Navigation – Plan du site

AccueilNuméros63Les débuts de l’Aurignacien dans ...

Les débuts de l’Aurignacien dans leur cadre européen : où en est-on ?

Nicolas Teyssandier
Traduction(s) :
The beginnings of the Aurignacian in a European framework: where do we stand? [en]

Résumés

Résumé. Cette contribution est une synthèse sur les premières phases de l’Aurignacien à l’échelle européenne. Elle se focalise d’abord sur le Sud-Ouest français afin d’établir un modèle évolutif en deux phases successives : le Protoaurignacien et l’Aurignacien ancien. Une fois défini sur des bases archéologiques en compilant les données des industries lithiques et en matières osseuses, mais également des parures et des représentations graphiques quand ces éléments sont disponibles, le modèle établi est confronté à d’autres macro-régions d’Europe afin d’envisager sa validité pan-européenne. Cet article suggère que la succession Protoaurignacien/Aurignacien ancien est valide à l’échelle continentale et propose ensuite des pistes de recherche pour interpréter cette dernière en termes de dynamique de peuplement en intégrant au raisonnement les données paléoanthropologiques et paléogénomiques ainsi que des éléments relatifs aux industries dites de « transition » du Paléolithique moyen au Paléolithique récent qui précèdent strictement l’émergence du Protoaurignacien à l’échelle continentale.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Parmi les grandes questions soulevées en Préhistoire et évolution humaine, celle concernant l’origine et les formes de dispersion planétaire d’Homo sapiens occupe une place centrale. Cette lignée humaine conquérante, apparue en Afrique il y a près de 300 000 ans (Hublin et al. 2017 ; Scerri et al. 2019), va en effet se disperser en dehors de ce berceau originel à l’échelle planétaire en remplaçant progressivement toutes les espèces dites « archaïques » qui l’avaient précédée. Ceci se lit en particulier à travers les contributions génétiques des Néandertaliens et des Dénisoviens dans le génome actuel de toutes les populations eurasiatiques (Green et al. 2010, Prüfer et al. 2014). Des épisodes de métissage ont donc eu lieu entre humains modernes d’une part, Néandertaliens et Dénisoviens d’autre part mais ils se conclurent, partout sur la planète, de la même façon : Homo sapiens constitua, à un moment ou à un autre, la dernière espèce survivante de ces processus complexes, devenant de fait et depuis plus de 30 000 ans la seule espèce humaine à peupler la Terre.

2Ces phénomènes prennent une tournure particulière entre 50 000 et 40 000 ans env. avant le présent puisque c’est au cours de ce laps de temps que l’on peut, pour la dernière fois, observer in situ plusieurs populations biologiques occuper les mêmes espaces géographiques. C’est en particulier le cas de l’Eurasie occidentale où l’une des principales questions réside dans la datation du remplacement des populations autochtones néandertaliennes par des humains anatomiquement modernes. Pour ce faire, en Europe, nous disposons des enregistrements archéologiques les plus riches et les plus complets à l’échelle planétaire dans cet intervalle de temps communément appelé la « transition » entre Paléolithique moyen et Paléolithique récent. En raison de la faiblesse de la documentation paléoanthropologique associée à la complexité et variabilité régionale des enregistrements archéologiques et en dépit de cet état des connaissances favorables, la question reste ouverte. En outre, on se situe ici proche des limites intrinsèques des méthodes de datation par 14C (Devièse et al. 2017) et dans des contextes archéostratigraphiques souvent complexes et marqués par des biais taphonomiques qui ne sont pas systématiquement pris en considération (e.g. Bordes 2002, 2003). Ainsi, il reste par exemple très délicat d’associer strictement une des deux populations en présence avec un technocomplexe particulier tant les associations indubitables et bien contrôlées sur un plan archéostratigraphique entre vestiges humains et une culture matérielle précisément définie demeurent rares dans le registre archéologique.

3Parmi les différentes entités géographiques composant le continent européen, le Sud-Ouest français constitue un laboratoire d’étude privilégié puisque c’est sans conteste dans cette région que les sites, les séquences stratigraphiques et les ensembles archéologiques sont les plus nombreux et les mieux étudiés. Ceci est tout autant lié à la richesse documentaire de cette région qu’à sa place prépondérante dans la construction historique de la discipline préhistorienne. Ainsi, pour les débuts du Paléolithique récent, c’est dans le Bassin aquitain que les cadres évolutifs ont été patiemment construits depuis les débuts du xxe siècle (e.g. Breuil 1912, Peyrony 1933), témoignant de la succession d’au moins deux technocomplexes : le Châtelperronien et l’Aurignacien.

4Le Châtelperronien est géographiquement circonscrit au Sud-Ouest français (e.g. Pelegrin 1995, Bachellerie 2011, Ruebens et al. 2015), avec quelques rares incursions vers le nord-est jusqu’en Bourgogne (Arcy-sur-Cure ; Julien et al. 2019) ainsi que sur les franges méridionales du Bassin parisien (Ormesson ; Bodu et al. 2017.) et une limite d’extension vers le sud localisée dans la corniche vasco-cantabrique (Arrizabalaga et al. 2003, Rios-Garaizar et al. 2012) et en Catalogne (Morales et al. 2019). L’Aurignacien constitue, quant à lui, le premier technocomplexe pan-européen du Paléolithique récent, s’étendant d’ouest en est de la façade atlantique jusqu’aux plaines russes, et marqué par une extension latitudinale allant vers le nord jusqu’au Pays de Galles et vers le sud jusqu’aux pointes méridionales des péninsules ibérique et italienne et même au-delà, avec des occurrences bien connues au Proche-Orient et dans les monts du Zagros (e.g. Otte 2010). Par sa distribution géographique immense et son étendue chronologique couvrant approximativement une durée d’environ 10 millénaires, l’Aurignacien constitue un phénomène archéologique de grande ampleur.

5Jusque récemment et de longue date, ce dernier était perçu comme la première manifestation d’un Paléolithique récent pleinement constitué et comme le révélateur archéologique des premières incursions des humains anatomiquement modernes en Europe occidentale. Ici encore, la documentation du sud-ouest de la France occupe une position de premier plan puisque c’est dans cette région qu’il a été pour la première fois possible de décrypter l’évolution chronotypologique de l’Aurignacien en quatre principaux stades évolutifs en se fondant sur les changements typologiques affectant les outillages lithiques et osseux (e.g. Sonneville-Bordes 1960). De la base vers le sommet de la séquence, on distingue aujourd’hui :

  • le Protoaurignacien,
  • l’Aurignacien ancien (Aurignacien I),
  • l’Aurignacien évolué ou récent (Aurignacien II)
  • l’Aurignacien final ou terminal encore fort méconnu et mal défini (Aurignacien III et IV).

6En outre, ce schéma chronotypologique a été fortement enrichi depuis les années 1990 par des travaux ne s’intéressant plus seulement à la morphologie des outillages mais également à leurs procédés de fabrication et d’utilisation par l’intermédiaire d’analyses techno-économiques des équipements en pierre et en matières osseuses. Sur ce point, le Sud-Ouest français constitue également un espace géographique bénéficiant d’une richesse documentaire inégalée et d’une bonne connaissance des territoires parcourus et exploités par les premiers humains anatomiquement modernes, que ce soit sur le plan de la lithologie des matières premières minérales (e.g. Bordes et al. 2005, Caux 2015) ou des stratégies de subsistance (e.g. Soulier 2013, Discamps et al. 2014). L’Aurignacien du Bassin aquitain constitue encore aujourd’hui la référence incontournable pour toutes tentatives de comparaison et de positionnement des ensembles aurignaciens au sein d’une séquence évolutive.

7Ces dernières années, le renouveau et l’extension géographique des études technologiques modernes sur l’Aurignacien ont permis d’enrichir notre connaissance de ce technocomplexe et de son évolution en dehors de son aire d’étude originelle. À une échelle globale, la principale interrogation vise à questionner la validité du schéma évolutif établi dans le Bassin aquitain et ses marges. Pour certains, ce modèle serait solide et l’évolution chronotypo technologique établie dans le Sud-Ouest suivrait globalement le même cheminement ailleurs (Teyssandier 2007a, 2007b, Zilhão 2007, 2013, Teyssandier et al. 2010, Banks et al. 2013, Anderson 2019, Dinnis et al. 2019a, Demidenko et al. 2021). Pour d’autres, la validité de ce modèle à l’échelle suprarégionale serait sujette à caution et demanderait de définir davantage des signatures régionales (Falcucci et al. 2017, 2020, Tafelmaier 2017, Bataille et al. 2018). Selon ces derniers, les phases distinguées n’auraient pas de valeur chronologique et constitueraient plutôt des faciès fonctionnels ou adaptatifs. Il faut cependant rappeler que les tenants de cette dernière hypothèse n’intègrent pas les études taphonomiques des dépôts à leurs travaux.

8Partant de ce constat, cet article présente en premier lieu une synthèse actualisée des signatures archéologiques des débuts de l’Aurignacien dans le sud-ouest de la France. L’établissement d’une synthèse de ce type est d’autant d’actualité qu’elle repose sur plusieurs études récentes et d’envergure qui sont venues améliorer nos connaissances sur différents aspects de la culture matérielle et symbolique des groupes aurignaciens à travers le temps, et ce au sein d’une chronologie absolue de ces manifestations qui a été nettement précisée. À l’issue de cet examen, la validité suprarégionale du schéma évolutif diachronique établi en Aquitaine sera confrontée aux données récentes obtenues dans d’autres aires régionales en France, dans la Péninsule ibérique ou italienne et dans le corridor danubien. Enfin, la signification des débuts de l’Aurignacien sera interrogée et comparée relativement aux industries dites de « transition » du Paléolithique moyen au Paléolithique récent afin de présenter une vision globale des processus en jeu dans ce moment charnière qui voit émerger en Europe les premiers humains anatomiquement modernes et disparaître les dernières sociétés néandertaliennes.

Répartition géographique, stratigraphie et chronologie

9Dans le cadre de cette étude, il est d’abord nécessaire de se concentrer sur l’aire géographique correspondant au quart sud-ouest de la France. Les sites aurignaciens y sont principalement concentrés dans deux grandes zones géographiques (fig. 1).

Fig. 1 – Carte de localisation géographique des principaux sites aurignaciens d’une grande moitié sud de la France et du nord de l’Espagne.

Fig. 1 – Carte de localisation géographique des principaux sites aurignaciens d’une grande moitié sud de la France et du nord de l’Espagne.

En rouge : grottes et abris-sous-roche ; en bleu : sites de plein air et gisements.

10C’est dans le nord du Bassin aquitain, en Dordogne, que le regroupement de sites est le plus important et le plus dense avec des sites classiques connus de longue date répartis principalement dans la basse vallée de la Vézère, avec des concentrations particulières près de la commune de Montignac (e.g. les gisements du vallon de Castelmerle : Castanet, Blanchard, La Souquette) et autour du village des Eyzies-de-Tayac (Pataud, Cro Magnon, Le Poisson et tout le vallon de Gorge d’Enfer). Tous ces sites se localisent dans un environnement karstique et correspondent à des abris-sous-roche. D’autres sites, moins densément répartis, se localisent un peu plus au sud le long de la vallée de la Dordogne et ses abords. C’est le cas, par exemple, du Flageolet, de la Grotte XVI, de Caminade, du Piage et de Roc-de-Combe. En descendant le cours de la Dordogne vers l’ouest, se trouve la concentration des sites de plein air de la région de Bergerac, riches en matières premières siliceuses d’excellente qualité et de grandes dimensions à l’image des stations de Barbas, Corbiac Vignoble 2, Champ-Parel, Cantalouette 2. Appartenant également au bassin sédimentaire aquitain, les gisements charentais sont naturellement inclus dans cette étude et représentés plus particulièrement par les sites de La Quina, Les Rois, Les Vachons, Le Trou de la Chèvre, La Chaise et Saint-Césaire.

11Le second pôle de sites aurignaciens se trouve aux abords de la chaîne pyrénéenne et en particulier dans ses piémonts du côté nord. Certes, les sites y sont nettement moins concentrés qu’ils ne le sont en Dordogne, pour autant, il s’agit de sites classiques ayant livré plusieurs séquences archéostratigraphiques notables. D’est en ouest, citons notamment les sites de La Tuto de Camalho en Ariège, la station éponyme d’Aurignac ou le site des Abeilles en Haute-Garonne, les importantes séquences de Gatzarria et d’Isturitz dans les Pyrénées-Atlantiques et un peu plus au nord les grottes de Brassempouy dans les Landes. Comme en Dordogne, les sites pyrénéens sont exclusivement représentés par des abris-sous-roche ou des grottes, à l’exception de rares gisements de plein air à proximité de la façade atlantique (Tercis, Le Basté).

12Entre ces deux grands pôles, les gisements sont rares et dispersés de manière sporadique : on note quelques stations de plein air (Brignol, Pays de Serres avec les sites de Hui et Toulousète, Frommissard dans le Tarn-et-Garonne, Régismont-le-Haut près de Béziers) mais qui ne présentent jamais de séquences archéostratigraphiques avec superpositions de niveaux. Ces sites ne livrent donc aucune information décisive quant à la structuration diachronique de l’Aurignacien qui reste exclusive aux seules régions karstiques présentant des grottes et abris.

13À l’échelle du Sud-Ouest français, des récurrences stratigraphiques claires peuvent être établies à l’échelle de l’Aurignacien. Il est ainsi possible, en se fondant sur le principe de l’archéostratigraphie, d’établir une chronologie relative des différentes phases. L’archéostratigraphie est entendue ici comme un outil méthodologique se basant en priorité sur le principe géologique de succession stratigraphique. Cette approche est rendue possible dans le Sud-Ouest en raison de l’existence de déterminations technotypologiques fiables pour un large panel d’ensembles lithiques, permettant la distinction de plusieurs phases aux caractères distincts. En outre, et sur plusieurs sites, les phases distinguées se retrouvent dans un contexte de superposition stratigraphique permettant d’en déduire une archéostratigraphie relative à l’échelle de la région considérée.

14En ce qui concerne les phases anciennes de l’Aurignacien, deux phases sont distinguées : le Protoaurignacien (PA) et l’Aurignacien ancien (AA). Observées au sein de la même séquence stratigraphique, leur ordre est immuable et le PA précède toujours l’AA (fig. 2). La position stratigraphique sous-jacente du PA vis-à-vis de l’AA est documentée dans cinq sites : à Isturitz (Normand 2002, Normand et al. 2007, Barshay-Szmidt et al. 2018), Gatzarria (Deschamps, Flas 2019), Brassempouy (Bon 2002, Arrizabalaga et al. 2007), Les Abeilles (Eizenberg 2006, Laplace et al. 2006) et au Piage (Bordes 2002, 2003, Bordes et al. 2008). Aucun cas d’interstratification n’est connu entre ces deux phases assurant donc que le PA est bien strictement antérieur à l’AA.

Fig. 2 – Successions archéostratigraphiques et dates 14C calibrées du Châtelperronien (rectangles saumonés), du Protoaurignacien (rectangles vert clair) et de l’Aurignacien ancien (rectangles vert foncé) dans le sud-ouest de la France.

Fig. 2 – Successions archéostratigraphiques et dates 14C calibrées du Châtelperronien (rectangles saumonés), du Protoaurignacien (rectangles vert clair) et de l’Aurignacien ancien (rectangles vert foncé) dans le sud-ouest de la France.

La succession Châtelperronien/PA/AA est immuable et se répète sur tous les sites présentant une archéostratigraphie relativement complète de la transition du Paléolithique moyen au Paléolithique récent. En raison du faible nombre d’occurrences pluristratifiées, la séquence des Cottés localisée dans le sud-ouest du Bassin parisien a été ajoutée.

15Par ailleurs, il est possible d’observer, sur certains de ces mêmes gisements, la position stratigraphique du PA vis-à-vis des technocomplexes le précédant localement. Au Piage (Bordes 2006), dans la partie sud de l’abri, la base de la séquence est constituée de résidus d’occupations du Moustérien de tradition acheuléenne (MTA) puis du Châtelperronien. Au-dessus, se développent le niveau K, attribué au PA, puis le niveau G1, attribué à l’AA. Le PA ferait donc suite ici aussi au Châtelperronien et les fouilles en cours sous la direction de J.-G. Bordes devraient apporter de plus amples informations sur le sujet. À Brassempouy, la grotte des Hyènes constitue la partie la mieux documentée de ce riche gisement avec une succession d’occupations attribuées à l’AA (pour une synthèse, voir Bon 2002). L’abri Dubalen, une partie du site moins connue en ce qui concerne les débuts du Paléolithique récent, l’AA de la couche I2 est précédé d’assemblages plus pauvres et tronqués par des phénomènes érosifs attribués respectivement au PA (Ebc1) et au Châtelperronien (Ebc2 ; e.g. Arrizabalaga et al. 2007, Bachellerie et al. 2011). Aux Abeilles, le PA fait suite à une séquence sous-jacente contenant des industries moustériennes (Eizenberg 2006). À Isturitz, le niveau C4d1, attribué au PA, constitue la base de la séquence du secteur principal des fouilles modernes. Même si l’on sait que le Moustérien existe au sein de cette cavité, aucune information n’existe, à l’heure actuelle, sur d’éventuels dépôts archéologiques sous-jacents (Szmidt et al. 2010, Barshay-Szmidt et al. 2018). Enfin, à Gatzarria, même si des mélanges sont documentés et montrent que l’archéoséquence n’est pas pleinement intègre, le PA fait suite à une séquence moustérienne surmontée par des traces châtelperroniennes avec notamment la présence de 11 pointes de Châtelperron qui, dans les carrés de l’entrée de la grotte, se trouvent toutes à la base de Cj, sous la limite de répartition de l’assemblage attribué au PA (Cjn2, voir Deschamps, Flas 2019).

16Pour résumer, en ce qui concerne l’archéoséquence des débuts du Paléolithique récent dans le sud-ouest de la France, la situation est claire et sans ambiguïté : sur le plan stratigraphique, une succession Châtelperronien/PA/AA est observable de la base vers le sommet. Cette archéoséquence n’est jamais démentie et aucune interstratification ou inversion stratigraphique n’est documentée, tendant à prouver la solidité de cette succession.

  • 1 Plus précisément, le modèle bayesien d’Anderson (2019) situe le PA entre 42 090 ± 580 et 40 400 ± (...)

17Voyons maintenant si cette succession est reproduite lorsque les données de chronologie absolue sont intégrées au raisonnement. Pour ce faire, en raison de la séquence archéostratigraphique bien établie dans la région et reproduite sur plusieurs sites, les modèles bayésiens concordants établis par Banks et al. (2013) et Anderson (2019) ont été considérés : ils se rejoignent pour situer schématiquement le PA entre 42 000 et 40 500 cal. BP et l’AA entre 40 300 et 37 000 cal. BP1. Les résultats des analyses bayésiennes déjà proposées s’accordent alors pleinement avec l’ensemble des dates connues et publiées depuis 2010 pour le PA et l’AA dans le Sud-Ouest français (fig. 3).

Fig. 3 – Dates 14C retenues et publiées depuis 2010 avec protocole de décontamination des échantillons par ultrafiltration pour le Protoaurignacien (en orangé) et l’Aurignacien ancien (en bleu) du Sud-Ouest français.

Fig. 3 – Dates 14C retenues et publiées depuis 2010 avec protocole de décontamination des échantillons par ultrafiltration pour le Protoaurignacien (en orangé) et l’Aurignacien ancien (en bleu) du Sud-Ouest français.

Orangé : PA ; bleu : AA ; gris : les dates du niveau C4c4 d’Isturitz interprété comme un PA dit de « transition » vers l’AA et une date du niveau PA de Gatzarria (Cjn2), manifestement trop jeune.

IntCal 20, d’après Reimer et al. 2020.

18In fine, pour le PA et l’AA du Sud-Ouest français, 44 mesures 14C obtenues depuis 2010 ont été intégrées (tabl. 1) : neuf pour le PA et 35 pour l’AA, soit un bilan radiométrique déséquilibré. Selon ces dates, les intervalles chronologiques sont relativement vieillis par rapport à ce que Banks et al. (2013) et Anderson (2019) proposaient. À 95,4 % de probabilité, le PA se développerait entre 42 800 et 40 200 cal. BP et l’AA serait compris entre 41 500 et 38 000 cal. BP (fig. 3). Toujours avec la courbe de calibration IntCal20, un modèle bayésien (fig. 4) a pu être établi en contraignant les résultats à des limites inférieure (dates du Châtelperronien sous-jacent en stratigraphie) et supérieure (dates cohérentes de l’Aurignacien récent de l’abri Pataud). Sur ce modèle, le PA prendrait place entre 41 700 et 40 500 cal. BP et l’AA entre 40 500 et 38 500 cal. BP, soit pendant la phase très froide de l’Heinrich stadial 4 (HS4 ; Harrison, Sanchez Goñi 2010).

Tabl. 1 – Dates 14C non calibrées retenues pour le modèle bayésien de la figure 4.

Tabl. 1 – Dates 14C non calibrées retenues pour le modèle bayésien de la figure 4.

Sont incluses : 44 dates pour le PA (neuf) et l’AA (35), cinq dates 14C pour l’Aurignacien récent de l’abri Pataud pour les couches 7 et 8 directement sus-jacentes à la dernière couche d’AA et 18 dates 14C pour le Châtelperronien des Cottés (six) et de la grotte du Renne à Arcy-sur-Cure afin de contraindre le modèle baysésien par des inférences archéostratigraphiques.

Fig. 4 – Modèle bayésien pour les phases du Protoaurignacien et de l’Aurignacien ancien.

Fig. 4 – Modèle bayésien pour les phases du Protoaurignacien et de l’Aurignacien ancien.

Pour le contraindre, des dates 14C hors du Sud-Ouest français pour le Châtelperronien (Les Cottés, grotte du Renne à Arcy-sur-Cure), selon le principe que le Châtelperronien est sous-jacent stratigraphiquement au PA, et des dates 14C de l’Aurignacien récent de l’abri Pataud, faisant suite stratigraphiquement à l’AA de ce même site, ont été ajoutées.

Le Protoaurignacien (PA) : définition archéologique

19Comme vu précédemment, le PA constitue, dans le Sud-Ouest français, et plus largement à l’échelle européenne, la première phase de l’Aurignacien. D’après notre modèle, le PA est daté entre 41 700 et 40 500 cal. BP, concordant ainsi avec celui établi auparavant par Banks et al. (2013). Se répartissant inégalement dans la région, il n’est bien documenté que dans quelques rares sites, comparativement à l’AA.

20Au nord de notre aire d’étude, de manière surprenante compte tenu de l’abondance des ensembles aurignaciens anciens ou récents, il est très mal documenté en Dordogne et inconnu en Charente, à l’exception de quelques occurrences encore méconnues ou mal préservées comme au site de Sous-Le-Roc (Hamard 2019). Parfois, les ensembles mélangés issus de fouilles anciennes portent également le témoin du PA dans le nord du Bassin aquitain, comme pour la couche K de La Ferrassie (e.g. Bon 2002), le contexte empêche cependant leur pleine intégration dans la proposition d’une archéoséquence chronologique unifiante. Dans le nord du Bassin aquitain, le PA devait être présent en Corrèze, dans la région du bassin de Brive, mais l’ancienneté des fouilles effectuées empêche, pour l’heure, d’intégrer ces occurrences (e.g. Dufour, Bos del Ser ; Bon 2002). Une présence sporadique est connue dans le Lot sur le site du Piage avec la couche K des fouilles de F. Champagne et R. Espitalié (1981). On ne peut donc conclure qu’à une présence archéologique limitée du PA dans le nord du Bassin aquitain. En direction du sud, il faut gagner le versant nord des piémonts pyrénéens pour en retrouver la trace, en particulier dans les zones centrale et occidentale à travers les sites déjà mentionnés des Abeilles, de Gatzarria, d’Isturitz et de Brassempouy. Par rapport à l’AA, le PA est donc relativement mal représenté dans le Sud-Ouest français et est, à ce jour, inconnu dans des sites de plein air et uniquement lié à des contextes d’abris-sous-roche ou en grotte. Peut-être faut-il chercher dans des biais taphonomiques les raisons expliquant cette représentation encore très limitée des sites protoaurignaciens.

21Depuis les années 1960 et les travaux de G. Laplace (1966), des industries à la base des séquences du Paléolithique récent se caractérisant principalement par la présence de grandes lamelles retouchées ont été isolées sous l’appellation « Protoaurignacien ». D’abord définies sur le pourtour ouest-méditerranéen et dans les Pyrénées françaises, elles ont ensuite été diagnostiquées dans des aires européennes plus continentales, en Aquitaine ou en Bourgogne (Bon et Bodu 2002), jusqu’en Autriche (Hahn 1977, Teyssandier 2006, 2007 a, 2007b, 2008) et Roumanie (Teyssandier 2007, Zilhão 2007) et probablement dans les Balkans où elles sont isolées sous l’appellation de Kozarnikien (Sirakov et al. 2007, Tsanova 2008). Vers l’ouest, on les retrouve également sur la façade atlantique, que ce soit dans le Pays basque (Arrizabalaga 2000, Normand et al. 2007, Szmidt et al. 2010, Barshay-Szmidt et al. 2018) ou dans les Cantabres (Maillo-Fernandez 2002).

22Dans le Sud-Ouest français, en partie parce que les travaux de G. Laplace ne trouvaient pas confirmation auprès des séquences aquitaines classiques (Djindjian 2002) et qu’ils se heurtaient à la désapprobation de plusieurs chercheurs (e.g. Bordes 1958, 1963, Sonneville-Bordes 1966), ce « Protoaurignacien » a peu à peu été gommé de nombreux travaux de synthèse, si ce n’est pour y apparaître au même niveau que des ensembles plus classiques, regroupés sous l’appellation générique d’« Aurignacien ». À ce titre, la variabilité des débuts de l’Aurignacien était masquée pour n’en retenir que son homogénéité pan-européenne et ses caractères jugés les plus significatifs. Dans cette région, il faut attendre le début des années 2000 et le renouveau des analyses technologiques pour voir le PA reprendre une consistance archéologique (e.g. Bon 2002, Bordes 2006). C’est également dans ces années que les caractères technologiques du PA sont peu à peu avancés, amenant alors à sa distinction du faciès princeps, l’AA.

Industrie lithique

  • 2 Nous privilégions ici l’appellation de pointes de Krems, souvent confondue avec celle de pointes d (...)

23Comme énoncé précédemment, l’obtention de grandes lamelles de profil légèrement courbe, ou le plus souvent rectiligne, constitue un critère dominant et unifiant les séries attribuées au PA. Ces lamelles sont fréquemment transformées par retouche inverse ou alterne en lamelles Dufour, sous-type Dufour (fig. 5 ; e.g. Demars et Laurent 1992). Selon les ensembles considérés, les modalités de la transformation par la retouche varient : à Isturitz, les lamelles retouchées se partagent à peu près équitablement entre retouche alterne (42,40 %) et inverse (46,50 % ; Falcucci et al. 2016) et au Piage (Bordes 2002), tous les cas de figure se retrouvent avec une prépondérance de retouche strictement inverse (48,90 %), suivie par des retouches alternes (28,40 %) puis directes (22,60 %). Dans tous les cas, une constante des assemblages protoaurignaciens consiste en la localisation de la retouche inverse qui affecte presque systématiquement le bord droit (plus de 96 % ; Falcucci et al. 2016). Dans certains cas, quand l’extrémité distale des lamelles est conservée, il apparaît que certaines lamelles sont appointées par retouche, représentant environ un tiers des spécimens retouchés à Isturitz qui le sont par retouche alterne (Falcucci et al. 2016). Les lamelles peuvent également être appointées par fines retouches directes, s’apparentant alors sur un plan typologique à des pointes de Krems2. Tel est le cas aussi au Piage où ces lamelles pointues à retouche bilatérale directe de type pointes de Krems composent 12 % de l’ensemble des lamelles retouchées (Bordes 2002).

Fig. 5 – Isturitz, Protoaurignacien : vues des faces supérieure et inférieure d’un échantillon de lamelles avec retouche convergente (2-3, 6, 10) et à retouche latérale.

Fig. 5 – Isturitz, Protoaurignacien : vues des faces supérieure et inférieure d’un échantillon de lamelles avec retouche convergente (2-3, 6, 10) et à retouche latérale.

Traits pleins : position de la retouche directe ; pointillées : position de la retouche inverse. La forte latéralisation dans les bords investis en fonction de la nature de la retouche directe ou inverse.

D’après Falcucci et al. 2016.

24Les données fonctionnelles sur les lamelles retouchées du PA sont encore rares et il demeure difficile de statuer précisément sur leur mode de fonctionnement (Pasquini 2013). Dans le Sud-Ouest français, les ensembles d’Isturitz ont fourni des données préliminaires permettant de dégager quelques tendances : sur les 451 lamelles retouchées considérées (Normand et al. 2008), 3 % portent les stigmates de fractures dites « complexes » évoquant une utilisation comme armature de projectile (fig. 6). Il s’agit exclusivement de fragments mésiaux au profil rectiligne. Toutes ces lamelles portent une retouche inverse ou alterne, jamais directe. Les traces macro ou microscopiques sont toujours localisées sur le bord opposé à celui retouché par retouche inverse, indiquant que c’est le bord régularisé ou transformé par retouche inverse qui était en contact avec la hampe. Enfin, ce ne sont pas les plus longues lamelles qui sont concernées par ce type de traces.

Fig. 6 – Isturitz, couche C4d1, Protoaurignacien : lamelles retouchées portant des fractures complexes (a, f) ou des fractures complexes et des endommagements autres (b-e).

Fig. 6 – Isturitz, couche C4d1, Protoaurignacien : lamelles retouchées portant des fractures complexes (a, f) ou des fractures complexes et des endommagements autres (b-e).

D’après Normand et al. 2008.

25Un fonctionnement comme armature de projectile n’est cependant pas l’utilisation exclusive des lamelles retouchées du PA puisque les études conduites à Isturitz montrent que certaines portent des traces microscopiques caractéristiques de contact avec des matériaux durs ou semi-durs, tels l’os, le bois animal ou végétal, ou encore d’activités de boucherie.

26Les modes de production des lamelles, objectif structurant les ensembles protoaurignaciens du Sud-Ouest français, constituent également un caractère unifiant les assemblages et permettant de définir des normes communes. Ici, une continuité opératoire dans le cadre de la production de lames puis de lamelles, aux dépens des mêmes nucléus, constitue un élément remarquable. Cette continuité, certes non exclusive, est majoritaire dans tous les ensembles régionaux considérés. À Isturitz, où les ensembles protoaurignaciens sont sans aucun doute les plus riches quantitativement, cette continuité opératoire se manifeste sous la forme de nucléus dont la surface de débitage est fréquemment pyramidale (fig. 7) ou prismatique.

Fig. 7 – Isturitz, couche C4d1, Protoaurignacien : nucléus unipolaire à grandes lamelles de morphologie pyramidale.

Fig. 7 – Isturitz, couche C4d1, Protoaurignacien : nucléus unipolaire à grandes lamelles de morphologie pyramidale.

D’après Normand et al. 2008.

27Dans ce dernier cas, il n’y a pas de limite nette entre surface d’exploitation et flancs et le débitage se traduit par une dynamique semi-tournante. Concernant les nucléus de morphologie pyramidale, ils se caractérisent par une surface d’exploitation triangulaire dont la morphologie est entretenue par des enlèvements latéraux issus des flancs convergeant en partie distale du nucléus (fig. 7). Ils configurent la bonne géométrie de la surface de débitage pour assurer l’obtention de lamelles « naturellement » pointues, minces et rectilignes en son centre. Ces enlèvements d’entretien, fréquemment outrepassés, sont caractéristiques des ensembles protoaurignaciens et une règle commune à toutes les productions lamino-lamellaires du PA renvoie au caractère strictement unipolaire de ces exploitations. Le plan de frappe est le plus souvent conservé lisse tout au long du débitage, les produits sont détachés par percussion tangentielle sur le bord du plan de frappe à l’aide d’un percuteur tendre organique ou minéral. Au côté de ces productions continues de lames puis de lamelles, se trouvent également des productions lamellaires indépendantes aux dépens de nucléus spécifiques. Dans ce cadre, ce sont le plus souvent des exploitations sur la tranche, d’éclats ou de lames épaisses, qui sont concernées. Elles fournissent alors des lamelles de profil rectiligne présentant une plus grande normalisation morphométrique que celles obtenues lors des productions « continues ». Enfin, à Isturitz comme sur d’autres sites, de rares nucléus carénés (« grattoirs » carénés) sont documentés même si leur présence demeure sporadique, tout comme celle des formes généralement typiques de l’Aurignacien, comme les lames aurignaciennes ou les supports laminaires robustes. Concernant le débitage laminaire, précisons qu’au PA les lames sont en général légères (fig. 8-9) en comparaison avec la robustesse des supports laminaires de la phase classique et qu’elles demeurent le plus souvent brutes ou très marginalement retouchées, consistant en une retouche de régularisation des bords ou simples traces dites « d’utilisation ». Ceci est particulièrement visible dans la série de la couche K du Piage (Bordes 2002).

Fig. 8 – Le Piage, couche K, Protoaurignacien : lames légères à fine retouche directe.

Fig. 8 – Le Piage, couche K, Protoaurignacien : lames légères à fine retouche directe.

D’après Bordes 2002.

Fig. 9 – Le Piage, couche K, Protoaurignacien : grattoirs sur supports laminaires légers.

Fig. 9 – Le Piage, couche K, Protoaurignacien : grattoirs sur supports laminaires légers.

D’après Bordes 2002.

Industrie en matières osseuses

28En ce qui concerne les autres éléments de la culture matérielle des groupes protoaurignaciens, les données demeurent lacunaires, en particulier les productions en matières osseuses pourtant au cœur des systèmes techniques aurignaciens et dont la systématisation et le plein développement constituent un critère de définition du technocomplexe en général. Au PA, la question est complexe puisque, pour notre région d’étude, les corpus demeurent peu abondants, rendant leur interprétation délicate. Le site d’Isturitz, grâce aux fouilles récentes conduites par C. Normand, joue alors un rôle crucial car c’est au sein de cette séquence que les ensembles sont les plus abondants et les plus diversifiés (Soulier et al. 2014, Goutas 2017). D’après les chiffres les plus récents, on dénombre 65 artefacts en matières dures animales dans le PA d’Isturitz, marqués par une nette domination des équipements en os avec une majorité de retouchoirs, suivis d’objets pointus, dont des poinçons et des fragments de bipointes, des outils à partie active mousse (type lissoir) et des outils à partie active tranchante comptant deux pièces intermédiaires (Soulier et al. 2014). On note également la présence d’une ébauche de perle tubulaire sur diaphyse de petit vertébré (fig. 10, no 1) et, fait important, un fragment de diaphyse de grand herbivore gravé de traits incisés formant cinq motifs en forme de croix (fig. 10, no 3).

Fig. 10 – Isturitz, Protoaurignacien : parure et art mobilier de la salle de Saint-Martin.

Fig. 10 – Isturitz, Protoaurignacien : parure et art mobilier de la salle de Saint-Martin.

1. Perle tubulaire sur diaphyse de petit vertébré ; 2. Fragment d’anneau en ivoire ; 3. Diaphyse d’ongulé de grande taille décoré.

1. Cliché N. Goutas ; 2. Cliché R. White, modifié ; 3. Cliché C. Normand ; d’après Soulier et al. 2014.

29Le bois de cerf est rare, avec un outil massif et quatre baguettes (fig. 11, no 1 et 2), tandis que le bois de renne est marqué par la présence de deux pointes de projectile indéterminées et trois pièces indéterminées (fig. 11, no 3). Une petite lèvre de pointe à base fendue (fig. 11, no 4) est également présente en C4d1 (Goutas, com. pers), laissant penser que ce fossile-directeur aurait pu se développer dès le PA. Enfin, on compte un fragment d’anneau en ivoire (fig. 10, no 2). En résumé, si une industrie en matières osseuses est bien attestée dans le PA d’Isturitz, celle-ci demeure peu structurée économiquement en comparaison avec celle de l’AA (Tartar 2015). On remarque également que, pour ces matériaux d’origine animale confectionnés, l’équipement domestique est prédominant par rapport aux armes de chasse, peu représentées, ce qui contraste nettement avec l’abondance des productions d’armatures en pierre.

Fig. 11 – Isturitz, Protoaurignacien : industrie en bois de cervidé de la salle de Saint-Martin.

Fig. 11 – Isturitz, Protoaurignacien : industrie en bois de cervidé de la salle de Saint-Martin.

1. Baguette en bois de cerf ; 2. Outil biseauté en bois de cerf ; 3. Mésial de pointe en bois de renne, 4. Languette de pointe à base fendue en bois de renne.

Clichés N. Goutas ; d’après Soulier et al. 2014.

30Sur les autres sites protoaurignaciens connus, les données sont encore plus lacunaires et les corpus trop insuffisants pour livrer des informations solides. Tout juste peut-on relever, comme auparavant (Teyssandier 2007a, 2007b), que des objets appointés (pointes/poinçons ?) de plusieurs types existent dans la couche K du Piage (Mons 1981) ainsi qu’aux Abeilles et qu’on note la présence de baguettes de section circulaire/ovalaire particulière (fig. 12-13) en ivoire qui pourraient constituer un type d’objet remarquable (Teyssandier 2007b, p. 374) ne semblant pas connues à l’Aurignacien classique. E. Tartar (2015) relève également la présence d’un fragment mésio-distal de pointe à section aplatie en bois de renne à Gatzarria évoquant une possible pointe à base fendue ainsi que des pointes en ivoire non fendues à section circulaire. N’oublions pas ici que le PA à Gatzarria est surmonté d’un niveau AA et que les fouilles y sont anciennes.

Fig. 12 – Quelques exemples d’outils en matières osseuses du Protoaurignacien.

Fig. 12 – Quelques exemples d’outils en matières osseuses du Protoaurignacien.

1-2. Fragments de baguette en ivoire (sagaie ?), Les Abeilles ; 3. Fragment mésio-distal de pointe de sagaie de section ovalaire, Le Piage, couche K. Toutes ces pièces présentent la particularité d’être de section ovalaire/circulaire. Il pourrait s’agir là d’un caractère particulier des productions en matières osseuses du Protoaurignacien.

1-2. D’après Laplace et al. 2006 ; 3. D’après Mons 1981.

Fig. 13 – Pointes en ivoire du Protoaurignacien de Gatzarria.

Fig. 13 – Pointes en ivoire du Protoaurignacien de Gatzarria.

À noter la section circulaire/ovalaire et le caractère fréquent de l’ivoire comme matière d’œuvre.

D’après Tartar 2015.

Parures

31Enfin, le registre symbolique est attesté dans le PA du Sud-Ouest français à travers des éléments de parure qui se retrouvent de manière disparate dans les sites concernés. Ici encore, comme pour l’industrie osseuse, c’est à Isturitz que les témoignages sont les plus éloquents à travers la présence de parures, principalement sous la forme de coquillages perforés. R. White (2007, White et Normand 2015) note alors la présence de quinze coquillages perforés (Littorina obtusata) en C4d et d’une pendeloque en pierre tendre (calcite ou talc ?) dans le niveau C4d1, assurément protoaurignacien. Le plus souvent, sa forme est interprétée comme une représentation anthropomorphe féminine, voire zoomorphe ou phallique (fig. 14 ; White 2010, White et Normand 2015). Il relève également l’existence d’un pendentif en ambre, le plus ancien connu à ce jour, découvert dans le niveau C4c dont l’attribution chronoculturelle proposée à un Aurignacien de transition entre le PA et l’AA porte à discussion.

Fig. 14 – Parure du Protoaurignacien d’Isturitz couche C4d1.

Fig. 14 – Parure du Protoaurignacien d’Isturitz couche C4d1.

Quatre faces de la pendeloque en pierre tendre (talc ou calcite), forme anthropomorphe ou zoomorphe de la couche C4d1.

Clichés R. White ; d’après White et Normand 2015.

Territoires et faunes chassées

32En termes de gestion territoriale, on note dans le PA du Sud-Ouest des déplacements de matériaux lithiques sur des distances pouvant atteindre les 100 km dans le nord ou le sud du Bassin aquitain. Pour la première fois dans la séquence du Paléolithique récent, il est également possible de relever des indices de circulation à l’échelle du Sud-Ouest depuis les Pré-Pyrénées (Chalosse) vers le Nord aquitain. Concernant les gibiers chassés, une dichotomie assez nette apparaît entre les sites au nord, où le renne est dominant, alors qu’à Isturitz ou aux Abeilles, le cheval et le bison dominent. Il y aurait donc une séparation géographique assez claire (Discamps et al. 2014). Les données réunies par M.-C. Soulier (2013) attestent que les rares sites protoaurignaciens permettant cette observation montrent des occupations automnales systématiques avec mise à profit de la période de migration des ongulés pour une chasse ciblant des animaux gras avec une peau de bonne qualité.

L’auteur du Protoaurignacien dans le Sud-Ouest français

33Pour définir les ensembles protoaurignaciens du Sud-Ouest, il est nécessaire de relever le grand absent de ce panorama synthétique : le type humain responsable de cette phase et associé archéologiquement aux manifestations culturelles décrites précédemment. Les seuls vestiges humains reconnus sont trois restes de périnatal découverts dans les couches K et J du Piage lors des fouilles de F. Champagne et R. Espitalié (1981). P. Beckouche et F. Poplin, qui les ont isolés des restes de faune, ne les ont cependant pas diagnostiqués. La reprise de ces vestiges par B. Maureille et al. dans le cadre des rapports de nouvelles fouilles programmées dirigées par J.-G. Bordes et F. Le Brun-Ricalens conclut de la manière suivante : « nous pouvons donc supposer que le sujet du Piage est morphologiquement plus proche d’un périnatal anatomiquement moderne que d’un nouveau-né néandertalien » (Maureille et al. 2007, p. 365).

L’Aurignacien ancien (AA) : définition archéologique

34Phase princeps de l’Aurignacien, l’AA est connu sur un nombre de sites nettement plus conséquent que le PA. Sa présence est également avérée dans des types d’installation beaucoup plus diversifiés puisque l’on compte à la fois de longues séquences en grottes ou sous-abris et des stations de plein air dans plusieurs régions d’étude (Chalosse, Haut Agenais, Pays de Serres, Bergeracois, etc.).

35L’AA (Aurignacien I ou encore Aurignacien typique pour certains) est sans conteste l’épisode le mieux connu de ce technocomplexe puisque c’est à partir de ses outillages lithiques et osseux que l’Aurignacien sensu lato a été individualisé et que les phases de son développement ont été articulées (e.g. Breuil 1912, Sonneville-Bordes 1960). La pointe à base fendue, le plus souvent en bois de renne, a joué un rôle capital : partout où elle est présente, de l’Atlantique au Proche-Orient, elle signe l’ancienneté des ensembles archéologiques en question dans la séquence aurignacienne (Sonneville-Bordes 1960, Leroy-Prost 1979, Liolios 1999). C’est d’ailleurs précisément à partir des caractères remarquables de l’AA, faciès princeps du technocomplexe lors de sa définition moderne par H. Breuil, et leur récurrence sur de vastes espaces géographiques que l’homogénéité pan-européenne d’un Aurignacien innovant et conquérant a été soutenue. Cela a ainsi permis de lier cet épisode culturel à ce que l’on percevait alors comme l’arrivée d’un nouveau type biologique pénétrant pour la première fois en Europe : Homo sapiens.

Industrie lithique

  • 3 Il convient ici, pour être exact, d’ajouter à ces études pionnières du Sud-Ouest français, celles (...)

36L’AA joue donc un rôle prépondérant tant dans la construction de l’Aurignacien lui-même que dans son interprétation en termes de dynamique de peuplement et d’interaction avec les autochtones néandertaliens. Il marque également un renouveau méthodologique dans les années 1990 puisque c’est principalement à partir de ses industries en pierre taillée que s’est développée toute une série d’études technologiques pionnières principalement dans des contextes de plein air qui ne disposaient pas nécessairement de longues stratigraphies ni de calage chronologique. Ici, le Sud-Ouest français a joué un rôle majeur3 et l’on pense nécessairement aux travaux conduits par F. Le Brun-Ricalens dans le pays de Serres (Le Brun-Ricalens 1990, 1993) ou ceux développés par J. Tixier (Tixier et Reduron 1991), J.-P. Chadelle (1989, 1990, 2005), E. Boëda et I. Ortega (Boëda et al. 1996, Ortega Cordellat et al. 2006) dans le Bergeracois. À partir de ce cadre de référence sur des ensembles où les chaînes opératoires lithiques étaient particulièrement bien exprimées, puisque fondées sur des sites correspondant le plus souvent à la définition générique d’atelier de taille, les travaux se sont progressivement étendus vers les séquences de référence en grotte ou sous-abri, comme ce fut le cas au début des années 2000 dans le nord de l’Aquitaine (Chiotti 1999, 2002, 2003, Bordes 2002) ou dans les marges pyrénéennes (Bon 2002).

37À l’échelle du Bassin aquitain et de la chaîne pyrénéenne et de ses marges, le constat est sans appel et témoigne de la forte unité des productions lithiques de l’AA (Bon 2002, Bordes et Tixier 2002). Le caractère principal à relever dans l’organisation de ces productions renvoie à la dissociation, presque systématique, des débitages de lames et de lamelles. Des chaînes opératoires spécifiques sont en effet mises en œuvre pour l’obtention de ces produits métriquement fort dissemblables : d’un côté, un débitage laminaire indépendant et autonome, et de l’autre, l’obtention de lamelles courtes aux dépens de nucléus (« grattoirs ») carénés (fig. 15).

Fig. 15 – Organisation schématique des productions lithiques à l’Aurignacien ancien en deux schémas opératoires disjoints.

Fig. 15 – Organisation schématique des productions lithiques à l’Aurignacien ancien en deux schémas opératoires disjoints.

A. Nucléus à lames unipolaire (Caminade, niveau F) ; B. Grattoir sur lame retouchée (Le Piage, niveau B) ; C-D. Nucléus carénés de type « grattoir caréné » à front large (C : Geissenklösterle, D : Caminade, niveau F) ; E-G. Lamelles brutes (E : Corbiac-Vignoble 2, F-G : Geissenklösterle).

D’après Teyssandier et al. 2010, modifié.

38Les lames larges, épaisses et robustes sont obtenues par percussion directe tendre organique, selon une gestuelle tangentielle venant accrocher le bord de plan de frappe. Les préparations au détachement se font systématiquement depuis la surface d’exploitation vers le plan de frappe, avec des talons généralement facettés pouvant aller jusqu’à l’éperon. Les supports laminaires sont détachés aux dépens de nucléus unipolaires dont la mise en forme demeure en général réduite. Il est ainsi fréquent que dos et flancs restent corticaux tout au long du processus d’exploitation ou soient sommairement aménagés et que les tailleurs mettent à profit des volumes naturellement propices, par leur morphologie, à une exploitation laminaire d’entame relativement directe par le biais de lames corticales ou d’éclats laminaires s’allongeant progressivement pour créer les premières nervures-guide. On note souvent une relative asymétrie dans la gestion des flancs, avec un côté beaucoup plus investi par la mise en forme que l’autre, comme à Brassempouy (Bon 2002), Champ Parel (Anderson 2019) ou La Tuto de Camalhot (Anderson 2019). Dans de rares cas, éventuellement liés à l’exploitation de volumes de taille exceptionnelle comme dans le Bergeracois, des mises en forme plus poussées, atteignant parfois une restructuration presque complète du volume à débiter par la mise en place d’une ou deux crêtes en position postéro-latérale (Teyssandier 2000), peuvent être mises en place. C’est par exemple le cas d’un nucléus exceptionnel de Barbas qui voit même l’ouverture rarissime d’un second plan de frappe opposé à des fins de réfection (fig. 16).

Fig. 16 – Barbas II, Aurignacien ancien : nucléus exceptionnel à très grandes lames et mise en forme poussée par deux crêtes postéro-latérales.

Fig. 16 – Barbas II, Aurignacien ancien : nucléus exceptionnel à très grandes lames et mise en forme poussée par deux crêtes postéro-latérales.

Dessin M. Reduron ; d’après Teyssandier 2000.

39En termes de configuration géométrique des volumes exploités, les Aurignaciens anciens privilégient un positionnement de la surface d’exploitation sur une surface large du volume encadrée par des flancs globalement perpendiculaires. On ne note qu’exceptionnellement une convergence distale de la surface de débitage. Le rythme du débitage opère selon un recul le plus souvent frontal dans le volume du bloc avec un détachement des lames fréquemment entrecoupé de phases de ravivage du plan de frappe par l’extraction de tablettes souvent épaisses, procédé particulièrement dispendieux en matière première et directement corrélable aux types de préparation des talons. Les phases d’entretien s’intègrent aux séquences laminaires par le biais de lames de débordement à la jonction de la table et de l’un des flancs en ce qui concerne les convexités transversales. La gestion de l’exploitation laminaire peut également tendre vers un rythme demi-tournant avec extension du détachement laminaire vers l’un des flancs (fig. 17). De la même manière, de fréquentes lames massives et outrepassées peuvent être interprétées comme les témoins de l’entretien de la carène, tout comme l’ouverture, certes peu fréquente, d’un second plan de frappe opposé.

Fig. 17 – Représentation du schéma opératoire laminaire de l’Aurignacien ancien de La Tuto de Camalhot.

Fig. 17 – Représentation du schéma opératoire laminaire de l’Aurignacien ancien de La Tuto de Camalhot.

Noter la géométrie du nucléus avec un flanc perpendiculaire à la surface de débitage et la dynamique de la progression laminaire semi-tournante vers l’autre flanc.

D’après Bon 2002.

40Certes variées sur le plan de la gamme dimensionnelle des produits obtenus, les lames prioritairement recherchées par les Aurignaciens anciens et utilisées le plus souvent dans le cadre de la confection d’un outillage domestique sont généralement des supports robustes, de profil régulièrement courbe, transformés en grattoirs, lames retouchées, voire étranglées (fig. 18-19). La robustesse recherchée, perceptible à travers un rapport largeur/épaisseur important, est également à mettre en relation avec une assez longue durabilité de ces objets mobiles, perceptible en particulier par les multiples réaffûtages que présentent les fameuses lames aurignaciennes à retouche scalariforme. Cela est particulièrement vrai sur les sites dits « d’habitat » où l’on retrouve principalement ces objets. Cependant, là où la production laminaire est représentée par toutes les phases de la chaîne opératoire, on note que les lames robustes, si elles constituent l’archétype des intentions des Aurignaciens anciens, ne sont pas l’unique objectif et qu’il n’est pas rare que les tailleurs recherchent des lames plus courtes et parfois étroites. À Barbas, il a pu être noté que lorsque tel était le cas, le débitage s’orientait alors vers des exploitations sur plaquettes ou sur éclats aux dépens de la face étroite du volume à débiter (Teyssandier 2000).

Fig. 18 – Grattoirs sur lame à retouche latérale ou sur lame aurignaciennes de l’Aurignacien ancien de la couche 14 de l’abri Pataud.

Fig. 18 – Grattoirs sur lame à retouche latérale ou sur lame aurignaciennes de l’Aurignacien ancien de la couche 14 de l’abri Pataud.

Noter le caractère envahissant de la retouche, scalariforme de type aurignacienne témoignant d’objets plusieurs fois ravivés et à longue durée de vie.

D’après Bricker 1995.

Fig. 19 – Champ-Parel 3, Aurignacien ancien, outillage sur lames.

Fig. 19 – Champ-Parel 3, Aurignacien ancien, outillage sur lames.

A. Lame aurignacienne à encoche ; B. Lame appointée ; C. Grattoir sur éclat laminaire ; D. Grattoir sur lame à crête ; E. Lame aurignacienne à encoche ; F. Lame à encoche.

A-B, E. Dessins J.-G. Marcillaud ; C-D, F. Clichés L. Anderson ; d’après Anderson 2019.

41Si une certaine variabilité compréhensible et naturelle s’applique au débitage de lames de l’AA, il n’en reste pas moins régi par un ensemble de normes, que ce soit dans les modalités de la production ou dans les intentions, en faisant ainsi un bon marqueur technoculturel même s’il peut être partagé par d’autres phases ultérieures de l’Aurignacien. En revanche, il se démarque très clairement de ce qui a été relevé pour le PA.

42Les lames ne sont pas seules à l’AA et c’est bien le couple lames/lamelles qui domine et structure l’ensemble du sous-système lithique. Ici, ces deux productions sont le plus souvent strictement dissociées et les lamelles principalement obtenues aux dépens de nucléus carénés, les fameux « grattoirs » carénés (pour une revue synthétique et historique, voir Le Brun-Ricalens 2005).

43À l’AA, la production lamellaire est réalisée sur « grattoirs » carénés à front large le plus souvent réalisés sur lames ou éclats, déchets de la production laminaire dans les deux cas. Ils sont beaucoup plus rarement conçus sur blocs ou fragments de blocs (Bordes 2005, Anderson 2019). En somme, la dissociation très souvent avancée entre production de lames et de lamelles pour l’AA n’est pas totale et il y a bien connexion de ces deux schémas sur le plan des supports utilisés pour exécuter le débitage des lamelles.

44Dans la plupart des cas (pour une représentation schématique synthétique, voir fig. 20), le débitage lamellaire s’effectue aux dépens de fronts centrés sur l’axe d’allongement morphologique du support (e.g. Bon 2002, Bordes 2005). En cours de débitage, il est fréquent qu’une encoche en position latérale soit extraite afin de redonner un cintre correct à la surface d’exploitation lamellaire dont la morphologie est le plus souvent convergente en partie distale, parfois aussi rectangulaire. À l’abandon des pièces, cela peut donc typologiquement donner des « grattoirs » à museau même s’il s’agit alors d’une dénomination recouvrant une modalité particulière d’entretien des convexités latérales de la table.

