Navigation – Plan du site

AccueilNuméros114L’opposition aux projets éoliens ...

L’opposition aux projets éoliens terrestres, une forme de contestation « territorialisée »

Opposition to wind farm, a form of “territorialized” contest
Romain Garcia
p. 135-152

Résumés

L’objectif de l’article est de comprendre comment se traduit l’opposition à l’éolien localement, tant sur le fond que sur la forme, et de vérifier l’influence du territoire. L’étude éclaire le « paradoxe » de la transition énergétique : d’une part, une acceptabilité relativement bonne de l’éolien en général au regard des son­dages sur le sujet avec près de 70 % des Français favorables à cette énergie selon France Énergie Éolienne, mais d’autre part une opposition forte localement où près de 70 % des projets sont attaqués en justice.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les enjeux que représente l’énergie sont au cœur des politiques énergétiques contemporaines. L’efficacité énergétique et la réduction des gaz à effet de serre sont à l’origine de nouvelles directives indispensables dans une Europe dominée par les hydrocarbures et, à des degrés divers, par le nucléaire. La France a mis en place depuis le début des années 2000 un processus de transition énergétique, dans une optique de diversification et d’autonomie énergétique, mais aussi pour contribuer à la protection de l’environnement. La production et la consommation énergétique française sont en effet mar­quées par l’utilisation massive des hydrocarbures et du nucléaire. Afin de répondre aux enjeux de la transition énergétique, la France tente de mieux valoriser les énergies renouvelables dans son mix énergétique.

  • 1 Source : RTE, 2018.

2L’énergie éolienne est au centre de ces politiques environnementales et énergétiques. C’est actuellement l’une des « énergies vertes » les plus « matures » dans le pays en termes de production électrique et de capacité installée. La puissance installée au 31 décembre 2018 était de 15 108 MW1. Le développement des énergies renouve­lables a stimulé l’instal­la­tion d’éo­lien­nes dans les espaces ruraux français. L’objectif de dévelop­pement éolien fixé pour 2023 par la Programmation Pluriannuelle de l’Énergie (PPE) est d’atteindre 24 600 MW, ce qui condui­rait, par rapport à fin 2018, à un ajout de près de 3 200 éoliennes de 3 MW de puissance unitaire dans les paysages ruraux français. À titre de comparai­son, l’énergie nucléaire, première fournisseuse d’électricité en France, tota­lise une puissance de 62,4 GW, tandis que l’hydroélectricité, énergie renou­velable la plus développée dans le pays, compte une puissance de 25,5 GW.

Tableau 1 – Puissance installée par type d’énergie en France, fin 2018

Type d’énergie

Puissance installée

Éolien

15,8 GW

Nucléaire

62,4 GW

Hydroélectricité

25,5 GW

Source : EDF

3Les évolutions et mutations récentes des espaces ruraux, sous le coup de la transition énergétique, vont donc se poursuivre avec une augmentation du nombre d’aérogénérateurs, contribuant à la création ou au renforcement, selon les territoires, de paysages agroénergétiques. Ces mutations spatiales s’accompagnent aussi de tensions sociales liées à ce développement éolien. En effet, les transformations des espaces ruraux cristallisent les tensions socié­tales en termes d’acceptabilité. Malgré les bénéfices économiques réalisés, malgré les enjeux environnementaux globalement acceptés par tous, l’implantation de parcs éoliens génère tensions, voire conflits d’usage à tous les niveaux : tant auprès des instances décisionnelles que des citoyens dont les préoccupations environnementales affichées se traduisent dans les faits par un rejet de ces installations.

4L’opposition aux projets éoliens peut prendre plusieurs formes : des mou­vements citoyens locaux aux associations ayant un rayonnement régional voire national, en passant par des opposants « isolés » (agissant seuls). Ces mouvements de contestation sont relativement nombreux : bien qu’il soit difficile d’obtenir un chiffrage exact, on estime selon les sources que 70 à 90 % des projets éoliens font l’objet d’un recours en justice. Ces actions en justice menées par les opposants à l’éolien sont la forme la plus « aboutie » de leur opposition, mais d’autres moyens sont également mis en œuvre (manifestations, réunions publiques, contre-expertises…). Par ail­leurs, les motifs d’oppositions à l’éolien sont nombreux, de la thématique paysagère à la thématique environnementale, en passant par les nuisances sur la santé.

5La problématique qui commande cet article tient à une approche croisée entre transition énergétique, éolien, territoires ruraux et acceptabilité. C’est dans ce contexte que la recherche a été effectuée. Elle s’articule autour des mouvements d’opposition sur des projets éoliens situés dans le Centre-Ouest de la France : Indre, Vienne et Haute-Vienne.

6Dans quelle mesure le développement d’un projet éolien génère-t-il des tensions voire des conflits d’usages ? De même, existe-t-il des facteurs influençant l’opposition à l’éolien ?

