Navigation – Plan du site

AccueilNuméros63L’affaire est dans le sac : un ca...

L’affaire est dans le sac : un cas exceptionnel de contenant textile au sein du dépôt du Bronze final atlantique 2 de Hellez, Saint-Ygeaux (Côtes-d’Armor)

Muriel Fily, Muriel Mélin, Véronique Gendrot, Axel Levillayer et Véronique Bardel
Traduction(s) :
An exceptional case of a textile bag from the Atlantic 2 Late Bronze Age hoard at Hellez, Saint-Ygeaux (Côtes-d’Armor) [en]

Résumés

Résumé. Le dépôt métallique de Hellez a été découvert à Saint-Ygeaux, dans les Côtes-d’Armor, en Bretagne. Sa fouille a permis de faire des observations in situ. Cet article propose une étude typologique détaillée ainsi que des observations tracéologiques et une étude de textile. Cinquante fragments métalliques ont été mis au jour, dont une partie toujours conservée dans une céramique bitronconique. Au fond du vase, 13 petits fragments de bronze ont été retrouvés regroupés au sein d’une petite bourse de lin fermée à l’aide d’un brin d’herbacé. La question de leur emploi en tant que poids est ici posée. Par sa composition, le dépôt est clairement attribuable au Bronze final atlantique 2 (épées à languette tripartite et lames décorées de rainures, pointes de lance à douille courte, haches à talon massives sans nervure centrale). Certaines caractéristiques typologiques permettent d’ailleurs de positionner cet ensemble à une phase récente du BFa 2, en particulier grâce à une épée presque entière. Ces observations sont confirmées par une datation absolue obtenue sur les fibres végétales de la bourse, dans l’intervalle suivant : 1056-917 cal. BC.

Haut de page

Texte intégral

Une découverte originale

1Le dépôt métallique de Hellez a été découvert en 2007 sur la commune de Saint-Ygeaux, dans les Côtes-d’Armor, en Bretagne (fig. 1 ; Fily 2012, Fily et Mélin 2014). Une dizaine de fragments d’objets en alliage cuivreux, dispersés dans les labours, ont été repérés par Claudine Bernard, alors titulaire d’une autorisation préfectorale de prospection avec détecteur de métaux dans un cadre restreint méthodologiquement et géographiquement. Elle vérifiait au sol les indices archéologiques sur le lieu de découverte de nombreux enclos photographiés lors de prospections aériennes par Maurice Gautier avec lequel elle travaille en binôme (fig. 2B).

Fig. 1 – Lieu de découverte du dépôt de Hellez sur la commune de Saint-Ygeaux, dans les Côtes-d’Armor.

Fig. 1 – Lieu de découverte du dépôt de Hellez sur la commune de Saint-Ygeaux, dans les Côtes-d’Armor.

DAO M. Fily.

Fig. 2 – A. Localisation du sondage et des tranchées réalisés autour du dépôt ; B. Enclos visibles en prospection aérienne dans les environs immédiats du dépôt métallique.

Fig. 2 – A. Localisation du sondage et des tranchées réalisés autour du dépôt ; B. Enclos visibles en prospection aérienne dans les environs immédiats du dépôt métallique.

A. Relevés et DAO T. Lohro, M. Fily ; B. Cliché M. Gautier.

2Une fouille programmée a été organisée sous la vigilance du Service régional de l’archéologie de Bretagne et dirigée par Muriel Fily (Fily 2012). L’objectif était de dégager le reste du mobilier et de déterminer si ces éléments étaient toujours en place ; le cas échéant d’observer leur disposition et de vérifier le contexte archéologique du dépôt ainsi que sa contemporanéité éventuelle avec les enclos.

3Un sondage a été réalisé autour de l’emplacement supposé du dépôt (fig. 2A). Quatre tranchées ont également été ouvertes afin de sonder une partie des enclos repérés. Un décapage extensif n’a pu être entrepris puisque la fouille a été réalisée hors cadre préventif et devait libérer rapidement le terrain pour la mise en culture.

  • 1 Dans le prolongement d’un master de Julie Daguebert (université de Rennes 1) avec une déterminatio (...)
  • 2 Tous les dessins ont été réalisés par V. Bardel en discussion et échanges constants avec M. Mélin (...)

4Suite à la fouille, l’étude typo-chronologique du mobilier métallique a été réalisée par Muriel Fily et Muriel Mélin, l’étude tracéologique a été confiée à Muriel Mélin, l’étude du mobilier céramique et ses dessins à Axel Levillayer, l’étude de l’élément organique à Véronique Gendrot1 et les dessins du mobilier métallique ont été effectués par Véronique Bardel2.

5Ce dépôt métallique est exceptionnel à plusieurs égards. Tout d’abord, il vient compléter la liste, bien trop courte, des quelques dépôts métalliques fouillés dans un cadre réglementaire en France. La plupart des dépôts sont mis au jour illégalement et ne bénéficient que très rarement d’observations in situ et d’enregistrement par des archéologues. Rechercher les éventuelles structures en lien qui environnent le dépôt devrait être systématique aujourd’hui. Deuxièmement, son attribution chronologique à la fin de l’étape moyenne du Bronze final (Bronze final atlantique 2 [BFa 2], soit entre 1140-950 av. n.è. ; Milcent 2012) devrait permettre d’affiner les connaissances sur les assemblages métalliques de cette phase, assez mal connus dans le détail par comparaison aux étapes précédente et suivante du Bronze final. Enfin, la présence d’une petite bourse en fibres végétales à l’intérieur du vase contenant les objets métalliques est un élément exceptionnel par sa rareté. Il a également permis d’obtenir une datation de chronologie absolue.

Le dépôt

6Malgré la dispersion d’une partie du mobilier dans les terres remaniées, l’emplacement originel du dépôt a pu être retrouvé car certains objets étaient conservés en place. Ceux-ci avaient été déposés dans une céramique dont la partie supérieure a été écrêtée lors des travaux agricoles (fig. 3).

Fig. 3 – A. Vue du dépôt en cours de fouille ; B. Position des objets une fois dégagés : disposés initialement au fond d’un vase, les objets ont été éparpillés en partie par les labours. L’emplacement originel du dépôt se situe à l’extrême gauche ; C. Détail des objets encore en place au fond du vase.

Fig. 3 – A. Vue du dépôt en cours de fouille ; B. Position des objets une fois dégagés : disposés initialement au fond d’un vase, les objets ont été éparpillés en partie par les labours. L’emplacement originel du dépôt se situe à l’extrême gauche ; C. Détail des objets encore en place au fond du vase.

Clichés M. Fily.

7Cinquante fragments métalliques ont été mis au jour (tabl. 1) : sept encore contenus dans le vase et 13 regroupés au sein d’une petite bourse en matière végétale découverte au fond du récipient. Sept autres objets avaient été découverts dans les labours avant notre intervention. Le reste du mobilier était situé à proximité immédiate du vase, déplacé par les outils agricoles. Quelques autres artefacts ont pu être dispersés par les labours et ne pas être retrouvés lors du sondage.

Tabl. 1  Inventaire des objets composant le dépôt de Hellez, Saint-Ygeaux (Côtes-d’Armor) avec détail des types, de leur état et dimensions.

Tabl. 1 – Inventaire des objets composant le dépôt de Hellez, Saint-Ygeaux (Côtes-d’Armor) avec détail des types, de leur état et dimensions.

8Seul un bracelet présente trois cassures récentes (nos 11-36-37) ; il est, par conséquent, comptabilisé comme un seul objet.

9La masse totale du mobilier métallique récupérée est de 2,385 kg : 36 % sont d’une catégorie indéterminée, 26 % sont des armes, 20 % des outils, 14 % des éléments de métallurgie et 4 % de la parure.

Le rangement dans le dépôt

10Le dépôt de Hellez a pu bénéficier d’une fouille et d’observations directes. Si une partie du dépôt a été dispersée par les labours, quelques objets étaient conservés dans le fond du vase : sept fragments et la petite bourse végétale étaient encore en place (fig. 4). Ceux-ci pourraient avoir été disposés en fonction de leur type (fig. 5). Ainsi, les trois fragments de lames d’épées étaient positionnés plutôt verticalement, les uns débordant sur les autres, en éventail, en un même endroit de la paroi du vase (nos 17, 18, 20). Deux fragments de haches étaient également côte à côte dans le fond du vase (nos 15, 16), accolés à une autre partie de la paroi, et enfin, deux fragments de lingots étaient placés à proximité l’un de l’autre (nos 21, 22) sur la paroi opposée aux épées. La bourse végétale était posée sur le fond entre les fragments d’épées et les lingots. Cette disposition par groupe d’objets se retrouve dans l’emplacement des autres fragments restés à proximité immédiate du dépôt originel, bien que déplacés par les labours. Il semblerait donc qu’un certain soin ait été apporté à la mise en place des objets dans le dépôt. Ils n’ont pas été jetés en vrac dans un vase.

Fig. 4 – Localisation des objets à deux moments du décapage du dépôt de Hellez, Saint-Ygeaux (Côtes-d’Armor).

Fig. 4 – Localisation des objets à deux moments du décapage du dépôt de Hellez, Saint-Ygeaux (Côtes-d’Armor).

Les nombres seuls renvoient aux objets métalliques ; les nombres précédés d’un « C » renvoient à un tesson de céramique.

DAO M. Fily.

Fig. 5 – Détail de l’emplacement des objets encore en place dans le fond du vase découvert sur le dépôt de Hellez, Saint-Ygeaux (Côtes-d’Armor).

Fig. 5 – Détail de l’emplacement des objets encore en place dans le fond du vase découvert sur le dépôt de Hellez, Saint-Ygeaux (Côtes-d’Armor).

Cliché M. Fily.

11La présence et la conservation en place du sac organique qui regroupe des petits éléments métalliques ne laissent aucun doute quant à sa datation et son appartenance au dépôt. Il est intéressant de noter cette volonté d’isoler une partie du mobilier qui aurait pu être disposé directement dans le vase. Nous n’avons aucune certitude quant à la fonction et les raisons de ce regroupement (voir infra), mais l’hypothèse d’un sac de poids ayant servi pour des pesées est une hypothèse plausible dans l’état actuel de la recherche.

Le contenant céramique

12La fouille du dépôt a livré 22 tessons pour un modeste poids total de 0,54 kg. Pour une grande majorité, ces tessons appartiennent au vase dans lequel a été placé le dépôt (17 fragments ; fig. 6). Les autres tessons appartiennent vraisemblablement à deux autres vases, eu égard aux caractéristiques des pâtes. Le vase du dépôt n’est conservé que dans sa partie inférieure, sur une hauteur de 12 cm. La destruction de la partie supérieure par les labours et la dispersion des éléments les plus caractéristiques d’un point de vue typologique limitent donc considérablement la portée de l’étude.

Fig. 6 – Céramique qui contenait le dépôt métallique sur le site de Hellez, Saint-Ygeaux (Côtes-d’Armor).

Fig. 6 – Céramique qui contenait le dépôt métallique sur le site de Hellez, Saint-Ygeaux (Côtes-d’Armor).

Dessins A. Levillayer.

13Le vase, à la pâte homogène et faiblement dégraissée, a été monté au colombin. L’épaisseur de la paroi est particulièrement irrégulière et les teintes varient de l’orange au brun sombre. Les surfaces, tant internes qu’externes, ont été grossièrement lissées, peut-être à la spatule.

14Le vase se caractérise par un fond plat non débordant de seulement 8,50 cm de diamètre très légèrement surélevé en son centre (fig. 6, no 1). Le point d’inflexion est visible et suggère un infléchissement de la partie supérieure. S’il est vain de vouloir tirer des conclusions quant à la typologie du vase, on peut toutefois proposer, à titre d’hypothèse, qu’il s’agisse d’un récipient bitronconique, type largement documenté dans les quelques ensembles domestiques du Bronze final de la région comme ceux de La Tourelle à Lamballe dans les Côtes-d’Armor et du Pont aux Chèvres à Bédée en Ille-et-Vilaine (Blanchet et al. 2017, fig. 40). En termes de contextes de dépôt similaires, on peut rapprocher le vase de Hellez, du moins dans sa physionomie générale, de celui du dépôt de Cerisy-la-Salle dans la Manche (Verney et al. 2000), région où les fonds plats non débordants et à départ de panse droit seraient également caractéristiques de la fin de l’âge du Bronze (Chancerel et al. 2006). Bien qu’il n’ait pu être recollé, un tesson, dont la pâte laisse penser qu’il s’agit du même vase, présente une ligne incisée horizontale (fig. 6, no 2).

15Si les informations d’ordre typologique et chronologique sont minces, la présence même de ce contenant est particulièrement intéressante. En effet, l’utilisation de vases pour rassembler les dépôts à l’âge du Bronze semble être une pratique privilégiée dans l’Ouest atlantique (Bordas et al. 2018, p. 210 et sq.) qui pourrait toutefois revêtir une dimension chronologique dans la mesure où, en France comme dans les Îles britanniques, elle deviendrait quasi systématique à la fin de la période (Bordas et Marcigny 2019, p. 165).

Le mobilier métallique

Les armes

Épées

16Dix fragments d’épées ont été retrouvés : trois par la prospectrice et sept lors du sondage. Huit sont des fragments de lame et deux des éléments de languette.

17Parmi ceux-ci, quatre appartiennent à une même arme presque complète, composée de trois fragments de lames et d’un fragment de poignée (fig. 7). Peu d’informations sont disponibles sur sa disposition au sein du dépôt, car seul le fragment no 9 a été découvert lors de la fouille et il n’était plus à son emplacement originel car déplacé lors des travaux agricoles (fig. 4). Il n’est pas exclu que le reste de l’épée, non retrouvé, ait pu se trouver dans le dépôt à l’origine. Il s’agit d’une épée à garde en « V », fermée, c’est-à-dire peu large (52 mm) et haute, à bords relevés et droits, munie de deux fois deux trous de rivets. Les trous supérieurs sont plus petits et ne sont pas percés exactement à la même hauteur. Malgré la cassure au début de la fusée, le système de fixation supérieure semble être une fente et non des trous de rivets. Une trace de poignée en oméga est visible sur une face. L’épée présente un ricasso très court à léger cran : le tranchant commence presque directement sous la garde. La lame montre une légère tendance pistilliforme (largeur min. : 30 mm, largeur max. : 36 mm), tandis qu’un bourrelet axial épais est orné de part et d’autre d’une unique rainure assez large.

