Navigation – Plan du site

AccueilNuméros112Incursion culturelle dans un espa...

Incursion culturelle dans un espace ouvrier

Engagement syndical et action culturelle d’un Comité d’entreprise dans les années 1980-1990
Cultural foray into a working-class space. Trade union commitment and cultural action of a work council in the 1980-1990’s
François Duchêne
p. 119-138

Résumés

À partir d’une enquête menée auprès de syndicalistes élus dans le Comité d’entreprise d’une usine chimique iséroise, notre propos consiste à observer la façon dont un milieu fortement territorialisé, constitué d’ouvriers, s’est investi dans la diffusion d’activités culturelles au sein de l’usine comme en dehors. Les actions produites relevaient tant de la « culture savante » que de la « culture populaire ». Le propos est daté dans les paroles des enquêtés, et correspond principalement à la période des années 1980 et 1990. L’interrogation porte sur les ressorts de légitimité qu’ont utilisés ces militants ouvriers pour « entrer en culture ». L’inscription forte de leur action dans un espace local, en lien avec les municipalités voisines, a constitué une ressource. Par ailleurs, ils se sont en grande partie appuyés sur la tradition d’éducation populaire de leur syndicat, la CGT, pour légitimer une action médiée par le Comité d’entreprise (CE) de l’usine. Enfin le travail « à côté » des spectacles ou des événements a constitué pour nombre de militants un moyen de se familiariser avec la « chose culturelle » et les milieux intellectuels, souvent perçus de prime abord comme hostiles.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les Comités d’entreprise (CE), instances représentatives du personnel dans les entreprises de plus de cinquante salariés, ont été créés au sortir de la Seconde Guerre mondiale par l’ordonnance du 22 février 1945 et la loi du 16 mai 1946. Suite aux ordonnances dites « Macron » du 22 septembre 2017, les CE sont jusqu’en 2020 dans une phase de fusion avec les Comités d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) et les Déléga­tions du personnel (DP) au sein des Comités sociaux et économiques (CSE). Toutefois, malgré la fin effective d’un cycle, le périmètre d’actions des CE – comme celui des désormais CSE – concerne, depuis leurs débuts, un droit de consultation sur la marche économique de l’entreprise – objet par lequel cette instance est la plus visible dans l’actualité économique et sociale – mais aussi un droit de gestion de l’Action sociale et culturelle au sein de l’entreprise (Le Goff, 2004).

2Les CE, plutôt qu’un commencement, constituent en réalité une continuité et une généralisation de la présence d’activités et de productions culturelles au sein d’usines ouvrières. Jean-Michel Leterrier rappelle que ces dernières relèvent en effet de trois origines distinctes, concomitantes de la seconde révolution industrielle de la fin du XIXe siècle : d’une part, le patronat pater­naliste s’intéresse à l’art et à la culture dans l’entreprise et dans les espaces qu’il contrôle, principalement à travers les « bonnes œuvres » puis les « œuvres sociales », dans une optique holistique de contrôle du temps ouvrier ; d’autre part, beaucoup d’artistes s’intéressent à l’industrie, qui les fascine ; enfin, le mouvement ouvrier s’intéresse dès ses origines à la diffusion culturelle, dans une optique d’éducation populaire, singulièrement via les arts plastiques par exemple à travers la commande d’affiches signées d’artistes (Leterrier, 1997). Par la suite, de nombreux CE ont progressi­ve­ment inscrit leur gestion des activités spécifiquement culturelles plutôt dans le sillon de l’éducation populaire (Saez, 2008). En ce sens, ils ont tenté pour une part de mettre l’« art savant », jusqu’alors réservé à une élite intellec­tuelle, à la disposition d’un public ouvrier et populaire (Gobert & Leterrier, 2015 ; Glas, 2016), et pour une autre part de favoriser une expression culturelle populaire au sein des entreprises. Pour ce faire, les CE disposent d’une capacité d’action à travers la gestion d’équipements collectifs tels que des bibliothèques ou des salles de spectacles, qui sont parfois mises en partage avec les municipalités voisines.

3C’est à travers ces diverses expériences de programmation culturelle et de gestions d’équipements, ainsi que de liens établis avec les institutions cultu­relles locales, que les militants de CE ont acquis un savoir-faire en termes de productions et de diffusions culturelles, à destination d’un public majoritai­rement populaire, sur un espace dépassant souvent les murs de leur propre usine.

4Pour autant, on peut s’interroger sur les ressorts de légitimité qui ont amené des générations de militants syndicalistes ouvriers à « entrer en culture ». Partant du constat qu’il existerait « une distribution inégale des compétences et des pratiques culturelles » et que « la sensibilité culturelle ou esthétique n’est pas une chose innée ou inéluctable » (Lahire, 2018, p. 93), par quels processus et avec quels appuis ces militants ouvriers ont-ils bâti leur action culturelle dans des milieux et des espaces populaires, mêlant ainsi « culture savante » et « culture populaire » au sein de leurs usines ?

5Pour apporter des réponses à ces interrogations, nous souhaitons ici rendre compte de l’expérience de militants du CE de l’entreprise (feu) Rhône-Poulenc à Roussillon, dans l’Isère rhodanienne. En effet, à la suite de diffé­rentes enquêtes menées ces vingt dernières années sur cette plateforme chimique et son agglomération d’implantation, nous disposons d’un matériau composite (archives, observations) et d’entretiens semi-directifs, dont cer­tains récents réalisés dans le cadre d’une enquête sur l’action culturelle des CE en Rhône-Alpes (Berroud et Duchêne, 2018). Les propos des enquêtés portent en grande partie sur les années 1980 et 1990, et ont été réalisés auprès de « militants de la culture », pour la plupart issus de la CGT, liés à ce Comité d’entreprise. Situés dans une agglomération longtemps mono indus­trielle, à environ cinquante kilomètres au sud de Lyon, c’est-à-dire éloi­gnée de cet important centre culturel sans l’être non plus trop, les militants CGT du CE de cette usine chimique, longtemps majoritairement ouvrière, ont initié une politique culturelle qu’ils ont ensuite diffusée dans les commu­nes alentour, en participant à la création en 1983 de l’association locale Travail et culture (TEC), devenue depuis le principal opérateur culturel des municipalités voisines.

6Dans un premier temps, nous donnerons à voir la production culturelle de ce CE et expliciterons les conditions de la naissance de TEC. Nous verrons ensuite sur quelles dynamiques s’appuient ces ouvriers militants pour légiti­mer leurs actions culturelles, en évoquant en particulier la fabrique locale de cette légitimité.

Une activité culturelle du CE inscrite dans son espace local

  • 1 En 1945, il n’existe que deux centrales syndicales ouvrières, la CGT et la CFTC.