7L’acceptabilité sociale de l’éolien est constituée de plusieurs facteurs (cadre politique et économique d’insertion des projets éoliens, processus de déve­loppement, processus décisionnel, caractéristiques du milieu social) comme l’ont démontré Fortin et al. (2013). D’autres notions sont mobilisées au cours de la recherche, et notamment à propos des différentes formes d’oppo­si­tion à l’éolien, qui ne se limitent pas au seul « NIMBY » (« pas dans mon jardin »), mais qui complète la notion (Wolsink, 2000). De plus, les travaux de Gross (2007) et Loring (2007) sur la participation du public au dévelop­pement d’un projet éolien ont également été mobilisés. Par ailleurs, nous avons émis comme hypothèse que le territoire est un facteur pouvant jouer sur l’acceptabilité des projets éoliens. Dans le cadre de la recherche, nous nous sommes appuyés sur les travaux d’Alexandre Moine sur le territoire (2004), et notamment sur les interactions entre les acteurs et leur espace. Par ailleurs, la notion d’égalité des territoires sera utilisée pour éclairer les débats sur la transition énergétique et les oppositions faites entre l’égalité des territoires et la décentralisation de la production d’électricité liées à cette transition. Enfin, la thématique paysagère sera également étudiée, notam­ment sous l’angle de la mutation des paysages, et notamment sur « l’impor­tance de la planification dans l’accompagnement des processus de recom­positions territoriales générées par l’éolien » (Nadaï et Labussière, 2011).

8Ce travail s’inscrit dans les courants de recherche développés ci-dessus, et vise à apporter un regard complémentaire sur la thématique de l’accep­tabi­lité, mise en perspective avec le territoire comme influenceur à part entière. Afin d’identifier les aspects entraînant une opposition à l’éolien et les facteurs pouvant l’influencer, une comparaison sera réalisée entre différents projets dans des territoires présentant des caractéristiques socio-économi­ques, paysagères différentes. En effet, l’hypothèse émise est que les facteurs endogènes au territoire influencent de façon plus importante les perceptions et l’opposition des habitants sur l’éolien que les facteurs exo­gènes. Les projets éoliens étudiés sont répartis en deux catégories : la première regroupe les zones de projet où des entretiens sociologiques ont été réalisés avec des habitants. La seconde catégorie concerne les projets dont les rapports d’enquê­tes publiques ont été dépouillés afin de relever les avis mentionnés par les habitants. Ils sont tous situés dans l’Indre (région Centre Val-de-Loire), la Vienne (anciennement région Poitou Charente) et la Haute-Vienne (anciennement région Limousin), trois départements limitrophes situés dans trois anciennes régions administratives.

9Dans un premier temps sont analysés les projets éoliens et leurs territoires « supports » afin de dresser leurs traits caractéristiques. Les motifs d’oppo­sitions et les formes prises par les mouvements citoyens seront ensuite exposés et comparés pour déterminer si les caractéristiques du territoire influen­cent les perceptions des habitants. Enfin, on s’intéressera à l’éolien « citoyen », une pratique qui tend à se démocratiser en France et souvent mise en avant comme une « bonne pratique ». Par ailleurs, des pistes d’ac­tions pour une meilleure acceptabilité de l’éolien seront également exposées.

Des projets éoliens dans des contextes territoriaux différents

Les projets éoliens « classiques »

10Les projets éoliens étudiés dans le cadre de l’étude sont caractérisés de classi­ques : ils sont développés par des entreprises, comme la majorité des projets réalisés en France, à l’inverse des projets citoyens où ce sont les habitants d’un territoire qui portent le projet (démarche minoritaire en France).

11Les projets choisis sont de taille relativement homogène en termes d’implan­tations d’aérogénérateurs, de même que dans leur mode de déve­loppement (tableau n° 1). Ils sont de taille moyenne, entre 5 et 11 aérogéné­rateurs. Le projet citoyen des Terres Noires (Arnac-la-Poste et Les Grands Chézeaux, en Haute-Vienne) figure également dans le tableau de synthèse, mais à titre informatif, puisqu’il sera traité en troisième partie de cet article.

12Ils ont tous des modalités de développement comparable, à quelques nuances près. La zone d’implantation potentielle, une fois établie par la société en charge du développement, est présentée aux élus de la ou des communes concernées. Les accords fonciers sont négociés par la société avec les propriétaires et exploitants agricoles concernés par le projet. Après obtention des accords fonciers, les études environnementales, techniques et paysagères sont menées par un bureau d’étude indépendant afin de relever les sensi­bilités du territoire à diverses échelles (éloignée, intermédiaire, proche et immédiate) ainsi que les impacts potentiels d’une implantation d’aérogé­nérateurs sur différents éléments (faune, flore, paysage, milieu physique et humain). Ces études constituent le dossier d’étude d’impact, dossier à partir duquel le préfet délivre, ou non, l’autorisation environnemen­tale. Le préfet, pour constituer son avis, se base sur les expertises des services de l’État sur le dossier et ainsi que sur les conclusions du commissaire enquêteur réalisées à l’issue de l’enquête publique.

Tableau 1 – Synthèse des projets étudiés

Département

Projet

Caractéristiques du projet

Haute-Vienne

Arnac-la-Poste et Les Grands Chézeaux

Projet citoyen des Terres Noires, porté un collectif citoyen

Opposition importante

Le projet est situé dans le nord-ouest de la Haute-Vienne, non loin de l’Indre, la Creuse et la Vienne. C’est également une zone de densifica­tion potentielle éolienne, les projets en Basse Marche et dans les départe­ments limitrophes sont relativement nombreux.

Vienne

Blanzay

Un premier projet de 8 éoliennes a été abandonné (opposition virulente, élus condamnés). Un second projet en cours de développement, porté par une entreprise différente

Très forte opposition

Brux

Projet de 4 éoliennes

Forte opposition

Les deux zones d’études sont situées dans le sud-ouest de la Vienne. Une association d’opposition à l’éolien est active dans le sud-Vienne, et s’oppose à de nombreux projets menés dans cette partie du départe­ment. L’association s’est constituée au départ pour s’opposer au premier projet développé sur Blanzay, puis a étendu son domaine d’action dans le département de la Vienne (sud), mais également dans les départe­ments limitrophes (nord de la Charente et l’est des Deux-Sèvres). Près de 250 éoliennes en projets ont été comptabilisées par l’association.

