Navigation – Plan du site

AccueilNuméros114Des lieux de manifestations aux t...

Des lieux de manifestations aux territoires de la révolte

Quelle(s) cartographie(s) du mouvement des Gilets jaunes ?
From demonstration places to protest territoires: what maps of the Yellow vest movment?
Sylvain Genevois
p. 37-57

Résumés

À l’heure d’Internet et des réseaux sociaux, la carte est devenue un puissant outil de communication et fournit en même temps un outil de réflexion et d’analyse pour essayer d’appréhender les mouvements de contestation. Dans cet article, nous présentons d’abord l’usage de la cartographie comme outil de contes­tation et de contre-pouvoir. Puis nous appliquons l’analyse au mouvement des Gilets jaunes qui a donné lieu à une importante production cartographique, de la diffu­sion du mouvement à la répression des manifestants. Enfin nous dégageons quel­ques pistes de réflexion sur les usages politiques de la carte à l’ère du numé­rique.

Haut de page

Texte intégral

1Le mouvement des Gilets jaunes a donné lieu à une importante production cartographique, comme en témoignent les cartes de lieux de rassemblements qui ont été diffusées dès la première manifestation le 17 novembre 2018, puis tout au long des événements au cours de l’année 2019. À ces cartes de partage d’informations sur Internet, on peut adjoindre les cartes subjectives produites par les manifestants eux-mêmes ainsi que les cartes élaborées par les journalistes ou les essayistes pour rendre compte des événements. Enfin on peut y ajouter les cartes d’analyse construites a posteriori par les géo­graphes, sociologues ou politologues, qui ont tenté de saisir la nature d’un mouvement social assez inédit par son ampleur, par la diversité et la force de ses revendications (Le Bras, 2018 ; Blavier et Walker, 2020).

2À l’heure d’Internet et des réseaux sociaux, la carte est devenue un puissant outil de communication et fournit en même temps un outil de réflexion et d’analyse pour essayer d’appréhender les mouvements de contestation. En tant qu’outil de pouvoir et de contre-pouvoir (Good & Bailly, 1995 ; Harley, 2002 ; Wood, 2010), les cartes s’inscrivent dans des rapports sociaux de domination et de contestation. Les travaux de Brian Harley et de Denis Wood ont montré qu’il convenait de se défaire du réalisme apparent de la carte, de prendre conscience des formes de pouvoir et de domination qu’elle pouvait exercer. Comme l’a montré William Bunge, à travers une cartogra­phie détaillée des enfants noirs victimes d’accidents à cause du « white flight » des navetteurs dans la région de Détroit (Bunge, 1971), les cartes peuvent devenir, dans certains cas, des instruments de revendication et de protestation. En cela, elles revêtent un caractère éminemment politique.

3De Paris à Hong Kong, de Caracas à Beyrouth ou Santiago du Chili, les cartes de manifestations ont joué un rôle central dans la naissance et la propagation des mouvements sociaux, en raison du fait qu’elles étaient conçues dès le départ pour être diffusées et reproduites à la fois par les médias et par les sites Internet. Ces cartes, souvent associées à des textes, des images ou des slogans, participent d’une forme du contre-pouvoir, voire d’une contre-culture. Tout se passe comme si les différents mouvements de contestation empruntaient les uns aux autres et détournaient les symboles du pouvoir dans une forme de transnationalisation de l’action collective (McAdam, Tarrow & Tilly, 1998 ; Siméant, 2010). Si ces actions collectives protestataires ont été relativement bien analysées par les historiens et les sociologues, elles ne sont étudiées que de manière récente par les géo­graphes. À la suite des Printemps arabes et d’autres mouvements d’occupa­tion physique de rues ou de quartiers symboliques (de type Indignés ou Occupy), différents auteurs ont mis en avant l’idée selon laquelle il existe une « centralité de l’espace dans la construction de la contestation » (Combes, Garibay et Goirand, 2016). Les cartes sont elles-mêmes devenues de puissants outils pour remettre en cause l’ordre spatial dominant et ses représentations (Drozdz, 2020). Les cartes sont susceptibles de véhiculer tout un imaginaire social et culturel de la révolte. Elles font désormais partie du répertoire de l’activisme social lors des manifestations ou des actions de grève. Des lieux de manifestations aux territoires de la révolte, nous postu­lons que les cartes peuvent aider en partie à saisir la dimension spatiale des mouvements sociaux. Aux côtés d’autres images (photographies, tags, carica­tures), elles contribuent à soutenir et à propager la contestation.

4Le présent article a pour objectif de s’interroger sur la nature et l’usage des cartes de manifestations qui cherchent à mettre en visibilité « les territoires de la colère » (Delpirou, 2018 ; Le Bras, 2018 ; Lévy, 2018). Nous présen­tons d’abord l’usage de la cartographie comme outil de contestation et de contre-pouvoir, ce que l’on désigne parfois sous les termes de cartographie militante, de cartographie radicale, voire de contre-cartographie (ce dernier terme correspondant plutôt à la volonté d’opposer une autre vision du monde). Puis nous appliquons l’analyse au mouvement des Gilets jaunes qui a donné lieu à une très grosse production cartographique, de la diffusion du mouvement à la répression des manifestants. Enfin nous dégageons quelques pistes de réflexion sur les usages politiques de la carte à l’ère des réseaux sociaux, comme outil pour organiser les rassemblements, pour produire un imaginaire politique, mais aussi pour exercer un contre-pouvoir voire une résistance à l’oppression.

L’usage de la cartographie comme outil de contestation et de contre-pouvoir

La carte : un puissant outil d’information et de communication à l’heure d’Internet

5Le développement des réseaux sociaux en ligne offre de nouvelles possibili­tés d’expression et de contestation (Douay, Severo & Giraud, 2012). À travers la « carte du sang de l’immobilier chinois », les auteurs ont pu mon­trer par exemple le pouvoir de la cartographie pour répertorier les dévelop­pements immobiliers et dénoncer les violences physiques qui ont accom­pagné ces projets. L’une des forces de cette cartographie en ligne est d’être collaborative dans la collecte des informations et facilement parta­geable sur Internet, depuis des sites militants vers des sites de médias grand public à l’échelle nationale ou internationale. Ce qui fait d’Internet un outil puissant et redouté dans les environnements de censure aussi bien que dans les démocraties représentatives en butte à des mouvements de contestations dans la rue, c’est son potentiel de diffusion rapide et décuplée de l’informa­tion. L’actualité politique de l’année 2019 en a donné un exemple marquant avec les manifestations à Hong Kong. Le mouvement de révolte s’est répandu très rapidement grâce à l’appui d’Internet et des réseaux so­ciaux. Le site HKmap.live1 a par exemple été mis en place pour fournir des infor­mations en direct à partir d’une carte régulièrement mise à jour et accessible à partir des téléphones portables des manifestants.

