Navigation – Plan du site

AccueilExpériences et explorations2021Les espaces de la crise au Chili

Les espaces de la crise au Chili

Xenia Fuster‑Farfán et Fernando Toro

Entrées d’index

Géographie :

Chili
Haut de page

Texte intégral

1À l’heure où le modèle néolibéral est en crise dans différentes régions du monde, cet article a pour but de montrer comment le modèle chilien, imposé en dictature et perfectionné au cours des trente dernières années, a utilisé quatre droits sociaux pour l’accumulation de capital par le biais de la production urbaine. La structure du texte commence par la présentation et le contexte du problème, un modèle néolibéral agressif soutenu par cinquante ans de crises sociales qui a entraîné la révolte d’octobre 2019. Il développe ensuite comment les systèmes de pensions, de santé, d’éducation et de logement ont été instrumentalisés par le modèle à travers une production urbaine qui est pensée à partir de sa valeur d’échange et spéculative, au-dessus de sa valeur d’usage. C’est ce que nous appelons « les espaces financiarisés de la crise ». Enfin, les auteur.e.s proposent une analyse du rôle que l’espace a joué en tant que dimension contestée dans cette révolution capitaliste et plus spécifiquement dans cette crise. Cette réflexion résulte de deux thèses sur la néolibéralisation des politiques urbaines et du logement et la financiarisation de la ville au Chili.

2La société chilienne est en crise. Il ne s’agit pas seulement d’une perte de confiance dans les institutions ou d’un mécontentement général. Les frustrations se sont accumulées depuis des années. Les problèmes structurels sont produits par l’installation (forcée) du modèle néolibéral sous la dictature du Général Augusto Pinochet, et les gouvernements de la Concertación (coalition des partis du centre et de la gauche) ont préservé, approfondi et consolidé un modèle néolibéral « mûr » (Agacino, 2013), « corrigé » (Garretón, 2012) ou « avancé » (Ruiz, 2013). La société chilienne a été convaincue du succès du modèle : la création d’emplois, des salaires meilleurs, une croissance économique, un développement technologique, seraient au rendez-vous. Néanmoins, derrière l’apparence trompeuse des données moyennes triomphantes, la classe politique a oublié qu’il y avait des personnes derrière celles-ci et d’énormes inégalités entre elles.

  • 1 Les zones de sacrifice environnemental sont des lieux qui concentrent un grand nombre d’industries (...)
  • 2 Voir le document “Poniendo las cosas en su contexto” de Javier Ruiz-Tagle : https://www.eldesconcie (...)

3Les failles du modèle sont connues : la privatisation des biens communs (l’eau, l’électricité, le gaz), l’exploitation démesurée des ressources naturelles, la conception et mise en place de zones hautement polluées (zones de sacrifice1), les changements du système du transport fondés sur une optique exclusivement productiviste, la dérégulation des biens de consommation (principalement de nourriture), l’augmentation globale du coût de la vie (transport, logement, santé, etc.). Les conditions d’existence sont marquées par le surendettement, les longues journées de travail dans des conditions précaires, les inégalités et la violence de genre, de classe, de nationalité et de race ; la violence et les discriminations dans les institutions, les abus sur les enfants pupilles de l’État, les violations des droits humains auprès des communautés indigènes, la corruption des politiciens, des entrepreneurs, des militaires et du pouvoir judiciaire, les collusions, les évasions et les exemptions fiscales2 : autant de fissures que la crise actuelle révèle.

4La dernière crise a explosé en octobre 2019. Les politiques néolibérales du président Sebastián Piñera ont touché un point sensible pour la société chilienne : la hausse du prix du transport public. De nouveau, l’État et la classe ouvrière devaient subventionner un système qui enrichit excessivement les 1 % plus riches de la population. Après quelques jours, le gouvernement a fini par revenir sur sa mesure, mais il était déjà trop tard. Accumulé pendant les 30 dernières années, le sentiment de violence et d’injustice a explosé comme une bombe à fragmentation.

5Comme cela a été démontré, la crise a un caractère systémique et complexe. Cela dit, dans cet article, nous affirmons que la question du logement et de l’habitat est fondamentale pour comprendre quelques-unes de ses causes, ses conséquences et les domaines d’action éventuels.