Indre

St-Pierre-de-Jards

Projet de 8 éoliennes, 11 éoliennes déjà implantées en limite communale

Forte opposition

Ménétréols-sous-Vatan

Projet de 7 éoliennes (12 éoliennes déjà implantées)

Forte opposition

St-Georges-sur-Arnon

Extension de 11 éoliennes d’un projet existant (19 éoliennes, participatif)

Très faible opposition

Plus globalement, au sein de la partie nord de la Champagne Berri­chonne, en comptabilisant les éoliennes prévues et installées des com­munes étudiées et celles des communes voisines (Indre et com­munes limitrophes du Cher), on arrive à un total de 73 éoliennes en exploita­tions (47 dans l’Indre dont 31 pour le terrain d’étude), 38 éoliennes autorisées dont certaines sont en cours de construction (20 dans l’Indre dont 1 dans le terrain d’étude), et 44 éoliennes en projet (37 dans l’Indre dont 26 dans le terrain d’étude).

13L’enquête publique est le seul moment obligatoire fixant une consultation du public, consultation intervenant à la fin du développement du projet, lorsque ce dernier est finalisé. Des phases de consultations des citoyens peuvent également être réalisées (réunions et permanences publiques, ateliers partici­patifs), mais elles ne sont pas obligatoires.

14Les modalités de développement d’un projet éolien vont influencer son acceptabilité. Afin de vérifier si les caractéristiques territoriales peuvent également influer sur l’acceptabilité des projets, les projets choisis sont situés dans des territoires ayant des contextes socio-économiques, physiques, paysagers différents.

La spatialisation des projets éoliens étudiés : des contextes géographiques différents

15Le terrain d’étude est réparti sur trois départements du Centre-Ouest de la France : la Vienne, la Haute-Vienne et l’Indre (la Haute-Vienne sera traitée en dernière partie de l’article). Les projets éoliens étudiés grâce à des obser­vations participantes et des entretiens sont situés dans trois sous-régions : la Champagne Berrichonne au nord-est de l’Indre, la Basse-Marche en Haute-Vienne et le Civraisien au sud-ouest de la Vienne (figure 1).

Figure 1 – Les projets éoliens étudiés dans le Centre-Ouest de la France

Figure 1 – Les projets éoliens étudiés dans le Centre-Ouest de la France

La Champagne Berrichonne, un territoire de densification éolienne

16L’un des territoires étudiés est le nord-ouest de la Champagne Berrichonne. Cette zone, ici composée des communes de Saint-Georges-sur-Arnon, Saint-Pierre-de-Jards et Ménétréols-sous-Vatan, est située à 45 km au nord-ouest de Châteauroux (préfecture du département de l’Indre) et 30 km de Bourges (préfecture du Cher).

17C’est un territoire essentiellement rural qui a connu une crise démogra­phique avec une population vieillissante. L’agriculture, basée principale­ment sur la céréaliculture a également connu une crise avec une diminution des actifs et des exploitations agricoles, dans un espace où elle représentait la principale activité économique. C’est un territoire caractéristique des campa­gnes fragi­les et en relative déprise. On a principalement un paysage d’open­field, avec un habitat concentré en hameaux.

18Depuis 2009, le paysage a évolué avec l’installation des premières éoliennes dans le territoire. Ce développement éolien s’est poursuivi de manière assez importante dans le nord de la Champagne Berrichonne, si bien qu’aujour­d’hui, c’est un véritable paysage agroénergétique qui est visible. Cette muta­tion paysagère est renforcée par l’apparition de panneaux solaires, que ce soit sur certaines toitures ou avec le champ de panneaux solaires installés à Issoudun, lui-même voisin des éoliennes de Saint-Georges-sur-Arnon.

Photographies 1 et 2 – Paysage agroénergétique en Champagne-Berrichonne (Saint-Georges-sur-Arnon et Issoudun)

Photographies 1 et 2 – Paysage agroénergétique en Champagne-Berrichonne (Saint-Georges-sur-Arnon et Issoudun)

Source : Romain Garcia, 2016

19Les deux photos ci-dessus témoignent de la présence de ce paysage agro­énergétique, marqué par la présence de deux types d’énergie renouve­lable au milieu de zones agricoles : l’énergie éolienne, ici à Saint-Georges-sur-Arnon, qui donne une verticalité à un paysage relativement plat, et l’énergie solaire photovoltaïque, à Issoudun. Les deux « parcs », éolien et solaire, sont proches puisqu’ils ne sont séparés que par une route départe­mentale. Dans un paysage d’openfield comme celui de la Champagne Berri­chonne, les aéro­générateurs ont tendance à être visibles. Cette visibilité dans le paysage est un élément qui est susceptible d’augmenter l’opposition, dans la mesure où dans ce type de paysage un nombre important de villages peut être impacté par ce visuel et ainsi entraîner une multiplication des personnes susceptibles de s’opposer. Dans des espaces bocagers et vallonnés, la visibi­lité des éoliennes tend à être moins grande.

20Au sein de la partie nord de la Champagne Berrichonne, en comptabilisant les éoliennes prévues et installées des communes étudiées et celles des commu­nes voisines (Indre et communes limitrophes du Cher), on arrive à un total de 73 éoliennes en exploitations en 2017 (47 dans l’Indre dont 31 pour le terrain d’étude), 38 éoliennes autorisées dont certaines sont en cours de construction (20 dans l’Indre dont 1 dans le terrain d’étude) et 44 éoliennes en projet (37 dans l’Indre dont 26 dans le terrain d’étude).