  • 2 L’idée que le combat devait être conduit dans la rue, mais avant tout sur Internet, a été mise en a (...)

6Pour sa part, le mouvement des Gilets jaunes s’est très largement appuyé sur Internet et sur l’application Facebook qui comptait plus de 38 millions d’utilisateurs en France en 2018, au moment du déclenchement du mouve­ment social. Facebook avait remplacé juste auparavant son système de mise en relation entre « amis », ce qui semble avoir en partie favorisé le rappro­chement de groupes affinitaires entre eux. Les manifestants ont ainsi pu planifier leur « 1er Acte » de manifestation et répliquer le même scénario pour les actes suivants. Le fait de pouvoir mettre en ligne directement des informations à partir de leurs téléphones portables a joué de manière favo­rable dans l’essor du mouvement, bien que les Gilets jaunes n’aient jamais vraiment disposé d’outils permettant de renseigner la carte en temps réel. Ce qui leur a permis tout de même de se rassembler, de se structurer, de s’orga­niser sans passer par une organisation extérieure (parti, syndicat, association, organe de presse…) Les réseaux sociaux, principalement Face­book et Twitter pour les Gilets jaunes, mais aussi Instagram pour les mani­festations à Hong Kong, ont servi de vecteurs de propagation de la contestation. Qu’il s’agisse de détourner les symboles du pouvoir ou d’organiser des rassem­blements déclarés illégaux, les manifestants n’ont pas hésité à s’en servir pour mener des formes de « guérilla de la communica­tion »2 et de guérilla urbaine.

La forte charge symbolique des cartes montrant des lieux de contestation avant même le mouvement des Gilets jaunes

  • 3 Au sens strict, c'est l'occupation permanente qui fait la ZAD. Plus largement, le terme désigne l’o (...)

7Avant même le mouvement de manifestation des Gilets jaunes, les médias ont cherché à cartographier les lieux de la contestation en répertoriant les conflits territoriaux qui se sont déroulés en France, principalement dans le cadre de conflits d’aménagement donnant lieu à de fortes mobilisations. De Notre-Dame-des-Landes à Bure, la période 2008-2018 aura été « la folle décennie des zones d’aménagement différé, rebaptisées zones à défendre par leurs occupants » (Subra, 2017). Devenue un lieu de vie et un laboratoire d’expérimentation pour des modes d’habiter alternatifs, la ZAD de Notre-Dame-des-Landes a constitué un symbole de lutte. « Depuis les premiers jours de l’occupation de la ZAD, des cartes de toutes sortes ont été produites, tantôt manuscrites, tantôt sous forme d’extraits annotés de cartes IGN » (Barbe, 2016). La cartographie a également pu être utilisée comme moyen logistique pendant l’occupation policière. L’abandon du projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes en janvier 2018 ne signe pas la fin des ZAD, ces « zones à défendre » occupées par des militants opposés à des projets d’aménagement qu’ils jugent aberrants et qu’ils rebaptisent « grands projets inutiles »3.

8La diversité des lieux de conflits donne naissance à un réseau de solidarités à travers des comités de soutien, des discours, des affiches, mais aussi des cartes partagées sur Internet. « Pour maîtriser cette communication et par méfiance envers les médias traditionnels, les zadistes se sont dotés de leur propre média sur Internet (c’est la stratégie de l’« automédia ») avec le site zadnadir.org qui sert de vitrine au mouvement zadiste et de plateforme aux différentes ZAD et à d’autres conflits. Ce site propose des informations, des ressources vidéo, des argumentaires, des cartes, des petites annonces mili­tantes » (Subra, 2017, p. 21). Bien que très discutables sur le plan sémiolo­gique (ce sont souvent des cartes d’inventaire réalisées avec de simples points géolocalisés), ces cartes permettent de recenser les projets contestés et de faire des typologies.

9Qu’il s’agisse de cartes militantes dressées par des sites associatifs et de recensements effectués par les médias, la cartographie de la contestation semble avoir trouvé ses voies d’expression. Ainsi le site de défense de l’envi­ronnement Reporterre a lancé dès 2016 une carte des « grands projets inutiles ». Rebaptisée en 2019 carte des luttes locales, celle-ci entend mon­trer que des collectifs citoyens se mobilisent pour défendre leur environne­ment et « inciter ceux qui veulent s’engager à rejoindre ces collectifs ». Si à première vue, ces cartes d’occupation n’ont guère à voir avec les cartes de manifestation des Gilets jaunes, en réalité elles ont préparé le terrain à des formes d’habiter temporaire. Comme le souligne Barbe (2016), du lieu au territoire, on observe une forme d’habiter par la lutte. « Au lieu mathématisé de l’aménageur (topos) et de l’élu visionnaire, est substitué, articulé, arrangé, opposé par une grande partie du mouvement, le lieu existentiel et relationnel (chôra), souvent figuré dans la littérature des occupants comme « zone d’autonomie temporaire » (Bey, 1997) et de plus en plus « commune ». L’habiter ainsi tourné est l’art d’être habitant d’un lieu, indigène » (Barbe, 2016, p. 112). Tout se passe comme si les différents mouvements de contes­tation à l’échelle française empruntaient les uns aux autres, comme en témoigne l’une des déclinaisons des ZAD déclarées par leurs défenseurs comme « Zones d’Autonomie Démocratique ».

