Skip to navigation – Site map

HomeNuméros54Vos problèmes de couple expliqués...

Vos problèmes de couple expliqués par la géographie

Genre et espace dans quelques best-sellers
Jean‑François Staszak
p. 12-29

Abstracts

Some best-selling self-help books use geographical arguments to account for differences between men and women. Either through fictional stories or through a neo-Darwinist environmental determinism, they instrumentalise geography to naturalise these real or imagined differences, and make them appear legitimate and unquestionable. Our role as geographers is to challenge such arguments, on the grounds that whatever differences exist are socio-historical constructs.

Top of page

Full text

  • 1 Parmi les références les plus récentes : le numéro spécial des Annales de géographie dédié aux "com (...)
  • 2 Dans le monde anglo-saxon, à la suite des courants radicaux et féministes des années 1970, puis des (...)

1Si la question de l’identité intéresse fort les géographes1, ce n’est guère encore le cas de sa face noire - l’altérité -, en France tout du moins2. En revanche, en dehors de cette discipline, ou dans le cadre d’un discours géographique qui n’est pas celui, officiel, de cette science sociale, la question de l’altérité est bien posée, voire résolue, en termes géographiques, à travers l’assimilation de l’Autre et de l’Ailleurs.

2Que l’altérité d’un autre lointain, exotique, soit rapportée à des enjeux ou des catégories géographiques n’est ni indifférent, ni inintéressant, ni... inattendu. On peut être davantage surpris de voir la géographie, en tout cas « une » géographie, vernaculaire ou issue de sciences moins douces que la nôtre, mobilisée pour expliquer ou construire un rapport du même à l’autre qui, selon le sens commun et aussi selon les géographes (français), ne s’établit principalement ni par ni dans l’espace : l’altérité homme / femme.

Respecter les différences, construire l’altérité

3La question de l’altérité n’a sans doute jamais constitué un enjeu sociopolitique et scientifique plus central que dans le cadre d’un monde postmodeme et d’une pensée postmoderniste, soit depuis la fin des années 1980 et en particulier dans le monde anglo-saxon. Ainsi, aux États-Unis, l’acceptation, voire la défense, de la différence structure(rait) la société (affirmative action, political correctness) et les sciences sociales (cultural, gender et postcolonial studies).

4Mais le respect de la différence, aussi progressiste et noble qu’il paraisse dans son principe, peut également justifier des idéologies ou des pratiques réactionnaires, voire rétrogrades. Accepter la différence peut conduire à justifier l’altérité, c’est-à-dire à légitimer des formes d’oppression et d’exclusion. D’une part, à ne voir que la dimension enrichissante de la différence, on en oublie facilement, parfois involontairement, que celle-ci, dans des situations de domination, peut être instrumentalisée pour construire les catégories stigmatisantes de l’altérité. D’autre part, la célébration de la différence peut amener à la réifier, à la naturaliser et en tout cas à la figer ; on risque alors de perdre de vue qu’elle peut aussi bien être un produit social et discursif, heureusement instable, résultant de rapports de pouvoir que l’on peut (doit ?) vouloir contester, voire renverser.

5Ainsi, la prise en compte et le respect tatillon des différences culturelles entre les civilisations (à l’échelle internationale) ou entre les groupes d’une société multiculturelle (à l’échelle nationale) peut légitimer des attitudes ou des politiques séparatistes et discriminatoires. Les plus riches et les plus puissants (les mêmes) se replient sur leurs positions, dans le plus grand respect, c’est-à-dire la plus grande ignorance, des moins riches et des moins puissants (les autres), abandonnés à leur sort avec bonne conscience puisque tout projet commun porterait atteinte au droit des uns et des autres à la différence. Ce retrait peut se combiner à un double fatalisme social, culturel et (géo)politique. Premièrement, les différences seraient naturelles, ou si ancrées, ou si anciennes qu’elles ne sauraient s’estomper. Deuxièmement, elles seraient si profondes qu’elles rendraient difficile, voire impossible, toute communication ou coopération entre les groupes que ces différences séparent. Pour toutes ces raisons, la meilleure attitude consisterait à prendre acte des différences, à ne pas tenter de les réduire ni de les dépasser.

6À l’échelle internationale, la croyance en une irrémédiable différence entre les civilisations (en l’occurrence réduites aux religions) nourrit la crainte du choc des civilisations théorisé et annoncé par S. Huntington, conforte les États-Unis dans leur isolement et leur unilatéralisme, et saborde tout espoir ou tentative de dialogue ou de coopération (Huntington. 1996). À l’échelle urbaine, les gated communities et les sécessions urbaines, telles qu’elles ont été notamment observées à Los Angeles, résultent également d’un renoncement au projet social commun (le melting pot, suspecté de couler toutes les minorités dans le moule WASP) au profit d’une simple co-présence (le mélange du salad bowl, qui respecte les particularismes de chaque ingrédient). Ce « respect » des différences conduit en fait les plus riches à se barricader dans leurs quartiers-citadelles, les plus pauvres étant politiquement et fiscalement abandonnés à leurs ghettos.

