autres sites aurignaciens déjà cités comme Champ-Parel 3 ou Régismont-le-Haut (Anderson 2019), mais aussi à Corbiac-Vignoble II (Bordes et Bachellerie 2018) et dans d’autres sites du Bergeracois (Ortega 2020), certains paramètres techniques non maîtrisés par les apprentis sont mis en place par d’autres tailleurs, l’exercice de l’apprenant étant alors dirigé vers un même but : l’acquisition du geste. Le fait que les apprentis tailleurs de L12 soient physiquement isolés des autres tailleurs pourrait relever de la nécessité de multiplier l’exercice jusqu’à l’acquisition du geste et que cette acquisition relève principalement, voire essentiellement, des capacités motrices de l’apprenant. L’émulation serait alors créée en partie par le partage des expériences au sein du groupe des apprenants, sous le contrôle, de loin en loin, des tailleurs expérimentés les plus proches comme les plus éloignés. Il est envisageable qu’une fois cette étape passée, celle de l’acquisition du geste, les étapes postérieures se fassent dans un autre lieu, peut-être alors au plus près des tailleurs aguerris, afin qu’ils puissent jouer pleinement le rôle de modèle et de guide. Si la plupart des observations relevées à Bourg-Charente rejoignent celles émises par L. Anderson (2019) dans son analyse paléosociologique d’ensembles aurignaciens du sud de la France, certains aspects de Bourg-Charente le singularisent. L. Anderson (2019) observe, en effet, une gradation parallèle entre les stades d’apprentissages et les volumes/objectifs de la taille, l’entraînement à la production laminaire étant réservée aux apprentis avancés, au contraire du lamellaire, investi dès le premier stade d’apprentissage de la taille. Les causes avancées de cette gradation sont une conceptualisation technique plus complexe pour le laminaire et une économie de la matière première, même dans les gisements où elle n’apparaît pas de prime abord comme problématique. À Bourg-Charente, bien que les exercices de taille soient avant tout réalisés sur des petits volumes, notamment des éclats, quelques volumes de plus grand module sont également présents. Si, dans un cas (L12.380), les modules du bloc auraient pu permettre au plus l’extraction de lames de 6 à 7 cm de longueur, dans un autre (L12.24), elles auraient pu atteindre 15 cm de longueur. Dans les deux cas, les blocs sont introduits en L12 après avoir été « préparés » dans des concentrations de tailleurs aguerris et sont d’abord investis en L12 dans leur plus grande longueur. Il paraît difficile de proposer une mise au « rebut » de ces blocs en L12, ne serait-ce qu’en raison de reconversion possible de ces volumes en nucléus à lamelles. C’est d’ailleurs ce qui arrivera pour l’un des fragments de L12.24 qui sera exploité en nucléus à lamelles non pas en L12 mais en L13 où l’on peut très prudemment proposer qu’il ait servi une démonstration.

131L’exemple évoqué de la « leçon de taille » de Pincevent, dont nous rappelons ici rapidement les principales étapes, est à ce propos tout à fait instructif (Julien et Karlin 2014, p. 246). Dans un premier temps, un tailleur dit « débutant » commet des erreurs conceptuelles et gestuelles sur quatre blocs et fragments de blocs. Dans un second temps, les déchets de taille d’un second tailleur expérimenté recouvrent les restes du premier dit « débutant ». Cette « démonstration de taille » concerne un unique bloc. Dans un troisième temps, trois autres blocs sont taillés avec une meilleure maîtrise que dans le premier temps, notamment en ce qui concerne le geste. Il est proposé qu’à la suite de l’intervention du tailleur expérimenté, l’apprenti tailleur aurait changé de position, libérant son bras et lui permettant ainsi de mieux maîtriser son geste. Cette proposition d’interprétation suggère l’interaction entre apprenant et tuteur et l’importance de l’observation pour progresser dans la taille du silex. Les apprenants identifiés à Bourg-Charente sont manifestement à une étape bien antérieure à celle du « débutant de Pincevent », ce qui, en dépit de la distance temporelle qui sépare ces deux occupations, pourrait suggérer des comportements d’apprentissage différents en fonction des niveaux d’acquisitions des apprenants.

132Toutefois, que ce soit dans l’exemple de Pincevent ou de Bourg-Charente, par échange direct ou par observation, sans doute avec explication dans les deux cas, il n’y a pas d’apprentissage sans interaction entre apprenant et tuteur. Ainsi, pour paraphraser B. Bril (2020, p. 67), l’imitation ne fonctionne comme procédé d’apprentissage que si « l’action fait déjà partie du répertoire de l’observateur (Calvo-Merino et al. 2006) ».

Conclusion

133Au-delà de la dimension conceptuelle des processus d’apprentissage de la taille du silex, son identification dans un ensemble archéologique renvoie indéfectiblement à la présence d’apprenants, et implicitement, selon la complexité des savoirs attendus, à des enfants ou adolescents. Sur cette base, ainsi que d’autres telles que la nature des activités, leurs spécificités et leur multiplicité, l’importance de l’occupation en termes de production et d’espace investi, le volume des ressources consommées, sont proposés des hypothèses et modèles sociaux, développés initialement pour les temps du Paléolithique récent les moins éloignés de nous (Pincevent, Étiolles, Verberie, Marsangy, Marolles-sur-Seine, etc.) et plus récemment pour l’Aurignacien (Anderson 2019). Plus on recule dans le temps, plus les données sont d’approche complexe, le temps contribuant à en altérer la lecture. Le site de Bourg-Charente ne fait pas exception mais, malgré une conservation partielle des vestiges liée à des processus post-dépositionnels qui ont altéré l’organisation initiale des vestiges et ont entraîné la destruction d’une partie du site, la petite fenêtre parvenue jusqu’à nous permet de saisir des interactions d’ordre social ayant trait aux processus d’apprentissage de la taille du silex mais également à l’organisation du site, avec des zones dédiées à certaines productions lithiques en lien direct spatialement, et sans doute dans le temps, avec les activités de boucherie et d’autres pour lesquelles les productions lithiques semblent sinon plus anticipées, du moins distinctes de leurs lieux d’utilisation/abandon. Si, en termes d’objectifs productionnels, l’ensemble F de Bourg-Charente apparaît principalement tourné vers la production de lamelles et petites lames, les analyses fonctionnelles affichent une diversité des activités qui couvre le large panel du traitement des animaux (boucherie, possible travail des matières osseuses) et des matières végétales. La présence d’une aire d’apprentissage résonne alors logiquement avec l’idée d’un groupe social constitué de familles.

134Les exercices de taille réalisés par les apprenants de L12 visent à l’acquisition du geste de percussion constituant la première étape de l’apprentissage de la taille des matières minérales (Anderson 2019, Bril 2020). Dès cette étape, les données de Bourg-Charente montrent clairement des interactions spatiales et une implication des tuteurs jusque dans le guidage et la préparation des volumes destinés à être investis par les apprenants. Si quelques exemples permettent de renseigner de telles interactions sociales durant l’Aurignacien (Bordes et Bachellerie 2018, Anderson 2019, Ortega Cordellat 2020), Bourg-Charente permet d’en proposer l’articulation dans l’espace du groupe : l’espace d’apprentissage y est dissocié des autres aires de travail et occupe un espace dédié en interaction avec le reste du site. Les tailleurs aguerris fournissent aux apprenants des volumes préparés et corrigent, semble-t-il, à la demande des apprenants, leurs erreurs. L’apprentissage constitue ainsi, dès ses premières étapes, une activité guidée par une grande partie, sinon l’ensemble, des tailleurs aguerris.