7Lors de la création des Comités d’entreprise, la CGT occupait une place prépondérante dans les collèges ouvriers des entreprises1, et s’est retrouvée de fait à diriger de nombreux CE à travers le pays. Afin d’accompagner ses élus dans leurs tâches, la centrale syndicale édite à partir d’avril 1948 La revue des comités d’entreprise, dont le n° 1 donne le ton sur ce qui est atten­du des Activités sociales et culturelles :

« La loi du 22 février 1945 donne aux comités d’entreprise la gestion des œuvres sociales. Par œuvres sociales, il n’est pas seulement question des cantines et des colonies de vacances. Il s’agit aussi des bibliothèques, des groupes artistiques, des cercles où l’on s’adonne à la pratique des arts plas­tiques, des chorales, en un mot de toutes les activités culturelles qui ont pour mission d’élever le travailleur au-dessus de la condition de simple salarié où voudrait le confiner le régime de l’exploitation de l’homme par l’homme » (cité in Leterrier, 2007, p. 61).

8Dès lors, l’ordinaire culturel des CE va beaucoup tourner autour du livre et des bibliothèques, ainsi que de spectacles vivants donnés, par exemple, dans le cadre des « arbres de Noël ». Par ailleurs, les CE constituent un réseau important mettant en relation le public des salariés ayant droit avec des institutions culturelles ouvertes à l’éducation populaire. Au-delà, la dimen­sion culturelle déployée par les CE est pensée comme intégrée au travail : « Le travail, l’activité professionnelle sont eux-mêmes des éléments de la culture. C’est dire aussi que l’entreprise est un creuset de culture » (Mazauric, Leterrier, 1990, p. 73).

9Avec l’accession au pouvoir de François Mitterrand, en 1981, les CE ont connu un nouvel élan, en particulier en 1982 avec les lois Auroux de démocratisation de la vie dans l’entreprise. Donnant davantage de moyens aux CE, ces lois sont aussi votées à un moment de transformation profonde du monde industriel, par les premiers processus de désindustrialisation du pays et la modification conjointe des modes de travail ouvrier. Durant cette période, de nombreux CE s’appuient sur la gestion de l’action culturelle pour défendre le travail en usine et mettre en valeur les matières travaillées. En particulier l’invitation d’artistes en résidence permet une rencontre entre des hommes et femmes d’art et des ouvriers et employés. C’est par exemple neuf sculpteurs et trois vidéastes qui interviennent en 1983 à l’Usine Renault de Sandouville, un peintre qui présente, toujours en 1983, une exposition à Paris-Print, sept plasticiens qui interviennent dans les ateliers du journal Le Monde en 1986, dix plasticiens invités en 1990 dans l’usine Grande-Paroisse à créer dix œuvres traduisant l’expression des salariés quant à leur usine, et bien d’autres encore, tous à l’initiative du CE de ces entreprises (Leterrier, 1997).

10Dans ces mêmes années, le CE de l’usine chimique Rhône-Poulenc Roussil­lon se positionne dans cette même dynamique.

Un CE agissant avec la même puissance qu’une commune

  • 2 Salaise-sur-Sanne, Roussillon, Le Péage de Roussillon, Saint-Maurice l’Exil. Ces quatre communes, q (...)

11Née de la Première Guerre mondiale et de ses besoins en gaz létaux, cette usine chimique rhodanienne s’est déployée dans l’entre-deux-guerres autour de productions civiles diverses, se spécialisant dans des produits intermé­diaires en grandes quantités pour la matière plastique et le textile artificiel. Principale activité industrielle dans un environnement plutôt rural, elle a accueilli jusqu’à 5 000 salariés dans les années 1960, avec en son sein un collège ouvrier très largement prédominant sur celui des cadres. Ainsi la gouvernance du CE est toujours revenue à la CGT, longtemps majoritaire à elle seule, et la coloration ouvriériste des instances syndicales a progres­sivement conquis les municipalités voisines. Lors des élections municipales de 1977, les quatre communes voisines2 ont élu à leur tête des maires ouvriers issus de l’usine, militants CGT et pour deux d’entre eux militants communistes (Duchêne, 2002).

12À la faveur de nouveaux droits acquis par les CE par la loi de juin 1966, le CE de Rhône-Poulenc Roussillon avait récupéré la gestion des « œuvres sociales » jusqu’alors laissée à la direction. Ces dernières sont rebaptisées Actions sociales et culturelles.

13Sur le versant culturel, plusieurs éléments sont alors mis en place, comme par exemple la possibilité d’abonnements à moindre coût au Théâtre national populaire (TNP) de Villeurbanne et à l’Opéra de Lyon et leur desserte régulière par un car du CE.

14Au début des années 1970, le CE se dote d’un poste d’animateur culturel. « Dans tous les gros CE que la CGT gérait, on avait créé des postes culturels. Donc nous, on a dit : on fait pareil. Jamais il n’y a eu de discussions approfondies sur la nécessité de la culture », dit René, l’un des militants CGT de l’époque. Le CE gère alors de nombreux équipements, principalement sportifs, mais aussi culturels – une bibliothèque et un café-théâtre – chacun sous la responsabilité d’une commission issue du CE. S’agis­sant de la bibliothèque, elle est positionnée dans la principale cité ouvrière voisine aux limites communales de Roussillon et de Salaise-sur-Sanne, dans des locaux de l’usine qui accueillaient autrefois une école ménagère. Quant au café-théâtre, situé sur la commune du Péage-de-Roussillon, il s’agit d’un ancien « mess des officiers » datant de l’usine de guerre, qui, avec l’attribution de ce local au CE, avait été reconverti en café (lié à la cantine de l’usine toute proche) et en salle polyvalente d’expositions et de spectacles. La bibliothèque comme le café-théâtre, au même titre que les équipements sportifs gérés par le CE, sont tous situés hors des murs de l’usine et donc aussi accessibles physiquement à des non-salariés de l’entre­prise.

  • 3 En 1998, Rhône-Poulenc disparaît dans une fusion avec le chimiste allemand Hoetch, et la plateforme (...)

15Ainsi l’une des caractéristiques de ces activités est qu’elles étaient ouvertes aux ayants droit de l’usine, mais aussi à leurs familles et aux personnes habitant les quatre communes riveraines, moyennant parfois une participa­tion modique. « La bibliothèque, […] les spectacles, toutes les réalisations, fêtes et expositions, débats, tout était ouvert à l’extérieur » dit Jean-Claude, le dernier secrétaire du CE3. Fort de son budget conséquent, le CE agit sur l’espace environnant non seulement comme le faisaient les communes de l’agglomération, en gérant ses propres équipements, mais plus encore comme une entité d’avant-garde, les communes voisines n’ayant pas de service culturel en propre. « Les premières années, on était complètement autonome vis-à-vis des communes. C’était nous, le CE, qui faisions l’ani­mation culturelle de l’agglomération. Alors évidemment il y avait des moyens, mais quand on faisait des initiatives et des spectacles, tout le monde pouvait venir » dit René. En ce sens, les moyens financiers importants dont disposait le CE, ajoutés à sa situation mono industrielle dans un environ­nement à dominante rurale, expliquent en partie cette situation, comme l’exprime Jean-Claude : « c’est peut-être plus facile dans un coin comme le nôtre que le CE fasse des choses au niveau culturel qui ont un impact sur la population, que quand on est en périphérie d’une grande ville comme Lyon ». De fait, à la même époque, il existait aussi sur Lyon et sa proche banlieue de grosses unités industrielles du même groupe Rhône-Poulenc. Leurs CE ont moins investi dans les activités et équipements culturels, du fait d’une offre et de ressources urbaines importantes à toute proximité.

