Navigation – Plan du site

AccueilNuméros114Géographies en actes

Géographies en actes

Du rond-point à la scène jaune
Geographies in action: from the roundabout to the yellow scene
Luc Gwiazdzinki et Bernard Floris
p. 77-94

Résumés

La géographie de la colère abordée ici est celle du mouvement des « Gilets jaunes » installés sur les sites inhospitaliers des ronds-points. L’article qui repose sur une enquête menée pendant plusieurs mois sur celui du Rafour au nord-est de Grenoble (Isère) s’intéresse à l’émergence de ces lieux de résistance aux nouvelles épreuves démocratiques. Les Gilets jaunes qui rejettent toutes formes de hiérarchie font du rond-point un nouvel espace public, lieu de débats, de dialogues et d’écoute, qui se donne à voir depuis la route et où l’on cherche autant à desti­tuer les normes d’activité dominantes qu’à en instituer de nouvelles. On y parle redistribution des richesses ou démocratie tandis que les actes de solidarité internes se multiplient. L’objet technique ainsi approprié fait office de « dispositif apprenant » qui invalide l’hypothèse de « non lieu ». La transformation progressive du rond-point en « lieu » et celle de ses occupants en acteurs politiques dessinent une « géographie en actes », discontinue, faite d’agencements temporaires inten­ses. Elle oblige à dépasser la notion de territoire pour celle de scène « associant à la fois un groupe de personnes qui bougent de place en place, les places sur lesquelles elles bougent et le mouvement lui-même ». Elle nécessite de s’intéresser aux pratiques spatiales et aux interactions spatio-temporelles entre individus, et contribue à l’émergence d’une « géographie situationnelle » intéressée à documen­ter et analyser ce qui « surgit ».

Haut de page

Texte intégral

1En 2005, dans Le territoire du rien, le philosophe Jean-Paul Dollé (2005) considérait qu’il était « urgent d’inventer une politique de l’événement, c’est-à-dire d’affirmer un désir d’agir avec les autres pour ouvrir le champ du possible et interrompre la répétition immuable du temps et de la servi­tude ». Treize ans plus tard, en novembre 2018, dans toute la France, des femmes et des hommes lui ont répondu sur les lieux mêmes des « anti-villes fabriquées plutôt que construites », dans « l’espace-temps du nihilis­me » sur les ronds-points à la sortie des agglomérations françaises, dans les « espèces d’espaces » (Perec, 1974) de la Città diffusa (Indovina, 1990). Les « Gilets jaunes » ont « surgi » au sens d’Henri Maldiney (2003). Ils se sont mobilisés pour lancer un mouvement unique dans l’Histoire du pays qui ne s’est pas manifesté dans les lieux de travail, mais dans l’espace public. Au fil des semaines, ce mouvement né d’un appel lancé sur les réseaux sociaux face à l’augmentation des taxes sur les carburants s’est élargi à d’autres revendications sociales et démocratiques comme le référendum d’initiative populaire (RIC). Les premières ouvertures des barrières de péage d’auto­route ont peu à peu laissé la place à des manifestations hebdomadaires (Actes) chaque samedi dans les rues de Paris et des principales villes de province et à une occupation quasi permanente des ronds-points des zones péri-urbaines ou rurales. En résonance avec d’autres soulèvements politiques, mobilisations et appropriations critiques et créatives (Lageira et Lamarche-Vadel, 2018) que nous avons suiviespar ailleurs, il montre une volonté « d’intervention directe des peuples dans les affaires du Monde » (Bertho, 2020).

  • 1 In « Géographies de la colère. Ronds-points et pré carrés ». Appel à contributions de la revue Géog (...)

2La colère comme « manifestation spatiale d’une réaction forte à des vio­lences »1 s’est localisée. Elle a notamment pris forme sur l’espace libre des ronds-points. En quelques semaines, le « carrefour à giration » inventé en 1906 par Eugène Hénard (Alonzo, 2005), est devenu – après le gilet du même nom – l’autre symbole du mouvement et un lieu « habité », où « l’habiter » est « un mode de connaissance du monde et un type de relations affectives loin d’une approche abstraite ou technocratique de l’espace »(Dardel, 1952). Peu à peu, les femmes et les hommes en jaune se sont appro­prié ces objets périphériques des zones péri-urbaines pour en faire des lieux de vie, des places publiques, de nouveaux médias et des ateliers d’éducation populaire. Ensemble, ils ont participé à la fabrique d’une « utopie concrète » (Bloch, 1982), où il est souvent question de fraternité et de fierté retrouvée. Jour après jour, ils ont étoffé leurs revendications et expérimenté la « démo­cratie directe ». De loin en loin une géographie et des rythmes de la colère se sont dessinés dans un aller et retour entre les ronds-points, les manifestations locales et les rassemblements nationaux, entre la vie quotidienne et les événements « extraordinaires », le réel des cabanes et le virtuel des réseaux sociaux. Depuis des mois, ils font de la politique en se défendant d’en faire.

3C’est cette « appropriation » (Gwiazdzinski, 2018), cette « action d’appro­prier, d’adapter quelque chose à une destination précise »2, ces lieux concrets, ces « espaces matériels de l’expérimentation démocratique »3 qui intéressent particulièrement le géographe, les configurations, « formes d’assem­blées, et d’arrangements de pratiques » à différentes échelles ; les « circulations » des Gilets jaunes, des pratiques, idées et savoirs (McCann, 2011), mais aussi les « imaginaires » (Wunenberger, 2006) sociaux et géographiques du politique à l’œuvre dans les processus expérimentés sur les lieux et dans les réseaux sociaux. Ce sont « ces fabriques multi-topiques du politique » que nous proposons d’explorer in situ, à partir d’un groupe, d’une place, des assemblages, circulations et imaginaires à l’œuvre : le rond-point de Crolles en Isère, comme « espace de résistance à des épreuves démocratiques émergeant à d’autres niveaux »4.

  • 5 Confidence du Président Emmanuel Macron à des journalistes rapportés par Paris Match, BFMTV et Le F (...)