Nous avons plaisir à saluer et remercier tous les archéologues qui ont participé à la fouille de Bourg-Charente ainsi que les intervenants scientifiques qui ont soutenu les recherches menées sur ce site (Service régional de l’Archéologie de Nouvelle-Aquitaine, INRAP, commissions CTRA et de Projet Scientifique de l’Inrap). Nous remercions également les relecteurs anonymes de Gallia Préhistoire, derniers maillons, mais pas des moindres, de ce travail d’équipe, pour avoir contribué à l’amélioration cet article.

Haut de page

Bibliographie

Anderson L. 2018 – Connaissances et savoir-faire dans les industries lithiques de l’aurignacien ancien : le cas de la Tuto de Camalhot (Ariège, France), in Klaric L. (dir.), The Prehistoric Apprentice. Investigating Apprentices hip,Kow-How and Expertise in Prehistoric Technologies/L’Apprenti préhistorique. Appréhender l’apprentissage, les savoir-faire et l’expertise à travers les productions techniques, des sociétés préhistoriques, Brno, The Czech Academy of Sciences, Institute of Archaeology (The Dolní Věstonice Studies 24), p. 137-163.

Anderson L. 2019 – Essai de paléosociologie aurignacienne. Gestion des équipements lithiques et transmission des savoir-faire parmi les communautés établies dans le sud de la France, thèse de doctorat, Université de Toulouse 2 – Jean Jaurès, Toulouse, 1263 p.

Anderson-Gerfaud P. 1981 – Contribution méthodologique à l’analyse des microtraces d’utilisation sur les outils préhistoriques, thèse de doctorat, Université de Bordeaux, inédit, 314 p.

Barth B.-M. 2015 – Le savoir en construction, Paris, Éditions Retz (Forum Éducation Culture), 205 p.

Bertran P., Lenoble A. 2002 – Fabrique des niveaux archéologiques : méthode et premier bilan des apports à l’étude taphonomique des sites paléolithiques, PALÉO, 14, p. 13-28, [en ligne] https://doi.org/10.4000/paleo.1383

Bertran P., Lenoble A., Todisco D., Desroziers P.-M., Sorensen M. 2012 – Particle size distribution of lithic assemblages and taphonomy of Palaeolithic sites, Journal of Archaeological Science, 39 (10), p. 3148-3166, [en ligne] https://doi.org/10.1016/j.jas.2012.04.055

Bertran P., Beauval C., Boulogne S., Brenet M., Costamagno S., Feuillet T., Laroulandie V., Lenoble A., Malaurent P., Mallye J.-B. 2015 – Experimental archaeology in mid-latitude periglacial context: insight into site formation and taphonomy, Journal of Archaeological Science, 57, p. 283-301, [en ligne] https://doi.org/10.1016/j.jas.2015.02.039

Bertran P., Todisco D., Bordes J.-G., Discamps E., Vallin L. 2019 – Perturbation assessment in archaeological sites as part of the taphonomic study: a review of methods used to document the impact of natural processes on site formation and archaeological interpretations, PALÉO, 30 (1), p. 52-75, [en ligne] https://doi.org/10.4000/paleo.4378

Beugnier V. 2007 – Préhistoire du travail des plantes dans le nord de la Belgique. Le cas du Mésolithique ancien et du Néolithique final en Flandre, in Beugnier V., Crombé P. (dir.), Plant Processing from a Prehistoric and Ethnographic Perspective/Préhistoire et ethnographie du travail des plantes. Proceedings of a workshop at Ghent University (Belgium) November 28, 2006, Oxford, BAR Publishing (BAR International Series 716), p. 23-40.

Boëda E. 2021 – Le phénomène technique en préhistoire : Une réflexion épistémologique à partir et autour du Levallois, Paris, L’Harmattan, 192 p.

Bon F. 2002 – L’Aurignacien entre Mer et Océan, Réflexion sur l’unité des phases anciennes de l’Aurignacien dans le sud de la France, Paris, Société préhistorique française (Mémoire de la Société préhistorique française 29), 253 p.

Bon F. 2006 – A brief overview of Aurignacian cultures in the context of the industries of the transition from the Middle to the Upper Paleolithic, in Towards a definition of the Aurignacian. Proceedings of the Symposium held in Lisbon, Portugal, June 25-30, 2002, Portugal, American School of Prehistoric Research-Instituto Português de Arqueologia (Trabalhos de Arqueologia 45), p. 133-144, [en ligne] https://hal.science/hal-00346885

Bon F., Bodu P. 2002 – Analyse technologique du débitage aurignacien, in Schmider B. (dir.), L’Aurignacien de la grotte du Renne. Les fouilles d’André Leroi-Gourhan à Arcy-sur-Cure (Yonne), Paris, CNRS Éditions (Supplément à Gallia Préhistoire 34), p. 115-133, [en ligne] https://www.persee.fr/doc/galip_0072-0100_2002_sup_34_1_2792

Bon F., Mensan R. 2007 – Le site de plein air de Régismont-le-Haut : une halte aurignacienne dans les plaines du Languedoc, in Qui est l’Aurignacien ?, Aurignac, Editions Musée-forum (Cahier 3), p. 53-71.

Bon F., Mensan R., Anderson L., Lejay M., Alexis M., Barshay-Szmidt C., Brugal J.-Ph. Costamagno S., Gabucio M.-J., Heckel C., Igreja M., Pradeau J.-V., Quénéa K., Salomon H., Sellami F., Théry-Parisot I. 2018 – « Régismont-le-Haut » (Poilhes, Hérault, France), fenêtre ouverte sur l’organisation d’un campement résidentiel aurignacien, in Bodu P., Paris C, Montoya C (éd.), Préhistoire de l’Europe du Nord-Ouest : mobilités, climats et entités culturelles. Actes du XXVIIIe Congrès préhistorique de France, Amiens 30 mai-4 juin 2016, vol. 2 : Paléolithique supérieur ancien, Paléolithique final - Mésolithique, Paris, Société préhistorique française (Congrès préhistoriques de France 28), p. 43-64.

Bordes J.-G. 2005 – La séquence aurignacienne du Nord de l’Aquitaine : variabilité des productions lamellaires à Caminade-Est, Roc-de-Combe, Le Piage et Corbiac-Vignoble II, in Le Brun-Ricalens F., Bordes J.-G., Bon F. (dir.), Productions lamellaires attribuées à l’Aurignacien. Chaînes opératoires et perspectives technoculturelles. Actes du 14e congrès UISPP, Liège, 2001, Luxembourg, Musée national d’Histoire et d’Art (ArchéoLogiques 1), p. 123-154.

