Navigation – Plan du site

AccueilNuméros114Les ronds-points de la « France m...

Les ronds-points de la « France moche », acteurs politiques inattendus d’une mobilisation sociale inédite

Quelques pistes de théorisation post-matérialiste et latourienne
‘Ugly France’s roundabouts, unexpected political players of an unprecedented social movement: a few theoretical insights from post-materialist and Latourian philosophies
Nicolas El Haïk‑Wagner
p. 75-112

Résumés

Le rôle joué par les ronds-points dans la mobilisation des Gilets jaunes a été abondamment commenté dans la presse. Peu de travaux en sciences humaines et sociales sont toutefois revenus sur leur fonction éminemment politique comme « terrain » de mobilisation et sur les spécificités socio-spatiales et l’hybridité territo­riale dans lesquels ils s’inscrivent. Cet article offre des hypothèses de théorisation pour décrypter ce rôle au travers d’éléments ethnographiques et des philosophies latouriennes et post-matérialistes. Le caractère unique de la mobili­sation tient selon nous à l’alliance qui s’est forgée entre manifestants et ronds-points, ronds-points dont nous considérons la vitalité comme agissant, comme « choses-pouvoir », plutôt que comme simples « non-lieux » inertes de la modernité d’après-guerre. Dans le contexte des politiques néolibérales du Président Macron, nous proposons de comprendre la mobilisation des Gilets jaunes comme un affect négatif collectif ayant trouvé dans les ronds-points un terrain d’action stratégique. Nous relisons le déploiement des Gilets jaunes au prisme d’une « géométrie affective » pour souligner les interactions multiformes entre protestataires, matéria­lités et spatialités des différentes strates territoriales, pour disséquer les sociabilités et le partage d’affects qu’a permis la mobilisation. L’« atmosphère affective » d’empathie, de solidarité et de rébellion ainsi créée a fait des ronds-points de France un espace d’émergence de nouvelles formes d’organisation collective démocratiques.

Haut de page

Texte intégral

1« L’évacuation des ronds-points peut-elle coincer les Gilets jaunes ? » se demandait en janvier dernier le New York Times, pour qui le recours aux ronds-points comme « places publiques atteste de la fragmentation et de l’isolation qui ont fini par définir la vie dans l’arrière-pays français » (Rubin, 2019). Le mouvement des Gilets jaunes, né à l’automne 2018 d’une rébellion citoyenne contre une hausse du prix des carburants, est révélateur de l’état de souffrance socio-économique qui mine de larges portions de la France. Ce mouvement social spontané, non structuré, révèle également la façon dont les nouvelles dynamiques numériques de mobilisation sont étroi­tement associées au conflit social et à l’agentivité des subalternes. Nous éloignant d’un prisme constructiviste, cet article se propose de réfléchir à l’utilisation des ronds-points, formulée par le New York Times comme une question de stratégie. Dès le début de la crise, ce choix des ronds-points comme points névralgiques de la contestation a constitué une facette singu­lière et inouïe du mouvement. La dimension périphérique des ronds-points a très vite été opposée à la centralité des places, souvent utilisées comme points de ralliement des mouvements sociaux. Du Printemps arabe en Égypte au mouvement new-yorkais Occupy Wall Street, en passant par le mouve­ment espagnol des Indignés, de nombreuses mobilisations récentes se sont démarquées par leur occupation des places, usant de leur localisation au cœur de la cité, des connotations symboliques qu’elles renvoient – notam­ment dans l’inconscient collectif de gauche – tout autant que de l’impression de masse qu’elles donnent une fois remplies, pour rendre visible et faire entendre leurs revendications (Weizman, 2005). Pourquoi, dès lors, ce choix des ronds-points, ces « non-lieux » anonymes de la « France moche », éten­dards du projet de modernisation de la France d’après-guerre ? Comment la matérialité inhérente à ces vastes stèles de béton et les multiples spatialités des territoires ruraux et urbains ont-elles interagi avec et affecté les protesta­taires ? Comment ces ronds-points ponctuant des territoires fréquemment qualifiés de « délaissés » sont-ils devenus en à peine quelques semaines chargés d’une si grande atmosphère affective révolutionnaire ?

2« Les accidents, les pannes et les grèves » comptent parmi les situations où, remarque Latour, « soudain, des intermédiaires silencieux deviennent de véritables médiateurs » (2007, p. 116). Le mouvement des Gilets jaunes n’y a point fait exception, attirant immédiatement l’attention sur ces formes circu­laires ponctuant nos routes et trop souvent dédaignées. Les ronds-points ont été peu examinés dans la littérature anthropologique ; parmi les rares excep­tions, des travaux ethnographiques examinent leur utilisation dans des pro­jets étatiques d’infrastructures en Afrique et soulignent les fondements idéolo­giques et de classe que sous-tend leur grandiloquence (Oha, 2000 ; Rodgers, 2004). Autrefois symbole de modernité en matière de sécurité routière et d’aménagement urbain réussi (Alonzo, 2005), les ronds-points sont devenus le « symbole de la France moche et [l’]emblème du malaise français » pour Vermeren (2018), reprenant la formule désormais bien connue qui avait fait la couverture de Télérama en 2010. La liste des reproches qui leur est adressée est longue : « laideur architecturale, kitsch décoratif ou art contemporain conceptuel et pompier, détournement de fonds par des entreprises de BTP locales aidées par des élus corrompus, gaspillage d’argent public par un État bureaucratique et notoirement inefficace » énu­mère Cassely (2018). Tout au long du mouvement, aussi insaisissables et difficiles d’accès qu’ils ont été pour les journalistes parisiens, ils sont appa­rus comme la métaphore du fossé géographique, social et culturel séparant l’élite politique du reste du pays, tout en incarnant le caractère fragmenté et « moléculaire » (Monod, 2018) du mouvement. Ces dynamiques rentrent ici en écho avec notre approche théorique. Quittant le paradigme conventionnel de l’anthropologie, prompt à traquer et disséquer les représentations, sym­boles, éléments langagiers et discursifs, cette contribution se propose d’examiner les ronds-points dans leur matérialité et dans leur dimension physique, et d’étudier la façon dont ces caractéristiques ont cristallisé l’agen­tivité humaine des protestataires qui les ont occupés. Cette perspective revient à considérer les ronds-points comme parties intégrantes du mouve­ment social et comme acteurs politiques entrelacés dans un réseau complexe de dynamiques socio-spatiales, plutôt que comme les formes inertes, condensées et inaminées de bitume auxquels ils sont trop souvent réduits. Les hypothèses soulevées se proposent donc de saisir la myriade d’interactions entre acteurs non-humains (ronds-points, mais aussi voitures, hypermarchés, déchets, etc.) et manifestants, et par la même occasion d’observer comment ces interactions ont façonné le mouvement et son exceptionnalisme.