Vers un usage politique de la carte de manifestation destinée à faire pression (protest map)

10D’autres mouvements de manifestations à l’échelle internationale, comme par exemple le mouvement Occupy ou encore le mouvement des Indignés dirigé contre les inégalités économiques et sociales, ont pu également jouer un rôle dans la diffusion d’un imaginaire de la révolte passant par l’occupation directe du territoire. De Hong Kong à Santiago, en passant par Paris, se lève une contestation mondialisée contre l’ordre social qui trans­cende en partie les contextes nationaux de nature très différente. Pour les détracteurs de ces mouvements aussi spontanés qu’anarchiques, l’objectif serait de se servir de la « grande peur » médiatique et de donner l’impression que l’on occupe le terrain, la carte assurant le passage d’une somme de lieux épars de manifestations à la vision d’un territoire tout entier tourné vers la révolte. Pour les opposants aux dérives de la société néo-libérale, l’enjeu serait surtout de rendre visibles les invisibles en luttant contre l’ordre social établi et en donnant à voir l’existence réelle des exclus à partir de leur terri­toire de vie. Lorsque les manifestations locales sont toutes visualisables sur une seule carte, elles ne peuvent plus être considérées comme des poches isolées d’activisme (Drozdz, 2020).

11De là à voir dans le cas des Gilets jaunes une forme de cartographie radicale ou de contre-cartographie, on peut tout de même s’interroger. La contre-cartographie est le fait de communautés, de collectifs ou d’individus attachés à se réapproprier un territoire (cf. par exemple les projets de cartographie alternative des minorités amérindiennes en Amérique du Nord) ou encore à défendre une vision opposée à celles des élus et décideurs (cf. par exemple les actions d’opposants à un grand projet d’aménagement). La cartographie radicale et la cartographie critique s’inscrivent, quant à elles, dans le courant de la géographie radicale issue des mouvements de contre-culture des années 1960. Elles visent plus largement à mettre en cause l’exercice du pouvoir ou de la souveraineté dans sa dimension territoriale. S’approprier le territoire contrôlé par un pouvoir vertical, c’est combattre l’autorité politique qui exerce directement le contrôle sur ce territoire, c’est remettre en cause un ordre spatial établi, dénoncer une emprise matérielle ou symbolique sur les populations qui l’habitent. Dans leur introduction à leur ouvrage An atlas of radical cartography, Bhagat et Mogel définissent la cartographie radicale comme « la pratique de la cartographie qui renverse les notions convention­nelles afin de promouvoir activement le changement social. L’objet de la critique n’est pas la cartographie en soi (comme on l’entend généralement à travers l’expression cartographie critique), mais plutôt les relations sociales ».

12Crampton & Kygier (2007) préfèrent parler de « cartographie indiscipli­née », c’est-à-dire selon eux libérée des limites de la cartographie scienti­fique et ouverte au peuple. Plus que l’élaboration de contre-projets poli­tiques, cette cartographie critique vise d’abord à redonner du pouvoir aux uti­li­sateurs à travers des outils de collaboration, des applications de carto­graphie mobiles et de géolocalisation. En cela, les cartes produites et diffu­sées lors de grandes manifestations s’apparenteraient plutôt à des cartes de protestation (« protest maps ») à visée politique plus ou moins affirmée. Dans un ouvrage de référence consacrée à définir les formes de contre-carto­graphie, Denis Wood aborde plus en détail la question des « protests maps » (Wood, 2010). Il établit une distinction intéressante entre la carte des mani­festations « acceptable » pour les autorités (souvent publiée officielle­ment avant la manifestation) et la carte destinée à « faire pression », orientée davan­tage vers la révolte spontanée. L’un des éléments distinctifs de cette dernière, c’est le fait que « la colère est à la surface de la carte, elle se pro­page à partir d’elle » (Wood, 2010, p. 116). Ces éléments d’analyse nous per­met­tent d’avancer quelques clés de lecture concernant la carte des Gilets jaunes.

La carte des Gilets jaunes : une carte de mobilisation devenue une carte symbole

Une carte d’abord destinée à informer sur les lieux de manifestation

13La carte de la première manifestation a été publiée plusieurs jours avant le rassemblement du 17 novembre 2018 scellant l’« Acte I » du mouvement des Gilets jaunes. Cette carte a constitué le coup d’envoi de la révolte. Ali­mentée de manière collaborative à partir de Google Maps, la carte a très vite été partagée sur Internet. Cette carte officielle comportait 713 points de blocages annoncés au 13 novembre 2018. Associée au site blocage17novembre.com, elle permettait de localiser les points de rassemblement dans chaque dépar­tement. Le fait d’avoir choisi comme figuré le gilet jaune est symbolique d’un accessoire automobile devenu symbole de lutte. Cette carte demeure ambiguë dans la mesure où elle mêle sans distinction points de rassemble­ment et points de blocage. La taille disproportionnée des figurés ponctuels sur la carte la rend très peu lisible. Les gros figurés jaunes se chevauchent sur la carte, de manière à donner l’impression que la France entière est menacée d’un blocage général.

  • 4 À noter que les Gilets jaunes ont toujours fonctionné avec une constellation de sites Internet avec (...)

14La carte des Gilets jaunes comptait déjà 17 millions de vues le 16 novembre 2018. Le lendemain lors du premier rassemblement, le nombre de visiteurs dépassait les 22 millions. Cela traduit la puissance des réseaux sociaux et notamment de Facebook qui a servi de chambre d’écho et a permis de pro­pager très rapidement les informations. Cette carte de localisation a été conçue dès le départ pour devenir un symbole de ralliement. La « carte des Gilets jaunes » est devenue une sorte de logo pour le mouvement, un géo­symbole renvoyant à un territoire hexagonal tout entier prêt au soulèvement. Elle a fait d’emblée l’objet de plusieurs déclinaisons jouant sur la métaphore de l’automobile (par exemple les bouchons lors des départs en vacances assimilés aux opérations escargots et aux ralentissements à prévoir dans toute la France). Plus d’un an et demi après le début du mouvement, cette carte figure toujours en page d’accueil du site portail des Gilets jaunes4. Elle se donne à voir comme la face lumineuse des Gilets jaunes avant que le mouvement ne sombre en partie dans les violences urbaines.

