Navigation – Plan du site

AccueilNuméros110Patrimoine et tourisme au cimetiè...

Patrimoine et tourisme au cimetière monumental de la Chartreuse de Bologne

Évolution des pratiques et des représentations
Cultural heritage and tourism at the monumental cemetery of the Chartreuse of Bologna: evolution of practices and perceptions
Alexandrine Espinasse
p. 75-92

Résumés

Depuis sa création en 1801, le cimetière monumental de la Chartreuse de Bologne est un lieu hautement symbolique et représentatif de la ville et de ses habitants. Lieu principal d’inhumation et d’incinération des Bolonais, c’est un espace de recueillement, certes, mais aussi de promenade et de culture. Patri­moine familial privé évident, la sépulture à la Chartreuse est devenue patrimoine culturel, collectif, local et national et ce, sous l’impulsion d’institutions locales. Ces dernières ont mis en place de véritables outils de valorisation et de promotion patrimoniale, ainsi que de développement touristique. Cela a contribué à la patri­monialisation de certaines sépultures et la muséification de certains espaces. Cet article propose donc d’analyser et de comprendre les enjeux positifs et négatifs de ces processus. Il s’appuie sur une enquête de terrain effectuée de février à juillet 2019, autrement dit d’une succession d’observations, de participa­tions à des événements (visites guidées nocturnes et diurnes, commémorations, événements musicaux, théâtraux…), d’entretiens qualitatifs avec les acteurs institutionnels et visiteurs du cimetière.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le cimetière moderne tel qu’on le connaît en Europe a connu des évolutions diverses au fil des années. Son origine latine coemeterium rappelle que c’est un lieu d’échange, de communion, de repos, qui rend compte de différents rites, coutumes et traditions liées à la culture d’une communauté ou d’une société. Il constitue un espace qui s’intègre dans le champ de la géographie culturelle et sociale, puisqu’il fait l’objet de représentations et de pratiques.

2Cette étude porte sur un cimetière en particulier : Il Cimitero monumentale della Certosa di Bologna, ici traduit par « Le Cimetière monumental de la Chartreuse de Bologne (Italie) ». Elle fait suite à un travail de terrain entre­pris de février à juillet 2019 et qui a donné lieu à une série d’obser­vations in situ, de participation à des événements (visites guidées nocturnes et diurnes, commémorations, événements musicaux, théâtraux…) et d’infor­mations collec­tées lors d’entretiens avec les acteurs institutionnels et visiteurs du cimetière.

3Bologne est la capitale historique de la région d’Émilie-Romagne, située dans le nord de l’Italie comptant 390 636 habitants au 31 décembre 20181. Ce cimetière, situé dans le quartier de Saragozza, à l’ouest du centre-ville historique a été choisi, car il présente un intérêt historico-artistique tout à fait étonnant. Ancien monastère de moines chartreux, édifié à partir de 1334, il devient cimetière communal à partir de 1801, dans un contexte de confisca­tion des biens de l’Église par Napoléon Ier et de pensée hygiéniste qui traver­se le continent. Sa création va de pair avec celle des cimetières en Europe au début du XIXe siècle. Bologne et sa Chartreuse anticipent ainsi l’Édit de Saint-Cloud, promulgué en 1804 (période à laquelle la ville est sous autorité napoléonienne) qui décrète la mise à l’écart des centres-villes des espaces funéraires. De nos jours, ce cimetière n’est plus radicalement éloigné du centre-ville, puisqu’il n’est plus isolé par des terres agricoles ou encore des espaces forestiers, mais est bien intégré dans le tissu urbain et son quartier. Il est entouré par le parc Nicholas Green à l’ouest, l’avenue M. K. Ghandi au nord, la rue della Certosa à l’est, le stade municipal Renato Dall’Ara et le canal du Reno au sud. Il s’intègre parfaitement dans le paysage urbain et bien qu’il soit situé à trois kilomètres du centre-ville, il est possible d’y accéder en voiture (parkings), en transports en commun (autobus), à bicy­clette (pistes cyclables) ou bien encore à pied. De plus, l’économie du quartier est liée à l’industrie funéraire, puisque le cimetière est entouré par des marbriers, entrepreneurs en pompes funèbres, fleuristes, etc. Il est em­muré et ne peut donc plus s’étendre. Enfin, il est ouvert toute l’année, sept jours sur sept, les jours fériés, de sept heures à dix-huit heures.

Figure 1 – Cartographie de l’ensemble du cimetière et de ses différentes aires

Figure 1 – Cartographie de l’ensemble du cimetière et de ses différentes aires

Source : PESCI Giovanni, La Certosa di Bologna, Guida, Editrice Compositori, Bologna, 2001. Annotations et traduction : A. Espinasse

4Ce cimetière grand d’environ vingt-cinq hectares est composé d’une partie moderne (figure 1 : bleu foncé) et d’une partie monumentale et histori­que, grande d’environ une dizaine d’hectares (figure 1 : jaune, orange, bleu clair, marron, rouge). Outre sa fonction mémorielle et rituelle, cette partie histo­rique présente des caractéristiques spécifiques : sa structure principale et son archi­tecture sont celles de l’ancien monastère et la plupart des sépultures sont parsemées de sculptures, fresques, peintures, qui constituent de véri­tables témoignages historiques et artistiques. La notion de patrimoine prend alors place à la Chartreuse et est un enjeu depuis la création du cimetière :

« Le patrimoine est un ensemble d’attributs, de représentations, de pra­tiques, fixé sur un objet non contemporain (chose, œuvre, idée, témoi­gnage, bâtiment, site, paysage, pratique) dont est décrétée collective­ment l’importance présente » (Olivier Lazzarotti, 2013, p. 748).