6Le philosophe Henri Lefebvre a soutenu que l’espace est un produit social et politique ; il est le résultat des relations sociales et de pouvoir. Sur la base de ce qui précède, David Harvey considère la production urbaine comme une forme de capital fixe qui, compte tenu les crises cycliques que subit le capitalisme, nécessite certaines formes de survie, dans ce cas, à travers de l’investissement dans l’environnement bâti. Ceci, dans un contexte néolibéral et financiarisé, a conduit à la nécessité croissante d’extraire des capitaux par la spéculation. Cette forme d’accumulation de capital a eu des répercussions spécifiques au Chili, en raison de la radicalité des processus de néolibéralisation qui ont marqué plusieurs domaines de la vie sociale et économique.

7D’un point de vue économique, on connaît bien le mécanisme historique d’instrumentalisation du logement et des infrastructures pour dynamiser l’économie, en raison de la construction et la créa­tion d’emplois, et de son soutien fictif de la prospérité du pays. Néanmoins, d’un point de vue social, cette instrumentalisation a également été le symbole des inégalités sociales et territoriales, ce qui se reflète dans l’existence de communes pour « riches » et de communes pour « pauvres », et dont l’échec qualitatif commence à être reconnu. La privatisation, la néo-libéralisation et la financiarisation du logement ont été au centre du débat scientifique des dernières années, à cause des crises globales du capitalisme financier (Aalbers 2008, Rolnik 2013).

8Faisons un peu d’histoire. Le logement a historiquement été considéré comme un bien patrimonial dont la fonction est de procurer un refuge pour ses occupants. Cependant, le pouvoir et la richesse, aujourd’hui liés au système de propriété, placent le logement au centre de l’économie politique globale (Aalbers & Christophers, 2014). Négociable, l’espace fait partie du circuit financier, où le secteur immobilier est considéré comme un merveilleux terrain pour les investissements institu­tionnels, comme les compagnies d’assurances, les caisses de retraite, la banque, les institutions de santé prévisionnelles (ISAPRES), etc. établissant la supériorité écrasante de la valeur d’échange sur la valeur d’usage (Fields, 2017). Au Chili, ce niveau de spéculation est étroitement lié à l’augmentation des prix des logements. En effet, un rapport de la Chambre chilienne du Bâtiment a conclu qu’entre 2011 et 2019, le prix des logements a augmenté de 67 %, tandis que pour la même période, les salaires ont augmenté de seulement 24 %3. Les conséquences sont évidentes : la dette des foyers chiliens de cette année a atteint des sommets historiques, près de 73 %4. Nous exposons ci-après ce que nous appelons « les espaces financiarisés de la crise ».

Les espaces financiarisés de la crise

Les retraites : une affaire immobilière

9Dans le domaine de la sécurité sociale, en 1982 un système de retraites (AFP5) mis en place par l’ex-ministre José Piñera (frère de l’actuel président) a été créé et privatisé. Ce nouveau marché a produit des bénéfices de 347 000 000 000 $6 pour les AFP, seulement sur l’année 2017. Néan­moins, les travailleurs n’ont pas bénéficié de ces chiffres juteux. Au contraire, ce système a appauvri les personnes âgées et les familles chiliennes. Malgré la promesse initiale de partir à la retraite avec 100 % du salaire7 en 2020, le Chili est aujourd’hui le pays de l’OCDE ayant les retraites les plus basses. En effet, on estime que 80 % des Chiliens reçoivent une retraite dont le montant est inférieur au salaire minimum8.

10Le 5 février 2019, un couple de personnes âgées est retrouvé mort dans une commune de Santiago. Elle, 86 ans, et lui, 94 ans, ont laissé une lettre trouvée par leur petite fille où ils avouaient être fatigués de vivre et dépendre économiquement de leur famille. Ce drame témoigne de l’indigne et précaire réalité qui touche énormément de personnes âgées. Quelques mois plus tard et contre toute attente, le ministre des Finances, Felipe Larrain demandait aux religieuses d’un foyer pour personnes âgées de prier pour que la guerre commerciale se termine, et ainsi pouvoir mettre en place une réforme tributaire pour que ces personnes soient exonérées des impôts territoriaux. Ce sont les contradictions du Chili des années 2010 : alors que les propriétaires des AFP s’enrichissent avec de scandaleuses rentabilités, il existe une majorité d’habitants opprimés qui doit survivre grâce à la charité des proches, de la famille et des voisins.