4Nous sommes enseignants-chercheurs, l’un géographe et l’autre sociologue. Nos recherches portent notamment sur les formes de mobilisations et d’émergences – dans une approche chronotopique(Drevon et Gwiazdzinski, 2017) – et sur le marketing et la marchandisation du monde(Floris et Ledun, 2013). Nous avons été attirés par ce surgissement inattendu des gilets jaunes (Gilets jaunes) dans l’espace public au sens politique (Habermas, 1972) et urbanistique du terme – et non plus sur les lieux de travail – qui rappelait par certains aspects les campements, cabanes des mouvements des places, d’Occupy Wall Street, Nuit debout et d’autres formes de mobilisations et d’appropriations critiques et créatives, que nous avons suivies par ailleurs. Comme chercheurs, nous avons été intéressés par l’ampleur, la force d’un mouvement, les formes particulières de manifestations et d’appropriations et par la localisation sur les ronds-points. Comme citoyens, issus de milieux modestes, nous avions été choqués par le mépris des commentateurs et les propos du Président sur « ceux qui ne sont rien », puis par ses déclarations moquant « Jojo le Gilet jaune5 ». Comme chercheurs et citoyens, nous avions été surpris des analyses hâtives d’intellectuels ou de responsables politiques ou syndicaux sur le positionnement politique des Gilets jaunes. Les dynamiques à l’œuvre étaient assurément plus complexes et le mouve­ment plus hétérogène que ces jugements un peu rapides. Encore fallait-il pouvoir prendre le temps de rencontrer ces « Gilets jaunes », de documenter et d’analyser ce mouvement dans ses lieux et temps de vie.

5Sans nous connaître et compte tenu de ce contexte, nous avions décidé chacun de notre côté de nous immerger dans le mouvement, l’un sur les ronds-points de l’Isère, l’autre sur les ronds-points de l’Est de la France (de la Lorraine à la Méditerranée), rencontrant et interrogeant leurs occupants (Gwiazdzinski, 2019), pour tenter de comprendre ce qui était à l’œuvre. Nous nous sommes rencontrés un soir de décembre autour de brasero du rond-point de Crolles. À partir de ce moment-là, nous avons concentré nos investigations sur ce rond-point tout en continuant d’en visiter d’autres et de participer à des manifestations à l’échelle de la vallée, du département de l’Isère et de la France. À partir de fin décembre 2018 et pendant près de dix mois, nous nous sommes immergés sur le rond-point du Rafour en Isère (figure 1) dans une démarche d’observation participante et anthropologique pour observer la vie quotidienne de la soixantaine de personnes occupant le site et saisir les dynamiques à l’œuvre. Après en avoir fréquenté plusieurs, nous avons choisi celui de Crolles pour des questions de proximité et d’importance de la fréquentation. Nous avons partagé la vie quotidienne, les débats et les actions des Gilets jaunes du rond-point de Crolles, commune de 8 000 habitants à 20 kilomètres de Grenoble, dans la vallée du Grésivaudan. Les personnes qui l’occupent viennent en très grande majorité des petites communes avoisinantes et l’implantation sur Crolles est liée à des questions pratiques, comme la proximité de la barrière de péage et le lancement du mouvement sur le parking du magasin Casino attenant au rond-point (figure 1). Tout le monde s’accorde pour dire que l’installation « naturelle » aurait dû se faire sur l’autre versant moins prospère et plus populaire de la vallée. Mais « les habitudes sont prises. On est là et on y reste ».

Figure 1 – Le rond-point du Rafour

Figure 1 – Le rond-point du Rafour

Sources : @IGN 2019 –
www.geoportail.gouv.fr/mentions-legales

6Pendant des mois, nous avons vécu au rythme du rond-point et du mouvement cherchant à comprendre le fonctionnement de ce bout d’espace inhospitalier. L’approche s’appuie sur « l’observation participante » en continu, ce dispositif de recherche caractérisé par « une période d’inter­actions sociales intenses entre le chercheur et les sujets, dans le milieu de ces derniers. Au cours de cette période, des données sont systématiquement collectées » (Bogdan et Taylor, 1975). C’est une période pendant laquelle « les observateurs s’immergent personnellement dans la vie des gens. Ils partagent leurs expériences ». À travers cette observation quotidienne pendant des mois, une soixantaine d’entretiens qualitatifs d’une à deux heures, des centaines d’échanges plus informels, une « décomposition systémique » (Le Gallou et Bouchon-Meunier, 1992) du site, un suivi du mouvement sur le rond-point et au-delà dans les manifestations, actions, regroupements et assemblées (assemblées départementales, assemblées des assemblées de Commercy, Saint-Nazaire et Montceau-les-Mines…), nous avons tenté de documenter les formes mouvantes de ce surgissement et les dynamiques socio-spatiales à l’œuvre.

7Après une année de vie quotidienne passée immergés sur le rond-point, dans les débats et les actions, nous avons été en capacité de proposer une première analyse sur ce soulèvement. Partagés entre notre engagement citoyen dans ce mouvement et l’observation participante et ethnographique d’un lieu particu­lier et de ses participants singuliers, nous n’ignorons pas que l’exercice pose un problème épistémologique. Nous l’avons pris en compte en indiquant pré­ci­sément d’où nous parlons et en mettant en avant nos méthodes d’entretien et d’observation participante. Si nous cherchons à en savoir davantage sur ce mouvement, c’est sans doute parce que nous sommes porteurs de pulsions qui ne sont pas purement scolastiques. Et s’il n’en était pas ainsi, aurions-nous été capables de consacrer ces mois de travail et d’énergie à cette recherche ? Si nous n’étions pas engagés dans le mouve­ment et immergés, aurions-nous accès à autant d’informations, de confi­dences ? Aurions-nous la capacité de saisir les évolutions ? Nous assumons cette double posture de la recherche et de l’engagement, nous étonnant que la critique se porte davantage sur des chercheurs « engagés » traitant de la question sociale que sur des chercheurs « engagés » sur la question environ­nementale.

Un site inhospitalier « habité »

8Après l’occupation des péages, les ronds-points, c’est le cas de celui du Rafour, sont peu à peu passés du statut de lieu de repli et de « camp de base » à celui de lieu « habité », de plus en plus confortable, de plus en plus beau – selon les passants et les gilets jaunes – et visible (figure 2).

