Navigation – Plan du site

AccueilNuméros114Les mobilisations en faveur du ma...

Les mobilisations en faveur du maintien des services publics

La colère des territoires ruraux de faible densité
Mobilization to maintain public services anger of in low density rural territories
Ygal Fijalkow et François Taulelle
p. 17-35

Résumés

Nous sommes dans une ère de mobilités et de contraction du territoire par la réduction des distances. Pourtant, les Français restent attachés à la carte égalitaire des services publics régaliens reposant sur la proximité, carte établie au moment de la Révolution française. Cet attachement a été nettement visible lors de la séquence de mobilisation dite des « Gilets jaunes » (hiver 2018-19). Comment expliquer ce fait ? Est-ce parce que le monde est si mobile et fluide que les citoyens ont besoin de repères tangibles ? Le texte se propose d’analyser comment les populations locales expriment leur colère pour défendre les services publics ou en revendiquer la présence. Ces stratégies d’attachement vont bien au-delà de la simple manifestation de colères d’usagers voyant se transformer leur rapport au service. Il s’agit plutôt de collectifs d’habitants qui considèrent que le départ du service est une atteinte à la communauté locale, une accentuation des disparités et des déséquilibres territoriaux. À partir d’un travail conduit dans des territoires ruraux de faible densité (moins de 30 hab. au km2) de la région Occitanie, l’article se propose d’interroger les formes de cet attachement et les opinions exprimées par les habitants pour essayer de comprendre comment le service public traduit aujourd’hui, dans les territoires ruraux les moins densément peuplés, un attache­ment affectif à un espace de vie, aux gens qui y vivent et à une identité.

Haut de page

Texte intégral

1Si nous sommes bien dans une ère de mobilité généralisée et de contraction du territoire par la réduction des distances, de nombreux Français semblent toujours attachés à la carte égalitaire des services publics régaliens dont le principe a été établi au moment de la Révolution française. Cet attachement est devenu visible lors du pic de la mobilisation des « Gilets jaunes » à l’hiver 2018-19 lorsque la question des services publics de proximité a été évoquée dans les argumentaires de la contestation. Comment expliquer ce fait ? Est-ce parce que le monde est si mobile et si fluide que les citoyens ont besoin de repères tangibles ? Est-ce que, dans un monde de plus en plus global, les aménités du local se révéleraient être rassurantes et la proximité en serait alors la dimension la plus concrète ?

2La colère exprimée par les « Gilets jaunes » offre l’occasion d’interroger la présence des services publics dans les territoires et plus spécifiquement les mobilisations locales pour leur défense au sein des territoires de faible densité, espaces qui comptent aussi des petites villes (Charmes, 2019). Ce sont des territoires éloignés des métropoles (100 km en moyenne), dans lesquels les réorganisations des services publics ont été les plus importantes, mais aussi ceux où les réactions à ces transformations ont été les plus viru­lentes. Ils représentent environ 10 % de la population française et correspon­dent à des densités inférieures à 30 habitants au km2 quand la densité moyenne en France est de 117 habitants au km2.

  • 1 Une première enquête (2012) par questionnaire menée auprès de 1 410 habitants de communes rurales e (...)
  • 2 PETR : pôles d’équilibre des territoires ruraux.
  • 3 Pays des Monts de Lacaune dans le Tarn, du Val d’Adour dans les Hautes Pyrénées, de Figeac dans le (...)

3L’article repose sur un travail de terrain1 effectué depuis 2012 en continu dans 4 pays (aujourd’hui PETR2) de la région Midi-Pyrénées (aujourd’hui Occitanie)3. La question principale porte sur les relations qu’entretiennent les habitants des territoires de l’analyse avec les services publics de proximi­té. Comment réagissent-ils face aux fermetures, aux délocalisations, à la présence réduite, aux redéploiements et aux regroupements des services (enseignement, santé, justice, poste, gendarmerie, douanes, impôts, trésore­ries, gares SNCF, etc.) qui impliquent une mobilité plus grande ? La pre­mière partie revient sur les éléments de contexte qui participent à la transformation des rapports des citoyens aux services publics. La seconde interroge la notion d’ancrage revendiquée par les populations locales. Enfin, la troisième partie du texte place les services publics comme des éléments totémiques de l’enracinement collectif des populations.

Pourquoi un tel attachement des Français aux services publics ?

4L’attachement des Français aux services publics ne peut s’analyser sans quelques éléments de contexte. Ces éléments sont autant de clés qui permet­tent de comprendre pourquoi, face aux mobilités généralisées, la notion d’ancrage, c’est-à-dire d’un attachement au territoire de vie et de proximité, innervé par les services publics, est l’une des raisons de la mobilisation dite des « Gilets jaunes » qu’a connue la France au cours de l’hiver 2018-19.

Les éléments historiques du rapport des Français aux services publics

5Le premier élément tient aux caractéristiques du rapport services pu­blics/ territoires. La France est structurée par une présence fine et hiérarchi­sée des principaux services publics sur l’ensemble du territoire de métropole et d’outre-mer. Cette répartition date de la Révolution française avec une logique d’équipement uniforme des mailles départementales. De fait, l’appa­reil régalien de l’État couvre l’ensemble du territoire national à un niveau réticulaire très fin : l’éducation, la santé, la gendarmerie ou encore la Poste sont des services qui répondent à cette logique historique de localisa­tion et de contrôle du territoire. Ce principe est énoncé dès l’article premier de la loi « aménagement » de 1995 qui indique l’importance des services publics pour parvenir à l’égalité territoriale. Cependant, le mythe de l’égalité parfaite a vécu compte tenu de sa difficulté d’application. C’est le terme d’équité qui prévaut aujourd’hui : moins contraignant pour les pouvoirs publics, l’équité consiste à ce que les citoyens aient l’accès le plus efficace possible aux services publics sans garantie d’égalité parfaite.

  • 4 Voir aussi les travaux de T. Picketty à ce sujet.