Fig. 20 – Schématisation de la structure volumétrique des nucléus carénés de type « grattoir » caréné de l’Aurignacien ancien de La Tuto de Camalhot.

Fig. 20 – Schématisation de la structure volumétrique des nucléus carénés de type « grattoir » caréné de l’Aurignacien ancien de La Tuto de Camalhot.

Noter les procédés typiques de mise en forme et d’entretien de la surface lamellaire et sa morphologie distale.

D’après Anderson 2019.

45Le front de ces pièces carénées est le plus souvent large, avec des dimensions centrées entre 2 et 3 cm de large. En ce qui concerne les lamelles extraites, elles sont courtes et plutôt larges, d’un calibre allant de 13 à 30 mm de long pour 2 à 7 mm de large. Leur profil est généralement subrectiligne à régulièrement courbe, jamais tors pour les lamelles recherchées extraites du centre de la table lamellaire. Les talons de ces lamelles sont majoritairement lisses, caractère technique en accord avec des surfaces de plan de frappe des nucléus carénés demeurant lisses tout au long de l’exploitation. L’abrasion du bord de plan de frappe avant le détachement est quasi-systématique avec des bulbes plutôt diffus et une présence discrète d’une lèvre évoquant clairement une percussion à gestuelle tangentielle probablement associée à l’usage d’un percuteur tendre organique (Anderson 2019, p. 626-627).

46Ces lamelles ne sont jamais intensément transformées et une bonne partie d’entre elles a dû être utilisée brute. Lorsque retouche il y a, elle est le plus souvent discrète et inverse, comme cela a pu être observé sur les exemplaires de Castanet (Pelegrin et O’Farrell 2005) ou de Champ Parel 3 (Anderson 2019 ; fig. 21). On remarque également une tendance à la latéralisation assez marquée puisqu’en règle générale, c’est le bord droit qui est retouché en modalité inverse.

Fig. 21 – Lamelles retouchées de l’Aurignacien ancien de Champ Parel 3.

Fig. 21 – Lamelles retouchées de l’Aurignacien ancien de Champ Parel 3.

A. Fragment mésial à retouche directe sur le bord droit, inverse sur le bord gauche ; B. Lamelle fragmentée en cours de modification ; C. Éclat lamellaire outrepassé.

D’après Anderson 2019.

47Il est le plus souvent proposé que la destination fonctionnelle des lamelles de l’AA est liée à un usage en tant qu’armatures de projectile. Les études précises sont rares et encore limitées à de premiers constats à Castanet (Pelegrin et O’Farrell 2005) et Brassempouy (O’Farrell 2005).

48À Castanet, les auteurs ont observé la présence de « fractures complexes » évocatrices d’un tel usage sur les quelques spécimens retouchés : languettes de 1 à 2 mm à terminaison en marche, fractures à flexion latérale en marche le plus souvent associées à des endommagements des bords (ébréchures, esquillements inverses, mâchures en flexion, etc.).

49Comme observé à Barbas, il arrive qu’un débitage lamellaire indépendant s’exprime à l’AA et que, dans certains cas, ses objectifs de production soient différents de ceux poursuivis par l’exploitation des nucléus carénés avec, par exemple, une recherche de lamelles élancées pouvant atteindre les 4 cm de long (e.g. Teyssandier 2000 ; fig. 22). Pour autant, ceci n’est pas la règle et ne constitue en aucun cas un objectif structurant lorsque les ensembles aurignaciens anciens sont considérés dans leur globalité. Il en va de même de la question des productions d’éclats, souvent attestés à l’AA, en particulier à l’abri Pataud (Chiotti 1999). Certes, ces productions existent mais elles restent rares et souvent inféodées au débitage laminaire. Dans quelques cas, l’existence de productions autonomes avec des nucléus comparables dans leur morphologie à des spécimens discoïdes a pu être relevée (Teyssandier 2000 ; fig. 23).

Fig. 22 – Nucléus à lamelles de l’Aurignacien ancien de Barbas II illustrant une certaine diversité des modules lamellaires recherchés avec ce nucléus « prismatique » à lamelles élancées.

Fig. 22 – Nucléus à lamelles de l’Aurignacien ancien de Barbas II illustrant une certaine diversité des modules lamellaires recherchés avec ce nucléus « prismatique » à lamelles élancées.

D’après Teyssandier 2000.

Fig. 23 – Nucléus à éclat de morphologie discoïde de l’Aurignacien ancien de Barbas II.

Fig. 23 – Nucléus à éclat de morphologie discoïde de l’Aurignacien ancien de Barbas II.

D’après Teyssandier 2000.

50En outre, il est fréquent que des nucléus à éclats portent les traces de maladresses techniques ou qu’il s’agisse de reprises secondaires de nucléus laminaires par percussion directe dure (fig. 24) pouvant témoigner de maladresses techniques ou d’acharnements inutiles avec des négatifs d’enlèvements systématiquement réfléchis et des points d’impact répartis de façon aléatoire sur le bloc et parfois à distance respectable des bords de plans de frappe où les coups auraient dû être portés pour être réussis (Teyssandier 2000). Ceci pointe davantage vers des productions de tailleurs malhabiles plutôt que des productions liées à un objectif économique déterminable (e.g. Anderson 2019).

Fig. 24 – Ancien nucléus à lames repris maladroitement par percussion directe dure de l’Aurignacien ancien de Barbas II.

Fig. 24 – Ancien nucléus à lames repris maladroitement par percussion directe dure de l’Aurignacien ancien de Barbas II.

D’après Teyssandier 2000.

Industrie en matières osseuses

51Comme vu précédemment, avec l’AA, on assiste à l’individualisation de certaines chaînes opératoires lithiques en fonction des registres d’activités auxquelles elles sont assignées (e.g., l’opposition chasse vs domestique ; Tartar et al. 2006, Teyssandier 2007a, 2007b, 2008). À l’instar des productions en pierre taillée, les instruments de chasse en matières dures animales sont, eux aussi, circonscrits par rapport aux autres productions osseuses. De la même façon, les chaînes opératoires de production de l’armement sont clairement dissociées de celles vouées aux autres principales catégories fonctionnelles (Liolios 1999, Tartar et al. 2006, Tartar 2015). Cette dissociation est ici accentuée par une nette gestion différenciée des matières premières (fig. 25) : le bois de renne est voué à la confection d’armement, l’ivoire essentiellement à la parure et l’os aux principales catégories d’objets domestiques (lissoirs, poinçons, etc.).

Fig. 25 – Organisation des chaînes opératoires de production en matières osseuses à l’Aurignacien ancien, exemple de La Tuto de Camalhot.

Fig. 25 – Organisation des chaînes opératoires de production en matières osseuses à l’Aurignacien ancien, exemple de La Tuto de Camalhot.

Restitution et schéma D. Liolios ; d’après Tartar et al. 2006.

52Pour les armes, cette préférence du bois de renne a été remarquée depuis longtemps en partie parce que les pointes à base fendue ont accaparé l’attention depuis la seconde moitié du xixe siècle (e.g. Lartet 1861). De ce fait, elles vont très tôt servir de fossile-directeur de l’Aurignacien classique (AA), et ce, bien avant que H. Breuil puis D. Peyrony ne leur assignent une place plus précise dans la chronoséquence aurignacienne (Breuil 1912, Peyrony 1933).

53L’importance accordée à ces pointes à base fendue (fig. 26) est également venue atténuer la richesse et la diversité des équipements en matières osseuses de l’AA. Comme le précise E. Tartar (2015), si l’on considère la composition des ensembles du Sud-Ouest français particulièrement riches, à l’instar de Castanet, Brassempouy, Gatzarria ou Les Abeilles, les pointes à base fendue sont certes toujours bien représentées mais nettement minoritaires et ne représentent que 4 à 20 % des objets finis en matières osseuses. L’exploitation importante du bois de renne à l’AA reste quant à elle presque systématiquement immuable et centrée autour de la production de supports puis de leur façonnage pour la confection de pointes à base fendue (pour plus de détails sur la production de ces pointes, voir Liolios 1999, Tartar et White 2013). L’industrie en os est plus diversifiée (Tartar 2015) : sans être exhaustif, elle inclut notamment les outils domestiques classiques retrouvés tout au long du Paléolithique récent dont ceux impliqués dans le travail des peaux (lissoirs, poinçons) pouvant être décorés d’incisions (fig. 27).

Fig. 26 – Pointes à base fendue en bois de renne de l’Aurignacien ancien.

Fig. 26 – Pointes à base fendue en bois de renne de l’Aurignacien ancien.

1. Les Abeilles ; 2. Castanet.

D’après Tartar 2015.

Fig. 27 – Équipements en os de l’Aurignacien ancien.

Fig. 27 – Équipements en os de l’Aurignacien ancien.

1-2. Lissoirs ; 3-5, 13. Poinçons ; 6. Alène ; 7. Bipointe ; 8-10. Bâtonnets ; 11-12. Tubes décorés. 1, 5, 11-12. Gatzarria ; 2-3, 6-7, 13. Grotte des Hyènes, Brassempouy ; 4, 8-10. Castanet.

D’après Tartar 2015.

54Tout un panel d’autres outils complète les ensembles (fig. 27) avec, par exemple, des petits éléments appointés de type bipointes ou des bâtonnets et tubes dont la fonction demeure énigmatique (Tartar 2015). Enfin, il ne faut pas oublier les outils en os bruts, utilisés tels quels à l’issue d’opérations de boucherie (Tartar 2009, 2015). C’est le cas notamment des très nombreux retouchoirs, outils intermédiaires type coins, pics, objets à pointe mousse, etc.

55En résumé, l’industrie en matières osseuses est riche, diversifiée et remarquablement structurée sur un plan économique, que ce soit sur le plan de l’usage différencié des matières premières ou sur celui de l’individualisation opératoire des registres d’activités. On note également un investissement technique variable depuis des productions régies par des normes strictes pour les pointes à base fendue, possiblement interchangeables sur des hampes en bois, à des productions en os hétérogènes semblant correspondre à la confection immédiate à partir des déchets alimentaires d’un outillage « expédient » pour certaines, d’outils à longue durabilité (lissoirs décorés, certains poinçons) pour d’autres (Tartar 2015).

Parures

56L’industrie en matières osseuses n’est pas le seul registre archéologique pour lequel l’AA se distingue : les parures y connaissent un développement, une systématisation et une diversification sans commune mesure avec ce qui est observé précédemment. Pour la première fois, les corpus sont particulièrement abondants, en particulier dans le sud-ouest de la France. Les matériaux engagés se multiplient : coquillages, comme au PA, variétés de pierres tendres, ivoire, os, bois de renne, dents animales et même humaines.

57Un type particulièrement commun se retrouve en abondance, en particulier dans les sites périgourdins et pré-pyrénéens : des perles en panier (fig. 28), principalement en ivoire mais également parfois en stéatite, dont plus d’un millier de spécimens étaient déjà recensés dans les années 1990 et pour lesquelles la chaîne opératoire de production a pu être restituée (White 1993). Elle montre une standardisation des procédés de fabrication à l’échelle régionale, ici entendue depuis le Périgord (La Souquette, Blanchard, Castanet, Pataud) jusqu’aux contreforts pyrénéens de l’Ariège (La Tuto de Camalhot), les Landes (grotte des Hyènes à Brassempouy) ou le Pays basque (Isturitz). En outre, ces perles en panier montrent une homogénéité morphologique et métrique importante qui seraient l’œuvre de spécialistes (Heckel 2018).

Fig. 28 – Perles en panier de sites aurignaciens anciens (Castanet, La Souquette, Brassempouy et Isturitz) vues de face (A), de profil (B) et présentant une très faible variabilité dimensionnelle.

Fig. 28 – Perles en panier de sites aurignaciens anciens (Castanet, La Souquette, Brassempouy et Isturitz) vues de face (A), de profil (B) et présentant une très faible variabilité dimensionnelle.

D’après Heckel 2018.

58L’ivoire est certes très important dans la constitution des parures de l’Aurignacien ancien mais on compte également toute une variété de pierres tendres, telles que la chlorite, la lignite ou encore la serptentinite majoritairement transformées en perles en panier ou en perles bilobées. Les coquillages perforés sont eux aussi présents mais ne semblent pas constituer la tendance majoritaire pour les Aurignaciens anciens qui privilégient davantage l’os avec des perles tubulaires parfois incisées ou les dents animales : le plus souvent, il s’agit d’incisives de bovidés ou de canines de renard ou de renne, voire de craches de cerf (fig. 29). À Isturitz, les dents de mammifères perforées sont les plus fréquentes avec d’intéressantes variations chronologiques dans la répartition stratigraphique des dents de bovinés, plus fréquentes dans les couches inférieures de l’AA que dans le sommet de la séquence (White et Normand 2015).

Fig. 29 – Exemple de diversité des parures de l’Aurignacien ancien de Les Cottés.

Fig. 29 – Exemple de diversité des parures de l’Aurignacien ancien de Les Cottés.

D’après Rigaud et al. 2014.

59À Brassempouy, au contraire, ces mêmes dents sont absentes, ce qui pourrait indiquer des groupes régionaux distincts. On note également une forte divergence entre les animaux consommés et les animaux portés, se traduisant par l’absence totale de dents des principales espèces chassées (rennes, chevaux, bovinés) dans la constitution des parures à Brassempouy et Castanet (White et Normand 2015).

60Enfin, quatre dents humaines perforées ont été découvertes à Brassempouy (Henry-Gambier et al. 2004), comportement reconnu à l’unité sur d’autres sites aurignaciens anciens (Isturitz, La Combe, Tarté). À une première échelle d’observation, on constate une relative homogénéité des pratiques ornementales des Aurignaciens anciens du Sud-Ouest français avec d’intéressants phénomènes spatiaux et chronologiques. Dans l’espace, des divergences fortes dans les espèces animales impliquées pour confectionner des parures sur dents interrogent et posent la question de possibles groupes régionaux, voire de frontières plus ou moins perméables dans ces pratiques. Dans le temps, et même si les observations sont encore restreintes à la séquence AA d’Isturitz, de fines variations pourraient illustrer des phénomènes évolutifs traduisant des choix ou des préférences variables selon la chronologie des occupations.

Représentations graphiques

61Un autre registre archéologique consacre l’AA comme un ensemble chronoculturel singulier et parsemé d’innovations marquantes : il s’agit des représentations graphiques figuratives (fig. 30-31) qui apparaissent pour la première fois dans la région (e.g. White et al. 2012, Bourrillon et White 2015, Bourrillon et al. 2018). En Dordogne, où ces comportements sont concentrés, sur les 45 abris-sous-roche aurignaciens recensés, treize ont fourni des fragments de voûtes ou des blocs semi-mobiles sur lesquels sont visibles des figures bichromes, des contours animaliers noirs, gravés ou piquetés, ainsi que des cuvettes et des anneaux (Bourrillon et White 2015). C’est notamment le cas à Belcayre, Blanchard, Castanet, Cellier, La Ferrassie, Fongal, La Souquette, Laussel, Pataud et Le Poisson. Si tous ces témoignages appartiennent à l’Aurignacien sensu lato et peuvent potentiellement être attribués à un Aurignacien post-ancien (phase moyenne ou récente par exemple), des découvertes récentes en contexte stratigraphique à Blanchard et Castanet assurent leur positionnement au sein d’un AA typique. À Blanchard, un bloc calcaire découvert dans les dépôts archéologiques récemment fouillés montre une gravure d’auroch et une série de 72 ponctuations (Bourrillon et al. 2018 ; fig. 31). Le contexte archéologique directement associé à ce bloc gravé fournit deux mesures 14C livrant un âge entre 39 800 et 37 200 cal. BP.

Fig. 30 – Exemples de blocs graves et/ou peints de l’abri Blanchard.

Fig. 30 – Exemples de blocs graves et/ou peints de l’abri Blanchard.

D’après Bourrillon et al. 2018.

Fig. 31 – Dalle calcaire gravée d’un auroch avec série de ponctuations découverte in situ dans un niveau aurignacien ancien de l’abri Blanchard.

Fig. 31 – Dalle calcaire gravée d’un auroch avec série de ponctuations découverte in situ dans un niveau aurignacien ancien de l’abri Blanchard.

D’après Bourrillon et al. 2018.

  • 4 À Blanchard comme à Castanet, le fait que ces blocs soient tombés de la voûte ou de la paroi dans (...)

62À Castanet, un large bloc provenant de l’effondrement de la voûte de l’abri a été retrouvé et la surface qui reposait directement sur le niveau aurignacien ancien4 a montré la présence de nettes gravures figurant une représentation vulvaire déjà bien connue sur ce site et d’autres de la vallée de la Vézère ainsi qu’une ligne exécutée en bas-relief suggérant le contour d’une figure zoomorphe inachevée. Cette dernière est composée de la tête et des membres antérieurs, d’une patte antérieure pointue et de la ligne ventrale. L’arrière de l’animal, un bison, ne semble pas avoir été représenté. Enfin, sur la partie supérieure de cette surface, deux dépressions peu profondes sont visibles, montrant une forme typique en huit d’un anneau résiduel (White et al. 2012, p. 8452), pratique classique dans les abris de l’Aurignacien ancien périgourdin.

63La révision des découvertes plus anciennes par Bourrillon et White (2015) atteste de l’identité des pratiques artistiques des Aurignaciens anciens de la vallée de la Vézère. Sur les blocs et fragments ornés, les cupules, anneaux et sexes féminins dominent l’ensemble. Il faut également souligner la réalité de figurations animales, sous les traits de chevaux, bouquetins, félins et bovidés.

Territoires et faunes chassées

64Les données réunies par M.-C. Soulier (2013) indiquent que les sites aurignaciens anciens pourraient avoir été occupés une large partie de l’année, indiquant une sensible différence avec le PA. Des différences entre le Nord aquitain et les Pyrénées apparaissent avec, par exemple, des occupations printanières dans la première zone qui sont inconnues de la seconde. À l’échelle de la région d’étude cependant, les occupations à la mauvaise saison automnale et hivernale restent nettement plus fréquentes et suggèrent, comme pour le PA, que les occupations à la belle saison devaient possiblement se faire en plein air et que les gisements correspondants n’ont, pour l’heure, pas été découverts. Concernant la faune chassée, la différence géographique relevée est moins nette qu’au PA, même si l’on observe plus fréquemment une domination du renne dans la majorité des assemblages du Bassin aquitain alors que ce sont le cheval et le bison qui occupent cette place de choix au Pays basque. Concernant la circulation sur de longues distances des matériaux siliceux, elle est plus fréquente et systématique qu’au PA avec en particulier des déplacements nord-sud et sud-nord réguliers même s’ils ne concernent le plus souvent qu’un petit nombre de pièces (Bordes et al. 2005, Discamps et al. 2014). Les matériaux allochtones se retrouvent presque systématiquement sous la forme d’outils domestiques introduits sur les lieux, surtout des grattoirs en état d’exhaustion, voire de fortes lames à retouche latérale tandis que la majorité des productions lamellaires est conduite dans des silex locaux ou régionaux (Anderson et al. 2015).

L’auteur de l’Aurignacien ancien

65Compte tenu de leur abondance et de leur diversité, les registres archéologiques de l’AA marquent très clairement de nouvelles formes d’exploitation du territoire et des rapports sociaux certainement renouvelés. Pour en finir avec la description des témoins variés de l’AA, un caractère négatif semble devoir être relevé : l’absence totale d’inhumations funéraires pouvant d’ailleurs être généralisée à l’ensemble de l’Aurignacien, à l’exception possible de la sépulture de Kostenki 14 si l’on se fie aux datations 14 C.

66Les restes humains sont rares et systématiquement retrouvés de manière isolée et dispersée au sein des habitats comme à Brassempouy, La Ferrassie (Gambier et al. 1990), La Combe (White et al. 2003) et Isturitz (Gambier 1990). Si les restes sont souvent trop fragmentés ou d’origine rendant leur discrimination phylétique délicate, il est de coutume de les associer de manière univoque avec des humains anatomiquement modernes (Hublin 2010, 2015). La grotte des Hyènes à Brassempouy livre la série la plus conséquente avec un fragment de mandibule, un fragment crânien, deux phalanges distales de la main et une série dentaire dans un contexte stratigraphique assuré. Des caractères non métriques sur les dents assurent ici l’attribution de ces fossiles à Homo sapiens (Bailey et Hublin 2005), même si certains auteurs discutent cette proposition et gardent une grande prudence (Henry-Gambier et al. 2004). Une série un peu plus complète de restes humains provient du nord de la région d’étude avec les vestiges découverts par L. Henri-Martin dans la couche 3 de l’abri-sous-roche de la Quina-aval. Une date récente de ce même niveau 3, assurément AA par sa composante lithique associée à des pointes à base fendue, a donné un âge compris entre 39 000 et 37 000 cal. BP (Higham et al. 2006), cohérent pour un tel contexte culturel. Les vestiges humains comptent deux prémolaires, un fragment fémoral, une patella, une mandibule d’enfant et cinq autres dents qui n’ont pas été retrouvées par les auteurs de l’étude la plus récente (Verna et al. 2012). Si la patella et le fragment de fémur ne sont pas diagnostiqués, et pas nécessairement humains, la mandibule d’immature et deux prémolaires sont, elles, assurément humaines et contextualisées dans la couche 3 attribuée à l’AA. L’étude anthropologique assure la diagnose de ces vestiges comme appartenant à des individus biologiquement modernes, même si certains caractères archaïques sont relevés, comme il en est désormais coutume dans ces contextes chronologiques des débuts du Paléolithique récent (e.g. Trinkaus et al. 2003, Rougier et al. 2007, Trinkaus 2007). Ainsi, il est assuré que l’AA est l’œuvre d’humains anatomiquement modernes dans le Sud-Ouest français. En outre, des restes humains de chronologie aurignacienne ont livré de l’ADN les apparentant bien à des sapiens (Fu et al. 2016).

La suite de la séquence aurignacienne dans le Sud-Ouest français

67Les travaux de A. Michel (2010) ont permis de valider certains des découpages auparavant établis sur la base de la typologie lithique et osseuse. Ces derniers confirment la validité d’un Aurignacien moyen tel qu’il s’exprime en particulier dans la couche 8 de Pataud et dans les niveaux K4 à K1 de La Ferrassie. Le débitage laminaire conserverait des modalités identiques aux normes qui existaient à la phase ancienne, les modalités lamellaires se transforment cependant : les lamelles recherchées sont plus petites et avec une asymétrie marquée (bord droit rectiligne, bord gauche convexe). A. Michel les nomme lamelles Dufour de sous-type Pataud couche 8 et les définit comme lamelles majoritairement à retouche inverse sur le bord droit. Elles sont obtenues aux dépens de nucléus carénés, avec le plus souvent une domination des formes à museau sur les carénés. Hélas, la couche 8 de Pataud ne renferme qu’une industrie osseuse faite de quatre pièces non diagnostiques (deux poinçons, deux coins/ciseaux ; Brooks 1995). À La Ferrassie, les séries d’Aurignacien moyen ne livrent pas de pointes à base fendue mais des pointes à base pleine de morphologie variée, souvent losangique et aplatie (Leroy-Prost 1979, Delporte 1984).

68S’en suit un Aurignacien récent « classique » à grattoirs à museau et burins busqués qui constitue sans aucun doute la phase récente la plus clairement identifiée par les études typologiques et technologiques. Le débitage laminaire semble rester stable et voit se poursuivre les normes aurignaciennes classiques mises en place depuis l’AA. Les seuls changements notables sont typologiques avec une augmentation des burins assez diversifiés et une nette diminution de la retouche aurignacienne, sans doute liée à une modification de la durabilité des lames, moins ravivées qu’elles ne l’étaient auparavant (Bon et al. 2010) et sans doute à des modifications dans les modalités d’occupation des territoires. Là encore, ce sont les lamelles recherchées, et donc prioritairement les armes de chasse, qui connaissent de subtiles modifications (Bon et al. 2010, Michel 2010). Le phénomène le plus marquant renvoie à la tendance technique encore mystérieuse sur plan fonctionnel qui voit le profil des lamelles devenir tors avec pour corollaire l’opposition entre un bord courbe, l’autre rectiligne. Ce caractère du profil des supports lamellaire s’accompagne d’une plus grande standardisation des produits recherchés pouvant être qualifiés de microlamelles. C’est donc une réelle tendance à la microlithisation qui se poursuit au cours des phases récentes. Certains de ces microlithes sont retouchés à la « mode » aurignacienne traditionnelle par retouche inverse, donnant lieu typologiquement à des lamelles Dufour sous-type Roc-de-Combe. D’autres portent une retouche directe et sont qualifiées de lamelles Caminade (Bordes et Lenoble 2002). Ces lamelles torses peuvent clairement être mises en parallèle avec une évolution des nucléus carénés qui voient la largeur de leurs fronts se réduire concomitamment au développement d’une asymétrie marquée. En outre, on note l’émergence du classique fossile-directeur de cette phase, les burins busqués qui produisent à la fois des lamelles torses transformées en Dufour Roc-de-Combe et des lamelles courtes et de profil courbe, retouchées en Caminade (Bordes et Lenoble 2002). À ce stade, il semble bien que le « burin busqué » nucléus vient clairement remplacer le couple « caréné-museau ».

69Les séquences aurignaciennes du nord de l’Aquitaine se poursuivaient ensuite avec un Aurignacien à grattoirs Caminade, un Aurignacien récent/évolué à burins busqués déstructurés, un Aurignacien évolué à burins des Vachons et, enfin, un Aurignacien final à pointes de Font-Yves (e.g. Michel 2010).

Discussions

La séquence des débuts de l’Aurignacien du Sud-Ouest français est-elle valide ailleurs en Europe occidentale ?

70La question posée ici est simple : la séquence des débuts de l’Aurignacien qui se structure clairement, dans le Sud-Ouest français, par une succession de deux phases, le PA et l’AA, est-elle valide ailleurs et répliquée dans d’autres cadres régionaux ? Des éléments de réponse proviennent du nord et du sud de notre région d’étude, à savoir dans le centre-ouest de la France et sur le versant ibérique de la chaîne pyrénéenne.

Le Bassin parisien

71Le site des Cottés (Vienne) est une entrée de grotte localisée dans les marges sud-occidentales du Bassin parisien, à proximité immédiate du Bassin aquitain. Le site, connu depuis la fin du xixe siècle, a été fouillé par L. Pradel dans les années 1950 puis, depuis 2006, par l’équipe réunie autour de M. Soressi. La séquence (Talamo et al. 2012, Roussel et Soressi 2013 ; fig. 32) débute par un Moustérien encore mal compris dans l’unité stratigraphique 8 (US 08) et se poursuit par un premier ensemble du Paléolithique récent sous les traits du Châtelperronien de l’US 06. L’US 04 sus-jacente est subdivisée en deux ensembles séparés par un niveau stérile : l’US 04 inférieure attribuée au PA et l’US 04 supérieure à l’AA. Dans l’US 04 inf. M. Roussel et M. Soressi (2013) notent l’importance de la recherche de grandes lamelles rectilignes alors que les lames sont plus fréquentes dans l’US 04 sup. et associées à des lamelles plus courtes, souvent courbes. Ils notent également une plus grande robustesse des supports laminaires dans l’ensemble supérieur de cette US. Il n’est donc pas étonnant de constater que les lames à retouche latérale dominent dans l’US 04 sup. et qu’une sur cinq est une lame aurignacienne alors que ces objets sont absents de la partie inférieure de l’US où l’on y retrouve plutôt des lames à retouche marginale.

Fig. 32 – Séquence archéologique des Cottés.

Fig. 32 – Séquence archéologique des Cottés.

Distribution des vestiges en plan, vue de la section stratigraphique principale et projection des vestiges lithiques et fauniques cotés.

D’après Talamo et al. 2012.

72Inversement, les lamelles retouchées sont peu fréquentes en US 04 sup. alors qu’elles sont abondantes en US 04 inf. où il s’agit presque toujours de grandes lamelles Dufour sous-type Dufour, avec retouche inverse continue le plus souvent sur le bord droit. En outre, on note que ces lamelles retouchées sont associées à des nucléus prismatiques ou pyramidaux alors que celles de l’US 04 sup. peuvent provenir de nucléus carénés de type grattoirs à front large. Ces caractères des équipements lithiques sont fortement évocateurs sur le plan chronoculturel et nous sommes pleinement en accord avec l’attribution des auteurs au PA pour l’US 04 inf. et à l’AA pour l’US 04 sup : forte proportion de grandes lamelles rectilignes retouchées en Dufour et absence de lames aurignaciennes dans un cas (fig. 33) et, au contraire, retouche aurignacienne sur des lames robustes associée à des lamelles plus courtes et courbes rarement retouchées dans l’autre cas (fig. 34). Se développant au-dessus d’une séquence Moustérien/Châtelperronien, l’archéostratigraphie des débuts de l’Aurignacien aux Cottés suit le même cheminement évolutif que ce qui est communément admis dans le Bassin aquitain et sur le versant nord de la chaîne pyrénéenne.

Fig. 33 – Industrie lithique du Protoaurignacien des Cottés.

Fig. 33 – Industrie lithique du Protoaurignacien des Cottés.

D’après Roussel et Soressi 2013.

Fig. 34 – Industrie lithique de l’Aurignacien ancien des Cottés.

Fig. 34 – Industrie lithique de l’Aurignacien ancien des Cottés.

D’après Roussel et Soressi 2013.

73Sur un plan chronologique, l’étude de S. Talamo et al. (2012) a permis de proposer une première restitution de la séquence. Les dates obtenues, quand elles sont comparées avec le modèle établi pour le Sud-Ouest, montrent à la fois des similitudes mais aussi des différences qui interrogent. Le PA de l’US 04 inf. est, dans l’ensemble, nettement plus jeune que celui d’Isturitz, avec des mesures 14C s’échelonnant entre 40 600 et 37 000 cal. BP. Il est également plus récent que celui de Gatzarria si l’on élimine la date aberrante et trop jeune de ce site. L’AA de l’US 04 sup. est, quant à lui, plus cohérent par rapport aux dates du Sud-Ouest, avec deux mesures sur les six obtenues qui s’écartent de l’intervalle des quatre autres. On aurait donc, aux Cottés, un AA situé chronologiquement entre 40 800 et 38 200 cal. BP. Ces estimations posent alors le problème de la datation du PA des Cottés puisque, quoi que situé clairement en dessous de l’AA de l’US 04 sup., il en est indistinguable sur le plan de la chronologie absolue, voire plus récent selon certaines dates aberrantes.

74S. Talamo et al. (2012) en concluent que l’AA aurait rapidement remplacé le PA dans la région. Pour autant, cela semble quelque peu rapide dans la mesure où le PA de ce site apparaît nettement trop jeune par rapport aux dates connues à Isturitz en particulier, pour des ensembles qui paraissent remarquablement analogues sur le plan du sous-système lithique. Des problèmes de cohérences des datations absolues obtenues semblent plus probables.

75Le seul autre site connu dans le Bassin parisien pour le PA est la grotte dite « du Renne » à Arcy-sur-Cure avec la couche VII attribuée au PA sur la base de son industrie lithique (Bon et Bodu 2002, Perpère et Schmider 2002). Les dates publiées au début des années 2010 (Higham et al. 2010 ; Hublin et al. 2012) le situent entre 37 000 et 42 000 cal. BP, intervalle important qui se justifie par des mesures non calibrées comprises entre 34 050 ± 750 et 36 500 ± 1 300 BP. Sur le plan chronologique, le PA de la grotte du Renne pose clairement problème avec une large part des dates 14C trop récentes. L’attribution de cet ensemble, surmontant une succession de niveaux du Moustérien récent à denticulé et du Châtelperronien, est désormais déterminée sur des bases fiables à la fois technologiques et typologiques (Bon et Bodu 2002, Bodu et al. 2013). On constate la présence, en nombre important, de grandes lamelles Dufour de 2,50 à 4 cm de longueur et de profil rectiligne à peu courbe (fig. 35). La retouche les affectant est le plus souvent inverse et latéralisée sur le bord droit. Parfois, le bord gauche est retouché de manière partielle par retouche directe.

Fig. 35 – Lamelles Dufour, sous-type Dufour de la grotte du Renne à Arcy-sur-Cure.

Fig. 35 – Lamelles Dufour, sous-type Dufour de la grotte du Renne à Arcy-sur-Cure.

La face inverse est grossie deux fois.

D’après Perpère et Schmider 2002.

76Le reste de l’outillage ne comporte pas de formes diagnostiques sur le plan chronoculturel et on note l’absence des formes typiquement aurignaciennes comme les fortes lames à retouche latérale écailleuse. Sur le plan de la production des supports, les auteurs relèvent une continuité opératoire entre lames et lamelles obtenues successivement par la réduction des mêmes nucléus. Les lamelles rectilignes semblent composer l’intention prioritaire des tailleurs, d’abord sous la forme de lamelles intercalées au sein du débitage de lames (fig. 36), puis par une recherche exclusive de lamelles quand le nucléus répond aux normes métriques recherchées. Tous ces caractères concordent avec une attribution au PA. L’annonce de la présence d’une composante de pointe à base fendue dans la couche VII, reposant la question de l’existence de ce type d’objet classique de l’AA dans le PA, retient l’attention. Cette affirmation semble pour le moins questionnable puisqu’elle ne repose que sur la présence d’un fragment mésio-distal de pointe dont on ne peut connaître la morphologie de la base et d’une mince lame de bois de renne de 3 mm d’épaisseur, interprétée comme une lèvre de sagaie à base fendue (Julien et al. 2002). La classification de cet objet comme appartenant à une pointe à base fendue n’apparaît pas assurée sur le plan technique (e.g. Teyssandier et Zilhão 2018). En outre, il est important de rappeler que la séquence de la grotte du Renne n’est pas exempte de contaminations comme cela est toujours le cas dans les séquences en grotte. Elles sont d’ailleurs indirectement démontrées puisque, dans la couche VI sus-jacente attribuée au Gravettien, on compte 30 lamelles Dufour identiques à celles de la couche VII sur 406 outils retouchés, soit pas moins de 8 % du total de l’outillage (Mével 2002). Loin d’être anecdotique, cette simple donnée quantifiée établit la présence certaine de mélanges intercouches importants dans l’archéoséquence de la grotte du Renne, même s’ils ont été minorés, voire remis en cause en ce qui concerne les niveaux du Châtelperronien (Caron et al. 2011, Banks et d’Errico 2019). Différentes hypothèses peuvent alors être discutées pour étayer cet état de fait, comme la possibilité d’un palimpseste mêlant PA et AA dans la même couche distinguée à la fouille ou un PA de « transition » vers l’AA qui serait donc tardif (Banks et d’Errico 2019).

Fig. 36 – Supports laminaires de la grotte du Renne à Arcy-sur-Cure.

Fig. 36 – Supports laminaires de la grotte du Renne à Arcy-sur-Cure.

1, 3-4, 6. Lames témoignant d’une production lamellaire intercalée ; 2, 5. Lames de petit gabarit.

D’après Bon et Bodu 2002.

Le nord de la Péninsule ibérique

77Au sud de notre région d’étude, vers le versant sud des Pyrénées, le site emblématique et le plus clair pour notre discussion est la grotte de Labeko Koba au Pays basque espagnol (e.g. Arrizabalaga et Altuna 2000, Arrizabalaga et al. 2003). Au-dessus d’un niveau Châtelperronien pauvre contenant trois pointes de Châtelperron (couche IX), quatre niveaux superposés constituent la séquence aurignacienne et sont respectivement attribués au PA (couche VII) et à l’AA (couches VI, V et IV). Les dates obtenues avec ultrafiltration sont cohérentes et fournissent les intervalles suivants (Wood et al. 2014) : entre 43 000 et 41 800 cal. BP pour le Châtelperronien (38 100 ± 900 et 37 400 ± 800 BP), entre 42 200 et 41 500 cal. BP pour le PA (36 850 ± 800 à 35 250 ± 650 BP) et un intervalle allant de 41 000 à 39 000 cal. BP (35 100 ± 600 [couche VI] à 33 600 ± 500 [couche IV]) pour l’AA. On note donc un parallèle parfait avec les dates obtenues dans le nord du Pays basque, à Isturitz, et une concordance des archéoséquences avec la succession en stratigraphie Châtelperronien/PA/AA. En outre, il importe de mentionner, sans rentrer dans les détails de la composition des ensembles archéologiques, que le PA est nettement dominé par le couple lames/lamelles avec une continuité opératoire entre les deux types de supports – les lamelles étant principalement transformées en grandes lamelles Dufour rectilignes de sous-type Dufour composant plus de 30 % de l’outillage retouché dans la couche VII. Les caractères classiques de l’Aurignacien sont quasi-absents, à l’image de la retouche aurignacienne ou des nucléus carénés (Arrizabalaga 2000). La situation se modifie à partir de l’AA des niveaux VI, très pauvres, et V, le plus riche de la séquence aurignacienne, avec une nette baisse de la fréquence des lamelles retouchées en Dufour (9 % de l’outillage retouché dans la couche V), la présence de nucléus à lamelles de type « grattoirs » carénés ou à museau et la présence associée de petites lamelles courbes, de retouche aurignacienne et de deux pointes à base fendue. Il est à signaler que Y. Tafelmaier (2017) remet en cause l’appréhension diachronique de la séquence telle que restituée par A. Arrizabalaga en insistant sur le fait qu’il n’y aurait pas de caractère distinctif entre PA et AA et, qu’au final, la différenciation se ferait selon des indices uniquement quantitatifs. Outre le fait qu’elle ne s’est concentrée que sur un seul échantillon des ensembles intégralement décrits par A. Arrizabalaga, son étude ne remet pas en cause l’interprétation proposée par ce dernier et la différenciation qu’il établit entre le PA de la couche VII et l’AA des couches VI et V. Y. Tafelmaier s’appuie sur la présence de très rares carénés dans la couche VII (fig. 37). Pour autant, malgré leur présence à l’unité, ils ne semblent pas toujours répondre à la définition technologique du nucléus caréné mais parfois à de simples grattoirs à front épais. L’étude insiste également sur le fait que, contrairement à la définition technologique générique du PA à laquelle nous avons contribué (e.g. Bon 2002, Teyssandier 2000, 2007a, 2007b, Teyssandier et al. 2010), il n’y aurait pas de débitage continu de lames/lamelles dans le PA de la couche VII alors que l’illustration fournie d’un groupe de pièces apparentées, puisqu’appartenant au même bloc de matière première, témoigne au contraire d’une claire continuité de petites lames/lamelles dans cette chaîne opératoire (fig. 38). En outre, elle insiste elle-même sur le caractère plus rectiligne du profil des lamelles de la couche VII relativement à celles de la couche V et la plus nette fréquence de la retouche aurignacienne dans la couche V. Sans rentrer dans le détail des ensembles de Labeko Koba, la situation est assez claire et traduit sans conteste l’existence d’une évolution typotechnologique marquée entre le PA de la couche VII et l’AA des couches VI et V, d’autant que peut s’y ajouter la présence exclusive de deux pointes à base fendue dans les ensembles aurignaciens anciens.

Fig. 37 – Labeko Koba, exemple d’un problème dans l’attribution à des couches de la séquence.

Fig. 37 – Labeko Koba, exemple d’un problème dans l’attribution à des couches de la séquence.

Gauche : pièce carénée dans la couche V publiée par A. Arrizabalaga (2000) et attribuée à l’Aurignacien ancien ; droite : la même pièce (selon une différente échelle) publiée par Y. Tafelmaier (2007) et attribuée à la couche VII de PA. La bonne attribution semble être celle des fouilleurs du gisement, à savoir à l’Aurignacien ancien de la couche V dont elle représente un caractère distinctif. La représentation des pièces carénées dans le PA de la couche VII est donc réduite, sinon absente.

Fig. 38 – Labeko Koba, Protoaurignacien de la couche VII.

Fig. 38 – Labeko Koba, Protoaurignacien de la couche VII.

Différents supports débités dans le même bloc de matière première illustrant une forme de continuité dans la gamme dimensionnelle des produits obtenus.

D’après Tafelmaier 2017.

78En résumé, la séquence de Labeko Koba réplique, par ses caractères, celle du Sud-Ouest français, lui conférant ainsi une valeur extrarégionale. Au sud de la chaîne pyrénéenne, une même succession Châtelperronien/PA/AA est également évidente à Cueva Morin dans les Cantabres et L’Arbreda en Catalogne (Zilhão 2007, 2011, 2021). Dans le cas où un Aurignacien très ancien serait proposé – parfois plus ancien que les dates consensuellement retenues pour le PA, comme à El Castillo (Cabrera Valdés et al. 2001) où les auteurs évoquaient un Aurignacien « transitionnel » –, il a été clairement démontré que le niveau en question (couche 18) corresponderait au mélange d’un ensemble Moustérien au sein duquel les éléments aurignacoïdes constitueraient soit des intrusions verticales, soit des processus de type palimpseste (Zilhão et d’Errico 1999, Zilhão 2021). Cette conclusion a depuis été entérinée par l’intermédiaire de nouvelles dates sur des os avec marques de découpe de cette couche 18 révélant son âge Moustérien (Wood et al. 2016). Ainsi, au nord de la Péninsule ibérique, les débuts de la séquence aurignacienne se développent après le Châtelperronien et suivent une évolution similaire à celle décrite pour le Sud-Ouest français. Il est à préciser, qu’au sud de l’Èbre, la situation est différente et que l’on y voit une persistance prolongée du Moustérien, une absence du Châtelperronien et des phases anciennes de l’Aurignacien, ainsi qu’un développement du Paléolithique récent sous les traits de l’Aurignacien récent (pour une synthèse récente, voir Zilhão 2021).

Le Sud-Est français

  • 5 Les séries aurignaciennes d’Esquicho Grapaou aujourd’hui conservées au Musée national de Préhistoi (...)

79Le Sud-Est français n’est pas l’homologue du Sud-Ouest en ce qui concerne l’Aurignacien dans sa globalité et ses expressions y sont nettement moins riches et développées. Des données ont néanmoins pu être acquises depuis les années 1990 sur les débuts du technocomplexe et attestent, en premier lieu, du clair développement du PA dans la région. En revanche, et à l’inverse du Sud-Ouest, il n’est pas aussi fréquemment suivi en stratigraphie par l’AA ce qui pose question quant à la valeur de cette signature archéologique. En somme, la version classique type AA n’est quasiment pas connue dans le Sud-Est, à de rares exceptions près qui demeurent pauvres, mal décrites et souvent déterminées sur la seule présence de pointes à base fendue, comme à La Balauzière dans le Gard où un déchet de fabrication (languette) est signalé dans le matériel des fouilles anciennes de l’abbé Bayol (Bazile 2002), à l’abri des Pécheurs en Ardèche (Lhomme 1983) ou à Périgaud près de Nice (Stecchi et Bottet 1950). Le PA est, quant à lui, bien connu dans les canyons des gorges du Gardon où F. Bazile l’a, en premier, défini dans les années 1970. Ici, les sites d’Esquicho Grapaou et La Laouza méritent d’être mentionnés. À Esquicho Grapaou, les niveaux attribués au PA, SLC1a et SLC1b, surmontent un ensemble Moustérien. Ils sont caractérisés par une industrie typiquement protoaurignacienne dominée par les lamelles et, en particulier, des formes retouchées en grandes lamelles Dufour de sous-type Dufour (Bazile et Sicard 1999, Barshay-Szmidt et al. 2020). Celles-ci sont obtenues aux dépens de nucléus témoignant, au moins en partie, d’une continuité opératoire entre petites lames et grandes lamelles. L’existence d’un débitage de lamelles intercalé au sein de séquences laminaires qui tenderait à montrer que l’intention lamellaire est centrale et prioritaire dans ses objectifs vis-à-vis de la production des lames est également à noter. D’après nos propres observations5, les lames se distinguent clairement ici de ce qu’il est coutume d’observer en contexte AA : pas de robustesse ou de forte largeur mais, au contraire, des produits plutôt minces et étroits et de profil rectiligne. L’unipolarité est la règle et il est fréquent que les bords de ces supports convergent en partie distale, leur conférant alors une morphologie naturellement pointue. Les talons sont le plus souvent lisses, très soigneusement abrasés et dénotent d’une gestuelle clairement tangentielle venant accrocher le bord de plan de frappe. Certains des stigmates relevés plaideraient donc en faveur de l’utilisation d’un percuteur de pierre tendre (talons punctiformes, présence de doubles points d’impact, e.g. Pelegrin 2000), caractère relativement original en contexte aurignacien mais déjà évoqué à Fumane (Falcucci et al. 2017). Stratigraphiquement sus-jacent et constituant le sommet de la séquence de l’Esquicho, se trouve un niveau bréchifié (CC1-BR1) contenant une industrie pauvre et différente, assurément aurignacienne et relevant vraisemblablement du faciès ancien classique. Les premières observations assurent sa cohérence et montrent des différences qu’il conviendra de qualifier plus précisément avec, en particulier, des supports laminaires plus robustes. Deux dates récentes obtenues avec ultrafiltration indiquent que le PA d’Esquicho Grapaou se développe aux alentours de 41 500/39 000 cal. BP (Barshay-Szmidt et al. 2020)

80Dans le Sud-Est, le PA est également connu dans le couloir rhodanien à la grotte Mandrin et jusqu’à la frontière italienne avec la grotte de l’Observatoire à Monaco. À Mandrin (Slimak et al. 2002, 2006), les schémas lamellaires et laminaires semblent dissociés sur la base du petit ensemble lithique préservé. L’intention lamellaire est largement majoritaire avec la recherche d’au moins trois gabarits différents, depuis de petites lamelles courtes jusqu’à de grandes lamelles de 4 à 6 cm de long, pointues ou non, principalement transformées en Dufour. Les débitages des lamelles courtes et des pointues sont principalement réalisés sur éclats-nucléus tandis que les plus grandes lamelles sont obtenues aux dépens de nucléus dont le volume est fortement structuré et contrôlé afin d’assurer le détachement de produits calibrés sur les plans morphologique et dimensionnel. Enfin, on note l’absence de tout caractère classique de l’Aurignacien, que ce soit les « grattoirs » carénés ou la retouche scalariforme latérale.

81Ces données concordent assez bien avec celles réunies à la grotte de l’Observatoire pour les ensembles lithiques des foyers G et F (Porraz et al. 2010) où là aussi, la lamelle Dufour sous-type Dufour domine typologiquement l’ensemble (fig. 39) et où le « fonds » commun Aurignacien demeure rare, sinon absent. Comme à Mandrin, les schémas laminaires et lamellaires semblent principalement dissociés sur le plan opératoire même si un débitage de lamelles intercalées au sein de séquences laminaires est relevé. On note que les lamelles rectilignes de grand module orientent, pour partie, la structure des productions et constituent l’objectif prioritaire des actions de taille.

Fig. 39 – Lamelles Dufour, sous-type Dufour de la grotte de l’Observatoire à Monaco.

Fig. 39 – Lamelles Dufour, sous-type Dufour de la grotte de l’Observatoire à Monaco.

Les pièces 8 et 9 présentent des fractures d’impact caractéristiques.

D’après Porraz et al. 2010.

82Le quart sud-est de la France illustre donc un cas de figure sensiblement différent du Sud-Ouest en termes de représentativité des phases de la séquence aurignacienne, tout en gardant une certaine cohérence sur le plan de la trajectoire évolutive. Ainsi, le PA est bien défini et structuré et constitue un ensemble relativement homogène dans les choix techniques opérés dont il reste à percer toute la variabilité. L’AA est, quant à lui, beaucoup plus évanescent et souvent qualifié sur la simple présence de son fossile-directeur osseux au sein d’ensembles pauvres et très anciennement fouillés.

83Dans tous les cas, la succession PA/AA n’est pas démentie et aucun cas d’inversion n’est à signaler, les ensembles potentiellement à pointes à base fendue se situant toujours au-dessus d’une ou plusieurs occupations protoaurignaciennes.

La Péninsule italienne

84La séquence de référence nord-italienne pour les débuts de l’Aurignacien est, à n’en pas douter, celle de Fumane dans les Préalpes de Vénétie (Broglio et al. 2005). La séquence du Pléistocène supérieur couvre la fin du Moustérien (unités A11 à A9 et A6-A5), l’Uluzzien (A4-A3), le PA (A2-A1) et un Aurignacien sensu lato qui reste à définir en détail. À la base de la séquence aurignacienne, le niveau A2, daté entre 41 200 et 40 400 cal. BP contient un ensemble archéologique particulièrement riche, étudié selon des standards modernes sur le plan des industries lithiques (Falcucci et al. 2017). L’industrie est très clairement dominée par une intention lamellaire tournée vers la recherche de lamelles de gabarit varié, dont une bonne composante d’exemplaires élancés et rectilignes de profil. Les lamelles peuvent également être plus courtes et de profil courbe. On note une recherche particulièrement importante de lamelles à bords convergents (fig. 40-41) obtenues au centre de la surface de débitage de nucléus unipolaires aménagés par des enlèvements latéraux obliques qui agencent la géométrie de la table pour assurer l’obtention de lamelles naturellement pointues en son centre. Ceci constitue, comme nous l’avons vu dans le Sud-Ouest français, une orientation technologique particulièrement claire des ensembles lithiques du PA. Le taux de lamelles retouchées est important et voit des transformations allant d’une modification légère des contours par retouche marginale à une retouche semi-abrupte transformant davantage le support originel. Typologiquement, il s’agit soit de lamelles Dufour sous-type Dufour, soit de véritables pointes de Krems à retouche bilatérale directe, comme il en est de coutume dans les ensembles protoaurignaciens (fig. 41). La latéralisation de la retouche est de mise avec une retouche inverse qui affecte presque systématiquement le bord droit.

Fig. 40 – Fumane, Protoaurignacien des unités A2-A1.

Fig. 40 – Fumane, Protoaurignacien des unités A2-A1.

1, 13-21. Lames brutes ; 2-12. Lamelles brutes.

D’après Falcucci et al. 2017.

Fig. 41 – Fumane, Protoaurignacien des unités A2-A1.

Fig. 41 – Fumane, Protoaurignacien des unités A2-A1.

1-3, 6, 10, 12. Pointes de Krems ; 4-5, 7-9, 11, 13. Lamelles Dufour sous-type Dufour.

D’après Falcucci et al. 2017.

85Un débitage laminaire accompagne ces productions lamellaires et témoigne d’une certaine stabilité dans sa mise en œuvre : le débitage y est toujours strictement unipolaire avec des talons le plus souvent conservés lisses et un détachement par percussion directe minérale tendre est proposé. Certains de ces nucléus sont abandonnés alors qu’ils sont toujours potentiellement pourvoyeurs de lames, ce qui permet à A. Falcucci et al. (2017) de proposer une indépendance productionnelle entre le couple lames/lamelles. Ce n’est pour autant pas systématique et de nombreux exemples attestent de la primauté de la recherche lamellaire avec de nombreux cas de lamelles intercalées dans le débitage laminaire (fig. 42), caractère fort à l’échelle suprarégionale pour caractériser le PA. En outre, on parle de débitage de lamelles intercalées au sein du débitage laminaire mais nous proposerions volontiers le contraire dans la mesure où l’intention prioritaire semble être la recherche de grandes lamelles rectilignes. On pourrait ainsi évoquer une recherche de supports laminaires intercalés au sein du débitage lamellaire.

Fig. 42 – Fumane, Protoaurignacien des unités A2-A1.

Fig. 42 – Fumane, Protoaurignacien des unités A2-A1.

Lames présentant les négatifs indiquant l’existence d’une production lamellaire intercalée.

D’après Falcucci et al. 2017.

86Il y a donc bien trois tendances qui se dégagent sur un plan très général dans l’organisation des principaux schémas opératoires reconnus : un débitage laminaire stricto sensu fournissant en supports principalement retouchés latéralement et en grattoirs, un débitage de lamelles dominant et indépendant et des formes d’intrication opératoire entre lames et lamelles.

87Un article récent fait le point sur l’évolution de la séquence aurignacienne de Fumane qui se poursuit bien après les niveaux les plus anciens du PA détectés en A2 (Falcucci et al. 2020). Quelques tendances se dégagent dans une ambiance technologique qui resterait similaire et donne aux auteurs l’impression sur le plan des productions lithiques d’une relative stabilité et donc d’une attribution globale et générique au PA. On note cependant une augmentation des nucléus carénés dans la partie sommitale de la séquence, une diminution de la taille des lamelles et une baisse de fréquence des lamelles retouchées entre A2 et D3ab, caractères qui ne sont pas sans rappeler ceux déjà évoqués pour la séquence de Labeko Koba.

88La retouche aurignacienne est très rare tout au long de la séquence et absente en D3base et D3b alpha. Le caractère le plus marquant à retenir renvoie également à l’absence totale de pointe à base fendue dans les niveaux A2/A1 alors qu’elles sont présentes plus haut dans la séquence. En D3b alpha, associés à un foyer, ont été découverts des artefacts lithiques et une pointe à base fendue dans un contexte situé chronologiquement par une mesure 14C sur charbon de bois entre 38 900 et 37 700 cal. BP (Falcucci et al. 2020). Selon les analyses de l’industrie lithique associée, deux pointes à base fendue seraient donc associées à une industrie protoaurignacienne, contredisant ainsi l’association classique AA/PBF. Se basant sur Fumane et quelques autres occurrences discutées par ailleurs (Teyssandier et Zilhão 2018 ; tabl. 2), certains y voient l’occasion de mettre en cause le modèle aquitain, en insistant sur le fait qu’il ne serait pas valable partout, tout du moins à l’échelle européenne (e.g. Tafelmaier 2017 ; Bataille et al. 2018 ; Falcucci et al. 2020).

Tabl. 2 – Critique de la présence présumée de pointes à base fendue dans des contextes du Protoaurignacien ou de l’Aurignacien récent.