Figure 2 – Le rond-point du Rafour au 1er janvier 2019

Figure 2 – Le rond-point du Rafour au 1er janvier 2019

9Tout le monde parle de « rond-point », mais en réalité, à Crolles comme sur la plupart des sites investis par le mouvement des Gilets jaunes, le dispositif est installé à côté, ou plutôt en face sur le côté droit, le long de la route qui pénètre dans la zone d’activités (figure 1). Outre son adresse, le rond-point a une situation, des voisins, un environnement, un milieu. Il est effectivement installé entre la route et le parking d’un supermarché et sa station essence, avec autour de lui quelques voisins plutôt bienveillants comme un kiosque à pizza et en face un café accueillant les jours de pluie. Le site ouvert à tout vent, à l’entrée de l’autoroute, proche du péage – investi dans les premiers jours du mouvement – a servi de lieu de rendez-vous, de repli et de vie.

10En quelques mois, l’installation démontable des premiers jours avec quel­ques tables protégées par une fragile tonnelle (figure 2), à proximité d’un brasero toujours alimenté, a cédé la place à une installation plus pérenne. L’aménagement s’est fait de manière progressive au fil des proposi­tions des Gilets jaunes présents. Dès fin décembre 2018, le sol boueux a été recouvert d’un plancher de palettes. Les qualités d’artisan de nombre d’entre eux, le matériel disponible dans les camionnettes de chantier garées sur le parking derrière, ont facilité la construction. Les aménagements ont fait l’objet de débats en assemblée générale. Les arguments étaient de trois ordres : « il faut protéger les femmes et les anciens des intempéries » ; « nous devons prendre soin d’un lieu qui est notre image vis-à-vis de l’extérieur » et enfin « si on ne fait pas attention à l’aménagement et à la propreté on sera expulsés par la mairie ». Depuis le début, les Gilets jaunes de Crolles ont dialogué avec la municipalité qui a posé ses conditions dont celle de ne jamais poser un toit pérenne sur la cabane. Outre l’équipement, les palettes ont été peintes et des fleurs ont même été plantées pour « faire beau ». Depuis avril 2019, des bancs en « U » (figure 3) ont complété l’aménagement contribuant à clore, à borner l’espace à fabriquer le lieu.

Figure 3 – Le rond-point du Rafour au 30 octobre 2019

Figure 3 – Le rond-point du Rafour au 30 octobre 2019
  • 6 Trafic moyen journalier annuel, 2016, département de l’Isère.

11Les soirs d’assemblée, l’éclairage avec un projecteur alimenté par un groupe électrogène renforce encore cette mise en scène, faisant ressembler le rond-point à un îlot, une oasis dans la nuit. Les Gilets jaunes disent bien son intérêt premier : « il est connu dans le secteur ; des milliers de personnes passent à proximité venus de quatre directions » ; « on est visibles et on peut distri­buer des tracts aux véhicules qui roulent doucement ». 27 200 véhi­cules dont plus de 900 camions6 empruntent quotidiennement le rond-point avec les flots de nuisances liées (bruit, odeurs, pollution…) qui n’en font pas le milieu le plus favorable à une installation dans une vallée au climat contras­té. Pourtant, le site est fréquenté avec des qualités qui expli­quent sans doute sa pérennité. Sur quelques mètres carrés au bord de la départementale se pressent de 20 à 60 personnes selon les jours. En journée, le site est habité, avec ses habitués, ses rythmes et des pics de fréquentation en soirée, les Assemblées générales du mercredi et les actions du samedi. Les Gilets jaunes transforment le « lieu » et le « lieu » les transforme, les façonne en retour.

12Comme sur la plupart des ronds-points, on trouve davantage d’actifs que de chômeurs et légèrement plus d’hommes que de femmes. Au quotidien, on voit s’affairer un noyau central composé de retraités et de femmes actives, complété par quelques « jeunes » entre 35 et 50 ans. La plupart sont venus seuls et ne connaissaient personne. Quelques-uns se sont retrouvés après plus de trente années sans se fréquenter. Près de quatre-vingts pour cent d’entre eux n’avaient jamais fréquenté d’associations de syndicats ou de partis politiques. Beaucoup ne votent plus ou zappent d’un candidat à l’autre souvent déçus par la gauche. On trouve beaucoup d’artisans, d’ouvriers, d’employés et même des agriculteurs. Certains Gilets jaunes cumulent plusieurs emplois et la plupart ont des horaires de travail atypiques. D’autres sont auto-entrepreneurs et c’est pire encore. La plupart revendiquent avec fierté leurs origines modestes, avec des parents ouvriers. Nombreux sont ceux qui viennent là par solidarité pour les plus jeunes comme les retraités ou les mères de famille célibataires elles venues « se battre pour de meil­leures conditions de vie et pour l’avenir de leurs enfants » voire de leurs « petits-enfants ».

13Le rond-point s’éprouve. On « ressent » l’espace (Tuan, 2006). Celles et ceux qui débarquent sur place constatent vite que l’expérience est d’abord sensorielle. Elle convoque tous les sens. En hiver, le corps est transi par le froid et les frimas. L’humidité glace les pieds et la chaleur du brasero, autour duquel on se serre, a du mal à réchauffer. Aux premiers rayons de soleil de printemps, les visages sont brûlés. Le bruit est permanent avec le ballet incessant des véhicules, les débats où chacun est obligé de lever le ton et la sono qui relaie une « playlist » hétéroclite très « années 1980 ». On finit pourtant par oublier la route. Les gaz d’échappement et les palettes en bois qui brûlent ne flattent pas toujours les narines, même s’ils sont souvent couverts par l’odeur d’un plat qui réchauffe. Le goût n’est pas en reste avec les victuailles partagées, les gâteaux, le café ou les saucisses. Côté vue, sur fond de sommets enneigés et de locaux commerciaux, le flot des véhicules et la vie animée du rond-point assurent le spectacle notamment quand le soir tombe. Les Gilets jaunes sont très tactiles : on se fait la bise, on tombe dans les bras l’un de l’autre à chaque rencontre, on se serre sur les bancs dans la cabane, pour avoir chaud. « C’est naturel. On est une famille » explique-t-on sur le rond-point. « On a besoin de ça et puis il y a beaucoup de gens du Sud chez nous ». « On a besoin de se retrouver, pourquoi on ferait semblant. On est des gens simples. On n’est pas des aristos » tranche Jacques. Le côté démonstratif des relations humaines observé dès les premiers jours, ce besoin de faire corps ensemble renvoie sans doute au besoin mainte fois exprimé de se serrer les coudes dans un moment difficile et à une culture ouvrière dont la plupart se revendiquent. Sans que l’on puisse ici parler de coercition physique et psychologique, ces contributions visuelles, narratives, sonores, olfactives, gustatives ou spectaculaires, contribuent à ce que Roberts (2013), qualifie de « refabulation » des espaces et des dynamiques territoriales.