Figure 1 – Carte officielle des points de blocage prévus par les Gilets jaunes le 17 novembre 2018

Figure 1 – Carte officielle des points de blocage prévus par les Gilets jaunes le 17 novembre 2018

Source : gilets-jaunes.fr

15Le mouvement des Gilets jaunes a par ailleurs publié une autre carte des points de blocages stratégiques qui comprenait des aéroports, des ports, des raffineries, des tunnels autoroutiers : autant de « points sensibles » qui orientaient vers un mouvement de paralysie générale des moyens de trans­port et d’approvisionnement. Alors que la première carte des points de rassemblements prévus a fonctionné comme une sorte de prophétie autoréa­lisatrice, la deuxième carte n’a pas rencontré le même succès et n’a pas joué le même rôle. Les Gilets jaunes, désormais engagés dans un mouvement social long et multiforme, ne semblaient plus éprouver le besoin de commu­niquer sur les lieux et les types d’actions qu’ils entendaient mener.

16Une analyse à une échelle plus fine montre que ce sont les ronds-points à l’entrée des grandes villes qui sont les cibles privilégiées des Gilets jaunes. Les ronds-points ont joué en quelque sorte le rôle de places publiques pour les habitants de cette « France étalée ». La majorité des appels à bloquer le trafic routier mentionne comme lieu de rassemblement un équipement de voirie, un type de lieu ou une forme urbaine qui fait partie de l’écosystème de l’étalement urbain : une station-service, un parking de centre commercial, un péage, une bretelle d’accès à l’autoroute ou un rond-point. En reprenant l’analyse, on s’aperçoit qu’elle fonctionne globalement à l’échelle des grandes métropoles où ce sont les entrées d’autoroute et les grands ronds-points qui jouent un rôle de pôles fédérateurs. La manifestation de la « France périphérique » (Guilluy, 2014) donnerait d’abord à s’exprimer depuis les périphériques et les autoroutes péri-urbaines, renversant les pôles habituels de la centralité. Il convient en revanche de nuancer pour les petites villes où les points de rassemblement sont beaucoup plus diversifiés. Ce sont aussi bien des places de marché, des parkings de supermarchés, de salles polyva­lentes, de mairies ou d’établissements scolaires (Genevois, 2018).

17Cela rejoint la thèse défendue par Christophe Guilluy sur la France périphé­rique comme zone d’exclusion et de relégation où les classes dirigeantes auraient abandonné les classes populaires. L’auteur de La France périphé­rique. Comment on a sacrifié les classes populaires considère que cette France périphérique composée des classes moyennes, des ouvriers, des petits salariés, des indépendants et des retraités subit depuis 20 à 30 ans une re­composition économique qui les a desservis. Pour Guilluy, « le monde d’en haut ne parle plus au monde d’en bas. Et le monde d’en bas n’écoute plus le monde d’en haut ». D’autres géographes ont montré que la réalité territoriale est plus complexe, que les métropoles ont aussi leurs déclassés tandis que certaines zones rurales se portent bien. Pour Aurélien Delpirou et Achille Warnant, les analyses de Guilluy offrent des interprétations simples voire mystificatrices des fractures sociales et territoriales (Delpirou et Warnant, 2019). Samuel Depraz remet aussi en cause la notion de « France périphé­rique » et ce qu’il appelle « la paresse intellectuelle de la dichotomie », préférant étudier les territoires en marges et toutes les formes d’inégalités quels que soient les territoires où elles s’inscrivent (Depraz, 2019). À l’appui de cette approche, on peut observer le cas de l’Île-de-France : la carte de l’évolution de la pauvreté montre que celle-ci ne se concentre pas forcément en périphérie lointaine, mais plutôt dans Paris et dans les banlieues proches.

  • 5 Samuel Depraz, « La France contrainte des gilets jaunes », AOC médias, 12 décembre 2018. https://ao (...)

18Le qualificatif de périphérique ne peut donc suffire à connaître ni à com­prendre les Gilets jaunes. Pour Samuel Depraz, la notion fourre-tout de « France périphérique » a été mise à toutes les sauces depuis des années et a servi à de nombreux médias de première clé de lecture du mouvement des Gilets jaunes5. Rien pourtant de plus faux : dans les bassins de contestation, on trouve à la fois des lieux de désindustrialisation et des carrefours du monde périurbain pétri par l’influence des métropoles. De là proviennent des militants hétérogènes, que rallie davantage une certaine idée de la justice fiscale plutôt qu’un ancrage territorial défini. C’est l’augmentation des dépenses contraintes qui est à l’origine de la mobilisation des Gilets jaunes, le périurbain, un « urbanisme d’opportunité », ayant été promu pendant des décennies comme une alternative aux banlieues.

Toute une série de cartes destinée à mettre en avant les territoires de la colère, mais qui finit par dessiner une « géographie de la peur »

  • 6 Avec plus de 50 000 ronds-points, la France détient le record en Europe de ce type d’aménagement co (...)
  • 7 Jean-Laurent Cassely, « Avec les gilets jaunes, le rond-point français accède à la conscience de pl (...)

19La cristallisation du mouvement sur les ronds-points à la périphérie des zones urbaines a obligé à porter le regard vers des zones d’habitude peu visibles et peu représentées. Les journalistes ont réalisé des reportages sur la façon dont s’organisaient la vie et la mobilisation dans les ronds-points6. D’aucuns ont souligné que les Gilets jaunes étaient « installés sur des gira­toires comme dans des ZAD ». D’autres ont célébré « le retour des rayés de la carte ». Pour Jean-Laurent Cassely, avec les Gilets jaunes, « le rond-point français accède à la conscience de place »7. Les Gilets jaunes ont détourné la fonction des carrefours giratoires, transformant « ces connecteurs froids de l’ère automobile en lieux de vie éphémères. La vie périphérique est réguliè­rement associée à un déficit d’urbanité pour ne pas dire à une aliénation. S’en prendre au mode de vie pavillonnaire calqué sur l’automobile et le centre commercial est devenu un poncif du commentaire sociopolitique ». Lieux de vie, de fête et de solidarité, les ronds-points fonctionnent comme des lieux de parole et de démocratie et plus seulement comme des lieux de blocage.

Figure 2 – À Paris, les lieux du pouvoir – Mouvement des Gilets jaunes

Figure 2 – À Paris, les lieux du pouvoir – Mouvement des Gilets jaunes

Source : Le Monde diplomatique, 5 décembre 2018

  • 8 Suite aux violences urbaines, le préfet de police de Paris prend des arrêtés pour interdire toute m (...)