Fig. 7 – Épée quasiment complète dite « de Hellez », Saint-Ygeaux (Côtes-d’Armor).

Fig. 7 – Épée quasiment complète dite « de Hellez », Saint-Ygeaux (Côtes-d’Armor).

Dessins V. Bardel.

18Un élément de pommeau découvert lors de la fouille, non en place mais à proximité de la céramique, pourrait appartenir à la même épée (fig. 8, no 28). Toutefois, aucun raccordement n’a pu être observé puisqu’il manque la presque totalité de la partie médiane de la languette. Sa terminaison est en queue de poisson et l’on distingue le début de l’ouverture d’une fente de fixation.

Fig. 8 – Fragments d’épées du dépôt de Hellez, Saint-Ygeaux (Côtes-d’Armor) (nos 4, 5, 17, 18, 20, 28) et deux fragments de pointe de lance (nos 8, 12).

Fig. 8 – Fragments d’épées du dépôt de Hellez, Saint-Ygeaux (Côtes-d’Armor) (nos 4, 5, 17, 18, 20, 28) et deux fragments de pointe de lance (nos 8, 12).

Dessins V. Bardel.

19Il s’agit d’une épée à languette tripartite dont la forme de la poignée se rapproche de celles des épées de type « pistilliforme atlantique », datables de la phase moyenne du Bronze final (ou Bronze final atlantique 2). Si l’épée de Hellez se distingue nettement des épées à garde en « U » avec une lame très renflée comme celles de Rédéné (Finistère ; Briard 1961 ; fig. 9, no 2) ou encore celle de Saint-Hilaire-la-Palud, Charente (Gomez de Soto 2007 ; fig. 9, no 1) caractéristiques d’une phase ancienne, son appartenance à une phase tardive du BFa 2 semble justifiée par la forme de sa garde, en V, peu large et fermée, combinée avec une lame faiblement pistilliforme.

Fig. 9 – Mise en comparaison de l’épée dite « de Hellez », Saint-Ygeaux (Côtes-d’Armor).

Fig. 9 – Mise en comparaison de l’épée dite « de Hellez », Saint-Ygeaux (Côtes-d’Armor).

A. Exemplaires plus anciens avec garde large, en « U » : 1. Saint-Hilaire-la-Palud (Charente-Maritime) ; 2. Rédéné (Finistère) ; B. Exemples d’épées de morphologie proche de celle de Hellez, avec une garde peu large, en « V » : 3. Hellez (Côtes-d’Armor) ; 4, 6. Amboise (Indre-et-Loire) ; 5. Saint-Ay (Loiret) ; 7. Nantes (Loire-Atlantique) ; 8. Amboise (Indre-et-Loire) ; C. Les types de Cordeiro et de Wilburton pour comparaison : 9. Rio de Esla (Léon, Espagne) ; 10. Blackmoor (England).

DAO M. Mélin ; 1. D’après Gomez de Soto 2007 ; 2. D’après Briard 1961 ; 3. Dessin V. Bardel ; 4. D’après Cordier 2009, fig. 323, no 1 ; 5. D’après Nouel 1967 ; 6. D’après Cordier 1984, fig. 5, no 9 ; 7. D’après Mélin 2018 ; 8. D’après Cordier 2002, fig. 4, no 3 ; 9. D’après Brandherm 2007, pl. 7 ; 10. D’après Burgess et Colquhoun 1988, pl. 159, no 9.

20Elle peut être comparée à l’épée provenant de la Loire à Saint-Ay dans le Loiret (Nouel 1967 ; fig. 9, no 5), à celle découverte à Nantes (Loire-Atlantique) près du château, également dans la Loire (Mélin 2018 ; fig. 9, no 7), ou encore à deux autres venant de la Loire à Amboise en Indre-et-Loire (fig. 9, nos 4, 6 ; Cordier 1984, 2009). En effet, la garde présente des similitudes telles que des bords droits fermés et une lame faiblement pistilliforme ; la principale différence étant le cran très marqué du ricasso sur les épées citées, absent sur l’épée de Hellez. Les meilleurs parallèles viennent d’épées complètes, ou presque, issues de cours d’eau et ne donnent donc pas d’éléments de datation pour l’épée de Hellez. Le parallèle peut cependant être fait avec le fragment de garde d’épée présent dans le dépôt des Châtelliers à Amboise (Cordier 2002, fig. 4, no 3 ; fig. 9, no 8), dépôt enfoui tardivement au cours du Bronze final 2 (attribution à une transition BF IIIa/BF IIIb dans Cordier 2002, remise en cause dans Brandherm et Burgess 2008, p. 139). Ce fragment possède cependant une garde beaucoup plus large que celle de Hellez.

21D’autres points de comparaison plus éloignés géographiquement vont dans le sens de cette attribution : ainsi, l’épée de Hellez peut être comparée en particulier avec l’épée de la Rio de Esla (Léon, Espagne ; Brandherm 2007, pl. 7 ; fig. 9, no 9), qui présente une lame légèrement pistilliforme possédant, à l’instar de celle de Hellez, une unique rainure de part et d’autre d’un bourrelet médian, une garde d’aspect général similaire, et dont le cran du ricasso est également moins marqué. Plus proche de la zone de découverte, des rapprochements avec les épées du type « de Wilburton » peuvent être proposés, notamment la variante D comme celle de Wandsworth (Burgess et Colquhoun 1988, pl. 34, no 208) qui possède une lame faiblement pistilliforme et une garde à bords droits en « V » ou la variante G par la forme de sa garde mais qui se distingue nettement par une lame très pistilliforme à section lenticulaire et sans décor (Burgess et Colquhoun 1988, pl. 36).

22Nous placerions par conséquent l’épée de Hellez au BFa 2 récent ou horizon de Boutigny « La Justice » défini par P.-Y. Milcent (2012).

23Cinq fragments d’épées décorées d’une à cinq rainures doublées ont également été disposés dans ce dépôt. Contrairement à l’épée présentée ci-dessus chacun de ces fragments appartient à une épée différente. Deux présentent des sections lenticulaires (fig. 8, nos 5, 20), deux ont des bourrelets axiaux (fig. 8, nos 4, 17) tandis qu’un autre est muni d’un bourrelet axial très marqué, orné de part et d’autre d’une large rainure (fig. 8, no 18). Le décor de rainures sur ces lames rappelle ceux souvent observés sur les épées de type « pistilliforme atlantique ».

24Le fragment de lame no 4 (fig. 8) présente une section à épaisseur centrale ; elle est ornée de part et d’autre de trois rainures qui encadrent deux bandes de largeurs variables, d’environ 1 à 1,50 mm.

25Le fragment de lame no 5 (fig. 8) est de section lenticulaire. Il est décoré de part et d’autre de l’axe central de quatre rainures qui délimitent trois bandes (ou espaces) de largeurs variables, de 1 à 2 mm. Leurs dispositions sont variées avec tantôt un registre d’une bande plus large extérieure et de deux bandes fines intérieures, et inversement pour l’opposé avec deux bandes larges à l’intérieur et la plus fine à l’extérieur ; et tantôt d’une bande large encadrée de deux bandes plus fines avec à l’opposé l’inverse deux bandes plus larges encadrant une bande plus fine.

26Le fragment no 20 (fig. 8) est une lame de section lenticulaire, décorée de quatre rainures qui délimitent trois bandes : une très fine à l’extérieur de 0,50 mm environ, une très large au milieu de 3 mm et une fine à l’intérieur de 1 mm. Ces registres sont identiques sur chacun des côtés de l’épée.

27Le fragment no 17 (fig. 8) présente une section à bourrelet central très épais (10 mm) ; il est décoré de part et d’autre de cinq rainures qui délimitent des espaces de largeurs variant assez peu, de 0,50 à 1 mm.

  • 3 On retrouve ce type de lame dans le dépôt des Châtellier à Amboise (Cordier 2009, fig. 169, nos 4- (...)

28Le fragment de lame no 18 (fig. 8) se démarque des autres par son bourrelet central très marqué, épais de 9 mm, délimité par une rainure assez large qui se différencie de celles plus étroites observées sur les autres fragments, pour lesquels le terme de filet peut être utilisé. Découvert hors contexte, ce fragment aurait été attribué à une lame du type de l’épée à pointe en langue de carpe du BFa 3 ; or, son association avec du mobilier caractéristique du BFa 2 rappelle les fragments de lame du dépôt girondin du Moulin de Prade à Cézac (Coffyn 1985, fig. 42, no 14)3, par l’épaisseur de la section, la forme rectiligne du bourrelet et son encadrement par une rainure. Ainsi pour D. Brandherm et C. Burgess (Brandherm et Burgess 2008, p. 139), ils seraient à classer dans le type « St Philbert/Huelva » et pour P.-Y. Milcent (2012, p. 109), ces fragments seraient de type « Cordeiro », en tous les cas distincts des épées du type « en langue de carpe » classiques. Le dépôt du mont Castel à Commes (Calvados) récemment découvert comprend un fragment de lame similaire (Bordas et Marcigny 2019, fig. 2, no 28), dépôt que F. Bordas attribue à l’horizon de Longueville, soit le BFa 3 ancien, relançant la discussion sur la position chronologique de ces morceaux de lame sans la garde affiliée.

Pointes de lance

29Deux fragments distaux de pointes de lance (fig. 8, nos 8, 12) ont également été découverts à proximité du vase lors de la fouille. L’attribution typologique de ces deux éléments est rendue délicate par leur état très fragmentaire et par la difficulté de réaliser des classements des pointes de lance. Une typochronologie théorique a été récemment établie par P.-Y. Milcent pour le Bronze final (Milcent 2012, pl. 20). Un essai de typologie et de définition de grands types pour différentes périodes de l’âge du Bronze a également été proposé dans le cadre d’un travail universitaire (Mélin 2011, p. 87-128).

  • 4 Cette comparaison est faite par superposition des principales lignes du fragment avec un corpus de (...)

30Il semble que l’on puisse rapprocher de manière convaincante4 l’un d’eux (no 8), vu les proportions et l’inclinaison des bords de ses ailerons, avec les petites pointes à courte douille que l’on connaît bien pour la période du BFa 2 (Mohen et Briard 1983, p. 133-134 ; fig. 10). Il s’agit tout au moins d’un type « à flamme réduite ».

Fig. 10 – Comparaison du fragment no 8 de pointe de lance du dépôt de Hellez, Saint-Ygeaux (Côtes-d’Armor), avec diverses pointes à courte flamme et courte douille du BFa 2.

Fig. 10 – Comparaison du fragment no 8 de pointe de lance du dépôt de Hellez, Saint-Ygeaux (Côtes-d’Armor), avec diverses pointes à courte flamme et courte douille du BFa 2.

DAO M. Mélin.

31Le second (no 12) est un fragment distal de lance présentant une pointe non aiguë. Difficilement attribuable à un type particulier, l’extrapolation de la taille de sa flamme, moyenne à courte et plutôt étroite, la distingue du fragment no 8. Elle n’est pas non plus comparable aux longues lances de type « parisien », type également bien calé dans le BFa 2 (Mohen et Briard 1983, p. 129) et dont les extrémités sont très aiguës.

Les outils

32Les outils du dépôt concernent exclusivement des fragments de haches. Parmi les dix mises au jour, trois sont à talon, six à ailerons et un de type indéterminé.

Haches à talon

33Les trois fragments à talon correspondent à deux haches au minimum. L’un d’eux (fig. 11, no 1) se compose d’une partie de la lame et du talon, cassé à son sommet. Celui-ci est rectangulaire, relativement large et à bords parallèles. Les gorges sont anguleuses et la butée médiane, très rectiligne, est également à angles droits. Ses rebords sont fins, peu hauts et s’élèvent de manière progressive pour former un profil nettement triangulaire. La butée est très proéminente et son relief forme comme un bandeau qui fait le tour de l’objet (fig. 12, no 9). Le départ de la lame est épais et ne présente aucun décor. L’anneau, situé à la hauteur de la butée, est bien régulier et de section quadrangulaire.

Fig. 11 – Fragments de haches à talon du dépôt de Hellez, Saint-Ygeaux (Côtes-d’Armor).

Fig. 11 – Fragments de haches à talon du dépôt de Hellez, Saint-Ygeaux (Côtes-d’Armor).

Dessins V. Bardel.

Fig. 12 – Mise en parallèle des fragments de haches à talon du dépôt de Hellez, Saint-Ygeaux (Côtes-d’Armor) (encadré).

Fig. 12 – Mise en parallèle des fragments de haches à talon du dépôt de Hellez, Saint-Ygeaux (Côtes-d’Armor) (encadré).

1. « Moulin Neuf » à Braud-et-Saint-Louis (Gironde) ; 2. « Moulin Neuf » à Braud-et-Saint-Louis (Gironde) ; 3. « Moulin de Prade » à Cézac (Gironde) ; 4. La Loire entre Mauves-sur-Loire et Thouaré-sur-Loire (Loire-Atlantique) ; 5. La Loire, Nantes (Loire-Atlantique) ; 6. La Loire, Le Pellerin (Loire-Atlantique) ; 7. « La Justice » à Boutigny-sur-Essonne (Essonne) ; 8. « Le Grand Bréchard » à Soullans (Vendée) ; 9. « Hellez » à Saint-Ygeaux (Côtes-d’Armor) ; 10. Le Clos de la Blanche Pierre, St Lawrence (île de Jersey) ; 11. Plonéour-Lanvern (Finistère) ; 12. Saint-Brieuc-des-Iffs (Ille-et-Vilaine) ; 13. « Fort Harrouard » à Sorel-Moussel (Eure) ; 14. « Biessard » à Canteleu (Seine-Maritime) ; 15. Saint-Brieuc-des-Iffs (Ille-et-Vilaine).

