Skip to navigation – Site map

HomeNuméros52L’arbre et l’oratoire

L’arbre et l’oratoire

Une association insolite. Menace sur un patrimoine oublié
Yves Monnier

Abstracts

Oratories, madonas, crosses, and trees that come with them were built and planted in the ninetheenth century, at a lime in our history marked by the strength of religious feelings in country life. In urban areas, turned away from Christianity, these witnesses of former periods have lost their sacred symbols, and today very few people know their meaning. Unusual, useless and cumbersome, these abjects are disappearing by general lack of concern. It is urgent ta protect this threatened heritage, a witness of the history of the villages, and to look alter the trees that surround theses constructions because they are naturafistic abjects, dated and olten remarkable. The investigation shows some examples that were chosen in the Jura.

Top of page

Full text

1Il est des arbres qui occupent une place à part dans les paysages sans pour autant tenir leur importance de leur nombre ou de leur dimension. Ces arbres sont ceux qui entourent et bornent les oratoires, calvaires, madones ou modestes croix fichées sur un socle.

2Ils occupent une place tout à fait particulière dans le paysage par suite de leur positionnement dans l’espace. Ils sont toujours situés dans un site bien visible, une hauteur, une butte, en bordure de corniche, le long d’une voie passante, sentier de bois, chemin desservant le terroir, route à grande circulation, carrefour, lieux hautement significatifs s’il en est. Ils occupent une place insolite dans l’association qu’ils constituent avec un objet appartenant au monde sacré car il n’existe pas de relation clairement établie entre l’arbre et la religion catholique, à l’exception peut-être du palmier auquel se substitue souvent le buis. Mais la bénédiction du buis par le prêtre, lors de la cérémonie des Rameaux, ne confère aucun caractère particulier à la plante et ne sacralise nullement Buxus sempervirens. Ils occupent une place originale dans le paysage parce qu’ils n’entrent pas toujours dans le cortège floristique local et qu’ils apparaissent comme étrangers au lieu.

L’empreinte du christianisme dans le paysage

  • 1 Parmi les ouvrages dont la thématique rejoint notre propos, citons : M.-L. Jacotcy,1993; G. et P. B (...)

3Comme si l’église et son clocher ne suffisaient pas à garder le troupeau, les membres du clergé catholique et les fidèles les plus zélés ont multiplié dans le paysage, surtout au XIXe siècle, les signes de ralliement. Sur les hauteurs, au croisement des chemins, dans la campagne comme en forêt, à l’entrée des villages et des bourgs, on a planté des croix, ou édifié des oratoires, devant lesquels chacun se signe1. Dans certaines régions, le maillage est tellement serré que tout au long de la journée, les hommes sont constamment sous le regard de Dieu.

Un acte de foi. Le bâti

4Édifier une croix ou un oratoire est d’abord un acte de foi. Chaque croix, chaque oratoire a son histoire. Mais aujourd’hui cette histoire, liée à l’histoire d’une famille, à l’histoire de la chrétienté ou à l’histoire du peuple de France est souvent oubliée et les archives qui pourraient nous éclairer sont perdues ou inaccessibles.

Il était une fois la Fille aînée de l’Église

5Si le souci d’une reprise en main de populations déstabilisées par le rationalisme du siècle des Lumières, traumatisées par le choc révolutionnaire et étourdies par l’épopée napoléonienne coïncide avec la Restauration, ce n’est que dans la seconde moitié du XIXe siècle que se développera le phénomène des missions. Au cours de ces ressourcements, un ou plusieurs missionnaires, invités par le curé et le conseil paroissial avaient pour tâche d’animer les offices religieux, de prononcer des prêches, d’organiser des séances de confessions. Ces missions qui pouvaient durer plusieurs semaines entraînaient de lourdes dépenses pour la paroisse à qui revenait le soin de loger les missionnaires, de recevoir l’évêque, de renouveler les habits sacerdotaux et d’entretenir l’église. Le capital de départ représentant la fondation de la mission provenait de deux sources différentes. De nombreuses missions étaient financées par des dons de particuliers. C’est le cas de la mission du Bois d’Amont dans le Haut-Jura (Bono, 1990), prêchée par quatre missionnaires diocésains entre le 1er et le 22 juin 1834 et à laquelle participèrent les curés de Morez, des Rousses et de la Chapelle des Bois venus pour recevoir les confessions." Les dimanches on accourait en foule aux instructions si bien qu’on prêchait sur la place. Les confessionnaux étaient jour et nuit encombrés de monde. On est allé jusqu’à coucher à l’église pour retenir sa place le lendemain " s’enthousiasmait Claude Joseph Jacquin, curé du village et initiateur de la mission.