  • 7 Bengous, 1997, Où tié bébé ? – Durée : 3 h 37.

14Les liens entre les habitants temporaires sont forts, intenses, nourris par les manifestations, mais aussi par la situation fragile de chacun et l’impression de « partager la même galère ». « Ici on a retrouvé une famille » est un leitmotiv pour un mouvement qui s’affuble souvent de ce nom et le chante : « Ti’é la famille »7. Quand on parle de soi, les larmes ne sont jamais loin. Ici, les poignées de mains sont fermes, les yeux dans les yeux. Au fil des semaines les bonjours sont devenus des accolades : « On se fait la bise ». L’idée de « communauté d’affect » (Lordon, 2015) qualifie bien ce qui se vit sur le site. Sur le rond-point, on peut voir la confiance retrouvée d’un grand nombre de personnes, précédemment « invisibles », sans espoir et sans horizons et désormais fiers et en mouvement. En hiver, le besoin de se serrer autour du feu oblige à une certaine proximité en abolissant les distances entre les personnes debout et frigorifiées. Le dispositif en « U » des bancs construits au printemps, favorise également les échanges en face à face. Les manifestations, le bricolage, les débats ou la réalisation de tracts font le reste.

15Comme lors d’immersion dans les bidonvilles, les camps de Roms, les ZAD et autres places de manifestations urbaines, les ronds-points nous trans­portent dans une esthétique mondialisée de la bricole, de la récupération et du recyclage qui inspire déjà nos designers et urbanistes de la transition. Il y a de la cabane de l’enfance, du cirque, de l’atelier artisanal, du jardin ouvrier dans ce bric-à-brac qui convoque les imaginaires – « le registre des images, de la projection, des identifications et, en quelque sorte, de l’illusion » – d’hier et d’aujourd’hui dans un va-et-vient entre plaisir régressif et « aven­ture » au sens de Jankelevitch (2017) ce que l’on y vit et ce que l’on espère : « le surgissement de l’avenir ». À force de bricolages et de débats, les militants se sont approprié ce bout d’espace. « On est chez nous » répètent-ils en permanence. Ils viennent y déposer des « trucs qui pourraient servir » (vieilles casseroles, verres dépolis, fauteuils défoncés…) qui trans­for­ment parfois le lieu en entrepôt des Compagnons d’Emmaüs. L’étalage des produits recyclés renvoie à une esthétique du précaire, aux lieux de l’exclusion (camps, campements de migrants…), mais aussi aux places des révolutions, aux ZAD et à tous ces « lieux infinis » (Gwiazdzinski, 2018) de la géographie des colères contemporaines, un lieu « agité et coléré par les événements »8.

16Cette esthétique de la palette participe sans doute au « sentiment d’appar­tenance » – « Appartenir à une collectivité, c’est partager avec les autres membres assez d’idées ou de traits communs pour se reconnaître dans le nous » (Rocher, 1992) –, à l’identité du rond-point et de ses membres, voire à l’émergence d’une « citoyenneté visuelle »(Morgan, 2005), ce sentiment d’appartenance que confère le regard encore renforcé par la couleur emblématique, la signalétique, les panneaux, les tracts et les petites mises en scène. L’appartenance territoriale est sous-tendue par une relation d’identi­fication des Gilets jaunes au rond-point (« Je suis du rond-point »), mais aussi une relation d’appropriation : « je me sens chez moi », c’est « mon rond-point », « notre rond-point ». Les rassemblements consti­tuent des micro-« territoires », « agencements de ressources matérielles et symboli­ques capables de structurer les conditions pratiques de l’existence d’un individu ou d’un collectif social et d’informer en retour cet individu et ce collectif sur sa propre identité » (Debarbieux, 2003) éphémères, avec leurs limites spatiales et temporaires plus ou moins floues, leurs acteurs, leurs pratiques, leurs productions, leurs rites (Segalen, 1998), leurs représen­tations et leurs promesses à l’image des dispositifs analysés à Grenoble pendant de Nuit debout (Gwiazdzinski, 2017). Ces « agencements », « arrangements et dispositions » (Deleuze et Guattari 1975), ces « terri­to­rialités temporai­res » et « archipéliques » sont également inscrits dans des réseaux physiques et virtuels qui les dépassent. Il faut noter que les Gilets jaunes sont fidèles à « leur rond-point ». Les exemples de Gilets jaunes faisant partie de plusieurs ronds-points sont rares et peu appréciés des collec­tifs qui réclament un choix identitaire : « il faudrait savoir à quel rond-point tu appartiens finalement. On t’a vu en photo sur le Facebook d’un autre rond-point ».

17Quand on observe le site, on a l’impression de trouver ici la bonne échelle, une sorte d’entité « anthropologique » de base : celle d’une petite « agora » sur quelques mètres carrés réunissant une cinquantaine de personnes, les dimensions idéales pour pouvoir se parler avec les mots et les gestes, se toucher : « le rond-point est important, car on n’échange pas qu’avec les mots ». C’est la construction d’une urbanité – « qui à la fois une qualité d’individus se comportant de manière polie avec autrui et le caractère d’un espace » (Levy, Lussault, 2003) par le bas qui dépasse les revendications pour le pouvoir d’achat ou la démocratie directe des débuts du mouvement, une urbanité « émotionnelle » bien plus que fonctionnelle.