5Olivier Lazzarotti (2011, p. 9) ajoute à la définition du patrimoine en géographie la notion de mémoire : « la notion de patrimoine parle de mémoire, autrement dit et rapidement exprimé, du présent et du passé. En géographe, on y ajoutera notre touche : si le patrimoine parle de mémoire, l’angle d’approche de la géographie ne sera pas tant les mots que les lieux ». Le cimetière accueille évidemment des pratiques funéraires, mais d’autres pratiques sociales et culturelles, notamment des pratiques touristiques, peuvent être observées. Il faut noter que la Chartreuse a toutes les carac­téristiques d’un cimetière italien, à l’occidentale, et surtout issu d’une société profondément catholique et il s’agira ici de l’appréhender dans son contexte européen, citadin, multiconfessionnel et/ou laïque.

6Ce cimetière fait ainsi face à des problématiques qui émergent depuis plusieurs années : sa patrimonialisation et sa mise en tourisme, ainsi qu’un changement des pratiques spatiales par ses visiteurs. Il s’agira alors de se demander dans quelles mesures ce cimetière peut être considéré comme un espace patrimonial, autrement dit un « musée à ciel ouvert ». Nous avançons l’idée que les sépultures de la Chartreuse de Bologne font l’objet de patrimo­nialisations depuis quelques années, voire d’une muséification certaine et c’est ce que cet article va tenter de démontrer. De plus, il s’agira d’analyser et questionner ces pratiques touristiques qui se déploient dans l’enceinte du cimetière.

La Chartreuse de Bologne, un cimetière patrimonialisé ?

Mémoire et Patrimoine à la Chartreuse

Un lieu de mémoire individuelle et collective, locale et nationale

7La Chartreuse de Bologne est un lieu de mémoire aussi bien matérielle, immatérielle, qu’individuelle et collective de la ville. Le cimetière monu­mental répond à une tradition italienne des cimetières dont Bologne est pionnière : les très connus cimetières de Gènes (il Staglieno, 1851) et de Milan (1866), ouvrent plusieurs années après la Chartreuse et témoignent d’un goût pour l’art, l’histoire, l’architecture, etc. Il s’agit alors de créer un dispositif monumental, collectif et public, où chaque citoyen peut être inhumé et où la mémoire se doit d’être transmise au niveau du collectif.

8La symbolique du lieu de création de la Chartreuse est forte, puisqu’elle est directement établie sur une nécropole étrusque, rappelant le moment de la fondation de la ville. De plus, elle est à l’image du centre-ville de Bologne, puisque composée essentiellement de cloîtres et d’arcades. La zone du cimetière monumental est presque totalement recouverte de tombeaux et s’inscrit dans la tradition des sépultures à l’intérieur des églises et autres lieux sacrés chrétiens. Le cimetière s’étend de façon chronologique avec pour centralité l’Église de San Girolamo et l’ancien monastère, où tous les individus notables faisant partie des classes sociales aisées de la population se font édifier des tombeaux monumentaux. Ces personnes inhumées sont aussi bien des hommes et femmes politiques, que des artistes, musiciens, universitaires, hommes d’affaires, etc. Bien que le cimetière soit la propriété de la ville, les sépultures sont des propriétés privées et témoignent d’un désir de paraître et de souvenir après la mort (Michel Ragon, 1981, p. 139), d’une mémoire individuelle où la famille inscrit dans la pierre et la monumentalité son nom. Cet ancrage dans le sol par l’utilisation de matériaux lourds tels que le bronze, la pierre, le marbre, rappelle la vocation originelle du cime­tière : constituer un lieu de mémoire, une trace du passage sur terre de ces individus (trace destinée aux vivants). Le cimetière est d’ailleurs un des seuls endroits de Bologne où se trouvent des mémoriaux de guerre, qui rappellent des événements historiques collectifs.

Le patrimoine de la Chartreuse

9Patrimoine familial évident, la sépulture à la Chartreuse propose une autre lecture : on peut y voir un patrimoine à valeur historique, artistique (sculp­tures, fresques), architectural (bâti, mémoriaux). Ces tombeaux monumen­taux sont considérés comme de véritables pièces patrimoniales, puisqu’ils relatent une mémoire commune bolonaise et nationale. En effet, tout le monde semble s’accorder (institutions, associations, entreprise d’entretien, la ville de Bologne, les visiteurs et travailleurs du cimetière…) sur ce qualifica­tif de lieu patrimonial :

  • 2 Entretien avec Michela Cavina, guide touristique à la Chartreuse, 12/06/2019, traduit de l’italien (...)

« Le fait que les tombes et le cimetière soient du patrimoine est tout sim­plement évident. Nous avons un patrimoine artistique et des œuvres d’art à protéger et valoriser. C’est un patrimoine de mémoire, car les tombes et pierres tombales racontent, sont porteuses d’histoires2 ».

10Ce processus rappelle ce que Heinich (2009) appelle « émotions patrimo­niales » : on peut définir, distinguer, répertorier un objet, en l’occurrence le tombeau, et plus particulièrement la sculpture, la peinture, la fresque qui le décore, en fonction de l’émotion qu’il produit (l’émotion face à « l’ancien­neté », « l’authenticité », « la présence », « la beauté »). Un des exemples les plus éminents, véritable symbole du cimetière, est le tombeau de la famille Magnani (figure 2), qui se trouve dans la Galerie Annexe du Cloître VI. Sculpture en bronze réalisée en 1906 par Pasquale Rizzoli (grand sculpteur bolonais du début du XXe siècle), chef-d’œuvre d’Art Liberty avec cet ange qui emmène au paradis l’âme du défunt, elle n’est pas unique à la Char­treuse, en témoigne la multitude de sculptures, fresques néoclassiques du cloître VII et de la Galerie des Anges. Ces deux espaces sont riches d’un patrimoine artistique, historique, architectural conséquent, et les œuvres ayant un intérêt historico-artistique sont pointées sur les plans du cimetière disponibles à l’entrée.