6La fondation d’une mission pouvait également relever d’un acte juridique, comme ce fut le cas de la mission de 1835 fondée avec un capital de 1 200 francs apporté par 24 donateurs. L’acte stipulait :

"Par les soins du Sieur Jacquin curé, une seconde fondation de mission a été faite au Bois d’Amont, le 1er avril 835.
La fabrique seule, d’accord avec le desservant administrera la fondation, selon l’intention des fondateurs. Elle placera les capitaux, en percevra les revenus qui ne pourront être employés à d’autres fins que la mission..."

7Quel que soit son mode de financement, la mission s’achevait souvent par la mise en place d’une croix, souvenir d’un moment fort dans la vie de la paroisse, recherche de prestige de la part du donateur particulièrement généreux et dont le nom pouvait être inscrit sur le socle. Cette croix fréquemment payée par souscription était installée en grande cérémonie. C’est ainsi que le dimanche 22 juin 1834, 3 000 personnes assistèrent à la bénédiction de la grande croix en fer forgé placée devant l’église de Bois d’Amont. Son coût total, pose comprise, s’élevait à 1 801 francs de l’époque.

8Fichée en terre dans un lieu passant ou visible de loin, la croix était souvent accompagnée d’un ou de plusieurs arbres, plantés en même temps qu’elle et destinés à la fois au signalement du site et à sa protection. La date inscrite sur la croix ou sur son socle permet donc dans de nombreux cas de connaître l’âge de l’arbre.

Par la mère apprenant que son fils est guéri... Je vous salue Marie

9À la fin du XVIe siècle et au début du XVIIe, une terrible épidémie de peste décime la population de l’Est de la France et n’épargne pas les régions de montagne. Comme toujours dans le cas d’une menace imaginaire ou réelle et face à un drame qu’on ne peut juguler, la population s’en remet à la protection divine. On prie saint Roch, on lui demande d’intervenir, on promet d’être meilleur et on s’engage à bâtir un oratoire qui sera un acte de reconnaissance. C’est ainsi qu’une petite chapelle dédiée à saint Roch et portant la date de 1669 fut édifiée à Foncine-le-Haut dans le hameau du Bas-de-Ville sur un éperon dominant d’une trentaine de mètres la rivière Saine et que quatre tilleuls furent plantés autour du petit temple surmonté d’un élégant clocheton (Photo 1).

Photo 1 : Chapelle Saint-Roch à Foncine-le-Haut.

Photo 1 : Chapelle Saint-Roch à Foncine-le-Haut.

À propos d’une tragédie oubliée

10Entre Domblans et Frontenay, au hameau de Blandans, dans un virage de la D57, légèrement en retrait de la chaussée, veille une Vierge posée sur un socle. Le monument est clôturé, côté route, par une barrière et côté champ, abrité par deux gros tilleuls de très belle venue. Sur le socle a été apposée une plaque qui rappelle au passant que sœur Anne Séraphie Clavelin, née à Nevy-sur-Seille le 30 novembre, fut martyrisée le 21 juin 1870 à Tien-T’sin en Chine avec d’autres religieuses et d’autres chrétiens (Photo 2).

Photo 2 : À la mémoire de sœur Clavelin, fille de la Charité, née à Nevy-sur-Seille, martyrisée le 21/06/1870 à Tien-T’sin (Chine)

Photo 2 : À la mémoire de sœur Clavelin, fille de la Charité, née à Nevy-sur-Seille, martyrisée le 21/06/1870 à Tien-T’sin (Chine)

11Cette tragédie s’inscrit au croisement de deux phénomènes opposés, affaiblissement de la dynastie mandchoue des Ts’ing et montée de l’impérialisme occidental. La guerre de l’opium (1839-1842) puis l’expédition franco-anglaise de 1860 s’achèvent par d’humiliantes défaites chinoises. La Chine cède l’île de Hong-Kong aux Anglais, ouvre plusieurs ports dont Canton et Shangaï au commerce des grandes puissances et autorise l’établissement de "concessions" sur son territoire.