20À partir du mois de décembre 2018, les manifestations des Gilets jaunes se sont concentrées dans le centre des grandes métropoles, en particulier à Paris qui est devenu un enjeu de conquête politique. Dès lors les cartes produites viennent informer le public sur les « lieux sensibles » à éviter lors des same­dis de manifestations. Le plan de Paris et des centres-villes des grandes métropoles est publié chaque semaine dans les médias et sur Internet de manière à signaler les lieux où les rassemblements sont officiellement inter­dits. Les « points chauds » (indiqués en rouge) correspondent aux zones poten­tielles de manifestations. S’y ajoutent souvent les lieux exceptionnel­lement fermés et les événements annulés ou reportés. La plupart des grands musées, des théâtres, des bibliothèques, des salles d’exposition sont alors fermés. À partir de l’« Acte IV » des Gilets jaunes (15 décembre 2018), Paris n’est pas loin de ressembler à une ville morte8. Ces cartes viennent dessiner une géographie des quartiers insurrectionnels et des zones sensibles au sein même de la capitale. Elles ne sont pas sans rappeler le « Paris des barricades », à la différence près que ce ne sont plus les quartiers populaires qui sont le siège de l’insurrection.

  • 9 « À Paris, les lieux du pouvoir : mouvement des gilets jaunes », Le Monde diplomatique, 5 décembre (...)

21La carte symbole des lieux de rassemblement en France finit par ressembler à celle des lieux de pouvoir dans la capitale. Agnès Stienne, qui avait conçu en 2012 pour Le Monde diplomatique une carte sur les lieux de pouvoir à Paris sous le titre « Il était une fois dans l’Ouest », a repris et actualisé cette carte9. Ces lieux sont complètement différents des parcours traditionnels de manifestation (Bastille – Nation – République) et concernent désormais les quartiers riches et les lieux symboliques du pouvoir (Champs-Élysées, la place de la Concorde, l’Élysée et l’Assemblée nationale). La carte semble entrer en résonance avec les volontés de certains manifestants de cibler les lieux de pouvoir et de se rendre à l’Élysée. Elle prend dès lors un caractère politique quasi-insurrectionnel.

  • 10 La fermeture des stations de métro jugées trop sensibles est une pratique que l’on retrouve dans le (...)

22En s’élargissant, le mouvement des Gilets jaunes a de fait cherché à conqué­rir les lieux de centralité et à menacer le pouvoir politique. La RATP elle-même a été conduite à fermer les stations de métro, un des moyens de trans­port stratégiques pour les manifestants, ce qui a accru d’autant le sentiment de bouclage de la capitale10. Ces cartes de périmètres interdits dessinent une « géographie de la peur ». Dès lors les médias qui ont pris le relais commu­niquent des messages anxiogènes, à l’instar du pouvoir politique qui ne manque pas de rappeler que les Gilets jaunes bravent la loi en ne déclarant pas au préalable les lieux de manifestation. Toute une dramaturgie de la colère et de la peur vient s’immiscer au cœur des grandes villes françaises, de Bordeaux à Nice en passant par Toulouse, Lyon, Dijon ou Clermont-Ferrand. Les sources diffèrent désormais, car les journalistes ne se conten­tent plus de diffuser les cartes fournies par les Gilets jaunes, mais reprodui­sent chaque semaine les parcours anticipés des différents cortèges urbains tels que les prévoient les forces de l’ordre (figure 3 indiquant en gris foncé les « points chauds » de la capitale).

Figure 3 – Plan de Paris indiquant les lieux potentiels de manifestations

Figure 3 – Plan de Paris indiquant les lieux potentiels de manifestations

Source : Le Figaro d’après les informations de la Préfecture de police

Pistes de réflexion sur les usages politiques de la carte à l’ère des réseaux sociaux

  • 11 Cette typologie rejoint en partie celle proposée par Drozdz (2020) qui distingue trois grands types (...)

23L’analyse de la carte des Gilets jaunes conduit à s’intéresser aux usages politiques des cartes de manifestations à l’heure d’Internet et des réseaux sociaux. Trois usages principaux semblent se dessiner à travers le mouve­ment des Gilets jaunes : la carte comme outil d’information pour organiser les manifestations et servir de symbole de ralliement, la carte comme support d’affirmation d’un imaginaire et d’une culture politique, la carte comme outil de contre-pouvoir voire de résistance à l’oppression11.

La carte érigée en outil de ralliement et le rond-point en symbole de lutte

24Le rond-point d’habitude assimilé au tout automobile s’est trouvé soudaine­ment réhabilité comme lieu de rencontre physique (rencontre bien souvent préparée auparavant sur les réseaux sociaux), comme lieu de sociabilité et de solidarité (une partie de la population vient y apporter son soutien), comme lieu de discussion et d’assemblée démocratique. Certains ronds-points ont pu servir de base arrière où étaient décidées les manifestations du samedi à Paris ou dans la métropole proche. S’il est l’incarnation de la mobilité, le rond-point est devenu une forme d’espace public pour les périurbains relé­gués par rapport aux centres-villes des grandes métropoles. Pour le géo­graphe Michel Lussault, il est important d’insister sur la symbolique du rond-point (Lussault, 2019). « Cet objet anodin et banal est devenu pendant quelques semaines un lieu névralgique où le mécontentement social se « précipitait » – au sens de la chimie. Ainsi, en peu de jours, une nouvelle géopolitique a émergé au sein du territoire national ». Pour Michel Lussault, le mouvement des Gilets jaunes s’inscrit dans une phase aiguë de crise de visibilité et de légitimité des espaces et des sociétés du périurbain.

25Malgré quelques tentatives, les ronds-points ne sont pas vraiment devenus des ZAD au sens de lieux d’expérimentation sociale. L’occupation y est restée sporadique, malgré des essais d’habitat temporaire. Ils ont plutôt servi de bases arrière pour des opérations coup de poing contre des radars, des stations-service, des supermarchés ou plus simplement pour organiser des barrages filtrants, sans véritablement donner naissance, à la différence des ZAD, à des formes de vie en autarcie. D’une certaine façon, ils expriment des opérations de désobéissance civile plus qu’une volonté de constituer un territoire indépendant géré par les citoyens (contrairement à la désobéissance zadiste qui se voulait un ordre concurrent de l’ordre actuel et non pas un désordre de celui-ci). Le mouvement des Gilets jaunes n’est donc pas réduc­tible au « peuple des ronds-points » auquel les médias ont parfois voulu l’assimiler. Comme mentionné plus haut, on observe un déplacement voire une concurrence entre des lieux de manifestation en périphérie et d’autres lieux plus centraux au cœur des grandes métropoles, avec un retour voire un repli sur les ronds-points lorsque les tentatives de soulèvement, dans les hypercentres urbains et notamment dans la capitale, se sont révélées vaines.