7Cet article propose de considérer une troisième échelle : celle des genres, ou plutôt, pour user du lexique des discours dont il va être question, des sexes. La différence entre les hommes et les femmes, si elle est fétichisée, c’est-à-dire à la fois réifiée, naturalisée et conçue comme irrémédiable et irréversible, conduit chaque camp à prendre conscience des différences et de leur mesure, à abandonner toute velléité de les réduire ou de les combattre et à tenter, dans le cadre d’une incompréhension fondamentale et potentiellement conflictuelle, de limiter les dégâts occasionnés par une inévitable cohabitation (pas de sécession possible). Tout ceci au nom du respect de la différence. On retrouve là des arguments que l’on a rétorqués aux féministes : c’est parce que l’on respecte la femme en tant que femme, en tant qu’elle est différente de l’homme qu’on accepte ou justifie tel traitement particulier ; vouloir imposer l’égalité entre les hommes et les femmes, n’est-ce pas nier celles-ci dans leur féminité ?

8Durant les années 1990 fleurissent les livres de développement personnel (self-help books) destinés à aider les couples (hétérosexuels) à résoudre leurs problèmes. À en croire leurs auteurs, ceux-ci seraient principalement liés à des malentendus. Pour partie à cause des féministes, les hommes et les femmes en sont venus à croire qu’ils sont pareils. Pour cette raison, leurs attentes, leurs discours et leurs comportements vis-à-vis de leur partenaire sont totalement inadaptés, ce qui nourrit frustrations, incompréhensions et tensions. Ce n’est pas en tentant de réduire ces différences, c’est-à-dire en essayant de faire en sorte que les hommes et les femmes se transforment pour parvenir à cette similitude illusoire qu’on résoudra les problèmes de couple, car c’est un vain combat : ces différences sont profondes et naturelles, on ne saurait les faire disparaître. Ce sont plutôt les attentes, les discours et les comportements qu’il faut changer, de façon à ce que chaque partenaire adapte ceux-ci à la différence à laquelle il est confronté : celle de l’autre sexe.

9Cette vision s’inscrit dans le cadre du retour de bâton (backlash) contre les femmes et le féminisme que S. Faludi a vu à l’œuvre aux États-Unis (Faludi, 1991). La pop-psychology véhiculée par les self-help books des années 1980 conseillait plus ou moins directement aux femmes de revenir sur certains « acquis » du féminisme (l’aspiration à une carrière, à l’égalité de traitement, à des rapports symétriques avec leur partenaire, etc.) pour résoudre leurs difficultés, mieux réussir leur vie de couple et de famille- les hommes n’étant, semble-t-il, pour rien dans leurs problèmes. Certes, les self­help books des années 1990, dont il va ici être question, se distinguent sur ce point et demandent des efforts tant aux hommes qu’aux femmes. Mais, comme ceux de la décennie précédente, ils partent du principe que la différence entre les hommes et les femmes n’a ni à être questionnée ni à être combattue.

10Dans la mesure où cette différence, constituée en altérité, s’articule à des effets de domination (dont ces ouvrages ne parlent pas), ceux-ci tendent à persuader leurs lecteurs, démunis et avides de conseils, qui se trouvent être principalement des lectrices, d’accepter le mauvais sort qui leur est fait, et participent donc à la perpétuation des inégalités de genre.

« À travers la pop-psychology, le retour de bâton s’est infiltré dans les lignes de front les plus intimes, marquant de la façon la plus efficace et la plus destructive son message déprimant et moralisateur dans l’esprit des millions de femmes qui se sentaient déjà fragiles et vulnérables » (Faludi, 1991, p. 336).

  • 3 On observe le même type de glissement d’échelle (mais dans le sens inverse) chez Samuel Huntington (...)

11Dans leur traitement de l’altérité, les trois échelles d’analyse qui viennent d’être présentées ne font pas appel à des raisonnements spécifiques. Par exemple, les livres de développement personnel dédiés à la question du genre s’inspirent principalement de la sociobiologie et de la « théorie des deux cerveaux », notamment des travaux très diffusés mais fort contestés de la psychologue canadienne Doreen Kamura (Kamura, 2001 ; Vidal et Benoit-Browaeys, 2005). Celle-ci est par ailleurs connue pour être une des voix du Freedom Party, qui prône un ultra-libéralisme darwinien opposé à toute politique sociale et fondé sur le respect des libertés et des particularités de chacun. Ceux qui prétendent, sur la base du respect de différences « naturelles », justifier les inégalités entre les genres sont aussi ceux qui, sur la base des prédispositions différentes des individus, cherchent à légitimer une société régie par le droit des plus forts. Le raisonnement à l’échelle des genres est le même que celui à l’échelle des groupes sociaux, et vaut aussi à l’échelle du monde, où certaines nations, plus douées que d’autres, se voient réserver certaines missions3. Autant d’analyses qui alimentent aux États-Unis l’idéologie et la politique des néo-conservateurs.

12Pourquoi s’intéresser ici à l’échelle du genre ? Sans entrer ici dans le débat, mentionnons qu’elle n’est pas moins géographique qu’une autre, et que la négligence dans laquelle les géographes (français) l’ont longtemps tenue est une raison suffisante pour aujourd’hui la privilégier. Mais il y a autre chose. Les self-help books dont il vient d’être question constituent un corpus spécifiquement intéressant pour qui s’intéresse à la dimension géographique du genre. De façon inattendue, deux des plus grands best­sellers en la matière dans les années 1990 lient directement et explicitement la question du genre à des enjeux ou des processus géographiques. Cet article vise à analyser comment l’espace est mobilisé par ces ouvrages pour décrire, expliquer et légitimer la différence entre les genres ou les sexes, et à confronter ce discours à ce que les géographes disent (ou devraient dire ?) en la matière.