Bordes J.-G., Bachellerie F. 2018 – Niveaux de savoir-faire et structuration des groupes humains au Paléolithique supérieur ancien : l’exemple de Canaule II (Châtelperronien) et Corbiac-vignoble II (Aurignacien ancien), Dordogne, France, in Klaric L. (dir.), The Prehistoric Apprentice. Investigating Apprentices hip,Kow-How and Expertise in Prehistoric Technologies/L’Apprenti préhistorique. Appréhender l’apprentissage, les savoir-faire et l’expertise à travers les productions techniques, des sociétés préhistoriques, Brno, The Czech Academy of Sciences, Institute of Archaeology (The Dolní Věstonice Studies 24), p. 164-184.

Bril B. 2020 – Geste technique et apprentissage : une approche fonctionnelle, in Pion P., Schlanger N. (dir.), Apprendre, Archéologie de la transmission des savoirs, Paris, La Découverte (Recherches), p. 59-72, [en ligne] https://doi.org/10.3917/dec.pion.2020.01.0059

Bril B., Roux V. 1993 – Compétences impliquées dans l’action. Le cas de la taille des perles en pierre dure (khambat, Inde), in Conein B., Dodier N., Thévenot L. (dir.), Les objets dans l’action. De la maison au laboratoire, Paris, EHESS éditions (Raisons pratiques 4), p. 267-286, [en ligne] https://doi.org/10.4000/books.editionsehess.9831

Broglio A., Bertola S., De Stefani M., Marini D., Lemorini C., Rossetti P. 2005 – La production lamellaire et les armatures lamellaires de l’Aurignacien ancien de la grotte de Fumane (Monts Lessini, Vénétie), in Le Brun-Ricalens F., Bordes J.-G., Bon F. (dir.), Productions lamellaires attribuées à l’Aurignacien. Chaînes opératoires et perspectives technoculturelles. Actes du 14e congrès UISPP, Liège, 2001, Luxembourg, Musée national d’Histoire et d’Art (ArchéoLogiques 1), p. 415-436.

Calvo-Merino B., Grèzes J., Glaser D.E., Passingham R.E., Haggard P. 2006 – Seeing or doing? Influence of visual and motor familiarity in action observation, Current Biology, 16 (19), p. 1905-1910, [en ligne] https://doi.org/10.1016/j.cub.2006.07.065

Claud É. 2008 – Le statut fonctionnel des bifaces au Paléolithique moyen récent dans le Sud-Ouest de la France. Étude tracéologique intégrée des outillages des sites de La Graulet, La Conne de Bergerac, Combe Brune 2, Fonseigner et Chez-Pinaud/Jonzac, thèse de doctorat, Université Bordeaux 1, inédit, 545 p.

Chadel J.-P. 2005 – Productions « intriquées de lames et de lamelles dans l’Aurignacien de Champ-Parel Locus 3 (Bergerac, Dordogne), in Le Brun-Ricalens F., Bordes J.-G., Bon F. (dir.), Productions lamellaires attribuées à l’Aurignacien. Chaînes opératoires et perspectives technoculturelles. Actes du 14e congrès UISPP, Liège, 2001, Luxembourg, Musée national d’Histoire et d’Art (ArchéoLogiques 1), p. 193-208.

Chiotti É., Cretin C., Morala A. 2015 – Les industries lithiques des abris Blanchard et Castanet (Dordogne, France) : données issues des fouilles 2005-2012, in White R., Bourrillon R., Bon F. (dir.), Aurignacian Genius. Art, technologie et société des premiers hommes modernes en Europe, Toulouse, Presses universitaires du Midi (P@lethnologie 7), [en ligne] https://doi.org/10.4000/palethnologie.741

Claud É., Thiébaut C., Coudenneau A., Deschamps M., Mourre V., Brenet M., Chacón Navarro M. G., Colonge D., Lemorini C., Maury S., Servelle Ch., Venditti F. 2018-2019 – Le référentiel des outils lithiques, in Thiébaut C., Claud É., Costamagno S. (dir.), L’acquisition et le traitement des matières végétales et animales par les néandertaliens : quelles modalités et quelles stratégies ? Résultats d’une enquête fondée sur l’approche expérimentale et l’étude archéologique de plusieurs sites d’Europe occidentale, menée dans le cadre du PCR « Des traces et des Hommes », Toulouse, Presses universitaires du Midi (P@lethnologie 10), p. 56-194, [en ligne] https://doi.org/10.4000/palethnologie.5142

Connet N., Hanry A., Martins D., Souquet-Leroy I., avec les contributions de Bertran P., Baudry A., Claud É., Debenham N., Dupont C., Durant F., Genevieve V., Guitton D., Mougne C., Raux S., Silhouette H., Simon L., Vequaud B. 2016 Installations humaines sur un versant de la Charente du Paléolithique moyen au Moyen Âge (Bourg-Charente, Les pièces de Monsieur Jarnac, Charente), rapport de fouille, Inrap, 3 vol., inédit, 800 p.

Connet N., Bertran P., Claud É., Larmignat B., Boitard E. 2022 – Dynamique d’occupation au Paléolithique moyen, apport de l’analyse croisée géo-archéologique et techno-économique du site « les pièces de Monsieur Jarnac » à Bourg-Charente (Charente), Bulletin de la Société préhistorique française, 119 (2), p. 179-221.

Debout G. 2008 – Adapter la manière de faire à ses compétences. Interprétation de la variabilité des armatures magdaléniennes de Pincevent et de Verberie, in Klaric L. (dir.), The Prehistoric Apprentice. Investigating Apprentices hip,Kow-How and Expertise in Prehistoric Technologies/L’Apprenti préhistorique. Appréhender l’apprentissage, les savoir-faire et l’expertise à travers les productions techniques, des sociétés préhistoriques, Brno, The Czech Academy of Sciences, Institute of Archaeology (The Dolní Věstonice Studies 24), p. 212-242.

Faltucci A., Peresani M. 2018 – Protoaurignacian Core Reduction Procedures: Blade and bladelet Technologies at Fumane Cave, Lithic Technology, 43 (2), p. 125-140, [en ligne] https://doi.org/10.1080/01977261.2018.1439681

Fischer A., Vemming Hansen P., Rasmussen P. 1984 – Macro and micro wear traces on lithic projectile points. Experimental results and prehistoric examples, Journal of Danish archaeology, 3, p. 19-46, [en ligne] https://doi.org/10.1080/0108464X.1984.10589910

Folgado-Lopez M. (dir.) 2010 – Bourg-Charente, les Pièces de Monsieur Jarnac (Charente), diagnostic d’archéologie préventive, rapport de fouilles, Inrap Grand-Sud-Ouest, inédit, 136 p.

Gassin B. 1996 – Évolution socio-économique dans le Chasséen de la grotte de l’Église supérieure (Var), Apport de l’analyse fonctionnelle des industries lithiques, Paris, Éditions du CNRS (Monographie du CRA 17), 326 p.

Guéret C. 2013 – L’outillage du Premier Mésolithique dans le Nord de la France et en Belgique. Eclairages fonctionnels, thèse de doctorat, Université Paris I Panthéon-Sorbonne, inédit, 474 p.