12Les sentiments xénophobes s’exacerbent et la tension est extrême. C’est dans ces circonstances que les Filles de la Charité s’installent à Tien T’sin. Le 21 juin 1870, une émeute éclate dans la ville. Le consul de France, deux pères lazaristes, dix religieuses et quelques laïcs, des Français et des Russes, pris dans la tourmente sont assassinés.

13L’impératrice Ci’Xi réprouva les atrocités commises et un pretium doloris fut accordé pour les familles des victimes. En 1872, la Troisième République versa l’indemnité aux deux sœurs encore vivantes d’Anne Séraphie qui décidèrent d’ériger un monument dans leurs villages respectifs à Champvaux et à Domblans. Le monument de Blandans, hameau de Domblans, fut érigé en 1875. On pense que les deux tilleuls ont été mis en place à l‘occasion de la cérémonie ou peu de temps après, mais il n’existe aucun témoignage de la plantation. Aujourd’hui la propriété a changé de mains, mais le monument continue à être entretenu par les descendants.

14C’est ainsi qu’au détour d’une petite route du vignoble jurassien, le voyageur attentif se souvient de son "Malet et Issac" et du chapitre "La France en Asie". Aujourd’hui l‘histoire s’écrit différemment et la mort d’Anne Séraphie Clavel in s’inscrit plus dans un conflit d’ordre colonial que dans un paroxysme de tensions religieuses. L’opposition entre peuples barbares et populations occidentales civilisées n’est plus de mise. Les Chinois réglaient leur compte avec leurs maîtres décadents et avec les impérialistes par missionnaires interposés

Un acte d’amour. Le vivant

  • 2 Voir Pèlerin Magazine, no 6245 du 9 août 2002. Si l'origine de la piété mariale remonte à Irénée de (...)

15De même que dans les églises, les représentations sulpiciennes du panthéon chrétien sont fréquemment encadrées de vases dans lesquels les dames de la paroisse mettent des bouquets de roses, d’hortensias, de lys, de dahlias ou de simples branches de buis selon la saison et selon l’importance de la cérémonie, de même les statues du Christ ou de la Vierge2 comme les petites chapelles posées en pleine nature sont-elles souvent entourées d’arbres ou d’arbustes. Au-delà de la recherche esthétique, il y a dans la mise en place de cette structure végétale un acte d’amour à la fois puéril et profond. Planter des arbres autour de l’oratoire, c’est construire les fondations d’un temple végétal qui s’inscrira dans l’espace, qui grandira avec le temps et dont la voûte s’élancera toujours plus haut vers le ciel. Planter des arbres, c’est apporter la vie à un monument de pierre ou de fer, c’est faire participer la statue au rythme des saisons et lui imprimer une sorte de souffle vital.

L’arbre dans la construction d’objets symboliques

16L’arbre apparaît comme l’élément vivant d’une mise en scène, le mobilier d’une liturgie hors les murs. Selon leur nombre et selon leur disposition, il est possible d’imaginer quatre modes de métamorphose du végétal.

17• Le végétal-cierge. Deux arbres encadrant le monument joueraient le rôle de cierges et l’assimilation serait d’autant plus aisée que le végétal adopte un port élancé. Thuja sp., le thuya et Cupressus sp., le cyprès répondent bien à cette définition mais le tilleul taillé présente également cette morphologie. Les tilleuls, Tilia cordata, de l’oratoire de Montrond, érigé en 1733, illustrent parfaitement ce modèle. Une intervention ultérieure peut parfois brouiller la symbolique. C’est ainsi qu’à Foncine-le-Haut, "la Vierge de vers chez les Valle" érigée par Apollonie Fumey veuve Munier après la mission de 1889 est accompagnée de trois arbres qui n’ont pas été plantés lors de l’érection du monument comme on peut le voir sur une carte postale ancienne. Un épicéa et un pin sylvestre souffreteux dateraient des années 1930, et derrière le monument à l’angle gauche, on a ajouté plus tardivement un troisième arbre, un épicéa. Nul ne connaît la raison de cette plantation en deux phases.

18• Le végétal-dais. Quatre arbres disposés aux angles d’un quadrilatère imaginaire légèrement plus grand que l’enclos métallique pourraient évoquer un dais, accessoire fréquemment utilisé à cette époque lors des processions. Les quatre marronniers à fleurs rouges, Aesculus rubicunda, entourant la croix de mission datée de 1884, plantés à l’entrée du village de Chilly-le-Vignoble sont de ce type.