21Les différentes caractéristiques du territoire vont se retrouver dans les avis émis par les habitants sur les projets éoliens. Ces éléments seront appro­fondis en seconde partie de l’article. Néanmoins, on peut noter que la densi­fi­­cation éolienne dans un territoire d’openfield où les visibilités tendent à être nombreuses (peu de masques visuels sont présents) contribue à influen­cer les avis des habitants sur l’éolien. La problématique du mitage et de la densification est des éléments importants dans les motifs de colère des habitants.

Le Civraisien, vers une densification éolienne future

22Le second territoire étudié est situé dans le sud-ouest de la Vienne. Cette zone, située aux confins du sud-ouest de la Vienne, est limitrophe des Deux-Sèvres et de la Charente. Le territoire est à dominante rurale et est éloigné des principaux pôles de la région Poitou Charente : 42 km de Poitiers, 57 km de Niort et 60 km d’Angoulême. Des petites villes sont néanmoins proches. Les caractéristiques socio-économiques du territoire d’étude seront présen­tées à l’échelle des intercommunalités (EPCI du Civraisien et EPCI de la Région de Couhé) regroupant les deux projets (Blanzay et Brux).

23Le territoire est situé dans des plaines vallonnées et/ou boisées, composées de plateaux et de vallées parcourus par des affluents (de la Creuse, la Vienne et du Clain). Les parcelles sont de taille modeste, avec des haies et des arbres isolés.

  • 2 Données de 2018.

24Le développement éolien dans le secteur du sud Vienne est dynamique avec des projets en cours de développement. le secteur, défini ici au sud-ouest de Poitiers et à l’ouest de Montmorillon, comptabilise cinq parcs éoliens en fonc­­tion­nement (Voulême, Lizant, Brion, Adriers), neuf parcs autorisés (Brux, Champagné-le-Sec, Saint-Secondin, Usson-du-Poitou, Saint-Martin -l’Ars, Surin, Château Garnier, Payroux et Bouresse) et douze parcs en cours d’études (Blanzay, Savigné, Saint-Secondin, Vernon, Adriers, Genouillé, Asnois, Pressoir, Champagné-Saint-Hilaire, Saint-Maurice-la-Clouère, Le Vigeant, Plaisance)2. Des parcs sont également en cours de développement dans les communes des départements limitrophes.

25Le Civraisien présente une structure territoriale différente de la Champagne Berrichonne. De même, le contexte éolien y est différent ; peu de parcs éoliens sont en exploitation. Ces éléments ressortent dans les motifs de colère des habitants : la crainte d’une évolution du territoire où les parcs éoliens seraient nombreux et pourraient ainsi dénaturer le paysage, selon leurs termes.

26La Champagne Berrichonne et le Civraisien se distinguent dans leur struc­ture territoriale et dans les processus de développement éoliens en cours. Ces éléments vont influencer les avis exprimés par les habitants et vont être explicités dans la suite de l’article. On peut ainsi évoquer une spatialisation de la colère, qui même si elle tend à être similaire sur certains points, possè­de des différences liées aux caractéristiques du territoire d’insertion.

L’acceptabilité de l’éolien : caractérisation des motifs et perceptions des opposants et structuration de l’opposition

27Plusieurs rapports d’enquêtes publiques sur différents projets éoliens ont été analysés pour déterminer les thèmes de soutien ou d’opposition au dévelop­pement de ces projets. Ces projets éoliens sont situés en Vienne et Indre, à proximité des projets constituant du terrain d’étude. Ces résultats sont croisés avec la réalisation d’entretiens sociologiques auprès d’habitants rési­dant au sein du territoire d’étude. Quinze entretiens semi-directifs, enregis­trés et retranscrits intégralement, regroupant 19 personnes ont été réalisés. Une analyse du discours a été réalisée afin de relever les motifs d’oppo­sitions et les influences sociologiques.

L’acceptabilité des projets éoliens : vers des logiques territoriales ?

28Les différentes thématiques de soutien ou d’opposition à l’éolien ne sont pas toutes évoquées avec la même fréquence : certaines sont plus prépondérantes et reviennent avec insistance. Les observations défavorables sont principa­lement axées sur les impacts de l’éolien sur la santé et le cadre de vie des riverains, et sur les impacts paysagers et patrimoniaux.

29Les avis sur les projets éoliens étudiés sont axés pour plus de la moitié sur les impacts territoriaux de l’implantation des éoliennes. Les territoires étu­diés sont néanmoins relativement différents, notamment au niveau paysager. À une échelle plus fine, certaines différences se dégagent dans la répartition des arguments en défaveur du développement éolien. Les argu­ments favora­bles au développement éolien ne seront pas pris en compte dans cette partie : les résultats sont, pour ces arguments, trop hétérogènes pour dégager des tendances.

30Les impacts sur le paysage sont évoqués de manière plus importante dans l’Indre qu’en Vienne. Ces différentes sont liées aux caractéristiques paysa­gères des différents territoires étudiés. En Champagne Berrichonne, il s’agit d’un paysage d’openfield, qui, même s’il n’est pas jugé « esthétique » par la population, a vu l’arrivée d’une densification éolienne importante qui tend à le modifier. Par ailleurs, durant les entretiens, les habitants ont indiqué avoir un attachement à cet openfield bien qu’ils reconnaissent un certain manque d’esthétisme. Dans le cas de la Vienne, les aménités paysagères tendent à être moins attachantes (plaine du Poitou). Les caractéristiques paysagères vont être reprises par la suite pour expliquer ces différences. Ces éléments sont intéressants puisqu’ils confirment l’hypothèse que les caractéristiques territoriales influencent les avis émis sur l’éolien. Le paysage est le support des caractéristiques du territoire et des représentations des habitants.

