Navigation – Plan du site

Présentation

Fondée en 1992 par Paul Claval, la revue Géographie et cultures a contribué à la promotion des analyses et des approches culturelles dans les géographies francophones. Fidèle à cet héritage, la revue publie des numéros thématiques et des varias qui donnent à lire et à penser la diversité des géographies culturelles contemporaines : les contributions qu’elle accueille ont, dans l’horizon du tournant culturel par rapport auquel elles se positionnent, une visée à la fois théorique, empirique et réflexive.

Dernier numéro en ligne
103 | 2017
Jardiner pour coproduire la ville

Mobilisations citoyennes et stratégies d'acteurs
Sous la direction de Florence Brondeau

Les fonctions multiples attribuées au jardinage participent du renouvellement des modèles urbains. Structurées sous la forme de projets et initiées par des acteurs plus ou moins encadrés par les pouvoirs publics, ces initiatives ne restent pas moins diversifi ées. Si certaines  constructions collaboratives prennent la forme d’un compromis bâti sur le dialogue entre les acteurs, des démarches plus spontanées éclosent dans les espaces vacants ou délaissés. En dépit de leur caractère parfois éclaté, ces dynamiques sont révélatrices d’une volonté de réappropriation citoyenne de l’espace et de l’environnement urbain. Les projets promus autour des jardins collectifs sont cependant loin d’être simplement l’expression de la seule mobilisation citoyenne, leur mise en oeuvre relève le plus souvent d’une diversité d’acteurs publics, privés, dont les objectifs peuvent diverger voire s’opposer. Ainsi, si certains projets ont été envisagés par rapport à un scénario précis présentant des étapes bien identifi ées et incontournables, d’autres ont évolué en fonction de trajectoires plus chaotiques. La réappropriation par les collectifs de jardiniers de parcelles en friches, de délaissés, ou de pieds d’immeuble, etc., est animée par un désir de ville socialement plus durable et plus équitable. Il peut être réinterprété comme une réponse à une « tragédie du non-commun », c’est-à-dire associée à l’absence d’un foncier qui ne soit ni approprié par le privé ni par l’État. En dépit du fait qu’ils puissent se trouver morcelés, ces communs sont basés sur le partage d’un territoire, de connaissances et de savoir-faire et d’un mode de gouvernance.
Dans ce contexte, le jardinage est utilisé comme un outil d’aménagement urbain accompagnant le mouvement de transition urbaine en cours. Le modèle de ville « vivrière » comme celui de « ville-fertile » renouvellent un schéma qui distinguait une dualité stricte entre ville et campagne. Outil de réhabilitation urbaine engendrant de nouvelles inégalités sociospatiales, outil d’un urbanisme tactique réduisant l’implication des citadins par un simple « faire-faire », certains projets peuvent cependant être analysés avec un certain regard critique.

Actualités

Cybergeo

Géocarrefour

Confins

Territoire en mouvement

Calenda | Géographie

Géomorphologie

  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • OpenEdition Journals