TEC, un opérateur culturel intercommunal né du CE

  • 4 Association nationale d’éducation populaire, proche de la CGT, fondée au sortir de la Seconde Guerr (...)
  • 5 Pour l’année 1982, le recensement des quatre communes de l’agglomération est de 20 779 habitants, t (...)

16Une émanation de l’association Travail et culture4 (TEC) nait, dans l’agglo­mération, en 1983. Les faisceaux amenant à la création de cette structure sont pluriels, et les façons de la raconter aussi. Pour autant, tous les protago­nistes de cette histoire s’entendent pour donner au CE un rôle moteur dans cette émergence. En effet, dans le courant des années 1970 et 1980, les effectifs de la plateforme chimique baissent du fait de la fermeture de plu­sieurs unités historiques consommatrices de main-d’œuvre et d’une politique d’externalisation du personnel. Ainsi les moyens financiers du CE, alimentés par un pourcentage sur la masse salariale, baissent mécaniquement aussi5.

  • 6 Délibération du Conseil municipal (DCM) de Roussillon du 20.03.1977.
  • 7 DCM de Roussillon du 13.03.1983.
  • 8 Au Péage de Roussillon, pour le mandat municipal de 1977 à 1983, sur les 23 élus, 11 élus au moins (...)
  • 9 Les DCM de Salaise-sur-Sanne des installations du conseil municipal, du 19/03/1977 et du 13/03/1983 (...)

17À l’aube des années 1980, les militants du CE en appellent à la solidarité des communes de l’agglomération pour ne plus prendre seuls en charge l’activité culturelle locale : « Ce sont les militants du CE qui ont impulsé ça, repris après par d’autres dans les communes, pour dire : ce n’est plus possible que le CE soit le seul à avoir cette activité culturelle, et il faut qu’on trouve un moyen de mutualiser nos forces », se souvient Jean-Claude. Hélène, l’une des premières salariées de TEC, était auparavant animatrice socio-culturelle dans l’une des structures communales de l’agglomération. Elle fait globale­ment le même constat : « On n’avait pas de politique culturelle enfance-jeunesse, on n’avait pas de support pour avoir cette politique culturelle. Puisqu’un des rares endroits où il y avait de la culture, c’était dans l’entreprise Rhône-Poulenc ». La réflexion avance dans les communes sur les manques en matière de politique culturelle municipale. Notons que ces idées sont alimentées en particulier par les élus locaux « passeurs », c’est-à-dire détenant aussi un mandat syndical dans l’entreprise. Les archives dont nous disposons ne permettent pas de recouper de façon fiable le nombre de ces élus par commune. Mais toutefois, par exemple dans le Conseil munici­pal de la commune de Roussillon, de 1977 à 1983, sur 23 élus, environ 10 d’entre eux travaillent à l’usine Rhône-Poulenc6. De 1983 à 1989 dans la même commune, sur 29 élus, plus de 13 d’entre eux travaillent pour l’usine chimique locale7. On retrouve globalement les mêmes proportions dans la commune de Péage-de-Roussillon8 9. Positionnés pour l’essentiel dans les majorités municipales, ces élus de l’usine disposent aussi d’un réel pouvoir d’influence. S’agissant de ceux d’entre eux cumulant un mandat de représentant du personnel au CE de l’usine, que l’on retrouve majoritaire­ment parmi les élus communistes des communes de l’agglomération, leur influence est renforcée par leur capital d’autochtonie, si l’on considère qu’il s’agit de « l’ensemble des ressources que procure l’appartenance à des réseaux de relations localisées […] ressources symboliques, en ce qu’elles ne tiennent ni d’un capital économique, ni d’un capital culturel, mais d’une notoriété acquise et entretenue sur un territoire singulier » (Renahy, 2010, p. 9). Les entretiens réalisés montrent, en effet, que généralement, ces élus locaux « passeurs » sont aussi impliqués dans des associations locales de diverses sortes, et qu’ils cumulent une profondeur historique et une connais­sance sociale du territoire de l’agglomération qui légitime leur pouvoir de décision.

18Il existait à Grenoble une antenne de l’association nationale Travail et cul­ture (TEC), mais financée pour l’essentiel par les CE, majoritairement CGT, des grosses entreprises grenobloises et des environs. Il existait d’ailleurs des liens contractuels entre TEC Grenoble et le CE Rhône-Poulenc. Si TEC Grenoble a servi de modèle pour une implantation locale, l’association TEC de l’agglomération roussillonnaise est financée quant à elle par un CE mais aussi par les quatre communes voisines, avec pour fonction de jouer le rôle d’opérateur culturel commun. Et en quelque sorte, le CE comptait comme une commune dans ce dispositif intercommunal.

19Cette maturation s’est faite à l’initiative principalement des réseaux cégétistes et communistes de l’agglomération issus de l’usine, comme l’explique Henri, à l’époque animateur culturel au CE Rhône-Poulenc : « On s’est dit, on va créer une antenne de Travail et Culture. […] Et dans telle mairie on a vu tel copain, dans telle mairie un autre copain, on a fait les réunions un peu en catimini, on a monté la sauce. On a créé une situation où, chacun dans sa mairie a défendu le bout de gras. Après ensemble, les élus, les maires, on a défini les statuts de l’association. Et nous, le CE, on avait une pratique, on a accompagné, par le biais de l’animateur, les premiers pas de TEC ». L’usage du terme « copain » dans les propos d’Henri signifie pour l’essentiel « camarade du PCF et de la CGT », et désigne ces élus « passeurs » évoqués plus haut. Ce témoignage signifie que ces derniers constituent bien un réseau intercommunal informel. Hélène reconnaît sans détour le rôle du CE dans l’accompagnement de TEC : « Le CE de Rhône-Poulenc a aidé à former plein de gens. Ça a été un lieu de formation excep­tionnel ! Notamment pour la culture, le CE a développé cette idée d’accès à la culture pour tous ».

Des actions culturelles spatialement situées

20Le CE fonctionnait avec un ensemble de commissions, les unes obligatoires (économique, logement, formation professionnelle, égalité professionnelle), et d’autres créées au gré des actions développées par les élus. Le CE de Rhône-Poulenc Roussillon en a eu jusqu’à quinze, parmi lesquelles la com­mission culturelle. Les organisations syndicales élues au CE y désignaient les membres des commissions, élus ou non, au prorata de leurs résultats aux élections professionnelles. Les présidences de commission étaient elles aussi réparties au même prorata.

21Dans cette distribution, la présidence de la commission culturelle est tou­jours revenue à la CGT, dont les militants étaient majoritaires. Cette com­mission avait pour mission de fixer la programmation culturelle du CE, en lien avec l’animateur culturel, et d’en assurer la mise en œuvre.

