Navigation – Plan du site

AccueilNuméros115« Tuer en trois étapes » : trajec...

« Tuer en trois étapes » : trajectoire de normalisation de la chasse aux phoques canadienne face à la cause animale et aux adaptations locales

“Killing in three steps”: standardization trajectory of Canadian seal hunt facing animal welfare and local adaptations
Gaëlle Ronsin, Nathalie Lewis et Geneviève Brisson
p. 41-65

Résumés

La chasse aux phoques commerciale canadienne est sujette à controverse depuis soixante ans. Les débats ont principalement porté sur la souffrance des phoques lors de la mise à mort. Face aux critiques, une série de réglementations se sont imposées à partir des années 1970 au Canada afin d’encadrer cette activité cynégétique, qui devient « la chasse la plus surveillée au monde ». À partir d’une enquête de terrain réalisée aux Îles-de-la-Madeleine (Québec), cet article met en discussion la trajectoire de normalisation de la chasse aux phoques dans ses implications locales et ses renégociations à travers le temps. Le cadre législatif globalisé du bien-être animal adopté durant la période où naît la controverse de la chasse aux phoques a cadré les pratiques et techniques de chasse, sans toujours correspondre aux observations de terrain. Au-delà de la mort, les connaissances scientifiques ont, à partir des années 2000, centré le débat sur les indices de souffrance et d’(in)conscience de l’animal. Des protocoles ont été adoptés, exi­geant que les chasseurs pratiquent un « abattage en trois étapes ». La trajectoire de normalisation de cette chasse entre alors en résonance avec celle qu’ont connue les abattoirs pour les animaux domestiques. Depuis peu, les changements environnementaux locaux transforment la répartition des espèces de phoque dans cette région et l’attention qui leur ait porté. Ceci modifie alors la façon de pratiquer cette mise à mort, et questionne, à nouveau, l’adéquation des normes.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Au Québec, le terme de « chasse commerciale » est employé pour la différencier de deux autres types (...)

1La chasse aux phoques commerciale canadienne est sujette à controverse depuis soixante ans (Lowe, 2008). Les débats ont principalement porté sur la souffrance des phoques lors des chasses, les méthodes de mise à mort, l’encadrement juridique de ces pratiques et le bien-fondé de la commer­cia­lisation de produits dérivés de ces animaux sauvages. Dans le fleuve et le golfe du Saint-Laurent, trois espèces de phoques – (phoque gris (Halichoe­rus grypus), phoque du Groenland (Pagophilus groenlandicus) et dans une moindre mesure phoque commun (Phoca vitulina) – furent d’abord chassées pour leur graisse, ressource à forte valeur marchande, puis pour leur cuir et leur fourrure (Chaussade, 1975). Mais au XXe siècle, seul le phoque du Groenland fait l’objet d’une exploitation commerciale1, principalement pour sa peau et sa fourrure qui ont alimenté les marchés du prêt-à-porter de luxe européen et nord-américain jusque dans les années 2000. Cette espèce migratrice peuple durant l’hiver le Golfe du Saint-Laurent, les abords de Terre-Neuve et de l’archipel des Îles-de-la-Madeleine (figure 1). C’est autour d’elle, et plus particulièrement de son blanchon – nom donné au jeune avant sa mue, surnommé aussi « bébé phoque » – que se sont forgé les termes du débat, les discours et leurs cadrages.

Figure 1 – Schéma de localisation des phoques et de leurs aires géographiques dans l’Est du Canada (issu et adapté du site internet de Pêches et Océans Canada)

Figure 1 – Schéma de localisation des phoques et de leurs aires géographiques dans l’Est du Canada (issu et adapté du site internet de Pêches et Océans Canada)
  • 2 La visibilité de la mise à mort des phoques est forte : elle se déroule habituellement en plein air (...)

2Réputée « cruelle » et porteuse d’images spectaculaires2, cette chasse est un cas, qui par sa situation unique, permet de situer d’autres contextes de mise à mort d’animaux. Comme dans d’autres milieux cynégétiques (Goreau-Ponceau et Lemoigne, 2017; Mounet et Chanteloup, 2019), elle fait face à l’injonction depuis les années 1960 de la préservation du bien-être animal, notion complexe et multidimensionnelle (Mounaix et Terlouw, 2013). Cet article porte sur la façon dont, dans ce contexte, l’encadrement de l’acte de tuer des phoques et la recherche de la diminution des souffrances se sont au fur et à mesure érigés en norme (Clark, 1997). Nous entendons par là le travail de cadrage et de formalisation du social, mais aussi la définition socio­logique de connaissances, de dispositifs et d’usages pour les acteurs dans leur quotidien. À la différence d’autres situations cynégétiques, la chasse aux phoques s’inscrit dans le commerce et l’industrialisation d’une « ressource » naturelle qui ont conduit, au fil des années, à multiplier les règles et dispositifs pour jauger des « bons » procédés pour mettre à mort l’animal, à l’instar des abattoirs. La mort devient, nous le verrons, une unique étape dans une série de dispositifs plus complexes (par exemple, autour de la conscience de l’animal) visant à encadrer l’abattage. Se dessine alors l’hypothèse que, même s’il s’agit d’une chasse concernant un animal sauvage, l’abattage des phoques a connu une trajectoire de normalisation similaire à celle concernant la mise à mort du bétail domestique dans les abattoirs – soumise ces dernières décennies à une technicisation et normalisa­tion accrue, pour des raisons sanitaires et pour d’autres raisons liées au bien-être animal (Vialles, 1987 ; Muller, 2008 ; Rémy, 2009).

3Cet article se concentre sur les règles édifiées au Canada et sur les pratiques des chasseurs de phoques dans un territoire précis, celui des Îles-de-la-Madeleine, afin de comprendre comment des normes pensées de façon internationale ont régulé et modifié (ou non) les façons de procéder dans la mise à mort des phoques. En filigrane, le regard des chasseurs madelinots sur la montée de l’impératif du bien-être animal, et la façon dont les acteurs s’en saisissent pour opérer des négociations permettront d’offrir un contrepoint situé à des dispositifs et conceptions globalisantes.

4Nous proposons, pour cet article, de situer chronologiquement cette trajec­toire de normalisation en fonction de trois référentiels qui l’ont alimentée (tableau 1) : la cause animale (1970-1990), l’information scientifique (2000 à 2010) et les changements environnementaux (2010-2020). Les règlements sur la chasse aux phoques ont concerné certaines pratiques dont le récit que nous en faisons met en évidence leur inadéquation face aux situations concrètes ou en changement. L’accent mis sur le bien-être et la souffrance animale, dans les années 1970, a eu pour conséquence l’invisibilisation d’autres pratiques en regroupant les phoques sous l’unique représentation du « bébé phoque », jusqu’à faire oublier la multiplicité d’espèces et de popula­tions qui existent et la diversité des relations qui les unissent aux humains. L’analyse des deux dernières décennies (2000-2020), moins connues, qui sera au cœur de cet article, montre que les changements environnementaux et les mutations induites dans la chasse aux phoques ont rendu visible l’hétérogénéité des situations locales.

Tableau 1 – Frise chronologique de la normalisation de la chasse aux phoques commerciale au Québec (Canada).

1950 à 1970 : la population de phoques du Groenland du nord-est de l’Atlantique diminue de 50 %

1964 : diffusion de l’émission Les Grands Phoques de la banquise - Radio Canada mettant en scène pour la première fois la chasse aux phoques du Groenland

1965 : création du fonds « Sauvons les phoques » (Save the Seals Fund) de la Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux du Nouveau-Brunswick (SPCA) et 1967 : la SPCA lance une campagne contre la chasse aux « bébés phoques »

1968 : une du Daily Mirror « The price of Sealskin Coat »

1969 : création de IFAW (Fonds international pour la protection des animaux)

21 février 1969 : couverture de Paris Match « Sauvons les bébés-phoques »

1970 : création du regroupement des chasseurs madelinots, devenu ensuite ACPIQ (Association des chasseurs de phoques entra-Québec)

1971 : le Canada impose les premiers quotas sur la chasse aux phoques (« taux autorisés de capture »)

1971 : création de Greenpeace qui s’engage contre la chasse aux phoques en 1976

1972 : les États-Unis adoptent le « Marine Mammal Protection Act » interdisant l’importation sur leur territoire, des sous-produits du phoque et d’autres mammifères marins

1977 : grande opération de Greenpeace contre la chasse aux phoques canadiennes avec la mobilisation de Brigitte Bardot et Yvette Minnieux