31Deux autres motifs d’opposition à l'éolien ne sont pas évoqués avec la même fréquence entre les différents territoires étudiés : il s'agit de la perception négative du développement éolien par les opposants, et de la conception du projet, jugée mauvaise. On peut lier la mise en avant de ces arguments avec la dynamique du territoire en termes d’éolien : en Civraisien, territoire quasi vierge de parcs en exploitation (tableau n° 3), les opposants ont une percep­tion négative de cette énergie plus forte que dans l’Indre, qui a également des éoliennes sur son territoire.

Tableau 2 – Répartition par thématiques (en %) et par départements des observations défavorables à l’éolien émises lors des enquêtes publiques

Thématiques

Indre

Vienne

Éolien pas rentable / ne produit pas assez d’énergie

5,4

3,3

Perception négative du développement éolien

4,6

8,8

Potentiel éolien faible du territoire

3,1

0

Projet mal conçu et mal placé

26,5

13,1

Information peu présente, voire absente

2,5

5,5

Mise en cause administrations / élus / sociétés

0,7

1,5

Risques sur la santé / cadre de vie

18,1

27,4

Impacts sur le paysage / patrimoine

18,6

11,3

Conséquences sur l'environnement

9,7

14,6

Crainte sur l'économie locale

10,7

14,6

Sources : Rapports d’enquêtes publiques de projets éoliens en Vienne et Indre. Conception / réalisation : Romain Garcia, 2015

32Parmi l’ensemble des facteurs conditionnant l’inacceptabilité des projets, et par extension la mise en place de mouvements citoyens opposés à l’éolien, une thématique a attiré notre attention : il s’agit de l’adhésion, effective ou non, des habitants au processus développement.

33Les enquêtes publiques constituent parfois le seul recueil possible des avis d’habitants sur le projet, les réunions publiques et les permanences étant souvent absentes des projets. Or il apparaît que, durant les enquêtes pu­bliques, les avis exprimés peuvent être réduits, et arrivent dans un processus où le projet est déjà ficelé. Les avis exprimés par les habitants lors des enquêtes publiques laissent peu de place à une modification du projet, dans la mesure où certains arguments sont liés à la technologie et non au projet. De plus, l’enquête publique intervient lorsque le projet est terminé pour le développeur : les implantations sont déterminées, les accords ont été trouvés avec les propriétaires-exploitants agricoles, les études d’impacts et de danger sont terminées. L’acceptabilité des projets est donc difficile à obtenir dès lors que la prise en compte des avis des habitants est effectuée à la fin du projet, quand celui-ci est bouclé.

34L’adhésion des habitants au projet semble être un facteur essentiel de la réussite des projets éoliens. Cette adhésion peut être effective avec un processus d’information qui soit réalisé en accord avec les attentes des citoyens (informations complètes, réalisées par une structure « neutre », au début du développement du projet).

35En Champagne Berrichonne, un seul cas « d’association » des habitants au projet a favorisé leur adhésion, à Saint-Georges-sur-Arnon. Les élus de la commune ont pris en main le projet éolien qui leur avait été proposé par le promoteur éolien. Cette prise en main des élus a contribué à faire accepter le projet éolien (qui est désormais en exploitation), son extension en cours étant également plutôt bien acceptée. On retrouve une certaine logique dans cette acceptation des projets à Saint-Georges-sur-Arnon ; dès lors que le dévelop­pement est endogène au territoire, qu’il est proposé ou soutenu par des personnes clés, notamment des personnes-ressources ou ayant une légitimité, comme les élus, cela rassure d’une certaine façon les habitants.

36A contrario, le projet de Blanzay est intéressant au niveau de l’association des citoyens aux processus de décisions. Deux projets se sont succédé sur la commune, le second étant toujours en cours lors de la réalisation des entre­tiens. Le premier s’était relativement mal passé (opposition importante, condamnation des élus, opposition d’acteurs importants, notamment le parc animalier « La Vallée des singes »). Pour le développement du second projet, situé sur une zone différente par rapport au premier, un comité de pilotage (COPIL) a été mis en place, qui réunit des élus, des habitants (notamment des opposants) et le développeur. Ce comité de pilotage a été mis en place pour « œuvrer à un dialogue constructif pour le développement concerté de l’étude de faisabilité du projet. […] Son ouverture à la popula­tion civile blanzéenne devra être envisagée à chaque étape du projet » (Lettre municipale de la commune de Blanzay, p. 2, octobre 2015). L’association des habitants est mise en avant, de même que les échanges avec la société de développement, afin d’éviter (ou de minimiser) les risques d’opposition sur ce second développement. Il semble néanmoins que les COPIL soient assez mouvementés d’après des habitants rencontrés lors d’une permanence publique à Blanzay (30 juin 2017).

La structuration de l’opposition à l’éolien

37Il convient désormais de s’attacher aux raisons influençant les habitants à soutenir ou s’opposer à l’éolien. On a pu évoquer certains éléments explica­tifs de ces différences : le contexte géographique d’insertion des projets, le type de développement et la présence ou non des processus informatifs et de concertations. D’autres raisons peuvent influencer les avis sur l’éolien. Il s’agit principalement de facteurs personnels, liés entre autres à l’origine géographique, à l’engagement associatif local, au corps de métier ou encore aux relations entretenues avec les habitants et les élus du territoire communal et intercommunal.