19• Le végétal-couronne. Six, à dix arbres plantés en cercle pourraient symboliser une couronne. À la sortie du village de Nogna, route de Clairvaux-les-Lacs, la croix de mission est à l’ombre de huit immenses tilleuls. Aujourd’hui la croix a été légèrement déplacée, le centre du cercle est devenu aire de pique-nique et le site a reçu le nom de "square du 19 mars 1962".

20• le végétal-grotte. Des arbres taillés : charmilles, houx, cyprès, robiniers dont les frondaisons se rejoignent pour constituer un toit, participent à la construction d’une chambre végétale. Entre Ménétru-le-Vignoble et Frontenay, sur une sorte de plateau occupé par des prai1ies et des champs, l’œil est immanquablement attiré par un petit bosquet solitaire. Le mur de cette grotte végétale est fait de charmilles plantées à 80 cm les unes des autres. La grotte, fermée côté route par deux murs constitués d’une association de robiniers, houx, cyprès, s’ouvre par une porte encadrée de deux gros robiniers taillés en têtards. Cette grotte, tapissée de potentilles, abrite une statue entourée de buis en topiaires. Par le choix des essences comme par le plan et l’architecture, cette association est remarquable d’élégance et d’équilibre. Lieu de calme et de fraîcheur en bordure de route, cet ouvrage daté de 1872 est entretenu par la mairie de Ménétru-le-Vignoble (Photo 3).

Photo 3 : La grotte végétale de Ménétru-le-Vignoble : "Ils m’ont établie leur gardienne"

Photo 3 : La grotte végétale de Ménétru-le-Vignoble : "Ils m’ont établie leur gardienne"

L’arbre, un point de repère

21Dans un site peu boisé, sur une colline dénudée, l’arbre apparaît comme un repère. Au-dessus du village de Saint-Maur, sur le bombement de terrain dénudé se dresse une belle croix de pierre entourée de cinq tilleuls. La Croix Rochette, altitude 631 m, est un point géodésique. De là, par beau temps on aperçoit au sud-est le mont Blanc, et à l’ouest la vallée de la Saône dominée par le mont de Bourgogne.

L’arbre et sa symbolique

22Le choix des arbres n’est pas anodin. Les essences gardant leur feuillage toute l’année, Taxus baccara, l’if, Cupressu sp., le cyprès, Buxus sempervirens, le buis, Pinus sylvestris, le pin, Ilex aquifolium, le houx, symbolisent l’immortalité et la permanence. Certains arbres comme le marronnier Aesculus rubicunda, et le tilleul, Tilia cordata sont choisis pour leurs fleurs. L’odeur forte du buis et le parfum délicat du tilleul en juin-juillet ne sont sans doute pas indifférents au choix de ces deux plantes.

L’arbre, une balise vivante

23Borner l’oratoire c’est mettre en place une ligne imaginaire entre le territoire du profane et celui du sacré. La barrière métallique apparaît insuffisante. Elle matérialise bien l’empreinte du monument sur le sol, mais elle ne constitue pas une vraie séparation entre les deux mondes. L’arbre apparaît comme une borne plus crédible que le simple pylône de fer ou de pierre. Cette délimitation des édifices religieux dans l’espace profane par une clôture doublée d’une plantation d’arbres se retrouve dans d’autres cultures notamment dans les cultures hindouiste et bouddhiste. En Inde du Sud, il n’est pas rare de voir certaines collines ou certaines monolithes rocheux coiffés de temples entourés de végétaux locaux ou introduits.

24Autour des oratoires jurassiens, le cortège des arbres est souvent homogène. Néanmoins on rencontre des groupements hétérogènes. Dans la plupart de ces associations, on relève fréquemment la présence d’un arbre non habituel du lieu. Ainsi, à Chilly-le-Vignoble, route de Frébuans, une madone est entourée de quatre gros arbres, deux thuyas, Thuya plicata, et deux ifs, Taxus baccata. Le sanctuaire de Notre-Dame d’Airay, érigé en 1860 au bord de la corniche dominant le village de Vernantois, se distingue par sa dimension, son plan, la présence de deux cèdres, Cedrus atlantica, et de deux pins sylvestres, Pinas sylvestris.