1977 : Giscard d’Estaing interdit l’importation de peaux de phoques en France

1977 : instauration d’un permis d’observation de la chasse aux phoques

Années 1980 : le marché de la fourrure s’effondre

1981 : création de Sea Shepered aux États-Unis

Novembre 1982 : le Parlement européen interdit l’importation de peaux de blanchons provenant du Canada (mesure temporaire puis permanente en 1983)

1990 : fin du programme de « prime à la mâchoire » pour les phoques gris

1986 : mise en place de la « Commission royale sur les phoques et l’industrie de la chasse au phoque au Canada »

1987 : le Canada adopte le Règlement sur les Mammifères Marins (RMM) et interdit la chasse aux blanchons

Campagnes de « la cause animale » et normalisation de la chasse par le droit

2001 : publication du rapport vétérinaire missionnée par IFAW « Veterinary Report on Canadian Commercial Seal Hunt »

2004 : début de la transformation et commercialisation de la viande de phoque aux Îles-de­la-Madeleine

2005 : publication du rapport du Groupe de travail de vétérinaires indépendants sur la chasse aux phoques du Groenland au Canada : « Amélioration des méthodes d’abattage sans cruauté des phoques du Groenland au Canada »

2008 : dernière intervention de Sea Shepered dans les eaux canadiennes contre la chasse aux phoques

2009 : modification du RMM : adoption de l’abattage en trois étapes ; formation obligatoire pour les chasseurs

Mai 2009 : le Parlement européen interdit le commerce et l’importation de peaux et d’autres produits dérivés du phoque dans l’Union européenne (sauf chasse dite autochtone)

Normalisation de l’abattage par les expertises

Années 2010 : chasse aux phoques du Groenland au Québec devient très aléatoire

2014 : début des chasses commerciales aux phoques gris

2016 : plus aucun quota" taux autorisé de capture" n’est fixé pour le phoque du Groenland

2020 : expertise mt une nouvelle méthode de saignée adaptée aux phoques gris

Changements environnementaux et modification des animaux chassés – vers une normalisation localisée ?

Auteur : G. Ronsin.

5Premièrement, après avoir situé l’enquête de terrain menée, nous examine­rons comment la controverse autour de la chasse aux phoques commencée dans les années 1970 a conduit à faire de cette pratique cynégétique l’une des plus réglementée et surveillée au monde. Deuxièmement, nous analyse­rons la façon dont, durant les deux dernières décennies, la normalisation de la chasse aux phoques s’est à nouveau approfondie, pour exiger, à partir de données scientifiques de plus en plus étayées, une mise à mort « en trois étapes ». En scrutant ses implications locales, nous verrons enfin que les effets de plus en plus perceptibles des changements climatiques dans cette région entraînent, en parallèle, la renégociation des méthodes, signes et étapes de la mise à mort.

La normalisation juridique de la chasse aux phoques et de ses techniques face à la cause animale

Matériaux d’enquête et positionnement dans la littérature

6Les travaux en anthropologie sur la chasse aux phoques canadienne ont majoritairement porté sur l’étude des pratiques des peuples autochtones, Inuits et Innus, et les effets de la controverse sur l’économie et la culture de ces communautés (Wenzel, 1991). La connaissance en sciences sociales sur la chasse aux phoques des communautés côtières non autochtones reste, elle, cantonnée à la compréhension des différends juridiques, commerciaux (Barry, 2005), moraux (Linzey, 2006 ; Panaccio, 1979) et médiatiques (Lowe, 2008) et ce, quasi uniquement à l’échelle internationale. Il existe peu de récits et de descriptions récentes des pratiques et représentations de ceux et celles qui vivent avec les phoques dans l’Est du Canada (Sellheim, 2015 ; Geistdoerfer, 1987 ; Wright, 1983).

7Les travaux ethnographiques à Terre-Neuve ou aux Îles-de-la-Madeleine sont rares, en raison, certainement, d’un terrain relativement difficile d’accès. Jusqu’aux années 2000, des journalistes ou des militants de la cause animale peuvent s’infiltrer dans des groupes de chasseurs et les commu­nautés sont méfiantes. Les récits (documentaires, journalistiques ou photo­gra­phiques) ancrés dans ce milieu proviennent principalement d’hommes pratiquant la chasse et/ou tenant un rôle de membre d’équipage à bord des bateaux (Lévesque, 2018 ; Menge, 2016 ; Noseworthy, 2010).

  • 3 L’accès au terrain a été facilité par la construction d’un partenariat avec des instituts scientifi (...)
  • 4 Le nombre de personnes employées par ce secteur aux Îles est difficile à établir. L’archipel compte (...)

8Afin de réactualiser la connaissance, une enquête menée entre mars 2019 et mars 2020 s’est intéressée aux nouveaux enjeux de la chasse aux phoques en s’appuyant sur une recherche de terrain aux Îles-de-la-Madeleine3. Cet archi­pel est en effet le lieu de résidence principal des chas­seurs commerciaux de phoques du Québec (figure 1). Même si le volume d’animaux abattus et transformés est moins important qu’à Terre-Neuve et concerne de fait moins de personnes ou de structures, la chasse aux phoques est ancrée dans l’histoire et la culture locale des Îles (Geistdoerfer, 1987). Malgré les diffi­cul­tés rencontrées depuis la seconde moitié du XXe siècle, cette chasse commer­ciale aux phoques est considérée comme « une activité complé­men­taire » (Giroux-Works, 2017 ; Pêches et Océans Canada, 2011) qui perdure durant les saisons où la pêche, activité principale, n’est pas possible4.

9Les informations sur les pratiques de chasse commerciale, la construction des normes et leur réception ont été récoltées à partir de sources variées, centrées sur le milieu cynégétique :

  • Une ethnographie réalisée aux Îles-de-la-Madeleine par l’immersion dans la vie locale et la conduite d’observations (milieu de la pêche, milieu de la viande, milieu touristique, réseaux sociaux, réunions) durant cinq mois entre mars 2019 et mars 2020, au cours de trois sé­jours de terrain. Deux sessions de formation des chasseurs de phoques (« cours d’abattage en trois étapes » obligatoire pour demander un permis de chasse, voir infra) ont été observées en avril 2019 ;

  • Une analyse des documents officiels (lois, règlements, programmes et plans, etc.) pour identifier les normes et les acteurs dans ce secteur et leurs évolutions ;

  • Le dépouillement des archives de l’association des chasseurs de phoques intra-Québec (ACPIQ, l’ex-association des chasseurs de phoques des Îles-de-la-Madeleine) et l’observation de plusieurs réunions de cette association dont l’assemblée générale de 2019 ;

  • Vingt-huit entretiens compréhensifs avec les acteurs liés aux phoques aux Îles-de-la-Madeleine et au Québec, selon la répartition présentée dans le tableau suivant.

Tableau 2 – Répartition des entretiens réalisés

Type d’acteurs

Nombre d’entretiens réalisés

Acteurs économiques (chasseurs, pêcheurs, entrepreneurs, etc.)

9

Acteurs institutionnels (fédéral, provincial, de divers secteurs)

8

Acteurs associatifs, scientifiques ou artistes

8

Acteurs politiques (maire, député, etc.)

3

Un « abattage cruel et sanguinaire » : la déferlante médiatique et militante – d’une morale à une norme

  • 5 Le chasseur à l’origine de ce geste affirme quelques années plus tard que les producteurs l'ont pay (...)

10La question de savoir comment « bien » abattre un phoque traverse les décennies. C’est le reportage Les grands phoques de la banquise narré par l’animateur Serge Deyglun et produit pour la chaîne de télévision de Radio Canada qui dénonce le premier, en 1964, des « méthodes d’abattage cruelles et sanguinaires ». Il met en image, pour la première fois, les chasseurs de phoques des Îles-de-la-Madeleine (Québec, Canada) et leurs pratiques en décrivant, par une voix off, « les tueurs de la banquise responsables des grandes hécatombes et de la disparition probable des derniers phoques ». Des techniques spectaculaires, comme l’écorchage vif d’un blanchon, sont filmées, dans des conditions encore source à polémique5. Les Madelinots considèrent avoir été dépeints comme des « barbares » alors que « personne n’avait avantage à chasser de cette façon, c’est insensé » (extraits carnet de terrain, Îles-de-la-Madeleine, mars 2019, festival « Le rendez-vous loup-marin »).

  • 6 Issus de la SPCA « Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux du Nouveau-Brunswick (...)