Tabl. 2 – Critique de la présence présumée de pointes à base fendue dans des contextes du Protoaurignacien ou de l’Aurignacien récent.

Nous plaidons ici pour la validité de la pointe à base fendue comme fossile-directeur de l’Aurignacien ancien.

D’après Teyssandier et Zilhão 2018.

89Les quelques pointes à base fendue découvertes en contexte non AA ne semblent toutefois pas suffisantes pour mettre en cause cette association car :

  1. soit il s’agit de découvertes anciennes dans des contextes taphonomiques non contrôlées (cas du Trou de la Mère Clochette avec deux dates directes sur lèvres de pointes à base fendue donnant les résultats suivants : 33 750 ± 350 BP et 35 460 ± 250 BP),
  2. soit ces pointes, comme à Fumane, se retrouvent en position stratigraphique indiscutable mais jamais dans des contextes protoaurignaciens initiaux.

90Ainsi, on peut aisément penser que les pointes à base fendue de Fumane, en position de contemporanéité relative avec l’AA aquitain, résultent de transferts d’idées ou d’objets entre des mondes aurignaciens qui devaient nécessairement avoir des réseaux de contacts mutuels. Ceci ne contredit pas le fait que les pointes à base fendue demeurent une signature remarquable du technocomplexe AA. En effet, dans le cas de Fumane, ce sont des objets finis qui ont été introduits sur le site puisqu’aucun déchet associé à la production de ces pointes à base fendue en bois renne n’a été découvert (Broglio et Dalmeri 2005, Falcucci et al. 2020). Deux hypothèses peuvent alors être émises :

  1. comme le font A. Falcucci et al. (2020), on retient la continuité diachronique des solutions techniques et l’on plaide pour l’attribution de toute la séquence aurignacienne au PA, avec, par conséquent, un PA récent qui se poursuivrait jusqu’aux environs de 37 500 cal. BP. En ce sens, les deux pointes à base fendue de l’unité D3 correspondraient à des contacts et diffusions d’idées entre des groupes porteurs de technocomplexes lithiques différents ;
  2. une hypothèse alternative, que nous favorisons, consiste à insister sur les tendances évolutives perceptibles de la base au sommet de la séquence aurignacienne de Fumane, avec une diminution de la fréquence des grandes lamelles Dufour et de la longueur générale des lamelles et une augmentation des technologies carénées.

91Étant donné qu’aucune projection archéostratigraphique ni positionnement stratigraphique de pièces remontées et/ou raccordées n’est à notre connaissance publiée, on peut également envisager que ces tendances soient le résultat d’une véritable occurrence de l’AA dans la grotte qui résulterait en un palimpseste non reconnu lors de fouilles qui, concernant l’Aurignacien ancien, remontent aux années 1980/1990. Il ne serait donc pas nécessaire d’envisager un PA récent persistant jusqu’à 37 500 cal. BP comme le font A. Falcucci et al. (2020).

92En outre, ceci serait concordant avec le contexte archéologique plus large de la Péninsule italienne puisque, sur d’autres sites, hélas fouillés anciennement, des pointes à base fendue se trouvent associées à une industrie lithique indubitablement de type AA, avec présence importante de « grattoirs » carénés et de supports laminaires robustes fréquemment transformés par retouche écailleuse scalariforme de type retouche aurignacienne comme à Barma Grande en Ligurie (fig. 43) dans la falaise des Balzi Rossi ou dans le Latium à Grotta del Fossellone (fig. 44 ; Mussi et al. 2006). De la sorte, la persistance du PA, telle qu’elle est déduite des études récentes sur Fumane, ne semble pas du tout assurée et des données venant d’autres gisements situés au nord-ouest ou plus au sud du territoire italien semblent confirmer le développement d’un AA typique à pointes à base fendue. Si cela venait à se confirmer par des études modernes, alors la séquence italienne suivrait le même cheminement que celle décrite plus haut dans le Sud-Ouest français.

Fig. 43 –Barma Grande, supports laminaires robustes transformés par retouche aurignacienne (à gauche), Barma Grande, pointes à base fendue (à droite).

Fig. 43 –Barma Grande, supports laminaires robustes transformés par retouche aurignacienne (à gauche), Barma Grande, pointes à base fendue (à droite).

D’après Mussi et al. 2006.

Fig. 44 – Grotta del Fossellone, industrie lithique avec éléments typiquement aurignaciens anciens (« grattoirs » carénés et lames à retouche aurignacienne) et pointes à base fendue associées.

Fig. 44 – Grotta del Fossellone, industrie lithique avec éléments typiquement aurignaciens anciens (« grattoirs » carénés et lames à retouche aurignacienne) et pointes à base fendue associées.

D’après Mussi et al. 2006.

Quid de l’Europe centrale ?

93Au cœur de l’Europe danubienne, des témoignages très anciens de l’Aurignacien seraient observés, en particulier dans le Jura souabe et en Basse-Autriche. Deux cas sont particulièrement significatifs dans le cadre des débats sur les premiers temps de l’Aurignacien en Europe puisque des occupations attribuées à l’AA y sont décrites plusieurs millénaires avant que des expressions technoculturelles similaires soient reconnues en Europe occidentale. Il s’agit de Geissenklösterle dans le Jura souabe (Allemagne) où l’AA apparaîtrait vers 42 500 cal. BP (Higham et al. 2012) et de Willendorf (Autriche) avec la datation d’un ensemble archéologique pauvre néanmoins aussi attribué à l’AA qui remonterait à 43 500 cal. BP (Nigst et al. 2014). Il se trouve que nous avons personnellement étudié et publié ces mêmes ensembles archéologiques et que nous sommes en profond désaccord avec ces interprétations chronologiques qui ont des conséquences importantes sur le plan chronoculturel (e.g. Teyssandier et Zilhão 2018). En effet, cette chronologie reculée proposée pour les débuts de l’Aurignacien ne repose pas sur des données solidement établies ni sur un recul critique sur les processus de mise en place des ensembles archéologiques, comme cela a été discuté plusieurs fois depuis les années 2010, que ce soit pour Geissenklösterle (Zilhão et d’Errico 1999, 2003, Teyssandier et al. 2006, Teyssandier 2007a, 2007b, Zilhão 2013, Discamps et al. 2015, 2018) ou Willendorf (Teyssandier 2007a, 2007b, Zilhão 2013, Teyssandier et Zilhão 2018).

Geissenklösterle

94Le Jura souabe, région constituée de reliefs de moyenne altitude compris entre 500 et 1 000 mètres, regroupe une grande partie des sites aurignaciens les plus célèbres d’Europe centrale avec des registres archéologiques remarquables comprenant industries lithiques, matières osseuses riches et diversifiées ainsi que des éléments tout à fait singuliers comme les fameuses statuettes en ivoire ou les instruments de musique parmi les plus anciens documentés à ce jour (e.g. Hahn 1988, Conard 2003, Conard et Bolus 2003, Conard et al. 2004, Higham et al. 2012). Le calage chronologique et archéostratigraphique de ces découvertes constitue donc un enjeu central. La grotte de Geissenklösterle est localisée dans la vallée de l’Ach (fig. 45), affluent tributaire du Danube, recélant une concentration de sites aurignaciens parmi lesquels on peut citer Sirgenstein, Brillenhöhle et la grotte de Hohle Fels dont les fouilles sous la direction de N.J. Conard se poursuivent toujours à l’heure actuelle (Bataille et Conard 2018).

Fig. 45 – Carte de localisation géographique des principaux sites du Paléolithique récent dans le Jura souabe dans les vallées de l’Ach et de la Lone, affluents tributaires du Danube.

Fig. 45 – Carte de localisation géographique des principaux sites du Paléolithique récent dans le Jura souabe dans les vallées de l’Ach et de la Lone, affluents tributaires du Danube.

1. Sirgenstein ; 2. Hohle Fels ; 3. Geissenklösterle ; 4. Brillenhöhle ; 5. Bockstein ; 6. Hohlenstein ; 7. Vogelherd.

D’après Conard et Bolus 2003.

95À Geissenklösterle, la stratigraphie relevée lors des fouilles conduites par J. Hahn couvre trois grands technocomplexes du Paléolithique récent (Aurignacien, Gravettien et Magdalénien) surmontant plusieurs horizons du Paléolithique moyen encore méconnus et se clôture par un niveau mésolithique relativement pauvre (fig. 46). Concernant l’Aurignacien, sept couches ont été distinguées à la fouille avec, de bas en haut, les niveaux IIIb, IIIa, III, IId, IIb, IIa et IIn sur une superficie fouillée d’environ 45 m2. On doit ici reconnaître la grande qualité et l’aspect pionnier des travaux conduits sous la direction de J. Hahn qui, dès la première moitié des années 1980, utilisent les raccords et remontages intra et intercouches pour réaliser une analyse taphonomique des processus postdépositionnels affectant les dépôts aurignaciens (e.g. Hahn et Owen 1985, Hahn 1988). En se fondant principalement sur la distribution stratigraphique et spatiale des raccords et remontages lithiques ainsi que sur l’emplacement des structures évidentes comme les foyers ou latentes comme des lentilles cendreuses d’assez grande ampleur, J. Hahn propose une reconstruction de la stratigraphie rendant compte de l’organisation « originelle » des dépôts.

Fig. 46 – Profil stratigraphique synthétique de la grotte de Geissenklösterle.

Fig. 46 – Profil stratigraphique synthétique de la grotte de Geissenklösterle.

GH : horizons géologiques ; AH : horizons archéologiques.

D’après Hahn 1988.

96À ses yeux, les sept couches distinguées à la fouille sont le reflet de la dispersion d’au moins deux ensembles archéologiques principaux attribués à l’Aurignacien : l’ensemble III à la base, regroupant les couches IIIb, IIIa, III et IId, et l’ensemble II, réunissant les couches IIb et IIa, tandis que la couche IIn, qui coiffe la séquence aurignacienne, est délaissée en raison de la pauvreté de son contenu archéologique. D’après les structures évidentes et latentes, tout comme les concentrations maximales d’objets cohérentes sur un plan spatial et associées à ces structures, J. Hahn conclut que deux occupations principales, respectivement les niveaux IIIa et IIb, auraient été dispersées suite à leur déposition par divers processus (chute de blocs depuis le plafond, cryoturbation, présence importante des ours des cavernes) pour donner lieu à la création de niveaux artificiels reconnus à la fouille.

97En résumé, la séquence aurignacienne de Geissenklösterle, réunissant de bas en haut les six couches IIIb à IIa, s’organise schématiquement en deux principaux ensembles reconstruits : AH III et AH II qui se structurent chacun autour d’une couche d’occupation principale (IIIa pour AH III, IIb pour AH II) qui s’est ensuite dispersée sous l’action de processus postdépositionnels.

98Les remontages réalisés par J. Hahn (1988), puis nous-mêmes (Teyssandier 2003, 2007a, 2007b, Teyssandier et al. 2006) ainsi que nos propres analyses techno-économiques des industries lithiques (Teyssandier 2003, 2007a, 2007b, Teyssandier et al. 2006) et en matières osseuses (Liolios 1999, Teyssandier et Liolios 2003) ont permis de lever les doutes initialement émis par J. Zilhão et F. d’Errico (1999) quant au caractère proprement aurignacien de AH III, attribution générique finalement acceptée par ces auteurs (Zilhão et d’Errico 2003, Zilhão 2007, 2013). Dans les deux cas des ensembles inférieur et supérieur III et II, une attribution à l’AA peut être proposée et les différences diachroniques perçues répondent, pour partie, à des modes d’occupation de la grotte différents.

99AH III se caractérise comme un espace au sein duquel les activités de production lithique dominent, avec une représentation presque complète des chaînes opératoires laminaires et lamellaires et un emport fréquent des supports de plein débitage hors du site pour un usage différé. Ceci semble aussi se vérifier pour les industries en matières osseuses avec la présence d’abondants copeaux résultant du travail de l’ivoire alors que les produits finis sont rares, même s’ils restent relativement diversifiés (poinçon, pointe, percuteur, ciseau et retouchoir ; Hahn 1988, Christensen 1999, Liolios 1999, Teyssandier et Liolios 2003).

100La situation est très différente pour AH II où les phases de production sont sous-représentées et où, au contraire, on assiste à l’introduction de supports laminaires apparemment produits en dehors de la grotte pour la confection d’une bonne partie de l’outillage domestique. En outre, ces objets, en particulier les lames à retouche latérale, sont davantage retouchés puis ravivés, traduisant une utilisation prolongée, voire parfois même portée jusqu’à exhaustion de leur possibilité fonctionnelle. Parallèlement, la fonction du site se diversifie et la gamme des équipements s’élargit avec la présence, pour la première fois dans la séquence, de pointes en bois de renne à base fendue et d’objets intégrant la sphère symbolique qui se multiplient (quatre statuettes en ivoire représentant un thérianthrope, un bison, un mammouth et un ours, flûtes dont deux flûtes en os, la plus complète en radius de cygne et une en ivoire, ainsi que parures nombreuses et variées ; fig. 47). De plus, on note une véritable économie des matières premières osseuses se mettant en place avec le bois de renne voué à la production des pointes à base fendue et d’instruments de percussion, l’os sert alors à la confection d’outils domestiques type poinçons, lissoirs et retouchoirs tandis que l’ivoire est dévolu à la fabrication d’un art mobilier comptant en particulier des statuettes animalières figuratives et des parures (Liolios 1999, Teyssandier et Liolios 2003).

Fig. 47 – Outils, parures et sculptures en matières osseuses des ensembles III et II de Geissenklösterle.

Fig. 47 – Outils, parures et sculptures en matières osseuses des ensembles III et II de Geissenklösterle.

1-8. Ensemble III : 1. Pointe en ivoire à base massive ; 2-3. Dents percées ; 4. Fragment proximal de pointe en ivoire ; 5. Préforme de perle en ivoire ; 6-7. Perles en ivoire ; 8. Fragment d’ivoire travaillé ; 9-16. Ensemble II : 9-10. Pointes à base fendue ; 11-13. Perles biforées ; 14. Bison ; 15. Anthropomorphe ; 16. Ours.

D’après Hahn 1986, 1988.

101En résumé, et alors que les activités liées à la subsistance ne sont pas si abondantes que l’on pourrait s’y attendre dans la séquence aurignacienne de Geissenklösterle, nous concluions que « la séquence aurignacienne correspond vraisemblablement à une succession d’occupations relativement brèves si l’on admet la faible part des activités liées au registre alimentaire. À ce titre, il est vraisemblable que chaque ensemble archéostratigraphique reconstruit représente un palimpseste d’occupations de groupes humains appartenant à la même entité culturelle et venant dans la grotte répondre à des besoins particuliers. Ces passages seraient brefs mais répétés, expliquant ainsi la puissance de cette séquence aurignacienne » (Teyssandier 2007a, p. 135).

La question de l’attribution chronoculturelle des ensembles III et II vue à travers le prisme des industries lithiques

102Plusieurs arguments, résumés brièvement ici, permettent de proposer l’attribution conjointe des deux ensembles à l’AA même si quelques subtilités peuvent être relevées et, qu’en fonction de la complexité des processus postdépositionnels des dépôts archéologiques, d’autres phases aurignaciennes ont pu se mêler au sein des ensembles ici décrits. Il n’en reste pas moins qu’une part majeure et prédominante du contenu de AH III et II appartient bien à l’AA.

103Pour AH III, ceci se lit en particulier à travers les modalités régissant les deux grands types de production reconnus, à savoir un débitage laminaire unipolaire et l’exploitation de nucléus « grattoirs » carénés pour l’obtention de petites lamelles courbes. Concernant le débitage laminaire, celui-ci se caractérise par l’exploitation principale de matériaux locaux de moyennes dimensions pour un détachement laminaire depuis un plan de frappe unique localisé à l’une des extrémités d’une face large du volume (fig. 48). Si l’exploitation d’une face large est la plus courante, la gestion des convexités latérales est assurée par les enlèvements laminaires conduisant eux-mêmes fréquemment le débitage à envahir l’un des flancs subperpendiculaires à la table, évoquant un rythme semi ou « demi-tournant » maintes fois relevé pour l’AA en Europe occidentale (e.g. Bon 2002, p. 40-41 ; fig. 48-49). Les séquences laminaires interviennent depuis un plan de frappe dont l’inclinaison avec la table est proche de 80° tandis que les tailleurs portent une attention particulière à cette surface par des préparations faites de petits enlèvements extraits depuis la surface de débitage. Ce type de préparation (léger facettage pouvant aller jusqu’à un véritable éperon) entraîne un surcreusement du plan de frappe qui impose de le réaménager fréquemment par le biais de tablettes de ravivage parfois épaisses. Les lames sont systématiquement détachées par percussion tendre organique selon une gestuelle tangentielle, on peut aisément supposer que les percuteurs étaient en bois de renne puisque deux spécimens ont été retrouvés en III et IIb.

Fig. 48 – Nucléus à lame découvert en IIIa à proximité du foyer et représentatif des productions conduites dans l’ensemble III.

Fig. 48 – Nucléus à lame découvert en IIIa à proximité du foyer et représentatif des productions conduites dans l’ensemble III.

A. Plan de frappe, surface de débitage et flanc gauche ; B. dos. Noter la position de la surface laminaire sur une face large et son extension sur l’un des flancs qui conserve les témoins de l’agencement d’une crête en position latérale.

D’après Teyssandier 2007a.

Fig. 49 – Geissenklösterle, ensemble archéologique III.

Fig. 49 – Geissenklösterle, ensemble archéologique III.

A. Séquences laminaires remontées sur un nucléus à lames ; B. Nucléus à lame unipolaire exploitant une face large du volume.

A. D’après Hahn 1988 ; B. D’après Teyssandier 2007a.

104Les grands caractères régissant la production laminaire apparentent clairement les ensembles III et II à l’AA classique tel que décrit plus haut pour de riches ensembles du Sud-Ouest français. Hormis des différences économiques ou fonctionnelles déjà signalées différenciant ces deux ensembles, rien ne permet de les séparer sur le plan des modalités de production laminaire tout à fait typiques de l’AA et fort dissemblables de celles du PA.

105La production lamellaire reconnue dans les deux ensembles réside principalement en l’exploitation de pièces carénées de type « grattoir ». Ces pièces se retrouvent principalement dans l’ensemble III, en particulier, dans son niveau originel IIIa (tabl. 3 ; fig. 50). Ceci a permis de répondre aux premières critiques émises quant à la validité d’une attribution à l’Aurignacien de AH III (Zilhão et d’Errico 1999). En effet, la distribution stratigraphique de ces pièces est éloquente puisque, pour leur grande majorité (29 sur 49), elles se retrouvent en IIIa contre seulement trois en IIb et deux en IIa. En outre, leur distribution planimétrique au sein de IIIa constitue un argument supplémentaire pour s’assurer de leur intégrité stratigraphique puisque 80 % des pièces carénées de ce niveau sont concentrées sur 3 m2 seulement, dans les carrés 67, 77 et 78 (fig. 51) correspondant précisément à la zone du foyer découvert lors des fouilles de J. Hahn et autour duquel s’organise une bonne partie des activités de production du silex et de l’ivoire.

Tabl. 3 – Répartition des pièces carénées (« grattoirs » carénés et à museau) au sein des ensembles II et III de Geissenklösterle.

Tabl. 3 – Répartition des pièces carénées (« grattoirs » carénés et à museau) au sein des ensembles II et III de Geissenklösterle.

Ce décompte rend compte de la totalité du matériel des fouilles conduites par J. Hahn jusqu’en 1991.

D’après Teyssandier 2007a.

Fig. 50 – Position stratigraphique de toutes les pièces carénées de Geissenklösterle.

Fig. 50 – Position stratigraphique de toutes les pièces carénées de Geissenklösterle.

Niveaux IIIa et III : GH 16 et 15 ; niveaux IIb et IIa : GH 13 et 12.

D’après Teyssandier 2007a.

Fig. 51 – Plan de répartition et occurrence des pièces carénées des couches IIIa (en rouge) et III (en bleu).

Fig. 51 – Plan de répartition et occurrence des pièces carénées des couches IIIa (en rouge) et III (en bleu).

Elles ne se répartissent pas de manière aléatoire et sont fortement regroupées à proximité du foyer de IIIa, localisé autour des carrés 67, 77 et 78.

D’après Teyssandier 2007a.

106Ces pièces carénées (fig. 52) incluent des « grattoirs » carénés et à museau et, ici, ces « types » différents ne marquent pas de différenciation en termes de modalités ou d’objectifs de production. Il ne s’agit en réalité que d’un état d’abandon à un stade différent en fonction de procédés visant à entretenir le cintre de la table d’exploitation par l’intermédiaire d’une encoche latérale, conférant au front cette délinéation typique dite « en museau ». Ces pièces carénées sont réalisées sur des sous-produits du débitage laminaire, qu’il s’agisse d’éclats épais ou de lames. Leur structure volumétrique est pérenne avec la face d’éclatement servant de plan de frappe pour le détachement des lamelles. La surface de plan de frappe s’inscrit toujours dans la plus grande longueur du volume et n’est jamais reprise en cours d’exploitation, demeurant ainsi lisse. Dans quelques cas, les flancs ne sont pas aménagés mais, le plus souvent, on observe une restructuration partielle du volume à débiter par le jeu d’éclats détachés depuis la surface de plan de frappe et concourant à installer une crête à l’intersection des deux flancs, en partie distale de la surface lamellaire. Cette dernière présente des caractères stables : elle est plus large en partie proximale que distale et converge généralement en partie distale, conférant à la surface une morphologie subtriangulaire (34 cas), plus rarement subtrapézoïdale (11 cas).

Fig. 52 – Pièces carénées (« grattoirs carénés ») des couches IIIa et III.

Fig. 52 – Pièces carénées (« grattoirs carénés ») des couches IIIa et III.

La no 3 est une préforme. Noter la morphologie subtriangulaire de la surface lamellaire convergente en partie distale et les procédés d’aménagement ou d’entretien des convexités depuis les flancs.

D’après Teyssandier 2007a.

107Le détachement des lamelles débute en position légèrement latérale sur la table, là où les nervures-guide les plus nettes ont été implantées par l’intermédiaire des éclats de flanc déjà décrits. Ces lamelles ne sont généralement pas les plus régulières dans la mesure où leur axe de détachement peut être dévié par la crête distale et leur conférer un profil plus ou moins torse. De proche en proche, les lamelles vont occuper la partie centrale de la surface de débitage et leur morphologie générale, leurs dimensions et certains caractères remarquables sont tout à fait spécifiques et homogènes. De profil légèrement courbe, les spécimens entiers sont longs de 15 à 28 mm, larges de 3 à 7 mm pour une épaisseur entre 1 et 2 mm variant peu, des dimensions en bonne corrélation avec les derniers négatifs réussis sur les pièces carénées. Le détachement des lamelles est soigneusement assuré par une nette abrasion qui porte sur des talons toujours conservés lisses. Une lèvre discrète est présente sur la quasi-totalité des spécimens, laissant penser qu’elles ont pu être détachées selon une gestuelle tangentielle, probablement à l’aide d’un percuteur tendre organique. Une seule lamelle retouchée, dans la couche IIb a pu être documentée : il s’agit d’une lamelle Dufour de sous-type Roc-de-Combe avec des dimensions (18,20 mm de long, 4,10 mm de large et 2 mm d’épaisseur) et des caractères techniques tout à fait conformes aux pièces carénées précédemment décrites. Son aménagement se fait par fine retouche directe et partielle sur le bord gauche et retouche inverse continue sur le bord droit. En tout état de cause et comme pour l’AA aquitain, il semble bien que les petites lamelles courbes produites aux dépens de pièces carénées soient très majoritairement utilisées brutes.

108Si la production lamellaire est majoritairement disjointe de la production laminaire, hormis naturellement pour le choix des supports à débiter, il existe également d’autres modalités lamellaires nettement plus rares, comme des nucléus prismatiques (N = 4) uniquement documentés dans l’ensemble III. Les lamelles produites ne peuvent en aucun cas se confondre avec celles des pièces carénées puisqu’elles sont nettement plus longues (30 à 40 mm) et larges (9 à 11 mm) et de profil plus rectiligne. Cette modalité n’est pas étonnante en contexte AA et nous l’avons signalé sur plusieurs sites aquitains, comme à Barbas.

109Enfin, d’autres modalités sont représentées par quelques pièces à l’unité, comme un burin nucléïforme en IId, trois burins carénoïdes (un en IIIa, un en IId et un en IIa) et quelques aménagements de type Kostienki uniquement en II (deux en Iia et quatre en IIb). Ces pièces sont indubitablement aurignaciennes mais leur faible fréquence n’autorise pas à spécifier précisément leur appartenance à l’un ou l’autre des deux ensembles reconstruits.

110La relative diversité des productions lamellaires tranche donc avec la monotonie du schéma laminaire immuable et s’explique par la recherche d’au moins deux grandes catégories de lamelles avec :

  1. des lamelles courtes et minces de profil courbe exclusivement issues des pièces carénées,
  2. des lamelles plus longues et larges et de profil peu courbe à sub-rectiligne majoritairement obtenues aux dépens de nucléus prismatiques.

111Ces deux grandes orientations ne sont pas réparties de manière égale dans la séquence, la modalité carénée étant très largement représentée dans l’ensemble inférieur, même si elle se poursuit de manière atténuée dans l’ensemble II. La production de lamelles plus élancées et rectilignes est, quant à elle, représentée dans les deux ensembles archéologiques même si elle se diversifie sur le plan opératoire dans l’ensemble supérieur. Notons qu’aux modalités déjà évoquées, il faut ajouter la présence d’un unique « grattoir » à museau véritable qui se distingue nettement des autres pièces carénées (fig. 53) en IIa. La morphologie du front en museau très étroit correspond à une volonté de produire des lamelles courtes de profil torse, intention clairement discernable à partir des deux derniers négatifs visibles. En outre, le remontage de plusieurs éclats de cintrage extraits depuis les bords latéraux atteste que l’étroitesse du front a été préservée tout au long de l’exploitation et que l’intention de produire des lamelles torses était bien l’objectif prioritaire.

112Ce dernier objet, témoin d’un procédé encore inconnu dans notre description de la séquence aurignacienne et porteur de caractères techniques habituellement reconnus à l’Aurignacien récent en Aquitaine, pose la question de la présence, dans l’ensemble II, d’une plus grande diachronie : en d’autres termes, l’ensemble II pourrait correspondre à des occupations plus éloignées dans le temps que prévues et correspondre à plusieurs épisodes distincts de l’Aurignacien, comme cela a d’ailleurs déjà été proposé par Zilhão (2013).

Fig. 53 – Nucléus caréné de type « grattoir » à museau de l’ensemble II de Geissenklösterle.

Fig. 53 – Nucléus caréné de type « grattoir » à museau de l’ensemble II de Geissenklösterle.

1. « Grattoir » à museau ; 2. Même pièce avec des éclats d’entretien des convexités latérales remontés. Il s’agit d’un spécimen unique dans toute la séquence aurignacienne avec un front très étroit et des lamelles recherchées en fin d’exploitation qui, d’après les derniers négatifs réussis, s’apparentent à des lamelles de profil torse.

D’après Hahn 1988.

Datations 14C et distribution stratigraphique des pièces remontées et/ou diagnostiques

113La séquence aurignacienne de Geissenklösterle appelle à considérer des situations contrastées en fonction des proxies retenues. En effet, on constate à la fois des indications assurant une relative intégrité de la séquence chronoculturelle en diachronie et d’autres témoignant, au contraire, de mouvements postdépositionnels des vestiges archéologiques couvrant toute l’épaisseur de la séquence aurignacienne. Dans le premier cas, citons la préservation de structures évidentes ou latentes, comme le foyer de IIIa qui rassemble notamment à sa périphérie des concentrations d’objets cohérentes, comme en attestent les nombreux remontages réalisés sur de courtes distances ou les concentrations de copeaux d’ivoire témoignant de la présence d’un atelier de travail de ce matériau. L’observation micromorphologique de certaines lames minces plaide également pour une relative cohérence d’organisation des échantillons étudiés (Conard et al. 2003). On peut aussi relever la bonne cohérence dans la distribution de certaines catégories de vestiges remarquables, à l’image de la plus grande concentration de pièces carénées en IIIa, de la présence exclusive des pointes à base fendue ou encore des témoins d’art mobilier ainsi que de flûtes au sein de l’ensemble II. En d’autres termes, des patterns à la fois spatiaux et stratigraphiques sont préservés. Dans le cas de mouvements postdépositionnels en revanche, la distribution stratigraphique des pièces incluses dans des remontages lithiques indique des mouvements importants avec des pièces d’un même ensemble pouvant être dispersées sur toute la puissance de la séquence aurignacienne (fig. 54).

Fig. 54 – Distribution archéostratigraphique des pièces remontées à Geissenklösterle au sein de 20 groupes de remontages.

Fig. 54 – Distribution archéostratigraphique des pièces remontées à Geissenklösterle au sein de 20 groupes de remontages.

Noter que, dans de nombreux cas, les pièces se dispersent à travers cinq ou six couches archéologiques de la séquence aurignacienne reconnues à la fouille.

D’après Teyssandier 2007a.

114En outre, tous les sous-niveaux de la séquence aurignacienne possèdent des spectres fauniques dominés par l’ours des cavernes, attestant que ces assemblages reconnus à la fouille préservent, de manière mélangée, les témoins d’occupations humaines et non humaines de la grotte. De plus, les subdivisions archéostratigraphiques reconnues à la fouille doivent être analysées avec grande précaution. J. Hahn lui-même insistait sur la difficulté d’individualiser des niveaux dans une séquence à faible sédimentation où dominent des plaquettes calcaires grossières provenant de l’altération et du démantèlement des parois et du plafond de la grotte (Hahn 1988). Ces éléments plaident en faveur d’une extrême prudence au moment d’interpréter les données radiométriques et il semble alors clair, contrairement aux conclusions avancées par d’autres auteurs (e.g. Conard et Bolus 2003 ; Higham et al. 2012), qu’il est totalement impossible d’être certain de l’association entre un échantillon non anthropique daté et un événement culturel particulier. Même en datant des ossements portant des traces anthropiques indiscutables, rien ne permet de les corréler avec un assemblage culturel donné.

115En d’autres termes, il nous apparaît peu pertinent de se fonder sur des modèles bayésiens utilisant des dates sur vestiges non anthropiques afin d’établir une différenciation chronologique des ensembles chronoculturels III et II, à l’image de ce qu’ont fait Higham et al. (2012). Ici, seule la datation directe d’objets diagnostiques, comme les pointes à base fendue, permettrait de situer avec certitude une part de l’occupation relative à l’ensemble II et attribuable à l’AA. Pour l’heure, cette stratégie n’a pas été mise en œuvre à Geissenklösterle.

116Considérons désormais les datations 14C les plus récentes obtenues à Oxford par AMS avec ultrafiltration qui, comme attendu, vieillissent des échantillons similaires datés précédemment par le même laboratoire sans ces méthodes de prétraitement (Higham et al. 2012). Elles permettent ainsi de proposer une interprétation chronoculturelle plus parcimonieuse que celle avancée précédemment, faisant de Geissenklösterle un ovni dans le panorama européen des débuts de l’Aurignacien. En effet, tant Conard et Bolus (2003) que Higham et al. (2012) ont favorisé une interprétation binaire des âges obtenus en considérant que les mesures sont valides et datent le niveau au sein duquel l’échantillon a été découvert. Ce faisant, ils proposent une datation très précoce de l’ensemble III entre 43 410 et 41 860 cal. BP quand tous les ossements datés avec ultrafiltration sont considérés et entre 43 060 et 41 480 cal. BP quand seuls les échantillons avec traces de découpe sont retenus. Dans les deux cas et quel que soit le modèle retenu, l’AA, tel que nous l’avons reconnu dans l’ensemble III, émergerait au plus tard vers 42 500/42 000 cal. BP dans le Jura souabe, soit presque deux millénaires avant l’éclosion de contextes culturels équivalents en Europe occidentale. L’AA de Geissenklösterle serait même plus ancien que le Protoaurignacien qui est pourtant clairement sous-jacent en stratigraphie à l’Aurignacien ancien en Europe occidentale. Comme l’a justement souligné Zilhão (2013) et comme nous l’avons fait avec ce dernier (Teyssandier et Zilhão 2018), cette situation vient totalement à l’encontre de l’acceptation de l’AA comme un véritable technocomplexe défini par D. Clarke comme « groups of cultures characterized by assemblages sharing a polythetic range but differing specific types of the same general families of artefact types, shared as a widely diffused and interlinked response to common factors in environment, economy and technology » (Clarke 1978, p. 206).

Révision chronologique de l’ensemble III

117Nous l’avons vu précédemment, au moins une partie de l’ensemble III représentée par de riches vestiges associés au foyer de IIIa est clairement attribuable à l’AA sur la base des caractéristiques du débitage laminaire et lamellaire en tous points conformes avec ce qui est documenté dans le Sud-Ouest. Par conséquent, les dates obtenues sur des échantillons provenant de IIIa et portant préférentiellement des traces anthropiques doivent être privilégiées relativement à celles obtenues sur des espèces non chassées ou aux dépens d’échantillons provenant de niveaux secondaires liés au démantèlement de la couche originelle qu’est IIIa (IIIb, III ou IId par exemple). Ce faisant, la situation se simplifie puisque sur les dix mesures 14C pour l’ensemble III (tabl.4 ; fig. 55) publiées par Higham et al. (2012), seules deux, réalisées sur tibia de renne avec traces d’impact ou stries de découpen proviennent de IIIa, à proximité du foyer, ce qui livre une organisation spatiale et stratigraphique cohérente.

Tabl. 4 – Datations 14C avec ultrafiltration obtenues pour la séquence aurignacienne de Geissenklösterle. Les lignes grisées indiquent les dates sur des ossements avec traces anthropiques.

Tabl. 4 – Datations 14C avec ultrafiltration obtenues pour la séquence aurignacienne de Geissenklösterle. Les lignes grisées indiquent les dates sur des ossements avec traces anthropiques.

D’après Higham et al. 2012, modifié.

Fig. 55 – Dates 14C avec ultrafiltration calibrées à 95,4 % de confiance de la séquence aurignacienne de Geissenklösterle.

Fig. 55 – Dates 14C avec ultrafiltration calibrées à 95,4 % de confiance de la séquence aurignacienne de Geissenklösterle.

En haut du graphique, nous avons inclus une mesure de la couche Ic (en gris), autrefois attribuée au Gravettien, correspondant à nos yeux à un Aurignacien récent, et en bas, deux mesures de la couche IIIc, un niveau stérile sous la couche aurignacienne la plus ancienne. Nous avons ici figuré toutes les dates par ultrafiltration de l’ensemble II (en bleu) et de l’ensemble III (en rouge clair).

Dates d’après Higham et al. 2012.

  • 6 Ces deux dates donnent les résultats non calibrés suivants : 36 850 ± 800 et 36 650 ± 750 BP.

118Certes, il s’avère que ces deux dates sont anciennes eu égard aux nouveaux procédés de prétraitement par ultrafiltration utilisés mais restent plus récentes que l’intervalle chronologique retenu par Higham et al. (2012). Associées au contenu majoritaire de IIIa que nous attribuons à un AA, elles situeraient alors cet événement entre 42 000 et 40 000 cal. BP6.

119Les huit autres dates obtenues pour l’ensemble III se répartissent de la manière suivante : trois en IIIb, quatre en III et une en IId, soit toutes obtenues aux dépens d’échantillons découverts dans des niveaux artificiels issus du démantèlement et de la recomposition de la couche IIIa. On peut donc s’attendre à y trouver une certaine forme de diachronie et surtout, avant même la consultation des résultats clairs, il n’est pas possible de savoir ce que ces échantillons datent en termes de contenu archéologique. Comme attendu, la diachronie théoriquement prévisible se retrouve dans les résultats : sur les huit mesures, deux seulement sont compatibles avec les estimations que nous retenons pour IIIa (IIIb : 36 100 ± 700 BP, III : 36 850 ± 750 BP) puisque quatre sont nettement plus anciennes et deux beaucoup plus récentes.

120Pour les dates « trop » anciennes, deux sont obtenues sur des restes de rhinocéros laineux et de mammouth, dont on peut supposer qu’il s’agisse de matériaux fossiles collectés pour la réalisation d’équipements techniques et/ou symboliques – activités abondantes en IIIa. Leur mesure plus ancienne que l’âge de IIIa n’aurait alors rien d’étonnant et serait simplement liée à la collecte de matériaux fossiles, fait déjà souligné par Zilhão (2013). Les deux autres dates anciennes pour l’ensemble III concernent un fémur de cheval et un fragment de membre d’artiodactyle ne portant aucune trace anthropique. Leur association avec les activités conduites en IIIa n’est donc pas assurée et ne permet donc aucune conclusion.

121En prenant compte du contexte local de la séquence de Geissenklösterle, de son analyse taphonomique sur la base de la répartition spatiale planimétrique des vestiges et en y ajoutant la distribution archéostratigraphique des raccords et remontages effectués, nous concluons que l’ensemble lithique associant un débitage laminaire unipolaire et l’exploitation de lamelles aux dépens de pièces carénées – que nous attribuons sensu lato à l’AA par comparaison avec les séquences de référence du Sud-Ouest français – peut être ici positionné chronologiquement entre 42 000 et 39 500 cal. BP, différant ainsi des conclusions de Higham et al. (2012, p. 672) situant en modélisation bayésienne le début de l’ensemble III entre 42 940 et 42 180 cal. BP (68,20 % de probabilité). Deux conclusions semblent ainsi évidentes :

  • la modélisation bayésienne dans une séquence reconstruite a posteriori où il est impossible de contrôler l’association réelle entre échantillons fauniques et contexte archéologique associé n’a pas de sens (e.g. Discamps et al. 2015, 2018)
  • l’inférence, sur cette base, de l’apparition d’un technocomplexe extrêmement cohérent, comme l’Aurignacien ancien, de plusieurs millénaires plus ancien dans le Jura souabe qu’en Europe occidentale sur la base d’un seul site contredisant l’ensemble des autres observations réalisées sur des dizaines de séquences, demande que cette hypothèse soit bien établie, contrôlée et parcimonieuse.

122Ce n’est pas le cas à Geissenklösterle qui montre, au contraire, une subcontemporaneité relative dans l’apparition de l’AA avec les dates les plus anciennes obtenues dans le Sud-Ouest français, à savoir celles de la couche 14 de l’abri Pataud (Higham et al. 2011). Dans la couche 14, l’outillage lithique typiquement AA avec lames massives, retouche aurignacienne, et nucléus carénés n’est pas associé à des pointes à base fendue, n’apparaissant que dans la couche 11 (Brooks 1995). En outre, il faut considérer que, comparativement à la modélisation de Higham et al. (2012), nous avons utilisé ici la courbe IntCal20 ayant tendance à vieillir les âges des datations 14C et que, de la sorte, nos estimations sont plus anciennes que celles de Banks et al. (2013), étude avec laquelle nous sommes tout à fait en accord que ce soit sur les échantillons retenus que sur la validité de la succession PA/AA.

Révision chronologique de l’ensemble II

123La situation est également complexe pour l’ensemble II pour lequel un total de seulement six dates 14C a été obtenu récemment par AMS ultrafiltré. Une est manifestement bien trop vieille (OxA 21737 : 35 700 ± 650 BP) puisqu’obtenue à partir d’un reste de renne du niveau sommital IIa et plus ancienne de près de 1 000 à 2 500 ans relativement aux dates du niveau sus-jacent IIb. C’est dans ce dernier niveau qu’une lentille cendreuse en place a été découverte lors des fouilles de Hahn, laquelle était associée à des figurines en ivoire et des flûtes en os (e.g. Conard et al. 2004). La question de la chronologie de cet ensemble est donc cruciale car, rappelons-le, nous évoquons ici parmi les plus anciennes flûtes et œuvres d’art mobilier figuratives connues. Les autres dates obtenues pour IIb (quatre mesures) indiquent l’existence d’au moins deux événements distincts : l’un centré entre 40 500 et 38 000 cal. BP et l’autre entre 38 500 et 36 500 cal. BP. En toute vraisemblance, le premier correspond à l’horizon caractéristique de l’ensemble II associant un riche corpus de pointes à base fendue à un outillage lithique typiquement AA. Ceci indique très clairement que cet assemblage diagnostique s’accorde parfaitement bien avec les données chronologiques extrarégionales, en particulier celles situant des corpus similaires dans la même fourchette chronologique en Europe occidentale. L’autre regroupement chronologique, entre 38 500 et 36 500 cal. BP est composé de deux mesures, l’une issue de IIa, l’autre de Ic, ce dernier niveau étant habituellement attribué au Gravettien (Moreau 2012). En réalité, ce niveau assez pauvre présente une industrie comparable en bien des points à certains éléments de l’ensemble II et devrait donc être attribué à un Aurignacien « post » ancien (Zilhão 2013). La découverte récente de deux lamelles Dufour sous-type Roc de Combe associée à des lamelles torses obtenues aux dépens de pièces carénées (fig. 56) par Moreau (2012) va dans le sens d’une attribution à l’Aurignacien récent (ou Aurignacien II dans les séquences aquitaines) corroborée par la présence d’une pièce carénée singulière (fig. 53) dont nous avons noté précédemment que ses caractères techniques la distinguaient clairement des autres nucléus carénés, abondants en IIIa et présents également en II (Teyssandier 2007a). Il s’agit d’un « grattoir » à museau au front étroit, dont l’étroitesse a été maintenue par une série d’éclats de cintrage extraits depuis les bords latéraux et indiquant que l’étroitesse du front était le caractère technique recherché dans l’intention de produire de courtes lamelles torses de profil (fig. 56).

Fig. 56 – Lamelles torses brutes (en haut) et retouchées en Dufour sous-type Roc-de-Combe associées à l’ensemble II de Geissenklösterle et représentant clairement un Aurignacien récent « post » ancien.

Fig. 56 – Lamelles torses brutes (en haut) et retouchées en Dufour sous-type Roc-de-Combe associées à l’ensemble II de Geissenklösterle et représentant clairement un Aurignacien récent « post » ancien.

D'après Moreau 2012.

124Il est donc plus que probable que l’ensemble II réunit, outre un AA à pointes à base fendue, une ou plusieurs occupations d’un Aurignacien récent à « grattoirs » à museau à front étroit et lamelles torses. Comme proposé par J. Zilhão (2013), c’est de cet horizon aurignacien récent, jusqu’ici non distingué, que proviendraient les pièces d’art mobilier animalier en ivoire ainsi que les flûtes. C’est une hypothèse séduisante car elle est pleinement en accord avec les données de Geissenklösterle et des contextes archéologiques régionaux où des témoins d’art figuratif, sous la forme de sculptures en ivoire, sont documentés. À Hohle Fels, toujours dans la vallée de l’Ach, à seulement quelques kilomètres de Geissenklösterle, une vénus féminine (fig. 57) provient d’un contexte aurignacien récent daté entre 37 500 et 36 000 cal. BP (fig. 58 ; voir les dates dans Conard 2009). Si des discussions subsistent sur la nature de la séquence aurignacienne de Hohle Fels, nous sommes d’avis que les couches 5 et 4 ainsi que leurs subdivisions se rapportent à un Aurignacien récent (Dinnis et al. 2019a), et non à des phases plus anciennes comme cela a pu être dit dans une autre publication (Bataille et Conard 2018).

Fig. 57 – Vue latérale et de face de la Vénus de Hohle Fels.

Fig. 57 – Vue latérale et de face de la Vénus de Hohle Fels.

Photographie H. Jensen d’après Conard 2009.

Fig. 58 – Position stratigraphique de la vénus de Hohle Fels à la base de la séquence aurignacienne de ce site, dans un niveau clairement aurignacien récent en chronologie absolue.

Fig. 58 – Position stratigraphique de la vénus de Hohle Fels à la base de la séquence aurignacienne de ce site, dans un niveau clairement aurignacien récent en chronologie absolue.

Voir en particulier les dates non calibrées associées dans la projection stratigraphique du bas figurant les fragments de la vénus par des étoiles rouges.

D’après Conard 2009.

125En résumé, sur le plan chronoculturel, on aurait à Geissenklösterle :

  1. Un ensemble aurignacien ancien sur la base du système lithique, associé à deux pointes à base pleine en ivoire et des éléments de parure mais sans base fendue, daté entre 42 000 et 40 000 cal. BP. Compte tenu de la grande ancienneté de ces dates et de la difficulté à prouver qu’elles sont indubitablement liées au système technique lithique déterminé, il faut considérer ces dates comme un terminus post quem. En d’autres termes, l’Aurignacien à Geissenklösterle ne peut pas être plus ancien que 42 000 cal. BP et il est probable, d’après les dates les plus anciennes obtenues pour l’AA dans le Sud-Ouest français, qu’il soit même un peu plus récent. Les dates les plus anciennes connues en Aquitaine, par exemple, sont celles de Pataud couche 14, pour un AA typique sans pointe à base fendue daté entre 41 500 et 39 000 cal. BP ;
  2. un Aurignacien ancien à pointes à base fendue vers 40 000/38 000 cal. BP ;
  3. un Aurignacien récent à lamelles torse incluant très probablement les statuettes animalières et l’anthropomorphe en ivoire ainsi que les flûtes vers 38 000/36 500 cal. BP (fig. 59). En outre, les âges retenus pour la phase à statuettes en ivoire sont concordants avec les datations les plus récentes publiées pour certaines peintures de la grotte Chauvet (Quilès et al. 2016), avec lesquelles les statuettes du Jura souabe entretiennent une forte parenté stylistique (fig. 60). Ceci contredit les hypothèses formulées par plusieurs auteurs qui voient un décalage chronologique important et une stricte antériorité des manifestations aurignaciennes entre le Jura souabe et les régions occidentales, l’Aquitaine ou les Pyrénées en particulier.

126En définitive, lorsque la complexité de la séquence de Geissenklösterle est appréhendée selon les résultats obtenus à partir de la répartition spatiale des vestiges et de la distribution verticale des remontages, la situation devient claire et cette archéoséquence s’intègre relativement bien au schéma général exposé préalablement.

Fig. 59 – Dates 14C calibrées à 95,40 % de confiance retenues pour l’Aurignacien récent à lamelles torses du Jura souabe associé des statuettes figuratives en ivoire.

Fig. 59 – Dates 14C calibrées à 95,40 % de confiance retenues pour l’Aurignacien récent à lamelles torses du Jura souabe associé des statuettes figuratives en ivoire.

HF Va : Hohle Fels couche Va ; GK IIa et GK In : Geissenklösterle couches IIa et In, HS 1o : Hohlenstein Stadel couche 1o.

Fig. 60 – Comparaison des représentations animales en ivoire de Vogelherd (à gauche) et pariétales de la grotte Chauvet (à droite).

Fig. 60 – Comparaison des représentations animales en ivoire de Vogelherd (à gauche) et pariétales de la grotte Chauvet (à droite).

D’après Hahn 1986, Clottes et al. 2001 ; figure reprise dans Teyssandier 2007a.

Willendorf

Présentation du site et stratigraphie

127L’autre site majeur pour la question des premiers temps de l’Aurignacien en Europe centrale correspond à la séquence de plein air de Willendorf (Basse-Autriche) puisqu’une datation à 43 500 cal. BP a été publiée pour un contexte dit Aurignacien « ancien » (Nigst et al. 2014), soit plus de deux millénaires avant sa date d’apparition présumée en Europe occidentale. Cette interprétation a fait l’objet de plusieurs critiques (Zilhão 2013, Teyssandier et Zilhão 2018) dont nous résumerons ici les points principaux.

128Cette imposante séquence préservée dans les lœss de la moyenne vallée du Danube a été principalement fouillée au début du xxe siècle sous l’égide de J. Bayer et du musée des sciences naturelles de Vienne entre 1908 et 1927 (Bayer 1930) puis par l’université de Vienne en 1955 (Felgenhauer 1956-1959). Des travaux modernes y ont ensuite été conduits en 1981 avec la mise à jour d’un nouveau profil et échantillonnage pour datations 14C (Haesaerts 1990) puis en 1993 lorsque la tranchée a été étendue pour mettre à jour une coupe de 5,50 m de haut pour 3 m de large (Damblon et al. 1996, Haesaerts et al. 1996, Haesaerts et Teyssandier 2003). Enfin, plus récemment, des fouilles ont été de nouveau entreprises entre 2006 et 2011 sous la direction de P. Nigst (Nigst et al. 2008a, 2008b, 2014, Nigst et Haesaerts 2012). Elles ont notamment permis de réexposer et d’identifier les éléments clés des tranchées du début du xxe siècle, permettant d’établir un plan complet de la localité.

129Précisons d’emblée que le système de référence mis en place lors de ces fouilles a été placé à 105 mètres au sud de celui utilisé lors des opérations précédentes, ce qui doit être gardé en mémoire lorsqu’il s’agit de comparer les plans avec ceux des opérations passées.

130Six ensembles lœssiques et humiques ont été reconnus à Willendorf II (fig. 61). Pour les dépôts du Paléolithique récent qui nous intéressent ici, l’unité B est attribuée au Pléniglaciaire tardif et contient quatre niveaux archéologiques, depuis l’AH9 au sommet (qui contenait la célèbre vénus de Willendorf) à l’AH6 à la base, tous sont attribués au Gravettien. L’unité C, d’environ 2,70 m de puissance, est composée d’un enregistrement complexe de niveaux lœssiques et d’horizons pédologiques subdivisés en neuf subunités, depuis C1 au sommet à C9 à la base. Trois horizons archéologiques ont pu être identifiés, avec successivement l’AH5 attribué au Gravettien, l’AH4 à un Aurignacien récent à « grattoirs » à museau et lamelles torses (Teyssandier 2007a) et l’AH3 à un Aurignacien ancien (Teyssandier 2007a) dont il sera question ici. L’unité D sous-jacente est un dépôt colluvial marqué par le développement de minces fentes de gel. Les ensembles archéologiques inclus sont d’affinités chronoculturelles incertaines et demeurent extrêmement pauvres (Teyssandier 2007a). Un charbon de la subunité D1 daté par ABOx-SC situe le dépôt du sommet de cet ensemble vers 47 400/45 600 cal. BP, fixant ainsi un âge maximum pour l’AH3.

Fig. 61 – Willendorf II, la tranchée Haesaerts 1993.

Fig. 61 – Willendorf II, la tranchée Haesaerts 1993.

À gauche : relevé stratigraphique schématique ; à droite : photographie de la coupe de Haesaerts 1993. Noter que dans cette partie du site, la sous-unité C7 qui, 12 m plus au sud, inclut le niveau archéologique AH3ab et la sous-unité C8 qui inclut le niveau archéologique AH3 fusionnent en un seul horizon humique.

D’après Nigst et al. 2008a, 2008b, Teyssandier et Zilhão 2018.

131En se basant sur les observations réalisées lors des opérations 2006-2011, Nigst et al. (2014) reconnaissent trois lentilles différentes (C8-1, C8-2 et C8-3) au sein de la subunité C8 qui inclut AH3 : « In the southern part of the site, the top of C9 is eroded by a shallow gully with scattered gravel at the base, filled by the sandy loam if C5 […]. The sedimentation also coincides with human occupation at the site, as documented by lithic artifacts and bone fragments of AH3. Afterwards, bioturbated pararendzina C8-2 developed on the top of the sandy loam […]. Numerous Picea/Larix and Picea charcoal concentrations in the upper part of the humic horizon, linked to natural fires, provided radioacarbon dates 39.0 and 38.9 ka BP for this pedogenesis […]. Locally, faint erosion of the humic horizon C8-2 leads to redeposition of humic pellets in layer C8-1 ». Suite à cette révision, le niveau archéologique 3 serait donc inclus dans la lentille C8-3 qui, précisions-le, n’a pu être datée directement. De la sorte, l’âge de la couche 3 provient des terminii issus des dates obtenues sur les horizons géologiques l’encadrant, à savoir la subunité D1 en dessous et la lentille C8-2 au-dessus, alternance qui n’a pas été observée in situ mais repose sur des inférences. L’échantillon daté de C8-2 (39 000 ± 500 BP) a été collecté dans l’horizon humique à N124 (fig. 62) alors que les fouilles de 2006-2011 ont retrouvé C8-3 uniquement entre N116 et N120 (fig. 63a, 63c, 64).

Fig. 62 – Relevé de plusieurs sections stratigraphiques et position des échantillons datés.

Fig. 62 – Relevé de plusieurs sections stratigraphiques et position des échantillons datés.

Les âges indiqués ne sont pas calibrés.

D’après Nigst et al. 2014, modifié dans Teyssandier et Zilhão 2018.

Fig. 63 – Plan du site de Willendorf II et données planimétriques et stratigraphiques pertinentes.

Fig. 63 – Plan du site de Willendorf II et données planimétriques et stratigraphiques pertinentes.

A. Zones de fouille 2006-2011, l’étendue de la lentille C8-3 telle que reconnue en 2006-2011 et l’étendue de l’AH3 lors des fouilles de 1908-1909 et 1955 ; B. Bande de 3 m la plus au nord de la tranchée de fouille 1908-1909, montrant comment l’horizon archéologique, alors décrit comme AH3, s’étendait jusqu’à son extrémité ; C. Relevé stratigraphique de la moitié sud de la zone 4 de la fouille de 2006-2011 montrant comment la lentille C8-3, où les artefacts alors attribués à l’AH3 ont été récupérés, ne s’étendait pas vers le nord au-delà de N120 ; D. Profil nord schématique de la tranchée de 1908-1909 montrant le pendage marqué vers l’est de l’unité alors définie comme AH3 ; E. Bande de 3 m la plus au nord de la tranchée de fouille de 1908-1909, montrant comment les niveaux intermédiaires entre l’AH3 et l’AH4 ont été trouvés au N126 de la nouvelle grille et se sont poursuivis dans la zone fouillée en 1955, > 5 m au nord de l’endroit où l’AH3ab a été formellement reconnu en 2006-2011.