La carte comme construction d’un imaginaire politique

26En parallèle et en contrepoint de cet imaginaire spatial du rond-point comme carrefour des luttes, d’autres représentations spatiales se développent en lien avec les cartes. Elles concernent les centres-villes des grandes villes fran­çaises investis par les manifestants. Il s’agit d’une lecture nettement plus politique de l’espace urbain à travers ses hauts lieux symboliques. Nous en reproduisons ici un exemple assez significatif avec une carte « sensible » de l’espace parisien, dessinée par un anonyme à partir d’un plan de métro. On ne connaît pas vraiment le ou les auteurs de cette carte subjective des lieux de pouvoir et de révolte à Paris. Elle a été dessinée par des manifestants le 8 décembre sur un plan de métro à la station Bastille, puis photographiée par plusieurs personnes qui l’ont relayée sur les réseaux sociaux. Les titres qui accompagnent la photo sur Twitter viennent compléter le message véhiculé par cette « carte mentale » du Paris en révolte : « Désorientation – Réorienta­tion », « Cartographie participative » ou encore « Carte updatée de Paris ».

Figure 4 – Carte subjective dessinée par un ou plusieurs manifestants anonymes à partir d’un plan de métro (Place de la Bastille, 8 décembre 2018)

Figure 4 – Carte subjective dessinée par un ou plusieurs manifestants anonymes à partir d’un plan de métro (Place de la Bastille, 8 décembre 2018)

27Au débouché de la station Bastille, ce plan de métro a été utilisé comme un espace de projection où des manifestants (il semble y avoir plusieurs écri­tures) ont spontanément représenté les « territoires de la colère ». La carto­graphie apparaît là comme un acte politique : le format s’y prête (grand format) ainsi que le support (une carte familière dans laquelle il est facile de se repérer et d’identifier les principaux lieux stratégiques pour les manifes­tants). Malgré son registre familier, cette carte a été dessinée probablement par des manifestants ayant une conscience politique. Elle permet à ceux qui la font de partager leurs expériences et leurs représentations de l’espace (il y a un accent sur le « on » et sur le « ici »). Cette carte participative, esquissée probablement à la va-vite, laisse quelques zones d’ombre : on peut supposer que ce qui est identifié au sud-ouest du plan comme « vide politique ici » représente surtout l’absence de connaissances que les auteurs ont de cette zone.

28Malgré tout, le plan annoté devient le support d’un discours politique autour de revendications communes : la suppression de l’ISF, le partage des ri­chesses (avec un point d’interrogation), des réfugiés (« welcome »), des ennemis (« là ils ont peur »), des modalités d’action (« occupation », « AG 4 000 personnes », « on se révolte »…), des événements (« ici ça bloque », « ici ça brûle », « là ça gaz »), des discussions et un repère évoquant le caractère populaire du mouvement (« pinte à 3 euros »)… sans oublier la marche sur le climat (avec le signe A comme anarchiste). La carte cristallise ainsi progressivement un discours politique, lui donne corps et unité. On voit sur d’autres photos postées sur Twitter qu’elle a continué à être annotée. Elle s’adresse à d’autres, et cela conduit à s’intéresser à la réception, en commen­çant par le ou les photographes qui y ont vu un élément signifiant. Elle peut également être mise en relation avec d’autres cartes, comme celle éditée par les zadistes de Notre-Dame-des-Landes qui donne à voir également une sorte d’utopie, de meilleur des mondes. Il s’agit d’une forme de cartographie subjective, destinée à affirmer une vision politique personnelle (mais parta­geable) de l’espace urbain. Ce type de carte véhiculant un imaginaire et une lecture politique de l’espace urbain se retrouve dans d’autres manifestations urbaines et sur d’autres supports (affiches, tags, etc.). Dépouillée de ses attributs habituels (titre, figurés, légende), la carte-image est mise au service d’un message politique (d’où l’importance du choix des mots pour requali­fier des lieux et du langage écrit pour mettre en avant des slogans, au détri­ment des symboles cartographiques qui semblent jouer un rôle secondaire).

La carte comme outil de contre-pouvoir voire de résistance à l’oppression

29Un autre exemple de cartographie engagée nous est fourni par les cartes cherchant à attirer l’attention sur la dimension répressive. Le mouvement des Gilets jaunes, qui a donné lieu à des affrontements entre la police et les manifestants, a largement été relayé par les réseaux sociaux et a donc donné lieu à la publication d’images et de scènes violentes portées devant l’opinion publique. Si la violence s’est exercée des deux côtés, certains auteurs ont voulu pouvoir montrer et dénoncer plus spécifiquement la violence policière exercée contre les manifestants. Fait inédit : la cartographie, qui était jusque-là utilisée par les manifestants eux-mêmes comme moyen logistique pour déjouer les opérations de police et la répression, se trouve aussi convoquée comme moyen de dénonciation. David Dufresne, journaliste indépendant, a publié le 25 janvier 2019 sur Mediapart une base de données des violences policières, en tentant de les classer (par type de blessure occasionnée, par type d’arme, etc.) pour comprendre « comment on a pu en arriver là » dans la crise des Gilets jaunes12. À partir de ces données, Philippe Rivière a entre­pris de produire une carte-affiche de la répression policière13 (figure 5). Il ex­plique les choix qui ont abouti à cette collection de cartes. « L’aspect visuel de cette collection, volontairement minimaliste, voire brutaliste par le choix du jaune sur fond noir (les couleurs les plus contrastées qui soient) ».