11Ce reportage fait un tollé. Dans les années suivantes, des opérations de communication, d’information, voire de désinformation (Beylier, 2012) se succèdent dans le monde occidental. En 1967, une première campagne « Sauvons les phoques » est lancée par des militants du New-Brunswick6 (Canada). Ces derniers invoquent des substantifs rappelant, comme le sou­ligne A. Danto (Danto et al., 2020), la proximité, physique comme sociale, des phoques et surtout des blanchons avec l’homme : « sur la banquise, c’est un animal, à l’écran, c’est plus que l’animal. C’est le regard de l’enfance, c’est la blancheur de l’innocence, tout ce qui inspire la com­passion » (extrait d’une émission radiophonique avec un militant de la SPCA, Radio Canada, 18 avril 1967). Les médias nord-américains et euro­péens se saisis­sent amplement du sujet. Le journal anglais Daily Mirror affiche à sa une « The price of a Sealskin Coat » avec la photographie d’un chasseur s’apprêtant à frapper la tête d’un phoque à l’aide d’un gourdin le 26 mars 1968 (figure 2) ; Paris Match le 1er février 1969 publie une couverture, désormais célèbre, avec le mot d’ordre « Sauvons les bébés phoques » (figure 3). Les organisations internationales déploient un argumentaire moral (Sellheim, 2015) et mobilisent des célébrités. Parmi elles, Brigitte Bardot lance en 1976 un appel en faveur de « la protection des bébés phoques » puis est invitée l’année suivante par Greenpeace au large de Terre-Neuve pour poser en photo avec les banchons sur la banquise. Les campagnes anti-chasse aux phoques se succèdent jusqu’à la fin du XXe siècle (Guevara, 2008). Cette mobilisation est à l’origine de grands mouvements de défense de la cause animale encore actifs de nos jours, telle que l’organisation non gouvernementale IFAW (International Fund for Animal Welfare) créée par le Canadien Brian Davies, dont la mission initiale fut la protection des phoques, comme le rappelle toujours aujourd’hui son logo.

Figure 2 – Une du Daily Mirror, 26 mars 1968

Figure 2 – Une du Daily Mirror, 26 mars 1968

Figure 3 – Couverture de Paris Match, 21 février 1969

Figure 3 – Couverture de Paris Match, 21 février 1969

12L’argumentaire de ces divers acteurs anti-chasse se déploie sur un double registre, l’un écologique (en rapport avec le nombre de phoques), le second relatif au bien-être animal (et leur souffrance).

13Le ministère Pêches et Océans Canada estime la population de phoques du Groenland à une moyenne qui varie possiblement de 7 à 15 millions d’ani­maux au début des années 1800. Mais, en raison de l’intensité de la chasse industrielle de l’après-guerre et sa faible régulation, le nombre de phoques du Groenland du nord-est de l’Atlantique diminue de 50 % entre les années 1950 à 1970 (Pêches et Océans Canada, 2009). La population n’atteignait plus que deux millions d’animaux au début des années 1970 et était présen­tée comme menacée par les acteurs environnementaux (Bougrain-Dubourg, 1978). Poussés par les protestations et les boycotts, les gouvernements fédéraux et provinciaux ont entrepris de réglementer cette activité à partir des années 1960, pour en premier lieu protéger les populations de phoques du Groenland qui atteignaient alors des niveaux très bas. Des outils de contrôle sont mis en place pour surveiller les prises : en 1971, le Canada instaure les premiers quotas de chasse (les « taux autorisés de capture »).

  • 7 Cette décision est également motivée par la pression cynégétique, devenue très faible depuis la fer (...)

14Grâce à cette régulation, la population de phoques du Groenland connaît une croissance particulièrement rapide : le troupeau passe de 2 à 7 millions d’individus en trente ans. La préservation de cette « ressource » n’est alors plus préoccupante pour les autorités canadiennes tout comme pour les scientifiques ou les chasseurs. Depuis 2016 plus aucun seuil de capture pour la chasse aux phoques du Groenland n’est d’ailleurs fixé par Pêches et Océans7.

  • 8 Le percuteur est utilisé pour tuer le phoque et l’embout métallique situé à l’opposé permet soit de (...)

15Le deuxième registre d’argumentation porte sur la souffrance engendrée par la chasse commerciale. La mise à mort des phoques est continuellement qualifiée d’« inhumaine » (Dorsey, 1991) en raison des méthodes, techni­ques et outils utilisés. L’hakapik (figure 4) a principalement polarisé les débats : cette hampe de bois munie d’un embout métallique est employée aux Îles-de-la-Madeleine pour fracasser le crâne des jeunes phoques du Groenland se mouvant sur les glaces8. Les litiges s’étendent jusqu’aux années 2010 dans la sphère juridique pour déterminer si cette technique est cruelle, si elle doit perdurer et de quelle façon.

Figure 4 – Photographie d’un chasseur madelinot tenant un hakapik

Figure 4 – Photographie d’un chasseur madelinot tenant un hakapik

©N. Levesque, 2018.

Réglementation et surveillance de la mise à mort face au terrain

  • 9 L’interdiction touche également les petits des phoques à capuchon, dits « dos bleus » (âgés de moin (...)

16Un nouveau modèle législatif international visant explicitement le bien-être animal et la réduction des souffrances causées aux animaux s’est développé sur la scène mondiale à partir des années 1960 (Brels, 2016). De façon exceptionnelle (Fitzgerald, 2011), la réglementation internationale et sa traduction dans les droits nationaux ou locaux évoluent dans ce contexte de façon extrêmement rapide pour interdire la chasse aux phocidés ou l’importation de dérivés (Danto et al., 2020). Après les États-Unis en 1972, l’Union européenne interdit l’importation de produits transformés des blanchons en 19839, considérant notamment la « détresse » causée par cette chasse. Face à la perte de grands marchés et afin d’éclairer et réguler cette industrie, le gouvernement canadien institue la « Commission royale sur les phoques et l’industrie de la chasse au phoque au Canada », dite Commission Malouf, du nom de son président le juge Albert Malouf l’année suivante. La commission publie son rapport en 1986 qui recommande, principalement, l’interdiction de la chasse aux blanchons. Cette interdiction est entérinée dans « Le règlement sur les mammifères marins » (RMM dans la suite du texte) adopté par le Canada l’année suivante et toujours en vigueur au­jourd’hui. Cette régulation du bien-être animal par le droit entraîne des ajustements dans les pratiques de chasse, de commerce et de mise à mort des animaux.

  • 10 « Un hakapik, c’est-à-dire un instrument composé d’un embout métallique pesant au moins 340 g et mu (...)
  • 11 Lors de leurs premiers jours de vie, leur fourrure les empêche de se rendre dans l’eau et ils reste (...)

17Même si la commission royale conclut que les gourdins et les hakapiks utilisés sont une méthode acceptable pour tuer humainement les phoques – « no methods of killing which gave come to the notice of the Royal Com­mission, other than clubbing and shooting achieve acceptable standards of humaneness » (Malouf, 1986) – et que le RMM précise leur « bonne » utilisa­tion10, la fin de la chasse aux blanchons a pour conséquence de rendre l’hakapik caduc. En effet, depuis l’interdiction de la chasse aux blanchons, ce sont désormais les jeunes phoques âgés de plus de trois à quatre semaines – appelés « les brasseurs » – qui sont visés. Ces phoques sont plus mobiles que les nouveau-nés11. Ils s’enfuient à l’approche des chasseurs et n’hésitent pas à aller dans l’eau, où les hakapiks ne sont plus alors d’aucune utilité. Ces outils sont de plus en plus remplacés par l’utilisation d’armes à feu pour abattre les phoques depuis des chaloupes. La réglementation des fusils ou carabines apparaît beaucoup moins précise : seul le calibre des balles est précisé dans le RMM.

  • 12 Dans le RMM : « blanchon : phoque du Groenland qui n’a pas commencé à muer et dont le pelage est en (...)

18L’interdiction de la chasse aux blanchons, particulièrement source d’émotions, ne signifie donc pas la fin de la chasse aux jeunes phoques. L’interdiction s’appuie sur des critères reposant sur le pelage de l’animal12 pour défendre les animaux non sevrés. Pourtant, les chasseurs rapportent que cette règle ne correspond pas toujours, sur le terrain, à la biologie de l’animal. Ils continuent ainsi d’abattre des phoques non sevrés (ce qui est pour eux le principal critère pour définir un « nouveau-né »), mais qui ont perdu leur pelage blanc : « pourquoi interdire le blanchon ? C’est quoi un phoque sevré ? On ouvre les phoques, ils sont parfois encore pleins de lait, ils peuvent continuer à téter en allant dans l’eau. J’ai posé la question en formation, le MPO ne savait pas me répondre ! On ne sait s’il est sevré qu’une fois l’animal mort » (chasseur-formateur, assemblée générale de l’ACPIQ, mars 2019).