D’après Teyssandier et Zilhão 2018.

Fig. 64 – Cliché pris lors des fouilles de Felgenhauer à Willendorf (Felgenhauer 1956-1959) de l’AH4, aujourd’hui attribué à un Aurignacien récent.

Fig. 64 – Cliché pris lors des fouilles de Felgenhauer à Willendorf (Felgenhauer 1956-1959) de l’AH4, aujourd’hui attribué à un Aurignacien récent.

On constate que la couche n’est pas plane mais au contraire assez épaisse et irrégulière. Cela montre clairement que les horizons archéologiques distingués à Willendorf correspondent plutôt à des successions de lentilles sombres assez épaisses, chacune pouvant représenter des moments distincts d’une accumulation de type palimpseste.

La définition de l’AH3 censément attribué à l’Aurignacien ancien

132Reste donc à savoir si la datation de l’échantillon charbonneux de C8-2, stérile sur le plan archéologique, permet de contraindre l’âge de la couche archéologique 3, découverte au sud en C8-3 lors des fouilles de 2006-2011 et au nord lors de celles conduites en 1908-1909, au cours desquelles la plupart des vestiges a été récoltée. La question est d’importance car il n’est pas évident que l’AH3 des fouilles de 2006-2011 corresponde bien à l’AH3 des fouilles de 1908-1909. En effet, 1) les trois lentilles de C8 n’ont jamais été observées au sein de la même section stratigraphique ; 2) C8-1 contient des boulettes humiques de C8-2 redéposées, elles-mêmes correspondant à un sol bioturbé. De la sorte, le fait que les trois sous-unités de C8 soient en succession verticale demande à être démontré dans la mesure où C8 a une puissance de plus de 15 cm d’épaisseur à N120 mais de moins de 5 cm à N127 ; 3) une pente nord-sud entre 6 et 12 % est observée ; 4) C8-1 n’est pas datée et seul le résultat obtenu pour C7-1 (34 570 +410/-330 BP) fournit un terminus ante quem pour C8 dans sa globalité. En outre, précisons qu’un horizon archéologique jusque-là jamais mentionné (AH3ab) appartient à cette lentille C7-1.

133En définitive, rien ne permet d’assumer que les dépôts d’où proviennent les vestiges caractéristiques de l’AA découverts lors des fouilles de 1908-1909 sont l’équivalent stratigraphique de C8-3. D’ailleurs, C8-3 n’existe approximativement que sur la moitié de la surface où l’AH3 a été identifié en 1908-1909. En outre, les plans de Felgenhauer montrent clairement que les fouilles de 1908-1909 ont rencontré des zones riches en charbon associées à un matériel archéologique pauvre en position stratigraphique intermédiaire entre l’AH3 et l’AH4, pouvant, par exemple, correspondre à l’horizon C7-1 incluant le niveau AH3ab mentionné par Nigst et al. (2014). De tels horizons attestent clairement que la stratigraphie « archéologique » de Willendorf II est bien plus complexe que ne le laissent présager les appellations linéaires AH9, AH8, AH7 etc. et qu’elle inclut des variations latérales. Il est ainsi fort probable, les photos l’attestent (fig. 64), que les « niveaux » tels que l’AH3 ou l’AH4 sont en réalité le groupement de lentilles discontinues sur les plans vertical et horizontal mais suffisamment proches pour être considérées comme une seule et même unité. Ainsi résumé, l’âge minimum issu de la datation d’échantillon provenant de C8-2 s’applique uniquement pour les parties de l’AH3 pouvant en toute sécurité provenir de la lentille sus-jacente C8-3. Ceci est vrai pour la collection des fouilles de 2006-2011 mais pas pour celles de 1908-1909 qui, nous le verrons, contiennent les objets diagnostiques.

134Rappelons en effet que les pièces issues de ces fouilles n’ont évidemment pas été coordonnées et que l’AH3 a été découvert dans des zones où la subunité C8 ne peut pas être subdivisée. Par conséquent, les pièces pourraient très bien provenir de l’équivalent latéral de C8-1, voire même de C7. En ce sens, l’âge de C8-2 représenterait alors un âge maximal, non minimal. In fine, l’interprétation stratigraphique de la séquence de Willendorf II par Nigst et al. (2014) ne répond pas à deux questions fondamentales :

  1. le charbon de C8-2 fournissant un terminus ante quem pour C8-3 est-il in situ, ce qui n’est pas prouvé ?
  2. l’assemblage de 1908-1909 dit AH3 provient-il dans son intégralité de la lentille C8-3, ce qui semble contredit par toutes les données publiées ?

135À ce titre, dans la tranchée de 1981-1993, C8 apparaît réduit à une fine lentille fusionnant avec C7 pour ne former qu’un seul ensemble indifférencié. Or, à N120, la date obtenue pour C7 (34 570 +410/-330 BP) est statistiquement identique à celle obtenue 10 m plus au nord par des méthodes conventionnelles lors de la tranchée 1981-1993 (34 100 +1200/-1000 BP). Cela rajeunit considérablement la limite chronologique la plus récente pour des échantillons associés à l’assemblage AH3 des fouilles de 1908-1909 dont nous avons vu qu’il était stratigraphiquement hétérogène.

Définition typotechnologique de l’AH3, fouilles de 1908-1909

136La collection de l’AH3 auparavant analysée (Haesaerts et Teyssandier 2003, Teyssandier 2003, 2007a) est issue des fouilles de 1908-1909 et a précédemment été étudiée sur un plan typologique par plusieurs auteurs (Felgenhauer 1956-1959, Broglio et Laplace 1966, Hahn 1977). Ne contenant que 38 pièces, dont 22 retouchées, tous ont conclu qu’elle incluait des pièces indubitablement aurignaciennes, en particulier sous les traits de cinq « grattoirs » carénés et de trois lames à retouche latérale dont une à retouche dite « aurignacienne » (fig. 65). Depuis, P.R. Nigst a mis en évidence de nouveaux vestiges découverts dans les caves du musée d’Histoire naturelle de Vienne qui n’avaient jamais pu être publiés mais qui, hélas, quoi que plus abondants (450 pièces), n’incluent aucune pièce diagnostique et sont, pour l’essentiel, composés d’esquilles ou de fragments d’éclats non spécifiques (Nigst et al. 2008a, Nigst et Haesaerts 2012). Par conséquent, nous devons encore nous baser sur la collection du début du xxe siècle pour tenter de proposer une attribution de la couche 3. Les caractères aurignaciens de cet ensemble le rapprochent du faciès « ancien » classique, d’autant que sur un plan stratigraphique le niveau sus-jacent 4 est, quant à lui, caractéristique d’un Aurignacien récent à pièces carénées de type « grattoirs » à museau à front étroit destinées à la production de petites lamelles courtes et torses de profil (fig. 66). Sur un plan évolutif, stratigraphique et technotypologique, la séquence – qui peut être établie à Willendorf sur la base des couches 3 et 4 – est donc en parfait accord avec les données réunies en Europe occidentale.

Fig. 65 – Willendorf II, pièces carénées et outils sur lame de la couche 3.

Fig. 65 – Willendorf II, pièces carénées et outils sur lame de la couche 3.

1-3. « Grattoir » à museau ; 4-5. « Grattoir » caréné ; 6. Lame retouchée sur deux bords ; 7. Burin sur troncature ; 8. Grattoir simple ; 9. Lame aurignacienne. Noter les préparations au détachement particulières des nos 6 et 9 dont les talons sont proches du véritable éperon.

D’après Teyssandier 2007a.

Fig. 66 – Pièces carénées et lamelles brutes de l’Aurignacien récent de la couche 4 de Willendorf II.

Fig. 66 – Pièces carénées et lamelles brutes de l’Aurignacien récent de la couche 4 de Willendorf II.

1-9. « Grattoir » à museau ; 10-12. Lamelle brute à profil torse ; 13. Éclat d’« avivage » du front ; 14-15. « Grattoir » caréné circulaire. Noter l’étroitesse générale des fronts des « grattoirs » à museau, leur latéralisation et la délinéation torse de certains négatifs qui corroborent tout à fait le profil des lamelles brutes.

D’après Teyssandier 2007a.

137Nous sommes en revanche de nouveau en désaccord avec les données réunies par P.R. Nigst et al. (2014) en ce qui concerne l’homogénéité supposée de l’AH3 sur le plan matériel, à la fois par le biais des données stratigraphiques précédemment évoquées qui nous poussent à craindre que ce matériel récolté lors des fouilles de 1908-1909 ne soit pas nécessairement représentatif d’une seule période d’occupation du site mais également via la composition de l’assemblage. En effet, les dernières données réunies sur cet ensemble par P.R. Nigst et P. Haesaerts (2012) indiquent la présence de deux racloirs et de douze supports à retouche latérale dont un certain nombre sont visiblement des fragments de racloirs, type d’objets rares, sinon absents des ensembles aurignaciens anciens, que ce soit dans le sud-ouest de la France ou en Europe centrale. On peut donc supposer que ces pièces, et d’autres moins diagnostiques, soient le résultat de mélanges d’occupations diachrones avec des racloirs représentatifs d’une occupation plus ancienne que la composante pièces carénées/lames aurignaciennes. Ceci serait cohérent avec nos conclusions sur le contexte archéostratigraphique de Willendorf II et le fait que des lentilles d’âge différents soient mélangées et réunies, en particulier lors de « fouilles » datant de plus d’un siècle dans des conditions analytiques loin de ressembler à celles que nous connaissons aujourd’hui. En outre, il faut se représenter que, pour les ensembles archéologiques inférieurs de Willendorf (couches [AH] 1 à 3), nous sommes face à des échantillons très pauvres et dispersés, avec un petit nombre de vestiges découverts. Nigst et al. (2008a, 2008b) estiment une densité de une à deux pièces par m2, que ce soit pour les fouilles anciennes ou récentes, et il est fort probable que « this low-density, patchy pattern is consistent with the material having been syn-depositionally scattered along the local NW/SE slope, through run-off and other surface dynamics, and to have ended-up in residualization pockets potentially containing a mix of items with different origins, to be expected in periods of low, or nil, sediment accumulation such as those, during which the humic horizons comprised in the C8 and the C7 subunits formed » (Teyssandier et Zilhão 2018). En outre, précisons que, dans l’ensemble archéologique sous-jacent de l’AH2, une lame détachée par percussion directe tendre organique avec talon en éperon dénote clairement de l’ensemble et qu’elle est associée à un nucléus à lamelles sur lequel une lamelle de la couche 5 remonte (Moreau 2012). En résumé, il est probable qu’outre une composante clairement Aurignacien ancien, l’AH3 réunisse du matériel diachrone dont des racloirs pouvant représenter le Moustérien ou un ensemble local transitionnel à l’image du Szélétien par exemple.

Définition de AH3 : les fouilles de 2006-2011

138Les fouilles récentes de P.R. Nigst et al. (2014) ont documenté l’AH3 sur une surface de 8,66 m2 au sein de laquelle la lentille C8-3 livre une très faible densité de vestiges, avec seulement 32 pièces lithiques et 23 restes fauniques de petites dimensions dont le caractère brûlé n’est probablement pas anthropique. Sur cette base, P.R. Nigst et al. (2014) concluent que « the bladelets from AH3 demonstrate the presence of two bladelet production schemes, both suggesting a disassociation of blade and bladelet technology ». À leurs yeux, cela rapprocherait bien l’AH3 de l’AA où une telle individualisation des schémas laminaire et lamellaire a été maintes fois constatée. Là encore, nous sommes en désaccord avec eux : cette assertion se base ici sur un assemblage qui ne contient aucune lame, aucun nucléus et où seules une tablette de ravivage et trois lamelles ont été décrites (fig. 67). Comme nous l’avons déjà précisé (Teyssandier et Zilhão 2018), les caractères techniques de ces pièces rares ne permettent en aucun cas d’attribuer l’ensemble à l’AA :

  • la pièce WII-L20-2492 (fig. 67a) est un support entier avec talon lisse qui serait issu de la réduction d’une pièce carénée mais cette diagnose n’est assurée que sur une pièce ;
  • la pièce WII-M20-640 (fig. 67b) est un fragment mésial de lamelle pouvant provenir de n’importe quel type de débitage lamellaire, elle n’est donc pas diagnostique ;
  • enfin, WII-M20-647 (fig. 67c) est un fragment mésial de support à face supérieure corticale sur environ la moitié de sa surface. Sur cette base, il est dit que ce support proviendrait d’un nucléus prismatique unipolaire. Nous sommes en désaccord dans la mesure où ce support cortical peut provenir des premières phases de n’importe quel type d’exploitation et qu’il n’est pas forcément révélateur d’un débitage strictement lamellaire.

Fig. 67 – Modèles 3D des vestiges lithiques découverts dans l’AH3 de Willendorf II.

Fig. 67 – Modèles 3D des vestiges lithiques découverts dans l’AH3 de Willendorf II.

A. Lamelle WII-L20-2492 ; B. Fragment de lamelle WII-M20-640 ; C. Fragment de lamelle WII-M20-647 ; D. Tablette d’avivage WII-M18-25 ; E. Remontage reliant des pièces des fouilles de 2006-2011 (contour jaune) à des pièces de la vieille collection de 1908-1909.

D’après Nigst et al. 2014.

139En résumé, ce que les auteurs apparentent à des lamelles n’est, à nos yeux, insuffisant pour assurer le caractère paléolithique récent de cet assemblage. Ce type d’objet est courant dans le Paléolithique moyen (e.g. Faivre 2012). Pour finir, il convient également de signaler qu’un remontage a été réalisé entre le support cortical, deux éclats et une tablette des fouilles en 2006-2011 avec un « nucléus » et deux éclats de l’ancienne collection de l’AH3. Sur le strict plan technologique, ce remontage n’illustre aucunement une chaîne opératoire destinée à la production de lamelles longues et rectilignes comme supposée par P.R. Nigst et al. (2014). Cette séquence de production pourrait donc très bien se retrouver en contexte paléolithique moyen, voire même ancien et elle n’est en rien diagnostique d’un débitage de lamelles de type paléolithique récent. Sur le plan archéostratigraphique et des liens entre les fouilles de 1908-1909 d’une part et de 2006-2011 d’autre part, nous en concluons que : « the AH3 horizon of the old excavations must correspond to a thickness of humic deposits with charcoal and artifacts minimally encompassing two different occupations, AH3ab and AH3. In this context, the link between the 1908-1909 and 2006-2011 collections substantiated by the refit does not necessarily represent a link between two parts, excavated at different times, of one and the same original assemblage — much less that such putatively single assemblage is Aurignacian (recall that the refit includes neither carinated pieces nor clear Upper Paleolithic blades or bladelets) » (Teyssander et Zilhão 2018).

Pour conclure sur Willendorf II, AH3

140La différence d’interprétation principale entre les études de P.R. Nigst et al. (2014) et celle conduite avec J. Zilhão (Teyssander et Zilhão 2018) est finalement assez simple : alors que les premières extrapolent au site dans son entièreté la validité de l’archéostratigraphie reconnue dans l’aire limitée fouillée en 2006-2011, nous proposons que les variations latérales bien documentées et la faible résolution des fouilles anciennes ne garantissent pas d’étendre ainsi les observations. De la sorte, les arguments de P.R. Nigst et al. (2014) – deux horizons humiques identifiés à N117-121 et N124-126 ne formant en réalité qu’un seul et le charbon de C8-2 pouvant être utilisé pour contraindre l’âge du dépôt sus-jacent C8-3 contenant l’AH3 car in situ – ne sont pas recevables. En outre, rien ne permet de présager que la date de 43 500 cal. BP contraint l’âge d’un ensemble aurignacien, puisqu’aucune des 32 pièces découvertes lors des fouilles de 2006-2011 n’était diagnostique de ce technocomplexe. Ainsi, une lecture plus parcimonieuse consisterait à considérer que ces pièces proviennent de deux horizons archéologiques différents (et non un seul), AH3 et AH3ab, et que les rares pièces diagnostiques de l’AA issues des fouilles de 1908-1909 datent de l’intervalle chronologique partout accepté pour ce technocomplexe, à savoir entre 38 000 et 40 000 cal. BP. Ainsi résumé, et contrairement à ce qui était annoncé avec force sur des bases très fragiles, l’AA de Willendorf II ne serait pas antérieur de trois millénaires à tout ce qui est par ailleurs connu en Eurasie où ce technocomplexe est représenté.

Ailleurs en Europe centrale

141Pour clore ce tour d’horizon centre-européen, précisons qu’aucun autre site ne s’écarte du schéma chronologique et évolutif établi jusqu’alors.

142Le PA est documenté en Europe centrale mais n’y a encore jamais été daté par 14 C. C’est notamment le cas à Krems-Hundssteig (Autriche) et dans la région du Banat (Roumanie). À Krems, non loin de Willendorf et à proximité immédiate du Danube, un très riche ensemble archéologique a été recueilli au cours de l’exploitation des lœss pour la construction d’une digue de protection contre les crues entre 1893 et 1904. Si J. Strobl et H. Obermaier, qui en ont fait la première étude, insistaient sur le caractère homogène de l’industrie recueillie, il suffit de regarder les plans (fig. 68) qu’ils ont fournis pour comprendre d’emblée que le matériel réuni rassemble sans aucun doute des occupations diachrones avec des écarts de profondeur significatifs.

Fig. 68 – Dessin au trait de J. Strobl illustrant les conditions de collecte du matériel archéologique à Krems-Hundssteig.

Fig. 68 – Dessin au trait de J. Strobl illustrant les conditions de collecte du matériel archéologique à Krems-Hundssteig.

Les bandes noirâtres sur les deuxième et troisième gradins en partant du bas indiquent les couches paléolithiques.

D’après Strobl et Obermaier 1909.

143Cette diachronie attendue corrobore les observations que nous avons pu réaliser sur le richissime matériel lithique comptant plusieurs dizaines de milliers de vestiges, dont presque 3 500 outils retouchés parmi lesquels plus de 2 000 lamelles retouchées, constituant ainsi l’outil majoritaire. Les lamelles Dufour sous-type Dufour (fig. 69) sont les plus nombreuses (plus de 1 800 spécimens) avec retouche alterne très fréquente et latéralisation évidente de la retouche avec bord droit aménagé par retouche directe et bord gauche par retouche inverse. Elles sont le plus souvent régulières à très régulières, de profil régulièrement courbe voire proprement rectilignes et leurs dimensions sont homogènes, comprises entre 20 et 45 mm de long, 30 à 60 mm de large et 1 à 2 mm d’épaisseur pour les spécimens entiers. L’association des plus longs spécimens avec une abondante série de nucléus à lamelles de morphologie pyramidale principalement réalisés sur éclats ne fait aucun doute. Cette composante indubitablement protoaurignacienne est associée sans qu’aucune différenciation archéostratigraphique ne soit possible avec près de 200 pièces carénées, majoritairement des « grattoirs » carénés à front large et un débitage de fortes lames robustes, souvent retouchées latéralement ou à leur extrémité en grattoirs (fig. 70). Des lames aurignaciennes, voire étranglées y sont représentées et portent la classique retouche écailleuse scalariforme. L’hypothèse qui nous semble la plus parcimonieuse pour interpréter sur un plan chronoculturel la riche série de Krems consiste à y voir le regroupement de deux séries diachrones : l’une protoaurignacienne, l’autre attribuable à l’AA classique. L’unique date à partir de restes charbonneux découverts dans les collections obtenue par J. Hahn (1977) dans les années 1970 est compatible avec cette hypothèse (35 500 ± 2 000 BP) mais il serait plus prudent de redater avec des méthodes modernes même si l’intérêt est limité tant il est assuré que cette série mêle plusieurs composantes.

Fig. 69 – Lamelles Dufour, sous-type Dufour de Krems-Hundssteig.

Fig. 69 – Lamelles Dufour, sous-type Dufour de Krems-Hundssteig.

Noter la régularité des supports lamellaires, les profils quasi rectilignes dans certains cas et la latéralisation des retouches les aménageant : directes sur le bord droit, inverse sur le bord gauche. Les spécimens dont la partie distale est préservée témoignent de cette inflexion mentionnée dans le texte.

Dessins d’après Laplace 1970, Hahn 1977.

Fig. 70 – Outils sur lames de Krems-Hundssteig.

Fig. 70 – Outils sur lames de Krems-Hundssteig.

Noter l’occurrence de la retouche latérale sur des lames robustes et son association à des fronts de grattoirs. La retouche, souvent écailleuse, parfois scalariforme, s’apparente à une retouche dite « aurignacienne ». Certaines de ces pièces indiquent une composante AA.

Dessins d’après Hahn 1977.

144Un autre pôle de sites potentiellement protoaurignaciens est localisé au sud-ouest du territoire roumain, dans le Banat. Avec J. Zilhão, nous avions proposé l’intégration de Tincova au PA sur la base de comparaisons typologiques et la présence de grandes lamelles Dufour sous-type Dufour à retouche alterne latéralisée (directe sur le bord gauche, inverse sur le bord droit) associées à des pointes de Krems à retouche bilatérale directe (Zilhão 2006, Teyssandier 2007a, 2007b, 2008). Depuis, au cours de deux missions en collaboration avec I. Baltean, nous avons eu l’occasion d’étudier cet ensemble au musée de Lugoj et nos observations n’ont fait que renforcer cette attribution, en particulier par l’association de ces grandes lamelles retouchées à des lames légères obtenues aux dépens de nucléus dont la structure volumétrique évoque celle initialement décrite pour le PA d’Arcy-sur-Cure (Bon 2002, Bon et Bodu 2002). Une continuité opératoire évidente caractérise l’ensemble de Tincova avec détachement de lames légères pas toujours régulières puis, dans un second temps, extraction de grandes lamelles plutôt rectilignes au centre de la surface de débitage. En outre, si les caractères aurignaciens classiques existent (rares pièces carénées de type « grattoir », faible présence de la retouche latérale sur supports laminaires), ils ne sont pas particulièrement marqués. Des opérations de terrain ont depuis été reprises par une équipe de Cologne et deux autres sites connus depuis les années 1950 (Hahn 1977) viennent s’ajouter aux potentiels candidats : Cosava et Romanesti. La situation y est complexe et en l’absence de données 14C, rien ne permet de bien situer ces ensembles dans la séquence aurignacienne. Tout juste pouvons-nous mentionner une composante protoaurignacienne clairement établie se retrouvant souvent mêlée au sein des mêmes ensembles à une composante aurignacienne plus classique (Sitlivy et al. 2012).

145Plus à l’est, dans les Balkans, c’est le site de Kozarnika (Bulgarie) qui retient l’attention avec l’industrie à grandes lamelles retouchées de la couche VII dénommée Kozarnikien. Son rapprochement avec le PA nous semble évident et nous avions insisté sur ce point dans les années 2010 (Tsanova 2008, Tsanova et al. 2012). Daté entre 39 310 ± 1 000 BP et 36 200 ± 540 BP, cet ensemble se caractérise par la primauté du débitage de grandes lamelles obtenues aux dépens de nucléus unipolaires de morphologie pyramidale. Huit pointes et 24 fragments de pointes, le plus souvent aménagés par retouche bilatérale directe, s’apparentent à des pointes de Krems. Elles sont associées à des lamelles Dufour sous-type Dufour à retouche alterne et latéralisée comme il en est de coutume au PA. Enfin, l’outillage du fonds commun ne comporte pas de formes « classiques » de l’Aurignacien et reste peu discriminant avec des grattoirs plus fréquents que de très rares burins et des lames légères à retouche marginale. La question en suspens concerne la couche VII de Kozarnika qui renvoie à quatre dates 14C qui s’échelonnent sur un intervalle de pas moins de trois millénaires. Sur ce point, la présence de pointes à retouche bifaciale peut évoquer une contamination probable avec un faciès transitionnel local.

146En ce qui concerne l’AA, il est lui aussi connu en Europe centrale, en particulier à travers des séries souvent pauvres sur le plan lithique mais comptant parfois de riches corpus d’industries en matières osseuses. Nous ne détaillerons pas ici la variabilité de l’Aurignacien centre-européen, nous nous sommes limités à discuter des cas de Geissenklösterle et Willendorf faisant débat sur le problème des datations très anciennes de ce technocomplexe. Tout juste voulons-nous signaler que, contrairement aux opinions émises par certains collègues (Davies et al. 2015, Tafelmaier 2017, Doyon 2020), une sériation chronotypo technologique des types de sagaies nous semble adaptée. L. Doyon a notamment récemment remis en cause la succession classiquement observée de très longue date dans les séquences du Sud-Ouest français voyant se succéder d’abord les pointes à base fendue de l’AA puis les pointes losangiques à base massive de l’Aurignacien récent. Il conclut ainsi « In sum, and despite the limits imposed by the archaeological record as well as the potential biases inherent to excavations undertaken prior to the application of precise sampling techniques, the pattern observed for Aurignacian projectile points in Southern Europe seems to question the generally admitted succession of split-to massive-based points » (Doyon 2020, p. 76). Pourtant, dans la très grande majorité des cas, les pointes à base fendue se retrouvent en stratigraphie non pas dans les premières strates de l’Aurignacien (elles sont absentes une fois la documentation revue avec un regard critique du PA), mais bien dans des contextes antérieurs à ceux où se retrouvent les pointes à base massive de type Mladec. On aurait donc bien ici encore une succession Aurignacien I (ou ancien, AA)/Aurignacien II (ou moyen/récent) valide en Europe centrale, comme dans le Sud-Ouest français. Ceci se confirme lorsque l’on examine la totalité des âges 14C d’échantillons soumis à ultrafiltration publiés récemment pour des dates directes sur ces deux types d’objets (tabl. 5 ; fig. 71). Certes, des recouvrements logiques pour des chronologies si reculées existent mais une sériation chronologique ressort néanmoins avec des pointes à base massive bien calées entre 35 000 et 37 000 cal. BP alors que les pointes à base fendue apparaissent plus anciennes.

Tabl. 5 – Dates 14C avec ultrafiltration connues pour des pointes à base fendue (Aurignacien ancien) ou des pointes à base massive losangique dite « de Mladec ».

Tabl. 5 – Dates 14C avec ultrafiltration connues pour des pointes à base fendue (Aurignacien ancien) ou des pointes à base massive losangique dite « de Mladec ».

Fig. 71 – Âges calibrés (BP) pour les pointes de sagaies aurignaciennes datées avec ultrafiltration.

Fig. 71 – Âges calibrés (BP) pour les pointes de sagaies aurignaciennes datées avec ultrafiltration.

Deux types de pointes sont ici représentés : des pointes losangiques à base massive dite « de Mladec » et des pointes à base fendue (PBF). Comme cela est pressenti de longue date et contrairement à des remises en question récentes, les pointes à base fendue sont bien antérieures aux pointes de Mladec (voir tabl. 5 pour les références bibliographiques et les âges 14C non calibrés).

Calculés avec IntCal20, d’après Reimer et al. 2020.

147Tout concourt donc pour penser, qu’en Europe centrale, la séquence évolutive des débuts de l’Aurignacien, quoique beaucoup plus incomplète que dans le sud-ouest de la France, suit le même cheminement chronoévolutif. Une étude récente aboutit également à ce résultat pour l’immense bassin des Carpathes (Demidenko et al. 2021) et on pourrait même aller au-delà puisqu’il semble que l’on puisse suivre cette évolution et le cheminement aurignacien jusque dans la vallée du Don avec les stations de Kostenki (Zwyns et Flas 2010, Dinnis et al. 2019b)

Sur la structuration des débuts de l’Aurignacien en Europe

148Au terme de ce panorama des données relatives aux débuts de l’Aurignacien en Europe, plusieurs constats peuvent être faits.

149D’abord, en dépit de critiques émises par un groupe de chercheurs qui perçoivent le couple PA/AA comme des faciès adaptatifs distincts marqués par de fortes signatures régionales et donc sans valeur chronologique ou évolutive (Falcucci et al. 2017, 2020, Tafelmaier 2017, Bataille et al. 2018), nous maintenons que PA et AA constituent de véritables technocomplexes aux signatures archéologiques distinctes qui se succèdent dans le temps, comme l’indique leur position archéostratigraphique quand ils sont tous deux représentés au sein des mêmes séquences. Ces signatures sont d’autant plus nettes quand les séquences sont évaluées et critiquées sur un plan taphonomique ou quand le PA n’est pas suivi de l’AA en stratigraphie. Dans ces cas, une stricte différenciation entre ces deux phases peut être établie, que ce soit sur le plan des équipements lithiques et osseux ou sur celui de la chronologie absolue.

150Ce schéma semble valide pour la totalité du continent européen même si certains soulignent qu’il ne fonctionne pas sur certaines séquences, comme à Fumane (Falcucci et al. 2017, 2020). Sur ce site, au contraire, on aurait une persistance des industries lithiques protoaurignaciennes au-delà de l’HS4, avec des phénomènes de transferts d’attributs typiques de l’AA, à l’image de la présence de rares pointes à base fendue dans la partie sommitale de la séquence, pointes qui ne semblent pas produites sur place (Broglio et Dalmeri 2005). Nous prenons ce constat avec grande prudence car Fumane n’a jamais fait l’objet d’études taphonomiques via les raccords de cassure ou les remontages lithiques et qu’il est attesté que l’Uluzzien y est mélangé avec le Moustérien récent. En outre, la persistance du PA à Fumane ne s’accorde pas avec la situation observée dans d’autres séquences italiennes, que ce soit en Ligurie ou dans le Latium où l’AA se développe clairement sous les traits d’équipements lithiques caractéristiques associés à des pointes à base fendue (e.g. Mussi et al. 2006).

151Sur le plan chronologique, nous allons dans le sens de W. Banks et al. (2013) en situant ces deux phases de part et d’autre de l’événement rigoureux HS4, avec un PA entre 42 000 et 40 000 cal. BP et un AA se mettant en place pendant l’HS4, à partir de 40 000 et jusqu’aux environs de 37 000 cal. BP.

152Nous plaidons également pour l’intégration du PA et de l’AA dans un même phylum aurignacien, avec des changements intervenant lors du passage de l’un à l’autre qui seraient d’ordre circonstanciels et probablement marqués par des variations climatiques et écologiques, faisant de l’AA une adaptation au climat particulièrement froid et sec de l’Europe moyenne pendant l’HS4, avec une végétation semi-désertique en Europe occidentale et centrale. Ceci s’accorde bien avec les conclusions de W. Banks et al. (2013) percevant une expansion de l’aire géographique occupée à l’AA relativement à celle occupée au PA.

Sur la signification des débuts de l’Aurignacien en termes de dynamique de peuplement

Les données de la paléogénétique

153La documentation paléoanthropologique des débuts de l’Aurignacien est très faible, les occurrences de vestiges humains découverts en contexte archéologique de qualité demeurant toujours très peu nombreuses (Hublin 2010, 2015). Cela souligne peut-être une particularité dans le traitement des défunts des groupes aurignaciens. Nous avons néanmoins vu précédemment qu’il était raisonnable d’associer PA et AA à des humains anatomiquement modernes (Benazzi et al. 2011, 2015, Hublin 2015). En ce qui concerne l’Eurasie, dans ce contexte chronologique des débuts de l’Aurignacien, soit entre environ 42 000 et 37 000 avant le présent, nous savons que les fossiles biologiquement modernes présentent systématiquement des proportions variables d’introgression génétique d’un type humain archaïque, celui des Néandertaliens. Des introgressions génétiques dénisoviennes sont également supposées sur la base de l’étude de la diversité génétique de groupes humains actuels et de la « phylogénie » moléculaire que l’on peut reconstruire en fonction des rares génomes reconstitués des Dénisoviens. On estime actuellement qu’il y eut plusieurs épisodes d’introgression entre Néandertaliens et humains modernes entre 65 000 et 47 000 avant le présent et entre Dénisoviens et humains modernes entre 54 000 et 44 000 avant nos jours (Kuhlwilm et al. 2016, Larena et al. 2021). Sur la base du génome complet obtenu à partir de la diaphyse fémorale de morphologie moderne d’Ust Ishim (Sibérie occidentale), il a été proposé que le flux de gènes néandertaliens remontait 230 à 400 générations avant la vie de cet individu, soit entre 50 000 et 60 000 ans avant le présent (Fu et al. 2014). Des données fort différentes ont cependant été obtenues sur les fossiles d’âge relativement voisin de Zlatý Kůň (Prüfer et al. 2021) et de Peştera cu Oase 1 (e.g. la mandibule ; Fu et al. 2015). Pour Zlatý Kůň (République tchèque), les dates 14C directes posent problème en raison de la forte contamination du spécimen par un consolidant à base de colle d’origine animale, l’âge le plus ancien obtenu après traitement par hydroxyproline remonte à 34 000 cal. BP mais est considéré comme un âge minimum, l’ancienneté supposée de la lignée représentée par ce fossile, d’après la longueur des segments d’ADN néandertalien que porte son génome nucléaire, devant en réalité être supérieure à 45 000 ans avant le présent (Prüfer et al. 2021). Pour Zlatý Kůň, le dernier métissage avec Néandertal dans l’arbre généalogique de cet humain moderne remonterait 70 à 80 générations avant lui. Pour Peştera cu Oase 1, on s’approcherait encore davantage d’un des épisodes de métissage entre les deux lignées humaines puisque ce fossile aurait une proportion de gènes néandertaliens plus forte que tous les autres spécimens, entre 6 et 9 %, et que le mélange Néandertal/Homo sapiens aurait eu lieu six générations avant la naissance de Peştera cu Oase 1 (Fu et al. 2015), indiquant en fonction de son âge que des groupes des deux populations peuplaient l’Europe centrale aux alentours de 40 000 cal. BP, ce qui constitue un âge minimal pour ce fossile compte tenu que sa datation n’a pas fait l’objet de traitement par hydroxyproline.

154En effet, on sait depuis 2010 et le décryptage d’un génome nucléaire virtuel basé sur des éléments des génomes nucléaires de trois néandertaliens différents de Vindija (Croatie), que cette lignée humaine fossile partage davantage d’éléments génétique avec les populations de l’Eurasie (depuis la France jusqu’à la Papouasie-Nouvelle Guinée) qu’avec les populations humaines d’Afrique subsaharienne, en particulier les Yoruba ou les San d’Afrique australe (Green et al. 2010). De la sorte, il y aurait bien eu flux/introgression de gènes néandertaliens dans des groupes biologiquement modernes postérieurement à leur mouvement Out of Africa.

155Cette proportion n’est évidemment pas homogène à travers l’immensité des terres de l’Eurasie ni dans le temps, et on observe, par exemple, un mélange de gènes néandertaliens plus élevé dans les populations actuelles d’Asie de l’Est vis-à-vis de leurs homologues européennes (Sankararaman et al. 2014), ce qui s’expliquerait par l’existence de métissages postérieurs à la séparation biologique de ces deux populations (Nielsen et al. 2017). Les Néandertaliens du Paléolithique moyen n’étaient pas non plus un groupe humain homogène biologiquement et il a été montré que la composante néandertalienne dans les populations modernes non africaines était davantage liée aux Néandertaliens des Balkans (Vindija) ou du Caucase (Mezmaiskaya) qu’à ceux de l’Altaï (Prüfer et al. 2014, 2017). L’analyse du chromosome 21 des Néandertaliens de l’Altaï (Sibérie), d’El Sidrón (Espagne) et de Vindija (Croatie) a permis de déterminer que, parmi ces trois lignées, seuls les Néandertaliens d’El Sidrón et de Vindija présentent des taux significatifs de flux génétique (0,30-2,60 %) vers l’Homme moderne, suggérant que les Néandertaliens d’El Sidrón et de Vindija seraient plus étroitement liés que l’homme de Néandertal de l’Altaï aux Néandertaliens ayant croisés des Homo sapiens il y a environ 47 000 à 65 000 ans (Kuhlwilm et al. 2016). Inversement, il a également été déterminé que des taux significatifs de flux génétiques d’humains modernes vers les Néandertaliens se sont produits – parmi les trois lignées examinées susmentionnées – uniquement pour les Néandertaliens de l’Altaï (0,10-2,10 %). Les résultats montrent que la source du flux génétique moderne vers les Néandertaliens proviendrait d’un groupe d’humains modernes dont l’ancienneté peut être rapportée à plus de 100 000 ans, soit avant la principale migration hors d’Afrique des humains modernes ancêtres des lignées humaines non africaines actuelles (Kuhlwilm et al. 2016).

156Sur le plan paléoanthropologique, il a de longue date été souligné, avant les résultats de la paléogénomique, que des humains biologiquement modernes du Paléolithique récent présentaient des traits mixtes, à la fois modernes et archaïques, suggérant un métissage entre Sapiens et Néandertaliens (e.g. McCown et Keith 1939, Coon 1962, voir aussi Wolpoff et al. 2004). Ceci fut également proposé, plus récemment et avec des arguments différents, par E. Trinkaus sur la base de l’étude de l’enfant de Lagar Velho (Portugal) daté entre 29 500 et 28 000 cal. BP (Duarte et al. 1999) puis à partir de celle des restes de Pestera Muierii (Roumanie) datés entre 36 500 et 33 000 cal. BP (Soficaru et al. 2006) et enfin celle de la mandibule de Peştera cu Oase 1 (Roumanie) avec un âge minimum d’environ 40 000 cal. BP (Trinkaus et al. 2003).

157On sait désormais, et il était logique de s’y attendre, que plus on se rapproche de l’introgression avec les Néandertaliens, plus la proportion de gènes néandertaliens dans le génome des sapiens augmente, allant ainsi d’une moyenne de 5,70-4,30 % à 2,20-1,10 % aujourd’hui (Fu et al. 2016).

158En termes de dynamique de peuplement pour la période des débuts du Paléolithique récent eurasiatique, il apparaît que la notion de vague de peuplement unique depuis l’Afrique via le Proche-Orient n’a plus lieu d’être et que la situation est bien plus complexe que ce qui était admis auparavant (e.g. Mellars 2004, 2005). En effet, les étude de Fu et al. (2016) et Posth et al. (2023) montrent que les individus analysés, d’âge Paléolithique récent ancien, sont tous identifiés au sein de « clusters » où ils sont seuls et isolés, à l’inverse de clusters regroupant plusieurs fossiles humains d’âge aurignacien récent ou Gravettien. De la sorte, que l’on considère Ust Ishim, Oase 1, Kostienki 14 ou Goyet, datés entre 45 000 et 35 000 cal. BP et donc tous inclus au sein d’un intervalle chronologique antérieur ou subcontemporain aux phases anciennes de l’Aurignacien ou de certaines industries de transition, chacun appartient à un lignage distinct et ne montre donc pas d’affinités permettant de les regrouper. En outre, même au sein de ces quatre fossiles, des différences significatives apparaissent en ce sens que les individus de Kostenki et de Goyet, respectivement datés d’environ 37 000 et 35 000 cal. BP, s’apparentent en ce qu’ils partagent plus d’allèles avec les européens actuels qu’avec les populations est-asiatiques (Fu et al. 2016). Les individus antérieurs à 40 000 cal. BP (Ust Ishim daté aux alentours de 45 000 cal. BP ; Fu et al. 2014, Oase 1), quant à eux, ne montrent aucune affinité génétique avec les populations européennes plus tardives (Fu et al. 2014), suggérant donc qu’ils correspondent à des migrations modernes n’ayant pas connu de succès prolongé et qui se sont éteintes sans laisser de descendance.

159Voici un résultat majeur pour le contexte chronologique traité : les premiers Homo sapiens potentiellement associés à la période de la transition Paléolithique moyen/Paléolithique récent n’ont laissé aucune trace postérieure et n’ont pas génétiquement contribué au pool génique actuel alors, qu’à partir de 37 000 cal. BP et sans doute même avant si l’on datait de nouveau les fossiles d’Oase par hydroxyproline, tous les individus analysés ont une ancestralité avec les européens actuels. On peut émettre le postulat que les humains modernes pré-aurignaciens, auteurs d’industrie de transition, se sont métissés avec des néandertaliens et n’ont pas laissé de descendance, situation qui expliquerait le fait, qu’à partir du PA, ces traditions techniques soient abandonnées alors qu’a contrario, à partir du PA et de l’AA, les populations modernes laisseraient leur empreinte génétique dans les populations postérieures, rendant compte d’une certaine continuité que l’on observe sur le plan archéologique au sein du phylum aurignacien.

160Un autre individu analysé très récemment, provenant de la grotte de Bacho Kiro (Bulgarie) et daté entre 45 000 et 42 500 cal. BP, témoignerait d’un métissage moins de six générations avant lui avec Néandertal – une « situation » proche de celle d’Oase 1. Les résultats paléogénomiques indiquent qu’il aurait lui contribué, non pas aux populations d’Eurasie occidentale, mais à des populations se retrouvant aujourd’hui en Asie de l’Est et aux Amériques (Hajdinjak et al. 2021). En d’autres termes, il apparaît de plus en plus clairement qu’entre globalement 47 000/45 000 et 42 000/40 000 cal. BP, les rares individus anatomiquement modernes analysés par la paléogénomique indiquent l’existence de plusieurs populations sur le continent européen qui n’ont pas légué d’héritage génétique aux populations suivantes du Paléolithique récent européen. On pourrait donc présager un important changement dans les peuplements de l’Europe à la charnière des phases anciennes de l’Aurignacien, hypothèse que certains interprètent en fonction de la méga éruption volcanique de la Campanian Ignimbrite (CI), datée aux alentours de 39 000 cal. BP, qui aurait eu des conséquences majeures sur le climat de l’hémisphère nord et ainsi réduit l’œkoumène potentiel des populations vivant alors en Eurasie occidentale (Black et al. 2015, Giaccio et al. 2017).

161Enfin, on se rend désormais compte que la résolution chronologique des mesures 14C pour les débuts du Paléolithique récent n’est plus suffisante au regard de certaines données fournies par la paléogénomique. Il s’agit de groupes humains (et de décompte du nombre de générations entre un fossile et un épisode de métissage) que l’on parvient plus finement à déterminer comme étant, pour certaines, très proches du contact entre derniers Néandertaliens et premiers sapiens, d’individus, comme Bacho Kiro ou Oase, qui ont eu un ancêtre néandertalien très proche dans leur arbre généalogique. Ainsi, la différenciation doit se faire davantage sur des bases culturelles que selon une dichotomie biologique simpliste renvoyant les uns à Néandertal, les autres à sapiens (Zilhão et al. 2015a).

Les signatures archéologiques des débuts de l’Aurignacien

162Que déduire de ce contexte paléobiologique sur les signatures archéologiques laissées par les groupes humains dans les premiers temps de l’Aurignacien ? Il est désormais acquis que, sur une vaste aire géographique, la séquence aurignacienne débute par le PA, tel que nous avons observé ses critères de définition dans le Sud-Ouest français jusque dans le nord de l’Espagne et de l’Italie, en passant par les contextes plus problématiques de l’Europe centrale. De telles industries inaugurent également les séquences aurignaciennes des Balkans comme en atteste celle de Kozarnika, avec un très clair rapprochement entre le Kozarnikien (Tsanova 2008), dénomination géocentrée provisoire, et le PA (Tsanova et al. 2012). De la sorte, il est possible de considérer le PA comme l’œuvre de groupes humains pionniers pénétrant en Europe pour la première fois, puisque nous avons vu que tous les spécimens d’humains anatomiquement modernes analysés par la paléogénomique montraient qu’avant 40 000 cal. BP, ceux-ci n’avaient pas eu de descendance postérieure. Ainsi, on est en droit de se demander si les données archéologiques supportent, ou non, la vision selon laquelle nous serions en face d’une population colonisant de nouveaux espaces (Anderson et al. 2015).

163Sur le plan technique, nous avons vu que les équipements lithiques et osseux traduisent une tendance à une plus forte spécialisation, une plus nette économie des matières premières entre le PA et l’AA. Au niveau économique, et à de rares exceptions près, le PA est le plus ancien contexte archéologique européen où des circulations d’objets sur de longues distances, pouvant dépasser les 200 km, sont régulièrement observées, bien qu’il faille reconnaître que leur caractère est inconstant (e.g. Slimak et al. 2006, Porraz et al. 2010, Grimaldi et al. 2015). Il faut en effet attendre l’AA pour voir des transferts à longues distances devenir systématiques et stéréotypés. Ainsi, toutes les provinces de l’AA dans le Sud-Ouest français (Pays basque, Pyrénées, Bassin aquitain) possèdent des connexions régulières trouvant écho dans la segmentation systématique des chaînes de production et la dissociation lame/lamelle. Les matières allochtones se retrouvent presque systématiquement sous la forme d’outils domestiques introduits sur les lieux, surtout des grattoirs en état d’exhaustion, tandis que la majorité des productions lamellaires est conduite dans des silex locaux ou régionaux. Cela doit encore être mis en relation avec les sphères domestiques et cynégétiques ; une forte anticipation des besoins caractérise la première tandis qu’une technologie mobile et individualisée visant à produire des armements modulaires en grand nombre distingue la seconde (Bon 2005). Enfin, l’aspect stéréotypé des transferts de longues distances pendant l’AA démontre une population bien adaptée à son milieu ; les gîtes de matières premières sont connus et ceux livrant de la matière de bonne qualité sont privilégiés.

164Il apparaît assez clairement que le PA débute vers 42 000 cal. BP et que son expansion géographique possiblement selon une trajectoire est-ouest depuis les Balkans jusqu’à la façade atlantique soit, en fonction de la faible résolution de nos données chronologiques, rapide. Après une première rupture technique avec l’émergence du Châtelperronien, l’apparition du PA marque un nouveau point d’inflexion sur le plan techno-économique, à travers des changements inédits en termes de comportements de mobilité et de gestion des territoires (Anderson et al. 2015), accompagnant la diffusion d’un ensemble de solutions techniques relativement homogène unifiant alors de très vastes espaces. Le PA incarne en effet le succès de solutions techniques homogènes sur une immense aire géographique. Avec une segmentation spatio-temporelle des chaînes opératoires lamino-lamellaires moins structurée que ce que l’on connaît à l’AA et, corrélativement, une moindre séparation des sphères cynégétique et domestique, la primeur accordée au microlithisme s’accorde bien avec l’idée d’une technologie lithique « mobile ». De fait, cette dernière se joue des contrastes environnementaux et on la retrouve, sensiblement inchangée dans des régions fort différentes tant sur le plan des ressources minérales que des gibiers chassés. Outre l’adaptabilité de ce type de technologie, la confection de cet équipement technique s’appuie sur une circulation de matières premières sur de longues distances, surtout pour le PA de l’arc méditerranéen, mais de tels transports restent toutefois moins affirmés et moins systématiques qu’à l’AA. Cela peut donc indiquer une aire d’exploitation parfois très vaste, mais toujours moins constante dans le temps et de façon générale, une mobilité résidentielle moins bien structurée que celle de l’AA. De fait, la grande rareté des indices de réoccupation des sites du PA suppose un déplacement des centres de gravité territoriaux relativement fréquent. Pour l’ensemble de ces raisons, il s’avère que l’image livrée par le PA peut parfaitement résonner avec l’interprétation qui voit, dans ce courant industriel, le reflet d’une population pionnière d’HAM en Europe occidentale, alors en phase initiale d’occupation (Kelly 2003, Davies 2007, Porraz et al. 2010, Anderson et al. 2015).

165Cette mobilité résidentielle généralisée du PA pourrait être mise en relation avec le type de faune exploité. Un spectre diversifié est chassé, mais il est souvent nettement dominé par le cheval, sauf en Aquitaine (Pasquini 2013, Soulier 2013, Discamps et al. 2014). Or, bien qu’étant une espèce grégaire très abondante à l’époque, le cheval est moins prévisible dans le temps et dans l’espace que le renne, ce qui implique plus de temps engagé pour la recherche de petites hardes, ainsi qu’une mobilité très forte de la part des chasseurs (Kelly 1995). S’il reste impossible de dessiner des flèches conformes à ces mouvements hypothétiques sur une carte du continent eurasiatique, nous proposons de considérer que l’implantation dans ces nouveaux territoires a représenté, pour ces populations, une expérience « graduelle », vraisemblablement peu ressentie à l’échelle d’une vie humaine, d’autant plus si l’on fait appel à la complexité caractérisant la mobilité et les interactions des chasseurs-cueilleurs telles qu’on les connaît dans le registre subactuel. Dans l’état de nos connaissances, nous conseillons donc la prudence dans la recherche d’une seule origine protoaurignacienne. De son côté, l’AA marquerait une deuxième étape dans l’enracinement des humains modernes en Europe occidentale selon une phase de stabilisation géographique des groupes accompagnant un processus de territorialisation (Kelly 2003, Davies 2007, Porraz et al. 2010). Les transferts de matières premières sur de moyennes et longues distances y sont l’objet de règles plus rigides et la forte dissociation domestique/cynégétique, couplée à une segmentation des chaînes opératoires très normée, implique une anticipation importante des besoins spécifiques en lien avec l’existence de parcours traditionnels récurrents établis, à l’évidence, dans la durée. Ces faits trouvent écho dans l’intense réoccupation de nombreux sites. Quant à la supposée homogénéité fonctionnelle de ces derniers, elle paraît liée à une économie centrée sur le renne pendant la majeure partie de l’année, surtout en Aquitaine, des campements hivernaux sans doute plus stables étant complétés d’une période de dispersion des groupes pendant le printemps et l’été (Soulier 2013, Discamps et al. 2014). Ce type d’économie de chasse correspondrait ainsi à l’image d’une mobilité résidentielle très structurée découlant de la synthèse techno-économique des équipements de l’AA. En allant plus loin, on peut même considérer que la circulation de matières premières et une mobilité résidentielle structurée indiquent un réseau social très actif et durablement ancré parmi les pratiques collectives des chasseurs-cueilleurs de l’AA. Symétriquement, de légères variations dans les types de parure indiquent, mieux qu’au PA, l’existence de « provinces » (exemples : région vasco-cantabrique/Bassin aquitain/espace franco-méditerranéen) reliées entre elles, comme le montre la circulation de matières premières. Il est alors particulièrement intéressant de considérer que c’est lors de cette phase de territorialisation incarnée par l’AA que se multiplient des manifestations pouvant être lues comme le développement de marques identitaires, à commencer par la diversification et l’accroissement des parures corporelles pouvant signer, au sein de groupes culturellement proches, la nécessité sociale de se distinguer (e.g. Vanhaeren et d’Errico 2006).

166Relativement aux données paléobiologiques les plus récentes présentées plus haut, il n’y a donc pas de contradiction à voir, dans le PA, la manifestation de groupes humains anatomiquement modernes pionniers sur leurs territoires d’installation. Cela ne présuppose pas que le PA soit la première manifestation culturelle d’Homo sapiens sur le territoire européen puisque les dernières données paléogénomiques montrent qu’entre 45 000 et 40 000 cal. BP, des humains biologiquement modernes ont peuplé l’Europe en se métissant avec des Néandertaliens mais sans laisser de traces ultérieures de leur descendance.

Sur les relations entre les premières phases de l’Aurignacien et les industries dites de « transition » entre le Paléolithique moyen et le Paléolithique récent

167Longtemps, des ensembles archéologiques en position stratigraphique intermédiaire entre Paléolithique moyen récent et Aurignacien et présentant des caractères de leurs équipements lithiques évoquant une certaine forme de ressemblance avec les comportements du Paléolithique récent, ont été désignés sous le vocable d’industries de transition : c’est le cas notamment, en Europe et d’ouest en est, du Châtelperronien, de l’Uluzzien, du Bohunicien, du Szélétien, du groupe LRJ en Europe du Nord-Ouest, et plus récemment, du Néronien de la moyenne vallée du Rhône (Slimak et al. 2007) ou du Bachokirien en Bulgarie (Teyssandier 2006, 2007a ; Tsanova 2008). Il faut ici considérer que la dénomination « industries de transition » n’a aujourd’hui aucune valeur anthropologique et qu’elle ne doit aucunement laisser entendre que ces industries soient intégrées dans un réel processus de transition d’un état à un autre. C’est un terme d’attente qui permet à la communauté de se comprendre mais qui ne doit pas être surinterprété, d’autant plus que chacun de ces complexes renvoie à des réalités technologiques, chronologiques et paléoanthropologiques très différentes.

Avec le Châtelperronien franco-ibérique

168Comme nous l’avons vu plus haut, le Châtelperronien présente une localisation géographique resserrée à l’Europe occidentale et n’est connu que sur certains territoires français et du nord de l’Espagne (fig. 72). Sur un plan chronologique, grâce aux progrès récents liés à une meilleure décontamination des échantillons datés par ultrafiltration, la séquence de référence de la grotte du Renne à Arcy-sur-Cure situe le développement du Châtelperronien entre 45 000 et 41 000 cal. BP (Hublin et al. 2012), intervalle chronologique cohérent avec les autres sites connus et datés (e.g. Talamo et al. 2012, Ruebens et al. 2015). Partout où il est présent en contexte pluristratifié, le Châtelperronien fait suite à un Moustérien récent (souvent de type « Denticulé » à débitage de conception discoïde) et précède une des phases anciennes de l’Aurignacien dont on sait désormais qu’elles se structurent autour du couple évolutif PA/AA. Le PA débutant partout en Europe occidentale autour de 42 000 cal. BP, il nous paraît raisonnable de resserrer l’intervalle chronologique du Châtelperronien entre 45 000 et 42 000 cal. BP.

Fig. 72 – Carte de localisation des principaux sites du Châtelperronien.

Fig. 72 – Carte de localisation des principaux sites du Châtelperronien.