38L’engagement local des habitants, que ce soit au niveau communal ou à l’échelle de l’intercommunalité, est un élément important influençant le positionnement sur l’éolien. Globalement, une implication locale associative ou politique tend à influencer le positionnement sur l’éolien, mais selon des critères précis : un engagement en lien avec l’éolien directement ou indirec­tement (sauvegarde du patrimoine par exemple). Un engagement local sans lien avec l’éolien, comme le sport ou les services à la personne, n’a pas d’influence. Le fait d’être néo-rural tend à amplifier l’engagement local.

39La connotation politique ne semble pas jouer dans les cas étudiés, dans la mesure où l’ensemble des conseils municipaux sont « sans étiquettes », aucune allusion politique n’a été effectuée par les enquêtés durant les entretiens.

40Le second facteur concerne l’origine géographique des enquêtés. En effet, on a pu mettre en évidence une distinction entre les néo-ruraux et les personnes originaires du territoire d’implantation des éoliennes. Les néo-ruraux interro­gés dans le cadre de la recherche présentent des dates d’arrivée dans leur commune relativement anciennes, allant de 15 à 40 ans. Néanmoins, cela tend quand même à influencer leur positionnement : ils sont venus sur le territoire soit pour des raisons professionnelles, soit pour rechercher un cadre de vie calme et relativement éloigné de la ville. Leur implication au sein de la commune, que ce soit économiquement avec l’achat, la rénovation ou la construction d’un logement, ou au niveau associatif et politique sont des éléments qui sont ressortis dans les différents entretiens menés, comme des points qui les rendent « légitimes » à s’exprimer et à s’opposer à un projet éolien, par crainte de voir leur territoire et leur habitation dévalués.

41Le métier exercé par les personnes interrogées tend à influencer également leur avis sur l’éolien, mais, à l’image des engagements associatifs, l’influen­ce a lieu seulement lorsque le domaine professionnel est « concer­né » par l’arrivée d’un projet éolien. En effet, les agriculteurs concernés par des implantations d’aérogénérateurs à proximité ou sur leur parcelle sont, de fait, influencés par l’éolien, de même que la personne travaillant dans la vente de maisons de caractère, qui craint de ne plus pouvoir « vendre » de maisons.

42Plusieurs éléments tendent à influencer la perception des habitants sur l’éolien. On a pu voir que l’engagement associatif ou politique, l’origine géographique de l’enquêté ou encore les pratiques locales en faveur de la protection de l’environnement sont des caractéristiques qui dans une certaine mesure, influencent les avis. En revanche, il faut noter que ces éléments ne peuvent être considérés seuls, mais agissent en interaction les uns avec les autres.

Des projets éoliens classiques aux projets citoyens, vers une diminution de la contestation ?

Le projet des Terres Noires (Arnac-la-Poste, Les Grands-Chezeaux)

43Le développement « citoyen » d’un projet éolien permet une appropriation de ce dernier par les habitants, et notamment ceux qui sont au cœur de ce développement. Ce dernier est pris en main de façon intégrale par les habitants : ce sont eux qui initient le projet, démarchent les entreprises pour réaliser les études. Ils créent une société pour la gestion du projet et trouvent les financements nécessaires à sa réalisation. Les habitants sont présents dès le départ, sont les décideurs et peuvent être accompagnés de collectivités territoriales, d’entreprises locales.

  • 3 La Coopérative d’Utilisation de Matériel Agricole (CUMA) de la Chézalande.

44Le projet citoyen des Terres Noires est porté par un collectif d’agriculteurs initialement regroupé en CUMA3. Ces agriculteurs, issus du territoire, se sont engagés dès 2006 dans l’éolien avec la volonté de développer un projet qui soit citoyen.

45L’entretien réalisé en 2015 avec les initiateurs du projet et membres de VEM 87 permet d’éclairer les objectifs de ce collectif « on voulait s'approprier ce projet plutôt que de laisser des grandes sociétés se l'approprier c'est ça que ça reste au territoire aux citoyens au territoire enfin aux communes euh voilà c'était surtout ça notre projet » (habitant de Saint-Hilaire-la-Treille, membre du collectif développant le projet, 16 décembre 2015). Ce dévelop­pement du territoire souhaité par les initiateurs du projet est également lié à la perception de ce dernier, qui pour eux est en retrait des zones de dévelop­pement et peu peuplées « On est dans une zone plus que tristounette puis­qu'on a on n'a pas grand-chose même sur le plan touristique […], on n'a pas spécialement un paysage remarquable bon y a toujours quelques petits coins qui sont sympathiques à visiter qui ont une histoire » (habitant de Saint-Hilaire-la-Treille, membre du collectif développant le projet, 16 décembre 2015). Les retombées économiques possibles avec l’exploitation d’un parc éolien pourraient ainsi permettre au territoire (communes et communauté de communes) d’avoir des moyens financiers supplémentaires, dans un contexte de baisse des subventions, mais également de baisse démographique.

Une acceptabilité en demi-teinte du projet des Terres Noires

46Le projet citoyen des Terres Noires connaît une opposition, composée d’une association locale, l'Association pour la Sauvegarde et la préservation de l’Environnement Rural (ASPER), et des habitants « non affiliés » à l’asso­cia­tion. L’association s’est exprimée dans la presse locale, durant les enquêtes publiques, et a réalisé des actions d’informations localement. Par ailleurs, des Anglais se sont également opposés au projet.