6Le deuxième élément clé concernant les services publics est leur importance financière puisqu’ils sont l’un des éléments concrets de l’État Providence, à savoir un État qui redistribue, via des politiques publiques, aux individus et aux territoires à partir des prélèvements ou de taxes réalisées auprès des citoyens et des entreprises. J. Garrigues affirme ainsi que « l’idée de service public est associée dans l’opinion à la reconstruction au début des Trente Glorieuses et à la mise en place de la protection sociale » (Garrigues, 2018). Cette dimension œuvrant pour la correction des inégalités est présente dans le rapport sur les inégalités mondiales de 2018 (World Inequality Report) qui analyse la répartition des richesses et l’évolution des inégalités économiques dans le monde depuis 19804. Ce rapport indique très clairement combien, à l’échelle mondiale, la redistribution permet de réduire les disparités entre les individus et les écarts de revenus : l’Europe apparaît ainsi comme le conti­nent le moins inégalitaire du monde. Les auteurs expliquent cette parti­cularité de la situation européenne par l’importance des mécanismes de redistribution et le poids du secteur public. Cependant, les effets positifs de ce mécanisme sont mal perçus par les Français : dans une enquête de novembre 2018 (IPSOS), 74 % des personnes interrogées estiment qu’elles contribuent bien plus qu’elles ne bénéficient du système alors que 21 % seulement pensent qu’elles bénéficient autant qu’elles contribuent. Ce senti­ment d’injustice dans les effets de la redistribution s’incarne dans les ser­vices publics dont la présence proche est considérée comme un élément tangible des investissements de l’État pour les citoyens. Ainsi, comme l’écrit P. Bauby, « si les Français se montrent fréquemment critiques à l’égard de leurs services publics, en particulier au moindre dysfonctionnement, ils n’en sont pas moins fondamentalement attachés à leur existence. Sans doute ont-ils d’ailleurs d’autant plus tendance à la circonspection qu’ils les considèrent comme “naturels” » (Bauby, 2013). La présence des services publics sur les territoires s’est ancrée dans les habitudes de vie au point d’être devenue normale et attendue. C’est ce qui explique le paradoxal discours des « Gilets jaunes » dénonçant à la fois l’incapacité de la politique et ses dérives et attendant, dans le même temps, tout de l’État, notamment de garantir le main­tien des services publics dans les territoires (Genestier, 2019).

7Cette réalité historique, mêlant réseau de proximité et redistribution sociale généreuse, explique en grande partie l’attachement des Français à la proxi­mité de ces services, proximité entendue comme une facilité d’accès, soit par la distance géographique réduite, soit par la possibilité de disposer du service dans un temps d’attente acceptable : c’est le cas avec la santé où le temps nécessaire pour prendre un rendez-vous médical est aussi important que la distance géographique. Cette notion de proximité et d’accès au service a considérablement évolué du fait des progrès des modes de transport et du numérique. Néanmoins, dans le rapport qu’ont les Français aux services publics, la proximité est le plus souvent entendue comme la distance temps ou kilométrique à l’équipement physique, le bureau de Poste, l’école ou encore l’hôpital.

Le contexte des années 2000 : une tradition bousculée

8Depuis le début des années 2000, en Europe, un mouvement général a remis en cause la logique de l’État providence en intégrant dans la gestion des politiques publiques, les déclinaisons du New Public Management (Bezes, 2009) : l’objectif affiché est désormais de réduire les dépenses, de rationali­ser l’action publique et de procéder, à partir d’analyses statistiques, à la modification de la présence de l’État dans les territoires. De fait, au moment de la mise en œuvre de la révision générale des politiques publiques (RGPP) sous la présidence de Nicolas Sarkozy (2007-2012), le choc des réformes simultanées, dans un grand nombre de domaines, a produit une « tectonique des territoires » très forte puisque, par exemple, des villes moyennes ont connu un cumul de réformes simultanées les privant de la présence de l’État dans différents services publics au bénéfice d’une concentration géogra­phique dans les villes plus importantes. En 2012, François Hollande, a construit son discours sur l’aménagement à partir de la représentation oppo­sée à la politique précédente : entre 2007 et 2012, la compétitivité aurait privilégié les métropoles dynamiques et, de fait, le ministère de l’Égalité des territoires, mis en place par la gauche revenue au pouvoir, était là pour corriger cette logique des cinq années précédentes. Cependant, l’État a gardé un cadre de réforme à peu près identique, mais en a changé l’intitulé en « Modernisation de l’action publique » (MAP). Pendant cette période de la présidence de F. Hollande, c’est tout le discours aménagiste qui a été revu : l’aménagement du territoire est passé de la compétitivité, de l’excellence et de la performance à l’égalité, la cohésion ou encore la solidarité. Cette approche s’est déclinée dans les intitulés des ministères, au Commissariat général à l’égalité des territoires (CGET) et dans un certain nombre de politiques publiques. Ce changement de philosophie dans l’action publique est presque caricatural puisqu’il oppose une logique de retrait et de révision générale à une logique qui se veut plus pausée et rassurante en insistant sur des mots-clés du pacte républicain. Cet affichage est-il sincère ? Se traduit-il réellement par un changement de cap ? Il n’est pas ici question de réaliser un bilan de la présence des services sur le territoire et de son évolution. Plu­sieurs auteurs ont effectué ce travail statistique (Barczak et Hilal, 2017) qui indique bien l’ampleur des transformations de la présence de l’État sur les territoires et son retrait généralisé. Ces analyses ont été reprises par les médias parfois au service d’un discours politique mobilisateur (revue 36 000 communes).

9Cette rationalité recherchée, sous couvert de réformes de l’État, est aussi associée à la construction européenne dans sa dimension « marché ouvert à la concurrence ». L’Union européenne a ainsi posé la question des ser­vices nationaux gérés dans des prés carrés non concurrentiels. L’Union a rédigé de nombreux textes sous la pression des États pour réguler, mais aussi faire reconnaître les spécificités nationales et en particulier celles de la France (Bauby, 2011). Le cas de la Poste (Fijalkow et Taulelle, 2012) illustre à la fois le respect des contraintes européennes et la volonté nationale de réduire sa présence dans les territoires au motif de sa « rationalisation » : La Poste a changé de statut pour répondre aux exigences européennes, tout en obéissant aux contraintes de la nécessaire proximité liée à son rôle dans l’aména­gement du territoire. Dans le cadre du contrat de présence postale signé avec les Maires de France (2017-2020), La Poste doit respecter une localisation permettant à tout citoyen de se trouver à moins de 20 minutes d’un « point postal ». Cet intitulé « point postal » permet à La Poste de moduler sa présence en trois formules bien différentes du point de vue de son engage­ment dans les territoires : le classique bureau, l’agence postale communale dans laquelle les collectivités locales sont appelées au financement et à la gestion et enfin le relais com­mercial, géré par un commerçant. La modularité se lit dans l’offre des ser­vices postaux ou bancaires proposés et dans la mobilisation de l’échelle locale via un engagement des communes plus ou moins important dans la gestion du service. Cette rationalisation à l’œuvre est sans aucun doute à l’origine de la montée de la colère sociale : l’État est vu comme cherchant à réduire sa présence et à diminuer ainsi ses dépenses. Le débat ouvert en 2019 par le Président Emmanuel Macron est la claire illustration de cette volonté de réduire absolument les dépenses, en priorité sur toute réflexion concernant les recettes ou l’orientation des dépenses. Dans la Lettre aux Français rédigée au moment de l’ouverture du grand débat en janvier 2019, les deux premières questions sur les services publics étaient les suivantes : « Quelles sont les économies qui vous semblent priori­taires à faire ? Faut-il supprimer certains services publics qui seraient dépas­sés ou trop chers par rapport à leur utilité ? » Elles traduisaient bien la primauté donnée à la réduction de la présence des services publics perçus comme onéreux, superflus et datés.