Tableau 3 – Noms du phoque du Groenland selon son pelage

Nom vernaculaire

Âge du phoque

État du pelage

Un chat

0-3 jours

Jaune

Un blanchon

3 – 10 jours

Blanc

Un blanchon dépassé

10 – 13 jours

Le poil blanc commence à s’arracher.

Un guenillou (ragged jacket)

Autour des 15 jours

Mue en cours, pelage avec quelques touffes de noir.

Un brasseur (beater)

20 - 25 jours

Pelage gris argenté tacheté de noir.
Il va dans l’eau.

Auteur : G. Ronsin.

  • 13 Il est interdit à quiconque ne possédant pas un tel permis de s’approcher de cette activité ou si « (...)

19La cause du bien-être animal a également eu pour conséquence de multiplier la surveillance sur les pratiques de chasse, opérée à la fois par les ONG de défense de la cause animale, les journalistes et les autorités canadiennes grâce à divers moyens (observation sur les glaces, hélicoptères, etc.). En 1977, un permis d’« observation de la chasse », sûrement unique au monde, a même été institué afin de permettre la surveillance de la pratique cynégé­tique par des non-chasseurs. Ce permis donne le droit de s’approcher des chasseurs et, symétriquement, interdit à ceux qui n’en possèdent pas de s’approcher à plus d’un mille marin des activités de chasse 13.

  • 14 Le golfe du Saint-Laurent autour des Îles-de-la-Madeleine était principalement visé par leur survei (...)

20L’année 2008 marque la fin des opérations des groupes dits « animalistes », selon les termes des Madelinots14. Cette année-là, le navire Farley Mowat de la Sea Shepherd Conservation Society débarque à Saint-Pierre-et-Miquelon pour surveiller la chasse dans les eaux canadiennes. Son dirigeant, Paul Watson, crée alors la polémique en déclarant que le massacre de milliers de phoques est une plus grande tragédie que le décès de quatre chasseurs madelinots lors d’un naufrage survenu plus tôt dans l’année. Les pêcheurs saint-pierrais réagissent à ces propos en coupant les amarres du bateau militant, forcé de quitter le golfe du Saint-Laurent et n’y revenant plus jusqu’à aujourd’hui. La virulence de ces discours n’est pas typique de la chasse aux phoques et peut se retrouver dans d’autres contextes où des chasseurs décèdent dans l’exercice de leur pratique (Dalla Bernardina, 2017), marquant là l’avènement d’un courant « vitaliste » (Panaccio, 1979) prônant de mettre tous les êtres vivants sur un pied d’égalité.

  • 15 Une demande d’assouplissement réglementaire a été portée par l’ACPIQ lors de la réunion annuelle du (...)

21En raison de cette histoire, les Madelinots considèrent aujourd’hui qu’il s’agit de « la chasse la plus surveillée au monde… quand on allait sur les glaces, il y avait toujours derrière nous des agents des pêches, des journa­listes, des animalistes » (extrait d’entretien, acteur économique, août 2019). Malgré le retrait des ONG, la surveillance, cette fois réglementaire, est toujours d’actualité : « Il y a très peu d’activités de chasse [aux phoques] sans qu’un agent des pêches aille vérifier les techniques d’abattage et les processus » (extrait d’entretien, secteur madelinot de Pêches et Océans, septembre 2019). La réputation de cette activité reste un souci : « L’agent des pêches rappelle les règlements concernant les activités de chasse en 2009. Il demande aux chasseurs de faire preuve de vigilance, et de respecter la réglementation afin d’éviter que des images nuisibles soient diffusées dans les médias » (extrait du compte rendu de l’AG de l’ACPIQ en 2009). En février 2020, un agent fédéral des pêches a, par exemple, interdit à une escouade partie chasser au large de la Nouvelle-Écosse d’utiliser leurs hakapiks dont le crochet était jugé trop long. Pourtant, comme l’explique un chasseur, le crochet n’est pas utilisé pour abattre l’animal, à la différence du percuteur. Les critères de réglementation ne font pas sens, selon lui, avec les normes du bien-être animal : « Je comprends qu’il y ait une taille minimale, pour s’assurer qu’on défonce bien le crâne de l’animal. Mais qu’il y ait une mesure maximale, ça ne sert à rien. Au contraire, plus un percuteur est gros et plus il va rentrer dans le crâne. C’est une question d’efficacité »15.

22En effet, après l’adoption d’un cadre général sur le bien-être des « bébés » phoques, le débat se déplace sur les aspects techniques et scientifiques de l’efficacité de la mise à mort à partir des années 2000.

La normalisation par l’expertise : l’abattage en trois étapes et ses implications dans un contexte de changements

Trois étapes pour tuer : science et « cours de bien-être animal »

23Dans un contexte d’inquiétudes croissantes du public, la science s’intéresse de plus en plus à la sensibilité et la douleur des animaux depuis ces trente dernières années. Des avis, publications ou guides scientifiques autour du bien-être animal se développent dans les secteurs de l’élevage et la chasse (Mormede et al., 2018) afin d’évaluer les méthodes de mise à mort les plus appropriées, autrement dit, pour réduire les souffrances évitables.

24Même si une attention importante a été portée au traitement des animaux durant la chasse aux phoques dans l’Est du Canada, il n’existe que peu d’informations dans la littérature scientifique à ce sujet jusqu’aux années 2000. Puis, en quelques années, plusieurs études vétérinaires se succèdent à propos de la souffrance des phoques (toujours uniquement du Groenland) durant leur chasse et donnent lieu à une controverse d’experts. Celle-ci porte principalement sur la façon la plus efficace de tuer, mais aussi de s’assurer de la mort d’un phoque et de son état d’inconscience pour éviter les souf­frances. Les signes de ces états sont alors nouvellement scrutés et catégori­sés.

  • 16 Consiste à confirmer qu’un phoque a les yeux vitreux et fixes et que ceux-ci ne réagissent pas au t (...)

25Jusqu’en 2008, le Règlement décrivait qu’un chasseur, avant la saignée, se doit de frapper chaque phoque jusqu’à ce que le crâne soit écrasé et opérer une vérification de l’état de mort selon deux moyens : soit manuellement soit au moyen d’un « test de réflexe de clignement »16, c’est-à-dire observer le fait que les yeux d’un phoque ne réagissent plus ; et ce avant de passer à l’abattage d’un autre phoque (alinéa 28(2) du RMM).

26En 2001, des vétérinaires missionnés par IFAW concluent, à partir d’obser­vations directes et le visionnage de bandes-vidéo de chasse aux phoques entre 1998 et 2000, que « the hunt is resulting in considerable and unaccep­table suffering » (Burdon, 2001) liés au fait que l’abattage serait mal réalisé et les phoques saignés encore quasi vivants. Ils recommandent alors de mieux former les chasseurs et de réviser des méthodes de chasse au phoque à partir d’une expertise menée par des vétérinaires. D’autres scientifiques se saisissent alors de la question : « Comme vétérinaire, je me disais que je trouve ça curieux, quand même, que la grande majorité des jeunes brasseurs soient écorchés quand ils sont encore vivants. Entre nous, ça ne faisait pas de sens. On peut ne pas dépecer, enlever la peau, peel an animal, quand il est à moitié mort. Il va remuer, ça n’a pas d’allure » (extrait d’entretien, acteur scientifique).

  • 17 L’absence de fractures nettes sur les crânes ou les mouvements réflexes d’un phoque ne signifient p (...)
  • 18 Le groupe comprend neuf membres, quatre du Canada, deux des États-Unis et un de chacun des pays sui (...)
  • 19 Des études et contre-études se succèdent ensuite, notamment dans la revue scienti­fique Marine Poli (...)