Les hommes viennent de Mars, les femmes viennent de Vénus

  • 4 Plus de 30 millions d’exemplaires vendus, en 40 langues (source : www.marsvenus.com).

13Les hommes viennent de Mars, les femmes viennent de Vénus : tel est le titre d’un des plus gros best-sellers des années 19904. Ce livre, qui décrit les différences entre les hommes et les femmes, fait dès le premier chapitre appel à une parabole géographique, censée rend re compte de ces différences, qui sera reprise tout au long de l’ouvrage.

« Essayez de vous imaginer que les hommes viennent de Mars et les femmes de Vénus. Qu’un beau jour, il y a très longtemps, les Martiens, regardant dans leur télescope, découvrirent les Vénusiennes. Que cette découverte éveilla en eux des sentiments absolument sans précédent. Et que leurs élans amoureux devinrent si forts qu’ils inventèrent les voyages interplanétaires et s’envolèrent vers Vénus [... Martiens et Vénusiennes vivent un temps un ’amour magique’ dans l’harmonie la plus parfaite, se délectant de leurs différences...]. Un jour, Martiens et Vénusiennes émigrèrent sur la Terre. Au début, tout leur parut merveilleux et magnifique. Mais l’atmosphère terrestre exerçant sur eux son influence maléfique, ils se réveillèrent, un beau matin, victimes d’une forme très particulière de perte de mémoire : l’amnésie sélective ! Les Martiens comme les Vénusiennes avaient oublié qu’ils venaient de planètes différentes et qu’ils ne pouvaient être qu’intrinsèquement dissemblables. En une nuit, tout ce qu’ils savaient de leurs dissimilitudes avait été effacé. Dès lors, les hommes et les femmes sont perpétuellement en conflit » (Gray, 1997, p. 19).

14Le déterminisme géographique est explicite : « ils venaient de planètes différentes et qu’ils ne pouvaient être qu’intrinsèquement dissemblables ». Mais si J. Gray montre tout au long du livre (dont c’est précisément l’enjeu) en quoi Martiens et Vénusiennes diffèrent, il ne précise jamais comment les planètes déterminent ces différences, ni même en quoi les deux planètes diffèrent. Il ne dit rien d’ailleurs de Mars ni de Vénus en tant que lieux : il nous parle de « la vie sur Mars », du comportement et des valeurs des Martiens, puis de « la vie sur Vénus » ; des systèmes de valeurs, des goûts qui y prévalent (Gray, 1997, p. 27-31). Il présente les Martiens et les Vénusiennes sans aucune référence à leur environnement. De ce que le lecteur peut en savoir, Mars et Vénus ne se différencient que par leur localisation au sein du système solaire, par les caractéristiques des peuples qui y vivent, et par leur nom.

15Vénus, la planète d’où viennent les femmes, a été baptisée du nom de la déesse de l’amour ; Mars, celle des hommes, du dieu de la guerre, La toponymie sidérale, par sa référence à la mythologie romaine, attribue bien à chaque planète un sexe et une série de caractères qui sont ceux du dieu éponyme et ceux que la civilisation occidentale attribue aux genres masculin et féminin. Les symboles astrologiques des deux planètes sont d’ailleurs ceux par lesquels les biologistes figurent les sexes masculin et féminin.

16Alors, Martiens et Vénusiennes diffèrent-ils par le jeu magique d’une analogie, par une contagion symbolique qui fait circuler le sens entre le lieu, le nom du lieu et les habitants du lieu ? Ou faut-il envisager une explication plus « rationnelle », un déterminisme géographique par exemple ? On ne le saura pas, l’auteur ne nous dira rien du rôle de la planète dans l’affaire. Bien sûr, si l’auteur ne s’explique pas sur ce point, c’est que ce récit des origines s’assume comme une fiction.

17Pourquoi cette fiction prend-elle une forme géographique, et pourquoi celle-ci est-elle jugée assez pertinente pour donner son titre à l’ouvrage ? Sans doute, l’auteur estime que les hommes et les femmes ne se rendent pas (assez) compte de leur dissemblance, leur proximité spatiale dissimulant leurs natures éloignées. Pour qu’ils en saisissent la portée, il faut qu’ils imaginent que les hommes et les femmes sont « aussi différents » que s’ils ne venaient pas de la même planète. « Pour un peu, ils sembleraient venir de planètes différentes, tant leur langage et même leurs besoins diffèrent fondamentalement » (Gray, 1997, p. 14). La métaphore de l’origine géographique, exacerbée, puisque sidérale, semble une façon de faire comprendre le caractère premier, définitif de la différence (on ne peut rien changer à l’origine) ainsi que l’ampleur de celle-ci (les hommes et les femmes sont des aliens les uns pour les autres).

« Admettre que son partenaire est aussi différent de soi qu’un être venu d’une autre planète rend plus facile de tenter de s’accommoder de ses spécificités et se détendre, au lieu de résister ou d’essayer de le changer. On n’attend plus de lui l’impossible » (Gray, 1997, p. 14).

18La figure de style consistant à inventer deux origines géographiques différentes pour expliquer la différence entre deux individus ou deux groupes qui habitent au même endroit est ancienne et courante. Ainsi, dans une nouvelle orientaliste de Maupassant, le narrateur confie à propos de sa « petite épouse » arabe :

« Je m’attachai d’une façon bizarre à cette créature d’une autre race, qui me semblait presque d’une autre espèce, née sur une planète voisine » (Maupassant, 1889).