25Enfin, à Foncine-le-Haut, la "Vierge de vers chez les Valles" est accompagnée d’un pin sylvestre insolite à cette altitude.

26La volonté de singulariser le site par l’introduction d’un arbre d’une espèce étrangère au lieu ne traduit-elle pas une sorte de continuité dans la pensée religieuse et surtout la permanence de certaines pratiques ? On sait qu’il existe une continuité dans l’occupation des lieux. De nombreux sites topographiquement privilégiés furent consacrés successivement aux cultes celtique, gallo-romain, avant d’être christianisés. On peut donc supposer qu’à la filiation géographique corresponde une filiation dans les pratiques.

27Certaines pratiques romaines d’organisation spatiale des sols, notamment certains usages de cadastrage, laissent à penser que le marquage des limites était réalisé par des bornes, des tas de terre ou de pierres, des pierres en place gravées d’inscriptions mais aussi par des arbres étrangers au pays, c’est-à-dire n’appartenant pas au cortège floristique habituel du lieu, arbres d’altitude en région de plaine, arbres calcicoles en terres siliceuses, arbres de milieu sec en milieu humide, ou réciproquement. Il apparaît clairement que l’arbre étranger au pays apporte par sa singularité un élément de questionnement qui ne peut échapper à personne, surtout dans une époque où les populations étaient beaucoup plus proches de la nature qu’elles ne le sont aujourd’hui.

Des signes du sacré aux choses du profane. L’iconoclaste et le bûcheron

28L’affaiblissement du sentiment religieux constaté dès la fin du XIXe siècle se poursuit durant l’entre-deux-guerres et se confirme dans la seconde moitié du XXe siècle avec l’abandon progressif des pratiques religieuses et la crise des vocations. Aujourd’hui, il n’est pas rare qu’un prêtre desserve vingt ou trente clochers, voire plus et l’oratoire n’est plus sa préoccupation majeure quand il ne le considère pas comme une forme de superstition ! D’ailleurs plus personne ne s’intéresse à ces oratoires. Le ciel est vide, les statues sont muettes et Dieu s’est retiré dans Sa Maison. Avec le temps, le statut des croix, des madones, a beaucoup évolué. La charge de sacré que véhiculaient ces monuments s’est progressivement atténuée jusqu’à disparaître. L’objet sacré devenu objet profane devient support à la signalétique des randonneurs, lieu de rendez-vous des amoureux ou but de pique-nique si le site est pittoresque. Quant à l’arbre qui n’a jamais été sacré, plus rien ne justifie sa présence et son destin est celui de tous les arbres : utile il est protégé, gênant il est supprimé. Nous choisirons trois exemples illustrant la menace qui pèse sur l’oratoire et son enveloppe végétale.

L’arbre facteur de risques

29Géant mal amarré, dangereux par grand vent, l’arbre ne peut inspirer que de la méfiance. Le long d’un petit chemin qui relie Chilly­le-Vignoble à Frébuans, les fidèles des deux communautés avaient financé en 1884 une croix de mission et planté deux tilleuls dont l’un frappé par la foudre en 1970 gardait encore fière allure. La décision de créer un lotissement à cet endroit a signé l’arrêt de mort des arbres. Le principe de précaution l’a emporté sur l’aspect conservatoire lié à la tradition et sur l’esthétique. Une vie sociale organisée ne peut tolérer un géant menaçant. Ironie du sort, la route qui dessert le lotissement s’appelle "rue des Tilleuls" !

30li est juste de préciser que certains risques, soulèvement des structures par les racines, menace d’écrasement du bâti par les branches ou par l’arbre lui-même sont bien réels et ne peuvent être ignorés. Ainsi, à Foncine-le-Haut, le très bel oratoire du Dieu de Pitié du Bas-de-Ville sur la route qui conduit au hameau des Ruines, daté de 1747, était jusqu’à une date récente entouré de quatre tilleuls comme l’était l’oratoire de Saint-Roch déjà cité. Malmenés par la tempête il y a quelques années et devenus dangereux, ils ont dû être abattus.

L’arbre, cet empêcheur de tourner en rond

31La méfiance est encore plus grande à l‘encontre des arbres plantés le long des grands axes routiers. Là encore, c’est le sacro-saint principe de précaution qui triomphe. Au nom de la sécurité routière, l’arbre doit disparaître. Dans un choc, l’arbre est toujours coupable, et il arrive même qu’il soit puni et exécuté dans les jours qui suivent l’accident. Le long des routes, l’oratoire doit se faire petit, prendre du recul ou savoir disparaître. Quant aux arbres qui l’entourent, le bûcheron s’en occupera !