27De nouvelles observations des chasses aux phoques du Groenland et le visionnage des bandes-vidéo fournies par IFAW sont alors réalisées par des vétérinaires canadiens qui remettent en cause les conclusions précédentes en affirmant que « la grande majorité des phoques pris durant cette chasse (au mieux, 98 % dans les travaux décrits ici) sont tués d’une manière acceptable du point de vue du traitement des animaux »17 (Daoust & Caraguel, 2012). Le débat se concentre sur les mouvements (des yeux et du reste du corps) que peut faire un phoque durant la minute qui suit la mise à mort et savoir déterminer s’ils indiquent ou non la mort (« le phoque il shake [convulse], il est mort, il faut attendre que la minute passe pour l’éviscérer » traduit un chasseur). Un « groupe de travail de vétérinaires indépendants sur la chasse aux phoques du Groenland » (le GTVI) est enfin mandaté 18et en 2005 paraît un « guide de bonne pratique de la chasse aux phoques » (dixit un chasseur) soit leur rapport intitulé « Amélioration des méthodes d’abattage sans cruauté des phoques du Groenland au Canada ». Ce document donne lieu à des modifications du Règlement sur les mammifères marins en 2009 : le test du clignement de l’œil est aboli, une disposition exigeant la perte de cons­cience avant la saignée est ajoutée et la méthode dite de « l’abattage en trois étapes » est exigée pour chaque phoque : frappe (avec l’hakapik, après le tir de fusil éventuel), vérification, saignée19.

28Pour les chasseurs, ces débats d’experts et la décomposition de la mort en « étapes » n’ont que peu d’impacts sur leurs propres techniques de chasse. En effet « c’est la même affaire que Papa, le GTVI a mis sur papier, a formulé en données scientifiques ce que l’on faisait depuis toujours » (extrait d’entretien, acteur économique). Toutefois l’expertise construite sur l’abat­tage des phoques a pour conséquence de rendre obligatoire une forma­tion théorique à toute personne souhaitant désormais obtenir un permis de chasse aux phoques (personnel ou commercial). Cette formation en salle avec PowerPoint et vidéo explicative préenregistrée d’un vétérinaire sur la façon de bien écraser les hémisphères d’un crâne, d’une durée de trois heures, donnée quelques soirs en début de saison aux Îles-de-la-Madeleine par des chasseurs expérimentés reconnus par le MPO, est surnommée localement « le cours de bien-être animal ». En effet, pour un formateur, « le cours d’abat­tage en trois étapes c’est pour s’assurer que les gens ont un intérêt, un concernement pour le bien-être animal. (…) la formation à l’abattage en trois étapes, ce que veut le MPO, c’est que de la réglementa­tion et de la sécurité. Mais cela veut pas dire que tu seras prêt à ouvrir un phoque ou vendre ! » Durant le cours, à partir de leurs propres expériences et anecdotes au-delà du PowerPoint, les chasseurs ont à cœur d’enseigner comment tuer « sans cruauté puisqu’il y a toujours de la souffrance dans l’abattage », à savoir « faire la mise à mort le plus vite possible, cela vaut pour n’importe quel animal, les chasseurs n’aiment pas faire souffrir (…) tuer peut être respecter, vous avez une responsabilité. Sans cruauté signifie être profes­sionnel » (formateur, 1 avril 2019).

Le cadrage mis à mal par les changements climatiques locaux : modification des techniques et animaux chassés

29Ces connaissances acquises depuis dix ans autour de la souffrance des phoques du Groenland et les méthodes de chasse sont devenues aujourd’hui caduques. En effet, les impacts du changement climatique se sont massive­ment fait ressentir dans cette région depuis les années 2000. Ils modifient les éléments naturels sur lesquels est fondée la chasse : température de l’eau en augmen­tation, formation incertaine de la banquise et de ses mouvements, modifica­tion des aires de répartition des espèces et changements de leurs habitats. Depuis 2010, des années « avec trop de glaces » (2014, 2019) alternent avec des années « sans glaces » (2015, 2016, 2017, 2018) qui toutes les deux empêchent d’atteindre le troupeau de phoques du Groenland, qui s’installe de plus en plus loin des Îles en hiver. La localisation de la chasse évolue : l’abattage sur la banquise est remplacé par une chasse maritime. Les morceaux de glaces de plus en plus petits et peu stables pour s’y mouvoir favorisent en effet l’utilisation massive de fusil, depuis les chaloupes, pour tuer les phoques (Daoust et al., 2002). La traduction des trois étapes d’abattage sur le terrain devient alors complexe. Si le coup au fusil est bien tout de suite létal, il ne permet plus de distinguer de loin l’étourdissement et la mort. Les deux premières étapes se confondent ; même si un coup d’hakapik peut être tout de même donné lorsque le chasseur se rend sur la glace pour récupérer la dépouille, pour ne pas contrevenir à la régle­mentation et à la surveillance.

  • 20 Un seul bateau reste affrété pour la chasse aux phoques du Groenland depuis 2014 et les prises ne d (...)

30En raison de ces conditions bouleversées, les phoques du Groenland ne sont quasiment plus visés par les chasseurs des Îles-de-la-Madeleine20. À l’inverse, favorisés par ce contexte environnemental, des phoques gris s’ins­tal­lent durablement et massivement dans le golfe du Saint-Laurent, d’où ils avaient auparavant quasi disparu (Swain et al., 2019). Cette espèce est ainsi présentée, depuis une dizaine d’années, comme une nouvelle ressource à exploiter aux Îles-de-la-Madeleine, principalement pour sa viande. Le phoque gris peut être exploité commercialement depuis 2014 et des chasses d’ampleur sont organisées depuis quatre ans par des Madelinots. Un marché québécois se développe, porté par un argument localiste (Paddeu, 2017 ; Ronsin et al., 2020).

31Ces nouvelles façons de pratiquer la chasse aux phoques ont fait apparaître que très peu d’éléments législatifs existent à propos des phoques gris. La majorité des règles ont été conçues quasi uniquement pour le phoque du Groenland, principale ressource exploitée au XXe siècle. Les permis de chasse délivrés aux Îles obligent, par exemple, à chasser cette espèce dans des zones maritimes spécifiques alors qu’il n’existe pas de tel découpage pour le phoque gris : les chasseurs madelinots peuvent se déplacer entre les provinces et dans tout le Golfe pour chasser le phoque gris.

32L’orientation de la chasse vers une nouvelle espèce met également à mal les connaissances et dispositifs acquis dans les décennies précédentes pour encadrer et techniciser la mort des phoques. Par exemple, la méthode de saignée actuellement obligatoire consiste à « saigner le phoque aux ais­selles », soit aux artères brachiales. Or, le phoque gris est un animal qui vit en zone côtière, à la fois dans l’eau et sur terre. Il est parfois abattu sur les plages (et non plus sur les glaces) et dans cette situation ouvrir le phoque pour le saigner fait prendre le risque de contaminer la viande avec la terre, le sable, etc. L’association des chasseurs madelinots a sollicité en 2020 des vétérinaires canadiens (étude en cours) pour développer une méthode de saignée au niveau des jugulaires qui permettrait selon eux d’améliorer la salubrité de la viande. L’argument sanitaire, auparavant absent des débats, s’ajoute donc à celui du bien-être animal. Le phoque gris est en effet égale­ment chassé dans l’eau au fusil, ce qui complique les habitudes des chas­seurs. Les indices de conscience du phoque ne peuvent être recherchés que plusieurs minutes après le tir, lorsque l’animal est remonté à bord du bateau (à l’aide d’un treuil ou d’une gaffe). Pour améliorer les techniques de capture (et éviter les pertes d’animaux blessés qui s’enfuient) certains prônent l’utilisation de filets, utilisés au début du XXe siècle (Charest, 1981), de trappes sous-marines ou d’un parc de rétention. Mais avec de telles tech­niques, la méthode d’abattage en trois étapes ne pourrait plus être suivie, car les phoques ne seraient plus abattus un à un. Ceci fait dire aux responsables maritimes et cynégétiques locaux que « le bien-être animal n’accepterait pas ça » (carnet terrain, observation de l’assemblée générale de l’ACPIQ, 2019). À partir de cette personnification, les acteurs expliquent que la réglementa­tion risque de ne pouvoir être facilement modifiée en raison des débats houleux qui ont déjà eu lieu et que les autorités ne souhaitent pas rouvrir. Le manque de flexibilité de la réglementation et son cadrage pensés pour une seule espèce contreviennent, selon les chasseurs, à l’efficacité de la nouvelle chasse aux phoques gris.