19La pertinence (l’efficacité rhétorique) de cette métaphore se fonde sur le raisonnement qui suit :

  • les caractéristiques des êtres sont conditionnées par les lieux dans lesquels ils naissent (parmi les modes de « conditionnement » : l’analogie, le déterminisme environnemental, la sélection naturelle darwinienne) ;

  • les lieux sont d’autant plus différents qu’ils sont éloignés ;

  • en conséquence, les êtres sont d’autant plus différents qu’ils viennent de lieux éloignés.

20On en déduit que si deux êtres sont différents alors qu’ils vivent dans le même milieu, c’est nécessairement qu’ils viennent de lieux éloignés. La géographie est utilisée pour caractériser, voire expliquer, des différences. Et, comme l’explication est déterministe et renvoie à une cause première qu’on ne saurait modifier (on ne remonte pas le temps), ces différences sont posées comme définitives et incontestables. La géographie, cela sert à fonder l’altérité. Quand l’autre est ici, on ressent le besoin de recourir à une fiction car la géographie est la meilleure garantie de l’altérité.

21Le succès du livre de J. Gray va faire de la formule de son titre une recette. Des humoristes sud-africains suggèrent que les Madames (blanches) viennent de Mars, les bonnes (noires) de Vénus (Francis, Dugmore et Schacherl, 2000) (comme si les différences de statut social et « racial » ne suffisaient pas...). Bien plus sérieusement, un politologue américain renommé, cherchant à rendre compte de dissensions entre les États-Unis et certains pays européens à l’occasion de la seconde guerre du Golfe, révèle : « les Américains viennent de Mars, les Européens viennent de Vénus » (Kagan, 2003). L’image s’érige en cliché, comme en attestent les exemples qui suivent (repérés sur de multiples sites web en français ou en anglais - la liste ne prétend pas à l’exhaustivité).

22L’usage de la fiction d’origines planétaires différentes a sa logique à propos d’êtres ou d’objets qui se trouvent dans le même espace, qui ont la même origine et que la géographie ne peut en conséquence parvenir à différencier. Il est plus curieux, car superfétatoire, appliqué à des groupes que la géographie distingue (Américains, Européens, Allemands, Italiens, Chypriotes turcs et grecs). C’est sans doute que la distance qui les sépare n’est pas (plus) suffisante : est-ce parce qu’à une planète mondialisée devrait correspondre une humanité homogène ?

23Le caractère binaire et clairement axiologique des oppositions dont il vient d’être question montre bien qu’il ne s’agit pas seulement de rendre compte de différences. Il s’agit plutôt de classer, de mettre en catégories. Ce qu’on voit ici à l’œuvre, c’est une construction de l’altérité, c’est-à-dire la stigmatisation de la différence, ou tout du moins la mobilisation de certains caractères pour construire des oppositions entre des groupes dont on assure par la même occasion la cohésion interne (par exemple, l’identité).

Pourquoi les femmes ne savent pas lire les cartes ?

  • 5 Les self-help books se présentent souvent comme des ouvrages de vulgarisation scientifique. Barrica (...)

24Pourquoi les hommes n’écoutent jamais rien et les femmes ne savent pas lire les cartes routières, tel est le titre d’un autre self-help book à succès. Il s’agit d’un livre de vulgarisation5 qui vise, en faisant appel à la sociobiologie et à la psychologie évolutionniste, à décrire et expliquer les différences entre les hommes et les femmes, et à aider les couples à résoudre les conflits qu’entraînent ces dissemblances ou plutôt la méconnaissance de celles-ci (les couples homosexuels, faut-il croire, s’entendent mieux).

25Les auteurs, A. et B. Pease, recourent aussi (mais ponctuellement) à la fiction géographique employée par J. Gray : « ce livre est un peu comme un guide pour visiter un pays étranger. Il contient des expressions locales ou de l’argot du cru, du langage gestuel et des raisons pour lesquelles les habitants sont ce qu’ils sont » (Pease, 2001, p. 38). Comme si hommes et femmes vivaient dans deux pays différents.

26Si ce livre ici nous intéresse, c’est qu’il explicite ce que J. Gray ne dit pas : l’ouvrage explique pourquoi les hommes et les femmes diffèrent ­ et c’est une fois de plus de géographie qu’il s’agit.

27Selon les auteurs du best-seller, l’inaptitude des femmes à lire les cartes est innée : elle tient à des différences physiologiques (neurologiques, en l’occurrence) (Figure l) entre les corps des deux sexes. Les spécialistes des sciences dures s’accorderaient pour dire que le cerveau de la femme, en raison de sa structure, est moins performant que celui de l’homme dans les manipulations spatiales (du type : imaginer la rotation d’un objet complexe).

Figure 1 : « Tout est dans la tête », Pease, 2000, p. 87-88.

Figure 1 : « Tout est dans la tête », Pease, 2000, p. 87-88.