1. Les Bossats ; 2. Grotte du Renne ; 3. Grotte du Bison ; 4. Abri Bordes-Fitte ; 5. Germolles ; 6. Fontenioux ; 7. Les Cottés ; 8. La Grande Roche (Quinçay) ; 9. Grotte des Fées (Châtelperron) ; 10. Belle Roche ; 11. La Tour Fondue ; 12. La-Roche-à-Pierrot (Saint-Césaire) ; 13. Fontéchevade ; 14. Abri du Chasseur ; 15. La Quina-Aval ; 16. Le Trou de la Chèvre ; 17. Combe-Saunière ; 18. Bos-del-Ser ; 19. Grotte du Loup ; 20. La Côte ; 21. Pair-non-Pair ; 22. La Chapelle-aux-Saints ; 23. La Ferrassie ; 24. Laussel ; 25. Abri-du-Pas-Estret ; 26. Font-de-Gaume ; 27. Barbas III ; 28. Vieux Coutets ; 29. Canaule II ; 30. Canaule-La Ferme ; 31. Les Rigoux ; 32. Grotte XVI ; 33. Le Piage ; 34. Roc-de-Combe ; 35. Roc-de-Combe-Capelle ; 36. Grotte des Hyènes (Brassempouy) ; 37. Abri Dubalen ; 38. Le Basté ; 39. Bidart ; 40. Aranbaltza ; 41. Cuevadel Pendo ; 42. Cueva Morin ; 43. Ekain ; 44. Labeko-Koba ; 45. Les Tambourets ; 46. Rachat.

D’après Ruebens et al. 2015.

169Il n’est pas dans notre intention ici de brosser une synthèse des cultures matérielles châtelperroniennes, d’autant qu’elles ont fait l’objet de travaux récents concernant tant les équipements lithiques (Pelegrin 1995, Bachellerie 2011, Roussel 2011, Roussel et al. 2016) que les industries osseuses (Julien et al. 2019), les parures (Vanhaeren et al. 2019) ou les matières colorantes (Caron et al. 2011, Salomon 2019). Nous nous contenterons donc d’en préciser quelques grands caractères.

170Sur le plan des équipements lithiques (fig. 73-75), ils ne sont pas, comme cela a été longtemps pensé, constitués de caractères mixtes relevant à la fois du Paléolithique moyen et du Paléolithique récent (e.g. Bordes 1958, Leroi-Gourhan 1965, Sonneville-Bordes 1972, Harrold 1989, Guilbaud 1993, Demars 1994). Cela était vrai lorsque les gisements, principalement aquitains, en grotte ou sous-abri, étaient considérés sans recul critique. Depuis, il a été plusieurs fois démontré que la composante paléolithique moyen du ou des niveaux châtelperroniens résultait de mélanges avec le Moustérien sous-jacent (e.g. Bachellerie et al. 2007, Bar-Yosef et Bordes 2010, Bachellerie 2011, Bordes et Teyssandier 2011, Gravina et al. 2018). En considérant le produit de fouilles récentes conduites sur des sites de plein air où il n’existe pas de possibilités de mélanges avec le Moustérien (e.g. La Côte : Pelegrin 1995, Canaule II : Bachellerie et al. 2007, Vieux Coutets : Grigoletto et al. 2008, Les Tambourets : Scandiuzzi 2008), il a été démontré que le Châtelperronien consistait en une industrie produite à partir d’une chaîne opératoire visant l’obtention de produits essentiellement laminaires et s’inscrivant totalement dans le Paléolithique récent. De plus, les productions sont orientées vers la recherche de lames assez larges et courtes, de profil plutôt rectiligne, destinées à la confection principale de couteaux ou pointes à dos (Pelegrin 1995, Connet 2002, Bachellerie 2011, Roussel 2011). Ces lames sont détachées par percussion directe tangentielle à la pierre tendre et il n’existe pas de débitages d’éclats indépendants tels qu’ils sont connus au Paléolithique moyen récent. À cette définition, M. Roussel (2014) a ajouté un débitage de lamelles indépendant sur le site de Quinçay, avec des modalités opératoires lamellaires tout à fait semblables à celles du débitage laminaire qui fourniraient des lamelles transformées en Dufour sous-type Dufour semblables à celles du PA. Nous restons réservé sur cette dernière donnée car si M. Roussel précise qu’il n’y a pas de PA au-dessus du Châtelperronien à Quinçay, rien n’interdit de penser que l’ensemble étudié consiste en un palimpseste mélangeant des occupations chronologiquement différenciées. Nous restons donc prudent dans la mesure où cette occurrence de lamelles Dufour sous-type Dufour dans le Châtelperronien de Quinçay demeure la seule connue, à l’exception de deux spécimens à retouche inverse de la grotte du Loup au Galop en Corrèze (Baillet et Maury 2018). In fine, si l’authenticité d’un débitage de lamelles intentionnel au Châtelperronien ne fait plus de doute (Bachellerie 2011, Roussel 2011, 2014, Bodu et al. 2017), faire de la présence de rares Dufour sur un site le marqueur d’une diffusion par stimulus et contact auprès de groupes protoaurignaciens nous semble prématuré et non assuré.

Fig. 73 – Exemples du caractère pleinement paléolithique récent des industries lithiques du Châtelperronien.

Fig. 73 – Exemples du caractère pleinement paléolithique récent des industries lithiques du Châtelperronien.

Pointes de Châtelperron et grattoirs sur lames du site de plein air de Canaule II.

D’après Bachellerie et al. 2007.

Fig. 74 – Châtelperronien de Canaule II, remontage 30, outils sur lames réalisés depuis les supports laminaires détachés à la pierre tendre.

Fig. 74 – Châtelperronien de Canaule II, remontage 30, outils sur lames réalisés depuis les supports laminaires détachés à la pierre tendre.

1, 3. Lames à bord abattu ; 2. Pointe de Châtelperron.

D’après Bachellerie 2011.

Fig. 75 – Châtelperronien de Canaule II, remontage 30 illustrant un exemple de production laminaire sur bloc menée depuis deux plans de frappe opposés pour la production de lames assez normées fournissant plusieurs supports d’outils retouchés.

Fig. 75 – Châtelperronien de Canaule II, remontage 30 illustrant un exemple de production laminaire sur bloc menée depuis deux plans de frappe opposés pour la production de lames assez normées fournissant plusieurs supports d’outils retouchés.

D’après Bachellerie 2011.

171Sur le plan des équipements en matières dures animales, ils demeurent rares sur la plupart des gisements et uniquement connus sur la base d’un corpus abondant et diversifié à la grotte du Renne à Arcy-sur-Cure où un peu plus de 200 objets sont inventoriés (e.g. Julien et al. 2019). La production assez standardisée de sagaies en ivoire avec des fûts de taille différente atteste sans doute des fonctionnements en armes de chasse diversifiés, des alènes en ivoire, d’assez nombreux poinçons en os dont certains sur diaphyse de fibula d’Hyène des cavernes et servant au perçage des peaux. On y trouve également des objets moins investis techniquement, à l’image de lissoirs sur côte de grands mammifères.

172Des objets de parure sont également connus, mais à nouveau, il s’agit d’une quasi-spécificité de la grotte du Renne puisqu’ailleurs n’ont été identifiés que de rares spécimens sur le site de Quinçay (Granger et Lévêque 1997). Cinquante-deux pièces composent l’ensemble des parures d’Arcy (Vanhaeren et al. 2019 ; fig. 76) et comptent principalement des dents animales aménagées en pendeloques avec des canines de renard, de loup et d’ours, des incisives de bovinés, de renne et de cheval, une incisive ou canine d’hyène ainsi qu’une molaire de rhinocéros. On rencontre également deux anneaux en ivoire, des diaphyses d’oiseaux sciés, des griffes de Pygargue ou de Grand-Duc et de rares objets en matières minérales (stalactite, encrine, pyrite).

Fig. 76 – Les caractères novateurs du Châtelperronien d’après les découvertes de la grotte du Renne à Arcy-sur-Cure.

Fig. 76 – Les caractères novateurs du Châtelperronien d’après les découvertes de la grotte du Renne à Arcy-sur-Cure.

1-6, 11. Parures sur dents perforées ou rainurées ; 7-8, 10. Parures sur os ; 9. Parures sur fossile ; 12-14. Colorants rouges ; 15-16. Colorants noirs ; 17-23. Perçoirs en os.

D’après Caron et al. 2011.

173Il faut également signaler, la grotte du Renne constituant encore un témoignage singulier et remarquable, la présence de matières colorantes témoignant d’une exploitation intensive de la part des Châtelperrroniens (Salomon 2019).

174L’interprétation des caractères novateurs du Châtelperronien, en particulier le statut de l’industrie osseuse et des parures à Arcy, a suscité de nombreux débats et hypothèses contradictoires depuis les années 1990, certaines d’entre elles s’étant même transformées en paradigmes parfois opposés selon les écoles de pensées. Quatre principales interprétations ont été proposées :

  1. ces objets sont in situ dans le Châtelperronien et constituent des innovations néandertaliennes (d'Errico et al. 1998; d'Errico 2003 ; Zilhao 2013) ;
  2. ces objets sont bien en place dans le Châtelperronien et confectionnés par des Néandertaliens mais résultent d’un processus d’acculturation au contact de populations d’humains modernes qui seraient contemporaines (e.g. Mellars 1999, 2005, Mellars et al. 2007, Hublin 2000, 2015) ;
  3. ces objets résultent de déplacements verticaux et donc de contaminations depuis le niveau sus-jacent de la couche VII du PA de la grotte du Renne (Taborin 1998, 2002, White 2001, 2002) ;
  4. ces objets appartiennent bien au Châtelperronien mais celui-ci ne serait pas la production culturelle de Néandertaliens mais d’humains modernes, les vestiges néandertaliens ayant été déplacés, mélangés post-dépositionnellement depuis les niveaux moustériens sous-jacents (Bar-Yosef 2006, Bar-Yosef et Bordes 2010).

175Concernant la question de l’acculturation, nous sommes en accord avec sa réfutation et les données réunies depuis la fin des années 1990 autour de F. d’Errico et J. Zilhão (e.g. d’Errico et al. 1998, Zilhão et d’Errico 1999, d’Errico 2003, Zilhão 2013, Julien et al. 2019, Vanhaeren et al. 2019). Le Châtelperronien est, en effet, toujours stratigraphiquement sous-jacent sur la totalité de son aire de répartition aux premières incursions aurignaciennes dans ces régions. En outre, les types d’objets et leur mode de production sont tout à fait singuliers et ne s’apparentent en rien aux productions matérielles et symboliques des premiers sapiens dans ces régions, celles des premiers Aurignaciens.

176En ce qui concerne les possibles déplacements d’objets depuis la couche sus-jacente, la couche VII attribuée au PA, rien ne l’indique et cette hypothèse est formellement contredite par toutes les données primaires réunies (e.g. Caron et al. 2011). En effet, les productions osseuses et de parures du Châtelperronien sont à la fois nettement plus nombreuses et surtout très différentes dans les types et les procédés en comparaison avec celles du PA (Julien et al. 2019). En outre, la distribution archéostratigraphique de ces objets ne s’accorde pas avec cette hypothèse puisque les trois quarts des objets en question ne se retrouvent pas dans la couche VIII directement sous-jacente au PA mais dans la couche la plus profonde du Châtelperronien, la couche X (e.g. Caron et al. 2011, Zilhão 2013). Sur la base principale des données de la grotte du Renne, on peut donc d’ores et déjà accepter que le Châtelperronien constitue bien un technocomplexe singulier caractérisé par un débitage laminaire et un outillage lithique dans la mouvance Paléolithique récent, associé à des équipements osseux et des parures se distinguant clairement de ceux de l’Aurignacien. En raison de la chronologie 14C et de sa position stratigraphique, on est en droit de considérer qu’il constitue un développement culturel propre et que rien ne va dans le sens d’une quelconque acculturation au contact d’un autre complexe culturel pour expliquer sa singularité.

177Persiste la question de l’auteur du Châtelperronien qui a fait couler beaucoup d’encre depuis la première publication relative aux caractéristiques « archaïques » du corpus dentaire de la grotte du Renne (Leroi-Gourhann 1958) jusqu’à la découverte de la Roche-à-Pierrot à Saint-Césaire, venant alors confirmer l’association entre Néandertal et Châtelperronien (Lévêque et Vandermeersch 1980). Aujourd’hui, et même parmi les partisans d’interprétations opposées quant au statut du Châtelperronien (acculturation avec sapiens vs développement autonome), tous s’accordent pour voir Néandertal comme l’auteur de cette manifestation (e.g. Hublin et al. 2012, Zilhão 2013, Hublin 2015, Welker et al. 2016).

178Pourtant, il convient de rappeler que cette association n’est connue que sur deux sites : la grotte du Renne et la Roche-à-Pierrot. Pour ce dernier, nous avons récemment démontré (Gravina et al. 2018) que l’association n’était pas assurée et que le niveau châtelperronien EJOP Sup, au sein duquel ont été découverts les vestiges néandertaliens, correspond à un mélange indubitable entre une majorité de vestiges moustériens (fig. 77) et de plus rares objets châtelperroniens (fig. 78). En outre, ce mélange n’a gardé aucune cohérence stratigraphique qui voudrait que la composante moustérienne soit davantage à la base d’EJOP sup. et la composante châtelperronienne au sommet. L’explication la plus probable consiste à voir à travers EJOP sup. la redistribution postdépositionnelle d’une brève halte châtelperronienne au sein d’une ou plusieurs occupations moustériennes nettement plus conséquentes également affectées par des processus postdépositionnels similaires.

Fig. 77 – À Gauche : pointes pseudo-Levallois typiques d’un Moustérien récent à débitage discoïde de la couche EJOP sup de La Roche-à-Pierrot ; à droite : éclats centripètes de la couche EJOP sup.

Fig. 77 – À Gauche : pointes pseudo-Levallois typiques d’un Moustérien récent à débitage discoïde de la couche EJOP sup de La Roche-à-Pierrot ; à droite : éclats centripètes de la couche EJOP sup.

Tous ces objets typiques d’un Paléolithique moyen récent se retrouvent en abondance dans la couche EJOP sup. pourtant attribuée dans sa globalité au Châtelperronien.

D’après Gravina et al. 2018.

Fig. 78 – Vue de la totalité des objets de la couche EJOP sup. de La Roche-à-Pierrot attribués sur des bases typotechnologiques au Châtelperronien.

Fig. 78 – Vue de la totalité des objets de la couche EJOP sup. de La Roche-à-Pierrot attribués sur des bases typotechnologiques au Châtelperronien.

D’après Gravina et al. 2018.

179Au niveau des vestiges humains découverts, pour certains en connexion anatomique et ayant fait l’objet d’un prélèvement en bloc pour fouilles ultérieures en laboratoire, force est de constater que les processus post dépositionnels ayant affecté les dépôts ont largement été responsables de la troncature ou de la destruction d’une partie du squelette partiel (cela est certain si on compare la conservation osseuse des arcades alvéolaires supérieure et inférieure gauches aux droites et à la disposition à la fouille de certaines des dents droites ; Maureille com. pers.), possibilité renforcée par le fait que de nombreuses pièces lithiques à modification naturelle ont été découvertes à proximité du squelette. En conclusion, trois possibilités quant au statut des restes humains sont évoquées (Gravina et al. 2018) :

  1. ils ont été déposés après le remaniement d’EJOP sup. et sont donc d’âge aurignacien ;
  2. ils sont associés à une brève occupation châtelperronienne ;
  3. ils représentent les vestiges d’un dépôt anthropique moustérien remanié.

180L’hypothèse d’un dépôt aurignacien nous semble très peu probable, à la fois parce qu’aucun vestige de ce technocomplexe n’a été retrouvé à proximité des vestiges humains ou au sein du bloc plâtré – les seuls vestiges directement associés aux vestiges humains sont indubitablement moustériens – mais également parce que l’attribution taxinomique de ces restes à Néandertal est clairement établie, allant à l’encontre de tout ce que nous connaissons de l’auteur de l’Aurignacien (Gravina et al. 2018). En outre, précisons que notre réévaluation en cours de la séquence aurignacienne de ce site démontre que, contrairement à ce qui a été originellement publié par Lévêque (Lévêque et al. 1993), nous ne trouvons aucune trace du PA dans ces dépôts qui correspondent majoritairement à un palimpseste d’Aurignacien ancien/moyen/récent. La possibilité d’une association Aurignacien/Néandertal nous semble nulle.

181Établir une distinction entre les deux autres scénarios sur la base des preuves disponibles demeure très spéculatif (Gravina et al. 2018). Le sommet du bloc sédimentaire contenant les restes néandertaliens semble toutefois se situer vers la base d’EJOP sup. ou au sommet de la bande stérile, ce qui serait compatible avec la quantité extrêmement limitée de matériel lithique récupéré dans le bloc plâtré (fig. 79). Cela suggèrerait que l’introduction des restes humains serait potentiellement antérieure à l’événement de remaniement qui aurait partiellement perturbé une partie des vestiges humains, érodé le sommet d’EJOP sup. et mélangé le matériel archéologique sus-jacent. Pour autant, il est également possible de considérer, sur la base de différentes données spatiales et taphonomiques (Gravina et al. 2018), que ce dépôt de restes humains, très probablement d’origine anthropique, soit intrusif dans cette partie de l’archéostratigraphie et que ce dernier soit donc, chronologiquement, un peu plus récent que l’âge de la principale composante lithique qu’il livre. Malheureusement, pour avancer sur cette question, il serait nécessaire que le travail sur ce dépôt des restes humains de « Pierrette » soit terminé ou que les données soient accessibles à la communauté, ce qui n’est toujours pas le cas plus de 40 ans après la découverte. Dans ces conditions, il est alors impossible d’associer les restes humains à l’une ou l’autre de ces deux composantes culturelles. En d’autres termes, il est impossible d’être assuré de l’association entre la faible composante archéologique châtelperronienne et le squelette néandertalien. Malgré tout, cela ne signifie pas que ces vestiges humains doivent nécessairement être attribués au Moustérien, seulement que, dans les conditions de remaniement des dépôts de la Roche-à-Pierrot, il est tout simplement impossible de fournir une réponse fiable. Saint-Césaire ne peut donc plus être utilisé pour discuter de l’auteur du Châtelperronien, hormis en considérant uniquement la date 14C directe obtenue sur le squelette qui fournit un âge compris entre 42 200 et 40 000 cal. BP (36 200 [750, OxA-18099] ; Hublin et al. 2012). Précisons toutefois que si cette valeur se situe à l’intérieur d’un intervalle chronologique attendu pour un contexte châtelperronien, le taux de collagène est clairement trop faible et, en rapport aux difficultés d’obtenir des âges robustes pour cette période (e.g. Devièse et al. 2017, 2021), il est tout à fait probable qu’elle constitue seulement un âge minimal.

Fig. 79 – La Roche-à-Pierrot, Saint-Césaire.

Fig. 79 – La Roche-à-Pierrot, Saint-Césaire.

A. Photographie du bloc moulé fouillé en laboratoire avec les restes squelettiques d’un individu néandertalien et présence d’un large éclat débordant ; B et entouré. Moustérien découvert à proximité de la mandibule ; C. Projection d’une bande d’environ 40 cm à travers la zone contenant les restes humains montrant le mélange du matériel lithique de la couche EJOP sup.

D’après Gravina et al. 2018.

182Ainsi, pour documenter l’artisan du Châtelperronien, il ne reste plus que le cas de la grotte du Renne qui étayerait une conclusion sur la base de données primaires. Un inventaire précis et inédit de la totalité des vestiges humains de la grotte du Renne a récemment été publié (Maureille et Hublin 2019). Comme déjà connu, les vestiges humains sont constitués, pour l’essentiel, de dents isolées découvertes à la base de la séquence châtelperronienne dans la couche X. Leur statut taxinomique est clair et toutes sont attribuées en fonction de critères morphologiques à Néandertal (Bailey et Hublin 2006, Maureille et Hublin 2019). On trouve également un temporal d’un individu juvénile attribué de longue date à Néandertal (Hublin et al. 1996). Ces attributions ont en outre été confirmées par des données biomoléculaires suite à l’analyse de 196 fragments osseux, supposés non identifiables, par ZooMS et la séquence ADN mitochondrial de deux d’entre eux, identifiés comme humains et provenant d’individus clairement apparentés à la lignée néandertalienne (Welker et al. 2016). Une mesure 14C directe établie à 36 840 (660 BP [42 400-40 800 cal. BP) a été obtenue. Sur l’ensemble des données paléoanthropologiques publiées pour les couches châtelperroniennes de la grotte du Renne, seul l’ilium droit d’un périnatal (AR-63) présente une morphologie rendant sa diagnose taxinomique délicate (Maureille et Hublin 2019). Ne rentrant probablement pas dans la variabilité connue des Néandertaliens, une étude récente confirme cette diagnose en établissant que « […] results indicate a morphological distinction between the ilia of Neanderthlas and anatomically modern neonates. Although AR-63 is slightly outside recent variability, it clearly differs from the Neanderthals. We propose that this is due to its belonging to an early modern human lineage whose morphology differs slightly from present-day humans » (Gicqeau et al. 2023).

183Pour l’heure, tous les auteurs, et ce quelles que soient leurs interprétations divergentes sur le statut du Châtelperronien, s’accordent sur une attribution exclusive de la séquence de la grotte du Renne aux Néandertaliens (e.g. Caron et al. 2011, Hublin et al. 2012, Zilhão 2013, Welker et al. 2016). Seuls Bar-Yosef et Bordes (2010) ont émis de sérieux doutes sur ces conclusions en proposant une hypothèse alternative : ils insistent sur le fait que tant l’observation des coupes que des plans et photographies publiés démontrent l’existence de creusement et de nivellement des niveaux moustériens sous-jacents par les châtelperroniens. Cette possibilité est confirmée par l’analyse la plus récente de l’archéostratigraphie des premières occupations châtelperroniennes quand A. Roblin-Jouve (2019, p. 60) souligne « que […] les hommes eux-mêmes ont tassé les dépôts par leur passage et ils ont aménagé leur habitat. En particulier, les premiers Châtelperroniens ont aplani leur sol et creusé des cuvettes de foyers recoupant les deux ultimes niveaux d’occupations moustériennes ». Ces phénomènes auraient pu prendre place lors de l’installation des premiers châtelperroniens (couche X) avec la construction d’un foyer et le déplacement de blocs calcaire ayant pu servir de sièges avec, par ailleurs, le creusement de « trous de poteau » dans les dépôts antérieurs. Ces phénomènes d’aménagement de l’espace par les Châtelperroniens pourraient suggérer que les vestiges humains isolés et dispersés se trouvaient dans la partie supérieure et/ou à la surface du sol moustérien et qu’ils auraient été ensuite déplacés par les Châtelperroniens et déposés principalement près de l’entrée de la grotte (Bar-Yosef et Bordes 2010). Cela expliquerait que la plupart (mais pas tous) des vestiges humains assurément néandertaliens se trouvent dans la partie inférieure des dépôts châtelperroniens, près du contact stratigraphique avec la dernière occupation moustérienne.

184On le comprend, la question de l’artisan du Châtelperronien est encore discutée. Si de nombreux arguments ont été réunis avec des analyses variées et plaidant pour un artisan néandertalien, la seule séquence de la grotte du Renne soutient tout l’édifice. Pourtant, la question de la position archéostratigraphique des restes humains y reste ouverte. Quelques points peuvent être rappelés.

  • La question d’une certaine cohérence d’ensemble de la répartition archéostratigraphique de certaines classes remarquables de vestiges nous semble opérante et il ne fait pas de doute que le Châtelperronien d’Arcy se caractérise par des productions d’industrie osseuse ou d’objets de parure tout à fait remarquables (e.g. Caron et al. 2011). Tout oriente dans le sens d’une attribution châtelperronienne de ces objets qui diffèrent clairement de ceux retrouvés dans la couche VII du Protoaurignacien sus-jacent ;
  • Ce faisant, il n’en reste pas moins que d’autres signaux peuvent rendre compte d’une certaine atypicité du Châtelperronien de la grotte du Renne, sur le plan des équipements lithiques par exemple. Contrairement à ce que nous connaissons ailleurs, les débitages d’éclats sont très nombreux, tout comme les réminiscences moustériennes sous la forme d’outils sur éclats et plus encore de racloirs, très abondants (461 pièces ; Connet 2019a), qui constituent un fort substrat moustérien. N. Connet (2019a, p. 453), sans prendre de position affirmée, précise néanmoins que des mélanges indubitables avec le Moustérien sous-jacent ont affecté les couches châtelperroniennes : « dans le cas d’Arcy, il n’est pas hors de propos d’imaginer une pollution possible d’éléments moustériens dans le Châtelperronien, soit par les aménagements de l’espace réalisés par les Hommes eux-mêmes, soit par la complexité de la sédimentation des cavités jumelles du Renne et du Bison ». Elle note plus loin la présence de quinze éclats débordants de type pseudo-Levallois et « d’éclats souvent courts issus de phases de débitage centripète ou multidirectionnel » dans les supports de l’outillage retouché (Connet 2019a, p. 455), attestant clairement l’existence, parmi les outils de choix, d’éclats-supports issus de productions autonomes d’éclats. La présence de pointes pseudo-Levallois concorde avec la situation rencontrée à Saint-Césaire (Gravina et al. 2018) où ces supports proviennent assurément d’une chaîne opératoire de type discoïde et d’un mélange indubitable avec les couches de Moustérien à denticulés sous-jacentes. Sachant qu’un même type de Moustérien à denticulé est présent dans la couche XI de la grotte du Renne, il est fort probable que ces supports résultent d’un mélange avec le Moustérien sous-jacent. N. Connet ajoute, par ailleurs, que la comparaison des ensembles moustériens et châtelperroniens de la grotte du Renne permet de « distinguer sans ambiguïté les ensembles Châtelperroniens des ensembles du Paléolithique moyen tout en révélant une certaine contamination de couche à couche des différentes industries, contamination qui reste tout à fait identifiable et gérable » (Connet 2019a, p. 486) ;
  • On sait également que de très nettes contaminations ont affecté l’ensemble de la séquence de la grotte du Renne, comme tend à le prouver la présence en assez grand nombre (30 pièces, 8 % du total des outils retouchés) de lamelles Dufour sous-type Dufour typiques du PA dans la couche VI sus-jacente attribuée au Gravettien (Mével 2002). En outre, si des Dufour typiques se retrouvent dans la couche sus-jacente attribuée au Gravettien, la couche VIII châtelperronienne comporte également trois lamelles à retouche inverse (Bodu et al. 2017) ;
  • Enfin, dans une tentative de compréhension taphonomique des processus à l’œuvre à la grotte du Renne, N. Connet (2019b, p. 516-517) précise que « parmi les phénomènes typiques des milieux périglaciaires (solifluxion, cryoturbation) ayant pu impacter la séquence de la grotte du Renne, des coulées de solifluxion à front pierreux auraient pu dessiner les arcs de cercle relevés à la base de la couche X. De tels phénomènes auraient pu remobiliser et balayer des couches antérieures notamment dans le cas de couches meubles composées de plaquettes comme celles qui constituent le sommet de la séquence moustérienne du Bison. Dans cette hypothèse, la base de la couche X du Renne correspondrait à la mise en place d’un dépôt de pente en contexte périglaciaire remobilisant des vestiges (moustériens et châtelperroniens ?) sur et dans lesquels les Châtelperroniens se seraient installés ». De tels phénomènes avec coulées de solifluxion à front pierreux sont également discutés sur la base des plans de A. Leroi-Gourhan (fig. 80) par Bertan et al. (2010) : « Plausible stone-banked solifluction lobes can be found also in the Castelperronian level of Grotte du Renne, Arcy-sur-Cure (Leroi-Gourhan 1982), where preferred slope-parallel bone orientation and bow-like arrangement of stones are readily visible […]. Well-preserved fireplaces may be interpreted here as remnants of former excavated structures, the bottom of which was below the layer deformed by daily freeze-thaw cycles ».

Fig. 80 – Plan de répartition d’un niveau Châtelperronien de la grotte du Renne à Arcy-sur-Cure.

Fig. 80 – Plan de répartition d’un niveau Châtelperronien de la grotte du Renne à Arcy-sur-Cure.

Selon ses auteurs, de probables lobes de solifluxion à bancs pierreux sont visibles avec orientation préférentielle des ossements dans le sens de la pente et disposition « en arc » des blocs de pierre.

Dessin Bertran et al. 2010, d’après Leroi-Gourhan 1982.

185En résumé, la séquence du Châtelperronien de la grotte du Renne préserve une cohérence d’ensemble qui permet d’y définir un technocomplexe assurément Paléolithique récent associant une production laminaire caractéristique, une industrie en matières dures animales avec sagaies en ivoire et poinçons en os, des parures sur dents animales principalement et une grande quantité de colorants dont des éléments travaillés de type crayons qui assurent l’indépendance pleine et entière du Châtelperronien vis-à-vis de l’Aurignacien sus-jacent. Ceci étant dit, la question de l’association claire de ces éléments culturels avec les vestiges humains néandertaliens, dispersés au sein des couches de l’habitat et de petites dimensions – à l’exception des éléments osseux d’un squelette partiellement conservé d’un individu immature provenant du niveau Xc, éléments dont la localisation et le devenir sont malheureusement toujours inconnus (Maureille et Hublin 2019, p. 389-390) –, ne semble pas entièrement garantie. En effet, des contaminations avec le Moustérien sous-jacent, en particulier dans la couche X qui recèle le plus grand nombre de vestiges humains, sont indubitables. Elles sont, en outre, très probablement associées à des figures sédimentaires post-dépositionnels reflétant l’action de processus typique des milieux périglaciaires venus déformer l’agencement des dépôts et qui ont agi de manière concomitante à des agencements de l’espace par les Châtelperroniens ayant clairement perturbé les sols laissés par les Moustériens. Ainsi, rien ne garantit que la totalité des vestiges humains néandertaliens de la couche X soit bien associée au Châtelperronien et ne résulte pas d’un mélange avec le Moustérien sous-jacent. En fonction de ces éléments et des conclusions réunies pour La Roche-à-Pierrot (Gravina et al. 2018), nous considérons que l’auteur du Châtelperronien reste une question ouverte et demande clairement l’analyse partagée et interdisciplinaire des données issues de fouilles déjà très anciennes à anciennes et une documentation archéologique et paléoanthropologique renouvelée provenant de recherches de terrain récentes avec la production – avant toute conclusion interprétative quant à l’histoire du peuplement – de l’ensemble des données primaires concernant les lithofaciès sédimentaires, les processus expliquant ces derniers, le matériel lithique, faunique, paléoanthropologique permettant d’attester de l’intégrité des entités chronoculturelles définies.

186Stratigraphiquement toujours sous-jacent à l'Aurignacien, le Châtelperronien constitue un développement culturel antérieur qui inaugure la séquence du Paléolithique récent en France et dans le nord de l'Espagne. En rupture forte sur le plan des traditions techniques avec le Moustérien récent auquel il fait suite, il présente davantage de liens avec le Protoaurignacien sus-jacent que ce soit sur le plan de l'orientation des productions lithiques ou par le développement d'une industrie osseuse et de parures complexes.

Avec les complexes dits « Initial Upper Paleolithic » (IUP)

187L’une des tendances techniques les plus affirmées dans les industries dites de « transition » européenne proches chronologiquement des débuts de l’Aurignacien est la production de lames, et surtout de pointes, par percussion directe dure. C’est par exemple le cas dans le Bachokirien de Bulgarie (Teyssandier 2006, 2007a, 2007b, Tsanova 2008, Hublin et al. 2020) ou le Bohunicien d’Europe centrale (Škrdla 2003, 2017). Sur cette base, il a été proposé que ces manifestations résultent d’une migration des premiers Homo sapiens en Europe, depuis le Proche-Orien, par les porteurs du technocomplexe de l’Émiréen, aussi dénommé Initial Upper Paleolithic (IUP ; Škrdla 2003, Svoboda et Bar-Yosef 2003, Hoffecker 2009, Hublin 2012, 2015, Hublin et al. 2020, Zwyns 2021).

188Le terme d’IUP a été introduit dans les années 1980 par A. Marks sur la base du seul ensemble lithique de la couche 4 de Boker Tachtit (Israël) dans le désert du Négev (Marks et Volkman 1983). Ce niveau, le plus récent de ce site, marquait l’aboutissement d’un processus d’évolution technologique local avec un changement graduel depuis une production bipolaire de pointes Levallois vers une exploitation laminaire unipolaire et de conception volumétrique de type Paléolithique supérieur. Cette définition de l’IUP a ensuite été élargie par S. Kuhn et ses équipes (Kuhn et al. 1999) au site d’Üçağızli (Turquie) et à d’autres gisements du Liban (Antelias, Ksar ‘Akil) ou de Syrie (Umm el Tlel). Selon Kuhn (2019), le terme d’IUP est préférable à l’ancienne dénomination régionale d’Emiréen car le fossile-directeur de ce dernier, la pointe d’Emireh (une pointe Levallois avec amincissement à sa base), est inconnu des séquences en grotte. Au Levant, là où l’IUP est originellement défini, les ensembles archéologiques réunis sous ce vocable partagent des caractères communs que l’on peut résumer de la manière suivante (Kuhn 2019) :

  • une méthode de production laminaire (fig. 81) et d’éléments allongés convergents (pointes ; fig. 82) par percussion directe dure avec des talons facettés et des nucléus qui, dans leur état d’abandon, ressemblent morphologiquement à des nucléus Levallois. Ils se distinguent pourtant du concept Levallois stricto sensu par des procédés de mise en forme par crête et une exploitation volumétrique de type paléolithique supérieur ;
  • l’outillage retouché comprend des formes typiques du Paléolithique moyen et du Paléolithique récent sous la forme d’outils d’extrémité fréquents (grattoirs, burins) ;
  • les ensembles IUP peuvent inclure, de manière variable, des outils en os et des parures (fig. 83), principalement au Levant sous la forme de coquillages perforés (Kuhn et al. 1999, Stiner et al. 2013) ;
  • enfin, toujours au Proche-Orient, l’IUP fait suite à des ensembles du Paléolithique moyen récent et constitue toujours l’assise du Paléolithique récent et précède l’Ahmarien ancien.

Fig. 81 – Boker Tachtit, niveau 4 : nucléus à lames et pontes.

Fig. 81 – Boker Tachtit, niveau 4 : nucléus à lames et pontes.

D’après Marks et Volkman 1983, repris dans Soriano 2015.

Fig. 82 – Boker Tachtit, niveau 4 pointes et outils sur lames.

Fig. 82 – Boker Tachtit, niveau 4 pointes et outils sur lames.

1-9, 12. Pointes ; 10. Grattoir sur lame ; 11. Burin. Noter la fracture d’impact sur la face ventrale de la pointe no 12.

D’après Marks 1977, Marks et Kaufman 1983, Soriano 2015.

Fig. 83 – Parures sur coquillages de Üçağızli Cave I.

Fig. 83 – Parures sur coquillages de Üçağızli Cave I.

D’après Stiner et al. 2013.

189Il n’est pas dans notre intention de produire ici une synthèse détaillée de l’IUP au Proche-Orient ou ailleurs, ceci dépassant largement le cadre de cet article. Nous souhaitons simplement préciser qu’une forte variabilité nous semble ressortir de ces industries transitionnelles en Europe et nous contestons leur intégration globale et univoque à un technocomplexe IUP telle qu’elle est proposée (e.g. Hublin 2015, Hublin et al. 2020), conduisant ensuite à y voir un épisode de dispersion humaine depuis le Proche-Orient vers différentes aires géographiques eurasiatiques.

190En effet, dans l’IUP, tel qu’il a été défini au Levant, on assiste à une modification des structures volumétriques du débitage laminaire avec aménagement et exploitation d’un volume par la mise en place de crêtes et débitage volumétrique de type dit « Paléolithique supérieur ». Cette modification dans la structure volumétrique des nucléus s’accompagne certes de la production de pointes et de lames, comme c’est le cas dans les industries transitionnelles d’Europe, mais on note également la présence d’outils classiques du Paléolithique récent, c’est-à-dire des outils d’extrémité à l’image de grattoirs et de burins sur lames, en assez forte quantité. En revanche, ces derniers sont par exemple rares, sinon absents, dans le Bachokirien des Balkans où, en outre, le débitage procède d’une logique Levallois et non d’une orientation volumétrique de type Paléolithique supérieur (Tsanova et Bordes 2003, Teyssandier 2006, 2007a, 2007b, Tsanova 2008). Ajoutons à cela que, dans le Bachokirien, le débitage n’est pas directement orienté vers la production de supports convergents (des pointes) puisque les pointes sont, pour l’essentiel, aménagées par une retouche directe convergente (fig. 84-85 ; Teyssandier 2007a) et non obtenues sous cette forme via le débitage de supports prédéterminés (Soriano 2015).

Fig. 84 – Comparaison de fragments distaux de lames dites « appointées » dans la monographie du site (1-5) avec deux pointes moustériennes sur supports Levallois de la couche 11 de Bacho Kiro.

Fig. 84 – Comparaison de fragments distaux de lames dites « appointées » dans la monographie du site (1-5) avec deux pointes moustériennes sur supports Levallois de la couche 11 de Bacho Kiro.

Noter la similarité générale des supports et des retouches les transformant. Toutes ces pièces sont désormais interprétées comme des pointes retouchées.

Dessins d’après Kozlowski 1982, Teyssandier 2007a.

Fig. 85 – Bacho Kiro, niveau I des nouvelles fouilles.

Fig. 85 – Bacho Kiro, niveau I des nouvelles fouilles.

1-4, 6-7. Lames appointées par retouche directe et pointes retouchées ; 5. Pièce esquillée.

D’après Hublin et al. 2020.

191Ces différentes observations composent une forte différenciation du Bachokirien vis-à-vis à la fois du Bohunicien centre-européen (Škrdla 2003) ou de l’IUP levantin. À ce titre, nous ne sommes pas en accord avec les conclusions de Hublin et al. (2020) suite aux nouvelles fouilles conduites à Bacho Kiro. Si ces dernières révèlent un fait majeur par la présence avérée d’individus sapiens entre 46 700 et 42 800 cal. BP dans les Balkans, ces vestiges humains sont associés à une industrie identique à celles que nous avions attribué au Bachokirien sur la base du produit des fouilles précédentes conduites par une équipe bulgaro-polonaise dans les années 1970-1980 (Kozlowski 1982).

192Les nouvelles découvertes ne modifient en rien la situation sur le plan de l’interprétation des équipements lithiques et une attribution à l’IUP nous semble inadéquate et prématurée sur la base de l’industrie publiée. Nous sommes donc en désaccord avec les conclusions des auteurs indiquant que « the Bacho Kiro cave IUP is similar to the IUP from layers I-F at Üçağızli cave (Turkey) in terms of lithic technology, typology and the presence of shaped bone tools and pendants, as well as with respect to ages » (Hublin et al. 2020, p. 3). En outre, il importe de signaler que, si des parures sont bien documentées dans les nouvelles fouilles à travers un fragment de perle en ivoire et douze pendentifs perforés ou rainurés dont onze sont en dents d’ours, celles-ci se différencient clairement des traditions de l’IUP levantin où toutes celles connues s’apparentent à des coquillages perforés (Stiner et al. 2013).

193La situation est peut-être différente pour le Bohunicien d’Europe centrale pour lequel nous disposons des comparaisons technologiques détaillées incluant de nombreux remontages, établies par P. Škrdla entre Stanska skala et Boker Tachtit, en particulier avec les niveaux 1 et 2 (Škrdla 2003). De la sorte, et comme il n’existe pas d’antécédent local au Bohunicien en Moravie, la plupart des auteurs le considèrent comme étant intrusif et donc lié phylogénétiquement aux ensembles IUP proche-orientaux. Seul Zilhão (2006, 2011) critique fermement ce rapprochement en voyant dans des industries laminaires polonaises les antécédents possibles du Bohunicien et d’un processus d’évolution locale propre à l’Europe centrale : « In nearby southern Poland, the sites of Piekary IIa and Ksiecia Jozefa document the in-situ development of volumetric Upper Paleolithic methods of blade debitage out of Levallois flake based technologies during the time interval of the Moravian hiatus (ca. 53-43 kyr calBP). Parsimony dictates that there is no need to look into the Middle East for the source of the Bohunician if a better local alternative is available » (Zilhão 2006, p. 187-189). Toutefois, comme l’a souligné S. Soriano, perception avec laquelle nous sommes d’accord, les industries polonaises suscitées « sont en tous points comparables aux industries moustériennes laminaires du nord-ouest de l’Europe comme Riencourt-lès-Bapaume et (surtout, nous soulignons) ne présentent aucune production de pointes et supports triangulaires comme devait en montrer l’antécédent au Bohunicien et à Boker Tachtit niveaux 1-2 » (Soriano 2015, p. 161).

194Compte tenu des spécificités reconnues par P. Škrdla entre le Bohunicien et les industries de Boker Tachit qui, pour ces dernières, sont au fondement de la définition de l’IUP levantin puis eurasiatique, il ne nous semble pas hors de propos de voir dans le Bohunicien, l’expression d’une possible diffusion technique et des humains qui en sont porteurs depuis le Proche-Orient jusqu’aux plaines moraves en passant par l’Anatolie, et ce même si, jusqu’à aujourd’hui, aucun jalon géographique intermédiaire n’a été reconnu. Ceci n’est pas non plus illogique en termes chronologiques puisque le Bohunicien se situerait à peu près dans le même intervalle chronologique que Boker Tachtit avec une moyenne pondérée de onze échantillons donnant un âge TL de 48 200 ± 1900 BP (Richter et al. 2009).

195En résumé, les ensembles transitionnels européens aujourd’hui réunis par plusieurs auteurs sous le vocable IUP et affiliés de la sorte à ce technocomplexe et à une possible dispersion humaine d’Homo sapiens depuis le Proche-Orient (e.g. Hublin 2015, Hublin et al. 2020) nous semblent procéder de réalités archéologiques différentes. En particulier, les différences relevées entre le Bohunicien et le Bachokirien révèlent une véritable distinction dans les concepts de débitage ne permettant pas de les rapporter au même technocomplexe. Si la question d’un rapprochement entre IUP du Levant et Bohunicien demeure plausible, il en va différemment avec le Bachokirien qui nous semble résulter d’un processus distinct. À nos yeux, le Bachokirien s’apparente à une industrie de transition européenne avec un fort substrat technologique de type Levallois destiné à produire des supports allongés et laminaires dont certains sont retouchés en pointes moustériennes. Il n’y a pas ici de conceptions volumétriques de type Paléolithique supérieur mais, au contraire, des conceptions héritées du Paléolithique moyen auxquelles viennent se greffer des idées évoquant le Paléolithique récent (laminarité, présence d’outils axiaux, provenance plus éloignée des matières premières siliceuses qui tranchent avec ce qui était connu dans le Moustérien local etc.) comme il en est d’ailleurs coutume dans d’autres ensembles dits de « transition » puisque c’est précisément un des caractères forts qui permet de les distinguer sous ce vocable.

À propos du technocomplexe Lincombien-Ranisien-Jerzmanovicien en Europe du Nord-Ouest

  • 7 Depuis la rédaction de cet article, une communication orale au colloque 2023 de l’ESHE a apporté d (...)

196À ce titre, le Bachokirien pourrait procéder d’un phénomène touchant divers points de l’Europe à la charnière Paléolithique moyen/récent, comme c’est le cas en Europe du Nord-Ouest avec le « super » complexe Lincombien-Ranisien-Jerzmanovicien (LRJ) présent du Pays de Galles à la Pologne. Les auteurs s’accordent en général pour situer l’émergence de ce complexe daté aux alentours de 43 000 cal. BP dans le Paléolithique moyen récent local (pour une synthèse, voir Flas 2011a, 2011b). Dans le LRJ, l’outil diagnostique, la pointe de Jerzmanovice, consiste en une pointe foliacée par retouche bifaciale partielle, confectionnée sur des lames assez larges et robustes provenant d’un débitage bipolaire volumétrique. Ici encore, l’idée d’emmancher des pointes lithiques qui sont, d’après leur morphologie et les stigmates d’impact relevés, probablement emmanchées de manière axiale pour un usage en projectile, traduit une idée commune dans plusieurs complexes industriels de la charnière Paléolithique moyen/récent. Pour l’essentiel, l’outillage du fonds commun se compose d’outils classiques au Paléolithique récent (grattoirs, burins, lames appointées et retouchées) avec des outils de type Paléolithique moyen (racloirs, encoches et denticulés) plus rares. À travers la présence répétée de pièces bifaciales, parfois foliacées et pointues, et d’expressions laminaires volumétriques à la fin du Paléolithique moyen en Europe du Nord-Ouest, la plupart des chercheurs s’accordent pour une origine locale du LRJ (Flas 2011a, 2011b). D. Flas résume ainsi son point de vue sur le sujet des origines du LRJ : « Le développement du technocomplexe LRJ peut donc être issu de ces substrats de la fin du Paléolithique moyen du Nord-Ouest européen, une transformation locale paraissant nettement plus plausible qu’une diffusion depuis une origine externe invisible » (Flas 2011b, p. 270). L’auteur de ces industries reste pour l’heure inconnu et les dernières datations 14C obtenues sur des Néandertaliens de Spy (Belgique) indiquent qu’ils sont plus anciens que ce qui était auparavant présagé. En utilisant des méthodes plus perfectionnées dans le traitement des échantillons osseux, des dates directes indiquent que ces derniers Néandertaliens retrouvés dans des grottes belges datent d’entre 44 200 et 40 600 cal. BP (Devièse et al. 2021). Si les dates du LRJ vers 38 000 cal. BP sont correctes, ce technocomplexe serait alors plus récent que les derniers Néandertaliens mais il convient de rester prudent tant il serait nécessaire de redater ce technocomplexe avec les mêmes procédures, ce qui n’a pas été fait pour le moment. En l’état, il n’est donc pas possible de déterminer l’auteur du LRJ7.

Quelques mots sur l’Uluzzien de la Péninsule italienne et de Grèce

197L’Uluzzien est une autre manifestation des industries de transition du Paléolithique moyen au Paléolithique récent. Il est représenté dans une large part de l’Italie, depuis le sud de la péninsule à Castecivita, Grotta La Cala, Grotta del Cavallo, Uluzzo, Gratta Bernardini jusqu’au nord-est (Fumane, Riparo del Broion) en passant par le centre du pays à Grotta La Fabbrica et Colle Rotondo (e.g. Villa et al. 2018). En dehors de l’Italie, il n’est connu qu’à Klissoura dans le Péloponnèse en Grèce (Koumouzelis et al. 2001). Sur un plan stratigraphique, là où les observations peuvent être effectuées, l’Uluzzien est toujours postérieur aux niveaux moustériens sur lesquels il repose et toujours sous-jacent au PA qui lui ferait suite. D’après Douka et al. (2014), il apparaîtrait en Italie aux alentours de 45 000 cal. BP et, compte tenu de sa position stratigraphique en dessous du PA à Fumane, La Fabbrica, Castelcivita et Grotta La Cala, il prendrait fin avant sa mise en place situé à partir de 41 500 cal. BP à Mocchi et Fumane (Douka et al. 2014). Sur la base de deux dents aux caractères « modernes », certains ont récemment avancé que l’Uluzzien de Cavallo serait l’œuvre d’Homo sapiens (Benazzi et al. 2011), proposition rejetée par d’autres (Zilhão et al. 2015b) insistant sur le caractère remanié des dépôts qui, dans l’Uluzzien, incluent en particulier des lamelles Dufour typique du PA. Il en irait de même des cinq lamelles Dufour de Castelcivita découvertes au sommet de l’Uluzzien, tout à fait semblables à celles caractéristiques du PA situé stratigraphiquement au-dessus et qui ne correspondent en rien aux caractères technologiques de l’industrie associée, majoritairement destinée à produire des éclats. En ce sens, la présence de Dufour en contexte Uluzzien résulterait de mélanges (Zilhão et al. 2015b, Villa et al. 2018). En l’état et en l’absence de données ADN ou paléoanthropologiques fiables, l’auteur de l’Uluzzien doit demeurer une question ouverte (Villa et al. 2018).

198Dans la majorité des sites considérés et revus récemment, l’Uluzzien se distingue du Moustérien sous-jacent par des innovations incluant une assez haute fréquence des pièces esquillées, la présence de pièces à dos convexes allongées (« lunates » en anglais), de lames et lamelles peu régulières détachées par percussion directe ou par percussion bipolaire sur enclume (fig. 86-87) et d’outils en os et coquillages perforés.

Fig. 86 – Uluzzien de La Fabbrica.

Fig. 86 – Uluzzien de La Fabbrica.

A-J. Lames et lamelles détachées par percussion directe ; K-R. Lames et lamelles détachées par percussion bipolaire sur enclume.

D’après Villa et al. 2018.

Fig. 87 – Outils retouchés de l’Uluzzien de Colle Rotondo.

Fig. 87 – Outils retouchés de l’Uluzzien de Colle Rotondo.

Noter en particulier les pièces à dos convexe (« lunates ») A à D.

D’après Villa et al. 2018.

199En se fondant sur de nouvelles analyses, Villa et al. (2018) concluent que « the general technological and typological features of the assemblages of Castelcivita, Grotta del Cavallo, La Fabbrica and Colle Rotondo define the Uluzzian as a valid cultural unit with an approximate duration of five millenia ».

200En revanche, des problèmes persistent pour le cas de Fumane puisque les ensembles A4 et A3, déjà clairement mélangés avec des pièces aurignaciennes en assez grande quantité, sont apparentés à l’Uluzzien (Peresani et al. 2015) alors qu’ils contiennent en assez grande proportion des traces indubitables de débitage de conception Levallois, absent sur tous les autres sites considérés (Villa et al. 2018). Si Villa et al. (2018) notent prudemment que « the presence of Levallois cores and products, which are completely absent in sites from southern and central Italy (La Fabbrica, Colle Rotondo, Castelcivita, Cavallo) implies that the Uluzzian of Fumane developed with a different trajectory compared to those sites, as also suggested by the very low frequencies of scaled pieces », nous penchons davantage pour des niveaux de palimpseste remaniant les traces de plusieurs occupations diachrones dont une large part consiste en un Moustérien récent à débitage Levallois.

201Sans pouvoir statuer sur la question de l’auteur de l’Uluzzien, faute de données solides à disposition, il est néanmoins possible de relever qu’une fois encore, l’Uluzzien marque une relative discontinuité dans les enregistrements archéologiques à la charnière Paléolithique moyen/récent avec l’émergence d’innovations dont certaines (outils en os, coquillages perforés et ocrés, lamelles assez irrégulières clairement différentes des productions du Paléolithique récent et du PA en particulier) préexistent déjà au cours du Paléolithique moyen (e.g. Faivre 2012, Soressi et al. 2013, Zilhão et al. 2014, Metz 2015, Hoffmann et al. 2018).

Conclusion

202À l’issue de ce panorama sur les débuts de l’Aurignacien, d’abord centré sur le Sud-Ouest français puis étendu à une large part de l’Europe, nos résultats plaident pour la validité archéostratigraphique du modèle aquitain et une structuration évolutive en deux phases distinctes, le PA précédant l’AA. Ces deux étapes s’insèrent dans un même phylum, en raison de certaines continuités dans les équipements techniques, qu’il s’agisse du partage de certaines modalités opératoires (nucléus carénés de type « grattoir » par exemple) ou de procédés de confection par la retouche qui peuvent s’appliquer de manière similaire sur des gabarits de lamelles différents (exemple des Dufour, sous-type Dufour ou Roc-de-Combe). À l’échelle du sud de la France, nous avons proposé que le PA constitue l’installation de populations pionnières tandis que l’AA correspond à une phase d’ancrage territorial avec des phénomènes de régionalisation particulièrement marqués dans les types de parures produites par ces populations. Cette hypothèse ne sous-entend pas que les auteurs du PA soient les premiers humains modernes pénétrant sur le continent européen puis dans la moitié sud de la France. On considère, en effet, que des populations sapiens plus anciennes ont existé et, au moins pour Bacho Kiro (Fewlass et al. 2020, Hublin et al. 2020), qu’elles ont confectionné vers 45 000 cal. BP des industries (Bachokirien) que certains considèrent appartenir à la mouvance dite « IUP ». Les données paléogénomiques indiquent que ces populations précédant le PA n’ont pas laissé de traces dans les génomes postérieurs contemporains de l’Aurignacien (Fu et al. 2016 ; Posth et al. 2023). Il est ainsi possible de proposer une extinction de ces premières populations sapiens pré-aurignaciennes, sans influence génomique sur les groupes plus récents des mêmes territoires ni, nous supposons, leur tradition culturelle. Dans ce scénario, le PA correspondrait à une seconde migration pionnière de populations anatomiquement modernes s’installant en Europe, et la première à s’installer durablement.

203Sur le plan archéologique, les relations entre le premier Aurignacien et les complexes culturels dits de « transition » le précédant semblent avoir été différentes selon les régions considérées. Dans les régions d’Europe occidentale où il est attesté, le Châtelperronien précède toujours le PA en stratigraphie, renvoyant à sa stricte antériorité chronologique. En accord avec plusieurs chercheurs, nous ne voyons aucun argument fiable plaidant pour une acculturation des auteurs du Châtelperronien au contact des Protoaurignaciens ou des Aurignaciens anciens. En effet, une fois les ensembles aurignaciens potentiellement contemporains du Châtelperronien revus de manière critique, le début de l’Aurignacien lui est clairement postérieur. En ce sens, le Châtelperronien constitue bien un développement indépendant de populations pour l’heure consensuellement décrites comme néandertaliennes sur la seule base des données réunies à la grotte du Renne d’Arcy-sur-Cure. Sans pouvoir trancher en l’état, nous avons toutefois signalé de nouveaux biais quant à la compréhension de l’archéoséquence de la grotte du Renne qui empêchent de garantir avec une fiabilité totale que tous les vestiges humains néandertaliens exhumés dans les couches châtelperroniennes de ce site soient indubitablement associés aux équipements culturels du Châtelperronien. Ici, seules de nouvelles découvertes permettraient de régler ce biais.