1. D’après Roussot-Larroque 1988, fig. 13 ; 2. D’après Roussot-Larroque 1988, fig. 13 ; 3. D’après Roussot-Larroque 1988, fig. 12 ; 4. D’après Poissonnier 1999, fig. 110, no 2 ; 5. D’après Maggi 1990, p. 152 ; 6. Dessin M. Mélin ; 7. D’après Mohen 1977 ; 8. D’après Boulud-Gazo et Bordas 2020 ; 9. Dessins V. Bardel ; 10. D’après Coombs 1981 ; 11. Dessins M. Mélin ; 12. D’après Briard et Onnée 1972 ; 13. D’après Mohen et Bailloud 1987 ; 14. DAO M. Mélin, d’après Verron 1971 ; 15. D’après Briard et Onnée 1972.

34On retrouve, sur le fragment no 34 (fig. 11, no 34), cette forme en bandeau de la butée sur les faces et les profils, caractéristique qui ne semble pas fréquente sur les haches de ce type pour cette période. Il s’agit d’une hache de même type, massive à talon rectangulaire sans décor sur la lame. La butée est, là encore, rectiligne et anguleuse. Comme le fragment no 1, la lame est épaisse et ses bords sont dans le prolongement de la largeur du talon.

35Le fragment no 24 (fig. 11, no 24), de petite taille, également découvert hors de la céramique, est une partie de la zone proximale du talon, dont le sommet était rectiligne. Il semble tout à fait correspondre au même type que les deux haches décrites ci-dessus. Ses rebords sont assez fins et droits.

  • 5 Cette terminologie peut prêter à confusion en désignant à la fois l’horizon métallique de Rosnoën (...)

36Ces trois haches sont à rattacher aux haches à talon massives, généralement qualifiées de type « Rosnoën5 » (Briard et Verron 1976) qui se rencontrent dans les dépôts du BFa 1 et 2. Ce modèle fait perdurer la mode de l’emmanchement de la lame via un talon, né au Bronze moyen, qui, à cette date, semble un critère typiquement atlantique. En effet, la fixation par ailerons dans les régions plus orientales a supplanté le talon. Un petit groupe de haches (fig. 12), dont font partie celles de Hellez, se distingue des haches à talon massives et comportant l’épaisse nervure médiane qui caractérise le type « Rosnoën », justement par l’absence de renforcement sous la butée.

  • 6 Il convient de citer tout de même les haches à talon du BFa 1 des dépôts de Kerboar à Saint-Ygeaux (...)

37Si la morphologie globale est similaire (rectangulaire, massive et anguleuse, avec présence d’un anneau latéral, systématique au Bronze final contrairement aux modèles fabriqués au Bronze moyen 2), ce caractère, à savoir l’absence de nervure, semble véritablement typique de haches produites au Bronze final 26. En effet, on retrouve cette forme à travers une large partie de la zone atlantique uniquement au sein de dépôts enfouis au Bronze final 2 depuis les dépôts girondins de Braud-Saint-Louis et Cézac, et même le dépôt récemment découvert à Saint-Sulpice dans le Lot (Milcent et al. 2022) jusqu’au dépôt normand de Canteleu (fig. 12). On notera avec intérêt, qu’au sein de ce groupe de haches à la morphologie globalement homogène, la forme du sommet peut être arrondie aux angles (fig. 12, nos 1-5) ou bien strictement rectiligne (fig. 12, no 7).

38Sur deux fragments de Hellez, la butée présente un relief particulièrement marqué, formant comme un bandeau tout autour de la pièce. On retrouve cette particularité sur la hache trouvée dans la Loire au Pellerin (Loire-Atlantique), celle-ci étant cependant d’un plus petit module (fig. 12, no 6). Des haches de ce type, massif et sans décor sous butée, mais aux proportions réduites semblent en effet également exister, à l’instar des fragments des dépôts de Boutigny-sur-Essonne et de Saint-Brieuc-des-Iffs (fig. 12, nos 7, 15).

Haches à ailerons

39Six haches à ailerons subterminaux complètent ce dépôt, chaque fragment correspondant à un individu.

Fig. 13 – Fragments de haches à ailerons (nos 2, 15, 16, 25, 32, 41) et lame de type indéterminé du dépôt de Hellez, Saint-Ygeaux (Côtes-d’Armor) (no 3).

Fig. 13 – Fragments de haches à ailerons (nos 2, 15, 16, 25, 32, 41) et lame de type indéterminé du dépôt de Hellez, Saint-Ygeaux (Côtes-d’Armor) (no 3).

Dessins V. Bardel.

40Le fragment le plus grand est le no 2 (fig. 13, no 2) ; il s’agit d’une moitié proximale de hache à ailerons subterminaux. Il possède encore ses quatre ailerons, contrairement aux autres fragments. Le sommet est large, de taille importante et présente l’encoche sommitale caractéristique, dont les appendices latéraux ont été rabattus. Cet indice, tout comme la forme des ailerons, prouve que l’objet a été mis en forme. La gorge, l’espace creux entre les ailerons, se termine en « V » sur le début de la lame. On note par ailleurs un petit épaulement entre le sommet et le talon.

41Le fragment no 15 (fig. 13, no 15) correspond à la partie médiane d’une autre hache, dont trois des ailerons sont cassés.

42Sur le fragment no 25 (fig. 13, no 25), également la partie médiane d’une hache de même type, tous les ailerons sont manquants. Elle est moins étroite que les précédentes.

43Le fragment no 16 (fig. 13, no 16) n’a plus aucun aileron conservé. Ce petit fragment médian, contrairement aux précédents, ne comporte plus son anneau latéral. On observe cependant sur le profil les vestiges d’un départ d’anneau.

44La hache no 32 (fig. 13, no 32), de même type que les précédentes, comprend le sommet et la partie ailerons. Deux de ses ailerons sont lacunaires (sur une même face). Son sommet est à encoche, dont les angles ont été martelés vers l’intérieur, comme observé pour le fragment no 2.

45Le fragment no 41 (fig. 13, no 41) a été obtenu sur la partie médiane d’une hache à ailerons et à nouveau fragmenté en deux, dans la longueur. Il comprend ainsi les ailerons, mis en forme, d’un même profil.

46Ces haches à ailerons sont, de manière générale, relativement étroites, notamment en regard de la massivité des haches à talon du même dépôt.

Hache non identifiable

47Le fragment no 3 (fig. 13, no 3) est un tranchant peu épais, d’une largeur moyenne, pour lequel on ne peut préciser s’il s’agit d’une hache à talon ou à ailerons.

48Au moins deux fragments des haches à talon appartiennent à des haches à talon de type « massif » dont les caractéristiques correspondent à l’horizon métallique de Saint-Brieuc-des-Iffs, ce que ne contredit pas la présence des haches à ailerons qui apparaissent dès le BFa 2. En l’absence de typologie plus fine de ces objets, il est difficile d’être plus précis dans le découpage interne proposé par P.-Y. Milcent (2012).

La parure

49Deux bracelets ont été mis au jour (fig. 14). Ils n’étaient plus à leur place originelle au moment de la découverte. Le bracelet no 35, incomplet, est à tige pleine assez épaisse et grêle, non décorée, et possède un tampon terminal. Le deuxième a été cassé en trois morceaux lors des labours (fragments nos 11-36-37 ; cassure récente). L’une de ses extrémités est très corrodée, si bien qu’il est difficile de dire si l’objet a été déposé complet ou non. Il possédait peut-être une extrémité défectueuse à l’origine, « érodée » par la corrosion. En tous cas, on n’observe pas de cassure. Ce bracelet est brut de fonte : il comporte encore les bavures issues de la fonte (cf. plus loin). Il pourrait s’agir du même type que le bracelet no 35, à un stade différent de préparation (même taille et forme du tampon terminal).

Fig. 14 – Bracelets du dépôt de Hellez, Saint-Ygeaux (Côtes-d’Armor).

Fig. 14 – Bracelets du dépôt de Hellez, Saint-Ygeaux (Côtes-d’Armor).

Dessins V. Bardel.

50Les parures annulaires sont assez rarement sélectionnées pour être déposées au Bronze final 2 atlantique et leur typologie reste, par ce fait, mal connue (Milcent 2012, p. 111). Les dépôts du Sud-Ouest comme Braud-Saint-Louis et Cézac en comportent plusieurs. On citera également l’ensemble inédit de Plérin près de Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor), qui, bien que probablement incomplet, compte quatre bracelets, dont deux réniformes, quantité rare dans les dépôts bretons.

La métallurgie

51Divers éléments liés à la métallurgie ont été récoltés.

Fig. 15 – Éléments de métallurgie et petits fragments indéterminés du dépôt de Hellez,Saint-Ygeaux (Côtes-d’Armor).

Fig. 15 – Éléments de métallurgie et petits fragments indéterminés du dépôt de Hellez,Saint-Ygeaux (Côtes-d’Armor).

6, 21, 22. Lingots ; 7, 14, 33, 39. Déchets de fonderie ; 13, 19, 23, 57, 58. Fragments indéterminés.

Dessins V. Bardel.

Lingots

52Bien qu’aucune analyse métallurgique n’ait été réalisée, trois fragments de petite taille peuvent être qualifiés de lingots. Leur taille ne permet pas de les identifier formellement comme de type plano-convexe pour deux d’entre eux (fig. 15, nos 21-22), tandis que le fragment no 6 appartient vraisemblablement à cette catégorie. Les fragments nos 21 et 22 se trouvaient côte à côte dans le dépôt. Le fragment no 21 était d’ailleurs accolé à l’élément organique que l’on retrouve en partie incrusté.

Déchets de fonderie

53Deux déchets de fonderie (fig. 15, nos 7, 33), que l’on pourrait qualifier de coulures (Le Carlier de Veslud et al. 2014), ont été découverts hors de la céramique. Il pourrait s’agir de restes de métal obtenus lors de la fonte.

54Deux masselottes entières (fig. 15, nos 14, 39) faisaient également partie de l’ensemble. Le no 39 ne présente pas de départ de canal d’alimentation, dont la cassure a vraisemblablement été effacée par la corrosion. La deuxième masselotte, no 14, possède en l’état un seul départ de coulée. Sa morphologie générale, une forme en demi-lune avec une arête centrale visible sur la face inférieure, laisse cependant penser qu’elle est cassée en deux, la cassure centrale, altérée par la corrosion n’étant plus observable aujourd’hui. Il s’agirait alors d’un cône de coulée à deux canaux d’alimentation.

55Les éléments de métallurgie se retrouvent dans les dépôts plus fréquemment à partir du BFa 2 (Briard 1965 ; Milcent 2012, p. 185). Cette pratique de déposer du métal sous une forme non finie va se multiplier par la suite au BFa 3.

Petits fragments indéterminés

56Plusieurs très petits fragments indéterminés ont également été trouvés pendant la fouille : nos 13, 19, 23, 57, 58 (fig. 15), n27.

57Deux petits morceaux épais (no 13) semblent à l’origine faire partie du même objet (cassure récente, facilitée par la corrosion du métal). Des décors en relief ornent une des faces. Le no 57 est un fragment très fin et allongé, sur lequel on observe un bord (qui n’est pas un tranchant) et une cassure ancienne. Son profil est légèrement incurvé. L’élément no 58 est une petite plaque très fine dont les contours présentent une facture ancienne (ce sont soit des bords, soit des cassures, cela est difficile à dire avec les restes de sédiments) et un coin légèrement plié : s’agit-il d’une partie d’un objet ou bien d’un déchet de type coulure ?

58Le fragment no 23, un petit morceau épais, est très corrodé et ne présente plus de surface d’origine. Sa forme rappelle une extrémité de bracelet mais la corrosion est telle qu’il n’est pas possible d’affirmer qu’il puisse être la continuité du bracelet no 11. L’élément no 19 regroupe trois micros-fragments présentant des cassures récentes dues à la fragilité du métal. Le fragment no 27 constitue une boulette de corrosion indéterminable.

Les fragments regroupés dans la bourse végétale

59Lors de la fouille, d’autres petits fragments de tôles et des petits éléments mal identifiés ont été retrouvés regroupés au sein d’un contenant en matière végétale (fig. 16). Il fait l’objet d’une analyse détaillée ci-dessous. Au nombre de 13, ces éléments représentent une masse de 25,27 g.

Fig. 16 – Fragments métalliques regroupés dans le sac en tissu du dépôt de Hellez, Saint-Ygeaux (Côtes-d’Armor).

Fig. 16 – Fragments métalliques regroupés dans le sac en tissu du dépôt de Hellez, Saint-Ygeaux (Côtes-d’Armor).

Dessins V. Bardel.

60L’élément no 44 est un fragment de plaque comprenant une tige en forme de « Y » en relief sur les deux faces et entourée de larges bavures. Est-ce un objet brut de coulée ou bien un petit cône de coulée à deux canaux d’alimentation qui se réunissent en un ?

61L’élément no 45 est un fragment de plaque possédant un petit trou circulaire bien régulier et une encoche le long d’un des bords. Le petit appendice débordant n’est pas issu d’une cassure mais est bien venu ainsi à la fonte. Sur le côté opposé, une partie plus épaisse est enroulée sur elle-même. Le long de cette partie tubulaire, une bavure de coulée (possible d’après son aspect irrégulier) peut être observée.

62L’élément no 46 est un fragment de tige à profil en « S » de section lenticulaire. Elle présente une cassure et une extrémité arrondie.

63L’élément no 47 est un rivet de section irrégulière, à peine circulaire, et à têtes très peu débordantes et plates.