28Mais d’où vient cette différence ? Tout comme Gray, A. et B. Pease proposent un récit des origines. Voici comment tout a commencé :

« Il était une fois, il y a très, très longtemps, hommes et femmes vivaient joyeusement ensemble et vivaient ensemble en harmonie. Chaque jour, l’homme se hasardait hors de la caverne dans un monde hostile et dangereux pour risquer sa vie de chasseur afin de rapporter de quoi manger à sa femme et ses enfants, et il assurait leur défense contre les animaux sauvages et les ennemis du clan. Pour ce faire, il a développé des capacités d’orientation sur de longues distances afin de pouvoir repérer la nourriture et la rapporter, ainsi que des capacités de tirer pour viser et toucher une cible en mouvement [...]. Le rôle de la femme était tout aussi clair. Le fait qu’elle soit en charge de la maternité a dicté à la femme l’évolution de sa conduite et la manière dont ses capacités se sont spécialisées pour remplir son rôle. Elle avait besoin de contrôler son environnement immédiat pour repérer tout danger, d’avoir des capacités d’orientation sur de courtes distances, en utilisant des points de repère pour retrouver son chemin, et d’avoir une capacité très sensible pour 'sentir' les petits changements dans le comportement et l’apparence des enfants et des adultes. Les choses étaient simples : il était le ’Chasseur de repas’, elle était la ’gardienne du nid’ ». (Pease, 2001, p. 40-41).

29De nombreuses failles mériteraient d’être relevées, notamment la tautologie sur la fonction maternelle de la mère ou le caractère largement fantasmé de ce « genre de vie » originel, qui reflète bien davantage les projections idéologiques des auteurs que l’état des (mé)connaissances anthropologiques en la matière. Mais après tout, l’histoire est présentée comme une légende (« il était une fois »). En fait, il ne s’agit pas comme chez J. Gray d’une fiction. Les auteurs reviennent ensuite sur ce mythe fondateur pour en préciser la réalité historique :

« Ces rituels et comportements simples existent toujours dans les civilisations anciennes, notamment à Bornéo, dans certaines parties de l’Afrique et de l’Indonésie, chez certaines tribus d’Aborigènes, en Australie, de Maoris, en Nouvelle-Zélande, et chez les Inuits, au Canada et au Groenland [...] mais, pour les hommes et les femmes qui vivent dans les pays civilisés modernes, ces vieilles règles ont été oubliées, et l’anarchie, la confusion et le mécontentement ont pris leur place » (Pease, 2001. p. 43).

30Cette histoire de la différenciation des sexes met en avant des causes géographiques. Ce nouveau mythe de la caverne explique en termes d’histoire naturelle la construction d’une différence entre les hommes et les femmes, qui tient fondamentalement à leur affectation à deux espaces différents : à la femme, l’intérieur de la caverne et les vertus domestiques ; à l’homme, l’extérieur et la maîtrise de la nature. Les hommes et les femmes sont différents par nature parce qu’ils relèvent par nature de deux espaces naturellement différents ; aussi les dissemblances entre les hommes et les femmes tiennent pour beaucoup à leurs capacités et comportements spatiaux (« la capacité spatiale étant un des attributs masculins les plus forts » [Pease, 2001, p. 258]). Ainsi, l’ouvrage dédie un chapitre spécifique à la capacité spatiale (Figure 2).

Figure 2 : « Capacité spatiale, plan, cible et créneaux », Pease, 2000, p. 177.

Figure 2 : « Capacité spatiale, plan, cible et créneaux », Pease, 2000, p. 177.

31C’est sans doute pourquoi la capacité à lire les cartes sert de titre à l’ouvrage : elle est à la fois symptomatique et fondatrice de la différence entre les hommes et les femmes. En outre, les éditeurs, anticipant sur les attentes du lectorat, ont sans doute estimé qu’une bonne façon de présenter cette différence était de mettre l’accent sur un phénomène « évident » mais difficile à expliquer : l’inégale aptitude cartographique des hommes et des femmes. Probablement, chacun(e ?) s’est un jour étonné(e) de la maladresse des femmes face à une carte, et a donc envie de se procurer le livre qui l’explique. Si l’idée que les femmes ne savent pas lire les cartes ne relevait pas du sens commun, ce titre serait vraiment mal choisi.

32L’ouvrage ne précise pas comment les individus acquièrent des aptitudes (spatiales notamment) qui leur permettent de mieux vivre dans le milieu où ils évoluent, pas plus qu’il ne précise si (ni comment) ces aptitudes sont transmises. C’est sans doute pour simplifier le propos ou éviter un point qui reste polémique aux États-Unis. Il est toutefois clair que les auteurs se réfèrent à la théorie synthétique de l’évolution (ou néodarwinisme). Selon celle-ci, les aptitudes sont portées et transmises par des gènes. Ceux-ci connaissent des mutations aléatoires, et la sélection naturelle et sexuelle facilite la survie et la reproduction des individus qui bénéficient des gènes déterminant les caractères les plus adaptés à leur milieu. Pour A. et B. Pease, la grotte et la forêt constituent des environnements différents : pour y réussir, il faut des aptitudes différentes. La grotte et la forêt diffèrent en ce qu’ils constituent des « natures » qui sélectionnent de façon différenciée. C’est d’un point de vue darwinien que les lieux diffèrent : il s’agit d’un déterminisme environnemental, certes sophistiqué, mais qui procède des mêmes fondements que la théorie hippocratique des climats : « une même espèce pour des mondes différents » (Figure 3), tel est le titre du premier chapitre. En termes géographiques, on dira que c’est le milieu qui diffère.

Figure 3 : "Un même espèce pour des mondes différents", Pease, 2000, p. 25, 413.