  • 3 Sous l'action énergique de sa présidente, Monique Bachelier, l'association "Revigny mon village'' ( (...)

32Mais il existe des cas de figure singuliers où la méfiance le dispute au mépris. C’est ainsi que le projet de réaménagement du carrefour de Saint Maur impliquant la D52, la D534 et la N78 prévoit la construction d’un rond-point et quelques modifications dans les tracés routiers ce gui entraîne le déplacement de l’oratoire du mont Carmel (Photo 4) et la destruction des quatre tilleuls bicentenaires qui l’entourent. Ce modeste patrimoine représente pour la population des villages de Revigny, Publy, Saint Maur, Nogna et Conliège un témoignage de l’histoire locale civile et religieuse remontant au début du XVIIe siècle comme l’atteste un missel retrouvé dans les archives de la paroisse et exposé à l’entrée de l’église. Le 16 juillet 1634, lors de l’assaut de l’armée française, les habitants de la paroisse réfugiés dans les grottes firent promesse de reconnaissance s’ils étaient sauvés, et notamment celle de construire un oratoire à Notre-Dame du mont Carmel. La légende veut que ce jour-là une nuée d’abeilles mît en déroute l‘armée française. Rien ne justifie le transfert du monument et l‘abattage des arbres. Ni le prix du terrain ni la présence de constructions ne constituent un obstacle à l’élaboration d’un nouveau tracé. Seule manque une volonté politique pour réorienter le projet3.

Photo 4 : Notre-Dame du mont Carmel

Photo 4 : Notre-Dame du mont Carmel

"Ce jour feste Notre-Dame du Montcarmel at voué la feste tant à cause de la pest qu’a cause de guerres et en souvenance de l’assaut par nous soustenu des françois qui durat avect ouste véhémence par l’espace de six heures ou Monsieur de Longueveme capitaine françois y est demeuré avec beaucoup d’autres et environ quatre vingt françois blessés et de nostre qui est escript par mée Antoine Roux a lors vicaire à Revigny" (Extrait du missel de Revigny en usage au XVIIe siècle).

L’arbre cet indésirable

33Ménétru-le-Vignoble aura le triste privilège d’illustrer l’incompréhension à l’égard des pratiques culturelles anciennes et l'attitude iconoclaste de certains responsables devant les témoignages d’une autre époque, surtout si ceux-ci portent sur d’anciennes pratiques religieuses.

34Pour de multiples raisons dont aucune n’est recevable – nécessité de tailler le massif végétal, mise en évidence de la statue, ouverture de la "coque" afin d’en découvrir le contenu, sécurisation de ce repaire de voyous et de ce lieu de péché, pauvre madone complice du Malin ! – le joli bosquet a laissé la place à un curieux assemblage végétal où l’on reconnaît les restes dressés d’arbres tronçonnés, la trace au sol des vieux troncs d’acacia faux-robinier, Robinia pseudo-acacia, sciés à ras de terre avec au centre de ce dispositif, une statue évoquant plus une bergère dansant dans un chablis qu’une madone. Rien ne peut justifier un tel massacre que seul le temps pourra corriger (Photo 5).

Photo 5 : Une grotte végétale après le massacre. Une pauvre bayadère dans la forêt sacrée "cyclonée"

Photo 5 : Une grotte végétale après le massacre. Une pauvre bayadère dans la forêt sacrée "cyclonée"

Dieu a besoin des hommes

  • 4 L'enquête qui doit nécessairement précéder les démarches en vue d'une opération de sauvegarde est e (...)