47Les premiers mouvements d’opposition se sont déclenchés en 2010 sur le projet des Terres Noires. Une permanence publique a été « houleuse » en 2014, et certains opposants ont manifesté leur désaccord de façon virulente.

48L’enquête publique relative au projet éolien des Terres Noires s’est déroulée entre avril et mai 2017, dans les communes d’Arnac-la-Poste. Des avis émis par les habitants lors de cet événement ont été recueillis et analysés afin de quantifier et qualifier les motifs de soutien et d’opposition à ce projet éolien.

49Trois grands thèmes sont revenus de façon importante dans les arguments positifs sur le projet des Terres Noires. Le premier est relatif à la contribu­tion à la transition énergétique grâce à l’implantation d’éoliennes (les avis exprimés sur ce sujet représentent 36,2 % du total des arguments émis). Le second thème qui revient dans les arguments émis par les habitants est axé sur les retombées économiques qui seront perçues localement d’une part, et la revitalisation du territoire d’autre part, et regroupe près de 22 % des avis. Le nord de la Haute-Vienne est dans une situation de déprise démogra­phique, avec peu d’activités économiques et un éloignement des pôles. L’arrivée des éoliennes et des retombées économiques induites apparaît comme une solution pour les habitants de revitaliser le territoire, et de venir compenser les baisses des dotations de l’État. De plus, dans le cadre d’un projet citoyen, les retombées économiques seront en théorie directement captées par les habitants membres du projet, les collectivités territoriales ayant également des apports financiers.

50La troisième thématique représentée de façon importante, et regroupant 15,5 % des avis, est liée au caractère citoyen du développement éolien. Les habitants ont mis en avant l’aspect citoyen du projet, l’association des acteurs qui en découle, entre agriculteurs, habitants, élus locaux et entreprise de développement éolien, ainsi que les retombées sociales du projet.

51Les observations émises par les habitants défavorables au projet des Terres Noires sont axées sur plusieurs thèmes revenant de manière similaire dans leur fréquence. En effet, contrairement aux observations favorables qui étaient concentrées sur trois aspects, plusieurs thématiques sont concernées ici de la même manière. On retrouve ainsi des avis négatifs sur ce projet axé sur les risques socio-économiques liés à l’implantation potentielle d’éolien­nes, les nuisances qu’elles risquent d’engendrer, que ce soit sur l’environ­nement, les habitants ou sur le paysage et le patrimoine, et sur la mauvaise conception du projet.

52Un autre élément permet d’éclairer le soutien et l’opposition à ce dévelop­pement citoyen. Il s’agit de la localisation des personnes ayant émis un avis sur le projet des Terres Noires. Les distances moyennes ont pu être calculées grâce aux personnes ayant indiqué leur lieu de résidence dans le rapport d’enquête publique.

53La distance moyenne des habitants ayant émis des remarques positives pour soutenir le projet des Terres Noires est de 53,6 km, contre 8,6 km pour les opposants. On peut ainsi noter que la mobilisation a été très locale pour l’opposition, alors que par ailleurs, très peu d’opposants sont éloignés du projet ; la personne la plus éloignée parmi les personnes défavorables réside à 33 km d’Arnac-la-Poste, et, pour renforcer l’analyse, 76,2 % des opposants habitent à moins de 10 km des zones potentielles d’implantation.

54L’acceptabilité tend à diminuer dès lors qu’un développement éolien est spatia­lement proche des habitations. Il faut néanmoins nuancer le propos, dans la mesure où les pétitions ne sont pas prises en compte dans l’analyse. On peut ainsi potentiellement retrouver des opposants résidant assez loin du projet. Au regard des arguments émis par les personnes défavorables, ainsi que leur lieu de résidence, on peut indiquer que ce n’est pas une opposition par « principe », marquée par exemple par un désaccord sur la technologie éolienne, sur la transition énergétique ou sur la protection de l’environ­ne­ment, mais plutôt sur une opposition liée à des intérêts locaux et personnels : nuisances, perte de patrimoine, diminution de valeur immobi­lière, autant d’éléments qui sont craints lorsqu’on est proche du futur parc.

55La mobilisation sur ce projet éolien a été forte, notamment chez les per­sonnes favorables qui se sont largement exprimées lors de l’enquête pu­bli­que, contrairement à des projets classiques où les pro-éoliens sont en retrait par rapport aux personnes défavorables. On a également pu déter­miner que la distance entre les implantations prévues et les habitants joue un rôle majeur : l’acceptabilité diminue dès lors qu’un développement éolien est spatialement proche des habitations. Le soutien au projet est relativement élevé de la part de la population, et tend à dépasser les frontières des zones d’implantations. La communication, les processus de concertation, le caractère local du développement et la possibilité pour le territoire et les habitants de percevoir des retombées financières sont autant d’éléments qui contribuent à l’acceptabilité du projet des Terres Noires.

Conclusion

56La multiplication des installations d’éoliennes dans divers territoires ruraux en France comme dans toute l’Europe a contribué à une augmentation des conflits d’usage à tous les niveaux.