Figure 3 : "Un même espèce pour des mondes différents", Pease, 2000, p. 25, 413.

33Expliquer la construction de la différence entre les hommes et les femmes par le déterminisme néodarwinien, c’est réduire le genre au sexe et le social au biologique. Comme l’écrit M. Godelier :

  • 6 M. Godelier, "Avant-propos" (Vidal et Benoit-Browaeys, 2005, p. 8-9).

« Invoquer des raisons biologiques pour ’expliquer’ des différences réelles ou imaginaires entre les individus selon leur sexe, leur ’race’ ou leur société, c’est chercher des raisons hors de l’histoire et transformer du même coup des faits historiques (s’ils existent réellement) en faits naturels et donc non-modifiables. Du même coup, également, ces inégalités se trouvent non seulement expliquées, mais justifiées et la démarche scientifique se mue en démarche idéologique. Un ordre social provisoire devient un ordre naturel incontournable »6.

34La géographie, qui n’est bien sûr pas l’enjeu de l’ouvrage, est pourtant au cœur de son propos. Les différences entre les hommes et les femmes tiennent beaucoup à des capacités spatiales spécifiques à chacun(e), et celles-ci résultent de l’adaptation darwinienne des deux sexes à deux milieux différents. Ainsi, ce n’est pas seulement la biologie, mais aussi la géographie qui est mobilisée pour exprimer, expliquer et - ce qui est peut­-être plus important - faire accepter les différences entre les hommes et les femmes. L’histoire naturelle du déterminisme environnemental joue chez A. et B. Pease le même rôle (idéo)logique que la fiction géographique des origines chez J. Gray.

35Qu’en pensent les géographes ?

Un défi pour les géographes

36Dans le monde anglo-saxon, le thème du rapport entre les hommes et les femmes est bien inscrit depuis les années 1970 dans les programmes scientifiques et universitaires, mais il est abordé en des termes très différents. On n’y parle pas de sexe mais de genre, considérant que les rôles masculins et féminins sont des constructions socio-historiques : la question des fondements biologiques de la différence entre les hommes et les femmes n’est jamais abordée, si ce n’est pour les dénoncer comme de dangereuses illusions résultant d’une idéologie sexiste. C’est précisément contre cette théorie du genre que se dressent A et B. Pease, qui rejettent « les clichés politiquement corrects » et « l’argument stéréotype » de la « conspiration des mâles » soutenu par « un certain nombre de groupes de pression » (Pease, 2001, p. 30-35). Pour nos auteurs, qui s’inscrivent dans le prolongement du retour de bâton anti-féministe (Faludi, 1991), les différences entre les hommes et les femmes sont innées (leur livre traite des sexes, non des genres) et déterminées par le milieu naturel.

  • 7 Pour ne citer qu’un ouvrage représentatif dans chaque courant : Wilson, 1987 ; Dawkins, 1996 ; Durh (...)

37Comment expliquer ces positions si antagonistes ? La géographie a depuis longtemps jeté le déterminisme physique aux poubelles de l’histoire des sciences. Est-ce à dire que les géographes rejettent le néodarwinisme ? Certes non : ils acceptent volontiers que la théorie de l’évolution rende compte de l’histoire naturelle, celle des espèces (y compris l’espèce humaine), mais s’en désintéressent, car c’est l’histoire des sociétés qui les concerne, et ils partent du principe que la première n’explique pas la seconde, que le social ne doit rien au biologique. Le problème, c’est que cette idée ne fait l’unanimité qu’au sein des sciences sociales. Depuis la fin des années 1970, différentes théories d’inspiration néodarwinienne viennent la battre en brèche : la sociobiologie, la théorie des « mènes », les théories de la co-évolution génétique et culturelle, l’éthologie (et particulièrement la primatologie) culturelle, l’anthropologie cognitive7. Selon ces thèses, nombre des caractéristiques des êtres humains et aussi des sociétés seraient déterminées par les gènes, et donc par les lois de révolution ; bien des phénomènes qu’on croit sociaux seraient en fait naturels. Comment les sciences sociales réagissent-elles à ces ouvrages dont les titres clament Les origines animales de la culture (Lestel, 2001) ou Les Bases naturelles de la morale (Waal, 1997) ? De façon générale, elles les ignorent. Trois hypothèses peuvent l’expliquer.

38Premièrement, la géographie et plus généralement les sciences sociales, s’inscrivent dans un autre paradigme que ceux des sciences dures, notamment de la biologie, de la neurologie et de l’histoire naturelle néo­-darwinienne qui inspirent ces ouvrages. On aurait là deux champs étrangers l’un à l’autre, qui ne communiquent pas. On refuserait d’ouvrir le débat avec les sciences dures car on comprend mal leur discours et l’on hésite à s’aventurer hors de son champ de compétence. Les collègues des sciences dures n’ont pas la même frilosité, et ne craignent pas de tirer les conséquences politiques ou sociologiques de leurs découvertes. Ne peut-on au moins sur ces points défendre nos positions ?