10Ces éléments de contexte liés à l’histoire, la tradition de l’État providence ou encore les réformes de structure du budget de l’État en quête de rationalisa­tion, posent le cadre permettant de saisir en quoi l’ancrage, ici défini par l’attachement aux services publics de proximité, peut être identifié par les pouvoirs publics comme une attitude passéiste, freinant les réformes. Dans ce contexte, logiquement, le discours sur la mobilité ne fait que poursuivre l’argumentaire de la nécessaire adaptation des citoyens à la modernité, entendue comme l’inscription des individus dans la révolution technolo­gique.

Ancrage et mobilité : se déplacer pour atteindre le service

L’éloge de la mobilité

11La géographie peut être encore une fois mobilisée pour aborder les questions de mobilité à travers le discours sur la soi-disant généralisation de l’urbain : selon cette approche, la France serait entièrement urbanisée et de fait la question des distances entre tâches urbaines ne serait plus que marginale. Ce discours est lié tout d’abord à la production par l’INSEE, à partir des années 2000, d’une représentation du territoire faisant la part belle aux aires urbaines, réduisant à la portion congrue la partie rurale du territoire (Pistre, 2018). De fait, la représentation du territoire national contracté par les pro­grès des moyens de transport, a rendu caducs les arguments relatifs à l’éloignement ou encore à l’enclavement même si le thème de l’éloignement au numérique a en partie remplacé le discours sur la mobilité. S’est alors développé un discours politique se voulant moderne valorisant la vie fluide ou encore la mobilité, et remettant en cause la proximité du service auprès de citoyens dès lors considérés comme en capacité de se déplacer ou de se connecter pour utiliser les ressources en ligne. Une lecture moderne de l’aménagement s’est développée à partir de cette analyse : cette approche part du principe que les catégories classiques (villes petites, moyennes, métropoles) ou les maillages départementaux organisant l’offre de service, ne sont plus d’actualité compte tenu de la mobilité des habitants, de l’étalement urbain ou encore du renforcement général des densités (Desjardins et Vanier, 2018) : c’est le réseau, le lien, l’interterritorial qui seraient les moteurs du nouvel aménagement. De fait, toute politique de service public visant à proposer une présence de services dans un périmètre délimité serait décalée et peu en phase avec les dynamiques de population. Cette analyse est pertinente compte tenu du fait que sur un territoire national dense, les tâches urbaines sont proches les unes des autres. Ceci a pour conséquence d’envisager les cartes de présence des services, non plus avec l’idée de les répartir au mieux selon des mailles assez uniformes dans la logique du maillage administratif, mais bien plus dans un souci de centralité à partir d’une étude fine des réseaux reposant sur une double logique : d’abord celle dessinée par les pratiques et usages (pérégrinations des indivi­dus) et ensuite celle du fonctionnement propre aux services concernés. Cette approche n’est pas nouvelle puisque de nombreux services publics ont déjà intégré cette logique : par exemple, l’enseignement primaire. Si les terri­toires défendent la présence de classes en raison d’une comptabilité ministé­rielle fixant à un seuil précis le maintien d’une classe, les réseaux se déploient partout dans l’espace rural. Les écoles ont mutualisé des équipe­ments, se sont partagé des niveaux, ont inventé des modes de mobilité effi­caces pour déplacer les enfants et assurent aussi les regroupements. De même l’approche de La Poste repose sur la théorie des réseaux : un hub est le point central, puis une hiérarchie fine irrigue le territoire en tenant compte des dynamiques de population.

Mobiles sinon rien ?

  • 5 H. Pena-Ruiz, C. Barde, « L’injonction au mouvement perpétuel », Libération, 16 octobre 2017.
  • 6 Ph. Estèbe, entretien au site Rue 89, 14 mars 2013.
  • 7 Ph. Estèbe, M. Vanier, D. Behar, « Quelle égalité territoriale pour une société mobile ? », Le cerc (...)

12H. Pena-Ruiz et C. Barde développent, dans une tribune de Libération5, l’hypothèse de « l’injonction au mouvement perpétuel » qui serait selon eux la grande sommation : la vie liquide et le mouvement constitueraient ainsi le cœur du modèle néo-libéral. Dans ce contexte, les deux auteurs soulignent les limites de cette philosophie : « l’agilité qu’on nous vante tant n’est pos­sible qu’à celles et (surtout) ceux qui disposent du capital financier et cultu­rel suffisant pour se couler dans la vie liquide ». Dans toutes les analyses de l’État sur les services publics aujourd’hui, une pensée domine, celle de la mobilité : cet éloge consiste à valoriser des hubs bien pourvus en services publics dans une logique de réseau plutôt que de remplir des mailles territo­riales (intercommunales par exemple) par un bouquet de services, comme nous venons de le voir. Dans cette approche, tout l’enjeu repose ensuite sur l’accès à ces pôles hospitaliers ou encore universitaires. Ph. Estèbe écrit ainsi : « les communes ne sont pas de petits États entourés de frontières infranchissables (…) si on passe de l’échelle du village à l’échelle du canton on trouve quand même un maximum de services : un bureau de poste, un collège, des médecins »6. Et de préconiser « une conception interterritoriale de l’égalité au service d’une société plus mobile que jamais »7.

  • 8 Voir note 6.