Hayden B. (dir) 1979 – Lithic use-wear analysis. The Ho Ho Classification and nomenclature committee report, Cambridge, Academic Press, 413 p.

Henry-Gambier D., Souquet-Leroy I., Bertran P., Claud E., Folgado-Lopez M. 2011 – Une nouvelle sépulture mésolithique. Gisement « Les pièces de Monsieur Jarnac » (Bourg Charente, Charente, France), PALÉO, 22, p. 173-187, [en ligne] https://doi.org/10.4000/paleo.2117

Hesri M. 2019-2020 Approches des microlithismes : l’exemple de l’Aurignacien. Une analyse techno-fonctionnelle des lamelles Dufour de l’Abri Rothschild (Hérault) et de l’Abri Bouysssonie (Corrèze), mémoire de Master 2, Université de Rennes 2, 2 vol., inédit, 138 p.

Higham T.F.G. 2011 – European Middle and Upper Palaeolithic radiocarbon dates are often older than they look: problems with previous dates and some remedies, Antiquity, 85 (327), p. 235-249, [en ligne] https://doi.org/10.1017/S0003598X00067570

Higham T., Brock F., Peresani M., Broglio M., Wood R., Douka K. 2009 – Problems with radiocarbon dating the Middle to Upper Palaeolithic transition in Italy, Quaternary Science Reviews, 28 (13-14), p. 1257-1267, [en ligne] https://doi.org/10.1016/j.quascirev.2008.12.018

Higham T.F.G., Jacobi R.M., Bassell L., Bronk Ramsey C., Chiotti L., Nespoulet R. 2011 – Precision dating of the Palaeolithic: a new radiocarbon chronology for the Abri Pataud (France), a key Aurignacian sequence, Journal of Human Evolution, 61 (5), p. 549-563, [en ligne] https://doi.org/10.1016/j.jhevol.2011.06.005

Jacquier J. 2015 – Approche fonctionnelle de l’outillage lithique à l’aube de l’Holocène dans le nord-ouest de la France, thèse de doctorat, Université de Rennes 1, inédit, 450 p.

Julien M., Karlin C. (dir.) 2014Un automne à Pincevent, le campement magdalénien du niveau IV20, Paris, Société préhistorique française (Mémoire de la Société préhistorique française 57), 639 p.

Keeley L.-H., Newcomer M.-H. 1977 – Microwear analysis of experimental flint tools: a test case, Journal of Archaeological Science, 4 (1), p. 29-62, [en ligne] https://doi.org/10.1016/0305-4403(77)90111-X

Klaric L. (dir.) 2018a The Prehistoric Apprentice. Investigating Apprentices hip,Kow-How and Expertise in Prehistoric Technologies/L’Apprenti préhistorique. Appréhender l’apprentissage, les savoir-faire et l’expertise à travers les productions techniques, des sociétés préhistoriques, Brno, The Czech Academy of Sciences, Institute of Archaeology (The Dolní Věstonice Studies 24), 375 p.

Klaric L. 2018b – Niveaux de savoir-faire et apprentissage de la taille du silex au Paléolithique supérieur ancien : quelques exemples de témoins de l’Aurignacien ancien et récent et du Gravettien moyen, in Klaric L. (dir.), The Prehistoric Apprentice. Investigating Apprentices hip,Kow-How and Expertise in Prehistoric Technologies/L’Apprenti préhistorique. Appréhender l’apprentissage, les savoir-faire et l’expertise à travers les productions techniques, des sociétés préhistoriques, Brno, The Czech Academy of Sciences, Institute of Archaeology (The Dolní Věstonice Studies 24), p. 96-136.

Le Brun-Ricalens F. 2005 – Reconnaissance d’un « concept technoculturel » de l’Aurignacien ancien ? Modalités, unités et variabilités des productions lamellaires du site d’Hui (Beauville, Lot-et-Garonne, France) : significations et implications, in Le Brun-Ricalens F., Bordes J.-G., Bon F. (dir.), Productions lamellaires attribuées à l’Aurignacien. Chaînes opératoires et perspectives technoculturelles. Actes du 14e congrès UISPP, Liège, 2001, Luxembourg, Musée national d’Histoire et d’Art (ArchéoLogiques 1), p. 157-190.

Lenoble A. 2005 – Ruissellement et formation des sites préhistoriques : référentiel actualiste et exemples d’application au fossile, Oxford, BAR Publishing (International Series 1363), 212 p.

Lenoble A., Bertran P., Lacrampe F. 2008 – Solifluction-induced modifications of archaeological levels: simulation based on experimental data from a modern periglacial slope and application to French Palaeolithic sites, Journal of Archaeological Science, 35 (1), p. 99-110.

Leroyer M. 2018 – La connaissance des niveaux de savoir-faire du Paléolithique ancien : le cas des maîtres et apprentis tailleurs de bifaces à Boxgrove (Angleterre), il y a 500 000 ans, in L. Klaric (éd.) L’apprenti Préhistorique, Appréhender l’apprentissage, les savoir-faire et l’expertise à travers les productions techniques des sociétés préhistoriques, Brno, The Czech Academy of Sciences, Institute of Archaeology (The Dolni Vestonice Studies 24), p. 39-95, [en ligne] https://doi.org/10.1016/j.jas.2007.02.011

Levi Sala I. 1986 – Use Wear and Post-depositional Surface Modification: A Word of Caution, Journal of Archaeological Science, 13 (3), p. 229-244, [en ligne] https://doi.org/10.1016/0305-4403(86)90061-0

Mansur-Franchomme M.-E. 1986 – Microscopie du matériel lithique préhistorique : traces d’utilisation, altérations naturelles, accidentelles et technologiques. Exemples de Patagonie, Paris, Éditions du CNRS (Cahiers du Quaternaire 9), 286 p.

Michel A., Ihuel E., Chadelle J.-P, Claud E., Baillet M. 2019 – Découvertes récentes en Bergeracois : étude préliminaire des occupations châtelperronienne et aurignacienne de « Bout-des-Vergnes » à Bergerac (Dordogne, France), in XXVIIIe Congrès Préhistorique de France : Préhistoire de l’Europe du Nord-Ouest : mobilités, climats et entités culturelles. 30 mai-4 juin 2016 Amiens (France), Paris, Société préhistorique française (Congrès préhistoriques de France 28), p. 23-42.

Normand C., de Beaune S., Costamagno S., Diot M.-F., Henry-Gambier D., Goutas N., Laroulandie V., Lenoble A., O'Farrell M., Rendu W., Rios-Garaizar J., Schwab C., Tarrino Vinagre A., Texier J.-P., White R. 2007 – Nouvelles données sur la séquence aurignacienne de la grotte d’Isturitz (communes d’Isturitz et de Saint-Martin-d’Arberoue. Pyrénées-Atlantiques), in Evin J. (dir.), Un siècle de construction du discours scientifique en Préhistoire. Actes du Congrès Préhistorique de France, XXVIe session, Congrès du Centenaire, 21-25 septembre 2004, vol. III : « … Aux conceptions d’aujourd’hui », Paris, Société préhistorique française (Congrès préhistoriques de France 26), p.277-293.