Figure 2 – Tombeau de la famille Magnani, situé dans la Galerie Annexe du Cloître VI

Figure 2 – Tombeau de la famille Magnani, situé dans la Galerie Annexe du Cloître VI

Cliché : A. Espinasse, 21/07/2019

11Ces monuments remarquables estompent ainsi l’image morbide et pesante, angoissante habituellement associée au cimetière. Les visiteurs se promè­nent, flânent, s’arrêtent pour admirer les œuvres. Ces pratiques ne sont pas uniques et spécifiques à Bologne. Elles ont lieu dans nombre de cimetières tels que le Père-Lachaise à Paris, le cimetière Christophe Colomb à Cuba ou encore le cimetière Skogskyrkogården (boisé) à Stockholm, d’ailleurs recon­nu patrimoine mondial par l’Unesco. Il y a une évolution des mentalités et des représentations de la mort et de ses espaces, ainsi qu’une mutation de la fonction et de l’usage de la pierre tombale, qui devient patrimoine, dans un espace quasi identique à un musée.

Un cimetière ou un « musée à ciel ouvert » ?

La mise en place du Projet Musée de la Chartreuse

  • 3 OSTER Daniel, Patrimoine et patrimonialisation, de l’objet à la relation, Compte rendu du Café Géog (...)

12C’est à partir des années 1990 qu’une nouvelle prise de conscience se met en place : celle de considérer le cimetière de Bologne comme un lieu de patri­moine. On assiste alors à la patrimonialisation du lieu, qui peut se définir comme « un processus de reconnaissance et de mise en valeur d’édifices, d’espaces hérités, d’objets et de pratiques, ayant une valeur et un sens collec­tif d’appartenance commune3 ». Patrimonialiser c’est donc sélec­tionner, classer ce qui est ou non du patrimoine et le mettre en valeur dans le but de le préserver, le protéger.

  • 4 FELICORI Mauro, 2008, La Certosa di Bologna : cimitero e museo, Bologne, Bononia University Press.
  • 5 Par exemple : La Certosa di Bologna, Immortalità della memoria (1998) de G. Pesci ou Guida Certosa (...)

13Pour Bologne, ce phénomène s’est lentement mis en place avec le « Projet Musée de la Chartreuse4 », lancé en 1998 et qui continue aujourd’hui. Son impulsion émane de la sensibilité de certains universitaires, hommes poli­tiques, des pouvoirs publics, et surtout grâce au travail de quatre-vingts Italiens qui ont collaboré avec la ville et la Chartreuse lors d’un service civique. Ils ont débuté un travail d’inventaire et de cartographie qui a consti­tué une source de données utilisables pour la valorisation et la promotion du lieu. Cette première patrimonialisation du lieu s’incarne dans plusieurs actions : planifier un programme de restauration des cloîtres, des sculptures, des peintures, qualifier les espaces extérieurs au complexe, imaginer un endroit avec tout l’équipement et les fonctions éducatives, créer un lieu acces­sible et fréquenté par les citoyens, les écoles et les touristes. En 2000, le cimetière se dote d’une structure avec un bureau, une direction (composée de neuf personnes) qui s’occupe dès lors de tous les projets de diffusion et de promotion : création de visites guidées, d’une programmation estivale d’évé­ne­ments aussi bien théâtraux que musicaux, des expositions, la publica­tion de livres liés au cimetière5. Dans une moindre mesure, elle s’attarde à la réalisation de projets de restauration des différents espaces du cimetière. L’idée est donc au travers de cette valorisation de rendre compte de l’impor­tance des sépultures monumentales, de les considérer en tant que véritables pièces patrimoniales et de faire redécouvrir la Chartreuse en tant que monument central de la ville aux visiteurs.

Quelle muséification pour un cimetière communal ?

14Lors de sa création en 1801, le cimetière a eu pour vocation d’être la nécro­pole des Bolonais, ainsi qu’un « musée à ciel ouvert ». Les objets religieux confisqués par Napoléon Ier vont se retrouver exposés dans les cloîtres de l’ancien monastère, en témoigne le Cloître des Madonne encore en état aujourd’hui, afin de permettre aux habitants de la ville d’admirer ces pein­tures autrefois visibles dans les Églises. La Chartreuse a eu donc une réelle fonction muséale dès sa création, et encore aujourd’hui elle répond à cette fonction. Ce n’est certes pas une institution en elle-même, à but lucra­tif, puisque l’argent récolté lors des événements sert au Projet Musée de la Chartreuse, toutefois, elle présente un patrimoine matériel local, national et international. Comme le musée, le cimetière a des horaires de visites pré­cises, des règles établies, des normes modernes de sécurité. Des classes de collège et de lycée, ainsi que des étudiants se promènent régulièrement dans un but purement pédagogique.

15On peut nommer ce processus « muséification », autrement dit le fait de « donner un caractère de musée à un lieu, généralement urbain. […] Faire d’un lieu vivant un lieu seulement visité temporairement6 ». Cependant, il ne faut pas généraliser. Seules certaines parties de l’aire historique tendent vers une muséification certaine comme les différents mémoriaux de guerre, ou certaines parties des cloîtres les plus anciens du cimetière. Dans ces parties, les inhumations ne sont plus pratiquées puisque la plupart des sépultures sont à perpétuité et celles ayant un intérêt particulier, mais dont les familles n’existent plus sont conservées et restaurées. Elles ne subsistent que parce qu’elles relatent une histoire particulière et ont été patrimonialisées.

16Toutefois, c’est bien l’institutionnalisation du lieu avec le Museo del Risor­gimento (MdR) qui renforce cette idée que la Chartreuse est un « musée à ciel ouvert ». Institution muséale bolonaise, elle présente au sein de son exposition permanente des objets, des archives, etc. de la période de l’unification italienne (1848-1870). La Chartreuse possède un grand nombre de sépultures de familles et éminents personnages qui ont vécu au XIXe siècle à Bologne. Ainsi, que le Museo del Risorgimento et le cimetière se rejoignent sur un projet de valorisation et de promotion du lieu a fait sens. Le musée, par son implantation déjà connue des Bolonais dans la ville, a renfor­cé la fréquentation du cimetière. Il a apporté un statut et des moyens finan­ciers, une audience, via son site internet et a travaillé à la valorisation du lieu en signant quatre conventions avec d’autres acteurs institutionnels de la ville de Bologne : l’entreprise Bologna Servizi Cimiteriali (BSC), qui travaille avec le MdR à la coordination des activités de valorisation et de restauration, l’association Culturale Didasco, qui a aidé à la mise en place de la program­mation estivale et annuelle de visites guidées, l’association Amici della Certosa, qui participe à des missions de sensibilisation et qui est présente sur le terrain grâce à ses volontaires et la fondation Collegio Artistico Venturoli, qui participe aux études et recherches historico-artisti­ques en lien avec le cimetière.