13Il est bien évident que dans un territoire aux fortes densités et, élément plus probant, dans lequel les villes sont proches les unes des autres, le trajet vers une ville n’est jamais très long et reste relatif en comparaison à des pays où la question de la distance se compte en centaines de kilomètres ou en heures. Partant de ce principe, certains géographes et économistes8 développent l’idée selon laquelle la mobilité permet l’accès aux services et qu’il serait totale­ment inefficace de proposer des services dans des endroits reculés où la mobi­lité pourrait résoudre l’accès au médecin, aux écoles, etc. Certes, le déploiement des services publics dans des territoires aux faibles densités est un coût pour la collectivité. Cependant cette approche mérite d’être nuancée. D’une part, dans une dimension prospective : installer du service dans cer­tains territoires peu denses peut être un pari pour l’avenir en créant de l’attrac­tivité pour de futures installations. D’autre part, cet éloge de la mobi­lité ne concerne pas les populations les plus précaires, fragiles ou âgées pour lesquelles le déplacement est une contrainte qui fait bien souvent renoncer au service. Se pose alors la question des instruments de mobilité et des poli­tiques, souvent locales, de transport à la demande ou de transports collectifs et donc de la question technique et sociale de l’accès en lien avec le numé­rique.

14Cette mobilité est très compliquée à organiser : c’est le cas pour les lignes de ramassage scolaire qui doivent respecter les âges des enfants en leur évitant de trop grands déplacements, ce qui justifie parfois le maintien de classes ou, a minima, la création de regroupements. Ainsi dans le Tarn, la cartographie des points de présence des écoles dans la Montagne tarnaise doit faire appa­raître les temps de parcours, compte tenu de la sinuosité des routes et du relief.

  • 9 Jeannot, 1999, p. 66-77.

15La conséquence de cet éloge à la mobilité est de réserver des services de moins bonne qualité à ceux qui ont des difficultés à se déplacer. Les services publics deviennent alors des services destinés à des populations défavorisées et précarisées à forte dimension sociale, et l’on assiste à un débordement des services par le social9 : La Poste devient la banque des pauvres ou bien en­core les maisons de services publics assurent un lien social pour des indivi­dus peu mobiles.

  • 10 Ceci a aussi des conséquences en termes d’offres de santé, par exemple, pour les retraités Nord eur (...)

16Cette valorisation de la mobilité dans les politiques publiques, vécue comme une forme d’injonction, a donc laissé de côté toute une partie de la popula­tion française, précaire, peu mobile, contrainte de vivre ou de s’installer dans des territoires éloignés des agglomérations, des territoires perçus par ces habitants comme moins coûteux et disposant de services de proximité10. On peut parler d’une assignation à résidence économique pour des populations fragiles qui ont dû demeurer dans leur village ou s’éloigner des villes dans lesquelles elles estimaient perdre du pouvoir d’achat. De fait, pour ces popula­tions précaires, la voiture est le seul moyen de déplacement, mais elle coûte très cher en entretien, assurance ou encore contrôle technique. L’en­quête menée en 2012 révélait déjà que, quel que soit le service envisagé, l’usage impératif d’un véhicule est nettement plus marqué dans le rural de faible densité. Ce sont systématiquement les habitants de ces territoires qui affirment avoir davantage besoin d’un véhicule pour fréquenter des services publics (tableau 1).

Tableau 1 – Besoin impératif d’un véhicule motorisé (voiture, transport en commun, taxi, ambulance…) (N = 2 807)

[ %]

Rural

Urbain

L’école élémentaire

56,9

36,1

Le collège

78,5

50,5

La Poste

70,3

38,3

La gendarmerie

87,5

55,3

L’hôpital

98,2

76,4

La maternité

97,2

81,9

Un établissement pour personnes âgées

84,6

56,2

Une bibliothèque, médiathèque

77,3

49,1

17Ce n’est pas un hasard si, après le mouvement national de protestation contre le passage de la vitesse sur les routes départementales de 90 à 80 km/h, les hausses du prix de l’essence et l’augmentation du nombre de critères des contrôles techniques des véhicules, la mobilisation des « Gilets jaunes » a touché nombre de communes rurales : une note de la Fondation Jean Jaurès de novembre 2018 (Fourquet et Manternach) indique que 77 % des 700 communes occupées par les « Gilets jaunes » comptaient moins de 20 000 habitants. Les villes de plus de 50 000 habitants ne représentaient que 8 % du total de cette mobilisation. D’autres chercheurs analysant les contribu­tions au grand débat national remarquent un intérêt particulier pour les services publics dans les régions les moins denses (Bennani, Gandré et Monnery, Paris-Nanterre-Economix, Le Monde, avril 2019).

L’enracinement collectif : les services publics comme totem de la vie villageoise

Le déplacement perçu comme le début de la fin

  • 11 Ces territoires sont suivis régulièrement dans le cadre de nos travaux sur les services publics.

18Se déplacer pour aller vers le service est un élément de crispation des mobi­lisations locales. En effet, l’implantation géographique des services publics et leur accessibilité sont des questions qui préoccupent les élus locaux et les habitants. Les résultats de l’enquête menée en 201211 nous ont montré que même lorsque les habitants des zones de faible densité ren­contrent plus de difficultés pour accéder aux services publics, ils disent adopter des conduites analogues à celles des usagers vivant en ville (Fijalkow et Jalaudin 2012). Même lorsqu’ils évaluent la distance plus éloignée ou le temps de trajet plus long et ont besoin d’un véhicule, ils n’estiment pas leur fréquentation des services publics moins importante. C’est ce qui ressort des réponses recueil­lies à propos de La Poste. Ni l’estimation du temps d’accès plus long, ni la nécessité de recourir à un véhicule, ne viennent affaiblir la fréquentation de ce service : 34,7 % des ruraux disent aller au moins une fois par semaine à La Poste contre 23,4 % des urbains. Ce qui distingue les ruraux des autres concerne surtout les opinions qu’ils ont sur l’évolution des services publics. Comme on pouvait s’y attendre, ils se déclarent nettement plus pessimistes que les urbains et redoutent davantage un affaiblissement ou une dégradation de la qualité de l’offre de services publics. Une deuxième phase d’enquête menée en 2017 sur une population de 206 individus qui ont répondu être engagés dans un mouvement de sou­tien et de défense des services publics de proximité confirme qu’une vision pessimiste de l’évolution locale est un facteur déterminant l’engagement (tableau 2).