Figure 5 – Cartographie de la répression

Figure 5 – Cartographie de la répression

Source : Philippe Rivière, VisionsCarto

30La carte assume ici un double rôle : rendre compte le plus précisément possible du nombre de victimes et délivrer en même temps un message politique que l’on peut analyser et discuter. Ce type de carte a vocation à être analysée, déconstruite et confrontée à d’autres documents, d’autres sources pour la mettre en perspective. Au-delà des chiffres, elle véhicule un message à l’égard du pouvoir politique et de l’opinion publique. Son objectif est clairement de sensibiliser l’opinion en suscitant l’émotion. Accompagnée de phrases prononcées par des dirigeants politiques, elle vient mettre en opposi­tion deux camps et légitimer le « pouvoir de la rue » qui subit la répression. La comparaison des différentes cartes permet d’établir une permanence des lieux de manifestations (principalement les grands centres urbains) avec des variations d’un « Acte » à l’autre. De la sorte, cette cartographie politique continue à assumer un rôle d’information tout en assumant une fonction de contre-pouvoir et de lutte contre l’oppression.

Conclusion

31Au terme de cette étude, on peut dire que la mobilisation de différentes cartes pour appréhender le mouvement des Gilets jaunes présente un double intérêt. Elle permet tout d’abord de dégager une symbolique des « territoires de la colère », une image multiforme et démultipliée de la révolte telle que les manifestants ont cherché à nous la montrer. Cette symbolique n’est pas sans évoquer un épuisement démocratique, avec malgré tout l’émergence de nouvelles formes de solidarité entre les territoires, à travers des formes de manifestation de la colère, mais aussi d’auto-organisation et de mode d’habiter temporaire des territoires.

  • 14 Antoine Allah est l’auteur d’une carte des manifestations à Beyrouth destinée à observer « le faire (...)

32D’autre part, la cartographie nous aide à conduire une lecture géographique du mouvement, à distance des discours politiques ou médiatiques souvent caricaturaux. Pour Antoine Allah, architecte-urbaniste et militant libanais impliqué dans le mouvement social à Beyrouth en octobre 2019, « les cartes sont des ajouts importants au “magma” visuel auquel nous sommes exposés, parce qu’elles nous permettent de synthétiser, réfléchir et mettre les choses en perspective. Un arrêt sur image extérieur, en zoom arrière, les rend plus évidentes… Ce processus est d’une extrême importance, car l’occupation actuelle est fugace et précaire, elle peut changer ou soudain disparaître »14. Loin d’être exceptionnels ou en dehors du quotidien, les mouvements de protestation qui agitent aujourd’hui les grandes métropoles mondiales con­frontées aux inégalités socio-spatiales participent manifestement de la fa­brique du territoire et de ses représentations.

33Enfin la ou plutôt les cartes des Gilets jaunes – tant la production de cartes a pu être diverse et variée – sont l’occasion d’étudier les usages politiques de la cartographie en lien avec les dimensions socio-spatiales de ce mouvement. Comme nous avons pu le montrer, ces cartes de manifestation revêtent un caractère éminemment politique dans l’usage médiatique qui en est fait. Conçues au départ pour informer, elles deviennent assez vite des outils de communication utilisés pour véhiculer des slogans, manifester la colère et organiser la lutte. De fait elles s’inscrivent dans une forme de réappropria­tion de la carte par les citoyens qui n’entendent plus laisser le pouvoir des cartes aux autorités administratives et aux décideurs.

Haut de page

Bibliographie

BAGHAT Alexis, MOGEL Lize, 2008, An atlas of radical cartography, Los Angeles, Journal of Aesthetics and Protest Press.

BARBE Frédéric, 2016, « La “zone à défendre” de Notre-Dame-des-Landes ou l’habiter comme politique », Norois, vol. 238-239, p. 109-130. http://norois.revues.org/5898

BEY Hakim, 1997, TAZ. Zone d’Autonomie Temporaire, Paris, L’Éclat.

BLAVIER Pierre, WALKER Etienne, 2020, « Saisir la dimension spatiale du mou­vement des Gilets jaunes : sources, méthodes et premiers résultats », Journée d’étude « quels outils d’analyse pour les Gilets jaunes », MetSem/Mate-Shs, Sciences Po Paris, Paris, 16-17 janvier 2020. https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-02603206

BUNGE William, 1971 (rééd. 2011), Fitzgerald : geography of a revolution, Athens Georgia, University of Georgia Press.

COMBES Hélène, GARIBAY David, GOIRAND Camille (dir.), 2016, Les lieux de la colère. Occuper l’espace pour contester, de Madrid à Sanaa, Paris, Karthala.

CRAMPTON Jeremy, KYGIER W. John, 2006, « An introduction to critical cartography », ACME : An International E-Journal for Critical Geographies, vol. 4, n° 1, p. 11-33.

DELPIROU Aurélien, 2018, « La couleur des Gilets jaunes », La Vie des idées, 23 novembre 2018. https://laviedesidees.fr/La-couleur-des-gilets-jaunes.html

DELPIROU Aurélien, WARNAN Achille, 2019, « La France périphérique un an après : un mythe aux pieds d’argile », AOC media. https://aoc.media/analyse/2019/12/11/la-france-peripherique-un-an-apres-un-mythe-aux-pieds-dargile/

DEPRAZ Samuel, 2019, « Les Gilets jaunes refont la géographie de la France », Libération, 16 janvier 2019. https://www.liberation.fr/debats/2019/01/16/les-gilets-jaunes-refont-la-geographie-de-la-france_1703399

DOUAY Nicolas, SEVERO Marta, GIRAUD Timothée, 2012, La carte du sang de l’immobilier chinois, un cas de cyber-activisme, L’Information géographique, Armand Colin, vol. 76, p. 74‑88.

DROZDZ Martine, 2020, Maps and Protest. Kobayashi, A. (ed.), International Encyclopedia of Human Geography, 2nd edition, vol. 8, Elsevier, p. 367-378. https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02432374/document

GENEVOIS Sylvain, 2018, « Comment interpréter la carte des Gilets jaunes ? », Blog Cartographie(s) numérique(s), 23 novembre 2018. https://cartonumerique.blogspot.com/2018/11/carte-gilets-jaunes.html

GUILLUY Christophe, 2014, La France périphérique. Comment on a sacrifié les classes populaires, Flammarion.

HARLEY Brian, 2002, The new nature of maps : essays in the history of cartography, Baltimore and London, The Johns Hopkings University Press.