33Pourtant, même si elle est complètement absente des écrits institutionnels canadiens, la chasse aux phoques gris a bien été déjà pratiquée au XXe siècle, mais en dehors du secteur commercial. Au début du XXe siècle, les pêcheurs du fleuve et du golfe du Saint-Laurent constatent une diminution de leurs prises lucratives telles que la morue ou le saumon. Comme les bélugas (Doyon, 2018), les phoques communs et les phoques gris sont alors rangés dans la catégorie des nuisibles et le gouvernement décide de subventionner leur chasse. Dès 1927, des récompenses sont offertes aux pêcheurs qui tuent des phoques communs (Mansfield, 1964) sous le système des « primes à la mâchoire » : dans les années 1960, le ministère des Pêcheries du Canada offre par exemple des primes de 5 $ pour chaque jeune phoque commun de moins d’un an et de 10 $ pour chaque adulte sur présentation des mâchoires inférieures des phoques qu’ils ont tués. 1 500 à 2 000 demandes de primes seraient faites annuellement par des chasseurs des Provinces maritimes, de Terre-Neuve et du Labrador. Ce système prend fin pour le phoque commun en 1976 et pour le phoque gris en 1983. Selon nos recherches, aucun texte ne semble encadrer, à l’inverse de ce qui existe encore une fois pour le phoque du Groenland, les pratiques de mise à mort de ces phoques qui cohabitent pourtant dans les mêmes eaux.

Le déplacement de la cause animale face aux enjeux environnementaux relégitime la chasse ?

34Ce nouveau contexte, ancré dans les changements globaux, a pour consé­quence de dissocier le débat entre cause animale et cause environnementale (Knezevic, 2009).

35Alors que les ONG mettaient en avant le caractère menacé des phoques dans les années 1970, cet argument écologique n’est plus valable : les phoques de toutes espèces ont augmenté alors que les volumes de chasse sont en déclin, ne présentant plus une menace pour les populations selon les scientifiques (Pêches et Océans Canada, 2009). Depuis les années 2000, Greenpeace a par exemple particulièrement réduit ses activités militantes à propos de la chasse aux phoques en raison du « bon » état des populations, comme le déclarait en 2004 au journal Le Devoir, le coordonnateur québécois de Greenpeace : « il y a des lustres qu’on n’a plus personne là-bas, car, tout simplement, Green­peace ne fait plus de campagne contre la chasse aux phoques. L’espèce n’est pas en danger, contrairement à d’autres mammifères marins ». En 2015, le directeur de Greenpeace-Arctique déclarait à son tour à la chaîne américaine MSNBC que l’ONG ne s’opposerait plus à une chasse qui s’inscrirait dans le registre de la durabilité. Cette position est particulièrement critiquée par l’ONG de défense de la cause animale Sea Sheperd et son président (Paul Watson, ancien cofondateur de Greenpeace), qui perçoit ces propos comme « une trahison », considérant qu’« une chasse durable, cela n’existe pas » (extraits d’un post Facebook de Paul Watson, 23 janvier 2016).

36Comme dans d’autres contextes (Ginelli, 2012), les responsables cynégé­tiques tirent profit de ce déplacement du débat et de la montée des préoc­cu­pations environnementales liés aux changements climatiques à deux niveaux.

37Premièrement, en se présentant comme des « gestionnaires de la biodiversité » (extrait d’entretien), les chasseurs justifient selon un registre différent la chasse aux phoques. Avec la bonne santé des populations et notamment les phoques gris, la chasse orientée pour la viande devient une pratique « responsable, durable et locale » (extrait carnet terrain) selon les responsables associatifs. Elle permettrait aux Madelinots, les principaux visés par les circuits commerciaux, d’accéder à une viande soutenable en termes de « coût carbone » (il n’y a quasi pas d’élevage aux Îles, la viande est amenée par bateau).

38Deuxièmement, les mouvements de plus en plus forts dans la société québé­coise contre l’élevage industriel (Renard, 2019) amènent les chasseurs, dans une volte-face, à se repositionner dans le débat. Ils justifient leur pratique en arguant que la viande de phoques, « viande sauvage » (extrait plaquette de présentation d’une entreprise de viande de phoque) provient d’un animal qui a vécu et été tué dans son milieu d’origine, et aurait donc moins souffert que les animaux d’élevage à l’origine de la viande industrielle : « la cruauté qu’implique la chasse au phoque actuelle est probablement inférieure à celle causée par de nombreuses formes d’élevage et d’abattage d’animaux domes­tiques » (extrait des archives de l’ACPIQ). Ce déplacement du débat, voulu par les élites cynégétiques, aboutit à une stratégie classique dans ce milieu : comparer la souffrance provoquée par la mise à mort et la souffrance au cours de la vie (Mounet et Chanteloup, 2019).

39Mais au-delà de ces acteurs associatifs ou commerciaux, la conception du bien-être animal des chasseurs madelinots, qui sont bien souvent aussi des pêcheurs et des agriculteurs, s’inscrit dans la sphère des pratiques domes­tiques, où les frontières entre catégories d’animaux sont beaucoup plus poreuses. Les entretiens menés montrent que tuer un animal d’élevage relève du même registre que tuer un animal sauvage ou un phoque : « On travaille toujours dans le respect de l’animal puis du bien-être de l’animal. Que ce soit au début ou à la fin… Je les mets au monde, je les soigne quand ils sont malades. Je veux qu’ils soient en santé pour arriver à la fin avec un beau produit qui me rapporte. Le phoque, c’est la même chose. L’abattage se fait dans le respect de l’animal avec les meilleures techniques qu’on a à notre disposition dans le temps. Il n’y a personne qui va faire exprès de briser une carcasse pour la chasse, on ne va pas gaspiller ».

Conclusion

40Cet article étudie les normes qui se sont construites pour réguler les pra­tiques de chasse aux phoques aux Îles-de-la-Madeleine. Nous les avons discutés à partir de l’examen des techniques et discours de ceux qui prati­quent cette activité et de leurs effets dans le temps, à l’échelle locale.

41La trajectoire du droit, des techniques et des savoirs qui se sont constitués autour des phoques nous informe sur l’encadrement et le développement de dispositifs pensés pour atténuer le caractère « inhumain » de la mise à mort et la recherche du bien-être animal : des outils, la surveillance, des signes, des protocoles sont prévus pour parer aux critiques locales et internationales sur la souffrance de ces animaux. Le caractère « sauvage » de l’animal et les caractéristiques biologiques mouvantes liées à cette condition (espèces, déplacements, pelages, etc.) sont alors figés dans la réglementation, rédui­sant l’animal sauvage à son seul statut de ressource.

42En raison de sa vocation commerciale, la chasse aux phoques québécoise est un cas unique qui a suivi une normalisation similaire à celle déjà été décrite dans les abattoirs. À partir des années 2000 et de l’accroissement des connais­sances scientifiques, des protocoles sont bâtis et ont pour effet de dissocier l’acte de tuer et l’absence de conscience, conçus alors comme « des étapes ». La définition de la mort d’un phoque est elle-même devenue source de débat d’experts. La normalisation a alors eu pour effet de réduire la mort à une seule série de gestes et l’évaluation de leurs conséquences. Ce même processus s’observe dans les chaînes de travail des abattoirs. Nous l’avons vu, la réglementation a, par exemple, poussé à l’utilisation accrue de fusils. Or, le tir depuis les chaloupes conduit à dissocier ce travail pour les phoques. Alors que la mise à mort était auparavant effectuée par une seule personne, les trois étapes font se mobiliser plusieurs chasseurs : l’un pour tirer, l’autre pour fracasser le crâne de l’animal avec l’hakapik en sautant sur la glace ou la plage. La comparaison avec la normalisation de la mise à mort dans les abattoirs a toutefois des limites. Les raisons sanitaires qui justifient, par exemple, l’encadrement strict de l’abattage industriel des animaux n’apparais­sent qu’à la toute fin de la trajectoire de normalisation de la mise à mort des phoques.

43Cette trajectoire révèle également une opération de cadrage par les discours, le droit et la science sur un seul animal, le phoque du Groenland. Les autres espèces de pinnipèdes semblent avoir tout bonnement disparu des débats au XXe siècle. Cependant, les changements environnementaux à partir des années 2000 ramènent le phoque gris sur le devant de la scène dans le Golfe du Saint-Laurent. Les phoques gris et leurs écosystèmes en mouvement invitent à pluraliser le débat, à porter attention à d’autres échelles et révèlent la dissociation entre des pratiques localisées et des normes globales.

44Enfin, ils nous conduisent à réfléchir aux autres phoques qui ont été mis à mort tout au long du XXe siècle et qui ont échappé à cette trajectoire de normalisation : les phoques classés comme nuisibles. Au sein d’un même sous-ordre d’espèces, les grandes dichotomies de nos rapports aux animaux (ressources vs nuisibles) ont des effets sur la portée politique de leur mise à mort. Invisible car s’effectuant en dehors de la chasse commerciale contro­versée, la reconstitution des opérations sur les espèces nuisibles, de leurs normes et de leurs acteurs (principalement des pêcheurs, également chas­seurs ?) pourrait permettre de mieux comprendre comment, à nouveau, le cadrage normatif global du bien-être animal comporte des contradictions locales et des zones d’ombre.