11Aujourd’hui, le négoce des caisses de retraite est directement lié au marché immobilier et c’est un des moyens les plus choisis pour accroître les richesses. En analysant le Mémoire Annuel du Fonds d’Investissement Independencia Rentas de 2017 – la principale société administratrice des fonds immobiliers du pays (ACAFI, 2016) – nous trouvons que ses quatre contributeurs principaux sont les caisses de retraite : AFP Capital (18,53 %), AFP Cuprum (14,14 %), AFP Habitat (13,85 %) et AFP Provida (12,50 %), contribuant à plus de 50 % du Fonds. Ceci n’est pas seulement scandaleux dans le scénario actuel, où les AFP n’autorisent pas les retraites anticipées pour la population, mais cela produit, en plus, de graves conséquences pour la ville. Elles interviennent sans prendre en compte les pourquoi et les comment des investissements. La seule chose importante est la rentabi­lité. À la suite de l’analyse des Mémoires Annuels des divers fonds entre 2012 et 2017, nous concluons que pour ces fonds, les propriétés (infrastructure, dépôts, habitations et bureau) sont devenues des commodités (produits de base) où la valeur d’usage de l’espace n’existe pas, mais seulement sa valeur négociable (Toro, 2019). Après l’analyse des rapports, la plus grande préoccupation pour les actionnaires des fonds, est le cycle politique que vivent le pays et les aspects macroéconomiques qui pourraient avoir une influence sur leur négoce, créant ainsi un lien immé­diat et indésirable pour eux entre la politique et le « commerce du sol » ; pire encore, avec l’épargne obligatoire de toutes les personnes, comme nous le montrerons en suivant.

Fixation du capital via la santé

12Pendant la dictature, le système d’assurance maladie a gardé un fonds solidaire public (qui s’appelle FONASA), mais des assurances santé privées se sont créées (les ISAPRES), offrant une meilleure couverture aux personnes qui ont les moyens de payer davantage. Pour pouvoir être couvert, il faut choisir entre l’un et l’autre système, c’est-à-dire, ils ne sont pas complémentaires. Même si 80 % de la population adhère à FONASA, l’attention aux patients du service public laisse beaucoup à désirer, avec des temps d’attente très longs9 et une qualité de service très différente à celle du système privé. L’accès aux médicaments est plus cher et inéquitable. Les gouvernements qui se sont succédés n’ont pas pu affronter les collusions (pratiques d’oligopoles) et, en plus, les « pharmacies populaires ou communales » n’arrivent pas à concurrencer les stocks et la couverture du système privé. Tout cela a eu comme conséquences une population malade non seulement mal soignée, mais également endettée, produisant ainsi un cercle vicieux.

13La logique de marché dans le domaine de la santé divise aujourd’hui le Chili entre une santé pour les riches – et la classe moyenne-haute – et une autre pour les pauvres. Bien que les conditions de fonctionnement du système public soient très précaires, pour les besoins de notre analyse du marché immobilier nous nous concentrerons sur le système privé. Selon les mots de l’ex-directeur de l’Association des ISAPRES, le système « ne peut pas se permettre le luxe d’accueillir des per­sonnes malades »10. À quoi sert donc un système de santé si ce n’est pas pour des personnes malades ? Pour les investissements. Les ISAPRES, de la même façon que les fonds de retraite, sont des acteurs très importants du marché de l’immobilier et des circuits très efficaces pour investir financièrement. L’action sur les territoires des fonds d’investissement, à travers la spéculation et la rente, est aussi menée par les ISAPRES.

14Comme l’a montré María Olivia Monckeberg (2015), les plus grands groupes économiques du pays possèdent non seulement les ISAPRES mais aussi les entreprises immobilières et les fonds qui administrent leurs cliniques et leurs centres médicaux. Cela leur permet d’installer les cliniques et centres commerciaux dans leurs immeubles, ce qui facilite la circulation des fonds et la concen­tration des profits qu’elle engendre. De ce fait, ils ont fait plus d’une fois l’objet d’enquêtes pour pratiques oligopolistiques11. Par exemple, l’assureur Banmédica du groupe Penta est propriétaire de la Clinique Santa María, de la Clinique Dávila et de l’Isapre Vida Tres, lequel possède en plus des cliniques dans plusieurs régions du pays, contrôlant ainsi 26 % du marché. D’autre part, la Chambre chilienne du Bâtiment – un des principaux lobbyistes dans le processus d’élaboration de lois et de normatives urbaines – contrôle Consalud, participe chez Hábitat et est propriétaire de MegaSalud. De plus, les Isapres reçoivent une subvention de l’État pour faciliter l’attention dans le secteur privé des personnes assurées par Fonasa (subvention qui ne couvre qu’un pourcentage de l’attention nécessaire). En 2014, ce réseau a perçu 15 000 millions de pesos chiliens12 (18 millions d’euros) en argent public pour ces subventions.13