LE BRAS Hervé. « La carte des Gilets jaunes n’est pas celle que vous croyez », 22 novembre 2018, Le Nouvel Observateur. http://www.nouvelobs.com/politique/20181121.OBS5815/la-carte-des-gilets-jaunes-n-est-pas-celle-que-vous-croyez.html

LÉVY Jacques, « La carte et les territoires de la colère », France culture, 12 décembre 2018. https://www.franceculture.fr/emissions/linvite-des-matins/la-carte-et-les-territoires-de-la-colere

LUSSAULT Michel, « Des ronds-points et de la condition périurbaine », AOC Médias, 10 janvier 2019. http://aoc.media/analyse/2019/01/10/la-condition-periurbaine/

McADAM Doug, TARROW Sidney, TILLY Charles, 1998, « Pour une cartographie de la politique contestataire », Politix, vol. 11, n° 41, p. 7-32.

RIVIÈRE Philippe, 2019, « Allô place Beauvau. Cartographie de la répression », Visionscarto, mis en ligne en mai 2019. https://visionscarto.net/allo-place-beauvau

SIMÉANT Johanna, 2010, « La transnationalisation de l’action collective », in Éric Agrikoliansky (éd.), Penser les mouvements sociaux. Conflits sociaux et contesta­tions dans les sociétés contemporaines, Paris, La Découverte, col. Recherches, p. 121-144.

SUBRA Philippe, 2017, « De Notre-Dame-des-Landes à Bure, la folle décennie des “zones à défendre” (2008-2017) », Hérodote, n° 165, p. 11-30.

WOOD Denis, 2010, Counter-mapping and the death of cartography, Rethinking the power of maps, Guilford Press, New York, p. 111-155.

Haut de page

Notes

1 HKmap : https://hkmap.live/

2 L’idée que le combat devait être conduit dans la rue, mais avant tout sur Internet, a été mise en avant dès le lancement de la première manifestation des Gilets jaunes. On la retrouve encore plus fortement lors des manifestations à Hong Kong dans un contexte d’usage massif des technologies numériques (qu’il s’agisse des réseaux sociaux, mais aussi des jeux vidéo pour véhiculer des messages, des rayons laser pour déjouer les forces de police…).

3 Au sens strict, c'est l'occupation permanente qui fait la ZAD. Plus largement, le terme désigne l’opposition à de grands projets pour des raisons environnementales et autour d'une même base idéologique.

4 À noter que les Gilets jaunes ont toujours fonctionné avec une constellation de sites Internet avec des sensibilités différentes, le site blocage17novembre.com n’ayant servi qu’à préparer le mouvement initial. Par la suite, le site disparaîtra et prendra le nom officiel de www.gilets-jaunes.fr

5 Samuel Depraz, « La France contrainte des gilets jaunes », AOC médias, 12 décembre 2018. https://aoc.media/analyse/2018/12/12/gilets-jaunes-france-contrainte/

6 Avec plus de 50 000 ronds-points, la France détient le record en Europe de ce type d’aménagement consacrant le règne de l’automobile dans les espaces péri-urbains.

7 Jean-Laurent Cassely, « Avec les gilets jaunes, le rond-point français accède à la conscience de place », Slate, 14 décembre 2018.

8 Suite aux violences urbaines, le préfet de police de Paris prend des arrêtés pour interdire toute manifestation dans un large périmètre incluant les Champs-Élysées, la place de la Concorde, l’Élysée et l’Assemblée nationale.

9 « À Paris, les lieux du pouvoir : mouvement des gilets jaunes », Le Monde diplomatique, 5 décembre 2018. https://www.monde-diplomatique.fr/carnet/2018-12-05-gilets-jaunes-Paris-lieux-pouvoir

10 La fermeture des stations de métro jugées trop sensibles est une pratique que l’on retrouve dans les manifestations à Hong Kong à partir de juillet 2019, à la différence près que les manifestants vont organiser leur propre système d’information pour déjouer ces fermetures et éviter le piégeage de manifestants par la police dans certaines stations.

11 Cette typologie rejoint en partie celle proposée par Drozdz (2020) qui distingue trois grands types de cartes de protestation qui peuvent parfois se combiner : les cartes de manifestation (Maps of protest) qui localisent les sites de rassemblements, les cartes pour protester (Maps for protest) qui remettent en question les représentations existantes ou rendent visibles les problèmes de gouvernance, enfin les cartes véritablement émancipatrices qui mettent en avant des utilisations alternatives de l’espace (Emancipatory Mapping practices).

12 « Allô Place Beauvau ? C’est pour un bilan (provisoire), novembre 2018 / novembre 2019 : une répression française », https://alloplacebeauvau.mediapart.fr/

13 Visionscarto, http://visionscarto.net/allo-place-beauvau

14 Antoine Allah est l’auteur d’une carte des manifestations à Beyrouth destinée à observer « le faire-ville en direct ». https://fr.globalvoices.org/2019/11/14/241990/#

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Carte officielle des points de blocage prévus par les Gilets jaunes le 17 novembre 2018
Crédits Source : gilets-jaunes.fr
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/14819/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Figure 2 – À Paris, les lieux du pouvoir – Mouvement des Gilets jaunes
Crédits Source : Le Monde diplomatique, 5 décembre 2018
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/14819/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 390k
Titre Figure 3 – Plan de Paris indiquant les lieux potentiels de manifestations
Crédits Source : Le Figaro d’après les informations de la Préfecture de police
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/14819/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Titre Figure 4 – Carte subjective dessinée par un ou plusieurs manifestants anonymes à partir d’un plan de métro (Place de la Bastille, 8 décembre 2018)
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/14819/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Figure 5 – Cartographie de la répression
Crédits Source : Philippe Rivière, VisionsCarto
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/14819/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvain Genevois, « Des lieux de manifestations aux territoires de la révolte  »Géographie et cultures, 114 | 2020, 37-57.

Référence électronique

Sylvain Genevois, « Des lieux de manifestations aux territoires de la révolte  »Géographie et cultures [En ligne], 114 | 2020, mis en ligne le 07 avril 2021, consulté le 27 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/gc/14819 ; DOI : https://doi.org/10.4000/gc.14819

Haut de page
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search