Normand C., O’Farrell M., Rios-Garaizar J. 2008 – Quelles(s) utilisation(s) pour les productions lamellaires de l’Aurignacien archaïque ? Quelques données et réflexions à partir des exemplaires de la grotte d’Isturitz (Pyrénées-Atlantiques ; France), in Pétillon J.-M., Dias-Meirinho M.-H., Cattelain P., Honegger M., Normand C., Valdeyron N. (dir.), Recherches sur les armatures de projectiles du Paléolithique supérieur au Néolithique. Actes du colloque C83, Toulouse, Presses universitaires du Midi (P@lethnologie 1), p. 7-46, [en ligne] https://doi.org/10.4000/palethnologie.9171

Odell G.H., Odell-Vereecken F. 1980 – Verifying the reliability of lithic use-wear assessments by “blind tests”: the low-power approach, Journal of Field Archaeology, 7 (1), p. 87-120, [en ligne] https://doi.org/10.2307/529584

Odell G. 1981 – The mecanism of use breakage of stone tools: some testable hypothesis, Journal of Field Archaeology, 8 (2), p. 197-209, [en ligne] https://doi.org/10.1179/009346981791505120

O’Farrell M. 2004 – Approche fonctionnelle des pointes de la Gravette de Corbiac (Dordogne, France) : fonction du site et modes de chasse, in Bodu P., Constantin C. (dir.), Approches fonctionnelles en Préhistoire. Actes du XXVe Congrès Préhistorique de France, Nanterre 24-26 novembre 2000, Paris Société préhistorique française (Congrès préhistoriques de France 25), p. 121-138.

Olive M., Pigeot N. 1992 – Les tailleurs de silex magdaléniens d’Étiollles : vers l’identification d’une organisation sociale complexe, in Menu M., Walter P. (éd.), La pierre préhistorique, Séminaire du Laboratoire de Recherche des Musées de France (13-14 décembre 1990), p. 173-185.

Olive M., Pigeot N., Bignon-Lau O. 2019 – Un campement magdalénien à Étiolles (Essonne). Des activités à la miocrosociologie d’un habitat, Gallia Préhistoire, 59, p. 47-108, [en ligne] https://doi.org/10.4000/galliap.1492

Ortega Cordellat I. 2005 – La production lamellaire du niveau Aurignacien de Barbas III (Creysse, Dordogne), in Le Brun-Ricalens F., Bordes J.-G., Bon F. (dir.), Productions lamellaires attribuées à l’Aurignacien. Chaînes opératoires et perspectives technoculturelles. Actes du 14e congrès UISPP, Liège, 2001, Luxembourg, Musée national d’Histoire et d’Art (ArchéoLogiques 1), p. 211-224.Ortega-Cordellat I. 2020 – Niveaux de compétences et apprentissage de la taille du silex au Paléolithique supérieur : l’exemple des sites du Bergeracois, in Pion P., Schlanger N. (dir.), Apprendre, Archéologie de la transmission des savoirs, Paris, La Découverte (Recherches), p. 100-112, [en ligne] https://doi.org/10.3917/dec.pion.2020.01.0100

Ortega I., Rios-Garaizar J., Ibañez J.J., Gonzalez J., Boëda E., Sellami F. 2006 – L’occupation de l’Aurignacien Ancien de Barbas III (Creysse, Dordogne), Résultats préliminaires sur la fonction du site, PALÉO, 18, p. 115-142, [en ligne] https://doi.org/10.4000/paleo.183

Ortega I., Bourguignon L., Lahaye C., Blaser F., Brenet M., Claud E., Folgado M., Grigoletto F., Guibert P., Rios-Garaizar J., Sellami F., Turq A., Vieillevigne E. (2022a) – Occupation et gestion du territoire bergeracois entre 250 et 35 Kans : essai de synthèse techno-économique, Gallia Préhistoire, 62, [en ligne] https://doi.org/10.4000/galliap.3169

Ortega Cordellat I., Rios-Garaizar J. et Bourguignon L. (2022 b) – La percussion lancée dans L’Aurignacien ancien du Bergeracois : quelques exemples issus des sites de Barbas III, Vieux Coutets, Les Garris et Cantalouette II (Dordogne, France), in Bourguignon L., Lemorini C., Ortega I., Viallet C. (dir.), La percussion lancée au Paléolithique : identification de son usage, types d’outils associés et étendue chronologique, Paris, Musée national d’Histoire naturelle (Paléovol 21), p. 363-389, [en ligne] https://doi.org/10.5852/cr-palevol2022v21a18

Pasquini A. 2013 – Les traces de notre passé européen : Le Protoaurignacien au début du Paléolithique supérieur : l’éclairage de la tracéologie, thèse de l’Université d’Aix-Marseille, 2 vol., inédit, 497 p.

PIGEOT N. 1983, Les Magdaléniens de l’unité U5 d’Étiollles : étude technique, économique, sociale par la dynamique du débitage, Thèse de troisième cycle, univ. de Paris I, 3 vol, 288 p. et 113 p., 25 plans hors-texte

Pigeot N. 1987 – Magdaléniens d’Étiolles : économie de débitage et organisation sociale, Paris, Éditions du CNRS (Supplément à Gallia Préhistoire 21), 168 p., [en ligne] https://www.persee.fr/doc/galip_0072-0100_1987_sup_25_1

Pigeot N. 1988 – Apprendre à débiter des lames : un cas d’éducation technique chez des magdaléniens d’Étiolles, in Tixier J. (éd.), Technologie préhistorique. Notes et monographies techniques, Paris, Éditions du CNRS, p. 63-70

Pigeot N. (dir.) 2004 – Les derniers magdaléniens d’Etiolles, perspectives culturelles et paléohistoriques (l’unité d’habitation Q31), Paris, Éditions du CNRS (Supplément à Gallia Préhistoire 7), 351 p., [en ligne] https://www.persee.fr/issue/galip_0072-0100_2004_sup_37_1

Pion P., Schlanger N. (dir.) 2020 Apprendre, Archéologie de la transmission des savoirs, Paris, La Découverte (Recherches), 293 p., [en ligne] https://doi.org/10.3917/dec.pion.2020.01

Plisson H., Mauger M. 1988 – Chemical and Mechanical Alteration of Microwear Polishes : An Experimental Approach, Helinium, 28 (1), p. 3-16.

Ploux S. 1984 – Études de débitages préhistoriques et expérimentaux : la marque du tailleur, in Tixier J., Préhistoire de la pierre taillée, vol. II : Économie du débitage laminaire, Antibes, Cercle de recherches et d’études préhistoriques, p. 45-51.

Ploux S. 1989 – Approche archéologique de la variabilité des comportements techniques individuels : l’exemple de quelques tailleurs de Pincevent, thèse de doctorat, Nanterre, Université Paris X-Nanterre, 2 vol., inédit, 584 p.