15Mais ce n’est pas tout. Durant le premier mandat de Sebastian Piñera, une politique subsidiaire s’est mise en place pour l’achat de jours/lits dans les cliniques privées, où plus de 20 000 millions (24 millions d’euros) de pesos chiliens ont été destinés arbitrairement à des cliniques comme Las Condes ou Tabancura, situées dans les deux communes les plus riches du pays (Las Condes et Vitacura)14.Une fois de plus, les ressources publiques de tout.e.s les Chilien.n.e.s terminent entre les mains des personnes les plus riches du pays grâce à la commercialisation de l’espace.

Éducation : le profit dans l’infrastructure universitaire

16Il faut souligner, par ailleurs, que l’ancien système d’éducation nationale a été municipalisé et privatisé. Elle dépend des subventions de l’État ainsi que des ressources (financières et adminis­tratives) des municipalités. La qualité inégale de l’enseignement entre établissements particuliers (privés) et municipaux a provoqué un éloignement et une méfiance de la part de la population envers l’éducation publique, générant dans l’imaginaire collectif un lien entre investissement monétaire et qualité. De plus, dans le contexte de l’éducation supérieure, il existe de profondes inégalités et des problèmes de régulation. Même si techniquement le profit a été éliminé du « marché de l’éducation », cela n’a pas amené de réelles améliorations dans la qualité, l’administration financière et l’accès égalitaire à l’éducation supérieure.

17Le début des années 2000 a été marqué par une forte critique du système éducatif. Les premières remises en question surgissent en 2006 lors de la « révolution des pingouins » et en 2011 quand les étudiant.e.s descendent dans les rues pour exiger une éducation gratuite et de qualité. Le principal slogan de ce mouvement national était « No + lucro en la educación » (« Fin aux profits dans l’éducation »). De quelle façon cette demande se connecte-t-elle avec la ville ? Pourquoi le modèle néolibéral a-t-il besoin qu’il existe des logiques de profits dans l’éducation ? Si le logement est au cœur de la ville, l’infrastructure en est la colonne vertébrale. Sans infrastructure, le logement devient simplement un toit dépourvu de services, comme c’est le cas dans la périphérie des zones métropolitaines (Rodriguez & Sugranyes, 2005).

18Quand les étudiant.e.s dénoncent la création de profits dans le système éducatif, ils font référence à la triangulation financière entre les Universités (organismes à but non lucratif), et les entreprises de construction ainsi qu’immobilières qui les construisent et administrent (par un système de location d’espace) . Cela a également été étudié par Monckeberg (2011), qui explique l’articulation du négoce entre les assurances vie, les entreprises immobilières et les universités. Un bon exemple de cette articulation est l’Universidad del Desarrollo : à cette époque Ernesto Silva Bafalluy était partenaire de la société Inmobiliaria Ainavillo, de l’Université et de plus Président du Groupe Penta, relié au commerce des retraites et des assurances vie (Monckeberg, 2011). Malgré de timides changements en la matière, l’État néolibéral continue de transférer et financer, avec des ressources publiques, ce type d’institutions. De cette manière, l’éducation et l’espace physique qui l’abrite cessent d’être importants pour leur utilisation et se transforment en un simple instrument d’accumulation de richesses avec de grands apports du trésor public.

Le logement social au cœur du modèle néolibéral

  • 15 Il faut ajouter que l’accès au logement social au Chili s’effectue grâce à des subventions pour ach (...)