17Les institutions locales ont donc pris conscience de l’importance de protéger ces sépultures en patrimonialisant, puisque ce lieu est le symbole matériel et immatériel de la mémoire de la ville et de ses habitants. Muséifier et patri­monialiser permettent ainsi de figer, mettre en lumière et conserver cette mémoire, mais aussi de mettre en place des plans de restauration et de pro­tection préventive des œuvres, et donc leur assurer une certaine pérennité.

La conservation de ce patrimoine funéraire

La prise de conscience par les institutions du besoin de restaurer ce patrimoine

18Ce cimetière, vieux de deux cents ans environ présente une quantité d’œuvres d’art, qui voient leur état altéré par le temps qui passe et les condi­tions météorologiques. Différentes campagnes d’intervention ont eu lieu, financées par différents acteurs, à différentes échelles. L’entreprise Bologna Servizi Cimiteriali, en charge des édifices, du bâti et de l’archi­tecture du cimetière, a par exemple financé (avec la ville de Bologne et la région Émilie-Romagne) les restaurations faites sur le Panthéon. En ce qui concerne les projets de restauration des œuvres d’intérêt historico-artistique, c’est le Museo del Risorgimento qui s’en occupe : il travaille en étroite colla­bo­ration avec l’Académie des Beaux-Arts de Bologne et des ateliers de restau­rateurs privés. D’ailleurs, il est plus simple pour le musée d’entre­prendre des restaurations sur les mémoriaux de guerres, puisqu’ils sont de propriété communale. Par exemple, en 2013, le monument aux martyrs de l’indépen­dance, le « Lion », réalisé en 1868 par Carlo Monari, a été entière­ment restauré. La Galerie des Anges et le Cloître VII étant des lieux signi­ficatifs et présentant nombre d’œuvres d’art ont eux aussi été restaurés. De plus, les financements peuvent venir des fonds de l’Union européenne, en témoigne la restauration de la crypte Uttini en 2000, grâce à l’Association of Significant Cemeteries in Europe (ASCE). Les interventions proviennent donc aussi bien d’acteurs locaux que d’acteurs externes à la ville de Bologne.

19Les restaurations ne sont pas fréquentes au vu du coût qu’elles engendrent, et même si deux euros par participant à une visite guidée sont reversés au Projet Musée de la Chartreuse, les budgets restent limités. Pour palier ce manque de moyens et financer plus facilement les travaux, le cimetière et BSC ont trouvé une idée ingénieuse : quand les familles propriétaires des tombes monumentales n’existent plus, la ville met à disposition ces dernières via le site internet Bologna Servizi Cimiteriali. Un particulier peut alors décider d’acquérir la sépulture en payant les frais de concession de base mais avec un supplément de trente pour cent qui sera utilisé pour restaurer d’autres sépultures. La nouvelle famille a alors la possibilité d’y faire enterrer ses défunts. Les « anciens » défunts font l’objet de réductions de corps et sont également conservés dans leur sépulture originelle. Cette action, bien que questionnable sur un plan éthique, permet de contrer le potentiel manque de place au cimetière et de conserver le patrimoine historico-artistique de la Chartreuse. De plus, des actions sont menées à l’échelle locale du cimetière, d’entretien, mais aussi de nettoyage des sculptures.

Le défi des associations sur le terrain : nettoyer et préserver les sépultures

20Cette conscientisation de l’espace comme lieu de patrimoine a poussé la création d’associations liées au cimetière et plus particulièrement, celle des Amici della Certosa di Bologna. Cette association est fondée en juin 2009 et signe une convention avec le MdR dans le cadre du Projet Musée de la Chartreuse. Elle est aujourd’hui constituée d’une centaine de volontaires et met en place des événements culturels qui permettent de financer certaines campagnes de restauration des œuvres. Elle propose trois grandes actions : un club photographique, la tenue du « Point Info » à l’entrée du cimetière et enfin, la mise en place de groupes de « nettoyeurs ». C’est par cette dernière action que se manifeste le besoin de protéger, conserver, ce patrimoine. Au vu de la difficulté de trouver des financements auprès des institutions pu­bliques, les membres de l’association, à l’échelle locale, ont mis en place des groupes de volontariat de nettoyage des sépultures ayant un intérêt historico-artistique et dont les familles n’existent plus. Fabio Stefanelli, volontaire de l’association, explique les raisons pour lesquelles il a rejoint le groupe :

  • 7 Entretien avec Fabio Stefanelli, 15/06/2019, traduit de l’italien par A. Espinasse, Chartreuse de B (...)

« La conscientisation de tout cela m’a convaincu que je devais faire quelque chose pour préserver ce trésor, prendre soin de ses monuments, mais aussi parler de la Chartreuse à mes amis et collègues pour leur faire comprendre l’importance de ce lieu et les encourager à la visiter7 ».

21C’est donc bien de cela qu’il s’agit : par l’action, préserver et rendre compte d’un patrimoine matériel. J’ai eu également l’occasion de rencontrer sur le terrain un groupe de nettoyeurs, en train de dépoussiérer la sculpture d’une femme du Cloître principal. Une des volontaires était une restauratrice de l’Académie des Beaux-Arts de Bologne. Elle a créé un atelier d’appren­tissage des techniques de dépoussiérage et nettoyage du marbre, de la pierre, du bronze, etc. afin d’apporter un savoir-faire aux volontaires et leur per­mettre de réaliser leur tâche dans les règles du métier. Les membres de l’association n’agissent pas sans formation et ont une véritable attache et passion pour ce lieu. Cette association rassemble donc une communauté unie autour d’un même espace : le cimetière et ses œuvres monumentales. Ce territoire est également créateur de lien social, puisque les volontaires se côtoient plusieurs fois par semaine et font vivre le lieu. Le patrimoine est donc créateur de nouvelles pratiques, liées à ce dernier, mais également qui semblent s’ancrer dans le tourisme-loisir.