Tableau 2 – Proportion des personnes prévoyant une détérioration des services dans les 5 ans à venir (N = 2564)

Collectif pour la défense des services publics (%)

Ensemble de la population (%)

L’école élémentaire

60, 4

53,7

Le collège

59,2

52,6

La Poste

62,6

51,0

La gendarmerie

51,1

38,6

L’hôpital

59,8

41,6

19La sous-population la plus accommodante avec les formules alternatives qui permettent le maintien des services publics (maison de services, héberge­ment chez un commerçant, permanences, service internet) est celle des plus diplômés. Si l’attachement à la présence des services de proximité est indis­tinctement présent pour les habitants du rural et les urbains, il revêt pour les premiers une importance particulière. L’attachement exprimé est proportion­nel à l’importance attribuée à ces services sur le territoire. Comme l’écrivait Ph. Warin (1999), « la performance publique n’est pas pour les usagers des services publics qu’une simple affaire d’efficacité managériale ou de qualité. Elle dépend aussi des réponses apportées à leurs attentes éparses en termes d’équité, de solidarité sociale, de précaution et de responsabilité ; le senti­ment que nourrissent les usagers d’être traités justement ou injustement par les services publics en découle largement ». À cet égard, la réception des réfor­mes adoptées est, en milieu rural de faible densité, encore plus mal vécue. L’attachement à la poste du village est la traduction de cette réalité comme les mécontentements que provoquent les transformations (amplitude horaire, délocalisation, suppression, etc.) qu’elle connait (Fijalkow et Taulelle, 2012). Il faut moins comprendre cela comme une revendication d’usagers qui défendent le droit à consommer que comme la manifestation politique de citoyens réclamant de ne pas être abandonnés par l’État. Rappe­lons ici la proximité avec le mouvement des « Gilets jaunes » et plus spécifi­quement les premiers mobilisés qui étaient animés par des revendications sur les « invisibles », l’indifférence supposée des pouvoirs publics. Sur ces territoires, l’attachement aux services publics se mêle à un sentiment de délaissement. C’est particulièrement le cas dans les villages où les élus locaux s’investissent (Cadiou et Olive, 2015) pour maintenir une école, une présence postale, mais paraissent impuissants et contraints d’accepter de prendre en charge une partie de l’organisation humaine et financière d’un guichet ou d’un bus de ramassage scolaire.

20Cela peut paraître surprenant au regard des actions publiques mises en œuvre. Il importe en effet de rappeler que les revendications se produisent aussi sur des territoires où la présence des services publics est maintenue sous des formes aménagées (regroupement de plusieurs services publics via des Maisons de services au public, installation de permanences de proximité, etc.). Ce qui compte c’est la manière dont les habitants interprètent les évolutions en cours. Cette situation n’est pas sans rappeler ce que R. Merton (1998) appelle le théorème de Thomas qui atteste que l’essentiel n’est pas de savoir ce qui existe objectivement, mais ce qui paraît réel et significatif pour les individus. Et, dans ce domaine, le sentiment d’être en bout de ligne des services publics ou d’être assigné à un territoire isolé, obligeant à davantage de déplacements, est très fort. Rappelons encore que la mobilisation des « Gilets jaunes » débute avec l’argument de la hausse des taxes du carburant comme l’expression d’une négation des Français qui sont contraints d’utili­ser leur véhicule. Sur des territoires où les transports collectifs n’existent quasiment pas et sont très difficiles à faire fonctionner, la question de la mobilité est particulièrement sensible. La disparition ou la délocalisa­tion des services publics sont vécues comme un acte de plus en direction d’un renforcement de l’enfermement physique et social. C’est en ce sens que la relation à l’espace intervient comme un élément de mobilisation. L’injonc­tion à la mobilité fait ressortir l’importance de l’ancrage, favorise le senti­ment d’appartenance locale et les relations aux autres habitants. À cet égard la question de la mobilité, peut paradoxalement devenir un élément constitu­tif du capital d’autochtonie (Retière, 2013). La présence modifiée de l’implan­tation des services publics s’ajoute aux contraintes socio-écono­miques et territoriales déjà présentes. Résider dans ces localités est vécu de manière encore plus pénalisante pour certains de leurs habitants. L’an­crage se décline sur le mode d’une pesanteur locale qui limite les mobi­lités quoti­diennes ou contraint les habitants à recourir à leurs ressources pro­pres s’ils désirent accéder à un bureau de Poste, une école, une trésorerie ou une gare qui a été déplacée.

Entre dépossession et délaissement : les communautés mobilisées

21Les localités où s’observent les collectifs défendant la présence des services publics que nous avons précédemment étudiés (Fijalkow, 2017) ressemblent pour partie aux « espaces périphériques » que décrit C. Guilly (2015) et à celles qui, selon L. Davezies (2012), subissent ce qu’il appelle la « fracture territoriale », pour partie parce que les tensions observées ne se manifestent pas systématiquement sur les territoires identifiés par ces deux auteurs et varient en fonction des populations locales. Pour G. Noiriel (2018), ce n’est pas un hasard si le mouvement des « Gilets jaunes » a été particulièrement suivi dans les régions où le retrait des services publics est plus manifeste. Pour H. Le Bras (2018), le nombre de « Gilets jaunes » était le plus élevé dans la France rurale, celle de « la diagonale du vide », une zone géogra­phique en demande de services publics.

  • 12 Ce résultat n’est pas anodin puisqu’il permet de soutenir que les revendications ne sont pas nécess (...)

22Sans remettre en cause ces analyses, indiquons que les collectifs qui refusent de voir les services publics disparaître ne se mobilisent pas non plus chaque fois qu’une modification présentielle des services publics se réalise12. C’est la rétraction de la présence des services et des équipements publics qui crée la crispation initiale. L’impression de « délaissement » ou de désengagement des institutions publiques est d’autant plus forte qu’elle s’impose comme une épreuve supplémentaire dans des territoires fragilisés par un déclin démo­graphique, des fermetures successives de commerces et un délitement de plus en plus manifeste du cadre de vie. Cette transformation est difficile à accepter lorsque pratiquement tous les services publics (juridique, postal, militaire, policier, santé, trésor, fiscal, scolaire, etc.) sont concernés (Barczak et Hilal, 2017). L’inquiétude qui s’exprime vient du sentiment d’assister au déclin inéluctable de la vie locale et de vivre dans un territoire abandonné à son triste sort par les autorités publiques.

23Nous savons que les rapports des usagers aux services publics s’ancrent dans des expériences concrètes, expériences elles-mêmes variables suivant les lieux où les services sont implantés. Elles ne sont pas toujours les mêmes en milieu rural et en milieu urbain, dans un centre-ville et dans un quartier populaire de la périphérie (Aubertel et Ménard, 2008 ; Avril et al. 2005 ; Taulelle et al, 2015 ; Siblot, 2006). Même si tous les services ne sont pas logés à la même enseigne, la localisation est rarement neutre. Les ho­raires d’ouverture, la diversité des services proposés, le contact établi avec les agents, les usagers présents changent selon les lieux. Le point de contact postal que connaissent les usagers des localités rurales est clairement diffé­rent du bureau de Poste que l’on trouve au centre-ville d’une grande agglo­mération (Fijalkow et Taulelle, 2012). La Poste en zone rurale, comme d’autres services, souffre rarement d’un problème d’affluence ; les files d’attente n’existent pas et la distance volontairement entretenue par l’agent avec les usagers est quasi inexistante. On peut dire que les services publics se spécialisent à la faveur des lieux où ils sont implantés, car les relations sociales sont moins anonymes et la distance à l’autre moins forte (Bruneau et al., 2018).