64L’élément no 48 est un fragment de tige de section circulaire, courbe.

65L’élément no 49 est un fragment de tôle très légèrement courbe possédant un bord (moins de 1 mm d’épaisseur) ; le long de ce bord s’observe un décor incisé de triangles hachurés, surmontés d’une ligne de points.

66L’élément no 50 est un possible fragment d’aileron. Il semble montrer un enfoncement étroit et linéaire. Est-ce le résultat d’un coup ?

67L’élément no 51 est un fragment fin présentant une courbure : il paraît trop fin pour être un aileron. Est-ce un élément de douille ?

68L’élément no 52 est un petit fragment de tôle ondulée, peu épais, possédant un bord non rectiligne.

69L’élément no 53 est un probable fragment d’aileron, avec une cassure située à sa base.

70L’élément no 54 correspond au fragment d’une petite plaque de 1,50 mm d’épaisseur comportant deux encoches, qui étaient peut-être à l’origine deux trous de rivets. Le reste constitue des cassures.

71L’élément no 55 est un autre fragment de tôle, de très petite taille, plus courbé (moins de 1 mm d’épaisseur également).

72Le fragment no 56 est un petit fragment plus épais (2,50 mm), d’objet indéterminé.

L’état des objets

73Nous nous intéressons ici plus précisément à l’état dans lequel les objets ont été déposés, ceci sur trois plans : l’état de fabrication (état brut de fonte, mis en forme…), d’utilisation (objet neuf, utilisé, degré d’utilisation…) et de destruction (fragmentation, traces en lien avec la fragmentation et/ou mutilation). Les objets présentent un degré de conservation du bronze satisfaisant qui permet en effet de telles observations : la patine de surface est souvent préservée, ce qui permet une bonne lecture des traces. Étant donné la fragmentation des objets, il n’est pas possible de faire les mêmes observations sur tous les objets : en effet, suivant la partie de l’objet déposée, il ne pourra être déterminé que celui-ci a été complètement achevé que si la partie active est présente (dans le cas des haches par exemple). De même, l’absence de traces d’utilisation sur un tronçon d’épée ne peut évidemment pas être interprétée comme la preuve que l’arme n’a pas été utilisée.

État de fabrication et d’utilisation

74Il s’agit essentiellement d’objets finis : les ailerons des haches sont mis en forme, les tranchants montrent des traces d’affûtage (c’est le cas pour la lame de hache, les fragments d’épées et de pointes de lance). L’un des bracelets n’a cependant pas été achevé. D’une manière générale, ils semblent d’ailleurs refléter une bonne qualité de l’alliage et de la coulée, si l’on en croit la rareté de négatifs de bulle de gaz observables au niveau des cassures.

Les armes

75Tous les fragments d’épées ont été déposés à l’état achevé. En plus de montrer des traces de polissage le long de la lame, ils possèdent des tranchants affûtés. Ils peuvent présenter, lorsque l’état du métal le permet, des ressauts le long des bords, nés de leur martelage, et aussi, pour certains fragments, des traces d’affûtage par abrasion très localisées, près du fil. C’est le cas des fragments de l’épée déposée presque entière qui montrent un ressaut très large par rapport à ce que l’on peut observer généralement (fig. 17, A3). Un examen plus minutieux sous loupe binoculaire permet, par ailleurs, de remarquer un mode de mise en forme des tranchants assez particulier : un des tranchants, celui de gauche sur chaque face, possède un affûtage fait de très courtes stries obliques (ascendantes le long du fil ; fig. 17, A1), tandis que le tranchant opposé n’en présente pas, sinon de longues stries longitudinales dans le prolongement de celles liées au polissage de surface (fig. 17, A2), éventuellement plus rapprochées. Ceci implique que l’artisan (ou le guerrier) a affûté de cette manière un seul tranchant, a retourné l’épée et a ensuite affûté le même côté de la lame, mais au verso. Cette opération a également généré un petit biseau le long du fil. S’agit d’un réaffûtage ? Si l’on met de côté quelques accrocs récents, un unique stigmate le long du fil pourrait indiquer une utilisation. Dans tous les cas, outre l’affûtage de la lame, la garde de l’épée présente des traces de la poignée disparue, indiquant que le manche avait été monté : l’objet était en état de fonctionner avant sa mise en dépôt.

Fig. 17  Détails d’observations de fabrication et d’utilisation faites sur les épées du dépôt de Hellez, Saint-Ygeaux (Côtes-d’Armor).

Fig. 17 – Détails d’observations de fabrication et d’utilisation faites sur les épées du dépôt de Hellez, Saint-Ygeaux (Côtes-d’Armor).

A. Détail du fil du tranchant des fragments nos 9 et 31 de l’épée de Hellez illustrant un mode d’affûtage particulier : très courtes stries obliques visibles contre le fil de gauche (bord 1) et stries longitudinales qui semblent être faites dans le prolongement du polissage de la lame mais de manière plus rapprochée le long du fil de droite (bord 2). Ces stigmates s’observent sur les deux faces de la lame. Détail du fragment no 30 de cette même épée qui présente un ressaut relativement large obtenu par martelage (A3) ; B. Fragment de pommeau no 28 (même épée ?) qui montre une réparation par surcoulée : les deux parties se sont altérées différemment ; C. Fragment no 20 : détail de trois entailles visibles sur l’un et l’autre des tranchants

Clichés et DAO M. Mélin.

76Le fragment de pommeau no 28 (fig. 17B), appartenant peut-être à cette même épée, montre une réfection via une surcoulée, visible sur un angle et qui se prolonge sur une partie du début de la fusée que l’on remarque notamment par une conservation différentielle du métal (altération différente du bronze).

77Lorsque l’état du tranchant le permet et une fois distingués les accrocs et microcassures récents, il est possible d’observer des stigmates d’utilisation qui restent cependant relativement peu prononcés : on note ainsi de légères entailles plus ou moins perpendiculaires au fil (fig. 17C) et de légers gondolements ou déplacement du fil qui indiqueraient donc que les tronçons déposés ont fait, à un moment de leur vie, partie d’une épée ayant potentiellement servi sur le champ de bataille.

78Il n’est pas possible d’en dire autant des pointes de lance, pour lesquelles une petite partie seulement du tranchant est présente et du fait d’un mauvais état du fil. L’extrémité distale de la pointe no 12 ne montre pas de stigmates particuliers d’utilisation (écrasement par exemple).

Les haches

79Les haches à talon, comme celles à ailerons, n’ayant pas été déposées avec leur tranchant, il est impossible de déterminer si elles avaient servi avant leur abandon. Tout au plus peut-on attester qu’elles n’étaient pas brutes de fonte : les bavures latérales sont plus ou moins soigneusement effacées. Dans le cas des haches à talon, on remarquera que celles-ci sont encore bien nettes sur la hache no 34 (fig. 18B), bien que montrant des écrasements ; elles sont soigneusement reprises sur la hache no 1 par exemple, même si elles restent encore sensibles, de part et d’autre du bandeau à hauteur de la butée (fig. 18A). Le fragment de sommet de la hache no 24 garde également des bavures très proéminentes qui montrent pourtant un léger écrasement, indiquant un début de reprise après fonte. Pour ce qui est des haches à ailerons, comme souvent, les bavures ne sont plus du tout visibles bien qu’elles soient fabriquées, elles aussi, dans un moule bivalve.

Fig. 18 – État des profils de deux haches à talon du dépôt de Hellez, Saint-Ygeaux (Côtes-d’Armor).

Fig. 18 – État des profils de deux haches à talon du dépôt de Hellez, Saint-Ygeaux (Côtes-d’Armor).

A. Hache no 1 : bavures soigneusement effacées ; B. Hache no 34 : bavures grossièrement écrasées. C. Fragment no 3 : seul tranchant déposé, présente des stries d’affûtage, fil marqué par plusieurs importantes cassures, toutes anciennes.

Clichés et DAO M. Mélin.

80En ce qui concerne les haches à ailerons, la mise en forme des ailerons est observable sur tous les exemplaires du dépôt. On le note même sur ceux qui présentent des ailerons cassés à travers la courbure vers l’intérieur que prennent les ailerons à leur naissance.

81Le seul fragment de tranchant de hache (no 3) montre les traces d’un affûtage par abrasion (fig. 18C) : de fines stries horizontales et rectilignes sont visibles à l’œil nu. Le tranchant ne possède plus de fil mais plusieurs importantes cassures, toutes anciennes, qui ne permettent plus une utilisation de l’objet en tant que hache.

Les bracelets

82Le dépôt possède deux bracelets, l’un fini (fig. 14, no 35) qui ne présente pas de trace ni de déformation particulière, l’autre quasiment brut de fonte (nos 11-36-37 ; cassures récentes). Il s’agit peut-être du même type d’objet à deux états différents. On observe, sur ce dernier, deux bavures proéminentes en faces interne et externe (fig. 19A-19B) témoignant d’une fonte en moule bivalve, duquel on observe quelques restes (fig. 19C). On remarque un important repli de la bavure en face interne (fig. 19D) et un probable défaut de coulée, s’il ne s’agit pas d’un enfoncement provenant d’un coup réalisé postérieurement à celle-ci en face externe. L’une des extrémités du bracelet est lacunaire ; bien que corrodée, elle pourrait témoigner d’un raté de fonte à l’origine.

Fig. 19 – Détail du bracelet no 11-36-37 (cassures récentes) quasiment entier et brut de fonte (raté de fonte ?) du dépôt de Hellez, Saint-Ygeaux (Côtes-d’Armor). Il a été coulé dans un moule bivalve (A-B) dont il en présente des restes incrustés (C). On y observe également un repli de la bavure en partie interne (D).

Fig. 19 – Détail du bracelet no 11-36-37 (cassures récentes) quasiment entier et brut de fonte (raté de fonte ?) du dépôt de Hellez, Saint-Ygeaux (Côtes-d’Armor). Il a été coulé dans un moule bivalve (A-B) dont il en présente des restes incrustés (C). On y observe également un repli de la bavure en partie interne (D).

Clichés et DAO M. Mélin.

Fragmentation et autres manipulations des objets déposés

83Tous les objets du dépôt sont fragmentés et incomplets, excepté quelques pièces de fonderie. Chaque objet n’est généralement représenté, au sein du dépôt, que par un fragment. Concernant les épées, on remarquera avec intérêt que chaque fragment déposé provient d’une épée différente (ils n’ont jamais le même nombre de rainures sur la lame), excepté l’épée presque complète de Hellez représentée par quatre fragments qui remontent et qui forment un objet quasiment complet (fig. 7). Il n’est d’ailleurs pas exclu que certains morceaux aient été éparpillés lors des labours et n’aient pas été retrouvés. Le fait de fragmenter et de déposer au complet, ou quasiment, n’est pas fréquent pour les dépôts de cette période en France. Ce geste rappelle, au contraire, ce que l’on peut observer dans les dépôts britanniques de l’horizon de Wilburton (celui d’Isleham par exemple).

84La fragmentation des objets en bronze, importante caractéristique des dépôts du Bronze final, est aujourd’hui bien comprise grâce aux expérimentations. Celles publiées par M. Knight mettent bien en évidence la facilité avec laquelle les bronzes cassent sous les coups quand ils sont chauffés (voir par exemple Knight 2017, 2021). Si certaines traces peuvent éventuellement être issues de cette étape de fragmentation (écrasement de douille de la pointe de lance no 8, enfoncements sur le plat de la hache no 3, fig. 18C), d’autres semblent indiquer des manipulations postérieures, des gestes supplémentaires de destruction : le fragment de hache à ailerons no 25 présente à la fois une entaille très nette et un fort écrasement réalisés une fois l’aileron cassé (fig. 20A). Autre exemple, le fragment de hache à ailerons no 2 possède, sur ces deux faces, des ailerons non pas cassés mais rabattus, forcés vers l’intérieur d’une manière non « naturelle », non fonctionnelle (fig. 13, 20B). On remarque d’ailleurs sur un des ailerons des enfoncements étroits témoignant de l’objet possiblement utilisé pour cela (coups de ciseau ?), tandis qu’au revers, un des ailerons est allé jusqu’à la cassure (fig. 20B). Cet état et ces traces, tout comme la fragmentation, cachent par ailleurs une première manipulation intervenant en amont : la désolidarisation des parties organiques, ici le manche, qui semble être une constante dans les dépôts terrestres.

Fig. 20 – Détail de deux haches du dépôt de Hellez, Saint-Ygeaux (Côtes-d’Armor), montrant des coups allant au-delà de gestes dus à une seule fragmentation.

Fig. 20 – Détail de deux haches du dépôt de Hellez, Saint-Ygeaux (Côtes-d’Armor), montrant des coups allant au-delà de gestes dus à une seule fragmentation.

A. Importants écrasement et entaille (flèches) disposés sur une cassure au départ des ailerons (fragment no 25) ; B. Entailles visibles à la perpendiculaire sur le dessus des ailerons écrasés sur une face et cassure d’un morceau d’aileron au recto (fragment no 2).

Clichés et DAO M. Mélin.

Le sac en toile de lin

85Un élément organique a été découvert en place au fond du vase (fig. 21, 22) ; il s’agit d’un petit sac de lin tissé, fermé par un élément végétal de type herbacé (cf. infra). Il contenait des petits fragments métalliques, décrits plus hauts, qu’une radiographie a permis d’observer dans leur position initiale (fig. 22B). Ces petits éléments ont été rassemblés dans ce contenant végétal avant d’être disposés dans la céramique auprès d’autres objets métalliques. Il est intéressant de remarquer que la ou les personnes qui les ont rassemblés ont pris soin de les isoler du reste du dépôt.

Fig. 21 – Découverte du sac en tissu du dépôt de Hellez, Saint-Ygeaux (Côtes-d’Armor).

Fig. 21 – Découverte du sac en tissu du dépôt de Hellez, Saint-Ygeaux (Côtes-d’Armor).