Évolution des pratiques culturelles et sociales au cimetière

Des pratiques qui font vivre la mémoire

Un espace public approprié par ses visiteurs

22La Chartreuse est un lieu de passage, de traversée, puisqu’elle est totalement intégrée à son quartier et son emprise spatiale en fait un espace qu’il est parfois difficile de contourner à pied. La beauté du lieu le rend agréable et on peut y croiser des enfants avec leurs parents, des maîtres et leurs chiens, des supporters de football qui se rendent au stade. Ce cimetière est donc un lieu de repos pour les morts, mais également un lieu pour les vivants :

  • 8 Entretien avec un étudiant, 27/03/2019, traduit de l’anglais par A. Espinasse, Palazzo Paleotti, Bo (...)

« En tant que Bolonais je considère la Chartreuse plus comme un parc, un jardin qu’un cimetière. C’est une place où tu peux voir de beaux monu­ments et avoir un temps relaxant, plus qu’un lieu dédié à la mort où tu vois et penses aux cadavres qui se trouvent là. En vrai, c’est vraiment sympa d’y aller et même une activité divertissante8 ».

23Il y a donc une réelle appropriation de l’espace par ses pratiquants, qui s’attachent à ce lieu et aux personnalités enterrées :

  • 9 Entretien avec Michela Cavina, 12/06/2019, traduit de l’italien par A. Espinasse, Chartreuse de Bol (...)

« J’ai créé une relation très personnelle avec les morts qui sont enterrés ici. C’est comme une sorte d’adoption, de ceux que je nomme le plus souvent lors de mes visites. On s’y attache et quand on les voit, on en parle, comme parler d’un oncle, du grand-père de son grand-père, comme un lien affectif et émotionnel qui s’établit entre ces lieux, ces grands personnages, et vous-même9 ».

24L’exemple de Lucio Dalla décrit parfaitement ce processus. Enterré en 2012, ce chanteur et musicien bolonais connu à l’international se voit rendre un hommage national. Les Italiens continuent encore aujourd’hui de fleurir sa tombe, qui est toujours propre et couverte d’objets, de petits mots laissés par des inconnus. Le cimetière est donc un espace ouvert à tous, où chaque individu peut venir se recueillir, rendre hommage, de façon individuelle, mais aussi collective.

La mémoire par l’événement : le cimetière créateur de lien social

25Le cimetière est un lieu significatif pour la ville, car c’est un des rares en­droits où se trouvent des mémoriaux de guerre. Il en existe quatre (le Lion de Carlo Monari ; le Cloître VI, gigantesque mémorial de la Première Guerre mondiale et des victimes du fascisme ; le mémorial de la Seconde Guerre mondiale) qui sont des lieux incontournables du cimetière, puisqu’ils relatent des moments importants de l’histoire nationale ou locale. Différentes com­mémorations ont lieu à ces endroits, comme celle du 11 juin 2019, intitulée « 16 août 1869 – Garibaldi à la Chartreuse », à laquelle j’ai eu l’occasion d’assister. À l’initiative de l’Association 8cento et du Museo del Risorgimen­to, elle a eu pour but de reconstituer l’arrivée de Giuseppe Garibaldi, grand personnage de l’unification italienne, venu rendre hommage à Ugo Bassi, enterré au cimetière. Une trentaine d’acteurs et de figurants, habillés en costume d’époque (XIXe siècle) ont participé et plus d’une centaine de spec­tateurs étaient présents, le temps d’une visite nocturne dans l’enceinte du cimetière, ponctuée de commentaires historiques, de musiques, de danses, de moments théâtraux, reconstituant ce que probablement Garibaldi et ses compagnons ont vu à leur époque. Le but était de commé­morer cet événe­ment et de rappeler le rôle clef des personnages enterrés au cimetière dans le Risorgimento italien. C’est une façon, via l’événement, de faire communion entre les citoyens d’une ville et surtout, autour d’un passé, d’une histoire commune et locale. Construire un mémo­rial permet alors de laisser une trace matérielle de l’Histoire, se souvenir, mais la reconstitution historique fait vivre ce lieu, le temps d’une soirée. Ces pratiques sont donc fréquentes pour un cimetière communal. Toutefois, il existe également des pratiques quali­fiées de touristiques.

De nouvelles pratiques touristiques à la Chartreuse ?

Un tourisme déjà présent au XIXe siècle

26Si l’on muséifie, on institutionnalise, on restaure, c’est qu’il y a une volonté de faire vivre et revivre ce lieu. Il existe évidemment des pratiques de pèlerinage, qui relèvent de la croyance religieuse, ou encore des pratiques d’hommage aux familles qui relèvent du privé, mais depuis quelques années, il semblerait que de nouvelles pratiques de l’espace aient vu le jour à la Chartreuse, qualifiées de touristiques. Cependant, cette pratique touristique n’est pas nouvelle. Déjà au XIXe siècle, la beauté du lieu faisait venir nombre de visiteurs. La Chartreuse était une des étapes du Grand Tour, réalisé par de jeunes aristocrates à travers l’Europe. Jules Janin écrit dans Voyage en Italie en 1839 à propos du cimetière qu’il est « plus gai que la ville. Il y a plus d’air, plus d’espace, plus de verdure, les arcades sont plus hautes, les maisons plus blanches et mieux rangées ». Des personnalités telles que Stendhal ou Chateaubriand viennent s’y promener. Cet espace funéraire s’ancre dans la tradition du XIXe siècle et des cimetières-monu­ments en tant que nouveaux ornements des villes, tel que le Père-Lachaise à Paris. De plus, cet engouement pour les lieux de sépulture n’est pas sans relation avec le nouveau rapport des sociétés occidentales face à la mort, qu’Ariès (1978) nomme pour le XIXe siècle européen, la « mort de toi ». La mort est exultée, impressionnante, on se languit, on pleure, on montre par-dessus tout son désespoir et c’est par la monumentalité des tombeaux que passe ce nouveau rapport. La sépulture devient également un moyen de montrer son statut social. Le Cloître VII en est un parfait exemple, puisqu’il est envahi de sculptures représentant des pleureuses, des enfants, des anges, etc. représentations de l’intime.