22Le café-théâtre du CE permettait d’accueillir une programmation variée, dont une partie était travaillée d’une année sur l’autre, généralement en coordination avec TEC. C’est le cas, par exemple, de la venue de chanteurs de variété ou de spectacles vivants. Pour la programmation de ces derniers, par exemple, l’animateur culturel du CE organisait chaque année pour les membres de la commission un mini-séjour au Festival off d’Avignon, pour y repérer des troupes et des spectacles intéressants à inviter ensuite.

23Par ailleurs, le fait pour le CE de disposer seul du café-théâtre permettait aussi de programmer des activités ou des soirées-débats de façon plus spontanée. « On a fait des soirées sur les sectes, sur le négationnisme, sur la montée de l’extrême droite, en essayant de faire débattre les gens, de les faire réfléchir à un certain nombre de questions d’actualité » dit Jean-Claude, ancien secrétaire du CE. Clarisse, ancienne enseignante, conseillère municipale et administratrice de TEC, se rappelle aussi la souplesse des propositions culturelles de cet espace : « Le café-théâtre, c’était un lieu qui était disponible. Quelqu’un avait, je ne sais pas, fait un voyage en Afrique, et il voulait faire des projections, les montrer à tout le monde, il demandait s’il pouvait avoir le café-théâtre. La fille d’un ami qui était pianiste, a fait un concert comme ça. Ça pouvait se décider quelques semaines à l’avance. Ça n’entrait pas dans une programmation annuelle ».

24Enfin la commission culturelle organisait aussi la venue de spectacles sous chapiteau pour les fêtes de Noël, en lien parfois avec d’autres CE d’entre­prises proches et avec TEC : « TEC national était un peu spécialisé dans les gros spectacles venant de l’Est, les grands cirques ou les grosses structures comme les ballets de Prague, le cirque de Pékin ou autres. Ils avaient des entrées faciles » dit Baptiste, ancien directeur de TEC Roussillon, en parlant plus spécifiquement de la période antérieure à la création de l’association locale.

25L’émergence de TEC Roussillon a correspondu de fait à une période féconde en matière d’animation culturelle, et de grands événements et expositions ont été montés conjointement par le CE et par TEC.

  • 10 Fonds régional d’art contemporain.

26L’une d’elle, Les 10 contemporains Espagnols, reste comme l’un des mo­ments forts de cette période. Henri, l’animateur culturel du CE de 1978 à 1991, était passionné d’art contemporain. Constatant qu’il existait dans l’agglomération une ancienne immigration espagnole – issue de l’usine chimique – et profitant de la période de « movida » après la mort de Franco, il décide de monter une « année espagnole » dans l’agglomération, conjoin­tement avec la commission culturelle du CE et TEC. « Je suis allé à Madrid pendant un certain temps visiter les ateliers, les galeries, les lieux d’expo­sition. Et puis j’ai rapporté du matériel pour faire un choix avec les copains du CE et de TEC. On a travaillé avec des personnes du FRAC10. Autour de cet événement, qui n’était pas livré brut comme ça parce que l’art contem­porain c’est quand même aride, on a créé toute une série d’animations sur la culture espagnole. En occupant le territoire, c’est-à-dire qu’il y avait dégustation de vins espagnols, repas espagnol, et puis du théâtre, du fla­menco, la bibliothèque avait fait toute une sélection de livres. Et puis nous, on avait monté cette exposition ». En parallèle, donc, le CE et TEC avaient en effet invité dix artistes espagnols, issus du travail de repérage à Madrid, à venir créer une œuvre en résidence dans l’agglomération et après six mois sur place, à être exposés. « Il y a dix artistes contemporains espagnols qui sont venus, là. Et là, c’était un vrai régal. Le commissaire de l’expo était le directeur du FRAC de l’époque. Le catalogue, c’était un truc de malade ! On était pourtant parti un peu à l’aveuglette, là aussi » se rappelle Baptiste, directeur de TEC à cette époque. On peut noter la double dimension territo­riale de cet événement. D’une part, il s’agit de produire un épisode culturel à destination d’une partie importante de la population de l’agglomération, issue de l’immigration espagnole, dans un souci de visibili­sation et de reconnaissance de cette migration ancienne liée à l’industrie chimique locale. D’autre part, les organisateurs, CE et TEC, ont été attentifs à bien distribuer les diverses animations accompagnant l’exposition sur les quatre communes de l’agglomération comme dans les locaux de l’usine gérés par le CE (bibliothèque, cantine, café-théâtre), ce dernier jouant une fois de plus comme une commune.

27Ainsi les « militants de la culture » du CE ont été moteurs dans l’expansion des activités culturelles et créatrices au sein des collectivités locales voisines. Ce débordement de l’usine vers son territoire de proximité s’explique pour une grande part par leur double engagement, d’élus syndicaux au sein de l’usine et d’élus au sein des conseils municipaux des communes de l’agglo­mération, ainsi que par leur ancrage local dans la durée. Par ce fort degré d’autochtonie, ces militants ont inscrit, d’abord seuls puis avec l’aide de TEC, les actions culturelles du CE dans son espace local.

La (fragile) légitimité des ouvriers militants à « entrer en culture »

28Lors de notre dernière enquête, nous avons souvent perçu les difficultés des personnes enquêtées à se revendiquer frontalement « militants de la cul­ture ». Par exemple, André, secrétaire de l’un des CE actuels et du syndicat CGT de la plateforme chimique, annonce d’emblée en préambule à notre entretien : « Ce que je veux dire, c’est que je ne me sens pas forcément légitime pour parler de culture, parce que je ne me prends pas pour un homme de culture ». Comme lui, les enquêtés sont souvent issus d’un milieu familial ouvrier, d’où ils constatent que la culture classique était assez peu présente. Leur parcours scolaire correspond globalement à un CAP ou à un BEP. Et plus globalement, leur rapport à l’école et aux études ne leur a généralement pas permis de combler ce qu’ils présentent implicitement comme un déficit culturel.

29Dans une histoire longue du mouvement ouvrier, la question des savoirs et de leur possession semble constitutive des relations avec les intellectuels ou plus globalement avec les personnes plus longuement scolarisées, ne serait-ce que parce qu’elle est liée à des statuts et à des droits associés. Stéphane Beaud et Michel Pialoux ont en particulier montré que cette tension se joue déjà jeune, au sein même des institutions scolaires, en fonction de l’origine sociale des élèves (Beaud, Pialoux, 1999). Cédric Lomba et Julian Mischi constatent que « c’est un rapport ambivalent aux intellectuels qui caractérise les ouvriers engagés dans l’action collective, exprimant, selon les moments et les contextes, selon les fractions de classe et les trajectoires sociales, une méfiance vis-à-vis des ”beaux parleurs” ou une déférence à l’égard des intellectuels » (Lomba, Mischi, 2013, p. 11).

30Ainsi, il semble intéressant de comprendre plus avant les ressorts de la légitimité de ces militants ouvriers de la culture à déployer une action cultu­relle de telle envergure par le biais du CE de leur usine.

Ressources locales et réseaux pour « apprivoiser » la culture

31Pour ce faire, intéressons-nous d’abord de plus près aux trajectoires menant à un intérêt spécifique pour la culture, à travers les récits de deux enquêtés. Il s’agit de comprendre plus finement les ressources dont ils disposent dans ce travail militant spécifique.

