Navigation – Plan du site

Accueil

Présentation

Depuis sa création en 1992 par Paul Claval, la revue Géographie et cultures s’est attachée à promouvoir le paradigme culturel dans le champ de la géographie et à renouveler les approches du fait spatial à partir de l’idée de sujet, contribuant à faire de celui-ci la variable analytique et explicative de référence. On doit ainsi à la revue l’animation du débat scientifique dans la géographie contemporaine à partir de nouveaux objets d’étude et de nouvelles problématiques, et d’avoir joué le rôle de passerelle avec des espaces académiques étrangers.
La revue porte aujourd’hui un projet scientifique qui a l’ambition de réinvestir la dimension spatiale de la culture et des pratiques culturelles par la question sociale, et de réaffirmer ainsi le caractère structurant des facteurs sociaux et économiques dans l’analyse des situations et pratiques observées. Il s’agit donc d’accomplir un pas de côté par rapport à une lecture centrée sur la figure du sujet, sans pour autant l’effacer : la recherche en sciences sociales au cours des deux décennies écoulées a notamment conduit à reconnaître aux agents des compétences, et ouvert la voie à des analyses micro-situées tout en permettant de penser l’articulation individu/collectif. Ces compétences, notamment théorisées à partir de l’idée de pratique, doivent selon ce projet scientifique être envisagées en relation avec les rapports sociaux dans lesquels les agents sont pris. Les savoirs et savoir-faire, les actions et leurs imaginaires symboliques possèdent une inscription sociale et spatiale qu’il convient de prendre en compte et de restituer dans l’analyse la dimension culturelle des sociétés.

Chers lecteurs,
Géographie et cultures se déclare solidaire du mouvement social en cours contre la loi relative à la réforme des retraites, la loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR), le projet de réforme de la préparation des concours de l'enseignement secondaire, et pour la défense des services publics sous-financés et soumis à des logiques de dérégulation et de précarisation. À ce titre, Géographie et cultures rejoint l'initiative "Revues en lutte".

Dernier numéro en ligne
115 | 2020
Morts animales comparées

Normes et pratiques en tension
Sous la direction de Collectif Animort

Tuer des animaux n’est jamais un acte anodin. Il n’existe pas de société où la mise à mort des animaux ne soit entourée d’un ensemble de rituels, de règles et de représentations. Aujourd’hui souvent déléguée à des sphères professionnelles spécialisées, la mort animale fait l’objet de multiples normes juridiques, techniques, sanitaires, scientifiques, institutionnelles qui concourent toujours à en faire un travail singulier. Elle est au cœur de débats qui mettent en cause la légitimité à tuer les animaux, renvoyant pour certains à des systèmes de pensée pluriséculaires (à l’exemple de diverses doctrines végétariennes), pour d’autres à des préoccupations plus récentes concernant la souffrance animale ou le souci de l’environnement.
Le présent numéro de Géographie et cultures analyse la circulation et l’influence de ces débats contemporains sur les pratiques et les justifications de la mise à mort des animaux dans plusieurs sphères professionnelles (éleveurs de chevaux, tueurs en abattoir, chasseurs de phoques, éleveurs d’animaux de boucherie). Nous entendons ainsi aider à penser quelles normes et quels enjeux de la mort animale se fabriquent et circulent aujourd’hui à l’échelle internationale, tout en s’inscrivant dans des contextes sociaux et culturels spécifiques et localisés.

Actualités

  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search