27Toutefois, les deux guerres mondiales ont inversé la tendance, rendant la mort quotidienne. Les populations souhaitant ne plus la côtoyer d’aussi près, les cimetières se vident et le deuil s’intériorise. Le cimetière est alors beau­coup moins fréquenté après 1945 et c’est à partir des années 1990 qu’un regain d’intérêt s’opère, lié à l’augmentation du tourisme à Bologne, la sécularisation lente de la société, l’arrivée de nouveaux mouvements de pensée tels que le New Age ou le Postmodernisme. De plus, la mise en place du Projet Musée de la Chartreuse a permis une nette hausse de la fréquenta­tion du lieu et du tourisme funéraire.

Le tourisme funéraire à la Chartreuse

  • 10 3 848 visiteurs en 2018. Source : documents personnels de Melissa LaMaida, vice-présidente de l’ASC (...)

28La question touristique à la Chartreuse n’est donc pas nouvelle. Cependant elle pose différentes questions de définition. Il existe une certaine hybrida­tion des pratiques « touristiques » de la part des individus se promenant au cimetière de Bologne aujourd’hui. Sa fréquentation est difficilement quanti­fiable, étant donné le caractère public et ouvert du lieu. Néanmoins, on estime à environ entre trois et quatre mille personnes par an qui participent à des événements proposés par le cimetière10. La visite au cimetière en Italie est une pratique courante, et ce pour diverses raisons. Il y a dans un premier temps, la visite qui s’apparente le plus au nécrotourisme, la visite sensation­nelle : le visiteur est à la recherche d’une expérience émotionnelle qui se rapproche de la peur, du frisson. Il vient au cimetière dans le but de côtoyer la mort directement et souhaite en savoir plus sur les mythes et légendes liées à ce lieu (fantômes, vampires…), renforcés par un imaginaire collectif lié aux cimetières. La Chartreuse propose différentes visites guidées noc­turnes à propos des crimes et passions liés aux personnages enterrés en son sein. Ensuite, les visiteurs peuvent être intéressés par une visite tout simple­ment d’ordre culturel, historique, artistique, architectural. Il est d’ailleurs très clair que la programmation de visites guidées se base sur cet intérêt, puisque plus d’une quarantaine de visites proposées en 2019 sont liées à des défunts célèbres, l’architecture du lieu, l’art funéraire (sculptures, fresques…), l’envi­ron­nement, l’histoire du lieu, mais également la recherche d’un lieu unique et insolite. Visiter un cimetière sort des chemins tradition­nels touris­tiques et il s’agit pour le visiteur d’expérimenter quelque chose de nouveau, d’éprouver de nouvelles émotions, tout comme la fonction in fine d’une œuvre d’art, d’une peinture ou d’une sculpture. Ce tourisme funéraire est pratiqué à la Chartreuse par de plus en plus d’étrangers et ce, grâce à la mise en place de véritables outils de développement touristiques à l’échelle locale du cimetière.

Une mise en tourisme au service de ce nouveau patrimoine

La mise en place d’outils de développement touristiques

29Le Projet de valorisation et de promotion a été un tremplin pour le tourisme, l’affluence au cimetière, et a permis de mettre en place des outils touristiques et de développement du territoire. Ce processus s’apparente à la « mise en tourisme » d’un lieu, autrement dit un « processus de création d’un lieu touristique ou de subversion d’un lieu ancien par le tourisme qui aboutit à un état : le lieu touristique » (Équipe MIT, 2008, p. 300). Une des premières étapes a été l’instauration d’une programmation estivale de visites guidées, événements musicaux, théâtraux, etc. à la Chartreuse, en partenariat avec diverses associations culturelles et de guides touristiques de la ville, telles que Confguide, Vitruvio ou encore Didasco. La fréquentation du lieu a considérablement augmenté, puisque ces associations ont fait bénéficier de leur audience au cimetière (Newsletter, site internet, réseaux sociaux). Le 26 mai 2016 est inauguré le Point Informations historico-artistiques, à l’entrée principale du cimetière, permettant d’accueillir et de renseigner les visiteurs. Il fait également office de billetterie lors des visites et événements proposés l’été. L’entrée du cimetière a d’ailleurs été réaménagée au même moment : différentes banderoles présentant des photographies des tombes signifi­catives du cimetière sont accrochées et durant l’été, des affiches signalant l’existence de la programmation estivale sont placardées directement à l’entrée. Cet aménagement de l’espace indique au visiteur qu’il entre dans un lieu patrimonial.

30La Chartreuse est de ce fait rentrée petit à petit dans les circuits touristiques, puisqu’elle est recensée sur le site internet Trip Advisor et dans certains guides touristiques tels que Lonely Planet. Elle ouvre ainsi son audience depuis quelques années à un plus large public, étranger. Ce ne sont pas seulement les institutions locales qui ont mis des outils de développement touristique, mais également une association européenne : l’Association of Significant Cemeteries in Europe. Cette association à but non lucratif, fon­dée à Bologne, regroupe différents acteurs européens liés aux cimetières et a pour but de promouvoir le patrimoine et le tourisme des cimetières. Elle a mis en place notamment un audioguide appelé Artour (en anglais et italien), la Semaine de Découverte des Cimetières européens (Week of Discovering European Cemeteries) et la Route des Cimetières européens. Cette dernière a été reconnue outil de promotion touristique innovant dans le domaine du tourisme funéraire, et a reçu le Prix UNWTO Ulysses en 2011 par l’OMT.