Porraz G., Simon P., Pasquini A. 2010 – Identité technique et comportements économiques des groupes proto-aurignaciens à la Grotte de l’Observatoire (Principauté de Monaco), Gallia Préhistoire, 52 (1), p. 33-59, [en ligne] https://doi.org/10.3406/galip.2010.2470

Rasmussen S.O., Bigler M., Blockley S.P., Blunier T., Buchardt S.L., Clausen H.B., Cvijanovic I., Dahl-Jensen D., Johnsen S.J., Fischer H. 2014 – A stratigraphic framework for abrupt climatic changes during the Last Glacial period based on three synchronized Greenland ice-core records: refining and extending the INTIMATE event stratigraphy, Quaternary Science Reviews, 106, p. 14-28, [en ligne] https://doi.org/10.1016/j.quascirev.2014.09.007

Richard J.-F., Verstiggel J.-C. 1990 – La représentation de l’action dans les processus de compréhension, in François J., Denhière G. (dir.), Cognition et Langage, Paris, Larousse (Langages 100), p. 115-126, [en ligne] https://doi.org/10.3406/lgge.1990.1570

Rigaud A. 1977 – Analyse typologique et technologique des grattoirs magdaléniens de La Garenne à Saint-Marcel (Indre), Gallia Préhistoire, 20 (1), p. 1-43, [en ligne] https://doi.org/10.3406/galip.1977.1547

Rios-Garaizar J. 2012 – Industria lítica y sociedad del Paleolítico Medio al Superior en torno al golfo de Bizkaia, Santander, Cantabrie, PUbliCan, Ediciones de la Universidad de Cantabria, 564 p.

Rios-Garaizar J., Ortega I. 2014 – Flint workshop or habitat? Technological and functional approaches towards the interpretation of site function in Bergerac region Ancient Aurignacian, in Marreiros J, Bicho N, Gibaja Bao J (dir.), International Conference on Use-Wear Analysis, Faro, Portugal, Use-Wear 2012, Cambridge, Cambridge Scholars Publishing, p. 162-172.

Rots V. 2002 – Hafting Traces on Flint Tools: possibilities and limitations of macro- and microscopic approaches, thèse de doctorat, Katholieke Universiteit Leuven, inédit, 486 p.

Rots V. 2004 – Prehensile Wear on Flint Tools, Lithic Technology, 29 (1), p. 7-32, [en ligne] https://www.jstor.org/stable/23273467

Rots V. 2010 – Prehension and Hafting traces on Flint Tools. A methodology, Louvain, Leuven University Press, 273 p., [en ligne] https://doi.org/10.2307/j.ctt9qf05s

Rottländer R. 1975 – The formation of patina on flint, Archaeometry, 17 (1), p. 106-110, [en ligne] https://doi.org/10.1111/j.1475-4754.1975.tb00120.x

Sano K. 2009 – Hunting evidence from stone artefacts from the Magdalenian cave site Bois Laiterie, Belgium: a fracture analysis, Quartar, 56, p. 67-86, [en ligne] https://doi.org/10.7485/QU56_03

Semenov S.A. 1964 – Prehistoric technology; an experimental study of the oldest tools and artefacts from traces of manufacture and wear, Cory, Adams et Mackay, London, 211 p.

Soressi M. avec la collaboration de Liard M., Rendu W., Renou S., Roussel M., Baillet M. 2019 – Les Cottés, Saint-Pierre-de-Maillé (Vienne), rapport de fouille programmée 2019, Triennale IV, année 1/3, rapport de fouille, SRA Nouvelle-Aquitaine, inédit.

Tartar E., Teyssandier N., Bon F., Liolios D. 2006 – Équipement de chasse, équipement domestique : une distinction efficace ? Réflexion sur la notion d’investissement technique dans les industries aurignaciennes, in Astruc L., Bon F., Léa V., Milcent P.-Y., Philibert S. (dir.), Normes techniques et pratiques sociales. De la simplicité des outillages pré- et protohistoriques. XXVIe rencontres internationales d’Archéologie et d’Histoire d’Antibes, Antibes, Éditions APDCA, p. 109-117, [en ligne] https://hal.science/hal-00175574

Teyssandier N., Zilhao J. 2018 – On the Entity and Antiquity of the Aurignacian at Willendorf (Austria): Implications for Modern Human Emergence in Europe, Journal of Paleolithic Archaeology, 1, p. 107-138, [en ligne] https://doi.org/10.1007/s41982-017-0004-4

Tringham R., Cooper G., Odell G., Voytek B., Whitman A. 1974 – Experimentation in the Formation of Edge Damage. A New Approach to Lithic Analysis, Journal of Field Archaeology, 1 (1/2), p. 171-196, [en ligne] https://doi.org/10.2307/529712

Unrath G., Owen L.-R., Van Gijn A.-L., Moss E., Plisson H., Vaughan P. 1986 – An evaluation of use-wear studies: a multianalyst approach, in Owen L.-R., Unrath G. (dir), Technical aspects of microwear studies on stone tools, Tubingue, Commission for the Palecology of Early Man News (9/10/11), p. 117-176.