3S’attarder sur les ronds-points peut paraître surprenant compte tenu des images de violence au cœur du Paris touristique et bourgeois qui ont inondé les médias internationaux. Ce choix suppose de sortir du cycle de « fascina­tion-sidération-répulsion » (Mucchielli, 2018) que suscite la violence, mais aussi de se décentrer par rapport à la métropole parisienne, bien que des lieux des plus symboliques, comme la Place de l’Étoile, aient été occupés et seraient tout aussi intéressants à examiner. Nous nous concentrons ici sur la « multiplicité d’interdépendances territoriales » où le mouvement des Gilets jaunes a pris ancrage, après son émergence dans l’agglomération parisienne ; il s’agira de résister aux oppositions binaires entre France des métropoles et France périphérique ou entre urbains privilégiés des centres-villes et auto­mobilistes périurbains délaissés, pour rendre compte de la diversité sociolo­gique et urbanistique de ces bassins de vie, où résident en partie les caté­gories consolidées des classes populaires et les classes moyennes préca­risées ayant donné naissance au mouvement (Delpirou, 2018 ; Vanier, 2019). Se focaliser sur les matérialités de ces strates territoriales s’accom­pagne d’une attention redoublée aux expériences de vie des Gilets jaunes qui se sont rassemblés, ont occupé et se sont parfois installés, le temps de quelques semaines voire de quelques mois, dans la multitude de ronds-points que le pays compte. Cet article s’inscrit ainsi dans le courant émergent des ethno­gra­phies du quotidien, qui s’intéresse au caractère ordi­naire et prosaï­que de la vie quotidienne, pour constituer ce que Thrift appelle une « géogra­phie de ce qui advient » (2007). Figure notable de ce courant de la théorie non-représen­tationnelle, Steward appelle à lutter contre l’aspect totalisant du capitalisme en cultivant une attention aux sensibilités et micro-aspects de la vie quotidienne. Steward explique que les « choses acquièrent de l’impor­tance non par la façon dont elles sont représentées, mais parce qu’elles ont des qualités, rythmes, forces, relations et mouvements » (2010, p. 445), une approche qu’elle a développée au cours d’un terrain ethnogra­phique en Virginie-Occidentale lors de l’ère Reagan. S’attachant à capturer les instan­tanés des vies affectives des anciens mineurs et des populations exclues du grand récit modernisateur américain, elle souligne que « quand quelque chose a lieu, les personnes l’interprètent non pas en construisant une explica­tion de ce qui s’est passé, mais en livrant des récits de ces impacts, de ces traces, de ces signes » (Stewart, 1996, p. 57). En l’absence d’un réel terrain, nous avons été amenés à traquer ces « traces », « impacts », « signes » dans un certain nombre de reportages publiés dans les médias français (notam­ment Aubenas, 2018). Aussi ambitieuse que cette entreprise puisse paraître, elle est néanmoins aidée par la temporalité et le rythme spécifique engendré par le mouvement social. Si la turbulence entraînée par la crise des Gilets jaunes a impacté la politique du pays, l’ordre et le désordre, l’unité et la multiplicité qu’elle a contribué à produire dans le champ politique n’ont pas été sans effet sur la matière et les matérialités des territoires ; s’intéresser à ces effets peut éclairer sous un nouveau jour les rapports de pouvoir. Comme le suggèrent Anderson et Wylie (2009), les situations de turbulence consti­tuent un fructueux terrain d’investigation pour les phénoménologies post-matéria­listes. S’appuyant sur la façon dont Serres conceptualise la turbu­lence en physique, Anderson et Wylie expliquent qu’une « imagination maté­rielle formulée en termes de turbulence appelle un monde d’agitation et de disrup­tion qui peut apparaître bien loin de nos interactions quotidiennes avec les choses. Un tel paradigme nous semble toutefois éclairer les relations d’anta­gonisme et de contestation qui constituent le politique » (2009, p. 321).

4Notre argumentaire est le suivant. Produit de la modernité française d’après-guerre, les ronds-points ont été au cœur d’une production capitaliste de l’espace (Lefebvre, 1991) et peuvent ainsi être considérés comme des « non-lieux » (Augé, 1992) antithétiques aux relations sociales. Ce regard classiste ignore toutefois les expériences phénoménologiques des automobilistes, et notamment des périurbains. Pour ces derniers, les ronds-points, aux côtés de la voiture et du diesel, constituent des « choses-pouvoir » (Bennett, 2010) inscrites dans l’« assemblage » des trajets quotidiens. Le fonctionnement fluide de cet assemblage, crucial pour la sécurité financière des périurbains, conditionne aussi l’accomplissement de leur vie professionnelle et sociale (Cailly, 2008 ; Desjardins et Mettetal, 2012). Dans ce contexte, la hausse du prix des carburants annoncée par le gouvernement, symptôme de politiques néolibérales ne se préoccupant guère de justice fiscale et sociale, est apparue comme une menace financière supplémentaire sur un assemblage déjà fragi­lisé, entraînant une mobilisation affective qui a trouvé dans les ronds-points un terrain d’action stratégique. Observer le déploiement des protestataires sur les ronds-points à travers une géométrie affective (Gordillo, 2018) per­met de saisir comment les contestataires ont mis à profit les caractéristiques territoriales des ronds-points, mais également leur matérialité propre et le réseau complexe de spatialités urbaines dont ils font partie. Aux yeux des Gilets jaunes, les ronds-points sont devenus des lieux de rassemblement et ont offert un espace de renouvellement des sociabilités, de partage et de transformation des affects négatifs de honte et de colère. L’« atmosphère affective » (Anderson, 2009) d’empathie, de solidarité et de rébellion ainsi créée et la temporalité du mouvement ont fait des ronds-points un espace d’émergence de nouvelles formes démocratiques d’organisation collective.