Haut de page

Bibliographie

BARRY Donald, 2005, Icy battleground: Canada, the International Fund for Animal Welfare and the Seal Hunt, Breakwater Books.

BEYLIER Pierre-Alexandre, 2012, « La chasse au phoque : entre informa­tion et désinformation », Études canadiennes / Canadian Studies, vol. 73, p. 91‑108.

BOUGRAIN-DUBOURG Alain, 1978, L’agonie des bébés phoques, Paris, Presses de la Cité.

BRELS Sabine, 2016, Le droit du bien-être animal dans le monde : évolution et universalisation, thèse de doctorat, Université Laval, 453 p.

BURDON Rosemary et al., 2001, Veterinary report, Canadian commercial seal hunt, rapport, 36 p.

BUTTERWORTH Andrew, RICHARDSON Mary, 2013, « A review of animal welfare implications of the Canadian commercial seal hunt », Marine Policy, vol. 38, p. 457‑469, mars.

CHAREST Paul, 1981, « Contraintes écologiques et pêcheries sédentaires sur la Basse Côte-Nord du Golfe Saint-Laurent », Anthropologie et Sociétés, vol. 5, n° 1, p. 29‑56.

CHAUSSADE Jean, 1975, « La chasse aux phoques dans le golfe du Saint-Laurent », Norois, vol. 86, n° 1, p. 275‑280.

CLARK Stephen R., 1997, Animals and their moral standing, Taylor & Francis US.

DALLA BERNARDINA Sergio, 2017, « Mort (et résurrection ?) du chas­seur », in Chasse, chasseurs et normes, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine.

DANTO Anatole, MAZÉ Camille, MACADRÉ Tristan, PERTEL Léa, 2020, « Conserver ou exploiter une ressource naturelle vivante. Le cas épineux du phoque, une controverse bien ancrée dans la dichotomie Nature / Culture », Revue internationale d’ethnographie, n° 7, 19 p.

DAOUST Pierre-Yves, CROOK Alice, BOLLINGER Trent K., CAMPBELL Keith G., WONG James, 2002, « Animal welfare and the harp seal hunt in Atlantic Canada », The Canadian Veterinary Journal, vol. 43, n° 9, p. 687‑694.

DAOUST Pierre-Yves, HAMMILL Mike, STENSON Garry, CARAGUEL Charles, 2014, « A review of animal welfare implications of the Canadian commercial seal hunt: a critique », Marine Policy, vol. 43, p. 367‑371, janvier.

DAOUST Pierre-Yves, CARAGUEL Charles, 2012, « The Canadian harp seal hunt: observations on the effectiveness of procedures to avoid poor animal welfare outcomes », Animal Welfare, vol. 21, n° 4, p. 445‑455.

DORSEY Kurk, 1991, « Putting a ceiling on sealing: conservation and cooperation in the international arena, 1909-1911 », Environmental History Review, vol. 15, n° 3, p. 27‑45.

DOYON Sabrina, 2018, « Pêches des bélugas, des anguilles et des esturgeons noirs de l’estuaire du St-Laurent. Entre la protection et la marchandisation », Revue d’ethnoécologie, n° 13.

FITZGERALD Peter L., 2011, « “Morality” may not be enough to justify the eu seal products ban: animal welfare meets international trade law », Journal of International Wildlife Law & Policy, vol. 14, n° 2, p. 85‑136.

GEISTDOERFER Aliette, 1987, Pêcheurs acadiens, pêcheurs madelinots : ethnologie d’une communauté de pêcheurs, Presses Université Laval.

GINELLI Ludovic, 2012, « Chasse-gestion, chasse écologique, chasse durable… Enjeux d’une écologisation », Économie rurale. Agricultures, alimentations, territoires, n° 327‑328, p. 38‑51, mars.

GIROUX-WORKS Nakeyah, 2017, Expériences d’un climat en change­ment : conditions socio-économiques et défis environnementaux chez les pêcheurs et agriculteurs madelinots, mémoire de maîtrise, Université Laval.

GOREAU-PONCEAU Anthony, LEMOIGNE Nicolas, 2017, Chasse, chasseurs et normes, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine.

GTVI (Groupe de travail de vétérinaires indépendants sur la chasse aux phoques du Groenland au Canada), 2005, Amélioration des méthodes d’abattage sans cruauté des phoques du Groenland au Canada, Rapport, 24 p.

GUEVARA Gloria Yolanda, 2008, Assessing the effectiveness of transnational activism: an analysis of the anti-whaling and anti-sealing campaigns, University of Southern California Dissertations and Theses.

KNEZEVIC Irena, 2009, « Hunting and environmentalism : conflict or misper­ceptions », Human Dimensions of Wildlife, vol. 14, n° 1, p. 12‑20, février.

LÉVESQUE Nicolas, 2018, Chasseurs de phoques, Documentaire, 70 min, MC2 Communication Mediaş.

LINZEY Andrew, 2006, « Ethical critique of the Canadian seal hunt and an examination of the case for import controls on seal products », Journal of Animal Law, vol. 2, p. 87.

LOWE Brian M., 2008, « War for the seals: the Canadian seal controversy and sociological warfare », Taboo: The Journal of Culture and Education, vol. 12, n° 1.

MALOUF Albert, 1986, Seals and sealing in Canada: report of the Royal Commission, Ottawa, Supply and Services Canada.

MANSFIELD A W., 1964, Phoques de l’Arctique et de l’Est du Canada, Office des recherches sur les pêcheries du Canada, n° 137, p. 40.

MENGE Yoanis, 2016, Hakapik, Montréal, La Morue Verte.

MORMEDE Pierre, BOISSEAU-SOWINSKI Lucille, CHIRON Julie, DIEDERICH Claire, EDDISON John, GUICHET Jean-Luc et al., 2018, « Bien-être animal : contexte, définition, évaluation », INRAE Productions Animales, vol. 31, n° 2, p. 145‑162, octobre.

MOUNAIX Béatrice, TERLOUW Claudia, 2013, « L’évaluation et la gestion du bien-être animal : diversité des approches et des finalités », Renc. Rech. Ruminants, n° 20, p. 189-192.

MOUNET Coralie, CHANTELOUP Laine, 2019, « Les pratiques de chasse face à la sensibilité animale. De l’invisibilité à l’éthique de chasse ? », Frontières, vol. 30, n° 2.

MULLER Séverin, 2008, À l’abattoir : travail et relations professionnelles face au risque sanitaire, Éditions Quae.

NOSEWORTHY Daphne, 2010, Blue ice: the sealing adventures of artist George Noseworthy, Creative Publishers.

PADDEU Flaminia, 2017, « Manger local », Vacarme, n° 4, p. 40‑45.

PANACCIO Claude, 1979, « Des phoques et des hommes : Autopsie d’un débat idéologique », Philosophiques, vol. 6, n° 1, p. 45-63.

PÊCHES ET OCÉANS CANADA, 2005, Compte rendu du colloque sur les phoques, rapport interne, 86 p.

PÊCHES ET OCÉANS CANADA., 2009, État actuel de la population de Pagophilus groenlandicus de l’Atlantique, Avis scientifique 2009/074, 17 p.

PÊCHES ET OCÉANS CANADA. 2011, Plan de gestion intégrée de la chasse aux phoques de l’Atlantique, Rapport interne.

REDLINGSHÖFER Barbara, 2006, « Vers une alimentation durable ? Ce qu’enseigne la littérature scientifique », Courrier de l’environnement de l’INRA, n° 53, p. 83-101.

RÉMY Catherine, 2009, La fin des bêtes. Une ethnographie de la mise à mort des animaux, Paris, Economica.

RENARD Alexia, 2019, Le véganisme au Québec : cartographie d’un mou­vement, mémoire de maîtrise en environnement et développement durable, Université de Montréal

RONSIN Gaëlle, LEWIS Nathalie, BRISSON Geneviève, 2020, « De la mer à la viande », Techniques & Culture, Varia, mis en ligne le 10 décembre consulté le 22 février 2021. http://journals.openedition.org/tc/14797

SELLHEIM Nicolas, 2015, « Morality, practice, and economy in a com­mercial sealing community », Arctic Anthropology, vol. 52, n° 1, p. 71‑90.