204Sur un plan technologique, le Châtelperronien apparaît en rupture nette avec les ensembles moustériens le précédant, que ce soit sur le plan des équipements lithiques ou en matières osseuses et des parures diversifiées. Si l’on ne considère que les modes de production lithique, tout oppose les derniers Néandertaliens porteurs de traditions à éclats de conception le plus souvent discoïde et les technologies laminaires typiques du Paléolithique récent du Châtelperronien. En ce sens, on peut proposer que, si le Châtelperronien est bien l’œuvre de Néandertaliens, alors il y eût une rupture certaine dans les modes d’apprentissage et de transmission par rapport aux populations précédentes. Si rupture dans les modes de transmission il y eut, celle-ci semble bien plus nette avec les derniers moustériens qu’avec le premier Aurignacien. Pour le dire simplement, sur le plan des équipements lithiques, le Châtelperronien présente bien plus de parentés avec le PA qui lui fait suite qu’avec n’importe lequel des ensembles du Paléolithique moyen récent qui le précèdent.

205La différenciation entre premier Aurignacien et les autres faciès transitionnels est également marquée. Rien dans le Bohunicien d’Europe centrale, le Bachokirien des Balkans, l’Uluzzien d’Italie ou le LRJ d’Europe du Nord-Ouest n’exprime de parenté technologique avec le PA. En ce sens, ce dernier apparaît intrusif au continent européen, ses origines devant alors être recherchées en dehors. Dans ce cadre, il est proposé depuis une quinzaine d’années que le précurseur du PA pourrait se trouver dans les ensembles de l’Ahmarien ancien du Proche-Orient (Bar-Yosef 2003, 2006, Mellars 2006, Zilhão 2006, 2007, 2013, Teyssandier 2007a, 2007b, 2008, Hublin 2015). Ces derniers présentent, en effet, d’indubitables similitudes typologiques et technologiques, que ce soit dans l’orientation des productions de lames et de lamelles que dans la présence de pointes d’el Wad tout à fait similaires à des pointes de Krems et de grandes lamelles Dufour sous-type Dufour.

206À Ksar ‘Akil, l’Ahmarien ancien est associé aux restes d’un squelette de juvénile anatomiquement moderne surnommé Egbert (Bergman et Stringer 1989). En outre, J. Zilhão note (2007, 2011) que les parures essentiellement sur coquillages, préférentiellement des Nassarius, composent un autre élément de continuité entre Ahmarien ancien et PA. Hélas, depuis la quinzaine d’années que ce rapprochement Ahmarien ancien/PA a été proposé, aucune étude de technologie comparée n’a été mise en place en étudiant ces deux complexes selon une méthodologie unifiée. Sans entrer ici dans le détail, il doit être signalé que S. Soriano (2015) a proposé de distinguer clairement, parmi les phases anciennes de l’Ahmarien, un Ahmarien initial et un Ahmarien ancien dit « classique » : « L’Ahmarien initial se distingue bien de l’Ahmarien ancien type Boker A par l’objectif de son débitage laminaire, ses modalités et la typologie de son outillage. Contrairement à Boker A, l’objectif du débitage reste strictement laminaire, même si de petites lames sont bien produites. Il n’y a pas à proprement parler de production spécifique de lamelles, ni de façon autonome, ni par réduction des nucléus à lames » (Soriano 2015, p. 164-165). Pour S. Soriano toujours, l’Ahmarien initial débuterait à Ksar ‘Akil avec la couche XIX, en continuité avec l’IUP et dans une chronologie qui irait de 43 000/42 000 à 40 000 cal. BP. On aurait donc, en parallèle chronologique relatif avec les débuts du PA européen, un Ahmarien initial, et non ancien « classique », qui ne serait pas strictement orienté vers la recherche de lamelles et n’autoriserait donc pas d’établir une filiation évolutive directe depuis l’Ahmarien du Proche-Orient vers le PA d’Europe sous-tendue par une diffusion d’humains anatomiquement modernes. D’autres vont même jusqu’à proposer que l’Ahmarien ancien serait légèrement plus récent que le PA et qu’on aurait potentiellement un mouvement dans l’autre sens, avec une diffusion depuis l’Europe vers le Proche-Orient (Kadowaki et al. 2015). En toute prudence, et même si des liens technotypologiques clairs s’établissent entre le PA et l’Ahmarien ancien classique, il semble difficile d’aller plus loin et de garantir que le PA européen résulte d’une diffusion unilatérale d’humains biologiquement modernes depuis le Proche-Orient.

207En tout état de cause, et quelle que soit l’issue de ces débats qui vont demander de revenir aux données primaires et d’analyser en détail les ensembles européens et proche-orientaux selon des cadres analytiques unifiés, il n’en reste pas moins que le groupe des industries à grandes lamelles retouchées au sein duquel s’insère le PA couvre d’immenses espaces géographiques et transcende des écosystèmes différenciés au tout début du Paléolithique récent. On le trouve en effet près de la façade atlantique, dans les Pyrénées et en Aquitaine, dans le nord de l’Espagne, dans le Sud-Est français, en Italie, en Europe centrale dans le bassin des Carpathes, dans les Balkans et même jusqu’en Crimée. Au-delà des limites européennes, des ensembles comparables sur les plans typologique et technologique sont documentés jusqu’en Iran (Baradostien ; Tsanova 2013, Shidrang 2018) et au Proche-Orient (Ahmarien ancien).

208Il faut ici considérer qu’une méga explosion volcanique, dite de la « Campanian Ignimbrite » (CI) et datée de 39 880 cal. BP (Giaccio et al. 2017), s’est produite dans les territoires situés à l’est et au sud-est des Phlegrean Fields dans la région de Naples. On en retrouve des traces sous forme de dépôts volcaniques cendreux dans le sud de l’Italie, à Klissoura en Grèce, à Temnata dans les Balkans et jusque dans les plaines russes, à Kostenki. Dans ces territoires, il est possible que l’explosion ait eu de fortes conséquences sur le climat global et local, et donc les écosystèmes, avec des effets de refroidissement connu sous le terme d’« hiver volcanique ». Il est intéressant de signaler que cette éruption prend place à peu près au moment où est situé le développement de l’AA et que, dans ces régions, ce technocomplexe ne semble pas se développer comme on l’observe dans des régions où la CI ne semble pas avoir eu de conséquence (e.g. Europe centrale moyenne : Basse-Autriche, Jura souabe et Europe occidentale). Une exception à cette observation pourrait provenir de la grotte de Franchthi dans la péninsule du Péloponnèse en Grèce (Douka et al. 2011). Dans la couche Q, au sein d’un niveau de dépôt de tephra d’origine volcanique de 7 à 9 cm d’épaisseur correspondant très clairement à la CI, un ensemble lithique composé de petites lamelles légèrement courbes de profil, produites aux dépens de nucléus carénés à front large, a été découvert. Nous souscrivons aux interprétations proposées par les auteurs d’une attribution de la petite série de la couche Q à l’AA (Douka et al. 2011). Cela contribue à relativiser les effets de la CI en témoignant qu’un peuplement aurignacien ancien a pu se développer dans ces régions, même si les preuves archéologiques demeurent encore ténues. Il semble, en outre, en être de même dans la vallée du Don à Kostenki où un AA serait également associé au même type de niveau de tephra associé à la CI (Sinitsyn 2003, Dinnis et al. 2019b).

  • 8 L’étude publiée dans la seconde moitié des années 2000 par Vanhaeren et d’Errico (2006) demanderai (...)

209La situation archéologique est bien différente en Europe occidentale où l’AA marque une période de net accroissement démographique probable si l’on en croit la fréquence et l’intensité d’occupations exceptionnellement riches dans le nord de l’Aquitaine, comme c’est le cas dans la région de la vallée de la Vézère en Dordogne. Là, les couches d’AA, outre le fait de livrer une multitude d’occupations contenant des ensembles archéologiques abondants et diversifiés, sont toujours très riches en matières organiques et fortement anthropisées (couches souvent noires liées à la multitude de foyers et d’os brûlés). À nos yeux, l’AA marque un accroissement démographique ainsi qu’une phase de régionalisation des groupes revendiquant alors des identités territoriales que l’on décèle à travers les différents types de parures corporelles (e.g. Vanhaeren et d’Errico 2006). Comme l’ont proposé ces derniers8, on touche sans doute ici, à travers les types et formes de l’ornementation corporelle, à une variable éminemment culturelle pour les groupes humains de la Préhistoire. Ces auteurs proposent également d’y voir des entités différenciées sur le plan ethnolinguistique. S’il demeure difficile, sinon impossible de le prouver, force est de constater que pour l’AA du Sud-Ouest français, des entités microrégionales se distinguent et traduisent sans doute l’existence de groupes partageant des savoir-faire et traditions techniques tout en se différenciant en fonction de marqueurs identitaires ostensibles.

210L’AA marque également une étape dans la trajectoire évolutive des groupes d’humains anatomiquement modernes peuplant alors l’Europe pendant l’HS4, période particulièrement froide et rigoureuse. C’est un fait que nous souhaitons souligner tant le modèle explicatif que nous avions proposé il y a une quinzaine d’années a été contredit par certains auteurs (e.g. Falcucci et al. 2017, 2020, Tafelmaier 2017, Bataille et al. 2018). Ces derniers insistent en particulier sur le fait que les définitions que nous avons données pour le PA et l’AA sont trop restrictives et que des éléments dits PA peuvent se retrouver dans l’AA, et inversement. Cela est vrai dans certains cas puisque les éléments de définition proposés (Bon 2002, Teyssandier 2008, Teyssandier et al. 2010) se sont focalisés sur les grandes tendances des deux phases distinguées en stratigraphie. Par exemple, le caractère continu des productions de lames et de lamelles est donné comme caractéristique du PA, tandis que ces productions seraient fortement dissociées à l’AA. Il faut considérer cela comme une tendance générale qui peut évidemment être contredite au cas par cas. Nous en sommes bien conscients et nous l’avons souligné. Des débitages lamellaires dissociées existent au PA, comme cela a été mentionné par plusieurs auteurs (Slimak et al. 2006, Porraz et al. 2010, Falcucci et al. 2017, 2020, Tafelmaier 2017, Bataille et al. 2018). Il n’en reste pas moins que relativement à l’AA, les lamelles sont moins dissociées du laminaire qu’elles ne le seront quand elles seront presque systématiquement produites aux dépens de nucléus carénés. Il est tout aussi possible que quelques carénés soient effectivement présents dès le PA, comme ce serait le cas à Isturitz ou Fumane par exemple. Ils ne constituent cependant pas la règle et il faut bien convenir que tous les ensembles archéologiques de ce moment de la transition devraient être revus selon un prisme taphonomique car l’on sait combien raisonner « au pièce par pièce » est dangereux dans ces contextes où le PA est presque systématiquement surmonté par un ou plusieurs niveaux d’AA. Dans les sites où le PA est exclusif, on ne trouve le plus souvent pas trace de carénés, comme c’est le cas à Mandrin (Slimak et al. 2006), à la grotte de l’Observatoire (Porraz et al. 2010) ou à Esquicho Grapaou et la Laouza (étude en cours avec la collaboration de L. Anderson). La validité de notre modèle de différenciation typotechnologique entre PA et AA vient d’ailleurs d’être soutenue dans le bassin des Carpathes, depuis la Basse-Autriche jusqu’à l’Ukraine, en passant par la République tchèque, la Hongrie, la Slovaquie, la Roumanie et la Serbie (Demidenko et al. 2021). Ces auteurs concluent leur étude en indiquant que « It also means that some of the above mentioned (recent) attempts which state that “the Aquitaine sequence represents only a regional pole” (Falcucci et al. 2020: 128) for Aurignacian industrial-chronological sequence studies in Europe, and that it does not hold truth for other European territories, are in disagreement with the conclusions of this article. The “Aquitaine model” actually works well for a large region in the heart of Europe, the Carpathian Basin and its Proto-Aurignacian sites. Accordingly, not making mistakes with artefact classifications and then wrongly interpreting them, but finding some real industrial variability can make actually better and more vivid the classic French scheme » (Demidenko et al. 2021, p. 167). Des indices de cette bipartition des débuts de l’Aurignacien ont même récemment été reconnus jusque dans la vallée du Don, à Kostenki (Russie), où il serait possible de reconnaître les trois phases proposées avec PA, AA et Aurignacien récent (Dinnis et al. 2019b). Évidemment, sur de telles distances traversant des écosystèmes différenciés, une certaine variabilité et des subtilités régionales s’expriment mais il n’en reste pas moins qu’une nette trajectoire évolutive, sans précédent relativement au plus grand morcellement des industries dites de « transition », caractérise la mise en place et le développement de l’Aurignacien à l’échelle européenne.

211Ceci est en accord avec la perception de groupes humains fortement connectés où les traditions et innovations pouvaient être transmises de proche en proche sans nécessairement impliquer de vastes mouvements de populations ou des migrations. Des études en paléogénomique montrent que, pour des individus porteurs d’une culture différente mais contemporains des ultimes phases de l’Aurignacien, vers 34 000 cal. BP à Sungir, « the human HG (hunter gatherer) social structure of low levels of within-band relatedness, complex family residence patterns, relatively high individual mobility, and multilevel social networks were already in place among Upper Paleolithic societies 34,000 years ago » (Sikora et al. 2017, p. 662). À l’image de ce que l’on connaît dans des groupes de chasseurs-cueilleurs modernes (Dyble et al. 2015), des règles exogamiques strictes devaient donc déjà être en place parmi les groupes aurignaciens avec « échanges » de partenaires entre des groupes distants familialement, favorisant à la fois la diffusion des idées et des gènes et pouvant potentiellement donner lieu, à certains moments, à un accroissement démographique comme ce pourrait être le cas, dans certaines régions, à l’AA. La nécessaire reformulation des rapports sociaux qui s’en suivrait conduirait parallèlement à l’explosion quantitative et à la diversification des productions ostensibles et, probablement aussi, à l’émergence de productions graphiques figuratives qui n’allaient, par la suite, cesser de se développer tout au long du Paléolithique récent. Ce serait là un dernier temps de la « conquête » aurignacienne, comme semblent l’indiquer les dates des peintures noires de Chauvet ou la position chronostratigraphique des statuettes en ivoire du Jura souabe. Une fois encore, la grande absence de ce panorama concerne les gestes mortuaires ou funéraires que les vivants ont réservé à leurs, ou certains de leurs défunts. Ils nous sont presque totalement inconnus. Toutefois, c’est avec l’AA qu’apparaît la transformation en probables éléments de parure de dents humaines (Henry-Gambier et al. 2004). Le phénomène aurignacien ainsi restitué serait donc par essence arythmique avec des évolutions et des innovations touchant différentes sphères techniques et symboliques à des moments différents de ce parcours évolutif.

Cet article constitue, dans ses grandes lignes, la publication d’un mémoire original inclus dans l’habilitation à diriger des recherches que j’ai soutenue à l’université de Bordeaux en mars 2022, intitulée Dynamiques de changements dans les productions techniques d’Homo sapiens à la fin du Pléistocène supérieur : contextes eurasiatiques et africains. Dans ce cadre, il m’est agréable d’en remercier les membres du jury alors réuni, qui m’ont fait part de leurs avis, critiques et éléments de discussion : François Bon, Anne Delagnes, Jean-Michel Geneste, Bruno Maureille, Catherine Perlès, Stéphanie Thiébault et João Zilhão. Mes remerciements s’adressent également aux deux relecteurs anonymes pour leur lecture détaillée du manuscrit et leur avis et à la revue Gallia Préhistoire et son directeur, Thomas Perrin, d’avoir joué le jeu en acceptant que je soumette un article de taille généreuse. Enfin, toute ma reconnaissance à Lucile Foucher pour l’énorme travail d’édition et de vérification qu’elle a effectué sur ce manuscrit.

Haut de page

Bibliographie

Anderson L. 2019 – Essai de paléosociologie aurignacienne. Gestion des équipements lithiques et transmission des savoir-faire parmi les communautés établies dans le sud de la France, thèse de doctorat, Toulouse, Université Toulouse 2 – Jean Jaurès, inédit, 3 vol.

Anderson L., Bon F., Bordes J.-G., Pasquini A., Slimak L., Teyssandier N. 2015 – Relier des espaces, construire de nouveaux réseaux : aux origines du Protoaurignacien et des débuts du Paléolithique supérieur en Europe occidentale, in Naudinot N., Meignen L., Binder D., Querré G. (dir.), Les systèmes de mobilité de la préhistoire au Moyen Âge, Antibes, ADPCA (Rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes 35), p. 57-74.

Anderson L., Lejay M., Brugal J.-P., Costamagno S., Heckel C., de Araujo Igreja M., Pradeau J.-V., Salomon H., Sellami F., Théry-Parisot I., Barshay-Szmidt C., Mensan R., Bon F. 2018 – Insights into Aurignacian daily life and camp organization: the open-air site of Régismont-le-Haut, Quaternary International, 498, p. 69-98, [en ligne] https://doi.org/10.1016/j.quaint.2018.04.034

Arrizabalaga A. 2000 – Los tecnocomplejos líticos del yacimiento arqueológico de Labeko Koba (Arrasate, País Vasco), in Arrizabalaga A., Altuna J. (dir.), Labeko Koba (País Vasco). Hienas y Humanos en los Albores del Paleolítico Superior, San Sebastián-Donostia, Sociedad de Ciencias Aranzadi, (Munibe, Antropologia-Arkeologia 52), p. 193-343.

Arrizabalaga A., Altuna J. (dir.) 2000 – Labeko Koba (País Vasco). Hienas y Humanos en los Albores del Paleolítico Superior, San Sebastián-Donostia, Sociedad de Ciencias Aranzadi (Munibe, Antropologia-Arkeologia 52).

Arrizabalaga A., Altuna J., Areso P., Elorza M., Garcia M., Iriarte M.J., Mariezkurenna K., Peman E., Mujika J., Tarrino A., Uriz A., Viera L., Straus L.G. 2003 – The Initial Upper Paleolithic in Northern Iberia: new evidence from Labeko Koba, Current Anthropology, 44 (3), p. 413-421, [en ligne] http://dx.doi.org/10.1086/374901

Arrizabalaga A., Bon F., Maillo Fernandez J.M., Normand C., Ortega I. 2007 – Territoires et frontières de l’Aurignacien dans les Pyrénées occidentales et les Cantabres, in Cazals N., Gonzalez Urquijo J., Terradas X. (dir.), Frontières naturelles et frontières culturelles dans les Pyrénées préhistoriques, Santander, PubliCan-Ediciones de la Universidad de Cantabria, p. 301-318, [en ligne] http://dx.doi.org/10.13140/2.1.4964.1760

Bachellerie F. 2011 – Quelle unité pour le Châtelperronien ? Apport de l’analyse taphonomique et techno-économique des industries lithiques de trois gisements aquitains de plein air : le Basté, Bidart (Pyrénées-Atlantiques) et Canaule II (Dordogne), thèse de doctorat, Bordeaux, Université Bordeaux I, inédit.

Bachellerie F., Borde J.-G., Morala A., Pelegrin J. 2007 – Étude typotechnologique de remontages lithiques de Canaule II, site de plein air en Bergeracois (Creysse, Dordogne), PALÉO, 19, p. 259-280, [en ligne] https://doi.org/10.4000/paleo.782

Bachellerie F., Bon F., Deschamps M., Eizenberg L., Henry-Gambier D., Mourre V., Normand C., Pelegrin J., Primault J., Scandiuzzi R., Thiébaut C. 2011 – La signature archéologique de l’activité de chasse appliquée à la comparaison des industries moustériennes, châtelperroniennes et aurignaciennes des Pyrénées : nature des équipements et fonctions des sites, P@lethnologie, 3, p. 131-168, [en ligne] https://doi.org/10.4000/palethnologie.7140

Bailey S., Hublin J.-J. 2005 – Who made the early Aurignacian? A reconsideration of the Brassempouy dental remains, Bulletin et Mémoire de la Société d’Anthropologie de Paris, 17 (1-2), p. 115-121, [en ligne] https://doi.org/10.4000/bmsap.977

Bailey S., Hublin J.-J. 2006 – Dental remains from the grotte du Renne at Arcy-sur-Cure, Journal of Human Evolution, 50 (5), p. 485-508, [en ligne] https://doi.org/10.1016/j.jhevol.2005.11.008

Baillet M., Maury S. 2018 – Et si l’on revoyait dos à dos lames et lamelles retouchées ? Approche expérimentale et tracéologique au service d’une recherche sur l’unité des techniques de retouche des dos au Châtelperronien, PALÉO, 29, p. 29-53, [en ligne] https://doi.org/10.4000/paleo.3715

Banks W.E., d’Errico F. 2019 – La chronologie des niveaux d’occupations châtelperroniens de la grotte du Renne, in Julien M., David F., Girard M., Roblin-Jouve A. (dir.), Le Châtelperronien de la grotte du Renne (Arcy-sur-Cure, Yonne, France), Musée national de Préhistoire (PALÉO, no spécial), Les Eyzies, p. 83-99, [en ligne] https://hal.science/hal-02999748

Banks W., d’Errico F., Zilhão J. 2013 – Human-climate interaction during the Early Upper Paleolithic: testing the hypothesis of an adaptive shift between the Proto-Aurignacian and the Early Aurignacian, Journal of Human Evolution, 64 (1), p. 39-55, [en ligne] https://doi.org/10.1016/j.jhevol.2012.10.001

Barshay-Szmidt C., Normand C., Flas D., Soulier M.-C. 2018 – Radiocarbon dating the Aurignacian sequence at Isturitz (France): Implications for the timing and development of the Protoaurignacian and Early Aurignacian in western Europe, Journal of Archaeological Science: Reports, 17, p. 809-838, [en ligne] https://doi.org/10.1016/j.jasrep.2017.09.003

Barshay-Szmidt C., Bazile F., Brugal J.-P. 2020 – First AMS 14C dates on the Protoaurignacian in Mediterranean France: the site of Esquicho-Grapaou (Russan-Ste-Anastasie, Gard), Journal of Archaeological Science: Reports, 33, p. 102-124, [en ligne] https://doi.org/10.1016/j.jasrep.2020.102474

Bar-Yosef O. 2003 – Away from home: prehistoric colonizations, exchanges and diffusions in the Mediterranean basin, in Vandermeersch B. (dir.), Échanges et diffusion dans la préhistoire méditerranéenne, Paris, Éditions du CTHS, p. 71-81.

Bar-Yosef O. 2006 – Neanderthals and Modern Humans: a different interpretation, in Conard N.J. (dir.), When Neanderthals and Modern humans met, Tübingen, Kerns, p. 467-482.

Bar-Yosef O., Bordes J.-G. 2010 – Who were the makers of the Châtelperronian culture?, Journal of Human Evolution, 59 (5), p. 586-593, [en ligne] https://doi.org/10.1016/j.jhevol.2010.06.009

Bataille G., Conard N.J. 2018 – Blade and bladelet production at Hohle Fels Cave, AH IV in the Swabian Jura and its importance for characterizing the technological variability of the Aurignacian in Central Europe, PLoS One, 13 (4), e0194097, [en ligne] https://doi.org/10.1371/journal.pone.0194097

Bataille G., Tafelmaier Y., Weniger G.-C. 2018 – Living on the edge – A comparative approach for studying the beginning of the Aurignacian, Quaternary International, 474 (Part A), p. 3-29, [en ligne] https://doi.org/10.1016/j.quaint.2018.03.024

Bayer J. 1930 – Die Venus II von Willendorf, Eiszeit und Urgeschichte, 7, p. 48-60.

Bazile F. 2002 – Le premier Aurignacien en France méditerranéenne. Un bilan, in Bon F., Maíllo-Fernández J.M., Ortega Cobos D. (dir.), Autour des concepts de Protoaurignacien, d’Aurignacien initial et ancien. Unité et variabilité des comportements techniques des premiers groupes d’Hommes modernes dans le sud de la France et le nord de l’Espagne, Madrid, UNED (Espacio, Tiempo y Forma. Serie I, Prehistoria y Arqueología 15), p. 215-236, [en ligne] https://shs.hal.science/halshs-00088405

Bazile F., Sicard S. 1999 – Le premier Aurignacien du Languedoc oriental dans son contexte méditerranéen, in Sacchi D. (dir.), Les faciès leptolithiques du Nord-Ouest méditerranéen : milieux naturels et culturels, Paris, Société préhistorique française (Congrès préhistorique de France 24), p. 117-126.

Benazzi S., Douka K., Fornai C., Bauer C.C., Kullmer O., Svoboda J., Pap I., Mallegeni F., Bayle P., Coquerelle M., Condemi S., Rochitelli A., Harvati K., Weber G.W. 2011 – Early dispersal of modern humans in Europe and implicaitons for Neanderthal behaviour, Nature, 479, p. 525-528, [en ligne] https://doi.org/10.1038/nature10617

Benazzi S., Slon V., Talamo S., Negrino F., Peresani M., Bailey S.E., Sawyer S., Panetta D., Vicino G., Starnini E., Mannino M.A., Salvadori P.A., Meyer M., Pääbo S., Hublin J.-J. 2015 – The makers of the Protoaurignacian and implications for Neandertal extinction, Science, 348 (6236), p. 793-796, [en ligne] https://www.science.org/doi/10.1126/science.add8606

Bergman C.A., Stringer C.B. 1989 – Fifty years after: Egbert, an Early Upper Palaeolithic juvenile from Ksar Akil, Lebanon, Paléorient, 15 (2), p. 99-111, [en ligne] https://doi.org/10.3406/paleo.1989.4512

Bertran P., Klaric L., Lenoblme A., Masson B., Vallin L. 2010 – The impact of periglacial processes on Palaeolithic sites: the case of sorted patterned grounds, Quaternary International, 214 (1-2), p. 17-29, [en ligne] https://doi.org/10.1016/j.quaint.2009.10.021

Black B.A., Neely R.R., Manga M. 2015 – Campanian Ignimbrite volcanism, climate, and the final decline of the Neanderthals, Geology, 43 (5), p. 411-414, [en ligne] https://doi.org/10.1130/G36514.1

Bodu P., Bon F., Teyssandier N., Paris C. 2013 – L’Aurignacien et les faciès à pièces carénées entre Yonne et Yvelines, in Bodu P., Chemana L., Klaric L., Mevel L., Soriano S., Teyssandier N. (dir.), Le Paléolithique supérieur ancien de l’Europe du nord-ouest. Réflexions et synthèses à partir d’un projet collectif de recherche sur le centre et le sud du Bassin parisien, Paris, Société Préhistorique Française (Mémoires de la Société préhistorique française 56), p. 37-60.

Bodu P., Salomon H., Lacarrière J., Baillet M., Ballinger M., Naton H.-G., Théry-Parisot I. 2017 – Un gisement châtelperronien de plein air dans le Bassin parisien : les Bossats à Ormesson (Seine-et-Marne), Gallia Préhistoire, 57, p. 3-64, [en ligne] https://doi.org/10.4000/galliap.478

Boëda E., Fontugne M., Valladas H., Ortega I. 1996 – Barbas III : industries du Paléolithique moyen récent et du Paléolithique supérieur ancien, in Carbonell E., Vaquero M. (dir.), The last Neandertals, the first Anatomically Modern Humans: a tale about the human diversity. The crisis at 40 ka BP, Capellades, Universitat Rovira i Virgili, p. 147-156.

Bon F. 2002 – L’Aurignacien entre mer et océan. Réflexion sur l’unité des phases anciennes de l’Aurignacien dans le sud de la France, Paris, Société préhistorique française (Mémoire de la Société préhistorique française 29).

Bon F. 2005 – Little big tool. Enquête autour du succès de la lamelle, in Le Brun-Ricalens F. (dir.), Productions lamellaires attribuées à l’Aurignacien, chaînes opératoires et perspectives technoculturelles, Luxembourg, Musée national d’Histoire et d’Art (ArchéoLogiques 1), p. 415-436

Bon F., Bodu P. 2002 – Analyse technologique du débitage aurignacien, in Schmider B. (dir.), L’Aurignacien de la Grotte du Renne, les fouilles d’André Leroi-Gourhan à Arcy-sur-Cure (Yonne), Paris, CNRS Éditions (Suppl. à Gallia Préhistoire 34), p. 115-133, [en ligne] https://www.persee.fr/doc/galip_0072-0100_2002_sup_34_1_2792

Bon F., Teyssandier N., Bordes J.-G. 2010 – La signification culturelle des équipements lithiques, in Otte M. (dir.), Les Aurignaciens, Paris, Errance, p. 49−72.

Bordes F. 1958 – Le passage du Paléolithique moyen au Paléolithique supérieur, in Hundert Jahre neanderthaler: Neanderthal centenary 1856-1956, Utrecht, Kemink en Zoon N.V., p. 175-181.

Bordes F. 1963 – À propos de la théorie de M. Laplace sur le synthétotype aurignaco-gravettien. Quelques questions préalables, L’Anthropologie, 3-4, p. 347-360.

Bordes J.-G. 2002 – Les interstratifications Châtelperronien/Aurignacien du Roc-de-Combe et du Piage (Lot, France). Analyse taphonomique des industries lithiques ; implications archéologiques, thèse de doctorat, Bordeaux, université Bordeaux I, inédit.

Bordes J.-G. 2003 – Lithic taphonomy of the Châtelperronian/Aurignacian interstratifications in Roc de Combe and Le Piage (Lot, France), in Zilhão J., d’Errico F. (dir.), The chronology of the Aurignacian and of transitional technocomplexes. Dating, stratigraphies, cultural implications, Lisbonne, Instituto Português de Arqueologia (Trabalhos de Arqueologia 33), p. 223-244.

Bordes J.-G. 2005 – La séquence aurignacienne du nord de l’Aquitaine : variabilité des productions lamellaires à Caminade-Est, Roc-de-Combe, Le Piage et Corbiac-Vignoble II, in Le Brun-Ricalens F., Bordes J.-G., Bon F. (dir.), Productions lamellaires attribuées à l’Aurignacien : chaînes opératoires et perspectives technoculturelles, Luxembourg, Musée national d’Histoire et d’Art (ArchéoLogiques 1), p. 123-154.

Bordes J.-G. 2006 – News from the West: a reevaluation of the classical Aurignacian sequence of the Périgord, in Bar-Yosef O., Zilhão J. (dir.), Towards a definition of the Aurignacian, Lisbon, Instituto Português de Arqueologia, p. 147-171.

Bordes J.-G., Lenoble A. 2002 – La « lamelle Caminade » : un nouvel outil lithique aurignacien ?, Bulletin de la Société préhistorique française, 99 (4), p. 735-749, https://doi.org/10.3406/bspf.2002.12753

Bordes J.-G., Tixier J. 2002 – Sur l’unité de l’Aurignacien ancien dans le Sud-Ouest de la France : la production des lames et des lamelles, in Bon F., Maíllo-Fernández J.M., Ortega Cobos D. (dir.), Autour des concepts de Protoaurignacien, d’Aurignacien initial et ancien. Unité et variabilité des comportements techniques des premiers groupes d’Hommes modernes dans le sud de la France et le nord de l’Espagne, Madrid, UNED (Espacio, Tiempo y Forma. Serie I, Prehistoria y Arqueología 15), p. 175-194, [en ligne] https://doi.org/10.5944/etfi.15.2002.4743

Bordes J.-G., Teyssandier N. 2011 – The Upper Paleolithic nature of the Châtelperronian in South-Western France: archeostratigraphic and lithic evidence, Quaternary International, 246 (1-2), p. 382-388, [en ligne] https://doi.org/10.1016/j.quaint.2011.08.001

Bordes J.-G., Bon F., Le Brun-Ricalens F. 2005 – Le transport des matières premières lithiques à l’Aurignacien entre le nord et le sud de l’Aquitaine : faits attendus, faits nouveaux, in Jaubert J., Barbaza M. (dir.), Territoires, déplacements, mobilité, échanges Durant la Préhistoire. Terres et hommes du Sud, Paris, Éditions du CTHS (Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques 126 [9]), p. 185-198, [en ligne] https://www.persee.fr/doc/acths_0000-0001_2005_act_126_1_5042

Bordes J.-G., Le Brun-Ricalens F., Castel J.-C., Henry-Gambier D., Laroulandie V., Lenoble A., Martin H., Maureille B., Morala A., Morin E., Renard C., Rendu W., Rougier H., Szmidt C., Tartar E., Texier J.-P., Teyssandier N. 2008 – Les débuts du Paléolithique supérieur dans le sud-ouest de la France : nouvelles fouilles au Piage (2004-2006). Problématique et premiers résultats, Paris, Société préhistorique française (Mémoire de la Société préhistorique française 47), p. 261-288.

Bourrillon R., White R. 2015 – Pratiques symboliques aurignaciennes en abri-sous-roche dans la vallée de la Vézère : à la recherche d’une identité ?, P@lethnologie, 7, p. 119-139, [en ligne] https://doi.org/10.4000/palethnologie.774

Bourrillon R., White R., Tartar E., Chiotti L., Mensan R., Clark A.E., Castel J.-C., Cretin C., Higham T., Morala A., Ranlett S., Sisk M.L., Devièse T., Comeskey D.J. 2018 – A new Aurignacian engraving from Abri Blanchard, France: Implications for understanding Aurignacian graphic expression in Western and Central Europe, Quaternary International, 494, p. 46-64, [en ligne] https://doi.org/10.1016/j.quaint.2016.09.063

Breuil H. 1912 – Les subdivisions du Paléolithique supérieur et leur signification, in Congrès international d’anthropologie et d’archéologie préhistoriques. Compte rendu de la XIVe session, Genève, 1912, vol. I, Genève, Albert Kündig, p. 165-223.

Broglio A., Laplace G. 1966 – Études de typologie analytique des complexes leptolithiques de l’Europe centrale, vol. I : Les complexes aurignacoïdes de la Basse-Autriche, Firenze, Stamperia Editiorale (Rivista di Scienze Preistoriche 21), p. 61-121.

Broglio A., Dalmeri G. 2005 – Pitture paleolitiche nelle Prealpi Venete: Grotta di Fumane e Riparo Dalmeri, Verona, Museo Civico di Storia Naturale di Verona (Memorie del Museo Civico di Storia Naturale di Verona 2a serie, Sezione Scienze dell’Uomo 9).

Broglio A., Bertola S., de Stefani M., Marini D., Lemorini C., Rossetti P. 2005 – La production lamellaire et les armatures lamellaires de l’Aurignacien ancien de la grotte de Fumane (Monte Lessini, Vénétie), in Le Brun-Ricalens F., Bordes J.-G., Bon F. (dir.), Productions lamellaires attribuées à l’Aurignacien : chaînes opératoires et perspectives technoculturelles, Luxembourg, Musée national d’Histoire et d’Art (ArchéoLogiques 1), p. 415-436

Brooks A.S. 1995 – L’Aurignacien de l’abri Pataud, niveaux 6 à 14, in Bricker H.M. (dir.), Le Paléolithique supérieur de l’abri Pataud. Les fouilles de H.L.M Movius Jr, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme (Documents d’archéologie française 50), p. 167-222, [en ligne] https://doi.org/10.4000/books.editionsmsh.41063

Cabrera Valdés V., Maillo J.M., Lloret M., Bernaldo de Quiros F. 2001 – La transition vers le Paléolithique supérieur dans la grotte du Castillo (Cantabrie, Espagne) : la couche 18, L’Anthropologie, 105 (4), p. 505-532, [en ligne] https://doi.org/10.1016/S0003-5521(01)80050-9

Caron F., d’Errico F., Del Moral P., Santos F., Zilhão J. 2011 – The reality of Neanderthal symbolic behavior at the Grotte du Renne, Arcy-sur-Cure, France, PLoS ONE, 6 (6), e21545, [en ligne] https://doi.org/10.1371/journal.pone.0021545

Caux S. 2015 – Du territoire d’approvisionnement au territoire culturel. Pétroarchéologie et techno-économie du silex Grain de mil durant l’Aurignacien dans le sud-ouest de la France, thèse de doctorat, Bordeaux, Université de Bordeaux, inédit.

Chadelle J.-P. 1989 – Les gisements paléolithiques de Champ-Parel à Bergerac, Dordogne, France. Rapport préliminaire des opérations de sauvetage 1985-1989, PALÉO, 1, p. 125-133, [en ligne] https://doi.org/10.3406/pal.1989.957

Chadelle J.-P. 1990 – Le site de plein air de Corbiac-Vignoble à Bergerac (Dordogne). Technologie lithique et mode d’occupation, in Séronie-Vivien M.-R., Lenoir M. (dir.), Le silex de sa genèse à l’outil. Actes du Ve Colloque international sur le silex, Paris, CNRS Éditions (Cahiers du Quaternaire 17), p. 385-390

Chadelle J.-P. 2005 – Productions « intriquées » de lames et de lamelles dans l’Aurignacien de Champ-Parel locus 3 (Bergerac, Dordogne), in Le Brun-Ricalens F., Bordes J.-G., Bon F. (dir.), Productions lamellaires attribuées à l’Aurignacien : chaînes opératoires et perspectives technoculturelles, Luxembourg, Musée national d’Histoire et d’Art (ArchéoLogiques 1), p.193-208

Champagne F., Espitalié R. 1981 – Le Piage, site préhistorique du Lot, Paris, Société préhistorique française (Mémoires de la Société préhistorique française 15).

Chiotti L. 1999 – Les industries lithiques des niveaux aurignaciens de l’abri Pataud, les Eyzies-de-Tayac (Dordogne) : étude technologique et typologique, thèse de doctorat, Paris, Institut de Paléontologie Humaine, inédit.

Chiotti L. 2002 – La production d’éclats dans l’Aurignacien ancien de l’abri Pataud, les Eyzies-de-Tayac, Dordogne, in Bon F., Maíllo-Fernández J.M., Ortega Cobos D. (dir.), Autour des concepts de Protoaurignacien, d’Aurignacien initial et ancien. Unité et variabilité des comportements techniques des premiers groupes d’Hommes modernes dans le sud de la France et le nord de l’Espagne, Madrid, UNED (Espacio, Tiempo y Forma. Serie I, Prehistoria y Arqueología), p. 195-214.

Chiotti L. 2003 – Les productions lamellaires dans l’Aurignacien de l’abri Pataud, Les Eyzies-de-Tayac (Dordogne), Gallia Préhistoire, 45, p. 113-156, [en ligne] https://doi.org/10.3406/galip.2003.2037

Christensen M. 1999 – Technologie de l’ivoire au Paléolithique supérieur. Caractérisation physico-chimique du matériau et analyse fonctionnelle des outils de transformation, Oxford, BAR Publishing (BAR International Series 751).

Clarke D. 1978 – Analytical archaeology, London, Methuen.

Conard N.J. 2003 – Palaeolithic ivory sculptures from Southwestern Germany and the origins of figurative art, Nature, 426, p. 830-832, [en ligne] https://doi.org/10.1038/nature02186

Conard N.J. 2009 – A female figurine from the basal Aurignacian of Hohle Fels Cave in southwestern Germany, Nature, 459, p. 248-252, [en ligne] https://doi.org/10.1038/nature07995

Conard N.J., Bolus M. 2003 – Radiocarbon dating the appearance of modern humans and timing of cultural innovations in Europe: new results and new challenges, Journal of Human Evolution, 44 (3), p. 331-371, [en ligne] https://doi.org/10.1016/s0047-2484(02)00202-6

Conard N.J., Dippon G., Goldberg P. 2003 – Chronostratigraphy and archaeological context of the Aurignacian deposits at Geissenklösterle, in Zilhão J., d’Errico F. (dir.), The chronology of the Aurignacian and of the transitional technocomplexes. Dating, stratigraphies, cultural implications, Lisbon, Instituto Português de Arqueologia, (Trabalhos de Arqueologia 33), p. 165-176

Conard N.J., Malina M., Münzel S., Seeberger F. 2004 – Eine Mammutelfenbeinflöte aus dem Aurigncien des Geissenklösterle. Neue Belege für eine musikalische Tradition im frühen Jungpaläolithikum auf der Schwäbischen Alb, Archaölogisches Korrespondenzblatt, 34, p. 447-462.

Connet N., 2002 – Le Châtelperronien : réflexions sur l’unité et l’identité techno-économique de l’industrie lithique. L’apport de l’analyse diachronique des industries lithiques des couches châtelperroniennes de la grotte du Renne à Arcy-sur-Cure (Yonne), thèse de doctorat, Lille, Université de Lille I, inédit.

Connet N. 2019a – La production lithique châtelperronienne de la grotte du Renne à Arcy-sur-Cure (Yonne, France), fouilles André Leroi-Gourhan, in Julien M., David F., Girard M., Roblin-Jouve A. (dir.), Le Châtelperronien de la grotte du Renne (Arcy-sur-Cure, Yonne, France), Paléo, numéro spécial, p. 431-504.

Connet N. 2019 b – Approche taphonomique, les limites de l’exercice 50 ans après les fouilles, in Julien M., David F., Girard M., Roblin-Jouve A. (dir.), Le Châtelperronien de la grotte du Renne (Arcy-sur-Cure, Yonne, France), Les Eyzies, Musée national de Préhistoire (Paléo, numéro spécial), p. 505-525.

Coon C.S. 1962 – The origin of races, New York, Knopf.

Damblon F., Haesaerts P., van der Plicht J. 1996 – New datings and considerations on the chronology of Upper Palaeolithic sites in the Great Eurasiatic Plain, Préhistoire Européenne, 9, p. 177-231.

Davies W. 2007 – Re-evaluating the Aurignacian as an Expression of Modern Human Mobility and Dispersal, in Mellars P., Boyle K., Bar-Yosef O., Stringer C. (dir.), Rethinking the Human Revolution: new behavioural and biological perspectives on the origin and dispersal of modern humans, Cambridge, McDonald Institute for Archaeological Research, p. 263-274.

Davies W., White D., Lewis M., Stringer C. 2015 – Evaluating the transitional mosaic: frameworks of change from Neanderthals to Homo sapiens in eastern Europe, Quaternary Science Reviews,118, p. 211-242, [en ligne] https://doi.org/10.1016/j.quascirev.2014.12.003

Delporte H. (dir.) 1984 – Le grand abri de la Ferrassie. Fouilles 1968-1973, Paris, Éditions du Laboratoire de paléontologie humaine et de préhistoire (Études Quaternaires 7).

Demars P.-Y. 1994 – L’économie du silex au Paléolithique supérieur dans le nord de l’Aquitaine thèse de doctorat d’état, Bordeaux, université Bordeaux I, inédit.

Demars P.-Y., Laurent P. 1992 – Types d’outils lithiques du Paléolithique supérieur en Europe, Paris, CNRS Éditions (Cahiers du Quaternaire 7).

Demidenko Y.E., Škrdla P. 2023 – Lincombian-Ranisian-Jerzmanowician industry and South Moravian sites: a Homo sapiens Late Initial Upper Paleolithic with Bohunician industrial generic roots in Europe, Journal of Paleolithic Archaeology, 6 (17), [en ligne] https://doi.org/10.1007/s41982-023-00142-2

Demidenko Y., Škrdla P., Rácz B., Nemergut A., Béres S. 2021 – The Aurignacian in the Carpathian basin of Eastern Central Europe and its Proto-Aurignacian industry type, in Dobrescu R., Boroneant A., Dobos A. (dir.), Scripta Praehistorica. Miscellanea in honorem Maria Bitri dicata, Târgoviste, Editura Cetatea de Scaun (Suppl. Materiale şi cercetări arheologice), p. 141-182, [en ligne] https://doi.org/10.3406/mcarh.2021.2207

d’Errico F. 2003 – The invisible frontier. A multiple species model for the origin of behavioral modernity, Evolutionary Anthropology, 12 (4), p. 188-202, [en ligne] https://doi.org/10.1002/evan.10113

d’Errico F., Zilhão J., Baffier D., Julien M., Pelegrin J. 1998 – Neanderthal acculturation in western Europe? A critical review of the evidence and its interpretation, Current Anthropology, 39, p. 1-44, [en ligne] http://dx.doi.org/10.1086/204689

Deschamps M., Flas D. 2019 – Paléolithique moyen récent et Paléolithique supérieur initial en contexte montagnard : les industries lithiques de Gatzarria et leurs implications régionales, in Deschamps M., Costamgno S., Milcent P.-Y., Pétillon J.-M., Renard C., Valdeyron N. (dir.), La conquête de la montagne : des premières occupations humaines à l’anthropisation du milieu, Paris, Éditions du CTHS, [en ligne] https://doi.org/10.4000/books.cths.6302

Devièse T., Karavanic I., Comeskey D., Kubiak C., Korlevic P., Hajdinjak M., Radovic S., Procopio N., Buckley M., Pääbo S., Higham T. 2017 – Direct dating of Neanderthal remains from the site of Vindija Cave and implications for the Middle to Upper Paleolithic transition, PNAS, 114 (40), p. 10606-10611, [en ligne] https://doi.org/10.1073/pnas.1709235114

Devièse T., Abrams G., Hajdinjak M., Pirson S., de Groote I., di Modica K., Toussaint M., Fisher V., Comeskey D., Spindler L., Meyer M., Semal P., Higham T. 2021 – Reevaluating the timing of Neanderthal disappearance in Northwest Europe, PNAS, 118 (12), e2022466118, [en ligne] https://doi.org/10.1073/pnas.2022466118

Dinnis R., Bessudnov A., Chiotti L., Flas D., Michel A. 2019a – Thoughts on the Structure of the European Aurignacian, with Particular Focus on Hohle Fels IV, Proceedings of the Prehistoric Society, 85, p. 29-60, [en ligne] https://doi.org/10.1017/ppr.2019.11

Dinnis R., Bessudnov A., Reynolds N., Devièse T., Pate A., Sablin M., Sinitsyn A., Higham T. 2019b – New date for the Early Upper Paleolithic of Kostenki (Russia), Journal of Human Evolution, 127, p. 21-40, [en ligne] https://doi.org/10.1016/j.jhevol.2018.11.012

Discamps E., Soulier M.-C., Bachellerie F., Bordes J.-G., Castel J.-C., Morin E 2014 – Des faunes et des hommes : interactions entre environnements et cultures à la fin du Paléolithique moyen et au début du Paléolithique supérieur dans le Sud-Ouest de la France, in Jaubert J., Fourment N., Depaepe P., Thiébaut C., Costamagno S., Claud E. (dir.), Transitions, ruptures et continuité en Préhistoire. Actes du XXVIIe Congrès Préhistorique de France, Bordeaux-Les Eyzies, Paris, Société préhistorique française (Congrès préhistoriues de France 27), p. 299-314.

Discamps E., Gravina B., Teyssandier N. 2015 – In the eye of the beholder: contextual issues for Bayesian modelling at the Middle-to-Upper Palaeolithic transition, World Archaeology, 47 (4), p. 601-621, [en ligne] https://doi.org/10.1080/00438243.2015.1065759

Discamps E., Gravina B., Teyssandier N. 2018 – Reply to: “In the eyes of the beholder: contextual issues for Bayesian modelling at the Middle-to-Upper Paleolithic transition”, by Discamps, Gravina and Teyssandier (2015). World Archaeology, 51 (1), p. 126-133, [en ligne] https://doi.org/10.1080/00438243.2017.1329026

Djindjian F. 2002 – Cinquante années de recherches sur les débuts de l’Aurignacien en Europe occidentale, in Bon F., Maíllo-Fernández J.M., Ortega Cobos D. (dir.), Autour des concepts de Protoaurignacien, d’Aurignacien initial et ancien. Unité et variabilité des comportements techniques des premiers groupes d’Hommes modernes dans le sud de la France et le nord de l’Espagne, Madrid, UNED (Espacio, Tiempo y Forma. Serie I, Prehistoria y Arqueología), p. 17-38.

Douka K., Perlès C., Valladas H., Vanhaeren M., Hedges R.E.M. 2011 – Franchthi Cave revisited: the age of the Aurignacian in south-eastern Europe, Antiquity, 85 (330), p. 1131-1150, [en ligne] https://doi.org/10.1017/S0003598X00061962

Douka K., Higham T.F.G., Wood R., Boscato P., Gambassini P., Karkanas P., Peresani M., Ronchitelli A.M. 2014 – On the chronology of the Uluzzian, Journal of Human Evolution, 68, p. 1-13, [en ligne] https://doi.org/10.1016/j.jhevol.2013.12.007

Doyon L. 2020 – The cultural trajectories of Aurignacian osseous projectile points in Southern Europe: insights from geometric morphometrics, Quaternary International, 551, p. 63-84, [en ligne] https://doi.org/10.1016/j.quaint.2018.12.010

Duarte C., Mauricio J., Pettitt P.B., Souto P., Trinkaus E., van der Plicht H., Zilhão J. 1999 – The early Upper Paleolithic human skeleton from the Abrigo do Lagar Velho (Portugal) and modern human emergence in Iberia, PNAS, 96 (13), p. 7604-7609, [en ligne] https://doi.org/10.1073/pnas.96.13.7604

Dyble M., Salali G.D., Chaudhary N., Page A., Thompson J., Vinicius L., Mace R., Migliano A.B. 2015 – Sex equality can explain the unique social structure of hunter-gatherer bands, Science, 348 (6236), p. 796-798, [en ligne] https://doi.org/10.1126/science.aaa5139

Eizenberg L. 2006 – Le rôle de l’Aurignacien archaïque dans les phases initiales du Paléolithique supérieur. Apports des industries lithiques de la grotte des Abeilles (Haute-Garonne), mémoire de DEA, Toulouse, Université de Toulouse II – Le Mirail, inédit.

Faivre J.-P. 2012 – A material anecdote but technical reality. Bladelet and small blade production during the recent Middle Paleolithic at Combe Grenal rock shelter, Lithic Technology, 37 (1), p. 5-25, [en ligne] http://dx.doi.org/10.1179/lit.2012.37.1.5

Falcucci A., Conard N.J. Peresani M. 2017 – A critical assessment of the Protoaurignacian lithic technology at Fumane Cave and its implications for the definition of the earliest Aurignacian, PLoS One, 12 (12), e0189241, [en ligne] https://doi.org/10.1371/journal.pone.0189241

Falcucci A., Peresani M., Roussel M., Normand C., Soressi M. 2016 – What’s the point? Retouched bladelet variability in the Protoaurignacian. Results from Fumane, Isturitz, and Les Cottés, Archaeological and Anthropological Sciences, 10 (3), p. 539-554, [en ligne] https://doi.org/10.1007/s12520-016-0365-5

Falcucci A., Conard N.J., Peresani M. 2020 – Breaking through the Aquitaine frame: a re-evaluation on the significance of regional variants during the Aurignacian as seen from a key record in Southern Europe, Journal of Anthropological Sciences, 98, p. 99-140, [en ligne] https://doi.org/10.4436/jass.98021

Felgenhauer F. 1956-1959 – Willendorf in der Wachau. Monographie der Paläolith-Fundstellen I-VII, Vienne, Académie autrichienne des sciences (Mitteilungen der Prähistorischen Kommission der Österreichischen Akademie der Wissenschaften).

Fewlass H., Talamo S., Wacker L., Kromer B., Tuna T., Fagaut Y., Bard E., McPherron S., Aldeias V., Maria R., Martisius N.L., Paskulin L., Rezek Z., Sinet-Mathiot V., Sirakova S., Smith G.M., Spasov R., Welker F., Sirakov N., Tsanova T., Hublin J.-J. 2020 – A 14C chronology for the Middle to Upper Palaeolithic transition at Bacho Kiro cave, Bulgaria, Nature Ecology & Evolution, 4, p. 794-801, [en ligne] https://doi.org/10.1038/s41559-020-1136-3

Flas D. 2011a – The Middle to Upper Paleolithic transition in Northern Europe: the Lincombian-Ranisian-Jerzmanovician and the issue of acculturation of the last Neanderthals, World Archaeology, 43 (4), p. 605-627, [en ligne] http://dx.doi.org/10.1080/00438243.2011.624725

Flas D. 2011 b – Les pointes foliacées et les changements techniques autour de la transition du Paléolithique moyen au supérieur dans le Nor-Ouest de l’Europe, in Toussaint M., di Modica K., Pirson S. (dir.), Le Paléolithique moyen en Belgique. Mélanges Marguerite Ulrix-Closset, Liège, Presses universitaires de Liège (ERAUL 128), p. 261-276.

Fu Q., Li H., Moorjani P., Jay F., Slepchenko S.M., Johnson P.L.F., Petri A.A., Prüfer K., de Filippo C., Meyer M., Zwyns N., Salazar-Garcia D., Kuzmin Y.V., Keates S.G., Kosintsev P.A., Razhev D.I., Richards M.P., Peristov N.V., Lachmann M., Douka K., Higham T.F.G., Slatkin M., Hublin J.-J., Reich D., Kelso J., Viola T.B., Pääbo S. 2014 – The genome sequence of a 45,000 year old modern human from Western Siberia, Nature, 514, p. 445-449, [en ligne] https://doi.org/10.1038/nature13810

Fu Q., Hajdinjak M., Moldovan O.T., Constantin S., Mallick S., Skolglund P., Patterson N., Rohland N., Lazaridis I., Nickel B., Viola B., Prüfer K., Meyer M., Kelso J., Reich D., Pääbo S. 2015 – An early modern human from Romania with a recent Neanderthal ancestor, Nature, 524, p. 216-219, [en ligne] https://doi.org/10.1038/nature14558

Fu Q., Posth C., Hajdinjak M., Petr M., Mallick S., Fernandes D., Furtwängler A., Hakk W., Meyer M., Mittnik A., Nickel B., Peltzer A., Rohland N., Slon V., Talamo S., Lazaridis I., Lipson M., Mathieson I., Schiffels S., Skoglund P., Derevianko A.P., Drozdov N., Slavinsky V., Tsybankov A., Grifoni Cremonesi R., Mallegni F., Gély B., Vacca E., González Morales M.R., Straus L.G., Neugebauer-Maresch C., Teschler-Nicola M., Constantin S., Teodora Moldovan O., Benazzi S., Peresani M., Coppola D., Lari M., Ricci S., Ronchitelli A., Valentin F., Thevenet C., Wehrberger K., Grigorescu D., Rougier H., Crevecoeur I., Flas D., Semal P., Mannino M.A., Cupillard C., Bocherens H., Conard N.J., Harvati K., Moiseyev V., Drucker D.G., Svoboda J., Richards M.P., Caramelli D., Pinhasi R., Kelso J., Patterson N., Krause J., Pääbo S., Reich D. 2016 – The genetic history of Ice Age Europe, Nature, 534, p. 200-205, [en ligne] https://doi.org/10.1038/nature17993

Gambier D. 1990 – Fossil hominids from the early Upper Palaeolithic (Aurigncian) of France, in Mellars P. (dir.), The emergence of Modern Humans. An archaeological perspective, Edinburgh, Edinburgh University Press, p. 194-211.