L’émergence d’un lieu « augmenté »

18Au fil des semaines, les Gilets jaunes se sont approprié l’objet technique péri-urbain en le transformant en « lieu » de vie, place publique, média, dispositif d’entraide et ateliers de formation et d’éducation populaire.

19Venus des villages alentour – parfois vingt kilomètres – souvent désertés par les services, ces nouveaux militants couleur citron ont créé là de nouveaux cafés métropolitains, « ces parlements du peuple » pour reprendre l’expres­sion d’Honoré de Balzac.

20Les entretiens effectués lors des assemblées des assemblées (ADA) et le tour des ronds-points de l’Isère, montrent que la géographie des giratoires re­coupe pour partie celle de la fermeture des bistrots, cafés et services publics. « Si le rond-point s’arrête, je ne sais pas où j’irai rencontrer les gens » s’inquiète Dany, un des militants de la première heure. À Crolles comme ailleurs, la convivialité est de mise. Il y a toujours une main tendue, un mot de bienvenue et un café pour briser la glace et se réchauffer. Le site est ouvert et les panneaux disposés en amont invitent les automobilistes à s’arrêter. Paradoxe : en quelques mois le rond-point inhospitalier est devenu un dispositif de l’hospitalité que certains Gilets jaunes qui circulent d’un lieu à l’autre s’amusent même à classer avec des étoiles comme les campings. Sur place, on refuse l’exclusion et le racisme. Ici pas de propos xénophobes, mais le souvenir de recadrages par le groupe unanime en cas de dérapage verbal et des exclusions éventuelles.

21Les phénomènes de réappropriation des places par différents « mouve­ments » (Indignés à Madrid ou Occupy Wall Street à New York, Nuit debout en France) ont déjà souvent été analysés (Zask, 2018). Avec le rond-point des Gilets jaunes, on a un objet technique, un espace aménagé à d’autres fins que le rassemblement. Il est pourtant devenu un « espace public » au sens politique du mot avec les « assemblées générales », les « cahiers de doléance », mais aussi les fêtes. Avec et sur le rond-point, on assiste au passage d’un espace géographique en « espace idéologique et politique plébéien » (Habermas, 1983) voir en « espace public oppositionnel » au sens d’Oscar Negt (Neumann, 2007), de « commun oppositionnel » (Le Strat, 1996) cette expérience sensible, à la portée fortement émancipatrice, cette conception substantielle du rapport critique qui puise pareillement dans des affects « négatifs » (s’opposer) et dans des affects « positifs » (commu­na­li­ser), qui les conjugue pour, simultanément, dans le même mouvement criti­que, destituer les normes d’activité dominantes et en instituer de nouvelles.

22Ici dans la proximité, s’expérimente un « processus instituant d’autonomie individuelle et collective » (Castoriadis, 1975). On s’écoute, et en même temps on le fait avec la conviction que c’est un élément qui doit nourrir et se nourrir d’un processus collectif. Des assemblées générales hebdomadaires, animées à tour de rôle, rythment la vie du site autour de deux axes principaux – bilan des actions passées, projets à court et long terme –. Le rond-point est une instance de délibération et de démocratie directe. C’est là que sont prises les décisions à main levée. Comme sur la quasi-totalité des ronds-points et des assemblées, les Gilets jaunes de Crolles rejettent toute hiérarchie et autres désignations de chef ou de porte-parole autoproclamé. C’est la limite perçue par le gouvernement et les médias et en « même temps » la force d’un mouvement insaisissable et en mutation permanente dont les institutions évoluent sans cesse. La transversalité est une réalité vécue. Sur le rond-point, chaque décision concernant la vie du lieu (exemple de l’achat d’une enceinte), une action (exemple d’une manifestation com­mune avec les syndicats) ou une position du mouvement (exemple d’un vote sur les retraites) sont votés à main levée lors d’assemblées de mieux en mieux organisées au fils des mois. Les Gilets jaunes mandatés par le rond-point pour se rendre aux assemblées des assemblées reviennent avec des textes qui sont exposés devant l’assemblée et font l’objet d’un vote avant de « remonter » à l’ADA. L’autonomie du rond-point est revendiquée et réelle même si le calendrier national reste important et que personne n’oublie que le premier appel à la mobilisation est parti des réseaux sociaux.

23La vie du lieu est parfois difficile, notamment en période de gamberge, mais le lieu est aussi le média et le totem positif du mouvement, celui dont les Gilets jaunes ont la maîtrise, contrairement aux médias dominants (« main stream » comme ils disent) dont ils se méfient. La relation des Gilets jaunes du rond-point de Crolles aux médias a évolué. Après avoir été complètement rejetés, car « sous la coupe des financiers et de Macron », les médias ont ensuite été acceptés sur le rond-point dans une relative indifférence. Les relations avec la presse régionale se sont détendues après quelques articles factuels. Les médias étrangers (Daily Telegraph, Televison suisse roman­de…) ont été appréciés pour leur « objectivité » alors que la presse nationale a continué à être dénigrée notamment après le passage de journalistes de France 2 bien reçus pendant une demi-journée et qui ont produit un repor­tage peu glorieux au journal de 20 heures. En général, les membres du rond-point ne regardent plus la télévision et s’informent plutôt sur les réseaux sociaux. Face à ces réserves, la maîtrise de l’information sur le site est centrale. « Sur le rond-point on peut dire ce que l’on veut, personne ne nous censure » affirme Pierre qui installe chaque matin de nouveaux panneaux. Chacun sait l’importance et en prend soin. Cette fonction s’exerce à travers différents supports. La qualité de l’aménagement exprime ce qui est vécu là. La production de tracts ou plaquettes et leur distribution à proximité et au delà, contribuent au rayonnement médiatique du rond-point tout comme la production régulière de panneaux et de grandes affiches exposées sur des supports en bois qui disent tellement du mouvement, de ses revendications et de ses évolutions : Macron démission / Europe réveille-toi, les argentiers sont devenus fous. Spéculations boursières. Le 1er des crimes et le bonheur planétaire / Droits de l’Homme : Article 1. Interdire la fessée ; Article 2. Abattre les Gilets jaunes à bout portant / Avant le 16/01 signez ici : Référen­dum Initiative Citoyenne / On ne lâche rien / Non au racisme et à toutes discriminations / Bilan à quatre mois : 12 morts. 20 éborgnés. 4 mains, 1800 condamnés, 1 400 en attente, 316 en prison /On se bat pour vous / Bienvenue au rond-point de la fraterni­té / Prime 2020. Vous pouvez nous dire merci / Demain ici, vente muguet / Ici-Gratuit. Gilets jaunes Film « J’veux du soleil », 4 mai, 21 heures. Apporter siège / Grève générale / Danger retraites stop / Bonne année (…).