35Des processions, des parfums d’encens, des enfants de chœur et des paysans endimanchés tout droit tombés d’un tableau de Courbet, tout un monde disparu hante encore aujourd’hui les oratoires cachés dans leur écrin végétal. La sérénité des lieux comme l’aspect désuet des choses devrait inspirer le calme et le silence. Et pourtant, loin de toute nostalgie et d’un repli sur le passé, nous voudrions faire partager notre "coup de cœur" et attirer l’attention sur ce patrimoine religieux rural hérité du XIXe siècle sur qui pèse une menace. Il faut sauver ces témoins d’une autre époque car ces pierres et ces arbres ont parlé aux hommes un langage qu’ils comprenaient. Rien de ce qui a fait battre le cœur de nos campagnes ne peut nous être indifférent. Il serait déraisonnable de tout conserver, mais il faut sélectionner les témoignages les plus signifiants. Après inventaire4, les plus beaux ensembles, monuments+arbres seront retenus en vue d’une demande de labellisation. Il faut agir vite avant que les oratoires et les croix ne finissent à la décharge et avant que les arbres ne tombent sous les dents des tronçonneuses.

Arbores peregrinae, "arbres étrangers", "arbres qui ne sont pas pays"

Certains oratoires d’aujourd’hui (ou plutôt d’hier) sont entourés par des arbres, ou bien les angles de leurs emprises sont marqués par des arbres. C’est une permanence de la présence de l’arbre dans le religieux, en même temps que de son rôle de marqueur de limite. L’oratoire entouré d’arbres récapitule et synthétise deux sortes de lieux consacrés typiques de l’Antiquité : le petit temple (janum, disait-on en latin) et le bois sacré (qui pouvait être très petit ; on pourrait dire alors que l‘arbre est un oratoire). De tels endroits religieux sont bien attestés et connus dans le monde romain. Dans nos régions, le fanum romain s’est souvent installé sur l’emplacement d’un plus ancien édicule celtique. Un petit monument chrétien a pu prendre la suite dufanum. C’est que celui-ci n’est pas installé n’importe où : son site est remarquable, soit parce qu’il est en élévation, soit parce qu’il est à un carrefour de voies ou à une limite de territoires, dont il est un des marqueurs. Certes, l’oratoire d’aujourd’hui est de dimensions généralement plus restreintes que le janum ancien et, pour la taille, il ressemblerait plutôt à ces chapelles funéraires (modèle conservé dans nos cimetières, et quelquefois joint, lui aussi, à l’arbre) qui bordent les voies antiques au sortir des villes (ainsi à Pompéi). En Italie, des oratoires se trouvent encore aujourd’hui, très souvent, aux intersections orthogonales des chemins qui ont été, dans l’Antiquité, des axes du système orthonormé d’organisation des terres que l’on appelle la centuriation. On a conservé un corpus de 500 pages de textes techniques latins sur l’arpentage et l’organisation des terres, dont le noyau remonte aux 1er et IIe siècles de notre ère, qui théorisent, dans certains passages, ce rôle des arbres et/ou des monuments religieux comme marqueurs Lb limite. D’après ces textes, n’importe quel arbre, seul ou en rangée, peut faire limite ; mais cette fonction est plus nette si l’essence n’est pas courante dans l’endroit concerné, et de nombreux passages du corpus parlent des arbores peregrinae, arbres littéralement "étrangers", utilisés pour marquer certaines limites, comme ils sont encore quelquefois aux quatre coins de nos oratoires.

Jean-Yves Guillaumin
Université de Franche-Comté

"La petite madone de la zone"

Il serait injuste de ne pas signaler l’intérêt que quelques particuliers portent à ces objets d’un autre âge. Bernard Cabiron, billettiste au journal Le Progrès, découvrit par hasard un charmant petit oratoire couvert de lauzes posé en bordure d’un chemin de terre en limite des communes de Lons-le-Saunier, Perrigny et Pannessières sur un terrain dangereusement menacé par l’extension d’une zone industrielle d’un côté et d’une déchetteric de l’autre. Commentant cette curiosité dans son billet quotidien et soulignant la qualité architecturale du petit monument, il ajoutait que la plantation d’un arbre pourrait aider à la sauvegarde de cet oratoire. Une jardinerie de la région offrit l’arbre. Aujourd’hui, un tilleul à grandes feuilles argentées, Tilia platyphyllos, veille sur l‘oratoire et le préserve de l’oubli.

36BERNARDIN, Gilberte, Pierre BERNARDIN et Liliane PERNOT, 1998, Croix, calvaires, petits oratoires du Pays des mille étangs (Haute-Saône), tome 1, Canton de Melissey, tome 2, Canton de Faucogney, ouvrages édités par la Salsa.

37BONO, Francis, 1990, Histoire et mémoire d’un village du Haut-Jura, Lons-le­Saunier, Bois d’Amont, Imprimerie Billot.