  • 13 Comme nous le montrions dans l’enquête (Fijalkow, 2017) la présence significative de diplômés du su (...)

24Rappelons également que l’espace n’est pas qu’un simple lieu de pratiques, c’est aussi un territoire chargé de significations. Les représentations que les usagers ou les habitants ont des territoires déteignent sur les rapports qu’ils entretiennent avec les services publics. Nous avons écrit que résider dans un espace rural qui connaît, année après année, moins de services, moins d’activités et d’emplois, peut favoriser l’engagement dans un mouvement de défense des services publics locaux. C’est particulièrement vrai pour cer­taines catégories de la population dotées de propriétés sociales spécifiques (niveau de diplôme plus élevé que la moyenne locale, profession intermé­diaire, employé du secteur public13), mais pas uniquement. Le mouvement des « Gilets jaunes » a permis de mesurer à quel point le sentiment de délais­sement contribue, à son niveau, à idéologiser/politiser le rapport aux services publics. L’inscription spatiale et les rapports au territoire constituent en somme des éléments de contexte qui favorisent l’expression de rapports spécifiques aux services publics.

25Il convient par ailleurs d’indiquer que dans les espaces ruraux de faible densité, l’identification d’une difficulté commune, comme la disparition d’une école, d’une poste ou d’une gendarmerie devient l’occasion d’une expression de l’unité locale. À l’occasion des mobilisations, l’ancrage territo­rial s’affirme alors comme un moyen de faire valoir des valeurs com­mu­nau­taires. Réclamer la présence des services est assurément une manière de défendre une cause commune et consolider l’unité de la collectivité. Le refus d’assister passivement à la fragilisation du bourg, du village ou de la petite ville, permet à chacun de rappeler son appartenance et son attachement à l’espace local. Contrairement à ce qui est souvent énoncé, la réclamation de la sauvegarde des services publics est bien davantage qu’une préservation fonctionnelle d’un service. S’il est possible de parler de communautés c’est parce que les collectifs d’habitants mobilisés se caractérisent par le fait d’être liés au territoire local, de partager une histoire, des idées et un but commun. Quand elles n’investissent pas internet et les réseaux sociaux, c’est d’ailleurs devant la mairie, l’école primaire, la gare SNCF ou le bureau de Poste que ces mobilisations mettent en visibilité leur colère. La présence quasi systématique du maire et des conseillers municipaux conforte l’idée qu’il s’agit de défendre la vie sociale locale.

  • 14 En septembre 2019, l’agenda rural présenté par le gouvernement d’E. Philippe, annonce l’ouverture d (...)

26Ce qui est en jeu, c’est assurément le refus de voir se retirer ce qui permet la vie quotidienne des habitants. La disparition des services publics est à l’image de celle des débits de boisson et de tabac dans les petites com­munes14 : le signe ou le symptôme d’une vie sociale qui s’éteint peu à peu. Ce sentiment est d’autant plus fort que les décisions concernant la présence des services publics paraissent prises ailleurs par une classe dirigeante très éloignée des préoccupations des habitants. Dans les villages où les élus locaux s’investissent pour maintenir une présence postale ou une école, le sentiment de dépossession s’ajoute au délaissement. Les habitants se vivent comme les oubliés de l’État et des gouvernements successifs, mais aussi comme des démunis à qui l’on retire le peu de choses qu’ils possèdent encore dans des espaces dont le déclin semble inéluctable. Les services publics sont à l’image des pitons qu’utilisent les alpinistes, des points d’appui pour éviter une chute dans le vide. L’adhésion des habitants à des offres alternatives ou de substitution (Maison de services au public, installa­tion de permanences de proximité, ventilations des horaires, etc.) est d’autant plus acquise qu’elles peuvent contribuer à maintenir ou dynamiser la vie locale. L’installation de nouveaux espaces de convivialité (commerces, restaurant, cafés, etc.) est d’ailleurs toujours bien accueillie, voire soutenue par les élus et les habitants (Fijalkow et Jalaudin, 2012).

27L’attachement aux services publics est très présent dans certains villages où l’on associe volontiers une dimension identitaire et patrimoniale aux lieux et aux choses (Guérin-Pace, 2006 ; Sebastien, 2016). Ce dont il est question, c’est d’histoire locale, de souvenirs personnels et partagés. Avoir été scolari­sé dans la même école, fréquenté la même Poste, utilisé la gare de proximité a nécessairement participé et participe encore à assurer des liens entre les habitants de ces localités. Il faut donc aussi voir dans la demande de main­tien des services publics la manifestation d’un attachement quasi totémique (Durkheim, 1912) à la communauté villageoise. Comme l’église ou la mai­rie, l’école, le bureau de poste et la gare sont des emblèmes identitaires, une forme extérieure et sensible de la collectivité. Cela permet de comprendre qu’il n’est pas nécessaire d’avoir été ou d’être un usager de l’école du vil­lage, de la Poste ou de la gare pour les défendre. L’attachement aux services publics est dans ce cas l’expression d’un attachement affectif à la petite société locale. En défendant la présence des services publics, les populations autochtones protègent de manière indirecte leur propre unité, leur propre communauté. L’implication des habitants est d’autant plus forte qu’ils se sentent dépositaires d’une histoire, d’une mémoire commune et qu’ils affir­ment leur enracinement local. C’est parmi les habitants qui ont vécu suffi­samment longtemps au même endroit que l’on trouve le plus grand nombre d’adhérents aux collectifs de défense des services publics de proximité. Plus de 66 % des habitants qui agissent pour la défense et le soutien aux services publics locaux résident depuis plus de dix ans dans la même ville ou le même village (Fijalkow, 2017). Sans doute s’est-il forgé au fil des ans un rapport particulier à ces services qui, à sa mesure, explique l’attachement que les habitants portent à la collectivité, à son histoire, à son identité et à sa pérennité. Cela n’interdit pas de penser que les nouveaux arrivants des zones rurales peuvent s’approprier les mêmes arguments au contact des habitants de longue date par le biais des sociabilités nouvelles induites par l’atta­chement aux lieux et au sentiment d’appartenance qui peut y être asso­cié (Dechézelles, 2019).