Les ronds-points, produits d’un espace urbain capitaliste d’après-guerre

5Dignes héritiers de l’ère de la voiture, les ronds-points, conçus par les ingé­nieurs hexagonaux d’après-guerre, ont été considérés comme les fers de lance du projet étatique de modernisation du pays. Dans le contexte des Trente Glorieuses, le paysage urbain a été largement refaçonné, avec le développement massif, amorcé dans les années 1960, d’aires périurbaines connectées entre elles par des voies autoroutières. La construction de ces espaces périurbains, constitués de pavillons individuels, de larges hypermar­chés et d’aires commerciales, a culminé dans les années 1970 et 1980, pous­sée notamment par les intérêts financiers de la grande distribution (Mangin, 2004 ; de Jarcy et Rémy, 2010). Cette politique d’aménagement urbain a fait de l’utilisation quotidienne de la voiture la condition même de la vie périur­baine (Rougé, 2009) et des ronds-points la norme du développement périur­bain (Alonzo, 2005). Au-delà des enjeux de sécurité routière, les ronds-points avaient pour vocation de connecter de la façon la plus fluide et rapide possible divers échelons territoriaux – zones commerciales, industrielles et résidentielles – ayant tous leur fonction propre, ou leur valeur d’usage, pour reprendre la terminologie lefébvrienne (Lefebvre, 1991). Les ronds-points ont ainsi participé d’une production capitaliste de l’espace qui le commodifie et en fait une marchandise homogène et abstraite. Cette production de l’espace a largement profité aux travailleurs qualifiés et aux employés de la classe moyenne, faisant de l’espace la « projection au sol des rapports sociaux » (Lefebvre, 1968). Une brève digression sur l’histoire de modèle d’aménagement urbain est nécessaire tant il continue de façonner les expé­riences quotidiennes de mobilité d’un grand nombre de citoyens. Partant de cette approche héritée du tournant de la mobilité et de son penchant cons­tructiviste, nous nous penchons désormais sur les spécificités socio-spatiales et interdépendances territoriales dans lesquelles s’inscrivent les ronds-points, à travers les perspectives offertes par la phénoménologie, les théories post-matérialistes et de l’affect.

Les ronds-points comme non-lieux, un mépris classiste ?

6Les ronds-points peuvent être conçus comme des « non-lieux », qu’Augé définit comme les lieux de passage de la supermodernité contemporaine, comme des espaces où les humains restent anonymes et ne construisent aucune relation sociale et référence commune. Comme il l’indique, « l’espa­ce du non-lieu délivre son utilisateur de ses déterminations habi­tuelles. Il plonge dans le provisoire et l’anonymat, la désidentification. Il se retrouve face à lui-même. Le non-lieu ne crée ni identité singulière, ni rela­tion, mais solitude et similitude » (Augé, 1992, p. 103). Angle dominant du discours public et politique, cet accent mis sur l’aspect utilitaire et désincar­né des ronds-points est doublement problématique : en raison de son anthro­pocen­trisme, qui fait des ronds-points rien de plus que des récepteurs passifs de flux humains, mais aussi à cause de son biais classiste intrinsèque. Consi­dérer les ronds-points comme des non-lieux provient d’une disposition de classe à la négligence et à l’ignorance (disposition to disregard) (Stoler, 2009). Concept forgé dans le contexte des Indes orientales néerlandaises, la disposition à la négligence constitue une inclinaison bourdieusienne, une forme d’habitus de l’attention, par lequel les dominants refusent d’être témoins des sensibilités des marginalisés. Ainsi, s’il peut être aisé pour certains commentateurs de négliger les ronds-points, rarement présents dans leur expérience de conduite, il est plus plausible que les habitants des terri­toires périurbains notamment aient une expérience phénoménologique plus prégnante des ronds-points. Il ne s’agit point ici de romantiser leurs dépla­cements quotidiens, mais de suggérer que les ronds-points sont une compo­sante importante de la relation à l’espace et du sentiment d’appartenance de ces derniers. Les réactions à un sondage organisé en 2017 par une associa­tion cherchant à désigner les ronds-points les plus laids de France nous orientent vers cette hypothèse. Un grand nombre de commentaires souli­gnent les qualités esthétiques des ronds-points, l’identité culturelle et éco­nomique du lieu de la ville qu’ils incarnent, ainsi que leur fonction des plus pragmatiques en matière de circulation (Bourgeois, 2018).

Les ronds-points comme choses-pouvoir dans l’assemblage des déplacements pendulaires

7Au-delà de ce sentiment d’enracinement, les ronds-points font partie d’un plus large assemblage d’acteurs, pour utiliser la terminologie de Bennett (2010), qui organise les mobilités dans l’Hexagone. Il est ainsi possible de considérer les ronds-points, aux côtés du diesel, des voitures, des routes, des feux de circulation, des radars, du vent, des champs et des hypermarchés, comme des choses-pouvoir intégrées à l’assemblage des migrations pendu­laires. Cette perspective ne revient en rien à esthétiser le projet étatique de modernisation qui les a vus naître ni à surestimer leur autonomie dans la gestion des flux. Envisager les ronds-points comme choses-pouvoir nous invite plutôt à considérer « ces facultés matérielles qui peuvent aider ou détruire, enrichir ou désactiver, nous anoblir ou nous dégrader, et qui quoiqu’il arrive appellent notre attention, pour ne pas dire notre ‘respect’ » (Bennett, 2010, p. ix). Pour ne lister que quelques-uns de ces effets, fré­quemment médiés par la voiture, les ronds-points peuvent être source de frustration, lorsque la circulation est encombrée, de colère et de ressenti­ment, lorsqu’un conducteur enfreint les règles de circulation, mais peuvent aussi nous procurer inconsciemment des sentiments plus positifs de satisfac­tion lorsqu’ils concourent à la fluidité du trafic. Si le mouvement social a fait évoluer ces interactions entre conducteurs et ronds-points, il nous apparaît intéressant d’explorer plus longuement ces affects et de réfléchir au rôle joué par les ronds-points dans l’assemblage des migrations pendulaires.

Les politiques environnementales néolibérales, une menace à l’assemblage voiture-conducteur ?