39Deuxièmement, le statut discursif des self-help books dont traite cet article est inversement proportionnel à leur tirage. Un scientifique, spécialement s’il s’inscrit dans les sciences sociales, n’est pas censé les lire, encore moins perdre son temps à les commenter ou les réfuter, tant il est acquis qu’il s’agit d’un ramassis d’âneries. Pourtant, du point de vue des sciences sociales, peu importe que les thèses qui y sont défendues soient exactes ou non. Au même titre que l’astrologie, les soucoupes volantes et les rumeurs urbaines, cette vision de l’homme et de la femme constitue un fait social, massif si on le mesure aux ventes de ces ouvrages. La géographie sociale et/ou culturelle, qui s’attache aux représentations et aux comportements des acteurs, ne peut s’en désintéresser. De plus, à partir du moment où les acteurs adhèrent à cette vision, c’est-à-dire abordent la différence entre les hommes et les femmes comme ayant des causes et des manifestations géographiques, ils agissent en conséquence, et leurs actions participent à la production de la réalité, spatiale notamment. Que leur croyance soit fondée ou non, les résultats sont les mêmes : comme le dit le « théorème » de Thomas, rendu célèbre par R. K. Merton : « if men [sic] define situations as real, they are real in their consequences ». Il suffit que des millions de personnes pensent que le genre est une question de géographie pour que, « de fait », le genre soit une question de géographie.

40Troisièmement, outre leur statut discursif, nos best-sellers peuvent ne pas susciter l’intérêt des géographes français parce que c’est de sexe (ou de genre) qu’il s’agit. Or, la majorité de ceux-ci considèrent encore que leurs recherches ne peuvent porter que sur des objets spatiaux (ville, région, paysage, territoire, etc.) -sauf à sortir de la discipline et à courir le risque de perdre leur légitimité. Le genre, accorde-t-on, s’inscrit bien sûr dans l’espace, mais, les différences de genre n’étant pas directement ou essentiellement spatiales, elles ne relèveraient pas de la géographie. Le chercheur qui, à l’occasion d’un travail sur un espace ou un processus spatial, rencontre des enjeux de genre est ainsi autorisé à les aborder pour mieux comprendre les questions qui le préoccupent, mais le genre n’est pas un objet dont il peut ou veut se saisir. C’est le spatialisme de la géographie française qui la détournerait des enjeux de genre. Mais, même dans cette logique, ne peut-on croire que les millions de lecteurs qui lisent ces ouvrages vont se persuader que la question de la différence des sexes est d’ordre spatial, et que (revoici Thomas) cette différence devient alors de fait un phénomène spatial ?

41La mobilisation bruyante d’arguments géographiques dans un sens (souvent déterministe) qui n’est pas celui des géographes n’est pas rare. C’est ainsi la géographie qui explique Richesse et pauvreté des nations (Landes, 2000) et qui rend compte De l’inégalité parmi les sociétés (Diamond, 2000). Ces ouvrages sérieux ont été lus et critiqués par les géographes. Si les best-sellers mentionnés dans cet article n’ont pas bénéficié du même traitement, est-ce parce qu’ils relèvent d’un type de discours (self-help book, vulgarisation) moins pris au sérieux (quoique bien plus lus), ou parce que les différences entre les hommes et les femmes sont moins problématiques qu’entre les pays ?

42Au-delà de la question du genre, au-delà du déterminisme environnemental, l’emploi de fictions géographiques pour expliquer ou exprimer des différences, ou plutôt, fabriquer de l’altérité (et de l’identité) ne devrait pas laisser le géographe indifférent. Mars et Vénus en est une illustration qu’on peut juger bénigne au sens où la fiction s’y assume comme telle. Il n’en va pas toujours ainsi. Par exemple, quand on argumente du découpage continental pour refuser à la Turquie l’entrée dans l’Union européenne, a-t-on bien conscience que l’on renvoie à un mythe géographique ? Il ne s’agit pas là de Mars et de Vénus, mais de Zeus et d’Europe- et toujours de genre. Les géographes savent que les continents ne sont pas des choses en soi, qui existeraient avant les Hommes et indépendamment d’eux. Ils ont été produits par des discours, souvent à des fins politiques, ce qui explique d’ailleurs que leur nombre comme leurs limites sont l’objet de fluctuations et de débats. Les continents sont une fiction qui sert (tout comme celle de Mars et Vénus) à produire et légitimer de l’altérité. On continue pourtant à les énumérer et les cartographier, souvent sans état d’âme apparent, dans les manuels scolaires - ceux-là mêmes dont se souviennent les hommes politiques quand il s’agit de prendre des décisions. Pour parodier Thomas : si les Hommes considèrent les continents comme des réalités, ils sont réels dans leurs conséquences.

43Les deux best-sellers présentés montrent à l’œuvre deux modes de construction et de légitimation de l’altérité par la géographie : le déterminisme néodarwinien et la fiction géographique (et sa réification). Il est de la responsabilité scientifique et morale, si ce n’est politique, des géographes de déconstruire ces discours, savants ou vernaculaires, qui usent de la géographie pour faire accepter comme naturelles et incontestables des inégalités dont ces géographes peuvent souligner les dimensions sociale et historique, et ainsi attester du caractère contingent et contestable.

44Cela suppose de connaître l’histoire de la discipline, à laquelle ces arguments sont souvent empruntés, et de l’assumer dans un travail de mémoire critique. Cela suppose aussi d’oser le débat avec les sciences dures, débat sans doute difficile car les sciences dures s’y sont engagées avant nous et avec une légitimité scientifique et sociale supérieure à la nôtre.

Top of page

Bibliography

DIAMOND, J., 2000, De l’inégalité parmi les sociétés, Paris, Gallimard, 1re édition 1997.