Gambier D., Houet F., Tillier A.-M. 1990 – Dents de Font-de-Gaume (Châtelperronien et Aurignacien) et de la Ferrassie (Aurignacien ancien) en Dordogne, PALÉO, 2, p. 143-152, [en ligne] https://doi.org/10.3406/pal.1990.994

Giaccio B., Hajdas I., Isaia R., Deino A., Nomade S. 2017 – High precision 14C and 40Ar39 dating of the Campanian Ignimbrite (Y-5) reconciles the time-scales of climatic-cultural processes at 40 ka, Scientific Reports, 7 (45940), [en ligne] https://doi.org/10.1038/srep45940

Gicqueau A., Schuh A., Henrion J., Viola B., Partiot C., Guillon M., Golovanova L., Doronichev V., Gunz P., Hublin J.-J., Maureille B. 2023 – Anatomically modern humanin the Châtelperronian hominin collection from the Grotte du Renne (Arcy-sur-Cure, Northeast France), Scientific Reports, 13 (12682), [en ligne] https://doi.org/10.1038/s41598-023-39767-2

Goutas N. 2017 – L’exploitation des matières osseuses dans l’Aurignacien ancien de la Salle de Saint-Martin de la grotte d’Isturitz (Pyrénées-Atlantiques) : résultats préliminaires, in Normand C., Cattelain P. (dir.), La grotte d’Isturitz : fouilles anciennes et récentes, Treignes, CEDARC, p. 205-223.

Granger J.-M., Lévêque F. 1997 – Parure castelperronienne et aurignacienne : étude de trois séries inédites de dents percées et comparaisons, Compte Rendu de l’Académie des Sciences de Paris, 325 (7), p. 537-543, [en ligne] https://doi.org/10.1016/S1251-8050(97)89874-6

Gravina B., Bachellerie F., Caux S., Discamps E., Faivre J.-P., Galland A., Michel A., Teyssandier N., Bordes J.-G. 2018 – No reliable evidence for a Neanderthal-Châtelperronian association at La Roche-à-Pierrot, Saint-Césaire, Scientific Reports-Nature, 8 (15134), [en ligne] https://doi.org/10.1038/s41598-018-33084-9

Green R.E., Krause J., Briggs A.W., Maricic T., Stenzel U., Kircher M., Patterson N., Li H., Zhai W., Hansen N., Durand E.Y., Malaspinas A.-S., Jensen J.D., Marques-Bonet T., Alkan C., Prüfer K., Meyer M., Burbano H.A., Good J.M., Schultz R., Aximu-Petri A., Butthof A., Höber B., Höffner B., Siegemund M., Weihmann A., Nusbaum C., Lander E.S., Russ C., Novod N., Affourtit J., Egholm M., Verna C., Rudan P., Brajkovic D., Kucan Ž., Gušic I., Doronichev V.B., Golovanova L.V., Lalueza-Fox C., de la Rasilla M., Fortea J., Rosas A., Schmitz R.W., Johnson P.L.F., Eichler E.E., Falush D., Birney E., Mullikin J.C., Slatkin M., Nielsen R., Kelso J., Lachmann M., Reich D., Pääbo S. 2010 – A Draft Sequence of the Neandertal Genome, Science, 328, p. 710-722, [en ligne] https://doi.org/10.1126%2Fscience.1188021

Grigoletto F., Ortega I., Rios J., Bourguignon L. 2008 – Le Châtelperronien des Vieux Coutets (Creysse, Dordogne). Premiers éléments de réflexion, in Jaubert J., Bordes J.-G., Ortega I. (dir.), Les sociétés du Paléolithique du grand Sud-Ouest de la France : nouveaux gisements, nouveaux résultats, nouvelles méthodes, Paris, Société préhistorique française (Mémoire de la Société préhistorique française 47), p. 245-259.

Grimaldi S., Porraz G., Santaniello F. 2015 – Raw material procurement and land use in the northern Mediterranean Arc: insight from the first Proto-Aurignacian of Riparo Mochi (Balzi Rossi, Italy), Quartär, 61, p. 113-127, [en ligne] https://doi.org/10.7485/QU61_06

Guilbaud M. 1993 – Debitage from the upper castelperronian level at Saint-Césaire: methodological approach and implications for the transition from Middle to Upper Paleolithic, in Lévêque F., Backer A.M., Guilbaud M. (dir.), Context of a late Neandertal: implications of multidisciplinary research for the transition to Upper Paleolithic adaptations at Saint-Césaire, Charente-maritime, France, Madison, Prehistory Press (Monographs in World Archaeology 16), p. 37-58.

Haesaerts P. 1990 – Nouvelles recherches au gisement de Willendorf (Basse-Autriche), Bulletin de l’institut royal des Sciences naturelles de Belgique. Sciences de la Terre, 60, p. 203-218.

Haesaerts P., Teyssandier N. 2003 – The Early Upper Paleolithic occupation of Willendorf II (Lower Austria): a contribution to the chronostratigraphic and cultural context of the beginning of the Upper Paleolithic in central Europe, in Zilhão J., d’Errico F. (dir.), The chronology of the Aurignacian and of the transitional technocomplexes. Dating, stratigraphies, cultural implications, Lisbon, Instituto Português de Arqueologia (Trabalhos de Arqueologia 33), p. 133-151, [en ligne] https://hal.science/hal-00174673

Haesaerts P., Damblon F., Bachner M., Trnka G. 1996 – Revised stratigraphy and chronology of the Willendorf II sequence (Lower Austria), Archaeologia Austriaca, 80, p. 25-42.

Hahn J. 1977 – Aurignacien, das ältere Jungpaläolithikum in Mittel- und Osteuropa, Cologne/Vienne, Böhlau-Verlag.

Hahn J. 1986 – Kraft und Agression. Die Botschaft der Eiszeitkunst im Aurignacien Süddeutschlands? Tubingue, Institut de Préhistoire de l'Université de Tubingue (Archaeologica Venatoria 7).

Hahn J. 1988 – Die Geissenklösterle-Höhle im Achtal bei Balubeuren I. Fundhorizonbildung und Besiedlung im Mittelpaläolithikum und im Aurignacien, Stuttgart, Konrad Theiss Verlag.

Hahn J., Owen L. 1985 – Blade technology in the Aurignacian and Gravettian of Geissenklösterle cave, Southwest Germany, World Archaeology, 17 (1), p. 61-75, [en ligne] https://doi.org/10.1080/00438243.1985.9979950

Hajdinjak M., Mafessoni F., Skov L., Vernot B., Hübner A., Fu Q., Essel E., Nagel S., Nickel B., Richter J., Moldovan O.T., Constantin S., Endarova E., Zahariev N., Spasov R., Welker F., Smith G.M., Sinet-Mathiot V., Paskulin L., Fewlass H., Talamo S., Rezek Z., Sirakova S., Sirakov N., McPherron S.P., Tsanova T., Hublin J.-J., Peter B.M., Meyer M., Skoglund P., Kelso J., Pääbo S. 2021 – Initial Upper Palaeolithic humans in Europe had recent Neanderthal ancestry, Nature, 592, p. 253-257, [en ligne] https://doi.org/10.1038/s41586-021-03335-3

Hamard A. 2019 – Étude typotechnologique de l’industrie lithique de la zone IV-V du site de Sous-le-Roc (Dordogne), mémoire de Master 2, Toulouse, Université Toulouse 2 – Jean Jaurès, inédit.

Harrison S.P., Sanchez Goñi M.F. 2010 – Global patterns of vegetation response to millennial-scale variability and rapid climate change during the last glacial period, Quaternary Science Reviews, 29 (21-22), p. 2957-2980, [en ligne] https://doi.org/10.1016/j.quascirev.2010.07.016

Harrold F.B. 1989 – Mousterian, Châtelperronian and Early Aurignacian in Western Europe: continuity or discontinuity?, in Mellars P., Stringer C. (dir.), The Human revolution: behavioural and biological perspectives on the origin of Modern Humans, Princeton, Princeton University Press, p. 677-713.

Heckel C.E. 2018 – Reconsidering production organization in the Early Upper Palaeolithic: The case for specialized production of Aurignacian beads, Quaternary International, 491, p. 11-20, [en ligne] https://doi.org/10.1016/j.quaint.2017.02.002

Henry-Gambier D., Maureille B., White R. 2004 – Vestiges humains des niveaux de l’Aurignacien ancien du site de Brassempouy (Landes), Bulletins et mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, 16 (1-2), p. 49-87, [en ligne] https://doi.org/10.4000/bmsap.834

Higham T.F.G., Jacobi R.M., Bronk Ramsey C. 2006 – AMS radiocarbon dating of ancient bone using ultrafiltration, Radiocarbon, 48 (2), p. 179-195, [en ligne] https://doi.org/10.1017/S0033822200066388

Higham T.F.G., Jacobi R.M., Julien M., David F., Basell L., Woor R.E., Davies W., Bronk Ramsey C., Ramsey C.B. 2010 – Chronology of the Grotte du Renne (France) and implications for the context of ornaments and human remains within the Châtelperronian, PNAS, 107 (47), p. 20234-20239, [en ligne] https://doi.org/10.1073/pnas.1007963107

Higham T., Jacobi R., Basell L., Bronk Ramsey C., Chiotti L., Nespoulet R. 2011 – Precision dating of the Palaeolithic: a new radiocarbon chronology for the Abri Pataud (France), a key Aurignacian sequence, Journal of Human Evolution, 61 (5), p. 549-563, [en ligne] https://doi.org/10.1016/j.jhevol.2011.06.005

Higham T., Basell L., Jacobi R., Wood R.E., Ramsey C.B., Conard N.J. 2012 – Testing models for the beginnings of the Aurignacian and the advent of figurative art and music: The radiocarbon chronology of Geissenklösterle, Journal of Human Evolution, 62 (6), p. 664-676, [en ligne] https://doi.org/10.1016/j.jhevol.2012.03.003

Hoffecker J.F. 2009 – The spread of modern humans in Europe, PNAS, 106 (38), p. 16040-16045, [en ligne] https://doi.org/10.1073/pnas.0903446106

Hoffmann D.L., Angelucci D.E., Villaverde V., Zapata J., Zilhão J. 2018 – Symbolic use of marine shells and mineral pigments by Iberian Neandertals 115,000 years ago, Science Advances, 4 (2), [en ligne] https://doi.org/10.1126/sciadv.aar5255

Hublin J.-J. 2000 – Modern-nonmodern hominid interactions: a Mediterranean perspective, in Bar-Yosef O., Pilbeam D. (dir.), The geography of Neandertals and modern humans in Europe and the Greater Mediterranean, Cambridge, Peabody Museum Press, p. 157-182.

Hublin J.-J. 2010 – Les restes humains, in Otte M. (dir.), Les Aurignaciens, Paris, Errance, p. 95-112.

Hublin J.-J. 2012 – The earliest modern human colonization of Europe, PNAS, 109 (34), p. 13471-13472, [en ligne] https://doi.org/10.1073/pnas.1211082109

Hublin J.-J. 2015 – The modern human colonization of western Eurasia: When and where?, Quaternary Science Reviews, 118, p. 194-210, [en ligne] https://doi.org/10.1016/j.quascirev.2014.08.011

Hublin J.-J., Spoor F., Braun M., Zonneveld F., Condemi S. 1996 – A late Neanderthal associated with Upper Palaeolithic artefacts, Nature, 381 (6579), p. 224-226, [en ligne] https://doi.org/10.1038/381224a0

Hublin J.-J., Talamo S., Julien M., David F., Connect N., Bodu P., Vandermeersch B., Richards M.P. 2012 – Radiocarbon dates from the Grotte du Renne and Saint-Césaire support a Neandertal origin for the Châtelperronian, PNAS, 109 (46), p. 18743-18748, [en ligne] https://doi.org/10.1073/pnas.1212924109

Hublin J.-J., Ben-Ncer A., Bailey S., Freidline S.E., Neubauer S., Skinner M.M., Bergmann I., Le Cabec A., Benazzi S., Harvati K., Gunz P. 2017 – New fossils from Jebel Irhoud, Morocco and the pan-African origin of Homo sapiens, Nature, 546, p. 289-292, [en ligne] https://doi.org/10.1038/nature22336

Hublin J.-J., Sirakov., Aldeias V., Bailey S., Bard E., Delvigne V., Endarova E., Fagault Y., Fewlass H., Hajdinjak M., Kromer B., Krumov I., Merreiros J., Martisius N.L., Paskulin L., Sinet-Mathiot V., Meyer M., Paääbo S., Popov V., Rezek Z., Sirakova S., Skinner M.M., Smith G.M., Spasov R., Talamo S., Tuna T., Wacker L., Welker F., Wilcke A., Zahariev N., McPherron S.P., Tsanova T. 2020 – Initial Upper Palaeolithic Homo sapiens from Bacho Kiro cave, Bulgaria, Nature, 581, p. 299-302, [en ligne] https://doi.org/10.1038/s41586-020-2259-z

Hublin J.-J., Mylopotamitaki D., Fewlass H., Irene Zavala E., Rougier H., Sümer A.P., Hajdinjak M., Smith G.M., Ruebens K., Sinet-Mathiot V. et al. 2023 – Who were the makers of the Lincombian-Ranisian-Jerzmanowician? New evidence from the site of Ilsenhöhle in Ranis (Germany), Paper presented at the 13th ESHE conference, ESHE abstracts, 59.

Julien M., Baffier D., Liolios D. 2002 – L’outillage en matières dures animales, in Schmider B. (dir.), L’Aurignacien de la Grotte du Renne, les fouilles d’André Leroi-Gourhan à Arcy-sur-Cure (Yonne), Paris, CNRS Éditions (Suppl. Gallia Préhistoire 34), p. 215-250.

Julien M., David F., Girard M., Roblin-Jouve A. (dir.) 2019 – Le Châtelperronien de la grotte du Renne (Arcy-sur-Cure, Yonne, France). Les fouilles d’André Leroi-Gourhan (1949-1963), Les Eyzies, Musée national de Préhistoire (PALÉO, numéro spécial).

Julien M., Vanhaeren M., d’Errico F. 2019 – Armes et outils en matières dures animales, in Julien M., David F., Girard M., Roblin-Jouve A. (dir.), Le Châtelperronien de la grotte du Renne (Arcy-sur-Cure, Yonne, France), Les Eyzies, Musée national de Préhistoire (PALÉO, numéro spécial), p. 139-196.

Kadowaki S., Omori T., Nishiaki Y. 2015 – Variability in Early Ahmarian lithic technology and its implication for the model of a Levantine origin of the Protoaurignacian, Journal of Human Evolution, 82, p. 67-87, [en ligne] https://doi.org/10.1016/j.jhevol.2015.02.017

Kelly R.L. 1995 – The foraging spectrum: Diversity in hunter-gatherer lifeways, Washington D.C., Smithsonian Institution Press.

Kelly R. 2003 – Colonization of new land by hunter-gatherers: Expectations and impli­cations based on ethnographic data, in Rockman M., Steele J. (dir.), Colonization of Unfamiliar Landscapes: The Archaeology of Adaptation, Londres, Routledge, p. 44-58.

Koumouzelis M., Ginter B., Kozlowski J.K., Pawlikowski M., Bar-Yosef O., Albert R.M., Storzewicz E., Wojtal P., Lipecki G., Tomek T., Pazdur A. 2001 – The early Upper Palaeolithic in Greece: the excavations in Klissoura cave, Journal of Archaeological Science, 28 (5), p. 515-539, [en ligne] https://doi.org/10.1006/jasc.2000.0599

Kozlowski J.K. (dir.). 1982 – Excavations in the Bacho Kiro cave (Bulgaria): final report, Warszawa, Polish Scientific Publishers.

Kuhlwilm M., Gronau I., Hubisz M., de Filippo C., Prado-Martinez J., Kircher M., Fu Q., Burbano H. A., Lalueza-Fox C., de la Rasilla M., Rosas A., Rudan P., Brajkovic D., Kucan Z., Gusic I., Marques-Bonet T., Andrés A.M., Viola B., Pääbo S., Meyer M., Siepel A., Castellano S. 2016 – Ancient gene flow from early modern humans into Eastern Neanderthals, Nature, 530, p. 429-433, [en ligne] https://doi.org/10.1038/nature16544

Kuhn S.L. 2019 – Initial Upper Paleolithic: A (near) global problem and a global opportunity, Archaeological Research in Asia, 17, p. 2-8, [en ligne] https://doi.org/10.1016/j.ara.2018.10.002

Kuhn S.L., Stiner M.C., Gülec E. 1999 – Initial Upper Palaeolithic in south-central Turkey and its regional context: a preliminary report, Antiquity, 73 (281), p. 505-517, [en ligne] https://doi.org/10.1017/S0003598X00065066

Laplace G. 1966 – Recherches sur l’origine et l’évolution des complexes leptolithiques, Paris, Éditions de Boccard.

Laplace G., Barandiaran I., Saenz de Buruaga A., Altuna J. 2006 – Les Aurignaciens pyrénéens des Abeilles et méditerranéen de Régismont-Le-Haut. Analyse typologique et paléontologique, Les Eyzies-de-Tayac, Musée national de Préhistoire.

Larena M., McKenna J., Sanchez-Quinto F., Bernahrdsson C., Ebeo C., Reyes R., Casel O., Huang J.Y., Pullupul Hagada K., Guilay D., Reyes J., Allian F.P., Mori V., Hagada K.P., Manera A., Terando C., Jamero L. Jr, Sireg G., Manginsay-Tremedal R., Labos M.S., Vilar R.D., Latiph A., Saway R.L., Marte E., Magbanua P., Morales A., Java I., Reveche R., Barrios B., Burton E., Salon J.C., Tuazon Kels M.J., Albano A., Cruz-Angeles R.B., Molanida E., Granehäll L., Vicente M., Edlund H., Loo J.-H., Trejaut J., Ho S.Y.W., Reid L., Lambeck K., Malmström H., Schlebusch C., Endicott P., Jakobsson M. 2021 – Philippine Ayta possess the highest level of Denisovan ancestry in the world, Current Biology, 31 (19), p. 4219-4230, [en ligne] https://doi.org/10.1016/j.cub.2021.07.022

Lartet E. 1861 – Nouvelles recherches sur la coexistence de l’homme et de grands mammifères fossiles réputés caractéristiques de la dernière époque géologique, Annales des Sciences naturelles II, Zoologie, 15, p. 177-253.

Le Brun-Ricalens F. 1990 – L’occupation aurignacienne d’Hui (Beauville, Lot-et-Garonne). Présentation, problématique et premiers résultats, Bulletin de la Société préhistorique française, 87 (9), p. 275-282, [en ligne] https://doi.org/10.3406/bspf.1990.9448

Le Brun-Ricalens F. 1993 – Réflexions préliminaires sur le comportement litho- technologique et l’occupation du territoire du pays des Serres à l’Aurignacien : Le gisement de « Toulousète » à Beauville (Lot et Garonne). Une occupation moustérienne et aurignacienne de plein air, PALÉO, 5, p. 127-153, [en ligne] https://doi.org/10.3406/pal.1993.1108

Le Brun-Ricalens F. 2005 – Chronique d’une reconnaissance attendue. Outils « carénés », outils « nucléïformes » : Nucléus à lamelles. Bilan après un siècle de recherches typologiques, technologiques et tracéologiques, in Le Brun-Ricalens F., Bordes J.-G., Bon F. (dir.), Productions lamellaires attribuées à l’Aurignacien : chaînes opératoires et perspectives technoculturelles, Luxembourg, Musée national d’Histoire et d’Art (ArchéoLogiques, 1), p. 23-72.

Leroi-Gourhan A. 1958 – Étude des restes humains fossiles provenant des Grottes d’Arcy-sur-Cure, Annales de Paléontologie, 44, p. 87-148.

Leroi-Gourhan A. 1965 – Le Châtelperronien : problèmes ethnologiques, in Hommage à l’Abbé Breuil, Barcelona, Instituto de Prehistoria y Arqueologia, p. 75-81.

Leroi-Gourhan A. 1982 – La grotte du Renne à Arcy-sur-Cure, in Les habitats du Paléolithique supérieur, Paris, CNRS Éditions, p. 235-240.

Leroy-Prost C. 1979 – L’industrie osseuse aurignacienne. Essai régional de classification : Poitou, Charentes, Périgord, Gallia Préhistoire, 22 (1), p. 205-370, [en ligne] https://doi.org/10.3406/galip.1979.1624

Lévêque F., Vandermeersch B. 1980 – Découverte de restes humains dans un niveau castelperronien à Saint-Césaire (Charente-Maritime), Comptes Rendus de l’Académie des Sciences de Paris, 291, p. 187-189.

Lévêque F., Backer A.M., Guilbaud M.-D. 1993 – Context of a Late Neandertal. Implications of multidisciplinary research for the transition to Upper Palaeolithic adaptations at Saint-Césaire, Charente-Maritime, France, Madison, Prehistory Press (Monographs in World Archaeology 16).

Liolios D. 1999 – Variabilité et caractéristiques du travail des matières osseuses au début de l’Aurignacien : approche technologique et économique, thèse de doctorat, université Paris X – Nanterre, inédit.

Lhomme G. 1983 – Un nouveau gisement paléolithique dans la moyenne vallée du Rhône : l’abri des Pêcheurs à Casteljau (Ardèche), in Congrès Préhistorique de France, Compte rendu de la session XXIe, Paris, Société Préhistorique Française, p. 182-188.

Maillo-Fernandez J.-M. 2002 – Tecnología lítica en el Auriñaciense arcaico de Cueva Morín (Villanueva de Villaescusa, Cantabria), in Bon F., Maíllo-Fernández J.M., Ortega Cobos D. (dir.), Autour des concepts de Protoaurignacien, d’Aurignacien initial et ancien. Unité et variabilité des comportements techniques des premiers groupes d’Hommes modernes dans le sud de la France et le nord de l’Espagne, Madrid, UNED (Espacio, Tiempo y Forma, Serie I, Prehistoria y Arqueología 15), p. 87-116, [en ligne] https://doi.org/10.5944/etfi.15.2002.4739

Marks A.E., Volkman P. 1983 – Changing core reduction strategies: A technological shift from the Middle to the Upper Paleolithic in the southern Levant, in Trinkaus E. (dir.), The Mousterian legacy: Human biocultural change in the Upper Pleistocene, Oxford, BAR Publishing (BAR International Series 164), p. 13-34.

Maureille B., Hublin J.-J. 2019 – L’Homme Châtelperronien de la grotte du Renne et l’inventaire des vestiges humains des grottes d’Arcy-sur-Cure, in Julien M., David F., Girard M., Roblin-Jouve A. (dir.), Le Châtelperronien de la grotte du Renne (Arcy-sur-Cure, Yonne, France), Les Eyzies, Musée national de Préhistoire (PALÉO, numéro spécial), p. 365-408, [en ligne] https://hal.science/hal-02330349

Maureille B., Henry-Gambier D., Rougier H. 2007 – Les restes humains, in Bordes J.-G., Le Brun-Ricalens F. (dir.), Le Piage (Fajoles, Lot), rapport d’opération de fouille programmée, 1re triennale, 2004-2006, Toulouse, SRA Midi-Pyrénées, p. 358-381.

McCown T.D., Keith A. 1939 – The Stone age of Mount Carmel. The fossil human remains from the Levalloiso-mousterian, vol. II, Oxford, Oxford University Press.

Mellars P. 1999 – The Neanderthal problem continued, Current Anthropology, 40 (3), p. 341-350, [en ligne] https://doi.org/10.1086/200024

Mellars P. 2004 – Neanderthals and the modern human colonization of Europe, Nature, 432, p. 461-465, [en ligne] https://doi.org/10.1038/nature03103

Mellars P. 2005 – The impossible coincidence. A single-species model for the origins of modern human behavior in Europe, Evolutionary Anthropology, 14 (1), p. 12-27, [en ligne] https://doi.org/10.1002/evan.20037

Mellars P. 2006 – Archeology and the dispersal of modern humans in Europe: deconstructing the “Aurignacian”, Evolutionary Anthropology, 15 (1), p. 167-182, [en ligne] https://doi.org/10.1002/evan.20103

Mellars P., Gravina B., Bronk Ramsey C. 2007 – Confirmation of Neanderthal/modern human interstratification at the Châtelperronian type-site, PNAS, 104 (9), p. 3657-3662, [en ligne] https://doi.org/10.1073/pnas.0608053104

Metz L. 2015 – Néandertal en armes ? Des armes et de l’arc, au tournant du 50ème millénaire en France méditerranéenne, thèse de doctorat, université Aix-Marseille, inédit.

Mével L. 2002 – La couche VI de la grotte du Renne à Arcy-sur-Cure (Yonne) : analyse de l’industrie lithique, mémoire de maîtrise, université Paris X-Nanterre, inédit.

Michel A. 2010 – L’Aurignacien récent (post-ancien) dans le Sud-Ouest de la France : variabilité des productions lithiques. Révision taphonomique et techno-économique des sites de Caminade-Est, abri Pataud, Roc-de-Combe, Le Flageolet I, La Ferrassie et Combemenue, thèse de doctorat, université de Bordeaux I, inédit.

Mons L. 1981 – L’industrie osseuse du gisement du Piage, in Champagne F., Espitalié R. (dir.), Le Piage, site préhistorique du Lot, Paris, Société préhistorique française (Mémoires de la Société préhistorique française, 15), p. 135-146.

Morales J.I., Cebrià A., Burguet-Coca A., Fernandez-Marchena J.L., Garcia-Argudo G., Rodriguez-Hidalgo A., Soto M., Talamo S., Tejero J.M., Fullola J.M. 2019 – The Middle-to-Upper Palaeolithic transition occupations from Cova Foradada (Calafell, NE Iberia), PLoS One, 14 (5), e0215832, [en ligne] https://doi.org/10.1371/journal.pone.0215832

Moreau L. 2012 – Le Gravettien ancien d’Europe centrale revisité : mise au point et perspectives, L’Anthropologie,116 (5), p. 609-638, [en ligne] https://doi.org/10.1016/j.anthro.2011.10.002

Mussi M., Gioia P., Negrino F. 2006 – Ten small sites: the diversity of the Italian Aurignacian, in Bar-Yosef O., Zilhão J. (dir.), Towards a definition of the Aurignacian, Lisbonne, Instituto Portuguese de Arqueologia (Trabalhos de Arqueologia 45), p. 189-209.

Nielsen R., Akey J.M., Jakobsson M., Pritchard J.K., Tishkoff S., Willerslev E. 2017 – Tracing the peopling of the world through genomics, Nature, 541, p. 302-310, [en ligne] https://doi.org/10.1038/nature21347

Nigst P.R., Haesaerts P. 2012 – L’Aurignacien en Basse Autriche : résultats préliminaires de l’analyse technologique de la couche culturelle 3 de Willendorf II et ses implications pour la chronologie du Paléolithique supérieur ancien en Europe centrale, L’Anthropologie, 116 (4), p. 575-608, [en ligne] https://doi.org/10.1016/j.anthro.2011.10.004

Nigst P.R., Viola B., Haesaerts P., Blockley S., Damblon F., Franck C., Fuchs M., Götzinger M., Hambach U., Mallol C., Moreau L., Niven L., Richards M., Richter D., Zöller L., Trnka G., Hublin J.-J. 2008a – New research on the Aurignacian of central Europe: a first note on the 2006 fieldwork at Willendorf II, Quartär, 55, p. 9-15.

Nigst P.R., Viola B., Haesaerts P., Blockley S., Damblon F., Franck C., Götzinger M., Hambach U., Mallol C., Moreau L., Niven L., Richter D., Richards M., Zöller L., Hublin J.-J., Trnka G. 2008b – Neue Forschungen in Willendorf II : ein Vorbericht über die Grabung 2006, Mitteilungen der Anthropologischen Gesellschaft in Wien, 138, p. 79-88.

Nigst P.R., Haesaerts P., Damblon F., Frank-Fellner C., Mallol C., Viola B., Götzinger M., Niven L., Trnka G., Hublin J.-J. 2014 – Early modern human settlement of Europe north of the Alps occurred 43,500 years ago in a cold steppe-type environment, PNAS, 111 (40), p. 4394-14399, [en ligne] https://doi.org/10.1073/pnas.1412201111

Normand C. 2002, – L’Aurignacien de la salle de Saint- Martin (grotte d’Isturitz, com­mune de Saint-Martin d’Arberoue, Pyrénées-Atlantiques) : données préliminaires sur l’industrie lithique recueillie lors des campagnes 2000-2002. Cinquante années de recherches sur les débuts de l’Aurignacien en Europe occidentale, in Bon F., Maíllo-Fernández J.M., Ortega Cobos D. (dir.), Autour des concepts de Protoaurignacien, d’Aurignacien initial et ancien. Unité et variabilité des comportements techniques des premiers groupes d’Hommes modernes dans le sud de la France et le nord de l’Espagne, Madrid, UNED (Espacio, Tiempo y Forma, Serie I, Prehistoria y Arqueología 15), p. 145-174, [en ligne] http://dx.doi.org/10.5944/etfi.15.2002.4742

Normand C., De Beaune S.A., Costamagno S., Diot M.-F., Henry-Gambier D., Goutas N., Laroulandie V., Lenoble A., O’Farrell M., Rendu W., Rios-Garaizar J., Sschwab C., Tarrino Vinagre A., Texier J.-P., White R 2007 – Nouvelles données sur la séquence aurignacienne de la grotte d’Isturitz (communes d’Isturitz et de Saint-Martin-d’Arberoue ; Pyrénées-Atlantiques), in Un siècle de construction du discours scientifique en Préhistoire. Actes du XXVIe Congrès préhistorique de France, Avignon-Bonnieux, 21-24 septembre 2004, vol. III : « …Aux conceptions d’aujourd’hui », Paris, Société préhistorique française (Congrès préhistoriques de France XXVI), p. 277-293, [en ligne] https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00720561

Normand C., O’Farrell M., Rios-Garaizar J. 2008 – Quelle(s) utilisation(s) pour les productions lamellaires de l’Aurignacien archaïque ? Quelques données et réflexions à partir des exemplaires de la Grotte d’Isturitz (Pyrénées-Atlantiques ; France), in Pétillon J.-M., Dias Meirinho M.-H., Cattelain P., Honegger M., Normand C., Valdeyron N. (dir.), Recherches sur les armatures de projectiles du Paléolithique supérieur au Néolithique, Toulouse, Presses universitaires du Midi (P@lethnologie 1), p. 7-46, [en ligne] https://doi.org/10.4000/palethnologie.9171

O’Farrell M. 2005 – Étude préliminaire des éléments d’armature lithique de l’Aurignacien ancien de Brassempouy, in Le Brun-Ricalens F., Bordes J.-G., Bon F. (dir.), Productions lamellaires attribuées à l’Aurignacien : chaînes opératoires et perspectives technoculturelles, Luxembourg, Musée national d’Histoire et d’Art (ArchéoLogiques, 1), p. 395-412.

Ortega Cordellat I., Rios J., Ibañez J.-J., Gonzalez J., Boëda É., Sellami F., 2006  L’occupation de l’Aurignacien ancien de Barbas III (Creysse, Dordogne) : résultats préliminaires sur la fonction du site, PALÉO, 18, p. 115-142, [en ligne] https://doi.org/10.4000/paleo.183

Otte M. (dir.) 2010 – Les Aurignaciens, Paris, Éditions Errance.

Pasquini A. 2013 – Les traces de notre passé européen : le Protoaurignacien au début du Paléolithique supérieur : l’éclairage de la tracéologie, thèse de doctorat, université Aix-Marseille, inédit.

Pelegrin J. 1995 – Technologie lithique – Le Châtelperronien de Roc-de-Combe (Lot) et de La Côte (Dordogne), Paris, CNRS Éditions (Cahiers du Quaternaire 20).

Pelegrin J. 2000 – Les techniques de débitage laminaires au Tardiglaciaire : critères de diagnose et quelques réflexions, in Valentin B., Bodu P., Christensen M. (dir.), L’Europe centrale et septentrionale au Tardiglaciaire, Nemours, Association pour la Promotion de la Recherche archéologique en Île-de-France, p. 73-87.

Pelegrin J., O’Farrell M. 2005 – Les lamelles retouchées ou utilisées de Castanet, in Le Brun-Ricalens F., Bordes J.-G., Bon F. (dir.), Productions lamellaires attribuées à l’Aurignacien : chaînes opératoires et perspectives technoculturelles, Luxembourg, Musée national d’Histoire et d’Art (ArchéoLogiques, 1), p. 103-122.

Peresani M., Cristiani E., Romandini M. 2015 – The Uluzzian technology of Grotta di Fumane and its implication for reconstructing cultural dynamics in the Middle-Upper Palaeolithic transition of Western Eurasia, Journal of Human Evolution, 91, p. 36-56, [en ligne] https://doi.org/10.1016/j.jhevol.2015.10.012

Perpère M., Schmider B. 2002 – L’outillage lithique, in Schmider B. (dir.), L’Aurignacien de la Grotte du Renne, les fouilles d’André Leroi-Gourhan à Arcy-sur-Cure (Yonne), Paris, CNRS Éditions (Suppl. Gallia Préhistoire XXXIV), p. 143-195, [en ligne] https://www.persee.fr/doc/galip_0072-0100_2002_sup_34_1_2794

Pesesse D. 2009-2010 – La pointe de Font-Yves et les productions lithiques des derniers Aurignaciens, PALEO, 21, p. 203-222, [en ligne] https://doi.org/10.4000/paleo.1823

Peyrony D. 1933 – Les industries aurignaciennes dans le bassin de la Vézère, Bulletin de la Société préhistorique grançaise, 30 (10), p. 543-559, [en ligne] https://doi.org/10.3406/bspf.1933.6793

Porraz G., Simon P., Pasquini A. 2010 – Identité technique et comportements économiques des groupes proto-aurignaciens à la grotte de l’Observatoire (principauté de Monaco), Gallia Préhistoire, 52, p. 33-59, [en ligne] https://doi.org/10.3406/galip.2010.2470

Posth C., Yu H., Ghalishi A., Rougier H., Crevecoeur I., Huang Y., Ringbauer H., Rohrlach A.B., Nägele K., Villalba-Mouco V. et al. 2023 - Palaeogenomics of Upper Palaeolithic to Neolithic European hunter-gatherers, Nature, 615, p. 117-126, [en ligne] https://doi.org/10.1038/s41586-023-05726-0

Prüfer K., Racimo F., Patterson N., Jay F., Sankararaman S., Sawyer S., Heinze A., Renaud G., Sudmant P.H., Filippo C. de, Li H., Mallick S., Dannemann M., Fu Q., Kircher M., Kuhlwilm M., Lachmann M., Meyer M., Ongyerth M., Siebauer M., Theunert Ch., Tandon A., Moorjani P., Pickrell J., Mullikin J.C., Vohr S.H., Green R.E., Hellmann I., Johnson Ph.L.F., Blanche H., Cann H., Kitzman J.O., Shendure J., Eichler E.E., Lein E.S., Bakken T.E., Golovanova L.V., Doronichev V.B., Shunkov M.V., Derevianko A.P., Viola B., Slatkin M., Reich D., Kelso J., Pääbo S. 2014 – The complete genome sequence of a Neandertal from the Altai mountains, Nature, 505 (7481), p. 43-49, [en ligne] https://doi.org/10.1038/nature12886

Prüfer K., Filippo C. de, Grote S., Mafessoni F., Korlević P., Hajdinjak M., Vernot B., Skov L., Hsieh P., Peyrégne S., Reher D., Hopfe C., Nagel S., Maricic T., Fu Q., Theunert C., Rogers R., Skoglund P., Chintalapati M., Dannemann M., Nelson B.J., Key F.M., Rudan P., Kućan Ž., Gušić I., Golovanova L.V., Doronichev V.B., Patterson N., Reich D., Eichler E.E., Slatkin M., Schierup M.H., Andrés A.M., Kelso J., Meyer M., Pääbo S. 2017 – A high-coverage Neandertal genome from Vindija Cave in Croatia, Science, 358 (6353), p. 655-658, [en ligne] https://doi.org/10.1126/science.aao1887

Prüfer K., Posth C., Yu H., Stoessel A., Spyrou M.A., Devièse T., Mattonai M., Ribechini E., Higham T., Veleminsky P., Bruzek J., Krause J. 2021 – A genome sequence from a modern human skull from Zlaty kun in Czechia, Nature Ecology & Evolution, 5, p. 820-825, [en ligne] https://doi.org/10.1038/s41559-021-01443-x

Quilès A., Valladas H., Bocherens H., Delqué-Kolic E., Kaltnecker E., van der Plicht J., Delannoy J.-J., Feruglio V., Fritz C., Monney J., Philippe M., Tosello G., Clottes J., Genestre J.-M. 2016 – A high-precision chronological model for the decorated Upper Paleolithic cave of Chauvet-Pont d’Arc, Ardèche, France, PNAS, 113 (17), p. 4670-4675, [en ligne] https://doi.org/10.1073/pnas.1523158113

Reimer P.J., Austin W.E.N., Bard E., Bayliss A., Blackwell P.G., Bronk Ramsey C., Butzin M., Cheng H., Friedrich M., Grootes P.M., Guilderson T.P., Hajdas I., Heaton T.J., Hogg A.G., Hughen K.A., Kromer B., Manning S.W., Muscheler R., Palmer J.G., Pearson C., van der Plicht J., Reimer R.W., Richards D.A., Scott E.M., Southon J.R., Turney C.S.M., Wacker L., Adolphi F., Büntgen U., Capano M., Fahrni S.M., Fogtmann-Schulz A., Friedrich R., Köhler P., Kudsk S., Myake F., Olsen J., Reinig F., Sakamoto M., Sookdeo A., Talamo S. 2020 – The IntCal20 Northern Hemisphere radiocarbon age calibration curve (0-55 cal kBP), Radiocarbon 62 (4), p. 725-757, [en ligne] https://doi.org/10.1017/RDC.2020.41

Richter D., Tostevin G., Škrdla P., Davies W. 2009 – New radiometric ages for the Early Upper Palaeolithic type locality of Brno-Bohunice (Czech Republic): comparison of OSL, IRSL, TL and 14C dating results, Journal of Archaeological Science, 36 (3), p. 708-720, [en ligne] https://doi.org/10.1016/j.jas.2008.10.017

Rios-Garaizar J., Arrizabalaga A., Villaluenga A. 2012 – Haltes de chasse du Châtelperronien de la Péninsule ibérique : Labeko Koba et Ekain, Pays basque péninsulaire, L’Anthropologie, 116 (4), p. 532-549, [en ligne] https://doi.org/10.1016/j.anthro.2012.10.001

Roblin-Jouve A. 2019 – Le contexte stratigraphique des occupations châtelperroniennes de la grotte du Renne, in Julien M., David F., Girard M., Roblin-Jouve A. (dir.), Le Châtelperronien de la grotte du Renne (Arcy-sur-Cure, Yonne, France), Les Eyzies, Musée national de Préhistoire (PALÉO, numéro spécial), p. 49-62.

Rougier H., Milota S., Rodrigo R., Gherase M., Sarcina L., Moldovan O., Zilhão J., Constantin S., Franciscus H.G., Zollikofer C.P.E., Ponce de Leon M., Trinkaus E. 2007 – Peştera cu Oase 2 and the cranial morphology of early modern European, PNAS, 104 (4), p. 1165-1170, [en ligne] https://doi.org/10.1073/pnas.0610538104

Roussel M. 2011 – Normes et variations de la production lithique durant le Châtelperronien : la séquence de la Grande-Roche-de-la-Plématrie à Quinçay (Vienne), thèse de doctorat, université Paris Ouest Nanterre – La Défense, inédit.

Roussel M. 2014 – Des lamelles retouchées au Châtelperronien : diffusion d’idées entre derniers Néandertaliens et premiers Hommes modernes migrants, in Otte M., Le Brun-Ricalens F. (dir.), Modes de contacts et de déplacements au Paléolithique eurasiatique, Liège-Luxembourg, Université de Liège-Centre national de Recherche archéologique, Musée national d’histoire et d’art (ERAUL 140, ArchéoLogiques 5), p. 491-510.

Roussel M., Soressi M. 2013 – Une nouvelle séquence du Paléolithique supérieur ancien aux marges sud-ouest du Bassin parisien : les Cottés dans la Vienne, in Bodu P., Chemana L., Klaric L., Mevel L., Soriano S., Teyssandier N. (dir.), Le Paléolithique supérieur ancien de l’Europe du Nord-Ouest : Réflexions et synthèses à partir d’un projet collectif de recherche sur le centre et le sud du Bassin parisien, Paris, Société préhistorique française (Mémoires de la Société préhistorique française 56), p. 283-298.

Roussel M., Soressi M., Hublin J.-J. 2016 – The Châtelperronian conundrum : blade and bladelet lithic technologies from Quinçay, France, Journal of Human Evolution, 95, p. 3-32, [en ligne] https://doi.org/10.1016/j.jhevol.2016.02.003

Ruebens K., Mc Pherron S., Hublin J.-J. 2015 – On the local Mousterian origin of the Châtelperronian: integrating typo-technological, chrono-stratigraphic and contextual data, Journal of Human Evolution, 86, p. 55-91, [en ligne] https://doi.org/10.1016/j.jhevol.2015.06.011

Salomon H. 2019 – Les matières colorantes, in Julien M., David F., Girard M., Roblin-Jouve A. (dir.), Le Châtelperronien de la grotte du Renne (Arcy-sur-Cure, Yonne, France), Les Eyzies, Musée national de Préhistoire (PALÉO, numéro spécial), p. 213-258.

Sankararaman S., Mallick S., Dannemann M., Prüfer K., Kelso J., Pääbo S., Patterson N., Reich D. 2014 – The genomic landscape of Neanderthal ancestry in present-day humans, Nature, 507, p. 354-357, [en ligne] https://doi.org/10.1038/nature12961

Scandiuzzi R. 2008 – Les Tambourets : un gisement châtelperronien de plein air au seuil des Petites Pyrénées. Étude de l’industrie lithique, fouilles H.M. Bricker, 1973, 1975, 1980 (Couladère, Haute-Garonne), mémoire de master, université Toulouse – Le Mirail, inédit.

Scerri E.M.L., Chicki L., Thomas M.G. 2019 – Beyond multiregional and simple out-of-Africa models of human evolution, Nature Ecology & Evolution, 3, p. 1370-1372, [en ligne] https://doi.org/10.1038/s41559-019-0992-1

Shidrang S. 2018 – The Middle to Upper Paleolithic transition in the Zagros: the appearance and avolution of the Baradostian, in Nishiaki Y., Akazawa T. (dir.), The Middle and Upper Paleolithic Archeology of the Levant and Beyond, Singapore, Springer, p. 133-156, [en ligne] https://doi.org/10.1007/978-981-10-6826-3_10

Sikora M., Seguin-Orlando A., Sousa V.C., Albrechtsen A., Korneliussen T., Ko A., Rasmussen S., Dupanloup I., Nigst P.R., Bosch M., Renaud G., Allentoft M.R., Margaryan A., Vasilyev S.V., Veselovskaya E.V., Borutskaya S.B., Deviese T., Comeskey D., Higham T., Manica A., Foley R., Meltzer D.J., Nielsen R., Excoffier L., Mirazon Larh M., Orlando L., Willerslev E. 2017 – Ancient genomes show social and reproductive behavior of early Upper Paleolithic foragers, Science, 358 (6363), p. 659-662, [en ligne] https://doi.org/10.1126/science.aao1807

Sinistsyn A. 2003 – A Palaeolithic “Pompeii” at Kostenki, Russia, Antiquity, 77 (295), p. 9-14, [en ligne] https://doi.org/10.1017/S0003598X00061299

Sirakov N., Tsanova T., Sirakova S., Taneva S., Krumov I., Dimitrova I., Kovatcheva N. 2007 – Un nouveau faciès lamellaire du début du Paléolithique supérieur dans les Balkans, in Spécial table ronde (1re partie) : Le Gravettien : entités régionales d’une paléoculture européenne, Les Eyzies, juillet 2004, Les Eyzies, Musée national de Préhistoire (PALÉO 19), p. 131-144, [en ligne] https://doi.org/10.4000/paleo.565

Sitlivy V., Chabai V., Anghelinu M., Uthmeier T., Kels H., Hilgers A., Schmidt C., Nita L., Baltean I., Veselsky A., Hauck T. 2012 – The earliest Aurignacian in Romania: new investigations at the open air site of Românesti-Dumbravita I (Banat), Quartär, 59, p. 85-130.

Škrdla P. 2003 – Comparisons of Boker-Tachtit and Stranska sklala MP/UP transitional industries, Journal of the Israel Prehistoric Society, 33, p. 37-73, [en ligne] https://www.jstor.org/stable/23380258

Škrdla P. 2017 – Middle-to-Upper Palaeolithic transition in Moravia: new dates, new sites, new ideas, Quaternary International, 450, p. 116-125, [en ligne] https://doi.org/10.1016/j.quaint.2016.07.029

Slimak L. 2007 – Le Néronien et la structure historique du basculement du Paléolithique moyen au Paléolithique supérieur en France méditerranéenne, Comptes Rendus Palevol, 6 (4), p. 301-309, [en ligne] https://doi.org/10.1016/j.crpv.2007.02.004

Slimak L., Pesesse D., Giraud Y. 2002 – La grotte Mandrin et les premières occupations du Paléolithique supérieur en Occitanie orientale, in Bon F., Maíllo-Fernández J.M., Ortega Cobos D. (dir.), Autour des concepts de Protoaurignacien, d’Aurignacien initial et ancien. Unité et variabilité des comportements techniques des premiers groupes d’Hommes modernes dans le sud de la France et le nord de l’Espagne, Madrid, UNED (Espacio, Tiempo y Forma. Serie I, Prehistoria y Arqueología 15), p. 237-259.

Slimak L., Pesesse D., Giraud Y. 2006 – Reconnaissance d’une installation du Protoaurignacien en vallée du Rhône. Implications sur nos connaissances concernant les premiers hommes modernes en France méditerranéenne, Comptes Rendus Palevol, 5 (7), p. 909-917, [en ligne] https://doi.org/10.1016/j.crpv.2006.05.002

Soficaru A., Dobos A., Trinkaus E. 2006 – Early modern humans from Pestera Muierii, Baia de Fier, Romania, PNAS, 103 (46), p. 17196-17201, [en ligne] https://doi.org/10.1073/pnas.0608443103

Sonneville-Bordes D. de 1960 – Le Paléolithique supérieur en Périgord, Bordeaux, Delmas.

Sonneville-Bordes D. de 1966 – L’évolution du Paléolithique supérieur en Europe occidentale et sa signification, Bulletin de la Société préhistorique française, 63 (1), p. 3-34, [en ligne] https://doi.org/10.3406/bspf.1966.4061

Sonneville-Bordes D. de 1972 – Environnement et culture de l’homme du Périgordien ancien dans le sud-ouest de la France : données récentes, in Bordes F. (dir.), Origine de l’Homme moderne. Actes du colloque de Paris, 2-5 septembre 1969, organisé par l’Unesco en collaboration avec l’Union internationale pour l’étude du Quaternaire (INQUA), Paris, UNESCO, p. 141-146, [en ligne] https://unesdoc.unesco.org/ark:/48223/pf0000002277

Soressi M., McPherron S., Lenoir M., Dogandzïć T., Goldberg P., Jacobs Z., Maigrot Y., Martisius M.L., Miller C.E., Rendu W., Richards M., Skinner M.M., Steele T.E., Talamo S., Texier J.-P. 2013 – Neandertals made the first specialized bone tools in Europe, PNAS, 110 (35), p. 14186-14190, [en ligne] https://doi.org/10.1073/pnas.1302730110

Soriano S. 2015 – Le vol des cigognes. Excursion archéologique dans le Paléolithique supérieur levantin sur la piste de l’Homme moderne, mémoire d’habilitation à diriger des recherches, Université Paris-Ouest-Nanterre-La Défense, inédit.

Soulier M.-C. 2013 – Entre alimentaire et technique : l’exploitation animale aux débuts du Paléolithique supérieur. Stratégies de subsistance et chaînes opératoires de traitement du gibier à Isturitz, La Quina aval, Roc-de-Combe et Les Abeilles, thèse de doctorat, Université Toulouse – Le Mirail, inédit.

Soulier M.-C., Goutas N., Normand C., Legrand A., White R. 2014 – Regards croisés de l’archéozoologue et du technologue sur l’exploitation des ressources animales à l’Aurignacien archaïque : l’exemple d’Isturitz (Pyrénées-Atlantiques, France), in Jaubert J., Fourment N., Depaepe P., Thiébaut C., Costamagno S., Claud E. (dir.), Transitions, ruptures et continuité en Préhistoire. Actes du XXVIIe Congrès préhistorique de France, Bordeaux – Les Eyzies, Paris, Société préhistorique française, p. 315-332.

Stecchi H., Bottet B. 1950 – La Baume-Périgaud, commune de Tourrette-Levens (Alpes Maritimes), Bulletin de la Société préhistorique française, 47 (1-2), p. 89-93, [en ligne] https://doi.org/10.3406/bspf.1950.2652

Stiner M.C., Kuhn S.L., Gülec E. 2013 – Early Upper Paleolithic shell beads at Üçağızli cave 1 (Turkey): technology and the socio-economic context of ornament life-histories, Journal of Human Evolution, 64 (5), p. 380-398, [en ligne] https://doi.org/10.1016/j.jhevol.2013.01.008

Strobl J., Obermaier H. 1909 – Die Aurignacienstation von Krems (Niederösterreich), Jahrbuch für Altertumskunde, 3, p. 129-148.

Svoboda J., Bar-Yosef O. (dir.) 2003 – Origins of the Upper Paleolithic in the Brno Basin, Moravia, Czech Republic, Cambridge, Peabody Museum of Archaeology and Ethnology-Harvard University Press (American School of Prehistoric Research Bulletin 47, Dolni Vestonice Studies 10).

Szmidt C., Normand C., Burr G.S., Hodgins G.W.L., LaMotta S. 2010 – AMS 14C dating the Protoaurignacian/Early Aurignacian of Isturitz, France. Implications for Neanderthal-modern human interaction and the timing of technical and cultural innovations in Europe, Journal of Archaeological Science, 37 (4), p. 758-768, [en ligne] https://doi.org/10.1016/j.jas.2009.11.006

Taborin Y. 1998 – Comment to d’Errico F, Zilhão J, Julien M, Baffier D, Pelegrin J. Neandertal acculturation in western Europe? A critical review of the evidence and its interpretation, Current Anthropology, 39, p. 28-9.

Taborin Y. 2002 – Les objets de parure et les curiosa, in Schmider B. (dir.), L’Aurignacien de la grotte du Renne : les fouilles d’André Leroi-Gourhan à Arcy-sur-Cure (Yonne), Paris, CNRS Éditions (Supp. Gallia Préhistoire 34), p. 251-256, [en ligne] https://www.persee.fr/doc/galip_0072-0100_2002_sup_34_1_2800

Tafelmaier Y. 2017 – Technological variability at the beginning of the Aurignacian in northern Spain. Implications for the Proto- and early Aurignacian distinction, Mettmann, Wissenschaftliche Schriften des Neanderthal Museums.

Talamo S., Soressi M., Roussel M., Richards M.P., Hublin J.-J. 2012 – A radiocarbon chronology for the complete Middle to Upper Palaeolithic transitional sequence of Les Cottés (France), Journal of Archaeological Science, 39 (1), p. 175-183, [en ligne] https://doi.org/10.1016/j.jas.2011.09.019

Tartar E. 2009 – De l’os à l’outil : caractérisation technique, économique et sociale de l’utilisation de l’os à l’Aurignacien ancien. Étude de trois sites : l’Abri Castanet (secteurs nord et sud), Brassempouy (grotte des Hyènes et abri Dubalen) et Gatzarria, thèse de doctorat, université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne, inédit.