Haut de page

Notes

1 Brenet M. (dir.) en préparation – Le site solutréen de plein-air de Landry (Boulazac, Dordogne). Bilan des études du contexte, des niveaux d’occupation, de l’industrie et de l’art mobilier, Les Eyzies-de-Tayac-Sireuil, Musée national de la Préhistoire (PALÉO, numéro spécial).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Acquisition graduelle des principes techno-économiques au cours de l’apprentissage du débitage laminaire (sériation de ces principes).
Légende 1. Nécessité d’opérer le long d’un dièdre inférieur ou égal à 90° ; 2. Organisation élémentaire du nucléus (conception du couple fonctionnel table/plan de frappe) ; 3. Facettage des talons des produits tabulaires, mise en place et réavivage d’un plan permanent oblique/réorientation de la taille par le plan opposé ; 4. Extraction de produits laminaires ; 5. Talons en éperon – principe de la crête –, réfection en crête de la table – réorientation complexe de la table par inversion fonctionnelle des faces du nucléus ; 6. Meilleure intégration des principes précédents ; 7. Savoir s’arrêter.
Crédits D’après Pigeot 1987, p. 79, tabl. XXIII.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4023/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Titre Fig. 2 – Localisation du site de Bourg-Charente.
Crédits Carte É. Gaba ; fond de carte Wikimedia Commons user, Sting.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4023/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Fig. 3 – Vue du site de Bourg-Charente en cours de fouille.
Crédits Cliché P. Neury.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4023/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 692k
Titre Tabl. 1 – Effectifs et densités de vestiges lithiques par concentrations et hors concentration.
Crédits La densité est arrondie au nombre entier le plus proche.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4023/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 233k
Titre Fig. 4 – Localisation des concentrations de silex (L1 à L19) dans l’ensemble Paléolithique récent de Bourg-Charente avec figuration des liaisons des remontages (traits noirs).
Crédits DAO N. Connet.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4023/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Titre Fig. 5 – Vues de différentes concentrations de silex de l’ensemble Paléolithique récent de Bourg-Charente.
Crédits Clichés équipe de fouille.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4023/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Fig. 6 – Vue aérienne du site et principales formations géologiques.
Légende Fz : alluvions Pléistocène supérieur-Holocène ; Fyb : alluvions Pléistocène moyen ; c2 : calcaires marneux, calcaires bioclastiques et calcaires à rudistes du Turonien ; c3 : calcaires blancs glauconieux du Coniacien.
Crédits Fond de carte Google Earth, d’après la carte géologique harmonisée à 1/50 000 (http://infoterre.brgm.fr/​)
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4023/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 7 – Stratigraphie schématique de la paroi est de la tranchée.
Légende Le semis de points correspond à la projection des vestiges du Paléolithique récent sur la paroi.
Crédits Âges indiqués tirés de Connet et al. 2022 ; dessin P. Bertran.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4023/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 731k
Titre Fig. 8 – Stratigraphie de la coupe indiquée sur la figure 7.
Crédits Cliché et dessin P. Bertran.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4023/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 9 – Vues de l’unité 4 en microscopie optique.
Légende A. Colluvions limono-argileuses partiellement décarbonatées, lumière naturelle ; B. Carbonatations secondaires autour de biogaleries, lumière polarisée.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4023/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Fig. 10 – Distribution en plan des vestiges (A) et configurations expérimentales produites par le ruissellement (B) et la solifluxion (C).
Crédits A, B. D’après Lenoble 2005 p. 122 ; C. D’après Lenoble et al. 2008 p. 105.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4023/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Titre Fig. 11 – Projections verticales des vestiges selon une coupe longitudinale (A) et des coupes transversales (B, C).
Crédits DAO P. Bertran.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4023/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 531k
Titre Fig. 12 – Vues de concentrations de vestiges.
Légende A. Concentration L7, la pente est orientée vers le bas de la photo ; B. Disposition imbriquée des pièces lithiques ; C. Figure de blocage de petites pièces à l’amont d’un bloc.
Crédits Clichés P. Bertran.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4023/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Fig. 13 – Fabrique des concentrations L5 et L7, diagramme de Benn.
Légende Les fabriques relevées dans les niveaux moustériens sont indiquées à titre de comparaison.
Crédits D’après Connet et al. 2022 p. 195.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4023/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Fig. 14 – Distribution granulométrique de la série lithique comparée à celle de débitages laminaires expérimentaux.
Crédits D’après Bertran et al. 2012 p. 3152.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4023/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Titre Fig. 15 – Représentation schématique des liaisons par remontages entre les différentes concentrations.
Crédits DAO N. Connet.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4023/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Titre Fig. 16 – Projection des vestiges lithiques.
Crédits DAO N. Connet.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4023/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Titre Tabl. 2 – Principales données technologiques des concentrations des Bourg-Charente.
Légende * R : rectiligne ; SR : subrectiligne ; C : Courbe ; T : tors ; ** NR : Nombre de restes.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4023/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 17 – Lamelles des ensembles A (L1, no 7) et F (L6, nos 2-4 ; L7, nos 8-10 ; L10, nos 11 et 13 ; L12, no 5 ; L13, no 6 ; L16, no 1 ; L18, no 12).
Crédits Dessins È. Boitard.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4023/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Titre Fig. 18 – Représentation graphique des modules (longueur et largeur) des lamelles (A) et des derniers négatifs lamellaires sur les nucléus à lamelles (B) de Bourg-Charente, par concentration.
Crédits DAO N. Connet
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4023/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Titre Fig. 19 – Nucléus à lamelles.
Crédits Clichés et DAO B. Larmignat.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4023/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Fig. 20 – Nucléus à lamelles.
Crédits Clichés et DAO B. Larmignat.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4023/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Titre Fig. 21 – Graphiques illustrant l’importance relative des différents modes de fonctionnement identifiés.
Crédits DAO É. Claud
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4023/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Titre Fig. 22 – Lames et fragments de lames portant des traces de découpe de matière tendre, tendre à mi-dure et tendre à mi-dure carnée correspondant vraisemblablement à des couteaux de boucherie.
Légende A. Micro-esquillements ; B. Micro-polis, esquillements et stries marquant la surface d’un cristal, orientées parallèlement au bord ; C-D. Esquillements.
Crédits Clichés É. Claud.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4023/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 233k
Titre Fig. 23 – Grattoirs portant des traces d’utilisation liées au raclage de la peau.
Légende A. Macro-émoussé ; B-E. Micro-émoussés, polis, stries et cratères. La présence de résidus rouges n’est probablement pas liée à l’utilisation, de tels résidus, naturels, étant présents sur diverses pièces de la série, utilisées ou non.
Crédits Clichés É. Claud ; dessin È. Boitard.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4023/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 213k
Titre Fig. 24 – Lame et lamelle présentant des traces sur leur bord brut indiquant leur utilisation pour racler une matière mi-dure relativement abrasive de nature non cutanée, peut-être végétale.
Légende A, E. Esquillement(s) semi-circulaire(s) en flexion vu à la loupe binoculaire sur la face inférieure de l’outil ; B. Micro-usure abrasive présente sur cette même face ; C-D. Micro-poli de coalescence douce lisse à dure bombée et stries obliques.
Crédits Clichés É. Claud ; dessin È. Boitard.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4023/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 214k
Titre Fig. 25 – Burin dont l’une des arêtes présente, en face inférieure uniquement, des micro-usures abrasives (A, B) témoignant d’une utilisation pour racler une matière tendre abrasive non cutanée (végétale ?). Une arête d’un autre burin pourrait avoir également servi en raclage sur une matière mi-dure à dure abrasive, en témoignent les esquillements et le micro-poli orientés perpendiculairement (C-F).
Crédits Clichés É. Claud ; dessin È. Boitard.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4023/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Fig. 26 – Lames utilisées pour racler une matière tendre à mi-dure de nature indéterminée, et traces correspondantes.