A. État de la fouille avant la découverte du petit sac en tissu sous un tesson de céramique appartenant au contenant ; B. Petit sac dégagé parmi les objets en bronze, positionné directement au fond du vase.

Clichés E. Rambault, M. Fily.

Fig. 22 – Détail du sac en tissu du dépôt de Hellez, Saint-Ygeaux (Côtes-d’Armor).

Fig. 22 – Détail du sac en tissu du dépôt de Hellez, Saint-Ygeaux (Côtes-d’Armor).

A. Zoom sur le sac en place au cours de la fouille (au niveau des flèches deux éléments métalliques enchâssés dans le sac) ; B. Radiographie du sac permettant d’observer la disposition originelle des éléments métalliques ; C. Photo du sac lors de son étude en post-fouille ; D. Détail du tissage ; E. Fil retors ; F. Fibre de lin vue au microscope optique.

A. Cliché E. Rambault ; B. Cliché Laboratoire Arc’Antique ; C. Cliché M. Fily ; D. Cliché F. Bordas ; E-F. Cliché V. Gendrot.

Étude du textile

86Bien que l’usage des textiles soit connu depuis au moins 10 000 ans (Martial et al. 2011, p. 365-390), leur découverte en France est extrêmement rare. Ces textiles, qui ont souvent été beaucoup portés et usés jusqu’à la trame, sont fréquemment méconnaissables, leur enfouissement provoquant une fragilité de l’armure et des fibres (Halstad 2015, p. 23). Par ailleurs, l’environnement naturel est programmé pour décomposer les matériaux organiques, y compris les matières premières des textiles. La biodégradation des matières organiques enterrées implique que la survie à long terme des fibres textiles archéologiques est une exception plutôt que la règle.

87La rareté de leur découverte peut être aussi liée à l’inattention accordée aux vestiges textiles archéologiques, de sorte que ces derniers sont souvent non identifiés lors de la fouille ou mal conditionnés suite à leur mise au jour et, de ce fait, ont disparu et ne pourront jamais faire l’objet d’études approfondies.

88La pièce de textile de Hellez à Saint-Ygeaux est donc tout à fait remarquable. Paradoxalement, sa préservation dans le sol est probablement due aux oxydes métalliques des fragments de mobilier que ce textile était censé protéger.

Description et analyse technique

89Nous sommes en présence d’une pièce de textile pouvant correspondre à un carré de 10 cm de côté, dont la forme générale à l’origine devait s’apparenter à une petite bourse (fig. 22C).

90Les pointes du textile ont été repliées sur les pièces métalliques, puis fermées comme une bourse à l’aide d’un brin d’herbacé. La technique utilisée est un principe de ligature autour de la partie supérieure de la bourse, croisée de part et d’autre des côtés puis repassée sans doute dans la ligature supérieure.

91Les fibres sont restées relativement souples et de couleur gris-beige ; on observe par endroits des traces d’oxydations métalliques vertes dues aux fragments en alliages cuivreux que la bourse contenait.

92Le textile a été observé à la loupe binoculaire afin d’en déterminer l’armure (rythme d’entrecroisement des fils) et de réaliser des prélèvements. Quelques fragments, une fois débarrassés des résidus terreux au moyen d’éthanol, ont été analysés sous microscope à lumière polarisée au laboratoire Archéosciences de l’université de Rennes 1 (UMR 6566 CReAAH ; fig. 22F). Ces analyses ont confirmé qu’il s’agissait bien de lin.

93La torsion des fils a également été observée sous loupe binoculaire. Cette torsion est un facteur de solidité mais aussi un problème car un fil trop tordu peut vriller. Pour y remédier, le tisserand retord deux fils dans le sens inverse de la torsion des fils simples. Par exemple, les fils du tissu de Hellez sont tout d’abord tordus légèrement en « Z » puis retordus en « S », ce qui inverse la torsion et équivaut à détordre le fil et réduit la tendance à vriller (fig. 23). Le diamètre du fil retors est d’environ 0,80 mm. Le diamètre de chaque fil simple oscille entre 0,42 et 0,49 mm. On compte environ huit fils au centimètre, l’aspect de ce textile est donc plutôt lâche. L’armure est de type « toile », soit le mode de tissage le plus simple ; toutefois le sens de la chaîne et de la trame n’a pas pu être déterminé.

Fig. 23 – Schéma représentant deux modes de filage.

Fig. 23 – Schéma représentant deux modes de filage.

A. Les fils sont d’abord filés dans l’un ou l’autre des sens (« S » ou « Z ») ; B. Afin de renforcer le fil obtenu, celui-ci est doublé et une nouvelle torsion est réalisée, dans le sens inverse. Le mode de filage utilisé pour le sac de Hellez est une torsion en « Z » puis en « S » (cadre).

Dessins V. Gendrot.

Les textiles en Bretagne à l’âge du Bronze

94En règle générale, l’archéologie du textile est représentée par le mobilier (pesons, fusaïoles etc.) qui lui est associé du fait de la composition acide de la terre qui détruit les matières organiques. En France, la découverte de textiles archéologiques de l’âge du Bronze est un fait rare. Mis à part le fragment en sergé découvert à Sublaines en Indre-et-Loire (Hundt 1988), une grande majorité d’entre eux ont été découverts en Bretagne.

95La plupart proviennent de sépultures. Par exemple, dans le Finistère, la tombe du tumulus de Kernonen à Plouvorn a livré quelques bribes d’un tissu de type « serpillière » contre une des haches (Briard 1967, p. 11). Dans le tumulus du Penker à Plabennec, c’est « un vase en argile, à deux anses, aux parois duquel adhéraient des morceaux d’étoffe fine de lin » qui a été découvert (Chatellier 1899, p. 289). De même, dans le tumulus de Guicquelleau au Folgoët, une empreinte de textile a été conservée sur un vase à deux anses. D’après l’étude de H. Masurel, l’armure du textile est constituée de 12 à 13 fils au centimètre en chaîne et en trame à torsion en « S ». Ces fils ont « un diamètre de 0,4 à 0,5 mm et sont plus résistants que les fils de trame à torsion en Z dont le diamètre est 0,3 à 0,4 mm » (Le Goffic 1990, p. 79). Pour M. Le Goffic, ce textile était probablement l’empreinte d’un linceul, à moins que ce dernier fût un linge recouvrant le vase. Dans les Côtes-d’Armor, le tumulus de Mouden-Bras à Pleudaniel a livré un riche mobilier métallique dont une hache au contact de laquelle « un tissu dont la contexture est semblable à celles de nos toiles actuelles » a été observé (Martin et Prigent 1907, p. 158).

96Quelques rares restes de textile ont été trouvés en contexte de dépôts métalliques. Leur conservation est vraisemblablement favorisée par la proximité avec des éléments métalliques et certains éléments en contact direct ont pu générer une minéralisation qui va alors graduellement, soit remplacer les fibres textiles attenantes, soit les recouvrir (Moulhérat 2008, p. 1).

97Un des exemples les plus connus est le dépôt du Bronze moyen 1 de Tréboul à Douarnenez (Finistère) qui a livré « une dalle de granite […] recouvrant quelques fragments de tissu et des objets de bronze » (Giot 1949, p. 11). P.-R. Giot avait déterminé qu’il s’agissait d’une armure toile de lin. Les fibres sont tout d’abord filées avec une torsion légère en « Z » puis retordues en « S » (fig. 23). Le diamètre du fil retors est d’environ 0,70 mm. Le diamètre de chaque fil simple oscille entre 0,33 et 0,47 mm. On compte huit ou neuf fils au centimètre.

98Ce tissu est comparable à celui de Hellez : même matière (lin), même type d’armure simple (toile), mêmes torsions et diamètres de fils dans des proportions semblables.

99Les informations de contexte manquent pour le dépôt de Tréboul qui n’a pas été observé in situ par P.-R. Giot lui-même (Giot 1949, p.11). Les fragments de textile ont été interprétés de manière certaine comme étant le contenant du dépôt, or il ne peut être exclu que seuls quelques éléments aient été mis en sac, comme observé à Hellez.

Discussion autour des éléments métalliques isolés dans le sac

100Le regroupement de ces éléments n’est pas anodin. Il devait y avoir une raison spécifique à leur rassemblement dans un même petit contenant, au-delà de leur abandon dans un dépôt plus vaste. Il est toutefois difficile de connaître les raisons de ce geste. Si l’on observe ce qui les rapproche les uns des autres, on remarque qu’il s’agit de petits éléments en bronze, de faibles épaisseurs, de masses plutôt légères (de 0,18 à 6,41 g), déposés sous la forme de fragments, à l’exception du rivet. Ils ne sont pas clairement identifiables comme objet et présentent des masses a priori plutôt variées. La masse totale de ces petites pièces est de 25,27 g. Le tissu pèse quant à lui 3,90 g, ce qui porte l’ensemble à 29,17 g.

101Lors d’une première présentation de la découverte (Fily et Mélin 2014), à la lumière d’études (Pare 1999), de découvertes récentes (Peake et Séguier 2000, Roscio et al. 2011) et de travaux universitaires développés sur les instruments de pesées et les masses (Poigt 2019, 2022), l’idée de poids pour ces petits éléments nous avait été suggérée. En effet, des instruments de pesée (fléaux et poids) sont attestés en Europe dès la fin du Bronze moyen (Poigt 2019, 2022). Les poids sont alors majoritairement de forme normalisée, mais dans la nécropole du début du Bronze final de Migennes (Yonne), par exemple, ont été identifiés des poids parallélépipédiques, hémisphériques en particulier, ainsi qu’une tête d’épingle et une série de petits fragments de bronze plus ou moins réguliers associés par leur proximité au même équipement (ensemble 1 de la tombe no 298 ; Roscio et al. 2011). T. Poigt les décrit comme une « pratique de réutilisation opportuniste d’éléments métalliques comme poids de balance » (Poigt 2019, p. 38). Ces petits éléments, par leur aspect informe, peuvent en effet rappeler les petits fragments découverts dans le dépôt de Hellez. Il est intéressant de noter que les petits éléments de la tombe 298 du Petit Moulin à Migennes sont associés à des outils de métallurgiste (ensemble 2).

102Les petits objets de la bourse de Hellez n’ont pas été réalisés à l’origine selon un modèle calibré en une forme spécifique (fig. 24), mais ils auraient pu être utilisés en réemploi comme poids et possiblement fragmentés dans cette optique.

Fig. 24 – Ensemble des éléments rassemblés dans le sac en tissu du dépôt de Hellez, Saint-Ygeaux (Côtes-d’Armor) (A) et détail d’un fragment de plaque décorée (B).

Fig. 24 – Ensemble des éléments rassemblés dans le sac en tissu du dépôt de Hellez, Saint-Ygeaux (Côtes-d’Armor) (A) et détail d’un fragment de plaque décorée (B).

Clichés M. Mélin.

103Les poids sont majoritairement mis au jour dans des nécropoles au Bronze final, souvent dans des petits contenants périssables (Pare 1999). Si l’attribution chronologique et le dépôt dans un contenant en matière organique présentent certaines correspondances, la variété des formes, la réutilisation d’objets non réalisés dans cette optique et leur présence dans un dépôt métallique non funéraire feraient alors plutôt exception, même si des poids ont également été retrouvés dans des dépôts métalliques ou des habitats (Poigt 2022).

104Dans leur article, les auteurs ont pratiqué des tests de fonctionnalité métrologique des poids (Roscio et al. 2011). Bien qu’ils se basent sur les seules formes parallélépipédiques régulières, différentes donc de celles d’Hellez, il est possible à titre indicatif de comparer les unités de mesures proposées. Ils évoquent une unité de base de 0,36 g, qui est justement la masse de l’élément no 32 de Hellez. T. Poigt note également dans la tombe 90 d’Étigny « Le Brassot » (Yonne) que « les masses des possibles poids d’Étigny montrent […] des correspondances avec les multiples de l’unité de 0,36 g de Migennes et de son multiple 12 (4,32 g) » (Poigt 2022, p. 143).

105La plus petite masse observée dans la bourse à Hellez est de 0,18 g, soit une unité possible de moitié plus petite que celle de la tombe 298 de Migennes. Si l’on part de l’hypothèse qu’une unité est ici de 0,18 g environ, le tableau 2 est obtenu (tabl. 2).

Tabl. 2 – Masses des éléments contenus dans le sac en tissu du dépôt du Hellez, Saint-Ygeaux (Côtes-d’Armor), avec essai métrologique sur la base d’une unité de poids à 0,18 g (masse la plus petite de l’ensemble).

Tabl. 2 – Masses des éléments contenus dans le sac en tissu du dépôt du Hellez, Saint-Ygeaux (Côtes-d’Armor), avec essai métrologique sur la base d’une unité de poids à 0,18 g (masse la plus petite de l’ensemble).

106Les chiffres ne correspondent pas toujours exactement à des multiples d’unités fixes mais il devait être difficile d’obtenir plus de précision, surtout d’après des objets non calibrés à l’origine dans leur forme pour cette fonction. 

107Bien que ces résultats n’aient pas ici fait l’objet de vérifications statistiques et qu’il faille donc les prendre comme de simples observations, les différences entre les valeurs réelles et les valeurs théoriques, pour reprendre les termes utilisés par les auteurs dans la publication sur Migennes, ne sont pas si éloignées les unes des autres. Un réemploi de petits objets en alliage cuivreux fragmentés comme poids de balance, sur une base d’environ 0,18 g pour unité, semble donc possible comme hypothèse d’explication sur l’origine et la présence du regroupement des petits éléments de la bourse de Hellez, ici en contexte de dépôt non funéraire. Il n’est toutefois pas possible d’écarter l’idée d’un rassemblement symbolique de fragments dont les raisons et l’origine n’auraient pu être identifiées.