24La présence sur le site est aussi l’occasion de mesurer la popularité et le soutien des gens, en fonction du nombre de gilets jaunes sur les tableaux de bord des voitures ou des coups de klaxon. Afin de voir et d’être vus, les Gilets jaunes préfèrent vivre leurs assemblées sur le rond-point que dans une salle. En retour, les appréciations portées par « l’extérieur » sur le rond-point, son aménagement et les comportements de ses membres sont scrutés. Les quelques lettres reçues, les compliments et les critiques entendues en dehors sont commentés en assemblée. Elles ne laissent pas indifférent : « Le rond-point, on en est fier. C’est notre image ». En ce sens, les quelques dégra­dations nocturnes subies sur le site sont mal vécues. « C’est comme si on s’attaquait à moi ». La mémoire joue un rôle important dans la dyna­mique du groupe surtout les moments forts et notamment l’acte fondateur de novembre, avec l’appel sur Facebook, le rassemblement et la première prise du péage. Les souvenirs de Noël et du 31 décembre sont gravés pour toujours dans les mémoires et régulièrement réanimés quand le moral est en berne. On peut mesurer un processus d’identification au lieu et par le lieu. Les Gilets jaunes ont construit un rond-point qui les construit, mais les enfer­me aussi : « On n’avancera pas si on reste entre nous sur le rond-point ».

25L’occupation des ronds-points a réanimé la solidarité, la fraternité et la bienveillance entre les Gilets jaunes au fur et à mesure qu’ils se mobilisaient. Le rond-point lui-même peut être abordé comme un « dispositif » au sens de Foucault (1975) c’est-à-dire « un ensemble hétérogène constitué de discours, d’institutions, d’aménagements architecturaux, de règles et de lois, etc. », une configuration. Les « discours » sont construits collectivement, résumés et exposés sur de nouveaux panneaux et détaillés sur les tracts distribués dans les rues – et partagés sur le site Facebook. Des « institutions » – au sens de croyances et modes de conduite institués par la collectivité » (Durkheim, 1901) – existent. Les modestes « aménagements architec­turaux » en palettes de bois sont constamment améliorés, les « règles » et les « lois » sont précisées : interdiction d’alcool, port du gilet, fonctionnement des assem­blées générales (…) et souvent inscrites dans les comptes rendus. On parle beaucoup de redistribution ou de partage des richesses. La solidarité, la « fraternité » – qui s’affiche sur le panneau « Merci Macron pour la fraternité retrouvée » – et l’entraide s’expriment dans la vie quoti­dienne. Les actes de solidarité se multiplient : véhicules réparés ; emplois trouvés pour les uns, mais aussi papiers remplis pour la retraite et autres services quotidiens qui font aussi de ce rond-point un pôle d’entraide et de services. Les samedis, moments forts de la semaine, se mêlent des actions et des moments plus festifs. De solides amitiés sont nées (en même temps que des couples ont pu se défaire…) entre des personnes qui ne se connaissaient pas et les anniversaires sont souvent fêtés sur place. Le rond-point est un lieu de vie et non une simple localité, une « communau­té d’expérience » (Dewey, 1980) en transformation permanente et non un dispositif matériel immuable, un lieu d’intensité humaine, de « synergies » (D’Arienzo et Younes, 2018) et non un simple rassemblement.

26Sur le rond-point bricolé se déploie une fonction particulière de lieu de formation et d’apprentissage par le « faire », un « territoire apprenant » (Jambes, 2001) où tous les acteurs contribuent au processus, mettant en commun leurs expertises et savoir-faire propres pour construire ensemble de nouveaux savoirs, de nouvelles manières de faire ensemble. Par le collectif, le rond-point procure à chacun un pouvoir qu’il n’a pas à titre individuel. Ce travail se fait de manière informelle par les échanges et les divers projets, mais aussi à travers des ateliers populaires thématiques sur le pouvoir d’achat, les retraites ou le Référendum d’initiative citoyenne. Le rond-point est un site bricolé, convivial et hors les murs, le terrain d’émergence d’un « savoir topique » (Turco, 2015). « Ici j’apprends tous les jours » répètent à l’envi les membres du rond-point à propos de politique, de fonctionnement des institutions ou de bricolage. Ce lieu en plein air où l’on arrive et d’où l’on repart « quand on veut » est aussi un lieu de production d’un « art populaire », patrimoine vivant en danger et d’un « art public » gratuit qui contraste avec les œuvres officielles qui y trônent généralement. Cette cons­tellation de lucioles des bords de routes établit un lien visuel entre « la fin de mois » et « la fin du monde », rompant l’isolement des plus démunis, multipliant les interactions entre approche sociale et approche écologique, favorisant les débats et pouvant contribuer à l’émergence de nouvelles formes d’éducation populaire encore « insaisissables » (Saez, 1979).