38CHARRIER, René, 2000, L’ermite de Saint-Sorlin, Joseph-Elie Simonin 1792-1856, Langres, Dominique Gueniot éditeur.

39HUMEAU, Jean-Baptiste, 1977, "Paroisses et paroissiens en milieu rural dans l’Ouest de la France", Norois, tome 44, no 174, p. 253-273.

40JACOTEY, Marie-Louise, 1993, La croix sur les chemins des Hautes-Vosges, Langres, Dominique Gueniot éditeur.

41RIEGER, Théodore, 2001, Les chapelles d’Alsace, photos Paul Reiser, Obernai, Éditions G4J.

42VERNUS, Michel, 1994, "Vie et travail du XVIIe au XIXe siècle : le temps des grandes mutations", dans Regards sur la Petite montagne. Invitation à la découverte d’une petite région jurassienne, publication de l’ADAPEMONT, Édition du Suran.

Top of page

Notes

1 Parmi les ouvrages dont la thématique rejoint notre propos, citons : M.-L. Jacotcy,1993; G. et P. Bernardin et L. Pernot, 1998; R. Charrier, 2000.

2 Voir Pèlerin Magazine, no 6245 du 9 août 2002. Si l'origine de la piété mariale remonte à Irénée de Lyon, théologien du IIe siècle, c'est Louis XIII qui, dans une lettre à Richelieu du 10 février 1638 voue officiellement la France à la Vierge Marie : "Nous déclarons que, prenant la très glorieuse Vierge pour protectrice spéciale de notre royaume, nous lui consacrons tout particulièrement notre personne, notre État, notre couronne et nos sujets, la suppliant de vouloir nous inspirer une sainte conduite et de défendre avec soin ce royaume contre l'effort de tous ses ennemis". Plus tard, le 15 août 1638, Louis XIII demandera solennellement dans la cathédrale d'Abbeville de faire des processions dans tous les diocèses, à l'occasion de chaque Assomption

3 Sous l'action énergique de sa présidente, Monique Bachelier, l'association "Revigny mon village'' (880 route de Genève, 39570 Revigny) a bloqué la procédure. Mais le projet n'a pas été abandonné. Restons vigilants

4 L'enquête qui doit nécessairement précéder les démarches en vue d'une opération de sauvegarde est en cours. Il existe en France, de nombreuses associations travaillant dans le même sens.

Top of page

List of illustrations

Title Photo 1 : Chapelle Saint-Roch à Foncine-le-Haut.
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/13103/img-1.jpg
File image/jpeg, 181k
Title Photo 2 : À la mémoire de sœur Clavelin, fille de la Charité, née à Nevy-sur-Seille, martyrisée le 21/06/1870 à Tien-T’sin (Chine)
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/13103/img-2.jpg
File image/jpeg, 161k
Title Photo 3 : La grotte végétale de Ménétru-le-Vignoble : "Ils m’ont établie leur gardienne"
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/13103/img-3.png
File image/png, 17k
Title Photo 4 : Notre-Dame du mont Carmel
Caption "Ce jour feste Notre-Dame du Montcarmel at voué la feste tant à cause de la pest qu’a cause de guerres et en souvenance de l’assaut par nous soustenu des françois qui durat avect ouste véhémence par l’espace de six heures ou Monsieur de Longueveme capitaine françois y est demeuré avec beaucoup d’autres et environ quatre vingt françois blessés et de nostre qui est escript par mée Antoine Roux a lors vicaire à Revigny" (Extrait du missel de Revigny en usage au XVIIe siècle).
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/13103/img-4.png
File image/png, 21k
Title Photo 5 : Une grotte végétale après le massacre. Une pauvre bayadère dans la forêt sacrée "cyclonée"
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/13103/img-5.png
File image/png, 15k
Top of page

References

Electronic reference

Yves Monnier, “L’arbre et l’oratoire”Géographie et cultures [Online], 52 | 2005, Online since 29 November 2020, connection on 23 July 2024. URL: http://journals.openedition.org/gc/13103; DOI: https://doi.org/10.4000/gc.13103

Top of page

About the author

Yves Monnier

Professeur au Museum national d’histoire naturelle

Top of page

Copyright

CC-BY-SA-4.0

The text only may be used under licence CC BY-SA 4.0. All other elements (illustrations, imported files) are “All rights reserved”, unless otherwise stated.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search