Légende A, E. Émoussé et poli abrasif sur le fil, débordant légèrement sur la face supérieure ; B. Émoussé et esquillements du fil ; C. Détail du fil vu depuis la face inférieure, montrant un micro-poli de coalescence douce grenue associé à des stries courtes perpendiculaires au bord et à des cratères de petite dimension ; D. Brillance et émoussé visibles à la loupe binoculaire ; F-G. Émoussé et poli de coalescence douce grenue associé à des stries et des cratères se développant davantage en face inférieure.
Crédits Clichés É. Claud.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4023/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 191k
Titre Fig. 27 – Burins utilisés pour racler une matière tendre à mi-dure de nature indéterminée et traces correspondantes.
Légende A-B. Émoussé du fil et micro-usures abrasives bien visibles sur le pan ; C-D. Émoussé du fil et micro-usures abrasives plus discrètes sur la face inférieure ; E-F. Émoussé du fil et micro-esquillements et micro-usures abrasives se développant en face inférieure.
Crédits Clichés É. Claud ; dessin È. Boitard.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4023/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Fig. 28 – Lames présentant des esquillements d’origine indéterminée, possiblement liés au raclage d’une matière mi-dure, sans micro-traces associées, et grattoir possiblement utilisé pour racler la peau.
Légende A. Esquillements semi-circulaires en flexion observés en face inférieure de l’une des pièces ; B. Micro-émoussé, poli, stries et cratères.
Crédits Clichés É. Claud.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4023/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 186k
Titre Fig. 29 – Burin dont l’arête inférieure a servi à racler une matière mi-dure à dure organique, peut-être osseuse, et micro-traces associées, localisées en face inférieure.
Légende A. Micro-esquillements perpendiculaires au bord ; B-C. Micro-poli de coalescence douce grenue à lisse associé à des stries orientées perpendiculairement au bord ; D-E. Fil portant un micro-poli de coalescence dure orientée perpendiculairement par quelques stries courtes.
Crédits Clichés É. Claud.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4023/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 215k
Titre Fig. 30 – Burins dont l’arête inférieure a servi à racler une matière mi-dure à dure organique et micro-usures associées, localisées en face inférieure.
Légende A-C. Esquillements et micro-poli de coalescence dure orienté perpendiculairement et présentant des craquelures ; D-F. Fil portant un micro-poli de coalescence douce lisse à dure, clairement orienté perpendiculairement au bord.
Crédits Clichés É. Claud.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4023/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 257k
Titre Fig. 31 – Burin et lame portant des traces d’origine indéterminée, peut-être liées à un emmanchement.
Légende A. Fracture distale en flexion recoupant des enlèvements directs à gauche (retouche ?) à partir de laquelle a été aménagé un burin (bord gauche) ; B-C. Esquillements pouvant témoigner d’une contrainte transversale (manche, ligatures ?) ; D. Fissures linéaires centrifuges associées à la fracture distale du support ; E. Large spot brillant de topographie plate localisé sur l’arête centrale.
Crédits Clichés É. Claud.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4023/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 181k
Titre Fig. 32 – Exemples des différentes morphologies des lames de l’ensemble F.
Légende 1-2. Grandes lames épaisses ; 3-6. Grandes lames fines ; 7-9. Courtes lames fines (L6, no 4 ; L7, nos 1, 5, 8-9 ; L12, no 7 ; L13, no 2 ; L16, no 3 ; L18, no 6).
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4023/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Titre Fig. 33 – 1. Remontage de L7 illustrant la dénaturation d’un nucléus à lame (1a) pour l’extraction d’éclats exploités pour des productions de lamelles (1b) ; 2. Remontage de trois tablettes (2a) de L10 et la reprise d’une des tablettes en nucléus à petites lames/lamelles (2b) ; 3. Remontage de petites lames fines en L6 et L7 (3a) et nucléus en état d’abandon retrouvé en L3 (3b) ; 4. Nucléus de L16 exploités pour une production de courtes lames fines/lamelles.
Crédits Clichés et DAO B. Larmignat.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4023/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 185k
Titre Fig. 34 – 1. Nucléus à lames de L12 ; 2-3. Remontage de deux séries de lames de L7.
Crédits Clichés et DAO B. Larmignat.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4023/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Fig. 35 – 1. Nucléus à lames ; 2. Nucléus à lame avec détail d’une surface utilisée en percussion.
Crédits Clichés et DAO B. Larmignat.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4023/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Fig. 36 – Répartition des lames et nucléus à lames (A) et des lamelles et nucléus à lamelles (B) dans l’ensemble F de Bourg-Charente.
Crédits DAO N. Connet
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4023/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Titre Fig. 37 – Valeurs de longueur, largeur et épaisseur des produits laminaires et lamellaires extraits de blocs (gris) et éclats (bleu) de l’ensemble F
Légende Croix : pièces entières ; cercles : fragments mésiaux de plus de 30 mm de longueur.
Crédits DAO N. Connet
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4023/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Titre Fig. 38 – Effectifs des lamelles et petites lames fines par classes de longueur du site de Bourg-Charente (Charente).
Crédits DAO N. Connet
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4023/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Titre Fig. 39 – Nucléus à lamelles du site Bourg-Charente (Charente).
Crédits Clichés et DAO B. Larmignat.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4023/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 181k
Titre Fig. 40 – Nucléus à petites lames et lamelles du site Bourg-Charente (Charente).
Crédits Clichés et DAO B. Larmignat.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4023/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 191k
Titre Fig. 41 – Développé dynamique des principales étapes de débitage de l’unité de remontage L12.380 du site Bourg-Charente (Charente).
Crédits Clichés et DAO B. Larmignat.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4023/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Titre Fig. 42 – Développé dynamique des principales étapes de débitage de l’unité de remontage L12.24 du site de Bourg-Charente (Charente)
Légende Légende : voir figure 41.
Crédits Clichés et DAO B. Larmignat.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4023/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 265k
Titre Fig. 43 – Dynamique des principales étapes de débitage pour les unités de remontage L12.41 et L12.156 du site de Bourg-Charente (Charente).
Crédits Clichés et DAO B. Larmignat.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4023/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Titre Fig. 44 – Nucléus à lamelles du locus 12 du site de Bourg-Charente (Charente).
Légende 1. Nucléus à lamelle de l’unité de remontage L12.191 ; 2. Nucléus à lamelle de l’unité de remontage L.12.270 ; 3. Nucléus à lamelle/grattoir ? de l’unité de remontage L.12.101 ; 4. Nucléus à lamelle de l’unité de remontage L.12.48.
Crédits Clichés et DAO B. Larmignat.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4023/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 201k
Titre Fig. 45 – Tentatives de production lamellaire, locus 12 du site de Bourg-Charente (Charente).
Crédits Clichés et DAO B. Larmignat.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4023/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Titre Fig. 46 – Développé graduel des principales étapes techno-économiques des productions lamino-lamellaires, proposé à partir des remontages les plus complets de l’ensemble F de Bourg-Charente (Charente).
Légende * : production sur bloc ; ** : production lamellaire sur face ventrale d’éclat : NR : non requis.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4023/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Titre Tabl. 3 – Présence et absence des différentes phases des productions laminaires et lamellaires dans les concentrations lithiques de l’ensemble F de Bourg-Charente.
Légende Gris foncé : présence importante ; gris clair : présence faible ; blanc : absence.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4023/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 430k
Titre Fig. 47 – Répartition des pièces retouchées et activités dans l’ensemble F du site de Bourg-Charente.
Crédits DAO N. Connet.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4023/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 353k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nelly Connet, Pascal Bertran, Émilie Claud, Blandine Larmignat et Ève Boitard, « L’apprentissage de la taille du silex sur le site aurignacien de Bourg-Charente (Charente, France) : interactions cognitives et implications sociétales »Gallia Préhistoire [En ligne], 63 | 2023, mis en ligne le 07 décembre 2023, consulté le 12 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/galliap/4023 ; DOI : https://doi.org/10.4000/galliap.4023

Haut de page

Auteurs

Nelly Connet

Inrap, Poitiers, UMR 7041 ArScAn/AnTET, MSH Mondes, Nanterre – France

Pascal Bertran

Inrap, PACEA, Université de Bordeaux, Pessac – France

Émilie Claud

Inrap, PACEA, Poitiers – France

Articles du même auteur

Blandine Larmignat

Inrap, Poitiers – France

Ève Boitard

Inrap, Passy – Paris

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search