27Le rond-point a été amplifié, augmenté par la multiplication d’activités « hors lieu ». L’action des Gilets jaune s’est déployée sur un territoire plus large, dessinant une géographie de cercles concentriques. Globalement, on trouvait un rond-point tous les quinze à vingt kilomètres. Une partie des Gilets jaunes a participé chaque samedi aux manifestations (actes), se répartis­sant entre Grenoble et Chambéry, tentant parfois de « faire » les deux. Une majorité des Gilets jaunes de Crolles a quitté les manifestations rituelles devenues violentes pour se concentrer sur des actions plus con­crètes : occupation d’une enseigne de restauration rapide, signature de la pétition contre l’aéroport de Paris, petite manifestation contre la fermeture des bureaux de poste ou pour la gratuité de l’accès au parking de l’hôpital public. Le rond-point est devenu le camp de base pour le départ d’actions ou de tractages. Aux moments creux, un tour de rond-point d’Isère et de Savoie a eu beaucoup de succès. Il a remonté le moral des troupes. Plus tard, après une manifestation commune contre la privatisation des barrages, les Gilets jaunes se sont joints à des actions avec des associations de militants écolo­gistes ou des syndicats, ce qui paraissait impossible au début du mouvement. Quelques-uns sont allés à Paris de leur propre initiative, mais le coût était vraiment prohibitif. Le rond-point a mandaté deux ou trois de ses membres pour se rendre aux Assemblées des assemblées (ADA) dans différentes villes de France et à l’assemblée départementale de l’Isère.

28L’activité des Gilets jaunes du rond-point a également été amplifiée par l’animation d’une page Facebook et d’une liste de diffusion. Rejeté par nombre de militants, le réseau a malgré tout servi à annoncer les événe­ments, à relayer les conclusions des assemblées générales et à conserver le lien avec d’autres collectifs. Il a également été la source de nombreux conflits qui n’ont pu se résoudre que dans les échanges et explications in vivo sur le rond-point. L’expérience a montré que les mouvements qui ont perdu leur cabane et leur rond-point n’ont pas tenu longtemps sans ce dispositif.

Conclusion

29Cette première approche d’un rond-point de l’Isère, invalide l’hypothèse du « non-lieu » (Augé, 1992). Elle dépasse l’approche fonctionnelle du concept de « lieu » en mettant en avant l’intensité des relations, l’émotion, le bor­nage, la mémoire et l’identification des gens dans un espace (Agier, 2009). D’abord simple localisation de la colère, ce rond-point investi par les Gilets jaunes est devenu une sorte de « nœud borroméen », « qui présentifie l’intrication, le nouage, l’interrelation entre les trois registres du Symbo­lique, de l’Imaginaire et du Réel » (Feltz et Lambert, 2014). « La localisa­tion de l’épreuve démocratique » sur les objets techniques inhospi­taliers de la « ville des flux » (Mongin, 2013) –, leur transformation en « lieux », à la fois espaces publics, totems, agoras et organisations appre­nan­tes, dessine une « géographie en actes » discontinue, d’agencements tempo­raires intenses. Cette constellation de « lucioles » (Pasolini, 1975) qui esquisse les contours d’un archipel, invite à dépasser la notion de « terri­toire » pour lui préférer le concept de « scène » « associant à la fois un groupe de personnes qui bougent de place en place, les places sur lesquelles ils bougent et le mouvement lui-même » (Straw, 2002). En partant non plus de descriptions quantitatives de l’espace, mais en s’intéressant aux pratiques spatiales de petits groupes ou d’individus et à des échelles plus réduites – micro-géographie (Bailly et Beguin, 1990) – et à leurs interactions (Goffmann, 1974) et en s’occupant de dimensions plus temporaires, cette démarche contribue à l’émergence d’une « géographie situationnelle ». Intéressée à ce qui « surgit », une approche in vivo et in situ, qui permet de documenter un mouvement, d’appréhender la diversité des situations et d’éviter les généra­lisations excessives, la naturalisation et l’essentialisation d’un mouvement hétérogène.

Haut de page

Bibliographie

AGIER Michel, 2009, Esquisses d’une anthropologie de la ville. Lieux, situations, mouvements, Louvain-la-Neuve, Academia-Bruylant, coll. Anthropologie prospec­tive, nº 5, 158 p.

ALONZO Éric, 2005, Du rond-point au giratoire, Marseille, Parenthèses, 176 p.

AUGE Marc, 1992, Non-lieux. Introduction à une anthropologie de la surmodernité, Paris, Seuil, 155 p.

BAILLY Antoine, BEGUIN Hubert, 1990, Introduction à la géographique humaine. Paris, Masson, 192 p.

BERTHO Alain, 2020, Time over. Les temps des soulèvements, Vulaines-sur-Seine, Éditions du croquant, 160 p.

BLOCH Ernst, 1982, Le principe espérance, t. II. Les épures d’un monde meilleur, Paris, Gallimard.

BOGDAN Robert, TAYLOR Steven, 1975, Introduction to qualitative research method: a phenomenological approach to the social sciences, New York, Wiley, 266 p.

D’ARIENZO Roberto, YOUNES Chris, 2018, Synergies urbaines. Pour un métabo­lisme collectif des villes, Genève, Métis Press,

DARDEL Éric, 1990, L’homme et la terre, Paris, CTHS, 201 p.

DEBARBIEUX Bernard, 2003, « Haut lieu », in Jacques Lévy et Michel Lussault (dir.), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, p. 910‑912.

DELEUZE Gilles, GUATTARI Felix, 1980, Mille plateaux : capitalisme et schizophrénie, Paris, Minuit/Chastel, 648 p.

DEWEY John, 1980, Art as experience, New York, Penguin.

DOLLE Jean Paul, 2005, Le territoire du rien ou la révolution patrimonialiste, Paris, Leo Sheer, 169 p.

DREVON Guillaume, GWIAZDZINSKI Luc, KLEIN Olivier (dir.), 2017, Chronotopies, lecture et écriture des mondes en mouvement, Grenoble, Elya Editions, 211 p.

DURKHEIM Émile, 1988 [1901], « Seconde préface », Les règles de la méthode sociologique, Paris, PUF, 255 p.

FOUCAULT Michel, 1975, Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard, 360 p.

FLORIS Bernard, LEDUN Marie, 2013, La vie marchandise, Tengo, 244 p.

FLORIS Bernard, GWIAZDZINSKI Luc, 2019, Sur la vague jaune. L’utopie du rond-point, Grenoble, Elya Editions, 216 p.

GOFFMAN Ervin, 1974, Les rites d’interaction, Paris, Éditions de Minuit, 240 p.