DURHAM, W.H., 1991, Coevolution. Genes, Culture and Human Diversity, Stanford University Press.

FALUDI, S., 1991, Backlash. The Undeclared War against American Women, New York, Doubleday.

FRANCIS, S., H. DUGMORE et R. SCHACHERL, 2000, Madame et Ève, Tome 6 : « Madame vient de Mars, Ève de Vénus », Issy-les-Moulineaux, Vent d’Ouest.

GRAY, J., 1997, Les hommes viennent de Mars, les femmes viennent de Vénus, Paris, J’ai Lu, 1re édition 1992.

HAWKINS, R., 1996, Le gène égoïste, Paris, Odile Jacob, 1re édition 1976.

HUNTINGTON, S., 1997, Le choc des civilisations, Paris, Odile Jacob, 1re édition 1996.

HUNTINGTON, S., 2004, Qui sommes-nous ? Identité nationale et choc des cultures, Paris, Odile Jacob.

KAGAN, R., 2003, Of Paradise and Power : America and Europe in the New World Order, New York, Knopf.

KIMURA, D., 2001, Cerveau d’homme, cerveau de femme, Paris, Odile Jacob.

LANDES, D.S., 2000, Richesse et pauvreté des nations, Paris, Albin Michel, 1re édition 1998.

LESTEL, D., 2001, Les origines animales de la culture, Paris, Flammarion.

MAUPASSANT, G. de, 1889, « Allouma », première publication dans L’Écho de Paris, 10 et 15 février.

PEASE, A. et B., 2001, Pourquoi les hommes n’écoutent jamais rien et les femmes ne savent pas lire les cartes routières, Paris, First Éditions.

SPERBER, D., 1996, La contagion des idées, Paris, Odile Jacob.

STASZAK, J.-F. et al, 2001, Géographies anglo-saxonnes, tendances contemporaines, Paris, Belin.

VIDAL, C. et D. BENOIT·BROWAEYS, 2005, Cerveau, sexe et pouvoir, Paris, Belin.

WAAL, F. de, 1997, Le bon singe. Les bases naturelles de la morale, Paris, Bayard, 1re édition 1996.

WILSON, E.O., 1987, La sociobiologie. La nouvelle synthèse, Monaco, Le Rocher, 1re édition 1975.

Top of page

Notes

1 Parmi les références les plus récentes : le numéro spécial des Annales de géographie dédié aux "composantes spatiales, formes et processus géographiques des identités" (638/639, juillet-octobre 2004).

2 Dans le monde anglo-saxon, à la suite des courants radicaux et féministes des années 1970, puis des gender, des gay and lesbian et des postcolonial studies des années 1990, l’Autre constitue un enjeu central pour la géographie, à la fois pour des raisons scientifiques et épistémologiques (Staszak et al., 2001).

3 On observe le même type de glissement d’échelle (mais dans le sens inverse) chez Samuel Huntington qui, après avoir théorisé le choc des civilisations à l’échelle du monde (Huntington, 1996), s’emploie à analyser le risque de décomposition de l’identité et de la société états-uniennes que fait courir le multiculturalisme, et en particulier celui dont la minorité hispanique est porteuse (Huntington, 2004).

4 Plus de 30 millions d’exemplaires vendus, en 40 langues (source : www.marsvenus.com).

5 Les self-help books se présentent souvent comme des ouvrages de vulgarisation scientifique. Barricadés derrière les murailles d’une légitimé scientifique explicite quoiqu'allusive, ils omettent fréquemment de mentionner que les théories sur lesquelles ils se fondent ne sont pas des faits, qu’elles ne font pas l’unanimité parmi les scientifiques, et qu’elles sont en contradiction avec d’autres théories soutenues par d’autres.

6 M. Godelier, "Avant-propos" (Vidal et Benoit-Browaeys, 2005, p. 8-9).

7 Pour ne citer qu’un ouvrage représentatif dans chaque courant : Wilson, 1987 ; Dawkins, 1996 ; Durham, 1991 ;Waal, 1997 ; Sperber, 1996.

Top of page

List of illustrations

URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/10932/img-1.jpg
File image/jpeg, 44k
Title Figure 1 : « Tout est dans la tête », Pease, 2000, p. 87-88.
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/10932/img-2.jpg
File image/jpeg, 251k
Title Figure 2 : « Capacité spatiale, plan, cible et créneaux », Pease, 2000, p. 177.
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/10932/img-3.jpg
File image/jpeg, 33k
Title Figure 3 : "Un même espèce pour des mondes différents", Pease, 2000, p. 25, 413.
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/10932/img-4.jpg
File image/jpeg, 51k
Top of page

References

Bibliographical reference

Jean‑François Staszak, “Vos problèmes de couple expliqués par la géographie”Géographie et cultures, 54 | 2005, 12-29.

Electronic reference

Jean‑François Staszak, “Vos problèmes de couple expliqués par la géographie”Géographie et cultures [Online], 54 | 2005, Online since 10 December 2020, connection on 23 July 2024. URL: http://journals.openedition.org/gc/10932; DOI: https://doi.org/10.4000/gc.10932

Top of page

About the author

Jean‑François Staszak

Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne

By this author

Top of page

Copyright

CC-BY-SA-4.0

The text only may be used under licence CC BY-SA 4.0. All other elements (illustrations, imported files) are “All rights reserved”, unless otherwise stated.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search