31L’ASCE apporte ainsi à la Chartreuse de Bologne une certaine labellisation touristique et offre une garantie au visiteur.

Figure 3 – Calendrier de la programmation estivale d’événements au cimetière, qui débute le 23 mai et se termine le 26 septembre 2019

Figure 3 – Calendrier de la programmation estivale d’événements au cimetière, qui débute le 23 mai et se termine le 26 septembre 2019

Aussi bien des événements en soirée (eventi serali), des visites guidées nocturnes (visite guidate serali) que des visites, rencontres et événements en journée (visite, incontri, eventi diurni) sont proposés.

Ce document, disponible sur le site internet www.storiaememoriadibologna.it/certosa en italien et en anglais montre la diversi­té de l’offre touristique à la Chartreuse.

Les limites de la mise en tourisme du lieu

32La Chartreuse de Bologne a vu sa fréquentation touristique augmenter de­puis maintenant une vingtaine d’années. Cependant, elle doit faire face à certains obstacles qui s’opposent à sa mise en tourisme.

33Tout d’abord, sa situation géographique dans la ville. Situé à trois kilomètres du centre-ville, l’accès au cimetière peut être difficile pour un touriste étran­ger. Il existe certes l’autobus, la bicyclette ou la marche, mais les connexions avec le centre-ville ne sont pas suffisamment développées. Pour pallier ce problème, la société BSC a signé un accord avec une entreprise touristique, City Red Bus : il s’agissait de relier six fois par jour le centre-ville à la Char­treuse, durant l’été 2019.

34De plus, l’Office de Tourisme de la ville ne considère pas encore la Char­treuse comme un lieu touristique principal : il est possible d’obtenir des dépliants informatifs sur le cimetière, seulement sur demande, mais cepen­dant traduits en anglais. D’ailleurs, le MdR prend en compte cette nouvelle demande, puisqu’il a fait traduire en anglais la programmation estivale et certains articles du site internet officiel11. Il faut également replacer le cas de la Chartreuse dans l’ensemble plus grand qu’est l’attrac­tivité touristique de Bologne : « à Bologne, on fait le centre, la mortadelle et les tortellinis12 ». Sa renommée est donc plutôt culinaire que patrimoniale et le fait qu’elle ne soit pas assez mise en avant par l’entreprise principale touristique de la ville n’aide en rien l’augmentation de sa fréquentation. Elle reste fondamenta­lement visitée seulement par les Bolonais et quand il s’agit de touristes étrangers, c’est pour une courte durée. Évidemment, la ville de Bologne n’est pas un cas à part : ces pratiques sont courantes dans la visite des villes européennes. C’est sans compter sur la nature même du lieu, puisque visiter un cimetière ne semble pas être un fait acceptable et possible pour tous.

Conclusion

35Le lien entre art et mort a cessé de se renouveler dans les cimetières : l’industrialisation de l’art funéraire tend vers l’uniformité du lieu. La partie moderne de la Chartreuse est touchée par ce processus, mais le regain d’intérêt de sa partie historico-artistique dans les années 1990 a permis la préservation de ses anciennes sépultures. Ces dernières sont devenues de véritables objets patrimoniaux qui sont préservés, conservés, valorisés et promus au travers du Projet Musée de la Chartreuse. Des pratiques touristi­ques ont alors refait surface, et ce, grâce à la mise en place d’outils de déve­loppement touristique du territoire. Ces pratiques, mais également ces sensibilités et représentations sont hybrides : un visiteur bolonais peut venir rendre hommage à un défunt de sa famille à la Chartreuse et en profiter pour prendre quelques clichés du lieu. Des touristes étrangers peuvent arriver au cimetière avec l’idée d’apprendre l’histoire locale au travers d’une visite guidée et en profiter pour prier ou se recueillir près des mémoriaux de guerre. Ces différentes pratiques dépendent de chaque individu et de l’intérêt porté au lieu (un espace funéraire) et au patrimoine en général. Il existe des pratiques funéraires, culturelles, ou de loisir qui peuvent s’entremêler. Bien sûr, le cas de la Chartreuse n’est pas unique en Europe et dans le monde. Il fait écho à divers cimetières tels que le Père-Lachaise à Paris ou bien celui de Recoleta à Buenos Aires. Il répond à une tradition italienne et est même a priori moins connu que le Monumentale de Milano ou encore il Staglieno à Gênes. Toutefois, Bologne est pionnière dans ses actions de promotion et de valorisation du patrimoine funéraire. C’est également le fait qu’il soit le premier cimetière italien à se doter d’une dimension muséale grâce au lien qu’il entretient avec le MdR, qui le rend en quelque sorte unique en son genre. Cette institutionnalisation permet de donner du poids dans la considé­ration de ce cimetière comme espace patrimonial et participe à sa muséi­fication. Les nouvelles pratiques touristiques qui s’y déploient sont aussi la preuve que la patrimonialisation du lieu a un intérêt et fonctionne. D’ailleurs, le tourisme est bénéfique (pour le moment) au patrimoine du cimetière, puisqu’il permet de financer, promouvoir, valoriser ce dernier.

Haut de page

Bibliographie

ARIES Philippe, 1978, L’Homme devant la mort, Paris, Seuil, 642 p.

BERTRAND Régis, VOVELLE Michel, 1983, La ville des morts, Essai sur l’imaginaire urbain contemporain d’après les cimetières provençaux, Marseille, Centre national de la recherche scientifique, Éditions du CNRS, 209 p.

BERTRAND Régis, 1991, « Pour une étude géographique des cimetières de Mar­seille », Méditerranée, Marseille et l’aire métropolitaine hier et aujourd’hui, tome 73, p. 47-52. URL : www.persee.fr/doc/medit_0025-8296_1991_num_73_2_2717

CHEVRIER Marie-Hélène, 2016, « Pèlerinage, développement urbain et mondiali­sation : l’exemple de Lourdes », Géoconfluences. URL : geoconfluences.ens-lyon.fr/informationsscientifiques/dossiers-thematiques/fait-religieux-et-construction-de-l-espace/corpusdocumentaire/pelerinage-lourdes

CHOAY Françoise, 2007, L’allégorie du patrimoine, Paris, La couleur des idées, Seuil, 272 p.