108Il est à noter également que, si ces éléments n’avaient pas été isolés volontairement dans un contenant spécifique, l’attention qui leur aurait été accordée aurait probablement été moindre. On peut se demander d’ailleurs si le dépôt de Hellez fait vraiment figure d’exception avec ce petit sac de fragments métalliques. Son originalité tient peut-être uniquement au fait que ce sac a été conservé, ce qui a eu pour conséquence de les considérer différemment lors de leur étude. On sait que, dans nombre de découvertes anciennes, ce genre de petits éléments n’étaient pas récoltés et/ou conservés ; c’est encore sans doute le cas dans les pillages modernes. La fouille récente des dépôts métalliques du BFa 2 du Grand Bréchard à Soullans en Vendée illustre parfaitement cet aspect (Boulud-Gazo et Bordas 2020, Boulud-Gazo et al. 2022). De nombreux petits éléments métalliques (fragments de tiges, plaques, tôles etc.) ont été découverts par les archéologues lors d’une fouille de vérification alors que les détectoristes ne les avaient pas aperçus. L’occasion, ici, d’insister une fois de plus sur l’importance de la fouille de ces dépôts métalliques, qui seule peut mettre en évidence ce genre de fait et offre la possibilité de comprendre les choix effectués par les sociétés anciennes au moment de réaliser ces dépôts.

109La découverte de Hellez apporte donc un nouvel éclairage et accorde une nouvelle importance à ces petits éléments métalliques, bien souvent ignorés hors des fouilles officielles.

Datation par la typochronologie et datation absolue

  • 7 CIRAM AM03 : 2840 ± 25 BP.

110Par sa composition, le dépôt de Hellez est clairement attribuable au BFa 2 (épées à languette tripartite et lames décorées de rainures, pointes de lance à douille courte, haches à talon massives sans nervure centrale). Certaines caractéristiques typologiques permettent d’ailleurs de positionner cet ensemble à une phase récente du BFa 2, en particulier grâce à l’épée presque entière dite « de Hellez ». Ces premières observations typochronologiques sont confirmées par une datation absolue obtenue sur les fibres végétales de la bourse dans l’intervalle suivant : 1056-917 cal. BC7 (à 94,60 % de probabilité ; Bordas 2023), ce qui cadre bien avec une attribution au BFa 2 récent, horizon de Boutigny « La Justice » d’après la chronologie mise en place par P.-Y. Milcent (2012, p. 181).

Le dépôt et son environnement

Le contexte immédiat

111Le dépôt de Hellez a été découvert dans une parcelle riche en structures archéologiques. Plusieurs enclos et structures fossoyées y sont en effet répertoriés. Deux, voire trois, grands enclos circulaires (nos 1, 4, 5), deux petits enclos quadrangulaires superposés (nos 2, 3), ainsi que des fossés sont visibles sur les photographies aériennes (fig. 25).

Fig. 25 – Interprétation d’une photographie aérienne du dépôt de Hellez, Saint-Ygeaux (Côtes-d’Armor), réalisée par M. Fily.

Fig. 25 – Interprétation d’une photographie aérienne du dépôt de Hellez, Saint-Ygeaux (Côtes-d’Armor), réalisée par M. Fily.

On relève notamment plusieurs fossés d’enclos, dont certains peuvent être attribués au Premier âge du Fer (nos 2, 5), d’après la céramique qui a été récoltée pendant les sondages.

Cliché M. Gautier.

112La fouille de ce dépôt relevait de l’archéologie programmée d’urgence réalisée avec des reliquats de fonds débloqués par le SRA de Bretagne. Il a malgré tout été possible, grâce à l’accord du propriétaire de la parcelle d’ouvrir, outre une zone autour du dépôt, quatre tranchées de façon à sonder une majorité des enclos vus en prospections aériennes afin d’apporter d’éventuels éléments de datation et voir leur possible contemporanéité avec le dépôt.

113Une zone d’environ 20 × 7 m autour du dépôt a été décapée jusqu’au substrat. Elle s’est avérée vierge de toute structure attenante au dépôt. Aucune fosse ou trou de poteau qui seraient en lien avec l’enfouissement d’un vase rempli de fragments métalliques n’a été observé. Parmi les fossés sondés, aucun n’a pu être rattaché avec le dépôt par manque d’éléments datant. Seuls deux ont livré quelques éléments céramiques plutôt attribués au Premier âge du Fer (élément no 5 et enclos quadrangulaire no 2), même si une datation élargie à l’extrême fin de l’âge du Bronze ne peut être exclue.

114Deux groupes différents de céramique, notamment sur un plan technologique (présence de mica, types de cuissons…), ont pu être définis. La céramique du dépôt, pour autant qu’on puisse en tirer des conclusions, est relativement différente de celle retrouvée dans les fossés périphériques qui, à l’aune d’un corpus restreint, montre une homogénéité certaine. Une seule forme (T2_FA, n4 ; fig. 26) permet de proposer une attribution du comblement du fossé au Premier âge du Fer et, potentiellement, à une phase ancienne de celui-ci (viiie-viie siècles ?). Les autres éléments céramiques étudiés qui lui sont technologiquement rattachés s’accordent avec cette hypothèse, sans écarter la possibilité de mobilier antérieur (Levillayer in Fily 2012).

Fig. 26 – Céramiques datées du Premier âge du Fer trouvées dans les sondages des fossés no 1 (tranchée 1) et A (tranchée 2) (voir fig. 2) du dépôt de Hellez, Saint-Ygeaux (Côtes-d’Armor).

Fig. 26 – Céramiques datées du Premier âge du Fer trouvées dans les sondages des fossés no 1 (tranchée 1) et A (tranchée 2) (voir fig. 2) du dépôt de Hellez, Saint-Ygeaux (Côtes-d’Armor).

Dessins A. Levillayer.

Le paysage environnant 

115Le paysage environnant le dépôt est également riche. Cinq tumuli sont répertoriés dans les environs, dont le tumulus de Restélan implanté dans une parcelle adjacente, à 200 m. Ceux-ci n’ont fait l’objet d’aucun sondage et si leur attribution à l’âge du Bronze est plus que probable, il n’est pas possible de préciser davantage leur chronologie, antérieure a priori au dépôt de plusieurs siècles.

116Il faut également citer le site à dépôts multiples de Kerboar, situé à seulement 1 km, sur la même commune (Menez et Fily 2002, 2005, Fily 2003, Gabillot 2003). Ces dépôts contemporains sont attribués à l’âge du BFa 1, soit à l’horizon chronologique de Rosnoën, dont un exceptionnel dépôt de chaudron, encerclé de fragments d’épées (Fily 2003). Ceux-ci auraient été enfouis au minimum un siècle avant celui de Hellez.

117Une telle concentration de dépôts du Bronze final n’est pas anodine et révèle un lieu assurément important pour les communautés de l’âge du Bronze. A contrario, on constatera que l’on manque cruellement d’informations sur les lieux de vie domestique de ces communautés.

Conclusion

118Le dépôt de Hellez est intéressant et original à bien des égards. Même si quelques découvertes de dépôts du BFa 2 ont été réalisées ces dernières années (Soullans en Vendée, Plérin dans les Côtes-d’Armor, Saint-Sulpice dans le Lot), les ensembles de cette phase restent peu courants. Ces nouvelles découvertes apportent donc des éléments pour approfondir les connaissances sur cette étape du Bronze final qui bénéficie maintenant d’une chronologie plus fine et détaillée due aux dernières publications de synthèse (Milcent 2012). L’épée presque complète de Hellez est un élément important à souligner par sa présence en contexte datable : le plus souvent, ce sont les épées entières trouvées en cours d’eau, donc privées d’éléments de datation absolue, qui ont servies et servent encore pour les discussions typochronologiques. De même, la découverte d’un sac en toile de lin conservé est exceptionnelle. Qu’il ait servi à isoler des petits fragments métalliques apporte un éclairage nouveau sur la présence et l’importance de ces petits mobiliers déposés mais souvent ignorés par les découvreurs ou peu mis en valeur lors des études. La possibilité, grâce à la présence de cet élément végétal, de réaliser une datation absolue pour un dépôt de cette époque mérite également d’être soulignée. En effet, les dépôts métalliques ne livrent quasiment jamais d’éléments permettant de les dater directement et d’ainsi caler les typologies des objets métalliques.

119Il n’est jamais facile de traiter les découvertes réalisées par détecteurs de métaux. La plupart sont aujourd’hui le fait de pillages, c’est pourquoi il est important de souligner ici que celle de Hellez a été faite dans un cadre réglementaire. Les quelques objets prélevés avant l’arrivée des archéologues étaient déplacés par les labours et aucun mobilier en place n’avait été arbitrairement extrait. L’emplacement du dépôt avait soigneusement été marqué et aucun contexte archéologique n’avait été détruit, comme cela est malheureusement de plus en plus le cas. Toutes les observations in situ sur l’emplacement des objets les uns par rapport aux autres, sur la présence d’un élément organique, par essence extrêmement fragile et donc rare, ont pu être faites, tout comme le prélèvement, l’étude et la conservation de tous les objets. Avec, s’il était besoin de le rappeler, un enregistrement méthodique de chacune de ces étapes.

120Une recherche de structures immédiatement attenantes au dépôt a également pu être menée, permettant d’apporter des informations de contexte trop souvent méconnues. Il a été possible de tester certaines des structures environnant le dépôt, même s’il est évident qu’un décapage total de la zone aurait permis une exploration plus poussée. Dans l’état actuel, aucune corrélation n’a pu être proposée entre l’événement qu’a constitué l’enfouissement de ce dépôt métallique et la construction et l’occupation des structures adjacentes. La concentration de dépôts du Bronze final en ces lieux est, par ailleurs, un fait majeur à souligner.

121Les pillages menés via l’utilisation abusive de détecteurs de métaux hors cadres légal et archéologique se multiplient, entraînant un profond désarroi des archéologues souvent démunis face à ce phénomène et à la perte qu’il provoque en termes de connaissance du passé. À Saint-Ygeaux, c’est une collaboration entre prospecteurs pédestres et aériens, bénévoles archéologues amateurs, archéologues professionnels et agriculteurs qui a permis le bon déroulement de cette opération.

Nous souhaiterions adresser ici des remerciements au SRA de Bretagne qui a organisé cette opération, qui a trouvé des financements pour le sondage et pour la réalisation des dessins et qui a participé, via ces agents, à la fouille en elle-même. Un grand merci également aux prospecteurs bénévoles qui ont prêté main forte sur le terrain et au propriétaire de la parcelle qui nous a réservé un accueil chaleureux. Nous adressons également un remerciement à Francis Bordas puisque la datation 14C a pu être menée via son projet de recherche. Merci également à Claude Mordant qui avait proposé la piste de recherche sur les poids en 2014.

Haut de page

Bibliographie

Blanchet S., Nicolas T., Fily M. 2017 – L’habitat et l’occupation du sol : premier bilan synthétique pour la Bretagne, in Carozza L., Marcigny C., Talon M. (dir.), L’Habitat et l’occupation des sols à l’âge du Bronze et au début du premier âge du Fer, Paris, CNRS Éditions-Inrap (Recherches archéologiques 12), p. 79-93, [en ligne] https://inrap.hal.science/hal-02295506

Brandherm D. 2007 – Las Espadas del Bronce Final en la Peninsula Iberica y Baleares, Stuttgart, Franz Steiner (Prähistorische Bronzefunde IV, 16), 212 p.

Brandherm D., Burgess C. 2008 – Carp’s-Tongue Problems, in Verse F., Knoche B., Graefe J., Hohlbein M., Schierhold K., Siemann C., Uckelmann M., Woltermann G. (dir.), Durch die Zeiten… Festschrift für Albrecht Jockenhövel zum 65. Geburtstag, Rahden/Westf., Marie Leidorf (Internationale Archäologie – Studia honoraria 28), p. 134-168.

Briard J. 1961 – Dépôts de l’âge du Bronze, Rennes, Travaux du laboratoire d’Anthropologie et de Préhistoire de la faculté des sciences de Rennes, 59 p.

Briard J. 1965 – Les dépôts bretons et l’âge du Bronze atlantique, Rennes, Travaux du Laboratoire Anthropologie, Préhistoire, Protohistoire et Quaternaire armoricains, 352 p.

Briard J. 1967 – Plouvorn (29), Tumulus de Kernonen, rapport de fouille, Rennes, 64 p.

Briard J., Onnée Y. 1972 – Le dépôt du Bronze final de Saint-Brieuc-des-Iffs (Ille-et-Vilaine), Rennes, Travaux du Laboratoire Anthropologie, Préhistoire, Protohistoire et Quaternaire armoricains, p. 41.

Briard J., Verron G. 1976 – Typologie des objets de l’âge du Bronze en France, fascicule III, Haches (1), Paris, Société préhistorique française, 90 p., [en ligne] https://www.prehistoire.org/shop_515-39757-3512-822/tb3pdf-typologies-des-objets-de-l-age-du-bronze-en-france-haches-1-jacques-briard-et-guy-verron.html

Briard J., Eluère C., Mohen J.-P., Verron G. 1982 – « Missions au British Museum : objets de l’âge du Bronze trouvés en France, I. Les ensembles », Antiquités Nationales, 14-15, p. 34-58.

Bordas F., Boulud-Gazo S., Taraud T. 2018 – Deux dépôts métalliques du Bronze final atlantique 3 récent découverts à Belle-Île-en-Mer (Morbihan) : Calastrène à Bangor et Bordustard au Palais, in Boulud-Gazo S., Mélin M. (dir.), Contributions à l’archéologie de l’âge du Bronze dans les espaces atlantiques et Manche-Mer du Nord, vol. 2 : Actes des séminaires archéologiques de l’Ouest (2008, 2009 et 2010), Le Poiré-sur-Vie, APRAB (Bulletin de l’APRAB Suppl. 4), p. 183-218.

Bordas F., Marcigny C. 2019 – Un nouveau dépôt de l’horizon de Longueville découvert au Mont Castel à Commes (Calvados), Bulletin de l’APRAB, 17, p. 164-170.