32René, tout d’abord, est né en 1940 de parents « petits agriculteurs » de la Drôme toute proche. À 16 ans, il entre dans le centre de formation profes­sionnelle lié à l’usine Rhône-Poulenc de Roussillon, où il obtient un CAP de conducteur d’appareils des industries chimiques. Il part en 1959 pour un service militaire de 26 mois en Algérie, d’où il revient « très antimili­tariste ». À son retour, il entre dans l’usine chimique, dans laquelle il a travaillé comme « posté » dans plusieurs installations productives avant de terminer sa carrière en 1998.

33André est né en 1960. Son père travaillait déjà comme ouvrier dans l’usine chimique roussillonnaise et sa mère tenait un commerce dans l’agglo­mération. Il a quitté l’école à 15 ans, avec un fort sentiment d’échec, et est rentré dans l’usine chimique locale à 19 ans, après avoir fait différents petits boulots puis le service militaire. Il a débuté comme factotum ; il a effectué ensuite sa carrière dans les ateliers et les supports logistiques de la plate­forme chimique roussillonnaise.

34L’un comme l’autre sont restés ouvriers tout au long de leurs années d’usine. Pour autant, l’un et l’autre racontent les chemins d’une émancipation et un sentiment d’ouverture culturelle par le biais de leur « carrière » syndicale et politique, en particulier par les stages de formation qu’ils y ont fait. Ils accèdent ainsi à de nouvelles scènes sans changer pour autant de milieu social (Mischi, 2013). Ces formations ont pu constituer un point d’assise et permis de combler une légitimité parfois défaillante du fait d’un parcours scolaire chaotique. Ils font aussi, l’un et l’autre, référence au compagnon­nage ou au parrainage de militants locaux plus âgés.

35René s’est syndiqué très vite, par le biais d’un collègue de travail pour lequel il ressent une grande admiration : « C’est un gars qui aurait pu devenir avocat ! » dit-il. Il a ensuite choisi ses mentors au sein du syndicat, évitant les plus dogmatiques et les trop autoritaires. Il se marie en 1964 avec une institutrice. En 1968, il devient délégué du personnel. En 1971, il devient conseiller municipal PCF puis adjoint au sport et à la culture de sa com­mune, située dans l’agglomération. Sans y être formellement élu, il a tou­jours suivi les activités culturelles du CE, en particulier en intégrant sa commission culturelle. Sa formation en la matière s’est faite par les orga­nismes spécifiques, pour les élus communaux ou pour les militants syndicaux : « Je suis allé à beaucoup de journées d’étude de l’organisme des élus communistes et républicains sur le plan national, sur des questions sportives et culturelles. C’est là que j’ai appris des choses » dit-il. Puis, plus loin : « TEC Isère organisait chaque année une semaine de stage sur la culture. Et donc j’y suis allé. Et là j’ai appris pas mal de choses aussi ». René explique ainsi son implication au sein de la commission culturelle du CE et à TEC, dont il est devenu plus tard président : « J’étais bien collègue avec Henri [l’animateur culturel du CE]. Et puis d’un autre côté… alors c’est peut-être l’influence de ma femme [institutrice] aussi, j’ai cherché à avoir des choses qui sortent un peu de l’ordinaire. J’étais un peu curieux. Henri un jour me dit : il faut que tu rentres à la commission culturelle du CE. J’y suis entré. Et puis après comme j’étais élu local, ça tombait bien ».

36Le retour d’André sur ses débuts dans l’usine est sans concessions : « la prise de conscience de mon handicap, de pas de formation, pas de diplôme… Pour moi c’était plus qu’un échec scolaire, c’était un échec de la vie ». Il présente ensuite son parcours militant, syndical puis politique, comme une chance pour dépasser ce qu’il considérait comme un handicap : « La chance que j’ai eue, c’est que j’ai rencontré des militants syndicalistes et politiques, qui ont assez vite cerné mon personnage, et qui m’ont entouré, qui m’ont aidé, qui ont essayé de compléter mon éducation. Des gens avec qui je me sentais bien, pour lesquels j’avais de l’admiration ». Par la suite, par le militantisme dans puis hors de l’usine, André a suivi des formations syndi­cales et politiques. « Je crois pouvoir dire très clairement que je suis un enfant de l’éducation populaire », dit-il. Ce terme recouvre par exemple les activités courantes du syndicat, comme l’écriture de tracts pour lesquels ses mentors et camarades l’ont formé : « ces mecs-là, ils étaient un peu fous de me demander d’écrire un article qu’on va publier. Ils ne doivent pas bien comprendre le problème. Et ils me disaient : ”Tu exprimes tes idées. Pour le reste, on remettra en forme. On corrigera. Les fautes d’orthographe, ce n’est pas un souci. Ce n’est pas grave”. Et donc petit à petit, bah… ça s’est fait. […] Et depuis, j’aime écrire des articles ou des tracts ! » L’éducation populaire recouvre aussi la participation à des stages spécifiques proposés aux militants : « j’étais très demandeur. Je trouvais un vrai plaisir à aller dans les stages de formation parce que là encore, j’existais. Je prenais conscience que j’étais capable de faire des choses, de comprendre des choses. Et donc d’exister ». André a tenu plusieurs mandats syndicaux avant d’être élu au CE.

37Leur intérêt pour la culture s’est fait pas à pas, comme par un long apprivoisement.

38René se qualifie volontiers de curieux et de non conformiste. « Ça m’a interrogé, les premières expositions d’art contemporain… je n’y connaissais absolument rien ». Il dit aussi que la réaction hostile de certains élus de ses camarades l’a poussé, au contraire, à s’intéresser plus encore à ce que l’animateur culturel du CE proposait. Parlant d’un ancien maire PCF, instituteur, de l’agglomération, avec qui il ne s’entendait pas toujours bien : « sa réaction [à une exposition d’art contemporain] a été de dire : “mais qu’est-ce que c’est que ça ?” Parce que lui [instituteur], il savait ce qu’était que la culture, forcément, et pas nous [ouvriers] ! ». Comme membre de la commission culturelle du CE, il participait aussi aux séjours en Avignon : « Sur les conseils d’Henri, on décidait et après on allait à Avignon pour voir les spectacles du festival off. Il y avait de quoi faire ! TEC national organisait aussi un stage à Avignon ». René est devenu au fil du temps président de TEC, mandat qu’il a assumé avec engagement pendant de nombreuses années.