SWAIN Douglas P., BENOÎT Hugues P., HAMMILL Mike O., SULIKOWSKI James A., 2019, « Risk of extinction of a unique skate population due to predation by a recovering marine mammal », Ecological Applications, p. e01921, juin.

VIALLES Noélie, 1987, Le sang et la chair. Abattoirs des pays de l’Adour, Paris, Édition de la Maison des sciences de l’homme.

WENZEL George W., 1991, Animal rights, human rights: ecology, eco­nomy and ideology in the Canadian Arctic, Toronto, University of Toronto Press.

WRIGHT Guy David, 1983, Swiling: an ethnographic portrait of the New­foundland seal hunt, MA thesis, departement of anthropology, Memorial University of Newfoundland.

Haut de page

Notes

1 Au Québec, le terme de « chasse commerciale » est employé pour la différencier de deux autres types : (1) la chasse dite de « subsistance » ou récréative qui grâce à un permis spécifique permet de capturer six phoques par an destinés à une consommation personnelle et qui ne peuvent être vendus ; (2) la chasse « autochtone », qui se déploie sur d’autres territoires et dans une autre cosmologie incluant, de fait, d’autres normes sociales, culturelles et politiques, et qui n’est pas l’objet de cet article.

2 La visibilité de la mise à mort des phoques est forte : elle se déroule habituellement en plein air, sur la banquise, donnant lieu à des images rouges et blanches spectaculaires.

3 L’accès au terrain a été facilité par la construction d’un partenariat avec des instituts scientifiques et techniques sur les pêches possédant des stations aux Îles-de-la-Madeleine : Merinov (Centre d'innovation de l’aquaculture et des pêches du Québec) et le CERMIM (Centre de recherche sur les milieux insulaires et maritimes), que nous remercions, ainsi que tous les participants à cette recherche. Ce projet a été financé par le Fonds d’amorçage de partenariat (FAP) UQAR-Merinov et Mitacs-Accélération ainsi que par Merinov et les fonds spéciaux de recherche de l’UQAR. Nous remercions également les différents relecteurs de cet article.

4 Le nombre de personnes employées par ce secteur aux Îles est difficile à établir. L’archipel compte 12 000 habitants à l’année. Un vivier d’une vingtaine de chasseurs seulement forme les escouades commerciales aux Îles durant la saison de chasse (en l’hiver, au début de l’été avant la saison touristique ou à l’automne). À temps plein, peu de personnes dépendent uniquement de la ressource des phoques pour vivre (artisanat, associations, organismes culturels, entreprises de transformation de la viande et export).

5 Le chasseur à l’origine de ce geste affirme quelques années plus tard que les producteurs l'ont payé pour l’accomplir ; ce que les Madelinots soutiennent toujours largement aujour­d’hui.

6 Issus de la SPCA « Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux du Nouveau-Brunswick » créée en 1881.

7 Cette décision est également motivée par la pression cynégétique, devenue très faible depuis la fermeture des marchés internationaux aux produits issus des phoques causée par une deuxième série d’embargos (de l’Union européenne notamment) autour des années 2010.

8 Le percuteur est utilisé pour tuer le phoque et l’embout métallique situé à l’opposé permet soit de traîner l’animal sur les glaces, soit de permettre au chasseur d’accrocher les glaces s’il tombe dans l’eau par accident.

9 L’interdiction touche également les petits des phoques à capuchon, dits « dos bleus » (âgés de moins d'un an). Ces animaux sont très peu présents dans le golfe du Saint-Laurent et vivent plus au nord.

10 « Un hakapik, c’est-à-dire un instrument composé d’un embout métallique pesant au moins 340 g et muni, d’un côté, d’une pointe légèrement courbée d’au plus 14 cm de longueur et, de l’autre côté, d’une projection mornée d’au plus 1,3 cm de longueur ; l’embout est fixé à une hampe de bois mesurant au moins 105 cm et au plus 153 cm de longueur, et au moins 3 cm et au plus 5,1 cm de diamètre » (RMM, article 28-1-b).

11 Lors de leurs premiers jours de vie, leur fourrure les empêche de se rendre dans l’eau et ils restent sur la glace pour attendre d’être allaités.

12 Dans le RMM : « blanchon : phoque du Groenland qui n’a pas commencé à muer et dont le pelage est encore blanc ».

13 Il est interdit à quiconque ne possédant pas un tel permis de s’approcher de cette activité ou si « le demandeur puisse avoir comme but avoué de perturber la pêche du phoque » (extrait du règlement sur les mammifères marins). Ces permis « ont été rendus nécessaires à la suite de confrontations entre des chasseurs et des manifestants sur les glaces » (Pêches et Océans Canada, 2005). En 2006, le MPO a émis 73 permis d’observation de la chasse aux phoques, contre 60 en 2005 et 42 en 2004 (source : Rapport du Comité permanent des pêches et des océans, 2007).

14 Le golfe du Saint-Laurent autour des Îles-de-la-Madeleine était principalement visé par leur surveillance puisque cette région est bien plus accessible en hiver que la zone de chasse du Front de Terre-Neuve.

15 Une demande d’assouplissement réglementaire a été portée par l’ACPIQ lors de la réunion annuelle du Comité consultatif de gestion des phoques de l’Atlantique. Extraits issus d’une interview avec la journaliste Hélène Fauteux, 5 février 2020.

16 Consiste à confirmer qu’un phoque a les yeux vitreux et fixes et que ceux-ci ne réagissent pas au toucher lorsque leurs muscles sont relâchés (article 29 du RMM).

17 L’absence de fractures nettes sur les crânes ou les mouvements réflexes d’un phoque ne signifient pas, selon ces vétérinaires, que les animaux gardent encore conscience.

18 Le groupe comprend neuf membres, quatre du Canada, deux des États-Unis et un de chacun des pays suivants : Pays-Bas, France et Grande-Bretagne. Les travaux sont dirigés par le vétérinaire canadien Pierre-Yves Daoust, du collège vétérinaire de l’Ile-du-Prince-Edouard. Le groupe fut financé par le Fonds mondial pour la nature des Pays-Bas (WWF-NL) qui bien « qu’il ne s’intéresse habituellement pas aux questions de bien-être, le WWF-NL a reconnu que la chasse aux phoques du Groenland au Canada était une question préoccupante et importante pour nombre de ses membres » (GTVI, 2005, p. 4).

19 Des études et contre-études se succèdent ensuite, notamment dans la revue scienti­fique Marine Policy, et sont largement citées lors du différend commercial qui oppose le Canada à l’Union européenne à l’Organisation mondiale du Commerce au sujet de l’expor­tation de produits issus des phoques. Tandis que certains scientifiques (Butterworth et Richardson, 2013) concluent que « generally accepted principles of humane slaughter cannot be carried out effectively or consistently during the Canadian commercial seal hunt » (p. 1), une contre-étude préparée par des scientifiques canadiens (Daoust et al., 2014) affirme que les données précédemment utilisées (principalement des vidéos) empêchent de nourrir scientifi­quement le débat.

20 Un seul bateau reste affrété pour la chasse aux phoques du Groenland depuis 2014 et les prises ne dépassent pas quelques centaines de phoques par année.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Schéma de localisation des phoques et de leurs aires géographiques dans l’Est du Canada (issu et adapté du site internet de Pêches et Océans Canada)
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/15366/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Titre Figure 2 – Une du Daily Mirror, 26 mars 1968
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/15366/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 293k
Titre Figure 3 – Couverture de Paris Match, 21 février 1969
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/15366/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Titre Figure 4 – Photographie d’un chasseur madelinot tenant un hakapik
Crédits ©N. Levesque, 2018.
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/15366/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gaëlle Ronsin, Nathalie Lewis et Geneviève Brisson, « « Tuer en trois étapes » : trajectoire de normalisation de la chasse aux phoques canadienne face à la cause animale et aux adaptations locales »Géographie et cultures, 115 | 2020, 41-65.

Référence électronique

Gaëlle Ronsin, Nathalie Lewis et Geneviève Brisson, « « Tuer en trois étapes » : trajectoire de normalisation de la chasse aux phoques canadienne face à la cause animale et aux adaptations locales »Géographie et cultures [En ligne], 115 | 2020, mis en ligne le 08 avril 2021, consulté le 12 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/gc/15366 ; DOI : https://doi.org/10.4000/gc.15366

Haut de page

Auteurs

Gaëlle Ronsin

Centre Alexandre Koyré, EHESS
gaelle.ronsin@gmail.com

Nathalie Lewis

Université du Québec à Rimouski (UQAR)

Geneviève Brisson

Université du Québec à Rimouski (UQAR)

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search