Tartar E. 2015 – Origine et développement de la technologie osseuse aurignacienne en Europe occidentale : bilan des connaissances actuelles, in White R., Bourrillon R., Bon F. (dir.), Aurignacian Genius. Art, technologie et société des premiers hommes modernes en Europe, Toulouse, Presses universitaires du Midi (P@lethnologie 7), p. 34-56, [en ligne] https://doi.org/10.4000/palethnologie.696

Tartar E., White R. 2013 – The manufacture of Aurignacian split-based points: an experimental challenge, Journal of Archaeological Science, 40 (6), p. 2723-2745, [en ligne] https://doi.org/10.1016/j.jas.2013.02.009

Tartar E., Teyssandier N., Bon F., Liolios D. 2006 – Équipement de chasse, équipement domestique : une distinction efficace ? Réflexion sur la notion d’investissement technique dans les industries aurignaciennes, in Astruc L., Bon F., Léa V., Milcent P.-Y., Philibert S. (dir.), Normes Techniques et Pratiques Sociales. De la simplicité des outillages Pré- et Protohistoriques. XXVIe rencontres internationales d’Archéologie et d’Histoire d’Antibes, Antibes, Éditions APDCA, p. 109-117, [en ligne] https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00175574

Teyssandier N. 2000 – L’industrie lithique aurignacienne du secteur II de Barbas (Creysse, Dordogne) : analyse technique et implications archéologiques, in Boëda E., Guillomet-Malmassari V. (dir.), Des comportements techniques dans la Préhistoire, Nanterre, Société d’Ethnologie (Atelier 20), p. 29-59, [en ligne] https://hal.science/hal-00175549

Teyssandier N. 2003 – Les débuts de l’Aurignacien en Europe. Discussion à partir des sites de Geissenklösterle, Willendorf II, Krems-Hundsteig et Bacho Kiro, thèse de doctorat, université Paris X-Nanterre, inédit.

Teyssandier N. 2006 – Questioning the first Aurignacian: mono or multi cultural phenomenon during the formation of the Upper Paleolithic in Central Europe and the Balkans, Anthropologie, 44 (1), p. 9-29, [en ligne] http://puvodni.mzm.cz/Anthropologie/downloads/articles/2006/Teyssandier_2006_p9-29.pdf

Teyssandier N. 2007a – En route vers l’Ouest – Les débuts de l’Aurignacien en Europe, Oxford, Archeopress (BAR International Series 1638).

Teyssandier N. 2007b – L’émergence du Paléolithique supérieur en Europe : mutations culturelles et rythmes d’évolution, in Spécial table ronde (1re partie) : Le Gravettien : entités régionales d’une paléoculture européenne, Les Eyzies, juillet 2004, Les Eyzies, Musée national de Préhistoire (PALÉO 19), p. 367-390, [en ligne] https://doi.org/10.4000/paleo.702

Teyssandier N. 2008 – Revolution or Evolution? The emergence of the Upper Paleolithic in Europe, World Archaeology, 40 (4), p. 493-519, [en ligne] https://doi.org/10.1080/00438240802452676

Teyssandier N., Liolios D. 2003 – Defining the earliest Aurignacian in the Swabian Alp: the relevance of the technological study of the Geißenklösterle (Blaubeuren, Germany) lithic and organic productions, in Zilhão J., d’Errico F. (dir.), The chronology of the Aurignacian and of the transitional technocomplexes. Dating, stratigraphies, cultural implications, Lisbonne, Instituto Portuguese de Arqueologia (Trabalhos de Arqueologia 33), p. 179-196, [en ligne] https://hal.science/hal-00174666

Teyssandier N., Zilhão J. 2018 – Early, not old: on the entity and antiquity of the Aurignacian at Willendorf II, Journal of Paleolithic Archeology, 1 (1-2), p. 107-138, [en ligne] https://doi.org/10.1007/s41982-017-0004-4

Teyssandier N., Bolus M., Conard N.J. 2006 – The first Aurignacian in Central Europe and its place in an European perspective, in Bar-Yosef O., Zilhão J. (dir.), Towards a definition of the Aurignacian, Lisbonne, Instituto Portuguese de Arqueologia (Trabalhos de Arqueologia 45), p. 241-256.

Teyssandier N., Bon F., Bordes J.-G. 2010 – Within projectile range. Some thoughts on the appearance of the Aurignacian in Europe, Journal of Anthropological Research, 66 (2), p. 209-229, [en ligne] https://www.jstor.org/stable/27820882

Tixier J., Reduron M. 1991 – Et passez au pays des silex : rapportez-nous des lames !, in 25 ans d’études technologiques en Préhistoire, Bilan et perspectives. XIe rencontres internationales d’Archéologie et d’Histoire d’Antibes, Juan-les-Pins, Éditions APDCA, p. 235-243.

Trinkaus E. 2007 – European early modern humans and the fate of Neandertals, PNAS, 104 (18), p. 7367-7372, [en ligne] https://doi.org/10.1073/pnas.0702214104

Trinkaus E., Moldovan O., Milota S., Bîlgar A., Sarcina L., Athrey S., Bailey S.E., Rodrigo R., Mircea G., Higham T., Ramsey C.B., van der Plicht J. 2003 – An early modern human from the Peştera cu Oase, Romania, PNAS, 100 (20), p. 11231-11236, [en ligne] https://doi.org/10.1073/pnas.2035108100

Tsanova T. 2008 – Les débuts du Paléolithique supérieur dans l’Est des Balkans. Réflexion à partir de l’étude taphonomique et techno-économique des ensembles lithiques des sites de Bacho Kiro (couche 11), Temnata (couches VI et 4) et Kozarnika (niveau VII), Oxford, BAR Publishing (BAR International Series 1752).

Tsanova T. 2013 – The beginning of the Upper Paleolithic in the Iranian Zagros. A taphonomic approach and techno-economic comparison of Early Baradostian assemblages from Warwasi and Yafteh (Iran), Journal of Human Evolution, 65 (1), p. 39-64, [en ligne] https://doi.org/10.1016/j.jhevol.2013.04.005

Tsanova T., Bordes J.-G. 2003 – Contribution au débat sur l’origine de l’Aurignacien : principaux résultats d’une étude technologique de l’industrie lithique de la couche 11 de Bacho Kiro, in Tsonev T., Montagnari Kokelj E. (dir.), The humanized mineral world: towards social and symbolic evaluation of prehistoric technologies in South Eastern Europe, Liège, Presses universitaires de Liège (ERAUL 103), p. 41-50.

Tsanova T., Zwyns N., Eizenberg L., Teyssandier N., Le Brun-Ricalens F., Otte M. 2012 – Le plus petit dénominateur commun : réflexion sur la variabilité des ensembles lamellaires du Paléolithique supérieur ancien d’Eurasie. Un bilan autour des exemples de Kozarnika (Est des Balkans) et Yafteh (Zagros central), L’Anthropologie, 116 (4), p. 469-509, [en ligne] https://doi.org/10.1016/j.anthro.2011.10.005

Vanhaeren M., d’Errico F. 2006 – Aurignacian ethno-linguistic geography of Europe revealed by personal ornaments, Journal of Archaeological Science, 33 (8), p. 1105-1128, [en ligne] https://doi.org/10.1016/j.jas.2005.11.017

Vanhaeren M., d’Errico F., Julien M., Mourer-Chauviré C., Lozouet P. 2019 – Les objets de parure, in Julien M., David F., Girard M., Roblin-Jouve A. (dir.), Le Châtelperronien de la grotte du Renne (Arcy-sur-Cure, Yonne, France), Les Eyzies, Musée national de Préhistoire (PALÉO, numéro spécial), p. 259-285, [en ligne] https://hal.science/hal-02412704

Verna C., Dujardin V., Trinkaus E. 2012 – The Early Aurignacian human remains from La Quina-Aval (France), Journal of Human Evolution, 62 (5), p. 605-617, [en ligne] https://doi.org/10.1016/j.jhevol.2012.02.001

Villa P., Pollarolo L., Conforti J., Marra F., Biagioni C., Degano I., Lucejko J.J., Tozzi C., Pennacchioni M., Zanchetta G., Nicosia C., Martini M., Sibilia E., Panzeri L. 2018 – From Neandertals to modern humans: new data on the Uluzzian, PLoS One, 13 (5), e0196786, [en ligne] https://doi.org/10.1371/journal.pone.0196786

Welker F., Hajdinjak M., Talamo S., Jaouen K., Dannemann M., David F., Julien M., Meyer M., Kelso J., Barnes I., Brace S., Kamminga P., Fischer R., Kessler B.M., Stewart J.R., Pääbo S., Collins M.J., Hublin J.-J. 2016 – Paleoproteomic evidence identifies archaic hominins associated with the Châtelperronian at the Grotte du Renne, PNAS, 113 (40), p. 11162-11167, [en ligne] https://doi.org/10.1073/pnas.1605834113

White R. 1993 – Technological and Social Dimensions of “Aurignacian-Age” Body Ornaments across Europe, in Knecht H., Pike-Tay A., White R. (dir.), Before Lascaux: The Complex Record of the Early Upper Paleolithic, Boca Raton, CRC Press, p. 277-299.

White R. 2001 – Personal ornaments from the Grotte du Renne at Arcy-sur- Cure, Athena Rev, 2 (4), p. 41-46.

White R. 2002 – Observations technologiques sur les objets de parure, in Schmider B. (dir.), L’Aurignacien de la Grotte du Renne, les fouilles d’André Leroi-Gourhan à Arcy-sur-Cure (Yonne), Paris, CNRS Éditions (Suppl. Gallia Préhistoire 34), p. 257-266, [en ligne] https://www.persee.fr/doc/galip_0072-0100_2002_sup_34_1_2801

White R. 2007 – Systems of personal ornamentation in the Early Upper Palaeolithic: methodological challenges and new observations, in Mellars P., Boyle K., Bar-Yosef O., Stringer C. (dir.), Rethinking the human revolution: new behavioural and biological perspectives on the origin and dispersal of modern humans, Cambridge, McDonald Institute for Archaeological Research, p. 287-302.

White R. 2010 – Les parures de l’Aurignacien ancien et archaïque. Perspectives technologiques et régionales des fouilles récentes, in Mistrot V. (dir.), De Néandertal à l’Homme moderne. L’Aquitaine préhistorique, 20 ans de découvertes (1990-2010), Bordeaux, Éditions Confluences, p. 93-103.

White R., Normand C. 2015 – Les parures de l’Aurignacien ancien et archaïque de la grotte d’Isturitz : perspectives technologiques et régionales, in White R., Bourrillon R., Bon F. (dir.), Aurignacian Genius. Art, technologie et société des premiers hommes modernes en Europe, Toulouse, Presses universitaires du Midi (P@lethnologie 7), p. 140-166, [en ligne] https://doi.org/10.4000/palethnologie.784

White R., Henry-Gambier D., Normand C. 2003 – Human-tooth ornaments from the French early Aurignacian: implications for early Upper Paleolithic treatment of the dead, Paleoanthropology.

White R., Mensan R., Bourrillon R., Cretin C., Higham T., Clark A.E., Sisk M.L., Tartar E., Gardère P., Goldberg P., Pelegrin J., Valladas H., Tisnérat-Lavborde N., Sanoit J. de, Chambellan D., Chiotti L. 2012 – Context and dating of Aurignacian vulvar representations from Abri Castanet, France, PNAS, 109 (22), p. 8450-8455, [en ligne] https://doi.org/10.1073/pnas.1119663109

Wolpoff M.H., Mannheim B., Mann A., Hawks J., Caspari R., Rosenberg K.R., Frayer D., Gill W.D., Clark G. 2004 – Why not the Neandertals?, World Archaeology, 36 (4), p. 527-546, [en ligne] https://doi.org/10.1080/0043824042000303700

Wood R.E., Arrizabalaga A., Camps M., Fallon S., Iriarte-Chiapusso M.J., Jones R., Maroto J., Rasilla M. de la, Santamaria D., Soler J., Soler N., Villaluenga A., Higham T. 2014 – The chronology of the earliest Upper Palaeolithic in northern Iberia: New insights from L’Arbreda, Labeko Koba and La Viña, Journal of Human Evolution, 69 (1), p. 91-109, [en ligne] https://doi.org/10.1016/j.jhevol.2013.12.017

Wood R.E., Bernaldo de Quiros F., Maillo Fernadez J.M., Tejero J.M., Neira A., Higham T. 2016 – El Castillo (Cantabria, northern Iberia) and the Transitional Aurignacian: Using radiocarbon dating to assess site taphonomy, Quaternary International, 474 (Part A), p. 56-70 [en ligne] https://doi.org/10.1016/j.quaint.2016.03.005

Zilhão J. 2006 – Neandertals and Moderns mixed, and it matters, Evolutionary Anthropology, 15 (5), p. 183-195, [en ligne] https://doi.org/10.1002/evan.20110

Zilhão J. 2007 – The Emergence of Ornaments and Art: An Archaeological Perspective on the Origins of “Behavioral Modernity”, Journal of Archaeological Research, 15, p. 1-54, [en ligne] https://doi.org/10.1007/s10814-006-9008-1

Zilhão J. 2011 – Aliens from Outer Time? Why the “Human Revolution” Is Wrong, and Where Do We Go from Here?, in Condemi S., Weniger G.C. (dir.), Continuity and Discontinuity in the Peopling of Europe, Dordrecht, Springer, p. 331-366, [en ligne] https://doi.org/10.1007/978-94-007-0492-3_25

Zilhão J. 2013 – Neandertal-modern human contact in western Eurasia: Issues of dating, taxonomy, and cultural associations, in Akazawa T., Nishiaki Y., Aoki K. (dir.), Dynamics of learning in Neanderthals and modern humans, vol. I: Cultural perspectives, Tokyo, Springer, p. 21-57, [en ligne] http://dx.doi.org/10.1007/978-4-431-54511-8_3

Zilhão J. 2021 – The late persistence of the Middle Paleolithic and Neandertals in Iberia: a review of the evidence for and agains the “Ebro frontier” model, Quaternary Science Reviews, 270 (107098), https://doi.org/10.1016/j.quascirev.2021.107098

Zilhão J., d’Errico F. 1999 – The chronology and taphonomy of the Earliest Aurignacian and its implications for the understanding of Neandertal extinction, Journal of World Prehistory, 13, p. 17-68, [en ligne] https://doi.org/10.1023/A:1022348410845

Zilhão J., d’Errico F. 2003 – An Aurignacian “Garden of Eden” in Southern Germany? An alternative interpretation of the Geissenklosterle and a critique of the Kulturpumpe model, PALÉO, 15, p. 69-86, [en ligne] https://doi.org/10.4000/PALEO.1231

Zilhão J., Angelucci D., Badal-Garcia E., d’Errico F., Daniel F., Dayet L., Douka K., Higham T.F.G., Martinez Sanchez M.J., Montes Bernardez R., Murcia-Mascaros R., Pérez-Sirvent C., Roldan-Garcia C., Vanhaeren M., Villaverde V., Wood R., Zapata J. 2014 – Symbolic use of marine shells and mineral pigments by Iberian Neandertals, PNAS, 107 (3), p. 1023-1028, [en ligne] https://doi.org/10.1073/pnas.0914088107

Zilhão J., Banks W., d’Errico F. 2015a – Is the Modern vs. Neandertal dichotomy appropriate any longer for the technocomplexes of the Middle-to-Upper Paleolithic transition?, Paper presented to the 5th annual meeting of the European Society for the Study of Human Evolution (London, September 2015).

Zilhão J., Banks W., d’Errico F., Gioia P. 2015b – Analysis of site formation and assemblage integrity does not support attribution of the Uluzzian to Modern Humans at Grotta del Cavallo, PLoS One, 10 (7), e0131181, [en ligne] https://doi.org/10.1371/journal.pone.0131181

Zwyns N., Flas D. 2010 – Qu’en est-il à l’Est ?, in Otte M (dir.), Les Aurignaciens, Paris, Éditions Errance, p. 271-295.

Zwyns N. 2021 – The Initial Upper Paleolithic in Central and East Asia: blade technology, cultural transmission and implications for human dispersal, Journal of Paleolithic Archaeology, 4 (19), [en ligne] https://doi.org/10.1007/s41982-021-00085-6

Haut de page

Notes

1 Plus précisément, le modèle bayesien d’Anderson (2019) situe le PA entre 42 090 ± 580 et 40 400 ± 620 cal. BP, l’AA entre 40 280 ± 540 et 36 750 ± 710 cal. BP et fait démarrer l’Aurignacien récent à 36 700 cal. BP. Pour Banks et al. (2013), le PA se développerait entre 41 500 et 39 900 cal. BP et l’AA entre 39 800 et 37 900 cal. BP.

2 Nous privilégions ici l’appellation de pointes de Krems, souvent confondue avec celle de pointes de Font-Yves alors que l’on sait aujourd’hui que ces dernières caractérisent un stade final de l’Aurignacien (Pesesse 2009-2010).

3 Il convient ici, pour être exact, d’ajouter à ces études pionnières du Sud-Ouest français, celles conduites sous la férule de J. Hahn dans le Jura souabe qui, dès les années 1980/1990, mêle harmonieusement reconstitution archéostratigraphique des ensembles archéologiques sur la base de la distribution des pièces raccordées et/ou remontées et analyse technologique selon les principes de la chaîne opératoire (Hahn et Owen 1984, Hahn 1988).

4 À Blanchard comme à Castanet, le fait que ces blocs soient tombés de la voûte ou de la paroi dans une couche de l’AA ne signe pas automatiquement leur association avec ce contexte culturel. Les blocs en question ne peuvent pas être plus récents mais ils pourraient être plus anciens. Dans ces deux cas cependant, il est à noter que les couches de l’AA se situent directement sur le bedrock et que des phases de lessivage importantes ont eu lieu précédemment, expliquant le vidangeage des abris avant le dépôt des couches aurignaciennes anciennes (Mensan, com. pers.). Ainsi, il est improbable que les blocs gravés ou peints soient antérieurs au dépôt des autres éléments archéologiques associés et nous suivons entièrement les auteurs dans l’attribution de ces blocs à l’AA.

5 Les séries aurignaciennes d’Esquicho Grapaou aujourd’hui conservées au Musée national de Préhistoire des Eyzies-de-Tayac sont actuellement en cours d’étude par L. Anderson et moi-même.

6 Ces deux dates donnent les résultats non calibrés suivants : 36 850 ± 800 et 36 650 ± 750 BP.

7 Depuis la rédaction de cet article, une communication orale au colloque 2023 de l’ESHE a apporté de nouvelles données importantes sur l’auteur du LRJ. À Ranis (Allemagne), l’occupation du LRJ est maintenant datée entre 47 490 et 43 260 cal. BP (Hublin et al. 2023). L’analyse protéomique d’ossements provenant des fouilles anciennes et récentes ainsi que l’analyse morphologique ont permis d’identifier 13 ossements humains associés aux couches du LRJ. Les auteurs ont extrait l’ADN mitochondrial de 11 restes qui sont désormais tous identifiés comme Homo sapiens (Hublin et al. 2023). Il semble donc désormais clair que cette industrie de transition est apparentée aux humains anatomiquement modernes. Ces nouvelles données rejoignent les propositions faites quelques mois plus tôt par Demidenko et Škrdla, qui concluaient après un examen minutieux de nouveaux sites moraves que les racines du LRJ seraient à rechercher dans les ensembles du Bohunicien et que l’auteur de ces eux complexes serait Homo sapiens (Demidenko et Škrdla 2023).

8 L’étude publiée dans la seconde moitié des années 2000 par Vanhaeren et d’Errico (2006) demanderait d’être reprise en y intégrant la variable chronologique fondamentale. Ces derniers avaient en effet écrasé la profondeur chronologique en intégrant tous les types de parures et ce, quelque soit les phases évolutives auxquelles les types étaient assignés.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Carte de localisation géographique des principaux sites aurignaciens d’une grande moitié sud de la France et du nord de l’Espagne.
Crédits En rouge : grottes et abris-sous-roche ; en bleu : sites de plein air et gisements.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4126/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 2 – Successions archéostratigraphiques et dates 14C calibrées du Châtelperronien (rectangles saumonés), du Protoaurignacien (rectangles vert clair) et de l’Aurignacien ancien (rectangles vert foncé) dans le sud-ouest de la France.
Légende La succession Châtelperronien/PA/AA est immuable et se répète sur tous les sites présentant une archéostratigraphie relativement complète de la transition du Paléolithique moyen au Paléolithique récent. En raison du faible nombre d’occurrences pluristratifiées, la séquence des Cottés localisée dans le sud-ouest du Bassin parisien a été ajoutée.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4126/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 273k
Titre Fig. 3 – Dates 14C retenues et publiées depuis 2010 avec protocole de décontamination des échantillons par ultrafiltration pour le Protoaurignacien (en orangé) et l’Aurignacien ancien (en bleu) du Sud-Ouest français.
Légende Orangé : PA ; bleu : AA ; gris : les dates du niveau C4c4 d’Isturitz interprété comme un PA dit de « transition » vers l’AA et une date du niveau PA de Gatzarria (Cjn2), manifestement trop jeune.
Crédits IntCal 20, d’après Reimer et al. 2020.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4126/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 407k
Titre Tabl. 1 – Dates 14C non calibrées retenues pour le modèle bayésien de la figure 4.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4126/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Sont incluses : 44 dates pour le PA (neuf) et l’AA (35), cinq dates 14C pour l’Aurignacien récent de l’abri Pataud pour les couches 7 et 8 directement sus-jacentes à la dernière couche d’AA et 18 dates 14C pour le Châtelperronien des Cottés (six) et de la grotte du Renne à Arcy-sur-Cure afin de contraindre le modèle baysésien par des inférences archéostratigraphiques.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4126/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 386k
Titre Fig. 4 – Modèle bayésien pour les phases du Protoaurignacien et de l’Aurignacien ancien.
Légende Pour le contraindre, des dates 14C hors du Sud-Ouest français pour le Châtelperronien (Les Cottés, grotte du Renne à Arcy-sur-Cure), selon le principe que le Châtelperronien est sous-jacent stratigraphiquement au PA, et des dates 14C de l’Aurignacien récent de l’abri Pataud, faisant suite stratigraphiquement à l’AA de ce même site, ont été ajoutées.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4126/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 439k
Titre Fig. 5 – Isturitz, Protoaurignacien : vues des faces supérieure et inférieure d’un échantillon de lamelles avec retouche convergente (2-3, 6, 10) et à retouche latérale.
Légende Traits pleins : position de la retouche directe ; pointillées : position de la retouche inverse. La forte latéralisation dans les bords investis en fonction de la nature de la retouche directe ou inverse.
Crédits D’après Falcucci et al. 2016.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4126/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 927k
Titre Fig. 6 – Isturitz, couche C4d1, Protoaurignacien : lamelles retouchées portant des fractures complexes (a, f) ou des fractures complexes et des endommagements autres (b-e).
Crédits D’après Normand et al. 2008.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4126/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 251k
Titre Fig. 7 – Isturitz, couche C4d1, Protoaurignacien : nucléus unipolaire à grandes lamelles de morphologie pyramidale.
Crédits D’après Normand et al. 2008.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4126/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Titre Fig. 8 – Le Piage, couche K, Protoaurignacien : lames légères à fine retouche directe.
Crédits D’après Bordes 2002.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4126/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Titre Fig. 9 – Le Piage, couche K, Protoaurignacien : grattoirs sur supports laminaires légers.
Crédits D’après Bordes 2002.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4126/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Titre Fig. 10 – Isturitz, Protoaurignacien : parure et art mobilier de la salle de Saint-Martin.
Légende 1. Perle tubulaire sur diaphyse de petit vertébré ; 2. Fragment d’anneau en ivoire ; 3. Diaphyse d’ongulé de grande taille décoré.
Crédits 1. Cliché N. Goutas ; 2. Cliché R. White, modifié ; 3. Cliché C. Normand ; d’après Soulier et al. 2014.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4126/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Titre Fig. 11 – Isturitz, Protoaurignacien : industrie en bois de cervidé de la salle de Saint-Martin.
Légende 1. Baguette en bois de cerf ; 2. Outil biseauté en bois de cerf ; 3. Mésial de pointe en bois de renne, 4. Languette de pointe à base fendue en bois de renne.
Crédits Clichés N. Goutas ; d’après Soulier et al. 2014.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4126/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 241k
Titre Fig. 12 – Quelques exemples d’outils en matières osseuses du Protoaurignacien.
Légende 1-2. Fragments de baguette en ivoire (sagaie ?), Les Abeilles ; 3. Fragment mésio-distal de pointe de sagaie de section ovalaire, Le Piage, couche K. Toutes ces pièces présentent la particularité d’être de section ovalaire/circulaire. Il pourrait s’agir là d’un caractère particulier des productions en matières osseuses du Protoaurignacien.
Crédits 1-2. D’après Laplace et al. 2006 ; 3. D’après Mons 1981.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4126/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Titre Fig. 13 – Pointes en ivoire du Protoaurignacien de Gatzarria.
Légende À noter la section circulaire/ovalaire et le caractère fréquent de l’ivoire comme matière d’œuvre.
Crédits D’après Tartar 2015.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4126/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Titre Fig. 14 – Parure du Protoaurignacien d’Isturitz couche C4d1.
Légende Quatre faces de la pendeloque en pierre tendre (talc ou calcite), forme anthropomorphe ou zoomorphe de la couche C4d1.
Crédits Clichés R. White ; d’après White et Normand 2015.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4126/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 369k
Titre Fig. 15 – Organisation schématique des productions lithiques à l’Aurignacien ancien en deux schémas opératoires disjoints.
Légende A. Nucléus à lames unipolaire (Caminade, niveau F) ; B. Grattoir sur lame retouchée (Le Piage, niveau B) ; C-D. Nucléus carénés de type « grattoir caréné » à front large (C : Geissenklösterle, D : Caminade, niveau F) ; E-G. Lamelles brutes (E : Corbiac-Vignoble 2, F-G : Geissenklösterle).
Crédits D’après Teyssandier et al. 2010, modifié.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4126/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 197k
Titre Fig. 16 – Barbas II, Aurignacien ancien : nucléus exceptionnel à très grandes lames et mise en forme poussée par deux crêtes postéro-latérales.
Crédits Dessin M. Reduron ; d’après Teyssandier 2000.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4126/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 885k
Titre Fig. 17 – Représentation du schéma opératoire laminaire de l’Aurignacien ancien de La Tuto de Camalhot.
Légende Noter la géométrie du nucléus avec un flanc perpendiculaire à la surface de débitage et la dynamique de la progression laminaire semi-tournante vers l’autre flanc.
Crédits D’après Bon 2002.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4126/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Titre Fig. 18 – Grattoirs sur lame à retouche latérale ou sur lame aurignaciennes de l’Aurignacien ancien de la couche 14 de l’abri Pataud.
Légende Noter le caractère envahissant de la retouche, scalariforme de type aurignacienne témoignant d’objets plusieurs fois ravivés et à longue durée de vie.
Crédits D’après Bricker 1995.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4126/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 675k
Titre Fig. 19 – Champ-Parel 3, Aurignacien ancien, outillage sur lames.
Légende A. Lame aurignacienne à encoche ; B. Lame appointée ; C. Grattoir sur éclat laminaire ; D. Grattoir sur lame à crête ; E. Lame aurignacienne à encoche ; F. Lame à encoche.
Crédits A-B, E. Dessins J.-G. Marcillaud ; C-D, F. Clichés L. Anderson ; d’après Anderson 2019.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4126/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 223k
Titre Fig. 20 – Schématisation de la structure volumétrique des nucléus carénés de type « grattoir » caréné de l’Aurignacien ancien de La Tuto de Camalhot.
Légende Noter les procédés typiques de mise en forme et d’entretien de la surface lamellaire et sa morphologie distale.
Crédits D’après Anderson 2019.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4126/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Fig. 21 – Lamelles retouchées de l’Aurignacien ancien de Champ Parel 3.
Légende A. Fragment mésial à retouche directe sur le bord droit, inverse sur le bord gauche ; B. Lamelle fragmentée en cours de modification ; C. Éclat lamellaire outrepassé.
Crédits D’après Anderson 2019.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4126/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Titre Fig. 22 – Nucléus à lamelles de l’Aurignacien ancien de Barbas II illustrant une certaine diversité des modules lamellaires recherchés avec ce nucléus « prismatique » à lamelles élancées.
Crédits D’après Teyssandier 2000.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4126/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 370k
Titre Fig. 23 – Nucléus à éclat de morphologie discoïde de l’Aurignacien ancien de Barbas II.
Crédits D’après Teyssandier 2000.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4126/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 211k
Titre Fig. 24 – Ancien nucléus à lames repris maladroitement par percussion directe dure de l’Aurignacien ancien de Barbas II.
Crédits D’après Teyssandier 2000.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4126/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 386k
Titre Fig. 25 – Organisation des chaînes opératoires de production en matières osseuses à l’Aurignacien ancien, exemple de La Tuto de Camalhot.
Crédits Restitution et schéma D. Liolios ; d’après Tartar et al. 2006.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4126/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Fig. 26 – Pointes à base fendue en bois de renne de l’Aurignacien ancien.
Légende 1. Les Abeilles ; 2. Castanet.
Crédits D’après Tartar 2015.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4126/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Fig. 27 – Équipements en os de l’Aurignacien ancien.
Légende 1-2. Lissoirs ; 3-5, 13. Poinçons ; 6. Alène ; 7. Bipointe ; 8-10. Bâtonnets ; 11-12. Tubes décorés. 1, 5, 11-12. Gatzarria ; 2-3, 6-7, 13. Grotte des Hyènes, Brassempouy ; 4, 8-10. Castanet.
Crédits D’après Tartar 2015.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4126/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 203k
Titre Fig. 28 – Perles en panier de sites aurignaciens anciens (Castanet, La Souquette, Brassempouy et Isturitz) vues de face (A), de profil (B) et présentant une très faible variabilité dimensionnelle.
Crédits D’après Heckel 2018.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4126/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 629k
Titre Fig. 29 – Exemple de diversité des parures de l’Aurignacien ancien de Les Cottés.
Crédits D’après Rigaud et al. 2014.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4126/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 821k
Titre Fig. 30 – Exemples de blocs graves et/ou peints de l’abri Blanchard.
Crédits D’après Bourrillon et al. 2018.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4126/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 31 – Dalle calcaire gravée d’un auroch avec série de ponctuations découverte in situ dans un niveau aurignacien ancien de l’abri Blanchard.
Crédits D’après Bourrillon et al. 2018.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4126/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 32 – Séquence archéologique des Cottés.
Légende Distribution des vestiges en plan, vue de la section stratigraphique principale et projection des vestiges lithiques et fauniques cotés.
Crédits D’après Talamo et al. 2012.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4126/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 545k
Titre Fig. 33 – Industrie lithique du Protoaurignacien des Cottés.
Crédits D’après Roussel et Soressi 2013.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4126/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 202k
Titre Fig. 34 – Industrie lithique de l’Aurignacien ancien des Cottés.
Crédits D’après Roussel et Soressi 2013.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4126/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Fig. 35 – Lamelles Dufour, sous-type Dufour de la grotte du Renne à Arcy-sur-Cure.
Légende La face inverse est grossie deux fois.
Crédits D’après Perpère et Schmider 2002.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4126/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 250k
Titre Fig. 36 – Supports laminaires de la grotte du Renne à Arcy-sur-Cure.
Légende 1, 3-4, 6. Lames témoignant d’une production lamellaire intercalée ; 2, 5. Lames de petit gabarit.
Crédits D’après Bon et Bodu 2002.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4126/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Titre Fig. 37 – Labeko Koba, exemple d’un problème dans l’attribution à des couches de la séquence.
Légende Gauche : pièce carénée dans la couche V publiée par A. Arrizabalaga (2000) et attribuée à l’Aurignacien ancien ; droite : la même pièce (selon une différente échelle) publiée par Y. Tafelmaier (2007) et attribuée à la couche VII de PA. La bonne attribution semble être celle des fouilleurs du gisement, à savoir à l’Aurignacien ancien de la couche V dont elle représente un caractère distinctif. La représentation des pièces carénées dans le PA de la couche VII est donc réduite, sinon absente.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4126/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Titre Fig. 38 – Labeko Koba, Protoaurignacien de la couche VII.
Légende Différents supports débités dans le même bloc de matière première illustrant une forme de continuité dans la gamme dimensionnelle des produits obtenus.
Crédits D’après Tafelmaier 2017.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4126/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 250k
Titre Fig. 39 – Lamelles Dufour, sous-type Dufour de la grotte de l’Observatoire à Monaco.
Légende Les pièces 8 et 9 présentent des fractures d’impact caractéristiques.
Crédits D’après Porraz et al. 2010.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4126/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 570k
Titre Fig. 40 – Fumane, Protoaurignacien des unités A2-A1.
Légende 1, 13-21. Lames brutes ; 2-12. Lamelles brutes.
Crédits D’après Falcucci et al. 2017.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4126/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Titre Fig. 41 – Fumane, Protoaurignacien des unités A2-A1.
Légende 1-3, 6, 10, 12. Pointes de Krems ; 4-5, 7-9, 11, 13. Lamelles Dufour sous-type Dufour.
Crédits D’après Falcucci et al. 2017.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4126/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 42 – Fumane, Protoaurignacien des unités A2-A1.
Légende Lames présentant les négatifs indiquant l’existence d’une production lamellaire intercalée.
Crédits D’après Falcucci et al. 2017.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4126/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Tabl. 2 – Critique de la présence présumée de pointes à base fendue dans des contextes du Protoaurignacien ou de l’Aurignacien récent.
Légende Nous plaidons ici pour la validité de la pointe à base fendue comme fossile-directeur de l’Aurignacien ancien.
Crédits D’après Teyssandier et Zilhão 2018.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4126/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 43 –Barma Grande, supports laminaires robustes transformés par retouche aurignacienne (à gauche), Barma Grande, pointes à base fendue (à droite).
Crédits D’après Mussi et al. 2006.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4126/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 406k
Titre Fig. 44 – Grotta del Fossellone, industrie lithique avec éléments typiquement aurignaciens anciens (« grattoirs » carénés et lames à retouche aurignacienne) et pointes à base fendue associées.
Crédits D’après Mussi et al. 2006.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4126/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 330k
Titre Fig. 45 – Carte de localisation géographique des principaux sites du Paléolithique récent dans le Jura souabe dans les vallées de l’Ach et de la Lone, affluents tributaires du Danube.
Légende 1. Sirgenstein ; 2. Hohle Fels ; 3. Geissenklösterle ; 4. Brillenhöhle ; 5. Bockstein ; 6. Hohlenstein ; 7. Vogelherd.
Crédits D’après Conard et Bolus 2003.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4126/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 354k
Titre Fig. 46 – Profil stratigraphique synthétique de la grotte de Geissenklösterle.
Légende GH : horizons géologiques ; AH : horizons archéologiques.
Crédits D’après Hahn 1988.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4126/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 339k
Titre Fig. 47 – Outils, parures et sculptures en matières osseuses des ensembles III et II de Geissenklösterle.
Légende 1-8. Ensemble III : 1. Pointe en ivoire à base massive ; 2-3. Dents percées ; 4. Fragment proximal de pointe en ivoire ; 5. Préforme de perle en ivoire ; 6-7. Perles en ivoire ; 8. Fragment d’ivoire travaillé ; 9-16. Ensemble II : 9-10. Pointes à base fendue ; 11-13. Perles biforées ; 14. Bison ; 15. Anthropomorphe ; 16. Ours.
Crédits D’après Hahn 1986, 1988.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4126/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre Fig. 48 – Nucléus à lame découvert en IIIa à proximité du foyer et représentatif des productions conduites dans l’ensemble III.
Légende A. Plan de frappe, surface de débitage et flanc gauche ; B. dos. Noter la position de la surface laminaire sur une face large et son extension sur l’un des flancs qui conserve les témoins de l’agencement d’une crête en position latérale.
Crédits D’après Teyssandier 2007a.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4126/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 525k
Titre Fig. 49 – Geissenklösterle, ensemble archéologique III.
Légende A. Séquences laminaires remontées sur un nucléus à lames ; B. Nucléus à lame unipolaire exploitant une face large du volume.
Crédits A. D’après Hahn 1988 ; B. D’après Teyssandier 2007a.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4126/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 845k
Titre Tabl. 3 – Répartition des pièces carénées (« grattoirs » carénés et à museau) au sein des ensembles II et III de Geissenklösterle.
Légende Ce décompte rend compte de la totalité du matériel des fouilles conduites par J. Hahn jusqu’en 1991.
Crédits D’après Teyssandier 2007a.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4126/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Titre Fig. 50 – Position stratigraphique de toutes les pièces carénées de Geissenklösterle.
Légende Niveaux IIIa et III : GH 16 et 15 ; niveaux IIb et IIa : GH 13 et 12.
Crédits D’après Teyssandier 2007a.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4126/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 495k
Titre Fig. 51 – Plan de répartition et occurrence des pièces carénées des couches IIIa (en rouge) et III (en bleu).
Légende Elles ne se répartissent pas de manière aléatoire et sont fortement regroupées à proximité du foyer de IIIa, localisé autour des carrés 67, 77 et 78.
Crédits D’après Teyssandier 2007a.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4126/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Titre Fig. 52 – Pièces carénées (« grattoirs carénés ») des couches IIIa et III.
Légende La no 3 est une préforme. Noter la morphologie subtriangulaire de la surface lamellaire convergente en partie distale et les procédés d’aménagement ou d’entretien des convexités depuis les flancs.
Crédits D’après Teyssandier 2007a.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4126/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 734k
Titre Fig. 53 – Nucléus caréné de type « grattoir » à museau de l’ensemble II de Geissenklösterle.
Légende 1. « Grattoir » à museau ; 2. Même pièce avec des éclats d’entretien des convexités latérales remontés. Il s’agit d’un spécimen unique dans toute la séquence aurignacienne avec un front très étroit et des lamelles recherchées en fin d’exploitation qui, d’après les derniers négatifs réussis, s’apparentent à des lamelles de profil torse.
Crédits D’après Hahn 1988.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4126/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 211k
Titre Fig. 54 – Distribution archéostratigraphique des pièces remontées à Geissenklösterle au sein de 20 groupes de remontages.
Légende Noter que, dans de nombreux cas, les pièces se dispersent à travers cinq ou six couches archéologiques de la séquence aurignacienne reconnues à la fouille.
Crédits D’après Teyssandier 2007a.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4126/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Titre Tabl. 4 – Datations 14C avec ultrafiltration obtenues pour la séquence aurignacienne de Geissenklösterle. Les lignes grisées indiquent les dates sur des ossements avec traces anthropiques.
Crédits D’après Higham et al. 2012, modifié.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4126/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 790k
Titre Fig. 55 – Dates 14C avec ultrafiltration calibrées à 95,4 % de confiance de la séquence aurignacienne de Geissenklösterle.
Légende En haut du graphique, nous avons inclus une mesure de la couche Ic (en gris), autrefois attribuée au Gravettien, correspondant à nos yeux à un Aurignacien récent, et en bas, deux mesures de la couche IIIc, un niveau stérile sous la couche aurignacienne la plus ancienne. Nous avons ici figuré toutes les dates par ultrafiltration de l’ensemble II (en bleu) et de l’ensemble III (en rouge clair).
Crédits Dates d’après Higham et al. 2012.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4126/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 314k
Titre Fig. 56 – Lamelles torses brutes (en haut) et retouchées en Dufour sous-type Roc-de-Combe associées à l’ensemble II de Geissenklösterle et représentant clairement un Aurignacien récent « post » ancien.
Crédits D'après Moreau 2012.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4126/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Titre Fig. 57 – Vue latérale et de face de la Vénus de Hohle Fels.
Crédits Photographie H. Jensen d’après Conard 2009.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4126/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Fig. 58 – Position stratigraphique de la vénus de Hohle Fels à la base de la séquence aurignacienne de ce site, dans un niveau clairement aurignacien récent en chronologie absolue.
Légende Voir en particulier les dates non calibrées associées dans la projection stratigraphique du bas figurant les fragments de la vénus par des étoiles rouges.
Crédits D’après Conard 2009.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4126/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Titre Fig. 59 – Dates 14C calibrées à 95,40 % de confiance retenues pour l’Aurignacien récent à lamelles torses du Jura souabe associé des statuettes figuratives en ivoire.
Légende HF Va : Hohle Fels couche Va ; GK IIa et GK In : Geissenklösterle couches IIa et In, HS 1o : Hohlenstein Stadel couche 1o.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4126/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 397k
Titre Fig. 60 – Comparaison des représentations animales en ivoire de Vogelherd (à gauche) et pariétales de la grotte Chauvet (à droite).
Crédits D’après Hahn 1986, Clottes et al. 2001 ; figure reprise dans Teyssandier 2007a.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4126/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 635k
Titre Fig. 61 – Willendorf II, la tranchée Haesaerts 1993.
Légende À gauche : relevé stratigraphique schématique ; à droite : photographie de la coupe de Haesaerts 1993. Noter que dans cette partie du site, la sous-unité C7 qui, 12 m plus au sud, inclut le niveau archéologique AH3ab et la sous-unité C8 qui inclut le niveau archéologique AH3 fusionnent en un seul horizon humique.
Crédits D’après Nigst et al. 2008a, 2008b, Teyssandier et Zilhão 2018.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4126/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 62 – Relevé de plusieurs sections stratigraphiques et position des échantillons datés.
Légende Les âges indiqués ne sont pas calibrés.
Crédits D’après Nigst et al. 2014, modifié dans Teyssandier et Zilhão 2018.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4126/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 441k
Titre Fig. 63 – Plan du site de Willendorf II et données planimétriques et stratigraphiques pertinentes.
Légende A. Zones de fouille 2006-2011, l’étendue de la lentille C8-3 telle que reconnue en 2006-2011 et l’étendue de l’AH3 lors des fouilles de 1908-1909 et 1955 ; B. Bande de 3 m la plus au nord de la tranchée de fouille 1908-1909, montrant comment l’horizon archéologique, alors décrit comme AH3, s’étendait jusqu’à son extrémité ; C. Relevé stratigraphique de la moitié sud de la zone 4 de la fouille de 2006-2011 montrant comment la lentille C8-3, où les artefacts alors attribués à l’AH3 ont été récupérés, ne s’étendait pas vers le nord au-delà de N120 ; D. Profil nord schématique de la tranchée de 1908-1909 montrant le pendage marqué vers l’est de l’unité alors définie comme AH3 ; E. Bande de 3 m la plus au nord de la tranchée de fouille de 1908-1909, montrant comment les niveaux intermédiaires entre l’AH3 et l’AH4 ont été trouvés au N126 de la nouvelle grille et se sont poursuivis dans la zone fouillée en 1955, > 5 m au nord de l’endroit où l’AH3ab a été formellement reconnu en 2006-2011.
Crédits D’après Teyssandier et Zilhão 2018.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4126/img-68.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 64 – Cliché pris lors des fouilles de Felgenhauer à Willendorf (Felgenhauer 1956-1959) de l’AH4, aujourd’hui attribué à un Aurignacien récent.
Légende On constate que la couche n’est pas plane mais au contraire assez épaisse et irrégulière. Cela montre clairement que les horizons archéologiques distingués à Willendorf correspondent plutôt à des successions de lentilles sombres assez épaisses, chacune pouvant représenter des moments distincts d’une accumulation de type palimpseste.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4126/img-69.jpg
Fichier image/jpeg, 530k
Titre Fig. 65 – Willendorf II, pièces carénées et outils sur lame de la couche 3.
Légende 1-3. « Grattoir » à museau ; 4-5. « Grattoir » caréné ; 6. Lame retouchée sur deux bords ; 7. Burin sur troncature ; 8. Grattoir simple ; 9. Lame aurignacienne. Noter les préparations au détachement particulières des nos 6 et 9 dont les talons sont proches du véritable éperon.
Crédits D’après Teyssandier 2007a.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4126/img-70.jpg
Fichier image/jpeg, 829k
Titre Fig. 66 – Pièces carénées et lamelles brutes de l’Aurignacien récent de la couche 4 de Willendorf II.
Légende 1-9. « Grattoir » à museau ; 10-12. Lamelle brute à profil torse ; 13. Éclat d’« avivage » du front ; 14-15. « Grattoir » caréné circulaire. Noter l’étroitesse générale des fronts des « grattoirs » à museau, leur latéralisation et la délinéation torse de certains négatifs qui corroborent tout à fait le profil des lamelles brutes.
Crédits D’après Teyssandier 2007a.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4126/img-71.jpg
Fichier image/jpeg, 624k
Titre Fig. 67 – Modèles 3D des vestiges lithiques découverts dans l’AH3 de Willendorf II.
Légende A. Lamelle WII-L20-2492 ; B. Fragment de lamelle WII-M20-640 ; C. Fragment de lamelle WII-M20-647 ; D. Tablette d’avivage WII-M18-25 ; E. Remontage reliant des pièces des fouilles de 2006-2011 (contour jaune) à des pièces de la vieille collection de 1908-1909.
Crédits D’après Nigst et al. 2014.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4126/img-72.jpg
Fichier image/jpeg, 459k
Titre Fig. 68 – Dessin au trait de J. Strobl illustrant les conditions de collecte du matériel archéologique à Krems-Hundssteig.
Légende Les bandes noirâtres sur les deuxième et troisième gradins en partant du bas indiquent les couches paléolithiques.
Crédits D’après Strobl et Obermaier 1909.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4126/img-73.jpg
Fichier image/jpeg, 627k
Titre Fig. 69 – Lamelles Dufour, sous-type Dufour de Krems-Hundssteig.
Légende Noter la régularité des supports lamellaires, les profils quasi rectilignes dans certains cas et la latéralisation des retouches les aménageant : directes sur le bord droit, inverse sur le bord gauche. Les spécimens dont la partie distale est préservée témoignent de cette inflexion mentionnée dans le texte.
Crédits Dessins d’après Laplace 1970, Hahn 1977.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4126/img-74.jpg
Fichier image/jpeg, 756k
Titre Fig. 70 – Outils sur lames de Krems-Hundssteig.
Légende Noter l’occurrence de la retouche latérale sur des lames robustes et son association à des fronts de grattoirs. La retouche, souvent écailleuse, parfois scalariforme, s’apparente à une retouche dite « aurignacienne ». Certaines de ces pièces indiquent une composante AA.
Crédits Dessins d’après Hahn 1977.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4126/img-75.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Tabl. 5 – Dates 14C avec ultrafiltration connues pour des pointes à base fendue (Aurignacien ancien) ou des pointes à base massive losangique dite « de Mladec ».
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4126/img-76.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Titre Fig. 71 – Âges calibrés (BP) pour les pointes de sagaies aurignaciennes datées avec ultrafiltration.
Légende Deux types de pointes sont ici représentés : des pointes losangiques à base massive dite « de Mladec » et des pointes à base fendue (PBF). Comme cela est pressenti de longue date et contrairement à des remises en question récentes, les pointes à base fendue sont bien antérieures aux pointes de Mladec (voir tabl. 5 pour les références bibliographiques et les âges 14C non calibrés).
Crédits Calculés avec IntCal20, d’après Reimer et al. 2020.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4126/img-77.jpg
Fichier image/jpeg, 281k
Titre Fig. 72 – Carte de localisation des principaux sites du Châtelperronien.
Légende 1. Les Bossats ; 2. Grotte du Renne ; 3. Grotte du Bison ; 4. Abri Bordes-Fitte ; 5. Germolles ; 6. Fontenioux ; 7. Les Cottés ; 8. La Grande Roche (Quinçay) ; 9. Grotte des Fées (Châtelperron) ; 10. Belle Roche ; 11. La Tour Fondue ; 12. La-Roche-à-Pierrot (Saint-Césaire) ; 13. Fontéchevade ; 14. Abri du Chasseur ; 15. La Quina-Aval ; 16. Le Trou de la Chèvre ; 17. Combe-Saunière ; 18. Bos-del-Ser ; 19. Grotte du Loup ; 20. La Côte ; 21. Pair-non-Pair ; 22. La Chapelle-aux-Saints ; 23. La Ferrassie ; 24. Laussel ; 25. Abri-du-Pas-Estret ; 26. Font-de-Gaume ; 27. Barbas III ; 28. Vieux Coutets ; 29. Canaule II ; 30. Canaule-La Ferme ; 31. Les Rigoux ; 32. Grotte XVI ; 33. Le Piage ; 34. Roc-de-Combe ; 35. Roc-de-Combe-Capelle ; 36. Grotte des Hyènes (Brassempouy) ; 37. Abri Dubalen ; 38. Le Basté ; 39. Bidart ; 40. Aranbaltza ; 41. Cuevadel Pendo ; 42. Cueva Morin ; 43. Ekain ; 44. Labeko-Koba ; 45. Les Tambourets ; 46. Rachat.
Crédits D’après Ruebens et al. 2015.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4126/img-78.jpg
Fichier image/jpeg, 657k
Titre Fig. 73 – Exemples du caractère pleinement paléolithique récent des industries lithiques du Châtelperronien.
Légende Pointes de Châtelperron et grattoirs sur lames du site de plein air de Canaule II.
Crédits D’après Bachellerie et al. 2007.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4126/img-79.jpg
Fichier image/jpeg, 565k
Titre Fig. 74 – Châtelperronien de Canaule II, remontage 30, outils sur lames réalisés depuis les supports laminaires détachés à la pierre tendre.
Légende 1, 3. Lames à bord abattu ; 2. Pointe de Châtelperron.
Crédits D’après Bachellerie 2011.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4126/img-80.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Fig. 75 – Châtelperronien de Canaule II, remontage 30 illustrant un exemple de production laminaire sur bloc menée depuis deux plans de frappe opposés pour la production de lames assez normées fournissant plusieurs supports d’outils retouchés.
Crédits D’après Bachellerie 2011.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4126/img-81.jpg
Fichier image/jpeg, 237k
Titre Fig. 76 – Les caractères novateurs du Châtelperronien d’après les découvertes de la grotte du Renne à Arcy-sur-Cure.
Légende 1-6, 11. Parures sur dents perforées ou rainurées ; 7-8, 10. Parures sur os ; 9. Parures sur fossile ; 12-14. Colorants rouges ; 15-16. Colorants noirs ; 17-23. Perçoirs en os.
Crédits D’après Caron et al. 2011.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4126/img-82.jpg
Fichier image/jpeg, 575k
Titre Fig. 77 – À Gauche : pointes pseudo-Levallois typiques d’un Moustérien récent à débitage discoïde de la couche EJOP sup de La Roche-à-Pierrot ; à droite : éclats centripètes de la couche EJOP sup.
Légende Tous ces objets typiques d’un Paléolithique moyen récent se retrouvent en abondance dans la couche EJOP sup. pourtant attribuée dans sa globalité au Châtelperronien.
Crédits D’après Gravina et al. 2018.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4126/img-83.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
Titre Fig. 78 – Vue de la totalité des objets de la couche EJOP sup. de La Roche-à-Pierrot attribués sur des bases typotechnologiques au Châtelperronien.
Crédits D’après Gravina et al. 2018.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4126/img-84.jpg
Fichier image/jpeg, 619k
Titre Fig. 79 – La Roche-à-Pierrot, Saint-Césaire.
Légende A. Photographie du bloc moulé fouillé en laboratoire avec les restes squelettiques d’un individu néandertalien et présence d’un large éclat débordant ; B et entouré. Moustérien découvert à proximité de la mandibule ; C. Projection d’une bande d’environ 40 cm à travers la zone contenant les restes humains montrant le mélange du matériel lithique de la couche EJOP sup.
Crédits D’après Gravina et al. 2018.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4126/img-85.jpg
Fichier image/jpeg, 237k
Titre Fig. 80 – Plan de répartition d’un niveau Châtelperronien de la grotte du Renne à Arcy-sur-Cure.
Légende Selon ses auteurs, de probables lobes de solifluxion à bancs pierreux sont visibles avec orientation préférentielle des ossements dans le sens de la pente et disposition « en arc » des blocs de pierre.
Crédits Dessin Bertran et al. 2010, d’après Leroi-Gourhan 1982.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4126/img-86.jpg
Fichier image/jpeg, 234k
Titre Fig. 81 – Boker Tachtit, niveau 4 : nucléus à lames et pontes.
Crédits D’après Marks et Volkman 1983, repris dans Soriano 2015.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4126/img-87.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 82 – Boker Tachtit, niveau 4 pointes et outils sur lames.
Légende 1-9, 12. Pointes ; 10. Grattoir sur lame ; 11. Burin. Noter la fracture d’impact sur la face ventrale de la pointe no 12.
Crédits D’après Marks 1977, Marks et Kaufman 1983, Soriano 2015.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4126/img-88.jpg
Fichier image/jpeg, 795k
Titre Fig. 83 – Parures sur coquillages de Üçağızli Cave I.
Crédits D’après Stiner et al. 2013.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4126/img-89.jpg
Fichier image/jpeg, 805k
Titre Fig. 84 – Comparaison de fragments distaux de lames dites « appointées » dans la monographie du site (1-5) avec deux pointes moustériennes sur supports Levallois de la couche 11 de Bacho Kiro.
Légende Noter la similarité générale des supports et des retouches les transformant. Toutes ces pièces sont désormais interprétées comme des pointes retouchées.
Crédits Dessins d’après Kozlowski 1982, Teyssandier 2007a.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4126/img-90.jpg
Fichier image/jpeg, 687k
Titre Fig. 85 – Bacho Kiro, niveau I des nouvelles fouilles.
Légende 1-4, 6-7. Lames appointées par retouche directe et pointes retouchées ; 5. Pièce esquillée.
Crédits D’après Hublin et al. 2020.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4126/img-91.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 86 – Uluzzien de La Fabbrica.
Légende A-J. Lames et lamelles détachées par percussion directe ; K-R. Lames et lamelles détachées par percussion bipolaire sur enclume.
Crédits D’après Villa et al. 2018.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4126/img-92.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M
Titre Fig. 87 – Outils retouchés de l’Uluzzien de Colle Rotondo.
Légende Noter en particulier les pièces à dos convexe (« lunates ») A à D.
Crédits D’après Villa et al. 2018.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4126/img-93.jpg
Fichier image/jpeg, 3,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Teyssandier, « Les débuts de l’Aurignacien dans leur cadre européen : où en est-on ? »Gallia Préhistoire [En ligne], 63 | 2023, mis en ligne le 20 décembre 2023, consulté le 12 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/galliap/4126 ; DOI : https://doi.org/10.4000/galliap.4126

Haut de page

Auteur

Nicolas Teyssandier

CNRS, Laboratoire TRACES, UMR 5608, Université de Toulouse, Université Jean Jaurès, Maison de la Recherche

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search