Conclusion

28La place qu’occupe l’espace local dans les mobilisations exprimant de la colère à propos des services publics est de différents types. Nous l’avons identifiée dans l’histoire des relations des habitants aux services publics. Cette histoire, c’est d’abord celle d’une adhésion à l’idée d’un maillage du territoire qui est devenue une norme culturelle. C’est la raison pour laquelle l’évolution présentielle des services publics (fermeture, délocalisation, présence réduite, redéploiements et regroupement) est, pour de nombreux habitants, perçue comme une rupture. C’est une mise en cause de la légitimi­té du modèle du service public, partie de l’État Providence, où tous les Français sont censés se valoir et disposer d’un droit égal à bénéficier de prestations identiques. Sous couvert d’égalité, les réformes à l’œuvre contri­bueraient donc à creuser les inégalités territoriales en délaissant certains espaces et en les dépossédant.

  • 15 Cette analyse rejoint celle de Melé (2013) lorsqu’il interroge la productivité du conflit dans sa c (...)

29C’est ensuite à partir des expériences de vie que se révèle l’espace local. À travers la défense d’une école, d’une poste ou d’une gare, les habitants expri­ment leur colère, mais aussi leur appartenance, leur attachement à un lieu et à son identité et transforment un problème local en problème géné­ral15.

30Ils manifestent, consciemment ou inconsciemment, leur affection à la société locale et leur préoccupation à son maintien. Il faut qu’une communauté existe et qu’elle se sente menacée sur son territoire pour que la défense des services publics s’apparente à ce que nous pourrions qualifier de sauvegarde d’un patrimoine historique et identitaire local. C’est pour cela que l’on trouve parmi les militants les plus engagés, les habitants les plus enracinés dans l’espace local.

31Nos investigations permettent également de penser que les services publics sont assimilés à des points d’appui sur lesquels il est possible de s’arrimer pour maintenir la vie locale. Lorsque des habitants militent pour leur pré­sence ou refusent leur départ, ils soutiennent l’activité locale et la sociabilité qu’elle sous-tend. C’est d’autant plus important pour eux que dans les terri­toires de faible densité, le départ des services publics exige de nouveaux déplacements. Pour ceux qui rencontrent des difficultés dans leur mobilité, l’espace local peut même s’apparenter à un lieu de confinement imposé par les réformes de l’État.

32Indiquons, pour finir, que la transformation de l’espace local en un espace d’expression de la colère n’est pas sans incidence directe sur l’attachement au territoire. Il se pourrait même que la défense des services publics vienne réveiller des aspects en sommeil et renforcer la communauté locale.

Haut de page

Bibliographie

ALVAREDO Facundo (coord.) et al., 2018, Rapport sur les inégalités mondiales, World Inequality Lab.

AUBERTEL Patrice, MÉNARD François, 2008, La ville pour tous, un enjeu pour les services publics, Paris, La Documentation française.

AVRIL Christelle, CARTIER Marie, SIBLOT Yasmine, 2005, « Les rapports aux services publics des usagers et agents de milieux populaires. Quels effets des réformes de modernisation ? », Sociétés contemporaines, vol. 2, n° 58, p. 5-18.

BARCZAK Alexandra, HILAL Mohamed, 2017, « Quelles évolutions de la présence des services publics en France ? », in T. Courcelle, Y. Fijalkow, F. Taulelle, Services publics et territoires – Adaptations, innovations et réactions, Rennes, PUR, p. 31-66.

BAUBY Pierre, 2011, L’européanisation des services publics, Paris, Presses de Sciences-Po.

BAUBY Pierre, 2013, Service public, services publics, Notes et Études documen­taires, La Documentation française, n° 5338, p. 13.

BAUDET-MICHEL Sophie, « Explorer la rétraction dans l’espace : les services de soins dans le système urbain français », L’Espace géographique, 2015/4 (tome 44), p. 369-380. https://www.cairn.info/revue-espace-geographique-2015-4-page-369.htm

BEZES, Philippe, 2009, Réinventer l’État. Les réformes de l’administration fran­çaise (1962-2008), Presses universitaires de France, Paris.

BRUNEAU Ivan, LAFERTÉ Gilles, MISCHI Julian, RENAHY, Nicolas, (dir.), 2018, Mondes ruraux et classes sociales, Paris, Éditions EHESS.

BRUNEAU Ivan, MISCHI Julian, 2019, « Les Gilets jaunes veulent rompre avec le sentiment de dépossession », Le Monde, janvier.

CADIOU Stéphane, MAURICE Olive, 2015, « Susciter un attachement à la com­mune : les maires mobilisés contre la métropole », in C. Traïni, Émotions et exper­tises : les modes de coordination des actions collectives, Rennes, 2015, p. 171-190.

CHARMES Éric, 2019, La revanche des villages, Paris, Seuil.

DAVEZIES Laurent, 2012, La crise qui vient. La nouvelle fracture territoriale, Paris, Seuil.

DECHEZELLES Stéphanie, 2019, « Être du coin, défendre ses lieux. L’autochtonie protestataire dans l’engagement contre l’éolien de grande taille en France », in S. Dechezelles, M. Olive, Politisation du proche. Les lieux familiers comme espaces de mobilisation, Rennes, PUR, p. 239-262.

DESJARDINS Xavier, VANIER Martin, 2017, Les nouveaux « paradigmes » de l’aménagement ?, Telos, 10 novembre 2017. https://www.telos-eu.com/fr/societe/pistes-pour-une-refondation-urgente-de-lamenagemen.html. Lien vérifié en juin 2019.

DURKHEIM Émile, 1912, Les formes élémentaires de la vie religieuse. Le système totémique en Australie, Paris, Félix Alcan.

ESTEBE Philippe, 2015, L’égalité des territoires, une passion française, Paris, PUF, 88 p.

FIJALKOW Ygal, JALAUDIN Christophe, 2012, « Les habitants du rural et leurs services publics : pratiques et opinions d’usagers », Sciences de la société, n° 86, p. 86-107.

FIJALKOW Ygal, TAULELLE François, 2012, « La Poste en milieu rural : une gestion entre rentabilité et aménagement du territoire », Sciences de la société, n° 86, p. 34-49.