8Le mouvement des Gilets jaunes est né à la suite d’une hausse du prix des carburants, promue par le gouvernement comme une taxe carbone suscep­tible d’aider la France à respecter ses engagements en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre. L’opposition des Gilets jaunes à cette taxe peut se comprendre par le rôle irremplaçable joué par le diesel dans leurs mobilités quotidiennes. Le budget mensuel de ces populations est en effet particulièrement dépendant du prix des énergies fossiles, et « leur consommation, leur vie quotidienne et leur image d’eux-mêmes sont en permanence menacées par les coûts de l’énergie » (Genestier, 2019). Ainsi, loin d’exprimer un anti-environnementalisme ancré, cette opposition est née d’une réaction affective de populations précarisées pour qui cette taxe, s’inscrivant dans une politique fiscale considérée comme injuste, est apparue comme une menace additionnelle pesant sur le fonctionnement déjà incertain et financièrement lourd de l’assemblage vital des migrations pendulaires. Au sein de cet assemblage, la voiture n’est pas une chose-pouvoir comme une autre, mais semble posséder un statut spécifique à même d’expliquer la spontanéité et la vitesse de déploiement du mouvement. Selon Dant, la voiture représente pour les périurbains un capital mobilité, qu’il définit comme une « accumulation de ressources physiques, financières et sociales contrôlée par un individu mais qui opère dans le contexte public des routes, des systèmes de circulation et des impôts » (2004, p. 76). La panne de la voiture conduit forcément à une panne générale de l’assemblage de la mobi­lité, et impacte nombre de pans de la vie quotidienne autant que la sécurité financière du ménage. Mais conçue comme une extension du corps humain nécessaire aux mobilités du quotidien, la voiture joue également un rôle dans notre expérience du monde matériel ; cette relation de dépendance est d’autant plus intense dans les zones périurbaines en l’absence de moyens de transport alternatifs. S’appuyant sur la théorie latourienne de l’acteur-réseau et sur l’accent mis par Merleau-Ponty sur la perception et l’incarnation, Dant voit ainsi l’association conducteur-voiture comme une forme unique d’être social résultant des interactions homme-machine. Cet assemblage repose sur une étroite dépendance entre l’homme et la voiture – la voiture comme augmentation de l’homme et de son agentivité, tout autant que l’homme comme extension nécessaire à la puissance de la voiture. Si l’affordance (Gibson, 1982) que donne la voiture à l’homme est prise pour acquis au quoti­dien, elle définit et prescrit bien plus que l’on ne le pense notre appré­hension du monde matériel. Ainsi que l’explique Dant, « l’expérience du conducteur-voiture devient un aspect de l’expérience corporelle qu’ils [les conducteurs] transportent dans toutes leurs perceptions et engagements avec le monde matériel d’une manière qu’ils considèrent comme innée et qu’ils traitent comme tout à fait banale. Or la voiture n’offre pas seulement au conducteur la mobilité, elle n’a pas une agentivité indépendante comme agissante, mais elle permet un grand nombre d’actions humainement incar­nées aux seuls bénéficiaires de l’assemblage conducteur-voiture » (2010, p. 74). La peur de perdre cette capacité unique d’action à cause du prix du diesel peut expliquer la force de la réaction affective à cette taxe.

Vers une géométrie affective du rond-point occupé

9« Puisque je ne peux plus rouler en voiture sans y laisser une part substan­tielle de mes revenus et que je ne peux pas non plus bénéficier d’une mobilité sociale, au moins pour mes enfants, je vais bloquer physiquement et symboliquement les autres qui, eux, ont encore le choix et la possibilité d’avancer » (2019, p. 3) écrit Schneider dans une tentative de lecture psy­chanalytique du mouvement. À travers le prisme d’une géométrie affective, il nous apparaît ici utile d’examiner combien le rond-point s’est révélé être une stratégie déterminante du mouvement, et ce grâce à un alliage inédit entre agentivités humaines et non-humaines. Une géométrie affective exa­mine scrupuleusement les « expériences corporelles, affects et l’agentivité des acteurs humains qui s’y déploient » (Gordillo, 2018, p. 54) et met en lumière leurs interactions et la façon dont ils affectent autant qu’ils sont affectés par le terrain, dans sa dimension spatiale et physique. Les ronds-points constituent indéniablement une composante importante de territoriali­té ; connectant des routes multiples, ils aident à organiser et décongestionner le trafic. Vecteurs de sécurité routière, ils constituent également une techno­logie de pouvoir étatique à même d’unifier et de densifier le territoire natio­nal. Aussi, en occupant ces « connecteurs universels » (Alonzo, 2005) du réseau routier moderne, les Gilets jaunes se sont saisis de cette fonction straté­gique pour bloquer ou filtrer le trafic. En outre, puisqu’ils aident à connecter un territoire dense et étendu, les ronds-points sont par nature nom­breux – entre 40 000 et 50 000 à travers le territoire –, éparpillés et sou­vent périphériques, et constituent autant de micro-lieux difficilement contrô­lables pour l’État. Aussi, la « libération définitive » des ronds-points appelée de ses vœux par le ministre de l’Intérieur, difficilement coordon­nable au niveau natio­nal, a nécessité des interventions localisées des forces de police à cha­que rond-point (Piquet, 2018). Si les ronds-points peuvent être appré­hendés comme territoire, espace étatique et politique par excel­lence, une géométrie affective nous invite plutôt à les considérer comme terrains. Cette notion renvoie des connotations de combat, de tactilité, de volume et à un certain nombre d’aspérités ; le terrain a, selon Gordillo, « des dimensions physiques qui vont au-delà de ses appropriations territoriales, culturelles et sensorielles contingentes par les acteurs humains » (2018, p. 54). Au-delà de leur rôle fonctionnel, les ronds-points se distinguent par la pluralité de matérialités, de formes humaines et non-humaines qu’ils héber­gent.

10Revenons un instant à une simple description d’un rond-point : au centre, un îlot, de quelques mètres de diamètre, incluant du gazon, un jardin ornemen­tal, une œuvre d’art, un drapeau ou une statue, le tout entouré de béton – parfois sous la forme d’un trottoir – et d’une route circulaire. Ses caractéris­tiques ont indéniablement constitué une contrainte affectant les protesta­taires, et ont requis une utilisation particulièrement réfléchie du terrain – où installer un feu, une cabane ? Où stocker la nourriture ? –, mais la petite taille et le volume du rond-point en ont aussi fait un puissant centre de gravité, pour ne pas dire un QG à même de centraliser l’information ou les rumeurs. La statue a également pu se révéler importante dans les schémas d’occupation, ses verticalité et grandiloquence pouvant être détournées par les protestataires pour y afficher des revendications ou slogans. La zone périur­baine jouxtant le rond-point, et les terrains vagues, buissons, champs, hy­permarchés, parkings, containers et poubelles, ainsi que la multiplicité des routes qui connectent l’ensemble, ont également joué un rôle dans l’occupa­tion du rond-point. Les automobilistes interagissent généralement avec cet espace standardisé d’une manière « déterminée par des objets ou dimensions du terrain possédant une ‘valence’ négative dans la perception, c’est-à-dire conçus comme obstacles » (Gibson, 1982a, p. 120). Cependant, à mesure qu’ils ont investi visuellement, tactilement et sensoriellement les ronds-points, sans l’habituelle médiation de la voiture, les objets le compo­sant ont intégré leur champ perceptif et sont par la même occasion devenus des acteurs de l’occupation. À titre d’exemple, les amoncellements de dé­chets des zones alentour (palettes, pneus, etc.) sont devenus des alliés inat­tendus, fournissant une matière aidant au blocage des routes ou à l’érection d’un feu.