GWIAZDZINSKI Luc, Cabanes et ronds-points, un patrimoine populaire en feu, Libération, 23 avril 2019.

GWIAZDZINSKI Luc, 2019, « Le rond-point totem, média et place publique », Multitudes, n° 74. https://www.multitudes.net/le-rond-point-totem-media-et-place-publique-dune-france-en-jaune/

GWIAZDZINSKI Luc, 2018, « Les métropoles à l’épreuve de la saturation. Pour une politique des rythmes », in Jacinto Lageira et Gaetanne Lamarche-Vadel, Appropriations créatives et critiques, Sesto San Giovanni, Mimesis, p. 99-123.

GWIAZDZINSKI Luc, 2018, « Localiser les in-finis », in Encore heureux (dir.), Lieux infinis. Construire des bâtiments ou des lieux ?, Paris, B42, p. 39-53.

GWIAZDZINSKI Luc, 2017, « Nuit debout. Première approche du régime de visualité d’une scène nocturne », Imaginations, Revue d’études interculturelles de l’image, 7-2, The Visuality of Scenes, Université d’Alberta (Canada). http://imaginations.csj.ualberta.ca/?p=9156

HABERMAS Jurgen, 1992, « L’espace public, trente ans après », Quaderni, n° 18, p. 161‑191.

HARDT Michaël, NEGRI Antonio, 2004, Multitude. Guerre et démocratie à l’âge de l’empire, Paris, La Découverte, 407 p.

JAMBES Jean-Pierre, 2001, Territoires apprenants. Esquisses pour le développe­ment local du XXIe siècle, Paris, L’Harmattan, 250 p.

JANKELEVITCH Vladimir, 2017, L’aventure, l’ennui, le sérieux, Paris, Flammarion, 304 p.

LAGEIRA Jacinto, LAMARCHE-VADEL Gaëtane, 2018, Appropriations créatives et critiques, Sesto San Giovanni, Mimesis, 228 p.

LE GALLOU Francis, BOUCHON-MEUNIER Bernadette, 1992, Systémique, théorie et applications, Paris, Technique et Documentation.

LEVY Jacques, LUSSAULT Michel, 2003, Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, 1033 p.

LORDON Frederic, 2015, Imperium. Structures et affects des corps politiques, Paris, La Fabrique, 380 p.

McCANN Eugene, 2011, « Urban policy mobilities and global circuits of knowledge: toward a research agenda », Annals of the Association of American Geographers, vol. 101, n° 1, p. 107‑130.

MALDINEY Henri, 2003, Art et existence, Paris, Klincksieck, 244 p.

MONGIN Olivier, 2013, La ville des flux, Paris, Fayard, 140 p.

MORGAN David, 2005, The sacred gaze: religious visual culture in theory and practice, Berkeley, University of California Press, 318 p.

NICOLAS LE STRAT Pascal, 1997, L’implication, une nouvelle base de l’intervention sociale, Paris, L’Harmattan, 172 p.

PASOLINI Pier Paolo, 1975, « Le vide du pouvoir en Italie », Corriere della sera, 1er février.

PEREC Georges, 1974, Espèce d’espace, Paris, Galilée, 185 p.

ROBERTS Allen, 2013, « Citoyennetés visuelles en compétition dans le Sénégal contemporain », in Mamadou Diouf et Rosalind Fredericks, Les arts de la citoyenne­té au Sénégal, Paris, Karthala, p. 195-236.

ROCHER Guy, 1992, Entre droit et technique : enjeux normatifs et sociaux, Montréal, Les Presses de l’Université de Montréal, 811 p.

SEGALEN Martine, 1998, Rites et rituels contemporains, Paris, Armand Colin, 128 p.

STRAW Will, 2002, « Scenes and sensibilities », Public, n° 22/23.

SAEZ Guy, 1979, « Où en est l’éducation populaire en France ? », Revue internationale d’action communautaire Éducation populaire, culture et pouvoir, n° 2 (42).

TUAN Yi-Fu, 2006, Espace et lieu : la perspective de l’expérience, Paris, Infolio, 219 p.

TURCO Angelo, 2015, Geografie politiche d’Africa. Tram, spazi, narrazione, Milan, Unicopli, 355 p.

WUNENBERGER Jean-Jacques, 2006, L’imaginaire, Paris, PUF, 126 p.

ZASK Joëlle, 2018, Quand la place devient publique, Lormont, Le Bord de l’Eau, 185 p.

Haut de page

Notes

1 In « Géographies de la colère. Ronds-points et pré carrés ». Appel à contributions de la revue Géographie et cultures.

2 https://www.cnrtl.fr/definition/appropriation//0

3 https://www.participation-et-democratie.fr/localiser-l-epreuve-democratique-assemblages-circulations-imaginaires

4 Ibid.

5 Confidence du Président Emmanuel Macron à des journalistes rapportés par Paris Match, BFMTV et Le Figaro le 31 janvier 2019.

6 Trafic moyen journalier annuel, 2016, département de l’Isère.

7 Bengous, 1997, Où tié bébé ? – Durée : 3 h 37.

8 https://www.cnrtl.fr/definition/col%C3%A9re//2

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Le rond-point du Rafour
Crédits Sources : @IGN 2019 –www.geoportail.gouv.fr/mentions-legales
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/14941/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 183k
Titre Figure 2 – Le rond-point du Rafour au 1er janvier 2019
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/14941/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Figure 3 – Le rond-point du Rafour au 30 octobre 2019
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/14941/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 705k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Luc Gwiazdzinki et Bernard Floris, « Géographies en actes  »Géographie et cultures, 114 | 2020, 77-94.

Référence électronique

Luc Gwiazdzinki et Bernard Floris, « Géographies en actes  »Géographie et cultures [En ligne], 114 | 2020, mis en ligne le 07 avril 2021, consulté le 27 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/gc/14941 ; DOI : https://doi.org/10.4000/gc.14941

Haut de page

Auteurs

Luc Gwiazdzinki

Université Grenoble-Alpes, Laboratoire Pacte

lucmarcg@gmail.com

Bernard Floris

Université Grenoble-Alpes, ICM

Bernard_floris@orange.fr

Haut de page
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search