DALBAVIE Juliette, Entre patrimoine et mémoire collective, la tombe de Georges Brassens, Questions de communication, n ° 22, 31.12.2014. http://questionsdecommunication.revues.org/6864

Équipe MIT, 2008, Tourismes 1, Lieux communs, Mappemonde, Belin, 320 p.

FAGNONI Édith (dir.), 2017, Les espaces du tourisme et des loisirs, Paris, Armand Colin, 480 p.

GIAMPOLI Michelangelo, Al di là dei limiti : Vita e trasgressione quotidiana al Père Lachaise a Parigi, thèse de doctorat, Università degli studi di Perugia et Université Paris-Ouest Nanterre La Défense, février 2010.

HEINICH Nathalie, 2009, La fabrique du patrimoine, « de la cathédrale à la petite cuillère », Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’Homme, 286 p.

LASSERE Madeleine, 1997, « Le XIXe siècle et l’invention du tourisme funéraire », Revue d’histoire moderne et contemporaine, tome 44, n° 4, p. 601-616. www.persee.fr/doc/rhmc_0048-8003_1997_num_44_4_1887

LAZZAROTTI Olivier, 2011, Patrimoine et tourisme, Histoires, lieux, acteurs, enjeux, Paris, Belin, 272 p.

LAZZAROTTI Olivier, 2013, « Patrimoine », in Jacques Lévy, Michel Lussault (dir.), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, p. 748-749.

MARTORELLI Roberto (dir.), 2016, Guida Certosa di Bologna, Arte Storia Memo­ria, Bologne, Minerva, 162 p.

PESCI Giovanni (dir.), 1998, La Certosa di Bologna, Immortalità della memoria, Bologne, Editrice Compositori.

RAGON Michel, 1981, L’espace de la mort. Essai sur l’architecture, la décoration et l’urbanisme funéraires, Paris, Albin Michel, 340 p.

URBAIN Jean-Didier, 2005, L’archipel des morts, cimetière et mémoire en Occi­dent, Paris, Petite Bibliothèque Payot, 416 p.

VIDOR Gian Marco, 2012, Biografia di un cimitero italiano. La Certosa di Bologna, Bologne, il Mulino, 328 p.

Haut de page

Notes

1 Demografia in Cifre, GeoDemo, Istat. URL : http://demo.istat.it

2 Entretien avec Michela Cavina, guide touristique à la Chartreuse, 12/06/2019, traduit de l’italien par A. Espinasse, Chartreuse de Bologne.

3 OSTER Daniel, Patrimoine et patrimonialisation, de l’objet à la relation, Compte rendu du Café Géographique du 24/11/2015 à Paris, Café de Flore avec Édith Fagnoni et Maria Gravari Barbas, Les Cafés Géo, 11/12/2015. www.cafe-geo.net/patrimoine-etpatrimonialisation-de-lobjet-a-la-relation/

4 FELICORI Mauro, 2008, La Certosa di Bologna : cimitero e museo, Bologne, Bononia University Press.

5 Par exemple : La Certosa di Bologna, Immortalità della memoria (1998) de G. Pesci ou Guida Certosa di Bologna, Arte Storia Memoria (2016) de R. Martorelli.

6 Définition de « Muséification », Géoconfluences, 2011. http://geoconfluences.ens-lyon.fr/glossaire/museification

7 Entretien avec Fabio Stefanelli, 15/06/2019, traduit de l’italien par A. Espinasse, Chartreuse de Bologne.

8 Entretien avec un étudiant, 27/03/2019, traduit de l’anglais par A. Espinasse, Palazzo Paleotti, Bologne.

9 Entretien avec Michela Cavina, 12/06/2019, traduit de l’italien par A. Espinasse, Chartreuse de Bologne.

10 3 848 visiteurs en 2018. Source : documents personnels de Melissa LaMaida, vice-présidente de l’ASCE.

11 www.storiaememoriadibologna.it/certosa (disponibles depuis mai 2019)

12 Entretien avec Michela Cavina, 12/06/2019, traduit de l’italien par A. Espinasse, Chartreuse de Bologne.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Cartographie de l’ensemble du cimetière et de ses différentes aires
Crédits Source : PESCI Giovanni, La Certosa di Bologna, Guida, Editrice Compositori, Bologna, 2001. Annotations et traduction : A. Espinasse
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/12092/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Figure 2 – Tombeau de la famille Magnani, situé dans la Galerie Annexe du Cloître VI
Crédits Cliché : A. Espinasse, 21/07/2019
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/12092/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
Titre Figure 3 – Calendrier de la programmation estivale d’événements au cimetière, qui débute le 23 mai et se termine le 26 septembre 2019
Légende Aussi bien des événements en soirée (eventi serali), des visites guidées nocturnes (visite guidate serali) que des visites, rencontres et événements en journée (visite, incontri, eventi diurni) sont proposés.
Crédits Ce document, disponible sur le site internet www.storiaememoriadibologna.it/certosa en italien et en anglais montre la diversi­té de l’offre touristique à la Chartreuse.
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/12092/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandrine Espinasse, « Patrimoine et tourisme au cimetière monumental de la Chartreuse de Bologne »Géographie et cultures, 110 | -1, 75-92.

Référence électronique

Alexandrine Espinasse, « Patrimoine et tourisme au cimetière monumental de la Chartreuse de Bologne »Géographie et cultures [En ligne], 110 | 2019, mis en ligne le 27 novembre 2020, consulté le 18 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/gc/12092 ; DOI : https://doi.org/10.4000/gc.12092

Haut de page

Auteur

Alexandrine Espinasse

Institut de Géographie
Université Paris-Sorbonne
alexandrine.espinasse@gmail.com

Haut de page
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search