Penser la co-construction des agentivités des gilets jaunes

11Qu’est-ce que ces interactions peuvent nous dire du processus de co-construction des agentivités humaines ? Nous émancipant d’un paradigme anthropocentrique qui voit dans l’action humaine un simple produit de l’intelligence collective, une géométrie affective considère l’aspect relation­nel des confrontations sujet-objet et le rôle joué par des matérialités locali­sées et constamment mouvantes dans la construction des subjectivités individuelles. Ainsi que le clament Anderson et Wylie, dans une optique post-humaniste, « la subjectivité n’est plus la base ou le fondement de l’intel­ligibilité, mais un espace qui reste à écrire dans lequel le sujet et l’objet, le self et le monde, découlent ou précipitent de matérialités interroga­tives » (2009, p. 323). Ce paradigme nous invite donc à considérer l’agenti­vité des Gilets jaunes comme la résultante d’entrecroisements com­plexes entre une pluralité d’humains, de matérialités et de spatialités s’affectant mutuellement. Cette reconceptualisation est intéressante pour plusieurs raisons. Elle montre tout d’abord que loin d’être définitive ou irrévocable, la production capitaliste d’un espace abstrait et homogène peut être détournée par les subalternes pour créer des « espaces différentiels » (Lefebvre, 1991) qui reconnaissent et intègrent en leur sein la multiplicité. Loin de créer exclusivement de l’uniformité et une rationalisation à outrance du champ social, la standardisation peut ainsi être perçue comme un lieu de création de « nouveaux lieux et objets du conflit politique » au travers de nouveaux « arran­gements avec d’autres objets et activités » (Barry, 2001, p. 63). Par ailleurs, penser l’espace comme un « plastique malléable » (Gordillo, 2014, p. 79) appelle à une conceptualisation moins anthropocentrique, hé­roïque et prétentieuse de l’agentivité, où celle-ci repose moins dans un contrôle ex­tractif de l’espace que dans l’ingéniosité des combinaisons objet-sujet. S’intéressant aux grèves des travailleurs anglais du XVIIIe siècle, Feathers­tone montre par exemple comment la classe ouvrière développa dans les docks des espaces de contestation dynamiques détournant les fonc­tions des matériaux avec lesquels elle travaillait, révélant comment leur agentivité se construisait « à travers des négociations partielles et tempo­raires de réseaux matériaux et des relations de pouvoir transversales qui s’unissaient dans les quais » (2005, p. 400).

De la colère à l’empathie, une plongée dans l’atmosphère affective des ronds-points

12Réfléchir à l’« atmosphère » qui imprégnait les ronds-points est un autre moyen de reconsidérer cet entrecroisement inédit entre matérialités et sub­jectivités. Un grand nombre de reportages ont cherché à décrire cette atmos­phère, la qualifiant tour à tour d’amicale, de détendue, de bon enfant, bien que parfois « tendue » en raison des altercations avec des conducteurs mé­contents. Les journalistes ont aussi souvent opposé la froideur des tempéra­tures hivernales, la désolation des ronds-points et des aires périurbaines alentour à la chaleur née de la mobilisation collective des protestataires. Examiner ces dynamiques sans céder à la tentation anthropocentrique nous amène vers le concept d’atmosphère affective. Cette notion renvoie pour Anderson à tout un « panel d’expériences qui se joue avant et au cours de la formation de la subjectivité, au travers des matérialités humaines et non-humaines, et au cœur même des distinctions sujet-objet » (2009, p. 78). La cons­titution d’une telle atmosphère résulte d’un processus collectif, en constante effervescence, associant de multiples affects et agentivités hu­maines et non-humaines, ainsi que des éléments discursifs. Cette atmosphère affective des ronds-points occupés a joué un rôle non négligeable dans la subjectivisation politique des protestataires. Il s’agit ici de s’attarder sur les nouvelles sociabilités qu’ont permis les ronds-points, et sur la façon dont les protestataires, qui y partageaient leur honte et leur colère, ont créé aux côtés d’acteurs non-humains une atmosphère d’empathie éminemment politique.

13« L’air qu’ils respiraient n’était qu’intensité. Les corps étaient en alerte, marqués, passionnément engagés, constamment dans l’échange, condensant l’excentricité des personnages, exerçant la capacité d’affecter et d’être affecté » (2011, p. 447) écrit Steward dans sa description de l’atmosphère des camps des mines de charbon en Virginie-Occidentale à la suite de l’élection de Reagan. Ces corps étaient en alerte parce qu’ils sentaient que « quelque chose » était en train d’avoir lieu explique-t-elle. Une intensité similaire a frappé les ronds-points français suite à la « libération émotion­nelle » (Flam, 1993) qu’a occasionnée leur occupation. Les récits des protes­tataires nous plongent dans la honte qu’ils ressentent au quotidien : honte de ne pas être capables financièrement de réparer la machine à laver cassée, ou de n’avoir que des pommes de terre à proposer aux enfants à la fin du mois. Une colère, sourde, profonde et viscérale, émane aussi de leurs discours, tournée contre le Président Macron, contre une taxe perçue comme injuste, et contre un État rendu responsable de la fermeture progressive des services publics locaux. La honte et la colère, deux affects négatifs, ont été en cons­tante « circulation » (Ahmed, 2004) entre les corps sur les ronds-points. Se rendre sur les ronds-points, y partager ses expériences de vie et des affects trop souvent refoulés a permis aux Gilets jaunes de « qualifier » ces « inten­si­tés » (Massumi, 2002, p. 28). Ce faisant, ce processus a transformé des réactions corporelles viscérales, rarement partagées car appartenant à l’ordre du pré-discursif, en émotions. Ce processus de subjectivisation s’est accom­pli grâce à l’atmosphère d’empathie qu’ont trouvée les protestataires sur les ronds-points. Une Gilet jaune explique ainsi : « J’ai rencontré plein de gens au rond-point, des voisins qui vivent dans le même immeuble que moi et que je n’avais jamais vus. Chacun de nous est absorbé dans ses propres souf­frances, on va au boulot, on rentre et on se cache à la maison » (Rubin, 2019). On observe en filigrane dans ce témoignage comment la honte avait envahi cette femme, devenant ontogénétique, une force ayant une existence autonome propre et dictant son exclusion sociale, mais aussi combien les sociabilités renouvelées des ronds-points lui ont permis de donner corps à cette honte, de qualifier cette souffrance. Plus largement, les affects négatifs partagés par les protestataires se sont fréquemment transformés en émotions plus positives – empathie, compassion, confiance et solidarité. On peut trouver un éloge d’un tel processus de subjectivisation politique dans L’Éthique (1982 [1667]) de Spinoza. Le philosophe voit dans la réappropria­tion rationnelle des émotions par les humains une des clés de leur liberté, et appelle à cultiver des affects positifs, qu’il considère plus à même d’accroî­tre le pouvoir des individus, quand les affects négatifs les soumettent à de tristes passions. En ce sens, l’atmosphère d’empathie des ronds-points s’est avérée politiquement transformative, puisqu’à travers cette verbalisa­tion de leurs affects, les Gilets jaunes ont retourné le stigma de honte et leur colère en engagement. Passant d’une honte sociale incapacitante, ils sont passés grâce à la qualification de leurs affects à un acte politique, allant pour cer­tains jusqu’à pointer la responsabilité du gouvernement et du système capitaliste néolibéral dans la production de ces affects négatifs. Ils ont ainsi « déstabilisé » et « subverti » le langage (Louis, 2019), en en inventant un nouveau qui s’appuie sur leur expérience intime de la colère et de la honte, mais désigne in fine les facteurs structurels qui en sont responsables (voir aussi Eribon, 1991 ; Eribon, 2001).