57Le premier résultat ressortant de notre étude est la présence d’un décalage entre les avis figurant dans les enquêtes publiques et ceux émis dans un cadre privé par les habitants. Les enquêtes publiques constituent le seul véritable moment où les avis des habitants sont pris en compte dans le développement d’un projet éolien. L’analyse des opinions exprimées durant les enquêtes publiques et dans un cadre privé, lors des entretiens, a permis de vérifier le décalage qui existe entre les deux et de pondérer les avis exprimés durant les enquêtes publiques. On a ainsi pu mettre en avant, grâce aux entretiens, que les pratiques et l’ancrage local des sociétés de développe­ment, les processus informatifs et l’association des habitants aux décisions sont des facteurs importants dans l’acceptabilité des projets. Ces éléments se révèlent être aussi importants que certains griefs indiqués dans les rapports d’enquêtes publiques, comme les impacts paysagers et les risques potentiels sur la santé et sur le cadre de vie. Par ailleurs, nous avons mis en évidence une évolution de l’avis des habitants sur l’éolien suite au développement d’un premier projet.

58Les mouvements d’oppositions sur l’éolien sont nombreux, que ce soit sur le terrain d’étude ou dans d’autres espaces ruraux français et européens. Les campagnes sont le théâtre de nouvelles évolutions, paysagères, économiques, sociales. L’éolien, par ses caractéristiques, peut assurer aux campagnes des retombées supplémentaires, mais entraîne par ailleurs des mutations au sein des territoires, notamment au niveau du paysage et des relations sociales entre les habitants, qui peuvent se dégrader. Sur un aspect plus sociologique, les discours des habitants recueillis au cours des entretiens ont permis de comprendre en partie le contexte social et son évolution suite au développe­ment de projets éoliens. Des tensions et des ruptures sociales présentes dans les communes ressortent dans les propos de certains habitants. Ces éléments sont difficilement mesurables dans les rapports d’enquête publique. De même, nous avons également caractérisé l’opposition par les profils des opposants, leur argumentation, les facteurs socio-économiques notamment.

59Nous nous sommes également attachés aux profils sociologiques des habi­tants rencontrés, afin de déterminer les facteurs influençant leur soutien ou leur opposition à l’éolien. L’engagement local des enquêtés, politique ou asso­ciatif, s’est révélé être un élément important, et tend à influencer et renforcer leur positionnement sur l’éolien, positif ou négatif. Le fait d’être néo-rural amplifie l’engagement local, notamment contre l’éolien, mais ne constitue pas un déclencheur. Le métier influence également l’avis des habitants sur l’éolien, lorsque le domaine professionnel est « concerné » par l’arrivée d’un projet éolien.

60Dans le cadre de la poursuite de la recherche, il serait intéressant de vérifier les évolutions des avis émis sur l’éolien, suite à la mise en place d’un parc éolien. En effet, les avis recueillis l’ont été des projets en cours. De même, la prise en compte d’avis d’autres acteurs (bureau d’études, association natura­liste par exemple) serait intéressante pour qualifier les avis sur l’éolien et apporter des éléments d’objectivation.

Haut de page

Bibliographie

BEAUD Stéphane, WEBER Florence, 1997, Guide de l’enquête de terrain, La Découverte, 336 p.

COTE Guillaume, FEURTEY Évariste, FORTIN Marie-José et al., 2009, Développement territorial et filière éolienne. Des installations socialement acceptables : élaboration d’un modèle d’évaluation de projets dans une perspective de développement territorial durable, rapport final, Unité de recherche sur le développement territorial et la filière éolienne, UQAR, 227 p.

FORTIN Marie-José, FOURNIS Yann, BEAUDRY Raymond, 2013, « Accep­tabilité sociale, énergies et territoires : De quelques exigences fortes pour l’action publique », Mémoire soumis à la Commission sur les enjeux énergétiques, Université du Québec à Rimouski, 29 p.

GROSS Catherine, 2007, « Community perspectives of wind energy in Australia: The application of a justice and community fairness framework to increase social acceptance », Energy Policy, vol. 35, n° 5, p. 2727-2736.

LORING Joyce McLaren, 2007, « Wind energy planning in England, Wales and Denmark : Factors influencing project success », Energy Policy, n° 35, p. 2648-2660.

MOINE Alexandre, 2005, « Le territoire comme un système complexe. Des outils pour l'aménagement et la géographie », Septièmes Rencontres de Théo Quant.

NADAÏ Alain, LABUSSIÈRE Olivier, 2010, « Planification et acceptabilité sociale, le cas de l’éolien en France », Enjeux techniques et sociaux en France, p. 45-60.

WOLSINK Maarten, 2000, « Wind power and the NIMBY-myth : institutio­nal capacity and the limited significance of public support », Renewable Energy, n° 21, p. 49-64.

Haut de page

Notes

1 Source : RTE, 2018.

2 Données de 2018.

3 La Coopérative d’Utilisation de Matériel Agricole (CUMA) de la Chézalande.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Les projets éoliens étudiés dans le Centre-Ouest de la France
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/15126/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre Photographies 1 et 2 – Paysage agroénergétique en Champagne-Berrichonne (Saint-Georges-sur-Arnon et Issoudun)
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/15126/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Crédits Source : Romain Garcia, 2016
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/15126/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Romain Garcia, « L’opposition aux projets éoliens terrestres, une forme de contestation « territorialisée » »Géographie et cultures, 114 | 2020, 135-152.

Référence électronique

Romain Garcia, « L’opposition aux projets éoliens terrestres, une forme de contestation « territorialisée » »Géographie et cultures [En ligne], 114 | 2020, mis en ligne le 07 avril 2021, consulté le 17 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/gc/15126 ; DOI : https://doi.org/10.4000/gc.15126

Haut de page

Auteur

Romain Garcia

Laboratoire CEDETE EA1210
Université d’Orléans

rgarcia.geo@gmail.com

Haut de page
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search