19La logique de la politique territoriale et du logement n’est pas bien différente. Durant la dictature, un système unique de candidature à l’accès aux logements sociaux a été créé, dans lequel les familles sont classées en fonction de scores qui définissent si elles peuvent ou non avoir accès à une aide de l’État15. Cette aide est la subvention au logement qui fonctionne de la sorte : l’État envoie aux familles un voucher échangeable sur le marché immobilier, lequel devrait être complété par des fonds d’épargne, des économies ou un crédit hypothécaire. De plus, l’État promulgue une Politique Nationale de Développement Urbain (PNDU) dont les principes fondateurs laissent au marché le soin de définir l’usage, l’exploitation et le profit du foncier. Dans le cadre de cette poli­tique, le foncier est alors considéré comme une ressource illimitée, ce qui a d’importantes répercussions dans la formation et la consolidation des territoires. Les familles pauvres se retrouvent à vivre en périphérie des villes, non pas par choix, mais parce que ce sont les seuls lieux où la subvention au logement leur permet de vivre. Les principales conséquences de ce système sont la reproduction d’une ville inégale, l’« expulsion subventionnée » des pauvres des centres-villes et la construction périphérique des logements sociaux, déconnectés à la fois du centre et des pôles économiques, et dépourvus de l’accès aux biens et aux services urbains.

20Le succès de cette politique néolibérale de logements sociaux a commencé à entrer en crise vers la fin des années 1990. Un hiver particulièrement pluvieux de l’année 1997 a mis en évidence les problèmes matériels de la construction massive et économique des logements sociaux. Cette période de crise est connue comme le « problème des avec-abri » (Rodríguez & Sugranyes, 2005), faisant référence à un ensemble de problématiques sociales et spatiales que traversent les personnes propriétaires de logements sociaux. Cette politique inégale et ségrégative a eu des conséquences négatives à la fois sur la structure d’opportunités (emplois, éducation) et sur la cohésion sociale de ses habitants (Sabatini & Wormald, 2013).

21Au cours des ans, les autorités ont essayé de mettre en place un « tournant qualitatif » des politiques urbaines et du logement. Cependant, plus qu’un « tournant », il s’agit plutôt du « côté humain du néolibéralisme » (Hidalgo, Alvarado & Santana, 2017) et d’une « hybridité néolibé­rale » (Fuster-Farfán, 2019). Malgré l’incorporation de nouvelles subventions, l’amélioration des normes de construction et l’élimination de la participation bancaire, les bases idéologiques se sont maintenues. C’est pourquoi les résultats ne sont pas très différents de la politique de logement social mise en place durant la dictature.

22En 2019, le projet de loi « d’intégration sociale et urbaine » a été approuvé, mettant en évidence la complicité de l’actuel gouvernement avec le secteur immobilier. Pour résumer, cette loi se fonde sur l’hypothèse selon laquelle les « problèmes d’intégration sociale » se résolvent en rapprochant spatialement les différentes classes sociales, comme si la pauvreté était un fléau que l’on pouvait dissoudre dans la mixité sociale. De ce fait, la loi cherche donc à donner au secteur privé le peu de sol public qu’il reste, pour son usage et son exploitation, lui donnant en plus priorité par rapport aux instruments de planification territoriale existants.

Les réponses du gouvernement et l’émancipation de l’espace

23Les quatre piliers de la société chilienne (retraites, éducation, santé et logement) sont à la base de la crise du modèle qui a éclaté au « Printemps chilien » de 2019. Ces piliers ont été essentiels dans le processus d’accumulation du capital et sont les causes principales d’un modèle de ville frag­menté, excluant, ségrégué et également spéculatif. La pression citoyenne et la violation des droits de l’homme exercées par les forces de l’ordre dans les rues et les banlieues ont forcé la classe politique à conclure un accord de changement constitutionnel inédit. En 2021, une nouvelle constitution sera rédigée par une "assemblée constituante" dont les membres seront élus à 100 % par les citoyens et la parité des sexes sera assurée.

24Dans ce contexte, il est nécessaire de comprendre comment le modèle – depuis les quatre piliers de la société – a systématiquement instrumentalisé l’espace pour accumuler du capital et obtenir toujours plus de richesses. Nous le définissons comme un néolibéralisme extrême et agressif car, d’un côté, les systèmes qui doivent garantir les droits sociaux sont vidés de leur objectif et de leur sens à savoir, celui de fournir à la population une meilleure qualité de vie. Ils se transforment ainsi en canaux dont le seul but est de fournir de la richesse à un groupe minoritaire. D’un autre côté, c’est un modèle qui prive tout.e.s les travailleur.s.e.s de dignité, en exigeant plus d’économies, plus d’heures de travail, se lever plus tôt, passer moins de temps avec la famille, payer davantage pour le transport, parcourir plus de distance quotidienne, ou encore partir à la retraite plus tard.