FIJALKOW Ygal, 2017, « Les militants pour la défense des services publics de proximité : profil sociologique et rapport au territoire », in T. Courcelle, Y. Fijalkow, F. Taulelle, Services publics et territoires : adaptations, innovations et réac­tions, Rennes, PUR, p. 179‑192.

GARRIGUES Jean, 2018, entretien dans Le 1, n° 198, 18 avril 2018.

GENESTIER Philippe, 2019, « Les “Gilets jaunes” : une question d’autonomie autant que d’automobile », Le Débat, n° 204, p. 16-34.

GUÉRIN-PACE France, 2006, « Lieux habités, lieux investis : le lien au territoire, une composante identitaire ? », Économie et statistique, n° 393-394, p. 101-114.

GUILLY Christophe, 2010, Fractures françaises, Paris, Bourin.

JEANNOT Gilles, 1999, « À l’épreuve de la pauvreté », Informations sociales, n° 76, p. 66‑77.

LE BRAS Hervé, 2019, Se sentir mal dans une France qui va bien, Paris, L’Aube.

LE BRAS, Hervé, « “Gilets jaunes” : cartographie d’une France en colère », 23/11/2018. http://www.francesoir.fr/politique-france/gilets-jaunes-cartographie-une-France-en-colere

NOIRIEL Gérard, « Les Gilets jaunes et les “leçons de l’histoire” », Le populaire dans tous ses états, 21/11/2018. https://noiriel.wordpress.com/2018/11/21/les-gilets-jaunes-et-les-lecons-de-lhistoire/

MELÉ Patrice, 2013, Conflits de proximité et dynamiques urbaines, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

MERTON Robert King, 1998, Éléments de théorie et de méthode sociologique, Paris, Armand Colin.

PASQUIER Romain. 2017, « Les fractures territoriales en France : construction d’un problème public », Les Cahiers Français, n° 402, p. 2-3.

PISTRE Pierre, 2018, « Seulement 5 ou 15 % de ruraux en France métropolitaine ? Les malentendus du zonage en aires urbaines », Géoconfluences, [avec Frédéric Richard].

RETIÈRE Jean-Noël, 2013, « Capital d’autochtonie », in I. Casillo et al. (dir.), Dictionnaire critique et interdisciplinaire de la participation, Paris, GIS Démocratie et Participation. http://www.dicopart.fr/fr/dico/capital-dautochtoni

SIBLOT Yasmine, 2006, Faire valoir ses droits au quotidien. Les services publics dans les quartiers populaires, Paris, Presses de Sciences-Po.

SÉBASTIEN Léa, 2016, « L’attachement au lieu, vecteur de mobilisation collec­tive ? Étude de cinq territoires ruraux », Norois, PUR, n° 238-239, p. 23-41.

TAULELLE François, (dir), 2012, « Le délaissement du territoire. Quelles adapta­tions des services publics dans les territoires ruraux ? », Sciences de la société, n° 86.

TAULELLE François, 2018, « Services publics et territoires ruraux », in Jean Yves et Rieutort Laurent, Les espaces ruraux en France, Paris, Armand Colin, p. 152-173.

WARIN Philippe, 1998, « La performance publique, attente des usagers et réponse des ministères », Politiques et management public, vol. 17, n° 2, p. 147-164.

Haut de page

Notes

1 Une première enquête (2012) par questionnaire menée auprès de 1 410 habitants de communes rurales et 1 397 habitants de communes urbaines sert de base à la réflexion. Les habitants ont été interrogés sur les services publics de proximité et leurs opinions vis-à-vis des aménagements effectués sur leurs territoires. En 2017 une deuxième phase d’enquête est mise en œuvre afin de prolonger les premières analyses. Le travail statistique concerne une population de 206 individus localisés sur les mêmes territoires. Ces enquêtés ont répondu être engagés dans un mouvement de soutien et de défense des services publics de proximité. L’analyse a ensuite été enrichie par des entretiens effectués avec des gilets jaunes rencontrés durant les mobilisations.

2 PETR : pôles d’équilibre des territoires ruraux.

3 Pays des Monts de Lacaune dans le Tarn, du Val d’Adour dans les Hautes Pyrénées, de Figeac dans le Lot et Pays d’Olmes en Ariège.

4 Voir aussi les travaux de T. Picketty à ce sujet.

5 H. Pena-Ruiz, C. Barde, « L’injonction au mouvement perpétuel », Libération, 16 octobre 2017.

6 Ph. Estèbe, entretien au site Rue 89, 14 mars 2013.

7 Ph. Estèbe, M. Vanier, D. Behar, « Quelle égalité territoriale pour une société mobile ? », Le cercle des Échos, 31 juillet 2012.

8 Voir note 6.

9 Jeannot, 1999, p. 66-77.

10 Ceci a aussi des conséquences en termes d’offres de santé, par exemple, pour les retraités Nord européens ayant choisi de s’installer dans des territoires ruraux français.

11 Ces territoires sont suivis régulièrement dans le cadre de nos travaux sur les services publics.

12 Ce résultat n’est pas anodin puisqu’il permet de soutenir que les revendications ne sont pas nécessairement portées par des manifestations de type Nimby (Melé, 2013).

13 Comme nous le montrions dans l’enquête (Fijalkow, 2017) la présence significative de diplômés du supérieur, d’employés du public et de professions intermédiaires au sein de ces collectifs laisse penser que la part idéologique, politique et professionnelle n’est pas absente des ressorts de la mobilisation.

14 En septembre 2019, l’agenda rural présenté par le gouvernement d’E. Philippe, annonce l’ouverture de 1 000 cafés dans les communes de moins de 3 500 habitants reprenant une idée lancée par le groupe SOS. https://www.1000cafes.org

15 Cette analyse rejoint celle de Melé (2013) lorsqu’il interroge la productivité du conflit dans sa capacité à instaurer un espace de débat et à parvenir à transformer l’espace public.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ygal Fijalkow et François Taulelle, « Les mobilisations en faveur du maintien des services publics »Géographie et cultures, 114 | 2020, 17-35.

Référence électronique

Ygal Fijalkow et François Taulelle, « Les mobilisations en faveur du maintien des services publics »Géographie et cultures [En ligne], 114 | 2020, mis en ligne le 07 avril 2021, consulté le 23 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/gc/14724 ; DOI : https://doi.org/10.4000/gc.14724

Haut de page

Auteurs

Ygal Fijalkow

CERTOP, Université de Toulouse

ygal.fijalkow@univ-jfc.fr

François Taulelle

LISST-CIEU, Université de Toulouse

francois.taulelle@univ-jfc.fr

Haut de page
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search