Bordas F. 2023 – Les dépôts métalliques du BFa 3 (950-800 av. J.-C.) en Gaule atlantique – Modalités de circulation, de manipulation et d’enfouissement du métal, thèse de doctorat, Toulouse, université Toulouse 2-Jean Jaurès, inédit, 975 p.

Boulud-Gazo S., Bordas F., avec la coll. de Vigneau T., Mathé V., Letho Duclos Y. 2020 – Le site du Grand Bréchard (Vendée, Pays de la Loire) : apports des opérations archéologiques sur le lieu de découverte d’un nouveau dépôt métallique du Bronze final atlantique 2, Bulletin de l’APRAB, 18, p. 31-38.

Boulud-Gazo S., Bordas F., Le Carlier de Veslud C. 2022 – Le Grand Bréchard (Vendée) : deux dépôts pour le prix d’un et une poignée de lingots-barres, in Ard V., Boulestin B., Boulud-Gazo S., Kerouanton I., Maitay C., Mélin M., Nordez M. (dir.), À l’ouest sans perdre le Nord : liber amoricum José Gomez de Soto, Chauvigny, Association des publications chauvinoises, p. 233-254.

Burgess C., Colquhoun I. 1988 – The swords of Britain, Stuttgart, Franz Steiner (Prähistorische Bronzefunde IV, 5), 163 p.

Chancerel A., Marcigny C., Ghesquière E. 2006 – Le plateau de Mondeville (Calvados) du Néolithique à l’âge du Bronze, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme (Documents d’archéologie française 99), 208 p.

Chatellier P. du 1899 – Le Bronze dans le Finistère, Bulletin de la Société archéologique du Finistère, XXVI, p. 250-305.

Coffyn A. 1985 – Le Bronze final atlantique dans la Péninsule ibérique, Paris, Éditions de Boccard (coll. Publications du Centre Pierre Paris), 444 p.

Coombs D. 1981 – The Late Bronze Age hoard from Clos de la Blanche Pierre, Jersey, Channel Isles. An interim report, Bulletin annuel de la Société Jersiaise, 23, p. 129-142.

Cordier G. 1984 – L’âge du Bronze en Touraine, nouveaux documents, in Bocquet A., Campy M., Combier J. (dir.), Éléments de Pré et Protohistoire européenne. Hommages à Jacques-Pierre Millotte, Paris, Les Belles Lettres (Annales littéraires de l’université de Besançon), p. 305-321.

Cordier G. 2002 – Le dépôt de l’âge du Bronze final des Châtelliers à Amboise (Indre-et-Loire), Revue archéologie du Centre de la France, 41, p. 5-34, [en ligne] https://doi.org/10.3406/racf.2002.2902

Cordier G. 2009 – L’Âge du Bronze dans les pays de la Loire Moyenne, Joué-Lès-Tours, Éditions La Simarre, 702 p.

Daguebert J. 2010 – Nouvelle lecture paléobotanique et chimique de tissus de l’arc atlantique des époques protohistoriques et gallo-romaine. Études des fibres et pigments, mémoire de master 2, Rennes, Université de Rennes 1, inédit, 30 p.

Fily M. 2003 – Le Bronze final I en Bretagne : le site à dépôts de Saint-Ygeaux dans les Côtes d’Armor, mémoire de maîtrise, Rennes, université de Rennes 2, 2 tomes, inédit, 196 p.

Fily M., avec la coll. de Levillayer A. 2012 – Un dépôt métallique de la fin du Bronze final 2 atlantique, et une occupation du Premier âge du Fer, à Hellez, Saint-Ygeaux (Côtes d’Armor), rapport de sondage, Rennes, SRA Bretagne, 82 p.

Fily M., Mélin M. 2014 – Le dépôt inédit de la fin du Bronze final 2 atlantique de Hellez, Saint-Ygeaux (Côtes d’Armor), Bulletin de l’APRAB, 12, p. 49-52.

Gabillot M. 2003 – L’occupation du Bronze final de Saint-Ygeaux Kerboar, rapport d’opération programmée, Rennes, SRA Bretagne, 67 p.

Giot P.-R. 1949 – Deux dépôts de Bronze Finistériens (Rosnoën et Tréboul), Bulletin de la société archéologique du Finistère, LXXV, p. 9-19.

Gomez de Soto J. 2007 – Métallurgie atlantique et style céramique RSFO dans le Centre-Ouest de la France. À propos de l’épée pistilliforme de Saint-Hilaire-le-Palud (Deux-Sèvres), un état de la question, in Burgess C., Topping P., Lynch F. (dir.), Beyond Stonehenge. Essays on the Bronze Age in honour of Colin Burgess, Oxford, Oxbow Books, p. 268-277, [en ligne] https://shs.hal.science/halshs-00324967

Halstad E. 2015 – De la fibre à l’étoffe : archéologie, production et usages des textiles de Nubie et du Soudan anciens à l’époque méroïtique, thèse de doctorat, Lille, université Charles de Gaulle Lille III, 648 p.

Hundt H.J. 1988 – Ein Textilrest aus dem urnenfelderzeitlichen Depotfund von Sublaines, Archäologisches Korrespondenzblatt, 18 (3).

Knight M.G. 2017 – The Deliberate Destruction of Late Bronze Age Socketed Axeheads in Cornwall, Cornish Archaeology, 56, p. 203-224.

Knight M.G. 2021 – There’s method in the fragments: a damage ranking system for Bronze age Metalwork, European Journal of Archaeology, 24 (1), p. 48-97, [en ligne] https://doi.org/10.1017/eaa.2020.21

Le Carlier de Veslud C., Edme L., Fily M. 2014 – Lingots et déchets de fonderie dans les dépôts de l’horizon de l’épée à pointe en langue de carpe (Bronze final IIIb) : proposition de typologie, Bulletin de la Société préhistorique française, 111 (3), p. 509-522, [en ligne] https://doi.org/10.3406/bspf.2014.14435

Le Goffic M. 1990 – Le tumulus de Guicquelleau en Le Folgoët, Bulletin de la société archéologique du Finistère, 119, p. 72-83.

Maggi C. 1990 – Le Bronze Final en Loire-Atlantique : inventaire des objets métalliques, DEA Histoire, Nantes, université de Nantes, inédit, 242 p.

Martial E., Cayol N., Hamon C., Maigrot Y., Médard F., Monchablon C. 2011 – Production et fonction des outillages au Néolithique final dans la vallée de la Deûle (Nord–Pas-de-Calais), Revue archéologique de Picardie, Numéro spécial 28, p. 365-390, [en ligne] https://doi.org/10.3406/pica.2011.3341

Martin A., Prigent abbé 1907 – Relation de la fouille du tumulus du Mouden-Braz en Pleudaniel (Côtes du Nord), Bulletin de la Société archéologique du Finistère, 34, p. 146-178.

Mélin M. 2011 – Les dépôts d’objets métalliques en milieu humide pendant l’âge du Bronze en France. Caractérisation des pratiques d’immersion, thèse de doctorat, Rennes, université de Rennes 1, 2 vol., inédit, 475 p.

Mélin M. 2018 – La pratique de dépôts en milieu humide à l’âge du Bronze entre Loire et Garonne : étude comparative, in Boulud-Gazo S., Mélin M. (dir.), Contributions à l’archéologie de l’âge du Bronze dans les espaces atlantiques et Manche-Mer du Nord, vol. 2 : Actes des séminaires archéologiques de l’Ouest (2008, 2009 et 2010), Le Poiré-sur-Vie, APRAB (Bulletin de l’APRAB Suppl. 4), p. 107-116.

Menez Y., Fily M. 2002 – Dépôts de l’âge du Bronze et ferme antique de Kerboar à Saint-Ygeaux, rapport d’opération de sauvetage, Rennes, SRA Bretagne, 24 p.

Menez Y., Fily M. 2005 – Le site de Kerboar à Saint-Ygeaux (Côtes d’Armor) : nouvelles découvertes, rapport de sondage, Rennes, SRA Bretagne, 9 p.

Milcent P.-Y. 2012 – Le temps des élites en Gaule atlantique, Chronologie des mobiliers et rythmes de constitution des dépôts métalliques dans le contexte européen (XIIIe-VIIe av J.-C.), Rennes, PUR (coll. Archéologie et Culture), 253 p.

Milcent P.-Y., Tramon A., Mader S., Le Carlier de Veslud C., Baron S., Billiant P., Saint-Sever G. 2022 – Le dépôt métallique du Bronze final 2 de Saint-Sulpice (Lot). Premier aperçu, Bulletin de l’APRAB, 20, p. 25-30.

Mohen J.-P. 1977 – L’âge du Bronze dans la région de Paris : catalogue synthétique des collections conservées au Musée des Antiquités Nationales, Paris, Éditions des Musées nationaux, 263 p.

Mohen J.-P., Briard J. 1983 – Typologie des objets de l’âge du Bronze en France, fascicule II : Poignards, hallebardes, pointes de lance, pointes de flèche, armement défensif, Paris, Société préhistorique française, 159 p., [en ligne] https://www.prehistoire.org/shop_515-27232-3512-822/tb2-bronze-2-poignards-pointes-de-lance-etc.-j.-briard-et-j.-p.-mohen.html

Mohen J.-P., Bailloud G. 1987 – La vie quotidienne, les fouilles du Fort-Harrouard, Paris, Picard, (L’âge du Bronze en France, 4), 242 p.

Moulhérat C. 2008 – Archéologie des textiles, une nouvelle méthodologie appliquée à l’étude des tissus minéralisés, in Zech-Matterne V., Derreumaux M., Preiss S. (dir.), Archéologie des textiles et teintures végétales. Actes de la table ronde Archéobotanique 2006, Compiègne, 28-30 juin, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme (Les Nouvelles de l’archéologie 114), p. 18-23, [en ligne] https://doi.org/10.4000/nda.600

Nouel A. 1967 – Les découvertes des âges du Bronze et du Fer dans le département du Loiret, Bulletin de la société préhistorique française, 56 (5-6), p. 318-326, [en ligne] https://doi.org/10.3406/bspf.1959.3578

Pare C.F.E. 1999 – Weights and weighing in Bronze age Central Europe, in Habelt R. (dir.), Eliten in der Bronzezeit. Ergebnisse zweier kolloquien in Mainz und Athen, vol. 2, Bonn, Habelt (Monographien des Römisch-Germanisches zentralmuseum 43), p. 421-514.

Peake R., Séguier J.-M. 2000 – Balances en os de l’âge du Bronze dans le sud-est du bassin parisien, Archéopages, 1, p. 20-29.

Poigt T. 2019 – Les instruments de pesée en Europe occidentale aux âges des métaux (XIVè-IIIe s. av. n.è.) : conception, usages et utilisateurs, thèse de doctorat, Toulouse, université Toulouse II-Jean Jaurès, inédit, p. 631.

Poigt T. 2022 – De Poids et de Mesure. Les instruments de pesée en Europe occidentale durant les âges des métaux (XIVe-IIIe s. a.C.). Conception, usages et utilisateurs, Pessac, Ausonius éditions (coll. Dan@ 8), 489 p.

Poissonnier B. 1999 – Archéologie de la Basse Loire avant l’âge du Fer, dans son cadre géomorphologique d’après les découvertes fluviales, mémoire de diplôme, Toulouse, EHESS Toulouse, 238 p.

Roscio M., Delor J.-P., Muller F. 2011 – Late Bronze Age graves with weighing equipment from eastern France, The example of Migennes “le Petit Moulin” (dep. Yonne), burial No. 298, Archäologisches Korrespondenzblatt, 41 (2), p. 173-187.

Roussot-Larroque J. 1988 – Le « Rhin Suisse – France Orientale » et l’Aquitaine, in Brun P., Mordant C. (dir.), Le groupe Rhin-Suisse-France Orientale et la notion de civilisation des Champs d’Urnes. Actes du colloque international de Nemours, 1986, Nemours, Éditions APRAIF (coll. Mémoires du musée de Préhistoire d’Île-de-France 1), p. 481-511.

Verney A., Deloges J., Savary X., Marcigny C. 2000 – Le dépôt du Bronze final III de la Roche Bottin à Cerisy-la-Salle (Manche), in Cliquet D. (dir.), L’archéologie dans la Manche. Fouilles et recherches récentes (1990-1999). Actes de la journée archéologique du 15 décembre 1997, Saint-Lô, Société d’archéologie et d’histoire de la Manche (coll. Études et documents), p. 93-109.

Verron G. 1971 – Antiquités préhistoriques et protohistoriques, Rouen, Musée Départemental des Antiquités de la Seine-Maritime, 128 p.

Haut de page

Notes

1 Dans le prolongement d’un master de Julie Daguebert (université de Rennes 1) avec une détermination de F. Médard (Daguebert 2010)

2 Tous les dessins ont été réalisés par V. Bardel en discussion et échanges constants avec M. Mélin (ainsi, les accrocs, entailles et autres traces qui sont dessinés sont contemporains des objets et les cassures et traces récentes sont figurées en pointillés).

3 On retrouve ce type de lame dans le dépôt des Châtellier à Amboise (Cordier 2009, fig. 169, nos 4-5) ; leur présence au sein du dépôt originel est cependant remise en cause par P.-Y. Milcent (2012, p. 109, note 252).

4 Cette comparaison est faite par superposition des principales lignes du fragment avec un corpus de pointes de lance entières établi par grands types (Mélin 2011), dont le type à courte flamme et courte douille, dénommé type « Charenton » dans l’étude faite dans le cadre d’une thèse (Mélin 2011), du nom d’un important lot de pointes trouvé sur cette commune (Val-de-Marne ; Briard et al. 1982)

5 Cette terminologie peut prêter à confusion en désignant à la fois l’horizon métallique de Rosnoën correspondant au BFa 1 et des haches produites autant au BFa 1 qu’au BFa 2. On lui préfère souvent le terme de haches à talon massive.