25La politique de privatisation généralisée a mené non seulement au démantèlement de l’appareil public ainsi que des structures collectives et d’autogestion communautaires qui existaient, mais a également provoqué des changements radicaux dans la vie quotidienne. La ville en tant que telle a cessé d’être un espace de loisirs et de construction collective comme elle a un jour essayé de l’être (au début des années 1970). Aujourd’hui, la ville est un lieu hostile pour les personnes, un produit de l’accumulation de richesses dont la reproduction répond toujours davantage au système financier et spéculatif. La ville est donc composée d’espaces financiarisés de cette crise. Ces circuits secondaires d’accumulation (comme les appelle David Harvey) se posent sur les premiers circuits d’accumulation, provoquant ainsi une double pression vers des travailleurs et travailleuses déjà opprimé.e.s et dont le devoir est de travailler et obéir pour continuer à remplir les coffres de la classe privilégiée.

26Ce problème ne peut être abordé que par un changement de paradigme ainsi que de la transforma­tion radicale des structures actuelles. Si on considère que le néolibéralisme a été une véritable révolution capitaliste (Gárate, 2016), les changements que le Chili nécessite aujourd’hui doivent être tout aussi révolutionnaires. C’est pourquoi n’importe quelle mesure mise en place à partir de la Constitution actuelle – dont le contenu donne des garanties à l’élite – et sous les structures politiques dominantes ne constitue qu’un analgésique avec de graves contre-indications à court terme.

27La ville assiégée a déjà été reconnue comme un espace disputé, et ses habitant.e.s qui souffrent d’une frustration endémique insupportable se réveillent peu à peu pour exiger plus de justice. Le Chili de la rue s’est fatigué des réajustements, il vient maintenant conquérir son émancipation : une émancipation spatiale. C’est pourquoi il est fondamental de concevoir l’espace pour la valeur de son usage et non pour sa valeur d’échange. Avant tout, l’État doit se centrer à nouveau sur la dignité des personnes, tandis que les villes doivent redevenir la propriété de ses habitant.e.s et non de l’investissement privé, dérégulé et déshumanisé. Cela doit se compléter avec l’incorporation immédiate et contraignante des droits urbains basiques (droit au logement, à la ville et à la mobilité) pour assurer que les espaces sont pour les personnes et non pas pour le marché.

28Ainsi, et pour conclure, le système financier non seulement a des répercussions sur les principales dimensions du bien-être et de la vie sociale (comme les retraites, la santé, l’éducation et le logement), mais sa reproduction comporte également une dimension spatiale qui explique une partie de la crise, du mécontentement et de la colère qui traverse actuellement le pays. Cette crise n’est pas surprenante. La hausse des prix des transports est seulement la pointe de l’iceberg d’une société qui depuis trente ans dénonce la crise du modèle, une crise qui sans nul doute possède une dimension spatiale et, aujourd’hui plus que jamais, financière.

Haut de page

Bibliographie

AALBERS M., 2008, “The financialization of home and the mortgage market crisis”, Competition & Change, n° 12(2), p. 148‑166.

AALBERS M. B., & Christophers, B., 2014, “Centring housing in political economy”, Housing, Theory and Society, n° 31(4), p. 373‑394.

AGACINO R., 2013, “Movilizaciones estudiantiles en Chile: anticipando el future”, Educação em Revista, Marília, n° 14(1), p. 7‑20.

FIELDS D., 2017, “Unwilling subjects of financialization”, International Journal of Urban and Regional Research, n° 41(4), p. 588‑603.

FUSTER-FARFÁN X., 2019, “Las políticas de vivienda social en Chile en un contexto de neoliberalismo hybride”, Revista EURE – Revista De Estudios Urbano Regionales, n° 135(45), p. 5‑26.

GÁRATE M., 2016, La revolución capitalista de Chile (1973-2003), Santiago, Ediciones Universidad Alberto Hurtado.

GARRETÓN M. A., 2012, Neoliberalismo corregido y progresismo limitado. Los gobiernos de la Concertación en Chile 1990-2010, Santiago, CLACSO, Editorial Arcis.

HIDALGO R., ALVARADO V. & SANTANA D., 2017, “La espacialidad neoliberal de la producción de vivienda social en las áreas metropolitanas de Valparaíso y Santiago (1990-2014): ¿hacia la construcción ideológica de un rostro humant ?”, Cadernos Metrópole, n° 19(39), p. 513‑535.

MONCKEBERG M., 2011, El negocio de las universidades en Chile, Editorial Debate.

MONCKEBERG M., 2015, El saqueo de los grupos económicos al estado chileno, Editorial DeBolsillo.