39Le cheminement d’André vers la culture est davantage balisé de méfiances, une méfiance qu’il qualifie souvent « de classe », en lien avec son parcours scolaire : « Du fait de mon histoire, j’avais en rejet au début tout ce qui était intello, culturel, parce que je trouvais qu’il y avait des gens qui avaient un complexe de supériorité, qui me gavaient ». Par ailleurs, il n’estimait pas la culture comme une priorité, comme un combat légitime : « Les militants marqués par ce souci de la culture, c’était un peu des spécialistes de la culture mais pour moi, ils étaient un peu bizarres. Gentils. Mais bon, pour moi, on n’allait pas faire la révolution avec la culture. La culture OK. Mais bon, l’essentiel n’était pas là ». Puis, chemin faisant, André rencontre dans les stages et dans sa vie militante des « intellos », dont il découvre « qu’ils sont abordables, qu’ils n’ont pas de complexe de supériorité. C’est au contraire des intellos qui se nourrissent de l’activité syndicale pour leur travail et qui ont le souci de partager leur savoir ». Progressivement, aussi, en allant au café-théâtre du CE, il découvre des artistes qu’il ne connaissait pas et le plaisir, au final, d’avoir passé la soirée avec eux plutôt que devant la télévision : « Je me rappelle être allé voir le chanteur Alain Leprest. Si je n’avais pas eu cette opportunité-là par le comité d’entreprise, j’aurais eu peu de chances d’y aller ». Il dit encore : « J’ai mis longtemps avant de porter un intérêt à TEC. Et puis après, les choses se sont faites de façon naturelle. J’ai assisté à d’autres spectacles programmés par TEC et ailleurs qu’au café-théâtre. Et là, pareil, je me disais : j’ai bien fait d’y aller ». Par la suite, dans les années 2000, il s’est retrouvé en responsabilités à la CGT de l’usine, et a mené à ce titre plusieurs combats, pour le maintien de la bibliothèque du CE que certains voulaient fermer, « alors que les anciens se sont battus avant nous pour avoir cette bibliothèque ! » dit-il, ou encore pour le maintien du CE dans le conseil d’administration de TEC. Il a aussi ré­cemment participé activement, en tant qu’élu local de l’agglomération, à maintenir TEC à flot quand la structure a traversé d’importantes difficultés financières.

40Les trajectoires de ces deux militants en résument beaucoup d’autres, racon­tées avec moins de distance lors de nos enquêtes. Pour acquérir progres­sivement une légitimité dans l’action culturelle, elles montrent l’importance des ressources locales, par exemple du compagnonnage syndical tel qu’il existait traditionnellement dans les grandes entreprises. Elles indiquent aussi la puissance des réseaux, d’abord locaux par exemple par la grande perméa­bilité entre élus municipaux communistes de l’agglomération et représen­tants élus du personnel cégétistes de l’usine chimique ; ensuite nationaux, par exemple à travers les formations militantes de l’une et l’autre organisa­tion, ou encore par des rendez-vous récurrents lors d’événements culturels nationaux comme le festival d’Avignon.

41En ce sens, les trajectoires ici présentées rappellent aussi celles décrites par Jean-Noël Retière à propos des militants (municipaux et syndicaux) de l’Arsenal de Lanester dont il écrit : « Ce sont eux aussi qui, assurés de leur droit à se dire “d’ici”, s’autorisent toutes les aventures leur permettant de se frotter à d’autres milieux et à d’autres générations lors de spectacles organisés par le centre culturel. Ailleurs qu’à Lanester, ailleurs que “chez eux”, rien ne dit qu’ils se seraient autorisés aussi facilement à pointer leur nez à un spectacle pour gens cultivés » (Retière, 2003, p. 142). Ainsi, par exemple, André nous confiait lors de l’enquête qu’il n’avait jamais osé aller à l’opéra de Lyon.

Le « travail à côté » du CE comme mode d’accès au contenu culturel

42Pour préciser encore ces chemins d’entrée dans l’action culturelle du CE de ces militants ouvriers de la culture, il nous a semblé repérer, là aussi, des récurrences dans les modes de faire. En effet, ces militants enquêtés nous disent à mot couvert que l’objet central culturel – le spectacle, le théâtre, la lecture, la contemplation d’un tableau, d’une œuvre d’art – ne s’appréhende pas nécessairement facilement pour eux. Pierre Bourdieu et Alain Darbel ont montré que cet « amour de l’art » procédait, dans les milieux bourgeois et favorisés, d’une éducation souvent familiale prodiguée dès le plus jeune âge (Bourdieu, Darbel, 1969). Autrement dit, l’émotion que peut procurer un objet culturel n’est pas spontanée, mais procède de formes d’apprivoisement et d’apprentissages. Pour les uns, elles s’effectuent en grande partie dans leur milieu familial par une accoutumance progressive à la présence de livres et de tableaux à la maison, l’écoute de spectacles et la découverte d’expositions dès le plus jeune âge, etc. Et pour d’autres, issus de milieux sociaux dépossédés à la maison d’art et de culture classique, les enquêtés du CE apportent sur ce point des réponses intéressantes.

43En effet, leurs récits montrent que l’apprivoisement des émotions liées à un objet culturel, que leur entrée concrète « dans la culture » s’était faite non par la scène, mais davantage par les coulisses, non directement par l’objet central mais d’abord par ses à-côtés. Et non d’abord par la contemplation, mais plutôt par le « faire » et par l’action.

44L’une des implications des militants dans la commission culturelle du CE consistait en effet à préparer la scène, à installer le montage d’une exposi­tion, autrement dit à jouer les roadies, ces hommes et femmes de l’ombre qui montent et démontent les décors. « Dans la commission culturelle, j’ai participé à installer, à déménager, on participait à la fabrication d’un spectacle. On aidait à démonter aussi après. Ça me plaisait, ça, de faire des choses », dit René. Hélène, animatrice de TEC de 1984 à 1988, et Baptiste, le directeur de TEC qui lui a succédé pendant vingt ans, confirment : « tout le monde mettait la main à la pâte. On mettait les chaises et on les enlevait. Il y avait cette capacité à retrousser nos manches et à faire ensemble », dit la première ; « chacun mobilisait un petit peu autour de lui dans ses propres commissions pour faire fonctionner le spectacle » dit le second. Au fil du temps, certains de ces militants se sont aussi spécialisés dans le maniement des lumières ou dans la sonorisation, qui constituent une façon d’assister aux spectacles tout en ayant un rôle concret et une tâche à exécuter.

  • 11 Comprendre : pour réaliser le travail technique d’accompagnement décrit plus haut.

45Jean-Claude, longtemps président de la commission culturelle du CE, ex­plique aussi la contribution indirecte de l’employeur à cet accès à la culture par les coulisses : « La commission culturelle avait la possibilité… C’était un peu le summum, mais on n’avait pas de limite d’heures de délégation, et la gestion de la commission se faisait sur les heures travail. Ce qui faisait que quand on faisait des spectacles11, on était payé par notre direction pour faire de la culture ». Un autre se rappelle le montage complexe d’une exposition reçue pour l’anniversaire, en 1971, des cent ans de la Commune de Paris, arrivée avec un plan quasiment illisible. Un autre encore se rappelle le montage de décors d’une exposition d’œuvres d’étudiants des Beaux-Arts de Lyon venus en résidence dans l’agglomération.