14À nouveau, il est intéressant de considérer les éléments non-humains qui ont constitué et prolongé dans le temps cette atmosphère et cette intensité. Plus précisément, quel « évènement affectif » (Massumi, 2005, p. 40) a poussé les protestataires à rejoindre les ronds-points ? Le gilet jaune a vraisemblable­ment été fondateur. Ce vêtement fluorescent de haute visibilité, dont le port est imposé par la loi depuis 2008 lorsqu’un conducteur doit effectuer un arrêt d’urgence, peut être considéré comme l’un des principaux signes affectifs de la mobilisation. Son rôle comme signe de ralliement, impersonnel mais suffisamment symbolique pour que tout un chacun s’y reconnaisse, a été abondamment commenté comme l’une des raisons du succès du mouvement (Hayat, 2019). Mosna-Savoye le décrit comme suit : c’est « l’identification sans l’identité, c’est le corps sans le visage, c’est la présence sans le nom », insistant sur le fait qu’il cherche moins « à qualifier, à dire qui l’on est, qu’à prévenir de sa présence, qu’à se rendre présent » (2019). Aussi, au même titre que la confrontation entre l’alarme et les corps humains, décrite par Massumi, le gilet jaune a pu agir comme un « signal sans signification » qui « s’adressait non aux facultés cognitives des sujets, mais bien à l’irritabilité même des corps » (2005, p. 32). Le processus d’« activation » qu’il a entraî­né a ainsi poussé les manifestants à se rendre sur les ronds-points, où ces derniers se sont « souvenus » (recollected) et ont « analysé » (reflected) leurs affects négatifs (Massumi, 2005) grâce aux rencontres avec d’autres per­sonnes mobilisées. Autre élément non-humain à considérer, le feu a lui aussi entretenu sur la durée cette atmosphère affective, les reportages soulignant combien il a contribué à réchauffer, matériellement, les ronds-points occupés et les protestataires. Produit de l’enchevêtrement des agentivités humaines et des amoncellements de déchets et palettes qui jouxtaient les ronds-points, le feu a certes aidé les Gilets jaunes à faire face aux températures hivernales rigoureuses, mais a aussi constitué un centre de gravité autour duquel ils ont cuisiné et mangé ensemble, discuté et partagé leurs expériences, facilitant ainsi la circulation d’affects positifs.

Réinventer le rythme d’une démocratie post-matérialiste

15Nous souhaiterions conclure cette réflexion en considérant les discussions qui ont animé les Gilets jaunes mobilisés et le rythme qu’ils ont imposé. Le processus émancipateur précédemment décrit a été largement favorisé par le rythme plus lent qui a orchestré la vie dans les ronds-points occupés, un rythme prompt à la qualification individuelle des affects et à la construction collective de liens. Rejoindre la mobilisation a permis aux Gilets jaunes d’échapper, même temporairement, au rythme aliénant du capitalisme. « Le rythme propre au capital », écrit Lefebvre, « est le rythme de la production (de tout : choses, hommes, etc.) et de la destruction (à travers les guerres, le progrès, les inventions et brutales interventions, la spéculation) » (1992, p. 55). À cet égard, l’occupation des ronds-points a autant reposé sur la produc­tion d’un espace différentiel que sur l’invention d’une temporalité nouvelle, plus lente, propice au changement social. Cette rupture rythmique, que les protestataires ont imposé aux conducteurs sommés de s’arrêter au rond-point, leur a non seulement permis de considérer différemment l’objet poli­tique, mais a aussi aidé, selon Rancière, à ouvrir et pluraliser les visibili­tés et possibilités :

Occuper, c’est aussi créer un temps spécifique : un temps ralenti au regard de l’activité habituelle, et donc un temps de mise à distance de l’ordre ha­bituel des choses ; un temps accéléré, au contraire, par la dynamique d’une activité qui oblige à répondre sans cesse à des échéances pour lesquelles on n’est pas préparé. Cette double altération du temps change les vitesses normales de la pensée et de l’action. Elle transforme en même temps la vi­sibilité des choses et le sens du possible (2019, p. 161).