RODRÍGUEZ A., SUGRANYES A., 2005, Los con techo: un desafío para la política de vivienda social, Santiago, Ediciones SUR.

ROLNIK R., 2013, “Late Neoliberalism: The Financialization of Homeownership and Housing Rights”, International Journal of Urban Regional and Research, n° 37(3), p. 1058‑66.

RUIZ C., 2013, Conflicto social en el neoliberalismo avanzado. Análisis de clase de la revuelta estudiantil en Chile, Buenos Aires, CLACSO.

SABATINI F., WORMALD G., 2013, “Segregación de la vivienda social: reducción de oportunidades, pérdida de cohésion”, in F. Sabatini, G. Wormald, & A. Rasse, Segregación de la vivienda social: ocho conjuntos en Santiago, Concepción y Talca, Santiago, Colección Estudios Urbanos UC, p. 12-31.

TORO F., 2019, “The financial representation of the space, the case of the investment funds”, colloque Habiter les villes latino-américaines. Session Néolibéralisme urbain, París, 18 octobre 2019.

Haut de page

Notes

1 Les zones de sacrifice environnemental sont des lieux qui concentrent un grand nombre d’industries polluantes, touchant en grande partie des populations fragiles.

2 Voir le document “Poniendo las cosas en su contexto” de Javier Ruiz-Tagle : https://www.eldesconcierto.cl/2019/10/20/la-cifra-de-la-indignacion-academico-calcula-en-mas-de-cuatro-mil-millones-de-dolares-las-perdidas-que-sufrio-el-estado-en-beneficio-de-unos-pocos/

3 Voir plus d’information sur : https://www.latercera.com/pulso/noticia/precios-de-las-viviendas-anotan-violenta-alza-desde-2011-y-se-han-hecho-severamente-no-alcanzables/801361/

4 Voir plus d’information sur : https://www.cnnchile.com/economia/informe-del-banco-central-endeudamiento-de-los-hogares-chilenos-alcanza-maximo-historico_20190418/

5 Administration des Fonds de Pension.

6 370 millions d’euros.

7 Voir plus d’information sur : https://m.elmostrador.cl/noticias/pais/2016/07/07/el-dia-en-que-la-asociacion-de-afp-prometia-a-sus-afiliados-jubilar-con-el-100-de-sueldo-en-2020/

8 Voir plus d’information sur : https://www.bbc.com/mundo/noticias-america-latina-50124583

9 42 % de la population rattachée à FONASA attend au moins un an pour une chirurgie http://www.saludpublica.uchile.cl/noticias/151102/el-42-de-pacientes-fonasa-para-cirugia-debe-esperar-al-menos-1-ano

10 Voir plus d’information sur : https://www.t13.cl/noticia/nacional/presidente-isapres-sistema-no-se-puede-dar-lujo-incorporar-gente-enferma

11 Voir plus d’information sur : https://www.elmostrador.cl/mercados/2017/07/27/superintendencia-de-salud-prepara-cargos-contra-isapres-cruz-blanca-banmedica-y-masvida-por-integracion-vertical/

12 À titre de comparaison, le salaire minimum au Chili est de 364 euros par mois.

13 Voir plus d’information sur : https://www.eldesconcierto.cl/2017/08/29/el-negocio-de-las-isapres-en-chile/

14 Voir plus d’information sur : www.cooperativa.cl/noticias/pais/salud/informe-acusa-millonario-gasto-en-dias-cama-en-la-clinica-las-condes-en/2014-05-06/085411.html

15 Il faut ajouter que l’accès au logement social au Chili s’effectue grâce à des subventions pour acheter ou construire des logements, dont les habitants seront propriétaires. Unique système d’accès au logement via l’État au Chili, on pourrait le comparer en France à de l’accession sociale à la propriété.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Xenia Fuster‑Farfán et Fernando Toro, « Les espaces de la crise au Chili »Géographie et cultures [En ligne], 2021, mis en ligne le 28 septembre 2021, consulté le 26 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/gc/15570

Haut de page

Auteurs

Xenia Fuster‑Farfán

Docteure en études urbaines, aménagement et urbanismes, Centre de Recherche sur l’Habitat
xenia.fuster@gmail.com

Fernando Toro

Doctorant en planification et développement, Development Planning Unit, University College London. Instructeur de l’Université du Chili
fernando.toro.17@ucl.ac.uk

Haut de page
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search