46C’est aussi le savoir-faire technique et relationnel au sein du groupe ouvrier qui est mobilisé, directement ou non, au service des œuvres réalisées ou exposées. Par exemple, une exposition d’art contemporain, intitulée « Cou­rant d’air courant d’art », avait été montée conjointement par le CE et par TEC. L’artiste, une photographe, avait reproduit en grandeur réelle l’église de Roussillon avec des photos de 2 m sur 2 m. Ces toiles étaient installées devant la façade, sur un échafaudage monté pour l’occasion. Ainsi la façade de l’église bougeait, symboliquement, ce qui faisait en quelque sorte la force de l’œuvre. René s’inquiétait quant à lui du vent qui soufflait fort autour de l’église, située en hauteur, et de la bonne tenue de l’échafaudage. « Comme à l’usine il y avait une entreprise extérieure qui faisait des échafaudages, que je connaissais bien le gars, je lui ai dit de venir voir. “Viens me dire si ça va tenir”. Il m’a confirmé que c’était bien monté ».

47Enfin, tous les artistes ou conférenciers accueillis par la commission cultu­relle du CE l’étaient dans les propres équipements de l’agglomération, café-théâtre ou autres. Et l’animateur culturel du CE avait institué comme habi­tude que les membres de la commission culturelle, en particulier ceux qui avaient aidé au montage technique de la salle, buvaient l’apéritif avant ou mangeaient après le spectacle avec l’artiste. Ainsi en venant se produire dans des lieux coutumiers et appropriés par les militants, les artistes autorisent à renverser les relations de domination qui pourraient encore subsister. Enfin, les uns et les autres des militants se rappellent avoir, à ces occasions, pu discu­ter avec tel chanteur, tels comédiens ou tel conférencier, et ainsi porter un intérêt plus accru et personnalisé à leur prestation artistique et à leur métier.

48« Faire » pour pouvoir voir, entrer par les coulisses pour avoir accès à la scène centrale, semble être l’un des chemins d’accès à une éducation cultu­relle que livrent ces militants ouvriers de la culture. Dans une recherche sur les loisirs en milieu ouvrier, Florence Weber qualifie le jardinage, le brico­lage, la pêche de « travail à-côté », tant la notion de travail collectif structure la vie des ouvriers enquêtés (Weber, 1989). C’est à cette notion de « travail à-côté » que nous nous référons ici, dans une similitude d’obser­vation quant à l’accès à la culture : le travail – d’installation, de montage, de démontage, de bricolage – dans ce qu’il a de connu et d’usuel pour ces ouvriers, permet aussi un « apprentissage à la culture » par une approche de l’œuvre par les coulisses en même temps qu’une prise de conscience de la dimension sou­vent artisanale du travail artistique.

Des instances militantes nationales légitimantes

49Enfin, ce chemin vers une appropriation de la culture pour ces militants ouvriers a été facilité par une légitimation de leurs organisations d’affilia­tion. Comparée à l’économie ou à la défense des droits des travailleurs, la culture constitue un champ plutôt marginal de l’action syndicale. Pour autant, la CGT en a longtemps fait l’un de ses secteurs de réflexion, de par son attachement historique à l’éducation populaire et à un accès aux loisirs et à la culture pour tous considérés comme une conquête sociale (Pattieu, 2009), ainsi probablement que par les réflexions nées de la gestion des CE, en particulier sur leur versant Activités sociales et culturelles.

50Ainsi, les formations spécialisées qui y étaient organisées, de même que les formations générales incluant un volet culturel, les traditions culturelles associées, ont permis à de nombreux militants syndicaux de découvrir des formes de cultures, savantes ou populaires, de s’y intéresser voire de s’y spécialiser. En cela, la culture a pu constituer un cheminement émancipateur pour de nombreux salariés « militants de la culture ».

51Hélène a occupé de 1984 à 1988 le poste d’animatrice de l’association TEC Roussillon. Elle se rappelle l’aide et le soutien qu’elle a eu de la part des militants et professionnels du CE voisin pour réaliser son travail : « Il y avait à cette époque des formations fléchées sur la culture, internes [à la CGT], qui devaient être très productrices de promotion sociale, je pense. Et je pense que ça jouait sur notre vision de la culture. Sur le concept que l’on mettait autour des arts et de la culture ».

52Henri a occupé de 1978 à 1991 le poste d’animateur culturel du CE. Il s’était formé à l’animation socio-culturelle, mais il reconnaît lui-même que c’est aussi par ses qualités de militant cégétiste et communiste qu’il avait été recruté au CE. En ce sens, comme René et André, il a aussi suivi un parcours d’autodidacte, renforcé par les formations syndicales et politiques qu’il pouvait suivre en parallèle. Et c’est bien d’émancipation dont il parle quand il effectue un retour sur cette période : « On n’y connaissait que dalle, mais bon, ça permettait d’être sur un chemin ascendant, de poursuivre une quête. […] Et puis on s’imposait, on y allait. On était une masse, voilà, une masse, on était influents. On a fait plein de choses extraordinaires ! »

53Ainsi certains de ces militants ouvriers de la culture pouvaient se sentir – ou non – en marge de la CGT (voire du PCF), sur d’autres pans de son activité, comme sa stratégie ou certaines de ses revendications. Mais parce que le secteur culturel occupe dans la centrale syndicale une place installée de longue date, la culture a pu constituer un lieu refuge légitimant, émancipa­teur. Et nombre de militants ouvriers de la culture ont pu continuer à bénéfi­cier des ressources de la structure syndicale, de sa force et de sa masse, tout en développant une activité considérée parfois par d’autres comme margi­nale.

Conclusion

54À propos des chemins possibles pour accéder à une éducation artistique « sur le tas » et des relations entre « culture savante » et « culture populaire », André disait pour conclure notre entretien : « Il y a ta culture identitaire, qui est construite de toute ta vie, de tes origines, et il y a la culture générale. L’une nourrit l’autre, elles se complètent. Pourtant, on ne tient pas assez compte de ce lien, de la culture identitaire des gens pour les amener à la culture générale. […] La danse contemporaine, c’est de la culture. Et on me dirait que d’aller au bal populaire, ce n’est pas de la culture ? Quand on oppose les choses les unes aux autres, forcément on crée des barricades. Moi je considère que les deux font ma culture ». Bernard Lahire rappelle qu’« on ne peut parler de culture légitime dominante que si l’on observe au sein du monde social une forte croyance en la supériorité de certaines activi­tés et de certains biens culturels par rapport à d’autres. La croyance en la supériorité d’une culture ne parvient à s’instaurer que dans le cadre de rapports de domination culturels » (2018, p. 94). Cette enquête en milieu ouvrier montre principalement que, dans un contexte de moyens conséquents mis à disposition de militants ouvriers et gérés par eux, ici par le biais des CE, en utilisant la ressource territoriale – parmi laquelle la gestion d’équipe­ments collectifs et un fort capital d’autochtonie, et avec l’action légitimante de centrales syndicales, il est possible, sinon de renverser les rapports de domination, du moins a minima d’équilibrer les rapports de force pour permettre à des ouvriers de trouver un sens à leur action à travers leurs pratiques entre culture savante et culture populaire.