6 Il convient de citer tout de même les haches à talon du BFa 1 des dépôts de Kerboar à Saint-Ygeaux (Fily 2003, vol. 2, p. 17, hache C) et de Kergoustance à Plomodiern (Finistère) qui ne présentent pas de nervure mais qui n’ont ni la massivité ni la taille des haches du BFa 2 (Briard 1965, fig. 50, no 4).

7 CIRAM AM03 : 2840 ± 25 BP.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Lieu de découverte du dépôt de Hellez sur la commune de Saint-Ygeaux, dans les Côtes-d’Armor.
Crédits DAO M. Fily.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4186/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Titre Fig. 2 – A. Localisation du sondage et des tranchées réalisés autour du dépôt ; B. Enclos visibles en prospection aérienne dans les environs immédiats du dépôt métallique.
Crédits A. Relevés et DAO T. Lohro, M. Fily ; B. Cliché M. Gautier.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4186/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 3 – A. Vue du dépôt en cours de fouille ; B. Position des objets une fois dégagés : disposés initialement au fond d’un vase, les objets ont été éparpillés en partie par les labours. L’emplacement originel du dépôt se situe à l’extrême gauche ; C. Détail des objets encore en place au fond du vase.
Crédits Clichés M. Fily.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4186/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Titre Tabl. 1  Inventaire des objets composant le dépôt de Hellez, Saint-Ygeaux (Côtes-d’Armor) avec détail des types, de leur état et dimensions.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4186/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Fig. 4 – Localisation des objets à deux moments du décapage du dépôt de Hellez, Saint-Ygeaux (Côtes-d’Armor).
Légende Les nombres seuls renvoient aux objets métalliques ; les nombres précédés d’un « C » renvoient à un tesson de céramique.
Crédits DAO M. Fily.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4186/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Fig. 5 – Détail de l’emplacement des objets encore en place dans le fond du vase découvert sur le dépôt de Hellez, Saint-Ygeaux (Côtes-d’Armor).
Crédits Cliché M. Fily.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4186/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 231k
Titre Fig. 6 – Céramique qui contenait le dépôt métallique sur le site de Hellez, Saint-Ygeaux (Côtes-d’Armor).
Crédits Dessins A. Levillayer.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4186/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Titre Fig. 7 – Épée quasiment complète dite « de Hellez », Saint-Ygeaux (Côtes-d’Armor).
Crédits Dessins V. Bardel.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4186/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Titre Fig. 8 – Fragments d’épées du dépôt de Hellez, Saint-Ygeaux (Côtes-d’Armor) (nos 4, 5, 17, 18, 20, 28) et deux fragments de pointe de lance (nos 8, 12).
Crédits Dessins V. Bardel.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4186/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Titre Fig. 9 – Mise en comparaison de l’épée dite « de Hellez », Saint-Ygeaux (Côtes-d’Armor).
Légende A. Exemplaires plus anciens avec garde large, en « U » : 1. Saint-Hilaire-la-Palud (Charente-Maritime) ; 2. Rédéné (Finistère) ; B. Exemples d’épées de morphologie proche de celle de Hellez, avec une garde peu large, en « V » : 3. Hellez (Côtes-d’Armor) ; 4, 6. Amboise (Indre-et-Loire) ; 5. Saint-Ay (Loiret) ; 7. Nantes (Loire-Atlantique) ; 8. Amboise (Indre-et-Loire) ; C. Les types de Cordeiro et de Wilburton pour comparaison : 9. Rio de Esla (Léon, Espagne) ; 10. Blackmoor (England).
Crédits DAO M. Mélin ; 1. D’après Gomez de Soto 2007 ; 2. D’après Briard 1961 ; 3. Dessin V. Bardel ; 4. D’après Cordier 2009, fig. 323, no 1 ; 5. D’après Nouel 1967 ; 6. D’après Cordier 1984, fig. 5, no 9 ; 7. D’après Mélin 2018 ; 8. D’après Cordier 2002, fig. 4, no 3 ; 9. D’après Brandherm 2007, pl. 7 ; 10. D’après Burgess et Colquhoun 1988, pl. 159, no 9.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4186/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Titre Fig. 10 – Comparaison du fragment no 8 de pointe de lance du dépôt de Hellez, Saint-Ygeaux (Côtes-d’Armor), avec diverses pointes à courte flamme et courte douille du BFa 2.
Crédits DAO M. Mélin.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4186/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Titre Fig. 11 – Fragments de haches à talon du dépôt de Hellez, Saint-Ygeaux (Côtes-d’Armor).
Crédits Dessins V. Bardel.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4186/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Titre Fig. 12 – Mise en parallèle des fragments de haches à talon du dépôt de Hellez, Saint-Ygeaux (Côtes-d’Armor) (encadré).
Légende 1. « Moulin Neuf » à Braud-et-Saint-Louis (Gironde) ; 2. « Moulin Neuf » à Braud-et-Saint-Louis (Gironde) ; 3. « Moulin de Prade » à Cézac (Gironde) ; 4. La Loire entre Mauves-sur-Loire et Thouaré-sur-Loire (Loire-Atlantique) ; 5. La Loire, Nantes (Loire-Atlantique) ; 6. La Loire, Le Pellerin (Loire-Atlantique) ; 7. « La Justice » à Boutigny-sur-Essonne (Essonne) ; 8. « Le Grand Bréchard » à Soullans (Vendée) ; 9. « Hellez » à Saint-Ygeaux (Côtes-d’Armor) ; 10. Le Clos de la Blanche Pierre, St Lawrence (île de Jersey) ; 11. Plonéour-Lanvern (Finistère) ; 12. Saint-Brieuc-des-Iffs (Ille-et-Vilaine) ; 13. « Fort Harrouard » à Sorel-Moussel (Eure) ; 14. « Biessard » à Canteleu (Seine-Maritime) ; 15. Saint-Brieuc-des-Iffs (Ille-et-Vilaine).
Crédits 1. D’après Roussot-Larroque 1988, fig. 13 ; 2. D’après Roussot-Larroque 1988, fig. 13 ; 3. D’après Roussot-Larroque 1988, fig. 12 ; 4. D’après Poissonnier 1999, fig. 110, no 2 ; 5. D’après Maggi 1990, p. 152 ; 6. Dessin M. Mélin ; 7. D’après Mohen 1977 ; 8. D’après Boulud-Gazo et Bordas 2020 ; 9. Dessins V. Bardel ; 10. D’après Coombs 1981 ; 11. Dessins M. Mélin ; 12. D’après Briard et Onnée 1972 ; 13. D’après Mohen et Bailloud 1987 ; 14. DAO M. Mélin, d’après Verron 1971 ; 15. D’après Briard et Onnée 1972.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4186/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Titre Fig. 13 – Fragments de haches à ailerons (nos 2, 15, 16, 25, 32, 41) et lame de type indéterminé du dépôt de Hellez, Saint-Ygeaux (Côtes-d’Armor) (no 3).
Crédits Dessins V. Bardel.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4186/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Titre Fig. 14 – Bracelets du dépôt de Hellez, Saint-Ygeaux (Côtes-d’Armor).
Crédits Dessins V. Bardel.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4186/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Titre Fig. 15 – Éléments de métallurgie et petits fragments indéterminés du dépôt de Hellez,Saint-Ygeaux (Côtes-d’Armor).
Légende 6, 21, 22. Lingots ; 7, 14, 33, 39. Déchets de fonderie ; 13, 19, 23, 57, 58. Fragments indéterminés.
Crédits Dessins V. Bardel.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4186/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Titre Fig. 16 – Fragments métalliques regroupés dans le sac en tissu du dépôt de Hellez, Saint-Ygeaux (Côtes-d’Armor).
Crédits Dessins V. Bardel.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4186/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 17  Détails d’observations de fabrication et d’utilisation faites sur les épées du dépôt de Hellez, Saint-Ygeaux (Côtes-d’Armor).
Légende A. Détail du fil du tranchant des fragments nos 9 et 31 de l’épée de Hellez illustrant un mode d’affûtage particulier : très courtes stries obliques visibles contre le fil de gauche (bord 1) et stries longitudinales qui semblent être faites dans le prolongement du polissage de la lame mais de manière plus rapprochée le long du fil de droite (bord 2). Ces stigmates s’observent sur les deux faces de la lame. Détail du fragment no 30 de cette même épée qui présente un ressaut relativement large obtenu par martelage (A3) ; B. Fragment de pommeau no 28 (même épée ?) qui montre une réparation par surcoulée : les deux parties se sont altérées différemment ; C. Fragment no 20 : détail de trois entailles visibles sur l’un et l’autre des tranchants
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4186/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 182k
Titre Fig. 18 – État des profils de deux haches à talon du dépôt de Hellez, Saint-Ygeaux (Côtes-d’Armor).
Légende A. Hache no 1 : bavures soigneusement effacées ; B. Hache no 34 : bavures grossièrement écrasées. C. Fragment no 3 : seul tranchant déposé, présente des stries d’affûtage, fil marqué par plusieurs importantes cassures, toutes anciennes.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4186/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Fig. 19 – Détail du bracelet no 11-36-37 (cassures récentes) quasiment entier et brut de fonte (raté de fonte ?) du dépôt de Hellez, Saint-Ygeaux (Côtes-d’Armor). Il a été coulé dans un moule bivalve (A-B) dont il en présente des restes incrustés (C). On y observe également un repli de la bavure en partie interne (D).
Crédits Clichés et DAO M. Mélin.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4186/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Titre Fig. 20 – Détail de deux haches du dépôt de Hellez, Saint-Ygeaux (Côtes-d’Armor), montrant des coups allant au-delà de gestes dus à une seule fragmentation.
Légende A. Importants écrasement et entaille (flèches) disposés sur une cassure au départ des ailerons (fragment no 25) ; B. Entailles visibles à la perpendiculaire sur le dessus des ailerons écrasés sur une face et cassure d’un morceau d’aileron au recto (fragment no 2).
Crédits Clichés et DAO M. Mélin.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4186/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Titre Fig. 21 – Découverte du sac en tissu du dépôt de Hellez, Saint-Ygeaux (Côtes-d’Armor).
Légende A. État de la fouille avant la découverte du petit sac en tissu sous un tesson de céramique appartenant au contenant ; B. Petit sac dégagé parmi les objets en bronze, positionné directement au fond du vase.
Crédits Clichés E. Rambault, M. Fily.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4186/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Titre Fig. 22 – Détail du sac en tissu du dépôt de Hellez, Saint-Ygeaux (Côtes-d’Armor).
Légende A. Zoom sur le sac en place au cours de la fouille (au niveau des flèches deux éléments métalliques enchâssés dans le sac) ; B. Radiographie du sac permettant d’observer la disposition originelle des éléments métalliques ; C. Photo du sac lors de son étude en post-fouille ; D. Détail du tissage ; E. Fil retors ; F. Fibre de lin vue au microscope optique.
Crédits A. Cliché E. Rambault ; B. Cliché Laboratoire Arc’Antique ; C. Cliché M. Fily ; D. Cliché F. Bordas ; E-F. Cliché V. Gendrot.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4186/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 233k
Titre Fig. 23 – Schéma représentant deux modes de filage.
Légende A. Les fils sont d’abord filés dans l’un ou l’autre des sens (« S » ou « Z ») ; B. Afin de renforcer le fil obtenu, celui-ci est doublé et une nouvelle torsion est réalisée, dans le sens inverse. Le mode de filage utilisé pour le sac de Hellez est une torsion en « Z » puis en « S » (cadre).
Crédits Dessins V. Gendrot.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4186/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Titre Fig. 24 – Ensemble des éléments rassemblés dans le sac en tissu du dépôt de Hellez, Saint-Ygeaux (Côtes-d’Armor) (A) et détail d’un fragment de plaque décorée (B).
Crédits Clichés M. Mélin.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4186/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Tabl. 2 – Masses des éléments contenus dans le sac en tissu du dépôt du Hellez, Saint-Ygeaux (Côtes-d’Armor), avec essai métrologique sur la base d’une unité de poids à 0,18 g (masse la plus petite de l’ensemble).
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4186/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 25 – Interprétation d’une photographie aérienne du dépôt de Hellez, Saint-Ygeaux (Côtes-d’Armor), réalisée par M. Fily.
Légende On relève notamment plusieurs fossés d’enclos, dont certains peuvent être attribués au Premier âge du Fer (nos 2, 5), d’après la céramique qui a été récoltée pendant les sondages.
Crédits Cliché M. Gautier.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4186/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Titre Fig. 26 – Céramiques datées du Premier âge du Fer trouvées dans les sondages des fossés no 1 (tranchée 1) et A (tranchée 2) (voir fig. 2) du dépôt de Hellez, Saint-Ygeaux (Côtes-d’Armor).
Crédits Dessins A. Levillayer.
URL http://journals.openedition.org/galliap/docannexe/image/4186/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Muriel Fily, Muriel Mélin, Véronique Gendrot, Axel Levillayer et Véronique Bardel, « L’affaire est dans le sac : un cas exceptionnel de contenant textile au sein du dépôt du Bronze final atlantique 2 de Hellez, Saint-Ygeaux (Côtes-d’Armor) »Gallia Préhistoire [En ligne], 63 | 2023, mis en ligne le 22 janvier 2024, consulté le 12 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/galliap/4186 ; DOI : https://doi.org/10.4000/galliap.4186

Haut de page

Auteurs

Muriel Fily

Centre départemental de l’archéologie, Conseil départemental du Finistère, UMR 6566 CReAAH

Muriel Mélin

Service départemental d’archéologie, Conseil départemental du Morbihan, UMR 6566 CReAAH,

Véronique Gendrot

DRAC-SRA Bretagne

Axel Levillayer

Pôle archéologie, Conseil départemental de Loire-Atlantique, UMR 6566 CReAAH

Véronique Bardel

Dessinatrice

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search