16Les « choses » qu’évoque Rancière sont multiples. Elles renvoient autant à la visibilité de ces « corps souffrants, ravagés par le travail, par la fatigue, par la faim, par l’humiliation permanente des dominants à l’égard des dominés, par l’exclusion sociale et géographique » qu’évoque Louis (2019) qu’à la nature collective de ces affects et à la possibilité de les transformer en un nouveau langage émotionnel et politique. Il s’agit autant de la visibilité des inégalités et de l’injustice fiscale que de la mise en lumière des formes mêmes, spatiales et matérielles, que celles-ci prennent au quotidien, et que le rond-point est venu incarner. Les ronds-points sont ainsi devenus partie intégrante de ce processus. Quittant leur statut de non-lieux ignorés de la France moche, ils sont apparus comme un acteur politique aussi aguerri qu’inattendu. Organisateurs des mobilités du quotidien et des flux capitalis­tiques de l’espace abstrait de la modernité urbaine, les ronds-points se sont révélés comme de véritables choses-pouvoir, composantes essentielles de l’assemblage des migrations pendulaires, intégrées à de complexes ramifica­tions matérielles et spatiales, et à même d’encourager la circulation d’affects et la conscientisation des manifestants. Ce faisant, les ronds-points ont contribué à l’invention de formes démocratiques offrant une alternative à la démocratie représentative. Comme l’explique Balibar, les Gilets jaunes ont proposé à travers leur mobilisation une « alternative conjoncturelle au dépé­ris­sement de la politique, fondée sur l’autoreprésentation (et donc la pré­sence en personne) des citoyens « indignés » sur la place publique » (2019, p. 200-201). Dans une optique latourienne, l’ultime étape de cette réinven­tion de la démocratie serait de réserver un siège aux ronds-points eux-mêmes dans ces nouveaux espaces démocratiques. Cela signifierait inventer de nouveaux « Parlements » qui écoutent non seulement les voix et injustices subies par les subalternes, mais aussi les « frappements à la porte » (Latour, 2005, p. 262) des ronds-points. De même que les Gilets jaunes, ces multiples « choses » peuplant nos espaces périurbains demandent aussi que nous « trouvions une place pour elles » (Latour, 2005, p. 262).

Haut de page

Bibliographie

AHMED Sara, 2014, The cultural politics of emotion, Edinburgh, Routledge, 232 p.1

ANDERSON Ben, WYLIE John, 2009, « On geography and materiality », Envi­ronment and Planning, vol. 41, n° 2, p. 318-335.

ALONZO Éric, 2005, Du rond-point au giratoire, Marseille, Parenthèses/Lyon, Éditions du CERTU, 176 p.

ANDERSON Ben, 2009, « Affective atmospheres », Emotion, Space and Society, vol. 2, n° 2, p. 77-81.

AUBENAS, Florence, 2018, « “Gilets jaunes” : la révolte des ronds-points », Le Monde, 15 décembre 2018. https://www.lemonde.fr/societe/article/2018/12/15/sur-les-ronds-points-les-gilets-jaunes-a-la-croisee-des-chemins_5397928_3224.html

AUGÉ Marc, 1992, Non-lieux. Introduction à une anthropologie de la surmodernité, Paris, Le Seuil, 155 p.

BALIBAR Étienne, 2019, « Gilets jaunes : le sens du face-à-face », in Joseph Confavreux (dir.), Le fond de l’air est jaune. Comprendre une révolte inédite, Paris, Le Seuil, p. 17-28.

BARRY Andrew, 2001, Political machines: governing a technological society, London, The Athlone Press, 305 p.

BENNETT Jane, 2010, Vibrant matter: a political ecology of things, Durham, Duke University Press, 176 p.

BOURGEOIS Marie-Pierre, 2018, « “Ronds-points les plus laids de France” : des maires fâchés, d’autres contents », La Gazette des Communes, 15 janvier 2018. https://www.lagazettedescommunes.com/543859/ronds-points-les-plus-laids-de-france-certains-maires-sont-faches-dautres-sont-contents/

CASSELY Jean-Laurent, 2018, « Avec les “Gilets jaunes”, le rond-point français accède à la conscience de place », Slate, 14 décembre 2018. http://www.slate.fr/story/171150/gilets-jaunes-rond-point-francais-conscience-place

DANT Tim, 2004, « The driver-car », Theory, Culture & Society, vol. 21, n° 4-5, p. 61-79.

DE JARCY Xavier, RÉMY Vincent, « Comment la France est devenue moche », Télérama, 12 février 2010. https://www.telerama.fr/monde/comment-la-france-est-devenue-moche,52457.php

DELPIROU Aurélien, 2018, « La couleur des Gilets jaunes », La vie des idées, 23 novembre 2018. https://laviedesidees.fr/La-couleur-des-gilets-jaunes.html

DEPRAZ Samuel, 2019, « Les Gilets jaunes refont la géographie de la France », Libération, 16 janvier 2019. https://www.liberation.fr/debats/2019/01/16/les-gilets-jaunes-refont-la-geographie-de-la-france_1703399

DESJARDINS Xavier, METTETAL Lucile, 2012, « L’habiter périurbain face à l’enjeu énergétique », Métropolis, vol. 89-90, n° 3, p. 46-57.

DESJEUX Dominique, 2019, « La culture matérielle des “Gilets jaunes”, une lecture anthropologique », The Conversation, 25 février 2019. https://theconversation.com/la-culture-materielle-des-gilets-jaunes-une-lecture-anthropologique-112171

ERIBON Didier, 1999, Réflexions sur la question gay, Paris, Fayard, 528 p.

ERIBON Didier, 2001, Une morale du minoritaire. Variations sur un thème de Jean Genet, Paris, Fayard, 360 p.

FEATHERSTONE David, 2004, « Spatial relations and the materialities of political conflict. The construction of entangled political identities in the London and Newcastle port strikes of 1768 », Geoforum, vol. 35, n° 6, p. 701-11.

FEATHERSTONE David, 2005, « Atlantic networks, antagonisms and the for­mation of subaltern political identities », Social & Cultural Geography, vol. 6, n° 3, p. 387-404.

FLAM Helena, 1993, « Die Erschaffung und der Verfall oppositioneller Identität », Forschungsjournal Neue Soziale Bewegungen, vol. 2, p. 83-97.

GIBSON James J., 1982 [1938], « A theoretical field-analysis of automobile driving », in Edward Reed and Rebecca Jones (dir.), Reasons for realism: selected essays of James J. Gibson, Hillsdale, Lawrence Erlbaum Associates, 449 p.

GORDILLO Gastón, 2014, Rubble: the afterlife of destruction, Durham, Duke University Press, 336 p.

GORDILLO Gastón, 2018, « Terrain as insurgent weapon: an affective geometry of warfare in the mountains of Afghanistan », Political Geography, vol. 64, p. 53-62.

HAYAT Samuel, 2019, « L’économie morale et le pouvoir », in Joseph Confavreux (dir.), Le fond de l’air est jaune. Comprendre une révolte inédite, Paris, Le Seuil, p. 17-28

LATOUR Bruno, 2007, Changer de société, refaire de la sociologie, Paris, La Découverte, 406 p.