55Depuis les années 1990, la désindustrialisation partielle du pays a fragmenté, précarisé et comme archipelisé le monde ouvrier. De fait, les processus d’externalisation dans l’industrie ont eu pour conséquence une baisse des emplois ouvriers – massivement externalisés – dans les grandes entreprises (Duchêne, 2015) provoquant ainsi une transformation sociologique de la composition des entreprises de plus de cinquante salariés, ayant ainsi accès à un CE. Il en résulte une modification des équilibres syndicaux antérieurs dans les instances représentatives du personnel, de même qu’une modifica­tion de l’offre culturelle des CE, davantage inscrite dans des pratiques mar­chandes redistributives (billetterie, chèques cadeaux, chèques livres, remboursement d’achats culturels, etc.), aux dépens d’une pratique culturelle plus collective et militante. Enfin avec l’arrivée de Comités sociaux et économiques, consistant en la fusion du CE, des DP et du CHSCT, va se poser la question des arbitrages entre d’une part les activités sociales et culturelles, et de l’autre la défense des conditions de travail ou encore la défense de l’emploi, dans un contexte général de baisse du nombre d’élus et d’heures de délégation disponibles (Béroud et al., 2018). Ainsi les témoi­gnages recueillis dans nos enquêtes se sont principalement référés à une période révolue, érigée parfois par les enquêtés eux-mêmes en un âge d’or de leur activité syndicale culturelle.

Haut de page

Bibliographie

BEAUD Stéphane, PIALOUX Michel, 1999, Retour sur la condition ouvrière, Paris, Fayard.

BÉROUD Sophie, DUCHÊNE François, 2018, « La fabrique des activités culturelles par les élus des comités d’entreprise : des choix militants ? », La revue de l’Ires, n° 1-2, p. 91-114.

BÉROUD Sophie, GUILLAS-CAVAN Kevin, VINCENT Catherine, 2018, « “Les CE sont morts, vivent les CSE” ? Retour sur soixante-dix ans d’une institution centrale dans le système de relations professionnelles », La revue de l’Ires, n° 1-2, p. 3-27.

BOURDIEU Pierre, DARBEL Alain, 1969, L’amour de l’art. Les musées d’art européens et leur public, Paris, Les éditions de Minuit.

DUCHÊNE François, 2002, Industrialisation et territoire. Rhône-Poulenc et la construction sociale de l’agglomération roussillonnaise, Paris, L’Harmattan.

DUCHÊNE François, 2015, « La sous-traitance interne, ou l’injection d’une relation commerciale structurante dans la relation salariale », Travail Emploi Formation, Revue de METICES à l’Université libre de Bruxelles, n° 13, p. 9-26.

GLAS Marjorie, 2016, De l’animateur au créateur, du profane au sacré. Socio-histoire du théâtre public français, 1945-1990, thèse de doctorat d’histoire sous la dir. de Gérard Noiriel, EHESS.

GOBERT Patrick, LETERRIER Jean-Michel, 2015, Voyage au pays des CE. 70 ans d’histoire des Comités d’entreprise, Suresnes, Éditions du 1er Mai.

LAHIRE Bernard, 2018, « La culture peut-elle mélanger les torchons et les ser­viettes ? », Nectart, n° 6, p. 88-96.

LE GOFF Jacques, 2004, Du silence à la parole. Une histoire du droit au travail des années 1830 à nos jours, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

LETERRIER Jean-Michel, 1997, Métro, boulot, expos. Les comités d’entreprise et les arts plastiques, Paris, La Dispute.

LETERRIER Jean-Michel, 2007, « La culture au travail », Les cahiers de Conver­gence, n° 13, p. 19-163.

LOMBA Cédric, MISCHI Julian, 2013, « Ouvriers et intellectuels face à l’ordre usinier », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 196-197, p. 4-19.

MAZAURIC Claude, LETERRIER Jean-Michel, 1990, Comités d’entreprise en révolution, Paris, Éditions Messidor.

MISCHI Julian, 2013, « Savoirs militants et rapports aux intellectuels dans un syndicat cheminot », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 196-197, p. 132‑151.

PATTIEU Sylvain, 2009, Tourisme et travail : de l’éducation populaire au secteur marchand (1945-1985), Paris, Presses de Science-Po.

RENAHY Nicolas, 2010, « Classes populaires et capital d’autochtonie. Genèse et usages d’une notion », Regards sociologiques, n° 40, p. 9-26.

RETIERE Jean-Noël, 2003, « Autour de l’autochtonie. Réflexions sur la notion de capital social populaire », Politix, vol. 16, n° 63, p. 121-143.

SAEZ Guy, 2008, « Politiques culturelles et éducation populaire. Interaction constante, constant malentendu », L’Observatoire, n° 33, p. 22-28.

WEBER Florence, 1989, Le travail à côté. Étude d’ethnographie ouvrière, Paris, INRA, Éditions de l’EHESS.

Haut de page

Notes

1 En 1945, il n’existe que deux centrales syndicales ouvrières, la CGT et la CFTC.

2 Salaise-sur-Sanne, Roussillon, Le Péage de Roussillon, Saint-Maurice l’Exil. Ces quatre communes, qui accueillaient toutes des logements gérés par l’usine chimique, sont appelées dans le langage local « l’agglomération », terme que nous reprendrons ici.

3 En 1998, Rhône-Poulenc disparaît dans une fusion avec le chimiste allemand Hoetch, et la plateforme roussillonnaise éclate en 7 puis 15 entités juridiques. Ainsi l’ensemble industriel chimique existe bien toujours, mais son CE historique disparaît.

4 Association nationale d’éducation populaire, proche de la CGT, fondée au sortir de la Seconde Guerre mondiale.

5 Pour l’année 1982, le recensement des quatre communes de l’agglomération est de 20 779 habitants, tandis qu’au 1er janvier 1979, l’effectif global de l’usine est de 2 583 salariés (Archives du CE – Procès-verbal du CE du 22/02/1979)

6 Délibération du Conseil municipal (DCM) de Roussillon du 20.03.1977.

7 DCM de Roussillon du 13.03.1983.

8 Au Péage de Roussillon, pour le mandat municipal de 1977 à 1983, sur les 23 élus, 11 élus au moins travaillent dans l’usine chimique Rhône-Poulenc ; de 1983 à 1989, sur 29 élus, au moins 10 élus sont dans le même cas. Précisons que le maire, pour ces deux mandats, est quant à lui employé du CE de Rhône-Poulenc (DCM du Péage de Roussillon du 25/03/1977 et du 14/03/1983).

9 Les DCM de Salaise-sur-Sanne des installations du conseil municipal, du 19/03/1977 et du 13/03/1983 ne renseignent pas les professions des élus.

10 Fonds régional d’art contemporain.

11 Comprendre : pour réaliser le travail technique d’accompagnement décrit plus haut.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Duchêne, « Incursion culturelle dans un espace ouvrier »Géographie et cultures, 112 | 2019, 119-138.

Référence électronique

François Duchêne, « Incursion culturelle dans un espace ouvrier »Géographie et cultures [En ligne], 112 | 2019, mis en ligne le 28 janvier 2021, consulté le 29 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/gc/14590 ; DOI : https://doi.org/10.4000/gc.14590

Haut de page

Auteur

François Duchêne

EVS-RIVES, ENTPE, UMR CNRS 5600 Université de Lyon
Francois.DUCHENE@entpe.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search