LATOUR Bruno, 2005, « From realpolitik to dingpolitik or how to make things public in making things public », in Bruno Latour et Peter Weibel (dir.), Making things public: atmospheres of democracy, Karlsruhe, ZKM Center for Art and Media, p. 14-41.

LEFEBVRE Henri, 1968, Le droit à la ville, Paris, Anthropos, 164 p.

LEFEBVRE Henri, 1974, La production de l’espace, Paris, Anthropos, 485 p.

LEFEBVRE Henri, 1992, Éléments de rythmanalyse. Introduction à la connaissance des rythmes, Paris, Éditions Syllepse, 116 p.

LOUIS Édouard, 2018, « Chaque personne qui insultait un gilet jaune insultait mon père », Les Inrocks, 4 décembre 2018. https://www.lesinrocks.com/2018/12/04/livres/actualite/edouard-louis-chaque-personne-qui-insultait-un-gilet-jaune-insultait-mon-pere/

MANGIN David, 2004, La ville franchisée : Formes et structures de la ville con­temporaine, Paris, Éditions de la Villette, 480 p.

MASSUMI Brian, 2002, Parables for the virtual: movement, affect, sensation, Durham, Duke University Press, 336 p.

MASSUMI Brian, 2005, « Fear (the spectrum said) », Positions, vol. 13, n° 1, p. 31‑48.

MONOD Jean-Claude, 2019, « Gilets jaunes : peut-on analyser l’histoire en cours ? », Entretien par Olivia Gesbert, Émission « La Grande Table Idées », France Culture, 4 février 2019. https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-2eme-partie/gilets-jaunes-peut-analyser-lhistoire-en-cours

MOSNA-SAVOYE Géraldine, 2019, « Pour une philosophie des « Gilets jaunes » », Émission Le journal de la Philo, France Culture, 5 février 2019. https://www.franceculture.fr/emissions/le-journal-de-la-philo/pour-une-philosophie-des-gilets-jaunes

MUCCHIELLI Laurent, 2018, « Deux ou trois choses dont je suis presque certain à propos des “Gilets jaunes” », The Conversation, 4 décembre 2018. https://theconversation.com/deux-ou-trois-choses-dont-je-suis-presque-certain-a-propos-des-gilets-jaunes-108183

NAHOUM-GRAPPE Véronique, 2018, « Le rond-point », L’Homme, vol. 1-2, n° 185-186, p. 121-131.

OHA Obododimma, 2000, « Signs, cities, and designs of capacities: the semiotics of road monuments in some Nigerian cities », The African Anthropologist, vol. 7, n° 1, p. 33-47.

PIQUET Caroline, 2018, « “Gilets jaunes” : plus de 300 ronds-points encore occupés », Le Figaro, 20 décembre 2018. http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2018/12/19/01016-20181219ARTFIG00167-gilets-jaunes-plus-de-300-ronds-points-encore-occupes.php

RANCIÈRE Jacques, 2019, « Les vertus de l’inexplicable », in Sylvain Bourmeau (dir.), « Gilets Jaunes » : Hypothèses sur un mouvement, AOC, Cahier #1, Paris, La Découverte, p. 159-163.

RODGERS Dennis, 2004, « “Disembedding” the city: crime, insecurity and spatial organization in Managua, Nicaragua », Environment & Urbanization, vol. 16, n° 2, p. 113-24.

ROUGÉ Lionel, 2009, « L’installation périurbaine entre risque de captivité et opportunités d’autonomisation », Articulo : Journal of Urban Research, n° 5. https://journals.openedition.org/articulo/1440

RUBIN Alissa J, 2019, « Denied use of roundabouts, can Yellow Vests stay united, visible and viable? » The New York Times, 20 janvier 2019. https://www.nytimes.com/2019/01/20/world/europe/yellow-vests-future.html

SCHNEIDER Michel, 2019, « Lexique du ressentiment », Le Débat, n° 204, p. 61‑75.

SPINOZA Baruch, 1994 [1667], L’Éthique, Paris, Folio.

STEWART Kathleen, 1996, A space on the side of the road: cultural poetics in an “other” America, Princeton, Princeton University Press, 243 p.

STEWART Kathleen, 2010, « Atmospheric attunements », Environment and Planning D: Society and Space, vol. 29, n° 3, p. 445-453.

STOLER Ann, 2009, Along the archival grain: epistemic anxieties and colonial common sense, Princeton, Princeton University Press, 314 p.

THRIFT Nigel, 2007, Nonrepresentational theory: space, politics, affect, New York, Routledge, 336 p.

VANIER Martin, 2019, « Après la colère », Urbanisme, n° 411, p. 74-75.

VERMEREN Pierre, 2018, « Les ronds-points, symbole de la France moche et emblème du malaise français », Le Figaro, 12 décembre 2018. http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2018/12/18/31003-20181218ARTFIG00265-pierre-vermeren-les-ronds-points-symbole-de-la-france-moche-et-embleme-du-malaise-francais.php

WEIZMAN Eyal, 2015, The roundabout revolutions, Berlin, Sternberg Press, 120 p.

ZÉAU Pierre, 2017, « La France, indétrônable championne du monde des ronds-points », Le Figaro, 28 décembre 2017. http://www.lefigaro.fr/social/2017/12/28/20011-20171228ARTFIG00005-la-france-indetronable-championne-du-monde-des-ronds-points.php

Haut de page

Notes

1 Le présent article a reçu le Julie Cruikshank Prize 2019 du Département d'Anthropologie de l’Université de Colombie-Britannique. Une première version de ce papier a été présentée lors de la journée d'études « Les Gilets jaunes en politique » organisée le 28 novembre 2019 par le Centre d'études européennes et de politique comparée de Sciences Po.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas El Haïk‑Wagner, « Les ronds-points de la « France moche », acteurs politiques inattendus d’une mobilisation sociale inédite  »Géographie et cultures, 114 | 2020, 75-112.

Référence électronique

Nicolas El Haïk‑Wagner, « Les ronds-points de la « France moche », acteurs politiques inattendus d’une mobilisation sociale inédite  »Géographie et cultures [En ligne], 114 | 2020, mis en ligne le 07 avril 2021, consulté le 27 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/gc/14998 ; DOI : https://doi.org/10.4000/gc.14998

Haut de page

Auteur

Nicolas El Haïk‑Wagner

Université de Colombie Britannique (Vancouver, Canada)
Département d’Anthropologie

nicolas.ehw@gmail.com

Haut de page
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search